FEDERATION FRANCAISE DES SOCIETES DE SCIENCES NATURELLES
A B.P. 392 — 75232 PARIS Cedex 05 ,‘ -1
4 E > Association régie par la loi du 1°'juillet 1901, fondée en 1919, reconnue d’utilité publique en 1€ \   '\€·' 1
•~. Membre fondateur de l’UICN — Union Mondiale pour la Nature lé  0 ‘
—7
La FÉDÉRATION FRANCAISE DES SoC1ETES DE SCIENCES NATURELLES a été fondée en 1919 et reconnue
d‘utilité publique par décret du 30 Juin 1926. Elle groupe des Associations qui ont pour but, entièrement ou
partiellement, l‘étude et la diffusion des Sciences de la Nature.
La FÉDÉRATION a pour mission de faire progresser ces sciences, d‘aider à la protection de la Nature, de
développer et de coordonner des activités des Associations fédérées et de permettre l‘expansion scientifique
française dans le domaine des Sciences Naturelles. (Art .1 des statuts).
La FÉDÉRATION édite la « Faune de France >>. Depuis 1921, date de publication du premier titre, 90
volumes sont parus. Cette prestigieuse collection est constituée par des ouvrages de faunistique spécialisés
destinés à identifier des vertébrés, invertébrés et protozoaires, traités par ordre ou par famille que l‘on rencontre en
France ou dans une aire géographique plus vaste (ex. Europe de l’ouest). Ces ouvrages s‘adressent tout autant aux
professionnels qu‘aux amateurs. Ils ont l‘ambition d‘être des ouvrages de référence, rassemblant, notamment pour
les plus récents, l‘essentiel des informations scientifiques disponibles au jour de leur parution.
L’édition de la Faune de France est donc l’œuvre d’une association à but non lucratif animée par une
équipe entièrement bénévole. Les auteurs ne perçoivent aucun droits, ni rétributions. L’essentiel des ressources
financières provient de la vente des ouvrages. N’hésitez pas à aider notre association, consultez notre site
(www.faunedefrance.org), et soutenez nos publications en achetant les ouvrages!
La FÉDÉRATION, à travers son comité Faune de France a décidé de mettre gracieusement, sur Internet, à la
disposition de la communauté naturaliste l‘intégralité du texte d’Eugène SÉGUY consacré aux Dîptères
brachycères (Muscidae, Acalypterae & Scatophagidae) publié en 1934. Ce volume est actuellement épuisé et ne
sera pas réédité.
Cet ouvrage est sous une licence Creative Commons pour vous permettre légalement de le dupliquer, le
diffuser et de le modifier .....
Montpellier, le 9 avril 2007
le Comité FAUNE DE FRANCE

Creative Commons
®Cf6aiiV9
C 0 hl hl U TC 5+ U I-1 li I)
Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Partage des Conditions Initiales à
l'Identique 2.0 France
Vous êtes libres :
•de reproduire, distribuer et communiquer cette création au public
•de modifier cette création
Selon les conditions suivantes:
BYE Paternité. Vous devez citer le nom de |'auteur original.
.·—r'
Pas d'Utilisation Commerciale. Vous n'avez pas le droit
.= d'uti|iser cette création à des fins commerciales.
Partage des Conditions Initiales à l'ldentique. Si vous
modifiez, transformez ou adaptez cette création, vous n'avez
le droit de distribuer la création qui en résulte que sous un
·-”' contrat identique à ce|ui—ci.
•A chaque réutilisation ou distribution, vous devez faire apparaître clairement aux
autres les conditions contractuelles de mise à disposition de cette création.
•Chacune de ces conditions peut être levée si vous obtenez |'autorisation du
titulaire des droits.
Ce qui précède n'affecte en rien vos droits en tant qu'utilisateur (exceptions au
droit d'auteur : copies réservées à |'usage privé du copiste, courtes citations,
parodie...)
Ceci est le Résumé Explicatif du Code luridique (la version intégrale du contrat).
Avertissement El
Découvrez comment diffuser votre création en utilisant ce contrat

Fenennnou FRANCAISE nes socneïes oe sciences ~A·ruReLLes
OFFICE CENTRAL DE FAUNISTIQUE
Directeur honoraire : P. de BEAUGHAMP
Directeur : L. CHOPARD
onvrenes (BnAc¤-wcenes)
(MUSCIDAE ACALYPTERAE ET SGATOPIIAGIDAE)
PAR
Avec 27 planches et 903 tlgures
’ PARIS
PAUL LECHEVALIER m· Fms, 12, RUE nm Tomwox (VI')
1934
Collectlon honorée de subventions de l'Acad6mle des Sciences de Parle
(fondations R. Bonaparte et Loutreull), de ta Caisse des Recherches Scientifiques,
du Mlnlstère de l'Agrlculture et du Ministère de l‘Éducatlon nationale.

INTRODUCTION
Le présent travail a pour but de faire connaître les Muscides acaly-
ptèrcs de la Faune de France. Dans le grand groupe des Mycdaires le
Museides acalyptérés, ou llaplostomata, représentent les Myodaires
inférieurs; les Myodaires supérieurs, ou calyptérés, sont des Thécosto-
mata. Les Myodaires inférieurs comprennent à eux seuls quarante
familles différentes d`importance inégale : les Myodaires supérieurs
comprennent seulement deux grandes familles : les Muscides et les
Larvaevorides ou Tachinides.
Les Myodaires inférieurs renferment les Diptères caractérisés comme
il suit : appareil buccal (trompe] dépourvu de theca ou de capsule
chitineuse interne sur le fulcrum; fente buccale sans denticulation chiti-
neuse (‘). Ailes : nervures 3 et 4 (MA, et MA,) ordinairement parallèles à
l’apex. Cuillerons nuls ou réduits. Abdomen composé de cinq segments
visibles ou plus. Soies posthumérales et intraalaires nulles; jamais de
soies hypopleurales : exceptionnellement une ou plusieurs soies méta-
stîgmatiques (Coelopidae, Sepsidac). Oviducte rétractile ou non, formé
de segments plus ou moins chitinisés, parfois le dernier segment ou les
cerques transformés en lames eoupantes ou épineuses. Appareil copu-
lateur mâle à pénis parfois très long; organes annexes plus ou moins
développés, parfois réduits ou nuls. Ces mouches sont habituellement
des insectes anthophiles; on peut trouver également des formes domes-
tiques, coprophiles et saprophiles; très exceptionnellement des formes
vulnérantes, suceuses de sang : Hzjppelates et Camus.
Les larves sont des asticots peu différents de ceux des groupes supé-
rieurs, coprophages, saprophages ou phytophages. Parmi ces derniers
plusieurs attaquent les fruits, d’autres sont exclusivement mineurs des
tiges ou des feuilles des végétaux. On observe exceptionnellement une
larve nidicole qui suce le sang des jeunes oiseaux (Neottiophilum). Plu-
sieurs espèces sont normalement parasites de Mollusques ou d’Invertébrés
divers. ·
(1) Fnnv, 1921 : lia; Srseux, 1930 : p. 9, iig. 1.
l

2 Muscrnns ACALYPTÈRES
Le catalogue des espèces que l’on trouvera ci-après représente l’in-
ventaire des collections de J. W. Mmcnu, de l’ancien fonds du Muséum,
en partie déterminé par Jean Mncoumrr, des collections Duroun, Limoux.-
BÈNE, FLEUTIAUX, ABEILLE DE Pnnnuv, Sicnnn, H. nu Buvssoiv, J. HERVÉ-
Bnznv, H. Auncnivr, J. nn GAULLE, E. Gonnivr, L. PANDELLÉ et J. Sun-
cour. Enfin je dois à Fobligeance de MM. R. Bimoisr, L. Bnnnmn, L.
Caomnn, F. LE Cnmv et P. Lasne de nombreux échantillons recueillis
dans diverses régions de la France. Je dois également plusieurs rensei-
gnements sur la faune anglaise à la complaisance de M. H. Auncnnr. Je
renouvelle ici, aux savants qui m‘ont aidé, Pexpression de ma gratitude.
Je remercie également M. H. Bnnoir-BAz11.Ln qui a bien voulu photo-
graphier pour moi plusieurs centaines de préparations d’ailes : une
sélection parmi les photographies obtenues forme les planches qui
terminent cet ouvrage. Uinspection de celles-ci permettra d'identifier
rapidement de nombreuses espèces de Muscides acalyptères.
ll ne paraît pas sans intérêt d’indiquer la technique utilisée pour
obtenir les reproductions d’ailes figurant dans cet ouvrage. Le faible
grossissement sous lequel celles-ci ont été photographiées ne permettait
pas l’emploi du microscope composé. Les négatifs ont été obtenus au
moyen d‘une chambre à tirage convenable sur laquelle on a monté un
objectif de microscope (Sriassmn N" 2, pourvu d’un diaphragme supplé-
· mentaire, et microsummar de Lmrz de différents foyers). Toutefois 1’ob—
jectii n’était pas vissé directement sur la planchette de la chambre,
mais sur un appareil intermédiaire spécial, construit par MM. Srmssnin,
et qui permet, une fois la mise au point obtenue, de parfaire celle-ci
avec une grande précision par le déplacement de l’objeotif lui-même au
moyen d’une vis de rappel micrométrique.
Dans le texte tous les dessins au trait ont été exécutés au micro-
scope binoculaire de Greenough et à la chambre claire avec éclairage
direct et oblique. Pour l’étude, l’examen des échantillons peut se faire à
la loupe : les petites espèces de Cypsélides ou de Sepsides doivent être
soumises au microscope armé d’un objectif faible et d’un oculaire puis-
sant. La structure du tégument, utile à connaître chez certaines es-
pèces de Psilides, Mégamérinides, Chloropides ou Sepsides, a été mise en
évidence au moyen de Filluminateur vertical.
Les représentants de quelques familles (e. g. Platystomidae, Trype-
tidae, Lauxaniidae) se distinguent par les caractères des ailes. Pour
unifier les procédés dïdentification j’ai cru devoir donner une place
prépondérante à la description de ces organes. La troisième nervure
longitudinale (MA,), ou nervure haute, dont la position se détermine
aisément, facilite grandement l’étude de l’aile qui fournit des caractères
immédiatement accessibles et d’une lecture commode.
La loupe ordinaire permettra souvent l’examen de l’aile; mais sur
certaines préparations plusieurs taches n’apparaissent bien qu’au mi-

uvrnonucrxon 3
eroscope, sous l’éclairage à fond noir. De mème l'examen en lumière pola-
risée est utile pour mettre en évidence les nervures vestigiales ou les carac-
tères fournis parla base de l’aile. Par ce procédé la nervure C uA, apparaît
chez les Platystomes; elle est moins brillante chez les Maclzeirocera où
les nervures vestigiales seules apparaissent à travers_les « fenêtres »
des nervures transverses. Avec Pinterposition d’une lame de gypse don-
nant le rouge du premier ordre les oppositions sont très vives. Chez les
Myemzzls les nervures vestigiales sont peu visibles, même par ce procédé;
les Camus et les Sepsis ne donnent rien. ·
L’ordre de distribution des familles est celui qui a été préconisé par
le D' F. Ilsnnnr. (‘) et que j’ai indiqué schématiquement dans un ouvrage
précédent (2). Cet ordre respecte, autant que possible, la disposition
adoptée par le Katalog der Palaearktischen Dipteren (t. IV, par Th.
Bacxnn) : les synonymies reconnues exactes ou les indications biblio-
graphiques contenues dans ce Catalogue n‘ont pas été reproduites.
Pour désigner les plantes qui nourrissent les larves des espèces phy-
tophages je me suis référé dans tous les cas à la Flore de France de
II. Cosrs (1901). Pour les rares espèces qui échappent aux listes de ce
travail la désignation et la synonymie données par l’Index Kewensis, de
Ilooxxn et Jacxsoiv, ont été adoptées.
· CARÀCTÈRES GÉNÉRAUX DES HAPLOSTOMATÀ
Pour faciliter la compréhension des tableaux suivants, les caractères
généraux des Diptères, déjà exposés ailleurs (’), doivent être précisés ou
complétés comme il suit. ·
Auuurns.
Tête. - Plus ou moins aplatie verticalement ou ronde (Sepszs, Thy-
reophora, Coelopa), rarement très grande. Yeux exceptionnellement velus
(Drosophila, Lonclzaea. dasyops, Paracarplwtric/za, Ditricha), à facettes
subégales partout ou légèrement dilatées sur la partie antéro-interne,
noirs, bruns, verts (C]u`r0myz'a, Trypétides, Aa'apsz'lz`a), tachés de rouge,
de violet, ou euivreux (Trypétides) ou présentant des bandes transverses
(Ulidiidac, Tetanura, Lau.zam'z'dae), largement écartés dans les deux
· sexes, exceptionnellement rapprochés (T/zelida). Espace interoculaire
ou bande frontale limités de chaque côté par des orbites plus ou
moins marquées. séparées ou non de la bande médiane frontale, souvent
les soies orbitales plantées sur une « plaque frontale n ou orbitale, lui-
sante ou non; rarement des soies croisées sur la bande médiane frontale
(1) F. HENDEL, 1910 : p. 307 et 1928.
(2)F¤une de France, t. Vl, Diptères Anthomyides.
(3) Faune de France, tome VI, p. 3 et sq. À

4 Muscinss Acnnvrrànss
(Helomyzidaey mais cette bande souvent velue (e. g. Prosopomyia).
Trois ocelles : trian le ocellaire saillant ou non * . Exce tionnellement
S P
[[20::  /10.5*/vcëlaires .Y8('1}72Z8k mfeme / vi,v1'zj.
@9- mwa/E mme ., v·.·.·.».·ca/es fœrémeuœs (mrs.),
OPA!-ÈÉÉSITÉFIÈUFBJ [ /7°m""‘hœ/E5 -verhba/e exlemc
<récÉ}rée.s· I" /\` . I fvcyfâ
(0I"S}·   Ãf '   FPÉYEHLICH C
/L/âfU€]î°”fâÃî‘ · 4 ` ·   ' CIÃS uccïifajzx
pc). oœxim  ,' ` , ` 0“"".°°”"""‘/
SOIÈS croisées ° ! Q` , 0fÃI2‘âÀ.¥1}7%‘ë}vèv1·î.s}
_ V i I: / E 0r·,0rz.
pèïuegcmé '  ·  \ J l cica1'r·1`ccfonfaÉ
Q orhfa/cs in//êîiezzy    gênes
ou çmférzèures _ W ' ·
(ONA .  Vf goa É carènefacza/e
x caverneânfennairv , Z- fàcyàux 1
· I /   _/ ér·is1‘ome£_jouc)
6/7ISf0m6 / / \ sozbs péri famaés
‘ · imm/la /lâ/76 Soie ' lS2‘ [
v1Ãr1ss.·: [ É fm . Om ·’ , .
c y/1 us .5 · /zaaferzcure/7`ry/:ef1dc.s}
vx nssa
, vcrfica/es osféricuras
”7‘ /7 . [ . . .
f0cQ.0cc?ziiaÃ2s infernas `v°7`h°8€mf°r”° (W*Vh)·
Éce) 0cci ifa/e externe V frlanyk Oceyîgùle
0’10¢Q]!07st0ceWaircs /V¢‘1'h¢'âÃ? wdff/ÉC vid
T‘ÉV6‘»"?'ï¢3É’ l ‘ 0rÃiz‘a/crau énèurer , I
/1 \ î\\ "°°  % pp;)./7 récéhéer
a
soies oceüwzrcs i \ . [ . .
[oc  I _   \ \ OPÃJYE 6 stpïeure}
1     0 lhèë
ôanala Qrzpéaiîzryc / î É \ É Il F (0"`·î)·
ron .2 e     01* i es
' 5   ’§`L4s0ies ;î·0nfa/es croisées
cicafnce /·?¤nz‘aÉ·/wwk ûçpniocülfrâ/E`?
caverne anfe”"""`° ` 01·Ã1'z‘aÃe·s anférieuœs
°aPè°EfmiÈÃém».,..m I   "”i’V%"i"’"’”"‘ [wi"' 
Ãanàc nia/e
8% M cs/zace inferarvéirc Z
Fxc. 1 et 2. — 1. Tete d’un Myodaire inférieur montrant les différentes parties et Pim-
plentation des soies sensorielles. — 2. partie supérieure de la tête vue de dessus.
(Nota). Les mots: péristome ou joues, indifféremment employés, ont le même
sens.
des soies développées en cornes sur le vertex (Vz'dalz'a). Face plane, non
A (1 Sauf Pyrgotidae, voyez p. 28,§ 7b.

mrnonucrxon 5 »
ou peu réfléchie, verticale ou fortement inclinée en arrière (Tylidac,
T rzgonomezopus), enfoncée ou présentant deux fosses antennaires laté-
rales plus ou moins profondes. Carènes faciales latérales ciligères ou
non, portant. à leur partie inférieure, parfois anguleuse et saillante en
avant (angle vibrissal), une ou plusieurs grandes vibrisses, acccompa-
gnées ou non de soies moins développées (petites vibrisses). Les gênes
bordent les yeux sur la face et remontent jusqu’à la base des antennes.
  W /8*3
if, ¢\·
Jé"; ‘ ‘ il M"··(
 •9' l `  
· /   \ Q
/""  §¢/I
I  _ a . 6 C
Fm. 3. — Antennes.
a, — Tête du Bibio hortulanwi (Q), vue de dessus; A. antenne; p. m. palpes maxlllaires.
b. — Sarcophaga melanura çj', antenne vue de coté, montrant le deuxième article, 2a,
fendu sur toute sa longueur.
c. -— Orellia tappae g' id., deuxième article encoché.
Les soies céphaliques les plus développées (ou macrochètes) portent les
noms des parties où elles sont plantées (fig. 1-2).
Appendices de Ia. tête. —T romp e ordinairement de longueur moyenne,
plus ou moins mobile et rétractile, courte ou nulle (Gaszerophilidae) ou
très longue, à labelles pointus (Ensina, Gonz'ureIlz'a, Oscinosoma), à
labelles épais (Platystoma), formée à la base par un cône membraneux,
renforcé latéralement par les deux branches chitîneuses du fulcrum
(ou clypéus) soudées en avant, qui supporte les pièces buccales propre-
ment dites et les organes annexes (‘).
Pal pes rarement réduits ou nuls (Sepsidae), unîarticulés, plus ou moins
couverts de soies sensorielles. On trouve à leur base le palpifer avec quel-
ques soies ou non (fig. 5'H.,palp. fp. 445]).
Antennes : premier article réduit, deuxième plus ou moins allongé,
fendu (Scatophagidae) ou encoché (fig. 3 c).
Chète antennairo de trois articles, en forme de soie plus ou moins mo-
difiée et épaissie en fuseau à la base, nu, pubescent, pectiné ou plumeux,
affectant aussi la forme d‘un style (Loxocera).
(1) Fnmr, 1921 : p. 3-M5. — Sueur, Contribution à I'etud¤ des Diptèreu du Maroc, 1930 : fig. 1.

6 Muscrnns Acanrrràuss
Thorax. — Légèrement aplati sur le disque (Myrmecomyia) ou bombé
(Psila), nu et luisant, ou couvert d’une pubescence fine, plus ou moins
longue et serrée en fourrure (Scopeuma] mais présentant toujours, en
plus ou moins grand nombre, des soies sensorielles (macrochètes) plantées
régulièrement (fig. 835). La face dorsale du thorax est divisée par deux
sutures transverses en trois parties : préscutum, scutum et scutellum. La
première suture divise les macrochètes plantés sur le mésonotum (présen-
tum + scutum) en macrochètes antérieurs (ceux du préscutum) et en macro-
chètes postérieurs : ceux du scutum. Cette disposition s’indique en abrégé
par une formule (e.g. dc 2 + 3 signifie deux paires de soies dorsocentrales
antérieures [ousdu préscutum] et trois paires de soies postérieures [ou du
· scutum]). Les soies du scutellum, ou scutellaires, sont comptées à part. ——
Le scutellum arrondi en arrière, exceptionnellement réduit, triangulaire
ou trapézien, peut porter deux longues épines apicales (Thyreophom)
ou deux à huit pointes (Szynhunculina). Sous le scutellum on peut observer
un postscutellum plus ou moins développé. Les parties latérales du
thorax ou pleures, et les pièces sternales, en dehors d’une villosité plus
ou moins longue, ne présentent rien de particulier. Le métathorax est _
visible à la partie supérieure par le postnotum, médiotergite ou méso-
phragme, partie bombée qui suit immédiatement le scutellum ou le post-
scutellum chez les Diptères étudiés ici. Le métanotum après le médioter- `
gite est enclavé dans la dépression du deuxième tergite abdominal. Le
métathorax présente sous les pleurotergites, les balanciers et les stigmates
postérieurs, parfois défendus par les soies métastigmatiques (Orygma,
Sepsis); il porte sur le métasternite la troisième paire de pattes.
Appendices du thorax. — Pattes très longues (Calobata, Tylos)
ou courtes (Piophilidae), généralement robustes, dénudées ou velues; fé-
murs renflés (Bostrychopyga} ou non, souvent armés d`épines (Norellia)
ou d’encoches épineuses (Sepsis}. Tibias simples, éperonnés ou non; tibias
antérieurs courbés (Norellisoma), ou encophés comme les fémurs corres-
pondants, ou armés d’épines; tibias intermédiaires et postérieurs géné-
ralement simples. Tarses formés de cinq articles: le premier ou pro-
tarse dilaté ou non, toujours garni d’un peigne basal sur la face
plantaire, le cinquième dilaté ou non, armé de deux griffes aiguës, recour-
bées, velues ou non, plus ou moins développées, ainsi que les pelotes.
Balanciers. — L’homologie des balanciers ou haltères avec les ailes
postérieures a été démontrée par Moncaiv et dernièrement par M. le prof.
Kourzow qui a provoqué chez les Drosophiles une mutation produisant des
individus dont les balanciers sont remplacés par des ailes réduites portant
une nervation reconnaissable (Drosophila tetraptera) (fig. 4) (‘).
(1) Cf. Asmunorr (B. L.), 1929: p. ZAS2, fig. 12.

nvrnonucrxon 7
Les balanciers sont des appendices très mobiles, dépendant des pleu-
rotergites du métathorax, provenant de la transformation de la nervure
costale des ailes postérieures, formés par un cône basal (seabellum) sur- •
monté d‘uno tige ou pédicelle terminée par un renflement plus ou moins
volumineux, en massue (capitule). Ils sont ordinairement considérés
\ .
\__··   .   .
`\. " ' li
 ‘·* ~  'i _ ‘
  \;~\;\l
`”<^~\.._
Fio. 4. — Drosophîla mclanogaster var. letraptera, d’après un échantillon communiqué
par M. le prof. Koirzov X 12.
comme des organes statiques sensoriels susceptibles de coordonner et de
diriger le mouvement pendant le vol. L`ablation ou la mutilation d’un
balancier réduit la fonction du vol sans l’arrêter; la mutilation des deux
balanciers supprime cette fonction et amène rapidement la mort.
Ailes. - Présentes dans la plupart des cas, peuvent manquer ou s‘atro-
phier chez certaines formes. Quelques genres marins ou insulaires (Ephy-
dridae) sont aptères ou subaptères comme les formes parasites (Braula,
Melop/zagus) ou les espèces commensales qui vivent dans les termitières
ou les nids des fourmis (Phora). D‘autres genres parasites, primitive-
· ment ailés, peuvent perdre leurs ailes par la suite (Lqmptena, Camus,
ctc.)(‘). Mais les ailes sont généralement bien développées : elles don-
nent les principaux éléments pour la classification des familles.
La nervation de l’aile chez les Diptères offre habituellement : une ner-
vure sous-costale bien développée, sauf dans quelques groupes où elle
peut subir des réductions (Psychodides, Chloropides, Trypétides); un
tronc radial pouvant présenter plusieurs branches : mais le rameau an-
térieur R, est toujours indépendant; les rameaux suivants (R, 4; 3, H.,)
peuvent se confondre ou se réduire à des plis; un système de nervures
médianes et postérieures comprenant : I° la nervure médiane haute (MA ,)
(1) Voyez page 26, note A, la liste des Muscides acalyptères aptères, ou secondairement aptèren,
ou subaptères.

8 Muscrnas AcALYr'rÈREs
qui traverse l’aile d’un extrémité à l’autre, soit comme nervure, soit sous
forme de pli plus ou moins chitinisé (vena spuria) (‘); II° la nervure mé-
diane basse parfois réduite à un pli : elle peut présenter plusieurs bran-
ches (C/mlarus); IIl° la nervure cubitale (cinquième nervure)et les ner-
vures anales (6° et 7° nervures). Jamais de nervures intercalaires ou
accessoires (2).
Toutes les nervures longitudinales sont réunies par des nervures trans-
verses plus ou moins nombreuses (3).
La membrane de l’aile peut être couverte de cils microscopiques parfois
réunis sur certaines plaques (microtriches [cf. Cerat0p0g0n]) ou les
nervures longitudinales peuvent porter des soies parfois localisées sur
certaines parties, sur une seule face ou sur les deux faces de l’aile (ma-
crotriches). La nervure costale peut être fracturée une fois (fig. 52-70) ou
deux fois (fig. 71-76) et peut présenter, aux interruptions, une ou plu-
sieurs longues épines (épines costales). La base de la nervure costale,
plus ou moins aplatie et dilatée, forme Pépaulette et la basicosta qui
peuvent être colorées d’une façon différente (Anthrax, Lucilia, Musca).
Les espaces limités par les nervures forment des cellules; celles-ci pren-
nent le nom des nervures bordantes (fig. 6).
Uaile est peu variable. On trouve parfois un ou plusieurs rameaux
récurrents principalement sur les nervures RH, ou MA2; ces rameaux
deviennent fixes chez les Pyrgotidae, T rigonometopus, Opomyzidae; la
petite nervure transverse (ar) peut être doublée; la transverse apicale
(ll1A2c) est plus fortement courbée; enfin une des transverses basales
(y ou z) peut manquer (‘). Mais les variations affectant normalement les
nervures sont rares.
On trouve plus fréquemment des variations chromatiques affectant les
taches colorées sur la membrane. Le D' GUILLIAUME en a figuré plusieurs
provenant de l’aile du Trypeta Zoë. M. J. E. Cottnv a également signalé
les variations sur l’aile de l’0.z·yna /lavz]vennz's, mais toutes les espèces
susceptibles de provoquer des hésitations seront facilement reconnues
par l’étude de la chétotaxie.
L’aile, à la base et postérieurement, présente chez les Diptères supé-
rieurs un lobe libre ou alule (fig. 33, a) et, entre celui-ci et le thorax,
deux lobes membraneux indépendants 2 les cuillerons ou squames. Quand
les deux cuillerons sont présents, le cuilleron alaire près de l’alule se
(1) VIGNON (P.), 1932. — Nomenclature des veines de l’aile chez les Diptères, E. E.. Diplem,
L (gl  gégtllaile commence par la partie postérieure et affecte les nervures anales, cubi~
tale, médianes basses, etc. (cf. Mutiloptera) où l'0n observe z Sc. R. R2+3. MA«, un vestige de
Jlêfî     d&IlS les 0`l1Vl‘&g'€S pI'éCéd6l1tS, l]\l6 les H8l‘W"lll`8S U`üIlS·
verses sont au nombre de quatre : deux basales bordant les cellules cubitales et médianes (y, z),
la petite transverse discule (.1:) et enfin le rameau MAQC souvent désigné sous le nom de nervure
transverse posterieure. Cette disposition ne s’applîque qu’aux Muscides.
(li) La nervure transverse apicale MAM: manque chez les Phytomyza, les Asteia, les Microperis—
cclis, chez le Dicraeus raptus Hntm., les Leptocera nivalis I-latin. et vitripennis.

` nwrnonucriox 9 _
nomme antisquame, et l’autre, cuilleron thoracique ou squame. Ce dernier,
très développé chez les Myodaires supérieurs (Anthomyides, Muscides
et Tachinides) peut couvrir les balanciers. A sa base, sur le thorax, on
trouve une caverne sensorielle.
Abdomen. — L’abdomen des Diptères étudiés ici ne présente rien de
particulier : premier segment atrophié, parfois visible sur la face ster-
· nœud basal
R R1 /5h9ma épine costale h
2+3 *··— ’
R4.- -1-_--•_ 2 1 sk Ã
R,.   ''``` ma œ   à ·
mi -_________€l:.· y '//,»» Ã  
___ `~AFa·" ____/-;;»; 4_  
" 4* Pb-,/5 P", Z 7 li.,
  s` FIA C __·m [CU 7* / "
~ ___- E/V » 6 ZA I':
·___—·-`_ / “·'«
a+l·‘ 5""· ·..._, ______ _,_.. -··· .-·--·"
cria, l^ nervures
1
2   ‘°  T
    ll ll
“  '     ,,i·
1A_ Ã ""'
4 `·—· ., ama zcuï sz6·'
~·.~--"·°'°-··.__·· ___,.··’ ix"
5   ···· · ····· E"` Cellules
Fxo. 5-6. — Ailes schématiques indiquant la position des uervures et Pemplacement
des cellules.
nale sous forme d’un bourrelet, d`une lanière transverse ou d‘une écaille;
sternites bien développés à partir du deuxième; sternite prégénital plus
ou moins profondément excavé, les deux lobes latéraux saillants ou non,
dressés ou pendants, velus ou non. Les stigmates respiratoires sont
placés de chaque côté de Pabdomen sur les bords latéraux des tergites
ou sur la membrane qui réunit les tergites aux sternites. L`abdomen peut
porter des poils, des soies ou des macrochètes. Les macrochètes suivant
leur implantation sont divisés _en macrochètes discaux, marginaux ou
basaux.

10 Muscwns A¤.u.Y1>·rÈnss
`Appendices de fabdomen. — L’abdomen se termine par deux appen-
dices dorsaux (cerques) et deux ventraux (styles). L’ouverture anale est
placée sur le segment qui précède Phypopyge ou l’oviducte.
A partir du segment V (ou VI chez les çj") les sternites sont générale-
ment réduits ou nuls, les tergites VI et VII sont réunis, le tergite IX
est réduit, le dixième porte la membrane conjonctive médiane, dernière
trace du XI° urite. Le tergite X, souvent renflé en capsule, porte les cer-
ques ou forceps internes près desquels s`ouvre l’anus; latéralement se
trouvent les forceps externes, souvent très, développés, dont les deux
branches, repliées sous Yabdomen, cachent les pièces de l'appareil copu-
lateur proprement dit.
Armure génitale mâle. —— Les pièces principales de l’appareil copula-
teur : pénis et gonapophyses, sont articulées sur deux pièces impaires
antérieures aplaties et dilatées : le sternite génital et l`apodème du pénis
qui commandent deux paires de gonapophyses. Entre ces dernières se
trouve le pénis articulé à la base sur la théca. Le pénis présente lui-même
l'hypophallus, une paire de paraphallus qui enveloppent et protègent le
· phallus.
Armyre génitale femelle. — Chez les femelles, les segments de plus en
plus réduits forment l’oviducte plus ou moins rétracté à l’intérieur de
l`abdomen; les cerques sont seuls visibles à Fextérieur (Muscides). L’ap-
pareil génital externe est formé par trois paires de gonapophyses ou
valves dont la réunion constitue Povipositeur, oviscapte ou tarière. Chez
les Diptères, on trouve seulement une ou deux paires de gonapophyses,
. souvent les gonapophyses ou valvules inférieures. Les cerques dépendent
du segment VIII (Muscides) ou IX (Tipuloïdes}. L’oviducte peut être
armé d’un cercle de soies ou d‘épines propres à fouir, ou se terminer par
deux pièces aiguës, cornées, en lancettes, pouvant entamer les tissus vé-
gétaux (Agromyzides, Trypétides).
OE¤Fs.
Oeufs allongés, à coquille simple, lisse ou réticulée, ou présentant des
bourrelets latéraux plus ou moins développés, ou des appendices api-
caux simples ou composés (Drosophila, fig. 531, p.379).
Lnnvns,
_ Animaux apodes, acéphales; métapneustiques au premier âge, am-
phipneustiques au deuxième et troisieme âges. La métamorphose a lieu
à Pintérieur de la dernière peau larvaire, durcie.

mraonocrroiv 11
CARACTÈRES GÉNÉRAUX DE LA FAUNE DE FRANCE
L'étude éthologique des Muscides aoalyptères permet de réunir les
différentes familles en séries homogènes, souvent bien caractérisées, mais
dont la disposition linéaire s’écarte sensiblement de celle que l’on obtient
par la seule étude morphologique. Les larves de ces acalyptères sont peu
différentes les unes des autres et, dans la plupart des cas, présentent des
mœurs assez uniformes à l‘intérieur des différentes familles; de plus les
adultes sont généralement des insectes à vol faible qui ne s’éeartent pas
beaucoup des lieux où se sont développées leurs larves. Ces données pa-
rallèles permettent de réunir les familles des Muscides inférieurs en neuf
groupes comme il suit :
1. Phytophages. Trypetidae, Lauxaniidae, Pallopteridae, Lonchae-
idae, Helomyzidae, Psilidae, Agromyzidae, Chlo-
ropidae. `
2. Saprophages. Platystomidae, Pterocallidae, Ortalidae, Piophilzl
due, Dryomyzidae, Tylidae, Tanypezidae, Clu-
siidae, Drosophilidae, Cypselidae.
3. Coprophages. Megamerzhùlac, Sepsùlae, Cypselidae. _
A. Cavernicoles. Ilelomyzùiae, Chiromyiidae, Cypselidae.
5. Néerophages. T/zyreophoridae, Cypselidae, Piophilidae. `
6. Parasites. Ne0tti0phz'lz'dae, Carnidae, Tetanoceridae, Dros0—
philidae, C/zamaemyiidae, Mz'Iz'chz'z'dae.
7. Thalassophiles. Coelopidae, Helcomyzinae.
8. Hygrophiles (aquicoles et ripicoles). Tetanoceridae.
9. Errants et Steppicoles. Oponzyzidae, Ànthomyzidae, Trichoscelzl
deze, Milz'chz'idae, Odinz'z'dae_, Chloropidae, Tethi-
nidae, Chamaemyiidae.
Ces différents groupes sont eux-mêmes inégalement répartis en En-
rope occidentale. Ils renferment des représentants de la plupart des
genres européens et leur répartition géographique, en France particu-
lièrement, permet de distinguer quatre faunes distinctes.
I. Une faune septentrionale qui est celle de toute la France.
II. Une faune alpine qui comprend surtout des ubiquistes, plus des
représentants de la faune hereynienne, c'est-à·dire celle du Jura,
des Vosges et des parties montagneuses de l’Allemagne méri-
dionale.
III. Une faune méridionale. C’est la mieux caractérisée des quatre
faunes. Elle a sensiblement la même répartition que l’olivier et
e’est dans cette région qu‘elle a ses plus nombreux représen-
tants.

12 Mnscmns Aoanvrrànns
IV. Une faune littorale pauvre mais formée par de remarquables élée
ments comme les Cœlopa, quelques Cypselidae ou Chloropidae,
P/zycodromyia et Ceratinostoma provenant de larves sapro·
phages. Cette faune littorale comprend aussi quelques espèces
steppicoles ou ziérophiles provenant surtout des groupes phyto-
phages et dont les larves se développent sur les plantes littorales.
I. Faune septentrionale.
Elle est composée de nombreux éléments hétérogènes. Pour faciliter
leur identification on peut répartir les espèces septentrionales en huit
groupes comprenant des faunules différentes : 1) domestique, 2) nuisible
ou parasite, 3) cavernicole, 4) coprophage ou saprophage, 5) horticole,
6) planitiaire, 7) hygrophile, 8) sylvestre.
1) Faunule domestique. ·-— Elle renferme quelques espèces adaptées
à l’homme et des formes qui se réfugient volontiers dans les habitations
sans y commettre de dégâts. Les espèces qui s’accommodent le mieux du
voisinage de l‘homme sont les Pz'0p}zz'Ia, les Drosophila et les T eicho-
myza dont les larves se développent normalement ou occasionnellement
dans les maisons. Sur les vitres des fenêtres on trouve les Chrysomyza,
les Ulz'dz'a_, les Oecothea praecox et fenestralzîs, plusieurs Leptocera,
l’Helomyza serrata et, en décembre et janvier, les Tephrochlamys cames-
cens et l’AmoebaIerz'a caesia. Ces deux dernières espèces se rencontrent
en hiver dans les maisons, comme le Ceratitis capitata dont les larves,
amenées avec les fruits importés, accélèrent leur développement et leur
éclosion dans les lieux abrités. Certaines espèces, très communes partout,
ubiquistes ou cosmopolites, sont occasionnellement domestiques : Chry-
somyza, Ulidia, Oecothea, Leptocera ferrugùzata.
2) Espèces nuisibles ou parasites.
a) occasionnellement productrices de myiases intestinales sur l’homme
et les animaux : Piophila, Teic/zomyza;
b) hématophages et parasites des Oiseaux : Hzppelates, Carnus, Neut-
tzbphilum;
C) parasites des Arachnides et des Insectes : Drosophila, Cryptochae-
tum, Cacoxenus, Acletoxenus, Leucopis; Siphonella, llleo-
neura, P/zyllomyza, Braula;
d) parasites des Mollusques Z Ctenulus, Colobaea, Ditaenia, Salti-
celia, Discomyza ;
e) espèces nuisibles aux arbres fruitiers, cultures, plantes potagères,
etc. : Dacus, Ceratitis, Rhagoletis, Lonchaea, Drosophila, Pla-
typarea, Philophylla, C/zamaepsila rosae; — sur le blé :
Opomyza, Oscinosoma, Chlorops; — presque tous les Agromy-
zides.

xurnonucrxom 13
/) champignons divers : Suillza humilis, pallida, tuberiperda, Halo-
myza, (sur les truffes); Leptocera parapusio, L. moesza,
Cypsela.
3) Gavernicoles.
Cavernes. —· On trouve parmi les espèces cavernicoles des formes ubi-
quistes ou domestiques : le meilleur exemple est fourni par 1’Oecqthea
fenestralzls qui appartient à toutes les faunules que l‘on observe en France;
Leptocera cilzfera, ciliosa, limosa, Racovitzai, plumosula, silvatica,
simplicimana ; Eccoptomera. emarginata, pallescens; Oecothea pmecox
et fenestralis; Amoebaleria spectabilis, troglophile et guanobie, comme
le T helida atricornis; Scoliocentra villosa; Helomyza dupliczlseta,
modesta et serrala; Chiromyia flava et oppidana.
Nids et terriers. ~— Les terriers des Mammifères, qui renferment des
excréments ou une litière plus ou moins décomposée, attirent un grand
nombre de Muscides acalyptères coprophages ou saprophages. ,
Les trous des Lapins ont fourni les Orbellia cuniculorum, Scoliocentra
villosa, S. scutellaris, Oecotlzea fënestralis, quelques Cypsela hir-
tzpes et similis, les Leptocera fontinalis, claviventris et crassimana.
, Les galeries de la Taupe attirent les Eccoptomera microns, Leptocera
taqvarum, pseudonivalzs, Racovitzni et, occasionnellement, les Lcptocera
caenosa, fenestrata, moesta, palmata.
Les terriers de la Marmotte ont donné à M. P. BIARIÉ le Scoliocentra
villosa, l‘Amoebaleria Marié:} le Sphaerocera subsultans, plusieurs
Leptocem dont l’espèce fenestralis.
L’0ec0thea fenestralis habite le terrier de la Belette et surtout du Blai-
reau où il se trouve souvent en quantité.
Les trous de rats : A podcmus, Epimys, Evotomys, Microtus et Sorex,
abritent plus de trente espèces de Limosines avec les Cypsela similis et
suillorum. Un trou de souris a également fourni à M. (). W. Ricnnnos
l’Ecco_ptomera Iongisela avec l’Oecot/zea fenestralis déjà signalé chez le
Lapin, le Blaireau et la Belette.
Les nids des oiseaux renferment les larves des Neottiophilum, de quel-
ques espèces d‘IIélomyzides, des Mycctaulus, accidentellement des Cyp-
sélides.
Les nids des insectes contiennent aussi quelques espèces : les Hymé—
· noptères nidifiant dans les murs (eg. Osmies) attirent les Cacoxenus, les
nids des Bombus et des Guêpes ont donné des Leplocera caenosa, clavi-
ventris, palmata, crassimana, que l’o¤ retrouve parfois chez les fourmis
Acam/zomyops fulzlqinosus et brunneus. Le nid du Formica rufa abrite
le Leptocera, fungicola, des Phyllomyza.
4) Espèces coprophages, occasionnellement saprophages. — Pres-
que toutes les formes adultes des espèces coprophages sont hygrophiles;

14 Mnscmns Acxnvrrianns
on trouve également quelques formes subdomestiques : C/zrysomyza,
Ulidia, T ephrochlamys, Teichomyza, Amoebaleria caesia. et des espèces
sauvages renfermant presque tous les représentants de la famille des
· Sepsidae, des Helomyza, des Desmometopa, la plupart des Cypselidae,
quelques Drosophiles.
Le très petit nombre de coprophages, autres que les Sepsidae et les
Cypselidae dont le développement est accéléré, provient peut·être de la
faiblesse des larves; leur multiplication est entravée par le pullnlement
des grosses espèces carnassières : Muscines et Scatophagines qui se
nourrissent presque exclusivement de larves à téguments peu résistants :
Chrysomyza, Leptocem.
5) Espèces horticoles. —— On comprendra dans les sections 5, 6 et
7, la majeure partie de la faune septentrionale, composée presque exclu-
sivement d’espèces phytophages. Quelques formes plus nettement hygro-
philes ou sylvestres seront placées dans l‘inventaire des espèces qui fré-
quentent le bord des fleuves, les bois ou les forêts.
On trouvera plus particulièrement dans les jardins des représentants
de la section 2 §e : Dacus, etc., auxquels il faudra ajouter des espèces car-
pophiles Phagocarpus, Carp0myz'a;des fimicoles : Sepsidae, Cygselz'da.e,
presque tous les représentants de la section 4 ci-dessus, et par extension
ou accident, la majeure partie des espèces phytopbages, plus particu-
lièrement des Trypetidzze (Euaresta, Paroxyna.) dont les larves vivent
dans les capitules des Composées cultivées ou sauvages. i
6) Espèces planîtîaires de la France tempérée. — Cette faune
comprend des Muscides sauvages, souvent hygrophiles, résistant aux in-
tempéries comme les Dorycera, Percnomatia, Macheirocera, Ptervpoe-
cila, Tetanops, Heramyia, Otites, Herina, ()rtalz's, Piophila nzlgriceps,
presque tous les représentants de la famille des Pallopleridae et des
Dryomyzidae, la plupart des T rypetidae, surtout les Ditricha, Trypanea
et Acarzthiophilus, les genres Halidayella, Calobata et Tylos, presque
tous les Psilidae, notamment les Megachetum atriseta et les C/zylzka
· permzkvta et vittata. Les larves des espèces de ces différents genres sont
saprophages ou polyphages, plusieurs sont phytophages et deviennent
alors indifférentes à Phumidité, a la sécheresse, et résistantes aux intem-
péries. '
Ces phytophages, hygrophiles ou xérophiles, attaquent les plantes des
différentes familles dans les proportion suivantes :
Composées 80 %.
Ombellifères 11 %.
Rosacées 10 %.
Graminées et Solanées 5 %.
Asparaginées 4 % .

mrnonucrxoxv 15
Orchidées 3 % .
Cératophyllées 3 % .
Papilionacées 3 %.
I Caprifolcées 3 % .
Labiées, Colchicacées 2 % .
On trouve ensuite une espèce sur cent parasite des Berbéridées, Nym-
phéacées, Crucilères, Capparidés, Vîiolariées, Pthamnées, Cucurbitacées,
Passiflorées, Oléacées, Aurantiacées, Asclépiadées, Orobanchées, Sal- ‘
solacées, Polygonées, Artocarpées, Conifères, Dioscorées, Iridées, Ama-
ryllidées, J oncées.
7) Espèces hygrophiles. — Les espèces ubiquistes des plaines, quel-
ques formes des bois ou des forêts qui recherchent les lieux frais ou
aquatiques, les larves phytophages, souvent saprophages ou carnivores,
qui vivent parmi les détritus végétaux : tous les Platystomidae, les
T etancps, Otites, Melùeria, Sciomyza, Calobaza, Tylos et presque toutes
les espèces de la famille des Tetanoceridae sont des hygrophiles.
Les représentants de ces différents genres recherchent lés endroits
humides mais résistent bien à la sécheresse : on peut les trouver près
des marais desséchés ou même accidentellement dans les endroits déser-
tiques avec des espèces nettement steppicoles. ll n’en est pas de même
pour les formes suivantes, hygrophiles à un très haut degré, qui vivent
exclusivement au bord des eaux dormantes, des marécages, des lacs,
des rivières ou des fleuves, occasionnellement dans les prairies très
humides. Seuls, les cours d’eau rapides ou torrentueux, fréquentés par
les Simulies, les Blépharocérides ou les Taous, sont désertes par les
mouches. Les marais ou rivières bordées de marécages à plantes ripî-
coles donneront les genres Otites, Systata, Loxodesma, Herina, Ortalis,
Ulidia, Trypetoptera, Tetanocera, Hedroneura, Hydromyia, Lz'mnz'a,
Sepedon, Elgiva, Colobaea, Clenulus, Loxocera. ichneumonea, Lipara,
Anthoniyza, Cypsela (Apterùm) pedestrzls.
Les ruisseaux et les petites rivières à bords très humides, mais
dépourvus de matières végétales en décomposition, abritent une faunule
comparable. On y trouve des Otites, des Tétanocérides et des Sepedon, ·
qui vivent dans un milieu très humide, mais qui s‘écartent des eaux
chargées de matières putréfîées susceptibles d’attirer les Ulidia, les Cyp-
scla (Borborus), les Sepsidae, certains Ephydrides, les Scatophagides
ou les Syrphides du genre Erzlvtalis. .
Les sources ou les fontaines d’eau claire ou limpide, continuellement
' surveillées par les Diptères carnassiers, Hilara ou Dolichopus, ne donnent
à peu près rien.
On rattache encore à Passociation hygrophile les Diptères habitant
les prairies très fraîches mais non marécageuses, ayant un tapis végétal

15 Muscinns ACALYPTÈRES
serré formé de Graminées mêlées de certaines plantes : Rammculus, Dau-
cus, Rumex, Inula, Bellis, Plantage. C`est un milieu pauvre où l’on
trouvera des représentants dela famille des Opomyzides, des Tricho—
scélides et les espèces qui composent les genres Calobata, T ylos, Scie-
myza, Herina, Sapromyza, T ryparzea, Myopiles, Aca.nthz'0plziZu.s·,
occasionnellement des Sepsides errants et des Cordylurides chasseurs
de moucherons.
Les espèces hygrophiles portent des ailes à taches rares, bien colo-
rées, nettement délimitées; la membrane présente des reflets irisés plus
marqués que chez les espèces xérophiles. Le tégument est souvent de
couleur foncée, parfois d’un noir brillant.
8) Espèces Sylvestres. — Un grand nombre d’acalyptères hygro—
philes vivent dans les forêts, les bois et les taillis épais où ils trouvent
des conditions hygrométriques favorables à leur évolution. Tels sont
les Ptilonota, Herina. palustris, Tephronota, Palloptera, Seoptera,
Hhagoletzls alternata et ceraszl, Myolia, et de nombreux représentants de
la famille des Lonchéides et des Hélomyzides. On trouve d’autres
espèces sur les herbes qui couvrent le sol (Agromyzines et Phytomyzi—
nes), sur l’écoroe des essences forestières, dans les galeries des insectes
xylophages où les larves de certains Muscides effectuent leur dévelop-
pement, d‘autres se développent dans le bois plus ou moins décomposé
des tiges ou des branches ((Jlusiz'dae). L`ensemble de tous ces genres
constitue une faune sylvestre à laquelle il faut ajouter des corticicoles
errants : Myennis, Palloptera usta, Ocneros muliebris et, parmi les Lon-
chaeides, plus particulièrement les Lonclmea fugax, viridana et chorea.
La faune muscidienne des forêts de Conifères avec ou sans sous—bois
développé est très pauvre. On y signale seulement des Lonc/mea et
quelques mycétophages. Les clairières sont parcourues par les Asilides
chasseurs du genre Lztphria et les Tabanides du genre Haematopota.
’ Les Muscides acalyptères sylvestres sont des animaux lueicoles ou hygro-
philes, comme on l‘a vu, qui désertent un pareil milieu où leurs larves
ne trouveraient pas de bonnes conditions d’évolution. De même les
forêts, ou parties de forêts très fraîches où le soleil pénètre difficilement
ne sont pas fréquentées pas les moucherons phytophages.
Les champignons qui croissent dans les forêts, aussi bien que ceux des
plaines ou des régions montagneuses, sont attaqués par des larves de
Diptères nématocères mycétophiles et par quelques larves de Muscides
supérieurs. Sur les champignons on trouve la plupart des espèces du
genre Suillia, plus particulièrement les S. bicolar, ütwzfrons, gzyantea,
· fuscicornis, hispanica, certains Platystoma et le Tephrochlamys
flawpes. Dans les truffes on trouve surtout les Suillia lzumilis, pallida
et tuôeriperda. Les Leplocera crassimana, moesta, parapusz`0 et cer-
tains Cypsela (Borborus) sont ubiquistes.

nvrnonucrxou 17-
_ II. - Faune des montagnes.
Les recherches de Bncxnn, Bszzi, CALLONI, DÀLLA Tonus, Kocx-1,
MUELLBR, PALMÉN, Pmnnzté, Poxomw et Srnonx., permettent de préciser
les altitudes maxima auxquelles peuvent se rencontrer un certain nom-
bre de Diptères dans les régions montagneuses. Comme dans les autres
régions, de nombreuses espèces planitiaires, phytophages, radicicoles,
foglieoles, floricoles ou gallogènes, adaptées aux plantes alpines, pour-
suivent leur développement à une certaine altitude. On trouve également
les memes saprophages, coprophages ou scatophages que dans la plaine.
Les Ephydrides aquatiques se développent à 2.000 mètres de hauteur
comme au niveau de la mer. Ainsi la plupart des Muscides acalyptères
vivant dans la zone alpine sont des espèces ubiquistes à grande réparti-
tion géographique. Ceux qui atteignent la zone subnîvale sont des especes
septentrionales ou des Alpes centrales (e. g. Psilosoma Audouinû.
Dans les Alpes et les Pyrénées les hautes et les basses vallées ont
une faune identique. On voit seulement disparaître certaines especes
à mesure que l’altitude augmente. Le tableau suivant qui montre la
répartition des familles de Myodaires inférieurs à 2.000 et à 2.500 mètres
donnera un schéma des proportions de disparition.
Dans la zone des forêts s’étendant jusque vers 2.000 mètres la faune est
riche : on y rencontre des mouches relativement communes dans les
contrées plus basses et de rares espèces caractéristiques de la zone des
forêts alpines.
A cette altitude la répartition des espèces par familles donne les
cliiffres suivants:
2.000 m. 2.500 m.
Agromyzfdac ..... . . . 18 4
Chamaemyiidae .... . . 3 1
Oponzyzidae ......... 2 —
Drosophilidae ....... 1 —
Eplzydridae ......... 6 4
Chloropidae. . ....... 12 3
Psz'Zz'dae ........ . . . 7 4
Sepsidae ........... 6 4
Trypetfdae ......... 20 15
Ortalididae .... . .... 5 ’ 2
Lonchaeidae .... . .... 3 2
Lauxaniidae. . ...... . 4 2
Tetanoceridae ........ 18 8
Helomyzidae. . , . .... 6 3
Scatophagidae ...... . . 20 11
2

18 Muscrnes Acatvrrànus ·
Cette liste donne la majorité aux familles comprenant des espèces
phytophages à vol faible, Agromyzides, Trypétîdes, Psilides. Les
saprophagcs et les carnivores coprophiles à vol puissant viennent ensuite.
Au-dessus de la zone des forêts, dans les pâturages élevés, on trouvera
des espèces sylvicoles, des formes hygrophiles ou xérophiles telles que :
Phytomyze elbiceps, P. rcmunculz', Dizygomyze. geniculata, Seept0~
myza flava, Hydrine vittz}2ennis, SL)/Lonelle palpose, Elachiptere
cornuta, Psila rosae, P. morz'0, Loxocere elongeta, beaucoup de Sepsis,
Terellie Zongzbeude, Sepromyze Zaete, Pheeomyie fusczpemzis, Saillie
sz'mz'Zz's, S. rnfe, S. univitteta, S. ustulete, S. humz'lzZs.
La zone subnivale de 2.200 m. à 2.500 m., près des glaciers et des
neiges, donne : Peracerphotriche alpestrzls, Herine frondesceniiae, Te-
phritis feflex, Psile etre, Psilosome Audouùzzl, Colobeee bz}"escieZZa, Di-
teenie brunnzpes, Phytomyze aire, Norellisoma. alpcstre et lituratum,
Clidogastre carbonerie, C ochliarium cestenzpes, Gymnomere dorsete.
Au-dessus de 2.500 m. la liste des espèces est bien réduite; à 2.800 m.
_ on a trouvé le Diteenie cinerella, l’Oscz'n0s0me meurum, le Lempro-
scetella sibilans; à 2.900 m. le Sceptomyze greminum; à 3.000 m. le
Scopeume stercorerium et l’Eclz'n0cera boreelis.
De cette dernière liste, le seul Ectinocere boreelis peut être considéré
comme un élément alpin 2 les autres sont des ubiquistes que l’on trou-
vera dans la plaine.
Quelques espèces de Myodaires inférieurs ont été trouvées mortes à de
plus grandes l1auteurs. Ce sont l’Hye’r·elZz'e griseole FALLÉN, trouvé à
3.316 m., les Oscinosome fn'! etpusillum, à 3.058 m.; le Terellie cylin-
drica, à 3.274 m.; le Dicheetoplzom obliterete et le Saillie olens trouvés
à 2.760 m._Ces Diptères, qui sont des formes répandues dans toutes les
plaines de l’Europe tempérée, ont probablement été amenés par le vent
sur ees hauteurs ou ils ont trouvé la mort. Cependant quelques espèces
résistent bien au froid, tel l`Oed0par·ee buccale, commun en décembre et
janvier sur les algues rejetées par la mer et sur les plantes en bordure du
littoral. Quelques Hélomyzides sont également des espèces hivernales
que l’on trouve de décembre à février : Saillie luride, Helomyze mo-
deste, Eccoptomere longisete, Orbellie myopzformis. Le Spheerocera
subsultans et plusieurs Leptocere supportent également de basses tem-
pératures.
III. — Faune méridionale.
On a vu que beaucoup de Myodaires inférieurs sont des Diptères qui
recherchent, non seulement la lumière, mais plus encore la chaleur. Il s`en-
suit que la faune méridionale se trouve être la plus riche en espèces et en

l xmrnonucrxow 19
individus : elle renferme en outre quelques espèces particulières. Les
plus remarquables sont des phytophages carpophiles ou mycétophiles,
plus ou moins ubiquistes, dont les larves, protégées par les substances
qu’elles dévorent, résistent bien à la sécheresse. Dans ce groupe on peut
citer : Cemtitis, Capparimyia, Dacus, Eup/zmnza, Trypanea, Lon-
chaea aurea, Suillia bz`strzQ,gata, Drosophila repleta.
Sur les capitules des Composées exposées au soleil on trouvera des
Trypétides. des Sepsides, des Lonchaea, des Psilides. Les endroits des-
séchés ztalus ensoleillés, terrains pierreux, parois rocheuses, éboulis à
végétation pauvre, prairies steppiques avec des peuplements de Gra-
_ minées, de Centaurea, Ononis, T/zymus, Scabiosa, Potentflla, Euplwrbia,
donneront encore des Myodaires galligènes : Lonchaca dasyops, la-
siop/zt/zalma, latzfrons, nzlgra; Chlorops, Oscinosoma. Parmi les steppi—
coles on peut comprendre encore certains Diptères xérophiles (Caca-
_ xenus) dont le développement est lié à celui des Ilyménoptèrcs eux-mêmes
plus ou moins steppicoles.
IV. — Faune littorale.
Aux formes xéropliîles il convient de rapporter les espèces vivant sur
les dunes littorales. Ce milieu qui supporte un rayonnement solaire in-
tense est caractérisé par une sécheresse considérable, par la présence dc
sels amenés à la dune par les vents. par une végétation peu développée :
Euphorbes, Statices, Salsola. La zone sableuse immédiatement voisine
dela mer est à peu près toujours azoïque, mais plus loin la dune avec sa
végétation caractéristique abrite une faunule littorale comprenant des _
halobîes : Coelopa /`rz}gz'da, exz'mz'a et pilqnes; Oedoparea buccata,
Orygma luctuosa, Phycodroma sciomyzùza, Scatopizaga hiforea. Le
Tetanops flavescens se trouve sur les E'ryngium,le Tephritis stictica sur
les Diotis.
Le sable sec est parcouru par les Scatella piloszgcnzls, C/zamaemyia ma-
ritime, Neoleria. nmritima, souvent par l’HeIcomyza ustulata dont la
larve se développe dans le sable mouillé d’eau de mer. Le mode saumàfre
à fond vaso-sableux donnera le Ceratinostoma ostiorum : les stations
fréquentées par cette espèce permettront de rencontrer, en plus des
Diptères marins, des formes hygrophiles ou saprophiles à larves aquati-
ques plus ou moins halophiles 1 Limnîa, Tetanocera, Platycephalrz,
Ephydrides —· ou des détriticoles : Scatop/zaga, Oecothea fenestmlis, .
Apterùza pedestrzlv, Cypsela (Borborus), Leptocera, qui ramèneront aux
formes hygrophiles ou ubiquistes du continent que l'on trouvera au début
de cette énumération.

20 Muscwas Acanrrriznns
V. ——- Classîtîcation.
Le tableau général des familles de Diptères donné ci-après per-
mettra de s`0rîenter dans la classification. Les numéros qui précèdent
chaque nom de famille indiquent l'0rdre qu’elles doivent prendre dans
une série linéaire menant du simple au composé.
Le tableau dichotomique a été résumé jusqu‘aux Muscides. Il laisse
cependantune trame suffisante pour permettre d’intercaler les tableaux ou
les développements déjà publiés (‘). A partir des Conopides (qui forment
le passage entre les Syrphides et les Pyrgotides) les tableaux sont plus
détaillés : ils mènent aux Scatophagides, puis aux Antbomyiides infé-
rieurs représentés par les Fucelliines et'1es Coenosiines. Les Gastéro—
philes, les Oestrîdes et les Hippoboscides terminent la série.
(1) Faune de France : tomes 6, S, 11, 12, 13, 1lu, 15, 17 et Eneycl. Entom., t. IX.
\

TABLEAU DES FAMILLES
1-(32). Palpes maxillaires longs, pendants ou dressés, formés de 4-6 ar-
ticles (fig. 3). Aile : cellule cubitale (Cu,) largement ouverte à l’apex
sur le bord de l’aile (fig. 7-21). Antennes composées de plus de six ar-
ticles, non soudés à partir du 3*, ne portant. jamais de chète, style ou
· arista (fig. 3) (Nxêxxrocianras].
2-(21). Aile entourée par Pépaississement costal (‘).
3-(14). Ailes : neuf nervures au moins aboutissent au bord de l’aile
(fig. 8-1.1). Antennes plus longues que la tête ou le thorax, les arti-
cles à partir du 3° plus ou moins verticillés de poils.
4·(7). Mésonotum avec une suture en Vdistincte.
5-(6). Ailes : nervure MA , vestigiale ou réduite à une vena spuria (fig. 7).
......... 15. Liriopeidae (Ptychopteridae) (*).
6·(5). Aile : nervure MA, non vestigiale : chitinîsée au moins sur la
partie proximale de l’aile (fig. 8) .............
. 18. Lîmoniidae, Potauristidae, Tipulidae (“) sensu lato.
7-(4). Mésonotum sans suture en V.
8—(9). Ocelles très développés. Nervure (Rs) radiale avec deux branches
(R,, RH.) (fig. 9) .......... 4. Hesperinidae.
9·(8). Ocelles réduits ou nuls. Nervure radiale avec 3-4 branches.
10-(11). Aile : nervure sous-costale très courte et libre à l’apex (fig. 10).
............... 17. Psychodidae(‘).
11-(10). Aile : nervure sous-costale longue; branche postérieure de Rs _
formant une fourche avec R, — H5, nervnre MA, libre, suivie d’une
autre fourche formée par MA, (fig. 11.).
12·(13). Nervures longitudinales couvertes d’écailles .......
..... · ........... 13. Culicidae (”).
13·(12). Nervures nues ou couvertes de macrotriches. 14. Dixidao (°).
14·(3). Ailes : moins de neuf nervures aboutissent au bord de l'aile.
15-(18). Mésonotum avec une profonde suture transverse, bien marquée
(1) Remplace et complète le tableau donné dans le tome 12 dela Faune de France, page lx.
(2) Faune de France, tome 12, page 7.
(3) Faune de France, tome 8 : Trichoceridae, Tipulidae. Limnobiidac.
(la) Faune de France, tome 12, p. 82 (Phlcbotomimœ).
(5) Faune de France, tome 12, p. 59 et suiv.
(6) Faune de France, tome 12, p. A9.

 
 `· j " °  R
/4 "///
. ( Cx ' IA; M- • /
zz / `
IÉÀZB I ] Cul \ »  
7 CUA;a (MIL Gxfîz BÈ,·TÃ0/(ÉTÉ .Uy7É,s1s A
R: sa F1 R2+3 5*,;
R '   _ _ ium    __`
M     #.,5 ’* ,?.«
f MAL 2A
  MA: 15
Mg 8 ° &}A,a”\b gu/,2 1.;,4 Facàyrrrîzha (M, 7/ïâumaëa
Cu 1
Fna *1 sa  
, ÉÃ ·~   Ãf
MAJ Cwqz * · ..... _-...·» ·’ /'  
I}!. /z’e·y2c·x·1nus P" V" ’
9 Z GAI;   IA I3};-:§` RL Sc RZ R1 îc
R1 mia 2 · ' ‘ I I. " Il l F".   'Z ' A L
R Sc   ·~<· ’*~·a __   /··
*3 L \Q,m' "`(L·*/ ml‘¢'°’l'·î'%)
Fw (`uÃZ‘01a7e.s I7 Mg X··<ï'·€‘É/.--.·Ã-Z",
M: cm, m IS
Mügk IA 61muÃum
10 C CJ,. = 7éÃnam.my:u.s mx .,·
R1 Sc  
K
\
MAI pl
ll /*1/1z \¤..«zh EA xa "`î ——;
7   M. ?_"‘,,- ··—· -   "
’ _  "°"""s= ê#« Q; _,,·· Ãgn B0
*7 " /  MHZ \~ _` 7}//
X / · Ã ——·--IÃ Nycc/0Ã:a
12 7`  
- -
Dêufcmyr côfa M4; R; Sc
4'_________,_..7 g··""'“î
....._.,'_.?.: ··--   6 .. 2 /
/· 5 Y', .-·/ A
13 "`·~—./ ,../ zz °
, lîlikfomyib Ham "‘······""
‘ Fm. 7-21. — Ailes de Dîptères nématocères. —- 7. Ptychoptera contamimzta, MA4 vena
spuria; 8. Pachyrrhîna comicina; 9. Hesperinus imbecillus, sec. HENDEL; 10. Taima-
toscopus meridionalis; 11. Diana aestivalis; 12. Deuterophlebia, mirabilis, sec. Enwuzns;
13. A pislomyia clegam; 14. Diplosix (zïlonarthropalpzw) buxi; 15. Thaumalea testacea;
16. Ph1·yne(Anis0pus) fenestratis; 17. Culicoides impunclatua; 18. Simulium latipes;
19. Chironomus brevibarbus; 20. Mycetobia pallipes; 21. Phora holosericca.

TABLEAU pas FAMILLES 23
surtout à la base des ailes, parfois effacée sur le disque. Ailes avec
des plis ou une nervation secondaire.
16—(1'7). Ailes 2 nervures vestigiales ou réduites à des plis disposés en
éventail (fig. 12). Pas dbcelles .... 8. Deuterophlebiidae.
17-(16). Ailes : nervures bien chitinisées, disposées normalement; quel-
ques plis transverses, formés secondairement, ne se rapportant pas
à des nervures (fig. 13). Des ocelles. . 9. Blepharoceridae.
18-(15). Mésonotum sans suture transverse profonde. Ailes sans nei·va~
tion secondaire.
19·(20). Aile avec une nervure transverse mcu; sept nervures longitu-
dinales; nervure médiane basse MA, non fourchue (fig. 15). Antennes
courtes, sans filets sensoriels ..............
........ 16. Thaumaleîdae (Orphnephilidae) (‘).
20—(19). Aile : nervure transverse meu manque; trois ou quatre ner-
vures longitudinales (fig. 14)È Antennes longues, portant des filets
sensoriels ou non ..... 1. Itonididao (Cecidomyüdae).
21·(2). Uépaississement. costal n`entoure pas l’aile (Z).
22-(23). Une cellule diseale (fig. 16, c [Anfsops]) ........
..... 7. Phryneidae (Anisopodidae) (Hlzyp/zidae) (°).
23-(22) Pas de cellule discale.
24-(29). Ocelles très réduits ou nuls.
25-(26). Aile : les deux branches de CuA, sans tige commune à la base :
les nervures rapprochées du bord de l’aile plus épaisses que les au—
tres qui sont réduites à des plis; transverse mcu manque (fig. 18).
· ........... 10. Melusinidae (Simuliidae) (‘).
26-(25). Les deux branches de (.`uA,a et CuA,b avec une tige basalc
commune; les nervures du bord de l’aile non très fortes; mcu pré-
sente ou non (fig. 19).
27~(28). Nervure MA, simple à l’apex (fig. 19). Mandibules vestigiales.
Pattes l allongées, portant des poils sensoriels plus ou moins déve-—
loppés ....... 12. Tendipedidae (Chironomidae) (”).
28—(27). Nervure MA, avec deux branches (MA,a· -|- b [fig. 17]). Man—
dibules bien développées dans les deux sexes. Pattes I courtes. . .
. . . ....... 11. Heleidae (ûeratopogonidae) (°).
29-(24). Des ocelles.
30-(31). Deux pelotes et un empodium distinct. . . 5. Bibionidaa.
(1) Faune de France, t. 12, p. 17. Espèces françaises. Thaumalea testacea RUTHÉ, caudala
Bszzi, dimrfoata Bszzi, Freyi EDWARDS, pyremzica Enwuws, corsica EDWARDS, dcntata Ensunos,
tarda Losw. Toutes ces especes ne peuvent bien se reconnaitre que par l'ètude de Pepipyge (cf.
Enwums, Zool. Anz., 82 [1929], p. 121-1b2, ne fig,).
(2) Nervure costale des auteurs. Morphologiquement. la nervure costale ne dépasse pas l’intcrsec—
tion de la uervure MA; ou du premier rameau de MM.
(3) Saut Mycetobia et Mesochrîa.
U1) Faune de France, t. 17, page 20 et suiv.
(5) Faune de France, t. 15, 18 et 23.
(6) Faune de I·runce, t. 11.

24 Muscwns Acamrrrànus
31-(30). Pelotes nulles ou négligeables. . Mycctobiidae (Myceto·
bia (fig. 20 [‘]); 6. Scatopsidae; 3. Lycoriidae (Sciarîdae);
2. Fungivoridae (Mycetophilidae).
32—(1). Palpes maxillaires uniarticulés, dressés (fig. 1). Aile : cellule
cubitale Cu, rétrécie ou fermée au bord de l'aile; antennes compo-
sées de trois articles portant un style pluriarticulé, un chète ou une
arista apicale ou non (fig. 4 et 5) [Baacuvcianns].
33-(34). Ailes : nervures rapprochées du bord antérieur, épaissies en
trois rameaux courts. Nervure sc réduite ou nulle (fig. 21). Nervures
longitudinales réduites à des plis ...... 35. Phoridae.
34-(33). Nervures réparties sur toute la surface de l‘aile, non épaissies,
ou serrées contre le bord costal.
35-(44). Aile : cellule anale longue, ouverte contre le bord postérieur de
l’aile.
36·(39). Aile : nervures Rs avec trois rameaux R, + 3, RM.5, MA,
(fig. 22).
3’7—(38). Cinquième article du tarse avec trois pelotes sous les griffes.
. . 19. Stratiomyiidae; 20.Erinnîdae; 21. Coenomyiidae; .
22. Rhagionîdae; 23. Tabanidae; 24. Oncodidae; 25. Ne-
mestrinidae (°) .
38·(37). Cinquième article du tarse avec deux pelotes .......
28. Bombyliidae; 29. Therevidae; 30. Scenopinidae (: Om-
ph1·a1ida.e)(3); 27. Asi1idae(‘); 26. Mydaidae.
39-(36). Aile : Rs avec deux rameaux (fig. 23).
40-(41). Une plaque· faciale fonctionnelle. . . 38. Conopidae (5).
41~(40). Pas de plaque faciale fonctionnelle.
42-(43). Aile : nervure MA, étendue sur toute la longueur de l’aile chi-
tinisée ou non (vena spuria). Cellule apicale 2M, fermée. Aile en-
tourée par Pépaississement costal (fig. 24). . . 36. Syrphidae.
43-(42). Nervure MA , prolongée en nervure vraie sur toute la longueur.
Cellule apicale 2M, souvent ouverte. Aile entourée ou non parl‘épais-
sissement costal (fig. 25 et 26) .............
34. Glytîidae (Platypezidae); 37. Dorylaidae (Pipunculi-
dae).
4-4·)35). Cellule anale courte, rarement distale ou nulle.
45-(46). Pas de plaque frontale ..............
33. Musidoridae (Lonchopteridae) (fig. 27); 31. Empididae;
32. Dolichopodidae (fig. 28).
46-(45). Une plaque frontale.
47-(48). Aptères ou ailés : dans ce cas les nervures épaissies et serrées
(1) Avec Mycctobia pattipes, Khyphide pour Kmmw et Enwmns.
(2) Faune de France, t. 13.
(3) Faune de France, t. 13.
(A) Faune de France, t. 17.
(5) Encyclopédie entomologique, t. IX, Mouches parasites.

‘ Rat, E1 $° 32,, R1 ·$¢
an., "È  
la' f -
wu- ( mzalv G " /)-
MAQ s.a\ _ "K B /' '
22 CM; M Coenomyza `~.__ mac zCu;, `Ã /,/l
`···._ .··
Em R. $¢ Ocsfrus ""~-.___`__.m“___,··/ 89
mz
Nqza MA II?
C Ab
2.3 ‘ M,. ”' M. °”‘/’S M1.- /
z
RZ.}, R) :$C MAI Kg `ivbqza+b C’/ A
2v  fè·— —- `î·———·- ..
bi  I Sfcvcnza ` —--· ·' J  
mah 4  
*1
Z4 M C ‘ M M MA.-- fl.
Z ··
Muni CM2 E/·1.s:`·3Ã$ MA; \`—, z O",]
S ",\` ’
np L  ‘Z'y/'gmw ""·~~.`_ 1"?..y3l
M  "'
    M
amlfëçï Z m ,»’ Mjyâï/U Em mz\1
Z5 M1 N C- [I [
\__ ‘ .·
\` I
\\` ,
NH, ____,....'r..i·······" _,· MUSE "`—_ 1A I );.;/
Jwê-QI" I", " ~.____,/ 8
Zé`}·,g,q;····;·,,ë"“}A Càalarua enc N
  "
mx   R' MA1“ ?...» · ;
A /
` r' MHZ _ M '°°‘ ···'
· A CU `~.__ J 2 zcu,
_~.»% _ ____/——' “( ‘) 7>Am.;·~·--`_ gî 33
27 Lonchyzfcra g """""* ·,
RMS R
MA ;.
J   NA1... J?
\ _/ mv .~·" / '
\._____ _____’_,.-/ ¢···»<_f_ _) 34-
28 " Da/zc/Fcyzw Jcafyzâqya '······"` " __
Fig. 22-34. - Aîlcs de Diptères brachycères, orthorrhaphes et cyclorrhaphes. - 22.
Cocnomyiu. fc1·1·uginea,· 23. Conops flavipes; 24. Eristalis aencus; 25. Platypeza holo-
sericea.; 26. C/mlarus spuriwr; 27. Lonchoptera tristix; 28. Dolichopus claviger; 29.
Ocslrus ovis; 30. Stevenia subpellucida; 31. Lyperosia irritavzx; 32. Musca. vitripen-
nis; 33. Phaonia incana; 34. Scopmma (Scatophaga) stcrcomrium, la BBPVUPB MA: b
n’es!. visible que sous forme de pli (b).

26 Muscmns ACALYPTÈRES
contre le bord costal. Ectoparasites et pupipares. PUPIPARES (‘).
48-(47). Ailés (ou secondairement aptères [^]) et les nervures fines et ré-
parties sur la surface de 1‘aile, sinon les mouches sont vivipares ou
ovovivipares, jamais ectoparasites ou pupipares (2).
49-(60). Antennes : deuxième article avec une fente étendue sur toute
la longueur de l’article (fig. 4). Abdomen : stigmates placés sur le
bord latéral des tergites II-V. Trompe insérée sur le fulcrum du
cône buccal par une articulation en capsule chitinisée (theca); fente
buccale de l’extrémité libre de la trompe armée d’une rangée de
denticules plantés entre les pseudo-trachées des labelles. Soies
posthumérales et intraalaires (ou les deux) également présentes (3);
des soies hypopleurales ou non (1). (THECOSTOMATA).
50·(51). Trompe réduite, non fonctionnelle; ouverture buccale petite.
Yeux écartés dans les deux sexes. Ailes : cellule apicale (2.1I,) fermée
à l’apex (fig. 29) ......... 86. Oestridae s. s. (”).
51-(50). Trompe bien développée, fonctionnelle; ouverture buccale plus
' ou moins large. Yeux rapprochés ou non (5*), écartés (Q). Cellule
2M, fermée ou non (fig. 30-33).
[^] Diptères acalyptères à ailes réduites* — ou aptères** —- ou secondaire-
ment aptères*** (cf. Bnzzi, 1916).
1. F. Teranocnarnys. *Hemizel0pter·y.z· breoipennis ZETT., fig. 376, p. 274.
2. F. Oronivzionz .... *S!riplzos0ma sabulosum Hamo., fig. 419, p. 304.
3. F. EPaxnn1mE... *Hydrina Mocsaryi I<ERT., \
pl. xxm, fig. 274. È Europe œxftrale
*P/zilygriola semialata Comm. et septentrionale`
4. F. Cvrsnums .... *Speomyi«z Absoloni Bezzi, Europe centrale.
**Cypsela pedestris MEIGEN, p. 447 et 451.
**Apzilo1us paradozus Mm. Europe centrale
*Lept0cera (Ptcremis) nivalis HALID., p. 456 et 468.
* — pseudonivalis Dam., fig. 632 et p. 468.
* — nana Roivnnm, fig. 630, p. 463.
* — brevipennis Dona, fig. 605, p. 459.
` * -— breviceps Swann, fig. 594, p. 457.
5, Cnnonopxnnn _,,,. **Oscinos0ma brac/zypzerum ZETT. Europe centrale,
, p. 495.
H —— quadrivizzazum Msicsiv. Europe centrale.
*Elachiptera hungarica Bscxsn. Europe centrale.
*Elachiplera brevzpennis Mme., fig. 655, p. 480.
` *Sip}z0nelIopsis lacteibasis STROBL, fig. 656, p. 482.
*Neuropac/lys bmchyptera Tanna. Hongrie.
6. F. Csnnmas. .... ***Carnus hemapterus Nnzscn, fig. 817, p. 631.
(1) 80. Nycteribiidac; 81.1lipp0b0scidae,Faune de France, t. 1'A. Ajouterici : '79.Brau1idae, mai
voir H. SCHMITZ, 1918 : p. 179. Voyez p. 6113.
(2) Les seules Glossines sont pupipares.
(3) San! quelques genres de Scatophagndes.
(li) FREY, 1921 : p. 21tn-215; SEGUY, 1930 : p. 9, Hg. 1.
(5) E. E., nx. Mouches parasites, L. I.

TABLÉAU nas i~·AMi1.Lns 27
52-(53). Des macrochètes hypopleuraux rangés en série verticale sur
l’hyp0pleure, non serrés contre le bord du stigmate (‘). Voyez aussi
§ 78—(81). Aile : nervure JIA2 a + b nulle ou disposée en nervure
transverse à l’apex de l‘aile Sternopleure avec trois soies (2 : 1 ou
1 :1 : 1) ...... 85. Larvaevorîdae (Tachinîdae] (’)·
53—(52). Pas de macrochètes hypopleuraux. Sternopleure avec une, deux
ou trois soies (1 : 2 ou 1 :1 :1).
54·(57). Cuilleron alaire aussi long ou plus court que le cuilleron tho-
racique Z ce dernier jamais réduit à une bande étroite. Aile : nervure
transverse cubitale (z, fig. 31) ne formant jamais d‘angle aigu avec la
première nervure anale (1.4). Abdomen 2 cinq segments visibles au
maximum.
55·(56). Aile : nervure MA, disposée transversalement à l‘apex de
l’aile ou les nervures JIA, et MA, plus ou moins convergentes à
' l'apex et la cellule 2.iI, rétrécie ou fermée (fig. 31 et 32) au bord de
l`aile .... 84. Muscidae (Anthomyüdae [.1Iuscz`nac]) (3)·
56·(55). Aile : ncrvure MA, rectiligne (fig. 33), les nervures MA, et
MA,a divergentes ou parallèles, exceptionnellement convergentes,
la cellule 2N, ouverte au bord de l`aile. 84. Muscidae (s.s.) (‘)·
57-(54). Cuilleron alaire ordinairement plus long que le cuilleron tho-
racique, ce dernier nul ou réduit à une étroite bande bordant la dé-
pression postalaire (‘). ·
58·(59). Abdomen avec quatre ou cinq segments visibles. Q : bande
frontale avec des soies croisées. Aile avec une épine costale. . .
............ 84. Muscîdae (Fucelliinae) (6).
59-(58). Abdomen au moins avec cinq ou six segments visibles. Q :
bande frontale sans soies croisées. Aile sans épine costale (fig. 34).
............ 83. Scatophagidae, p. 644.
60-(49). Antennes : deuxième article non fendu sur toute la longueur,
parfois encoché (fig. 3 c) (’).
61-(62). Abdomen : stigmates placés sur le bord latéral des tergites.
.... 72. Ephydridae, p. 401; 74. Chloropîdae, p. 472.
(1) L'Eginîa ocypterata (Anthomylide) porte des soies hypopleurales. On le reconnaîtra a la ner-
vure MA; droite, a la cellule 2M, largement ouverte au bord de 1'aile. Stam', Anthomyldes,
Faune de France, t. VI, fig. 315, p. 179.
(2) Y compris llypodermalinae, Callfphorînae, Sarcophaginac, Tachinîmre, etc., voyez Enc.
Ent., IX, Mouches parasites, page 54.
(3) lcl les liluscides ne comprennent que les Stomoxydines et les Muscines vrais, cf. Faune de
France, t. VI. Pour les parasitologues les Muscides renferment les Anthomylides des 7* et 8• groupes
qui comprend les Musclnes, plus les Calliphorines et parfois les Sarcophaglnen (cf. Baumrr, Para-
sitoloale).
(4) Faune de France, t. VI (: Anthomyiùiac :.- Jiluscidoe).
55) Sauf Terellia, 7`ephritis valide, etc. Dans ce cas la ncrvure transverse cubitale (z) est forte-
ment courbée et forme un angle aigu avec la première anale (1A).
(6) Cf. Awmcn, 1918 : p. 157 (Fucelliinae). Sous-famille démemhrée de celle des Anthomylides
dont elle se distingue par la forme des cuillerons et de Papparell copulateur des males, par le
front écarté dans les deux sexes, mais cependant muni de soies croisées. Voyez aussi : Faune de
France, t. VI, troisième groupe: Pegomyiimze fransitoriae, p. 176, 30.
(7) Sauf Spathicera, parasite du Rhinocéros (liaslerophilidae).
Y

28 'Muscun-xs Acanvrrànns
62—(61). Stigmates abdominaux placés sur la membrane conjonctive.
63-(64). Trompe réduite, non fonctionnelle. Aile : nervure MA,c rap-
prochée de la base (fig. 35) (‘) .... 82. Gasterophilidae (2).
64·(63). Trompe normale, fonctionnelle (Z), insérée sur le fulcrum par
une articulation membraneuse; fente buccale sans denticulation chi-
tineuse. Soies posthumérales et intraalaires nulles. Jamais de soies
hypopleurales, parfois des soies métastigmàtiques (Cf. § 78-(81)).
(Harrosromnn) .
65—(98). Aile : nervure costale sans fracture.
66-(69). Nervure sous—costale visible à la base seulement.
67-(68). Nervure costale ne dépassant pas la nervure 3 (M/lili cellule
Cu, nulle (fig. 36) ....... 68. Periscelidae, p. 394.
68-(67). Nervure costale étendue jusqu’à MA2; cellule 1M, et Cu, nulles
(fig. 37) ............ 67. Asbüîidae, p. 390.
69·(66l· Sous·costale bien visible sur toute la longueur (fig. 38).
70—(73). Pattes très longues (fig. 256, p. 214).
71-(72). Soies ocellaires et humérales nulles. Ailes : lobe anal réduit
(üg· 38) ···.·· 52. Tylidae (Micropezidae), p. 209,
72-(71). Scies ocellaires et humérales présentes, parfois réduites. Ailes:
lobe anal bien développé (fig. 39). . 53. Tanypezidae, p. 215.
73—(70). Pattes plus courtes. '
74-(75). Aile : R3 indépendante (fig. 40). Cellule Cu, avec un angle
aigu en bas (fig. 79). Pas d’ocelles. . 39. Pyrgotidae, p. 35.
75-(74). Nervure B3 résorbée. Des ocelles.
76-(77). Cellule 2./ll, nettement rétrécie à l’apex ou fermée (fig. 41).
............... 46. Ulidüdae, p. 82.
77—(76). Cellule 2M, non rétrécie.
78-(81). Un ou plusieurs cils métastigmatiques (fig. 433, p. 311).
79-(80). 'I`ibias avec une soie externe préapicale distincte. Aile : nervures
transverses écartées (fig. 42) ..... 61. Coelopidac, p. 308.
80-(79). Tibias sans soie externe préapicale. Nervures transverses rap-
prochées (fig. 43). ........ 56. Sepsîdae, p. 234.
81—(78). Cils métastigmatiques réduits ou nuls.
82-(93). Aile : nervure R, nue ; cellule Cu, non pointue à l’apex et ner-
vure transverse cubitale (2.) non coudée ou anguleuse (‘l.
83-(84). Fémurs III avec deux rangées d’épines. Aile : cellules basalcs
(1 M2 et Cu,) grandes (fig. 44). . 55. Megamerinidae, p. 233.
84-(83). Fémurs III sans deux rangées d’épines.
85—(88). Tibias sans soie dorsale préapicale.
(1) Sauf Cobboldia, parasite de l'Elephant.
(2) Faune de France, t. VI, p. 366, 75 et Enc. Ent., t. IX (famille démembrée des Muscides).
(3) Cavité buccale et trompe réduite, cependant fonctionnelle, chez un Hélomyzidc du genre
Amîrostoma Losw.
(lo) Chez le Salticella fasciata (Tetanoceride), la nervure transverse cubitale z est coudée, lace1—
lule Cul est grande, mais la nervure R4 est nue (cf. fig. 409. p. 296). `

( ”°‘ ` /7
`\` y"   jr
‘~.
\—
"""""'îasfcm/:/7:/La la  
R1 Sc
·R2+5
TH; ' j /
  IL']
ma`-,_\   ÉMZ Scpsis "  
u
36 ""‘·—-····. ........ .··--··’ IÈ/'ÃSÉBÃÈ ·
==,..` ’î"= J¤ Tm,
' (Z;
  mf —L;¤• Cu;
m'  # ’l
ma .··‘/ ,·-*·/  
1+2+.1]*5 ’__/ I‘7c_gamervnà` ”"
37 \-··..,_,.,,.......·.···-··"' Asttllî
xa, sa
Sc
38 ···._,,,,_,.,....···-/' )7,;·,·O/œza Chamaemyg`~—-·..,___  
R5   4
\ Mns 2   /
"···— ··· 7· z I?
39 ··...··•·· arg/[zaza
R3 -**1 ""`··—--—·._ ,.-» °’”‘
Mgr,. ,·•¤  Drycmyza ..- ,_,,_. ...    
’“=· :': 1,,/
40 -—·-._.,.....·-· " /Iâa/1::iÉà
'l
t , " V!
EW  M3 `\_ Il? //
. . "··· 47
Mala 72=:tax2oc¢·ra
41 ""‘~-·.,, ,./
F10. 35-47. g- AîQes qe Dêôptèrcqbraçhycères cyclorrhaphes Haplostomata. — 35. Gusta-
1·0ph)zlu·9 11gle§l;n;1lzs;3% . Tferzscalzs ëmnuluta; 37. Égfgia elegantula;d38. Tylos (Micro-
eza cqfmqzo am; . any em ongimana : ner ure mé `ane té 'e
È‘1;.îî‘<êlxs1EÈSâ¢êus fârmî de   40. Adapsitia âçglrctziü, sgïlgçnnnsz RI; Pâêîëë  
e u rom me rameau ra 1 ; . z La L ro ¢ ;
42. Cuclopa Érigida; 43. Sapsis cyniinsea; 44. Mcgamerinq l0.1&`UC€7"lt7LGî7%· çhlîzmazmwgïîa
curcmata: 4 . Dryomyza, flaveota; 4 . Tetanocefa fcrrugmea. Nota., Le sxgne = placé
sur une nervure désngne une transverse médxanc (x) ou cubitale (y ou z).

30 Muscxnes AcALY1>1·ÈnEs
86-(87). Palpes bien développés. Nervure anale courte (fig. 45) ....
............ 65. Chamaemyiidae, p. 353.
87—(86). Palpes nuls. Nervure anale longue (fig. 43, 1A et 274, p. 238).
.............. 56. Sepsidae, p. 234.
88-(S5). Tibias avec une soie dorsale préapicale.
89-(90). Cellules 1M2 et Cu, grandes (fig. 46) .........
............. 47. Dryomyzidae, p. 86.
90-(89). Cellules 1.l[2 et Cu, petites (Voyez note 4, p. 28).
91-(92). Ailes amples, nervure transverse cubitale (:) courbée, ou la
nervure anale prolongée au bord de l`aile (fig. 47). Soies verticales
postérieures divergentes .... 57. Tetanoceridae, p. 256.
92·(91). Ailes étroites ou la nervure z droite ou la première anale
n’atteignaut pas le bord de 1'ailc (fig. 48). Soîes verticales postérieures
croisées ........... 51. Lauxaniidae, p. 186.
93-(82). Aile : nervure R, velue ou ciliée à la face supérieure.
94-(95). Cellule Cu, pointue et prolongée sur la nervure 1A : celle-ci
filîforme (fig. 49). ....... 41. Pterocallidae, p. 46.
95—(94). Cellule Cu, mousse, non prolongée en bas; nervure anale forte
(fig. 50, Cul, 1A).
96-(97). Cellule 2M, aboutissant plus bas que Pextrémité de l`aile; ner-
vures transverses écartées. Soies propleurales présentes.
— Cellules 1rl[2 et Cu, courtes (fig. 50). 42. Ortalididae, p. 48.
— Cellules 1.l12 et Cu, grandes (fig. 46). 47. Dryomyzîdae, p. 86.
97-(96) . Cellule 2M, aboutissant à l‘apex de l`aile; nervures transverses
rapprochées. Cellules basales 1M2 et (Ju, grandes (fig. 51.). Soies
propleurales nulles ...... 40. Platystomîdae, p. 36.
98·(65). Nervure costale brisée ou interrompue une ou deux fois.
99-(142). Nervure costale avec une seule fracture, près de Pextrémité
de If, ou de la nervure sous-costale.
100—(101, (105, 106]). Nervure sous-costale nulle ou vestigiale; cellules
11l/2 et Cu, nulles (fig. 52) ..... 74. Chloropidae, p. 472.
(fig. 76, 581 et suiv., p. 457). . 73. Cypselidae, p. 444.
101-(100, 105). Nervure sous-costale entière ou visible au moins à la base.
` 102—(109). Nervures 1A et 2A réduites ou nulles.
103-(104). Cellules 1Ma ou Cu, nulles (fig. 659, p. 503). Protarse Ill
normal (fig. 698, p. 529) ...... 74. Chlûropîdae, p. 472.
104-(103). 1.412 ou Cu, présentes (fig. 574, p. 445). Protarse III épaissi
et raccourci (fig. 579, p. 454) ..... 73. Cypselidae, p. 444.
105-(106 [101, 100]). Nervure sc raccourcie mais bien visible (fig. 53).
............... 70. Tethinidae, p. 397.
106—(105). Nervure sc entière. `
107-(108). Aile : lobe anal bien développé (fig. 54) .......
.............. 71. Canaceidae, p. 400.

I
~~·..__ 2 ’ `___ __,./'
' 48 ”""""""/ Sqrramyza 6s¤m_yzë""'°“‘·"“"°“"  
t
· ··¤•î."".F  .-
   x
 "" ' ’ ”
bg.   ’ · \`/gu \ ··"’  
"\`— 4 U ji'} L \"·- mac .·/ 56
49 """·,________,·-·" Nyëüü/6 ÃyÃg¢i9331‘g;·"‘···-—··-··-···"`
m Cv ' R‘
2. 1
 
'1 É /
Y", lu ’
  ..._ ___   F/iknofa   `·\  
50 `_-î-Ã-. `·`°`-·.._________ »*'*'  
ma wi Neottio/zfnlum ·
J
`\ A, J
\‘\     \~,` '
51 ~~-.___ _,/ "-~ .... .,__,-./ 58
· ~-·--—-··»-· Phwlgma Phyfomyza
} SC >,-e`
   jj,
TVQ ` È
`··•; n /
\ _ » "*~··.,,,,,,.‘ .···*" 59
52 \····.....,,.....«·-·’ C6/am/za /gn,/gdmyza ,},,3,: À. ‘
2 sc ‘ _
` I II
. -/ 2-*
`\ F `\ ,»'
53~,___~"` X', .___`__ n--’-__,· 60
`·····‘ Ethzna cruz;. " °'`'
3C+}T1
; o
       
`·~·._ F ~·__ (J
54 "··~--···.···»/ )(;ni.6ocan.·zœ £'c·r1lf‘¤/7/§É‘ɤ;#ÈE"""""··- 6l
F10. 48-61. —-Ailes de Dîptères brachycères cyclorrhaphes Haploslomata. - 48. Sapro·
mym pallidiventris; 49. Mycnnis cctopunctata; 50. Plilonola guttala; 51. Plalystoma
arcuata; 52. Epichlorops punclicoltis; 53. Tethina cinerea; 54. Xanthocamzcc ranuta;
55. Geomyza combinata; 56. Aulacigaster leucopcza; 57. Neottiophilum praeustum;
58. Phytomyza ilicis; 59. Anthomyza pallida, sec. IIENDEL; 60. Ctusiodes (Clusîa)
nubila, type de Mmcmu; 61. Cmtruphlebomyia furcala Q'. - Nota. Le signe J, placé
sur la nervure costalc indique Yemplacement dela. fracture. I

32 Museums Acanvrrànns
108-(107). Lobe anal réduit ou nul (fig. 55) ..........
........ 58. Opomyzidae (part. (Ge0myza.]), p. 299.
109-(102). Nervures 1.4 et 2A plus ou moins développées, au moins une
de ces deux nervures visible.
110-(113). Aile : cellule 1M2 ouverte ou nulle.
111-(112). Nervure transverse apicale MA2c présente (fig. 56) ....
............ 69. Aulacigasteridae, p. 396.
112-(111). Nulle (fig. 58 et 745, p. 558) ...........
......... 75. Agromyzidae (Phytomyza), p. 599.
113-(110). Cellule 1M2 fermée.
1 14-(115). Nervure H) ciliée sur la plus grande partie de sa longueur ; `
nervure 1A prolongée au bord de l’aile (fig. 57) ........
............. 48. Neottîophilidae, p. S9.
115-(114). Nervure radiale (H,) nue.
1 16-(119). Nervures transverses (MA,c et .v) rapprochées l’une de l`autre
et placées avant le milieu de l’aile (fig. 59-60).
1 17—(118). Costale longuement ciliée (fig. 59) ..........
............. 59. Anthomyzidae, p. 301.
1 18-(117). Non (fig. 60). 64. Clusiidae (Heteroneurîdae), p. 348.
1 19—(ii6). Nervures transverses placées au milieu ou après le milieu de
_ l'aile (fig. 61-62).
120-(123). Nervure sc confondue avec R, à l’apex (fig. 62).
121—(122). Scutellum normal ..... 75. Agromyzidae, p. 536.
122-(121). Scutellum triangulaire, déprimé suivant l’axe longitudinal,
armé de deux fortes épines à l’apex. 45. Thyreophoridae, p. 79.
123-(120). Nervure sc non réunie à R, à 1'apex.
124—(131). sc faible mais libre et perceptible sur toute sa longueur.
125~(126). Costale armée de longues épines, extrémité de sc réduite àun
pli (fig. 63) ; nervure 1A très longue. 63. Trichoscelîdae, p. 346.
126-(126). Costale à épines réduites ; nervure 1A plus courte.
127-(128). Costale étendue jusquà Yintersection de MA ,, sa réduite ou
nulle à1’apex (fig. 64) ....... 76. Odiniidae, p. 626.
128-(127). Costale étendue jusqu’à MA2.
129—(130). Nervure sous-costale longue et bien visible jusqu’à Fextrémité;
nervures transverses rapprochées (fig. 65) .........
............. 60. Chiromyiidae, p. 305. _
130-(129). sc courte plus ou moins oblitérée à l’apex; nervures trans-
verses écartées; R2 + 3 longue et convergente avec MA, (fig. 66);
lobe anal réduit ou nul ..... 58. Opomyzîdae, p. 296.
_ 131-(124). Sous-costale épaissie sur toute sa longueur; nervure 1A
longue et prolongée au bord de l’aile ou non.
132-(139). Extrémité de sc écartée de R, à l’apex.
133-(134). Costale avec une série d’épines bien visibles en plus de la vil-

$c+R1` l ‘
` ~‘
\`-` ) Agmmyza LgncAag_§`&._,_ï_ïÃzA  
I
  "$,,,,_,.··•' ‘
s 1
L I
'l \"` ` __/D70
`·——·-` _,.»)\'7?‘î€Ã¤s«:câ·s Hvpârê `·····
63 " `'°````'' ` l 3 ·
l
J `_ jf
A
Mx M o»«nT`··-—·..f__,, 9" 71
m5«\ _,·’ oamza Ch
64 ••/.____·-—·-_,a ‘ ;
l
  ii
" . . "\ «-É
ma ` C/vrvmyzla Mmcha ""`··----.--- 72
\ ·
   
5 1+zMz 6 4
R, l ac `
::;:3 I !5,z/
_~ `\ IA
my _ _,.-· D `~.`___ ___,../
». vt`- %"—_ -‘ /_ 0/mm/za rwcyzâz/a .. 73
66 mb FHZL CUAÃ I ·
\···`_
, Uc6fÀerÃi"`··~--—·‘44
I
`•~·,___· J /1
67   '°'°°°`°° "" ”’”"" cmî Q7   75
l , ‘
.- A
É `   É l'-ÈÉ/,··;5 Cjlyâza î\     île:
6 8 """`°° LI}7703lN3 76
Fm. 62-76. -· Ailes de Digtères brachycères cyclorrhgphes Haplostomata: - 62. Agro·
myza reptam; 63. Tric oscelis obscuretla: 64. Odmya b0letina:_ 65. Cheromyia jlava;
66. gpomgza [lorum, M./hb rameau récurrent vestige du deuxième ra¤}ea.u_de MAE;
67. heli a owlata: B8. Chyliza mttata; 89. Lonchaea aurea: 70. Pzolzhzla cnuez;
71. Qrellia falcata: 72. Milichia speciosa; 7Q. Dwjosophila funebris; 7 . Oohthcra
mantu: 75.Camua hemapterus: 76.Lâptocera (Lzmomm) humida. -— N 0 ta. Les signes
4 4, placés sur la nervure costale in iquent Pemplncement des fractures.
3

34 Mnscmns ACALYPTÈRES
losité normale (‘); nervure anale prolongée au bord de l`aile (fig. 67).
............. 62. Helomyzidae, p. 314.
i34·(133). Pas d’épines en série sur la nervure costale.
135-(136). Une deuxième nervure anale 2A (fig. 69) ........
....... . ..... 43. Pallopteridae, p. 67.
136-(135). 2A nulle.
l 137-(138). Cellules 1M2 et Cu. courtes ............
. .... 44. Pîüphîlîdnù p. p. (Amp/zipogon, fig. 110), p. 78.
138-(137). Cellules 1M;, et Cu, longues (fig. 68). 54. Psilidae, p. 217.
139-(132). Extrémité de sc rapprochée de R, ; nervure 1A courte.
140-(141). Front étroit (5*); des vibrisses ou non. Nervure 1A épaissie
à la base; deuxième anale toujours visible (fig. 69). Q avec un ovi-
positeur trypétidien vulnérant . . . 50. Lonchaeîdae, p. 171.
141-(140). Front large (çj'); des vibrisses. Nervure 1A fine, prolongée
en pli au bord de l’aile; deuxième anale nulle (fig. 70). Q sans ovi-
positeur vulnérant ........ 44. Pîophilidae, p. 73-
142-(99). Nervure costale avec deux fractures (fig. 71-76).
143-(146). Cellules IM2 et Cu, présentes.
144-(145). Nervures 1A et 2A chitinisées; nervure sous-costale eoudée à
angle droit à son extrémité et atteignant la costale sous forme de pli
' (fig. 71); cellule Cu, souvent allongée en pointe sur la nervure 1A.
............... 49.Trypetidae, p. 91.
145-(144). Nervures 1A et 2.4 réduites à des plis; nervure sc rectiligne et
· chitinisée sur toute sa longueur jusqu’à la costale (fig. 72) ; cellule C ut
non allongée en pointe ...... 78. Milichiidae, p. 632.
146—(143). Cellules 1Mz ou Cu, plus ou moins confondues avec la cellule
voisine; les transverses y ou z plus ou moins oblitérées.
147-(148). Cellule 1M2 nulle; nervure 1A et z bien marquées (fig. 73).
............. 66. Drosophilidae, p. 362.
148-(147). Cellule 1142 et Cu, nulles; nervures anales réduites ou vesti-
giales.
149·(150). Nervure MA2 a-)- la ehitinisée; nervures 1A et 2A réduites ou
nulles (fig. 74) .......... 72. Ephydridae, p. 401.
150-(149). Nervure MA2 a -)- b réduite à un pli plus ou moins marqué.
151-(152). Nervures transverses MA2c et .22 rapprochées de la base de
1’aile; nervure 1A nulle (fig. 75) .... 77. Garnîdae, p. 628.
152-(151). Nervures transverses écartées de la base de l’aile; nervure 1A
vestigiale, réduite à un pli long (fig. 76) ....... ' . ' . .
..... · ..... 73. Gypselidae (Borborîdae), p. 444.
(1) Sauf Borboropsîs Czmmv. .

MUSCIDES ACALYPTÈRES
F. PYRGOTIDAE
Ilnmxm., 1913 : p. 77; 1908 : fasc. 79; 1928: p. 93; 1933 : fasc. 36.
Adultes. —- Face enfoncée, plus ou moins carénée. Antennes allongées
coudées: premier article saillant, deugcième subégal au troisième. Trompe
à labelles très larges; palpes foliacés. Chétotaxie lacunaire; soies acrosticales
nulles ; dorsocentrales réduites; intraalaires nulles; soies notopleurales fortes
th °I‘
Ar gp] f  ,·
'dg  "--
pf sa-  ., ./ ‘ $*9
I gp  -
È `·/ il `    
T" A
i W
77
 s______   ~ï  
 e   * ··   \«
`è‘  .._-.L/      ·
r   v I À   / à
  ·=« y r ·\\
    y
  e
/· ài
. ét; [ 79
 7/`I·_ i `\__
.-   r \" V
 
Fm. 77-79. - 77. Appareil copulateur (j' d’un Pyrgotide américain; 78. id., d’un Ccmops
flavipcr. — 79. Adapsilia cearctata sec. Iizxnm., x 7,5.
mésopleurales cîliformes; une touffe ptéropleurale formée de longs cils raides
dressés; sternopleure velu sur la partie centrale, une soie sternopleurale ou
non. Ailes : R, cilîée sur toute sa longueur; RH., avec un rameau récurrentéi ‘
ou cette nervure sinueuse et déformée. Abdomen rétréci à la base : article ba-
sal de l’0viscapte bien plus gros que l‘abd0men, subconique et courbë.

36 Muscmss Acatvrriznns
Appareil copulateur mâle à forceps courts; apodème du pénis avec deux
branches latérales; pénis très long, renflé à l'apex (fig. 77).
Ce complexe génital s'0ppose à celui des Conopides par le développement
des forceps, par la réduction du sternite génital, de Pappareil copulateur pro-
prement dit et du pénis (fig. 78).
Les mouches de cette famille, toujours rares dans la région paléarctique,
se trouvent sur les feuillages, au soleil, les ailes continuellement vibrantes.
Les femelles de certains genres pondent leurs œufs à l‘intérieur de l'abd0men
des Coléoptères lamellicornes
G. ADAPSILIA Wma.
1.A.coarctata WAGA. Bncxnn, 1905 : IV, p. 92; Hnunnr., 1908: p. 14, 1,
fig. 7, 8,9. -— Pyrgota coarctata. Scmmrn, ll, p. 67. - Fig. 79.
Yeux verts pendant la vie. Entièrement d’un jaune roux. Orbites élar-
gies à la base des antennes; épistome saillant; occiput déprimé en haut,
un peu gonflé en bas. Mésonotum avec quatre lignes obscures. Tarses
légèrement dilatés. Ailes avec cinq taches noirâtres, diffuses, moins
distinctes chez la femelle. Abdomen conique, un peu courbé (Q). —-
' Long. : 8-9 mm.
France méridionale ? — Italie. Autriche. Pologne.
, F. PLATYSTOMIDAE
Adultes. -— Tête large, débordant les calus huméraux. Yeux largement
séparés; occiput gonflé, parfois très convexe à la partie inférieure. Ouver-
ture buccale large ou très large. Trompe épaisse; palpes aplatis et foliacés.
Antennes minces, séparées à la base par un coin épais: chète nu ou forte-
ment pubescent. -— Thorax à chétotaxie réduite. Ailes grandes : nervure R,
‘ ciliée. Oviscapte en lancette molle. Appareil copulateur mâle à forceps très
réduits chez les Platystomines, plus développés chez les Rivellines (fig. 83).
Sternite génital et apodème du pénis du même type que chez les Pyrgotides.
Pénis filamenteux très long et souple, parfois saillant hors de la cavité abdomi-
nale, très renflé à Pextrémité et portant des filaments courts (Rivellia, fig. 83)
ou renflé au milieu et portant deux longs filaments gréles (Platyswma, fig. 81).
· Sclérite du canal éjaculateur très développé. -· Long.; 4-10 mm.
Mouches anthophiles ou herbicoles, plus communes dans les endroits frais ou
humides.

ruvrvsromnas. -— wznnncomm. 37
Larves sapropbages. Se développent dans les matières végétales en décom-
position.
nnrnnu mas sous-rmirms nr ons onmuzs.
1—(2). Occiput fortement convexe. Ailes : cellules basales réduites. Abdo-
men allongé, étroit. Soie sternopleurale forte. Antennes longues
(Myrmecomyiîuae) ......... Myrmecomyia, p. 37.
2-(1). Occiput plat ou peu convexe. Ailes : cellules basales grandes. Soies
sternopleurales réduites ou nulles.
3·(4) . Abdomen étroit. Cuillerons courts. Antennes longues (Rivellünae).
.................. Rivellia, p. 45.
4-(3). Abdomen large. Cuillerons élargis ou saillants. Antennes courtes.
(Platystomînae) ........... Platystoma, p. 38.
S.-F. M YRMECOM YIINAE. À
G. MYRMEGOMYIA R.-D.
Espace interoculaire plan; orbites avec une soie temporale, verticales internes
et externes médiocres ; triangle ocellaire très petit; soies postocellaires
ou verticales postérieures courtes; cils postoculaires nuls. Face prolongée en
./La · >
—-î- . .·;     lg" Ãy
.  \
_·,)·î.·-· 5; l  I, ` ; ·
sl'?  x  [
W t " ` i%
¢ \,\
· L  M  l
  V}
vv ¤= /`\ i ·
‘ Il ‘.
Fm. 80. — Myrmecomyia ruâpes Cf, profil >< 6,b.
avant; péristome non saillant à bords nets, une soie dans l‘angle postérieur du
péristome, vîbrisses nulles. Ailes à membrane épaisse, couverte de microtri·
ches. Abdomen rétréci à la base.
1. M. rufipes (Mmcnn). —- Ilnnnm., 1914 : p. 22, 2. - Ccphalia.
rufpes l\I.«cou.urr, II, p. 483, 1; Scmmm, II, p. 177; PANDBLLÉ, p. 490,
1; Bncxnn, 1905: IV, p. 102. — Fig. 80, 82.

38 Museums ACALYPTÈBES
Antennes rousses, troisième article atténué à la base. Corps allongé,
terne, à villosité très courte, ferrugineux, mêlé de brun; mésonotum
d’un noir mat sur le disque. Pattes III et tous les tarses noirs. Ailes bril-
lantes, un peu irisées: la base de la marge costale et le stigma brunàtres,
le sommet marginé de brun, l'extrémité de la nervure MA, plus large-
ment ombré; nervure R, ciliée à llapex, près du stigma. Première
cellule médiane 1M, à bords parallèles en arrière. Balanciers à ren-
tlement jaune. Abdomen d’un noir mat. — Long. :9-10 mm.
Allier : Broût-Vernet(ll. nu Bnvssoiv); Nièvre : Monsauche (M. Pic); Saône-
et-Loiret Mâcon (FLAMARY); Mont-de-Marsan (Pnnms); Hautes—PyrénéeS : vallée
d’Aure, Vl·VII, groseillier (Pxivnsnmâ); Peney (Gonnnr). —- Barcelone (Armca).
Parme. Autriche.
var. nigripes ltlmcex. Macouxirr, II, p. 483, 2; Scanven, Il, p. 177.
Antennes entièrementnoires. Face plus sombre. Pleures distinctement noircis.
Ailes à bande costale noire plus nette. - Long. 9-10 mm.
Allemagne (Maman).
S.-F. PLA TYSTOMINAE.
G. PLATYSTOMA lllarcnm.
PANDELLÉ, p. 443; HENDEL, 1913: p. 55, pl. 1 et 2; 1914: p. 163, 80.
Adultes. - Yeux largement séparés: bande frontale couverte de petites
soies; une seule soie orbitale ; triangle ocellaire petit. Face fortement
concave; épistome saillant; gênes étroites; péristome large. Occiput aplati
ou concave dans la partie supérieure, fortement convexe dans la partie infé-
rieure, avec·quelques macrochètes dressés dans l’angle postérieur; clypéus
épais, saillant. Trompe épaisse, à labelles très larges, dépassant les bords
de la cavité buccale. Antennes courtes; chète antennaire nu ou finement pu-
bescent. Corps à tégument noir ou brun foncé au fond, couvert d’une pruino-
sité épaisse d’un gris argent ou jaune, variolée de points noirs brillants ou non.
Chétotaxie peu développée, macrochètes courts; préscutellaires plus sail-
lants. Scutellum épais, six macrochètes marginaux, courts, robustes. Abdo-
men : deuxième tergite visible paraissant plus largement étalé; membrane con-
jonctive large, épaisse, Souvent boursoutlée.
1-(4]. Scutellum roux à l’apex, velu au moins sur les bords.
2-(3]. Scutellum à bord postérieur entièrement roux. Ptéropleures d'un
noir brillant, non ponctué. Quatre soies supraalaires ......
................. P. parietina, p. 43.
3·(2). Scutellum roux à l’apex seulement. Ptéropleures à pruinosité
grise, ponctués de noir. Trois soies supraalaires [cf. § 7—(8)]. . . ·
............... P. il1SlllaI‘l1m Ronoam.

' PLATYSTOMIDÀE  
81 0 É ‘
. Ã
|   Sd ""*•·,,`. .-ê .¢"’ ` 8 la
W
fg- É
7   0
' V   \. ..... .
(tb À   `—~· ··... .-___ ,___,.. ../ \85
6*9 = am" .
\ · 87
` x . j ,
~ .
k` `\\\\Y\\; \"°"··  
( ` ""'~••···..... ···•'  
    W É~ ,  É J
Il \`\, _ \ I  
 P // ... gl] sc}
`··— \ b i ./ .
`   alt   .
\ x \‘ \ `
  ` ` «   ` ’ i
E1,
9. B »~9  
‘· 4 \
-·-vgg
n  \
· aw ( ri
f= , F aaa
.\ 831, ,
·§—~ A
Fm. 81-87. — 81. Platystoma, scminationis çj', appareil copnlateur.-— 82. Myrmecomyia.
rufpes C5', id.; 82 b. id., partie du pénis (en b) >< 400. — 83. Rivellia syngencsiae çj',
appareil c0pulateur.— 83 b. id., extrémité des branches du forceps interne.- 84. Pla-
tystoma. pubcscens,a.ile.—85.P.a1·cuatum.—- 86.P. gemmatienîx. -87. P. œgularium,
cuilieron thoracique. - app. apodème du pénis; b. voir 82 b: fe. forceps externe;
fi. f0I‘CBpS ÃHEBPHG; gd. gonapophyse 8l1téK‘î8l1l`B$ Qp· gOIlB·pOphyS€ postérieure; [L
pénis; sat. sclérite du czînai Éjagillateur (remarquer ies organes glandulaires de la. _
base (fig. 81); stg. stern te g ni .

40 Muscmas Acanrrrànas
4-(1). Scutellum entièrement noir, nu en dehors des six macrochètes
marginaux.
5-(14). Fémurs et tibias partiellement roux.
6-(9). Fémurs II et III noirs.
7-(8). Cuilleron thoracique très saillant. Corps plus clair que chez les
autres espèces du genre. Ailes d’un brun jaunâtre pâle, avec un
grand nombre de taches d’un jaune pâle : la couleur du fond et ces
taches font ressortir quatre grandes macules nettement plus sombres
le long de la nervure costale, et six autres taches diffuses, brunes,
réparties sur le disque. Abdomen : tergite V plus long que le pré-
cédent. — Long. 6-7 mm. — Sardaigne. (PANDELLÉ, p. 447; Hanmm.,
1913 : p. 93) ........... P. insularum Roman:.
8-(7). Cuilleron thoracique peu saillant .... P. pariétina, p. 43.
9-(6). Tous les fémurs roux, tout au plus marqués de bandes longitu-
dinales sombres. Cuilleron thoracique légèrement plus long que le
cuilleron alaire.
10-(11). Abdomen d’un vert noir brillant, sans ponctuation blanchâtre.
Ailes avec une bande sombre, d'une teinte uniforme, étendue sur
les deux nervures transverses (x et MA2c) (pl. 1, fig. 10) ..,.
................. P. rufîpes, p. 44.
11-(10). Abdomen ponctué de blanc. Ailes sans bande brune. Tarses I :
dernier article roux.
12-(13). Aile sombre au bord antérieur. Long. : 6,5 mm. — Afrique mi-
neure (Hannm., 1913 : p. 105, 27, fig. 24). . P. méridionale HENDEL.
13-(12). Aile uniformément grise, àtaches claires, petites (pl. u, fig. 14).
Espace interoculairc légèrement moins large que l’œil. Une bande
noire sous les antennes; clypéus et palpes d’un noir luisant. Calus
huméraux et sternopleures uniformément noirs. Sternite V quatre
l fois plus long que III -(- IV. Cuillerons petits, le cuilleron thoracique
deux fois plus long que le cuilleron alaire. Balanciers à renflement
partiellement noir. Long. 4-5 mm. — Maroc : forêt des Zaers, Ain
Sferguila, mai 1928 (H. BENOIST) ....... P. idia Sécuv.
14-(5). Fémurs et tibias bruns ou noirs, tarses noirs ou roux.
15-(22). Tarses entièrement noirs. Balanciers à capitule brun noir.
16-(17). Joues à peu près égales au quart de l’axe oculaire. Cuilleron
· inférieur élargi, deux fois plus long que le précédent. Abdomen :
tergite V environ sept fois plus long que le tergite IV. — çï: tarse I :
cinquième article à bord postérieur armé sur chacun de ses angles
d'unesoie robuste. Long. :9-10 mm.—Hongrie. Roumanie. (PANDELLÉ,
p. 446, 3; Haxnm., 1914 : p. 165; 1913: p. 71, fig. 5) (pl. 1, fig. 2).
.................. P. biseta Loaw.
17-(16). Joues égales au dixième de l’axe oculaire.
18-(19). Ailes : une tache blanche à l’apex de la cellule R, (pl. 1, fig. 6).
................. P. nîgrum, p. 43.

rtrrxsromioan. - rnmvsrosm 41
19—(18). Deux taches blanches à l`apex de la cellule Iï,.
20-(21). Première cellule (2M,) avec 15-18 taches blanches (pl. 1, fig. 7).
............... P. seminationîs, p. 44.
21-(20). Première cellule avec 8-10 taches blanches (pl. I, fig. 9).
.......... ‘ ........ P. minor, p. 43.
22-(15). Tarses roux, au moins à la base. Balanciers à capitule jaune _
ou brun.
23·(34). Cuilleron thoracique modérément développé latéralement. Ba-
lanciers à renflement brun ou brun noir.
24-(25). Epistome d`un noir brillant. Joues égales au dixième de la
hauteur de l‘œil. Antennes d`un brun roux. Corps d`un bleu·noir au
fond, àpruinosité d’un gris cendré. Pleures grossièrement ponctués.
Tarses l noirs, ll-Ill roux, sauf le deuxième article des tarses Ill
et parfois l’apex. Ailes mouchetées de taches blanches, sauf une
bande transverse sombre couvrant la petite nervure x mais n’attei-
gnant pas x'l[A,c; apex de l’aile avec deux plages plus sombres, une
à Yextrémité de HH., l`autre à l`apex de MA, et MA2 : cette der-
nière nervure aboutit exactement au sommet de l`aile. Cuilleron
thoracique une lois et demie aussi long que le cuilleron alaire. Ba-
lanciers à renflement d`un brun noir. ——Long. 6-6,5 mm. — Italie
moyenne et supérieure. Tyrol. Hongrie. (llazvont, 1913 : XXXV,
p. 100 [24], fig. 21) ........ P. plantatîonis Roxoam.
25—(24). Epistome entièrement d`un gris roux, ou présentant une ligne
ou une tache médiane grise.
26·(3t). Aile : nervure RM, longue.
27-(28). Fémurs lll avec une longue villosité jaunâtre. Espèce noire.
Cf : tarses I avec une soie allongée; tarses roux : apex des articles
des tarses l et lll noirs. Cuillerons courts. Ailes semblables à celles
du P. seminationis, à taches plus petites et plus nombreuses;
cellule Il,.,,, avec deux rangées continues de petites taches blanches
étendues depuis la base jusqu'à l’apex, les taches blanches rappro-
chées de la petite nervure transverse (2:) dans la cellule suivante. -—
(jl. Abdomen : tergite V seulement une fois et demie aussi long que
les tergites Ill -(- |Vréunis.Long. :5-6 mm. — Italie : Macerata, mai-
juin (Bnzzu] ............. P. Bezziî Ilxmnzn.
28-(27). Fémurs Ill sans villosité jaune.
29·(30). Calus huméraljaune ........ P. parietina, p. 43.
30-(29). Calus huméral noir ........ P. corsicanllm, p. 42.
31-(26). Aile : nervure H,+, courte.
32-(33]. La 4** nervure (MA,] aboutit à l’apex de l`aile (fig. 84). Palpes noirs
à l’apex, à pruinosité blanche. Lunule et antennes d’un brun noir.
Pattes noires. Ailes conformées comme celles du P. senu'natz'0mZv .·
la cellule 2M2 à points pâles plus nombreux. Cuillerons petits. Ab-
domen d’un noir brillant, tergite ll ponctué, à pruinosité grise.

42 Muscxoxzs Acanrrritnns
»— Long. : 3-5 mm. — Europe centrale et méridionale . .....
................ P. pubescens Lonw.
33-(32). La 4** nervure (MA,.) aboutit avant l`apex (pl. 1, fig. 3) . . .
................ P. arcuàtum, p. 42.
34—(23). Cuilleron thoracique prolongé en arrière en bande étroite. Ba-
lanciers à renflement jaune. Calus huméral noir.
35-(36). Abdomen : tergite III très court. Cuilleron thoracique très
étroit .............. P. provinciale, p. 44.
36-(35). Abdomen : tergite III non nettement rétréci. Cuilleron thora-
cique plus large.
37-(38). Palpes roux .......... P. tegularium, p. 45.
38—(37). Palpes noirs.
39-(40). Nervures 3 et 4 (MA, et MA,) parallèles à l’apex (fig. 86). .
............... P. gemmationis, p. 43.
40-(39). Nervures MA, et MA2 divergentes à l’apex.
41-(42). Antennes noires (pl. 1, fig. 1) ..... P. Anceyi, p. 42.
42-(41). Antennes rousses (pl. 11, fig. 13) . . . P. proximum, p. 44.
1. P. Anûeyi, n. sp. ——Pl. 1, fig. 1.
Voisin du Platystoma tegularium, plus sombre, noir ou brun-noir, les
ailes plus nettement tachées. Palpes courts, noirs et luisants. Espace
interoculaire d`un brun noirâtre, à gros points noirs. Antennes rousses :
articles I et III noirs. Epistome avec deux taches inférieures noires et
luisantes. Corps noir à pruinosité grise. Pattes noires à pilosité légère,
blanchâtre; protarses d'un roux jaune : la base des articles suivants plus
ou moins jaunie. Cuilleron thoracique trois fois aussi long que le cuilleron
alaire : ce dernier ourlé de blanc. Alule légèrement tachée. Abdomen :
tergite III plus large que les précédents. — Long. :6,5-7,2 mm.
Var : Callian, mai (L. Brntmo). _
2. P. arcuatum Losw. —IIENDE|.., 1913: p. 97, 22, fig. 19. — Pl. 1, fig. 3.
Epistome noir. Espace interoculaire brun. Palpes petits. Antennes
rousses, brunies à l`apex. Base des protarses I-Il roux; protarses III en-
tièrement d`un jaune orange ou roux. Balanciers d’un brun noirâtre. Cuil-
leron thoracique débordant le cuilleron alaire de la moitié de sa longueur.
Ailes tachées sur toute la surface. — Q : Abdomen : tergites III-IV-V
subégaux. — 5* : Tergite V quatre fois plus grand que le précédent. —
Long.: 5-7 mm.
Seine·et—Oise : Lardy, VI (Sécuy); Var : Callian (Btzntann). - Constanti-
nople. Crète (Bucmm). Syrie et Palestine.
3. P. corsicanum Siâour, 1932 : p. 180, 141. —— P1. 1, fig. 5.
Corse : Ajaccio (coll. E. Sécuv).

m..vrvs·rom¤A¤. -- PLATYSTOMA 43
4. P. gemmationis Ronmm. — Humm-zx., 1913 : XXXV, p. 84, fig. 13.
— P.’ tegularium Hoxmnx (non PANDBLLÉ).
Très voisin du P. tegularium Lonw, mais de taille plus réduite. Palpes
entièrement noirs ou d’un brun sombre. Fémurs Ill avec une longue
pilosité interne jaune. Ailes avec la même disposition des taches claires
que chez le P. tegularium, mais ces dernières moins nombreuses, sur·
tout dans les cellules [1,.,.,, MI, et 3M,; quinze points clairs dans la cel·
lulo 2M. et neuf dans la cellule 3M,. -— Long. : 5-7,5 mm.
France méridionale (?). Corse (coll. Sécuv). — Italie. Europe centrale.
5. P. minor Sécux', 1932 : p. 180, 142. -— Pl. t, fig. 9.
Avec le P. seminazionis. Côte-d'0r : Beaune (E. Ammnê); Var : Le Beausset
(E. Azvczr).
6. P. nîgrum, n. sp.- Pl. u, fig. 6.
Comme le Platystoma. parietina, plus sombre. Bande médiane iron-
tale noiràtrc. Calus notopleural noir. Scutellum à b`ande médiane de
pruinosité plus étroite. Cuilleron thoracique plus court (dans la propor—
tion : parietina 2,5; mgrum 1,8). Macrochètes plus faibles. Ailes sombres
au bord postérieur. —— Long. : 5 mm.
Var : Callian, IX (L. Bnntmo).
7. P. parîetiua (F.) nec Lmmi.-- Srâcur, 1932: p. 180, 143. —PIazyst0nm
lugubre (R. D.), —H1zNnm., 1913: p. 88, 18, fig. 15, et 1914: p. 166, 20.
I '   ·° "~ _,,
·   xv ·,. ..?
4   7  
i pî » ;:»·’
Fm. 88. - Platystomu parielina Q, profil, X 7,5.
P. umbrarum Maman (nec Fan., nec Lmmâ); ltlacquanr, II, p. 444,1;
Parmis, 1856 : p. 277, pl. v, fig. 107; Scnmxzn, ll, p. 84; Bmwnn, 1883 É
p. 85; PANDELLÉ, p. 445, 2; Bacxmz, 1905: IV, p. 103. — Pl. 1, fig. 11 et
12.
Tête brune; espace interoculaire à points noirs et taches changeantes
jaunàtres; face brune à points noirs veloutés. Antennes rousses; troisième
article hruni. Mésonotum avec une deuxième soie dorsocentrale; calus
'huméral noir ou portant un point roux. Tibias parfois roux. Ailes à
bandes et macules grisàtres : les taches claires en rangée discontinue ou

44 Moscinas AcALYP·rÈnas
diffuses dans la cellule RUN; la petite nervure transverse largement
ombrée. Cuilleron thoracique élargi en dedans, débordant le premier
de sa longueur seulement. — çj‘ : Abdomen : tergite V d’un tiers environ
plus long que le précédent. Q : tergite V tout au plus aussi long que le
précédent. — Long. : 7-8 mm.
Mai—octobre, lieux ombragés, bois et forêts, commun et répandu dans toute
la France. Toute l’Eur0pe.
Larve très probablement saprophage (Przams, 1856 2 p. 277).
8. P. provinciale Lonw, 1873 : lil, p. 282, 186. -—· PANDELLÉ, p. 446;
IIENDE1., 1913 : p. 87, 16.
Voisin du Platystoma. tegularium.Espaceinteroculaire noir. Cuilleron
thoracique allongé en languette : mais deux fois moins large que chez
tegularia. Aile plus pâle que chez cette espèce, mais avec le même
système de taches; alule décolorée, sans tache.
Provence (Losw).
9. P. proximum, n. sp. — P1. 11, fig. 1.
Plus robuste quelePlatyst0mum Anceyi : corps plus large, couvert d’une
pruinosité épaisse d’un gris jaunâtre. Espace interoculaire bruni, à points
plus gros. Antennes menues, entièrement rousses. Épistome plus large.
Fémurs à longue villosité jaunâtre. Abdomen ztergite Ill subégal au pré-
cédent. -— Long.: 7,5-8 mm. `
Basses—Alpes 2 Sainte·Tulle, 15. V (coll. Duroor. > Lxnounsèxe).
10. P. Pufipes l\lEIGEN.—— Sczxuvan, ll, p. 84;P.i1~ma1.1.1â, p. 446; HENDEL,
1914 : p. 113, 26, fig. 23.
Comme le Platystoma semz'natz'onz's. Entièrement d’un bleu noir métal-
lique à pruinosité blanchâtre. Tibias I et tarses, base des fémurs II et III ·
brun noir. Ailes plus sombres le long du bord costal, les deux nervures
transverses très rapprochées : leur intervalle n’égalant pas deux fois la
longueur de la petite nervure transverse (x}, couvertes par une bande
sombre, unicolore. Cuillerons petits, subégaux. Balanciers à renflement
d’un brun sombre. Abdomen noir, sans ponctuation. -— Long. : 5,5-
6,5 mm.
Bassin de la Méditerranée. Asie mineure. Taurus. Charkow. Odessa.
. 11. P. Seminationis (Lxivmâ). Maoooziirr, ll, p. 444, 3; Scnxivmi, Il, p. 83;
PANDELLÉ, p. 446, 4; Bncxau, 1905: IV, p. 103; Hnxnm., 1913:p. 65, pl. 1,
fig. i—3; 1914 : p. 167, 34; SÉGUY, 1932: p. 180, 144. — Pl. 1, fig. 7 et 8.
5* Q. Espace interoculaire et l’épistome noirs. Joues rousses. Cuilleron
inférieur élargi dépassant le premier de sa longueur seulement.- 0* :
tarses I : angle externe et apical du cinquième article avec une soie fine à
la base, en massue étroite à l’apex. Balanciers à massue brune. Abdo-

rcxrrsromxnss. - pmrvsroux 45
men : tergite V presque quatre fois aussi long que le précédent. —
Long. 4-5 mm.
Mai-octobre, lieux frais, jardins, bois et forêts dans toute la France. Toute
l’Europe, mais surtout Europe centrale.
Larve dans le Tric/zoloma rutilans Sou., Isère : Vienne, 30. V (L. Fxncoz,
1930 : p. 250).
12. ‘P. iiegularium Lonw. - Scmmsn, II, p. 83; PANDELLÉ, p. 445, 1;
Hisivnm., 1913E p. 82, 13, fig. 12; 1914 : p. 168, 39. — Pl. 1, fig. 4.
Front roux à points d’un brun noir bien visibles sur la pruinosité jaune.
Antennes rousses; troisième article bruni. Epistome avec deux taches
noires luisantes. Corps noir à pruinosité jaune, épaisse. Pattes à pilosité
jaune assez serrée. Ailes lavées de jaune : cellule 2M, avec 20 points
clairs; 2M, avec 16 points. Cuilleron thoracique quatre ou cinq fois aussi
long que le cuilleron alaire : ce dernier ourlé de jaune. Alule légèrement ·
tachée. Abdomen : tergite III plus développé. — Long. 8-11 mm.
Avril-septembre. Toute la France avec les Platyszoma parietina et semina-
zionis. Marseille (Annine ns Pizunuv); Aude (GAvor, Juuum); Hautes-Pyrénées :
Tarbes, Gavarnie, Luz, en juillet, sur le cerfeuil et le prunellier (Pluvnimià).
Toute l'Europe. '
S.-F. RIVELLIINAE.
G. BIVELLIA R.-D.
Adultes. - Gênes et péristome étroits. Antennes minces; troisième article
dépassant en bas le bord antérieur de l'épistome. Scutellum large; soies
\_··;·.;\  $2*
I \ _, `· Y  
È? -Ã 
" ”\? ,· _
Fm. 89. - Rivcllia vyngmesiae Q, profil, >< l5.
scapulaires robustes et longues; soies acrosticales piliformes, raides; une seule
paire de soies dorsocentrales: la médiane postérieure ou la préscutellaire;
une soie humérale; deux notopleurales; 2-3 intraalaires; quatre scutellaires
‘ I

46 Muscxmzs ACALYPTÈRBS
fortes; une mésopleurale faible; sternopleurales nulles. Tibias III épais. —
Ailes étroites : cellules basales petites. Cuillerons courts : le thoracique à peine
saillant. Balanciers courts.
1. R. syngeneslas (Fanuxcms). —— Macouawr, ll, p. 433, 7; Scnxmnn, Il,
p. 80; PANDELLÉ, p. 455, 8; Bucxnn, 1905 : IV, p. 104; Hnsnnn, 1914;
p. 90, 62. -— Fig. 89 et pl. 11, fig. 15.
Plaque ocellaire sans soies. Antennes brunes ou noirâtres. Corps bril-
lant d`un bleu noir foncé, à reflets verts ou légèrement pourprés. Pro-
tarses II-III roux. Ailes vitreuses : base noirâtre, deux bandes transverses
noires, l’apex avec une tache indépendante en quart de cercle. Abdomen
on ovale courbé, convexe, légèrement plus large que le thorax, nettement
ridé en travers, couvert d‘une pilosité épaisse formée de crins serrés,
couchés. — Long. : 2-3,5 mm.
_ Juin-octobre. Feuillages. — Toute l'Eur0pe, de la Suède à l'Italie. Angleterre
(II. Auncnrrr).
F. PTEROCALLIDAE.
G. MYENNIS fR.—D.) Humour.
}iENDEL, 1909 ip. 11, 3.
Adultes. — Bande frontale aussi large que l'œil, couverte de petites soies
dressées : une soie orbîtale supérieure. Gênes étroites, égales au tiers ou au
cinquième de la hauteur de l‘œil. Occiput aplati près du vertex, gonflé en bas.
Clypéus légèrement saillant en avant. Trompe épaisse; palpes élargis, foliacés.
Antennes plus courtes que la face : troisième article subdiscoïde : chète nu.
Une soie humérale; deux notopleurales; préalaire nulle; trois supra·alaires;
deux dorsocentrales; une préscutellaire; quatre scutellaires. Pleures velus.
Prothoracale et stigmatique faibles. Mésopleure avec une rangée de soies:
une sternopleurale. Tibias dénudés. Aile : cellule basale Cu, avec une pointe
antéro-inférieure. Abdomen court, ovalaire, cinq segments chez les mâles,
six chez les femelles. Oviscapte fin, à peu près aussi long que l’abdomen, trian-
gulaire et aplati dorso·ventrale1neutà la base. Appareil copulateur male (fig.
91-92) : forceps interne très réduit; forceps externe à branches beaucoup plus
développées, armées de 3-5 épines courtes, robustes. Gonapophyses nulles. Ster-
nite génital et apodème du pénis très réduits. Pénis extrêmement long, d‘abord
fililorme puis aplati en ruban armé d’épines à l’apex (fig. 92). Sclérite du canal
éjaculateur très développé.
1. M. 0ctopunctata(Coou1zn1znr, 1804). ·— M. fasciata Scmivsn, II, p. 77;
ll1:Nn11L.,·1.909 : p. 13. —- Scatophaga. faàciata Fanmcius. —— Ortalis fase
ciata. MAcoU.m·r. — Otites fasciata PANDELLÉ, p. 451, 2.· —— Fig. 90·92 et
pl. II, fig. 16. ’ - ‘ · ‘ '» »

PTBROCALLIDAB. - Mvnmvis 47
Corps noir, couvert d’une épaisse pruinosité grise. Tête rousse en
avant et sur l`intcr0culaire. Mésonotum avec deux bandes antérieures
..·¤· ÉU
`·«:~:t   vw
  .·~_ •
1 » .i ,. "·«·. ·Cï<·\·· U
  , ‘ •
eggs? y     I; \A
s   I. ,. /§
w e ·
M "\ "°
. / '
\\ A sci
  iï
ii \g,.4
_   p   ap
,·* '\
.‘ ~ ./\
É?   I   91 stg
. ’. P ¢= \
vr I · pj)
  W? /
agi; Pi"   4
Qi _ 92
Cy, i.   
` pr   W  >
l' â `
J  » r
\ fiieix   Sig- 
  xs ... ·
}_`  `@¤ v
* ail .
Y i ` ;
Fm, 90-93. — 90. Myemzis octopunctala Q, profil. — 91. id., Q', appareil copnlatcnr. 4
92. id., d' extrémité du pénis, de la figure précédente >< 400. — 93. Ortalis 1~np'ceps
(sec. Scunmz), appareil copulatcur Cf, x l25.— ap. apodème du pénis; fn. forceps
externe; fi. forceps interne; p. pénis; pr. prépuce; sc!. sclérite du canal éjacula-
teur; stg. sternite génital. _ _ . . .
marg0·discaIes dc pruinosité brune : entre les bandes six rangées de
soies_c0urtes. Scutcllum et métanotum d‘un noir brillant sur li-s·côtés ;

48 Muscmns Acnvrrimns
une petite tache apicale rousse parfois prolongée jusqu’à la base. Pattes
rousses; fémurs brunis. Ailes blanches avec trois bandes transverses
d’un jaune rembruni, atténuées en arrière, légèrement arquées. Abdo-
men : tergite III à marge postérieure brune, tergite IV d’un noir bril-
lant avec un triangle brun mat au milieu ; marge postérieure du tergite V
et VI brillants. — Long.: 3,5-5 mm. `
Amiens (Cxnrnnrinnl; Paris; Bar-s.-Seine (Canrnnnwlg Allier, sur le peuplier
(H. ou Buvsson); Vichy; Landes (Gosam); Hautes-Pyrénées :Tarbes, juin-
juillet : sur le tronc des arbres abattus dont l‘écorce est devenue fongueuse; se
promène sur les peupliers écorcés en balançant ses ailes comme les Sepsis
(L. PA1vm~:1.i.É). — Europe centrale. En Syrie la larve serait nuisible aux melons
(Cucumis), comme le Myiapardalis pardalina Brcor (P. Manon).
F. ORTALIDIDAE
\VILLlSTON, p. 271-276; Harman, 1928 : p. 93, 48.
Adultes. — Soies orbitales inférieures nulles. Épistome en carène ou ely-
péus distinct. Trompe plus ou moins forte : palpes élargis; assez grands, rare-
ment étroits. Fossettes antennaires longues, séparées par une carène étroite.
Antennes : troisième article pointu ou anguleux antérieurement. — Thorax:
soies acrosticales piliformes ou nulles sauf les préscutellaires; scutellum
avec les macrochètes intermédiaires; soies stigmatiques et prothoracales par-
fois présentes. Tibias II avec des soies apicales, rarement une soie externe
dressée. Pattes courtes et fortes. Ailes : nervure sous-costale bien développée
et distincte sur toute sa longueur, parfois réduite à l’apex, mais toujours per-
ceptible; nervure R, ordinairement sétigère sur la moitié ou le tiers apical.
Cellules basales bien développées. Abdomen à segments plus ou moins coales·
cents. Oviscapte trisegmenté, corné. Appareil copulateur mâle du même type
que chez les Ptéroeallides : les forceps plus développés, les branches du for-
ceps externe parfois renforcées par une plage d’épines chitineuses. Apodème
du pénis et sternite génital réduits; pénis très long, aplati en ruban rebordé,
armé d'épines latérales plus longues à l'apex; prépuce membraneux, mou
(fig. 93). Sclérite du canal éjaculateur modérément développé.
Les Ortalides diffèrent des Platystomes par le système chétotaxique, par
l'ouverture buccale ordinairement plus étroite, le clypéus et les palpes moins
développés, la trompe plus longue, etc. ·
Les Ortalides sont communs dans les prairies à végétation luxuriante, leurs
larves sont peu connues.
Tnnmznu uns cmvnns.
1-(2). Ailes : première nervure (R,) ciliée sur toute sa longueur(‘). .
................. Pteropoecîla, p. 55.
(1) Caractères que l’on retrouve seulement chez l'H0t0daxia frauduleux Lonvf, des Balkans.

ORTALIDIDAE 49
2-(1). Ailes : nervure R, sétigère dans sa partie distale seulement.
3-110). Tête triangulaire en profil. Aile : cellule Cu, non prolongée en
angle inférieur ou cet angle très réduit.
4-(7). Antennes longues.
`: 7  I S
î' p ` =<• ·
1 ·· R.
 -·  94   L I—· ' 96
A Têfâfltïlâ J "  
97 fwbmfa 7ê/Jzmnofa
J Ni:. üçîiu; (É I V;/· MâCA€ir0c€ra  (5%,3
 .r‘    ·~ 1 îœg   · K-e,,
\i, " È
· ll      1,
l \  \-WY.   l É  
~ Dar ccra ··
1 \<jL\ y Il/er:/'ta
’ l x
_   101
I   /Yaramy/a   0/IYES
'1l1l¥§î` p
IM;
fil: .
102. / - Y
Sysfafa ' *`
F10. 94-103. — 94. Tctarwps flavesccns, profil de la tète. — 95. Ptilonota guttata, id.;
96. Tephronota gyrans, id. — 97. Macheirocera grandis, id.- 98. Dorycem grami-
num 5*, antenne pour comparaison avec 97. - 99. Herina germimztionis, profil de
la tète. — 100. Melieria omissa, antenne.- 101. Heramyia bucephala, profil de la tète;
102. Systata rivularis, profil du type : l M; première cellule médiane postérieure.
— 103. Olitcs ru/iceps, profil de la. tète.
5-(6). Antennes neuf ou dix fois plus longues que larges (fig. 97). . .
................ Macheirocern, p. 52.
6-[5). Antennes moins longues [fig. 98) ..... Dorycera, p. 50.
7—(!i). Antennes courtes.
· 4

50 Muscxnss Acanvrriznss
8—(9). Carène faciale très saillante. Yeux petits. Q : oviscape robuste.
................ Percnomatia, p. 51.
9-(8). Carène faciale peu saillante. Yeux grands (fig. 101). Q : ovi-
scapte faible .............. Heramyia, p. 54.
10-(3). Tête quadrangulaire en profil. Oviscapte plus ou moins aplati: les
cerques en lames coupantes.
11—(18). Gênes larges. Ailes : cellule Cu, avec un angle inférieur aigu(‘).
12-(13). Ailes nervures transverses (x, MA2c) très rapprochées (fig. 102
et pl. nr, fig. 30) ............ Systata, p. 58.
13-(12). Nervures transverses, écartées (pl. ui, fig. 26).
14-(15). Angle vibrîssal saillant (fig. 103) ...... Otites, p. 56.
15—(1·4). Angle vibrissal non saillant.
16-(17). Gênes égales à la moitié de la largeur de l’antenne (fig. 95). .
.................. Ptilonota, p. 55.
17-(16). Gênes deux ou trois fois plus larges que l’antenne (fig. 94). . .
.................. Tetanops, p. 52.
18-(11). Gênes étroites. Ailes : cellule Cu, avec l’angle inférieur réduit.
19-(20). Antennes : troisième article court, anguleux à l’apex antérieur
(fig. 96) .............. Tephronota, p. 62.
20-(19). Antennes : troisième article allongé : pointu à l’apex ou trbisième
article conique et pointu.
21-(24). Antennes : troisième article pointu à l’apex antérieur (fig. 99).
22-(23). Ailes : nervures transverses rapprochées (pl. m, fig. 31). . .
................. Loxodesma, p. 58.
23-(22). Nervures transverses écartées (pl.m, fig. 32). . Herina, p. 59.
24—(21). Antennes : troisième article conique (fig. 100) .......
.25-(26). Ailes : nervure MA2a —|- bdroite(pl.1v, fig. 37). Mclieria, p. 62.
. 26-(25). Ailes : 4° nervure (MA2a· -|— 6) courbée (pl. xv, fig. 43) ....
.................. Ortalis, p. 66.
G. DORYCERA Mmcsw.
Bscxra, 1905 : IV, p. 93 et 1910 : p, 321.
Face saillante en profil; joues très larges. Chétotaxie normale ou légèrement
plus développée que chez les genres voisins : mésonotum avec les seuls macro-
chètes préscutellaires. -— Long. 5-9 mm. Les Mouches ne sont pas rares dans
les herbes.
E D'après Gxaorraov (Ins., ll, p. 504, 25) la larve du D. graminum vit dans l’eau;
elle est aérienne et phytophage pour RosxNsAu·Dssvo1nv,
1-(2). Antennes : troisième article plus court que le deuxième, en forme
· de lancette. Abdomen noirâtrez tergites marqués au milieu de lignes
‘ longitudinales d’un gris nuancé de roux. —Espagne (Bncxcsn, 1905 :
* IV, p. 93; PANDELLÉ, p. 469, §1). ..... D. scalaris Losw.
(1) Sauf chez le Ptiionota ccntralis où cet angle est très réduit. l

onnnininan. — nonrcnna 51
2-(1). Antennes : troisième article non en forme de lancette, atténué ou
étranglé au milieu.
3·(4). Ailes : nervures MA, et MA, fortement convergentes; une grande
maeule discale étendue sur les deux transverses (MA,c, x) ....
. ............ D. maculipennis (LATREILLE (‘)).
4-(3). Ailes : nervures MA, et 2 non convergentes, disque avec une
ombre diffuse —ou les transverses ombrées séparément. _
5-(6). Antennes : deuxième article snbégal ou plus court que le troisième,
linéaire ............. D. graminum, p. 51.
6-(5). Antennes : deuxième article deux fois plus long que le troisième.
.......... . ...... D. hybride, p. 51.
1. D. graminum (Famucxns). — MAcouAn·r, II, p. 428, 1(*); Scnnvan, II,
p. 67; Bnauan, 1883 : p. 84; Pazvnxnniâ, p. 468, 29; Bncxcnn, 1905: IV,
p. 93.- Fig. 98, pl. ll, fig. 17.
Jones à peu près aussi larges que l'axe oculaire. Ailes blanches dans
leur moitié postérieure : marge costale brunie jusqu‘à la nervure MA,
avec des plages plus claires. Abdomen couvert d‘une pruinosité cendrée
uniforme. (j‘ tergites VI-VIII étroits, rétraetés. — Long. : 5-9 mm.
Mai-juillet, sur les feuillages et les herbes. Toute la France, Hautes-Pyrénées:
mai—jnin, sur les haies, le chêne, etc. (Pamnrrré); aussi sur les fleurs du Tamnus
vulgaris (Tamus communis L.?), dont la femelle perfore les ovaires (ROBINEAU-
Dissvomv, 1830 : p. 712; ÃIACQUART, II, p. 428, 1).
2. D.hybrîd& Louw, 1862 : VI, p. 172, 64. - Pl. u, fig. 18.
Tête rousse à taches noires; orbites et occiput noirs en haut. Joues .
plus étroites que l‘axe oculaire. Trompe noire; palpes roux. Antennes
rousses. Mésonotum à quatre ou six bandes brunes; scutellnm gris sur
le disque. Pleures avec une large bande noire à la base des ailes. Balan-
ciers et, pattes roux; hanchesl grises. Ailes lavées de brun diffus à l’inté-
rieur des cellules, nervures plus fortement ombrées. Abdomen couvert
d’une pruinosité légère, laissant transparaître le fond noir ; tergites avec
une bande médiane longitudinale grise. — Long. : 7 mm.
Var : Callian (L. Br-memo); Le Beausset (Awcxzv). — Constantinople, mai
(Suncour).
G. PERCNOMATIA Loew. .
1. P. inornata (Lonw). -- Bncxxan, 1905 : IV, p. 93; 1910 : p. 324. —
Dorycera inornata Lonw, 1864 : VIII, p. 8, 1.
(1) LATREILLE, Encyclop. Method., 1811, VIH, p. 565, 2 (Oscinîx). Le Dorycera maculipenni.1 Mac-
·QvAn’r, 18li3, Exot., ll, 3, p. 195, dont le disque de l'aile est largement bruni, se rapporte A une autre
·especo (Smyrne [Cancun.], Varna [L0£w]).
(2) La description de MAcou.m·r correspond à cette espèce, nou au Macheiroccra prandîs, comme
1'ludlque BECKER, 1905 : p. 93.

52 Mnscrnss ACALYPTÈRES
Tête jaune; bande médiane frontale orange, brune sur les côtés. Orbites
couverts d’une pruinosité blanchâtre; moitié supérieure de l’occiput
noir; une petite|tache d‘un noir mat sur les joues, au bord des yeux,
près des antennes. Antennes d’un brun jaune : chète nu, épaissi à la
base, blanc à l’apex. Mésonotum à bandes noires distinctes. Scutellum
gris sur le disque, noir sur les côtés. Chétotaxie un peu plus longue que
la normale. Pattes rousses, tarses brunis. Ailes vitreuses, grises, sans
taches brunes dans les cellules. Abdomen à pruinosité unicolore d’un gris
jaune, le bord apical des tergites plus sombre chez la femelle. —
Long. : 10 mm.
Corse (Bremen, Losw).
i G. MACHEIRDGERA Rorznmr.
1. M. grandis Roivonm. ——— PANDELLÉ, p. 468, 28';Bnc1¤m, 1905 : IV,
p. 93. — Fig. 97 et pl. II, fig. 22.
Joues larges égales aux trois quarts de l’axe oculaire. Antennes :
deuxième article court, en lame triangulaire. Ailes : troisième cellule pos-
térieure (2 Cu,) blanche en entier. Corps noir: abdomen couvert d’une
pruinosité cendrée avec une bande tergale longitudinale noire entre les
bords et la ligne médiane. — 5* : tergites VI-VIII petits, rétractés. —
Long.: 7-10 mm.
Haute-Savoie (Vmm); Ardèche; Marseille (AnExLLn on Psaum); Var (Cuo-
1-Ann, Amour, ns GAULLE, Bznmnn, Powanr); Alpes—Maritimes : Cannes (Fnvor).
Italie alpine (PANDELLÉ)·
G. TETANOPS FALLÉN.
Jones larges. Tête fortement triangulaire en profil; face plus ou moins obli-
que. Antennes courtes : troisième article légèrement plus long que le deuxième.
Corps à` villosité plutôt courte : mésonotum à macrochètes plus développés
dans la partie postérieure. Soies des épimères des pattes I plus courtes que
chez toutes les autres espèces d`Ortalîdes.
1-(4). Thorax noir. Abdomen d‘un noir brillant.
2—[3). Ailes très largement tachées. Pattes rousses ou brun roux. Long. :
5-6 mm. — Asie mineure ........ T. pictipennis Losw.
3-(2). Ailes avec trois taches seulement. Pattes d’un brun noir. Long. :
6,5 mm. — Sibérie ......... T. trimaculata Lonw.
4-(1). Thorax jaune à pruinosité grise.
5-(10) . Orbites et tergum à ponctuation fine, courtement sétigère. Méso-
notum avec 2-3 soies dorsocentrales postérieures.
6-(7). Abdomen noir ......... T. flavescens çj', p. 53-
7-(6). Abdomen gris ou jaune.

onmnininan. - rnrmors 53
8-(9). Abdomen d’un gris jaunâtre : les taches latérales peu distinctes.
............... T. ilavescens Q· P. 53.
9-(8). Abdomen d’un jaune roux brillant .... T. corsicana, p. 53.
10-(5). Orbites et tergum marqués d’un grand nombre de points noirs
sur le fond d’un gris clair : ceux de Pespace interoculaire plus pro-
fonds. Une seule paire de soies dorsocentrales postérieures, parfois
réduites ou nulles. Ailes blanchàtres.
11-(12). Ailes à taches légères : les deux nervures transverses et le bord
costal faiblement jaunis : nervures MA, et MA, parallèles (pl. ii,
fig. 19). Long. L 5 mm. —- Allemagne .... T. nasuta Becxsn.
12·(11). Ailes à taches foncées.
13-(14). Fémurs bruns. Corps noir ou brunâtre. Ailes à taches brunes
sur la costa et sur la bifurcation des nervures (nœud basal), sur les
deux nervures transverses (MA, c, .z), et à Pextrémité des longitudi-
nales R, + 3, MAD MA,. Long. 5 mm. — Italie. T. Contarinii Roruaam
14-(13) Fémurs roux. Corps à transparence rousse. Nervures d’un brun
noir : une tache brune à Pextrémité des longitudinales R,, RH.3,
MA,, sur les transverses (MA2c, x), sur le nœud basal, à la base de
MA2; nervures MA', MA, un peu convergentes (pl. ii, fig. 20) . .
....... ‘ .......... T. myopîna, p. 54.
1. T. corsicana Bacmzn, 1909 : p. 98.
Tête d’un jaune mat : joues égales à la moitié de la hauteur de 1’œil;
occiput gris. Thorax jaune au fond, à pruinosité grise, plus légère sur
le prothorax et les calus huméraux. Scutellum d’un jaune mat. Pattes
jaunes. Ailes blanchàtres, à taches brunes, nervures transverses MA, c, .2:
brunies, une tache transverseà la base de la cellule 2M,, à la base des ner-
vures HH., et MA,, ces taches plus ou moins prolongées au bord anté-
rieur de l’aile, extrémité des nervures HH.3, MA ,, MA, bruni. Abdomen
d’un jaune luisant : premier tergite visible entièrement gris jaune mat,
également une tache en triangle allongé au milieu des tergites II et III:
ces deux derniers segments ont une petite bande postérieure grise. Ster-
nites et appareil copulateur jaunes,. — Long. : 5,5-6 mm. (Th. BECKER)··
Midi de la France. Corse (Bscxnn). i
2. T. flavescüns Macouanr, 1835 : II, p. 423, 2; PANnELi.É, p. 466, 26.
—— T. impunctata Louw. Bncxnn, 1905 : IV, p. 94. — T. heryngii Rou-
nam, 1856 : I, p. 109, 4. — Terellia eryngz'i(DU1=oUa) Pnnms, 1857 2
p. 179.- Fig. 94 et pl. xi, fig. 21.
Antennes : troisième article un peu plus long que le deuxième. Méso-
notum avec deux paires de dorsocentrales postérieures. Corps en majeure
partie roux, recouvert d’une pruinosité crétacée épaisse. Ailes colorées
comme chez le Tetanops myopina. L'aile du 5* à taches disposées

.54 Muscwns Acanvrrimxzs
comme chez la Q, la nervure R, à cils plus nombreux à son extré-
imité. —— Long. : 6-7 mm.
_ Paris. Lyon (Soxrnonmx). Suisse (Pmnetnià); Bayonne; sur l'Eryngium
maritimum L. (Léon Duronn), — Environs de Tanger (Favmn).
3. T. myopîna FALLÉN. - Scnnwn, II, p. 73; Pannnuzé, p. 466, 23;
Bncxnn, 1905 : IV, p. 94. —Pl. 11, fig. 20.
Orbites avec un macrochète postérieur très développé; joues égales
aux deux tiers de l‘axe oculaire. Antennes rousses. Corps à transparence
rousse, couvert d’un enduit blanchâtre très épais, deux paires de soies
acrosticales préscutellaires, une paire de dorsocentrales postérieures.
Pattes entièrement rousses. Ailes à taches ordinairement séparées,
diluées. Abdomen d’un noir brillant, avec une étroite bordure grise à
l’apex des tergites Il-V, premier et dernier segments gris, une bande
médiane longitudinale grise. — Long. : 5-7 mm.
Calvados (Mnacnzn, 1928 : p. 81) ; littoral maritime de la France. Prusse orien-
tale. Sibérie (Bencnorn). Suède (PA1vnE1.LÉ).
G. HERAMYIA R.-D. ·
Jones très larges, face oblique, plane, péristome non saillant. Antennes :
deuxième article subégal au troisième. Mésonotum à séries de macrochètes
modérément développés, étendues jusqu’en avant.
1. H. bllcephala (l\/lmcnn). — BECKER, 1905 : IV, p. 94. — H. nebulosa
(LATREILLE) R.-D. -— Sciomyza bucephala. Maman. — Otites bucephala
Macoouvr, II, p. 425, 4; Scnmnn, ll, p. 69. — Tetanops bucephala
PANDELLÉ, p. 467. — Pl. 11, fig. 23 et 24.
Bande frontale, antennes et palpes roux. Thorax couvert d’une prui-
nosité d’un gris azuré, coupée par quatre lignes plus sombres sur le
mésonotum. Pattes rousses. Ailes enfumées : marge antérieure marquée
par trois taches brunes, la troisième subapicale prolongée tout autour-,
plus pâle; nervures transverses et nœud des longitudinales MA ,, MA,
ombrés, les nervures plus largement enfumées chez les mâles :l’apex
de l’aile entièrement sombre, la tache basale de la cellule sous—costale
parfois nulle. Abdomen couvert d’une pruinosité grise épaisse. —
Long. : 3-4,5 mm.
Mai-juillet. — Environs de Lille (Macouanr). Seine·et-Oise : Ermont (Pon-
unn); Seine-et-Marne : Montigny (Sunconr); Fontainebleau (Pouuna); Yonne
(Ronmmo-Desvoxnvl. Italie (RoN¤Am, Bnzzx). Autriche (Boum ne Fonsconoune).
Europe centrale et méridionale.
Roninew-Dzsvoxnv cite encore de France, un Heramyia populicola, la des-
cription ne permet pas de reconnaître cette espèce.

onramnioas. — rrxnoxora 55
G. PTEROPOECILA Losw.
Yeux petits, arrondis ou ovalaires. Joues larges. Front fortement saillant.
Antennes courtes : troisième article subégal au deuxième, chétotaxie normale :
mésonotum a soies postérieures seulement : trois soies dorsocentrales.
1. P. lamed (Surinam:). -— Bscxua, 1905 : IV, p. 94. — Tetanops lamed
PAsnsx.x.1ê,'p. 467, 27. — Otites lamed Scmmzn, II, p. 69. - ().'pulchella ·
Macouxnr, 1835: II, p. 425, 3. — Pl. in, fig. 25.
Tête rousse saui les orbites étroitement blanches. Une bande post-
oculaire eendrée; espace intéroculaire plutôt étroit à bords tout à fait
parallèles en arrière. Antennes ztroisième article à peu près aussi long
que le deuxième. Corps obscur, couvert d’une épaisse pruinosité cendrée,
mésonotum avec deux lignes brunes et'deux latérales obsolètes. Pattes
rousses : Iémur I plus ou moins cendré ou noirci à la partie moyenne;
(3* avec deux rangs de soies courtes, dressées. Ailes en partie blanches : '
la marge costale brune jusqu'à la nervure MA,; nervures transverses
(MA, c et .2:) brunies. Abdomen cendré ou le bord postérieur des tergites
noiràtrc à certain jour. — Long. : 7-8 mm.
Allier (nu Buvssoiv > Auocsrm; Bordeaux (Buacusr > Duroun); Aude (Gavox.
Gonsnr); Var : Callian (Bsnmmn). Suisse. Autriche. Albanie (Bsmvor). Macédoine.
G. Pl'lLON0'l'A Lorw.
Yeux allongés ovalaires. Frontpeu saillant; antennes courtes: troisième article
subégal au deuxième. Thorax cilié jusqu'à la partie antérieure.
. —_Ailes : 3** nervure (MA,) onduleusc; les deux nervures transverses
MA,c, ar écartées ........... P. guttata, p. 56.
— Ailes : nervure MA, simplement courbée; les deux nervures trans-
verses rapprochées .......... P. centralis, p. 55.
1. P. centralis (Fannxcws]. — Bscmm, 1905 : IV, p. 95. - Ortalis cen-
tralzîs Mmonn. Scunvsa, Il, p. 72; Pxmnxxmé, p. 452, 4. —- Pl. m, fig. 26.
, Joues réduites au cinquième de l’axe oculaire. Bande médiane frontale
rousse ou jaune orange. Orbites et joues à pruinosité argentée; antennes .
rousses : chète brun. Corps gris. Chétotaxie normale : une soie humé-
rale, uno longue prothoracale; Z'-}- 3 — 4 dorsoeentrales; acrosticales
pililormes en deux rangées; trois mésopieurales; une sternopleuraie.
Pattes d’un brun noir à pruinosité grise. Ailes à taches blanches entre
des bandes transverses bien tranchées; base brune. Balanciers pâles.
Abdomen noir à pruinosité grise. — Long. : 3 mm.
I

56 nwscmns ACALYPTÈRES
Seine-et-Oise : Meudon, 19 mai, in Quercus (coll. GIRAUD)·`—— Suède. Prusse
orientale (CzwAL11v.1). Autriche. Allemagne (ll’lElGEN). Italie.
2. P. guttata (BIEIGEN). — BECKER, 1905 : IV, p. 95. — Ormlis guttattt
ME1cEN. Mncouanr, II, p. 426, 5; SCHINER, Il, p. 71; PAN1>E1.1.E, p. 452, 3.
— Pl. 111, fig. 27.
Jones égales à l moitié de l’axe oculaire. Corps d’un gris bleuté;
. thorax à soies robustes. Pattes noires à pruinosité légère. Ailes vague-
ment teintées de brun dilué, éclairci de blanc sur certains points, plus
nettement ombrées le long du bord costal et sur le disque. Abdomen gris
à soies noires couchées bien visibles : soies marginales plus robustes sur
les derniers segments. —- Long. : 4-5-5 mm.
Mai-juillet —-— Sur les feuillages dans les prairies et dans les bois. Commun
par places. Toute la France. Europe centrale.
G. 0'l‘l'l‘ES LA'r1xE11.1.1~:.
Ormlis (auct.) P11NnE1.LÉ, 1902:p. 442, 453; HENDE1., 1910: p. 310, 24 a;
1911 : p. 9-13.
' Yeux assez gros, en ovale allongé. Front légèrement saillant. Antennes courtes:
deuxième article subégal au troisième. Corps à villosité courte; mésonotum
· à macrochètes préscutellaires seulement. Ailes : nervures transverses plutôt
rapprochées.
1-(6). Ailes sans taches.
2-(3). Abdomen entièrement noir. —Long. 6 mm. - Italie . . . .
............... 0. immaculata Roivnxm.
3-(2). Abdomen à pruinosité grise, bandé ou taché.
4-(5). Pattes noires : genoux étroitement roux. Abdomen bandé. . . ·
................ 0. mucesceus, p. 57.
5-(4). Tibias ll et Ill d’un brun roux. Abdomen taché.—Long. : 5-6 mm.
—— Sardaigne (HENDEL, 1911 : p. 10, 1). . O. anthomyiina HENDEL·
` 6-(1). Ailes plus ou moins tachées.
7—(8). Ailes : nervure transverse .22 avec une bande noire qui couvre
la cellule R, et se continue sur· la cellule sc sans interruption.
Long. : 7 1nm. — Dalmatie. ........ 0. grata Lonw.
8-(7). Ailes : bande noire de la nervure .2: avec une interruption.
9-(10). Occiput étroitement bruni en haut .... P. ruficeps, p. 58.
10-(9). Occiput entièrement noir ou brun noir à pruinosité grise.
11-(12). Mésonotum noir à quatre bandes grises ou jaunâtres. . . ,
................. 0. formosa, p. 56.
12-(11). Mésonotum gris avec deux lignes antérieures noires peu mar-
quees. · ‘

OBTALIDIDAE. — orrrns 57
13·(14). Ailes à taches petites ....... 0. maculipennis, p. 57.
$l4·(13). Ailes à grandes taches : celles des deux nervures transverses _
étalées, presque confluentes. -— Long. : 6,5 mm. — Turquie. Asie
mineure ............... O. caph Loaw.
1. O. fermosa (Panzan). - BIACQUART, II, p. 425, 1; Paivnnnniî, p. 442,
§ 1, p. 453, 5. —- Ortalis formosa Scnmnn, II, p. 70; Bncmm, 1905 : IV, I
p 95. — O. ornata Maman. — Dictya gangraenosa Fannxcws, Mmmm.
—— Pl. m, fig. 28.
Facojaune : front roux, bordé de brun; orbites à pruinosîté blanche;
triangle ocellaire noir; une tache noire près de la base des antennes; une
bande noire étroite de chaque côté dela earène, étendue jusqu‘à l`épistome.
Trompe brune; palpes jaunes. Antennes rousses. Pattes noires : fémurs
et tibias passant au roux chez les mâles. Ailes vitrées, d‘un jaune brun à la
base : nervures MA, et 1'l[A2a rapprochées à l’apex. Abdomen d‘un noir
brillant; tergites III·V avec une bande antérieure grise, élargie au milieu.
—— Long. : 6-10 mm.
Mai-juillet. Bois et prairies humides dans toute la France; sémble plus
commun dans le midi. Toute 1'Europe.
1 var. jucunda. [R.-D.) l\InrcizN. Maconiuvr, 1835 : II, p. 425, 2.
Semblable au type. Ailes à moitié extérieure brune, à taches jaunâtres et
moitié intérieure hyaline. Abdomen centré, à incisions noires (Macommr). Avec
la forme typique.
2. O. maculipennis (Lxrnsinm). — Oscinzëz maculzpennzs Lunettes,
1811 : Encycl. Méthod., VIII, p. 565, 2. — Ortalis maculzpennzîs Duroun,
1850:p. 145; SÉGUY, 1932 : p. 181. -— Pl. ur, fig. 29.
Tête rousse. Bande médiane frontale d‘un orangé rouge en avant, noi-
ràtre en haut. Orbites à pruinosité argentée. Face et gênes rousses : sous
les yeux, une grande tache triangulaire noire, étendue jusqu`au péri-
stome. Mésonotum : disque couvert de petites soies courtes, à porcs ·
d‘insertion largement cernés de noir, donnant au tégument un aspect
variolé. Pattes rousses : fémurs I brunis ou noircis. Ailes plutôt claires
à taches brunes plus ou moins étendues (pl. ur, fig. 29); la cellule Cu,
anguleuse intérieurement, les nervures bordantes noircies. Abdomen
noir, un peu brillant, à bandes grises étroites, dilatées en triangles sui-
vant la ligne médiane dorsale. — Q. Face un peu plus jaune. Bandes
abdominales plus larges. Pattes noires : genoux et tarses roux. —
Long.: 6,5-7,5 mm.
Drôme : Nyons (Ravonx, 1896); Var : Callian (Bznumn, 1922). — Espagne :
Madrid (Mine > Durovn).
3. 0. mucescens Ilnmnni., 1911 : p. 12, 4.
Tête en grande partie rousse. Antennes : articles I·II brun·roux·

58 nwscinxzs ACÀLYPTÈRES
Thorax mat; scutellum à pruinosité plus épaisse. Ailes grisâtres, jaunies
. à la base, nervures rousses : cellule 2M, à bords parallèles; nervure .1:
placée à peu près au milieu de la cellule 2 M2; nervure MA2a -l— I2 n’éga—
lant pas tout à fait deux fois le segment précédent; cellule Cu, grande.
Cuillerons blancs, à marge jaune clair comme les balanciers. Abdomen :
tergites Il-IV noircis au bord postérieur; V-VI et oviducte à pruinosité
grise; bord postérieur de tous les tergites étroitement roux. —
Long. : 9 mm.
Drôme : Nyons (sec. Humm.),
4. 0. ruficeps (Faenicms). —— O. formosa PANnELLÉ, p. 453, 5 (pp.), —
Ortalis ruficeps Scmruzn, II, p. 71; BECKER, 1905 : IV, p. 96.
Comme l’Otz'tes formosa. Pruinosité moins épaisse, mésonotum noir,
plus brillant au fond. Scutellum noir à la base et sur les bords. Abdomen
à bandes grises plus étroites, n`atteignant pas toujours le bord latéral.
—— Long. : 5-6,5 mm.
Avec YO; formosa, par places.
G. SYSTATA Lonw.
1. S. !‘îVulaI'îS (Famucws). Bxzcmzn, 1905 : IV, p. 96. —· Ortalis rz`vuIarzZ<s,
Marsan. — Myenmlv rz'vuIarz's Scnmnn, II, p. 77. —— Fig. 102 et pl. nx,
fig. 30.
Tête rousse : bande médiane frontale jaune; gênes et orbites à pruino-
sité blanche; carène faciale saillante, d’un roux brillant. Occiput noir en
haut, bruni en bas. Trompe noire, palpes roux. Antennes jaune orange.
Corps d’un noir brillant à pruinosité faible : mésonotum avec quatre
lignes longitudinales d’un gris d’argent. Scutellum d’un noir brillant.
Pattes noires : genoux jaunes. Ailes vitreuses avec quatre bandes brunes :
une basale, la deuxième sur le nœud basal, la troisième couvrant les
deux transverses, la quatrième en tache apicale. La nervure MA, est
estompée à la base au droit de la cellule 1M, (fig. 102, 1M,). Abdomen
unicolore. — Long. : 4,5 mm.
Allemagne (Mmcxm, sec. typ,). — Europe centrale.
G. LOXODESMA Lorw.
1. L. lacustris (Mmcnw). — Bncman, 1905 : IV, p. 97. — ()z·ia.Zis Iacus-
tris Mizxcarx. — Herina Iacustris BIACQUART, II, p. 432, 2. — Pl. ur,
fig. 31.
Noir à pruinosité légère ou nulle. Tête rousse : occiput largement noir
en haut; bande médiane frontale à pruinosité argentée; face jaune. Antennes

onmtxnxnaa. —- n1:n1NA 59
jaunes ou roussàtres : brunies au bord antérieur. Genoux et protarses Ill
roux. Aile comme chez l’Harz}za ayïlicta. —— Long. : 3,5 mm.
France (Mxcquxnr). — Allemagne (Mmcen, sec. typ.), Europe centrale.
G. HERINA R.-D.
Bscxsn, 1905 : IV, p. 97, 98.
Yeux étroits; une soie orbitale supérieure. Joues égales au sixième de la hau-
teur de l'oail. Antennes : troisième article dépassant le double du deuxième,
élargi à la base, mince et obtus à l'apex, angle supérieur peu marqué. Méso-
notum avec une soie dorsocentrale postérieure seulement, rarement deux.
Ailes : des bandes ou des taches plus ou moins marquées; nervure transverse
anale (z) un peu excavée en arrière, perpendiculaire sur la nervure 1A ou à
peine oblique en arrière. Abdomen : soies marginales peu développées. —
Long. : 3-6 mm.
Mouches souvent authophiles, communes dans les prairies humides, sur les
feuilles des herbes ou des arbustes.
1-(6). Épistome d‘un noir brillant. _
2-(3). Ailes: première nervure anale très courte. . . H. pusilla, p. 61.
3·(2). Nervure anale normale.
4-(5). Bande frontale d’un noir luisant ..... H. paludum, p. Gt.
5-(4). Bande frontale d`un jaune orange ..... H. palustris, p. 61.
6-(1). Epistome entièrement ou en majeure partie roux.
7-(8). Pattes entièrement noires ....... H. luctuosa, p. 60.
8—(7). Au moins les protarses III roux.
9-(10). Ailes avec quatre bandes noires entières (pl. Ill, fig. 32) ....
............... H. frondsscentîae, p. 60.
10-(9). Ailes avec des taches brunes ou des bandes écourtées.
11—(12). Epistome noir brillant en bas. Bande frontale brune. . . .
. . _ ..... . ........ H. oscillans, p. 61.
12-(11). Epistome en majeure partie roux.
13-(18). Ailes : petite nervure transverse (nv) avec une ombre prolongée _
à la côte; les autres bandes brunes nettes.
14—(15). Ailes : cellule sous-costale brunie (pl. ux, fig. 33) ......
................ H. germinationis, p. 60.
15—(1!i). Cellule sous-costale largement vitreuse àla base.
16-(17). Ailes : première et deuxième bandes brunes, largement éten-
dues depuis la nervure costale jusqu'à la nervure (,’uA , .—Lon g. : 5 mm.
— Sicile. Malte (PANDELLÉ, p. 456, 9) .... H. Ghilianii Ronnsm.
17—(16). Ailes : première et deuxième bandes plus étroites, ne dépassant
pas le milieu de la cellule 2 M, (pl. ru, fig. 34). . H. afflicta, p. 60.
18—(13). Petite nervure (.1:) claire ou avec une tache isolée, non reliée à la
côte; les autres bandes souvent réduites à des points. ,

60 Muscimzs ACALYPTÈRES
1 9-(20). Scutellum roux. Pattes entièrement rousses y compris les hanches
et les tarses ............ H. scutellaris, p. 62.
20-(19). Scutellum noir. Pattes noires : protarses III roux. Ailes à taches
claires ou peu détinies ......... H. luguhris, p. 60.
1. H. afilicta (Maman). -—- Scnimm, II, p. 79; PANDELLÉ, p. 457, 11. ——
Ortalis lugens Muicnx. — Pl. ux, fig. 34.
_ Tête rousse antérieurement. Antennes n’atteignant pas le péristome.
Scutellum noir. Ailes : marge costale brune : basilaire plus ou moins
interrompue par des lacunes claires sans taches sur le sommet.
Nervure JIA, claire à l’apex. -—— Long. : 5-6 mm.
Juin-octobre. — Surles herbes, les feuillages et les buissons. Toute la France.
Europe centrale et méridionale.
2. H. fI'0nCl8SCe11i·la6   —- SCHINER, Il, p. 79. —— Jlusca cérasi auct.
(non L,). —— Orlalis cerasi HIACQUABT, II, p. 436, 10. —— Otitcs cerasi PAN·
DELLÉ, p. 454, 7. ·-— Pl. 111, fig. 32.
Tête grise; bande frontale rougeâtre; orbites blanches. Palpes jaunâtres.
Antennes brunes. Corps d’un noir un peu luisant, couvert d’une légère
pruinosité grise, coupée surle mésonotum par deux lignes acolytes noires.
Pattes brunes : premiers articles des tarses jaunâtres. Balanciers jaunes.
Abdomen entièrement noir. —— Long. 3-4 mm.
A Mai—septembre. —- Prairies, bois, sur les herbes et les feuillages. Hautes-
Pyrénées : sur l’euph0rbe (l’AxmsLLé). Bépandu et commun dans toute la
France. Europe. Alpes orientales : 1.200-2.400 m. (MULLER, DALLA Tonus).
3. H. germinatîonis (Rossi), 1807 : p. 482, 1536; PANn1zL1.1â, p. 456, 9. -
H. nzgzùza (Maman) Scnmun, II, p. 78; BECKER, 1905 : p. 98. -- Ortalzls
nigrina Muicsn, Mncouanr, II, p. 435, 3. — Fig. 99 et pl. III, fig. 33.
Protarses II et III partiellement jaunes ou brunis. Ailes : tache apicale
comme chez le Tephronota. tristis mais ne dépassant pas la quatrième
nervure (MA,). —- Long. : 4-4,5 mm.
Mai-août. Répandu et commun dans toute l'Europe. Genève. Sicile (Mitc-
Quimr). Allemagne (lllexceu, O. nigrina, sec. zyp.).
4. H. luctuosa (Mizienx). — l\IACQUART,II, p. 431, 1. —-— O1·taIz'snzoerens
l\ImcEN; PAMJELLÉ, p. 456, §3. — Pteropaectria Zuctuosa (Louw).
Face jaune. Antennes de moyenne longueur, non nettement mucronées.
Ailes à taches pâles. -— Long. : 4-4,5 mm.
France (HIACQUART). Allemagne (Mniom, sec. typ.), Angleterre.
5. H. lugubrls (MEIGEN). —· PANDELLÉ, p. 457, 2.
Soies ocellaires courtes (‘). Antennes allongées, troisième article aminci
à l‘apex, noiràtre. Ailes : nervures transverses ombrées. — Long. : 5 mm.
1. PANDELLÉ dit : « plaque ocellaire sans aiguillons ». Uexemplaîre de sa collection (537) porte
bien des soies ocellaires : elles sont microscopiques. Ces soies sont plus grandes sur Yexomplairo
(IB I3 COIIBCÈIOD de MEIGÉN, qllûlqüê IOFÈ l‘éd1lll.CS.

onmnxnxnan. - nsmm 6i '
Environs de Paris: Auteuil, juillet (lnnoutnùxe), Suisse (PANDELLÉ). — Mace-
doine. Allemagne (ltlmcrn, sec. typ.).
6. H. oscillans (Marsan). — Scnnvsn, II, p. 79; PANDELLÉ, p. 458. —
Pter0paectrz'aparva Losw, 1864 : VIII, p. 14.
Entièrement noir. Face étroitementjaune en haut, orbites à pruinositê
blanche. Palpes et antennes bruns, plus clairs à la base. Mésonotum avec
trois lignes blanches, plus marquées en avant. Protarses III roux. Ailes
avec une seule tache brune à Pextrémité de R, ; cellule sous—costale plus
ou moins ombrée à1’apex. — Long. : 3-4 mm.
Belgique (Guxntmynrz). Ardennes : Vendresse (R. Benoist); Corse (Bzcmzn). ——
Allemagne (Mmceiv, sec. typ,). Europe centrale et méridionale. Alpes orien-
tales, 1.200- 2.100 m. (DALLA Tonus, Srnoet).
7. H. paludum (FALLÉN). — Scmivnn, II, p. 78; PANDELLÉ, p. 458, 15. —
Ortalis longicornzls [R.-D.) Macouaivr, II, p. 432, 5, — Pl. ux, fig. 35.
Soies ocellaires très développées. Bande médiane frontale sombre-.,
Antennes : troisième article atteignant l’épistome, en baguette mince,.
noire. Ailes : tache transverse brune au sommet de la nervure RU étendue
depuis la côte jusqu‘à la nervure MA, ou plus loin, diffuse au sommet,
nervures transverses un peu ombrées, comme la cellule sous-costale. —-
Long. : 3-4 mm.
Ardennes : Vendresse (It. Benoisr); Mâcon (F1..inAnv> Pmnnnné); Haute-Sa-
voie : Abondance (M. Pic). Tyrol : Sankt-Ulrich (Brennan). Suède. Autriche,
Italie. Egypte.
8. H. palustris (Mnicrzx). •··l`/IACQUART, II, p. 432, 3; Scnxman, II, p. 78;
PANDELLÉ, p. 458, 14.
Orbites blanches étroitement bordées en dedans par une ligne noire,.
Antennes ztroîsième article court, régulièrement atténué de la base au
sommet, roux, parfois bruni à l’apex. Corps d’un noir luisant. Pattes
noires, tarses III roux. Ailes avec une tache costale développée en
triangle, à partir de l‘apex de R,, finissant en pointe sur MAH sans atteindre
le sommet; cellule sous-costale brunie à l’apex. — Long. : 3-4 mm.
J uin-septembre.-Sur les feuillages etles herbes, dans les endroits humides
ou aquatiques, parfois avec le précédent. Toute la France. Montagnes : Hautes-
Pyrénées, dans les prairies, aussi sur le chêne et la fougère (PANDELLÉ). Europe.
9. H. pusilla Roivnam. — Paivnnmxê, p. 459, § 1.
Paraît différer de palustris et de paludum par la taille plus petite et par
les ailes dont la première nervure anale est forte ment raccourcie par suite
de Poblitération du pli apieal (PANDELLÉ).
Nice (Romain:).

62 Moscmns Acanvrrànns
10. H. scutelris R.-D. —- Pmnanrxâ, p. 458, 12.
Triangle ocellaire à soies courtes. Epistome entièrement d’un jaune
roux. Deux soies dorsocentrales postérieures. Ailes inoolores sauf une
tache noire au sommet de la nervure sous—costale plus une deuxième
tache anguleuse au sommet de R,+3. Abdomen brillant. -- Long.: 4 mm.
Yonne : Saint«Sauveur (lîosxivrzw-Drzsvoxnv); Marseille (Jnnrmv). —— Italie.
G. TEPHRONOTA Lonw.
1-(2). Pattes rousses ............ T. rufipes, p. 62.
2-(1). Pattes noires.
3-(4). Scutellum roux au moins àla base. . . '. . T. trîstis, p. 62.
4-(3). Scutellum noir ............ T. gyrans, p. 62.
1. T. gyrans Lonw. - Fig. 96.
Face rousse; iront d‘un jaune orange; orbites d’un blanc soyeux. Antennes
d’un jaune orange àextrémité brune. Thorax à pruinosité cendrée. Genoux
et protarses roux. Ailes hyalines tachées comme chez tristis. —— Long. : 4-
.5 mm.
Ardennes : Vendresse (R. Bmvoxsr); Morbihan : presqu’i1e de Rhuys (Sim-
cour). - Dalmatie (Loisw). .
2. T. rufipes (Macouanr). — Ortalis ru/1`pes NIAGQUART, ll, p. 436, 9;
Bucxun, 1905 : IV, p. 99.
Face et front roux; orbites blanches. Antennes rousses, à extrémité
_ brune. Thorax un peu cendré. Ailes hyalines : une petite tache à 1’extré-
mité de la cellule 2C; une plus grande à l‘extrémité de la cellule R4; ner-
vures transverses bordées de brun. —— Long. : 5 mm.
Bordeaux (Macouanr).
3. T. tI‘iSf·iS (MEIGEN). — Ortalis tristis MEIGEN. ZNIACQUART, II, p. 434,
2. —-— Pl. m, fig. 36.
Corps cendré. Protarses roux. Ailes avec une tache au bord extérieur
près de la base; une bande étendue du bord extérieur sur la petite ner-
vure transverse (.2:); nervure MA2c bordée de brun et une tache à l`apex
de l’aile, tronquée du côté interne. Abdomen à bandes noires assez larges.
— Long. : 5,5 mm.
France (hlacqvxnr). Allemagne (Marsan, sec. zyp.).
G. MELIERIA R.—D.
Becxmi, 1905 : IV, p. 99; Bncxun et Srnnv, 1913 : p. 638. —- Ceroxys
Macoomr, 1835 : II, p. 437; Scmnun, II, p. 73; Paunenniâ, p. 459, IV.

onnnxnxnau. — zusnxsnm 63 .
Tête rousse ou jaune, parfois une ombre près des yeux. Yeux oblongs. Soies
ocellaires plus ou moins développées. Antennes: troisième article à bord pos-
térieur arrondi, bord antérieur légèrement échancré, apex aigu ou relevé en
courte épine. Ailes : nervure transverse anale (z) perpendiculaire sur la pre- ·
mière nervure anale (IA) ou _à peine inclinée en arrière. - Long. : 5-7 mm.
1-(2). Chète antennaire à pubescence microscopique ou nu. Pattes (y
compris les hanches) rousses. Tibias et tarses antérieurs noiratres à
l’apex. Ailes à taches faibles. —- Egypte. . M. nigritarsis Bacxcim.
2-(1). Chète antennaire à cils aussi longs que le diamètre du fuseau.
3-(16). Pattes y compris les hanches entièrement rousses; tout au plus
les tarses brunis.
4-(9). Antennes : troisième article d’un jaune orange clair.
5—(6). Ailes à taches apicales plus ou moins réunies. — Italie ....
................ M. etrusca Roxmm.
6-(5). Taches apicales isolées ou nulles.
7-(8). Ailes sans taches ou seulement des traces. Antennes : troisième
article en faucille, très étroit et pointu. —- Chine. Turkestan ....
.............. M. limpidipennis Bacxsn Q.
8-(7). Ailes avec sept taches (pl. xv, fig. 37). Antennes : troisième arti-
cle courbé et conique (fig. 100) ....... M. omissa, p. 65.
9-(4). Antennes : troisième article d‘un brun roux — ou noiràtre. .
10-(13). Ailes avec des taches diffuses ou faibles.
11-(12). Ailes pratiquement sans taches. Antennes : troisième article
court, terminé en pointe épaisse. — Thibet, N.-O ..... . ·
..... . ........ M. immaculata Bacmm 5*9.
12-(11). Ailes avec deux faibles taches à Pextrémité des longitudinales
· R, + I?,+,; des traces brunes sur les deux nervures transverses
(MA,c, x). Long. : 6-7 mm. — Hongrie ..........
.............. M. acuticornis Lonw (5*9.
13-(10). Ailes avec sept taches nettes.
14-(15). Antennes d’un brun jaune. — Sibérie. Europe centrale ....
................ M. unîcolor Loaw (5*.
15-(14). Antennes entièrement noires. — Turkestan ........
. . · ........... M. obscuricornis Bncium çj'.
16·(3). Au moins les fémurs noîràtres à la partie moyenne.
17—(22). Abdomen : tergites avec une bande apicale brune, parfois
brillante.
18-[19). Pattes rousses : fémurs largement brunis. Ailes à taches très
marquées (pl. xv, fig. 38). —Long. : 5,5-7 mm ....... ·
............... M. crassipennis, p. 64.
19-(18). Pattes d’un brun noir : genoux jaunes. Ailes à taches plus ·
légères. — Long. : 3,5-4 mm.
.20—(21). Ailes avec quatre ou cinq taches (pl. iv, fig. 40) ......
« .................. M. picta, p. 65.

64 Muscinns ACALYPTÈRES
21-(20). Ailes avec cinq ou six taches (pl. iv, fig. 39) .......
...... . ....... M. quinquemaculata, p. 65.
22-(17). Abdomen uniformément gris, sans taches sombres.
23-(30). Antennes : troisième article d’un brun roux antérieurement.
24—(25). Pattes rousses : fémurs avec une bande médiane d’un brun
gris. Ailes avec sept taches : les taches apieales cohérentes ou réu-
nies par une large bande. —— Thibet. . . M. occulta Bncxnn Q.
25-(24). Pattes d’un brun noir.
26-(27). Ailes à taches décolorées ou nulles .... M. egcna, p. 65.
27-(26). Ailes avec sept taches colorées.
28-(29). Hanche I et genoux roux. Ailes : la tache apicale surla deuxième
nervure longitudinale (19,+3) est plus grande. . M. cana, p. 64.
29-(28). Trochanters, genoux, base des tibias et protarse III roux. Ailes
à taches faibles : nervures MA, et AIAZ à taches apicales réunies.
............. M. laevipunctata Bncxnn 0*9.
30-(23]. Antennes : troisième article roux.
31-(32). Pattes rousses; fémurs I noircis à la partie moyenne, [II entière-
ment jaunes, III avec une trace noirâtre à la face inférieure. Ailes
avec le même système de taches que chez le ./ll. cana. — Espagne. .
................. M. nana Loaw Q.
32-(31). Pattes d’un brun noir : trochanters, genoux et base des tibias
roux.
33-(34). Scutellum en partie jaune. Ailes à taches pâles ou diffuses
comme chez le M. omissa. — Turkestan: Boukhara ......
............... M. obscuripes Lonw Q.
34-(33). Scutellum d’un gris noir. Ailes à taches foncées (pl. rv, fig. 41).
................ M. pulicaria, p. 65.
1. M. cana Louw, 1858 : p. 374, IV, 1; PANDELLÉ, p. 464, § 1.
Cendré, unicolore. Tête d’un jaune roux : occiput grisâtre. Antennes
rousses : troisième article bruni. Pattes d’un brun sombre. Ailes d’un
blanc jaunâtre, à nervures et taches brunes disposées comme chez le
M. omissa, mais plus légères. -— Long. : 5 mm.
Lyon (REY); Aude (Gavox, PANnE1.1.É [Otites 0missa]).
2. M. crassîpennis (FABn1c1us).— Bncxnn, 1905 : p. 99.- Ceroxys cras-
sipemzis l\IAcoUAxvr, 1835 : II, p. 438, 3; Scmivan, II, p. 74; PANDELLÉ,
1902 : p. 462, 20.- Pl. iv, fig. 38.
Palpcs jaunes. Antennes : troisième article roux. Thorax gris; calus
huméral et scutellum roux à pruinosité grise; quatre soies dorsocentrales.
Ailes : tache apicale bien marquée, surtout à l‘apex de 1%;+3, reliée par
une bande étroite à la tache costale de la troisième bande; tache basale
prolongée sur le bord costal, cellule sous-costale largement noircie à.
l’apex. -— Long. : 5,5-7 mm.

onmtroioan. — ivrizmsma 65
Mai·juillet-octobre. Sur les herbes, dans les endroits humides ou maréca-
geux, parfois commun au bord des étangs.
Somme (O. PARENT); environs de Paris (Bosc, Bncmor); Rambouillet (Srîeuv);
Marne : Avenay (Beaune); Maine-et-Loire : Saint-Rémy-la·Varenno (R. ou
Buvssorx); Danzig (Czwium > PANDELLÉ)· Allemagne (Mzxcsn). - ça et là
dans toute l’Europe.
3. M. egena (PANDELLÉ). — Ceroxys cgena PANDELLÉ, 1902 : p. 463, 22.
Q Antennes : troisième article court; chète à cils tout au plus aussi
longs que le diamètre du fuseau. Ailes à taches décolorées; celles du
sommet nulles. Abdomen étroitement allongé, déprimé. —- Long. : 4 mm.
Amiens (Doumer > coll. Pmnntté, type).
4. M. omissa (Mmcnw). Bncxnn, 1905 : p. 100. — Ceroxys omissa
Scmwnn, II, p. 75; PANDELLÉ, p. 463, 23. C. unicolor Louw. Scmmzxx,
II, p. 75. — Fig. 100 et pl. xv, fig. 37.
Antennes rousses : troisième article parfois d’un roux brun; ehète à
cils plus longs que le diamètre du fuseau. Pattes d’un jaune clair ou
faiblement rembruni sur les fémurs. Ailes : taches brunes, larges et bien
distinctes; sommet eniumé, plus noirci sur les nervures. — Q : abdomen
allongé, en ovale oblong. —· Long. :.5-8 mm· . . . . . , , ,
Mai-août: — Lyon (Rev); Aude (Gavor); Hérault: Palavas (Pomme); Var:
Ilyères (Aucuns nr-: Psaum). Corse (Kmvrzu). Europe centrale. Algérie (P. Lasne).
5. M. picta (Mercer:). — Ortalis picta Mercer:. — Ceroxys picta
Scmrmn, II, p. 74; PANDELLÉ, p. 462, 19. —- Pl. iv, fig. 40.
Oeciput bruni. Calus huméral et seutellum noirs à pruinosité grise.
Ailes : tache apicale plus marquée que chez le III. crasszpennis, reliée à
la tache eostale de la troisième bande : toutes les taches bien déircloppées :
les apicales réunies à celles de la cellule marginale, parfois étroitement :
la tache basale n'atteignant pas le bord costal; cellule costale entièrement
décoloréc. - Long. : 5 mm.
Aude (Gavov, Pnxortné). Angleterre, Allemagne (Marsan, type). Autriche
(Scumsn). Afrique oceid. :Assinie (Bxaor).
6. M. pulicaria B.0BINEAU·DESVOIDY, 1830 : p. 717, 5. — Pl. rv, fig. 41.
Corps noir à pruinosité cendrée épaisse. Espace intcroculaire, face et
antennes roux. Pattes noires, étroitement rousses au genou. Ailes claires
à grandes taches brunes. Abdomen : tergites avec une bande apicale très
légèrement ombrée; oviscapte d’un noir brillant. — Long. : 2,5~3 mm.
Environs de Paris (Romx¤.4u·Desvoim·). Salzbourg (Gxmwn).
7. M. quinquemaculata BIACQUART, 1835 : II, p. 439, 5. — Pl. xv, fig. 39.
Orbites et face à épaisse pruinosité blanchâtre. Antennes : troisième
article bruni. Corps gris; seutellum roux, couvert d’une épaisse pruino-
sité blanche. Pattes noires; genoux roux comme les tibias II. Balanciers
5

66 moscrnns ACALYPTÈRES
blanchàtres. Ailes à grandes taches brunes. Abdomen à quatre bandes
noires. - Long. : 3,5-4 mm.
Bordeaux (Mncounnr, type).
G. ORTALIS FÀLLÉN.
BECKER, 1905 : IV, p. 100-101; PANDELLÉ, p. 459, §13; BECKER et STEIN,
1913 : p. 633; HE1v1>Er., 1910 : p. 310, 24a.
Yeux raccourcis au-dessus du pérîstome; orbites avec deux soies postérieures,
2 soies ocellaires réduites; bande médiane frontale à pilosité nette; gênes
· égales au sixième ou au quart de l'axe oculaire. Antennes largement séparées
à la base : chète nu ou peu distinctement velu. Tête grise z bande frontale et
face d'un jaune rougeâtre : palpes et antennes complètement roux. Mésonofum
et scutellum noirs au fond; une ou deux dorsocentrales postérieures. Balan-
ciers pàles. Ailes : nervures MA, et MA, nettement rapprochées à l’apex;
première bande brune placée derrière le nœud basal.
- Ailes blanches ou jaunâtres àla base : les trois bandes brunes entières
l (pl. xv, fig. 44). Pattes noires 2 genoux jaunes, tarses roux. . .
'ZÉ··· .. . .· . . ...... 0.urticae,p.66.
—— Ailes non jaunâtres à la base : la troisième bande brune divisée en
deux taches distinctes (pl. iv, fig. 43). Fémurs noirs, genoux, tibias
et tarses d’nn brun roux ........ O. hortulana, p. 66.
1. O. hortlllana (Rossi). - Meckelia hortulana. BECKER, 1905 : IV,.
p. 100. —- Ceroxys hortulana. PÀNDELLÉ, 1902 : p. 461, 18. C. elegans
R.-D.; Mncounivr, II, p. 48, 1. C. hyalùzatn. (Pnrzznn), Scnmnn, II,
p. 76. C'. marmorea   Mncoonnr, Il, p. 439, 6. — Pl. rv, fig. 43.
‘ Thorax couvert d’une pruinosité d’un brun clair. Ailes : marge costale
avec une bande brune à la base. Abdomen : bord antérieur des ter-
gites III, IV avec une bande grise complète. - Long. : 6,5-7,5 mm.
Seine-et-Marne: Moret (Rovsn); Paris (Pmvnztté); Landes : Mont-de-Mar-
san (Pemus et Amor); Var: Hyères (ABEILLE DE Psaum). Corse (Bscxnn). Alle-
magne. Autriche. Italie. Bucarest (Moivrtnnoiv). Salonique (D' River).
2. O. urticae (Lmivé). — Meckelia urticae BECKER, 1905 : IV, p. 100.
Ceroxys urticae MACQUART, II, p. 438, 2; Scmivnn, II, p. 75; PANDELLE,
p. 461, 17. —-PI. xv, fig. 44.
Orbites à pruinosité argentée. Thorax à pruinosité très légère d`un
gris ardoise. Abdomen d’un noir brillant : tergite IV avec une étroite
bande grise sur la marge antérieure et latérale, visible à une certaine
incidence. - Long. : 5-6,5 mm.
Juin-octobre. Commun par places : marécages et lieux humides, vole lourde-
ment sur les herbes. Europe. Egypte. Belouchistan perse (Zzmunnv, Becimr. et
Sranv).

rAx.1.o1>·r1m1n.uz 67
F. PALLOPTERIDÀE
Adultes. -— Espace interoculaire élargi; une soie orhitale supérieure,'par-
fois une inférieure réduite, macrcchètes ocellaires plus développés que les
postocellaires; soies verticales divergentes; vibrisses nulles ou ciliformes.§—
/ ,/Q  ,/ L
f il • I
9 . · w
\ r V- a
ï —··    ’ l‘ , L
9]1·"  stg ’
~a A , Il t
 Mïil;. - M ga
     l ros   104
  ,
I //
/
/é__ _ .
  - IO6
XM? êiit # '¢-jr /
JU. Q,   ml?
in fp §\~§· .
\«
Fia. 104-106. —- 104. Palloptem trimaculata, profil de la tète. — 105. Palloptera gan-
graenosa, appareil copulateur Q', vu de profil. —- 106. Ocrœros muliebris çj', id.]- ap.
apodème du pénis; fe. forceps externe; fi. forceps interne; ga. gonapophyse anté-
rieure; gp. gonepophyse postérieure; pr. prépuce; sig. sternite génital.
Tibias sans soies préapicales. Ailes maculées; nervure costale avec une frac-
ture au niveau de l'apex de la nervure sous-costale; extrémité de la nervure
sous-costale écartée de l’apex de la radiale R, sur la nervure costale; épines
costales nulles; cellules basales(1M, et Cu,)petîtes; nervure transverse cubitale
légèrement courbée (z), parfois faiblement sinueuse. -— Quatre soies dorsocen-
trales. Corps roux, cendré ou jaune, brillant ou mat, non métallique. Balan-
ciers pâles, blanchàtres ou roux. Oviscapte comme chez certains Trypétides,
chitinisé, pointu. - Appareil copulateur male àforceps interne réduit, forceps

68 Muscmns Acnnrrrànns
externe à branches épaisses, légèrement courbées; sternite génital et apodème
du pénis courts, parfois aplatis en lame et recourbés en feuilles (Pallopœm,
fig'. 105). Gonapophyses armées de soies fines ou d’épines. Pénis long, aplati
en ruban à la base (Palloptem) ou filiforme (Ocneros), couvert à la partie
moyenne de longs cils raides dressés, le prépuee garni d’épines ou de diver-
ticules membraneux (Hg. 106). Sclérite du canal éjaculateur grêle, allongé ou
étalé en éventail chitinisé (‘). — Long. : 3-4,5 mm.
Mouches herbicoles ou anthophiles.
Larves saprophages, coprophages ou phytophages.
TABLEAU nns onrmns.
—— Antennes : chète à cils nuls ou ne dépassant pas en longueur le dia-
mètre du fuseau. Palpes cylindriques,assez épais. Ailes sans bande
jaune fermée. Pénis court, en ruban à la base, épineux à l’apex
(fig. 105) .............. Palloptera, p. 68.
-— Antennes : chète à cils nettement plus longs que le diamètre du
fuseau. Palpes grêles. Ailes avec un bandeau jaune sinueux, fermé,
bruni au sommet et semé de taches toncées, isolées (pl. xvm,
fig. 211). Pénis filiformc à la base; dilaté et membraneux à l’apex
(üg. 106) ............... Ocneros, p. 72.
G. PALLOPTERA F ALLÉN. _
Yeux subquadrangulaires. Espace interoculaire au moins roux antérieure-
ment, nettement plus large que l`œil, à côtés parallèles, parfois convergents
en avant, aplani, parfois rabattu sur la marge antérieure : une soie orbitale
supérieure. Vibrisses nulles. Antennes : troisième article à peu près couché sur
l’épistome. Calus huméral avec une soie. Protergum : un macrochète (dc)
discal (sauf ambusm). Mésonotum : trois soies dorsocentrales : les deux pre-
mières souvent réduites. Ailes : cellule 2M, presque touiours élargie en arrière;
pas d’épine eostale : nervure costale fracturée près de l’apex de H,. Cellules M
et Gaz convexes extérieurement ou seulement avec une pointe réduite. Pattes
rousses. Ailes plus ou moins tachées de brun.
1-(6). Nervures transverses x ou MA2c non tachées. ~
2-(3). Mésonotum mat, couvert d’une pruinosité d’un gris jaune clair.
........... . ...... P. ustulata, p. 72.
3-(2). Mésonotun1d’un jaune brillant parfois à marques jaunes et noires.
4·(5). Aile : bord antérieur, apex et côte brunis. P. saltuum Q, p. 71,
5-(4). Aile : bord antérieur et apex non réunis par une bande . . .
................ P. saltuum dü P. 71.
6-(1). Une ou deux nervures transverses tachées (petite transverse (.z·
ou MA2c).
(1) Déjà figuré par GERCKE, 1886, pl. Il, fig. 13.

1~A1.1.or·rsn1nA1z. —- x>AL1.or·r1;nA 69  
7-(20}. Les deux nervures transverses brunies.
8-(15). Mésonotum d’un gris cendré. l
9-(12). Ailes : bord costal non bruni.  
10-(11). Une tache brune à l’apex de la nervure RM,. P. ueutra, p. 70. r
11-(10). Apex de Hh.3 non taché ....... P. modesta, p. 70. ,
12-(9]. Bord eostal bruni.
13-(14). Première nervure anale (1A) avec une tache brune; dernier seg- (
ment de MA, courbé ........ P. gangraenosa, p. 70. A
14-(13). Nervure anale (1A) sans tache brune; dernier segment de MA,
rectiligne ............ P. umbellatarum, p. 71.
15·(8). Mésonotum jaune ou couvert d’une pruinosité blanchâtre.
16-17). Ailes : bord costa], apex et les deux transverses brunis; MA,c
couverte par une large bande brune débordant un peu les longitu-
dinales; nœud basal noirci (pl. xvm, fig. 206). . P. arcuata, p. 70.
17-(16). Ailes : bord costal bruni jusqu`à l‘intersection de la nervure
MA, et les deux nervures transverses également brunes.
18-(19). Mésopleure velu ........ P. ephippium Bncmzn (‘).
19-(18). Mésopleure nu .......... P. costalis, p. 70.
20-(7). Ailes : seulement une transverse ombrée.
21-(24}. Mésonotum à pruinosité mate.
22-(23). Chète antennaire distinctement velu. . P. trimacula, p. 71.
23-(22). Clnète faiblement pubescent ....... P. usta, p. 71.
24-(21]. Mésonotum d’un jaune brillant, sans pruinosité.
25-(26). Ailes d’un blanc laiteux : une partie du bord antérieur, la trans-
verse M.l2c et l`apex brunis (pl. xvm, fig. 205]. P. amblista, p. 69.
26-(25). Ailes : bord antérieur de la base à l’intersection de la nervure
MA, nervure M./lac et Cu.l, largement brunis. P. laetabilis, p. 70.
1. P. amhusta Msxoex. — Scumnn, ll, p. 109; Pannmné, p. 430, 1;
Becimn, 1905 : IV, p. 90. -- Pl. xvux, lig. 205.
Espace interoculaire convexe, roux. Orbites à pruinosité jaune. Oceiput
avec une bande noire étendue d’un œil à 1’autre. Antennes: troisième article
Court, n'atteignant pas le péristome :cl1ète à cils distincts à peu près
aussi longs que le diamètre du fuseau. Mésonotum : soies acrostieales
préseutellaires nulles. Corps court, brillant, à pointillé fin peu appa-
rent, à villosité courte, d’un roux vif au fond : tergum avec deux bandes
noires latérales, parfois divisées sur le disque, étendues jusqu’au soute]-
lum, leur partie protergale renllée en dehors. Scutellum : bord antérieur
à ligne noire. Mésosternum noir; métanotum avec deux taches noires.
Toutes ces bandes et taches assez variables. Pattes jaunes. Abdomen noir
sauf à labase et au sommet : segments Ill et IV arqués, plus développés. -
- Long. : 3-4,5 mm.
(1) Répnndu dans toute 1‘Europe! Bxcmzn a vu un seul exemplaire.

70 nmscxnns AcALYPTÈnEs
Meuse : Dainville, 27, VI (G. Poivrnvm); Hautes-Pyrénées : Arrens, août,
aulne (Pmnmmiâ). —- Italie. Autriche. Allemagne. Suède.
2. P. arcuai;8. FALLÉN (non Fannicwsl. — Scmmzn, II, p. 108; Bncxnn,
1905 : IV, p. 90; SÉGUY, 1932 : p. 182, 148. —— P. trimacula Pannnmnê,
p. 432, 4. —— PI. xvxxx, fig. 206.
Yeux atteignant au moins le niveau du péristome médian. Espace
interoculaire légèrement bombé. Epistome subrectangulaire en haut.
Antennes : troisième article allongé, oblong, Soies acrosticales préscu-
tellaires ciliformes. Corps entièrement d’un roux jaunâtre à soies noires.
Tarses plus foncés à l`apex. Abdomen quelquefois noirci au milieu chez
les mâles. -— Long. : 3-4 mm.
Mai-août. — Commun par places sur les herbes et les feuillages dans les
clairières des bois et des prairies. Environs de Paris, Meudon, Rambouillet,
V(SÉcnv); Maisons-Laffitte, VI; Fontainebleau (nn GAULLE); Eure: Evreux, V —-
VI (G. Pomrnvm). Mâcon; Clermont-Ferrand; Lioran; Royat(F1.AMAnv). Lyon
(Sonrnoivmx) ; Corse (Bncxnn). Suède. Prusse orientale (Czwauna). Autriche.
3. P. costalis Ilonw. —-— Bncxen, 1895 :p. 318, 4; 1905 : IV, p. 90.
Europe centrale et septentrionale. · •
, 4. P. gangraenosa (Pmvzxzn). — FALLÉN, 1820 : p. 24, 1; SÉGUY, 1932 :
p. 182, 149. —- P. umlzellatarum auct. (non Fan.}, Macouaar, II, p. 402,
27; Scnman, II, p. 107; Bncxnn, 1895 : p. 318, 5; 1905 : IV, p. 91. ——
Fig. 105; pl. xvm, fig. 207.
Toute l'Europe, d’avril à septembre. Corse (Konus).
· Larves dans les capitules floraux du Carlina vulgaris L., novembre (Gzncxcn,
1886).
5. P. lactabilis Loiaw. -—- Bacxan, 1895: p. 320, 10.
Alpes.
6. P. modosta (Maman). — Bncxnn, 1902 : II, p. 307, 16; 1905 : IV, p. 90.
—- Opomyza modosta Maman.
Bande médiane frontale jaune, couverte d'une épaisse prninosité d’un
gris bleu. Antennes rousses. Mésonotum d’un gris bleu, macrochètes à
pores d’insertion largement brunis. Scutellum jaune à l’apex. Méso-
phragme et abdomen à tégument roux. Ailes vitreuses : nervures §H, H3,
MA, et MA, légèrement divergentes àl‘apexà Balanciers blancs. Pattes
rousses. —— Long. : 3,5 mm.
` Allemagne (Maman, type).
7. P. neutra PANDELLÉ, 1902 :p. 434, 8. — Pl. xvm, fig. 208.
Voisin du Palloptera modesta dont il présente la forme et la couleur :

rannorrnninan. —- rAL1.o1>·r12nA 71
soies acrostieales préscutellaires faibles; soie stigmatique longue et forte.
Balanciers et pattes rousses. Ailes jaunies. - Long. : 3,5-5,5 mm.
Hautes·Pyrénées : Adour, Bours : octobre-décembre (Pmnntté).
8. P. Saltuum (Lnvxrê). — Scmruan, II, p. 108; Pmnnnniâ, p. 431, 2;
Bncxsn, 1905 : IV, p. 91. — Sapromyzn unicolor IWACQUART, 1835 : II,
p. 400,18. — PI. xvm, fig. 209.
Tête rousse on entier ou noire sur la face postérieure. Antennes n’at- '
teignant pas l’épistome 2 troisième article court, cblong : chète à cils
distincts. Corps à tégument luisant : pruinosité nulle; soies acrosticales
préscutellaires nulles; thorax rouge ou pâle, avec unelarge bande noire sur
lc méscnotum; métanotum roux — ou complètement noir — ou avec deux
taches latérales noires. Ailes vitrées, à nervures jaunes : côte fortement
noircie sans interruption depuis la nervure scjusqu`à MA,; RH. 3 et MA,
terminées par une tache noiràtre : parfois ces deux taches réunies. Abdo-
men plus ou moins roux ou bruni, en ovale étroit, à villosité longue chez
le mâle. — Long. 3-5 mm. _
France (Macquurr). Flampoux (on GAULLE). Prusse orientale (Czwantm). Ar-
khangel, VI (Fmav). Autriche. Italie. _
9. P. trimacula Mnxcniv. —— Bncxnn, 1905: IV, p. 91. -P. arcuata PAN-
nnnmâ, 1902 : p. A32, 3. —-P. angelicae v. Rosnn. Bncmm, 1895 : p. 319, 5.
—- Fig. 104.
Entièrement d'un jaune roux à pruinosité jaune. Ailes avec le même
système de taches que chez le Palloptera arcuata : cellule sous-costale
brunie ainsi que la marge costale depuis la moitié jusqu‘àla nervure MA,;
transverse MA, c plus largement ombrée; lapetite transverse (x) parfois
avec une ombre négligeable venant de la cellule sous-costale. — Long. :3-
5 mm.
Mai-juillet. — Ardennes : Vendresse, étang de Bairon (R. Beivoisr); Meuse
(Ponrrzvxiv); Lyon (C. Pnenns). -- Suède. Danemark. Italie. Espagne (Nans).
10. P. umbellatarum NIEIGBN (nec FAB,). - Bncxnn, 1902 : p. 222, 26. ·-
P. parallele Lonw, Bscxnn, _1895 : p. 319, 6.
Ardennes : Vendresse (R. Bsuoisr).
Europe centrale.
11. P. usta Mszcmv. -—Scnnvnn, II, p. 108; Paivnxznniâ, p. 433, 5; Bncxnn,
1905 : IV, p. 92. — Sapromyza scutellata, MAcou1m·r, 1835 : II, p. 403, 30;
Espace interoculaire à pruinosité blanche condensée en haut, la marge
antérieure rousse nettement tranchée. Scies acrosticales préscutellaîres
avortées ou peu distinctes. Thorax gris à pruinosité pàle suf sur les calus
huméraux. Scutellum roux. Pattes rousses: tarses étroitement brunis ou
noircis à l’apex. Ailes avec le même dessin d‘ombres que chez les Palloptcra.

72 Museums AcA|.Yr·rÈnss
trimacula ou arcuata, mais la petite transverse sans ombre z nœud basal,
cellule sous—costale, marge costale à partir du milieu jusqu’à la nervure `
MA, couverte et débordée par une large bande brune. Abdomen obscur. ———
Long. : 4 mm.
Bordeaux ·(MAcov.m·r); Hautes-Pyrénées : Aragnouet : août (L. PANDELLÉ).
Prusse orientale (Czwanma). Toute l’Europc.
Larve sous les écorces avec l’Ips zypogmphus L. (Srmvrn, 1922).
12. P. ustulata FALLÉN. ——MAco¤Am·, ll, p. 400, 17; ScH1NEn,Il, P. 107;
Becxnn, 1895 sp. 318, 2; 1905 : IV, p. 92. — Pl. xvm, fig. 210.
Commun et répandu dans toute la France, sous les arbres, tilleul, etc. Toute
-l'Europe. '
G. OCNEROS O. G. Cosrr. (*).
1. O. muliebris (HARRIS). -—- Pallopterzz pulchella Mm, 1895 :p. 96, 41;
Bscxun, 1895 : p. 321, 13 et 1905 2 IV, p. 91. — Toxoneura fasciata. Mac-
ousnr, 1835: Il, p. 404; Parmis, 1870 : p. 337, pl. xv, l`. 125-129. — Fig. 106;
pl. xvm, fig. 211.
Corps terne, roux au fond, à pruinosité légère blanche. Mésonotum
avec deux bandes noires. Soies acrosticales préscutellaires bien dévelop-
pées; trois dorsocentrales postérieures.Ailes : nervure MA, nettement
courbée deux fois en sens inverse à son~intersection avec les nervures
transverses sc et MA, c; 1A non prolongée au bord de l’aile. M./120 un peu
arquée. Abdomen bruni au milieu, plus clair à la base et au sommet. —
Long. Z 4 mm.
Dunkerque, VII (Boum: nia Lcsmmv, Feuille]. Nat., 41, p. 34,); Paris (STELN, Sé-
cuv); Seine-et-Oise : Meudon, Rambouillet (Sécnv); Eure: Evreux (PORTEVIN)§
Anjou (HERVÉ·BAZIN); Allier (H. DU Bovssoiv) ; Bordeaux(l\rIAcQuAaT); Lyon (Cors,
S0NTu0NNAx); Hyères, Vaucluse : Apt (E. ABEILLE ne Pemmv). Corse. Europe.
L’adulte que l`on peut rencontrer sur les vitres des fenêtres, dans les mai-
sons, marche avec les ailes étalées animées d’un tremblement continuel.
Psams (p. 338) a trouvé la larve de cette espèce, pendant l`hiver, sous 1’écorce
d`un pin parmi les détritus et les déjections provenant des larves de l’Ips (Bas-·
' trichus) stenogmplzus Durrscn, et dont elle fait sa nourriture. C’est dans ces
mêmes matières qu’elle subit ses métamorphoses (cf. également Lone/mea
Iaticarnis, p. 181).
(1) Voyez aussi HENDEL 1927 2 49 : p. 99, 33.

Pxoru1x.1nAE 73
F. PIOPHILIDAE
Adultes. —- Tête aussi large que le thorax, ne débordant pas les calns humé·
raux. Yeux ronds. Espace interocnlaire large, a côtés parallèles on convergents
en avant; soies oeellaires piliformes ou bien développées, parfois aussi fortes
que les soies postocellaires (Amphipogon). Soies frontales antérieures nulles;
une soie orbitale supérieure ou non. Vibrisses bien développées. Trompe ordi—
nairement épaisse (sauf Amphipogon). Antennes courtes, plus ou moins nette-
ment séparées à la base, deuxième article avec une soie antérieure dressée
(sauf Pr0chyliza)(‘), troisième article snbdiscoïde : chète nu ou convert de cils
peu distincts (fig. 107). —- Mésonotum : soies acrosticales pratiquement nulles;
· S ’\
. t É
lO7 :`
: · 109
Z/il si * 7/ lêig/(H __‘_,_,..-—
. ( "* ïiily/Sim
\ '
-. a.   ‘   U
IX ip Ã} 4·'Ytî.,, 9 ``''' ~\ I [
`e /   ·
  W c  
w, \g,<;è (QQ, _
f (gg;   lO8
*§$¥
FIG· 107-109. —— 107. Piophila casei çj', profil de la tète; 108. id., appareil copulateur
çj'; app. apodème du pénis; f. forceps; ge. gonapophyse antérieure; gp. gonapo—
physe postérieure; pr. prépuce; sc!. sclérite du canal éjaculatenr; stg. sternîte
génital; tr. tergite X. —- 109. Mycetaulus bipunctatus, proûl de la tète.
une ou deux soies dorsocentrales postérieures; deux soies sternopleurales;
`mésopleurales nulles; une soie propleurale; soies humérales présentes ou non.
Scutellum modérément gonflé ou plan, chagriné ou non; quatre soies scutel-
laires : deux moyennes, deux apicales. Pattes fortes. Balanciers jaunes. Ailes :
quatrième nervure longitudinale (MA,) parallèle à la troisième (MA,) ou légè—
rement. divergents ; nervure transverse anale concave (:.); nervure 1 A prolon—
gée en fil au bord de l`aile, presque parallèle au bord postérieur, apex des
nervures sc et R, plus ou moins rapprochés. Membrane vitreuse, fortement iri-
sée, ordinairement sans tache (sauf Mycemulus). -— Armature génitale mâle
(fig. 108): forceps réduits, le forceps interne peu visible et négligeable. Ster-
nite génital court; apodème du pénis triangulaire. Gonapophyse antérieure
subégale à la branche du forceps externe, armée d’une forte soie sensorielle;
(I) Prochyliza œanthostoma (WALKER). Amérique septentrionale. Europe (DUDA, 102ln : p. 108).

. 74 Muscmns ACALYPTÈBES
gonapophyse postérieure globuleuse. Pénis très long, en ruban cilié latérale-
ment sur le tiers basal, les deux tiers apicaux bordés latéralement de dents
quadrangulaires, progressivement transformées en spinnles vers l’apex; pré-`
puce mou.
Les Mouches volent près des lieux où se développent les larves.' Occasion-
nellement domestiques, anthophiles ou saprophiles, parfois coprophages comme
leurs larves.
Larves. — Se développent principalement dans les matières animales mortes,
' dans les graisses, les viandes, le poisson — souvent dans les conserves alimen-
taires : les viandes salées ou fumées, le fromage; dans les substances fermen-
tées, les cadavres, les excréments ou les fumiers.
Tannnau nns GENRES.
1-(2). Une seule paire de soies dorsocentrales .... Piophila, p. 74.
2-(1). Deux paires de soies dorsocentrales.
3-(4). Soies dorsocentrales antérieures faibles. Ailes décolorées. . . .
............. , . . Protopiophila, p. 77.
4-(3). Toutes les soies dorsocentrales d’égale force.
5-(6). Tête plus courte que haute. Espace interoculaire de même largeur
dans les deux sexes. Ailes : nervures transverses rapprochées. . .
................. Mycetaulus, p. 78.
6-(5). Tête aussi longue que haute. Espace interoculaire mâle plus étroit
que celui des femelles. Ailes : nervures transverses écartées ....
................. Amphîpogon, p. 78.
G. PIOPHILA FALLÉN.
Adultes. — Yeux ronds, violacés ou d'un vert obscur. Espace interoculaire à
côtés parallèles ou oonvergents en avant; fossettes antennaires superficielles.
Soies ocellaires ordinairement plus courtes que les verticales postérieures.
Antennes courtes, nettement séparées à la base. Corps noir, plus ou moins
brillant ou chagriné, parfois à reflets cuivrés. Soie humérale présente ou non
(casei). Ailes vitreuses, sans tache apicale brune : souvent les nervures pâles.
Abdomen court, ovale ou quadrangulaire.
1-(2). Mésonotum finement chagriné, non pubescent mais présentant
trois lignes de chétules longitudinaux. Soies ocellaires ecartees 1 une
de l’autre. Abdomen elliptique. Espace interoculaire nu, marge anté-
rieure rougeâtre ou orange. Face rousse. Joues larges. P. casei, p. 75.
.2-(1). Mésonotum d’un noir brillant, poli et uniformément pubescent.
Scies ocellaires rapprochées et plantées derrière l’ocelle frontal. Ab-
domen ovale. _
3-(4). Scutellum aplati et couvert d’impressions microscopiques. Espace
interoculaire entièrement noir, dénudé. Ailes à nervures fines et

rxornxunaa. ~—— PIOPHILA 75
pàles. Occiput poli. Appareil copulateur à pénis épais et densément
frangé. - Long. : 2,5-4 mm ....... P. nigrîceps, p. 76.
4-(3). Scutellum convexe. Espace interoculaire plus ou moins jaune,
brun, noir, ou la partie antérieure du front plus ou moins nettement
jaune et eouverte]de poils stratifiés. Pénis fin ou _non frange.
5-(6). Ilanehesl noires. Face et joues rarement jaunes, plutôt noires.
Partie antérieure et l’espace interoculaire brun indéfini .....
................ P. nigricornis, p. 76.
6—(5). Ilanchcs I largement ou entièrement jaunes. Clypéus et ordinaire-
ment la marge orale et les gènes jaunâtres ou bruns. Palpes jaunes.
Front nettement jaune sur la partie antérieure. ;_
7—(12). Soies céphaliques peu développées; orbitales et propleurales
très faibles ou nulles. Occiput pruineux à la partie inférieure. Pro- `
pleures pruineux.
8—(9}. Pattes III jaunes. Espace interoculaire largement jaune. Joues
larges. Abdomen à pilosité relativement courte et dispersée (5*). .
................ P. nigrimaua, p. 76.
9-(8). Fémurs largement noirs. Partie supérieure de l‘espace interocu-
·laire noire.
10-(11). Jones étroites. Abdomen à pilosité longue et serrée ....
.............. f . . QP. varipes, p. 77.
‘11—(10). Jones larges. Abdomen à pilosité courte. P. nigrimana, p. 76.
‘12·(7). Soies céphaliques plus développées. Deux soies orbitales, l’anté-
rieure faible, la postérieure forte. Occiput brillant à la partie infé-
rieure.
13-(14). Front et gênes entièrement noirs. . P. pectiniventris, p. 77.
14-(13). Front et gênes en majeure partie jaunes ou roux.
15-(16). Propleures brillants ......... P. luteata, p. 76.
16-(15). Propleures satinés. Occiput noir à pruinosité grise; vertex, ~
partie supérieure des orbites et triangle ocellaire noir. Joues larges.
Pattes I noires, sauf les hanches et les genoux; fémurs III plutôt
_ noirs. — Long. : 2-3 mm ........ P. Vulgaris, p. 77.
1. P. 'casei (Lnvmâ). — Ilowano, 1896: p. 102, 104; Bacxim, 1905 : IV,
p. 152; Ansssaunmm, 1907, 1909; Knwsss, 1909; Bnmcs, 1912 : p. 35;
Hr.wx·r·r, 1914 : p. 305; Mora, 1914; Msnaivnnn, 1924 : p. 83; Dunn, 1924 :
p. 153,1. — Ilfusca atrata Fnnnrcms. Msrcssw. Macquawr, ll, p. 542, 2;
PAxvoEi.i.1î, p. 427. P.pusiIla Msxcmv. P. petasionîs Duroon, 1844: p. 369,
t. XVI, fig. 7; MÉGMN, p. 47. P. foveolata Scmnnn, j1864 : II, p. 185.
P. melanocera Rozvoam.
Soies verticales petites; soies fronto—orbitales nulles; soies·ocellaires
petites, largement séparées, plantées de chaque côté de l'ocelle antérieur,
triangle _oeellaire brillant, bien visible sur l’espace interoculaire satiné.
Joues_égales à la moitié de la _hauteur de l‘œil. Mésonotum avec trois -
  ·

76 Muscmns ncnwrrimus
rangées de chétules : une médiane et deux latérales sur Pemplacement
des soies dorsocentralesg soies humérales, présuturales et sternopleurales
nulles. Mésopleures à pilosité éparse. Pattes : tarses I, articles 2 et 3
subégaux à la longueur du protarse. — Long. : 2,5-4 mm.
Très commun et répandu dans toute l’Europe pendant presque toute l‘année,
souvent dans les maisons volant autour des fromages, des jambons ou des
salaisons. Cosmopolite. ,
Larve dans les fromages gras, dans les viandes salées ou fumées, dans le sel
marin (Ax.Lunun, 1923), dans les excréments (Hownnn), cadavres humains (MÉ-
cmn), etc. Elle peut produire occasionnellement, chez l`homme, une myiase in-
testinale bénigne (ÀUSTEN, 1912; Pnms, 1913; Ilnwxrr, 1914). Cette larve 21
été également observée chez les animaux (chien, etc. [Fnnxcnnv1]), chez lesquels
elle provoque également un myiase que l’on peut reproduire expérimenta-
lement (Awssnxnnmi). _
Parasite : P/zaenocarpa ru/iceps NEES (DE GnuL1.E, 547, 5).
2. P. Iuteata Ilnunnv. — hlnnnnnnn, 1924 : p. 84; Dunn, 1924 : p. 178.
- P. spiculata Pn1vnEL¤.É, 1902 : p. 427, 5. .
Type de Pnnnnnmâ. — Tête rousse, sauf sur la face postérieure. Espace
interoculaire plus large que l‘oeil, soics ocellaires longues, mais légère-
ment plus courtes que les soies postoccllaires. Mésonotum à chagriné
serré, brillant sous les soies; mésopleure nu. Scutellum et pleures à
reflets cuivreux : soies humérales et présuturalcs bien développées.
Pattes Il et Ill rousses sauf un anneau noir subapical aux îémurs Ill.
Abdomen en ovale court, brillant. —— Long. : 2-3,5 mm.
Lyon (Sonruonnnx); IIautes·Pyrénées : Gavarnie, sur le pin (PANDELLÉ).
Prusse orientale (Czxvnmm).
3. P. nigficeps l\IE1cEN (sec. typ,). Scnmnn, II, p. 185; BECKER, 1902 L
Il, p. 248, 5; 1905 : IV, p. 153. —P. latzpes PANDELLÉ, 1902 : p. 426, 1
(sec. typ.]. P. foveolata hlnxcnx (nec Scnuvnn), sec. typ., BECKER, 1905 :
IV, p. 152. — Stearibia m'grice_ps Dunn, 1924 2 p. 157, 2.
Avril-août. Prairies. —— Pas-de-Calais : Berck (L. Bnnrnnn); Seine-et-Oise :
Meudon, Rambouillet (Siâcuv); Finistère : Fouesnant (llénoix); Creuse: Cro-
zant, VII (Annunun); Landes : Saint-Sever(Durou11); Hautes-Pyrénées :Adour,
menthe; Barèges, Massey, ombelles, pétroselinée (Pnnnnrné); Corse (Kunrzn).
— Europe centrale et septentrionale. Amérique boréale.
Parasite : Alysia manducator Pnixznn (Mvnns, XIX, p. 357).
4. P. nigricomis Mnicniv. l\IncQunnT, II, p. 542; Bncman, 1902:p. 248,6;
1905 : IV, p. 153. P. flavz'tarsis l\IEu;EN (sec. typ.], —P. m'grz'ceps Sruoer.
(nec MEIGEN) sec. Dunn. — Lz'0pz'ophz'Ia. nigricornis Dunn, 1924, p. 160, 4.
France (Mncqunirr). Europe centrale et septentrionale (MEicEN).
5. P. lligrimana Mmcnn. Mncounirr, II, p. 542, 3; PnNnnx.x.É, p. 427, 3;
Bncmzn, 1902 : II, p. 248; 1905 :lV, p. 153. —- P. pusilla Mmcnx (p. p.),

ri01>mLmAE. —— rnorortorxxim 77
Hoxoam, Mmasnnn (see. Dem). - P. nitida Maman: (sec. £yp.). -— Lio-
piophila nzlgrimana DunA, 1924: p. 167, 6.
Type. Tête rousse; espace interoeulaire jaune jusqu’au triangle ocel-
lairo; oceiput noir. Mésonotum à ponctuation irrégulière, brillante d‘un
noir bleuatre. Pattes II et III entièrement jaunes. Abdomen court. —
Long. : 3 mm.
Env. de Paris (Bosc); Vaucluse : Apt (Au1:u.1.a os Psaum); IIautes·Pyrénées :
Barèges, Luz, Gavarnie, sur le pin (L. Paansnté). Prusse orientale (Czwmaua).
6. P. pectiniventris (Dona). — Allopiophila pectzïziventris Dom, 1924 :
p. 112 et 172, 8. —- Piophila fovcolaza Roivnam (non auct.).
Deux soies orbitales distinctes, la postérieure à peu près aussi forte
que les soies ocellaires. Antennes jaunes : parfois le troisième article
noirci antérieurement. Fémurs noirs, genoux jaunes, tibias en grande
partie noirs; tarses jaunûtres. Tarses I noiràtres. —— çj'. Abdomen : les
deux sternites postérieurs avec une rangée de longues soies disposées en
peigne. —— Long. : 1,5 mm.
Europe.
7. P. varipes l\IE1oaN. Macouanr, II, p. 543, 7; Scmmm, II, p. 186, (p.p.)
PAxnm.x.É, p. 426, 2; Bacmzn, 1905 : IV, p. 153. — P. a/finis Mnmmnan et
Srumzn, 1917 : p. 61. P. Iaevigata l\ImenN. Scumnn, II, p. 186. P. vicina
Maxcan. — Liopiophila varzpes Dona, 1924: p. 164, 5.
Tête : face antérieure et bord antérieur de Finteroculaire roux; vortex
largement noir. Scutellum brillant. entièrement lisse et convexe, ou le
disque avec des rides légères. Pattes rousses; pattes I largement noires
sauf les hanches; fémurs III largement noircis à l‘apex. g' sternites à
pilosité longue. — Long. : 2,5-3 mm.
Juillet-août. — Seine-et-Oise : Rambouillet (Sécu?) ; Côtes-du-Nord : Lam-
balle (J. Suncour); Creuse : Crozant (Atnuaun); Var : Le Beausset (Aucav),
Marseille (Anaitts na Psaum); lIautes~Pyrénées 2 Barèges (PANDELLÉH Corse
(Kumza). -— Europe centrale et septentrionale.
8. P. Vulgaris FALLÉN. - P. lwrtulana Msxoau (sec. typ.). -— Allopio-
phila. vulgaris Dona, 1924 : p. 180, 12.
Toute l'Europe.
G. PROTOPIOPHILA Dona.
Soies ocellaires très longues; deux soies orbitales : l'antérieure plus faible;
deux soies postalaires; une soie humérale. Corps d’un noir assez luisant.
1. P. latipes (l\Imc1m). Dona, 1924 : p. 186, 15. — Piophila Iatzlpcs
Rounaru et auct.
Tete entièrement noire; oceiput à pruinosité grise épaisse. Antennes

78 Muscrnns Acanvrrianss
jaunes. Une soie humérale. Tarsesl nettement élargis, àvillosité épaisse,
les articles II-IV aussi longs que larges. Hanches et fémurs I jaunes, ces
derniers noircis sur la moitié apicale, le tibia et le tarse noirs. Pattes Il
et Ill entièrement jaunes. Ailes vitreuses à nervures d’un jaunâtre pâle.
—- Long. :2-2,5 mm.
Paris, 17-VI; Seine-et-Oise : Meudon, Rambouillet, VII, sur un poisson
mort (Sécuv).
G. MYCETAULUS Losw.
Yeux ronds. Orbites linéaires; gênes et péristome étroits; deux soies orbi-
tales, l’antérieure faible. Soîes ocellaires robustes, écartées à la base. Trompe
épaisse, àlabelles larges, palpes aplatis. Antennes courtes, nettement séparées
à la base. Une soie humérale. Scutellum convexe. Pattes peu velues; tibias :
soies préapîcales nulles. Abdomen brillant, peu velu.
Deux espèces habitent l’Europe occidentale et méridionale.
—— Ailes : nervure M./120 ombrée, petite nervure transverse (z) et basales
(y, z), plus fortement brunies. —— Long. : 2-2,5 mm. -—- Espagne
(Dunn, 1927 : p. 215) ......... M. hispanicus Dunn.
— Ailes : nervure lllA2c sans ombre, petite transverse (x) et basales
(y, z) moins fortement brunies .... M. hipunctatus (FALLÉN).
1. M. hipunctatus (FALLÉN). -— Scmrznn, II, p. 187; Bncxnn, 1905 : IV,
p. 154 [*); Scorr, 1907 : p. 160; K1m.1N, 1924 : p. 188, 16; Séeux, 1929,
p. 66. —— Piophila bipunctata PANDELLÉ, 1902 : p. 428, 6. —— Fig. 109 et
pl. xvm, fig. 213.
Tête et thorax d’un brun roux. Antennes et palpes jaunes. Pattes
rousses : parfois les tibias III brunis. Balanciers blanchâtres. Ailes avec
une grande tache subapicale brune, cellule sc brunie. Abdomen en
grande partie noir, parfois roux à la base. — Long. : 3-4 mm.
Juillet-août. — Hautes·Pyrénées :Aragnouet, Gavarnie, sur le pin (PANDELLÉ).
Angleterre, dans un vieux nid (H. Scorr, 1907).
G. ÀMPHIPOGON WAHLBERG.
Espace interoculaîre déprimé en dessus. Yeux ronds; orbites nulles. Gênes
et péristome larges, ce dernier avec une touffe de soies. Deux soies orbitales,
Fantérieure très faible. Soîes ocellaires et postocellaires très développées.
Trompe assez mince; palpes médiocres. Antennes courtes, séparées à la base
par une carène mince. Une soie humérale. Scutellum convexe. Pattes fortement
velues surtout chez les mâles. 6 : fémurs III avec une frange inférieure de
longues soies rousses, pendantes. Abdomen allongé, appareil copulateur sail-
(1) Le Mycetaulu.1 varius Mnmnu, cité par Bncxmi, 1902 : II, p. 215, 33 et 1905 : IV, p. 154 est
un Pandora swtellaris. Ct'. Dunn, 1924 : p. 190, 5 1.

Tnvnnornonunnn 79
laut. —- Q : fémur I avec des maerochètes externes. Abdomen longuement
ovale ou fusiforme,
L A. spoctrum Wnnnnnno. —- Pnnnnnmâ, p. 489; Bncxnn, 1905 : IV,
p. 155; Dunn, 1924: p. 190. —- Fig. 110, 111..
Corps allongé, d’un roux brillant. Mésonotum avec des lignes longitu-
  A ts ,
î’* ‘ +‘ •
4  '   l····  
··~ Yâltzïutlw"
,.•$· .·`\·,·:t',u
. a (,3*
iv il ·   2/r
  y I w%_፤j~*' `  
  / É`, il À‘*“ §?`\ '«"_`
l \%“§& \ È I \\ ` I
»"li·   \\ `
Flo. 110. — Amphîpogon spectrum d, proül, x 12.
dinales brunes plus ou moins visibles. Hanches II avec une longue épine
noire dressée en arrière, terminée par un crochet; tibias II avec une
série de petits aiguillons externes. Protarse II allongé, concave extérieu-
rement, frangé au sommet de soies noires condensées. -— 5* : abdomen
brun noir à l‘apex : tergites VII-VIII courts, renflés, rabattus, luisants;
branches des lamelles prégénitales avec un long pinceau de fortes soies
dressées en bas. — Long. : le-5 mm.
Alpes. — Allemagne. Suède.
F. THYREOPHOBIDAE
Adultes. — Yeux ronds, petits. Bande médiane frontale élargie, présentant.
quelques soies dressées à la partie antérieure près de la base des antennes.
Une ou deux soies orbitales supérieures; toujours deux vibrîsses à peu près
de même force. Scutellum allongé, triangulaire chez les femelles, trapézîen
chez les mâles avec deux soies apicales. Pattes robustes, velues. Ailes : ner-
vure R, nue : uervure 1 A prolongée au bord de l`aile. Abdomen un peu aplati,
couvert de longs cils dressés en fourrure lâche. Appareil copulateur mâle à
forceps bien développés chez les Thyreaphora, le forceps externe àbranches

80 Museums Acsnvrrànns
dilatées en feuilles aplaties avec une nervure médiane; forceps interne
arrondi, peu cilié. Apodème du pénis et sternite génital minces. Gonapophyses ‘
antérieures rondes, garnies de soies sensorielles; gonapophyses postérieures
très développées, pointues. Tous ces organes moins développés chez les Can-
zrophlebomyia. Pénis assez long, robuste, couvert de poils raides; prépuce
/
\\1.’ 1 M [
WT   1 °\ 1 /"\
>2·'   \ , /
\ 1
9* ~ li M
i p · ~. * 1
V1: l   ll ~ W \ t
îll‘11—1 ’ '*.L,li}Ml< i \' Ill;
t` ">’*#1‘f7 · ` l
/ ll4·
112
. VW)   111 ïh tg
l \,"\1
  ppos. . ,»    
  ···` ` ‘1`   "5
. ww/.;, (*111 ~ 115 / U
î. I
,' iëee A
Fm. M1-115. — 111. Amphipogon spectmm gj', tete vue de face. - M2. Thyreophora
cynophila, tète vue de face; M3. id., proûl. --114. Centrophlebomyia furcata, tète
vue de face; M5. id., profil.
épais. Sclérite du canal éjaculateur très petit, comme chez les Piophila.
Les larves ont été signalées sur les cadavres des chiens, des ânes, des che-
vaux et des hommes.
TABLEAU nes Qmmns.
·— Aile : nervure costale sans épines saillantes. Front prolongé au-
dessus des antennes; fossettes antennaires séparées par une petite
carène. Soies dorsocentrales et acrosticales nulles .......
.... [ ............ Thyreophora, p. 80.
— Aile : nervure costale avec quelques spinules également espacées.
Front non prolongé au—dessus des antennes; fossettes antennaires
très profondes, séparées par un coin épais. Soies dorsocentrales et
acrosticales bien développées ..... Centrophlebomyia, p. 81.
G. THYREOPHORA Mrromr.
Tête triangulaire en profil; épistome non saillant. Ouverture buccale petite;
trompe courte : palpes spatulés. Antennes rapprochées, très courtes: troisième

ruvnnoruontnaz. — ·1·nYnr:orxxonA 81’
article lenticulaire, chète nu. Pattes III allongées, fémurs épaissis, crénelés à
l'apex; tibias III avec un tubereule médian mousse. Ailes longues : cellule sous-
costale à membrane épaissie et chitinisée. · '
Les insectes de ce genre ne semblent pas avoir été retrouvés depuis 1850.
— D‘un bleu sombre. Tête d’un jaune orange. . T. cynophila, p. 81.
-— Linéaire, rougeâtre, mêlé de brun.- Long. 2,25 mm ......
............ ‘ . . . T. anthropophaga, p. 81.
1. T. anthropophaga Ronmmu-Dnsvoxnv. — Siâcuv, 1932 : VI, p. 192,
167.
Paris : École de Médecine (J .—B. Roanv¤.w·Dzsvoxov).
2. T. cynophila (Plmzsn). —— Sâcur, 1932 : VI, p. 192, pl. vx. — Fig. 112
et 113. l
Occiput avec une tache noire. Triangle ocellaire noir. Antennes :
article III d’un brun noir. — Cf : scutellum trapézien, moitié aussi long
que Pabdomen, un peu excavé au milieu et ridé transversalement. -— Q :
scutellum petit, triangulaire avec deux chétules apicaux. Pattes noires :
tarses I roux à la base. Ailes vitreuses avec une tache noire sur les ner-
vures transverses. — Long. : 6-8 mm.
I Surtout janvier et février, sur les carcasses de cheval, d'àne et de mulets
immédiatement après la fonte des neiges (Rosm¤AU·Desvomv, 1841 : p. 273 et
1849 (2), t. VII, p. v. — Très rare, sur les cadavres de chiens (auct.).
G. CENTROPHLEBOMYIA Iieivnrt.
1 -|— 3 soies dorsocentrales; une paire d’acrosticales préscutellaires; 3 su-
praalaires; prothoracales et humérales nulles; une sternopleurale faible ou
ciliforme.
1. C. furcata (Fannxcxus). — T/zyreophora furcata R.-D., 1830: p. 623,
2 et 1849 : (2), VII, V, VII; Macouanr, II, p. 498; Scmnsn, II : p. 20;
Iluxnm., 1907; Sxâcuv, 1932: VI, p. 193, pl. vx. — Fig. 114 et 115.
Espace interoculairo parfois rouge au milieu. Occiput noiràtre. Palpes
velus, peu saillants. Corps d’un brun jaune : mésonotum couvert d’une
pruinosité d’un gris bleu. — 5* : scutellum trapézien légèrement déprimé
au milieu, non ridé transversalement : deux soies à la partie moyenne et
deux longs macrochètes subapieaux. Pattes rousses, à longue villosité
noiràtre; tibias II avec deux ou trois éperons internes. —- Long. :6,5-
7,2 mm. .
Au printemps et en automne sur les cadavres des chevaux, des bœufs et des
chiens (Mxcouanr). Environs des grandes villes sur les charognes de chiens
(RomruaAu·Drsvomv : 1849 : (2), VII, p. v. — Environs de Paris (Bosc : Mus.,
Paris); Marseille, 30.IX.95 (Aerttte on Psaum). Algérie: Sidi-Ferruch, VI.97
(P. Lasne).
6 .

82 Muscrnns ACALYPTÈRES '
F. ULIDIIDAE
Wxttisroiv, 1908 : p. 177; Hmvnni., 1910 : fasc. 106; 1928: p. 92.
Adultes. — Téte grande, hémisphérique; soies verticales postérieures diver-
gentes ou parallèles; vibrisses nulles. Trompe forte avec de larges labelles.
Antennes courtes. Mésonotum avec les soies acrosticales ou dorsocentrales
préscutellaires plus ou moins développées. Tibias dépourvus de soies externes
préapicales. Aile : nervure R, avec des macrotriches ou dénudée sur la face
supérieure, cellule Gua allongée en pointe inférieure; nervure MA, plus ou
moins courbée à l’apex et convergente avec MA2; nervure sous-costale pro-
longée jusqu’à la côte antérieurement; nervure costale sans interruption ou
fracture. — Abdomen petit, oviscapte conformé comme chez les Trypétides.
Appareil copulateur màle peu saillant : forceps externe robuste, à branches
dentées sur la face interne (Ulidia); forceps interne réduit à une écaille; ster-
nite génital et apodème du pénis réduits. Gonapophyses petites. Pénis allongé,
membraneux et dilaté à l`apex; hypophallus avec une membrane flottante plus
ou moins développée (Ulidia, Chrysomyza) ou des soies épaisses à la partie
moyenne et progressivement transformées en cils; prépuce épais, armé d’épines
robustes —-ou membraneux (fig.119-121). Sclérite du canal éjaculateur médiocre
(Myodina) plus développé ou étalé en éventail (Chrysomyza, Ulidia).
Mouches errantes.
Larvcs coprophages ou saprophages; se développent dans les matières végé-
tales en décomposition.
TABLEAU mas GENRES.
1-(2). Antennes largement séparées, plantées dans une iossette (fig. 116).
Thorax plus étroit que la tête ......... Ulidia, p. 84.
2—(1). Antennes moins largement séparées, libres et saillantes.
3-(4). Face avec une carène médiane et des fossettes antennaires (fig. 117).
.................. Seoptera, p. 82.
4-(3). Face sans carène ou fossettes (fig. 118). . . Chrysomyza, p. 83.
G. SEOPTERA Kinnv et Samoa.
1. S. vibrans (Lmmi). — HENDEL, 1910 : p. 71, 2. — Myodina vibmns
Scnnvnn, ll, p. 85; PANnm.LÉ, p. 439. -—Fig. 117 et 119 et pl. xv, fig. 42.
Tête rousse, sauf en arrière. Espace interoculaire non ponctué; orbites
étroites, à pruinosité satinée, blanche, avec une bande postérieure bril-
lante, portant deux soies courtes. Fosses antennaires prolongées jus-
qu`au péristome. Antennes rousses, brunies au bord externe : troisième
article oblong. Palpes comprimés, étroitement foliacés, roux. Corps
1

umnixnsn. -— ssorrmm, cunrsonrzs 83
noir ou bleu noir, brillant, nu. Scutellum convexe. Pattes noires. Balan-
ciers jaunàtres. Ailes vitreuses, irisées, sommet bruni par une tache
triangulaire; côte noire : sc, R, et stigma noiràtres. Cuillerons clairs.
Appareil copulateur male du type Palloptera (fig. 119).—_Long. :5-6 mm.
V l Y
lâ • · e • l < ·
·-· ai v'
lis *"* ‘ î
ll7 118
Sal ,
PPP
\\\\\\\
1 \
_ stg 1 9 . jy
ga W]
 J Aê sci *
/ lv // J
/ L    _,_ / \ izo
v Ã
— /
` _ R A -
Q = ‘ ’ ·îÉ
Ãx —
 rg  ,f`··· ·,,_ ~.
am, \ f ,
/ M V
F10. 116-122. — 116. Ulidia apicalis Q, tete vue de face. — 117. Seoptera vibram Q,
id. — 118. Chrysomyza demandata Q, id. -119. Seaptera. vibrans gj', appareil c0pu·
lateur.—1Z0. Chrysomyza. demandata Q', id. - 121. Ulidia erythrophthalma gj', appa-
reilgénîtal, prépnce très fortement grossi. - 122. id., appareil copnlateur entier. -—
app. apodème du pénis; ga. gonapophyse antérieure; sc!. sclérite du canal éjacula-
teur; stg. sternite génital.
Mai-septembre. Assez commun partout sur les feuilles des arbustes ou sur
le tilleul. Mouche carnivore, attaque les petits insectes à téguments mous,
pucerons, cicadelles, etc. (Sieur). Toute l'Europe Amérique septentrionale
(Atomcu, 1905: p. 598).
G. GHRYSOMYZA FALLÉN.
Orbites ai plaques postérieures luisantes, avec deux soies courtes. Épistome
fortement rélléchi dans sa moitié inférieure. Palpes allongés, foliacés. Anten-

84 Musciuns Acawrrnnns
nes libres : troisième article court, oblong; chète nu. Scutellum aplani, trian-
gulaire avec quatre soies. Aile : nervure MA, courbée sur MAD nervure
transverse anale fortement coudée en arrière sur la nervure 1A. Pattes dénu-
dées. —· Mouches floricoles ou coprophiles.
Larves coprophages`.
1. C. demamlata (FARICIUS). -—— PANDELLÉ, p. 440, 1; Bncmzn, 1905 :
IV, p. 106; llnmnnr., 1910: p. 21, 4; Lnvvnn, 1912. — Ulidia demmzdata
Mncouam, 1835 : II, p. 504, 1. U. bicolor l\IAcou.m·r, l. c. — Chloria
demandata Scmmzn, 1864 : ll, p. 85. — Fig. 118, 120 et pl. xv, fig. 47.
Corps à reflets d’un vert bronzé ou cuivreux. Yeux d’un vert obscur,
traversés par quatre on cinq bandes pourprées. Tête : face antérieure et
occiput roux; orbites avec deux macules de prninosité blanche, partie
inférieure noire. Antennes brunes, jaunies à la base. Mésonotum à reflets
satinés avec trois lignes longitudinales, fines et superficielles. Sternum
brillant, noir, parfois avec des traces vertes. Pattes noires, tarses roux;
antérieurs noirs. Balanciers clairs. Ailes vitreuses : cellule sous—costale
jaune. Cuillerons blancs. Abdomen plus obscur, brillant et glabre. -—
Long. : 4-5 mm.
Avril-novembre. — Commun partout, souvent en nombre sur les feuillages,
les buissons, les fleurs, Occasionnellement sur les fenêtres, les vitres ou les
appuis au soleil. Encore plus commun dans la région méditerranéenne. Pales-
tine (Arortxrmxan). Mascate (Mamnaou). Madagascar (Annmun). Amérique sep-
tentrionale (Anuman, 1905 : p. 595).
Larve dans les fumiers et le crottin de cheval (Boucmâ, 1834; Mix, W. e.Z.,
XV, p. 241). Pourrait se développer sur le dattier (P/zoenixdactylifera L.), dans
la moelle, à l’intérieur du tronc et faire périr les arbres (Vi/'nxss, 1912 : p. 68-69).
i G. ULIDIA Mexcrziv.
- Adultes. Ã- Orbites indistinctement séparés de la bande médiane frontale,
_ sans soies distinctes de la villosité du fond. Bande médiane frontale marquée
de gros points ou pores d'insertion de chétules, inégale, sans dépression anté-
rieure ni angle avec l’épistome; côtés creusés d’nne fossette. Palpes terminés
en palette. Antennes plantées dans une dépression : troisième article court,
subglobuleux. — Mésonotum : soies acrosticales et dorsocentrales présen- ,
tellaires et latérales saillantes. Scutellum convexe. Aile : nervure MA, à
section apicale rectiligne. Corps noir. Tête noire, parfois maculée de roux.
Tarses roux.
1—(2). Ailes vitreuses d’un jaune vif à la base : apex avec une large tache
noire; cellule sc brune à l'apex (pl. xv, fig. 45). U. apicalis, p., 85.
2-(1). Ailes à léger reflet jaune; cellule sc décolorée.
3-(4). Ailes noirâtres, .......... U.nigripe1mis, p. 85.
_ 4-(3). Ailes vitreuses (pl. xv, fig. 46).

ULIDIIDAE. T- emma 85 A
5—(6). Nervures MA, etltl.-1, parallèlesàfapex. . . U. parnllela, p. 85.
6-(5). Nervures MA, et JIAR légèrement convergentes.
7-(8). Corps entièrement d‘un noir brillant. U. erytlirophthalma, p. 85.
8·(7]. Corps plus étroit, noirà reflets verts. Abdomen noir verdâtre, mat,
d’un noir brillant à l‘apcx ....... U. semiopaca, p. 86.
1. U. apicalis Mmcm:. ·— Macouzuw, 1835 : II, p. 505, 6; Pmnsntiâ,
1902:p. 441, 2; llnnoei., 1910 : p. 18, 2. - Timia apicalis Scmmm,
1864 : II, p. 86. — Fig. 116 et pl. 1v, fig. 45. i
Ressemblc au Seoptera vz'br·an.s·. Aile : première nervure anale n`attci-
gnant pas tout à fait le bord de l’aile; nervure transverse médiane
dirigée en dehors de l`apex de R,. Ailes vitreuscs, fortement irisécs,
souvent avec une tache noire étendue depuis la côte et dépassant la ner-
vure JlI.»l,; cellule sous-costale brunie. Tête très grosse zespace intero-
culaire d’un brun roux. Antennes courtes; trompe épaisse. Corps d’un
noir brillant ou d‘un noir bleu. Tarses roux à la base. -— Long. : 4,5-
.6,5 mm.
Hyères (E. Ansxiis en Psaum). - Espagne (NAv.«s, mi LA Fusrrrn). Italie.
Maroc (F. Li: Csnr, A. 'Ilmànv). ·
2. U. erythrophthalma Maman. — l\lACQUAllT, II, p. 505, 2; Scmrmn,
. p. 88;P.t1wnni.1.n, p. 441, 3; Ilnmmn., 1910 : p. 18, 5. — U. nitida ltfmcnn.
l\lAcou.«m·, II, p. 505, 3; Pmnnité, p. 441, 3, note (‘). — Pl. iv, fig. 46.
D’un noir brillant, parfois avec une trace métallique verte ou bleue.
Front bruni. Trompe, palpcs et antennes noirs. Protarses Il et III roux
(crythrophthalma) ou noirs (nüida). Aile : première nervure anale pro-
longée en fil au bord postérieur; nervure transverse médiane (.2:) dirigée
sur la cellule sous·costale. -—- d : Abdomen plus ou moins élargi; ter-
gite VI étroitement découvert, VII-VIII rétrécis, renflés, rabattus; pénis '
souvent prolongé en dehors en large ruban enroulé. —- Long. : 3-4 mm.
Très commun partout, pendant presque toute l'an¤ée, sur les Ombellifères,
les fleurs, les feuillages et les excréments, surtout dans les endroits frais.
Toute l’Europe.
3. U. nigripennis Lonw. — Scumsn, 1864 : II, p. 88; l’ANn1zi.x.É, p. 441;
Bncxnn, 1905 : IV, p. 106. .
Semblablc au précédent. Ailes plus courtes : la section moyenne de
la nervureil1A, est presque aussi longue que la section apicale MA,a -]- b;
.membrane rousse à la base, plus obscure au delà. -—- Long. : 3-4 mm.
` Hongrie.
4. U. parallele Lonw. — Scumnn, 1864: ll, p. 88; PANMLLÉ, p. 441,
3, note; Bncxnn, 1905: IV, p. 106.
(1) J'&i vu un exemplaire déterminé par J. M,ocQLAnT. Le type de Mmotn porte le N° 2347. I

86 Muscmns Acsnvrràues
Aile : cellule 2 M , à côtés subparallèles à partir de la nervure trans-
verse MA2c.
Europe méridionale,
5. U. Semiopaca Lonvv, Europ. Dipt., 1873 1 III, p. 288, 193.
France (Lnnounsàun).
F. DRYGMYZIDAE
Adultes. —- Tête plus haute que large, ronde, face enfoncée; deux ou trois
soies orbitales supérieures courbées en haut. Dépressions antennaires plus ou
moins développées; bords de la bouche saillants. Clypéus bien visible et sail-
lant en bourrelet. Trompe épaisse : labelles à sillons minces, couverts de poils
fins : plaque supérieure des labelles large et cornée; palpes longs; palpifer
avec 4-6 soies. Antennes courtes z troisième article arrondi au bord antérieur;
chète long, efiilé. Mésopleures et ptéropleures nus. Mésonotum et sternopleures
à pilosité dense : 4-6 soies sternopleurales près de la marge supérieure. Pattes
grêles. Ailes grandes : tachées ou non; cellules basales longues, cellule Cu,
non pointue antérieurement, bordée par une nervure droite; nervure 1A épaisse,
courte, prolongée au bord de l’aile. Abdomen un peu aplati à la base. Appa-
reil copulateur mâle modérément développé :·segment IX arrondi, forceps
' externe triangulaire, à pointe légèrement courbée en haut, forceps interne en
lame étroite, coudée; sternite génital en gouttière étroite; apodéme du pénis
plus long; pénis très épais, deux fois plus long que le sternite génital, cilié
sur la face interne, couvert sur la face externe d’une plage de papilles hexa-
gonales armées de spinules (fig. 123 et 124). `
Les adultes recherchent les matières végétales ou animales en décomposi-
tion, les excréments humains ou certains champignons odorants. Une espèce
est thalassophile et littorale.
Les larves sont voisines de celles des Scatophagides.
TABLEAU uns SOUS-FAMILLES
-— Bords de l bouche saillants. Palpes avec des soies apicales (fig. 126).
Antennes réunies on rapprochées à la base. Soies dorsocentrales
antérieures nulles ......... Dryomyzînae, p. 87.
— Bords de la bouche non saillants. Palpes sans soies apicales (fig. 127].
Antennes séparées à la base par une carène faciale bien visible à la
partie supérieure de la face. Soics dorsocentrales antérieures bien
développées ........... Helcomyzinae, p. 88.

DRYOMYZIDAE. —· DRYOMYZA U  
S.—F. DRYOMYZINAE
TABLEAU DES GENRES. '
_ — Aile : nervure R, nue. Front légèrement saillant à la base des
antennes .............. Dryomyza, p. 87.
— Nervure R, ciliée. Front saillant à la base des antennes .....
................. Neuroctena, p. 88.
- sa   ize
 
2 if? " - ¢ \
  ‘ jf 1,-,. 5 fî Sd \
  4. ] man" V ¤ / [app,
  1 il  a .
tx tal'? 1"‘  127 · \ W5 -stg
`   ' W  ‘ · las
Y $1,9 / ' *  · :  
g / " fcl
  8 1 •
î-. ·
I ._ ,.
,  . La   ~ 4%
fe \   `~ _ ` b
V 1;; '·':1«\:
IL \.,%`,î` p ~` IZB
3 ` "  
Fm. 123-129. —- 123. Dryomyza flavcola çj', appareil copulateur. — 124. id., organe senso·
riel du pénis, en a, fortement grossi. — 125. Neottiaphilum prawstum O', appareil
copulateur, d. dent du forceps externe. — 126. Dryomyuz flaveola Q, profil de la téte.
-127. Helcomyza ustulala Q, profil de la tète. — 128. Neottiophilum prawstum Q,
profil de la tète. - 129. Actemnptcm hilarella, profil de la tête (sec. Harem,). - a, or-
gane  ensoriel et revêtement du pénis (en a, sur la fig. 123); b. coupe du pénis;
app. apodème du pénis; 0. revetement du pénis en b, fig. 125; d. épine du forceps
_ €Xî·6!'I18; fé. f0I‘C9pS GXIBTHB; fl. 1`OI‘C€pS 1I1t6I’Il8; gp.g0lI.8.D0pl1ySB p0SliÉl‘î6l1l`€;}L
pénis; sc!. selérite du canal éjaculateur; sig. sternite génital.
G. DRYOHYZA FALLÉN.
Antennes : troisième article deux lois plus long que le deuxième. Trompe ai
labelles larges. Deux soies dorsocentrales postérieures; intraalaires nulles.
Scutellum dénudé. Tibias Il avec une rangée de soies internes. Ailes : ner-
vures RH. z et MA, parallèles sur une grande longueur.

. 88 Muscnmas Acanvrrànss
1-(2). Ailes : nervures transverses 4lIA2c et x omhrées. Long. :5-8 mm. '
— Europe centrale et septentrionale. . . . D. decrepita Zm:1.·-
2-(1). Ailes : nervures transverses claires.
3—(4). Antennes : troisième article bruni. Tarses noirs à l’apex ....
· ................. D. flaveola, p. 88.
4-(3). Antennes : troisième article d’un jaune orange : chète noir. Tarses
entièrement noirs. Corps d’un jaune orange. — Long. : 11 mm. —
Laponie. Angleterre (Vnnnau.) ....... D. senilis Zmr.
1. D. flaveola (Fanniciusl. — Macouanr, ll,   396, 1; Scnnvnn, Il,
p. 40; Bscxnn, 1905 : IV, p. 37; Cznmw, 1930:p. 3. —— Fig. 126.
Corps d’un roux jaune; épaules et pleures plus pâles. Pattes jaunes.
Ailes lavées de jaune. Abdomen : face dorsale parfois d’un gris noiràtre-
—— Long. : 7-9 mm. ·
Printemps, été. — Répandu et commun dans toute l’Europe.
La variété Zawadskii Scaun. se reconnaîtra au mésonotum gris sur le
disque,à l’abdomen d’un gris noir, sauf à l’apex; les pattes sont rousses et
les ailes brunies. C‘est la génération d’automne de la forme typique. Novembre,
décembre, janvier (Pooums, Bmxorsr).
I G. NEUROGTENA Roxmm.
Deux soies orbitales : la première courte. Une soie intraalaire.
1. N. anilis Ronnam. — Czsmw, 1930 : p. 4. —- Dryomyza cmilis
Macquanr, Il, p. 396, 2; Scumnn, Il, p. 39; Bncxizn, 1904 : IV, p. 37.
Antennes jaunes; chète antennaire jauni à la base. Corps d'un roux
foncé; calus huméraux et pleures plus pâles; mésonotum avec guatre
lignes brunes. Pattes d`un brun roux. Ailes d’un jaune sale : les nervures
brunies, les transverses JIA 20 et .2: plus fortement ombrées; parfois une
·petite tache à Pextrémité des nervures longitudinales. —— Long. : 6-10 mm'.
Avec le Drjomyza flavcola sur les excréments et les matières en putréfac-
tion, souvent sur le Phallus inzpudicus et sur les champignons pourris.
i Ardennes : Vendresse, juillet-septembre (R. Bmoxsr); Pas-de-Calais (O. PA-
RENT); Côtes-du-Nord (Suacour). Environs de Paris : Chaville, Rambouillet
(Siêcuv); Allier (nu Bovssoiv); Creuse (Anwaun). — Toute l’Europe.
S.-F. HELCOMYZINAE.
(
-— Nervure costale ciliée. Scutellum velu .... Helcomyza, p. 89.
— Ncrvure costale nue. Scutellum dénudé. . . Heterochila RDI (*‘);
(1) Une espèce : Ileterochila buccala FALLÉN. Europe septentrionale. Amerique· `

DRYOMYZIDAE. —· Nso·rr1o1>n|1.1¤A1; 89
‘ G. HELCOMYZA Cuims.
Plaque occipitale nulle; deux ou trois petites soies orbitales. Tibia II avec
deux rangées de soies. `
——- Front et mésonotum d’un brun noir. Ailes d’un gris brunâtre. —
Long. : 10-12 mm. ——- Europe méridionale. Grèce. Asie mineure.
............... H. mediterranee Lonw.
— Front et mésonotum d`un gris-jaune. Ailes blanehatres. — Long. :
6,5-10 mm ............. H. ustulata, p. 89.
1. H. ustulata Cmvrxs. — Czenxw, 1930 : p. 6. — Actora acstuunz
Muomv. NIACQUART, Il, p. 500, 1; Scmmm, ll, p. 41; Bncxsn, 1905: p. 38.
—- Fig. 127 et 130.
Corps d’un gris noiràtrc couvert d’une villosité dressée, fine, noire.
Espace interoeulaire d’un gris jaunâtre. Triangle ocellaire roux. Méso-
notum avec quatre bandes sombres plus ou moins distinctes. Tibias d’un
brun roux. Ailes jaunics : nervures .2: et y brunies. -—— Q : villosité abdo— p
minale plus courte. — Long. : 6,5-10 mm.
Finistère, Calvados, Manche, Seine-Inférieure, Somme. - Littoral maritime
de l`Europe centrale et septentrionale. ·
La larve, décrite et iigurée par M. ll. GAoi·:Au ns Knnvinuz (1894 : p. 82), vit
dans l'eau salée; elle a été trouvée sur du sable vaseux, sous une pierre im-
mergée à chaquelmarée.
_ F. NEOTTIOPHILIDAE
Ilxmom., 1924 : p. 215; 1928 : p. 88 et 96; Czsmw, 1930 : p. 0. I
Triangle ocellaire large; soies verticales postérieures divergentes. Trois soies
sternopleurales ou une rangée supérieure de 4-5 soies. Tibîas : soie préapicale
nulle. Ailes : nervure 1A étendue au bord de l'aile; nervure transverse y courbée.
TABLEAU ons mamans.
— Triangle ocellaire prolongé en avant; soies prbitales inlérieures
nulles (fig. 128). Fémurs III sans soies à la face interne. Aile :
bord costal armé de spinules. Chète antennairc pratiquement nu:
................ Neottîophilum, p. oo.
— Triangle ocellaire court; une soie orbitale inférieure sur la partie
antérieure de l`espace interoeulaire près de la base des antennes

90 Muscmns Acsmrrrnnns
(fig. 129). Fémurs III avec deux rangées de spinules. Bord costal
inerme. Chète antennaire pubescent. . . Actenoptera CzEnNr(‘)_
···. C  
  A /'     Qçm D c _
«  È,      `”`‘;''’        `~
, W; L ~.   .·.; :. .·; =_u;¢_,_ ‘éq·,=h§ — · -
r  ri- ·   ~  ï=   ·'i·  ·= T · - ·
2-*1    l""l   i J —  
·`* ·  lao    —_ \«    ;·s 4-.42 ss-
,,       E: sr   - ‘
      ‘<l?·· ·- è · ··
j‘,‘    
  »   1  ··    *.<.·r·  132 .-»4 ——··—- `
_ le ···   , ~=· ‘ï;   ~=»· = air   , .>-
  _, ‘·  , À » __ -4 z
l _ w ,  iç _.,:~:·..t,__jî;»s;j;v§gf;,    D * V
    C . 1= 131
Fia. 130-132. - 130. Helcomyza ustulam :A. larve au troisième âge; — B. id. complexe-
céphalique; — C. id. partie postérieure du corps de la larve montrant les cônes
sensoriels et les stigmates postérieurs. (sec. H. Gsnmu os KERVILLE). —- 131-132. Neot-
tiophilum pmeustum, D. larve au troisième âge, d’après un exemplaire trouvé dans un
nid de pinson par M. L. FALCOZ; — E. id., complexe céphalique; c. crochets buccaux ou
mandibules; m. maxilles; h. hypopharynx ou pièces homologues. — F. id., stigrnate
prothoracique.
G. NEOTTIOPHILUM FRAUENFELD.
Deux soies orbitales supérieures ou non. Joues larges, dénudées. Occîput
aplati. Fossettes antennaires bien marquées. Vibrisses robustes. Scutellum
plat, dénudé. Tibias II avec deux éperons : un long et un plus court. Ailes :
nervure 1A prolongée au bord de l'aile. Hypopyge petit. Forceps réduits, le
forceps externe avec une épine împaire. Pénis filamenteux, mou, sans aucun
ornement (fig. 125).
1. N. praeustum (Mnxcnx). Bncicnn, 1905 : IV, p. 38; Siâcuv, 1929 :
p. 67, VI et page 78, note 1. — Dry0myza.p1·aeusta ME1cEN. — Fig. 128,
131 et 132.
Corps entièrement d’un roux brillant. Triangle ocellaire avec une petite
tache antérieure noire. Mésonotum avec trois bandes sombres peu dis-
, tinctes. Ailes grises : nervures MA2c et xv brunies, le bord costal et
l’apex plus ou moins ombrés. — Long. 2 8,5-9,5 mm.
I (1) Une seule espèce : Actenoptera hilarelta ZETTEKSIL Entièrement jaune, fémurs I et Ill épais.
Ailes jaunâtres. Cuillerons et balanciers blanchâtres. — Long. : la-5 mm. - Europe centrale et
septentrionale (fig. 129).

rnvrnrioan 91
llaute-Loire :Tence, 26. V.26, de coques trouvées dans un vieux nid de
merle (ll. Mimzvat). Allemagne (Mmcsm).
Egalement signalé des nids de l‘Acanzhis cannabina (L.) (Buxron), du Verdier
(C/zloris chloris L. [PA·r·roN]), des nids de Grives et de Merles (Turdus [COLx.lN]),
du Ccrthiafamiliaris (L.) (llizssn), du Passer domcstica (L.) et du Fringilla cae-
lebs (L.) (Tscnusis, Mm, LICIITWAKDT, Pxrron), du Sylvia azricapilla (L.) (Buxronr,
KEu.1N).
La larve se trouve dans les nids en compagnie de celles de divers Muscides
(Prozocalliphom, Muscina, etc.). Elle suce le sang des jeunes oiseaux. Isère :
nombreuses larves dans un nid de rossignol, juin (L. Fxtcoz).
F. TRYPETIDAE
Enonntnm, 1911 : p. 497; llnmmx., 1914 : p. 66, 73, etc.; Siâcuv, 1932:
p. 155-175. -— Trypaneidae Errnxroun, 1924 et 1927.
Adultes. —- Tête hémisphérique, face à peu près verticale en profil; vi-
brisses nulles. Scies orbitales inférieures placées près Jdu bord des yeux;
  `   'ij‘ Z..  "È  
@5   ï_ —!-·
È |33
r» i"
lv ~ `  ' `
  aw B4-
.   i  
ii`!
_ E
A QP?
9l‘·—... _ 9 i
) I ) * I
s ‘ ‘· ··
% ig. gi Fi $9
——··-...-·--* I35 ‘
Fm. 133-135. — 133. Ceratitis capitala Q, ovislcapte. - 134. Ceratilis vapitata Q', appn·
reil copulateur. - 135. Plalyparca poecilaptera çj', appareil copulateur, app. apodème
du pénis; fe. forceps externe; fai. dent interne du forceps externe; fî. forceps
interne; gp. gonapophyse postérieure; sig. sternite génital. ,
soies orbitales supérieures plantées sur une plaque occipitale chitineuse;

92 Moscinns AcAL.Y1>*rÈnss
soies postocellaires parallèles. Yeux à facettes antéro·internes parfois dilatées
(cg. Ensina sonchi), ordinairement verts ou bleus, parfois à reflets pour-
prés, marqués de bandes ou de points brillants. Trompe moyenne, à
labelles larges — ou longue, à labelles pointus. Antennes courtes : chète cilié
ou nu. - Ailes : épines costales habituellement bien développées; nervure R,
couverte de macrotricbes, cellules Cu, fermée par une nervure transverse plus
ou moins coudée; nervure CuA, vestigiale à Vintérieur de cette cellule; mem-
brane alaire le plus souvent ornée de bandes foncées, de taches claires ou
brunies, caractéristiques. — Abdomen formé de cinq ou six segments visibles,
terminé chez la femelle par un oviscapte pointu, propre à percer les tissus
végétaux, le segment IX. placé au milieu de la membrane intersegmentaire, est
couvert; de spinules triangulaires à pointes dirigées antérieurement : leur
réunion en plage forme une sorte de ràpe; le segment X et les cerques sont
transformés en une lame chitineuse pointue, rigide et coupante, garnie de soies
ou de chétules sensoriels plus nombreux et développés vers la pointe qui est
parfois renforcée d'épines (fig. 133).
Appareil copulateur mâle cou1·t, souvent caché sous le dernier tergite. Ter-
gite VIH-IX étroits, X plus large, échancré sur la partie dorsale pour l'em-
placement, de la membrane conjonctive. Forceps à branches courtes, le forceps
interne encore plus réduit, Yextrémité des branches émoussée (Tcplzritis) ou
' armée d’épines apicales noires (Cemzizis, Platyparea) (fig. 134 et 135). Apo·
dème du pénis et sternite génital très étroits : ce dernier réduit à une lanière
chitineuse. Gonapophyses en baguettes écourtées. Pénis filiforme, trois ou
quatre fois plus long qu'une branche du forceps externe, très dilaté et mem-
braneux à l'apex (Tcp/zritis vespertina) ou terminé en massue épaisse (Platy-
parea) ou le prépuce armé de lanières chitineuses épaisses et dilaté en sac
transparent couvert d’épines triangulaires (Ceratitis). Sclérite du canal éjacu-
lateur épaissi, très large, transparent ou non. — Long. : 2,5-4,5 mm.
Certains adultes, floricoles ou herbicoles, sont très communs pendantl’été, dans
les prairies etles lieux boisés; plusieurs espèces sont attirées par les substances
sucrées, parles acides organiques ou les matières végétales en fermentation.
Les larves sont des asticots typiques, à corps dur au toucher, formé de onze
segments, couverts d'une peau épaisse armée de fins spicules. Pseudocéphalon
réduit, présentant les mêmes organes sensoriels que les autres larves de Mus-
cides; mandibules robustes à dents uni- bi- ou tridentées. Stigmate prothora-
cique bien développé portant 4-2f lobes. Des bourrelets locomoteurs plus
ou moins saillants sur la face ventrale. Stîgmates postérieurs formés par deux
plaques chitineuses portant chacune trois t'entes stigmatiques, entre ces fentes
des soies sensorielles digitées ou non.
. Les larves vivent dans les tissus végétaux vivants; quelques espèces sont
gallogènes. On les a observées dans les racines, dans les tiges, plusieurs
minent les feuilles, un grand nombre se développent dans les capitules floraux
des Composéés ou dans les fruits les plus divers. Les seuls Cryptogames ne
sont pas attaqués par les larves des Trypétides.
La nymphose s’efïectue souvent dans les tissus végétaux qui ont servi de
nourriture à la larve. Les espèces parasites des fruits peuvent se transformer
I en terre. La nymphe est enveloppée dans un petit barillet, souvent de couleur
claire, à cuticule mince.

TBYPETIDAE. - nAcus 93
Les larves et les nymphes sont parasitées par des Hyménoptères, surtout
des Chalcidides: Torymus, Eurytoma, Trigonodcrus, Pteromalus, inféodés aux .
Urophora et aux Trypeta (s. 1.). On trouve également des Braconides sur les
Eupln-ama et les Uroplzem et quelques Ichneumonîdes et Crabronides sur
d’autres genres.
lfordre systématique adopté ici est à peu près le même que celui qui a été
préconisé par le D' Hrzxom. dans son travail surles Trypétides (1927). C`est celui
qui s'impose naturellement par l'étude de la morphologie alaire de ces mouches.
TABLEAU nus sous-rAMu.r.us.
1-(2). Ailes peu tachées : les trois premières nervures longitudinales,
serrées contre le bord costal de l’aile; nervure transverse médiane (.2:)
grande; cellule 1 M2 grande; cellule suivante (Cu,) étroite, longue-
ment prolongée sur la nervure anale et formant un angle aigu (pl. iv,
fig. 48) ............... Dacinae, p. 93.
2·(1). Ailes plus largement tachées; nervures antérieures non serrées
contre le bord costal; nervure transverse médiane de longueur
moyenne ou petite; cellule 1 M, étroite; cellule (Ju, plus large, moins
longuement prolongée sur la nervure anale. .
3-(li). Soies occipitales allongées, grêles, eflilées, le plus souventnoires
ou de couleur sombre, rarement jaunes. Ailes avec des bandes trans-
vcrses ou de grandes taches sombres (pl. v à rx, fig. 97 à 101). .
................. Trypetinae, p. 94.
4-(3). Soies occipitales courtes, épaisses, paraissant tronquées, luisantes
et de couleur claire (‘). Ailes souvent à taches claires très nombreuses
(pl. xx, fig. 102 et suiv., pl. x à xv:). .... Tephrîtinae, p. 126.
S.-F. DACINAE. '
Adultes. — Antennes longues, étroites; chète nu. — Corps à chétotaxie lacu·
naire; soies ocellaires et occipitales internes nulles. Soies humérales présu- .
turales et sternopleurales absentes. Cuillerons réduits à deux bandelettes mem-
braneuses étroites, non saillantes. — Q : Abdomen segment VI raccourci.
Mouches surtout communes dans les régions tropicales. Un seul genre en
France.
G. DÀCUS FABRICIUS. ‘
1. D. oleae (Rossi). — Bncxnn, 1905 : p. 144. —-Daculus oleae llsmmi.,
1927 : p. 30, fig. 5. — Fig. 136 et pl. iv, fig. 48.
Tête rousse; face jaune avec deux taches noires luisantes; trompe et
(1) Sauf chez les Xyphosia dont les soies ocellnires sont grêle; et de couleur sombre. Les ln-
seetes de ce genre portent les deux dernières orbitnles superieuros courbées en dedans.

94 Museums ACALYPTÈRES
palpes jaunes; antennes rousses. Thorax d’un gris roux : mésonotum avec
trois bandes noires; pilosité rase, grise; mésopleures roux avec une bande
jaune; sternopleures noirs; scutellum jaune, noir à la base; mésophragme
noir. Pattes rousses. Ailes avec une ombre grise à l’apex des nervures
\ -
\
— Béa? f`
 [X    /' /  
/ yi
K  '
J, 
F10. 136. — Dacus oleae Q, profil, X 12.
» R,+3 et de 1A. Abdomen d’un brun roux à taches latérales noires. ——-
Long. : li-5 mm.
Octobre-novembre. — Garrigues de la région méditerranéenne, remonte jusque
dans la Drôme et dans l’Ardèohe. Corse. Régions méditerranéennes de l’Eu-
rope, de l’Asie et de l’Afrique jusqu'en Nubie. Iles Canaries.
Larve dans la pulpe des olives (Olea europaea L.),
S.—F. TRYPETINAE
—- Aile : cellule Cu, fermée antérieurement par une nervure transverse
droite ou peu oourbée, ne formant pas d’espace triangulaire en bas
avec la nervure anale. Nervure MA , non ciliée à la face supérieure
(pl. vr, fig. 71) ............. Myopitini, p. 94.
— Aile : cellule Cu, fermée antérieurement par une nervure transverse
fortement coudée, formant avec la nervure anale un espace triangu-
laire. Nervure MA 4 ciliée ou non àla face supérieure. Trypetini, p. 106.
MYOPITINI
Adultes. - Bande médiane frontale nue. Trompe grêle parfois allongée à la-
belles étroits. Palpes médiocres. Antennes courtes : troisième article deux fois
plus long que le deuxième. Chète nu ou couvert d'une pubescenoe microsco-
pique. Mésonotum : une paire de soies dorsocentrales ; quatre soies scutellaires.
Ailes avec des bandes sombres transverses ou seulement la moitié apioale bru-
nie. Cuilleron thoracique court. Abdomen Q : segment VI plus court que le
précédent.
Larves. —— Vivent seulement chez les Composées, dans les iullorescences ou
les tiges.

TRYPETIDAE· — Unornona 95
_ TABLEAU nas GENRES.
—, Aile : nervures MA, et MA, écartées à l‘apex; nervure costale attei-
gnant. ou dépassant l‘apex de l’aile ...... Urophora, p. 95.
·- Aile : nervures MA, et MA, rapprochées à l’apex; nervure costale ne
dépassant pas l’apex de l‘aile ........ Hyopites, p. 103.
G. UROPHORA R.-D.
BECKER, 1905 : IV, p. 124. —- Euribia IIENDEL, 1927 : p. 37, 6, fig. 13,
pl. I et II.
Adultes. — Tête ronde, jaune. Yeux ronds, verts. Espace înteroculaire nu,
aussi long que large; front non saillant; face oblique;gênes aussi larges que le
\\\ l, f` //'»'
xgî- - y
"-—...È.   M    `§,.: }·*"' F
I/ \\
Fio. 137. -— Urophora sotstitialis 5*, X DO.
troisième article antennaîre; péristome deux ou trois fois plus large que les gênes,
à pilositélègère; épistome non saillantg occiput gonflé; deux soies orbitalesinfé-
rieures. Toutes les soies ou macrochètes céphalîques noirs et pointus. Trompe
à labelles minces et aigus, coudés. Antennes n’atteignant pas l’épistome : troi-
sième article subanguleux à l’apex antérieur; chète pratiquement nu. - Thorax
légèrement plus long que large, toujours une paire de soies dorsocentrales;.
quatre soies scutellaires fines. Corps d’un noir brillant: mésonotum parfois
couvert d’une pruinosité line plus ou moins dense,jaune ou grisâtre : calus·
huméral, dépression notopleurale et scutellum jaunes. Pattes rousses : fémurs
noîrcis ou non zfémur l parfois épaissi chez les mâles.; fémur ll avec une·
rangée de soies dressées. Balanciers roux. Ailes normalement avec quatre
bandes foncées, rarement nulles ou réduites à des taches; 3¤ nervure (MA,) nue-
Abdomen noir, souvent brillant; oviscapte cylindrique, épaissi en cône à la
base, long ou très long (fig. 137).
Larves. - Se développent habituellement dans les capitales des Composées
dont le réceptacle floral, sous l'action des parasites, se renfle en. une cécidie
\ .

96. zuuscmns ACALYPTÈRES .
cylindrique ou ovoïde, dure, multiloculaire. Seule, la larve de l’Ur0phora cardui
déforme la tige du Cirsium arvense. La métamorphose s’efl'ectue à l’intérieur
_ des cécidies. Une ou deux générations par an :la première qui apparaît en mai
provient des larves hivernantes.
Les Urophora sont parasités par des Hyménoptères Chalcidides : Dzglochis
omnivom WLK. (ors GAULLE, 654 :1), Tarymus, Eurytoma azerrima Scnx. et
nodularis Bon., etc.
1-(6). Aile sans bande sombre, tout au plus le bord costal légèrement
bruni (pl. v, fig. 49-51).
2-(3). Fémurs plus ou moins largement noircis à la base ......
...... . .......... U. spolîata, p. 101.
3-(2). Fémurs jaunes.
4—(5). Aile znervures transverses rapprochées, sans tache brune à l’extré-
mité (pl. v, fig. 50) ........... U. maura, p. 190.
5—(4). N ervures transverses écartées, aile brunie à l’extrémité, et cellule
sous-costale sombre (pl. v, fig. 51). ..... U. stigma, p. 102.
6-(1). Aile avec 3-li bandes sombres.
7-(8). Bandes sombres médianes convergentes et réunies au bord posté-
rieur de l’aile (pl. v, fig. 52 et 53) ...... U. cardui, p. 98.
8-(7). Bandes sombres non réunies au bord postérieur.
9·(14). Aile : trois bandes sombres transverses. `
10-(11). Bandes alaires réduites : les deux apicales réunies sur la côte
(pl. v, fig. 55 et 56) ........... U. stylata, p. 102.
1 1-(10). La deuxième bande alaire occupe toute la largeur de l’aile.
12-(13). Bandes sombres séparées sur le bord costal : la nervure R,
aboutit sur la nervure costale à peu près au milieu de l’aile (pl. v,
fig. 54) ............... U. affinis, p. 97.
. 13-(12). Bande sombre apicale réunie sur la côte à la tache moyenne : la
nervure R, aboutit avant le milieu de 1’aile (pl. v, fig. 57 et 58). . .
. ................ U. solstitialis, p. 101.
14-(9). Aile avec quatre bandes.
15-(18). Les deux bandes basales réunies sur la cellule sous·costale (pl. v,
fig. 6Q). ‘
16-(17). Mésonotum noir ........ U. quadrifasciata, p. 100.
17-(16). Mésonotum à épaisse pruinosité jaune sur le disque ....
................. U. congrua, p. 98.
*18-(15). Les deux bandes basales plus ou moins écartées sur la cellule
s0us—c0stale ou réunies par une ligne jaune.
@22). Fémurs entièrement ou partiellement noirs.
.20-(21). Aile zles bandes transverses sombres II et III rapprochées
(pl. vx, fig. 61 et 62) ......... U. eriolepidis. p. 99.
................. U. terehrans, p. 102.
21-(20). Aile : les bandes transverses Het III écartées (pl. vi, fig. 63). .
- ................. U. aprica, p. 98.

T}\YPETIDAE· — unornoiu 97
22-(19). Fémurs jaunes : parfois une bande brune isolée sur la face
externe ou antéro-externe.
23-(26). Ailes : bandes apicales largement séparées sur la côte.
24·(25). Aile : cellule sous-costale brunie à l’apex (pl. vx, fig. 64). . .
.................. U. algira, p. 97.
25—(24). Aile : cellule sous-costalo entièrement jaune ou seulement bru-
nie à Fextrême apex (pl. v, fig. 58) .... U. solstitialis, p. 101.
.26-(23). Aile : bandes apieales sombres réunies ou très étroitement sépa-
rées sur la côte.
27-(32). Bandes alaires eonvexes, larges.
28—(29). Bandes Il et III réunies postérieurement ou presque (pl. vx,
fig. 67). .............. U. sibynata, p. 101.
29-(28). Bandes ll et III libres.
30-(31). Ailes à bandes convexes. ....... U. jaculata, p. 100.
31-(30). Ailes à bandes sinueuses, caractéristiques, surtout la bande II sur
la petite nervurc transverse (pl. vx, fig. 65). . . U. macrura, p. 100.
32-(27]. Bandes alaires étroites.
33—(34). Cellule sous-costale jaune ou légèrement brunie fa l’apex (pl. v,
fig. 57 et 58) ............ U. solstitialis, p. 101.
34-(33). Cellule sous-costale entièrement ou largement brunie à l’apex
(pl. vr, fig. 66) ............ U. cuspîdata, p. 98.
1. U. affinis Fnavnnrnnn. — Senmnn, II, p. 138. —- Pl. v, fig. 54.
Comme l’U. s0Istz`tz'aIz`s. Mésonotum légèrement plus étroit que long. Au
moins les fémurs l entièrement jaunes. Aile : bandes sombres souvent
étroites, parfois décolorées, les apicles plus ou moins largement sépa-
rées sur la côte. — Q : oviscapte court, légèrement plus long que l‘abdo-
men, épaissi et conique ala base.- Long. (5* :2,5 mm.; Q : 4 mm.
Mai-septembre. Prairies, lieux incultes. Seine-et-Oise : Meudon (Gmwn);
Charente-Inférieure (Ssnxzmr); Allier (nu Bnvssox); Vaucluse :Apt (Anrumz os
Pennxx). — Allemagne (Gmwn); Vienne (Bovnn nn Fonscotonnn). Macédoine
(D1' Gnonnan). Afrique septentrionale.
Larve sur le Carduus nutans L. (Gëttingen, 16.VII [A. G¤n.w¤]); sur le Cen-
zaurea paniculata L. (\VAcnrL, 1880 [ex Go1zsn1·]); sur le Microlonchus.salman·
ticus D. C. (Marseille, fin juin). Egalement signalée sur les fleurs du Ccntaurea.
maculosa Linux. var. rhenana. Bon. .
2. U. algira BIACQUART. — Tnvnnss, 1907 : p. 113; llmvnnx., 1927 :p. 40.
— Pl. vx, fig. 64.
Aile à bandes plus étroites disposées comme chez l’U. nzacrura. Pattes
jaunes : fémur I avec une bande externe brune. —— df : tergite V aussi
long que les deux précédents réunis. — Q : oviscapte tout au plus aussi
long que l’abdomen. — Long. : 3,5-4,5 mm.
Très probablement dans le midi de la France avec l‘UZ cuspidata. Répandu
7

98 Museums ACALYPTÈRES
dans toutes les régions méditerranéennes. Maroc (PALLARY). — Région de la Mer
Noire (HENDEL).
Larve dans les capitules du Cenzaurca sempcrvirens L. (Tnvnmss : Human,
5973). ’
3. U. aprica (FALLÉN). Zerrxznsrsnr; Losw, 1862 : p. 73, 10, t. XII, f. 1;
Bncxsn, 1905 : IV, p. 124. — Tephritis solstitialis Fnmucws. —— Euribia
ajîïnis HENDEL, 1927 : p. 40. — Pl. vx, fig. 63.
6* : tergite V à peine plus long que les deux précédents réunis. ——- Q :
oviscapte aussi long que l’abd0men. — Long. : 2,5-4 mm.
Belgique (Sévenuv). Landes : Saint-Sever (Duroun > Gmwn). Bamberg
(Bncnsn).
FRAUENFELD, Wacnrr. et 1\lAvn, cités par Hsivnm., ont trouvé cette mouche
sur les capitules du Centaurea maculosa LAMK. var. rhenana BOREAU·
4. U. cardui (LINNÉ). - Scmxvnn, II, p. 139; Bncman, 1905 : IV, p. 125.
FALcoz, Bull. Soc. ent. France, 1926 : p. 132. — U. sonchi Ronxxvmiu-
Dssvomï, 1830 : p. 771, 6. —— Fig. 140; pl. v, fig. 52 et 53.
Face jaunâtre; oceiput noir; palpes jaunes; antennes rousses. Méso-
notum couvert d’une pruinosité jaunâtre : une bande rousse étendue de
la base des ailes auprothorax. Fémurs brunis sur la partie moyenne. Ailes
blanches, à bandes brunes. — Long. : 5,6-5 mm.
Mai-août. Sur la Centaurée et les chardons. Répandu dans toute l'Europe.
S 'rie.
3La larve forme une pleurocécidie déformant la tige du Cirsium arvcnse Scor.
(Snvmc, BENOIST) et du C. oleraceum Scor. Cette galle est un renflement « ar-
rondi ou fusiforme, dur, multiloculaire dépassant le plus souvent la grosseur
d’une noix et pouvant atteindre la dimension du poing >> (Hounnn, 5925, 5929).
L'IL cardui a été obtenu également des capitules des mêmes plantes, mais plus
rarement. Egalement signalé sur le Cirsium lanceolatum Scor. QHENDEL, 41).
M. L. Piinxsn l’a obtenu de tiges d’Artemisia provenant du Nord de la France.
Parasites : Habrocytus fasciatus Tnons., des capitules du Cirsium arvense
Scor. (FALCOZ, 15.VlIl); Torymus cyanimus Bou. (UE GAULLE, 556 : 12); Eury-
toma aterrima Scnx. (ne GAULLE, 579 :3); E. nodularis Bon. (rubicola Gm.) (nn.
GAULLE, 579 : 14). ,
5. U. congrua Lonw, 1862 : p. 74, 11, t. XII, f. 2; Scmnsn, II, p. 138;
Bscxnn, 1905 : IV, p. 125. — U. aprica FRAUENFELD, 1856, sec. IIBNDEL,.
1927 : p. 42.
Landes : Saint—Sever (Dusoun > Gmwn). Autriche. Roumanie.
Larve sur le Cirsium erisithales Scor. (C`est l'U. aprica FRAUENFELD cité par
Housnn, 5916).
6. U. cuspidata MEIGEN. — RIACQUART, II, p. 457, 8; GOUREAU, 1845 :
p. 83; Primus, 1876 : p. 209. — U. macrura Houann, 6009 (non Lonw) :
Trypeta pugionata Bncmm (non BIEIGEN) part. ·-— Pl. vx, fig. 66.

TRYPBTIDAK. — Unornom 99
Souvent confondu avec l’Urophora salszizialis (eg-. HoUAnn).
Répandu dans toute l‘Europe. Caucase, de mai à novembre. _
Larve sur les Centaurées dont le réceptacle lloral est renflé en une cècidie
cylindrique ou ovoïde dure, multiloculaîre; principalement sur le Centaurea
acabzqsa L. (HoUAnn, 5984); également signalé sur les Centaurea amara L.
(serotzna BUREAU), facea L., montana L., sempervirens L., calcitrapa L.,
nzgra L, (IIoUAnn, 5945, 5952, 5972, 5964, 5975, 6009).
Parasites : Bracon anzhracinus NEEs (UE GAULLE, 454 : 2); Triganoderus
amabilis WALK. (DE GAULLE, 611 : 1).
:,:555.;   , _' v l · .
Ave·         .®s"
~   ‘< ;,j1‘z1.ag,;j:,~ · ’
~ .t—.et     "
f,_ [J
yes.   /)
s¢ ~ · — --   ff ‘
•s/ \ ..
2 \l)?
nas \_ ‘
Fm. 138-140. —- 138. Urophora criolepidis Q, profil x l0. — 139. Urophora setstizialis,
appareil buccal dela larve au troisième àge. - 140. Galle provoquée par la larve de
l’Ur0phora cardui sur le Cirsium arveme. ‘
7. U. eriolepidis L0Ew. -- Scmmm, II, p. 140. — U. lerebrans FMUEN.
FELD (non Lonw). U. aprica Mmcxm (non FALLÉN, ZE·r·1·.). — Euribia
eriolepidis IIENUEL, 1927 : p. 43. — Fig. 1.38; pl. vx, fig. 61.
Q. Gênes étroites. Oviscapte deux lois plus long que l’abdomen. —- (j' :
tergite V distinctement plus long que les deux précédents réunis. Aile à
bandes larges. - Long. :5* 5 mm.; Q :7-9 mm.
Avril-mai, juillet-septembre; çà et là : champs et moissons, lieux incultes,
bords des chemins, rochers, bois et pâturages des montagnes. Puy~de-Dôme :
Clermont (FLAxuAnv); Basses-Alpes : Digne (E. Simon); Drôme : col de la
Cr0ix·Haute (L. BERLANU); Savoie (SON'1'll0NNAX)§ Landes : Saint-Sever (Duroun,
GmAU¤); Hautes-Pyrénées : Barèges, Gavarnie (PAUUELLÉ), Cauterets (AnErLL¤
DE Pamux). — Autriche (Boven nn FONSCOLOMBE). Macédoine (Dr Gouwart, ilIAR·
cELLm·). Sicile.
Larve sur les Cirses, les Centaurées et les Chardons :le réceptacle floral,
hypertrophié ou non, est èpaissi en une cécidîe cylindrique ou ovoïde, dure
ou très dure, pluriloculaire. Elle a été signalée sur le Cirsium eriaphorum

100 Mvscimzs Acanvrwiznns
Scor., Carduus nutans L., Cardaus de/loratus L., Centaurea scabiosa L.,
C. montana L., C. cyanus L. (Hounnn, 5902, 5906, 5974, 5977, 5983).
Parasite : Eurytoma curm Wma. (ns GAULLE, 579 : 7).
8. U.jaculata Roivoam. — HENDEL, 1927 : p. 44.
Scutellum légèrement taché de noir latéralement. Pattes rousses,
iémur I avec une bande longitudinale noirâtre. Aile à bandes sombres
larges, disposées comme chez l‘U. aprica. Oviscapte aussi long ou très
peu plus long que l’abdomen, légèrement conique à la base. — Long. :4,5-
· 5 mm.
Landes (Goenivr). Italie, Dalmatie, Asie mineure, Caucase (Hmmm,).
9. U. macrura Lonvv. — Scnmnn, II, p. 137; Bncicnn, 1905 : IV, p. 126.
-— Pl.v1, fig'. 65.
Comme l‘U. cuspidata. Scutellum taché de noir sur les côtés. Pattes
jaunes : îémur I avec une bande externe noire. Ailes à bandes sinueuses
brunes. —- Oviscapte trois îois plus long que Pabdomen, cylindro-conique
à la base. — Long. : 4,5-5 mm., oviscapte 3,5-4 mm.
Août. - Lieux incultes de la région méditerranéenne, du Var aux Pyré-
rénées-Orientales. —- Andalousie (Poumnn). Asie mineure. Syrie. Maroc.
Larve sur l’()nop0rdon illyricum L. dont le réceptacle est épaissi et déformé
(Homno, 5937).
10. U. maura FnAUENFm.n. -— Scmivan, II, p. 135. — Euribia maura
Hnnnnx., 1927 : p. 45. -— Pl. v, fig. 50.
Aile : extrémité de la cellule sous-costale brunie; nervure costale
atteignant à peine l’apex de l`aile, nervure .’l[A2c onduleuse ou non,
dirigée vers le milieu de la troisième intersection costale, plutôt vers la
base;'nervure R, longue. Pattes entièrementjaunes. —— Long. : 2,5-3 mm.
Juillet·septembre. Prés et pâturages humides, bords des bois et. coteaux arides
des terrains calcaires de la Bourgogne, du Berri et de la Vendée aux Alpes-
Maritimes et aux Pyrénées-Orientales. -Autriche : environs de Vienne (Bovnn
os Foxscoronan), Corse (Bnciisn).
Larve Sur les Inula britannica L., montana L. (août), hirta L. et oculus
Christi L.
11. U. quadrifasciata(l\Is1es¤z). —- hlacouanr, II, p. 457, 10; Sonmnn,
II, p. 139. -— Euribia quadri/'asciata Hnzvnni., 1927 : p. 46. -— Pl. v, fig. 60.
En été, sur les fleurs d'ombelliFères, d’Achillea, dans les prés, au bord des
chemins, partout dans toute la France. Europe centrale et méridionale. Bel-
gique. Sarepta (Bscxsu). Algérie (A. THÉRY). Egypte.
Larue. -— Sur les Centaurea jacea L. dont les inilorescences sont transfor-
mées en une cécidie très dure (C. Dumont; Houano, 5953); Centaurea maculosa
LAMARK var. rhenana Bon. (Howmo, 5998, 6005); Cenzaurea paniculata L.

TKYPBTIDAE. — Unornomu 101 ,
P
(30.VII [A. GmAUn]; Vienne, 1880 [VVACIITLD; Ccntaurca cyanus L. (GOUREAU,
1845 : (2) Ill, p, 86); C. nigra L. (DUroUn, 1857 : p. 53; IIoUAno, 5965); la larve
de l’U. quadri/asciam vit également, en Provence, dans la tige de l'Ec/zinops
rizro L. en août-septembre (Co·rrE, 1912 : p. 228, 391).
Parasite : Semiotellus diversus Wma. (oe GAULLE, 594 :2).
12. U. sibynata Rommm. — U. cenlaureae Duroun (non ZE·r1·.). — Eu-
ribia sibynata HENDEL, 1927 : p. 46. — Pl. vx, fig. 67.
Comme l’Ur0p/zora eriolepidis. Ailes avec le même système de bandes
sombres. Hanches et pattes entièrement jaunes ou les îémurs I avec une
légère ligne postérieure brunâtre; une pareille trace s’observe parfois
sur les Iémurs III. - Long. : çi : 4 min., Q :7 mm.
Marseille (AUELLLE on Pennm); Landes : Saint-Sever (DUroUn); Hautes-Pyré-
nées : lbos, sur la carotte, août (PANUELLÉ). — Italie.
13. U. solstitialis (Lxzvmê). — Scmmm, II, p. 130; Becxen, 1905 :IV,
p. 126. — WADSWORTH, 1914; I`/IOUCHBT, 1929. ——- U. Iieaumuri B.-D.,
1830 : p. 770, 4. U. sqjuncta BECKER, 1907. ——- Dacus dauci FAnmcws.
—- Fig. 137,139; pl. v, lîg. 57 et 58. `
Mésouotum plus long que large. — 5* : tergite V plus long que les
deux précédents réunis. — Q : oviscapte moitié aussilong que l'abdomen.
Fémur I avec une bande sombre antéro—exte1·ne. - Long.} : 3,5-4,2 mm.
Deux générations par an : la première en mai, la seconde en août-septembre.
En été, parfois en grand nombre sur les fleurs des Achillea avec l’U. quadri-
fasciata. — Répandu dans toute l’Europe.
Larvc. - Sur le Canluus nuzans L. (Gottingen, août [Gmwo]; G0UnEAU,
1845 : (II) 3, p. 83); Carduus crispus L., C. acant/avides L.; Cirsium lanceu-
latum Scor. (PEnms, 1876: p, 209 [U. cuspidatal); Carlina vulgaris L. (Corrs, 19l2)
(HoUAnn, 5901, 5908, 5899, 7488). Dans les capitules du Centaurea scabiosa L.
(Vendresse, [R. Bmvoisr], Meudon, 4.Vl [A. GmAUo])§ Centaurea jacea L.,
Saint-Rémy-la-Varenne (G. SEURAT);CItI Ccnzmphyllum lanazum D. C, Nîmes
[CABANÈS, II. DU Buvssorz).
Parasites: Bracon nigripredator \VsM. (ne GAULLE, 454 : 41); Torymus nobilis
Bon. (ne GAULLE, 556 :30); Eurytoma azerrima Scnx. (DE GAULLE, 579 : 3).
14. U. spoliata IIALIDAY. — COLLIN, 1910 : XXI, p. 174; IIBNDEL, 1927:
p. 47. — Pl. v, fig. 49.
Palpes et trompe courts non saillants hors de la bouche. Mésouotum
à pruinosité jaune laissant les côtés dénudés, brillants; fémurs noirs,
d'un brun jaune au genou; tibias roux, les antérieurs plus ou moins
rembrunis sur le tiers moyen, les tibias III fort rembrunis; tarses roux,
brunis àl’apex. — Long. : 3,5-4 mm.
Rennes, 29. VI. 95, jardin (L. BLEUss); Landes (GonEm·). Sarepta (ex Bxcor).
- Angleterre. '

102 Muscxuss Acanrrrianns
15. U. Stîgma Losw. — Scmmm, Il, p. 135; Bncxsn, 1905 : IV, p. 127.
—— Euribia stzgzrza Ilnnnm, 1927 : p. 47 et 48. — Trypeta unimaculata
v. Ros. (1840). —- Pl. v, fig. 51.
Hanches I et pattes jaunes, tarses III parfois brunis. Aile: nervure
costale dépassant l’apex de 1`aile : nervure JIIA 2c nettement dirigée vers
Pextrémité de la troisième intersection costale; nervure R, courte; extré-
mité de la cellule sous-costale brunie : une grande tache diffuse étendue
à1’apex de RMS, MA, et de JIIAZ (pl. v, fig. 51). — Long. : 3-4 mm.
Europe centrale et septentrionale.
Larves sur les Corymbifères dont elles déforment et durcissent le récepta-
cle; sur l’Ac/zillea mille/`olium L. « capitule très déformé dont les fruits for-
ment une masse conique qui fait saillie » (Homnn, 5677); sur les Ant/zemis
arvensis L., et cotula L.; sur le Leucant/zemum vulgare LAMK., dont le récep-
tacle est déformé et durci (Houanu, 5664, 5670, 5729).
16. U. stylata (F,). ——— lVIAcQuAnT, II, p. 457, 7; Lonvv, 1862 : p. 71, t. XI,
fig. 13; Scnmxan, Il, p. 137; PEmus,1873:p.ô5; Bscxsn, 1905 : IV, p. 127.
- U. limbardae Scmmzn, Bscnnn, l. c., p. 124. — Tephrz`tz's jacobeae
(Pauznn) FALLÉN.—Eurz'bz'astylata HENDE1., 1927 : p. 48. -— Pl. v, fig.55.
Tête rousse zocciput noir;antennes rousses. Thorax noir : couvert d'une
épaisse pruinosité d’un cendré jaunâtre : une bande notopleurale préa-
laire jaunâtre. Pattes jaunes. Ailes blanches à trois bandes brunes : les
deux bandes apicales parfois séparées sur la côte chez les mâles. Abdo-
men d’un noirlégèrement brillant: oviscapte une fois et demie plus long
que l`abdomen, épais, non aplati, conique à la base, cylindrique à l’apex.
— Long. : 3-4,5 mm.
Été, automne, prairies, lieux frais ou incultes, bords des chemins dans
toute la France, sur le Carduus nutans L. et le Senecio Jacobaea L. Corse
(Bscxsn). — Toute l’Europe.
Larve sur le Cirsium lancealatum Scor. (Montmorency, 15. VI [R. Bmvoisr],
Marly [A. Sarnia]; également cité par M. C. Houmo, 5909).
· Egalement signalé sur les Cirsium arvcnsc Scor. (Panms, 1873 : p. 65) et
canum M. B. (FRAUENFELD). ·
17. U. terebrans Lonvv. -—- Bscxcnn, 1905 : IV, p. 128; Hnrznm., 1927 :
p. 49. -— Pl. VI, fig. 62.
C`est à cette espèce que l’on peut rapporter les individus provenant
de la région pyrénéenne, confondus avec l’U1·0ph0m erz'0lepz'dis, qui
présentent des ailes à bandes sombres étroites, largement séparées; des
gênes au moins deux fois plus larges que chez cette espèce; un oviscapte
court, égalant une fois ou une fois et demie la longueur de l‘abdomen.
— Long. oviscapte inclus : 8,5 mm.
Pyrénées (Losw); Cauterets (E. Aszxnw ma Pmmxn).

mvrxmnan. —- Mvorrrns 103
G. MYOPITES Bnésissox.
S tylùz ROBINKAU·DESVOIDY.
Adultes. — Tête trapézienne en profil: yeux ronds; espace interoculaire
plan; front non saillant; face perpendiculaire; gênes plus étroites que le troi-
sième article antennaire; péristome deux fois plus large que les gènes; épi-
stome légèrement saillant en avant; occiput un peu gonllé à la partie inljérieure :
deux soies orbitales inférieures, toutes les soies ellîlées, noires. Trompe très
longue, coudée, à labelles pointus et ciliés; palpes aplatis, saillants hors de
la cavité buccale. Antennes courtes: troisième article subconique, arrondi à
l`apex; chète pratiquement nu. — Mésonotum plus long que large, une paire
de soies dorsocentrales, quatre soies scutellaires longues. Ailes vitreuses
avec des demi-bandes brunàtres, transverses. -— Oviscapte allongé, conique à
la base, plus ou moins aplati, cylindrique à l’apex, à villositè noire. -
Long. : 2-4,5 mm.
Insectes diptères localisés dans la région méditerranéenne.
Larves. — Se développent dans lesinilorescences de certaines Composées,
surtout lnulées. Le réceptacle parasité s'hypertrophie et se déforme en une
cécidîe ligneuse, parfois très dure (Inula hybride) pluriloculaîre, à surface
glabre. Cette cécidie, ronde ou conique, peut porter à l'extrémité supérieure
deux à six prolongements représentant des akènes ([fig·.144] Inula viscasa).
on pas de prolongements (Inula crizhmoides). Dans chaque loge on trouve
une larve d'un blanc jaunâtre.
rl-(6). Aile : les deux bandes brunes apicales plus étroites que les inter-
valles clairs (pl. vx, fig. 69 et 70).
2-(3). Pleures en majeure partie jaunes. Abdomen avec les taches ter-
gales rondes, brunes ou noires, isolées les unes des autres. . .
................ M. tenella, p. 105.
3-(2). Plcures noirs. Abdomen : les deux rangées de taches noires sont
réunies sur la ligne médiane des tergites III-V.
4-(5). Espace interoculaire, à la base des antennes, égal àquatre fois la
largeur du triangle ocellaire; gênes égales à la moitié de la largeur
du troisieme article antennairc. Antennes longues .......
............... M. longîrostrîs, p. 105.
5—(ll), Espace interoculaire égal à trois fois la largeur du triangle ocel-
laire; gênes rfégalant pas la moitié de la largeur du troisième article
antennaire; antennes courtes (pl. vx, fig. 70). — Algérie : Boghari
(J. Suncour). Var : Callian (L. Bnnumnj. . M. boghariensis, n. sp.
6-(1) Aile : les bandes brunes aussi larges ou légèrement plus étroites
que les intervalles clairs (pl. vx, fig. 68).
7-(8). Thorax d’un jaune orange au fond, à pruinosité d’un jaune d'ocre.
Oviscapte légèrement plus court que l’abdomen, d’un jaune roux,
l'apex noir ............. M. stylata, p. 105.

104 Muscmxss ACALYPTÈRES
8-(7). Thorax en majeure partie noir au fond, à pruinosité brune ou
grise. Oviscapte aumoins dela longueur du corps, entièrement noir,
brillant.
9-(10). Scutellum noir ......... M. nigrescens, p. 105.
10-(9). Scutellum jaune.
1 îl—(12). Ailes à taches pâles, les taches Het IV courtes. M. Bloti, p. 104.
12-(11). Ailes à taches sombres, les taches II et IV dépassant la ner-
vure LIMA, (pl. vu, fig. 73).
13-(14). Au moins les fémursl noircis àla face externe. M. eximia, p. 105.
14-(13). Pattes entiérement rousses. — Egypte. M. variofasciata BECKER.
il
l ·r I
I ` A  · ·
•     l ·l‘
Fix
79* . • 14-2 4  
, ( » `   · .   » f
É #741 U  E   .
/ / \ / ll; tw -
1 ·//   · \'    i 14+
ix ll
I4] tkll Py! l
· ` _ ll sa r
F10. 141-144. — 141. Myopites stylœta Q, proül, >< 20. — 142. Galle provoquée par la
larve du Myopites Blotii sur l’Im1.la viscosa, (sec. llouzum). -143. Galle du M. ewimia
sur l’Im¢la crithmoides; —- 144. Galle du M. stylala sur l’Im¢la viscose.
1. M. Bloti Bmânxsson. — Bacxan, 1905 : IV, p. 123; Ilmxnun, 1927 :
p. 51. — Ill. OIz'vz'eri KIEFFER, 1899 : Bull. Soc. cnt. France, p. 5;
Hounnn, 5628. —Ensina Bloti MACQUART, Il, p. 474, 7. — Trypeta
inulae v. Ros.; Scnmnn, II, p. 141; Houann, 5605, 5612, 5615, 5626,
5635, 7437; RABAUD, 1915. — Fig. 142 et pl. V1, fig. 72.
Printemps-été. Une ou deux générations par an : avril-mai, août-septembre.
Prés, pâturages humides, marais et taillis dans toute la France; également
dans les lieux frais, incultes ou pierreux de la région méditerranéenne, des
Alpes maritimes aux Pyrénées-orientales, jusque dans la Drôme et l’Ardèche
(sur l’[nula viscosa)cu marais des terrains salés, rives de la Méditerranée, de
l’Océa¤, de la Manche jusqu’au Calvados (sur l’Inula cri:/lmoides). Corse.
Italie, Espagne. Angleterre.
Larve. — Sur le Pulicaria dysenterica GAEMN. : réceptacle gonflé, presque
ligneux (Human, 5635). Vaucluse : Apt (Amants un Pnnnnm). Orne (Bnrînissom).
Autriche (Gxnxun). Sur les lnula : Inula ensifolia L., réceptacle déformé, très
dur (Hotmnn, 5612); I. hybrida Baume., (Herman, 5615); I. britannica L. (Houxno,
• 5618); I. salicina L. (Honxnn, 5605); I. crithmoides L., réceptacle gonflé, durci,

Tuyrnwxnun. — mvovxrns 105
multiloculaire, sans prolongements à la partie supérieure (Homme, 5626);
I. viscasa Arron, réceptacle transformé en une cécidie arrondie ou allongée,
portant à l'extrémité supérieure de deux à six prolongements (Houaun, 5629 et
1913 : p. 1477; Corrs : 1912; Rmxnn, 1915).
Parasite : Pteromalus geniculatus Ness (nr: GAULLE, 653 : 28).
2. M. eximia Siâcmz, 1932: p. 159, 27. — Fig. 143 et pl. vu, fig. 73.
Voisin (sauf par les ailes) du Myopitcs Iongirostris, en dilïère par le-
scutellum plus largement noirci à la base, par le mésopleure à plage
noire plus étendue, par l’abdomen à bandes latérales noires plus larges,
débordant sur les tergites, etc. — Long. : 3 mm.
Var : La Lande (coll. ns GAULLE).
Larve dans les capitules de l'Inu!a cri:/imoidcs L.
3.M. longirostris Lonw, 1846 et 1862 : p. 66, 2; Ilnxnm., 1927: p. 52. ——
M. Frauenfeldi Scmmzn. llouauo, 5625,5634. M. Bl0tz'Fmwnm=n¤.n. Rox-
DANI (non Buémsson]. — Pl. v1, fig. 69.
Vole au printemps et en automne, avec le M. Bloti. Europe méridionale.
Larve sur l`Inula crizhmoides L. : réceptacle gonllé, sans prolongement à la
partie supérieure [llonxno, 5625); sur le Pulicaz-ia dysenzcrica Gnsurx. : récep—
tacle gonflé, presque ligneux (Homun, 5634).
4. M. uigrescens Bscunu. -- llsivnm., 1927 : p. 52. — Pl. v1, fig. 71.
Corse : Porto-Vecchio, décembre 1879 (Ananas nr: Psaum). Iles Canaries
(Bncuizu).
Larve dans les capitules de l'Inula crizhmoides L.
5. M. stylata (Fanuxcws). Ilsxnsx., 1927 : p. 53. — M. limbardae
Scnnvnu; Ilouaun, 5628; M.Au·rm.m, 1910. JI. Zongirostris Funuemimtn.
III. inulae Bucxsu (part.) 1905 : IV, p. 124. xlf. jasoniae Dnrouu (l),
Ilouaun, 5633. -— Fig. 141, 144; pl. vx, fig. 68.
Palpes élargis ou dilatés à la base, rétréeis à l‘apex, de couleur pâle.
Septembre—0ctobre. — Lieux incultes ou pierreux du midi de la France, des
Alpes·Maritimes aux Landes (Durouu); Corse (Aarau-: nn Pnuum). — Italie.
Espagne. Afrique mineure.
Larve dans les capitules de l’Inula viscosa Arron (llouilun, 5628); du Jasonia
glutinosa D. C. (llowmn, 5633). _
6. M. tenella FuA¤nN1=m.¤. — llizivnnt., 1927: p. 53.
Palpes longs, atteignant presque le coude de la trompe en avant.
Mésonotum à pruinosité d'un brun jaune. — (ji : Abdomen à taches
tcrgales punctiformcs. Q : oviscapte d‘un noir brillant à peu près égal
(1) D'nprès le type ln coll. Dnrouu > Lxuoutmtm: : Espagne.

_ **106 Muscxnss Acanvrrimss
aux 3/5 de la longueur de l’abdomen. — Long. (jf : 2,5 mm., Q :
3,5 mm.
Isère (Gosmrr). ··— Europe moyenne.
Larve dans les capitules renflés de l’Inula brimnnica L. (lloumm, 5618).
` TRYPETINI
Adultes. — Bande médiane frontale ordinairement couverte d‘une villosité
I épaisse (sauf Capparimyia, Gonioglossum, Myopardalis, Oxyaciura, Spheni-
scumyia). Antennes : troisième article deux ou trois fois plus long que le
deuxième; chète nu ou longuement cilié. — Soies scapulaires bien développées;
soies dorsocentrales présentes, écartées de la suture transverse; quatre soies
scutellaires (sauf Cryptaciura). Pattes rousses, exceptionnellement noires
(Oxyacium zibialis). Ailes avec un dessin sombre formé par un système de
bandes transverses, parfois de rares taches sombres isolées —- ou l’aile entière-
ment vitreuse ou opaline; nervure R, +3 ciliée à la face supérieure (sauf chez
les Aciura et chez les espèces du groupe des Splzeniscomyia et des Rhagolctis),
Cuilleron thoracique réduit à une bandelette étroite (sauf Carpamyia). — Abdo-
men : sternites moins développés que chez les Tephrizinae.
Larves. —- Vivent dans le mésocarpe de certains fruits, dans les inflores-
·cences ou les tiges des Composées, dans le parenchyme des feuilles où elles
étendent une mine.
TABLEAU uns onmxns. _
1—(2). Chète antennaire cilié (fig. 154) ..... Euphranta, p. 110.
2-(1). Chète antennaire à pubescence courte (fig. 152, 153).
3-(6). Tête anguleuse en avant. Chète antennaire pratiquement nu.
4-(5). Antennes : troisième article arrondi à l’apex antérieur (fig. 153);
fossettes antennaires profondes ...... Platyparella, p. 110.
5·(4). Antennes : troisième article anguleux (fig. 152); fossettes anten-
` naires nulles ............. Platyparea, p. 109.
6-(3). Tête non anguleuse en avant (fig. 145).
7—(8). Nervure cubitale transverse z fortement courbée en S (pl. vu,
fig. 74) ............... Ceratitis, p. 107.
8-(7). Nervure transverse z non fortement courbée.
9-(10). Ailes longues et étroites (pl. vm, fig. 96). . Hemilea, p. 122.
10-(9). Ailes courtes et larges. '
1 1-(12). Ailes plus larges distalement; nervures transverses très rappro-
chées (pl. xx, fig. 100) ......... Cryptaciura, p. 125.
12-(11). Ailes plus larges proximalement; nervures transverses non
très rapprochées.
13-(14). Aile : nervure transversez fortement coudée en V (pl. vu, fig. 75).
................ Capparimyia, p. 109.
14—(13). Nervure z moins coudée (en \/).

·rnxrn·r1¤A1a. — cnnnrris 107
15-(20). Nervure z presque droite.
:l6—(17). Aile : nervures·transverses écartées (pl. vu, fig. 79 et vm,
fig. 89) ...... Rhacochlaena, p. 112; Gonioglossum, p. 118.
17—(16). Nervures transverses rapprochées (pl. ix, fig. 99 et 101).
‘18—(19). Antennes : troisième article anguleux à l’apex antérieur (fig. 181).
................. Oxyacîura, p. 126.
19—(18). Troisième article arrondi àl’apex (fig. 179). . Aciura, p. 125.
20-(15). Aile: nervure cubitale transverse (z) prolongée sur A,.
21—(24). Antennes: troisième article anguleux àl’apex antérieur (fig. 169).
22-(23). Aile : la petite nervure transverse est placée au niveau de l’apex
de la nervure R, (pl. vnu, fig. 91) ..... Carpomyia, p. 119.
23—(22). La petite nervure transverse est écartée de l’apex dela nervure
R, (pl. vu, fig. 83) ........... Rhagoletis, p. 113.
24~(21). Antennes : troisième article arrondi à l’apex (fig. 1.63).
25-(28). Aile : les deux nervurcs transverses écartées (MA,c et .1:).
26—(27). Petite nervure transverse   placée au niveau de l‘apex de R);
nervure transverse MA,c perpendiculaire à la nervure 4, MA2a. -)- b
(pl. vm, fig. 85, 86). ..... Trypeta, p. 115; Vidalia, p. 112.
27—(26). Petite nervure transverse située avant l`apex de R,; nervure
MA,c oblique sur MA2 il -|— b (pl. vin, fig. 93). . . Acidia, p. 121.
28-(25). Aile 2 les deux nervurcs transverses rapprochées (pl. ix, fig. 98).
29—(30). Aile : nervure ]|[A,c perpendiculaire à Cu./1,. . Myolia, p. 124.
30·(29). Aile : nervure MA2c oblique sur (,'uA, (pl. vm, fig. 92 et 94).
31—(32). Les deux nervurcs transverses MA, c et .2: rapprochées de
l’apex de R, (pl. vm, fig. 88 et 92). Espace interoculaire plus large
que la moitié de la tête. . Phagocarpus, p. 120; Oedaspis, p. 117.
`32—(31). Les deux nervurcs transverses écartées de l`apex de R, (pl. vnu,
fig. 94, 95). Espace interoculaire moins large. Philophylla, p. 121.
G. CERATITIS MM: LEA?.
Adultes. — Espace interoculaire aussi large` que l'œil, un peu élargi anté-
rieurement; gènes étroites; péristome deux fois plus large que Pantenne;
épistome peu saillant; deux soies orbitales supérieures et deux inférieures.
Antennes courtes: troisième article deux fois aussi long que large; chète long,
épaissi à la base, à villosité courte. - Thorax bombé. Cuilleron thoracique
aussi développé que le euilleron alaire. Fèmur I avec une rangée postéro~
interne de longues soies; fémur III avec deux rangées internes subapicales
de chétules noirs. — Oviscapte court, trapézien, aigu.
Larves dans les fruits.
1. C. capitata (Wisnsiumv). — blxcquanr, II, p. 454, 1; Bizcxim, 1905:
Jv, p. 144; llimnm., 1927: p. 59; Back et Px·:Mnsn1·oN, 1918; Rimzvmn, 1932.
— C. hispanica nn Bnàmz; Goomnu, 1859; Sciuivsn, II, p. 174; Lamour.-
nims, 1871 : p. 439. — Fig. 145-150; pl. vu, fig. 74.

108 moscxnns ACALYPTÈRES
(j‘Q. — Tête d’un blanc jaunâtre. Yeux pourprés à reflets dorés.
Bande médiane frontale rousse sur les bords; trompe, palpes et antennes
jaunâtres : articles I-II roux ou brunis. Mésonotum d`u11 noir luisant à
quatre bandes de pruinosité argentée ou grise; pilosité blanche; macro-
chètes noirs. Ailes à bandes rousses, jaunes, et points noirs. Abdomen à
bandes tergales alternées, grises et rousses. - di : orbites avec une soie
modifiée, aplatie en lamelle à l’apex, noire. —— Long. :4,5-6,5 mm.
È. ._   *0 I Q
É x; E Q     I4-B â
·, · •   ê ' a
l4s \$’ ·' s  
I/   /»• p \ @@ @  1
i » ` *49
. dr-,
_ /   l4S  
W1 i ¤" 14-7
Fm. 145-150. — 145. Ceralitis capitale Q, profil, >< 9; —— 146. id., profil de la tète du
male; 147. id., profil de la. larve au troisième àge; - 148. id., complexe céphalique
de la larve;— 149. id., stigmate prothoracique de la larve; — 150. id., stigmate pos-
térieur de la larve.
Peut être importé accidentellement partout, mais ne se développe normale!
ment qu‘en Europe méridionale. En France plusieurs foyers de développement
ont été signalés aux environs de Paris. Seine :Asnières et Vil1eneuve—Saint-
Georges (larve dans le Pirus malus (P. Lasse, 1915 et 1921); Vitry, larves dans.
les poires (Esmor, Dr Cnevmzw); Fontenay-aux—Roses, poires (Siécuv) ; Paris, sur
un mur, au soleil, novembre (SÉGUY); Rennes (L. BLEUSE). Qà et là en France
moyenne. Très commun dans la région méditerranéenne. Piépandu dans toute
l‘Afrique. Iles Canaries (P. Lasma). Madagascar (Dacanv, Atwann, Siavmcl. Ile
Maurice (Cmmi). Amérique moyenne et méridionale.
Larve dans les cerises, les prunes, les pêches, les abricots, les poires et les
coings (Cerasus vulgaris Minn., Persicu vulgaris Mint., Armeniaca vulgaris
LAMK., Pirus malus et communis L., Cydonfa vulgaris Pnns.); dans les oranges
et les citrons (Citrus aurantium Rlsso, japonica THUNB., media Risso et limo-
nium Risso); dans les tomates (Lycopersicum esculentum Mint.), Attaque aussi
le Vitis vinifera L., le néflier du Japon (Eriobotrya japonica Lmn.), l’Opunz1a
vulgaris M., le Ficus carica. L., le Musa sapientium L., le Phaseolus vulgaris
L., l’Atr0pa, belladona L., les Capsicum et les Passi/Zora, l’Argania siderozylon
Romeu et Scxwxxrnn (cf. Siionv, 1932 : p. 160, 32).

·rnYre·r1nAE. — PLATYPAREA 109
G. CAPPARIMYIA Bszzx.
Adultes. — Tête plus haute que large; bande médiane frontale nue; soies
ocellaires réduites ou nulles. Trompe épaisse : palpes en lanière aplatie.
Antennes pendantes, presque aussi longues que la face : troisième article
arrondi à l'apex : deux fois et demie aussi long que large. — Mésonotum qua- ·
drangulaire. Cuillerons égaux. Aile eonformée comme chez les Cerazitis.
1. C. Savastanii Manrenu. — Ilennm., 1927: p. 62. — Fig. 151, pl. vn,
fig. 75.
Tête d‘un blanc d’ivoire à soies noires; triangle occllaire noir; palpes
saillants à chétules apicaux noirs. Antennes jaunàtrcs : chète noir. Méso-
notum roux à grandes taches luisantes, noires; pleures et mésophragme
blanchâtres. Balanciers jaunâtres. Ailes à bandes jaunes et taches grises.
Abdomen roux à pilosité et macroehètcs noirs. — Long. 2 3,5-4,5 mm.
Murs et rochers bien exposés. Provence. Languedoc. Roussillon. Gironde.
italie méridionale, Sicile. — Tunisie (C. Duuozvr).
Larve sur le càprier commun (Cappuris spinosa L.) dont la fleur est hyper-
trophiée, déformée et arrêtée dans son développement (Mtmrenni; Houmn,6730).
G. PLATYPAREA Lonw.
Adultes. - Tête quadrangulaire. Yeux ronds. Espace interoculaire deux fois
plus large que l‘œî|, concave au milieu, élargi en avant; deux soies orbitales
supérieures, trois inférieures; gènes légèrement moins larges que le troisième
article antennaire; péristome trois fois plus large que les gènes; face oblique,
dépression antennaire superficielle. Antennes aussi longues que la face. —-
Une paire de soies dorsocentrales postérieures; une forte mésopleurale; une
ptéropleurale; une sternopleurale. Aile : nervures hautes et basses bien mar-
quées. Nervure R, indiquée par un pli supérieur (haut) rejoignant la costale;
Rt+s bien visible apicalement; MA, I2 forme une fourche avec MA,a. —— Ovi-
scapte aplati.
1. P. poeciloptera (Scrmxmc). —- Scmmzn, II, p. 110; Bncxnn, 1905: IV,
p. 108; Lnsxve, 1904; 1909; 1913: p. 228; Fevmun, 1921 : p. 49; Ilexnm., '
1927: p. G5. — Fig. 152 et pl. vn, fig. 76.
Tête rousse; espace interoculaire bruni. Antennes rousses : chète noir.
Thorax d’un brun roux: mésonotum noir, couvert d’une pruinosité légère
avec la trace de trois lignes longitudinales antérieures; pilosité et macro-
ehètcs noirs. Abdomen d’un brun noir : les tergites avec une large bande
postérieure de pruinosité grise; pilosité courte, noire. — Q : oviseaptc
· noir. — Long. : 6,5-7,5 mm.
Commun et répandu dans toute l'Europe moyenne. Une génération annuelle.
La larve creuse la tige de l'Aspamgus 0/`fîcinalis L.

110 Museums ACALYPTÈRES
Parasites : Plzaenolexis (Alysia) petiolata Nues (de GAULLLE, 337 : 10 [Dac-
nusa] et Dacnusa Rondanii G1Ann(‘).
G. PLATYPARELLA I`IENDEL·
Adultes. — Tête trapézienne en profil. Yeux en ovale court. Espace intero-
culaire deux fois plus large que 1‘œil, plan, à bords parallèles; deux soies orbi-
tales supérieures, quatre—six inférieures plus lines; gênes plus larges que le
troisième article antennaire; péristome deux fois plus large que les gênes, fine-
ment cilié; face oblique : dépressions antennaires séparées par une carène
médiane épaisse, élargie en bas. Antennes : troisième article ovale. — Soie
sternopleurale nulle. Fémur II avec une longue villosité postéro-interne. Aile z
nervure R2 moins visible que dans le genre Platyparea; nervure MA2b bien
visible. ——- Oviscapte conique, non aplati.
1. P. discoidea (Fiumicins). —- Loizw, 1862 : p. 27, 3, t. I, fig. 2; Sem-
Nnn, II, p. 111; Bscxsn, 1905 : IV, p. 108; Huxnnr., p. 67. — Trypeta
lychnidis MEIGEN. —MAcoUAn·1·, II, p. 456, 3. — Fig. 153 et pl. vu, fig. 77.
Corps d`un brun noir luisant: mésonotum avec deux ou quatre bandes
de pruinosité argentée, légère, les deux latérales moins longues ou inter-
rompues par la suture transverse. Scutellum avec deux taches latérales
rousses; moitié supérieure du postscutellum blanche. Tête, calus huméral,
dépression notopleurale et partie supérieure du mésopleure d’un jaune
roux. — Long. : 6-7 mm.
Nancy (Siznxzwr, coll. PANDELLÉ). —— Belgique (INIESMAEL, Jacoas). Europe cen-
trale et septentrionale.
La larve creuse la tige du Campanula latifolia L. (C. CHEETMM).
I G. EUPIIRÀNTÀ Losw.
Adultes.- Tête quadrangulaire en profil, plus haute que large. Yeux verts,
en ovale court. Espace interoculaire plan, une fois et demie plus large que
l’œil, àbords subparallèles; trois soies orbitales inférieures, une supérieu1·e; face
oblique; dépressions antennaîres médiocres. Trompe et palpes robustes. An-
tennes aussi longues que la face, amincies àl'apex : troisième article deux ou
trois fois plus long que le deuxième. -— Scies dorsocentrales nulles. Scutellum
triangulaire; une forte mésopleurale, une ptéropleurale, une sternopleurale. —-—
Abdomen plus long que le thorax; oviscapte conique, pointu, non aplati.
1. E. connexa (Fasnicius). — Scmmzn, II, p. 112; Bncksn, 1905: IV,
p. 108; Hsnnm., 1927 : p. 68. —— Cephalia caloptera Bxcor, 1886 : p. 384;
Bncxsn, IV : p. 101. — Tephritis dorsalis MAcoUAn*r, 1850 : IV, p. 292. —·
Ortalzis connexa. IVIACQUART, II, p. 435, 4. — Cordylura. connexa MAC-
QUART, II, p. 383, 9. —— Fig. 1.54 et pl. v11, fig. 78.
(1) Qui peut être aussi parasite de l'Ag1·0myza simpleac Lw. (nx-: GAULLE, 537, 12). Tous les Dacnusœ
sont parasites de Phytomyza et d’Agr0myza.

·rnYrxm¤.u=:. — nurunaun 111
Tête rousse : bande médiane frontale avec une tache médiane brune;.
triangle ocollairc ot occiput noirs. Thorax roux; mésonotum noir sur le
disque. Pattes rousses: tibias III et tarses bruns. Abdomen d’un noir
luisant. —·— Long. : 5-7 mm.
«1¥¤¤ ”
` " Q ’*
  le .,
usa I     
È   il ,.»"==.. ’ ISS
, ] . *4
/ \ `·_ · È, * \
\‘\M- :.   V`,
Irfll H "\ `
En . ]
‘ al o
v- 3   ’ .
\ ry `
© »
  ,· 54- :
."o*· · l .=
» ` lâ , 155
ga` •
l
  sim È
" . =/_î.·•·;É,ï  ` · W'? l r
Q "` `
   RW — J
  ‘l\ ass
Q ‘· V 
u \\!
vl /
Fxe. 151-155.- 151. Capparimyia Savastanii, profil de tète. -152. Platyparea poeciloptcraw
Q, proiil, X 10. -— 153. Platyparella discaidea Ci', profil de Ia. tète. — 154. Euphrantœ
connewaçj', id. -155. Vidalia cornuta çj', id. -156. Vidalia spinî/`rons çj', profil, x 10.
lllaî-septembre. - Lieux incultes et pierreux dans toute la France. Grenoble .
(Grmwo) larve sur Asclepiasl Corse. Toute l'Europe. Laponie (Fmrs). Caucase.,
Afrique septentrionale.
Larve sur le Vincetoxicum officinale (Monxcu) (Cynanchum offïcinalc M., As·
clcpias 0/ficinale L.) dont les fruits, gonflés et grossis, forment une cécîdie—

112 Muscrous ACALYPTÈRES
noueuse colorée en rouge ou en violet. Larves grégaires (Hotmno, 4708 [Ormlis]).
Une seule génération annuelle.
Parasites :Ex0t/zecus ruyîceps \VEsM:; Opius testaceus WSM, (ne GAULLE, 517 :
39); Pimpla nigriscaposa Tn. (nu GAULLE, 255 : 25).
G. RHÀCOGHLAENA LoEW.
Adultes. —- Tête ronde. Espace interoculaire aussi long que large, à bords
parallèles; trois soies orbitales inférieures, une seule supérieure; face oblique;
gênes très étroites; péristome aussi large que le troisième article antennaire.
Trompe petite à labelles courts; palpes élargis. Antennes coniques : troisième
article arrondi à l’apex; chète à villosité courte. —— Cuilleron alaire légèrement
saillant. — xbdomen aussi long que le thorax; oviscapte conique.
1. R. lioxoueura Lonw. —— Scmxuu, II, p. 144; BE¤KEn, 1905 :IV, p. 116;
HENDEL, 1927 : p. 70. — Pl. vn, fig. 79.
Yeux avec une bande transversale d'un rouge pourpre. Tête jaune. Mésono—
tum d'un brun noirà pruinosité d’un gris clair; calus huméral, dépression noto-
pleurale et pleures, en grande partie, brunis; scutellum jaune, plus sombre sur
le disque; mésophragme d'un noir brillant. Ailes vitreuses à taches brunes.
Cuillerons blancs. Abdomen d'un noir brillant: une partie du segment basal,
bord postérieur des tergites III et IV et dernier segment roux. Tous les macro-
chètes noirs. — Long. : 4,5-5 mm.
Belgique (Wasmm, CWUILLIAUME). Prusse rhénane. Autriche.
G. VIDALIA R.-D.
HENDEL, 1927:p. 72, fig. 28 et pl. 111, fig. 6 et 7.
Adultes. — Q. Tête quadrangulaire en profil. Orbites normaux. Espaceinter-
oculaire deux fois aussi large que l'œil. Quatre ou cinq orbitales inférieures;
une, deux ou trois orbitales supérieures. Gênes étroites, aussi larges ou légère-
ment plus étroites que le troisième article autennaire; péristome deux ou trois
fois plus large que les gênes; occiput gonflé en bas. Trompe épaisse; palpes
élargis. Antennes pendantes : troisième article subconique (fig. 155, 156). —
çï'. Front saillant en avant; orbites élargis et saillants, portant des soies épais-
sies, parfois renflées à l'apex. Une paire de soies dorsocentrales. Ailes à bandes
d'un brun pâle. Abdomen petit. Insectes jaunes ou roussàtres, à bandes méso-
notales brunes ou noires. Thorax unicolore.
La seule larve connue est miueuse de feuilles.
1-(2). Aile : nervure R2 libre. Mésonotum avec quatre bandes. — Chine
(HENJJEL, l. c.) .... . ..... V. appéndiculata HENnnL.
.2-(1). Aile : H,+3 confondues.
3—(4). Orbites non saillantes. Mésonotum sans bandes .......
................ V. cornuta Q, p. 113.

TRYPBTIDAE. - v1nAx.rA 113
4·(3). Orbites saülantes.
5-(8). Orbites saillantes en avant, portant des soies épaisses ou des
épines mousses (d 5* [fig. 155, 156]).
6-(7). Mésonotum sansbandes brunes antérieures. Aile : les deux ner-
vures transverses à bandes brunes ..... V. eornuta dh P. 113.
7-(6) Mésonotum avec deux bandes moyennes. Aile : nervures trans-
verses sans ombre.- Chine (Hnnnm., l. e,). V. cervîcornîs 6 Hxmnnn.
8·(5). Orbites moins saillantes à soies normales. _
9-(10). Mésonotum à quatre bandes. — Sibérie .........
, ............. V. armifrons (5* Pomsen.
· :lO·(9). Mésonotum avec deux bandes antérieures. V. spinifrons 6*, p. 113.
1. V. cornuta (Scorom). — llnmam., 1927 : p. 73, fig. 29. — Slemono-
cara abr·otanz'Mmcs1v. Becxnn, 1905 : IV, p. 114. — Tephritzis abrotan
Mxcouanr, 1835: II, p. A62. — Spilographa abrotani Lonw, 1862:p. 39,
1, t. IV, fig. 1; Scnrsen, II, 120. —Fig. 155.
Semblable au Trypeta artemisiae. Corps à pubcscence jaune. Macro-
chètes noirs. Cuillerons à villosité blanchâtre. Oviscapte jaune. ·——
Long. : 5,5-7 mm.
Europe moyenne.
Larve dans les feuilles minées de l'Eupa10r·ium cannabinum L. (Gnncxe,
1889; llennsx., 1927), du Senecio Fuchsi GMEL. (Henme, 1924), du Senecio nemo-
rensis L. (Smnei., 1926).
2. V. spînifrons Scnnonnan. - Ilimnnr., 1927 : p. 73. -— Fig. 156 et pl. vu,
fig. 80. _
5*. Tête jaune, quadrangulaire en profil; occiput gonflé en has; péri-
stome faiblement saillant et rebordé en avant. Face légèrement arrondie
en avant. Bande médiane frontale déprimée à la partie médiane bordée
·de chaque côté, antérieurement par deux renflements portant trois grandes
soies courbées et convergentes. Soies verticales internes fortes; soies
verticales externes faibles; ocellaires nulles; cils postoculaires petits.
Palpes étroits, jaunes. Antennes jaunes plantées en dessous du milieujdc
la hauteur dela tête; chète jaune à cils courts. - Thorax d’un jaune roux à
pilosité brune, courte; macrochètes noirs. Pattes jaunes : fémurs I dilatés;
griffes et pelotes courtes. Abdomen court, bruni; tergites étroitement .
bordés d’une bande d’un gris jaunâtre; pilosité noire, courte, couchée. —-
Long. : 4,5-5 mm.
Gérardmer (Pures). — Silésie, sur le Cirsium palustre Scor. (Scnnoiznzn),
G. RHAGOLETIS Loew.
Adultes. - Tête quadrangulaire en profil. Yeux ovales, grands, à facettes
antéro-internes dilatées. Espace interoculaire plan, égal aux trois quarts de la
8

114 Museums Acsnrrràass
largeur de l‘œil, rétréci en avant; bande médiane frontale avec quelques petites
soies; deux soies orbitales supérieures, trois inférieures; gênes étroites; péri-
stome aussi large que le troisième article antennaire. Antennes pendantes :
troisième article deux fois et demie plus long que le deuxième. Aile : nervure
MA, nue ou avec 1-3 chètules sur le nœud basal. Fémur III avec une soie sub-
apicale antéro-interne.
Larves dans le mésocarpe de certains fruits (Rosacées, Caprifoliacées,
Berbérîdées).
1-(2). Thorax d’un noir brillant, latéralement une bande notopleurale
jaune étendue de la base de l’aile au calus huméral. Scutellum jaunes
.......... . ...... R. cerasî, p. 114.
2-(1). Thorax et scutellum concolores, d’un jaune orange.
3-(4) Aile : nervure MA2c couverte par une ombre prolongée au bord
costal (pl. vu, fig. 82) ......... R. alternata, p. 114.
, 4-(3}. L’ombre de MA2c s’arrête sur la nervure 1%+3 (pl. vu, fig. 83). .
................. R. Meigenî, p. 115.
1. R. alternata (FALLÉN). -—— Haunm., 1927 : p. 74. —- Zonosema alter-
nam Bncxnu, 1905: IV, p. 114. -— Trypeta continua l\lE1GEN. — Pl. vu,
fig. 82.
Entièrement jaune ou jaune roux. Face à pruinosité blanche. Méso-
pbragme avec deux larges taches noires. -— Q : oviscapte court, jaune
ou brun jaune. —- Long. : 4-6 mm.
Mai·juillet. Buissons, haies, bois. - Belgique (Gurrmaums); Mâcon (FLA-
mnv); Hautes-Pyrénées : Tramesaigues, 1.VII (L. Pmnsrts). - Europe cen-
trale et septentrionale (Mix, Gonsnry.
Larve dans les fruits du merisier des haies (Cerasus avium Momcn); du
Lonicera xylosteum L. (vou Rossn, sec. HENDEL)Z de plusieurs espèces de Rosa
(Houzmn, 3248), sur le Rosa rugosa Dsmsrm (Bmsm, 1922 : Rev. Appl. Ent.,
XII, p. 357-358 [1924]).
Parasites:Megastigmus aculeatus Swan. (Hym.) ; Pezeina erinacea (F,) (Dipt.),
2. R. Gerasi (LINNÉ). — RÉAUMUR, 1736 : ll, 12, t. 38; DE Giênn, 1778 :
Vll, p. 50, 19; Mix, 1898: p. 279; Bucxma, 1905 : IV, p. 115; HENDEL,
1927 : p. 74, fig. 30 et 31; Vnacum, 1927 : p. 31-41, 1928 : p. 17-36. —
Urophora cerasorum Duroun. — T rypeta szlgnata MEIGEN. Macouanr,
Il, p. 458. — Ceroxys scutellata PANDELLÉ (non lllacounirr), 1902 : p.
460, 16. -— Fig. 157-162 et pl. vu, fig. 81.
(j‘. Noir assez luisant. Tête rousse; occiput noir; orbites postérieures
étroitement rousses; face, trompe et palpes jaunes. Antennes rousses.
Mésonotum couvert d’une pruinosité d’un gris jaune, coupée par trois
lignes noires plus visibles antérieurement. Scutellum jaune. Pattes
jaunes : fémurs noirs. Balanciers bruns. Ailes à bandes brunes. Abdomen
à tergites étroitement pâles à l’apex. —— Long. : 3,5-4 mm.

·r1m>n·r1nAn. - ·rnvr¤·u 115
Mai-juillet. Toute la France. Europe centrale et septentrionale.
Larve dans les fruits des cerisiers cultivés et des merisiers (Cerasus avium
Mozxcu. C. vulgaris Mx1.1.., C. Mahaleb Mm", etc.), du Lonicera xylosteum L.
(von Ptosnn, cité par Hmmm.), du Lonicera mzarica L. (Kawau.), dujusminoîde :
Lycium clzinense Mm., (Scumn1.),de l’épine~vinette : Beràeris vulgaris L. (Fnw-
1-:m=m.n).
_ V, | "`—`
  · ‘ / ` '  
  f ` `- \ j.
L   Y   I59 g .`·;  
4, il _.` `,)î_5"   _,·, g} ' "`%;     
`\   ;     `u l? ‘“Eîî' I IGC)   ·
,,3‘ë;_;p.··\ 2 & ` qi-.:—    :
\ slt _ ‘*   .
,l tt.   . ` ~ -=¤»:,· !
à I E _ *'°" ‘ Tzzzîs-
*‘ îêê;
\ ` · _ n I
q pp l `  L   J
W jj   "·-·= M  
W 158   · ' \es@
_ |62.
F10. 157-162. —~ 157. Rhagoletis cerasi Q, >< 10. -— 158. id., tète du mâle.- 159. id., larve
adulte, >< 20. —— 160. id., appareil buccal dela larve. - 161. id., stigmate prothe-
racique. — 162. id., stigmate postérieur, x 500.
3. R. Meîgeni (Lonw). —- Ilnmmx., 1927 : p. 7li. ·-—Zonosema Meigeni
Lonw, 1862 : p. lili, 2, t. V, f. 3;B1zc1<nn, 1905 : IV, p. 114. — Spilographa
Mez}gem’ Scmmzn, II, p. 122; Mm, 1887 : VI, p. 293, t. V, fig. 1-9 et 1898:
XVII, p. 287. — Trypeta alternata Mnicmv (non FALLÉN) (sec. typ.).
MACQUART, II, p. Ãi62. ——- PI. vu, fig. 83.
Entièrement d‘un jaune roux; face à pruinosité blanche plus brillante.
Mésophragme à petites taches inférieures brunes. — Q zoviscapte noir,
court. —- Long. 3,5 mm.
Mai-juillet. llaies, bois et coteaux dans presque toute la France. - Europe
centrale et septentrionale.
Larve dans la pulpe des fruits du Berberis vulgaris L. (Gounnau, 1863 : p. 45;
Pcnms, 1876 : p. 238).
Parasîte : Alysia f€ffügd(0PGOUREAU (ma GAULLE, 546 :3).
G. TRYPETA Mmcniv.
Adultes. -— Tête rectangulaire en profil. Yeux ronds. Front peu saillant en
avant; espace interoculaire aussi large que l’œil, abords parallèles; deux soies
orbitales supérieures, deux-trois inférieures. Soies ocellaires fines. Face plane. '
Gênes étroites ou linéaires; péristome aussi large que l'antenne, à soies fines.

116 Muscmns Acnnvrrùmzs
Antennes plus courtes que la face : troisième article arrondi à l'apex : chète à
villosité courte. Mésonotum quadrangulaire zune soie mésopleurale, une ptéro-
pleurale, une sternopleurale, une paire de soies dorsocentrales. Aile : mem- _
brane fortement irisée, épine costale médiocre. Cuilleron thoracique plus déve-
loppé que le cuilleron alaire. Oviscapte aplati,< plus large que long.
Larves mineuses des feuilles des Composées.
1-(2). Aile : nervure transverse postérieure (MA2c) non tachée, mem-
, brane avec deux taches isolées (pl. vm, fig. 85). . T. Zoë 5*, p. 116.
2-(1). Nervure transverse postérieure taehée; membrane avec plus de
deux taches.
3-(4). Aile avec au moins quatre taches isolées les unes des autres
(pl. vu, fig. 86) ........... T. Zoë Q, p. 116.
4-(3). Les taches plus ou moins réunies ou diffuses; tache de la ner-
vure MA2c réunie à la tache basale qui se prolonge sur la costale.
_ 5-(6). Péristome à soies courtes ....... T. artemisiae, p. 116.
6-(5). Péristome à soies plus fortes ...... T. immaculata, p. 116.
1. T. artemisiae (Fnnmcws). -—- HENDEL, 1927 : p. 78. —— Spilogmpha
artemisiae MAcooAR1·, Il, p. 462, 1; Lonw, 1862 : p. 41, 3, t. V, f. 1;
Scnmun, II, p. 121; Kümcxm., 1867 : p. LII; BECKER, 1905 : IV, p. 113.
— Tephritis interrupta FALLÉN. — Pl. vu, fig. 84.
Roux jaunâtre. Tête jaune : face blanchâtre; bande médiane frontale
rousse; triangle ocellaire brun. Chète antennaire pubescent. Mésonotum
à pruinosité blanchâtre. Mésophragme avec deux grandes taches latérales
noires ou entièrement noir. Ailes jaunâtres : à taches et bandes rousses
et brunes. Abdomen : tergites d’un brun roux. — Q : oviscapte brun ou
jaune. —- Long.: 4,5-6 mm.
Assez rare. Europe centrale et septentrionale. Japon`.
La larve mine les feuilles des Arzemisia vulgaris L., dracunculus L. et absin-
zhium L., des Leucanthemum vulgare LMK., indicum L. et parthenium. L., du
Senecio vulgaris L., du Tanacetum oulgare L. (HENDEL, 78). Mine également
l’Eupat0rium cannabinum L. (Amiens [CARPENTIER > PANDELLÉD.
2. T. immaculata Mncounnr, 1835 : II, p. 467, 24. -— Spilographa Iza-
mzfera LOEw, 1862 : p. 40, 2, t. IV, i. 2; Scnmnn, II, p. 120; Bncxnn,
1905 : IV, p. 113; Hnnonr., 1927 : p. 79. — Pl. vm, fig. 87.
Comme le Trypeta Zoë. Corps à villosité noire plus courte. Ailes à
taches et bandes brunes. Oviscapte noir. ·—· Long. : 4-5 mm.
Belgique,sur le Senecio vulgaris L. (Gm1.Lu.muE). Nord de la France (liIACQUART)§
Landes (Gonnnr). Europe moyenne et septentrionale. Alpes orientales, 800-
2.500 m. (Carnon:).
· 3. T. Zoë Muxcnrz. —— Hnrxnux., 1927 : p. 80. —- Spilographa Zoë ME1cEN.
Scmxnn, II, p. 119; BECKER, 1905 : IV, p. 113. - Gurnmnumu, 1906: p. 223;

rnvrnrxnm. - Tnvrsn 117
GRAM et Rosrnuv, 1924.- Tephrz'ti.s·Zoë Mscouzurr, II, p. 463,9.- Fig. 163,
et 164, pl. vm, fig. 85 et 86.
Entièrement d'un brun roux. Corps à pilosité courte, jaune. Macro-
chètes noirs. Mésophragme avec deux grandes taches latérales noires.
Abdomen à soies noires : premiers tergites bruns ou noirs. —-Long.:
3,5-5 mm. A
Printemps, été; sur les feuillages, très commun dans toute la France. Europe
centrale et septentrionale. · · '
Larve mineuse de feuilles. Elle a été observée sur les Senccio vulgaris L.,
cruci/'olius L., campestris D. C. (Cincraria campestcr Herz), Jacobaea et
Fuclzsi GMEL.; sur les Leucanthemum parthcnîum L. et vulgare LAMK., sur
le Pelasilcs albus L., sur l'Artemisia pulgaris L., l’Eupn:orium cannabinum L.,
l'Hclianthus tuberosus L.
G. OEDASPIS Losw.
Adultes. — Tête large vue de face, plus haute que large en profil. Yeux
longuement ovalaires; espace interoculaire convexe non saillant sur les
antennes, deux fois plus large que l‘œil, à villosité courte et dispersés; trois
soies orbitales inférieures courtes, deux orbîtales supérieures. Gènes aussi
larges ou plus larges que le troisième article autennaire, épistome peu saillant,
péristome deux fois plus large que les gênes. Trompe courte; palpes élargis,
dénudés, courts. Antennes larges, plus courtes que la face; troisième article
arrondi à l’apex : chète pratiquement nu. - Mésonotum fortement bombé,
quadrangulaire, une ou deux paires de soies dorsocentrales; scutellum égale-
ment bombé, d'un noir luisant. Tibias III avec une rangée autéro-externe de
soies courtes. Aile : épine costale distincte; nervures transverses très rappro-
chées; cellule anale avec un angle antérieur court, mais distinct. Cuilleron
alaire saillant. - Abdomen élargi; tergite VI court.
Larves. — Une espèce algérienne indéterminée produit une gallo sur la tige
de l’Artcmisia herba-alba Asso (llouimo, 7472).
1. Oe. multifasciata Loiaw. -—- Scmmzn, ll, p. 123; Lonw, 1862 : p. 47,
2, t. VI, fig. 1;.Hn1·1onL, 1927 : p. 85. — Orelliai rizultifascùzta Bscxsn,
1905 : IV, p. 116. ·- Pl. vm, fig. 88.`
Jaune. Mésouotum noir,`eouvert d`une_épaisse pruinosité d'un gris
jaune; calus huméraux, dépression notopleurale et partié supérieure du
mésopleure d’un jaune d’ocre; maerochètes thoraciques à pores d‘inser-
tion cernés de noir mat, les taches moyennes plus grosses; seutellum d’un
jaune brillant avec une grande tache apieale noire, une autre tache basale
et des petites taches à la base des maerochètes; mésophragme d’un jaune
d’ocre. Pattes jaunes. Ailes à bandes d'un brun jaune plus sombre
postérieurement. Tergites abdominaux brun sombre et roux brillant au
bord apica]. Oviscapte d'un noir brillant à la base. —- Long.: 4,5-5 mm.
France méridionale (Losw). Var : Hyères (ABEILLE ne Psaum). -— Istrie.
Mecklembourg (llmvost). , .

118 Museums Acanvrràuxts
G. GONIOGLOSSUM Roivmmr
Adultes. — Front et face obliques; péristome légèrement saillant en avant.
Yeux verts. Occiput aplati en haut, gonflé à la partie moyenne. Antennes sépa-
rées à la base par un coin épais, s'élargîssant en carène mousse. renflée sur la
face : troisième article allongé, arrondi à l'apex. Trompe étroite, à Iabelles
très longues, pointues, repliées en arrière. — Une paire de soies dorsocentrales
plantées à la partie moyenne. Scutellum triangulaire.
2,     3
163 f 1. IE5
è
· © PH *" I
àl ï\_~-' lt` ‘;    
l·"·'—   '  I  · ”`\
I.-, M .67   *69 [  lg,
Fu;. 163-170. - 163. Trypeta Zoë, tète; — 164. id., appareil buccal de la larve III. —
165. Oedaspis daplmea, tète. —· 166. Gonioglossum Wiedemmmi, tète protil; — 167. id.,
appareil buccal de la larve III; — 168. id., stigmate prothoracique de la larve Ill,
sec. S11.vEs·rm. - 169. Carpomyia oesuviana, tête (original); -— 170. id., appareil buc-
oal de la larve Ill, sec. Su.v1:s1·m.
1. G. Wiedemanni (Mmcuu). -- SxLvns·rm, 1920 : p. 205-215; HENDEL,
1927 : p. 88. — Oedaspis Wiedemanni Louw, 1862 : p. 49, 4, t. VI,
f. 2; BECKER, 1905 : IV, p. 116. —- Orellia Wz'edemanni Scmman, II,
p. 125. — Trypeta bryoniae Mucunmz ap. Memmv. —— Fig. 166-168 et
pl. vm, fig. 89. _
Tête jaune à soies et pilosité noires; bande médiane frontale et antennes
orange. Occiput à bandes brunes. Thorax jaune, roux en avant à pilosité
rousse; mésonotum avec des taches irrégulières d’un noir brillant Scu-
tellum avec cinq taches noires inégales. Mésophragme d’un noir brillant.

·m¥i>1mnAn. —— cnnromvui 119
Pleures jaunâtres; sternopleures largement noircis en bas. Pattes rousses.
Ailes à bandes rousses, bordées de brun. Abdomen roux, à taches laté
raies et basales irrégulières brunes ou noires. — Q : ovîscapte noir à
la base, d`un roux hruni à l‘apex. — Long. : 14-5 mm.
Mai·septembre. Haies et buissons dans toute la France et en Corse. Belgique.
Angleterre. Italie. Europe centrale et méridionale. Asie occidentale. Afrique
septentrionale.
Larve en juillet·août dans les baies du Bryonia dioica Jacq. (alba Desr.).
Parasite : Opius testaceus \Vsu. (oe GAULLE, 518 : 39; SILVESTRI, 1920: p. 213).
G. CARPOMYIA (Cosm) Bszzi 1911, _
Becker, 1905 : IV, 116; Ilnunm., 1927 : p. 92; Sxâcuv, 1932 : p. 162.
Adultes. — Tête ovale en profil. Espace interoculaire plan, moins large que
i'œil, non saillant en avant. Deux soies orbitales supérieures plus ou moins
, développées; trois ou quatre soies orbitales inférieures. Ocellaires réduites ou
nulles. Gênes moitié moins larges que le troisième article antennaire; péristome
I trois fois ·plus large que les gênes; épistome non ou peu saillant en avant;
occiput gonflé à la partie inférieure. Antennes étroites : troisième article
mucroné à l'apex antérieur : chète pratiquement nu. — Aile : troisième ner- '
vure longitudinale (MA,) nue ou avec une soie sur le noeud basal. Cuilleron
thoracique saillant.
Larves. - Se développent dans les fruits de plusieurs espèces de Rosa et de
Zizyphus.
1-(2). Ailes avec trois bandes transversales. Thorax sans taches; trois
bandes mésonotales antérieures reugeàtres; seutellum sans taches,
brillant unicolore. — Long. : 3-3,5 mm. — Italie (llxnvnm., 1927 : p. 92;
Siâcnv, 1932 : p. 163) ........ C. incomplets Bncxen.
2·(1). Ailes avec quatre bandes.
3-(li) Sternopleures et mésophragme jaunes. Ailes à bandes diffuses
(pl. vin, fig. 91) .......... 0. vesuviana, p. 120.
4-(3). Sternopleures et mésophragme noirs. Ailes à bandes nettement I
, ourlées de brun foncé (pl. viii, fig. 90) .... C. Schînerî, p. 119.
1. 0. Schinerî (Losw). - Oedaspis Sclzineri Lonw, 1862 : p. 48, 3;
Scmmzn, II, p. 125. — Pl. vxu, fig. 90.
Mésonotum à partie centrale antérieure noire; la partie supérieure des
pleures, près de la dépression notopleurale, brun sombre à reflets gris
mat; une grosse tache mésonotale, noire, à la base des ailes. Toutes les
taches plus grosses que chez le C. vesuiwiana. Macrochètes noiràtres.
Abdomen roux : bord postérieur des tergites à pruinosité d`un blanc
jaunâtre. Ailes à bandes plus larges que chez le C. veszwiana. — Long.:
4,5-5 mm.

120 nruscrnas ACALYPTÈBES
Mai—juillet. — Landes (Parmis, Gonrznr); Hautes-Pyrénées (Pannsiirâ); Pyré-
nées-Orientales : Vernet-les-Bains (R. Onnrrrnün). - Europe, surtout centrale-
et orientale.
Larve dans les fruits des Rosiers : Rosa canina L. (Permis, 1876 (5), VL,.
p. 238); R. pimpincllifolia L. (: spinosissima. L. part.), (Kmxrsnnacn, 1874;
' Mix, 1898: 279); Rosa gallica L. var. damascena (v. Rônran, 1891).
2. C. Vesuviana A. Cosm. — Srnvssrnr, 1916. — Orellia. vesuviana
Cosm. -—- O. Bucc/zic/zi' Fnmann., 1867 : XVII, p. 500, pl..xr·1<, f. 23. ——
Fig. 169, 170 et pl. vrrr, fig. 91.
Jaune grisâtre. Bande médiane frontale rougeâtre. Mésonotum roux.
sur le disque; calus huméral, dépression notopleurale, base de l’aile d’un
jaune ivoire; parties latérales du thorax, avec de grosses taches quadran—
gulaires d’un noir mat : une sur le calus huméral, une sur la dépression
notopleurale, deux près de la base de l’aile. Scutellum et mésophragmer
avec une tache quadrangulaire noire, coupée par une ligne transverse.
Villosité courte, jaune; macrochètes roux. Aile à bandes jaunes, bordées
de brun. Abdomen à pruinosité blanchâtre. — Long. : 4,5-5 mm.
Toute la région méditerranéenne'. ·—· Dalmatie. Inde.
Larve en été dans les fruits du Zizyplzus vulgaris LAMK.
G. PHAGOGARPUS Bomnluvr.
Adultes. — Tête quadrangulaire à peu près aussi large que le thorax, Yeux
en ovale court. Gênes linéaires ou nulles; péristome étroit, non saillant en
avant, à soies fortes; occiput aplatî en haut, légèrement gonflé en bas. Espace
interoculaire à peu près aussi large que l‘oeil. Trompe épaisse et courte et
labelles larges; palpes aplatis. Antennes atteignant le bord antérieur du péri-
stome : troisième article trois fois plus long que le deuxième; chète à villosité
courte. ·
1. P. permundus (Hxrmrs). — Hennnr., 1927 : p. 94. —- Anomoea
antigua VVIEDEMANN. Loraw, 1862 : p. 33, 1, t. ll, fig. 4; Scrrrmm, II,
p. 173; Bscxrm, 1905 : IV, p. 110. — Trypetrz Gaedii ltlrzronx- T. oxya-·
cant/zae Parmis, 1876 : p. 211. — Fig. 173 et pl. viii, fig. 92.
Yeux verts avec deux bandes rouges transverses. Corps d’un jaune
roux, à soies fortes, brunes. Face et lunule jaunâtre. Antennes : troisième
article d’un brun roux. Mésonotum à pruinosité grise, épaisse; méso-
phragme avec deux grandes taches brunes. Ailes rousses à la base, a
taches et bandes brunes. Abdomen d’un brun roux, à pruinosité grise au
bord postérieur. —- Long. : 3,75-5 mm.
Seine-et-Oise : Sainte-Geneviève-des-Bois, VII-VIII (F. La Crans); Seine-et-·
Marne : Fontainebleau (Fnvor) ; Landes : Mont—de-Marsan (Parmis). Assez rare.
Europe centrale et septentrionale. Chine (Hrzirnsi).
Larve dans les fruits du Crazaegus oxyacanthoides THUILL. (Permis, 1876 :

rnvrxrxnae. — PHILOPHYLLA 121
p. 211), du Cotoneaster tomentosa Lmnn. (llmvnnmscn). Peut-être dans ceux du
Soràus aucuparia L. (Boxe, Stett, ent. Zeit., Vlll, p. 336).
G. AGIDIA R.-D.
Adultes. — Tête grosse, très peu plus haute que large. Yeux en ovale
allongé. Gènes étroites; péristome aussi large que l`antenne, à soies réduites:
épistome trés légèrement saillant; face plane; espace interoculaire aussi large
que l‘œil. Occiput fortement gonllé, surtout à la partie moyenne et inférieure.
Antennes : troisième article double du deuxième. — Angle prothoracique avec
-1-5 fortes soies noires dressées avant le stigmate. Scutellum bombé.
1. A. cognata(WmnnM1mx). -- Rommzw-Desvoror, 1830 : p. 721, 2;
Loew, 1862 : p. 35, 1, t. III, f. 1; Scnmnn, p. 117; Bacxea, 1905 : IV,
p. 111; Ilnmmr., 1927 : p. 95. -— Fig. 171, 172 et pl. vm, fig. 93.
D‘un jaune roux, à pilosité jaunâtre et macrochètes noirs. Yeux verts
passant au bleu en bas. Face d’un blanc jaunâtre satiné. Mésonotum
plus long que large, parfois bruni sur le disque : chétule scapulaire
robuste et dressé. Mésophragme avec deux taches noires latérales,
brillantes. Fémurs III avec une rangée de courtes soies noires dressées _
, sur la face postéro-interne. Aile : cellule sous-costale avec une tache
noirâtre à l’apcx, bandes transverses rousses ou brunes. Abdomen à ter-
gitcs brunis. - Long. : 5-6 mm.
· Mai-octobre. - Qà et là dans toute la France. Ardennes z Vendresse
(R. Bsrxoisr); Pas-de-Calais : Trescault (O. Psaum); Haute-Marne : Langres
(Goeenr); Vosges (Pures); Allier (ou Buvssorz); Mâcon (Fnxmnv); Lyon (Son-
momvax). — Europe moyenne et septentrionale. Belgique, sur le Tussilago · ,
farfara (Guxtnmune).
La larve mine les feuilles du Tussilago /`ar/`am L. (France méridionale
[Gonenr; Permis, 1873 : p. 85]; environs de Paris : Vincennes [Sécov]; égale-
ment signalée sur les Petasites et sur l'Hom0gyne (linmnen). `
G. PHILOPHYLLA Roxnam.
Adultes. — Tête ronde; espace interoculaire égal aux deux tiers de la lar-
geur de l’œil. Yeux deux fois plus hauts que larges. Occiput gonflé; péristome
non saîllant; face avec une carène mousse, très saillante, élargie sur le
péristome; gênes très étroites. Trompe épaisse; palpes élargis, foliacés. An-
tennes : troisième article arrondi à l'apex, deux fois et demie plus long que le
deuxième. - Q : oviscapte court.
1. P. heraclei (L,). — Hmmm., 1927 : p. 97. — Acidia heracle£Lo1aw`,
1862 : p. 37, 3, t. III, f. 3; Bncxnn, 1905 : IV, p. 112. — Fig. 174.`
Deux formes : une forme rousse (onopordinis) et une forme noire
(centaureae] . _

122 Museums ACALYPTÈRES
I. f. 0110p0PdîuîS (Fnnnxcwsl. -—— MACQUART, II, p. 464, 11. —- Pl. vm,
fig. 94.
Entièrement d’un roux pâle à soies noires. Tête jaunâtre. Yeux verts
à reflets dorés. Thorax avec une bande latérale blanchâtre reliant le calus
huméral à la base de l’aile. Scutellum, pattes et balanciers jaunes.
Mésophragme entièrement d`un noir brillant ou présentant deux grandes
taches latérales. —- Q. Oviscapte noir ou brun. --— Long. 2 3,5-5,5 mm.
Mai-octobre. —- Seine-et-Marne : Fontainebleau (Fmor); Finistère (Hénon);
Dauphiné; Agen; Saint·Sever (L. Duroun). Corse (Bizciuan). — Alpes orientales,
2100 m. (DALLA Toune). Monastir, Salonique (Dr Rivsr). Algérie (Tniânv).
Les larves de cette variété minent les feuilles du Siam latifolium L. (Parmis,
1873 : p. 84); des Hemcleum sp/mndylium L. et giganzeum Fiscn. (Caucase):
du Pastinaca (Peucedanum) sflvestris MILL. (Piznnxs, 1873: p. 85), du céleri (Apium
graveolens L. [VVss1·wc0n, Lsnouuiznn, 1894; Pnnnisj). Signalé également sur
le Falcaria rivini HoST.
· Parasites : Alysia tzpulae Scor. et Sigalphus flavipalpis \VssM. (Parmis, 1873).
Il. f. Cêntaureaê [Fnsnxcxus). —- Acidia heraclei Scmmm, II, p. 116;
~— Trypeta centaurea Pnmus, 1873 : p. 71. —— Pl. vm, fig. 95.
Tête rousse; face, trompe et palpes jaunes. Thorax d’un noir brillant :
une bande latérale d’un blanc d’ivoire étendue du calus huméral à la base «
de l’aile; scutellum roux ou d’un noir luisant. Pattes jaunes. Ailes brunes
à taches blanches hyalines. Abdomen d‘un noir brillant. — Long. : 3,5-
6 mm.
Mai-novembre. -— Environs de Paris (Macowmr) ; Seine-et—Oise : Lardy, mai-
juiu (Siâouv); Fontainebleau : août (Pounnn); Allier (nu Buvssou); Meurthe-
et-Moselle : Manoncourt-en-Vi/`oëvre,mai(R. Biznoisr); Rennes (L. BLsuss);Var :
Le Beausset (Annex). — Algérie (A. Taiânv).
Larve. — Mine les feuilles des Heraclcum comme la forme pâle (II. sphon-
dylium, giganteum, longifolium et aspcrum ELABOULBÈNE, 1894); de l’Angelica
silveszris L., et de l'Apium graveolens L. (Primus, 1873 : p. 70-71 et 84-85).
Également signalé sur les Lcvisticum officinale Koca et sur le Cicuza virosa L.
(HENDEL, 1927).
Pamsites : Alysia Ioripcs HAL. (or: GAULLE, 546 : 5) et Halticoptera. smarag-
dina Cum. (DE GAULLE, 596 : 5).
G. HEMILEA Losw.
Adulzes. — Front légèrement saillant à la base des antennes; espace inter-
oculaire aussi large que l'œil, en haut, plus étroit au niveau de la base des
antennes; face légèrement oblique avec une carène faible, large; épistome
non saillant. Trompe épaisse : palpes en baguettes courtes, à soies noires.
Antennes coniques : troisième article deux fois et demie plus long que le
deuxième, arrondi à l’apex : chète à villosité courte.

, 123
:
· \
x _. "
I" ' I
m V ,
  wa
wa
\ V ‘ .
 ~"l,   Q
np
  ®
'/ I Kms 175 ·
‘q IT4-
l76 l
. Ã A   \
C .
~  il O O
, C A l p
»  
 r 1
  ire  "— ai *
T ·. I f f
\   \
, A ,. “î·
1 ' . J
l7Q — ·« ign |8|
‘ · ¢ · .
Fm. 171~181. — 171. Acîdia cognata, proûl de la. tète; - 172. id., appareil buccal de la.
larve. -— 173. Phagocarpus permundus, Q" profil dc la tète. — 174. Phîlophylla hera-
clci, profil de la. tète. - 175. Hemilea pulchella, profil de la. tète.- 176. Myolia. caesio
Q, profil de la tète; 177. id., face. - 178. Myolia lucida Q, face. — 179. Aciura coryli
Q, profil de la tète. — 180. Crypzaciura rotundivmtris, profil de la tète. - 181.
Oxyaciura tibialis Q, profil de la tète.

124 Muscmns ACALYPTÈRES
1. H. pulehella (FABRICIUS).—SÉGUY, 1932: p. 181, 147. — H. dz'mz'dz'at¢z
(O. Coen}. Lonw, 1862 : p. 32,t. Il, f. 3; Scmmza, II, p. 114; Becxnn,
1905 : IV, p. 110; Hnunm., 1927 : p. 100. — Fig. 175 et pl. vm, fig. 96.
Bande médiane frontale orange. Trompe et palpes blanehàtres. Anten-
nes rousses, brunies à la base : chète noir, étroitementjaune à la base.
Mésonotum d’un roux brillant avec la trace de trois ou cinq lignes bru-
nes ou noires. Mésophragme jaune : partie supérieure du mésoplcure
avec une bande blanchâtre, mate. Ailes irisées avec une large bande
antérieure brune. Abdomen jaune à la base et sur les sternites, d’un
brun roux sur les tergites. Macrochètes et pilosité courte, noirs. ——
Long. : 4-5 mm.
Landes 2 Saint-Sever (L. Duronn). Italie (Bosc, type).-- Espagne (Loncin
Navas). Europe centrale et méridionale. Système alpin.
G. MYOLIA Rozvnim.
Acidia Bncxnn (non R.-D.), 1905, IV, p. 112.
Adultes. —- Tête quadrangulaire ou trapézienne en profil. Front très légère-
· ment saillant à la base des antennes. Yeux d’un vert émeraude, deux fois plus
hauts que larges. Face oblique, déprimée sur les côtés, sous les antennes,
saillante en avant sous le péristome; gênes étroites. `T rois soies orbitales
inférieures, deux supérieures. Occiput déprimé en haut, gonflé en bas. Palpes
en baguettes courtes, à soies noires. Antennes : troisième article arrondi ài
l’apex, trois fois plus long que le deuxième- —— Q. Oviscapte court, élargi :
le segment apical triangulaire, taillé en burin.
-—- Aile : deuxième bande sombre élargie. Abdomen d’un noir brillant.
Espace interoculaire moins large que l'œil. . . M. caesio, p. 124.
— Aile : deuxième bande sombre étroite. Abdomen jaune. Espace
interoculaire aussi large ou plus large que l’oeil. M. lucide, p. 125.
1. M. Caesio (Hamas}. — HBNDEL, 1927 : p. 102. ·- Tephritis centaurecz
FALLÉN (non F.). — Trypeta. discoidea Mmcizx. Macouanr, II, p. 455,
_ 1. —· Acz`a'z`a. Iyc/mz'dz`s (F,). Lonw, 1862 : p. 38, 4, t. Ill, f. 4; Scmxnn,
ll, p. 117. -— Fig. 176-177; pl. 1x, fig. 97.
Bande médiane frontale orange antérieurement; antennes jaunes.
Mésonotum d’un brun roux, couvert d`une pruinosité éeailleuse d’un
gris jaune. Scutellum jaune, ombré à la base; postscutellum et méso-
phragme d’un brun noir. Pleures, hanches et pattes roux. Ailes à
bandes brunes. — Long. : 5 mm.
Belgique, VII-VIII (GUlLLIAUME)· Pas·de-Calais: Trescault, 2. VII (O. PA-
'nrrrr); environs de Paris (Bmnxor); Vincennes t sur la ronee (SÉGUY); Sèvres,
i 10.VI; Saiut·Germain-en-Laye, Maisons-Lal'litte(mz GAULLE); Finistère : F0ues·
nant (Héuon). - Corse : Ajaccio (Bscxmz). — Toute l‘Europe.
La larve mine les feuilles du Lyc/mis diurna Siam. (A. ll. Hmm, in litt,).

·rnY1>E1·1nA1z. — niromx 125
2. M. lucida (FALLÉN). — Scmmm, II, p. 116; llmvnm., 1927: p. 104. —·-
Acidia lucida FALLÉN. — Tephritis cognata hlnicnu. Macouanr, II,
p. 463, 7. — `Trypeta speciosa Losw, 1862 : p. 36, 2, ta III, f. 2. —
Fig. 178; pl. xx. fig. 98. ' _
Comme I'Acz'dz'a cognata, entièrement d’un jaune roux. Espace inter-
oculaire égal à la largeur d’un œil. Mésopliragme entièrement noir ou
avec deux grandes taches noires. Macrochètes et pilosité noirs. Ailes à
bandes jaunes ou rousses. — Long. : 4,5-5,5 mm. '
Seine-et-Oise : Maisons-La|'Iitte (nz GAULLE); Rambouillet (Sécuv). — Alpes
orientales, 2300 m. (Poxomw). — Italie septentrionale. -— Europe centrale et
septentrionale. . [
Larve dans les fruits du Lonicera xyloszeum L. (Roses; Losw; Mm, 1898 :
p. 286; Kmrrsn, sec. Hammer.),
G. ACIURA R.-D.
Adultes. —- Tête ovale en profil, presque entièrement occupée par les yeux.
Front non saillant en avant; espace interoculaire subégal à. la largeur de l‘œil.
Gênes très étroites; face concave jnsqu’au bord du péristome qui est relevé
en avant. Occîput concave ou aplati en haut, convexe en bas. Palpes élargis,
épais. Antennes : troisième article arrondi en avant, trois fois plus long que
le deuxième. - Q. Oviscapte étroit, très long et pointu.
· 1. A. c0ry1i(Rossx). — Iinxnm., 1927 : p. 108. — A. femoralis R.—D.,
1830: p. 773, 1; Scnmnn, II, p. 113; Bizcxmi, 1905 : IV, p. 109. - Pla-
, typarca fcmoralis Lonw, 1862 : p. 29, 1. — T rypeta rotundivenlris,
var. Mmonn. — Fig. 179; pl. ix, fig. 99.
D’un noir brillant. Yeux d’un vert sombre. Tête rousse; occiput d’un
gris noir. Mésonotum et abdomen à pubescence courte dorée; macro-
chètes bruns ou noirs. Pattes rousses zhanches et férnurs II et III noirs
sauf le tiers apical roux. Ailes brunes à taches blanches : nervures
jaunes. - Long. : 4,5-5 mm.
Haute-Garonne : Saint-Béat (H. Rxnwr); environs de Marseille : Gémenos,
VII (lI.A¤ncr:x·r) ; Var : Hyères; Alpes-Maritimes :Cannes, 20.X. 78(A. Fuvor).
— Europe méridionale. Rare en Europe centrale. Asie antérieure et centrale.
Afrique septentrionale.
Larve dans les lleurs du Phlomis fruzicosa L. - En Europe moyenne sur
les inllorescences du Phlomis tuberosa L. (llxmnat).
G. CRYPTACIURA IIENDEL.
Adultes. —- Tête ovale. Yeux allongés d’un vert pourpré doré. Front non
saillant en avant. Espace interoculaire subégal aux deux tiers de la largeur de
1’œil. Gênes linéaires; face concave jusqu‘à 1'épistome qui est relevé en avant;
clypéus saillantsous le péristome. Trompe épaisse et courte, à labelles larges;
palpes foliacés. Antennes : troisième article arrondi à 1‘apex antérieur, trois
Sois plus lopg que le deuxième; chète efiilé, pratiquement nu. — Deux macro-
O

126 Museums Acnnrrriinus `
chètes scutellaires. Ailes arrondies, plus larges à la partie distale, la nervure
costale dépassant largement l’apex de l’aile. - Q : oviscapte court.
1. C. rotundiventris (FALLÉN). HENDEL, 1927: p. 110. -—Aciura rotundzï
ventris Mnconnnr, II, p. 456, 4, t. XIX, f. 16; Loizw, 1862 : p. 31,3, t. II,
f. 2; Scuzrmn, ll, p. 113; Bscman, 1905 : IV, p. 109. ——- Fig. 180, pl. rx,
fig. 100.
Noir, couvert d’une légère pruinosité grise écailleuse et d’une pilosité
fine, grise ou jaune, peu serrée. Macrochètes noirs. Tête d’un brun roux :
occiput d’un gris jaunâtre. Antennes rousses. Mésopleure pâle. Ailes
brunes à taches et bandes hyalines. Abdomen large, brillant. -—-
Long. : 4 mm.
Belgique (Guittmume).Seine—et-Oise : Saclas (H. Auncsrrr) ; Loiret: Malesherbes,
31, V. 25 (R. Bmvoxsr); Haute—Garonne : Saint-Béat (H. Prxawr). — Europe
centrale et septentrionale.
G. OXYACIURA HENDEL.
Adultes. — Tête trapézîenne en profil. Yeux étroits, allongés, occupant la
plus grande partie de la hauteur de la tête. Front non saillant 2 espace inter-
oculaire subégal à la largeur de l'œil à la partie moyenne; face concave jus-
qu’à l’épistome peu saillant en avant. Occiput concave en haut, gonflé en bas.
Antennes à peu près aussi longues que la face : troisième article anguleux
à l’apex antérieur : chète pratiquement nu.
1. O. tibialis (R.—D.). Hnxnm., 1927 : p. 112. —— Acium tibialzls Lonw,
1862 : p. 30, 2, t. II, f. 1; Scmmzn, II, p. 113; Bncmzn, 1905 : IV,
p. 110. — Trypeta. gagates Louw. —— Fig. 181; pl. xx, fig. 101.
Noir luisant couvert d’une pilosité fine, noire, peu serrée. Macrochètes
épais, noirs. Tête d’un brun noir : face à pruinosité blanchâtre; occiput
noir. Antennes brunes à pruinosité jaune. Pattes noires sauf l’apex des
tibias et les tarses. Ailes brunes à taches hyalines. Cuillerons blancs.
_ — Long. : 3,5-4 mm.
Charente—Inférieure :Royan; Allier : Broût-Vernet; Haute-Garonne : Luchon
(H. ou Buvssou); Var: Callian (L. BERLAND). Environs de Marseille : La Viste,
X (VAN Gnvrzn et Tnuon-Dawn). Espagne (DEJEAN [Pt.·D.], Anus). Styrie (Losw).
Naples (C0s*1·A\. Sicile (Losw). Egypte (Errnxroum. Perse (Bzcman). Maroc
, (R. Buivoisr). Madère (Bncxru).
Le prof. Errtnoun a trouvé la larve de cette espèce dans les inflorescences
de Lavandula coronopi/`olia Pom. (Egypte, mai).
S.-F. TEPHRITINAE
Adultes. - Tête quadrangulaire en profil. Bande médiane frontale nue ou
velue. Yeux ovales. Face concave. Epistome plus on moins relevé en avant.
Occiput peu gonflé. Trompe robuste, à labelles longs ou très longs ou élargis,

Tnvrarxnnn. — TEPHRITINAE 127
épais et raccourcis en éponge. Palpes larges. Antennes courtes : chète à vil-
losité rase, exceptionnellement nu. Thorax à pruinosité épaisse, en enduit,
grise. Pattes rousses. Cuilleron thoracique très développé.
Larves. — Exceptionnellement gallicoles (Oxyna, Dùricha, Acanthiophilus)
se développent isolément ou en groupe, seulement sur les Composées, princi-
palement dans les capitales floraux, déformés ou non, rarement dans les tiges
(Oxyna) ou les racines.
TABLEAU ess csmms.
1-(10). Ailes claires, sans taches ou avec des bandes transverses plus
ou moins étendues.
2-(3). Antennes écartées à la base. Quatre soies scutellaîres. . . . .
.................. Ceriocera, p. 130.
3·(2). Antennes rapprochées à la base.
4-(7). Trompe allongée, à labelles pointus.
5-(6). Ailes claires (pli xm, fig. 146). Bande médiane frontale nue . .
.................. Ensina, p. 150. ·
6-(5). Ailes tachées (pl. xm, fig. 145). Bande médiane frontale à longs
poilsjaunes .............. Sphenella, p. 149.
7-(4). Trompe courte, à labelles larges.
8-(9). Antennes : troisième article anguleux à l’apex antérieur. Ailes·
unicolores, vitreuses ou jaunàtres, sans taches (pl. ix, fig. 104). .
.................. Terellîa, p. 131.
9-(8). Antennes : troisième article arrondi à l’apex antérieur. Ailes avec
des bandes transverses jaunes bordées de brun ou des taches plus ou
moins marquées [(‘) pl. ix, fig. 108] ...... Orellia, p. 132.
10-(1). Ailes eriblées de petites taches, noires ou claires, ou présentant
à l’apex une large tache étoilée.
11-(20). Trompe courte à labelles longs et pointus. Bande médiane
frontale nue  i
12—(13). Antennes : troisième article arrondi à 1’apex antérieur, écartées
à la base ................ Oxyna, p. 147.
13-(12). Antennes : troisième article aigu ou mucroné àl‘apex antérieur.
14-(15). Antennes écartées à la base ...... Campiglossa, p. 140.
15-(14). Antennes rapprochées.
16-(17). Une soie orbitale supérieure. Ailes : une tache noire réticulée à.
l’apex (pl. xu, fig. 135-138) ....... Aetinoptera, p. 145.
17-(16). Deux soies orbitales supérieures : la première blanche.
18-(19). Quatre soies scutellaires (°). Aile: nervure transverse cubitale (z)
(1) Exceptionnellement entièrement décolorées : Orctlia colon MHGEN.
(2) Sauf Paroxyna plantaginis, P. Loewiana, P. malaris.
(3) Sauf chez IePa1·0:cyna sarorcula W. où les deux soies upicnles croisées sont moitié moins
fortes que les basnles.

128 Mnscmns AcAr.Yr·rÈnns
fortement courbée; membrane criblée de taches blanches (pl. xx,
_ fig. 127-132) ............. Paroxyna, p. 141.
*19-(18). Deux soies scutellaires basales. Aile : nervure z moins forte-
ment courbée; membrane noire à grandes taches blanches (pl. 1x,
fig. 102) .............. Spathulina. p. 128.
20-(11). Trompe à labelles courts ou trompe très longue (fig. 182).
21-(28). Bande médiane frontale nue.
22—(23). Deux soies scutellaires, les basales .... Trypanea, p. 166.
23—(22). Quatre soies scutellaires(‘).
24-(25). Trois soies orbitales inférieures. Cuilleron thoracique très sail-
lant. ............ . Acanthiophilus, p. 167
25-(24). Deux soies orbitales inférieures.
26-(27). Trompe longue et coudée ..... Goniurellia (2), Haurex.,
27-(26). Trompe courte à labelles plus ou moins épaisses.
(Pl. xm, fig. 148) .... Camaromyia(3), p. 151.
(Pl. xm, fig. 147) ..... Euaresta, p. 151.
‘(Pl. xm, xiv et xv) .... . Tephritis, p. 152.
. 28-(21). Bande médiane frontale velue, au moins quelques cils à la partie
inférieure.
_ 29-(30). Antennes rapprochées à la base ..... Xyphosia, p. 137.
, 30-(29). Antennes écartées à la base.
31-(32). Deux soies scutellaires basales ...... Ditricha,°p. 170.
32-(31). Quatre soies scutellaires, les apicales croisées, légèrement
plus faibles. _
33-(34). Scutellum plan, triangulaire, roux. . . Camaromyia, p. 151.
34-(33). Scutellum bombé, d`u11 noir brillant, poli.
35-(36). Antennes : troisième article arrondi à l’apex .... ·. . .
............... Paracarphotricha, p. 169.
·36—(35). ·Antennes : troisième article pointu ..... Noeeta, p. 169.
G. SPATHULINA Roxmru.
Adultes. —— Face courte; épistome relevé antérieurement. Gênes étroites.
Péristome aussi large que l’autenne. Deux soies orbitales inférieures; soies
ocellaires fortes et longues. Palpes saillants ou non (S. acroleuca Scnnnzn,
· d‘Egypte). Antennes épaisses : deuxième article en capuchon : troisieme
arrondi à l’apex : trois fois plus long que le précédent. - Thorax à pubescence
d'un blanc jaunâtre.
(1) Les soies scutellaires apicales sont réduites chez l’Ac¢znthi0philus helianthî (Rossi).
(2) Les caractères imposés à ce genre (HENDEL, 1927 : p. 198) peuvent être précisés comme il
suit: Tête fortement prolongée en avant; péristome plus long que la hauteur de la tête, deux
·orbitales supérieures et deux inférieures. Trompe et palpes saillants hors de la cavité buccale.
Quatre soies scutellaires : les apicales moitié plus faibles que les basales. Tout le reste comme
chez le Trypanea augur. - Genotype Goniurcllia ensina Hssnm. (non augur). Un exemplaire de
cette espèce a été capturé en Tunisie, à Tozeur, le 28.V.21 par M. C. DUMONT (fig. 182).
(3) Bande médiane frontale pratiquement nue. Certains individus portent quelques rares cils mi-
·cr0scopiques visibles seulement à X 80.

·r11Yr1m¤AE. — SPATHULINA 129
f I " l
gfx   ’ · j` \ , xl
A "`
7 l ‘   • *
"yr ‘·i !¤  ·  
. Y- ,8., a . J— —
|85'
· 186 _
183 \ .
é' Q *‘ 1 , I
. \ \ .  zi ~
’ 7 I
  É   s‘
tw/ii ( Z
187 ~. y A I 1
" `·’   ~// ` Il I a
V    É È 7 ;:) _ ,
# .J X \ N
  \` ` 191 • ‘
\ — I '
\i ," / 189 \ 1. A
» _ ‘ \ r -  
5 ©  Ã:_ \ ' 8 '
  U , 7 1 A
. À.    `1\\ "
% I
gli 1aa_ y 90
Fm. 182-1911 - 182. Goniurcllia ensimz Q, profil. - 183. Ceriocem ceratocera (j', profil
de la. tète. — 184. Terellia serralulae Q, profil de la. tète. -— 185. Orellia colon Q, id.
-— 186. Orellïa cylindrica, Q, id. -— 187. Xyphosia Westermanni, id. - 188. Campi-
gloîsa i1·r0mla,9ld. - 189. Campigtossa Berlandi, id. — 190. Parazyna absinthi, profil
de a. tète. - 1 1. Actinoptera filaginis, profil de la tète.
1. S. trîstis (Lonw). — Bncxcnn, 1905 : IV, p. 140-141; Hxmnm., 1927 :
p. 117, pl. vu, fig. 2. -— Ditricha sicula Romnmx; Bncxxm, l. c., p. 140.
-—— Trypeta Luiseri 'l`AvAnÈs. — Urellia. sepia B¤c1<1m.— Pl. xx, fig. 102.
9

130 Muscmns ACALYPTÈRES
Espace înteroculaire plan, deux fois plus large que l’œil. Tête rousse;
gênes et face d’un soyeux blanchâtre. Palpes saillants hors de la cavité
buccale. Thorax et scutellum couverts d‘une épaisse pruinosité d’un gris
cendré, tégument noir au fond; mésonotum à cinq lignes sombres. Ma-
crochètes plantés sur un point noir. Pattes rousses : fémurs et tibias
brunis ou clairs. Ailes d’un brun noir à taches blanches. Abdomen d’un
noir luisant : les segments antérieurs à pruinosité grise. Oviscapte noir.
- Long. :3-4 mm.
Mai-juillet. Rochers, des Alpes·Maritimes aux Pyrénées·0rîentales. Corse.
Portugal. Espagne. Italie. Dalmatie. Afrique septentrionale. Iles Canaries.
Larve sur les Phagnalan saxatile Cass., et rupestre D. C. : extrémité des
rameaux transformée en une cécidie fusiforme, uuiloculaire, couverte d‘une
pubescence blanchâtre. Larve dans une grande cavité à parois minces. Une
génération annuelle (Houann, 5596-98).
G. CERIOCERA Roivniuvx.
Adultes. - Espace interoculaire aplati, deux fois plus large que Yœil; face
allongée et déclive, déprimée au milieu; épistome non saillant en avant.
Gênes subégales à la largeur de Pantenne; péristome plus large que l’antenne
à la base. Chétotaxie céphalique comme chez les Orellia. Quatre soies scutel—
laires. - d. Antenne : deuxième article prolongé antérieurement et armé de
fortes soies, courtes, spinuliformes.
1. C. ceratocera HnNnEL, 1913 et 1927 : p. 120. — Trypeta cormztw
(Fanmcws, non SCOPOLI]. —- Mncouxm, II: p. 468, 30; Scmivun, Il, p. 129;
Lonw, 1862 : p. 57, 9, t. VIII, i. 4; Bncxnn, 1905 : IV, p. 118. — Fig. 183
et pl. xx, fig. 103.
. D’un jaune roux. Antennes jaune pâle : chète antennaire noir. Méso-
notum noir sur la partie antérieure; partie postérieure et scutellum
jaunes; macrochètes préscutellaires plantés sur un point noir. Pleures
_ jaunes; partie inférieure du sternopleure noire. Pilosité courte, raide,
jaune ou blanchâtre. Macrochètes noirs. Ailes à bandes rousses bordées
de brun. Abdomen d’un brun roux avec deux séries parallèles de taches
noires au bord antérieur des tergites Il à V, à pilosité courte, couchée,
blanche et noire, et macrochètes noirs. Oviscapte roux. -— Long. : 4,5-
7 mm. ,
Juin-août. -— Nord: Esne; Pas-de—Calais : Farbus (0. Panuxr); Seine : l’Hay-
les-Roses (Séccv); Meuse : Dainville (G. Poirravm); Seine-et-Oise : Maisons-
Laffitte (nn GAULLE); Ardèche : Aubenas (Auncmvr). - Angleterre, Europe
moyenne et boréale. Albanie (Henman).
Larve dans les inflorescences du Ccntaurea scabiosa L. (FALLÉN, Losw, Bona,
Zerrsnsrnnr, cités par Hnivnm., 1927 : p. 121).

rnvrsrnnsn. - ·rnnn1.1.1A 131
G. TERELLIA B.-D.
Adultes. — Yeux arrondis, verts, parfois avec une bande pourprée. oblique.
Espace întereculaire nu, à peu près une fois et demie aussi large que l'œil.
Gênes étroites, n'atteignant pas le tiers de la largeur du troisième article anten-
naire; péristome dénudé, aussi large que ce dernier article;face courte, légère-
ment concave; épistome relevé antérieurement. Palpes élargis, saillants hors
de la cavité buccale (sauf chez le Terellia virens). Antennes légèrement plus
longues que la face. — Mésonotum avec une paire de soies dorsocentrales.
Scutellum avec quatre soies. Cuilleron thoracique légèrement plus développé
que le cuilleron alaire. - Q. Oviscapte long ou très long.
1-(2). Mésopleure unîcolore. Aile : cellule Cu, à pointe antérieure courte
ou nulle (pl. xx, fig. 104) ......... T. virens, p. 132.
2-(1). Mésopleure avec deux bandes longitudinales rousses ou brunes.
Cellule Cu, à pointe antérieure longue ou aiguë.
3·(4). Antennes : troisième article noir à la base. T. fuscîcernîs, p. 131.
4-(3). Antennes : troisième article jaune ou orange.
5-(6). Ailes décolorées, sans taches brunes. . . T. serratulao, p. 131.
6-(5). Ailes avec des taches brunes plus ou moins distinctes le long du
bord costal et sur les nervures transverses. . T. longîcauda, p. 131.
1. T. fuscîcornis (Losw). '— Humour., 1927 : p. 127. — Trypeta fasci-
cornis Lonw, 1862 : p. 61, 13; Becxnn, 1905 : IV, p. 119. —— Terellia pal-
Iens llrlacowmr (non Wien.), 1835 : II, p. 460, 2.
Europe méridionale. Afrique septentrionale.
2. T. longicauda (Mercer:). — Iiemmx., 1927 : p. 127. —— Trypeta acutz'-
cormls Loew. —- Scmmm, II, p. 133; Bncxnn, 1905 : IV, p. 117.
Tergites à points noirs parfois réduits ou nuls. Oviscapte plus long
que les trois derniers tergites réunis. -— Long. : 6,5-8 mm.
Mai-août. —— Orne: Longny, fleurs d'Onopordon (P. Lasne); Allier (ne Buvs-
soxv); Lot : Monfaucon (G. POUILLOT); Haute·Loire : Tence; Lozère : Auroux
(H. Maunvu.); Lyon (Soxruomvax); Vaucluse : Apt; Var : Sainte—Beaume
(Amzxrre ne Pmmm); Hautes-Pyrénées : Aragnouet, Tramesaigues, Arrens, sur
un chardon; Adour (PANm:1.x.É). — Espagne (Sevnrc, Armes). Autriche (Boven
ne Foxvsconoiren). -- Maroc (F. Le Cenr). Iles Canaries:
Larve sur le Cirsium eriophorwn L. (ex Gonexrr). Egalement signalé sur le
Carduus deflorazus L. (Fanumvrsnn, liexner).
3. T. Sorratulao (L.). — Haxonr., 1927 : p. 128. — Trypeta scrratulae
Lonw, 1862 : p. 62, 15, t. X, f. 1; Scnmxm, II, p. 134; Bncicnn, ,1905 : IV,
p. 121. — T. denlata Lonw, 1862 : p. 63, 16; Bncxna, p. 118. — Fig. 184.
Tergites à points noirs bien marqués. Oviscapte aussi long que les trois
derniers tergites réunis. — Long. : 4—6 mm.

· I 132 Moscinus Acaxxrriënizs
Juin—septembre. - Morbihan : presqu'î1e de Rhuys (Suncour); Hérault : Vias
(lllARQUET)§ Hautes·Pyrénées; Barèges, Gavarnie, sur le pin; Tramesaigues,
Aragnouet (PANDELLÈ); Corse (Bscxnn). Allemagne: Gottingen (Gmaun). Macé-
doine(D*GRoM1en). Tunisie (Gmsw ne Keavxrts). Belgique (Jacoes).
’ Larve dans les capitules du Cirsium lanceolatum Scor. (Permis, 1876 : p. 209).
Egalement sur les Carduus acanthoides L., de/loratus L. et nutans L. '
Parasites : Torymus sapphyrinus FoNsc. et Isostasius punctiger Ness (ne
GAULLE, 556 : 35 et 778 : 1).
4. T. virens Lonw. —— HENDEL, 1927 : p. 129. — Trypeta virens Loizw,
1862 : p. 63,17; Scnimzn, ll, p. 134; Bscxun, 1905 : IV, p. 122. —— Pl. ix,
fig. 104. ' \
Jaunâtre, couvert d’une courte pilosité pâle, couchée. Macrochètes
jaunes. Bande frontale et antennes rousses. l\lésonotum tache de noir, sauf
sur la partie préscutellaire : macrochètes préscutellaires plantés sur une
tache d’un noir brillant. Scutellum plan, triangulaire. Sternopleures
noircis à la partie inférieure. Abdomen avec quatre rangées tergales lon-
gitudinales de taches noires. Oviscapte roux. — Long. : 3-4 mm.
Var : Callian (L. Bmztann); Corse (Kmvrzn). - Palma (Gonenr). Allemagne.
_Italie. Égypte.
Larve dans les capitules tloraux du Centaurea maculosa Laux. var. r/zenana
Bon. (liniusnrntn, MAvn, cités par Henman.),
G. ORELLIA R.—D.
HENDE1., 1927 : p. 123, 136. — Trypeta Bncicnn, 1905 : IV, p. 117-122.
Adultes. — Espace înteroculaire égal à deux ou trois fois la largeur de l’œil à
la partie moyenne. Péristome aussi large ou légèrement plus large que le troi-
sième article ahtennaire, médiocrement cilié; gênes égales à la moitié de la lar-
geur de cet article. Palpes parfois saillants hors de la cavité buccale. Antennes
subégales àla face en longueur. Cuilleron thoracique souvent plus développé que
le cuilleron alaire. Aile : nervure transverse z courte ou longue. Oviscapte
allongé. Pilosité courte, jaune sur le thorax, noire sur l’abdomen.
Insectes jaunes ou roussâtres. Mésonotum plus ou moins marqué de noir sur
le disque ou présentant des taches noires, isolées, brillantes, au moins à la
\ base des macrochètes préscutellaires. Scutellum entièrement jaune ou taché de
noir latéralement à la base. Postscutellum et mésophragme noirs. Sternopleures
avec une large tache noire ou brune prolongée sur le sternum (sauf chez les
Orellia jacea, punctota et tussiloginis). Macrochètes céphaliques et thoraciques
ordinairement noirs, exceptionnellement jaunes ou blanchàtres. Pattes rousses,
sauf chez l'Orellia colon. Balanciers jaunes. Abdomen avec quatre rangées de
taches noires plus ou moins développées placées au bord antérieur des tergites.
il-(8). Mésonotum avec une paire de soies dorsoeentrales antérieures
[Chaetorellia HENDEL, 1927 : p. 121).
2-(3). Aile : cellule 1 ill, entièrement d’un brun jaune, sans tache hya·
line (pl. ix, fig. 108) ......... O. hexacheta, p. 135.

Tmtrsrrons. —— 0n1z1.r.1A 133
3·(2). Cellule 1 M, avec une tache transparente.
4—(5). Aile : les quatre bandes sombres transverses réunies le long du
· bord costa]. -- Italie. Egypte, larve dans les capitules de Ccntaurea
calcitrapa L. (EFFLATOUN, 1924: p. 82). . . O. succinea O. Cosm.
5-(4). Au moins les bandes II et Ill séparées sur le bord costal.
6-(7). Mésosternum d’un jaune rouge ...... O. jaceae, p. 135.
7-(6). Mésosternum à taches noires. —- ltalie. . . O. loricata Rom).
8—(1). Scies dorsocentrales antérieures nulles.
9-(10). Angle vibrissal avec de fortes soies noires (C/zaetostomella I
' Hsnnst., 1927 : p. 124) ......... O. cylindrlca, p. 134. '
10-(9). Angle vibrissal sans soies (Orellia (R.-D.) Ilsivnm., p. 129).
11—(14). Scutellum avec quatre taches noires à la base des macrochètes;
tache apicale nulle.
12-(13). Ailes : bandes transverses Il et lll réunies au bord antérieur
· (pl. tx, fig. 107). Macrochètes céphaliques et thoraciques d’un jaune
' sale. Mésonotum à lignes antérieures rousses ou orange. Sternum et
mésophragme jaunes .......... O. punctata, p. 136/
13·(12). Bandes ll et Ill largement séparées (pl. ix, fig. 106). Macro-
ehètes céphaliques et thoraciques noirs. Mésonotum à bandes noires.
Sternum et mésophragmc noirs ....... O. falcata, p. 135.
14—(11). Seutellum sans taches à la base des maeroehètes.
15-[22). Ailes avec trois bandes transverses jaunes (pl. x, fig. 111).
16-(19). Aile: cellule Cu, prolongée en longue pointe.
17-(18). Bandes apicales séparées surla nervure costale. O. distans, p. 134.
18-(17). Bandes apicales réunies sur la nervure costale (pl. xx, fig. 106).
................. 0. falcatat, p. 135.
19-(16). Aile: cellule Cu, en pointe courte (pl. rx, fig. 105).
20-(21). Sternopleure noir à la partie inférieure. Macrochètes cépha- '
liques et thoraeiqucs blanchûtres ou jaunes. . . O. lappae, p. 135.
21-(20). Sternopleure jaune en bas. Macrochètes céphaliqucs et thora-
ciques noirs ............ O. tnssîlaginis, p. 136.
22·(15). Aile sans bandes transverses ou les taches réduites — ou les ailes
entièrement liyalines (pl. x, fig. 113-115). _
23-(26). Aile : segment apieal de la nervure 3(M.»l,), 11`atteignant pas le ‘
double du précédent.
24—(25). Pattes rousses. Antennes rousses. Ailes claires sans taches.
Corps d’un roux jaunâtre ........ O. Wenlgefî, p. 13.7.
25—(24). Pattes noires, genoux jaunes. Antennes noires. Ailes à taches
diffuses. Corps en grande partie noir ...... O. colon, p. 134.
26—(23). Aile : segment apieal deM.·1, double du précédent. _ —
(1) Les points noirs de l‘insertlon des macrochètes scutellnires peuvent manquer exceptionnelle-
ment. L'nile, avec les deux bandes sombres npicnles réunies sur la costale et la cellule Cut plus
ÈEEIÈIITTSILHBBÈ prolongée sur la nervure anale, permettront de distinguer cette espèce. de l’0rellia

134 Museums Acanvrrianns
27-(28). Ailes à taches brunes bien délimitées (pl. x, fig. 113} .....
................. 0. rufîcauda, p. 136.
28-(27). Ailes à bandes rousses diffuses (pl. ic, fig. 115). 0. Winthemi, p. 137.
1. O. colon (MEIGEN]. — Lonvv, 1862 : p. 60, 12, t. IX, f. 3; Scnmxn, II,
p. 131; HENDEL, 1927 : p. 131. — Terellia abrotani BIACQUART, 1835 : Il,
p. 460, 5 : T. nebulosa Mncouawr, 460, 3. — Sciomyza picta Macouaivr,
408, 5. Bicor. Bxzcxnn, 1902 1 p. 252, 20. — Fig. 185; pl. x, fig. 114.
Palpes non saillants hors de la cavité buccale, jaunes à la base, noirs à
l’apex. Corps entièrement bruni, largement et irrégulièrement maculé de
noir; mésonotum noir; calus postalaires roux. Scutellum jaune. Oviscapte
roux à l’apex. — Long. : 5-6 mm.
Juin-octobre. - Toute la France. Toute l‘Eur0pe. Asie Mineure. Afrique
septentrionale.
Larve dans les capitules floraux du Centaurea scabiosa L., en juin : Vendresse
[R. Banoxsr]; Gottingen [Gmane] ; dans les graines de la carotte sauvage (Daucus
carota [CAn'rEm:Au]). Munich (Gomznr). Avec l’Ensina sonclzisur les Tragopogon
porrifolius L. et Picris hieracioides L. (Pmuus, 1876 2 p. 213); sur le Jurinea
mollis Rmcrm.; également sur les Centaurca cyanus L. et maculosa LAMK. var. rhc-
nana BonEAU.
2. O. cylindrîca (R.-D.), — Lonw, 1862: p. 53, 3, t. VII, I. 2. -— O. lurida
Lonw. Bizcicsn, p. 120. O. onotroplzes Louw. Scnman, Il, p. 128; Bmwnn, '
1883 :p. 89; Mm, 108, 48. — Chaewstonzella onotrophes Loaw, Hxannm.,
1927 : p. 124. —HerbeZIia scorzonerae RoB1NEAU-Dnsvomv (sec. typ,). —
Fig. 186; pl. x, fig. 110.
Face et palpes d‘un jaune pale. Mésonotum couvert d'une pubescence
couchée, épaisse et courte, jaunâtre, et d‘une pruinosité pâle laissant
transparaître de larges macules noires interrompues sur l’espace préscu·
tellaire. Scutellum jaune avec une grande tache apicale noire et parfois
deux basales plus ou moins réduites et oblitérées. Potscutellum jaune.
Oviscapte allongé, roux.
Mai-septembre. — Belgique 2 Cirsium palustre Scor., Centaurea cyanus L.;
Lappa minor D. C. (Gurtuaumu). Toute l’Eur0pe. Asie antérieure. Algérie
(J. Suncour).
Larve sur le Centaurea jacca L. (Somme : forêt. de Crécy (J. DE JoANNxs]];
sur le C. pmtensis (S.-et-O. : Rambouillet, septembre [Séeovlli sur le Cirsium
palustre (Gottingen, juillet [GmAuo]); sur le Cirsium olemccum Scor. (Srsvnnm).
Également signalé sur les Arctium, Carduus, Jurinea et Onopordon.
_ 3. O. dîstans (Lonw), 1862 : p. 55, 6, t. VIII, fig. IQHENDEL, 1927 :
p. 132. — Tep/zrz'tz'sfl01·escentiae Macouanr (part,). -— Pl. x, fig. 111.
Mésonotum noir sauf sur la plage préscutellaire rousse marquée seule-
ment par deux taches noires à la base des macrochètes. Scutellum jaune,
noirci à la base et latéralement. — Long. : 4-5 mm.

‘l`|\YPETIDAE· - onnnnm 135
Belgique (GIIILLIAUME), Finistère : Fouesnant, 16. VI. 19 (A.H1âMo1v); Loire
(Souruoramx); Mâcon (FLAMAM); Lyon (Rev); Haute-Loire: Tence : 30 V. 25
(H. Mmsvm.); Hautes·Pyrénées : Ourleix, mai, sur l’aubépîne; Castelnau, avril;
Arrens, mai;Adour, cerfeuîl (Pnivnemâ). - Autriche (Mm); Prusse (Czwimivil :
coll. Pmnntté).
Larve dans le_s capitules d'une Composée (H. l\I,~.m-:v.u.).
4. O. falcata (SCOPOLl)§ Scamnn, II, p. 127; Lonw, 1862: p. 54, 5, t. VII,
f. 4; Ilmvnm., p. 133; Sxâcnv, 1932 : p. 165. -· Tephritis florescentiae
M.Acou1m·r (part,). T. octopunctala Macouawr, II, p. 466. - Dacus
umbellatarum Fiunucxus. - Pl. xx, fig. 106.
Mésonotum avec une ombre noire, cachée par une pilosité courte d'un
roux doré, marquée de taches noires à l’insertion des macrochètes. Tête
jaune. Cuillerons blancs. Mésophragmc noir âépaisse pruinosité jaunâtre.
— Long. :6-8,5 mm.
Belgique, mai«(Gun.mvm·:). Seine (Bozmceois), Seine-et-Oise : Maisons—Laflitte
(nn GAULLE); Seine-et-Marne : Fontainebleau (coll. Duroun); Creuse : Argentet
(Vacxm.); Pyrénées (Pmnizxmi, Goeenr). Espagne (Duroxm, Pennes). Naples
(O. Cosn).
La larve se développe peut·être sur le Tmgepogon pratensis L. (Hinvnm., 1927 :
p. 133).
5. O. hexachaeta (Lonw). — Chaelorellia hexachaeta Heunni., 1927:
p. 122. - Tephritîs jaceae auct. (non Pt.-D.). - Pl. xx, fig. 108.
Comme l'O. jaceae, de couleur plus brillante. En diffère par l`aile : la
cellule 1M, est entièrement brune. - Long. : 3-5 mm.
Var : Callian (L.Bem..mn). Naples (O. Cosm). Algérie (A. Tnénv). Maroc (ns
LA Escannna).
6. 0. jaceae (R.·D.). — Lonw, 1862: p. 52,1, t. VIII, fig. 1;Scmmzn, II,
p. 126. — Pl. x, fig. 109.
Bande médiane frontale légèrement plus longue que large : face blan-
chàtrc. Palpes et antennes orange. Mésonotum d’un jaune d’ocre, à taches
noires marquant l’insertion des soies dorsocentrales et présuturales.
Abdomen roux à taches noires; oviscapte roux, étroitement noirà l‘extré-
mité des segments; pilosité courte noire. — Long. : 3,5-5,5 mm.
Juillet-septembre. - Prés, bois dans toute la France. Europe moyenne et
occidentale. Asie mineure. Perse. Syrie (Il. Gmmu on Ksnvinnn).
Larve sur le Centaurea nigra L. (Dnroun, 1857 : p. 48); sur le Centaurea
scabiosa L. (Fnaunmretn); sur le Centaurea pratensis Tmnx.L., en compagnie de
la larve de l`OrelIia zussilaginis (F.), septembre : éclosion en juin suivant
(Siêcuv); sur le Cirsium lanceolamm L. dont le réceptacle floralest hypertrophié
et transformé en une cécidie dure, pluriloculaire (Kxsmm; Ilowmn, 1910).
7. 0. lappae (Canaan.), — Lonw, 1862; p. 56, 7, t. VIII, f. 2; Scmmzn,
II, p. 130. — Tephritzîs florescentiac (Macoomvr) Demon. — Pl. xx, fig. 105.

136 Muscxnns ACALYPTÈRES
Mésonotum noir au îond, saui sur la plage préscutellaire jaune mar-
quée de deux points noirs, couvert d’une pilosité courte, couchée, blan-
châtre. Cuilleron thoracique bien plus développé que le cuilleron alaire.
` Abdomen sans taches ou avec deux ou quatre séries de points noirs.
Oviscapte roux, ou bruni à l’apex. — Long. : 5-6,5 mm. '
Landes (Prznms); Basses-Alpes : Manosque (Bmmmn). Espagne (Durounl.
Hongrie (Mix, Gonnnr). — Europe centrale et méridionale. ‘
Larve dans les capitules du Cemaurea nigra L. (Parmis, 1873 : p. 64); du
Carduus acanz/midcs L. (Duroun); également signalée sur l’Onopord0n acan-
thium L. (Fnnmawreto sec. Hcwnsx., p. 134).
8. O. punctata (Scunmvx). —— Pl. xx, fig. 107.
Mésonotum jaune : marques sombres réduites à des traces. Méso-
phragme et sternum jaunes. Pattes jaunes à pilosité pâle. —— Long. 1
6-7 mm.
Europe moyenne et méridionale. Oural. Caucase.
Larve dans les capitules floraux du Tragopogon pralensis L.
9. O. rllfiûauda   —- Scnman, II, p. 132. — Trypeta florescentiae
(L.), MMJQUART, 1835 : Il, p. 468, 29; Lonw, 1862 : p. 59, 11, t. IX,
f. 2. -- Pl. x, fig. 113.
Palpes saillants hors de la cavité buccale, roux à l’extrémité. Antennes
rousses. Corps d`un gris jaunâtre; mésonotum bruni; calus postalaire
et scutellum jaunes; mésopleure et sternopleure avec une large tache
brune. Ailes à bandes brunes séparées par des espaces opalins. Cuille-
rons blancs subégaux. Oviscapte rouge, bruni à l base. — Long. :
4,5-5,5 mm.
Belgique, sur le Cirsium arvense ScoP.(Guu.1.1AuME). Somme : Corbie (Bourmzr,
Gonmzr); Landes (Pnams, Gosnnr); Bayonne (Duroun); Hautes-Pyrénées : Bor-
dères, 15. VII, sur le chardon; Vaucluse : Apt; Hyères (Ananas DE Pmmm).
· Autriche, Hongrie (Mm > Gonnar).
Larve sur les Cirsium arvcnse Scor. |(Pr.un1s, 1873 : p. 65); C. palustre
Scor.; C. aleraceum Scor. ·
10. O. tussilaginis   -MAcouAnT, II, p. 464, 13; Scumnn, II, p. 130.
—- T. arctii (DE GÉERl Louw, 1S62_: p. 56, 8, t. VIII, f. 3. — Tephritis
vicùza MACQUART, Il, p. 465, 20. —· T. Iappae Duroun. Pmuus, 1873,
p. 63, 64. — Pl. x, fig. 112. ,
Mésonotum plus ou moins roux sur le disque, avec ou sans bandes
latérales postérieures noires, plus ou moins écourtées lorsqu’elles
existent; soies dorsocentrales préscutellaires à pores d’insertion noirs.
Pleures avec deux bandes pâles : une sur la dépression notopleurale,
· l’autre à la base du mésopleure. Sternopleure roux ou bruni à la partie
inférieure. Cuilleron thoracique plus développé que le cuilleron alaire.

TRYPETIDAB. ·- ORELLIA 137`
Abdomen unicolore ou présentant les rangées de taches tergales noîres·
habituelles. -— Long. : 4,5-6 mm. ·¤
Juin-septembre. Prés, bois, bords des chemins, partout. Toute l'Europe.
Larve dans les capitules floraux du Cenzaurea nigra L. (Landes [Ed. Piznms,
1873 : p. 63 et 64]), en septembre sur le Ccnzaurea pratensis THUlLL· avec celle
de l'O.faceae L. (Rambouillet [Sécuvj); sur le Lappa 0//icinalis ALL. (major-
D. C.) (environs de Paris [Lucas], Landes [Parmis, Gou12n1·]); sur le Cirsiuhz
eriophorum Scor. (Landes : Saint·Sever [Duroun]).
11. 0. Wenigerî (Mmcim). -— Macquanr, II, p. 460, 4.
Pilosité occipitale jaune. Mésonotum avec une large tache discale
noire échancrée sur la partie préscutellairc, couvert d’une pruinosité et
d’une pilosité courte, blanchàtres. Soies dorsocentrales préscutellaires
avec un point noir àla base. Scutellum aplati, jaune. Cuilleron thoracique
légèrement saillant sur le euilleron alaire. Ailes claires : exceptionnelle-
ment des taches rousses ou d’un brun pâle, négligeables, le long du bord
costal. -— Long. : 5-6,5 mm.
Juillet-août. -— llautes-Pyrénées : Gavarnie, Aragnouet, Tramesaîgues
[PANDELLÉ). Vaucluse : Apt (Aua1Lx.n ne Pisnnm), — Gottingen (Gmwo).
Larves dans les capitules du Centaurca. scabiosa L., en juillet (A. Gmane).
12. O. Winthemi (Maman). —- MAcouAn·x·, II, p. 468, 28; Lonw, 1862 :
p. 58, 10, t. IX, I. 1; Scumun, II, p. 133. — Pl. x, fig. 115.
Palpes saillants hors de la cavité buccale, roux à l`apex. Antennes
rousses. Mésonotum noir à pruinosité jaunâtre; plage préscutellairc
étroitement rousse. Scutellum plan, jaune. Pleures roux avec deux bandes
jaunes luisantes sur la dépression notopleurale et à la base du mésopleure.
Abdomen à pîlosité noire assez longue, avec quatre rangées de taches
tergales noires. Oviscapte roux, bruni à la base. — Long. : 4-5,5 mm. `
Belgique (Guittxwmz); France (Gonanr); Landes : Saint-Sever (Durocn).
Europe moyenne et septentrionale.
Larve dans les capitules du Cirsium erioplmrum Scorox.1 avec celles de l'O.
tussilaginis (arctii) (Duroun). — Egalement signalé dans les capitules du
Cirsium palustre L. (Bois, sec. Hsx¤iaL).
· r G. XYPHOSIA R.-D. _
Roaxxvmu-Dasvoiov, 1830 : p. 762; llaxmzt, 1927 : p. 137, 52 (part.). - Acinia
II!-Jxm-JL, 1927 : p. 136, 51. — Iclerica lIENDEL, p. 140, 53. — Oxyphora Lonw
(non Ron.-Dasv., Scmxnn).
Adultes. — Espace interoculaire aussi large ou deux fois plus large que '.
l‘œil. Péristome aussi large que le troisième article antennaire. Gênes étroites,
moitié aussi larges que le péristome, ou linéaires. Occiput régulièrement
gonllé. Antennes plus courtes que la face : deuxième article saillant, couvert
de petites soies noires : troisième article deux ou trois fois plus long que le

138 Museums Acatvrrianns
deuxième : l’apex antérieur émoussé, subanguleux ou arrondi (X. Schneideri
Lonw). Scutellum aplati. Mésophragme noir, brun ou jaune. l\Iésonotum à prui-
nosité jaune et pilosité pâle, rasée zmacrochètes roux ou jaunâtres 2 deux soies
dorsocentrales; quatre scutellaires. Pattes rousses. Ailes claires à taches irré-
gulières d’un brun noirâtre — ou brunes, criblées de petites taches jaunes ou
blanches ou opalines. Insectes roux ou d’un jaune d`ocre.
1—(4). Soies dorsocentrales plantées sur la suture transverse ou très
rapprochées de cette suture (Acizzia) (‘). Cuilleron thoracique saillant
sur le cuilleron alaire. Abdomen avec deux séries de taches tergales
noires.
2-(3). Aile : cellule 3M, à taches nébuleuses (pl. x, fig. 117) .....
................ X. corniculata, p. 138.
3-(2). Aile: cellule 3ll[2 à taches nettes (pl. x, fig. 116). X. biflexa, p. 138.’
4-(1). Soies dorsocentrales écartées de la suture.
5—(10). Cuillerons alaire et thoraciques subégaux (Icterica) (2).
6-(7). Abdomen : tergites sans taches ou points noirs ......
............... X. Westermanni, p. 139.
7-(6). Abdomen avec deux rangées de taches ou de points.
8—(9). Ailes à grandes taches. ..... X. Schneideri Lonw (3).
9-(8). Ailes à taches plus petites (pl. xx, fig. 123). . X. Zelleri, p. 139.
10—(5). Cuilleron thoracique plus développé que le cuilleron alaire
(Xyp/zosia.) (1).
11—(12). Thorax et abdomen noirs. Ailes : une tache claire à l’apex de la
cellule 2M, (pl. xx, fig. 121) ....... X. latîcauda, p. 139. l
12-(11). Thorax et abdomen jaunes. Ailes sans tache apicale dans la
cellule 2./ll, (pl. x, fig. 118-120) ...... X. milîarîa, p. 139.
1. X. bitlexa (Louw). -- Acinia bzflezm Hmvnm., 1927 : p. 137. - Oxy-
phora. bi/lexa Loew, 1862 : p. 84, 6, t. XV, i. 2-3; Scmmzn, II, p. 150;
Bncxnn, 1905, IV, p. 130. —— Pl. x, fig. 116.
Juillet-août. — Meudon (coll. Bosc). Allemagne. Autriche.
Larve dans les capitules de l'Inula brizannica L.
2. X. corniculata (ZETTERSTEDT). — Acinia corniculata MACQUART, ll,
p. 469, 1; HENDE1., 1927: p. 137. A.jaceae R.-D., 1830: p. 776, 1  —
Oxyphora corniculata Lonw, 1862 :p. 83, 5, t. XV, f. 1; Scumnn, ll,
p. 150; Bncxsn, 1905 : IV, p. 130. — Pl. x,1ig. 117.
Juin-août, — Prés, lieux incultes, bords des chemins et des rivières sur le
Centaureajacea L. et le Tanacetum vulgare L.
(1) Acinia Ron.-Dssv., 1830 : p. 775. •
(2) Icterica Lonw, 1873 : p. 287 = Ozvyphora, LoEW, Scnmsn (sec. HENDEL).
(3) X. Sclmeideri Lonw. Scmxmx, II, p. 150. Larve dans les capitules de l’Inula britannîca L.
(Lorzw, Hmmm., p. 1!12). Europe moyenne.
(h) Xyphosia R.-D. sensu HEADEL.
(5) Un métatypc est conservé au Muséum de Paris : il est nommé Pratînia jaccae.

rnvrmxnniz. — xvrnosm 139
Environs de Paris (Bscnxor); L'Hay-les-Roses (Sicav); Meudon (Bosc,
Guulun); Charente-Inférieure (Sémzwr); Hautes-Pyrénées : Pouyastruc, prés.
aulne, octobre; Castelnau, Bordères : fougères, juillet; Adour, septembre, sur
l'ang·élique (PANDELLÉL — Italie septentrionale.
3. X. latîcauda(Mmc1m). IIENDEL, 1927: p. 139. — Tephritzis Iatzbauda
Scnxmzn, II, p. 163; Becxmi, 1905 : IV, p. 138. — Oxyphora Schelfëri
Fimuuxrnnn. Bncicsn, p. 131 (p. p.). — Pl. xi, fig. 121.
Landes : Saint-Sever (Duroun).Autriche. Angleterre (\VAr.1um).
I Larve dans les capitales du Cenzaarea nigra L. (Durorm, 1857 : p. 49).
Egalement sur le Ccntaurea montana L. (Fnwzxrsw, 1856).
4. X. miliaria (Scnnaruc). — Scnrmzn, II, p. 149; Ilsnonr., 1927 : p. 139.
Oxyphora [Iam Lonw, 1862 2 p. 81, 3, t. XIV, I. 2-3. —- Tephritis arnicae
FA1.L1iN.MAcouAnr,Il, p. 461,1; Parmis, 1873:p. 65.- Pl. x, fig. 118-120.
Mai-septembre. — Toute la France, dans les prés, lieux incultes, bords des
chemins et des rivières, lisière des bois. -— Europe centrale et septentrionale.
Larve dans les capitules du Carduus nazans L. (Gxnwo, Mus. Paris); du
Cirsium arvense Scor. (Pennxs, 1873 : p. 65; F1u.coz, 1930: p. 150) ; des C. eriopho-
rum Scor. et C. palustrc Scor.
5. X. Westermanni (lilmomv). ·- [cœrica llfesterrnanni Lonw, 1862 :
p. 80, 2, t. XIV, fig. 1; Scnxmsn, II, 150; Bncxnn, 1905 : IV, p. 131. —
Tephritis I/Vestermanni Mncquanr, II, p. 461, 2. — Fig. 187; pl. xx,
fig. 122. -
Yeux d'un bleu vcrdâtre. Corps roux; mésophragme d’un brun noir
au milieu; sternopleures brunis à la partie inférieure. Macrochètcs roux
` sur le corps, roux et blancs sur la tête. Aile : nervure MA, ciliée à la
base jusqu`à la petite nervure transverse. — Long. : 7-8 mm.
Ardennes : Vendresse (H. Bnxoxsr); Haute-Saône : Gray (E. Axvomî). —-
Europe occidentale. °
La larve vit dans les capitules du Scnecio Jacobaca L. (v. Rosnn, v. Hevnex
teste Loew). ·
, 6. X. Zelleri [Lonw). —— Icterica Zelleri Ilnmmn, 1927 2 p. 142. -
Tcphritis Zelleri Loaw, 1862 : p. 96, 1, t. XIX,f. 1; Scu1Nsn,II, p. 158; _
Bncxnn, 1905 : IV, p. 141. - Pl. xr, fig. 123.
Yeux violets. Antennes rousses, noircics à l’apex du troisième article.
Face à pruinosité blanche. Corps roux; mésonotum à pruinosité jaune
d‘ocre; mésophragme bruni; stcrnopleures d'un brun sombre en bas, ir
pruinosité blanche. Macrochètes roux, pores d’insertion étroitement
noircis. Pattes jaunes. Ailes : nervure MA, avec deux ou trois chètules
noirs sur le nœud basal et 7-8 chètules blanchàtres répartis sur toute la
longueur de la nervure jusqu'à la petite transverse. Abdomen roux avec

140 Muscxmas Acxnvrrùiuas
deux grandes taches brunes isolées au bord antérieur des tergites III-V;
pubescence partiellement noire. —— Long. i 4-4,5 mm.
` Seine-et·Oise : Luzarches, 14. VI. 08 (R. Bmvoisr). — Europe moyenne.
G. GAMPIGLOSSA Rommm.
Adultes. — Espace interoculaire, au niveau de la base des antennes, égal à.
trois fois la largeur de l’oeil au même niveau. Deux soies orbitales inférieures
dressées ou courbées en dedans; 2-3 orbitales supérieures. Face concave;
èpistome relevé et saillant en avant; péristome deux ou trois fois plus large
que le troisième article antennaire; gênes larges. Antennes aussi longues que_
la face, troisième article deux fois plus long que le deuxième. Thorax et abdo-
men à pilosité robuste, blanche; deux paires de soies dorsocentrales; la pre-
mière paire plantée sur la suture; quatre soies scutellaires : les apicales
courtes et croisées. Cuilleron thoracique non saillant. Ailes brunes à taches
blanches. Abdomen à pilosité blanche : oviscapte court.
:l—(2). Aile : marge avec de petites taches espacées. C. grandinata, p. 140.
2-(1). Aile : marge à grandes taches rapprochées.
3—(4). Pattes entièrement rousses. Aile : cellule R, avec trois larges
— taches ............... C. irrorata, p. 140.
4.—(3). Fémurs largement brunis à la base. Aile : cellule R, avec qua-
tre taches plus étroites. ......... C. Berlandi, p. 140.
1. C. Berlandi Siâouv, 1932 : p. 167. — Fig. 189; pl. xr, fig. 124.
Soies orbitalesinférieures blanches; une orbitale supérieure noire plus
une ou deux blanches. Gênes aussi larges que le troisième article anten-
naire; péristome légèrement plus large, àsoies blanches. —— Long.: 4 mm.
Var: Callian, 1929 (L. BEHLAND)·
2. C. grandinata (RONDANI). HEMJEL, p. 144, pl. xx, fig. 5.- Tep/zritis
Beckeri Rünsaamnx, 1910 : Zeit. wiss, Insektembiol., Vl, p. 129, fig. 3.
-— Pl. xx, fig. 125.
Les deux soies qrbitales inférieures noires. Gênes plus étroites que la
longueur du troisième article antennaire, péristome rfatteignant pas
deux fois la largeur de cet article. Pleures largement tachés de brun.
Abdomen : tergites à taches trapéziennes larges. — Long. : 4-5 mm.
Août — Rhénanie. Environs de Vienne. Steiermark (Srnont). Italie. Mon-
golie (sec. Hnunst}.
La larve provoque Vapparition d’une galle sur la tige du Solidago virgu-
aurea L.; plusieurs larves peuvent habiter une même galle (Rüasxxnsx).
3. C. îrrorata (FALLÉN). lisunm., p. 145, pl. IX, fig. 4. - Tephritzis
irroram FALLÉN; Scuuvnn, Il, p. 167; Bnomau, 1905 : V, p. 138. ——Acz'm'a.
z`1·r0rata. Macouairr, Il, p. 421, 7. — Fig. 1.88; pl. xr, fig. 126.

Tnxrnrxnm. - Panoxvm 141
Soies orbitalcs inférieures blanches. Péristome trois fois plus large
que le troisième article antennaire; gênes aussi larges, ou plus larges, que
cet article. Pleures et abdomen à petites taches rondes, brunes. Corps
d’un bleu gris, macrochètes thoraciqucs noirs, à pores d‘insertion large-
_ment ombrés. — Long. :3,5-4 mm.
Landes : Mont-de-Marsan (Pannis [coll. D¤roun]).
Larve dans les capitulcs de l’Artemisia campeszris L. (Pnnms, 1876 : p. 224):
' [ G. PAROXYNA IIaxmsL._
Adultes. — Espace interoculaire rétréci en avant, à peu près aussi large que
l‘œil à la base des antennes; bande médiane frontale nue, velue chez les
P. plantaginis, Loewiana et malaris; deux soies orbitales inférieures. Gênes
moitié aussi larges que le troisième article antennaire; péristome aussi large
_ou deux fois plus large que les gênes; épistome saillant ou relevé en avant.
Trompe allongée, coudée; palpes roux, aplatis ou spatulés, à peu près aussi
'longs que le premier segment de la trompe. Antennes rousses, légèrement
plus courtes que la face, deuxième article saillant sur le troisième, troisième
deux fois plus long que le deuxième, à bord antérieur droit ou concave, légè-
rement anguleux à l`apex. Tête jaune; orbites, gênes et parfois la bande
médiane frontale d’uu blanc jaunâtre. Scutellum plus ou moins roux à l'apex.
Villosité courte jaune. Macrochètes noirs. Pattes rousses : fémurs plus ou
moins noircis à la basé; fémurs I avec une rangée de soies courtes, postéro-
externes; tibias III avec une rangée régulière de courtes soies antéro-externes.
Ailes : le plus souvent trois taches dans la cellule R, rarement deux; ner-
vure MA, dénudée sur les deux faces; deux taches à l’apex. Cuîlleron thora-
cique non ou peu saillant, cuilleron alaire très développé. Abdomen à pruino-
sité mate : tergites tachés ou non à la base; villosité courte blanchâtre au
moins partiellement. Oviscapte noir ou brun noir.
1-(4). Aile sans taches claires à l‘apex entre les nervures MA, et 1'IIA 2.
2·(3). Aile à taches pâles dill`uscs(pl. xr, fig. 127). P. subochracea, p. 144.
3-(2) Aile à taches pâles nettes (pl. xx, fig. 128). . P. malaris, p. 143.
4-(1). Aile : une ou deux taches claires plus ou moins grandes à l’apex.
5-(6). Aile : deux taches à l’apex marginal entre les nervures MA,
et MA, (pl. xxx, fig. 139). Abdomen sans taches tergales noires.
................ P. plantaginis, p. 144. ·
6-(5). Une tache apicalc. Abdomen avec deux rangées longitudinales de
taches tcrgales noires.
7-(10). Bords de la bouche fortement saillants; péristome à bord infé-
rieur plus long que la hauteur de la tête. Antennes : troisième article
à bord antérieur concave.
8·(9) Fémurs largement brunis à la base. Aile à taches nettes (pl. xx,
fig. 129) .............. P. tessallata, p. 145.
9-(8). Fémurs avec une bande estompée sur la face interne. Aile à taches
diffuses (pl. xr, fig. 131) ....... P. absinthîi, p. 142.

142 Muscxnns AcALYi>TÈnEs
10—(7). Bords de la bouche peu saillants. Péristome plus court que la
hauteur de la tête. Antennes : troisième article à bord antérieur droit.
11-(16). Aile : cellule RH; d’un brun noir à la base.
12—(13). Cellule 2M? avec deux points clairs isolés à l’apex (pl. xi,
fig. 130) ............. P. Loewiana, p. 143.
13-(12). Cellule 2M, avec deux taches claires isolées à l’apex.
14-(15). Aile : cinq taches claires dans la cellule RH.; première cellule
costale claire ............. P. mîsella, p. 144.
15-(14). Onze taches claires dans la cellule R,.).,; première cellule cos-
tale plus ou moins ombrée (pl. xii, fig. 133). . P. diffîcilîs, p. 142.
16—(11). Cellule Rai.; claire à la base.
17-(18). Aile : cellule 2M, avec deux taches isolées à l’apex ....
................. P. parvula, p. 144.
18-(17). Les deux taches apicales réunies ou confluentes.
19-(20). Aile à grandes taches nettes (pl. x1,fi g. 132). P. punctella, p. 144.
20-(19). Aile criblée de petites taches diffuses (pl. xxx, fig. 134) ....
................. P. doronici. p. 143.
1. P. absînthii (F.).—Hs1~1nnn., 1927 : p. 149. — Oxymz absintlzii Losw,
1862: p.93, 12, t. XVIII, f.1. O. elongatula Lonw. —— Acinia absz'mIhz`z'MAc-
QUART, II, p. 470, 6. - Tephritis absinthii Scmmzn, p. 153. — Ensimz
ment/zarum Macouaxvr. — Fig. 190; pl. xi, fig. 131.
Corps d’un gris cendré. Calus huméral et une partie des pleures jau-
nàtres. Mésonotum avec trois-cinq bandes brunes plus ou moins distinc-
tes. Pattes parfois entièrement rousses. Ailes opalines à taches brunes.
— Long. :3-4 mm.
Mai-septembre. Lieux humides et herbeux dans toute la France, également
sur le pin, le genévrier (PANnm.1.É). Toute l'Europe. Afrique septentrionale.
Asie antérieure et centrale.
Larve dans les capitules floraux du Filago gallica L., juin (Primus, 1876 :
p. 208); entre les acllaines des Bidens cernuus L. et tripartitus L.; du Centourea
maculasa LAMK. var. rhenana Bon., du Leucanthemum vulgare LAMK. Egale-
ment signalé sur l'œillet d'Inde z Tagetes erecza L. (Fmuexrsno, Scamsn).
2. P. difficilis Hiznmzr., 1927 : p. 152. — Pl. xii, fig. 133.
Q . Espace interoculaire aussi large que long dans la partie moyenne.
Orbites, gênes et péristome à pruinosité blanche. Corps à pruinosité d’un
brun gris avec cinq bandes mésonotales sombres réunies sur 1’espace
préscutellaire. Scutellum avec deux taches brunes à l‘insertion des macro-
chètes basaux. Pilosité courte d’un blanc jaunâtre. Macrochètes noirs.
Pattes d’un brun roux; fémurs noirs sauf au genou. Oviscapte à pilo-
sité noire. — Long. : 3,5 mm.
Hautes-Alpes (HENDEL). — Autriche, Laponie (Hsxnsr).

·rn¥rn·rin1ln. — rnnoxviu 143
3. P. dorouici Lonw (‘). Ilsmmx., 1927 : p. 152, t. X, f. 7. — Oxyna,
doronz'ciLo1:w, 1862, p. 92, 11, t. XVII, f. 4; Scmmm, II, p. 157; Bncxian,
1905 : IV, p. 133. — Pl. xu, fig. 134.
Corps couvert d’une pruinosité grise, brunie sur le mésonotum : lignes
dorsales étroites, d’un brun clair. Fémurs II largement roux à l’apex-
Ailes à taches brunes. Oviscapte presque aussi long que les trois derniers
tergites réunis. — Long. : 3-4 mm.
Juillet-octobre. — Bois montagneux : Bourgogne, Morvan, Forez, Plateau
Central, Cévennes, Pyrénées-Orientales, Alpes-Maritimes. Europe moyenne.
Larves dans les eapîtules non déformés du Doronicum austriacum JACQ·.
(Gmwn, coll. Muséum).
4. P. Loewîana Ilnxnm., 1927: p. 154. — Oxyna argyrocephala Farm).,
(non Lonw, 1844). Lonw, 1862 : pl. xvu, f. 3, nec descript., p. 91, 10·
(sec. Ilnmnnn). —— Bncxen, 1905 : IV, p. 132. — Pl. xr, fig. 130. _
· Corps d’un brun noir; partie supérieure des pleures et ligne médiane
sur le scutellum d’un jaune sale. Fémurs I et III plus ou moins brunis.
Oviscapte d’un noir brillant. — Long. : 3-4 mm.
Juillet-septembre. — Bords des bois, pelouses et buissons des coteaux cal-
' caires, siliceux ou basaltiques dans presque toute la France : mais rare par-—
tout. Europe centrale et septentrionale. Japon.
Larves dans les capitules non déformés de l’Aster amellus L. et du Solidago·
virga-aurea L.
5. P. malaris, n. sp. —Pl. xi, fig. 128. —
çj'. Appartient au même groupe que le Paroxyna reticulata Bncxnn dont.
il présente le même système d’ornementation alaire. Il en diffère par la
cellule sous~costale entièrement brune, sans tache pâle et par les pattes·
uniformément rousses.Yeux ovales, verts. Bande médiane frontale orange
avec quelques cils délicats à la partie antérieure. Péristome deux fois plus.
large que le troisième article antennaire; épistome légèrement relevé
en avant. Macrochètes céphaliques noirs, sauf la première soie orbitale
supérieure qui est blanche. Trompe courte à labelles étroits, aigus.
Palpes d’un jaune orange, médioerement élargis, faiblement saillants.
hors de la cavité buccale. Corps noir au fond, couvert d’une épaisse
pruinosité grise et d’une pilosité blanche, courte sur le mésonotum,
épaisse et plus longue sur l’abdomen. Maerochètcs noirs, à pores d’in-
sertion étroitement noirs. Soie notopleurale postérieure blanche. Soies
dorsoeentrales plantées sur la suture ou très près. Scutellum triangulaire,
roux à l’apex : quatre soies scutellaires, les deux apicales ciliformes et.
(1) Le Parozymz achyrophori (Lonw), de l'Europe moyenne, se rapproche du P. doronict : il s'en
distingue par le mésonotum à cinq bandes larges, d’un brun sombre, par les fémurs brun noir-
etroitement jaunes au genou, par les ailes brunes à taches nettes; l’ovlscnpte est court, subégal ai ,
le longueur des deux derniers tergltes. -— Long. : 3-4 mm. La larve se développe dans les capi-
tnles des Hypochœris uni/Iora VlLl.·; Ilieracium villosum Jacq. et murorum L. Elle A été égale——
ment signalée dans les capitules des Crcpîs.

144 Muscmns Acanvrriznns
croisées. Cuillerons blancs : le cuilleron alaire deux fois plus long que le
thoracique. Ailes opalines à bandes brunes. Appareil copulateur noir.
Q. Comme le mâle. Péristome moins large. Abdomen à pilosité plus
robuste, plus serrée. Oviscapte d’un noir brillant aussi long que les
deux derniers tergites réunis, à pilosité fine et pâle à la base, noire à
l’apex. — Long. : 3,2 mm.'
Amiens (Do.unx.m· > coll. PANnm.i.É : sub nom. P. malaris, n. sp.),
6. P. misella (Lonw). — HENDEL, 1927 : p. 155.
Corps couvert d’une pruinosité d’un gris brunâtre; mésonotum avec
trois ou cinq bandes longitudinales brunes. Oviscapte d’un brun noir.
— Long. : 2,5-3 mm.
Espagne. Autriche. Roumanie. Russie méridionale.
Cette espèce peut se trouver dans le midi de la France. M. le D' Hmvnsr. l’a
obtenue des intlorescences du Laczuca scariola L.
7. P. parvula (Lonw). — Hnivnizr., 156. `
Épistome peu saillant. Mésonotum sans bandes; scutellum largement
jaune au milieu. Fémurs à marques brunes peu étendues. —— Long. :
2,5-4 mm.
Europe septentrionale. Angleterre. Sibérie.
S. P. plantaginis (Hanna?). Ilmvnnn, 1927 : p. 157. — Oxyna planta-
ginis Lonw, 1862 : p. 88, 6; Bncxnn, 1905 : IV, p. 134. —— Pl. x11, fig. 139.
Espace interoculaire et antennes d’un jaune clair : troisième article
plus sombre à bord antérieur droit. Corps noir au fond, à pruinosité d’un
gris clair ou d’un gris jaune; mésonotum sans bandes. Fémurs III plus
ou moins brunis chez les mâles [comme les fémurs I chez les femelles).
Ailes étroites. Abdomen sans taches tergales. — Long. :3,5-4,5 mm.
Calvados, VIII (L. Mnncnsn). Angleterre. Belgique. Allemagne septentrionale.
Monte Rosa.
La larve déforme les intlorescences de l’Aster tripolium L. (Guxnuwmn, 1908 :
p. 297; Houano, 1909 : 6238).
9. P. punctell (FALLÉN). — Hmvnnc, 1927 : p. 157, t. 9, f. 11. —
Oxyna ab.s·inthiLoEw, 1862 : p. 93, 12, t. XVIII, f. 1; Scnmnn, II, p. 155.
— Pl. xi, fig. 132.
Tégument d’un brun noir à pruinosité grise épaisse; mésonotum sans
bandes; villosité courte d’un brun jaune. Oviscapte d’un noir brillant. ——
Long. :2,5-3 mm.
Europe. Iles Canaries.
Larves sur le Scorzonera jacqzziniana Koen (1).
10. P. subochracea, n. sp.- P1. xx, fig. 127.
Tête rousse : orbites, gènes et péristome plus clairs. Espace interocu-
(1) Dn Boissisu, Europe orientale et Asie mineure d'après 1’Index Kewensis.

TRYPETIDAE· —— mnoxviu 145
laire aussi long que large. Gênes à peu près aussi larges que le troisième
article antennaire; pérîstome deux fois plus large, son bord inférieur
subégal à la hauteur de la tête. Corps d‘un brun roux au fond couvert
d‘une pruinosité et d‘une villosité courte, jaune. Macrochètes cêphaliques _
ct thoraciques noirs: la première soie orbitale supérieure, la deuxième
notopleurale et la soie ptéropleurale jaunes. Pattes rousses. Ailes à taches
d‘un brun clair et jaunes. Abdomen avec deux rangées de taches tergales
brunes. Oviscapte d‘un roux brillant. — Long. : 4 mm.
Somme : Ault, 5.Vl.1881 (G. A. Pennes).
Se rapproche du Paraxyna ochracfa Ilsxou (d’Astrakan) par le dessin alaire
et le système chétotaxique. S’en écarte par l’ai1e dont la cellule R1 est plus
noire, par le péristome plus large, par les macrochètes à pores d’insertion
noireis, par le tégument d‘un gris noiràtre au fond a pruinosité grise; il diffère
encore du P. Loewiana par les ailes étroites, du P. sœnopzera par l'ahdomen
sans taches tergales, du P. planmginis par le dessin alaire, etc...
11. P. tessellata (Lonw). — Ilxuvnm., 1927 2 p. 150. — Tephritis tessel-
lczta Scnmnn, II, p. 156. — Oxyna tessellata Lonw, 1862 : p. 90,8,
t. XVII, fig. 1-2; Bscxsn, 1905 : IV, p. 135. O. productct Lonw; Bncxnn,
p. 135 (p.p.). — Acinia leontodontis Mncouaxvr, Duroun, Pnmus. —
Ensina maculata Macoonivr. — Pl. xr, fig. 129.
Corps d’un brun noir au fond, à pruinosité d’un gris plus ou moins
clair. Mésonotum avec trois ou cinq bandes longitudinales. Scutellum
gris. Fémurs Il plus largement jaunes au genou. Oviscapte d’un noir
brillant. — Long. : 3-4,5 mm. _
Juillet-septembre. — Champs, prés, bords des chemins, lieux incultes dans
toute la France et en Corse. Toute l'Europe. Sibérie. — Egypte. Algérie. Tuni-
sie (ur: GAULLE). Maroc (Fnvxsn, PALLARY).
Larve dans les capitules non déformés du Crepis virens VxLL. et de l’Hyp0-
chaeris radicata L. (Prznnis, 1873 : p. 69); également signalée sur les Crepis
paludasa Meu., Sonchus arvcnsis L., Taraxacum 0/`jïcinalc VILL., Leontodon
autanznalis L. et hispidus L. (hastilis K.).
G. AGTINOPTERA Roxomi.
Adultes. — Tête jaune : orbites et face blanchàtres. Yeux ronds. Espace
interoculaire aussi long que large, antérieurement moins large que l'œil; _
bande médiane frontale nue; deux ou trois soies orbitales inférieures de cou- ‘
leur sombre comme l'0rbita|e supérieure. Soies ocellaires bien développées :
les autres soies, sauf les soies verticales internes, épaisses, de couleur pâle.
Face concave à carène faible; épistome saillant; gênes étroites, égales tout au
plus au tiers de la largeur du troisième article antennaire; péristome aussi
large que cet article à bord inférieur légèrement plus court que la hauteur de
la tête. Occiput peu gonflé. Antennes légèrement plus courtes que la face :
troisième article quadrangulaire ou subanguleux à l'apex antérieur. — Thorax:
10

146 Muscmes ACALYPTÈRES
une paire de soies dorsocentrales plantées sur la suture. Scutellum ovalaire,
aplati : seulement une paire de macrochètes zla paire basale. Cuillerons réduits
à une bande étroite. Pattes rousses. Corps à pruinosité d’un blanc jaunâtre.
Tergites abdominaux non tachés. Oviscapte d'un noir brillant.
D 1-(4). Aile : cellule sous-costale avec une tache brune à la partie moyenne
(pl. xxx, fig. 137).
2-(3). Deux soies orbitales inférieures. — Long. : 2,3 mm .....
................. A. filaginis, p. 146.
3-(2). Trois soies orbitales inférieures. — Long. : 2,5 mm .....
................. A. Meigeni, p. 147.
4-(1). Aile : cellule sous-costale non tachée. Deux soies orbitales infé-
rieures.
5-(6). Aile : cellule 2M, avec une seule grande tache près de la nervure
transverse MA2c (pl. xxx, fig. 135). ——· Long. : 2-4 mm .....
................. A. discoidea, p. 146.
6-(5). Aile : cellule 2M, largement brunie à l’apex ou avec deux petites
taches seulement (pl. xxx, fig. 136). —- Long. : 2,5-4 mm ....
................. A. mamulae, p. 146.
1. A. discoidea (FALLÉN). Hxxxvmxxî, 1927 : p. 162. — Trypeta aestim
Mxxxcxm. Ronnmx. —— Urellia gnaphalii Loxxw, 1844 et 1862 : p. 121, 6,
t. XXV, f. 3; Scnxruxxx, II, p. 172; Bxxcxnxx, 1905 : IV, p. 142. — Pl. xxx,
fig. 135.
Mai-juin. Lieux secs et herbeux de Lorraine et d’Alsace. Suède méridionale.
Europe centrale.
Larve dans les capitales floraux de l'Am‘ermaria margarizacea L. (v. VVxN·
·rrxEM); de l'Helichrysum arenarium DC. (Boxxi, HENDEL, 163).
2. A. filaginis (Lonw). Hxxxvnsx., 1927 : p. 163. —~ A. terminata. Mxxxcxxxv
(nec FALLÉN). A. helichrisi Rn:. -— Urellia filaginis Lonw, 1862 : p. 122.
- Scxxxmm, ll, p. 171; Bxxcxcaxx, 1905 : IV, p. 142. — Fig. 191; pl. xxx,
fig. 137.
Fémurs III largement gris à la base. Aile : cellule 2M, brune sur les
deux tiers apicaux ou présentant deux petites taches opalines, subapi-
cales. Oviscapte aplati latéralement, d’un noir brillant. -— Long. : 2-3 mm.
Mai-juillet. —- Lieux sablonneux, champs, sables des rivières dans presque
toute la France. Plages et falaises de la Corse aux environs de Bonifacio
. (C. Houxxxn); Calvi : sur l'Helic}n·ysum stoechas Siam. (Bxacxnxx). Iles Lavezzi.
Sardaigne. Italie septentrionale. Europe centrale. Iles Baléares.
_ Larve sur le Filago arvensis L. (sec. Loaw) et sur Fllelichrysum microphyl-
lum Camxaassxènxss (Bonifacio [sec. HoUAnn]).
3. A. mamulàe(F1xAUENFELn).HsNnEL, 1927, p. 163. — Urellia mamulae.
Lonvv, 1862: p. 122, 7, t. XXV, f. 4; Bxxcxxxxx, 1905 : IV, p. 143.- Tap/xri-
tzk mamulae Scnxivxzxx, II, p. 168. — Pl. xxx, fig. 136.

TRYPETIDAE. ·- Acrinorrsnx 147
Mars-juin. - Rochers et coteaux pierreux, lieux arides, sables maritimes.
Tout. le midi de la France à partir de Lyon, de la Lozère et de l’Aveyron. Vau-
cluse (Autumn ne Pnnnm). Basses·Pyrènées. Littoral ouest de la Charente infé-
rieure au Finistère. Corse. Espagne. Portugal. Italie. Dalmatie.
Larve sur : l'Hel£chrysum angusli/'olium DC. (italicum Rom.) dont les feuil-
les terminales, sous l’action_ du parasite, se groupent en rosette (Homme, 5603);
sur l’Helic}n·ysum rupeszre Ihrmssqur: dont. l’extrémité de la tige est raccour-
cie avec des feuilles velues, groupées en amas, la cavité centrale renfermant
(unelarve ou) une coque (Homme, 7435); sur l'HelicIuysum stoechas DC. et ses
variétés qui offrent un bourgeon terminal renilé, ovoïde ou lusiforme, cou-
vert de feuilles velues; grande cavité axiale contenant une larve (Houxnn, 5604,
7433, 7434).
li. À. Meîgeni Henman., 1927 : p. 163. — Pl. im, fig. 138.
France méridionale.
G. OXYNA R.-D.
Adultes. —· Tête rousse, ronde. Espace interoculaire élargi, trois ou quatre
fois plus large que l'œil àla partie moyenne,.beaucoup plus étroit en avant;
 L l99
l92,   "`   ·
M '·  C';  
( ·; 't\\H/· __j; //
A, Z ' I ·' ···..5 '--/
` _ 9.) ~î -·.... ,,,, .·-·"'
> ,0   l U; "'   ___,,«m·~,,,«.·..,.·«·•·""’.‘
l M I , *\· ç \\ 94- ·   MI _.
< \ \\\\\\\\. xl Ii ./__,·»nwwmn·n·-•
l96 mv ?°° l9$
Fm. 192-200. -· Oœyna parietina: 192. protil de la téte Q; 193. larve entière vue de
profil, x 10; 194. appareil buccal; 195. un crochet buccal isolé X 120; 196. antenne;
197. palpe maxillaîre; 198. stigmate prothoracique de la larve Ill; 199. stigmate pro-
thoracique de la larve lI;200. stigmate postérieure droit dela. larve Ill.
deux soies orbitales supérieures médiocres, la deuxième noire 2 une soie orbi-
_ ttale inférieure noire et une blanche à la partie inférieure de l’0rbite. Gênes
légèrement moins larges que le troisième article antennaire; péristome deux
fois plus large que cet article. Face concave, épistome peu saillant antérieu-
rement. Trompe mince et longue : labelles terminaux aussi longs que la partie
hasale de la trompe. Antennes plus courtes que la face. - Mésonotum qua-
drangulaire; une ou deux paires de soies dorsocentrales; deux ou quatre
soies scutellaires. Cuilleron thoracique étroit, recouvert par le cuilleron alaire,
saillant. Pattes rousses. Corps à villosité courte, jaune ou blanchâtre.

148 Muscxnns Acnnvrrènns
Larves. - Se développent sur les Composées, dont elles peuvent déformer
la tige.
1·(2). Deux paires de soies dorsocentrales : une paire antérieure et une
postérieure. Quatre soies scutellaires : les apicales légèrement plus
courtes que les basales ....... 0. llavipennis, p. 148.
2-(1). Une paire de soies dorsocentrales, la postérieure.
3-(4). Deux soies scutellaires: la paire apicale manque. 0. nebulosa, p. 148.
4-(3). Quatre soies scutellaires ........ 0. parietina, p. 148.
1. 0. llavlpemlis L0Ew, 1844 et 1862: p. 86, 2, t. XVI, f. 1-2; Scnxivnn,
lI,p. 154; Bncxcxm, 1905: IV, p. 133; CoLLxxv, 1915; IIENDEL, 1927 : p. 166.
O. flavescens R.-D., 1830 : p. 756, 2; Roxvnnm. —— Pl. xxx, fig. 140-141.
Mésonotum à pruinosité d‘un jaune d’or avec cinq lignes longitudi-
nales. Tous les macrochètes noirs sauf la deuxième notopleurale jaune.
Abdomen d’un jaune d‘0r comme le thorax; oviscapte noir à la base,
plus ou moins roux à l'apex. — Long. : 3-4 mm.
Mai-septembre, sur les Achillées. Prés, bois, bords des chemins, partout.
Europe centrale et septentrionale.
La larve produit au collet de l’Achillea millefolium L. une cécidie subsphé-
rique, uniloculaire, de la gx·osseurd'un pois; de semblables nodosités peuvent
se trouver réunies en grand nombre sur une même plante; la métamorphose a
lieu dans la cécidie (Homnn, 5682).
2. 0. nehulosa (Wxsn.) (‘). HENDEL, 1927: p. 167. — 0.pr0b0scz'dea
Losw, 1862 : p. 87, 3, t. XVI, f. 3; SCHINER, Il, p. 154; Bncxcim, 1905 :
IV, p. 134; Hounnn, 5734, 5740. O. femoralis R.-D., Mncounxrr, II,
p, 473, 2. — Trypeta nigrofemorata Mnxosxv. -· Pl. xxx, fig. 144,
Péristome à pilosité partiellement noiràtre. Corps de couleur plus
sombre. Fémurs parfois ombrés à la base. -— Long. 2 3-4 mm.
Mai-août, sur les fleurs des prairies, des lieux herbeux et des champs dans
toute la France ·- ou, dans la moitié méridionale, dans les bois secs calcaires
ou basaltiques, mais plus rare que les autres espèces. Alsace : sur l`Achillea
millefolium L. [BouneEoxs]). Europe centrale et méridionale.
Larves sur les Leucanzhemum corymbosum Guen. et G., et vulgare Lann.
Elles produisent sur la souche de la plante des cécidies pisiformes et char-
nues contenant une larve (Gannxnn, 1934).
Parasite ; Pteromalus Ariomedes WALK. (DE GAULLE, 653: 4).
3. 0. parietina (L,).-—Lonw, 1862 : p. 85, 1, t. XV, l`. 4; Bncxcizn, 1905 :
IV, p. 134; HENDEL, 1927 : p. 168. O. tessellata Hoxmxw, 5765. ·— Ensina
parietina Mncqunxrr, II, p. 473, 1. —- Tephritispantherina (FALLÉN) Som-
mm, II, p. 153. — Fig. 192-200; pl. xxx, fig. 143.
(1) L'0xyxm obcsa LoEw (HENDEL, p. 168) d`Espagne, présente une alle qui 53 rapproche de celle
des 0. flavipgymix et nebulasa. L'O. obesa se distingue par le scutellum à quatre macmcnèmg et
' par ram fortement brunie à la base: il s'écarte encore dc I'0. parletina par ses fémurs xwaràgœs.

, TI\YPETlDÀB· - oxvrul 149
Péristomc à pilosité jaunâtre. Scutellum jaune à l’apex : soies scutel-
laires apicales subégales aux basales. Oviscapte épais, noir, brillant. —-
Long. : 4 mm.
Avril-septembre. - Lieux incultes et pierreux; bords ou grèves des rivières,
rochers. Toute la France. Europe. Alpes orientales, jusqu'à 2100 m. (Koca,
DALLA Torre).
Larve sur la tige de l‘Ar¢emisia campeszris L. dans un épaississement ou
dans_un renllement pouvant atteindre la grosseur d’une noisette (llommn, 5790-
91). Egalement élevé des tiges de lbirzemisia vulgaris L. (Vendresse, éclos.
15.lIl. [R. Bsnoxsr]; environs de Paris, éclos. 20. IV. [C. Dumont]; Bruxelles,
Tours [ll. C. P.mxrn]); signalé aussi sur l’Az-zcmîsia absinthium L. (Homnn,
5765).
G. SPHENELLA R.-D.
Adultes. — Tête plus haute que large : espace interoculaire aussi large
que l’œil : deux soies orbitales supérieures courtes : la supérieure blanchâtre;
Ã!
F È;
— 2/:"· ... l «
5 ` 2.03 ~ 1
1 "|\ _ \» I
r A ©«
  W 804-
zou , '
ZOZ
Flo. 20i·204. - 20i. Sphenella marginale Q, profil de la tète. -— 202. Ensina sonchi Q.
id. — 203. Tephritis pulchm, id. — 204. Acanthiophilus helianthi, id.
deux inférieures plus fortes; soies ocellaires longues; face fortement concave
avec une carène médiane prolongée jusqu'à l’épistome qui est relevé en avant;
gênes très étroites ou linéaires; péristome aussi large que le troisième article
antennaire. Trompe robuste à labelles allongés. Antennes subégales à la
longueur de la face, apex antérieur plus ou moins anguleux; chète à villosité
courte. -· Mésonotum avec une seule paire de soies dorsocentrales posté-.
rieures. Scutellum aplati, triangulaire. Cuillerons grands, le cuilleron thora-
cique légèrement saillant sur le cuilleron alaire. Fémurs III avec une rangée
antéro·externe de soies fortes.

150 Muscmns Açanvrrànns
1. S. marginata (FALLÉN). Maconaxrr, II, p. 465, 18; Scmmm, II, p. 152;
Bncxnn, 1905 :IV, p. 128; Hnnnm., 1927 : p. 170, fig. 67 et pl. 12, f. 5.
-— S. lmariae R.-D. — Trupanea arcuata Scmxamc, Rozvnam. —
Fig. 201; pl. xm, fig. 145.
` Tête rousse. Corps noir au fond. Calus huméral, partie pleurale supé-
rieure et scutellum d`un jaune sale. Villosité courte d’un blanc jaunâtre.
Macrochètes noirs. Pattes rousses. Ailes à bandes grises. Abdomen :
tergites plus ou moins jaunis au bord postérieur. -—- Long. : 3-3,5 mm.
Mars—septembre. Lieux frais et cultivés, prairies humides et marécages -—
ou bois sablonneux, landes et terrains siliceux, dans toute la France. Europe
centrale et méridionale. Asie mineure. Afrique mineure.
Larve surles Senecio aquazicus Huns, et vulgaris L. qui présentent des capi-
tules faiblement renflés à la base, les fleurons non développés (Pmuus, 1873 :
p. 72; Houann, 5877); sur les Senecio Jacobaea L. et silvazicus L. (Homme,
5862 et 5874).
Parasites : Bracon variator Nans (nr GAULLE) etlphiaulax flavator F. (Paume).
_ G. ENSINA R.-D.
Adultes. — Tête étroite, en triangle aplati, ou longuement trapézienne en
profil, prolongée en avant. Espace interoculaire légèrement plus étroit que
l'œil à la base des antennes; une soie orbitale supérieure, trois inférieures;
soies ocellaires bien développées. Gênes étroites, n'égalant pas la moitié de
la largeur du troisième article antennaire. Face légèrement concave, carène
médiane forte, prolongée en coin entre les antennes à leur base. Péristome deux
fois plus large que les gênes, son bord inférieur bien plus long que la hauteur
de la face. Occiput médiocrement gonflé en bas. Trompe grêle, labelles allon-
gés, pointus; palpes élargis à l'apex. Antennes plus courtes que la face :
troisième article arrondi en avant, chète pratiquement nu. — Une paire de
soies dorsocentrales postérieures. Scutelluin ovalaire ; quatre soies : les apicales
croisées aussi fortes que les basales. Cuilleron thoracique étroit, cuillerou
alaire saillant. -— Oviscapte aplati, presque aussi long que les trois derniers
tergites réunis. ·
1. E. sonchi [L.), —-Mnconarvr, II, p. 474, 4; Lonw, 1862: p.46, 1, t. X,
f. 2; Scmmzn, II, p. 144; Bscicsn, 1905 : IV, p. 123; Hnivnsr., 1927 :
p.'171. — Fig. 202; pl. xxu, fig. 146.
Tête d’un jaune clair. Corps verdàtre à villosité jaune. Disque du
mésonotum noirâtre. Mésopliragme noir. Pattes et balanciers d’un jaune
sale. Ailes vitreuses ou opalines. Abdomen noir : tergites étroitement
jaunes au bord postérieur; sternites roux; villosité noire. Macrochètes
jaunâtres. Oviscapte noir, l‘apex et les côtés roux, à villosité fine, jau-
nâtre. —— Long. :3-3,5 mm.
Juin-septembre. — Sur les fleurs des Composèes, surtout des Chardons,
dans les prairies, les champs, les lieux cultivés, occasionnellement les endroits
incultes ou pierreux. Toute l'Europe.

Tnvrmunnn. — cAMAnom*iA 151.
Larve dans les capitules non déformés du Sonchus arvensis L., du S;olera·
ceus L. (Rambouillet, septembre [Sécuv], du Tragopogon pratensis L. (Humm.;
Fatcoz, 1930 : p. 150), des Picris (Hezvoni., v. n. Wear, ne Mminnn). Belgique :
sur le Senecio vulgaris L. (Guxttmuun).
Parasite : Habrocytus albipennis \N1.x. (nn Gaunnn, 165 : 1).
G. EUARESTA Lonw.
Adultes. — Espace înteroculaire aussi large que l’œil, Deux soies orbitales
supérieures. Gênes linéaires Péristome légèrement plus étroitque le troisième
article antennaire. Face légèrement concave, carène médiane médiocre;·épi-
stome saillant en avant. Occiput médiocrement gonflé en bas. Trompe épaisse à
larges labelles en éponge. Antennes plus courtes que la face : troisième article
concave e11 avant, anguleux à l’apex antérieur. - Oviscapte : article basal aussi
long que large, subégal aux derniers tergites.
1. E. guttata(F.«1.x.râs) Ilsnnni., 1927 : p. 173; Lonw, 1862: p. 109,18,
t. XXII, f. 4; Scnnvnn, II, p. 167; Bscxnn, 1905 : IV, p. 138. — Trypeta
gemmata Mnxcnn. - Pl. xm, fig. 147.
Tête jaune. Orbites et gênes blanchàtres. Première soie orbitale supé-
rieure et les cils occipitaux d’un brun jaune. Tégumentnoir au fond, couvert
d’une épaisse pruinosité d’un gris jaune; bords latéraux du mésonotum,
marge et apex du scutellum, marge apicale des tergites abdominaux plus
ou moins jaunâtre. Pattes rousses. Ailes d’un brun noir. Abdomen :
(3* tergite V, et Q tcrgite VI, entièrem0ntd’un noir brillant. Villosité courte
blanchâtre sur le thorax, noiràtre sur Pabdomen. Oviscapte d’un noir
brillant, roux sur les côtés et à I’apcx. — Long. : 3-4 mm.
Prairies humides et champs de l'Europe moyenne et septentrionale. _
Larve dans les capitules floraux de l‘Ant/remis arvensis L., du Leucanthcmum
vulgarc Liu., du Cirsium palustre Scor., des Hicracium.
' G. CAMAROMYIA IInN¤1·:1..
Adultes. - Tête ronde. Espace interoculaire convexe, deux fois plus large
que l’œil, à pilosité microscopique; deux soies orbitales supérieures. Gênes et
péristome subégauxjplus étroits que le troisième article antennaire; bord infé-
rieur du péristome bien plus court que la hauteur de la tête; face plane; épi-
stome non saillant. Trompe épaisse et courte; labelles relativement longs.
Antennes aussilongues que la face : deuxième article armé d’une courte soie;
troisième trois fois plus long que le deuxième, concave en avant, l'apex anté-
rieur plus ou moins anguleux. — Soies dorsocentrales plantées légèrement
derrière la suture. Soies scutellaires apicales croisées, moitié aussi fortes que
les basales. Cuilleron thoracique en bande courte. Fémurf épaissi chez les
mâles. O' : tibias Ill avec trois soies antéro·externes rapprochées de la partie
médiane. Q : oviscapte conique à la base. .

· 152 Museums Acawrrànns
1. C. bullans (Wien.), Ilnunsx., 1927 : p. 175.- Oxymz bullans Bncxnn,
1905: IV, p. 132. —— Trypettz tenera Lonw, 1862 : p. 95, 16, t. XVIII,
f. 4. T. rufa [Macouanr) Bnancnano in GAY, Hist. de Chile, Zool., VII,
p. 460,8. — Fig. 203; pl. xm, fig. 148.
Tête d’un jaune clair. ,Gênes, face et péristome blancs (5*), jaunâtres
U ' y ·
OF 50
'·‘§â‘·—`* @0 r
* g   ,y . . \
 » -'   J C   r }
\ ` ·· Y '   A v"`—
"" --..2 ¢\  , É  i `
b ’   «~
\*  _/
\` \,-/
F10. 205. —- Camaromyia bullans C5', profil X I2.
(Q); antennes rousses (Q), troisième article noir, sauf la base (d‘).
Corps jaunâtre. Macrochètes d’un brun roux; pilosité fine dorée sur le
mésonotum, blanche sur l’abdomen. Pleures et mésophrgme d’un gris
cendré. Pattes rousses. Ailes vitreuses, à taches brunes plus foncées chez
les mâles. Oviscapte noir, l’apex jaune. -— Long. : 3,5-4,5 mm.
Pyrénées orientales: Banyuls, mai (L. Bsnnxxvn). -— Espagne (Nans, Dusmzr).
—- Europe méridionale. République Argentine (E. H. \VAoman).
G. TEPHRITIS LATREILLIL
Adultes. —- Tête rousse. Yeux verts à reflets pourprés (conjugale, matrica-
riae, Nesii) ou bleus (pulc/ira). Face pale à pruînosité blanchâtre étendue sur
la base des orhitales. Deux orbitales supérieures : la première blanche oujaune
comme les soies occipitales ; les autres macrochètes céphaliques bruns ou noirs.
Antennes courtes : troisième article double ou triple du deuxième. -— Corps à
tegument généralement noir ou brun, plus ou moins roussâtre sur les côtés du
thorax, sur le calus humérl et la dépression notopleurale. Mèsophragme noir,
à pruinosité légère. Macrochètes thoraciques de couleur sombre, noirs ou bruns
(poszica) rarement d’un jaune roux (valide, formosa) : la deuxième soie noto-
pleurale (postérieure) et parfois aussi l'antérieure, de couleur claire, comme le
macroohéte ptéropleural. Corps couvert d’une villosité blanche (1) ou jaune, fine
sur le thorax, plus longue et formée de soies plus épaisses sur l‘abdomen (saut`
chez les Tcp/zrlzis fallax, Nesii et rumlis où cette vestiture est remplacée par
(1) Sauf chez le Tephritis arnicae L., dont le mésonotum porte une pîlosité noire.

·rmrrxmnA1z. —— rnrnnxrrs 153
une pilositè très courte, noire, sur la plus grande partie dela surface du ter-
gite, seulle bord apical portant quelques soies pâles). Scutellum plus ou moins
largement roux sur les côtés et dénudé sur le disque, à pilosîté latérale pâle.
Pattes rousses ou jaunes. Cuilleron thoracique aussi développé que le cuilleron
alaire ou légèrement saillant ou très saîllant (postica). Abdomen noir au fond ou
les segments basaux roux — au moins le bord des tergites jauni. Segment basal
de 1’oviseapte déprimé, élargi, triangulaire ou trapézien, ordinairementallongé,
peu velu. —- Long. : 3-7 mm.
1-(24). Aile : cellule R, avec deux taches claires.
2-(11). Aile blanche à l`apex avec deux petites taches sombres à l’extré-
mité de HH, 3 et de MA, ; cellule 2 C avec une tache médiane sombre.
3·(6). Cellule2 Cu, largement brunîe.
4·(5). Petite nervure transverse étroitement ombrée (pl. xav, fig. 164).
................ T. hyoscyamî, p. 160.
5-(4). Petite nervure transverse bordée de clair (pl. xiv, fig. 165) ....
................. T. postîca, p. 162.
6~(3). Cellule 2 Cu, pratiquement hyaline.
7-(8). Aile : nervures transverses écartées; cellule 2 M2 à petites taches
pales diffuses (pl. xiv, fig. 162) ....... _ T. Heiseri, p. 160.
8-(7). Nervures transverses rapprochées.
9·(10). Cellule 2.ll, à grandes taches dilluses (pl. xiv, fig. 163) ....
................. T. stictica, p. 165.
10-(9). Cellule 2M, à petites taches (pl. xuv, fig. 167). T. bardanae, p. 156.
11-(2). Ailes brunies à l’apex avec trois taches claires plus ou moins
étendues. c
12-(23). Ailes avec des taches brunes apicales.
13—(16). Aile : cellule sc sans tache blanche.
14-15). Aile à taches nettes. -S. de Monastir (Bemco, 1917).
(Pl. xv, fig. 173). . . . ` ...... T. brachyura Lonw.
(Pl. xv, fig. 172) .......... T. praecox, p. 163.
15-(14). Aile à taches diffuses; cellule sc plus largement ombrée (pl. xv,
fîg. 174) ............ T. angustipennis, p. 156.
16-(13). Aile : cellule se avec une tache blanche (pl. xv, fig. 170).
17—(18). Fémurs noircîs. Abdomen entièrement noir au fond .....
................. T. praecox, p. 163.
18-(17). Fémursjaunes ou une bande longitudinale externe brune plus
ou moins développée.
19·(20). Abdomen noir .......... T. dioscurea, p. 158.
20-(19). Abdomen partiellement roux.
21-(22). Oviscapte plus court que les deux derniers tergites réunis, d’un
roux noir à la base et à l’apex. Abdomen : les deux segments basaux
roux. Aile : cellule HH., avec quatre taches rondes pales (pl. xv,
fig. 171). (llnnnsr., p. 193). — Espagne. Macédoine (MAucm.x.e·r).
Maroc (Ln Cenr) .......... T. poecîlura (Louw).

154 DIPTÈIKES Acanvrrànus
22-(21). Oviscapte légèrement plus long que les deux derniers tergites,
en grande partie noir, plus ou moins roux sur les côtés, à pilosité
basale blanche. Abdomen : le tergite I seul roux. Aile : cellule Rh.,
avec cinq taches rondes pâles (pl. xv, fig. 169) ........
................ T. nigricauda, p. 162.
23-(12). Ailes avec deux bandes apicales étroites réunies en > sur les
nervures R,.,.3et MA, (pl. xv, fig. 177). . . T. recurrens, p. 164.
(P1. xv, fig. 180) ......... T. conjuneta, p. 157.
24—(1). Aile: cellule H, avec trois taches claires.
25-(36). Aile avec deux bandes sombres apicales étroites réunies en >
sur les nervures HH. 3 et /ll/1,.
26-(29). Cellule 2 C claire, sans tache brune.
27-(28). Cellule sc avec une ombre légère (pl. xvu, fig. 183) .....
................. T.c0meta, p. 157.
28-(27). Cellule sc avec une ombre (pl. xv, fig. 177). T. recurrens, p. 164.
29-(26). Cellule 2 C avec une tache brune plus ou moins développée.
30-(33). Bandes apicales de li', .,_ 3 et MA, élargies.
31—(32). Antennes jaunes (çj‘Q), Pattes jaunes. Oviscapte à pilosité
sombre. Aile : cellule 2M, hyaline sur le tiers basal.
(P1. xv, fig. 180) ......... T. conjuncta, p. 157.
(Pl. xv, fig. 179) ........... T. 1*3.Sa, p. 163.
32-(31). Antennes brunes (Q) ou noires   Fémurs en majeure partie '
sombres. Oviscapte à pilosité basale blanchâtre. Aile : cellule 2M,,
étroitement hyaline à la base (pl. xv, fig. 178). . . T. Nesii, p. 161.
· 33-(30). Bandes apicales de RL,. 3 et MA, étroites.
34-(35). Aile : cellule 3M2 à taches petites.
(Pl. xv, fig. 176) .......... T. Gohertî, p. 160.
(Pl.xv, fig. 175) .......... T. pulchra, p. 163.
35—(34). Taches plus grandes ou confluentes. ——- Europe centrale ....
................ T. heliophîla HENDEL.
36-(25). Aile avec des taches brunes apicales.
37-(40). Aile criblée de petites taches hyalines. .
38-(39). Petite nervure transverse avec quatre taches latérales; taches
hyalines également nettes sur toute la surface de l’aile (pl. xm, fig. 150).
................. T. arnicae,p. 156.
_ 39·(38). Petite nervure transverse avec deux taches latérales; taches hya-
lines moins nettes ou diffuses (pl. xm, fig. 151). T. truncata, p. 165.
40-(37). Ailes à taches grandes surtout dans la cellule 2 Cu,.
41-( 52). Ailes blanches à l’apex avec deux petites taches sombres à l`extré-
  (18 Rg+3€t de AIA,. '
42-(43). Aile en grande partie sombre à petites taches vitreuses (pl. xiv,
fig. 161) .............. T. formosa, p. 159.
43-(42). Aile en grande partie vitreuse, à taches sombres (pl. xxv, fig. 168).
44·(45). Cellule 2 C sans tache médiane sombres . . T. valida, p. 165.

·rm·1·nrx¤An. —— rnrunxris 155
45-(44). Cellule 2 C avec une tache médiane sombre.
46-(47). Cellule 2 Cu, largement brunie; nervures transverses écartées,
, petite nervure transverse bordée de deux bandes claires (pl. xxv,
fig. 166) .....,........ . T. dilacerata, p. 158.
47·(46). Cellule2 Cu, pratiquement hyaline.
48·(49). Nervures transverses rapprochées (pl. xxv, fig. 167) .....
................. T. bardanae, p. 156.
49·(!i8). Nervures transverses écartées.
50-(51). Cellule R, avec trois taches médianes (pl. xiv, fig. 168) ....
.................. T. valida, p. 165.
51-(50). Cellule R, avec une tache médiane (pl.xv, fig. 179). T. rasa, p. 163.
52·(41). Ailes plus largement brunics à l’apex : les taches apicales tout au
plus confluentes, toujours indépendantes.
53—(54). Aile : une petite tache pâle à l’apex, contre la nervure costale,
dans la cellule 2M, (pl. xm, fig. 149) .... T. vespertina, p. 166.
54-(53). Tache apicale plus grande. '
55·(56). Cellule [àl., avec une tache médiane hyaline située presque au
niveau dela petite nervure transverse (pl. xm, fig. 153) ....
_ ................. T. simplex, p. 164.
56-(55). Deux ou trois taches au même niveau, confluentes ou non.
57—(60). Petite nervure transverse non bordée de tacl1es pâles; cellule sc
entièrement noire -—·, ou la tache pale microscopique.
58-(59). Ailes à taches hyalines nettes (pl. xm, fig. 155, 156) ....
................ T. matricariae, p. 161.
59-(58). Aile à taches diffuses (pl. xiv,fig. 158). T. Frauenfeldî, p. 159.
60-(57). Petite nervure transverse bordée de taches claires; cellule sc
avec une tache pàle bien visible. I ' .
61-(62). Deux taches à la partie supérieure contre la petite nervure trans-
verse (Pl. xm, fig. 154) .......... T. conura, p. 157.
(Pl. xm, fig. 155, 156) ...... T. matricariae. p. 161.
(Pl. xiv, fig. 158) ........ T. Frauenfeldi, p. 159.
62-(61). Quatre taches latérales contre la petite nervure transverse.
63—(64). Cellule 2M, avec une tache apicale étroite. Abdomen à pilosité
tergale noire à la base, blanche à l’apex (pl. xxv, fig. 157) ....
.................. T. ruralis, p. 164.
64-(63). Cellule 2M, avec une tache apicalc élargie. ·
65—(66). Cellule 1M, à taches larges. Abdomen à pilosité blanche (pl. xiv,
fig. 159) ...........,.. T. crepidis, p. 158.
66-(65). Cellule 1M, à tacl1es réduites; cellule 2Cu,, entièrement blanche
ou vitreuse postérieurement.
67—(68). Abdomen à pilosité tergale blanche. Aile : cellule 2/ll, avec
9-10 taches (pl. xm, fig. 152) ...... T. leontodontis, p. 160.
68-(67). Abdomen à pilosité tergale noire sur la moitié basale. Cellule 2M,
avec 13-15 taches (pl. xrv, fig. 160) ...... T. fallax, p. 159.

156 Museums acaLY1>·rÈnns
1. T. angustipennis Lonw, 1844 et 1862 : p. 113, 24; Bscxsn, 1905: IV,
p. 135; Hsunnr., 1927 : p. 182. T. hyoscyami Fnausurenn. T. leontodontis
Znrrxansrxznr (neo DE Giâsn). T. segregata Fnaunwrmn. — Pl. xv, fig. 174.
Europe septentrionale et Amérique septentrionale.
· Larve dans les capitules floraux de l’Ac/zillea pmrmica L. (Fnaosnrstn, 1864).
2. T. arnicae (Lmmâ). —- Lonw, 1862 : p. 99, t. XX, f. 2; —— Scmxrn,
II, p. 165; Bncxna, 1905 : IV, p. 136; Hooann, 5846; IIENDEL, 1927: p. 182.
T. Eggeri Fsauaursnn. Scumar., Il, p. 165; Bncxsu, p. 137; Ilouano,
5570, 5847-48. —— Trypeta flavicauda. MEIGEN. - Pl. xm, fig. 150.
Quelques soies occipitales blanches, la première soie orbitalo supérieure
blanche ou noire. Bande médiane frontale à pilosité antérieure jaune. Méso-
notum à pîlosité noire, une étroite bande préseutellaire de pilosité blanche
et quelques chétules pâles des deux côtés, à la hauteur de la suture trans-
verse. Pattes rousses; fémurs souvent rembrunis. Ailes brunes ou grises
à taches laiteuses zles trois taches apicales pâles parfois contluentes. Cuil-
Ierons égaux. Apex des tergites abdominaux et oviscapte roux. ——·
Long.: 4-6 mm.
Mai-juillet. Landes, prairies, pâturages herbeux et bois des terrains siliceux
des régions montagneuses, des Vosges aux Alpes maritimes; aussi dans la
plaine: Orléanais, Berri, Landes. -—- Une grande partie de l'Europe jusqu’à
la Suède. Alpes orientales, jusqu’à 2500 m. (Cartoon).
Larve sur l’Arnica montana L. Les capitules faiblement gonflés demeurent
fermés. Larves grégaires. Métamorphose dans la cécidie tllouann, 5846). — Sur
le Daronicum auszriacum Jacq., dont la tige se rentle immédiatement au-dessous
du capitule, peut-être aussi sur le Domnicum pardalianches L. (Houann 5847 et
48). -— Dans les capitules du Bellidiaszrum Mic/zelii Cass., qui présentent un
° renflement unilatéral boursouflé (Honann, 5570).
3. T. hardanae (SCHRANK). Losw, 1862: p. 108, 17, t. XXII, f. 3; Scmxnn,
II, p. 161; Bscxun, 1905 : IV, p. 136; HENDE1., 1927 : p. 183. — Trypeta
confusa VVlEn. ap. NIEIGEN. Macouanr, II, p. 470, 3 (*). —— Pl. xxv,
fig. 167.
Tête d’un gris jaune: les macrochètes céphaliques bruns, saufla première
orbitale supérieure et les occipitales, blanches. Scutellum dénudé sur le
disque, à pilosité latérale blanche. Cuilleron thoracique légèrement sail-
lant sur le cuilleron alaire. -— 5* Abdomen : tergite I entièrement roux;
II, III largement bordés de roux à l‘apex; appareil copulateur roux. -—-
Q. Abdomen plus largement roux, une bande grise plus ou moins
étendue à la base des tergites médians, pilosité courte, dorée. Oviscapte :
segment basal roux, à peu près aussi long que les deux derniers tergites
réunis.- Long. :5-5,5 mm.
(1) Se rapporte à une variété dont les ailes sont plus sombres et presentant des aflînitcsi avec le
T ephritis formosa.

·rnvx>E1·¤¤AE. — Tnrnnnis 157
Mai-septembre. — Bords des chemins, lieux incultes, broussailles. Belgique
(GUlLLlAUME); Environs de Paris: Maisons-Laffitte, VII-VIII (nE GAULLE);
Meudon, Clamart (POUJADE)Z Finistère : Fouesnant (A. Hamon); Isère : Vienne
(L. FALcoz). Toute la France. Allemagne (v. Rosas). Macédoine (Dr River).
Larve dans les capîtules déformés du Lappa 0//icinalis ALL. (Coivuow;
IIOUARD, 5891; FALCOZ, 1930 : p. 150 [L. majorj), du Lappa wmentosa LAM.,
et du Lappa minor DC. (LoEw, FRAUENFELD, KAL·rENnAcn).
4. T. cometa (Lonw). —- Scn11vEn,II, p. 170; IIENDEL, 1927 : p. 184.
T. radiata FALLÉN (non Fmmcxos) RoNnAm. -—- Urellia cometa Lonw,
1840 et 1862: p. 117, 2, t. XXIV, f. 4; BECKER, 1905 : IV, p. 142. -
Pl. xvx, fig. 183.
Tête jaune pâle. Espace interoculaire roux: face et palpes blanchàtres.
Corps noir au fond, couvert d‘une épaisse pruinosité grise. Maeroehètes
d’un brun roux, plus foncés à l’extrémité. Mésophragme noir. Cuillerons
blancs, subégaux —— ou le cuilleron alaire légèrement plus long. —- Q :
oviscapte zsegment basal roux, étroitement noir à l'apex, plus court que
les deux derniers tergites réunis. - L0ng.:3,5-4 mm.
Lyon (SONTIIONNAX); Vaucluse :Apt; Var : Hyères (ABEILLE DE Pemmv), Callian
(L. BERLAND); Landes (Gonmr); Hautes-Pyrénées : Tarbes, 25.Il, sur l‘ajonc
(L. PANnELLi:). — Barcelone (Am·¤oA : coll. PANDELLÉ). Valachie (MONTANDON :
Mus. Paris). Gobi (Dr L. VAILLANT).
5. T. conjuncta Loaw, 1862: p. 115 § Anmerkung; Ilnunm., 1927 : p. 185.
—— Pl. xv, fig. 180.
JQ. Voisin du Tephritis Nesiz'. Corps à vestiture d’un gris jaunâtre
plus clair. Pattes entièrement jaunes ou les fémurs Ill légèrement ombres
sur la face interne. Cuillerons blancs, subégaux. Ailes : cellule 2M, plus
ou moins lxyaline à la base; mais l’ombre apicale est diffusée sur la
cellule 2Cu, jusqu"au bord postérieur de l’aile, cellule 2C entièrement
claire avec une petite tache brune, bandes apîcales en > étroites, cellule R,
avec deux ou trois taches claires. — Long. : 3,5-4,25 mm.
Vincennes :VIII, sur la ronce (Sénior); Allier (R. ou Buvssox); Lyon (REY);
Marseille; Var : Ilyères (AnEu.LE DE Pmmm), Callian (L. BEnLAxn). Ifautes—Pyré-
nées (R. ou Bovssox, PAranELLiE). - Espagne. Italie supérieure. Sibérie (Loaw).
6. T. eonura I4OE\V, 1844 et 1862 : p. 101, G, t. XIX, f. 4; Bncxmx, 1905 :
IV, p. 137; IIENUEL, 1927 : p. 185. — T. flcwicauda Zarransranr. —-
Pl. xm, fig. 154.
Bande médiane frontale rousse; face pâle. Antennes d'un brun roux.
Corps couvert d'une pruinosité grise, laissant transparaître la teinte
rousse du fond sur les pleures et l’apex des tergites abdominaux, plus
épaisse et noiràtre sur le mésonotum et coupée par trois lignes longitudi-
nales plus sombres, parfois peu distinctes. Macrochetcs d’un brun noir.

158 Museums AcALYr·rÈa1as
Cuillerons blancs, subégaux. Ailes teintées de gris brunâtre à taches blan-
ches. Oviscapte : segment basal roux, étroitement noir à Papex, légèreï
ment plus court que les trois derniers tergites réunis. — Long. : 6-7 mm.
Juin-septembre. - Bois humides, bords des eaux et prés tourbeux ou bois,
prairies et ravins des hautes montagnes.
' Bar-sur-Seine (Canrsnmu); Jura, Bugey, Forez, Auvergne. Basses·Alpes,
Alpes·Maritimes (Fmor); Hautes-Pyrénées (PANDELLÉ); Landes : Saint—Sever
(Duroun). Alpes centrales et orientales : 800-2500 (Hnvmsx, CA1.LoN1).
Larve sur les Cirsium dont le réceptacle s’hypertrophie en une cécidie pluri-
loculaire. indurée ou non; sur les Cirsium erisizhales Scor.; C. lzeterophyllum
ALL.; Cirsium oleraceum Scor. (Houaan, 5913, 5917, 5918};_ Cirsium ? palustre
Scovom (Gôttingen [A. Gmwnj).
7. T. crepidis HENDEL, 1927 : p. 186, taf. 13, fig. 4. — Pl. xxv, fig. 159.
Appartient au groupe du T. leontodomïis. Corps plus robuste, d`un
brun gris. Cuillerons égaux. Oviscapte : segment basal légèrement plus
long que les deux derniers tergites réunis, d`un brun roux, plus ou moins
noirci à la base et à l’apex. —— Long. : 4·4,5 mm.
Lyon (Sorrruornvax); Var : Hyères (ABEILLE ou Pxaxuun). Autriche (E. Ammxâ).
Trieste (HENDEL).
La larve a été observée par Knrnunacn et F. Lonw sur le Crcpis biennis L.,
plante répandue dans les prairies et les les lieux humides de presque toute la ·
France, sauf dans l'ouest. Egalement signalée sur les Crepiszlacguini Twscu. .
et blattarioides VILL. (= austriaca Jacq. d’après Rom!) (Faxunxrsnn).
8. T. di1acerataLonvv, 1846 et 1862 : p. 107, 16, t. XXII, f. 2; Scnmnx, II,
p. 160; Bucxna, 1905 : IV, p. 137; HENDEL, 1927 : p. 186, t. XIII, f. 10.
— T. confusa. Ronmm (non VvlBD.l. -- Pl. mv, fig. 166.
Comme le T. barcfanae. Mésonotum à pruinosité d’un gris brunâtre.
Scutellum tout au plus étroitement jauni latéralement. Macrochètes jaune
pâle. Cuilleron alaire plus développé que le cuilleron thoracique. Aile
avec trois taches brunes isolées : la première à l‘apex de la cellule sc,
prolongée perpendiculairement jusque dans la cellule 2Cu, ; la deuxième
à 1’apex de la nervure RH., et la troisième sur MA,c; la petite nervure
transverse n’est pas ombréc. Oviscapte : article basal à pilosité unifor-
mément sombre. —- Long. : 4,5-5 mm.
Champs et lieux cultivés de l'Europe moyenne et septentrionale.
Larve dans les capitules floraux du Sonchus arvensis L. (HENDEL, p. 186).
9. T. dioscurea Lonw, 1856 et 1862 : p. 105, 14, t. XXI, f. 4; Scnnvun, II,.
p. 162; Bncxmz, 1905 : IV, p. 137; Ilmmnr, 1927 : p. 186. —— Pl. xv,
fig. 170.
Tête, palpes et antennes jaunes. Corps à pruinosité d’un gris cendré
plus sombre sur l’abdomen. Mésonotum avec trois lignes longitudinales
sombres. Macrochètes noirs. Fémurs parfois légèrement brunis à la base.

rnrrnrxnanz. —- TEPHKITIS 159
Cuilleron alaîre plus long que le cuilleron thoracique. Oviscapte: segment.
basal légèrement plus court que les deux derniers tergites réunis, noir,
à pilosîté basalo blanchâtre. —— Long. : 3-4,5 mm. '
Juilletseptembre. Alpes-Maritimes : Cannes (Fmor). Corse (Bacxan). — Syrie
(Gnome on Kenvinms). Tunisie (Dunorrr). Algérie (Lasne, Tmêav, Suncour).
Larve sur l’.»1chillca mille/`olium L.: capitule avorté, non visiblement déformé-
ou hypertrophié (Houann, 5679); sur l'Artemisia crithmifolia L. : capitule renilé
(Houano, 5803): sur le Leucant/aemum corymbosum G. G. (Mm). Egalement
signalé sur les Crepis.
10. T. fallax Lonw, 1844 et 1862: p. 104, 11, t. XXI, f. 2; Scmmm, II,
p. 164; Bacxnn, 1905 : IV, p. 137; Hnmnm., 1927 : p. 187. - Pl. xxv,
fig. 160.
Voisin du Tephritzk leontodontis dont il présente la couleur et l‘orne-—
mentation. Oviscapte noir, ou plus ou moins roux sur les côtés, ou
entièrement brun roux, plus court que les deux derniers tergites réunis,
à pubesoenco noire. —- Long. :3-4,5 mm.
Marseille; Var : Hyères (Ananas ma Psaum). Alpes centrales et orientales.
11. T. formosa Lonw, 1844 et 1862 : p. 99, 4, t. XIX, f. 3; Scmmm, II,.
p. 161; Bncxnn, 1905 : IV, p. 138; Himnnx., 1927 : p. 187. — PI. xxv,
fig. 161.
Tête d‘un jaune verdàtre. Mésonotum d‘un brun jaune. Macrochètes
brun jaune ou bruns. Scutellum à pilosité légère sur les côtés. Fémurs
noiràtres ou seulement avec une bande longitudinale sombre. Cuillerons.
` subégaux. Ailes à taches brunes. Ovîscapte : segment basal triangulaire,
noir, rouge sur les côtés, aussi long que les deux derniers tergites réunis.
—- Long. : 4-5 mm. I
Mai-septembre. ·- Champs, lieux cultivés ou prairies. —- Allier (ou BurssoN);·
Haute-Loire : Tence, juillet-août (H. Mmnvar); Vaucluse : Apt; Marseille
(Anzmn: na Psaum); Var : Le Beausset, août (Arxcev); Hautes—Pyrénées : Arrens,
lilas, avril; fenouil, septembre; Barèges, Gavarnie, août·et septembre, sur le
pin; Tarbes, genévrier, décembre (L. Pxnnnnmâ), Corse (Becxrzn). — Espagne r
Saragosse, août et octobre (L. Nxvas).
Larve sur le Sono/ms oleraccus L. : capitule fermé, bractées involucrales
hypertrophiées (Homme, 6109); également obtenu de l’Hyponhaerz's radicam L.
et du Crepis virens Vim,. (Pznms).
12. T. Frauenfeldi Ilnnnnn, 1927 : p. 187, t. XIII, f. 6. ·- Pl. xuv,
fig. 158.
Voisin du Tephrzïzlv leontodontis DE Géen, mais de coloration plus
claire. Cuilleron thoracique légèrement saillant sur le cuilleron alaire.
Oviscapte : segment basal plus long que les quatre derniers tergites.
réunis, d‘un roux clair, noirci à l`apex et présentant à la base un large
triangle médian noir. —— Long. : 5-6 mm.

160 Muscmns ACALYPTÈRES
Landes 1 Saint-Sever (coll. Gmwn : Mus. Paris).
Les larves vivent en société dans les capitules floraux non déforrnés du
Jurinea mollis Remue. (HENDEL).
13. T. Goberti SÉGUY, 1932 : p. 10. —- Pl. xv, fig. 176.
Peut être confondu avec le T. mgricauda, en diiîère par le dessin
alaire et les cuillerons inégaux. Se distingue du T. Nesii par la présence
d’une tache noire dans la deuxième cellule costale. -- Long. : 3-3,25 mm.
Landes (E. Gonna?).
14. T. Heiseri Fnaonurnnn. — Ilmvnm., 1927: p. 188, t. XIV, f'. 3. —
T. hyoscyami auct. (non L,). —· Pl. xiv, fig. 162.
Q. Comme le T eplzritis hyoscyamz', plus robuste, de couleur encore
plus claire. Cuilleron thoracique plus développé que le cuilleron alaire.
Oviscapte: segment basal noir, légèrement plus long que les trois der-
niers tergites réunis. -—- Long. : 5,5-6 mm.
Lyon (Soxrnoxiviix); Marseille (Anmue ne Pnnam); Hautes-Pyrénées : Ara-
gnouet, juin; Tramesaigues, août; Barèges, septembre (PANDELLÉ), Europe
moyenne. Albanie. Espagne (L. NAvAs). Algérie (Suncour). Mongolie (HENDEL).
Larve dans les capitules floraux du Carduus de/loratus L., et du C. nutans L.
(FnAuENrm.n, sec. IIEMJEL).
15. T. lly0SCyamî (LINNÉ). Lonw, 1862 : p. 110, 20, t. XXIII, f. 2;
Scnnvxzn, II, p. 160; Becken, 1905 : IV, p. 138; Hmvnnn, 1927 : p. 188. ——
PI. xiv, fig. 164.
Tête d‘un jaune pâle. Corps d’un brun sombre au fond, couvert d’une
pruinosité d`un gris jaunâtre clair. Thorax et scutellum plus ou moins
jaunes latéralement. Villosité courte, épaisse et serrée, en grande partie
blanchâtre; plage préscutellaire et disque du scutellum dénudés. Macro-
chetes noirs. Pattes jaunes. Ailes opalines à taches d’un brun pâle.
Cuillcron thoracique plus développé que le cuilleron alaire. Oviscapte :
segment basal d’un noir luisant, plus court que les trois derniers tergites
réunis, à pubescence basale d’un brun pâle. — Long. : 4-5 mm.
Juillet-septembre. —- Lieux incultes : bords des chemins. Prairies et bois
humides des montagnes (Carduus personatus), assez rare. Belgique (GUILLIAUME).
Europe moyenne et septentrionale. Alpes orientales, 2.100 m. (Poxomvv).
Larve dans les capitules non déformés des Carduus personatus Jacq., numns
L. et crzspus L. (HEMJEL).
16. T. leontodontis (DE GÉE11). — Losw, 1862 : p. 106, 15, t. XXII, f. 1;
Mm, 1887 : p. 184, fig. 12-15; Bncxen; 1905 : IV, p. 139; IIENDEL, 1927:
p. 189. —- Aczplzora pratensïs R.-D. — Pl. xm, fig. 152.
Thorax et abdomen d’un brun roux au fond, couverts d’une pruinosité
grise plus ou moins épaisse, condcnsée sur le mésohotum, ce dernier avec

wnxrnrtoaz. — Tsrnnrris 161
trois lignes brunes bien visibles d’arrière en avant. Pattes d‘un brun
jaunâtre : fémurs ordinairement plus sombres. Cuîllerons subégaux. Ailes
brunes à taches blanches; cellule 2(Ju, entièrement blanche ou hyaline
postérieurement, tout au plus une tache brune à l’apex de la cellule
2Cu, sur la première nervure anale. Sc avec ou sans tache claire (Mix,
HENDEL). Oviscaptc aussi long que les derniers tergites réunis —- ou
plus court, unicolore, roux ou noir —· ou seulement noirci aux deux
extrémités, plus ou moins rougeâtre au milieu et sur les côtés. — Long. :
3-4 mm.
Mars-novembre. - Dans les prairies, sur les herbes, ou dans les bois sur
les feuillages des arbrisseaux. Plus rare dans l'Ouest et dans les régions médi-
terranéennes. Répandu dans toute l’Europe. Afrique septentrionale.
Larve sur le Leonzodon auzummzlis L. (auct.) dont les capitules floraux sont
fermés et gonflés (llouum, 6057), du Lcantodon hispidus L. (Hsivnm.); peut-être
aussi sur le Taraxacum 0/ficinale L. (Ds Gânn).
17. T. matricarîae Losw, 1844 et 1862 : p. 102, 7, t. XX, f. 3; Hmmm.,
1927 : p. 190 (‘). — Acinia leontodontis Psnnxs. — Pl. xm, fig. 155 et 156.
Comme le T. Ieontodontis. Antennes jaunes : les deux premiers articles
brunis. Fémurs plus ou moins ombrés sur la face externe. Ailes brunes
à taches blanches : les quatre taches subapicales formant une bande
blanche à peine courbée. Cuillerons subégaux. Oviscpte : segment basal
légèrement plus court que les deux derniers tcrgites réunis, d’un noir
_ brillant, parfois roux sur les côtés, à pilosité basale pale. — Long. :
3,5-4 mm.
Mars-septembre. Prés, bois et lieux herbeux.
Ardennes (R. Bsnoisr). Environs de Paris : Bicêtre, Meudon, Clamart, Ram-
bouillet, Fontainebleau (Ponums, Sécuv). Seine—et-Oise : Chérence, Bouray,
Saelas, sur le Salim: caprea (F. Le Csnr, R. Benoist). Haute-Saône (Aivnmâ);
Royan (Psnms) ;Landes : Mo nt-de·Marsan, Saint-Sever (Duroun, Psnnis. Gosx-:n·r);
Hautes-Pyrénées : Lannemezau (J. un Jomms); Vaucluse : Apt; Marseille;
Hyères (Ansu.1.s on Psmmv). Alpes-Maritimes : Cannes (Fmor); Var (Aivcsv);
Corse (Bscxsn).— Macédoine (D" River). Constantinople. Algérie (Suncour).
Larve sur le Crepis vi:-ens L. (Psnms, 1873 : p. 69). Deux générations succes-
sives en mai et juillet.
Ce Diptère est capturé, parfois en nombre, par le Mellinus arvensis L. qui
en approvisionne son nid (Bsnnsun, 1925 : p. 94).
18. T. Nesii (WxsnsMAxN ap. Maman).- Ilnrmsx., 1927 : p. 191. T. con-
juncta. Losw, 1864 : p. 114, 25, t. XXIV, fig. 1 [sauf Anmerkung (“)].
— .·1cz`nz`a leontodontis Pxmnxs   — Pl. xv, fig. 178.
(1) Les cltatlons de Tu. Bncxsn (1905 : IV, p. 139), sauf celle de Losw reproduite lcl, se rappor-
tent A d'autres especes. Voyez HENDEL, 1927 : p. 127, matricariae § 2.
(2) La remarque de 1'0uvrngo de Losw, p. 115, 5 1, s'applique au Tephrilis cnnjuncta, p. 157.
(3) Psnms a obtenu, du Grepis virens, plusieurs espèces de Trypétldes qu’ll désigne sous le
même nom. (1'ost le cas de cette espèce et de ln précédente. Plusieurs spécimens de ces mouches
sont conservés dans la collection de E. Gossnï.
ll

162 Muscrnus Acanvrrunus
Q. Corps à vestiture jaunâtre, mêlée de poils noirs bien visibles.
· Ailes : toujours une tache médiane brune sur la cellule 2C, cellule 2M,
claire à la base seulement; bandes apicales en > élargies à l’apex.
Abdomen : tergites àpilosité noire à la base, grise ou blanche et plus
longue àl’apex. Oviscapte: segment basal noir, aussi long que les deux
derniers tergites; à pilosité blanche à la base, noire à l’apex.
df. Antennes: articles I et II parfois brun noir. Fémurs noircis sur
leur plus grande longueur; genoux jaunes, parfois les tibias III égale-
ment ombrés ·—— ou les fémurs I avec une large bande brune externe. —
Long. :3,75-4,5 mm.
Juillet-septembre. —— Prés et pâturages, bois, lieux herheux, champs, vignes
et endroits pierreux des terrains calcaires et argileux. Ardennes (R. Buivoisr).
Seine : Nogent—sur-Marne : bords de la Marne (E. Fruurnnx); Landes (Permis,
Gonurrr); Hautes-Pyrénées :Tarbes, sur le génévrier, XII, dans les prés, avril-
juin; Aureilhan, Ibos, sur le pin, novembre; Tramesaigues, juillet; Azereich,
sur le pin et la fougère, en avril (L. Paunutnu). — Corse (Louw). -—· Europe
moyenne et méridionale. Scandinavie.
La larve a été trouvée sur le Crepis virens L. (Puums, 1873 : p. 69). Elle a
a été également signalée sur le Picris hiemcioides L. et sur le Leontodon
autumnalis L. (Europe centrale [HuNnui.]).
19. T. nigricauda Louvv, 1856 et 1862 : p. 112, 23, t. XXIII, f. 4; Sour-
Nuu, II, p. 162; Bucxun, 1905 : IV, p. 139; HuNnuL, 1927 :p. 192. —
Pl. xv, fig. 169.
Tête d’un jaune sombre : mésonotum unicolore, cendré. Macrochètes
noirs. F émurs Il et III avec une bande sombre plus ou moins étendue sur
la face interne. Cuillerons subégaux. — Long. : 4 mm.
Mai—septembre. Partout, prés, bois, lieux humides; champs, bords des che-
mins et lieux incultes dans toute la France, plus rare dans les régions médi-
terranéennes. - Toute l‘Europe. Syrie. Tunisie (Duuonrr). Maroc (L. Gaim;}.
Larvc dans les capitules floraux du Matricaria inodora L., des Achillea mil-
lefolium L., et ptarmica L., dont le réceptacle se gonfle sous l`action du para-
site (Houmo, 5678, 5704).
20. T. postica Louw, 1844 et 1862: p. 111,21, t. XXIII, f. 3; Scumun,
II, 159; Bucxuu, 1905 : IV, p. 140; Humour., 1927: p. 140. - Aciniaz
heraclei   Macooairr, II, p. 470, 5. — Pl. xrv, fig. 165.
Tête d’un gris roussâtre. Antennes et palpes jaunes. Corps à tégument
brun, couvert d’une épaisse pruinosité d’un gris jaune clair. Villosité courte,
brillante, d’un blanc jaunâtre clair; disque du scutellum et deux petites
plages mésonotales préscutellaires dénudées. Fémurs brunis. Cuilleron
thoracique très saillant. Abdomen roux, partiellement noirâtre, surtout à.
la base des tergites. Oviscapte : article basal étroit, plus long que les
quatre derniers tergites réunis, roux ou d’un brun roux, brun ou noir à.
l’apex. — Long. : 5-7 mm.

TRYPETIDAK. — Tnrunxrxs 163
Juin-septembre. Lieux incultes, bords des chemins. Environs de Paris (Bosc);
Meudon, Rambouillet (Sécuv); Lyon (Rev > PAvm:1.1.ii); Montpellier (Faces);
Corse (Bscmzn). —-· Espagne (Duroun). Autriche (Bovsn na Foivscotomaa). Perse
(DANTAN). Algérie (Ansiue DE Pannm).
Larve dans les capitules épaissis de l’Onopordon ncanthinm L.
21. T. praecox Lonw, 1844 et 1862 : p. 102, 9, t. XX, l'. 4; Bncxsn,
1905 : IV, p. 140; Himnei., 1927 : p. 194. — PI. xv, fig. 172.
Antennes rousses ou le bord antérieur du troisième article bruni. Corps
noir au fond, à pruinosité épaisse d’un gris sombre. Fémurs le plus
souvent noirs sauf à la base, genoux étroitement roux, — ou les fémurs
avec une bande sombre longitudinale. Cuillerons très petits, égaux. Ovi-
scapte : segment basal d’un noir brillant, largement triangulaire, légè-
rement plus long que les deux derniers tergites réunis, à villosité basale
blanche et brillante. — Long. :2,5-3 mm.
Juimseptembre. — Champs sablonneux. Lyon (Rev). Isère : Grande Char-
treuse (Soivrnomvix); Royan (Permis). Landes (Gomznr); Hautes-Pyrénées :
Gavarnie, Arrens, juillet (Pxxnntté); Var: Fréjus (Fixer); Callian (Bmu.A1v¤).
Corse : Vivario (R. Benoist). Espagne (L. Duroun). Afrique du Nord (Tmînv,
Lssiva, Nountmen, Duuoivr).
Larve sur le Filago gallica Coss. et G., juin (Psnms < coll. Gon:-:n·r).
22. T. pulchra Lonw, 1844 et 1862 : p. 115, 26, t. XXIV, l`. 2; Scunvsn,
II, p. 168; Bscxun, 1905 : IV, p. 140; Hmvnnr., 1927: p. 194. —— Fig. 203
et pl. xv, fig. 175.
Mésonotum avec trois lignes brunes bien visibles d’arrière en avant.
Cuillerons jaunis, égaux. Oviscapte : segment basal aussi long ou plus
long que les deux derniers tergites, roux ou brun roux, avec une tache
basale triangulaire noire, apex étroitement noir —ou l'oviscapte entiè-
rement noir à villosité d’un roux foncé. — Long. : 4,5-5,5 mm.
Mai-octobre. — Marais, prés et bois humides dans presque toute la France
-— ou bois et prés secs des Alpes maritimes aux Pyrénées orientales. Cher,
Savoie, Dauphiné, Lozère, Aveyron, Charente-Inférieure, Landes. — Europe
centrale et méridionale, de l'Espagne et de la Suisse à la Russie. Algérie
IBmauss, Lasne).
Larve dans les capitules non déformés des Scorzonera humilis L., et hispa-
nica L.
Parasite : Bracon fumipennis Tu. (ne GAULLE : 454,19).
23. T. rasa (PANDELLÉ). — Pl. xv,`fig. 179.
Clzirotype d'. - Fait partie du groupe Nesiùrecurrens ou conjuncta-
dect}2z'ens, dillère de Nesii par les caractères chromatiques définis dans
le tableau mais plus voisin du T. conjuncta que des autres espèces du
groupe. Il diffère de‘cette dernière par la vcstiture plus nettement jau-
nâtre et surtout par le dessin aiaire. Face à pruinosité blanche, légère.

164 Moscxoss Acxnrrrùnus
Antennes rousses. Mésonotum d’un gris jaune, sans bandes sombres;
scutellum roux au bord; postcutellum et mésophragme d'un gris noir.
Pattes rousses. Cuillerons subégaux. Abdomen roux, le troisième ter-
gite visible taché de gris, noir au milieu, le suivant presque entière-
ment gris, sauf une étroite bordure rousse à l’apex; le dernier tergite est
entièrement gris. -— Long. : 3,5-4 mm.
Hyères (Ansxnnn ne Pmmnv [coll. PANDELLÉ, N° 5403]). C`est peut-être le
Tephritis rulîna de Roivmm comme l’a supposé PÀNDELLIIL
24. T.rec11rrens Lonw. —- Bncxsn, 1905 :IV, p. 140; Hnmmn, 1927 :
p. 194, t. 15, fig. 5. —- Pl. xv, fig. 177.
Differe du T. pulc/ira. Lonw par le dessin alaire. Mésonotum à bandes
sombres moins visibles. Fémurs I brunis. Cuilleron alaire plus déve-
loppé que le cuilleron thoracique. Oviscapte : segment basal noir aussi
long que les deux tergites précédents réunis. —- Long. : 4,5-5 mm.
Environs de Paris (Bosc); Royan (Pmms); Var : Callian (L. Bsnmnn);
Hyères (Aasxnns ns Psmmv). —— Espagne. Italie. Grèce (Hmmm.),
25. T. ruralis Lonw, 1844 et 1862: p. 103, 10, t. XXI, f. 1; Scmmzn,
II, p. 166; Bscxnn, 1905 : IV, p. 140; Ilimosr., 1927 : p. 195. —- Pl. x1v,
fig. 157.
Corps d’un brun noir couvert d’une pruinosité d`un gris sombre, ban-
des mésonotales peu visibles. Fémurs I brunis et fémurs Il et III avec
une bande brune interne — ou tous les fémurs brunis — ou déco-
lorés, roux. Cuillerons subégaux -- ou le cuilleron thoracique très légè-
rement saillant. Oviscapte : segment basal nettement plus long que les
deux derniers tergites réunis, roux, noirci a la base et à l’apex, ai villo-
sité noire. — Long. : 3,5-4 mm.
Mai-septembre. - Lieux secs, coteaux dans toute la France. Fontainebleau
(ma GAULLE); Landes (Gonnnr); Var: Hyères; Marseille (Aanxnrs on Psaum).
' Corse. — Ca et là dans toute l’Europe. Alpes orientales, 800-2.000 m. (Mün-
1.1211, Poxomvv).
Larve sur l’Hiez·acium pilosella L., dont le capitule gonflé peut renfermer
1-4 larves blanches (Houmn, 6196).
26. T. simplex Lonvv. —·- BECKER, 1905 : IV, p. 141; Ilurznni., 1927 :
p. 195, t. 13, f. 8. —- Pl. xm, fig. 153.
Macrochètes d’un brun roux, mais la deuxième notopleurale blanche,
parfois aussi la première. Scutellum roux latéralement comme les côtés
du thorax. Cuilleron alaire aussi long que le cuilleron thoracique, assez
longuement cilié au bord. Abdomen : tergite basal roux au moins sur
les côtés. Oviscapte : segment basal nettement plus court que les deux
derniers tergites réunis, d'un noir brillant, étroitement roux-orange
latéralement. —- Long. :4-4,5 mm.
Marseille (ÀBEILLE ns Psaum). - Espagne. Baléares (Gonimr, sub nom.
Oxyna elongatula). Algérie (Szmcour). Asie mineure.

·rn¥ru·r1nAu. - ·rm>mu·r1s 165 ·
27. T. stictica Louw, 1862 :p. 109, 19, t. XXIII, f. 1; Huxnur., 1927 :
p. 195, t. 14, f. 6. —— T. diotitis Doroun (in litt.). —· Pl. xnv, fig. 163.
Comme le Tephrz'tzZ·s hyoscyami. Corps brun à pruinosîté d‘un gris
clair. Macrochètes noirs. Cuillerons blancs, subégaux. Oviscapte : seg-
ment basal d’un noir brillant allongé subégal aux trois derniers tergites
réunis, à pilosité basale blanche. —— Long. :3-4 mm.
Juillet-août. —- Sables maritimes. Landes 2 Capbreton, 18.VII.77 (Pumus,
Gouunr); littoral de Sanguinet (L. Dorotm). France méridionale. - Espagne
(Louw). Portugal (Tsvlmus). Italie (Buzzx).
Larve sur le Diozis marùima Sumr (Duroun, Puruus); elle produit une défor-
mation légère du capitule (lleusnn, 5721).
28. T. truncata Louw, 1844 et 1862 : p. 98, 3, t. XX, f. 1; Scnmun, II,
p. 158; Bucicun, 1905 : IV, p. 141; Ilunnm., 1927:p. 196. — P1. xm,
iig. 151.
Antennes : troisième article bruni. Macrochètes bruns. Fémurs III
parfois brunis sur la face interne. Abdomen : segment basal plus ou
moins roux, au moins sur les côtés et sur le bord libre, les autres tergites
bordés de roux, le dernier tergite roux sur la moitié apieale. Oviscapte :
segment basal trapézien, roux, bien plus court que les deux derniers
tergites réunis, à pilosité très fine, noiràtre. — Long. : 4,5-5,5 mm.
Landes : Saint-Sever (Duroon : coll. Gmaun). Autriche (Bovuix ou Foxsco-
romeu).
La larve a été trouvée dans les capitules non déformés du Lcontodon incanum
Scummn (Europe. Allemagne) et de l‘Hieracium nzurorunz L. (Fxmuunruw
[HuNouL]).
Parasite : Torymus cyanimus Bon. (ou GAULLE, 556 : 12).
29. T. valida Louw, 1858 et 1862 : p. 112, 22; Scnmua, II, p. 162;
Bucxun, 1905 : IV, p. 141; Ilurwur., 1927 : p. 196, t. XIV, f. 2. - T. pro-
cera Louw. -— Pl. xrv, fig. 168.
dl. D’un jaune roux. Antennes courtes, noircies sur la face interne :
deuxième article saillant, couvert de petites soies noires. Mésonotum d`un
gris brun. Scutellum presque entièrement roux. Mésophragme noiràtre.
Macrochètes roux. Cuilleron thoracique largement saillant sur le euilleron
alaire. Abdomen : tergite basal roux sur les côtés et à l‘apex, les autres
bordés de roux, le dernier tcrgite aussi long que les trois précédents,
largement roux à l’apex. — Long. : 5,5 mm.
Q. Oviscapte-: segment basal à peu près aussi long que les quatre der- ·
niers tergites réunis. — Long.-: 7,5 mm. (lluxnun). ,
Landes : Saint-Sever (L. Duroun in coll., 3869, sub nom. Acinia hyoscyami).
Hongrie. Russie méridionale. Caucase. Asie mineure (Humour,).

166 Muscrnns ACALYPTÈRES
30. T. vespertina Losw, 1844 et 1862 : p. 104, 12, t. XXI, f. 3; Scnmnn,
II, p. 171; Bscxsn, 1905 : IV, p. 141; Hsivmzi., 1927 : p. 197. ——— Acinia
leontodondis Pnmus et auct. —— Pl. xm, fig. 149.
Bande médiane frontale brune. Antennes rousses : troisième article
parfois bruni. Corps d’un gris noir, couvert d’une pruinosité d’un brun
jaune. Pilosité fine blanchâtre, dispersée sur le mésonotum, nulle sur le
scutellum, plus longue et plus serrée sur l’abdomen. Macrochètes bruns.
Cuillerons subégaux (ou le thoracique saillant), jaunàtres, ourlés de roux.
Abdomen : segment basal roux à l’apex et sur les côtés, les deux tergites
suivants étroitement roux à la marge. Oviscapte : segment basal trapé-
zien, roux, plus ou moins noirci à la base et à l’apex, à pubescence courte.
rougeâtre, noire entre les deux extrémités. —— Long. : 4,5-5 mm.
.Février, mai-août, novembre. —· Bords des chemins, pâturages, prairies et
champs. Environs de Paris, Clamart (Pouaxoa), Rambouillet (Siêcuv). Morbihan
(Svncour). Allier (nu Bmrssori); Ain; Mâcon (FLAMARY); La Pape (Poaravm).
Creuse (ALLUAUD); Lyon (Sozvrnoxwxxy;Hautes·Alpes(LoMaAno); Landes (Parmis,
Gosnivr, on GAULLE, Durona). Aude (GAv0v). Hautes-Pyrénées, très commun sur
le pin, le genévrier et les euphorbes (L. PANDELLÉ). Var : Hyères (ABEILLE ne
Psaum). Corse (Bscxsn). —— Espagne (N.~.vAs). Algérie (A. Tmâav). Tunisie (H.
GADEAU on KERVlLLE)·
Larve sur l’Hyp0choeris mdicata L, (Primus, 1873 : p, 69; Marly [P. LEsma]);
sur le Tragopogon pratensis L. (Mont Pilat [L. FALcoz]).
G. TRYPANEA Scuamvx.
Adultes. — Tête trapézienne en profil. Yeux ronds. Espace interoculaire
deux lois aussi large que l’œil; deux soies orbitales supérieures : la première
blanche, trois orbitales inférieures, noires comme la deuxième orbitale supé-
rieure. Gênes étroites ou linéaires; péristome moins large que le premier article
antennaîre; face concave; épistome saillant ou relevé en avant. Antennes légè-
rement plus courtes que la face, à bord antérieur concave, plus ou moins
anguleux à l’apex. Corps couvert d’une pruinosité grise et d’une pubescence
blanchâtre ou jaunâtre. Ailes plutôt longues : nervures transverses écartées
de la base de l’aile : membrane opaline ou vitreuse avec une grande tache
étoilée d’un brun noir. Cuilleron thoracique écourté. Pattes rousses.
1-(2). Ailes : extrémité des nervures MA, et MA2 avec deux bandes
brunes prolongées au bord de l'aile (pl. xvi, fig. 182) ......
................. T. augur FRFLD (‘).
2-(1). Pas de bandes brunes prolongées au bord de l’aile.
3—( 4). Taches de la cellule sc prolongée jusqu’à la nervure MA, (pl. xvr,
fig. 184] ............. T. amoena, p. 167.
4—(3). Cette tache réduite ou nulle, sans prolongement (pl. xvx, fig. 185
et 186) .............. T. stellata, p. 167.
(1) Afrique septentrionale. Iles Canaries. Larve dans les inilorescenccs du Zygophyllum album L.
(FnAUENFELn) ou du Pulîcarïa crispa Sou. (EFFLATOUN).

TRYPETIDAE. — Tnïrasna 167`
1. T. amoena (Fxmunnrnto). Hummm., p. 198, — Urellia amoena Losw,
1862, p. 120, 5, t. XXV, f. 2; Bncmzn, 1905 : IV, p. 141. — Tephritis
amoena Sci-mam, II, p. 170. — Trypeta stellata var. Lonw. — Ditricha
parisiensis Rorznsm. - Pl. xvr, fig. 184.
Antennes : troisième article bruni. Corps couvert d'une pruinosité d‘un
gris cendré jaunâtre. — Long. : 4-5 mm.
Juin-septembre. — Répandu dans toute l’Europe moyenne et méridionale.
Corse (Bncnsn). - Italie : Ligurie, VII (G. Paou). Canaries. Madère; A|`rique~
septentrionale. Tunisie (C. Dvnoxr). Perse. Inde. Philippines. Formose(Hsnnn1.).
Larves dans les capitules floraux des Laczuca virosa L., scariola L., saligna
L. et sativa L., des Picris ln`eracz`0ides L. et Sprengeriana LAMK., du Senecz`0
coronopi/'qlius et du Centaurea calcizrapa L. (Fnwsmri-:1.n, Scumsn, Ex··rx.A·r0UN,
Ilmont). Egalement dans les inflorescences du Sonc/eus oleraceus L., recueillies
en août, à l'lIay-les-Roses (Sieur).
2. T. stellata (Fusssm'). llnzvnm., 1927 : p. 201. -— Urellia stcllata
Lonw, 119, 4, t. XXV, f. 1; Scmmzn, II, p. 169; Bncxnn, 1905 : IV, p. 143.
-— U. calcitrapae R.-D. — Tephritzlr radiala   Macouaxvr, Il, p. 472,
11. —- Arinia. terminata (FALLÉN). 1`IACQUAl\T,II, p. 472, 10. — Pl. xvx,
fig. 185 et 186. '
Q . Tête jaune; orbites, face, gênes et péristome blanchàtres; les trois
soies orbitales inférieures, la deuxième orbitale supérieure, les soies
oeellaires,_verticales internes, brunes, les autres blanchàtres. Palpes et ·
antennes jaunes. Corps noir au fond à pruinosité d‘un gris bleu. Méso-
notum unieolore. Maerochètes d‘un brun pâle, noir_cis à l’apex. Pattes
rousses (1). Oviscapte d‘un noir brillant aussi long que les trois derniers
tergites réunis. — 5*. Soies céphaliques plus courtes. Antennes : troisième
article brun ou noiràtre. Fémurs I brunis sur la plus grande longueur.
— Long.: 1,5-4,5 mm.
Mai-octobre. — Répandu dans toute l’Europe. Afrique septentrionale. Asie
mmeure.
Larve dans les capitules floraux partiellement déformés des Anthemis cotula
L. (Homme, 5669); Inula britannica L. (Fntunxrstn, Ilnrznnx.); Aster tripolium L.
(Fnwsmrnno); Arlemisia absinthium L. (IIENDEL); Hieracium sabaudum L.
(F ntusurnto, van nan WVULP).
G. ACANTHIOPHILUS Bncman.
Adultes. —- Espace interoculaîre à peu près deux fois aussi large que 1‘œil;
deux soies orbitales supérieures: la première orbîtale supérieure et la verticale
interne de couleur sombre comme les soies du thorax; soies ocellaires bien
développées; gênes très étroites ou linéaires; péristome à peu près aussi large
(1 M. C. Dumont! e rapporté de Tunisie des individus dont les fémurs I et Ill sont nolrcls sur
les deux tiers hnsaux : dans ce cas les cellules eostale et sous-costale et la nervure Il; sont plus
nettement ombrées.

168 Muscmns ACALYPTÈRES
que le troisième article antennaire; épistome saitlant et relevé en avant. Occi-
put aplati en haut, gonflé en bas. Trompe courte et large. Antennes légèrement
plus courtes que la face : deuxième article à soie courte, troisième une fois et
_ demie aussi long que large, rectiligne au bord antérieur, l’apex anguleux ou
arrondi. Scutellum ovalaire, aplati sur la face tergale. Pattes rousses. Ailes à
taches pâles ou une tache étoilée,apicale, d’un brun noir. Abdomen sans taches
tergales. Corps couvert d’une pruinosité d'un gris bleu ou blanchâtre à pubes-
cence courte, pâle. Oviscapte très long, subégal aux quatre derniers tergites
réunis (heliant/zi) ou plus court, à peu près aussi long que les deux derniers
tergites (lauta et ramulosus).
1—(2). Antennes : troisième article arrondi à l’ape—x antérieur- Aile cou-
verte sur la plus grande surface d’un réseau rétieulé sombre, parfois
peu visible (pl. xvi, fig. 188) ....... A. lauta Loxaw(‘).
2-(1). Antennes : troisième article aigu à l’apex antérieur-
' 3-(4). Aile avec quatre bandes apicales sombres, rayonnantes (pl. xvi,
fig. 181) ............. A. ramulosus, p. 168-
4-(3). Aile à taches pâles ou décolorées, souvent concentrées le long du
bord antérieur, bandes apicales réduites ou nulles (pl. xvi, fig. 187)-
................. A- heliauthi, p. 168-
1. A. helianthi (Rossi). — Huivnm., 1927 : p. 203. — Urellia elutaz
MAcQUAn·r, II : p. 472, 14; Lonvv, p. 117, 1, t. XXIV, f. 3; Scuiman, Il,
p. 171; Biacxnn, 1905 : IV, p. 142. — Fig. 204 et pl. xvr, fig. 187.
Tête jaune. Orbites, bande médiane frontale et gênes à pruinosité
blanche. Antennes jaunes. Thorax : bandes latérales seapulaires jaunes-
Mésonotum avec deux bandes médianes, longitudinales d’un gris plus
sombre. Soies scutellaires apicales réduites. -— Long. : 4,5-6 mm.
Juillet-octobre. — Répandu dans toute l`Europe, plus commun dans les con-
trées méridionales. Asie mineure. Afrique septentrionale. Iles Canaries.
Larve dans les capitules déformés du Centaurea nigra L. (Landes, Pnnnis,
1873 2 p. 63-64; Duroun, 1857 2 p. 49; Houxnn, 5966); du C. jacea L. (KA1.1·eN·
nncx, Fmusmrstn); de l'On0p0rdon illyricum L.; du Cirsium lancealatum L.
(Fmunivrntn, Louw); Cenzaurea mncnlosa Lxmx. (Fn».unNrstn, Husmcnu); Cen-
taurea. aspem L. (Husmcns); C. ornata Wim-n. (Dr Zsniw); C. Friderici Vis-
(RECHINGER) C. pallescens DEL. et aegypziaca L. (Eurmrroum), sur Leuzea coni-
fera DC., en août.
2. A. Pamulosus (LOEw).— Ilmvnm., 1927 : p. 204. —- Urophora radiata
Macouairr (sec. typ,). — Pl. xvi, fig. 181.
Espace interoculaire àpruinosité grise en haut et latéralement. Trompe
à labelles allongés. Calus huméral et dépression notopleurale jaunes. Mé-
sonotum avec trois lignes sombres. Pattes rousses. Abdomen d’un jaune
blanchâtre. Oviscapte aussi long que les deux derniers tergites réunis,
(1) Acanthiophîlus (Tephritomyia) lauta Losw. ——- Europe méridionale! Algerie (ABELLLE DK
PERMN). Maroc (F. LE CERF). Tunisie (C. DIJMoN1·). Biologie inconnue.

'rnYPn'r1DAE. — rxnxcanrnornxcua 169'
d`un brun roux, plus sombre à l’apex, à villosité jaune. — Long. : 3,5-
4 mm.
Var : Hyères (A. F mor). Corse (Kurzrzr:). — Algérié (Lucas).
G. NOEETA R.-D.
Adultes. —- Tête trapézienne en profil. Yeux velus. Espace interoculaire
quatre fois plus large que l‘œil; bande médiane frontale à villosité longue;
quatre soies orbitales supérieures : la première et la plus longue noire, trois
orbitales inférieures : la première blanche. Toutes les soies céphaliques épaisses
et longues; gènes moitié aussi larges que le troisième article antennaire; péri-
stome deux fois plus large que cet article. Trompe courte a labelles épaissis
en ventouses. Antennes à peu près aussi longues que la face, deuxième article
avec une soie dressée : troisième deux fois plus long que le précédent, concave
en avant, pointu, convexe en arrière. Thorax a macrochètes noirs et pilosité·
courte formée de poils épais, blanchàtres; soies dorsocentrales plantées près
de la suture. Fémurs II et III avec une rangée postéro-interne de soies jaunes.
Ailes élargies, brunes à taches blanches. Cuilleron thoracique saillant. Tête,
thorax et abdomen tachés de noir : tergites V tg'), VI (Q) brillants sans
pruiuosité. '
1. N. pupillata (FALLÉN). IIENDEL, 1927 : p. 207. - Tcphritis pupillata
FALLÉN. Macouanr, II, p. 471, 9; Fnxuunrnnn, XI, p. 165, taf. II, fig. 1-4;
Lonw, p. 78, 2, t. XIII, l'. 3; Scnixnn, II, p. 147; Bnexnn, 1905 : IV,
p. 129. -.Ic:'nz'a lineata Mxcouanr, II, p. 472, 12. —- Trypeta pardalina
Mmcum. — Trupanca rcticulata Scnnamc. —- Pl. xvr, fig. 192.
çà et là en Europe centrale et septentrionale. — Belgique (Guituwns). En-
virons de Paris (Bosc); Somme (Pxnsxr); Eure (Ponrsvix) ; Isère 1 Vienne, 12,
VII (L. FALcoz); Haute-Savoie : Chambéry (nn GAULLE); Vaucluse (AnE¤LLn ne
Pmmnv); Hautes-Pyrénées (PANDELLÉ)} Landes (Duroun). Dans les bois secs, les
coteaux, les landes et les bruyères de presque toute la France.
Larve sur les Hieraciam boreale Fa., umbellatum L. (Guxtuxuiusl, vulgatum
Fa., murorum L., florentinum ALL., et sabaudum L. (llouzmo, 6139·43, 51, 64
et 83); fleurs d’AndryaZa sinuata L. [integri/`olia L., Cosrn] (FALCOZ, 1930 :
p. 150).
G. PARACARPHOTRICHA lIr:Nnr~:L.
Ilsxnm, 1927 : p. 208, 69.
Adultes. -— Yeux à villosité éparse. Espace interoculaire deux fois plus large
que l’œil, légèrement rétréci en avant; bande médiane frontale velue sur la
partie centrale et antérieure; deux soies orbitales supérieures : la première
blanche : deux orbitales inférieures; verticales internes et ocellaires longues et
noires; soies occipitales épaisses et courtes, jaunes. Gênes moitié aussi larges
que le troisième article antennaire; péristome deux fois aussi large que cet
article; face concave : épistome largement saillant et relevé en avant. Antennes

170 Muscxous Acanvrrènss
courtes : troisième article concave en avant, anguleux à l’apex antérieur. Méso-
notum plus long que large. Ailes comme chez les Ditric/za (pl. xvx, fig. 190).
Cuilleron thoracique court.
1. P. alpestris(Po1<omvv). HENDEL, 1927:p. 209, fig. 77 et t. XVII, fig. 3.
Hoploc/zaeta alpestris Buzzi. — Pl. xvi, fig. 190.
Suisse: St-Moritz, 2.400 m. (HENDE1., I. c.). Tyrol (Poicomvv).
G. DITRIGHA Ronmm.
Adultes. — Tête triangulaire en profil si l’antenne est appliquée contre la
face. Yeux plus ou moins velus. Espace interoculaire quatre fois plus large que'
l’œil; bande médiane frontale à villosité courte, éparse; lunule élargie, très
développée; deux soies orbitales supérieures : la première épaisse et blanche;
trois ou quatre orbitales inférieures : la troisième et la quatrième blanches;
verticales internes et externes noires; ocellaires très longues et noires. Front
légèrement saillant de profil : face concave; épistome un peu relevé et saillant
antérieurement. Gênes à peu près aussi larges que le troisième article anten-
uaire. Péristome deux fois plus large que les gênes. Occiput cilié comme le
péristome. Palpes aplatis, très larges. Antennes plus courtes que la face : troi-
siéme article droit au bord antérieur, anguleux à. l’apex antérieur : convexe
postérieurement. Thorax couvert d’une villosîté courte et épaisse : deux soies
dorsocentrales (1 + 1). Scutellum fortement convexe et poli, d’un noir brillant.
Fémurs Il et III avec une rangée de soies postéro-internes, plus une soie basale
dressée. Ailes comme chez les Noeëta. Cuillerons courts, le thoracique en
bande étroite, le cuilleron alaire saillant. Abdomen : tergites V (ci'),
VI (Q) brillants. _
1. D. guttularis [ME1GEN). Hurzosx., 1927 : p. 210. — Carphotricha gut-
tularzk Losw, 1862 : p. 77, 1, t. XIII, f. 2; Scnmsn, II, p. 145; Becxun,
1905 : IV, p. 129. —— Acinia guttularzs Macouaar, II, p. 471, 8. —- Pl. xvi,
fig. 191.
Juillet-septembre. Toute la France, çà et là. Europe centrale et septentrio-
nale. Belgique, sur l'Hiemcium murorum L. (GUILLIAUME).
La larve provoque l’apparition de galles sur les tiges ou les racines de
l'Ac/zillea mille/'ollium L. (Houaao, 5683).
Parasite : Lindenius Panzeri Lmn. (nn GAULLE, 887 2 4). '
Il faudra peut-être ajouter à ce genre le Ditricha guttulosa (Lonw)
Hmvnm., l. c., p. 210 (Carphotriclza Andrieuxi Tavaniss, 1901) qui habite
l’Espagne et le Portugal. Les yeux sont plus longuement et plus distinc-
tement velus; les palpes présentent des soies apicales jaunes; la membrane
de l’aile est plus pâle et couverte de petites taches claires, encore plus
réduites sur le bord et beaucoup plus nombreuses sur le disque que chez
le D. guttularis (pl. xvx, fig. 189). La larve a été trouvée dans une galle
de tige sur le Santolina rosmarinifolia L. (Houann, 5658).

Loxcmnnnxs. — Loivcnsm 171
F. LONCHAEIDAE
Adulzcs. — Une soie orbitale supérieure et parfois une inférieure, petite.
Soies ocellaires plus développés que les verticales postérieures divergentes,
réduites. Chète nntennaire à cils distincts ou nu. Tibias sans soies préa-
picales (sauf Eurygnazhomyia). Ailes : nervure costale fracturée au niveau
de la nervure sous-costale; pas d'épines costales (sauf Eurygnaz/zomyia bicolor-
Zi-:·r·r. (1); cellules basales (1M, et 1Cu,) réduites ou présentant une petite pointe
inférieure; extrémité de sc rapprochée de l'apex de la première nervure radiale
(R,) sur la nervure costale. Ailes sans taches noires ou brunes. Une ou deux
soies dorsocenlrales postérieures. Corps d'un noir brillant, bleu ou vert mé-
tallique. Oviscapte comme chez les Trypétides, chitinisé, pointu. Appareil co-
pulateur mâle : forceps externe armé sur la face interne de quatre ou cinq
grosses épines noires; forceps interne à branches mousses; sternite génital
et apodème du pénis petits. Gonapophyses antérieures cîliées; gonapophyses
postérieures dentées. Pénis en baguette dénudée, courte. Sclérite du canal
éjaculateur en palette médiocre (fig. 206). Mouches anthophiles ou herbicoles
Larves saprophages, coprophages ou phytophages (ns Mamans, 1909 : p. 152).
Un seul genre en France :L0nchaea, avec environ trente espèces.
G. LONCHÀEA [·`AL1.éN.
Adultes. - Téte hémisphérique, noire; espace interoculaire étroit, d‘un noir
de suie, au moins en avant. Yeux grands
à facettes antéro-internes légèrement dila— F __
tées chez les males. Soies postocellaires \ ,·( A
parallèles ou légèrement divergentes. Pal- ; / / ».:: (
, , _ , / I ,r\ ' SC
pes follaces ou en lames, à bords paral- _ ( ,’/»'   Q
lèles, sombres. Antennes couchées, petites _` (I. (kg   Stg
ou prolongées jusqu'à l`épistome (“), troi- È I 8
sième article élargi, obtus; chète nu ou à t  
villosité line. Calns huméral avec une soie. fs \ p
Mésonotum avec une soie présuturale et
deux soies d0rSOCe¤traleS pûstérîeures. Fm. 206. -— Lonchaea chorca. d, appa-
Corps court, épais, villeux. Thorax et ab- reîlpèvpvïïèurèîë1f¤;Ȥî?(;<È;—s¤1;p:·
domen brillants, noirs à reflets verdàtres î£île;m;• fïrcîps i;1m_;œ;p· genis;
bleusou v10lacés.Scutellum denude. Balan- ML Scléme du canal éjaculateur;
ciers à capitule noiràtre, pédicelle jaune sig. sternite génital.
ou brun. Ailes vitreuses, nervures pâles
ou jaunes : la base et les cuillerons parfois brunis (3); cellule sous-costale plus
ou moins étroite et transformée en stigma; petite nervure transverse ordinai-
(1) Cf. llnnnm., 1928 : p. 98, ng. ll¤8.
[2) Varlable. La longueur des antennes n'est pas constante : eg. L. albilarsis.
(3) La couleur des cuillernns peut varier également : eg. L. nigra.

172 Mvscmns ACALYPTÈRES
rement dirigée vers l`apex de R, (sauf chez le L. Bazini où elle se dirige vers
l’apex de sc). ——- çj'. Espace interoculaire plus étroit que l‘oeil. Fémurs II avec
une frange ou un peigne de soies postérieures plus longues. - Q. Espace
interoculaîre plus étroit que l’œil. Abdomen : segments VI-IX rétractiles son-
vent prolongés en dehors en oviscapte trypétidien, pointu, creusé en gouge à
l’apex. '
Larves. — Les larves vivent dans les plaies des arbres, sous les écorces; elles
peuvent former des galles sur les Graminées; d’aut1·es sont coprophages(‘) ou
saprophages comme le deviennent, au troisième âge, celles qui se développent
dans la pulpe de certains fruits. Une seule espèce a été observée sur les arbres
vivants (L. viridana).
Les caractères éthologiques des larves permettent de diviser les Lonchaeœ
en trois groupes.
I. Larves saprophages vivant dans les matières végétales décomposées ou
dans les excréments (2) - occasionnellement phytophages. Adultes 2 antennes
plutôt longues atteignant au moins le milieu de la face; chète à pubescence
microscopique ou nu. Chétotaxie bien développée (groupe du Lonclzaea clzorea).
II. Larves génératrices de galles. Adultes : antennes courtes n’atteignant pas
le milieu de la face ; chète nu. Tête gonflée. Chétotaxie moins développée
(groupe du genre Dasyops, type lasiop/zzlialma).
III. Larves carpophiles, habitant les fruits. Adultes 2 antennes très longues,
atteignant le bord de la bouche; chète antennaire plus ou moins plumeux (sauf
Lamprolonchaea aurea). Chétotaxie : deux sternopleurales bien développées.
Espèces des pays chauds (groupe du genre Carpolonchaea, type plumosis·
simu Br:zzx)(3).
1-(32). Antennes longues (fig. 207 et seq.).
2-(3). Yeux distinctement velus. Cuillerons d’un brun noir. Europe cen-
trale et septentrionale .... `. . L. hirticeps Zmr., Scnnvnn.
3-(2). Yeux nus, tout au plus à villosité microscopique chez les mâles.
4-(19). Pattes, y compris les tarses, entièrement noires.
5-(12). Cuillerons jaunes ou blancs.
6~(7). Cuillerons àvillosité blanche ou brune. (jl : dernier tergite abdo-
minal aussi long ou plus long que les trois tergitcs précédents réunis.
.................. L.nigra, p. 182.
7-(6). Cuillerons à villosité blanche. 5* : dernier tergite abdominal court.
(1) Lorwhaea Seitncri Hmmm., 1928 : Konowia, p. 37-39. Surle Pinus Cembra, dans les galeries de
1’Ips maritime.
(2) C’est à ce groupe qu‘il faut rapporter le Lonchaea potita SAY, cité par Hownan (p. 586), élevé
des excréments humains, et le Lonchaea trouvé par MÉGMN (189h : p. 57) dans un cadavre desséché
d’enfant. Cette dernière espèce appartient au groupe du Lonchaea fuga.7: BECKER. MEGN1N n’a pas
confondu ce Lcmchaca avec un Ophyra comme le suppose BEZZI (1919 : p. 250 § 2). La description
et la collection de ltlàurun en témoignent.
(3) Afrique occidentale : Côte de l’0r. La collection du prof. BEzz1 renfermait quelques exemplaires
provenant de la Guinée française: Conakry, obtenus par le prof. S1LvEs1·nx des fruits du Sa1·coce·
phalus esculentus attaqués par les larves du Ceratîtis cosyra (= Giffardi).

noncnmunln. - Loncnam 173
8·(9). Ailes brunes ou noires, jaunies à la base. Cuillcrons roux. —
Autriche .............. L. fumosa Eccnn.
9-(8). Ailes jaunes. Cuillerons blancs oujaunâtres à frange pâle.
:1 0·(11). Antennes prolongées au bord de la bouche; chète antennaire à
cils courts. .............   arîstella, p. 176.
1 1-(10). Antennes n’atteignant pas le bord antérieur du péristome; chète
antcnnaire pratiquement nu (fig. 207) ..... L. chorea, p. 178.
12-(5). Cuillerons bruns ou noirs, à bordure et villosité marginale som-
bres. (
/ A  
, zea ' ‘ <_ · ·
. P gg
‘ L     0
· “N¢  
` \ ¤u»"
Qt
È ` , 209
_ 207 4 ZIO
A I  
' I En
  BIB
Frs. 207-212. - 207. Loncham charm 0*, proûl de la. tete. — 208. L2 albitarsis Q, an-
tenne. — 209. Lone/mea laticomïs S?. Profil de la tête. - 210. L. tarsata Q, antenne.
— 211. Lonchaea palposa Q, profil dela. tète. - 212. L. seiicaois Q, antenne.
*13-(Ur). Abdomen à pruinosité mate. Espèce d‘un noir mat, peu brillant.
Antennes épaisses, étendues sur les 3/li de la hauteur de la face;
3° article arrondi à l'apex antérieur ..... L. Deutschi, p. 180.
‘14-(13). Abdomen brillant, sans pruinosité.
15-(16). Ailes distinctement brunies. Antennes: troisième article deux
fois aussi longque large, n’atteignant pas l’épistome. L. spatiosa, p. 184.
16·(15). Ailes décolorées ou jaunàtres (‘).
17-(18). Antennes : troisième article deux fois et demie aussi long que
large. Q : front d’un noir mat, non soyeux. L. lucîdiventris, p. 181.
18-(17). Antennes : troisième article une fois et demie aussi long que large
(fig. 212). Q : iront cbatoyant ou soyeux. . . L. sericans, p. 183.
(1) Le L. nigritarsi: MACQUART se place probablement icl, voyez page 182,18.

174 mnscmns Acnnïrrànns
1 9-(4). Tarses entièrement ou partiellement roux.
20-(27). Cuillerons blancs ou jaunes à pilosité claire (‘).
21-(22). Palpes largement saillants hors de la cavité buccale, aplatis,
élargis à l`apex, aussi longs que les antennes, dressés en avant
(fïg. 211) .........,.... L. palposa, p. 182.
22-(21). Palpes non saillants hors de la cavité buccale.
23-(24). Protarse roux ou blanchâtre, étroitement noir à l’apex. Corps
entièrement d’un vert métallique brillant. Scutellum à reflets bleus.
· . ................ L.aurea, p. 178.
24-(23). Tarses : articles I-III roux. Corps d’un bleu noir.
25-(26). Antennes très longues : troisième article trois fois aussi long que
large (fig. 235). .... . ..... L. peregrinafp. 183.
26-(25). Antennes : troisième article deux fois aussi long que large
. (fig. 208). ..... . ....... L. albitarsis, p. 176.
27-(20). Cuillerons brunis ou noirâtres, ourlés de noir —— ou blanehâtres à
villosité marginale noire.
28-(29). Antennes très épaisses : troisième article deux fois aussi long que
large (fig. 209) ......... . . L. laticornis, p. 181.
29-(28). Antennes moins épaisses.
30-(31). Antennes : troisième article deux fois et demie plus long que
large (fig. 210) ............ L. tarsata, p. 185.
31 -(30). Antennes plus courtes. Scutellum d’un vert cuivreux ....
................ L. scutellaris, p. 184.
32-(1). Antennes courtes (fig. 213).
33-(42). Yeux distinctement velus (5* Q). Cuillerons jaunes ou blancs.
34—(35). Cuillerons à bordure et villosité marginale brune ......
............... L. crystallophila, p. 179.
35-(34). Cuilleron à bordure et villosité marginale blanche ou jaunâtre.
36-(37). Pattes entièrement noires. Front saillant; lunule petite, dénudée
(fig. 213) .............. L. dasyops, p.179.
37-(36). Tarses partiellement roux. Front non saillant; lunule grande,
velue.
38-(39). Antennes écartées àla base. Front et péristome larges (fig. 219-
221). ............... L. Iatifrons, p. 181.
39-(38). Antennes rapprochées. Front ct péristome étroits (5* Q , fig. 216-
218). · `
40-(41). Gênes aussilarges que Pantenne (fig. 217). L.parvic0rnis,p.183.
41-(40). Gênes moins larges que l’antenne (fig. 218). L. nigrimana, p. 182.
42—(33). Yeux nus (5* Q) ou présentant une villosité microscopique chez
les mâles.
43-(46). Tarses, tibias et fémurs noirs.
44·(45). Cuillerons jaunes àvillosité marginale pâle- L. pallipennîs, p. 182.
(1) Ajouter ici L. fulvicornis B1GoT, p. 180.

LONCHAEIDAE. — Loucrnna 175
45·(4!4). Cuillerons bruns ou noirs à pilosité marginale sombre.- Europe
centrale et méridionale ........ L. lonchaeoides Zn·r·r.
46-(43). Tarses partiellement roux. .
47-(48), Ailes : nervures transverses rapprochées; cellule R, large,
(fig. 236). Corps d’un vert métallique. ..... L. aurea, p. 178,
L À .. , ” ZI7
 Q)  "\ 1 ·   , W
 § 'î': ", ' ' ·
x     @ 215 \~
È    ' Ã 1) 1 2*6 .
2”4Z¢1;1i® ‘ I  · .
· - _  21sa   À
1 ' ...···  J -
)' ` L
2.|8
2,4 ZI9
 A
  a1ab \ /4
} [  1  ç
' * U
‘ W   . ( A RLA 
1 _ ZZ 2,20
E
’ ai Z2.!
@   r
, ‘ 224- ,
· 62.3 » .
Fm. 213-224. — 213. Lonchaea dasyops Q', a, proûl de la tète; b. id., face; - 214. id.,
aile. —· 215. L. fuga.1: Q', face. -— 216. L. parvicomîs Q, face; — 217 id.Q', face. -
218. L. nigrimana Q', face. — 219. L. lati/'rom Q, profil; — 220. id. Q, face; -— 221.
id. Q', face. — 222. L. ensifer Q,face. ·- 223. L. viridana Q, face. - 224. L. Zettcr-
stedti Q', profil.
48—(!17). Ailes : ncrvurcs transverses écartées; cellule R, plus étroite
(fig. 237).
49·[56). Cuillerons brunis ou noiràtres, ourlés de noir ou blanchâtrcs, à
villosité marginale noire.
50-(51). Lunule velue sur les bords. Corps bleu; scutellum cuivreux.
................ L. scutellaris, p. 184.
51-(50). Lunule petite; dénudée. '
l

176 Museums Acxnvrriznns
52-(53). Antennes subcohérentes à la base ..... L.Bazini, p. 178.
53-(52). Antennes séparées à la base.
54-(55). Clypéus petit (fig. 223) ....... L. viridana, p. 185.
55-(54). Clypéus saillant .......... L. connexa, p. 179.
56-(49). Cuillerons blancs ou jaunes, à pilosité claire. Lunule grande,
brune ou noire, velue.
57-(58). Antennes : troisième article une fois et demie aussi long que large
(fig. 224) ............. L. Zetterstedti,p. 185.
58-(57). Antennes : troisième article au moins deux fois aussi longs que
large (fig. 215).
59-(60). Tarses entièrement roux ........ L. fugax, p. 180.
60-(59). Protarse ou les deux premiers articles seuls roux.
61-(62). Antennes rapprochées (fig. 222). (l\hcouAm·, Il, p. 513). —— Alle-
magne (Mnioniv) .,......... L. cnsîfer, p. 180.
62—(61). Antennes écartées (fig. 216) ..... L. parvicornis, p. 183.
(fig. 221) ...... L. latifrons, p. 181.
1. L. albîtarsîs ZE·r·rsns·rEnT. — PANDELLÉ, 1902 : p. 424. —- Fig. 208.
Q . Yeux àpilositééparse, microscopique. Espaceinteroculaire d’un noir
luisant, subégal à la largeur de l’œil ou légèrement plus large. Lunule
velue, triangulaire, grande, à bords profondément marqués. Gênes étroites,
noires, subégales à la largeur du péristome. Antennes prolongéesjusqu’au
bord antérieur de l’épistome ou presque : troisième article raccourci ou
épaissi. — (ji. Espace interoculaire égal à la moitié de la largeur de l’œil.
Antennes légèrement plus larges. Corps d’un bleu foncé, luisant, à pilosité
de moyenne longueur. Dernier tergite abdomiual une fois et demie plus long
que le précédent. ——- Long. : 3-5 mm.
Environs de Paris : Fontenay-aux-Roses : VII-VIII (Siâcuv); Seine—et-Oise
(Pmnsnné); Aisne : La Ferté-Milon (Poumoiz) ; Allier (nu Buvssox); Haut-Rhin :
Altkirch, éclos en avril (Smmxe). -- Danzig (Czwanma). Suède (Zmrnnsrsor).
Larve sous l’écorce du pin (Zsrrmsrsor); du peuplier (Sarnia), parfois en
compagnie du Lasius niger L. et de la larve du Microdon muzabilis L.
2. L. arisllclla Bscxsn, 1902 : p. 129, 201; SAvAs·rANo, 1915; Si1.vEs·r1u,
1917: XII, p. 123-146; Promo, 1919: p. 111; Tunxuxrrrx, 1921. -—Fig. 225-
233.
5*. Yeux nus. Espace interoculaire d’un noir mat, brillant sur les côtés,
égal au cinquième de la largeur de la tête. Face à pruinosité d’un gris
blanc. Gênes linéaires. Péristome égal à la largeur de l’antenne. Antennes
noires à pruinosité d’un gris brun : troisième article étroit, à peu près
quatre fois aussi long que large. Corps d’un noir brillant à courte villosité
noire. Scutellum à pruinosité grise. Ailes d’un jaune brun à nervures
jaunes. Dernier tergite abdoininal subégal au précédent. Q . Espace inter-
oculaire égal au quart de la largeur de la tête. ——- Long. : 2,5-3,2 mm.

LONCHABlDAE· — Lomcnmza . 177
Menton (Tnnmarrx). Presque tout le bassin de la Méditerranée. Espagne. Ita-
lie. Corfou. Egypte. Algérie. Six générations annuelles en Italie (Su.vas1·m).
*2+ >*·        e'
`   « : .1*=œ‘?i··ë?.=È`î"f1‘·.·   
 `* "' ~  «”·:’f‘  `
/1   \ `
. *1 .   .
I   :3]/ g
f ;/ ' *wy="   à
Fm. 225. — Lone/zaza aristella Q, >< I2, figure empruntée à.Su.vssrnx (1917).
La larve vit dans les fruits du Figuier cultivé (Ficus carica L.) mais semble
préférer ceux du caprîfiguier. Les œufs sont déposés près de l‘ostiole par oula
I
lill! Ã;
‘ ZZ8   2.2.7
Ea 6 aaa '
.î` ·
É 3 @@722
ll E l
 i .   zal ’
È É ès.  
226 È Z U
226 a E
EE 5 zeo
829 · 233
Fia. 226-233. — Lonchaea m·istella,développement. 226 a. œuf, 226 b. détail de la coque;
— 227. larve; —— 228. stigmate postérieur de la larve Il; — 229. complexe antenno-
maxillaire de la larve; — 230. complexe buccal de la larve ll; — 231. complexe buc-
cal dela larve III; — 232. stigmate prothoracîque de la larve Ill; — 233. stigmate
postérieur gauche de la larve III. Im. de F. Sxnvnsrnx (1917).
jeune larve pénétrera dans la cavité du réceptacle. Lorsque la larve est jeune elle
s‘attaque d‘abord aux styles et aux ovaires, elle creuse ensuite une galerie dans
12

178 MUscmEs ACALYPTÈRES ,
le réceptacle, perforé le tégument de la figue et tombe sur le sol. La métamor-
phose alieu à quelques centimètres en terre (Promo, 1919). On trouve aussi la
larve dans les figues tombées (Tunnvnrrx, 1921).
Parasite : Pachyneuron vindemmiae Ronmm.
3. L. aurea l\lAcouAm·. -—- BEZZI, 1919 : p. 246, 4. L. splendida LoEW,
1873 (non Bnouiv, 1905) sp. 292, 196; Bncxnn, 1895: p. 338.- Lamprolon-
I chaea aurea BEzz1, 1921 : p. 206, 1 -(- Lonc/mea metatarsata Knnrész,
sec. BEZZI. -—— Fig. 236.
Q . Tête d’un noir mat. Yeux nus. Espace interoculaire à bords paral-
lèles, égal au tiers ou au quart de la largeur de la tête; lunule petite. Gênes
nulles. Péristome plus large que l’antenne. Carène interantennaire égale à
l’épaisseur de l’antenne, marquée d`un sillon médian; fossettes antennaircs _
profondes. Épistome petit, saillant. Antennes rüatteignant pas le bord an-
térieur de l’épistome : troisième article deux fois aussi long que large;
chète à villosité microscopique. Trompe et palpes noirs. Une soie sterno-
pleurale. Pattes et balanciers noirs. Cuillerons blanohâtres ou jaunes.
Ailes vitreuses à nervures jaunes. Abdomen : dernier tergite aussi long
que le précédent. — 5* : Espace interoculaire à bords légèrement conver-
gents, n’atteignant pas la moitié de la largeur de l’œil. Dernier tergite
abdominal deux fois plus long que le précédent. — Long. : 2-3 mm.
Var : Callian (L. BERLAND). Corse (Kunrze). Italie (Sitvusrm). Espagne
(Srmuc). Algérie (J. Suncour). Maroc : Rabat (Riâcmnn, Tmânv), Erythrée. Ma-
dagascar (J. Dsconsn); Zambèze (P. Lustre); Seychelles (LAME). Indes (Citrus).
Tonkin (nm CooM.~.N). Nouvelle Guinée. Australie (Fnoocxrr). Philippines (Baker).
Java. Sumatra (nn MEMBRE).
Larve dans les pêches tombées (A. Sarnia); dans les tomates (Lycopersicum
esculenzum Mm,. attaquées par le C/zloridea armigera HB. (M. Runes ap. RE-
cumn [Maroc]). Cette larve se développe surtout dans les fruits déjà attaques par
les Cerazitis ou les Carpocapses (poires, prunes, pêches, oranges, figues):
c’est un agent destructeur secondaire qui hâte leur décomposition et favorise
leur invasion par les Drosophiles.
4. L. Bazini Siêouv, 1932 : p. 183, 150.
Isère : Saint-Pierre-de Chartreuse, 5. VII. 1914 (J. LIERVÉ-BAZlN)§ Hautes-
Pyrénées (PANDELLÉ).
5. L. chorea (FAB.), - PANDELLÉ,1.902 : p. 422, 3; BECKER, 1905 : IV,
p. 88; CAMERON, 1913. L. flavidzpennis ZE·rrEns1·En·r. L. vaginalis
FALLEN. Macouixnr, ll, p. 513, 6; Scmivsn, ll, p. 91; BECKER, 1895 :
p. 332, 22; PANDELLÉ, 1902 : p. 423, 4; Ktnnvn, 1907: p. 109; CAMEnoN,
_ 1913. — Fig. 206, 207.
_ 6*. Espace interoculaire deux fois plus large que l`antenne, plus étroit
en avant. Thorax et abdomen d’un noir brillant, à légers reflets bleus,
verts ou pourprés. Ailes plus ou moins jaunies à la base. Cuillerons
longuement ciliés à la marge. Balanciers noirs. Abdomen court, subdis·

· Loivcaasxnas. — Loscmsa 179
coïde.—— Q .Espace interoculaire légèrementmoins large que l‘œil. Lunule
à pruinosité blanche. Antennes d‘un brun noir, prolongées jusqu‘à I’épi-
stome. - Long. : 3-5 mm.
Mars·décembre, sur les feuillages, les buissons, les arbustes, etc. Commun
et répandu dans toute la France. Montagnes (Pannmtiâ). Toute l'Europe, de la
Suède à l’Espag·ne et à I'ltalie. Macédoine (Ds Rxvrrr). Equateur (D' River);
Larve sous les vieilles écorces (Boucuii, 1834 1 I, p. 94, 84, pl. vi, fig. 1-2);
dans la bouse de vache (Scnozxrz, 1855; Camznom, 1913); dans les betteraves
dont elle provoque la pourrilurel (Fxnsmr, 1879); sous l`écorce du pin avec
l'Hylésine (Myelophilus piniperda L.), (Ktsmz, 1907-08); sous l'écorce du
chêne (Ssvmc).
6. L. connexe. n. sp.
Q. Espace interoculaire égal aux trois quarts de la largeur de I’œil.
Lunule petite, velue. Gênes très étroites, péristome égal à la largeur de
l'antenne; clypéus saillant. Antennes courtes : troisième article subdis-
coîde, ovalaire, largement rouge à la base et sur la face interne; chète
finement velu. Thorax noir à pruinosité faible ou nulle; pilosité courte, `
robuste, dressée. Pattes noires : protarses I et III jaunis,les autres articles
noirs.Balanciers entièrement noirs. Cuillerons blancs,à bordure et frange
brunes. Ailes jaunies à la base, à nervures jaunes. Abdomen noir lui-
sant : tergites subégaux; sternites à reflets verts. — Long. : 4 mm.
Haute·Loire : Tence, 13.VI.1927, dans un nid de Solenins vegas (H. MANE-
vAz.). Ilaufes-Pyrénées 2 Adour, sur l'euph0rbe (P.tx¤e1.1.iâ).
7. L. crystallophila Bncnnn, 1895 : p. 330, 19.
Q . Espace interoculaire subégal au tiers de la largeur de la tête, d’un
noir velouté. Lunule grande, entièrement nue, couverte comme les gênes
d’une pruinosité grise. Antennes : troisième article une fois et demie
aussi long que large, arrondi en avant; chète épaissi à la base. Corps
d‘un vert noir luisant, à pruinosité légère, couvert d‘une longue pilosité
d’un gris brunâtre. Tarses : articles I et II d’un jaune orange, III bruni,
les deux derniers noirs. Ailes opalines à la base, nervures jaunies; cel-
lule apicale à peine rétrécie à l’apex —- Long. : 4 mm.
Suisse (Th. Brzcmm).
8. L. dasyops Mercer:. — Scmmzn, II, p. 90; PAm>m.nÉ, p. 422, 2; _
_B12.cxnn, 1905 : IV, p. 87. - Fig. 213-214.
Q. Espace interoculaire plus large que l’œil. Antennes séparées à la
base par un coin épais; fossettes antennaires peu profondes. Palpes légè-
rement saillants l1ors dela cavité buccale. Corps d’un noir luisant, sans
pruinosité blanche Ailes jaunies à la base. Cuillerons blancs ou jaunes;
ourlés de jaune. Tergites abdominaux subégaux. — çj'. Espace inter-
oculaire fortement saillant en profil, réduit au tiers de la largeur de l’œiI

' 180 Muscxous Acaavrriaicas
au milieu. Abdomen : dernier tergite deux fois plus long que le précé-
dent. —- Long. : 4-6 mm.
Saône-et·Loire: Mâcon (Fmimnv); Hautes-Pyrénées : Gavarnie, en juillet,
sur le pin (Pxnnaana); Fontaine de Vaucluse (Auncanr). Corse (Bacxaa). -·
Suède. Danemark. Allemagne. Autriche.
9. L. Deutsclll ZETTERSTEDT. — BECKER, 1895 : p. 333, 24.
Entièrement couvert d’une villosité noire plutôt longue, dressée comme
chez le Lonclmea tarsata. Aile : première nervure transversale située au
niveau de l’apex de R4; nervure transverse MA2c placée au milieu de la
cellule 2 M,; membrane transparente, légèrement brunie, plus sombre
le long du bord costal. —— Long. : 4-4,5 mm.
Seine-et-Oise: Chaville : sous les écorces (P. Lasna); Hautes-Pyrénées :
Luz—Saint·Sauveur (Hanva·BAzin); Tarbes (PAn¤a1.x.a). ltalie (Ronmni). Autri-
che (Scmnan). Suède (Za1··rans·rao·1·).
10. L. ensifer Marsan. — Macouaar, ll, p. 513; Bacxan, 1902 : II,
p. 234, 10. — Fig. 222.
Allemagne (Maman [type], AIACQUART). ·
' 11. L. fugax Bacxan, 1895 : p. 338, 34. L. scutellaris auct. (non Ron-
nani, non Bacxaa). Pannarmâ, 1902: p. 424; Sarrnan, 1922. — Fig. 215.
df Yeux àfacettes antéro-internes nettement dilatées._Espace inter-
oculaire peu velu, à bords convergents en avant, subégal à la largeur de
l’antenne, d’un noir luisant. Gênes nulles, péristome étroit, fossettcs
antennaires nulles. — Q. Espace interoculaire égal à la largeur de l'œil;
palpes aplatis en feuille ovalaire, mais ne débordant pas la cavité buccale.
Antennes : troisième article subovalaire. Corps noir à reflets uniformé-
ment bleus, parfois pourprés.Cuiller0ns blancs. — Long. : 3-4 mm.
Avril-août. —- Amiens (Caaranriaa). Allier : Broût—Vernet : 11.V (H. ou
Buvsson). Hautes-Pyrénées : Adour, Aragnouet, Tarbes : montagne, euphorbe
(Pannaami). Corse (Kunrza). - Italie. Suède. Algérie (P. Lasna).
Larve sous l'écorce du tronc d’un chêne-liège mort (P. Lasna : Feuille des
j. Nat., 43, 1913 : p. 113).Egalement sous les écorces avec l’Ips typogmplzus L.
12. L. fulvicornîs B1oo·r, 1881 : p. 370 (‘).
« D`un vert métallique. Front noir, opaque, avec deux larges macules
latérales d`un vert métallique; face d`un noir luisant, un peu de blanchâ-
tre de chaque côté; antennes fauves, brunâtres en dessus; cuillerons et
balanciers d’un blanc jaunâtre; ailes d’un jaunâtre pâle; pieds d’un rioir
luisant, genoux, tibias Il et III, tarses II et III fauves avec les extrémités
noires. —— Long. : 5 mm. » (Bicor.)
France : Alpes inférieures.
(1) Le paragraphe relatif au Lonchaea ru./lcornis Bmoï, dans le Kat. der pal. Dipt., IV, p. 89
(1905] doit être rayé : c`est un lapsus.

Loucuaninm. 4 Loncmml 181
13. L.· laticornis Mexoxm. — Scumsa, II, p. 92; Pmnnnté, p. 425;
Bncman, 1905 : IV, p. 88. — Teremyia latz'c0mz's Mmouawr, 1835 : II,
p. 514. —— Lonchaea albitarsis Zsrrnnsrnor, sec. Bscxnn, 1895 : p.
339,36. — Fig. 209.
Q. Espace interoculaire égal, à la partie moyenne, à la largeur de
l'œil, très velu, à bords convergents en avant, d’un noir mat. Gênes
linéaires, péristome étroit. Yeux à villosité microscopique. Antennes
séparées à leur base par un coin mousse égal à leur épaisseur. Corps
d‘un noir luisant. Genoux étroitement roux. Tarses entièrement jaunes.
-— Long. : 4 mm.
Marseille (Anmtrs ne Psaum) (Corse : Vizzavona, VI; Bscxsn). — Autriche.
Larve sous les écorces des arbres morts et coupés, robinier, peuplier, éra-
ble et chêne. Saprophage, phytophage ou occasionnellement carnivore. Ega-
iementsous l‘écorce des pins morts, parmi les déjections et les détritus lais-
sés par les larves des Boszrychus szenographus DUFTSCII. (Ips scxdentatus
(Boum.) et laricis F. (Psnms, 1839 : p. 29 et 1870: p. 342) (ll.
14. L. latifrons lllsrcmv. - Bscxnn, 1902 : p. 234, 11. L. lasz'0—
plztalma. (Macouanr). Scniman, II, p.90; PANDELLÉ, p. 421; Bscxnn, 1905:
IV, p. 87. L. parvicormk auct. non. Marcus. — Chortophila lasioph-
thalma. Macouanr, 1835 : II, p. 329, 22. ·— Fig. 219-221. _
Yeux àvillosité peu saillante (Qd) ou dispersée; fossettes antennaircs
superficielles ou nulles (Q). Corps noir à reflets bleus ou bronzés. Protar-
ses roux. Ailes jaunies à la base. - 6*. Espace interoculaire égal à la
moitié de la largeur de l’œil, à bords parallèles; — Q, plus large que
l‘œil d’un cinquième, entièrement noir, parfois à reflets bleus. Abdomen
raccourci en ovale large. -— Long. : 5-6 mm.
Avril—mai. —- Toute la France, sur les herbes, les Ombellifères, le fenouil,
l'aulne. Europe centrale et méridionale. Espagne (Navas, Pouuim:). Egypte.
Algérie. Maroc (Bucusr, Tuémr).
Larve sur le Cynodon dactylon Rieu. Elle produit, c au voisinage du collet
ou sur une tige rampante, une cécidie en forme de tresse $1 tours serrés, résul-
tant dn rentlement de la partie terminale d'une jeune pousse dont les entre-
nœuds sont raccourcis et portent des feuilles à contour ovalaire, réduits à ,
leurs gaines dilatées, imbriquées. Larve unique 'blanchàtre. ¤ (OsTsN—SAensN,
Bull. Soc. en:. izal., xv, p. 187; II0u1uw,237). — Egalement sur un Agrapyrum
(Baulcuowsxv).
15. L. lucidiventris Bncxnn, 1902 : p. 334, 27. — L. Deutschi Scmsnn
(non Zr.·r1·mxs·ren1·), 1864: II, p. 90 (sec. Bncxnn, 1905 : IV, p. 88).
Front d’un noir mat. Antennes:troisième article deux fois et demie
aussi long que large. Corps à villosité moyenne. Ailes brunies. Abdomen
d’un noir brillant comme le remarque PANDELLÉ (1902 : p. 423). -—— Long. :
3 mm.
(1) Voyez aussi Ocncro: mulichris, page 72.

182 nuscmas AcALv1>1·anas
Hollande (v. 11. WULP)· Corse (Bacaan). — Suède. Autriche. Italie.
Larve dans la bouse de vache en Allemagne (KOEBELE, cité par Bazzt, 1919 :
p. 251), sous les écorces et dans le bois pourri.
16. L. nîgra Maxcax. — l\IAcouAn·r, Il, p. 512, 2; Bacxar., 1905 : IV,
l p. 88. — L. imzegualis Loaw. Bacxan, 1895 : p. 331, 20.
6*. Espace interoculaire légèrement supérieur à la largeur de l’an—
tenue, d`un noir mat, peu velu; lunule petite. Cuillerons à villosité brune-
- Q. Espace interoculaire égal aux trois quarts de la largeur de l’œil,
rétréci en avant. Antennes épaisses, étendues jusqu’au bord du péristome :
troisième article une fois et demie aussi long que large. Palpes très
légèrement saillants hors de la cavité buccale. Cuillerons blancs. — Long. :
2,75-3,5 mm.
Seiue—et-Oise : Saint-Cloud, Maisons-Laffitte (oa GAULLE). - Europe centrale
et septentrionale (Bacxan).
Larve dans les tiges des Verbascum thapsus L. et pulverulenzum VILL., de
l’Angelica. silveszris L., du Cirsium (Carduus) lanceolatum Scor. où elle pra-
tique de longues galeries (Panms, 1849 : p. 62-65).
17. L. nigrimana l\Ia1caN. — MAcouAn·r, Il, p. 513, 5; Bacxaa, 1902 :
II, p. 233, 7; 1905: IV, p. 88. — Fig. 218.
çj'. Type. — Espace interoculaire égal aux deux tiers de la largeur
de l’oeil, à bords parallèles, d’un noir verdâtre; lunule, face et gênes.
couvertes par un enduit épais argenté. Coin interantennaire égal à la
largeur des gênes; fossettes antennaires larges, superficielles. Antennes
courtes : troisième article subdiscoîde. Palpes non saillants. Ailes jau-
nâtres à la base, nervures transverses rapprochées. Abdomen triangu-
laire, dernier tergite une fois et demie plus long que le précédent. —-—
Long. : 4 mm.
France (l\lAcouAm·). Allemagne (Maicau, type).
18. L. lligritarsis Macouluvr, 1835 : Il, p. 513, 10.
« D’un noir luisant. Face à reflets blanchâtres. Abdomen un peu ver-
` dàtre. Pattes entièrement noires. Ailes jaunâtres, à nervures jaunes. Q.
Bordeaux. » Macouaxrr.
19. L. pallipennis (Zara.) sensu Bacxan, 1895 : p- 331, 21; 1905 : IV,
p. 88.
Seine : Aulnay·sous-Bois, 30.V.1913 (G. Poxrravnx). Corse (Kurrrza).
20. L. palposa ZETTERSTEBT. — Scuxivan, II, p. 91; PANDELLÉ, p. 425;,
Bacxau, 1905 : IV, p. 88. — Fig. 211.
Espace interoculaire subégal à la largeur de l’oei1, d’un noir bleu
luisant, à pilosité longue et dressée; lunule petite, brune, velue. Gênes
linéaires. Péristome égal à la moitié de la largeur de l’antenne. Antennes

LONCHAEIDAE. —— Loucmm 183
prolongées jusqu‘à l’épistome : troisième article deux fois aussi long que
large. Corps d‘un bleu noir. Ailes jaunàtres à la base; nervures trans-
verses rapprochées. —- Long. : 3 mm.
Seine-et-Marne : Fontainebleau; Hautes·Pyrênées : Tarbes, sur l’aulne et le
peuplier. Corse (Komzz). — Danemark (PANDELLÉ). Autriche (Scnm¤a).]Italie.
Alpes milanaises(RoNoAN1).
Larve sous l‘écorce d‘un saule (Scuonrz, 1850 : p. 32).
21. L. parvicornis Mnxcxm (nec Zxa·r·r.). Mztcouurr, ll, p. 513, 7; Bncmzn,
1905 : IV, p. 88. — L. Zatifrons auot. _ "
(p. p.) PANDELLÉ, p. 421. — L. corsfcana _
Bscxnn. — L. crepidaria. Mnrcmv, sec, l
Bncxnn. - Fig. 216, 217, 23-1. rm
Très voisin du Lonchaea. lati/`rons ii  
(sinon identique), en diffère par les an- l\  
tennes'rapprocl1ées à la base, par les t    
gênes et le péristome étroits. —— Long. :  )'   '
5-6 mm. ,  
Indre : Châteauroux; Landes : Capbre- /,·’/(  
ton (oe GAULLE). Corse (Km~.1·zn). -— Europe I, 1  
centrale et méridionale. ¤’ ',   
La larve provoque sur les Gramiuées une A    
déformation semblable à celle que produitle  
Lonc/mea lati/'rons sur les Cynodon. On la /  
trouve sur l'Agrapyr·um repcns Pnusor. Le /‘ "J ,
bourgeon est allongé, courbé et’dilaté·en Fm. 234·__Ga“8 du Lmwham pump
fuseau. Une seule larve par deformatxon corn/is sur um, tige d»Ag,.Opy,.,,,,,
(Penms, 1839 : p. 29-37; llouann, 314). (sec. Pnnms).
22. L. peregrina Bncxim, 1895 : p. 336, 31. — Fig. 235.
Yeux nus. Front saillant sur les antennes. Gênes d‘un noir brillant;
face à pruinosité d‘un gris sombre. Antennes : troisième article trois fois
aussi long que large. Corps d’un bleu noir brillant. Pilosité thoracique
assez forte et longue, brunâtre ou chatoyante latéralement. Protarses
blanchâtres. Ailes vitreuses zjaunâtrcs à la base. —- Long. : 5-6 mm.
Q. Très voisin du Lonchaca albitarsis (Zum., PANDELLÉ)§ en diffère
par les antennes plus étroites, légèrement plus longues, par l'espace
interoeulaire moins large; la lunule, grande et triangulaire, longuement
ciliée, est profondément enehàssée dans l`espace interooulaire.
France (LAuouLni.ma). Allier (ou Buvsson).
23. L. serîcans Bucxen, 1895 : p. 335, 28. —— Fig. 212. `
Mésonotum d‘un noir verdàtre à villosité plutôt longue, peu_ serrée.
Antennes : troisième article prolongé jusqu°au bord de la bouche. Ailes :
nervures légèrement jaunies à la base. -— Long. : 2-3 mm.

184 Museums Acunxrriznus
\ 
  v I
  _ ,
  rel
Q . l _,/
pl  iyèw   1*
° /’('i ' 
,  _ WN V X
  /"/  ,
Fis. 235. - Lzmchaea peregrina Q, >< IO.
Allier: BroûteVernet, 5.V.17, élevage de larves trouvées sous les écorces
(H. DU Buvssoiv). — Hongrie (Lonw). Silésie (Bizciuzn).
24. L. scutellaris Bacxau (non Rommm). —-— Fig. 237.
Q. Espace interoculaire égal aux
  trois quarts de la largeur de l’œil.
/   I Lunule petite, velue. Gênes et péri-
,/i\\/ stome très étroits. Clypéus saillant.
·` ' Antennes séparées par un coin mé-
` 236 diocre à leur base : troisième article
deux fois aussi long que large. Tho-
rax d’un bleu noir, à pruinosité lé-
  gère ou nulle, villosité fine, dressée,
F? Z à reflets roux. Cuillerons blancs,
( , jülmis ou brunis à la marge. Ailes
 " d'un brun jaune, à nervures jaunes.
  237 Deux premiers articles du tarse jau-
Fis. 236—237. — 236. Lzmchaea aurea, aile HES', Abdomen à tergiœs 1ulSamS’
gauche; - 237.L. wuzezzem, ia. S¤h€gë¤1X· —— Long- = 3.5 mm-
Seine-et·Oise : Maisons-Laffitte, VII
(nn GAULLE).
25. L. spatiosa Bncxim, 1895 : XL, p. 334, 26.
Yeux à villosité courte, distincte. Espace interoculaire égal au quart
· ou au cinquième de la largeur de la tête. Lunule grande, dénudée. Ailes:
cellule 2M, élargie au milieu. —— Long. : 3,2 mm.
Voisin du Lonchaea fumosa Essen, s'en distingue par les cuillerons
brunis et les antennes plus courtes.
Ardennes : Vendresse, 14.VlI (R. Bmvoisr).

Loivcxnnman. —- Loxcmuza 185
26. L. tarsata FALLÉN. —~ Macooanr, II, p. 512, 4; Scmmm, Il, p. 92;
PANDELLÉ, p. 424; BECKER, 1905 : IV, p. 89. — Fig. 210.
Yeux à villosité microscopique. Espace interoculaire noir, égal à la
largeur de l’antenne, longuement velu; Iunule médiocre d’un brun noir.
Gênes nulles; péristome très étroit. Carèno intcrantennaire subégale à
la largeur du deuxième article de l’antenne. Corps antérieurement d’un
noir bleu. Cuillerons brunis. Ailes jaunies à la base. Tous les tarses roux
en entier ou rcmbrunis au sommet seulement. Abdomen : dernier tergite
une fois et demie plus long que le précédent. — Q . Espace interoculaire,
à la partie supérieure, aussi large que l‘oeil, à bords fortement conver-
gents en avant, parfois entièrement brillant. - Long. : 2-3 mm.
Avril-août. - Marseille; Aude; Hautes-Pyrénées : Tarbes, Adour, euphorbe
(PANDELLÉ). — Alpes orientales : 2.100 m. (Ponomw). Suède. Autriche. Italie.
Larve sous l’éeorce du sapin (Zsrrsnsrenr); dans la tige d’un chardon
(VVELIENDERGII sec. Bnwzn, 1883 : p. 90).
27. L. virîdana Mmcmv. —- Bncxmx, 1895 : p. 340, 39; 1902: II, p. 233,
5; 1905: IV, p. 89. —— Fig. 223.
D’un noir verdàtre brillant à pruinosité très légère sur le mésonotum,
nulle sur l’abdomcn. —- 5*. Espace interoculaire (à la base des antennes)
égal à la moitié de la largeur de l‘œil, non nettement plus large sur le
vertex, d’un noir mat. Gènes nulles; péristome plus étroit que l’antenne.
Carènc intcrantennaire égale à la moitié de l`épaisseur de l'antenne.
Abdomen : dernier tergite une fois et demie plus long que le précédent,
non nettement hérissé. -— Q. Type de Mmmm. Espace interoculaire égal
au tiers de la largeur de la tête. Lunule plus grande, nue, brune. Carène
interantennaire égale à l’épaisseur de l'antenne. Antennes courtes, dépas-
sant légèrement la moitié de la longueur de la face : troisième article
environ une fois et demie aussi long que large. Cuillerons blanchàtres à.
marge et villosité noires. Ailes opalines : nervures transverses rappro-
chées. Pattes noires : protarses roux à la base seulement. -— Long. :
3 mm.
Avril·août. —— Hautes·Pyrénées : Adour et Aragneuet, sur l‘euphorbe
(L. PANoE1,1.É). Allemagne (Marsan).
Larve dans les cônes de l’Abies pectinaza D.C. (Csccom, Vallembrosa, sec.
Bnzzx,1919:p.251,§ 4). Elle se développe entièrement dans les pommes de pin.
28. Ii. Zettetstedti Bncxnn, 1902 : II, p. 235, 13. — L. laticornis
Znvrnnsrsnr (nec Marsan). Bscicnn, 1895 : XL, p. 337, 32. - Fig. 224.
çj'. Espace interoculaire égal à. la largeur de l’antenne, à bords diver-
gents en haut et en bas, noir ou brun, longuement velu. Gènes nulles;
péristome étroit. Coin interantennaire égal à la moitié de la largeur du
deuxième article de l’antenne; troisième article diseoîde. Abdomen :
dernier tergito une fois et demie aussi long que le précédent. — Q._

186 Museums ACALYPTÈRES
Espace interooulaire un peu plus de moitié aussi large que l’œil, à bords
légèrement convergents en avant. — Long. : 3-4,5 mm.
Europe centrale et septentrionale.
Larve sous l’écorce du sapin, en juin (Gmwo : Mus. Paris).
F. LAUXANIIDAE
Bscxsn, 1895,XL : p. 171-264; Pmnstné, 1901:p. 395 et sq.; ll¢lELANDER, 1913;
Hsxnsx., 1908 : fasc. 68; 1925 : p. 103; Cznnm', 1932 : fasc. 50.
Adultes. — Tête aussi large ou plus large que le thorax. Yeux pourprés
(Sapromyza longipennis) ou verts (S. fasciata) avec une bande transverse
plus ou moins marquée, ou unicolores, leurs bords internes parallèles. Deux
soies orbitales supérieures; soies ocellaires normales sauf chez les Trigone-
metopus. Dépressions antennaires faibles ou nulles. Clypéus réduit. Antennes:
deuxième article avec une soie dressée, troisième parfois allongé (Lauxania,
fig. 238).- Corps jaune ou noir. Soies propleurales présentes, fines; calus hu-
méral avec une soie (sauf Prosopomyia pallida); acrosticales en deux, quatre
ou six rangées, la rangée médiane parfois composée de soies plus fortes,
toujours une paire préscutellaire beaucoup plus développée que les précé-
dentes. Une ou deux soies sternopleurales et quelques chétnles satellites. Une
ou deux mésopleurales : souvent une sur le disque. Scutellum dénudé en de-
hors des macroohètes marginaux. Pattes : griffes et pelotes faibles (sauf S. fus-
cicornis Misco., fig. 247). Fémurs à soies médiocres, f. II avec une ligne mé-
diane antérieure d’aiguillons courts, érigés sur la moitié postérieure. Tibias
sans soies, sauf les préapicales; t. II avec 1-2 éperons internes. —- Ailes
tachées ou non; nervure sous-costale distincte; nervure 1A épaissie jusqu`;}.
l’extrémité, courte, droite, la deuxième anale (2A) parallèle à la précédente,
souvent plus longue, cellules 1MB et 1Cuz courtes ou très courtes, la nervure
transverse cubitale (z) légèrement courbée; nervures R; + 3 et MA, parfois ci-
liées. -— Abdomen globuleux, formé de six segments plus ou moins rétrac-
tés; cinquième tergite avec une bordure de macrochètes parfois plus déve-
loppés. Oviscapte plus ou moins rétractile, armé de pièces, chitineuses
ou non (fig. 249), cylindrique ou comprimé latéralement. Appareil copula-
teur mâle petit, tergite X médiocre, globuleux; forceps externes à branches
courtes ou_ recourbées en serpette à l’apex, armées ou non de soies senso-
rielles —- ou forceps à branches médiocres comparables à celles du forceps
interne.Apodème du pénis en spatule courte ou élargie (S. quadripunctaza,
fig. 251) ou trés court (Trigonometopus, fig. 244). Sternite génital bifurqué
ou non. Gonapophyses réduites, toujours perceptibles. Pénis court, parfois
étalé et foliaoé, armé de spinules internes. — Long. : 2-7 mm.
Mouches florîcoles ou herbicoles, communes dans les prairies humides ou
les lieux aquatiques, au bord des ruisseaux ou dans les clairières des bois.

_ Z'? .:
· ’K ?`· &é""`È`
i §  1 4 ·ï¤¤¤^
xp, ·   / , ’ 2,4o ,
238 · “ " — ëteee.
I x ` `È / \   2.44
I| ` 1’ x /
   *·   1 '* * ·«—/»î¤“‘·~>‘ 2
y zi  N   -—·—   A Z;
  . '   fs
« ` 4 sa  " 1%
 p “
`   5 ·
. AQ I s" , 246 Z4 \
X /0*   \
\ \ ` \ v `   J"  
'( `—\   \ `\§\\\ JRR §\
/ \   , ‘ 5 \\\\\\ (  
I .
W ~—   247 @
` 1 ,.\ :
‘ — r  ..8
i 9r H
  M6 gf/1* · .
Za ' · · * F ` `  zso
Il Ik W Ã /.
' wië \ z ’ *2 1 1, @‘
4.. 1 *%%  , É. Ãâîi   `
if )* /» ,
’   - 4  » ç  ·,«§\\w é
" `~ 3 /¢—    !.l`m·  /
s F x -·
> gîrïit 1/ . · `
\ W 4/ ·
\°` (9 =·r( \
\ ’ : ·     I ¢"
’/ i   L./ - _
/
Fm. 238-251. — 238. Laurmnia cylindrîcomis G', tète. - 239. Sapromysa faxuzala çj',
appareil copulateur vu de dessous.- 240. Sapromyza di”"o1~mi.s Q, sec. Mm, 1887. -
241. Pachycerimz scticornis gi', tète. -— 242. Sapromyzzz fasciala çj', appareil c0pula.— I
teur. ·- 243. Trigonomctopus frontalis g', profil dela tète. - 244. id., appareil
copuiateur, proiil. —- 245. Ifalidayella acnea çj', protil de la. tete. — 246. P1·os0p0·
myia paltida 5*, tète. ~— 247. Sapromyza fuscicornis g*, patte Ill. — 248. Trigono-
metopus frontalis Q', appareil copulateur vu de face. — 249. Saprnmyza apicalis Q,
oviducte de 3/4. - 250. S. fasciata Q', tète. - 251. S. quadripzmctata Q', appareil
copulateur (le pénis comme sur la. fig. 239). Lettres communes aux Iigs. 242, 44, 48,
fh f0I`C€pS €XE€I‘H6§ fi. f0I‘C€pS iIlÈBI`Il@; gp. gOIl2lpOpllyS8S POSÈÉFÈUPBS.

188 Muscxnss ACALYPTÈRES
' Les larves vivent dans les substances végétales fraîches ou décomposées
· (cl'. nn Msusns, 1909 : p. 152).
TABLEAU nas csmuzs.
1-(2). Tête triangulaire en profil; face plate (fig. 243). Aile : nervure
Il/[A2 avec un rameau récurrent court. (pl. xvu, fig. 202). Ocellaires
nulles ............. Trigonometupus, p. 209.
.2-(1). Tête non triangulaire en profil; face convexe, gonflée ou con-
cave ou les bords de la bouche saillants en museau. Soies ocellaires
normales.
3·(6). Antennes: premier article aussi long ou plus long que le deuxième
(fig. 238).
4—(5) . Deux soies sternopleurales. Six rangées d’acrosticales. Deux soies
_ orbitales courbées en arrière ou en avant. Face médiocremcnt
saillante. Chète à villosité courte (fig. 238) . . Lauxania, p. 189.
5·(4). Une soie sternopleurale. Deux rangées d‘acr0sticales. Deux soies
orbitales : l’antérieure courbée en avant. la postérieure en arrière.
Face très saillante. Chète à villosité très courte, serrée, épaisse
(fig. 241) ............. Paehycerina, p. 191.
6-(3). Antennes : premier article plus court que le deuxième (fig. 246).
7—(8). Espace interoculaire couvert de chètules dispersés. Deux soies
sternopleurales; six rangées d’acrosticales ou plus .......
................. Prosopomyia, p. 191.
8-(7). Espace interoculaire dénudé, luisant ou non.
9-(10). Plaques frontales très larges, subégales à la bande médiane fron-
tale. Face peu convexe (fig. 245). Deux soies sternopleurales. Six
rangées de soies acrosticales ....... Halidayella, p. 189.
10-(9). Plaques frontales étroites. Face aplatie ou peu convexe. Une ou
deux soies sternopleurales; deux, quatre ou six rangées de soies
acrosticales.
11-(12). Seulement une soie orbitale ..... Paralauxania, p. 192.
12-(11). Deux orbitales. ·
13-(14). Aile : HH.3 ciliée sur toute la longueur (pl. xvu, fig. 193). .
................ Tricholauxania, p. 191.
  12);+3 HUG.
15-(16). MA, nue à la base, sur le nœud .... Saprûmyza, p. 192.
16-(15). MA, avec des cils à la base.
· 17-(18). Ptéropleures avec quelques cils sur le disque, au centre. . .
................ Eusapromyza, p. 192.
18—(17). Ptéropleures nus .......... Peplomyza, p. 208.

Lxuxnmxnuz. -—- LAUXANIA 189
G. HALIDAYELLA Humm,.
î •IIENDEL, 1925 : p. 107, 29; Cznmw, 1932 : p. 65.
• 1. H. aenea (FALLÉN). -:— Lauxania aenea Macowurr, ll, p. 508, 4.
Scmmm, II, p. 95; Bncxnn, 1905 : IV, p. 84; PAMELLÉ, p. 417, 39. —
L. scutellata LIACQUART, II, p. 509, 5. — Fig. 245.
Tête d`un noir verdàtre métallique à reflets bleus. Antennes fauves,
allongées. le troisième article noirâtre à l’apex. Thorax noir à reflets ver- ·
dàtres. Pattes rousses, fémurs et tibias I plus sombres. Ailes claires,
jaunîes le long de la costale. Balanciers jaunes. Abdomen légèrement
plus brillant que le thorax. — Long. : 3,5-4,5 mm.
Mai·décembre, sur les feuillages, les buissons et les haies, au soleil. Très
commun dans toute la France. Toute l’Europe. Corse (Bncxan).
La larve a été trouvée sur le trèlle (MAIECHAL, 1897 : p. 216); elle mine le
collet et la partie inférieure de la tige. Egalement signalée sur les Viola
arvensis Mummv et tricolor L. dont I’ovaire est boursoullé et transformé en.
cécidie (Houmn, 4292-et 4296).
G. LAUXANIA LATREILLE.
Yeux à facettes légèrement agrandies chez les mâles, avec des bandes bleues
(L. Elisae) ou pourprées (L. cylindricornis). Plaques frontales et orbitales lisses
et luisantes, leur intervalle mat ou peu brillant, Antennes : troisième article
bien plus long que les deux premiers réunis. Calus huméral avec une soie.
0 + 3 dorsocentrales. Aile : première nervure anale courte.
1-(4). Six rangées de soies aerosticales. Cliète antennaire distinctement.
velu.
2-(3). Antennes aussi longues que la tête. Pattes d’un roux bruni: fémurs
et tibias I plus sombres. —— Allemagne. (Scrxxman, II : p. 95; Bec-
ium, p. 247) ............. 'L. nitens Loaw.
3-(2). Antennes plus courtes que la tête, brunes à base rousse. Pattes
noires, genoux et tarses III roux. Ailes uniformément jaunàtres. —
Long. : 3,5 mm ........... L. genlculata, p. 190.
4-(1). Quatre rangées de soies aerosticales.
5—(6). Thorax mat, couvert d’une pruinosité nette. Espace interoeulaire
noir, brillant sur les côtés. Antennes : troisième article environ deux
fois aussi long que large, brun noir; chète nu. Pattes noires : tarses
brunis. — Allemagne. Galicie (Scmmzn, II, p. 96; Bacxnn, p. 247).
................. L. atripes lvlnxcnx.
6·(5). Thorax luis nt sur le disque, sans pruinosité.
7·(8). Corps roux. Antennes presque aussi longues que la tête; troisième '
article conique, jaune, bruni à l’apex .... L. hispanicn, p. 190.

190 Museums ACALYPTÈRES .
8-(7). Corps noir àlreflets bleus ou verts. Antennes plus longues, troi- .
sième article cyclindrique.
9-(10). Antennes étroites, cylindriques, plus longues que la tête; chète
blanc à cils peu distincts. Ailes jaunes : noires à la base. —- Long. :
2-2,5 mm ........... . L. cylindricornis, p. 190,
10-(9). Antennes aussi longues que la tête; ohète brun à cils plus longs
que le diamètre du fuseau.
1:l—(12). Ailes décolorées à la base. Tibias II et III et capitule des balan-
ciers roux. —- Long. : 4-5 mm. . . · ..... L. Elîsae, p. 190.
12-(11). Ailes brunies à la base. Tibias II et III bruns comme le renfle-
ment des balanciers. —— Long. : 3,5 mm. . . L. immîxta, p. 1902
1. L. cylindricûrnis   —— NlACQUART, II, p. 508, 1; Bscksn, 1905:-
IV, p. 84: PAN¤1z1.x.É, p. 418, 42; Cznmw, 1932 : p. 69. — Fig. 238.
Somme : Amiens (Dounrrzr). Environs de Paris : Bouray, mai (Pomme);
Rambouillet (Sécur); Vosges (ANDRÉ); Lyon (REY); Isère (PANoE1.1.â). — Cà et
là dans toute l’Europe. Amérique septentrionale.
2. L. Elisae BIEIGEN. - MACQUART, II, p. 508, 2; Scnmnn, II, p. 95;
Bizcxnn, 1905 : IV, p. 85; PANmzL1.É, p. 417, 40. -— Halidayella Elisae
Cznnmr, p. 67.
Juin-août — Ardennes : Vendresse (Pi. BENOlST); Allier : Broût—Ve1·net
(H. ou BUYSSON); Mâcon (FLAMARY); Puy-de-Dôme : La Bourboule (on GAULLE);
Hautes-Pyrénées : Luz, Gavarnie, sur le pin; Aragnouet, Tramesaigues (PAN-
nrnné). - Europe. Amérique septentrionale.
3. L. geniculata   —- MEIGEN, 1826 : V, p. 298, 4; BIACQUART, II,
p. 508, 3; Bncxnn, 1902 : Il, p. 231, 4. — Halidayella geniculata Czxznm',
p. 68. `
France (MAcQuAn1·). Allemagne (NIEIGEN, type).
Les Lauxania geniculata de ÃIACQUART, de la coll. du Muséum, sont des
Halidayella aenea.
4. L. hispanica Mn;. —— Bucman, 1895 : p. 179 et 249, 6; PANDELLÉ,
p. 416, 38. — Halidayella hispanica CZERNY, 1932 : p. 68.
Antennes : troisième article trois fois aussi long que la largeur de
la base; ohète brun à pubescence distincte. Palpes roux. Plaques fron-
tales d’un noir métallique; épistome avec une tache noire centrale.
Fémursl noircis à l‘apex de la face postérieure; tibias Il et III roux.
Balaneiers jaunes. Ailes décolorées. —— Long. :3-4,5 mm.
France méridionale : Var, Aude (GAVOY > PANDELLÉ). Espagne.
5. L. immixta PANDELLÉ, 1901 : p. 417, 41.
1 Lyon (SONTHONNAX). — Prusse orientale (CZWALINA).

LAUXANIIDAE. --« ·rnicno1..wxANxA 191
, G. PACHYCERINA Macomnr.
Ilsrxnsx., 1908 : 68, p. 20 et 1925 : II, 3, p. 105.
1-(2). Chète antennaire blanchâtre, jaune à la base. Long. : 4 mm. —-
Europe centrale (Czsmw, p. 71) ...... P. pulchra Losw.
.2-(1). Chète antennaire noir.
3-(4). Chèteantennaire àvillosité épaissectcouchéc. P.Setic0rniS, p.191.
4-(3). Chète à villosité lâche et bouclée .... P. alpîcola, p. 191.
1. P. alpicola Czniuw, 1931 : p. 70.
Alpes maritimes (Bncman > Czanxv).
2. P. seticornis (FALLÉN). 1`IACQUART, II, p.511, 1; Bscxim, p. 251, 1et
1905 : IV, p. 85; Ilnsnsi., 1908: p. 21; Czsmw, 1932 : p. 71. — Fig. 241.
Europe moyenne et septentrionale.
G. PROSOPOMYIA Lorzw.
1. P. pallida Lonw. Scnmnu, II, p. 22; Bncmm, 1905 [z IV, p. 86;
Czsmw, 1932 : 9. — Sapromyza. ampullata PAN¤n1.L1i, 1902 : p. 399, 7.
— Fig. 246.
Antennes : chète à cils légèrement plus longs que le diamètre du fuseau.
Palpes roux. Mésonotum couvert d’une pruinosité pâle d‘un gris azuré.
Soies acrosticales piliformes en 10-12 rangées irrégulières; calus huméral
avec deux soies dont une plus faible. Scutellum roux en arrière. Pattes
jaunes. Abdomen parfois roux à l’apex. -— Long. : 5 mm. '
Vaucluse : Apt (Ananas ne Pxannm); Var : Callian (L. Brnmmn); Hyères
(Aniaitts on Psaum); Hautes-Pyrénées : Arrens, août (PANDELLÉ). Sicile, Malte,
Algérie (Suacour). Tunisie (Nonmmo).
G. TRICHOLAUXÀNIA Ilmnnt.
1. T. p1‘a8uSta[FALLÉN). Ilmxnnn, 1925 : p. 112; Czsnmt 1932, : p. 33.
— Sapromyza praeusta blacouaxvr, II, p. 399, 10; Scnmsn, II, p. 102;
Bscxnn, 1905 : IV, p. 81, PANDELLÉ, p. 404, 14. — Pl. xvu, fig. 193.
Roux pâle. Quatre soies dorsocentrales (1+ 3); deux rangées d'acro· .
sticalcs. Antennesjaunes, chète à pilosité distincte. Palpes noircis à l'apcx.
Ailes brunies à la pointe et sur la nervure MA2c. -— J : tibias III avec
une brosse noire apicale sur la face postéro-interne; protarse simple.
——- Long. :4-4,5 mm.
Mai-octobre. — Prairies, clairières des bois, feuillages et sous les arbres
au vol. Hautes-Pyrénées : montagne, juin-septembre. Toute 1'Europe. °

192 Muscxnas AcALvr*rÈnns
G. PARALAUXANIA HENDEL.
1. P. albiceps (FALLÉN). Hnmnm., 1908 : p. 29; Czmuvv, 1932 : p. 64. ——
Sapromyza albiceps Scmrum, II, p. 103; Bacxnn, 1905 : IV, p. 74. —·
S. albzfrons Mncotmar, II, p, 399, 13.
Jaune sombre. Espace interoculaire et épistome blancs. Palpes som-
bres à l‘extrémité. Antennes : troisième article bruni à l`apex; chète
pubescent. Mésonotum à pruinosité grise légère; trois dorsocentrales;
quatre rangées d’acrostieales. Pattes rousses : tarses brunis. Ailes grises.
Abdomen : dernier tergite abdominal avec deux macules noires. -
Long. : 2-2,5 mm.
Nord de la France (Macquaar). Europe centrale et septentrionale (Marsan).
G. EUSAPRDMYZA l\IALLocH.
MALLOCH, 1923: p. 51; Czizmw, 1932 : p. 36.
1. E. multipunctata (FALLÉN). Ilaivosr., 1925 : p. 111. — Sapromyza.
multùnmctata Macouaxrr, II, p. 401, 24; Scnuvnn, II, p. 99; Bncxnn,
1905 :IV, p. 79; P.mn1:Li.É, p. 405, 17. — Pl. xvxx, fig. 194.
Roux pâle. Antennes fauves : chète à cils courts. Mésonotum : quatre
dorsocentrales (1 -)- 3); acrosticales fortes, en deux rangées plus ou moins
régulières. Aile : cellule sous-costale, nervurcs x et MA,c, 2**, 3° et 4** lon-
gitudinales (RH., MAH MA,) à l’apex et trois points sur la dernière
section de MAH brun noir. ·-— Long. : 4-5 mm.
Paris (Macomar). Autriche. Prusse orientale (Czxvanxiva, BECKER) Suède.
G. SAPROMYZA FALLÉN. _
DE BIIEIJÈRE, 1909 : p. 152 (métm.).
1-(2). Corps presque entièrement noir (') (Groupe I) ..... 9.
2-(1). Corps partiellement noir ou entièrement roux. . . 3 et 14.
3-(6). Ailes avec des taches, des bandes ou des ombres brunes. 4 et 31 .
4-(5). Ailes avec des petites taches isolées (Groupe II) .... 32.-
. 5·(4). Ailes avec des bandes ou des ombres brunes (Groupe lll). 42.
6-(3). Ailes claires, sans taches, ou les ombres très diluées ou négli-
geables, à l’apex seulement ........... 7 et 70.
7-(8). Abdomen : tergites avec de petites taches latérales rondes,
noires ou brunes (Groupe IV) ........... 71.
(1) Le Sapromyza lîoberti Mrxcsu diffère des espèces de ce groupe par les fémurs jaunes à la.
°b¤se, Yabdomen roux à Fapex, le chète antennaire nu. Cf. S 125 et page 207.

Lnuxmixnmz. — sarnomïza 193
_8-(7). Abdomen avec des bandes tergales sombres plus ou moins éten-
dues, ou de grandes taches diffuses (Groupe V) ..... 84.
9·(14). Corps presque entièrement d’un noir mat, à pruinosité brune
uniforme ou coupée de lignes noires sur le mésonotum. Balanciers
et pattes noirs, tout au plus les genoux et les tarses roux (Groupe I).
10-(11). 1 —)- 3 soies dorsocentrales. Chète antennaire pubescent. Ailes
noires : nervure 1:1 très courte. Six rangées de soies acrostieales.
Long. : 3 mm ............ S. muscaria, p. 204.
*1 1—(10). 0 —|- 3 dorsocentrales.
12-(13). Chète antennaire plumeux. Six rangées de soies acrosticales.
_ Ailes noircies à la base. - Long. : 3-4 mm. S. Iongipennis, p. 203.
13-(12). Chète antennaire pubescent.
a) Quatre rangées de soies acrosticales. Ailes jaunàtres à la base. —
Long. 3 mm. ............ S. hyalinata, p. 201.
aa) Plus de six rangées d'acrosticales. Ailes brunies à la base.
— Long.: 4 mm. ......... S. multiseriata, p. 204.
14-(9). Corps noiràtre ou roux, à pruinosité claire. Balancicrs à capitule
clair. Pattes en grande partie jaunes comme les antennes. Ailes non
tachées, membrane grise ou jaunie.
15-(24). Aile : 6° nervure longitudinale (1A) prolongée en fil presque
_ jusqu‘à l’apex dela 7° nervure (2A). Chète antennaire à cils dépas-
santle diamètre du fuseau. Une tache noire préoculaire près de la
baso des antennes. 0 + 3 soies dorsocentrales.
16-(17). Tibias II avec deux soies préapicales robustes côte à côte. . .
_ . . .............. S. trispina, p. 208.
17-(16). Tibias II avec une soie préapicale.
18-(19). Corpsclair.Palpes, seutellumetfémursjaunes. S.cataracta,p.199.
19-(18). Corps obscur. Palpes et fémurs brunis. Scutellum noirci à la
base.
.20-(21). Mésonotum avec deux lignes noires pres des soies dorsoeen-
trales. Six rangs de soies acrosticales. . . S. subvittata, p. 208.
.21-(20). Mésonotum à pruinosité cendrée uniforme. Chète antennaire
plumeux.
22-(23). Soics acrosticales diposées en six rangs. . S. fasciata, p. 200.
23—(22). Quatre rangées d'acrosticales. .... S. Iongisota, p. 203.
.24—(15). Aile : 6° longitudinale (1A) en baguette courte, non prolongée
en fil.
25-(30). Mésonotum noir au fond, couvert d'une pruinosité grise ou
cendrée, marge externe et calus huméraux roux. Quatre rangs
d’acrosticales. Palpes au moins partiellement noirs. ·
.26-(27). 0 —|- 3 soies dorsocentrales. Chète antennaire plumeux ....
. ................. S. lupulina, p. 203. s
27—(26). 1 —)— 3 dorsocentrales. ·
.28-(29). Chète pubescent. ........ S. pallidiventris, p. 205.
13

194 Muscxmzs .4cALY1>·rÈnns
29—(28). Chète plumeux. ........ S. tiaviventris, p. 200.
30—(25). Mésonotum roux au fond ou des bandes longitudinales
HOIPCS.
31-(70). Ailes avec des petites taches isolées ou des bandes brunes.
32-(41). Ailes avec des taches isolées (Groupe II).
v 33-(36). Palpes jaunes. Pattes rousses. Quatre rangs d’acrosticales.
Trois soies dorsocentrales. — Long. : 3-3,5 mm.
34-(35). Aile: 3" longitudinale (MA,) avec deux taches. Chète anteunaire
à pilosité longue (pl. xvrr, fig. 195). .... S. notata, p. 204.
35-(34). Nervure MA, avec une tache. Chète antennaire à pilosité courte.
· Long. :3 mm. — Allemagne. (Scmmm, II, p. 103; Czmmr, p. 20),
................ . S. tenera Lonw.
36-(33). Palpes noirs à l’apex.
37-(38). Ailes : une tache brune au milieu du dernier segment de la
4** nervure (MA2).- Long. :3 mm. . . . S. sexnotata, p, 207.
38-(37). Pas de tache sur la nervure MA,. 1 + 3 soies dorsocentrales.
39-(40). Nervure MA, nue, son dernier segment non taché. Soies acro-
sticales en quatre rangées (pl.xv11, fig. 196). S. decempunctata, p. 199.
40-(39). MA, ciliée àla base, trois taches brunes dans sa moitié apicale.
Soics aerosticales en deux rangs (pl. xvu, fig. 194) ......
........... Eusapromyza multipunctata, p. 192,
41-(32). Aile sans petites taches isolées.
42-(63). Une ombre brune à l’apex de l’aile (Groupe III).
43-(48). Nervures transverses (MA,c et .z·) sans ombre.
44-(45). Antennes : 3° article et palpes distinctement brunis ou noircis.
Corps terne, d’un jaune mat; 1 -)- 3 dorsocentrales. Deux rangées
' de soies acrosticales. -Long. :4-4,5 mm. . . . S. illota, p. 201.
45-(44). Troisième article antennaire et palpes entièrement jaunes ou les
seules antennes brunies àl’apex. Chèteà pilosité courte mais distincte
46-(47). Troisième article antennaire jaune. Thorax d’un roux brillant:
‘ 0-)-Bdorsocentrales ; quatre rangées d’acrosticales. —- Long. : 4 mm.
............... S. sexpunctata, p. 207.
47-(46). Troisième article antennaire bruni à 1’apex. Thorax jaune :
1 -(- 3 dc; deux rangs de soies acrosticales. . . S. affînis, p. 198.
48-(43). Une nervure (MA,c ou x) ou les deux nervures transverses
ombrées.
49-(54). Une nervure transverse (MA,c) brunie.
50-(51). Nervure R,+3 ciliée sur toute sa longueur. Chète antennaire à
villosité courte ....... Tricholauxania praeusta, p. 191.
51-(50). Deuxième nervure (R,.,.3) nue.
52-(53). Chète antennaire pileux. ....... S. dorsalis, p. 200.
53-(52). Chète antennaire plumeux. S. inusta var. punctifrons, p. 202.
54-(49). Deux nervures transverses ombrées (MAc,, et x) (pl. xvn,
fig. 197). '

1.AuxAm1nAn.·—- sarnomrza 195
55-(56). Scies acrosticales en six rangs. Quatre soies dorsccentrales
(1 -|·- 3). .............. S. innsta, p. 202.
56-(55). Deux ou quatre rangées d’acr0sticales.
57—(58). Quatre rangs d'acrosticales. 0 + 2-3 soies dorsocentrales. .
............... S. obscuripennîs, p. 205.
58-(57). Deux rangs d`acrosticales. '
59—(62). Trois dcrsccentrales (1 + 2). Antennes et palpes jaunes.
60·(61). Chète antennaire plumeux. ...... S. limnea, p. 203.
61-(60). Chète pratiquement nu.—Long. 3,5 mm. S.marg·înata,p. 204.
62-(59). Quatre soies dorsoeentrales (1 + 3). Corps mat. Pattes jaunes :
dernier article des tarses sombre. Long. : 3 mm. — Europe septen-
trionale et orientale (Scuxmm, II, p. 104; Bncxnn, p. 194, 5) ....
................ S. bîumbrata Lcaw.
63-(42). Pas d°ombre à l’apex de l‘aile; nervures transverses MA2c et .2:
seules brunies.
64-(65). Mésonotum d’un gris cendré sombre avec trois lignes noires.
.... . ........... S. bicolor, p. 198.
65-(64). Mésonotum et scutellum jaunes. 0 —|- 3 dorsocentrales.
66-(67). Six rangées de'soies acrosticales. . . . S. dedecor, p. 199.
67-(66). Quatre rangées d’acrcstîcales. 0 —|- 3 dorsocentrales. '
68-(69). Chète antennaire pratiquement nu. Ailes allongées; nervures
transverses écartées : leur intervalle égal à deux fois la longueur de
MA,c (pl. xvu, fig. 199 a). ...... S. interstîncta, p. 202.
69-(68). Chète antennaire assez longuement velu. Ailes plus courtes;
nervures transverses rapprochées, leur intervalle égal à une fois et
demie la longueur de MA2c (pl. xvn, fig. 199 b). — Long. :3 mm. '
Sarepta (P.«Nnm.x.É, p. 407, 19) ...... S. tasquao Bncxnn.
70-(31). Ailes sans taches, uniformément grises ou jaunâtres. ·
71-(84). Abdomen : tergites avec de petites taches latérales sombres
· (Groupe IV).
72-(77). Trois tergites tachés. 0 -(- 3 dorsoeentrales. Quatre rangées
d’aerostîcales.
73—(74). Tergites IV et V avec quatre taches, tergite VI avec deux taches.
Antennes jaunes : troisième article bruni à l'apex, chète pubescent;
palpes noirs à Pextrémité. Long. : 3 mm. — Angleterre. Allemagne.
Autriche. Russie (Scmmzn, II, p. 103; Bacxxn, p. 207, 30; Czsimv,
1932, p. 58 [S. octopunctata v. Hos.]) .... S. decaspila Lonw.
74-(73). Tergites III, IV, V, avec deux taches. Antennes et palpes entiè-
rement jaunes, chète à pilosité courte.
75·(76). Mésonotum d’un jaune ocre mat. Tarses entièrement jaunes.
Ailes uniformément jaunàtres. — Long. :3,5-4 mm. S. opaca, p. 205.
76-(75). Mésonotum brillant, d’un jaune orange. Dernier article des
tarses bruni. Ailes : parfois une ombre cstompée à 1’apex (pl. xvu,
fig. 200). — Long. : 4 mm. ...... S. sexpunctata, p. 207.

196 Museums Acatyrrànns
77-(72). Un ou deux tergites tachés.
78·(79). Deux tergites (IV et V) avec deux taches. 0 —)- 3 dorsocentrales.
Soies acrosticales fortes, disposées en deux rangs .......
............... S. quadripunctata, p. 206.
79-(78). Un tergite taché, le cinquième.
80-(81). Palpes jaunes. ........ t S. bipunctata, p. 198.
81-(80). Palpes noircis à l’apex.
82-(83). Deux soies sternopleurales. Antennes brunies à l’apex. —
Long. 3-3,25 mm. — Italie septentrionale (Bncxnn, p. 212, 39). . .
............... S. bisigillata Rounam.
i 83—(S2). Une soie sternopleurale. Antennes jaunes. S. rahdota, p. 207.
84--(71). Abdomen avec de larges taches ou des bandes tergales plus ou
moins étendues (Groupe V).
85-(94). Chète antennaire àvillosité longue ou plumeux.
86·(87). Palpes noirs ou brunis à l’apex. 0 + 3 dorsocentrales. Six ran-
gées d’acrosticales. ......... S. plumicornis, p. 206.
87-(86). Palpes jaunes.
88-(S9). Quatre rangées de soies acrosticales. Abdomen : tergite II avec
de longues soies. ........ . . S. flavipalpis, p. 200.
` 89-(88). Six rangs de soies acrostioales.
90-(91). Abdomen : tergite II court, deux macrochètes de chaque côté.
0 —)- 3 dc. —— Long. : 3,5 mm. ..... S. tetrachaëta, p. 208.
91-(90). Non.
92-(93). Abdomen : tergites II et III avec de longues soies .....
................ S. biseriata, p. 199.
93—(92). Tergites II, III, IV avec 12-14 longues soies apicales en une
seule rangée,. .......... S. plumicheta, p. 206.
94-(85). Chète antennaire nu ou pubescent.
95-(100). Palpes et antennes jaunes, noircis à l‘extrémité.
96-(97). 1 -|— 3 soies dorsocentrales, deux rangs d’acrosticales. Méso-
notum à pruinosité mate. ......... S. illota, p. 201.
97-(96). 0 -)- 3 dc. Quatre rangs d’acrosticales. Mésonotum plus ou
moins brillant.
98-(99). Tibias III sans soies préapicales. . . . S. ohsoleta, p. 205.
99-(98). Tibias III avec les soies préapicales normales ......
................. S. _apîcalis, p. 198.
100-(95). Palpes et antennes non également noircis.
101-(118). Palpes noirs ou brunis. Antennes : troisième article tout au
plus ombré à Pextrémité.
102-(103). Une soie sternopleurale. ...... S. hasalis, p. 198.
103-(102). Deux soies sternopleurales.
104-(111). Six rangées d’acrosticales.
105·(106). Mésonotum avec deux bandes sombres. . S. didyma, p. 200.
106-(105). Mésonotum sans bandes.

LAUXANIIDAE. -—— snaomvza 197
107-(108). Antennes : 3° article suborbiculaire. . S. quadriseta, p. 206.
108-(107). Troisième article allongé. 0 —|- 3 dc. Six rangs d‘acrosticales.
109-(110). Espace interoculaire brillant. .... S. inculta, p. 201.
110-(109). Espace interoculaire, roux, opaque. . . S. îutonsa, p. 202.
11 1·(104). Deux ou quatre rangées d’acrosticales.
112-(113). Quatre rangées d’acrosticales courtes., . . S. inscita, p. 202.
113-(112). Deux rangées d’acrosticales.
114-(115). Mésonotum avec quatre lignes brunes. Espace interoculaire
gris avec deux lignes. ....... S. quadrivittata, p. 207.
1 15-(114). Mésonotum et front sans lignes brunes. 4 dc (1 -)- 3).
116—(117). Mésonotum à pruinosité légère, roux foncé. — Long. :4-
4,25 mm. ............. S. sordida, p. 208.
117-(116). Mésonotum noiràtreàpruinosité grise. Long. :3,5 mm. —— Si-
lésie. Dalmatie (PANDELLÉ, p. 409) .... S. conjugata Bizcxsn.
1 18-(101). Palpes jaunes; antennes jaunes ou noires.
119-(124). Palpes jaunes; antennes : troisième article noirci à l’apex.
120-(121). Antennes : troisième article presque entièrement noir. 4dc
(1 -(- 3); deux rangs d’acrosticales. .... S. fuscicornis, p. 201. ·
121-(120). Antennes : 3** article noir jusqu`au milieu tout au plus. 3 de
(0 —(- 3); quatre ou six rangs d‘aerosticales.
122-(123). Mésonotum à pruinosité mate. - Long. : 3,75-4,5 mm. — Eu-
rope centrale (Scmxvnn, II, p. 101; Bncmzn, p. 230, 77) ....
. .... · ............ S. simplex Lonw.
123·(122). Mésonotum brillant. —Long. : 3,5-4 mm. — Europe moyenne
et septentrionale (Bnzcxsn, p. 231, 78) .... S. setiventrisZnr1·.
124-(119). Palpes et antennes uniformément jaunes.
1254126). Thoraxà pruinosité grise. Scutellum roux. S. Robcrti, p. 207.
126-(125). Thorax jaune.
127-(128). Une soie sternopleurale. ..... S. difformîs, p. 200.
128·(127). Deux sternopleuralcs.
129-(132). Quatre soies dorsoeentrales (1 -)— 3). Chète antennaire à pilo-
sité eourte. Soies acrosticales en deux ou trois rangées irrégulières :
la_rangée médiane formée de soies plus robustes.
130·(131). Mésonotum légèrement brillant. Chète antennaire à pilosité
courte, bien distincte. Acrosticales irrégulières. . S. rorîda, p. 207.
131-(130). Mésonotum jaune mat. Chète antennaire à pubescenee courte.
Aerosticales en rangées plus régulières. .... S. laeta, p. 203.
132·(129). Trois soies dorsocentrales (0 -|- 3 ou 1 —(- 2). ·
133-(136). Quatre rangées d’acrostieales.
134-(135). Mésonotum brillant. Abdomen sans soies dressées.- Long.:
3,25-4 mm. — Pologne. Alpes (Bncxan, p. 234, 84) ......
................ S. pellucida Bncxen.
135-(134). Mésonotum d’un jaune mat. ..... S. obesa, p. 205.

198 Muscmns Acnnvrrianns
136·(133). Six rangées d’acrosticales. ·
137-(138). Mésonotum mat. ........ S. consobrina, p. 199.
138—(137). Mésonotum brillant.
139-(140). Espace interoculaire luisant. . . . S. tuberculosa, p. 208.
· 140-(139). Espace interoculaire mat. .... S. patelliformis, p. 205.
1. S. affinis Zurrriansmnr. Bizcxian, 1895 : p. 193, 3; Czsmvv, 1932 :
p. 41.
Roux grisâtre. Q : abdomen, tergite III avec des macrochètes. Pattes
rousses; tarses noirs; protarse I épaissi, II roux. Ailes ombrées à
l’apex; transverse moyenne (x) exceptionnellement brunie. —~ Long. :
3,5 mm.
Europe.
2. S. apicalis Loaw. Scmivsn, II, p. 102; Bxzcxim, p. 223, 61. S. obso-
I Zeta l\/lizicnn. Boucmâ, 1847 : VIII, p. 145, 16 (larve); Becxnn, 1902:
p. 220, 2, 1905:p. 75; Cznmw, 1932: p. 50. ——- Fig. 249.
d‘ Q . Jaune. Palpes noirs. Antennes jaunes : troisième article allongé
en partie noir à l’apex ; chète distinctement pubescent. Pattes jaunes,
tarses brunis à Pextrémité. Abdomen brun : tergites II-III avec des soies
dressées. — Long. : 4~4,5 mm.
Environs de Paris :· Maisons-Lafîitte (ma GAULLE); Hautes—Pyrénées : Arreau
(PANDELLÉ). —— Prusse orientale (CZWALINA). Russie (Bncxnn).
3. S. basalis Zswrensrxznr. — Bncxmx, p. 224, 63et 1905 : IV, p. 75;
Cznrmv, 1932: p. 51. S. nana Losw. Srnoun.
Espace interoculaire d’un roux gris. Antennes : articles I—II brunis;
chète à pilosité distincte. Deux dorsocentrales (0 —(— 2); six rangs de soies
acrosticales. ·— Long. : 2-2,25 mm.
Alpes occidentales et orientales jusqu'à 2.000 m. (Buzz:). Tyrol. Allemagne.
Silésie (Bncmzn). Scandinavie.
Distinct par les antennes à base sombre et par l'unique soie sternopleurale.
4. S. bicolorMxcQ¤An1~, 1835 : II, p. 403, 33. —— Minettia bicolor Cznmvv,
1932 : p. 22.
Face blanchâtre. Front et antennes orangés. Thorax d’un cendré obscur,
àtrois lignes noirâtres; scutellum et abdomen testacés. Ailes un peu jau- '
nies : nervures transverses bordées de brunâtre. ——— Long. : 4,5 mm.
Fjance (Macqnanr).
5. S. bipunctata RIEIGEN. Macquairr, II, p. 398, 8; Scmman, II, p. 100;
Bncxnn, 1895 : p. 212, 38; 1905 : IV, p. 75; PAm>1:1.i.É, p. 412, 30;
Czannv, 1932 :p. 52.
Antennes jaunes : chète pubescent. Trois dorsocentrales (0 + 3);
· quatre rangées de soies acrosticales : la rangée médiane formée de

Lauxamnnan. — sarnomvza 199
soies plus fortes. Tibias III avec deux soies préapicales. — Long. :4,5-
5 mm.
Mai-octobre. Toute la France, prairies et clairières des bois, herbes, feuillages,
haies. Toute l’Europe.
6. S. bîseriata Lonw. — Bscicnn, p. 217, p. 50; Czmmv, 1932:p. 23.
Antennes et palpcs jaunes : chète plumcux. Trois dorsocentrales (0 -)- 3);
six rangs d`aerostieales. — Long. : 4,5 mm.
Corse : Campo di Oro (Becxen). Turquie (Loizw).
7. S. cataracte PANDELLÉ, 1901 : p. 398, 5. — Minettia. subvittata Cznnmr
(non Lonw), 1932 : p. 28.
Q. Mésonotum roux avec trois larges bandes brunes bien apparentes
Corps clair: palpes, scutellum et fémurs jaunes. -— Long. : 5 mm.
Marseille (Anrxrnn nr: Pannm, type). Italie : Trieste? (PANDELLÉ)·
8. S. consobrîita Zm·1·nns·r¤n·r. — Bncxnn, p. 238, 90; PA¤¤n1.r.É, p. 413,
32; Czumw, 1932 : 13.
Antennes et palpes jaunes : chète à pubescence courte. Trois soies dor-
soeentrales (1 —|- 2). Ailes à nervures transverses rapprochées, leur inter-
valle subégal à la longueur de MA,c. Abdomen ocre, opaque; macro-
chëtes réduits. — Long. : 2,25-2,50 mm.
Hautes-Pyrénées : Aragnouet, Gavarnie, en juillet sur le pin (PAm>m.i.1ê).
Tyrol (Poxomw); Galicie. Scandinavie.
9. S. decempunetata FALLÉN. MAcouAn·r, II, p. 401, 20; Scmmm, II,
p. 99; Bncxnn, p. 203, 22 et 1905: IV, p. 76; Pnmnnntxâ, p. 404, 13. -—
Lycia. decempunctata Cznnxv, 1932 : p. 42. - Pl. xvrr, fig. 196.
Antennes : 3° article bruni à l'apex; chète à pilosité courte. Quatre ran-
gées de soies aerosticales : la médiane formée de soies plus fortes. Ailes :
nervures transverses ombrées; RH.3, MA,, MA, brun noir à Pextrémité.
-— Long. : 4-4,5 mm. '
Avril-septembre. - Ardennes : Vendresse (R. Benoist); Pas-de-Calais :
Trescault (O. PARENT); environs de Paris, Seine-et-Oise_: Rambouillet (Sâcuv);
Saclas (R. Bmvoxsr); La Roche-Guyon (Suncour). Eure : Evreux, forét(Ponr¤vm);
Nancy (Srînxzxm); Aisne: Saint·Gobain, Vosges (Puroiv); Lyon (Rev); Hautes·
Pyrénées : montagne, juin-septembre, Luz, Gavarnie, sur le pin; Arreau, Ar-
rens, Tramesaigues (Pmnnnné). — Qà et là, toute l'Europe. _
10. S. dedeeor Lonw. - Bscxsn, 1895 : p. 196, 10; Cznmw, 1932:
p. 23. ~
Antennes et palpes jaunes : chète plumeux. Ailes: nervures transverses
couvertes d`une ombre diffuse. — Long. : 4 mm. .
Corse (Bncxsn). Espagne (Loaw). Adriatique : Lesina (Smonn).

200 MUsC1nEs ACALYPTÈRES
‘ 11. S. didyma PANDELLE, 1901: p. 415, 37; Czanxx, 1932 : p. 53.
Q. Antennes rousses : chète à cils peu distincts; palpes noircis ài
l’extrémité. Mésonotum avec deux bandes noires parallèles, scutellum
avec une étroite ligne longitudinale noire. Six rangs de soies acrosticales-
— Long. : 4 mm.
Drôme : Montélimar (XAMBEU,'COII. PANDELLÉ, type).
12. S. diilbrmis LOEw. — SCH1NEn, II, p. 104; BECKER, 1905 : IV, p. 76-
S. platycephala LoEw. Scnimzn, II, p. 102; PANDELLÉ, p. 408, 23. —
Jlfeiosimyza platycephala Czaniw, 1932 : p. 34. — Fig. 240-
Q. Antennes et palpes jaunes : ehète pubescent. Quatre soies dorso-
centrales (1 + 3); deux rangées de soies acrosticales. Aile : nervures
transverses séparées par un intervalle égal à deux fois J1A2c. Abdomen
avec deux verrues difformes, segment IV étroitement comprimé. —
Long. : 4 mm.
Finistère : Morlaix (Hnnvi); Vaucluse : Apt (ÀBEILLE DE PEmuN). Corse
(KUNTZE, BECKER). Trieste. Hongrie. Silésie. — Afrique septentrionale (BECKER).
13. S. d01‘S3liS AIACQUART, 1835 : II, p. 402, 26.
6*. Chète antennaire velu. Abdomen à reflets blanchâtres et tache dor-
sale noirâtre sur chaque tergite. Tibias et tarses noirs à l’extrémité-
Ailes jaunies : bord costal et nervure transverse apicale M.-1,:: noirâtres-
— Long. : 4,5 mm.
Bordeaux (Macqumrr).
14. S. fasciata FAM-EN. —— SCHINER, II, p. 98; BECKER, 1895 2 p. 215,
46; 1905 : IV, p. 77; PANDELLÉ, p. 397, 4; Czmmr, 1932 : p. 23-
S. rivosa MEIGEN. Macounnr, II, p. 403, 31. — Fig. 239, 242, 250.
Mésonotum couvert d’une épaisse pruinosité grise coupée par deux
étroites lignes longitudinales testacées, parfois la trace d’une bande
rousse sur le trajet des rangées de soies dorsocentrales. Six rangées
d’acrosticales fines, la paire préscutellaire robuste; trois dorsoccntrales:
(0 + 3). —— Long. :3,5-4 mm.
Mai-novembre. -— Prairies et lisière des bois, herbes, feuillages, haies.
Toute la France, commun et répandu dans toute l’Europe. Algérie (Suncour).
Capturé par l’H0pl0cr·abm quadrimaculatus (Vendresse [R. BEl\0IS'l`]).
I 15. S. fl3.VipalpiS LoEw. — BECKER, 1895 : p. 217, 49; CZERNY, p. 24.
Roux. Antennes et palpes ocres; chète plumeux. Trois soies dorsocen-
trales (0 -|- 3). — Long. : 4-4,5 mm.
Corse (BECKER). - Calabre, Sicile (I-0Ew, Bxzzzi).
16. S. flaviventris Cosm. -— SCHINER, II, p. 98; BECKER, 1905 : IV,
p. 77. — Prorhaphochaeta fIavz`ventrz`s CZERNY, 1932 : p. 30.

Lauxmxinae. — sarnoxuvza 201
Espace interoculaire avec une bande brune transverse. Antennes
rousses; palpes noirs. Thorax couvert d`une pruinosité cendrée. Pattes
noiràtres, genoux I, tibias et tarses Ill roux à la base. Balaneiers jaunes.
Abdomen d’un roux opaque. — Long. : 2,5-3 mm.
Europe méridionale.
17. S. fuscîcornîs RIACOUART, 1835 : II, p. 398, 5. S. anisodactyla
Lonw. Scmmm, II, p. 101; Bscxcsn, p. 228, 74 et 1905 : IV, p. 74;PA1v—
DELLÉ, p. 409, 26. — Palloptera rorida \VA1.xcsn. - Aulacogastromyia
anfsodaczyla Cznmvx, 1932 : p. 35. — Fig. 247.
Chète antennaire distinctement pubescent. Scutellum jaune. Ailes d‘un
gris pâle. - dl : tarses III avec les grilles inégales : une normale à droite,
l'autrc épaissie, très longue et courbée (fig. 247). Q : tarses III courts.
Oviscapte épais, tubuleux, conique. — Long. : 3,75-5 mm.
Nord de la France (Mmqnanr); environs de Paris : Marly, mai (J. Suncour);
Maisons-Laffitte (ne G.wm.e).` Italie. Autriche. Prusse orientale (Pmnstné).
Suède.
18. S. llyalinata Mnrcm:. - Macoourr, II, p. 509, 8. Brcxrxn, IV, p. 77_
— S. frontalzls (Lonw) Bncxnn, 1895 : p. 240, 94; lllnnmnnn, 1913 : p. 65, _
38; Czmmv, 1932 : p. 53. — Lauxanfa nigrzjves Macoumvr, 1835 : II,
p. 510, 10 (sec. typ.); Becxcsn, 1902 : II, p. 232, 18. — Lonchaea.
pusilla Mmcim (sec. typ,). Becxsn, 1902 : p. 233, 3.
Face grise; espace interoeulaire testaeé à la marge antérieure, près de
la base des antennes. Antennes brunes ou noires : troisième article
brièvement ovalaire. Corps noir à pruinosité grise très légère. —·- Long. :
3 mm.
Rare, çà et là dans toute l’Europe. Amérique septentrionale.
- 19. S. illota Loew. - Scunvsn, II, p. 102; P.mnn1.1.É, p. 409, 25;
Bncxen, 1895 : p. 192; 1905 : IV, p. 78. S. pallida. Mmonx. Bncxnn,
1902 : p. 220, 3. -— Lycia illota Czsimv, 1932 : p. 43.
Mai-octobre, çà et là. — Environs de Paris : Maisons-Laflitte (ez Gamuz):
IIautes·Pyrénées, montagne, juin, septembre, sur le pin (Paivnxatmâ). Corse:
Vizzavona (Buena). Europe centrale: Alpes, monte jusqu’à 2.000 m. (Poxonxvl.
Prusse orientale. Autriche. Suède. Italie. Allemagne (Mmcex, type).
20. S. inculte PANns1.1.É, 1901 : p. 413, 33; Cznnmr, 1932, p. 54.
Gênes et péristome assez larges, jaunes; soies péristomales faibles,
clypéus peu saillant. Palpes presque complètement noircis ou brunis.
Antennes jaunes : troisième article en ovale allongé, plus de deux fois
plus long que large. (jl. Tibias III avec une brosse noire sur la face
interne de l’angle apical; tarses II et III jaunàtres, une étroite brosse
noire sous lc protarse. —— Long. : 4-5 mm.
Hautes·Pyrénées : Aragnouet, Arrens (Pamoumë, type). `

202 Muscmns ACALYPTÈRES
21. S. inscîta Paxnmné, 1901 : p. 414, 35; Czmmr, 1932 : p. 55.
Q. Mésonotum mat, soies acrostioales plus développées sur la rangée
médiane, courtes cependant. Trois soies dorsooentrales (0 -|— 3) . -—— Long. :
3 mm.
Hautes-Pyrénées : Tarbes (Pnirnnimâ, type); _
22. S. interstincta FALLÉN. ——— IIIACQUART, II, p. 399, 11; Bacicnn, 1905 :
IV, p. 78; PANDELLÉ, p. 412, 31; Czenmri 1932 : p. 15. — Scyphella
inter·stz'ncta Scuxmzn, II, p. 283. ——P]. xvn, fig. 199 zz.
Antennes et palpes roux. Corps fauve opaque. Ailes : nervures II, III,
IV, légèrement ombrées à l`apex. — CF : plaque prégénitale triangulaire,
·dressée en arrière. —— Long. : 2,5 mm.
France (MAcouAn1·). Prusse orientale (Czwannva). Suède (Fanmêx).
23. S. illtonsa (Lonw). — Bncicnn, 1895 : p. 228, 72; Czizumï, p. 55.
Gênes et péristome étroits, avec une trace ombrée sous les yeux. Soies
péristomales bien développées. Clypéus saillant. Palpes noircis à l’apex
seulement. Antennes jaunes : troisième article en ovale court, moitié
plus long que large. Chète à pubescence longue. Pattes jaunes. — Long. :
3-3,75 mm.
Pyrénées; Corse (Kuivrze); Vizzavona, juin (Brennan). Dalmatie. Europe méri-
dionale (Loew). Russie.
24. S. îmlsta Maman. —- MACQUART, Il, p. 401, 21. S. spectabilis Loew.
Bncxen, 1895: p. 200, 17. S. pzmctifrons Roivnnm. Bscmzn, p. 194, 4;
PANDELLÉ, p. 403, 12. — Prorhap/zoclzaeta inusta Cziaam', 1932:p. 30.
—- Pl. xvu, fig. 197.
Roux, couvert d’une pruinosité jaune. Une tache préscutellaire noire
plus ou moins marquée. Palpes noirs à l’apcx. Antennes jaunes : chète
antennaire plumeux. Mésopleure et sternopleure couverts de cils épars.
Pattes rousses, apex des tibias, des fémurs I et III et tarses noirs. Ailes
fauves : marge antérieure, MA2c (et parfois la transverse médiane x)
ombrées; cellule sous-costale plus nettement brunie. — Long.: 4,5 mm.
Avril-novembre. — Seine·et-Oise : Chérence (R. Beuoisr); Eure : forêt
d'Evreux (Ponravim); Lyon (Somnoumx, Pmmus); Creuse : La Genette (Con'-
vizns). Bordeaux (Piiaez); Montpellier (Suncour); Vaucluse : Apt; Var : Hyères
(Aaninrn nr: Peaam); Callian (Bnnmivo); Aude (Gmvov); Pyrénées-Orientales 2
(Suncour). Hautes—Pyrénées : Gavarnie (Pmox-:x.rÉ). Corse (Kmrrze). Espagne
(NAvAS). Algérie (Smxcour). Italie. Allemagne (Mnxcex, type).
Chez certains exemplaires la tache préoculaire est estompée, parfois nulle,
d’autres ne présentent que la nervure MA2c ombrée : c’est la forme puncti-
frûns (Roi.) PANDELLÉ. On trouve d’ailleurs tous les passages entre la forme
typique et les variétés. L’appareil copulateur mâle n’est pas modifié.

Lxuxamxnas. —- sarnomrza 203
25. S. laeta Zsrrsasrsor. — Bscxnn, 1895 : p. 239, 92. — Lycia laeta
Czsmw, 1932 : p. 43.
Entièrement d’un jaune opaque. Espace înteroculaire sombre. Abdomen
indistinctement sétuleux. - Long. : 2,5-2,75 mm.
Corse (Kumzs). Europe centrale : Alpes, monte jusqu'à 2.100 m. (Poxoauv,
S'l'ROBL).`N0l'Vèg`B. Laponie. Russie arctique. .
'26. S. limnea Bscxsn, 1895 : p. 196, 8; Pnnonnns, p. 405, 16. - IIO-
moneura limnea Czsmw, 1932 : p. 16. — Pl. xvu, fig. 198.
Corps jaune. Soies acrosticales plutôt fortes : normalement disposées
cn deux rangées irrégulières, parfois en quatre rangs très irréguliers
cl1ez les femelles, le rang latéral formé de soies dispersées. Pattes et
balanciers jaunes. Ailes : nervures transverses rapprochées, leur inter-
valle égal à trois fois la longueur de la transverse médiane   Abdomen
parfois bruni. — Long. :3 mm.
Marseille (Junwiu); Var : Hyères (Ansums ns Psaum); Hautes-Pyrénées :
Barèges, IX (Pzmossné). Hérault: Lamalou-les·Bains (MARQUET). — Silésie
(Bscksn).
27. S. longîponnis (Fanuxcws) (*). — Scmmzn, II, p. 97; Bscksn, 1905 :
IV, p. 78. — Lauxania Iongâpennis Macouaxvr, ll, p. 509, 9. — L. bivit-
tata Msmsxv, Macouuvr, II, p. 509, 5. - Mz'neltia Iuctuosa Ron.-Dssv.,
1830 : p. 646, 1. M. l0ngz)vcnnz's Ilsxnsng Czsmw, 1932': p. 25.
Avribseptembre. —- Marécages ou lieux humides, au soleil, sur les herbes,
la ronce, la menthe, les Ombellifères. Commun partout et répandu dans toute
l'Europe. Amérique septentrionale.
28. S. longiseta (Losw). — Bscxsn, 1895 : p. 214, 43. — Minettia
longiseta Cznmvx, 1932 : p. 25.
Antennes d’un roux bruni; chète plumeux. Palpes noiràtres: Mésono-
tum et scutellum couverts d’une pruinosité cendrée, mate. Fémurs I
parfois brunis. Ailes jaunes. — Q : abdomen : tergitc Il court avec deux
maerochètes médians, plus longs, dressés. — Long. : 3,5 mm.
Eure : Gaillcn, VIII (Auncsxr). Corse (Kmxrzs). Messine (Lcsw).`
29. S. Iupulina (Fasnxcws). — Bscxsn, 1905 : IV, p. 79; Pannssmâ,
p. 400, 8. — Lauxania lupulina Macousnr, II, p. 510, 12. — Mz'nettz2z
testacea Ros.-Dssv., 1830 : p. 647, 5. Il/I. lupulina Czsiuw, 1932 : p. 26.
Tête d’un gris noir, une large bande blanchâtre transverse sur Fin-
teroculaire à la base des antennes. Mésonotum couvert d’un enduit d’un
gris bleu. Pattes I noires, sauf le genou jaune, fémurs II parfois largement
(1) Un exemplaire de la coll. Bosc est nommé par Fumxcws • Muaca puparum Fan. n

204 Muscmns ACALYPTÈRES
noircis à la base; ailes lavées de jaune. Abdomen d’une jaune d’ocre
foncé. — Long. : 3,5 mm.
Mai-novembre, marais, lieux humides ou bords des ruisseaux, sur les feuil-
lages et les herbes aquatiques, au vol sous les arbres dans les endroits frais.
Environs de Paris, Vincennes, Clamart, Sèvres, Maisons-Laffitte (oa GAULLE),
Rambouillet, tilleul (Siêcuv); Orne : Longny (P. Lasne); Eure (Doumer); Mor-
bihan : La Trinité-sur-Mer (Suncour); Gard : Aigoual (Caoraao); Digne
(P. Lasse); Var: Hyères (ÀBEILLE on Psaum); Hautes—Pyrénées z Luz, Barèges,
Gavarnie, juin-octobre, sur le pin (PAl\DELLÉ); Pyrénées-Orientales : Banyuls
(R. Bmoisr). - Italie. Autriche. Prusse orientale. Suède. — Amérique septen-
trionale. Alaska.
` 30. S. marginata l`IElGEN. — Macouanr, II, p. 400, 19; Scmmm, II,
p. 103. S. adumbrata Becxsa, 1905 : IV, p. 74.
France méridionale (Macoxmnr). Espagne (Loaw). Allemagne.
31. S. multiseriata Cznmw, 1932 : p. 56.
Espace interoculaire noir, roux en avant; plaques occipitales et ocel-
laire brillantes. Face, gênes et péristome noirs, couverts d’une pruinosité
grise. Trompe et palpes noirs. Antennes noires : troisième article distinc-
tement bruni. Thorax noir à pruinosité grise, trois soies dorsocen-·
trales; deux soies sternopleurales. Pattes noires, genoux jaunes, tibia II
avec un éperon, tarses Il et III roux. Balanciers jaunes à renflement
noir. Cuillerons pâles, le bord bruni et la frange brune. Abdomen
d`un noir brillant, macrochètes postérieurs modérément développés. —-·
Long. : 4 mm. (Czemw).
Suisse : Vevey (GERCKE).
32. S. muscaria (FALLÉN). — PANDELLÉ, p. 396, 1. — Heteroneura mus-
carîa FALLÉN. — Cnemacantha muscaria BIACQUART, ll, p. 586, 9;
Scmmaa, ll, p. 93. — Lycia muscaria Cznnnv, 1932 : p. 44.
Hautes·Pyrénées : Aragnouet, VIII; Arrens, VII (Paxomtél. -— Zermatt,
St-Moritz (Biaciuan). Italie. Autriche. Suède.
33. S. notata FALLÉN. -- Scnmna, ll, p. 99; PANDELLÉ, p. 405, 16;
Czumw, 1932 : p. 17. -—S.du0decinzpunctata BIACQUART, 1835 : ll, p. 402,
29. — Pl. xvn, fig. 195.
Aile : R·,+3, .l[A,, MA, ombrées à l`apex, JIA, avec deux points som-
bres. (3* : fémur III avec des aiguillons courts, noirs, dressés sur la
face interne du tiers postérieur. — Long. :3-3,5 mm.
Somme : Amiens (Doumer); Vosges (Perou); Vaucluse : Apt (ABEILLE on
Psaum). Hautes·Pyrénées : Tarbes, juillet·octobre; Adour, octobre (PANDELLÉ).
Corse (Broken). Espagne (Navas). Italie. Autriche. Allemagne.

LAUXANIIDAE. —- sarnomzx 205
34. S. obese Znrrnnsrsnr. — Bacxnn, 1895 : p. 235, 85. -— S. rorida
l`lKIGEN (jl (nec Q) (sec. typ.),
Yeux allongés; gênes étroites. Antennes et palpes jaunes : chète à
pubescence courte. Quatre rangées de soies acrostieales, toutes d`égale
force. Abdomen à soies médiocres. -— Long. :3,5-4 mm.
Corse : Bastia, mai (Bremen). -Allemagne (Maman, type). Suède.
35. S. ohscuripennîs Loew. — Scmmm, II, p. 103; Bncxnn, p. 199,
15; PANDELLÉ, p. 402, 11; Cznmvr, 1932 : p. 57.
Palpes et antennes roux zchète à pubeseence courte. Deux ou trois
soies dorsoeentrales (0 -)-2 ou 3), si c`est trois, la première piliiorme.
Pattes fauves, tarses Iobcurs. Abdomen bruni : tergites II·V avec une
tache noire, arrondie, sur le bord latéral, à la base du segment. —
Long. :3,5 mm.
llautes·Pyrénées : Gavarnie, juin·juillet (PANDELLÉ). Alpes Autricl1e.Silésie.
36. S. obsoleta FALLÉN. - IWACQUART, II, p. 397, 1; Bucxnn, 1905 : IV,
p. 80; P.m¤1:i.L1ê, p. 410, 27; Czennv, 1932 : 58.
0 -)— 3 dorsoeentrales ou exceptionnellement 1 —)— 3; au moins quatre
rangées d`acrosticales. Pattes jaunes, tarses noireis. 5*: protarse III
épaissi avec des cils noirs serrés en brosse sur la face plantaire; tibias Ill
noirs à l`apex et sur la face interne, éperon apical robuste, courbé en
griffe épaisse. Cette griffe réduite chez la femelle. —- Long.: 4 mm.
Seine-et-Oise : Rambouillet (Stam); Vaucluse : Apt; Marseille (Antzuua
ne Psaum). — Autriche. Allemagne. Suède.
Larve sous les feuilles pourries (Boncnâ, Bnwen, 1883 : p. 90).
37. S. opaca Bscmzn, 1895 : p. 207, 29; Czmuw, 1932 : p. 59. —
S. sexpunctata Lonw (non Maxons).
Presque toute l’Europe, çà et là.
38. S. pallidiventris FALLÉN. —- MAcouAn·r, II, p. 403, 32; Scnmnn,
II, p. 100; Bmcusn, 1905 : IV, p. 80; PANDELLÉ, p. 400, 9.- Lauxanùz
grisea Marcus. Mucoumrr, Il, p. 510, 16. — ./lfinetlia palustris Ron.-
Dnsv., 1830 : p. 647, 4. —- LyciapaZIz`dz°venlrz's Cznmvï, 1932 : p. 45.
Mésonotum gris zpores d’insertion des macrochètes largement auréo-
lés de brun. Deux ou trois stcrnopleurales sur la même ligne. Abdomen:
incisures et ligne médiane dorsale brune. — Long. : 4,25-4,5 mm.
Maî·juillet, feuillages. - Seine-et-Oise : Mais0ns~Laflitte (ns Gaume); Mar-
seille (Ansu.1.e ne Pi-mam); IIautes·Pyrènées : Semeac, VII; Ourleix, VI, sur
le chêne (Pxxnemê). Corse (Bizciuan). - Italie. Autriche. Suède.
39. S. patelliformis Bncxnn, 1895 : p. 237, 89.
Entièrement jaune, à pruinosité jaune. Antennes et palpes jaunes :

206 Muscrnns Acanrrrànns
chète antennaire à pubescence fine. Aile : dernier segment de la ner-
vure 4 (MA,) deux fois plus long que le précédent. Abdomen: bord posté-
rieur du dernier tergite à soies dressées. 6* : appareil copulateur très
développé, saillant, présentant deux lamelles en palettes, saillantes, lon-
guement ciliées. -—- Long. : 3,25-3,5 mm.
Environs de Marseille VII-IX (VAN Gnvsn et TIMON·DAVlD, 1928 : p. 16). -
Steiermark (Srnonn). Russie méridionale (Bncxnn).
40. S. plumicheta Roivnam. — Bncman, p. 219, 54; PANMLLÉ, p. 406,
nota. — Mz'neltz'a plumic/zaeta Cznmw, 1932 : p. 27.
Bande médiane frontale un peu plus pale à la base des ntennes.
Chète antennaire longuement plumeux. 0 -|- 3 soies dorsocentrales, la
première faible; six rangs d’aorosticales faibles, subégales. -— Long. :4-
4,5 mm.
Bordeaux (Péarz); Aude (Gavov); Hyères (Armure un Prnnnv). Italie (Ron-
mm). Algérie (Suncoor).
41. S. plumicornîs FALLÉN. — Scnnvnn, II, p. 99; Bncxnn, 1905 :IV,
p.81; PANDELLÉ, p. 406, 18. — Jllinettiaplumicornis Cznnmt, 1932, p. 27.
Comme le précédent mais les palpes noirs; les rangées moyennes
d’acrost.icales paraissant formées de chètules légèrement plus robustes.
Abdomen : tergite Il à soies longues. -- Long. :4-4,5 mm.
Somme : Corbie; W'imereux. Lyon (Somrnoxmx); Aude (Gavov); Hautes-
Pyrénées : Castelnau, X; Arrens, VII (Pmorrné). Corse (Fnnrozv). ·- Prusse
orientale. Autriche. Suède.
42. S. quadripu11ctata(L.). ——MAco¤.mr, II, p.398, 6; Scnmnn, II, p. 100;
Bno1;nn,IV, p. 81; PANDELLÉ, p. 411, 28; Cznmvv, 1932: p. 60. ——— S. tibia-
Izir Macouaxrr, 1835 : II, p. 399, 12. - Fig. 251.
Antennes et palpes roux; chète brièvement pubescent. Exceptionnel-
lement 1 —|- 3 dorsocentrales. Q : pattes simples. — 5* : féxnnr Ill avec
un peigne apical formé de petits aiguillons noirs serrés sur la face
interne; tibias III noirois à l'apex avec une série de chètules agglomé-
rés en pinceau formant un éperon courbé, noir. — Long. : 3,5 mm.
Commun et répandu dans toute l’Europe, pendant presque toute l’année.
Hautes·Pyrénées : montagne, juin-septembre. Landes : la larve vit et se trans-
forme au milieu du chaume des bergeries (Pnnms, 1852 : p. 594).
43. S. quadriseta PANDELLÉ, 1901 : p. 414, 34; Czmmr, p. 61.
0 -|—- 4 soies dorsoeentrales, la première faible, la deuxième éloignée
de la suture. ——· Long.: 3,5-4 mm.
' Marseille, Vaucluse : Apt (Aeisxrrn or: Pnnauv) ; Aude (G.~.vov); Hautes-Pyré-
nées :Tarbes, montagne, juin-septembre (Pmnetté).

Lauxamxnae. — snrnomvza 207
44. S. quadrivittata Lonw. — Bncxuzn, 1905 : IV, p. 82; Czmuw, 1932 :
p. 45.
Antennes d'un brun jaunâtre : ehète pubescent. Mésonotum et scutel-
lum sombres. Fémurs I d'un brun. noir à pruinosité grise. — Long. :2·
3 mm.
Allemagne : Palatinat. Autriche (Loew, Bscxrn).
45. S. rabdota Bncxnn, 1895: p. 212, 40; PANDELLÉ, p. 407, 20; Cznnmx,
p. 61.
Antennes jaunes; chète pubescent. Mésonotum avec deux faibles lignes
brunes. 0 + 3 dorsoeentrales; soies acrostieales disposées en quatre
rangées formées de soies subégales partout. Mésopleurale grêle et fine
accompagnée de quelques cils dispersés. — Long. :4,5-5 mm.
Hautes-Pyrénées : Tarbes VII—VIII (PArmeLLiâ). — Trieste (Scniusi., Bscxnn).
46. S. Roberti Mxucim. —- Bncxcnn, 1895 : p. 233, 81.
Chèto antcnnaire nu. Espace interoculaîre avec une bande transver-
sale noire. Mésonotum cendré; scutellum roux. Fémurs roux, noircis à
l’apex; tibias et tarses noirs. Balanciers noiràtres. Ailes claires. Abdo-
men noir, fauve à l’apex. — Long. :3 mm. (Mnxcnu),
Liège (Romznr).
47. S. rorida FALLÉN. —MAcquAn·r, II, p. 398, 3; Scmmzn, II, p. 102;
Bscxnn, 1905 : IV, p. 82; Pamnznniâ, p. 408, 21. -—- Lycia flava Ron.--
Dnsv., 1830 : p. 638, 1.-L. rorida. Hnm>nL. Czmmv, p. 46.
Antennes très légèrement brunies à l`apex. Ailes d'un jaune d’ocre.
— Long. : 3,25-4 mm.
Mai—septembre sur les herbes des prairies. Répandu dans toute l`Europe.
Finistère : Morlaix (Henvé); Villers-Cotterets (Pomme); Seine-et·Oise : Saint-
Cloud (Pounnr); Maisons—LafIitte (oe Gaume); Puy-de-Dôme : La Bourboule
(nn GAULLE); Vaucluse : Apt (ABEILLE on Pmmm); Hautes-Pyrénées : Luz,
euphorbe, VI; Arrens, angélique; Barèges, pin (PANoeL1.iî). Corse (Bscmsn)-
Norvège, Laponie, monte jusqu'à 2.200 m. (DALLA Tonm:).
48. S. sexnotata Zxz·r·r. — Bscxnn, 1895 : p. 202, 19.
France (S. natata Macquanr (non FALLÉN) teste Zerriznsreor). Macquanr a dû
communiquer un exemplaire à Z1·:r·rx·:ns1·¤1>·1· ce qui a motivé son affirmation.
Tous les Sapmmyza `nomza du Muséum, répondant à la description de Macquanr
(1835; II, p. 401, 23) sont des Opomyza, florum. Macquanr a d'ailleurs étiqueté
notam. un individu déjà nommé Tephrizis florum par Fannxcius.
49. S. sexpunctata Mmcsn. — MAcou.m·r,II, p. 398, 7; Bizcxsn, 1905 :.
IV, p. 82; Cznmw, 1932 : p. 62. — P1. xvu, fig. 200.
Arras, VII (O. Pzmmvr); Hautes-Pyrénées : Urac, Bours, marais, X (P1m~
DELLÉ). — Italie. Autriche. Allemagne : Silésie (Brscxsn). Suède.

208 Muscinns ACALYPTÈRES
50. S. sordide HALIDAY. -—- S. decz)m'ens Lonvv. Scmivnn, II, p. 102;
Bncxxn, 1905 : IV, p. 76; PANDELLÉ, p. 408, 22; Cznmw, 1932 : p. 42.
Roux foncé. Péristome dénudé ou avec quelques cils fins, épars.
Antennes jaunes : chète à cils courts. Palpes noirs à l’apex. 1 -|— 3 soies
dorsocentrales; deux rangées de fortes acrosticales. — Long. : 4-4,25 mm.
Mai-septembre. çà et là dans toute l’Europe. —— Arras, Trescault (PAnsx·r);
Seine·et-Oise :Maisons-Lafïitte (on GAULLE); Hautes-Pyrénées : Tarbes, VII-IX;
Arrens, VII; Adour,sur la menthe et l'auIne, VIII (PANDELLÉ). Prusse orientale
(CzwAL1NA).
51. S. Subvittata Lonw. — Scniruzn, Il, p. 98; Bncxnr., 1905 : IV,
p. 83; PANDELLÉ, p. 397, 3. —- Illinettia subvittata Cznmvx, 1932 : p. 28.
Mésonotum à pruinosité cendrée avec quatre lignes longitudinales
peu distinctes, les latérales interrompues; seutellum gris, roux sur les
bords. Une mésopleurale. Abdomen jaune : tergites à fascies brunes
interrompues. — Q : tergite II avec 8-12 longues soies.- Long. :4 mm.
Somme (Donm.s·r). Lyonnais (Pxnxmn). Corse (Bscxsn). Europe méridionale,
Algérie (Suncour).
52. S. tetrachaëta Lonw. —— Bncxmx,1895 : p. 214,44.- Czmuw, 1932 :
p. 28.
Corse : Tattone, montagne, juin (Bnciuan). Hongrie (Lorw),
53. S. trispina RONDANI.——BECKER, 1895: p.219,53;PA1vnELLÉ,p. 398,6.
Prorhaplwchaeta trispina Czsnrzv, 1932 : p. 31.
Mésonotum gris. Acrosticales courtes, en six rangs. Fémurs I roux.
— Long. : 5 mm.
Marseille (ÀBEILLE ns Pmmnv). Italie. Dalmatie.
54. S. tuberculose. Bncxsn, 1895: p. 236, 87; Czsmvv, 1932 : p. 63.
Fauve grisâtre. Espace interoculaire en partie noir, rugueux ou tuber-
culé. Antennes et palpes fauves: chète roux, subpubescent. Antennes
longues : troisième article deux fois aussi long que large. Pattes rousses :
tarses I noirs, II parfois brunis. Ailes claires. — Long. : 4,5 mm.
Hautes-Pyrénées :Cauterets (Scnmm).
G. PEPLOMYZA IIALIDAY.
PANDELLÉ, p. 401; Bncxnn, 1905 : IV, p. 84; Czsnxv, 1932: p. 38.
—~ Aile : nervure JIA, non ciliée. Face avec deux petites taches noires
éloignées des bords de'la bouche. ..... P. discoidea, p. 209.
— MA, ciliée à la base. Epistome avec deux petites noires placées sur ·
` · le bord de la bouche. .......... P. litura, p. 209.

Lnuxnzmnan — TYLIDAE 209
1. P. discoidea (Mmmm). - Macouanr, II, p. 556. - S. Baumhaueri
lLo1:w. Scurman, II:p. 106.
Paris, Saint-Germain(PAN¤1znLxà) ; Oise : Fleurines (coll. Siêcnv). ·— Allemagne.
Autriche. Hongrie. Russie.
2. P. lîtura (Maman]. — P. Wz'ea'cmann£L01:w. —- Pl. xvu, fig. 201.
Avril-novembre. Commun partout. — Hautes·Pyrénées, montagne, juin-
octobre. Allemagne. Autriche. Italie (Gamer). Parfois sur les feuilles des érables
avec les pucerons.
G. TRIGONOHETOPUS Macqumr.
1. T. frontalis Mmomv. ——· BIACQUART., Il, p. 419, 1; Scunvan, II, p. 66;
Wnnooutncxc, 1899; P.«Nnez.LÉ, p. 439; Bncium, 1905 :IV, p. 41; Czmmv,
1932 : p. 7. - Fig. 243, 244, 248; pl. xvu, fig. 202.
Ptépandu dans toute l’Europe, mais rare partout. Environ de Paris : Ram—
bouillet, étang d`0r, juin (Pouumz, Sécuv). —- Corse (Bremen).
F. TYLIDAE.
Micropezidae Brennan, 1905; IV, p. 155; \Vu.x.is·rox, p. 265, § 2; Fnsv, 1927.
Adultes. — Espace interoculaire étroit, dénudé à la partie inférieure. Yeux
petits. Orbites et joues rétrécies. Face parfois très oblique. Pas de vibrisses.
Soies ocellaires, humérales et verticales internes nulles. Trompe robuste:
palpes petits, foiiacés, Antennes courtes ou modérément allongées, plus ou
moins dressées : chète basal ou médian, nu, pubescent ou plumeux. —
Mésonotum étroit, prolongé en avant; suture transverse habituellement bien
marquée ou étroitement interrompue sur la ligne médiane. Jamais quatre soies
supraalaires; soies propleurales nulles. Pattes longues, les antérieures parfois
plus courtes; tibias : soies préapicales nulles. Balanciers courts, à renllement
épais. Ailes allongées : nervure sc distincte sur toute sa longueur ou étroite-
ment réunie àR,, souvent peu distincte; cellule anale toujours présente, courte
ou prolongée en pointe; cellule 2M, rétrécie à l’apex, parfois les nervures MA,
—et MA, très rapprochées à Pextrémité de l'aiIe. — Abdomen allongé. Oviscapte
épais, court. Appareil copulateur mâle épaissi etcomplexe (fig. 252). Segment X
·renflé on capsule épaisse; forceps externe bilobé avec un macrochète externe;
»forceps interne en petit lobe séparé, apodème du pénis court et robuste, qua-
drangulaire; sternite génital élargi. Gonapophyses antérieures simples, renflées;
gonapophyses postérieures avec une soie sensorielle externe. Pénis cerné, a
extrémité dilatée ou évasée. Sclérite du canal éjaculateur mince, étroit, en
baguette écourtée.
14

210 Muscmes AcA1.v1>TÈ1u;s
feel
. fr ’   ` SCF al-(P
F" v É/gg,
    É   fb ik $*9
@ sa tw.  
s « ` sa amie  ; . ·.
' \ // =._` §~
È 251 Jaw gp \"s.s.;—
[ fe 2sa sa
” P
- · · ·l‘
Fm. 252-253. - 252. Tylos corrigiolatus, appareil copulaœur gi'. — 253. Tanypcza lon-
gimana, id.; app. apodême du pénis; fe. forceps externe; fi. forceps interne; g. go-
napophyse; ga. gonapophyse antérieure; gp. gonapepnyse postérieure; p. pénis;
sc!. sclérite du canal éjaculateur; sig. sternite génital.
TABLEAU nes cnivmzs.
Scnmnn, II, XI; Eivnennnxn, 1922 : p. 141.
1-(2). Ailes : nervure sc étroitement confluente avec R, ; cellule basale
postérieure (1M;) conlondue avec la cellule discoïdale (2M;) (Fig. 38),
Face très étroite et longue; carène faciale mince (Tylinae) (fig. 256).
................... Tylos, p. 213.
2-(1). Ailes : nervure sc distinctement séparée de R, sur presque toute
sa longueur; cellule 1M, séparée de la cellule discoïdale 2M; par une
nervure transverse (y). Face normale (Calobatinae).
3—(4). Tête conique en profil: face oblique. Yeux subtriangulaires. Chète
antennaire nu (fig. 255). Ailes : cellule apicale 2M, largement ouverte
à l’apex (fig. 254) ........... Calobatella, p. 213.
4-(3). Tête ronde : face verticale. Yeux ronds. Chète antennaire pubescent
ou plumeux. Ailes : cellule apicale 2M; plus ou moins rétrécie à
l’apex ........... . .... Calobata, p. 210.
S.-F. CALOBATINAE.
G. CALOBATA Miaiceiv.
Eivneixtxaiiv, 1922 ; p. 181.
Tête ronde. Face peu saillante, nettement carénée au milieu. Péristome étroit;
vibrisses nulles. Trompe saillante; palpes aplatis. Antennes courtes :troi—
sième article ovale: chète nu, puhescent ou plumeux. Thorax étroit, suture trans-
verse bien marquée; 1-2 soies dorsocentrales; 1 postalaire: 2 notopleurales;
sternopleures avec une rangée postérieure de soies fines, dressées. Scutellum
étroit; deux soies apicales. Pattes allongées: les antérieures plus courtes.
Ailes longues, nervures MA, et MA2 convergentes à 1’apex; cellule anale plus

·r¥1.mA¤. — CALOBATÀ 211
courte que la précédente. Abdomen court, conique. (j' : appareil copulateur
épais, précédé de deux crochets antérieurs. - Q : oviducte épais, tronqué.
Sur les fleurs, surtout les Composées, sur le feuillage des arbrisseaux.
Mouches carnassières : dévorent des insectes à téguments mous (pncerons,
psylles, etc.).
1-(2). Épistome fortement saillant en avant. Ailes avec une bande sub-
apicale, brune, transverse. Chète antennaire nu. C. calceata, p. 211.
2-(1]. Epistome non saillant sur les bords de la bouche. Ailes s ns
bande transverse. Chète antennaire nu, pubescent. ou plumeux.
3—(4). Mésonotum d'un jaune orange. Chète antennaire nu. Ailes : ner-
vures R, et 1A courtes ......... C. ephippium, p. 212,
4—(3). Mésonotum noirâtre ou brun gris. Chète antennaire pubescent ou
plumeux. Ailes : nervures R, et 1A plus longues.
5-(6). Calus huméraux d'un jaune roux. Chète antennaire pubescent. .
................ G. petronalla, p. 212.
6-(5). Calus huméraux noiràtres. Chète antennaire plumeux.
7-[8). Bande frontale noiràtre ....... C. cothurnata, p. 212,
8-(7). Bande frontale jaune ou orange. -
9-(10}. Pattes I d'un jaune clair, Il et III d’un brun sombre, base des
fémurs et des tarses blanchàtres ou jaunàtres. Ailes légèrement bru-
nies. —· Long. : 5,5 mm ........ C. femoralis, p. 212.
10-(9). Pattes entièrement jaunes: extrémité des fémurs Il et Ill avec un
point noir. — Long. : 6,5-7,5 mm ...... C. cibaria, p. 211.
1. C. calceata FÃLLÉN· — Scnmnn, II, p. 192; Bncxnn, 1905: IV, p. 156.
— Tanypoda calceata PANDBLLÉ, p. 479. - Raineria calceata Czmuw,
1930 : p. 12.
Entièrement d’un brun noiràtre. Palpes noirs, foliacés. Pleures avec
une bande verticale de pruinosité grise. Pattes brunes : fémurs II et III
avec un large anneau subapical jaune; tarses antérieurs : articles I—III blan-
chàtres; protarse II blanc à la base, protarse III presque complètement
blanc. Balanciers bruns à renflement noir. Ailes à membrane brunie. —-
Long. : 7-8,5 mm.
JuilIet—août. — Oise: Compiègne; Seine·et·Marne : Fontainebleau, sur le
chêne (G. Pouumz); Allier (nu Buvssom); Corse (Kuivrzn). —· Europe centrale
et septentrionale.
2. C. cibaria (L.). — Macouarrr, Il, p. 490; Scmmm, II, p. 194; Bscxnn,
1905: IV, p. 156; PA1vn1:1.t.1i, p. 478, 2. — C. sellata Mmcxm. Becxan,
1902 : II, p. 246. —— Compsobata cibaria Czsmvv, 1930 : p. 6.
Tête noire. Espace interoculaire d’un jaune orange. Face, orbites et
péristome blanchàtres. Antennes jaunâtres : chète plumeux. Thorax noir,
à épaisse pruinosité cendrée; ealus huméraux et [scutellum brun roux.
Pleures soyeux, blanchàtres. Balanciers pâles; Ailes jaunies. Abdomen

212 Muscmns AcA1.Yx>*rÈn1;s
d’un noir luisant : tergites plus ou moins largement bordés de jaune ou
de roux, à pilosité clairsemée, blanchâtre. Appareil copulateur très déve-
loppé, jaune. — Long. : 6,5-7,5 mm.
Mai-septembre. Sur les feuilles des arbrisseaux, sur la verge d`or (Pounnn);
sur les ronces, l’aulne, le groseillier. Ptépandu dans toute la France. Europe
centrale et septentrionale.
3. C. cothurnata (Pmvzan). —— Macouxnr, II, p. 490, 3; Scuuvnn, II,
p. 194; Bncxnn, 1905 : IV, p. 156; PANDELLE, p. 478, § 2. —- Compsobata
commutata Cznmvv, 1930 : p. 7.
_ Comme le Calobata cibaria. Pleures plus clairs au fond, à pruinosité
moins épaisse. Calus huméraux ou postalaires brun clair ou roux. Ailes
jaunes. Fémurs III à bandes noires subapicales moins marquées. -—·
Long. : 6,5-7,5 mm.
Avec le C. cibaria, juin-septembre. Europe centrale et septentrionale. Ar-
khangel, juin (Fnav). Sibérie (Bnncnorn).
I 4. C. ephippium (Fanmcws). — Macounxvr, II, p. 491, 6; Bucxim, 1905 :
IV, p. 156; PANDELLÉ, p. 477, 1. — Paracalobata ephzppiunz Hnivnm.,
1922 : p. 235; Cznmw, 1930: p. 3.
Tête noire. Espace interoculaire velouté. Orbites et face blanchàtres.
Trompe brune. Antennes rousses : chète noir, dénudé. Thorax d’un jaune
orange, parfois rouge; pleures plus clairs : sternopleures, mésopleures
et partie antérieure du thorax noirs. Pattes rousses; fémurs III avec deux
anneaux noirs ; tibias III brunis. Balanciers blancs. Ailes jaunies.
Abdomen d’un noir brillant. — Long. : 4-5 mm.
Environs de Paris (Bosc); Arcueil, en mai sur le Bcllis perennis L. (Siîcuv);
LyOIl(SONTHONNAX), Suède. Italie. Europe centrale et septentrionale.-—Arkhangel,
juin (Fnev). Algérie : Bouîarik (A. Trnêmr).
5. C. femoralis (Wmnsmiusm). ——MACQUART, II, p. 490, 4; Scnnvnn, II,
p. 194; Bncicnn, 1905 : IV, p. 156.
Malgré l'annotation de Bizcxizn (1902 : II, p. 246, 4) la collection de Mmcnrx,
conservée au Muséum de Paris, ne renferme pas cette espèce. Le catalogue de
cette collection, dressé par Mrzxceiv lui-même, ne la mentionne pas non plus.
Allemagne.
6. G. petronella (L.), ——— llrIACQUART, II, p. 490, 2; Scnnven, II, p. 193;
Bncxnn, 1905: IV, p. 157; PANDELLÉ, p. 478, 3. — Trepidarzà petronella
Cznmvï, 1930 2 p. 9.
Tête rousse ou d’un jaune orange; triangle ocellaire et occiput noirs en
haut et de chaque côté; face et péristome blanchâtres. Antennes rousses :
chète noir, plumeux. Thorax noir au fond à pruinosité grise : calus humé-
raux et mésopleures roux. Pattes rousses : genoux et tibias III brunis.

TYLIDAE. — ·rvLos 213
Abdomen : tergites d’un brun noir luisant, à pilosité blanche, dernier ter-
gite jaune; sternites d’un brun roux. Oviduote roux. —- Long. : 6-7 mm.
Nord: Quesnoy, 21. VI (PARENT); Arras, 10. VI (PAnsn·r); Seine—et-Oise :
Maisons-Laflitte (ns GAULLE). Europe centrale et septentrionale. Arkhangel, VI
(Fnsv).
_ G. CALOBATELLA Mix.
Tête comme chez les Micropcza, conique en profil; gênes étroites, face oblique.
Oociput gonflé, étendu en arrière de plus de la moitié de la largeur de l'œil.
Yeux triangulaires. Clypéus réduit, membraneux. Chète antennaire nu. Ailes :
cellule cubitale postérieure (Cu,) tronquée; première nervure anale |1A) étendue , _
jusqu'à la marge de l’aile.
1. C. longiceps (Lonw). - Mix, 1898 : p. 196, 1; t. II, fig. 1-2; Bncxnn,
1905 : IV, p. 157; Cznrmr, 1930 : p. 3. —-
Fig. 254, 255.
/
Espace intcroculaire noir, rougeâtre
ou jaune orange antérieurement, à prui-
nosité blanchâtre latéralement. Face et
gènes à reflets blanchàtres. Trompe d’un _
brun jaune : palpes blanchàtres. Antennes
d’un jaune d‘ocre : chète noir à l’apex. '
C‘ÉrPS °““°É""""É‘ d.“É‘ “°" b"H°“° ‘ rm. amas. -aa»O:»..mz.. zmtœp.,
mesonotum a prumosite blanchâtre. Pat· ,,,,9 et ,,,0,,1 de la tm (Sec. M,K)_
tes jaunes : 1`émurs III avec deux anneaux
noirs. Balancicrs blanchâtrcs. Oviscapte noir. - Long. : 4-5 mm.
Bavière. Budapest, mai (Ksnrész).
S.-F. TYLINAE.
G. TYLGS Msicmv.
Micropeza Mmcsx. —- Ennsntsm, 1922 : p. 159.
Téte allongée, un peu brillante en arrière. Face très oblique ou horizontale.
Antennes dressées : troisième article aplati; chète nu ou finement velu, blanc
ou gris. Trompe non saillants; palpes légèrement renflés. Thorax étroit, allongé
en avant, terne comme l'abdomen, couvert d‘une pruinosité cendrée peu déve-
loppéo. insertion des hanches 1 éloignée des deux autres. Fémurs roux 2 genoux
étroitement brunis; un petit anneau sombre subapical: tibias brunis, surtout les
antérieurs; tarses courts, de couleurplus foncée. Ailes sans taches. (j' : abdomen
plus étroit, parfois filiforme. Appareil copulateur épais. — Q : abdomen allongé,
parfois élargi en arrière. Oviducte formé de longs tubes aplatis.
Sur les feuillages et les fleurs : Crepis, Senecio, Genista.

214 Mnscxnns Acxnvrrànss
1-(4). Corps noir en entier. Antennes noires.
2—(3). Ailes normales.- Long. : 5-7 mm. T. corrigîolatus, p. 214.
3-(2). Ailes courtes. — Long, : 5 mm .... T. brevipelmîs, p. 214.
4—(1). Corps varié de noir et de roux. Antennes rousses. Abdomen : ter-
gites à bord apicl roux ou blanchâtre. — 5* : tergites abdominaux
VII-VIII roux.
5-(6). Mésonotum à trois lignes noires étendues jusqu’au scutellum,
séparées par deux étroites lignes rousses, marge latérale rousse.
Pleures avec une bande noire ou brune, étendue jusqu`à 1’abdomen;
sternum roux. — Long. : 6-8 mm ..... T. lateralis, p. 215.
6-(5). Mésonotum avec une ligne médiane longitudinale : sternum d'un
roux brunâtre sur la marge externe. —— Long. : 5-7 mm .....
................ T. thoracicus, p. 215.
1. 'I‘.brevîpeImîs (v. Rosxm). —-BECKER, 1905 : IV, p. 157; Cznmvv, 1930 :
p. 14.
Distincte de toutes les autres espèces du genre par le corps noir et les
ailes_réduitcs. — Long. : 5 mm.
Allemagne.
X\‘ _
·°*«§~ ,4   ki
;• ¤¤-vàçît /
___/
  /
l
Fm. 256. — Tylos corrigiolatus ©", X 10.
i 2. T. corrigiolatus (L,). -— Mmoxmnr, II, p. 492, 1; Bncxsn, 1905 : IV,
p. 158; PÀNDELLÉ, p. 476; Cznmvv, 1930 : p. 15. — Ca!0batafilz7ï2rnzz's(F.),
LATREILLE, ROBINEAU—DESVO[DY. — Fig. 252, 256.

·rvunAE. — TYLOS 215
Antennes noires : chète blanchâtre. Gênes et péristomc iunàtres. Pattes
rousses, tarses plus sombres. Balanciers blanchàtres. Abdomen d’un noir
brillant, tergites à bord postérieur roux. - Long. : 5-7 mm.
Juin-juillet. Commun et répandu dans toute 1’Europe.
Le T. atripes Brzzx, de Calabre et de Perse, dilïère de cette espèce par le
front plus étroit, les pattes noires et l'oviscapte plus large.
3. T. lateralis (Mnxcnrx). - Macouanr, II, p. 492, 2; Scmmzn, II, p. 195;
Bncnnn, 1902 : II, p. 246, 1, 1905 : IV, p. 158; Cznnrxv, 1930 : p. 16. —-
Micropeza a/ternata Paxnnnné, p. 476, 2.
Tête rousse en arrière avec des taches noires au milieu et sur les côtés.
— Long. : 6-8 mm.
Août-octobre. - Seine·et-Oise : Dourdan (Powane); Morbihan : La Trinité-
sur-Mer (Suncour); Finistère : Morlaix (Hsnvé); Fouesnant (A. Hénoiv); Allier
(nu Buvssorx); Creuse (Vacuax.); Lyon (Rev); Var : Hyères (Ananas ne Pmuim).
Haute·Garonne: Saint·Béat (II. Pumwr); Hautes-Pyrénées : Tarbes (Pmoanné);
Pyrénées-Orientales : env. de Py (P. Lasne). — Espagne (Nans). Allemagne.
4. T. thoracicus (R.-D.), -— Macouanr, II, p. 492, 3; Bncxcnn, 1905 : IV,
p. 158. — Micropeza. lateralis PANDELLÉ (non Mmcizrx), p. 476, 3.
Tété rousse en arrière, tachée de noir au milieu. -— Long. : 5-7 mm.
Sur le Leucanthemum vulgare Lann. (ltlacotmnr).
Ardèche (Xannw); Vaucluse : Apt (Anzirne on Prnnm); Var: Callian (L. Ben-
umn). — Europe centrale.
F. TANYPEZIDAE
Adultes. — Tête large; occiput concave. Yeux très développés; orbites pos-
térieures très étroites; soies verticales postérieures divergentes. Soies ocel-
laires petites. Pas de vibrisses ou un cil vibrissal. Antennes plus ou moins
allongées, couchées. — Macrochètes faibles; une soie humérale; quatre soies
supraalaires. Sternopleurales nulles. Ailes larges, nervure R, avec des macro-
triches sur toute la longueur : cellules basales postérieures (1M, et Cu,) petites.
Pattes longues, tarses aussi longs ou plus longs que les tibias : ces derniers
sans soies préapicales. — Appareil copulateur mâle (fig. 253) : forceps externe
à branches très épaisses et velues; forceps internes minces avec quelques
chètules apicaux; sternite génital en lanière étroite légèrement dilaté sur la
bride; apodème du pénis étroitement allongé en glaive. Gonapophyses posté-
rieures en massue courte, dénudée. Pénis en fourreau épineux, terminé par un
phallus paraissant rétractile. Sclérite du canal éjaculateur étroit, en spatule.

216 » Museums Acnnvrriznns
` G. TANYPEZA FALLÉN
Face enfoncée. Gênes étroites. Péristome postérieur aussi large que l'antenne;
épîstome non saillant, étroit. Trompe et palpes épais. Corps étroit et allongé-
Ailes : nervure 1A prolongée au bord de l’aile, au moins sous forme de pli;
cellule 2M, rétréoie à l‘apex.
` 1. T. longîmana FALLÉN. — Macounwr, II, p. 488, 1; Scmrznn, II, p. 191;
Hmmm., 1903 : p. 201; Bncknn, 1905 : IV, p. 102; PA1~1nm.1.É, p. 491. ———
Fig. 253,257.
(jl. Yeux à facettes antérieures un peu dilatées. Espace interoeulaire
L "· gf B xx A U
. gil j r  ·•
A} ip?) !
"' /
\ / /r(
J /’
//
./\
t Bxl
FlG· 257. —- Tanypeza longimamz 6, >< 8.
subégal à la longueur de l’antenne; bande médiane frontale triangulaire,
la pointe antérieure d’un noir velouté; une plaque blanche derrière le
triangle ooellaire. Gênes très étroites, d’un blanc d’argent comme les
orbites et les joues.Chète antennaire cilié. Corps légèrement luisant, noir
ou brun roux; côtés du mésonotum et pleures couverts d’une épaisse prui-
nosité argentée; macrochètes faibles. Pattes jaunes : tarses brunis. Balan-
ciers blancs. Ailes vitreuses fortement irisées. Cuilleron thoracique en
lanière étroite; cuilleron alaire arrondi, longuement cilié à la marge.
Abdomen étroit. Appareil copulateur épais, replié sous le ventre; pénis
très allongé. —- Q : abdomen ovalaire; oviducte long. —- Long. : 6-8 mm,.
Amiens (Doumer); Arras, IV (0. Pnnnnr); Aisne (Simcour); environs de
Paris, VIII, Rambouillet (Sécov); Hautes·Pyrénées : Luz, juin; Echez,
(L. PANDELLÉ). — Prusse (Czwnnu).

rsttxnlm 217
F. PSILIDAE
Adultes. - Face perpendiculaire ou oblique en profil, sans vibrisses. An-
tennes moyennes ou très longues. eouchées. Pattes allongées; pas de soies
préapicales sur les tibias. Ailes larges 1 nervure sc serrée contre R ou indis-
tincte à Vextrémité; nervures MA,ou MA, parallèles ou légèrement divergentes
à l`apex; les trois cellules basales distinctes. Abdomen allongé. Oviscapte de
consistance molle ou le dernier sternite aplati en lame coupante. Uappareil
copulateur des mâles est surtout caractérisé par la réduction du pénis. Tergite X
plutôt étroit; forceps à branches élargies; apodème du pénis en baguette étroite
(Platyszyla, fig. 258) et sternite génital étalé en plaque reeourbée (fig. 259),
mais ne dépassant pas en profondeur la longueur du tergite X. Gonapophyses
en lames élargies (Psila) couvertes de soies sensorielles régulièrement répar-
ties (fig 260) ou dentées sur les bords. Pénis court, bifide, sans ornements ou
le paraphallus dilacéré en épines bifides ou trifides appliquées contre le pré-
puce (Platystyla, fig. 258 et 259).
Les larves vivent dans les racines ou les tiges des plantes.
TAm.sAu nus sous-rmxtrss nr nus osxmzs.
' Scrimnn, II : X1; Hnmnnr. 1917 : p. 36; Fusr, 1925 : p. 47-50.
1-(2). Aile : cellule anale (Cu,) fermé par une nervure convexe (fig. 268),
"\
( \   ' ‘ rd .
A   A    » l f—
F xx
F A  çega     "l`“ i -;‘~\ le
sa tt       sa   .   ..7— » »   n
I , ' »s"‘:.·? .~
(ll  5lQ ga M     -*’
, jl  ,,,7,  
` 258 259 260
Fro. 258 à 260. — 258. Platyslyla H0/fmannseggi çj', appareil copulateur; 258, de face;
259, de profil; app. ou ap. apodème du pénis; fe. forceps externe; fi. forceps interne;
ga. gonapophyse antérieure; p. pénis; sci. sclérite du canal éjaculateur; stg. sternîte
génital. — 260. Psila fîmetaria çî', appareil copulateur, profil.
2 soies notopleurales; 2 soies scutellaires; 1 mésopleurale. Tête
ronde. Antennes : troisième article arrondi (fig. 267) (Strongyloph-
thalmyiînae) ......... Strongylophthalmyia, p. 233.

218 Muscrmzs ACALYPTÈRES
2-(1). Aile cellule Cu, fermée par une nervure droite. 0 —-1 notopleurale,
2 ou 4 scutellaires.
3—(6). Calus métapleural convexe hérissé de poils serrés, soyeux. Occi-
put aplati. 4 scutellaires ou plus. Aile : cellule Cu, beaucoup plus
courte que la cellule 1M2. Face presque verticale. Antennes : troisième
article allongé (Chylizînae).
4—(5). Antennes courtes : chète fin (fig. 261) .... Chyliza, p. 219.
5-(4). Antennes plus longues : chète épaissi (fig. 262) ......
................ Megachetum, p. 218.
6·(3). Calus métapleural peu convexe, dénudé. Occiput gonflé (fig. 263).
2 soies scutellaires. Aile : cellule Cu, subégale à la précédente ou les
deux transverses (y et z) sur la même ligne — oula cellule Cu) plus
longue que 1M2. Face distinctement oblique ou enfoncée. Antennes
courtes ou longues (Psilinae).
7-(10). Antennes plus longues que la face: 3** article linéaire (fig. 266).
8-(9). Antennes : troisième article aussi long ou légèrement plus long
que les deux premiers réunis (fig. 265) .... Platystyla, p. 229.
9-(8). Antennes : troisième article beaucoup plus long que les deux
premiers ensemble (fig. 266) ........ Loxocera, p. 230.
10-(7). Antennes plus courtes que la face (fig. 263).
11-(14). Soies notopleurales nulles.
12-(13). Soie orbitale nulle. Fémurs III (5*) épaissis et courbés. . .. .
................. Psilosoma, p. 228.
13-(12). Orbitale faible. ........., Camptopsila, p. 228.
14-(11). Une soie notopleurale.
15-(18). Soies orbitales et postverticales présentes.
16-(17). Quatre soies scutellaires subégales .... Tetrapsila, p. 222.
17-(16).·Deux soies scutellaires ....... Chamâepsila, p. 223.
18-(15). Soies orbitales et postverticales réduites ou nulles.
19—(20). Une soie dorsocentrale. Yeux plus hauts que larges. Antennes
courtes : troisième article deux fois plus long que large (fig. 263).
................... Psila, p. 221.
20-(19). Soies dorsocentrales nulles. Yeux à peu près aussi hauts que
larges. Antennes plus longues : troisième article trois fois plus long
que large ............... Oxypsila, p. 222.
S.—F. CHYLIZINAE
G. MEGAGHETUM Rounaxl.
Face concave, légèrement carénée au milieu; épistome peu saillant. Front
non saillant à la base des antennes. Antennes : les deux premiers articles
courts, subégaux, troisième deux fois- plus long que les précédents réunis :
chète épais, plus long que le troisième article (fig. 262). Pattes I courtes,

rsxmnan. — cmrmza 219
pattes III non nettement plus longues que les pattes II. Ailes courtes et .
robustes, à nervures épaisses : cellule IM, plus courte que Cu,. Cuillerons
petits, en lanière étroite. Oviscapte court, étroit, non aplati.
) ' Q.,
'I `2
È 
,* : ‘ ’\¤< ·~«»—»·.....,,,
. ; §
.au\\¤· / I|·l`
`htv fQ‘*‘\‘1
' _It\\ç
 "
26I   262
Fxc. 261-262. ·- 261. Chyliza permiœla Q, profil de la tète. ·-
262. Megachemm atriseta Q, profil de la tète.
1. M. atrîseta (Mn1cn1v]. — Chyliza atriseta Mnxcmv. Macouanr, II,
p. 380, 2; Scuxmm, Il, p. 200; Bmwan, 1883, p. 88. — Fig. 262.
Tête d’un brun noiràtre. Antennes jaunes : chète allongé, épaissi, noir.
Thorax d‘un noir luisant à fine pubesccnce blanchâtre. Pattes jaunes :
fémurs III avec uno tache apicale sombre. Ailes un peu enfumées, plus
foncées le long du bord costal. Balanciers à renilement blanchâtre.
Abdomen d‘un noir luisant, comme le thorax, avec la même pùbescence
blanchâtre. — Long. : 5-7 mm.
Environs de Paris (Bosc); Finistère 2 Fouesnant (A. llnênoiv); Corrèze :
Argentat (Vacmn). —- Allemagne (Bncxsa).
Larves dans les tiges renllées en bulbes de l'Orobanche rapum Tmm.
(peut·étre aussi chez l‘Orobanche hcderac Domi), en mai, éclosion en avril
l’année suivante (Permis, 1850 : p. 130, pl., fig. 21-24). l
G. CHYLIZA FALLÉN.
Tête hémisphérique; gènes et péristome étroits; face concave légèrement
carénée au milieu; épistome peu saillant. Palpes noirs. Antennes : articles I
et II courts, troisième ovale, obtus; chète à cils courts ou pubescent (fig. 261).
Deux paires de soies acrosticales et deux paires de soies dorsocentrales préscu·
tellaires; quatre ou six scutellaires, les apicales plus fortes. Pattes nues,
uniformément jaunes (sauf annulipcs). Pattes I courtes; 0* : fémurs II·IlI
légèrement renflés. Fémurl avec un peigne longitudinal de chétules noirs.
Ailes : nervure sous-costale bien visible; cellule IM, plus longue que Cu,; ,
nervure anale non prolongée au bord de l'aile. Balanciers blanchàtres. Abdo-

220 Muscmus ACALYPTÈRES
men à pilosité fine, noiràtre ou blanche. Oviscapte faible, étroit, conique, peu
chitinisé.
1-(2). Mésonotum et pleures jaunes à larges bandes noires. Antennes :
chète à cils deux fois plus larges que le diamètre du fuseau à la
base ............... G. vittata, p. 221-
2-(1). Mésonotum et pleures noirs.
3—(4). Fémurs avec un large anneau noir à l’apex. Chète antennaire
finement pubescent. Abdomen à pilosité tergale blanchâtre ....
................ C. annulipes, p. 220-
4-(3). Fémur sans anneau noir subapical.
5-(6). Ailes claires. Tête et scutellum jaunes . C. scutellata, p. 221-
6-(5). Ailes plus ou moins brunies.
7-(8). Ailes brunies à l’apex seulement .... C. permixta, p. 220.
8-(7). Ailes uniformément grises .... C. obscuripennis, p. 220.
1. C. annulipes Macouanr, 1835 : II, p. 380, 2; Bacxnn, 1905 : IV,
p. 162. —— Dasyna fusczpennzk R.-D., 1830 : p. 668, 1.
Espace interoculaire en grande partie noir, étroitement roux au·dessus
- des antennes; vertex étroitement rougeâtre. Antennes jaunes, bord
externe bruni. Corps d’un noir luisant, couvert d’une fine pilosité blan-
châtre. Scutellum étroitement roux à l’apex. Ailes brunies, surtout le
long des nervures et du bord costal. —— Long. : 6-6,5 mm.
Environs de Paris (na SAlNT·FARGEAU); Nord : Raismes, mai (Goamrr); Eure :
Cracouville, mai (G. Poivrrzvm). Prusse orientale (Czwnuxa).
2. C. ohscurîpennîs Louw. —- SCHINER, 1864 : ll, p. 201.
Tête d`un roux orange : deux taches orbitales supérieures, le triangle
ocellaire et l’occiput d’un noir brillant, dépression faciale brunie sous
les antennes. Antennes jaunes. Corps noir. Scutellum roux latéralement.
Pleures uniformément noirs. — Long. : 6,5-7 mm.
Environs de Paris (Baomor). Italie (Goismvr).
3. C. permixta Roivoam. —·BECKEll, 1905 : IV, p. 162. — C. Ieptogaster
MEIGEN. Macouanr, ll, p. 379, 1; Scmivnn, ll, p. 201. — Fig. 261.
Tête rousse; face d’un jaune ivoire. Yeux verts en bas, cuivreux en
haut; triangle ocellaire, deux taches orbitales et occiput noirs. Antennes
jaunes. Corps noir. Mésonotum avec deux bandes latérales rousses;
Scutellum largement roux, jaune à Yapex; oalus huméraux d’un brun
pâle; sternopleures avec une large tache rousse à la partie supérieure.
-—- Long. : 6-6,5 mm.
Juin-août. -— Seine-et-Oise 1 Rambouillet; Maine~et-Loire : Saint·Rémy-la-
Varenne (R. ou Bnvssoiv); Mâcon (FLAMARY); Eure : Cracouville (G. Poirrsvm);
Hautes-Pyrénées : Luz, Massey, Aureilhan, scierie, jardin (L. PANDELLÉ). Rou-
manie (Ponrsvm). Europe centrale et méridionale. Sibérie (Samoens).

rsimnnn. —- cuvmzn 221
La larve provoque sur la tige du_Spiraca opuli/'olia L. un a gros renflement
ligneux » (Scnovrz; llomnm, 2821).
4. C. scutellata (Fanmcxus). -— Bncxcnn, 1905 : IV, p. 162 (part.). -—
lllusca. Zeptogaster Paxznn, 1798, Fauna germ., LIV, p. 19.
Très voisin du C/zylùa permzizta avec lequel il est souvent confondu.
Europe. Sibérie.
5. G. Vittata Mnicmv. ·-— LIACQUART, II, p. 380; Scnmnn, II, p. 202;
Gnnn, 1900 : p. 316; Bncxnn, 1905 : IV, p. 163. .
Tête d‘un jaune roux. Bande médiane frontale d‘un jaune orange;
triangle ocellaire, deux taches orbitales et partie supérieure de l’occiput
d’un noir brillant. Antennes rousses : les deux premiers articles brunis.
Mésonotum roux, noir antérieurement : deux bandes latérales noires
interrompues par la suture transverse; pleures jaunes; métapleures,
ptéropleures et mésopleures d’un noir brillant, une large tache noire
sur le sternopleure. Ailes brunies à l'apcx ct le long dela cellule 2M,.
Abdomen d‘un noir bleuàtre. — Long. : 5-6,5 mm.
Mai-août. —— Ardennes (R. Bsxoisr); Oise : forêt de Coye (P. Lnsmz); environs
de Paris (Gimp); Chaville (Suncour); Maisons—Laffîtte (on GAULLE); Rambouillet
(Sieur); Jura : Clairvaux (Pic); Loiret : Malesherbes (R. Bsnoxsr); Bar-sur-
Seine (CARTEREAUH Landes (Gonmvr). — Europe centrale.
La larve creuse des galeries dans les racines du Neottia nidus-avis Riou.
(Ca. Pénsz, ap. Gnnn, 1900).
S.-F. PSILINAE
IInN¤nL, 1917 : p. 36; Fnnv, 1925 : p. 47.
G. PSILA Marsan.
Espace interoculaîre non conique ou saillant en avant.Orbitales ou verticales
postérieures nulles. Yeux plus hauts que longs.
Antennes courtes : troisième article deux fois plus
long que large. Une paire de soies dorsocentrales; _
une notopleurale ; deux scutellaires. Pattes normales.
Oviductedrès court, peu chitinisé, à lamelles apicales. F
Appareil copulnteur màle peu épais, à gonapophyggg   -
antérieures foliacées. Pénis simple, bilide à l'extré- ·
mité, ·‘
1. .P. iimetnria (L,). -~ NIACQUART, II, p. 421; ii. ’ .l
Scnmnn, Il, p. 203; Bncmzn, 1905: IV, p. 159.  
—- Fig. 260, 263. _ _
Tête rousse; triangle ocellaire noir. Palpes en F'°'g8%r;;;,Iî;;l‘;a/ît'2z;;ar‘“
baguettes jaunes. Antennes rousses : troisième , U
.artic1e subeonique; chète un pen épaissi et noir à la base, à cils médio-

222 Muscmss Acanvrrisnns
` ores. Corps roux à villosité rase et couchée, macrochètes noirs. Pattes
jaunàtres, tarses légèrement sombres à Pextrémité. Ailes vitreuses, un
peu jaunies au bord antérieur; nervure MA, plus ou moins courbée dans
sa dernière section. Abdomen : tergites parfois nettement brunis. -—·
Long. : 8-9 mm.
Mai—septembre. —— Assez commun dans les bois et les forêts, sur les buis-
sons et les herbes, surtout dans les lieux humides. Ardennes (R. Bmvoxsr);
Beauvais (ns Samr-Faaosan); environs de Paris, l’Hay, Meudon, Rambouillet
(Siiouv); Vosges (Ptrroiv); Allier (no Bovsson); Clermont (Fnimnv); Lot : Mout-
faucon (Poo1z1.or); Lyon (Soivruornvax); Chartreuse (C. Pinnnn); Haute-Savoie ;
Abondance (Pic); Hautes·Pyrénées : Luz, juin; Gavarnie, juillet; Tramesai·
gues, cerfeuil (L. Paivnmrià). Suisse : Charmey; Bèrisal (ns GAULLE). Prusse
orientale (Czwatim). Turquie. Algérie (Sonconr).
G. OXYPSILA Fam.
Espace interoeulaire saillant en avant, subconique. Une soie notoplenrale.
Deux soies scutellaires. Pattes normales. Oviducte petit, très étroit, faiblement
chitinisé.
1. 0. abdominalis (SormM.). -— Scmivsn, II, p. 204.
Tête jaune; triangle ocellaire d’un brun noir. Antennes rousses : troi·
sième article subconique, bruni; chète distinctement pubescent. Corps
d’un roux luisant. Pattes jaunes : tarses brunis à Pextrémité. Abdomen
brun, au moins en dessus. —— Long. : 7 mm.
Europe centrale et septentrionale.
G. TETRAPSILA Fnnv.
Espace interoculaire conique en profil et saillant en avant. Yeux ronds.
Soies orbitales et postverticales faibles. Antennes courtes : troisième article
une fois et demie aussi long que large. Pattes normales. Oviducte plus long
que large, en baguette faiblement chitinisée.
1. T. obscuritarsis (Losw). ——Losw, 1856 1 Neue Beitrâge, IV, p. 54,
n° 56; Sci-invsn, II, p. 203.
Face très oblique : les carènes faciales brunies; triangle ocellaire et
espace interoculaire brunis à la partie antérieure. Antennes jaunes :
deuxième article à pilosité noire; ehète pubescent, épaissi et noirci à la
base. Corps d’un roux foncé à pilosité jaunâtre fine et couchée sur le
thorax, plus longue sur l‘abdomen; macrochètes noirs. Pattes jaunes :
tibias III brunis vers 1‘apex; tarses bruns ou noirs. Balanciers pâles.
Ailes jaunâtres : nervure MA2c droite, perpendiculaire à JIA2; toutes
les nervures épaisses et bordées d’une légère teinte brune. —— Long. L
6 mm.
Autriche (Losw, Scmivnn). Prusse orientale (Czwaima) (Psila rufa).

x>su.mA1z. — CHAMAEPSILA ' 223
G. CHAMAEPSILA llsxnzr.
Soies orbitales présentes; verticales postérieures fortes. Antennes courtes :
troisième article 1 1]-1-2,5 plus long que large. Corps à pilosité courte et (ine,
appliquée sur le mésonotum, plus longue sur les pleures et l'abdomen. Scu-
tellum dénudé. Une soie notoplenrale; 1-4 paires de soies dorsocentrales.
Pattes normales. Oviducte en baguette petite, plusieurs fois plus long que
large, faiblement chitinisé, avec une lamelle apicale, tranchante.-
La couleur est variable chez les Chamaepsila et les caractères plastiques
sont peu apparents : il s’ensuit que la définition des espèces est hésitante.
Mais on peut, à l'exemple du D' R. Fnnv (1925), grouper les espèces de la
manière suivante en utilisant les caractères fournis par la chétotaxie.
Deux soies verticales. 1 de ..... rufa, gracilis, azrimana.
2 dc, . . . . Anccyi.
Trois soies verticales. 1 dc ..... bicolor, nigromaculata, buccam.
2 dc ...,. debilis, pallida, pcctoralis, rosae.
3 de ..... mario, nigra.
4 dc..... atrœ.
Le tableau spécifique suivant utilise à la fois les caractères chroma-
tiques et chétotaxiques.
1—(2). Quatre paires de soies dorsocentrales ..... G. atra, p. 224.
2-(1). Une, deux ou trois paires de soies dorsocentrales.
3-(12). Mésonotum et abdomen — ou le mésonotum seul -— entièrement.
d’un jaune roux.
_ 4—(7). Abdomen roux. Tête avec deux ou trois soies verticales.
5—(6). Deux paires de soies dorsocentrales. Trois verticales .....
................. C. pallida, p. 227.
6-(5). Une dorsocontrale. Deux verticales ..... C. rufa, p. 228.
7-(4). Abdomen noir. Trois soies verticales céphaliques.
8-(9). Sternopleures noircis à la partie inférieure. Une soie dorsocen·-
trale ............. C. nîgromaculata, p. 226.
9·(8). Sternopleures entièrement jaunes.
10—(11). Une soie dorsocentrale ...... . . C. bîcolor, p. 225.
11-(10). Deux soies dorsoeentrales ....... C. debilis, p. 225.
1.2-(3). Mésonotum et abdomen entièrement noirs, quelquefois les
pleures ou les calus humêraux d’un jaune roux.
13·(14). Pleurcs d’un jaune orange. Deux paires de soies dorsocentrales.
................ C. pectoralîs, p. 227.
14-(13). Pleures noirs.
15·(16). Calus huméraux roux. Deux soies dorsocentrales .... -
.................. C. rosae, p. 227-
16-(15). Calus huméraux noirs.

224 Muscxnns ACALYPTÈRES
17-(28). Pattes entièrement ou en majeure partie noires ou brunes -
au moins les pattes I.
18-(23). Face jaune.
19-(20}. Deux paires de soies dorsocentrales. . . C. Anceyi, p. 224.
20-(19). Une paire de soies dorsocentrales.
.21-(22). Trois soies verticales ........ C. buccata, p. 225.
22-(21). Deux soies verticales ........ C. atrimana, p. 225.
23-(18). Face noire. .
24-(25). Ailes à nervures ombrées. Une paire de soies dorsocentrales.
Deux soies verticales .......... C. gracilis, p. 226.
.25-(24). Nervures sans ombre. Trois paires de soies dorsocentrales.
Trois verticales.
26-(27]. Tibias noirs ............ C. morio, p. 226.
27-(26). Tibias jaunes ............ C. nigra, p. 226.
28·(17). Pattes entièrement jaunes, tout au plus les tarses brunis.
29-(30). Front entièrement ou en grande partie noir — parfois une
étroite bande rousse à la base des antennes. Une paire de soies
dorsocentrales ............ C. gracilis, p. 226.
30-(29). Front entièrement ou en grande partie roux. Seulement le
vertex et le triangle ocellaire d’un brun noir.
31—(32). Deux soies dorsocentrales. Antennes : troisième article partielle-
ment ou complètement noir ........ C. rosae, p. 227.
.32-(31). Une dorsocentrale. Antennes : troisième article complètement
noir .....,......... C. gracilis, p. 226.
1. C. Anceyi, n. sp.
(1 . Tête triangulaire en profil, d’un brun roux plus pâle ou jaune à la
base des antennes, sur les gênes et le péristome; face très oblique, carènes
faciales brunes. Trompe et palpes noirs. Antennes noires : chète brun à
pubescence pâle et légère. Corps entièrement noir couvert d’une pilosité
fine, blanchâtre; macrochètes noirs. Pattes brunes : fémurs I noirs :
tarses plus foncés à l’extrémité. Balanciers blancs à tige jaune. Ailes
brunies, à nervures épaisses; petite nervure transverse rapprochée de
la base de l`aile située avant l’apex de R,; les deux transverses basales
placées au même niveau, la transverse apicale (./lIA2c) très oblique et
peu courbée; .nervures longitudinales MA, et MA, parallèles à l’apex.
——·- Long. : 4 mm.
Var : Le Beausset (Ancsv).
2. C. atra [Maman). — Psila atra Scmmzn, 1864: II, p. 206; Bacxen,
1902 : Il, p. 243, 10; 1905 ; IV, p. 158. ·— P. nzgra Marsan (nec FALLÉN).
Q. Type de Maman. — Trois soies verticales. Entièrement noir.
Macrochètes .noirs, pilosité d’un brun roux. Balanciers, genoux et pre-

rsxtinm. -— CHAMAEPSILA 225
mier article du tarse roux. Ailes à nervures pàles : MA, et MA, diver-
gentes à l'apex. —- Long. : 4 mm.
Hautes-Alpes : Lautaret (E. Hesse). — Alpes occidentales et orientales :
800-2.200 m. (Srnom., Bnzzi).
3. C. atrimana (Maman). — Psila atrimana. Scnnvnn, 1864 : II, p. 205.
Face jaune. Espace interoculaire noir, étroitement jaune à la base des
antennes. Antennes courtes, d‘un brun noir. Corps noir, brillant. Pattes I
noires; fémurs II noircis, genoux, tibias et tarses II jaunes ;, fémurs et
tibias III noirs, genoux et tarses jaunes : ces derniers noirs à l’cxtrémité.
Ailes vitreuses. — Long. : 5 mm. - -
Europe centrale. ·
4. C. bîcolor (Mmcnxv). Fam, 1925 : p. 48, groupe 2. —— Psila bicolor
Scnmnn, 1864 : II, p. 204; Bncxnn, 1902 : II, p. 242, 4; 1905 : IV, p. 159.
d'Q : types de Mercer:. Face très oblique avec une carène médiane;
triangle ocellaire noir; trois soies verticales. Antennes souvent entière-
ment jaunes : chète brun, légèrement pubescent. Trompe et palpes
jaunes : ces derniers brunis à l’extrémité. Mésonotum d’un jaune orange
brillant : une soie dorsocentralè; macrochètes noirs. Scutellum étroit.
Pattes jaunes. Ailes junies: nervure transverse postérieure AIA2c presque
perpendiculaire à MA,. — Long. : 5,5-6,25 mm.
Montagnes. Hautes-Pyrénées : Tramesaigues, juillet (L. Pxivnstniâ, Psila `
dcbilis). - Allemagne. Europe centrale (Mmcsiv). — Amérique boréale.
5. C. buccata (FALLÉN). — Bacmm, 1905 : IV, p. 159. ,
5*. Tête noire; face, gênes et partie antérieure du péristome roux;
carène faciale d’un brun noir. Antennes rousses : deuxième article à
pilosité jaune, troisième brun; chète d‘un brun roux, épaissi à la base, à
cils courts. Thorax et abdomen d’un noir peu luisant, à villosité épaisse,
courte et serrée, blanchâtre. Macrochètes noirs. Pattes brunes : fémurs
et tibias avec une large bande longitudinale noiràtre, tarses bruns; genoux
jaunes. Balanciers blanchâtres. Ailes larges, légèrement enfumées;
petite nervure transverse placée avant l'apex de R,; MA, et MA, un
peu divergentes à l’apex; nervure .'lIA,c oblique : toutes les nervures
épaissies et légèrement ombrées. — Long. : 5 mm.
Prusse orientale : Oliva (Czw.u.uvA, Pxxnamnè).
6. C. dehilis (Ecczn). — Scmunn, II, p. 204.
Trois soies verticales. Antennes jaunes, courtes : troisième article par-
fois partiellement bruni; chète antennaire à pubescence longue. Aile:
nervure transverse postérieure (MA,c) légèrement courbée et oblique par
rapport à MA,. Deux soies dorsocentrales, macrochètes noirâtres, sou-
vent roux. Scutellum triangulaire. Pattes entièrement jaunes. — Long. :
4 mm.
_ 15

226 Muscxnias ACALYPTÈRES
Prusse orientale (Czw.u.|NA > PANnE1.i.1â, Psila bicolor). Autriche. Allemagne
(Maman, sub nom. P. bicolor [un exemplaire]).
7. C. gracilis (EIEIGEN). —PsiIa gracilis Scnnvea, II, p. 205; Bncxnn,
1902 : II, p. 243, 9; 1905 : IV, p. 159. P. fuscinervis Scrnmzn, Il, p. 205;
Bncxnn, 1902 : Il, p. 243, 11. P. villosula Marsan, Scrunmz, ll, p. 206.
— Psilomyia gracilis Mncounxvr, 1835 : Il, p. 422, 8. P. intermedia
MAcouAn·r,lI, p. 421, 5. —P. atra Mncounxrr (non l\11m;eN).
Q . Type de l\1n1c¤N. —- Entièrement noir à pubescence fine et délicate,
blanchâtre. Macrochètes noirs. Tête noire, parfois la partie postérieure _
du péristomc jaunâtre ou la tête d’un brun roux, l`espace interoculaire
noir étroitement roux en avant. Deux soies verticales. Antennes brunes :
troisième article d’un brun noir; chète roux, finement pubescent. Patte
jaunes, tarses brunis. Balanciers blancs ou jaunâtres. Ailes jaunies à ner-
vures plus sombres et légèrement ombrées vers l’apex. — Long. :6 mm.
Nord de la France (Macqnaar); environs de Paris (Bosc). Europe centrale et
septentrionale. Alpes orientales, 800-2300 m. (Sraont). Arkhangel, juin (Fam).
8. C. morio (ZETTERSTEDT). —- Scatop/zaga morio Znrr. ——— Psila morio
Scnmnn, 1864 : II, p. 205.
Entièrement noir. Antennes noires : chète à pubescence très courte.
Pattes Il-III parfois d‘un brun noir; tarses bruns. Ailes lavées de brun :
nervures sans ombre. Balanciers blancs. — Long. : 4 mm.
Europe centrale (Sci-mwen). Alpes orientales, 1200-2100 m. (Mümnza).
9. C. nigra (FALLÉN). Macouanr, II, p. 422, 7. — Psila. nigra Bncmzn,
1902, II, p. 243, 8.
Corps noir. Macrochètes noirs. Pilosité brune assez longue. Tête d`un
brun noir au—dessus des antennes. Antennes noires; chète à pubescence
fine. Fémurs noirs : genoux, tibias et tarses jaunes, dernier article brun.
Balanciers d’un blanc jaunâtre. Ailes vitreuses : petite nervure transverse
rapprochée de la base. — Long. : 5 mm.
Juin-août. —- Somme : Amiens (Doumer); Hautes-Pyrénées : Tramesaigues,
Gavarnie (PANDELLÉ). -— Prusse (Bncmza) : Kônigsberg (CZWALINA). Arkhangel,
juin (Fmav).
10. C. nigromaculata (Srnom., 1909).
Tête et thorax d’un roux foncé. Triangle ocellaire noir. Mésophragme
noirâtre. Macrochètcs noirs. Pilosité fine, jaunâtre. Antennes jaunes,
parfois noirâtres; chète à pubescence longue. Pattes jaunes. Balanciers
blanchâtres. Abdomen à villosité blanchâtre plus longue et moins serrée
que sur le thorax. — Long. : 4-5 mm.
Paris: obtenu d'une larve vivant dans la tige du Scabiosa succisa L., éclos
le 21.IV.30 (C. DUMoN·r); Mont-Dore, 3.VlI (H. ou Bnvsson); La Bourboule
28.VI (nn GAULLE).

PSXLIDAE. ·- CHAMAEPSILA 22
11. C. pallida (FALLÉN). -- Psïla pallida Scmmzn, 1864: ll, p. 203;
Becxsn, 1902 : II, p. 242, 2; 1905 : IV, p. 160.
Q. Mémtype. —— Chète antcnnaire nettement pubescent. Thorax roux.
Pattes entièrement jaunes. Ailes jaunies, à nervures pâles; nervures
transverses des cellules anales (y et z) placées au même niveau; nervures
longitudinalcs MA, et MA, subparallèles à l'apex; nervure transverse
postérieure (MA,c) rectiligne, presque perpendiculaire àMA,, rapprochée
de la base de 1‘aile. Abdomen roux ou brun roux. — Long. : 5-6,5 mm.
Hautes-Pyrénées : Tramesaigues, juillet (PANnELL1â). — Europe centrale et
septentrionale.
_ 12. C. pectoralis (Mmmm). — Psila pecloralis Scmmm, II, p. 205.
— P. rosae Bncxnn, 1902 : II, p. 242, 5; 1905 : IV, p. 161 (part.).
Q. Type de Msrcinv. Tête rousse; trois soies verticales. Antennes:
troisième article bruni à l’apex; chète nettement pubescent. Mésonotum
noir, à pilosité pâle. Pleurcs d`un roux bruni. Macrochètes céphaliques ·
et thoraeiques blanehàtres. Balancîers et pattes entièrement jaunes. Ailes
vitreuses, d’un jaune pâle, à nervures très pâles; nervure transverse
postérieure (/lIA,c) un peu oblique. Abdomen d`un brun noirâtre à pilosité
blanche plus longue et moins serrée que sur le thorax. — Long. : 4 mm.
Juin-juillet. — Seine-et-Oise : Rambouillet (Siâcuv); Hautes-Pyrénées: Luz,
Tramesaigues (PANDELLÉ); Haute-Savoie : Chamonix (ni: GAULLE). — Europe
centrale. Allemagne.
13. C. rosae (FAmuc1Us). — BIACQUART, II, p. 421, 4; Scmmzn, II, p. 206; .
BIIAUER, 1883 : p. 88; Cuxrrrsnnaw, 1902; Bncxnn, 1905 : IV, p. 161. — ,
Psila nigricormls Marsan. Scunvsn, II, p. 206. P. humeralis Zsrr. Sem-
Nan, II, p. 205.
çj‘Q. Tête d’un brun roux; occiput noirzltre en haut; triangle ocellaire
noir; trois soies verticales. Antennes rousses : troisième article parfois
bruni : chète pâle, partiellement nu. Corps noir à pilosité pâle. Macro-
chètes jaunàtrcs. Ailes claires à nervures brunes; nervure transverse
postérieure (MA2c) droite et un peu oblique; cellules basales subégales.
— Long. : 4,5-6 mm.
l\Iars, mai-septembre. - Dans les prés, sur les arbustes et sur les herbes.
Ardennes (R. Brznoxsr); environs de Paris : l’Hay (Sieur); Maisons·Laffitte (DE
GAULLE); Finistère (A. Héuos); Morlaix (Hsnviê); Puy-de-Dôme : Royat (FLA-
MAM); Allier (R. ou Buvssox); Haute-Garonne : Saint-Béat (H. Rn:AUr); Aude
(GAvov); Ilautes-Pyrénées : Arrens, Luz. Gavarnie, Aragnouet (PANDELLÉ, sub
nom. humeralis); Drôme (L. BsnLAxn); Var (Aivcsv); Hyères (ABELLLE DE Psaum);
Marseille (J ULLxA1v) ; Aix (ÀBEILLE on Pinmnv); Corse (Becxsa). Prusse: Kônigsberg
lCZWALlNA). Alpes orientales, 2400 m. (Koen, Srr.onL). Syrie (GADEAU na KERVILLE).
Algérie (LUCAS, sub nom. Chyliza lepzogaster [1849 : III, 494, 246]). Amérique
boréale.
Larve dans la racine de la carotte (Daucus caraza L., Boucmi, p. 97, N° 88;

228 Muscinns ACALYPTÈRES
Kouaa, p. 162 et Sci-xotrz, p. 17, cités par Barman, p. 88; Ftnrcnuu). Également
signalée sur les Brassica mpa L. et napus L. [Cunris, cité par Bnzlumx (1. c.)],
Sur l'Anthriscus silvestris HOFl·`M»
Parasites :Aplzae1·eta cephalotes HAL, et deux Dacnusa (Suns et \VAnswoM·u).
14. C. ttlfâ (ll1EiGEN). — P.s·z'I¢z rufa Scrmvun, 1864 : ll, p. 203; Bizcxun,
1905 : IV, p. 161.
Comme le Psila fîmetaria. Yeux ronds. Corps entièrement roux, moins
luisant. Antennes : troisième article court; chète pubcscent. — Long. :
6 mm. '
Juillet. - Europe centrale et septentrionale (Zerriansrnnr). Alpes orientales,
1.200-2.300 m. (DALLA Tonus),
G. CAMPTOPSILA Fuuv.
Soies verticales postérieures nulles; une faible orbitale. Antennes courtes :
troisième article une fois et demie plus long que large. Une soie dorsocentrale;
soies notopleurales et supraalaires nulles; deux soies scutellaires. Oviscapte
comme chez les Chamaepsila en baguette étroite, plusieurs fois plus long que
· large, faiblement chitinisé, avec une lamelle apicale (ou anale}. —· çj'. F émurs
épaissis et courbes, pas de peigne basal. -— Q. fémurs normaux.
1. C. Lefebvrei (Znrrnusrnnr). —- Scuuvnn, ll, p. 207; Bncxnn, 1905 :
IV, p. 161.
Entièrement d’un roux foncé : triangle ocellaire noir. .Pilosité fine et
jaune. Macrochètes d’un brun roux. Pattes jaunes. Ailes jaunes : petite
nervure transverse située au niveau de la première intersection costale;
` nervure transverse postérieure convexe (MA2c) perpendiculaire à MA2 :
` section apicale de MA, courbée. — Long. : 6,5 mm.
Hautes-Pyrénées : Aragnouet, août (L. Pnxnnttiâ). Europe centrale et septen-
trionale.
G. PSILOSOMA Zsrrunsrnnr.
Soies orbitales et verticales postérieures nulles. Antennes courtes ztroisième
article environ 1 1/4 plus long que large. Soies dorsocentrales, notopleurales,
supraalaires nulles. Deux soies scutellaîres. Oviscapte comme chez les Luxo-
cera, court, peu chitinisé, aplati latéralement. - 5*. Fémurs fortement gonflés
et courbés, avec une robuste dent basale; tibias III peu courbés. — Q. Fémurs
distinctement courbés, inermes.
1. P. Audouîni (ZETTERSTEDT), 1835 : p. 179. —— Scmivsn, Il, p. 207;
Bncxsn, 1905 : IV, p. 161. — Fig. 264.
Q. D’un roux brillant, mésonotum avec trois bandes longitudinales
noires :1a médiane parfois effacée; pilosité fine, jaunâtre; macrochètes

rsmnas. — rnnvsrvna 229
noirs. Mésophragme brun noir comme l’abdomen. Tergitcs abdominaux
plus ou moins bordés de noir. Pattes jaunes; tarses brunis à Pextrémité.
Balanciers blanchàtres. Ailes jaunies à nervurcs brunàtres; transverse
postérieure droite (.lIA,c). — çj'. Mésonotum à trois bandes noires parfois
réunies en avant. Scutellum et mésophragme brunis. Abdomen roux :
 _§ i ,» ·
— +~ r /·
t"· 1   ·
· '   ` 
. É   \ `\"_".
A
\__.
Fia. 264. — Psilosoma. Audouini O', >< 10.
tergites I-Il entièrement bruns, les suivants plus ou moins bordés de
brun, parfois une bande médiane longitudinale brune. Pattes rousses :
fémurs I—II à tache apicale brune; fémur III largement taché de brun à
l`apex. — Long. : 6,5 mm.
Haute-Savoie : Morgins, juillet (M. Pic); Hautes-Pyrénées : Arrens, août
(L. Paunsnniê). — Schneeberg (Losw). Laponie (Zirrrsnsrsnr).
G. PLATYSTYLA Macouanr. _
Face rectiligne, carénée au milieu : une saillie frontale à la base des
antennes. Premier article antennaire allongé, deuxième et troisième subégaux,
· étroits, plus longs que le premier; chète épais aussi long ou légèrement plus
long que le troisième article. Pattes I·II courtes, III plus longues et plus
robustes. Ailes aussi longues que l'abdomen : cellule 1M, plus longue que Cuj
Cuillerons petits. Oviseapte allongé, aplati latéralement : cerques transformés
en lames tranchantes comme chez les Asilides.
1. P. Hoffmannseggi [Mnxcmv). — Macouawr, II, p. 375, 1; Scnmnn, II,
` p. 199; Bscxsn, 1905 : IV, p. 161. —— Fig. 258, 259, 265.
Tête noire; bande médiane frontale d’un noir velouté coupé par un
triangle d‘un brun roux; face avec deux bandes de pruinosité blanche.
Trompe épaisse, rousse; palpcs courts, légèrement dilatés en spatule,
noirs. Antennes rousses ou brun noir plus foncé à la base; style blanc,
jaune à la base. Thorax noir à fine pilosité pâle Scutellum brun. Pattes
noires : tibias et premiers articles des tarses jaunes; tibias III d‘un brun

230 Museums Acnzvprànns
roux. Balanciers roux. Ailes brunies. Abdomen rougeâtre à la base, noir
à l’apex. — Long. : 10-12 mm.
\\ »
\\ v·:'*  
~   " '4
"
~\ /1 ^3  ~ si
îë   NZ!  
"N — A  
i g:. lë
%    \
À ,1*;
A \ [ l
J} À /
\ ’/
b
i \\§`~.. I
F10. 265. -— Platystyla IIO/fmamiscggi Q, >< 10.
Juillet-août. — Bruxelles (Vnnnsnrinosns Mus. Paris). Ardennes (R. Biznoxsr);
environs de Paris (Bosc, Auncsivr); Rambouillet (Srâcuv); Puy-de-Dôme : Mont-
Dore; Allier : Bayet (M. Pic), Broût-Vernet (H. nu Buvsson).
G. LOXOCERA Msicmv.
Face plane, déclive, sans carène médiane; front légèrement saillant à la base
des antennes. Antennes : articles I-II courts, deuxième deux fois plus long
que le premier; troisième allongé en baguette étroite, plus longue que la face,
six ou huit fois plus long que le deuxième article; chète plumeux, plus court
que le troisième article. Une bande horizontale formée de poils argentés
_ au·dessus du sternopleure. Pattes I courtes, II et III plus longues, subégales.
Ailes légèrement plus courtes que l’abdomen chez les femelles : cellule 2M,
étroite.
1—(2). Soies dorsocentrales nulles. Ailes: cellule Cu, subégale à 1M,.
Oviscapte élargi, tranchant. Antennes aussi longues que la face
(S.-G. Loxocera). ....... L. (L.) îchneumonea, p. 231.
2-(1). Une paire de soies dorsocentrales préscutellaires. Aile : cellule
Cu, plus courte que la basale postérieure (1./H2). Oviscapte allongé,
aigu. Antennes plus longues que la face (S.-G. Imantimyia).
3-(4). Face noire. Palpes roux ..... L. (I.) fulviventris, p. 231.
4-(3). Face rousse.

vsinioaia. -— Loxocanx 231
5-(6). Espace intcroculaire et scutellum noirs. Palpes roux. Soies dor-
socentrales piliformes ....... L. (I.) nigrifrons, p. 232.
6-(5). Espace interoeulaire roux orange ou brun roux, parfois avec un
triangle noir. Scutellum roux.
7-(8). Face avec une bande médiane noire. . L. (I.) sylvatica, p. 232.
8-(7). Face sans bande médiane noire.
9-(10). Mésonotum largement noir antérieurement, roux postérieure-
ment, pas de bande médiane longitudinale noire .......
................ L. (I.) alhiseta, p. 231.
10-(9). Mésonotum étroitement noir antérieurement, une bande médiane
longitudinale étendue jusqu’au scutellum. Long. : 4,25-5 mm. — Al-
gérie (P. Lnsxs) .......... L. (I.) algeriea VILLEN.
S.-G. Loxocera. s. s.
1. L.   ichneumonea (L.) FALLÉN. — Loxocera elongata LIEIGBN.
Macoumir, II, p. 373, 2; Scmmzn, II, p. 197; Bscxim, 1905 : IV, p. 163.
?L. atriceps Bioor. — Musca aristala Pnzzim.
gf. Tête noire. Antennes rousses à la base: troisième article six fois
plus long que le deuxième; ehète antennaire pratiquement nu, d’un blanc
jaunâtre. Palpes noirs. Thorax d’un rouge brun, noirei antérieurement :
scutellum roux. Pattes jaunes, tarses noirs à l’extrémité. Ailes jaunies, à
nervures épaisses. Abdomen étroitement noir à la base, rouge ensuite,
noir à l’apex; sternites noirs; appareil eopulateur petit. —— Q. Abdomen
entièrement noir, rarement roux au milieu. - Long. : 9-12 mm.
Mai-août. Sur les herbes et les arbustes, dans les bois et les prairies, plus
commun dans les endroits marécageux. Toute la France. Allemagne (Mmemv)
Italie (Gamm). Alpes occidentales (Bxeor) et orientales, 800-2.500 m. (Cxnnom).
S.-G. Imantùnyia Fmzv.
Fnnv, 1925 ; p. 50, II.
2. L. (I.) albiseta Scmuiivic. — Loxocera ichneumonea auct. (nec L.)
Maconawr, II, p. 373, 1; Scumsn, Il, p. 198; Bncxnn, 1905 : IV, p. 164.
5* Q. Tête rousse; bande médiane frontale triangulaire noire; occiput
noir en haut. Antennes noires : chète jaune à cils blanchàtres. Scutellum
roux. Pattes jaunes, tarses III brunis à l‘apex. Ailes légèrement jaunies.
Abdomen noir. — Long. : 7,5-11 mm.
Mai-septembre. Répandu dans toute la France, avec le précédent. — Allemagne
(Mmosx, sub nom. sylvatica Q). ·
3. L. (I.) fulviventris I\’IEIGBN· Macouxar, II, p. 373, 1; Scmmm, II,
p. 197; Bncxsn, 1902 : II, p. 244, 5; 1905 : IV, p. 164. — Fig. 266.
Type de Mniesiv. — Tête noire; péristome roux. Antennes : troisième

232 Museums Acawrrànns
article au moins huit fois plus long que le deuxième. Mésonotum d’un
roux orange brillant, noir antérieurement, une bande médiane longitudi-
nale noire prolongée jusque sur le scutellum. Pattes jaunes ztarses bruns
ou noirâtres; iémurs III avec une tache noire près du genou; tibias III
à  ies
. ,5 Y. I
al, G  
F  *‘
LR6 /
  ' \ ·~·—- .
¥ \\. \\
. `I
Fm. 266. —- Loœocem fulvîvenwïs Q, X 12, type de ME1eEN.
largement brunis à l’apex. Ailes à nervures épaisses; nervure MA2c très
oblique. Balanciers jaunes. Abdomen rougeâtre antérieurement. Ovi-
scapte roux. - Long. : 5 mm.
Vosges : Gérardmer (Pn·1·oN, coll. Gomznr). Allemagne (NIEIGEN).
4. L. (I.) nigrifrons IWACQUART, 1835 : II, p. 374, 5; Scmman, II, p. 198;
Bncxnn, 1905 : IV, p. 164. - L. dorsalis Lonw sec. Bncxen.
Antennes noires; chète subégal à la longueur du troisième article.
Pleures roux. Tibias III largement brunis à la partie médiane. Ailes à
\ nervures très légèrement ombrées. — Long. : 6-7,5 mm.
Hautes-Pyrénées : en mai sur l’Euphorbe (L, PANnE1.x.É); Landes : St-Sever
(Permis, coll. Duroma). — Europe centrale et septentrionale.
5. L. (I.) Sylvatica Mnxcerz. l\/Iaconawr, II, p. 374, 3; Scnmnn, II, p. 198;
Bncxim, 1902 : II, p. 244, 3; 1905 : IV, p. 164.
V Q . Tête noire 2 face et péristome roux. Antennes : troisième article au
moins six ou sept fois plus long que le deuxième. Mésonotum rougeâtre
brillant, noir antérieurement. Seutellum roux. Pattes jaunes; tibias III
indistinctement brunis à 1’apex. Abdomen entièrement noir. ——_ df type
de Mmcxzn : ressemble beaucoup au L. fulvz'ventrz's Q. En diffère par le
scutellum roux, les pattes III rousses, la nervure MA2c moins oblique. ——
Long. : 4-6,5 mm. ‘
Puy-de-Dôme : Mont-Dore : le Capucin (nn Buvssox).-Allemagne (Mrziaizx 5*)
· Prusse orientale (Czwzmnu).

Mncmunxuinan. -— MEGAMERXNA 233
  '
_ STRONGYLOPHTHALMYIINAE. ,
G. STRONGYLOPHTHALMYIA Hnnnsn.
1. S. ustulata (Znrrunsrnnr). -- Strongylophthalmus ustulatus Ilnxnm.,
1902 : W. c. Z., XXI, p. 180, fig.- Fig. 267, 268.
Yeux rapprochés sous les antennes à facettes légèrement élargies en _ ·
\ A A
Q   '  
A vî  
Fm. 267-268. — Strongylophthalmyiu. ustulata (Znrr.), tète et aile (sec. Hsunm., 1902 :
· p. 180).
bas. Aile : nervure R, courte : petite nervure transverse placée avant le
milieu de la cellule discoïdale, rapprochée de la base, écartée du niveau
de l'apex de R,; nervures MA, et MA, convergentes, marquées d’une
tache brune commune, diffuse. Tête largement noire en arrière. Antennes
et face jaunes. Corps noir, à pilosité blanchâtre assez longue. Pattes et
balanciers jaunâtres. —- Long. : 4 mm.
Europe centrale et septentrionale. Dantzig (Czw.u.1ru).
F. MEGAMERINIDAE
Hmvnm., 1928 : p. 91.
G. MEGAMERINA Ronmm.
Adultes. - Plaque ocellairo grande; soies verticales postérieures nulles.
Tibias sans soie préapicale externe. Fémurs avec deux rangées d'épînes inter-
nes : les apicales plus épaisses (fig. 269). Aile : nervure R, dénudée à la face
supérieure; cellule Cu, sans pointe apieale, nervure 1A. étendue à la marge
de l’aile. Abdomen allongé : oviducte télescopique, non chitinisé à la base. —
Appareil copulateur male : tergite X allongé, forceps attachés sur une large
pièce trapézienne, plus étroite à la base, articulée avec le tergite X; forceps
externe à branches étroites, rondes, épineuses sur la face interne en verrue
ciliée; apodème du pénis en lame étroite ciliée, sternite génital très élargi en

234 ` Muscmns Acxwrrànizs
spatule; gonapophyse antérieure quadrangulaire, épîneuse sur l‘aréte antérieure.
Pénis très long, dilaté à l'apex, prépuee en chaton épineux, paraphallus en
lanières (fig'. 270). Solérite du canal éjaculateur en massue.
 
`°"-.s \ ^  
1 i/'  
  ` V  Y  ,. ,’,
· ,» , î'?
I") \
J K
`\ 1/,
x
x
. x
\"
t
\
Fia. %9· - Megamerina lomocerimz Q, >< 10.
1. M. loxocerina (FALLÉN). —- Lissa lo.z·ocerz'na l\IAcouAn·r, II, p. 377,
1; Scumnn, II, p. 190; Bncicnn, 1905: IV, p. 154; 1902 : II, p. 245, 16.
-— Fig. 269, 270.
Noir. Face à reflets argentés. Antennes: troisième article roux. Pattes
rousses. Abdomen: tergites blanchâtres à la base. —— Long. : 6-8,5 mm.
Nord : Raismes, VI (Gousar); Ardennes : Sapogne-Feuchère, VIII (R. Bu-
noisr); Seine-et·Oise : Maisons-Lallitte, Saint-Germain-en-Laye (nn GAULLE);
Seine-et·Marne : Fontainebleau (Poumns); Var : Hyères (Assure on Pnunm).
Bohême (Wnixrunrnn).
F. SEPSIDAE
Adultes. — Tête ronde, globuleuse, fortement convexe en arriére. Yeux
rouges à facettes antéro·internes plus larges. Péristome et gênes étroits. Face
perpendiculaire; fosses antennaires bien marquées. Vibrisses présentes ou non;
soies péristomales le plus souvent piliformes. Soies verticales postérieures
divergentes. 0-1 soie orbitale supérieure. Trompe courte. Palpes réduits, une
soie apicale bien développée. Antennes insérées prés du bord antérieur des
yeux: troisième article court, oblong. Chète nu ou pratiquement nu. —- Thorax :
pleures nus; parfois 1-2 soies dorsocentrales postérieures; une soie méso-

ssrsioan 235
pleurale ou non; une soie au bord postérieur du stigmate métathoracique
comme chez l‘Orygma luctuosa, sauf chez les Themira qui portent 2-5 soies;
scutellum avec 2-4 soies. —- Pattes : hanches I allongées; fémurs et tibias l
souvent renflés, déformée, tuberculés ou armés d'épines; tibias avec ordinai-
rement des soies préapicales (sauf chez les Pandora et quelques Scpsfs qui
portent une soie préapicale rudimentaire aux tibias Ill). Balanciers courts, à
pédicelle épais et renflement conique (Sepsis). - Aile : nervure costale mince
jusqu'à Yintersection de la nervure R,, plus épaisse ensuite, sans interruption
ou fracture; épines costales nulles, mais deux rangées continues de spinules
jusqu‘àl’intersectîon de R,,,,,; ner-vure 12,.,,5 à l'état de pli vestigial rapproché
de MA, : cellule stigmatique (sc) n‘atteignant pas le milieu de l'aile; nervure
anale courte, non etlilée, souvent épaissie en baguette jusqu’à 1'apex; membrane
couverte de microtriches espacés, assez longs, régulièrement répartis sur les
27Q 27I
 • —,,§ " ’ lllllll
·,:tS i
'îhrr _ ami
  `
[ \  ki 
ue . . 7  ,;î $*9
   È   te /
ol I l` I IL
et
Flo. 270-271. - 270. Megamerina lozoccrinu çj', appareil copulateur. - 271. Sepsës
punctum, var. meridionalis C5', id., Lettres communes aux deux figures. app. epo-
dème du pénis; fc. forceps externe;/i. forceps interne; g gonapophyses; gp. goua-
poplpyse postérieure; p. pénis; sal. sclérite du canal éjaculateur; stg. sternite gé-
mta .
deux faces, donnant suivant la lumière l'aspect irisé caractéristique; alule
petite, longuement ciliée à la marge. — Abdomen (j' étroit, plus ou moins
rétréci à la base et recourbé àl‘apex; appareil génital souvent très développé et
saillant, parfois garni de longues soies. - Q : oviducte normal, télescopique.
Appareil copulateur màle (Sepsis punctum var. meridionalisi : tergite X épais
cylindrique; forceps externes en coins robustes, modérément ciliés, articulés
directement sur le tergite X; forceps internes en crochets légèrement courbés.
Apodème du pénis élargi et dilacéré à son extrémité libre; sternite génital en
spatule moitié plus courte; gonapophyse postérieure en crochet épineux à la
base externe, armé surla face latérale de chètules sensoriels. Pénis en sac ova-
laire, chitineux, la partie moyenne ornée d'une houppe ciliée représentant l’hypo·
phallus; paraphallus en lanières étroites subapicales, prépuce court (fig. 271).
Sclérite du canal éjaculateur dilaté à la base, évasé en coupe à l’extrémité libre.
Mouches communes ou trés communes près des matières animales ou végé-
tales en décomposition, sur les fleurs, principalement sur les Ombellifères ou sur

236 Muscmns ÀCALYPTÈIKES
les feuillages ensoleillés où elles courent avec vivacité, les ailes animées d’uu
mouvement vibratoire continuel. Elles volent parfois en essa1m,àI`ombre, près
de la surface du sol. Plusieurs espèces dégagent lorsqu'on les froisse ou les
écrase une odeur aromatique ou sucrée agréable. Les Sepsis portent souvent,
au moins sur I‘abdomen, une ou plusieurs larves ou nymphes d’acariens fimi-
coles, ordinairement celles du Gamasus coleoptrazorum, très rarement des
larves de Trombidium (1).
Lm-ves vermiformes, à corps cylindrique, plus ou moins atténué aux deux
extrémités, à téguments minces et mous, couverts de nombreuses petites épines
régulièrement implantées; organes antenniformes grêles, aIlongés(2); stigmates
postérieurs placés à l’extrémité d’un tube bifurqué ou non. Animaux copro-
phages, occasionnellement saprophages.
TABLEAU nus GENRES.
1-(2). Aile: cellule basale IM2 nulle (fig. 274-275). Scutellum plan, angu-
leux sur les bords : quatre macrochètes marginaux. Une vibrisse
bien développée; deux soies verticales, une orbitale. Pandora, p. 236.
2-(1). Aile : cellule basale Lila toujours distincte (fig. 276-277). Scutel-
Ium convexe, deux soies apicales, parfois deux chétules à la base.
Vibrisses réduites ou nulles.
3-(10). Ailes non tachées près de l’apex. `
4-(7). Soie mésopleurale nulle.
5—(ô). Abdomen légèrement étranglé. Soies postverticales et crbitales
peu développées. Tarses II comprimés et dilatés chez les mâles
(fig. 278) ............... Enicita, p. 239.
6-(5). Abdomen non étranglé. Soies postverticales et orbitales bien dé-
veloppées. Tarses II non comprimés (fig. 279). . Themira, p. 240.
7—(4). Soie mésopleurale bien développée.
8-(9). Soie orbitale bien développée ...... Meroplius, p. 242.
9-(8). Soie orbitale réduite ou nulle ...... Nemopoda, p. 244.
10—(3). Ailes tachées près de 1’apex, à Fextrémité de la nervure RH.; (3)
(fig. 301). Soies orbitales nulles. '
11-(12). Abdomen sans macrochètes marginaux. Sepsidimorpha, p. 245.
12-(11). Abdomen avec des macrochètes marginaux au moins sur les
deux premiers segments .......... Sepsis, p. 246.
G. PANDORA HA1.1nAv.
Adultes. — Soies postvertîoales présentes; soies ocellaires bien développées.
Carène faciale saillante; fossettes antennaires larges. — Soies acrosticales et
(1) Voyez Cypselictae, p. 446. Les commensaux sont souvent les mêmes dans les deux familles.
(2) Le complexe céphalîque d’une larve primaire de Sepsinae a été figuré par le D* D. KEILIN,
1915 : p. M9, fig. XVII. .
(3) Le Sepsis lateralis ne présente pas de tache à l‘apex de l’aile et s’oppose aux Nemopoda par
Parmuture des pattes.

· ` snrsmas. — rmnonn 237
dorsocentrales antérieures piliformes, deux soies dorsocentrales postérieures
plus développées; postalaire forte. Scutellum presque aussi long que large;
postscutellum très développé. Aile : pas de tache apîcale; cellule 2M) rétréc1e
à l‘apex; alule triangulaire. Cuilleron alaire saillant, anguleux, longuement
cilié. - Abdomen elliptique, non dilaté après le tergite II, depourvu de macro-
ohètes mais présentant des soies anales distinctes.
`_ 
J hi \ \
··  _\— ,\\ /
\ /
272 evlx
f 273 ·
Fm. 272-273. ~— Pandora sculellaris (j'. — 272. Profil. — 273. Patte antérieure
— Aile décolorée ou d’un blanc opalin; nervuretransverse MA2c située
à 1‘unlon du tiers moyen et du tiers basal de la cellule 2M, (fig. 274).
. . . .............. P. hasalis, p. 237.
— Aile d’un gris cendré; ncrvure il1A,c placée à l'union du quart basal
et du quart moyen de la cellule 21lI, (fig. 275). P. scutellaris, p. 237.
\
1. P. basalis Ihnrnu. -— Dunn, 1925 : p. 66, 2. — Nemopoda ferru-
ginea R.—D. —— Anisop/zysa albàlennis Macouaxrr, II, p. 545-. — Salzella
albzjwennis PANDELLÉ, 1902 : p. 488, 2. — Fig. 274.
Yeux d’un vert obscur. Carène faciale mince. Face et antennes rousses,
épistome peu saillant. Corps d’un noir mat sur le mésonotum. Scutellum
noir velouté. Prostcrnum et hanches I rousses. — Long. : 5 mm.
Allier : Vichy (Becxsu); Hautes-Pyrénées : Urac, 17.VII (L. P.mn1-:u.É). —
Dalmatie. Russie méridionale. Asie mineure. Afrique.
2. P. scutellaris (FALLÉN). — Dunn, 1925 : p. 63, 1; Gonrcnnnnnn et
BASTIN, 1925 :p. 125 et 137. — Saltella scutellaris PANDELLÉ, 1902 :
p. 487, 1. — Fig. 272, 273,'275. '
dt. Carène faciale épaissie au milieu. Face et antennes rousses; vertex

238 Museums AcALYr·1·ÈnEs
et occiput noirs. Corps d’un noir un peu luisant. Scutellum orange. Calus
humér:-1ux,une grande partie des pleures,les hanches, les fémurs, le der-
nier segment de l’abdomen et 1’appareil génital roux; fémur I avec une
R2   ¤
 Z f
. MA 1 1+
»~·—2 · ï·’
874
. M/tac om. Cul
32+5 R1 Sc Sc  1C
-  ···îi-. r
2.75
Fmzc ` CuA,_
 »
\ ·-; 
É-] çj
î`76
ma
1 2.77
Fxo. 274 à 277. —~ 274. Pandora basatis Q, ailé droite. —- 275. P. sculellaris Q, id., —
276. Nemopoda cylindrica Q, idÃ, — 277. id., base de l’aile montrant la première
cellule médiane postérieure fermée (IM;).
bande longitudinale externe noire. — Q . Scutellum d’un noir dejvelours.
— Long. : 2,5-4 mm. ‘
Juîllet·septembre. —— Sur les fleurs de carotte (en juillet); fumiers et prés
fangeux. —— Seine-et-Oise : Rambouillet, Meudon (Sécuv); Calvados : Luc-sur-
Mer (L. MERCIER)§CP6USG2 La Celle-Dunoise (Anwacn); Isère: Saint·Pierre-de-
_ Chartreuse (Hnnvé-Bnzm); Hautes-Pyrénées 2 Arrens, IX; ÀP3gHOUBt(PANDELLÉ).
—~ Tyrol (E. ANDRÉ). Macédoine (Ruvxar). Prusse orientale (Czwanma). — Amé-
rique septentrionale.
— Cette espèce présente plusieurs variétés que l’0n peut distinguer comme il
suit 1

sarsxoan. — emcrra 239
1-(2). Pattes entièrement noires. Mésonotum légèrement brillant. —
Long. : 3 mm. Corse. — (Banana) ..... Pandora nigerrima Roixnam.
2—(1). Au moins les hanches et Fextrémité des fémurs jaunes. Mésonotum mat.
Mouches plus grosses.
3·(4). Fémurs (et tibias 45*), pleures, calus huméraux et parties latérales du
mésonotum, base et extrémité de l‘abd0men rougeâtres on jaune orange.
— Hautes-Alpes : Saint-Pierre-de-Chartreuse (Hnavrî-Bazin) ......
................ Pandora parmensîs ltoaoam.
4·(3). Pattes en grande partie noires. Corps presque entièrement noir.
5·(6). Calus huméraux et le scutellum plus ou moins rougeàtres .... ·
................ Pandora scutellaris (Fattax).
6·(5). Corps noir, sauf Fhypopyge roux. Calus huméraux rarement roux. Scu-
tellum d’un noir mat. — Hautes-Pyrénées (Pamnatté). ...... . .
...... ' . ...... Z . . Pandora ruticoxa ttvlacquam).
G. ENIGITA \Vas1·woon.
Adultes. — Une seule soie verticale; toujours une soie orbitale. — Mésonotum
avec une soie dorsocentrale postérieure; sternopleures·à prninosîté argentée.
Scutellum court, élargi à rasé d’un noir mat. Pattes allongées. Aile : cellule
2M, à bords parallèles en arrière. — Abdomen ovale oblong; plaque prégéni-
tale hérissée de longues soies noires recourbées.
'fî ‘ ' , • .
(   f  I
 ‘_/\
· Il   J
  \_/
Flo. 278. — Enicita annulipes G', X 10.
1. E. /annulip68 (Maman). — Dona, 1925 : p. 27, 33 et 70, 4, t. I, l`. 3.
—— Goisrcrxnnuna et Basrm, 1925 : p. 126 et. 133, 5, fig. 16 etlôbzk. —— Nemo-
poda. varzpes Mnmnx. —- Sepsis annulipes Scmxnn, II, p. 178; PAN-
DEELÉ, 1902 : p. 485, 6. —— Fig. 278.
Epistome et antennes d’un brun roux. Mésonotum noir, bronzé. Ilanehcs
I jaunes, fémurs en grande partie noirs (‘) plus clairs à la base et à 1’apox.
(1) Fémursjaunes; di: tarses II nou nettement grètes, non élargis à Vextrémité se rapportent à
l'Bnicita simplicîpe.1 DUDA, 1925 : p. 72, 5. Hongrie.

240 Muscrnas ACALYPTÈRES
0* : fémurs I courts, armés au milieu du bord inférieur de deux dents
rapprochées, l’cxterne plus courte, l’autre triangulaire, plus robuste, jau-
nâtre. Tarse II 1 protarse allongé, épaissi au sommet; deuxième article
court, dilaté, d’un noir velouté, étroitement blanchâtre à la base; troisième
article moins épais, entièrement noir. —- Long. : 3-4 mm.
Avrilseptembre. —- Somme : Amiens (Douanar); Mâcon (FLAMARY); Seine-eb
Oise :Poissy (Da GAULLE); forêt de Saint-Germain (Küzvcxar., Lasne); Calvados :
entre Benouville et Ouistreham (L. Manciaa); Creuse (Aramon); Chamonix
(Batman); Hautes-Pyrénées (PANDELLÉ); Aude (Gllvov). ——- Belgique. Prusse
orientale (Cztvatrm).
G. THEMIRA R.-D. _
Adulzcs. -—©uverture buccale petite, bordée de soies plus ou moins dévelop-
pées et serrées; une seule soie verticale; une soie orbitale ; postoculaires réduites
soies ocellaires présentes, parfois très petites ; vibrisses nulles ou ciliformes. —
Bord postérieur du stîgmate métathoracique avec trois ou quatre soies dressées.
' Cuilleron alaire bien développé, triangulaire ou arrondi. Abdomen à bords
presque parallèles; sternite prégénital souvent armé de très longues soies
noires brillantes, recourbées en haut. — Long. : 3-4,5 mm.
1-(6). Soie humérale nulle.
2-(3). _Scutellum plus long que large ..... T. albitarsis, p. 241.
3-(2). Scutellum aussi large que long-- ou plus large.
4-(5). Ocoiput gonflé.Mésonotum d’un noir brillant.- Long. :1,5-3 mm.
............ . .... T. minor, p. 241.
5-(4). Occiput non gonilé. Mésonotum d’un noir mat. T. Leachi, p. 241.
6 (1). Soie humérale longue et forte.
'7—(i0). Thorax mat, d’un brun noir. Gênes plus larges que le troisième
article antennaire. — Long. : 4-4,5 mm.
8-(9). Antennes d’un brun jaune plus ou moins foncé z chète normal.
................ T. nigricornis, p. 241.
_ 9-(8). Antennes noires : chète épaissi à la base (fig. 280). .....
................. T. putris, p. 242.
10-(7). Thorax brillant. Gènes plus étroites, tout au plus aussi larges que
le troisième article antennaire. - Long. : 2-3 mm.
11—(12). Sternopleures d’un noir brillant ..... T. Superha, p. 242.
12-(11). Sternopleures à pruinosité argentée.
13—(14). Fémur I fortement courbé ....... T. pusilla, p. 242.
14-(13). Fémur I peu courbé.
15-(16). Tarses I : deuxième article plus long que le troisième ....
.................. T. lucîda, p. 241.
16·(15). Tarses I : deuxième article plus court que le troisième ....
................ T. germanica, p. 241.

_ snrsxnaxz.--— 'rnizxium 241
1.   albitarsis (Zsrrnnsrnnr). — Prototlzemim albitarszk Dom, 1925 : _
p. 26, § 10, et p. 67, 3.
Soies ocellaires et orbitales très petites; postoculaires, verticales posté-
rieures et mésopleurales nulles. Mésonotum gris, une paire de soies dor-
socentrales. et Scutellum d`un noir profond : macrochètes latéraux aussi
développés que les apicaux. Pattes noires; hanches, bases des fémurs et
genoux brunis; tarses III brun jaune; fémur I zarmature épincuse faible.
Balanciers blanchàtres, à tige noire. Abdomen d‘un noir brillant.-6* :
tarses Ijaunes : deuxième article foliacé, blanchâtre. Q : tarses I, articles
2 et3 blanchâtres, les_autres noirs. Ailes grandes, grises, à nervurcs
brunes, HH., et MA, convergentes à l'apex. Cuillerons triangulaires
comme chez les Pandora. — Long. : 4,5 mm.
Sardaigne (Knxusse). — Europe septentrionale.
2. T. germanica Dona, 1925 : p. 83, 9, t. ll, f. 9 a et b. — T. gracilis
Gosrennnusn et Basrm (non Ze·r·r.), 1925 : LXV, p. 135, pl. u, fig. 17 et
17 bis. —- Fig. 291. 292. `
Flandre : Ileusden (Goercnsnusn). Allemagne (Damn > Duos).
3. T. Leachl (Mnxcem). — GOETGHEBUBR et Basrnv, 1925 : p. 133 et 134,
fig. 19. — Sepsis Leachi Mme. Boucmi, p. 96. ——- T. plzantasma R.-D. ——
Chelzgaster Leachi Macoumr, II, p. 480, 3; Coi.x.xN, 1910,  m. M., s.
2, XXI, p. 175; Duos, 1925 : p. 74. -— Fig. 285, 287.
dl : tarses ll, deuxième et troisième article avec des soies aplaties.
Toute l’Eur0pe, pendant presque toute l'année.
*4. T. lucide (SrAscsn)._— Scnuvnn, Il, p. 183. Drum, 1925: p. 84, 10. —
Sepsis minor Paununné (non Hanxoav), 1902 :p. 486, 7 (pp,). —— Fig. 289,
293.
Répandu dans toute l’Europe, avec le précédent; dans les prés, au bord des
ruisseaux
5. T. minor (llsmnav). — Scmmm, II, p. 183; Gosrcmznoun et BAs·rxN,
p. 134 et 136, fig. 18. — Sepsis minor Paxnnnnxê, p. 486, 7 (p.p.). —- Eni-
comim minor Dona, 1925 : p. 77, 7, t. I, f. 6ab.-— Fig. 284,286.
Mai-septembre, dans les prés. —— Calvados (Msncxsn); Eure; Allier (nv Bers-
som). Hautes-Pyrénées (Pawoetniâ). Corse. — Belgique. Prusse orientale. Es-
pagne. Afrique et Asie mineures. — Amérique septentrionale.
6. T. nigricornis (Mmmm). —— Bscxnn, 1902 : p. 229, 13; Dona, 1925 :
p. 94, 15. -— Nemopoda. m:.gricornis RIACQUART, II, p. 81, 2. -—Sepsis Fal-
Iéni Susana. Scmmzn, II, p. 183. — Fig. 290, 295.
Paris (Msicsx). Angleterre (Cottin). — Toute l`Allemagne, par places (DuoÀ).
' l6«

242 Museums Acanrrrimns
7. T. pusilla (Znrrxmsrunr) Duxm, 1925 zp. 80,8.
Synonyme, d’après le D' Dona, du Themira spinosa VERRALL, 1885 :
E. m. M., XXII; Corus, 1910 : E. m. M. —(s. 2}, XXI, p. 175. ..
Fig. 281, 282.
Corse (Bscxun).
Europe centrale et septentrionale. Angleterre.
R e
  " C
@-.5* I N ‘
  ' Ji  /""
 
  ,>/
Fm. 279-280. -— 279. Themim putris (jl, >< 10. - 280. id., antenne >< 80.
8. T. putris (LlNNÉ).·—BECKER, 1905 : IV, p. 149; Dona, 1925: p.92, 14,
t. III, fig. 13 ab; Gomcnunuua et Basrm, 1925 : p. 134-136, fig. 20. -——
Scpsisjputris PANDELLÉ, 1902 : p. 486, 8. -— Cheligaster putris Mac-
quaar, II, p. 479, 1; Scrxmuii, II, p. 182. —- Fig. 279, 280, 29-1, 299.
Juin-octobre. Sur les fumiers et les excréments humains, aussi dans les
prairies sur les Ombellifères, la carotte, le persil, etc. - Pas-de-Calais (Bnnnmn);
Oise (Sieur); environs de Paris (Bosc); Calvados : Luc-sur—Mer (L. Mamma);
Allier (ou Burssou); Vaucluse : Apt; Var : Hyères (A12Ex1.1.E ma Pmmm) ; Landes
(Gonrznr); Hautes-Pyrénées (Pmosnné). —— Toute 1’Europe, çà et la. Amérique
septentrionale.
9. T.s11perba (HALlDAY).·—COLLIN, 1910: p. 254; Dona, 1925 : p. 86, 11.
- T. pilosa. WALKEB (non Ros.-·Dnsv.). —— Sepis cz'Iù1taScu1Nsn. — Halzl
daya ciliata FREY, sec. Dona. —— Fig. 288.
Prairies, au bord des ruisseaux. Calvados : Benouville (L. Mmicien). Angle-
terre. Silésie.
G. MEROPLIUS Rormam.
Adultes. -- Carène faciale renflée épaisse et mousse. Vibrisses bien dévelop-
pées. Scies postoculaires dressées. Soie humérale forte; une seule paire de

\
· Eëë zaz
‘ E8! & Q
àà.  
. v ’ ' ’ '-' A I
'  "'   285 C   9’
··‘ ~` É .··v  V ` ` I
  al ’     ’ 286 Ã
 jj 284     · · I
,ït«77°r `   ,..··   ·— ·   @"}7)Il|'  
qmrlrzew .- ·   W . .
il ,1 «‘·«N~t5;ï':· N ` 2.87 ·
» 290
289 ·~@`·m"7     :,1 3
_.·  et la « . rw I r
I · .¢ 'YÉ [I " 288  
  , À, / r=¢»»:·,« ,
    . ' p  ,~= "'
A *"'l   M?} \ 29, ` . . ` I > É
l   ;; :îî;â¢l=ÉÉ ··
2,92, \ _ r -â;::; —  ...4-v
,  ` ` "‘€`È zgq,
v · 2_  
··- E»ê`i`:`î·`&-i%—n~ 5
` “..‘... ' l "  "  `Ã) « .
,, · =  296 »· ax` ~
‘ T? /   7
_,, = :5·:Tâ"£î:É5;3 .._. :' É '>
*   ë§i%î ë‘ë"` à .  I _,2< . .  
V  / wb
297 4 _,<‘ ï"'··· t' r Q
, 1 ” Wu . '
·  ?='°§ î. É é3:· " A ‘ /  
` ° ` " ` . ' » (   `  
 " ''''   9 aoc
· ' .,—«·;:-;»»/
1 É ’  ’w I 2.
  2.98   . ,,€«êE%:}!§`,’ kkà '   99
0  ; gL!, · , · / ` `
Fm. 281 à 300. - 281. Tlzemira pusilla g', appareil cgïulateur. —- 282 id., patte I. -—
283. Meruplius stercorarius C5', app. copulateur. —- 2 . Themira minor d' app. c0pu— _
ï.te;1÷. E 28âitT.ILcacÉzg8g'ë_app;) c0b%ul;œ;;ît:[286.  6nir;_or[ gydpaéte Ã,. —- Zgî. IT,
eat. e.- ...wer ..— ..ucza .c ua·
teur. — 29(£ T. nigricornis C5', a p. copmllatcur. — 291. T. germanica ëjpgattepl. —
    garmanica G', tipîa 1.2%- 2â3_3. T. lucida g'. patte I ft détails de larmature. ——
. . tr` . ·tte .- . . ni `c0 ` 9 tt . -296. M l' -
rarius   pàtgüjî- 297. Nemopoda cgztzzdxïâ gl, Bâttg I. —- 298. N. ïgâiàïâîâïêj,
patte 1. - 299. T/wmim putris Q', app. copulateur. — 300. Nemapada cylindrica G',
app. copulateur.

244 Muscrnns Acanvrriznns
soies dorsocentrales. Fémurs I armés d’une épine interne efïilée plantée à la
partie submédiane et d'une autre épine plus ou moins aplatie, placée à peu près
au même niveau. Fémurs et tibias dépourvus de peigne. Tarses II et III
allongés. Aile : nervures 3 et 4 (MA; —— MAM + i,) régulièrement convergentes
à l`apex; cuillerons petits, arrondis au bord. —- Abdomen non nettement étran-
glé à la base, tergites dépourvus de macrochètes marginaux.- (j' z sternite
prégénital à soies courtes.
LM. stercorarius (Ron.-Dnsv.}.— Fnnv, 1908: p.585,4, 12; Dm>A,1925:
p. 96, 16, pl. m, fig. 15; Goirrcnnnunn et Basrm, 1925 : p. 126 et 133,
fig. 15.—~Nem0p0da stercomria Scunvnn,II,P. 181; Bncxnn, 1905 : p. 150.
(R,-D.) - N. ru/ïpes MEIGEN (6*). Bscnnn, 1902: p.230. - Sepsis sterco-
raria Pannnnmâ, 1902 : p. 482, 1. ·—— Fig. 283 et 296.
Corps noir, plus foncé et plus brillant, métallique sur Pabdomen; ster-
nopleures avec une tache de pruinosité argentée en haut. Pattes jaunes :
fémurs et tibias III plus ou moins rembrunis, tarses bruns. -— (5* : fémursl
armés de deux macrochètes inférieurs, tibias I avec une arête saillantc
en opposition à ces macrocliètes sur la face interne; tibias II avec une
soie interne. Abdomen : segment VI indistinct; huitième en fer à cheval
épais. —Long. : 3—3,75 mm. ·
Mai-septembre. — Excréments humains, fumiers, etc. Ardennes (R. Bnnoxsr);
environs de Paris (auct.); Seine-et-Oise : Meudon, Rambouillet (Siicvv); Mor-
bihan (J .Suncour}; Calvados : Luc-sur-Mer(l.«. Mnnc1nn);Var : Hyères (Annnrn
nn Pnnnnv); Hautes-Pyrénées (Pannnrniâ). Belgique. - Suède. Finlande (Fnnv).
Europe centrale et méridionale. Canaries (P. Lnsun). Chine. Amérique sep-
tentrionale.
G. NEMOPODA R.-D.
Adultes. — Gênes étroites ou linéaires; péristome plus étroit que le troi-
sième article antennaire, soies orales courtes; face peu enfoncée : carène
faciale mince en haut, prolongée en coin entre les antennes, élargie en bas
contre les bords de la bouche. ·- Une ou deux paires de soies dorsocentrales.
Aile à nervures fines : troisième et quatrième longitudinales convergentes à
l’apex. Cuîlleron court, arrondi au bord externe. — Abdomen régulièrement
rétréci à la base, tergites sans macrochètes marginaux. -- 5*. Tibia I avec
un peigne de spinules sur les deux premiers tiers de la face interne; fémur I
avec une série postéro-interne de soies plus ou moins longues. Sternite prégé-
nital à soies médiocres.
Larves dans les excréments, surtout humains.
—-— Fémur I avec une rangée interne de 8-10 soies : les deux basales
longues; les suivantes courtes (fig. 297). . N. cylindrica, p. 245.
— Fémur I avec une rangée d`envion 14 soies zles cinq basales plus
longues (fig. 298). . . ........ N. pectinulata, p. 245.

ssrsimuz. — snrsxnmom>1xA 245
1. N. cylindrica (Fannicius). —Bn.wnn, 1883 : p. 84; Bncxnn, 1905 : IV,
p. 149; Fnnv, 1908 : p. 585, 10; Dom, 1925 : p. 100, 19: Gonrcnsnusn
et Basrm, 1925: p. 132, fig. 13 et 13 bis. - N. putris R.-D. — Sepsis
cylindrica P.wnni.1.1§, 1902 : p. 482, 2. - Fig. 276, 277, 297, 300.
Vibrisse nulle ou remplacée par quelques courtes soies ciliformes.
Tête : partie antérieure rousse. Corps ·d’un brun bronzé opaque, pro-
sternum d’un brun roux. Calus huméral et sternum jaunes ou brun·roux.
Pattes rousses; fémur I avec une courte soie dressée à la base anté-
rieure; tibia II sans soies internes. Chez cette espèce Mmmm, Lonw et
ZETTERSTEDT signalent une bande brunie qui s’étend sur la marge costale
depuis la première ncrvure longitudinale (R,) jusqu‘au sommet (MA,)
Famucws, F.u.1.1âN et PANDBLLÉ ne signalent pas cette bande. Elle est
parfois visible chez le mâle. — Long. :3,5-4,5 mm.
Avril-décembre. ·-— Très commun partout, parfois en nombre sur les Om-
bellifères, les feuillages ou les fumiers. Toute l'Europe. Alpes orientales :
2.300 m. (DALLA Terms). Afrique septentrionale. Amérique du Nord.
2. N.p6ctinulata Losw. — Fnsv, 1908 : p. 585, 11; Dom, 1925 : p. 102,
20.- Fig. 298.
Comme le précédent, en diffère par la disposition des soies sur le fémur
et le tibia antérieurs. — Long. : 3,5-4 mm.
Avec le précédent, moins commun.
Landes (Gonsnr). Belgique (Gosrcnssusn et Basrm, p. 132, fig. 14). Alle-
magne, au bord des ruisseaux [Dom). Silésie (LoEw).
G. SEPSIDIIORPHA Fnsv.
Adultes. - Gênes étroites; pèristome moins large que le troisième article
antenuaire; soies orales courtes.
Face étroite. Carène faciale mince \
en haut, élargie en bas; deux soies `\ ` ‘
verticales de chaque côté; trois vi-   *_Z>,¤!  •/'
brisses. Antennes : troisième article E `  ) y v';
en ovale court. - Soîes acrosticales ' (L , ,.
distinctes; souvent deux paires de ww •l /
soies dorsocentrales fortes. Pleures   "; \ ·
d’un noir brillant. Scutellum deux   s` · \
fois plus long que large. - Abdo- wi   rl
men à villosité sternale longue et Rx
pendants. — C3'. Fémurl inerme; fé- ·
mur II à soies internes très longues
et serrées sauf sur le quart apieal; \ ·
`fémur III à pilosité interne plus \`-·\¥s-~·"
molle, un peu frisée, localisée sur le p,G_ 3m_ .. Sgpgidimgrphq ,,515,1,,;,, Cy, X 10.
tiers médian. ··- Long. : 2 mm.

246 Muscimzs AcALYr·rÈ1zEs
1. S. pilipes (v. n. WULP). — Fam, 1908 : p. 584, 9; Dom, 1925 :
p. 103, 21, fig. 19 a et b; Gowrcnznvan et Basrxiv, 1925: p. 126 et 132,
fig. 12 et 12 bis; Mnncmn, 1925 : p. 52 et 179. — Fig. 301.
Juin-août. Sur les fumiers.— Hollande (v. n. NV.), Belgique (Gomcasnunn et
BASTIN). Ardennes : Vendresse (R. Bmvoxsr); Rambouillet; Yonne : Gurgy
i (Fteurmux); Caen (Messina, 1925 : p. 179-180); Orne : Longny (Connnzn); Var :
Callian (L. Bantmo). — Toute l’Europe. -— Amérique septentrionale.
G. SEPSIS FALLÉN.
Adultes. - Occiput et Vertex d’un noir brillant. Espace interoculaire noir
ou brun foncé, plus pâle à la base des antennes. Face et péristome d’un brun
roux; soies péristomales faibles; deux ou trois vibrisses. Caréne faciale pro-
longée entre les antennes, dilatée en bas sur l’épistome (sauf S. [carie). Deux
soies verticales. — Corps noir, parfois à reflets cuivres. Soies acrosticales
piliformes ou nulles. Une ou deux paires de soies dorsocentrales. Soies humé-
raies, notopleurales et postalaires d‘égale force; une hypopleurale (ou deux,
la seconde plus courte et jaune comme chez le S. lazcmlis VV.). Hanches
antérieures ordinairement jaunes; fémur I plus ou moins renflé, tuberculé
ou armé d’épines chez les mâles, inerme chez les femelles. -- Long. : 3-6 mm.
Mouches saprophages ou coprophages, occasionnellement floricoles.
Larves saprophages et coprophages, occasionnellement carnivores.
Les femelles sont difficiles à distinguer. Les variations plastiques et chroma-
tiques, la chètotaxie lacunaire (e. gt S. violacewpunctum) rendent à peu près
impossible, si l`0n se limite à la morphologie externe, tout essai de classifi-
cation satisfaisante. Le tableau suivant s’applique aux mâles, partiellement
aux femelles. l
1-(2). Ailes sans tache à l’apex dela nervure RHR. Sternopleures d’un
roux jaune, brillants, sans puinosité. Fémurs I avec une pr0tubé—
rance épineuse épaisse (fig. 303). —— Europe méridionale; Salonique
(Dr Rxvxrr); Açores (Cnomnn); Tunisie (DUMONT); Algérie (Lasse);
Madagascar (ALLUAUD) ......... S. lateralis Wien.
2-(1). Ailes plus ou moins tachées à l’apex de HH. 3.
3-(6). Sternopleures brillants, sans pruinosité au moins en haut -— ou
couverts d’une pruinosité légère, négligeable.
  Ailes laiteuses ou opalines à l`apex. Sternopleures à pruinosité
légère. Fémurs I à épines longues (fig. 305). — Régions méditerra-
néennes. Erythrée .......... S. ephippium Bnzzx.
5-(4). Ailes opalines. Sternopleures luisants, sans pruinosité ....
................ S. thoracica, p. 256.
6-(3). Sternopleures à pruinosité blanche, épaisse et soyeuse.
7-(8). Une bande de pruinosité argentée à la partie supérieure du ster-
nopleure seulement .......... S. idmais, p. 254.
8—(7). La plus grande partie du sternopleure couverte de pruinosité.
9-(12). Abdomen : tergite Il à soies marginales réduites ou nulles.

»/ç?-f?;?È:î‘î‘EÈ;—;; I
'ïîCî·’;_;;·:.·/.:· ;` ,
-·&\\\x` ~\*“"""" Il ` .
302 \`\\— PP (ll h
— sos | ,
[J
4**- /] I
u [ r _ _ __  
zi:f—îîîïî~2—r ·· j I
r. ~\QÃi_“, ..····· ` I /
// / '
304 305 ' /4/
W
//
 
306 %: ·;=;î;` ·
ïlïî  —  
.. " `
  307 . I, ·
' . hl
, ¢ ·;;j,·‘T;'-E'—£i‘_::: _ ,"
*·"î——·.—·-·—’.T:':à .·I
= —É:`î::~`î::î:ÉE' .  Q
3°“ ` <`*   `  `  
É ' 309  
- ' /,Él·'•
  V
  ·' » il
J -..—âî;?f?’/
Q ll; 1 *5 I
/ 1 .‘ . · ·- ,
”'”’””""“`     ‘
I ,\ •
.« IMM]!
/'
3|5
~ am. J
Q  ê
4
1 W   y     316 _
· ~., , ,  · /
 l""`W ml" 
    · mm ·· ’  
3I8 . . BI7
F10. 302 à. 318. — 302. Sepsis tharacica, aile. — 303. S. latcralis O', pattœ I. -- 304. S•
idmyzîs, aile. — 305. S. ephippium çj', patte I. -— 306., S. bgrbuta, axle. - 307. S. thc0'
rqczcq 5*, patte I. — 308. S. fulgem, aile. — 309. S. zdmazs_d',¤patte I. - 310. S. I a`
rm, aile. — 311.   fulgem, 5*, patte I. —- 312. S. thoracoca. , app, cgpulateur. —
313. S. tdmazs Q', xd. — 314. S. barbata Q', patte I. - 315-316. S. Icarm , patte I. -
315. id., face postérieure. - 316. id., face antérieure. - 317. id., app. copulateur.
—- 318. Sepsis fulgens 0*, app. copulateur.

248 Muscmss Acanrrriznns
10-(11). Deux soies dorsocentrales. Aile : nervures transverses écartées
(fig. 308) .............. S. fulgens, p. 253-
11-(10). Une soie dorsocentrale. Nervures transverses rapprochées
(fig. 310). ......... L .... S. Icaria, p. 254-
12-(9). Abdomen: tergite II à soies marginales longues.
13—(28). Fémurs I avec un processus antéro·interne épineux ou non.
14-(23). Deux soies dorsocentrales.
15—(20). Pattes entièrement jaunes.
16-(17). Fémur I avec une touffe de soies sur le tiers basal externe
(fig. 314). ......... . .... S. harbata, p. 250-
17-(16). Fémur I sans touffe de soies à la base.
18·(19). Abdomen : tergites I et Il roux au moins latéralement. . .
................. S. punctum, p. 255.
19-(18). Abdomen:presqueentièrement noirouviolet. S.vi0Iacea,p.256.
20-(15). Au moins les fémurs noirs,.
21-(22). Fémursl : protubérance interne très développée à épine api-
cale longue (fig. 327, 328). ....... S. Chopardi, p. 252.
22-(21). Fémursl : protubérance interne inerme (fig. 330) .....
................ S. ciliforceps, p. 252.
23-(14). Une seule paire de soies dorsooentrales : la préscutellaire.
24-(25). Fémurs plus ou moins noircis. Abdomen presque entièrement
noir ou violet. ............ S. violacea, p. 256.
25—(24). Pattes en grande partie jaunes. Abdomen : tergites I et II roux
au moins latéralement, les suivants d’un noir brillant à reflets verts
o_u pourprés.
26-(27). Fémur I avec une armature robuste (fig. 319). S.pImctum, p. 255.
27-(26). Fémurlavec une armature faible (fig. 323). . S. hecate, p. 254-
28-(13). Fémur I sans processus supplémentaire antéro-interne.
29-(34). Tibias III avec une soie antéro—interne plantée à la partie
moyenne ou à la limite du tiers médian ou du tiers apical (gif Q).
30-(31). Tibiasl sinueux, épais (fig. 325). Ailes : nervures transverses
` rapprochées (fig. 324) ........ S. biflexuosa, p. 250-
31-(30). Tibias I grêles, moins courbés. Ailes : nervures transverses
plus écartées.
32—(33). Protubérance fémorale à épines serrées (fig. 334). S.desult0r, p. 253.
33-(32). Protubérance fémorale à épines écartées (fig. 337) ....
............... S. melanopoda, p. 254.
34·(29). Tibias Ill (5* Q) sans soie antéro-interne.
35-(38). Tibias III : soie antéro·externe réduite ou nulle. Aile znervures
.. RH.3 et JIIA, subparallèles.
36·-(37). TibiaI : saillie basale interne réduite ou nulle (fig. 340). .
................. Snigripes, p. 255.
' 37-(36). Tibial : saillie basale interne bien développée (fig. 342). .
................ S. flavimana, p. 253-

` :.·
_,,..»*·. p azz
sw" _ »_ _ p 7  
:120 .i   1
‘î
523
E
% « . ~ » .— »~ ‘ '/ I ”
_ 319 `
"2
` ` 2.24-
· ~·-··. ·.- ’ T •
\ QI F,
X ' 325
[É /
  »I 32l
Wfllgœ`. .··} ’   7
   ·    ~—· ~· mm,. .% . I
MZ  ._Aî ..   ~ ......··»»··;ua.7 326
   v , .
Il/l/|"'
( "‘—
_ 32.9
" I r
· 'ëao  ·»     Sal
2 ' ?'T’·
aaa  
F10. 319 à. 332. -— 319. Sepsis punctum çj', patte I. — 320-321. S. punctum var. meridia-
nalis G', patte I. - 322. S. violacea Q', patte I. — 323. S. hacate çj', patte I. — 324. S.
biflezuosa, aîle._- 325. id., patte I. — 326 S. punctum Q', appareil copulateur, for-
ceps externe. —- 327. S. Chopardi Q', id. — 328. id., patte I. — 329. id., aile. - 330.
S. cilifarceps çj', patte I. — 331. id., aile. - 332. id., app. copulatcur.

250 Muscmns Acnnvrrianns
38-(35). Tibia III avec une forte soie antéro—externe ou antérieure.
39~(40). Tibia I dépourvu de saillie (fig. 341). Tibia III: soie antéro-
externe réduite ou nulle (Q). ..... S. orthocnemis, p. 255.
40—(39). Tibia I avec une protubérance prébasale interne plus ou moins
développée. Tibia III avec une soie antéro-externe (Q).
41-(42). Fémur II : soie antéro-interne nulle. Tibia I fortement enco-
ché (fig. 346). ........... S. cynîpsea, p. 252.
42-(41). Fémur II avec une soie antéro-interne.
‘ 43-(44). Tibial sans encoche médiane sur la face interne (fig. 347).
.............. S. neocynipsea (‘), p. 255.
44-(43). Tibia I encoché à la partie médiane (fig. 349). . S. II10, p. 254.
1. S. barbata Bncxm, 1907. -— NIELANDER et Srumzn, 1917 : p. 86;
Dunn, 1925 : p. 54 et 107, 25. fig. 21 ab. - Fig. 306, 314.
Scutellum à pruinosité brune.
Alpes Maritimes: Touet-de-Beuil, août (P. Lasne). ——- Salonique, XI(D¤‘ River).
— Iles Canaries (Brcxmx, 1908). Asie antérieure et centrale. Formose.
2. S. hiflexuosa Srnont. — DunA, 1925 : p. 58 et 119, 30, fig. 25 ab;
` Gonrcnnnumz et Bnsrnv, 1925: p. 128, fig. 5. -— S. ruficomis Mmcuiv
(p. p,). S. flcwimana Mnxcnn, Scnimm (p.p.). S. cynzpsea Scnnvnn (non
Mnxcmv) (p.p.). S. sigrzzfera BIELANDER et Sru1.nr.(sec.DunA). — Fig. 324,
325, 333.
6. Antennes rousses, noircies au bord antérieur. Thorax légèrement
brillant, presque mat sur le mésonotum; soies acrosticales microscopi-
ques, deux soies dorsocentrales; soies humérales et notopleurales
fortes. Pattes jaunes ou noires chez les exemplaires robustes — ou les
fémurs avec une bande externe longitudinale noirâtre plus large sur les
fémurs II et III; tibias Ijaunes, II et III à peu près entièrement noirs;
fémurs II avec une soie antéro-interne médiane; tibias II rectilignes avec
une soie antéro—interne et une postéro-interne plantées au même niveau,
a la limite du tiers moyen et du tiers apical; tibias III un peu courbés.
Cuillerons brunis. Balanoiers d’un jaune citron. Ailes étroites : une grande
tache subapicale brune; nervures R,+;·, et JI./1, convergentes à l’apex.
Abdomen d’un noir brillant à reflets violets ou cuivreux. Appareil copu-
lateur : forceps externe à branches recourbées en arrière; pénis épais.
Q . Plus robuste que le mâle. Fémurs II et III moins largement noir-
cis. —— Long. : 2,25-3 mm.
Mai-septembre. Dans les prés, sur les Ombellifères ou les excréments. Creuse
(Autumn); Var (L. Benmixn). Alpes-Maritimes : Touet-de—Beuil (P. Lrzsmz).
Macédoine (ii/IARCELLET). Autriche (STROBL). Belgique (Gonrcnenuxan et Basrm).
- Amérique septentrionale.
(1) On peut placera côté du Sepsîs mzocynipsea les Sepsis thoracica à pleures noirâtres. L’&r·
mature des pattes I permettra toujours de distinguer les deux espèces.

_ 336 ' ·
 H` lulu   N
I'. (Muni, I É   ;/·
  ~ s W W ‘*‘  ;——
à ,,  '... tt, "\ V F""N `
333 I s ..
l.   » · aa-:
0 p  /
  ê.
33**   · ,,
338
sas 
 /Ãéwao/[ g, 344 \
  S44. 3*2
P xyw  lt,
N-rh] l \\\\ 5 ____   tf]
’t]Él\\\\ ,}»»«»·""'   QSÈÃ 1··
" I ÉÃ \ M;
 345 F au L
 
347
é% S
‘••ut·. ...·.   ' — ' ,
Q;%,.m · `h··. 4..· —
348
350
 /7 `W '   -
'III       /
' · /rLL'lm ·‘ "
Fm. 333 à. 351. —— 333. Sepsis bi/lexuosa O', appareil copulateur. — 334. S. dcsultor d,
patte I. — 335. id., aile. — 336. id., app. copulateur. - 337. S. melanopoda Q', patte I.
338. id., app. copulateur. — 339. id., aile. - 340. S. nîgripes Cf, patte I. ·— 341. S.
orthocnemîs çj', patte I. - 342. S. flavimana d, patte L - 343 id., app- C0p\1l3·t€¤l‘·
344. S. cynipsea Q', app. copulateur. — 345. id., aile. — 346. id., patte I. -- 347. S.
neocynipsea çj', patte l. - 348. id., app. copulateur. — 349. S. Inv C', patte L -350-
id.,__aile. - 35I. id., app. copulateur : forceps externe.

252 Muscmns ACALYPTÈRES
var. tlavîpes Gorrrcnnnuxm et Basruv, 1925 : p. 128.
Fémur I complètement jaune.
Avec la forme typique.
3. S. Chopardi Siâcuv, 1931 : p. 184, fig. 107. — Fig. 327-329.
Appartient au même groupe que le Sepsis barbata BECKER; il s’en écarte
par les pattes noires, par l’armature du fémur I à épines plus distinctes
et robustes, par l’abdomen entièrement noir, par l’appareil copulateur à
branches apicales grêles plus longues. —— Long. : 3 mm.
Gard : L'Aigoual,1200-1.400 m., août (L. Cuomun). ~— Salonique (Dr R,lVET1'·
4. S. cîliforceps Dun.1, 1925 : p. 57 et 116, 29, fig. 24 a et b. S. violaceœ
Mmcnu, STAEGER, Scmivuu, COLLIN (p. p.]. S. cynzpsea   Fam',
1908: p. 583, 5 (p. p.), S./lavinmna Mmcniv, Bucmzn (p. p,). S. ruficornis
ME1cEN, Becxnn (p. p,). -- Fig. 330·332.
Juillet-septembre. — Ardennes : Vendresse, forêt (R. Bmoisr); Morbihan :
La-Trinité-sur-Mer (Suncour); Calvados : Luc=sur-Mer (L. l\IERCIER)§ Seine-et-
Oise : Rambouillet, IX (Sécuv); Creuse (Antuwn); Basses-Alpes : Larche
Saint-Pons près Barcelonnette (R. Bnmorsr). — Espagne (Dusnusr > NAvAs)-
Maroc (G. Bucunr). Perse (na Moncax). Sibérie.
`\ 1/, A
\ /
C
. exe
\' `  
 il  è. ~  [gf   ’
7*   î
// ,   \\ -
-·'   _-
Y ..
W
/ wa
1/ \\
I. 3 S2 \ 354 35 3
Fm. 352-354. — Sepsis cynipsea. -352. Q, >< 10 — 353. Pupe, face dorsale.
- 354. Extrémité postérieure de la. pupe, face ventrale.
5. S. cynîpsea (LINNÉ). — PANne1.r.É, 1902 : p. 484, 5; Bncmzn : 1905 :
IV, p. 145; MELANDER et Srunen, 1917 : p. 87; DUnA, 1925 sp. 60 et 130,
36. — S. incisa Srnom. et auct.; Fuuv, 1908 : p. 583, 4; Gomcunnunn et
BASTIN, 1925 : p. 127, fig. 4. — Fig. 344-346, 352-354.
Sternites et calus huméraux noirs. Pattes grêles. — Long. : 3-4 mm.

snrstnau. — sursis 253
Mai·septembre. - Commun partout. Gard : L'Aigoual, 1200-1.400 m., août
(Cnomnn); Tarbes : montagnes : avril-décembre (PANDELLÉ). — Belgique :
mai-août. Toute l’Europe. Alpes centrales et orientales : 100-2.500 m. fl`IüLLER,
CALLom, DALLA Tonnn, STROBL). · ,
6. S. dosultor Sécuv, 1932 : VI, p. 185. — Fig. 334-336.
Soies aerostieales microscopiques. Deux soies dorsoeentrales. Appa-
reil copulateur çj‘ : forceps à branches courtes, nues, relevées en avant.
— Long. : 2,25-2,5 mm.
Var : Callian, IX (L. Bsnmxn).
7. S. flavimana Mmcsr:. — SÉGUY, 1932: VI, 186. S. ruficornis Mm-
csx. — Fig. 342-343.
Mai·septembre —— Belgique (Gomcnseusn et Bnsrm). Vendresse (R. BEN0lS’I`)}
Yonne (FLEUTIAUXH Creuse: La Celle·Dunoise, Crozant (ALLUAUD); Calvados :
Luc-s.-Mer (Msncxrn); Var : Callian (L. Brnumo). — Madrid, VIII. Styrie.
Alpes orientales, 100-2.200 (DALLA Tonus). Caucase. Canaries. Morée (BnoLL¤ê).
Alaska.
8. S. fulgens Hoc. ap. Marcus. — liimnm., 1931 : 81, p. lr-19; Bncxnn,
1005 : IV, p. M5. - S. tonsa Dom., 1925 : p. 56 et 108. -— S. nzgrmes
auet. (non Mnrcsu]. Snncnn, COLLIN. --· S. cynzjvsea Wmmnwrz (non L.)(‘)
Fnsv, 1908:p. 583, 5 (p. p.); Gosrcnsnusn et Bnsrm, 1925: p. 127 et 133,
fig. 3. — Fig. 308, 311, 318.,
5*. Tête plus longue que large; oeeiput et vortex noirs, couverts d’uno
épaisse pruinosité grise, sauf une étroite bande luisante au bord des ·
yeux. Espace interoculaire d’un noir brillant en haut, d’un brun rouxà la
base des antennes. Face et péristome roux. Deux ou trois vibrisses fai-
bles; soies péristomales petites; soies verticales internes robustes; soies
verticales postérieures plus faibles; soies verticales externes moitié plus
courtes que la soie verticale interne; cils orbitaux microscopiques; soies
ocellaires très développées; orbitales ciliformes. Antennes d’un brun
rouge : chète brun noir. — Thorax d’un noir brillant; mésonotum et
pleures à pruinosité grise peu épaisse; aerosticales imperceptibles ; deux
soies dorsocentrales; soie humérale aussi forte ou plus forte que la post-
alaire; soies notopleurales légèrement plus faibles; deux soies scutel·
laires apicales robustes, basales nulles. Hanches et pattes I jaunes :
fémur I noirei sur la plus grande partie. Pattes II et Ill noirâtres; tarses
jaunatres.Balaneiers noirsà la base, jaunes à l'apex. Aile : nervure R,+,
et MA, convergentes. Cuillerons bruns. Abdomen d`un noir brillant
à reflets métalliques légers, le segment basal parfois bruni, deux macro-
ehètes sur le tergite Ill et les suivants. Appareil copulateur à branches
élargies longues, nues. — Long. :3-3,5 mm.
Juin-novembre. Ardennes (R. Benoist); Morbihan (Soncour); environs de
(1) Coll. Duroun > LABOULBÈNIL

254 Muscmns ACALYPTÈRES
Paris : l’Hay (Sieur); Seine·et-Oise : Port-Royal, IX (R. Brxousr); Janville
(Powlon); Seine·et-Marne : Nemours (Suncour); Drôme 1 col de la Croix- ·
Haute, septembre (L. Bnnmzvn); Haute-Garonne : Saint-Béat (H. Rmauw); Py-
rénées·Orientales : Mantet, 1.500 m., août (P. Lnsmz); Err (R. Bmiorsr); La Tour
de Carol; Cerdagne française (A. Weiss). Espagne (Dusnnr, NAv.4s). Autriche.
Tyrol. Albanie. Constantinople; Salonique (D1' Rxvm). Asie mineure. Perse
(nn Monemi). Algérie. Maroc (Tmânv, Bucmsr).
9. S. llecate (DUDA). — IWELANDER et SPULER, 1917 : p. 22; SÉGUY, 1931 :
VI, p. 201. — Fig. 323.
Fémurs III largement noirâtres. -— Long. 2 3-4 mm.
Avec les Sepsis punctum et violacea. Yonne : Gurgy (FLEUTIAUX); Var z
Callian (L. Bnnnmn). - Amérique septentrionale.
10. S. Icaria SÉGUY, 1932 : VI, p. 180. -— Fig. 310, 315-317.
Remarquable par la réduction parfois très prononcée des soies sensorielles,
par l’armature du fémur I, par la carène faciale peu dilatée sur l`épistome,
etc. - Long. : 3,25 mm.
Gard : L'Aigoual, 1.2004.400 m., août (L. Cnomnn).
11. S. idmais SÉGUY, 1932 : VI, p. 187. - Fig. 304, 309, 313.
Appareil copulateur petit, d’un brun roux : forceps à branches efiilées
à l’apex. ·-· Long. : 3 mm.
Var : Callian, septembre (L. Bnnnmvo).
12. S. Ino SÉGUY, 1932 : VI, p. 188. — Fig. 349,350, 351.
Voisin du Sepsis melanopoda Dunn. Fémur I plus épais, les épines
noires plus robustes et réunies à la partie médiane plutôt vers l base;
tibia correspondant avec une dépression médiane nette, précédée de deux
épines robustes serrées l’une contre l’autre, deux autres épines pré-
. basales robustes. — Long. : 3-3,5 mm.
Orne : Longny (Conman); Morbihan : La Trinité-sur-Mer, août (J. Suncour);
Var : Callian (L. Bnntmo); Alpes-Maritimes: Touet-de-Beuil, août (P. Lasne).
13. S. melanopoda DUDA. SÉGUY, 1932 : VI, p. 189, 164. —- Sepsis migrzï
pes Fnnv, 1908 : p. 584, 7 (non Mnxcnn]; Goizrcnnsunn et BAs*r1N (non
MEMEN), 1925 : p. 129, fig. 8. -— Fig. 337-339.
Fémur I moins épais que chez le S. [no, l'armature formée d’épines
plus grêles, plus rappochées à l`apex. Tibia correspondant presque rec-
tiligne, à dépression médiane peu accentuée, plusieurs petites épines
grêles en série régulière vers la base. — Long. : 3-3,5 mm.
Juin·juillet, septembre. —- Belgique. Seine-et-Oise : Bouray (R. Bmvoxsr);
Rambouillet, août (Snâcuv); Yonne : Gurgy (Fiaurmux); Var : Callian (L. Bian-
LAND). — Hongrie.

ssrsinnn. —— sursis 255
14. S.ne0cynipsea Mnnmnnn et Srnmzn, 1917 : p. 28, fig. 17; Dom,
1925 : p. 61 et 133, 37, fig. 32 ab. - S. consanguinea auct. — Fig. 347,
348.
Ailes comme chez le Sepszîs melanopoda.
Zermatt. Tchécoslovaquie. Herzégovine. Tyrol. — Toute l’Europe. Rare,.
Commun en Amérique septentrionale.
15. S. nigripcs Mmcniv. — Mmawnxzn et Sruuzn, 1917 : p. 90; Dunn,.
1925 : p. 59 et 126, 33, fig. 28 ab. —- Fig. 340.
Belgique. Juin-août (Goxzrcnenuian et Bnsrm, p. 129, fig. 8):
16. S. orthocnemis Fner, 1908 : p. 583, 6; COLLIN, 1910 :E.m.M., 291;
Dunn, 1925: p. 60 et 129, 35, fig. 30 ab; Gomcnnnnnn et Bixsrm, 1925 :
p. 128, fig. 6. - Fig. 341.
Avril-novembre. Prairies et bois, assez rare partout. Belgique, juin-août.,
Ardennes (R. Benoist); environs de Paris, Vincennes, avril (J. Sonconr);
l'Hay—les-Roses, juin (Sieur); Seine·et·Oise : Rambouillet, juillet (Sécov);
Montmorency (P. DUMo1v1·); Seine-et-Marne : Nemours, novembre (J. Suncour);
Yonne : Manny (L. Beaune); C8IV3(IOS(LIERClER); Creuse : Crozant (ÀLLUAUD)§
Landes : Capbreton (ns GAULLE). Avec les Sepsiswnsa et ciliforceps en Italie
septentrionale, Hongrie, Autriche, Allemagne. - Salonique (D1` River). Algé-
rie : Rocher Blanc (Suncour).
17. S. punctum (Fmmxcxus). -— Bncxnn, 1905 : IV, p. 147; Fmzv, 1908 :
p. 581, 1; PANDELLÉ, 1902 : p. 484, 3; IHELANDER et Srnman, 1917 : p. 91,
fig. 15; Dunn, 1925 : p. 56 et 111, 28, fig. 23 ab; Gonrcnnnnnn et,
BASTIN, 1925 : p. 127, fig. 2. — Fig. 319, 326.
Mésonotum avec une ou deux paires de soies dorsocentrales. Sternum
entièrement noir. -— 5* Q : Tibias III avec` une soie subdorsalc anté-
rieure médiane.—çj‘. Fémurs I renflés avec quelques épines inférieures ;.
tihias sinueux au bord interne; tibias II avec une série de trois ou quatre
soies robustes, interncs;tibias III un peu arqués. —Abdomen métallique,
passant du vert au cuivreux avec une plage brune plus ou moins étcn--
due sur le premier segment. — Long. : 3-4,25 mm.
Partout. Avril-décembre. Euphorbe, prairies. Toute l'Europc. Alpes orien-
tales : 2.400 m. (BIULLER). — Amérique septentrionale. ·
Larve dans la fiente sèche des pourceaux (Pmmis, 1876 : p. 230).
var. meridîonalis Sràcuv, 1932 : p. 190, 165. - Fig. 271, 320, 321.
Vibrisscs fortes. Fémurs I beaucoup plus épais, denticulation et arma- _
ture plus robustes. Tergites abdominaux I et II entièrement rougeâtres.
Toujours deux paires de soies dorsocentrales. Appareil copulatcur mâle à
pénis très épais (fig. 271). — Long. : 4,5-6 mm.
Var: Callian (L. Benuixn). Espagne. -- Maroc, Algérie (A. Tmînv, G. Bu-
cum).

256 Muscxnss AcALY1>·rÈnss
18. S. tboracica Ronnvasu-Desvomx. — Dona, 1925 : p. 54 et 108, 26
et 1926 : p. 37, 22, fig. 50 ab. ——- Sepsis pectomlis Macouxxvr, 1835 : II,
· p. 478; Pannmmé, 1902 : p. 484, 4; Goxrrcneeusn et Basrnv, 1925: p. 129,
fig. 9; MELANDER et Srumzn, 1917 : p. 23, fig. 13. — Fig. 302, 307, 312.
Mésonotum avec deux soies dorsocentrales postérieures. Dessous du
corps et calus huméraux entièrement roux, passant parfois au noiràtre.
Pattes rousses ou brunes. Ailes : nervures R, .,.3 et MA, convergentes à
l‘apex. — Long. : 2-4 mm.
Belgique, juin-août. —· Seine-et—©ise : Rambouillet (Sécux); Calvados : Luc,
Benouville, Colleville, Lion-sur-Mer (l\Isxcma); Bordeaux; Toulouse; Creuse
(Autumn); Gard : Aîgoual, 1200-1.400 m. (Caomnn); Hautes—Pyrénées :Tarbes,
montagne, juillet-août, sur l'aulne (PANDELLÉ); Var : Callian (L. Bmuaun). —
Italie. Salonique (D' Riva':). Ceylan. Inde (P. Guns). Perse (Moacxn). Afrique
mineure (Smxcour). -
19. S. Violacea Mmcnw. ——MACQUART, II, p. 478, 7; Scnmsn, ll, p. 179;
Fnmr, 1908: p. 582, 2; ltlnnamnan et Sromzn, 1917, p. 20, fig. 3 et8; Gom-
onmauan et BAs·1·1N, 1925 : p. 127, 1. — Sepsis punctum var. violacea (Mm-
mm). Dona, 1925 : p. 57 et 114 : 28 a. - S. violacea var. similis Mac-
ounnr. S. pygmaea R.—D. S. fusczyxes vor: Rosas, Becxnn. —— Fig. 322.
Abdomen très souvent violet. — Long. : 3-4,5 mm.
Mai—septembre.——- Commun partout. Toute l’Europe.Alpes orientales 2.200 m.
(DALLA Tonus). Afrique septentrionale. Amérique septentrionale.
F. TETANOGERIDAE
Adultes. —- Tête courte, aussi large que le thorax ou légèrement plus large;
front peu saillant; face plus ou moins enfoncée; péristome non rebordé,
épistome plan ou légèrement saillant en avant. Vibrisses nulles. Trompe ordi-
nairement épaisse, à labelles élargis ou dilatés. Palpes en baguettes courtes,
à soies sensorielles peu nombreuses. Antennes épaisses, dressées en avant:
deuxième article normal ou allongé; chète robuste. -— Thorax étroit, à suture
mésonotale transverse peu marquée; macrochètes postérieurs parfois seuls
perceptibles; pleures : macrochète prothoracique présent ou non, souvent
remplacé par quelques chètules ciliformes, mésopleures et ptéropleures velus
ou non, rarement des soies sternopleurales. Pattes robustes, fémurs I armés
de macrochètes; fémurs III avec une série de spînules en rangées régulières
sur la face antéro-interne. Grilfes longues et fortes. Ailes plus longues que
l'abdomen : nervure costale avec une rangée de spinules plus ou moins évi-
dentes; membrane alaire jaunie à taches brunes plus ou moins nombreuses —— ou
brunie et portant de nombreuses taches claires (pl. xvm, fig. 215; pl. xxx et xx).
Abdomen étroit, allongé; tergites à soies marginales plutôt faibles; apex de
l'abdomen brusquement tronqué (Q) ou légèrement épaissi (C5'). Sternite pré-

TETANOCERIDAE 257
génital inerme ou couvert de petites épines noires, serrées en plages; ter-
gite X médiocrement développé; forceps externe en crochet épais, à cils courts
régulièrement répartis, ou les branches terminées par une série de soies noires
dressées ou serrées en houppia (Plzerbina); forceps interne à branches courtes;
sternite génital en lame recourbée longitudinalement sur elle—même; apodème
du pénis en baguette aussi longue que le sternite génital; gonapophyses pos-
térieures bien développées, ciliées. Pénis court, fortement chitinisé; paraphallus
élargis en crochets épais. Sclérite du canal éjaculateur en palette très élargie
(fig. 379, scl, p. 278).
Les mouches de cette famille se rencontrent habituellement dans les prairies,
` le long des berges des petits ruisseaux, au bord des étangs [
herbeux ou des fleuves; on trouve plusieurs espèces dans les ‘ 
bois ou les forêts humides. ,  
Larves. — Corps allongé, cylindrique ou fusiforme, rétréci _ W ‘
antérieurement, plan en dessous, convexe en dessus. Tête et 'f_ gf"
prothorax rétractiles; méso· et métathorax moins rugueux que ,;]g¢é1_u .
les segments abdominaux. Mandibules courtes. Un tubercule PÃ Sè--;··r·
ambulatoire de chaque côté, à la jonction des segments   .
(Tetanocem). Dernier segment avec 6-8 tubercules coniques,  
mous, plus ou moins développés entourant la caverne stig· '  
matique. La plupart des larves de cette famille sont aquati-  
ques; d‘autres vivent dans la terre très humide, la boue ——  
ou les matières végétales pourrissantes et humides. Les  
larves de Tezanocem et de Sepedàn semblent phytophages  
ou saprophages, occasionnellement carnivores sur de petits _"},t·gÉ;
invertébrés. insectes ou Mollusques (Duroun, 1849 : p. 71;   ,
Bnocmzn, 1913 : p. 385-386, (ig. 159-161; Lvnnmscx, 1923 :   "
p. 103, § 2) (fig. 355).
Pupe ovoïde, courte, plus ou moins convexe sur la face Fig. 355. - Larve
dorsale, aplatie sur la face ventrale, à tégument durci ordi- d? TeÉ“”°"""“Sp·•
nairement lisse. Les Tétanocérides peuvent hîverner sous la îiqîgîcs Iâ;ê%Cu,¥R’
. , p. , ig.
forme nymphale. ;51_
Le Sepedon fuscipennîs Losxv est parasité par l'Atmctodes
sepedonzis Asrmexn (Nannmn et Barrizn, 1901 : p. 588). L'espèce européenne
Atractodes gravidus lIAx.mAv est aussi parasite d’un Sepedon; d’après Gnncnn
le Phygadcmm cinctorius HAL. parasite le Sepedon sphegcus. M. Lvmmecx
(1923 : p. 109) signale un Cryptine et un Proctotrypide aptère parasites du
Tetanocera fcrruginea, un Cryptine et un Chalcidide parasite du Colobaea;
un Cryptine et un Chalcidide seraient également parasites des Czenulus.
TABLEAU mas sous—rAMu.L1:s.
1-(2). Aile : cellule RH,. large. Antennes : deuxième article avec une
longue soie; chète antcnnaire subapical. Une soie notopleurale. Ovi-
scapte saillant et développé en tarière . . Tetenurinae, p. 359.
2-(1). Aile : cellule 1%,.,, i étroite. Antennes : deuxieme article avec ou sans
soie; chète antennaire basal ou prébasal. Ordinairement deux soies
notopleurales. Oviscapte non saillant, télescopique et rétracté.
17

258 muscmns Acanïrwianns
3-(4). Aile: cellule Cu, poixitue et prolongée sur la nervure 1A (fig. 409).
................ Salticellinae, p. 295.
4—(3). Aile : cellule Cu, non pointue ou prolongée sur la nervure 1A.
,. 356 `  L fa
il? ( ·”  9
.2 ' :
*·-· .> B
Ã':   I U lxuüsa
'\,   M 2
. ' · . ;g __
- UG LK v
357 . ’·* ï
· 1 .  °‘£ V
" .—  ` S 360
     ia i Ab?
355 56 [Q 9
362   u  pp ·   56+
àyh   'II  V:  J  I · t ’î \   >
   ((((çy" _ " __ jl  _   (  `     ç iéfèi gy  (È, "
V5 £··? · Y ‘(l` `(\ ·_.:  li, (   -· `\ l.·. x i`   ·  , ~ i ili "    
   "àlïà   i `Z.  "É  \ "     ”  
,;_ . . x\`·. , /  _\  ;  _ .,   «·  
  , . Àm_':_ Ljw / ~
` `  W      s i  '·
een M "   363   ·
Fm. 356 à. 364. — 356. Sepedon fuscipenmlc, larve III. - 357. id., pupe. —- 358. id., face
ventrale de la pupe après Yéclosion. - 359. Tetanocera pictipennis, larve III. — 360.
id., pupe. — 361. Colobaea bifascietla, puparium dans la coquille du Limmzea tmmcw-
tella. — 362. id., pupe isolée. —— 363. Ctenulus pectomlis, pupe dans la coquille dm
Planorbis vortex. — 364. id., pupe isolée. —- (Fig. 356-360, sec. NEEDHAM et Burma.
— 361-364, sec. Lmmimcx, 1923 : p. 101).
5-(6). Soie prothoraeale bien développée. Une carène faciale ou non
............... Sciomyzinae, p. 260.
6-(5]. Soie prothoracale nulle ou réduite à un ou plusieurs cils microsco-
piques propleuraux. Une carènc faciale . Tetan0ce1·inae,p. 271- .

rmnmocsnxnan. — ·r1z·rAmm1l 259
È
è f s . X
É ,.e  gf
  ’ ,,
[l'®t\\\~" __   2/  
(É \sà__ __,«»
H'ïi‘\
en Ãàg
ts · — §> Ã
ii ' A E?
2 ‘  
  '· l
gl'? _../’  \\~ ®uix‘/
  l' `   I jl  
\ \ · G:
\\®\È.r,iv§:` ï `.` .  
‘· ·x:=—‘ , «,..
\
Fic. 365-368. — 385. Tclanura pallidiventris, tète. - 366. id., aile. -— 367. Pelidnoptcra
nigripennis, tète. — 368. Phaeomyia fuscipennis,[téte.
/
S.·F. TETANURINAE.
G. TETANURA FALLÉN.
Une carèue faciale épaisse. Triangle ocellaire saillant. Antennes: troisième
article court; chète antennaire épais à cils courts et serrés. Mésopleure nu.
Trois ou quatre chètules ptéropleuraux.
1. T. pallidiventris FALLÉN. -- Macounxvr, Il, p. 379, 1; Scmmzn, ll,
p. 190; Bncknn, 1905 : IV, p. 59. -— Fig. 365, 366.
Yeux verts à bande pourprée. Antennes jaunes; chète blanchâtre.
Scies acrosticales préscutellaires nulles. Corps d’un brun noir. Pattes .
rousses : tibias et tarscs Inoîrs. Balaneiers jaunes. Ailes larges : petite
nervure transverse dirigée sur le milieu de la cellule radiale (R,). —
Long. : 3-5 mm.
Angleterre (Vr:1m.u.1.). Livonie (Smrexxs). Riga (Bscxnn). Suède (FALLÉN
LIACQUART, MEIGEN).

260 Muscmzss Acntrxrràims
S.-F. SCIOMYZINAE (sensu Hnnnnn).
TABLEAU mas Gnrmns.
1-(4). Tibias II et III avec une ou plusieurs soies en dehors des préapi—
cales. Face carénée, à deux fossettes superficielles, latérales.
2-(3). Aile : nervure R, nue dans sa moitié apicale. Jones larges, à peu
près aussi hautes que l’oeil (fig. 367). . . . Pelidnoptera, p. 260.
3-(2). Aile : nervure H, ciliée dans sa moitié apicale. Joues étroites,
égalant à peine la moitié de la hauteur de l’œil (fig. 368) .....
................ Phaeomyia, p. 262.
  Tibias Il et Ill sans soies en dehors des préapicales.
5-(6). Tibia I avec deux soies préapicales. Fémurs III (5*Q) avec de
fortes soies internes. ..,....... Bischofia, p. 267.
6-(5). Tibia I avec une soie préapicale. Fémurs III avec des spinules
internes courts (au moins chez les mâles) ou des soies.
7-(8). Aile : cellule basale petite (pl. xvm, fig. 214). Colohaea, p. 266.
8-(7). Cellule basale 1M, grande (fig. 369).
9-(10). Aile : petite nervure transverse rapprochée de la base (fig. 371).
Petites espèces d’un noir brillant. ..... Pteromicra, p. 268.
10-(9). Aile : petite nervure transverse écartée de la base (fig. 370).
Espèces plus grandes, jaunes, brunes ou grises, non d`nn noir
brillant. .
11—(12). Une carène faciale; bande médiane frontale divisée par le pro-
longement luisant du triangle ocellaire. .... Ditaenia, p. 269.
12-(11). Pas de carène faciale; bande médiane frontale non divisée.
13-(14). Aile: petite nervure transverse placée au milieu de la cellule
discoïdale (2M,). Aile à membrane tachée (pl. xvm, fig. 215). . .
............... Graphomyzina, p. 267.
14-(13). Petite nervure transverse placée après le milieu de la cellule
discoïdale (fig. 369). Aile sans dessin. .... Sciomyza, p. 262.
G. PELIDNOPTERA Roivoam.
Face légèrement convexe. Antennes: deuxième article conique, un peu allongé;
troisième ovale, égal au deuxième; chète pubescent : premier article visible
épaissi, cylindrique. Deux macrochètes ptéropleuraux dressés, quelques ché-
tnles à leur base. Aile : nervure anale prolongée au bord de l‘aile.
1. P. nîgripennîs(FAnn1cxus). —— Bncxsn, 1905 : IV, p. 53; PANDELLÉ,
p. 359, 1. - Otites nigrzpennis l\IAcouAn·r, Il, p. 426, 6. — Phaeomyia
nigrz]vennz's Scnmnn, II, p. 43. -— Psilomyia dubia Mncounirr, 1835 : Il,
p. 422, 9. — Fig. 367.

rnrmvocnninnn. 261
Insecte d‘un brun noir ou noîràtre. Tête d’un brun jaunâtre. Face
blanche. Antennes rousses. Mésonotum avec quatre lignes longitudinales
il `  Rli Sc R
‘  
_ , R2·+3
F   J
· MA] . -‘ â `tx,"
~ J` 2
· • » °“^¤ I [
372 M/%2\ a mac Q _. SGQ
"  "~··._ \\ OJA1  ZA
a+1, ··—·-. ______, --1Ã
: ”î‘?- `
` q  1 `
v. 7 ‘ § É ·/  
ai 373 1A 
I   ï ·_`·      
‘ x` .\ / ice]
• ' R 3 R "`—· ······----"·"""" n
W \` 2+ '] ig \  
 
~~~·... ....... -..,...........· ·-/
S7!
* $
 l ”‘\ É;
. "’. , ,6;: 375
ü` 374- ·
- ` '
Fm. 369-375. -—· 369. Sciomyza austera, aile du • type ·. — 370. Sciomyza fuscipes, aile
371. Pleromicra glabricula. aile du · type ·. — 372. Sepedon sphegeus, tète. — 373.
Dichaetophora obliterata Q; tète. —- 374. Rcrwcera pallida, tète. — 375. Tetanocera
paludosa, tète.
plus foncées. Ailes brunes plus foncées le long du bord costal. Fémurs
à villosité serrée sur la face interne. - Long. : 9-10 mm.
Mai. -· Environs de Paris (Bosc); Reims (Bnnrsvovn); Pontarlier (Pic); Fon-

262 - Mnscxnns acanvrwianns
tainebleau (Fmor, Pouxann); Evreux, mai; commun dans la Meuse (G. Poirrsvnv);
Loiret : Malesherbes; Marseille (JULMAN). -- Angleterre (Ysmsunv). Prusse
orientale (CZWALINA). Toute l’Europe.
G. PHAEOMYIA Scnnvna. .
\ Espace interoculaire cilié. Face légèrement concave. Antennes : troisième
article ovalaîre, deux fois plus long que le deuxième. Un ou deux macrochètes
ptéropleuraux : quelques chétules à leur base. Aile : première nervure anale
prolongée en fil au bord de l’aile, deuxième anale réduite à un pli.
Tibias II avec une ou deux soies antérieures. Cuillerons à pilosité jaune;
Ailes longues et larges, apex de la nervure H, largement séparé du
niveau de la petite transverse. Triangle ocellaire et périorbites n‘attei-
gnant pas le milieu de l’espace interoculaire. Long. : 9-10 mm. —
Bncxsn, 1905 : IV, p. 53. -—P. leptiformis Scnmnn, 1864: ll, p. 43;
Hmmm., 1902 :p. 23. —- Italie (Ronmm). Hongrie (Tnxunmmnn);
Silésie (Scumna).Munich (A. Münmm). P. fumipennis (Zurrnnsrnnr).
Tibias II sans soies antérieures. Cuillerons à pilosité noirâtre. Aile :
apex de la nervure R, rapproché du niveau de la petite nervure
transverse. Triangle ocellaire et périorbites étendus en avant vers le
milieu de 1’espace interoculaire. —— Long. : 3-6,5 mm ......
............... P. fuscipennis, _p. 262.
1. P. fuscipennis (MEIGEN). —— Scnmnn, II, p. 43; Bscxnn, 1905 : IV,
p. 53. P. umbripennis Gmscmvnn. ——-· Otites fuscL}Jennz's Macqunnr, Il,
p. 426, 7. — Fig. 368.
Entièrement brun, plus clair que le Pelidnoptem nigrzpemzis; deux
bandes mésonotales peu visibles. Ailes entièrement lavées de brun gris,
plus foncé le long du bord costal; nervure MA2c droite.
Avril-juillet. Herbicole. - Environs de Paris, bois de Boulogne, mai (Pon-
Tnvxn}; Seine-et-Oise : Maisons-Laffitte, avril; forêt de Saint-Germain (nn
GAULLE); Rambouillet, mai (Sâcnv); Creuse : La Celle-Dunoise (Annuaun);
Saint-Gobain, mai (Gonnwr); Haute-Savoie : Morgins, juillet (M. Pic). — Suisse :
Saint-Moritz (Bscmsn). Alpes orientales, 1.200-2.200 m. (DALLA Tonus). Europe
centrale et sepfentrionale.
G. SCl0lliYZA FALLÉN.
1-(8]. Mésopleure avec une bande ciliée le long de la suture postérieure.
2—(3). Aile avec une bande blanchâtre près du bord costal. Corps entiè-
rement jaune, y compris les pattes. . . . S. albocostata, p. 264. .
3-(2]. Aile sans bande blanche le long du bord costal. Corps gris ou
brun, non jaune.

rnrmocsnxnan. — scxomrzs 263
4·(5). Chète antennaire à villosité courte ou moyenne. Pattes I noires.
Occiput et pleures plus ou moins gris. — Long. : 3-4 mm ....
................. S. grîseola, p. 265.
5-(4). Chète antennaire à villosité longue. Pattes I partiellement noires.
Occiput et pleures d'un brun roux. Ptéropleures avec deux macro-
chètes dressés.
6-(7). Ailes : prolongement idéal dela nervure MA,c dirigé sur l’apex de
la nervure H, .,.3 (fig. 369). — Long. : 7-9 mm. S. austera, p. 264.
7-(6). Prolongement idéal de MA2c écarté de l’apex de R, .,. 3 (fig. 370). _
—— Long. : 6-8 mm. .......... S. fuscîpes, p. 264.
8—(1). Mésoplcure dénudé, sauf parfois quelques cils microscopiques
isolés le long de la suture postérieure. _
9-(12). F émurs et tibias III avec un anneau apical brun étroit.
10-(11). Aile : nervures transverses ombrées, apex de l'aile opalin, par-
fois deux ou trois taches diffuses dans la cellule 2M,. . · . . .
................. S. nana, p.~265.
11-(10). Aile sans taches; chez quelques spécimens, la nervure costale et
les deux transverses brunies. ...... S. annulipes, p. 264.
12-(9]. Fémurs et tibias III sans anneau sombre apical.
13-(14). Antennes : troisième article roux, la moitié apicale noire. Scu-
tcllum et pattes rousses. ......... S. dubia, p. 264.
14·(i3). Antennes : troisième article roux, tout au plus étroitement noirci
à l'apex. `
15-(16). Pattes I en grande partie noires, à pruinosité grise, sauf lc
protarse correspondant, àla base. Mesonotum, pleures, orbites supé-
rieures, triangle ocellaire et vertex d’un gris cendré. Chète anten-
naire à pilosité très courte ....... S. ventralis, p. 266.
16·(15). Pattes I jaunes, rousses ou brunes, ou partiellement noireîes à
l‘apex du fémur, du tibia ou du tarse.
17-(18); Chète antennaire à villosité longue. Espace interoculaire blanc
ou argenté antérieurement. ........ S; obtusa, p. 265.
‘18·(17). Chète à pilosité délicate ou nu. Espace interoculaire jaune ou
bruni, non blanc.
‘19~(20). Yeux anguleux et rapprochés à la base des antennes, sur la face.
Chète antennaire pratiquement nu. Abdomen : soies tergales margi-
nales réduites ou nulles. ...... S. pallidiventris, p. 266.
20-(19). Yeux moins anguleux. Chète antennaire délicatement villeux.
Abdomen : tergites avec des soies marginales. `
21—(22). Pleures d’un gris cendré, deux fortes soies ptéropleurales.
................. S. sordida, p. 266.
22-(21). Pleures roux.
23-(24). Six ou huit soies ptéropleurales ciliformcs. S. scutellaris, p. 266.
.24-(23). Ptéropleures avec deux ou trois cils. . . . S. Goberti, p. 265.

264 Musctmas ACÀLYPTÈRES
1. S. albccostata FALLÉN. — BIACQUART, II, p. 405, 4; Scmman, II, p. 47;
PANDELLÉ, p. 386, 2; Bncxen, 1905 : IV, p. 54. —— C/zetocera clarz)vennz's
R.-D. — Malina albocostata II/IELANDER, 1920 : p. 314.
Face et marge antérieure de l’interoculaire jaune. Corps court, testacé
' ou vaguement bruni sur le tergum et l’abdomen, couvert d’une pruinosité
grise légère; mésonotum à lignes peu marquées. Pattes d’un jaune
clair : genoux, tibias et tarses I rembrunis. Aile: cellules costale, sc et R,
` claires ainsi que la nervure R, .,. 3, les autres nervures et les transverses
sont noiràtres : parfois Fextrémité de l’aile est brunie. ——- Long. : 4-6 mm.
• Pas-de-Calais : Trescault (PARENT); Paris (Ronmsw-Dnsvoxnv); Meuse : Dain-
ville; Eure : Evreux (Pomsvm); Isère : Saint-Pîerre·de—Chartreuse, VII (J.
I*IERVÉ—BAZIN); HauteS·Pyrénées : Arrens (PA1xu1am.É). — Prusse orientale
(Bscxen, CZWALINA, PANDELLÉ). Suède. Autriche : sur le Parietaria officinalis L.
(Scnxmn). Italie. — Amérique septentrionale (BIELANDER).
2. S. annulipes (Zurrnnsrnnr). Scmmzn, II, p. 49; Ilmvnizr., 1902 : p. 29,
3; MIILLER, 1923 : p. 91. -—· lllelincz annulipes lllnnaxnnn, 1920 : p. 315.
Yeux avec une bande transverse colorée.
Corse (Bscxsn). Europe centrale et septentrionale (Hmmm., Mm:1.1.1zn). -—
Amérique septentrionale (BIELANDER).
3. S. austera IIIEIGEN. — Bscxnu, 1902 : p. 251, 3; 1905 : IV, p. 54. ——
S. lata Scnnvnn, II, p. 45. —- Fig. 369.
Mésonotum d’un gris brun avec deux lignes longitudinales médianes
brunes plus foncées. Scutellum jaune. Pattes rousses : tarses plus som-
bres. Ailes d’un gris brun, sans ombre sur les transverses. Abdomen
d’un jaune rouge avec une ligne médiane sombre peu définie. Ptéro-
pleures avec deux robustes macrochètes dressés et plusieurs chétules à
leur base. —- Long. : 7-9 mm.
Allemagne (ltlmamv, type).
4. S. clubia FALLÉN. — SCHINER, II, p. 49; PANDELLÉ, p. 392, 15;
Becxim, 1905 : IV, p. 55.
Plaque ocellaire cn triangle gris, prolongée jusqu`au milieu de l’espace
interoculaire. Corps d’un testacé livide plus ou moins bruni. Mésonotum
noir au fond, à pruinosité grise. Pattes I plus ou moins noircies au
genou; tibias et tarses noirâtres. Ailes : marge costale, sommet et ner-
vures transverses un peu brunies. —— Long. : 3-5,5 mm.
, Amiens (Doumer). Alpes antérieures : prairies de 800 à 2.200 m. (Srnonr).
Prusse orientale (CZXVALINA). Suède. Autriche (Scnnv1:n). Italie.
5. S. fuscipes Macouairr, 1835 : II, p. 407, 10. —— S. dorsata ZETT.
SCH1NER,II, p. 46; PANDELLÉ, p. 386, 3; Bscxsn, 1905 : IV, p. 55. ———
S. notam Scnnvnn (non Msxcmv), II, p. 48. —- Fig. 370.

Tnnmocnninan. — scionvza 265· ,
Corps obscur à pruinosité cendrée peu épaisse. Pattes I claires. Ailes
uniformément vitreuses : cellule sc jaune. — Long. : 6-8 mm.
Nord de la France (Macqmnr). Suisse française, IX (Müttsn). Alpes orien-
tales : 800-2.100 m. (Koen, DALLA Toune). Prusse (Czw.u.m.s, Pannnntiâ). Suède-
Autriche (Senmnn). Italie. Sibérie (Bencnorn). - Amérique septentrionale (Me-
umnnn).
6. S. Goberti Paxnnnné, 1902 : p. 390, 10.
Espace interoculaire d’un brun rouge velouté. Tliorax d’un roux foncé,
légèrement brillant. Pattes jaunes : tibias et genoux I noiràtres. Ailes
uniformément jaunes. Abdomen brun. — Long. : 4 mm.
Landes? (Gonsnr). —
7. S. griseola FA1.1.1·Ex~:.· Maman. — BIACQUART, II, p. 406, 8; Scmnsn,
II, p. 47. —· S. notam Mmmm. l\IAeoeAn·r, II, p. 407 sec. Bncxnn, 1905 :
IV, p. 55. S. pallida PANDELLÉ, 1902 : p. 388, 6 (part,). — Jlfelina. gri-
seola ltlnenivnnn, 1920 : p. 314. · .
Tête d’un brun roux. Face jaune. Antennes rousses. Corps d’un brun
foncé. Pattes noiràtrcs. Balanciers jaunes. Ailes grisâtres : nervures
transverses ombrées. — Long. : 3 mm.
France (MAcQ¤.m·r). Vaucluse : Apt; Var: Hyères (ABEILLE ns Psaum); Aude
(GAvov); Hautes-Pyrénées : haies, prairies, octobre-novembre; Bagnères, Luz,
Aragnouet, Barèges (Pmnntté); Corse (Beexnn). Allemagne (Maman). Prusse
orientale (Bsexsn). -— Amérique septentrionale (Mnnaxnen).
8. S. nana FALLÉN. — l\IACQUART, II, p. 408, 14; Scumnn, II, p. 50;
PANDELLÉ, p. 393, 17; Bncxim, 1905 : IV, p. 55. — ./llelina nana Mmnmnnn,
1920 : p. 315.
Yeux avec une bande transverse. Plaque ocellaire courte, grise, non
prolongée en pointe. Deux soies acrosticales préscutellaires fines. Pattes I
noires, sauf les hanches. — Long. : 3 mm.
Printemps, été. Bois et forêts, marécages. Toute l'Europe, rare partout. —
Allemagne (Mnxesx). Danzig (Czw1u.nu). Suède (FALLÉN). Autriche \Scnnvnn).
Sibérie (Smtnene). Amérique septentrionale (Lonw, Mstmnsn).
9. S. ohtusa F.u.1.És. —- ltlaeeuam, II, p. 406, 5; Scnusnn, II, p. 47;
PANDELLÉ, p. 389, 9 (part.); Bncxnn, 1905 : IV, p. 56. - Jllelina. oblusa.
Mnnaivnnn, 1920 : p. 315.
Triangle oeellaire prolongé en triangle gris. Antennes jaunes, séparées
à la base. Corps terne couvert d’une pruinosité cendrée. Mésonotum à
lignes sombres peu distinctes. Pattes obscures ou testacées; tibias et
tarses I plus ou moins noircis. Ailes claires : nervures transverses om-
brées. Abdomen : tergites à marge rousse. — Long. : 3-4 mm.
Pendant presque toute l’année sur les haies, les arbustes des lieux frais ou

266 Muscrnxas acamrrrànns
humides. — Ardennes :Vendresse (R. Bazvoxsr); Somme : Amiens (Douanier);
embouchure de l'©rne, mars (Mancusa}; Vaucluse, Marseille, Hyères (Annxrra
ma Pmmm); Aude (Givov); Hautes-Pyrénées : Tarbes, montagne (PANDELLÉ).
·-— Allemagne (MlElGEN); Prusse orientale (Czwimrm). Toute 1’Eur0pe, assez rare
partout. -- Amérique septentrionale (ltîmmnrn).
10. S. pallidiveutris FALLÉN. —- Bncxcma, 1905 : IV, p. 56; PANDELLÉ,
391, 12 (part.], — S. ventralis Mnicniv (non FALLÉN).
· ` Tête rousse; plaques ocellaire et orbitales grises. Face et péristome
blanohàtres. Antennes et palpes d’un roux clair. Mésonotum gris, pleures
plus pâles. Trois soies ptéropleurales. Scutellum d‘un brun roux. Pattes
rousses. Ailes jaunes. Abdomen : tergites d’un gris noir, à bordure rousse.
-—— Long. : 4-5 mm. '
Hautes-Pyrénées : Tarbes (PANDELLÉ). — Europe. Suède (FALLÉN).
11. S. Scutellaris v. Rossi:. —· BECKER, 1905 : IV, p. 56.
Espace interoculaire orange; occiput à pruinosité grise. Corps d’un
brun noir, couvert d'une épaisse pruinosité mate d‘un gris jaune. Méso-
notum à lignes longitudinales peu distinctes. —— Long. : 4,5-6 mm.
Bavière. Tyrol méridional. Environs de Berlin.
12. S. sordida HENDEL, 1902 : p. 43, 13. —- S. rufiventrzls Scmzvan [non
Mnicmv), II, p. 48. — S. palZz'dz'ventrz's PAivnm.r.É, p. 391, 12 (part.),
Espace interoculaire jaune antérieurement. Face et gênes d‘un jaune
orange. Corps d’un gris cendré à pruinosité blanchâtre. Mésonotum gris
sur le disque avec quatre bandes longitudinales brunies. —— Long. :
5-7 mm.
Hautes-Pyrénées : Tarbes, montagne (PANDELLÉ). —- Europe centrale. Angle-
terre (Vramrr). Italie. Prusse orientale (CZWALINA).
13. S. ventralis FALLÉN. —- Scumnn, II, p. 50; PANDELLÉ, p. 391, 13.
Bncxnn, 1905 : IV, p. 56. - S. ru/iventris Muxcmv. IVIACQUART, Il, p. 408,
17. - Jllelina ventralis MELANDER, 1920 : p. 315.
Aile : petite nervure transverse dirigée sur la troisième intersection
costale. — Long. : 4-5 mm.
France [l\¢IACQUART)§ Eure? (Pon*r¤vnv); environs de Paris : L'Hay (SÉGUY);
Hautes-Pyrénées : Luz, juin (PANDELLÉ). Alpes orientales : 800-2.200 m. (Srnonr).
Stettin (DAm.noM > Scnuvsn). — Amérique septentrionale (!\IE1.Am>Ea).
G. COLOBAEA Zmrrnsranr.
Genre voisin des Sciomyza, en diffère par la conformation de_ l`aile. Ptéro-
pleures avec quelques chétules.
1. C. bifasciella(F.u.x.1ê1v). Znrrnnsrnnr. Scmmm, II, p. 46; Bncxnn, 1905 :
IV, p. 57. - Sciomyza. concenlrica MMGEN, NIACQUART, II, p. 405, 3. -
Fig. 361. et 362; pl. xvm, fig. 214.

rxrrauocnnrnae. — mscnorn. 267
Roux. Tête: gênes et face blanchàtres. Antennes jaunes : chète longue-
ment cilié. Palpes jaunes. Mésonotum couvert d’une pruinosité d’un
jaune d'ocre coupée par trois bandes longitudinales brunes. Pleures et
scutellum jaunes. Calus métapleural noir. Pattes d‘un blanc jaunâtre:
pattes I entièrement noires ou le fémurl avec une bande externe sombre;
fémurs noirs au genou. Ailes jaunâtres à la base : un point central et deux
bandes arquées sur le disque. Cuillerons et balanciers jaunàtres. Abdo-
men à incisures noiràtres. -— Long. : 2-3 mm.
France (Mmqnzmr). Europe centrale et septentrionale. Alpes orientales :
1.200-2.400 m. (Koen, DMLA Tonus). Angleterre (Venant).
La nymphe de cette espèce a été trouvée exclusivement dans le Limnaea
truncatella ltlütmn (Luxonscx, 1923 : p. 104, § 3, fig. 1-2).
_ G. GRAPHOMYZINA llhcotmnr.
Mésopleure nu. Deux fortes soies ptéropleurales. Mésonotum à peine plus
long que large. Ailes élargies.
1. G. limhata (Mercer:). -¢ Bncxnn, 1905 : IV, p. 57. — G. elegans
MACQUART(i), 1835 : II, p. 559, 1. — Cormoptera Iimbata Scmmm, II, _
p. 51. — Pl. xvm, fig. 215. ` ·
Thorax d’un gris pâle, taché de brun. Pattes I noires, genoux étroite-
ment roux. Pattes Il et III jaunes, plus ou moins largement noircîes sur
les fémurs et à l'apex des tibias. Ailes tachetées. — Long. : 3-3,5 mm.
Belgique : Liége et environs, Chênée (Cnmzn, Ronnnr). —Alpes orientales : `
100-2.200 m. (Srnont). - Europe centrale et méridionale.
G. BISGIIOFIA IIENDEL.
Ptéropleures avec deux ou trois soies dressées. Tarsesl aussi longs ou
plus longs que le tibia. Fémurs l zface antérieure avec deux rangées de soies;
fémurs III épaissis, hérîssés d'une villosité robuste, dressée sur la face interne.
1-[2). Mésopleure avec une rangée de fortes soies présuturales. Trois
soies ptéropleurales. Mésonotum d’un gris noir mat sur le disque
avec deux bandes antérieures rapprochées. Tibias I et tarses d’un
brun roux. ............. B. simplex, p. 268.
2-(1). Mésopleure avec de fines soies ou entièrement nu. Deux soies
ptéropleurales, exceptionnellement trois. Mésonotum roux plus ou
moins orange sur le disque. Tibias I et tarses noirs.
3-(4). Antennes : troisième article d‘un brun noir. B. testacea, p. 268.
4-(3). Troisième article antennaire roux ou jaune orange. Tibias I et
. tarses entièrement noirs.
(1) Le génotype 2 Graphomyzfna clegans, provient des environs de Liège (ltontni'). Il est conservé
au Muséum do Paris.

268 Muscxnns AcALvr·rEnEs
5-(6). Mésopleure avec une bande velue contre la suture postérieure.
Clypéus étroit ........... B. dryomyzina, p. 268.
6-(5). Mésopleure dénudé contre la suture postérieure. Clypéus très
large. -— Long. : 4,5 inm. —— Livonie (HENDEL, 1902 : p. 56, 4). . .
................. B. lucide. HENDEL.
1. B. dryomyzina (ZETTERSTEDT). - BECKER, 1905 : IV, p. 57. — Scz'0··
myza. atrimtma (ZETT.) PANDELLÉ, p. 387, 5. S.paIlz`da MACQUART (part.}
non FALLÉN. . .
Espace interoculaire et oeciput luisants. Ailes vitreuses, de teinte uni-
forme ou légèrement enfumées le long du bord costal. — Long. : 6 mm.
Corbie (Gonsnr). -— Prusse orientale (CZWALINA). Sibérie (Bnncnorn).
2. B. Simplex (FALLÉN). BECKER, 1905 : IV, p. 57. -— Sciomyza simple.z·
IWACQUART, ll, p. 405, 1; PANDELLÉ, p. 387, 4; IVIELANDER, 1920 : p. 312.
5*. Espace interoeulaire d’un jaune velouté mat antérieurement. Méso-
notum : marge latérale blanche, partie postérieure partiellement rousse.
Ailes claires, vitreuses, de teinte uniforme, exceptionnellement les ner-
vures transverses ombrées. -—— Long. : 7-8 mm.
Allemagne (IIIEIGENI. Prusse orientale (Czxvamiva). Suède. Danemark. Autri-
che. — Amérique septentrionale (l\fIELANDER)·
3. B. testacea (l\lAcouAm·). BECKER, 1905 : IV, p. 58. — Sciomyza
_ testacea. IIIACQUART, 1835 : Il, p. 406, 6; Scnimzn, II. p. 45.
Sur les herbes des prairies. Nord de la France (hlsconanr), — Autriche
(ScuxNEn)..
G. PTEROMICRA Lxov.
CRESSON, 1920; IVIELANDER, 1920 : p. 312.
Mésopleure nu. Ptéropleures avec quelques chétules dressés. Fémurs III
(Q') plus ou moins longuement ciliés. Aile : nervure R; + 3 serrée contre la ner-
vure costale; cellules basales petites.
1-(2). Une soie orbitale. Tarses I : dernier article d’un blanc jaune.
Yeux avec une bande transversale. .... P. nigrimana, p. 269.
2-F1). Deux soies orbitales. Palpes jaunes. Yeux unicolores.
3-(4). Pattes I entièrement noires ..... P. glahricula, p. 268.
4-(3). Tarses I : articles 3-5 d`un blanc pur. . . P. leucopeza, p. 269.
1. P. glabricula [FALLÉN). —— Sciomyza. glabricula. FALLEN. Mncounur,
Il, p. 406, 7; Scumnn, ll, p. 44; PANDELLÉ, p. 389, 8. -—Dichr0chz`ra gla-
bricula BECKER, 1905; IV, p. 58. — Fig. 371..
Espace interoculaire roux antérieurement, luisant à la partie supé-

·r1;1·ANoc1mro.u:. - nrraimia 269
rieure; face blanchâtre. Antennes rousses parfois brunies sur l’arête
externe. Corps d’un noir brun un peu brillant sur la face dorsale, plus
pale sur le stcrnum et les pleures. Pattes rousses : fémurs I brunis dans
leur moitié apîcale. Ailes légèrement plus longues que l`abdomen, très
étroites, jaunes, nervures transverses sans ombre. —- Long. : 3 mm.
France (l\IAcQmm·r, Gonrar). Seine-et·Dise : Rambouillet (Sécuv). Allemagne
(Mmciziv). Prusse orientale (Paivonntiê). Angleterre (Auncmvr). Autriche. Suède.
Sibérie (Bsncnoru). Alaska (Msnazvorn). ,
2. P. leucopeza (DIEIGEN). — Opomyza Ieucopeza Mizxcim. Scmmm, II,
p. 286 (citation). -— Dz'chr0chz'ra leucopeza Biacxnn, 1905 : IV, p. 58.
Mésonotum d’un brun noir, roux sur les côtés comme les pleures.
Ailes jaunics. Abdomen noiràtre. — Long. : 2,5-3,5 mm.
Bavière (l\«ImcsN, type). Angleterre (Avocent). Prusse orientale (Czwatnwt).
3. P. nigrimana (l\ImcEN). — Sciomyza nzlgriizzana Scmmzn, II, p. 45.
·— Opomyza sororcula DIEIGEN, l\IAcouAn·r, II, p. 557, 9; Scnmnn, II,
_p. 285. —- Dic/zr0clzz'r·a mlgrinzana. Bizcxuzn, 1905 : IV, p. 58.
Corps d’un noir brillant. Face jaune à ligne noire. Antennes jaunes :
troisième article bruni à l’apex; chète noir à cils noirs. Pattes rousses :
tibias I et les quatre premiers articles du tarse noirs. Balaneiers et cuil-
lerons blanchzltres. Ailes complètement vitreuses; nervures jaunes. —
Long. : 3-mm.
Automne. Haies, feuillages. — Aix-la-Chapelle (Marcus). Autriche (Scmmm). _
Angleterre. —— Amérique septentrionale (DIELANDER).
l · G. DITAENIA Ilrzivoizt.
Espace interoculaire roux, plus ou moins divisé longitudinalement par une
bande ou un triangle à pointe antérieure et provenant du triangle ocellaire.
Chète antennaire nu ou puhescent. Ptëropleure avec deux macrochètes ou
6-8 chètules dressés. Ailes : nervure costale avec une série de spinules sail-
lantes bien distinctes des soies.
1—(2). Ailes : toutes les cellules marquées de taches brunes disposées
en séries (pl. xvm, fig. 216). Mésopleure nu. Hanches et pattes
brunes. ............. D. Schônherrî, p. 271.
2-(1). Ailes sans séries de taches brunes, tout au plus les nervures trans-
verses plus ou moins ombrées.
3-(6). Mésopleure entièrement couvert d‘une villosité fine.
4—(5). Une soie orbitale. Aile : nervure MA, sans rameau récurrent.
Soies acrosticales préscutellaires bien développées. Espèce d’un gris
jaune; pattes rousses. ........ D. grisescens, p. 270.
5-(li). Deux soies orbitales. Aile: nervure MA , avec un rameau récur-

270 Muscmns Acanvrrimns
rent. Soies acrosticales préscutellaires rudimentaires. Espèce noirâ-
tre. -— Trieste. Fiume ......... D. Mikiana Hnivnst.
6-(3). Mésopleure nu. Soies acrosticales présoutellaires pratiquement
nulles. Deux soies orbitales. Pattes rousses, les antérieures noires
sauf les hanches et les trochanters.
7-(8). Antennes : troisième article noir. Plaque ocellaire noire prolongée
' en bande rectiligne de la même largeur jusqu’à la base des anten-
. nes. ,............. D. cinerella, p. 270.
8-(7). Antennes : troisième article roux. Plaque ocellaire grise prolon-
gée en pointe antérieure.
9-[10). Plaque ocellaire prolongée en avant mais n’atteignant pas la
base des antennes. Sternopleures avec trois grandes soies ....
................ D. brunnipes, p. 270.
10-(9]. Plaque ocellaire pointue prolongée à la base des antennes. Ster-
nopleures avec trois rangées de cils fins. . . D. pallîpes, p. 271.
1. D. hrunnîpes [Mizxonn). — Bscxcnn, 1905 : IV, p. 59. - Sciomyza
brunmjies Scurmm, II, p. 50. S. pusilla ZETTERSTEDT. PANDELLÉ, p. 391,
14. Melina brunmlpes Mnnaivnnn, 1920 : p. 316.
Thorax unicolore d’un brun noir, à pruinosité grise, sans bandes dis-
tinctes. Ptéropleures avec 6-7 chètnles dressés. Ailes : petite nervure
transverse dirigée sur la troisième intersection costale; MA2c droite;
les nervures longitudinales très légèrement ombrées, les deux transverses
plus nettement brunies. — Long. : 3 mm.
Bavière (Msiomv, type). — Prusse orientale (Pannsrté, Bncrœn). Alpes orien·
tales, 1.200-2.400 m. (Srnont). — Amérique septentrionale (Mstmnnn).
2. D. grisescens (MEIGEN). BECKER, 1905 : IV, p. 60. ·—- Sciomyza gri-
sescens Maconnnr, II, p. 408, 18. S. nasuta. (ZETT.). PANDELLÉ, p. 391, 11.
- Malina. grisescens MELANnsn, 1920 : p. 316.
Corps court, étroit, obscur en dessus, à pruinosité d’un cendré jau-
nâtre, assez épaisse. Pattes rousses : tibias I et leurs tarses brunis. Ailes
sans taches : la cellule sc jaunie. — Long. : 3,5-4 mm.
Cotes-du-Nord : Portrieux (Auncnrrrl; environs de Versailles (von \Vnv·rnr:M >
Mmonn); Hautes Pyrénées : Tarbes,Adour, août (PANnEm.É). Suède. —- Afrique
septentrionale (Bsciuzn). Amérique septentrionale (MELANDER). `
PANnr1.x.É dit: amésonotum zbande médiane sans aiguîllons préscutellaires ».
C’est une erreur, ils sont bien développés ici, même sur les deux femelles c0n·
servées dans sa collection.
3. D. cinerella (FALLÉN). Bncxen, 1905 : IV, p. 59. — Sciomyza cine-
rella Maconnxvr, II, p. 407, 11; Scnnvnn, II, p. 49; PANDELLÉ, p. 392, 16.
Base des antennes avec une tache d’un noir velouté, entourant la tache
argentée. Corps obscur à pruinosité cendrée. Mésopleure sombre en haut.

I raunocanxnaa. -— m·rAaN11i 271
Ptéropleure avec quelques cils dressés. Pattes I souvent de couleur som- ·
bre, hanches claires. Aile : nervures costale et transverses plus ou moins
bordées de brun; nervures MA, - MA, parallèles ou un peu conver-
gentes à l’apex. — Long. : 4-5 mm.
Avril-décembre. -— Prairies, haies, arbustes : surtout dans les endroits frais.
Commun et répandu dans toute la France, parfois en nombre. Hautes~Pyré-
nées : Tarbes, montagne (Pxnnaara). Corse (Bacxan, Bammo).Alpes centrales
et orientales : 100-2.800 m. (Bxau-sn, Müttaa). — Algérie (Lucas). Iles Canaries
(BECKER).
Obtenu d'une coquille d'escargot (H. Scnmrrz, 1917).
4. D. pallipes Müxman, 1923: p. 91.
Comme le D. brumzipes. En diffère encore par ce qui suit : fémurs
jaunes à la base et à l`apex. Ailes hyalines : transverse MA2c brunie.
Abdomen d’un brun jaune : les tergites brunis au milieu et sur les côtés
à la base. _ ·
Meurthe-et-Moselle : Briey, juillet (Mürnan).
5. D. Schônherri (FALLÉN). Bacxan, 1905: IV, p. 60. —Scz'omyza Schôn-
' heri Scnmaa, II, p. 50; PANnar.1.É, p. 393, 18. S. monilis Maman. Mac-
Qnuvr, II, p. 407, 12. — Àlelina Schônherri Mamnnnn, 1920 : p. 316.
-— Pl. xvm, fig. 216.
Plaque oeellaire grise prolongée en triangle étroit presque jusqu'à la
base des antennes. Soies acrosticales préscutcllaires réduites, parfois
nulles. — Long. : 4-5 mm.
Juin-août. Clairières des bois humides, bords des ruisseaux. Paris (Bosc);
Nogent-sur-Marne (Fnaurxxnx); Pas-de-Calais (O. Pmanr); Somme : Amiens
(Dounnar, Panaivr); Allier (nu Buvssoiv); Lyon (Sonraomvax); Ilaute-Savoie
. (Fumnnv); Hautes-Pyrénées : Tarbes, février (Pxxnaraa). Barcelone (Amina).
Italie. Autriche. Allemagne (Maman). Suède. Sibérie (Bancnorn). — Amérique
septentrionale (Maumnan).
` S.-F. TETANOCERINAE
1-(4). Scutellum avec deux petites soies subapicales seulement et une
soie préapicale aux tibias III. Soies présuturales et préscutellaires
nulles ou rudimentaires. Yeux verts avec deux bandes longi-
tudinales d’un bleu pourpré.
2-(3). Soies ocellaires nulles. Calus métapleural avec une plage de
_ cils dressés. Espace interoeulaire saillant. Antennes : deuxième
article deux fois aussi long que le troisième (fig. 372). Ilanches I·
nues. ...... ` ......... Sepedon, p. 293.
3-(2). Soies ocellaircs bien développées. Calus métapleural pratique-
ment nu. Espace înteroculairo plat. Antennes : deuxième article

272 Mnscxmzs AGALYPTÈRES
subégal au troisième et de même largeur (fig. 373). Hanches I ciliées
— antérieurement .......... Dichactophora, p. 295.
4—(i). Scutellum avec quatresoies, exceptionnellement deux soies, mais
les tibias III avec deux soies préapicales.
5—(20). Chète antennaire plumeux.
6·(9). Tibias III avec deux soies préapicales.
7-(8). Soies dorsocentrales présuturales nulles; une dorsoeentrale pré-
scutellaire. Ailes plus courtes que Pabdomen; nervures sc et R, très
rapprochées (fig. 376) ........ Hemitelepteryx, p. 273.
8-(7). Soies dorsocentrales présuturales bien développées; deux soies
dorsocentrales préscutellaires. Ailes plus longues que l’abdomen,
nervures sc et R, écartées ........ Antichaeta, p. 274.
9-(6). Tibias Ill avec une soie préapicale.
‘ 10-(15). Mésopleure et ptéropleure nus, sans soie ou villosité.
11 -(14). Ailes : bord costa] et nervures transverses seules tachées (pl.xx,
· fig. 239). Cuillerons à pilosité marginale claire.
*12-(13.) Antennes : deuxième article (face externe) très court, égal tout au
plus au tiers de la longueur dutroisième (fig. 374). Renocera, p. 275.
13-(12). Antennes : deuxième article plus long, parfois égal à la moi-
tié du troisième (fig. 375) ........ Tetanocera, p. 276.
14-(ii). Aile : membrane constellée par un grand nombre de taches
claires (Pl. xxx, fig. 226-228; pl. xx). Cuillerons à pilosité marginale
sombre .............. Euthycera, p. 290.
15-(10). Mésopleure et ptéropleure avec au moins une soie forte.
16-(17). Ailes hyalines à taches sombres (pl. xix, fig. 219-222). Cuillerons
à villosité claire. Mésonotum avec des bandes longitudinales grises.
Chète sombre à la base. Deux soies orbitales. . Pherbina, p. 282.
17-(16). Ailes sombres à taches laiteuses (pl. xxx, fig. 217). Tborax tacbé.
18-(19). Une soie orbitale. Antennes : troisième article arrondi àl’apex.
Abdomen 2 5° segment court. Cuillerons à villosité claire ....
.................. Dictya, p. 281.
19-(18). Deux soies orbitales. Antennes : troisième article pointu à1’apex.
Abdomen : 5** segment long. Cuillerons à villosité sombre ....
................ Trypetoptera, p. 282.
20-(5). Chète antennaire nu ou pectiné, ou portant une villosité courte
et serrée.
.21-(22). Chète antennaire pectiné. Aile : nervure sc très rapprochée de
R); apex de la nervure R, éloigné du niveau de la petite nervure
transverse (fig. 39i·392). . ........ Ctenulus, p. 283.
22-(21). Chète nu ou pubescent, non pectiné. Aile: nervure sc écartée
. de H4; apex de la nervure R, rapproché du niveau de la petite ner-
vure transverse.
23-(24). Antennes : troisième article prolongé en pointe antérieure,

·rn·rANocmunAn. — usmrrsnorrnnvx 273
onviron trois fois plus long que le deuxième. Petite espèce d‘un noir
brillant (fig. 393-395) ......... Ectinocera, p. 285.
24-(23). Antennes : troisième article non allongé, tout au plus deux
fois aussi long que le deuxième. Espèces plus grosses, non d‘un
noir luisant.
25-(26). Soies acrosticales préscutellaires nulles. Une soie dorsocentrale
préscutellaire. Toutes les pièces pleurales velues. Aile: nervure MA,c
fortement courbée en S (fig. 402) ..... Hedroneura, p. 285.
26-(25). Soies acrosticales préscutellaires bien développées.
27-(30). Aile: nervure transverse MA,c sinueuse (fig. 399). Antennes :
ehète pratiquement nu ou les cils très courts.
28·(29). Deux ou trois soies subalaires (ptéropleurales) dressées. Ailes : `
nervure MA, avec deux ou quatre taches (fig. 399). Yeux bronzés
marqués de deux bandes pourprées. ...... Elgiva, p. 286.
29—(28]. Pas de soies subalaires. Aile : nervure MA,c avec quatre taches _
(fig. 397). Yeux unieolores ........ Hydromyia. p. 288.
30·(27). Aile : nervure transverse MA2c moins sinueuse. Antennes :
ehète distinctement velu ou pubescent; les cils plus longs que le _
triple du diamètre du fuseau à la partie moyenne.
31-(32). Antennes : troisième article avec un pinceau de poils à l‘apex
(fig. 403 et 404) ........... Coramacora, p. 289.
32—(31). Antennes : troisième article nu à l‘apex (fig. 405).
33-(34). Mésopleure et ptéropleure nus. Pas de soies subalaires ptéro-
pleurales, près du euilleron ....... Euthyccra, p. 290.
34·(33). Mésopleure et ptéropleures velus. Soies subalaires présentes. .
.................. Limnia, p. 293.
G. HEMITELOPTERYX Cnzssou.
Une soie dorsocentrale préseutellaire; quatre scutellaires. Mésopleure
et ptéropleures nus; sternopleures velus. Fémurs II : soie médiane antérieure
réduite. Aile : nervure anale courte, épaisse, n'atteignant la marge que par
un prolongement filiforme.
1. H. brevipennis (Zsrransrnor). — Sciomyza brevipennis Lonw. Rox-
nam. —IIetcropteryx brevzpennis Ilsxnnx., 1902: p. 82. — Fig. 376, 377.
Espace interoculaire d’un noir de poix brillant. Mésonotum d’un brun
foncé. Pattes rousses, moitié apicale du fémur I, tibias et tarses I noirs,
mais les articles 4 et 5 blancs (Q) ou lc dernier article seul jaune ((3*),
Balanciers noirs. Ailes brunies. Cuillerons enfumés. Abdomen d’un noir
brillant. — Long. : 4-5 mm.
France (Macquanr). Angleterre _(A¤ocr:N·r). Prusse orientale (Czwxumi).
18

274 Mnscmns Acnnrrriznns
A
.  
I  _  \  v _,
—\ î' .  ~w,") / 1 `
~ "`~~  .4../ " ` tf
4 ·
  . [ I  
. v [ $ .. K
_ ‘ ¢ `   i
‘ f   -
. 376
x". _
\ 377
° 1
.g'
Fm. 376-377. — 376. HemiLelopteryzlbrevipennis Q', proûl >< 10; —— 377. antenne >< 80.
G. ANTIGHAETÀ HAMDAY.
Espace înteroculaire avec une bande médiane bienimarquée simple ou double.
Gênes étroites, à peu près égales au quart de la hauteur de 1'œil. Epîstome légè·
rement saillant. Palpes noirs. Fémurs II avec une soie antérieure.
—— Bande médiane frontale double : une soie orbitale. Espèce noire. —
Long. : 4-5 mm ............ A. atriseta, p. 274.
— Bande médiane frontale simple : deux soies orbitales. Espèce rousse.
—- Long. :5 mm ....... · . ._ . . . A. analis, p. 274.
1. A: analis (Maman). HENDEL, 1902: p. 79, 2; BECKER, 1905 : IV, p. G1;
Mnnnnnnn, 1920 : p. 317.
Angleterre (HAx.nwz, Vnnnlnt). Suède (v. VVmrmaM> Mimes). Galieie. -
Amérique septentrionale (©STEN·SACKEN, ltlnmwnm).
2. A. atriseta Lonw. —— Bncmzn, 1905 : IV, p. 61. — Sciomyza atriseta
Scniiven, ll, p. 48.
Allemagne (Lonw). Environs de Vienne (Scnnxnn). Livonie (Humm,).

rnnwocnnxnan. — nmvocxmx 275
I G. RENOCERA llsnnst.
Palpes d‘un jaune clair. Deux soies dorsocentrales postérieures. Mésopleure _
et ptéropleures nus; sternopleure finement velu. Tibias Ill avec une soie pré-
apicale. Ailes comme chez les Tetanocera; nervure MA2c droite; MA, et MA,
parallèles à l’apex.
1-(4). Joues à peu près égales à la moitié de la hauteur de l’œil. Fé-
murs III avec de courtes épines internes. Deux soies orbitles.
2-(3). Bande médiane frontale jaune. —- Long.: 4,5-5,5 mm. Europe cen-
trale et septentrionale (llnnnm., 1902 : p. 75, 1). R. Strobli Hsunnn.
3-(2). Bande médiane frontale d’un brun rouge. . R. praetextata, p. 275.
4-(1). Joues égales au tiers ou au quart de la hauteur de l‘œil. F émurs III
avec des soies internes plus ou moins fortes.
5-(6). Chète antennaire à cils longs. Une soie orbitale. Espace interocu-
laire d‘un jaune brillant. F émur II : soie médiane antérieure réduite
ou nulle ............... R. pallida, p. 275.
6-(5). Chète antcnnaire à cils courts. Deux soies orbitales. Espace inter- ·
oculaire d‘un roux velouté mat, bande médiane frontale entièrement
noire ou brune. Fémurs II avec une soie médiane antérieure. . .
.................. R. striata, p. 276.
1. R. pallida (FALLÉN). — Bncxnn, 1905 : IV, p. 60. —- Sciomyza pal-
lida Macouzmr, II, p. 405, 2; Scmmzn, II, p. 46; Pnmnnnnxâ, p. 388, 6. -—
Fig. 374.
Espace interoculaire brillant sur sa marge antérieure qui présente un
reflet blanc comme le prolongement de la plaque ocellaire. Plaques orbi-
taires grises et luisantes; le reste de l`espace interoculaire d’un roux ·
mat; épistome aussi saillant en bas que les joues (ou péristome). An-Ã
tennes rousses : troisième article bruni à l’apex. Corps testacé avec un
léger reflet cendré. Tarses brunis. Ailes obscures : nervures transverses
ombrées. Abdomen bruni. —- Long. : 4,5-5,5 mm.
Juin-septembre. Nord de la France, dans un bosquet, juin (RIACQUART); envi-
rons de Paris : Rambouillet, juin (Sicav). - Autriche (Scnnvizn). Alpes cen-
trales et orientales, 300-2.500 m. (Cumom). Italie. Prusse : Silésie (Scmman,
Backen). Suède (FALLÉN).
2. R. praetextata l\Iüm.xm, 1924 : p. 92.
Prolongement de la plaque ocellaire d‘un brun rouge, élargi antérieu-
. rement mais n‘atteignant. pas la partie antérieure du front (comme chez le
R. fuscz'nerv1`s ZE·r·r.). Antennes rousses, deuxième article fortement velu,
troisième épais, quadrangulaire, éelairci à la base : chète à pilosité som-
bre. Thorax d’un brun jaune, à pruinosité grise avec quatre bandes dis-

276 Muscinns ACALYPTÈRES
tinctes. Sternopleures à pilosité délicate. Deux soies dorsocentrales; une
paire de soies acrosticales préscuteilaires. Scutellum d’un brun rouge
sombre. Pattes jaunes : fémurs I brunis au milieu : tibias et tarses som-
bres. Ailes brunies : bord costal, nervure et cellule sous-costale, nervures
transverses sombres. Abdomen d’un jaune orange : segments I-III plus
sombres, jaunis au bord apical.'—— Long. : 8 mm.
Nord : Trelon-Glageon, 1. VI. 1917 (A. Müttar).
Très voisin du Renocem fuscinervis Zur. (R. Strobli Humm.), N’en diffère
que par les caractères chromatiques.
3. R. striata (Mmcniv). Bscxnn, 1905 : IV, p. 61. —- Sczbmyza striata·
Macouaxrr, II, p. 409, 19. S. ajîînis PANDELLÉ, p. 388, 7. '
Espace interoculaire à villosité hérissée antérieurement. Plaques orbi-
taires à reflets gris, bordées de blanc. Face argentée. Antennes rousses :
chète noirx Soies aorosticales préscutellaires bien développées. Corps
terne, d’un roux foncé : couvert d’une pruinosité grise légère. Mésonotum
à ligne médiane brune évidente. Genoux et tibias I brunis. Ailes : bord
costal d’un jaune brun : transverses ombrées. —-— Long. : 4-5 mm.
Marseille (v. Wiurnmu ap. Marsan). Prusse orientale (Czwamna). Suède.
· G. TETANOCERA Dunuâait.
Front saillant; deux soies orbitales; soies ocellaires très longues. Espace
interoculaire d’un jaune orange, luisant ou non; triangle ocellaire souvent
relié à la base des antennes par une bande étroite, déprimée, luisante. Face à
pruinosité satinée d’un blanc jaunâtre, gênes et péristome plus ou moins c0u·
verts de courts cils noirs, Trompe à labelles épais. Antennes dressées : deu-
xième article élargi, aussi long ou plus court que le troisième : chète plu-
meux (fig. 375). Antennes et palpes d’un jaune orange à pilosité noire. — Corps
d’un brun roux. Mésonotum à pruinosité épaisse, roussâtre, coupée par deux
ou quatre bandes longitudinales, plus foncées, plus ou moins marquées. Ster-
nopleures couverts de cils noirs. Pattes rousses : le dernier article des tarses
souvent noir; tibias II avec des éperons allongés. (j' : fémurs III renilés,
armés de soies épaisses ou d‘épines plantées en rangées serrées sur la face
interne. Grifïes longues, robustes ou très robustes. Balanciers jaunes. Ailes
larges: bord costal et nervures transverses plus ou moins ombrées (pl. xx,
fig. 239); nervure costale avec une cilîation serrée et, à la partie moyenne du
bord externe, on observe quelques spinules distinctes des soies placées en ran-
gée régulière. — Abdomen avec des soies marginales plus longues au bord
apical des derniers segments. Q : abdomen tronqué à l’apex.
1-(2). Pas de ehètules propleuraux ...... T. nigricosta, p. 280. .
` 2—(1). Des chètules propleuraux plus ou moins nombreux. ,
3—(8). Espace interoculaire luisant au bord antérieur. Antennes : troi-
sième article deux fois plus long que le deu xième.

·rm·Ar:ocEiuoAE. — ·rE1·ANocanA 277
4-(5). Espace interoculaire brillant sur la marge antérieure seulement.
Ailes jaunàtres ou peu distinctement brunies à 1’apex ......
. ................. T. silvatica, p. 280.
5-(4)» Espace interoculaire luisant sur la plus grande partie. Ailes
claires ou la nervure costalc étroitement ombrée au sommet scu-
lement. `
6·[7). Occiput avec deux taches blanches séparées par une bande noire.
Une ombre brune sur les gênes à la base des antennes. Aile : bord
costal nettement bruni à l’apex. Antennes : troisième article pointu,
plus de deux fois plus long que le deuxième. Corps d’un brun roux.
- Long. : 7-8 mm .......... T. hyalipennis, p. 279.
'7-(6). Occiput avec une tache argentée près du cou. Pas d’ombre sur
les gênes à la base des antennes. Aile : bord costal à peine jauni. An·
tennes; troisième article mousse tout au plus deux fois plus long que
le deuxième. Corps d’un gris jaune clair. - Long. : 5 mm. . . .
. ' ................ T. unicolor, p. 280.
8-(3). Espace interoculaireàmarge antérieure mate. Antennes: deuxième ‘
article égal aux deux tiers, ou aussi long que le troisième. _
9·(12). Aile : marge costalc bordée de brun jusqu’au sommet, seule Ia
base claire.
10-(11). Antennes 1 troisième article subégal au deuxième, bord antérieur `
du troisième article droit. Pas de tache brune sur les gênes, à la base
des antennes. ; ............ T. elata, p. 279.
11-(10). Antennes: troisième article plus long que le deuxième, bord
antérieur excavé. Gênes avec un point bruni près de la base des
antennes ............. T. marginella, p. 280.
12-(9). Aile: marge costalc non bordée de brun, tout au plus un point
foncé au sommet. s
13—(1li). Antennes: deuxième article court (fig. 375). T. paludesa, p. 280.
14·(13). Antennes: deuxième article long, subégal au troisième.
15-(16). Aile : nervures MA,-MA, légèrement divergentes à l’apex; ner-
vurc MA, : section discale un peu plus courte que l’apicale; bord
costal clair ou légèrement marqué de jaune bruni. Gênes sans taches
noires près de la base des antennes .... T. ferrugînea, p. 279.
16-(15). Aile: nervure IIIA,-MA, à bords parallèles; nervure MAR: section
discale aussi longue que l’apicale.
17-(18). Aile : marge costale claire sauf un point bruni à l’apex de R,+,.
Antennes : troisième article à bord antérieur droit. d Q : pas de
taches noires à la base des antennes sur les gênes. T. arrogans, p. 279.
18-(17). Aile : marge costalc obscure, membrane brunie sur toute la sur-
face. Antennes : troisième article à bord antérieur concave : 6 Q.
Gênes avec des taches brunes près de la base des antennes ....
................ T. marginclla, p. 280.

278 Muscmas AcALY1>TÈn1as
, ' »•~
F
/ 1
1 ` sci
‘ 6 $*9 Y
i" &¢î aPî‘ i
· ` 3 Z
Ã, 79 ,·§· «-·3ï‘· 580
1 I  ' f» ~` H
,  . 378   J 9 L  
] claia _§e_';‘ \`* i mc
Tîëï II
¢ / .
fe È . arrogans femlgmœ
4/ '   ' 1 "
‘ il  
Y \ É aaa È A
sli Fc . [ 6
Bm Va 1 a umcoicr 383
nigricosta
1 
, ç `
  Paiuboâa
365   `
)~ É 'êl 386
ôaél- · .
hgahpennis
Fxc. 378 à 386. — Appareils copulateurs des Tetanocem; app. apodème du pénis; fe-
I'OI‘C8pS €XE€I‘l'l€§   fOI‘O€pS iI1ÉBI‘IlB§ gp- gOI13·pOphyS€ POSÈÉPÃGUYGQ 7710. I`IlBXl'lb'I‘H·l’].8'
conjonctive; p. pénis; sol. scléritc du canal éjaculateur; stg. stcrnite génital. ·

TETANOCERIDAB. — 'x‘m·.moc1znA_ 279
1. T. arrogans Maman. — PANDELLÉ, p. 382, 18; Fam', 1924 : p.·52; 4.
— Fig. 379.
Avril·mai-octobre. — Ardennes : étang de Bairon, près le Chesne (R. Benoist);
Somme : Amiens (Cmpsnrxsa); Pas-de-Calais (Pansnr); Granville (Poemes);
Vosges (Perou); environs de Paris (Sécuv, Bacmor); Meudon (Pnzmm); Ram-
bouillet (Sxîzcuv); Allier (nu Buvsson); Indre : Châteauroux (ne GAULLE); Lyon
lSONTlIONNAX)§ Marseille (ABEILLE ne Pannm); Landes : Saint-Sever(DU1=oUn);
Hautes-Pyrénées (PANDELLÉ)§ Var : Hyères (ÀBEILLE na Przamn). - Corse (coll.
Séouv). Finlande (Fnnv). Allemagne (Maman). Autriche (S1·nonL, PALMÉN).
2. T. elata (FABRICIUS).·*MACQUART, II, p. 370, 17; Scmman, II, p. 53;
Pannnnuî, p. 382, 17; Bacxnn, 1905 : IV, p. 62; Fnav, 1921 : p. 103, 21;
1924 : p. 52, 1. -— Fig. 378.
Juilleit,-septembre. — Prairies humides, clairières des bois. — Ardennes : U
Vendresse (R. Bsnoxsr); environs de Paris (Bacmor); Lardy, Rambouillet,
Meudon (Séouv);.Mais0ns·Latiitte (na GAULLE); Marne : Avenay (Bsnmmn); .
Orne : Longny (Connxsn); Creuse (ALLUAUD}; Vosges (Puroxv); Creusot (FLA-
rumv); Luchon (nU Buvsson); Hautes-Pyrénées : Azereich, Tarbes (PANDELLÉ);
Pyrénées-Orientales : vallée d’Eyne (L. Banumn); Alpes centrales et orientales: `
·800-2.500 m. (PALMÉN, Iizvnsx, CALLONI, DALLA Toune). Autriche (Tmtmamian).
Italie. Prusse orientale (PANDELLÉ]. Suède (Lmnssnc). Russie (Fnav). Suisse
(Küncxsn). —— Amérique septentrionale (Msnannsn). .
3. T. l`€I'l‘\lgll183(FALLÉN).—ÃlACQUART,II, p. 370, 15; Scmmzn, II, p. 54;
Bncxnn, 1905 : IV, p. 63; Fans, 1921 : p. 103, 21 et 1924 : p. 52, 3. -
T. arrogzms PANDELLÉ (non Mme.), p. 382, 18 (part,). - Fig. 380.
Juillet—septembre. - Sur les herbes aquatiques, au bord des étangs ou des
marécages des bois et des prairies. — Somme : Ault (Pouuinn); environs de
Paris (Bacmor); Nogent-sur-Marne (FLEUTIAUXN Meudon, Rambouillet (Sécuv);
Seine—et.·Marne : Nemours (Sonconr); Meurthe—et—Moselle (R. BENOIST)§EI1l‘0
(Ponrsvm); Côtes-du-Nord : Lamballe (J. Suncour); Vendée : Sables-d’Olonne
(DrLv.u.); Orne (Conman); Saone-et·Loix·e (Pic); Landes : Saint-Sever(DuroUn);
llautes-Pyrénées (PANDELLÉ), Corse (Bucxsa). Algérie: environs d'Alger, Houiba
(Suncour). -— Sibérie QBERGIIOTII). Finlande (Fnsv). Allemagne (Msxcsx). Autriche
(PALMÉN). - Amérique septentrionale (Mimmnsn).
La larve est aquatique : elle a été trouvée parmi les Lemna et les Calli-
triche, en novembre. La nymphe hiverne et l'éclosion a lieu en avril (Durova,
1849 : p. 67, pl. Ill, lig. 1-8). C’est probablement la larve de Bnocman (fig. 355).
4. T. hyalipennis v. Bossa. —· Fam', 1924 : p. 53, 14. — T. laevzfrons \
Lonw. Scmmm, II, p. 53; PANDBLLÉ, p. 383, 21; Bscxnn, 1905 : IV, p. 63.
—- Fig. 385.
Mai—septembre. -— Marécages : herbes et arbustes. - Environs de Pnris :
Asnières (Ponrnvm); Meudon (Sécuv) ; Vosges (Puron); Morlaix (Hsnvé); Macon,
Creusot (FLAMAM); Corrèze :Argent.at (V4caAL); Landes : Saint·Sever(DuroUn).
Alpes. Autriche (P.ÀLIlll·lNl· Prusse orientale (Bncxen). Finlande (Fnsv).

280 1~1uscxnEs ACALYPTÈRES
5. T. marginella Ronmniw-Dnsvoxnv, 1830 : p. 682, 3.
Q. Deux taches d’un brun roux sur le front, à la base des antennes.
Corps d’un brun roux. Mésonotum à lignes longitudinales très visibles.
Pattes rougeâtres : fémurs III avec deux soies antéro—intcrnes submé-
dianes. Aileznervure costale à spinules bien distinctes des soies; nervures·
Ill/1,-MA, absolument parallèles à l'apex; nervure MA, : section discale
subégale à la section apicale. Abdomen cylindrique, non brusquement
_ tronqué à l’apex. — Long. : 8-9 mm.
Yonne : Saint·Sauveur, marais (R0n1NEAU-Desvoxnv); Aube : Bar-sur-Seine
(CARTEREAU; Lxsourmëne). Seine-et-Oise : Meudon, août (Siâcuv); Vaucluse :
Nyons, juin (Rilvoox); Var 1 Callian (L. BERLAMJ).
Le T. marginella répond à la description du Tetanocera robusta (LW.) sec.
SCHINER, II, p. 54.
Le T. robusta (Lw.) sensu FREY, 1924 zp. 49, Hg. 2, peut se confondre avec
cette espèce dont il présente les mêmes caractères chromatiques. Le mâle de
l’espèce caractérisée par le Dr Fmzv se distingue par le dernier segment abdo-
minal qui porte deux protubérances latérales coniques et par les forceps
externes très courbes. — Fig. 386.
Europe septentrionale.
6. T. nigricosta RONDANI. — T. elata BECKER (non F.), 1905 :(IV, p. 63.
—- Fig. 383.
Présente les mêmes caractères extérieurs que le T. elata. L’apparei1
copulateur du mâle est du type ferruginea.
Seine-et-Oise : Rambouillet, mai, 2 ex. 43* (Sieur).
7. T. paludosa R.-D., 1830: p. 682, 2. —— T. ferruginea auct. (non
. FALLÉN). BECKER, 1905 : IV, p. 63, - Fig. 375, 384.
Yonne : Saint—Sauveur (ROBlNEAU·DESV0lDY). Brechelshof (BECKER > coll. `
Muséum).
8. T. silvatica ME1eEN. — MACQUART, Il, p. 371, 18; Scnnvmz, II, p. 53;
PANDELLÉ, p. 383, 20; BECKER, 1905 : IV, p. 64; FREY, 1924 2 p. 53, 13.
— Fig. 381.
Juin-août. — Ardennes (R. Bmvoxsr); Pas-de-Calais (PANnEx.r.É, PARENT);
environs de Paris (BAGRl0T); Aulnay (Ponrevm); Seine-et-Oise : forêt de Car-
nelle (LE CERF), de Rambouillet (Siicuv); Oise : Comelle (Powaon); Aube 2
Saint-Lyé (Proven); Morlaix (HERVÉ); Orne : Longny (CORDIER); Saône·et·Loire
(Pic). — Finlande (FREY). Allemagne (LTEYER); Prusse orientale (CZWALINA).
Autriche (PALMÉN). Alpes autrichiennes (Scmman). — Amérique septentrionale
(IHELANDER).
9. T. unicolor LoEw. — Scmman, II, p. 57; BECKER, 1905 : IV, p. 64;
FREY, 1924 : p. 53, 12. — T. ferruginea Pimnnnnâ (non FALLÉN), 1902 :
p. 382, 19. —- Fig. 382.

TETANOCERIDAE, — nxc'r¥A 281
Prusse orientale (Czwatma). Silésie et environs de Posen (Lonw). Sibérie :
Kamtschatka (Fam).
G. DICTYA ltlaxcsrx.
[Dictya Maman, 1803, Illzger, Mag. [ns., ll, p.» 277 (non Fanmcxus,
non Dyctia Honmmu-D¤svo|nv)].
Yeux ronds, unicolores, verts. Front légèrement saillant et renllé en dessus.
Antennes épaisses : deuxième article subégal au troisième, ce dernier mousse;
quelques cils prothoraciques. Ailes : petite nervure transverse placée avant le
milieu de la cellule discale 2M,; nervure anale régulièrement eflîlée et pro-
longée au bord de l'aile. - Q : abdomen court. d : lamelles prégénitales à
lobes saillants, comprimés et recourbés, dressés en bas. '
1. D. umbrarum (L.). - Bacxxnn, 1905 : IV, p. 65. - Tetanoccra. umbra·
rum MACQUART, II, p. 369, 12; Scnnvnn, Il,` p. 56; PANnm.1.É, p. 379, 13.
— Monochaetophora umbrarum HENDEL, 1900 et 1902 : p. 19, 17. —
Fig. 387; pl. xxx, üg. 217. ·
Espace interoculaire avec une tache noire à la place de l’orbitale anté·
rieure; face blanche avec un point central noir: ou brun. Antennes rousses :
chète jaune à la base. Corps noir au fond, couvert d‘une pruinosité d’un
gris jaune à taches brunes plus ou moins changeantes sur l‘abdomen.
Fémurs gris à bandes apicales brunes; tibias jaunes avec un anneau
apical brun. -— Long. : 4-5 mm.
Prés. —- Aude (Gavov); IIautes·Pyrénées : Adour : sur l’aulne et sur l'angé·
lique, juillet (Paxostté). Landes : Biscarosse, juin (nr: GAULLE), - Europe.
Prusse orientale (Bscnea). - Amérique septentrionale (Mm.ANm:a).
  t
., -- 3 ·< 7%*
\ '·   E "
ST iv'
È al" ·
É,   avg
?i‘( ';;‘*`tü·;§\§¥[»} "
, ` ` A aïe
see _ , t
' ' W » .r
·/ ;;',.·`_:g§`
s · .Z\:~\` as?
M
l"u·
Fm. 387 à. 389. — 387. Dîctya umbramm Q, profil de la tète. — 388. Pherbina coryleli
Q, profil de la tète. — 389. Trypetoptcra punclulata Q, tête.

282 Muscrnxas Acanxrximns
G. TRYPETOPTERA Ilxzxxnxsn.
Yeux ovalaires d’un rose transparent avec trois bandes rouges. Front nette-
ment saillant. Antennes épaisses : deuxième article légèrement plus court que
le, troisième. Prothorax à cils réduits ou nuls. Soie ptéropleurale faible. Ailes
amples : petite nervure transverse rapprochée du milieu de la cellule discale;
nervure costale àspinules distinctes; nervure MA2c peu courbée. Abdomen
eourt.
1. T. puuctulata (Scoronx). Bncxxzxx, 1905: IV, p. 66. —-— Tetanocera
punctulata. Scnmnn, II, p. 56; PANDELLÉ, p. 380, 14. —- Sciomyza hie-
mcii Mxcouxnr, II, p. 369, 13. — Fig. 389; pl. xxx, fig. 218.
Mai·oct0bre.|— Marais tourbeux, bois et montagnes. Répandu et commun
dans toute l’Europe(‘).
I G. PHERBINA R.-D.
'_ Yeux ronds, d’un vert obscur avec deux bandes- obliques pourprées (P.
coryleti). Front saillant; face blanche; soies céphaliques plus ou moins auréo-
lées de brun. Antennes épaisses : deuxième article plus long que le troisième,
ce dernier aminci à l’apex. Cils prothoraciques bien visibles. Soie ptéropleurale
plus ou moins forte. Mésopleure avec deux ou plusieurs macrochétes. Sterno-
pleure longuement cilié. Corps d’un roux brunâtre. Ailes larges : petite nervure
transverse rapprochée du milieu de la cellule discale; nervure costale à spinules
réduites; nervure MA2c très courbée ou obli'que. (j' : fémurs III armés comme
chez les Tetanocem. — Abdomen long. - Long. z 5,5-8 mm.
il-(4). Triangle ocellaire prolongé en avant par une bande étroite bril-
lante. `
2-(3). Antennes : deuxième article plus court que le troisième. Macro-
chètes ptéropleuraux réduits ou ciliformes. Aile : nervure anale non
tachée (pl. xxx, fig. 220) ......... P. punctata, p. 283.
3·(2). Antennes : deuxième article aussi long ou plus long que le troi-
sième. Ptéropleures avec un ou deux forts macrochètes. Ailes : ner-
vure anale tachée (pl. xxx, fig. 219) ..... P. coryleti, p. 283.
4·(1). Triangle ocellaire prolongé en avant par une bande mate. Ptéro-
pleures à cils longs et dressés (2).
5—(6). Antennes : troisième article concave en dessus : chète noir. Aile :
petite nervure transverse dirigée sur la deuxième intersection costale;
ncrvure llIA2c plus courbée (pl. xxx, fig. 222) . P. paludosa, p. 283.
L Obtenu d’une nymphe de Mîcrnlépidoptère : Dichrorampha petiveretla L. ou alpinana Tr.,
6-0h (nx: Cnoxlxanuccxxn, 1905).
2. Gest dans cette section que se place le Tetanocera vittigera Scuxrmn, ll, p. 55, de l'Eur0pe
centrale. On le distinguera par 1’ai1e dont le bord costal est plus ombré, par la transverse MAM?
courbée et brunie, par 1'apex des tibias et des tarses d’un brun noir.

U
TETANOCEIUDAE. — cxnsunus 283
6-(5). Antennes : troisième article à bord antérieur droit : chète brun.
Aile : petite nervure transverse dirigée sur la troisième intersection
. costale; nervure MA,,c moins courbée (pl. xxx, fig. 221) .....
A . . ._ .............. P. germana, p. 283.
` 1. P. coryleti (Scorotx). '—— Bxzcxsn, 1905 : IV, p. 66. — Tetanocera.
reticulata (F.). Paxvnnnnxî, p. 381, 16. — Pl. xxx, fig. 219.
. Mai-septembre. —- Lieux humides ou marécageux. Environs de Paris
(Sécuv); Vosges (Purox); Charente (DELVAL, Sexxxzuxrl; Lyon (SONTHONNAX);
Creuse (Ax.x.u.wn); Aude (Gxxvov); Landes : Capbreton (na GAULLE, Dosoim);
Var: Le Beausset (Axrcav); Hyères (Aux:xx.x.e ne Psxxxux); Marseille (Lomnxnn).
Corse (Bscxxan); Hautes-Pyrénées : Tarbes : montagne, sur l'aulne,les carex
et les iris (P.moex.mê).— Prusse orientale (Sx~:xnm·z). Autriche (Bovxzn ne Forxsco-
Loxxnxa). Espagne (Durouxx, NAvAs); Andalousie (Pouxaoxa). Algérie : Rouiba _
(Suxxcour). Maroc : Tanger (Favxmx). A
2. Pxgermana (R.·D.), 1830 : p. 090, 10. — Tetanocera vittigera PAN-
xmx.x.É (non Scnxxuxx). —- Pl. xxx; fig] 221.
Dans les marais : Yonne : Saint-Sauveur (Romxa.w·D¤svox¤r); Landes :
Saint-Sever (Duroun); Var : Hyères (Amaxx.x.e ne Pxsxxxxnv).
La collection du Muséum de Paris renferme un exemplaire étiqueté par
Ronnvew-Dxzsvoior : Malina argenmza R.-D.
3. P. paludosa (R.-D.), 1830 : p. 691, 11. -- Pl. xxx, fig. 222.
Sur les plantes marécageuses, en particulier sur le Menyamhes trifoliaza
(lion.-Dssv.). Yonne : Saint-Sauveur (l`tommaAu·Dssvoxny); Creuse : Guéret,
Courtille (C. Atnuauo).
4. P. punctata (Fannxcxusl. — Becxxan, 1905 : IV, p. 67. — P. communis
R.—D., 1830 : p. 689, 5. —- Tetanocera punctata Macouaxvr, II, p. 369,
11; Scxxxivnn, II, p. 55; PAx~xnE1.1.É, p. 380, 15. — Pl. xxx, fig. 220.
Mai-septembre. — Espèce commune dans les lieux inondés et les prés
humides. -— Environs de Paris : Orry (P. Duxxoxr); ltambouillet : étangs d’©r,
du Gruyer; Meudon (Sxîcuv); Mâcon (Fnxxxanv); Lyon (Sourxxoxmx); Vaucluse :
Apt; Var : Hyères (Anxsxrte ox; Psxxnm). Valais : Sion (ne Gaume); Ilautes-Pyré-
nées : Tarbes, montagne, prairies, menthe, euphorbe. —- Corse : Vizzavona
_ (Becxan). Alpes orientales : 100-2 500 m. (Gmaonxaxx, PALMÉN, CAx.x.om).
t G. CTENULUS Roxmm.
Ilnxmzx., 1902 : p. 84.
Yeux verts avec la partie inférieure violette et une bande de même couleur
à la partie supérieure (C. pcctoraüs)1
Les larves sont parasites de Mollusques aquatiques. La larve du Ctenulus
peczoralis 0. été trouvée dans un Plauorbe et celle du C. punctatus Loxvonscx

284 Muscxnss ACALYPTÈHES
vit aux dépens des Planorbis (Tropicliscus) planarbis L., Planorbis albus MüL1..,
P. comcus L., Limnaea ovata DRAP. var. peregra (Lurmmzcx, 1923).
1-(2). Mésopleure et ptéropleure jaunes. Yeux concolores. Tarses I :
quatrième et cinquième articles blanchâtres. — Long. : 2,5-3,5 mm.
................. C. pectcralis, p. 284.
2-(1). Mésopleure et ptéropleure noirs. Yeux avec des bandes.
` 3-(4). Tarses I : quatrième et cinquième articles blanchâtres. Antennes
plus courtes que la face. Ailes à nervures jaunàtres. Clypéus mat. —
Long. : 2-3 mm ........... C. distinctus, p. 284.
4-(3). Tarses I zcinquième article blanc. Antennes aussi longues ou plus
longues que la face. Ailes à nervures noirâtres. Clypéus brillant. —
Long. : 2,5-3 mm. —- Autriche (HENDEL, 1902 : p. 85, 3) .... .
................. C. Beckeri Heimat.
390
Q  ·° «*'
l lk
îî \\‘\ ~
· . R \  
\\ . ‘="
`   fi  
` ,  · :·1·::÷.:1;Ã.>· $L~i·?
(j` ·§ \ Kit ,‘
 .· . ,Z'
aî   39·
**1 iiiii;. ·
  t
-`-"`•,__ _;\\,/
  ·... ....-.·····/i 392
Fm. 390 â 392. — Ctenulus distinctus. — 390. Tête vue de face : les antennes sont
enlevées. —- 391. Profil, >< 10. — 392. Aile >< 10 (sec. Hnunm. 1902 : p. 84).
1. G. distinctus (Mnxcmv). — Bncxun, 1905 : IV, p. 62. —- Fig. 390-392.
Suède (Znrrnnsrsnr). Danemark (Srmzeim). Berlin (Roms, hlnxcsn). Hollande
(v. D. NVULP). Angleterre.
2. C. pectoralis (Znrmnsrnnr). Bxzcxnn, p. 62. — Opomyza distincta
Scmmzn (non Mme.), II, p. 285. —- Fig. 353 et 364.
Suède (Zn·1·'1·.). Danemark (Smmian, Lunnmzcx). Mecklembourg (RADL). Thu-
ringe (Gmscnnmz). Berlin (Mmenm). Silésie (Scmxnn). Galicie (Nowncm). Egypte.

TETÀNOCEXUDAIL — nsnnomzunn 285
Cette mouche a été obtenue du Planorbis vortex L. (Lurmmacr, 1923 : p. 106,
§ 2)' ·
G. EGTINOCERA Zsrrsnsrsnr,
1. E. borealis (ZE·r·r1:ns1·En1·). —-— Scmmm, II, p. 52; Bncxsn, 1905 : IV,
p. 62. — Fig. 393-395.
Alpes orientales de 2.500   3.000 m. (Poxomw, CALLONI). Suède et Norvège
(Scmmcn). Angleterre. Mouche herbicole à larve phytophage (d‘après Bszzr).
ri'- _%
I, ’/ ·     ,
393 1;.- · ï
394
R
• 1 Sc
À _/
~~____—_ -__·-' 395
Fm. 393 à 395. ·— Ectinocera borcalis. -393. Tete, profil. - 394. id., face. - 395. Aile :
z : petite nervure transverse (sec. Hsunni., 1901 : p. 89, (ig. 4-5).
G. HEDRONEURA Ilmom.
[llfonc Humm., 1902 : p. 19, §13].
Yeux ronds avec deux ou trois bandes d'un bleu pourpré. Front saillant.
Lunule libre. Antennes épaisses, plus longues que le grand diamètre de l'œil
(fig. 401); chète blanchâtre à l'apex. Prothorax à cils microscopiques; un chè-
tule mésopleural; quelques cils ptéropleuraux; une soie dorsocentrale présen-
tellaire. Fémurs I armés sur les faces antéro- et postéro-internes, sur le tiers
apical, de quatre ou six spinules raccourcies, inégales, robustes. Ailes étroites :
nervure transverse postérieure MA,c courbée en S (fig. 402); nervure costale
à spinules réduites ou nulles; cellules costale et marginale jaunes. Abdomen
long. cf : sternite IV en poche allongée, saillante.
-— Antennes : troisième article un peu plus court que le deuxième. Un.

286 Museums ACALYPTÈRES '
_ chètule mésopleural. Mésonotum noir au fond à pruinosité grise.
Abdomen roux. -— Long. : 5-8 mm ..... H. cucuIaria,.p. 286.
- Antennes : troisième article plus long que le deuxième (fig. 401).
Chètule mésopleural ciliforme ou nul. Corps entièrement roux au
fond. —— Long. : 6-7 mm .......... H. rufa, p. 286.
1. H. cucularia (L,). Pxnnnrné, p. 371, 3; Bscxmx, 1905 : IV, p. 67. —
Elgiva cucularia Scumnn, II, p. 64. —- Fig. 402.
Juin-août. — Lieux humides, prairies et bois. Environs de Paris (Bxemor);
Lyon (Sonruoxvmx); Bordeaux (Piêmsz, PANDELLÉ); Landes : Saint-Sever (DU-
rorm). Corse (Kurvrzn). — Allemagne. Suède (Zmrnnsrsnr). Autriche (SCHINER,
Iinnom). Italie (Ronnmx). Laponie (Fines : Mus. Paris).
2. H. rufa (Pimznn). Scnimzn, ll, p. 63; PANDELLÉ, p. 371, 2; Bncxnn,
1905 : IV, p. 68. — Fig. 401.
Pas-de-Calais : Arras, juin (O. PARENT); Lyon (Sonrnoximx); Landes : Saint-
Sever (Dn1··onn[Tçtanocem amica Dur. in litt.]). Suisse (Küncmat). Prusse
orientale (Czwamiva). Autriche (Scmmzn, HENDEL). — Amérique septentionale
(LIELANDER).
· G. ELGIVA ÃIEGERLE ap. lllElGEN·
Tête rousse; bande médiane frontale avec deux petites taches brunes à l’in-
sertiou des soies orbitales et une tache plus grande sur les gênes, près de la
, base des antennes. Face d’un blanc jaunâtre. Antennes rousses, brunies ou
noircies à l’apex; troisième article uu peu plus long que le deuxième (fig. 400) :
chète blanchâtre à l`apex. Trompe brune : palpes jaunes. — Mésonotum roux
avec deux bandes longitudinales grises, pleures à pruinosité pâle, mésopleure
_ cilié ou non, sans macrochète dressé. Pattes jaunes : tarses plus foncés. Ailes
vitreuses ou un peu jaunàtres. Balanciers jaunes. — Abdomen roux, à ligne
médiane dorsale brune plus ou moins élargie. — Long. : 6,5-8 mm.
1-(2). Antennes : troisième article court, tronqué (fig. 398); chète à cils
nettement plus courts que le `diamètre du fuseau. Aile : nervure cos-
tale zspinules réduites ou nulles. Orbites : pore de la deuxième soie
orbitale taché. Aile 2 nervure JIIAÉ avec un rameau récurrent bien
marqué entre les deux transverses et deux ou trois points brunis,
plus ou moins accusés; nervure transverse ]lIA2c fortement courbée
(fig. 399) ............. E. trifaria, p. 287.
2-(1). Antennes : troisième article plus long, non tronqué (fig. 400) :
chète à cils aussi longs que le diamètre du fuseau. Aile : nervure
costale à spinules visibles. Orbites : pore de la deuxième soie orbi-
tale non ou peu distinctement‘ taché. Aile : nervure transverse ]l1A2c
moins courbée.
3-(4). Aile : nervure MA, avec quatre points brunis; très exceptionnelle-
ment un rameau récurrent entre les deux transverses. Pattes rousses,

Teuxocsnxean. — ELGIVA ' 287·
tarses sombres. Mésonotum à bande médiane brune étroitement di-
visée ou non ..... ‘ ........ E. albiseta, p. 287.
4-(3). Aile : MA, avec deux points brunis au plus oula nervure unifor-
mément brunie; parfois un rameau récurrent entre les deux trans-
verses. Tarses jaunes, sauf les antérieurs. Mésonotum à bande mé-
diane bruno largement divisée.
5-(6). Antennes : troisième article pointu; ehète à villosité blanche,
courte ............... E. lineata, p. 287.
6·(5). Antennes : troisième article émoussé à l‘apex; chète à villosité
noire, assez longue .......   . E. sepedonoidea, p. 287.
1. E. albiseta (Scorom). — Scrxxmzn, II, p. 62; PANDELLÉ, p. 373, 6. -—
Tetanocera araloria Macouanr, II, p. 371, 19. — Fig. 400.
Juin-octobre. - Lieux herbeux, bords des fossés, marais, bois humides.
Commun et répandu dans toute la France. Europe. Algérie (Tnénv, Suncour).
Maroc (FAVIER). Tunisie (Gmmu ne Iîsnvxtuz).
2.E. Iineata (FALLÉN). — Scnnvnn, II, p. 63; PANDELLÉ, p. 371, §4;
Becman, 1905 : IV, p. 69. ·
Mai-juillet. Environs de Paris, Meudon (Séeuv); Rambouilietzétang d’Or, iris
(Pouuma, Séouv). Suede (Maman). Europe centrale (Scn1mzn,IinNnEx.). -— Amé-
rique septentionale (l\Im.ANnEn).
3. E. sepedonoidea (Ronmnw-Dnsvomv), 1830:p. 680,1.
Comme l’E. lineata. : coloration moins foncée; mésonotum à bandes
sombres diffuses. Tête plus courte, front moins saillant, macrochètes plus
robustes. Antennes : deuxième article subégal au troisième, beaucoup
plus courtes que chez 1’Elgz'va Iineata, pas plus longues que l’œil dans
son plus grand diamètre. Ailes larges : transverse MA2c courbée en S,
légèrement ombrée; nervure MA, avec trois ou quatre taches brunes et
un petit rameau récurrent rapproché de la petite transverse. — Long. : 6-
7 mm. .
Alpes-Maritimes : Sospel (L. Benuixn). - Algérie : Boufarik (Tmânv).
4. E. trifaria (Lonw). —- Bscxan, 1905 : IV, p. 69 et 1910 : p. 659, 296.
E.'later·itia Roivmxx. PANDELLÉ, p. 372, 5. E. trivittata S1·nom.. —— Teta-
nocera unipunctçzta l`IACQUART, 1849: III, p. 494, 245, t. VI, fig. 10. —
Fig. 398, 399.
Avril—octobre.— Surles Crucifères, les herbes aquatiques, la menthe, dans les
fossés. - Morlaix (llsnvâ); Var : Le Beausset (Arxcev), Hyères (Annitts ne Psa-
mx); Aude (Gmvov); Landes : Saint·Sever (Duroun); Pyrenées-Orientales :
Amélie-les·Bains, 20. X (Suncour); Ilautes-Pyrénées : Massey, Adour (Pm-
m:x.1.é). Corse : Bastia: marécages du bord dela mer, mai (Bncxen). Italie (Ron-
niuxx). Sicile : Syracuse, juin (Zettnn, Losw). Algérie : Constantine, fin mai,
tleurs de Thapsia garganica (Lucas); Houiba, mai-juin (Suncour).

288 Muscmns ACALYPTÈIIES
È   É ·~._ _``-` È? —  
395 · 397 *·-····’
ai 398
. ” `< r
`È ~ lq /7-/lr .‘ M.
È  ,/ @\ ·~—~—— · ··...._ _   ···-··
  mu\"`:$[’
_> ru (Q
ll‘  ·
s 400
N il V `\. fli--"
. _ 40* ``‘·   9
w   "·— .._____-_"--_”’_’,I
Fxe. 396 à. 402. — 396. Hydromyia dorsatis, tête. — 397. id., aile. -— 398. Elgioa, tri/`a-·
ria, antenne. —- 399. id., aile. — 400. Elgiva albiseta, tète. — 401. Hedraneura rufa,
tète. —- 402. Hedroneum cucularia, aile.
G. HYDROMYIA R.-D.
Yeux d'un brun bronzé obscur, sans bandes. Antennes : troisième article
tronqué à l’apex; chète à cils peu distincts (fig. 396). Mésonotnm noir, couvert
d’une pruinosité d’un gris bleuàtre avec deux lignes Iongitudînales peu mar-
quées; sternum blanchâtre. Aile : nervure oostale sans spinules distinctes des
soies; nervure MA, avec, le plus souvent, l’am0rce de deux rameaux récurrents
tachés de brun, le premier avant la nervure transverse MA2c, l’autre après. —
Abdomen testacé : tergites avec des taches discales noiràtres variables. (j' :
sternite III avec deux cornes; IV avec un tubercule conique.- Long. : 5-6 mm.
1. H. dorsalis (Fncnxcms). PANDELLÉ, p. 372, 4; BECKER, 1905: IV, p. 69.
—- Elgiva dorsalis Scunvnn, II, p. 63. — Fig. 396, 397.
Mai-décembre. — Herbes humides et lieux passagèrement inondés, aulne,
carex, genévrîers. —- Ardennes : Vendresse (R. Bmoisr); Somme : Pas-de·Ca-
` lais (O. PARENT); Paris : Jardin des Plantes : 24 mai; environs de Paris : Cla-
mart (Pouune); Nogent-sur-Marne (Fnnurmux); Rambouillet (Sxîcnv); Yonne :
Saint-Sauveur (Rommzau-Dxasvoxnv) ; Eure : Evreux, Neauphle-Saint-Martin
(G. Ponrnvnv); Mâcon (FLAMARY); Rhône : Poule (Pic); Var : Le Beausset

· rnunocnnxnxn. — conmuxcnnx 289~
(Axxcrv); Landes 1 Saint-Sever (Duroun); Hautes·Pyrénées : Tarbes (PANx>ax.x.xê)(
Corse : Vizzavona(Becm·:n). Suède. Prusse orientale (Bscxxzn). Sibérie (SAHLBERGL`.
Autriche. Italie. Espagne (Navxs). — Tunisie (Gxmew ne Krnvxtxa), Maroc
(G. Bucmar).
G. GOREMACERA Ronoxxx.
Statinia Hmmm., 1923 : p. 211, § 24.
Orbites avec une large tache veloutée, noire, étendue sur la base des deux
soies orbitales. Chète antennaire mince, jaune à la base, blanc à l’apex, à cils
blancs assez longs. Corps noiràtre. Mésonotum couvert d’une pruinosité cen-
drée, pointillés de brun, les points parfois réunis en lignes. Quelques cils
prothoracîques. Mésopleures et ptéropleures nus. Sternopleures à cils épars.
Tibias I brunis. Ailes constellées : nervure MA, à section discale un peu plus'
courte que l’apicale. '
1-(2). Soies acrosticales préscutellaires robustes. Corps allongé. Fémurs
et balanciers brunis. Aile : cellule apicale 2 M, avec trois rangées
de taches claires ou plus (pl. xxx, fig. 225). Antennes : troisième
article .un peu plus court que le deuxième (fig. 403). Plaque oeellaire
à prolongement aussi large au sommet qu’à la base, l'apex subar-
rondi, insensiblement déprimé. — Long. : 6-9 mm ......
................ C. marginata, p. 290.
2-(1). Soies aerosticales préscutellaires nulles ou ciliformes. Corps plus
court. Fémurs et balancîers d’un jaune clair. Aile : cellule apicale
2 M, avec tout au plus deux rangées régulières de taches claires;
—- (Pl. xxx, fig. 223, 224). ——· Long. : 5-7 mm.
3—(lx). Plaque ocellaire grise prolongée en triangle étroit, déprimé, jus-
qu’au bord antérieur. Antennes : troisième article subégal au
deuxième (fig. 404) ........... C. cîncta, p. 289.
4-(3). Plaque ocellaire d’un noir luisant, prolongée au bord antérieur
en large bande rectangulaire déprimée. Antennes : troisième article
un peu plus court que le deuxième .... C. balensis, p. 289. _
1. C. cincta [Faxmxcxus). — Scxxxrmn, II, p. 59; PANDELLÉ, 376, 11;
Bscxnn, 1905 : IV, p. 71. -Fig. 404; pl. xxx, fig. 223. _ .
Toute l’Europe, mais rare partout. Allemagne (Bxuumuan >Msxor:N). Prusse
orientale (Pauvreté). Danemark. Autriche (Scmxsn).
2. C. halensis Lonw. — Bncxnn, 1905 : IV, p. 71. — Pl. xxx, fig. 224.
Comme le Coremacera. marginata; en diffère par la disposition des
taches claires sur l’aile, par la conformation de l’appareil copulateur mâle
dont les forceps sont beaucoup plus étroits. Il diffère encore du C. cùzcta
19

290 Muscmns Acamrrinns
parla cellule 2 M, plus étroite et par la nervure MA,c beaucoup plus con-
vexe.
Seine-et-Oise : Lardy, juillet (Cnornnn et Bnmnmn). Autriche.
( , ’ ,    L .\
 "? ‘ , î , ‘“’5 ,
\` Ã   \ «
Ii ` ‘*°”" ` 2 J¤î.@"'
· I 4-03 ’
 _ ws
Flo. 403 à, 406. - 403. Coremacem marginaux qj', profil de la tête. —— 404. C; cimta 5*,
antenne. — 405. Euthycem fencstrala Q, profil de la tête. -—- 406. Limnîa unguicor-
nis çj', antenne.
3. C. margînata(FAnn1c1us). —— PANnnL1.É, p. 376, 10; Bncxnn, 1905 : IV,
p. 71. — Tetanocera marginata Mncooanr, Il, p. 366, 3; Scmmm, II,
p. 58. — Fig. 403, pl. xxx, fig. 225. `
Juin-octobre. — Sur les herbes et les plantes basses dans les prairies et les
bois humides. Répandu et commun dans toute la France. Toute l’Eur0pe.
G. EUTHYGERA Lxrnnxtnn.
Hnnnm., 1923 : p. 211, § 25; Cnnssoiv, 1920 (part.); llrlnnimnnn, 1920:
p. 321 (part.).
Yeux avec une ou plusieurs bandes pourprées, parallèles, arquées. Tête-
rousse ou brune avec des taches noirâtres de chaque côté ; face blanche. Anten-
nes comprimées : troisième article court, noircià 1'extrémité: chèteà cils blancs.
Thorax d'un gris brunâtre ou d’un brun roux; soies prothoracales ciliformes
ou nulles. - 0* : fémur Ill armé sur la face interne comme chez les Tctano-
` cem. Aile : marge costale brune, plus ou moins marquée de blanc, nervure
cosiale avec des spinules plus ou moins distinctes des soies. — Long. : 4,5-
9 mm. \
Mouches carnivores, occasionnellement coprophages.
1-[2). Antennes : deuxième article subégal au troisième : chète plu— ~
meux. Triangle oeellaire prolongé au bord antérieur par une bande
rétrécie, déprimée, luisante ...... E. chaerophylli, p. 291.
2-(1). Antennes : deuxième article plus long que le troisième : chète à.
cils tout au plus égaux a 2-2,5 fois le diamètre du fuseau.

·1·m·A1voc1m1nAn. - nuruvcsm 291
3-(6). Prolongement du triangle ocellaire mat, non déprimé.
4—(5). Antennes zdeuxième article brun .... E. eribrata, p. 292.
5-(4). Antennes : deuxième article jaune. Mésonotum d’un roux mat
latéralement. —— Algérie (Lucxs) ...... E. algira Macon
6-(3). Triangle ocellaire prolongé en bande rectiligne, déprimée, brune,
luisante. ·
7-(8). Aile : bord costal d’un brun uni, sans taches blanches (pl. xx,
fig. 230); nervure costale à spinules distinctes des soies. Tarses plus
ou moins jaunes .......... E. fumignta, p. 292.
8·(7). Aile : bord costal`avec 2-5 taches blanches : nervure costale à
soies fines, spinules peu développées. Tarses I jaunes ou d’un brun
noir
9-(10). Ailes à taches blanches rapprochées en séries distinctes (pl. xx,
fig. 231). Antennes ztroisième article mousse . . E. soror, p, 292.
10·(9). Ailes à taches blanches non réunies en séries distinctes.
11-(12). Antennes épaissies : troisième article triangulaire. Ailes : trois
taches blanches dans la cellule R,, contre la nervure costalo (pl. xx,
fig. 232) .............. E. stictica, p.; 293.
12·(11). Antennes moins épaisses : troisième article arrondi à Papex
(fig. 405). Deux taches contre la nervure costale dans la cellule R,.
13-(14). Aile : cellule discale avec 17-20 taches. Taches de RH contre la
costale, grandes (pl. xx, fig. 233) .... E. fenestrata, p. 292.
14—(13). Aile : cellule discale avec 25-30 taches. Taches contre la nervure
costale plus étroites.
15-(16). Aile à taches blanches disposées irrégulièrement (pl. xx,
fig. 234) ............. E. flavescens, p. 292.
16·(15). Ailes à taches diffuses sur le disque.
17-(18). Ailes à taches dif`fuscs_contre la costale.—Naples (Cosu) (pl. xx,
fig. 235) ............... E. Zelleri Lonw.
· 18-(17). Ailes à taches costales nettes, plus grandes (pl. xx, fig. 236).
.................. E. nuhila, p. 292.
1.. E. ohaerophyllî (Famucws). — Tetcmocera.chaer0phylli Macouaivr,
II, p. 367, 6. T. corylcti Scmmm, II, p. 57. T. irrorata Macouxnr, II,
p. 368, 9. T. varzegata FALLÉN. Bazzx. PANDELLÉ, p. 378, 12. —- Luni-
gera chaerop/zylli Hmmm., 1900 : p. 344; Becxnn, 1905; IV, p. 64. --
Pl. xxx, fig. 226 et 227.
La disposition des taches sur les ailes est variable; I’aile crihlée de ·
taches blanches, la nervure transverse .MA2c étroitement bordée de brun
se rapportent à l’E. chaerophylli; l’aile qui présente « une bande brune
vers les deux tiers de la longueur presque sans tache; extrémité de l’aile
brune à trois taches blanches » correspond à l’E. irrorata. de MAcQu1m·r.
Cette variété a été trouvée en Sicile par AI. Lnrnnvnn (Macouxnr), à
Naples par Cosn, et en Macédoine par M. le D' Go¤x.nnN et M. Mm-

292 Mxxscxnns ACALYPTÈRES
CELLET (Mus. Paris). On trouve tous les _ passages entre les deux formes
extrêmes (pl. xxx, fig. 226 et 227).
Juin-août. —- Jura (COURTEAUX); Vosges (Purox); Lyon (REY); Puy-de-Dôme :
La Bourboule (nn GAULLE); Landes : Saint-Sever (Duroua); Luchon (H. nn
Buvssonx); Hautes-Pyrénées : Tarbes (PANDELLÉ); Var : Hyères (ABEILLE nn Psa-
xxnv). Nice : Peira-Cava. 6. VIII (Am>cEN1·). Corse (KUNTZE). Suède (ZETTEIP
s1·E¤r). Prusse orientale (BECKER). Autriche : Vienne (Boxxzn DE FONSCOLOMBE,
GIRAUD). Italie (Ronoxmx). Espagne (NAvAs). Alpes centrales et orientales : 100-
2.100 mr (GREDLER, PALMEN). Suisse :Bérisal (nr: GAULLE).
` 2. E. Crihrata (Px0Nx>ANx). —-— Limnia cribrata PÀNDELLÉ, p. 375, 9. --
Pl. xxx, fig. 228.
Seine-et—Marne _: La Roche-Guyon (Suncour); Vaucluse : Apt (AaExLLE-x>E-
PERRIN); Var : Callian, IX (L. BERLAND); Nîmes (H. mx Bnvssorx); Hyères
(ABEILLE nr; Pxzxmxn) ;·Montpellier (Snxxcour); Béziers (MARQUET) ; Aude (GAvox);
Pyrénées-Orientales : Amélie-les-Bains, novembre (Sunconr). Italie (RONDANI).
·- Algérie : Alger, Rouiba, Boufarik (Bové, Tnéxxr, Suncour).
3. E. fencstrata (MAcouAm·) 1835 : II, p. 370, 14. — Fig. 405; pl. xx,
fig. 233.
Alpes—Maritimes : Cannes (Fxnor); Gironde : Pauillac (MAHIEU, S€C.MACQUART).
4. E. ilavesccns (R.·D.). — Pherôina flcwescens B.OBINEAU·DESVOIDY,
1830; p. 688, 2. - pl. xx, fig. 234.
Seine-et-Oise : forêt de Carnelle, juin (F. LE C1-zur). —? France (RonxNEAU-
Desvomï).
5. E. fumigata (Scoronx). — Limnia fumigata PANDELLÉ, p. 375, 8.
L. rufifrons Scnmsn, II, p. 60. — T etanocera fumigata MACQUART, II,
p. 368, 8. — Pl. xx, fig. 230.
Mai—septembre. - Dans les prés. — Dunkerque (DE GAULLE). Arras, 20. VI
(O. PARENT); environs de Paris z Montmorency, 20. VII (PoUxAnE); Nogent-
sur·Marne, juillet (FLEUTlAUX)} l’Hay; Rambouillet, août (Sxâeuv); Yonne :
Manny (L. BERLAND); Allier (nu Bmxssoxv); Haute-Savoie : Abondance (M. Pxc); ‘
Isère : Grande—Chartreuse (Somnoxmx); Var : Hyères (ÀBEILLE ne Psnmrz);
Landes : Saint-Sever (Durouxx); Hautes-Pyrénées : Luz, Gavarnie, Aragnouet
LPANDELLÉ), -· Autriche : Vienne (Bonn ne FoNscoLoxxsE). Alpes orientales,
$00-2.500 m. (DALLA Tonus, Srnosn).
6. E. nubila (LoEw) 1847 : VIII, p. 119. ·-- Pl. xx, fig. 236.
Pyrénées—Orientales : Banyuls·sur-Mer,août (L. BEaLArxn); Var: Le Beausset
(Arzcmr). Corse : Bastia (var. corsicana Bncxsn, 1910 : p. 659, 299). Sicile
(LoEw).
7. E. S0x·or(R.-D.),-Plzerbina sororRonxNEAU-Dnsvoxnr, 1830 : p. 690,
9. - Pl. xx, fig. 231.
Yonne : Saint-Sauveur(RoxaxxEAu-Dssvoxnx); Hérault : Montpellier (Smzcovr).

l ranuocsninxn. — snrsnox 293
8. E. Stictîca (Fxnnicius). — Tetanocera stictica Mncouamn.-— Limnfa
slù·£z'ca Bncxan, 1905 : IV, p. 70. —Pl. xx, fig. 232.
Mai-septembre. — Seine-et-Oise : Bouray (R. Bmvoisr); Lardy (SURCOUF);
Vendée: Sables d’Olonne (Drsnvxr.); Landes : Saint~Sevex· (Duroun). — Alle-
magne (Mmcari).
G. LIMNIA ROBlNEAU·DESV0lDY·
Yeux avec quatre bandes longitudinales pourprées, deux médianes et deux
marginales. Tête rousse avec des taches brunes de chaque coté : face blan-
che. Antennes : troisième article noiràtre à l‘apex : chète à fuseau et cils ‘
blancs. Plaque ocellaire prolongée au bord antérieur en bande déprimée, ·
brunie. Thorax d'un brun roux :·deux bandes mésonotales grises. Soies pro-
thoracales cîliformes. Pattes rousses. Ailes : membrane eonstellée par de
nombreuses taches claires séparées par un réseau brun, marge costale bru-
nie, sans taches blanches contre la nervure costale. — ç5' : plaque prégénitale
saillante. —- Long. : 4,5-7 mm.
Mouches carnivores, occasionnellement coprophages.
1. L. ungttlcornis (Scorom). -— Pxxnsrmiâ, p. 374, 7; Bncxnn, 1905 : IV.
p. 71. — Tetanocera unguicornis Scrxmsn, II, p. 60. T.pratorum Mac-
ouurr, II, p. 368, 10. —— Fig. 406; pl. xx, fig. 237.
Mai-septembre. - Sur les plantes basses et les Graminées, dans les près
humides et les marécages. - Très commun partout et répandu dans toute la
France. Toute l’Europe.
G. SEPEDON Lxrnnttta.
Une seule orbitale : la médiane postérieure. Lunule frontale largement
découverte. Espace interoculaire un peu saillant, rugueux. Face perpendicu-
laire, épistome saillant. Antennes séparées à leur base, plus longues que la
tète; deuxième article cylindrique, aminci, une fois plus long que le troisième,
ce dernier épaissi à la base et terminé en pointe brune; chète blanc, cils peu
distincts. Quelques cils prothoraciques, mésopleuraux et ptéropleuraux. Pattes
grandes; fémurs postérieurs épaîssis, épineux à l'apex; tibias un peu arqués.
Aile : nervure transverse MA,c convexe (fig. 407, 408, pl. xx, fig. 240).
Les larves et nymphes, aquatiques, vivent parmi les plantes flottantes comme
le Lcmna zrisulca (Gnacxn, 1876; Bnocusn, 1913 : p. 385, fig. 159, 160). Luxomzcn
a obtenu la pupe des débris repoussés par l'eau sur le bord des lacs, des étangs
ou des marécages.
— Aile : nervures MA ,-MA, convergentes à l‘apex (fig. 408). Corps
d'un bleu noir; pleures brillants; pattes rousses. Espace interocu-
laire et antennes noirs. — Long. : 7-8 mm. . S. sphegeus, p. 294.
- Aile : nervure MA,·MA, parallèles à l‘apex (407). Corps testacé.
Mésonotum avec quatre lignes rousses. Espace interoculaire avec

294 Muscxmzs Acnnvivriznns
deux taches d’un noir velouté. Antennes rousses. : troisième article
noir au bout. — Long. : 5-6 mm ...... S. spinîpes, p. 294.
. _ ,` ‘*1•»
  _ Q I
  ·
I \-\.
0% â *
É Ã Q 407 .
L ’t " ` `
2* _\
,.»-~·*‘· /
  Q",} ·
 
F10. 407-408. —— 407. Sepedon spinipes çj', profil X l0. -—— 408. S. sphegeus, aile. i
1. S. sphegeus (Famucxus). —— Scmmm, II, p. 64, PANnn1.LÉ, p. 366, 1;
Bncxmx, 1905 : IV, p. 72. — Fig. 372, 408.
Avril-octobre. ·— Marécages, bords des fossés, des étangs ou des lacs, '
carex, aulne, menthe ou sur les herbes élevées. Toute la France. Europe.
Larve aquatique, vit à la surface de l‘eau parmi les Lcmna (ni: lvïnuùmz).
« Cette espèce est assez commune sous notre climat : elle vit dans l'Iris
pseudo-accrus. ROBINEAU·DE$VOIDY, 1830 : p. 677, 1. »
· 2. S. spinîpes (Scorom). — Scmmzn, II, p. 65; Pnwnnnui, p. 367, 2. —
S. Haejfneri FALLÉN. Mncounivr, ll, p. 363, 2. — Fig. 407. I
Avril-décembre. — Marais. — Environs de Paris : Ville·Evrard (FLEUTMUX);
Fleury (P. Dmuoiw); Meudon, Rambouillet, étang d'Or (Powana, Sécuv); Côtese
du-Nord : Lamballe (Suaconr); Concarneau (Poron); Finistère (lliâiuoml; forêt
d’Evreux, Conches, Tillières·sur-Avre (Ponrnvm); Allier (ou Bmrssozv); Beaune
(E. ANDRÉ); Lyon (Somnommx); Charente-Inférieure (DELVAL); Hyères (Aenunm
on Pmmm); Landes : Saint-Sever (L, Duroun); Hautes-Pyrénées : Castelnau,
Arrens(PA1vnE1.LÉ). Corse : Vizzavona (Bacxnn). —· Autriche : Vienne (Boum
na F0Nsc0LoMnE). Maroc (Tmânv).

munocnnxnne. —- sAL·rxcELLA 295
G. DICHÀETOPHORA Ronnnni.
Deux soies orbitales, la première réduite. Lunule frontale découverte; front
• peu saillant, lisse; face oblique, fortement carénée sous les antennes, épistome
saillant. Antennes séparées à la base, moins longues que la tête : deuxième
article comprimé, subégal au troisième, qui est terminé en pointe mousse;
chète antennaire en fuseau régulier, blanc à l'apex, à cils courts, serrés, cou-
chés. Quelques cils prothoraciques. Ptéropleure et mésopleure nus. Pattes
d'un roux jaune : fémurs III épaissis, épineux à l`apex, bord externe inerme;
tibias Ill légèrement arqués. Aile : nervnre transverse MA,c droite. Corps
étroit, allongé, terne, uniformément d'un brun roux. Mésonolum d'un gris
ardoise sur le disque. - Long. : 6-9 mm.
1. D. Obliterata (Fnnnncws). - Pnnoecmâ, p. 369; Becxen, 1905 : IV,
p. 73.- Tetanocera obliterata Mncounwr, II, p. 366, 1. — Limnia obli-
Jcrata Scmnen, ll, p. 61. —— Fig. 373; pl. xx, iig. 238.
Juin-novembre. - Dans les prés et les clairiéres des bois, marais, sur les
haies, les arbustes, les herbes aquatiques, sur la menthe. '
Ardennes (R. Benoist); Eure : Arnières, Evreux (Ponrevxn); Granville (Pou-
nne); Manche : Saint-Vaast (Bemnnn); Calvados : Luc-sur—Mer (Lesne, Pon-
·rev1n); Bernières-sur—Mer, septembre (Mencxen); Côtes-du-Nord (Suncour).
Villefranclie-sur-Saône (MU1.1.en); Mâcon (Fnnmnv); Jura : Les Rousses
(P. Lasne); Allier (nu Buvsson); Var: Le Beausset (Ancev); Bouches-du-Rhône :
Aix (Aeeinte ne Penmn); Hyères (Anextne ne Pennxn); Haute-Garonne : Saint-
Béat (Rxnxur); Landes : Saint-Sever (L. Dnroun); llautes·Pyrénées : aulnaies,
Gavarnie, Castelnau (Panoetui). Corse : Bastia et Vizzavona (Becxen). Silésie
(Scmnen). Europe centrale : Alpes orientales, 100-3.274 (Pxtmân, Daum Toune).
S.-F. SALTICELLINAE
G. SALTICELLA Roaxnenu-Desvowv.
Unebsoie orbitale courte. Lunule frontale découverte; front peu saillant, mat,
couvert de chétules couchés. Plaque ocellaire prolongée en triangle jusqu'au
bord antérieur du front. Face oblique, courbée vers l’épistome. Antennes
courtes, largement, séparées à la base : troisième article arrondi à 1’apex, com-
primé, deux fois plus long que le deuxième : chète antennaire efîilé, pratique-
ment nu. Quelques cils prothoraciques. Mésopleure et ptéropleures nus. Calus
métapleural avec un duvet serré, court. Aile : nervnre costale sans spinules,
nervnre transverse MA,c très oblique, rectiligne, avec une tache brune sur
son intersection avec MAM .,. z.; petite nervure transverse marquée de brun.
Corps d'un roux foncé à pruinosité cendrée; mésonotum avec dix points noirs
séparés sur les bandes longitudinales.
· 1. S. fasciata (Mmcen).-— Pnnnmmiî, p. 385, 1; Bncxnn, 1905: IV, p. 73.
— Lucùza lzfspanica Meucen (sec. typ,). — Fig. 409. `

· 296 Muscmns Acnnvrwiaans
Calvados : Bernières-sur-Mer, septembre (Mnncnzn); Var : Le Beausset
(Aivcuv); Marseille (v. Wxnrnen ap, Mnzxomv; Anmnnm nz Psaum sec. PANDELLÉ);
Aude (Gllvov); Gironde : Caudéran, mai (J. Pénnz); Landes : M0nt—de·Marsan
/(PEna1s, in coll. Duromx; Goennr). Irlande. Europe centrale. Italie. Espagne :
Andalousie (Mmomv, type). Saragosse, 28.VIII.29 (A. Osomo REns1,1.oN). ,
. '••
· Z / («
`\\ Ã (  ny
  "”—   Q i
\.__ _ /,/, ~r/ ( É. /, ( ~\_
~ -··——·   ______ ...-..2  \“’ (   il ‘
‘ A
¢
 ‘  
  A   ’¢"; ‘\\•;;
wi `U   / Fu
,.i'‘ A
e 7 ( / 2
 et J ··
"`v 
F10. 409. — Salticella fasciata (1, X 10.
Obtenu de larves trouvées dans des Helix pisamz Müx.1.en, vivant à Luc-
sur-Mer (Calvados) (Msncmn, 1921 : p. 163).
Larve cylîndro-conique, épaisse, blanche, subeoriace; tête très petite, rétrac-
tile, peu profondément bilobée et chaque lobe surmonté d’un palpe bîarticulé,
court, délié, à peine visible; mandibules peu saillantes et crochues. — Long. :
12 mm. (Psnms).
Ed. Pznms (1850 : p. 123, § 2) a également observé que cette larve dévore
« Panimal de l’HeZix pisana, probablement après qu`il est mort ».
F. OPOMYZIDAE
llmznsn, 1928 : p. 101, 70; Cznmvv, 1928, 54 c, p. 1-15.
Triangle ocellaîre petit; soies postocellaires nulles (Geomyza, Opomyza)
ou présentes et divergentes (Anomalochaem (1). Toujours une seule orhitale.
(1) Anomalochaeta guttîpermis (ZE1'12). — Europe septentrionale. '

oroMxztnAE. - OPOMYZA _ 297
Vibrisses nulles ou confondues avec les soies péristomales (Geomyza, fig. 414).
Trompe courte à labelles allongés; palpes longsà cils raides. Antennes:
deuxième article avec une soie; chète pubescent ou pectiné. - Une soie ster-
nopleurale et une humérale; 1+2 ou 3 soies dorsocentrales ; mésopleure velu,
une ou plusieurs soies ptéropleurales; prosternales nulles; quatre scutellaires
marginales. Tibiaszpréapicales nulles. Ailes : lobe anal réduit (Opomyza, pl. xxx,
fig. 248) ou nul (Geomyza, pl. xxx, fig. 250); nervure R2.}; prolongée jusqu':) la
pointe de l’aile, plus ou moins convergente avec MA); transverse x éloignée
de l’apex de R,. — Abdomen (Q) formé de six segments courts, les autres
télescopiques. Cerques longs, ciliés; plaque sous-génitale (sternite X) en lame
coupante, le tergite correspondant réduit à deux écailles « précercales ». Abdo-
men (çj') formé de cinq segments : deuxième segment génital plus ou moins
développé. Appareil copulateur court, forceps externe à branches foliacées,
mucronées, un peu concaves, forceps interne en pince longue; sternite géni-
tal en bride courte, élargie; apodème du pénis beaucoup plus long que le ster-
nite génital; gonapophyses postérieures courtes (Opomym) ou longues (Geo-
myza), épaisses, ciliées. Pénis robuste : la partie moyenne avec un processus
arrondi, le prépuce couvert de soies appliquées, courbées (Opomyza), ou pénis
épais plus ou moins épineux et armé à l'apex. —· Long. : 3-5, 5 mm.
Mouches communes ou très communes dans les prairies, sur les herbes ou
les roseaux, dans les endroits humides.
TABLEAU ons saunas. .
— Ailes : lobe anal bien développé; nervure anale en baguette courte,
nervure AIA, avec un rameau récurrent (b) bien développé. Vibrisses
nulles. Quatre scutellaires subégales; scutcllum velu ......
.................. Opomyza, p. 297.
— Ailes : lobe anal réduit ou nul; nervure anale nulle; nervure MA, sim-
ple. Une longue ou très longue péristomale antérieure (vibrissc).
Scutellum dénudé; les macrochètes scutellaires basaux raccourcis. .
.................. Geomyza, p. 299.
' G. OPOMYZA FALLÉN.
Deux ou trois rangées irrégulières de soies péristomales. Espace interoculaire
légèrement rétréci antérieurement avec quelques soies microscopiques. Chète
antennaire pubescent ou velu. 1 + 3 soies dorsocentrales.
1~(ü). Aile : bord costal sombre.
2·(3). Aile avec une bande sombre antéapicale. . . O. fasciata, p. 298.
3—[2). Non. ·
4~(5). Aile avec une bande sombre non élargie à Papex ......
...... L ......... 0.fuscipex1uis, p. 298.

298 Muscxmzs Acxnvrrizxuss
5—(4). Aile avec une bande élargie (pl. xxx, fig. 249) .......
............... 0. germînationîs, p. 298.
6—(1). Aile : bord costal non bruni.
7-(8). Mésonotum avec une bande médiane sombre, écourtée en avant et
prolongée sur le scutellum en arrière. . O. lineatopunctata, p. 299.
8—(7). Mésonotum non ainsi marqué.
9-(10). Aile : une ou deux nervures transverses supplémentaires en
dehors de la normale (.2:) ........ O. punctella, p. 299.
10-(9). Une seule nervure transverse moyenne (xv) (pl. xxx, fig. 248). .
.................. 0. tlorum, p. 298.
1. O. fascîata Macouxivr, 1835 : II, p. 556, 5.
Face blanchâtre; antennes brunes. Mésonotum d’un gris jaunâtre.
Pattes I noires, II et III rousses; tarses noirs. Ailes hyalines, bord costal
brun jusque près de l’extrémité; avant Pextrémité une bande transversale
xfatteignant pas le bord postérieur, une autre entre les nervures mé-
diaires et le bord des nervures transverses brunâtres. Abdomen noir, à
incisions blanchâtres. — Long. : 2,25 mm.
Verdun (Lucas).
2. 0. florum (Faim.), ·—l“ACQUART, Il : p. 555, 2; Scnxivnn, II, p. 285;
Bucxxzn, 1905 : IV, p. 228; Cznnivv, 1928 : 546 p. 4. - Sapromyza notata
Mxcounnr (non FALLÉN), 1835 : Il, p. 401, 23. — Pl. xxx, fig. 248.
Mésonotum d’un roux jaune foncé; parfois une bande médiane longitu-
dinale claire, élargie sur le scutellum. —— Long. : 3-3,5 mm.
Juin—oct0bre. — Dans les prairies et les endroits boisés avec l’O. germina-
tionis. Environs de Paris (Bosc, Bxcnxor); Rambouillet : étang d`Or (Powxna,
SÉGUY); Meurthe-et-Moselle : Manoncourt-en-\V6evre (B. Bmvoxsr); Indre (oa
GAULLE); Allier : Broût-Vernet (H. du Buyssou); Royat (l*`x..·mxxw); Lyon (Rev);
Ma1·seille, Hyères (Axxrxxxxa ne Pxsnmiv); Var : Callian (L. B¤nx.ANn); Hautes-
Pyrénées (Pxnnrzxmxâ). Presque toute l’Europe. — Norvège, Laponie : monte
jusqu'à 2.100 m. (Poxomw).
La larve, occasionnellement nuisible au blé (Trizicum), se développe sur les
feuilles centrales. Elle a été étudiée par Bxarsxv (1917). Sur le Trizfcum vulgare
Vxx.1.., Bologne (Gnanox, ap. Goxnaivxcrx).
3. 0. fuscipennis l\1Acq¤Axvx·, 1835 : II, p. 557, 8.
(jl. Noir. Face blanche, espace interoculaire roux, noir sur l’occiput.
Pattes rousses, extrémité des fémurs brunie; tarses I bruns. Ailes brunâ-
tres, plus sombres le long du bord costa], nervures transversales large-
ment bordées de noirâtre. —- Long. 2 3 mm.
` France (ÃIACQUART).
4. O. germinationis (L,). —MAcouAm·, II,p. 555, 1; Scnxmzx, ll: p. 284;
Bacxnn, 1905 : IV, p. 228; Czxzmw, 1928 :-54 c, p. 4. — Sapromyza

/
orourzmazz. — csomrzx 299
ambusta Macouawr (non Mmmm) 1835 : II, p. 402, 25. -- Fig. 412, 415. -
Pl. xxx, fig. 249.
Mésonotum roux avec deux bandes médianes longitudinales brunes
rapprochées en avant, réunies postérieurement et prolongées en bande
unique sur le scutellum; latéralement deux bandes estompées. Abdomen
noir, roux à Pextrémité. - Long. : 3-3,75 mm.
Juin-octobre. Commun dans toute la France, plus commun sur les herbes
dans les endroits humides. Toute l'Europe.
5. 0. lineatopunctata v. Ros. — Bncxsn, 1905 : IV, p. 228; Czsnmr,
1928 : 54 c, p. 5. ·
Mésonotum avec une bande noiratre écourtée antérieurement, pro-
longée sur le scutellum. Ailes plus sombres au bord postérieur, sur la ·
cellule cubitale postérieure et le lobe anal. Abdomen roux, plus ou moins
rcmbruni. - Long. : 3,5 mm. `
Europe centrale et septentrionale. `
' 6. O. punctella FALLÉN. Bncxun, 1905 : IV, p. 229; Czrzxuw, 54 e : p. 6.
Comme l'O. florum, plus petit, en diffère par le· dessin alairo. -
Long. : 3 mm.
Europe centrale et septentrionale (Czxuum > Pzmnettrî). I
G. GEOMYZA FALLÉN.
Une rangée de soies péristomales : la plus longue représente la grande vi-
brisse : son emplacement normal est occupé par des cils courts. Espace inter-
oculaire légèrement rétréci antérieurement, avec quelques soies microscopiques.
Chète antennaire pectiné au bord supérieur. Scutellum dénudé, les soies
scutellaires antérieures courtes. Ailes : pas de nervures anales.
1-(6). 1 -}— 2 soies dorsocentrales. Ailes : nervures transverses sans
ombres.
2-(3). Ailes nettement ombrées à l'apex. — Long. :3,5 mm .....
............... G. angustipennîs, p. 300.
3-(2). Ailes peu nettement ombrées à l’apex.
4-(5). Antennes jaunes.- Long. :2,5 mm. —•- Bavière. G. adusta Lonw.
5-(4). Antennes brunes.- Long. :2,5 mm. -- Autriche ......
...... . ......... G. denigrata Czsnmr.
6-(1). 1 + 3 soies dorsocentrales.
7—(10). Aile : seulement la transverse postérieure MA,c ombrée.
8-(9). Ailes très étroites : la tache apieale occupe toute l’extrémité de
l’aile. - Long. : 3-3,5 mm. - Europe centrale et septentrionale. .
................. G. apîcalis (Msxcsrz). '
(

300 xxxuscxnxzs .4cAL¥x>TÈnEs
9-(8). Ailes non très étroites : postérieurement la tache apicale dépasse
de peu MA,. —— Long. : 3-3,5 mm. (pl. xxx, fig. 252) ......
................. G. venusta, p. 300.
10-(7). Aile : la nervure transverse moyenne (.1*) et la transverse posté-
rieure (MA2c) ombrées.
11—(12). Taches des nervures transverses étroites, peu marquées. -—
Long. : 3-3,5 mm. (pl. xxx, fig. 250) .... G. combinata, p. 300.
12-(11). Nervures transverses largement ombrées. — Long. : 3-3,5 mm.
(pl. xxx, fig. 251) .......... G. tripunctata, p. 300.
1. G. angustipennis (ZE’1`T.). — Czexxxw, 54 c : p. 9.
Seine-et-Oise : Maisons-Laflitte, mai (DE GAULLE); Eux·e : Evreux (PORTEVlN);
Hautes·Pyrénées : Tarbes, 10. XII (PANDELLE). ——- Suède (ZE·x··rExxs1·Enx·). Bavière
(LOEw [G. divergens LoEw]).
2. G. combinata (L.), - Scx1xNEn,II : p. 287; Czxmxw, 54 c: p. 10. — Ba-
lioptera combinata BECKER, 1905 : IV, p. 229. —- Opomyza combinata
MEIGEN. Macouxxvr, II : p. 558, 12. — Pl. xxx, fig. 250.
Pas-de-Calais : Trescault (0. Panmr); Seine-et-Oise 1 Rambouillet (Sxîouv);
Maîsons·LaIïitte, septembre (nx: GAULLE); Seine-et-Marne : Fontainebleau, juin-
septembre (nE GAULLE, PoUmnE). Prusse orientale (Czwxmxva, PANDELLÉ)·
Larve dans la tige des céréales, principalement du blé (Trizicum). Egalement
signalée sur les Agrostis alba L., Holcus lanatus L., Festuca arundinacea
ScxmEB., Agropyrum repens P. BEAUV., Lolium perennc L. (FnEw, 1923).
3. G. tripunctata FALLÉN. — Scxxxnmx, II, p. 287; Czmxnw, 54c : p. 12.
— G. bracata. Pxonnxmx. G. calceata Rnx. G. pictipennis HONDANI sec.
CZERNY. — Balioptera trzpunctata BECKER, 1905 : IV, p. 230. — Opo-
myza tripunctata MEIGEN. Macouxnr, II : p. 558, 14. —— Fig. 413, 414;
pl. xxx, fig. 251.
Mai-novembre. Herbicole. Commun partout et répandu dans toute l’Europe.
Norvège et Laponie, monte jusqu’à 2.300 m. (DALLA Toune). Sibérie. Algérie
(THÉRY). Tunisie (Nomxxnn).
4. G. Venusta (MExGEN). — Scnxnnn, II: p. 287; Cznnxw, 54c : p. 13. -—
Balioptera venusta BECKER, 1905 : IV, p. 230. — Opomyza venusta
Mnxcxxx. MAcoUAn·x·, II, p. 558, 13. — Pl. xxx, fig. 252.
Juin-septembre. — Herbes et feuillages cles prairies, avec les précédents.
Seine-et—Oise : Rambouillet (Sxâcuv); Eure : Evreux, VI (G. PORTEVlN); Annecy,
VI (DE GAULLE); Var : Callian (BERLAND); Hyères (ABEILLE DE Pxmmx); Haute-
Garonne : Saint·Béat, VIII-IX (Rxnxnx); Aude (Gxvov); Marseille (JULLMN);
Vaucluse : Apt lABElLLE DE Pexznm); Lyon (REY). — Europe centrale et
septentrionale. _

ABTHOMYZIDAE. —— Anrrnomvza 301= ·
F. ANTHGMYZIDAE
Hmvnnx., 1928 2 p. 100, 60; Cznmvv, 1928 : 54b, p. 1-7.
Adultes. -— Yeux à villcsité éparse; plaques occipitales prolongées en avant;
· soies orbitales inférieures nulles ou seulement une ciliforme; deux orbitales supé-
rieures courbées en arrière. Scies verticales postérieures réduites et conver-
gentes ou nulles. Triangle ocellaire grand. Vibrisses bien développées. Trompe
courte; palpes allongés, légèrement dilatés à l‘apex, ciliés. Antennes: deuxième
article avec une soie dressée, troisième article pubescent; chète pubescent ou
oourtement cilié. —— Deux soies dorsoeentrales postérieures. Mésopleure et
ptéropleures nus(‘). Deux soies sternopleurales; quatre scutellaires, les anté-
rieures écourtées. Tibias sans soies préapicales. Ailes couvertes d`une villosité
microscopique; nervure 1A non prolongée au bord de l’aile. — Oviscapte
télescopique, dépourvu de gaine basale spinuleuse : tergites et sternites vesti-
giaux. Abdomen mâle de cinq segments; sternite X globuleux; forceps externe
à branches dilatées en feuilles reeourbées, portant un processus apical spinu-
leux; forceps interne petit, épineux; sternite génital en bride élargie; apodème
du pénis étroit, plus long que le sternite génital; gonapophyses couvertes de
petites écailles appliquées. Pénis court, denté, pointu (fig. 418). — Long. : 1-
3,5 mm.
Moueherons communs sur les herbes dans les prairies humides.
Larves saprophages ou phytophages. On les a trouvées sur les Phragmizes,
les Leersia et les Juncus.
TABLEAU ons esnmzs.
1—(2). Ailes réduites : la seule nervure MA, visible sur toute la lon- .
gueur (fig. 419). Fémurs I inermes ..... Striphosoma, p. 304.
2·(1). Ailes bien développées : les autres ncrvures également visibles. ·
Fémurs I avec un aiguillon court. et robuste dressé sur la partie
m0yenne'de la face interne. ' _
3·(4). Antennes : deuxième article prolongé sur le troisième. Deux
soies orbitales : la première ciliforme (fig. 410). . Anagnota, p. 304.
4-(3). Deuxième article antennaire non prolongé sur le troisième.
Deux soies orbitales, parfois un cil antérieur (fig. 411) .....
................. Anthomyza, p. 301.
G. ANTHOMYZA l*`.u.1.éx.
:l—(2). Deux soies orbitales très rapprochées; pas de soie antérieure.
Corps d‘un noir brillant. Pattes jaunes. Ailes vitreuses. —- Long. :
2 mm ................ A. nitida, p. 303.
(1) Meme chez les Slriplnomma. ·

302 , mzscums ACALYPTERES
2-(1). Orbitales écartées; une soie ou un chète avant la première.
3—(8). Mésonotum jaune ou roux, bandé ou non.
4—(5). Ailes avec une bande transverse et une large tache apicale. —-
`·
llwl 4IZ
.\`è   2%;
. i  ,__,s E; $
  ’  [ îîwp \\\\   l
[/·°7"'~:-1
bl ga t
gà" S9
'   app g` ’ ·
\ en , 1 "   K: E
413 » É
fl É gl W 4l4—
l
· 93 ’1È\ f
"`   
._ ` `` Jv \Sr9 "l‘l‘
‘ Est" ;\
1 91*   s · Ã
1’~ ~a [ ‘
 W  Mi err w
mf ' fr ,2  N
  î·   ' 4-IG
W   4
fî '’_y‘,, J G! 418 417
 '“ 1% 11 sa $*9
Fw. 410 à. 418. —- 410 Anagnota bicolor, profil de la tète du · type ». —— 411. Anthomyzzz
pallida, tète, profil. -- 412. Opomyza germinalionis, id. — 413. Geomyza tripunctata,
app. copulateur. -— 414. id., profil de la tète. — 415. Opomyza germinationis 5*, app.
copulateur. -— 416-418. Anthomyza gracilis. — 416. id., larve, stigmates postérieurs.
— 417. id., appareil buccal. — 418. id., app. copulateur mâle.
Long. : 2,5 mm. — Europe centrale et septentrionale .....
................. A. fasciata Woon.
5-(4). Ailes claires, vitreuses ou jaunâtres, sans taches.

ANTHOMYZIDAB. —— ANrnoMYzA 303
6-(7). Espèce entièrement jaune. — Long. : 3 mm. . A. pallida, p. 304.
7-(6). Mésonotum avec deux bandes médianes sombres; une tache
sombre plus ou moins étendue sous la dépression notopleurale. —-
Long. : 2,5 mm. Europe centrale. (Bncxnn, IV:Qp. 231; Czmmv, p. 4].
................. A. laeta (Mmcxzu).
8·(3). Thorax noir, tout au plus les pleures jaunes.
9—-(10). Pleures jaunes. -—- Long. : 2,5 mm. — Angleterre. Allemagne
(Czsnmr, 1928 : p. 4). · ..... . . A. pleuralîs Cznmw.
10-(9). Pleures noirs.
11-(12). Pattesl partiellement noires. — Long. : 2 mm. .... ·
........... _ ...... A. albimana, p. 303.
12-(11). Toutes les pattes jaunes. '
13—(14). Tête arrondie antérieurement. — Long. : 2 mm. — Angleterre.
Russie asiatique .......... . . A.ungulataLo1:w,
14-(13). Tête anguleuse antérieurement. — Long. : 2-2,5 mm. _
15-(16). Front jaune jusqu’au milieu ....... A. gracilîs, p. 303.
16·(15). Front jaune au bord antérieur seulement. A. sordidella, p. 304.
1. A. albimana (Mmcmv, [sec. typ.]). - Bncxnn, 1905: IV, p. 230E I
Czsmw, 54b: p. 2.- Opomysa albimana Mncouanr, II : p. 557, 11.
O. glabra Mnrcmv (sec. typ,]. Scmmm, II : p. 286.
Fémurs jaunes, largement noireis à l‘apex, avec une robuste épine
noire plantée sur la face postéro—interne proximale; genoux largement
jaunes; tibias et protarse Inoirs, le reste du tarse blanchâtre; pattes II
et III jaunes. —- Long, 2-3 mm.
France? (Mmoosnr). Ardennes : Vendresse, mi·août; Seine—et-Oise : Saclas
(R. Bmvolsr). Liège. Bavière (Mmcmv, S. B., VII, p, 380,13). En septembre,
sur un champignon pourri (Cznmw). Europe centrale et septentrionale.
2. A. gracilis FALLÉN. ·—PERIllS, 1851: p. 128 et 1877: p. 386; Bscxnn,
1905 : IV, p. 231; Czmmv, 1928 : 54 b : p. 4. — Leptomyza gracilis Mac-
ounnr, II, p. 581, 3; Scmmm, II, p. 282. — Geomyza socculata ZE'l`TBR•
srnnr. — Fig. 416-418.
Juillet-septembre. Endroits humides ou marècageux. —— Environs de Paris ;
` Meudon, Rambouillet, Janville (Sieur); Creuse : La Celle-Dunoise (Antenne);
Landes (Permis); Grenoble (Gxnwn); Hautes-Pyrénées : Bordères, Azereich,
Arrens jPANDELLÉ). - Autriche (Gmwn). Europe centrale et septentrionale.
Larve entre les feuillets roulés et serrés du bourgeon terminal- ou dans les
feuilles supérieures des roseaux —- ou commensales dans les galles produites
par les larves des Lipara lucens Mme. et rufitarsis Loew, sur l’Arund0 phmg·
mixes L. [Plzragmites communis Tmlv.] ou sur les tiges du Juncus obtusi/`olius
Ennn., ou dans les sommités du Leersia oryzoides Sw. (Penms, 1877 : p. 385).
3. A. nitîda (Mmcxas). — Geomyza nitida Scmmsn, II, p. 288. —Paran-
thomyza m'tz'da Bscmzn, 1905: IV, p. 231; Czsmw, 54b, p. 5. — Antho-
philina flavmes ZETTERSTEDT·

304 Muscxmas Acanvrrnnns _
Juin-juillet. -— Hautes-Pyrénées : Arrens, Adour (Pmrnnnuî); Landes : ex
Lamium maculatum L. 30. VIII. 77 (Pnnms). - Bavière (Mnxemv); Prusse
orientale (CZWALINA). Europe centrale et septentrionale.
4. A. pallida (Z1z·r·r.). —— Scmivnn, II, p. 281; Bncxnn, 1905: IV, p. 231;
Cznnmr, 54 b, p. 4. -· Fig. 411.
Tête jaune, anguleuse antérieurement. Antennes : troisième article
avec une tache supérieure noire. Dernier article des tarses noir. Tergites
abdominaux plus ou moins rembrunis. — Long. : 3mm.
Europe centrale et septentrionale.
5. À. sordidella (Zum`.), — Cznnm', 54 b, p. 5. —-- Leptomyza sordidella
Scnmnn, II, p. 282.
Juillet-septembre. Endroits marécag·eux,avec l'A. gmcilis. S`eine—et—©ise :
Meudon, Rambouillet (Siâuuv); Brière-les·Scellés, La Chapelle·en-Serval.
(R. Bnmoxsr); Hautes-Pyrénées (PANDELLÉ). — Qà et là dans toute l’Europe. ·
Comme l'A. gracilis, entre les feuilles des Arunda ou des Typha.
I G. STRIPHOSOMA Czmuw.
Cznmw, 1928 : 54 b, p. 6.
i 1. S. sabulosum (Hanxnu). -- Czmmv, 1. c. — Anthomyza sabulosa
Bncimn, 1905 : IV, p. 231. A. sa- .
.‘ liens LoEW. — Geomyza brevzfen-
X nfs ZETT. — G. sabulosa. Mnncinn,
“·_   1924 : p. 221; 1925 : p. 178. —- Fig.
\ 419.
 \ , `V Deux soies orbitales supérieures.
`“ V Troisième article antennaire pubes—
` , ¢'* ’   cent. Mésopleure et ptéropleures
` ’ I ny nus. Deux soies sternopleurales.
xjlô ' \ Quatre soies scutellaires, les basales
  plus courtes. — Long. : 1 mm.
V _ Environs de Paris : Bois-de-Colom-
Fre. 419. —- Striphosoma sabulosum (3*, bes (P~ LESNE)? Eure î Evreux. juin 06
proül ?< 45. (G. Ponriavm); Calvados : Luc-sur-Mer,
Lion-sur-Mer (Mnncuan, 1925 2 p. 178);
Haute—Loire: Le Puy, VI (H. MANEVAL). Angleterre. Suède (Scmxnn).
G. ANAGNOTÀ Bxccxnn.
1. A. hic0l01‘ (MEIGEN).-—-Bncicnn, 1905 : IV, p. 232; Czsmw, 54 b, p. 7.
- — Opomyza bicolor Scmman, II, p. 286.'·- Fig. 410.
Deux soies orbitales : la première ciliforme, la deuxième beaucoup

CHIROMYIIDAIL — APIIANIOSOMA 305
plus forte, plantée à la partie moyenne entre la base des antennes et le
niveau des oeellaires. Antennes brunies à la base, blanchâtres à l’apex.
Mésonotum et scutellum d’un noir brillant; pleures et sternopleures
blanchàtres. Pattes entièrement jaunes. — Long. : 2 mm.
Bavière (Muxcmt : type). Berlin (ûtnenmznc). Angleterre (Cown).
F. CHIROMYIIDAE
Czamw, 1927 : 53, p. 51; llmvnm., 1928: p. 99, 67.
Adultes. - Plaques frontales réunies aux orbites; deux ou trois soies orbi-
tales; vibrisses faibles. Trompe courte; palpes réduits, spatulés, couverts
de cils serrés. Une soie prothoracale; soies propleurales nulles. Tibias
sans soies préapicales externes. Ailes : nervure costale à épines faibles,
décolorées, serrées sur toute la longueur de la costale; nervure sous-cos-
tale faible mais perceptible jusqu'à l'apex où elle se rapproche de R, près
de la fracture costale; nervure anale etiilée, prolongée à la marge de l'aile
(Aphaniosonza) ou non (Chiromyia); lobe anal bien marqué (Chiromyia), ou
réduit (Ap/zaniosoma approximatum). — Abdomen de cinq segments. Appa-
reil copulateur mâle : tergite X très développé, forceps externe à branches
petites, étroites, croehues; forceps interne à branches courtes, arrondies.
Gonapophyses antérieures foliacèes, 1’arête postérieure ciliée; gonapophyses
postérieures en lame simple. Pénis très épais avec plusieurs lames chitineu-
ses longitudinales (fig. 420).- Long. : 1-3 mm.
TABLEAU nus cnmuzs.
— Mésonotum : soies acrosticales disposées en deux rangs. Métanotum
entièrement ou partiellement noir. . . G. Aphanîosoma, p. 305.
— Soies acrosticales disposées en quatre, six ou huit rangs. Méta-
notum entièrement jaune ...... G. Chiromyia, p. 306.
G. APHANIOSOMA Bsciuan.
Czsmw, 1927: 53, p. 52.
Mésonotum avec quatre ou cinq dorsocentrales plus ou moins développées,
souvent ciliformes. Soies scutellaires subégales, une soie sternopleurale, une
mésopleurale et quelques cils satellites. Aile : nervures Ra .,. g et MA, rappro-
chées à l'apex; transverse médiane .z· très écartée du niveau de l'apex de
R, mais rapprochée de MA2c, cette dernière courte.-Diptères de petite taille :
0,5 - 1,75 mm.
Selon Czsnnv quatre espèces sont connues de la région paléarctique. On
peut les distinguer comme il suit :
20 .

306 Muscmns Acnnxrrisnns
1-(4). Une ou deux soies dorsocentrales postérieures, les dorsocentrales
antérieures ciliformes.
2-(3). Ailes élargies : lobe anal réduit; nervures transverses xv et Mazc
rapprochées (fig. 422). Métanotum noirci dans sa moitié inférieure.
Long. : 0,5-0,75 mm. — Europe méridionale. Afrique .....
......... i ..... A. approximatum Bncxma.
3-(2). Ailes moins larges : lobe anal évident; nervures transverses .2: et
·JV[Ac2 écartées (fig. 423]. Métanotum entièrement noir. — Long. :
1,25 mm. — Autriche ....... A. semiconsors Czmmv.
4-(1). Quatre ou cinq dorsocentrales.
5-(6). Deux bandes grises entre les rangées de soies dorsocentrales.
Long. 1,25 mm. —- Espagne. Canaries. Afrique .......
............... A. quadrinotatum Bncicnn.
6-(5). Trois bandes grises entre les dorsocentrales. Long. : 1,5 mm. —
Hongrie. Iles Canaries. ........ A.latifro11s (Lonw).
G. CHIROMYIA Ron.-Dnsv.
Yeux ronds ; triangle ocellaire noir; péristome arrondi antérieurement. Anten-
nes : troisième article suborbiculaire. 1 + 2-3 soies dorsocentrales. Une soie
sternopleurale; une soie mésopleurale avec un ou plusieurs cils satellites.
Quatre soies scutellaires inégales. Ailes : nervure transverse x placée derrière
l’apex de 11,; dernier segment de MA2 (a + I1) trois fois aussi long que le
précédent. Abdomen de cinq ou six segments (çj') de sept segments (Q). —
Long. : 1,5-3 mm.
Parfois dans les maisons, sur les vitres des fenêtres; dans les grottes, et
dans les nids des oiseaux.
1-(2). Scutellum nu. Quatre rangées de soies acrosticales. — Long. : 1,5-
2 mm ............... C. minima, p.307.
2—(1]. Scutellum cilié sur les bords. Six rangées de cils acrosticaux ou
plus.
3-(li). Antennes : troisième article noir .... C. oppidana, p. 307
4-(3). Troisième article jaune ......... C. ilava, p. 306.
1. C. ilava   —BEc1<nn, 1905 : IV, p. 232; Cznnxv, p. 54; JEANNEL,
p. 314. — Agromyza flava. Macouxnr, II, p. 609, 18. —-— Peletop/zila flava
Bncxnn, Bnzzx. —- Scyphella flcwa Scnmnn, II, p. 283. —— Fig. 420.
Yeux pourprés à reflets verts. Six rangs de soies acrosticales. Soies
scutellaires apicales croisées. F émurs I-III épaissis (5*). — Long. : 1,5-
3 mm. .
Mai-octobre. Bois et forêts humides et ombragées. Maisons. Trolophile
et guanobîe.— Ardennes: Vendresse (R. Bsivoisr) ; environs de Paris : Fon-
tenay-aux-Ptoses, VII; Rambouillet (Séouv); Yonne : Arcy-sur-Cure : Grotte-
Percée (Jnmmm.); Lyon(So>rrnoNNAx); Basses·Pyrénées : grotte d’Izeste àArudy
(Jmnivri.); Hautes—Pyrénées : Tarbes (PANDELLÉ); Landes (Gonnnr). - Prusse
orientale (CzwAn1x.«, Bscxrn). Autriche. Italie. Afrique septentrionale.

cmnomrxmxn. — cumomrn 307
2. C. minima (BECKER). —PeIet0p/zila l)Zl}ll27Zü» Bncxnn, 1905 : IV, p. 133, 6.
Ardennes : Les Hauts·Buttés, VIII(R. BEN0lST)····· Szar (Lxcnrwxnn). Prusse
orientale (Czw.u.nvA). Livonie (Biacmzn). Tunisie : Le Kef (D' Nonmnvn).
Le C. inermis Co1.1.11v (1933 : p. 272), diffère du C. mz'nz'ma par la
présence de deux soies dorsocentrales postérieures au lieu de trois.
.     É 4-22.
.  ”
I
4-ZI
4-23
5   `EPP
\
V 9l" \ ~
ü A20?   _a sig b
f¤· p-  i 9 4.20-
Fio. 420 à 423. —— 420. Chiromyia [leva 5*, app. copulateur. — 420*. Tergite x, forceps
· externe et interne. -420**. Pénis et pièces annexes; app. apodème du pénis;bl. brun-
ches latérales du sternite génital; fc. forceps externe; fi. forceps interne; ga. gone-
pophyse antérieure; QP- gonapophyse postérieure; p. pénis; sig. sternîte génital. —
421. Chiromyîa oppidana, prolll de la tete. -422. A phaniasoma approximatum, aile.
— 423. A. scmiconsors, aile. (422 et 423, sec. Czemw).
3. C. oppidana (Scor,). À Bizcxen, 1905: IV, p. 233`; Czxanrzv, p. 54;
Jmmnnn, p. 314. —- Scyphella lutea Scmman, II, p. 283. S. m}gn'cornzs
R.—D. — Peletophila. Zutea Bncxnn, 1905 : IV, p. 131, 1. —- Fig. 421.
Yeux rouges. Espace intcroculaire à villosité très courte. Six—huît rangs
de soies acrosticalcs. — Long. : 2-3 mm.
Avec le C. flava. —-· Fontainebleau, VII (Pomxniz); Mâcon (Fuuuxnv); Lan- ‘
des (Pznms); Basses·Pyrénées : grotte d’Izeste à Arudy(Jm1vm·:t). — Prusse
orientale : Osterode(Czwlu.nvA). Berlin (Srnom., coll. Sécuv).[Autriche : Vienne,
Belvédère, sur les fenêtres (Gmxun). —- Tunisie : Le Kef(D¤‘ Nonmun). —- Amé-
rique (Awnxcn, 1927 : Ent. News, 38, P. 79). _

` 3(J8 MUSCIDES ACALYPTÈRES
F. COELOPIDAE
Adultes. —- Thorax et abdomen plus ou moins aplatis (Coelopa, fig. 434),
à PEU près I10I‘l’Il&\1X (l3.I1S les &l1i.I'BS g`Bl1I‘8S. Espace lIll·8I‘0C·Ul3ll’B l3l"g'6, 3VBC
deux rangées plus ou moins nettes de soies croisées. Trois ou quatre soies
orbitales supérieures courbées en dehors; soies verticales postérieures et
occipitales bien développées, convergentes ou divergentes (Orygma). Péri-
stome (joue) gonflé, hérissé d’aiguillons ou couvert d’une pilosité fine (Coelopa)
ou d’une rangée de soies courbées. Epistome saillant; clypéus saillant (Coe-
lopa) ou non (Oedoparea, Oz-ygma). Dépressions antennaires profondes. —-
Une rangée complète de soies dorsoceutrales (antérieures et postérieures).
Scutellaires apicales croisées. Une ou plusieurs soies métastigmatiques sur
' 1
`œf F "
M Il \\ `
\ 424 l ‘
  6W
,/L ” .
;·;%ï;L” _ SJ 426
;|,
s 425
` Flon 424 à 426. — Coelopa pilipes gf, appareil copulateur. — 424. Profil. - 425. Pénis
isolé. - 426. Ensemble vu de dessous.
le bord du stigmate postérieur ou très près (fig. 433) ou des cils bypopleuraux;
une soie mésopleurale; une ou plusieurs sternopleurales. — Pattes à villosité
dense, parfois molle, mêlée ou non de soies robustes; tibias III avec le seul
éperon interne -— ou une couronne d’éperons sur les tibias II et III, une soie
` dorsale préapicale; dernier article du tarse plus ou moins dilaté et aplati.
Ailes: nervure R, dénudée, 1 A prolongée au bord de l’aile ou non; deuxième
cellule postérieure (1 Ca,) fermée par une nervure (y) droite ou oourbée (Or·yg—
ma), alors la cellule plus ou moins anguleuse en bas. —- Abdomen : oviscapte
télescopique, court; cerques longs, protégés par deux griffes (fig. 429).
Appareil copulateur mâle (C'0elopa pilipes, fig. 424). Toutes les pièces forte-
ment différenciées; tergite X court, trapézien en profil, plus ou moins quadran·
gulaire de face; forceps externe à branches courtes, iuermes ; forceps interne
à branches ovalaires. Apodème du pénis et steruite génital étroits. Gonapo-
physes réduites ou leurs vestiges représentés par quelques soies sensorielles
latérales dressées sur l’étui pénien. Pénis en tube épais, terminé par des

COELOPIDAE. - OEDOPAREA 309
crochets robustes, chitinisés. Sclérile du canal éjaculateur en tube court, brus-
quement coudé à la base.
Mouches fucicoles, exclusivement littorales.
Les larves et les pupes du Coelopa pilipes et de l’0rygma luczuosa ont été
décrites par M. ROUBAUD (1901). Le DP Ilvcu Sc0·1·1· (1920) a donné les carac-
tères différentiels des pupes des Orygma luctuosa, Coelopa pilipes et frigida.
Les pupes des Coelopa. et occasionnellement celles des Orygma, sont para-
sitées par un Coléoptère staphylinide : Aleoc/zara (Polystoma) algarum FAUVEL
(Lnsxn et Mx-zncinn, 1923).
TABLEAU uns cmvnns.
1—(2). Des soies métastigmatiques (fig. 432). Pas de cils sur le disque de
Phypopleure. Epistome non saillant (fig.431). . . Orygma, p. 310.
2-(1). Pas de soies métastigmatiques. ' ·
3·(4). Protarse III court. Corps aplati. Epistome saillant en avant
(fig. 430). Des cils hypopleuraux ...... Coelopa, p. 311
4-(3). Potarse III normal. Corps non aplati. Prélabrum saillant ou non.
5-(6). Tibias III armés de plusieurs longues soies ou aîguillons externes
(fig. 431). Aile : ncrvure 1A raceourcie .... Orygma, p. 310.
6·(5). Tibias III avec une seule soie externe (la préapicalc). Nervure 1A
prolongée au bord de l’aile. ·
7-(8). Soies péristomales réduites. Epistome saillant (fig, 428), comme
chez les Coclopa (fig. 430). Des cils hypopleuraux .....
........... _ ..... Phycodroma, p. 311.
8-(7). Soies péristomales nulles. Epistome non saillant (fig. 427). Pas
de cils hypopleuraux .......... Oedoparea, p. 309.
G. OEDOPAREA Loew.
Tête trapézienne en profil. Yeux petits; joues égales aux 5/6 de la hauteur de
l’œil. Deux ou trois rangées de soies dispersées sur le péristome. Soies humé-
rale, prothoracale et présuturales fortes. Trois soies sternopleurales en ligne
contre la suture sterno·mésopleurale. Ailes étroites, allongées; la nervure
R; .1 3 aboutit presque à l'apex de l’aile, extrémité de R, éloignée du niveau de
la petite nervure transverse (x); transverse cubitale z droite; nervure 1.4 épais-
sie jusqu’au bord de l‘ai1e. — Q : cerques longs.
1. 0. buccata (FALLÉN). - Scmmzn, II, p. 34; Bncxum, 1905 : IV, p. 22;
Mnncxnn, 1921 : p. 162. —— Fig. 427.
Tête d’un jaune roux, face blanchâtre. Antennes : troisième article
entièrement bruni ou le bord antérieur seul plus sombre; chète court,
dénudé. Mésonotum et seutellum gris; calus huméraux plus ou moins
jaunzltres. Tarses brunis à l'apcx. Ailes : nervures très faiblement tein-
tées. Abdomen roux à pilosité rare et dispersée. - Long. : 3,5-4,5 mm.

310· Muscmns Acanvrrimns
Sur les algues rejetées par la mer. Côte du Calvados, commun pendant les
mois d‘hîver (Mnncuan); Manche : Tatihou, mai (Bennmn), -—- Littoral de
l’Europe centrale et septentrionale. Angleterre (Auncmvr).
A 1 il '
W É C
Q  
î 428
/...;*  427
I?
»_ .\` È
$‘ fait    x
  gi 2; .9
· ,*`t\ » g
watt`. A ' À, »·\ _ .
=·   "/9/·'/I']  Il —— N
   ' par l ' \" -
. »     I · \ · * 
_  ~——~ e·¢=?”,' t  V \ T- -
îa  ¤•~·--· // J,   .·,'“l'(°` tî
      \ 430 '
429 ·’ mt ki,   , 1
Fm. 427 à 430. — 427. Oedoparea. buccata, proül de la tète. — 428. Phycodroma
sciomyzina, id. - 429. Orygma luctuosa Q, ov1ducte, profil. -— 430. Coelopa eximia,
profil de la tète.
G. ORYGMA l\1monN.
Joues aussi larges que 1’oeil. Espace interoculaire a bords latéraux parallèles.
Antennes d’un roux foncé : troisième article en ogîve courte, à pointe mousse;
ehète à peu près deux fois aussi long que l’antenne. Corps épais, oblong,
bruni, mat, à pruinosité cendrée légère. Mésonotum avec deux bandes noires.
Scutellum cilié sur le disque, sauf sur la ligne médiane longitudinale. Pattes
courtes, d’un roux foncé; fémurs I renflés; fémurs II sans aiguillons anté-
rieurs; tibia antérieur avec un double aiguillon dorsal préapical; tîbias III
armés de plusieurs longues soies. Abdomen déprimé, élargi, court.
1. 0. luctuosa NIEIGEN. Mncouxwr, ll, p. 419, 1; Scmivun, Il, p. 21;
Bncxun, 1905 : IV, p. 23; Roumwn, 1901 : p. 77; Mmzcmn, 1931 : p. 106.
——P.s·aZz'd0my1`a fucicola IDUMÉRIL (sec. typ,). —— Fig. 429, 431.-433.

COELOPIDAB. —- COBLOPA 311
Goëmons du littoral maritime. Manche et Atlantique. Commun partout (Brn-
tmn, Hsnvxâ, Lnsms, Msncuan, Roueaun, Suncour).
i ’   ·#· *'®
· " s   î
É; ? I.!   /
\.
\ \ `~»·
/sm \ 4-31
4az » j \
sg / / '
N , 1
\ ” ’
455 / I
W
tw
Fia. 431 à. 433. —- 431. Orygma luctuosa çj', x 8. — 432. Balancîer et stigmate postérieur
montrant les soies métastigmatiques (sm). -433. Soies métastigmatiques isolées.
G. PHYCODROMA Swann.
Yeux petits, dénudés. Espace interoculaîre élargi, légèrement prolongé sur
les antennes. Bords de la bouche saillants en avant. Antennes courtes : troi-
sième article arrondi; chète pubescent. Scutellum‘ triangulaire légèremen
déprimé au milieu. Ailes plus longues que l’abdomen : les deux nervures
transverses (MA; c et .z·) rapprochées.
1. P. sciomyzina (Hamon?). — Coelopa fucorunz Srnom., 1900 : p. 67,
341. Phycodroma fucorum Scmmzn, ll, p. 21; Msncmn, 1921 : p. 162;
Bncxnn, 1905 : IV, p. 21 et 22. — Fig. 428.
Tête d’un roux foncé, face plus claire. Antennes brunes, jaunies à la
base. Mésonotum gris avec trois faibles lignes. Pattes jaunàtres, tibias I
à1’apex et les tarses plus sombres. Ailes grises. —— Long. : 3,5-4,5 mm.
_ Presque toute l'année, à la surface ou sous les algues rejetées par la mer.
çap de la Hague, Cote du Calvados (Mnncmn); Côtes·du-N0rd_: Lancieux
(Suncour). Côtes anglaises (Ynnnumr, Auncmvr).
• ·G. COELOPA l\I1a1<;r:N.
P1mnm.x.É, 1901 : p. 362-363; Bncxnn, 1905 : IV, p. 22; Lnsm: et Msn-
cmn, 1923; Mnncxan, 1929 : p. 279-288; Mnncum et TOLMER, 1930 :
p. 238-242.

312 Muscrnns AcALY1>TÈnEs
Yeux ovales, bords internes parallèles; espace interoculaîre aplati, hérissé
de quelques soies courtes. J oues larges. Antennes écartées à la base, deuxième
article avec une soie courte : chète dénudé, long. Corps large, légèrement
_ déprimé, brunâtre, légèrement brillant. 0 — 1 + 3 soies dorsocentrales peu
saillantes; une paire d'acrosticales préscutellaires. Scutellum dénudé, seulement
les quatre marginales normales. Tibias II avec les éperons subapicaux internes
ainsi que les postérieurs; tarses : articles III-IV triangulaires, ceux des
pattes II-III avec une rangée de chètules épais sur le bord externe de la sole.
Aile : première cellule postérieure rétrécie à l’apex. Abdomen ovale ou trian-
gulaire.
Mouches fucicoles. ,
Trois espèces sont communes sur le littoral maritime dela France. Une seule
espèce se différencie bien sous les deux sexes. Les femelles des Coelopa eximia
et frigida sont difficiles à séparer.
 îèàwg  · ~  
 îilf"  7 uîîyëk  
‘ 3*  il )*"ï;î‘/il/É W  
‘‘i    ··’ VW I ~     É   
  `  '/ Ã ‘“,- \ `  _
   ;if»_.:%>   É   /
   Éas » ’~L` se 
l)   "M‘\ ' /
( iàrïïl  Nl 
 
W âs-
Frs. 434. — Coelopa pilipes çj', >< 10.
1-(2). Joues (péristomc) hérissées de poils fins. Tous les fémurs et tibias
avec des poils longs, laineux, serrés. Macrochètes réduits ou indis-
tincts de la pilosité du fond (fig. 434).
— Pilosité très longue, un peu frisée . . G. pilipes pilipes, p. 313.
-— Pilosité courte—0u rase chez les   C. pilipes brevipilosa, p. 313.
2-(1). Joues (péristome) couvertes d’aiguillons dressés (fig. 430). Tous
les fémurs ou tibias plus ou moins épineux.
3—(4). Jusqu’à 8,5-9 mm. de long. Protarse II: face interne avec une
rangée d’épines courtes et fortes et de longs poils soyeux (fig. 435).
................. C. eximia, p. 312.
4-(3). A peine 6 mm. Face 'interne du protarse II avec une rangée de
spinules, pas de poils souples (fig. 436) . . . C. frigida, p. 313.
1. C. eximia Swann. —— Mmicinn, 1929 : fig. 4 et 7. — Fig. 430, 435.
Appareil copulateur 5* : tergite X (épandrium) quadrangulaire ou plus
haut que large, à soies fortes et longues; les forceps internes très longs,
étroits. Tergites abdominaux à bordure rousse.

cosnorxnan. — connom 313
Côtes du Calvados, mai (Manutan); Granville (Ponutna); Finistère (Héuox)
Belle-Ile (P. Lasxn); Arcachon, VII-VIII (Pénsz) — Angleterre (Auncmvr).
Islande (Dontrus).
¢"
em;/#ïW"  \
/ ( ,/ /gfVÉ}f'”yîl . I
i ai éllyflf V 435
    I
D )"
1 \
\ c
v xt,-`
  -/2/./ 
,0- I
4*%
436
Fm. 435-436. — 435. Coelopa exîmîa, protarse dela patte II. - 436. Coelopa frigida,
protarse de la patte II, d’après L. Mzncxsn, 1929.
2. C. frîglda [FALLÉN). — l\1AcQUAn*r, Il, p. 502, 1; Scmman, ll, p. 319;
Rounmun, 1901 : p. 77; `Enwas, 1915; ltlsacmn, 1929 ::fig. 5 et 6. —
Coelopa grzwis HAL. Anuman, 1930 : p. 26. - Fig. 436.
Appareil copulateur dl : tcrgite X (épandrium) court, à soies courtes;
vu de face presque rectangulaire, plus large que haut; forceps interne à
branches longuement ovalaires.
Toute l'année, sous les algues rejetées a la côte. Côtes de la Manche et de
l'Océan. Suède. Danemark. Angleterre. Amérique du Nord : côte du Pacifique
(Cora et Lower). Massachusetts (Hacnrz). Iles du Commandeur (C0Qum.s1··1·).
Iles Pribilofï, Saint-Paul et Saint—Georges.
3. C. pilipes Ilaninav. — Bizcmzn, 1905 : IV, p. 23; Pamnnnné, 1901 :
p. 362; Mancmn, 1929 : p. 280, fig. 1-2. —- Fig. 424-426, 434.
' C’est l’espèce la plus commune et la plus répandue sur les côtes euro-
péennes. Côtes de la Manche et de l’0céan Atlantique. Rives espagnoles.
Détroit de Gibraltar. Maroc (Bucmsr). Suède. Kattegat. Heligoland. Angleterre.
Iles Pribilofï (sub. nom. C. cximia MAx.x.ocrx).
La variété brevipîlosa, Msncnzn [1921 : p. 163] dîfïère du type par la colo-
ration plus foncée et par la pilosité plus courte.
Pas-de-Calais : Berck (L. Bennarzn); Finistère : Roscoff (Rounaun); Côtes-
du·Nord: Ploumanach (Laosrs); Charente-Inférieure: Royan (coll. Sécuv).
Maroc : Tanger et Agla (BUCHET), avec la forme typique.

314 Muscxnns Acanîrrianns
F. HELOMYZIDAE -
WILLISTON, p. 324; Scmxvsn, Il, p. 29; Anomcu et DARLINGTON, 1908;
NIALLOCH, 1919 :82 c; PANDELLÉ, p. 325; Czsmvv, 1924 et 1927, 53, p. 1-46;
' IIENDEL, 1928 : p. 98,`n° 163.
Adultes. — Tête ronde, aussi haute ou plus haute que large en profil.
Espace interoculaire élargi dans les deux sexes (sauf T/zelida); soie verticale
interne bien développée, verticales postérieures convergentes ou croisées.
Orbites larges, plaques occipitales divergentes ou non; une ou deux soies
orbîtales plus ou moins développées. Face verticale ou anguleuse sur
l'épistome en profil; dépressions antennaires plus ou moins profondes : les
antennes sont alors séparées par un coin plus ou moins épais; épistome renflé
dans sa moitié inférieure; péristome large : une ou deux vibrisses, et une ou
deux rangées plus ou moins régulières de soies péristomales plus fines. Ouver-
ture ou cavité buccale grande (sauf Anarosmma Lorw). Trompe épaisse; à
labelles larges; prélabrum saillant; palpes plus courts que le fulcrum. Antennes
courtes : troisième article plus ou moins arrondi, jamais allongé; chète anten-
naire bien développé, parfois très long, plnmeux, pubescent ou nu.
Thorax plus long que large, macrochètes dorso-centraux bien développés et
dressés; soies acrosticales ciliformes, sauf parfois la paire préscutellaire. Scu-
tellum aplati, cilié ou non sur le disque, toujours quatre macrochètes margi-
naux. Fémurs très souvent armés d'épines plantées en séries longitudinales
sur leur face interne. Tibias avec des éperons et une soie préapicale.
Ailes larges, toutes les cellules distinctes; nervure costale armée d'épines
plus ou moins développées. avec la cicatrice d'une fracture au droit de la ner-
vure transverse humérale; nervure sous-costale épaissie sur toute sa longueur,
divergente de R, à l’apex; nervure R, dénudée, son extrémité atteignant le
milieu de l’aile au moins ou le dépassant largement.
Abdomen ztergites II-V à marge postérieure armée d'une série complète de
soies. Oviducte femelle peu robuste ou chitinisé dans la plupart des cas; der-
nier segment comprimé latéralement en ogive étroite permettant l’érection des
cerques ou formé d`un tube tronc-conique assez court, luisant, protégeant les _
cerques.
Appareil copulateur mâle. Il (Suillia, fig. 447). Tergite X renflé en boule, for-
ceps externe à branches arrondies, leur partie supérieure armée d’épines
courtes disposées en séries, la partie inférieure hérissée de longues soies pen-
dantes un peu frisées. Sternite génital et apodème du pénis courts. Gonapo-
physes postérieures en baguettes courtes hérissées de soies; gonapophyses
antérieures en lames armées sur la tranche de chètules sensoriels rigides.
Pénis court, hérissé de longs poils noirs appliqués; prépuce renflé, épaissi,
court.
II. (Oecot/zea, fig. 449). Forceps externeà branches courtes, rondes, la partie
antéro-externe armée d’épines courtes, émoussées, disposées en plage, la

HELOMYZIDAE 315
partie inférieure des branches avec quelques chètules dispersés; forceps internes
réduits, mais saillants, à branches triangulaires hérissées de quelques longues
soies. Sternite génital et apodème du pénis élargis, courts. Gonapophyses pos-
6*
' €
_ 437 438 4-39 440
Ȥ
~ 442 îi para 446
. AK
, / x
44l à .. - I la *\ins\} pre
W n w ra . 4
— ,.... ./
 W" " A pe
""   ( vil
I t
'iî \ e ' /
444- 44-5
1
“ 4 Y ' 1
    \
— x si
"  â ig E A /    P
  P a i  big
e '    "   9 Q" I 98
. '¤· rs
 È a fg .$ li _
  9 ‘ 449
447   448
 —r¤
Fm. 437 à. 449. — 437. Suillia notata, antenne. — 438. S. nemorum, antenne du type -
439. S. humilis, antenne. — 440. S. variegata, id. — 441. S. pallida, armature buc-
cale de la larve. - 442. Larve d’llé1omyzide. — 443. Extrémité postérieure du corps
de cette larve.-444. Tête de Suillia, vue de face.—445. Tête de Neoleria. — 446. Occu-
thea fmestralis, pénis, X 400. — 447. Suitlia tubcriperda Q', app. copulateur. — 448.
Ilelomyza serrata çj', id. — 449. Oecat/tea fenestratis çj', id. — Lettres communes : ap.
apodème du pénis; fe. forceps externe; fi. forceps interne; ga. gonapophyse anté-
rieure; gp. gonapophyse postérieure; para. paraphallus; pb. pièce basale (larve);
pre. prépuce; scl. sclérite du canal éjaculateur; stg. sternite génital.

316 Moscxnss ACALYPTÈRES
térieures en lame étroite, recourbée sur elle-même longitudinalement, inerme;
gonapophyses antérieures en lame aplatie armée de deux ou trois épines sub-
apicales, fortes. Pénis court, rétréci à la base, dilaté en triangle à l’apex; pré-
puce fortement chitinisé. Sclérite du canal éjaculateur assez long, étroit, tubu-
I laire, évasé à l’apex.
III. (Helomyza serrata, fig. 448). Forceps externe en pince courbée, les
branches armées sur la face antérieure d’épines serrées réunies en plages sur
le tiers apical; forceps interne à branches courtes, revêtues de soies molles
dressées. Sternite génital et apodème du pénis étroits. Gonapophyses posté-
rieures étroites, inermes; gonapophyses antérieures courtes, armées d’une
petite épine préapicale dressée. Pénis filiforme, deux fois plus long que le for-
ceps externe. Sclérite du canal éjaculateur long, tubulaire, non évasé à l`apex.
IV. L'appareil copulateur mâle de l‘Amoebaleria caesia (fig. 469) est du même
type, le forceps externe présente des branches courtes, bîfides, dilatées en
feuilles sur le bord antérieur, le bord postérieur en baguette ronde, recourbée,
armé d’épines courtes. Gonapophyses postérieures en lames allongées cou-
vertes à l’apex de spinules dispersées; gonapophyses antérieures courtes, fine-
ment ciliées sur l’arête externe, munies de deux longs macrochètes dressés.
Pénis fîliforme, trifide à l‘apex. Sclérite du canal éjaculateur long, tubulaire,
dilaté en champignon à la base.
Les Hélomyzides sont plus communs dans les lieux frais et ombragés, sur
les ombellifères, les feuillages, les herbes des ravins ou des fossés, sur les
fougères des bois, sur certains champignons; plusieurs espèces ubiquistes se
rencontrent sur les vitres des habitations (Oecothea, Tap/zmclzlamys), d`autres
fréquentent les fumiers, les matières végétales ou animales en décomposition,
les cadavres plus ou moins desséchés des petits animaux : oiseaux, rongeurs,
petits carnassiers, etc. Ces mouches qui recherchent les lieux obscurs et les
matières organiques décomposées sont attirées dans les terriers des mammi-
fères (Orbellia cunicalorum, Scoliocentra vilZ0sa); certaines espèces paraissent
vivre exclusivement dans les caves ou dans les grottes (Oecathea praecox,
Gymnomus troglodytes). Ainsi elles résistent facilement aux grands froids, et
peuvent se reproduire sans interruption pendant toute l’année. Ceci explique
la rencontre d’individus adultes en hiver, quelques espèces ne se capturant
même exclusivement qu'en hiver.
Ces diptères, surtout l’Hclomyza serrata qui est particulièrement agile, sont
parfois couverts d’une quantité prodigieuse d'acariens timicoles, larves ou
· adultes, qui utilisent les mouches comme un véhicule pour se faire transporter
rapidement d’un fumier à un autre. Ces parasites utilisent indifféremment,
comme « véhicules » les Sepsides ou les Cypsélides (voyez page 444).
Les larves sont des asticots agiles et robustes à corps eflilé en avant, obtus
en arrière, le dernier segment plus ou moins brusquement ou obliquement
tronqué. La tête, rétractile, porte des organes sensoriels antennaires propor-
tionnellement bien développés; les mandibules sont des crochets longs, aigus,
très mobiles (fig. 441). Les sternites abdominaux portent des bourrelets loco-
moteurs épineux étendus sur la plus grande partie de la face ventrale (442).
Ces animaux vivent dans le bois mort, dans les feuilles pourries, dans les
champignons vivants dont ils provoquent la décomposition (Suillia), dans le
guano des chauves-souris (Helomyza, Amoebaleria caesia) et les excréments

ueLom·zinAu. — SUILLIA 317
des petits mammifères (Scaliocentra), sur les cadavres des petits animaux
(Neoleria) avec d’autres insectes nécrophages.
Les larves de certaines espèces ont été ligurées ou décrites par Boucmê,
Duroux, Lwournàmz, Scaomz, Permis, FRAUENFELD, Vimmi.
TABLEAU nes SOUS•FAMILLES.
-— Plaques occipitales séparées des orbites à l’apex (fig. 444). Nervure
anale non prolongée au bord de l`aile .... Suilliinae, p. 317.
·—— Plaques oceipitales indistinctes ou confondues avec les orbites
(fig. -145). Nervure anale prolongée au bord de l‘aile ......
............... Helomyzinae, p. 329.
S.-F. SUILLIINAE. '
TABLEAU nes cannes.
— Soie humérale présente ......... Allophyla, p. 317.
— Soie humérale nulle ........... Suillia, p. 317.
G. ALLOPHYLA Loew.
1. A. atrîcornis (Mercer:). - Czizmw, 1924: 53, p. 21; Becxen, 1905: IV,
p. 45. - Helomyza atricornis Scmmzn, II, p. 27; PANUELLÉ, 1901 :
p. 342, 13.
Type Q. — Antennes complètement noires ainsi que les palpes, sauf
à leur base. Chète antennaire à cils deux fois plus longs que le diamètre
du fuseau. Uno seule vibrisse. Corps assez brillant, d’un jaune clair, les
macrocliètes du mésonotum sans marque brune à la base. Ailes : ner-
vure costale à spinules très espacées; nervures sans ombre. — Long. :
4,5-5 mm.
Ardennes : Vendresse, VIII (R. Bmoisr); Eure : Saint-Aubin·du·VieiI-Évreux,
28. XII (G. Ponrevm). — Europe centrale (Mexmsx). Prusse orientale (CzwALmA).
Finlande (Bucxrm). Tyrol méridional, 2.000 m. (MUELLER).
G. SUILLIA ROBINEAIPDESVOIDY.
Tête plus haute que large en profil. Front élargi dns les deux sexes; une
ou deux soies orbitales supérieures réclinées. Yeux nus, arrondis ou ovalaires,
unicolores; le seul Suillia nemorum Me. présente pendant la vie, une bande
transverse autrement colorée.Joues médiocres: une ou deux vibrisses, lavibrîsse '
accessoire parfois réduite mais toujours distincte des autres soies péristomales.
Epistome renflé en travers dans sa moitié inférieure. Occiput aplati, marqué par
deux taches veloutées, chatoyantes, séparées par la toufl`e de cils cérébraux.
Trompe à labelles larges; prélabrum saillant; palpes plus courts que le fulcrum.
Antennes plutôt courtes, plantées au-devant du milieu des yeux, séparées à leur

318 Museums ACALYPTÈRES
base par un relief assez large et aplani ; chète à fuseau étroit ne dépassant pas
le double de la longueur totale de l'antenne. — Thorax plus long que large,
soies humérales nulles, mais une soie présuturale bien développée; deux supra-
alaires, une soie intraalaire, dorsocentrales 1 -(- 3 -— 4; une soie sternopleurale
accompagnée ou non de chètules satellites. Scutellum aplati, longuement tra-
pézien, plus ou moins couvert de cils courts et raides, parfois entièrement
dénudé; généralement quatre macrochètes marginaux. Tibias avec une soie
préapicale, faces antérieure et postérieure sans soies; leur apex à chètules
indistincts, sauf sur les tibias Il où l'on observe 1-2 éperons bien saillants; les
tibias et les tarses plus longuement ciliés sur la face interne chez les mâles;
tarses avec les articles III-IV en triangle court un peu denté dans l’angle pos-
térieur: interne. Parfois les trochanters II armés d'une touffe de soies raides
condensées en pinceau (e. g. Suillia notam). Ailes plus longues que l’abdomen;
la nervure costale nettement fracturée près de Pintersection de la nervure sous-
costale, la marge oostale fréquemment brunie, l'extrémité des nervures 1%;+3,
MA, et MA2 a + b ainsi queles transverses médianes etpostérieure (x et MA2c) :
mais ces colorations mal définies sauf chez le S. varicgata Lw. — Abdomen
composé de 5-6 segments visibles chez les mâles, plus ou moins cylindrique
ou légèrement aplati à la base, l’apex renflé par l‘appareîl copulateur; ter-
gites II-V avec des macrochètes marginaux, pas de soies recourbées sur la face
sternale, mais la villosité fine parfois longue et serrée. Abdomen de sept seg-
ments visibles chez les femelles : le dernier caractéristique, peu rétractile, sail-
lant au dehors du précédent, en tube tronconique, luisant, légèrement renflé à
la base, bordé de longs cils postérieurs. Cerques mous. _
Couleur générale du corps presque toujours d'un roux plus ou moins foncé,
mésonotum parfois noirci ou marqué de petites taches brunes auréolant la base
des macrochètes sensoriels. Pattes avec des taches sombres plus ou moins mar-
quées, principalement aux genoux, à l’extrémité des tibias et des tarses. Ter-
gites abdominaux plus ou moins bordés de noir à l’apex, parfois le disque
obscur, surtout à la base.
Mouches anthophiles ou herbicoles, parfois mycétophiles. Larves assez
grandes, molles, malgré une peau dure et armée; coprophages, saprophages,
très souvent mycétophages (fig. 442).
1-(10). Mésopleure velu.
2-(5). Chète antennaire pubescent. — Long. : 5—6 mm.
3—(4). Chète antennaire àpubescence courte (fig. 439). É S` immihS’ p`323`
S. 1n0rnata,p.324.
4-(3). Chète à pubescence longue (fig. 438). . . S. nemorum, p. 324.
5-(2). Chète antennaire cilié.
6-(7). Chète antennaire à cils moyens (fig. 43'Z). Scutellum dénudé, ou
quelques cils rares sur les bords ...... S. notata, p. 324.
7-(6). Chète à cils longs (fig. 440). Scutellum cilié sur toute sa surface,
saut sur la ligne médiane.
8-(9). Ailes nettement ombrées à l’apex, avec deux taches apicales d’un
blanc laiteux entre les nervures R,+3,MA, et JIIA2 (pl. xxx, fig. 242).
................ S. variegata, p. 328.

m~:Lom'zxoA1=:. -- SUILLIA 319
9-(8). Ailesà taches diluées ou négligeables. . S. tubàriperda, p. 327.
10—(1). Mésopleure nu.
il 1-(22). Chète antennaire à cils moyens ou longs (fig. 450).
12-(13). Fémurs II avec plusieurs séries d’épines noires serrées sur la
face interne vers. la base, ces épines plus développées chez les
mâles. — Long. : 9 mm.au moins ..... S. gigantea, p. 322.
13-(12). Fémurs II à épines réduites non étalées en plage vers la base,
mais prolongées en série linéaire unique ou double sur toute la
longueur du membre : ces lignes épincuses également visibles chez
les femelles. - Long. :8 mm. au plus.
14-(15). Fémurs II avec 4-5 longues soies internes.
— Protarses et tibias à soies molles et longues. Long. : 6,5-8 mm.
................ S. hispanica, p. 323.
— Protarses avec de longues soies internes; tibias II sans soies molles.
Long. : 6-7,5 mm ......... S. setitarsis, p. 326.
-— Protarse Il à soies plus faibles et courtes, tibia Il à longue villosité
molle. —— Long. : 7 mm ........ S. tlagripes, p. 321.
15-(14). Fémurs II sans longues soies internes.
16-(17). Scutellum absolument nu. Deux vibrisses. S.lîn6îterg‘um, p. 324.
17-(16). Scutellum plus ou moins cilié. Une vibrisse.
18-(19). Scutellum avec quelques cils latéraux. Yeux ovales; joues
étroites ............... S. flava, p. 322.
19-(18). Scutellum cilié sur la plus grande partie de sa surface, sauf sur
la ligne médiane. Yeux ronds; joues élargies.
20-(21). Tibia II à pilosité interne courte (surtout visible chez le C3'). .
.................. S. rufa, p. 326.
21—(20). Tibîa II à pilosité interne longue. . . S. umbratica, p. 227.
22-(11). Antennes : chète à villosité courte, ou pubescent, ou nu.
23-(24). Aile : nervure 1l[A, avec une tache noiràtre au milieu du pre-
mier tiers, vers la base (pl. xxx, fig. 243). Chète antennaire à villosité
courte ............. S. hîstrigata, p. 321.
24-(23). Nervure MA, non tachée vers la base.
25-(26). Espace interoculaire luisant, au moins antérieurement. Chète
à villosité courte. Long. : 4-5 mm. — Europe. Angleterre (Auncam).
................ S. laevifrons (Lonw).
26-(25). Espace interoculaire mat.
27-(40). Ailes non tachées, jaunàtres - ou une ombre très légère, négli-
geable, sur MA,c.
28-(29). Pattes entièrement jaunes comme les tarses. —- Long. : 3 mm.
................ S. tlavitarsis, p. 322.
29-[28). Tarses brunis ou noircis — au moins à l’apex.
30—(37). Scutellum nu ou des cils microscopiques sur les bords seulement.
31-(34). Protarse I inerme (5*Q Q). .
32-(33). 5* Q : Ailes : nervure costale garnie de fgrandes épines. An-

320 Museums Acanvrrànns
tennes : 3° article parfois bruni sur le bord antérieur ou dans sa
moitié apicale. 1-3 chétules près de la soie sternopleurale. Q : Der-
nier segment abdominal bien plus long que le précédent. — Long. :
5-7 mm ........,.... S. fuseicornis, p. 322.
33-(32). Q : Nervure costale à épines courtes. Antennes : 38 article jaune.
Soie sternopleuralc avec quelques cils satellites ou non. Q : Abdo-
men, dernier segment tout au plus aussi long que le précédent. —
Long. : 3,5-6 mm ....,..... · . S. hicolor, p. 321.
34-(31). Protarsel armé d‘une courte dent apicale (6). — Abdomen :
dernier segment aussi long que le précédent ou plus court.
35-(36). 6 : Antennes : 3° article jaune. Soie sternopleurale avec quel-
ques cils satellites près de sa base ..... S. bîcolor, p. 321.
36-(35). 6 : Antennes : 3° article parfois bruni sur le bord antérieur.
Soie sternopleurale isolée, sans chétules satellites. Long. : 5-7 mm. —-——
Europe centrale et méridionale. ...... S. Miki (Poxomw).
37-(30). Scutellum cilié.
38-(39). Ailes 2 nervure costale armée d’épines très courtes. 6 : protarsel
avec une courte dent apicale. Scutellum à cils fins sur les côtés du
disque ............... S. bicolor, p. 321.
39-(38). Nervure costale armée d’épines longues. 6 : protarsel inerme.
Scutellum couvert de cils très visibles, répartis sur toute la surface.
................. S. pallida, p. 325.
40-(27). Ailes distinctement tachées.
41-(42). Les nervures transverses seules brunies (.l[A2c et   Chète.
antennaire à pubescence courte ou pratiquement nu.
a. 6 : Tarses I ciliés. Yeux ronds; joues égales à la moitié de la hau-
teur de 1’œiI. Long. : 3,5-4 mm. -— Europe centrale et méridio-
nale .............. S. crinimana Czmmr.
aa. 6 : Tarse I nus. Yeux ovalaires; joues égales au tiers ou au quart
de la hauteur de l’oeil.
I:. Aile : petite transverse x éloignée de l’apex de R, ......
................ S. univittata, p. 328.
bb. x au niveau de l’apex de R, ....... S. Subd0la,p. 327.
42-(41). Les nervures transverses et Pextrémité des longitudinales bru-
mes.
43-(48). Chète antennaire à pubescence très courte ou pratiquement nu.
44-(45). Scutellum cilié sur toute la surface ...· S. l11rida,p. 324.
45-(44). Scutellum nu ou velu sur les bords.
46-(47). Deux vibrisses. Joues égales aux 2/5 de la hauteur de l’œil. Une
tache noire entre l’oeil et l’insertion des antennes. Scutellum nu.
Antennes : 3° article parfoisfnoirci en avant. Ailes sombres. —-
Long. : 6-7 mm. ........... S. ustulata, p. 328.
47-(46). Une vibrisse. Joues égales au 1/3 de l’œil. Tache préoculaire
peu marquée ou nulle. Scutellum cilié sur les bords. Antennes com-

nsnomvzxnan. — suxnnu 321 `
plètement rousses. Ailes : nervures longitudinalcs à peine ombrées
au sommet. — Long. : 5-6 mm. ..... S. flavifrons, p. 322.
48-(43). Chète à villosité courte ou manifestement pubescent. Scutellum
cilié au moins sur les bords.
49—(54). Chète à villosité courte.
50-(51). Aile : nervuro R,+,avec une tache apicale nette (pl. xxx, fig. 241).
................. S. similis, p. 327.
51-(50). RH.; avec une tache diffuse.
52-(53). Protarse Ill avec une longue pilosité externe. Q : abdomen :
segment VII plus court que les deux précédents réunis .....
....... L .......... S. Villeneuvei, p. 328.
53—(52). Protarse III dénudé. Long. : 5,5 mm. — Europe centrale. . '
................ S. îmberbîs Cznnm'.
54·(49). Chète à pubescence longue.
55—(56). 5* : Protarse Iavec de longues soies noires plantées à la face
supérieure. ............ S. pîlimana, p. 325.
56-(55). 5* : Protarsel sans longues soies.
57-(58). 5* : Tibia II à pilosité faible; protarse II non velu. — Long. :
5 mm. — Europe centrale et méridionale. . . S. Beckeri Czmmv.
58·(57). 5* : Tihia II à pilosité nette; protarse II velu. Long. : 4 mm. -—
Europe centrale ........... S. difficilis Cznmw.
1. S. bîcolor (Zs·r·r.). — Heteromyza bicolor ZETTERSTEDT. H.‘ pallida
Zn*r·r. (non FALLÉN]. —— Helomyza Zetterstedti Lonw. Bncxnn, 1905 :
IV, p. 45.
· Mai-octobre. — Ardennes : Vendresse (RJ Bmousr); Cotes·du—Nord : Lam—
balle (J. Sunconrl; environs de Paris : Rambouillet (Srîcuv); Seine-et-Marne :
Fontainebleau (ns Gmx.x.s); Isère (Fxncoz); Hérault (Suncour). Corse (Kuzvrzs).
-— Europe centrale et septentrionale.
Larve dans les champignons : Amaniza citrina Sou., Bolezus varicgatus Sw.,
B, luteus L., Lactarius deliciosus L., Pholiola squarrosa MULL., Russula
cyanoxant/za Sou., Collybia maculata A. et Scnw.; les mouches éclosent en
mai-juin (Fsncoz, 1930 : p. 150).
2. S. bistrigata (Mmmm]. ·— Helomyza bz’stn}gata Mxcouarvr, 1835, II,
p. 411, 7; Bncxnn, 1905 : IV, p. 42. — Pl. xxx, fig. 243.
Var : Hyères (ABEILLE ne Psnnm); Marseille (vox \Vm·rusM ap. Msrcmv);
Landes : littoral (Duroun), Mont-de-Marsan (Gossnr). Corse, près Vizzavona
(Bncxsn). --· Espagne (Nsvss). Portugal (Macowmr, L. Cnomnn). Algérie
(P. LESN1:). '
3. S. llagripes Czsmw. Cz, 1927 : 53, p. 13.
Seine-et-Oise : Meudon (Sécuv); Seine-et·Marne: Fontainebleau (Pouunn);
Var : Callian (L. Bsnumn). Corse (Bacmzn). -- Europe méridionale.
21

322 Muscmns AcALvr*rÈnEs
4. S. Ilava (Mmcsn). — Czsnnv, 1927 :p. 13. — Helomyza jïawa Mac-
QUART, 1835 : II, p. 411, 3; Scmnnn, II, p. 25; PAn¤Ex.1.É, 1901 : p. 339
H. praeusta Msicnn, Scmnnr., Il, p. 26; Bscxnn, 1905 : IV, p. 42.
Type Q. — Joues égales au cinquième de l’axe oculaire. Mésonotum
uniformément roux. Ailes : nervure R,.,.$ avec une tache diffuse étendue
sur le sommet jusqu’à MA2, parfois Pextrémité claire, mais non laiteuse;
nervure transverse moyenne   ombrée. - Long. : 4-5,5 mm.
Environs de Paris: Maisons-Laflîtte (ni: GAULLE); Lardy, VI (Sieur); Eure :
forêt d'Évreux (Ponrnvxn). Corse (Kvnrza). — Europe, surtout septentrionale;.
Suède. Angleterre (Auncsnr). Prusse orientale (Czwamna). Allemagne [Maman
[praeusta, zype]). Autriche (Scmnnn). Italie (Ronoanx).
_ 5. S. flavifrons (ZETTERSTEDT). Cznnnv, 1927 : p. 14. — Helomyza
flawzfrons Bncnnn, 1905 : IV, p. 42. H. narva. Lonw. EANDELLÉ, 1901 :
p. 342.
Eure : forêt d'Evreux, IX (Ponrsvin); Mâcon (FLAMARY); Hautes-Pyrénées :
Massey, III (PANDELLÉ). — Prusse orientale (CZWALINA). Styrie.
Larve dans les Lacmrius (Poarsvxn).
6. S. flavitarsis (Ronnani). — Cznnnv, 1927:p. 14.
Corse (Brome). - Italie (Ronoani).
7. S. IIISCIGOPHIS (ZETTERSTEDT) Czennv, p. 14. — Helomyza olens auct.
p. p. (non Meicnn). H.}mlIz'da auct. p.p. (non FALLÉN) LABOULBÈNE, 1864 :
p. 82; PAn¤EL1.É, 1901 : p. 340, 7.
Ailes absolument claires, sans ombre, même sur les nervures trans-
verses. <Long·. 4,5-5,5 mm.
I Août-septembre, sur les feuillages, les ombellifères. -— Ardennes : Vendresse
(Pi, Bsnoisr); Seine-et—Oise : Meudon (Pouxamz); Eure : Evreux (Ponriavin);
Creuse (ALLUAUD); environs de Lyon (Bonnmoun); Isère : Saint-Pierre-de-Chan
treuse, VII (J. HERVÉ-Bazin); Provence (LABOULBÈNE)§ Marseille (ABEILLE os
Psnmn); Landes : Saint—Sever (Duromz); Hautes-Pyrénées : Aragnouet, VIII;
Arrens, VII; Echez; VI; Azereich, VI (L. PANDELLÉ); Luz, VI (J. Iîsnvé-
Bazin). Corse (Kunrzn). - Italie. Tyrol (E. Anomâ), m0ntejusqu’à 2.000 m. (Muni.-
LEE)- Angleterre (Auocsnr).
Larve dans les champignons, dans les trufïes; Provence (Lucas, TULASNE sec.
LABOULBÈNE); dans le Clytocybe maxima GAERTN, et Mer. et l’Amanim ciirina
· Scnaar., en octobre, l’adulte éclôt en janvier-février (Bonnanoun, 1925); dans
les Boletus cdulis BULL. et eryt/zmpus Fmss, Rambouillet, Meudon, IX·X (Szâevr).
8. S. gigantea (Mnicnn) Cznnnv, p. 14. —- Helomyza gzgcmtea Bncknn,
1905 : IV, p. 42; Scmnnn, II : p. 24. H. maxima Scmnen; FIIAUENFELD :
Verh. z. b. Gas. Wien, XVI, p. 971 (larve). H. tuberivora PAnnELLÉ,
1901 : p. 337, var. I2. (p. p,).
Scutellum plan, couvert de petites soies. Protarses et tibias à longues

nnrouvzimn. - sun.x.iA 323
soies dressées, encore plus allongées vers l’apex; protarses Ill courts,
fémurs III épaissis et renflés. Ailes : nervures MA , et MA, légèrement
convergentes à l’apex, plus ou moins brunies. — çj‘ : foreeps internes à
soies longues, un peu frisées au bout. — Long. : 9-14 mm.
Seine·et·Oise; Marne (Canrnnnw); Eure : forêt d’Évreux (G. Ponrzvm);
llautes-Pyrénées : Tarbes : juin·juillet, taillis de chênes (Pimoettiê). — Qà et là
dans toute l'Europe. Algérie (P. Lasne).
Larve dans les truffes, 7'uber melanosporum Vxrr. (Rrîzwmun, Wesrwooo),
dans le C/ieiromyces meandri/ormis Vrr·r. (FRAUENFELD).
9. S. hîspanica (Lonw). —- Helomyza hispanica PA1vn1sL1.É, 1901 :
p. 337, var. e. — Fig. 450.
Fémurs, tibias et tarses à villosité peu ‘
apparente, mais manifeste; fémurs III, bord
interne avec une série d’épines faibles : la .
base avec 4-7 aiguillons noirs deux fois aussi 4
grands; tibias et tarses Il à villosité plus
courte, moins étendue. Abdomen 5* : tergites \
IV-V raccourcis ou plus rétractés, segments È "
VI-VIII réunis un peu plus longs que lll-V folk
ensemble; sternites ll-VI glabres ou peu dis- ïwàt s
tinctement villeux. —Long. : 8-10 mm. 4  |"§\*ï 
Charente-Inférieure : Royan (Pénsz, sec. ` 
Losw); Aude (GAvov); Landes (Duroon); Vau- '
cluse : Apt; Var: Hyères (ÀBEILLE ne Pmmm);
Callian (L. BERLAND). — Espagne (Lozw). F,G_ ‘50_ _Sumia Mspanica Q,
Larve dans les truffes(LAsouL¤iaNE, 1864 ip. 81). profil dela tète, X 21.
10. S. humilis (Miziomv). — Helomyza lzumilis PANDELLÉ, 1901 : p. 342,
12. — Fig. 439, p. 315.
Espace interoculaire d’un jaune gris à reflets blanchâtrcs sur les bords.
Plusieurs rangées de ehètules sur le péristome. Chète,antennaire à cils
deux fois plus longs que le diamètre moyen du fuseau. Thorax d’un gris
brunâtre; mésonotum obscur et couvert d‘une pruinosité d’un gris ardoise,
macroehètcs à pores d’insertion largement marqués de brun. Scutellum
entièrement couvert de chètules couchés, sauf sur. une étroite ligne
médiane longitudinale. Tibias II hérissés sur la face interne de soies
fines et courtes, disposées en série lache étendue jusque sur le protarse.
Ailes : nervures longitudinales sans ombre au sommet; transverses x et
MA,c avec une ombre étroite ou peu marquée. '— Long. : 4-6 mm.
Bordeaux (Piânsz); Nîmes, dansles truffes (CAnAmzs>du B¤vssoN); Hautes-
Pyrénées, montagne (PANDELLÉ); Marseille (Asr:u.r.E ne Psaum). Corse :
Vîzzavona (Brciuzn). — Prusse (CZWALINA). '

324 Muscmns Acanvrrimns
11. S. in0i‘nata(LoEw). — CzEnNY, 1927 : p. 15. — Helomyza inornata
Bncknn, 1905 : IV, p. 43.
Comme le S. humilis. En diffère par l’espace interoculaire roux, par
le chète~antennaire couvert de cils trois ou quatre fois plus longs que
le diamètre du fuseau. Thorax uniformément d’un roux bruni; méso-
notum à bandes médianes longitudinales plus ou moins marquées. Ailes
jaunes : nervures longitudinales avec une ombre négligeable à 1’extré-
mité, les nervures transverses très largement brunies. —-Long. :6,5 mm.
Ardennes : Vendresse, août (R. Bmvoisr). —- Europe.
12. S. lineitergum (PANDELLÉ), 1901 : XX, p. 339, 6. ·
Type Q. — Antennes : troisième article avec le point sensoriel bien
marqué en brun. Mésonotum avec une large bande médiane longitudi-
nale divisée par une étroite ligne grise étendue depuis le bord antérieur
jusqu’au postérieur, bandes latérales avec le rudiment d’une ligne moins
accusée. Ailes : une tache plus nette à Pextrémité de la nervure R,+3 et
sur MA2c, la transverse médiane (2:) sans ombre. ——— Long. : 5,5 mm.
Hautes-Pyrénées : Aureilhan, juin (PANnEx.1.1â).
13. S. lurida(l\/Iiaicnm). — Cznmw, 1927 : p. 16. — Helomyza lurida
Scmmm, 1864 : ll, p. 28.
Corse : Ajaccio (Bncimn). — Europe. Le D' Czsmw le signale en janvier
Sur l’Allium porrum L.
14. S. nemorum (MMGEN). - Helomyza nemorum Lonw. Scmivnn, II,
p. 28. H. inornata Lonw. — Fig. 438, p. 315.
Type Q. - Espace interoculaire roux; tache préoculaire indistiucte
ou nulle. Antennes rousses ztroisième article parfois bruni. Mésonotum
en majeure partie roux, à pruinosité grise, avec la trace de trois bandes
sombres, la médiane plus accusée. Ailes : nervures longitudinales légè- ·
rement ombrées à l‘apex. — Long. : 5-6 mm. `
Corse (Kunrza). — Berlin (Maman); Gastein (Bizcxsn).
15. S. notata (ME1onN)CznnNY,p. 16.—Helomyza notam Bncxnn, 1905 :
IV, p. 43. H. foeda Lonvv. H. penicillata Duroun, 1839 : Ann. Sc. nat.,
XII, p. 48; Bnaonn, 1883; p. 86. H. hz'la.rz's PANDELLÉ (non ZETT.), 1901 :
p. 338, 2. —- Fig. 437,p. 315.
Joues égales au tiers ou au quart de la hauteur de l’œil. Espace inter-
oculaire roux. Cils cérébraux jaunes, parfois noircis latéralement
sur les bords de la touffe. Mésonotum avec deux bandes médianes lon-
gitudinales brunes et l‘amorce de deux autres bandes latérales posté-
rieures. Fémurs II hérissés d`une courte brosse interne formée de soies
noires très fines, assez serrées; tibias et tarses I et III à peu près sim-

unnomvzinan. — SUILLIA 325
ples; tibias II frangés, comme les tarses, de longues soies dressées en
avant et en arrière. Ailes : nervures longitudinales à taches brunes obso-
lètes. —- Long. : 6-8 mm.
C'est l’Hclomyza peczoralis (Lonw) [sec. M1x]) de la collection Gobert.
Mai-octobre. Chêne, Heracleum, fougères des bois. çà et là, dans toute
l’Europe. —Ardennes (R. Bsrzoxsr); Morlaix (Henviâ); Seine-et-Oise (ns Gaume);
Seine-et·Marne : Fontainebleau (Pouuns, Bmvoisr); Eure : forêt d‘Evreux
(Ponrsvm); Côte-d’Or : environs de Beaune (P. Lasne); Allier (H. ou Buvssou); .
Creuse (Atwwn); Montélimar (Xmneu); Annecy (Fx.AMAnv); environs de
Lyon (Bomuuoun); Vaucluse, Var (Anmtnn ne Pnnnm); Landes : Saint-Se-
ver (Duroun [3648]); Hautes—Pyrénées(P.mnm.1.É). Corse (Bsciu-:11). — Espagne
(Nawis). Prusse (Czwaum). Angleterre (Auocsmr). — Afrique. `
Larve dans les truffes (Dnroun [cf`. Lanouteàmz, 1864]) ou, en octobre, dans
l'Amanita. citrina Sen., le Tricholoma pessundatum Fmss., le Clavaria formosa
Peas.; l’adulte éclôt en janvier-février (Bormauoun, 1925).
16. S. pallida(FAu.1âN) Cznniw, p. 17. — Helomyza pallida MAcouAu·r,
1835: II, p. 411, 4; Scmruzn, II, p. 27; Lnnounnàms, 1864 : p. 83. H. olens
Mnxcnr: (sec. typ.); Scmmzn, II, p. 27; PANDELLÉ, 1901 : p. 340, 8. —
Fig. 441.
Souvent confondu avec le S. fuscz'c0rnis._Chète antennaire à pubes-
cence courte. Aile : la nervure transverse MA2c exceptionnellement
ombrée. Pattes II (çj') simples. Corps entièrement d‘un roux pâle, par-
fois une étroite ligne mésonotale brnnie. Abdomen : tergites Il-V étroi-
tement bordés de noir. — Long. : 6-8 mm.
Mai-septembre. — Nord de la France (Mtcqrmnr); Seine-et-Marne : Fontai-
nebleau (Poumnn); Eure : forêt d’Évreux. (Ponrsvm); Haute-Vienne, Creuse
(C. Attuwn); Landes : Saint-Sever (Demon), Mont-de-Marsan (Gonnnr); Vau-
cluse : Apt (Annitua ns Pnnnxn); Hautes·Alpes : Serres (F. Lommmn > FLEU-
·r1Aux);Hautes-Pyrénées : Tarbes, montagne (Pmontné); Bordeaux (Pzêmzz). ,
— Angleterre (Auncmvr). Prusse (Czwanxm).
Larve dans les truffes, Tuber melanosporum Vrrr. (Duroun, in coll. Limoux.-
BÈNE’ sub. nom. lincaza R.·D.) (F. Louenno).
Le S. lineata (R.-D., 1830 : p. 640, 10; Duronn,1853 : III, 1, p. 384; LAnoux.·
nène, 1864 : p. 71) d’après les auteurs et la figure donnée par Lnsoutnèrm
(1864 : pl. xx, fig. 13) porte un chète à cils longs comme le S. tuberivora.
Uexemplaire authentique de Duroun qui aurait servià Laeounniann pour exécuter
sa figure porte un chète à villosité courte : e`est bien un S. pallida. Le type
de Ronimzw-Dssvoxnr est perdu; nous n'avons aucun renseignement sur la
vestiture pleurale ou scutellaire de ce type, et il est impossible de savoir à
quelle espèce il se rapporte.
La Q du Suillia vaginata (Losw) diffère de celle du S. pallida par le ter-
gite VII bien plus long que le précédent et plus nettement comprimé vertica-
lement. — Long. : 4,5-5 mm. — Europe septentrionale et moyenne.

326 Muscrnns acanvrrànss
17. S. pilimana (Loaw) Czsaivv, 1927 : p. 18. - Helomyza pilimana
PANDELLÉ, 1901 2 p. 341.
Cils cérébraux noirs. Corps entièrement roux, mésonotum avec une
ligne médiane longitudinale brune plus ou moins distincte; pores d’in-
sertion des macrochètes largement marqués de brun. Scutellum avec une
large bande médiane dénudée. Pattes jaunes : tarses d‘un brun noir, le
protarse I (et parfois les deux articles suivants) armés en dessus de
longues soies noires; tibia et protarse Il à villosité longue. Ailes d’un
brun-jaune; nervures transverses x et Il[A2c plus sombres. Abdomen :
tergites plus ou moins bordés de noir. — Long. : 5-7 mm. °
Hautes-Alpes: Saint-Pierre-de-Chartreuse, 25.VlI.14. (J. llnnvii-Bazm); Var :
Hyères (ABEILLE on Pmmm(‘) [PAMJELLÉ, 5206]). —- Europe centrale et méri-
dionale.
18. S. rufa (FALLÉN) (2). — Helomyza. rufa Scnnvnn, II, p. 25; Barman,
1905 : IV, p. 44. H. affinis Msrcisiv. BIACQUART, II, p. 411, 6; Scnnvnn, II,
p. 25; Czamvv, p. 11 (Suillia). —-— Suillia fungorum Rosmaan-Dnsvoxnv.
Mai-septembre. ——- Sur les feuillages, les ombellifères, l’euphorbe et l’angé-
lique. Commun et répandu dans toute l’Europe. Eclos, en mai, du Lactarius
deliciosus L. (Fatcoz, 1930). Algérie (Suncour).
Pxnnmté (p. 337) distingue comme il suit les Suillia aspemla (Paunsrtié) et
a//inis (Maman).
— Épisternum du protergum : marge postérieure en dessus avec quelques
· soies dressées fort courtes. Fémurs II, bord inférieur avec une série
d’aiguillons faibles : la base avec 3-6 aiguillons noirs deux fois aussi
grands. Tibias et tarses à villosité plus courte et moins étendue. - Long. :
8-10 mm. O". Bordeaux (Piânnz). Adriatique. . S. asperula. (PANDELLÉ).
- Episternum du protergum nu. Pattes et sternites abdominaux simples ou
à villosité sexuelle peu apparente. — Long'. : 5-8 mm. Avril-juillet. —
Tarbes, montagnes. Apt. Hyères. Rambouillet. Prusse orientale. Suède.
Autriche. Italie. Angleterre. (Auocsrrr). S. affZnis(ME1o.) (S. rufa. F.u.1..).
19. S. Setiliarsis Czanmr, 1904 : I’Vz`en. ent. Zeit., XXIII, p. 234; 1927 :
53, p. 18.
· Antennes : troisième article bruni. Mesonotum avec une bande médiane
longitudinale grise. Pattes jaunes : apex des tibias I, III et des iémurs III
bruni; fémurs II avec 4-5 fortes soies internes prébasales; protarse I à
soies courtes; protarse II avec de longues soies internes noires. Ailes
brunies, plus fortement colorées le long de la nervure costale, à l’apex
des nervures longitudinales et au droit des nervures transverses. —
Long. : 6,5 mm. .
Var : Hyères (ABEILLE ne Psaum).
(1) Uexemplaire capturé dans le massif de la Chartreuse par M. J. HERVE-Baz1N correspond bien
à celui de la coll. PANDELLÉ (ns 5206). Mais Yindividu de la Chartreuse est moins coloré, les pores
d’insertion des macrochètes thoraciques ne sont pas marqués de brun et les nervures transverses
ne sont ourlées que d’une= ombre diffuse. Le scutellum est à pcu près nu et ne présente que quel-
ques cils latéraux.
(2) Un exemplaire conservé au Muséum, provenant de la collection Bosc, a été nommé Musca
Cldtll par FABRIClUS·

mznonrzxnan. — SUILLIA 327
20. S. Similis (Maman). — Ilelomyza similis Scmmaa, 1864 : II, p. 27;
PANnsL1.É, 1901 : p. 338. - II. griseola Mmcxm (sec. typ.), Scuiman,
II, p. 28. H. tigrina Mnxomv (sec. typ.). Bncxen, 1902 : p. 291, 11 et
1905 2 [V, p. 44. —-Pl. xxx, fig. 241.
Joucs subégales au tiers de la hauteur de l’oeil. Pattes simples. Aile :
nervure RH.; à tache apicale brune arrondie ou bien distincte : celles de
MA, et de MA2el`facées ou nulles. Scutellum à cils épars.- Long.: 4-6 mm.
Toute 1’Europe, commun partout avec le S. ru/a. Puy-de-Dome (nu Buvsson). '
Algérie (Tnémr).
Capturé par l’Hoplocr·abro 4-maculatus F. (II. MAM-zvxt).
21. S. subdola Czmuw, 1927 : Konowia, VI, p. 47 et 1927, 53: p. 19.
Cils cérébraux noirs. Trompe, palpes et antennes roux, le troisième
article antennaire bruni sur l’arêtc antérieure. Une vibrisse. Corps jaune.
Mésonotum gris, soies dorsocentrales à petites taches noires sur l’inser-
tion. — Long. : 4 mm.
Suisse (Küucxm.), Engadine (Czsmw).
22. S. tuberiperda (Ronnxm). Cznmw, p. 20. — Helomyza hispanica
LOEW. BECKER, 1905 : IV, p. 43. H. tuberivora LABOULBÈNE, 1864 : p. 79.
- Fig. 447.
Joues à peu près moitié de la hauteur de l’œil. Cils cérébraux jaunes.
Une tache préoculaire brun-noir. Fémurs II avec une rangée dc soies,
4-5 plus longues et robustes sur la face interne à la base; tibias et pro-
tarses Il à villosité interne longue; tibias Ill avec de longs poils sur la
face interne. Ailes brunies, le bord eostal et l’extrémité des longitudinales
plus fortement noircis; transverse médiane x placée au niveau de l’apex
de R,. Abdomen : bandes tergales sombres peu marquées. -—- Long. :
7-9 mm.
Obtenu des truffes (Pousser:). Vaucluse : La Bonde VII (Fsomez); Var: Cal-
lian (Bmmuvn); environs de Marseille, fleurs de lierre; pond dans le Pholiota
aegeriza Bam. (van Gxvea et Tnuon-Dxvm, 1928; p. 15). — Europe méridionale,
23. S. umbratica (Mmmm). — Helomyza umbratica Scmmzn, II, p. 28;
Bscxnn, 1905 : IV, p. 45.
Type. — Cils cérébraux jaunes, rarement [noirs. Antennes : troi-
sième article nettement noirci au bord antérieur. Tibia et protarse Il
avec de longues soies. Les cils répartis sur le scutellum sont plus courts
et moins nombreux que chez le S. rufa. —- Long. : 6-7,5 mm.
J uin-septembre. — Seine-et-Oise : Meudon (Pomme); Rambouillet (Sieur);
Chèrence (R. Bsxoisr); Seine-et-Marne : Fontainebleau (Poumm, Benoist);
Eure : Evreux (Ponmvm); Creuse : La Celle-Dunoise (Anwwn); Vaucluse :
Apt (An1·:11.1.n on Psaum). —Bavière (Mmcim). Europe centrale et méridionale
Algérie (Stmcoor).

328 Muscinns ACALYPTÈRES
24. S. univîttata v. Rosnn. -— Helomyza um'vz`ttata Prnnnrrii, 1901 :
p. 341; Bncxnn, 1905 : IV, p. 45. H. agaricùza R0N1>AN1.
L`ombre est nulle à l’extrémité des nervures longitudinales. — Long. :
6,5-7,5 mm.
Avril-août. —— Hautes-Pyrénées : Tarbes, sur l’euphorbe. - Italie (Ronnmi).
Allemagne.
25. S. ustulata (MEIGEN). Cznmw, 1927 : p. 20. —— Helomyza ustulata
Scnnvnn, II, p. 26; Limonrniann, 1864 : p. 83; Pxivnnrré, 1901 2 p. 341, 10.
-— Blepharzptera ustulata, MACQUART, II, p. 412, 1.
Type çj'. — Protarse I hérissé de trés longs poils noirs; apex des
tibias ll également garnis de longs poils noirs. Cils cérébraux noirs.
Petite nervure transverse (.7:) éloignée de l’apex de R,. — Long. : 6-8 mm.
Hautes-Pyrénées: Aragnouet, août (L. Privnrrriâ). Corse (Bscxrn). - Europe
centrale (Mnicisn). Angleterre (Auncriw).
Larve dans les truffes (Lucrs, Duroun, Lrnournàms).
26. S. variegata (Lonw). — Helomyza variegata Bncxnxi, 1905 : IV,
p. 45. H. rufa MEIGEN. MACQUART, II, p. 410, 2; PANDELLÉ, p. 339, 4.
H. apicalis Scnmnn, 1864 : II, p. 25. — Hypagogzz apicalis Hnnnnr,
1907 : Wz`en. ent. Zeit., XXVI, p. 233. —— Fig. 440; pl. xxx, fig. 242.
Joues égales au quart de la hauteur de l’œil. Deux vibrisses, l’infé-
rieure plus faible que la normale mais bien distincte des soies péri-
stomales. Pattes simples. Ailes : sommet avec une bordure d’un blanc
laiteux entre les nervures R2 _,, 3 — MA2a —)- b; tache brune de R,+;·. à
sommet dilaté, arrondi, bien distinctement prolongé en tache diffuse
jusqu’à MA,. — Long. : 4-5,5 mm.
Mars-décembre. - Environs de Paris 1 Saint·Denis (Lrnorrrnizmz); Maisons-
Laffitte (na Grnrrs); Morbihan : La Trinité sur-Mer (Snncorrr); Finistère
_ (Hénon); Royan (Piinsz); Landes 2 Saint-Sever (Duroun); Hérault (Stmcocr);
Aude (GAvov); Hautes·Pyrénées : Tarbes, champignons (Pmnnrré); Marseille;
Var : Hyères (Anmrrs on Pnnmn) ; Callian (Bnnrrnn); Corse (Bncxnn). — Espagne
(Nxvrs). Angleterre (Avncnrrr). Algérie (Lasne, Smxconr, Tniânv). Maroc (La
Cmir). Asie mineure.
Larve dans un champignon (Annzrrn ns Psxmzzv). Isère : Vienne dans un Nema-
wloma fasciculare Hnns. sur souche, l‘adulte éclôt en juillet (Fxrcoz, 1921).
27. S. Villeneuvei Czniuw. — Cz. 1927 : p. 21.
Protarse III ((5*) avec une longue villosité externe. Ailes brunes, ner-
vures transverses et l’extrémité des longitudinales plus foncées; les
taches à l’extrémité de JIA, et de x plus petites; la petite nervure trans-
verse (.1:) écartée de 1’apex de R,. — Long. : 5-6 mm.
Lyonnais (C. Piriinn). — Europe centrale et méridionale.

HBLOMYZIDAE. - um.0MYz!NAn 329
. S.—F. HELOMYZINAE.
Adultes. — Tête plus haute que large en profil, subquadrangulaire (Tephro-
chlamys); ordinairement deux soies orbitales, l’antérîeure souvent plus faible,
une vibrisse et ordinairement une rangée de soies péristomales.-1 +3 soies dor-
socentrales ; soies présuturales ordinairement nulles; préscutellaires variables :
une paire chez les Orbcllia, Neoleria, Hetcromyza, Tephroc/zlamys, deux paires
chez les Thelida. Scutellum aplati, dénudé : quatre soies scutellaires, les deux
apicales divergentes ou croisées (Orbellia). Une ou plusieurs soies mésopleu-
rales seulement chez quatre espèces : Neoleria flavicomis et maritime, Hein-
myza modesla, Chaetomus flavoteslaceus. Une soie sternopleurale. Des soies
préapicales sur tous les tibias. Ailes très longues; l’apex de la nervure R,
aboutit au niveau de la nervure transverse médiane (.2:) sauf chez les Orbellia,
Thclida, Hczeromyza. — Abdomen formé de cinq segments subégaux.
Les adultes recherchent les endroits frais et obscurs;plusîeurs espèces logent
normalement dans les terr