FEDERATION FRANCAISE DES SOCIETES DE SCIENCES NATURELLES
A B.P. 392 — 75232 PARIS Cedex 05 ,‘ -1
4 E > Association régie par la loi du lüjuillet 1901, fondée en 1919, reconnue d’utilité publique en 19X \   `\€—' 1
•~. Membre fondateur de l’UICN — Union Mondiale pour la Nature lé  0 ‘
—7
La FÉDÉRATION FRANCAISE DES SoC1ETES DE SCIENCES NATURELLES a été fondée en 1919 et reconnue
d‘utilité publique par décret du 30 Juin 1926. Elle groupe des Associations qui ont pour but, entièrement ou
partiellement, l‘étude et la diffusion des Sciences de la Nature.
La FÉDÉRATION a pour mission de faire progresser ces sciences, d‘aider à la protection de la Nature, de
développer et de coordonner des activités des Associations fédérées et de permettre l‘expansion scientifique
française dans le domaine des Sciences Naturelles. (Art .1 des statuts).
La FÉDÉRATION édite la « Faune de France >>. Depuis 1921, date de publication du premier titre, 90
volumes sont parus. Cette prestigieuse collection est constituée par des ouvrages de faunistique spécialisés
destinés à identifier des vertébrés, invertébrés et protozoaires, traités par ordre ou par famille que l‘on rencontre
en France ou dans une aire géographique plus vaste (ex. Europe de l’ouest). Ces ouvrages s‘adressent tout autant
aux professionnels qu‘aux amateurs. Ils ont l‘ambition d‘être des ouvrages de référence, rassemblant, notamment
pour les plus récents, l‘essentiel des informations scientifiques disponibles au jour de leur parution.
L’édition de la Faune de France est donc l’œuvre d’une association à but non lucratif animée par une
équipe entièrement bénévole. Les auteurs ne perçoivent aucun droits, ni rétributions. L’essentiel des ressources
financières provient de la vente des ouvrages. N’hésitez pas à aider notre association, consultez notre site
(www.faunedefrance.org), et soutenez nos publications en achetant les ouvrages!
La FÉDÉRATION, à travers son comité Faune de France a décidé de mettre gracieusement, sur Internet, à la
disposition de la communauté naturaliste l‘intégralité du texte de P. PARIS consacré aux Oiseaux publié en 1921
et réédité en 1970. Ce volume est actuellement épuisé et il ne sera pas réédité.
Cet ouvrage est sous une licence Creative Commons pour vous permettre légalement de dupliquer, le
diffuser et de modifier cette création .....
Montpellier, le 25 mars 2007
le Comité FAUNE DE FRANCE

Creative Commons
®Cf6aiiV9
C 0 lil lil U TC Sé I) I-1 li I)
Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Partage des Conditions Initiales à
l'Identique 2.0 France
Vous êtes libres :
•de reproduire, distribuer et communiquer cette création au public
•de modifier cette création
Selon les conditions suivantes:
  Paternité. Vous devez citer le nom de |'auteur original.
Pas d'Utilisation Commerciale. Vous n'avez pas le droit
.= d'uti|iser cette création à des fins commerciales.
Partage des Conditions Initiales à l'ldentique. Si vous
modifiez, transformez ou adaptez cette création, vous n'avez
le droit de distribuer la création qui en résulte que sous un
»-”' contrat identique à ce|ui—ci.
•A chaque réutilisation ou distribution, vous devez faire apparaître clairement
aux autres les conditions contractuelles de mise à disposition de cette
création.
•Chacune de ces conditions peut être levée si vous obtenez |'autorisation du
titulaire des droits.
Ce qui précède n'affecte en rien vos droits en tant qu'utilisateur (exceptions au
droit d'auteur : copies réservées à |'usage privé du copiste, courtes citations,
parodie...)
Ceci est le Résumé Explicatif du Code luridigue lia version intégrale du contrat).
Avertissement En
Decouvrez comment diffuser votre creation en utilisant ce contrat

FE¤ERAT|0N FRANQAISE nas SOCIÉTÉS nz SCIENCES NATURELLES
CFFICE CENTRAL DE FAUNISTIQUE _
2
0 I s E A u x _
- PAR
P.· PA RIS
I’l\I:I*\I\\I`ll\`lI \ Lx mm Lrrî nm <r.nzx«:n:s nu m.mw
Avec 490 figures
PARIS
 
LIBRAIRIE DE LA FACULTE DES SCIENCES
45, rue Llnné, V¤ Dépositairc
1921
KRAUS REPRINT
NendeInILiechtensteîn
1970
I

Tous droits de reproduction réservés
Librairie de la Faculté des Sciences, Paris
Réimpression avec l'agrément de 1’Office Central de Faunistique
et de la Librairie de la Faculté des Sciences, Paris
KRAUS REPRINT
A Division of
KRAUS-THOMSON ORGANIZATION LIMITED
. Nendeln/Liechtenstem
1970
Printed in Germany
Lessingdruckerei Wiesbaden

INTRODUCTION
1. DÉFINITION
Les Oiseaux sont des Vertébrés amniotes, homéothcrmes, ovipares, au
corps couvert de plumes, à bouche garnie d’un bec corné. Ils ont un seul
condyle occipal, un os carré mobile, 4 membres, les antérieurs transformés
en ailes. Coracoïdes normalement libres, os du métatarse soudés entre eux
et avec la rangée distale du tarse dont la rangée proximale est soudée au
tibia. Les os sont pneumatiques, la respiration exclusivement pulmonaire,
des sacs aériens étant annexés aux poumons. Du coeur à I cavités part une
seule crosse aortique à droite.
II. ANATOMIE ET PIIYSIOLOGIE
io rizuuunur
Peau: Elle montre un épiderme mince, très plissé, à couche cornée
s'exl`oliant continuellement, devenant parfois calleux aux parties nues autres
que les parties habituellement cornées, et un derme généralement mince,
souvent doublé d’un épais panicule graisseux, fixé par des muscles peau-
U ciers laissant ordinairement entre eux des espaces en communication avec
i les sacs aériens. Il n'y a pas d'ossifications dermiques, mais seulement, par
places, un revêtement corné_(bec, éperons alaires, écailles des pattes). La
peau des Oiseaux très riche en terminaisons nerveuses tactiles, ne possède
ni glandes sudoripares ni glandes sébacées, ces dernières étant cependant
représentées par la glande wopygiemze. (Test une glande volumineuse,
placée au-dessus du croupion, sécrétant une matière grasse. Elle manque
dans quelques types, son mamelon excréteur est nu ou garni d’un petit
pinceau de plumules.
Plumes :Ces phanères caractéristiques du tégument des Oiseaux, com-
prennent les plumes proprement dites, le duvet, les plumes pil1}"0rmes_, avec
d’ailleurs tous les termes de passage. Une plume proprement dite (I) aiun
'i f 1

2 nous ne manon. —- oiseaux
axe, dont la partie inférieure creuse et cylindrique est la hampe ou tzge, le
reste plein, quadrangulaire, est le rachis. La hampe présente un trou ou
ombilic à chaque extrémité. L’inférieur correspond à la papille dermique
où est implantée la plume, l’autre est à la base du rachis. Opposé à ce rachis,
de l'autre côté de l’ombilic supérieur existe un hyporachis, le plus souvent
rudimentaire mais parfois aussi ou presque aussi développé que lui. Le
rachis et Yhyporachis portent en deux rangées opposées des filaments
cornes, les barbes, lesquelles portent de même des barbules souvent munies
de crochets sur la rangée distale, crochets retenant les barbules proximales,
L’ensemble du rachis et desibarbes est Vétendard. On distingue dans les
'plumes, les pennes ou grandes plumes des ailes (rémzzges) et de la queue
(rectrices) et les lectrices ou plumes de recouvrement du corps. Ces
tectrices ne sont généralement pas implantées sur tout le corps, mais par
zones (ptér·ylz'e.s·) laissant entre elles des espaces nus ou garnis de duvet
(aptéries). Le duvet est une plume à rachis rudimentaire, portant les
barbes libres tout autour de l’ombilic supérieur. Un duvet particulier à
_ barbes très longues enduites d’une matière grasse pulvérulente se voit sur
des espaces spéciaux, les plaques de duvetp0ud1·eux,dans quelques groupes,
iirdeidae entre autres. La plume piliforme ou sétiforme ressemble à
. poil par disparition des barbes.
La couleur des plumes peut être due à plusieurs causes : Présence seule
d’un pigment granuleux ou diffus (zoomélanine, zooérythrine, zooxanthine,
etc.) ; présence de pigments combinés à une structure spéciale de parties
non colorées ; enfin les reflets métalliques sont dus à des interférences de
lumière et par suite sont variables avec l’incidence. Une plume multicolore
présente souvent une structure différente des barbes et des barbules au
niveau des différentes couleurs.
Productions cornées: Presque toujours deux seulement, l'étui du bec ou
rhampholhègue et l’écaillure des pattes ou podothègue. La rhamphothèque I
comprend la rhinothègue pour la mandibule supérieure ou maxille et la
gnathothèque pour la mandibule inférieure ou proprement dite. L'étui du
bec est très variable de forme, d’ornementation et de couleur, non seule-
ment entre les différents groupes d’Oiseaux, mais même entre espèces,
suivant l'âge et parfois le sexe et la saison. La rhamphothèque est dite
composée, lorsque la rhinothèque est formée de plusieurs pièces. Celle-ci .
peut présenter des parties molles comme chez les Anseridae, la cire des
Accipitriformes. La podothèque présente un développement très variable.
Quelquefois réduite aux ongles et à la face plantaire, elle peut s'étendre non
seulement à toute la région tarsienne mais à une partie importante de la
jambe. ·

nous ns rames. — oiseaux 3
Pour plus de détails, consulter : l•`A·rxo, 1866 ; Gnnow, 1882, 88, 93;
Nzwrou, 1893-96 ; Nnscu, 1867 ; Pams, 1913.
twlll  q“
   É? d
wc),  _%y 1 3
  iv Q , 5
 — ~, V  ,,» €`=,·ô\
xg v  » / , 1* l
/7    3   08
.~  J ·  2
 ` "z_·W.ï 7
gg 
\~*  ;·' ,  ,,
 ll/lr 0 l  É 8 X
ne . # ;« )
F \\ :—       1/  .\\ g  
  îa  _ ; \ `<\>
< ·l . ll, \& 16
 s · " —` Q 17
 yy ; lt —»_14 ,&`  
v   c Ã9     ‘·‘‘' '°'” È
. 0 \ il  l I" ô
13    
( ~"/ on II
É   ,'I•. 
, 2 it i.l_‘L— 
1 0 x W
· "\
Fig. l. — Plume schématique : b, barbes; h, hyporachisg 0, ombilic sup.;
o’, ombilic inf.; r, rachis; t, tige.
Fig. ll. --— Morphologie externe : 1, maxille; 2, mandibule; 3, bonnet:
a, front; b, vertex; c, occiput; d, sourcil; 4, lorum; 5, nuque;
6, région parotique et joue; 7, gorge; 8, cou: a, devant;
b, côté; c, derrière; 9, dos; 10, épaule ou région scapulaire ;
11, poitrine; 12, croupion; 13, flanc; 14, abdomen: a, épi··
gastre; b, ventre; c, région anale; 15, aile; 16, sus—caudales;
17, queue; 18, jambe; 19, tarse; 20, pied.
’ 2° IORPHOLOGIE EXTERNE
La surface du corps de l’Oiseau a été divisée en un certain nombre de
territoires. On a, face supérieure, le bonnet qui occupe le dessus de la tête,
partagé lui-même en fi·0nt, ver·le.r, occzput, puis la nuque, l'm·rz'ère du
cou le dos le crou ion et la ueue face inférieure, la or e avec en avant
: 1 P 9 : g g
le menton, le devant du cou, la poitrine, l’abd0men divisé en epzgastre en

4' muse ns russes. —- orsmux
avant puis ventre et région anale, face latérale, le lorum au devant de
l’œil, le sourcil au-dessus, ]_a foue ou région parotigue, le côté du cou,
l’épaule ou région scapulaire, l’aile, le flanc, la patte (II).
La rhamphothèque olïre à la rhinothèqne outre la pointe ou apex l’arête
ou culmen et les bords ou tomies mascillaires, à la gnathothèque, les
tomies mantlibulaires rejoignant les précédentes à l’angle mandibulaire ou
commissure, l’arête ou gonys allant de l’apex à l’angle du menton ou
myxa, pointe de l’espace interranzal (III). La rhamphothèque est dite
épignathe, paragnathe, hypognathe suivant que la rhinothèque est en
longueur supérieure, égale ou inférieure à la gnathothèque, métagnathe
lorsque les mandibules se croisent. Elle est déprimée lorsqu'elle est plus
large que haute, comprimée dans le cas contraire.
L'aile comporte les rémiges divisées en rénzziges polliciales, insérées sur
le pouce, rénzzges primaires ou métacarpiennes attachées à la main, les
rémiges sec0na'az'res échelonnées le long du cubitus, les rénu,g·es tertùzires
ou cubitales fixées au coude, et les tectrices, supérieures ou sus-alaires ou
couvertures supérieures, inférieures ou sous-alaires ou couvertures infé-
rieures. Les sus—alaires en rangées régulières sont distinguées en grandes
sus·alaires qui sont les plus proches des rémiges et en partie recouvertes
par les moyennes sus-alaires au-dessus desquelles sont les petites sus-
alaires. Chaque série prenant le nom des rémiges qu'elle recouvre (IV).
Les sous-alaircs se partagent de la même façon. A chaque rémige correspond
une sus et une sous-alaire de chaque série, dans l’aquinto—cubitalisme
ces plumes sont normalement développées au niveau de la 5° rémige secon-
claire manquante (l’rcnAr'r, 1899).
lfaile est dite sur-aiguë lorsque la l'° réniige primaire est la plus longue,
ou les 2 premières, aiguë lorsque c'est la 2**, sub-aiguë lorsque ce sont les
2° et 3°, sub·0btuse si ce sont ou la 3°, ou les 3° et 4", obtuse si c’est la 4°,
enfin sur-obtuse lorsque ce sont les 4** et 5° ; la première rémige ne
comptant pas lorsqu'elle est très petite.
La queue est constituée par les rectrices implantées en éventail sur le
oroupion, recouvertes à la base par les sus et les sous-cauclales. Les rec-
trices peuvent xnanquer, le plus souvent on en compte 12. On distingue une
paire médiane, les autres étant les latérales, les dernières les externes  
La queue est dite carrée lorsque les rectrices sont toutes égales, étagée
lorsque les médianes étant les plus longues, les autres diminuent graduelle-
ment en allant vers l’extérieur, dans le cas contraire la queue est dite
fourchue. Entre ces types extrêmes on a des queues arrondie, conique,
éc/zancrée, etc.
La patte comprend lajambe à laquelle fait suite Yarticulation tibio-tal'-.

FAUNE DE FRANCE. ·— OISEAUX 5
sienne, le Iarse et les dozgls (VI). Lorsque, comme le plus souvent, la
podothèque s‘étend au tarse, suivant la formé ·et la dimension des écailles,
, ·/l
0 `I  rl
A a §
  t È
j  Q? V e  
É;/* /.;, y W §lê\···._· /)
. / gf 5
l' ’”· 1;; ·'_, ,.»;,«   _
nz     L
' w ~.
. B
·"  9.;%
19/, `/J./~>`
7 "‘8"“  7 Il  ii
 E5 ,, _ · t y
v ‘  4 ,4;,· ‘|   V
' . `llà I V ` \`
  % /jill;/il'   mtl  
,· p • x t
·   2 \
  4   \ *—
,.··‘ | il
i 3
/5.
Fig. lll. — Rhamphothèque : a,`apex`; c, culmen; g, ·g0nys; m, commis-
sure; I, tomies.
Fig. IV. — Aile : l, rém. bâtardes ou pollicîales'; 2, rém. prim.; 3, rém.
second.; 4, rém. tert. ou cubitales; 5, grandes sus-alaires prim.;
6, grandes sus-alaires second.; 7, moyennes sus—alaircs;
8, petites sus·a1aires; 9, scapulaires; 10, dossier.
Fig. V. — Queuezi, sus-caudales; 2, rect. méd.; 3, rect. interm.;4,rcct.ext.
Fig. VI. — Patte de Porzane : a, articul. tibio—tarsiennc; i, doigt int.;
j, jambe; m, doigt médian; p, pouce; I, tarse.
on a un tarse réticulé avec écailles petites et polyédriques, sculellë devant
ou derrière avec une seule rangée d'écailles sur ce devant ou cet arrière,

6 rwm: ns rimscs. — oxsmzux
annelé lorsque scutellé devant et derrière, il y a correspondance entre les
écailles de ces parties, lamellé devant ou derrière, l`une de ces parties
étant garnie entièrement ou presque d’une seule grande écaille, botté lors-
qu’il est lamellé devant et derrière. Normalement, il y a 4' doigts, mais il y
a des pattes tridactyles et exceptionnellement à 2 doigts. Les 4 doigts peuvent
être dirigés en avant, mais il n'y a jamais plus de 2 doigts à l’arrière. Un
doigt qui peut se porter à l’avant ou à l’arrière est ditlrjversible. Le plus
souvent les doigts sont libres, parfois élargis par uneimembrane à bords
libres (dozgts pin/tés) ou les réunissant entre eux (doigts palmés) ou en
partie accolés (dozlgts syndactyles) ou entièrement réunis, comme chez le
Syrrhapte. Des doigts pectinés sont ceux dont les bords sont garnis d’une
rangée d'écailles, étroites, allongées, perpendiculaires à leur axe.
Pour plus de détails, consulter: Anmooxx miam Oum, 1902 ; Bsxmxnn,
1898; Ganow, 1893; NAUMANN, 1905; Newroa, 1893-96. ·
3° HUE, VARIATIONS DE PLUIAGE, DIMORPHISME
La mue ou renouvellement périodique des plumes, peut être complète,
c'est à dire que presque toutes les plumes sont renouvelées, ou partielle.
Les plumes se remplacent les unes après les autres, quelquefois dans un
ordre déterminé, surtout en ce qui concerne les pennes; dans ce cas,
comme chez les jeunes Perdrix, l'examen du rang de la rémige en voie de
croissance permet de déterminer l’âge de l'Oiseau (BUREAU, 1911-13). Dans
beaucoup d'Oiseaux d`eau, après Yaccouplement, il y a chute des rémiges
d’un seul coup, l’ani1nal est ainsi pendant un certain temps hors d'état de
voler (mue rég·:·essz`ve). Dans les Oiseaux à mue simple, celle-ci est généra-
lement aulumnale, parfois printanière cependant (Hirondelles, Accipitri-
formes), dans ceux à mue double, la mue d'automne est souvent la plus
complète. Les Lagopèdvs présentent une mue addz`tz`0nnelle c'est à dire une
mue après l’accouplement, outre celle du printemps et celle qui leur donne
le plumage blanc. La mue n’all'ecte pas seulement le plumage, la rhampho·
thèque y prend quelquefois part (Macareux) tBraxa.w, 1878-79). Le nouveau
plumage peut ne différer de l’ancien que par des teintes plus fraîches,
d’autres fois il est dissemblable. Dans ce cas, chez l’adulte, la mue printa-
nière, dite mue ruplile donne le plumage de noce â teintes plus vives avec
changement de couleur des parties cornées et parfois apparition d'orne-
ments spéciaux Z casque, crête, caroncules, crosses de l'Aigrette, etc. Chez
les jeunes, plusieurs mues et par suite plusieurs années sont parfois néces-
saires pour qu`ils arrivent à porter le plumage de l’adulte.
Le plumage peut changer de couleur sans qu’il y ait mue, par décolora-

nous ne rnxscn. — oiseaux .7
tion des plumes ou usure de leur bordure d’une autre teinte que le reste.
. La livrée de l’Oiseau étant susceptible de varier avec l`âge, la saison, le sexe,
on peut dans les cas de plus grande variabilité, rencontrer : Une livrée de
nid, un l" et 2** plumage de demi-adulte, d'adulte de 1"°, 2°, 3° année, d’adulte
6 ou Q en noce, en été (mue régressive du 6 des Canards), en automne,
etc. Le dimorphisme sexuel peut porter non seulement sur le plumage et
son ornementation, mais aussi sur la taille, c’est suivant les groupes tantôt
le 6 et tantôt la Q qui ont la plus grande taille. ll existe mais très rare-
ment un dimorphisme spécifique, e’est à dire une variation dans la taille ou
la couleur ne dépendant ni du sexe ni de l’âge. Parfois les vieilles Q, lorsque
l’ovaire n'est plus fonctionnel prennent la livrée et Vornementation du 6.
Le plumage est ou d’une seule couleur (plumage uni/orme, unicolore} ou
de couleurs variées. Celles~ci sont alors distribuées par larges taches (plu-
mage coloré en masses, bicolore, tricolore, etc.) ou sur un fond variable,
se voient en nombre plus ou moins grand, des taches, des macules, des
stries, etc. (plumage tacheté, grivelé, slrié, rayé}. Certaines taches tran-
chant nettement sur le plumage environnant portent un nom spécial, tels
les moustaches, le hausse·col, le rm'roz'r, etc.
Le plumage de l'Oiseau peut offrir des exemples de mimétisme ou d`homo- .
chromie, comme le cas de l'Harpagus diodon insectivore ressemblant tout ·
à fait au carnivore Accipiter pileatus de la même région sud-américaine, le
plumage isabelle des Oiseaux des déserts, le plumage blanc des Lagopèdes
des zones neigeuses. .
Des aberrations de couleur se rencontrent assez fréquemment dans le
plumage des Oiseaux : albinisme, mélanisme, isabellisme, etc., partiel ou
total. Certaines espèces y sont plus sujettes que d'autres. Certaines de ces
aberrations peuvent être artificiellement provoquées par une nourriture
spéciale chez des Oiseaux tenus captifs.
Pour plus de détails, consulter: Aamooxi nsou Onnx, 1902; Disrmzr, 1899-
1900; Fxrio, 1806; Ganow, 1888; l`IILLAIS, 1896; Nrzwrox, 1893-96.
4° SQUELETTE ·
Colonne vertébrale : Divisible en 4 régions, d’abord la région cervirnle
composée de 12 à 24 vertèbres très mobiles les unes sur les autres. La pre-
mière, l`atlas est en forme d’anneau avec à son bord antérieur une fossette
pour le logement du condyle occipital. La 2° ou axis porte une apophyse
odontoïde qui s’engage en bas dans l`anneau de l’atlas. Les autres ont, chez
les Oiseaux actuels, 4 apophyses articulaires, 2 en avant, 2 en arrière, le `
centrum est en forme de selle, c’est à dire qu'une section transversale est

8 ` num: ne manne. — oxsmux
convexe, une section sagittale concave. Elles portent soudées à elles des
côtes rudimentaires (VII). La région dorsale a de 6 à 10 vertèbres peu
mobiles, souvent soudées avec l’âge, auxquelles s’articulent les côtes par
i J C
WK-yo . .
\ ai i v
J   I  •¤• »• \
' WI  ·· ' . ·
Fi . VII.- ° v rtèbr rvi l d a " l
g 6 etefaœ ielpe ca e e Corbe u, profil _ Wlf
Fig. VIII. — Sacrum de Corbeau, face inf.
2 têtes. Elles sont construites sur le même plan que les préqédentes, sauf
chez les Sphénisciformes où elles sont opisthocœles. Le sacrum qui forme
la 3° région est composé d'une série de vertèbres soudées entre elles, les
iliaques s’appuient sur lui (VIII). Les premières vertèbres du sacrum sont
manifestement des dorsales, les dernières des caudales. De 9 à 20 vertèbres
plus ou moins transformées concourent à la formation de cet ensemble. Les
verlèbres caudales sont libres, sauf généralement les dernières fondues en
une lame verticale, le pygostyle.
Tête : Elle est caractérisée par la soudure précoce des os du crâne lequel
est rétréci au milieu par 2 vastes cavités orbitaires plus ou moins séparées
parles 0rbz`to-sphenoïdes et se prolonge en avant par la mandibule supé-
rieure ou nzaxille formée en haut de 2 nasaux et 2 z`ntermaxz'IIaires en
général soudés au crâne et complétée parles nza,rilIaz'res que rattachent au
crâne les jugaux et guadr·ato-_]'z¢gazzx. Suivant que les nasaux sont ou non
profondément fendus, la maxille est dite schizorhinale ou holor/zz'naIe. A
la face inférieure de la tête, se trouve le trou occipital avec le condyle en
avant, par suite, l'axe de la tête est perpendiculaire à celui de la colonne
vertébrale. En avant de l’occipz'taI, le basi-sphenoïde, 2ptérygoïdes, 2 pa-
latins avec leurs processus, le vomer simple, exceptionnellement double
(IX—X). Chez les Palëognathes, le vomer et les ptérygoïdes sont soudés

FAUNE DE FRANCE. — OISEAUX 9
ensemble, écartant les palatins qui ne sont en contact du côté distal qu’à
l’aide des processus maxillo-palatins. Les ptérygoïdes et les palatins sont
unis par symphyse ou soudure, les processus bnsz`-ptérygoïdes du basi-
,7,/ ..v L 0
N y !_.
· É ! Z \ O
»» 41g.x   zx
    ly
   im É
/)
L LF 7
. ri  È
fr ng 
` |§ ` ‘ll'*)¤w_ "i
ay lu Tl"
    î ; no V; .L·,,5; !· É ,9 t` nb
/ Ã   V · ‘âüj!·A»4.;,, .,,j,j,,,,',!l  
* ` `l"'|I‘··~ " W
I, À.   I!   _,Al•”ll  I   ,., I \ P
  _}e    "` ll '\\\\`  \  
 ,# ·-  É  ‘||} ‘ X\`  W 
` ' ‘ X   W I ·   J7
`\\y,,.,·   ·» H!  ,,4t müw . ' ,,
Fig. lX. - Tête de Corbeau, profil: b, mandih.; r, os carré; e, ethmoïdc;
1, lacrymal; m, maxillaire; n, nasa]; 0, occipitalg p, palatin;
q, quadrato-jugal; l, ptérygoïtlc; v, vomer.
Fig. X. - Tête de Corbeau, face inf. : m, processus mnxillo-palatin;
p, palatin; I, ptérygoïdc; v, vomer.
Fig. XI. — Tête d'Emeu, face inf. : b, processus basi-ptérygoïde; autres
lettres, comme X.

10 raumz on rnaucz. -— oismux
sphénoïde, s'articulent avec l'extrémité proriimale des ptérygoïdes (XI).
Chez les Néognathes, le vomer et les ptérygoïdes sont sans rapport direct,
étant séparés par` les palatins qui sont en contact par leur base et sans
connexions avec les processus maxillo-palatins. Les ptérygoïdes et les pala~
tins sont articulés entre eux, les processus basi-ptérygoïdes manquent ou
s’articulent avec la moitié antérieure des ptérygoïdes   On distingue dans
les Néognathes les palais : schzbognathe à vomer pointu en avant, séparé par
une fente des processus maxillo-palatins'eux—mêmes longuement séparés,
desmognathe à vomer réduit ou nul, à processus maxillo-palatins soudés
entre eux, œgithognathe (X) à vomer tronqué en avant, à maxillo-palatins
grêles en avant, larges en arrière, mais sans contact entre eux et avec les
palatins, saurognathe à vomer formé de deux bâtonnets grêles, séparés, à
maxillo-palatins rudimentaires (Prcimrr, 1900-01).
La mâchoire inférieure ou mandibule proprement dite comprend de
chaque côté deux os, le 1°' formé par la réunion de l'm·ticulaire, de l'angu-
laire, du sur-angulaire, du coronoïde, le 2° formé de l'0perculaire et du
dentaire, généralement soudé à son symétrique (IX).
Sternum : Au plus simple, c’est un os large, en forme de bouclier qua-
drangulaire plus ou moins bombé, mais le plus souvent, son bord postérieur,
de chaque côté est fenestré ou porte 1 ou 2 échancrures (XII), lesquelles
peuvent devenir très profondes et former alors un processus latér0·p0slé·
rieur seul ou en outre un processus obligue(Ga11iformes) (XIII). Au bord
antérieur les coracoïdes s’articulent de chaque côté d'une apophyse épister-
nale médiane plus ou moins développée. Une crête longitudinale médiane,
le bréchet surtout développée chez les Oisdaux volant bien, faible ou nulle
chez les Oiseaux ne volant pas, est le lieu d`insertion principal des muscles
pectoranx. Ce bréchet est quelquefois creusé d'une cavité où la trachée-
artère vient faire une anse (certains Cygnes, Grues).
Côtes: En nombre correspondant à celui des vertèbres dorsales, aux-
quelles elles s’articulent par 2 têtes, les premières sont flottantes, les autres
sont unies au sternum par Yintermédiaire des côtes sternales (XIV). Presque
toujours une partie d'entre elles portent dirigée en arrière Yapophyse unci-
née qui aide à la consolidation de la cage thoracique.
Ceinture scapulairei Formée de 3 os pairs, Vomoplate ou scapulunz, le
coracoïde et la clavicule, articulés ou parfois soudés entre eux (XIV): L’omo·
plate, en forme de sabre, dirigée en arrière, forme avec le coracoïde solide,
articulé au sternum, un angle à peu près droit. La clavicule grêle, parfois
rudimentaire, est soudée à son homologue pour former la fourchette en
forme de Vou d'U (XV, XVI). Le point de soudure peut s'élargir en une
lame, l’hypocléz'dz`unz, il est libre, articulé ou soudé au sternum.

FAUNE DE FRANCE. —— OISEAUX  
V «\ ‘
I- ~,\_ l
', J , . ‘ ‘ ,' \
1,* / V I
\,_ ·:· Il f
‘    
- . ï‘
«y `È ` ï-
, g Y 2 `
C C C Ã?]   ,1711
0
\ î ,_à C
_ F   , J P
ik'. »' ·r,¤·¢/J -)r}‘*'i"*"lVg`yy~lT"·4,    
F" "” J'!/" "",;i'i~` *;,1   ~>‘ll'El]li!j!g·i.,,_  -‘   I
"\«~· \     ~ I
mi   QD  V    r —· r ai  % # ,
  *I "\   \
i X I Q
   , "'
  *\ \\ - ’ , . '
· \ \ i "` J   . ·
—w<\§?¥~ '=- °‘ ·` `
`_ ~\ \` È` x __;-
_ f  *\q%§_ X/V ·
5 \Q& ”_’__  6
Fig. XII. — Sternum cle Corbeau, face. - Fig. XIII. — Stcrnum de Coq, facc.
l·'ig. XIV. — Tronc de Corbeau, d`après SHurrm.n1·,pr0Iil : b, bréclxct; c, cora-
coïde; d, côté dorsale; /', fourchette; g, cavité glénoïde;
0, OITIOPIHIBQ [7,   8, SZICPUIII; I, côte SICFHBICQ ll, EPO- ·
physes uncinécs.

` w
(
12 mem; ne raxmce. ——- oiseaux
Ceinture pelvienne :Composée aussi de 3 os pairs, l’ili0/L ou iliague,
I’zÃrchi0n, Iepuôis, soudés ensemble chez l’adulte et concourant tous trois à la
formation de Ia cavité cotyloïde ou acétabulaire (VIII, XIV). L’iIion, long,
mince, s'attache longuement au sacrum par son hord interne. En avant il
se prolonge au-dessus de cet os, se rapprochant de son homologue ou s’y
soudant, formant toit au-dessus du sacrum. Ifischion, étroit en avant, s'al·
longe en arrière laissant quelquefois entre lui et l’iIion un espace, I`incisure
ilio-ischiatique (Paléognathes) mais le plus souvent s‘_y soudant à son extré-
mité chez I’adulte, laissant une cavité, le foramen ilio-ischiatigue. Chez
les Ilhéiformes, les deux isehions sont soudés entre eux sous le sacrum. Le
pubis vrai très court se prolonge en arrière en un Iongpost-pubis, parallèle à
I'ischion, libre ou soudé 51 ce dernier vers son extrémité. Sauf chez I'Au-
truche, il n`y a pas de symphyse pubienne. ’
M€¤lIJI‘8 antérieur: Iludimentaire et même nul chez certains Oiseaux
fossiles, il comprend normalement Fhznnérus os fort, très variable en Ion-
gueur relative, à extrémité proximale élargie en crêtes osseuses pour I`inser-
tio11 de muscles puissants et à tête très pen saillante. A sa suite le radius et le
cubitus, ce dernier le plus fort, puis le carpe composé seulement de 2 petits
os, le radial et le cubital. Une 2° rangée distale de 3 os du carpe sont chez
l’adulte soudés aux os du métacarpe. Ceux-ci au nombre de 3, soudés entré
eux, le premier, petit, celui du pouce, seulement à sa base, laissant en avant
la saillie radiale armée parfois d'un éperon, les autres longs, à leurs deux
extrémités. Le plus souvent, 3 doigts montrant un pouce à 1 seule phalange,
le 2** à 2 phalanges dont la première est élargie, le 3° à 1 seule (XVII). L’Ap-
teryx et Ie Casoar ont la main réduite à I os du carpe etl métacarpe portant
une petite phalange.
Membre p0StêI‘Ieux‘ : Le /`é/nur est plus court que le tibia avec un seul
trochanter et son extrémité inférieure élargie en 2 condyles. Le péroné est
court, large à sa partie proximale, il devient rapidement styliforme, se sou-
dant plus ou moins au tibia. Cet os qui porte à I'avant de sa partie distale
deux crêtes lamelleuses dont I`une, Ia crête roluliemze, se prolonge parfois
en un long processus ëpiczzézyien (XIX), est plus qu’un tibia proprement dit,
Fig. XV. — Fourchette d`Aigle. — Fig. XVI. — Fourchette de Coq.
Fig. XVII. -— Aile de Corbeau : c, cubitus; d, d', d", doigts; m, m’, rn", méta-
carpiens; h, humérus; p, p’, os du carpe; 1-, radius.
Fig. XVIII. —-— Patte de Corbeau : c, canon; fj fémur; 0, 0', 0", 0"',1, 2, 3, 4,
doigts; p, péroné; r, rotule; t, tibia.
Fig. XIX, —— Tibia de Plongeon.

FAUNE ma x··n.wc|:. — oxsmux 13
. \ É .     f
XV À \ "
\ / P   r
 É
*\
‘   « _ , ' XVIII
\` `s» r C
  g'
ii.,    
à "` É I 1  0*
      0"'
/’ 9 
P' 1
` \ 5 i
/77/ A    \ W",
. d "` \&` ' \_§` \\    
\ v  \\ · "   · %
x » \  . _ /0 _  g`
NW ka  L  fs l` ` « _‘
& " ·  \Q  \"\ \\ '
A V.;   `\ · ' Y xl
,^ ’  \\ \ . ,` '  
M C \ X »    
dl ,J\  ` " ` ‘ J .
*   (1,, -  (Ys f  A
»  JW! XE   Q;
2

14 muse ma rnxxcs. —- oiseaux
sa partie distale est en effet constituée chez l’adulte par la rangée proximale·
du tarse qui y est intimement soudée. Cette extrémité porte à l'avant, pour
le passage des extenseurs des doigts, une gouttière souvent transformée par
un pont osseux en un canal. L'os canon ou tarse est constitué par la fusion
de la rangée distale du tarse et de 3 métatarsiens, celui du pouce restant
le plus souvent libre (XVIII]. L’hyp0tarse ou face inférieure du canon porte
ou non l’empreinte des tendons digitaux, complef l0rsqu’il n’en porte pas,
il est simple lorsqu’il n’existe qu’une gouttière tendineuse, composé lors-
qu'il y en a plusieurs. La partie distale du tarse 'présente 3 poulies articu-
laires pour les doigts 2, 3 et 4, poulies exceptionnellement soudées. Les
'doigts normalement au nombre de 4 augmentent en phalanges avec leur
rang, 2_au pouce, 3 au 2** doigt, 4 au médian, 5 à l’externe. Lors d’une
réduction du nombre de doigts c'est le pouce qui disparaît le premier,
ensuite l’interne ou 2° (Autruche).
Pour plus de détails, consulter ltlitma-Enwxnns, 1869-71; Sxxcrrntnr,
1909.
5° HUSCULATURE
La musculature des Oiseaux se ressent de leur conformation, c’est à dire
de leur aptitude au vol et de leur station bipède, elle est par suite variable
et en rapport avec les particularités de chaque groupe. Certains muscles
très développés chez les uns sont rudimentaires ou absents chez d’autres. La
longueur des tendons et leur tendance à l’ossification sont à remarquer. In-
dépendamment des muscles moteurs des plumes on peut considérer les
muscles peauciers parmi lesquels le dermo-tenseur du patagium et les
muscles squelettiques, de beaucoup les plus importants. I
De ces derniers, il faut noter à la tête, le développement pris parles
muscles de la mâchoire chez les Oiseaux dont la nourritu1·e réclame de grands
efforts, en particulier des ptérygoïdiens chez les Perroquets où la maxille
mobile est en outre beaucoup employée pour grimper.L’étendue des mouve-
ments de la tête et du cou est cause de la perfection des muscles de ces par-
ties. Les muscles de l’aile ont naturellement un développement très variable.
Très puissants chez les bons voiliers et même chez les Sphénisciformes où
les ailes font office de rames pendant la plongée, ils sont faibles chez les
Oiseaux ne volant pas. Les peclorâux entre autres, chez les premiers, em-
plissent tout le vaste espace situé de chaque côté du bréchet. La mobilité
dela queue, employée comme gouvernail dans le vol, montre aussi la néces-
sité pour cet organe d’être pourvu de muscles robustes. La musculature du
membre postérieur également d’autant mieux développée que l’Oiseau est.

_ num: ns rames. — oiseaux 15
meilleur coureur ou nageur est sujette à de nombreuses variations. A la
cuisse, on peut observer, suivant les groupes, la présence ou l’absence des
muscles: ambien, fémor·o·caudal, accessoire du fémoro-caudal, semi-
tendineux, accessoire du semi·tendineux (Gannon, 1873-7û). Les tendons de
la plante du pied présentent aussi un polymorphisme employé en systéma·
tique. La disposition la plus simple en est réalisée chez les Passériformes où
les 3 doigts antérieurs sont desservis par le fléchisseur commun des doigts,
le doigt postérieur l’étant seulement par le long fléchisseur du pouce.
Pour plus de détails, consulter 1 Cnnms, 1905; l\In.Ns-Enwnnns, 1869-71 ;
Snurrmnr, 1890.
6** SYSTÈME NERVEHX
Uencéphale a des lobes olfaclifs petits ou rudimentaires accolés à l’ex·
trémité antérieure des hémisphères. Ceux-ci sont volumineux et en géné-
ral lisses, ils — atteignent le cervelet égale-  v Z
ment b1en développé et rejettent leptphyse 2    
en arrière et les lobes optiques sur les côtés ,2 É É »î°·':*L  
et en bas. Le corps calleux est rudimentaire           Ã IL
et le trigone absent. Le cervelet qui recou-       É  0
vre le 4* ventricule et dont la partie médiane F,.   
présente jusqu’à une vingtaine de plis trans- `   0
versaux, possède souvent de chaque côté, un   fps.; ép
petit lobe, le flocculus. ll n'y a pas de protu- (   6
bérance annulaire mais des pédoncules céré- T "   l
belleux antérieurs et postérieurs (KX). La §  
moelle épinière qui s’avance jusqu’aux XX   ng, _
dernières caudales està peu près cylindrique Fig_ XX_ _ Encéphale de
avec 2 renflements, le ren/lement brachial et Pigeon, d`après Wanna-
le renflement lombo-sacré. Au niveau de ce SHEW î b. b¤lb¢; v, Cerve-
dernier, le canal de Fépendyme est ouvert lei; '» épiphysei hr hé'
par suite de l’écartement des cordons posté- ggjrîrîèiîjgëîs îîï;
rieurs et forme le sùzus rhomboïdal, mais la 0pü:quéS_ ' '
substance grise ne s'y trouve pas à nu comme
on l'a cru pendant longtemps (Mnrmns Duvza., 1877). Les deux plexus sont
très développés, le lombo-sacré montre la séparation nette de sa partie
lombaire et de sa partie sacrée.
Les réflexes médullaires sont très importants dans les Oiseaux, un Canard '
décapité peut encore courir, nager, voler.

`
(
16 muse ns rmmcs. - oiseaux
Le sympnl/Ligue dans le tronc offre une disposition en double chaîne dont
les maillons embrassent dans leur intérieur la branche articulaire inférieure
des côtes. De nombreux filets en partent formant un réseau irrégulier.
Pour plus de détails, consulter Z Bm.LONci, 1883; Mzmxcz, 1888; Srxswl,
1869; Tunziaaum, 1897. i
7° ORGANES DES SENS
Tact: ll est très parfait, les corpuscules de Herbst, de Grandry etc., sont
largement distribués, plus particulièrement dans le bec, la langue et les
doigts. Chez certains Oiseaux, ils sont extrêmement abondants (bec des An-
sériformes, des Svolopacinae, langue des Picidae, etc.}.
Gustation : Le goût semble rudimentaire, sauf peut-être chez les Psilta-
ciformes. La langue très variable comme développement et fréquemment
enfermée dans un étui corné est probablement un simple appareil préhensif
et parl`ois tactile. Les oiseaux avalent leurs aliments sans les broyer et les
mastiquer.
Olfaction : Elle paraît aussi peu développée. Il existe pourtant dans de
larges fosses nasales, trois paires de carnets dont l’un ou l’autre est le plus
développé suivant les types. Ces fosses nasales communiquent avec l‘exté-
rieur par des narines très diversement conformées et situées, et d’autre part
avec la bouche par les ¢·/tonnes. Des glandes disséminées fournissent aux
fosses nasales un liquide muqueux auquel se joint souvent le produit d'une
glande double, la glande nasale. Cette glande qui manque dans certains
groupes est bien développée chez les Oiseaux aquatiques. Elle est située en
haut de la cavité orbitaire dans une dépression du frontal ou à l’angle in~
, terne de l’œil.
Vision : C’est certainement le sens le plus développé. Les yeux sont volu-
mineux et de forme variable (XXI, XXII). Le plus souvent le globe oculaire
est lenticulaire, la cornée faisant saillie au milieu de la face externe, la face
interne régulière porte en bas le nerf optique; d’autrefois (Strigiformes) les _
faces antérieure et postérieure bombées sont séparées par un anneau à sur-
face convexe, la face cornéenne ayant un diamètre sensiblement moindre
que la face postérieure. La sclérotigue contient une cupule cartilagineuse
bordée en avant d’un anneau osseux formé de pièces minces, allongées, im-
briquées. L’ouverture de la pupille, très variable, est commandée par des
muscles spéciaux dont Vaction accommodatrice est beaucoup aidée par le
muscle de Crampton et les proces ciliaires. La chornïde envoie du fond
de l’œil vers le cristallin un prolongement oblique, le peigne qui ne paraît

FAUNE DE FRANCE. —· OISEAUX  
manquen que chez l'Aptéryx. C’est une membrane à plis réguliers d'un
nombre constant pour une espèce donnée, qui doit être un écran rétinien.
6
0 0 ‘” Q
       
à / `.;Z
( \\\ ,3  
~      % »  
  .À` «r \W@
. P \
P XE \ XXI
Fig. XXI. — UEil de Pigeon : a, anneau osseux de la sclérotique; c, cristallin;
VII, muscles; P, p€lgI18.
Fig. XXII. - OEil de Chouette, d’après Wmsasmzm : mêmes lettres que XXI,
3 paupières protègent le globe de l’œil, l`inférieure comme la supérieure
sont des membranes épaisses, emplumées, la première beaucoup plus déve·
loppée et mobile que l'autre. La 3° ou m'1·titanle, demi·transparente, est un ·
repli de la confonclive qui du coin ’antéro-supérieur de l'œil peut à volonté
couvrir la cornée. La glande de Harder à sécrétion muqueuse qui s'ouvre en
avant de l’œil et la glande lacrymale, bien plus petite, lavent la cornée de
leurs produits qui se déversent ensuite dans la fosse nasale correspondante
par deux conduits lacr·ymnu.z qui se fusionnent en bas.
Audition : Le sens de l’0uïe est aussi excellent chez les Oiseaux. L'0r·ez'lle
€.L'l€I'Il8 Il’€XlSt8 PHS, C8? OD pêlli, ll p€lHG (l0IlIlCI‘ C6 DOIT) 8LlX replis CUl.3l']éS
qui entourent l'oreille des Strigiformes. Le conduitauditrfexterne est court,
par suite le tympan peu profond. La caisse de celui-ci n`ofl`re qu’un osselet,
la columelle. Dans l’0reille interne, le vestibule communique avec 3 grands
C[lI'l(1Il.L‘ S9/}ll.·LllI'(!lll(ll.l'€S Et (.l'HLltl`8 Püfl. HVCC ll!] llllililçûll l!l8H'lbI`HIl€LlX
ayant comme accessoire une `ampoule. La lagcna contient un otolithe. Les
ZVOIPIPQS d'EU8tUCh8 S8 I‘É\ll'IlSS€Dl· pO\1I` S’0tlV|`lI‘ CH 3!‘I‘lèl‘8 (l€S Cl'l03[l€S.
Pour plus de détails, consulter : Caxrmtn, 1886; Canmàma, 1882; Dos-
roïawsxv, 1886; ll0Fl·`MANN, 1882; Larme, 1868: Lruwm Faamxann, 1886;
Minarovmz, 1873 ; llIITZ|L`S, 188Q.
2 a 2

18 FAUNE DE raxivcs. —— oiseaux
8** LOCOIOTION
L`Oiseau qui a à sa disposition plusieurs modes de locomotion, en a en
général un prédominant sur les autres, et d’autant plus développé que les
derniers sont plus rudimentaires. Les Martinets qui ont une si grande
puissance de vol, peuvent à peine se déplacer sur le sol, l’Autruche à la
course si rapide et les Pingouins si habiles plongeurs, ne peuvent voler,
beaucoup d'Oiseaux bons nageurs marchent et volent mal.
Le vol est le mode de locomotion normal des Oiseaux, même les Oiseaux
'incapables de voler battent des ailes lors d’une fuite rapide. Les Oiseaux qui
volent ne possèdent pas au même degré cette faculté, certains passent la
journée entière dans l’air, d'autres paraissent avoir une grande répugnance
à prendre leur essor, ces derniers, il est vrai, volent généralement mal etien-
tement. Deux modes principaux de vol sont considérés, le vol ramé et le
volplané. Le premier, le plus rapide, s’efI`ectue par succession de coups
d'ailes, le second, que peuvent surtout accomplir les Oiseaux ayant des ailes
longues et larges, est Vutilisation des courants atmosphériques ou de la
vitesse acquise par simple orientation convenable des ailes et de la queue.
Dans le coup d’aile, l’Oiseau amène d’abord celle·ci en avant et en haut, la
rejetant ensuite brusquement en has et en arrière. Le temps de la montée
est en général moindre que celui de la descente qui a à vaincre la résistance
de l’air. La force qui soutient et pousse l’Oiseau dans l’espace se crée donc
pendant Yabaissement de l’aile dont l'extrémité décrit une courbe qui serait
fermée sans le mouvement de translation. Les coups d’aile se succèdent ou
régulièrement et avec une vitesse variable avec l’espèce ou par séries sépa-
rées d'u11 repos, dans ce cas (Pics}, la trajectoire est ondulée. Les Oiseaux à
ailes très longues (Martinets) ou mauvais voiliers, ne peuvent prendre leur
vol qu’en se lançant d'un endroit élevé ou qu’après avoir pris un certain
élan, le plus généralement un saut suffit. Dans le vol, la queue contribue
beaucoup à la direction, comme on l’observe facilement dans le vol plané.
Pour plus de détails sur le vol, consulter 2 Maaar, 1890. O
La nzarc/ze est variable comme le vol et souvent en rapport avec la lon-
gueur du tarse. La plupart des Oiseaux sont digitigrades, quelques Oiseaux
aquatiques qui se meuvent péniblement sur le sol sont seuls plantigrades.
Ceux qui se déplacent le plus rapidement sur le sol courent ou trottent, les
autres marchent, sautent et quelques-uns rampent lentement sur le pied
entier, le ventre reposant sur le sol. Les Corvidae qui marchent en temps
normal, sautillent I0rsqu’ils accélèrent l’allure. Les Oiseaux à tarses courts et
doigts palmés marchent lentement et en se,dandinant, ceux dont les pattes

muse ma rmmcs. —— oiseaux 19
sont insérées à l`arrière du corps sont dans les plus mauvais marcheurs
La natation est pratiquée par nombre d’Oiseaux. Ils flottent sur l`eau en
équilibre sans aucun effort, les mouvements des pattes ne servant qu’à la
progression. La palmure ou la pinnure des doigts favorise donc considéra-
blement cette locomotion. Lorsque l’animal nage tranquillement, ses deux
pattes fonctionnent alternativement, dans la nage rapide, elles manoeuvrent
ensemble. Les mouvements de conversion se font par des mouvements
latéraux des pattes. L’Oiseau fléchit les doigts et les serre les uns contre les
autres pour avancer la patte, il les redresse et les écarte pour la porter en
arrière. I '
La plongée est utilisée par beaucoup d`0iseaux. Les vrais plongeurs
s’enfoncent sous l’eau à volonté, peuvent y parcourir un long espace et y
poursuivre leur proie, les autres sont obligés de se lancer d`une certaine
hauteur, remontent involontairement à la surface après la perte de la vitesse ,
acquise et ne peuvent prendre sous l'eau qu`une proie visée au préalable. Les
premiers emploient les pattes seules ou s'aident des ailes dans la progres-
sion sous l’eau. Quelques espèces sont capables de courir sur le fond.
Les espèces qui grimpent le font avec les pattes seules ou le plus souvent
avec l'aide du bec, comme les Perroquets, de la queue comme les Pics, '
parfois du battement des ailes (Tichodromes).
Pour plus de détails, consulter entre autres : Bnsmx, édit. française.
9° APPAREIL DIGBSTIF ,
Beaucoup d'Oiseaux avalent leur nourriture telle quelle, d'antres se
servent de leur bec pour décortiquer les fruits et en tirer les matières utili— ·
sables, dépecerleur proie, trier les aliments de la vase, etc., la forme et
l'ornementation de la rhamphothèque (bec crochu, lamelles des tomies des
Ansériformes, etc.) est alors en rapport avec l'alimentation, mais il n`y a
pas de mastication.
La cavilé buccale présente un palaz'.s· percé en son milieu par les choanes
et l’ouverture unique des trompes d’Eustache. Dans le plancher, la langue
avec en arrière l’ouverture de la glotte. Quelquefois ce plancher constitue
une vaste dilatation sacciforme (Pélican). La langue est très polymorphe,
car elle aide souvent puissamment à la préhension des aliments et de ce fait
présente comme la rhamphothèque des particularités d`adaptation. Les
glandes buccales sont variables sans que le régime alimentaire semble
toujours exercer une influence sur leur développement qui peut dépendre i
d'aptitudes spéciales. Outre les salivai/·es, il existe des glandes buccales

20 mvmz ms rimncia. — oissziux
simples de chaque côté de la langue, autour des choanes et defîlbrifice des
trompes d'Eustache. Certaines salivaires comme les parolides peuvent
0 U È
È = t
Ã" ‘ 2  
A J  É   ny
6 _'   *
M      5
\\\\  "   =‘
\ \ ,·,\® § are  4 i,1»§ _ ,/
//7 /  “ §ë·% ” “ "    — ' ’ //
- ·i  , · ·—#  i · $1,;.   ··
/ 1 / ’ / 'H      Ã 4 î1·   ` ~/ /
” · ` se    · u il   / \ / ··
’ · ,   2 vu mâëï   _
J- AN , A    i.; i    */1)} /p,,,_ ·.   \
W  \»\s§~   , _â_       wm,]
A '   r ·#*°ïï 4*     ' ’, l'
"|4·‘.·\(Ulh (M       , .`''   " /W}/0 \ `
( lllllwi H}\\\\\ ’   ¤`**   %%%7' \
i,. \ \ /M?·v~* [My/9 *  ‘zi:~,=J 0;/M ll/'/I/jul [I I
, ·'—. :.;= /,4  **;m»· «· //  //m.¢t. *//1 tw
ç` ,   ,,û/mx ,,~<«·l n/Jw ·
  · --\,\\_  
`.«2'·É??—â_  / _ <<  ;~  
fd  ·     Èyi 
` i .·.ï;‘·«·:·-=à=·À",l"·   J ïi
, *5 ' nf:.   ‘ xèE¥'.·5'»<'   »
  , , .   .;;# _m;jaa,,  sa- yigïewaz ··=·,`¢ \
A. \ ~' 'Z,;’ï;à_1:_s ÉTÉ     k*`_
, ¤  '  ~·      E  `   /,  
/ . ~ E · :;=·—·â     ‘   *4/  ^" F c t
` ,? "    s·t‘ i" « »>s'` li · "·       · ¥ ~~
/'    ·‘ e x ‘_   ‘\‘u_  »  '  r l ·=$   È `. ‘*~ 
- l   —  ;—   \ct"\Ès·—.  =   ’ ”`  —   Y
« ww N,  »° 5 -   ai   `-   '  ` ' 
’ N li r   » v"Éer  ii- i""‘”    ” w     *
i i ~ '  M ,;€f:·;i;\ -‘  , ~=·· ., . ,  »_  
‘ Cl  ~ *”" ·   `·V` T 4:  méêê i ·g  t
_  \ ~~'__” I . l   i    (ir P  I 7
\\i  r·/     to,, `   i
w K J,  '~ `·., . , /
*  "     ( V.j· ·¢tê?.€‘îi‘i?'  
·‘;_;;* / 2/
/l'.»I7/I
Fig. XXIII. — Principaux organes du Pigeon, inspiré de JAMMES : b, plexus bra-
chial; c, cœur; f, lobe gauche du foie; fd, lobe droit du foie;
g, gésier; i, cœcums intestinaux;j, jabot; m, thymus: 0, œs0—
phage; p, pancréas; 1·, rate; s, muscles sterno-trachéens;
t, trachée; v, ventricule succenturié; y, glande thyroïde.

nous ne rmmcx:. — oxssxux _ 21
manquer ou avoir un grand développement comme les sub-linguales des
Pics et des Salanganes. ll n'y a pas de pharynx et l'œs0p}mge est de
longueur variable avec le cou. Il présente souvent une dilatation, le jabot
qui, chez les Pigeons, sécrète pendant la nichée une matière caséeuse qui
sert à la nourriture des jeunes.
L'estomac est dédoublé. Le ventricule succenturié très glandulaire
représente l’estomac chimique suivi immédiatement par une partie muscu-
leuse, le gésier, estomac mécanique, par suite d'un développement
musculaire en rapport avec la consistance des aliments habituels. Ce gésier
En une muqueuse qui sécrète pour sa protection une matière se coagulant
pour former une couche souvent épaisse. Le rôle triturateur du gésier est
encore renforcé chez les granivores par l`ingestion de petits cailloux et
autres corps durs. Chez certains Oiseaux piscivores, il existe un diverticule
aminci du gésier, la poche pylorigue pourvue de valvules annulaires à son
abouchement avec l’intestin. Celui—ci, tenu en place par le mésentère, est
de longueur variable suivant le régime et a un enroulement spécial dans les
différents groupes (Gxvow, 1889}. Le duodénum qui le commence forme
une anse où se loge le pancréas et porte quelquefois un petit cœcum reste
de la vésicule omhilicale. Legros ùztestùz séparé de Vintestin grêle par un
pli circulaire interne tenant lieu de valvule, est court et droit. ·Il porte, le
plus souvent, des caecums, en général 2, rarement 1 seul. Ces cazcums très
variables sont habituellement très développés chez les Oiseaux herbivorcs.
Un sphincter circulaire commande la sortie de l`intestin dans le cloaque.
Le foie est formé de deux lobes principaux dont tantôt le gauche, tantôt *
le droit prédomine. Deux conduits déversent en général la bile dans le
duodénum. La vésicule biliaire manque parfois, entre autres dans les
Pigeons et les Perroquets. Contre le foie, se trouve la rate de grosseur
médiocre mais variable (XXIII). Le pancréas bien développé déverse ses
produits dans le duodénum par 2, exceptionnellement 3 conduits excréteurs.
Pour plus de détails, consulter : Cxrnxno, 1884; Cxzm, 1888; Cuotou-
xowsxv, 1892; Ganow, 1893; Gnznm., 1859 ; MAGNAN, 1912; MA¤ML‘s, 1902.
40** APPAREILS CIRCULATOIRES
Le sang dont les lrématies rouges sont elliptiques, biconvexes et nucléées
et ont en moyenne 15   de longueur, a une circulation double et complète.
Le cœur, recouvert d’un péricarde mince, a sa pointe logée entre les lobes
du foie et des oreilletles peu saillantes (XXIV). Le venlricule droit, à
paroi mince, s’étend sur le gauche presque central, sa coupe transversale

\
22 rame ma FRANCE. — oiseaux
formant autour un demi-cercle (XXIV'). L’orifice auriculo-ventriculaire
rauche a une valvule biens ide le droit a une valvule musculaire re li
in • v P
de la paroi du ventricule tendu obliquement en forme d'arc, son bord libre
vers la cloison interventriculaire. 3 vnlvules sigmoïdes se voient à l'orifice
de l`aorte et de l`artère pulmonaire et des valvules faibles aux orifices des
veines caves.
, L’a0r·te émet presque à son origine 2 troncs bmchz'0-céphah'qz¢es puis se
recourbe en crosse àdroite. Il y a suivant les groupes, 1 ou 2 carolides
l'l'I)Zl·fl'V€S. A l'endroit où celles-ci se divisent, se trouvent les viandes
P za
thyroïdes qui sont petites.
X **3 '    " É-
Wi  s  e' Èî
“"‘l“'  Q ëë «..
·#=;~\_   ' àî *
. / °  71:.- -  : C
`;·  fr   " "\\- . : · ·/I 1
A5: . (   ., I' .·‘\  -; ;‘·/·. ' Q ~,
É"} Ã ÉTÉ?. ,/,\` S ZÉ '] $0,
l` . , 9 .,_~; ·4_x· pû"  ?, t, Q, 4 ,
vae.;   .1-, ng .· y '·. (,1
»    ..   J e AW '·; ..»7
  À,/UV     ·  ·’@  C) Il    
“ ··îÃ’ /»·  ,`ï'üJ1QW\\t=li**·—‘
· .'»   ·(V1lI,p l\\ll|· \ 
1 2  M Q; ,,/' HV. ·
  — qui ' 9 · __
 \ À·`~ , r M.  
È [ \ \ ' I lpgïply xi
E; ¢
XXV
Fig. XXIV et XXIV'. — Cœur de Pigeon, d'après
Jmmnzs, et coupe du cœur d’un Oiseau.
XXIV, Fig. XXV. -—- Poulmons de Pigeon, d’après JAMMES.
Le système vasculaire est très développé et offre beaucoup de réseaux
admirables. La région ventrale entre autres montre un riche réseau consti-
tuant l’nppar·¢-il incubateur de Barkow. Les 2 veines caves .supér·i<·u1·es
conservent leur individualité. Il y a 2 systèmes portes, le système porte
hépatique est très développé, le système porte rénal au contraire très
,

rxtvse ne rnxscn. —— oiseaux 23
réduit et constitué seulement par 2 petites branches qu'envoie la veine
iliaque dans le rein qu’elle-même traverse sans se capillariser.
L'apparez'l lymphatique principal est constitué par un tronc médian se
bifurquaint en haut pour se mettre en rapport avec les veines caves supé-
rieures. Les vaisseaux lymphatiques sont riches en valvules. ll existe chez _
quelques Oiseaux (Cigogne, Autruehe) un cœur lymphatique postérieur.
Pour plus de détails, consulter outre les ouvrages généraux : Gxnaon,
1873; Sxnxrinn, 1873; STANNIUS, 18GS.
tt° APPAREIL RESPIRATOIRB
Il n'y a pas d'épigl0tte à proprement parler et le larynx est peu développé,
sans cordes vocales et impropre à én1ettre des sons. La l1·achée·m·lère
présente des anneaux complets, durs, quelquefois ossifiés. Parfois plus
longue que le cou, elle forme une anse logée dans le bréchet ou s’enroule
plusieurs_ fois sur elle—même avant de prendre sa direction définitive. Elle a
un calibre unique ou présente des dilatations ou des diverticules. Chez les
Spheniscus, elle reste divisée en deux, depuis les bronches, sur une grande
longueur. De chaque côté de la trachée, le long du cou, chez les jeunes
Oiseaux, se trouve le thymus.
Le syrinx, appareil de phonation, occupe soit la partie postérieure de la
trachée, soit, le plus souvent, le point de jonction de la trachée et des
bronches, quelquefois les bronches elles-mêmes. La morphologie, la muscu-
lature et le développement du syrinx sont extrêmement variables. La
musculature la plus complexe s'observe chez les Passérifornies chanteurs.
Les Canards Cf ont un syrinx très développé et compliqué, le tambour.
Les poumons sont fixés à la paroi dorsale du tronc et s'y moulent. Dans
le poumon, la bronche principale perd ses anneaux en se renflant, le
traverse de part en part en se divisant en deux pour s’aboucher de chaque
côté aux sacs aériens diup/u·agnzat1'que z`nfér·z'eur et abdomùml. Aupara-
vant, elle émet du côté interne des bronches second_aires internes qui vont
_ la première en entier, au sac cervical, les autres en partie à des sacs aériens,
claw'culaz'1·e et a'z`aph1·ag11xal1'gzze supé1·1`eu1· et en partie avec les 7 bronches
costales également émises par la bronche principale fournissent les bronches
de 3' ordre qui donnent des bronches récmwentes, penniformes allant aux
alvéoles (XXV}. Le sac claviculairc est impair et en rapport avec les deux
poumons, les quatre autres sont pairs. Ces sacs sont plus ou moins dévelop-
pés suivant les Oiseaux et poussent des diverticules sous la peau, entre les
muscles et dans les os. Ceux-ci ont une pneumaticité très réduite chez les

24 num: ms rnxuca. —— oiseaux
Oiseaux ne volant pas et d’autant plus développée chez les autres que
l’animal est plus âgé. La pneumaticité s`étend chez quelques espèces
jusqu’aux vertèbres et aux phalanges ; celle des os du crâne est en rapport.
"non avec des sacs aériens, mais avec les sinus nasaux, les trompes d’Eus-
tache, les conduits auditifs. Les poumons des Oiseaux sont peu dilatables,
les mouvements respiratoires dépendent du jeu de la cage thoracique et de
la paroi abdominale agissant sur les sacs aériens. Cette action se traduit
par une alternance de gonflement et de dégonflement des sacs, ceux de la
partie antérieure se vidant pendant que les autres s'emplissent et récipro-
quement, déterminant ainsi dans les poumons, un courant d’air continu
mais en sens inverse. Cette circulation intime de l’air est un puissant
régulateur thermique et remplace la transpiration cutanée pour des animaux
dont l’énergie des mouvements et par suite la grande combustion se traduit
par la température élevée du corps supérieure à 40°.
Pour plus de détails, consulter 2 CAMPANA, 1875; Dnosnzn, 1866; Tasm-
Msvnn, 1881.
i2° PHONATION
Quelques Oiseaux seulement sont muets (Cigogne, Autruche}, mais tous
sont loin d’être aussi bien doués comme voix. Beaucoup ne font entendre
que quelques sons désagréables, d’autres sont»seuls surpassés par l’homme
comme étendue et flexibilité de la voix. Celle-ci est d'ailleurs en rapport
avec le plus ou moins de perfection du_ syrinx et prend três généralement
tout son développement au moment des amours. Hors de cette époque,
beaucoup d`Oiseaux ne font plus entendre que des sons peu variés. La plupart
des chanteurs émettent des motifs toujours les mêmes, quelques-uns cepen-
dant les varient continuellement. Les Oiseaux, même parmi les moins doués,
sont susceptibles d’émettre des sons adaptés aux circonstances (appel,
annonce du danger, colère, etc.), compréhensibles même pour les espèces
différentes. Certains sont capables d’imiter à la perfection les sons et chants
d’autres· espèces ou des bruits variés.
13** APPAREIL URINAIRE
Les deux reins hors de ,la cavité péritonéale, sont appliqués et moulés
contre le sacrum. lls sont allongés, symétriques, le plus habituellement
découpés en 3 lobes, séparés mais parfois soudés l’un à l’autre. Les uretères
qui ont chacun autant de branches que de lobes, restent indépendants et
aboutissent au cloaque sans vessie urinaire (XXVI).

muse ne rmmce. —-· oxsmux n 25
L`urz'ne, pâteuse, blanchâtre, très riche en urate d’ammoniaque s'accu-
mule dans le cloaque et est expulsée soit seule, soit le plus souvent avec les
matières fécales.
Des capsules surrénales bien développées se voient au devant des lobes"
céphaliques des reins.
A  _—J * '
i i \" -— -. N
É   É   0
à ` ‘_ ·.··:¢l girl ,
., , ,   È
“'   »  " , 4;;"·   1
'   2 f/»~·—s, .,   » %
  _§ , gri   vd _
    2 I Ã" l  \ '
y, C ? X     "'  
  àl i ‘ l   (M È
f — » » .     < 5
  ' L   l" .·*`
1;     ~ ` .~‘
`     s   
vil,
°' /1*/rr/I 2/rr/11
Fig. XXVI. — Reins et organes d' : d, canal déférent; f, bourse de Fabricius;
i, intestin; 0, oriûce de la bourse de Fabricius; r, 1-, lobes
moyen et inf. du rein; s, capsule surrénale; l, testicule;
u, uretère.
Fig, XXVII. — Organes Q, d`nprès R. Pnmnen: i, intestin; 0, ovaire; t, trompe;
l, œuf s'engageant dans la trompe; 2, œuf se chargeant d'albu-
mine; 3, œuf prêt à être pondu. Généralement, un seul descend
à la fois.
14° APPAREIL GÉNITAL
(j'. Les 2 testicules blancs, dont le gauche est généralement un peu plus
volumineux, sont situés en avant des reins près des capsules surrénales.
Leur épididyme peu distinct se continue en un canal dé/'érent tlexueux
souvent renllé en une vésicule séminale avant de déboucher dans le cloaque
isolément, le plus souvent au sommet d'une petite papille, au·dessus des

26 FAYNE DE FRANCE. —— oiseaux
oritices urinaires. Il n'existe que rarement un appareil d`accouplement,
penis fixé à la paroi antérieure du cloaque (Paléognathes, Ansériformes)
composé de 2 corps fibreux et creusé d’une gouttière. En bas du cloaque
s`ouvrc au milieu, par un orifice transversal, un organe lymphoïde globuleux,
la bourse de Fabricius (XXVI).
Q. Les organes droits s’atrophient de bonne heure, se développant rare-
ment assez bien sans cependant être fonctionnels (Accipitriformes). L`ovai/'e
gauche occupant une place analogue à celle du testicule, est une glande
exogène dont l`aspect est celui d’une grappe de raisin à grains très inégaux,
les ovules se développant successivement. La déhiscence de la vésicule de
Graaff libère l`œuf mûr qui, recueilli par un large pavillon, s'engage dans
l’oviduc/e tenu en place par un mesométrium. Dans la trompe par laquelle
débute l’oviductc, s’opère la fécondation. De là, l'œuf passe dans une
clznnzbre nllzzmzimgère musculeuse à muqueuse garnie de plis hélicoïdaux
que l’oeut`descend en tournant, se revêtant cl`une épaisse couche d'albumine.
Poursuivant son chemin, l’<x:ut` se recouvre de la membrane coquillière et
de sa coquille calcaire dans l`uZérus ou chambre coquillière, puis arrive à
un vagin court et extensible qui s’ouvre dans le eloaque en arrière de
l`uretère gauche. ll existe un clitoris quand le (jt de l'espèce possède lui-
même un pénis. La bourse de Fabricius existe comme dans le (jt (XXVII).
Pour plus de détails, consulter : Barxx, 1883; Fosses, 1877; l\IAa·nv-
· S'-Axce, 185O ; llerrmien, 1885.
Ill. REPRODUCTION
La période de reproduction chez les Uiseaux des régions tempérées,
débute au printemps, plus ou moins tôt suivant les espèces. llaccouplement
y est précédé de manifestations particulières. Le (jt paré d’un plumage Frais,
souvent spécial (plumage de noce) cherche à captiverla Q par l`étalage de
sa parure, par des danses, par des combats avec d'autres 5*, le plus souvent
par son chant dont toutes les qualités sont développées au moment de la
maturité sexuelle. La plupart des Oiseaux sont monogames ct le 6* détend
énergiquement ‘sa Q contre les entreprises des célibataires et des veufs.
Accidentellement, et seulement dans certaines espèces, un (jt s’accouple
avec une Q d`espèce voisine donnant ainsi des hybrides le plus souvent
identiques entre eux.
Le mariage accompli, le couple se met à la recherche de l'endroit, généra-
lement caché ou inaccessible, où laQ pourra effectuer sa ponte. Certains
(

nous ma raxxcs. —— oisx—:.u·x 27
Oiseaux déposent leurs œufs à même le sol, un rocher ou un trou d'arhre,
la plupart construisent pour les recevoir, un nid dont la situation et I’archi-
tecture, très variables, sont constantes pour un groupe ou une espèce
donnée. Ces nids,quelquefois simple dépression du sol, mais souvent petites
merveilles de construction, ont parfois leurs matériaux réunis et agglutinés
par une sécrétion salivaire spéciale se durcissant à l'air. Les Salanganes font
le leur uniquement à I’aide de cette salive.
Fréquemment, les couples s`éloignent les uns des autres pour établir leur
nid, d’autres au contraire se recherchent pour constituer des colonies. Chez
quelques-uns même, les nids sont réunis dans un ensemble construit en
commun, où les pontes de plusieurs Q sont effectuées dans un même nid.
Beaucoup d'Oiseaux ne font qu’une ponte chaque année, d'autres, les
jeunes élevés, pondent à nouveau, cette seconde fois seulement ou pour
recommencer plusieurs fois de même. Le nombre des œufs cl'une ponte,
leur forme, leur grandeur
et leur couleur, sont assez ne . L V
fixes dans les groupes ou I
- , . . 1 0
les especes. Certains 0;- '  
· . Y-  ’È° 
seaux ne pondent qu un   ga
__  ··';'__}‘.·Z,·:  · - =·#'_.  
seul œuf(Procellar11formes, /,/y  ·§1.~;ë¤;;',;   " 
Alciformes), dautres plus  ;i§€,"§Éii?%à C  `·  î;ii;·,__ ‘,
I .  Lc.`,,«  sf ie Eg? ~ ;—·;,·· ée *
1 e 20. La moyenne tres a ,\   7·5e,,N    ,gꧻ,;ï;.·î` -» ;, gl.,
*-'·*~ .,··;_  :,'_·;`.·;_··,—"· `,:7‘·  ¤_f, sg,.
générale est de 4 à 6. On . îë;·‘$'-Ãçg ··   _ .à&s’§',;,._‘  ‘
· · · · i '*iÃ'î§F·if?ï*·>id«  `   . àëxïiîî "· J(="
retient 6 formes princi- ·.\   A
pales: sphérique, ovaleurc, `* È*' ‘
ovée, ovoïeonique, ellip- nb, _ " `   t`”`
tique et cylindrique (XXIX) XXW/[
avectouslvs1¤¤·~¤êdîaîres· Fig. XXVIII. — Coupe d`uu rruf : a, clnunhrc
l.a dimension relative des à air; b, albuminc; c, coquille; li, cha-
wufe est 0,, ,.,,,S0,, inverse laze; z', cicatricule; rn, m`, les 2 feuillets de
de leur nombre La couleur la membrane coquillière; v, xitellus,
des œufs déposés dans des
cavités est le plus souvent blanche ou unicolore, les autres sont fréquem-
ment tachetés et présentent de nombreux cas d’homochromie.
I.’oeuf volumineux des Oiseaux il une structure complexe. Au centre le
jaune ou masse «·1`telIz'ne, sphérique, constitué par un vitellus blanc ou
formatif entourant le vitellusjaune ou nutritif avec en un point un épaissis-
sement lenticulaire, la cz`calricuIe envoyant au centre du vitellus jaune un
prolongement claviforme, la lalebra. I.e jaune recouvert par la inemhrane
vitelline est entouré par le blanc ou albumen dont les premières couches

28 ' num; ne manon. — oxsmux
s'étendent vers les pôles en cordon spiralé, les chalazes (XXVIII). La zone
moyenne du blanc est la plus dense. L'albumine présente une composition
variable que la coction met bien en évidence. Dans les Passériformes,
entre autres, le blanc cuit reste transparent (TAacuANow, 1889). Une
membrane coguillière double, enveloppe le blanc, ses deux feuillets
écartés au gros bout de l’œuf renferment un espace gazeux, la chambre à
ail'. Enfin cette membrane est recouverte par la coquille dure et poreuse,
kératine imprégnée de carbonate de chaux et souvent pigmentée. Pondus à
un jour au moins d’intervalle, les œufs ont besoin pour se développer d'un
certain nombre de jours pendant lesquels ils doivent rester la plus grande
partie du _temps à une température constante voisine de celle de l’Oiseau.
Cette période d'z'ncubati0n varie pour les Oiseaux de nos pays de 12 à 30 et
quelques jours. Certains Oiseaux commencent l'incubation au premier œuf
Fig. XXIX. — 6 formes d’œufs : 1, ové; 2, ovale; 3, sphérique; 4-, piriforme;
5, elliptique; 6, cylindrique.
pondu lovitégés), alors l’éclosion des jeunes se fait successivement, le plus
souvent quand la ponte est terminée (ovinudés], les petits dans ce cas
éclosent ensemble.
L’incubation est pratiquée soit par la Q seule, soit alternativement par dl
etQ, parfois par le (j' seul. Pendant que laQ couve, le 5* la garde, lui apporte
à manger et souvent la charme de son chant. Les Oiseaux ne couvent pas

mures ns rnxscs. — oiseaux 29
tous leurs œufs. Les Coucous dont la ponte est espacée pondent chacun de
leurs œufs dans le nid d'ai1tres Oiseaux qui se chargent de l'incubation. Les
Talégalles et quelques espèces voisines d'Australie réunissent un gros amas
de feuilles mortes et de terre au centre duquel plusieurs Q déposent leurs
œufs qu’incube la chaleur de fermentation de ce milieu, sous la surveillance
des parents.
Pour éclore, le petit casse la coquille devenue plus mince et fragile avec
son bec où, sur le bout du culmen, s'est développé un petit tubercule
calcaire caduque, le diamant. A sa naissance, le petit est nu, les yeux'clos,
peu capable de mouvement (gymnopœdes) ou à l’état de poussin, c’est-à-
dire couvert de duvet (ptilopœdes). Les poussins ou demeurent un temps
variable dans le nid avant de pouvoir suivre leurs parents (nidicoles) ou le
quittent de suite pouvant à peu près se suffire à eux-mêmes (nidzfuges).
Pour plus de détails consulter: Dssuuns, 1880; Gxnow, 1893; Ilsnvxrsos,
1856; LA·rAsrn, 1889; Lnrèvmz, 18ûô; Nmvrow, 1896; Simnrs, 1828;
SL'cm2rE·r, 1891-97.
IV. BIONOMIE, JIIIGRA TIONS
Le régime alimentaire des Oiseaux, très variable mais défini pour une
espèce donnée, permet de les diviser en zoophages, phytophages, omni-
vores. Dans les premiers, on distingue des Oiseaux C(H'Ill.VO}'€S, piscivores,
insectivores, etc. Dans les seconds des herbivores, g:·aniv0r·es, bacci-
vores, etc. La nourriture peut d’ailleurs être variable avec l’époque de
l'année. Beaucoup d`Oiseaux normalement granivores sont insectivores
pendant la période de reproduction, inversement des insectivores deviennent
baccivores en automne et en hiver. Grâce à cette diversité de régimes, on
_ rencontre partout des Oiseaux, en tous lieux où la nourriture ne leur fait
pas défaut. Ils s'y trouvent naturellement en nombre d'autant plus grand
d'espèces et d’individus que l.’endroit leur offre une quantité et une variété
de nourriture plus grandes. Le régime déterminant l`habitat, il y a des
espèces terrestres et des espèces aquatiques, parmi les premières des
Oiseaux silvicoles, agricoles, saxicoles, etc., dans les dernières des Oiseaux
thalassicotes ou marins, limicoles, paludicoles, etc. -
Les régions maritimes à nourriture abondante à peu près exclusivement
animale sont fréquentées par des espèces très riches en individus mais
appartenant à des groupes peu nombreux et bien spécialisés. Les zones
forestières, au contraire, où la nourriture est très variée, sont visités par des
(giseaux très divers. Les parties désertiques, si pauvres soient-elles, ne sont

30 muni: ne rnance. —- oiseaux
pas dépourvues d’Oiseaux. Aucun autre animal, en effet, ne sait mieux
qu’eux inspecterà fond son domaine et enrecueilliirtoutce qui est à prendre.
L`activité des Oiseaux est incessante. La nuit, si courte soit-elle, leur paraît
encore trop longue, puisque parfois ils l'occupent en partie à voyager. Ils
passent beaucoup de temps à la recherche de leur nourriture que leur vie
active demande très abondante. Les Oiseaux mangent aussitôt ce qu’ils
viennent de rencontrer, quelques espèces seules font des provisions. Le
temps qu’ils n’emploient pas à leur subsistance, ils le passent à des soins de
toilette et souvent à chanter. Au printemps, les amours, la construction du
nid et plus tard la nourriture des jeunes, leur occasionnent un grand
'surcroît de travail.
Beaucoup d’espèces vivent solitaires ou le plus souvent par couples,
mais d'autres se réunissent parbandes, fréquemment en dehors de la période
de reproduction, parfois seulement pour se coucher. Une bande est presque
toujours formée d’une seule espèce, plus rarement de quelques espèces
voisines, exceptionnellement s’y ajoutent des individus de groupes diffé-
rents. Plusieurs Oiseaux australiens se réunissent en petites troupes sous des
berceaux uniquement construits dans ce but et différents du nid de
l’espèce. ·
" Nombre d’Oiseaux, la reproduction faite, quittent la région. La plupart
d’entre eux partent tous les ans à une époque déterminée pour ne reparaître
que l’année suivante à une période également donnée, le moment du départ.
et du retour variant avec l’espèce. Ce sont les Oiseaux nzigrateurs qui
gagnent pour hiverner des pays plus chauds. Les itinéraires et la longueur
du trajet sont aussi différents mais assez fixes pour chaque espèce, suivant
sa provenance. lls partent avant que le froid et la faim ne les chassent,
poussés par une force irrésistible, voyageant isolément ou en bandes plus
ou moins nombreuses, beaucoup opérant leurs migrations pendant la nuit.
Certains font leurs déplacements en formations définies, comme les Oies et
les Grues dont les vols s'efi`eetuent sur une seule ligne brisée en forme de V,
la pointe tournée en avant. `
En dehors des migrations, se voient les émzgrations ou départs totaux
ou partiels d’une ou plusieurs espèces du pays où elles étaient normalement
sédentaires pour un lieu plus ou moins lointain, commes celles des Becs-
croisés et des Jaseurs qui, irrégulièrement, abandonnent les régions septen-
trionales de l’Europe et de l’Asie pour se répandre dans les autres parties
du continent. Les izzcursiozzs moins fréquentes ont pour type celle que le
Syrrhapte de l’Asie centrale effectue dans l'ouest de l’Europe.
Les Oiseaux erratigues voyagent isolément ou par couples, sans date,
itinéraire et but fixes. D’eux se rapprochent les Oiseaux qui excursionnent

racmz ns rnxncrz. —— oiseaux 3I
dans les régions voisines, comme certaines espèces montagnardes descendant
dans les plaines proches, particulièrement en hiver.
La fixité d‘habitat ou ces déplacements permettent de grouper les espèces
d'Oiseaux d'un pays en sédentaires ou y habitant toute l'année, estivales ou
n`y vivant que l’été, hivernales ou n'y séjournant que l'hiver, de passage
1·égulz'e1· ou ne faisant que le traverser à l‘aller et au retour des migrations,
de passage z'r·1·égulz'er·, enfin en espèces accidentelles. A quelque groupe
qu'appartienne un Oiseau, on considère comme sa patrie l’endroit ou il
nidifie.
i Pour plus de détails, consulter: Anmcom miaou Oum, 1902; Bmsnn,
édit. franc. ;_GA¤ow, 1893; D’lIAMONVILLE, 1890; Naunaxn, 1905; Niavwron,
1890.
V. CLASSIFICATION
De très nombreuses classifications ont été proposées pour la classe si
homogène des Oiseaux, la suivante està peu près celle de Suamua, 1899-1909.
l° S. cl. NÉOGNATHES : Métacarpiens soudés entre eux. Au maximum
à la main 1 doigt avec 2 phalanges, 2 avec 1 seule; au plus 2 doigts pourvus
d’ongles. Palais néognathe. Vertèbres caudales en partie soudées en un
pygostyle. Presque toujours os du bassi11 soudés et sans incisure ilio-
ischiatique. Côtes à 2 têtes‘articulai1·es. Sternum par exception sans
bréchet. Très rarement un pénis. Oiseaux presque toujours capables de
voler. '
1. O. PASSÉRIFORMES: Ãîgithognathcs, holorhinaux. 3 doigts anté-
rieurs libres, pouce le plus fort. Sternum avec petites entailles ou
fenêtres. Ilypotarse complet. Csecums petits. Carotide gauche seulement.
Glande uropygienne nue. Nids et œufs variables. Nidicoles. Cosmopolites.
3 S. O. basés sur la position et le nombre des muscles du syrinx:
ACROMYODIENS, OLIGOMYODIENS, TRACHÉOPHONES.
2. O. MÉNURIFORMES: Palais et nasaux comme les précédents, doigts,
tarse, sternum, cœcums, carotide, glande uropygienne également. Un grand
nid à terre en forme de four. Un seul œuf gris purpurin taché de brun
pourpre. Nidîcoles. Australiens. .
3. O. EURYL(EMIFORMES 2 Palais et nasaux comme les Passériformes.
3 doigts antérieurs en partie soudés, pouce petit. Sternum, hypotarse, `
cœcums, carotide, glande uropygienne comme les précédents,·Un grand

32 ravma nc russes. — oiseaux
nid pendant à l’extrémité d'une branche. (Eufs blancs ou fauve·roussâtre
finement tachetés. Nidicoles. Indiens, Austro-malais.
4. O. PICIFORMES : Saurognathes, holorhinaux. 2 doigts antérieurs, 1 ou
2 postérieurs. Sternum, hypotarse, carotide comme les précédents. Caecums
nuls, Glande uropygienne emplumée. Pas dc nid. (Eufs blancs déposés dans
un trou d’arbre, un nid de Fourmis ou de Guêpes. Nidicoles. Cosmopo-
lites. 3 S. O. Z PICIENS, BUCCONIENS, GA LBULIENS.
5. O. SCANSORIFORMES : Desmognathes ou œgitho-desmognathes,
holorhinaux. 2 doigts antérieurs, 2 postérieurs. Sternum et hypotarse
comme les précédents. Caecums réduits. Glande uropygienne nue ou emplu-
mée. Pas de nid. Nidicoles. Cosmopolites.
6.0. COCCYGIFORMES : Desmognathes, holorhinaux. Doigts, sternum,
hypotarse comme les Scansoriformes. Humérus avec un processus épicondy-
lien. Un syrinx bronchial. Gymnopzedes, nidicoles. Cosmopolites. 2 S. O.:
MUSOPIIAGIENS, CUCULIENS.
7. O. TROGONIFORMES : Schizognathes, holorhinaux. Narines imperfo-
rées. Processus basi—ptérygoïdes rudimentaires. 2 doigts antérieurs, 2 doigts
, postérieurs. Coracoïdes se touchant. Hypotarse complet. Cœcums déve-
loppés. Glande uropygienne nue. Pas de nid. 2 à 4 œufs pondus dans un
trou rl'arbre. Nidicoles. Tropicaux.
8. O. COHACIIFORMESZ Palais variable, bolorhinaux. Narines imperfe-
rées. 4 doigts, les antérieurs souvent plus ou moins soudés. Sternum plein ou
avec une petite entaille ou fenêtre. Tarse court. Nidicoles. Cosmopolites.
14 S. O : STEA TORNITHIENS, PODAHGIENS, LEPT()S()MA·
TIENS, (.'ORA(,'IENS, HALCYONIEZVS, BUCÉHOTIENS, UPU-
P/ENS, JIÉHOPIENS, MOMOTIENS, TODIENS, CAPRIMUL-
GIENS, CYPSÉLIENS, THOCHILIENS, COLIENS.
9. O. PSITTACIFORMES : Desmognathes, holorhinaux. Hhamphothèque
avec une petite cire basale. 2 doigts antérieurs, 2 postérieurs. Sternum avec
une petite entaille ou fenêtre. Hypotarse complet. Cœcums absents. Pas de
nid. OEufs blancs dans un trou d’arbre. Nidicoles. Cosmopolites.
10. O. STRIGIFORMES: Schizo-desmognathes, holorhinaux, Processus
basiptérygoïdes développés. Rhamphothèque avec cire basale. 4 doigts libres,
Yexterne réversible. Sternum plein ou avec une petite entaille ou fenêtre.
Hypotarse simple. Caecums développés. Glande uropygienne nue. Pas de
nid. (Eufs blancs. Nidicoles. Cosmopolites.
11. O. ACCIPITRIFORMES Z Desmognathes. Hhamphothèque à cire
basale. Sternuxn avec une paire d'entailles ou fenêtres. Hypotarse simple.
Caecums rudimentaires. Plumes avec hyporachis. Glande uropygienne

num: ne rames. — oxssaux 33
emplumée. Un nid. Nidicoles. Cosmopolites. 3 S. O. SERPENTA BIENS,
ACCIP/TRIENS, PANDIONIENS. .
12. O. CATHARTIDIFORMES: Desmognathes. Processus basî-ptérygoïdes
articulés avec le milieu des ptérygoïdes. Rhamphothèque à cire basale.
Sternum avec 2 paires d`entailles. Hypotarse simple. Cœcums rudimentaires.
Plumes sans hyporachis. Glande uropygienne nue. Un nid. Nidicoles.
Néotropicaux.
13. O. PÉLÉCANIFORMES: Desmognathes.Narines imperforées. Rham-
phothèque composée. Pas de glande nasale. Langue rudimentaire. Pouce
réuni aux autres doigts par une palmure. Ilypotarse complet. Glande uropy-
gienne emplumée. Aquatiques. Nidicoles. Cosmopolites.
14. O. ·l· ICHTHYORNITHIFORMES : Fossiles du Crétacé de l'Amé-
rique du Nord.
15. O. ·l· GASTORNITHIFORMES : Fossiles de l'Eocène de France.
16. O. ANSÉRIFORMES: Desmognathes, Processus basi-ptérygoïdes arti-
culés avec le bout palatin des ptérygoïdes. Rhamphothèque molle. Doigts
" antérieurs réunis par une palmure. Hypotarse complet. Cœcums grands.
Pénis long, spirale. Glande uropygienne emplumée. Aquatiques. Un nid,
(Eufs unicolores. Nidifuges. Cosmopolites.
17. O. PHOENICOPTÉRIFORMES: Desmognathes. Pas de processus basi-
ptérygoïdes. Narines perforées. Langue longue et épaisse. Doigts antérieurs
V palmés. Hypotarse simple. Jambes très longues. Aquatiques. Un nid en
terre, tronconique. Un seul œuf, jaunâtre. Nidifuges. Tropicaux.
18. O. PALAMÉDÉIFORMES : Desmognathes. Processus basi-ptérygoïdes
articulés au milieu des ptérygoïdes. Rhamphotbèque avec cire. Narines
perforées. Côtes sans processus unciné. llypotarse simple. Grands ceecums.
· Pénis long, spirale. Aquatiques. Un nid avec œufs blancs. Nidifuges.
Néotropicaux.
19. O. ARDÉIFORMES: Desmognathes. Pas de processus basi-ptérygoïdes.
Narines perforées. Hhamphothèque simple. 3 doigts antérieurs libres, pouce
bien développé. Sillon coraco-huméral distinct. Cazcums rudimentaires.
Glande uropygienne emplumée. Aquatiques. Zoophages. Un nid. œufs
unicolores. Nidicoles. Cosmopolites. 5 S. O. AHDÉENS, CICONIENS,
SCOPIENS, BAL/ENICIPIENS, PLATALEENS.
20. O.·|· STÉRÉOHNITIIES : Fossiles de l'Oligocène de l’Amérique du Sud.
21. O. GRUIFORMES : Schizognathes (Sauf S. O. Rhinochétiens et
Dicholophiens : desmognathes}. Pas de processus basi-ptérygoïdes. Rham-
3 w 3

34 FAUNE DE FRANCE. -— OISEAUX
phothèque simple. 3 doigts antérieurs libres, un pouce, bien développé.
Glande uropygienne emplumée. Paludicoles. Un nid. Cosmopolites. l
7 S. O. GÉRAIVIEIVS, AHAMIENS, HHINOCHÉTIE./VS, JIESÀÉIVA-
TIDIENS, ÉU1:y1>Y<;1ENs, PSOPHIENS, DICIIOLOPHIENS.
22. O. CHARADRIIFORMES : Schizognathes. 3 doigts antérieurs, pouce
variable ou nul. Glande uropygienne emplumée ou absente. Terrestres
ou aquatiques. Avec ou sans nid. Nidifuges. Cosmopolites. '7 S. O. 2
CHIONIDIENS, A TTAGIDIENS, CHA RADHIENSQ PARRIENS,
CUHSOHIENS, CÈDICNEIHIENS, OTIDIENS.
' 23. O.].ARlFORMlES:Scl1izognathes, schizorhinaux.Grande glande nasale,
Doigts antérieurs palmés. Sternum à 4 entailles. Fourchette à hypocléidium.
Coracoïdes se touchant. Ilumérus à processus épicondylien. llypotarse à
2 sillons. Plumes à hyporachis. Glande uropygienne empluméc. Aqua-
tiques. Zoophages. Un nid. 2 à 3 œufs à doubles taches. Nidifuges. Cosmo-
polites.
21. O. ALCIFORMES : Schizognathes, schizorbinaux. Grande glande
nasale. Doigts antérieurs palmés, pouce rudimentaire ou nul. Sternum à
· « 2entailles. Fourchette à hypocléidium. Coracoïdes séparés. Hypotarse,
plumes et glande uropygienne comme les Lariformes. Aquatiques. Zoo-
pliages. Pas de nid. 1 à 2 œufs. Nidifuges. Régions périarctiques.
25. O. PROCELLARIIFORMES : Schizognathes. Narines tubulaires.
llhamphothèque composée. Grande glande nasale. Langue en général rudi- ~
mentaire. Doigts antérieurs palmés, pouce rudimentaire. Humérus à grand
processus épicondylien, Ilypotarse complet ou avec plusieurs sillons. Glande
uropygienne emplumée. Marins. Zoophages. 1 seul œuf. Nidicoles. Cosmo-
polites.
26. O. SPHÉNISCIFORMES : Schizognathes. Rliamphothèque composée.
Grande glande nasale. Vertèbres dorsales opisthocœles. Ailes transformées
en rames. llypotarse simple. Métatarsiens incomplètement soudés. Plumes
à hyporachis. Glande uropygienne einplumée. Marins. Zoophages. Un nid.
2 œufs, blancs. Nidicoles. Antarctiques.
27. O.-]- HESPÉHORNITHIFORMES : Fossiles du crétacé de l’Amérique
du Nord.
28. O. GAVIIFORMES : Schizognathes. Rhamphothèque simple. Grande
glande nasale. Doigts antérieurs palmés, pouce petit. Tibia avec un très
long processus épicnémien; llypotarse formant un espace triangulaire.
I Cwcums développés. Plumes à hyporchis. Glande uropygienne emplumée.

num; on rmmcs. - oxssaux 35
Aquatiques. Zoophages. Pas de nid. 2 œufs, tachés. Nidifuges. Régions
arctiques.
i 29.- O. COLYMl`$lFOl`tMlîS: Palais, rhamphothèque, glande nasale, tibia,
cœcums, plumes et glande uropygienne comme les Gaviiformes, Doigts
antérieurs pinnés, pouce petit. llypotarse complet. Aquatiques. Zoophages.
Un nid. 3 à 5 œufs. Nidifuges. Cosmopolites.
30. O. HAl.LlFORMl€S 2 Schizognathes, liolorhinaux. llhampliotliêque
simple. 4 doigts bien développés dont 3 antérieurs. Sternum avec longs
processus latéraux simples. llypotarse avec une haute épine. Glande uro-
pygienne enàplumée. Paludicoles. Un nid. 5 à 10 œufs jaunàtres, unicolores
ou tachés. Nidifuges. Cosmopolites.
31. O. OPISTllOCOMlFOl`(MES : Palais, nasaux, rhamphothèque et glande
uropygienne comme les Ralliformes. 4 doigts dont 3 antérieurs, Sternum à
une seule entaille. Coracoïdes se touchant. Grands caicums. Un nid. 4 œufs,
tachés. Néotropicaux.
32. O. COLUMBIFORMES : Schizognathes, schizorhinaux. Rhampho-
thèque simpléuidoigts dont3antérieurs. Ilypotarse canaliculé.Caecums petits.
Glande uropygienne nue ou absente. Terrestres. Phytophages. Un nid.
2 œufs, blancs. Nidicoles. Cosmopoiites.
33. O. PTÉROCLIDIFORMES : Palais, nasaux, rhamphothèque et hypo-
tarse comme les Columbiformes. Pouce rudimentaire ou nul.Cœcums grands.
Glande uropygienne nue.Terrestres. Pas de nid. 3 œufs, cylindriques tarhés. .
Nidifuges. Tropicaux ou Asiatiques.
34. O. 'l`UllNlClFORMES : Palais, nasaux, pouce et czrcums comme les
précédents, sternum avec seulement de grands processus latéro-postérieurs.
Fourchette à hypocléidium. Coracoïxlcs séparés. llypotarse complet.
Glande uropygienne emplumée. Terreslres. Pas de nid. Nidifuges. Cosmo-
polites.
35. O. GAl.I.lI·`Ol`tMlCS ; Palais, nasaux, fourchette, hypotarse et cœeums
comme les Turniciformes. Pouce développé. Sternuun avec de grands pro-
cessus obliques et latéro·postérieurs. Coracoïdes se toucl1ant. Glande uro-
pygienne emplumée, exceptionnellement absente. 'l`errestres. Nidifuges.
Cosmopolites. 3 S. O. I fvIÉ(].»lPOl)/ENS, L'Ia’AL'lENS, PHASIA-
NIENS.
ll' S. cl. PALÉOGNATHES : Main et côtes comme les Néognathes. Palais
paléognathe. Vertèbres caudales généralement nou soudées en un pygostyle.
Os du bassin soudés avec une incisure ilio-ischiatique, au moins à l'état
jeune. Sternum le plus souvent sans brécliet. Un pénis. Oiseaux ne volant

36 FAUNE DE rnANcE. — 0xsEAUx
pas ou mal. Terrestres. Nidifuges. 7 O. exotiques ou fossiles: TINAMI-
FORMES, APTÉRYGIFORMES, ·l·AEl)\'ORNITIIlFORl\fES, -l- DINOR-
NITHIFORMES, RHÉIFORMES, STRUTHIONIFORMES, CASUARIL
FORMES.
III° S. cl. ·l· SAURURÉS : 3 métacarpiens et doigts séparés. 1°" doigt
avec 2, 2° et 3° avec 3 phalanges, chaque doigt terminé par une griffe. Ver-
tèbres amphicœles. 21 vertèbres caudales non terminées par un pygostyle
avec 24 rectrices attachées par paires à 12 vertèbres caudales. Os du bassin
non soudés. Dents implantées dans des alvéoles aux 2 maxillaircs. Côtes à
une seule tête articulaire, sans apophyses uncinées. Un O. fossile :
ARCII/EOl"I`ÉRYGl FORMES.
Pour plus de détails, consulter Z Anmcom DEGLI Oum, 1902 ; Bsnnmm,
1898; Bastin, éd. française; Dunois, 1891; GADOW, 1893; NAUMANN, 1905;
NEYVTUN, 1896 ; Simnrs, 1899-1909.
VI. DISTRIBUTION GÉOGRAPHIQUE
ET STRATIGRAPIIIQUE
Les Oiseaux, contrairement à beaucoup d’autres classes d’animaux,
habitent à peu près toute la surface du globe. Les espèces cosmopolites,
` quoiqu’accrues du fait de l’ll0XI)lI]8, sont cependant rares et appartiennent
· surtout à des formes aquatiques. Chaque zone a ses espèces particulières.
Généralement l'aire de dispersion d'un Oiseau ou d'un groupe d'Oiseaux est
plus étendue dans le sens des longitudes que des latitudes. Dans le Nord
cependant, beaucoup de formes sont à peu près également réparties dans les
3 continents, quelques degrés plus bas, il y a de grandes différences. La faci-
lité de locomotion ne paraît pas influer beaucoup sur l`aire de dispersion, ce
ne sont pas toujours les meilleurs voiliers qui ont la plus large.
L’Amérique est la plus riche en espèces, l’Europe la plus pauvre. Cette
dernière partie n`a que très peu d'Oiseaux qui ne se retrouvent ailleurs. La
région paléarctique qui la comprend est avec la région néaretique, une des
moins bien caractérisée en Avifaune. Aucun grand groupe ne lui est particu-
lier, la S. cl. des Paléognathes n'y compte même plus de représentants.
La région Australienne, patrie des Ménuriformes, des Chionidiens, des
Rhinochétiens, des Mégapodiens, des Aptérygiformes, des Casuariiformes,
etc., est, surtout dans sa sous-région·néo-zélandaise, particulièrement inté-
ressante.
La région néotropicale renferme l'habitat des Trochilidiens, Todiens,

muse ns riumciz. — oiseaux 37
Momotiens, Stéatornithiens, Palamédeiformes, Psophiens, Eurypygiens,
Attagiens, Craciens, Opisthocomiformes, 'l`inamiformes, Rhéiformes, et la
région éthiopienne celui des Musophagiens, Coliens, Serpentariens, Balœni-
cipiens, Scopiens, Struthioniformes. La région indienne compte aussi
beaucoup d'Oiseaux particuliers, tandis que la sous-région européenne qui
comprend, outre le Nord et le Centre de l`Europe géographique toutle nord de
l’Asie, c'est à dire occupe la plus grande partie de la région paléarctique, ne
possède guère que quelques genres spéciaux des S. F. Enzbcrizirzne, Frin-
gillinae (entre autres le G. (/‘OU('OfhI'(lIlS[€S) et les G. Lagopus, Tetrao,
Lyrurus, Tetrastes de la F. des Telrnonidae).
Les plus anciens Oiseaux connus, sont les Archaeople1·y.r trouvés dans le
Jurassique supérieur de Solenhofen et le Laopteryxr pr·1`.s·ca Mansn, Oiseau
à affinités douteuses des couches à peu près correspondantes du \Vyoming.
Au Crétacé apparaissent les Ichthyornis et les Ilesperornis, formes aqua-
tiques américaines aux mâchoires armées de dents bien développées.
Les périodes géologiques tertiaires ont fourni en France une grande quan-
tité de restes d`Oiseaux. Le climat était alors très chaud, aussi l'Avifaune
comme le reste de la Faune et la Flore montre de nombreuses formes qui
sont actuellement tropicales 2 Salanganes, Couroueous, Perroquets, Serpen-
taires, Flamands, lbis, Pélicans, et même un Coq (Gallus bI'dVdl'diGER\’AlS).
Au début de ces périodes, à l’Eocène inférieur, avaient vécu dans le bassin
de la Seine, les Gaslornis, Oiseaux atteignant la taille de l’Autrucl1e, et à la
fin, au Pliocène, se rencontraient dans l'lnde des Autruches et des Casoars
et les Nandous apparaissaient dans l’Amérique du Sud où ils existent encore
maintenant.
Le Quaternaire de France montre à ses débuts une Avifaune bien diffé-
rente de celle qui l`a précédée. Le climat, devenu très froid, a fait disparaître
les espèces tropicales et au contraire permis l’hal>itat d'espèces auj0urd'hui
septentrionales comme Nyctea nyclea (L.) et Lagopus lngopus (L,).
Au commencement de l'époque actuelle ont disparu les Dz'n0r·nz's de la
Nouvelle Zélande et les Aepyormls de Madagascar, énormes Oiseaux paléo-
gnathes et dans ces derniers siècles, toute une série de formes intéressantes
des Iles Mascareignes 2 Didus, Pezophaps, Legualia, Aphanapleryœ, etc.
Parmi les nombreuses espèces éteintes depuis moins d'un siècle, quelques
unes avaient été signalées comme capturées en France 2 Alca fmpemzis
(L.), f)f8I`0dI'Ol}Z(l Iuzsi/ata. (Kun:.) et Ectopistes n1z:gr·at0r·z`us (L.).
Nombreuses sont encore, hélas, à l’heure actuelle, les espèces en voie de
disparition.
Consulter, pour la distribution géographique : Anrucom mam.: Oom, 1902 ;
Bnmm, édit. franc.; Gsnow, 1893 ,‘ Nxawrow, 1893; SnAm>s, 1899; STUDER

38 nous ne rames. — oiseaux.
et V. Bono, 1915; WALLACE, 1876, pour la Paléontologie française 1 DEPÉ-
msr, 1892; GAILLARD, 1908;MILNE—EDWARDS, 1867-71, 187â, 1891; PAms, 1912.
Pour les diagnoses et synonymies des Oiseaux d’Europe, plus détaillées
que les nôtres, on se reportera à Anmcosx vecu Oum, 1902; BRASIL, 191h;
DEGLAND ET Gamuz, 1867 ; Dmassun, 1871-96, 1903; Fxrxo, 1899-190û; I`lAR·
renr, 1910-19...; NAUMANN, 1905 ;TRouEssAxr, 1912, pour des figures en cou-
leur Z Bouvisa, 1910 ; Dnsssuu, 1871-96; NAUMANN, 1905. Ces ouvrages
fourniront en outre u11e bibliographie étendue. La nomenclature qu'ils
emploient n`est pas toujours identique à la nôtre, qui a été mise en accord
autant que possible avec les règles actuelles de la Nomenclature suivant
l’exemple d'AnmGoN1 et IIARTEPT principalement; mais comme nous men-
tionnons à chaque espèce les principaux synonymes, le lecteur n’aura pas
de peine à s'y retrouver; une partie de nos figures ont été puisées` dans
certains de ces ouvrages (Anmcom vecu Onm, BRASIL, FATIO,EI'lARTER'1').
. VII. COLLECTIONS
L'étude des Oiseaux ne peut se faire sans de nombreux spécimens com-
prenant pour chaque espèce non seulement des adultes capturés` aux
diverses saisons, mais des jeunes, des œufs et des nids.
Pour avoir une utilité scientifique, une dépouille d’Oiseau doit porter au
minimum les indications suivantes : Lieu de capture suffisamment indiqué
pour pouvoir être repéré sur la carte, la date 2 jour, mois, année, et l’indi-
cation du sexe, déterminé par autopsie. Un Oiseau même rare, n'a aucune
valeur, s'il n’est accompagné de ces indications indispensables. Le mieux
est de les inscrire à l'encre de Chine sur une petite étiquette en papier par-
cheminé solidement fixée par une petite ficelle à la patte du sujet. Cette éti-
quette portera en outre un numéro d`ordre se reportant à un cahier où seront
consignées avec les indications précédentes les suivantes qu'il est désirable
de voir aussi figurer au verso de Yétiquette, à savoir 2 La longueur totale (L]
de l'animal, du bout du bec à l’extrémité des plus longues rectrices, l`Oiseau
étant complètement étendu, mais non étiré ; l`enver_gure, c'est à dire la dis-
tance entre les extrémités des ailes étendues en croix ; la couleur notée
aussitôt que possible après la mort, de l'iris, de la rhamphothèque, de la
podothèque, des griffes et à l'occasion des autres parties nues, ces couleurs
étant souvent très fugaces ; le régz'me_, d'après le contenu de l’estomac et les
parasites (ces derniers étant conservés dans un flacon portant le numéro
d'ordre de l’Oiseau). Ces notes seront heureusement complétées par tous les

muse ne ramena. — oiseaux 39
renseignements recueillis sur l`Oiseau considéré : son abondance ou sa
( rareté, sa bionomie, les conditions de sa capture, ses noms vulgaires, etc.
Pour les jeunes, les œufs, les nids, il est toujours préférable de tâcher
d'avoir ceux des adultes capturés, ils seront alors pourvus du même numéro
d'ordre sur l’étiquette pour les jeunes et le nid, sur la coquille pour les
œufs. Au cahier figureront pour les œufs, leur nombre, l'état de leur
contenu (frais ou couvés), pour le nid, l`endroit où il se trouvait (herbes,
broussailles, etc.), sa hauteur, sa position sur l'arbre, son orientation établie
par rapport au tronc. Les indications suivantes sont moins importantes, i
pouvant être établies à loisir : pour l'©iseau, la longueur du bec (B), prise
en ligne droite de l`angle frontal à l'e>.trémité; de l`aile (A) prise de sa cour-
bure au bout de la plus longue rémige; de la queue (Q) de la naissance des
rectrices médianes à l’extrémité des plus grandes rectriees; du tarse (T), du
côté postérieur de l’articulation tibio-tarsienne à la partie antérieure de l'ar-
ticulation du doigt médian ; de ce doigt, depuis son articulation avec le
tarse à son extrémité, sans l'ongle (doigt nu) ou avec l'ongle (doigt armé).
Pour l’œuf : la forme, la couleur, le grand et le petit diamètres [Gd. et
Pd.) (1). Pourlenidt la forme, les diamètres externe et interne, la profon-
deur, les matériaux de construction. Enfin pour le tout, si possible, le nom
scientifique de l’Oiseau. Pour plus de détails, consulter : Mxënéoxux, 1908.
Préparation : La préparation de la dépouille de l'Oiseau gagne beaucoup
à être faite le plus tôt possible, aussitôt les mesures et notes indispensables
prises, afin d’éviter les accidents de putréfaction.
Des tampons de coton hydrophile étant bourrés dans le bec, l`anus, au
besoin dans les narines et les grosses blessures, l`Oiseau nettoyé avec un peu
d`eau froide et les plumes séchées si c'est nécessaire avec un peu de plâtre,
on incise la peau de l'abdomen de la pointe du sternum au devant de l`anus,
saupoudrant largement, comme d'ailleurs dans toute la suite de Vopération,
de plâtre ou toute autre poudre absorbante, afin d'éviter la souillure des
plumes par le sang et la graisse, on décolle la peau de chaque côté pou1·
atteindre l_es articulations du genou. Ces articulations sectionnées, on écarte
la peau pour tra_ncher le corps au début du croupion. La peau se rabat
ensuite facilement les plumes en dedans, pour arriver aux épaules que l'on
sépare. On retourne ensuite le tégument jusqu'aux commissures du bec,
tranchant le cou au ras de la tête. On est parfois obligé de fendre le cou dor-
(1) Dans toutes nos diagnoses, les dimensions de l‘0iseau sont indiquées en centi-
mètres, celles de l’œuf en millimètres.

40 FAUNE DE FRANCE. ···· OISEAUX
salement pour faire passer la tête. Ensuite, prenant soin de ne pas désarti-
culer les os, on enlève l'encéphale, les yeux, la langue, le plus possible des
muscles de la tête, des ailes et de la jambe en en retournant la peau, ainsi
i F ?)  ,
as:  ¤ V
"*\\ i
lin} \\  }
 `*  %/\‘ i ii4' 
te‘` 'isss  i '* J ·-l "€\  A
É V,  J Q, qu  ," 
V //  x lil"  2 ,
/'/(rl (1  .,  · \§\`
M M \ 5 1 · _
gr \
'   - Ã \\ ~
*3. \
/’   ;· \ `\ « \ X
ev  "     E ," \ _
XXX
Fig. XXX. —— Oiseau dépouillé, retourné.
que les muscles peauciers, la graisse du derme, la chair et la glande du
croupion   Toutes ces parties étant badigeonnées de savon arsenical et
le volume de la tête rétabli par des tampons de coton, on retourne la peau
dans sa position normale. On remplace alors le corps de l’Oiseau, suivant sa
taille, par du coton, des étoupes, de la mousse sèche ou du foin et on rap-
proche par une couture les bords incisés de la peau abdominale. La forme de
l’Oiseau rétablie et les plumes bien lissées et remises en place, on l'enroule
dans un cylindre de papier pour maintenir les ailes et les plumes, il ne reste
plus alors qu’à laisser sécher la dépouille. Celle-ci peut se conserver ainsi,
c’est le plus pratique pour l’étude et le moins encombrant, elle pourra tou-
jours être facilement montée, si on le désire.

num: ne rmmcz. - oxsmux 41
Les œufs doivent être vidés de leur contenu par un seul trou fait au flanc
et non par un trou à chaque extrémité. Pour faire ce trou rond et aussi petit
que possible, on se sert d'une pointe d'acier à pans que l'on roule entre les
doigts. Le contenu de l'œul' est expulsé par insufllalion d'air dans l'intérieur
à l'aide d'une effilure de verre. Un lavage de l’intérieur de la coquille est
utile et même nécessaire dans les cas où ayant affaire à des œufs incubés, on
a dû détruire l’embryon à l’aide d’une solution de potasse.

s
TABLEAUX oies FAMILLES
1. Patte à 3 doigts . ................. 2
- Patte à idoigts. (lfuu d'eux, le pouce, peut être rudimentaire et
réduit il l’ongle ou à un petit tubercule.) ......... 8
2. Deux doigts dirigés en avant, 1 en arrière (1). lïec droit, robuste,
i pointu, langue lombrici1`orme. Bect. raides, élastiques, pointues;
· [F. Picidae p. p.] .......... G. Picvïdes (p. 195)
—— 'l`rois doigts dirigés en avant .............. 3
3. Doigts libres ou taiblement unis à la base par une courte palmure.
'1`arse nu .................... [1
— Doigts réunis par une palmure. Tarse lill .......... 7
— Doigts soudés entre eux; tarse et dessus des doigts cmplumés
(2, Z'). Bec bien moins long que la tête, à maudib. sup. voutée.
Aile et queue longues et pointues; [F. Pterûclîdae p. p.) . .
............. , . G. Syrrhaptes (p. 120)
G. Tarse 3 tois environ plus long que le médian armé, réticulé (3).
Jambe au moins aussi- longue que le tarse, dénudée sur ses 3/-1
int'. Palmure nette a la base des doigts. Bec droit, sensihl. plus
long que la tête (/4) ; [F. Charadriidae p. p,). G. Ilimantopus (p. 351)
-—~ Tarse un peu plus du double du médian armé. Bec au plus de la
long. de la tête ................. 5
— '1`arse plus long que le médian armé mais d't/1 au ma\. Bec droit,
variable mais jamais 1·obustc. 12 rect. F. ChaI`a(1l`i1dae p. p. (p. 319)
—-—— 'l`arsc un peu plus court que le médian armé, scutellé, doigts
entier. séparés (5). lïec plus court que la tête, En narines allon-
gées (6). Queue tres courte En 10 rect. Oiseau de moins de 20 cent.
de long. [O. '1`1`ltNlC1FORMES) .... F. Tuïnicidae (p. 422)
5. '1`arse réticulé. Oiseau de plus de 40 cent. de long ....... G
— '1`arse scutellé, doigts sensibl. libres, ongle du médian pectiné (7).
lîee un peu arqué, un peu moins long que la tête   Oiseaux de
moins de 30 cent. de long ...... F. Cursoriidae (p. 318)
li. Doigts à peu près total. libres, ongles courts, larges (9). Bec dépri-
mé à la base, un peu voûté, au max. de la long. de la tête.
20 rect. au moins. Pas de glande uropygienne; [S. O. OT]-
DIENS) .............. F. Otidae (p. 311)
— Doigts avec une palmure nette à la base; tarse rentlé dans sa
partie proximale (10). Bec au plus de la long. de la tête, profond.

num; ma rmmcxa. — orsnwx 43
  —!!•,« ·· • ·$îé% ,|| [ * ~‘
ùïïu  .~ '*#2'S`?""" ' / :·Z·T·S·. ûw\ W
,·<î7/·" "*üg,•:¤· ·'«‘•°·$‘• , A ‘À-;·
x un ,» [ «
  — Fa , ·!····\··..·· /*·î*` '· 1(('^
F; :§;ai.î:1€¢2 Ã ;=5:‘*’,’ " ,
€§:Eî=îs§ïï*· ' 2
§*'=·~‘_'w »i 2
,  `  @'
M """;
· "`»—¢? · v L-? `
   "èw @ —ë—  ‘“—
.»·<v""_}J" n V wa. H, r  ~ ·*—°’° ài  
 ;_.~ - —— Y — =·~·W    \,
‘  `sï \3¤
 i' \" Ã \
,2; 4 ·
 
jï 3 \
ét ' >  ‘
È? \ W  Ã, ·
    ,6 »/   ·
ig?  5 _ 2,, -  
# a- [ g    
is lg .) U, x-  - 
  a· ‘ ‘ "·· ·j¢:·t§* ·   *
,  - ,,,···g§«‘2î î· ’ à ar '  ;§"  
4* i;¢»·’i$v=” = 7 · , « 
Z-   /:ê~ ` [ ·
‘· E
_ J'!-.
J, ` '#· ·
T
· F
,··'  '\ \  
IV  
M ` Ã: 
v '  _   =  Y. 
` V: - · >~··’ · ;
· ` · H`!  '
1 \   ‘
T  ` A   E ê
¤  8  ,:\“   §
'  9 I1
· u
= . · "‘ |
, V ·     - ? nz
= W   xtâ" · —
   Q 1 M '   »——‘· " Lt
bf   !r;"  -~`:T    _` ··
1 ‘;..-..·.aai¥·«· t " É \ ` ,· «‘~ , b
_ v "¤ ' `·`;:i ·_  `\ ' )'\'  
     Èî·`?t      
,+   _ · ` _; \\`\\ ya" Ã ·  
6 s Ao t J
n M,\\ (
FIGURES 1 à H. -- 1, Picaïdes lridaclylus, patte; 2, 2', Syrrhaples paradoxus, patte;
3, Himanlopus himanlopus, patte; 4, M., tête; 5, 7'uv·m`.z· sylvalicux, patte; 6, id.,
tête; 7, Cursorius gallicus, patte; 8, id, tête; 9, Oliv tmvla, patte; 10, Burkina.-:
œdicncmus, patte; U, id., tête.

44 FAUNE DE manon. — oiseaux
fendu, à narines allongées (11). 12 rect, Glande uropygienne à
mamelon emplumé; [S. O. GZDICNEMIENS] .....
............... F. (Edicnemîdae (p.3l6)
7. Narines s`ouvrant chacune sur le côté du bec, à l'extrémité d`un
petit tube. Rhamphothèque composée, à extrémité crochue (12).
Patte insérée normal. Aile longue et étroite .......
............... F. Diomedeidae (p. 392)
— Narines s'ouvrant direct. dans le bec qui est variable mais plus
ou moins comprimé et au plus de la long. de la tête, Patte insérée
à l'arrière du corps. Aile et queue courtes; [0. ALCIFORMES]
................ F. Alcidae (p. 387)
8. Deux doigts dirigés en avant, 2 en arrière (13) ........ 9
— Trois doigts dirigés en avant,] en arrière. (Exceptionn. le doigt int.
peut être rejeté en dedans ou l’ext. en dehors : doigt réversible) . 10
— Quatre doigts dirigés en avant, tarse court, emplumé (14). Bec
court, très largement fendu (15). Aile presque égale en long. à
A celle de l'Oiseau; [S. O. CYPSÉLIENS]. . F. Cypselidae (p. 199)
9. Bec droit, pointu; langue longue, lombriciforme (16); [S· O-
PICIENS] ............ F. Picîdae (p. 190)
— Bec légèr. courbé (17); langue de forme normale; [S. O. CUCU-
LIENS] ............ F. Cuculîdae (p. 196)
10. Doigts ant. sans expansions membraneuses, total. libres ou faible-
ment unis à la base par une palmure atteignant au plus le 1/3
proximal des doigts, dans ce cas, tarse toujours plus long que le
médian armé .......... , ....... M
— Doigts ant. élargis par des expansions membraneuses à bords
libres (18) ................... [15
— Doigts ant. réunis par une palmure exceptionn. assez échancrée
pour ne réunir qu'un peu plus du 1/3 proximal des doigts, alors,
tarse plus court que le médian armé (19, 20) ........ 117
— Doigts ant. en partie soudés entre eux; tarse nu, sensibl. plus
court que le médian armé (21). Bec plus long que la tête, pointu,
12 rect. .................... 57
M. Doigts armés d'ongles longs, robustes, crochus, rétractiles (serre)
(22,23.24). Bec général. court et robuste, fortement crochu, avec
une cire bien développée à la base (25, 26, 27) ....... 12
— Doigts sans ongles robustes et rétractiles. Bec de forme très
variable, jamais très crochu, sans cire vraie à la base ..... 17
12. Yeux placés de profil (25, 27). Cire (presque toujours) et doigts
nus. Doigt ext. exceptionn. réversible. Glande uropygienne à
mamelon emplumé; [O. ACClPlTRlF()RMESj ....... 13
·—· Yeux placés de face (26). Cire couverte de soies. Tarse emplumé

FAUNE DE FRANCE. — OXSEAUX  
. /.3 fr 
> ,l ·  `\  
      ... 1.,, ¢~ '~··
/ [   ,.     '~ Y) Tv
QM   `  '
( / , ¢" 'S',V'
C lv, /2 _  
    AIR `
  ‘ If I \   le ·
wp **6 ‘ .,  ~ " »!   *·
”” ,  ` ,~: j  ,, , ,,,,. —·~ —··——·  
.6 «  /6
K M  ·'·"îë%·=  ·· 
I, · Y.  Y   E"tQ_,}\,_‘
 M?  P `    ·  A
J'? ···‘‘· s   ··' f  ne 'É /7   S   N'=·· 1
«s;·w>*à+%‘ ""«' .!f¤~,_ \ \&\ *
. •· mi `
, s v· .. ..,.·, . \
C¤:«·» , 4-%. *5 ~\>
ry;   ~ ·
~ ,.·· w   a
-   Ill! aw —-·· ;¢·=,
// W   #$5 «â=§: ,4 wi
z ·.__ __,.··*' /• j · • ; jr
/(Q//Ny, §     »_  î
 W Mt 2 tnt ,_ .`—— ~      
K I · WÃW      
 ,   2] /.'}  
` ·, . O 1
1 s1*—g ’? ,,, »  
V   «« ,     gg?}.  gf N` 1
I ' ¥  (If      · '·-2;:* 
J   ' ` 3. 9 $.4}
ZE ~ a 2
, s .=`(\
  x, t
· '1 '·  " ‘ M" !  2,,
“`l "  Z1;   11
ig " ik,.  -. 7  ,
· .·- *· `a$.¤s«\ 1  / ,
" 20 R      
    _ `~§~,, ,7, 
·   _·., ··  " Èx • '«/' · `
  ` V / 
.`*` !(«,.,,""6— ,  
Fmunzs 12 à'2£. — 12, Diamedea easulans, tête; 13, Dryabales major, patte; 14,
Apus apus, patte; 15, xd., tête; 16, Drynbates major, tête; 17, Cuculus cnnorus,
tête; 18, Colymban vrixlnlus, patte; 19, Anas plaIyrhym·hus, patte; 20, Hydro-
chelidon nigm, patte; 2l, Alcedo ispirla, patte; 22, A¢·r·i;n`le1· nisus, patte; 23,
Acgypius monac/tus, patte; 24, Aegolius tengmalmi, patte.
u

46 rame nn rnmcn. — oismtx
et général. aussi les doigts. Doigt ext. réversible. Mamelon uro-
pygien nu; [O. S'l`Iil(}ll·`t)lUllÈS} ........... IU
13. lier presque aussi long que la tête, droit En la base, avec une con-
vexité sup. plus ou moins nette après la ci1·e qui est très déve-
loppée. Ulîil à tleur de tête (27, 28, 30). Partie nue du tarsc,
quant il en existe, réticulée 423) ..... . ...... M
— Bec toujours notabl. plus court que la tète, rarement droit ii la base,
sans convexilé à la base de la cire. Uliil plus ou moins enfoncé
sous u11e saillie de l`arcade sourrilière (25, 29). Partie nue du
tarse, quant il C11 existe, scutellée ou réticulée ....... 15
W1. 'l`ête ct cou plus ou moins dénudés ou duveteux. Base de la man-
dib. int`. nue t27, 28). 'l`arsc en partie nu t23). l*`. Vultufidae tp. 2i7)
—-— 'l`ète et cou coniplèt. emplumés. lîasc de la lllîlIl(lil).llll.. garnie d`une
toutl'e de longs poils dirigés en avant «3(}). 'l`arse cntièr. eniplunié.
a ............... l*`. Gypâëtîdaê tp.2iG}
15. l)oigt ext. réversible, presque égal au médian. Ongles presque
égaux. Tarse plus court que le médian armé, réticulé t31). l’as
de culotte. _lîord ext. des réni. primaires dentelé par retroussis
des barbes. Aile dépassant la queue; [S. O. PANDI()N]ENS|.
..... I ..... A ..... t·`. Pandionidae tp. 217)
—- Doigt ext. peu ou pas réversible. Toujours une culotte plus ou
moins développée. 'l`arse et queue variables. Bord ext. des
rém. primaires non dentelé par retroussis des barbes; [S. ().
A(É(,`IPIT/1’IE]V.$`] ......... F. Falcûnidae (p. 2IS)
IU. Tarse au moins égal aux T3 du tibia. Doigts ii peu près nus, le
médian sensibl. égal En l`int., avec l’ongle dentelé au bord int. t_33).
lïec droit à la base. Conque auriculaire occupant presque toute
la hauteur de la tête, collerette complète en dessous (32). . .
................ l·‘. Tytidae (p. 207)
— Tarse environ la moitié du tibia. Doigt médian plus grand que
l’int., à ongle lisse, Conque auriculaire variable. Collerette
jamais complète en dessous ...... li. Strîgidae tp.208)
H. 'l`arsc emplumé en entier ou seulement devant, exceptionn. sur ses
2/3 sup. envi1·0n (34. 35), plus court que le médian armé. Bec bien
plus court que la tête ............... 18
-—- Tarse nu, exceptionn. emplnmé en avant sur près de sa moitié pro-
ximale .................... 21
15. Bec robuste, convexe, incliné a la pointe, à mandib. sup. voûtée
recouvrant l’ini`. Narine basale surmontée d`une partie membra-
neuse général. emplumée. Souvent un espace nu et rouge autour
de l`«i·il t36». .\u moins |—i rect. ............ 19
-—· Bec très court, faible, fendu au delà de l'œil. Tête large. Jamais

r f   .
 6   ,,,9 A
— ¢·   zz? ·
é      ! · \
*/« %%”“ ,W,»,    une
`*· /  ;,  1%. C" ‘·L\
j. ‘ 4 _'·`·m·· ;.,,.
. »,  2    < ·~, 
` M   ’ `»:Ñ·‘   _ ,
8 ` rd   QT . `. - .
9, `  
‘· ‘~\}îx¤<;;¢·_ ` .*1 ;`•\ *l;§i___\
\g\\x\ ,,, \ Xu
·>·= vr   «%ÈÀh\ `\*\ 
2. pff.;   —·) /¢/ î/Y 1 ‘, \\&·\ç\ M":
,f!§§çvÈ;*),· _"'Ã_Q;.ï;   -,:,,_,'_` WWW \\ \È\
·"     ` M ” °"€îf~’<:·` `U · `\
,   )  ww   ., i~ ·*··  » . ' '
    ri  ·`·.·  f"7·'  .4 I‘î?:ï·s”`à ' ·¥  `\«` \
A m;   ,ÃI§\ gl       ..    
4  ··_·,.¤~ïZ  ,»· \   . \§    fus
  ·· i.§‘\m\1l:?  n mg; .  [R   Mm 
mv ;w·· 3;% ,;»    "‘·î ww" ‘* #· ~
/ 1 Q.     ¥L.’î·,` x
L)0. u·\\  * y` "
' x 9,  j‘;._  ·,
âëg — ;'E__»_,'E> .
M   W w*·ë=«  
,/4* ' "•) ` A; ` ~ W ·§~x·.·M..`_:
§•. `  ,. \\, \  ‘\s%`·_*$?‘,9`À
, ng ,j[’ M" \ È  \*\·: \  \
 ,É@·· ·  , '· Ã "’\ `¢"  ~*\\Ãî`à«'  
` Là} ,1, 2  u) / Y  A I ilîïïl ‘ \ x\\\  _
·2FS" .»  F ’   «‘:ë=:;—`»- ‘ s N
)·$& £ rf J   » A   ·.·_~`\   l  \
  L *  !\:¢îï` gf · -:;5~\§î §
É  Qwâïbù gïïïx \\§~; xt: î,§lg~ Ãgêgy
 :~   . · . `y - ·· :·»:~
  P "   î\“à`î§` Fw  %~ ·
/ »/r M «"_ \. ·" \\ à ly?   , ,%i!i` ;). .·
` É )§ 4 Fàf   (*"fÉ2‘Q“’ 'sr;
 —\ xàû I ,` È Là?  
ly  av zz 'wz î<·— M, ` ~~  
  5 R   , #,+;JL
 Ã!  " WJ )·:`."‘*`^   
,     J ·`;n ’"‘
  (  I`- ' \
5 A M   ·
‘2.·è
I Ãiàâ  _g ` \ `
A     `
M ·,'·r:;, %   ·—· · 3
’~É` Q`.?  ··î**"'§â»$ 5
"V - j··1~» 4-.-* ', .,ij,_:_ï,, `.
  I V'] F5;/:?| ’  . · vl ïl    
&g‘§.(  _¢.',j,,;;.g·:__` _' Li _ \ 
V —\ (kg`, ai 27*/ \· '\ ux}   x 
» ` ‘~  ··?" .s«· É->«" ÉÀV J7 —
nm nm 25 T « )   » 
I1/nm! ·' 37, on \'·· MM
30. G l'e"'°~n1»r "’· (Im- '"°ÃÉE D
33   /laPI'][_v‘ [JI"   aprug. •··îh4 . i,
36, ;·" I)îiI,|,(..':I"UI1.ç E`; 28 (·m°$lw [~   -2
• crm ·» 3; · '<·l«·· ·’ '!/px /·' "\«·· ·>(· [ i
0   I LUI I \i| " [Ill"] ' ·*' P` li _.
Mila, J"I>ug m’ 'lmg,-0 *· |«-|,.. "'*/Ian
`     lyllît h"li(lf*I"   Ilqfdnpuei tal
· ». . I I ‘ ·. · _
, A, llterû 1 '   gv, I*€IL[(.. flu Php, ‘ ` J}. Iv
clgç ‘ (dl - v .]‘·) , -/$(H•, (0-
· alc; l*1·z;,,, ~, [ nc, .`
la] I] _!/lg (4
U, pull gu; eu" alba _|.|_~;
e• Opafug ' [NH;
· Patte;

48 mons ns rimncs. — oxsmux
d'espace rouge et nu autour de l'oeil. Au plus 12 rect. Mamelon
uropygien nu ..... · ............. 20
19. Aile subobtuse, arrondie. Queue courte à sus- et sous-caudales
très développées, dépassant parfois les rect. Mamelon uropygien
emplumé ............ F. Tetraonidac (p. 431)
—— Aile suraiguë, pointue. Queue_conique. Tarse emplumé seulement
devant (37). Pouce rudimentaire. Mamelon uropygien nu;
[0. PTEROCLIDIFORMES] ...... F. Pteroclidae (p.4l9)
20, Doigts nus, pouce très court, ongle du médian pectiné (35), Base
du bec entourée de longues soies (38). Queuearrondie, Plus de
25 cent. de long; [S. O. (,'APlïI/UULGIENS] ......
.............. F. Caprîmulgidae (p. 200)
— Doigts emplumés, pouce normal. développé (39). Base du bec
sans longues soies (40). Queue fourchue. Moins de 15 cent. de
long.;   Hirundinidae p. p.) ..... G. Hirundo (p. 188)
21. Jambe toujours entièr. emplumée. Tarse par exception sensibl. i
plus long que le médian armé, toujours lamellé ou scutellé
devant. Bec rarement plus long que la tête. Queue atteignant ou
dépassant souvent le 1/3 dela long. totale ....... . 22
— Jambe toujours plus ou moins dénudée à sa partie distale. Fré-
quemment tarse nettement plus long que le médian armé, scu-
tellé ou réticulé,jamais lamellé ni devant ni derrière. Bec souvent
bien plus long que la tête. Queue atteignant très exceptionn. le
1/3 de la long. totale. Mamelon uropygien toujours emplumé . . 90
22. Bec arqué vers le bas, pointu, lisse, sensibl. plus long que la tête,
celle-ci ornée d`une forte huppe d’une double rangée de plumes
érectiles (41). Pouce bien développé. Mamelon uropygien
emplumé; [S. O. UPUPIENS] ..... F. Uptlpîdac (p. 204)
— Bec droit, 2 fois plus long que la tête, flexible, sillonné, à extré-
mité obtuse un peu renflée (42). Pouce à ongle petit, bien
moindre que les autres doigts et inséré plus haut. Mamelon uro-
pygien emplumé; [F. Charadriidae p. p.) . . G. Scolopax (p.330)
— Bec droit, à peu près de la long. de la tête, du tarse et du médian
armé, pointu, sillonné, en forme de poignard (43). Pouce très
développé, sur la même ligne que le doigt int. Mamelon uropy-
gien emplumé; [F. Ardeldae p. p.] . . . G. Iarobrychus (p. 303)
— Bec droit, à peu près de la long, de la tête, comprimé, incliné à
la pointe qui est un peu crochue, narines nues (44). Pouce bien
développé; tarse réticulé en arrière (45). Rect. lat. dépassant
un peu les voisines. Mamelon uropygien nu; [S. O. CORA-
CIENS) ............ F. Coraciîdae (p. 206)
—— Bec droit, plus court que la tête, un peu courbé à la pointe, à
narines en fente recouvertes par une men1brane bombée, molle

num; un muscu. —- msmux 49
.. `"~`,5a"`\` nz};
V ,_  Syl ` ``'‘  `ëïtg  \ 4 _ ,/ le
,  " — ~-q¤=  ·,.__, i,_"· , y t I  < //»>»·· M
’ . · §;;_   W È I ` 2 ,j'  ¢¤ aîgî °"A"· .
t2` \  s·   ~  È  0. P4     
\ ,, È Q .  tt, M r    ·  
~¤ Ã\ ` t,,,·»Ã_t‘”    ** 6}%
‘“l\·. ¤‘·R «     ··      
à  ,;,;*6 \,gg,,,x·,·,x ~, 
\ " «` _'   .:3%. \; W
F · /4 3  
5 g /" ·Ã¢ / '//0 M  -
  .}*.5 Ã t
:<s,\îî~§,  ,
§ x Ãgx
#3 ""ÈVW 40 ~  
t ··\`
t î
0 , , ,a
I H V 'Tiîîjw
(MM  ? " ’  U  
[ "-=  âî‘ 
' `  \\ — A  
`- , ,  "  *'tti‘i—~ N
·/4 \\ I° \ à; ·
·2 \`t\\   twîttv? mêm
4* 7 É ‘&~*   Wo  '
..1 I ' " F,.
Ã!  *  
—-.. »·1. 4 œ ü agë ~· ·
2'*w¢'t" "` ï   
»\` v \`ùÃ_ \÷  .
/( 4 0 àl  \""··s` ·
wu-- · .. a \ e «~. 
= an \  ‘~—- ·‘
  ,.»« rzwêx
‘* t " I aêê.  ·\
-,·«;‘§,, r à mt vt ]'»"
    , xî-E W
  `   té È   È
."*"‘~A ‘$t"®m=>>"·  I.  ta ‘
· »,,  ¤,,;Q_ M', _q\§,,,\, FW ‘~€.
T \ d  wjî zà   /'»ë(u(7?'   *1
VW t ` «, ·   1/’\.`à""" nid · J!) xt
«‘\% t » Em   N `¢·~\\iJt · W" É L  
4, _ \\     ,»‘;¤`     ^, _ 9;`§~‘t.»
°' W ,#:§î;‘*<   —~ .¤¤sîÉ'~‘xj"
(.l·t"¥‘q \ È. ' · `
`   y;¢;m '   ~ « gw,
Fmumzs 38 à49. — 38, Caprimulgus eurnpaeuv, tête; 39, Ilirumlo urbim, pattc;
40, id,, têtu; 41, Upupn epopv, tête; 42, .S'¢·0l0paz· ruvlicnla. tôtc; 43, l.z0bry·
chui minutus, tôtc; 44, Coracias garrulus, tôtvg 45, id., patte; 46, Columba
palumbus, tête; 47, id., patte; 48, Caccabis sa:1calz`lzs, tètc; 49, id., patte.
u 1 4

50 num: ne ruaivczs. — oisisarx
(46). Pouce bien développé; tarse scutellé ou largement réticulé
devant, jamais lamellé derrière (47). Mamelon uropygien nu;
(O. COLUMBIFORMES] .............. 23
— Bec très sensibl. plus court que la tête, à mandib. sup. convexe,
courbée en avant et recouvrant l'inl`., avec les narines percées
dans une petite membrane (48). Pouce assez court, inséré au-
dessus des autres doigts; tarse génér. biscutellé ou largement
réticulé devant, jamais lamellé derrière (49). Mamelon uropygien
emplumé ...... · ..... F. Phasîanîdae (p. 423)
-—- Bec polymorphe, habit. droit et plus court que la tête. Pouce
toujours bien développé, souvent plus long que le doigt int.;
' tarse jamais réticulé ou biscutellé devant, fréquemment lamellé
derrière. Queue d'au plus 12 rect. atteignant et dépassant son-
vent le 1/3 de la long. totale. Mamelon uropygien nu; (O. PAS-
SÉRIFORMICS] .......... Y ....... 24
23. Tarse emplumé à la base (47). Mcnxbrancs 1·ecouvrant les narines
_ séparées par un profond sillon longit. médian (46) .....
............... F. Columbidae (p. 417)
— Tarse entièr. nu ou presque. Membranes recouvrant les narines
sans sillon de séparation (50) ..... l·`. Peristeridae (p. 416)
20. Bec comprimé, sensibl. moins long que la tête, robuste,\à man-
dib. courbées l`une vers l°autre (51) (F. Ffillgillidâe p.p.j.
................. G. L0.rz'a p. 80)
-i Bec presque toujours plus court que la tête, subglobuleux ou plus
ou moins conique, droit ou un peu intléchi (52, 53,54). Tarse
plus ou moins pluriscutellé devant. Uépassant exceptionn,
20 cent. de long ................. 25
-· Bec très court, aplati, à base large, fendu jusque sous l`œil (55).
'l`arse pluriscutellé devant. Doigts lat. presque égaux et bien
plus courts que le médian. Ailes longues, suraiguës, dépassant
les 1·ect. médianes. Queue plus ou moins échancrée ou tourchue.
Toujours moins de 20 cent. de long . . F. Hirllndînidae (p. 186)
- Bec droit, robuste, au plus moitié de la long. de la tête, à mandib.
sup. à extrémité crochue et dentée de chaque côté, à mandib. inf.
un peu retroussée et échancrée vers la pointe (56, 57). Tarse plu-
riscutellé devant. Queue arrondie ou étagée. 15à 25 cent. delong. . 27
— Bec robuste, droit ou presque, habit. de long. voisine de celle
de la tête, à narines presque toujours cachées par des plumes
décomposées (58, 59). Tarse scutellé, exceptionn. botté (60, BI).
.\u moins 30 cent. de long. ..... F. COI‘Vida8 p. p. (p. 62)
- Bec droit ou légèr. fléchi, ellilé, jamais très robuste, souvent
mince, exceptionn. aussi long ou plus long que la tête, à narines

FAUNE ma Fxmxcn. ·— OISEAUX 51
, l` . `È:
  .1, 1*   __  
·« Q â" 31   / ’\î  `
-y \ *` ’ M \ \   "· ~ U 
r ` NAN ER    "^‘ '- ”    ""€¤ ="v·
f 7 ‘ v ·r M -\ Y \L'\]‘· g`
» ' N .1] 1:;   ·) ··"ï=§§Y   ~.
7}*;* f 4 êîsïi L } ,î* ` J Q\&¤!‘\‘wx";»_·
.   ·~:=’    , 1\~®\~~ «  <w$‘r·¤*
" `  —ë’2§'> `*s;· Ã , < `xï  " `VÃW
— §`I';i«§*  ft ._ 00 www;  Ã.;
‘• 'ïÃ\\· · 4;` "f , ' 5* I `\ ~ iïïg
.5.3 ~\‘\ v ‘   .;"  _.    . 
w"'  "(   ’1¥` "
N   w w
\ ® ~·ÉEï' A ·
__   jâh (. ,,5
A· .·\.- Y -74 \ *2**% (M
  ïff   *· ·<
  \§§È  52 4,;  `?. `·É».
' "   \.i \È?·§-.':—
,     ‘—·\g%È`È':·‘
'·\:_ Q] -  `I;5 — gw ·
·- • 1‘!'?·· 7
. ~   ·  —:A .  
#§; ï         \ , h `;P@§2É,§g,`
  . , â   '~<"< .s·  " ïglï 
, Q _®‘¤‘. ~g` J7 ‘ \ \ 56*   ~“` w, _·’[¢
 lq  M  N`! , .
\\\\ù\ M ¢&‘ Lx .
\ F ··~~ · U.  
.·   `°‘?ï¥~.
5.9 wï -
Éfï. _ _ > J6     ` ·.
(A`.?
. · ,»   > 
J»·‘;::.}?\__
,¤’;·"? "  " *ï>\ . · .
/   `•\ '   _ "   ‘ _>§";
M   · ':·  
\'·` — n. j`,} ë`·:;J·_:_._
» T .t E · (Ã"   .`
(JU ‘ \  §  :¢œ=»_:~,~
` 6`5
Fxcumas 50 à 63. — 50, Tu1·lm· tm·lm·, [Mc; Fil, Ln.z·ia pi/ynpsillarux, [Mc; 52, Pyr-
rhula pyrrhula, tête`; B3, Galvrizla crislnlu, lëlc; Il'}, Argit/talus muzlulus, lûtc;
55, Chvlidon rustiva, tôle; 56, Luniue rxruhiior, tôlv; 57, llombyrilla garrulus,
. tête; 58, (}01·vu.v cm·a.1:, tètc;,59, (h·m·uluv graculuc, tôtv; 60, (,'m·vus ¢·0r·a.L·, '
path-; 6i,_(ïra¢·uIus graculus, pullc; 62, Turdus merulu, tètc; 7'1·0glmlyl¢·s tro-
glodytes, tete.

52 mom; ma rmmcs. — oxsmux
habit. nues et operculées (62, 63, 6/6). Tarse uni ou pluriscutellé
devant. Atteignant très rarem. 30 cent. de long ....... 28
—— Bee mince, eftilé, courbé vers le bas, général. au moins aussi long
que la tête (65, 66). Tarse uni ou pluriscutellé devant ..... 38
25. Tarse scutellé derrière, au moins aussi long que le médian armé;
ongle du pouce droit ou faiblement arqué, général. au moins aussi
long que le doigt(67). Rém. eubitales plus longues que les secon-
daires qui sont échancrées en cœur à Vextrémité (68) ....
.............. F. Alaudidae p. p. (p. 106)
—- Tarse lamellé derrière; ongle du pouce presque toujours bien
arqué, exceptioinnpresque droit et plus long que le doigt (69,70).
Rém. cubitales dépassant rarement les secondaires, celles-ci
échancrées ou non à l’extrémité ............ 26
26. .\ile à 9 réin. primaires, plus ou moins aiguë. Bec exceptionn. faible
(52, 71) .......... F. Fringillidae p. p. (p. 74)
— Aile à 10 rém. primaires (la première pouvant être très petite), plus
ou moins obtuse, exceptionn. snbaiguë. Bec général. peu robuste,
à narines cachées par des soies ou des plumes dirigées en avant
(54, 72, 73). Ongle du pouce le plus robuste . F. Paridae (p.124)
27. Bec déprimé; tête huppée (57). Queue droite, moindre du 1/3 de
la long. totale. Rém. secondaires terminées par une petite palette
rouge ............. F. Ampelidae (p. 137)
— Bec comprimé; tête lisse (56). Queue arrondie ou étagée presque
moitié de la long. totale ........ F. Laniidae (p. 133)
28. 'l`ars_e botté ou quasi botté, jamais plus petit que le médian armé
(74). Bec droit ou presque. Queue non étagée ....... 29
-— 'l`arse pluriscutellé devant, parfois assez peu nettement (75) . . . 32
21), Narincs recouvertes chacune par une plume rigide, (l€1Ill·élJt]1`l)éC.
Bec menu, aigu (64). Moins de 10 cent. de long ......
................ F. Rcgulidae (p. 132)
-- Narincs nues, en entier ou dans leur plus grande partie, recou-
vertes plus ou moins par un opercule membraneux. Tête lisse.
Toujours plus de 10 cent. de long ........... 30
30. Bec court, déprimé, à pointe un peu crochue, fendu jusque sous
l’oeil, large à la base qui est garnie de soies raides (76). Tarse
plus grand que le médian armé. Au plus 15 cent. de long , ,
............... F. Muscîcapîdae (p. 183)
-— Bec comprimé, jamais bien large à la base qui est nue ou garnie
de quelques petites soies .............. 31
31. Beelégèr. retroussé, à bords mandib. tinementdentelés (77). Narines
complèt. opereulées. Doigts garnis en dessous de pelotes articu-
laires saillantes. Ailes courtes, arrondies, subaiguës. Queue
moindre du 1/3 de la long. totale ..... F. Cinclidae (p. 180)
I

num; ma rames. — msmux 53
6‘4¢ ,»*‘··s, \ 4.
f ; j ai ·*·~.
~ ·,·;==< Éeêî · V »- ` >‘-———-
È 1/, 5* É ‘· ¢   ‘   l ` I '  ~ K6"
\ tgjièt, — rw \   J.   î1* *51 ,
MQÀQ 7} `ï \\` (), .5 ‘l ;$· "  La-J Y ~
.   (I1-
,î_ _ <f ` <· W . ,"¤-\·.;.:_ _ _ 4/
·,;··>%1ï¥:Éî‘\   (*7kÈ P`·ü J=—à=#·’...
  _ M] ( sa il \T  ,  \ "•;—;·=-—·~\
, I * a « ' x `: \ ‘ . 2 E5.,
.F L \_,\ \_\.  Ã cx
ÃL1, ,§-R N î`;\É\\§ _" 5 \l_\ î \ `_ ( ,
» ,,v,\\,>a··>· ~ <~,«,\ ,  -- - W
·‘ t` ww 9**   É `\ \· \ gw
/* ,.14,/ ·;,  È » `*j,_ I? LV
rg: ·\·‘\ W i§¤\<,e <»f'Vt
wt N  îëaë  L K
· \ si . \ ~ · ' ¢
 ` È! //66 ,` <*‘, _ ÈQR   I  vl ` (I.)
)» `^ "· ~ `+‘¤·  x`
hb? f _r“w~"",  
, «a Xa,
» *’î"·‘;É‘J" 1...... :·.•:•·:z.·:—·:É QI \
`~· M s  
`\   Y HÃ t 7 ~   --
É, M ê .   ·¤«_ I.,
' É san — s  '
\ Y ' Q} »
¢¤··"' `~
~ ki, · A , · .
 k @~··; `·;<~ ~ ,,»»Ã?°T'llî¤
É ,,77,   ,fw1,,,,g ,  A  1,;%     _
7 ·, ¥ ` \ , ,, VV. ff" "`·—— eg, ·`(\ *1
t 2 zo \ 7:;
  , ~.`, 8   ,, '”"""”"*·$.,
;’$"É··.` I "   ' » · ~’v ` ‘   7-, 4
      _  4 __ ·' I .   ··_ (l`  ’ ëï,i   `h .,.`
,»«·tw=' — ,   .· , "` ·· : ··· £~ W >~_
  * È',-'· 'vi _' r *7î ai . `1  É Ã',
‘ ï _7 7 · J ,i’ , .70    G t 
Fxcumzs 64 il 79. — 64, Ifegulm regulus, tête; 65, Pyrrhocoraœ pyrrhocorax, tête;
66, Certhîa brachydaclyla, tête; 67, Lullula arbarea, patte; 68, Alauda arvensis,
aile; 69, Passer dameslicus, patte; 70, Passerina nivalix, patte; 71, Ca1·duelz's
carduelis, tête; 72, Anthaxcopus pendulinus, tête; 73, Parux major, tête;
74, Turdus musicus, patte; 75, Sylvia atricapilla, patte; 76, Firedula hypoleura,
tête; 77, Cinclus cinclus, tête; 78, P/zœnirurus phœnicurus, tête; 79, Oriolus
oriolus, tête.

54 mman ne rnaxce - oiseaux
—— Bec jamais retroussé, avec quelques soies à la base, a bords man-
dibul. lisses (62, 78). Narines semi-operculées. Doigts à pelotes
articulaires peu développées. Queue exceptionn. int`érieure au 1/3
de la long. totale .......... F. Tuïdidàe (p. 158)
32. Toujours plus de 20 cent. de long. 'l`arse intérieur ou au plus
égal au médian armé. Aile étroite, plus ou moins aiguë, couvrant
plus de moitié de la queue ...,.......... 33
— Atteignant exceptionn. 20 cent. de long. Tarse toujours plus grand,
exceptionn. égal au médian armé. Tête toujours lisse ..... $[1
33. Queue supérieure au 1/3 de la long. totale, bicolore. Bec avec
poils à la base (79). Tarse et doigts forts, l'ext. plus long que
l’int. (80) ............ F. Urîolîdae (p. 73)
-—- Queue inférieure au I/3 de la long. totale, unicolore (les rect.
étant simplement bordées d’une teinte plus claire). Bec nu à la
base . · ............. F. Stutiiidae (p. 71)
BG. Neuf rém. primaires, presque égalées en long. par les rém. cubi-
tales (81). Bec droit (82). Ongle du pouce général. long et peu
courbé. Queue toujours plus longue que le l/3 de la long. totale,
jamais étagée .......... F. Motacillidae (p. 112) i
, — Dix rém. primaires, la première souvent très petite, les autres
beaucoup plus longues que les cubitales. Ongle du pouce général.
bien courbé .................. 35
35. Bec à narines non operculées cachées par des plumes sétil`ormes,
cunéiforme, droit ou légèr. retroussé, égal ou presque à la tête
en long. (83). Pouce plus fort que le médian. Queue moindre du
1/3 de la long. totale ......... F. Sîttîdae (p. 123)
— Bec à narines operculées, nues en partie ou en totalité ..... 36
36; Bec droit, à bords nettement rentrants (84). Aile allongée, subaiguë,
atteignant le milieu de la queue, celle-ci supérieure au 1/3 de la
long. totale. Au min. près de 15 cent. de long ......
............... F. Accentorîdae (p. 178)
— Bec à bords très peu ou pas rentrants ........... 37
37. Bec mince, légèr. arqué, à base sans poils, à narines entièr. nues
(63). Aile courte, arrondie, subobtuse (85). Plumage brun rayé
transvers. Au max. 10 cent. de long . . F. Troglodytidae (p. 182)
— Bec droit ii quelques exceptions près, à base légèr. garnie de poils,
à narines en partie cachées par des plumes (86, 87). Aile et queue
variables. Plumage très rarement rayé transvers. Descendant peu
souvent à 10 cent. de long ....... F. Sylviidae (p. 138)
38. Narines cachées par une forte toutïe de plumes décomposées (65).
Tarse quasi botté. Plumage entièr. 110ir. Environ 40 cent. de
long.   Corvidae p. p.] ...... G. Pyrrhocorax (p. 70)

FAUNE ms FRANCE. — oxsmux 55
, ,   t  
(W . . ~et_
îf"!*' *·¤\t·z_ ·;  
f 4; »   § `xxx
· 2:.1 tw  >
rx t. ,·
82 M   —_  
1 "\·*' ·,_ '
  · ',     ;¥\
—   * —_   -435 tx 8-5  
» N , · ' t \'*  ·; `\i.g\
  t t   È "   ;:\‘ I \ ` ·` ,,·`;Ã ix  2       .
, N   `QH N `   \ § \i\ ·   ‘t xl I
  * 1* ,1 · '& \*   ·,  ~ · :r« il Gt ~•s~*ë§i î:\~à*—_
tf  n ),<(·î<”  tf tw t L   @$5 ëë 5 *!igS*\\*¥=
 ‘  M  }  ,5    y t   5,, t     5}:; lim,
A; NI ll"!   Viêt A ·"·\ É. "   'ï~u,;\ tt       5    
_}   îj     ` (A  [Ai ’  
(
-· _·;:·;.;:,___, "/,·::"··:*    .  
_ x../' ,»‘”` _ aa  ,, Ji ¤J’ A Tï__~_.,, ‘
86    §\UM`   [    
/'
 ,,:   _ . . 68 ll"
cz ·¤ 1,   ,, l4’ /
;·,·_»i`;_=,î ML 1   .,..5; ',;;g,_:_w · · ·`
   1-;.j`,»  · î==““"L:>g   0;  
   ,6% ·=="‘ Ã I
· t"°"'  ·t 6'7 _ **:1pg
à J-É`§`__à__ 4 _`-,—..--—· È- ` Tx .
`I   .;':"  ei;
\  },*' \\`__//_\ ` ,`œ`\\\%~\ `
‘   8.0 N
vs: .  ‘ S;
gn att ~—··-     -     
, gl; -·-··· -· f if- — · ·········~··—` `~J   ,`.`  
~î-., _   92 ~ 
  " \¤\\\ ~ * `
Fxcumas 80 à 92. — 80, Oriolus orfnlux, pattc; 81, Anthux l:·a'vz'ah's, aile; 82, M0la—
cilla alba, têtc; 83, Sitla europaea, tête; Sl, Pruncllu col/uris, tètv; 85, Trnglo-
dyles Irngladylex, aîlc; 86, Sylria alricapilla, têtc; 87, .4g1·0bates galaclnles,
tête; 88, Chersophilus duponli, patte; 89, Ccvihia hmchydaclyla, patte;
90, Vanellus vanellus, patte; 9t, id., tête; 92, Limosa limosa, tête.

1
56 ' FALNE DE FRANCE. —- oxsmxux
— Narines nues, operculées. Plumage jamais entièr. noir. Moins de
20 cent. de long ..... . ........... 39
39. Tarse nettement plus long que le médian armé, scutellé devant et
derrière, ongle du pouce quasi droit,aussi long que le doigt (S8);
[F. Alaudidae p. p.] ....... G. C/zer·s0phz'lus (p. 112)
— Tarse à peu près égal au médian armé, lamellé derrière, scutellé
ou lamellé devant, ongle du pouce bien arqué (89) ....
............... F. Certhiidae (p. 120)
QU. Pouce peu développé, surélevé, à ongle très petit, ne portant pas
sur le sol ou n'y reposant que par son extrémité (90). Face
i exceptionn. nue. Bec jamais robuste et bien pointu, ordin. flexible
ou en partie membraneux (91, 92, 94). Oiseaux atteignant excep-
tionn. 60 cent. de long. totale, ne perchant jamais ...... Q1
— Pouce biendéveloppé,généraldmplantéau niveaudesautresdoigts,
portant sur le sol au moins sur une grande partie de sa long.
Très souvent partie de la face nue. Bec habit. robuste et pointu.
Oiseaux pouvant atteindre une grande taille et capables de se
percher .................... 42
Q1. Queue très fourcbue de 14 rect. (93). Bec moitié de la long. de la
tête, inflécbi, fendu jusqu'au dessous des yeux (94). Ongle du
médian pectiné .......... F. Glareolidac (p.31`7)
—- Queue jamais très fourchue,ordin. droite ou arrondie. Bec, quand
il est infléchi, jamais si court . . . F. Charadriidae p. p. (p. 319)
Q2. Bec droit, aplati, à extrémité élargie en spatule, de plus de
12 cent. de long., beaucoup plus long que la tête, plus long
que le tarse (95) ......... F. Plataleidae (p. 307)
— Bec fortement incurvé vers le bas, de plus de 12 cent. de long.,
beaucoup plus long que la tête, plus long que le tarse, face nue
(96). Plumage peu ou pas tacheté ..... F. Ihîdae (p. 308)
— Bec au moins aussi long que la tête, en poignard, droit ou faible-
ment courbé, à bords mandib. tranchants, toujours sup. à
4 cent. 5 de long ................. Q3
— Bec variable, droit ou un peu courbé, rarement plus long que la
tête, toujours inf. au médian armé (98, 99), celui-ci général.
plus long que le tarse qui est scutellé devant (97). Oiseaux attei-
gnant exceptionn. 50 cent. de long . . F. Rallidae p. p. (p. 408)
Q3. Narines basales, lorum et tour de l`œil nu ......... QQ
— Narines médianes, lorum et menton emplumé. Bec inf. à la moitié
du tarse (100). Au moins 100 cent. de long (O. GltUlFOHl\lES].
................ F. Gruidae (p.309)
QQ. Bec fendu jusque sous le milieu de l'œil, à sillons nasaux prolon-
gés (101). Pouce portant complèt. sur le sol, dans le prolonge-
' ment du doigt int. (102) ...... F. Ardeidae p. p. (p. 296)

num: mz rmmcz. -— oxsmux 57
-' jin?  è,
r '· , "!=·,·> *&
5,,* -  
/- ’=—· Yg   kt]  
` _   · üïîàfîù`.   = :1 u
A  Éë `Q;  \ \ \è àl  a  4 â vlf I I):-• 5
94  "  ` fr    ‘¢ ,1   5 ·.»- »
*    ¤ A   »~m«·¤:=··~  7;.ëî
t_  . · z' J NÉIÉLI •,\ _•
-—··"—’i .:=,·"`\«·· É   , ?     Ã \
` .>$` .<\\ =· tn, , /·/ \
` \\\\‘ :È\îR’Q\, t I I -,4. /·
.()'|; \\,   k`\;,,\\ ;   · I "înîs /
`   "  ‘ ïggë 9,7
~ îfîg,
; -«. `  
-,·—- » , - t ¢«·;»”»¢~»~:·
X"-   \ A   A / A,    ; 5N   
  · XY ·« . 1 *  \ '
  "·, ;=” w 1 ·· ‘ » gg   .g; Q. w,
V/·'  \\g»`·~,,;“‘ " 1~   `tt ‘ N
QU \`¤' ’ K4,iv \§h\N,`   À
",€`®\ " t ., %W,Q*\¤1î\ \  ty  \\
'* MJ ', ' ly, ttt?  K _,\
du Hu   W gt ' !~
- · »- ·‘   sr '
·"/ »;.~· ~ N —·_ï«.È'Ãü y ,. « J
  ·=     /
, , -—»·  ,...?§°·*·*:»'   ‘
`“·‘-·  ÃIk*"%_x· l:î;î‘1:i_;‘i>·‘î\ "`_ "}'—\ >?î=    
·    ×  $'<\·¢:$\‘Ã,É,`  \Ãî¢e§’É··.
`*·—=  t  âwrï    '
99  âî" 
' ‘  '$‘*ë*ê*g  · \,—,
1%     5+
· wm 
. »— ` · ·î
 ’*Ñ@ · ¤ ·  
  . .¤—
4E··· -·'·......·L-*·""‘ "·~ sf ,\.` · ÉÃ."
\ ' '  
/1// \   jr
, ’%‘**·i•·    
.» ,  ; = ,  [
‘     W ·  
sé Z  M  ``' u
  F   ''''     " ,
·,   " `<`>r ~·«· ·. . .,..·;a•’·,’r ">.:.='r*f"
   xw  V \à».._ 9   _, 
ivxv/I   »' _,·· · .4.,;
A /,— 102
Fxcumas 93 à 102. — 93, Glarenla pr·atz'nc0Ia, queue: 94, id , tête; 95, Platalea leu-
corodia, tête; 96, Plegadis falcinellus, tête; 97, Porzana porzana, patte;
99, Rallus aqualiqutv, tête; 99, Porplzyrio porphyrio, tête; 100, Jllegalornis grus,
tete; 101, Ardea cznerca, tete; 102, ad., patte.

58 x··.xumz~ ne rnavcn. -— oisE.».r~:
——— Bec tendu _iusqu'.`¤ l'¤cil seulement, sans sillons nasaux (ID3). Pouce
ne portant qu`en pa1·tic sur le sol, inséré au dessus du doigt int.
'l`arse réticulé (UM); [S. (). (Ã](,'()N]]C]VSl. l·`. Cicolliîdae lp.305)
[15. ]‘:\pëIllSl(ltl> membraneuscs des doigts entières, ongles courts,
larges, aplatis l IS). Bee droit ou légèr. retronssé, pointu (105).
Queue nullc. Pattes insérées à la partie post. du corpa; |().
(]()I.YÀll5Il·`(UNIES] ........ I". Colymbldae tp. »it)3I
— Ewpansions membraneuses des doigts testennées (t06n. Ongles
gréles, longs, pointus. Patte insérée normal ........ G6
(46. lice droit, mince, au moins aussi long que la tête tlO7). Moins de
25 cent. de long. .\ile suraiguë; [F. Charadfîidae p. p.| . . .
............... G. l'/znlumpus (p. 329)
·— lice tort, plus court que la tête, à eallosité (rontale nue (IOS).
l’lus de 35 cent. dc long. Aile subaiguë ; [F. Rëttltdae p. p.l. .
........... , ...... ( È. l*`ulica (p.4l())
G7. Doigts tous réunis par une palmure (109). Pouce bien développé.
lice presque toujours plus long que la téte, droit, largenient
l`endu. Xarines en tente longil. étroite. .\u moins sa cent. de
long.; 'tl. l’liÃl.l']t].\Nll·`tllIÃllÉS' ............ '18
——- Doigts ant. seuls réunis par une palmure. l’ouce court ..... 50
GN. lien: in pointe non <·ro¢·hue, plus long que la tète, léger. comprimé,
a bords Ilhltlttllltll,tlll€tI\Cllt,(lC1lt€téS('110). Poche sous n1andibul.
petite. (Dngle du médianà bord int. péctiné. 12 rect. l".S\1lld38 tp. 252)
— llcc îu pointe crochue ................ /19
O!). lîcc large, tres déprimé, beaucoup plus long que la téle, a mandib.
sup. tres aplatie. Poche sons-mandilxul. énorme tilt). Ongle du
médian a bords lisses. 20 rect ..... l". Pelecanidae (p.25l)
— lice assez épais,comprimé,général. plus long que la tétc,à mandib.
sup, arrondie en dessus. Pochesous-mandibul. petite A12), Ongle
du médian a bord int,. pectiné. 12 à lt rect .......
............, l·`. Phalacrocoracidae tp. 252)
50. 'l`arse au moins le double cn long. du médian armé. Jznnbe
dénudée il la lmse sur un long espace .......... 5t
- '[`arse inl`. ou égal en long, au médian armé, exeeptionn. un peu plus
lon;.5 ..................... 52
5]. 'l`·u·:—e scntellé, au moins Il l`ois plus long que le médian armé.
lîec épais, memlnuné, plié vers le bas en son milieu (H3). l’lus
de ttltl cent. de long., le cou seul étant plus long que le corps et
la queue réunis; l(). l’ll()ÉXtCOl"l`l:Ãltll"(llHllC$l .....
............. l·`. Phœnicopteridae (p. 295)
_ 'l`.n·~e réticulé, 2 tois plus long; que le médian armé. llec mince,
llexilrle, retroussé vers le liant (tilt). Moins de St) cent. de long.;
Il'. Chafadfîïdae. p. p.) .... I . . G. Re¢·zu·vir·0sh·¢z (11.352)

mrs: ma rmxcn. — oxsmrx 59
M ’?·    ’  e .1  
1f'•»· /~·>  " 1»1üW <i=1 '.'· ; L 
RW   5 / #" `C  
y “ Je   ,· _¢ ,5%
’Ã1"1 /   ' — /1 .   w·>
¤ ~  ,c0 ~ 1- - ·<' ' "‘^~`\ m-»
J1, i ·¥ ‘ \ /(),; / ,A\   If
Y (F   1 - . X , W ,§ '
    \ [ujf, MP  
J y   1 `— ,1 // · É;4
p 6 _ 1 _ 1 4. 7,
¢ ». · , ,
  · ~— `ï    '11,'J\i"<·‘ ‘ E
Mi ’ lîlw 11 "
·   .` MW. ·'
  ·--- 1-<e»··;rï**‘** · «· ·
  ·” ~ » ’,· ; · ~—¤¢,%
*L2· /(/4 ·§§, ’ · ·
Q2 Eng .~' /   (@1.
  ¢€(.¢»`*, n_\ ;< \  _
  Z1 Ã \\:\ vt __-_ ;l‘°·  
Q ¤%.~àé=é;,;x ¤
Y `· Vx '
À 1
4 \· 1,
,r, , w1 //3 «
,· . ~·,;—· • ~
, ‘ qui un ·» .. I À
' -' ' /12
, ` "Ӕ_ ~, I Il
/ , zx >,~"l"'· - -·,
  il, É ` ""' "‘/’ » ,..,.__;_;L;:,?: ___' _-
. 1 %:, I   "F `  
  Q1'? î A l · ` ` *=;-· Q%:%;s; `? ï
· ',:_ / y      ,\· ;i_,,,î.-.` ‘ _.·î—=~=
-·~  ‘\ · > ` — — :_Z· ·ê
  f' ,1/ \?:`· "`:— `if" É
/·/· ,·  _ ~ -
I E   *«/   I "
\,\\ I l \
A   ‘ *  \¢\ 
/()1'l. , r     ··`~
/ 102- U A · j ’,,’.
__: ' _ _·,;,â;;<< 3 `, Z  
. _ I `  »·î ""'=' _   P`   
/"`.." \ `:" 1    " A Q IOQ Éî
* ësî :=~    " ··  ‘ ër'?
;»    ``‘— M   · ·  
/‘  ` ` ·‘*~" ~ · ,,,.,»§1,·u·...,, _`_\‘ \
4 -1r   > \\\‘ ê 4 ··—·
  Z- ï 'F ",,1\•" ",¢É 5_ "*`~_
« ¢«-.a;·¢·i,·,&,:;·»` .;,,~,_     -5
 ·a?à·îîî· ' ‘·"?'v:      _.•`° 5
I 0%   ;   A   \,,,·¤·"    7  
`~ »  "î\\, ""*-,_ Ã  _,,,•* / / 7 
110 \ ¤ K  · _ (
Fncvnss 103 à 113. — 103, Cicunia r·ir·0niu. tête; 101, 1'rl , palto; 105, (Julymbux
auritus, 1610; 106, l’ha/ampux lnhalux, paltc; 107, irl., tôlc; 108, f'ulu·u ulm,
tête; 109, I'hala¢‘r0¢·0r·aœ uarbo, 1):1110; 110, Sula Imssuna, tê1c; 111, I’e[¢·mn•¢.¢
onocrolalus, têic; 112, Phalacr·0car·a.v carbu, tête; 113, 1’hœmc0pIe1·us roseus, lêtc.

60 i FAUNE ma rmmce. — oiseaux
52. Bec déprimé ou arrondi, terminé par un onglet aplati, crochu,
recouvert ailleurs d`une peau molle, garni sur les bords de
lamelles ou de dents régulier. disposées. Narines ouvertes direct.,
percées de part en part (115, 116) ; (O. ANSÉIXIFQRMICS] . .
................ F. Anatidae (p. 255)
—- Bec plus ou moins comprimé, à bords tranchants et lisses, non
terminé par un onglet aplati ............. 53
53. Narines ouvertes à l’extrémité de deux tubes saillants réunis sur
l’arête du bec (117, 118). Rhamphothèque composée.'l`arse com-
primé. Pouce réduit à Fongle ............. 54
—- Narines ouvertes direct. dans la mandib. sup ........ 55
5û. Bec le plus souvent avec les deux tubes nasaux distincts (117).
Tarse tou_jours rétieulé. Aile habit. suraiguë. Face inf. fréquem-
ment blanche ou blanchâtre en entier ou dans sa plus grande
partie. Au min, 30 cent. de long ..... _ F. Pufünidae (p. 393)
— Bec plus court que la tête, très comprimé, à narines réunies en un
seul tube nasal et séparées par une mince cloison (118). Aile
aiguë. Face int`. général. en entier ou dans sa plus grande partie
brun foncé. Au max. 20 cent. de long. . F. Hydrobatîdae (p. 398)
55. Tarse peu ou pas comprimé latér., le plus souvent scutellé (119).
Patte insérée normal. Iloigt médian habit. le plus long. Jambe
plus ou moins dénudée au dessus de l’articulation tibiotarsienne.
Aile longue, pointue. Queue variable à 12 rect.; (O. LARI-
FORMESj .,............ . .... 56
——- Tarse très comprimé latér., réticulé. Patte insérée très en arrière
du corps. Doigt ext. plus long que le médian. Jambe entièr.
emplumée. Aile courte, suraiguë. Queue très courte, d'au moins
16 rect. Bec droit ou presque, pointu (120) ; (O.GAVllF()lîMES]
................ F. Gavîîdae (p. 400)
56. Bec nu sur toute son étendue et entièr. corné (121, 122). Rect.
médianes exeeptionn. un peu prolongées . . F. Laridac (p.363)
— Bec couvert au moins sur sa moitié proximale par une cire mem-
braneuse, terminé par un fort onglet crochu (123). Rect.
médianes toujours plus ou moins prolongées chez l'ad. . . .
.............. F. Stercorariidae (p. 359)
57. Bec effilé, un peu courbé (124). Aile longue, pointue. Queue
longue, à rect.i médianes dépassant les autres. F. Meropidae (p. 202)
—- Bec comprimé, droit (125). Aile courte, arrondie. Queue courte,
arrondie ............ F. Alûedinidae (p. 205)

rm·x1~: DE rxmxcn. — oxsmvx (31
  ,,,g,f;_ ,~ JL,
7  W,/`_ J 1, — »·,,·A · (ae ,):
«\  ‘~  Wi? · @ `*»— " :·-fé;
1,   ·~ȧW>?'%\·    «·,; _·`· —    ,
r ·-=·     V   ·.=~.;j‘  
/1.; 1 ; ,: //·*  
' \  , [     \
1  mg ·- »   `%.. /   ·.§\;·‘  
M ~_~ ‘*
M _ // 4
  »—>~— / /7  
FT   Ss  .  « 1 M,   
//6' '» }'È*·”~?:   É**"î; .—  " ·°~‘·ïkx§· ·
_ ,÷ lg, · ‘ ‘ '< vw) · ` ·· `~  'ÈT =»«·«~`&ü
g :-.:2î     ‘—~.."   `~—    ~*Ãi,
nœuv , _ 1 L; Na}?    Ã _,
·~\  Q ·`\ 1 `·s*··=.§\ ,
` _, -É`z_ A xx ‘• ‘
 av   ·‘
”` ` 1  ,
' 1'O ,,·é5*"’û;éà . __
-··~·~**> ' "" "'   ` ·=
/2/ `"‘“’“·····~·~· · ·  ·\·»··,, pg
`_ _ M. \« _ ` _"¤‘·~,,·,  },, _
  /2,, \\ ` î,· ··y_,·,·
` . \
  ~
X `¥
`
· `   * ·, .
I ~ ~ /.. .»
·—·1· ._   m, ·
  M- 1, .g ~.Q__.\ _  1,,
  ,   *’ ,1     »
*î   `\’= 1/   a 1- ·. 4  Il Qw.  
r·uî•g,j‘<,y<‘ ,*0,;%,, ,,,`j \ E \  ~«*, r    :·j;;~; ·:,;e,
1. "·¢   W   ·· ·  · 1 1 ~.
\ wi 1%% _.`:‘,\\  \,_1_   «·`_·   _.
~'ï 'Ug wnïî .~ · · À R1 ~·~·:.>·` ~ '
—; à.à=*W   ` ·. `»—   .._« 1
`   \ cr. ` ‘ "
1; gl A` \ ‘ I ‘ /¤." [I
/' '    
K ' //11
. ·· « ~   if:
.  ÈQWFÀ
, ··- * ..l ï·~·.`.=~  
' Ã ; A " e \`·"`_
  TSLZ l M "*·,`_,  Fw;
  ~ _` —_ `**•î. \« ’r 
• ·—  , 9 ~· A  /_û,,.,.......···-·--;;.:-9 /27 5 J;  p
  `  > ;;,,QÃ » _.w·-·····"“‘”" x\ \~ lâ 
'îw., W L '_,· \ L   ¤
H   1/ 12.; WW
Fmumzs 114 à 125. — 114, If¢·czn·vîr·0st:·a avocetla, tête; 115, Anne plalyrhynchuc, tête;
116, Meryuw mrwg/z:m·:·, Lôtc; 117, Pu/`/înuv kuhli. têtu; I18, Ilyrlrvbulex pela-
givus, tôtv; II9, L(7I‘IH1'i(l¢/llllldllï, patte; 120, Gavin znumw, tête; 12l, Siorna
hirumlo, tôle; l22, Ãarus v·idz'bundu<r, Lôtcç 123, .$'Iw·¢·m·u»·ius skua, tête;
121, Meraps apiasler, tèlc; 125, Alcedo fspida, tête.
S

O. l’ASSli]lllFOlll\llÉS .
S. O. ACT/î()]l[l'()l)][fIVS
F. CORVIDAE
· Parmi les plus grands Passériformcs. Bec général. fort, droit, en couteau, quel-
_quet`ois grêle et un peu arqué, jamais bien plus court que la tête, par exception
nettement plus long. Tarse fort, scutellé ou botté, ax ec le pouce à plante large;
les ongles robustes, comprimés, combos. Aile variable à 10 rém, primaires, la
première étant relativ. courte. Queue déxeloppéc, à 12 rect., carrée, arrondie ou
étagée. Sexes identiques en toutes saisons ; jeunes peu diflérents des adultes.
Nid grand, solid. construit extér. par des brindilles de bois, génér. empàté
de terre, sur des arbres, des roeliers ou dans des cavités d’arbres, de rochers, de
hautes murailles.
(Eu/`s ovés, de 6 à 7 au max., toujours lacliés.
Régime omnivore, les grandes especes étant plus carnivores, les petites plus
insectivores, frugi\ ores et granixores. Oiseaux général. soeiablcs, sédentaires ou
plus ou moins migrateurs.
Cris rauques et désagréables.
TABLIÈAUX DES ESPECES
1. Bec robuste, droit, toujours de couleur sombre, ainsi que la patte
(58, 126, 131). Tarse scutellé devant (B0); [S. l*`. Cûtvinaêj . . 2
— Bec grêle, plus ou moins arqué (59, 65), de couleur vive, ainsique la
patte chez l`ad. Tarse botté (61); (S. l*`. Fregilinâêj ..... 10
2. Quatre ou cinq premières rém. écliancrées au bord int. Plumage
entier. noir à reflets métalliques ou noir et gris. . . .... 3
— l’remières rém. peu ou pas échancrées au bo1·d int. Plumage plus
ou moins varié, jamais cntièr. noir ou noir et gris ..... 7
3. Bec plus long que le médian armé. 1" rem. général. la plus longue.
Plus de 45 cent. dc long ............... li
— Bec plus court que le médian armé (126). 3" rém. la plus longue.
|'“1·éu1. primaire plus longue que les secondaires. Moins de
la cent. de long. ....... Colwus nzonedulu (p. GG)
4. Mandib. sup. arquée et un peu croehue à Vcxtrémité. Narines
toujours cachées par une forte toull`e de plumes décomposées
(59); [G. (lorvusj ................ 5
—- Mandib. su . eu ar uée oinlue et non crocliue à Vextréniité.
p I

mrma DE rmmcxa. — onsmux 63
  lg; -41;: 1  .. y   ëh `
  *0 }-· èÈ’¤‘âï¥ï . , ni ·
· · at SMI? · * . (H
A "-       ` ;E"'·ë"  
t . . `_1‘~.§\ \   -  ~··*‘   ‘ ' _' `
~..3«*à`  "—~ > `   ’·  -·      · r ‘
 ’    A À     3
/2/;   fg;   ··,:ç â.
._.\\ "
à 
· `» ._ ..»··~ m`___ ( ·. «·· N
, _ j` ··     L f _ **—·sgb_ ,
A' WW " ' t`   E? **e.~ _;
> \,"` 1 /.,9 "wà   _¤g_ "Wiga
/28 “` ‘\1·§@ïï‘·  -' "—`*   ‘* J1 mï
»` vii  \ "'··«, _ 1/ ,y~ ` `,,,
2;;  gw w ·\·.. ` ,,1
' ` "‘·`·~-·y`« ~<—;’;' ··   m  ` 'Ir`?
"   ' wm` ‘ .     v ;_‘~s·~
*30 ·. ·.¢· · ·~‘—~î«·3 ‘~~. /3/   '
 
-1** L1
1¢5ëî%\§··»
/4îï·-#s  · - ~· 
/ vç ¥§g\ `>.\®ü\§\\ M · ¢ r-
—%«,~_\= wi" m·\\ \, à` \
\ Mkffîï.   pg    =«;·.-_,~, X; ·
im *Ã\\àQ"·`1‘*"‘t\“ ·—‘ ` w
u ,»~` r\\\` [ VM.
\~~ `  
1   M 7
\1   ' `
Fwu|m•·s 126 En 133. ——— 126, (·'0In*u¢ mmm/ula, tôto; 127, 7'7·yp1¢n0¢·w·¢1.1· frugilcgus
tôtc; 128, (Jynnnpivn moki, tôtv; 120, Cnrvuv ¢•m·mw, |«`·t«·; I30, Nuci/'rayu
¢·ar·yor·atucl¢»·x ¢·w·y0z·alucIex, h`-tc; 131, N, ¢·. mnc:·w·hync/ms, t«`·|m·; 132, Pim paca,
têtc; litll, (}m·r·u/ux glnrulnrius, têtu.

64 rauive ne rimwcs. — oismrx
Narines et tour du bec nu chez l’ad. (127) ........
........... T2·ypan0c·0r·a.v frugilegus (p. 66)
5. Plumage entièr. noir à rellets .............. U
V —- Plumage gris-cendré avec la tête, les ailes, la queue et les jambes
noires ............. Corvus c0rni,v (p. 65)
6. Au moins 60 cent. de long ....... Corvus corax (p. 64)
—— Moins de 55 cent. de long ....... Corvus corone (p. 65)
7. Queue moyenne, arrondie .............. 8
—- Queue longue, étagée. Bec plus court que le tarse (128, 132) , , , 9
8. llect. lat. largement terminées de blanc. Bec au moins anssi long
que le tarse. Tête lisse. Plumage brun taché de blanc avec aile et
queue noires à retlets .... Nucifmga caryocalactes (p. 67)
— Bect. lat. non terminées de blanc, noires à base cendrée. Bec
plus court que le tarse. Tête avec une courte huppe (133). Plu-
mage varié, très peu tacheté . . . Garrulus glandarïus (p. 69)
9. Queue noire à reflets métalliques. Plumage entièr. noir à reflets et
blanc ............... Pica pica (p. 68)
— Queue d'un beau bleu ainsi que l’aile. Plumage en grande partie
gris rougeâtre ......... Cyanopica 000/ci (p. 68)
10. Bec plus court que la tête, peu arqué, à base sensibl. plus large
que haute (59). Tarse léger. plus long que le médian armé.
l'° rém. primaire à peu près égale aux rém. secondaires. Aile n’at-
teignant pas le bout de la queue . . . Graculus graculus (p. 70)
-—- Bec un peu plus long que la tête, arqué, aussi haut que large à la
base (65). 1"’ rém. primaire dépassant sensibl. les secondaires.
Aile dépassant léger. le bout de la queue ........
........... PyJ·J·h0c01·a,v py1·1·h0c0mx (p. 70)
G. CORVUS L.; Corbeau.
Bec robuste et épais, graduell. comprimé, à narines arrondies cachées dans
des toutïes de plumes sétiformes, à niaudib. sup. plus ou moins tectiforme et
convexe, à bords droits ou léger. sinueux. Tarse robuste, largement scutellé, plus
long que le médian armé. Aile longue, obtuse (4** ll >), atteignant presque
l’extrémité de la queue. Plumes de la gorge plus ou moins allongées et acu-
minées.
C. corax L. [C. mimfznus Scor.) ; Corbeau noir, Grand corbeau. L : 60 à
66,5; A143à45;Q:24à25; T 1 7 à7,5; B: `/à8,4. Becnoir pluslong
que la tête (58), patte noire, iris brun, plus clair au bord. Rém. prim. :
lm : 8°, 2° : 5**, 39 presque égale à la 4**. Plumes de la gorge notabl. allon-
gées et acuminées chez l'ad. —O"   Plumage entièr. noir à retlets bleus et

muse on x-`rmxcn. — orsniwx 65
violets en dessus, verts en dessous, ces reflets plus faibles chez la   —-·
J. noir brunâtre sans reflets métalliques.
Nid découvert, arrondi, dans des rochers inaccessibles, plus rarement sur de ·
grands arbres. — Gu/Iv : 4 à 5 rarem. 3 ou 6; ovalaires un peu allongés, légèr.
coniques. Gd :47 à 49 except. jusqu`à 53; Pd : 32 à 33 rarem. 3l. Verdâtres
ou vert bleuâtre, avec nombreuses taches irrégulières ordin. allongées suivant `
le Gd, gris olivâtre ou brunes souvent plus serrées au gros bout,et avec quelques
taches noires.
Sédentaire ou quelquefois erratique, par couple, dans les régions montagneuses,
les hautes falaises maritimes ou les grandes forêts. — N. et Centre de l`Europe,
W. de la Sibérie, au S. jusqu’aux Pyrénées, aux Alpes, le N. de l’ltalie, l’Autriche
et la llongrie.
S. E. C. C. SHI‘dl18 Kuzmscim. Bec plus gros, élevé, recourbé et comprimé
que celui du type, taille en moyenne un peu plus faible. - Corse, Sardaigne.
C. Corolle L.; Corbeau corneille, Corneille noire. L : 48 à 52 ; A : 32 in
34,5; Q 2 18 à 20,5; T: 5,7 à 6,2; B 1 4,9 à 5,3. Bec noir à peu près de la
long. de la tête (429), patte noire, iris brun noisette. Rém. prim. : l" < 9°,
2° < 6°. Plumes de la gorge médiocr. allongées et acuminées chez l’ad. —O’  
Plumage noir à reflets verdâtres, bleuâtres, violacés. — J. noir légèr. bru-
nâtre, sans reflets.
Nid découvert, arrondi, génér. sur un arbre, plus rarement dans une fissure ou
un trou de rocher ou d'une haute muraille. — (Eu/`s J 4 à 6; ovalaires un peu
allongés, quelquefois un peu piriformcs ou plus ou moins obtus. Gd : 4i à 45;
Pd : 27 à 30. Except. 45X 29; 43X32,5; 34X 25. Gris olivâtre, bleu verdâtre,
bleuâtres, avec de nombreuses taches irrég. gris olivàtre ou brunes, ordin. allon-
gées suivant le Gd, souvent plus nombreuses au gros bout.
Sédentaire et erratique, plus ou moins migratrice et se réunissant en grandes
bandes en hiver. Fréquente les champs et terrains découverts, va se coucher
dans les bois et les bosquets. Commune dans toute la France. — Dc la Grande-
Bretagne, le Danemark, la Suède, jusqu'en Chine, au sud jusqu`à la Méditerranée.
C. cornix L. [C. cinerea Bmss.]; Corbeau mantelé, Corneille mantelée.
L : 45 à 53; A : 32 à 34; Q: 18,5 à 21,2; T : 5,5 à 6,4; B : 4,7 à 5,4. Bec
noir à peu près aussi long que la tête, patte noire; iris brun. Rem. prim. 1
1'° ( 8°, 2° < 6°, 3° presque égale à la 4° — O"   Tête, cou, poitrine, aile,
queue, jambe noirs à reflets verts, bleus, violets, le reste gris cendré avec
génér. le rachis des plumes noir. Les reflets plus faibles et le gris moins pur
chez la   — J. brunâtre varié de gris brun aux couvertures.
Nid découvert, arrondi, sur les arbres, plus rarement dans une fente de rocher,
parfois à terre dans le sable des dunes. —— (Eu/`s : 4 à 6, accident. 7; ovalaires
souvent un peu ventrus et obtus. Gd : 40 à 43; Pd 2 30 à 32. Vert bleu ou
bleuâtres, à taches irrég. gris brun ou brun olivâtrc, fréquemment plus serrées au
gros bout. Fréquentant les champs, les prairies, les grèves, souvent mélangée à
l`espèce précédente et à ·la suivante. Assez commune comme hôte_d`hiver on
France, où elle a été signalée comme nichant parfois dans le N. et le Centre. -
C w ' 5

66 FAUNE ma rnnxcn. — oiseaux
N. et E. de l’Europe, lrlande, Grande-Bretagne et jusqu’à l’Elbe, ça et là plus au
sud, descendant en hiver jusqu’à la Méditerranée.
S. E. C'. C. S8I"d0l1îl1S Kmaxxscnm. Plus petit que le type, les parties grises
ayant un léger reflet brun clair. - Corse, Sardaigne. `
G. TRYPANOCURAX KAui>;F1·eux.
Bec robuste, épais, allongé, un peu plus long que la tête, à mandib. sup. peu
convexe, à narines arrondies nues chez l’ad. Tarse robuste, largement scutellé,
plus long que le médian armé, un peu caché en haut par les plumes. Aile longue,
' subobtuse (4* R>), atteignant l’extrémité de la queue.
Tr. frugilegus   (F1·ugileg·us segetunz Bmznm]; Freux ordinaire, Cor-
beau freux, L: 47 à 50; A : 30 à 33; Q: I6 à 18; T: 4,8 à 5,4 accident.
jusqu’à 5,9; B 2 5,2 à 6,2. Bec (127) et pied noirs, iris brun noir. Rém.
prim. z 1'° < 8°, 2° < 5°, 3° presque égale à la 4°. —   Base du bec
dénudée et grisâtre. Plumage entièr. noir bleu à reflets brillants bleus et
violets, moins beaux chez la Q qui est un peu plus petite. —- J. Bec garni
de plumes sétiformes recouvrant les narines. Gris de lin à la sortie du nid,
devenant ensuite noir sans reflets.
Nid gros, arrondi, découvert, sur les arbres, génér. en colonie, de préférence
dans les bosquets et les petits bois. - œufs : 3 à 5, de forme variable, le plus
souvent d'un ovale un peu court. Gd : 40,7 à 4-7,5, parfois 36,5 seul. Pd 2 27 à 29.
Verdâtres, bleuâtres, olivâtres ou grisâtres, avec des taches irrégulières gris ou
brun olivâtre, éparses ou plus nombreuses au gros bout.
Dans les champs, les prairies, surtout hôte d`hiver et en grandes bandes dans
toute la France; mais y nichant çà et là dans le N. et même le Centre. — N. de
l’Europe et NV. de la Sibérie, l'hîverjusqu’à l’Afrique septentrionale.
G. COLEUS Kwr; Choucas.
Bec droit, subconique, un peu comprimé, plus court que la tête et le médian
armé, à mandib. sup. tectiforme faiblement convexe. Tarse un peu plus long
que le médian armé. Aile longue, subaiguë (3* R>), atteignant Yextrémité dela
queue. Plumes post. du cou décomposées et soyeuses.
C. mouedula (L.), S. E. G. m. spermologus (V¤Eu.i.0r) [Monedula tur-
rium Bnnnn]; Choucas gris, Corbeau choucas. L :33,5à 38; A :22,5 à 24,2;
Q : 13 à 14,5; T : 4,2 à 4,4; B : 3,2 à 3,5. Bec (126) et patte noirs, iris
blanc. Rém. prim. 1 l" <9°, 2° = 5°. - O”Q. Derrière de la tête et du cou
gris perle légèr. nuancé de bleuâtre et de lilas, reste de la face sup. noir à
reflets métalliques verts, bleus, violets. Face inf. d'un noir terne. Ces
teintes étant moins brillantes avec la face inf.·nuancée de grisâtre chez
la   —- J. entièr. noir terne sans cendré au cou. ,

mem: ns rnanciz. - oiseaux i 67
Nid rudimentaire lorsqu`il est situé, comme le plus souvent, dans des trous de
vieux édifices ou de rochers; gros, arrondi, lorsqu`il est sur un arbre. Génér. en
colonie. - (Eufs : 5 à 6, de forme ovale, plus ou moins allongés ou obtus. Gd : 35
à 39; Pd : 25 à 27. Bleu clair ou verdàtre pâle avec nombreuses petites taches
épaisses brun-olive foncé, uoirâtres, quelques-unes grises.
Fréquentant avec les espèces précédentes les cultures et les endroits décou-
verts. Sédentaire ou lc plus souvent estival, de passage et parfois hôte d`liive1·.
Ilépaudu dans toute la France. — Europe occidentale, des Iles Britanniques à
l’Afrique septentr. et à l`l£. à l’Autriche-Ilongrie.
G. NUCIFRAGA Bmssox; Casse-noix.
Bec génér. plus long que le tarse, subconiquc, il mandih. sup. à arête mousse,
presque droite ou un peu convexe, plus ou moins débordante en avant. Narines
cachées par des touffes de plumes sétiformes ne dépassant guère le i/4 dela
long. du bec. Tarse scutellé devant, en majeure partie lamellé derrière. Doigts
latér. à peu près égaux. Aile subobtuse (4* lt>), atteignant au plus les 3/5 de la
queue, plus longue que cette dernière.
N. caryocatactes (L.); Casse-noix vulgaire. L _: 32 à 36,5; A : 18 à lt);
Q: 12,5 à 13; T : 3,5 à -1,1; B : 4 à 4,5. Bec (130) et patte noiràtres, iris
brun. Rém. prim. : 1"’ : 3/5 dela 2°, 2°:-.. 8°. —-   Brun de suie, lar-
gement garni, sauf le dessus de la tête et du cou de taches et larmes blanches
plus larges, sauf à la gorge, à la face inf. qu’à la sup., les sous-caudales
étant blanches. Aile et queue en grande partie noires à reflets verts et bleus,
les rect. lat. d’autant plus terminées de blanc qu'elles sont plus externes.
— J. Teinte brune plus claire, aile et queue avec peu de reflets, bec plus
court et relativ. plus épais, noirâtre ainsi que la patte.
Nid découvert, assez volumineux, sur un arbre, de préférence un Conifère. ——
œufs: génér. 4, parfois 2 ou 3 seulement, normal. ovalaires plus ou moins arrondis
ou allongés. Gd : 3t à 35; Pd : 23 à 25. Grisâtres, bleu verdâtre ou olivâtre clair
avec points et macules épars ou plus ou moins serrés, brunâtres ou olivâtres.
Dans les forêts de Conifères particu]. Sédentaire dans les Alpes, le Jura, les
Pyrénées, erratique et rare dans le reste de la France. — Europe centrale et N.,
accidentel en Angleterre, en Espagne et dans l’E. de l'Eur0pe.
S. E. Z N. C. macrorhynchus Bm»:nM. Diffère du type par son bec plus long,
plus grêle, plus effilé et pointu (131) et la partie terminale blanche des rect. lat.
de plus d'un cent. plus grande. De passage irrégulier et par petites bandes cri
France et le reste de l‘Europe. — Sibérie.
_ G. PICA VIEILLOTQ Pie.
Bec plus court que le tarse, droit, génér. plus haut que large à la base, gra-
duell. comprimé, à bords légèr. rentrants en avant, à mandib. sup. un peu

68 FAUNE DE i·‘RAxcE. —- oiseaux
échancrée vers le bout, à mandib. inf. un peu relevée en avant. Narines oblongues,
cachées par des plumes subpiliformes arrivant au milieu du bec. Tarse lamellé
en arrière, plus long que le médian armé. Doigt int. un peu plus court que l'ext.
Aile arrondie, subohtuse, recouvrant au max. les 2/5 de la queue.
P. pica (L.) [P. caudata L., P. albiveizlris XIIEILLOT, P. vulgazis Bmsxnu] ;
Pie ordinaire. L :47 à 50; A 2 15,5 à 19,3; Q: 21,2 à 26,5; 'I` 2 4 à 4,5;
B 2 2,8 à 3,5. Bec (132) et patte noirs, iris brun. Rém. prim. 1 1'° arquée,
en sabre étroit: 1/2 2°, < 8°, 2°: 9°. Rect. ext. à peu près moitié des
médianes. ———   Plumes de la gorge ébarbées, à rachis gonflé et blanc.
Plumage noir à reflets métalliques variés, surtout brillants au rect. avec
les scapulaires, le bas de la poitrine, le ventre, les barbes int. des rém.
prim. sauf l'extrémité blancs, le croupion avec une bande transv. plus ou _
moins nette blanche ou grise. Plumage moins brillant chez la Q qui est un
peu plus petite. ——J. Reflets métalliques nuls sauf aux pennes, la queue
plus courte, le croupion génér. noir en entier.
Nid volumineux, extér. formé de brindilles souvent épincuses, recouvert d`un
dôme de même nature; sur un arbre, parfois un buisson. — (Eu/`S : 4 à 7, ova-
laires plus ou moins ventrus ou subconiques, parfois oblongs. Gd: 31 à 35;
Pd 2 21 à 25. Blanc verdàtre, vert bleuàtre clair, olivâtre pâle ou presque isa-
belles, avec taches petites et moyennes grises, brun olive ou brun roux.
Dans les cultures, les vergers, les bosquets, les petits bois, de préférence près
des lieux habités. Sédentaire, parfois un peu migratrice. Commune dans toute la
France. - Europe, de la Suède à la Méditerranée à Vexception de l’Espagne,
Asie-Mineure,
G. CYANOPIGA Boxar. ; Pie-bleue.
Bec assez court et mince, à mandib. sup. un peu eourbée, échancrée vers la
pointe, ix mandib. inf. un peu relevée en avant. Tarse lamellé en arrière, plus
long que le m<'·diau armé. Aile courte, arrondie, subobtuse (5° H >).
C. 600ki Bomw.; Pie bleue de Cool`. L: 33 à 33,5; A : 13 à14,5; Q: 19 à
20,8; T : 3,5; B 1 2,5. Bec Q128) et patte noirs. Rém. prim. : 1‘° < 2°, 4° et
6" subégales, atteignant presque la 5°. — O/"   Face sup. d'un gris brunâtre
léger. lavé de bleuâtre avec le dessus de la tête, lesjoues noirs à reflets d’acier
et la nuque blanchâtre. Gorge, devant du cou et milieu de l’abdomen blancs,
le reste de la face inf. comme le dos, mais plus pâle. Aile et queue bleu
d’azur, les rém. prim. bordées de blanc en dehors sur une grande partie de
leur long. Ces teintes un peu moins brillantes chez la Q qui est nettement
plus petite. — J. Teintes plus sombres, les plumes noires de la tête bordées
de gl`lS—bl`l.I1l, celles du dos de fauve-roux, la gorge et le devant du cou rous-
sàtres. Rect. avec une étroite ligne apicale blanche.
Nad extér. en buchettes menues, établi sur un arbre. ·—- (Eu/`s : 5 à 9,courts,
obtus. Gd : 25 à 28; Pd : 19 à 21. Isabelle clair avec des points et des taches
gris-vincux et roux de rouille surtout vers le gros bout.

FAUNE ma raancxz. — oisaaux 69
Très accidentelle dans le S. dela France. — Espagne et Portugal.
Remarque : Cette espèce, très proche de Cyanopica ryanus P.u.x..«s, de l`Asie
orientale, d'ailleurs réunie à cette dernière par Dacuzsn et Gauss, est considérée
par certains auteurs comme en étant une simple sous-espèce.
G. GARRULUS Baxssow; Geai.
Bec plus court que le tarse, assez épais, un peu comprimé, à bords légèr. ren- _
trants en avant, à mandib. sup. courbée et faibl. échancrée vers le bout,à mandib.
inf. un peu relevée au bout. Narincs assez grandes, cachées par des plumes séti-
formes dépassant peu les 2/5 du bec. Tarse en grande partie lamellé derrière.
Doîgt ext. un peu plus long que l’int. Aile courte, obtuse (5* rém. quelquefois
6* >), arrivant à peu près au milieu de la queue. Celle-ci à rect. larges et arron-
dies. Plumes de la tête allongées en courte huppe.
G· glandatius (L.); Geai ordinaire. L : 34 à 36; A : 17,2 à 19,6; Q: 15
à 16,6; T Z 4 à 4,5; B Z 2,5 à 3. Bec (133) noir, pied brun de chair, iris
bleuâtre, Hém. prim. : l" : 2/5 2*, 2* : 9°. ——- (-f   La plus grande
partie du corps cendré vineux, plus foncé en dessus, plus pàle en dessous,
surtout au milieu du ventre. Plumes du dessus de la tête allongées, blan-
châtres, rayées longitud. de noir en leur milieu. Gorge et sourcil blan-
châtres, croupion, région anale, sus et sous-caudale blancs. Une large mous-
tache noire jusque sur les côtés de la gorge. Rém. polliciales, couvertures
ant. et partie ext. des grandes couvertures rayées transv. et alternat. de
bleu et de noir, reste des grandes couvertures noires. Rém. prim. noirâtrcs
à frange ext. blanche, rem. second. noires et brunes dans leur.dernier
tiers, blanches un peu bleutées aux barbes ext. Rém. icubitales brun mar-
ron à bout noir. Queue noire à base un peu barrée de gris bleu. Q sensibl.
plus petite et de teintes moins brillantes. —_ J. Très semblable à la Q mais
plus marqué de noir aux plumes de la tête.
Nid moyen, découvert, sur un arbre, dans les bois et les bosquets, à une hau-
teur moycnne. - (Eu/lv : 4 à 7, ovalaires plus ou moins courts ou allongés, un
peu obtus au petit bout. Gd : 30 à 35; Pd : 21 à 24. Blanc bleuâtre, gris oli-
vâtre ou isabelle, garnis de petites taches ou mouchetures brunes ou olivâtres
ou peu nombreuses ou extrêm. serrées, souvent aussi quelques taches noirâtres.
Dans les bois, les bosquets, les buissons. Sédentaire ou migrateur. Commun
dans toute la France. — Europe contin. du 64* de latit. N. à la Méditerranée, la
l'E. jusqu'à l'Oural.
G. PYRRHOCORAX V|mi.1,o1·; Grave.
Bec grêle et arqué, aussi long que le tarse chez le G", tectiforme, assez gra-
duell. comprimé, sans échancrure, la touffe nasale ne dépassant pas le 1/6 du
bec. Tarse sensibl. plus long que le médian armé, botté, étroit. scutellé seule-
ment dans sa partie inf. Aile longue et étroite, snbobtuse (4* lt >), environ le
double en long. de la queue. 4 on 5 premières rem. échancrées au bord int.

70 FAUNE ma rames. — oiseziux
P. pyr!‘h0C0x‘ax (L.) [C01·ac1'a er·yt/zroranzphos Vnzn.x.., Coracia gracula
GRAY, Fregilus graculus Cuv., Py1·r/z0c0rn.v graculus TEMM.]; Grave ordi-
nire. L:39à43;A:27à31;Q: 15à17; T:4,5à5,7; B: 4à5,8. Bec
(65) et patte vermillon (ad.), noirâtres   iris brun. Rém. prim. : l'° >
rém, second.; 2° < 6°. — (jf   Plumage entièr. noir à reflets verts, bleus,
violacés, ces reflets moins beaux chez la Q qui est un peu plus petite avec
le bec plus court. -— J. noir sans reflets sauf aux pennes, à bec et aile plus
Courts que les ad.
Nid en coupe profonde, dans une anfractuosité de rochers, except. dans un
vieil édifice. — (Eu/Ze : 4 à 5, quelquefois 3 seulement, oblongs ou ovalaires un
peu allongés. Gd : 35 à 40, accid. 43; Pd : 25 à 28. Blanchâtres, grisâtres ou ·
roussâtres clair fortement taehés de gris et de brun.
Par couple on par famille, sédentaire et un peu erratîque, dans les Alpes, les
Pyrénées et quelques hautes falaises maritimes.- Europe occid. et S., depuis
l'Angleterre, Asie jusqu'en Chine, Canaries, Afrique septentr.
G. GRACULUS Koen; Ghorard.
Bec faiblement fléchi, assez graduell. comprimé, à mandib. sup. convexe, un peu
échancrée au bout. Touffes subpiliformes nasales atteignant le 1/3 du bec. Tarse
un peu plus long que le médian armé, botté, scutellé seulement dans sa partie
inf. Aile assez longue et étroite, subobtuse (4* Il >), bien moindre du double de
la queue. 4 ou 5 premières rém. échancrées au bord int. .
G. graculus (L.) [Pyrw/zocoraxv alpùzus Vnan.L., Py1·1·h0c0ra.2: pyrrho.
(.'OI'(l.L' TIÉM\l.î]; Choeard des Alpes. L :38 à 40; A 1 26,5 à 28; Q 2 17,5 à 19;
T : 4,5 à 1,7; ll 1 2,5 513. Bec jaune (59}, patte rouge (ad.); bee noiràtre à
base jaunâtre, patte noiràtre (_i.l; iris brun. liém. prim. 1 1'° : Rém.
second., 2” < 6°. —-   Plumage entièr. noir à reflets verdàtres, surtout
à la face sup. — J. d'nn noir terne.
Nid dans une anfraetnosité de rocher, parfois dans une vieille muraille. Génér.
en colonie, -— (Eu/iv: 4 il Zi, ovalaires plus ou moins allongés ou obtus. Gd 1 35 à
41; Pd: 23à 27. lllaueliàtres, grisàtres, jaunâtres, olivàtres ou verdâtres, avec
de n0mln·eu:~es tarbes irrégulières grisâtres, oliiâtrcs, brunes, éparses ou plus
on moins serr<'~e~· au gros bout. A
Sédentaiue et plus ou moins erratiqne, en bandes dans les Alpes et les Pyré-
nées, rarement dans le Jura et except. dans les régions moins élevées; l'été en
(lessons de la zone des neiges, descendant plus ou moins l`hi\er. — Montagnes
du S. de l`Europe, accidentel en Angleterre, Asie _]usqu`au Bhoutan. .
(G. PERISOREUS Boxir.; Mesanyeni)
P. infaustus L. ; Mésangeai imitatenr. L: 3I,G ; A : 14,2; Q: 14; T: 3,3 ; B:
1,9. Bec, patte, iris brun. — Plumage en entier brun, gris, roux, non tacheté.
Signalé comme rencontié accident. dans l`Est de la France. '— Europe boréale,
Asie septentr.

FAUNE ns rnaxciz. — oiseaux 7l
F. STURNIDAE
Bec longicône, droit ou faiblement fléchi à Fextrémité, quelquefois comprimé,
à base entrant en dessus dans les plumes du front. Tarse lamellé derrière. Aile
allongée, aiguë (2* R >), couvrant plus de la moitié de la queue, à 10 rém. prim.,
la première très petite, à cubitales couvrant les secondaires. Queue quasi carrée,
courte, de 12 rect. sous caudales longues. Plumes du devant du corps allongées.
Sexes peu différents, mais livrée un peu variable suivant les saisons, jeunes très
ditlérents des ad.
Nid assez grossièr. construit, abrité dans un trou d'arbre ou de muraille.
(Eu/`s : 4 à 7, ovés ou ovalaires, sans taches.
Régime insectivore et baccivore. Oiseaux sociables, migrateurs, plus ou moins
sédentaires ou erratiques.
TABLEAUX DES ESPECES .
1. Bec à peu près de la long. de la tête, ou un peu plus long, droit,
non comprimé (13l). Tête lisse. Doigts lat. quasi-égaux
[G. Sturnus] .................. 2
- Bec nettement plus court que la tête, un peu comprimé, à arête
mandib`. sup. convexe, un peu courhée (135). Une forte houppe
retombante chez l`ad. Doigt ext. un peu plus long que I'int. .
............... Pastor roseus (p. 73)
2. Plumage avec de petites taches blanches et roussâtres et plumes
du vertex et de la poitrine moyenn. allongées et acuminécs (ml.l:
Plumage en grande partie gris-cendré   Slurnus vulguris (p. 72)
Plumage noir très reflétant, non taché et plumes du vertex et de
la poitrine longues et effilées (ad,). Plumage en grande partie
brun foncé   ......... $lur·nus zuzicnfor (p. 72)
  ··   ?`É?2$,\`. ·‘él·"LÉ·)>.,s 1 .
JJÈ   têpl`,   §··r · »—
·._,_I , î·` À . \.; _>î_'-_>.§   .
`·iÈÃ`;;•}i"  =l« [J5 \\`\‘-ÉÈÃ
.— · —
Fuoumss 13i et 135. — 134, Slurnux vulgaris, tête ; 135, Pastor rawus, tête.

72 FAUNE DE FnANcE. — oiseaux
G. STURNUS L.; Etaurneau.
Bec à pointe mousse, un peu déprimé, fendu jusqu’au dessous du milieu de
l`œi1. Pouce nu un peu plus court que l’ext. nu. Aile à 1*** rém. plus courte que
les sus-alaires ant. Queue à rect. larges, anguleuses au sommet. Front conique,.
étroit, fuyant. OEil très en avant.
St. Vulgaris L.; Etourneau vulgaire. L : 21,5 à 23,5; A : 12,8 à 13,4;
Q 26,4 à 6,8; T (2,8 à 3; B :2,2 à 2,5. Bec jaune (ad. été) ou brun (ad.
hiver etj.) (134), patte brun jaunâtre (ad. été) ou brune (ad. hiver et 
iris noisette.   Plumage noir à reflets verts, bleus, violets, plus ou
moins marqué en dessus de petites taches triangulaires roussâtres, en des-
sous de taches blanchâtres, les pennes brun noirâtre bordées de roussâtre.
Plumage d’hiver plus tacheté, surtout chez la Q qui est en outre un peu
plus petite. — J. Plumage gris brun sans taches, la face sup. un peu plus
foncée, la gorge et l'abdomen blanchàtres.
Nid dans un trou d’arbre, d'un vieil édifice, quelquefois sous le rebord d’un
toit. -·-· (Eu/'s : 4 à 6 except. 7, ovalaires plus ou moins allongés. Gd : 26 à 31 ;
Pd t 19 à 22. Bleu pâle.
Estival et se réunissant en automne en grandes bandes qui vont génér. se
coucher dans des massifs de roseaux. Quelques-uns, réunis par petites troupes,
restent l’hiver. Dans les prairies et les cultures. Commun dans toute la France.
— Europe occident. de la Norvège à la Méditerranée.
St. unicolnr TEMM.; Etourneau unicolore. L : 23 à 24; A : 13,2 à 13,7;
Q Z 6,8 à 7; T 1 3,1 à 3,2; B 2 2,6 à 3. Bec jaune à base noirâtre (ad. été)
ou brun (ad. hiver etj.), patte brun jaunâtre, iris brun. —   Noir lus-
tré à reflets pourpres, moins brillants en dessous. La Q un peu plus petite,
avec moins de reflets et en hiver un peu tachetée. —— J. Plumage brun
foncé, plus clair à la face inf., ensuite noir avec des taches blanchâtres.
Nid dans un trou d`arbre ou de vieux monument.—(Eu/`s: 4 à 6, ovalaires plus
ou moins allongés. Gd : 24 à 27; Pd : 17 à 20. Bleu pâle.
Sédentaire, se réunissant en automne et en hiver en grandes bandes. Corse,
rare dans le S. de la France,·accidentel dans le Centre. — Pourtour de la Médi-
terranée occid.
G. PASTOR TEMM.; Marlin.
Bec un peu échancré vers le bout, fendu jusque sous le bord ant. de l’œiI.
Pouce nu, à peu près égal à l’ext. nu. Aile à 1" rém. plus courte que les sus-
alaires ant. Queue à rect. assez longues et arrondies. Front moyenn. étroit et œil
peu avancé.
P. roseus   [Merula rosea Bruss., Gracula rosea Cuv.] ; Martin
roselin. L:21à 23; A 2 12,5à 13,2; Q t 7,1 à 7,3; T 23à3,2; B Z 1,7à 2-

FMJNE na FRANCE. — oiseaux i 73
Bec jaune à base inf. noire (ad.) (135), ou brunâtre   patte couleur chair
(ad.) ou brunâtre   iris brun. -·   Tête, cou, aile, queue, jambe d`un
noir brillant à reflets violacés partie. beaux chez le O" en noces qui a aussi
la huppe plus longue, reste du plumage d’un beau rose. Q un peu plus
petite et à teintes moins pures, surtout en automne. - J. sans huppe, d’un
brun isabelle, plus pâle à la face inf. qui a quelques stries sur le devant du
cou et de la poitrine. Aile et queue brunes, avec les couvertures bordées de
plus clair. Ensuite plumage rappelant celui des ad. mais bien moins pur
et beau, beaucoup de plumes étant en outre bordées de gris ou de brunâtre.
Nid dans un trou d'arbre ou de muraille. — œufs 2 4 à 6, except. jusqu`à 8,
ovalaires plus ou moins allongés.Gd : 26 à 29; Pd: 19 à 21. Bleu pâle.
De passage irrégulier dans le S. de la France, signalé comme y ayant parfois
niché ; accidentel dans le centre et le N. — Asie centrale et mineure, le S.-E. de
l`Europe, accident. jusqu`en Angleterre et en Scandinavie.
F. ORIOLIDAE
Bec très légèr. fléchi et tectiforme, à arête entrant un peu dans les plumes du
front, à mandib. sup. un peu débordante et éehanerée à la pointe. Tarse assez
court, lamellé ou sublamcllé derrière. Pouce grand et fort. Aile assez longue et
subaiguë. Queue moyenne, à 12 rect. Sexes très dill`érents, jeunes ressemblant
assez à la  
Nid artistement construit, suspendu à une enfourchure de branche d`arhre. -
OEufs: 3 à 5, ovalaires, blancs, légèr. tachés.
Régime insectivore et baccivore. Oiseaux vivant isolés ou en petite famille,
migrateurs. '
G. ORIOLUS L.; Loriol. ·
Bec un peu déprimé à la base, un peu comprimé en avant, non fendu jusqu'à
l`œil. Tarse éeailleux en arrière dans son tiers inf. Doigt ext. passabl. plus long
que l'int. Aile couvrant au moins les 3/4 de la queue. La 1" rém. beaucoup plus
longue que les sus·alaircs ant. Queue ample. subarrondie, à rect. larges.
O. orîolus (L.) [C0rac1°as orzblus L., Oriolus galbula L.]; Loriot jaune.
L:23à 25;A:14,9à15,8; Q:8,5à 9,3; T: 2,1 à2,3; 1}:2,3 à 2,6. Bec
rouge·brun (ad.) ou grisâtre   (79), patte gris bleuâtre (80), iris rouge (ad.)
ou brunâtre   Rém. prim. : 1’° = 1/2 2°, 2° <—1°. —O", plumage d°un
beau jaune d'or avec les lores, les ailes moins le tiers distal des couvertures
ant. et l’extrémité des rém., les rect. médianes etle haut des rect. lat. noirs.
·— Q Face sup. vert jaunâtre ou olivâtre. Face inf. blanche, lavée de gris à la
poitrine, nuancée dejaune aux flancs avec des taches étroites et allongées,
brunâtres en haut, noiràtres en bas. Sous-caudales jaunes. Aile brune avec
la plupart des plumes liserées de jaunâtre. Rect. olivâtres, les lat. à extré-

71 nxrmz ms rames. ·—— oisuauv
mité jaune. —]. ressemblant ii la Q, mais face sup. plus olivâtre, le dessous
plus grisâtre et plus laché de brun.
Nid en coupe, suspendu à une hauteur moyenne dans une fourche d'arbre,
souvent d`un frêne ou d`un noyer. — œufs : 4 à 5, quelquefois 3 seulement, ova-
laires. Gd : 28 à 33; Pd l9 à 22. Blancs avec quelques taches irrég. brun noir ou
noires.
Dans les bois et les bosquets. Estival dans toute la France. —— Europe du 63°
de latitude N. à la Méditerranée et au Caucase. En hiver jusqu`au S. de
l`.\frique et en Perse.
F. FRINGILLIDAE
()iseau·< très polymorphes, toujours de faible taille. Bec toujours plus court
que la tete. Queue droite ou échancrée. Sexes souvent dissemblables, le jeune
ressemblant en genéral En la Q.
Nid variable comme situation et construction, souvent artistement bâti. ()Eufs
ovalaires, le plus souvent au nombre de 1- à 6, de couleur variable, presque
toujours inaculés. Jeunes naissant avec la tete et les épaules garnies de duvet, il
l`exception des G. I’asse7· et l'eh·0nia qui naissent eomplèt. nus.
, ltegiine ;.;*ranivorc, presque toujours aussi inseetivore, surtout au moment des
nicbées, les Emberizinae partic., assez souxent; baeeivorc. Oiseaux sociables en
général, sédentaires ou migrateurs, le plus sont ent arboricoles.
Assez souvent chant a;;·reahle.
`
'l`ABLE.\UX DES ESPECES
I. Àlandib. se croisant [ti. L0.rL`nj ..,......... 2
—— Ãlaudib. ne se croisant pas .............. /1
2. lleuï bandes blanches en travers de l`aile. L0.1*z`rz feucoplcrn (p. Sl)
— Pas de bandes blanches en travers de l`aile ......... 3
É}. lice eourt, fortement bombé, En pointes mandib. ne dépassant pas
les bords sup. et int`. (51 p. Sl). .\ile de plus de IO cent. de long.
............. L0.v1`a pytiopsillrzcus (p. St)
— llec allongé, peu bombé, a pointes mandib. dépassant plus ou
moins les bords sup. ct inf. (136). .\ile de moins de lt) cent. de
long ............ Loxia cu1·vi1·0stra tp. 8l)
l. liec à palais tuberculé ou au moins convexe, à bords rentrants, it
tomies maxillaires se pliant brusquement en bas du côté commis-
sural, à mandib. inf. le plus souxenl plus haute que la sup. [137,
138, 139, 140]   F. ]S'I}lb@I'I'SI·ll(I8j .......... 5

FA1'x1·: mt 111.·.xc1s. — 01sxaA1·x 75
.»        ,‘
42" È" ·‘.> ~ .» w s   ·,,·. ~ A  e,
',,‘ I  }\'4‘· " l ‘ _ €_·:·~  .\.. 1 ïî —; ,1 -3% ` (
1*}% ' -5 Z"*  'lllv A ` Ci'   «  §î`·>`a`
pg}/V .7 4 /2 “ \¥§  ne · ·`
ii";   cll l`
\  r ·%,·w~."’ 137 /38 1 ,~·2E—
Ma 11111*
I4]
4 iii   "  * 1  
al I 0 "  i
IJÃ9 Q
O
¤,; Ã,:`î`     =—  ig: È"§ ii`É'l'*`1v‘î§;à".
—ï 0 ~.. ' \\ ~~   \ _ ··‘·1’:·:
fâxkr    `\ ll  \§\§·—"Ãl&""` `
Qgpm Il ~ \ _ Il ‘11\
^»$·€\..§§; Hg /4.3   \\  è ~
*‘ ·`·* ·>   a` zu
Fl(~l'I\ES 136 il lil. -- 136, Loxirz r·u:·vi1·0sl1·n, tête; i3T, i'|!i/aria calandre, tôle ;
138, Euvprzu mclanocep/mia Q', tôle; 139, Eznberiza schœniclus 0* tête; tit),
Emberiza pyzwhulnfrlex palrmlrix Q', tête ; |4t, Emberizrz cilrinella, têtu- ; H2,
I’axs·crina nivalzs Q', tête; M3, (}0cmI}n·m1.»le·¢ ¢·0¢·r0lhra11vl0s. tête; M4, C/cloris
rh/orix, tête.
·—— Bec variable, à palais lisse, à bnrals peu ou pas rentrants, à tmnics
11011 pliées brusquement \'Cl‘S le has, à niannlili. sup. le plus sou-
ve11t la plus haute ................ 19
5. Queue à peu près u11ic0l01·e. Bec relativ. gros, il palais très tulicr- ·
culé (137). ()n;;le du peuve plus court que le xlnigt .....
.............. 2|lz'Ii«u·ia cnlrindra (p. 98)
—- Queue avec 1 ou plusieurs paires de rect. ext. marquées de blanc
ou ale l)lîlltCltîtll‘G dans la partie distante .......... (i
6. Mamlib. sup. entrant plus ou moins dans les plumes du l`t`(Hll.,
nettement plus haute que l`i11l`., à tuliercule palatin développé
(Ml). Ongle du pouce atteignant rare111ent la lang;. rlu xluigt. Aile
sul1·aiguë [G. Emberiza p. p.] ............ 7
——— Manclib. sup. entrant peu nu pas dans les plu111es du l`l`Ultl, aussi
ou presque aussi haute que l'int`., il tubercule palatin 11ul ou l'lI-
cliunentaire ................... 13

76 mrms nm rimwcs. — oiseaux
7. Bém. liserées evtér. de jaune ou de jaunâtre. Face inf. avec beau-
coup de jaune. 2 rect. ext. marquées de blanc ....... 8
— Rém. liserées extér. de cendré ou de roussàtre. Face inf. en grande
partie rousse, roussàtre ou blanche ........... 9
8. Croupion roussâtre. Bonnet avec plus ou moins de jaune. Aile
dépassant les 2/5 de la queue . . . Enzberiza cz'b·inella (p. 98)
— Croupion et bonnet olivâtres rayés de noirâtres. Aile couvrant à
peu près les 2/5 de la queue ..... Eiizôerzba cù·la.s· (p. 99)
9. Croupion gris olivâtre. Moustache et gorge jaunes ou jaunâtres
......... . . . . Emberiza hortulana (p. 100)
—— Croupion plus ou moins roux ou gris roux. Moustache et gorge
sans jaune ni jaunâtre ............... 10
10. Abdomen et sous-caudales roux ou roussâtres. Rém. liserées
extér. de cendré plus ou moins pur ........... 11
— Abdomen et sous-caudales blancs ou blanchâtres. Rém. liserées
extér. de roux ou de roussâtre ....... , .... 12
11. Deux rect. ext. tchées de blanc. Croupion gris roux. Gorge et
devant du cou roux ou mussâtres . . . Emlweriza caesia (p. 100)
— 'l`rois rect. ext. tachées de blanc. Croupion rougeâtre. Gorge et
devant du cou gris. Une bande blanchâtre nette en travers de
ji . l`aile .............. Emberiza cia, (p. 101)
12. Bonnet noir ou brun noir, avec une mince ligne longit. blanche ou
ou blanchâtre. Croupion roux-brun. Emberiza chrysophrys (p. 102)
à — Bonnet brun avec une tache centrale blanche, large chez le 5*, à
peine indiquée chez la Q . Croupion roux vif ..... i . .
............ Emberiza leucocephalos (p. 101)
13. Bec conique, relativ. allongé (138). Ongle du pouce plus court que
le doigt. Tarse égal au médian armé. Toujours plus ou moins de
jaune à la face inf`. [G. Euspiza] ............ 14
— Bec court (139, 140, 142). Ongle du pouce souvent égal ou plus
long que le doigt. Tarse un peu plus long que le médian armé.
Jamais de jaune à la face ini`. . .` .......... 15
M. La rect. la plus ext. Seulement avec du blanc. Bém. liserées extér.
de blanchâtre. Autour de 18 cent. de long ........
............ Euspizn. melanocephala p. 97)
—- Les 2 rect. les plus ext. avec du blanc. Rém. liserées extér. de
jaunâtre. De 15 à 16 cent. de long. . . Euspiza. aureola (p. 97)
15. Ongle du pouce bien arqué, au plus égal au doigt. Aile sub-obtuse
xfatteignant pas le milieu de la queue. Grandes cubitales moins
longues que les rem. second. moyennes. [G. Enzberùa p. p.] . . 16
—- Ongle du pouce peu arqué, plus long que le doigt (70 p. 53). Aile

mens DE mami:. — oiseaux 77
  ,.  .  N As >`..._  
( '   V F `· `üniîln   «t ·   ·1i   71* \N)\`fi ‘>`
.5 `mqù. t\x.¢`
145 /46 147
. ,     `_   @`î `*.,
·g ·—*—~ tw  ` bf · ~   ~
·•«»· ~" iiiwiiig ···= x Qt; É   =s `  `·—
"`   —_ ,,1..} ·'7'· ·‘     À
É- ma     149
_ 150
Fxcunes 145 à 150. — 145, Carpodacus cœylhrinus; 146, Serinus nanaria serînus,
tête; 147, Passer domestica d', tête; 148, Pctronia pelronia, tête; 149, Acan-
lhis linaria, tête; 150, Caccolhrauslea coccothraustes, 6° rém. prim.
sur·aiguë, dépassant nettement le milieu de la queue. Grandes
cubitales un peu plus longues que les rém. second. moyennes . . 18
16. Bec gros, bombé, à cul1nen bien convexe, à apex mousse (140).
Croupion cendré, strié de noirâtre. Enzberiza pyrrhuloïdes (p.l01)
— Bec petit, à culmen peu ou pas convexe, à apex aigu (139) .... 17
17. Croupion cendré à mèches brunes. Région parotique noire ou d’un
brun plus ou moins noir. Aile de plus de 8 cent. de long . . .
............. Emberiza schœniclus (p. 103)
— Croupion roux ou roux brique, bordé ou non de grisâtre. Région
parotique noire ou d'un brun plus ou moins net. Bas de la nuque
plus ou moins roux .... _ . . . Enzberiza ruslica (p. 102)
_ — Croupion brun verdàtre à mèches noirâlres. Région parotique d'un
roux plus ou moins pur. Sur le milieu dela tête, une bande longit.
rousse ou roux grisâtre} Aile d’au plus 7,6 cent. de long . . .
.............. Emberiza pusilla (p. 103)
18. Ongle du pouce un peu arqué. 3 rect. ext. tachées de blanc. Une
grande tache blanche sur l’aile .... Passerina nz'vali.s· (p. 105)
— Ongle du pouce à peu près droit. 1 rect. ext. tachée de blanc. Pas
de tache blanche sur l’aile .... Calcarius lapponicus (p. 101)
19. Bec très fort, conique, à base aussi ou presque aussi large que la
tête (143, 144). Os nasaux dépassant bien le bord ant. des orbites. A
Angle mentonnier à peu près nul. Aile sub-aiguë [S. F. Gocco-
thraustinae] .................. 20
6

78 r.·~.u~1a ma raawcs. — oiseaux
— Bec globuleux ou sub-globuleux, à maxille arrondie, et culmen
bien convexe (52 p. 51, 145, 146). Aile aiguë ou sub—aiguë . . . 21
-—— Bec conique, pointu, à culmen peu ou pas convexe, souvent un
peu concave au milieu (147, 148, 149) .......... 24
20. Hém. prim. à partir de la 5° à extrémité spatulée et échancrée
(150). -1 rect. ext. largement tachées de blanc. Doigt ext. plus
grand que l'int ..... Coccothraustes coccothraustes (p. 82)
— Rém. prim. à extrémité non spatulée ni échancrée. 4 rect. ext.
jaunes sur environ 2/3 ant. Doigts lat. à peu près égaux . . .
............... C/zloris chloris (p. 83).
·21. Plumage non tacheté. Bec (52 p. 51), aile et queue noirs. Crou-
pion et ventre blancs . ..... Pyrr/zula pyrrhuln (p. 92)
— Plumage plus ou moins tacheté. Bec, aile et queue jamais noirs.
Croupion jamais blanc ............... 22
22. Au max, 12,5 cent. de long. Jamais de rouge ni de rose dans le
plumage ........... Serinus canaria (p. 91)
— Au min. 14 cent. de long. La plus grande partie du plumage du (j'
rouge ou rose .................. 23
23. Plus de 20 cent. de long. lïém. second. bordées de blanc ....
............. Pz'nz`c0Za enucleator (p. 93)
—— Au max. 15 cent. de long. Aile couvrant plus de moitié de la queue
............ Carpodacus eryt/u·z'nus (p. 91) ·
24. Bec à culmen un peu convexe (147). Queue unicolore, dont l’aile
ne couvre pas la moitié [G. Passer] ........... 25
— Bec à culmen non convexe. Queue toujours tachée de clair .... 31
25. Deux bandes `transvers. blanches sur l'aile. 1° rém. prim, plus
courte que la 4°. Région parotique blanche avec une tache noire.
Bonnet brun rouge ........ , Passer monlana (p. 95)
— Une seule bande transvers. plus ou moins blanche et nette sur l’aile.
1° rém. prim. plus longue que la 4° ........... 26
26. Gorge, devant du cou et haut de la poitrine noir pur (été) ou noir
marqué de cendré (hiver). Teintes du bonnet et de la nuque tran-
chant nettement sur celles des parties voisines ....... 27
— Gorge, devant du cou et haut de la poitrine blanchâtres.Teintes du
bonnet et de la nuque très proches de celles des régions voisines . 29
27. Flancs tachés longitud. de.noir. Bonnet et nuque marrons . . .
..........., Passer hispam'0lensz's d‘ (p. 95)
— Flancs unicolores ................. 28
28. Bonnet et nuque brun marron avec le dessus et le devant occupés
par une large bande cendrée. Croupion et sus-caudales cendrées
............. Passer domestica Q1 (p. 94)

. rune ma rames. — oiseaux 79
 ., ww; ` ' ,
_î'?L__   1   [  
IÃJÈ [ · Q`;   ·`* ·`~_‘ , »·••__··= "   '.î'··,[,«;, __
    4. .1 5 [  _ , 2s>x»g .1],  ·_,—
,·»  _\§;»;__l   ,.  ‘ gs'.; ‘j;§*> · M
15] ll`   \
,n.‘~   » M2 · · 153 ·
    . . .»=· sa  
156 ` ; 
, 154 Q 155
Fiounr-:s 151 â 156· - 151, Pinicola enurlcalor, tête; 152, Manif/'ringilla nivalis,
tète; 153, Fringilla caelebs, tête; 151, Acanlhis cannabina, tête; 155, Spinus
spinus, tête ; 156, Spinus cilrinella, tête.
—- Bonnet et nuque marron uniforme. Plumes du croupion et sus-
caudales brun marron bordées de plus clair .......
............. L Passer italiae çj‘ (p. 91)
29. Face int`. blanchâtre légèr. tachée de brunâtre au cou,   la poitrine
et aux flancs .... . . . Passer }u'spanz'0Iensz's Q (p. 95)
— Face int'. blanchâtre et cendré roussàtre sans taches visibles . . . 30
30. Bonnet et nuque brun cendré .... Passer domestica Q (p. 91)
—- Bonnet et nuque cendré brun clair. Teintes dans l`ensemble plus
claires que dans la précédente .... Passer italiae Q (p. 91)
31. Des rect. avec du blanc. Plumage le plus souvent avec peu ou pas
de vert et de jaune ................ 32
-— Des rect. avec du jaune ou du verdâtre. Pluxnage où dominent les
teintes vertes et jaunes [G. Spinus] ........... 40
32. Aile avec un large miroir jaune pur. Tarse nettement plus court
que le médian armé. Face rouge vif chez l’ad .......
............. Carduelàs carduelis (p, 86)
— Aile sans miroirjaune .......... . ..... 33
33. Ongle du pouce plus long que le doigt. Un grand miroir blanc sur
l’aile. La plus grande partie de la queue blanche ......
............. M0ntzf·z'ngz'lla nivalis (p. 85)
-— Ongle du pouce plus court que le doigt. Jamais de grand miroir
blanc à l'aile. Faible partie de la queue blanche ....... 3â
34. Bec en cône court, comprimé dans la région distale (149, 154).
Toujours moins de 15 cent. de long. Toujours du rouge ou du 1
rose pur dans le plumage du dû [G. Acanlhfs] ....... 35

80 mrmz ma rnzmcs. — onsmrx
—— Bec en cône allongé, non comprimé dans la région distale (M8,
153). Toujours plus de 15 cent. de long. Aile couvrant plus de
moitié de la queue. Pas de rouge ou de rose pur dans le plumage
du 5** .................... 38
35. Éec à peine plus haut que large à la base. Narines à peine recou-
vertes par les plumes du front (154). Médian armé nettement
plus long que le pouce armé. Front et vertex jamais rouges chez
la Q ..................... 36
— Bec nettement plus haut que large à la base. Narines cachées par
des plumes qui s’avancent vers le milieu du bec (149). Médian
armé à peu près égal au pouce armé. Front et vertex rouges chez
l`ad. .................... 37
36. Bec brun. Patte brun clair. Croupion plus ou moins blanchâtre.
............. Acanthis camzabina (p. 88)
— Becjaunâtre. Patte noire. Croupion rouge 5* ou brun roux Q . .
............. Acanthzlv fIavz'1·0strz's (p. 89)
37. Croupion ilamméché de noirâtre ou de brun. Acanthis Iinaria (p. 89)
— Croupion unicolore, blanc pur ou rose. Acemt/zz'.s· horzzemanrzi (p. 90)
38. Deux bandes transv. blanches ou plus ou moins rousses sur
l’aile. Jamais de tache jaune vif au devant du cou [G. Fl‘l·Hgl‘lZdj . 39
— Pas de bandes transv. nettes _sur l’aile. Une ftache jaune vif au
devant du cou chez l`ad ...... Pcl1·0m'a pet/·0nz'a (p. 96)
39. Deux à quatre rect. ext. tachées de blanc. Croupion verdàtre. De-
vant du cou et poitrinejamais roux . . . Frzhgilla cœlebs (p. 84)
— Rect. la plus ext. seule tacliée de blanc. Croupion plus ou moins
blanc et noir. Devant du cou et poitrine roux plus ou moins vif.
............ Fringilla n10ntzf·ing1'lZa (p. 85)
[10. Base des rém. à l'exception des 3 premières et rect. largement ta-
chées de jaune. Une bande transvers. plus ou moins jaune à l'aile.
Flancs toujours striés de noir ou de noirâtre. Spinus spinus (p. 87)
— Rém. et rect. liserées de verdàtre. Deux bandes transvers. verdâ-
tres ou jaunàtres sur l’aile. Flancs unicolores chez l'ad ....
............... Spinus cz't1·z'nella (p. 88)
G. LOXIA L. ; Bec-croise.
Bec robuste, notabl. plus haut que large à la base, d’au moins 2/3 de la tête
en long. Mandib. sup. plus haute et plus longue mais génér. plus étroite que
1’inf. Narines cachées par une toutïe de plumes. Aile aiguë ou sur-aiguë. Queue
bien échancrée. Sexes bien difïérents, beaucoup de rouge dans le plumage du d'.
Nourriture surtout constituée par des graines de Conifères.

rauxs ne rance. — oiseaux 81
L. curvirostra L. ; Bec-croisé ordinaire. L: 16à 17,4; A: 9à9,6; Q:
6 àô,5 ; T : 1,65 à 1,75 ; B : 1,85 à 2,10. Bec brun bleuâtre (136), patte
brune, iris brun foncé. — Ci'. Corps d‘un rouge variable, plus beau chez les
individus âgés, surtout au croupion, avec un peu de brunâtre et de verdâtre
_ au dos et aux dernières sus-caudales, les joues un peu maculées de brun, le
bas ventre et les sous-caudales blancs, ces dernières lavées de rose et tachées
de brun. Pennes brun noiràtre liserées de rougeâtre. En automne, les teintes
du corps moins pures, les tectrices étant bordées de verdàtre et de grisâtre.
- Q, Face sup. gris olivâtre avec le croupion jaune, les plumes de la tête
marquées de brun·, celles du dos de brunâtre. Gorge gris jaunâtre, poitrine,
épigastre et flancs d‘un jaune verdâtre lavé de grisâtre. Ventre et sous·cau-
dales blancs, ees dernières tachées de brun. Côté de la tête gris taché de
brunâtre. Pennes brunes. En automne les teintes moins pures. — J. Gris
olivâtre plus foncé en dessus et très taché de noirâtre avec les couvertures
et les pennes brun noirâtre bien liserées de verdâtre. Les mandib. d’abord
non croisées, se croisent de plus en plus. Plus tard chez les jeunes g*,teinte
jaune de plus en plus orangée, conduit à celle de l‘ad.
Nid en coupe, épais, extér. construit de brindilles de Conifères, de mousse, de
lichen, de lambeaux d`écorce, intér. d’herbes sèches et de plumes, établi sur un
Conifère à assez grande hauteur. -— (Euh : 3 à 4, rarement 5, d’un ovale un peu
allongé. Gd : 20 à 23, 5 ; Pd : 15 à 16. Bleuâtres, taches et striés de brun violacé
surtout autour du gros bout.
Dans les bois de Conifères, sédentaire dans les régions montagneuses et, çà et
là, hivernal et de passage très irrégulier dans le reste de la France — Grande
partie de l`Europe et du N. et Centre de l'Asie.
L. pytiopsittacus Bonnin. (C1·ucz`1·ost1·a brachyrhynchos Bassin) ; Bec-
croisé perroquet. L: 17,8 à 19,2 ; A: 10,3 à 10,8; Q : 6,9 à 7,2; T : 1,8à
1,9; B: 2,1 à 2,2. Bec (51 p.51),patte,iris bruns.- Cj‘.Corps d’un rouge va-
riable, plus beau chez les vieux sujets, surtout vif à la tête et au croupion,
avec un peu de brunâtre au clos et surtout aux dernières sus—caudales. Joues
variées de brun, bas ventre et sous-caudales blanc rosé, ces dernières tachées
de brun foncé. Pennes brun foncé liserées de rougeâtre. — Q et J. comme
L. ClLI`Vl'I`OS[l'(l. _
Nid et œufs comme dans l’espèce précédente, les œufs ayant Gd : 21 ii 25 ; Pd :
16,5 à 17,7.
Habitat du L.cuv·vi1·0st1·a. Accidentel en France. — N. de l`Eur0pe, descen-
dant 1’hiver plus ou moins régulièr. dans le Centre et le S. du Continent.
L. lellcoptera Gnnux, S. E. L. I. bifascia ta (Banni!) ; Bec·croisé bifascié.
LZ 15,4à16,1;A:8,6à 9,5 ; C t 5,9à 6,5;T: 1,421 1,5; B: 1,7à2. Bec
brun clair, patte et iris bruns. -— 5*. Corps rouge cinabre légèr. rosé, avec
dos,scapulaires et côté de la tête marqués de brunâtre,les dernières sus-cau-
dales brunes liserées de roussàtre, le bas ventre et les sous-caudales blancs,
E t 6

82 rauns ma rnaxcs. — oiseaux
ces dernières tachées de brun foncé. Aile noirâtre à rém. liserées de clair,
les dernières cubitales à bout blanc. Grandes et moyennes sus-alaires ter-
minées de blanc, formant deux larges bandes transv. sur l'aile pliée. -——
Q. Face sup. gris brun, les plumes bordées de verdâtre, avec le croupion
jaune pâle. Face inf. gris verdâtre avec le bas-ventre et les sus-caudales.
blanchâtres, ces dernières tachées de noirâtre. Aile à rém. liserées et du
blanc aux sus-alaires comme chez le (jl. — Face sup. cendrée et roussâtre,
le centre des plumes étant noirâtre et le croupion jaune. Face inf. gris rous-
sâtre, maculée de noirâtre au cou, de brunâtre à la poitrine et aux flancs, le
ventre et les s0us·caudales grisâtres, ces dernières tachées de brun.
. Nid et œu/Iv comme dans les deux espèces précédentes, les œufs ayant en
moyenne: Gd: 21; Pd: 14,6.
Habitat des deux précédents. Accidentel en France. — N. de l’Europe, faisant
l`hiver des incursions plus ou moins bas dans le S.
G. COCCOTHRAUSTES Buisson; Gr0s·bec.
Bec mesurant au moins les 2/3 de la tête, au moins aussi haut que large à la
base, à tomies légèr. arquées. La maxille larg. arrondie au-dessus, entrant un
peu dans les plumes du front. Narines en partie cachées par les plumes. Tarse un
peu plus court que le médian armé. Queue légèr. échancrée, d`envîr0n le 1/3 de
la long. totale. Corps massif, gros et court.
C. coccothraustes (L.) [Coccothrausles vulgaris PALLAS] ; Gros—bec
ordinaire. L: 182118,6; A: 9,7 à 10,2; Q: 5,7 à 6; T: 2 à 2,2; B: 1,9à2,l.
Bec nacré à pointe plus foncée (143), patte couleur chair, iris gris rose ou
brunâtre. Rém. prim.: l" > 4*. — C3'. Tête €l`un roux jaunâtre plus foncé à
l’occiput, avec tour du bec, lorum et gorge noirs. Nuque gris cendré. Crou-
pion et grandes sus-alaires post. roux jaunâtre. Face inf. vineux clair avec
bas-ventre et sous-caudales blancs. La plus grande partie des rém. et sus-
alaires ant. noires à reflets bleus et violets, sus—alaires moyennes blanches,
Rect. médianes rousses à bout blanc, les autres noires, les 4 plus ext. tachées
de blanc. Le tout plus terne en automne. —-   Teintes moins vives et plus
ou moins lavées de gris. Noir du tour du bec, de la gorge et du lorum moins
étendu. Rém. second. larg. bordées de gris ainsi que les rect. médianes, les
autres rect. avec moins de blanc. Le plumage encore moins net en automne.
—-J. Tête et cou `roussâtres plus ou moins rayés de brunâtre. Dos brun
terne rayé de plus foncé. Croupion varié de blanc et de roussâtre. Face inf.
blanchâtre barrée d’olivâtre.
Nid en coupe, extér. formé de brindilles et de petites racines, intér. d’herbes et
de crins, sur un arbre, un tronc garni de lierre, ou un gros buisson, à hauteur
moyenne. —- 05`ufs : 4 à 5, ovalaires allongés. Gd: 23 à 27 ; Pd: 16,6 à 17,5. Gris
perle, tachetés et un peu veinés de brun et de brun violacé.

ratsmz ne rmmce. — oisnaux 83
Se nourrissant surtout d'amandes, mais aussi de graines et d’Insectes, de
Coléoptères particu].
Dans les bois, les bosquets, les vergers, sédentaire et de passage, répandu
dans presque toute la France. - Dans la plus grande partie de l’Europe à l'excep-
tion du N; parties Centre et W. de l’Asie.
G. CHLORIS Cuvxen; Verdier.
Bec presque aussi haut que large à la base, un peu plus long que la moitié de
la tête. Mandîb. sup. n`entamant pas la ligne frontale. Narines en partie cachées
par des plumes. Tarse un peu plus court que le médian armé. Queue échancrée,
plus du tiers de la long. totale.
C. chloris (L.) [Lzgurùzus clzlorzis (L.), C/zlora Izortensis Bnsxm]; Ver-
dier ordinaire. L: l5 2115,5; A: 8,3 à 8,6; Q: 5,6à6,2; TZ 1,7 à 1,75;
B: 1,25 à 1,3. Bec couleur chair (ad. rupt.) ou brunâtre (ad. automne et j.)
(144), patte couleur chair (ad.) ou brunâtre (j.), iris brun noir. Rém. prim.:
1 < 3°. -6. Face sup. olivâtre, plus cendrée à la tête et au cou, plus bru·
nâtre au dos, avec le croupion vert-jaune. Joue, partie du côté du cou et
dernières sus-caudales lavées de cendré. Face inf. jaune verdâtre, lavée de
cendré aux flancs, la région anale blanchâtre. Courbure de l’aile jaune;
grandes sus-alaires grises presque entièr., sus-alaires ant. noirâtres larg.
bordées d’olive et de gris. Rém. prim. noires à bout gris, avec une large
bordure sur plus de moitié de leur long. Rém. second. noirâtres bordées de
gris. Rect. noires frangées de gris, les 4 paires ext. ayant environ leurs 2/3
ant. jaunes. En automne teintes assombries par des franges grisâtres aux
tectrices. —   Face sup. plus brunâtre, inf. plus verdâtre, le, jaune des
pennes plus pâle et moins étendu. Le plumage encore plus nuancé de gris'
en automne. —— J. Face sup. brun lavé de verdâtre, face inf`. jaunâtre flam-
méchée de brun, le jaune des pennes clair.
Nid en coupe, grossièr. bâti extér. en mousse et brindilles, intér. de crius et de
plumes, sur un arbre feuillu, un Conifère, un buisson touffu, à quelques m. de
hauteur. — (Eu/`s: 5 à 6, ovalaires allongés. Gd: 17, 2 2122,7; Pd: 13,5 à 16.
Blanc bleuâtres, tacliés et striés de rouge et de violacé.
Répandu dans les bois, les bosquets, les vergers, dans le N. et le Centre de la
France, sédentaire ou estival, de passage dans le Midi. -—- Europe sauf le S.W, de
la Norvège à l’Italie et aux Balkans. Asie mineure, Perse.
S. E. C. C. 8llI‘HH£üV8I1î!‘f8 Caaarus. Bec plus renflé et ailes un peu plus
courtes que le type. Face sup. vert·jaune plus uniforme avec front jaune vif.
Face inf. vert-jaune plus foncé et uniforme, passant au jaune d'0r au milieu de
l’abdomen. S.W. de la France. — Espagne, Açores, N. de l'Afriquc.

84 FAUNE ma rnancs. — oismux
S. E. C. C. IHHJHFHSZ Tscnusi. Plumage lavé de brun au lieu de gris,
dans son ensemble plus foncé que celui du type. Corse (1).
G. FRINGILLA L. ; Pinson.
Bec à peu près aussi haut que large à la base, un peu plus de moitié de la tête
en long. Mandib. sup. n’entamant pas la ligne frontale. Tarse à peu près égal au
médian armé. Queue échancrée.
F. Cœlebs L. ;Pinson ordinaire. L : 16,4 à 17,3; A: 8,3 à 8,9; Q : 6,8 à
7,4 ; T : 1,8 à 1,9 ; B : 1,1 à 1,25. Bec bleuâtre (di rupt.) ou gris brunâtre
(Q et  (153), patte et iris bruns. Rém. prim. : l' É 4**. —- @1. Front noir,
Vertex, occiput, nuque, derrière et partie du côté du cou gris bleu. Dos brun
légèr. lavé d’olivâtre. Croupion vert olive. Lorum, région parotique, face
inf. roux vineux, cette teinte s'atténuant au ventre pour passer au blanc à
la région anale et aux sous-caudales. Aile noirâtre à rém. liserées de jaunâ-
tre, les prim. moyennes à base blanche, avec une large bande blanche sur
les petites et moyennes sus-alaires, une autre plus mince et légèr. jaunâtre
sur le bout des grandes sus-alaires. Rect. médianes brunes, les autres noires,
avec 3 et quelquefois 4 rect. les plus ext. marquées de blanc. L’ensemble
marqué de gris en automne —   Face sup. gris brun olivâtre, le croupion
, plus olivâtre. Face inf. gris brun, plus foncé à la poitrine et aux flancs, le
bas ventre et les sous·caudales blancs. Pennes brun noir, les ailes avec des
bandes comme le (ji, mais lavées de roussâtre et avec moins de blanc aux
rect. latér. Le plumage plus terne et marqué de grisâtre en automne — J. A
peu près comme la Q en automne.
Nid en coupe, artistenient tressé, extér. de mousse et de lichens fixés par des
toiles d’.\raig·nécs, intér. de duvet végétal, de crins, de plumes, sur un arbre à
feuilles caduques, à moyenne hauteur — ()Eufs : 4 à 5, rarement jusqu’à 7, ova-
laires. Gd: 19,3 à 22,8 ; Pd: 14,6 à 15,5, except. t 17 X 13,2. Verdâtres ou bleu-
âtres, plus ou moins taches et lavés de brun et de rouge violacé.
Sédcntaire et de passage, dans les bois, les vergers, les champs, abondant
dans toute la France ——- Europe sauf Yextrême N., N. de l`Afrique, VV. de l`Asie et
en bas jusqu’à la Perse.
  E. F. C. Éy`I‘I‘h6I1iC8 Sciixeent. Diilère du type par la teinte plus vive de
tout le plumage, le croupion plus jaunâtre et les ailes noir pur. Corse.
  E. F. C. S}JOdîOg6I1_YS Bona?. Diilère du type, le d' par sa patte noirâtre,
la région parotique gris de plomb, le dos olivâtre, la face inf. d’un vineux plus
gris et plus pâle, 4 rect. ext. tachées de blanc ; la Q par la face inf. bien plus
claire. Très accident. dans le S. de la France — N. de l’Afrîque.
(I) Chlotis sinica (L l. Face sup. brune, face int`. gris brunâtre. Croupion et région
anale jaunes. Un large miroir jaune a l’aile. Asie orientale. —~ Signalé comme capturé
aux environs de Lille cn 1910 (Bull. Soc. Nat. d’acclim., 1911.).

FAUNE nr: rnaxcxa. —- oiseaux 85
P. montiiringilla L. 2 Pinson d'Ardennes. L: 16,5 à 17,5; A : 8,6 à 9,2;
Q: 6,3 à 6.,8 ; T : 1,8 à 1,9; B: 1,25 à 1,35. Bec noirâtre (6 rupt.) ou jau-
nâtre à pointe noirâtre ((3* hiver et Q), patte et iris bruns. Rém. prim. :
l' > 4**- (j". Face sup. d'un noir brillant à reflets bleus, les plumes bordées
ou non de-roussâtre et le croupion blanc. Face inf. roux jaune avec le ven-
tre et les sous-caudales blancs et les flancs maculés de noir. Rém. noires, les
prim. et les second. étant en partie liserées extér. de jaune verdâtre et avec
une tache blanejaunâtre à la base des prem. à partir de la —1°. Dossier, peti-
tes et moyennes sus-alaires ainsi que les scapulaires roux-jaunâtre bordées
de blanchâtre au bout. Queue noire, avec un peu de blanc aux rect. ext. En
automne, plumage moins brillant, les tectrices étant bordées de gris et de
roussâtre et les pennes étant moins noires —   Face sup. variée de brun, de
gris, de roussâtre avec le derrière du cou plus gris et le croupion blanchâtre
taché de brun, du brun formant une bande allant de l'œil au côté du cou.
Sourcil et joue roussâtres. Face inf. roux très pâle avec le ventre et les sous-
caudales blanc sale. Rém. brunes bordées de jaunâtre, avec une tache
blanche à la base des rém. prim. à partir de la 4**, 2 bandes transv. blanc
roussâtre sur les sus-alaires qui sont noiràtres ainsi que le dossier. En au-
tomne, plumage un peu plus terne -— J. Ressemblant à la Q en automne,
mais livrée encore plus effacée.
Nid assez semblable à celui de F. cœlebs, dans une enfourchure d'arbrc, Bouleau
ou Conifère — CEufs .· 5 à 7 ovalaires. Gd: 16,8 à 21,5; Pd: 13,8 2115,5. Fond d`un
bleuâtre un peu plus sombre que ceux de l'espèce précédente et taches brunes un
peu plus foncées.
Ilivernal et de passage dans les bois, les bosquets, les champs, par bandes, com-
mun dans toute la France - N. de l’Europe et de I’Asie, en hiverjusqu'à la région
méditerranéenne, l’Asie mineure, la Chine.
G. HONTIFRINGILLA Brehm ;Niver0lle.
Bec un peu plus haut que large à la base, un peu plus de moitié de la long. de
la tête, la mandib. sup. un peu concave en son milieu, entrant peu dans le front.
Tarse à peu près égal au médian armé. Queue carrée ou un peu échancrée. Sexes
peu difïérents.
M. nivalis (Buisson) ; Niverolle des neiges. L : 18,5 à 19,5 ; A : 11 à 12 ;
Q 2 7 à 7,7; T Z 2,15 à 2,25; B: 1,2 à 1,3. Bec noir ou brun noir (ad. été)
ou jaunâtre à pointe noirâtre (ad. hiver et  (152), patte noirâtre, iris brun.
Rém. prim. : 1° é 2° — df. Tête, derrière et côté du cou cendrés.lleste de
la face sup., scapulaires et rém. second. post. brun assez foncé avec les sus-
caudales noires et plus ou moins blanches. Gorge et devant du cou noirs,
reste de la face inf. blanche nuancée de gris à la poitrine et aux flancs, avec
souvent une ou deux taches noires aux sous-caudales. Rém. prim. brun noir

86 FAUNE ma rnaxciz. — oiseaux
liserées de blanchâtre. Rém. second. ant. et sus-alaires blanches. Queue blan-
che sauf les rect. médianes et l'extrémité des intermédiaires. En automne,
tout le plumage plus terne par suite de la bordure grisâtre des plumes, et le
noir des pennes brunâtre —-   Taille un peu plus faible. Peu ou pas de noir
à la gorge. Face inf. lavée de roussâtre. Partie des sus·alaires ant. noirâtres.
Un peu moins de blanc à la queue. Le plumage d’automne encore moins
brillant — J. Ressemblant beaucoup à la Q en automne.
Nid ouvert, plus ou moins volumineux, assez grossier, extér. de petites racines,
de mousse et' d’herbes sèches, intér. de plumes, de erins, de laine. Dans une
fente de rocher, de muraille, sous une toiture —- (Eufs ; 4 à 6 d'un ovale régulier.
Gd : 22,7 à 24,3 ; Pd : 16,6 à 16,8. Blanc mat.
Sédentaire dans les régions élevées des Alpes et des Pyrénées, descendant plus
bas en hiver — Apennins et hautes montagnes de l’Europe moyenne.
G. CÀRDUELIS Buisson; Chardannerct.
Bec un peu plus haut que large à la base, comprimé-en avant et mesurant
environ les 2/3 de la tête. Mandib. sup. à culmen un peu sinueux, entamant fort
( _ peu les plumes du front, à narines en partie cachées par des plumes. Queue un
peu échancrée. Sexes presque identiques.
C. carduelis (L.) [Cm·dueIz's elegans Sravnizssj; Chardonneret élégant.
1.:13,5 à 14,1; A: 7,5 à 8; Q: 4,7 à 5,1; T2 1,3 à1,45;Bl1,25 à 1,3. Bec
blanchâtre à pointe noiràtre(71,p.53), patte brunâtre, iris brun, Rém. prim.:
I", 2°, 3° à peu près égales et les plus longues, 4° sensibl. plus courte. —
  Toute la face rouge vif avec le lorum noir. Reste du bonnet, nuque,
derrière et côté du cou noirs, séparés par une petite ligne blanche du reste
de la face sup. brun roussâtre avec les sus-caudales blanc roussâtre. Face
inf. fortement lavée de brun roussâtre aux côtés de la poitrine et aux flancs.
Région parotique blanche, le blanc rejoignant celui qui est entre le noir et
le brun du cou. Aile en grande partie noire, la moitié basilaire des rém. sauf
la l'° et les grandes sus-alaires jaunes. Une tache blanche au bout des rém.
et aux rect. dont le reste est noir. Plumage de la Q moins brillant, le plu-
mage d’automne étant moins 11et dans les deifx sexes. — J. Tête grise, sans
rouge ni noir. Dos flamxnéché de brun noir. Face inf. blanchâtre, lavée de
brunâtre à la poitrine et tachetée de noiràtre sur les côtés. Sus-alaires
bordées de fauve. Reste comme les ad. mais à teintes plus ternes.
Nid en coupe, artistenient tissé de mousse, lichens, brins d`herbes sèches, fils
d'Araignées, l`int. de duw et végétal et de crins. ——— (Eu/`s : 4 à 6 d`un ovale variable.
Gd: 17 à 17,9; Pd: 12,3 à 13,5. Blanc bleuâtre ou vert bleuâtre avec plus ou
moins de taches, de points et de traits, lie de vin, brun rouge ou \iolct—noir,
souvent plus serrés au gros bout.
Consonnnant de préférence les graines de Coxnposécs.

muni: ne ramena. — oiseaux 87
Dans les jardins, les bosquets, les champs, sédentaire et de passage, commun
dans toute la France. -— Europe, du milieu de la Scandinavie à la Méditerranée.
S. E. C· C. ZSCDHBII Amuoom. Un peu plus petit que le type et a bec plus
grêle. Le dos d’un brun plus olivâtre et sombre, la ligne blanche de la nuque à
peine visible. Côtés de la poitrine plus foncés. Région parotique brunâtre. —-
·Corse et Sardaigne.
' G. SPINUS Koen; Turin.
Bec un peu plus haut que large à la base, comprimé dans la moitié ant., très
pointu, moitié de la tête en long. ou un peu plus long. Mandib. sup. entrant peu
ou pas dans les plumes du front. Narines cachées par des plumes. Tarse à peu
près égal au médian armé ou un peu plus court. Queue bien échancrée.
S. spinus (L.) [Spinus vz':·idz's Kocn] ; Tarin ordinaire. L: 11,5 à 12,3;
A 2 6,5 à 7,1; Q: 4,3 à 4,7; T: 1,3 211,4; B: 1 à 1,1. Bec brunâtre à pointe
foncée (155), patte brunâtre, iris brun foncé. Rém. prim.: l" et 2° égales et
les plus longues, > 3°. — Cf. Bonnet et gorge noirs, reste de la face sup.
vert olivâtre lavé cle gris et taehé de brunâtre, avec croupion et sous-caudales
jaune verdâtre tachés de noirâtre en haut. Devant et côté du cou, poitrine,
épigastre, partie des flancs, région parotique jaune citron, avec la joue
variée de noirâtre. Reste de la face inf. blanc rayé de noiràtre. La plus
grande partie de l’aile noirâtre, les rém. moins les 3 prem. lisérées de jaune
verdâtre et tachées dejaune à la base, les sus-alaires grandes et moyennes
terminées de jaune, le dossier vert, Queue jaune à moitié ou tiers distal
noiràtre. Le plumage moins pur en automne. — Q: Face sup. gris olivâtre,
avec le croupion et les sous—caudales jaune verdâtre, le tout strié en long cle
noirâtre. Face inf. blanchâtre, lavée de jaunâtre à la poitrine avec les llancs
et les sous—caudales llamméehés de noirâtre. Côtés de la tête et du eou gris
jaunâtre tachés de noirâtre. Aile brun noir marquée comme le Cf mais plus
étroitement et de teintes plus pâles. Queue brun noir avec l'espace jaune
ant. moins grand. —J.çj‘. Face sup. brun olivâtrè très ilammée de noi-
ràtre; face inf. jaunâtre rayée longit. de noiràtre. Jaune des rém. existant et
les grandes sus-alaires bordées de roussàtre. La partie foncée des rect.
liserée de gris. — J.Q. Face sup. gris roussàtre flammée de brun; face inf.
blanchâtre rayée de brun.Jaune des pennes moins développé.
Nid en coupe. assez bien bâti de mousse, lichens, herbes sèches et fils d‘Arai·
gnées, intér. de crins, de plumes, de duvet végétal, le plus souvent sur un Coni-
fère, quelquefois sur un arbre à feuilles caduques. —- œufs: 4 à 6 d`un ovale
assez court. Gd: 16 à 17,5; Pd: 11,5 à 13,3. Blanc bleuâtre ou bleuîutre, ponc-
tués et tachés de brun et de rouge brun, partie. autour du gros bout.
Nourriture préférée: Graines d’Aulnes et de Boulcaux.
Dans les bois, les bosquets, de passage ou hivernal en France, signalé comme
y nichant dans quelques régions, partie. de hautes montagnes. — Europe et Asie
moins l'extrême N., en hiver, jusqu'cn Afrique N. et l’Asie mineure.

88 mena na manon. — oismnx
S. citrinclla   [Emberiza br·umalzÃs Scor., Cz'h·z`nelZa alpùza Bonn.,
Citrinella serinus Bosse,]. Tarin venturon; Venturon alpin. L: 13 à 13,8;
A: 7,5 à 8,1; Q:5,4 à 5,8; T: 1,45à 1,5; B: 0,82 à0,88. Bec brun (ad.)ou
· jaunâtre (j.) (156), patte brun rougeâtre, iris brun clair. Rém. prim. L
I", 2", 3° quasi égales et les plus longues. -— (j'. Dessus de la tête vert jaune
avec l’0cciput,le derrière et le côté du cou gris cendré, le lorum et la région
pzirotique vert jaune et gris. Dos vert olivâtre, croupion et sous-caudales
vert jaune. Face inf. verdâtre avec les côtés de la poitrine variés de gris, le
bas-ventre, quelques sous-caudales et la jambe blancbâtres. Aile noirâtre,
avec les rém. prim. liserées de gris plus ou moins verdâtre, les second. bor-
dées de verdâtre, les grandes et moyennes sus-alaires largement terminées de
vert olivâtre qui est la teinte du dossier. Rect. noiràtres liserées de gris ou de
verdâtre. En automne, les teintes plus ternes. —- Q. Plus brunâtre dessus.
verdâtre de la face inf. moins large, plus bordé de gris. —J. Face sup. gris
roussâtre, plus jaunâtre à la tête, plus roussâtre au croupion flainmé de brun
foncé. Face inf. roussâtre pâle flammée de brunâtre. Aile et queue brunes,
les rém. prim. et les rect. liserées de gris—verdâtre, les dernières rém. _
second., les grandes et moyennes sus-alaires bordées de roussâtre.
Nid ressemblant beaucoup comme structure et emplacement à celui de Yespèce
précédente -— (Eufs : 4 à 5, d’un ovale un peu court. Gd : 16,1 à 17,2 ; Pd : 12 à
14,1. Blanchâtres ou verdâtres, tachés et pointillés de brun foncé, rougeâtre ou
violacé, en général surtout autour du gros bout.
Dans les clairières et en bordures de bois, sédentaire ou de passage dans les
Alpes, le Jura, les Pyrénées, accident. ailleurs —— Montagnes du centre et S. de
l‘Eur0pe.
S. E. S. C. COPSÉCQIIH Koiamo. nanars du type par sa taille moindre, ses
teintes en général plus vives, son dos brun pâle rayé de brun foncé et le croupion
plus vert, la face et les parties inf. jaune soufre. Corse.
G. AGANTHIS Bechstein ; Limzlle.
Bec plus haut que large à la base, comprimé dans son tiers ant., environ moitié-
de la tête en long. Mandib. sup. 11`entrant pas dans les plumes du front. Narines
plus ou moins cachées par des plumes. Tarse de la long. du médian armé, ou un
peu plus long. Queue bien échancrée.
A. cannahina (L.) [Cannabina Iinota Gnamw, Passer papaverina
PALLAS] ; Linotte vulgaire. L: 13,5 à 14,3 g A 2 7,3 à 7,9 ; Q Z 5,2 à 5,7; Tt
1,6 à 1,65; B 2 0,95 à 1.· Bec brun (154), patte brun rouge, iris brun. — (j"
f rupt. Front et vertex rouge sang, derrière et côté de la tête et du cou gris-
brun, dos et sus-alaires brun roux, croupion blanc plus ou moins marqué de
noirâtre. Gorge et devant du cou blanchâtres marqués de brun, poitrine et
épigastre rouges, reste de la face inf. blanche, les flancs marqués de roussà·

FAUNE ne rames. — oiseaux 89
tre, les sous-caudales de noir. Rém. noirâtres, les prim. bordées extér. de
blanc dans la première moitié, les second. bordées de gris brun. Rect. noirâ-
tres, liserées extér. etbordées intér. de blanc.—Cj‘ automne. Front à peine mar-
qué de rougeâtre, reste du bonnet brunâtre, dos varié de roussâtre et de
brun.·Poitrine et épigastre gris brunâtre variés de rougeâtre. Flancs ilam-
méchés de brun. Rect. médianes bordées de blanc. ——   Face sup. roussâtre
tlamméchée de brun, le croupion marqué de blanc. Face ini`. roussâtre à
longues taches brunes. En automne, le plumage moins net. — J. Semblable
à la Q en automne. ,
Nid en coupe, moins bien bâti que les précédents, avec des radicelles et des
herbes sèches extér., des plumes, crins et laine à l’int. Sur une branche d’arbre
à peu de hauteur, un buisson, parfois dans une touffe d’herbes —— (Eufs : 4 la 7
d'un ovale un peu allongé. Gd : 16 à 20 ; Pd : 12 à 14,9. Blanc bleuâtre, tachés de
brun rougeâtre ou de brun violacé surtout près du gros bout.
Dans les champs, les vergers, sédentaire ou seulement estivale ou de passage, ·
répandue dans toute la France -— Europe, depuis le 64° de latit. N., en hiver
jusqu`au N. de l’Afrique.
A. flavirostris (L.) [F1·z'ngz'lla montium Garmin] ; Linotte à bec jaune,
Linotte montagnarde. L: 12,9 à 13,3; A :7,2 à 7,6; Q Z 5,5 à 6; 'I` Z 1,6 à
1,62 ; B : 0,75 à 0,85. Bec jaune à pointe brune, patte noirâtre, iris brun —
(jl. Face sup. moins le croupion, sus-alaires roussâtres maculées de brun
noirâtre, les taches au centre des plumes plus ou moins disposées sur le dos
en raies longit. Croupion rouge cramoisi avec le milieu des plumes sombres.
Sourcil, joue, gorge, devant et côté du cou, poitrine et flancs roussâtres, le
côté du cou et la poitrine tachés de brun noiràtre, les Hanes de brun roux.
Ventre et sous-caudales blanc jaunâtre. Aile en majeure partie brun foncé.
les rém. à partir de la 4° liserées de blanc dans leur première moitié, les
grandes sus-alaires bordées de roussâtre, à bout blanchâtre. Rect. brun noir,
les méd. légèr. liserées de grisâtre, les autres, d'autant plus bordées de blanc
qu’elles sont plus ext. En automne, les taches brunes de la face sup. moins
larges, le croupion taché de brun. —   Dillère du (jl par son croupion qui
est roussàtre taché de brun et toutes les teintes rousses plus claires — J.
Ressemble beaucoup à la  
Nid en coupe, ressemblant à celui de l'espèce précédente, plus souvent à terre
dans les herbes — (Eu/'ar : 4 à 5 rarement 6, ovales. Gd : 15,3 à 18 ; Pd : 11,8 à
12,4. Bleuâtres tachés et pointillés de brun rougeâtre, surtout au gros bout.
Dans les champs,les vergers, hivernale ou de passage en France. Signalée comme
y nichant accident. dans les régions montagneuses de I’E. — N. W. de l`Europe,
descendant l`hiver dans le Centre et plus ou moins dans le S.
A. linaria. (L.) [L1'nar·z'a borealis Vnsn.x.o·r] ; Linotte boréale, Sizerin
boréal. L: 13à 14;A:7,4à7,8;QZ5,7à5,8;T: 1,-ià 1,5 ; B:0,8à(),9.
Bec jaunâtre â pointe brune (149), patte brun foncé, iris brun. — di. Front

90 FAUNE DE FRANCE. — oiseaux
et vertex rouge carmin, le reste de la face sup. grisâtre flammé de brun avec
le croupion rose aammé de brun. Gorge noire, le reste de laface inf. blanc
rosé avec le bas ventre et les sous—caudales blancs, les flancs et les sous·cau-
dales à taches allongées brunes. Dessus du bec, lorum bruns, côté de la tête
varié de blanchâtre, de rose, de brunâtre. Aile brune avec les rém.,les'gran-
des et moyennes sus·alaires bordées et terminées de blanc plus ou moins
pur. Rect. brunes bordées de blanc. En automne, le dessus plus brun, les
teintes roses très atténuées, les plumes étant bordées de blanc. —-   Face
sup. plus brune, le croupion plus flammé de brun, avec peu ou pas de rose.
Face inf. blanchâtre très tachée de brun, avec pas ou fort peu de rose à la
poitrine. En automne les teintes encore assombries —- J. Sans rouge à la tête,
plus tard ressemblant à la Q, mais plus foncé.
Nid bien bâti avec de la mousse, des lichens, des radicelles, des fils d'Arai·
gnées, intér. garni de crins et de duvet. Sur une branche d`arbre ou dans les
broussailles. — œufs: 4 à 5, rarement 6, ovalaires. Gd : 16,8 à 18,2 ; Pd : 12,2 à
12,5, Bleu clair taches et pointillés de brun rouge, de violet, de noiràtre.
Dansiles bosquets, les lisières, de passage irrég. en France —-— N. de l'Europe,
de l’Asie et de l’Amérique, descendant en hiver dans le S.
S. E. 41.]. hûlbœlfü Bnsniw. Ne diffère guère du type que par sa taille
sup., ses ailes relativ. plus longues et son bec plus fort. Rencontré très accident.
en France — Europe et Amérique septentr., descendant l’hiver avec le type vers
le Centre de l’Europe et l’Asie jusqu'au Japon.
S. E.A.]· cabaret MllLLER; Linotte cabaret, Sizerin cabaret. D'environ1 cent.5
de moins en long. que le type et bien plus foncé surtout à la face sup. Sédentaire
dans les Alpes où il niche dans les Conifères, et de passage irrégulier en hiver
dans beaucoup d'autres points de la France — Régions de hautes montagnes, VV.
et Centre de l'Eur0pc.
A. hornemannl (llm.nôi.i.) [Linaria carzescens Gouw]; Linotte de Hor-
nemann, Sizerin blanchâtre. A : 8 à 9. Bec brun ou brun à dessous jaune,
patte brune, iris brun. — 0*. Vertex et front rouge vif, face sup. blanchâtre
flammée de noirâtre, le croupion rose foncé. Lorum et gorge noirs. Devant
du cou et poitrine roses, le reste de la face inf. blanc. Pennes brunes bordées
de blanc pur. En automne, le fond du plumage blanc flammé de brun sur le
dessus avec le croupion blanc.   Differe du (jf par le manque de rose au
cou et à la poitrine et les flancs mamma de brun. — J. Pas de rouge à la
tête, le fond du plumage fortement lavé de roussâtre, sur le dessus, la poi-
trine et les flancs.
Nidification comme A. linarîa.
Très accidentel 1`hiver en France et en Belgique. -— Europe arctique et Groën-
land, descendant plus ou moins l`hiver vers le S.

FAUNE ne rnAxcz. — oiseaux 91
G. SERINUS Koen; Serin.
Bec légèr. comprimé à la pointe, un peu plus haut que large à la base, de
long. un peu moindre que la moitié de la tête. Angle mentonnier bien pro-
noncé. Narines en partie cachées par des plumes. Tarse à peu près égal au
médian armé. Queue moyenne, bien échancrée.
S. cnnarln (L.), S. E. S. C. 88t‘inu8 (L.) [Serinus hortulanus Kocu,
Serinus mer·z'dz`0nalzÕ2 Bnmm]; Serin cini; Serin méridional. L: 11,4 2112,3;
A: 6,7 à 7,5; Q2 4,7 à 5,2; T: 1,3 à 1,4; 13:0,66 à 0,75. Bec brun jaune
(146), patte gris-brun, iris brun. Hém. prim. : 3° presque égale à la 2° qui
est la plus longue, 1'° > 4°. — (j' Front, vertex, haut de la nuque, sourcil,
côté du cou et croupion jaune vii'. Occiput, joue et partie du côté du cou
brun olivâtre, les derniers mouchetés de jaune. Dos olivâtre ilammé de noi-
râtre, s0us·caudalesjaunes tachées de brun foncé. Gorge, poitrine, épigastre
et flancs d'un jaune un peu verdâtre; bas-ventre et sous-caudales d’un blanc
plus ou moins jaunâtre, les côtés de la poitrine, de l'épigast1·e et les llauvs
flammés de noirâtre. Aile brun foncé, les rém. bordées de gris-verdâtre, les
extrémités des grandes et moyennes sus-alaires jaunâtres. Reel. brun 1`oncé
liserées de gris verclàtre. Les plumes bordées en automne de gris jaunâtre,
ce qui atténue les teintes. —   Face sup. plus grisâtre que le (j' avec très i
peu de jaune au vertex. Face inf. d'un jaune plus pâle et beaucoup plus laché
de brun. En automne, les teintes s`ass0mbrissent encore pour les mêmes
raisons que le @1. —J. Varié de gris et de roux verdâlre, très tacl1é de
brun.
Nid en coupe, artistement bâti avec de la mousse, des lichens, des radicelles, ‘ q Y-·
des herbes sèches et des üls d’Araigné0s, doublé de crius,de plumes, d‘aigrettes
végétales, sur un arbre tou11`u, un Conil`èr1·, à hauteur moyenne. — (Eu/J: 4 à 5,
quelquefois 6, d'un ovale un peu allongé. Gd: 14,5 à 17; Pd: 11 li 12,7.
Bleuâtres, tachés et pointillés de lie—dc-vin et de brun rouge, surtout sers le gros
bout.
Dans les bosquets, les vergers, estival et commun dans toute la France. -
S. et Centre de l`Eur0pe, Afrique N., Asie mineure.
G. CARPODACUS Kan-; Roselin.
Bec très peu comprimé vers la pointe, guère plus long que haut, et plus haut
que long à la base. Narines plus ou moins recouvertes de plumes. Tarsc à peu
près de la long. du médian armé. Queue plus ou moins échancrée. Sexes très
ditïérents.
C. erythrinus (P.u,i.As) [Fringilla z`nce1·ta Russo]; lloselin cramoisi. I.: 14
à15;AZ8,4à 8,7; Qt 5,7 à 6; T. 1,85 à1,95; BZ là 1,15. Bec (H5), patte
et iris bruns. llém. prim.: 1'° presque égale à la 2° >. — J. Tête, cou,

92 FAUNE ne rnaxcs. — oiseaux
gorge, poitrine, croupion rouge cramoisi, les côtés de la tête et du cou lar-
gement variés de brun. Dos brun marqué de rouge. Ventre et sous-caudales
d’un blanc rosé. Aile brune, les grandes et moyennes sus-alaires terminées
de rougeâtre, le dossier marqué de rouge. Queue brune. — Q. Face sup.
brun cendré roussâtre à taches allongées brun foncé, moins nettes au crou-
pion. Face inf. blanc jaunâtre à taches allongées brunes à la gorge, au cou,
à la poitrine et aux flancs. Aile brune avec rém. post., grandes et moyennes
sus-alaires bordées de jaunâtre. Queue brune. - J. Semblable à la dl mais
un peu plus tachés, à face inf. un peu plus sombre, à bordure des sus-alaires
plus nettes.
Nid en coupe, bien construit de brindilles, herbes sèches, doublé de poils, de
crins, d'herbes sèches; dans des broussailles. — (Eufs : 4 à 5, ovales. Gd: 17 à
22; Pd: 13,5 à 15,5. Bleu-verdâtre tachés et pointillés de brun foncé et de
noirâtre, presque uniq. autour du gros bout.
Dans les petits bois, les bosquets, de passage accidentel et rare en France. ——
Europe N. E., accidentel dans l’W. et le S. (1).
(G. ERYTHROSPIZA Boxur; Erythrospize).
à E. githaginea (Licnr.); Erythrospize githagine. L 2 12,5 à 13,5; A: 8,6 à 8,8;
Q: 4,8 à 5 ; T: 2,7; B: 0,9 à 1. Bec rouge ou rougeâtre, patte et iris brun. —
Q". Face sup. et poitrine à plumes cendré brunâtre largement bordées de pourpre
vineux, le croupion et les sous-caudales roses. Côté de la tête et du cou blanc
brillant lavé de rose, reste de la face inf. brun cendré nuancé de rose, plus vif à
_ l`abdomen, avec les sous·caudales d’un blanchâtre rosé. Pennes brunâtres
je · bordées extér. de rose. -— 6. Comme le d', mais le rose beaucoup moins net,
É M surtout sur le front, le dos et Yépigastrei
Signalé comme ayant été rencontrée dans le Midi de la France. — N. de
l`Afrique.
#
G. PYRRHULA Bmssoiv; Bauvreuil.
Bec à peine plus long que haut, aussi haut que large à la base, de long. inf. à
moitié de la tête, à narines cachées par des plumes. Tarse moindre que le médian
armé. Queue faiblement échancrée.
P. pyrrhula (L.) [Pyrrhula rubicilla PA1.i.As, Pyrrhula nzajor Biuanu,
Pyrrhula ¢·0ccz'nea ni-: Setvs Imxocu.]; Bouvreuil ponceau. L: 18 à 19;
A: 9à 9,8; Q: 6,5à 7,2; T: 1,7 à 1,9; B : 1 à 1,1,Bec (52 p. 51 ) et iris noirs,
(l) Gafpodacus roseus (Pitms). De taille plus forte que C. crythrinus. Chez le d',la
couleur générale est d’un beau rose. La Q diffère peu de celle de Feutre espèce. Asie
septentr., très accidentel dans l’W. de l’Eur0pe. — Signalé comme capturé dans l'Ain
(Fnio, 189.9, p. 692).

rsuws ma rimxce. — oiseaux 93
patte brune. Rém. prim.: 2° et 3° 7; l" > 4°.—   Bonnet, tour de bec et
de l’œil, sous-caudales noirs à reflets violacés, derrière du cou, dos, seapu-
laires, gris blanc. bleuàtre, croupion Joue, partie du côté du cou, face inf.
d'un beau rouge avec le bas-ventre et les sous—candales blancs. Aile noire 51
reflets violacés et bleus, avec une tache rousse au bout de la dernière cubi-
tale et l’extrémité des grandes sus-alaires grises. —   Noir de la tête moins
brillant, dos d'un gris un peu roussâtre, le blanc du croupion moins grand.
Face inf. gris vineux roussàtre. —- J. Ressemble à la Q, mais sans noir à la
tête, la face inf`. plu_s roussâtre ainsi que l’extrémité des grandes sus-alaires.
Nid en coupe, extér. formé de brindilles, de radicelles, de mousse, de lichens,
intér. de crins et d`herbes sèches, dans l°enf0urchure d'un arbre feuillu, d'un
Conifère, dans un buisson épais, à peu de hauteur. — (Eufs: 4 à 5, d‘un ovale un
peu allongé. Gd: 19,6 à 23,2; Pd: 11- à 15. Bleu verdâtre, plus ou moins poin-
tillés et tachés, surtout vers le gros bout, de lie de vin, de brun violacé ou
noirâtre.
Dans les bois, les bosquets, les vergers, hivernal et de passage plus ou moins.
régulier en France, surtout dans le N. et l’E. - N. de l`Europe, Sibérie. Émigrc
en hiver plus ou moins bas dans le reste de l’Europe.
S. E. P.p. 6LlI‘Op883 Vi1:n.1.o1· [Pyrrhula vulgaris TEMM.]; Bouvreuil ordi-
naire. Ditïère du type par une taille moindre (L: 15,5 à 16 ; A : 8,1 à 8,85), le
noir de la tête descendant moins bas sur la nuque, le dos foncé, le rouge du Cf en
général moins vif. — œufs naturellement aussi de taille moindre (en moyenne
17 X 13). Sédentaire ou de passage, commun dans presque toute la France. ·—
Centre et VV. de l‘Europe jusqu`au N. de 1`Italie et du Portugal.
G. PINICULÀ VIEILLOTQ Dur-bec.
Bec un peu comprimé, à mandib. sup. dépassant un peu l`inf. Narines cachées
par des plumes. Queue échancrée.
P. enucleatûr   [Latin psittacen. PAm.As, Corythus (lllg'll8[l.I'OSlI‘I-S
Bmaim]; Dur-bec vulgaire. L: 21 à 22; A: 10,5 à 11,3; Q: 8,6 à 9; T: 2,2
à 2,4; B: 1,6à 1,7. Bec brun de corne (151), patte et iris brun foncé. —
5*. Rouge carmin plus ou moins vif, les plumes de la tête, du dos, les scapu·
laires, brunes au centre, les flancs et le bas-ventre gris cendré. liém. brunes
bordées extér. de gris, les dernières liserées de blanc, les grandes et moyennes
sus-alaires terminées de blanc rosé. Rect. brunes liserées extér. de gris. —
Q. Gris cendré assez foncé mélangé de jaune brun au·dessus, la tête, le cou,
la face inf`. tournant au jaune fauve orangé, surtout la première. Ailes
noires, les réin. prim. bordées d'orangé terne, les second. liserées de blanc,
les sus-alaires marquées de blanc comme le 5*. Rect. noires bordées
d'orangé terne. — J. Plumage très semblable à celui de la Q, mais plus gris
et plus terne.
7

91 FAUNE DE FRANCE. -—- oiseaux
Nid en coupe, extér. de brindilles, de radicelles, de mousse, de lichens, intér.
d’herbes sèches, de crins, de plumes, à une faible hauteur sur un Conifère. —
œufs: 3 à 4, quelquefois 5, ovalaires. Gd: 24,5 à 28,6; Pd: 17 à 18,5.
De passage très accidentel dans le N. et l’E. de la France. — N. de l’Eur0pe,
descendant plus ou moins au S., l'hiver.
G. PASSER Bmssou; Moineau.
Bec à peu près aussi haut que large à la base, d‘au moins moitié de la tête en
long. à tomie maxillaire un peu entaillée vers le bout. Tarse au plus égal au
médian armé. Queue carrée ou un peu échancrée.
P. domestica (L.); Moineau domestique, Moineau franc. L: 15 à 16;
A : 7,5 à 8,3; Q: 5,7 à 6,2; T: 1,8 à 2; B: 1,25 à 1,3. Bec noir (5* rupt.)
ou brun jaunâtre (ad. hiver) (147), patte brun clair, iris brun marron, Rém_
prim.: 3"î 1’° et 2°. ——   Dessus de la tête, nuque et derrière du cou
roux marron, avec une large bande longit. cendré bleuâtre, occupant une
grande partie du vertex et de l’occiput. Bande sourcilière blanche. Lorum,
dessous de l’œil, gorge, devant du cou et milieu de la poitrine noirs. Dos
marron taché de noir, croupion et sous-caudales gris cendré. Ventre, flancs,
sous-caudales blanchâtres plus ou moins gris sur les côtés. Côté de la tête
et du cou blancs, avec la région auriculaire grise. Rém. noirâtres frangées
de roux, grandes sus-alaires noires bordées de roux, sus-alaires moyennes
noires largement terminées de blanc. Dossier de l’aile marron. Rect. brunes.
En automne, le gris de la tête et du croupion légèr. olivâtre, marron de la
face sup. atténué par la bordure grise des plumes, côté de la tête gris, toutes
les autres teintes moins pures. —-   Dessus de la tête et du cou gris brun,
dos brun roux taché de noir. Sourcil roussâtre. Face inf. blanchâtre, plus
ou moins lavée de gris roussâtre. Jones grises. La bande transvers. de l’aile
jaunâtre. Plumagc moins net en automne.- J. Ressemble à la Q, mais les
teintes encore plus atténuées, le sourcil et la bande de l’aile peu visibles.
Nid générj volumineux, grossièrement construit, en coupe dans un trou de
mur ou sous une toiture, ou bien en boule avec ouverture sur le côté sur un
arbre élevé. Extér. bâti avec de la paille, du foin, de l’herbe sèche, intér. forte-
ment doublé de laine et de plumes. — œufs: 5 à 6, except. jusqu'à 8, d’un ovale
un peu allongé. Gd: 17 à 25,2; Pd: 14- à 17. Blanchâtres ou grisâtres, plus ou
moins pointillés, tachés, mouchetés de brun-olivâtre, de brun rougeâtre, de noir,
de gros lilas, etc. . ·
Aux alentours des lieux habités, sédentaire et de passage, commun dans
presque toute la France. — Europe moins la région méditerranéenne, Sibérie.
Acclimnté aux États·Unis, en Australie et en Nouvelle-Zélande.
P. italîae (Vnm.i.o1·) [F ringilla cisalpina TEMM.]; Moineau italien. Dimen-
sions, bec, patte, iris, de l'espèce précédente. —- 6*. Dessus de la tête et du
cou_entièr. marron vif. Dos de même couleur mais ilammé de noir, sous-

ravmz os rames. — oiseaux 95
caudales brunes bordées de cendré roussâtre. Gorge, devant du cou, haut
de la poitrine noirs, reste de la face inf. blanc jaunâtre nuancé de cendré
aux flancs. Lorum noir surmonté d’un petit trait blanc. Côté de la tête etdu
cou blanc pur. Rém. brunes extér. liserées de roux, grandes sus—alaires
bordées de fauve, moyennes sus-alaires noirâtres terminées de blanc,
petites sus-alaires marron vif. Queue brune. En automne, plumage plus
terne,les plumes étant bordées de gris. Rect. faiblement liserées de roussâtre.
·-—   Très semblable à celle de l'espèce précédente, mais de teintes plus
claires. —— J. Hessemblant beaucoup à la  
Nid et œufs comme P. domeslica (L.).
Se montre plus ou moins dans la France S. E., donné comme remontant jusque
vers Lyon. — Italie.
P. hlspauioleusis (Tam:.) [Fringilla salicicola V1su.1.o1·, Pyrgita salfcu.-
Tia Bonn]; Moineau espagnol. Dimensions, bec, patte, iris, comme domestîca.
Rém. prim.: 2° et 3° É, l° > 4° — (jl. Dessus de la tête et du cou entièr,
marron foncé, reste de la face sup. noir avec les plumes bordées de cendré
roussâtre ou blanchâtre et les sus-caudales blanc pur, flancs grisâtres tachés
longit. de noir. Sourcil et côté de la tête blanc pur. Grandes sus-alaires
bordées de cendré roussâtre, moyennes noires à bout blanc, petites roux
marron. Rect. brunes. En automne, teintes moins pures, les plumes étant
bordées de cendré —   Face sup. gris brun, le dos et les sus—alaires bordées
de jaunâtre. Face inf. grisâtre avec des faibles taches brunâtres au devant
du cou, à la poitrine et des taches cendrées et roussâtres aux flancs -—J.
Ressemblant à la Q mais les teintes plus pâles. `
Nid et œufs très semblables à ceux des deux espèces précédentes.
Accidentel et rare dans le S. de la France - Espagne, Grèce, Turquie, N. de
l'Afrique. _
S. E. P. h. 8I‘I‘ig0l]ü` Tscuusx : Scmblablc au type, mais dc taille moindre.
A : 75 à 78. — Corse, Sardaigne.
P. montana (L.) ; Moineau friquet. L. : 13,2 à 14 ; A :6,5 à 6,8; Q: 5 à
5,5 ; T : 1,5 à 1,6 ; B : 1 à 1,05. Bec noir ou noirâtre, patte brun jaunâtre,
iris brun. Rém. prim. 1 2 73°, 1* < 4° -- @1.   Bonnet, nuque, dessus du
cou rouge bai ou brun rouge. Dos roux et gris roussâtre flammé de noir,
croupion et sus—caudales gris roussâtre marron. Côté de la tête et du cou
blancs, avec lorum, une tache à l'oreille, gorge et devant du cou noirs. Face
inf. blanchâtre nuancée de gris brun à la poitrine, aux flancs et aux sous-
caudales. Aile noirâtre, les plumes bordées de roux, les grandes sus-alaires
terminées de blanc, les moyennes sus-alaires à centre noir également termi-
nées de blanc. Queue brune. La Q a seulement les teintes plus ternes. En
automne, le plumage des deux sexes est atténué par une bordure grisâtre
des plumes — J. Très semblable à la Q en automne, le plumage seulement
moins pur.

l
96 FAUNE ne rnmvciz. — oxsizsux
Nid très semblable à celui du P.d0mcst1'ca, dans un trou d`arbre,à défaut dans un
trou de mur ou sous une toiture ——- œufs : 5 à 6, d’un ovale un peu obtus. Gd : 18
à 22 ; Pd : 13,2 à 14, 8. Blancs, blanc jaunâtre ou grisâtre, striés et tachés de gris,
de brun parfois d'une façon très dense.
Dans les cultures, bosquets, lisières de bois, sédentaire ou de passage, assez
commun dans presque toute la France — Europe depuis le 68° de latit. N., jus-
qu’à la Méditerrannée, N. de l`Asie jusqu'au Japon.
G. PETRONIA Kiwr; Soulcie.
Bec un peu comprimé en avant, presque aussi large que haut à la base, plus
long que la moitié de la tête. Mandib. sup. un peu écrasée en avant des narines,
entrant à peine dans les plumes du front. Tarse à peu près égal au médian armé.
Queue carrée. Sexes très peu différents.
' _ P. pctronia (L.) [Passer sylvestris Buisson, Petronia rupestris Bonn.];
Souleie d'Europe, Moineau soulcie. L1 15,6 à 16,5; A: 9 à 10; Q: 5,4 515,9 ; T2 4
1,9 à 2,1 ; B : 1,35 à 1,45. Bec jaunâtre à dessus brun (148), patte brun jau-
ne, iris brun. Rem. prim. 2 2° > 1° — (jt.   Face sup. gris brunâtre variée
·£l.£‘,br11n et de blanchâtre, surtout au dos, le croupion génér. unicdlore. Un
sowrcil blanchâtre bordé de brun en haut et en bas, une tache brune derrière
l’œil. Face ini`. blanchâtre plus ou moins lavée et llammée de gris brunâtre,
avec une tache jaune vif au bas du cou. Les sous-caudales terminées de
blanc jaunâtre. Côté de la tête et du cou gris brunâtre. Aile brune, la plu-
part des plumes liserées de grisâtre et terminées de blanchâtre. Rect. plus
I 1`oncées dans leur dernier tiers et sauf les médianes, avec une large tache
' blanche. La Q a seulement les teintes moins vives. En automne, les 2 sexes
ont un plumage plus terne et plus maculé — J. Comme la Q, mais sans ta-
che jaune au devant du cou.
Nid grossier, de paille, d’l1erbes sèches, de petites racines, doublé de plumes,
de crins, de laine, dans des trous d'arbres, à défaut dans des trous de rochers ou
de murs — (Eu/`s : 3 à 6, d’un ovale un peu obtus. Gd : 20à 23; Pd : 15,5 à16,5.
Blanc jaunâtre, très taehés et pointillés de brun et de gris.
Dans les champs, les broussailles, les bosquets des lieux accidentés, estivale,
sédentaire ou de passage, répandue dans le S. dela France, plus rare dans le
Centre, accident. dans le N. —- Centre et S. de 1’Europe.
S. E. P. p. hêllmâyïî Aamooxx. Differe du type par son aile plus courte, sa
face sup. plus foncée, d’un brun olivâtre 'plus grisâtre, avec les marques blan-
châtres plus elfacées — Corse et Sardaigne.
G. EUSPIZA BONAPARTE; Euspizc.
Bee comprimé â la pointe, à tomies légèr. ondulées, bien obliques vers les
commissures, à eulmen s`éle\ ant derrière les narines au niveau du crâne, à nari-

FAUNE DE FRANCE. -• OISEAUX l 97
nes en partie cachées par des plumes. Tarsc de la long. du médian armé. Queue
ample, échancrée. Sexes très différents.
E. melanocephnla (Scor-ou) [Friugilln crovca Vimuor, Xantornus cau-
casicu: PALLAS]; Euspize melanocephale, Passerine melanocephale. L : 18 ;
A: 9,1à 9,9; Q: 7,5 à 8; T :2‘1à2,2 ; B : 1,-1 à 1,5. Bec bleuâtre (138),
patte et iris brun roux — d'. Dessus de la tête, nuque etjoue noirs, dessus
du cou, dos et croupion roux. Face inf. et côté du cou jaune jonquille lavé
de roux vif aux cotés de la poitrine. Aile brune avec les rém. bordées de
grisâtre. Rect. brun cendré roux à bordure plus claire, l’ext. marquée de
blanc. En automne, les teintes noires moins pures, les plumes étant liserées
de brun ou de gris —   Tête brunâtre à stries noirâtres, reste de la face
sup. cendré roussâtre avec les sus-caudales nuancées de jaunâtre. Face inf.
blanc roussâtre lavé de jaune - J. Très semblable à la  
Nid en coupe, lâchement bâti, sur un buisson à peu de hauteur, parfois à terre.
- (Eu/`a : 6- à 5, ovales. Gd : 19 à 25; Pd 2 15 à 16,5. Blanchâtres ou blanc
bleuâtre, tachés et pointillés de gris et de brun plus ou moins foncé, en général
surtout vers le gros bout.
De passage très accidentel en France. — Europe S.E., Asie mineure, accident.
dans l’Europe centrale et W.
E. aureola (PALLAS) [Passcrina collaris VIEILLOT, Emberiza dolichonia
Bonn.]; Euspize auréole, Passerine auréole, L: 15; A: 7,7 à 7,9; Q Z 5,5 à 6,2;
T: 2,1 à 2,2; B 1 l, à 1,1. Bec brun à base de la mandib. rougeâtre (ad.)
ou jaunâtre   patte brune (ad.) ou couleur chair   iris. brun. - (ji. Face
sup. et collier marron rouge, côté de la tête et gorge noirs, collier entre le
noir de la tête et. le collier roux, jaune pur ainsi que la poitrine et les tlancs,
ces dernières parties Ilammées de` marron. Ventre et sous-cauclales blan-
châtres. Rém. brunes liserées de jaunâtre, grandes sus-alaires marron,
terminées de blanc, la plupart des autres blanches, quelques-unes grises.
· Hect. brunes, les 2 plus ext. tachées de blanc. -—   Face sup. brun terne
tlammé de noir, avec vertex et croupion marron. Face inf. roussâtre clair
lavé de jaune, les tlancs lavés. de verdàtre et tlammés de brun. Côté de la
tête blanchâtre barré longit. de noirâtre derrière l'u:il et à la région
parotique. Moyennes et petites sus-alaires gris clair avec des taches noires.
Hect. ext. avec moins de blanc que le çj‘ -— J. Plumage plus terne et plus
tache que celui de la  
· Nid très semblable comme construction et situation à celui de l’espèce
précédente. -—· (Eu/'u : 4 à 6, ovales. Gd : 18,6 à 22; Pd ; 14,5 à 15,5. Verdâtres ou
gris brunâtre clair, très tachés et pointillés de gris, de brunâtre et de brun foncé.
Rencontrée quelquefois dans le S. de la France — Russie, Asie jusqu°au Japom
Accidentcl dans l'W. ct surtout le S. dc l’Europe.
7 au 7

'98 mrxn ma 1·a.sxc1a. —— oiseaux
G. MILIARIA Humm; Prayer.
Bee comprimé, beaucoup plus haut que large ii la base, mandib. sup. entrant
assez dans les plumes du front. Tarse à pen près égal au médian armé. Doigts
lat. égaux, atteignant au plus la 2*‘ articul. du médian. Aile Ifarrivant pas à
moitié de la queue, eelle·ci presque carrée. Sexes presque identiques.
M. calamlra (L.) jlînzberiza nn'li¢u·ia L., 1·`rz'ngz'lIa prqjer l\1u.r,sn,
Ill/¢ll'(1I'l'(l europaca Su.~.1xs.]; Proycr <l’l·]uropc. L : 18,5à 19,8; A: 8,9 à 9,9;
Q 1 6,7 En 7,8; 'l` : 2,1 â 2,6; li 2 1,35 â 1,1. lice brun de corne (137), patte
brunâtre, iris brun. ltém. prim. 1 1° > 1" -- (jt   Face sup. gris brun
iroussàtrc â longues stries longit. brun 1`oneé saut` au eroupiun. Faee int`.
blanc jaunâtre, la gorge, le con, la poitrine et les ilancs taehés longit. de
brun surtout ces deux derniers. Aile brune, les plumes bordées de gris
roussàtrc surtout les rém. cubit. et les sus-alaircs. Queue brune. La Q
seulement un peu claire. lin automne, les 2 sexes ont la 1`ace sup. plus grise, .
l’in1`. plus jaunâtre et plus taehée ~·- J. lfaec sup. plus roussâtre, l'in1`. plus
foncée et plus taehéc.
Nid en coupe, lâchement bâti extér. de mousse, de petites racines, d’herbes
sèehes, intér. doublé de fines herbes sèches et de erins. A terre dans un petit
creux, au pied d`nne tou1l`e de graminées, except. dans un petit buisson. — (Eufs:
4 a ti d'un ovale \ariab1e. (id ; 22 â 98; Pd : 17,6 à 19. D'un gris rose ou lilas à
taches et raies grises ou brun fonce, souvent plus serrées vers le gros bout.
Estival et de passage, plus rarement sédentaire, assez commun dans les
prairies, les champs, les landes, dans presque toute la France — Europe Centre
et S., N. de l’,\frique, \\'. de l’Asie. .
S. E. M. C. insularis Panuor. Taille un peu plus forte que le type, face sup,
un peu plus foncée, gris brun olivâtre, taches de la gorge plus noires et plus
larges, aussi plus foneécs aux flancs. Corse.
G. EMBERIZA L. ; Bruant,
ltec un peu plus liant que large â la base, â mandib. sup. entrant un peu dans
les plumes du front. '1`arse à peu près égal au médian armé. Doigts lat. à peu
près égaux. Queue ample, plus ou moins échanerée.
E. 0itI‘iIl8lla L.; llruant jaune. L 2 17,5 in 18,5; A Z 8,5 à 9,2; Q Z 7,5
à 8,1; 'l` 2 1,9 â 2; ll: 1,15 â 1,2. lice blcuàtre (141), patte brun jaunâtre,
iris brun. llém. prim. 2 1° < ·1" — @1. Tête jaune plus ou moins tachée de
noirâtre et d`olivàtre â l`occiput et aux joues. Nnque gris olivàtre. Dos roux
olivâtrc largement strié de brun, croupion et sus-caudales roux. Face inf,
jaune, lavéc de gris olivâtre ou roussâtre à la poitrine, mouchetée de rous-
sâtre aux tlancs et aux sous-cauclales. Aile brun noirâtre, les rém. liserées
de jaunâtre, les sus-alaires frangécs de gris roussâtre. Queue brun-noirâtrc,

mena ni: raxxcn. — oiseaux 99
les 2 rect. ext. tachées de blanc. En autonme, plumage moins net, surtout
le jaune de la tête ~—   l)ill`ère du d' par la taille un peu plus faible. La
plus grande partie de la tête brun olivâtre avec ordin. une tache blanche au
dessus, le reste de la face sup. plus rousse. Face inf. d'un jaune plus clair et
plus largement ilammé de brun. Le blanc des rect. moins étendu. En
automne, le plumage encore moins net —J. Ressemble à la Q, mais sans
jaune ii la tête et la face ini`. encore plus llanunée de brun noir.
Nid en coupe, extér. formé de mousse, de petites racines, d'herbes et de
_ feuilles sèches, intér. de brins d`herbe sèche et de crins, ii terre sous une touffe
d`herbe, parfois En peu de hauteur sur un arbuste ou dans des plantes grimpantes
contre une rocaille ou un vieux mur, aux lisières de bois ou de broussailles. —
(Eu/`J : 4 à 5, quelquefois 3 ou 6, ovales, un peu obtus, Gd : 18,5 à 24,2; Pd : 14,3
à 17,7. Blancbâtres, blanc roussâtre ou grisàtres avec des taches et des traits
souvent longs lilacés ou bruns.
Dans les champs, les vergers, les petits bois, sédentaire ou de passage,
commun dans presque toute la France -— Europeldu 70° latit. N. à la région
méditerranéenne, en hiver jusqu'au N. de l'At'rique.
E. cirlus L. [Enzberiza sepiaria Baisses, Enzberiza elœalhoraav
Bizcnsriamjg Bruant zizi, Bruant des haies. L: 16,5 à 17,2; AZ 7,5 à 8,1;
Q: 6,8 à 7,2; T: 1,9 à 2; B: 1,1 à 1,15. Bec gris-verdâtre et brun, patte
brun jaunâtre, iris brun. llém. prim. Z 1'° > 5°. — (jt. Bonnet, dessus du
cou et croupion gris olivâtre plus ou moins taehés de noirûtre, dos varié de
gris et de roux marron largement taché de brun foncé. Gorge noire, devant
du cou jaune, haut de la poitrine et côté du cou olivâtres. Bas de la poitrine
et côté de l`épigastre roux marron. Ventre et sous—caudales jaunes striés de
brun noir sur les côtés. Sourcil jaune, lorum et joue noirs, avec en dessous A
une bande jaune. Aile brun noirâtre, les sus-alaires bordées de grisâtre et
de roux. Rect. brun noir, les 2 ext. tachées de blanc. En automne, les
plumes du dos bordées de grisâtre ainsi que celles de la gorge, celles de la
poitrine de jaunâtre. Les parties jaunes moins vives. -——   Plus grise au _
dos que le çj'. Gorge et devant du cou jaune clair taches de noiràtre, haut
de la poitrine gris olivâtre, bas roussàtre finement rayé longit. de noirâtre,
reste de la face inf. jaune clair rayé longit. de brun noir. Sourcil et bande
du bas de la région parotique moins larges et jaunâtres, la joue jaunâtre
variée de brunâtre. En automne, plumage plus terne et plus taché. ·—-
J. Face sup.brune flammée de noirâtre, face inf. jaunâtre lavée d`olivâtre et
fortement tachée de noirâtre.
Nid très semblable à celui de l`espèce précédente, mais moins souvent à terre,
le plus souvent à quelques décimètres de hauteur dans des broussailles épaisses.
— (Eu/`s: 4 à 5, d'un ovale en général plus court que ceux de 1'E. cürinella.
Gd: 19,5 il 23; Pd: 15,9 à 17,4. Blanchâtres, blanc verdâtre ou bleuâtre, tachés,
pointillés et longuement rayés de gris et de brun foncé.
llaies, bronssailles, lisières de bois. En France, en général, espèce bien moins

100 FAUNE ms FRANCE. —— o1sEA1'x
commune que la précédente, estivale ou de passage dans le N. et le Centre, séden-
taire dans le   — Europe méditerranéenne et Afrique N. VV., remonte dans
1'Europe moyenne.
S. E. E.C· I1ÉgI’OSÈI‘18t& Scnnznsn. Plumage plus brillant que le type, les
côtés de la poitrine taches de roux de rouille, les flancs tachés de noir. — Corse.
E. hortulaua L. [IL`nzbc1·iza chlorocephala Gmzmx]; Bruant ortolan.
1.: 15,5 à 16,5; A: 8,3à 8,9; Q: 6,8à 7,3; 'I`: 1,95 à 2; B: 1,1 à 1,15. Bec
et patte rougeâtres ou couleur chair, iris brun. llém. prim.: l" presque
égale à la 2°. — gj'. Tête et cou gris olivàtre, avec tour de l’œil, une longue
moustache, gorge et devant du cou jaune clair. Dos gris roux olivàtre
llammé de brun 11oir, croupion roussàtre. Ilaut de la poitrine jaune clair
souvent lavé de cendré olivàtre. lleste de la face inf. d'un roux plus l`oncé à
la poitrine, plus clair aux sous-caudales. Aile brune avec les plumes bordées
de roux clair. llect. brunes, les médianes bordées de roussâtre, 2 ou 3 ext.
tachées de blanc. En automne, teintes plus ternes, les plumes du dos
bordées de roussàtre, coté du cou et haut de la poitrine à longues taches
noires. ——   Face sup. plus terne, le dessus de la tête, le coté du cou et le
haut de la poitrine tachés de brun olivàtre. Gorge bien moins jaune que
le C3'. Le reste de la face inf. beaucoup plus pàle, avec les flancs tachés de
brunâtre. En automne, plumage encore moins net, avec les taches plus
accentuées. ~— ./. llessemble à la Q, mais a la gorge grisâtre, le bec et la
patte plus clairs.
Nizl en coupe, assez grossièrement bâti d`l1crbes sèches et de radicelles, doublé
(l‘ll0l‘l)0S sèches et de crins. Le plus souvent à terre, au pied d`une broussaille,
d'un cep, d'une touffe d`lie1·be, parfois à peu de hauteur sur un arbuste, un cep.
—· 091:)*1:: 4 à 5, ovales. Gd: 18,3 à 22; Pd: 15,3 à 16,8. Blancs, lilacés ou gris
rose pâle, pointillés, tachés, rayés de gris vineux, de brun et de noir.
Dans les vignes, les jardins, les cultures, estival et de passage dans presque
toute la France. -— Europe jusqu'à la région méditerranéenne,N. \`\'. de l'Afrique,
Asie jusqu'à la Mongolie.
i E. cœsia Camzcn. [Embcr/zz: VII/Ig`ltl(lI'l.S Banni]; Bruant cendrillard,
L: 14 à 15,6; A: 8,3 à 8,6; Q: 6,5 à 7,5; 'l`: 2; B: 0,9 à 1,3, Bec rou-
geâtre, patte brunâtre, iris brun. llém. prim. Z l"’ presque égale à la 2°, —
d. Tête, dessus du cou et poitrine cendré bleuàtre avec le lorum, la mous-
tache, la gorge et le devant du cou roux de rouille. lleste de la face sup,
varié de brun et de roussàtre, avec le croupion cendré roussàtre. Rém. et
sus-alaires noires bordées de roussâtre. Rect. noires bordées de roussâtre,
les 3 ext. marquées de blanc. Toutes les teintes moins pures en automne. —
Q. Face sup. gris roussàtre strié longit. de brun, face inf. roussâtre, striée
de brun au coté du cou et à la poitrine. En automne, les teintes encore
moins brillantes. — ./. Hessemblant beaucoup à la Q en automne.

rame na rnaxcs. —- oisiaavx l0l_
Niditlcation très semblable â celle de l`espèce précédente. — (Eu/`x: 4 à 6,
ovales. Gd L 20 à 22,6 ; Pd : 15 21 17. De même couleur que ceux d'E. horlulana.
De rencontre accidentelle, S. de la France. —— S. dc l`linropc jusqu`cn Asic
mineure, N. de l'Afrique.
E. cia L. [Enzberizn Iothmfngica Gnrmx, Enzberfza hordci Bnausx] ;
Bruant fou, Ortolan de Lorraine. L: 17â 17,8; A: 7,7 à 8,3; Q2 7,1 â 7,9;
T: 1,9 à 2; B: 1,2 à 1,25. Bec brun uoirâtre à base plus claire, patte brun
jaunâtre, iris brun. llém. prim.: 1'° à peu près égale à la 5°. — (j'. Tête et
cou gris bleuâtre avec une bande suprasourcilière, une autre sur I'tcil et
une moustache noires, ces 3 bandes en partie réunies par une autre trans-
vers. sur le côté du cou. Dos roussâtrc tlamuié de noirâtre, croupion et
sous-caudales roux marron. Face inf. 1·ousse à côtés plus foncés. Aile brun
noirâtre, les rém. liserées de blanchâtre, les sus-alaires bordées de rous-
sâtre cl. de blanchâtre, les petites étant gris bleuâtre. Rect. brun noir, les
2 plus ext. tachées de blanc. En automne, tête variée de brunâtre, face
inf. plus pâle. —-   Dessus de la tête gris roussâtre rayé de brun noir, les
bandes longit. de la tête moins nettes et brunâtres. Le cendré de la gorge et
du devant du cou nuancé de roussâtre, reste de la f'ace inf. roux maculé de
brunâtre sur les côtés. En automne, les teintes plus ternes. -—— J. Face sup.
gris roussâtre tachée de brun, le croupion roux tlaunné de noirâtre. Face
inf`. abondamment tachée de brun au cou, à la poitrine et aux flancs. Aile
E1 sus-alaires bordées de roux. ltect. brunes bordées de brunâtre, les 2 ext. '
avec du blanc comme les ad.
Nid très semblable à celui d’E. hnrtulana, entre des touffes d’herhes, dans des
rocailles ou à peu de hauteur sur une broussaille - (Eu/`.r; 4 à 5 ovales. Gd : 20,5
à 22,5; Pd : 15,2 à 16,5. Blanchâtres, blanc mauve, tachés mais surtout marqués
de lignes entremôlécs gris lilas ou brun noir, la pointe étant plus ou moins
immaculée.
Dans les endroits broussailleux ou découverts, surtout accidentés, estival, de
passage ou sédentaire, surtout dans l'E. et le S. de la France. —- S. et en partie
Centre de l‘Europe, jusqu’à l'Asie mineure, descendant l’hivex· dans le N. de l'A-
frique.
E. lG\lCOC8ph8l0S Gustav [Emberfzn pilhyomus Patins]; Bruant à tête
blanche, Bruant pithyorne. l.: lôà 17; A Z 9 à 9,2; Q Z 7 à 7,8; T: 2,1;
B 1 1 à 1,1. Bec jaunâtre à pointe et dessus bruns, patte jaunâtre, iris brun.
— Cf. Dessus de la tête et du cou blanc pur, avec le front, les côtés et des
taches au dessus du cou noirs, reste de la face sup. d'un roux vif à taches
longit. noires sur le dos. Une large bande sur l’œil, gorge, devant et côté du
cou roux marron avec la joue blanche. Reste dela face inf. blanche, avec le
haut de la poitrine et les flancs tachés de roux marron. Aile noirâtre, les
plumes largement bordées de roussâtre ou de roux. llect. noirâtrcs, bordées
de gris r0ussâtre,`les 2 ext. tachées de blanc. En automne moins brillant et

102 rarxn ni; rnaxcs. — oiseaux
bien plus maculé —   Face sup. brun roussâtre, largement tachée de brun
noir, avec une faible indication de blanc au vertex. Face inf. blanchâtre,
sans roux à la gorge et très marquée de taches longit. brunes. Aile et queue
ressemblant à celles du Q'. En automne, plumage encore plus terne —— J.
Très semblables à la Q en automne.
Niditication analogue ai celle de l’E. cilrinella L., les œufs ayant, Gd : 20,5 à 23;
Pd: 15,5 à 17.
Très accidentel en France, rencontré surtout dans le S. —— Sibérie, accidentel
dans le Centre et le S. de l’Europe.
E. chrys0phrysl’A1.1..«s; Bruant à sourcils jaunes. L: 14,5; A : 8; Q 1 6,3;
T Z 2 ; B: 1,1. Bec et iris bruns, patte roussâtre — d'. Dessus et côté de la
tête noirs avec u11e ligne longit. médiane blanchâtre rejoignant en arrière
u11 étroit demi collier de même teinte et un large sourcil jaune. Reste de la
face sup. brun gris taché de noir. Gorge et moustache blanches, une ligne
brunâtre très tachée de noir, séparant ces dent parties. Reste de la face inf.
rousse, avec le ventre blanchâtre, la poitrine et les flancs qui sont plus foncés,
tachés de noiràtre. Aile brun noir, les plumes liserées de roussâtre. Rect.
brunes liserées de roussâtres, les 3 plus ext. tachées de blanc —   Le noir
de la tête remplacé par du brunâtre, le reste de la face sup. plus roussâtre.
La face inf. lyeaucoup plus tachée — J. Plumage encore plus terne et plus
taché que la  
Nidification inconnue.
Except. capturé près de Lille, dans le Luxembourg et en Belgique — Sibérie,
N. de la Chine.
E. rustica PA1.x..xs [Emberiza lesbia Gueux]; Bruant rustique. L : 13,5 à
14,5; A: 7,6 à 8;Q :6,121 6,5; T 2 1,821 1,9; B 2 la 1,1. Bec brun jaunâ-
tre à dessus noirâtre, patte roussâtre, iris brun —- (j'._ Dessus et côté de la
tête noirs, avec le sourcil, la nuque, la gorge et le cou blancs. Face sup. et
un large collier brun marron, plus clair au croupion et tache de noir. Reste
de la face inf`. blanche avec les côtés de la poitrine et les flancs largement
tachés de brun marron. Rém. brun noir liserées de clair et les sus—alaires
bordées de roussàtre et de blanc,le dossier de ]’aile marron vif. Rect.brunes
bordées de clair, les 2 ext. marquées de blanc. En automne, les teintes beau-
coup plus atténuées par des bordures grisàtres ou brnnàtres aux plumes ——  
Plus petite. Dessus et côté de la tète brunâtre avec des taches en séries
longit. brun noir, le reste de la face sup. ressemblant en moins vif à celle du
dû Sourcil et moustache roussâtres, cette dernière séparée du blanc de la
gorge par une bande brune. Face inf'. moins nettement marquée que celle
du çj'. Les bordures des sus—aIaires aussi moins vives. En automne, les bor-
dures des plumes atténuent encore les teintes — J. Ressemblant à la Q en
automne, mais les teintes encore plus terne et plus maculées.

muse nr: l·`R.\‘¥CE. — oismvx l03
Nid ressemblant ii celui des autres Bruants, dans une sanlaie, une broussaille,
à terre ou il une faible hauteur — (Euh: 5 à 6, ovales. Gd . 20 à 2f,7 ; Pd : I4 à
15,3. Grisâtres, gris vcrdàtrc, quelquefois olivâtres, taches de gris et de brun.
Accident. dans le S. de la France —- N. de l`Europe et de l'Asie, descend dans
le Centre et le S. de l'Europc.
E. pusilla l"Au,As; Bruant nain, Cynchrame nain; L Z 13 à 13,5; .\ 2 6,9 à
7,6; Q 2 5,8 à 6; '1`: 1,7 à 1,8; B 1 1. Bec brun à dessous plus clair, patte et
iris bruns. — (j‘. Dessus et côté de la tête marron vif`, avec de chaque côté,
au dessus du sourcil, une bande noire allant du front à l’arrière du cou et se
bifurquant au niveau de la nuque pour descendre un peu derrière la région
parotique. lleste de la face sup. roussâtre, le centre des plumes brun ou noi-
ràtre. Gorge, devant du cou et moustache blanc fauve, cette dernière sépa-
rée en partie des précédents par une ligne noire. Reste de la face inf. blanc
lavé de roussâtre, la poitrine et les flancs tachés longit, de brun-noir. llém.
brunes bordées dc clair, les 2 ext. avec du blanc —·   l’lus petite. Dessus de
la tête brun marron rayé longit. de noirâtre, le sourcil roussâtre, la région
parotique marron. Reste de la face sup. ressemblant au çj'. Face inf. plus
foncée et tachèe de brun à la poitrine, aux flancs et aux sous-caudales — J.
llessemble à la Q, mais en teintes plus ternes. n
Nid comme les autres Bruants — (Eu/‘x : 4 à 6, ovales. Gd : 17,5 à 20; Pd : té
à M,3. Gris jaunâtre ou gris verdâtrc, taches de gris ct de brun noir.
De passage irrégulier et très rare dans le S. de la France — N. de l'Europe et
de l'Asie, descend plus ou moins dans le C. et le S. de l'Europe. ·
E. schœntclus L. [Emberfza prow'ncz'nhÉv Gueux, Cynchramus slogan-
tilis Enum:] ; Bruant des roseaux. L : 14,8 à 15,8; A: 7,2 à 8; Q Z 6,1 à
6,9; T Z 1,9 à 2; B: 0,9 à 1, Bec noirâtre (139), patte brun roux, iris brun.
llém. prim. : 1° É 5° —— (jl. Tête, devant du cou et haut de la poitrine
noirs, moustache, côté et derrière du cou blancs. Nuque et croupion gris
plus ou moins variés de brun. l)os brun foncé, les plumes largement bordées
de roux. Face inf. blanche avec quelques taches brunes aux flancs. Rém-
brunes liserées de roussàtre. Cubitales, grandes et moyennes sus-alaires noi_-
râtres largement bordées de roux. Dossier de l’aile roux. Rect. brun noi-
ràtre, les 2 ext. marquées de blanc. En automne, le noir de la tête marqué
de brun, le sourcil et la gorge blanchâtlres. Face intÉ moins blanche et plus
xnaculée de brun —   Un peu plus petite. Face sup. d’un roux lavé de gris
à taches brun foncé formant des lignes longit. Face inf`. blanc jaunâtre avec
une tache brune de chaque côté de la gorge et de nombreuses taches brunes
et rousses sur le bas du cou, le haut de la poitrine et les flancs. Jones variées
de brun et de roux et bordées en haut et en bas de blanc roussâtre. Aile et
queue moins foncées que le (jt, à bordures des plumes moins vives. En au-
tomne, les teintes plus atténuées ·—- J. Ressemblant à la Q en automne.
Nid cn coupe, làchement bâti d'l1erbes sèches et doublé de crins, à terre dans

104 FAUNE ne manne. — oiseaux
un massifde roseaux ou à la base d'nne broussaille — Wufs : Ã- à 5, ovales. Gd :
18,5 à 22; Pd : 14 à 15,5. Gris olivàtre, gris roussâtre ou gris rosé, taches de gris,
de brun foncé, de brun violacé.
Dans les régions marécageuses, aux bords des cours d‘eau. Sédentaire, estival
ou de passage. Dans presque toute la France — Presque toute I`Europe, le N. de
l'Asie, hiverne jusqu'au N. de l`Afrique.
E. pyrrhuloîdes Parnas, S. E. E. p. palustris Sim ; Bruant pyrrhuloïde,
Bruant des marais. L: 15,6 à 16,5 ; A :8,3 à 9; Q: 7,3 à 7,8 ; T Z 2,1 à 2,2;
B : 1 à 1,1. Bec (140) et patte brun noir, iris marron —- 6. Tête et haut de
la poitrine noirs avec une moustache blanche se confondant avec un collier
de même couleur qui descend à la poitrine. Plumes du dos noires bordées de
gris roux et de brun. Bas du cou et croupion cendrés, avec quelques fines
stries noirâtres à ce dernier. Face inf. blanche avec les côtés de la poitrine
et les flancs striés longit. de roux brun. Aile noire à plumes bordées de brun
roux vif. Rect. noires bordéesidc brun roux, les 2 ext. marquées de blanc.
En automne, les plumes noires de la tête bordées de brun roux, le collier
moins blanc, la face int`. roussàtre -—   Face sup. rousse avec le centre des
plumes brun foncé. Face inf. roussàtre clair avec une bande brune de la
mandib. inf. à la gorge et au côté de la poitrine. Flancs à taches longit. bru-
nes. Une bande de même couleur sur la joue. Hém. et rect. plus brunes que
le Cj‘.Le plumage rendu plus terne en automne par une bordure de plumes.
— J. Ressemblant à la  
Nidification semblable à celle de l’E’, schœniclux, les œufs étant un peu plus
s gros.
Dans les mêmes endroits que l’espèce précédente, dans le S. de la France — —
Europe S, VV.
G. CÀLCÀRIUS Bucixsrsmg Plectrophane.
Bec légèr. plus haut que large à la base, à mandib. sup. entrant peu dans les
plumes du front, à narines cachées par des plumes. Tarse nettement plus long que
le médian armé. Aile couvrant au plus les 2/3 de la queue. Celle-ci échancrée.
Plumage de noce différent de celui d’aut0mne.
C. lapponicus (L.) [Fringillu cal«·m·ala PA1.x.As, Pleclrophanes green-
landicus Humm]; Plectrophane lapon, Bruant montain. L: 15,3 à 16,3;
A 2 9 à 9,9; Q Z 6,3 à 6,8; T : 2 à 2,2; B 2 0,95 à 1,2. Bec jaune à pointe
noiràtre, patte et iris bruns. Rém. prim : l" è 2°. — gf rupt. Tête, gorge,
devant du cou et haut de la poitrine noirs avec un large sourcil roussàtre
rejoignant en arrière une bande verticale blanche qui limite le noir de la
région parotique, Nuque roux marron. Reste de la face sup. noiràtre, les
plumes largement bordées de gris et de roux. Face inf. blanche, avec les
flancs maculés de noir. Aile brun noir, les cubitales et les sus·alaires bordées
de roux et à pointe blanche. Rect, brun noir, la plus ext. et quelquefois les

mom; ns amaxcs. -· oiseaux 105
2 ext. marquées de blancs. — (jf hiver. Plumes noires de la tête et du cou
largement bordées de roussâtre, la gorge blanche et le lorum roussâtre.
Tache de la nuque très atténuée par les bordures roussâtres des plumes.
Face inf. roussàtre. Les pennes bordées de roussâtre et peu de blanc au bout
des cubitales et des sus·alaires. - Q. Face sup. à plumes brun—noirâtre
bordées de roussâtre, la nuque et le croupion plus roux. Gorge blanchâtre
bordée de taches brunes, poitrine d'un gris roiax maculé de brun noir.
Reste de la face inf. blanchâtre avec des taches allongées aux flancs. Sourcil
roussâtre et région parotique brune. Aile et queue à fond plus brun que
le (jt, mais tachées à peu près comme ’lui. Eaa automne, le plumage seule-
ment un peu atténué — J. Resseanblant à la Q en automne.
Nid comme celui des Bruants, à terre. -— (Eu/`x : 5 à 6, d`un ovale plus ou
moins obtus. Gd : i9 à 22,5; Pd : 14 à lô. De coloration variable, blanchâtres,
verdâtres, brunâtres avec de nombreuses taches grises et brunes.
Hôte d'hiver assez accidentel en France — llégions arctiques des deux conti-
nents. Descend en hiver dans le Centre de l'Eur0pe jusqu'au N. de l’ltalie.'
G. PASSERINL Vasa1.a.or ; Pacscrinc.
Bec légèr. plus haut que large à la base, à mandib, entrant peu dans les plumes
du front, à narines cachées par des plumes. Tarse un peu plus long que le médian
armé. Aile couvrant près des 3/4 de la queue. Celle-ci échancréc. Plumage de
noce du Q" très différent de celui d`automnc.
P. nlvùlis (L.) ; Passerine des neiges, Ortolan de neige, Plectroplaane de
neige. L:1'7à1Q;A:10,2àll;Q:6,6à'7,l;T:2,là2,2;B:1,1al,2.
Bec noir (dt rupt.) ou jaunâtre à pointe noire (ad. hiver) (M2), patte noire
(ad. été) ou brun foncé (ad. hiver) (70 p. 53), iris brun. Réan. prim.:
I" presque égale à la 2°. - gf rupt. D‘un blanc pur, avec le `dos, les scapu-
laires, les rém. polliciales et cubitales, les prim, sauf la base, souvent une
petite tache vers le bout des sus-alaires ant. et des réan. second., les 3 rect.
inédianes et le bout des autres noirs -— (j‘ hiver. Face sup. variée de gris ct
de roux, le centre des plumes du dos, des scapulaires et des cubitales noirs.
Face inf. lavée de roux, surtout aux flancs et la poitrine roux de rouille -—  
Tête, cou, haut de la poitrine plus ou anoins nuancés de roux. Plumes
du dos bordées de roussàtre. Sus-caudales tachctées. Réan. prian. et rect.
liserées de blanc, ces dernières à taches blanches moins larges. En hiver,
ressemble au Q" à cette époque, mais plus naarquée de roux à la tête et au .
cou, plus grise sur le dos et les grandes sus-alaires roussâtres à centre
noirâtre. -- J. Ressemblant à la Q en automne, anais les boa·dures des plumes
sont plus larges, le brun du vertex est plus foncé, la face inf. est plus
roussàtre, la poitrine et les flancs sont plus foncés. Bien moins de blanc à
l’aile.

106 mom; ms rmmci:. - oxsziwx
Nid ressemblant à celui de l’espèce précédente, à terre entre les pierres ou
dans une fente de roche. ——— œufs: 4 à 6, d’un ovale allongé. Gd : 21 à 24; Pd : 15
à 17. Assez variables comme coloration. Génér. blanchâtres, bleuâtres ou rosés
avec des taches grises, lilacées, brun rougeâtre ou brun noir.
De passage irrégulier ou hivernal en France, dans les endroits découverts,
surtout dans le N. — Régions arctiques des 2 continents. Descend l'hiver
jusqu’aux Canaries et au N. de l`Afrique.
F. ALAUDIDAJ
Bec sub-conique ou uu peu comprimé, de grosseur variable, à narines le plus
souvent cachées par des plumes ct un demi-opercule mennbrancux. Doigts laté-
raux à peu près égaux, sensibl. plus courts que le médian. Aile ii 9 ou 10 rém.
prim., dans ce dernier cas, la première petite. Queue carrée ou un peu échancrée.
Oiseaux de faible taille ii plumage dans sa plus'grande partie à tons brunâtres,
roussâtres ou grisâtres, toujours plus ou moins tacheté. Ad. des 2 sexes et   à
plumage en général peu différent.
Nid en coupe, assez grossier. construit avec des herbes et des tiges sèches,
des radicellcs des crins. A terre dans uno petite excavation. — OEufs ovés ou _
ovalaires, le plus souvent au nombre de 4 à 6, toujours fortement tachés. Régime
insectivore et granivore.
Oiseaux en général sociables et migrateurs, vivant à terre dans les lieux
découverts. Chant le plus souvent agréable.
TABLEAUX DES ESPECES
1. Bec droit, plus court que la tête, au plus égal au médian nu
(157, 158) .... , .............. 2
— Bec infléchi vers Yextrémité, au moins égal au médian nu, parfois
plus long que la tête (53 p. 51, 159). 10 rém. prim. Queue quasi
carrée .................... 6
2. Bec fort ou assez fort, à culmen nettement convexe (157, 161).
Tête toujours lisse. Une tache foncée cle chaque côté de la base
du cou chez l'ad. .,..... , ......... 3
— Bec cylindre-conique, assez eililé, à culmen peu convexe (158,
162, 163). Tête à plumes un peu allongées et érectiles ..... 4
3. Dix rém. prim. La plus grande cubitale atteignant au plus la
6° rém. prim. Atteint 20 cent. de long .........
........... Melanocoryphrz calandra (p. 108)
— Neuf rém. prim. La plus grande cubitale atteignant ou presque la
plus grande rém. prim. Dépassant peu 15 cent. de long ....
.......... Calandrella brachydactyla (p. 108)

ravin-: DE rnxxcn. — oxssxux 107
   ·¤·:\,,, . ( I; .. ·, ~·
.   /  , t
151 xy   ’ ·   16.0
\~‘ /.56
~. -   , ~ x Paf}
150 ~  _y s\ —- tei?
. 1 161  
\_ 164
` J',.   L _ - i`   l
 'ï·  si` '~ É `
‘ _y , s,. ` ,`_ `;*~  
É   15.; `~ = =Ã Ã l
`É~""\--tg  
102 `   .
Fxeunss 157 à 164. -157, Melanocorypha calandre, tête; 158, Lullula arlmrea,
tête; 159, Cherwphilus duponti, têtc; 160, Calandrella brachydaclyla, patte;
161, id., tête; 162, Alauda arvensis, tête; 163, Evemophila alpestvis [Iam: çj',
tête; 164, Lullula arborea, 1*** rém.
(1. Neuf rém. prim. Bec au plus égal au médian nu (163). Queue
quasi-carrée, couverte au plus sur les 3/4 par l'aile .... · .
............. E1·em0p}u'la nlpestnlv (p. 109)
— Dix rém. prim., la première petite (16Ã) .......... 5
5. Bec à peu près égal au médian nu (158). Queue quasi carrée, à 4
rect. ext. tachées de blanc, recouverte par l'aile sur au moins
_ ses 4/5 ............ Lullula nrborea (p. 109)
- Bec plus court que le médian nu (162). Queue échancrée à 2 rect.
. ext. tachées de blanc, recouverte par l'aile sur au plus ses 3/5 .
............... Alauda arvcnsîs (p. 110)
6. Bec plus court que la tête, celle-ci ornée d'une huppe plus ou
moins développée (53). Narines en partie cachées par des plumes.
Rect. ext. sans blanc ....... Galerida crislnla (p. 111)
— Bec au moins aussi long que la tête, celIe—ci lisse (159). Narines
non cachées par des plumes. Du blanc aux rect. ext .....
......... . . . . Chcr.s·0p}u'lus duponti (p. 112)

108 FAUNE DE 1·‘u.xx~zcE. — oiseaux
G. HELANOCORYPHA Bom ; Calanrlre.
Bec fort, bien convexc au dessus, beaucoup plus haut que large à la base, d`en-
viron les 2/3 de la tête en long. Tarse égal ou un peu plus long que le médian
armé. Aile couvrant au moins 4/5 de la queue.
M. Galalldfa (L.) ; Calandre ordinaire. l. 2 19à 20; A 1 12,6à 13,4 ; Q I
6,2 à 6,6; T: 2,6 à 2,7; B : 1,4 à 1,8. Bec brun à base jaunâtre (157), patte
couleur chair, iris gris brun. —- çj‘   Face sup. brune à plumes bordées de
gris roussâtre, sourcil roussâtre, plus ou moins net. Joue brune, avec en
arrière un demi-collier blanc partant du bas de la gorge. Face inf. blanche,
lavée de brunâtre à la poitrine et au flanc, tachée de noir et de brun à la
poitrine, avec de chaque côté du bas du cou, une large tache noire se réu-
nissant quelquefois à son opposée. Pennes brun foncé, liserées de gris rous-
sàtre, le bout des rém. prim. post. et des rém. second. blanc ou blanchâtre,
les rect. lat. marquées de blanc, la plus ext. presque entièr. de cette couleur.
La Q avec les 2 taches noires lat. du cou plus petites. En automne, les 2
sexes à plumes de la face sup. plus noirâtres au centre, plus rousses aux bords.
—-— J. Plumage plus foncé et plus terne, les 2 taches lat. du cou petites et peu
nettes.
Nid dans une culture ou une friche.- Gïuh : 4 à 6 d’un ovale variable. Gd : 24
à 27; Pd : 17,2 à 19. Blanc jaunâtre ou verdâtre maculés et taches de gris, de
brun, de brun olivâtre, parfois surtout vers le gros bout.
Dans les endroits découverts et secs, sédentaire ou estivale dans le S. de la
France, accidentelle dans le Centre. —- S. de l'Europe, l'Asie mineure, le N.
de l'Afrique. _
G. CALANDRELLA Kwp; Galandrelle.
Bec aussi haut, ou un peu plus haut que large à la base, moins de moitié de la
tête en long. Tarse nettement plus long que le médian armé. Aile couvrant au
plus 4/5 de la queue.
C. brachydactyla (Laxsx.,) [Alauda arenaria Vxaxnror, Melanocorypha
itala Baaum] ; Calandrelle brachydactyle. L 2 14,5 à 15,3; A : 8,7 à 9,2; Q:
5,8 à 6,1; T : 1,9 à 2,1; B : 1. Bec brun (161), patte couleur chair (160),
iris brun clair. — 6*   Face sup. roussâtre, tachée de brun. Lorum et sour-
cil roussâtres. Joue roux brun. Face inf. blanche, lavée de roussâtre à la
poitrine et aux flancs, avec quelques petites raies brunes et noires sur la
première et une tache noire de chaque côté de la base du cou. Aile et queue
brunes, les sus-alaires largement bordées de roussâtre, les 2 rect. ext. mar-
quées de blanc roussâtre.`La Q un peu pluspàle et à taches des côtés dll
cou moins développées. En automne, le plumage des 2 sexes rembruni. —
J. Face sup. à plumes bordées de blanchâtre ainsi que souvent les pennes.
Poitrine mouchetée de noirâtre. . .

r.u·Ne ma raaxcn. - oxsmrx 101)
Nid surtout dans les lieux arides. -— (Eu/`s : 4 à 5, quelquefois 6, d'un ovale va-
riable. Gd : 19 à 23,8; Pd : 13,5 à 14,6. Blancs, blanc—jaunâtre ou roussâtre, tacliés
et pointillés de gris, de roux, d`olivâtre, souvent surtout au gros bout.
De préférence dans les lieux secs, estivale, sédentaire ou de passage, dans le
Centre et surtout le S. de la France, accident. dans le N. — Europe S. et moyenne,
N. de l’Afrique, Asie mineure.
G. EREKOPHILA Bots; Eremophilc.
Bec aussi haut, ou presque aussi haut que large à la base, d`à peu près moitié
de la tête en long. Tarse légèr. plus long que le médian armé. Sexes diltérents.
E. alpestris (L.), S. E. E. 8. flava ((})1ELld) [Alauda nivalis l’.«1.i.As]; Eré·
mophile alpestre, Otocoris alpestre, Alouette de Sibérie. L 2 17,5 il 18,3; A 2
10,6 à 11,2; Q : 6,8 à 7,1; 'l` : 2,1 à 2,3; B : 0,1) à 1,1. Bec brun de corne
(183), patte noire, iris brun foncé. - C3'. Front, sourcil, gorge, devant du
cou et arrière de la région parotique d’un beau jaune. Avant du vertex noir,
cette teinte s'étendant sur les côtés de cette partie à 2 petits pinceaux de ·
plumes allongées dirigées en arrière. Lorum, partie centrale de la joue et
large hausse-col sur la poitrine noirs. Reste du vertex et de la 1`ace sup. brun
rougeâtre tacbés de brun noir au dos, aux scapulaires, au croupion. Reste .
de la 1`ace int`. blanc, avec les côtés marron roussâtre. Aile brune, les pre-
mières rém. bordées de blanc, les second. bordées de roux, terminées de
blanchâtres, les cubitales et les sus-alaires bordées de roussâtre. Rect. brun
noir, les méd. largement bordées de roux, la plus ext. bordée de blanc. En
automne, les plumes noires de la tête et de la poitrine bordées de roussâtre,
les autres teintes moins pures. —   Front jaunâtre, vertex brun roussâtre
varié de noir, sans pinceau de plumes sur les côtés de la tête. Joue et hausse-
col variés de roussâtre. Face sup. de teinte moins vive que le (j'. Rect. lat.
liserécs de blanc. Le plumage encore moins net en automne. - J. A peine
de noir et de jaune dans le plumage, la tête et tout le devant du corps varié
de brun, de roussâtre, de jaunâtre et de blanct1àtre.
Niditication très semblable à celle des espèces précédentes, mais nid mieux
construit. —— (Enf: : 3 à 5, ovales. Gd: 21,2 à 25; Pd : 15,9 ti 16,8. Blanchâtres ou
jaunâtrcs, à taches et points très denses gris verdâtre, brunâtres ou bruns,
De passage accidentel en France. — N. de l`Europc, émigré vers le S. jusqu'en
Italie. Sibérie, N. de la Chine.
G. LULLULA Kaur; Lulu.
Bec au moins aussi haut que large à la base, un peu plus long que moitié de la
tête. Tarse nettement plus long que le médian armé.
L. arborea (l..)_ [Alnuda nemorosa (ïmmx. A. cristaœlla lnrnm];
8

110 mem: on FRANCE, — oismux
Lulu des arbres, Alouette lulu. L Z 148, à 15,5; A: 9 à 9,5; Q: 5,2 à 5,5;
T: 2 à 2,2; B: 1,2 à 1,25. Bec brun à dessous plus clair (158), patte jau-
nâtre, iris noisette. - 5*   Face sup. gris roussàtre tachée longit. de brun
noirâtre sauf le bas du croupion et les sus-caudales. Un long et large sourcil
roussàtre. Joue brun roux. Face inf. blanc jaunâtre lavée de roussâtre aux
côtés de la poitrine et aux flancs, à taches étroites d’u11 brun foncé sur les
côtés du cou, sur la poitrine et les flancs. Aile brune, les rém. liserées de
gris roussàtre, les sus—alaires ant. et sup. plus noirâtres, terminées de blanc
roussâtre 1`ormant une bande transv. llect. médianes brun roussâtre, les
lat. noiràtres, les 4 ext. avec d’,autant plus de blanc qu'elles sont plus ext.
La Q un peu plus brune en dessus, un peu plus maculée en dessous. En
'automue, dans les 2 sexes, les tectrices sup. bordées de blanc roussâtre — J.
Plumage plus terne et plus tacheté que la Q en automne.
Nid surtout dans une friche, une lande, un coteau inculte. -· (Eu/`s: 4 à 5,
except. 6, d’un ovale un peu court. Gd : 19,5 à_22; Pd : 14,7 à 16,5. Blanchàtres
ou roussâtres, à taches et points très denses bruns ou brun-rougeâtre, parfois
plus condensés vers le gros bout. ‘
De préférence dans les lieux découverts incultes et accidentés, quelquefois
dans des endroits broussailleux et aux lisièrcs de bois. Sédentaire, estivale ou de
.. passage, répandue dans presque toute la France. — Europe, de la Scandinavie
; moyenne à la Méditerranée, Asie jusqu’en Perse.
i S. E. : L. 3. f3II1îf.î8I‘iS Pannor. Differe du type par sa face sup. plus foncée,
moins roussâtre. Les plumes sont bordées de brun olive clair, le croupion et les
sus-caudales sont gris brun olivâtre. Devant du cou plus foncé.- Corse, Sar-
daigne.
G. ÀLAUDA L.; Alouette.
Bec au moins aussi haut que large au front, à peu près moitié de la tête en
long. Tarse un peu plus long que le médian armé.
A. arvensis L. [Alauda agrestis Bmzim] ; Alouette des champs. L 2 17,5
à 19,5; A: 10 à 11,5; Q: 6,5 à 7,5; 'l`: 2,2 à 2,3; B: 1,1 à 1,2. Bec brun
à base plus jaunâtre (162), patte et iris brun clair. Rém. prim, : 2• >, 3•
et 4° à peu près égales et presque aussi longues que la 2°. — (j‘   Face
sup. variée de gris roussàtre et de brun noir. Face inf. blanc jaunâtre lavée
de roussâtre et tachée de brun au devant du cou, à la poitrine et aux flancs.
Léger sourcil roussâtre. Joue brune. Aile brun foncé, la majeure partie des
plumes bordées de gris roussâtre. Rect. brun foncé, la plus ext. en grande
partie blanche, la pénultième marquée de cette couleur. La Q un peu plus
petite, foncée et tachée inf`ér. — J. Ne di1l`èrent des ad. que par des teintes
plus ternes et plus claires. , _
Nul de préférence dans un champ. -— (Eu/`s : 4 à 5, quelquefois 6, d’un ovale un
peu allongé. Gd: 20,6 à 25,5; Pd: 15,5 à 18,5. Blanchâtres, blanc jaunâtre ou

muvs ma rnANcE. - oxssarx 111
verdâtre, densément pointillés et taches de gris olivâtrc, de brun olivâtre, surtout
vers le gros bout,
Sédcntaire, estivale ou de passage, dans les champs, les prairies, commune
dans toute la France. — Europe, du cercle arctique au N. de l`ltalie.
S. E. À. 8. Sllhéllpftlâ liuuuxn. Aile cn moyenne de itl,5. Ditfère du type
par les plumes du dessus de la queue brun noir foncé, bordées de gris—jaunàtre.
La face inf. gris blanchâtre, avec quelques petites taches allongées, foncées, à la
gorge et au haut dela poitrine. — Alpes de Savoie.
S. E. A 8. cantarella Bonn-: l)ilTère du type par une taille un peu moindre,
sa face sup. à fond plus gris et plus clair; la face inf. plus blanche avec la
poitrine à larges taches noires. Corse. -— Sardaigne, S. de l'ltalie, Dalmatie,
Grèce, Turquie, S. de la I`tussie.
- S. E. À. 8. CÉIICPCH Eumzxs. Ditfère du type par sa taille plus faible (A: t0)
et le fond du plumage nettement gris, sensibl. plus gris que la précédente S. E.
De passage et hivernale, commune en France, surtout dans l'E. — Sibérie, N.
du Caucase, en hiver jusqu’au N. de l‘.\frique. .
G. GALERIDA Bona; Cochcvis.
Bec un peu comprimé, a base aussi haute ou un peu plus haute que large,
génér. d`cnviron les 2·3 dc la tête en long. et à peu près égal au médian nu.Tarse
un peu plus long que le médian armé. Aile couvrant à peu près les 3,/5 de la queue.
G. Cfistata ; Cochevis huppé.LZ17,9 à l8,3;A: 9,7 à 11; Q2 6,4à 7;
T: 2,5 à 2,9; B: 1,55 à 1,9. Bec brunâtre (53 p. 51), patte jaunâtre, iris
marron. ltém. prim, : l" au plus égale au 3/4 des grandes sus-alaires ant.,
3• > t' et 5° qui sont presque égales. - @*9. Face sup. cendré brunâtre,
avec le centre des plumes brun. Les plumes de la huppe, en majeure partie
brun noir bordées de grisâtre. Sourcil roussàtre, joue brunâtre. Face inf. i
roussâtre, plus blanche ii la gorge, plus foncée ii la poitrine et aux sous-
caudales, mouchetées de brun noir aux côtés de la gorge, au devant du cou,
à la poitrine et aux flancs. Aile d'un brun assez clair, avec les rém. et les
' sus-alaires bordées de gris roussâtre. Rect. médianes brun assez clair, les
lat. plus foncées, les 2 ext. bordées de roussâtre. La Q seulement un peu
plus petite et un peu plus claire. —J. Iluppe courte. Plumage plus clair
que les ad. avec les plumes du dos liserées de blanchâtre.
Nid comme la précédente espèce. - (Eufs: 4 à 5, quelquefois 6, dlun ovale un
peu court. Gd: t9 à 2&,‘7 ; Pd : t5 a t8,3. Blanc léger. jaunâtre ou verdâtre, dense-
ment pointillés et tachés de gris,d'olivàtre, de brun olive, de brun, souvent sur-
tout au gros bout.
Dans les plaines sablonneuses de préférence, aux abords des grandes routes.
Sédentaire, estival ou de passage, dans une grande partie de la France. Paraît _
manquer en Corse. -—- Du S. de la Suède, aux Pyrénées, à l'Italic,_aux Balkans et
au S. de la ltussic. i

l
112 rarmz ne rames. — oxssnnx
G. CHERSOPHILUS SHARPE; Sirlî.
Bec triangulaire à la base, à narines nues, operculécs. Tarse de l/5 ou de l/4 sup.
au médian armé. Rect. étroites et pointues.
Ch. dup0nti(V1mx.i.or); Sirli de Dupont. L: 16,5 à 18; A 2 9,1 à 10; Q Z6
à 6,5; T: 2,1 à 2,2; B: 1,9 à 2. Bec brun foncé à dessous plus clair (159),
patte couleur chair, iris brun. — (j'   Plumes de la face sup. noirâtres,
bordées de brun roussâtre ou blanchâtre, les taches formant une ligne
longit. au milieu de la tête. Sourcil blanc roussâtre, ainsi que la moustache,
celle-ci séparée du blanc pur de la gorge par une ligne noirâtre descendant
de la base du bec au coté du cou. Reste de la face inf. isabelle clair avec des
petites taches brunâtres, au devant du cou, à la poitrine et d’autres beaucoup
moins nettes aux llancs. liect. médianes noirâtre  bordées de brun roussâtre,
les autres brun foncé, les 2 ext. marquées de blanc. — J. Bordure des
plumes de la face sup. plus claire. Face inf. plus tachée, l’abdomen et les
sous-caudales lavées de jaunâtre.
Nid comme les autres Alaudidae. — œufs : 3 à 4, ovales. Gd z 23 à 24 ; Pd : 17
à 18. Blanc brunâtre ou rougeâtre ou verdâtre, tachés et pointillés de gris brun
ou de jaune brun.
' Très accidentel dans le S. de la France. — N. de l'Afrique, S. W. de l’Eur0pe (1).
F. MOTACILLIDAE
Bec plus ou moins comprimé ou atténué en avant, à narines plus ou moins i
cachées par des plumes ou un demi opercule. Souvent l'ongle du pouce au moins
égal au doigt. Aile plus ou moins aiguë, à rém. second. échancrées. Queue quasi-
droite ou échancrée. Oiseaux de faible taille. Plumage peu différent suivant le
sexe mais variable avec la saison, celui du jeune spécialement.
Nid en coupe, bâti avec des herbes sèches, de la mousse, des radicelles, doublé
de crins et de laine, dans une situation variable, le plus souvent à terre, jamais
sur un arbre. (Eu/Is ovalaires, au nombre de 4 à 6, toujours taches.
Régime insectivore et parfois un peu granivore. Oiseaux terrestres ou sub
aquatiques, percbant peu ou pas. Sédentaires, estivaux ou migrateurs, assez peu
sociables.
Chant le plus souvent peu développé.
(I) Alaemon alaudipes (Dasrountms). Oiseau de taille plus considérable mais de
forme de bec analogue à C/zersop/u'lus dupontz', de plumage à fond isabelle. Régions
sahariennes. —- Signalé comme ayant été rencontré quelquefois dans le S. de la France
et de l`Europe.

num: ne FRANCE. — otsmux 113
TABLEAUX DES Esràces
1. Queue échancrée, sensibl. moindre de la moitié de la long. totale.
Pouce armé souvent plus long que le tarse. Plumage bien tacheté.
[G. Ant/aus.], ......... . . . .` ..... 2
— Queue droite ou sub arrondie, souvent au moins moitié de la long.
totale. Pouce armé moins long que le tarse. Plumage très peu ou
pas tacheté. [G. A[(}É(I(.'l-lid]. . ' ..... '. . '. ' .... 7
2. Bec d'au moins les 2/3 de la tête en long., relativ. assez robuste i
(165). Tarse nettement plus long que le médian armé. Doigts lat.
Anus ne dépassant pas la 2° articul. du médian. Plumage à fond
brun et roussâtre ................. 3
— Bec un peu plus long que la 1/2 tête, relativ. assez mince (166).
Tarse légèr. plus long que le médian armé. Doigts lat. nus dépas-
santla 2° articul. du médian. . . _ ........... [1
3. Bec d'environ 1/4 plus court que le médian nu. Ongle du pouce très ,
nettement plus long que le doigt (167). Tarse de 1/6 au plus sup.
au médian armé. Aile couvrant moins de moitié de la queue . ‘ . '
............... Anthus r·z'char·d1'(p. 114)
- Bec à peu près égal au médian nu (165). Ongle du pouce au plus
égal au doigt. Tarse de 1/5 plus long que ·le médian armé. Aile
couvrant la moitié de la queue. . . . Ant/zus campest1·i.s (p. 115)
.. Ã
      ,/ -    É "    et ·
'îf-`ë  »   1 ‘ `  ·É§  
’•"i W lm e-~— —-.· ···e¤1"ï/·.··.·f ` 1¢»·rN`îçÈ, ·‘
/67 \‘g_3;;
///` ·,« 1
X _ 169 // ta  \\
  __`;\·__` /   \\
/1  )[ 170
  `N: za-,   --3} g` "•»;Ãî5·.`··\
F ‘l" il [
Fxcumss 165 à 171. — 164, Anthus campcsh·z`x, tête; 166, Ant/tus trivialix, tête ; 167,
Anthus richardi, patte; 168, Anlhus lrivialis, patte; 169, Anlhus pratensis,
patte ; 170, Molacillu flava, patte ; 171, Molacilla alba, patte.
E ai 8

114 mem; ne rnawcs. — oiseaux
li. Ongle du pouce sensibl. moins long que le doigt, bien arqué (168).
Tarse égal ou à peine plus long que le médian armé. .\ile couvrant
environ moitié de la queue ...... Anlhus t1·ivz`ah's(p.115)
—— Ongle du pouce au moins égal au doigt . .' ........ 5
5. Moins de 16 cent. de long. Ongle du pouce plus long que le doîg
(169). Tarse à peine plus long que le médian armé. Aile couvrant
moins de moitié de la queue. Croupion d`une teinte olivàtre uni-
forme . . . . . ‘. I ..... · Anthus pratensis (p. 116)
— Plus de IG ccut. de long. Ongle du pouce il peu près égal au doigt.
Tarse plus long que le médian armé ........... 6
6. Ongle du pouce nettement arqué. Patte brun noir. Croupion uni-
' colore ............ Anthus spùwletla (p. 116)
.. Ongle du pouce faiblement arque. Patte brunâtre clair. Croupion à
taches longit. noires ........ Anthus cerrinus (p. 116)
7. Queue sensibl. inf. à la moitié de la long. totale, plus courte que
l’aile. Médian armé au plus égal au pouce armé, dont l`ongle égale
le doigt en long (170). Aile couvrant environ 2/5 de la queue. .
. . . ............ .ll0tacz'lla flzwa (p. 117)
- Queue d'au moins moitié de la long. totale, plus longue que l`aile.
Médian armé plus long que le pouce armé, dont l’ongle est moins
long que le doigt (171) ................ 8
8. Plumage gris, noir et blanc, sans jaune ni vert illuLm,·£(lu· alba (p. 119) [
— l.a plus grande partie de la face inf. jaune. Du verdâtre ou de l'oli-
vàtre it la fare sup ......... Motucilla cinerea (p. 118)
ti, ANTHUS BucnsT._; Pipi.
llce Et peu pres ziu··:~.i haut que large à la base, à culmen un peu saillant entre
narines. Doigts lat. subôgaux. 3 ou 4- premières rem. à peu près égales, la 5°
nettement plus courte.
A. ricliardi \YIl`ll,I..] Pipi ltichard. L: 18,7 à 19,7; A: 9,4 à 10_;   : 7.4 à
7,9; T: 3 à 3,3; ll: 1, 1 â 1,5. Ongle post.: 1,5 à 2,3. Bec brun à base claire,
patte jaunâtre (167), iris brun gris. llém. prim. Z I", 2°, 3° î. - (jt Q. Face
sup. brune â plumes bordées de roussàtre, plus claires au cou. Face inf.
roussâlre, plus rousse â la poitrine et aux flancs, presque blanche à la gorge,
avec le bas du cou et le haut de la poitrine mouchetés de brun. Long et large
sourcil roussâtre. Joue brunâtre variée de roussâtre. Un trait brun entre la
gorge et le côté du cou. Aile et queue brun noirâtre, les plumes bordées de
roux ou de blanc et les rect. ext. en grandes parties blanches. Le plumage
d'automne à t'ace sup. plus roussâtre, à face inf. plus claire. — J. Face sup.
plus claire, face inf. blanchâtre lavée de gris roussâtre aux flancs et à la poi—
trine, cette dernière mouchetée en haut de brun noir.

FAUNE ne rames. —— oiseaux 115
Nid à terre dans une petite excavation. — (Eu/`s : 4 ix 6, ovalaires. Gd : 20,8 à
23; Pd : 15,5 à 17. Blanchâtres, olivâtres, parfois rosés fortement ponctués et
tachés de brun olivâtre, de brun, de brun violet.
Dans les endroits découverts, de passage ou hivernal, assez rare en France. —
Sibérie. Émigrant dans le centre ct le S. de l`Eur0pe et le N. de l`Afrique. ·
A. Campesttis (L.); Pipi rousseline, Agrodrome champêtre. L : 17 à.18:
A: 8,5 à 9,7; Q 2 6,6 à 7,6; 'l` : 2,1à 2,7; B: 1,-1 à 1,6. Bec brunàbase
inf. jaunâtre (165), patte jaunâtre, iris brun. Rém. prim. : 1'° légèr. plus
longue que les 2° et 3". - dl   Face sup. cendré roussâtre avec le milieu
des plumes brunâtre. Face inf`. blanc roussâtre avec la poitrine et les flancs
lavés de roux, léger. tachés ou non de brun. Large sourcil isabelle. Joue
variée de brunâtre et de jaunâtre. Lorum noir, ainsi qu’un trait sur le côté
de la gorge. Aile et queue brunes, la plus grande partie des deux paires de
rect. ext. blanc roussâtre, ainsi que souvent une tache à l'extrémité de la
précédente. La Q plus tachéc à la poitrine. En automne, la l`ace sup. plus
foncée, la face inf`. plus tachée. — J. ressemble à laQen automne, mais plus
maculé encore.
Nid â terre dans une petite excavation, sous une touffe d`herhes ou une petite
broussaille. — (Eu/`s : 4 à 5, quelquefois 6, d'un ovale plus ou moins allongé. Gd 2
19,5 ii 23; Pd : 15,5 21 17. Blanchâtres, grisâtres, verdâtres ou rosés, fortement
ponctués et tachés de gris, de brun, de rougeâtre, d`olivàtre.
Dans les endroits découverts, arides ou incultes, les dunes. Estival ou de pas·
sage en France, surtoutdans le   -—· De la Suède au N. de l`Afrique, à l`E. jusqu'à
l`Asie centrale.
À. trlvlalis (L.) [Anlhus arborea Baisses]; Pipi des arbres. L : 15,5 à  
16,5; A Z 8,1 à 9,2; Q : 6,4 à 6,8; ll`: 2,1 à 2,2; B: 1,15 à 1,25. Bec brunà
base inf. roussâtre (166), patte jaunâtre (168), iris brun. llém. prim. : I", 2•
et 3° 7. -— dl   Face sup. gris brun olivâtre rayée longit. de brun En la tête
et au dos. Face inf. blanchâtre avec la poitrine et les flancs roussâtres et à
taches allongées noirâtres. Sourcil jaunâtre. Côté de la tête et du cou jau-
nàtres avec 2 traits bruns partant du bec. Aile et queue brunes, les plumes
bordées de clair et les rect. ext. avec du blanc. La Q avec la face sup. plus
foncée, l'inf`. plus tachée. Le plumage d’autoinne est moins net et plus taché.
— J. Moins olivâtre dessus, plus taché dessous. ..
Nid à terre, au pied d'un buisson, d`unc touffe d`herbes, d`unc souche, dans un
taillis clair, une lisière. —- (Eu/Z1: 4 â 6, d'un ovale variable. Gd : 18,3 à 22,5; Pd 2
14 à 16,5. Blanchâtres, grisâtres ou jaunâtres, très fortement tachés, souvent surs
tout vers le gros bout, de brun ou de brun rougeâtre, ou bien, d'un gris rougeâtre
ou violacé pointillés et tachés de brun rouge ou de brun violet.
L'été dans les landes, les taillis bas et les bois clairs, en automne dans les cul-
tures. Estival ct de passage, commun dans presque toute la France. — Europe
du 63° latit. N. aux Pyrénées et au N. de l`ltalie. En hiver jusque dans l‘Afrique i
et 1’Inde. ·

116 r.1x;xE DE EBANCE. - o1sEAUx
A. pratensis (L.) ; Pipi des prés. L: 15 à 15,8; A : 7,5 à 8,4; Q : 6 à 7;
T : 2 à 2,3; B : 1,1 il 1,25. Bec brun noirâtre à base inf. rougeâtre ou jaunâ-
tre, pattejaunàtre (169), iris noir. Rem. prim. Z 4prem. î, 5" beaucoup plus
courte. — df   Face sup. olivàlre ou brun olivâtre. tachée longit. de brun
foncé et de noirâtre il la tête et au dos. Face inf.blanche flammée de brun noir
à la poitrine et aux flancs. Léger sourcil et bande du bec sous la joue jaunâ-
tres. Aile et queue brun foncé, les rém. second. et les grandes et moyennes
sus-alaires bordées de grisâtre et les trois rect. ext. avec du blanc. Les teintes
moins vives et la face inf. plus tachée chez la   En automne, la face sup.
plus claire, la face inf. plus roussàtre et plus taichetée. — J. Ressernblant
beaucoup à la  
Nid il terre dans une prairie fraiche, une lande marécageuse. -— (Eu/`s : 4 à 6,
d’un ovale variable. (id : 17,5 E1 20,5; Pd : 13 à 15. Gris verdâtre ou blanc rougeà_
trc, avec des taches dc dimensions et de nombre très variables, souvent plus
serrées au gros bout, brunes, brun rougeâtre ou noirâtres.
Dans les prés, les champs, les endroits découverts. Estival, de passage, quel-
quefois sédentaire, répandu dans presque toute la France. — N. et Centre de
Fliurope, N. de l`Asie, e11 hiver jusq11'au N. de l`Afrique et l'Asie mineure.
A. Cerviuus (PALLAS); Pipi gorge-rousse. L : 16,5 à 17,5; A : 9 à 9,8;
Q : 6,1 il 6,9; T : 2 à 2,3; B : 1,2 à 1,3. Bec brun foncé, patte brun clair,
iris brun. —- (jf Q rupt. Face sup,. brun clair striée de noir en entier. Face
inf. isabelle clair avec la gorge et le devant du cou d'un beau roux lie-de-vin
et la poitrine, les flancs, les dernières sous-caudales à stries noires. Sourcil
et tache parotique roux lie-de-vin. Aile et queue brun foncé, la plupart des
plumes bordées de grisâtre et 3 rect. ext. marquées de blanc. df Q automne.
Face sup. moins nette. La gorge, le devant du cou et le sourcil roux. La
face inf. plus claire et plus maculée. —- J. Plumage plus terne et plus
maculé.
Nflli/i`Cdll·l}ll semblable à celle de l'espèce précédente. — (Eufs.: 4 a 6, d'un
ovale variable. Gd: I8 il 20,5; Pd: 13,5 à 14,5. Grisâtres, olivâtres, brunàtres,
avec des taches de dimensions variables et d’autant plus denses qu‘elles sont
plus petites, olivàtres, gris brun, brun noir.
Dans les endroits découverts, de passage en France. — N. de l'Eur0pe et de
1’Asie, en hiver jllS(.jll~£lll N. de l`Afrique et de la Perse.
A. spinoletta (L.) [Anthns aqualfz·n.r Bncnsixj; Pipi spioncelle. L L 16,8
ii 17, 8; A : 8,6 à 9,6; Q Z 6,5 à 7; T : 2,2 21 2,5; A: 1,25 à1,4.Bec noir ou
brun à base inf. claire, patte brune, iris brun clair. Rém. prim. 2° et 3" É,
1’° : »1° ou Z1 peine plus courte, 5° beaucoup moindre. — (jf Q rupt. Face
sup. cendré brunâtre avec le milieu des plumes de la tête et du dos plus
foncé, le croupion plus clair. Face inf. blanchâtre, avec le cou, la poitrine,
fépigastre et les flancs plus ou moins fortement lavés de lie-de-vin et
quelques taches brunâtres aux côtés de la poitrine et aux flancs. Un large

muse DE ramena. — oiseaux 117
sourcil blanchâtre, lorum et joue brunâtres. Aile et queue brunes, les rém.
second. et les sus-alaires bordées de blanchâtre et 2 rect. ext. avec du blanc.
La Q à teintes moins pures, la face inf. moins lie-de-vin et plus tachée. —
Cf Q hiver. Face sup. gris brun olivâtre, le centre des plumes de la tête et
du dos plus foncé. Face inf. blanc jaunâtre, à taches allongées hrunâtres au
côté du cou, à la poitrine et aux flancs. Sourcil moins net et blanc des rect.
plus développé mais moins pur. -— J. Face sup. plus brune et foncée, la face
inf. plus tachée, le sourcil peu visible.
Nid dans une toufïe d`herbe, au pied d`une petite broussaille, parfois entre des
pierres. — (Eu/'s : 4 a 6, d‘un ovale variable. Gd : i9,5 à 23,5; Pd : 15 à 16,5. Gris
ou gris brunâtre, taehés <l`une façon extrêmement dense de brun et d'0livâtre.
Estival dans les endroits découverts des Vosges, des Alpes, des Pyrénées, de
passage ou hivernal dans les prairies humides, les marécages, dans presque tout
le reste de la France. — Montagnes du Centre et du S. de l'Europe, en hiver
jusqu'au N. de l`Afrique.
S. E. A. S. p8É[‘OStlS (Mem.); Pipi obscur. En été, patte brun roussâtre. Face
sup. plus olivàtre que le type, la face inf. lavée de chamois rougeâtre avec le
côté du· cou, la poitrine, les flancs et les sous-caudales taehés de gris et de
brunâtre. Les 2 rect. ext. marquées de blanc grisâtre. En hiver, gorge et abdo-
men roussâtres, taches de la face inf. plus nombreuses que dans le type et du
gris au lieu de blanc aux rect ext. Sédentaire sur les côtes de la mer du Nord et
de lasltlanche, de passage sur les côtes de l'Océan et accident. dans l`int. —
Côtes des Iles Britanniques et des îles Anglo-normandes.
S. E. À. S. HÉÉOTRIÃS Bnsmi. Ne diffère guère de A. r. pelroms que par son
plumage de noce à gorge teintée de rougeâtre et dépourvue de taches ou presque.
llivernal sur les côtes du N. de la France et de la Belgique. — Côtes de Scandi-
navie, descendant 1’hiver plus au S.
G. IOTAGILLA L. ; Bergeronnetlc.
Bec un peu plus large que haut à la base, un peu plus de moitié de la tète en
long. Tarse nettement plus long que le médian armé, Aile couvrant au plus les 2/5
de la queue. ·
· H. (leva L.; Bergeronnette printannière. L: 16,5 à 18; A 2 8 à 8,6; Q : 7
à 7,9; T : 2,2 à 2,5; B : 1,2 à 1,3. Bec, patte (170) et iris uoirâtres. Rém_
prim. 2 I" et 3° presque égales à la 2° qui est la plus longue. — dl rupt.
Dessus de la tête et du cou cendré bleuâtre, reste de la face sup. olivàtre.
Face inf. d’un beau jaune jonquille avec parfois la gorge blanchâtre. Lorum
et joue cendré foncé, sourcil et quelquefois une bande sur la joue blancs ou
blanc jaunâtre. Aile brune avec les rém. second., les grandes et moyennes
sus-alaires largement bordées de jaunâtre. Queue noirâtre avec 3 et quel-
quefois 4 rect. ext. marquées de blanc. — di automne. Face sup.vert olivâtre

118 muse un rmuscz. — oismvx
brunâtre. Face inf. d’un jaune moins pur, avec le haut plus blanchâtre et
les flancs lavés d’olivâtre. — Q. Au printemps elle ressemble quelquefois au
0* rupt. Le plus souvent face sup. en entier d’un olivâtre lavé de grisâtre,
la face inf. moins jaune, avec le haut blanchâtre. Sourcil jaune ou jaunâtre.
En automne, face sup. encore plus grise, la face inf. plus pâle, la poitrine
lavée de roussâtre. — J. Face sup. gris jaunâtre, face inf. blanchâtre nuan-
cée de jaunâtre à la poitrine dont les côtés sont un peu tachés de brun.
Nid â terre, dans une petite excavation, au pied d'une touffe d`herbe ou sur le
rebord d`un fossé, souvent au voisinage de l’eau. —-· (Eufs: 5 à 6 d’un ovale un
peu court et pointu. Gd : 16,5 à 19,5; Pd : 12 à 15. Blanc jaunâtre, tachés d'une
façon très dense mais souvent peu nette de gris roussâtre ou verdàtre.,
Au bord de l’eau, mais aussi dans les prairies et les champs, estivale ou de
passage, commune dans presque toute la France. — Du milieu de la Scandinavie
au N. de l’Espagne et de l`Italie. A 1`l·l.jusqu‘au Danube, é1nigrantjusqu’au S. de
l'Afrique.
S. E. M. f. rayi ¤Box.u=.). Diffère du type par le dessus et partie des côtés de
la tête, la nuque vert jaunâtre, plus jaune chez le (j', plus olivâtre chez la Q, le
croupion plus vert. Toute la face inf. jaune. Pas toujours un sourcil clair. WV. de
la France, de passage dans les autres parties. — S. des Iles Britanniques, Portu-
gal. De passage plus à l’E. et descendant l'hiver jusqu’au Congo.
S. E. M. f. Cîl16I‘60C3pîlI3 Suivi. Dessus et partie des côtés de la tête,
nuque gris ardoise plus ou moins foncé chez le O', lavé d`elivâtrc chez la Q, avec
ou sans sourcil blanc ou jaunâtre. Face inf. jaune avec la gorge blanche et quel-
quefois des marques noirâtres à la poitrine. Reste comme le type. De passage
accidentel en France, et signalée comme en habitant le S. — S. de l'Eur0pe,
descendant l’hiver en Afrique.
S. E. M- I`. fêldêggi Mxcn. Dessus, côtés de la tête et nuque noirs avec ou
sans sourcil blanc ou jaune. Face inf. jaune avec général. une ligne latér. blanche
au côté de la gorge. De passage accid. en France. —— S. E. de l’Eur0pc, Asie
mineure. Accid. dans l`YV. de l’Europe, le N. de l'Afrique.
(M. citrenla PAL1.As; Bergeronuette citrine. l.,: 17 ; A ; 8,5; Q ; 8,3; T ; 2,7;
B : 1,3. —- Tête jaune citron; dos et croupion cendré bleuâtre. La plus grande
partie de la face inf. jaune citron. Pennes noires, les 2 rect ext. presque entièr.
blanches. — Signalée comme rencontrée accident. en Normandie et dans les
Pyrénées. — N. de la Russie et de la Sibérie, émigre dans l`Asie centrale;
accident. Centre et S. de l'Eur0pe).
M. cinerea Tuusrani. [Motncilla sul/izrea Bacnsr., M. boarula Scor.];
Bergeronnette boarule, Bergerounette jaune. L 1 19,5 à 20; A : 8 à 8,5;
Q: 9,5 à 10,5; T: 2 à 2,2; B : 1,15 à 1,25. Bec brun foncé, patte brunâtre,
iris noirâtre. Rém. prim, 2 l'° et 2° î, 3° presque aussi longue. —— (j' rupt.
Face sup. d’un gris cendré légèr. olivâtre, avec le croupion et les.sus-cau-
dales jaune verdâtre. Gorge et devant du cou noirs, le reste de la face inf.

rarxs ne rn.sxc|·:. — oxsisxux 119
jaune, un peu blanchâtre aux flancs et quelquefois au bas de la poitrine.
Région parotique grise. Soureil et moustache blancs. Aile brun foncé, les
dernières rém. second. bordées de blanc olivâtre. Rect. noires, les niédianes ‘
bordées de jaune verdâtre, les 3 ext. marquées de blanc. — Q rupt. Plus
petite. Gorge et devant du cou noir varié de blanc ou blancs, le jaune de la
face inf; moins pur, le sourcil et la moustache roussâtres. — 6* Q automne.
_Gorge et devant du cou blancs, la poitrine lavée de roussâtre, les flancs de
grisâtre, le ventre et les sous-caudales d’un jaune moins pur. Sotircil
roussâtre. -— J. Face sup. grise lavée de brunâtre à la tête. Face inf. rous-
sâtre lavée de gris à la gorge, blanchâtre au ventre avec les sous-caudales
jaunes. liessemhlant ensuite à la Q en aut.
Nid au bord de l`cau, dans une excavation, un trou de berge, sous `nne racine,
un buisson.   (Eu/Iv : 4 à 6, d`un ovale un peu court et conique. Gd Z t8 à 20,5;
Pd : 13 â i5. lilanchâtres, grisâtres, tres fortement tachés et pointillés de rous-
sâtre ou de brunâtre, ou d'olivâ|re, souvent surtout au gros bout. i
Au bord des cours d`eau, s'appr0chant l`biver des habitations. Sédentaire,
estivale ou de passage, dans presque toute la France. — Europe, du S. dc la
Scandinavie au N. de l'Afrique et aux Canaries.
M. alba L.; Bergcronnette grise, Hochequeue grise. 1.: 18 à 19,5; A Z 8 à 9,3;
Q Z 8,6 à 9,8; T: 2,2 ii 2,4; B : 1,25 à 1,3. Bec noir ou brun (82 p. 55), patte
(t7t) et iris noirs. Rém. prim. l’° et 2°'7 3° un peu plus courte. — (j'Q
rupt. Front, côté de la tête et du cou, ventre et sous-caudales blancs. Nuque,
dos et croupion cendré bleuâtre, ce dernier, un peu plus foncé. Vertex,
oceiput, sus-caudales, gorge et poitrine noirs. Flancs grisâtres. Aile noirâtre,
les rém. primqliiserées de blanchâtre, les rém. post. largement bordées de
gris et de blanc. Queue noire. les rect. médianes liserées de blanc,; les
2 paires ext. en grande partie blanches. La Q un peu plus petite, avec un
peu moins de noir. — (j' Q automne. Gorge et devant du cou blancs, avec
un hausse-col noir se prolongeant plus au moins au côté du cou. — J. Face
sup. d’un gris lavé de roussâtre, face inf. blanchâtre avec un' peu de
roussâtre au cou et un mince hausse-col brunâtre.
.Vi'«l sous une racine, dans une petite excavation, un tas de pierres, parfois un
trou de rocher ou de mur, de préférence au voisinage de l`cau. —— (Eu/`ac : 3 it 6,
d`un ovale un peu variable. Gd: 18 â 2i,îi; Pd. : H,5 à 16. Blanc nuancé de
bleuâtre in points et petites taches bruns ou gris olivâtrc, serres le plus souvent
surtout au gros bout.
Bond de l'cau, prés, champs, estivale, sédentaire ou de passage, répandue dans
toute la France. — Europe moins l`cxtrê1ne N., en hiver jusqu`en Afrique cen-
trale. j·
S. E. M. 8. IUQUDPIS Tem1.|_!|IolaciIla yarriclli G0rx.n]. Dos, croupion etjambe
noirs ou d’un noir olivâtre, reste 21 peu près connue le type. N. et N. VV. de la
France, accident. dans 1’E. et le S. - N. W. de l`Enropc, descendant en hiver
jusqu'au N. de l'Afrique. . ·

120 mom: un rames. — oiseaux
F. CERTHIIDAE
Bec mince, plus ou moins long et courbé, sans échancrure à la pointe de la
maxille et sans poils aux cominissures, à narines semi-operculées. Pouce armé
égal ou plus long que le tarse. Aile à 10 rém. prim., la première courte. Queue
conique ou sub~a1·r0ndie. Oiseaux de faible taille. Sexes peu différents.
Nid en coupe, assez grossier. construit avec de la mousse, de l’herbe sèche,
des brindilles, doublé de plumes, de crins, de duvet végétal. Dans une cavité ou
au moins dans une situation bien abritée. (Eu/`s ovales ou un peu piriformes, au
nombre de 4 à 8, génér. taclietés. ·
lnsectivores. Oiseaux grimpeurs. Sédentaires ou erratiques, peu sociables.
Chant médiocre.
0
  " ‘ \   
X ~ ·` " ïb;-"  
  I7.;> \   I
  \ È se
i`, 17 " 1 122
,¢   __ iii
·*"`”"   ’’‘‘ 'U   f‘··f .  
f **1 "s,, ' `F *«\ 4 _«;è%ï· \
. it       \; ~.
t 1 ws;} ; •~. ·- a
- 1 ( J   /72 f'  `* >
1  
ûëil
‘  
&x§É`
exs-, .i'¥="\ -·» ~
I,.-1;?#«¤<â*(,}§  Ã,   ;5Ñ:'î`;Lî_:~,
_ ·.;î,e , ·Z•§}_ ~_;`\sx~   __ -:»ë___ ,
—  E4?    î£*` ` ‘\`\  +3
[75 É `— _:î  L l À [76 \\\  *·Ã='
Fiounrzs 172 à 177. 172, Cerlhia brachydactyla. queue, 173; Tichadrama muraria,
tete; 174, Tichodroma muraria, patte; 175, Cerlhia familiaris macrozlaclyla,
tete; 176, Certhia familiaris coslae, tête, Cerf/nia familiaris, patte.
TABLEAUX DES ESPÈCES
1. Bec comprimé,à apex‘ pointu (66 p.53). Tarse larg. scutellé devant
(89 p. 55). Rect. raides et pointues (172) ......... 2
- Bec cylindrique à apex arrondi (173). Tarse quasi lamellé devant
(174). Rect. molles, arrondies. Plumage non tacheté ....
......... ' .... Tichodroma mura1·z'a (p. 121)
2. Ongle du pouce plus long que le doigt, peu arqué, ayant en
moyenne 9 mm de long. (177). Sous-alaires blanc pur. Face inf.
général, blanc pur .,.,..,, Certhia fanzilùlris (p. 121)

num: ne raaxca. — ozsmrx 121
— Ongle du pouce rarement aussi long que le doigt, arqué, ayant en.
moyenne 7 mm, 5 de long (89 p. 55). Sous-alaires blanehâtres
tachées de brun roux ou de noirâtre. Face inf. roussâtre, plus
foncée aux flancs ...... Certhia br·achya'm·IyIn (p. 122)
G. TICHODROIA lnmoen ; Tic/wdrome.
( Bec beaucoup plus long que la tête, plus large que haut à la base. Pouce armé,
plus long que le médian armé. Ongles longs et arqués, celui du pouce au moins
aussi long que lc doigt. Aile obtuse ou sur-obtuse couvrant presque complètement
la queue. ' .
T. muraria (L.); Tichodrome échelette, Grimperean iles murailles. L : 17
àl8; A 2 9,5à 10,4; Q: 5,5à6,5;T : 2 à 2,2; 13:2, 3 ii 3,5. Bec (173),
patte (1'M) et iris noirs. Rém. prim.: 4° ou ·1° et 5°î·, 1'°: l/2 2°. -— _
dl Q rupt, Face sup. en côté du cou gris cendré plus foncé à la tête et aux
sus-caudales. Gorge et poitrine noirs, reste de la face inf. gris foncé, les
dernières sous-caudales mouchetées de blanc. Rém. noires à bout grisâtre
avec les barbes ext. de la moitié sup. d'un beau rose rouge et les 2° à 6° avec
une large tache blanche subterminale aux barbes int. Sus-alaires moins les
grandes secondaires qui sont grises, d’un beau rouge rose. llect. noires, les
médianes bordées de gris, les 2 ext. larg. terminées de blanc. La Q plus
petite, à teintes moins pures, le noir de la face inf. moins étendu. —
çj‘Q automne. Face sup. plus claire, gorge, poitrine, joue blanches. Toutes
les sus—alaires rose rouge. - J. Bec beaucoup plus court. Gris de la face
sup. moins pur, mélangé de rosâtre à l'occiput. Gorge et poitrine grisâtres.
Nid dans une fente ou anfractuosité de rocher. - (Eu/`s : 3 â 5, d`un ovale un
peu conique et piriforme. Gd: 20 à 23; Pd : 14 à 16. Blanc mat sans taches ou le
plus souvent un peu tachés de rougeâtre et de brun vers le gros bout.
Dans les Alpes et les Pyrénées, accident. dans le reste de la France. — Mon-
tagnes de l’Eur0pe moyenne et méridionale, de l`Asic centrale.
G. CERTHIA L. ; Grimpereau.
· Bec en général au moins aussi haut que large à la base. Doigts ant. un peu
soudés à la base. Ongles assez longs et courbés, celui du pouce le plus grand. ·
Aile obtuse ou sur-obtuse, nc couvrant guère plus de la moitié de la queue.
C. famillatis L., S. E. G. f. m8Cl‘0d8Cty1H Humm ; Grimpereau fami-
lier.L:13,7 à 15,2; .\ :0,3 à 6,75; Q : (ià(i,5;T: 1,1à 1,0; ll : 1,1 à 1,1.
Bec brun noirâtre 21 base jaunâtre (175), patte brunâtre (177), iris brun. llém.
prim. 2 1° et 5° E, 2° génér. plus courte que la 8°. —- df   Face sup. brune
tachée régulièr. et longit. de roussâtre, avec le creupion et les sus—caudales

122 mvxis ne rnsxce. — oiseaux
roux. Face inf. blanche, avec la région crurale et les sous-caudales nuancées
de roussâtre. Large sourcil blanc. Joue et région parolique comme le dos.
Aile brune avec les plumes larg. bordées de roussâtre et de blanchâtre et
une bande de cette teinte, limitée de noirâtre, en travers des rém. dont le
bout est blanc. Rect. brun roussâtre faiblement rayées transvers.d'une teinte
plus sombre. La Q seulement un peu plus petite. —- J. Bec notablement plus
court et moins arqué, ainsi que l’ongle du pouce. Face sup. plus sombre,
face inf. d’un blanc moins pur, avec général. les Hanes un peu striés longitud.
de gris noirâtre.
Nid dans un trou d’arbre, une fente de souche, derrière une écorce soulevée. —
(Eu/`s: 5 En 8 d`un male obtus. Gd : 15,5 à 16,5; Pd : 12,5 à 13. Blancs pà petites
taches brun-rouge et grises, serrées surtout au gros bout.
Sédentaire dans les bois de Conifères des Vosges et N. E. de la Belgique. —
VV. de l`Allcniagne.
S. É. C· f. COSÉHG BMLLY. Sc distingue du type ct de ·la S. E. précédente par
sa taille un peu plus forte, son bec plus long (176) et les bandes longit. claires
de la face sup. plus nettes. Forêts de Conifères des Alpes au dessus de 1.000 m.
d’altitude._
S. E. C'. I`. COI'S& Ihnrenr. Très semblable à la S. E. précédente et peut-être
identique â elle d'après INGRAM, 1913. Régions montagneuses de la Corse.
S. E. C. f. pyI’€1181'C8 Ixvonau. Ressemblant beaucoup aux deux S. E. précé-
dentes, mais la face sup. en général beaucoup plus brune. Croupion fauve·vif.
A : 6,5 à 6,6. Pyrénées au dessus de 1.000 m. d'altitude.
Remarque : Pour les S. E. de cet Oiseau, consulter C. lzvonaxu, 1913.
` C. brachydactyla Bateau; Grimpereau brachydactyle, Grimpereau ordi-
naire. LZ 12,7à 13,5; A 2 5,8à 6,2; Q Z 5,4à 6; T Z 1,5à 1,7; B Z 1,35 à
1,95. Bec noirâtre à base plus claire, patte brunâtre (89 p. 55), iris brun.
Rém. prim.: 4° et 5° 5, 2° en général un peu plus longue que la 8". —-
6*   Face sup. brune tachée régulièr. et longitud. de grisâtre ou de blanc
roussâtre, avec le croupion et les sus-caudales lavés de gris et de roussàtre.
Un étroit sourcil blanchâtre _ou gris roussàtre. Joue et région parotique
comme le dos. Aile brune avec les plumes longuement bordées de roussâtre et
de blanchâtre et une bande de cette teinte, limitée tle uoirâtre, en travers des
ré1n. dont le bout est plus ou moins blanchâtre. ltect. brun roussâtre clair U
— La Q plus petite avec le bec un peu plus court et le plumage légèr. plus
sombre. -— J. Bec sensibl. plus court et moins arqué. Teintes plus ternes.
Nid dans un trou (l,81'l)1'0, sous une écorce soulevée, dans le lierre d`uu tronc,
à faible ou moyenne hauteur. — (Eu/'s: 6 à 7, quelquefois plus, d'un ovale obtus.
Gd: 16 à 16,5; Pd : 12 à 12,5. Blanc jaunâtre avec des taches grises et surtout
brun rouge, plus serrées au gros bout.
Sédentaire dans les bois, les bosquets, dans presque toute la France, surtout
le N. et le Centre. -- Hollande, Belgique, Allemagne, Suisse, Ailtriche.

ravin; ne FRANCE. È- oxsaaux 123
S. E. C. D. l1IfI`&m0l1É8l18 lhnrnnr. Face sup. d'un brun plus foncé que le
type. Sus-caudales brun roux. Face inf. lavée de jaunâtre avec le ventre et les
flancs nuances de gris·brun. Dans les mêmes conditions que le type dans le S. de
la France. —— Espagne, Italie, Grèce.
` F. SITTIDAE
Bec un peu comprimé, à manclib, sup. non échancrée. Tarse égal au médian
armé ou un peu plus long. Ongles forts, arqués, celui du pouce le plus t`ort.
Queue sub-carrée. Oiseaux à corps ramassé, de faible taille. Sexes peu diffé-
rents.
Nid grossier, de poussière de bois, de mousse, d`herbcs sèches, de crins et de
laine. Dans un trou cl`arbre dont l’ouverturc est rétrécic s‘il y n lieu avec de la
boue ou de la terre gàchëe. —— œufs au nombre de 5 à 8, ovales et tachctés.
V lnsectivores et frugivorcs. Oiseaux grimpeurs. Sédentaires ou crratiques, peu
‘ sociables.
Chant très médiocre.
TABLEAU DES ESPÈCES .
1. Face sup. et rect. médianes gris ardoise. Sourcil très peu distinct.
Partie plus ou moins importante de la fare inf. rousse avec
les flancs plus ou moins _ marron, Patte brun jaunâtre.
` ............... Sitta europaea (p.l23
—— Dessus de la tète et nuque noirs ou tachés de noir. Un large sour-
cil blanc ou roussàtre. Face inf. blanchâtre ou roussâtre clair.
Patte gris de plomb ........ Sitta whileheadi (p. 124)
G. SITTA L. ; Siilelle.
Bec à mandib. sup. un peu plus longue que l’inf. Ongle du pouce plus court
que le doigt. Ext. notabl. plus long que l'int. Aile subaiguë ou sub-obtuse cou-
vrant plus de moitié de la queue.
S. 01iI‘0pea L., S. E. S. 6. cœsià Wonr; Sittelle torchepot. L; 14, 5 à
_16; A :7,5 à 7,9; Q: 4,5 à 5 ;·T: 1,9 à 2; B: 1,5 à 1,8. Bee gris de plomb
à pointe noirâtre (83 p. 55), patte brun jaunâtre, iris marron. Rém. prim.
4f >, l" : 2/5 2° = 1/3 3°, 2° < 6**. — (j'   Face sup., rect. médianes,
rém.second et partie des sus-alaires gris bleu. Gorge et joue blanc roussâ-
tre, reste de la face inf. roux avec les flancs et la région crurale roux marron,
les sous-caudales variées de blanc et de_ roux marron. Une bande noire en
travers de l’œil, du bee_au côté du cou. Rém. prim, brunes liserées de gris.
Rect. lat. noires, les 3 plus ext. avec une large tache blanche vers .l’extré·

124 I raumz DE rnauciz. — oiseaux
mité. LaQ seulement un peu plus petite et plus terne.-J. Plumage sensibl.
moins brillant que celui des ad.
Nid dans un trou d`arbre. —-— œufs: 6 à 8, quelquefois 9, ovales. Gd: 17,5 à 22 ;
Pd : 14,5 à 15. Blanc jaunâtre pointillés et tachés de brun rouge, en général sur-
tout \’8l'S le gros bout.
Dans les bois, les bosquets, sédentaire et répandue dans presque toute la
_ France. — Centre de l’Europe jusqu'à la Méditerranée et la Roumanie.
S. Whiteheadi Snaarn; Sittelle de \Vl1itehead. L 2 11,5 à 12,5 ; A : 7 à
7,2; Q: 4; T: 1,7; B: 1,5 à 1,6. Bec gris de plomb à pointe noirâtre, patte
gris de plomb, iris marron. — (jl. Bonnet, nuque et une ligne en travers de
l'œil, du bec au côté du cou noirs. Reste de la face sup., rém. second. et
sus—alaires gris ardoise. Sourcil, côté de la tête et face inf. blancs, légèr.
roussâtre au centre et au flanc. Grandes rém. noirâtres bordées de gris.
Rectnnédianes gris ardoise avec une bande sub-terminale noire, les lat.
noires à bout blanc et grisâtre. —   Un peu plus petite. Bonnet, nuque
et bande en travers de l’œil gris ardoise foncé tachés de noir et de noiràtre,
le reste de la face sup. plus sombre que le (jl. Face inf. plus lavée de ·
roussàtre.
Nid dans un trou dans un Conifère. — (Eu/îw: 5 à 6, ovales. Gd : 17 à 17,8;
Pd : 13. Blancs, taches de brun rouge surtout vers le gros bout.
Sédentaire dans les forêts de Conifères des hautes montagnes de Corse (1).
tg F. PARIDAE
 
` Bec beaucoup plus court que la tête, plus ou moins sub-conique et comprimé,
avec quelques poils à la base. Pouce armé plus court que le médian armé. Int.
de la long. de l`ext. ou un peu plus court. Queue variable. Oiseaux de faible
taille à sexes en général peu différents.
Nid de structure et situation variables. (Eu/'s assez nombreux, souvent au
moins 8 ou 10, le plus général tachetés.
Insectivores et frugivores. Oiseaux arboricoies, plus rarement calamicoles.
Sédentaires ou un peu migrateurs, ou erratiques, en général assez sociables.
Chant variable mais assez médiocre.
TABLEAUX DES ESPECES
1. Queue au plus égale à la 1/2 long. totale, moins longue que l'aile,
éehancrée, droite ou sub-arrondie. Aile couvrant environ moitié
de la queue ................... 2
(1) Sîtta noumayeri Micuan. Un peu plus grande que S. e. cœsîa, en diffère par sa
patte gris de plomb, sa fare inf. presque entièr. blanche, avec seulement. du roux aux ·
flancs et aux sous-caudales. S. E. cle l'Europe, Asie mineure. — Signalée comme cap-
turée en Provence.

I FAUNE DE FRANCE. —· OISEAUX  
). ,5 /78 ‘   ;·.—;,
—= ‘ +· ’ s  "·—¤=. ·:·. 4--.*1
"" . W . ` î`  i  —'*  
      A ) lim Ilkwê il il
  ; , _
âgyt , ·; w _
( est   ##*2
·   »- ·a+:a··  
    ,. · sta
**   ( / ,lÈ"`W`lll·i"
\ Mi '·   ‘S
  l  
    ai .   ` /82 »  
(  (     (  1 * ·»—_ ,,
    _. :s—  /8,3  
l 16*1 '
}·`x(.umss 178 à 183. — 178, Aegil/talus cuudatus, queue; 179, Parus crislalus, tête;
180, Parus paluslrix, tète; 181, Paru.: alrzcapillus, têtc; 182, Panurus biar-
mîcus Q', tête ; 183, lfcyulus x'gm'capz'llus, tête.
--· Queue supérieure à la 1/2 long. totale, plus longue que l'aile, bien
étagée (178). Doigt médian passabl. plus long que l'ext. Aile cou-
vrant au plus le l/4 de la queue ............ 8
2. Bec conique, un peu plus long que la moitié de la téte (72 p. 53).
Tarse à peu près égal au pouce armé. Les 3 doigts ant. subégaux.
Queue sensibl. plus courte que le corps .........
· ............ Anlhoscopus pcndulinus (p. 130)
—- Bec c0nic0—convexe, plus ou moins comprimé, au plus d’ 1/2 tête
de long (73 p'. 53). Tarse nettement plus long que le pouce armé.
_ Médian sensibl. plus long que l’ext. [G. Parus] ....... 3
3. Tête avec une forte huppe érigée noire et blanche (179)
` .............. Paru.: crfstalus (p.128)
¢ Tête lisse ou à peu près,jan1ais tachetée de noir et de blanc . . . 4
li. Une tache claire sur la nuque`. Au moins une bande transv. claire
sur l'aile ........... · ......... 5
— Pas de tache claire sur la nuque. Pas de bande transv. claire sur
l'aile. Ni bleu, ni vert, ni jaune dans le plumage .... · . . . 7
5. Face inf. blanchâtre, sans raie abdominale foncée. Une large tache
blanche à la nuque. Deux bandes transv. blanches sur l’aile. Rect.
uniclolores. .. . . . , . ...·... I?ar·us ater (p. 127)
- Face mf. au moins en partie Jaunâtre, avec une raie abdominale A, ·
médiane foncée ............... . . 6
tj. Bande abdominale médiane partant de la gorge. llect. ext. avec du
9

126 mom; ns ramer:. - oiseaux
blanc à l’extrémité. Front, vertex, occiput noirs chez l'ad. . .
................ Parus major (p. 126)
—- Bande abdominale médiane ne s’étendant pas au delà de cette
partie. Rect. unicolores. Front blanc, vertex et occiput bleus
entourés de blanc chez l’ad ...... Parus cœruleus (p. 127)
7. llect. intermédiaires moyennes ne dépassant pas nettement les
autres. Calotte noir pur à légers reflets bleus, à plumes normales,
ne dépassant guère la nuque. Un petit espace noirà la gorge (180) _
............... Parus palustrzlv (p. 128)
-— liect. intermédiaires moyennes dépassant nettement les autres. l
Calotte noir brun, sans reflets, à plumes efiilochées, allongées,
I dépassant largement la nuque. Le noir de la gorge descendant
jusqu'à la poitrine (181) ..... Pnrus alricnpillus (p. 129)
8. Bec au plus du tiers de la long. de la tête, presque aussi haut que
long (54 p. 51). Queue beaucoup plus longue que le corps (178)
. . . , ......... zfgithalus caudatus (p. 129)
—— Bec presque moitié de la tête en long., beaucoup moins haut
que long (182). Queue un peu plus longue que le corps.
.............. Panurus biarmicus (p. 131)
G. PÀRUS L.; Mésange.
Bec ayant du 1/3 au 1/2 dc la tête en long., à mandib. sup. dépassant un peu _
l’inf. Tairsei un peu plus long que le médian armé. lnt. nettement plus court que
l’ext. Aile sur—obtuse à 1" rém. dépassant notablement les grandes sus-alaires
ant. Sexes presque identiques.
P. major L. ; Mésange charbonnière. L: 14,5 à 16; A: 7,2à 7,8;
Q : 6,3 à 6,8; 'l`: 2à 2,2; B: 0,9 à 1. Bec noirâtre, patte brunâtre, iris noir.
Rém. prim.: 1'° : 1/2 2° ; 2° < 8°.- (j‘   Dessus de la tête, côté du cou,
gorge et bande longit. de la gorge à la région anale noirs à reflets bleuâtres.
Un espace blanc et jaune à la nuque. Dos vert olive, croupion et sus-cau-
dale gris bleuâtre. Côtés du ventre et flancs jaunes, région anale et sous-
caudales blanches, ces dernières tachées de noir. Joue blanc pur. Rém.
noirâtres bordées de gris bleu, les cubitales et les scapulaires bordées de
jaunâtre, Sus-alaires gris bleuâtre à bout blanc, formant une bande sur
l’aile pliée. Rect. gris bleuâtre, l'ext. et souvent la pénultième marquées de
blanc. La Q seulement un peu plus petite et à plumage léger, moins brillant.
——- J. Parties noires sans reflets, le blanc de la joue et de l'aile un peu jau-
nâtre, le reste du plumage plus terne.
Nid en coupe dans un trou d‘arbre, de muraille, une cavité quelconque. Génér.
volumineux, assez grossièr. construit avec de la mousse, des radicelles, des
herbes sèches, doublé de plumes, de poils, de duvet végétal. — (Eufs: 6 à 10,
quelquefois jusqu’à 14, d’un ovale un peu court. Gd: 16,5 à 19,5 ; Pd : 12,5 ài'15.

FAUNE on rnancn. — oiseaux 127
D`un blanc léger. jaunâtre, tachés de roux, de brun rouge, de préférence surtout
vers le gros bout.
Dans les bois, les bosquets, les vergers, répandue dans presque toute la
France. - Europe, du Cercle arctique à la Méditerranée et à la Sibérie,
S. E. P. m. cûrsus Knexssciml Plus petite que le type, de teintes plus
sombres, la face inf. d'un jaune moins brillant, le blanc des rect. plus étroit.
-— Corse, Sardaigne.
P. Cœrtllells L.; Mésange bleue. L 1 11,5 à 12,5; .\ Z 6,6 à 7,2; Q2 5,2
à 5,6; T : 1,6 à 1,7; ll 2 0,7 à 0,8. Dec brun noir, patte gris de plomb, iris
noirâtre. Rém. prim. : 7" > 2** > 8°. — (j'   Dessus de la tête bleu entou-
ré de blanc. Un collier qui rejoint le noir de la gorge, sépare à la nuque un
petit espace blanc. Dos olivâtre. Sus·caudales et rect. bleu unicolore. Gorge
noire, reste de la face inf. jaune avec une tache longit. bleu foncé au milieu
de l`abdomen, suivie d'une large tache blanche. Côté de la tète blanc avec
un large trait bleu foncé du bec au collier en passant sur l'œil. llém. grises
bordées de bleu, les second. et les cnbitales terminées de blanc. Sus-alaires
bleues à extrémité blanche. La Q un peu plus petite et légèr. plus terne. —-
J. Toutes les teintes assombries, le bleu lavé de gris, le blanc de jaunâtre.
Nirli/ïratimz de l'espèce précédente. —— (Eu/`:: 7 à 9 parfois l2, d'un ovale un
peu allongé. Gd : 14,5 a l7; Pd : tt,5 à 12. Blancs ou blanc jaunâtre à taches
brun rouge souvent plus denses au gros bout.
Dans les bois, les bosquets, les vergers, répandue dans presque toute la
France. —- Europe du 6f° lat. N. à la l\léditerrauée et au Caucase.
S. E. P. C. ogliastrae lhnrnnr. Diffère du type par sa face sup. plus fon-
cée, sa face int'. jaune plus verdâtre. — Corse, Sardaigne.
S. E. P. C.pI8Skff CA11. De taille un peu plus faible que le type, le bleu de
la tête plus pâle, le dos gris bleu légèr. verdâtre. Face inf. blanc légèr. roussàtre,
plus jaunâtre au flancs, la poitrine jaune. Tres accident. en Belgique ( ne Ssnvs-
Losccu., 1884). ·- N. E. de la Russie (l).
P. atet L.; Mésange noire. L 2 11,5 à 12; A Z 5,8 à 6,6; Q Z 4,5 à ;t,8;
T : 1,6 à 1,7; B 2 0,7 210,85. Bec et iris noirâtres, pattes gris de plomb.
Rém. prim. : l'° presque moitié de la 2**; 2° < 7°. —- Cf   Dessus de la
tête et arrière du cou noirs, encadrant une large tache nucale blanche.
lleste de la face sup. d'un gris un peu olivâtre. Gorge, haut de la poitrine
noirs, reste de la face inf. blanc sale fortement lavé de gris roussàtre aux
flancs et aux sous-caudales. Côté de la tête et du cou blancs, suivis d'un
(t) Parus cyanus Pxttis. Dessus de la tète blanc tournant au bleu il’azur a |'occi-
put. Dos gris bleu. t·`0.ee int'. blanche avec une tache bleue à Vépigastre. Sus-caudales _
et rect. bleues terminées de blanc. N. E. de |'Europe et Sibérie. S`avançant dans le N. W.
de l'Europe. — Signalés comme rencontrée très accident. en France.

128 muse ne FRAWCE. -— oismux
mince collier noir. Rém. et scapulaires brunes lisérées de gris clair. Sus-
alaires gris foncé, les grandes et les moyennes terminées de blanc. Rect.
brunâtres. La Q un peu plus petite, avec les parties blanches et noires un
peu moins étendues. — J. Plumage à teintes moins pures.
Nid comme les deux espèces précédentes, - (Eu./'s : 6 à 10 d’un ovale souvent
un peu arrondi. Gd : 14 à 16,5; Pd : 10,5 à 12. D`un blanc légèr. jaunâtre, à nom-
breuses petites taches brun rouge surtout vers le gros bout.
Dans les bois, les bosquets, de préférence de Conifères, assez répandue dans
presque toute la France. — Europe du 65° de latit. N. jusqu’à l‘Espagne et
l’Italie; Sibérie.
S. E. P 3. SHI‘dl1S Knemscn. Dos lavé de roux jaunâtre, flancs d’un roui
plus foncé que le type et aile un peu plus courte. —- Corse, Sardaigne,
P. cristatus L., S. E. P. c. mitratus Bnsnu; Mésange huppée. L: 11,5
à 12,5; A: 6 à 6,7; Q :5,1 à 5,4; T: 1,6 à 1,7; B: 0,9à 1,2. Bec noirâtre,
patte gris de plomb, iris brun. Rem. prim.: 1**:1/2 2°, 8° > 2° > 9°. --
6   Front et vertex à plumes de plus en plus longues et aeuminées, noires,
bordées de blanc, formant une huppe érigée à pointe recourbée en avant
(179). Reste de la face sup. d'un gris fortement lavé de roux brun surtout
au eroupion et aux sus-caudales. Gorge et devant du cou noirs, reste de la
face inf. blanc roussâtre, les flancs lavés de roux. Côté de la tête et du cou
d`un blanc légèr. nuancé de roussàtre, une ligne noire à concavité anté-
rieure derrière la joue, une autre parallèle à celle-ci allant de l’occiput au
bas du noir du devant du cou. La Q un peu plus petite et à huppe un peu
plus courte. — J. Huppe courte, teintes moins pures.
Nid comme celui des espèces précédentes, niais toujours dans un trou d’arbre.
-- CEufs: 5 à 9 d'un ovale un peu court. Gd : 15 à 17,5; Pd : 11,5à 12,5. Blanc un
peu jaunâtre, avec plus ou moins de taches rougeâtres, particul. autour du gros
bout
Dans les bois et les bosquets de Conifères de presque toute la France. -
Centre et NV. de l’Europe, jusqu’à la Méditerranée.
P. palustris L., S. E. P. p. IOI1giI‘08tI‘iS Ktnmscnu. ; Mésange nonnette,
Nonnette vulgaire.L :11,5 à12; A: 6,2 à 6,8; Q: 5,2 à 6;T: 1,5 à 1,65;
B 2 0,8 à 1. Bec noirâtre, patte gris de plomb, iris brun foncé. —- d' Q I
Bonnet d'un noir à légers reflets bleuàtres (180), reste de la face sup. gris
brun olivâtre. Une petite tache noire et carrée à la gorge, reste de la face
inf. blanc gris roussàtre, les flancs étant plus foncés. Côtés de la tête crême.
Aile et queue brun olivâtre à plumes liserées de clair. La Q un peu plus
petite. — J. Plumage plus sombre et moins net.
Nidi/îcatiwi analogue à celle des espèces précédentes. - œufs : 6 à 10, jusqu’à
14, d‘un ovale un peu court. Gd: 14,5 à 15 ; Pd : 11 à 12. Blancs, très pointillés
et taches de brun rouge et de rougeâtre, surtout vers le gros bout.

mous ma manon. —-— oiseaux 129
Dans les bois, les bosquets, les vergers, presque partout en France. — llol-
lande, Belgique, région rhénane.
Remarque. Les S. E. de cet Oiseau et du suivant, qui se rencontrent en France,
sont comme celles de beaucoup d'autres très pen connues. En ce qui concerne
cette Mésange, il est probable que P. p. communis Ki.amscuM; doit fréquenter les
Alpes et peut être P. p. ilalicua Tscnusi le S. E.
P. atricapillus L., S. E. P. a. rhenanus Knmsscuu.; Mésangeà tête
noire, Mésange des Saules. L: 12 à 12,5; A: 5à 6,3; Q : 5 à 6; T: 1,7 à
1,8; B: 0,9 à 1,1. Bec noirâtre, patte gris brun, iris brun noir. — 5*  
Bonnet d'un noir brun mat à plumes allongées, à barbes déeomposées, des-
cendant bas sur la nuque (181), reste de la face sup. gris brun roux. Gorge
et devant du cou à plumes noires formant des ondes transversales, reste de
la face inf. blanchâtre, les flancs fortement lavés de roux. Côté de la tête et
du cou blancjaunâtre. Aile et queue brunes à plumes liserées de clair. La Q
un peu plus petite. — J. Les teintes plus ternes et plus assombries.
Nid dans un trou d'ai·bre. — œufs: 6 à 10, d`un ovale un peu court. Gd : 14,5
à 16 ; Pd: 11,5 à 12,5. Blancs, pointillés et taehés de brun rouge et de violacé
_ surtout vers le gros bout. ·
Dans les bois, les bosquets, surtout dans le N. E. de la France. — Hollande,
Belgique, région rhénane.
S. E. P. 8. m0l1î8l1l1B Bannexsr. De taille nettement plus grande que le
type (A: 6,4 à 7,1), le dos brun foncé. Alpes au dessus de 1.200 ni. (1).
G. EGITHÀLUS Hznumn; Aïgithale.
Bec à mandih. sup. convexe dépassant un peu l`inf. qui a un angle mentonnier
bien accusé, à narines non operculées. Tarse plus long que le médian armé.
Pouce légèr. plus grand que le médian, à ongle plus court que le doigt. Aile sur-
obtuse à 1** rém. dépassant les grandes sus—alaires ant. Plumage long, lâche,
soyeux. Sexes presque identiques.
E. Galtdâtul (L); 1Egithale à longue queue, Mésange à longue queue. L :
1~1,5à 17; A: 6,3à 6,8; Q: 8,8 à ll ; T: 1,7 à 1,8; B: 0,6 à 0,7. Bec et iris
noirs, patte brunâtre, tour de l'œil jaune. Rém. prim. 2 l" < 1/2 2°, 9° >
2° > 10°. — d'   Tête et cou blancs, partie sup., du dos et sus-caudales
noires, scapulaires, partie inf. du dos et eroupion rouge lie-de-vin, avec .
plus ou moins de blanc. Face inf. blanche avec les flancs et les sous-caudales
(1) Paru! lugubris Tenu., S. E. P. 1. anatoliae ll.in1·¤a·r. L. 16,5. Bonnet noir
pur, reste de la face sup., aile et queue brun noir. Gorge et devant du cou noirs, reste
de la. face inf. blanc grisâtre nuancé de roussàtre aux flancs. Asie mineure. —- Signalée
comme capturèe près de Nice en H7!.
9 «~ 9

130 munis ne rnaxca. -— oiseaux
roses. llém. noiràtrcs bordées de blanc. llect. noires, les 3 est. avec la plus
grande partie des barbes ext. et le bout blanc (178). La Q un peu plus petite,
-· J. Côté du bonnet, nuque et dos brun noir, scapulaires brun foncé. La
face ini`. à teintes ternes.
Nid artistement construit, couvert, ovoïde à grand axe vertical av ec une oui er-
ture arrondie latérale, au tiers supérieur, parfois deux ouvertures opposées. En
mousse, lichens, duvet végétal, laine, double de crins, de poils, de plumes, de
duvet. A une hauteur variable dans une enfourehure d`arbre, parfois dans un
buisson rameux, le Lierre d'un arbre ou pendu il de fins rameaux retombant. —·-
(Eu/'s : 8 à l2, quelquefois plus, ovales Gd z 13 à 14; Pd : l0 à l2. D`un blanc sale
ou rosé, quelquefois presque iinmaculés, le plus souvent tachés de rougeâtre,
fréquemment surtout vers le gros bout.
l)ans les bois, les bosquets, les vergers, hivernal en France. —— N. et E. de
l`Europe, Sibérie, en liix er Centre et W. de l`Europe.
S. E. E. C. Bl1l‘0pHBl1SllEnMA\N. Plus petite que le typc(A : 6 à 6,7), avec
de chaque côté du bonnet, depuis les yeux, une bande noire ou l,rune plus ou
moins large (56 p. ül). Devant de la poitrine mec des taches brunes plus ou
moins nettes. Région parotique so1nb1·e. Bordures blanches des rém. faibles ou
nulles. Moins de blanc aux rect. lat. Sédentaire ou erratique, répandue dans
presque toute la France. - Europe, de la llollande et l’W. de l`Allemagne au N.
de l`ltalie ct aux Balkans. i
S. E. E. C POSBLIS BLYTII. Dil'l`ère de la précédente S. E. par le tourde
l`n—il rose vil`, l'aile et la queue plus COUl‘1CS (A : 5,8 à 6,2). Raies latér. noires du
bonnet plus larges, ne laissant qu'une étroite bande médiane souvent maculée de
brun noir. Une ligne de taches noires sur le haut dela poitrine. Région parotique
brune. \V. de la France. -— Iles Britanniques.
S. ll. E C. îîaliâô Joran. (/E. e. irbyi Suaiwizl. De la taille de la précé-
dente. Front b1·un clair et ligne du dessus de la tête nuancée de brun, les bandes
latér. du bonnet très larges, se rejoignant à la nuque. Dos gris avec les scapu-
laires rouge-xineux clair. Sus-caudales noires à bout gris. Face inf. blanc sale
avec la poitrine et les flancs rose vineux, la première tachée de brun. Côtés de la
tête et du cou rayés de }>runàtre et de noiràtre. Corse et S. de la France, accident.
jusque vers Paris. -— S, \V. de l`Europe.
G. ANTHOSCOPUS CAB. ; Remi:. `
Bee rapidement atténue et pointu, à narines non operculées. Ongle du pouce
moins long que le doigt. Aile sub-obtuse à l" rém. à peu près égale aux grandes
sus-alaires ant., recouvrant le 1/3 de la queue. Oiseaux calamophiles à sexes peu
différents.
A. pendulinus (L.) [Pnrus na1·b0nensz's Gum.] ; Remiz penduline. L :
112112; A:5,5à 6; Q:4,8à 5,2;T:1,6à1,65; B10,96à1,2. Bec noi-
râtrc ou brunâtre (72, p. 53), patte noirâtre, iris brun jaune. Hém. prim. ;

FAUNE ne FRANC§. - oiseaux 131
I" : 1/4 2°, 2° = 7°. — dl   Dessus de la tête, du cou, de la nuque blanc
grisâtre avec un bandeau noir au devant du front, sur l`œil et la joue. Dos
roux fdneé, croupion d'un gris un peu olivàtre. Gorge, devant et côté du cou
blanejaunâtre, reste de la face inf. roussâtre et blanchâtre, marqué de roux
vif. Rém. brunes, les prim. liserées de gris roussàtre, les second. et les sca-
pulaires de roux. Sus-alaires brun rouge à bordure rousse. llect. noirâtres
bordées de blanc roussàtre. La Q à parties grises de la tête plus foncées, le
dos d'un roux plus clair, la face inf. plus pâle, les pennes moins foncées et
moins larg. bordées. —- J. En entier roux et roussàtre, sans lunettes noires
et sans gris blanc à la tête.
Nid admirablement construit, en forme de cornue ovoïde à grand axe vertical,
le col presque en haut, court, oblique. Suspendu par le haut à une petite
branche à quelques mètres de hauteur. Bàti avec de la laine, des poils, du duvet
végétal fixés à de petits filaments d'écoree et agglutinés avec de la salive. —
(Eufa : 5 à 8, parfois jusqu'à 10, d'un ovale très allongé. Gd : 14 à 17; Pd : 10 à
. 1l. Blancs, quelquefois légèr. tachés de roussâtre.
Dans les marais et au bord des cours d'ean. Estivale et er1·atique dans le S. de
la France, accident. dans le Centre. — S. et partie du Centre de l'Eur0pe; Asie
mineure.
G. PANURUS Koen; Panure.
Bec à mandib sup. convexe, dépassant ct embrassant un peu l`inf., échaneréc
vers le bout et à narines operculées. Angle mentonnier assez accusé. Tarse
nettement plus long que le médian armé qui est plus long ou égal au pouce armé.
Aile sub-obtuse. Sexes différents.
P. biarmicus (L.) [Mystacinus dentatus Bmznxw]; Panure à moustaches,
Mésange à moustaches. L: 15,5 à 17; A 2 5,9 à 6,2; Q: 8 à 8,7; T: 1,9 à 2;
B Z 0,75 à 0,9. Bec et iris jaunes, patte noiràtre. llém. prim. 2 l" : 1/5 2';
6° > 2' > 7‘. - di Tête, derrière et côté du cou gris lilas ou bleuâtre, reste
de la face sup. d'un beau roux avec les sus-caudales plus pâles. llaut de la
face inf. blanc fortement lavé de rose un peu violacé, reste de la face inf.
roux avec les sous-caudales noires. Une large moustache de plumes noires
effilochées descendant jusqu'au haut de la poitrine. Scapulaires noires et
d'un blanc roussâtre. Hém. noirâtres largement bordées de roux, sus—alaires
variées cle noir et de roux. llect. médianes rousses, les intermédiaires plus
foncées, à bout gris, les ext. noirâtres dans le bas et terminées de blanchâtre.
——   Un peu plus petite, sans moustache noire. Dessus de la tête brun clair
souvent taehé de gris noir, reste de la face sup. rousse avec de légères taches
noiràtres. Face inf. roussâtre lavée de gris, presque blanche à la gorge. ——
J. Ressemblant beaucoup à la Q mais avec le dessus de la tête et le dos bien
marqués de noiràtre. Rect. lat. très foncées à extrémité blanche. `
Nid en coupe profonde, construit avec des feuilles de roseaux, des herbes, du

132 munis ma mxncxz. -— msizxux
duvet de roseaux, des plumes, à terre ou à peu de hauteur, sur des roseaux, des
broussailles. — (Eu/`s : 5 à 7 d`un ovale assez court. Gd : 14,5 à 19; Pd : 13 à 15.
Blanchàtrcs, tachés et striés de brun.
Dans les marais, les massifs de roseaux, çà et là en France. - VV. et S. de
l'Europe.
F. REGULIDAE
Bec droit à mandib. sup. un peu eourbée et échancrée à la pointe. Doigt ext.
un peu relié au médian à la base. Aile obtuse à 10 rém. prim., la première courte.
Queue échancréc. Oiseaux de très faible taille, à sexes un peu différents.
Nid en coupe assez profonde, sub—cylindrique, bien bâti extérieur. de mousse
et de lichens, sur un Conifère. -— (Eufs assez nombreux, d`un ovale un peu court,
iinement ponctués.
Régime insectivore. Oiseaux arboricoles, sux· les Conifères de préférence. Séden·
taires, migrateurs ou erratiques, assez sociables.
Chant assez peu développé.
TABLEAU DES ESPECES
1, Bec aussi haut que large à la base. Pas de bande noire en travers
de l`o:il, pas de blanc à la joue (B4 p. 53). Haut des scapulaircs de
la teinte du dos ..... , .... Hegulus regulus (p. 132)
- Bec un peu moins haut que large à la base. Sourcil blanc. Une bande
noire en travers de l'oeil. l)u blanc à la joue (183). Haut des sca-
pulaires plus ou moins lavé d`orangc. . Ilegulus zÈg1zz`capillu.s· (p. 133)
G. REGULUS V1i:1u..; Railelct.
Bec notablement comprimé en avant des narines, mesurant au plus moitié de
la tête. Tarse nettement plus long que le médian armé. Ongle du pouce plus
court que le doigt. Plumage long et doux.
R. regulus (I,.) [lïegnlus ¢·1·z`sfaiu.s· Koen); Roitelet huppé. L : 9,5 à 10;
A :5,1 à5,55; Q: iii 1,2; T Z 1,7 à 1,9513:0,9 à 1. Bec et iris noirâtres,
patte brune. lléni. prim. Z 4° >, T : 7". — (jt. Front brunâtre, milieu de
la tête orange borde de jaune et limité de côté par une bande noire (64 p. 53),
reste de la face sup. olivâtre, lavé de gris derrière la tête, de vert au crou-
pion. Facc ini`. blanchâtre, nuancée de gris roussàtre à la poitrine. Côté de
la tête grisâtre. Aile brunâtre, les rém. bordées de gris olivàtre clair, les
post. terminées de blanc. Extrémité des grandes et moyennes sus-alaires
blanches, 1`orinanf.2 bandes sur l’aile. Rect. brunâtres bordées d’olivâtre. —
Q. Un peu plus petite, avec le milieu de la tête jaune, le reste du plumage un
peu plus terne. —J. Dessus de la tête de la teinte du dos, sans jaune ni
noir, tout le reste du plumage comme la Q, mais plus terne.

FAUNE ne FRANCE. — oxsmux 133
1Wd au bout d'une hrancl1e ou attaché à des rameaux retombantà moyenne
hauteur. —— (Eu/s : 8 ii 10, quelquefois 11. Gd :12 à 14; Pd : 9,5 il 11. Blanc jau-
nâtre ou rosé avec plus on moins de petits points grisàtres et roussâtres, de
préférence autour du gros bout,
Dans les bois, principalement de Conifères, assez répandu dans presque toute
la France. - Europe moins l`extrême N. et \V., jusqu`à la Méditerranée, le
Caucase et l‘Asie Mineure. ’ ·
S. E. R. I'. intetlli Ilsaranr. Differe du type par le côté de la tête et la
nuque plus gris, le reste de la face sup. d`un vert terne moins jaune. — Corse,
` Sardaigne.
R. ignlcapîllus (Tam:.) fIi’eg·uZus mystaceus Viau.,] ; Hoitelet triple
bandeau. L : 9,4 à9,8; A :5,2 à 5,5; Q : 3,8 à4,3; T: 1,6à 1,7; B: 0,8 à
0,9. Bec et iris noirâtres, patte brune, Réan. prim. : 4' >, 6• > 2° > ·7‘. —-
©". Front roussâtre, milieu de la tête orange vif, légèr. bordé de jaune et
limité en avant et sur les côtés par une bande noire (183), reste de la face
sup. vert olivâtre, lavé dejaune à la nuque et au croupion, et les scapulaires
fortement nuancées d'orange. Face inf. blanchâtre nuancée de gris roussâtre
à la `poitrine. Un sourcil blanc et une bande noire en travers de l’œil. Joue
blanche et grisâtre et très petite moustache noire. Aile et queue brunâtres,
les pennes bordées d'olivâtre, les grandes et moyennes sus-alaires à extré-
mité blanchâtre formant 2 bandes sur l`aile. —   Léger. plus petite, le milieu
de la tête jaune à peine orangé, le reste du plumage un peu plus terne. —
J. Dessus de la tête comme le reste de la face sup. sans jaune, ni noir, ni
blanc. Le reste du plumage comme les ad. mais beaucoup plus terne.
Nid comme la précédente espèce. — (Eu/`: : 8 A 10 et parfois 12, Gd : 12,5 à
14,5; Pd : 10 à 11. Blanc jaunâtre ou rose roussâtrc, plus ou moins tacliés de gris
et de roux.
Dans les bois et les bosquets, particulier. de Conifèxes, dans presque toute la
France. - Europe, dela Baltique à la Méditerranée, Asie mineure, N. del’At'1·iquc.
F. LANIIDAE
Bec avec quelques poils à la base, à narines non operculées plus ou moins
cachées par des plumes piliformcs. Tarse plus long que le pouce armé. Aile
variable, sub-obtuse, à 10 rém. prim., la première courte. Queue variable mais
longue. Sexes le plus souvent peu différents. '
Nid en coupe, assez volumineux, plus ou moins bien construit avec des brin-
dilles, des radicelles, de l’herbe sèche, de la mousse, deslicbens, doublé de erins,,
de laine, de duvet végétal. Sur un arbre ou un buisson. - œufs ovales, en général
au nombre de 4 à 6, avec des taches formant souvent une couronne autour du
gros bout. · ·
Insectivores et plus ou moins carnivores, surtout les grandes espèces. Beaucoup'
d'espèces ont l'habitude d’embrocher leurs proies sur des épines. Arboricoles

134 mom; ms rames. — oiseaux
mais plutôt dans les bosquets, les buissons, les arbres isolés, que dans les grands
bois. Oiseaux peu sociables, le plus souvent migrateurs, quelquefois sédentaires
ou erratiques.
W"
 W "   `<·    '%
, , • ji, î    yi 4 I, _
  7/ (0 M gl w ji l W  " 2 
  «’« · ·· M ".··· ‘     ,  ai  
}      Ã Wu) (  ( '   ïj * il  
az 'î4ga.1MÉ}iÉ.¢·      l  
    \'l(      
Es ;.       1   1   *z~
‘? ‘     2 ‘'..      
    i~’<   ':t—   ”'i      
      ' M '   '.‘·‘»   ”i,¥'^î
P; .2% . #1.2.% êrëw  
    '  165  
     
~aî4¤
 
Fiounns 184 à 186. — 184, Lanius excubitor, aile; 185. Lanius minor, aile; 186,
Lanius senator, aile.
TABLEAUX DES ESPÈCES
1. Queue de près de moitié de la long. totale, très étagée, couverte au _
plus sur le 1/3 par l’aile. 3° et-1** Hém. ?, 2° beaucoup plus courte
(184). Front jamais noir. Plus de 22 cent. de long ...... 2
—— Queue sensibl. plus courte que la 1/2 long. totale, arrondie ou sub-
_ carrée, couverte sur environ moitié par l'aile. 3° Rém. >, 2° guère
` plus courte. Exceptionn. jusqu’à 22 cent. de long ...... 3
2. Aile au dessus de ll cent. de Ion . avec normal. 2 miroirs blancs.
g Y
Face sup. cendré clair, face inf. blanche . Lanzus excubz'tor· (p. 135)
— Aile au dessous de ll cent. de long. avec un petit miroir blanc. Face
sup. cendré bleuâtre foncé, face inf. rose vineux clair .....
............. Lanius I72€I'l·dl·()lldll·S (p. 135)
3. l" Réin. aussi longue ou un peu plus longue que les grandes sus-
alaires ant. (185). Dessus de la tête plus ou moins gris, dos jamais
noir. Du rose à la face inf. au moins chez le (jt ....... la
— l" Rém. dépassant nettement les grandes sus-alaires ant. (186).
Dessus de la tête et nu ue roux dos noir ou brun noir ad. .
q 1

mcse ns nmscx-:. —- oiseaux 135
Jamais de rose à la face inf. Un miroir blanc sur l’aile chez le type
............... Lanîus senator (p.l36)
[1. Un miroir blanc sur l`aile. Dos de la teinte du reste de la face sup. _
Plus de 20 cent. de long ........ Lanius mùzor (p. 136)
—- Pas de miroir blanc à l’aile. Dos différent comme couleur des autres
parties supérieures. Moins de 20 cent, de long. Lanius collurio (p. 137)
G. LANIUS L.; Pic-griéchc.
Bec à mnndib. sup. bien convexe. Médian nettement plus long que les doigts
lat, qui sont quasi égaux. 3• et 4•rém. prim. plus ou moins échanerécs au
bord ext. Un bandeau noir ou noirâtre du bec sur l'reil ct la joue chez l'ad.
L. excubitor (L.) [Lmzius nm_]`0r (lium.]; Pie-griècbe grise. L 2 24 En 26;
A : 11 à 11,9; Q Z 11,2 à 1I,7; 'l` 1 2,0à 3; B: 2 à 2,1. Bec 56 (p. 51) et
pattes noirs, iris brun. llém. [Irina. 2 l"° dépassant beaucoup les grandes
sus-alaircs ant., > 1/2 2", 2° : 6” (186)- 6*. Face sup. en entier gris
cendré bleuâtre avec les scapulaires blanches. Face inf. blanche, Une large
bande noire du bec sur l'nciI et la joue surmontée d’un léger sourcil blanc.
Aile noire avec une large tache blanche formant double miroir sur les rém.
prim. et second. llém. moins les prim. à bout blanc. Rect. médianes noires,
les autres terminées de blanc, d'autant plus qu’elIes sont plus ext., ces
dernières l'étant entièr. -—   Un peu plus petite. La face sup. un peu plus
foncée, l’inf. d'un blanc moins pur, l`aile avec moins de blanc. -· J. Toutes
les teintes plus ternes, les plumes du dos plus ou moins bordées de brunâtre,
celles de la face inf. de grisâtre.
Nid sur un arbre. -— Eu/'s : 5 à 7. Gd : 23 ii 30,5; Pd : 18 à 20,5. Gris verdàtre
ou roussâtreà tactics grises et brun olivàtre éparses et souvent en couronne
autour du gros bout.
` Sédentairc et de passage mais assez peu répandue, dans le N. ct le Centre de
la France, accidentelle dans Ie S. — N. et Centre de l’Europe, jusqu`nux
Pyrénées, aux Alpes et à la Hongrie.
L. metidlûllalls TEMM.; Pie-grièche méridionale. L Z 25 à 26; A 2 10,2 à
10,9; Q : 10,7 à 11,1 ; 'I` : 2,85 à 3; B: 2,3 à 2,4. Bec et pattes noirs, iris·
il brun. - 6*. Face sup. gris bleuàtre foncé avec le croupion plus clair, le
bas du front et les grandes scapulaires blancs. Face inf. blanc rosé, plus
clair au cou, nuancée de gris sur les flancs et lesjambes, les sous·caudales
blanches. Une large bande noire du bec sur l‘œil et la joue surmontée d’un
sourcil blanc partant du front. Aile noire avec un petit miroir blanc sur les
rém. prim., les rém. second. post. et les sus-alaires avec plus ou moins de
blanc terminal. Rect. médianes noires, les autres avec d‘autant plus de blanc
qu’elles sont plus ext. celle·ci ayant encore le tiers sup. noir. —   Un peu
plus petite. La face sup. un peu plus foncée, la face inf. moins pure età peine

136 FAUNE DE rnzmcs. — oxsmux
rosée. Moins de blanc à l’aile. —- J. Toutes les teintes plus ternes, sans rose
à la face inf., les plumes du dos plus ou moins bordées de roussâtre, celles
de la face inf. de grisâtre.
Nid dans une broussaille à quelques mètres de hauteur. — œuf: : 5 àô.
Gd: 24 à 28; Pd : 18 à 20,5. Gris roussâtre ou rosé fortement tachés de gris
brun et brun rouge.
Sédentaire ou de passage dans le S. de la France, accident. dans le Centre. —
Espagne, Portugal.
L. minor Guin,. [Lanius roseus BAILLY]; Pie-grièche à poitrine rose, Pie-
grièche d’Italie. L: 21 à 22; A Z 11 à 12,3; Q Z 8,5 à 9,5; T: 2,4 à 2,6; B:
1,45 à 1,55. Bec et patte noirs ou noirâtres, iris brun. Hém. prim. : l" < 1/3
2°, 2° > 4*, 3° seule bien échancrée au bord ext. (185). — çj'. Un bandeau
noir sur le front rejoignant la bande de l'œil. Face sup. gris cendré. Gorge et
sous-caudales blanches, reste de la face inf'. rose clair. Rém. brun noir, les
prim. avec un miroir blanc. Rect. médianes noires, les autres noires termi-
nées de blanc. —   Plus petite, avec la face inf. moins rose et moins de
blanc aux rect. —· J. Front grisâtre sans bandeau noir net. Plumes de la
face sup. bordées de brunâtre. Face inf., surtout aux flancs, à plumes bor-
dées de roussâtre ainsi que le bout des rém. et des sus-alaires.
Nid sur un arbre à moyenne hauteur, ·— œufs : 5 à 6. Gd : 23 à 28; Pd : 16,5 à
19. Verdâtre clair tachés et pointillés de gris ct de brun verdâtre, surtout autour
du gros bout.
Estîvale et de passage, assez répandue surtout dans le Centre et le S. de la
France. — Centre et S. E. de l’Europe, Sibérie, descendant l’hiver en Afrique.
L. senator L. [Lanius rufus Buisson]; Pie-grièche rousse. L ; 18,7 à
19,7:A: 9,3 à 10 ; Q : 7,5 à 8,5; T :2,3 à 2,5 ; B: 1,5 à 1,7. Bec et pattes
noirs, iris brun. liém. prim. : l" : 2/5 2°,·2° < 5° (186). — d'. Front
noir se continuant avec la bande oculaire. Dessus de la tête et nuque roux
foncé. Dos noir souvent marqué de blanc au bas, croupion gris foncé, sca-
pulaires et sus-caudales blanches. Face inf. blanche lavée de roussâtre à la
poitrine et aux flancs. Aile noire avec un miroir blanc sur les rém. prim.,
les second. et les sus·alaires liserées de gris roux. 4 rect. médianes noires,
les autres noires avec d’autant plus de blanc terminal qu’elles sont plus
ext. —   Roux de la tête et de la nuque plus pâle. Dos brun foncé. Crou-
pion et sus-caudales gris jaunâtre. Flancs roussâtres. Rem. et partie foncée
des rect. brunes. — J. Plumes du dessus de la tête blanehâtres bordées de
grisâtre. Dos varié de brun roussâtre et de gris avec des croissants bruns,
surtout aux scapulaires et aux sus-caudales. Plumes de la face inf. blan-
châtres bordées de gris brun.
Nid dans une haute haie, un buisson ou sur un arbre à moyenne hauteur. —
(Euf: J 5 à 6, quelquefois 7. Gd : 22 à 29 ; Pd : 15,5 à 19.
Estivale ou de passage, moyennement répandue dans presque toute la France.
-— S. et Centre de l’Europe jusqu'au Caucase,

· nous ne rames. — oiseaux 137
S. E. L. 8. bâdius HAI\1‘1..wn. Bec plus fort et aile plus longue que le
type (jusqu'à 10,4). Miroir blanc de l'aile faible ou nul. Croupion et face inf. for-
tement teintés de roux. Corse. — Sardaigne, en hiver N. de l’Afrique.
L. collurio L. ; Pie-grièche écorcheur. L : 17,5 à 18,5 ; A : 8,9 à 9,8 ;
Q 2 7,5 à 8; T: 2,3 à 2,5 ; B: 1,4à 1,7. Bec noir ou brun, patte brun noir, \
iris brun. Rém. prim. : l" < 2/5 2°, 4° > 2° > 5°. — 5*. Avant du front
avec une ligne noire rejoignant le bandeau oculaire. Tête, derrière du cou,
croupion et sus-caudales gris bleuâtre, dos et scapulaires roux marron. Face
inf. blanche avec la poitrine, l‘épigastre et les flancs lavés de rose roussâtre.
Hém. noirâtres, les prim. liserées de grisâtre, les second. larg. bordées de
roux et de blanchâtre. 4 rect. médianes noires, les lat. noires à la base, blan-
ches dans le reste. —   Tête, derrière du cou, croupion gris roux, sus-cau-
dales rousses. Face inf. blanchâtre avec plus ou moins de plumes de la poi-·
trine et des flancs bordées de brun roussâtre. Un léger sourcil blanchâtre et
bandeau de l’œil et la joue brun. llect. brunes avec moins de blanc que
le çj'. —J. llessemble à la Q, mais les plumes de la face sup. bordées de
brun et la plupart de celles de la face inf. de brun roussàtre. Ilect. plus
claires, avec peu de blanc terminal.
Nid dans une haie, un buisson. — œufs : 4 à 7. Gd : 22 à 25 ; Pd : 14 à l8,5.
Jaunâtres, rosâtres ou rarement blancliâtrvs, plus ou moins tachés et pointillés
de gris, de roux, de brun, de préférence surtout autour du gros bout.
Estivale ou de passage, répandue dans presque toute la France. -— N. et (Jen,
tre de l’Europe, \‘V. de l’Asie, en hiver N. de l`Afrique.
S. E. L. C. fûllïdüfni Pannor. Dc taille moindre que le type (A : 8,721 9,2).
Dos en général plus foncé. Flancs d`un roux vineux plus foncé. Moins de blanc
aux rect. — Corse (I). `
. F. AMPELIDAE
Bec avec quelques poils il la base, à narines cachées pardes plumes piliformes.
Tarse environ de la long. du doigt médian. Ext. un peu soudé au médian à la
base. Aile à 10 1·ém. prim. la première étant très courte. Queue plutôt courte.
Forme ramassée. Sexes peu dill'érents.
Nid en coupe, assez volumineux, en brindilles, en mousse, lichcns et herbes se-
ches, sur un C0nifère.—— œufs d'un ovale très variable, au nombre de 5 à 6, tachetés.
Baccivores et insectivores. Oiseaux sociables, émigrants. Chant peu déve-
loppé.
(1) Telsphonus sansgslus L., S. E. T. s. cucullatus Tmm. L : 23 at 25
Dessus de Iatèta at bandeau sur l'œil noirs. Reste de la face sup. brun gris avec le
croupion plus gris. Face inf. gris blenatre presque blanc a la gorge et au ventre. Aile
roux vif. Rec!. mérlianes brunes, les later. noires terminées de blanc. N.W «lel'Al'rique.
- Donné par Dsntnw s:1· Gssss comme rencontré dans l’W. de la France.
et

138 i-·AuN1: nz rnancs. -— OISEAUX
G. BOHBYCILLA Viau., ; Jascur.
Bec moindre de moitié de la tête en long. Doigts lat. inégaux. Aile assez lon-
gue mais n'atteignant pas l`extrémité de la queue. Plumes du f1·ont et du vertex
prolongées en forte huppe. Rem. second. terminées chez l'ad. par une palette
cornée.
B. garrula (L.); Jaseur de Bohême. L : 19 à 20,5; A: 11 à 12; Q 2 6,2 à
7; T 2 2 à 2,15; B: 1,1 à 1,2. Bec (57 p. 51) et pattes noirs, iris brun.Rém,
prim.: 3° >. -· 69. Cendré rougeâtre plus foncé à la face sup. avec le
front marron, le croupio_n et les sus-caudales gris cendré, la gorge et un trait
du bec sur l’œil et la joue noirs. Une petite raie blanche de la mandib, inf.
sous l’œil et la joue, surmontant une petite tache post-comniissurale marron
roux comme les sous-caudales. Rém. noires, les premières prim. bordées de
blanc au bout, les autres de blanc et de jaune. Second. il bout blanc pro-
longé par une petite palette cornée ovale d’un beau rouge. Sus-alaires ant.
noires a bout blanc, les autres brunes. Rect. noires à bout jaune quelquefois
terminées chez les vieux (3* par de petites palettes cornées rouges. La Q un
peu plus petite, à huppe légèr. plus courte, les rém. prim. bordées de jaune
pâle sur le bord ext. seulement, les second. avec moins de blanc terminal et
les palettes cornées plus petites. —— J. Face sup, nuancée et marquée d’olive
et de grisâtre, avec la base des plumes du front blanche. Gorge blanchâtre
rayée de gris-brun. Reste de la face inf. gris olivâtre foncé, maculée de
blanchâtre, le milieu du ventre et les sous-caudales blanchâtres.
Nidà quelques mètres de hauteur. — (Eufs: 5 à 6. Gd: 24 à 28; Pd: 15,5 à 18.
Blanchâtres, bleuâtres, blanc roussâtre ou rosâtrg avec des taches éparses grises,
rouge brun, brunes ou noirâtres.
De passage et hivernal par périodes espacées, dans presque toute la France. -—
N. de l'Europe et de l'Asie, émigrant plus ou moins irrégul. dans le Centre de
ces continents.
F. SYLVIIDAE
Bec comprimé ou déprimé, aussi large ou plus large que haut à la base. Aile et
queue variables, cette dernière jamais fourchue, rarement échancrée. Oiseaux à
plumage peu brillant, de faible taille. Sexes différents ou non.
Nid variable, presque toujours en coupe et bien bâti, jamais a grande hauteur.
(Eufs le plus souvent au nombre de 4 à 6, ovales, presque toujours tachetés.
Régime insectivorc et assez fréquemment en partie baccivorc. Oiseaux arbori-
coles, sub-terrestres ou sub-aquatiques. Estivaux et migrateurs, plus rarement
sédentaires. Peu ou pas sociables.
Chant variable, assez souvent bien développé et agréable.

mtum: un rmmcn. — oxsmwx W9
/58
î  <;ià, .   \ I,. \ au
 ’"\  * 9** *      ·".
[f i] / I.9l , MS .ë.\ ml,  
.*9 
  (    Ill " î 
, ml y` 1   H •_ ]_9g
Ifill · , ,   ,’ ‘ '  1 .
Fil ' I ,    mf l' '  `\  `
2   ' / « , '/Mitll  · '·   \  \` =   glllîll
I   ( /   Im .i|1llli'l14iü  ,;  pf . ‘ Y   J
’   ' M;}  l f‘m';,œ;w|I  , W w J,   · \ » .s|
is   ·••l1| lm |Àl1   y ·_ `    `|
1* 2 A ww ·«  . ..
J é   É \  
est   \ ;
167 il
A X  . .
gv Ét(`_'_w M ,,,N·“,\l
II): ,`. V. \\\ 1 I" l V '\\\
 ,«lMl*"  ,~ }   luiïlllll e  A (mij ,-fly,)
1  _ , , gb i s` ·, , Mn Ng
‘ .·, *l ‘   “ , ' ¤ l ·*=a'
51% ;;   gli   fill Q lji?
  É    1* 5 " Qin lil
             
        A  
by  /.9.5 my   5 Q; 1.9.3 , 4, wa .
Q I   5 A     !\
4,} ·« 5  ·' Q, si
En  _,v \w
Fieunxas 187 à 195. —— 187, Ccllxa cclli, queue, 188, llypolafs ivlerina. tête ; 189,
Phylloscopus lrochilus, tête; 190, Ilypolufs iclerina, ailc;19l, llypolaik poly-
gloltn, aile; 192, Phyllasvapiu szbilalriœ, aile; 193, Phylloxcapux hwhtlus,
aile ; 194, Phyllascopus bnnellii, aile; 195, Phyllascapus ru/‘u.v, aile.
TABLEAUX DES ESPÈCES
1. Queue à 10 rect., étangée (187). Bec un peu plus de moilié cle la
tête en long. Ongle du pouce un peu plus court que le doigt. Aile
sur-obtuse ..... . .,.... ('eltfn rvtli (p. 157)
—— Queue à 12 rect. ................ 2
2« Queue, Ill'} PGU éChZlllCl`\EG, C«\l`l`éC OU 5Ul)·Cül'l`éC, \llI1C()1Ul’U, UÃCCIJ-
tion. avec les rect. ext. un peu liserées cle blanchâtre. Bec En base
, nettement plus large que haute. Plumage non tacheté à teintes
plus ou moins verdâtres et jaunàtres .......... 3

140 muni; nn rnaxce. — oxsmwx
— Queue plus ou moins arrondie et étagée. Plumage exception. à [
teintes verdâtres .‘ ....... . ........ 10
3. Bec relat. fort, sensibl. plus long que la moitié de la tête. Celle—ci
déprimée et étroite (188) [G. Hypolaïsj ......... Q
— Bec plutôt mince, long d'environ moitié de la tête. Celle-c1 arrondie
et assez large (189) [G. Phylloscopusj ....... ·. . . 6
Q. Aile de plus de 7 cent. 5 de long., couvrant à peu près les 3/5 de
la queue. l" rém. au plus égale aux grandes sus-alaires ant.
2° î`ém· > 5° (190) ........ Hypolaïs icterina (p. 152) .
——- Aile ne dépassant guère 7 cent. de long., couvrant environ moitié
de la queue. l" rém. dépassant très sensibl. les grandes sus-
alaires ant. 2" rém. < 5° (191) ............ . 5
5. Face inf`. nettement jaune. Face sup. d'un cendré olivâtre un peu
brunâtre ..,. , ,,,,, Hypolaïs polyglûlltl (p. 152)
- Face ini`. blanc légèr. jaunâtre. Face sup. gris brunâtre faiblement
lavé d’olivâtre ......... Hypolaïs pallida (p. 153)
(F. Ongle du pouce à peu près égal au doigt. 3", 1° et 5° rém. ?
2° rém. < 6°. Une bande longit. médiane claire sur le bonnet. 2
bandes transv. claires surl’aile , , , P/zylloswpus lzumei (p. 151)
— Ongle du pouce plus court que le doigt, 3° rém, ou 3° et 4° >, 5°
rém. toujours plus courte. Bonnet unicolore. Pas de bandes
transv. nettes sur l’aile ............... 7
7. Première rém. bien plus courte que les grandes sus-alaires ant. 2'
rém. légèr. plus longue que la 4°(192). Phylloscopzas Sl.l7l·l(lZI'llL' (p. 151)
— 1'° rém. bien plus longue que les grandes sus-alaires ant. 2** rém.
toujours plus courte que la 5° (193) ........... 8
8. Aile couvrant environ 3/5 de la queue, 2** rém. à peu près égale à la
6" (194). Face inf'. d’un blanc lustré avec un peu de jaunâtre aux
flancs et aux sous-caudales .... Phylloscopus bonellii (p, 151)
-- Aile couvrant environ moitié de la queue. Face inf`. d’un blanc
jaunâtre flammé de jaune ..... . .... . .... 9
9. Première rém. dépassant de 1/3 au plus les grandes sus-alaires
ant. 2° rém. plus grande que la 6** (193). Côtés de la poitrine et
flancs lavés de jaune . ` .... Phylloscopns trochilus (p. 150)
— 1'° rém., dépassant de moitié environ les grandes sus-alaires ant.
2° rém. à peu près égale à la 7** (195). Côtés de la poitrine et
flancs lavés de brunâtre ..... P/zylloscopus rufus (p. 150)
10. Bec nettement arqué (87 p. 55, 196). Tarse plus grand ou égal au
médian armé. Queue étagée, tricolore (brune terminée de noir
et de blanc) [197] ................. 11
— Bec droit ou sensibl. droit, en général de long. voisine de la moitié
de la tête. Queue uni- ou bicolore ........... 12
11. Bec atteignant près de 2 cent. de long. (87 p. 55). Queue relativ.

F.\['NE nn rames. -— UlSE.\l`X 111
;I\\\    '
il T  li:    »,
      mg «··. .\(
/90 \)ll`°ÃI: T     iii È `
    S ).W*(7*#t·(z' ' 4
\觑     2  M
.           J ‘  îglszpë
=§`É awisfr ' ·     "' ` lî=~?··*
  Ã   —   \ _;(  
· \ N x ësi;ë`\>î ,; ,l,» .r     .
.· §=§<= 1`~· \     “ \*l‘~li¥·l.·
la _ E P 5  ,,`_%  
gr wu?   R /:=> \
" /\r¢§ É? I , , M,
( 1 '¤  `Ã 
.· · .  ~~. il 1
   ‘. ¥· w m W ~— _ M`
1   i I  w ill  àêlüi  —   - si 1  
   ·ll(|î·l¤‘l      î1§¢.··"  `V
,   »· ,,,)«)),)m ))       É): s , s ‘
200   · 202
Fioumas 196 à 202. -196, Cisticola rislicala, tête ; 197, A. grobalcs galactalcs, queue;
198, Cisllcola cislicola, aile; 199, Gisticola cisticola, queue ; 200, Sylvia alri-
capilla, tête; 201, Acrocep/talus arundinaceus, tête; 202, Lusciniola mclano-
pagon, queue. _
longue (197). llém. second. beaucoup plus courtes que les pri-
maires. Plumage non tacheté . . . Agrobates galactotes (p. 149)
— Bec d'un peu plus de 1 cent. de long (196). Queue courte (199).
, llém. second. presque aussi longues que les primaires (198).
Face sup. tachetée ....... Czîvllcola cisticola (p. 158)
12. Tête large, à sommet arrondi (86 p. 55, 200). Ongle du pouce tou-
jours plus court que le doigt. Queue le plus souvent à rect. ext.
liserées de blanc, non étagée lorsqu'elle est unicolore. Plumage
exception. tacheté et alors seulement à la face inf. ...... 13
— Tête aplatie à front anguleux (ZOI). Souvent l’ongle du pouce aussi
long que le do1gt. Queue à rect. ext. Jamais liserées de blanc,
toujours étagée. Plumage lorsqu’il est tacheté, de préférence à la
face sup .................... 21
13. Queue plus ou moins arrondie ou suhétagée, recouverte par l'aile ·
sur au moins l/3. 3° rém. la plus longue ou l'une des plus longues
_ [G. Sylvia]. . . '. . ......... · ...·. M
1 O

142 rxums ne rames. — oxssxux
·-- Queue étagée plus longue que l’aile et recouverte par elle à peine
au delà de la base. 4" ou 4° et 5° rém. les plus longues. Bords de
paupières rouges ou oranges. (G. Ãllelizophilnsj ...... 27
1l;. Queue peu arrondie, unicolore ............. 15
— Queue arrondie ou subétagée, avec du blanc au moins au rect ext. . 16
15. Aile atteignant à peine le milieu de la queue, à l" rém. dépassant
un peu les grandes sus-alaires ant. à 2° rém. entre les 5° et 6° en
long. Bonnet d’une autre teinte que le reste de la face sup. (85
p.   . Q ......... Sylvia atricapilla (p. 145)
- Aile couvrant environ 3/5 de la queue, à 1'° rém. arrivant au plus
à la moitié des grandes sus-alaires ant., à 2° rém. presque égale
i à la 3**. Bonnet de la teinte du reste de la face sup. .... .
........... . . . . Sylvia simplex (p. 144)
16. Prem. rém. plus courte que les grandes sus-alaires ant. Aile au-
dessus de 6,8 cent. de long., couvrant près de la moitié de,la
queue. Bonnet jamais noir, gorge jamais rouge brun ..... 17
— l" rém. à peu près égale aux grandes sus-alaires ant. Aile de moins
de 6,8 cent. de long., couvrant environ 2/5 de la queue. 3 rect.
ext. marquées de blanc. Tête sans noir, gorge jamais blanche .
.............. Sylvia subalpina (p. 147)
—- 1'° rém. nettement plus longue que les grandes sus-alaires ant. Aile
couvrant au plus les 2/5 de la queue. Gorge toujours blanche ou
blanchâtre .............. ' ..... 18
17. Plus cle 16 cent. de long. Rem. second. sans bordure brun rouge.
Face inf. blanche plus ou moins marquée de croissants transver-
saux ...... , ...... Sylvia nisoria (p. 145)
- Moins de 15 cent. delong. Rém. second. bordées de brun rouge.
Face int`. non tachetée, à poitrine et flancs teintes ....
.............. Sylvia communis (p. 146)
18. Deuxième rém. égale à la 5**. Au plus 2 rect. ext. avec (du blanc.
Aile ayant entre 6 et '7 cent. de long. Jamais de noir ni de brun à
la tête, ni le tour de l’œil rouge. Rém. second. bordées de gris
olivâtre. · . ......... Sylvia curruca (p. 146)
— 2° rém. au plus égale à la 6°. Presque toujours plus de 2 rect. ext.
avec du blanc ............ . ..... 19
19. Sensiblement plus de 16 cent. de long. Aile ayant au moins 8 cent.
de long ............. Sylvia orphea (p. 146)
— Sensiblement moins de 16 cent. de long. Aile de moins de ôcent.5
de long .................... 20
20. Aile de long. moindre que la queue. 2" rém. égale à la ‘7°. Rém.
second. bordées de gris roussâtre. Dessus de la tête bien plus
foncé que les parties sup. voisines. Poitrine blanche ou blan-
Châtre .......... Sylvia melanoccphala (p. 147)

mem: ns rmuvcn. — oiseaux 143
*?   1 \‘ll \ . 
  ÈÃ ` E1 1"  i 1)  `
 . ,1' //î · —~ T; _ ~     l,,,`  
,  ‘ 204 _ g" #·\\  §   '
          _ [(1%/   
î> 2i/   . fly  M.; 1 -
  ~. ys];   ` `,   Voy ;'
  ai l   \ i' " = ·   f
  illllùlê l*¢ 205 li   qt}
203  ( ill 1 ~0'.l'l11;/
"  » 1 ) sr  
 1, §   ,   200
(  ` part ,
( ~ M 11 1 W}
_ ? gal · 210 .
"’  ·   \    
‘   .1 N I§.a.· .` 3
.. *0.,,;/   ~ . 1!;:··¥  
,’   (MP `\ Klik , ' iï.
    , 207 W1'!  ` 1 EE? 1 ·   2
r'U";"(  lu     ~\ ‘ ` x" (I , i- -î‘ Ã
·_   _. 3 * \` È •_1 1.» ·
202 .0 ~ 209
Fiennes 203 à 210. — 203, Acroccphalus schœnobaenus, queue; 204, Locuslella
mzevia, tête ; 205, Locuslclla naevia, queue ; 206, Acracephalus cirpaceus, aile;
207, Acrocephalus palustris, aile; 208, Acrocephalus aquaticus, tête; 200, Acro- ·.
cephalus schœnabaenus, tête; 210 Locustclla naevia, aile.   '
- Aile plus longue que la queue. 2" rém. égale à la G'. Rém. second.
bordées de roux vil`. Dessus de la tête pas plus foncé que les par-
ties sup. voisines. Poitrine teintée. . Sylvia conspicillala (p. 118)
21. Ongle du pouce plus long que le doigt, celui-ci armé au moins
aussi long que le médian armé. 3° 4° et 5° rém. égales et les plus
longues. Aile couvrant moins du 1/3 de la queue. Dans celle-ci
les rect. latér, dépassent les sous·caudales (202) ......
............ Luscz°m'0`]a melanopogorz (p. 1.57)
—- Ongle du pouce au plus de la long. du doigt, celui-ci armé moins
long que le médian armé. 3° ou 2° et 3" rém. les plus longues.
Aile couvrant au moins le 1/3 de la queue ........ 22
22. Bec déprimé, plus large que haut à la base, celle-ci avec des soies
horizontales (201). Sous-caudales plus courtes que les rect. ext.
(203). [G..Acr0cephalus] . ............. 23
-— Bec mince, aussi haut que large à la base, sans soies basales (204).
Les sous-caudales plus longes que les rect. ext. (205). Les rect.
légèr. rayées transvers. [G. Locustellnl ......... 28
23. Plumage non tacheté ................ 24 '
·—- Plumage tacheté . . ............... 26

144 mem: nn manon. — oiseaux
24. Autour de 20 cent. de long. Aile de plus de 8 cent. de long. . .
.......... Acrocephalus arundinaceus (p. 153)
—— Moins de 15 cent. de long. Aile atteignant au plus 7 cent de long . 25
25. Prem. rém. presque égale aux grandes sus-alaires ant. 2° guère
plus longue que la 5° (206). . . Acrocephalus cirymceus (p. 154)
— 1’° rém. nettement plus courte que les grandes sus—alaires ant. 2"
presque égale à la 3° (207) .... Acrocephalus palustris (p. 154)
26. Sus—caudales avec des taches allongées. Milieu de la tête avec une
bande longit. claire (208) Face inf. taehetée .......
............ Acrocep/talus aguaticus (p. 155)
— Sus—caudales sans taches. Milieu de la tête rayé longit. sans
bande claire longit. médiane (209). Face inf. peu ou pas tachetée
.......... Acrocephnlus schœnobœnus (p. 154)
27. Deuxième rém. dépassant la 7**. lîém. second. bordées de roussâtre.
Gorge, poitrine et flancs d'un brun variable avec le sexe . . .
.... . ........ Melizophilus zmdatus (p. 148)
— 2° rém. plus courte que la 7**. Rém. second. bordées de gris. Face
inf. en grande partie gris clair. . . lllelizophilus sardus (p. 149)
28. Aile sub-obtuse (210) à l" rém. à peu près égale aux grandes sus-
alaires ant., couvrant environ moitié de la queue. Face sup.
tachetée ........... Locustella nacvia (p. 155)
— Aile sub-aiguë à 1’° rém. plus courte que les grandes sus-alaires
ant. Face sup. non taehetée ............. 29
29. Face sup. brun olive. Devant du cou et haut de la poitrine tachés
de brun olive. Sous-caudales olivâtres à bout blanc .....
............. Locustella fluviatilis (p. 156)
— Face sup. brun roux. Devant du cou et poitrine non tachetés ou
avec seulement quelques petites taches. Sous-caudales brun rous-
sâtre à bout blanchâtre .... Locustella luscinioïdes (p. 156)
G. SYLVIA L.; Fauvelte.
Bec plus ou moins comprimé en avant, à arête assez accusée, à mandib. sup.
un peu échancrée sur le bout et dépassant légèr. l’inf. Tarse un peu plus long
que le médian armé.
S. simplex Lara. (Sylvia horlensis auct., S. borin (Bo1:•¤.)]; Fauvette
desjardins. L: 14,5à 15,5; A :7,5 à 8,4; Q : 5,6 à 6,2; T :2 à 2,2; B: 1,25
à 1,45. Bec brunâtre, patte gris de plomb, iris brun. — (j' Q.`Face sup. gris
brun olivâtre. Face inf. blanchâtre avec la poitrine et les flancs nuancés de
gris roussâtre. Tour de l’œil et faible sourcil post-oculaire blancs ou blan-
chàtres. Aile et queue un peu plus foncés que la face sup. à bout des plumes
liseré de plus clair. La Q un peu plus pâle. — J. Face sup. d'un gris brun
moins olivâtre. Face inf, plus pâle.

rame nr: russes. — oisaaùx 145
Nid cn coupe assez grossier. et léger. construit avec des herbes sèches et des
crins; dans un buisson, un arbuste, des ramées de Légumineuses, quelquefois
dans une touffe d`herbes. 5- (Eu/”x : 5, parfois 4 ou 6, d'un ovale assez court. Gd :
18 à 23; Pd : 13,5 à 16. Blanc grisâtre ou jaunâtre très tachés de café au lait, de
grisâtre, de brunâtre.
Dans les petits bois, les bosquets, les haies, les jardins, estivale et de passage,
plus ou moins répandue dans toute la France. — Europe moins l`extrême N.,
,Sibérie, Perse, en hiver en Afrique.
S. atrlcapîlla (L.); Fauvette à tête noire. L : 15 à 16; A : 7 ii 7,8; Q :
6 à 6,5; T: 1,9 à 2,1; B : 1,2 à 1,5. Bec (85 p. 55, 200) et patte gris brun,
iris brun. —— 5*. Dessus de la tête noir, derrière du cou gris bleu, reste de
la face sup. cendré olivâtre. Fac. inf. blanche avec le bas du cou, les côtés
de la poitrine, les flancs et les sous-caudales lavés de cendré. Lorum, joue,
côté du cou gris bleu. Aile et queue cendré olivâtre foncé. —   Dessus de
la tête roux. l)errière du cou d’un gris moins pur que lé (j‘, la face sup. plus
olivâtre, la face inf. plus lavée de gris olivâtre. -— J. llessemblant beaucoup
à la Q, mais les teintes moins pures.
Nid ressemblant beaucoup à celui de l`espèce précédente, dans un buisson, un
arbuste. — (Eu/`t: 5, parfois 4 ou 6, d'nn ovale variable. Gd : 17 à 21,5; Pd : 13
à 15,5. Rosâtres lavés de gris rosé ou vineux, taches, pointillés, rayés de brun
rouge ou bien blanc verdâtre, jaunâtre pâle, gris roussâtre avec des taches assez
grandes ou des points gris, brun olivâtre et noirâtres.
Dans les bois, les bosquets, les jardins, estivale et de passage, répandue dans
presque toute la France. —- Europe du 66** latit. N. au N. de l`Afrique, à l‘Asie
mineure et jusqu‘en Perse.
S. nlsûtîa (Bacnsr.); Fauvette épervière. L ; 16,8 à 18; A : 8,4 à 9; Q 2
6,8 à 7,3; T 2 2,3 à 2,5; B 2 1,5 à 1,8. Bec brun à base inf. jaunâtre, patte
brunâtre, iris jaune. - (jl   Face sup. cendré brunâtre à eroupion plus
clair, barrée transvers. de brunâtre surtout à ce dernier. Face inf. blanche
ou blanchâtre avec les plumes bordées de brunâtre sauf souvent au bas ven-
tre. Aile brunâtre avec les rém. second. et les sus-alaires moins les ant. plus
ou moins terminées de blanchâtre. Queue grise, avec les 4 rect. ext. termi-
nées de blanc, surtout la plus ext, La Q un pen plus foncée en dessus, la face
inf. lavée de roussâtre à la poitrine et aux flancs et avec les croissants trans-
vers. moins nets. Moins de blanc à la queue. — J. Plumage plus pâle, plus
terne moins nettement tacheté.
Nid très semblable à celui des espèces précédentes, dans un buisson. — (Eu/'s :
5 à 6, d'un ovale souvent un peu court. Gd : 19,5 à 24; Pd : 14,5 à 17. Blanc jau-
nâtre ou grisâtre, pointillés et tachés de roussâtre et d‘olivâtre. ·
Dans les bois, les bosquets, de préférence humides et maréeageux. Estivale et
surtout de passage, peu commune en France. - Europe centrale, de la Baltique
à l'Italie et aux Balkans, en hiver jusqu’au N. E. de l‘Afrique.
1 O t 10

146 mrms ni: rames. - oiseau
S. Oïpllea TEMM. [Sylvia ,g;·1·i.ve«z VxEu.L.]; Fauvette orphéé. L2 16,7 à 17,4;
A :7,8 à 8,4; Q: 6,6 à 7; T :2,3 à 2,5; B : 1,6à 1,8. Bec noir à base jau-
nâtre, patte brun gris, iris blanc jaunâtre. —— çj'. Dessus et côté de la tête
brun noir, reste de la face sup. gris olivâtre plus brun aux scapulaires. Face
inf. blanchâtre, lavée de rosé à la poitrine et aux Hanes, de gris roussâtre
aux sous-caudales. Aile gris brun olive, queue brune avec la rect. ext. en
grande partie blanche, les 2 précédentes plus ou moins terminées de cette
couleur. —-   Dessus et côtés de la tête bruns, reste de la face sup. plus
roussâtre que le   La face inf. moins rosée et les sous-caudales plus claires.
Aile et queue plus claires. —- J. Ressemblant en plus terne à la  
· Nid analogue il celui des autres Fauvettes, assez souvent sur un arbre, parfois
contre le tronc. — (Eu/Iv :4 à 5, ovales. Gd : 17,5 En 21,5; Pd : 13,5 à 15,5, excep-
tionn. jusqu`â 22 X 17. Blanc grisâtre ou bleuâtre tachés et pointillés de jaunâ-
tre, de gris, de brun olivâtre, de noirâtre, surtout vers lc gros bout.
Dans les bosquets, les jardins, estivale et de passage surtout dans le Midi, plus
1·are ou accidentelle dans le N. -—- Europe S. \V. et partie du Centre, N. VV. de
l’Afrique.
S. communis Lun. [Sylvia cinerea Bacnsr.]; Fauvette grisette, Babillarde
grisette. L: 14 à 14,8; A: 6,8à 7,5; Q :6,3 à 6,8;T:2à2,2;B: 1,2 à 1,4.
Bec brun à bas jaunâtre, patte brunâtre, iris brun roussâtre. — (jt   Tête
et cou gris cendré légèr. lavé d’olivâtre, reste de la face sup. gris brun rous-
sâtre. Gorge et ventre blancs, bas du cou et poitrine rose clair ou roussâtre,
flancs et sous-caudales lavés de grisâtre ou de gris roussâtre. Tour de l'œil ,
blanc. Aile brune avec les rém. prim. et les sus-alaires liserées de roussâtre,
les second. de roux. Queue brune, la rect. ext. presque entièr. blanche, la
pénultième à bout blanc. La Q avec la gorge moins blanche et la poitrine
roussâtre au lieu de rose. Les teintes plus sombres en automne dans les 2
sexes. — J. Pas de gris à la tête, face sup. brun roussâtre, face inf. isabelle
clair, la gorge et le ventre presque blancs.
Nid en coupe profonde, construit avec les mêmes matériaux que les autres
Fauvettes, à peu de hauteur dans une haie, un buisson ou sur des végétaux variés_
— œuf}: : 4 à 5 quelquefois 6, d'un ovale assez variable. Gd : 17 à 20; Pd 1 13 à
15. Blanc verdâtre, grisâtres, gris-jaunâtre ou verdâtre, très tachés de gris ver-
dâtre ou d’olivâtre et de brun verdâtrc.
Dans les bosquets, les buissons, les jardins, estivale et de passage, répandue
dans toute la France. — Europe du 65° latit. N. à la Méditerranée, en hiver en
Afrique.
S. curruca (L.) [Curruca garwula. Baxss.]; Fauvette babillarde. L 2 13 à
14; A :6,·1à6,9; Q: 5,3à 6; T : 1,9 à 2; B: 1,2 à 1,35. Bec noirâtre ou
brun, patte gris de plomb, iris noisette. -— (j‘   Tête gris ardoise un peu
plus foncé et brun à la région parotique, reste de la face sup. cendré brunâtre,
Face inf. et côté du cou blancs, la poitrine lavée de rose roussâtre, les flancs

miss or: ramena. — oiseaux 117
de gris roussâtre. Paupières et léger sourcil hlanchâtres, Aile et queue
brunes, les rém. second. et les sus-alaires bordées de gris olivâtre, la rect.
ext. en grande partie blanche, la pénultième à bout blanc. La Q seule-
ment un peu plus terne. Les 2 sexes en automne, un peu plus clairs. — J.
Face sup. cendrée, face inf. blanchâtre, les rém. second. et les sus-alaires
bordées de roussâtre.
Nid comme celui de l`espècc précédente, bas dans nn arbuste touffu. —— (Eu/Iv :
4 ii 6, d`un ovale un peu court. Gd : 16,*3 ii 18,5; Pd : 12 il 14; exception. 15 X11,ii.
Blanc jaunâtre ou vcrdâtre, tachés et pointillés de gris et de brun olive, souvent
surtout autour du gros bout.
Dans les bosquets, les haies, les jardins, estivale et assez répandue dans
presque toute la France. —- Europe, de la Norvège à la Méditerranée, Asie
mineure, Perse, en hiver au N. de l’Afrique.
S. melanocephala Gama. [Sylvia rusr·:`¢·oIa Vient.]; Fauvette mélanocé-
phale. L : 13,3à 11; A :5,`7à6,3; Q :6,2à6,6; T: 2a 2,2; B : 1,4 à 1,5.
Bee noir à base claire, patte brune, iris châtain. —· (ji. Tête noire, reste de
la face sup. gris foncé, légèr. lavé de roussâtre. Face inf. blanc grisâtre avec
les flancs nuancés de brun roussâtre. Paupières rougeâtres. Rém. brunes
bordées de roussàtre. Rect.noirâtres, l'ext. en grande partie blanche, la
pénultième et quelquefois l’antépénultième à bout blanc. —   Dessus de la .
tête gris foncé, reste de la face sup. brun roussâtre. Face inf. blanche avec
la poitrine et les flancs lavés de roussàtre. l.e blanc des rect. moins pur. —
J. llessemblant beaucoup ii la  
i Nid analogue à celui des espèces précédentes, à peu de hauteur dans un arbuste ·
ou un arbre. —— œufs : 4 à 5 d`un ovale court. Gd: 16 à 19; Pd: 13 à 14,5. Gris
roussâtre ou verdâtre, très tachés et pointillés de fauve et de roux olivtitre.
Dans les bosquets, les buissons, les haies du midi de la France où elle est en
partie sédentaire. — Région circumméditerranéenne. '
S. suhalpina TEMM.; Fauvette subalpine, Fauvette passerinette. L Z I2,2
à 12,8; A 2 5,8 216,2; Q 2 5,2 à 5,5; T Z 2; B: 1,1 à 1,2. Bec brun de corne
à base jaunâtre, patte brun jaunâtre, iris brun roussâtre. - dl. Face sup. et
côté de la tête cendré foncé, légèr. bleuâtre à la tête, au cou et au croupion.
Face inf. d'un roux marron assez foncé, passant au blanchâtre au bas-ventre
et aux sous-caudales. Mince moustache blanche séparant le gris de la tête
du roux de la face inf. Paupières rougeâtres. Aile et queue brunes, les rém.
secondaires et les sus·alaires bordées de grisâtre, la rect. ext. en grande
partie blanche, les 2 précédentes à bout blanc. En automne, la face sup. un
peu lavée d’olivâtre, la face inf. plus claire. —~   Ressemble en plus terne
au @1 en automne. —- J. Peu différent de la  
Nid assez bien construit mais ressemblant à celui des autres Fauvettes, sur un
arbuste, un buisson, à faible hauteur. — (Eu/'s : 4 à 5 d'un ovale un peu court.

148 mens un rnazvciz. —- oisnwx
Gd : 15 à 19; Pd z 12 à 13,5. Blanc jaunâtre très pointillés et tachés de gris bru-
nâtre et de brun olive.
Dans les bosquets, les endroits broussaillenx, de préférence accidentés. Estivale,
de passage, quelquefois sédentaire, dans le S. de la France jusqu’en Savoie,
Corse. -- S. W. de l`Europe, remontant un peu dans le Centre.
S. conspicillata 'l`E\iu.; Fauvette à lunettes. l. Z 12 à 12,6; A: 5,3 à 5,9;
Q 2 5,1 à 5,5; 'l` Z 1,85 à 2; li : 1,2 à 1,3. Bec noiràtre à base jaunâtre, patte
jaunâtre, iris brun. - (jt. Dessus de la tête, du cou, joue, cendré bleuàtre,
reste de la face sup. cendré roussâtre. Gorge blanc grisâtre, le reste de la
face int`. roux vineux avec le ventre plus clair. Lorum et tour de l’œil noirs
avec les paupières blanches. Aile noirâtre, les sus-alaires bordées de roux
vif. Queue brun foncé, la rect. ext. avec les 2/3 int`. blancs, les deux précé-
dentes à bout blanc. lin automne, la face sup. plus grise, à plumes bordées
de roussâtre, la poitrine et les tlancs roux, le ventre blanchâtre. —   De
teintes plus ternes, la fare sup. gris roux, le lorum blanchâtre, la face inf.
isabelle avec la gorge et le ventre blancs. —— J. llessemblant ii la Q, mais
dessus de la tête comme lc reste de la face sup.
Nid très semblable à celui des espèces précédentes, sur un arbuste ou à terre,
- (Eu/`s :4 à 5, oi ales. Gd : 15 ti 18; Pd : 12 à 13,5. Blanc grisâtre, très tachés
et pointillés d’olivâtre, surtout autour du gros bout,
Dans les bosquets et les broussailles des lieux accidentés, estivale et de passage,
çà et la dans le Midi et en Corse. — Pourtour de la Méditerranée.
G. HELIZOPHILUS Lmcn ; Pitchou.
Bec menu, comprimé dans sa moitié ant., à mandib. sup. échancrée à la pointe,
Tarse mince, plus long que le médian armé.
M. undatus (Bonn.) [Motacilla provincialis Gnu., Sylvia fer·rugz'nea
Vn·:n.1..]; Pitchou provençal. L : 13,5; A : 5,3 à 5,7; Q : 6,4 à 7,2; T : 1,9
à 2 ; B : 1,25 à 1,35. Bec brun à base jaunâtre, patte et iris jaunàtres. - d'.
Face sup. d’un cendré léger. bleuâtre à la tête et au cou, olivâtre au dos et
aux scapulaires. Face inf. roux vineux foncé avec quelques taches à la gorge
et milieu du ventre blanc brillant. Paupières oranges. Aile noirâtre, les sus-
alaires bordées de roussâtre. Queue brune avec la rect. ext. en partie
blanche, la précédente à bout blanc. -— Q. Face sup. moins foncée, face inf,
roux ferrugineux plus clair, avec plus de taches blanches à la gorge. — J.
Ressemble en plus clair à la Q, avec la face inf. plus striée de blanc.
Nid ressemblant beaucoup à celui des Fauvettes, dans un buisson, une haie, à
peu de distance du sol. —— (Eu/'s: 3 à 4, ovales. Gd : 15 à 17,5; Pdt 12 à 14. Gris
pâle, blanc grisâtre ou jaunâtre avec un pointillé dense et peu apparent roux,
rougeâtre. brun, surtout autour du gros bout.
Bosquets, bmussailles et landes des lieux accidentés, sédentaire dans le S. de
la France et en Corse. — S. W. de l’Europe.
S. E. M. U. âZ‘I110I’fCUS Canrré nu PALUEL ; Diffère du type-par la teinte

raumz ma rnxxcs. — oiseaux 149
nettement brunâtre de sa face sup. La face inf. étant plus foncée et plus marron,
avec les taches de la gorge moins nettes. — W. de la France, surtout la Bretagne.
S. E. H. U. d&I‘¢f0I‘dÉ8I18IB (Larnsm). Face sup. nettement plus brune que
la S. E. précédente. Face inf. plus foncée et plus brillante, avec les taches
blanches de la gorge peu nettes ou presque nulles. Signalé dans l`\V. de la
France, mais peut-être par suite de confusion avec le précédent. — S. de
l'Angleterre.
H. s&1‘d¤8(TsMM.), S. E. M. S. afflnis Panaor; Pitchou corse. L: 13 à 13,5;
A: 5 à 5,65; Q 2 6 à 6,5; T: 1,9 à 2; B: 1,1 à 1,15. Bec noirâtre à base
jaunâtre, patte jaunâtre, iris brun. — (j' Face sup. d`un gris ardoise bru-
nâtre, très foncé à la tête, plus clair à la nuque et au cou. Devant et coté de
la face inf. gris, reste blanchâtre lavé de vineux à Yépigastre, avec les sous-
caudales gris brunâtre marquées de blanchâtre. Paupières rouges. Aile et
queue brun noir, la rect. ext. bordée et terminée de blanc, les autres latér.
de gris pâle. —   Face inf. un peu plus brunâtre, face inf. plus claire, les
côtés plus brunâtres, le milieu presque blanc. — J. Face sup. gris brun,
encore plus brunâtre que la Q, face inf. gris brunâtre pâle, le milieu blanc
roussâtre. Rém. second. liserées de brun de rouille.
Nid très voisin de celui du précédent. — (Eu/Ir: 4 à 5, ovales. Gd: 16 à 18;
Pd : 12 à 14. Blanc jaunâtre pointillés de gris et de brun.
Dans les mêmes endroits que le précédent, en Corse.
G. ÀGROBATES Swanvs. ; Agrnbaic.
Bec comprimé dans toute son étendue, presque aussi haut que large En la base,
à mandib. sup. à peine échancrée. Tarse plus long que le médian armé.
A. galactotes ('l`1~:MM.) ; Agrobate rubigincux. l.: 17 â 17,5; A : 8,3 à 8,95;
Q : 7 à 7,5; T : 2,7 à 2,8; B Z 1,85 â 1,95. Bec brun de corne En base plus
claire (87 p. 55) patte gris brun, iris brun. — d'. Face sup. roux gris vif,
plus brun à la tête, plus roux aux sus·caudales. Face inf. isabelle clair lavé
de roux vineux à la poitrine et aux flancs. Sourcil et dessous de l'«uil blanc
jaunâtre, séparés par une ligne·foncée sur l`œil. Aile brun assez clair, les
plumes liserées de roux pâle. Queue roux vif, les rect. lat. avec une tache
blanche terminale précédée d’une tache noire, ces deux taches inverses en
dimensions [197). —   Un peu plus petite et de teintes moins vives que
le (jl - J. Ressemblant aux ad. mais de teintes plus claires et plus ternes.
Nid en coupe, volumineux, assez grossier. construit avec des tiges et des brins
d`herbes, doublé de crins, de laine, de duvet végétal. Près du sol dans un buisson,
un massif d`0puntia. — (Eu/3:: 3 à 5, ovales. Gd : 19,5 à 26; Pd : 14 à 18. Blan-
châtres, blanc jaunâtre ou grisâtre, tachés et pointillés de brun jaunâtre, de
brun, de rouge brun, d'olivâtre. ·
Accidentel dans le S. de la France. —— Ponrtour de la Méditerranée, accident.
jusqu‘en Angleterre.

150 FAUNE os FRANCE. -- oiseaux
S. E. A. g. S]/PÉHCH llmxrn. Diffère du type par sa première rém. plus courte
dépassant à peine les grandes sus-alaires ant., sa face sup. gris brun rougeâtre
avec le croupion brun roux comme les sus-caudales. Face inf. nuancée de gris
brun. Rect. médianes lavées de roux et noir des rect. lat. plus développé. Signalé
comme accidentel dans la région de Nice. — Pourtour E. de la Méditerranée.
G. PHYLLOSCOPUS Bon: ; Pouillot.
Bec comprimé dans la partie ant., à arête assez accusée, à mandib. sup.
faiblement échancrée vers le bout avec les fosses nasales grandes. Tarse souvent
de près d`1/3 plus long que le médian armé. Aile subobtuse, avec en général 3 ou
4 rém. prim. échancrécs au bord ext.
P. rufus Bncnsr. [Sylvia collybita VIElLL.]; Pouillot véloce. L: 11,7 à 12,5;
A2 5,5à6,2; Q:4,6à5,5;T: 1,8 à 2,1; BZ 1,1 à 1,2. Bec brun à base
jaunâtre, patte et iris bruns. —— (j'Q. Face sup. gris brun olivâtre un peu
plus clair au croupion. Face inf. blanc jaunâtre sale avec quelques taches
allongées plus jaunes et côté de la poitrine et flancs lavés de brunâtre. Un
sourcil jaunâtre au dessus d’une ligne brunâtre sur l’œil. Joue et côté du cou
gris brun un peu jaunâtre. Aile (195) et queue brunâtres, la plupart des
plumes bordées de gris olivâtre. — J. Plus olivâtre à la face sup., la face inf.
blanc sale, lavée de gris à la gorge et à la poitrine, de jaunâtre au ventre.
Nid sphérique à ouverture latérale, d'herbes sèches et de mousse, doublé de
plumes et de poils, à terre ou près de terre, entre des racines ou sous une souche.
- (Eu/`s J 5 à 6, quelquefois 7, d’un ovale un peu variable. Gd : 14 à 17,5; Pd : 11
à 13,5. Blancs, pointillés et tachés de gris, de brun, de brun rouge.,
Dans les bois, les bosquets, estival, de passage et quelquefois hivernal, assez
répandu dans toute la France. - W. et partie du Centre de l'Eur0pe, en hiver,
dans le N. W. de l’Afrique.
P. trûchilus   [Sylvia flavirostris VIEILL., S. tanzar·zÈz·zÃs Cnxzsvon] ;
Pouillot fitis. L: 12,1 à 12,6; A 2/6,2 à 7,1 ; Q: 5,3à 6,7; T: 1,8à 2 ; BZ
1,1 à 1,2. Bec brun à base jaunâtre, patte brun jaunâtre, iris brun.- (j'  
Face sup. cendré olivâtre assez foncé, un peu plus clair au croupion. Gorge
et ventre d'un blanc plus ou moins pur, le devant du cou, la poitrine, les
flancs et les sous-caudales jaunâtres tachés de jaune. Aile (193) et queue
brunàtres, les rém. prim. et les rect. légèr. liserées de grisâtre, les dernières
rém. second. et les sus-alaires liserées de gris olivâtre et de blanchâtre. En
automne, face sup. plus olive, la face inf. nettement plus jaune ainsi que le
sourcil. -— J. l)’un gris brun in peine olivâtre à la face sup., d’un blanc sale
bien taché de jaune à la face inf. ·
Nid ressemblant beaucoup à celui de l'espèce précédente, à terre dans la
mousse ou les feuilles ou to_ut près de terre dans un épais buisson. - œufs:
5 etjusqu`?1 8, d'un ovale un peu court. Gd : 13,5 à 17,5 ; Pd 11 à 12,5. Blancs
avec des points et des taches peu nombreux gris ou brun rouge, souvent en cou-
ronne autour du gros bout.

rsuma us rame:. — oiseaux 151
Dans les bois, les bosquets, estival, de passage, quelquefois sédentaire dans le
S., assez répandu dans presque toute la France. -— Europe, rlu cercle arctique à
la Méditerranée, en hiver jusqu`en Afrique.
S. E. P. L BVGPSIDBHIH BONAP. Aile plus longue que le type (6,4 â 7,2),1:1
face sup. plus grise, surtout au printemps. Accidentel dans l’l·l. de la France
(lnonau, 1913). - N. E. de la Russie, Sibérie, l'hiver en Europe jusqu'en Angle-
terre.
P. honellii Vuz1|.i.. [Sylvr'analte1·e1·i Tmnu.] ; Pouillol de llonelli. l. 1 11,5
â 12,1 ; A Z 5,7 516,7 ;Q: 4,7 â 5,2 ; T : 1,8 â 1,9 ; 11: 1,05â 1,1. Becbru-
nàtre plus clair à la base, patte brunâtre, iris brun. -—· 0*   Face sup.
cendré olivâtre assei clair, avec le croupion plus jaunâtre. Face inf. blanc
brillant légèr. lavé de jaunâtre aux flancs et aux sous—caudales. Un petit
sourcil blanchâtre. Joue et côté du cou jaunàtres un peu lavé de grisâtre.
Aile (194) et queue brunâtres, les plumes liserées d'olivâtre et de grisâtre.
— J. Un peu plus pâle et plus terne que les ad.
Nidrcssemblant à celui des Pouillots précédents, maisconstruit surtout avecdes
feuilles, des herbes sèches et doublé de crins ; à terre dans une aufractuosité. —
(Eufs: 5 à 6 d'un ovale court. Gd 2 14 à 16 ; Pd : 11 â 12,5. Blancs ou blanchâtres
très tachés et pointillés de gris et de brun, souvent surtout vers le gros bout.
Bois et bosquets, surtout des régions montagneuses, estival et de passage dans
la plus grande partie de la France. — Centre. et S. de l’Eur0pe, descendant
l’hiver en Afrique.
P. sibilatrix(Bacns1·.); Pouillot siflleur. L : 12,2 â 12,7 ; A : 7,25 â _
7,85 ; Q: -1,9 â 5,2 ; T: 1,8 â 1,9 ; ll : 1,1 à 1,2. Bec brunâtre â base jau-
nâtre, patte brun jaunâtre, iris brun. — 5*   l·`ace sup. verdâtre plus ou
moins nuancé de gris, le croupion et les sus·caudales plus pâles. llaut de la
1`ace inf. jaune soufre, bas de la poitrine, abdomen et sous·caudales blancs
nuancé de jaune aux jambes et autour de l’anus. Un sourcil jaune au dessus
d`unc raie brune du bec sur l`«eil et la joue. Aile (192) et queue brunes, les
plumes liserées de vert olive, de gris et de blanc verdâtre. J. ltessemblant
en plus terne et plus pâle aux ad.
Nid construit et situé comme celui des espèces précédentes, de préférence
dans un bois humide, auprès de l`eau. — œufs : 5 à 7. (l'un ovale assez court.
Gd : 14,5 à 18,5 ; Pd : 11,5 à 13,5. Blancs, pointillés et taches surtout autour du
gros bout, de gris, gris lilas ou brun.
Dans les bois, surtout les futaies, estival ou de passage dans la plus grande
partie de la France. — Europe moyenne, gagnant l'Afrique en hiver.
P. humei Bnooxs, S. ’ E. P. h. pfœmlum Mam. et la. [Heguloïdes
supe1·cilz`osus Guen.]; Pouillotàgrands sourcils. l.: 1_0â 11,6 ; A: 5,1 à 6; Q:
3,7à 1 ;T 2 1,8. B :—0,9. Bec brun à base jaunâtre, patte brun verdâtre pâle,
iris brun foncé. — dl   Front vert jaune foncé, reste de la face sup. vert

152 i FAUNE os FRANCE. — oiseaux
olivâtre, avec sur le dessus de la tête, une bande médiane longit. jaunâtre,
et le croupion plus clair. Face inf. blanc jaunâtre, avec les flancs verdâtres.
Un large sourciljaune verdâtre, surmontant une ligne brun verdâtre du bec
au travers de l’œil à la joue. Rém. brunes, bordées de vert jaunâtre, les
grandes et moyennes sus-alaires terminées de blanc jaunâtre formant
une double bande. Rec!. brunes. La Q un peu plus petite et à teintes moins
vives. — J. Face sup. brunâtre foncé, face inf. blanchâtre.
Nid comme celui des autres Pouillots, doublé de poils de Rennes et de Che-
vreuils. —- (Eu/`s: 4 à 5, ovales. Gd: 15,5 à 16; Pd : 11,5 à 12. Blancs tachés de
rouge brun, surtout autour du gros bout.
Capture près de Nice(Anmoom, 1902). — Sibérie, descend l`hiver dans le S.
de l’Asie. Accidcntel en Europe jusqu’en Angleterre.
G. HYPOLÀîS Bmzim ; Hypalais.
Bec comprimé en avant, à arête peu saillante, à mandib. sup. peu échancrée.
vers le bout. Tarse souvent de près d`un quart plus long que le médian armé
Aile subobtuse à 2 ou 3 rém. prim. échanerées au bord ext..
H. ictetlna (VIEILL.) ; Hypolaïs ictérine. L Z 13,7 à 15; A Z 7,5 à 8,2; Q 1
5,6 à 5,9; T : 2,1 à 2,2 ; B :1,6 à 1,75. Bec brun à base jaunâtre, patte et
iris bruns.- (jt   Face sup. cendré olivâtre avec le croupion un peu plus
verdâtre. Face inf. jaune soufre lavée de gris olivât1·e à la poitrine et aux
flancs. Léger sourcil et lorum jaunâtres, côté de la tête et du cou gris oli-
vâtre marqué dejaunâtre. Aile (190) et queue brunes, les plumes de l`aile
liserées de gris jaunâtre ou verdâtre, les rect. de grisâtre. — J`. Face sup.
cendré brunâtre faiblement marqué d’olivâtre, face inf. gris blanchâtre
légèr. lavé de jaunâtre. Plumes de l’aile bordées de gris roussâtre.
Nid en coupe assez profonde et bien construit d`herbes et de tiges sèches, de
crins, de toiles d`Araignées, à peu de hauteur dans les petites branches d’un
arbuste. — (Eufs : 4 â 5, ovales. Gd : 17 à 20,5 ; Pd 2 12,5 à 14. Rosâtres ou rose
lilacé, un peu tachés de brun noir et de noir.
Dans.les bosquets, les jardins, estivale, de passage, plus ou moins répandue
sauf dans l`W. ——— Europe moins l’extrême W., du cercle arctique à la Méditerra-
née et à 1`0Ul`&l, descend l`hiver en Afrique.
H. polyglotta (Visite.) ; Hypolaïs polyglotte. L: 12,3 à 13,32 A 2 6,4 à 7;
Q : 5,2 à 5, 7; T : 2 à 2,1; B : 1,1 à 1,2. Bec brun à base jaunâtre, patte
brunâtre, iris brun. -—- (jl   Face sup. gris olivâtre plus ou moins nuancé
de brun roussâtre. Face inf. jaune pâle légèr. grisâtre aux flancs. Sourcil et
lorum jaune pâle, joue et côté du cou variés de gris olivâtre et de jaunâtre.
Aile (191) et queue brunes, les rém. et les sus·alaires bordées de grisâtre,
les rect. de gris verdâtre. — J. Face sup. cendré roussâtre, face inf. blan-
châtre lavée de jaunâtre. Pennes bordées de cendré roussâtre.

FAUNE ni-: ramer:. — OISEAUX 153
Nid ressemblant beaucoup à celui de l`espèce précédente. — (Eu/Ir : 4 à Ii,
ovales. Gd : 16,5 ii 19; Pd : 12 à 14. Rose lilacé pointillés et tachés de brun noir
·et de noir.
Meme habitat que l`espèce précédente, dans le S. et lc Centre de la France,
accident. dans le N. —— S. VV. de l`Europe, remontant un peu dans le Centre,
N. VV. de l'Al`rique.
H. pallida llsnrn. et Eun., S. E. H·p. Opaca CAB.; Ilypolaïs pâle. L : 12,1
à 12,8;_A : 6,6à7,1; Q 2 5,2 à fi; T: 2 à 2,3; B : 1,45 à 1,7. Bec brun à
base orangée, patte et iris bruns. —- (j'   l·`ace sup. gris brunâtre légèr. oli-
vâtre ou roussâtre, avec le croupion plus clair. Face inf. blanchâtre, légèr.
lavée de jaunâtre avec les côtés de la poitrine et les flancs nuaneés de gris
brunâtre. Sourcil blanchâtre. Aile et queue brun clair, la rect. ext. liserée de
gris blanchâtre. — J. llessemble en plus terne aux ad.
Nid comme les deux espèces précédentes, géuér. sur un Olivier. — (Eufs : 4 it
5, ovales. Gd : 17 à 20; Pd : 12,5 à 14. Roses ou lilas, pointillés et taehés de brun
rouge et de noir. '
Très accident. dans le   de la France. —— Espagne, N. \V. de l`Afrique, des-
cendant l‘hiver dans IWV de l‘A1'rique (1). , '
G. LCRUCEPHALUS Naval.; ltousscrolle.
Bec plus ou moins comprimé en avant, à arête assez saillante, à mandib. sup.
légèr. convexe et un peu échancrée vers le bout. Tarse un peu plus long que le
médian armé. Aile subobtusc.
A. arundinacatts   [Sylvia lurdoïdes Marsa]; Rousserolle turdoïde.
L: 19,5à20; A:8,8à 10; Q : 7,2:) 8,2;'l` : 2,8 à 3; li :2,2 à 2,5.1lec
brun à base jaunâtre (201}, patte brunâtre, iris noisette. — 5*   l·`ace sup.
brun fauve plus ou moins nuancé d`olivàtre et de roussàtre, la tête plus fon-
cée, le croupion plus clair. Face inf. blanchâtre ou un peu jaunâtre ou gri-
sâtre à la gorge, un peu roussâtre à la poitrine et aux flancs, avec quelques
stries brunâtres â la gorge et au cou. Un léger sourcil et tour de l'œil blanc
jaunâtre, lorum brun, joue gris roussâtre et brunâtre. Aile et queue brunes
ou brun roux plus foncé que la face sup., les pennes un peu liscrées de gris
ou de roussâtre. La Q un peu plus petite. — J. l’lus roux, les plumes étant
bordées de clair. i ·
Nid cylindrique, ouvert, en coupe profonde, bien construit cu tiges et feuilles
d`herbes sèches, feuilles de roseaux, solidement attaché à 4 ou 5 roseaux voisins
à 1 m. de hauteur en moyenne. — (Eufs : 4 à 5, quelquefois 6, d’un ovale plus ou
(1) Hypclall olivetorum (Strickl.). L : 15.2. Face sup. gris brunâtre. Face inf.
blanche avec les cotés de la poitrine et les tlancs lavés de gris brun. Rec!. brun noir les
ext. liserées et terminées de blanchâtre, les 2 ou 3 précédentes un peu terminées de
cette teinte. S. E. de l'Europs, Asie mineure, Turkestan, Perse, —— Signalèe comme ren ·
contrée près de Nice (Anmoom l902).

154 FAUNE DE FRANCE. —— orssiwx
moins allongé. Gd : 21 il 25; Pd : 15,5 à 17,5. Blanchàtres, plus fréquemment ver-
dâtres, bleuâtres, pointillés de gris et tachés d`olivâtre, de brun, de violet, de
noirâtre souvent surtout vers le gros bout. ‘
Dans les massifs de 1·oseaux, estivale et de passage, répandue dans toute la
France. -— Centre et S. de l’Europe, N. W. de l’At`rique.
A. cirpaceus HERMANN [Sylvia strepera Vxsint., S. af/înis HARDY]; Rous-
serolle elfarvatte. L 2 13 à 13,7; A Z 6,4 à 7,1; Q 2 5,5 à 6; T 1 2,2 à 2,4;
B : 1,7 à 1,8. Bec brun à base jaunâtre, patte brunâtre, iris brun rougeâtre.
_ df   Face sup. brun roussâtre plus ou moins olivàtre avec le croupion `
plus clair. Gorge et devant du cou blancs, reste de la face inf. blanc roussà-
tre, la poitrine et les llancs plus foncés. Léger sourcil blanc roussàtre. Joue
et côté du cou gris roussâtre. Aile (206) et queue d’un brun plus foncé que
la face sup., les plumes liserées de roussâtre ou d’0livâtre. La Q un peu plus
petite. — J. Plus roux dans Yensemble.
Nid semblable â celui de l`espèce précédente mais de taille moindre et dans une
situation analogue, ou bien beaucoup moins haut, hémisphé1·ique, dans un arbuste
plus ou moins éloigné de l'eau (ûalamoherpe a1·b01·ea Cnsrré, 1884). — œufs;
4 à 5 d'un ovale un peu court. Gd : 16,5 à 21,5; Pd : 12,5 à 14,5, grisâtres, blanc
verdâtre, verdâtrcs, bleuâtres, pointillés et tachés d`olivâtre, de brun noir, de
noirâtre.
Dans les massifs de roseaux, parfois dans les bosquets et les jardins, estivale
et répandue dans toute la France. —— Europe depuis le 58° latit. N., N. de l'Afri—
que, en hiver dans l`Afrique centrale.
A. palustrîs (Becnsr.} [Calanzoherpe pratensi.s· JAUBERT, C. 0bscur·0ce·
phala Dunois]; Housserotte verderolle. L : 13,5 à 14; A Z 6,5 à 7; Q Z 5,2 à
5,6; T : 2,2 à 2,3; B : 1,5 à 1,7. Bec brun noirâtreà base jaunâtre, patte
brun jaunâtre un peu verclâtre, iris gris brun. —— (j'   Face sup. gris brun
olivàtre légèr. nuancé de verdâtre et plus clair au croupion. Face inf. blanc
jaunâtre, le milieu de la gorge étant blanc, les côtés de la poitrine et surtout
les flancs nuancés de gris brunâtre. Léger sourcil jaunâtre. Joue et côté du
cou gris brun clair. Aile (207) et queue brunes, les plumes liserées de gris
olivâtre. -· J. Face sup. plus verdâtre, face inf. blanc roussâtre.
Nid ressemblant à celui de la précédente espèce, près de terre dans une oseraie,
un buisson, parfois dans une culture (seigle, chenevière), ou des hautes herbes.
—- (Eufs : 4 à 5 d`un ovale un peu allongé. Gd : 18 à 20; Pd : 13 à 14,5. Blanchâ-
tres, plus souvent gris bleu ou bleuâtres tachés de gris, de brun olivâtre, de noir,
Dans les cultures, les oseraies, les buissons et broussailles des endroits humides,
estivale et de passage, plus ou moins répandue dans presque toute la France. ——
Europe depuis la Baltique, N. W. de l’Afrique, descendant l’hiver très bas en
Afrique.
A. schœnobœnus (L.) (Sylvia phragnzilis BECHS’1`.j ; Rousserolle des
jones, Phragmite des jones. L 1 12,5 à 13; A: 6,4 à 7 ; Q C 5,1 à 5,6 ; T 2 2

FAUNE ne FRANCE. ·—— oiseaux 155
à 2,2 ; B : 1,-15 à 1,6. Bee brun à base plus claire, patte et iris brunâtres. —
@1   Face sup. gris brun roussâtre rayé longit. de noirâtre à la tête (209),
taché de la même teinte sur le dos, le croupion presque unicolore. Face inl`.
roussâtre clair, presque blanc à la gorge. Un sourcil blanc jaunâtre. Joue et
côté du cou gris roussâtre. Aile et queue brunes, les rém. second. les sus-
alaires et les rect. bordées de gris roussâtre. -— J. Ressemblant aux ad. avec
souvent les côtés de la poitrine maculés de brunâtre.
Nid en coupe, assez grossier, bâti avec des herbes sèches, des débris de feuilles
de roseaux, dans une toulle de plantes aquatiques, un buisson, ou entre les raci-
nes d’un Saule au bord de l`ean.-- (Eu/s: 4 â 6 d`un ovale variable. Gd : 17 â 203
Pd : 12 à 15. Jaunâtres ou gris roussâtrc pâle, très pointillés ou tachés de bru-
nâtre et de noirâtre.
Dans les roseaux, les broussaillcs du bord de l`eau, estivale, de passage, assez
répandue dans presque toute la France. -— Europe du 70** latit. N, à la région
méditerranéenne, Sibérie, Turkestan, cn hiver dans le N. de l'Al'riquc, l`Asie
mineure. ·
A. aquaticus (Gum.,) [Sylvia paludicola V1su.L.] ; llousscrolle aquatique,
Phragmite aquatique. L 2 12,5 â 13,3; A : 6 à 6,6; Q 1 4,8 à 5,1 ; T Z 1,95
à 2,1 ; B: 1,2 à 1,4. Bec brun à base jaunâtre, patte jaunâtre, iris noisette.
—— (jl   Dessus de la tête gris jaunâtre clair avec 2 bandes longit. brun noir
(ZUS), reste de la_l`ace sup. cendré olivâtre passant au roux au croupion,
avec des taches brun noirâtre, petites à la nuque et au croupion, plus larges
et allongées longit. sur le dos. Face inl`. jaunâtre linement striée longit. de
brun sur le côté du cou, de la poitrine et les flancs. Aile brun noirâtre â
rém. second. et sus-alaires bordées de gris olivâtre, rect. brunes liserées de
grisâtre. — J. Face sup. plus roussâtre, face ini`. plus pâle et plus striée. La
raie du milieu de la tête et les sourcils plus ternes.
Nid ressemblant à celui de l`cspèce précédente, plus souvent sur des plantes
aquatiques. —- (Eufx : 5 à 6, ovales. Gd : 15 à 18 ; Pd : 11,5 à 13,5. Gris verdâtre,
densément pointillés et tachés de gris, d`olivâtre, surtout au gros bout.
Au bord de l’eau, estivale et de passage, particul. dans le S. de la France.
·—- Centre et S. de l’Europe, remontant jusqu’à la Baltique, descendant l`lxiver
en Afrique.
  ’
, G. LOCUSTELLA Kaur; Locustelle. ·
Bec assez comprimé cn avant, à mandib. sup. â peine échancrée vers le bout. ·
Tarse à scutelles plus ou moins nettement visibles, légèr. plus long que le
médian armé. Aile plutôt courte, subaiguë ou subobtuse.
L. 11$Vll (Boon.) [Musczjzeta elivacea Koen]; Locustelle tachetée. L:
13,5 à14,2;A26 à 6,6; Q:5 à 5,6;'l`: 1,8 312,1 ; B: 1,3à 1,15. Bec
brun à base jaunâtre (20l), pattejaunàtre, iris brun clair. — d'   Face sup.

156 rauruz un riumcz. —— oiseaux
olivâtre tachée en long de brun noirâtre, plus finement à la tête, plus large-
ment au dos et' aux scapulaires. Face inf`. jaunâtre, presque blanche à la
gorge et au ventre, lavée de roussàtre et d'olivâtre aux côtés, avec les sous-
caudales et quelquefois le devant du cou tachés longit. de brun noir. Un
léger sourcil jaunâtre. Joue brune et gris roussâtre. Aile (210) et queue (205)
brunes, les réin. liserées de gris olivâtre, les rect. plus ou moins barrées de
plus sombre. — J. Plus pâles et plus tachetés.
Nid assez grossier, d`herbes et de tiges sèches, doublé de duvet de Saule et de
Peuplier, très près du sol dans une touffe d’herbes ou contre les racines d'un
arbuste. — (Eufs :5 à 6, quelquefois 7, ovales. Gd : 16 à 18 ; Pd : 12,5 à 14. Blanc
roussàtre, grisâtre ou rosé, ponctués et tachés de brun roux, de brun rouge un
peu plus densément vers le gros bout.
Dans les taillis, les buissons, les landes, estivale et de passage dans une
grande partie de la France. — Centre et S. de l’Europe, en hiver dans le N. de
l'Afrique.
L. luscinioîdes (Savx) ; Locustelle luscinioïde. L; 12 à 13,5; A :6,5 à
7,2 ; Q Z 5,8 à 6,1 ;T: 2,1 à 2,2; B: 1,5 à 1,7. Bec brun noir à base jau-
nâtre, patte brunâtre, iris châtain. — df   Face sup. châtain brunâtre,
avec les sus-caudales plus vives. Face inf'. blanchâtre, lavée de roussâtre à
la gorge qui est finement striée de brunâtre, de brun roussâtre au côté du
cou, à la poitrine, aux flancs et aux sous-caudales, ces dernières terminées
de grisâtre. Joue et région parotique blanc roussâtre, rém. et rect. brun
châtain, les premières bordées de clair, les secondes légèr. rayées transvers.
— J. De teintes plus ternes et plus foncées.
Nid ressemblant à celui de l`cspècc précédente, à peu de hauteur au-dessus de
l’eau, dans un massif de roseaux, plus rarement dans une broussaille ou une
toufïe d`herhes. ——- En/`s : 4 â 5 ovales. Gd 1 18 à 21,5 ; Pd : 14 â 15. Blancs ou
grisâtres, fortement ponctués et tachés de gris olivâtre, de brun olive, de brun
noir.
Dans les marais, de préférence parmi les roseaux, estivale et de passage dans
le S. et le Centre de la France. — S. et partie du Centre de l`Europe, pourtour
de la Méditerranée, en hiver jusqu'au Centre de l’Afrique.
L. fluviatilis \r\'oi.r ; Locustelle lluviatile. L 2 14,5 à 15,3; A Z 7 à 7,9;
Q 2 5,421 6,4 2 T 2 2 à 2,2 ; B: 1,4 à 1,6. Bec brunâtre, patte brun rougeâtre,
iris brun. — O"   Face sup. brun olivâtre. Gorge et ventre blanchâtres,
poitrine, flancs et sous-caudales lavés de gris brun légèr. olivâtre, la gorge,
le cou et les flancs un peu mouchetés de gris brun, les sous·caudales ter-
minées de blanc. Un faible sourcil jaunâtre, la joue variée de gris jaunâtre
et de brun. Les pennes d'un brun olivâtre un peu plus foncé que la face sup.,
les rect. un peu rayées transvers. La Q un peu plus petite. — J. Ensemble
plus foncé, plus brun, plus terne.
Nid comme celui de I’espèce précédente. — dïu/’s: 4 à 5 ovales, Gd : 18 à 22 ;

muse ne rames. — oiseaux 157
Pd : 14 à 16,5. Blanc grisâtre ou roussâtre, pointillés et tachés de gris et de brun.
Signalée comme très accidentelle dans l’E. de la France. — E. et partie du
Centre de l`Europe, Asie mineure, en hiver jusque dans l'Afrique centrale.
G. LUSCINIOLA Gnu; Lusciniale.
Bee effilé, très comprimé jusqu‘à la base, à mandib. sup. a arête vive, échan-
crée vers Pextrémité, à narines allongées. Aile courte, surobtuse. ltect. larges il
extrémité arrondie.
L. melanopogon (TEMM.); l.usciniole à moustaches noires, Amnicole à
moustaches noires. 1.: 13 à 13,5; A : 5,4 En 6; Q : 5 à 5,7; T : 1,9 à 2; B:
1,45 à 1,55. Bec brun, patte brunâtre, iris noisette. -(j'   Dessus de la
tête noir brun, reste de la face sup. brun châtain foncé, le dos tacheté
longit. de noir. llaut de la 1`ace int`., ventre et sous·caudales blancs, ces
dernières lavées de roussâtre, poitrine, tlancs et jambes brun roux. Long '
sourcil blanchâtre surmontant une bande noire du bec au travers de l'œil‘
Aile et queue noirâtres En plumes bordées de roussâtre. La Q un peu plus
petite. - J. Ne di1l`érant guère de l'ad. que par un plumage plus terne et
plus brun.
Nid en coupe construit avec des herbes sèches, des épis de Phragmites, du duvet
de roseaux et de Tamaris, dans un massif de roseaux. — (Eufs: 4 à 6, ovales.
Gd: 16,5 à 19; Pd : 12,5 à 14. Blanc grisâtre ou verdâtre, finement tachetés de
gris olivâtre, de brunâtre. _
Dans les massifs de roseaux, les broussailles des marais, en quelques points du
S. de la France. — S. et surtout S. E. de l’Europe, N. E. de l'Afrique.
G. CETTIA Bour. ; Bouscarlc.
Bec assez comprimé, ii mandib. sup. légèr. convexe, peu échancrée vers
l`extrémité, à narines allongées, étroites. Tarse à scutelles peu nettes, nettement
plus long que le médian armé. Aile courte, surobtuse. Rect. En extrémité large,
arrondie. `
C. cetti (Mann.) [Sylvia sericea Taima.] ; Bouscarle cetti. L : 13 à 14; A :
5,4 à 6,5; Q :6 à 6,5; T : 2 à 2,2 ; B 2 1,4 a 1,5. Bec noirâtre à base jaunâtre,
patte brun clair, iris brun.- gf   Face sup. brun marron sombre. Face
int`. blanche, la poitrine jaunâtre, les tlancs, les jambes et les sous-caudales
brun roux, ces dernières à bout blanc. Sourcil blanchâtre. Paupières blanches,
l’œil barré de noir. Aile brune à plumes liserées de marron. Rect. brunes
légèr. bordées de marron et faiblement rayées transvers. La Q un peu plus
_ petite et de teintes plus ternes. — I. Plus terne et plus brun.
Nid en coupe, assez bien construit avec des herbes et des feuilles sèches, près
du sol, dans des herbes aquatiques ou des broussailles. — (Eu/`s : 4 à 5, ovalesi
Gd : 17,5 à 19,5 ; Pd : 13 à 14,5. Gris rouge, brun rouge ou brique, sans taches.
‘l 1

158 imuxm ne rnarzcxz. — oiseaux
Au bord de l'eau, dans les roseaux, les broussailles, les grandes herbes.
sédentaire ·0u un peu erratiqne, dans le S. de la France, la Corse. —— S. de l’Eu-
rope, Asie mineure, Palestine. .
G. CISTICOLA Kane; Cislicolc.
Bec très comprimé en avant, à mandib. sup. recourbée dans presque toute sa
long., non écliancrée vers l'extrén1ité et très pointue, à narines oblongues et
grandes. Tarse de la long. du médian armé. Aile courte, très arrondie, surobtuse.
, C. cisticola (Tsim.) fCz`slz'c0Za s¢·hœm'¢·0la Bonn-.]; Cistieole ordinaire.
l. : 10,551 11,2; A : 4,6 à5,2; Q :3,6 à 4;T: 1,6 à 1,8; B : 1 à1,2. Bec
brun à base claire (196), patte brunâtre pâle, iris brun. — Cf   Face sup.
d’un roux plus ou moins grisâtre, le croupion plus roux, avec le centre de.
plumes brun noir, celles du croupion l’étant peu ou pas. Face inf`. blanchâtre,
la poitrine, les flancs et les sous—caudales d`un roussâtre lavé de jaune. Aile
(198) brune à plumes ·bordées de roussâtre, rect. (199) brunes bordées de
roussàtre, les latér. terminées de blanchâtre avec une tache subterminale
noiràtre. La Q plus petite et plus tachée à la face sup. — J. Plumage plus
ter11e.
Nid ellipsoïde on fusiformc avec une ouverture latéro-supérieure, artistement
construit avec des fins brins d'herbes sèches et surtout des matières cotonneuses
et soyeuses (duvet végétal, laine, fils d’Araignées), solidement fixé à quelques
décimètres de hauteur à des feuilles et des tiges de Carex, de Joncs, de hautes
( herbes. ——— (Eufs : 4 à 6, d`un ovale un peu allongé. Gd : 14 à 17; Pd : 10 à 13.
Très variables comme couleur : blancs, bleuâtres, rosés, unicolores ou tachés de
—* gris rose, de brun vineux, de brun noir. ·
Dans les prairies humides, les marais, des départements bordant la Méditer-
ranée. — S. de l’Europe, Asie mineure, Egypte.
F. TURDIDAE -·
Oiseaux de dimensions assez variables, jamais de grande taille. Bec quasi·droit,
plus ou moins comprimé, avec quelques poils à la base, à mandib. sup. un pep
courbée et le plus souvent légèr. échancrée vers la pointe. Narines basales,
ovales, en général en partie operculées. Doigt ext. un peu soudé au médian à la
base. Ongle du pouce le plus souvent plus court que le doigt. Aile variable, à 10
rem. prim., la première petite, les second. non échancrées à l`extrémité. Queue
jamais fourchue ni étagée, normal. à 12 rect. Sexes souvent différents, jeunes
toujours différents des adultes et à plumage tacheté. ,
Nid variable, souvent bien bâti. (Eu/`s normal. ovalaires et au nombre de 4 à 6,
unicolores ou tachetés. *
Régime insectivore, vermivore, assez souvent aussi baccivore. Oiseaux rare- -

rsuxvs ne manon. —- oiseaux 159
ment sociables, le plus souvent migrateurs, arboricoles ou plus ou moins
terrestres. ·
Chant varié, souvent bien développé et harmonieux.
TABLEAUX DES ESPECES
1. liect. lat. avec une grande partie basale blanche, noires ou brun
foncé dans la partie distale, recouvertes sur au moins les 3/5
par l'aile. Pattes noires ou noiràtres. Moins de 20 cent. de long. . 2
— llect. lat. sans partie blanche basale visible ........ fi
2. Aile de moins de 8 cent. de long. Croupion et sus-caudales sans
blanc. Face sup. bien tachetée. Bec subconique en avant . . .
............. Pratincola rubelra (p. 173)
— Aile ayant sensibl. plus de 8 cent. de long. Au moins partie du
croupion et sus·caudales blanches. Face sup. non tachetée chez
l’adulte. Bec comprimé en avant (211) [G. Sa.2·z'c0la] ..... 3
3. Première rém. dépassant très sensibl. les grandes sus-alaires ant.
Tarse à peine plus long que le médian armé. La plus grande
partie du plumage noire ou brun noir. . Sa.z·z`c0/a Ieucura (p. 176)
— Première rém. dépassant très peu ou pas les grandes sus-alaires
ant. Tarse nettement plus long que le médian armé. La plus
grande partie du plumage de couleur claire ........ 0
G. Deuxième rém. plus grande que la 5°. Tarse de près de 1/3 plus
long que le médian armé. Dos gris cendré ou gris roussâtre. Sour-
cil blanc ou blanchâtre net ..... Saxicola œnant/1e(p. 174)
—- Deuxième rém. plus courte que la 5°. Tarse d’envir0n 1/5 plus
long que le médian armé. Dos roussâtre clair ou roux sale. Sour-
cil faible ou nul ................. 5
5. Gorge noire ou noirâtre (212) .... Saxicola hispanica (p. 175)
— Gorge blanche ou blanchâtre (213). . . Sa.z1°c0la stapazina (p. 176)
6. Rect. lat. avec une grande partie basale rousse, noiràtres dans la
partie distale. Bec assez acuminé, un peu bombé entre les nari-
nes (214). l" rém. dépassant sensibl. les grandes sus-alaires ant.
Moins de 16 cent. de long ..... Cyanecula suecica (p.170_)
— Rect. lat. unicolores ou quelquefois liserées ou tachées à l'extré-
mité, mais jamais de deux teintes nettement séparées transvers. . 7
7. Au max. 16 cent. de long. Bec à peu près moitié de la·tête en
long. (78 p. 53). 1"° rém. dépassant nettement les grandes sus-
àlaires ant ...... , ...... _ ...... R
- Plus de 16 cent. de long. Bec de long. nettement sup. à la moitié
de la tête (82 p. 51). l'° rém. plus courte que les grandes sus- i
alaires ant., exception. un peu plus longue: . . . .... Il

160 xxwss ma 1-names. oismux
8. Aile de moins de 7 cent. de long. Face sup. plus ou moins tache-
tée chez l’ad. Queue unicolore. . . Pratincola rubicola (p.174)
— Aile de plus de 7 cent. de long. Face sup. non tachetée chez l’ad.
Jamais de blanc au croupion. ............ 9
9. Queue unicolore, brun olive comme la face sup. Haut de la face
inf. et extrémité des grandes sus-alaires second. roux vif cher
l`ad. Tarse quasi—botté (215) .... Erythacus rubecula (p. 171)
-— llect. médianés nettement plus foncées que les lat. qui sont
rousses comme les sus—caudales. Haut de la face inf. jamais roux
vit`. Grandes sus-alaires second. unicolores. [G. Pha·m'cnr·u.s·] . . 10
IO. Deuxième rém. à peu près égale à la 6*; 5° plus courte que la 4°.
Face int'. toujours en partie rousse ou roussâtre ......
............ Plza·n1'r·urus phœnicurws (p. 172)
—— Deuxième rém. ii peu près égale à la 7°. .`3" à peu près égale à la 4°.
Face inl`. peu ou pas roussàtrc, en partie plus ou moins noire ou
grise ........... I)hœnz`c·urzzs orhrurus (p. 172)
11. Moins de 20 cent dc long. Face sup. et queue unicolores et d'un
brun variable. Plumage non ou faiblement tacheté. Doigts lat.
égaux. Tarse habituell. sensibl. plus long que le médian armé . . 12
— Presque toujours sensibl. plus de 20 cent. de long. Tarse général.
à peine plus long que le médian armé .......... 11
12. Troisième rém. la plus longue. 2" au moins égale à la 5°. Gorge et
devant du cou blanchâtres. [G. Luscinia] ....... . . 13
_ — Troisième et 4° rém. égales et les plus longues. 2” plus courte que —
L la 6". 1"un peu plus longue que les grandes sus—alaires ant. .
.............. Calliope calliope (p. 170)
13. Première rém. dépassant un peu les grandes sus-alaires ant. (216).
2" presque égale à la 5°. Tarse nettement plus long que le médian
armé. Poitrine à peine plus foncée que le reste de la face int'. .
....... — ..... Luscz'nz'a megarlzyncha (p. 169)
— Première rém. beaucoup plus petite que les grandes sus-alaires
ant. (217), 2° à peu près égale à la 4". Tarse à peine plus long que
le médian armé. Poitrine nettement plus foncée que le reste de
la face inf ........... Luscinfa luscinia (p. 169)
11. Queue sensibl. plus longue que le 1/3 de la long. totale, général.
couverte sur environ moitié par l’aile. Bec nettement comprimé, ` .
Z1 maxille un peu échancrée à la pointe (B2 p. 51, 218). Rect. an-
guleuses à l'extrémité (219). Tarse à peu près égal au médian
armé [G. Turdus) ................ 15
—- Queue s’éloignant peu du 1/3 de la long. totale, recouverte sur
plus de moitié par l’aile. Bec peu comprimé, à maxille non
échancrée à la pointe (220). Tarse nettement plus long que le
médian armé [G. Monlicolal ............. 26

num: mx inixtzr. - msrmcx HRI
·   _,«•r!! _
2/I A/il   J lîilâë
"R ` t
x I
`\ 1* '  ' %\
X \ ·à*‘ l  L)/L) I ts
/[--î·¢.   * `
2/.7 \·· ftlàlll ll\,__\· 4. -    xp  . ,
  _   rn  ·.  ·._,.   M -
`. ~  " v/4 i·  "
\~ U ‘ _
. ¢ ·<\ st
`\ ] É \ X
sàî   »   S
W  ,= ·` ¤ ¤ QV "   `  
` il I ._¤._ V »; \\  
i· ~ ill " l` ’ , \ C
    _ \'L/ \ ,« li
œ   I ;Zy},î?%,•;jï:£V\È,. l   È  
~~€« :<.~‘v*".::`;1.î .,    
zâg · .·__.· ; ,. ··   b If, î
217 ill, z1«»’ `
'\ .
" . . ·
·£ c   à
J   l     R, il
I gw -. sb ~   ` I`
\  H! .=·= _-—·E i   S  
‘  Ill; " ·'    ~ ·  A
Y · _ ` `   '
','   n
l·`im'nES 211 à 220. — 21], Sa.z‘r'v0la aenanlhe, tûtc; 212, Saœicnla hispanicn, 11*10;
213, Saœicola slapazina auri/a, lôtc; 214, Cyanecula suevim (3*, tûlc; 2|`i,
_ Erythacus vubecula, paltc; 216, Luscinia rnegarhynvhn, ailc; 217, Luscinia lux-
cinia, ailc; 218, Turdus musicus, tôtc; 219, fd., rcct.; 220, M0n!i¢·0la smmli-
lis d', têlc.
15. Plumage très 1`0ncé ,dans Vcnsemblc (noir, En l'0ml noir. ou cn
grande partie brun noir). Milieu du vcnlrc _lL\lllJ\l*~l blanc pur.
Pas de sourcil nct. Ilcct. unicolorcs ........... III
-— Plumuge exception. très foncé. (Dans ce cas, rect. marquées
de blanc ct sourcil clair.) Au moins milieu du vcntrc et partie
des sous-caudalcs blancs .' .... . ....... 17
IG. Sixième rém. prim. rétrécic au bord cxt., un peu plus longue que
la 2°. Jamais de hausse-col clair. Plumes de la 1`acc inl'. non
‘l It `
11

I62 rarmz ne rxmxce. — oxsmrx
bordées de clair ......... Turdus mcrula (p. 163)
-— Sixième rém. prim. rétrécie au bord ext., nettement plus courte
que la 2% Un hausse-col blanc ou clair. Plumes de la face inf.
plus ou moins bordées de blanc ou de clair ........
............,. Turdus torquatus (p. 163)
17. l·`acc· sup. et la plus grande partie de la face inf. En plumes jaunes
dans la partie distale et bordées de noir formant des croissants
transvers. ........... Turdus dauma (p. 164)
~— Face sup. à plumes jamais jaunes dans la partie distale avec une
bordure noire .......... . ....... 18
,18. Barbes int. des rect. lat. en grande partie roux de rouille. Poitrine
et flancs plus on moins taches de roux nnn·r«»n ou de brun. .
............. 1'1u·¢lu.v nnzmzmmf tp. 166)
· —— lîarbcs int. des rect. lat. avec très peu ou pas de roux de rouille. . 19
19. Trois rect. ext. terminées de blanc. Face sup. noir bleuàtre ou
brun olivàtre unicolore. Large sourcil blanc ou roussâtre. Sous-
caudales unicolores ........ Turdus sz'bz`r1'c·us (p. 164)
-- Hect. unicolores ou avec seulement une `petite bordure blanche
ou blanchâtre. . ....... . ........ 20
20. Barbes int. de la plupart des rém. roux de rouille. Sourcil rous-
sâtre rejoignant une moustache de même teinte pour encadrer
la région parotique foncée. Poitrine et flancs à lunulcs transvers.
noiràtres ...... ’ . .* . . . Turdus CLLIIOIIZILS (p. 166)
—— Barbcs int. des rém. avec très peu ou pas de roux de rouille. . . 21
21. l·`lancs non taclietés ou finement striés longit. de plus foncé,
1·este de la face inf. non tacheté ou seulement ix la gorge et
ii la poitrine. ...... - ............ 22
— lflancs toujours très bien tachetés, reste de la face inf. au moins
en partie tacheté ............ . .... 23
22. Flancs jaune brun olivàtre unicolore. Grand sourcil blanc ou
roussâtre. Face sup. en entier brun olive unicolore .....
............ . . Turdus 0b.§cu1·us (p. 168)
— Flancs grisatres, plus ou moins nettement striés de gris brunâtre.
Sourcil très peu net. Face sup. cendré olivàtre plus foncé au
dos ........... / . Turdus üll'lg"llIOI'l-S (p. 167)
23. Flancs et sous·alaires marron rougeâtre. Large sourcil roussâtre.
Face sup. et rect. unicolores ..... Turdus iliacus (p. 166)
—— l•`lancs et sous·aIaires jamais marron rouge ou de teinte appro-
chante. Sourcil très faible ou nul ..,........ 2!1
20. lïos et scapulaires de teinte nettement différente du reste de la
face sup. Patte noire ou noirâtre. Souœalaires blanches ....
............... Turdus pz`Ia1·i.s· (p. 167)
— Face sup. unicolore ou quasi-unicolore. Patte brun clair. . . 1 25
· ‘

raosa us rn ixus. — oiseaux 163
25. Sensibl. plus de 25 cent. de long. Sous·alaires blanches ....
.............. Turdus Vi8Cl.VOl'lIS (p. 165)
— Sensibl. moins de 25 cent. de long. Sous-alaires jaune roussàtre.
............... Turdus musicus (p. 165)
26. Deuxième rém. presque égale à la 3°. Aile couvrant plus des 2/5 de
la queue. (]elle·ri ii rect. médiaires de teinte di11`éreute des lat.
Sus-eaudales plus ou moins rousses. . Monticoln .1a.vut1'lis (p. 177)
- Deuxième rém. it peu près égale à la 5°. Aile ne couvrant guère
plus de moitié de la queue. Celle-ci unieolore. Sus-caudales ·
jamais rousses ........ ilfontfcola cyanea_ gp. 177)
ti. TURDUS 1.. ; 1lIw·h•, (ïrive.
Bec aussi haut que large ii la base, à arête bien accusée entrant un peu dans les
plumes du l`ront,ce dernier subanguleux. Aile subobtuse ou obtuse, la premi(·re
rem. étant comptée. Queue un peu arrondie. Plumagc le plus souvent plus ou
moins taeheté (grivelé) a la face inf.
T. motllla L.; Merle noir, Merle à bec jaune. L: 25 à 27; A: 12 à 13,/1;
Q: 10,5à 11.7; T:3a 3,2; B: 2,2 a 2,3. Bee jaune [(3*] (62, p. 5I) ou
brun   patte et iris bruns. Ilém. prim.: 1° ou li", #1° et 5° les plus
longues. — d'. Plumage entier. noir avec le bord des paupières jaune. —
Q. Face sup. et pennes noir légèr. olivâtre. Gorge blanchâtre, poitrine et
épigastre brun roux, striés longit. et mouchetés de brun noir. Reste de
la face inf. gris brun. — J. Face sup. brun foncé avec le milieu des plumes
plus ou moins roussâtre, face inf. brun plus clair, surtout le ventre. les
plumes bordées brun foncé.
Nigl épais, en coupe, extér. de radicelles, de mousse, întér. d'herbes sèches
plus ou moins engluées de terre, à peu de hauteur, parfois très bas, dans
un buisson, une enfou1·chure d`arbre. — (Eu/`s : 4 à 6, exception. 3, d`un ovale
variable. Gd: 24 à 35 ; Pd : 18 à 24. Blanc verdâtre, olivàtre ou roussàtre, taehés
et mouchetés d`une façon plus ou moins apparente, de brun roux et de roux,
parfois surtout vers le gros bout.
Dans les bois, les bosquets, les haies, sédentaire et de passage, commun dans
presque toute la France. -· \V. de |'Europe, du cercle arctique aux Pyrénées,
à l‘Autriche et h la Hongrie. _
S. E. T. m_. SCIZIGDBII Tscnusi. A : 12 à 12,7. — (j'. Bec orangé, patte brun
foncé. Plumage noir pur avec la pointe de l'aile brunâtre. — Q. Face sup. brun
olivâtre avec le bonnet plus foncé. Face inf. à fond gris chatain variable. — Corse.
T. tofqllûtlls L. Q Merle à plastron. L 1 28 à 29; A: 13,5 à 1-1,5; Q: 11
à 11,8; T: 3,2 à 3,5; B: 2,5 à 2,6. Bec brun à base plus ou moins jaune
orangé, patte et iris bruns. Rém. prim.: 3° >, 2° = 5°. — (j'. Noir '
brunâtre avec les rém., les sus-alaires, les plumes du ventre et les sous-

llil mtviz lu; l}t\NClZ. — msmtx
Cillltlâtlëb bordées de blanchâtre ou de grisâtre. [in large hausse-col blanc
pur en été. lavé de brunâtre en automne.   Brun fuligineux à la face
sup., gorge blanchâtre striée de brun, reste de la face inf. brun, les plumes
bordées de blanc plus ou moins roussâtre. llausse-col grisâtre ou roussâtre.
llém. second. et grandes sus-alaires liserées de blanchâtre. —- J. Plumage
brun, la face sup. tachetée de roussâtre, la face inf. variée de blanchâtre
et de jaunâtre. Aile à plumes bordées de gris et de roussâtre.
Nid ressemblant assez Ft celui de Yespècc précédente et dans une situation ana—
logue ——- (Eu/iv : 4 a 3, ovales. Gd 1 26,5 ii 33,3; Pd : 19,5 En 23. Vert bleuâtre, xert
brunâtre, plus rarement bleuâtrcs, taehés de brun et de brun rouge.
Dans les bois, les bosquets, les haies, de passage régulier et plus ou moins
répandu dans presque toute la France. -— N. \`\'. de l`IÈurope, descend l`l1iver
jusqu`au N. Y". de l’Al`iique.
S. li. T. É. 3lp9StI`îS Bnnnu. Ditfère du type par les plumes de la face inf.
avec une tache médiane blanche et largement bordées de la même couleur. Alpes,
Pyrenées. —— Montagnes du S. et Centre de 1'Europc, Asie mineure.
T. Siblrictls Paxmxs; Merle de Sibérie. L Z 24à 25; A 2 11,6 à 12,2; Q :
8,4 à 9; T : 3; B: 2,2 à 2,5. Bec noir à base jaunâtre, patte brun clair, iris
brun foncé. —- dl Plumage arcloisé très foncé avec le sourcil, le milieu du
ventre, le bord des plumes du côté du ventre et des sous-caudales blancs
ainsi que Yextrémité des 3 rect ext. -— Q. Face sup. brun olivàtre. Gorge
blanc roussàtre tache d'olivâtre, reste de la face inf. brun olivàtre taché de
blanchâtre, avec le milieu du ventre blanc. Sourcil jaunâtre. Aile et queue \
brun foncé à plumes bordées de plus clair, les 3 rect. evt. terminées de
blanc. — ./. ressemblant beaucoup à la   ‘
NM co111me celui de T. merula. —— (Euh: 4 En 3, ovales. Gd : 26 it 31 ; Pd 2 19
En 22. Blanc grisâtre ou olixâtre, gris verdâtre pâle, taches dc brun châtain, de
brun, de brun noir.
tlapturé tres accident. en France. - Sibérie, descendant l`hiver dans le Centre
et le S. de l’Asie. Excursionue en Europe jusque dans l`\`V.
T. dauma Laru., S. E. T. d. 3l1I‘8US Hou., ; Merle doré. L: 29 à 30,5;
A: 15,2 à 16,2; Q: 11,2 à 11,8; T: 3,2 à 3,8; B: 2,7 à 3,1. Bec brun à base
jaunâtre, patte couleur chair, iris brun. 14 rect. — (jl   Face sup. à plu-
mes brun olivâtre dans la région distale, ensuite plus ou moins jaunes et ter-
, minées par une bordure noire formant des croissants transversaux. Face inf.
blanchâtre, les plumes, sauf celles du liautide la gorge, du milieu du ventre
des sous-caudales, terminées de jaune puis de noir comme à la face sup. Aile
brun noir â plumes plus ou ll1()lIlS liserées et terminées de fauve. 2 rect.
médianes olivâtres, les autres brunes un peu terminées et liserées de blanc
etde roussâtre. -— J. llessemblant beaucoup, mais en plus terne, aux adultes.
.Vn/ Ii moyenne hauteur sur un arbre, ressemblant à celui des espèces précé-

FAUNE DE FRANCE. — OISEAUX 165
dentes. — (Eu/'.•: 4 â 5, ovales. Gd: 30 à 33; Pd : 22 à 23. Blanc xcrdâtre, gris
verdâtrc, roussâtres, plus ou moins nettement et densement taches de ln un rouge-
. llencontrtï très accident. dans l`E. et le S. de la France. — N.-E. de l`Asie, des-
cend en Chine et jusqu`aux Philippines. Accident. en Europe jusque dans l`\«`\`.
T. V18C1V0!‘\lS L.; Merle draine. l.! 28,5 à 30; A: 14,5 à 15,8; Q C 10,5
à 12; T: 3,2 à 3,4; li: 2,4 à 2,6. Bec brun à base jaunâtre, patte couleur
chair, iris brun noisette. Rém. prim. : 3°>. -= d'   Face sup. gris brun
olivâtre. Face ini`. blanc jaunâtre à taches brun noir plus allongées cn liant.
plus arrondies en bas. Un très l`aible sourcil et tour de l'1eil ronssâtres. Aile
brunâtre à plumes liserées de blanchâtre, les sous-alaires blanches. ltect.
brunâtres liserées de blanchâtre, les ext. surtout. La Q à plumage un peu
plus terne. — J. Ressemblant à la  
Nid assez volumineux, en coupe, de brindilles et radicellesâ l`exterienr,«l`herbes‘
sèches un peu gâchées de terre à Fintérieur, â une hauteur moyenne sur un arbre.--
(Eufs : 4 ix 5, d`uu ovale très variable. (id : 28 a 32,5: Pd : 2l ia 23,5. Blanc grisâl
tre, verdâtre, roussâtre, plus ou moins densement taches de brun, brun rougeâtre
ou brun noir, assez souvent surtout vers le gros bout.
Grand mangeur de baies de Gui. Dans les bois, les bosquets, sédentaire et de
passage dans presque toute la France. — N., Centre et partie du S. de l`Europe,
1`hiver jusqu`au N. de l'Afrique.
T. m\lBi¤llS L. [Turdus philonzelos llasnuj; Merle grive, Grire musi- 4
Cienne. 1. Z 22,5 à 23,2; A Z 11,5 En 12,2; Q: 8,2 à E); T Z 3,2 à 3,5; ll: 2,1 â
2,3. Bec brun à base un peujaunâtre, patte brun clair, iris brun foncé. llém.
prim. 2 3" et 4’ ï. — Cf   Face sup. brun olivâtre un peu nuancé de gris.
Face inl`. blanche, lavée de jaune roussâtre â la poitrine et aux llancs et
mouchetée de brun noirâtre et de brun. 'l`om· de l'«eil jaunâtre pâle, joue
marquée de jaunâtre et de brunâtre. Aile comme le dos avec un lin liseré sur
quelques rém. et extrémité des grandes sus-alaires roux de rouille. Snus·
alaires roux jaunâtre. Queue comme le dos. — J. Les plumes de la face sup.
bordées de roussâtre; la face inf. plus pâle que chez l’adulte.
Nid en coupe profonde, dc mousse, de radicelles, de lichens et d`henbes seches
it 1'extérieur, l`intericur constitué par un melange de tcrrc, de bois xermoulu, de
menue paille â Faspcct cartonne, formant une ecuclle lisse. A peu de hauteur sur
un arbre ou dans un buisson. — (Eu/'¢ : Il â ti, parfois 4 seulement, «l`un male un
peu court. Gd : 24,5 à 30; Pd : 19 à 22. Bleu xerclâlre, presque nnicolores ou taches
et pointillés de brun, de brun noir et de noir.
. Dans les bois, les bosquets, les haies, les vignes, estival ou de passage dans
presque toute la France. Quelques individus restent en hiver. — Europe du UW
latit. N. jusqu'aux Pyrénées, aux Apennins, à la Grèce, l`hi\er dans la region cir-
cumméditerranécnne.
ll’¢=mm·que: Un certain nombre d`ornilhologucs considèrent la (irive musicienne
de l·`rnncectdcBelgi«p1e comme appartenant En la S. li, T m. clarkei ll \n'nm·.

166 Faust: in; raaxcs. —— oismtx
<|`Angletcrrc ou elle est sédentaire, qui diffère du type par sa fare sup. brun rou-
geâtre vif surtout â la tête. Pour eux T. m. musicus   serait uniquement sep-
tentrional et seulement de passage dans le Centre et le Sud de I`Europe.
T. ilîaclls L. [Turdus nzusicus L. in Ifanrsarj; Merle mauvis, Grive
l1lt1I.lV1S.14Ã21,8 à 22,5; A 2 11,1à 11,9; Q: 8 à 8,2; T: 2,8 à 3; B: 2,1
à 2,3. Bec brun foncé à base un peu jaunâtre, patte brunâtre, iris
brun. Hém. prim. : 3° >,·2" presque égale à la 4°. —— Q1   Face sup. et
queue brun olivâtre. Face inf. blanchâtre avec les flancs largement tachés
ou lavés de marron rouge et mouchetée sauf le milieu du ventre, de brun
noirâtre et de brunâtre. Large sourcil, trait sous l’œil et moustache blan-
chàtres, le premier et la dernière encadrant la région parotique brune striée
longit. de blanchâtre. Aile brun olivâtre à plumes finement liserées ou
terminées de roussàtre. Sous-alaires marron rouge. —— J. llessemblant aux
adultes, mais à plumes de la face sup. un peu bordées de clair, la face inf,
plus mouchetée et les flancs moins marron rouge.
Nid en coupe, doublé d’herbes sèches et de radicelles gâchées de terre, à peu
de hauteur, parfois même à terre dans les broussailles et les forêts. — (Eu/ic: 5
ii 6, quelquefois 4 seulement, d’un ovale un peu court. Gd : 22 à 26; Pd : 17,5
à 20. Blanc bleuâtre, gris verdâtre ou roussâtre pâle densément mais plus ou
moins nettement tachés et pointillés de brunâtre et de roux.
Dans les bois, les bosquets, de passage et quelquefois hivernal, dans presque
toute la France. — N. de l'Europe et de l’Asie et régions montagneuses du Centre
de l’Europe, descend l`hiver jusqu’au S. de l’Asie et le N. de l’Afriquc.
T. naumanni TEMM.; Merle de Naumann. L : 24,5 à 25; A: 12,5 a 14;
Q: 9,5 à 10; T: 3,2 à 3,4; B : 2,3 à 2,4. Bec brun à base jaunâtre, patte
' brunâtre, iris brun. ——— (jf. Face sup. gris brun variable, les plumes plus ou
moins liserées de brun roux, avec le croupion et les sus—caudales roux
rouge. Face inf. d'un roux rouge variable plus ou moins marqué de blanc,
avec des taches noiràtres du bec sur les côtés du cou et le ventre blanc.
Sourcil roussâtre ou roux. Aile brune, la plupart des plumes bordées de
roussâtre. lïect. rousses bordées et terminées de brun, surtout les niédianes.
—   Plus petite. Face sup. beaucoup plus grise, le croupion et les sus-
caudales gris roussâtre. Face inf`. beaucoup plus claire, moins rousse, plus
lavée de gris, le coté du cou et de la poitrine bien plus tacbés de noirâtre.
Sourcil plus clair. Aile et queue avec moins de roux et plus de gris. —-
J. Iiessemblant ii la Q, mais beaucoup plus tachés.
Avtldi/ïllüliûïl inconnue. `
Quelques captures dans le S. de la France. —— Sibérie, descendant l`11ivcr xers
le S. de l’Asie. Accident. en Europe jusque dans l'\«V. _
T. Gtlnûmlls TEMM. [Turdus fitscalus PALL.]; Merle brun. L : 24 â 25;
A : 12,2 à 13,4; Q: 9.5à 9,8; 'l` 2 3,2 à 3,5; B: 2,351 2,4. Bec brun noir à

rsrmz ma russes. -- oiseaux 167
base plus claire, patte et iris bruns. — Q'. Face sup. brun noir, nuancé de
gris au dos, les plumes étant liserées de roux. Gorge et devant du cou rous-
sâtres plus ou moins marqués de roux brun et bordés de chaque côté par
des rangées de petites taches noires. Poitrine noire, les plumes bordées de
blanc roussâtre. Milieu du ventre et sous-caudales blancs, ces dernières à
base brune. Flancs blancs très fortement tachés de triangles noirâtres.
Sourcil et moustache roussàtres, encadrant la région parotique foncée. Aile
brun noir, la plupart des plumes largement bord_ées de roux de rouille.
Rect. brun noir faiblement liscrées de roux. -   Un peu plus petite. Face
sup. plus claire. Face inf. également plus claire, le plastron noir de la pois
trine très faible, les flancs moins tachetés. Sourcil et moustache plus clairé
et plus larges à leur réunion derrière la région parotique. Aile et queue in
plumes plus largement liserées de teinte claire. — .I. Face sup. ii liser-
clair des plumes plus large. Face inf. blanchâtre très tachée de foncé.
Nid ii terre ou à pcu de hauteur sur un buisson ou un arbre. — (Eu/`x J 5 il 6
d`un ovale court. Gd : 24 à 30,5; Pd: 19 ii 2l. Olivâtrcs très taches de brun roux.
Capturé dans le S. de la France. — Sibérie, émigrant dans le S. du l’Asic.
Accident. jusque dans l’\’V de l'Europe. .
T. pilûfls L.; Merle litorne, Grive litorne. L: 2'7 à 28; A : 1421 15,3; Y
Q: 11 à 11,5; T Z 3,2 à 3,5; B Z 2,25 à 2,45. Bec brun à base jaune, patte
n0irâtre,'iris brun. Rém. prim. : `3° >, 4° > 2° > 5", — (j'   Face sup. et
joue gris cendré légèr. taché de brunâtre à la tête, le dos, les scapulaires et
les sus-alaires étant bruns. Face inf. blanche, le cou et la poitrine étant
lavés de roux jaune et tachetés de brun noir, sauf au ventre. Rém. et sus-
alaires ant. brunes liserées de grisâtre. liect. noirâtres, les ext. un peu bor-
dées de grisâtre. La Q·un peu plus petite. — J. Dessus de la tête, con et
eroupion lavés de brunâtre, les plumes du dos à centre rouille et bout noi-
ràtre. Haut et côté de la face inf. à taches noirâtres arrondies.
Nid en coupe, volumineux, à matériaux fortement mélanges de terre sur un '
arbre. — (Eufs : 4 in 6, exception. 7, d`un ovale variable. Gd : 26,5 in 33,5; Pd :
19,5 ii 23. Blanc grisâtre, roussâtre, gris olivâtre, vcnlàtres, tachés et pointillés
d'une façon plus ou moins apparente et dense, de roux, de brun rouge ou de
brun, parfois surtout autour du gros bout. '
De passage ou hivernal, dans les bois, les prairies, les champs, répandu dans
presque toute la France. — N. de l`Europe et de l'/tsie, en hiver jusque dans lc
N. de l'Afrique, l'Asie mineure, l"Inde N. W.
T. atrigularis 'l`xaMM.; Merle à gorge noire. L 1 28 ii 29; A : 12,5 En li;
Q Z 9,5 à 10,6; T : 3,2 à 3,4; ll :2,1à 2,5. Bec brun noir En base jaune,
patte et iris bruns. — çj'. Face sup. cendré olivâtre plus foncé sur la tête et
le dos. Gorge, devant et côté du cou, face et haut de la poitrine noirs, les
plumes un peu bordées de blanchâtre. Reste de la face ini`. blanchâtre, lavé
de gris brunâtre sur les côtés et aux sous-caudales, les llancs et ces der-

168 i FAUNE un rkawei-:. — oisisarv
nièrcs léger. et linexnent striés longit. de gris brun. Aile et queue brun noir,
les plumes liserées de clair. ——   Face sup. un peu plus pâle. Gorge,
devant et côté du cou blanc roussâtre tachés longit. de noir. Haut de la poi-
trine à plumes noirâtres largement bordées de grisâtre. Flancs plus nette-
ment striés que le gît. Faible sourcil et moustache roussâtres, encadrant la
région parotique foncée. Aile et queue plus clairs que chez le (j'. -4
J. Teintes plus claires, moins pures, la poitrine peu noire, la face inf. plus
taehetée. .
Nil construit surtout avec des herbes sèches gàchées avec de la terre, En peu
de hauteur sur un arbre. —— (Eu/is : 4 à 5, ovales. Gd : 27,5 il 30,5; Pd t 20,5 à
23. Olivâtres taches très dcnsément de brun roux. i
Capturé plusieurs fois en France, particu]. dans le S. — \V. de la Sibérie.
en hiver Asie centrale et S. W. ; accident. en Europe jusqu`cn Angleterre.
T. ODSCUIUS Gnizr.; Merle obscur. L: 21,5 à 22; A 2 12,121 13; Q: 8,4
En 9; T : 3,1 à 3,3; B : 2,1 ii 2,3. Bee brun à base jaune, patte brun clair, iris
brun. — @*1. Face sup. brun olivâtre, ardoisé et plus foncé à la tête qui est
légèr. tachée. Menton blanchâtre. Gorge, devant et coté du cou, poitrine
gris ardoise. Haut de l'épigastre et flancs jaune brun, ees derniers très lavés
d`olivâtre en bas. Reste de la face inf. blanc. Un grand sourcil blanc ainsi
que le bord des paupières. Aile et queue comme la face sup., les 2 rect. ext.
avec une légère tache blanchâtre à Fextrémité. —-   Tête plus claire, de la
teinte du dos. Gorge et devant du cou blancs, bordés sur le côté par des
lignes de taches noiràtres descendant du bec. Poitrine marquée de brun
olivùtre. Le reste comme le (j'. —- J. Ressemblant beaucoup à la  
.V[rl ressemblant ii celui de T. pilaris. —- (Eu/`st 4 à 5, ovales. Gd : 26 à 30,5;
Pd : 17,5 à 20,5. Blanc roussâtrc ou olivâtre, dcnsénicnt tachés de roux, de brun
rouge. U
Rencontre accident. dans le S. de la France, un peu plus fréquemment en Bel-
gique. —- Sibérie, descendant l`hiter dans le S. de l`Asie; accident. en Europe
jusque dans l`\’V.
1T. migI‘at0I‘iuS L.; Merle erratique. L :24; A : 14; Q : 9; T : 3; B : 1,8.
Bec jaune brunâtre, patte brunâtre, iris brun noir. - d' Q. Face sup. noir ardoise
plus clair au cioupion. Gorge et devant du cou blancliâtres très tachés de noir.
Poitrine. épigastre et lianes roux vif, ventre blanc, sous-caudales blanches et
brunes. Fin et court sourcil blanc. Aile et queue brun noir bordées d’ardoise
clair, les rect. ext. tachées de blanc a l`extrén1ité. La Q étant plus claire surtout
il la face inf.
Signalé comme capturé en Provence [Jaubert, 1851*. — Amérique septentrio-
nale.)
(T. l1SttllatI1S N.·~.·r1'., S. E. T. U SWHî11SOIlî Csaamsg Merle de Swainson.
L : 18,2; A : 10; Q : 7:T : 2,7; B: 1,2. Bec et patte jaune brunâtre, iris brun
noir. -—— FT Q. Face sup., aile et queue'brun olivâtre unicolore. Face ini`. roux

FAUNE ma ramena. — oiseaux 169
jaunâtre clair avec le ventre et les sou~.-t·audal4·s blancs, les cotés de la gorge, I
du cou, la poitrine tachés de brun noir.
Signalé comme capturé cn France eten Belgique. — N.-E. de I'An1eri<p1e.)
G. LUSCINIA Fousrizn; Rossignol.
I
·llec plus haut que large ii la base, à mandih. sup. un peu convexe en avant,
léger. courbée et échancrée vers Vextrémité, à arête saillante entre les narines.
Aile subobtuse, en comptant la t" rém. Queue subarrondie. Plumage nou
tachcté ou t`ort peu. Sexes semblables. '
L. mûgarhyllûha Basuu; Rossignol ordinaire. 1. 2 11,5 En 15,5; A 2 7,9 in
8,9; Q Z 6,8 à 7,2; 'l` Z 2,6 à 2,8; B: 1,6 à 1,8. Bec brun foncé En base plus
claire, patte couleur chair, iris brun foncé. - Cf   Face sup. brun roux, les
sus-eaudales ct la queue rousses. Face inf. blanchâtre, un peu nuancée de
grisâtre En la poitrine et aux tlaues, les sous-caudales lavées de roussàtre.
'1`our de l’œil clair et côté du cou gris. Rém. (216) un peu plus brunes que
· lc dos et léger. liserécs de plus clair. 1.aQ seulement un peu plus petite. -
J. Face sup. brunâtre, mouchetée de roux clair; t`ace inf. ondée de brunâtre
à la poitrine, lavée de gris brun sur les flancs. Queue brun roux.
Nid en coupe assez profonde, de feuilles et herbes sèches, de radicelles, de
crins; ix terre entre des tiges d`arbustes, entre des fagots ou a peu de hauteur
sur un arbuste. —- (Eu/Iv : 4 à 5, rarement 6, ovalaires. Gd : 18 à 24; Pd : 14 à
16,3; accident. : 24 X 16,2; 16,7 X 12. Olivàtrcs ou brun verdàtre sans taches
nettes. `
Dans les bois, les bosquets, estixal et commun dans presque toute la France.
— Centre, W. et S. de l`Eur0pe, pourtour de la Méditerranée.
S. E. L. m. COFSH l).\RRt11‘ Z Un peu plus petitquc le type (A : 7,8 it 8,4) et
de face sup. plus foncée et plus terne. -— Corse.
L. luscinia (1..) |.lI0tacilIa philonzela Becusr., Lu.scz`rzz`a mqjor lianmq;
Rossignol progné, Rossignol philonièlc. L 2 17,5 à 18,5; A Z 8,1 à 9,2; Q : 7
à 8; T 2 2,7 ii 2,9; ll 2 1,6 it 1,8. Rec et iris bruns, patte couleur chair. —
J   lface sup. b1·un rouw sombre légèr. nuancé d'olivâtre, avec les sus-
caudales et les rect. plus claires et sans olivâtre. Gorge blanchâtre, devant
et côté du cou, poitrine et flancs gris brun ou brunâtres. Ventre et sous-
caudales blanchàtres, ces dernières quelquefois lavées de ronssâtre. Aile
(217) d`une teinte plus brune que la face sup. — J. Face sup. tachée de
jaune rouille, l`in1`. à plumes bordées de gris brunâtre.
Nidi/ïcalion et ponte très semblables à celles de l'espèce précédente. —-· (Eu/'s :
(id : 20 21 24; Pd : 15,5 à 47.
Dans les hois et les bosquets, surtout des régions humides, estival et do pa·~s—

170 FAUNE ns raaucs. — oismux
sage, rare en France. — N. et E. de l`Eur0pe, rare dans le Centre. En hiver,
E. de l`Afrique.
G. CALLIOPE Goctni; Calliope.
. Bec presque aussi haut que large à la base, à arête saillante entre les narines.
Celles—ci oblongues et demi-operculées. Queue quasi·dr0ite. Sexes différents.
C. calllope (PALLAS); Calliope de Kamtschatka. L 1 15 à 16; A :7,4 à 8,3;
Q Z 5,7 à 6,5; T 1 3,1 à 3,3; B : 1,5 à 1,8. Bec noir ou brun foncé à base
claire, patte et iris bruns. — df. Face sup. brun de terre d'ombre. Gorge et
devant du cou d'un beau rouge clair bordé de gris noir plus clair à la poi-
trine, le reste de cette partie et les flancs brun olivàtre, milieu de l'abdomen
et sous-caudales roussàtres. Sourcils et moustache blancs, lorum noir. Aile
ct queue comme le dessus, les rém. finement liserées de roussâtre. —   Face
sup. comme le Q'. Gorge blanche le plus souvent marquée de brun fauve et
lavée de rose. Poitrine et flancs brun roussàtre, milieu de l’abdomen blan-
chàtre et sous-caudales crème. Sourcil crême. —- J. Face sup. tachée de
roussâtre, le bord des plumes étant fpncé. Face inf. comme la Q, mais la
poitrine et les flancs brunâtres, les plumes liserées de brun foncé.
Nid fermé, ovoïde, avec trou d`entree sur le côté, d`herbes, tiges et feuilles
sèches et radicelles, à terre entre des branches.·— œufs : 5, ovales. Gd : 20,5 à
22 ; Pd 1 15 à 16. Bleu vcrdâtre tachés de brun rouge pâle, _
Capturé deux fois dans le   de la France. - Sibérie, Mongolie, en hiver jus-
qu’aux Philippines. Accident. en Europe jusqu'en Angleterre. -
G. CYANECULA Banmu; G0rge·bleue.
Bec assez comprimé en avant, à peu près aussi haut que large à la base, à
mandib. non echancrée à Ycxtrémité. Tarse nettement plus long que le médian
armé. Aile subobtuse. Queue légèr. arrondie. Sexes difl`érents.
C. suecica (1..), S. E. C. S. cyanecula (Wow) ;_ Gorge-bleue ordinaire.
I.: l1,7à15,5;.·\: 6,9518,1; Q: 5,5 à 6; T : 2,7:12,8; B : 1,5à 1,6. Bec
noiràtre (214), patte et iris bruns. lîém. prim. Z 2° :6". — (jf. Face sup.
brun cendré; le centre des plumes étant plus foncé, surtout sur la tête.
Gorge, devant du cou et haut de la poitrine d'un beau bleu d`azur bordé en
bas par une bande noire suivie par une bande rousse, souvent séparées l°une
de l'autre par une ligne blanche. Parfois immaeulé, ce plastron bleu porte
général. au centre une tache blanc pur. Reste de la face inffblanchâtre, la-
vé de grisâtre et de roussàtre, particul. aux Hanes et aux sous-caudales.
Sourcil blanchâtre. Région parotique brunâtre, striée de roux. Aile brune
à plumesliserées de gris olivâtre. Rect. médianes brunes, les lat. rousses

mess ns 1··n.wcs. ··- msmvx 171
sur les 2/3 antérieurs, brun noir dans le reste, ——   Gorge et haut de la
poitrine blanchâtres ou légèr. roussàtres, encadrés de taches brunes ou noi-
râtres, plus ou moins sur deux rangs, un peu mélangées dans le bas de rous-
sâtre et de bleuâtre. Reste, à peu près comme le (jl. ·- J. Face sup. brun
_ foncé à taches roussâtres plus ou moins en séries longit. Face inf. analogue
mais plus claire. La queue ressemblant à celle des adultes.
Aïd grossier. construit avec des feuilles, des radicelles, des herbes sèches,
doublé de crins et de plun1es, à terre ou à peu de hauteur dans des hautes her-
bes ou des hroussailles. ·- (Eu/`s : 5 à 6, d'un ovale souvent un peu piriforme.
Gd : l7 à 20,5   Pd : 12,5 à l5. Olive clair ou vert hleuâtre, tachetes d`une façon
peu apparente de brunâtre et de brun.
Dans les endroits broussaillenx, humides et aux bords des cours d`enu, en au-
tomne dans les cultures, estivale mais surtout de passage, dans une grande par-
` tie de la France. — Centre et VV. de l`l·Éurope, descendant l`hiver jusqu`au N.\\`.
de l`Afrique.
S. E. G. 8. gûêtkeî (Kt.mxscnM.). Q'. A : 7,6 à 8,l. Face sup. d`un ton plus
brun que la précédente et moins nettement taclietée. Bleu du devant du corps
un peu plus clair, avec au milieu une large tache rousse, quelquefois bordée de
blanc, exception. blanchâtre maculée de roux. lle passage et assez _rare en
France. — Regions montagneuses de la Norvège, descendant l`hiverjusqu`au N.
de l'Afrique. :· · · . - , v
Remarque : Cette S. E. a été longtemps confondue avec la forme type C. S. luc- il
clca (L.), plus orientale, dont elle ne se distingue guère d`ailleurs que par sa
taille un peu plus forte, son aile plus pointue et l'ensemble de son plumage
plus foncé.
' G. ERYTHACUS Cuvnnn; R0uge—gm·g¢.
Bec un peu comprimé en avant, plus large que haut il la base, à mandib. sup.
légèr. courbée et échancrée à Pextrémîté, à arête assez saillante entre les nari- ·
nes. Tarse passablement plus long que le médian arme. Aile surobtuse. Queue
léger. échancree. Sexes semblables.
E. rtlbecula (1..); Rouge-gorge familier. l. : lt,5 à 15,5 ; A Z 6,9 En 7,5 ;
Q`: 5,7 à 6,2; T I 2,5 à 2,7; li : 1,25 Zi 1,5. Bee brun noir il base claire,
patte brune (2t5), iris brun rouge. ltém. prim. : 2*: 8", 3° = 6**. — O'  
Face sup. et queue brun olivâtre. Bas du front, joue, gorge, devant et côté
du cou, poitrine roux vif en grande partie bordés de gris cendré. Reste de
la face inf. blanc plus ou moins roussàtre, les flancs lavés de brun. Aile plus
brune que la_ face sup., les moyennes sus-alaires à bout roux. La Q seule-
ment un peu plus petite., ·—J. Face sup. très mouehetée de roux. Face inl'. ,
blanchâtre avec le plastron roux, les plumes bordées de foncé.
Nid grossièr. construit avec des feuilles, de la mousse, des herbes, des radi-
celles, lt terre entre des racines ou des branches ou à peu de hauteur entre des

172 muse ne rames. — oisswx
branches, dans du Lierre, dans un trou d’arbre largement ouvert. -—- œuf: : 5 à 6,
quelquefois 7, d`un ovale assez court. Gd 2 17,5 à 21,5; Pd : 14 à 16,5. Blanc jau·
nàtre ou roussàtre densément tachetés et pointillés de roussâtrc ct de rougeâtre,
fréquemment. surtout. vers le gros bout. ‘
Dans les bois, les bosquets, sédentaire ou dc passage ct assez répandu dans
presque toute la France. —· Europe du 68° latit. N. à la Méditerranée, VV. de la ‘
Sibérie, Turkestan.
S. E. E. I'. S31"dl1S KLEINSCHM. Diffère du type par sa face sup. plus oli-
vâtre, les sus-caudales dela même teinte ou pres que que celle du dos et le devant
du corps d’un roux plus brun. — Montagnes de Corse et de Sardaigne.
G. PHGINICURUS Fonsrnn; Rouge queue.
Bec uu peu comprimé en avant, presque aussi haut que large à la base. Man-
dib. sup. très légèr. échancrée vers Pextrémité, Tarse sensibl. plus long que le
médian armé. Aile subobtuse ou obtuse, couvrant environ 2/3 de la queue, celle—
ci subarrondie. Sexes différents.
P. pllœnicurus (L.) ; Rouge·queue des murailles. L : 14,3 à 15,2; A : 7,6
à 8,4; Q: 5,7 à 6,1; T : 2à 2,15; B: 1,3 à 1,4. Bec (78 p. 53), patte et iris
brun noir. — (ji. Front et sourcil blancs. Bonnet, nuque et dos cendré bleu-
àtre, croupion et sus-caudales roux. Bas du front, joue, gorge, côté du cou
et haut dela poitrine noirs. Reste de la face inf. d’un beau roux avec le mi-
` iieu du ventre blanc ou blanchâtre. Aile brune à plumes finement liserées
de roussâtre. Rect. médianes brunes, les autres rousses. En automne, le plu-
mage rendu moins pur par la bordure des plumes. —   Face sup. cendré
roussàtre avec le croupion et les sus-caudales roux. Face inf. roussâtre, la
gorge et le ventre étant plus clairs. —— J. Face sup. brunâtre tachetée de
roux, face inf. roussâtre et marquée de brun noirâtre. Queue rappelant celle
des adultes.
Nid en coupe grossière, de mousse, d`herbe, de feuilles sèches, doublé de
crins, de plumes, de laine, etc. ; dans un trou d'arbre ou plus souvent dans un
trou de mur, de rocher, sous une toiture, sur un entablement à l’intérieur d'une
construction. —— œufs : 5 à 6, ovales. Gd : 18 à 2l ; Pd : 13 En 15. D`un bien vert
immaculé.
Dans les lieux habités, les endroits rocheux, cstital et répandu dans presque
toute la France. — Europe, du Cap Nord à la Méditerranée, Sibérie. Descend
l’hiver en Asie mineure et en Afrique.
P. ochrurus (Gaim.), S, E. P. 0. g1b1·a1tariensis(GMst.l [Hntù·iIln tit/lys
auct.]; Rouge-queue tithys. L: 15,4 à 16; A Z 8,5 à 9,2; Q: 6,2 à 6,8;
T: 2,3à2,5: li 2 1,35 à 1,5. Bec et patte noirs ou noirâlres, iris brun foncé.
——   Face sup, cendré uoiràtre presque noir au dos ct au scapulaircs, plus

Parse ne rn.xxx:xa. -—- otstaarx 173
clair au vertex et blanchâtre au front, les sus-caudales d`un beau roux. llas
du front, joue, gorge, devant et côté du cou, poitrine et épigastrc noirs.
Flancs et bas du ventre gris, la région anale blanche, les sous-caudales
roussâtres. Aile brun noir avec les rém. second. largement blanches,
formant un miroir sur l’aile. Rect. médianes brunes, lat. rousses. A un âge
moins avancé, plumage moins foncé et moins pur et pas de miroir blanc sur
l'aile. —   Cendré brunâtre â face inf. plus claire, les sus-caudales rousses,
les sous-caudales roussàtres. Aile à plumes légèr. liserées de grisâtre. Queue
comme le çj'_, mais à teintes moins vives. — J. Brun roussâtre, les plumes
bordées de bru11 foncé. Plumes de l’aile bordées de roussâtre. sus-caudales
et rect. lat. roux brunâtre. Ensuite ressemblant beaucoup à la   Sous cette
dernière livrée, le 5* peut s'accoupler [Hutfcilla cn1`rez`Gmms.]
Nidi/1'caliôn très semblable à celle de l’espèec précédente. — (Eu/`s : 5 Ea G.
ovales. Gd : 17 ii 21,5; Pd : 13,5 à 16. Blanc pur.
Dans le voisinage des lieux habités, même dans l’intérieur des villes, dans les
régions rocaîlleuses, estival, venant tôt, partant tard, répandu dans presque
toute la France. - Europe, de la Baltique â la Méditerranée, en hiier N. de
l‘.\frique, Asie Mineure.
G. PRATINCULÀ Koen; Tariev.
. llec subconîque en avant, plus large que haut à la base, à mandib. sup. un peu
échancrée vers la pointe. Tarse à peine plus long que le médian armé. Aile sub-
obtuse. Queue assez courte, subcarree. Face sup. plus ou moins tachetée. Sexes
plus ou moins différents.
P. rubetra (L.); '1`arier ordinaire. L 2 13,5 à 11,2; A 1 7 à 7,t·1;Q : 1,5 â
4,9; T : 2,2 â 2,1; B : 1,2 à 1,3. Bec et patte noirâtres, iris brun foncé.
ltém. prim. : 1'° guère plus longue que les grandes sus-alaires ant., É l[3 2**,
2° presque égale à la 1°. — 6*. Face sup. gris roussâtre, striée et tachée de
brun noir. Gorge blanche, devant du cou et poitrine roux, reste de la l`ace
inf. d'un blanc plus ou moins roussâtre. Large et long sourcil blanc. Joue
noirâtre finement tachetée de roussâtre. Aile brun noir, les plumes plus ou
moins liserées de roussâtre avec le haut des grandes sus-alaires ant. et toutes
les dernières sus-alaires blancs. Rect. médianes brunes, les lat. blanches
dans leur première moitié, brunes dans le reste. -—   Un peu plus petite.
Plumage plus clair dans l'ensemble et un peu plus tacheté à la face sup.
Sourcil moins blanc et moins de blanc 5 l'aile. —-· J. Face sup. rousse tachée
longit. de brun noirâtre, les plumes bordées de blanchâtre. Gorge et sourcil
roussâtre. La poitrine pointillée de noirâtre. Très peu de blanc à l'aile.
Nid en coupe, gmssièr. construit avec des herbes sèches et de la mousse,
doublé de crins, de laine, de duvet végétal, de plumes, à terre dans une petite
dépression. — œuf: : 5 à 6, d'un ovale un peu court. Gd : 18,5 à 21,5; Pd : 13,5
‘l 2

171 FAUNE DE FRANCE. — oismwx
En 15,5. Bleu vert unieolore, quelquefois léger. pointillés de roux vers le gros
bout.
Dans les prairies, les champs, estival ct répandu dans presque toute la France,
—— Europe du 70° latit. N. au N. de l`Espagne et de l’[talie, l`hiver en Afrique.
P. Tubiûûla (L.) ; Tarier ruhicole, Tarier pâtre. L: 13 à 13,5; A 2 6,4 à 7;
Q 1 1,7à 5,1; T 1 2,1 à 2,3; li Z 1,1 En 1,5. Bec, patte et iris noirs. llém.
prim. 2 l'” seusibl. plus longue que les granules sus-alaires 21111.. : 1/2 2",
Z2" 2 7". -— çj'. Tête et gorge noirs, nuque., dos et partie des sus-alaires noir
brun, les plumes finement bordées de roussâtre. Sus-eaudales blanches un
peu laebées de noiràtre et de roussâtre. Poitrine et flanc d`uu beau roux,
uuilieu du ventre et sou~:-cauulales blanc roussâtre. Une large tache blanche
au voté du cou. Aile brune En plumes finement liserées de rousszilre et les
sus—alaires post. blanches. Queue lu·uu uoirâlre. —   Face sup. brun noir,
les nplumes bordées de roussîilre, les sus-eaudalcs de blanchâtre. Gorge,
devant et côté du cou blanc roussàtre tachés de noirâtre, reste dela face inf.
roux pâle, le ventre et les sous—caudales blanchâtrcs. Aile et queue brunes
avec les plumesliserées de roussàtre, jamais de blanc à l`aile. — J. Face
sup. brun grisâtre, les plumes bordées de blanchâtre. Face inf. roussâtre
tachée de brun et de noiràtre.
Nizliâcation tres semblable à celle de l`espèce précédente. —— (Eu/Iv : 5 Zi G, <l`un
ox ale assez court. Gd : 16,5 il 20; Pd 1 13,5 ii 15. Bleu verdâtre, le plus souvent
très finement pointillés de brun rougcâ tre. _
Dans les mêmes endroits et de la môme façon que l`espèce précédente. -——
Europe, du S. de la Suède à la Méditerranée, en hiver   de l'Afrique, Palestine,
Fl. ll. P. I'. i11SuI8I‘iS PARRUT. Ditfère du type par une taille moindre
(A : G,1·à 6,55), le plumage du Q" rupt. plus noir et plus vif à la face sup., plus
vif aussi à la face inf., le roux brun de la gorge et des flancs étant plus fonce,
Hem. liserées dc roux olivâtre. —- (lorse.
G. SAXICCLA Bmznsrizixg 7'raquel.
Bec comprimé en avant, plus large que haut à la base, à mandib. sup. un peu
écliancrée vers l'extrémité et à arête assez saillante. Tarse botté, nettement plus
long que le médian armé. Aile subobtuse. Queue moyenne, subcarrée. Face
sup. non tachetée chez 1`ad. Sexes peu différents.
S. œnanthe (L.) [(Enanthe cineren vIE1LL.]; Traquet motteux. L : 15,5
à 17; A : 9à 9,9; Q : 5,1 à5,9; T: 2,55à2,‘75; B : 1,6 à 1,7. Bec (211),
patte et iris noirs. — C3'. Face sup. grise avec le haut du croupion un peu
lavé d`olivâtre, bas du croupion et sus-caudales blanches. Face inf: blanche,
lavée de roussâtre surtout à la poitrine. Un bandeau noir sur l'œil et la joue,
surmonté d’un sourcil blanc qui le sépare du gris dela nuque. Aile noire,

rauns ma rames. —— oiseaux 175
les plumes faiblement liserées de gris roussàtre. Queue blanche à la base,
noire à Vextrémité, les rect. médianes étant presque entier. noires, les
autres blanches dans leur plus grande partie. —   Face sup. lavée de
roussàtre, face inf. également plus roussàtre. Le noir de la joue, de l`aile et
de la queue nuancé de brun. Les plumes de l'aile plus liserées de roussâtre.
—J. Face sup. tachetée de brun ainsi que le haut de la face inf. Plumes de
l`aile largement bordées de ronv et extrémité des rect. blanchâtre.
Nid assez grossier, d`herbes sèches et de mousse, doublé de quelques plumes
et de crins; à terre sous une touffe d`l1erbes, dans un tas de pierres, quelquefois
un trou de mur. —- (Eu/'s: 5 à 6, quelquefois 7, d'un ovale un peu variable. Gd 2
19 à 23; Pd : 14,5 E1 16,5. Bleu pâle, uuicolores on quelquefois pointillés de rou-
geâtre vers le gros bout.
Dans les champs, les vignes, les prairies sèches, estival et de passage, assez
répandu dans presqu e toute ln l·'rance. —- Europe presque entiere, N. de l'Asie,
Asie mineure et Perse, émigrant jusqu`à l'Afrique tropicale.
S. E. S. œ. Ieueorrhoa Gum,. Differe du type par sa taille supérieure (A:
9,8 à 11,1 ; T :2,75 à 2,95), sa face sup. plus lavée de roux et la face inf. nettement
plus rousse. — De passage en France dans les mêmes endroits que le type. -
N. W. de l‘Europe, Groenland, Amérique septentr., émigrant dans le S. VV. de
l’Europe et jusqu’au Sénégal.
S. hlspanlca (L.) (Sa.r1`c0In slapazina Gum., in Dsotamu et Gmane, S.
atrzgularis Dcaois, S. occidenlnlir SM.v.m.] ; Traquet à gorge noire. L : 15
à 16; .\ :8,6 à 9.1; Q :6,1à 6,9; T: 2,2là 2,15; B: 1,6 à 1,9. Bec et patte
noirs, iris brun foncé. — (j' rupt. Face sup. blanc roussâtre, le derrière du
cou et le dos plus roussàtre vif. Face inf. depuis le cou blanche, fortement
lavée de roussâtre à la poitrine et aux flancs. Gorge, haut du devant et du
côté du cou, côté de la face noirs (212). Aile noire avec un faible liseré
terminal blanc aux rém. second. Queue blanche depuis la base, les rect.
médianes presque entièr. noires, les lat. seulement dans la partie terminale.
-— (j' automne Face sup. rousse passant au brun au dos, avec le croupion et
les sus-caudales blancs. Face inf. rousse, le ventre etles sous-caudales plus ou
moins blancs. Plumes noires de la face et de la gorge bordées de roux. Plu-
mes de l'aile et de la queue plus ou moins bordées de roussâtre. -   Face
sup. roux sale, la tête lavée de brun, croupion et sus-caudales blancs. Face
inf. blanc roussâtre avec la gorge et le devant du cou, la face noiràtres. Aile
et queue comme le (jf, mais le noir moins pur et les plumes liserées de
roussàtre. — J. Face sup. gris roussàtre, les plumes bordées de brun noir-
âtre, le croupion et les sus·eaudales blancs. Face inf. blanchâtre, la poitrine
et les flancs gris roussâtre, les plumes bordées de brun noirâtre. Les plumes
des ailes largement bordées de roux plus ou moins pur. Rect. comme les
ad. mais la partie noire liserée de blanchâtre.
Nid ressemblant à celui de l`espèce précédente, entre des cailloux, dans un tas

176 t~`\l'\ïli mi I·H \Nt1F. — olSEAtv
_ de pierres, quelquefois dans un trou de mur. —— (Eu/3 J 5 à 6, d`u11 ovale un peu
variable. Gd : 18 à 21,5 ; Pd : 14 in 16. Blanc blcuàtrc ou verdâtre, un peu tache-
tés de rougeâtre, de roux, de brun, surtout sers le gros bout.
Estival et de passage dans les régions découvertes, cailloutcuses et accidentées
du S. de la Francc. —- S. \V. de l`l£uropc et N. \\'. de l'Afriquc,
S. Stapazltlà (L.), S. E. S. S. aurita (Twin.) l(Enrz/il/ze aIbf<·0IIiÉs V1nn.I,.,
. Saxicola calerinœ \\`1nr.]; Traquct oreillard. L : 15 ai 16; A t 8,6 à 10 ; Q :
6,1 à 7; T 1 2,3 a 2,5; B : 1,25 à 1,35. Bec et patte noirs, iris brun foncé.
—y (jt rupt. Face sup. blanche l·Ol`i.6ll1(ZIlt lavée de roux vit à la nuque et au
dos. Face inl`. blanche lavée de roux à la poitrine'. Lorum, tour de l'u~il, joue
et région parotique noirs (213). Aile noire. Queue blanche avec les rect. nué-
dianes saut` la base et le bout des lat. noires. --— 5* automne. Face sup, rousse
tournant au brun au dos, avec lc croupion et les sus—caudalcs blancs. Face
ini`. rousse, plus foncée En la poitrine, claire au ventre et aux sous-caudales.
Les plumes des ailes liserées de roux et de roussàtre. Le noir des rect. liseré
plus ou moins de blanchâtre. —   Face sup. roux sale, la tête lavée de brun,
le croupion et les sus-caudales blancs. Face ini`. blanc roussàtre. La tache du
côté de la face brune à plumes bordées de _roux. Aile et queue comme le (jt
en automne, mais le noir brunâtre. — J. Face sup. roussàtrc, les plumes
liserées de brun noiràtre, le croupion et les sus-eaudales blancs. Face int`.
blanchâtre, la poitrine et les flancs gris roussâtre, les plumes bordées de brun
noirâtre. Les plumes des ailes largement bordées de rouv et de roussâtre.
Reel. comme la   /
Nid ressemblant beaucoup à celui de ]`espèce precedente. — (Eu/B: : 5 à 6 d'un
ovale un peu variable. Gd : 18,5 En 21 ; Pd : 14,5 il 16. Blcuàtrcs ou xerdàtres, plus
ou moins tachetôs de roux ct dc brun.
Estival et de passage dans les régions découvertes arides et eaillouteuscs du S.
de la France. —- S. \\'. de l’Europe, N. VV. de l`Afriquc.
si ]eucura(Gius1..) [Sn.L·z'c0la cac/zinnmzs 'l`m1:~1.]; Traquet rieur, L : 19
En 19,5; A : 9,6 à 10; Q : 6,8 à 7,2; 'l` : 2,6 à 2,8; B:1,5î11,65.Bec et patte
noirs, iris brun l`oncé. — 0* Entier. noir pur, avec les sus et les s0us-cauda-
les, la moitié basilaire des rect. médianes et la plus grande partie des rect_
lat. à partir de la base, blanches. —   D'un noir nuancé de brun surtout à
]a face int`. où plus ou moins de plumes sont liserées de cette teinte. — J.
llessemblant à la Q, mais les plumes liserées de roux ou de gris et les rect.
( de blanchâtre. ·
Nid d`herbes sèches, de radicelles, de crins, de laine et de plumes, entre des
rocailles, dans une fente de rocher ou de muraille. —— CEufs J 5 à 6, d`un ovale
variable. Gd : 23,5 à 26,5; Pd : 17 2.19,5. Blanc bleuàtre, bleuâtres, pointillés et
taches de brun rouge surtout vers le gros bout.
Sédentaire dans les régions découvertes, rocailleuses et accidentées du   de la
France. —- S. VV. de l’Europe.

r.wNr: DE raANcE. -- oxsaaux 177
(S. isabellina Casrzscii. [Snxicola snltalor Msmzr., S. sgualida Evans.] :
Traquet sauteur. L : 17; A : 9,8; Q : 5,9; T : 3,1 ; B : 2. Bec et patte noirs, iris
brun foncé. — Ci'. Bonnet brun clair, reste de la face sup. g1·is brunâtre, plus gris
à la nuque, lavé de roussâtrc au dos et au croupion, les sus-caudales étant blan-
ches. Face inf. blanc jaunâtre lavée de roussâtre à la poitrine. Sourcil blanc jau-
nâtre surmontant une bande noire du bec sur l'œil à la région parotique où elle
devient brune. Aile noiràtre, les plumes largement bordées de gris isabelle et de '
blanchâtre. Rect. blanches à la base, noires dans le reste, les médianes sur les
3//¢,' les latér. sur environ moitié. — Q. Face sup. plus roussàtre, face inf. plus
jaunâtre. Pennes et bande du travers de l`œil plus brunes.
Signalé comme capturé dans l’Hérault [Lncaoix, Bull. S. Z. F., 1876]. — Russie
S. E., Asie Mineure et jusqu'au N. W. de la Chine, émigré dans le N. de l'Ai`ri-
que. Accident. en Europe jusqu’en Angleterre.) I
G. HONTICOLA Bois; Monlivolc.
Bec plus large que haut à la base, léger. comprimé en avant, ii mandib. sup. Fi
arête mousse, un peu courbée en avant. Aile subobtuse. Queue carrée. Sexes
différents.
I. saxatilis (L.); Monticole de roches, Merle de roches. I.: 19,7 à 20,6;
A2 ll,7à 12,8; Qt 6,2 à 7; T: 2,6 à 2,8; B: 2,1 à 2,6. Bec noirâtre,
patte brun foncé, iris brun. - (j'. Tête, cou, haut du dos et de la poitrine
bleu cendré, bas du dos et scapulaires noirs plus ou moins variés de blanc,
croupion blanc, sus-caudales ant. noir bleuâtre, inf. rousses. Face inf.
rousse, les plumes plus ou moins bordées de blanchâtre. Aile brune et noire,
les plumes liserées de grisâtre. Rect. médianes brunàtres, les lat. rousses.
—   Face sup. et ailes d'un brun grisâtre avec des taches brunes et roussà-
tres, le bas du dos blanchâtre et les sus-caudales rousses. Face inf. blanc
roussâtre, plus foncé au ventre et fortement tacheté de brun, avec les sous- ·
caudales roux-pâle. Queue comme le (j', mais de teintes moins pures.-
J. Face sup. brun cendré, les plumes à bout blanchâtre. Face inf. roussâlre
` pâle, plus foncé au flanc, les plumes bordées de brun, les sous-caudales ·
rousses liserées de blanc.
Nid en coupe, assez grossier, de mousse, radicelles, herbes sèches, doublé de
crins, de laine, dans une fente de rocher, un trou de muraille, parfois entre des
cailloux. — (Eu/'s : 4 à 5, quelquefois 6, d’un ovale régulier. Gd : 23 à 30 ; Pd : 17
à 21. Bleu verdàtre pâle, unicolores ou pointillés de brun et de roux vers le gros
bout. .
Dans les régions montagneuses et rocheuses, parfois dans les villages et les
villes de ces régions, estival et de passage, S. et centre de la France. -— Régions
montagneuses du centre et du S. de l’Europe, N. de l’Afrique, Asie mineure et
jusqu’en Chine. .
I. sclitlrius (L.) [Turdus cyanus L.] ; Monticole bleu, Merle bleu. I. ;
‘I ’2 Q gg

178 mom; ms nmncxc. —- oisizatx
22,5a23,2; A; 12à 13; Q: 8,1 à 8,3; T: *2,8à3; B: 2,6213. Bec et
patte noirs, iris brun foncé. —- gj'. Bleu ardoise, un peu plus pâle à la tête,
avec quelquefois les sous-caudales un peu bordées de blanc. Aile et queue
. noiràtres, les plumes bordées de bleu ardoise. ——   Gris brun nuancé dè
noiràtre et bleuàtre, le sourcil, la joue, la gorge et la poitrine roussâtres, les
plumes bordées de brun ainsi que celles du ventre, et ides sous-caudales.
Aile brune à plumes liserées de roussàtre et de_ grisâtre et plus ou moins
terminées de blanchâtre. Queue brun noir. -— J. Face sup. brun cendré avec
le haut des plumes blanchâtre ou roussâtre. Gorge, devant du cou et poitrine
à plumes rousses bordées de brun, le reste de la face inf. gris roussâtre avec
le bout des plumes brun. `
Nidi/îcatirm tres semblable à celle de Yespèce précédente. —— (Eu/`s: 4 à 5,
' ovales. Gd 1 24 à 30,5 ; Pd: 18,5 à 21. Bleu verdâtre pâle, général. pointillés de
de roussâtre et de brun rouge autour du gros bout.
Dans les mêmes endroits que 1’espèce précédente, mais remontant moins vers
le N. — Régions montagneuses du centre ct du S. de l`Europe, Perse, N. de
l`Afrique.
F. ACCENTORIDAE; .
Oiseaux de faible taille. Bec aigu plus haut. que large à la base, un peu creusé
en avant des narines, à mandib. sup un peu échancrée vers la pointe. Tarse
guère plus long que le médian armé. Aile à l0 rém., la première courte, à rém.
second. post. légèr. échancrées, plus ou moins obtuse, couvrant au moins 2/5 de
la queue. Celle-ci carrée. Sexes semblables, les jeunes plus ou moins différents
des adultes. _ _
Nid en coupe, volumineux et assez grossier, do mousse, de radicelles, d'herbes
sèches, doublé de plumes, de poils, de duvet végétal, souvent à terre, jamais
haut dans un arbre. — (Eufs au nombre de 4 à 6, ovales, en général unicolores.
lnsectivores ct un pcu granivores. Oiseaux peu sociables, général. sédentaires,
suhterrestres.
TABLEAU DES ESPECES
1. Ongle du pouce égal au doigt. Aile d'au moins 9 cent. 5 de long,
subobtuse (221), couvrant environ 3/5 de la queue. Bec com-
primé et pointu en avant (84 p. 55, 222). Prunclla collaris (p. 179)
- Ongle du pouce plus court que le doigt (224). Aile de moins de ·
7 centi 5 de long, obtuse (223), couvrant seulement 2/5 de la
queue ........ · . . . Prunella modularis (p. 180)
G. PRUNELLA VIEILL.; Accenleur. i
Bec à arête arrondie, un peudncliné à` la pointe. Doigts à pelotes sous artich-

FAUNE lill FRANCE. - UISIBAUX 179
laires assez développées, à ongles assez forts et courbés. 1** rénr. au max. un peu
plus longue que les grandes sus·alaires ant. Tête arrondie à front large,
 I: ' 1 •   ’ \
  ’ ? ‘ girl  Kit . ll
xr ·;«1 ai  ;':;·°§=  
,··q Y ( V :a=$ , "j .
M` `· _ « u M" . = 224
 t' , i   l’ »·   ü  
`_ v:1'     l vv _   lg. `J :/îr '; ··'
` ·· )"_ a- 222 ._) il   È ‘ et
.1  A ik ill   â}? "\_‘  
          ·,·`    
`   ».»=:iç· É-):   ·
·;      , R. -
L a j ij _·_,p
· >' »îi~ ' ‘ .3  ·
  zz ;<§·?`
22]  
ig _  
  Fxounes 221 à 22Ã. — 221, Prunella collaris, aile; 222, id.,
  tête; 223, Prunella modularis, aile; 2:24, id., patte.
P. oolleris (Scor.) [Motacilla abnina Gum.]; Accenteur alpin, Àccenteur
pégot. L: 17,9 à l8,2;A : 9,5 A 10,8; Q :6,5 à 7; T :`2,5 à 2,6; B : 1,6
à 1,75. Bec (222) brun noir à base jaune, patte brun rougeâtre, iris noisette. _
-·- (3* Q. Face sup. cendré brunâtre avec le centre des plumes plus foncé,
formant sur le dos des séries longit. de taches brun noirâtre, le bout des ‘ '
sus-caudales blanc ou blanchâtre. Gorge et devant du cou blancs mouchetés
de noir, côté du cou, poitrine, ventre, gris plus ou moins roussâtre. Flanc
et côté du ventre à plumes roux vif liserées de blanc. Sous-caudales noires
à bout blanc. Sourcil grisâtre. Rem. prim. brunes liserées de gris roussâtre,
les rém. second. noirâtres largem_ent bordées de roux, les sus-alaires noires
plus ou moins bordées de gris et terminées de blanc (22l). Rect. brunes, les
lat. terminées par un peu de blanc ou de roussâtre. La Q un peu plus petite
et à teintes un peu moins pures. - J. Face sup. plus roussâtre que les ad.,
Ia face inf. blanc grisâtre et roussàtre tachetée de gris noirâtre.
Nid à terre entre des pierres ou dans un trou de rocher. — (Eu/‘s: 4 à 5, rare-
ment 6, ovales. Gd : 20,5 à 26,5; Pd: 15 à 17.
Dans les rochers, les rocailles, les pelouses, jusqufà la limite des neiges éter-
nelles; dans les Alpes et les Pyrénées, descendant l'liiver jusqu’à la plaine. —--
Montagnes du S. de l’Eivope, accident. l`hiver jusqu'en Belgique et cn Angleterre.
S. E- P. C. ÉSCIIUSH Scmsnxan. Face sup. d’un gris foncé presque pas brunâ· _
tre, avec le dos plus largement et plus intensément taclié que le type. — llautvs
montagnes de Corse.

180 rarms ne rimïce. — oiseau x
P. modularis (L.); Accenteur mouchet, Mouchet chanteur. L Z 14,5 à
I5,2; À bô,7 à 7,2; Q Z5,6 à ô,1;T:2;B:1,3 à 1,45. Bec brun noir à
base claire, patte brun jaunâtre (224), iris brun rouge. ·—— dl   Bonnet et
dessus du cou gris olivàtre taché de brun, dos brun roux tachetè de noirâtre,
croupion et sus—caudales brun olivâtre unicolore. Gorge, devant et côté du
rou, poitrine gris cendré. Ventre blanchâtre. Flancs grisâtres ou roussâtres
striés de brun noir. Sous-caudales noirâtres largement bordées de blanc ou
de blanchâtre. Petit sourcil gris clair. Joue brune marquée de blanchâtre.
.\ile brune, les rém. second. post. et les grandes sus-alaires bordées de roux
foncé, les dernières terminées en outre de blanchâtre ou de ronssâtre (223).
Queue brune unicolore. ·— J. Dessus de la tête plus sombre, du cou plus
clair que les ad. Dos et croupion brun roux largement tachés longit. de
noirâtre. Face inf. gris roussâtre plus roux à la poitrine, plus pâle sur le
ventre, tachetée de brun noirâtre sauf ce dernier. Aile et queue brun noirâtre,
les plumes bordées de roux, les sus-alaires terminées en outre de jaunâtre.
Nid à terre 0u.près de terre, entre les branches d`un arbre ou d'un épais
buisson. —— œufs : 4 à 5, rarement 6, d`un ovale un peu court. Gd : 17,5 à 21 ;
Pd : 13 à 15. Bleuàtrcs, en général immaculés.
Dans les bois, les fourrés, les broussailles épaisses, sédentaire et de passage
dans presque toute la France. — Europe du 70° latit. N. à la Méditerranée et â
la Mer Noire, l`hiver N. de l'Afrique, Asie mineure.
« S. E. P. m. mâbbûîii HARPER. Un peu plus grand que le type (A : 6,8) la 2e
rém. : 7°, au lieu d'être comme dans celiii-ci de près d'un demi cent. plus
longue. De teinte générale beaucoup plus claire, les plumes du dos et des scapu-
É laircs bordées dc grisâtre au lieu de brun roux. — Pyrénées orientales  
X _
F. CINCLIDAE
Oiseaux de taille assez faible. Bec comprimé, sans p0ils,â la base, à mandib.
sup. très pen échancréc vers Yextrémité, à narines basales complèt. operculées.
Patte il articulation tibio-tarsienne nue, à doigts pourvus d`ongles robustes et
bien arqués et de pelotes sous-articulaires bien développées. Aile courte, arron-
die En 10 rém. prim , la première petite. Queue courte, quasi carrée. Plumage
court et serré non tacheté chez l’ad. Sexes semblables, jeune peu différent des
adultes.
Nid volumineux, couvert, à ouverture latérale, de mousse, de feuilles et
(1) Pruuella montanclla Partis. L: H,5. Bonnet noir, reste de la fnce`sup. gris
rougeâtre tache de brique. Face ini`. creme tachée de brun à la p0itrine,:de gris
rougeâtre aux flancs. Une bande noire sur l’œil et la région parolique. Aile gris brun,
les plumes bordées de gris rougeâtre, les sus-alaires terminées de jaunâtre. Queue
brune. Sibérie, hiver Chine, accident. en Europe. —- Signalé comme rencontré dans les
Pyrénées orientales (Dsriinsr, .1882).

` muni: nn runner:. —- oiseaux 181
d'herbes sèches, doublé de crins, de plumes, de duvet végétal; dans une exca-
vation ou sous quelque abri. — wu/'s : 4 à 6, un peu piriformes, blanc mat,
unicolores. ` _
Régime insectivore, vermivore et un peu piscivore. Oiseaux nou soeiables,
sédentaires et plus ou moins erratiques, subaquatiques.
4I
G. CINCLUS Bouan.; (.'in¢·le· _
Bec léger. retroussé, un peu plus haut que large à la base, à narines oblongues
en partie cachées par des plumes. Tarse à peu près égal au médian armé. Ongle
du pouce plus court que le doigt. Aile subobtuse. Front étroit et anguleux. ·
C. cinclus (L.), S. ESC. c. aquaticus Bscnsr. [Hya'r0bata albicolzîv
(part.) Vian.L.] ; Cincle aquatique, Aguassière cincle. L 2 19 à 19,5; A : 8,5
ii 9,75; Q 2 5,5 à 6,1: T : 2,6 à 2,9; B: 2 à 2,1. Bec (77, p. 53) et patte
· brun de corne, iris gris perle. Rem. prim. : l" un peu plus longue que les
grandes sus-alaires ant., 3° 7. — dl   Bonnet, nuque, derrière du cou
brun roussâtre ferrugineux. Reste de la face sup. ardoise foncé, chaque
plume bordée de brun sombre ou de noirâtre. Gorge, devant du cou et poi-
trine blancs, ventre brun roux ferrugineux plus sombre au côté, sous-cau-
dales noirâtres, les dernières avec le bout plus ou moins blanchâtre ou
roussàtre. Paupières blanches. Aile brune, les plumes bordées de cendré
bleuâtre. Queue brun noirâtre. La Q un peu plus petite. - J. Bonnet et
dessus du cou gris. Les plumes du dos et du croupiou liserées de noiràtre.
Plumes de la face inf. blanches bordées de gris et de brun, celles de l'aile de
blanchâtre. t
Nid dans une anfractuosité de rocher au bord de l`eau, entre les racines de la
berge, sous un pont, dans un arbre creux etc. — (Eu/`s: Gd : 24 à 26,5 ; Pd : H,5
à 20.
Sur le bord des eaux claires et courantes, sédentaire ou errntiquc, dans une
grande partie de la France. —— Europe centrale, Belgique.
S. E. C. C. cinclus (L.) [Cinclus melanogasler Baanu]. De taille un peu
plus forte que la S. E. précédente (A : 8,8 à 9,8) et de teintes en général plus
foncées. Bonnet et nuque brun noiràtre, reste de la face sup. gris ardoise foncé,
les plumes liserées de noiràtre. Bas de la face inf. brun noirâtre, les flancs lavés
d'ardoisé. Rencontre accident. en Belgique (Dunois, 1912)et probablement aussi
en France. — N. et E. dc l’Europe, descendant l`hiver vers le S.
S. E. C. C- IHOPIJÉOIIHHB Bnmm. Diffère de C. c. aqualfcux par la face sup.
plus pâle et le roux de Yépigastre plus vif et plus étendu. S. E. de la France. —
S. E. de l’Eur0pe.
S. E. C.C.py1‘8118l'CllS Dnssssu. Differe du type par sa taille moindre (.\:
8,5 à 9,5), sa face sup. plus claire, surtout la tête et le cou, d’un brun pâle. Bas
de la face inf, plus pâle et plus brune. — Pyrénées,

182 mmm; nu: rnA1~acs.· — oiseaux
S. E. C.c.sapswoz·thî Aanrcom. Plus petit que le type (A :8,1 à 9,6) et
plus clair, le bonnet et la nuque à tons grisâtres. Se rapprochant en cela de C. c·
aqualicus. — Corse, Sardaigne.
\
F, TROGLODYTIDAE
Oiseaux de très petite taille. Bec mince, comprimé, sans poils à la base, à
mandib. sup. sans véritable échancrure vers Yextrémité, à narines basales en
partie recouvertes par un opercule membraneux. Aile courte, arrondie à 10 rem.
prim., la première assez longue. Queue courte, arrondie. Plumage assez doux,
strié transvers. Sexes semblables, jeune peu différent des adultes.
Nid volumineux, couvert, plus ou moins globuleux, avec une ouverture laté-
rale. Construit surtout avec de la mousse, doublé de fines herbes sèches, de
crins, de plumes. A peu de hauteur, de préférence dans une situation abritée. —-
œufs : 6 à 8, de forme un peu variable, tachetés. `
Régime insectivore. Oiseaux non sociables, sédentaires et plus ou moins erra-
tiques.
G. TROGLODYTES Vnm.t..; Troglodyte.
Bec à peu près aussi haut que large à la base, à narines oblongues, grandes.
Tarse guère plus long que le médian armé qui dépasse peu le pouce armé en
long. Ce dernier avec un ongle plus court que lui. Aile obtuse. Front arrondi,
T. troglodytes   [Troglodytcs europœa VIEILL., T. parvulus Koen];
Troglodyte mignon. L :9,7 à 10,2; A 2 4,7 à 5; Q: 3,2 à 3,5; T Z 1,7à 1,8;
B : 1,25 à 1,35. Bec brun à base plus claire (63 p. 51), patte brun jaunâtre,
iris brun noirâtre. Ptém. prim. : 4° >, l" : 1/2 2°, 2° : 8*’, 3" : 5°. —-
(jl   Face sup., aile et queue brun roux plus foncé à la tête et aux rém.
prim., barrées transvers. de noirâtre, avec sur l'aile un peu de roussàtre
entre les barres noirâtres. Face inf. cendré roux, le ventre et les flancs rayés
transv. la région anale et les sous—caudales plus sombres, rayées transv. de
noirâtre et de blanchâtre. La Q un peu plus petite et plus rousse. —- J. De
teintes plus ternes.
Nid dans une enfourchure d`arbre, entre des racines ou des branches près du
sol,dans une anfractuosité de rocher, un tas de fagots etc. - (Eu/s : Gd : 14,5 à
18,5 ; Pd : 11,§ à 13,5. Blancs avec des taches rougeâtres plus ou moins nombreu-
ses, souvent denses surtout vers le gros bout. ·
Dans les bois, les bosquets, les haies, sédentaire et plus ou moins erratique,
répandu dans presque toute la France. — Dans la plus grande partie de l`Europe.
S. E. T. É. kœtligi SCIUEBEL. Se distingue du type par un bec un peu plus
long, un face sup, plus brune et foncée, moins rousse. — Corse.

nous ne russes. — oiseaux 183
F. MUSCICAPJDAE
Oiseaux de faible taille. Bec déprimé à la base, plus ou moins caréné en avant,
fendu général. jusque sous`l`œil, à base garnie de petits poils, à mandib. sup.
échancrée vers le bout qui est un peu crochu. Tarse quasi-botté et doigtsi plutôt
petits. Aile à l0 rém. la prem. peu développée. Queue subcarree ou un peu
écluancréo. Sexes en général dilïérents, souvent plumage de noce spécial. Jeune
à pliimage tacheté. · ,
Nid en coupe, assez grossier, de mousse, d’herbe sèches et de feuilles, doublé
de crins, de laine, de plumes; dans une position variable, mais de préférence
abritéc. — œufs : 4 à 6, d`un ovale varié, unicolorcs ou tachetés.
Régime insectivore. Oiseaux non sociables, migrateurs, arboricoles.
TABLEAUX DES ESPECES
L Un miroir blanc ou blanc roussâtre sur l’aile. Bec très peu com-
primé et caréné en avant (76 p. 53, 225). Plumage non tacheté
' I chez l’ad. En général du blanc au rect. [G. Ficeduln] .... ?
— Pas de miroir sur l'aile. Bec assez comprimé et bien caréné en
_ayant»,,...'.'.’ ........... ,.3
 Première rém. dépassant bien les grandes sus-alaires ant. 2° <
5°. Jamais de collier blanc ou clair . Ficedula hypoleuca (p. 18l)
—- Première rém. aussi longue ou à peine plus longue que les grandes
" ‘ sus·alaires ant. 2° > 5°. Collier blanc chez le dt rupt. indiqué par
une ligne claire chez la Q ..... Ficedula collaris (p. 185)
3. Bec environ 2f3 de la tête en long. (226). Plumage de l’ad. tacheté.
Rect. sans blanc. Pouce armé environ de la long. dc l'ext. (227)
......... , ..... lfuscfcapn slrùrta (p. 183)
_ —- Bec environ moitié de la tête en long. (228). Plumagcide l’ad. non `
i tacheté. Du blanc aux rect. Pouce armé un peu plus long que
l’ext ..... _ ...... Eryth1·0sler·na parvn (p. 185)
G. HUSCICAPA Bmssox ; Gobe-mouche, Bulalis.
Bec assez large à la base. Tarse à peine plus long que le médian armé. Aile
dépassant notablement le milieu de la queue, _celle-ci quasi carrée. Plumage gri-
sâtre plus ou moins moucheté. Sexes semblables. '
I. striata (Parmis) [Muscicapa grisola L.]; Gobe·mouche gris, Butalis
gris. L: 15à 15,8; A: 8,3 à 8,9; Q :6 à 6,4;'l`: 1,45à1,6; B: 1,6211,8.
Bec noir à base claire (226), patte noirâtrc (227), iris brun foncé. Rém.
prim. Z l" un peu plus longue que les grandes sus-alaires ant.; 3** >, 4" >

184 I FAUNE DE FRANCE. — OISEAUX
i  f
  I ·   ·-uyu îl ; S >§ lr
  2 ·.,· ts sîà 228 "   
wi. <- · \..~· s
— e J 22 7 É,
ail
Fxoumzs 225 à 228. - 225, Ficedula callaris d', tête; 226, lllusc£· ïjf `Y
cqpa striala, tête; 227, id., patte; 228, Eïythrosterna parva,  
tete. *"
2” > 5°, - (jl   Face sup. gris brun, le bonnet strié de brun foncé. Face
inf. blanchâtre nuancée de gris brun sur les flancs et striée longit. de' brun ·
à la gorge et à la poitrine. Aile, queue brun noirâtre, les rém. second. et
les sus-alaires liserées de blanchâtre. La Q un peu plus petite. -— J. Plumage
tacheté dejaunâtre et de roussâtre à la face sup., de brun à la face inf.
Nid à peu de hauteur entre des rameaux de plantes grimpantes, dans une
encoignure de branche ou de muraille, un trou largement ouvert. —- (Eu/2: : Gd :
16,5 à 21,5 ; Pd : 13 à 15. Blanchâtres ou blanc bleuâtre, très tachés de roux et
de brun roux. _
Dans les clairières, les lisières, les jardins, estival et de passage, assez répandu
dans presque toute la France. — Presque toute l’Europe, N. de l`Afrique, émi-
grantjusque dans le S. de l’Afrique.
S. E. M. S. tyI‘I‘h8!1ic& SCHXEBEL. Dilïère du type par sa face inf. à taches
effacées, presque indistinctes. — Corse, Sardaigne.
G. FICEDULL Bmsson; Gobe-mouche.
Bec beaucoup plus court que la tête, large en arrière. Tarse un peu plus long
que le médian armé. Aile dépassant peu ou pas le milieu de la queue. Celle-ci
léger. échancrée. Sexes différents. Plumage coloré par masse chez 1`ad., variable
avec la saison. `
F. hypûleuca (l’.u.x..) [Muscicapa nigra Bmss., M. alricapilla L.]; Gobe-
mouche noir. L: 13,7 à l4;2; A 2 7,821 8,4; Q 2 5,2 à 5,5;T: 1,8; B: 1,2
ii 1,3. Bec et pattes noirs, iris brun foncé. Hém. prim. : l" î l/2 2**, 3° >,
2” < 5°. — dl rupt. Devant du front blanc, reste de la face sup. noir avec le
croupion marqué de gris. Face inf. blanche. Aile noire avec une tache blan-
che aux rém. prim. post., à la base des rém. second., aux grandes sus-alai1·es
post. et aux moyennes. Queue noire avec 1 ou 2 rect. ext. bordée de blanc.
— dl automne. Face sup. gris brunâtre, face inf. d’un blanc moins pur. —-
Q. Face sup. gris brunâtre, l'aile et la queue d'un noir brunâtre, les parties
blanches moins pures, celles de l’aile moins développées et plus ou moins

mem; ns rames. ·-—~ oiseaux 185
lavées de roussâtre. En automne, la face inf. plus roussâtre. ——· J. Face sup.
brun noiràtre tachetée de jaunâtre, face inf. blanc jaunâtre tachetée de brun
noirâtre. .
Nid dans un tronc d'arbre, exception. dans une enfourchure d’un arbre. ———
(Eu/`s:*Gd: 16 il 18,5; Pd: 12 à 111-. Bleu verdâtre clair, normal. iunnaculés.
Dans les bois, les bosquets, estival et surtout de passage, dans presque toute
la France. -—-- Europe, du 69° latit. N. jusqu`à l`Espagne, l`ltaIic ct l`Aulricln~,
éinigre en :\frique.
F. collaris (Becusr.) lllluscicapa ulbz'c0lh`s 'l`1zMM.j; GUl)C·1Yl()l1Cll8 ii
collier. l.: 14à 1-1,8; A: 8 à 8,15; Q; 5,4 à 5,7; 'l`Z 1,t35i1 1,7; ll: l,2 in
1,3. Bee et patte noirs, iris brun noir. llém. prim.: 1‘° < 1/3 Q", il" >,
2° < —1". — 5* rupt. Grande tache blanche au l'ront (225), reste de la
face sup. noir avec un large'collier blanc et le croupion plus ou moins
varié de blanc. Face inf. blanche. Aile noire avec du blanc ii la ·
base des rém. prim., sur une partie de rém. second., des grandes sus-
alaires post. et des moyennes. llect. entièr. noires ou du blanc à 1 ou 2
plus ext. — Q automne. Face sup. gris brun, le collier grisâtre, face inf.
d'un blanc moins pur. —   Face sup. cendré brunâtre, le collier légèr.
indiqué par une teinte plus claire. Les parties blanches moins pures, en _
partie roussâtres, celles de l'aile réduites, le noir de l'aile et de la queue
brunâtre, cette dernière avec du blanc ii 2 rect. ext. - J. Face sup. brun
noirâtre, tachetée de jaunâtre, le collier à peine indiqué. Face inf. blanc
jaunâtre tachetée de brun noirâtre.
Nidi;ïcat¢`0n semblable à celle de l`cspècc précédente. - (Eu/Ii: Gd : 18 à 19,5;
Pd: 13 à 13. Bleu verdâtre clair, normal. sans taches.
Dans les bois, les bosquets, estival et surtout de passage, plus rare que
le précédent, cependant en beaucoup de points en France. - Europe, Centre
et S., émigrant en Afrique.
G. ERYTHRUSTERNÀ Bouar. ; Er·yl/iroslerrze.
Bec assez large à la base, graduellement comprimé en avant. Tarse plus long
que le médian armé. Aile dépassant un peu le milieu dc la queue. Celle-ci un
peu échancrée. Plumage coloré par masse chez l‘ad. Sexes différents.
E. pafïa (lhacusr.); Erytbrosterne rougeâtre, L: 11,8 à 12,5; AZ 6,7 à
7,15; Q2 5,1 à 5,5; T: 1,8; B: 1,2 à 1,45. Bec (228) brun à base claire,
patte et iris brun foncé. Rém. prim. 2 l'° > 1/3 2°, 3° et ·1° 7, 5” > 2" >
G°. -— (jt. Face sup. gris brun. Gorge, devant du cou et haut,de la poi-
trine roux jaunâtre vif, reste de la face inf. blanche. Jones et côté du cou
cendrés. Aile brune à Pélll. second. liserées de grisâtre. Queue brun noiràtre,
4 rect. lat. avec une grande partie blanche. ·—   Face sup. comme le çj',
face inf, blanche, lavéc de roux jaunâtre pâle, très peu au printemps,

186 FAUNE na FRANCE. - oiseaux
nettement en automne. -— J. Fare sup. gris brun avec le bout des plumes
jaune brunâtre. Face int'. blanche, la gorge et la poitrine lavées de jaune
brunâtre avec les plumes bordées de brun noir.
Nid dans un trou d’arbre ou une enfourchure de branche. — (Euf.1:5 à 7;
Gd: 15 à 17,5; Pd: 12 à 13,5. Blanc verdàtre ou jaunâtre tachetés de roux
et de rougeâtre, souvent surtout vers le gros bout.
Dans les bois, les bosquets, accidentel en France. — N. et E. de l`Europe,
accidentel dans l`\«V.; VV. de la Sibérie, émîgrant dans l’Inde.
F. HIRUNDINIDAE
Oiseaux de petite taille. Bec court, aplati et large à la base, légèr. arqué et
échancré vers le bout, fendu jusque sous l’œil. Tarse en général à peu près égal,
au médian armé. Doigts faibles et relativ. courts, le médian notablement plus
long que les lat. subégaux. Ongles arqués. Aile longue, suraiguë, dépassant
plus ou moins les rect. médianes, à 9 rém. prim., la première général. la plus
longue, les rém. second. plus ou moins échancrées. Queue échancrée ou
fourchue. Sexes presque identiques, jeunes peu différents des adultes.
Nid variable comme construction et situation, toujours abrité, jamais sur un
arbre.
(Eu/is: 4 à 6, ovales, concolores ou tachetés.
Régime uniquement insectivore. Oiseaux plus ou moins sociables, mîgrateu rs
volant beaucoup, perchant ou posant peu. -
TABLEAUX DES ESPECES
1. Tarse et doigts emplumés (39 p. 49). Bec assez robuste à na-
rines basales arrondies (40 p. 49, 229). Queue moyen. fourchue
(231)) Croupion blanc ....... Hirnndo urbica (p. 188)
—- Tarse et doigts nus ou à peu près. Croupion jamais blanc .... 2
2. Aile n'atteignant pas le bout de la queue. Celle-ci très fourchue
à rect. lat. tacbées de blanc vers Vextrémité, les ext. très pro-
longées (231). Bec assez faible (55 p. 51). Tarse nu, à peu près
de la long. du médian (232) [G. Chelidonj. ........ 3
— Aile dépassant le bout de la queue. Celle-ci jamais très fourchue,
à rect. ext. non prolongées. Bec court, un peu convexe (233)
[G. Hz}Jaria].' .................. 4
3. Face sup. sauf le front, en entier noir bleu luisant. Un collier noir.
Face inf. non striée ....... Chelidon rustira (p. 187)
—— Nuque et croupion roux fauve vif, reste de la face sup. noir bleu
luisant. Pas de collier noir. Face inf. striée. Chclidon dmu·z'(·n (p. 188)
O. Tarse avec quelques petites plumes (234). Queue moyenn. fourchuc,

FAUNE ma rames. — oiseaux 187
non tachée cle blanc (235). Un hausse-col I`oncé sur la poitrine. ·
. . . · ........... Iîiparia r·:'pnrz'a (p. 189) _
— Taurse ent1èr. nu. Queue peu éqhancrée avec les rcct. lat. tachées
de blanc (236). Pas de hausse—c0l foncé. ]lly1(lI`I-(l rupcst/·z°s (p. 189)
, .· É lu? ,   ~
 fr 5> ·_ , `Ã: È? ·' '·‘°>=·x '
»,· _ =·   “?:° _`   — ..`ë
  ,_ ( ~,î ,   \ s Q,
;.,(,*,, ·» ._'<` ' A', ·  il,  iii i
É,.    ,,1.    , ,.i_I   0 È
    `,i  
   e’ .= (’·· ;=* / `
î*”i 2.70 ( °*·.   25/ ·
"  2x2
2,;*4 Ã;]
. *`· A
*#·e.¢1·:¤u«§=,:§»' . __f`·.. 1-" ‘
  ‘.`` ] /"  '·—·=.·~—,
ggsï :··;fQ§· .,=,a * ·,   · 7 ‘
L     ··.‘  
[,5     ., pl Ah    2
’” 255 ‘~ · 229 ;·—<   ° l».· hr 
Fiennes 229 il 236. — 229, Ilirundo urbica, tête; 230, id., queue; 231, Chelidon
ruslica, qucuc; 232, id., patte; 233, Ihjaaria ripnria, tête; 234, id., patte; 235,
id., queue; 236, ltiparia rupeslris, qnenc.
G. CHELIDON Fonsrxanç Uhélidon.
Bec à arête à peu près droite, En narines basales cn partie opcrculécs. Aile
dépassant les rect. médiancs.
Ch. tlltlca (L.); Chélidon rustique, Hirondelle des cheminées. L: IB
à 19,5; A: 12à 13; Q: 9,5 à 11,5; T: 1 ii 1,1; B: 1,15 à 1,3. Bec (55
p. 51) noir, patte (232) et iris brun noir. —- 6* Q. Face sup. sauf le front,
noir bleu luisant. Front et gorge roux marron, poitrine noir luisant,
abdomen et sous-caudales blanc plus ou moins roussâtrc. llém. cl rect.

188 FAUNE ns rnAN¤E. —- oissxnx
noirâtres, ces dernières moins 2 médianes tachées de blanc (321). — J. Les
teintes moins brillantes, les pennes plus brunes, les rect. ext. peu pro-
longées. _
Nid en éeuellc, peu profond, larg. ouvert, cxtér., de terre et de boue gâehées,
mêlées de paille et de brindilles, doublé de crins et de plumes, accolé à une
poutre dans une construction ou une encoignure de mur. — Wu/is : 4 à 5,
exception. 6, d`un ovale un peu allongé. Gd: 17 à 23; Pd: 13 à 15. Blancs ou
blanc rosé, à nombreuses petites taches grises ou brun rouge, parfois surtout
autour du gros bout.
l)ans les endroits découverts, autour des habitations, estivale et de passage,
répandue dans toute la France. —- Europe, VV. de la Sibérie et de I`Asie, N. de
l`Al`rique, hiverne dans l`lnde et l`Afrique.
S. E. Ch. I`. S8VIg11yi (STEPIL). Ditïère du type par la teinte marron du
front et de la gorge plus vive, l`abd0men et les sous-caudales roux de rouille.
Donnée comme de rencontre accident. en France, mais probablement par suite de
confusion avec une variété à abdomen foncé de la forme type. — N. E. de l`A1`rique.
Ch. daurica (L.), S. E. Ch. d. Fufula (TEMM.); Chélidon rousseline,
Hirondelle rousseline. L: 18 à 19; A 1 11,8 à 12,6; Q: 10 à 11 ; T: 1 à 1,1;
B : 0,9à 1,1. Bec noir, patte et iris brun foncé. —- (jt   Front, nuque et
croupion roux de rouille vif passant au blanc jaunâtre aux sus-caudales.
Vertex, occiput, dos, scapulaires et dernières sus-caudales noir bleu luisant.
Face inl`. roussâtre, finement striée longit. de brun. Aile et queue noir nuan-
cé de gris, les rect. lat. marquées de blanc. — J. Plumage plus terne, les
teintes rousses de la face sup. beaucoup plus pâles, la face int`. aussi bien
plus claire, sans stries nettes. Rem. second. et sus-alaires bordées de rous-
sâtre.
Nidi/ication semblable à celle de l’espéce précédente. —- œufs : Gd : 19 à 21,5 ;
Pd : 13,5 à 15. Colorés comme ceux de Ch. vustica.
Aecidentelle dans le S. de la France où elle aurait même niché (D1«:ox.ANx> et
Gamm, 1867). — Asie centrale et S. W., N. E. de l’Afrique, S. E. d`e l`Europe,
accident. jusqu’en Angleterre.
G. HIRUNDU L.; Hirondelle.
Bec un peu convexe dès la base Aile dépassant un peu les rect. ext., les plus
longues.
H. uïbica (L.); Hirondelle des fenêtres. L Z 13,9 à 14,4; A 2 10,8 à 11,4;
Q 2 6,5 à 6,8; T Z 0,9 à 1,15; B : 0,9. Bec (40 p. 49) et iris noirs, patte gar-
nie de duvet blanc (39 p. 49)- 6* Q. Face sup. noir bleu luisant avec le
croupion blanc. Face inf. blanche en entier. Aile et queue (230) noirs. — J.
Le noir de la facelsup. terne et nuancé de brunâtre, les parties blanches
d’une teinte moins pure. Pennes brun noir, les rém. second. bordées de
blanchâtre.

mwa na 111.xxc1:, - nissxrx 189
Nid hémisphérique a1 ec une 0111 erturc lat. presque circulaire ou plus ou moins
allongée transvers,, de boue et l(‘l‘1‘(" gâcliées extér., doublé de crius, de lll(‘Il\I(‘
paille, de plumes, sous une corniche ext. <l’une construction ou 1111 rocher sur-
plombant. -— (Eu/`.«: D`11n ovale, un peu pointu. Gd : 17 à 21,5 ; Pd 2 13 ii 14,5.
Blanc p111·, exception. u11 peu ponctués de b1·11n vers le gros bout.
1)ans les endroits découverts, autour des habitations, des falaises, estivale et de
passage, de moins C11 111oins répandue eu l"l‘1\1\C(‘. - Europe, d11 '7()° latit. N. à la
5lli(lll,(‘|'I`R11(‘(‘, \’V. de la Sibérie, en l1ive1· en Afrique et dans l`lnde.
G. RIPARIA l"01|'·l1`EIt; Hironrlclle, Uolyle.
Bec court à 1181'lI\CS basales ariondics, un peu saillantes. Aile dépassant plus ou
1noins le bout des rect. ext.
R. Fîparla. (L.); Hirondelle de rivage, Cotyle riveraine. L 1 12,5 à 13,5;
A: 10,2à 10,8; Q Z 5 à 5,5; T Z 1 à 1,2; B 2 0,8 à 1. Bec (233) et iris bruns,
patte (236) brunâtre. — (j'   Face sup. et une large bande C11 travers de la
poitrine gris brun. Reste de la face inf. blanc avec quelques petites mouche-
tures gris brun sous la bande pectorale. llém. noiràtres à légers reflets ver-
dâtres. llecf. brunes (235), les ext. finement liserées de blanc au dehors. —
J. Face sup. plus foncée, les plumes bordées de roux ainsi que celles de
l'aile. Blanc de la face inf. un peu roussâtre.
Nid en coupe, d’herbes sèches, de radicelles et de quelques plumes, dans une
cavité arrondie sur le côté d`une galerie lhorizontale c1·cusée dans le sable ou la
terre d`une falaise, à défaut, dans un trou de n1uraille. — En/`x : D’un ovale un
peu allongé. Gd : 16 à 20,5; Pd : 12 à 13,5. Blanc très léger. rosé, uuicolores.
A11 bord des c011rs d'eau, des étangs, estivale et de passage, assez répandue dans
presque toute la France. — Europe, du ’70° latit. N. au N. de l`Af`rique, Sibérie,
en hive1· dans l`A1'rique et dans l`lnde.
R. rtlpcsttis (Scor.) [lfirzuzdo montana GMs1..]; Hirondelle de rochers,
Cotyle de rochers. l.: 14 il 15; A : 12,821 13,4; Q :5,5 à 5,8; T 1 1,I ; B 2
1 il 1,15. Bec noiràtre, patte brunâtre, iris brun. -`(j*   Face sup. gris
brun. Gorge et poitrine blanehàtres, la première n1ouchetée de brun sous le
bec, abdomen gris roussâtre, sous—caudales brunâtres. Aile et queue (236)
brunes, les rect. interméd. avec une tache ovale blanche sur les barbes int.
-—· J. Plumage plus terne, les plumes du dos et des ailes liserées de rous-
sâtre. ·
Nid ressemblant beaucoup à celui de Chelidon rustica, sous une saillie de rocher.
-·— œufs: d`un· ovale un pêlt allongé. Gd : 19 à 23; Pd : 13 à 15. Blancs, taches et
pointillés de gris et de brun roux.
Dans les Alpes, les Pyrénées et les régions montagneuses méridionales, estivale
et de passage, parfois sédentaire da11s le S. de la France. - S. de l’Europe, p0u1·-
tour de la Méditerranée, à.l`E. jusqu’au Tibet, en hiver en Afrique et dans I'Iude,
1 3

190 iairxn nia isxwcis, — oiseaux
O. PlC·lF()RMES
S. O. PICIENS
F. PICIDAE
Oiseaux de taille moyenne ou faible. Bec fort, pyramidal ou conique, plus ou
moins comprimé en avant. Narines basales, plus ou moins cachées par des plumes
sétiformes. Tarse court, scutellé devant. 2 doigts en avant, 1 ou 2 en arrière.
Ongles forts, comprimés, courbes. Aile plus ou moins obtuse à l0 rém. prim. la
première petite. Queue arrondie ou étagée à 12 rect., l’ext. courte. Sexes sembla-
bles ou un peu différents, jeune peu différent des adultes.
Nid rudimentaire, de débris de bois, dans un trou d’arbre creusé en général par
l`Oiseau et en forme de cornue. — (Eufs : Jusqu’à 8 et plus, d'un ovale variable,
blanc brillant.
Régime insectivore, larvivore, plus ou moins frugivore. Oiseaux non sociablesy
sédentaires, plus ou moins e1·ratiques, rarement migrateurs, arboricoles, grim-
peurs.
Voix désagréable. La plupart de ces Oiseaux font en outre entendre au printemps
une sorte de roulement en frappant très rapidement une branche avec le bec.
. TABLEAUX DES ESPECES
1. Trois doigts, 2 ant., 1 post. (i p. 43). Rect, raides, élastiques,
pointues, bifurquées à la pointe. Plumage presque en entier
noir et blanc ......... Picoïdes tridactylus (p. 195)
- Quatre doigts, 2 ant., 2 post. (13 p. 45) .......... 2
2. Rect. raides, élastiques, pointues (237). Bec pyramida], caréné, à .
sillons latéraux (16, p. 45, 238). Tarse réticulé ou granuleux en
arrière. ................ ` . . . . . 3
— Hect. molles à extrémité large et arrondie (239). Bec conique, non
caréné, sans sillons latéraux (240). Tarse scutellé derrière. Plu-
mage varié de gris de brun de roux. . . lynx torguilla (p. 195)
3. Aile de plus de 23 cent. de long. Plumage entièr. noir avec le bon- —
net ou seulement l’occiput rouge vif . . Picus marlius (p. 192)
—— Aile au max. de 17 cent. de long. Plumage avec toujours une par-
tie importante d`autre couleur que noir ou rouge. . .` . . .. li
[1. Doigt ant. ext. le plus long. Face sup. en grande partie verdâtre
et jaunâtre [G. (Iecinus] ........ · ...... - 5
— Doigt post. ext. le plus long. Face sup. noire et plus·ou moins
blanche. [G. Dryobates] .............. 6

munis un rames. — oisswx 19l
a Ir q > _ »
V1 . Ã '   .
l   · ··~~ -,· /%/4*/     ·l1·"i§"·
’,¢\;».;,§@.; ’i 4) vv , ,\ ) .. J;   g _
,’ ·—.:\_ l\·É`,.)l`.     , f ~“`   À X — ‘· Fxcumzs 237 à 240. —
  `,~§—— "¤   'A., ,/ M ‘· N   ·   i 237 Gcci us `·'-
   ff 7   N ii       F   dis,} queune; Èïiê,
M" À X « C J ·—x \*`i N"   ·,] ^ . «
M • , * .) lryvvr x_) ·® ·_l _,$\ I. C3', tete 23.)
”l"‘ȧ\\§!-li   tj/»/‘;//(  l)»·)..,.j-m “"\\,®\`—“;)rQ‘\,§ lynx lorqniilla;
;"|l”·§m·|7d,« ]"‘,·r` fr') '_"“°/   ~t à \§&îi),;;x` wrïë ` queue; 240, id.,
l" Ã *lÃ))l'   W.);   yü   `· tete.
'~ ·   '*.'. ‘'`¤  
  Iggy il \` 5))) X ‘ 2.37
.   `,
,   fr  Mr ,ëÉ>   `
l - A. 4""' él ` ërr -:" ‘·r  mx
;";;ê, `L  dw vkr ` A  
  1 ..3 ` C ._ `  ._ _1N
`<"'~È>  240 258 ._;. gas 
5. Aile au min. de 15 cent. 5 de long. Vertex et occiput rouges. .
............... (Iecinus vir·1'dz's (p. 192)
— Aile de moins de 15 cent. 5 cle long. Vertex et occiput d'un gris
variable ............ Gecinus cnnus (p. 192) `
6. Aile de moins de ll) cent. de long. $0us-caudales blanchàtres
tachées de noir. Du blanc au dos. . . Dryobales minor (p. lili)
— Aile de plus de 12 cent. de long. Sous-caudales rouges ou roses. . 7
7. l)os et croupion en grande partie blancs. Flancs roses striés longit.
de noir .......... l)ry0Imtes leuconotas (p. 191)
- Dos et croupion entièr. noirs ............. 8
8. Flancs d'un blanc sale, sans taches. Bas-ventre et sous-caudales
rouges. Blanc de la joue et du côté du cou séparés par une
ligne noire (16 p. 45) ....... Dryobates major (p. 193)
— Flancs roses striés longit. de brun noir. Bas·ventre et sous·cauda-
les roses. Blanc de la joue et du côté du cou en continuité . .
. . . · . .......... Dryobates medias (p. 193)
G. PICUS L. ; Pic.
Bec plus large que haut à la base, très comprimé en avant, à sillon nasa] 'plus
près du culmen que de la tomie. Tarse à demi emplumé. Doigt ant. ext. le plus
long. Aile surobtuse. Plumes occipitales allongées en courte huppe.

192 mms nr iasxcis. — oisizsrx
P. martius L. ; Pic noir. 1.: 43 à 49. ; A : 23,5 à 25,8 ; Q: 16 à 19 ; T:
3,5 En 3,8; B : 5,8 à 6,6. lier jaunâtre à pointe brun noir, patte grise, iris,
blanc jaunâtre. Réan. prim. : 1‘° dépassant de près d'un tiers les grandes
sus·alaires ant., 6° presque égale à la 5", la plus grande. ·— (jt. Plumage noir
avec le bonnet rouge. —   Noire avec seulement l’occiput rouge. —-— J.
Comme la Q, mais seulement d’un noir brunâtre.
.Vi«l, simple lit. de poussiere de bois. — œufs :3 à 5, quelquefois 6. Gd: 31 il
37 ; Pd : 22 31 27. '
Dans les forêts, particu]. de Conifères, sédentaire et erratique dans les Alpes, le
Jura, les Pyrénées. — Europe, de la Laponie à la Méditerranée, Asie jusqn‘an
Japon.
_ G. GEGINUS Born; Gec1'm·.
Bec légèr. comprimé en avant. à sillon nasal près du·culmen. Tarse emplumé
dans le haut, beaucoup plus court que le bec. Aile surobtuse.
G. Vil‘idiS (L.), S. E. G. V. PÉHBÉOTUIH (Banni;) ; Gécine vert, Pic-vert.
1. ; 31 à 35; A : lôà 16,75; Q: 10à 11 ; T: 2,8 à 3,3; B: 4,5 à 4,8. Bec
(238) gris foncé à base jaunâtre, patte gris brunâtre, iris blanc bleuàtre.
lient. prim Z 1"’ de près d'un tiers plus longue que les grandes sus-alaires
ant. ——   Bonnet et moustaches à plumes rouge vif sur fond gris foncé,
reste de la face sup. et dessus de l'aile vert olivâtre avec le croupion et les
_ sus-caudales jaunes. Face inf. vert grisâtre clair, les plumes de la jambe et
l les sous-caudales lxarrées de noirâtre. Tour de l'œil noir et joue verdâtre.
Béni. tachées de blanchâtre, les prim. sur fond brun, les second. sur fond
olivàlre. ltect. brunes barrées d’olivâtre (237). —   Comme le (jf, mais un
pen plus petite et la moustache noire. — J. '1`eintes plus pâles, le rouge de
la tête plus mélangé de gris, le côté de la tête et la face inf. plus ou moins
marqués de brun noiràtre, le noir de l'oeilet la moustache à peine indiqués.
.\'Il/Ã/L`(‘(l’l.0/L semblable ix celle dc l`espèce précédente. — œufs: Jusqu’à 8. Gd :
29 ii 34 ; Pd : 21,5 En 21.
Dans les bois, les bosquets, les allées de grands arbres, parfois à terre, séden-
taire et crratique, répandu dans presque toute la France. -— Europe moyenne.
S. E. G. V. sharpei Saunmans. Differe de la S.E. précédente par sa taille
moindre (A: 15,5 à 15,7), le tourgde 1`œil qui est gris, le lorum seul étant noir,
la face sup. plus verte et moins jaunâtre. Capturé dans la Haute Garonne
(lnioaoix. Bull. S. Z. F. 1877). — Espagne, Portugal.
G. canus. (Gaim.) ; Gécine cendré, Pie cendré. L 2 28 à 30:A: 14,3 à
15,2; Q: 10 à ll; T: 2,5 à 2,7; B : 3,9 à 4,4. Bee brun de corne à base
jaunâtre, patte gris verdâtre, iris rougeâtre. Rém. prim. 2 1”° dépassant d’uu
quart au plus les grandes sus—alaires ant. —d'. Dessus du bec gris noirâtre.

tzu xi; mc I-u\\c.:1z. — |\lSI€.\('X lili}
front rouge, vertes et oceiput gris olivàtre, dos et dessus de l'aile vert
olivàtre, croupion jaune. Face ini`. gris olivâtre avec la gorge plus claire.
Joue et côté du cou gris, lorum et très fine moustache noirs. Iiém. tachées
de jaunâtre et de blanchâtre, les rém. prim. sur fond brunâtre, les second.
sur fond vert olivâtre. Rém. brun olivâtre légèr. barrées de grisâtre. —-  
Pas de rouge à la tête qui est cendrée ainsi que le cou. Noir du lorum et
moustache moins étendus. — J. De teintes plus ternes, partie des plumes
de l’aile et rect. marquées de bandes transv.
Nidificaliait identique à celle de l`espèce précédente. — œufs: 6 à 8, par
exception jusqu`21 I0. Gd: 24,5 à 30; Pd : I9 à 2I.
Dans les mêmes endroits que le précédent. Sédentaire ou erratique, en beau-
coup de points en France, mais pas très répandu. — Europe, de la Scandinavie
à l'Espagne et au Caucase. Asie jusqu`au Japon.
G. DRYOBÀTES Bona; Dryobate, Pic.
Bec à peu près aussi haut que large à la base, légèr. comprimé en avant avec
sillons nasaux plus près de la tomie que du culmeu. Ta1·se un peu emplumé dans
lc haut, Iégèr. plus court que le hec. Aile plus ou moins obtuse.
D. major (L.), S. E. D. m. pinetorum (Banni); Pic épeiche. L: 24 En
26; A : 13à 13,8: Q:9à 10; T : 2,3à 2,4; B:2,8à3,l. Bec(I6 p. ~I5)et
patte gris de plomb, iris rouge. Rém. prim. : l"" guère plus longue que les
grandes sus-alaires ant., 3", I° et 5° plus ou moins égales et les plus longues.
— 0*. Devant du front blanc roussâtre, occiput rouge vil`, tout le reste de
la face sup. noir avec les scapulaires blanc pur. Face inf. blanchâtre plus ou
moins nuancée de roussâtre et de brunâtre, le bas—ventre et les sous-caudales
rouge vif. Joue, région parotique et côté du cou blancs, une ligne noire du
bec ia une autre transversale de la nuque vers la poitrine. Rém. noires tachées
de blanc. 2 rect. médianes et l'ext. noires, cette dernière tachée de blanc,
les autres blanches tachées de noir. -   Comme le 0* mais sans rouge à
l`occiput. — J. Tout le dessus de la tête taché de rouge. Les sous-raudales
d'un rouge moins vif que chez les adultes.
Nidi/îcalion semblable à celle des espèces précédentes. — wu/`s : I à 6, quel-
. quefois 7. Gd. : 25 à 28; Pd. : I8 à 20,5. Exception. Gd. : 23; Pd. : I7,5.
Dans les bois, les bosquets, sédentaire et erratique, répandu dans presque
toute la France. - Europe moyenne jusqu'aux Pyrénées, au N. de l`Italie, aux
Balkans, à l’Asie mineure et au Caucase.
S. E. D. m. parroti HAa·ran1‘. Un peu plus grand que la S. E. précédente
(A: I3,3 à I3,9; B : 3 à 3,35). Face inf. beaucoup plus foncée, chocolat clair.
Bas—ventre et sous-caudales d’un rouge plus vif. —— Corse.
D. medlus   [Picus varîus Lara.]; Pic mar. 1.:21 21 22,7; A 2 12,3 En
1 5 ir 43

194 FAUNE on rnawci:. — OISEAUX
12,9; Q : 8,1 à'8,4; T : 2 à 2,15; B : 2,5 à 2,75. Bec et patte gris de plomb,
iris rouge brun. Rém. prim. : l'° à peine plus longue que les grandes sus-
alaires ant., 3°, 4** et 5" 5. -— (jl   Face sup. noire avec le devant du front
roussâtre, le reste du bonnet rouge, les scapulaires blanches. Face inf`.
blanche plus ou moins lavée de roussàtre, avec le bas—ventre et les sous-
caudales rosc·vif, les flancs rosés striés longit. de brun noir. Joue et côté
du cou d`un blanc sale avec une ligne verticale noire entre la poitrine et le
côté du cou. Rém. noires tachées de blanc. — J. Seulement de teintes moins
pures que les ad,
Nidi/îcation comme celle de Yespèce précédente. -— (Eu/'s: 5 à 6, exception. 7.
Gd:20à26; Pd: 16à20.
i Sédentaire ou plus souvent erratique ou accidentel, en beaucoup de points en
France. -— Europe du S. de la Suède à la Méditerranée et au Caucase.
D. leucûnûtus (Becusr.) ; Pic leuconote. L : 26 à 27; A 2 14 à 14,8; Q 2
8,9 à 9,8; T: 2,2 à 2,3; B : 3,6 à 3,9. Bec et patte gris de plomb, iris rouge
brun. — çj'. Bonnet rouge, derrière du cou, haut du dos, sus-caudales
noirs, bas du dos et croupion blancs. Face inf`. blanche avec les flancs roses
· striés longit. de noir, le bas-ventre et les sous-caudales rouge vif`. Côté de
la tête et du cou blancs avec une moustache' noire rejoignant une ligne
noire du dos vers le côté de la poitrine. Aile noire tachée de blanc. 2 rect.
médianes noires, les autres blanches tachées de noir, les ext. noires tachées
de blanc. —   Diflère surtout du (jl par son bonnet noir. — J. Ressemble
au (jl, mais à teintes bien moins pures et plus ternes. ·
Nidi/ïcalion très semblable En celle de l’espècc précédente. -— (Eufs: 4 à 6_;
Gd:26à 30;Pd:19à21,5.
Donné comme se trouvant dans le Jura, les Pyrénées, la Corse. -— N., Centre et
E. de l’Europe.
D. minor (L.), S. E. D. m. hortorum (Hmm); Pic épeichette. L: 14,5
à 15,5; A: 8,7 à 9,3; Q: 5,4 à G,1;'l` : 1,35à 1,5; B`: 1,65 à 1,8. Bec et
patte gris de plomb, iris rouge. Bém. prim.: 1'° à peu près égale aux grands
sus-alaires ant., 4° et quelquefois 3° >. —-— dl. Front, sauf le devant qui est
roussàtre et vertex rouges, reste de la face supjnoir, le dos avec des bandes
blanches transvers. Face inf. blanc grisâtre ou roussâtre, striée longit. de
noiràtre. Côté de la tête et du cou blancs, le premier lavé de roussàtre. Une
moustache noire s'étalant sur le cou vers la nuque et la poitrine. Aile noire
tachée de blanc. 2 rect. niédianes et l’ext. noires, cette dernière tachée de
blanc, les autres blanches tachées de noir. --   Pas de rouge à la tête dont
le front est blanchâtre. - J. Plumage plus terne et· plus sale que celui
de la  
Nz`dz`/ïcaiion comme celle des autres Dryobates. — (Eufs : 5 à 6; Ad: 18 à 21 ;
Pd: 14 à 15,5. Dans les bois, les bosquets, sédentaire ou erratique, dans une
' grande partie de la France.·—- Europe moyenne.

rsuxs nia. rxmxcs. -— oiseaux 195
S. li. D. m. buturlinl llanrxzar. De taille un peu plus faible que la S. E.
précédente (A : 8,2 à 8,8), de face·înf. plus foncée, brunâtre et [achetée. Le noir
des rect. interméd. plus grand. Pyrénées et S.·E. de la France. — Italie, Balkans,
Grèce.
G. PICOIDES l.Acil1·. ; Pïcoïde.
Bec plus large_que haut à la base, bien caréné, légèr. comprimé en avant, à
sillon nasal très proche de la tomie. Tarse emplumé dans le haut, nettement plus
court que le bec. Aile obtuse. Rect. médianes fortement bifides à l’extrémité.
P.t!‘ld&Gtyll1S (L.), S. E. P. É. BIPÉHUS Bnsnivi; Picoïde tridactyle. L : 23
à2'7; A: 12,6 à 13,2; Q: 8,7 à 9,3; T: 2 à 2,3; B: 3,2 à 3,5. Bec gris
noir à base blanchâtre, patte (l p. 43) gris noir, iris bleuâtre. Rém. prim. I
1'° à peu près égale aux grandes sus-alaires ant., f1' >. — dl. Face sup.
noire barrée transv. de blanc avec le vertex jaune vif. Face inf. blanche, les
flancs et les sous-caudales rayés transvers. de noîr.’Côté de la tête et du
cou blancs avec une ligne de l'œil à l'épaule et une moustache noires. Aile
noire tachée de blanc. Rect noires, les 3 ext. variées de noir et de blanc.
·-   Comme le dl, mais sans jaune au vertex. - J. Comme la Q, mais de
teintes moins pures, plus ternes, le noir brunâtre.
Nidîjîcalion semblable à celle des espèces précédentes. (Eu/'n : 4 à 5. Gd : 23,5
à 28; Pd: 182119,5.
Dans les forêts de Conifères des Alpes et du Jura, descendant accident. l'hiver
dans les plaines proches. - Alpes et Carpatlies. _
G. JYHX L.; Torcol.
Bec acuminé, déprimé à la base, narines demi-operculées et en partie cachées
par les plumes du front. Tarse seulement un peu emplumé en avant, plus court
que le bec. Aile courte, subobtuse, ne dépassant pas les sus—caudales. Queue à
12 rect. l’ext. très courte, beaucoup plus que les sous-caudales. Sexes semblables.
J. totquilla L.; Torcol ordinaire. L: 17 à 18,5; A: 8,6 à 9,2; Q: 6,4 à
6,9; T: 1,9 à 2,1; B: 1,5 à 1,6. Bec (240) et patte brun de corne, iris
rouge brun. -T (3* Q. Face sup. grisâtre ou brunâtre, striée de gris et de brun,
avec des taches noires à la nuque et au dos. Face inf. blanche, lavée de
roussâtre à la gorge et à la poitrine qui sont rayées transvers. de brun noir,
le ventre avec des taches brunes en V, les sous·caudales rayées transv. de
la même teinte. Une tache brune derrière l'œil et sur la joue. Aile un peu
plus brune que le dos, les plumes rayées de roux, de brun, de noir. llect.
gris brunâtre, tachées de brun avec 6 raies transv._noires. - J. Plumage
seulement plus terne. ' ·

196 rAi·N1: ma raaxciz. —· oiseaux
Nid de poussiè1·e de bois, dans un trou d'arbre (souvent de fruitier) parfois
largement ouvert. — wu/iv: T à 8 ct jusqu`à 12. Gd: 19 à 22,5 ; Pd: 14,5 à 16,5;
exception. 17,5 X 14.
Dans les bosquets, les vergers, estival et de passage, assez répandu dans
presque toute la France. — Europe depuis le 63** lat. N., en hiver en Afrique,
Asie jusqu'au Japon.
S. E. J. É. ÉSCIIUSH Ktmxsciiu. Diitère du type par une taille moindre
(A: 8,2 ii 8,3) et un plumage plus foncé. Corse, —— Sardaigne, ltalie, Dalmatie.
O. COCCYGIFOIXMES
S. O. CUCULIENS
F. CUCULIDAE
Oiseaux dc taille moyenne. Bec profondément fendu, plus ou moins comprimé,
En tomies lisses, à narines basales nues ou operculées. Doigt ext. rejeté en arrière
mais versatile. Ongles bien arqués. Tarse plus court ou à peine plus long que le
médian armé. Aile à 10 rém. prim. bien développées. Queue longue, arrondie ou
étagée à 10 rect. Tour de l’œil plus ou moins déuudé. Sexes semblables, livrée
du jeune différente de celle des adultes.
Pas de nid ni d`incubation ou bien nid sur un arbre. ——~ ()Eut`s variables, tache-
tés ou U01!. ·
Regime insectivore. Oiseaux non sociables, migrateurs, arboricoles.
TABLEAUX DES ESPÈCES
1. .\ile de plus de 19 cent. de long. Tarse en partie einplumé. Plu-
mage plus ou moins tacheté ou rayé .......... 2
—— Aile de moins de 16 cent. de long., plus courte que la queue. Tarse
_ presque entièr. nu. Plumage non tacheté ........
............. Coccyzus americanus (p. 198)
2. Tête lisse. (17 p. 45). Aile plus longue que la queue et en recouvrant
au moins les 2/3. Tarse emplumé sur au moins moitié, plus court
que le doigtant. ext. (241) ...... Cuculus cmwrus (p. 197)
— Tête huppée (242). Aile plus courte que la queue. Tarse emplumé

x·‘At·Nn ne rnaxcn. — oiseaux 197
sur moins de moitié de sa long., plus long que le doigtant. ext.
............. Cflllllûfflf glzmdarius (p. 198)
G. CUCULUS L.; Coucou.
Bec plus large que haut à la base, à narines subarrondics un peu saillantes.
Aile longue, suhobtuse. Queue étagee. 'l`our de l`œil un peu dénudé.
C. Canûrlls L.; Coucoulgris. l. 1 32 Ii 36,5; A Z 20,8 à 23; Q : 18 â ltl;
T : 2 à 2,l ; B Z 2,5 à 2,8. Bec noirâtre En base jaune (17 p. l5], patte jauni]-
tre (ZM), iris et tour de l'œiljaunes. llém. Prim. :3" >,
I"': 7°. -—   Tête, eou, haut de la poitrine, et fare
sup. gris cendré plus foncé sur le dos et les scapulaircs. _ _
plus pàle devant. Ventre et sous-eaudales blancs ;'  
rayés trans vers. de noir. lténi. gris brun. Heel. noires  
avec de petites taches et le bout blanc. —   Plus w av 
petite que le (jf, plus ou moins nuancée et marquée L,  ·
de roux à la face sup., au haut de la poitrine et aux  
s0us·caudales. Parfois [Cuculus /zepatz`cu.s· Lun.],  
face sup. en entier roux brun striée transv. de brun pi 241-/
noir, face inf. blanchâtre plus ou moins lavée de rous- fx,
sàtre particul. à la gorge, au devant du cou et au 5*xt;
haut de la poitrine et rayée transvers. de brun noir. —  
J. Face sup., tète, cou et haut de la poitrine brun noir,
les plumes bordées de blanchâtre et plus ou moins , ,
tachées de roux avec une large tache blanche ’¤ l’oe- hm ml: zu'- mai"-
_ t ‘ lux r·an0:·ux_ patte.
cnput. Face inf. blanchâtre, rayée transvers. de brun
noir.
Nidi/îcalion nulle, distribue ses œufs par un, exception. deux dans des nids de
petits Passériformcs qui les incubent. —— (Eu/'s : 5 à 7 d`un ovale variable et rela-
tiv. très petits. Gd: 20à 25,5; Pd: l5 à lt). Coloration tres variable. Blancs,
bleuâtres, verdâtres, gris, roussâtres, rosés, tachés et striés de gris, de roussâ-
tre, de verdâtre, de brun; de noir, quelquefois bleu verdâlre immacule.
Dans les bois, les bosquets, estival et répandu dans presque toute la France.
—- Europe moins l°extrêmc N.; W. de l`Asie.
S. E. C. C. kleinschmidti SCIIIITBIZL. llilfère du type par sa face sup. plus
foncée, grise. — Corse.
Remarque J Pour plus de détails sur la reproduction du Coucou, consulter entre
autres : X. Rasmxn, Bull. S, Z. F. 1905.
G. CLÀHATOR Kaup; Corcysle.
Bec aussi haut que large à la base, à narines ovalaires. Aile assez longue, sub-
obtuse. Queue etagee. Tour de l`œil bien dénude.

198 muse ma rxmucr. —— oiseaux
C. glandarius   [Cuculus pisanus GMEL., C. melissophonus VIEILL.,
C. algirus Matmanm-z]; Coccyste geai, Oxylophe geai. L : 41 à 42,5; A :
19,5 à 21,8;Q : 21 à 24,8; T: 3 à 3,3;
. B : 2,8 à 3,1. Bec brun noir (242},
  U   1 p patte gris foncé, iris brun jaunâtre,
§ "A, "";-V   brun gris ou brun foncé. — (3*   Des
\, _ sus et côté de la tête gris cendré, strié
  \ longit. de noir, reste de Ia face sup.
24*2  i   gris brun légèr. verdâtre avec le bout
F "“§§\\\  des scapulaires et les sus-caudales lat.
\ `§iN \ blancs. Face ini`. blanc jaunâtre avec
les flancs nuancés de gris. Aile gris
Fioona 242. — Clamaiar glandarius, brun, les plumes terminées de blanc.
mic- Rect. noirâtres, les médianes avec une
petite tache blanche terminale, les
autres très largement blanches dans la
partie distale. -— J. La huppe très courte, brun noir comme le reste de la
face sup. La 1`ace inf. roussàtre. Plumes de l’aile terminées de roussâtre.
Nzdi/îcalizm nulle comme dans Yespèce précédente. — (Eu/`s : pondus général.
par deux dans un nid de Uorvidac. Ovale variable. Gd : 28,5 à 35; Pd : 2l,5 à 26.
Verdâtrcs tachés et ponctués de roux, de brun.
De rencontre accidentelle dans le S. de la France. -—'S. et S. VV. de l’Eur0pe,
Afrique, W. de l’Asie, accident. dans l’Eur0pe moyenne jusqu’en Angleterre.
G. COCCYZUS v1ElLL.; Coulicou.
Bec plus haut que large à la base, à narines ovalaires en partie operculées.
Aile subobtuse, atteignant le milieu de la queue, celle-ci étagée. Tour de l'œi1
très peu dénudé.
C. americanus (L._); Coulicou américain. L : 29,5 à 30; A : 14,5 à 15;
Q : 15,7; T 1 2,7; B 2 2,3. Bec brun à base jaunâtre, patte noire, iris rou-
geâtre. — 6   Face sup. gris olivâtre à légers reflets verdâtres et roussâ-
tres. Face inf`. blanche lavée de gris au cou, à la poitrine et aux flancs. Aile
et rect. médianes comme la face sup., rect. lat. noires à bout blanc. La Q à
face sup. plus brune et sans reflets, à face ini`. plus grise. ——- J. Teintes plus
ternes et plus rembruuies.
Nzd en coupe, de petites branches et deyradicelles, doublé d`11erbes sèches et
de poils, sur un arbre. — (Eu/`s: 4 à 5. Bleu verdâtrc.
Quelques captures en France ct en Belgique. —- Amérique septentr. ct cen-
trale. Très accidentel dans l`\’V. de l'Europe.

rjarxs ma tasse:-:. - omaarx 199
O. CORACUFORMES
· S. O. (JYPSÉLIENS
F. CYPSELIDAE
Oiseaux de taille assez faible. Bec petit, très déprimé, triangulaire, sans poils
in la base, non échancré vers Yextrémité qui est un peu com·cxe et courbée. Tarse
très court. Doigts épais, courts, subëgaux, à ongles forts et courbés, tous quatre
dirigés en avant. Aile très longue et étroite, suraiguë ou aiguë et dépassant bien
Yextrémité de la queue, à dix rem. prim. et sept ou huit second. L'l1umérus très
court, la main très longue. Queue plutôt courte, à dix rect. Tête large, aplatie.
Sexes semblables, jeunes tis peu differents des adultes. Gymnopœdes.
Nid rudimentaire ii matériaux agglutinés avec de la salive, dans un trou de ro-
cher ou de muraillei —- (Eufiv : 2 à 4, elliptiques ou cylindriques, d`un blanc mat,
immaculé.
Régime cxclusiv. insectivore. Oiseaux sociables, migrateurs, presque toujours
au vol, ne pouvant s`envoler de terre. Cris stridents. I
TABLEAUX DES ESPÈCES
I. Aile de plus de 2l cent. de long. Grande partie de la face inf.
blanche .............. · lpus nzelba (p. IQ9)
-—- Aile de` moins de l8 cent. 5 de long. Très peu de blanc à la face inf. 2
2. Aile aiguë, la l"’ rém. étant d'environ () cent. 5 plus petite que la 2°.
Plumage très foncé, brun fuligineux presque noir. Apus apus (p. 200) '
—- .\ile suraiguë, la l"° rém. étant aussi longue ou plus longue que la
2°. Plumage gris-brun plus ou moins clair. Apus murinus (p. 200)
G. APU8 Sco!=.; Martinet. _
Bec fendu au moins jusqu’au dessous de 1‘œil, un peu comprimé en avant. 3*
et 4• doigts à trois phalanges seulement. Queue bien échancrée. Cou court. Plu-
mage non vraiment tacheté. Le petit, né nu, se couvre après quelques jours et
avant les plumes d’un épais duvet gris.
A. melba (L.); Martinet alpin, Martinet à ventre blanc. L : 22 à 24; A 2
21,5à 23; Q: 8,5 à 9,5; T: l,l à 1,5; B : l il l,l. Bec noirâtre, patte bru-
nôtre, iris châtain foncé. 5 6 Q. Gris brun, avec la gorge, le devant du cou,

2tm ' mms ou iiuxcs. ——- nissan);
Vépigastre et le ventre blancs. —- J. Comme les adultes, mais les plumes
bordées de blanchâtre ou de gris clair.
Nzd à peine excavé, de débris de plantes, de laine, solidement accolés par de la
salive, dans un trou de rocher ou de muraille. — Oïufs : 3 à 4, quelquefois 2 seu-
lement. Gd : 28 it 34; Pd : i8 à 20,5.
Dans les Alpes, le Jura, les Pyrénées, estival et en colonies. —— S. de l`Europe,
pourtour de la Méditerranée, Asie jusqu`au S. de l‘Inde, accident. dans le Centre
de l`Europe etjusqu`en Angleterre. _
A. apus (L.); Martinet noir. L : 17,5 à 19; A: 16 à 18; Q: 7,2Ià 7,8; T:
0,8 à 0,95; B: 0,7 à 0,8. Bec noiràtre (15 p. 45), patte (14 p. 45), brun noir,
iris brun foncé. —-—- (jl   Entièr. noir fuligineux à légers reflets bronzés avec
la gorge blanche. —— J. De teinte moins foncée, plus brune, les plumes du
front et des ailes bordées de grisâtre.
Nid très semblable à celui de l`espèce précédente, mais de préférence dans un
trou d`une construction, très rarement dans une fente de rocher. —— (Eufs 1 2 à 3 ;
Gd : 22 à 27,5; Pd; 14,5 à17,5. '
Estival et très répandu dans toute la France. Venant tard, partant très tôt. —-
Europe du ’70° latit. N., jusqu`à l`Oural et partie du S. de l`Eur0pe, émigrant dans
le S. de l`Afrique.
A. murinus Biuamu; S. E. A. m. iIIyI‘iCllS Tcnusi ; Martinet murin.
L: lôà 18,5; A:16,4à 17,5; Q: 7 à7,6; T : 0,8à0,9; B : 0,7à0,8. Bec
et patte noirâtres, iris brun foncé. — dl   Entièr. gris brun foncé avec la
gorge blanche sur une étendue plus grande que A. apus   Les plumes
de la face inf. très finement liserées de blanchâtre. — J. Plus clair que les
adultes, les plumes plus largement liserées.
Nidi/ïcation semblable à celle de Yespèce précédente. — (Eu/`s : Gd: 23,5 à
26,5; Pd: 16,5 à 17.
Estival dans le S.-E. de la France, donné comme y remontant jusqu’à Lyon. -
Espagne, Italie, Dalmatie.
S. O. CAPHUWULGIENS
F. CAPRIMULGIDAE
Oiseaux de taille presque moyenne. Bec petit, très déprimé à la base, fendu
jusqu'au delà de l`œil, à mandib., sup. un peu crochue et légèr. échancrée vers
l’extrémité. Tarse court, en grande partie emplumé. Doigts ant. réunis à la base
par une membrane, les lat, subégauw. Ailc long-ue, aiguë, Px 10 rém. prim. Queue

rarss ma rames. — oiss.u·x 201
longue. Tête large et aplatic avec l`oeil grand. Plumage mou et sombre. Sexes
peu di1l`érents et jeunes ressemblant aux adultes. Ptilopwdcs.
Nid très rudimentaire, de quelques feuilles et herbes sèches, En terre. — (Eu/iv :
2 à 3, elliptiques ou cylindriques, taehetés.
Regime eaclusiv. insectivore. Oiseaux non sociables, migrateurs, plus ou moins
arhoricolcs et subterrestres, crépusculaires.
` TABLEAU DES ESPECES
1. Première rém. En peu près égale En la 3". Pas de collier derrière la
tête. Une moustache blanche horizontale ........
............ Caprirnulgus 6(tI'Opi(’llS (p. 201)
— Première rém. plus courte que la 1°. Un large collier sur la nuque,
se dirigeant en avant sous le blanc du cou ........
.... ` ........ Caprimulgus ru/ïcollis (p. 202,
G. CAPRIHULGUS L. ; Engoulevcnl.
Bec il narines basales, tubuleuses, obliques. Meclian armé plus long que le
tarse. Queue subarrondie En 10 rect. Plumage sombre tres varié.
C. europaeus L. [Cnprinzufgus vulgnris Varna.,] ; lîngoulevent tl`l€urope.
L2 26,5 à 29;A:10à 20,2; Q: 13 à ll; TZ 1,5à 1,7; ll Z la 1,3. Bee
(38 p. 49) et iris noiràtre, patte (35 p. 47) roussâtre. — çj'. Face sup. d`un
gris plus ou moins lavé de roux et de brun, chiné, strié, taché longit. de noi-
ràtre. Face inf. roux grisâtre plus ou moins lavée de gris, surtout au cou et
ii la poitrine qui portent des taches blanehàtres et rayée 1r.msvers. de noi-
ràtre. Une moustache blanche plus ou moins forte allant vers l’oeciput. llém.
brunes tachées de roux et terminées de gris, les 3 prem. tachées de blanc au
milieu des barbes int. Sus·alaires comme la 1`ace sup., mais en partie termi-
nées cle blanc roussâtre. llect. comme la face sup., les 2 ext. largement ter-
minées de blanc. —   Ressemblant au dt, mais le plumage plus roux dans
Vensemble et sans blanc au bout des 2 1·ect. ext. — J. Plumage plus sombre
et plus terne que celui des adultes, sans blanc ii l`aile et à la queue. — P.
Couvert de duvet grisjaunâtre, plus foncé et varié de brunâtre a la face sup.
Nid dans les bois, les bosquets, les landes broussailleuses. — lEufs: Gd : 27 à
36,5; Pd: 20 à 24. Blanchàtres, à taches larges et éparses, grises, roussàtres,
brun foncé.
Dans les bois, les endroits broussailleux, estival dans presque toute la France. -
Europe moins Yextrême N. jusqu`à la Méditerranée, émigrc dans toute l'Afrique.
S. E. C. 6. !I161‘idi0!18IiS llAR·rERT. Plus petit quele type (A : 17,451 19),
la face sup. à teintes plus vives ou plus claires. Corse. — Pourtour de la Medi-
terranéc,

202 1·‘Ai·NE ma raxwcs. —- oismux
C. rutlcollis 'FEMM. [Caprimulgus rufïtorguatus Vnzn.1..]; Engoulevent
àcouroux. L:29,5à31;A:20,5à2l,2;Q: 16à18; TZ 1,8 à 1,9; BZ
1,2 à 1,4. Bec noirâtre, patte et iris brun. — (jt   Face sup. gris clair avec
un large collier nucal roux et des traits transvers. en zigzag roussâtres et
des longit. noirâtres, les sus-caudales noires bordées de grisâtre et de rous-
sâtre. Scapulaircs de la teinte du dos, à taches noires et roussâtres. Face inf.
jaunâtre rayée transvers. de noirâtre, avec au cou 2 larges bandes blanches
où se fond le collier roux. Rém. bl‘I1ll noir, tachées de roux, les 3 prem. avec
une tache blanche vers le milieu des barbes int. Rect. xnédianes grises et
roussâtres rayées transvers. de noirâtre, les autres brunes, les 2 ext. large-
mentterminées de blanc. La Q avec le blanc de l’aile et des rect. ext. moins
développé. — J. Teinles plus sombres et plus ternes. -— P. Couvert de duvet
brun jaunâtre clair.
.\'i«Ii/icalion ressemblant beaucoup à celle de l'cspècc· précédente. — (Eu/Tv: Gd : ‘
28,5 à 34; Pd: 21 à 24,5. _
Accidentel dans le S. de la France. — S. VV. dc l`Europe, N.\’V. de l`Al'riquc,
en hiver dans le Sahara, accident. jusqu`cn Angleterre.
S. U. JIÉHUPIEJVS
F. MEROPIDAE
Oiseaux de faible taille. Bec fendu jusqu`à l`œil, caréné en dessus, narines plus
ou moins couvertes de plumes sétiformos. Tarse très court, guère plus de moitié
du médian armé, finement réticulé on arrière. Bas de la jambe nu. Doigt médian
soudé jusqu`à la 2* articul. avec l`ext., jusqu`à la l*‘° avec l`int. Aile longue, assez
étroite. Plumage de couleurs vives. Sexes peu différents.
Nid nul, ponte dans un trou d'une falaise de terre ou de sable. —— (Eufs : E': à T,
quasi sphériques, blancs sans taches.
Régime exclusiv. iusectivorc. Oiseaux sociables, migrateurs et erratiques,
volant beaucoup.
TABLEAU DES ESPÈCES ,
1. Rect. médianes ne dépassant les autres que de quelques cent. (243).
La plus grande partie de la face sup. marron et roux jaune.
.............. illerops apiaster (p. 203)
-- Rect. _médianes dépassant les autres d'au moins 5 cent.   La
plus grande partie de la l`ace sup. verte. .W¢•1·0p.s· pm·.s·z'z·us (p. 203)

num: ne rn.4NcE. —— oiseaux 203
` G. IEROPS L.; Guépier.
Bec large à la base, comprimé en avant, la mandib. inf. un peu plus courte
que la sup. Aile aiguë. Queue En t2 rect. ·
M. apiaster L.; Guépier vulgaire. 1.: 26,2 En 30,2; A 1 14,1 à 15,6; Q: ll
à 1£,2; T : 1 in 1,25; B : 3,3 à 3,6. Bec noir, patte brune, iris rouge. -
  Front blanchâtre lavé
de bleu vert, reste de la tête
et haut du dos brun marron. U W q     "   I p 
Bas du dos, scapulaires et        
croupion jaune roux, SLIS·(‘iI\I•      \_\    ·_
dalesvcrtes. Gorge jaune d'or     .//gg    
bordée de noir, reste de la faire ii,        
inf. bleu vert plus fonce à la   ·   ,,«/   
poitrine. Un large trait noir du ' f V   '   
bec sur l'u:il et la région paro- f   I ,  
tique. La plupart des rém. j  I t _   Z? 9 Q   .
vert bleu ’¤ bout noir les der-   ' `   I   7 \  
., · · r · · \·  
meres second. et les sus- ,     
alaires brun roux avec le dos- ·   243   244*
sier de l’aile vert olivâtre.     ii  
Rect. vert olivâtre. Les teintes ·   ik
de laQ moins pures et les rect. l .:
médianes moins prolongées. ,· '
——J. Marron de la face sup. FFGWES 24391244-- ZW, ·
IILIRIICÉ d'OllVât1'e, gorge moins giï`°]';;/’I'“*f"": (1“'f“C}
· · ... , Bl Dpb p€t‘îl(`iLY,
Jaune et sans bordure non·e. l1“c"(_' ·
Rect. médianes non prolon-
gées. .
Nid nul, les œufs pondus in même le sol dans le fond d`une galerie horizontale
profonde. - œufs : Gd : 24 à 27,5 ; Pd : 20 à 23.
Estivnl dans le S. de la France, remontant parfois sers le N. A niche accident,
près d‘Abbeville. —- S. de l'l£urope, remontant accident. jusqu`en Scandinavie.
Afrique, partie de l‘Asie. ‘ , ,
ll. persicus Pau,. [illemps œgyptius Bomv., JI. rujïwlhb Vnau.i.,, M. savi-
gnyi Aunoum]; Guépier de Perse. L : 27,8 à 29; A : 14,2 à 16; Q : 14,5
à 16,5; T: 1,2; B : 3,6 à 4. Bec noir, pattecouleur chair, iris rouge, —
(j' Q. Front blanc lavé de vert bleu, reste de la face sup. vert olivâtre. Gorge
jaune devant du cou marron vit`, reste de la face inf. vert clair, légèr. lavé
de roussâtre, avec les sous-caudalcs bleuàtres. Une bande noire surmontant
une ligne bleuàtre, du bec sur l`u:il à la région parotique. Aile comme le

204 I r.AL'Na ne rnANcE. — oiseaux
dos, avec le bout des rém. brunâtre. Queue vert bleuâtre. -— J. Rect.
médianes peu prolongées. Face sup. plus sombre, avec le bord des plumes
clair, menton blanchâtre, marron du devant du cou sale et atténué, le reste
de la face inf. plus clair.
Nidi/ication très semblable à celle de l`espèce précédente. —- Uâufs: Gd : 23
à26; Pd : 19à2Z.
Signalé comme capturé très accident. dans le S. de la France. — Bords de la
Caspienne, S. W. de l’Asie, Egypte, descendant 1'hiver dans l'E. de l`Afrique.
Remarque : Il se peut que les sujets capturés en France appartiennent à la
S. E. M. p. chrysocercus CAB. et Herve, facilement reconnaissable ii la bien
plus grande longueur relative des rect. médianes et dans l`l1ahitat est le S. de
l`.\Igeric et de la Tunisie.
S. O. UPUPIENS
F`. UPUPIDAE
Beci flexible, il base trigone et plus haute que large, profondéineut fendu, à
narines basales, de long. presque triple de celle du tarse. Celui—ci scutellé devant,
réticulé derrière. Doigts lat. à peu près égaux, le médian soudé à l'ext. à la base.
Ongle du pouce le plus grand et le moins arqué. Aile obtuse à l0 rém. prim., la
première courte. Queue carrée à 10 rect. Oiseaux de taille assez laible. Sexes
semblables; jeune peu différent des adultes.
Nid grossier de mousse et d'herbes sèches, dans un t1·0u d’arbre, plus rarement
de rocher ou de mur. — œufs : oblongs, de 4 à 6, normal. sans taches.
Régime insectivore. Oiseaux non sociables, migrateurs.
Voix monotone, non variée.
G. UPUPA L.; Huppc.
Bec mince, fendu jusqu`à l`oeil. Tarse un peu plus court que le médian armé.
Aile couvrant environ 2/3 de la queue. Livrée mélangée de roux, de noir et de
blanc.
U. epeps L.; Huppe vulgaire. L: 28à 31; A : 14,5 à 15,5; Q: 10à 11,5;
T : 2 à 2,3; B : 5 à 6. Bec,·patte et iris brun foncé. Rém. prim : 4° >,
1’° : 1/2 2*% —- CV   Huppe à plumes rousses terminées de noir, les
dernières blanchâtres dans la partie subterminale (M p. 49): Reste de la
tête. cou, haut du dos, poitrine et épigastre roux vine`ux, avec quelques
taches allongées aux flancs. Bas du dos varié de noir. Croupion et région

rauzvs ne rames. — oiseaux 205
anale blancs. Aile noire barrée de blanc, les scapulaires de roussàtre. Queue
noire barrée au milieu d’une ligne blanche courbe. La Q légèr. plus petite
et à teintes un peu moins pures. —- J. Bec moins long et arqué, huppe plus
courte, le plumage nuancé de gris, le ventre et les flancs tachetés longit. de
brun.
Nid dégageant après l’éclosion des petits une odeur fétide. — (Eu/`s : Gd : 23
à 29; Pd : 16,5 à 19,5. Blanchàtres, grisâtres ou légèr. verdâtres.
Dans les bosquets, les vergers, les prairies, estivale ct de passage, dans presque
toute la France. —- Europe depuis la Scandinavie, Asie jusqu'au Japon, N. de
l’Afrique. .
S. O. IIALC YONIENS
F. ALCEDINIDAE
Bec robuste, caréné au dessus, profondément fendu, à narines basales en partie
couvertes d'uuc membrane emplumée. Tarse guère plus de moitié du médian
armé, peu nettement écailleux. Méclian soudé à Yexterne jusqu`à la 2* articula-
tion. Pouce petit. Bas de la jambe un peu dénudé. Aile plutôt courte et arrondie.
Queue courte, arrondie. Corps ramassé. Oiseaux de faible taille. Sexes presque
identiques, jeune peu différent.
Nid grossier dans une cavité. — (Eufs : assez nombreux, presque arrondis,
blanc lustré, sans taches.
Régime surtout piscivore, un peu insectivore. Oiseaux non sociables, séden-
taires ou erratiques, subaquatiques.
G. ALCEDO L.; Zllartin-pécheur.
Bec depuis la commissure environ 5 fois plus long que le tarse. Aile subaiguii
à 1*• rém. bien développée. Plumes occipitales un peu allongées. Plumage bril-
lament coloré.
A. ispida L.; Martin-pêcheur vulgaire. L : 17à 18; A : 7,6 à 8,1 ; Q :
3,8 à 4; T : 1; B: 4,3 à 4,7. Bec brun noir à base rougeâtre (125 p. 61),
patte rouge (21 p. 45), iris brun. Hém. prim. : 2° et 3° 5, l'° : 4°. - 5* Q.
Bonnet, nuque et moustache bleus rayés transv. de noir, reste de la face
sup. d`un beau bleu d’azur à reflets. Gorge blanc roussâtre, le reste de la
f`ace inf`. roux lavé de brun à la poitrine. Lorum roux, noir en bas, joue
rousse, côté du cou blanc. Aile bleu vert, les rém. en partie noirâtres el
brunâtres. les sus·alaires mouchetées de bleu clair. Rect. bleues. La Q un
1 la

206 muse DE FRANCE. —- oiseaux
peu plus petite, de teintes un peu plus sombres, le bleu de la face sup.
nuancé de verdâtre. — J. Beo plus court, toutes les teintes plus ternes.
Nid grossier, de radicelles, d'herbes sèches, de plumes, au bord de l'eau,
profondément situé, dans une galerie horizontale dans la berge, quelquefois un
trou d’arbre. — GE'u/s : de 5 jusqu’à 9. Gd : 21 à 24; Pd : 17 à 19.
Sur le bord des eaux, dela mer comme des ruisseaux, sédentaire et erratique
dans p1·esque toute la France. — De la Suède au N. de l'Afrique et aux Canaries,
Asie.
S. O. CUBA CI ENS
F. CORACIIDAE
Oiseaux de taille moyenne. Bec robuste, profondément fendu, à narines basales
en fente oblique, avec quelques poils à la base. Tarse plus court que le médian
arme, seutellé devant. Aile assez longue, aiguë. Queue à 12 rect. Tête forte.
Plumage brillamment coloré. Sexes peu différents, jeune différent des adultes.
Nid grossier dans une cavité. -—- (Eu/lv : 4 à 6, subglobuleux et blanc pur.
Regime surtout inseetivore. Oiseaux plus ou moins sociables, migrateurs.
G. GORACIAS L.; Rollier.
Bec fendu jusque sous l’œil, un peu moindre jusqu’à la commissure du double
du larse. Pouce plus eou1·t que l'int. Aile à 1"*’ rem. longue, recouvrant au moins
3 3 de la queue. Celle-ci assez longue, subarrondie, à rect. ext. pointues et dépas-
sant un peu les autres. Plumage en grande partie bleu.
C. garrulus L. ; Rollier vulgaire. L :30 à 33; A : 19,3 à 20,5; Q : 12,5 à
11; T : 2,1 à 2,3; B 1 3,3 à 3,8. Bec (44 p. 49) noirâtre, patte (45 p. 49)
brunâtre, iris brun. Rém. prim. : 2° >, l"’ un peu plus petite. —— di   Tête,
cou et face inf. bleu vert clair avec des fines stries longit. blanchàtres·au
devant du cou et le reste de la face inf. plus clair. Dos et scapulaires roux
brun. Croupion et dossier de l`aile bleu violet foncé. Rém. noir bleu et sus-
alaires vert bleu. Rect. bleues, les médianes fortement lavées de grisâtre,
les autres largement terminées de bhleu pâle, la pointe des ext. noire. Les
teintes de la Q plus ternes. —— J. Tête, cou, poitrine et ventre gris brunâtre
plus ou moins nuancé de vert bleu. Dos brun gris. Rém. à bout grisâtre,
sus-alaires lavées de roussâtre. Pas de tache noire terminale à la rect. ext.

nous ne rames. — oiseaux 207
Nid de paille, radicelles, plumes et erins, dans un trou d’arbre, de muraille, de
falaise. ·-· œufs: Gd: 32 à 40; Pd: 25,5 à 3l,5.
Dans les endroits garnis d'arbres, estival mais surtout de passage, dans le S.
et parfois lc Centre de la France, accident. dans le N. —- Europe depuis le 60*
latit. N. Asie VV. et Centre, N. de l‘Afrique. ·
· O. STRIGIFORMES `
F. TYTIDAE
Bec notablement plus long que la moitié de la tête, à mandib. inf. profondé-
ment festonnée et à narines elliptiques au bord ant. de la cire; tarse mesurant
près de 2 fois le médian nu. Aile aiguë dépassant l'extrémité de la queue.
Celle-ci courte, carrée ou léger. échancréc, de I2 rect. Disques faciaux triangu-
laires, à revers nasal long, haut, épais. Stcrnum attaché à la fourchette et avec
de chaque côté du bord post. une simple échancrure peu profonde. Oiseaux de
taille moyenne. Sexes semblables et jeune peu différent des adultes.
Nid nul. (Eufn : pondus dans une cavité, courtement elliptiques, en moyenne de
6 à 6, mais plus nombreux les années d`abondance, d'un blanc mat et finement
granuleux.
Régime carnivore et un peu insectivore. Oiseaux non sociables, sédentaires
et erratiques, nocturnes.
Voix désagréable et lugubre.
G. TYT0 Bu.1.mzno; E//`raye.
Bec un peu plus court que le médian nn. Tarse couvert de plumes, courtes
surtout en bas. ltém. non échancrées, la prem. seulement denteléc au bord ext.
Opercule de l`oreille dépassant l`oril en dessus. Livrée claire. .
T. alba (L.) [Strain flammea auct., Flamnzea vulgarzk Fouausr.] ; Effraye
commune. L : 32à 38; A : 27,5à29; Q : 12 à 13,5; T : 5,5 à 5,9; B: 2,5
à 3. Bec jaunâtre (32 p. 47), plumes du tarse blanches, doigts brunâtres à
ongles noirs (33 p. 47), iris brun foncé. — df   Face sup. d'un jaune rouille .
variable, plus ou moins marqué de gris cendré et de blanchâtre, le bout
des plumes noir avec une petite tache guttulée blanche. Face inf. blanc pur
satiné, parfois un peu lavé de roussàtre à la poitrine et aux flancs, sans
taches ou général. avec plus ou moins de petites taches arrondies brunes il la
poitrine et aux flancs. `Lorum roux de rouille. Aile de la teinte du dos avec
des bandes transv. grises. Rect. d'un roux plus ou moins clair avec 4 ou 5

208 r,xi·N1: ms nuance. —·· nismix
bandes transv. et le bout gris cendré. —- J. Très semblable aux adultes. ——
P. Cire et pattes jaunes. Couvert de duvet blanc.
Nul presque toujours dans une construction. — (Eufs : Gd : 38 à 4l ; Pd : 30 à
32. Surtout dans le voisinage des constructions où elle se cache la journée.
Sédentairc et erratiquc dans presque toute la France, surtout dans le S. et
]`\\'. -— S. de l’Europe et pourtour de la Méditerranée. S. de l’Angleterre.
S. E. T. a. gtlffiüiât (Beatrix;). Nettement plus foncée dans l`ensemble que
la précédente. La face sup. avec souvent plus de gris. L’inf. d'un roux jaune plus
ou moins clair et tache de points noirâtres, les lorums brun marron. Dans les
mômes conditions que la précédente, dans presque toute la France, surtout dans
le N. et l’E. — Europe centrale depuis la Suède jusqu`aux Alpes, l'Autriche—llon-
grie, en hiver jusqu’en Roumanie.
S. E. T. 8. ernesti (KLEINSCll.l· Dans l`ensemble encore plus claire quete
type, la face inf. d’un blanc satiné pu1·. La queue à teintes très atténuées, presque
blanche. — Corse, Sardaigne.
Itemzwque : Beaucoup de sujets français de cette espèce sont, comme il fallait s`y
attendre, intermédiaires entre T. a. alba et T. a. gutmla.
F. STRIGIDAE
Bee variable, plus ou moins ramassé et à xnandib. inf. échancrée, avec les nari-
nes ovales sur ou contre le bord ant. de la cire. Patte, aile et queue variables,
cette dernière à 12 rect. Collerette et oreille plus ou moins développées, tête
garnie ou non d'aigrette de chaque côté du front. Sternum sans contact avec l’angle
de la fourchette, avec 2 échancrures assez prot`ondes de chaque côté du bord post.
Oiseaux de taille très variable. Sexes général. semblables, mais la Q le plus sou-
\ ent plus grande, jeune différant peu des adultes.
Nzd nul ou rudimentaire, œufs pondus le plus souvent dans une cavité, parfois sur
un arbre dans l`ancien nid d'un Oiseau de grande taille ou En terre. — œufs courts,
souvent quasi-sphériques, en moyenne de 3 à 6 mais plus nombreux les années
«]`al1ondance, blancs ou blanchâtres, mats et sans taches.
Regime carnivore, exclusif chez les grandes espèces, d’autant plus insectivore
que l`espèce est plus petite. Oiseaux peu ou pas sociables, sédentaires, migrateurs
ou erratiques. ·
Voix le plus souvent désagréable et lugubre.
TABLEAUX DES ESPÈCES
1. Aile d’au moins 40 cent. de long., subobtuse, xfatteignant pas
l’extrémité de la queue. Doigts bien emplumés ....... 2
— Aile comprise entre 20 et 35 cent. de long. Doigts bien emplumés.
Tarse au plus égal au médian armé ........... 3

PAIN!. ux: |n\\:;1:. — oismi v 2UU
f"*`  · . .  
!'1l:,r7=i .iN',)§P??"« , . , 045 4 ? ·—
L _~,__\w;gv1 iv ,,*-%,1,; 1 L3-`;__ A V ·*- /`/ J.
  i « .   ;ii<î*·<  4 F   ·  /   
 _.$";' 3   C #·‘·   ·îz+"  y ·~·   ` ‘ ‘, *1
  ` (lé:.     i- `il~”=· Tr  
,1   . A   >§?iïÉ-ëisî g` · ii "`—"` `··v·"*ll"   
, ~.' V —‘   · " ?'· %"·~»." .  
«‘   · ,  · ·`· "¢>§;§>\ xî @,47 L ( ,,,,/2 " ':
f§?ït'   . ,·i··ë~, « -_ É' .t ·=.·-—,· -,s~ .'1.—ü»,—7 ·
·;—-5% · " . ;—· . `. , / . . ·· :> .
  ,4 Qttliï. `*   ` 4 ·ë'L  l· ai V iêt à ·——,?‘i`
."’ï·’·· ` ` ‘·É   (il ll ’ *   "
‘â‘âÈii»É/ '· \`i*¥‘="\`«i«  ¤ « ~ÃtÉ*l)~l\‘\\— iilÉ~'¢·-·?l‘?· l'·
le ,·· ·;` _i"· 4).*  , « x ~ 1 ° · ·» ··¤ ‘•¤ ^
**4: ··] O/,,··r~ -:·,   · 1-   1 da  
Ã'   "   '  ,,,7, ll—·«·...;;··z,·.,p§\=. ,;· F   W `
" " " ,· ` "’l r'tf'1 '_l l ` `
% ( ‘“l\   (\
&   40 .· .· , '<‘ 立É"f}'âë‘?   ,
    A   -          
      ps    ,[r‘~·y· ·«‘,    
` — ‘ ··"‘J.Js.· ; *·· “ · ·*=· *·<=»` ·. ` É? il-Ti  .
— Fi C e,.     1      " `E -·.  ·§ ~=».= 1· 
_._· `J s __«;§·!È;> X .,.ïp«« '·-q¢;;_  :2,9 ~ ·_ ,;`É·‘,..
—'·   . s¥x’¢ ' -.; , :)ë~K=«§`s~  ;‘·É=f? *5"-É-id;. -...2* 9 *   **·‘T?
§),;   . _ vw;. izï`-   ;·     \ '§  
î,_Qy,·/i~î 1 j` \ ,· ·".,' ),       .· ` .·`·‘    ~~ srg` ÉÉ·`Q"Q€,·;’·l
9), '·'1A( ·_·__• , li) ·   @·zî,¢‘;:g ,,,,_,;i='t·  ` s ‘•?'*€"i·,e_,g= , , \q,,-‘w·} 5   `
( •$ ·  ^)));· l* i'  ; .   -1,4  «·‘ el., 19, ë ·ëî* ·¤=>*‘..;~,~-;·'
' I ·~/f'-:   **J‘·‘*`* .< '*   ·`   *  ,.  
llll tk   24 (I- ’ .   _      ,,,_ _,,,",,.i      _
· 248 r'   '
FIGFRES 245 ïi 248. — 2%, Buho lmbo, tête; 2îü, Asia olns, tête; 22T, id., oreille;
2l8, Sh·i.z: alum, oreilles. ‘
· — Aile de moins de 20 cent. de long. Doigts plus ou moins einplumés.
llcc plus court que le médian nu. Queue plus ou moins arrondie . (I
Ã). Au dessus de chaque mil, une aigrette frontale bien développée
(245). Tarse au moins égal au médian armé. Fond du plu¤na;.;·e
roux .............. Haba bubo (p. 215)
— Tête lisse, sans aivreltes frontales. Tarse lus court ue le médian
n P (l
` armé. Fond du plumage blanc ..... Ny¢·!¢·a nyvtea (p. 2M)
3. Au dessus de chaque œil, une aigrelte frontale plus ou moins
développée (26 p. 47, 246). Conque auriculaire très grande, occu-
pant la hauteur de la tête (247). Aile aiguë ou subaiguë, atteignant
au moins l’extré1nité de la queue qui est arrondie (G. Asia]. . . 4
— Tête lisse, sans aigrettes frontales. Conque auriculaire variable
mais 11'occupant jamais la hauteur de la tète. .\ile plus ou moins
obtuse, n'atteignant pas Yextrémité de la queue qui est plus ou
moins étagée .................. 5
4. Aigrettes frontales bien développées (246). Bec égal au pouce armé. _
l" rém. : 4°. Queue à 8 ou 10 bandes transv. Face int`. tachéc
longit et transv. ............ lxiv n/us (11.216)
1 A 1 14
·

210 l·`AI‘Ãl` 111, imxer. —-— (|ISII.\l'\
` l
'r;,··, . .  · `Ãl  _ A P llll
"tl'l '· fi? 4 O ‘·2ia€"   · ,·
    ·‘ Mt v ~';"?." JT" il ..2•)1
  ‘~ , ` v , 1 ·ï.'·. ,·' ëîr; .. 1
    `   rû®`r'fi~`·       ‘l‘
 En ,1 À · · y. .,,,· . ‘| \:r\.,\ J _ t(
 `··~ . ,     4 M; .·\ si-     ,\ tv
F `ri ···’~ · ·¤.; $11 ;··'   @·g·¤.¢·;1Z’;,;   ‘i‘ ,1 //
_ gg,/,f I A 4   ··,—     .1 ·*'_)I  la: v__~,_,:>`A_`_N
ë»,. _2;^1lllît·~<··   .— 5     2.54
·;   ès ·' 1  -~.,..·.,·‘)., .,s`
')‘ fu   I/• · 5 \ ·` l  [1'mt\\"11.t\1\¤lR"
" ‘ ‘ 250 ‘
É?
 "
1 //
. . , — ·_r . _  )//
\))(è\            ;’
· ·   ·.,t=·¢·>·      ine`.   ~ · .
‘ \~·*£'. F?   *.?«r¥ ’”*"F: `.   <, .’/
t.î` >··     A  îrë', `t ill" 1: JI
255)  .ztr;.; 1 Ãîs; . (  yu
~· · *4 î.   -% * ; Q   ~ iso My.,
  \ · ' « .··ï·'?<?» Ji}; J":     Q 1
\ _5\ T -·“`      ,·   ~_»î= / A}/%
l —  `îë\*  L   `i·«%;f.l.·&t:\«g1 e¢”   N 4
`\ `~~\ V  252_ K  \ .?(// »
25.5
Fiornss 249 Z1 255. - 249, Otus scops, tôtc; 250, id., patte; 231, Athene noctua,
tête; 252, Aegolius tengmalmi, oreilles; 253, Glauridiwn passerinum, patte;
254, Athene nectua, patte; 2233, id., 2" l'(lll]·
- Aigrettes frontales petites (26 p. 47). Bec plus long que le pouce
armé. l" rém. : Il". Queue avec 5 ou (5 bandes transv. Face int`.
tachée seulement longit ....... Asia flammeus (p. 216)
5. Ouverture auriculaire, grande, operculée (248). Tarse égal au mé- ,
dian armé. Aile surobtuse couvrant les   de la queue. Celle-ci
subétagée, non terminée de blanc ..... SÉI'l·.l7 aluco (p. 213)
— Ouverture auriculaire, petite, du diamètre de l’oeil, sans opercule.
Tarse plus court que le médian armé. Aile subobtuse couvrant au
plus les 2/3 de la queue. Celle ci étagée, terminée de blanc . .
........ I . . . · ..... SltI'l7.l'd'ltlllZü (p.2l3)
6. Au dessus de chaque œil, une a1grette frontale bien developpee
(249). Doigts nus, à pelotes sous articulaires bien développées
(250). Ouverture auriculaire très petite, non operculée ....
................ Utus scops (p. 215)
—- Tête lisse (251), sans aigrettes frontales. Doigts toujours plus ou
moins garnis de plumes ou de poils. Aile subobtuse n’atteigna11t
pas l'extrémité de la queue .......... , .... 7
7. Ouvertures auriculaires très grandes, operculées, très asymétriques

ravxia ma rnxxcia. — nisrzarx 2ll
(252). Tarse un peu plus court que le médian armé, fortement
emplumé ainsi que les doigts (24 p. 15). .\ile couvrant plus des
3/4 de la queue ........ ./Egolius lengmn/nu' (p. 211)
— Ouvertures auriculaires petites, non operculées. Doigts moyenne-
ment ou faiblement couverts de plumes ou de poils_ ..... 8
8. Tarse plus court que le médian armé, bien emplumé ainsi que les
doigts (253). Aile de moins de ll cent. de long., couvrant environ
moitié de la queue ...... (;l(lllCl.(]l·llIIl pasxerùzum (p. 2l2)
— Tarse plus long que le médian armé, garni de plumes courtes, les
doigts seulement couverts de poils épars (254). Aile de plus de 15
cent. de long., couvrant au moins les 2/3 de la queue, avec les
rém. 2 ft 4 bien éehanerées au bord ext. (255). Al/lene noetun (p. 212)
G. AEGOLIUS Kane; Nyclale.
Bec assez haut et comprimé, plus court que la moitié de la tête. Queue assez
longue et arrondie. Disques Eacianx grands, arrondis, ii revers réunis sur le dei aut
du front. Taille faible.
E. tengmalmi (GMEL.); Nyctale tenginalm. l. Z 23 â 27; A Z [G it 18;
Q: 10à ll ; T: 2,2 à 2,1; B: 1,65 à 1,75. Bec jaune à base brunâtre, patte
blanche ou légèr. roussâtre, à ongles noirs (24 p. i5), iris jaune. ltém. ,
prim. 2 3° >, l° = 8°, 2° et 3* un peu échancrées au bord ext. —- dl   Face
sup. gris brun roussâtre tachée de blanc, les taches assez petites et serrées
vers le front, plus larges et plus espacées dans le reste. Disques faciaux
blancs ou blanchâtres, lavés de grisâtre au bord ext. et tachéslde noir autour
de l'œil et au lorum. Face inf. blanchâtre, largement. tachée de gris brun ou
de brun roussâtre clair, surtout transvers. à la poitrine, longit. au ventre.
Aile et queue comme le dos, les grandes rémomarquées transv. de blanc,
les rect. avec 4 ou 5 étroites bandes transv. blanches. La Q un peu plus
grande et tachée à la face sup. — I. Fond du plumage plus sombre et plus
roux, le blanc lavé de roussâtre. — P. Couvert de duvet blanc, ensuite
brun fuligineux.
Nid dans un trou d'arbrc. — Eu/`x: 4 à 7. Gd :32,5 à 36,5 ; Pd : 24 â 28,5. Blanc
mat légèr. granuleux.
Sédentaire et erratique, dans les forêts, surtout de Conifèrcs, des Vosges, des
Alpes, des Pyrénées, accident. dans beaucoup dc points de France. -— De la limite
des forêts du N. de l`Europe aux Pyrénées, au; Alpes, aux Carpathes, à la Cas-
pienne; Sibérie; N. de l‘Amérique.
_ G. ÀTHÈNE Bois; Chevéchc.
Bec assez haut et épais, bien convexe à la base, au plus égal â moitié de le

212 mmm: ni: xanax:. — oxsmrx
tête. Disques faeiaux relativ. petits, ovales, transv., à rex ers disjoints su1· le devant
du front. Taille faible. '
A. noctua (Scor.) (Noclzzn nzinor Baissox, Slrzir [)(lSS€/`lillfl GMLL.]; Che-
vêchc commune. L 2 2251 24,5; AZ 15,2 ai 16,7; Q Z 7,5 à 8,5; 'l` Z 3,1 à 3,5;
l} : 2. Bec jaunâtre à base brune (251), plumes du tarse blanchàtres, des
doigts blanc roussâtre, ongles bruns (254), iris jaune clair. Rém. prim. : 3”
et 1" ?, l‘“ : G". — J   Face sup. brun cendré plus ou moins roussâtre,
taehetéc de blanc ou de blanchâtre, le bonnet régulier., la nuque plus large-
ment, lc reste de la face sup. plus ou moins densémcnt. Disques faciaux
variés de gris brun et de blanc. Un demi-collier brun sous le menton, accom-
pagné d'une bande blanche sur la gorge et le devant du cou. Reste de la
face inf. blanc ou blanchâtre tache longit. de brun sauf les sous-caudales.
llém. brunes avec des larges taches transv. roussàtres, sus-alaires comme le
dos. Queue brun roux avec 2 à 6 bandes transv. rousses. La Q un peu plus
grande, avec les teintes moins vives, les colliers atténués. — J. Ressemblant
beaucoup à la   —— P. Couvert d’un duvet blanc passant ensuite au gris.
Nid dans un trou d`arbre, de mur, dc rocher, un terrier de lapin, etc. — (Eufs:
4 à 6, quelquefois 7, d'un ovale très court. Gd : 32,5 il 37; Pd : 26 à 31.
Sédentaire et un peu migratrice, plus ou moins répandue dansipresque toute
la France. ——— Europe continentale jusqu’à la Méditerranée. ,
S. E. A. 11. Sélfdû Ki,E1sscu.. 1)e taille en général un peu plus faible et de
teintes plus claires que le type, avec les scapulaires plus ou moins finement
tacliées transv. — Corse? Sardaigne.
[(5. E. A. I1. g1aux(S.1v,). Souv ent de taille un peu moindre que le type (A:
15 à 16,3). Face sup. plus pâle et d’un brun plus roux. Face inf. d'un blanc plus
pur, avec les taches longit. plus rousses. Aurait été rencontrée accident. dans
le S. \\`. dela France (LACROIX, 1873-75). — S. de l`Eur0pc? N. de1’Afriquc.)]
G. GLAUCIDIUM Bois; Clzevéchclle.
Dec haut, courbé des la base, nettement plus eou1·t que la moitié de la tête.
Disques faciaux peu accusés, il revers disjoints au front. Taille petite.
G. passerinum (L.) [St/·z'.1: pusilla D.\UDlN]; Chevêchette naine. L : 15,5
En 17,5; A : 9,6 ai 10, 7; Q 2 6 à 6,7; T : 1,6 à 1,8; B : 1,5 à 1,6. Becjaunâ-
tre â base brunâtre, patte En plumes blanches variées de grisâtre et de bru-
nâtre (253), ongles brun noir, iris jaune. Rém. prim. : 3° et 46 É, lm guère
plus longue que les rém. second. ant. —— df   Face sup. brun cendré. Front
avec de petites taches blanches bordées de noir, bas de la nuque avec des
taches blanches formant un demi—collier plus ou moins net, sus-caudales
tachées aussi de blanchâtre. Disques faciaux'bruns avec de petites taches
blanchàtres. Un demi-collier blanc à la gorge et sous les joues. Face inf.

rauxs ms l·R\NCE. — oiseaux 213
blanchâtre â taches brunes allongëes, les côtés de la poitrine et les flancs
plus marqués de brun et tachés de roussâtre. Réin. brunes à taches blanchâ-
tres ou roussâtres formant sur l'aile pliée des raies transv. Cubitales et sus-
alaires taehées de blanchâtre. Queue brun roussâtre avec 5 ou (3 raies transv.
blanches, les médianes bordées de noir. La Q un peu plus grande et plus
tachetée. — J. Face sup. brun plus sombre, face int`. plus jaunâtre, les cotés
de la poitrine et les flancs plus foncés. —- P. Couvert de duvet blanc.
Nid dans un trou d`arbre. -—· (Eu/`s : 4 En 8. (ld : 27 il 31 ; Pd : 22 it 24,5.
Dans les bois et les forets des Alpes, du Jura, des Vosges. — N. et Centre de
1'Europe; N. de l`.\sie. -
G. SURNIA Dun.; Surnie.
Bec linut, courbé des la base, au moins égal it la moitié de la tete, nettement
plus long que le médian nu. Disques faeiaux peu accusés. Taille moyenne.
S. ulula (L.); Surnie caparococh. L : 38 à 42; A: 23,1 â 21,3; Q 1 16,7 En
18,5; T 2 3; B : 2,2 à 2,5, Bee jaunâtre à base brunâtre, patte recouverte
d’un duvet blanc, iris jaune. Rem. prim. : 3° >, 1"‘ < 5*. -— (jt   l·`aee
sup. brun gris avec des taches blanches, petites à la tête, longues, transv. `
et rapprochées au haut du dos. Une tacl1e brun noir de l’ncil au derrière de
la joue, une autre en travers duhaut de la poitrine. lteste de la face inf.
blanchâtre ou roussâtre rayé transv. de brun. Aile de la teinte du dos, bien
tachée de blanc, surtout les scapulaires. Queue brun gris terminée de blanc
avec quelques étroites bandes transv. blanches. La Q de teintes un peu plus
sombres.-], face sup. â fond plus foncé, face inf. plus largement rayée de
brun, l'ensemble plus foncé que les adultes. — P. Couvert de duvet blanc.
Nid dans un trou d'arbre. —— Gufsi 3 â G, quelquefois plus. Gd 36 it 44; Pd :
3t à 34,5. ·
Accident. dans le N. et l’E. de la France et en Belgique. — N, de l`l€urope et
de l‘Asic, rare dans le Centre de l‘l£urope.
G. STRIX L. Choueltc.
Bec assez haut et comprimé, courbé dès la base, parfois de plus de la moitié
de la tête en long., égal au médian nu. Disques faciaux grands, ronds, bien
accusés. Taille assez grande.
S. aluco L.; Chouette hulotte, llulotte chat-huant. L: 39 à -13; A: 25
à 30,4 ; Q2 17 à 18; T: 4,3 à 1,7; ll: 2,7 à 2,9. Bec jaunâtre, patte garnie
de plumes blanchâtres et tachées de brun, iris brun ou brun noir. ltém.
prim. :4" et 5**, É, l'° : 9". — (jt   Front brunâtre, face sup. grisâtre
variée de taches longit., de petits zigzags transv. bruns et de petites mar-

214 FAUNE ma FnANcE. — OISEAUX
ques 1·ousses et blanchâtres. L’arrière de la collerette, le côté de la tête
et des scapulaires avec des taches blanches ovales, plus grandes sur ces
dernières. Collerette grise ou brune. Disques faciaux blanchâtres ou gri-
sàtres, avec des légères stries concentriques brunâtres. Face inf. blanche
ou blanchâtre plus ou moins lavée de roussâtre à la poitrine et aux flancs
et avec des taches allongées et dentelées brun foncé. Rém. chinées et rayées
transv. de brun avec 5 à 8 bandes transv. LaQ un peu plus grosse et souvent
plus rousse. —— l'1()I'I}l6 rousse: Le fond du plumage d'un roux plus ou
moins vif et marron. Ce plumage a longtemps passé pour la livrée normale
de la   — J. De teintes moins pures et volontiers plus foncées que les
' adultes. -— Couvert de duvet blanc, plus tard grisâtre   ou roussâ—
tre  
Nid dans un trou d'arbre, plus rarement de rocher ou de muraille, dans un
vieux nid d`Écureuil ou de gros Oiseau, parfois à terre dans une excavation. —
(Eu/s: 3 à 6 subsphériques. Gd: 46,5 à 52; Pd: 34 à 41.
Dans les bois et les bosquets, sédentaire ou erratique, plus ou moins répandue
dans toute la France. —- Europe presque entière.
Remarque: Les individus de l‘W. dela France, se rapprochent par leur taille
plus faible de ceux d’Angleterre (S. 8. SyIV&îîC8 Suaw).
G. NYGTEA Swan.; Harfang.
Bec haut, courbé dès la base, à peu près égal à la moitié de la tête en long.,
nettement plus court que le médian nu. Aile couvrant plus des 3/4 de la
queue. Grande taille.
N. Ilyctea (L.); Harfang des neiges. LZ 54 à 68; A:40 à 47,5; Q: 22
à 26; T2 5 à 6; B2 2,7 à 2,9. Bec noir, patte à plumes blanches, iris orangé.
Rém. prim.: 3° >, l"" _= 5". — 5*   Plumage blanc et sauf la face à
taches transv. brun foncé, assez courtes à la face sup., plus étroites et
longues à la face inf., d'auta11t plus espacées et petites que le sujet est
plus vieux. La Q plus grande. —— J. Beaucoup plus tachés que les adultes. —
P. couvert de duvet.blanc.
Nid de Bruyères et de quelques plumes, à terre dans une petite excavation. ——
(Enfs: 4 à 6 et jusqu’à 10, subsphériques. Gd: Bl,5 à 63; Pd: 42 à 48,5. Blanc
jaunâtre mat.
Très accident. dans lc N. de la France et en Belgique. — N. de l`Eur0pc, de
l'Asie, de l’A1nérique, accident. en hiver dans l`Eur0pe moyenne.
G. BUBO Dim.; Grand-duc.
Bec quasi droit à la base, très erochu en avant, à narines grandes, nettement
plus long que la moitié de la tête, mais plus court`que le médian nu. Disques

i FAUNE ma rance. — oisizzwx 215
faciaux irréguliers, peu accusés. Ouverture auriculaire médiocre, operculée der-
rière l`œiI. Aile couvrant au plus les 3/4 de la queue. Grande taille. `
B. bubo (L.) [Babe europœus Lnssox]; Grand-duc ordinaire. L: 60 à G8;
A: 43 à 49; QI 24 à 29; T2 8,1 à 9; li: 1 ai 4,6. liec noir (245) patte à
plumes roussâtres tachées de brun, iris jaune orange. llém. prim. : 3" >
5° >il'° > 6°. -— dl   Aigrettes noirâtres bordées de roux. Face sup. roux
jaunâtre plus clair à la tête et au cou, vermiculée de brun avec de granules
et longues taches noiràtres. Disques faciaux gris roussâtre, finement tachetés
de brun, les lorums blanchàtres il poils noirs. Gorge et devant du con plus
ou moins blancs, reste dela face inf. rousse avec de lines ondulations transv.
et de longues taches longit. brun noir. llém. et rect. rousses vermiculées et
plus ou moins barrées d'un brun foncé. La Q plus grande que le 0* et de
teintes un peu plus ternes. — J. llessemblant en plus terne à la   —-P.
Couvert d`un duvet blanc léger. roussâtrc â la face sup.
Nid dausun trou de rocher, de mur ou (l`i\l'l)1't‘. — (Eu/Ir: 2 En 3 rarement 5, sub-
sphériques. Gd : 53,5 à 66; Pd: 46,5 ii 52,5.
Dans les grands bois des régions rocheuses, sédentaire ou erratique, assez peu
répandu en France. — Du N. de l’Europe aux Pyrénées, à l’Italie et la Grèce.
. G. OTUS Penn.; Scops.
Bec assez comprimé, courbé dès la base, léger. plus long que la moitié dela
tête, Disque faciaux petits et incomplets. Taille faible.
U. SGOPS   [Scops europazus Lessox]; Scops d'Europe, Scops petit-duc.
L: 18 à 21; A: 14,4 à 16,2; Q: 6,7 à 7,5; 'l`Z 3; ll: 1,8 il t,9. Bec brun
noir (249),plumes du tarse roussâtres à taches brunes, doigts bruns (250),
iris jaune. llém. prim.: 3” >, 2° et 4° un peu plus petites, 1"’ : 5". - dl   .
Face sup. d’un gris plus ou moins nuancé de roussàtrc et de blanchâtre,
finement vermiculé et strié longit. de noirâtre, avec sur les scapulaires de-
larges tachcs allongées, blauchâtres ou roussâtres bordées de noiràtre. Dis-
ques faciaux gris, le tour de l`ceil un peu roussâtre et le lorum blanc. l*`ace
inf. comme la sup. mais plus pâle, plus blanchâtre, les taches longit. plus
larges, plus espacées, plus noires, les sous-caudalesétant roussâtres, striées
et barrées d'un brun roux. llém. brunâtres, vermiculécs et rayées trausv.
de brun, les 5 ou G prem. tachées régulier. de blanchâtre aux barbcs ext.
Rect. gris roussâtre avec ordinairement. 7 ii 8 raies transv. roussâtres bordées
de noirâtre. La Q un peu plus grande que le (j* ct souvent un peu plus grise.
— J. Un peu plus foncé et terne que les adultes. —· P. Couvert d’un épais
duvet blanc.
Nirl dans un trou d`arbre, quelquefois dans un trou de rocher. -— (Euh: 3 à G,
sphériques. Gd: 29,5 à M,5 ; Pd ; 26 à 29.

216 i rame nr: raaxcia. — oiseaux i
Estival et de passage, dans les bois et les bosquets, surtout dans le S. de la
France. — (loutre ct S. de l'liuropc, accidentel dans le N., \V. de l`Asie, N. de
l`Ai`riqnc.
S. E. O. S. ÉSCIIUSH SCIIIEBEL. Plumage plus nettement lavé de jaune roux
que le type, particul. la gorge. ——— Corse.
G. ASIO Sr:n.»Err1:n; Hibou.
Bec allongé, un peu droit à la base, plus long_que la moitié de la tête, la cire
plus longue que la partie cornée, à narines grandes et oblongues. Disques faciaux
complets se rejoignant sur l`œil. Collerette bien marquée. Taille n1.0yenne.
A. OÈIIS (L.) [Om.: albicollis Datum, O. conznumis Lzssowjg llibou vul-
gaire, llibou moyen-duc. L Z 35 2137; A : 28à 30,5; Q: lia 15,5; T : 4 à
4,5; ll 1 2,5 ii 2,55. Bec brun (246), patte â plumes roux jaunâtre, iris jaune
orange. Rém. prim. : 2° ou 2° et 3° É, I"-: l°. -— d‘   Aigrettes brun
noir bordées de roux et de blanc. Face sup. roux jaunâtre clair, la nuque
en général plus claire, vermiculée de gris, de brun et l`ortem'ent striée lon-
git. de brun. Quelques taches ovales blanches ou blanc roussâtre aux scapu-
laires et aux sus-alaires. Disques facianx roussâtres nuancés de brunâtre, le
lorum blanchâtre. Gorge blanche. Reste de la face int`. rousse ou roux jau-
nâtre variée de blanc, tachée de brun et rayée transvers. de foncé sur le
côté de la poitrine et le flanc, les sous-caudales roussâtres avec une étroite
strie médiane brune. llém. primi, surtout les ant., rousses et grises large-
ment barrées de brun. ltém. secondaires barrées de brunâtre. Rect. gris
roussâtre avec 7 à 8 bandes transv. brunâtres. La Q un peu plus grande. —
J. Plus pâle et plus moucheté que l'aclulte. —- P. Couvert d`un duvet blanc,
se teintant ensuite de ront et se marbrant de brun.
Nid dans un arbre creux, un trou de mur, de rocher, un vieux nid d’Écureuil
ou de gros Oiseau. ·—- (Eu/`s : 4 à 7 assez a1·rondis. Gd : 38 à 45 ; Pd : 30 à 34,5.
Dans les bois, les bosquets. Sédentaire et de passage, répandu dans presque
toute la France. — Europe du 60° lat. N. au N. de l`Afrique; Asie jusqu'au Japon.
A. flammeus l’o\1~.; llihou bracl1yote,llibou des marais. L 236à 39; AZ
29 à 33 ; Q: 1431 16; 'l`: —tà4,2; B :2,65 à 2,75. Bec noir (26 p. 47), patte
à plumes roussâtres, iris jaune pâle. Rém. prim. 1 2° >, l'° :: 3°. ·— dt  
Aigrettes brunes bordées de roussâtre. Pluinage roux jaunâtre presque blanc
sur les sus-alaires et par place. Nuque à stries longit. brunes, dos, scapu—
laires et sus-alaires ai taches brunes. Disques faciaux blanchàtres ou gris
roussâtre avec tour de l'œil et stries en éventail sur la joue noirâtres, lorum
blanc avec des poils noirs. Fare int`. à stries brunes plus larges et serrées sur
le devant du cou et le haut de la poitrine, plus étroites sur le ventre et les
flancs, les sous—caudales en général unicolorcs. Rém. prim, ant. rousses, les

, rame us inxxcc. — oismrx 2l7'
barbes int. largement barrées de brun, les second. plus ou moins barrées de
brun. Queue avec 4 ou 5 bandes transv. brunes. La Q un peu plus grande
que le dl, un peu plus pâle et moins rousse. — J. Ilessemblant beaucoup
aux adultes. — P. Couvert d`un duvet crême clair, ensuite brun foncé des-
sus avec des taches et des raies transv. rouille, la face inf. jaune roux.
Nid dans une petite excavation, ia terre au milieu des herbes, des roseaux, des
bruyères, des céréales. — Oïufs : 4 à 8 et quelapiefois plus. (id 2 33 à 44,3 ; Pd 2
29,5 à 33.
Surtout dans les roseaux et les herbes des marécages, les taillis, les landes,
parfois estival ou erratiqne, partieulièr. de passage dans presque toute la France.
-— Europe, du cercle actique ii l'Al`ri<pie; Asie  usqn`au Japon; Amerique.
(). .\Ct]ll’l'l`llll·`()lt)llCS
S. O. ]’.lNDI()N[]Èl\'S
F. PANDIONIDAE
llec fendu jusque sous le bord de l`œi'l, convexe des la base, En bords l`aiblenien|.
sinués, à crochet très développé. Cire courte, plus ou moins parsemée de petits
poils, les narines grandes, un peu cn arrière du bord de la cire. Lorum garni
de poils rayonnants. Tarse plus court que moitié de la jambe. Doigts en grande
partie granuleux dessus, avec pelotes sous-articulaires rugueuses et plus ou
moins épineuses. Ongles arrondis en dessous. Nile subobtuse à rem. très
rigides. Queue quasi carrée de 12 rect. Pas de jabot apparent. Oiseaux de taille
assez grande, à sexes à peu près identiques, jeune peu ditlerentdes adultes.
Nivl découvert, large et peu profond (aire), de branches, de brindilles, d`herbes
sèches et d'arûtes de Poisson, général. sur nn arbre élevé. — (Eu/Iv: 2 à 3,
subelliptiques, tachetés.
Régime piscivorc. Oiseaux nou sociables, sédentaires et erratiques.
G. PANDION Sav.; Halbuzawl.
Bec à peu près moitié de la tête en long. Tarse einplumé dexant sur plus du
tiers sup.
P. hàllàcttls (li.); Balbuzard lluviatile. li.! 55 à (S5; .\Z 47,5 ii 53;
Qt 21,5 à 23,5; T: 5 à 6; B2 3,7 à 4,1. lïecs et ongles noirs, cire et
patte (Sl p. 47) bleuâlres, iris jaune. Rém. prim. 2 3° >, I"` = 5°, 2" et .i"

i 218 FAUNE ma manon. — oiseaux .
presque égales. — Cf   Bonnet et nuque à plumes blanches rayées longit.
de brun noir, reste de la face sup., sus·alaires et rem. second. brun brillant
légèr. cendré ou noirâtre, le bord des plumes plus ou moins clair. Face
inf. blanche avec le bas du cou et le haut de la poitrine brun roussâtre
clair tachetés de brun noir. Une bande noire de l’œil au côté du cou. Rém.
prim. noirâtres. Rect. brun gris avec des bandes transv. gris clair sur les
barbes int. des lat. — J. Face sup. brun noir à plumes bordées de blan-
châtre ou de roussâtre, face inf. blanc généralement roussâtre tachetée à
la poitrine de roux et de brunâtre. — P. Couvert d’un duvet gris fuligi—
neux à la face sup. sauf sur la ligne médiane, blanchâtre en dessous. Cire
et patte jaunâtres.
Nid sur un arbre élevé, un rocher, parfois à ter1·e. — CEufs: 2 à 3 quelquefois 4.
Gd: 50,5 à 69; Pd: 40 à 50. Blanc légèr. jaunâtre, très densément tachetés de
grisâtre et de brun roux, parfois surtout vers le gros bout. `
Sur les côtes, les grandes étendues d’eau, sédentaire, surtout erratique et
accidentel, devenant de plus en plus rare en France. —— Europe, Asie jusqu’au
Japon, Afrique. “
S. O.· ACCIPITRIENS
. F. FALCONIDAE
Bec plus ou moins fort, profondément fendu, à hauteur max. ii la base. Doigt
ext. général. relié au médian par une petite membrane basilaire. Ongle int.
souvent égal à celui du pouce qui est le plus fort. Aile variable. Queue à 12 rect.
Pas de jabot saillant. Oiseaux de taille très variable. Sexes semblables ou diffé-
rents, la Q presque toujours nettement plus grande que le d'. Jeune ressemblant
en général à la Q comme plumage.
Nid découvert, peu profond (aire), volumineux, formé extér. de matériaux
grossiers, dans un emplacement variable. — œzifs en nombre variable, quelquefois
un seul, général. plus nombreux dans les petites espèces et le plus souvent
tachetés.
Régime carnivore ou piscis ore ct plus ou moins insectivore suivant les
espèces. Oiseaux habituellement peu ou pas sociables, sédentaires, migrateurs
ou erratiques.
TABLEAUX DES ESPECES
1. Tarse au moins égal au médian armé, complètement emplumé, au
· moins devant et sur les côtés (256), Queue plus ou moins carrée

num: ms rnlxxcu. - uxszwx 219
 ll  vl . `  
«i\  5. W _, Ji :,1 L _. '¤ W 
I, ,; ~ '>~}·:»'·:   '_ ;[v`; « \
,‘¤   · *       ,« §   ‘ ‘ 259
Tl,  g r.‘}§2‘,7É~g   èœ;E;.;r;;_·.>    
[ J g   _ ’%·É»l;;-Q7   2.   ‘ ”
··     F   lv ,·   ·  
 '  rrë     '   / 1 258 5 `ëïf É
‘ *1*     A »/ \  r' ë2;• K
257 4 I   af ¢/I/'f/tllylw V  
vl l
` K ~ ‘\\\ ·e_·.
\\\k\\\l'    l Èïiükê
· ·  t. · 4   1; 1***
" .·    ,6  »?É""·   '‘`*``   ::E»— 
, , Nl •    r?    ,:îfIÃ- .,.···- 55. 
- 2··’(’  ^) ‘ Ir' .· ~       É?}  
        26 ¥    
.·:?T;,‘;;¤ 1   ’ ' •.%‘€"»i'~f;·î` ` .,r?"‘  
·" ' É" É gl _ ' (rit" 
/ Y âî L ‘ (J2 'TH .
î ·\» , _ Q, 264 g _
V i fl, Il Ã,:;`_ ·   ,, 
Pï // l       260  4//
gt j ,« r ' V ·-,~· '   A  ’/ l
 44/ A   A ., M
  «\ ¢/ '% ·
È. K/É/‘ ç , / jl
§/ //1 / Q   î
     
‘ .  ,;%·i     , `»\ ‘  ’
  ft ·..· ’.»;>e‘“"**   » _, `~,,  I «
 // /Ã/ / ry?/, ' ;g·;;._.,'<   îï '//’//
/ y J,     ,_.~» .. ·
~    ÉÃW  ’ · ''     26*5   ··  
e (4: ' ' / .  
Ficumss 256 à 265. —- 256, Aquila chrysaelus, patte; 257, Buleo lagopus, tarse;
258, Hicraëtus fasciatuv, tête; 259, id., patte; 260, Aquila clanga, tôtc; 261,
id., '7° rém.; 262, Aquila pomerana, 7* rém.; 263, Pcrnis apivorus, tûtv; 264,
id., pnttc; 265, Butca butea, tête`,

220 I FAt'\E ma raaxce. — oismrx
et arrondie couverte au moins sur les 3/4 par l’aile qui est en
général obtuse .......... , ....... 2
— 'l`arse toujours plus ou moins nu dans sa partie distale ..... 9
P. 'l`arse complet. ctnplumé derrière. Bec droit ii la base (22 p. 17).
l’lumes de la nuque longues et aeuminées ......... 3
-—- Tarse nu et rétieulé sur la ligne médiane arrière (257). lîec courbé
dès la base. Plumes de la nuque peu allongées, arrondies.
Médian un peu plus long que les doigts lat. subégauv ....
............... Buleo Ingopus (p. 237)
3. lîec bien droit il la base, ii toinies maxillaires ii feston léger ou
presque nul (22 p. t7i. Médian guère plus long que les doigts
lat. (256i. l"aee inf. en général très foncée. (G. Aquila] .... G
—— lîer droit sur une très faible long. En f()l`t feston aux toinies 1na\il—
laires, En narines elliptiques et verticales (2581. Médian sensibl.
plus long que les doigts lat. (259). Face inf. plus ou moins
claire toujours tachetée de foncé [G. llieraë/us) ....... 8
G. Narines allongées, beaucoup plus longues que larges. Aile presque
toujours sup. ii 55 cent. de long ............ 5
- Narines subarrondies, peu ou pas plus longues que larges (266).
. .\ile exception. un peu au dessus de 55 cent. de long .... 7
'   .\ile au dessus de 57 cent. de long. Plumage brun foncé avec le
derrière de la tête et la nuque plus clairs ......... 6
— .\ile au dessous de 57 cent. de long. Pluxnage brun de rouille, sans
clair ix la nuque, sans blanc aux scapulaires. Aquila 1·rzpa.z‘ (p. 239)
6. Queue avec général. 3 bandes transv. claires. Derrière de la tête
et nuque plus ou moins couleur rouille. Normal. pas de blanc
aux scapulaires ........ Aquila ¢·h1·y.s·në£us (p. 238)
-—- Queue avec 7 ai 8 bandes transv. claires. Derrière de la tête et
nuque très clairs. Scapulaires plus ou moins blanebes ....
............... Aguiiîu heliaca (p. 230)
7. .\ile d’au moins 50 cent. de long., En 7" rem. au plus de G cent. int`.
ii la plus longue, largement éebaucrée au bord ext. (261). Adulte
brun noir ......... . . . Aguila clanga p.240)
—— Aile en général inf. à 50 cent. de long., En 7° réui. de plus de 6
cent. inf. à la plus longue, faiblement échancrée au bord ext.
(262). Adulte brun foncé ...... Aquila pomemna (p. 240)
8. .\ile de plus de iii cent. de long., n`atteignant pas Vextrémité
de la queue. Tarse nettement plus long que le médian armé.
............. llfe/·rzëtu.s· /h.s·<·z'ntus (p. 241)
— .\ilc de moins de I3 rent. de long., atteignant Zi peu près l`extré-
inité de la queue. Tarre à peine plus long que le médian armé.
. ............ Iliernëtus pcnrmlus p.2t1)
[7. l.oruin garni connue le front de petites plumes écailleuscs (263).

Y.\I NE DI; HI \Y(ÈÈ. -—· l|lh]`.\(`X  
,   * vv · 1 `    ?‘è ïl¤î-¤~.
' ··     * ( l    * *2 $1% =ë:~·`*‘·" ,
· ~ _ » 2 1 _ A ,· I   —· _· n ,;;\_ x\~
·"”` 7 ” · -6   ·/re  rw x ~  
// ` c`   ’  ` "
/ 7 1 \   vf;  M È`-?
' 6 ' ,,·~!,   C
  -¢,·· ·  · ,7
xx \\ ·\ www Q?fï·g$`   x`
tt ’x>  lg   u  
  »_   268 É . \"
È`: x   ( L Il,
  •_  
”`.‘ " •$
20.9        
••*`Ñ9%"` Em'.
··2•' QQ? *775 ¤47!¥:§:»·.
···.~;:xA_¤ y ig;. ·,,,··\_»,~_
Élu- tg.; ,•!:?`  ; :V'xT:'*
lg; É \ h'   , ,    
. “ * ‘ '
É ttxîà" ‘  F
à' ·
        S
  / -·•;a.,,·· . `
  ,«·’ F   ` `
  1, f‘* 270 «`
  ·    Q] i ~;« ' \x¤  
nf` , ‘ . p' ~ C `   ,
>È#  x X \\ F lg yy  è
—·ë 6 ï [ » ‘ 1 à
  I \`  ` `   /  0  \\ \  l>\—
  sê   / \ \ il  4 z   § ` ·;a
 ·"*§~3 \ x ' ' / , l `  
§; ;\    §\ \ 3  W ,/  ,  §\§ W  
    O ~  x — · " 7     
ts  È`\ '   /\ «  Q  
\\\,.,        »,   E§\ 7  ; | ,  
  È"  \   »·.x‘ ···9"“tÈi 274 \ '  I ‘
·      È  \ 'j   \   / \ \  \\ l V
   F  F   ix 7  F
» x   Ã &¤ ·.·¤ 7 x. ` “
  ·x``` ‘   MZ * "   x E
' « ` tg, ,
J,] / . À, _`
27/ · ” 2*76 · 272
Fmnzmas 266 à 275. — 266, Falco pe1·eg:·inus, tête; 267, Elanux coeruleus, têtv; 268,
Falco ruslicolus, patte; 269, Falco peregrinus, patte; 270, Falco biarmicus,
attc; 271 id. rém.; 272, Falco cherrug, x·ém,; 273, Falco subbulco, rém.;
P D l
274, Falco columbarîus, rém.; 275, Milvus migrans, patte; 276, Illilvus milvux,
(1I.lCllC·
1 S

  l.\tNl lili 1‘lL·\i\C]C. '* u1sE.\l \
'l`arse réticulé, nettement plus court que le médian armé,
emplumé devant sur près de sa moitié proximale (264) .,..
.............. Pernis apivorus (p. 243)
-—- Lorum garni de poils divergents (265) .......... 10
10. Bec courbé dès la base, avec une dent à chaque tomie maxillaire
en arrière du crochet du culmen, correspondant à une échan-
crure de la tomie mandibulaire (266). Tarse plus ou moins réti-
culé devant. Tour de l`oeil nu. Aile aiguë (G. Falco] ..... 11
·— Bec il tomies mavillaires droites ou testonnées mais sans dents. . 20
11. Tarse plus long que le médian nu. Doigts lat. quasi égaux (268).
, Moustache petite ou mille .............. 12
—— 'l`arse plus court que le médian nu. Doigt ext. nettement plus long
que l'int. (269). Moustache général. bien développée ..... 16
12. Aile de plus de 30 cent. de long. Tarse d`au moins 5 cent. de
long. Pas de large bande subterminale noire à la queue .... 13
— .\ile de bien moins de 30 cent. de long. Tarse de moins de 5 cent.
de long. Une large bande subterminale noire à la queue. Grande
partie de la face sup. ii fond d`un roux variable ...... 15
13. Tarse empluiné sur les 2/3 sup. (268). Plumage blanc, gris, noir
avec peu ou pas de teintes rousses ou brun rouge .....
.............. Falco ruslfcolus (p. 228)
— 'l`arse emplumé sur environ sa moitié sup. (270). Pluinage avec
des teintes rouge-brun et rousses. Culotte rayée ou tachée. . . M
1'1. Aile ayant au max. un peu plus de 35 cent. de long. Queue de
_ moins de 19 cent. de long. Barbes int. des rém. prim. avec des
taches régulières et nettes (271) . . . Falco lziarnzicus tp. 227)
— .\ile ayant au min. 35 cent. de long. Queue de plus de 19 cent. de
long. Barbes int. des rém. prim. à taches irrégulières et plus ou
moins fusionnées t272) ....... Falco cherrug (p. 227)
15. Première rém. beaucoup plus courte que la 3°, échancrée au bord
int. ainsi que`la 2". Aile ifatteignant pas Yextrémité de la queue.
Ongles noirs ......... Falco tinnunculus (p.23l)
— Première rém. égale à la 3**, seule échancrée au bord int. Aile
atteignant En peu près l’C\tI`élI]lté de la queue. Ongles jaunâtres.
...... ' ........ Falco Ilàllfîlllllllll (p. 23l)
16. Aile de plus de 25 cent. de long. Médian nu de plus de 3 cent. de
long. Cire et patte jamais rouges ou rougeâtres. 1“’ rém. au moins
égale à la 3° et seule échancrée au bord int. (273) ...... 17
—- .\ile au max. de 25 cent. de long. Médian nu de moins de 3 cent.
de long .................... 19
17. Aile de plus de 28 cent. de long. Face inf. n’ayant pas de parties à
teintes tranchant nettement sur le reste ......... 18
— Aile normal. de moins de 28 cent. de long atteignant au moins

r.u·xi: m: rn ucl:. — «usi:.u·\ · 223
2::4 ag  ln  
_ w `¤_ ;~ ` M;/à `
e l«2=— x ~.+· àà ll ·¤%»¢§. -
/ .,¤,.~\*.. 5 », . · /84 \.
li ly: lâ gf gala   2!¢î;, È\ .
: ·u.l·Q~,I ht _, Ã \ /•Q_y_g.;_ A; !g!E;Q§`, Q
¤ \·'* av ¤   1 »·¢;§
u " r· '(;• ‘ "| . 1/¢1;¢\?
il t É     fîëz-/àà
i ` I}; g· i: ‘/,‘·}. I î `§>;  
    ·· 27] I.; ;•@` gg/5   _
  ‘;"v' A J *   t
•$   É" É €ÉÉ`·  
F -5 — ~- · ‘ 4ë$'§È~~i
ni   5 2¢,_q,\54g§\\  
.}.   •· , . _ /,49*     j
·« ¤·,_ \ ,_;·¢î= s @«
(   »    
°'\        
,, ., LA, _ <2,L·`··,1.:îî •='·>
2  io,  ëliet
  ~ ~ tt  }·;, . N :`}ii5·,*· ’
     ;§ \`.;;§•Xâ% I
\   \\ \\ \ r'   ~ \` ¤
‘ ~ ·. . z Q wgl
,· _·§= r · `   \§  
wo-· A    
aw   ,—·ï`§5· ?$i;·£:J \\ \?¢·~#î¢`
 ul . , . \ x ·.·«,¢· \ .v4.g¢·<
;,;,_l·" ,_, i /   x ,ï$j.·l§}’
··` "· ·°*' ` .:.sï:’.¤
i É? ·· " ,¤//È  
·‘·î_. EY?  
    ‘ iï ·• / ' ` \g$-É'? will
"-gi"  ,5È P à iii/'7
  ff     'iêîï, § \ · ¤ `
fr     28/ 4   "~ J _ t
(     \ ·&;§;,.,.,}g}fç( §•] Q ~ ~
A-Z il ,· v‘;·1:C‘è "   À . i
M , M  · yvf, \_ \  H; , É
\ ` 04, A
l·‘¤orm:~1 277 ai 284. —— 277, Milvuv milvzw, patte; 278, Illilvus miyrmzs, queue; 279,
Elanus cœruleuw, patte; 280, Ilalimlm nlhicilla, tête; 28l, id., patte; 282, ùl.,
ipwue; 283, Circaelus gallirus, patio; 28l, Bnleo bulco, patlr.
l`e\trémité cle la queue, En rém. prim. taclietées. Ventre, sous-cnw
(tales et culotte roux cle rouille lraucliaut nettement sur le reste
(le la face inf .......... Falco subbuleo (p. 229)
18. Aile xfattcignant pas Vextrémité cle la queue, à rém. prim. bien
taclxetées ........... Falco ]Je1·eg1·z'nus (p. 226)
- Aile atteignant au moins l`extrémité de la queue, à rém. prim. non
tachetées ............ Falco eleonorae (p. 229)
IU. Aile atteignant au moins Vextrémité de la queue, à l'° rém. plus _
grande que la 3** et seule échancrée au bord. int. Cire et patte
rouges ou rougeâtres .... . . Falco vespertinus (p. 230)

22t mm:. m. raaxcn. —- oxsiaai x
— Aile ne couvrant guère que les 2/3 de la queue, à l'“ rém. plus
courte que la 3“ et échancrée ainsi que la 2” au bord int. (274).
Cire et pattes jaunes ...... Falco colamzbmius (p. 229)
2(I. Queue longue et fourchue. Tarse emplumé dans sa partie proxi-
male, scutellé dans le reste (275), égal au médian armé qui est
bien plus long que les doigt lat. Aile obtuse (G. Milvus]. . , . 21
- Queue jamais fourchue. Tarse et aile variables ........ 22
21. Queue de plus de 30 cent. de long., bien fourchue (276). Tarse
emplumé devant dans sa premiere moitié (277). Face inf. à fond
roux vif ............. Milvus milvus (p. 245)
— Queue d’au plus 30 cent. de longumoyennement fourchue (278).
Tarse emplumé devant dans son premier tiers (275). Face inf. à
fond brun ........... Nilvus migrans (1,215)
22. Tarse plus court que le médian armé, réticulé, de moins de 3 cent. 5
de long (279). Queue courte, légér. échancrée, sensiblement blan-
che, dépassée par l’aile qui est aiguë. . . Elanus czeruleus (p. 214)
— 'l`arse au moins égal au médian armé, de plus de 5 cent. de long.
Queue carrée ou arrondie. Aile plus ou moins obtuse ..... 23
23. Aile de plus de 50 cent. de long., ne couvrant pas tout à fait la
queue. Bec droit à la base (280). Plumes de la nuque acuminées . 2ü
—— .\ile de moins de 50 cent. de long. Bec courbé dès la base. Plumes
de la nuque peu ou pas acuminées. Tarse seutellé devant, beau-
coup plus long que le médian armé ,.......... 25
2G. Tarse scutcllé devant, égal au médian armé (281). Queue arrondie
à rect. à bout conique (282). Cire et patte jaunes ......
....... ` ....... Haliàëtus albicilla (p.242)
—— Tarse entièr. reticulé.,neltement plus long que le médian armé (283)
Queue quasi carrée à rect. a bout arrondi. Cire et patte bleuàtres.
i .......... , . . · . Circaëtus gallicus (p.2t2)
2.]. Tarse beaucoup plus court que la jambe (284). Narines subarron-
dies (265). Aile atteignant presque Vèxtrémité de la queue.
Doigts lat. subégaux. Forme massive .......... 26
-— Tarse îu peu près de la long. de la jambe. Narines ovales et en
partie cachées par les poils de la cire (285). Aile et doigts lat.
variables. Forme svelte ............... 27
26. Aile atteignant exception. 41 cent. 5 dé long. Tarse au max. de
8 cent. de long. emplumé au plus sur les 2/5 sup. ltect. brunes
avec 10 à 14 bandes transv. grises ..... Buteo buleo (p. 236)
— Aile descendant exception. à 41 cent. 5 de long. Tarse au min. de
8 cent. de long., emplmné sur environ sa moitié sup. Rect. rous-
ses plus ou moins rayées transv. de brun. Ensemble du plumage
roux brun ............ Buleo ferox (p. 237)
27. Aile couvrant environ moitié de la queue. Tarse bien moindre du

inuwn: ma mwzzv. ——— •»m:u··< 225
    l·~·¤!r¤ 
  î ‘ · ··. C *‘÷~¤..>·.
  L ;:,,”,!  \   
 _, "`Qi§.=©,,§·ï-/»i"l ,  È ;<‘;~'§`*" 
/‘«gE;,L ¤;t5s v , e  _ x· r ,,2
    Nësuâ .· · · . ~ `i¢•'
  pêid   ~. , ·-il
¤_,,·;>.s?ç7· M'! 286. is .     , ”·" '·'‘'   àà
 `k—·2  ' \ · Q •\  
Ã; il à ° l E #(*1-.,
;’ i   "·    287  
‘ /  \` ‘> a
5 v / A  · Y ;
,l É ,’  È J
. ~ «« 
\ $,4* ’ l *2   
·' ai ‘
I   je L  _ ·}e
, ~ · S / ~ •
.   u, I, r t  
§`·*"‘§’\'\\\, · '   ” §’ WR
·—  snif lâ:.   E , —    Èëïs
< , q     / ° \, ’
f /    » » ~ sa 4;,*
; / > nés, · th; / / · §«,\l  \
/ S È   /' ;/ i ·& Hl 
» / â î . ï, / 1 \` \
’ I \ I I
` I \ î "',4} \·'  i-· ' » [
ii ,  !   çi}     M    l l  , .,
' n   , ill  """"; ill"  i i '  N
E É i   ` \l\Q lx l \.i &  È
289 · 285 2.90 u
Fmumzs 285 à 290. - 285, Accipimrmsus, tête; 286, Circus cyaneus çj', tête; 287, _
Accipiter gcntilis, patte; 288, Circus vyuneus, aile; 289, Circus pygargus, aile; .
_ 290, Circus macurus, aile.
double du médian nu. Doigts lat. variables. Pas de collerette
faciale. [G. ACL'lpl·lEI'] ..... · .......... 28
—- Aile couvrant au moins la plus grande partie de la queue. Tarse
au moins double du médian nu. Doigt ext. plus long que l'int.
Une collerette faciale plus ou moins développée (286). [G. (.`1'r-
cus] ..................... 20
28. Tarse emplumé sut; sa moitié en avant, doigts robustes, les lat.
subégawx (287). Aile de plus de 30 cent. de long. avec les 6 prem.
rém. éphancrées au bord int ..... _AU('l))l.l0I' gcrtlilù; (p. 232)
... Tarse emp`umé sur l/4 en avant, doigts minces, l’ext. beaucoup
*1 S 1: ns

226 mwa ma raaxcr. -—- msxzarx
plus long que l`int. (22 p. 45). Aile au max. de 25 cent. de long.
avec les cinq premières rém. échancrées au bord int. . i .` . .
............... Acc1)m`ternisu.s· (p. 233)
29. Tarse d’au moins 8 cent. de long. Sus-caudales jamais blanches.
Queue unieolore. Sexes semblables à livrée toujours brune dans
sa plus grande partie. 2*’ à 5" rém. prim. écbancrées au bord ext.,
1’° à 4° au bord int ....... (,`l'I'('Il·$ aeruginosus (p. 234)
— Tarse de moins de 8 cent. de long. Sus-caudales toujours plus ou
moins blanches. Queue général. tacbetée. Sexes diilérents, la
livrée du (jt normal. en grande partie gris clair ....... 30
30. Quatrième rém. la plus grande, 2" plus petite que la 5°, 2" il 5°
i échancrées au bord ext., t"" à ~4° au bord int. (288). Tarse emplu-
mé sur plus d`1/3 ......... (Ãircus cynncus (p. 23 4)
—- Troisième rém. la plus grande, 2° plus grande que la 5°, 2" à 4°
échancrées au bord ext., I"` ii 3" au bord int. Tarse au plus
emplumé sur 1/3 .............. ` , . . 31
31. Aile atteignant au moins Yextrémité de la queue. Échancrure
avant de la 2° rém. bien au dela de Yextrémité des grandes sus-
alaires ant. (289) ......... (Jircus pygmgus (p. 235)
— Aile n'atteignan|. manifestement pas Vextrémité de la queue.
Échanerure avant de la 2° réin. arrivant au plus à l’extrémité des
grandes sus-alaires ant.(290) ..... (il'I‘(‘llS I)l(l(‘}'ltI`ll·\‘ (p. 235)
( i_ G. PALCO L. ; Faucon. `
à Bec épais, moindre dc moitié du médian armé. Narines arrondies avec tuber-
"" cule médian. Arrière des côtés de la cire garni de poils. Tarse plus ou moins
emplumé en haut. Ongles forts. Culotte bien développée. Queue plus ou moins
carrée ou arrondie. Sexes plus ou moins différents, jeune ressemblant en général
à la Q. OEul`s fortement colorés.
F. peregrinus Tuxsr. [Falco communis GMEL.]; Faucon pèlerin. L : 38
à 40 (çjt), 48 à 51   A Z 29,6 à 32,7  35 à 37  Q Z 14,3 à 16 (gjt),
17,5 à 18,5   T : 4 à 5; B Z 2,3 à 3. Bec noir bleuàtre, cire, tour de l'cril
et patte (269) jaunes (ad.), jaune verdàtre ou bleuâtres   iris brun. Rém.
prim. Z 1'° > 3" et seule écliancrée au bord int, -— Cf   Face sup. et sus- i
alaires gris ardoisé, plus foncé sur la tête et la nuque, avec des taches ou
des raies transv. noiràtres au clos, au sus-caudales et aux sus-alaires. Face
inf. roussâtre, très pâle à la gorge, au devant et au côté du cou, foncé à la
poitrine, parfois grisâtre dans le reste, avec, sauf la gorge et le cou, des
fines stries, des taches et raies transv. noirâtres plus ou moins denses.
Devant de la joue et large moustache noirs. Rém. finement bordées de blan-
châtre, les prim. brun noir à taches transv. roussàtres, les second. gris brun
barrées de brun. Heel. gris brunâtre,plus foncées dans la partie distale,¤ter-·

x-·.\t‘Nr: ou raum:. — oisrasrx 227
minées de grisâtre et barrées transvers. de brun ct de uoirâtre. l.aQayant la
face sup. plus ou moins lavée de brun, la face inf. plus foncée et tacbée. —
J. Face sup. à plumes brunes bordées de roussâtre, celles du front et de la
nuque l’étant parfois de blanchâtre. Face inf. plus rousse et plus tachée que
les adultes. Moustache nuancée de brun. Rém. ii bout_blanchàtre. Rect.
brunes à bout et bandes transv. roussâtres. — I'. Couvert de duvet blanc.
Nid volumineux, cxtér. de branchages cntrelacés, sur un rocher abrupt, plus
rarement sur un arbre. — Eu/`.v J 3 à 4, rarement 5, d`un ovale court. Gd : 5l lt 60;
Pd f38 à 45. llonssâtrcs, brique pâle ou brunâtres, densément macules, taches,
ponctues de brun rouge et de noiràtre.
Estival dans les regions montagneuses et de grandes forets, de passage ou
crratique ailleurs, pen répandu en France. — Europe, du N. de la Scandinavie Ft
la ltlediterranéc.
S. li. F· p. brookel SIIARPE. De taille moindre que le typo [A : 27,5 â 30
[C3'], 32 ti Ill [Q1), et en général avec la face inf. plus rousse et moins tacbee.
Souvent un espace roux il la nuque chez le C3'. Corse, accident. dans le S. de la
France. —- S. de l`Espagne, N. du Maroc, Grèce, Asie mineure, Caucase.
S. E. F. p.peI'8gl‘il10l`dG8 Tmww. [Falco punicns l.r:vAn.r..]. De taille
un peu plus faible que le précédent (A : 27,3 à 29,3 [G'], 3t,5 à 33,2 [Q1), à face
sup. plus claire et plus grise. Une étroite ligne frontale brune ou roussâtre et
nuque brun roux, tache de noir chez le (j'. Signalé dans le S. de la France, peut-
être par suite de confusion avec la précédente S. E. —— N. de l'At`rique.
F. biatmîcus 'I`EMM., S. E. F. b. fûldeggf Scuuso. [Falco lnnm·z`qs
Scuuzn.]; Faucon lanier. L Z 37 En i0 (gf), i5 à 48 [Q); A 2 30,8 â 32,7 ((j'),
Bl,5 à 35,7   Qt 17; T 1 1,4 à 5,8; B : 2,6.à 3,2. Bec gris bleu, cire, tour
de l`triI et patte (270) jaunes (ad.), ou bleuâtres   iris brun. ·-— d'   Face
sup. et sus-alaires cendré bleuâtre un peu lavé de roussâtre, le centre des
plumes plus foncé, la bordure roussâtre ou roux marron sur la tête et la
nuque. Face inf. roussàtre bien tachée longit. de brun noir. Moustache
étroite et noirâtre. llém. brunes bien tachées sur les barbes int. (2'll]. llect.
gris brun avec 9 ou lt) bandes transv. gris brunâtre et l'extrémité blanchâtre.
— J. Face sup. plus foncée, à bordure des plumes plus nette, face inf. plus
largement tachée. -— P. Couvert de duvet blanc.
Nid ressemblant à celui de l'espèce précédente, sur un rocher abrupt. -— (Eu/`x:
2 â lr d‘un ovale court. Gd: 50,5 à 5t,5; Pd: H à êt,5. lioussâtrcs, densément
tachés de brun et de brun noir.
Accident. dans le S. de la France. — S. E. de l`Europc.
F. cherrug Gan. [Falco saccr Guen.]; Faucon sacre. L :48à 50 (ej'),
58  A 2 35à 37,2   38 à 42   Q Z 22à 23,5; T: 5à 6; B: 2,5 à 3.
Bec gris bleuâtre à pointe noiràtre, cire, tour de l’œil et patte jaunâtres
(ad.), ou bleuâtres   iris brun. — d' Q. Bonnet et nuque blanc rous-
sâtre tachés longit. de brun noir, reste de la face sup. gris brun roussâtre,

228 i·‘AiNi: ni: in.xM:n. — oismi r
le bord des plLllIl€S plus clair et roussâtre. l·`ace inf. blanche, sauf la gorge
et le cou, nuancée de roussâtre, avec des taches arrondies ou allongées for-
mant des lignes longit. brun foncé. Moustache brun noir petite. Rém. prim.
fortement tachées aux barbes int. (272). ltect. inédianes unicolores, les lat.
avec de nombreuses marques transv. roussâtres. La Q plus foncée que le 6*.
— J. Plus foncé dans liCI'1SClïll)lG que les adultes, les bordures des plumes de
la face sup. plus développées et plus nettes. -— P. Couvert de duvet crême.
Nid ressemblant. à celui de Ycspèce précédente, — (Eufs I 3 à 4, exception. 2ou
5, d`un ovale court. Gd: 50,5 à 58,5; Pd : 39 ii 43,5. Roussâtres, densément
tachés de brun rouge.
Accident. dans le Centre et le   de la France. -—— S. E. et E. de I`Europe, acci-
dent. jusqu`au N. \rV.; N. de l'Afrique; Asie jusqu`en Chine.
F. rusticolus L. [Falco n01·wegz'cus 'l`msrr..iM]; Faucon gerfaut, Gerl`aut
de Norvège. L 1 50 td) à 56  A: 34,5 à 37,4   38,6 ii 40   Q 1 20
ii 22,:2; T : 6 à 6,3; B : 3,3. Bec gris bleuâtre à pointe noirâtre, cire, tour
de l'œil et patte (268) jaunàtres (ad.), ou blenâtres   iris brun. — dl  
Front blanc, tête grise, les plumes à rachis noir, reste de la face sup. gris
bleuâtre avec le centre des plumes plus foncé, le bord plus clair, le croupion
ct les sus·caudales étant plus pâles. Face inf. blanche, sauf la gorge, tachée
longit. de noir a la poitrine, transv. de noir et de gris dans le reste. Côté de
la tête blanc fortement strié de noir, moustache peu nette. Rem. grises bor-
dées de clair, rect. blanc grisâtre très rayées transv. de noirâtre. La Q un
peu plus foncée. —- J. Face sup. plus foncée que les adultes, un peu lavée
de brunâtre, la bordure claire des plumes plus nette. Face inf. moins
blanche avec des taches plus nombreuses et nuancées de brun. — P. Cou-
vert de duvet blanc légèr. jaunâtre.
Nidiûciztion semblable à celle de l`espèee précédente. — (Eufs: 3 à 4, excep-
tion. 5, d`un ovale court. Gd : 56 à 62,5; Pd : 45 à 48,5. Jaunâtrcs ou roussâtres
fortement lavés ou tachés de brun et de brun rouge.
Accident. dans le N. de la France et cn Belgique. — Scandinavie, N. dela
Russie, accident. dans le Centre de l’Europe.
S. E. F. 1*. Câildîûâlls GMEL.; Faucon blanc, Gerfaut·blane. De taille sup.
au type (A : 36,3 à 37,8 [0*], 40,5 à 43,5 [Ql), à fond du plumage beaucoup plus
clair, souvent blanc pur, moins taché, surtout à la face inf. qui est en grande
partie immaculée chez les vieux sujets. Très accident. dans le N. de la France et
en Belgique. —— Groënland, Amérique septentrionale. Accident, dans le N. VV,
de l`Europc et en Amérique jusqu`aux États-Unis.
S. H. F. I'. fSI&I1dI.lS Bnümz. De la taille de la S. E. précédente, mais
jamais si blanc, la teinte du fond de la face sup. toujours gris foncé, les' plumes
bordées de blanc plus ou moins roussàtre. La face inf. toujours plus tachée.
Donné comme rencontré accident. dans le N. de la France. — Islande, accident.
dans les Iles Britanniques et l`\V. de l`Europe.

Farm-: ms rnaucz. —- oisuarx 229
F. eleonorae Gémê; Faucon éléonore. L: 35 (Ci') à 41 (Q); A :31,4 à 31,6
(6), 32,6 à 31,8 Q : 17,5 à 19,5; T : 4,5 à 4,8; B Z 2,5. Bec noir 21 base
plus claire, cire, tour de l’oeil et patte jaune clair, iris brun. -— (j'   Face
sup. brun noir plus foncé sur la tête. Face inf. roussâtre, plus claire à la
gorge, les plumes avec une tache longit. centrale noiràtre, plus étroite sur la
culotte et les sous-caudales. Forte moustache noire. liém. prim. brun noir
ii barbes iut. unicolores. Ilect. gris brun avec des taches transv. roussâtres.
—- J. Face sup. gris noir avec les plumes bordées plus ou moins largement
de roussâtre. Face inf. plus claire que les adultes. ——- d' Q et .].,' for/ne
nègre. Noir fuligineux plus ou moins foncé et brillant, les rect. unicolores
ou avec des traces de raies transv. plus foncées. — P. Couvert de duvet
blanc crême.
Nid nul. -· (Eu/'sl pendus Si même dans un trou de falaise abrupte ou ii la surÃ
face du sol, au nombre de 2 ou 3, d`un ovale court. Gd: 38,5 Zn 46,5; Pd: 29,5 it
35,5. Jaunâtres ou roussâtres avec nombreuses petites taches brunes ou brun
rouge.
Accident. dans lc S. de la France. — Parties accidentées de la région circum-
méditérraneenne.
F. subbuteü L. [Falco lmrletla Dare.]; Faucon hobereau. I. : 30 à 35;
A :25 à 26,5 (@1), 27,3 à 27,8 Q: 14,3 à ll,7 (çj'), 15 à 15,5   T :3,6
à 3,8; B : 2 à 2,6. Bec noir bleuàtre, cire, tour de l’ueil et pattes jaunes (ad.),
cire et tour de l’œil bleuâtres (j.), iris brun. — (3*   Face sup. ct sus-alaires
gris ardoise plus ou moins foncé, un peu plus pâles au croupion et aux sus-
caudales, avec le rachis des plumes noiràtre et en général deux taches blan-
châtrcs ou rousses à la nuque. Gorge et devant du cou blancs, reste de la
face inf. roussâtre, tachée longit. de noirâtre, les sous·caudales et la culotte
rousses, cette dernière immaculée ou striée longit. de noir. Devant de la
joue et moustache noirs. Rém. prim. noiràtres avec des taches rousses sur
les barbes int. (273). Bém. second. gris brun il bordure grisâtre. liect. mé-
dianes grises, les lat. à barbes ext. gris brun, à barbes int. brun noiràtre
barrées de roux. La Q avec la face sup. nuancée de brun, le roux de la face
int'. moins vif. -— J. Face sup, brun noirâtrc à plumes bordées de roussâtre,
face inf. ii teintes beaucoup moins vives et plus tachetée, la culotte bien
tachée lougit. - P. Couvert d’un duvet blanc léger. roussâtre.
Nid de petites branches et de brindilles sur un arbre élexé ou un rocher. —
(Eu/si 3 à 4, quelquefois 2 ou 5, d`un ovale obtus. Gd : 38,5 à 46,5 ; Pd: 29,5 ii
35,5. Iioussàtres, brunàtres ou rouge brique, densément tacliés et pointillés de
brun ou de brun rougeâtre.
_Dans les bois, les plaines, autour des étangs, _cstival et surtout de passage,
dans presque toute la France. — Europe, de la Scandinavie et le N. de la Russie
à la Mediterranée ; VV. de la Sibérie.
FS columbarius L., S. E. F. C. I‘6gt1IlIS l’.u.1.. [l"ll](‘() Ii!/zo/}1I¢·o Gmzn.,

230 mmis ne FRANCE. — oismux
F. œsalon Guen.]; Faucon émerillon. L Z 27 (Q') à 33 (Q); A : 19,3 à 20,5
(Q'), 21,6à 22,5   ; Q 2 12,3 à 13,3 (çi), 14 à 14,5   'l` : 3,6à 3,9; B:
2 à 2,6. Bec bleuâtre à pointe noirâtre,·cire, tour de l'œil et patte jaunes,
iris brun. —- 6*. Face sup. et sus-alaires gris blenâtre avec les rachis noirs,
l’avant du front et la nuque variés de roux et de roussâtre, le dessus de la
tête lavé de brun. Gorge blanche, reste de la face inf. roussâtre avec le flanc
et la culotte plus foncés, les sous-caudales plus pâles et des fines stries
longit. brunes. Moustache fort peu développée. Rém. prim. noirâtres avec
quelquès taches grises aux barbes ext. et des barres blanches aux barbes
int. (274). Hect. grises avec une large bande subterminale et la pointe noires,
les deux séparées par une ligne blanche, en outre quelques barres noi-
râtres aux barbes int.   Face sup. brun cendré, les plumes finement
liserées de roux. Face inf'. bien plus claire et maculée que le 5*. Rect. brunes,
les médianes à bandes grises, les lat. à bandes rousses. i- J. Face sup. plus
brune que la Q, les plumes plus largement bordées. La face inf. plus claire
et bien tachée. Rém. tachées et rayées de roux. — P. Couvert d’un duvet
blanc devenant grisâtre ou brunâtre à la face sup.
Nid sur un arbre élevé ou une fissure de rocher. -— (Eufs : 4 à 5, exception. 6,
d`un ovale court. Gd : 36 à 44; Pd : 28 à 34. Roussâtres, très densément tachés et
ponctués de brun ou de brun rouge.
Estival et surtout de passage, dans presque toute la France. — N. et Centre dc
1’Europe, Asie jusqu’au Japon ; N. de l’At'rique en hiver.
F. ve8pet‘tim1sL. [Falcon rubripes Less.] ; Faucon kobez, Kohez vespéral.
L:2Sà32; A:2l,2à26,2; Q: 13àl4; 'i`:2,9à3; B:l,8à2,l. Bec
couleur de corne à pointe noirâtre, cire, tour de l`teil et patte rouge orangé,
iris brun rougeâtre. —- rf. Gris ardoise plus ou moinsifoncé, les rém. prim.
plus foncées vers le bout, les autres rém. et les sus·alaires ant. plus grises,
avec la culotte, le ventre et les sous—caudales roux rougeâtre vil`. -—   Front
roussâtre, bonnet et derrière du cou roux à'rachis des plumes brun, reste de
la face sup. et queue gris, rayés transv. de noirâtre, la bande subterminale
de la queue plus large. Face inf. d°un roux plus ou moins foncé avec
quelques finies stries longit. noirâtres, à la poitrine, au ventre et au flanc. Une
moustache brune. Rém. gris noirâtre avec des taches blanches aux barbes
int. — J. ltessemblant à la Q, mais la face sup. plus brune, à bordure des
plumes claire, la face inf`. bien tachetée. —— P. Couvert de duvet blanc.
.V«d plus ou moins en colonie, sur un arbre. Très fréquemment ancien nid
de Freux, de Corneille ou de Pie. — (Eufx : 4 à 5, exception. 3 seulement, d’un
ovale court. Gd : 34 à 41,5 ; Pd : 27,5 à 32. D’un roux variable, densément tachés
et pointillés de brun et de brun rouge.
De passage irrégulier dans le S. de la France, accident. dans le Centre. — E.
de l’Eur0pe, accident. dans l’VV ; N. et centre de l’Afriquc; Asie jusqu‘au lac
Baikal. _

raunr: ne rames. — oiseaux 231
FX tinnunculna L. ; Faucon crécerelle. L : 3l (5*) à 37 (Q); A : 23 à 26;
Q: 16,3 â 18; T :3,8 à 4,1; B : 2,1 à 2,6. Bec bleuàtre à pointe noirâtre,
cire, tour de l'œil et patte jaunes, iris brun. — d'. Devant du front et
léger sourcil jaunâtres. Dessus de la tête et du cou, croupion et sous-
caudalcs cendré bleuâtre, Dos, scapulaires, sus·alaires et rém. post. brun
rouge à taches noires, plus nombreuses sur l’aile. Face inf. roussâtre, très
pâle à la gorge, avec des taches brun noir, allongées à la poitrine et au
ventre, ovales au flanc. Côté de la tête gris clair et blanc avec une ligne post-
oculaire et une petite moustache noires. Rém. brunes,.barrées de blanc aux
barbes int. Queue cendré bleuàtre avec une large bande subterminale noire
et le bout blanc. - Q; Face sup. rousse' ou brun rouge, avec des taches
brun~noirâtre, en stries longit. sur la tête et le cou, triangulaires sur le reste.
Face inf. roussâtre à taches longit. brunes. Côté de la tête blanchâtre et
roussâtre à faible moustache brune. Rém. prim. et rém. second. ant. brunes
ii taches rousses sur les barbes int. Queue rousse, terminée de roussàtre,
avec des barres transv. et une large bande subterminale noirâtres. —
J. Ressemblant à la Q, mais la face sup. plus sombre, les plumes bordées de
roussâtre. Face inf. plus pâle. ·- P,. Couvert d'un duvet blanc, nuancé de
jaunâtre en dessus.
Nid de brindilles et de ramilles, dans un trou de rocher, de haute muraille, ou
sur un arbre. ··- 01`uf.1 : 4 ii 6, parfois jusqu’à 8, de forme variable, subsphériques
ou allongés. Gd : 34 à 44; Pd : 26 à 33. Gris rousâtre, jaunâtres, brique clair,
très densément taches et ponctués de roux, de brun rouge, de brun noirâtre.
Sédentaire et surtout estival et de passage, répandu dans presque toute la
France. —Eur0pe moins l`cxtrême N. ; N. de l‘Afrique ; N. et W. de l'Asic.
F. naumanni F raison. [Falco linnunculoïdes 'fann., F. cenchris Faiscn, i
F. tinnunc·ula1·1`us Roux]; Faucon crécerine, Faucon crécerellette. L: 29
((3*) à 33 (Q), ; A : 23à 2t,8; Q 2 14,5 à 16,5; T :3,3 à 3,45; B : 1,7 à 2. _
Bec bleuâtre, cire, tour de l’oeil et patte jaune clair, iris brun. — (j'. Devant
du front roussâtre, dessus et côté de la tête et du cou, eroupion, sus-caudales
et queue cendré bleuâtre, cette dernière avec une large bande subterminale
noire et le bout blanchâtre. Dos, seapnlaires, sus-alaires et partie des cubi-
tales brun rouge uniforme. Face inf. rousse, sauf la gorge et les sous-
caudales qui sont claires et unicolores, faiblement tachée de brun noir. Pas
de moustache. Rém. prim. brun noirâtre, rém. second. brunâtres tachées
de roux aux barbes int., les autres et les grandes sus-alaires ant. bordées de
cendré. -   Face sup. brun rougeâtre plus pâle que le C3', avec des taches
noiràtres en fines stries à la tête et au cou, plus larges et courtes sur le reste.
Gorge blanchâtre, reste de la face inf. roussâtre avec des taches noirâtres,
sauf aux sous-eaudales. Une très faible moustache brunâtre. Bém. tachées
de roux. Queue rousse à bout blanchâtre, barrée de noirâtre, la bande sub-
terminale large. — J. litesseniblant beaucoup ii la Q, niais les plumes de la

232 rame DE raaxcs. — oiseaux
face sup. bordées de clair, la face inf. plus claire, la bande foncée subter-
minale de la queue guère plus large que les autres. — P. Couvert d'un duvet
blanc, légèr. jaunâtre à la face sup.
Nid dans une anfractuosité de roches ou un trou de murailles. ·- œufs: 4 à 5,
quelquefois 3 ou 6, dun ovale court. Gd Z 3t,5_à 37,5 ; Pd : 26 à 31. Roussâtres
ou rougeàtres, très densément tachés et ponctués de rouge brique ou de brun
rouge.
Estival et surtout de passage dans le S. de la France, accident. dans_le Centre.
— S. de l'Europe; pourtour de la Méditerranée ; W. de l’Asie. ·
G. ACCIPITER Bruss.; Épervier.
Bec court, courbé dès la base, à arête assez accusée, très crochu, sans échan-
crure à la rnandib. inf. Tarse emplumé dans la partie proximale. Doigts longs, à
pelotes sous-articulaires bien développées, l’ext. relié à la base au médian par
une petite membrane. Queue longue, un peu arrondie, à rectrices à extrémité
ronde. Q sensibl. plus grande que le (j' et de plumage plus ou moins distinct,
jeune différent des adultes. OEufs à fond blanchâtre ou clair, unicolores ou plus
ou moins tachetés.
A. gentilis (L.) [Astur palunzbarius (L.)] ; Épervier autour, Autour des
, Palombes. L.: 50 à 55 (6*), 60 à 65  A: 31,5 à 33,5 (dl), 35 à 38 
Q : 23,5 à 24,3 (C3'), 26'à 29(Q); T: 6,9 à 8,3; B : 3 à 4. Bec noir bleuàtre,
cire jaunâtre, patte (287) et iris jaunes, -— 6*   Face sup. et sus·alaires
cendré un peu bleuâtre avec sourcil blanc et noir et quelques taches blanches
à la nuque. Face inf. blanche, finement striée longit. de brun noiràtre à la
gorge, avec des barres et des ondulations transv. brun noiràtre dans le reste,
sauf les sous-caudales qui sont immaculées. Côté de la tête blanc et brunâtre
plus ou inoins strié de noir. Rém. brunàtres avec des taches noirâtres
aux barbes int. Queue cendrée à bout blanc avec 4 à 5, quelquefois 6,
bandes transv. noirâtrcs. La Q avec la face sup. nuancée de brun, la face
int`. souvent plus tachée. — J. Face sup. brun roussâtre, les plumes bordées
ou terminées de roussâtre, de grisâtre ou de blanchâtre. Face inf. plus ou
moins roussâtre avec des taches brunes longit. allongées. Côté de la tête
blanc et l`OllSSàtl`€_Stl`lé de brun. Rém. prim. brunes, barrées de noirâtre et
quelquefois tachées de roussâtre. Queue gris roussâtre à bout blanchâtre,
avec 4 à 6 bandes transv. foncées. — P. Couvert de duvet blanc.
Nid volumineux, en branchages, sur un arbre élevé. - Ola/Is: 3 ài, rarement
2 ou 5, d`un ovale obtus. Gd: 55 à 64,5; Pd: 41,5 à 51. Blanchâtres ou blanc
bleuàtre, uuicolores ou léger. tachés et maculés de brunâtre.
Sédentaire et erratique dans les régions boisées de`presque toute la France. —-
La plus grande partie de l`Europe, moins l`extrême N. ; N. de l'Afrique.
S. E. A. g. ârfîgûllü KLEINSCIIM. Ditfère du type par une taille moindre
(A; 29,7 à 30,6 fd'], 33,5 à 34,6 [Q1), la face sup., l’aiIe et la queue plus foncées,
— Corse, Sardaigne.

muse ne rnaxcs. — oiseaux 233
A. nlsus (L.) [Nisus comnzunix Less.]; Épervier ordinaire. L. : 32 (Cj') à .
41   AZ 19 à 20,7 (dl), 23à 25,2   Q3 15,6à 20; TZ5,2 à 6,1; BZ
1,5 à 2,2. Bec noir à base bleuàtre l285), cire jaune verdàtre, patte jaune
(22 p. 45), iris jaune ou orangé. — Q'. Face sup. et sus-alaires gris ardoise
plus ou moins foncé, souvent l'étant un peu plus sur la tête, avec un léger
sourcil blanchâtre et quelques petites taches blanches à la nuque. Face inf.
blanche, souvent plus ou moins lavée de roux, la gorge finement striée
longit. de brun, le reste, sauf les sous-caudales en général immaeulées,
avec de petites barres ou croissants transv. roux, brun roux, noiràtres, noirs
et roux, le rachis des plumes étant brun. Joue blanche et roussâtre ou grise
et roussâtre. llém. gris brun avec des bandes sombres peu nettes et d'autres
blanches aux barbes int. Rect. gris brun à bout blanchâtre, avec 5 à 8 bandes
transv. noirâtres surtout nettes aux rect. lat. -   Face sup. gris brun, face
inf. blanche ou blanc grisâtre, la gorge et le devant du cou finement striés
longitud. de brun, le reste, sauf les sous-caudales unicolores, avec des crois- .
sants transv. bruns ou brun noir. - J. Face sup. plus brune que la Q, avec
les plumes bordées de roussâtre. Face inf. roussâtre avec des taches lan-
céolées ou plus ou moins transv. brunes ou rousses, sauf les sous-caudales
seulement un peu marquées de roux. Les pennes terminées et plus ou moins
bordées de blanchâtre ou de roussâtre. — P. Couvert de duvet blanc, légèr.
crème à la face sup.
Nid, taille à part, très semblable à celui de l'espèce précédente, également sur -
un arbre. Parfois simple aménagement d’un nid d`ÉcureuiI, de Corneille ou
d'autre gros Oiseau. — (Eu/'s: 4 à 6 et jusqu`à 8, <l’un ovale court. (ld : 35 21 46,5;
Pd: 28,5 à 36. Blanchâtres, blanc verdàtre ou bleuâtre, plus ou moins maculés,
tachés et ponctués de brun, de gris brun, de brun rouge. _
Sédentairc et un peu erratique, surtout dans les régions boisées, dans presque
toute la France. — Europe, du cercle arctique à la Méditerranée; W. de l'Asie.
S. E. A. I1. WOf¢6I‘8t0t‘ffi Kuainscu. Plus petit que le type (A: l8,l â 18,3
[G'], 2l,6 à 22,2 [9]), à face sup. plus foncée, à face inf. plus largement tacbetéc.
— Corse, Sardaigne.
' Remarque: Sous le nom d‘Arcz'pilcr· nisux major, Beitman puis de nombreux
auteurs, ont séparé du type, une forme paraissant avoir‘la même distributio.1
géographique ct s°en distinguant surtout par sa grande taille, correspondant aux .
grandes dimensions de la diagnosc ci·dcssus, et dont la valeur taxonomique reste
à définir. _
G. CIRCUS Lacie.; Bumrd. .
Bec incliné dès la base, comprimé et assez crocbu, sans écbancrure ii la man-
dib. inf., avec la cire plus ou _moins couverte par de longs poils lat. Tarse
emplumé dans la partie proximale. Doigts rclativ. courts et faibles, l`ext. relié
au médian à la base par une petite membrane. Queue longue, carrée ou subar-
roudie, Sexes général, différents et variables avec l`âgc, jeunes ressemblant En la

234 FAUNE ne FRANCE. —— oiseaux
Q ou à plumage spécial. Souvent du dimorphisme spécifique. Nid à terre. ()Eufs
normal. unicolores, blancs, l`iutérieur de la coquille bleu clair. i
C. œI‘l1gîn0S\1S (L.) [(,`ircus rufizs GMEL., C. sykesi Less.] ; Buzard
harpaye, Buzard des marais. L. 50   à 57  ; A: 38,5 à 42 (çjl), 39,5 à
43,5   ; Q2 23à 21   24 à 26   T2 8 à 9; B: 3 à 4, Bec noir blenàtre
(25 p. 47), cire jaune verdâtre, patte jaune, iris jaune ou jaune brunâtre. ——
(jl. Dessus et côté de la tête, côté du cou, roussàtres avec des taches longit.
brun foncé. Dos, croupion, scapulaires, parties des grandes et moyennes
sus-alaires, cubitales brun foncé avec de petites places nuancées de roux.
Sus-caudales ant. et petites sus-alaires variées de roux et de brun.
Sus-caudales. post. grises. Gorge, poitrine, épigastre et flanc roussâtres ou
roux avec des taches longit. brunes. Abdomen et culotte roux foncé, sous-
caudales brunes avec plus ou moins de gris. Grandes rém. noiràtres à base
roussâtre, rém. second. et sus—a]aires ant. gris cendré. Queue grise, parfois
légèr. lavée de roussàtre. —-—   Dessus de la tête, derrière du cou-et gorge
roussàtre plus ou moins clair, parfois crême, striés longit. de b1·un noir.
Reste de la face sup. brun foncé, le dos strié longit. de roussàtre. Face inf.
moins la gorge roux ou chocolat avec des taches roussâtres ou crême, Joue
et région parotique brun foncé. Rém. noirâtre à base roussâtre, sus-alaires
rousses avec bordures et marques claires. ltect. brunes. — J. Dessus de la
tête, nuque, gorge et parfois quelques taches, roussâtres ou jaune roussàtre
clair avec ou sans fines stries longit. brunes. Reste du plumage brun
chocolat avec les plumes de l`aile plus ou moins bordées de roussâtre.
Ressemblant ensuite à la Q, —- I). Couvert de duvet blanc lavé de roussâtre
à la face sup.
Nid de roseaux et (l`llC!‘l)CS sèches, à terre dans un marais ou sur un amas
flottant de roseaux. ——— (Eufs: 3 à 5, quelquefois 6, ovales. Gd : 45 à 54,5 ; Pd :
36,5 à 42. Blanc légèr. bleuâtrc, parfois un peu tachés de gris et de brun.
Dans les marais, les étangs, sédentaire, estival ou de passage, dans presque
toute la France. — Du S. de la Suède et de la Russie à la l\Iéditerranée; WV. de
l`Asie.
C. CYHIIBUS   f(;l•l'ClLS g'(lffl·Il¢l}'l-ltS Sav., C. variegutus Vnzint.];
Buzard Saint Martin. L : 47 (gj') à 53  A :33,5 à 36 (5*), 38 à 40   Q I
23 à 24 (6*), 25 à 27,5 (Q) ; T : 6,7 à 7,5; B : 2,4 à 3,1. Bec noir (286), cire
jaune verdâtre, patte et iris jaunes. -— (jf. Tête, cou, face sup., sus-alaires,
poitrine, rém. moins les prim. ant. cendré bleu, les sus-alaires plus claires,
quelques petites taches blanches ou blanches et brunes à l'occiput, souvent
une fine bordure brunâtre aux scapulaires et sus-caudales blanches. Bas de
la face inf., petite tache sous oculaire blanc pur, parfois avec quelques
petites macules rousses. Rem. prim. ant. noires à base blanche. Rect. cendré
bleu, les ext. blanches avec ou sans barres transv. cendrées. —-   Face sup.
· brune avec plus ou moins de roux à la tête, au derrière du cou, aux scapu—

mens ms raaxcis. — oiseaux 235
laires et aux sus-alaires, les sus—caudales étant blanches. Face inf. roussâtre
avec l`abdomen, la culotte et les sous-caudales plus foncés et des taches et
stries longit. brunes et brun rouge. Joue et collerette blanchâtres et rous-
sâtres tachées de brun roux. Rém. (288) brunes, les premières plus ou moins
liserées extér. de gris. Queue brune ou brunâtre terminée de roussâtre, avec
une large bande subterminale brune et en général 4 ou 5 bandes, grisâtres
sur les rect. médianes, roussâtres sur les lat. —— J. llessemblant beaucoup
â la Q, mais volontiers plus taché. Les Cf étant un peu plus clairs et plus
tachés de blanchâtre que les   — P. Couvert d’un duvet blanc.
Nid de brindilles et d`berbes sèches, à terre dans une bruyère, un champ de
céréales, un taillis, un massif de roseaux. —- (Eu/ir: 4 à 5, quelquefois 6, ovales.
Gd : 40 à 52; Pd : 32 à 38. Blanc bleuâtre, immaculés, quelquefois un peu taches
de brunâtre.
Sédentaire, estival ou de passage, dans les champs, les prairies, les marais de
presque toute la France. —— Europe depuis la Laponie ; N. de l`At`rique; Asie
jusqu’au Japon.
C. pygarglls (L.} [Falco Cl./l€I'(1(.'€ll8 ltloxr. Cl·l'(.'llS lllûllftlgllll, \’lEI1.L.,
(I. ater Vieu.x..]; Buzard montagu, Buzard cendré. L Z ·ll (Q') à 47   A:
35 à 37,7   37 à 39  Q : 21,6à 25;'l`Z5,5à6; B: 2,4 à 3. Bec noi-
ràtre, cire, patte et iris jaunes. - çj'. Tête, cou, poitrine, dos et grande
partie des sus-alaires gris ardoise, croupion et sus-caudales blancs. Reste de
la face inf. blanc avec des taches longit. étroites roux vif. Rém prim. (289)
noirâtres, rém. second. et grandes sus—alaires ant. gris ardoisé, un peu plus
clair que le dos, avec 2 bandes transv. noires. llect. inémlianes gris ardoise,
les lat. blanchâtres avec 4 ou 5 bandes transv. brunâtres ou roussâtres.
Parfois plumage en entier gris ardoisé noir plus ou moins nuancé de brun.
—   Face sup., aile et queue, moins les sus-caudales qui sont blanches,
brunes plus ou moins marquées et tachées de roux. l*`ace inf. roussâtre ou
rousse avec des taches longit. rousses ou brun roux plus ou moins nombreuses.
Parfois plumage en entier d`un brun noir. —- J. Plus foncés et plus taches
que la  - l’. Couvert d'u11 duvet blanc nuancé de roussâtre ai la face sup.
Nid très semblable ii celui de l`espèce précédente, mais en général dans un
endroit frais ou marécageux et souvent en colonie. — Gfufs : 4 à 5, ovales. Gd :
36 à 46,5; Pd 2 32 à 35,5. Blanc bleuâtre, unicolores, quelquefois un peu pointillés
de brunâtre.
Estival et plus ou moins en colonies dans les plaines humides et maréca-
geuscs, ou de passage, dans presque toute la France. — S. et Centre de l'Europe,
accident. dans le N. ; Afrique; Asie jusqu‘en Chine.
C. macrurtls (Gnu,.) [Circus swafnsonî Smru, C. albescens Less.] ;
Buzard blafard, Bnzard de Swainson. L : 45 (@1) à 51   A :34 à 37; Q Z
22 Z125; T: 6,6 à 7,1; B : 2,4 à 3. Bec noir bleuâtre, cire, patte et iris
jaunes, —   Face sup. ardoise clair, souvent un peu taehé de brunâtre

236 muse un rimuce. — oxsmux
avec les sus-caudales blanches un peu rayées de grisâtre et de roussâtre.
Face inf. blanche, le côté de la tête, le cou, la poitrine plus ou moins lavés
de gris. ltém. (290) grises, les ant. avec la moitié distale noirâtre, les post.
avec un peu de blanc vers le bout. Queue ardoise clair avec les rect. ext. en
partie blanches. Les rect. médianes unicolores, les autres avec 7 ou 8 bandes
transv. brunâtres plus ou moins nettes. ——   Face sup. et sus—alaires rousses,
la nuque plus claire, le dos plus foncé, le tout taché de brun, les sus-caudales
blanches. Face inf. roux clair souvent sans taches. Côté de la tête et colle-
rette en partie blanchâtres et tachés de brun. Hém. brunes barrées de
foncé. Rect. gris brun à bout blanchâtre, les lat. plus pâles que les médianes,
avec 4 ou 5 larges bandes transv. brunes. — ./. Resscxnblant à la Q mais un
peu plus foncé et la face inf. bien tachée longit. -—- P. Couvert d’un duvet
blanc lavé de roussàtre à la face sup.
Nzrlùïcalian très semblable’à celle du C. cyarzeux. —— (Eufs : 3 à 5, ovales. Gd : 40
à 50; Pd : 32,5 à 37. Blanc bleuâtre, unicolores, exception. un peu taches de
brunâtre.
Accident. en France, surtoutdans le S. —— S. E. et centre de l`Europe, accident.
dans l’\V. ; Asie jusqu`en Chine, en hiver en Afrique.
G. BUTEO Laerîr. ; Buse.
Bec au plus de moitié de la tête en long., un peu couipriiné, bien crochu, à
bords plus ou moins festonnés. Des poils aux côtés dela cire. Tarse sensibl. plus
long que le médian armé, plus ou moins exnpluiné. Doigts ext. 1·elié à la base au
médian par une petite membrane. Ongles bien cou1·bés et plats en dessous. Queue
moyenne, carrée ou subarrondie. Sexes semblables sauf la taille, jeunes ressem-
blant plus ou moins aux adultes. ()Eul's à fond blanc ou très clair, tachetés.
B. buteo   [B. fasciatus et B. mulnns Vibnt., I}. conzrzzzuzis Lrss.,
B. variegalus et B. albidus Sams] ; Buse commune. L: 50 (0*) à 65 (Q);
A: 37 à39,5   38,5à 42,,4   Q2 22 à 24,5; T! 7,1 à 8; B:4 à 4,8.
Bec (265) noirâtre, cire et patte t28$ljaunes, iris brun, roux ou jaunâtre. -·
dt Q et J. Plumage très variable, pour ainsi dire jamais deux sujets identi-
ques, toujours plus ou moins tacheté de brun noir ou de noirâtre. Du brun
noirâtre ou roussâtre avec un peu de blanc, de gris, de roussâtre à la face
inf. et plus ou moinsude taches noirâtres, à un plumage en grande partie
roussâtre, blanc ou blanchâtre, particulier. à la tête et à la face inf. Béni.
en grande partie brun noirâtre plus ou moins barrées de teintes claires.
Rect. variables du brun au blanc avec en général 10 à 12 bandes transv.
brunes. —— P. Couvert de duvet blanc lavé de gris à la sup.
Nid volumineux de branchages entrelacés à l`ext., de brindilles et d`herbes
sèches En l'int., sur un arbre élevé, exception. sur un rocher. —— (Eu/`s: 2 à 4 d'un
ovale assez court, Gd; 50 F1 G2 ; Pd; 39 il 48, lllauchâtres, vcrdâtrvs, blcuâtres,

wttvxa ne maxcia. -—- oiseaux 237
presque immaculés ou plus ou moins tachetés et ponctués du gris, de roux, de
brun, parfois surtout vers un bout.
Dans les bois, les bosquets, .les lisières, sédentaire, erratique ou de passage,
répandue dans presque toute la France. -— Europe du 66° latit. N. à la Méditerra-
née, à l'E. jusqu`à la Russie et aux Balkans. _
S. E. B. b. arrigonü Pxccm. Plus petite que le type (A: 34,6 à 38,5). Face
sup. à plumes bordées de brun rouille. Face inf. blanche à marques brunes. —
Corse, Sardaigne.
S. E. B. b. Zfmm8I‘m8Ill/188 Enmzma. Uu pen plus petite que le type
(A: 34,8 [J'] à 39,5[Q]), en diffère par sa teinte générale plus ou moins rousse,
ses sous—caudales blanches barrées de roux, ses rect. roussâtres à bandes transv.
bien moins larges et nettes sauf une large bande subtcrminalc. Accident. on
Belgique et peut·être le N. E. de la France. - N. et Centre de la Russie,
Pologne, Roumanie.
(S. E. B. D. 31108pS Bazin: [Buleo desertorum aùct.].Entre le type et la S. E.
précédente comme taille. Beaucoup plus rousse et roux de rouille que celle-ci,
surtout la culotte et la queue. Aurait été capturée dans l’Ain (Beumtnn, l909). -
S. E. de l`lCuropc ; VV. de l’Asic; E. de l`Afrique).
B. ferox (GMEL.) [Circus pcctomlis VlEILL.]} Buse féroce. L: 55 (6*) à
70(Q); A:4là4t,5(<j'),44 à 49 (Q); Q: 23 à 27; T: 8 à 9,5; 13:1,7.
Bec noirâtre, cire et patte jaunes, iris brun ou brun jaune, — (j'   Tête et
coulroussâtrcs avec de fines stries longit. brun noir, reste de la· face sup.
brun avec les plumes du dos, les scapulaires et les sus-alaires bordées de
rouxnncracé, les sus-caudales roux fauve. Face inf. roux fauve ilamniée de
brun à la poitrine à l'abdoxnen et au flanc et partie des sous-caudales brunes.
Rem. prim. brunes à base blanche. Rect. roussàtres à bout blanchâtre, les
ext. lavées de gris aux barbes ext. — J. D'un roux plus foncé, avec les bor-
dures des plumes plus nettes, les rect. plus claires que les adultes et rayées
transv. de foncé. — P. Couvert d’un duvet crême. ·
Nid de brindilles doublé d`herbcs sèches et de laine, sur un rocher, un arbre,
lou à terre. —— (Eu/`s: 3 à 4, quelquefois 2 seulement, d`un ovale obtus. Gd : 55,5 à
63,5; Pd: 44,5 à 50. Blanchâtres, taches et pointillés de roux et de brun,
Accident. dans le S. E. de la France. -— S. E. de l'Europc; Asie jusqu’à l’llima-
laya ; E. et N. de l‘Afrique.
B. lagopus (Bnürm) [B. penmzlus Darn.]; Buse pattue. L: 55 (5*) à
(36   A: 4I,5 à 43,3(<j'),-13,2 à 45,8 (Q); QS 22 à 25,5; T (257): 6,4 à
6,0; B: 3,6 à 4,2. Bec noirâtre, cire et doigts jaunes, iris gris brun. —
(j' Q et J. Plumage variable. Tête blanchâtre ou jaunâtre rayée de brun
avec un sourcil brun plus ou moins net. Face sup. d'un brun variable, les
plumes avec une bordure plus ou moins large blanchâtre ou roussâtre
formant parfois des taches. Face int'. blanchâtre, jaunâtre ou roussàtre avec
des raies brun noir longit. â la gone, au cou, à la poitrine, transv. au
‘I 6

238 mran ns russes. — oiseaux
ventre et à la culotte, les flancs bruns. Rém. brun noirâtre plus ou moins
marquées de blanc aux barbes iut. Rect. blanches ou lavées de roussâtre,
barrées de gris, de brun, avec une large bande subterminale noirâtre.
Certains sujets avec beaucoup plus de blanc, d’autres bien plus foncés ou
tachés. -— P. Couvert d’un duvet blanchâtre, la face sup. lavée de gris brun.
Nid semblable à celui de Ilulea buteo (L.), sur un arbre ou un rocher. -—- (Eu/’s:
3 ou 4, quelquefois 6, d’un ovale court. Gd: 48 à 59; Pd: 40 à 46,5. Blanchâtres,
tacbés et pointillés de gris brun et de bru11. ·
En hiver et plus ou moins régulièr. en France. ·— N. de l`Europe et de l`Asie,
en hiver vers le Centre et le S. de l’Europe.
G. AQUILÀ Burss.; Aigle.
Bec plus long que moitié de la tête. Aile atteignant à peu près Yextrémité de
la queue, avec en général les 6 premières rém. échancrées au bord int. Forme
plus ou moins massive. Taille forte ou assez forte. Sexes semblables, jeunes plus
ou moins différents des adultes. ()Eufs peu nombreux, à fond blanc ou très clair,
plus ou moins tachetés. _
A. chtysaëtus (L.) (Falco fillvus L., F. aqui/a Dawn., F. 1·egaIz's Tram.,
Aquila regïa Less., A. barlhelenzyi Jaunrarj; Aigle royal, Aigle fauve.
L: 88à 95   100 Zi 110   A2 60 à 65   65 à 70,5   Q: 33 à 38;
T: 10,5 à 12; B: 6 à 7,2. Bec brun de corne (29 p. 47), cire et doigts (256)
jaunes, iris brun roux. — dl   Plumage variable. Dessus de la tête, joue,
derrière et côté du cou roux fauve avec le rachis des plumes brun. Reste
de la face sup. et sus-alaires brun foncé avec parfois les scapulaires en partie
blanches (Aquila bart/zelc17zyiJAi·n12nr) et les sus-caudales légèr. variées de
gris ou de blanc. Gorge brun foncé, devant du cou parfois nuancé de roux,
Reste de la face inf. brun souvent lavé de roux surtout aux jambes et les
sous-caudales rousses, roussâtres ou variées de roux et de brun ou avec
quelques taches blanches. Tarse brun, roux ou gris roussâlre. Rém. prim.
et second. brun noir ainsi que les grandes sus-alaires ant., le dossier de
l’aile roux ou roussâtre. Rect. noirâtres, avec en général 2 ou 3 bandes
transv. irrég. grises ou blanches vers le milieu. — J. Plus foncé que l'adulte.
Brun noirâtre, avec la nuque et le derrière du cou brun rouge, la culotte et
souvent la face inf. tachée de blanc, le tarse roussàtre ou blanc roussâtre.
Queue blanche dans les 2/3 ant. -— P. Couvert d’un duvet blanc lavé de
roussâtre à la face sup.
Nid trés grand et plat, cxtér. de branches et rameaux assez volumineux, de
brindilles ct radieelles au centre, sur un rocher inaccessible, rarement sur un
gros arbre. -— (Eu/`s : 2, exception. l, 3 ou 4, d’un ovale obtus. Gd : 70 à 89 ; Pd:
51 à 66. Blancs, grisàtres ou jaunâtres, parfois presque immaculés, d`ordinaire
taches de gris ou d`un brun variable.
Sédcntaire ou erratique, dans les Alpes, les Pyrénées, les hautes montagnes,

mime us manon. — oismux ' 239
autrefois dans beaucoup de régions montagneuses ct de grandes forêts, devenant
de plus en plus rare en France. — Europe, de la Laponie et du N. de la Russie,
à la Méditerranée et à l‘Asie mineure; \V. de l`Asie, N. de l’Amériquc.
A. heliaca Sav. [Falco imperz'aIis Bscnsr.]; Aigle impérial. L : 80 à 95
(çj') à 100   A:5'7 à 61 (di), 61 à 66,5   Q Z 27,5'à Bl (6); 30à 33
  TI: 9 à ll; B : 6,t. Bec noirâtre à base bleuâtre, cire et doigts jaunes,
iris brun noisette. -— (ji   Front brun noir, reste du bonnet, joue et der-
rière du cou blanc roussâtre ou jaunâtre avec les rachis brun noir. Reste de
la face supjbrun noir brillant avec les scapulaires en partie blanches. Face
inf. et culotte brun noir, avec le ventre et les sous-caudales brun clair ou
terre d’ombre clair. Rém. brun noir avec à la partie proximale les barbes
int. irrégul.' barrées de gris brun. Rect. gris brun foncé à extrémité blan-
châtre, avec 7 ou 8 bandes transv. claires. —- J. Beaucoup plus clair que
l’adulte, face sup. brun clair avec le centre des plumes fauve, le bas du dos,
le croupion et les aus-caudales fortement nuancées de fauve. Face inf. jau-
nâtre, les plumes lancéolées de la poitrine et du ventre avec une bordure
brun foncé. Aile avec 3 bandes transv. fauves. Queue brune â extrémité
blanc brunâtre. —— P. Couvert d’un duvet blanc pur.
NM semblable à celui de l`espèce précédente, sur un arbre. - (Eu/`x : 2, quel-
quefois 3, d'un ovale court. Gd : 67,5 à 82,5 ; Pd : 53 à 60. Blanchâtres ou jau-
nâtres, tachés de brun, de brun rouge, de gris violacé.
Très accident. dans le S. E. de la France. — S. E. de l’Europe; Asie jusqu’en
Chine; E. de i'Afrique, _
S. E. A. h. &d&Ib6I‘H BREHM. Differe du type par les scapulaires blanches
en entier, le dossier de l`aile blanc au lieu d_e foncé et les petites sus·alaires
également blanches. J. d’aspect_unicoIore, isabelle lavé de roux. Pyrénées, acci-
dent. dans le S. WV. de la France. - Espagne, Portugal ; N. W. de l`Afrique.
A. Tapax 'I`aMM.., S. E. A. I'. DBIÃSBPÃUS (Lemire.); Aigle ravisseur,
Aigle névioïde. L: 80; A: 53 à 55 fd'), 5t â 55,5   ; Q Z 25 à 29; T: 8;
B 2 4,6. Bec brun noir à base bleuâtre, cire et doigts jaunes, iris gris jaune
ou gris. — (ji   Face sup. brun foncé plus ou moins roussâtre sur la tête
et le cou, fauve sur le dos et blanchâtre sur les sus—caudales, les plumes
plus claires au centre, surtout dans les parties scapulaires et intersca—
pulaire. Face inf. brun fauve foncé avec le milieu des plumes de la poitrine
et de l'abdomen plus foncé. llém. brun noir. Rect. brunes marquées de gris
et terminées de rou'ssâtre. — J. Fauve ocracé plus clair à la face inf., lavé
de cendré jaunâtre sur le cou et la gorge, de grisâtre sur les pennes et le
bord de l'aile. Beaucoup de tectrices, particulier. de l’aile, du cou, de la
poitrine, des flancs, en partie fauve à rachis cendré, en partie brun chocolat
à reflets pourpres. Reet. brun cendré à bout fauve. - P. Couvert d’un·duvet
blanchâtre.
Nid ressemblant it celui des espèces précédentes, sur un arbre. -—- (Eu/': : 2 en

2iU rxrnia nm rnancn. — oiseaux
général, d’un ovale obtus. Gd. :68,5 à 74; Pd. 2 5l,5 à 54,5. Blanchâtres, tachés
de brun. _
Signalé comme rencontré dans le S. de la France. — Maroc, Algérie, Tunisie,
accident. dans le S. de l’Europe.
A. clanga PA1.1.As [Falco nzaculalus GMEL., Aquila fusca Banny] ; Aigle
criard. L:65 (d')à7l   AZ50à53((j'); 52,5à56(Q); Q:24à27;T:
9,5 à 10,5 ; B : 5 à 6,2. Bec (260) bleuâtre à pointe noire, cire et patte jaunes,
iris brun. — dl   Brun noir uniforme avec des reflets pourprés à la
face sup. et une légère teinte roussâtre derrière le cou. Une légère teinte
grise vers le bout de la queue .——.l. De coloration générale plus claire. Sca-
pulaires, sus—alaires et croupion avec une tache blanc roussâtre à la pointe
des plumes, les sus—caudales blanches. Gorge brunâtre, plumes de la poitrine
avec le centre brun ocracé. Abdomen ocracé unicolore, sous-caudales fauve
ocracé. Queue noirâtre terminéeide blanc roussâtre. — P. Couvert de duvet
blanchâtre.
Nid ressemblant à celui des espèces précédentes, sur un arbre. — œufs: 1 à 3,
d’un ovale court. Gd. : 64,5 à 74,5 ; Pd. : Sl à 58. Blanchâtres ou grisâtres, taches
de gris, de brun, de violacé.
De passage irrégulier et rare en France. — E. et S. E. de l’Europe; Turkcstan,
S. de la Sibérie; accident. dans l`VV. de 1`Europe.
A. pomerana Baaxin [Aquila naevia auct.] ; Aigle tacheté, Aigle de
Poméranie. L 2 52 (Q') à 59 (Q); A Z 46 à 49   49,5 à 52,5   Q Z 23 à
26; T 1 8,5 à IU; B 2 5,4. Bec noir bleuâtre, cire et doigts jaunes, iris
jaune foncé taché de brun. — d'   Plumage brun ocracé avec les scapu-
laires et les rém. (262) plus foncées, le bonnet, la nuque et les petites sus-
alaires un peu plus clairs. Rect. brun foncé avec la pointe et des bandes
transv. irrégulières et plus ou moins nettes aux rect. ext. de teinte claire.
— .l. Face sup. chocolat clair à légers reflets pourpres, le bout des plumes
plus ou moins taché de roux ou de roux jaunâtre. Face inf. brune, marquée
de roux ocracé, les sous-caudales fauves et le tarse taché de crême. Rem.
second., grandes et moyennes sus-alaires terminées de roux jaunâtre. Rect.
brun foncé à extrémité gris clair et des bandes transv. grises irrég. et peu
nettes. —— P. Couvert de duvet blanc brunâtre.
Nid semblable à celui de lïcspèce précédente, sur un arbre. — @`ufs:l à 2,
quelquefois 3, de même forme que ceux des autres Aigles. Gd. : 57 à 69 ; Pd : 46,5
à 56. Blanchâtres ou grisâtres, taehés de gris, de violacé, de brun roux.
Donné comme quelquefois sédentaire dans les régions montagneuses et boisées
de l`E. et du S. de la France, en général erratique et accidentel. — E. de l'Europe,
accidentel dans l’W.; Asie mineure; N. E. de l’Afrique.

rauns ns ramer:. — oiseaux 241
G. HIERAÈTUS Kant-; Hiéracle.
`Bec environ moitié de la tête en long. Aile n’attcignant pas l`extrén1ité de la
queue, avec en général les 5 premières rém. échancrévs au bord int. Forme plus _
ou moins massive. Taille variable. Sexes semblables, j<·uncs·plus on moins diffé-
rents des adultes. Oliufs peu nombreux à fond blanc ou très ·clair, unicolores ou
plus ou moins tachetés.
H. fasciatus (Visinn.) [Falco Iwnellii 'l`mni., Aquila inlcrmedia Bomum] ;
Hîéraëte à queue barrée, `Aigle de Bonelli, L:67(d‘) à 75 A : 46 à 49(d‘),
49 à 52  Q : 26 à 29; T : 10 à 11; B : 5. Bec bleuàtre à pointe noirâtre
(258), cire et doigts (259) jaunâtres, iris jaune orangé ou jaune foncé. —
(j'   Face sup. et sus-alaires brunes, avec une légère bordure blanchâtre à
quelques plumes du cou et aux sus-caudales. Face inf. blanche avec plus ou
moins de plumes striées longitud. de brun au centre et avec les sous—caudales
barrées transvers. de roux et la culotte irrégul. barrée de brun et de roux.
Rém. noiràtres. liect. gris brunâtre légèr. terminées de roussâtre, ·barrées
irrégul. de brun, avec une légère bande subterminale plus foncée. -· J. Face
sup. brun roussâtre, le centre des plumes plus foncé, la bordure plus rousse
au cou, blanchâtre aux scapulaires. Face inf. rousse avec Vabdomen et les`
jambes plus clairs et une strie brune au centre des plumes. Ptém. et sus-
alaires à bord blanchâtre, Rect. gris roussâtre avec U à 10 bandes transv. et
sans bande noirâtre subterminale. — P. Couvert d'un duvet blanc sale,
nuancé de brunâtre à la face sup.
Nid de branchagcs ct de brindilles doublé d`l1crl>cs sèches, dans une crevasse
de rocher, exccptionn. sur un arbre.- (Eu/': :· 2, quelquefois 3, d`un ovale court.
Gd : 6l,5 à 73,5; Pd : 49,5 à 57,5. Blancliâtrcs ou grisâtres, nnicolorcs on faible-
ment tachés de brun rouge pâle.
Sédentaire ou erratique dans les régions montagneuses du S. de la France,
accident. dans le Centre.- S. de 1’Europe ; N. de l`Afrique ; S. de l`Asiejusqu`cn
'Chlne.
A H. pemlntus (Gum.,) [Aquila minuta Basim]; Aigle botté. L : 47 (dt)
à 53  A Z 36 à 38 (5*}, 39,5 à 41,5   Q C 20 à 23; T: 5,8 à 6,4;
B Z 3,5 à 4. Bec bleuâtre à pointe noirâtre, circ ct doigts jaunes, iris brun
roux. -— gf   Front blanchâtre, reste de la tête et cou fauves avec des
taches longit. brunes. Reste de la face sup. brun sombre, les plumes bordées
de brun clair et souvent les scapulaires sup. blanches, les sus-caudales étant
brun clair et liserées de blanchâtre. Face inf. blanche, blanc roussâtre ou
bien brun roux foncé [Aquila minuta Bmannj, avec au centre des plumes
une strie longit. brune ou noiràtre, surtout à la poitrine et à Yabdomen, les
jambes avec des bandes transv. rousses. Rém. brun noir, Bus-alaires large- .
ment bordées de gris roussâtre. llect. brun noiràtre terminées de lxlanclxàtre
ou de roussâtrc, avec des bandes transv. foncécs irrégul. et peu nettes. —
1 ( i 16

2iÉ FAUNE DE FRANCE. —— OISÈÀUX
J. Face sup. brun roussàtre, plus clair à la tête et derrière le cou. Face ini`.
roussâtre ou brun roux, avec des raies longit. foncées. Rect. avec des bandes
transv. nettes. — P. Couvert d’un duvet blanc pur ou brunâtre.
_ Nid ressemblant à celui de l’espèce précédente, sur un arbre. — (Eu/`x : 2, quel-
quefois 3, d’un ovale très court. Gd : 50 à 60; Pd: 39,5 à 47,5. Blanc sale ou
légèr. bleuté, unicolores ou avec des taches rousses ou brun rouge.
Sédentaire ou erratique et rare, dans les grandes forêts du S. et du Centre de
la France. — S. et partie du Centre de l`Europe; Afrique ; Asie jusqu'en Birmanie.
G. HALIAÉTUS Sav.; Pygargue.
Bee gros, plus long que moitié de la tète, profondément fendu, à narines assez
grandes, elliptiques et obliques. Cire assez grande, nue ou à peu près. Doigt ext.
libre et un peu réversible. Ongles forts, creusés en dessous. Aile grande et large,
11`atteignant pas tout à fait le bout de la queue. Corps robuste de très forte taille,
Sexes semblables, jeune différent des adultes. OEufs peu nombreux, blancs ou
blanchâtres unicolores ou un peu tachetés. .
H. albicilla   [Falco albivaudus GMEL., F. pygargus Dawn.]; Pygargue
ordinaire. L Z S5   à 100   A Z 59,5 à 63 65 à 71   Q 2 29 à 35;
T : 9 à 10; B : 7,8 à 8,6. Bec (280), cire, patte (281) et irisjaunes. —
(3*   Tête et cou gris roussâtre clair, reste de la face sup. brun avec la bor-
dure des plumes plus claire et les dernières sus-caudales blanches. Face inf.
comme la sup., les sous-caudales et la culotte d’une teinte plus foncée et
uniforme. Rém. brun noir. Rect. (282) blanc pur. — J. Tête et cou bruns
avec la bordure des plumes plus claire, reste de la face sup. d’un brun un
peu plus pâle que les adultes, plus roussâtre, avec le bout des plumes brun
foncé. Face inf. brun roux taché de brun foncé et de noîratre. Rect. brun
noiràtre marbrées de blanchâtre. — P. Couvert de duvet brun grisâtre clair
avec le cou blanchâtre. '
Nid très volumineux et grossier. construit, suivant le lieu, sur un rocher, un
grand arbre, à terre dans des broussailles ou des roseaux. —— (Eufs : 2, quelque-
fois 3, d’un ovale obtus. Gd : 66 à 82; Pd : 53 à 63,5. Blanc légèr. bleuâtre,
immaculés ou avec de petites taches brun rouge pâle. i
De passage irrégulier et devenu très rare en France. Aurait niché en 1892 près _
de Thonon (Fnxo, 1899). —— Toute l’Europe; N. de l’Afrique; Asie jusqu'au
Japon (l). i
G. CIRCAÉTUS `\'im1.x..; C£rcaete·
Bec environ moitié de la tête en long. assez profondément fendu et bien erochu,
à bords à peu près droits. Narines elliptiques subverticales, un peu en arrière de
(1) Haliaêtus lcucocophalus (L,). Tête et cou blanc pur choz I’ndulte,Amé1ique duH.
Signalé par erreur comme rencontré en France et dautres régions de l'W. et du N. da
l’Europe.

FAUNE bs x··nANcE. — oiseaux 243
la cire qui est courte. Doigts lat. subégaux, l`ext. un peu relié à la base au médian
par une petite, membrane. Aile n`atteignant pas tout à fait l'cxtrémité de la queue.
Corps robuste. Plumage assez variable. Sexes semblables et à peu près de même
taille, jeune peu différent des adultes. Normal. Un seul œuf, blanc ou blanchâtre,
unicolore.
C. galllcul (Gites.); Circaëte Jean le Blanc. L : 65 à 72; A Z 51 à 56;
Q 2 28,8 à 30,5; T : 9 à 9,5; B : 5 à 5,7. Bec noirâtre, cire et patte (283)
bleuàtres, iris jaune d’or ou jaune orange. — d' Q. Face sup. et sus-alaires
cendré brun à bordures des plumes plus claires, parfois tête blanche avec le
centre des plumes plus ou moins rayé longit. de brun. Gorge et devant du
cou cendré brun ou blancs avec le centre des plumes rayé longit. de brun.
Reste de la face inf. blanche avec la poitrine tachée longit. de brun, le
ventre, les flancs et les sous-caudales avec des barres et des taches transv.
brunes plus ou moins denses. Rém. prim. noiràtres, second. brun foncé.
Hect. brun grisâtre avec 3 larges bandes brun noir. — J. La gorge, le devant
du cou et le haut de la poitrine brun roux, striés ou non de foncé, le reste de
la face inf. bien plus taché que les adultes. —- P. Couvert cl’un duvet blanc.
Nid de branches enchevêtrées avec le centre garni de brindilles et d'herbes
sèches, sur un arbre, parfois un rocher ou des hroussailles. - œuf: : l, excep-
tlonn. 2, d‘un ovale court. Gd: 62 à 79; Pd : 50 à 62,5. Blanc sale ou légèr.
bleuâtre, en général immaculés.
Dans les régions très boisées et accidentées, estival et de passage, sédentaire
dans le S. — Centre et S. de l`Europe, accidentel dans le N.; N. de l‘Afrique; Asie
jusqu‘en Chine.
G. PERNIS Cuv. ; Bondrée.
Bec au moins moitié de la tête en long., médiocrement fendu, à bords à peu
près droits. Narines grandes, elliptiques, obliques. Cire assez grande, totalement
nue. Doigt médian guère plus long que les lat., subégaux, relié à la base à l‘ext.
par une petite membrane. Ongles longs, peu arqués. Aile atteignant presque l‘ex·
trémité de la queue qui est longue et subarrondie, Sexes semblables, jeune
plus ou moins différent des adultes. Plumage variable. OEul`s peu nombreux, très
fortement colorés.
P. apivorus   [Falco tachardua Dawn., 1’ernz's· communal: Lass.] ;
Bondrée apivore. L : 54 à 65; A : 39,5 à 42,5; Q: 25,5 à 27,5; T Z 5 à 5,4;
B : 3,4 à 4,2. Bec noirâtre à base jaunâtre (263), cire gris de plomb ou ver-
dàtre, patte jaune (26I), iris jaune ou orange —- 5* Q. Dessus et côté de la
tête souvent cendré bleuàtre, reste de la face sup. et sus-alaires brun plus ou
moins foncé, ou roussàtre ou grisâtre avec le bord des plumes plus clair, les
sus·caudales et souvent la nuque plus ou moins tachés de blanc. Face inf.
en général blanche ou blanchâtre, plus ou moins tachetée longit. à la gorge
et au cou, transv. dans le reste. llém. brunes, plus foncées avant le bout qui

241 mem: on inaxcis. -—- oismtur
est général. blanchâtre. liect. brunes ou brunàtres à bout plus ou moins
blanc, avec 1 larges bandes transv., les 3 premières proches les unes des
autres, la dernière très séparée. -—- J. Très variable. Entièr. brun foncé ou
bien au contraire avec beaucoup de blanc dans le plumage. —— P. Couvert
d`nn duvet blanc crème, légèr. plus foncé sur la tête.
Nid large, de branchages enehevêtrés avec garniture de brindilles, radieelles,
herbes sèches et feuilles, sur un arbre. —- (Eu/'s: 2 parfois 3, d`un os ale court.
Gd : 46,5 à 60; Pd : 38,5 à 42. Blanchâtres ou roussàtre pâle en général lavés de
brun et plus ou moins couverts de larges taches acajou ou brun rouge.
Surtout dans les régions boisées, estivale et de passage, plus ou moins répan~
due dans presque toute la France. — Europe dn 62° latit. N. à la région méditer-
ranécnne; Asie mineure, Syrie ; cn hir er en Afrique.
G. ELANUS Ssv.; Elanion.
Bec court, fortement courbé dès la base, comprimé en avant, fendu jusque sous
le milieu de l`œil. Tarse emplumé sur plus de sa première moitié. Doigts courts,
entier. séparés. Ongle du pouce le plus fo1·t. Aile étroite, dépassant l`extré1nité
de la queue. Plumagc non tacheté chez l'adulte. Sexes semblables. Jeune·ditl'érent
des adultes. OEufs en moyenne de 3 à 5, à fond blanc, tachetés.
E. cœruleus (Desir.) [Falco melanopterus Dare.] ; Elanion blac. L 1 30,5
E132; A : 25,8à 28,3; Q : 12,3 à l2,8;T: 3,2 à 3,4; B : 2,9. Bec noir (267)
cire et patte (279) jaunes, iris orangé ou ronge. -· dl   Face sup. moins le
front gris cendré plus clair à la tête. Front, côté de la tête et face inf. blancs
avec les côtés de la poitrine légèr. cendrés et une_tache noire sur l’œil. Rém.
gris de plomb, moyennes et petites sus-alaires noires, le dossier de l’aile
blanc. ltect. médianes gris clair, les autres blanches. —- J. Face sup. lavée
de brun avec les plumes bordées de roussâtre. Face inf. blanche avec les
côtés de la poitrine roussàtres et des lines stries longit. brunâtres. Les
plumes de l’aile terminées de blanchâtre et de roussâtre. ·— P. Couvert
d’un duvet gris roussâtre.
Nul sur un arbre, un Palmier. — (Eu/”s : 3 à 5, quelquefois 6,- d'un ovale court.
Gd : 35 il 43; Pd 1 28,5 à 33. Blancs ou blanchàtres, maculés et taches de brun
rouge et de ronge sang. ·
Accident. en France, particul. dans le S. -— N. de l‘Afrique; S. W de l’Asîe
jusqu’en Birmanie.
G. MILVUS lnicér.; .lIz'Ian.
Bec au plus égal il la moitié de la tête, fendu jusque sous l`œ1l, bien crochu â
bord légèr. festonnés. Narines ovales et obliques. Côtés de la cire garnis de petits
poils. Aile longue et étroite, Plumes de la nuque eflilées. Corps allongé, Forte

l·`.\l'NE un ra men. — oisizwx 2i5
taille. Sexes presque semblables, jeune peu différent des adultes 0Eufs ii fond
très clair, tachetés. · '
I. milvus   [Milvus regalzîv Roux]; Milan royal. L : 65 à 75: A 2 47,5
â 53; Q t 33 à 38; T 2 5,5; B Z 3,8 â 4,4. Bec brun ii pointe noire, cire, patte
(277) et iris jaunes. —— d'   Face sup. et sus—alaires à plumes brunes ou
brunâtres, largement bordées de blanchâtre, de roussâtre, de gris clair et de
roux, suivant les régions, le croupion plus clair et les sus-caudales rousses ou
roussâtres. Gorge blanche striée longit. de brun, poitrine blanche et rousse
striée longit. de noirâtre, ventre, flanc et culotte roux ou roux tachés longit.
de brun noir, sous-eaudales rousses ou roussâtres. Rém. prim. noires, second.
brun foncé en dehors, barrées de blanc en dedans. Rect. (276) brun roux ou
rousses, plus ou moins barrées de brun, les médianes plus claires et moins
tachées, les ext. plus brunes. — J. Dessus de la tête brun, nioucheté de rous— ,
sâtre, reste de la face sup. brun et roux avec quelques taches blanchâtres.
Face inf. variée de blanchâtre, de roux et de brun. Queue en grande partie
rousse, moins fourch ue que celle des adultes. — P. Couvert d'un duvet blanc
fauve et brunâtre à la face sup., blanc à la face inf. ·
Nid de branches cntrclacées avec 1’int. de radicelles, d’herbes sèches et
mousse, sur un arbre ou un buisson accroché à un rocher. - (Eu/'s : 2 à 4 d`un
ovale court. Gd : 52,5 à 63; Pd: 4t à 49. Blanc grisâtre ou jaunâtre, tachés et
maculés de brunâtre, de brun, de brun noir.
De préférence dans les régions de plaines, estival et de passage, dans presque
toute la France. -—- Europe depuis la Scandinavie ; Asie mineure ; Afrique.
I. migrans (Bonn.) [Falco korschmz GMEL., F. ater GMEL., Milvus rus-
sfcus Daun., M. mjger Boivin-.]; Milan noir. L : 55 à 62; A : 42,5 à 47,5;
Q : 26 à 30; T: 5 à 6; B : 3,8 â 4,4. Bec noir, cire et patte (275) jaunes, iris
brun noiràtre. — df   Tête et nuque à plumes brun noir très largement
bordées de blanchâtre, reste de la face sup., sus-alaires et rém. second. brun
plus ou moins foncé, les sus-alaires nuancées de gris roussâtre. Gorge et cou
blanchâtres striés longit. de brun, le reste de la face inf. d`un brun plus clair
que le dos, surtout le ventre, les sous—caudales et la culotte qui sont aussi
plus roussâtres, le tout strié longitucl. de noir et de noirâtre. Rém. prim.
noires. Rect. (278) brunes, transvers. barrées de plus foncé. Les teintes de
la Q plus ternes et plus sombres. -—· J. Face sup. brune mouchetée de rous-
sâtre, les sus—alaires général. terminées de blanchâtre ou de roussâtre. Face
inf. brune, striée longitud. de roussâtre et de blanchâtre, l'extrémité des rect.
claire. — P. Couvert d`un duvet blanc et brunâtre sur la face sup., crème
ii la face inf., les régions oculaire et parotique noiràtres.
Nid semblable à celui de l`espèce précédente, sur un arbre ou un rocher. -—-
(Eufs: 2 à 4, d'un ovale court. Gd : 47 il 61 ; Pd : 39,5 à 46. Blanc jaunâtre, gri-
sâtre ou bleuâtre, plus ou moins tachés de brun, de brun rouge, de brun noir.

216 r.~.rN12 DE Pa.-mes. — OISEAUX
Dans les plaines humides, au bord de l’eau, estival ou de passage, plus ou
moins répandu dans presque toute la France. — S., Centre et E. de l’Europe,
accident. dans le N.; Afrique; S. W. de l’Asie (1).
F. GYPAETIDAE
Bec à peu près de la long. de la tête, profondément fendu, fortement convexe
en avant de la cire qui en couvre plus de la moitié et est cachée par de longs poils
dirigés en avant. Lorums garnis de poils et de plumes. Tarse à peu près égal au
médian nu. Doigts ant. un peu reliés à la base par une petite membrane. Ongle
du doigt int. presque égal à celui du pouce. Aile grande, subaiguë, n’atteignant
pas l’extrémité de la queue..Ce1le-ci longue, conique, à 12 rect. Oiseaux de très
forte taille. Sexes semblables. Jeune différent des adultes. Un poussin
Nid volumineux, plat (aire), grossièr. construit dans une antiaciuosité ou sur
une saillie de rocher inaccessible. — (Eu/'s : 2 ou 1 seulement, d’un ovale court,
plus ou moins fortement colorés et taches.
Régime carnivore. Oiseaux montagnards, sédentaires et erratîques, solitaires.
` G. GYPAETUS Storm; Gypaéte. (
Bec comprimé en avant, à narines avancées, ovales et obliques. Rém. second.
demeurant peu en arrière des prim. llect. étagées, subconiques à Yextrémité.
Sclérotique visible autour de l’iris en un cercle coloré. Corps robuste mais assez
allongé.
G. bsrbatus (L.), S. E. G. b. grandis Sroaa [Gypaëtus alpinus Dam:.] ;
Gypaëte barbu. L: 105 à 150; A: 73 à 91; Q :*48 à 60; T Z 7,9219;
B : 9 à 10,5. Bec (30 p. 47) brun de corne, doigts bleuâtres, iris jaune cerclé
de rouge. — dl   Poils de la cire et de la barbe noirs. Bonnet et côté de
la tête blancs ou blanchàtres avec une ligne longit. médiane plus ou moins
nette sur le bonnet, une bande du bec au travers de l’œil vers l'0cciput et
une petite moustache noires. Derrière de la tête roussâtre ou roux. Face sup.
et sus—alaires brun grisâtre ou noirâtre, avec le croupion et les sus·caudales
plus foncés, un trait longit. blanc ou roussâtre à extrémité élargie, sur le
milieu de la plupart des plumes, surtout au dos et aux sus-alaires. Face inf.
(1) M. m. œgyptius (Gum.) qui se distingue du type principal. par son becjsunàlra
et sa tète moins blanche, plus rousse et habite le N.-E. de l’Afrique, l’Asis mineure,
visitant accident. le S.-E. de l'Europe et M. m. govinda Snes, plus foncé, avec- ln
base des rèm. prim. blanche, ilont l'habitat est l'lnde et les régions voisines, ont été
signalés comme de rencontre nccid. dans le S. de la France, par suite de confusion
avec des jeunes du type.

FAUNE ne rnaxclz. — oismux 217
blanc roussàtre ou roux de rouille plus pâle à la partie post. du corps, avec
quelques grandes taches brunes sur la poitrine, souvent quelques petites
stries longit. brunes à la gorge et quelques taches brunes aux sous·caudales.
Rem. prim. et rect. brun cendré ou noiràtre, à rachis blanchâtre. Rém.
second. grises, bordées de brun noirâtre ou très largement terminées de cette
teinte, ···· J. Brun avec la tête et le cou plus foncés, presque noirs. Ensuite
tête et cou bruns, le reste de la face sup. brun grisâtre taché de gris, la face
inf. plus claire el. tachée de foncé. — P. Couvert d'un duvet blanc brunis-
sant ensuite. ·
.· Nid très grand, de branches et de racines enchevêtrées et mélangées de terre
avec quelq`ues herbes sèches et plumes au centre. — (Eu/`s : 2 ou 1 seulement.
Gd : 75 à 92; Pd : 56 à 70. Blanchàtres, jaunâtrcs, roussâtres, rosâtres, presque
immaculée ou plus ou moins fortement lavés et taches de brun rouge, de gris
violacé, dewiolacé. •·
Dans les Alpes, les Pyrénées, en Corse, sédentaire et crratique, devenu très
rare. -— S. de l’Eur0pe et de l'Asie ; N.—E. de l’Al`rique.
F. VULTURIDAE ·
Bec plus ou moins profondément fendu, à bords mandib. sup. plus ou moins
onduleux, couvert sur plus de la moitié par la cire. Tarse plutôt court. Doigts
ant. plus ou moins reliés à la base par une membrane. Ongles relativ. faibles et
peu crochus, celui du doigt int. presque égal à celui du pouce. Aile grande et
large, plus ou moins obtuse. Queue de 12 à 14 rect. Jabot plus ou moins saillaut.
Oiseaux de forte ou très forte taille. Sexes semblables, la Q étant un peu plus
petite. Jeune plus ou moins différent des adultes.
Nid volumineux et plat (aire), grossier. construit extér. de branches, le plus
souvent sur un rocher. — œuf: : général. au nombre de 2, ovales, unicolores ou
plus ou moins tachetés. · .
Régime carnivore, mangeant particul. les charognes. Oiseaux plus ou moins
sédentaires, migrateurs ou erratiques, sociables.
TABLEAU DES ESPECES
1. Bec étroit, à peu près de la long. de la tête, dessus de la tête,
face et devant du cou nus, vertex et nuque avec des plumes
longues et eiïilées (27, p. 47). Tarse à peu près entièr. nu.
14 rect. Rém. prim. dépassant sensibl. les second. ....
. . ........ . Neophron percnopterus (p. 248)
—— Bec fort, robuste, un peu plus court que la tête (28 p. 47), celle-ci
et le cou plus ou moins garnis de duvet, avec une collerette de
longues plumes au dessous de la partie duveteuse. Tarse em-

248 mrxs ns umxcs, — nisnarx
  >»/es t  c  
i ,; \  ?È)f.""·, ;   ·;;· s  
    y ‘»»»” 2   R ÉU;   "‘*z<;¤  
la rwf/Q `     ,2.      
2.0, \ \`. I     ',..·
· À gl  · ,2.92
Fxcnmzs 291 et 292. -— 29l, Ologyps aiuricularis, tête; 292, Aïgypius momzchus, tête.
plumé sur au moins le 1/3 sup. (23, p. 45). Rem. second. attei-
gnant presque l’extrémité des prim ......... · 2
2. Bec peu bombé devant la cire, un peu rentlé later., à narines allon-
gées, verticales (28 p. 47). Cou long entièr. garni ainsi que la ·
tête de duvet soyeux. Occiput non saillant. Tarse emplumé dans
le 1/3 sup. seulement. li rect. ..... Gyps fulvus (p. 249)
-— Bec bien bombé devant la cire, comprimé latér. Cou moyen,
_ comme la têtc en partie nu, en partie couvert de duvet. Occiput
"* saillant. Tarsc cmplumé sur au moins la moitié sup. 12 rect. . 3
3. Narines subarrondies, sensiblement plus larges que le méat auditif
(292). Queue arrondie. Face ext. de la jambe emplumée, l'int.
_ duveteuse .......... /Egypius morzachus (p. 219)
L — Narines allongées, verticales, sensibl. plus étroites que le méat
auditif (291). Queue subétagée. Face ext. de la jambe duveteuse
comme l’int ......... Ologyps aur·z'cularz's (p. 250)
G. NEOPHRON Sxv. ; Néophran.
Bcc fortement crochu e11 avant dc la cire qui dépasse le milieu du bec, à
narines elliptiques, horizontales. Tarso cmplumé seulement à Yarticulation, plus
long que le médian nu. Queue conique ct étagée dépassant un peu Yextrémité de
l`aile. Celle—ci subobtusc.
N. percnopterus   [Vullur alimoch l.A1·1:vn., V. albus Daim.] ;
Néophron percnoptère. L : 65 à 75; A: 47,5 à 52; Q Z 25,5 à 28; T 2 7,5à
8,5; B :5,8 à 6,9, Bec ·(27 p. 47) brun de corne, cire, partie nue de la face
et du cou jaune un peu orangé, patte rougeâtre ou lilacée, iris brun foncé
ou brun rouge. — d‘Q. Pluinage blanc nuancé de roussâtre, surtout les
plumes eftilées de la nuque, avec les rém. noires. — .I. En entier brun noir
plus ou moins marqué de roussâlre, les parties nues de la tête et du cou
avec un léger duvet grisâtre. ·— I'. Couvert d'un duvet blanc plus ou moins
roussâtre à la face sup.

FAUNE ns rnaxcz. -- oiseaux 249
Nid grossier. construit avec des branehages, des herbes sèches, des chiffons,
`des crins, des os, sur un rocher, une muraille, quelquefois sur un arbre. —
œufs : 2, exceptionn, l ou 3, d'un ovale obtus. Gd: 58 à 76,5; Pd : 43 à 56.Blanc
jaunâtre ou roussâtre, couverts de larges taches brunes plus ou moins éparses ou
confiuentes. ·
Estîval et de passage dans les régions montagneuses du S. de la France, ·
particu]. les Alpes, les Pyrénées et la Corse, accident. dans le Centre; Asie
jusqu`aux Inde; ; Af;·iquc_
G. GYPS Sav. ; Gypl. .
Bec épais, médiocrement fendu, à narines vers le bord ant. de la cire. Tarse
plus court que le médian armé, Queue subétagée dépassant un peu l'aile, celle-ci
subohtuse ou obtuse,
G. fulvus (Ham.,) [Gyps vulgarfs Sav.]; Gyps fauve. L: 110 à 130; _
A: 69 à 75; Q :31 à 34;T: 10à ll; B: 7,321 8.Bec (28 p.47)jaunâtre ou
brunâtre, cire ardoise foncé, patte grise ou gris verdâtre, iris brun ou brun
jaunâtre. --   'l`êfe et cou couverts de duvet blanchâtre, collerette
.blanche ou blanchâtre. Face sup. gris brunâtre ou fauve, face inf. plus
roussâtre. Pennesnoirâtres. — J. Tête et cou couverts de duvet blanc,
collerette jaunâtre ou rousse. Reste du plumage brun roux, les pennes gris
brunâtre. — P. Couvert d’un duvet gris clair.
Nid de branches et brindilles, de folioles et fibres de palmiers, d’herbes sèches,
sur un rocher inaccessible, parfois un arbre, le sommet d'une dune. - (Eu/'::
1 ou 2 d'un ovale court. Gd : 82,5 à l0l ; Pd : 66 à 75. Blanc sale, unicoloros ou
tachés de brunâtre, et de brun vers le gros bout.
Estival, de passage ou erratique dans les Pyrénées et le S. de la France, très
accident. dans le Centre et le N. — S. de l'Europe, accident. dans le Centre; N.
de l'Af'rîque ; S. W. de l‘Asie.
G. EGYPIUS Sav.; Vaulour.
Bec fort, profondément fendu, à crochet très développé, à narines percées vers
le bout ant. dela cire. Tarse emplumé sur plus de moitié, léger. plus long que le
médian armé. Aile suhobtuse atteignant presque l'extrémité de la queue. Lorum
garni d’uiie épaisse touffe dc poils divergents. Plumes axillaires formant de fortes
touffes.
E. monachus   [Vultur cincreus GMEL., V. vulgarzlr et V. 'nfger
Daim.] ; Vautour moine, Vautour arrianl L : 110 à 125; A 2 76 à84; Q :
35 à 41 ; T : 12 à 13; B : 8,8 à 9,7. Bec noirâtre à base bleuâtre (292), cire
et patte bleuâtre clair, tour de l'œil rougeâtre ou violacé, iris brun foncé.-
(j‘   Tête et gorge en grande partie couverts d’un épais duvet fauve bru-
nâtre retroussé sur l'occipuf, avec des poils noirs au lorum. Nuque et haut

S50 rames ns rnaxcs. -- oiseaux
du cou nus et bleuâtre plus ou moins clair, bas du cou et jabot brun foncé
ou noirâtres. Collerette et rente du plumage brun foncé nuancé de noirâtre
aux rém. et souvent moucheté de fauve à la face inf. —iJ. Tête et cou garnis
de duvet gris. Plumage brun un peu fauve, les plumes de la face sup. hor-
dées de clair. — P. Couvert d’un duvet gris clair.
Nid ressemblant â celui du Gyps fulvus, sur un arbre, exceptionn. sur un rocher.
— (Eu/lv: l, rarement 2, ovale obtus. Gd : 83,5 à i07 ; Pd : 56 à 76. Blanc sale,
général. tachés de brun rougeâtre ou de brun noiràtre.
Estival ou erratique dans les Pyrénées et le S. de la France. accident. dans le
Centre et le N. ·- S. de l’Eur0pe, accident. dans le Centre et le N.; N, de l’Afrique;
Asie jusqu'en Chine.
G. OTOGYIS Gnu; Otogyps.
· Bec fort, profondément fendu, à crochet très développé, â narines percées assez
près du bord ant. de la cire. Tarse emplumé sur environ la première moitié, un
peu plus long que le médian armé. Aile subaiguê ou subobtuse. Très peu de duvet
à la tète et au cou qui sont en grande partie nus.
0. auricularis (Daum.) [Vultur £mperz’alfs Tenu.]; (ltogyps oricou. L 2
115à 120; A:75à‘79; Q: 36à39;T: 12 à 13; B:8,8à9,8. Bec (2M)
couleur de corne à pointe brune, cire ardoise, patte gris bleu, iris brun
foncé. — d'   Tête et cou couleur chair ou rouge violacé avec quelques poils
noirs raides au vertex, à la base de la mandib. inf., aux joues et autour du
méat auditif et surtout vers le jabot, du duvet ras et soyeux. Collerette avec
des plumes courtes, larges et arrondies. Face sup. brun foncé avec souvent
. sur le haut du dos, des plumes crèmes ou blanchâtres. Face inf. avec un
épais duvet blanchâtre et des plumes longues, en forme de sabre, brun foncé
à bordure claire. Rém. prim. noires. Queue brun foncé. ——J. Ressemblant
assez aux adultes, mais dessus de la tête couvert de duvet blanchâtre, le
duvet de la face inf. brun pâle. — P. Côté de la tête nu, reste couvert de
vduvet blanchâtre, lavé de brun fuligineux. ' ·
Nid ressemblant à celui de 1’espèce précédente, sur un arbre ou un rocher. —
œufs: l ou 2, d’un ovale court. Gd : 89 à 99 ; Pd : 69 à 7L Blancs ou jaunâtres
tachés de brun rouge. '
Très accident. dans le S. de la France. —— N. et Centre de l’Afrique ; accident.
dans le S. de l'Europe.

muse on iusscic. — oiseaux 251
0. PÉLÉCANIFORMES
· ' F. PELECANIDAE ‘
Bec beaucoup plus long que la tête, fendu jusque sous l’œil, à tomles lisses,
aplati en dessus et terminé par un onglet crochu. Narines en fente, très étroites,
se continuant en un sillon allant jusque vers le bout du bec. Sac membraneux
très volumineux occupant l'espace interramal. Régions périophthalmique et com-
missurale nues. Tarse plus court que le médian armé, réticulé. Doigt médian le
plu_s long, pouce bien développé, ayant un ongle crochu et aigu. Aile longue et
aubaiguë avec les rém. post. recouvrant et dépassant un peu les rém. prim.
Celles-ci n'atteignant pas Yextréinité de la queue qui est courte, subcarrée, avec
20 À 24 rect.` Plumes général. allongées et plus ou moins eflilées. Oiseaux de
grande taille, Sexes semblables, la Q un peu plus petite. Jeunes différents des
adultes. Petit naissant nu, mais se couvrant très vite de duvet. '
Nid volumineux, de roseaux et d’herbcs, à terre. — œufs peu nombreux, blancs,
recouverts d'un enduit craycux. * ·
Régime piscivore. Oiseaux aquatiques, sédentaires et plus ou moins erratiques,
sociables. ` I ’ `
G. PELECÀNU8 L.; Pélican.
·‘. ' ‘ « . , \ * ` , , · ·Ã f
Palmure très peti échancrée. Ongles arqués et lisses, celui du pouce le_ plus
crochu. Jambe nue sur un petit espace distal. 4 ou 5 premières rém. général. un
peu échancrées et rétrécies. Tête relativ. petite ainsi que l’œil. Cou long. Corps
massif et allongé. Poussin vfatu d'un duvet court. ' ` ‘
P. 0n06l‘0tal\t¤ L.; Pélican blanc, Pélican onocrotale. L 2 l40 à 185; A 2
60 à 72; Q: lf7 à 20; T: ll à 13; B: 32à 34. Bec gris bleu au milieu,jaune
sur les côtés, la bordure, le crochet et une protubérance frontale de mue
ruptile rouges (ad.), ou bec livide   (H1 p. 59),`partie périophthalmique
nue rose jaunâtre ou rougeâtre, patte rose orangé (ad.) ou brun cendré  
iris rouge _ou brun. Rém. prim. : l" < 5°. 5 6* Q. Plumes occipitales .
longues,. ellilées, en huppe toinbante. Plumage blanc rosé avec le 'jabot
' jaune d'ocre et les rém. noires. — J. Cendré blanchâtre plus foncé au dos,
aux scapulaires et aux sus-alaires. Rém. noirâtres. — P. Couvert de duvet
grisâtre. _ ,, _ `
Nid très volumineux de roseaux et d`herbes au inilieu de la haute végétation
d'un marais. — (Eu/Z1 : 2 à 4, subelliptiques. Gd : 78 à '89; Pd : 52 à 59. Blanc
bleuàtre couverts d'un enduit crayeux blanc ou jaunâtre.
i Très accident. en France. —   E. de l’Europç, accident. dans le Centre ; N. de
l’Afrique; W. de l'Asie (t). ' ` · `
(l) Pelecanus crispns Bnucu. A peu près de la même taille que P. onocrotalux L.
région périophlhalmique peu dénudée. Pattes gris foncé. Plumes du bonnet frisées.
Plnmage blanc d'argent avec les grandes rém. noires. Europa S. E. ;· N. ·rla l'Afrique;
Asia jusqu’en Chine. ·— Donne comme rencontré accident. sur la Marne (Lacanau,
1880). ·

252 FAUNE nu FRANCE. — 0xSEAUX
F. SULIDAE
Bec plus long que la tête, fendu au dell de Fangle post. de l’œil, droit, conique,
à bord finement dentelé en scie, à branches mandib. inf. séparées presquejusque
vers Pextrémité. Narines basales extrêmement étroites et très prolongées. Tarse
environ 1/3 plus court que le médian, dont l’ongle est pectiné au bord int. et qui
est à peu près de la long. de l’ext. Queue médiocre, conique, avec 12 à 18 rect.
Aile allongée atteignant presque Yextrémité de la queue. Oiseaux de forte taille.
Sexes semblables, la Q seulement un peu plus petite. Mue simple et pas de
plumage de noce. Jeune très différent des ad. et n’ayant son plumage définitif
qu'après plusieurs années. Petit cl’abord nu, mais se vêtant très vite.
Nid grossier d’Algues et d'herbes sèches, en colonie sur un rocher. — Un seul
œuf elliptique, blanc, couvert d'un enduit crayeux.
Régime piscivore. Oiseaux aquatiques, marins, migrateurs, sociables.
G. SULA Bmss. ; Fou.
Bec légèr. comprimé, à bords rentrants, à mandib. sup. un peu fléehie à la
pointe. Queue à rect. résistantes. Aile aiguë.
S. bassana (L.) [Morus bassanus V1au.1..] ; Fou de Bassan. L: 80 à 90;
A:46 à 49,5;Q:19 à 21;T:5,5 à 6,5; B:9,5à12. Bec gris bleu et
partie_nue de la face noirâtre (ad.) ou bec et partie nue de la face bruns
  (110 p. 59), patte brun verdâtre marquée de jaunâtre avec les palmures
_brunes, iris jaune, 12 rect. —- (ji   Plumage blanc avec le bonnet et la
'nuque jaune d'ocre et les rém. noires. —- J. Brun noiràtre avec de très
» nombreuses taches blanches, petites et très rapprochées à la tête et au cou,
, plus grandes et plus espacées sur le dos, les ailes, la poitrine, l'abdomen et
les sous-caudales blanchâtres tachées de gris brun. Pennes brunes. — P.
Couvert de duvet blanc.
Nid grossier d’Algues, d’herbes sèches et de plumes, en grande colonie sur un
rocher. — (Enf: Gd : 70 à 80; Pd : 40 à 52. Blanc, couvert d`un enduit crayeux,
se salissant de jaunâtre pendant l’incubation.
Dc passage et hivernal sur les côtes de la Manche et de l’Océan, beaucoup plus
rare sur celles de la Méditerranée, très accident. dans l’intérieur des terres. -—
N. W. de l’Europe; émigrant jusqu’au N. W. de l’Afrique ; Amérique N. E.,
descendant l‘hiver jusqu’au Mexique (1).
F. PHALACROCORACIDAE
Bec général. plus long que la tête, fendu au delà dc l'angle post. de l'œil, légèr.
(1) Sala piscttor (L.) [S. )!b¢r (L.)]. De taille moindre que S. banana, la patte
rouge vermillon, le plumage blanc avec les ailes marquées de gris cendre. Mers tropi—
cales. —- Aurait été capturé près de Dunkerque (Van Knurns, 1889),

Mcm; bs rance. — oxslzxux 253
comprimé. Maudib. sup. à arête arrondie avec d'étroits sillons lat. à la base
desquels se trouvent les narines en fente très étroites. Régions périophthalmique
et commissurale nues. Sac gulaire petit. Tarse gl’l/3 environ moindre que le doigt
médian dont l'ongle est peetiné an bord int. Doigt ext. le plus grand. Palmure
complète et quasi droite. Queue plus ou moins allongée de 12 à 16 rect. rigides
et élastiques, peu ou pas recouverte par l`ailc qui est moyenne, aiguë ou sub-
aiguë. Oiseaux de taille assez forte. Sexes général. semblables et plumage
variable avec la saison. Jeune difl'érent des adultes. Petit nu à la naissance mais
se revêtant très rapidement.
Nid grossier, presque toujours sur un arbre ou un rocher. - (Eu/`» peu nombreux,
elliptiques, allongés, plus ou moins couverts d'un enduit crayeux.
Régime piscivo1·c. Oiseaux aquatiques, plus ou moins sédentaires ou migra-
teurs, sociables. ·
' TABLEAUX DES ESPECES
I. Aile d’au moins 31 cent. de long. Normal. 14 rect., exceptionn. 12
ou 16. Bec à peu près de la long. de la tête, depuis la commis-
sure au dessus de 10 cent. de long. 'l`ête lisse (H2 p. 59) . . .
............. 1)]l(ll(lCl'OCOI'(7.L` carbo (p. 253)
--Aile sensibl. au dessous de 30 cent. de long. Normal. 12 rect . . 2
2. Aile_d’au moins 25 cent. de long. Bec plus long que la tête, depuis
la commissure au plus de 9,5 cent. de long. Tête buppée en
plumage rupt. (293) ..... P/zaIacrocor·ax gmculus (p. 254)
—-Aile au dessous de 22 cent. de long. Bec plus court que la tête,
depuis la commissure au dessous de 5 cent. de long. Tête tou-
jours lisse, brune en plumage rupt ...........
. ...... . . . . I’/mlac1·0c0ra.2: pyg/nœus (p. 255)
G. PHÀLÀGROGORÀX Bmss.; Cormoran.
Tomies lisses. Mandib. sup. terminée par un crochet aigu et tranchant
jusqu°auquel s'avancent les sillons lat. Mandib. inf. un peu élargie ou fléchie
vers le bout. Tarse comprimé latér. Rém. ant. plus ou moins écliancrées. OEil
petit et avancé.
P. catho   [C0r·m0r·anu.r cr·a.r.§ir·0.s·lr£r Buts., Graculus major
_ Term.]; Cormoran ordinaire. L : 81 à 92; A : 31 à 37,2; Q Z 16,5 à 18,8;
T ; 5,6 à 6; B : 7,2 à 7,8. Bec noirâtre (ad.) ou brun (j.) (M2 p. 59), partie _
nue de la face verdàtre (ad.) oujaune   patte noire, iris vert. Rém. prim.:
2" 5 3°, 1'° = ·i". - (3*   Corps en grande partie noir vert à reflets, avec
le haut du dos, les scapulaires, les sus·alaires et les rém.· second. brun rous-
sâtre à reflets pourprés et bronzés, la bordure des plumes étant noire. Hém.
‘| '7 `

254 FAUNE DE rames. — oxsmlux
prim. et rect. noires. En mue rupt. le dessus et partie du côté de la tête, le
haut du cou à plumes allongées et soyeuses blanches et une large tache
blanche au bas du flanc. — J. Tête et cou brun noirâtre, plus clair et
mélangé de blanc jaunâtre sur les côtés, la gorge blanchâtre et le devant du
cou et de la poitrine marqués de blanchâtre. Reste de la face sup., sus-
alaires et rém. second. à peu près comme les adultes, mais de teintes moins
belles. Ventre blanchâtre plus ou moins tacheté de brun. Bas du flanc,
jambe, sous-caudales noir verdâtre. — P. D'abord nu et gris noirâtre,
bientôt couvert, sauf la face, d’un duvet fuligineux avec du blanc aux ailes.
Nid de brindilles, radicelles et végétaux herbacés, sur,un grand arbre, un
.rocher, exceptionn. dans un buisson ou des roseaux, parfois dans un vieux nid de
gros Oiseau, normal. en colonie. - (Fu/`s: 3 â 5, elliptiques, assez allongés.
Gd : 60 à 65 ; Pd: 40 à 42. Bleu verdâtre plus ou moins complètement recouverts
d’un enduit crayeux blanc.
Sédentaire ou estival en quelques points de France, mais surtout de passage
sur les côtes, les lacs, les grands cours d'eau. ——· Europe depuis le cap Nord;
N. E.,de l'Amérique; Asie jusqu’au Japon; Afrique; Australie et Nouvelle-
Zélande.
P. graculus   [Hycz'r·0çor¢z.z· cristatus Vient., Carbo crislatus Term.];
Cormoran huppé. L: 70 à 76; A : 25 à 26,5; Q : 14 à 16,5; T 2 5,3à 5,8;
B : 5,9 à 6,5. Bec noir à base jaune
. (ad.) ou jaune brunâtre   (293), par-
i tie nue de la face noire marquée de
2-95 ,= , , jaune (ad.) ou jaune   patte noi-
  l‘âÈI‘6 (ad.), iris vert bouteille (ad,) ou
' âgl , Èà *  ,   I ,, brunâtre   — (jf   Vert foncé à
`   reflets bronzés, avec les scapulaires,
les sus-alaires plus brunes et bordées
Ficuaiz 293. - Ph’lfü,t‘7'0C07't'lI graculus de ,,0,,., avec en plumage de noce, les
mpht tem plumes occipitales allongées, érectiles,
' formant un toupet. —- J. Face sup.
brun verdàtre. Face inf`. gris brun tachée de brun foncé, avec la gorge
et le milieu de l’abdomen blanchâtres. - P. Couvert, sauf la face, de duvet
fuligineux.
Nid surtout de plantes marines, dans une anfractuosité de rocher. — (Eu/`s: 3
îi 5, exceptionn. 6, elliptiques allongés. Gd : 57 à 60 ; Pd : 36 à 40. Bleu verdâtre
plus ou moins entièr. recouverts d'un enduit crayeux d’nbord blanc, ensuite
jaunâtre. Sédentaire ou surtout de passage sur les côtes de la Manche et aè ·
l’0céan, accident. dans 1’intérieur des terres. ·- Côtes W. de l`Eu1~ope, de
l’Islande au Portugal.
S. E. P. Q. dôlmélfêsîf (PAYRAUIL}. De taille un peu moindre que le type,
le bec plus long et mince, la huppe du plumage rupt. plus courte et moins

FAUNE ne FRANCE. —-· oiseaux 255
épaisse, la teinte générale moins vive et métallique. Jeune avec l`abdomen blanc
pur. Côtes de la Méditerranée. — Mers Noire, Caspienne.
P. pygmœul (PALL.); Cormoran pygmée. L 2 52 à 58; A Z 19,5 à 2l,5;
Q 1 15 à 16,5; T: 3 à 3,5; B Z 2,9 à 3,2. Bec et partie nue de la face noirs
(ad.) ou bec brun et partie nue de la face jaunâtre   patte gris noir (ad.)
ou noire (j.), iris noir bleu. Rém. prim. : l" = 4°, 2" = 3°. — çj‘ Q. Tête
et haut du cou brun marron, corps noir vert à rellets, les scapulaires,
les sus·alaires et les rém. second. brun cendré à bordures noires. ltém.
prim. et rect. noir verdâtre. En plumage rupt. des plumes eflilées dessinant
des traits blancs à la tête, au cou, au ilanc. — J. Face sup. brun cendré, les
plumes plus ou moins bordées de gris roussâlre. Face inf. gris roussàtre
marquée de brun, avec la gorge blanchâtre. Pennes brun noirâtre. -- P. Nu
et cendré noirâtre, bientôt couvert, sauf la tête, de duvet noir.
Nid sur un arbre, dans un buisson près d`un marais, ou dans des roseaux. —
(Eu/':: 4 à 5, elliptiques. Gd: 45 à 5l ; Pd: 27,5 in 33. Bleuàtres, recouverts d`un
enduit crayeux blanc.
Très accident. en France. — S. E. de l'Europc, accident. dans le centre ; N. de
l'Al`rique ; Asie jusqu`à l'Afgl1anistan (l).
O. ANSÉRll·`ORMlÉS
F. ANATIDAE
Bec exceptionn. très allongé, enveloppé d’une peau molle, sauf la pointe qui
est terminée par un onglet corué. Bords int.' des mandib. garnis de lamelles ou
d`appendices cornés plus ou moins développés. Narines général. découvertes et
percées de part en part. Jambe le plus souvent courte et emplumée presque
jusqu'à l’articulation tibio-tarsienne et plus ou moins reculée à Ferrière du corps.
Tarse ordinairement court, plus ou moins comprimé et général. réticulé. Palmure
le plus souvent entière. Queue général. courte. Aile jamais bien longue, plus ou
(I) Anhinga anhinga (L.) Bec droit, aigu, sans crochet terminal, à. bords finement
dentelés. Cou et queue longs. Plumsge noir verdàtre avec une ligne longit. blanche au
côté du cou et des taches blanches sur le dos et l'aile. Extrémité de la queue blanche.
Amérique du Sud. - Doux captures signalées en France, mais très probablement d'Oi·
seaux échappée de caplivitt.

256 muse ne rames. - oiseaux
moins étroite et aiguë à 10 rém. prim. Fréquemment une surrémige à la base de la
l" rém. et assez souvent un tubercule dur au poignet. Plumes sans hyporachis,
Langue général. charnue et dentelée sur les côtés. Un jabot ou plus souvent un
œsophage très dilatable. Parfois trachée avec des courbures et fréquemment chez
le (j' des renflemcnts trachéens (tambour etc.), Oiseaux de taille très forte ou
moyenne. Hem. tombant simultanément à la reproduction, laissant quelque
temps l’oiseau privé du vol. Le plus souvent sexes dillérents et plumage variable
avec la saison. Jeune ressemblant souvent à la Q. Un poussin, nidifuge.
Nid variable. - œufs assez nombreux, de forme ovale, à coquille lisse et non
tachetée,
Régime variable plus ou moins omnivore, herbivore, piscivore etc. Oiseaux
aquatiques ou subaquatiques, sédentaires ou migrateurs, habituellement
sociables  
TABLEAUX DES ESPECES
1. Bec étroit, à tomies garnies d’appendices cornés dentiformes,
pointus, dirigés en arrière et bien apparents, à onglet bien crochu
età mandib. inf. découverte (M6 p. 61, 294). Tarse nettement
plus court que le doigt int. armé, le doigt ext. au moins égal au
médian, le pouce pinné. [G. Mczgus] .......... 2
—- Bec toujours plus ou moins large et déprimé en avant, à .tomies
garnies d'appendices cornés lamelleux ou en tubercules subco-
niques et obtus, exceptionn. en partie dentiformes (M5 p. 61, 295,
296). Patte et doigts variables .......... . . . 4
2. Bec plus court que la tête et que le doigt int., pointe de l’onglet
dépassant à peine la mandib. inf. (294). 16 rect. Aile de moins
de 22 cent. de long. ....... Mergus albellus (p. 268)
—-· Bec à peu près de la long. de la tête et plus long que le doigt int.,
à pointe de l’onglet dépassant bien la mandib. inf. (U6 p. 61).
18 rect. Aile de plus de 22 cent. de long. . . . . .... 3
3. Plumes s'avançant sur les côtés du bec au moins aussi loin à la man-
dib. inf. qu'à la sup. (297). Aile au dessus de 26 cent._de long. Tarse
au dessus de 4,5 cent. de long. Plumes de la nuque ne formant
_ huppe que lorsqu’elles sont dressées (gf rupt.) Menton plus ou
(1) Remarque: De nombreuses Analidae exotiques étant conservées en captivité,
c’est vraisemblablement à, des individus échappés qu’il faut rapporter les captures d`un
certain nombre d’espèces parmi lesquelles 2 Chenopsis alram (Lun.) d’Australie,
Branta canadensis   d’Amérique du Nord, Dendrocygna arcuala (Hoasr.) de la région
indounalaise, Dendracygna viduala (L.) de l'Afrique et Amérique tropicales, Mareca
sibilalriœ (Ponrr.) de l'Amèrique australe, Aix sponsa (L.) de l’Amérique septentrionale,
Aix galericulala (L.) de 1’Asie orientale, Gezirina moschala (L.) d'Amèrîque centrale.

t·.\1·xe DE rmxcn. — oismux 257
     
,léïî"•   A   ,,,_
4**%- *¢:<%l>J · —   — ·§=»
  ··   ’ ·   É  
neg`} _   ·i. _
·;·5"?`~‘ï »· ·
' [ , §*¤ '·¤ · . .-      
zï          
2É'Ãëë‘   20,3 1 -     \
  `   r `   ai
2.94   \(   sv
ë\  
/}?îjî;"=·'î' -  ëè _—È\»
Q   `¤ "  =:§,,`¥ .
( M,   îx ~·« ·  ' §>` \
l§?(,É' ·îÈ}€tÈÈ€ , (     ';î  
(Ãl'r·*T‘»     P "“     é e.  \\ ,
` ` , , ’ Qîï "  l
  ï     Y `   Hi? /i'
fa .--• .     É
/  
'/· wmï \—
.,.· (È .702 ·  
k à ._- x t\ - » , j-É. l
..-0, À l    
` Yu
Fxoumzs 29421 302. —‘294·, Alergu: albellus d' rupt., tête ; 295, Branla bernicla, tête;
296, Oidemia perspicillata d' rupt., têtc; [297, Mcrgus merganser d' rupt.,
bec ; 298, Mergus serrator d' rupt., tête; 299, Cygnus alor, tête; 300, Cygnus
. cygnus, tête; 301, Qygnus bewicki, tête; 302, Chen hyperbareus, tête.
I moins blanc (5* automne et Q) ..., llergns merganser (p.267)
— Plumes s’avançant sur les côtés du bec nettement moins loin à la
mandib. int`. qu°à la sup. (298). Aile au dessous de 26 cent. de
long'. Tarse de moins de 1,5 cent. de long. Plumes de la nuque
formant une longue huppe pendante (5* rupt.). Menton plus ou
moins roux (6* automne et   .... Mergus serrator (p. 268)
O. Tête et cou environ moitié de la long. totale. Tarse de plus de
9 cent. de llong., nettement plus court que lc médian armé.
Lorum nu. Plumage entièr. blanc (ad.) ou gris clair  
[GO   I 1 I \ O I I • \ | O • • y • | O \ ij
1 7 l 17

258 FAUNE ne rames. — oiseaux
—- Tête et cou toujours int`. à la moitié de la long. totale. Tarse de
moins de 9 cent. de long. Loruin toujours emplumé. Plumage
normal. jamais entièr. blanc ou gris clair . . . . , .... 7
5. La base du bec tuberculée sur le dessus chez l’adulte (279) et noire
ainsi que le tour des narines, les bords mandibul. et l'onglet, le
reste orange (ad.) ou gris clair   Queue subeonique de 22 à
24 rect. Trachée ne formant pas une anse logée dans le bréchet.
................ Cygnus alor (p. 291)
—— La base du bee non tuberculée chez l'adulte et jaune, le reste noir.
Queue arrondie et subarrondie normal. d'au plus 20 rect.
_ Trachée formant une anse logée dans le bréchet ...... , . `6 '
6. La partie noire du bec ne dépassant pas les narines et le milieu
des bords de la mandib. sup. (300). Aile au dessus de 58 cent. de
long. Queue de 20, exceptionn. 22 rect. . (Jygnus rygnus (p. 294)
— La partie noire du bee dépassant nettement les narines et
s’étendant aux bords de la mandib. sup. jusqu’à la commissure
(301). Aile au plus de 53 cent. de long. Queue de 18 à 20 rect. .
.............. (Jygnus bewicki (p. 295)
7. Bec plus étroit à Yextrémité qu'à la base, avec les appendices des
tomies en tubercules obtus subconiques, à mandib. int`. décou-
verte, à narines submédiancs (295, 302). Tarse au dessus de
5 cent. de long., réticulé. Doigt médian plus long que l`e>.t.
Pouce sans pinnure. Aile sans miroir (S. F. AIISBPÃBHB] .... 8
— Bec en général aussi large ou plus large il Yextrémité qu'à la base,
avec les appendices des tomies plus ou moins lamelleux et à
mandib. int`. plus ou moins cachée par la sup ....... . 16
8 Bec à tubercules des tomies nettement visibles extér., presque
toujours de long. voisine de la tête (303),jamais entièr. noir chez
l'adulte pas plus que la patte toujours de teinte rouge, rose ou
orange. Tarse variable ........ . . I ..... 9
—- Bec à ornements des tomies entièr. ou presque entièr. cachés
extér., beaucoup plus court que la tête (295), noir ainsi que la
patte. Tarse au moins égal au médian armé [G. Branta] .... U1
9. Tarse plus long que le médian. Plumage blanc en entier avec
partie des grandes rém. noires (ad,). Bec fort, élevé à la base à
garniture visible le long de la mandib. sup. (302). 16 rect. . .
......... ‘ ..... Chen lzyperboreus (p. 293)
—— Tarse un peu plus court que le médian, mais plus long que le bec.
Plumage normal. à tons gris et bruns dominants, avec peu de
blanc put [G.An.ser·j ............. ' . . . 10
10. Bec, y compris l'onglet, en grande partie noir. Jamais de rtaches
noires à l'abdomen ................ 11
- Bec de couleur claire, sans noir, Souvent du noirà Yabdomen chez

turns DE rnzmcia. — oismux 259
l'adulte . . . .· ................ 12
11. Bec autour de 6 cent. de long., depuis la connnissure à peu près
de la long. du doigt int. armé, noir avec une bande transv. brun
orange (303). Aile d’au moins 12 cent. de long ......
............... .lnser·, fîzbalis (p. 292)
-— Bec autour de 4,5 cent. de long. depuis la cnnnnissure, moindre ,
que le doigt int. armé, noir avec une bande transv. rose (304). I
Aile au dessous de 42 cent. de long. .........
............. lnser bmc/1yr·hync}zu.r (p.292)
12. Pas sensibl. de blanc au front, à la base du bec. Aile'd'au moins
41 cent. de long. Bec depuis la commissure au moins égal au
doigt int. armé. 18 rect ........ Arzscr miser (p. 291)
—— Du blanc au front à la base du bec. Aile toujours inf. à 41 cent. de
long. 16 rect. ................ _ . . 13
13. Le blanc du front n’arrivant pas à la ligne interoculaire (305). Bec
à la commissure à peu près aussi long que le doigt int. armé. Aile
d’au moins 40 cent. de long ..... Anser albrfvns (p.203)
— Le blanc du front atteignant la ligne interoculairc (306). Bec à la
commissure moins long que le doigt int. armé. Aile au dessous
de 40 cent. de long ...... .. Anser jïnmarchicus (p. 293)
1û. Devant du cou et région temporale rouge marron. Reste du plu-
mage noir et blanc ........ Bmnta rufcollzîs (p. 291)
—- Devant du cou et région temporale jamais rouge marron. Du brun
et du gris dans le reste du plumage .......... . 15
15. Aile au dessus de 39 cent. de long. Front, coté et dessous de tête
blancs (307), cou entièr. noir. .... Brzmta Ieucopsis (p. 290)
- Aile au dessous de 31 cent. de long. 'l`ête entièr. noire (295). Une
`tache blanche de chaque côté du cou. . Branm bernicla (p. 290)
16. Pouce avec large pinnure (308). Palmure très ample, dépassant
liabit. la base des ongles. Doigt ext. général. plus long que le
médian. Tarse moindre que le doigt int. Narines habit. sub-
médianes. Ailes couvrant en général fort peu de la queue, rare-
ment avec un miroir, alors celui—ci avec peu ou pas de reflets
métalliques. [S. F. Füliglllinâej . . , ....· i. . . 17
— Pouce sans pinnure (19 p. 45). l’almure ne dépassant pas la base
des ongles. Doigt ext. au plus égal au médian. Narines général.
sub-basales. Aile couvrant général. une grande partie de la queue,
avec'le plus souvent un miroir à reflets métalliques ( S. F. Ana-
tinae]. .................... 32
17. Queue à 18 plumes longues, étroites, raides et élastiques (309).
· ` Bec à peu près de la long. de la tête, relevé et aplati à l'extré-
mité, à onglet très étroit (310). Tarse beaucoup plus court que le _
_ doigt int. Aile ne dépassant guère la base de la queue ....
· ........... lL‘l'!ISlIl(lfllI'(I leu¢.·o¢·¢·phaZ¢l Lp. 209)

260 FALNE ms rxmxcis. — oisiaxrv
    Ã   » A· »   ,  
 ,M%1    ` ,    :_\ï·:.·"  
4 /   V ' / %   X gf! \_,
5;, \( 03 Mg , f , ·-,,—--/»»>~·:,»-·    
" \ 5 VH" .1,   îf?î;Èf" ji ~   I 
$1  L ( "f',·, \
A  1}   " ~ gïëï z `
 ,»1q»f€‘..  sig ··‘  -1
.~ , ,·:—.p: K ‘V
 ~ «« `  '»'î}ï¢.‘=··‘;.#~'  1 W 
1 /  _      V,
A ·-,-_. s @@2, ,%*1,%% . ·ëzî'îë<i?` A .
gar  ·*:·=«·'     S ·
àà ·%A:·>zx},, _‘_«, ·· , "'fî
ig, 005 ,.   :.,1/M,." \" ,\
    508   '''Ir         »  
   7,,  à,,:··V;ïl··| V   ? : ·V .î —âj,   
  ?î‘>—: I- '`'‘ ’ ’'·‘ ï ·      ` 
I ;- .;` , I   V V ,,,V;   · , ;î;,;§i_`;_·(,,·· --\_·_V"
' È; '·="‘·ç_ « ·4 50]
¤·   ‘€zë»` , ,
Ex *~>·~<·, » ‘· V,  
  `«$;‘;" x ~ ~
`¢ \   ’
»‘ Q7 `
  wi, AG-»»·,` 
, ·;r , »« , / , &—` `\~
Igzgê, ,, ,, ,,.,,1 1-    V   
1 A`, A11],/Af 1;  Jfyàmë V '· V,V,V V, , ¢\   ¢ ® \\   
   .;.ù1¢M·i, ' `1 1"°   ~\~'.   1
 ` :,,.w;@’¢*=§§1 506   '
 '       510 ·
1 » É?  
» ·, NV %V. _< , 'îü \ ·
’¢ Ã   ~ ~  »\.V , .    
*   ‘ ;' . . î:,·-;,;_§  
  `_~·   rg-:    ·=—J
'É9?    ·.  .,    
  `” ": *¢·=~zàw  ' —
¢ 4 y·_·>`a‘=_=., __  `~  —»:e_·:22y_V V ü
’.   §·$
    ,s;.  M   =»"1 '*·.   1  
J za: '>·   ; ,    ’».l¤~»p ,·»~»  
  \ lâ "`§*î, ï èëlg" ~ *11`;`}1« V   W1 Ts-;
  ,_ ' , L   , M _J", « V  ,4 «, I   
, , ,, ,,3 \,, __,V_ , 4 , , ,, , ·· r ,/$1 ~\~
x , ·‘ 1-, />§ É w, .«~ · î ‘.1«·w»*,·'!|~ —
      ~»-mf x   1   — ;ëï,.`·“·à~ V
I,    ,1 È; , 1’ ·»   1    
L   ·  * 5*5 \\\ _¤ V .'g,;,·" ‘ ·., ·,·,,=V ·_,i—,_î··V`—
  3]] ""    5, "· ‘
J2 514*
l·`u.¤ mas 303 Fu 314. - 303, Amer /`abnl:`s, tôle; 304, Anser bmc/¢yr·hynchus, iôtc;
305, Anser a/bi/'mns, tctc; 306, Anser ;înmar·c}m.·us, têtc; 307, Branta leu·
ropsis, tête; 308, 1Vy1·0r·a mw·z'la, pattc;A 309, Erisnmtura leucacephnln, queue;
310, EI‘iS77)(1l1l7'¢l l0rfr·0t·ep/mla d'rupt., tctc; 311, Somatcria mnllissimn (j' rupt.,
Lclc; 312, id. Q, tcœ; 313, S. npecmtnlis d' rupt., tète; 314, id, Q, tête,

r.u·x|2 nr: ru.\xci:. — oismrv 2(il
- Queue à 11 ou lôplumes d'aspect et consistance normales. Bec
variable de forme ................. 18
18. Plumes du côté de la tête formant une pointe s'avançant loin sur
le côté de la mandib. sup. (311, 313). Bec rétréci vers l’avant,
à onglet très large, à narines dans la moitié distale (312. 314).
Aile atteignant seulement la base de la queue. [G. Sonmteria] . . 19
— Plumes du côté de la tête ne s’avançant pas sensiblement sur le
côté de la mandib. sup. . , ............ 20
19. Plumes du front s'avançant moins sur le bec que les plumes de
côté qui atteignent le dessous des narines (311, 312). Doigt int.
notablement plus long que le tarse. Aile d’au moins 29 cent. de
long. Bec toujours plus ou moins verdâtre. .. . .· . . .
............ Sonmterùz mollrivsfnm (p.27l)
—î Plumes du front s`avançant plus sur le bec que les plumes de côté `
qui n°atteignent pas le dessous des narines (313, 316). Doigt int.
à peine plus long que le tarse. Aile de moins de 29 cent. de
long. Bec toujours plus ou moins rouge ........
............. Sonzaterïa specta bilis (p. 272)
20. Bec gibbeux à la base, à peu près de la long. de la tête, à onglet de
plus d'un cent. de large (296, 315). Plumes de la tête jamais
allongées et effilées. Queue courte et conique de 14 rect.
couverte à la base seulement par l'aile. Plumage très sombre
’ [G. Oidemïa] .................. 21
— Bec non gibbeux à la base, à onglet de largeur toujours inf. à
un cent. Fréquemment plumes de la tête allongées et plus ou
moins effilées. Plumage souvent varié .......... 23
21. Plumes du front s'avançant loin sur le dessus du bec (296), celui-
ci à base presque aussi haute que la tête. Aile sans miroir. . .
............ Oidenzfa perspz`c1'llnta (p.271)
— Plumes du front ne s'avançant pas sur le dessus du bec (316),
celui·ci à base nettement moins haute que la tête ...... 22
22. Première rémige très échancrée au bord int. (317). Bec depuis la
commissure nettement moins long que le doigt int. nu (316). Pas
de miroir blanc à l’aile ....... Oidemia n1};·r·a (p.270)
— Première rém. non échancrée au bord int. Bec depuis la co1nmis·
sure, nettement plus long que le doigt int. nu (315). Un miroir
blanc sur l`aile .......... Oidemin fusca (p.270)
23. Lamelles des tomies mandibul. sup. saillantes et visibles sur au
moins la moitié de la long. du bec. Celui-ci un peu rétréci en
avant. 2' rém. plus ou moins rétrécie au bord ext ...... 21
— Lamelles des tomies mandibul. sup. très peu ou pas visibles extér.
Bec toujours plus court que la tête. . ' ......... 25
2!4, Aile au dessus de 26 cent. de long., dépassant le milieu de la

262 rxrviz on rmxcxs. ·—- ms¤.u·<
  . W ii   
_ ·«· ,,  ·_ 3],5      
*’ I; 7 `\ `\ I iexüii
  , 518  will").
    ‘  l`\' Ã `&    u$°tiÀ*%""
,; si   _. ’ \ _
 J7     ‘:.‘ .  
516 ” 1 è*?·?:ie`;`T   if `M    
4     //1  i r`iï··\î~;iÃ
/:î'>l   .*   `·· ï · T
    %î ,     .  
  ' /3- e n sgîs i 3]]   521 //1/   ` F `·¤>‘
as,   `;:=’ lil tas
§ 2 _i _   :,1   Ag
~ `\ ii. L~ Q1!
.3/9      j`É· ‘_`  ,, 4,  
· .17 ‘   —
-:_; i C  
  _   p 520 _ "`  5:  
  ,      522  ·    
T `;_ È; ` "" Nt , ` lili
"§\ :   
Fxounes 315 à 322. —— 315, Oîdemia fusca (j' rupt., tête ; 316, Oidemia nigra d' rupt.,
tête; 317, id., prem. ijém.; 318, Nelta ru/îna d' rupt., tête; 319, Ilarelda
hycmalis d' rupt., tête; 320,1%/., queue; 321, Nyroca fuligula (j' rupt., tête;
322, Glangula clangula Q" rupt., tète.
queue, celle-ci courte et arrondie, de 16 rect. Bec environ de la
long. de la tête à lamelles visibles sur environ les 2/3 de la long.
(318) .............. Netla ru/ïna (p.279)
—- Aile au dessous de 23 cent. de long., n’arrivant qu’à la base de la
queue, celle·ci conique, il rect. médianes très prolongées chez la
d', à 14 rect. (320). Bec beaucoup plus court que la tête, à
lamelles visibles sur environ moitié de la long. (319) .....
........... , . . Harelda hyemalzk (p. 274)
È5. Onglet sup. beaucoup plus étroit que Yextrémité du bec. 16 rect.
Bec légèr. relevé en avant, à mandib. inf. plus ou moins visible
en arrière ........... , . ..... . 26

rarxe ma rawm:. -— oisizarx 263
— Onglet sup. occupant toute la largeur de Vextrémité du bec. Queue
courte, très conique. Sur l’aile un miroir à reflets métalliques
au moins chez le 5* .......... , ..... 31
26.' Bec un peu plus court que la tête, nettement sup. à l cent. de
long., peu élevé à la base qui est général. moins large que l'av:mt
(32f). Patte noirâtre. Aile dépassant le milieu de la queue qui
est arrondie [G. Nyroca] .............. 27
— Bec bien plus court que la tête, inf. à 4 cent. en long., fortement
élevé à la base qui est plus large que l'avant (322). Patte plus ·
ou moins jaune.· Aile ne dépassant pas le milieu de la queue qui
· est conique [G. Clanguln] .............. 30
27. Bec un peu plus court que le doigt int. armé, large en avant, à
carènes frontales ne s'étendant pas jusqu'au niveau des commis-
sures (323). Tête et cou noirs à reflets   ........ 28
— Bec un peu plus long que le doigt int. armé, peu large en avant,
à·carènes frontales s’étendant au delà du niveau des commis·
sures (324). Tête et cou marron rouge (5) ........ 29
28. Dos noiràtre ou brun noiràtre. Aile au plus de 21,5 cent. de long.
Tête avec une huppe tombante (5) . . Nyroca fulzgula (p.278)
—- Dos vermieulé de foncé ou de clair. Aile d’au moins 21,5 cent. de
long. Tête sans huppe tombante (5). . . Nyrocn marila (p. 278)
29. _D0s vermiculé de foncé et de clair. Iris coloré. Aile de plus de 20
cent. de long. Partie ant, de la tête avec une zone claire autour
du bec (Q) .......,... Nyroca ferùza (p. 277)
— Dos brun plus ou moins foncé. Iris blanc. Aile de moins de 20
_ cent, de long. Partie ant. de la tête sans zone claire autour du
bec   ............ Nyroca Jiyroca (p. 277)
30. Aile au plus de 23 cent. de long. Tête noire 21 reflets avec une tache
blanche arrondie au côté du bec (5 rupt.) [322], _ou tête brune
avec un large collier blanc (5 automne et   Scapulaires mé-
dianes noires, pointues, en lancette (5 rupt.) .......
.............. Clangula clangula (p.275)
-— Aile de plus de 23 cent. de long. Tête noire à reflets avec une tache ,
blanche en forme de croissant vertical au côté du bec (5' rupt.)
[325), ou tête brune avec un étroit collier blanc (5 automne
et   Scapulaires médianes noires et blanches, tronquées au
milieu (5 rupt.) [326) ...... Clanguln z'sfnndz'¢·u (p.276)
31, Bec à peu près de la même larg. dans toute sa long. sans lamelles
au'!/3 ant. des tomies (327). Onglet ne s'étendant pas jusqu'au
bord ant. des narines ....... Polysficta sleIle1·1` (p. 273)
— Bec subconique, se rétrécissant en avant, à lamelles subdentiformes
(339). Onglet s’étendant jusqu'au bord ant. des narines. Queue
étagée de 14 rect. recouverte par l`aile sur le tiers proximal . .
l . ` . ` . ' ......... Histr·z'on1°cus hislrz°0nîcus (p. 271)

264 rarxr ne rnaxcs. — oismrx
\ 32. Tarse notablement plus long que le médian armé, de plus de `7
cent. de long. Jambe bien dénudée dans sa partie distale. Bec
plus court que la tête, droit, à narines submédianes, à lamelles
ne dépassant pas les bords mandib. (328). Aile armée au poignet
d’un fort tubercule saillant, et atteignant le bout de la queue .
............. Alopechen zgyptiacus (p. 289)
—-· Tarse au plus de la long. du médian armé, ne dépassant pas 6 cent.
de long. Jambe à peine dénudée à la partie distale ...... 33
33. Tarse au dessus de 5 cent. de long. Bec plus ou moins retroussé
vers le haut, plus court que la tête. 14 rect ........ 34
— Tarse au dessous de 5 cent. de long. Bec quasi droit ...... 35
30. Bec à arête bien concave, tuberculé à la base chez le @1 rupt (329),
plus ou moins rose ou rougeâtre ainsi que la patte. Queue blanche
à bout noir. Seulement un large plastron fauve rouge, reste du
plumage de teintes variées ..... Tadorna tadorna (p. 288)
— Bec à arête faiblement concave, non tubercule à la base chez le (j*
rupt., plus ou moins noir ou noirâtre ainsi que la patte. Queue
noire. La plus grande partie du plumage fauve rouge . . . .
............. Casarca fer·rugz'nca (p. 288)
35. Bec nettement plus long que la tête, à eritrémité élargie et spatulée,
2 fois plus large que l’arrière (330). Mandib. sup. à lamelles
longues, minces, très visibles sur la moitié environ des côtés.
Tarse un peu plus court que le doigt int. armé . . . . . .
.............. Spatula clypeata (p.28l)
— Bec au plus de la long. de la tête, à extrémité jamais nettement
' élargie et spatulée ................ 36
36. Aile toujours au dessus de 25 cent. de long ......... 37
— Aile toujours au dessous de 23 cent. de long. Bec au moins égal au
médian armé, à lamelles très peu visibles extér., plus ou moins
noirâtre ou bleuâtre .... . ........... QO
37. Queue assez longue, pointue, à 16 rect., les médianes plus ou moins
prolongées surtout chez le (j' rupt. (331). Bec demi-cylindrique,
· plus long que le médian armé, bleuàtre ou noiràtre à lamelles
peu ou pas visibles extér. (332). Cou assez long. Dafîla acuta (p. 280)
— Queue courte, à rect. médianes non prolongées. Bec au plus égal
au médian armé. Cou assez court ........... 38
38. Bec large, ai peu près aussi long que la tête et que le médian armé,
à lamelles très peu visibles, plus ou moins jaune ou verdâtre (H5
p. 61). Queue subconique normal. à 18 ou 20 rect., dont les deux
paires médianes se reconrbent en haut en crochet chez le (j' rupt.
Miroir bleu ou violet à reflets . . . Anas plalyrhyizchus (p. 287)
-— Bec relativ. étroit, nettement plus court que la tête et moindre_
que le médian armé. Au plus 16 rect ....... . . . 39

rwxrz un mwen:. — oxsmvx 265
t ·- ~ ";.:: _ ‘,g\`~··,··,
,   _ —» 5  î3h1..·.
      3 527 * ‘
525   > ‘  Mg,} ._   ‘ ‘_
A''% ` '·,' É/?*?`$<
"~l’î>i ·#—  
| .  wi · , `
•    / ~  È?
ê   ;‘ «`= », `-  
p• i  '·}/  ‘· ln, À.(·:"
Q / ///9 \ É\ · ::1,
w. Ir, , · ·
,  3 ,  y«î‘» ·*··’ 52*
 f   I Mr 32()~ I
, · ·  w¤~\ ****4,, ,
’,,, =·,__, #  `   ,: Sq (     ¤· ‘
4x?  tf È A     È 2   `· 3
‘)(·'   _   :}2li:: ,ï"" Ã %  ‘ Q
 .· ` ~ $·,:«€É'·’$·'] "h*" " · 4/ »,"
L " " M _\.»·§__:` gw Fm , ,·#‘ vins} ,
32/I · "·
‘·€` '
\  `, V   Lççï" ~\
»\ * _ 550 j   [ 
[Q, ·` zffr      ëëf    ,»^~  
    ~.,,    wm :
?.~ ,l r _` Q · "'-` *2 .> GM `,,·
gg? ly  D/mîgy W ' 
V, X gw f — J 
Q! ·\v — · ~
\; I «   ·· p ;
· , F' , .`§~·   t x/î
’,,.\ .7.7/ A  gi   '»,—` I  »
, /    ' M
' « , " fn _î * §_ -,3:-, ~' ' 9  "
2 ï N2" ":১  ,É·:.'F  
î 532  W ~ r:.t21‘:::ê 
/hmWÃu  3 P
\"
Fncunns 323 à 332. — 323, Nyrnra fuligyla d' bec; 324, Nyrqra ferina çï',_bcc;
323, (îlangula idnnrlica Q" ru t, tete; 326 id., sca ulmrc; 327, Pol slîcla
P » P A 9
slelleri d' rupt., tête; 328, Al/vpechen aegyptiacus d', tclc; 329, Tadorna
tadorna d' rupt., tête; 330, 330', Spatula clypeala, tête ct bec; 331, Da/ila
acula d' rupt., queuc; 332, id., tête.

266 mem: ma rnmwcn. —— oismn ·<
. [ / "P A *2.,
555 . ‘1», Q " t. " ` 
 ·t·‘·JZ”*~s;  A- ;§i—‘   
“·"~‘ ` .¤°=     îë    ‘  
’**..ïsÃ\ ` 7/     , ~  ··*  ,_. 
l Y "&ï\_‘ 'tîy lh, x I
  _ _ 555'
 
àà.}; € ,,9,   p` .
*.5 .  . wg  
‘ ..  —  î«‘··.   ) 356 ` 
  ‘f— É.¤.ï   « .·’<*^&%..ï*.;··ï~
  g —z‘ 3 4 'IU I /» >mî.E},.,,|v,·
  ·‘ ’
. Éîç
_    
~_ l` l ` .·*—~   àl ` il ;' _ -
“ ’ 553 4_ ,  
,  ·'‘· -. . , _ ,_, ,$___ëv .3.77 . . .
xr   .  =
  a ·—*·~ ·‘
. i A   ’ il ·3n3(9
Fxoumzs 333 à 339. —- 333, 333' (fhauleiasmns slr·epm·ns d' rupt., tête et bec; 33i,
Marera ;wrœlnpe 0* rupt.; 335, Marmaronetta auquslnmlris d' rupt., tête;
336, Querquedula quciquedula d' rupt., tête; 337, Querquedula /b1·mn.·:a Cf
rupt.; 338, 338' Querquedula crccra (j' rupt.; 339, IIa'sh·i0nir·us hi.¢h·i0m'cu.u
Q" rupt.
39. Lamelles de la mandib. sup. bien visibles extér. sur une grande
partie de la long. du bec (333). Bec noir, gf, plus ou moins jau-
nâtre,   Patte plus ou moins jaune. Miroir blanc largement
bordé de noir violet, (3*, ou blanc,   Queue arrondie à 16 rect.
............ C/mulelasmus streperus (p.286)
— Lamelles dela mandib. sup. peu visibles extér. (334). Bec bleu-
_âtre à bout noir. Patte plus ou moins grise ou noiràtre. Miroir
` vert bordé de noir, (j', ou gris bordé de blanc,   Queue conique
à 14 rect ........... Mareca penelope (p. 285)
QU. Bec à peu près de la long. de la tête (335). Pas de miroir. Plumage

rauxs nn raaxciz. — oxsmrx 267
gris brun tacheté sans teintes métalliques ...... i. .
...... ' .... Marmaronetta angustz'1·ostr·z'.s· (p. 282)
- Bec plus court que la tête. Un miroir à reflets, plus ou moins
distinct. Plumage à teintes variés, vives chez le 5* rupt. [G. Quer-
quedula] ........ · . . ........ _ . H
Gi. Sus-alaires gris bleu. 14 rect. Bec à peu près de la long. du médian
armé (336). Un sourcil blanc plus ou moins large suivant le sexe.
Miroir vert metallique bordé de blanc des deux côtés, peu
distinct chez la Q ..... Querquedula querquedula (p. 283)
- Sus-alairesjamais gris bleu. 16 rect . . .... Ã . . . I Q2
G2. Aile de plus de 19 cent. de long. Miroir vert bronzé et noir violet
· bordé de blanc en arrière (5*) ou brun gris foncé (Q). Dessus de
la tête noir (5* rupt.) [337]. Au côté de la tête deux larges taches
jaune vif, 5*, ou roussâtres, Q . . Qucrquedula formosa (p. 284)
Z- Aile de moins de 19 cent. de long. Miroir vert à reflets, bordé de
blanc et de roussâtre en haut, de blanc en bas. Dessus de la tête
marron (5* rupt.) (338). Pas de larges taches jaunes ou roussâtres
au côté de la tête ....... Querquedula crecca (p. )283
G. IERGUS L.; Harle. '
Bee droit ou légèr. relevé, fendu 31 peu prèsjusque sous le bord ant. de l’œil,
il arête assez arrondie et à étroits sillons lat. prolongés jusqu`à l'onglct qui est
épais, crochu et de la largeur de la mandib. sup. Pattes insérées très en arrière
du corps. Tarse comprimé latér. Aile étroite, aiguë ou suraiguë, restant loin de
Pextrémité dela queue. Celle-ci arrondie, plutôt courte. Oiseaux surtout pisci-
vores. _ _ _ _
I. merganser L. [M. castor L., J|ler;gnnser· cinereus Bmss.]; Harle
bièvre. L : 6l`à 76; A: 26,5 2130} Q: 10 à l2,8; T : 4,5 à 5,2; B : 6,4à7.`
Bec (M8 p. 6l, 297) en grandepartie rougeâtre, patte rouge, iris rouge (5*)
ou brun roux (Q). — 5* rupt. Tête et haut du cou noir vert à reflets, bas du
cou blanc saumoné. Haut du dos et scapulaires noir brillant. Bas du dos
croupion et sus-caudales gris légèr. bleuâtre. Face inf. blanc saumoné.
llém. prim. et sus—alaircs ant. noires, autres rém., grandes et moyennes sus-
alaires blanches, les rém. secondaires étant bordées de noir. Petites sus-
alnires noires bordées de blanc. Rect. brun cendré. — 5* été. Tête et haut
du cou brun roux un peu lavé de noirâtre au lorum et au bord du cou, reste
du plumage gris ardoise avec la gorge blanchâtre, le devant du cou, le milieu
de la poitrine, le ventre et les sous-caudales blanc jaunâtre, les rém. prim.
brun noir, les second. et les sus·alaires blanches. —   Ressemblant au 5*
en été, mais la tête et la face sup. un peu plus claires, la face inf. plus jau-
nâtre et_une grande partie des sus-alaires grises: — J. Ressemblant en moins

268 l Èauxe ne rnavcs. — oiseaux
pur à la   —- P. Bec noirâtre à onglet jaune, patte brun jaunâtre. Capuchon
et derrière du cou brun marron avec un trait clair sur l’œil et la région
parotique roux pâle. Reste de la face sup. brun légèr. olivâtre avec 4
grandes taches blanches au dos. Face inf. blanche.
Nid de brindilles, de roseaux, doublé d`herbes sèches, de lichens, de duvet, sur
un arbre, un vieux nid de gros Oiseau, dans 1’excavation d’un vieux tronc, d`une
berge, parfois à terre dans les herbes près de l’eau. —- CEufx: 8 à 12, quelquefois
14, elliptiques. Gd : 65 à·72; Pd : 44 à 49. Blanc roussâtre.
De passage et hivernal en France. — N. de l’Europe, Allemagne, Suisse; N. de
l'Asie jusqu`au Kamtchatka, l’hiver jusqu`à la Méditerranée, le Japon, la Chine,
M. IGl‘!‘àt.0I‘ L. [Merganser crislalus Bmss.]; llarle huppé. L Z 55 à 63;
A : 24à 25,5; Q : 10à 11,5; T : 4 à 4,5; B : 5,3 à 6,5. Bec (298) et pattes
rouges ou oranges, iris rouge ou brun. — 6* rupt. Tête et haut du cou noirs
à reflets verts. Milieu du cou blanc. Dos, scapulaires, petites sus-alaires et
cubitales post. noirs avec quelques taches blanches sur l’épaule. Croupion,
sus—caudales, bas du flanc et région anale gris chiné. Bas du cou et haut de
la poitrine roux avec des taches allongées noirâtres, reste de la face inf.
blanc. Rém. prim. et sus-alaires ant. noires, rém. second. ant. noires à
deuxième moitié blanche, les post. blanches bordées de noir. Grandes sus-
alaires noires terminées de blanc, moyennes sus-alaires blanches. Rect. bru-
' nâtres. — dl été. Tête et haut du cou brun roussâtre plus foncé dessus et
derrière la tête, la huppe plus courte qu’en plumage de noce. Face sup.
gris ardoisé plus ou moins marqué de blanc. Face inf. blanche avec le
devant du cou nuancé de gris cendré. Aile avec un miroir comme en plumage
rupt. -- Q Ressemblant beaucoup au (j" en été, mais pas de blanc à la face
sup. où les rachis des plumes sont foncés. Face inf. nuancée de jaunâtre au
milieu et de gris sur les côtés. Aile sans miroir.`Rém. prim. brun noir. Rém-
second. ant. noires à la base, blanches en avant, cubitales, sus-alaires et
scapulaires gris ardoisé. Rect. brun cendré. — J. Semblable à la Q mais
les teintes moins pures, la tête plus brune. — P. Semblable à celui de
l'espèce précédente, mais le duvet de la poitrine à base brune.
Nid comme celui de l’espèce précédente. —· En/Te: 8 à 14, elliptiques. Gd: 62
à 68 ; Pd : 43 à 45. Blanc roussàtre.
De passage et hivernal en France, particulièr. sur les côtes. — N. de l’Eur0pe,
de 1’Asie, de l’Amérique, descendant en hiver jusqu’au N. de l‘Afrique, aux mers
Noire et Caspienne, à la Chine et au Japon, en Floride et Cuba.
H. albellus L. [M. minutns L., M. stellatus Bniss.]; Harle piette, Piette
blanche. L: 41 5148; A:18,5à20,5;Q 2 8à9,2;T:2,8à3,2;B:3à 3,7.
Bec (294) et patte gris de plomb, la palmure noiràtre, iris brun ou gris. —
dl rupt. Tête et cou blancs avec une large tache noire sur le lorum et l’œil,
ainsi qu’une bande sous la huppe à l`occiput. Dos noir brillant, scapulaircs

intrus nr: FRANCE. — oiseaux 269
blanches bordées de noir. Croupion et sus-caudales gris foncé. Face inf.
blanche avec 2 lignes transv. noires, l’une au bas du cou, l’autre au niveau
de l’épaule et les llancs veriniculés de gris brun ou de noiràtre. GrandeS
rém. brun noir, rém. second. noires à bordures blanches ii l'extrémité,
formant sur l`aile un miroir noir bordé de blanc. Cubitales post. grises bor-
dées de blanc. Grandes sus-alaires noires à bordure blanche, moyennes
blanches, petites noires. liect. brunes. — 5* été. Tête et derrière du cou
brun marron, le loruin et la tempe plus ou moins noirs. Gorge et devant du
cou blancs. Face sup., flanc et queue noir ardoisé. Face inf. blanche avec
une tache transv. foncée sur le côté du cou. Aile comme en plumage rupt.
—   Dessus et côté de la tête, derrière du cou brun marron plus roux que
le 5* en été. Face sup., scapulaires, cubitales et rect. brun cendré. Face inf.
blanche avec le jabot et la région erurale gris brun. Sus-alaires moyennes
grises et blanches. — J. Ressemblant en plus terne à la   - P. Bec noiràtre
à onglet jaunâtre. Capuchon, face sup. et cuisse brun noir. Joue, 4 taches
sur le dos, gorge et lace inf. blanches. '
Nid ressemblant, taille à part, ài celui de l`espèce précédente. — Gïuft: 6 à 10 _
et jusqu`à 12, elliptiques. Gd : 45 à 57; Pd: 31 à 39. Blanc jaunâtre ou roussàtre.
De passage et hivernal en France. -— N. de la région paléarctique, en hiver
jusqu’au N. NV. de l`Afrique, les mers Noire et Caspienne, le N. de l`lnde, la
Chine (l).
G. ERISHATURA Bour.; E1·ismalm·e.
Bec large en avant, renflé en arrière à arête fortement ascendante en arrière
des narines et divisée en 2 carènes saillantes et prolongées. Onglet court, brus-
quement recourbé en dessous. Lamelles sup. coniques, plus ou moins visibles
dans la partie post. du bec. Tarse très trapu. Aile sans miroir.
B. leucooephala (Scor.) [Anas meznm l-’zu.i..]; Erismature leucocéphale.
L Z ~i6îi 52; A : l6,8à 17,2; Q Z IO à I2 (309) Bec gris bleu (5*) (310) ou
gris roussâtre   patte gris brun (5*) ou roussâtre   iris jaune. — 5*
rupt. 'l`ête blanche avec le vertex noir, milieu du cou noir. Dos, sus-alaires
et llanc finement striés transvers. de noirâtre. Croupion roux noiràtre, sus- _
caudales roux violacé. Poitrine brun roux, ventre et sous-caudales rous-
sâtres, le tout barré transvers. de noir. Rém. brunâtres. llect. brun noir. —-
5* été, Q et J. Bonnet et nuque b1·un foncé. Face sup. roux grisâtre avec
(I) Kergus cucullatus L. A peu près de la taille de M. albellus. Le 0** avec |e·bee
rouge, la patte couleur chair, une huppe dressée aplalie latér., demi circulaire, brun
noir avec une large lache blanche. Dessus du corps brun noir, l`abdomen blanc. l’aile
avec du gris, du blanc et du noir. La Q avec la huppe brun rouge foncé sans blanc. Le '
des brun cendré marqué de noir, la poitrine grise, |‘abdomen blanc. Amérique septen·
rionale. — Aurait été capturé en France (Bnisu., 1914),
1 B

270 moins bz rames. — oisslmx
des stries transv. noiràtres peu nettes. Haut et bas de la joue, gorge et
devant du cou blanc jaunâtre. Poitrine roux grisâtre plus clair que la face
sup. — P. Bec noiràtre ii onglet roux, patte brun roux là palmure noirâtre.
Couvert d’un duvet épais brun fuligineux presque noir à la tête, le bas du
cou et l`épigastre plus clairs, avec 2 bandes blanchàtres horizontales au
dessus et au dessous de la joue. La gorge, le ventre et les sous-caudales
grisâtres.
Nid dans les herbes des étangs et des lacs ou au bord de Ia mer. — Uïufs : 8
à 10, ovoïdes. Gd : 65 à 72; Pd : 49 à 53. Blanc jaunâtre ou verdâtre. ·
Très accid. en France. —~ S. de l’Eur0pe, accident. dans le Centre; N, de
_l'Afrique ; Asie centrale.
G. OIDEHIL FLEM.; Illacreuse.
Bec large dans presque toute son étendue, seulement un peu rétréci à 1'avant
qui est un peu relevé. Onglet sup. plat et peu courbé. Mandib. inf. plus ou moins
découverte. Corps épais et ramassé. d' sensibl. plus gros que la Q.
O. fusca (L.); Macreuse brune. L: 51 à 61; A 2 24,2 à 30; Q : 7,3 à 9,5;
T :4,2 à 4,8; B Z 4,2 à 5. Bec rouge orangé à bords et tubérosités sus-
nasales noires (5* rupt) (315) ou brunâtre (5* été et Q), patte rouge à pal-
mures noires, iris blanc (5* rupt) ou brun   5 5* rupt. Noir avec de
légers reflets bruns à la face inf., une petite tache blanche sous l'œil et
grande partie des rém. second. et des grandes _sus-alaires blanches formant
un long miroir sur l’aile. — 5‘ été. Brun noir avec la poitrine blanchâtre
tachée de gris brun. Lorum, tache auriculaire et miroir alaire blancs. —
Q et J. Ressemblant beaucoup au 5* en été. — P. Bec brun à onglet pâle,
patte brun olivâtre. Couvert d'un duvet assez épais, brun plus ou moins
foncé avec 4 taches pâles peu nettes sur le dos, la gorge et la poitrine
blanche, l’abdomen gris, le côté de la tête en partie blanc.
Nid de brindilles, d'herbes sèches et de plumes, à terre parmi les herbes et les
buissons, non loin de Peau. - (Eufs : 7 à 10, elliptiques assez allongés. Gd : 62 à
74; Pd :46 à 49. Coquille lisse, blancjaunàtre ou grisâtre. '
De passage ou hivernal pnrticulièr. sur les côtes, surtout celles du N. —- N. de
l’Europe ; W. de la Sibérie, en hiver jusqu’au N. de l‘Afrique, les mers Noire et'
Caspienne.
O. nigra   [Sonzaleria. nigra ns Sams]; Macreuse noire. L : 48 ii 55;
A :23à25; Q: 13à 14,5; T:3,6à4,2; B: 4,6 à 5. Bec noir à dessus
jaune orange ou jaunâtre (ad.) (316) ou brun noirâtre   patte brunâtre à
palmure noire (5*) ou brunâtre (Q), iris brun rougeâtre. -— 5* rupt. Entièr.
noir, à reflets bleus et violets. — 5* été. Brun noirâtre avec joue, gorge et
ventre blanchâtres, ce dernier taché de gris brun. —   Ressemblant au 5*

FAUNE ne rames. —·- oiseaux 271
en été mais les plumes du dos bordées de cendré, la joue, le devant et ie
côté de la partie sup. du cou gris clair, le reste de la face int`. brun plus
ou moins gris. - J. Face sup. brun roussâtre, la face inf. plus claire, les
plumes bordées de gris, l'abdomen presque blanc. — P. Bec gris noir à
onglet roux, patte brun olivâtre à palmure plus foncée. Couvert d`un duvet
brun fuligineux, la poitrine et le flanc plus pâles, la gorge, le devant du cou
et l’abdomen gris.
Nul très semblable à celui de l'espèce précédente. — (Eufs : 8 à 10, elliptiques.
Gd : 62 à 64; Pd : 43 à 45. Isabelle clair. · ·
De passage ou hivernal sur les côtes, accident. dans l`int. des terres. — N. de
l’Europe; W de la Sibérie ; l’hiverjusqu‘au N. de l‘Afrique. ·
0. perspicillata (L.) [Macrommphus pe1·spz'ciIlalus Less.] ; Macrcuse à
lunettes, Canard marchand. L: 47 à 56; A : 21 à 25; Q: 7,8 à 8,8; T 2 3,8
à 4,2; B Z 5,6 à 6,6. Bec rougeâtre à protubérances lat. noires (6 rupt.)
(296) ou brun (Q), patte rouge orange à palmurc noirâtre (6 rupt.) oujaune
verdâtre   iris blanchâtre (6) ou brunâtre   — 6 rupt. Entièr. noir
avec l’arrière du front, l`occiput et la nuque blancs. —- 6* été. Brun avec le
bonnet plus foncé, la face inf., l'abdomexi surtout et la joue plus clairs, une
tache blanchâtre sur la nuque ainsi que 2 sur le côté de la tête. — Q et J.
llessemblant beaucoup au 6 en été. -— P. Très semblable à celui de l'espèce
précédente. ·
Nid comme celui des autres Macrcuses. — (Eu/s : 8 à 10, elliptiques. Gd : 57 à
58,5; Pd : 40,5 à 44. Blanc roussâtre.
Très accid. sur les côtes N. et \V. de la France -·- Groënland; Amérique du
N., l`hiver jusqu'en l·`loride ; accident. dans l`\V. de l`Europe.
G. SOIATERIA Lmcu; Eider.
Bec de long. voisine de celle de la tête, quasi droit, à onglet prenant toute
l'extrémité, peu courbé et ovale, derrière lequel l'arête est un peu creusée.
Mandib. inf. un peu découverte en arrière. Lamelles assez espacées, invisibles
extér. Aile aiguë avec les 2 prem. rém. légèr. échancrées. Rém. cubitales
courbées en faucilles chez le d'. Miroir peu accusé, sans reflets métalliques.
Queue courte, conique, de 14 rect.
S. mollillima   [.»1nser· lanuginosus Bnrss.]; Eider ordinaire. L 2
60 à 68; A : 28 à30; 0210 à 11,5; T : 4,6 h 5; B:6,8à 7,5. Bec vert
brunâtre (6 rupt) (311) ou noir verdâtre (Q) (312), patte verte (6) ou noir
verdâtre (Q), iris brun. — 6 rupt. Dessus de la tête noir avec à l'arrière
une raie longit. médiane blanche. Une large tacl1e.verte sur la nuque et le
derrière du cou. Côté du bec, joue, gorge, majeure partie du cou, dos,
scupulaires, rém. second. post., cubitales, petites et moyennes sus-alaires et

272 FAUNE DE FRANCE. — OISEAUX
côté du croupion blanc pur. Dessus du croupion, sus-caudales, rém. second.
ant., grandes sus-alaires, bas de la poitrine, ventre et sous-caudales noirs.
Bas du con et poitrine lie de vin clair. lîém. prim. et rect. brun noir. — 5*
été. Hessemblant à la Q mais plus foncé, gris brun taché de noirâtre. ——  
'I`ête et cou roussàtres avec de petites taches longit. noires. Haut du dos,
scapulaires, sus-alaires, cubitales, poitrine et llanc> roussâtres largement
rayés transvers. de noiràtre. Bas du dos, croupion, sus-caudales et partie
des sous-caudales roussâtres, plus foncés et plus étroitement rayés transvers.
de noirâtre. Ventre brun ou gris brun. Rém., grandes sus-alaires et rect.
brun noirâtre, les sus—alaires et quelquefois les rém. second. terminées de
blanc. -—J. Brun légèr. cendré, plus foncé sur le dos, plus pâle devant,
avec les plumes du dos et les scapulaires légèr. liserées de roussâtre. Quel--
ques petites marques blanches au lorum et autour de l’œil et de petites
raies transv. noirâtres à la face inf. -—- P. Bec gris I1 onglet roussàtre, patte
brun olivàtre. Couvert d’un duvet brun fuligineux à la face sup. Face inf.
grise plus pâle à la gorge et au ventre, plus foncée à la poitrine et à l'épi-
gastre. Une bande sourciliè1·e grise bordée en bas d`une ligne noiràtre.
Nid de brindilles, de tiges d'herbes, de mousse, avec une épaisse doublure de
duvet, souvent en colonie, sur des rochers, des falaises ou sur lc sol entre des
pierres, sous un buisson. —— œufs : 5 à 6, ovales. Gd : 75 à 83; Pd : 50 à 54.
Coquille lisse, vert olivàtre clair.
Se reproduisant encore, plus ou moins régulièr., sur quelques points des côtes
VV. de la France, mais y étant surtout de passage ou hivernal. Accident. dans
l’iutérieur. — N. VV. de la région paléarctique, en hiver jusqu'au S. de l’Europe·
S. spectabîlis (L.) [Anas fretz'-/zud.s·o1zi Bniss.]; Eider à tête grise. L :
' 55à57; A :25,3à27; Q :`7à 8,8; T:4à4,7; B : 3,2 à3,'7. Bec etprotu·
bérance frontale rouge orange (5* rupt.) (3l3) ou rougeâtre   (314), patte
rougeâtre ou brun jaunâtre à palmure foncée, iris noir. -— 5* rupt. Dessus
de la tête bleuàtre clair, nuque, haut du dos, côté du croupion blancs. Bas
du dos, milieu du croupion et sus-caudales noirs. Gorge et devant du cou
blancs avec le dessous de chacune des branches mandibul. inf. noir. Poitrine
isabelle clair. Abdomen, flanc et sous-caudales noirs. Pourtour sup. de la
tubérosité frontale noir. Joue blanche et verdâtre. Rém. prim. noiràtres,
les cubitales en faucilles et les grandes sus-alaires moyennes blanches, les
petites brunes. — 5* été. Dessus de la tête et partie sup. de la nuque brun
roussàtre, bas de la nuque d’une teinte plus brune. Reste de la face sup.
brun, toutes les plumes bordées de cendré, de roussâtre et les scapulaires
terminées de blanchâtre. Face inf. cendré roussâtre avec des raies transv.
brunes. Joue brun noiràtre. —   Tête et cou roux tachés de noir. Face sup.
brun noiràtre, les plumes du dos et les scapulaires bordées de roux. Bas du
dos, sus-caudales, cou, poitrine, flanc roux rougeâtre à taches lancéolées
noires. Abdomen gris brunnltém. et rect. brun noir. Grandes et moyennes

ravxs ns rsawcs. -— oiseaux 273
sus-alaires brun noirâtre à pointe blanche, petites sus-alaires comme le dos.
——J. Ressemblant beaucoup comme plumage à la   — P. Bec et patte
brun rougeâtre. Face sup. brune, face inf. blanc roussàtre, la poitrine plus
brune et foncée. Côté de la tête blanchâtre.
Nid ressemblant à celui de l`espèce précédente. — (Eu/`s: 5 à 6, elliptiques.
Gd : 64 à 73; Pd: 45 à 48. Gris olivâtre.
De rencontre très accid. sur les Icôtes de France. — N. de 1’Europe, de
1’Asie, de l’Amérique; en hiver jusqu`au S. de Fliuropc, cn Georgie et en Cali-
fornie. `
G. POLYSTICTÀ Evrora; Eniconetfe.
Bec plus court que la tête, dembcylindrique, convexe, la mandib. inf. profon-
dément cachée par les bords de la sup. Narines submédianes, étroites, ellip-
tiques. Aile aiguë à rem. cubitalcs contournées en faucilles chez le Q", à miroir ii
reflets métalliques dans les deux sexes.
P. ltelleri (Pau.,) [Anas occidua Bossu.]; Eniconette de Steller. L:
44,5 à 46; A Z 20à2l,5; Q Z 7à 8; T : 3 à 3,7; B : 3,5 à 4. Bec gris bleuàtre
(5*) (327) ou brun verdàtre (Q); patte gris noirâtre, iris brun clair. - (jt ~
rupt. Tête et haut du cou, scapulaires, petites et moyennes sus-alaires d’un
blanc pur avec le tour de l'œil noir et 2 taches vertes l’une sur le lorum,
l'autre sur une houppe courte à l'occiput. Dessus du cou vert, reste de la
face sup., gorge, devant du cou et une large tache sur le côté de la poitrine
noir bleuâtre. Un collier vert bouteille se fondant dans la teinte noire du
dos. Reste de la face inf. roux jaunâtre passant au noirâtre au ventre. Rém.
prim. et premières second. brun noiràtre, les suivantes bleu acier avec des
reflets violets. Rém. cubitales bleu noir à barbes int. blanches. Grandes
sus—alaires secondaires violettes et blanches. llect. brun noir. ——   Tête et
cou isabelle avec des stries brunes et une tache blanchâtre derrière l’œil.
Reste de la face sup. brunâtre, les plumes bordées de roux. Poitrine brun
foncé marqué de roux et de marron. Abdomen brun noiràtre. Rém. prim.
et rect. brunes. Rém. cubitales noir bleu à barbes int. grises. Sus-alaires
ardoise, les grandes et les moyennes à bout blanc. Miroir de l'aile bleu acier.
— J. Hessemblant en plus terne à la Q. — P. Bec et patte noirâtres. Face
IUP. brun noir, le côté de la tête brun et marqué de brunâtre clair et de
blanchâtre au lorum et dan  la région oculaire. Face inf. gris brun foncé,
la gorge et le cou plus clairs, la poitrine plus foncée.
Nid d`herbes, de mousse, de duvet, sur un rocher. — œuf: : 6 à 9, elliptiques.
Gd : 56 à M; Pd : 39 à M. Jaune verdâtre ou bleuàtre.
Très accid. sur les côtes N. de la France. — Régions arctiques et suhàrc-
tiques, descendant plus ou moins l'liivcr vers le centre des continents.
1 B en l8

271 mama ln; iimscn;. —-—· oiseaux
G. HISTRIONICUS Less.; llislrion.
Bec un peu plus haut que large à la base, s'atténuant graduellement 811 avant
depuis le niveau des narines, à mandib. inf. découverte dans la moitié proximale.
Ailc étroite et effilée`, avec un miroir à reflets métalliques chez le d'. Q sensibl.
plus petite que le Q".
H. hlstïionîûus (L.); llistrion arlequin, Garrot histrion. L Z 40 il 47; A 2
10 à 20,5; Q 2 7 à 10,5; T : 3,1 à 3,6; B : 3 513,2. Bee ardoise foncé à onglet
jaunâtre (339), patte noiràtre, iris brun. — 5* rupt. Tête, cou, haut du dos et
'poitrine ardoise brillant, avec le dessus de la tête noir et des taches blanches
plus on moins bordées de noir : en large croissant vertical entre le bec et l'œil,
arrondie derrière l’œil, allongée le long du côté du cou, en collier, trans-
versale sur l`épaule et une tache allongée rousse de chaque côté du
vertex. Reste de la face sup. noir brillant. Ventre brun, flanc roux, sous-
caudales noires avec de chaque côté une tache arrondie blanche. Rém.
prim. et rect. brun noir. llém. second. ant. bleu violet à barbes int. bru-
nàtres. Rém. cubitales et scapulaires noires et blanches. Sus—alaires noi-
ràtres, quelques-unes tachées de blanc. - O‘* été et   Plumage brun foncé
plus ou moins nuancé de gris, plus clair à la poitrine et au ventre qui sont
taches de foncé et avec un peu _de blanchâtre sur le côté du front, devant
et sous l’œil et derrière l’oreille. Aile plus foncée, sans miroir net. Les
taches chez le 5* étant plus nettes que chez la   — J. ltessemblant à la Q,
mais le plumage plus terne et maculé. — P. Face sup. brun noirâtre, la
face inf., un collier et 4 taches sur l'aile et la cuisse blancs.
Nid grossier d`herl,¤es et tiges entre des broussailles ou des herbes au bord de
l'eau.— (Eu/`si 5 à 8, quelquefois 10, elliptiques assez courts. Gd : 49 à 51;
Pd: 35,5 à 37,5. Blanc roussàtre, blanc brunâtre, gris olivâtre pâle.
Très accid. en France. —- N. de 1’Amérique, Groënland, N. E. de 1’Asie,
descendant l`hiver vers le Centre de l`Europe, en Amérique jusqu`aux États·Unis.
G. HARELDA Swami.; Harelde.
Bec sensibl. droit, assez épais, légèr. plus haut que large à la base qui est un
pen recouverte par les plaines du front, un peu atténué en avant, avec un onglet
peu saillant et courbé. Narines en avant du milieu du bec. Scapulaires longues,
effilées, tombantes (6* rupt.). Corps assez gros et peu allongé.
H. hyemalis (L.)[.~11zasgIar.·z'aIis L.]; llarelde glaciale, Canard de Mique-
lon. L 1 53à 70 ((j‘*1‘upt), 10 à 13,5   A: 10,5 à 22,4; Q Z 25,5 à 30
(Cf rupt.) (320), 6,5 ,à 8,5   T :3 à 3,65; B: 2,6 à 2,8. Bec noir avec le
milieu orangé ((3* 1upt.)(319) ou brun barré de jaune   patte noirâtre

racm-: ba rames. — oxsmux 275
avec le devant du tarse et le dessus des doigts gris, iris jaune ((1) ou
marron   — 5* rupt. Tête, cou, haut du dos, scapulaires, ilanc, sous-
caudales, rect. lat. blancs, le côté de la tête lavé de gris surtou_t derrière
l'œil et avec une large tache brun foncé de la région parotique sur le côté
' du cou. Milieu du dos, croupion, sus-alaires, poitrine,,épigastre et rect.
médianes brun noir. llém. second. avec les barbes ext. brun marron foncé,
les barbes int. brunâtres. - (j' été. Dessus dela tête avec une bande longit.
noire s'élargissant vers l'occiput qui est plus ou moins blanc. Cou, dos,
croupion, aile, poitrine, haut du vent·re noir brun avec de larges bordures
' rousses aux plumes du haut du dos et des cubitales, blanchâtres aux scapu-
laires et le haut de la poitrine parfois varié de blanc. Ventre, flanc et sous-
caudales blancs barrés de gris. Côté de la tête gris avec un peu de blanc
autour de l’œiI. Llarbes ext. des rém. second. b1·nn gris. llect. lat. blanches.
-   Plumage un peu variable avec la saison. Tête et cou blancs marqués
de brun roux ou de gris noir sur le vertex, la nuque, l'arrière des joues, le
haut du côté du cou. Haut du dos noiràtre. Reste du dos, croupion, scapu·
laires et cubitales bruns, les plumes bordées de roussâtre. Basidu cou, haut
de la poitrine roux marqués de gris et de·brun. Ventre et sous-caudales
blancs. Aile brun noirâtre. Rect. brunes, les lat. bordées de blanc. —- .l.
Dessus de la tête et nuque bruns ou blancs marqués de brun. Dos, croupion
et aile brun noiràtre ou grisâtre, les scapulaires plus claires et souvent avec
du blanc. Devant du cou et haut de la poitrine gris brun. Poitrine et flanc
blanchâtres marqués de gris et de brun. Ventre et sous-eaudales blancs avec
une tache anale grise. Côté de la tête et du cou blancs marqués de gris
brun sur les joues et le cou. - P. Bee brun, patte brun roussâtre avec le i
dessus des doigts jaunâtre. Face sup., poitrine et côté de la tête brun fuli-
gineux, le reste. blanc.
Nid d‘herbes, de mousse, de duvet, presque toujours au bord des eaux douces,
dans les herbes, sous les broussailles. — œufs : 5 à 7, ovales. Gd 2 5l à 54;
Pd : 36 à 39. Gris verdâtre ou olivâtre.
De passage irrégulier sur les côtes N. et W., accident. dans l`intérieur de la
France. — Régions arctiques; en hiver jusqu’à la Méditerranée, à la Caspienne,
au Baïkal, à la Chine, au golfe du Mexique. .
G. CLÀNGULA Lascn; Garrot.
Bec beaucoup plus haut que large à la base, à onglet assez long et peu courbé.
Mandib. inf. un peu xisible en arrière seulement. Queue conique et étagée. Tête
assez forte, grossie par une huppe plus ou moins développée. Cou plutôt court.
Corps ramassé. Q sensibl, plus petite que le dt.
C. clangula (L.) [Anas glaucion L.]; Garrot vulgaire. L : 48 à 50 (5*),
41 à 43   A: 19,6à 23; Q 18 il ll ; T 2 3,2 à 3,6; B :3,5:1 3,8. Bec roir

226 FAUNE ns rimxce. —— oxsEAu·<
bleuàtre (6) ou noiràtre à bout jaunâtre (Q); patte orange (6) ou jaunâtre
(Q) à palmure noirâtre ou brune, iris jaune. — 6 rupt. Tête et haut du cou
noirs à reflets verts et violacés avec une tache ovale blanche au côté du bec
(322), reste blanc taché de noiràtre à la région anale, avec le dos, le crou-
pion, les sus-caudales, partie des scapulaires, cubitales, rém. prim., barbes
int. des second. ant., grandes sus-alaires ant. noirs. — 6 été. Tête et haut
du cou brun roux foncé sans tache blanche au côté du bec. Cou gris plu 
clair en dessous. Dos, croupion, sus-caudales et scapulaires bruns, les
plumes bordées de cendré. Bas du cou et haut de la poitrine gris. Le reste
de la face inl'. blanc taché de noiràtre au flanc et aux jambes. Sus-alaires
blanches. lîém. et rect. brun noirâtre. -—- Q. 'l`rès semblable au 6 en été,
mais l`ensemble du plumage plus clair et les sus·alaires en partie noires et
non blanches en entier. —— J. Ptessemblant beaucoup à la Q. — P. Bec brun.
Face sup. et devant de la tête bruns avec quatre taches blanches sur le dos
et l’aile. Face inf`. blanche avec une bande brunâtre en travers de la poi-
trine.
Nul d`herbes sèches et de plumes dans un trou de falaise ou sur le sol parmi
les roseaux, souvent à même dans un trou d`arbre. - (Eu/lr: 9 à 14 et même au
delà, subelliptiques. Gd: 54 à 60; Pd: 4l à 43. Verdâtres ou gris vert.
De passage ou hivernal en France, particulier. sur les côtes. - N. de la région
paléarctique, en hiverjusqu`à la Méditerranée, la Caspienne, le N. de l`lnde, la
Chine, le Japon.
A C. islandica (Guen.); Garrot d`lslande, Canard de Barrow. L: 48 à 52;
C A: 24,5 à 25 ; Q: 9 à 10; T: 4,5 à 4,8; B: 3,5 à 3,8. Bec noir   rupt.)
ou noirâtre à bout jaunâtre (Q), patte orange à palmure noire, iris jaune
pâle. — 6 rupt. Tête et haut du cou noirs à vifs reflets pourpres et verts
avec une grande tache blanche en croissant vertical sur le côté du bec (325),
bas du cou et épaule blancs, reste de la face sup. noir avec le milieu des
scapulaires blanc (326). Face inf. blanche avec une ligne noire au flanc et
les sous-caudales lat. brunes. Hém. prim. et cubitales noires, les second.
à barbes ext. et extrémité blanches. Extrémité des grandes sus-alaires et
la plupart des moyennes blanches. Queue brune. — 6 été,   Tête et
haut du cou brun roux foncé. Bas du cou blanc taché de brun et de gris. Dos,
croupion, scapulaircs et sus-caudales brunes, les plumes bordées de gris.
Haut de la poitrine et flancs bruns, les plumes bordées de grisâtre, reste
de la poitrine et abdomen blancs, la région anale brune. Grandes sus-alaires
blanches à bout noir, moyennes sus—alaires noires et blanches. La Q un peu
plus claire. - J. Ressemblant beaucoup à la   —— P. Comme celui de
l'espèce précédente.
Nid très semblable à celui de l`espèce précédente. -— (Eufs : 10 à 12 et plus.
Gd: 59,5 à 64; Pd : 41 à 42,5. Vert bleuâtre clair.
Plusieurs captures sur les côtes N. de France. -—- Amérique septentr., Groënland,
Islande ; très accident. dans }"\\’. de l’Europe.

mvxxa nn rnuwcn. ——- oisizsrx 277
G. srsocs Fun!. ; Fulfgulc.
Bec à peu près aussi large que haut à la base, A onglet plus ou moins courbé.
Mandib. inf'. un peu découverte à la base. Aile effilée suraiguë ou aiguë, à 2* rém.
un peu échancrée au bord ext. Queue courte et arrondie. Corps trapu et arrondi.
N. nyfûca (Güw.); Fuligule nyroca, Canard â iris blanc. I.; 39 à 43;
A: 18,5 $119,5; Q: 6à 6,4; T: 2,9 à 3,4; B: 4,9 â 5,2. Bec ardoise, patte
grise à palmure noire, iris blanc. — 6 rupt. Tête, cou, poitrine et flanc
roux marron vif avec une petite tache blanche au menton et un léger collier
brun noir vers le milieu du cou. Dos, croupion, sus-caudales, scapulaires,
cubitales et sus·alaires brun noir à reflets bronzés. Ventre et sous-caudales
blancs. Jambe et région anale brune. Rém. prim. brunes sur les barbes ext. .
Rem. second. blanches largement bordées de noir brun verdâtre, les post.
avec souvent en plus un fîn liseré blanc. Rect. brun foncé. —— 6 été, Q.
Teintes bien moins pures et sans collier brun. Les plumes rousses bordées
de roussâtre, le brun de la face sup. peu brillant et nuancé de roux. Le
blanc de la face inf. moins puri L'ensemble encore plus terne chez la   —
J. Assez semblable à la Q mais les teintes plus sombres et les plumes à
bordures plus larges. — P. Bec' brun à onglet jaune, patte brun roux à
dessus des doigts jaunâtre. Face sup. brun olivâtre avec 4 taches jaune
sale peu apparentes.Face inf. jaune vit' avec du roux à la poitrine et du
brun à l'abdomén. _
Nid d`herbes doublé de plumes,dans les roseaux, sous des broussailles près de
l’cau. — (Eu/‘s: 8 àt2, ovalaires. Gd :50 a 53; Pd : 35 à 38. Gris jaunâtre ou
roussàtre.
Accid., estival, surtout de passage mais assez peu répandu en France. — Centre
et S. de l`Europe; Canaries ; Afrique jusqu’à l'Abyssinie; W. de l’Asie jusqu'à
l'lnde.
N. ferina   [Anas erythroceplmla Guen.]; Fuligule milouin. L: 43,5
à 50; A : 20,8 à 22,5; Q: 5,4 à Z7; T: 3,2à 3,7; B: 5,7 à 6,2. Bec bleuàtre
et noir (324), patte bleuâtre à palmure noire (6 rupt.) ou gris verdâtre et
brunâtre   iris orange (6) ou jaune   — 6 rupti Tête et moitié sup.
du cou roux rougeâtre, bas du cou, haut du dos et de la poitrine, croupion
et sus-caudales noir brun. Milieu du dos, scapulaires, sus-alaires, cubitales
et flanc blanc chiné de noirâtre. Bas de la poitrine et ventre blancs. Derrière
de la jambe et région anale nuancés et chinés de brun. Sous-caudales brun
noir: Rém. prim. gris brunâtre plus ou moins bordées de brun, second-
grises‘ou blanches éhinées de gris, les post. bordées de blanc. Rect. brunes.
-— 6 été, Q. Tête, cou, haut du dos et de la poitrine brun roussâtre presque
noirâtre sur le derrière de la tête, plus pâle autour du bec, des yeux et à
la 8dT8é,‘l8S plumes de la poitrine bordées `de blanchâtre. Dos, scapulaires

278 ixwxiz un rmxcn. — oxsmrx
et flancs gris brun avec des stries en zigzags blanchâtres. Croupion et sus-cau-
dales brun noiràtre. Bas de la poitrine et ventre blanchàtres. Région anale et
sous-caudales brun gris plus ou moins chiné. Rém. brunâtres plus foncées au
bout. Miroir gris brun. Sus·alaires brunes pointillées de gris.Rect. gris
brun. Les teintes plus ternes et plus sombres chez la   —— J. Ressemblant
beaucoup à la Q, mais plus foncé et à bordure des plumes plus nette. ——
P. Bec gris brun à dessous jaunâtre, patte brune avec des bandesjaunâtres ou
verdâtres. Face sup. brun olivàtre avec 4 taches roussàtres. G orge blanchâtre,
côté de la tête et du cou et reste de la face inf. jaunâtres, maculés au bas
ventre et aux sous-caudales.
Nidiyîcatimz analogue à celle de l'espèce précédente. — œufs: 8 à 12 d’un ovale
obtus. Gd : 60 à 63 ; Pd : 43 à 43. Gris verdâtre ou gris olivâtre.
Estival en quelques points de France, y étant surtout de passage. ·— Europe
depuis la Suède moyenne; N. de l’Asie jusqu’au Japon, descendant l’hiver dans
le N. de l'Afrique et le N. de l’Inde.
N. fulfgula (L.) [Arms colymbzis PALL., A. crislata Luca]; Fuligule
morillon. L: 39 à 15; .\.: 20,8 à 21,5; Q: 5,tà 6,2; T: 2,9 à 3,2; B: 4,2 à
4,7. Bec bleuâtre et noir (323), patte bleuâtre à palmure noirâtre, iris
jaune. -— d' rupt. Tête, huppe et haut du cou noirs à reflets violets (321),
reste de’la face sup., scapulaires et cubitales noir brunâtre, les scapulaires
très finement marquées de roussàtre. Poitrine noire. Ventre et flanc blancs.
Derrière de la jambe et sous-caudales noirâtres. Grandes rém. noirâtres en
dehors, gris brun aux barbcs int. ltém. second. blanches, terminées de
noiràtre formant un miroir blanc bordé de noir. Sus—alaires brunes. Rect.
noirâtres. -- df été,   Huppe courte. Tête, cou, face sup., poitrine, flanc
et aile brun noire, les scapulaires et le flanc marqués de roussâtre, le miroir
blanc de l’aile étroit. Ventre blanc lavé de brunâtre. La Q à teintes plus
ternes et sensibl. plus brune à la face sup., la base du bec largement entourée
de brunâtre, le blanc du ventre moins large. — J. Arrière du bec largement
blanchâtre. Face sup. brun noiràtre, les plumes bordées de clair. Côté de la
tête et cou brun roussàtre. Poitrine brune et roussâtre, reste de la face inf.
blanc sale, le flanc et le bas ventre marqués de brun et de roussâtre. —
P. Bec noirâtre marqué dejaunâtre, patte brune à dessus (les doigtsjaunâtres.
Brun fuligineux, la face inf. plus claire, avec la gorge et le ventre fauves.
Nid de roseaux et d’herbes sèches doublé de plumes, entre les joncs ou sous
un buisson près de l'eau. -· (Eufu.: 8 à 10, quclquefois‘12, d’un ovale court.
Gd : 56 à 59; Pd : 39 à 42. Gris roussàtre ou olivàtre.
Estival en quelques points de France, surtout de passage, assez commun,
particulier. sur les côtes N. ct VV. -— N. et Centre de l`Europe et de l'Asic, en
hiver jusqu`i·n Ab; ssinic ct dans lc S. de l`Asic.
N. mafilâ (la) l-i4IIlIS frmznln Sr.~.nR\¤.]; Fnligule milouinan. L Z 46 à 51 ;

rsrkn nr: ra xxcxt. — oxsssrx 279 .
A2 2],5 à 22,5; Q: (là 7; T: 3,3 à 3,9; B2 4,4 31 4,9. Bec blanchâtre et
noir  ou bleuàtre et brun   patte gris de plomb avec palmure noire  
ou brun verdàtre (Q), iris plus ou moins jaune. - 5* rupt. Tête, cou, haut
du dos et de la poitrine noirs, la tête et le haut· du cou à reflets verts, le
reste à reflets pourprés. Bas du dos et scapulaires blanchàtres, finement
chinés de noir. Croupion et sus-caudales noir brunâtre. Bas de la face inf.
blanc finement strié transvers. de brunâtre au flanc et au bas ventre et sous-
caudales noires. Rém. prim., cubîtales et rect. `bruncs. Rém. second. ant.
blanches à bout noir, les post. noir vert à barbes int. brunâtres, l'ensemble
formant un miroir blanc bordé de noir en haut et en arrière. Sus—alaires
noirâtres marquées de blanchâtre. --5* été, Q. Un large espace blanc ou
jaunâtre autour du bec, reste de la tête et haut du cou brun foncé avec
général. une tache blanche ou jaunâtre sur l'oreillc. Bas du cou, haut du
dos et poitrine bruns marqués de roussâtre. Reste de la face sup., aile et
queue brun 1`uligineux, le dos et les scapulaires chinés de blanchâtre. Ventre
blanc ou blanchâtre, jambe et région anale hrunàtres, Ilanc et sous-
caudales blancs chinés de brun. Miroir de l'aile blanc ou blanchâtre. La Q
de teintes un peu plus claires que le 5*, avec le blanc de la tête plus étendu
et plus pur. —- J. Ressemblant à la Q, mais les teintes moins pures, sans
zigzags blanchâtres sur le dos, le blanc du tour du bec moins développé et
lavé de jaunâtre. — P. Bec brun_ roux à onglet plus pâle et mandib. inf.
jaune, patte brun verdâtre à doigts jaunàtres. Face sup. brun roussâtre,
face inf. brunâtre avec la gorge et le ventre jaune gris. Côté de la têtejaune
foncé.
Nid ressemblant à celui de l'espèce précédente, mais plus particulièr. au bord
de la mer. — (Eufs: 8 à 10 ou 12, d’un ovale un peu allongé. Gd: 64 à 67; Pd: 42
à H, Gris olivàtre ou verdâtre. ·
De passage ou hivernal en France, principal. sur les côtes N. et W. - NÃ de
l’Europe et de l’Asîe, l'htver jusqu’au N. de 1’Afrique et au Japon. _
G. NETTÃ Kw?. ; Nettc, Brante.
Bec au plus aussi haut que large à la base, un peu plus étroit à l'avant, qui est
déprimé, qu'en arrière, un peu prolongé sur les côtés du front. Mandib. inf.
droite, un peu visible sur le bec fermé. Aile très étroite, pointue, aiguë ou sur-
aiguë, ln 2* rém. un peu rétrécie au bord ext. Scapulaires larges. Miroir sans
retlets métalliques. Plumes de la tète allongées chez le d'. —
N. tlllinl (FALL.); Nette rousse, Brante roussàtre, Canard siffleur huppé.
L:53,5 à 57,5 ;A: 26à29;Q:8à9,5;T: 3,8à4,2; B:5,3à5,‘7. Bec
(318) et iritrouges (6* rupt.) ou brun rougeâtre   —— 6* rupt. Tête et
haut du cou roux vif, la huppe un peu plus claire. Nuque, cou, face inf.
moins le flanc noir brun. Dos, croupion, scapulaires inf. grandes et moyennes

280 i FAFNE ne FRANCE. — oxssarx
sus-alaires gris brun. Scapulaires sup., petites sus·alaires et flancs blancs,
plus ou moins nuancés de roussâtre vif. Rém. prim. noirâtres, rém. second.
ant. blanches bordées de gris., post. à barbes ext. gris brunâtre, à barbe
int. blanches ou de la teinte des ext. Miroir blanc. Rect. gris brun à bout
clair. —·—- (jl, été, Q. Dessus de la tête brun roux, joue et haut du cou gris ou
gris roussâtre. Face sup. brun cendré avec le croupion plus foncé. Bas du
cou, poitrine et flanc brun jaunâtres, ventre blanchâtre, sous-caudales blanc
roussâtre. La Qun peu plus terne, avec le miroir grisâtre. ——~ .7. Ressemblant
beaucoup à la   ·- P. Bec noiràtre à onglet et mandib. inf. jaunes, patte
brune avec le bord xleivdoigts jaune. Face sup. brun roux avec 4 taches
blanches, face inf. blanche, lavée de gris â la poitrine et à Yépigastre. Côté
de la tête et du cou blancs avec un trait brun postoculaire.
Nid d‘berbes sèches et de plumes sur un îlot, parmi les joncs. — œufs: 7 à i0,
ovalaires. Gd: 55 à 60; Pd: 40 à 42. Gris jaunâtre, roussâtre ou légèr. vcrdâtre.
Estivale mais rare, dans le S. et le Centre de la France, surtout de passage. —
S. de l'Europe, remontant plus ou moins dans le Centre ; N. de l’Afrîque; Asie
centrale. i
G. DAFILA Lmcn; Pilet.
Bec presque de la long. de la tète, nettement plus haut que large à la base, à
arête à légers prolongements frontaux. Onglet petit, brusquement courbé.
Mandib. inf. un peu visible à la base. Aile suraîguë atteignant à peu près le bout
des rect. moyennes. Corps assez long.
D. acuta   [Anas longicauda Bmss.]; Pilet acuticaude, Canard pilet,
L 2 54   à 66,5   A : 25,5 à 27,5 Z Q: 12,5   à 22  (331); T: 3,5
à 4,1; B: 5,2 à5,'7. Bec (332) et patte gris noirâtre (dl rupt.) ou brun
noirâtre   iris brun. -— 5* rupt. Tête et haut du cou bruns à reflets
pourpres et mouchetés de noirâtre, avec une ligne longit. blanche sur le
côté du cou. Nuque et milieu du dessus du cou noirs. Reste de la face sup.,
haut des scapulaires et flancs blanchâtres chinés de noirâtre, les sus-
caudales brunes bordées de blanc roussâtre. Scapulaires inf. noires plus ou
moins marquées de blanchâtre sur les bords. Bas du dos, poitrine, épigastre
d’un blanc plus ou moins pur. Bas ventre grisâtre cbiné de noirâtre, sous-
caudales noires. Hém. prim. brunes. Rém. second. à barbes ext. vert violet
ou pourpres, à barbes int. noires, à bout noir et blanc. Cubitales noires
largement bordées de gris. Sus-alaires grises, les grandes terminées de roux.
liect. médianes noires à reflets vcrdâtres, lat. brunes bordées de blanc. —
df été,   Tête et cou roussâtres mouchetés de brun. Face sup. brun foncé,
les plumes bordées de grisâtre ou de roussâtre clair. Face inf`. roussâtre
plus ou moins tachetéc de brun. Aile brune à miroir pourpre à reflets (gf)
ou brun sans reflets avec bordure blanche en haut, noire et blanche en

· Musa ne Imxcs. — oismrx 28l
bas   Rect. brunes liserées de blanchâtre et barrées transvers. de roussàtre
chez la   Celle-ci dans l'ensemble, plus claire. — J. Ressemblant beaucoup
à la   -— P. Bec noirâtre à onglet et mandib. inf. jaunâtre, patte brune.
Face sup. brune avec 4 taches blanches, face inf,` blanche avec la poitrine
grise. Côté de la tête blanc avec 2 bandes brunes, l'une sur l’œil, l’autre en '
travers de la joue. ·
Nid d`herbes sèches et dc plumes aux bords des eaux douces, parmi les roseaux,
les grandes herbes, les broussailles. — (Eu/1: 8 à 10, subelliptiques. Gd : 54 à 58;
Pd : 38 à 41. Gris verdâtre, olivâtre ou roussàtre.
De passage régulier et hivernal cn France. — Régions subarctiques, descendant
l'hiver jusqu?au N. de l'At'rique, à l’lnde, à Bornéo, à Panama et à Cuba.
G. SPATULÃ Boxe; Sauchel.
Bec bien plus haut que large à la base, à arête avec 2 petits prolongements
frontaux, à onglet petit et brusquement courbé. Aile longue, suraiguë, atteignant
a peu près le bout de la queue. Celle-ci courte, conique à 14 ou 16 rect. Tête
forte. Q presque aussi grande que le 0*.
S. clypeitn   ;Souchetc·o1nmun. L: 44 à 50; A: 23,8 à 26; Q 2 8,5 à
10,5; T : 3,4 à 3,7; B :6,5 à 7. Bec noirâtre à mandib. inf'. plus ou moins
jaunâtre (330),pattejaune plus ou moins orangé, iris jaune. —- (3* rupt.
Tête et haut du cou verts à reflets. Bas du cou et poitrine blancs. Dos brun
foncé marqué de blanchâtre, croupion noir, sus-caudales noires et vertes à
reflets, scapulaires blanches un peu tachées de noirâtre. Ventre et flancs
marrons, région crurale avec un peu de brun, la région anale blanche tachée
de noirâtre au milieu, sous-caudales noires à reflets verts. Rém. prim. brunes,
rém. second. à barbes ext. vertes à reflets cuivrés, à barbes int. brunes,
formant un large miroir bordé de blanc en haut. Cubitales noires, les plus
grandes avec une raie longit. blanches. Grandes sus-alaires gris brun à bout
blanc, les autres bleu gris. Rect. médianes brunes, suivantes blanches et
brunes, les lat. presque eutièr. blanches. - df été, Q. Tête et con roussâtres
à taches noirâtres, reste de la face sup. brun, les plumes largement bordées
de roussâtre. Face inf. roussâtre, plus claire à la poitrine, plus rousse au
ventre et tachée de brun. Aile comme le df rupt,, mais à teintes moins pures,
particulièr. chez la Q qui est aussi plus claire et plus maculée dans l'ensemble.·
—- J. Ressemblant en plus terne à la   ——- P. Face sup. brun roux avec une
tache longit. fauve de chaque côté du dos. Gorge et devant du cou grisâtres,
la poitrine plus foncée, ventre jaune roussâtre pâle. Côté de la tête clair avec
une bande brune du bec sur l'œil vers la nuque.
Nid d’herbes sèches et de plumes dans les roseaux, les herbes ou les brous-
sailles près de l‘eau. — (Eu/`s: 8 à 14, subovalaires. Gd : 51 à 56; Pd: 35 à 37.
Gris olivâtre ou vcrdâtre clair.

282 FAUNE DE rimxoe. ·—— OISEAUX
De passage et hivernal en France, signalé comme y nichant parfois. — Régions
subarctiques, descendant l’hîver bas en Afrique, Asie et'Amérique.
(G. EUNETTÀ Èoiur.; EuneIte.)
E. falcata (GlZOHGI);· Eunette à faucilles. L : 48; A : 25; Q : 7,6; T : 3,5;
B : 4,5. Bec noirâtre, patte grise à palmure noirâtre, iris brun. — (j' rupt. Dessus
de la tête marron, son côté, la nuque et la huppe verts à reflets bronzés. Un
collier vert suivi d’un blanc. Gorge ct devant du cou blancs. Presque tout le corps
gris vermiculé de brun foncé, la poitrine avec des croissants trausv. noirs et
blancs. Abdomen blanchâtre. Sus et sous-caudales noires. L`aile avec un miroir
vert à reflets et les cubitales, longues, étroites, en taucille. -— d' eté, Q. Huppe
peu développée, pas de faucilles à l’aile. Tête et cou bruns avec des marques
roussâtres. Dos brun noir avec du fauve et du roux. Poitrine rousse avec des
croissants transv. bruns. Abdomen roux fauve taché de brun. Aile avec un miroir
noir à reflets verts. Rect. gris brun à pointes rougeàtres.- Signalée comme ayant
été accident. capturée en France. — Asie orientale, très accid, en Europe.
G. HARIARONETTL Raxcnsrxn.; Marmaronette.
Bec comprimé en arrière, presque de la même largeur sur toute la longueur
à onglet bien recourhé. Tarse comprimé, sensibl. plus court que le médian. Aile,
n'atteignant pas tout à fait le bout de la queue. Sexes presque identiques.
M. angllStîI‘08t1‘îS (MÉNÉTR.) ; Marmaronette marbrée. L 2 39 à 43;
A: 20 àl 22 ; Q: 8,5 à 9; T 2 3,4 à 3,6; B: 4,8 à 5. Bec et patte noirâtres,
iris brun. - (ji   Bonnet et cou blanchâtres striés de brun (335), reste de
la face sup. et scapulaires terre d’ombre, avec les plumes terminées d’isabelle,
les scapulaires tachées de blanc cendré. Face inf. blanchâtre, avec des
ondulations transv. brun clair, le bas ventre étant plus clair et moins marqué
de foncé. Une tache brune autour de l’œil. Aile brun gris clair avec les rém.
second. terminées de blanc. La Q seulement de teintes plus claires, la face
inf. plus blanche, l’ensemble moins marbré. — .I. Comme la Q, mais plus
terne. —-— P. Face sup. brun foncé avec 4 taches blanchâtres. Face inf. et
jaune brunâtre clair. Une ligne brun foncé du bec sur l'œil vers l'arrière de
la tête. `
Nid d`herbes sèches et de plumes, au bord de l'eau. — œufs : 10 à 12, ellip-
tiques. Gd : 44,5 à 49; Pd : 33 à 35. Jaunâtres ou roussâtrcs.
Très accident. dans le S. de la France. — S. de l`Europe; N. de l’Afrique;
S. W. de l’Asie.
G. QUERQUEDULA Sriirn.; Sarcellc.
Bec demi-cylindrique avec général. de petits prolongements frontaux. Onglet
un peu courbé vers le bout. Mandib. inf. découverte seulement un peu à la base.

mena mt FRANCE. ·- msraarx 283
x
Narincs petites et rapprochées, assez près de la base du bec. Aile suraîguë, attei-
gnant ou presque Ycxtrémité de la queue.
Q. querquedula (L.) [Anas cfrcfa L.]; Sarcelle d'été. L : 35 à 41; A 2 X9 à
20,5; Q 1 7,3 à 8; T :2,5 21 3, 1; B : 3,9 à 4,3. Bec brun noir, patte gris
brunâtre, iris brun. - (jt rupt. Dessus de la tête et nuque bruns bordès d'un
large sourcil blanc (336). Côté de la tête et cou brun roux mouchetés de
blanc. Reste de la face sup. brun avec bordure des plumes grise. Partie des
scapulaires grises, les autres grises et noires avec des reflets verdâtres et une
bande longit. blanche; Gorge noire. Poitrine roussâtre avec le bout des
plumes formantdes croissants noiràtres. Reste de la face int`. blanc jaunâtre,
rayé transvers. de noir sur les flancs, et taché de brun au bas ventre et aux
sous-caudales. Les crurales blanches bordées de noir et terminées de gris.
Rém. prim. et rect. brunes plus ou moins bordées de blanchâtre. Rém.
second. à barbes ext. vert à reflets, à barbes int. brunes, à bout blanc. Cubi-
tales brunes rayées et bordées de blanc. Sus-alaires gris bleu, les grandes à
bout blanc. — Cf été,   Face sup. brune avec les plumes bordées de gris
roussâtre. Gorge blanchâtre ainsi que le sourcil. Reste de la face inf. blanc
roussâtre taché de brun, sauf au ventre. Scapulaires brunes, cubitales
noirâtresbordées de blanc (dt) ou brunes bordées de roussâtre   Sus- ‘
alaires d'un gris plus ou inoins bleuâtre. Miroir vert, brillant (di) ou terne
  — J. Resseniblant à la   - P. Bec brun à onglet roux, patte
brun roux. Face sup. brun roux plus foncé au vertex, et au croupion avec
4 taches jaunes au dos. Face inf. jaune roussâtre, la poitrine lavée de brun,
l`abdonien de gris. Côté de la tête jaune roux avec 2 bandes transv. brunes,
l'une sur l'u:il, l'autre sur la joue. '
Nid de roseaux et d'herbes, doublé de duvet et de plumes, dans les herbes du
bord de l'cau ou sous une broussaille à une certaine distance de l'eau. - (Eu/'u :
8 à I2, elliptiques. Gd : t6 à 49; Pd : 32 à 34. Jaunâtres ou roussâtre pâle.
Estivale et de passage en France. — Régions paléarctique, sous-arctique et '
presque jusqu'à l`.\frique centrale.
Q. crecca(l..)   minor Bmss.]; Sarcelle d`hivcr. L : 32 à 39,5; A : 1'7 à
18,5; Q 2 7 En 7,6; 'l` : 2,6 à 3; B : 3,9 à 1,2. Bec noirâtre, patte grise, iris
brun. — Cf rupt. Tête ct haut du cou marron avec de chaque côté, à partir
de l`«ril qn`elle encadre, une large tache vert. foncé à reflets gagnant la
nuque et entourée d’une fine ligne blanchâtre (338). Gorge noire. Bas du con,
scapulaires sup. et flancs blancs chinés de noir, autres scapulaircs blanches
â bout noir. Croupion brun. Sus—caudales niédiaucs gris brun en haut,
noirâtre à bordure blanchâtre en bas, les lat. noir à reflets bordées de
jaunâtre. Poitrine roussâtre a taches noires rondes, reste de la face inf. jau-
nâtre, le bas ventre lavé de brun, les sous-caudales médianes ant. noires, les
autres d’un blanc plus ou moins jaunâtre. Rém. prim. et rect. brunes plus
ou moins bordées de blanchâtre. Rém. second. ant. noires extér., post. vert

284 mcse ns rmxciz. -— oissarx
à reflets extér., toutes brunes aux barbes int. et terminées de blanc.
Cubitales grises et brunes. Sus-alaires gris olivâtre, les grandes terminées de
roux et de blanc. — gf été,   Bonnet brun un peu taché de roussâtre, côté
. de la tête et cou roussâtres tachés de brun. Face sup., scapulaires et cubitales
brun noirâtre, les plumes bordées de roussâtre plus ou moins foncé. Face inf.,
moins le cou, blanchâtre maculée de brun à la poitrine, aux flancs et
aux sous—caudales. Miroir comme le dt rupt. mais moins brillant, surtout la
Q. Sus-alaires grises (gj') ou gris brun   — J. Ressemblant beaucoup à la
Q. — P. Très semblable au poussin de   querqneduln seulement un peu
plus petit, le bec rappelant celui de l’adulte. i
Nidi/ïcation rappelant beaucoup celle de la Sarcelle d'été. ·— (Eu/`: : 9 à 14,
elliptiques. Gd : 43 à 46; Pd : 3t à 33. Blanc jaunâtre ou verdâtre: '
Estivale, de passage ou hivernale en France. -- Europe; Asie ; Afrique jusqu’à
l’Abyssinie.
Q· formosa (Gsoaox) [Anas glocilans PALL.]; Sarcelle élégante. L : 39,5 à
47; A: l9,5à22; Q:9,5àl0,5; T: 3,3à3,8; B 23,ôà 3,8. Bec etpatte
noirâtres, iris brun. — dt rupt. Bonnet noir violacé entouré par une bande
ai sourcillère blanche, du bec autour de l’occiput. Côté de la tête jaune clair
bordé de blanc, coupé par une bande verticale noire, de l’œil à la gorge de
même teinte. Un bandeau vert d'un œil à l'autre au dessous du blanc de l’oc-
ciput-et descendant en noircissant sur le cou pour former un collier séparant
en arrière une tache blanche de chaque côté du cou (337). Partie postém·sup.
" du cou noir violacé. Dos gris à ondulations transv. brunes. Scapulaires longit.
i ” noires, rousses et blanches. Cou etpoitrine brique pâle taché de noir. Abdomen
roussâtre. Bas ventre noir avec une ligne transv. blanche et les côtés roux
vif. Flanc gris fauve vermiculé. Réan. prim. et rect. brunes. Sus·alairas roux
vif, les grandes second. à bout vert avec un trait subterminal foncé. Miroir
noir violet bordé de blanc en arrière. — d' été, Q. Plumes du bonnet noires
bordées de roussâtre. Derrière du cou roussâtre strié de noirâtre, reste de la
face sup. brune, les plumes bordées de roussâtre et de gris. Face inf. blanche,
la gorge lavée de jaunâtre, le haut du cou tacheté de noir, le bas du cou et
la poitrine lavés de roussâtre et tachetés de brun, les ilancs.onclés de brun
roussâtre, le bas ventre et les sous-caudales tachés de brun. De chaque côté
du bec une tache chamois 'surmontée d’une tache brune piquetée de noir.
Rem. prim. brunes à extrémité plus foncée. Rém. second. ant. noires à bout
blanc, les post. noires avec la moitié distale ext. vert doré et le bout blanc.
Cubitales brunes à bout noir bordé de roussâtre. Sus-alaires comme le (jl
rupt. — J. Ressemblant en plus terne à la   —- I'. Comme celui de l'espèce
précédente, mais de taille un peu plus forte.
Nidi/icatian semblable à celle de Q. crecca. -· (Eu/‘: : 8 à 40, elliptiques, Gd ; 45
à 48; Pd ;‘32 in 36. Verdàtres ou olivàtves,

uuu: ns mmc:. - oiseaux 285
Tuée dans la Manche et en Saône-et-Loire. —~ Asie orientale; accident. en
Europe (l).
G. IARECÀ Srspu.; fllaréque, Si/`/leur.
Bec è base légèr, plus haute que large, très légèr. rétréci vers le bout, à petits
prolongements frontaux. Onglet court et bien courbé. Mandib. inf. un peu visible
à la base. Aile suraiguë n’atteignant général. pas le bout de la queue.
I.· penelope   [Arms f8tlfl(Il'l·8 Baise.]; Marèque pénélope, Canard
siffleur. L 146 à 54; A : 25,6 à30; Q : l0à 10,7; T 1 3,5 à3,6; B Z 3,5 à 4.
. Bec blenâtre à pointe noire, patte grise, iris brun. — (jt rupt. Tête et haut
du cou roux et ponctués de noiràtre (334) Reste de la face inf. sauf les sus-
caudales, scapulaires, haut des flancs et arrière de la jambe blanchâtres
chinés de noir ou de noiràtre. Sus-caudales ant. brunes, post. blanc chiné,
lat. noires. Gorge noire ou noiràtre. Devant du cou et poitrine roux lie de
vin avec souvent des marques brunes. Ventre blancjaunâtre et sous-caudales
noires. Rém. prim. et rect. brunes, ces dernières bordées de blanchâtre.
Rém. second. d’un vert à reflets dorés extér., brunes intér., terminées de
noir et à pointe blanche, formant un miroir vert bordé de noir en haut et en
bas et de blanc_ en arrière. Cubitales noires bordées de blanc. Grandes et
moyennes sus-alaires blanches, les premières à bout noir, petites grises. —
(jl été. Tête et cou roux foncé mouchetés de noir. Dos brun avec les bordures
des plumes un peu plus claires. Poitrine et flanc brun marron, la première
rayée transvers. de noir. Ventre et sous·caudales blancs, celles-ci tachées
de brun. Aile à peu près comme au printemps. — Q. Ressemblant au dt en
été, mais ensemble du plumage plus clair, plus gris et plus maculé. L’aile
beaucoup moins brillante, le miroir cendré bordé de blanc en arrière. —
J. Hessemblant à la Q. — P. Bec noirâtre à onglet et dessous jaunàtres,
patte brun roux. Face sup. brun roux foncé. Face inf. jaune ou jaunâtre, la
poitrine nuancée de gris. Côté de la tête et du cou roux gris.
· Nid de feuilles, de roseaux, d'herbes sèches, de duvet et de plumes, au bord de
l`eau parmi les hautes herbes ou sous une broussaille. — (Eu/`s: 8 à l2, ovalaires.
Gd : 52 à 57; Pd : 37 à 39. Blanchàtres, blanc jaunâtre ou olivâtre.
(t) Querquedula dileora (L.) A peu près de la taille de Q. querquedula. — d' rupt,
Dessus de la tète gris à reflets verts i la nuque. Une tache blanche en croissant, entre
le bac et l'œil. Sus·alaires bleu vil et un miroir alaire vert métallique bordé de blanc en
avant. Face inf. marron clair tachée de brun foncé et barrée de noiratre.-— Q. Grisatre,
lachée de fauve clair à la face sup., de brun foncé a la face inf, Un sourcil blanc.net.
Aile avec un miroir gris brun bordé de blanc d’un roti. Amérique septcnlr. et centrale,
très accident. W. de l`Europe. — Aurait été capturés près de Carentan (Dentaire ar
Gaa¤a,J867) [Cette capture a été aussi rapportée a Q. lorquala (Vx|:n.1..), espèce de
Vltmérique méridionale qui n'a pas été signalée ailleurs en Europe].
1 9

286 FAUNE vs rkaxcs. — 0xssAux
Exceptionn. estivale, principal. de passage et hivernale en France. —— Régions
subarctiqucs de l’Europe et de l'Asie, descendant l'hiver ju,squ`en Abyssinie et
Bornéo; accid. dans le N. de l’Amérique.
[M. 3m8t‘iC&I1a (GMEL.); Marèque américaine. L : 50; A : 26,5; Q : 10; T 2
3,5; B :3,6. Bec hleuâtre à onglet noir, patte noirâtre, iris brun. -—- d' rupt.
Front et vertex blancs, occiput et haut du cou roux marron. Dos et scapulaires
brun gris avec des lignes transv. noires et rousses. Sus-caudales noires. Face inf.
et une large bande sur l’aile blanches. Côté de la tête et cou blanchâtres poin-
tillés de noir, avec une Ia1·ge bande verte à reflets de l'œil sur la nuque. Rém.
prim. brun foncé, second. bleu noir frangées de blanc. Miroir vert doré bordé de
_bleu noir. Rect. médianes noires, lat. grises. —— Q. Tête et cou blanc jaunâtre
taches de noir. Dos brun sombre. Poitrine teintée de roussâtre. Signalée comme
exceptionn. capturée en France. — Amérique septentr., l’hiver dans l'An1érique
centrale; accident. en Angleterre.] _
G. CHÀULELASMUS Guay; Chipeaua
Bec très légèr. plus haut que large à la base, un peu aplati et subarrondi en
avant, à onglet brusquement courbé. Faibles prolongements frontaux. Mandib.
inf découverte en arrière seulement. Narines très peu avancées sur le bec. Tarse
comprimé. Aile suraiguë atteignant presque l’extrén1ité de la queue. Celle—ci
courte et arrondie. `
Ch. St!‘¤pe!‘u8(L.);Chipeau bruyant, Canard ridenne. L : i`7,5 il 55; A Z
25,5 à 28; Q :8,5 à 10,2; T : 3,3 à 3,7; B : 4,6 à 5,1. Bec noir bleuâtre (d')
(333) ou gris verdàtre foncé à bords jaune rougeâtre   patte orange à pal·
mure noiràtre, iris brun. —— Cf rupt. Front, joue, gorge et moitié sup. du cou
gris roussâtre taché de brun, dessus de la tête brun légèr. marqué de
roussâtre. Bas du cou, haut du dos, scapulaires, poitrine et flanc noirâtres
avec des croissants transv. blanchâtres ou roussâtrcs, sauf aux deux derniers
où ce sont des ondulations transv. de même couleur. Bas du dos et croupion
brun. Sus et s0us—caudales noires à reflets. Ventre blanchâtre plus ou moins
strié de brun surtout dans la région anale. Rém. prim., cubitales, petites sus·
alaires et rect. brun cendré, les dernières bordées de gris roussâtre. Rém.
second. ant. brun gris liserées de blanc, les suivantes extér. noires en haut,
blanches en bas, intér. brunàtres, formant un miroir blanc largement enca-
dré de noir violacé devant et derrière. Grandes sus-alaires ant. marron, post.
noires. Moyennes sus·alaires roux marron. — (jf été, Q et J. Face sup. brun
noirâtre, les plumes largement bordées deroussâtre, le croupion et les sus-
caudalcs gris. Cou gris roussâtre plus ou moins pâle et fortement tachcté.
Poitrine et tlanç roussâtres, tachés de noir. Ventre blanc. Sous—caudale|
plus ou moins tachées de noir, Miroir comme au printemps et souvent. des
traces de marron aux sus-alaires (çj‘) ou sans bordures noir violacé   et J).

` t··.wSn ns ramena. -—· oiseaux 287
·¤- P. Bec brun à onglet et base jaunâtres, patte brune à bords des doigts
jaunâtres. Face sup., aile et cuisse brun, plus foncé au vertex et au bas du
dos,- avec six taches blanchâtres. Face inf. gris clair, la poitrine lavée de
brunâtre, le ventre blanc. Côté de la tête fauve avec 2 bandes transv.
foncées, l’une sur l’œil, l`autre sur la joue. .
Nid d`hex·bes sèches et de plumes, à terre dans les roseaux d`un marais. —
(Eu/lv: 8 à 12, ovalaires. Gd : 52 à 56; Pd : 372140. Grisjaunâtre ou légèr. verdàtrc.
De passage et hivernal en France. — ltégyions subarctiques, en hiver jusqu`cu
Abyssinie, dans l’lnde, en Chine, en Floride, au Mexique.
G. ÀNÀS L.; Canard,
Bec un peu plus haut que large à la base, assez aplati, ii bords largement
arrondis en avant, à onglcvconvexc, court. Légers prolongements frontaux. Man-
dib. inf. découverte à la base seulement. Lamelles un peu visibles au milieu du
bec. Aile aiguë n’atteignant pas tout il fait Fextrémité de la queue.
A- platythynchus L.   boschas L., .~l./`cra Brass.]; Canard sauvage.
L : 52,5à 62; A : 25,5 à 29; Q : 9,3 à ll; 'l` 2 3,8à 1,5; B : 5,5 il 6,7. Bec
jaune ou jaune verdàtre à onglet noir ((3* rupt., H5 p. GI), ou gris verdàtre
ou brunâtre à bords et base jaunes (Q), patte orange, iris brun ou brun rou-
geâtre. - Cf rupt. Tête et haut du rou vert foncé à reflets limité par un
étroit collier blanc du reste du cou gris brun derrière ainsi que le haut du
dos finement ondé transvers. de brun. Bas du dos brun noirâtre. Sus-caudales
et 4 rect. médianes retroussécs en crochet, noir à reflets. Scapulaires et
cubitales blanchâtres, grises ou brunes et plus ou moins chinées. Bas du cou
en avant et poitrine roux marron foncé. Reste de la face inf. blanchâtre,
finement strié transvers. de noirâtre. Sous-caudales noires. Rém. prim. gris
brun. Rém. second. bleu violet extér., à bout noir et pointe blanche, formant
un miroir à reflets bordé de noir et de blanc en avant et en arrière. Sus·
alaires gris brun, les grandes blanches vers le bout et terminées de noir.
Rect. lat. à barbes ext. blanches, à barbes int. grises ou gris brun. —- çj*
été, Q et J. Tête et cou roussâtres mouchetés et striés de noirâtre, au dessus
et sur le côté, le bonnet et une bande oculaire longit. étant plus foncés.
Face sup. brun foncé, toutes les plumes largement bordées de roussâtre.
Face inf. roussàtre, lavée de brun au bas du cou et à la poitrine avec des
taches brunes. Rém, prim. gris brun. Miroir violet bordé de noir et de blanc.
Sus—alaires brun foncé. Rect. brunes bordées de blanchâtre. La Q plus pâle
que le 5**, le J. plus terne que la Q. ··- P. Bec brun olivâtre, à ougletpàle
et dessous jaune, patte brun jaunâtre. Face  up. olivâtre foncé avec 4 taches
symétriques jaune pâle. Face inf. jaune pâle. Côté de la tète et du cou jaune
pâle avec une bande transv. olivâtre foncé sur l`œil, vers la nuque et une
ache de même couleur sur l’oreille.

288 raums ma raaxca. - oiseaux
Nid de roseaux, d’herbes sèches et de plumes entre les herbes ou les brous-
sailles, sur le bord de l’eau ou plus ou moins loin d`elle, accident. dans un trou
d’arbre. -—- (Eufs: 9 à 12 et jusqu’à 14, ovalaires. Gd : 55 à 60; Pd : 4l à 45,
verdâtre clair.
Estival, de passage et hivernal, répandu dans presque toute la France. — N. et
Centre de l’Hémisphère arctique.
· G. GÀSÀBCÀ Bouar.; Gasarca.
Bec un peu plus haut que large à la base, à peu près de la même largeur sur
toute la long., avec de petits prolongements frontaux. Onglet convexe et courbé
au bout. Mandib. inf. décou-verte sur la moitié proximale. Tarse un peu plus long
que le bec. Aile dépassant un peu le bout de la queue, celle·ci subarrondie. Sexes
peu différents.
/
C. ferruginea (Pau.,) [Arms cnsarca L., A. rulila PALL.]; Casarca roux,
Tadorne casarca. L: 54,5 à 63; A : 35,5 à 37,5; Q: 13,5 à 14,8; T : 5,3 à
6; B : 4,4 à 5,2. Bec noir, patte noiràtre, iris brun jaunâtre. — (jl. Tête
fauve clair. Reste du corps roux marron avec un mince collier noirâtre
autour du cou, le bas du dos plus ou moins chiné de roussâtre et de noirâtre,
le croupion, les sus-cauclales et une tache de chaque côté de la région anale
noir verdàtre. Rém. prim. et rect. noir verdâtre. Rém. second. à barbes
ext. vertes à reflets, à barbes int. brunes. Cubitales à barbes ext. roux
marron et à bout blanchâtre. Sus-alaires blanches. — Q et J. Comme le d',
mais de teintes moins pures et sans collier noir au cou. - P. Face sup. et
cuisse brun roux, avec le front, des taches lat. dorsales, la face inf. et le
côté de la tête blancs.
Nid dans un trou à terre, un trou de rocher ou d’arbre. — œufs : 8 à IO, ovales.
· Gd : 62 à 66 ; Pd: 44 à 48. Blancs ou légèr. jaunâtres.
Rencontre accident. en France, surtout dans le Midi. — S. E. de l’Europe; N.
de l’Afrique; Asie jusqn’au Japon et l’l1iver jusqu’en Indo-Chine.
G. TADORKÀ Fmm. ; `Tadome.
Bec beaucoup plus haut que large à la base, aplati et plus large en avant qu'en
arrière, sans prolongements frontaux. Onglet, petit, étroit, brusquement
recourbé en dessous. Mandib. inf. découverte sur la moitié proximale. Aile aiguë,
atteignant à peu près le bout de la queue. Celle-cî quasi carrée. Sexes peu
différents.
T. tadorna   [T. beloni RAY, T. cornuta Gum.]; Tadorne ordinaire,
Canard tadorne. L 2 56à 64; A : 32 à 36; Q : 11à 12,3; T : 5,1 à 5,7; B:
5,2 à 6. Bec rouge rose à tubercule frontal (5* rupt)   ou sans tubercule
frontal (dl été,   ou brun rougeâtre (J), patte rose, iris brun, —- (jl. Tête

must: ne rkaxce. — oiseaux 289
et haut du cou vert foncé. Reste de la face sup., moins le haut du dos,
région int. des scapulaires et des cubitales, sus·alaires et flanc blanc pur.
Ilaut du dos et poitrine avec une large ceinture roux vif. Milieu de l'ab·
domen, grande partie des scapulaires et rém. prim. noirs. Sous-caudales
rousses. Rém. second., pour la plupart, à barbes ext. vert foncé à reflets, à
barbes int. blanches, à bordure noire et blanche. Cubitales roux marron 'à
bordure noire. Queue blanche terminée de noir. -   Ressemblant au çj',
mais le plumage plus terne, la tête et le cou brun noir. verdàtre, avec une
tache blanche au front et souvent à la paupière inf. Milieu du ventre moins
largement noir. Miroir plus terne. — J. Tête et cou bruns tachetés de blan-
châtre. Les plumes rousses du dos liserées de brun. Scapulaires en partie
gris brun. Roux de la poitrine étroit et taclié de noir. Milieu du ventre varié
de blanc. Sus-alaires bordées de gris. Queue terminée de brun, à bout blan-
châtre. - P. Très semblable à celui de Casarwa fer·rugz'nen.
Nid dans un trou en terre, souvent vieux terrier de Mammifère dans un trou de .
rocher ou d‘arbre. — (Eu/`s : 7 à l2, ovalaires. Gd : 62 à 74; Pd g 44 à48.
Estival et rare, sur quelques points des côtes de France, surtout de passage,
particul. au bord de la mer. — La plus grande partie de l’Europc; N. de
l’Afrique; Asie jusqu'au Japon, descendant l’lxiver jusqu’aux Indes. '
G. ALOPECHEN Srenr.; Alnpéchen, Chénalopeœ.
Bec avec un petit bourrelet charnu au côté du front, à peu près de la même
largeur sur toute la long., à mandib. inf. un peu visible, à onglet large, brusque-
ment recourbé. Sexes semblables.
A. œgyptiacus (L.); Alopéchen d’Égypte, Oie d’Égypte. L : 66 à 72; A :
40 à 44;_Q: 14 à 15,5; T : 7,5 à 8,8; B : 4,5 à 4,7. Bec rose rougeâtre â
onglet noirâtre (328), patte rose rougeâtre, iris orange. —— 5*. Devant du
front, lorum et tour de l'«cil marron vif, reste de la tête et cou isabelles
passant au brun sur le dessus, avec une large tache auriculaire fo_ncée. Haut
du dos marron clair, milieu du dos et scapulaires brun rougeâtre, le tout
vermiculé de noirâtre. Sus-candales noires. Bas du cou brun marron. Poi-
trine et flanc isabelle jaunâtre à zigzags transvers. bruns et une large tache
marron vif au milieu de la première. Milieu de l’abdomen blanc roussâtre,
sous-caudales rouxlclair. Rem. prim. noires. Rém. second. vert à retlets
pourpres. Cubitales à baxjbes ext. roux vif. Susjalaires blanches, les grandes
avec une bande noire. Queue brun violacé. —   Seulement de teintes plus
ternes que le dt. —— J. Tête et dessus du cou roux tache de brun. Dos rous-
sâtre et scapulaires brun roux avec des zigzags transv. foncés. Croupion
noir à ondulations grises. Sus-caudales noires. Gorge blanchâtre tachée de
roux, le milieu du cou brun_ taché de roux. Poitrine roussàtre à zigzags
transv. bruns, Abdomen gris roux. Flancs ii zigzags transv. noirâtres. Sons·
1 9 n 19

290 rArNs un rnaxcs. x- oxsiaatx
caudales rousses. lîém. noires. Sus·alaires grises. Queue noiràtrc. — P.
Face sup. longit. rayée de brun foncé et de gris clair, face inf. blanchâtre.
Nid sur un arbre, dans un trou d’arbre, dans les broussailles, les hautes herbes
du bord des eaux. -· (Eu/'s : 4 à 7 d’un ovale court. Gd : 68 à 71; Pd: 49 la 54,5.
Blanc jaunâtre ou légèr. verdâtre.
Très accid. en France, la plupart des rencontres signalées devant être rappor-
tées à des individus échappés de captivité. —- N. E. et E. de l’At`riquc; S. WV. de
l`Asie. -
G. BRANTA Scor-.; Bernache.
i Bec un peu convexe au dessus des narines, déprimé et atténué en avant, h
onglet fortement recourbé, à narines submédianes ouvertes dans de larges fosses
nasales. Aile aiguë dépassant l’extrémité de la queue. Celle-ci courte, carrée ou
arrondie, à 14 ou 16 rect. Sexes semblables.
B. Ieucopsis (Biacusr.); Bernache nonnette, Bernache à joues blanches.
L 2 58à70; A 2 37à—12,5; Q : 12,2 à 17; T:5,8à6,2; B Z 3,3à3,6. Bec et
patte noirs, iris brun foncé. — (jl Q, Devant et côté de la tête blancs (307),
vertex, lorum, cou et haut de la poitrine noirs. Dos, scapulaires, cubitales
et partie des sus-alaires gris cendré, la plupart des plumes tachées de brun
vers le bout et bordées de blanchâtre. Croupion noirâtre, sus-caudales lat.
post. blanches. Bas de la face inf. blanc. Hém. noires bordées de gris. Rect.
noires. La Q seulementunpeu plus pe Lite. ——]. 'I`outes les teintes moins pures.
Le blanc de la tète plus ou moins taché de noiràtre. Plumes du dos bordées
de roussâtre. Ventre blanc lavé de grisâtre. Flanc gris brun. — P. Bec noi-
râtre à onglet clair, patte brune. Face sup. et aile gris foncé, face inf. blan-
chàtre et gris clair. i
Nid grossier d,llCl‘l)GS et plantes sèches, près de la mer ou des marais. — (Eu/`sl
6 à 10, d’un ovale allongé. Gd : 71 à 77; Pd : 47 à 53. Blanc jaunâtre.
Dc passage et hivernale en France, surtout sur les côtes N. W. — Régions
arctiques, descendant l`hive1· jusqu`au N. WV. de l'Afriquc.
B. bernicla (L.) [Anser lorquzzlus Fiuscu, Bernïcla brenla Smart:.] ; Ber-
nache cravant. L Z 57 à 62; A :32 à 36; Q : 9,6à 11,8; T : 5,3 à 6,2; B:
3,7 à 4. Bec et patte noirs, iris brun noirâtre. — (j‘   Tête (295), cou et
haut de la poitrine noirs, avec une tache allongée, oblique sur le coté de la
moitié sup, du cou. Dos, scapulaires et sus-alaires gris brun avec les plumes
bordées de grisâtre ou de blanchâtre. Le croupion plus foncé et plus brun.
Sus caudales lat: et terminales blanches. Bas dela poitrine, ventre et partie
des flancs brunàtres plus ou moins foncés, les plumes à bout grisâtre. Bas
ventre et sous-caudales blancs. liém. et rcct. noires. La Q seulement un peu
plus petite. ·-— J. Tête, cou et haut de la poit1·ine noiràtres, sans tache
blanche au cou. Plumes du dos à bordure gris roussàtre, Poitrine, ventre et

Musa bts manon. —· oismtux 29l
flanc gris brunâtre. Rém. second. et cubitales, grandes sus-alaires et rect.
lat. terminées de blanchâtre. —- P. Bec noirâtre, patte brun` noirâtre. Face
sup. gris noir avec une tache blanche au _cou et une autre blanchâtre à
l'aiIe. Face inf. blanc brunâtre et grisâtre, la gorge blanchâtre.
Nidipïcation très semblable à celle de l'espèce précédente. #- (Eu/`s : 6 à 9, d'un
ovale allongé. Gd : 69 â 72; Pd : 42 à 46. Blanc jaunâtre ou légèr. verdâtre.
De passage ou hivernale, surtout sur les côtes N. etvW. de la France. -—
Régions arctiques, descendant l'hiver jusqu’aux contrées méditerranéennes.
B. ruflcollis (l’Au..); Bernache à cou roux. L : 49,5 à 55; A É 35 à 37;
Q : 10 â 12,5; 'l` Z 5,5 à 5,8; B 2 2,7 à 2,8. Bec brun noir, patte noire, iris
` brun jaune. — (5*   Face sup. noire avec le devant du front, le côté du
croupion et les sus-caudales blancs. Menton blanc. Gorge noire. Devant
et partie du côté du cou et haut de la poitrine roux vif, bordés en bas par
une ligne blanche qui remonte sur le dos. llaut de l`abdomen et flanc noirs.
Bas ventre et sous-caudales blancs. Une longue tache blanche sur le côté du
bec séparée par une ligne noire allant de l`œil à la gorge, cl’une tache roux
vif entourée de blanc qui occupe la région parotique et le haut du côté du
cou, du noir du derrière de cette partie. Aile et queue noires, les grandes et
moyennes sus-alaires terminées de blanc. La Q un peu plus petite et de
teintes moins pures. —J. Les parties noires nuancées de brunâtre, la région
parotique d’un brun fauve, le roux du cou et de la poitrine lavé de fauve,
l'abdomen, les sus et sous-caudales blancs.
Nidijîcalion ressemblant beaucoup à celle des deux espèces précédentes. -
(Eufs : 6 à 9 d'un ovale allongé, Gd : 69 à 7f ; Pd : 44 à 45. Blanc jaunâtre.
De rencontre très accid. en France. - Sibérie, descendant l'hiver dans lo
centre de l'Asie, la région Caspienne et très accident. en Europe.
' G. ÀNSER Bmss.; Oie. i '
Becà arête sup. subarrondie, à onglet terminal peu courbé et occupant la ·
largeur du bec. Mandib. inf. creusée dfun long sillon lat. Aile aiguë n'atteignant
pas tout à fait ou dépassant un peu le bout de la queue. Ccllc-ci arrondie, ayant
de 16 à 20 rect. Sexes semblables.
A. anser   [A. cinereus ltleven, .4. ferus Srarn.]; Oie cendrée. L : 78
à98; A : 42 à i7; Q: 15 à 17; T : 6,9 à 7,5; B: 6,1 à 6,8. Bec jaune
orangé à onglet blanchâtre, patte jaune ou rougeâtre, iris brun foncé. —
d'   'l`ête et cou gris brunâtre avec souvent une fine ligne blanche à l'avant
du front. Haut du dos, scapulaires, partie des moyennes et grandes sus-
alaires et oubitales gris brun, les plumes bordées de blanc roussâtre ou
grisâtre. Bas du dos, croupion, petites sus-alaires, partie des moyennes et
grandes ant. gris bleuàtre. Sus-caudales lat. et extrêmes blanches. Poitrine

292 FÀUNE ne iimxee. — oismrx
et ventre gris clair. Flanc ondé de brun. Région anale et sous-caudales
blanches, parfois avec des taches noirâtres. Réan. noirâtres, les 3 prem. à
bord ext. gris. ltect. brunes et plus ou moins blanches. La Q plus petite_et
un peu plus claire. — J. En grande partie gris roussâtre. — P. Bec noiràtre
à onglet blanchâtre, patte brune à palmure jaunâtre. Front et côté de la tête
jaune sale. Face sup. vert jaunâtre sombre. Face ini`. jaune lavé de rous-
sàtre à la poitrine et de gris à la cuisse. Lorum, tour de l’œil et joue pâles.
Aile gris lavé dejaune. `
Nid grossier de brindilles et de roseaux, doublé de duvet, sur le sol d’un marais. —
(Eu/`s: 7 à 12 et jusqu`à 14, suhelliptiques. Gd: 83 à Ut}; Pd: 54 à 64, blanc jau-
nâtre.
De passage en France, surtout sur les côtes. —— N. de l`Eur0pe et de l’Asie,
descendant l’hiver jusqu`au N. de l`At`rique, aux lndes et à la Chine.
A. fahalis (Lun.) [A. sylveslris Bmss., Anas segetum GMEL.]; Oie sau-
vage, Oie des moissons. L 2 70 à 83; A: 42,8 à 47,8; Q: 13,5 à 15; T 2 6,5
à 7,3; B 2 6,1 à 7. Bec noi1· à milieu jaune orangé, patte orange, iris brun
foncé. —·— (3*   Tête (303) et cou gris brun, plus brun à la tête. Haut du dos,
scapulaires, partie des moyennes et des grandes sus-alaires, cubitales, brun
cendré à plumes bordées de roussàtre ou de blanchâtre, Bas du dos et
croupion noirâtres, sus~eaudales lat. et extrêmes blanches. Poitrine et
ventre gris roussâtre clair, bas ventre et sous-caudales blancs, côté de la
poitrine, flanc et jambe ondés de brun. Rém. noires, les 2 ou 3 premières
grises en dehors, grandes sus-alaires ant., partie des moyennes et petites
r, ,grises. Rect. noirâtres, terminées de blanc. La Q un peu plus petite et de
teintes plus ternes. —- J. Teintes beaucoup plus ternes, la tête et le cou
lavés de roussàtre avec les plumes de bordure du bec blanches. — P. Hes-
semblant beaucoup à celui de l'espèce précédente.
ivttlt/l-Cüliüll semblable à celle de l`espèce précédente. —- (Eu/`.s: 7 à 12, subel·
liptiques. Gd : 84 à 72 ; Pd : SU à 58. Blanc jaunâtre.
lie passage en France, surtout dans Fintérieur des terres. — N, de l’Europe,
l`hivcr jusqu’au N. dc l'Atrique et le S. NV. de l’Asie.
A. hrachyrhynchus (Bam.); Oie à bec court. L z 64 à 66; A : 40 à 42;
Q : 13 à 14; T : 5,5 à 6,3; B : 4,2 à 5. Bec noir à milieu rose (304), patte
rose, iris brun jaune. — (j'   Plumage semblable à celui de l’espèce précé-
dente, mais tête et haut du cou d'un brun plus sombre et croupion noirâtre
légèr. lavé de brun cendré. — J., P. A la taille près, semblables à ceux de
l'espèee précédente. ·
.\'idi/ication et ponte comme A. fabalis. —r· (Eufs: Gd : 79 à 85; Pd 2 53 à 56t
Dc passage irrégulier et rare en France. - N. de ljEur0pe, descendant en hiver,
plus ou moins xers le S. de ce continent.

- racxn mc ritwcit. - - <usm1·x 203
' Ã. albifrohs (Scori); Oie ti fro`nt blanc, Oie rieuse. L : 61 ii 70; A : 10
_à -13,5; Q : 12 à 15; T : 6,2 à`6,5 ; B: 4,7 à 5,4. Bec jaune orange à onglet
blanchâtre (ad.) ou jaunâtre à onglet brunâtre IJ.), patte jaune orange (ad.)
ou jaune pâle (I.), iris brun foncé. — 5*   Front blanc, bordé en`ai·rière de
noirâtre (305), reste de la tête et cou brun cendré légèr. roussâlre. llaut du
dos, scapulairés, partie des sus-alaires et cubitales brun cendré, les plumes
bordées de gris roussâtre ou de blanchâtre. Bas du dos et croupion noirâtre
lavé de cendré. Sus-caudales lat. et extrêmes blanches. Poitrine et ventre
gris clair plus ou moins lavé de roussâtre avec, ainsi que le flanc, des larges
taches transv. noires ou brun noir. Bas ventre et sous-caudales blancs. Itém.
brun noirâtre, les premières bordées de gris bleuâtre. Grandes sus-alaires
ant. et partie des petites gris bleuâtre. Rect. brun foncé, largement terminées
de blanc. La Q un peu plus petite, avec moins de blanc au front et de taches
noires à la face inf. — J. De teintes plus sombres, avec à peine de blanc au
front et sans taches noires à la face inf. —— P. De plumage un peu plus clair ·
que celui des Oies précédentes.
Nidi/italian semblable à celle d'A. amer. — (Eu/'s : 6 à 10, elliptiques.
Gd: 79 à 81 ; Pd: 53 à 48. Blanc jaunâtre.
De passage plus ou moins irrégulier en France. — Régions subarctiques de
l`Europe et de l'Asie. Descendant l’hiverjusqu’au N. de l'Afrique et à la Chine.
A. tinmarchlcus (Gum.) [A nas erylhropus L., Amer minutus Num.];
Oienaine. L:54àB0; A:36à39,5; Q:9àl0;T:5,4à6; B:3,6à4,6.
Bec rosé à onglet couleur de corne (ad.), patte orange (ad.), iris brun foncé.
— (j‘Q. Très semblable _à l’espèce précédente mais s`en distinguant, outre
sa taille moindre, par la teinte plus pâle du bec, plus vive de la patte et sur-
tout la plus grande extension du blanc du front (306). — J. et P., semblables
à la taille près à ceux d’.~l . nlbzfuns.
Nidî/icalion analogue à celle des autres Oies. — œufs : 5 à 10, elliptiques.
Gd: 72 à 73; Pd : 49 à 50. Blanc jaunâtre et à coquille à grain plus fin que celle
de l’espèce précédente.
De passage irrégulier en France. -— N. de l’Europe et de la Sibérie; descen-
dant 1’liiver vers le S. de l‘Eu1·ope, les Indes, la Chine.
G. CHEN Bois.; Chen.
Bec_élcvé_au niveau des narines, assez étroit h Pextrémité, à onglet large et
peu recourbé, à bords rentrants. Aile aiguë dépassant général. un peu le bout de
la