FEDERATION FRANCAISE DES SOCIETES DE SCIENCES NATURELLES
A B.P. 392 — 75232 PARIS Cedex 05 ,‘ -1
4 E > Association régie par la loi du lüjuillet 1901, fondée en 1919, reconnue d’utilité publique en 19X \   `\€—' 1
•~. Membre fondateur de l’UICN — Union Mondiale pour la Nature lé  0 ‘
—7
La FEDERATION FRANCAISE DES SoC1ETES DE SCIENCES NATURELLES a été fondée en 1919 et reconnue
d‘utilité publique par décret du 30 Juin 1926. Elle groupe des Associations qui ont pour but, entièrement ou
partiellement, l‘étude et la diffusion des Sciences de la Nature.
La FÉDÉRATION a pour mission de faire progresser ces sciences, d‘aider à la protection de la Nature, de
développer et de coordonner des activités des Associations fédérées et de permettre l‘expansion scientifique
française dans le domaine des Sciences Naturelles. (Art .1 des statuts).
La FÉDÉRATION édite la « Faune de France >>. Depuis 1921, date de publication du premier titre, 90
volumes sont parus. Cette prestigieuse collection est constituée par des ouvrages de faunistique spécialisés
destinés à identifier des vertébrés, invertébrés et protozoaires, traités par ordre ou par famille que l‘on rencontre
en France ou dans une aire géographique plus vaste (ex. Europe de l’ouest). Ces ouvrages s‘adressent tout autant
aux professionnels qu‘aux amateurs. Ils ont l‘ambition d‘être des ouvrages de référence, rassemblant, notamment
pour les plus récents, l‘essentiel des informations scientifiques disponibles au jour de leur parution.
L’édition de la Faune de France est donc l’œuvre d’une association à but non lucratif animée par une
équipe entièrement bénévole. Les auteurs ne perçoivent aucun droits, ni rétributions. L’essentiel des ressources
financières provient de la vente des ouvrages. N’hésitez pas à aider notre association, consultez notre site
(www.faunedefrance.org), et soutenez nos publications en achetant les ouvrages!
La FÉDÉRATION, à travers son comité Faune de France a décidé de mettre gracieusement, sur Internet, à la
disposition de la communauté naturaliste l‘intégralité du texte de Eugène Séguy consacré aux Diptères
Anthomyides publié en 1923. Ce volume est actuellement épuisé et ne sera pas réédité.
Cet ouvrage est sous une licence Creative Commons pour vous permettre légalement de dupliquer, le
diffuser et de modifier cette création .....
Montpellier, le 2 avril 2007
le Comité FAUNE DE FRANCE

Creative Commons
®Cf6aiiV9
C 0 lil ill U TC 5+ l) I-1 l·Z I)
Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Partage des Conditions Initiales à
l'Identique 2.0 France
Vous êtes libres :
•de reproduire, distribuer et communiquer cette création au public
•de modifier cette création
Selon les conditions suivantes:
  Paternité. Vous devez citer le nom de |'auteur original.
Pas d'Utilisation Commerciale. Vous n'avez pas le droit
.= d'uti|iser cette création à des fins commerciales.
Partage des Conditions Initiales à l'ldentique. Si vous
modifiez, transformez ou adaptez cette création, vous n'avez
le droit de distribuer la création qui en résulte que sous un
»-”' contrat identique à ce|ui—ci.
•A chaque réutilisation ou distribution, vous devez faire apparaître clairement
aux autres les conditions contractuelles de mise à disposition de cette
création.
•Chacune de ces conditions peut être levée si vous obtenez |'autorisation du
titulaire des droits.
Ce qui précède n'affecte en rien vos droits en tant qu'utilisateur (exceptions au
droit d'auteur : copies réservées à |'usage privé du copiste, courtes citations,
parodie...)
Ceci est le Résumé Explicatif du Code luridique (la version intégrale du contrat).
Avertissement El
Découvrez comment diffuser votre création en utilisant ce contrat

Iluvraun publié sous les ausnlncs du M. Bm ZIHMIIIFF
AU nEm':1··1cE DIE
L’0FF[CE CENTRAL DE FAUNISTIQUE
FEDERATION FRANCAISE DES SOCIÉTÉS DE SCIENCES NATURELLES ·
DIPTÈRES ANTHOMYIDES
PAR
E. SEGU Y
PRÉPARATEUR AU MUSÉUM NATIONAL D`IIISTOIRE NATURELLE
Préface par
E.-L. BOUVIER
Membre de Plnstîtut
Professeur au Muséum National d‘Hist0îrc Naturellew
Avec 818 figures dans le texto I
PARIS .
LES PRESSES UNIVERSITAIRES PAUL LECHEVALIER
DE FRANCE _
49, BOULEVARD sA1x1·-mcunax. m' RUE DE TOURÃON
1923 ·

PREFACE
Ce livre est dû au talent de M. Séguy età la générosité magnifique de
M. Zaharofï; à l’heure où j’écris ces lignes, les presses ne l’ont pas encore
livré au public, et pourtant il a déjà une histoire, une belle histoire,
que je veux raconter parce qu’elle montre combien peut être féconde
l’aide éclairée d’un mécène qui veut libéralement servir les intérêts
scientifiques.
Le point de départ de cette histoire est un rapport de M. le D*' Vail-
lard, membre de l’Académie de médecine, sur le rôle des Mouches dans
la propagation des maladies contagieuses. Ce rapport était précis, lumi-
neux, digne du savant éminent qui l’avait rédigé; il méritait de soulever
l’attention et il eut cette heureuse fortune, qui n’échoit pas à toutes les-
œuvres scientifiques, même les plus excellentes. M. Zaharofï le feuilleta
tout d’abord, puis fut entraîné à le lire, tant il le trouva captivant et
propre à bien servir l’intérêt général; et non seulement il le lut, mais il
entreprit de le faire fructifier pour le bien public, par le moyen de la
science.
Le programme de M. Zaharofï fut des plus larges. Puisque les Mouches
comptent parmi nos ennemis les plus redoutables, il faut lutter contre
.elles, et pour engager cette lutte avec succès il faut les bien connaître,
bien connaître par conséquent les représentants de la famille dont elles I
font partie. Or, cette famille est une des plus vastes dans l'ordre immense
des Insectes diptères; en dépit des apparences, les formes en sont très
diverses et non moins diverses leurs habitudes. Parmi les très nombreux
Diptères qui appartiennent à la famille et que l’on a coutume d’appeler
mouches, quelques-uns se comportent à la manière de la Mouche domes-
tique et propagent comme elle, par leur contact et leurs excréments,
les maladies contagieuses les plus fréquentes; — mais d'autres sont un
fléau à l’état larvaire parce qu’ils vivent alors en parasites aux dépens
de l’homme, des animaux domestiques ou des plantes cultivées;; d'autres
encore sont vulnérants, suceurs de sang et, par leur piqûre, inoculent
les germes pathogènes empruntés à leurs hôtes de passage; -— certains
sont tenus pour indifférents, ce qui est sans doute le résultat de notre
ignorance; — beaucoup enfin, par bonheur, ·sont des auxiliaires mer-

vr PRÉFACE
veilleux, en ce sens que leur ponte est confiée à des insectes qui seront
dévorés par les larves issues de ces œufs. Ces dernières mouches forment
le groupe des Tachinaires; avec les Hyménoptères ichneumonides dont
les habitudes entomophages sont les mêmes, elles sont la sauvegarde
des cultures et, sans exagérationhassurent la subsistance humaine,
` car les insectes qu’elles détruisent sont légions et sévissent à l’état de
fléaux dans nos champs, nos forêts et nos récoltes. n
Tels sont les sujets dont M. Zaharoff a voulu favoriser l’étude scien-
tifique, soit en provoquant sur certainshdientre eux des recherches immé-
diates, soit en faisant mettre sur le chantier des ouvrages qui permet-
tront aux biologistes de connaître les espèces de 'mouches auxquelles
ils pourront consacrer leurs travaux. La première partie de ce programme
est en voie d’exécution ou exécutée, comme le montrent les fines et
originales études consacrées à la mouche domestique par MÃ Roubaud,
les recherches difficiles et pénibles de M. Lesne sur les Fannia qui sont
des congénères de cette mouche, les travaux de M._ Surcouf sur le Sto-
moxe piqueur ou mouche charbonneuse. ll y aura lieu de continuer dans
cette voie. C '
Reste 1à seconde partie du programme. Il eût été impossible de la
remplir sans. le concours d’entomologistes passionnés pour la Science
des Diptères. La France en eut jadis; dans la première moitié du der-
nier siècle, avec Robineau—Desvoidy et Macquart, dans la seconde avec
Bigot et Pandellé ; heureusement elle a, aujourd’hui, M. le D¤Villeneuve, de
Rambouillet, qui joint à la science d’un maître le dévouement d’un apôtre
et qui est le chef incontesté de presque tous les diptérologistes français
actuels. Nous sommes redevables à M. le DE Villeneuve d’avoir pu aborder
‘ cette partie du programme; le savant spécialiste a bien voulu se charger
du groupe des Tachinaires qu’il connaît mieux que personne, et c’est
à un de ses meilleurs élèves, M. Séguy, que j’ai attribué, en toute confiance,
l’exécution du présent ouvrage. '
Le travail de M. Villeneuve réclamera du temps, car il doit embrasser
les Tachinaires de toute l’Europe et les mouches de ce groupe sont d’ùne
étude extraordinairement difficile, qui réclame un examen approfondi.
Celui de M. Séguy s’étend aux Anthomyiaires, c’est-à-dire au second
groupe des mouches proprement dites, ou mouches à cuillerons (Mus-
cidés calyptérés) parmi lesquelles se trouve la Mouche domestique; on
ne saurait d’ailleurs le mettre en parallèle avec le travail que prépare
M. Villeneuve, car au lieu de comprendre les Anthomyiaires de toute
l’Europe, il se limite aux espèces de la faune française et se borne à en
_donner les caractères essentiels. Nous avons voulu courir au plus pressé'; les

menace- vn
entomologistes réclament avec insistance le guide qui leur permettra de
connaître et d’étudier les mouches de notre faune.
Ce guide, M. Séguy le leur a préparé avec une conscience, un soin et
une habileté qui dépassent tout éloge. Comment renfermer et bien carac-
tériser, dans un nombre-de pages forcément restreint, les 600 espèces
d’Anthomyiaires que l’on a signalées jusqu’ici en France? Cela parais- _
sait une gageure. Grâce à son talent de fin dessinateur, M. Séguy a tourné
la difficulté en représentant chacune des espèces, soit en totalité, soit
dans ses détails les plus caractéristiques. C’est la solution élégante d’un
problème qui ne laissait pas d’être fort épineux; mais les solutions de
cette sorte ne sont pas à la portée de tous, car elles réclament l'associa-
tion de deux qualités qui ne vont pas toujours ensemble, celle de l’artiste
et celle du savant. La plupart des figures de M. Séguy sont de petits
chefs-d’oeuvre; je les ai vu patiemment exécuter au microscope, à une
très grande échelle, et, comme bien d’autres, j’en ai admiré l’exactitude
et la précision. Cette exactitude et cette précision me paraissent être,
au surplus, avec une volonté de travail peu ordinaire, les qualités
mêmes de l’auteur au point de vue scientifique; elles se révèlent à
' chaque page dans les diverses parties de l’ouvrage.
Ce travail a été accompli tout entier dans le laboratoire d'entomologie
du Muséum, et c’est pourquoi. j’en connais les profondes qualités. Si,
comme je me plais à le croire, il rend à la science des services, il faudra
en attribuer le mérite aux talents et au courage de M. Séguy, aux
conseils de M. le D! Villeneuve, enfin et surtout à Pinitiative généreuse
de M. Zal1arof`f, qui en a provoqué et permis l’exécution. C’est, à tous
égards, une œuvre de longs espoirs faite au moins autant pour les bio-
logistes de l’avenir que pour ceux de l’époque actuelle. Tout à fait dans
cet ordre d’idées, M. Zaharoff accepte que l’ouvrage soit mis en vente
au bénéfice de la Faune française publiée par la Fédération des sociétés
de Sciences naturelles; s’il ne fait point officiellement partie de cette ·
Faune, il y tiendra en fait une bonne place et, de toute manière, four-
nira des subsides à la Fédération qui en a grand besoin pour ses volumes
ultérieurs. Encourager les œuvres présentes pour qu’elles en fassent
éclore d’autres, beaucoup d’autres, dans la suite, n’est—ce pas la meil-
leure manière, et la plus féconde, de travailler pour l’avenir? Et n’est—ce
pas celle qu’empl0ie le généreux mécène auquel nous devons de voir
paraître le beau livre de M. Séguy?
E.—L. Bouvxea. `

AVANT·PR©P©S
Le présent`travai1 limité aux Anthomyides de la Faune française
permettrafde déterminer les espèces de cette région, sans avoir à recourir '
auxtravaux publiés à l’étranger sur cette famille ou aux publications
spéciales quelquefois difficiles à obtenir.
J’ai cherché dans cette étude à éviter les répétitions et à condenser
lesrenseignements ou les notes dispersés dans les journaux entomolo-
giques, de manière à offrir au lecteur un résumé aussi complet que pos-
sible de toutes les questions qui se rapportent aux Anthomyides. Pour
ménager la place et pour arriver rapidement à Pidentification des espèces,
je me suis servi de la méthode dichotomique qui permet d’abréger ou
de supprimer les diagnoses. Dans les tableaux dichotomiques, je n'ai
employé que les caractères dont la valeur a été établie par Becker, Bezzi,
Collin, Meade, Pandellé, Stein et Villeneuve, dont j’ai utilisé les tra- .
vaux. La plupart de ces tableaux ont été complétés par des figures qui
en faciliteront la compréhension. Les figures d’ensemble ont été autant
que possible dessinées à la même échelle, afin de donner une idée des
dimensions respectives des espèces représentées.
La classification adoptée ici est celle de Schnabl et Dziedzicki, légè-
rement modifiée. Cette classification établie principalement d’après la
conformation de l’apparei1 génital mâle me paraît actuellement la plus
parfaite et la plus rationnelle. Cependant, il faut remarquer qu’à 1’inté-
rieur de certains genres, plusieurs espèces semblent avoir une position
douteuse; pour ce11es—ci j'ai emprunté à Schnabl et Dziedzicki les figures
représentant l’appareil génital mâle, afin de permettre les comparai-
sons nécessaires avec les espèces ou les groupes voisins.
Toujours pour ménager la place, la bibliographie a été_réduite au
minimum. Pour beaucoup d’espèces, on trouvera la référence de l’étude
de Pandellé, qui a indiqué lui-même les ouvrages antérieurs au sien;
pour les espèces qui ne se trouvent pas dans le travail de Pandellé, j’ai·
renvoyé au Katalog der Palâarktischen Diplçren (Budapest, 1907) où

X _ AvANr-Paopos
Bezzi et Stein donnent la bibliographie antérieure à la. date d’impression
de ce catalogue. Au surplus, les ouvrages récents ou ceux qui n’ont
pas été mentionnés par les auteurs précités, ont été notés. Malgré leur briè~
veté, les indications bibliographiques sont suffisantes pour`renseigner
d’une façon complète sur l’état actuel de la science, en ce qui concerne
· l’organisation et la biologie d’une famille au sujet de laquelle nos connais-
sances ont fait de grands progrèp dans qesderniéres années;
· ` ` * * * _ . `
· Malgré,l’aide apportée par les travaux récents, cette monographie
' ne doit pas être considérée comme un travail définitif. Une étude plus
développée aurait nécessité un matériel abondant qui nous manque
absolument, ainsi que des développements qui auraient dépassé large··
ment le cadre et le délai qui m’étaient accordés pour l’exécution de cet
ouvrage. Dans la suite, cette monographie devra être complétée par
des recherches qui, en amenant la découverte de nouvelles espèces fran-
çaises, permettront de perfectionner les tableaux de détermination par
l’addition de caractères encore plus précis, que des matériaux nouveaux
ou des moyens d’investigation plus parfaits feront découvrir.
On me permettra en terminant de témoigner ma gratitude à toutes`
les personnes qui ont bien voulu m’assister dans mes recherches et me
les faciliter. J’aî pu étudier les collections de MM. Alluaud, Hervé-Bazin,
Hesse, Pierre et Roubaud. Deux de ces collections sont particulièrement
importantes : celles de MM. les professeurs Hesse et Hervé-Bazin; c’est
grâce `à l’aide qui m’a été obligeamment apportée par ces savants que
je dois beaucoup des résultats de ce travail: Je dois à M. Magnin d’avoir
pu consulter facilement la collection Pandellé conservée à la Société
entomologique. M. 1è DF Villeneuve m’a donnéplusieurs espèces qui
m’ont servi de points de comparaison et dont l’étude m’a été très
utile au cours de ce travail. Je dois les mêmes re_merciements à MM. les
DTS Bezzi et' Surcouf, qui` ont rbien voulu mettre à ma· disposition les`
ouvragesede leurs bibliothèques et me communiquer plusieurs espèces
rares ou introuvables dans les collections. a' ` ’ "

Avanr-Pnoros xi
Cette étude m’a donné beaucoup de peine, mais j’ai été grandement
encouragé par l'extrême bienveillance de M. le professeur Bouvier, qui
a bien voulu porter de l’intérêt à mon travail, m’aider de toutes manières
et écrire pour ce livre une préface dont je le remercie sincèrement. Je
remercie tout particulièrement M. P. Lesne, qui a mis à ma disposition
les matériaux recueillis dans ses voyages, qui a revu en partie le
épreuves de ce travail et, par ses conseils, n'a cessé d’attirer mon atten-
tion sur l’opp0rtunité de maintes corrections;
Enfin, je tiens à rappeler et à insister sur ce fait que presque toutes
les découvertes récentes concernant les Diptères de France sont dues
à M. le D' Villeneuve qui s’est montré pour moi, pendant plusieurs
années, un guide éclairé et bienveillant. Qu’il me soit permis de lui_
exprimer encore toute ma reconnaissance en regrettant de ne pas mieux
justiiierl Pintérêt qu’il a bien voulu me témoigner.
E. S. .

LISTE DES ABRÉVIATIONS
DES NOMS D’ALTTEURS
Bxzcx., Becker (Th,). R.-D.,Robîneau-Desvoidy(A.-J.-B.).
DUF., Dufour (L.), Ron.-Dssv., Id.
FALL., Fallen (C.-F,). Rom). ou RD1., Rondanî (C.),
DE G., De Geer (C,). Scmm., Schnabl (J.).
I<ALT., Kaltenbach (J.-H.). Scrmn. et Dz.,Schnabl (J.) et Dzied-
Kow., Kuwarz (F.). zlckl (H,).
MACQ·, Mâcquârt (J·)· VILL·, Villeneuve (J.).
MEM-. De Meîiere (J··C·-HJ- wmn., w1edemmm(c.·R.-W,).
PANIJ., Pandellé (L.), ZETT., Zetterstedt (J.~W.).
Pox., Pokorny (E,). . I

INTRODUCTION
Les Diptères comprennent ordinairement des Insectes qui possèdent
deux ailes membraneuses, deux balanciers, un thorax à segmentation
non apparente, un appareil buccal adapté pour sucer ou pour piquer,
des tarses de cinq articles.
Les deux ailes libres et les balancîers suflisent généralement pour
distinguer un Diptère. Chez d’autres Insectes on peut cependant rencon-
trer deux ailes libres (Chlœon dipterum), deux ailes et deux balanciers
(mâles des Coceides). Chez certains Diptères, les ailes sont protégées par
le scutellum considérablement développé (Celyphus), disposition qui se
retrouve chez quelques Hémiptères Scutellérides; chez d’autres, la bouche
peut être fermée (Gïsirus), les balanciers ou les ailes peuvent manquer
(Aplilolus, Chionea, Phcra, Braula, Melophagus), mais la constitution
de l'appareil buccal, du thorax et les tarses composés de cinq articles
permettront généralement de reconnaître un Diptère. ·
L’ADULTE
MGRPHDLOGIE EXTERNE (1)
Le corps est divisé en trois régions : la tête, le thorax et l’abd0men,
réunies les unes aux autres par des parties étroites (*).
Tête. — Complètement dégagée du prothorax, distincte, mobile et
portée sur un cou étroit, excepté chez certains Hippobosques où elle
paraît soudée au premier segment thoracique. La plus grandepartie de
la tête est occupée par deux gros yeux à facettes, qui peuvent être colorés
et dont la surface présente parfois une pubescence plus ou moins longue
et épaisse. La forme de la tête est déterminée par la grandeur des yeux,
par le rostre, les cornes, .1es saillies de la face ou les protubérances qui
supportent les antennes.
1. Bnzzr (M.), 1912, p. 115.
2. Sauf chez le Braula cœca où 1’abd0men est réuni au thorax dans toute sa largeur
et même par sa partie la plus large.

4 ADULTE. ·— M0m>rr0LOGIE EXTERNE, TÈTE
En dehors des yeux, la tête oiïre quatre régions principales : la région
frontale, la face, la région inférieure, la région postérieure (1) (fig. 1),
.;.L..Él....!.
|
| TO G- —— - __ -+
`É 9
D i \T I 10K
$ «
Y op F l 11,...  M I
f i i .   ·
· · ·à 5 ·
 Mix · =
` ru/il/N    `“ ia`. g   `   
` .  / f
" · - W  É gg] » "I | I   Y
ce ' ,,.‘ r··~c,"'~/~r 'fÉZ cf "\ ‘*   c f
  p È È my I hâ   px
 uv ; ·~“*t ”+‘* li il ‘i  5
/» n___ _1- «
lx P ll A   ' yv i 6  pi-,//:    
l i.  (   4* g »  ~   ,. ' i     É, ` ii A/Q·‘
l wi)   · ( (F ( \ 7} gi
`èw l ' -—·\  
v,»"' '· A tn. "` · Qi
V et l ·.   , P  
’ '· ' •\ 'pi_ x`
` hl · sy  , s __
_-   1    J} 14 â llwi
• I \\J·A (4 /
I , •//2 / Ã   Pa
Qi â ii?   
. —_ —~—___+_._
Fm. 1. — Agauche. -— Figure schématique dela tête d’un Myodaîre montrant les
différentes parties (vue de face). I, région frontale; II, face; III,région inférieure.
A, antenne; — Bl, bande médiane frontale; - C, clypéus (RoBrNEAU-DEsv0rDY);
—~ ca, chète antennaire; - CB, cône buccal; — cf, cicatrice frontale; —— E, épis-
tome; — F, front; —- FC, partie médiane (‘); —- G, gênes; - ga, cavité anten-
naire; - ia, insertion de Vantenne gauche; -— Lb, labelles ou paraglosses; -
O, ocelle; — Or, orbite; —— P,péristome; —- Pa, palpe; — T, trompe; - TO, triangle
ocellaire; —- u, petites vibrisses; — V, grande vibrisse.
A droite. — Tête du Sarcophaga camaria Q; —~ A, antennes : A‘, ler article antennaire;
A', 2° article; A’, 38 article; ·- Bi, bande frontale (ou médio-frontale) (V1LLE-
NEUVE); - C, chète antennaire; —~ cc, cils du chète; - Cy, partie médiane; -
E, épistome; — F, cône buccal; - G, gênes; — L, lunule; - O, ocelles; —- or, orbites;
—- P, péristome; —— Pa, paipes; — Pg, labelles de la trompe; -— Sf, cicatrice fron-
tale; —— T0, triangle ocellaire; - V, vertex; - Y, yeux. — 1, macrochète ou soie
· ocellaire; —- 2, soies occipitales ou postoculaires; —— 3,soies fronto-orbitales externes;
—— 4, fronto—orbita1es internes supérieures et inférieures; — 5, gênales; -— 6,
. vibrisses; — 7, soies péristomales; -— 8, vibrissales; —— 9, macrochète vertical
interne; - 10, macrochète vertical externe; —— 11, soies postverticales.
(1) Clypézzs pour VILLENEUVE.
1. ROBINEAU·DESVOIDY, 1830, 6. Cette description s’applique à un Muscide.

ADULTE. — MORPHOLOGIE EXTERNE, TÈTE 5
I. La région frontale s'étend de la partie postérieure de la tête (occiput)
à la base des antennes et d’un œil à l’autre. Elle se divise en trois parties :
1° le verlex, derrière le triangle ocellaire; 2° le triangle ou plaque ocellaire·
(T0), qui porte ordinairement 3 yeux lisses (ocetles [0]) ; 3° le front qui
s’étend entre les yeux, du triangle ocellaire à la base des antennes; il
Ollre, au milieu, la bande frontale (Bf) plus ou moins élargie en bande
médiane, très étroite ou nulle chez quelques Nématocères et les mâles
de certains Diptères supérieurs. La bande frontale est séparée des yeux,
de chaque côté, par les orbites (Or) ; la partie inférieure est limitée par
la cicatrice frontale (cf) et la lunule (L), qui entourent la base des antennes.
Les yeux forment les régions latérales de la tête. Ils sont entourés par
les orbites (Or), souvent plus développées sur la région frontale.
II. La face est la région qui s’étend plus ou moins verticalement entre
les`yeux, de la base des antennes à l’épistome (fig. 1, II). La partie médiane
(FC) (1) oilre deux cavités verticales plus ou moins profondes et obliques
qui logent les antennes au repos (fig. I, g); les cavités sont quelquefois
séparées par une cloison ou crête, plus ou moins aiguë (fig. I, f) (“). Laté-
ralement, de chaque côté de ces cavités, le long des branches de la cica-
trice frontale (cf) s’étend une pièce plus ou moins développée, ciliée ,
ou non, qui part de la base des antennes, longe le bord de la face et porte
une grosse soie (grande vibrisse, V) accompagnée de quelques soies `
moins développées (petites vibrisses, u). Ces deux pièces (faciaux, carènes
faciales) sont souvent ciligères le long des bords du péristome.
Les gênes (’) bordent les yeux sur la face et remontent jusqu’à la
· base des antennes; elles forment souvent près de celles-ci les crêtes aiguës
qui séparent le front et la face.
III. La région inférieure située entre la face et la région postérieure
offre une cavité (bouche) où la base de la trompe et ses muscles prennent
leur attache et où ils se retirent ordinairement pendant le repos. Le
péristome (P) formé de deux pièces soudées en avant et en arrière,
entc11rel’orifice buccal. L’épistome ou clypéus (E) forme le bord anté-
rieur, à sa partie supérieure il est soudé avec la partie médiane (FC').
IV. La région postérieure peut être plate, concave ou bombée; composée
de deux larges pièces inférieures et latérales, se trouve en contact avec
la face antérieure du prothorax; elle est percée d’un trou (trou occipital)
pour le passage des trachées du tube digestif, des muscles et des nerfs.
Au-dessus se trouve l’0cciput.
1. Clypéus pour VILLENEUVE. Pour ROBINEAU·DESVOIDY et plusieurs auteurs, le
clypéus est une petite pièce semi-circulaire, solide, bien détachée, qui recouvre la
base antérieure de la trompe. Clypéus est synonyme d'épistome.
2. Coin antennaire (PANDELLÉ).
3. Le mot gênes est employé ici dans le sens défini par le Dr Vxx.x.ENEuvE (Feuille
des Jeunes naturalistes, xxxvm, 1908-19).

6 ADULTE. ——- MORPHOLOGIE EXTERNE,. TÈTE
La tête porte des soies, des poils ou des écailles. Les soies les plus
développées ou macrochètes portent les noms. des- parties où elles sont
plantées. On distingue les soies occllaires, postoculaires, verticales, 0cct~
pilules,. gênales, frontales, péristomales, uibrissales, etc. (fig. 1). Le
thorax et l’ahdomen portent aussi des macrochètes dont la répartition
est un élément de classification (chètotaxie) (‘).
le ° .
C F ' [p 9
F p L / , N,  / mx
1 , w l . ;  mx /¢
_ < o   A  1,%/ ` B
 « · s      Li
, = , ,  , P ' ‘
mdmx   m   5  i J//I  È Il là
h 5 eî 6 §
4 ,
ft   la ·[((\\“` ft
..,.   e—e· .   r
L__  «y\ mr.   L
si   Ã . » s 
md °   ""Ãh P"°     °"
mes     gr mx-—o      has
nc  · _  T     vf?
L" \  § mf 4: E  t
  z rn
Fm. 2 à 7. — 2, coupe de la trompe du Culex pipfens (*); - 3, trompe du Tabantzs
bovinus; ·— 4, trompe de 1’Asil1.zs barbarus; — 5, trompe du M usca domeslica; —·
6,·trompe du Syrphus baltealus; -— 7,. coupe (en A.B) de la trompe du S. balteatas.
Lettres communes àtoutes les.figureseC, cône basal de la trompe; ·- F,fulcrum ;,--
cn, canaux et filets nerveux; —— cs, canal salivaire; ··- fl, fausses trachées; - H,
hypopharynx; —- L, labre, labre··épipharynx ou lèvre supérieure; — la, label--
les;. — Li, lèvre inférieure; - md,. mandibules; — mr, muscle rétracteur de,
la trompe; — mx, maxilles; — nc, nerf central ou nerf longitudinal; — P,
palpe;—·—l, trachées; -— v/t, vestiges des fausses trachées, Figures très schématisées.
(1) Figure schématisée d'ap1·ès Vogel. Cf. Slàouv, Moustiques de France, 1923, p. 11.
Appendices de la tête. —— Les¤ antennes sont ordinairement insérées.
sur la partie médiane entre les yeux, sous la lumile frontale, quelquefois sur
une saillie) chitineuse assez. longue; souvent courtes (fig. 1.0} et rappro-
chées par la base, elles peuvent être aussi très écartées, très longues ou, .
filiformes. Le deuxième article, considérablement développé chez plu-
sieurs Nématocères à antennes filiformes,. contient un organe chordotonal.
Chez les Brachycères l’antenne est courte; épaisse, formée de trois articles
principaux dont Ie troisième qui est souvent le plus développé porte~
1. Voyez aussi : Soncoor et GoNzALEs-R1NcoNEs,, 1912, 127.

ADULTE. —- MORPHOLOGIE. EXTERNE, Tuomx 7
uni ehète ou» style qui: peut être pubescent, plumeux. ou. nu. (fig, 10)..G.e
chète peut être composéde plusieursarticlest.
lfappareil buccal est composé de pièces réunies de·manière à former
une trompe plus ou moins longue (fig. 2-7). Chez quelques Nématoeères
la partie basale de la trompe forme 1e.clypéus et porte les palpes. Chez
les Muscides, la base de la trompe est constituée par un cône membra-
neux (cône buccal) renforcé latéralement? par les branches d’une pièce
chitineuse en are (étrier ou fulcrum)·(‘); ici les palpes sont insérés sur
le cône buccal. Au cône- buccal! fait suite la trompe proprement dite qui '
se compose de la lèvre supérieure ou labre, dela lèvre inférieure ou labium
et d’un certain nombre de stylets. Toutes ces pièces sont plus ou moins for-
tement chitinisées. Lelabre peut s’allonger demanière aformer une lamelle
perforante;. dans ce cas, le labium serecourbe longitudinalement sur lui-
même et forme un tube qui enveloppe le labre et 5 stylets : 2 mandibules,
2 mâchoires et Phypopharynx (Tabanides, Culicides [fig. 2])., Chez les
Muscides et les Syrphides, où les mâchoires et les mandibules peuvent
disparaître, l’extrémité de la lèvre inférieure (labium) s’épaissit. en une
ventouse formée par les paraglosses ou labelles (fig. 5-6). Cette ventouse
creusée de gouttières est souvent armée d’épines (”) et couverte de
nombreux poils tactiles qui semblent sel rapporter ài l’organe· du goût;
Thorax (Hg; 8‘ a): —- Le—prvthorax'est en·général‘ peu développé; il porte
la première paire de pattes, et. les stigmates anté'rieurs.. Le. mésoüiorax
quiz suit représente presque toute la partie supérieure: visible du thorax,
I1! est divisé en deux parti`es par·une suture (fig; 9, st)',, une antérieure
(présculum)· et une postérieure (scutum).. Latéralement le mésothorax
présente (limitéspar des sutures) :~la« dépression n0tupleurale·(fig; 81 CN).
les callus poslalaire et buméral (fig,.8'a, cPa). Ilemésothorax renîèrmeles
muscles moteurs des ailes et des pattes;,iL porte la deuxième- paire de
pattes, les ailes et les cuillervns: La partie postérieure du mésotliorax
forme le scutellum ou écusson. Le. mélalhomx n’èsti visible à la. partie
supérieure que par lemésopliragme; il portezlatroisième paire·de* pattes
et présente les stigmates postérieurs; Les parties latérales dir thorax,
entre lïinsertionrdes pattes et la. suture: notopleuraie forment les pleures.
On. distingue les pro; méswet métaplèures, séparés par des sutures.·Sous
les ailes, après le mésopleure les pféropleures. et à l`a partie inférieure le
slemopleureg. limité aussi; pan une suture, enfin.sous·le métapleure,,1?Izyp0-
wé} GHUNEEEG (D¤' K.), Die blutsaugenden Dipterent Iena• 1901. - FREE (D" R-),
2. La trompe des Philœmalomyia et Prislirhynchomyia présente sur les labelles une
séries dm petites-dents fortement: chitînisées qui peuventfrugiuer la peau: et' faire snrtln
le. sang,. 011 observe. aussi de. parei11es~dents,, moins développées,. sur les labelles, de la
trompe de. beaucoup dîAnth0myiaires; elles servent vraisemblablement? zï fouiller et
â- diviser les matières succulentes. V0yez·aussi` Ia figure dusDarhniphorarlrunsformala
Serrmrzxln Wiener unix Zlg.,,xxx1vg.313 (1915);

8 ADULTE. —— MORPHOLOGIE EXTERNE, THORAX
pleure. Les balanciers sont insérés sur les métapleures. La partie ventrale
du thorax se divise aussi en pro, méso et métastemum.
Le thorax peut être couvert de poils ou d’écailles, de soies ou de macro-
.  se J" ··· Q
z `£6   vîqîlïî. tr 11 1
Oïl •—. .
S°  s? s—·sisf°,,, Z 1 *T°°
B M  7/ = CB  A   °iZ·•‘  • .~" H •
agie,   '“"" = '9 ,
' ;.’:;·qe 1   ·;5| Sa    Y \  Arf;
,  ·. Ma Il  Meg G  Ann
.  X50? `—
T"’ '¤6   ` 7 Ar a
‘· ,, J , \ .   P 8 ..
   zi Sth =§\ 3% 5'  ` ,· 5 ··6
Sm Sm ,   t F
 süê   lil Àl\    
W '
 ,cxp=  coxm= ' [-*~— a
 Sm "°‘ "`° n `\t~  F T
LB Hag\ Lsv Stow;.
Fs P 
Fm. 8 a. —- Figure latérale schématique d’un Diptère supérieur. Les lettres et les
chiffres de la tête ont la même signification que sur la figure 1. Les chifïres dési-
gnent Pinsertion des soies principales ou macroehètes dont la position est utile à
connaître pour la détermination. Ai, insertion de l’aile; - BH, balancîers; —
ca, cuilleron alaire; — CN,‘dép1·ession ou callus notopleural; — c0x‘, hanche ou
coxa I; — coxm', hanche II; — cp, cuilleron thoracique; —— c Pa, callus
postalaire; - cxp“, hanche III; - FC, fémurs I-II-III; —- Fs, forceps supérieur;
- H, callus huméral; —- Hag, hypopyge; — Hg, hypopleure; — LB, lamelle
basale du forceps supérieur; - Lsv, lobe latéral droit du<sternite V(‘);·· M,
mésophragme; —— Me, métapleure, Mes, mésopleure; — Pro, propleure; - Pt,
ptéropleure; — Sa, stigmate antérieur; - Sc, scutellum; - Sg 1-4, segments
abdominaux I-IV; — sp, stigmate postérieur; -— St, sternopleure; — str, suture
transverse; —- Slt, sternites abdominaux I-V (on a supposé les plaques sternales
saillantes); -—— Slt 5, sternite V; — T, tergites abdominaux; —— Th, thorax; - lm,
trochanter. —— 12, insertion des soies acrosticales (a); — 13, dorsocentrales (dc);
- 14, intraalaires; —— 15, supraalaires; — 16, supraalaires postérieures ou pos-
talaires; — 17, notopleurales; — 18, posthumérales; —· 19, humérales; — 20, pré-
suturales; - 21, 1** soie supraalaire ou préalaire; - 22, préscutellaires; -— 23,
latérales; — 24, basales; - 25, discoïdales; — 26, subapicales; - 27, p1·éapi·
cales; - 28, apicales; — 29, prothoracales; - 30, stigmatiques; — 31, méso-
pleurales;·-·· 32, ptéropleurales; - 33, métapleuralesg - 34, hypopleurales; —
35, 1*° sternopleurale; — 36, 2* sternopleurale; — 37, 3** sternopleurale; —
38, 4¤ sternopleurale; — 39, marginales latérales; — 40, apicales, marginales
sagittales; — 41, discoïdales; ·— 42, marginales latérales; -— 43, basales; —-
44, latérales.
(1) Lamelle prégénitale droite.
chètes (fig. 9). Les soies et les macrochètes sont divisés comme il suit :
Sur la ligne médiane dorsale : les soies acrosticales (a), à côté les soies
dorsocenirales (dc); la ligne de soies placée près des dorsocentrales forme
les intraalaires. Les autres séries de macrochètes empruntent leur nom

ADULTE. — MORPHOLOGIE Ex·rEm~:E, Armes 9
à la partie du thorax où elles sont plantées : s. humérales, nolopleuralcs,
posthumérales, supraalaires (1). Les soies placées avant la suture trans-
verse qui divise le mésothorax en préscutum et en scutum, c’est-à-dire
celles qui sont plantées sur le préscutum, sont dites présuturalcs, les
autres (celles du scutum) sont dites rélrosuturales; celles qui sont placées
avant le scutellum s’appellent préscutellaires. Les soies ou macrochètes
des parties latérales du thorax se divisent en
prothoracales ou propleurales, mésopleurales,
pléropleurales, mélaplcurales, hypopleurales et
sternopleurales (St). Les soies plantées sur le \
scutellum peuvent être, suivant leur position:
basales, subapicales ou apicales, discoîdales,
préapicales ou latérales. '
Appendices du thorax. — Palles (fig. 12).   ·.a,,__“_"_ _
Extraordinairement longues ou très courtes, se   · ¤   ———* r  M
composent toujours de cinq parties zla hanche   if';] _   ,gÀ§»“
ou coœa, le trochanier, le fémur ou cuisse, le tibia *°   "" '
ou jambe et le tarse, composé lui-même de cinq F 8 b D mi t_ 1
_ articles. Le premier article du tarse est sou- ‘§ùmèed,uÃLeÈîiîï11fnî
vent appelé mélalarse ou prolarse. Le cinquième tram la pelote médiane
et dernier article porte deux griffes (fig. 13, 14) (°mP°dl“m)·
recourbées et aiguës; en dessous, deux pelotes
adhésives (pulvilles) plus une troisième (empodium), souvent absente
ou modifiée en soie empodiale (fig. 8 b, 13, 14,).
Ailes. -— Très caractéristiques, habituellement bien développées, peu-
vent être rudimentaires (’) (Tipules, Empides, Éphydrides, etc.) ou nulles
(Melophagus, Braula, Phorides, etc,). Une aile typique se compose d’une
lame de chitine mince (membrane), présentant plusieurs lignes saillantes
plus consistantes (nervures), théoriquement au nombre de 9. Ces nervures,
qui sont en rapport avec la puissance du vol de l’insecte, peuvent s’anas·
tomoser ou subir des réductions.
Ci-dessous la synonymie des nervures, ainsi que les champs limités
par elles (ûg. 9 et 15).
1. La première supraalaire, c’est-à-dire la soie qui se trouve immédiatement après
la suture transverse, est dite soie prëalaire. Cette soie est très variable en force et en
grandeur, elle manque souvent.
2. Bnzzz (M.), Riduzione e scomparsa delle alimegli Insettl Ditteri. Nalura, VII,
85 (1916).
SCHMITZ (H.),·Neue termitophile Dipteren aus den Familien der Termitoxenliden u.
Phorlden, Z00l.Jahrb. , xxxrx, H. 2, 211 (1916).

]_() ADULTE.: — MQRPI-L01..0G.1E EXTERNE;. AILES
lll "“~ r` ne 9 i
'  *9   ·ze8· 1;;. i '
7 i  e ,_ Ã
, / yes ___` ..·. [  
·1s v e .
» · il   , 5,,3 °c‘,_°" îlf g
  csc. en Éîïfï ï "l  te-
_(Epç· 12 l ï.~ .
i “ `  Z  *`î is ¤¤·¤ë‘* 
nl}       L    35   qlzi A1?. L-tg:
h5 i;À  °é fr.‘BTh   ·
mm m" m IV (  ·w ....-5/  ,·’ mc
na cn 1   él SC Z 5, a. ses _·
h n  .  -' _z5ZS. / ' g "
E5 _ °^ B F bb-
;Ã P   A1   -59 591  
1 . ' ·  .  , TL
Q E Ãbnli qu H sg:.
se se ‘* ·' gm 1 * `Sa’
  G   I èsae/6 p si ùfwôga « tsp. -sex
sé SL,Sai  Ã} ·. E I 61011)*
~· · coxa  
sx · ·
sa tm A ` Hag  M I )  Taz
.Ta1(m)  [L gflsl , L  1,85
I —T¤= GG  — r·’ 60*
I T¤¤   [ Se
·¤a4  P · I
,,   ii , Ã ff ;_ · S£$uY··
k6 ·•«. ‘S& ff
Fro. 9. —-· Ensemble d’uu Myodaire supérieur (schématique), la nervation de l’“aile
est celle dîun Anthomyiaire. Mlêmesjremarques que pour les figures 1 et Sja.,
abd, abdomen; - ai, aile; — alu, alule; — An, protubérance antennaire; — Apa,
bord postérieur de l’àiIe; —— Bf; bande médiane frontale; - BH, balanciers;
— CH, cellule anale: — CBA, cellule hasale antérieure; - GBP, cellule basale=
postérieure; - CC, cellule costale; — CCS, cellule cubitale suhmargina1e;.-
CD, cellule discoïdale; — ci, cuilleron thoracique; — CMP 1, 2 + 3, 4, cellules
marginales postérieures; — CN,. callusi n0topleur·al;, -— GP, callumpostalairet
-CR, c. radiale; - CS, cuilleron alaire; — CSC, c. sous-costale médiane; —
Ep, éperon; — Epc, épine costaleg — FC, fémur ou cuisse; —- Go, grifïes; - H,
callus huméral; —- H ag, hypopygium(lame1le basale) ;n 1-8, voir page 11 nomencla-
ture des nervures et figure 15; — no, nœud des nervures 4-5; — oc, occîput;
— P, pelote; -- sa, ligne de soies antérieures; - Sc, scutellum; — Se, soie
empodîale; -— sex, ligne de soies externes; — Sg 1-4, segments abdominaux
I-IV: tergites l-IV; —— sp, ligne de soies postérieures; — sl, suture transverse;
—— T; tête (voir page 4, fig. 1); -— ta 1-5, articles du tarse; — Th, thorax, —·
Tl, tibia -— Toc, triangle ocellaire; - Y, yeux. 12, soies acrosticales (a) [voir
page 8, fig. 8]; — 13, dorsocentrales (dc); —- 14, intraalaires; — 15, supraalaires;
— 16, supraalaires postérieures ou postalairesy - 17, notopleurales; -— 18; posthu-
mérales; —— 19, humérales; — 20, présuturales; — 21, 1*9 soie supraalaire 0u·
prléalaire;. - 22, préscutellaires; - 23,.1até1·ales; — 24, basalesç — 25, d.isu0î·
dales; - 26, subapicalcs; —- 27, préapicales; — 28,,apicales;:—- 39, marginales

ADULTE. ·-— MORPHOLOGIE EXTERNE, AILES Ill
latérales; — 4U,.apicales ou. marginales sagittales; —- 41, discoidales;, —· 42, mar-
ginales latérales; - 43, basales; — 44, latérales.
Fm. 10. —- Antenne d’un Myodalre supérieur. 1** a, 2¤ a, 3• a, 1**, 2• et 3* articles.
antennaires; —- C, chète antennaire; — cc, cils du chète; — cs, cavernes senso-
rielles; dn, dilatatlonganglionaire du filet nerveux; na, nerf antennaire.
F10. 11. — Balancierrbb; base du balancier (scabellum); —- cp, cupule; -· ec, éca1l1e; -
ecs, écaille supérieure; - mr, membrane chordotonale; — lc, massue, tête, bouton
ou capitule; tg, tige ou pédicelle.
Fra. 12. —- Patte antérieure droite vue par la face antérieure; — F, fenêtre de la
l1ancl1e;·G§ grilles ou ongles;.-· P, pelotes; — sa; ligne de soies antérieures; — —
sae, ligne de soies antérœexternes; -— sai, soies antéro-internes; — sc, soies
externes; — si, soies internes; —la·1(m)`, 1** article du tarse ou métatarsc ou
protarse: ·— Ta 2-5, articles du tarse.·
F10. 13. -— 5• article du tarse vu de côté (Calliphora). G,.grilfe; —- P, pelote; -
Se, soie empodlale; — Ta 5, 5* article du tarse. .
F10. 14. — Id. vu de dessous.
NERVURES (Fig. 9). CELLULES
x.rMx·rÉEs ma Les mznvunns
N. 1.. Nervure costale ou marginale (peut être (Fig. 15)..
divisée en plusieurs tronçons limités par des épines costalc (A)_
(fig. 16) ............................................. . ...... : _
N. 2. Ncrvure costale· auxiliaire ou médiastïnez . `—
N., 3. l" n. longitudinale, suhcostale,.médiane, médiastine (B).
radius (R 1) .............................. . .... .. '
N. 41 2* 11. longitudinale, radiale, subcostale, marginale (C).
radius2+3(R2+3)..... .... .... ..... ....,...l
N. 5.. 3* n. longitudinale,. cubitale, radius 4 -(- 5. É submarginale ou. cubitale· (D).
(R 4 + 5) ................................... ..
N. 61 4• ri. longitudinale, discoidale, cubitus an~
ticus, (M 1 — 4) .... -. ..... ..   . ....... .. , .......
N. 7. 5* n. loneitudinale, posticale cubitus pos- .
ucus, submesianeîcu 1 — 2) ........ É ........... °°"“I°‘ *’°Sw““°S’ (HM
N. 8. 6• n. longitudinale, anale, postcostale (An) Lanale (K). -
N. 9. 7° n. longitudinale; axlllaire (Ax),. . . ,. . .. (île cellule lobulaire (L.) se trouve
Bord postérieur de l’aile. . ........... . ........ entre le bord de l'aile et la n. 9.
N. 10. nerv. transverse humérale, basale, médias- divise la cellule costale cn
tine, costale ou subcostale Scuf .......... .. .. . .... deux parties. ’
N. tt. n. transverse antérieure, anticus, dis- â ferme la cellule basale anté-
c01dale· ou première nervure tranverse (Macquart). - rieure (E).
N,. 12. norvure transverse postérieure,. posticus,
2• n. transverse -.., .... . ..... , ................... ferme la cellule dîswïâale (G)-
N. I3'. nervure transverse l5asale· (Cu') .... . .... f€1'l¤¤ la œllüïlë b==\S¤l¤ D¤S@é··
rieure (F);
N. 14. nervure transverse anale.. ............. ferme la cellule anale externe (I)
La, base de l’aile présente le lobe axillaire ou alulc, qui est plus ou
moins distinct, toujours visible cl1ez les Diptères supérieurs~(fig. 16). ·
Cuillerons. —— Considérés parplusîeurs auteurs comme des dépendances
des ailes, se présentent, lorsqu’ils existent, sous forme de deux écailles
membmneuses superposées, bordées, par un épaississement en bourrelet
frangé de poils. Leur rôle: n’est pas encore bien défini.

12 ADULTE. — MORPHOLOGIE EXTERNE, ABDoMEN _ .
. Balancicrs. -— Appendices formés d’une tige ou pédicelle assez grêle
surmonté d’un renflement en massue plus ou moins sphérique (fig. 11).
Ils contiennent un riche réseau nerveux qui en font des organes sensoriels
importants. Leur base présente un organe chordotonal. L’ablation ou
la mutilation d’un seul balancier supprime la fonction du vol.
BFM. I
- X
I W c m B 1 
v D XI E
H1 xm
r
, P1
VI Xn 6 VH K
Ha
H: / IQXL
Fm. 15. — Aile du Phaonia incana. Explication des lettres page 11, § 2.
Abdomen. —- Composé théoriquement de 9` segments. Renferme les
organes de la nutrition, de la circulation et de la reproduction. Le tégu-
ment est divisé en segments circulaires réunis entre eux par une mem-
brane; chaque segment est lui-même formé de deux parties : une dorsale
(iergite) et une ventrale (slernife), réunies par une membrane (fig. 17).
L’abdomen peut présenter des crêtes ou des prolongements chitineux; il
porte des soies, des poils ou des écailles comme le thorax (fig. 18). Les
macrochètes, suivant leur implantation sur le segment, sont divisés en
, macrochètes discaux, marginaux ou basaux. Les stigmates respiratoires sont
situés de chaque côté de Fabdomen, sur les bords latéraux des tergites ou
sur la membrane qui réunit les sternites aux tergites.
Appendices de Pabdomen. —— L’abdomen se termine par deux appen-
dices dorsaux (ccrques) et deux ventraux (styles). L’ouverture anale est
située sur le segment qui précède l’hypopyge (©") ou l’oviscapte (Q);
chez les femelles, l’0viscaple ou tarière présente dans les différents genres
de Diptères les formes les plus variées, tout comme l’appareil génital mâle.
Appareil génital mâle (fig. 19). - Présente souvent des parties chiti-
neuses utiles pour la détermination des espèces. Il se compose de quatre
parties : l° une pièce chitineuse plus ou moins continue, circulaire, corres-
pondant au 96 segment (1),1a lamellé basale (lamina basalis de ScnNABL);
ll¤ les appendices du 9B segment qui sont ordinairement deux crochets
1. Ordinairement le 9*. Chez certains Cyclorrhaphes supérieurs, les 8** et 9** segments
sont soudés : le 9** segment forme la base des valvules externes.

ADULTE,. — MORPHOLOGIE Ex·rEm~xE,[AB¤0nlEN 13
. ‘îT`irg\
` ~   Lfe; 
, s \@/ `  
<·   ”" ki'!)
~.__ · w " x . iqî :“`:_\
"'  \, ·' V "\_
l   ( >/
z X " ,_ I! !
A h /1
B J`
 À  1/
£U,..·
 QÉÉ
hb] .
îl _
'¢ `; ",  
 
\ xx _,, /
Ã
É'   ° " | `
  ( M
TI
W  " Q  l !
`  (
r   \*W\"
 Ãï
 ?=
a /
l
Fm. 16· —— ll, Phora pulicaria Fallen, X 6; — b, Cralœrhina pallida Olfers (Q) XH;
— 0, alle du Nemeslrina œgyptica \Vied. (Q) >< 6; — d, Dixa aulumnalis Mg., X 5;
— e, Bacha elongala F. x 5; ·— [, Base de Valle du Dichœla caudcxla montrant la
nervurc costale coupée et ses épines (voyez aussi fîg. 18).

14 ADULTE. — MOHPHOLOGIE Ex·rEP.NE, ABDoMEN
bien développés, pluriarticulés ou nou (crochets ou forceps supérieurs,
valvules externes) (1), accompagnés parfois de plusieurs paires de crochets
accessoires : I° les crochets infé-
  rieurs, ou forcps inférieurs, ou goua-
  pophyses postérieures; IIO les goua-
A Qlp pophyses antérieures plus réduites.
Y · . l IIIO le tube génital, les apodèmes
B A   du pénis, le pénis et ses formations
V ‘
\ gé   '//I/'ZA
  xt — il § "° ""
A __ * ·— L *,7
èrëu ` ,,1     
.· _,r$V"4· 2=; : 
ïwu •¤««·¤¤#§|; ,.       gf
I ¥ . Ii sé    gg};/M >‘¢'ȧ$¥'
•`.   aïe'.-ul
î"”~_   \!} ‘ ‘\v__  .
St];      M Ègy
X hi ü ·?\ "·~·i i
m   Ã VF t` nf
A  \ Fm. 18. — Dichœla caudata Fallen ô` X 8.
Stv gw \
LB \‘_ chitiueuses (2); lV° l’anus et ses pièces
chitiueuses qui représentent le 106
_ segment abdominal (“).
Fm. 17. — Musca domestzczz face, Q
""“*”1"’·A· a“t‘m“€S?· “'» alle? * Chez les Mouches toutes ces pièces
B, ouverture buccale; - LB, la- . . ., . ,. , .
malle basale dès fûrœps supérieurs; ordinairement rephees a lrnterieur
— m, membrane qui unit les tergites des ’LX‘01S d€I`l'1l€I`S Segméllts abdomi-
aux steruites; - S, II, III. IV, ·
Sœmites H, HL IV; __ SL L St. V, naux sont couvertes par le 56 stern1te
gfgynitgg [ et V; ... T, bg]-dg laté. dOHt les lobes 1at€T3U,X p€l.lV€l'lt €tI`C
Faux <ï€$ tereîtesx ·· Y· YEUX- développés en lames chitiueuses
plus ou moins épaisses; ils peuvent
porter des soies, des épines ou des écailles. VILLENEUVE appelle ces
lobesz lamelles prégénitales. ·
1. Lamelles externes Qsoncour). Au—dessus: la membrane confonclive qui, chez beau-
coup de Cyclorrhaphes sépare le 8¤ segment du 9% — Membrane de réunion pour
Suucour (1921).
2. Borrcnen, 1913, 529. La 2° paire de lamelles (qui.c0rrespond aux gonapophyses
antérieures) retient le.capuch0n,du pénis ,chez les Tabauides (Suacouv).
3. EDWARDS, 1920-1923. ,

ADULTE. — MORPHOLOGIE INTERNE 15
MORPHOLOGIE INTERNE
Appareil digestif. — Comprend le pharynx, Pœsophage, le jabot, le
gésier ou proventrieule, le ventricule chylifique (avec deux ou plusieurs
caeoums gastriques), liintestin postérieur et lerectum. Glandes salivaires
bien développées, surtout chez les espèces hématophages, à canal unique
s’ouvrant dans la trompe. On trouve encore des glandes abdominales
et des glandes anales plus ou moins développées.
TVI
TVH _
\ la «
_` \` '/ /«
·rvm»· \\— "   ·'  ô
l "\` `\_ l 'yïî  I1
mc  li    ,·’  
5. ·:·_r 4,   C8
 ta f,
b
/ *g Q Ã
ft
vc / ga   P
Sr D
l Il Lc sal"
Fm. 19. — Armure génltale externe d’un Diptère supérieur (Catliphorinœ) X 30. Tous
les organes sont fortement distendus (Schématique). an, anus ('); — ap, apodèmes
du pénis; — cu, crochets antérieurs; - cp, crochet postérieur ou sternite génital;
— ga, gonapnphyse antérieure; -— gp, gonapophyse postérieure; -— LB, lamelle
basale; — LC, lamelle chitineuse gauche du sternilze VI:— mc, membrane conjonc-
iive; — p, pénis et ses expansions chitineuses; — T VI·VIII, tergites VI-VIII;
— ve, valvule externe ou forceps supérieur.
' (1) 10• segment.
Organes d’excréti0n. — Tubes de Malpighi peu nombreux, ordinaire-
ment quatre, rarement plus. `
Vaisseau dorsal. — Divisé en plusieurs chambres, l’aorte prolongée
dans la tête. Tubuleux cl1ez beaucoup de Diptères, quelquefois la partie
postérieure dilatée en sac plus ou moins volumineux.
Système traehéen. — Composé de deux grands troncs latéraux où
débouchent les stigmates abdominaux et deux paires de stigmates thora-
ciques. Les grands troncs trachéens sont réunis par des trachées trans- ·
verses qui suivent laxface dorsale et la face ventrale. Dans plusieurs
familles, surtout cl1ez celles à vol rapide, les troncs trachéens se dilatent
dans le thorax et lîabdomen pour former des·sacs aériens. Ce sont des
vessies que les membranes musculaires peuvent comprimer ou ·dilater

ADULTE. — M RPHOLOGIE INTERNE
16 0
de manière à changer le centre de gravité et favoriser le vol dans sa
direction, l’arrét ou la chute.
Système musculaire. — Très développé, surtout dans le thorax où se
trouvent les muscles les plus puissants qui commandent les organes du
vol et les pattes. L’abdomen présente une série de muscles longitudinaux
et transversaux qui donnent une grande mobilité aux segments abdo-
gdtt
I i ;/ · • ' . "`   »
 è_ ‘  _".lï`   no ‘
a .:'   »"     `;`·  af \¢' '
:_ fr -     `—\  "' / ·' k i |
 ·.     ra, r    LA   ··° °
    Qu ····· 1 mg “t€ §"  ‘=—-··-e·—··\-—e§   "B
1 ai "·`i'7` [mére ««<«m«rm» ···¤ ssi" ‘ 2   ‘ A
, ' 3;      à·..·..,,îi5    ' '
      st
varie i i · Sg[,l   ''`i`   ri'` i lm  gw   h  tp
j .§·ex  :3 '  : ·· . - -
— sat iiv gt  â i9’i“"ë alt? Sp iï ëœl iii si ip  —T
gt gn fsv ttl : â tna ag
"°" l JCP '99
. “P
Fm. 20 a. — Coupe longitudinale d’un Myodaire supérieur montrant les rapports des
différents organes (schématique).
A, antenne; - ao, aorte; - aid, ampoule trachéenne droite; — atg, ampoule tra-
chéenne gauche; ·- ais, ampoule trachéenne scutellaire; — C, cône de la trompe;
— ca, chète antennaire; — clo, cerveau et lobes optiques; -— dll, dilatation tra-
cbéenne thoracique (aérostats [Dufour]) ; - es, estomac; — fsv, muscles suspenseurs
du vaisseau dorsal, dont Pextrémité s’attache à la paroi latérale droite; — ga, glandes
anales; - ge, gésier; —- gg, glandes gastriques (Künckel d’Herculais); - gn, gan-
glions nerveux; ·— gr. glandes abdominales; - gs, glandes salivaires; — i, intes-
tin; — fe, jabot ou estomac suceur; — ma, muscles moteurs des ailes; — mp,
muscles moteurs des pattes; — na, nerf antennaire; ·— no, nerf des ocelles; -
œ, œsophage; -— ov, ovaire; — p, palpe; — ph, pharynx; — re, rectum; —· sa,
stigmate antérieur (prothoracique); -— sab, stigmate abdominal; — sp,•stigmate
postérieur (métathoracique); —- st, sac trachéen céphalique; - T, trachée; —
ti, trachée intestinale; — IM, tubes de Malpighi; — tnax, tronc nerveux médio-
ventral; — tna, tronc nerveux alaire; — tp, trachées des pattes; - ttl, tronc
trachéen longitudinal; —— lr, trachée du vaisseau dorsal; - vu, vagin; — vd, vais-
seau dorsal; — x, filet nerveux des balanciers.
‘ minaux. La série de muscles longitudinaux réunit chaque segment et la
série transversale réunit les tergites et les sternites. Il existe encore des
` muscles secondaires dorso-ventraux ou dorso—latéraux.
Système nerveux. —— Réduit à un système central composé du cerveau,
des ganglions cérébroïdes ou sous—œsophagiens, d’un tronc nerveux ven-
tral réunissant 3 paires de ganglions thoraciques plus ou moins volu-
mineux et plusieurs ganglions abdominaux.

ADULTE. — cAnAc·rÉnEs SEXUELS sncoiîmamizs 17
Organes des sens. — Les yeux sont très développés; toujours 3 ocelles
chez les Diptères supérieurs. Antennes avec de nombreux poils ou enfon-
cements sensoriels (fig. 10, cs), ces derniers surtout développés sur le
3** article antennaire des Cyclorrhaphes. Poils tactiles nombreux à l’extré-
mité de la trompe et des palpes. Les organes ehordotonaux se trouvent
dans le renflement du 3** article antennaire de quelques Nématoeères et à
la base des balanciers. Le rôle de ces derniers comme organes sensoriels
est encore peu connu, mais il est établi qu'ils contiennent des organes
en relation étroite avec la fonction du vol (voyez p. 12, balanciers).
Organes génitaux. —· Représentésehez les mâles par deux testicules
fixés par un ligament, les canaux déférents, une vésicule séminale impaire
double ou triple, le canal éjaculateur et les glandes accessoires. Chez la
femelle les ovaires peuvent se terminer librement dans la cavité du corps;
à leur suite, les oviductes ou trompes qui se réunissent dans un canal
unique ou vagin plus ou moins long. Chez les Tachinaires, le vagin se
renfle et forme un réservoir ovolarvigère (parfois enroulé en spirale
[Echin0myia]), qui renferme les œufs et les larves. Dans ce canal débou-
ehent les glandes accessoires, parmi lesquelles il faut, comprendre celles
qui sécrètent l’enveloppe glaireuse des œufs de plusieurs Nématocères et
les canaux de 1-2-3 réceptacles séminaux.
UARACTÈRES SEXUELS SECONDAIRES
En général, la forme du mâle est plus étroite; les yeux souvent plus
grands ou rapprochés à la partie supérieure, la bande frontale réduite
ou nulle. Lorsque les ·yeux sont velus, la pubescence est plus longue et
plus serrée. Les pièces buccales des mâles de certaines espèces héma-
tophages sont modifiées de telle façon qu’elles ne peuvent plus percer
la peau; par contre, les antennes et les palpes de certains Nématocères
culiciformes sont développés en forme de panache. Les soies du corps
sont plus longues et plus fines. Les pattes, les pelotes et les griffes sont
plus gréles, plus allongées; quelques mâles portent des oreillettes, des
épines ou des protubérances aux pattes antérieures ou médianes. Enfin,
le mâle est parfois d’une autre couleur que la femelle.
La femelle est habituellement plus épaisse, plus robuste, souvent plus
grosse que le mâle. Les yeux peuvent être moins velus, beaucoup plus
écartés, les antennes simples. Les soies du corps sont plus fortes. Les grilles
et les pelotes plus courtes. proportionnellement plus épaisses. Les femelles -
sont habituellement dépourvues des ornements caractéristiques du mâle. ·
ÉTHOLOGIE ET FAUNISTIQUE
Le régime des Diptères adultes est peu connu, si l’on excepte les
familles hématophages, certaines Mouches qui habitent les maisons et _
2

18 ADULTE. -— Éruorooua ET 1=AUN1sT1QUE
celles qui importunent les animaux domestiques. Les Empides, les
Asilides, les Dolichopodides, les Scatophagides et les Cordylurides sont
des Mouches prédatrices qui chassent les petits Insectes. Cependant, les
Empides comme les Bombylides, se rencontrent aussi très fréquemment
sur les fleurs; ren quête du nectar ils explorent les corolles avec leur
trompe étroite et allongée. Comme ces derniers, beaucoup de Diptères
sont floricoles et on peut rencontrer pendant la belle saison, sur les
fleurs, les feuillages et les herbes, des représentants de toutes les familles.
Certains Diptères piqueurs (Lypcrosia, Hippobosques, Nyctéribies)
sont parasites spécifiques de plusieurs Vertébrés; on les rencontre tou-
jours en compagnie de leurs hôtes. Les ·Desm0mci0pa se font porter par
les Insectes prédateurs ou les Araignées floricoles pour profiter de leurs
victimes. Les Limosina sacra et equifans vivent sur quelques Coléoptères
coprophages et se font véhiculer par eux. A part les Braula, qui se tien-
nent en permanence sur les Abeilles, les Diptères adultes pratiquent rare-
ment le parasitisme à l’égard des autres Insectes. On connaît cependant
plusieurs espèces de Cetaiopogon, suceurs du sang des Insectes.
Beaucoup de Diptères adultes vivent isolés. On rencontre quelquefois
des rassemblements en masses considérables de certaines espèces (Pollenia,
Chlorops) formant de véritables amoncellements. Les causes de ces
invasions sont inconnues. Dans la nature, il n’est pas rare de trouver des
Mouches réunies en groupes nombreux dans un espace très limité, ou
en chœurs compacts qui dansent à l’ombre des arbres ou au crépuscule.
Ces réunions, qui semblent souvent la conséquence d’éclosions massives,
facilitent la tâche des parasites ou des prédateurs (1). A part les Araignées,
qui sont leurs ennemis les plus constants, les Mouches sont encore chassées
par plusieurs espèces d’Hyménoptères qui les enfouissent dans leurs nids
pour en nourrir leurs larves. Les Asilides, les Scatophagides et les
Empides chassent aussi les autres Diptères.
PARASITES ‘
Assez peu connus chez les Diptères adultes, sauf chez les piqueurs (2).
On a signalé des Bactéries, des Champignons (Laboulbéniacées), des Pro-
tozoaires : Spirochètes, Flagellés, Sporozoaires; des Trématodes et des
Nématodes : Mermis, Lecithodendrium, Globiporum et Filaires, chez
plusieurs Nématocères et Brachycères; l’Habr0nema muscœ chez la
Mouche domestique (*) et l’H. microstoma chez le Stomoxys calcitrans.
· On connaît aussi quelques espèces de Ceratopogon parasites des Néma-
tocères piqueurs. Les organismes pathogènes les plus importants sont
1. Oiseaux, Lézards, Grenouilles, etc. Frelons et Guêpes·
2. LAv1En, 1921.
3. RoUBAUn et DEscAzEA¤x, 1921, 471. ·

AccoUP1.1zMEN'r ET Poivre 19
certainement les Champignons entomophages (Empusa) qui provoquent
chez certains Diptères, surtout après Paccouplement, de véritables
épizooties.
PHORÉSIE (*)
Les Mouches peuvent porter des Trombidium ou leurs larves ou des
Chernètes accrochés après leurs pattes. les Diptères coprophages portent
souvent des Gamasides. Le Lyperosia irrilans transporte les larves de
l’IIœmal0pinus iuberculalus, parasite du Buffle (’). Les Asilides et
les Empides transportent les Desmomclopa (°).
ACCOUPLEMENT
Les femelles de Diptères ne semblent, en général s’accoupler qu’une
fois, quelle que soit la durée de l’existence. Dans plusieurs genres,
surtout chez les Nématocères, Paccouplement a lieu le soir; chez les
Nématocères culiciformes il a lieu peu de temps après la sortie de l’enve-
loppe nymphale. Les danses que les mâles de certaines Mouches ou
Mouclierons exécutent sous les arbres ou au crépuscule précèdent sou-
vent Paccouplement et favorisent la recherche des femelles.
PONTE `
Le nombre des œufs varie de quelques unités (Helicobosca, Mesembrina,
Dasyphora) à plusieurs centaines (Musca, Culex) ou mille et plus
(Echinomyia). L'ovi-
parité est la règle   Ã_
chez les Diptères, "`\ ‘ / " _ '
mais il y a de nom- \ La /
breuses Mouches vi- — î&\ — A· f____,   ,
vipares (Taehinai·  
res). Les Glossines ` î—·—»·"   \... 2
donnent des larves ( ¢¤?:~i'·"' `l``·   was) _
plus ou moins avan- · 4,/ [ I \_\
cées, qui se transfor- ~" l `
ment en pupes quel- Ã -  
ques instants après; _ J 1
les femelles des Pupi- ,
paI’€SpI‘0d\1lS€I1llS011- Fw. 20 6. — Acrocera globulus (0*) X 6.
vent des nymphes.
On rencontre de temps à autre des femelles qui, sans. accouplement
1. Lnsmz, 1896, 162; Rounnun, 1916, 43..
2. ÃIITZMAIN, 1913. Les Hlppobosques transportent aussi les Pëdlcullles.
3. DE Pnvaaxmnorr, 1917.

20, EMBRYOLOGIE
préalable, pondent des œufs pouvant se développer complètement (par-
thénogenèse exceptionnelle (1). La paedogénèse est limitée à certaines
larves de Cécidomyies et de Chironomides.
En général, les femelles déposent leurs œufs dans le milieu même où
se développera la larve. L’œuf est placé au moyen de l’oviscapte dans
les anfractuosités du milieu nutritif, quelquefois protégé par des pro-
ductions particulières, destinées à l’abriter contre les influences exté-
rieures. Les femelles des Diptè—
p   ( res parasites recherchent les
  K __ «     hôtes qui doivent nourrir la
  jeune larve et pondent sur les
~/—/"    parties vulnérables, ou qui peu-
_ l , ; ” ‘— vent Lui `faciliter la pénétration
qu ``t (2). Plusieurs Tachinaires dépo-
I sent leurs œufs ou leurs larves
Fm. 20 c. — Pipunculus(ô‘) >< 5. sur les feuilles qui servent de
nourriture aux chenilles dont
elles sont parasites. Les Acrocérides et certains Chloropides recherchent
le sac ovarien des Araignées; les Cytherea, Systœchus, Chortophila cilicrura,
Idia fasciata, les oothèques des Acridiens; les Cryptochœtum, les Coccides.
Quelques Anthomyides, les Miltogrammes, les Bombyles, les Volucelles
pondent dans les nids de divers Hyménoptères. Les Syrphides à larves
aphidiphages déposent leurs œufs au milieu des Pucerons. Les Pipun
culides sont parasites des Cicadelles.
EMBRYOLOGIE (“)
La plupart des larves de Diptères proviennent d’un œuf, même quand
la femelle donne naissance à une larve. La coquille de cet oeuf peut être
de consistance très différente, toujours mince, quelquefois rigide et cas-
sante, molle ou extrêmement dure, souvent couverte de sculptures en
relief. La forme de l’œuf est variée : rond, ovale, cylindrique, dilaté à
la partie médiane (Anophèles, Anthomyides) ou apicale (Rhagoletis),
pédonculé (Carcclia, M usca Pattoni), avec un micropyle cornu ou frange
de cils (Lispa). Il peut présenter des organes de flottaison en cupule
(Culex) ou en forme d’expansions latérales membraneuses (F annia,
Muscina), d’autres présentent des réseaux en forme de gâteau d’abeilles,
1. Tomwom, 1922, p. 80-81 « Psychoda Severini »,
C'est souvent dans le cas de parthénogénèse que l’0n voit apparaître les cas de
gynandromorphisme (PANTEL cité par VrLr.ENEUvE).
2. Sareophagides et Tachinaires parasites des Orthoptères.
3. L. F. HENNEGUY, 1904.

Écnosrox 21
qui servent aux échanges gazeux (cryptes respiratoires), ou des rosaces
qui entourent la partie micropylaire.
L’œuf présente un vitellus peu abondant qui se rétracte après la ponte.
Il se forme alors aux deux pôles ou même à un seul, entre la surface de
l’œuf et le chorion, un espace clair. Les cellules intravitellines issues de
la division du noyau ovulaire, se multiplient à l’intérieur du vitellus et
se disposent en une assise à la périphérie de l’œuf. Elles s’épaississent
sur·la ligne médiane longitudinale et forment une plaque ventrale qui
est l’ébauche du futur embryon : c’est la bandelette germinative. Cette
bandelette se creuse en gouttière plus ou moins marquée et à ses deux
extrémités puis, latéralement, apparaissent les replis amniotiques. Aux
dépens de la bandelette germinative qui grandit continuellement, se
forment les diverses parties de l’embryon. Des sillons transversaux
délimitent les diverses régions du corps qui se différencient d’avant en
arrière pour former successivement la tête, les anneaux du thorax et
ceux de l’abdomen. Sur plusieurs de ces. parties, dans quelques groupes
(Blépharocérides, Chironomides, Graphomyia), s’élèveront des protubé-
rances qui représentent les organes vcstigiaux des appendices thoraciques
ou abdominaux. .
L’embryon se forme sur la face ventrale de l’œuf dont la région dorsale
est occupée par le vitellus. L’étendue de la bandelette germinative varie
suivant la richesse de l’œuf en vitellus. En général, cette bandelette ·
s‘étend sur toute la face ventrale et sur une partie de la face dorsale.
Malgré sa position superficielle, l’embryon reçoit une protection,sufïi-
sante par ce fait que le vitellus et l’assise cellulaire vitelline s’élèvent
tout autour en un repli dont les bords s’affrontent et se fusionnent pour
former un amnios, c’est-à-dire une enveloppe fœtale. Ordinairement
rapide et continu, le développement de 1’embryon subit souvent un temps
d’arrêt pour reprendre et s’achever plus tard. Cette diapausc qui affecte
surtout les œufs d’hiver, dépend presque toujours des conditions exté-
rieures. Les embryons de certaines Mouches restent en diapause depuis
les mois d’août-novembre jusqu’en mars-avril de l'année suivante.
Chez quelques espèces ils peuvent reprendre et poursuivre leur dévelop-
pement sous l’influence de la chaleur (1).
EcL0s1oN `
Généralement, la jeune larve, par ses mouvements à l’intérieur de
la coquille, en amène la rupture. Chez les Mouches, une mince bandelette
s’écàrte sur toute la longueur de la coque qui s’ouvre. Chez les Asilides,
Bombylides, Scénopinides, Culicides, le pôle céphalique de l’œuf se
détache comme le couvercle d’une boîte. Chez la plupart de Anthomyides,
1. Bovvmn, 1921, 248.

22 LA LARVE. — MORPHOLOGIE EXTERNE
Penveloppe de l’œuf se déchire dans le sens de la longueur. Les jeunes
larves de Nématocères eucéphales possèdent généralement un appareil
d’éclosi0n situé au sommet de la tête, qui leur permet de rompre la
coquille de l’œuf.
Les œufs peuvent être parasités par des Hyménoptères Chalcidides (1).
LA LARVE (2)
` MORPHOLOGIE EXTERNE
Les Diptères sont des Insectes holométaboliques, c’est-à-dire à méta-
morphoses complètes. La larve qui vient d’écl0re ne ressemble pas à
l’adulte et son genre de vie est totalement différent.
Le corps de la larve est ordinairement helminthoïde, cylindro-conique,
atténué en avant ou cylindroïde. Pas d’apparei1 locomoteur. Toutes les
larves peuvent se reporter à deux types principaux qui sont caractérisés
par le développement plus ou moins considérable de la capsule cépha-
lique :
' · 1° Pas de tête différenciée ni d’0rganes visuels, les pièces buccales
· réduites à deux crochets chitineux, mobiles verticalement. Antennes très
_ petites ou nulles (groupes supérieurs);
20 Une tête bien visible qui peut être séparée du corps par un étran-
glement en forme de cou. Pièces buccales très complètes, ordinairement
mobiles horizontalement. Des ocelles et des antennes bien développées
(groupes primitifs).
Tête. —- Lorsqu’elle est distincte, présente des téguments plus résis-
tants que ceux des autres segments. Largement unie au premier segment
thoracique, elle peut en être séparée par un rétrécissement. Mais le plus
souvent la tête n’est pas distincte, le premier segment du corps est une
morte de capsule rétractile, chitinisée ou non, qui renferme le pharynx
et les crochets mandibulaires.
Organes visuels. ——— Les larves à tête visible ont parfois 1-2-3 paires
d’0celles placées sur les côtés de la têtel Celles qui vivent à l’abri de la
lumière sont dépourvues de tout appareil visuel apparent. Les ganglions «
optiques, les ébauches rétiniennes ou les taches pigmentaires des segments
du corps leur permettent d’être sensibles à la lumière.
Appendices de la tête. Antennes. ——- Très réduites chez les larves ace-
phales ou remplacées par des organes antenniformes (fig. 26 a). Les larves
1. Suncovs, 1921, 8, § 1s*. Howann; BRUMPT; TOWNSEND, etc.
2. HENNEGUY, Les Insectes, Paris, 1905; KEILIN, 1911-1915-1917; THOMPSON,
1921; IKUNCKEL D’HERCULAlS, Les Volucelles, Paris, 1875; DE ÃYÃEIJERE, 1916.

LA LARVE. -— MORPHOLOGIE EXTERNE 23
à tête différenciée ont des antennes généralement bien développées. Chez
les Simulies et les Culicides, on trouve, à côté des antennes, des appen-
dices terminés par des soies disposées BU êVCI1t2\îl (soies préhensilcs), qui
dirigent vers la bouche les particules
microscopiques dont se nourrit là a ,____ N,  41;;*
larve. sg?.   EI I
. I'f"`;iw a
Pièces buccales. —- Se composent . fie.? éhïtiigr K
': sl
Fio. 21. — Larve de Muscide, vue de coté, L-cas ··  L
montrant par transparence Porganisation mn"" j â,g;ggâ§l
interne. Le système trachéen a été déplacé ,,   _à,;5;"
vers la droite (face vent1·ale)] Pappareîl  IWAÃ   igôtïâ Z
digestif vers la gauche; même remarque ·€$ __._      
pour le système nerveux qui est montré J   îâhëljitgy-·î6,‘§;'
de face. Les connexions des trachées sur cd ~ MÃ   5
le vaisseau dorsal, sur l’appareil digestif et  Igmmi psg};  b";§;r§
sur les ganglions nerveux ont été suppri- vc   Aiüim
mées. 1-8: segments abdominaux. —— I—lII   ëfgr
segments thoraciques. A, antenne; — ab, IMG -;y;;' ),,·i,"â§’â  
armature buccale. pièce basilaire; — an, np ,,,, IM} ls   q.
plaque anale; — as, anneau de soutien   ·,;‘  
(\VclSsmn1m); —- C, cœur; — cb, crochets   yjginül } · "î,j"·i  
¤¤¤¤=·¤X= — ¤¤1· wcums dlsssüfs du ~'€¤¤î·  
cule chylîfique; — cl, chambre feutrée; - gg.-     !g·r§I¤Iîg¢¤§v;’§€§§‘
cg, cellules adipeuses de Pextrémité des C ,§     5
glandes salivaires; — cs, canal salivaire; - ""' » } pl   É]  
di, disques imaginaux céphaliques; - ge, f;   ·`   _
Rûllttière cardiaque supraœsophagiemqg Ip   awt J  
(Pantel); - gs, glandes saliv aires; — jcs ,1 ill T .  
jabot ou estomac suceur; — im, intestin _ é i` ‘,‘gy~»?.¢r
_ moyen; — tp, intestin postérieur; — Lc, pl % Q §¢"l.I
lobes cérébraux; — mn, masse nerveuse 1]%   ' ·   6 `
ventrale; - N, nerfs; —- np, néphrocytes npp    
péricardiaux antérieurs; - npp, néphrocy. tt ·I§p·:sJ si   A
tes pérlcardiaux postérieurs; ·- nv, néphm. · ,   -1}-§'P
cytes ventraux ou cordon guirlandiforme §   7
de Weissmann; — œ, œsophage; - pl, tMp..  
palpes labiaux; —- pm, palpes maxillaires;  
- pr, proventricule; - sa, stigmate an- n si 
térieur; - stp, stigmate postérieur; —  
IMG, tubes de Malpighi antérieurs; - cfm-M   8
lMp, tubes de Malpighl postérieurs; —· ll,   ·
tronc trachéen latéral droit; -—- vc, vcntri ct __ '
cule chyliflque. En partie d’après D. ‘   an}
Keiiin.
ordinairement, chez les espèces acéphales, de deux crochets chitineux, à
racine sim le ou bifur née, ouvant faire saillie en dehors de la bouche
P P h
et servir d'0rganes de fixation (Gastérophilides) ou de dilacération
uscides fl . 27 et 35 de rooression ou de saut Pio hila. Au-
P e P
dessous de ces crochets chitineux, se trouve 1’ouverture buccale à laquelle
fait suite un organe compliqué, dont le squelette fait corps avec les
crochets mandibulaires et qui constitue une sorte de pompe aspiratrice.
’

24 LA LARVE. ·—— Monrnonoorn INTERNE
Les larves eucéphales possèdent des mâchoires et des pièces mandibu-
laires impaires ou doubles, fortement chitinisées et variables suivant les
familles; la poche aspiratrice est plus ou moins développée ou nulle.
Thorax et abdomen. —— Les différents segments qui composent le corps
ont beaucoup moins différenciés que chez les adultes. A part la tête, qui
se distingue assez nettement du reste du corps, les autres segments sont
à peu près tous semblables. Ordinairement 11 segments : 3 thoraciques et
8 abdominaux, tous à peu près circulaires, sans démarcation nette entre
les régions tergale, pleurales et sternale, sauf chez quelques Nématocères.
Exceptionnellement, on observe sur le corps des larves de petits mame
lons qui portent de courts crochets, comparables aux fausses pattes des
chenilles (fig. 36, 748 et 749). Ces mamelons servent à la locomotion ou
à la fixation. Certaines Cécidomyies possèdent un organe chitineux
bifide antérieurement, dont la base, engagée dans le corps, donne inser-
tion à des musc1es·qui déterminent le mouvement de la partie saillante.
Cet organe (spatule stemale) sert à progresser ou à sauter. D’autres larves
possèdent des soies raides, des tubercules latéraux, des épines ou des
appendices pennés. Les Blépharocérides, remarquables par leurs cupules
adhésives, ont le corps profondément segmenté. La couleur varie avec
le genre d’existence des larves. Celles qui vivent à l’abri de la lumière _
sont généralement blanches, translucides ou jaunâtres (1). Plusieurs
larves lucicoles sont vivement colorées en vert ou en rouge.
Les larves de Diptères gardent généralement la même forme jusqu’à
leur transformation en nymphe. La larve au ler âge est semblable à
première vue à la larve adulte, excepté dans certains groupes parasites
où il y a deux périodes larvaires distinctes. Chez ceux-ci, la larve qui
vient d’éclore est agile et errante pour atteindre l’hôte (fig. 24). Elle se
transformera par la suite en larve mélolonthoîde et inerte (Bombylius
[fig. 25]). Les larves primaires de certains Tachinaires et des Gastérophiles
sont aussi agiles et perdent plus ou moins de cette mobilité après la
prise de possession de l’hôte.
MORPHOLOGIE INTERNE
Appareil digestif. - Constitué généralement comme celui des adultes
mais relativement plus court, sauf dans quelques genres où il présente
des circonvolutions. On distingue l’intestin antérieur, l’intestin moyen
et l’intestin'postérieur tapissé de chitine comme l’oesophage et qui aboutit
extérieurement à la plaque anale. Quelquefois un estomac suceur sur un
1. Il y a cependant des exceptions : les larves de Cryplolucîlla sont vertes (ou
d’un bleu brillant. Cf. J. BEQUAEHT The North American Species of Cryplolucilia
Brauer and Bergenstamm (Pseudopyrellia Girschner) Psyche, XXIX, n° 3 (1922).

LA LARVE. — MORPHOLOGIE INTERNE 25
des côtés de l’œsophage et des glandes salivaires plus ou moins dévelop-
pées. _
Organes d’excr6tion. — Tubes de~Malpighi comme chez les adultes,
ou moins nombreux, parfois plus courts, insérés à l’union des intestins
moyen et postérieur (fig. 21). Il faut ajouter les œnocytes, les cellules
péricardiales, les cellules en guirlande, l'anneau péricardial ou anneau `
de soutien (‘).
Vaisseau dorsal. —— C’est un tube musculeux fermé à son extrémité
postérieure, ouvert en avant par une fente ventrale, de manière à affecter
la forme d’une gouttière renversée. Il se divise en quatre régions : I° le
tronçon postérieur (ventricule); II° le tronçon moyen; III¤ le tronçon anté-
rieur (aorte), fixé antérieurement par l’anneau de soutien; IV° la gouttière
allant de l’anneau aux apophyses pharyngiennes (PANTEL). Chezla plupart
des larves, le cœur et l’aorte occupent, sur la face interne, une position
médiane dorsale. Cependant, chez certaines larves de Cyclorrhaphes,
vers la fin de la période larvaire, il est refoulé sur` la face ventrale par
le développement considérable du sac œsophagien (’).
Système trachéen. — Composé d’une paire de gros troncs longitudi-
naux, qui relient les stigmates antérieurs et postérieurs. Ces gros troncs
sont reliés entre eux par des commîssures transversales. Chez plusieurs '
Nématocères à respiration ralentie, les troncs trachéens se dilatent en
ampoule dans le thorax. Chez le plus grand nombre, les stigmates du
métathorax sont fermés (stigmates non fonctionnels) mais il peut exister
une paire de stigmates sur le prothorax. Quelques larves parasites et
celles qui vivent dans les matières plus ou moins liquides, n'ont, en
général, que des stigmates postérieurs (larves métapneustiques, Néma-
tocères); d’autres possèdent en plus une paire de stigmates prothoraciques
[fig. 28] (larves amphipneustiques). Chez beaucoup de Muscides, les larves
sont métapneustiques au premier âge; elles deviennent amphipneustiques
par la suite.
Les ouvertures stigmatiques s’ouvrent sur la partie terminale de la
trachée, qui est tapîssée d'un faisceau de fibres chitinisées et enchevêtrées
de manière à former un réticulum délicat (chambre feutrée de
DE ÃIEIJERE) (°).
Les larves aquatiques respirent en amenant la partie postérieure du
corps à la surface de l’eau. Les orifices stigmatiques de plusieurs pré-
sentent des cils rigides qui peuvent s’étaler en couronne ou des soies '
raides susceptibles de se déplier en éventail. D’autres portent les stigmates
à l’extrémité d'un sîphon ou d’une longue queue rétractile. Quelques
1. Tuosxvsou, 1921, 68 a.
2. Tuonxvsou, 1921, 65, § 2.
3. KE11.m, 1911, 27. — Trxoxvrrsox, 1921, 79, § 2.

26 LA LARVE. —— MORPHOLOGIE INTERNE
Éphydrides et Culicides possèdent des tubes fortement chitinisés, que
la larve enfonce dans les racines des plantes aquatiques pour y puiser
Pair respirable. D’autres larves aquatiques, qui ne peuvent plus respirer
' l’air en nature, empruntent à l’air dissous dans 1’eau l’oxygène nécessaire
à l’hématose; la respiration s’effectue par la surface externe du corps
(Chironomus, Simulium, Chaoborus).
Système musculaire. ——— Plus simple que chez l’adulte, présente des
faisceaux musculaires très nombreux, occupant la même situation dans
presque tous les segments du corps. La musculature comprend : 10 la
musculature tégumentaire avec les muscles des stigmates et de la plaque
anale; 20 les muscles des organes buccaux et de l’appareil digestif en
général; 30 les muscles du vaisseau dorsal.
Système nerveux (‘).—Plusieurs cas peuvent se présenter: 10 ganglions
bien séparés sur la chaîne ventrale : une paire par segment; pendant
la nymphose, la chaîne nerveuse se concentre. Chez la Mouche, le cordon
nerveux est plus court et présente moins de ganglions que chez la larve;
20 système nerveux plus concentré chez la larve que chez l’adulte (Stra-
tiomyides, Tabanides, quelques Acalyptérés); 30 système nerveux éga-
lement concentré chez la larve et chez l’adulte (Calyptérés, Hippo-
bosques). Dans tous les cas, le cerveau est toujours plus simple chez la
larve que chez l’adulte. ·
Organes des sens. — Les ocelles, lorsqu’ils existent, ont une structure
plus simple que les ocelles médians des adultes. En général constitués
par un cristallin formé d’un épaississement de la cuticule; corps vitré
plus développé; une couche rétinienne et ses éléments nerveux : l’ensemble
est entouré d’une membrane cellulaire. Aux organes visuels, on peut
, ajouter les papilles sensorielles tégumentaires (2) et les organes chordoto-
naux (perception des vibrations sonores et autres), en relation avec le
système nerveux périphérique; les organes antennaires et maxillaires,
les organes sensoriels de la pièce basilaire, des plaques épi et hypopha-
ryngiennes; l’0rgane (énigmatique) de Graber (0).
La cavité générale est remplie par un liquide incolore, le sang, dans
lequel flottent librement les éléments ügurés ou cellules du sang. Le
corps adipeux est formé par deux nappes de grandes cellules qui tapis-
sent les régions pleurales de la cavité générale. Les œnocytes forment
plusieurs groupes à disposition segmentaire, placés entre la paroi du
cœur et le corps adipeux. Les histoblastes ou disques imaginaux, qui se
trouvent généralement dans la région thoracique, donnent naissance,
1. HENNEGUY, 1904, 482.
2. THOMPSON, 1921, § 2, fig. 38, 38 :1, 50.
. 3. SURCOUF, 1921, 71.

‘ _ LA LARVE. — Érr1oL0c1E 27
pendant la nymphose, à certains organes ou tissus, qui doivent remplacer
chez l’adu1te les organes ou tissus larvaires homologues disparus par
histolyse. Enfin les ébauches des glandes génitales sont placées vers
Pextrémité postérieure du corps.
ÉTHOLOGIE
La vie des larves non parasites ne présente pas de manifestations
intéressantes et semble être fréquemment sous la dépendance de tropismes.
La plupart sont nettement hygrophiles, quelques—unes cependant recher-
chent les endroits absolument secs. Le régime, à peu prés uniforme dans
une même famille, est parfois différent d’un groupe à l’autre. Les Céci-
domyies phytophages, la plupart du temps, présentent quelques groupes
parasites (1). Les larves de Mycétophiles dévorent les Champignons et
deviennent saprophages par la suite. Celles des Tabanides, Leptides,
Empides, Asilides, de beaucoup de Syrpl1ides, sont carnivores. La plupart
des larves d’Acalypté1·és vivent aux dépens des matières végétales vivantes
ou mortes; plusieurs évoluent dans les galles qu‘el1es ont formées, quelques
rares espèces sont parasites (Lcucopis, Leslophorus, Cacoxenus). Les ·
larves des Calyptérés présentent les deux régimes. Celles des Calyptérés
inférieurs (Anthomyides) vivent encore, pour la plupart, aux dépens du
règne végétal tandis que celles des calyptérés supérieurs (Tachinides)
sont toutes sarcophages ou parasites des animaux. Des myiases peuvent
être produites accidentellement par des larves de Mouches (9); ce phé-
nomène devient normal chez le Phormia sordida dont la larve suce le
sang des jeunes Oiseaux et chez les (Estrides dont les larves se nourrissent
des sécrétions qu’elles provoquent en excitant avec leur salive ou leurs
crochets mandibulaires les tissus des Mammifères qui leur servent d’hôtes.
LES MUES, LA NYMPHE ET L’ÉCLOSION DE L’ADULTE
I _ l LES MUES
Pendant leur développement, les larves changent de peau un certain `
nombre de fois (muc ou 'ecdysis). La vieille peau rejetée par la larve
s'appelle exuvie. Les larves de Mouches changent trois fois de peau.
celles de certains Nématoeères piqueurs quatre fois. Les larves de
quelques espèces ne muent pas (Melanochelia, Scenopinus).
Les nouvelles formations cuticulaires provoquées par la mue permettent
1. L'EndapJ1is pcrfidis ICIEFFER vit à l’état larvaire à Yintérieur de Yabdomen de
l'.-lphîs plalanoîdes Senn. (Ann. Soc. enl. Fr., Lxrx, 330 [1900]).
2. Pnuvosr (G.), Contribution à l’étude des larves de Diptères trouvées dans le
corps humain, Paris, 1882. — BRUMPT (E.), Précis de parasitiologie, Paris, 1922.

28 LES Mmas ET LA NYMPHE
de faire apparaître un organe nouveau (stigmate) ou une armature
buccale, différente de la précédente, mieux adaptée au régime qui change
avec l’âge. Au moment de la dernière mue, les larves des Muscides et de
quelques Brachycères orthorrhaphes conservent leur peau qui, fortement
chitinisée, formera la pupe. La larve se transforme en nymphe à
l’intérieur. Chez beaucoup de Nématocères, la larve au 48 âge libère la
nymphe par une fente dorsale comme aux mues précédentes.
Pour se métamorphoser, la plupart des larves s’enfoncent dans la terre,
les larves des Syrphides et des Fannia se fixent au moyen d’une subs-
tance visqueuse sur les feuilles, les tiges ou d’autres corps. Plusieurs
larves de Muscides» et de Nématocères (Simulies, Mycétophiles) forment
un cocon en filant une matière soyeuse ou en agglomérant, avec cette
soie, des matériaux étrangers (Mydœa, Muscina, Passeromyia).
[LA NYMPHE
Forme de passage de la larve à l’adulte, dont l’organisation est inter-
médiaire à celle des deux formes. Elle amène les différents organes de la
larve à leur forme définitive qui doit se trouver en rapport avec le mode
de vie de l’imago.
Toutes les parties de l’imago chez les Nématocères et les Brachycères
orthorrhaphes, sont recouvertes par une enveloppe qui s’applique exac-
tement sur elles. La nymphe peut être mobile ou immobile. Les nymphes
aquatiques culiciformes restent mobiles pendant toute la durée de la
nymphose et nagent par saccades. Ces nymphes présentent des appendices
remarquables, dont on ne trouve pas trace ni chez la larve ni chez l’adulte :
ce sont les palettes et les soies natatoires, les trompettes respiratoires,
les houppes ou les filaments branchiaux. A la place des trompettes respi-
ratoires des Culicides, la larve du Ptychoplera présente deux tubes : l’un
très court, l’autre deux fois plus long que le corps, qui peut être mis
en contact avec l’air à la surface de l’eau, lorsque la nymphe repose
sur la vase.
Chez les formes où il n’existe plus de relations entre les stigmates du
puparium et le système trachéen de la nymphe, la respiration s’effectue
à travers des appareils spiraculaires en relation avec le tronc trachéen
du stigmate prothoracique de l’adulte, Ce sont des plaques ovales qui
portent de nombreuses petites papilles correspondant aux terminai-
sons stigmatiques de la chambre feutrée de la corne (sligmale interne
de THOMPSON [1921, 59]). Chez beaucoup de Cyclorrhaphes,l’appareil
respiratoire nymphal comprend une paire de cornes prothoraciques, qui
traversent la paroi du puparium entre les deux premiers segments abdo-
minaux (HEWITT : Musca domestica) ou de chaque côté du ler segment
abdominal (KEILIN : Pollenîa radis).

ÉCLOSION ma L,ADULTE 29
Les nymphes terrestres de Bombylius (fig. 29), Anlhrax, Hirmoncura,
Asilus, Sccnopinus (fig. 21 b), possèdent des épines céphaliques très déve-
loppées et plusieurs séries de soies raides disposées sur la face dorsale des
segments abdominaux.Ces soies servent à la progression pendant la période
nymphale active et permettent aux nymphes de se rapprocher de la surface
du sol pour faciliter la sortie de l’adulte. La période nymphale de ces
Mouches peut être divisée en deux stades : 1° la nymphe est active, elle
succède à. une larve inerte; 2° la nymphe devient irîerte. Les phénomènes
d’histolyse qui accompagnent la métamorphose, au lieu de s'effectuer en
une seule fois et d’une façonicontinue s’arrêtent et reprennent après une
interruption plus ou moins longue (diapausc). Chez d’autres Mouches
 ai 
· i ( rn;. 
· [_ ff.
îtiîüill ` “—  ~·:  . '
p   Z5'} _ _; / , ¢'
  I   \ ES
  .. =
Fxo. 2l`b. —· Nymphe et adulte de l’Omphrale (Scenopinus) lcneslralis. '
(Slomoxys), la diapause apparaît au terme de l’évolution nymphalc (*).
La nymphe des Diptères supérieurs enfermée dans la dernière peau
de la larve est complètement inerte. Cette peau ou tonnelet, fortement
chitinisée, dure, souvent opaque, ne permet pas de la distinguer (fig. 21c
et 23). La pupe conserve encore la segmentation larvaire, sauf chez les
Pupipares où elle est unie, lisse et ressemble à une graine.
ÉCLOSION DE UADULTE ·
Chez les nymphes nues non protégées par la peau larvaire durcie, la .
cuticule s’ouvre sur le dos suivant une fente en T. La Mouche dégage le
thorax, puis la tête et retire les différents appendices de leurs fourreaux.
Tous les Diptères à nymphes incomplètes déchirent la peau nymphale
de cette façon. Cependant, plusieurs groupes (Cécidomyies, Slratiomys et
1. Bouvuzn, 1921, 292.

30 PARASITES
Panthophthalmus, etc.) sont pourvus d’un puparium larvaire qu’ils doivent
rompre pour se libérer. ~
Chez les Diptères supérieurs, la Mouche se libère facilement de la mince
cuticule nymphale comme toutes les espèces à nymphe libre. Pour sortir
du puparium, elle utilise les lignes de moindre résistance ménagées dans
ce dernier. Ces lignes forment un cercle complet, transversal, sur le
56 segment antérieur qui rencontre perpendiculairement une autre fente
passant par la bouche (fig. 23, lis). Au moment de la rupture, la coque
nymphale s’ouvre en avant par deux— demi-calottes : l’unè dorsale,
l’autre ventrale.
La rupture de la cuticule est produite ici par l’am-
  ""   poule frontale membraneuse, qui se gonfle de sang
  brusquement refoulé dans la tête par une contraction
  ` subite des muscles thoraciques etabdominaux. Cette
@ ampoule exerce une pression sur la face interne de
___mmm    l’enveloppe pupale, de manière à faire éclater la partie
n   antérieure aux hgnes de moindre res1stance.
l"'”"""”‘·‘*"°"”""’°  Après la libération, cette ampoule rentre dans la
J "“"“°·=···«·-·—*····*` ii tête et laisse comme trace une ligne de suture [cicatrice
if ’*=·¤«·~«··«-¤·>·r  frontale (LEsNE)] (fig. 21 d [cf]) (‘).
"_ *·««—»«~¤«w¤-··  Lorsque la Mouche a quitté les enveloppes nympha- A
`»"“^··~r   les, elle rejette de l’intestin les excréments nymphaux
` f"j"§'“`  (méconium), raffermit les différents organes, déplisse
rr les ailes et s’envole. Ces différentes opérations sont
F"}- 21 C- — E‘“’°‘ ordinairement assez rapides.
loppe nymphale
(tonnelet) d’un '
Calliphora. ‘ PARASITES
Encore moins connus chez les larves que chez les
Diptères adultes. Comme chez ces derniers, on a signalé des Bactéries,
des Champignons, des Protozoaires, des Vers (2), des Acariens, de rares
larves de Tachinaires (Buccentes parasite des Tipulides et des Pégomyies)
et beaucoup d’Hyménoptères (Chalcidides, Braconides, Ichneumonides).
L’un d’eux, le Nasonia brevicomis, parasite surtout les nymphes, même
celles qui sont enfermées dans un tonnelet résistant (Gasterophilus). Les
larves lucifuges ne semblent pas souffrir autant des parasites que les
adultes, mais les larves aquatiques sont plus sujettes aux attaques de
certains à cause de leur vie libre. On trouve chez celles-ci plusieurs micro-
1. Le docteur VILLENEUVE a remarqué que la lunule est une partie de la tête abso-
lument distincte et indépendante de l’ampoule frontale et que cette Iunule ne repré-
sente pas la trace de Fampoule frontale résorbée. Ceci est facile à voir sur une Mouche
tuée dans Yalcool acétique au moment, de1’écl0sion.
2. Les larves du Massa domestica hébergent les jeunes larves de l’Habr0nema muscœ;
celles du Stomoxe sont parasitées par l’H. microstoma. (Cf. ROUBAUD et Dnscnziszamz,
1921, 483; 1922, 978.)

vannsrrns ' 31
organismes qui se développent plus rapidement, sans doute à cause du
milieu ou elles vivent et leur corps porte fréquemment des Vorticelles ou
des Hydraclmides (*). Les Insectes parasites (Hyménoptères) s’atta-
quent particulierement aux larves à vie aérienne (Syrphides, etc. , les
t · · I . , _
au res sont prmcipalement parasitees par des Bactéries et des Cham-
t·ï···+
, 1 T0 ,
W ' ` ` î
` , ~u
I
  · I`,
` I ,¢:~  · ·%
Ã\\" "  p fît !  ”‘¤ Q
‘   7É ""“"`*#·° ` W
-  :·   Q3 v    
8 I   _     xl ‘
" ·     " ' " ""”l
"\     I   ài   z
. '   ll` '\“ \ ._   l
°f  E ;\ " È!  *
·’ î \ " "!* ‘
'?   \ `\ È!
/ i x
Wi l
F10. 21 d. - A gauche, Exorisla con/inis (‘); tête, Yampoule frontale (pti1ine)n’est pas
complètement résorbée (a); Pextrémlté de la cicatrice frontale est visible sur
le côté (ci).
A droite. - Figure schématique de la tête d’un Myodaire montrant les différentes
parties (vue de face). I. région frontale; II, face; III, région inférieure. A, antenne;
— B/, bande médiane frontale; — C, clyp eus (Robineau-Desv0idy)i — ca, chète
antennalre ; — CB, cône buccalg - c/, cicatrice frontale; — E, éplstome; — F,
front; —· FC, partie médiane; - G. gènes; —- ga, cavités antennaires; —
ia, hsertlon de l'antenne gauche; — Lb, labelles ou paraglosses ; — O, ocelle; —
Or, orbite ; — P, péristome ; - Pa, palpe ; — T, trompe ; - T0, triangle ocellalre ;
- u, petites vibrlsses; - V, grande vlbrisse. . .
(1) La villosltéldes yeux a été supprimée pour alléger le dessin.
pignons, qui contribuentàrestreindre la pullulation excessive des Diptères
cl1ez lesquels ils évoluent, et qui sont avec les prédateurs les plus sûrs
auxiliaires de l’Homme our la destruction des es èces nuisibles * .
P P
1. Les Chironomes et les Culicides portent souvent des larves d'Hydrachnides; elles
se sont attachées à leur corps au moment de l’écloslon, lorsque le Moucheron reste
immobile à la surface de l’eau après s'étre libéré de l’envel0ppe nymphale.
2. Voyez aussi Bumcrxnnn, La lutte contre les Mouches, Ligue sanitaire Française,
1912.

32 MÉTHODES DE CHASSE ET DE CONSERVATION
MÉTHODES DE CHASSE ET DE CONSERVATION
Les Diptères se capturent au vol ou durant le repos. Dans l’un et
l’autre cas, on se sert du filet à papillon (l) et du flacon à cyanure. Celui-ci
devra être garni d’un tampon d’ouate hydrophile ou de petits morceaux
de papier filtre destinés à absorber l’humidité. Quelques gouttes d’éther
ou de chloroforme versées dans le flacon avant la chasse empêcheront les
Mouches de se débattre et de perdre leurs soies ou leurs écailles. Veiller
à ce que le flacon soit parfaitement sec; un Diptère mouillé est inutili-
sable. Une petite boîte à fond de tourbe et quelques épingles fines sont
aussi indispensables pour piquer immédiatement après la capture les
Diptères fragiles (Cécidomyies, Tipulides, Moustiques, Chironomides) ou
ceux qui sont couverts d’une toison caduque (Bombylides).
Pendant la belle saison, les lieux fleuris, les Ombellifères, les plantes
des prairies, les troncs des arbres, le feuillage des clairières et du bord
de l’eau, la surface du sol et des eaux, les matières animales ou végétales
en décomposition fourniront de nombreux Diptères.
Les· Diptéres devront être préparés le jour même (9), les petits
montés sur de petits cubes de sureau ou de petits morceaux de carton
au moyen d’épingles d’acier très fines ou micros. En tout 'cas, se servir
autant que possible d’épingles fines (n° 0 ou 1), suivant la grosseur de
la Mouche. Enfoncer l’épingle sur le thorax, un peu à droite de la ligne
médiane (entre les lignes 12-13, fig. 9), de manière à en laisser libre plus
de la moitié. Prendre soin d’al1onger les pattes qui offrent souvent des
caractères utiles pour l’identification, mais ne pas cacher l’extrémité de
1’abdomen, qui doit permettre l’examen ou la préparation ultérieure de
l’apparei1 génital et des organes annexes (3).
Les Diptères piqués sont conservés dans des boîtes en carton, à fond
de liège, fermant hermétiquement. Quelques gouttes de créosote versées
sur le couvercle ou une boule de naphtaline piquée solidement [dans un
coin de la boîte suffiront en général pour assurer la conservation. Une
seule recommandation : ne pas enfoncer les épingles trop profondément
‘ de manière à pouvoir retirer facilement les Insectes en leur évitant, autant
que possible, les vibrations toujours fâcheuses pour des sujets aussi
fragiles que des Diptères desséchés.
Les larves tuées dans l’alcool ou dans un fixateur (’*), suivant les pro-
cédés ordinaires, se conservent dans l’alcool à 900.
1. La soie à blutter est ce qui convient le mieux.
2. BOUVIER (E.-L.), Récolte et conservation des Dîptères (Ann. Insl. Pasteur;
XX, 547 (1906). Voyez aussi VILLENEUVE, Introduction au catalogue dela collection
de Diptères du Musée d’histoire naturelle d’Elbeuf.
3. LANGERON (M.), Précis de Microscopie, 1916, 639.
4. Le tixateur de Carnoy semble le plus efficace.

MÉ·rnoDE roun PRÉPARER L’APPAREIL c·ÉN1·rAx. nas DIPTÈRES 33
Mérnooe
POUR PRÉPARER UAPPAREIL GÉNITAL DES DIPTÈRES
Les entomologistes utilisent de plus en plus, dans leurs diagnoses, les
caractères fournis par les organes génitaux mâles et femelles. Ces carac-
tères d’une constance remarquable sont indispensables dans plusieurs cas
pour avoir une détermination spécifique rigoureuse. J ’ai donné moi-même,
ici, d’après des préparations originales ou d’après les excellentes figures
publiées par SCHNABL et Dzrranzxcxx (1911), pour plusieurs espèces dont
l’identification peut présenter des difficultés, la figure schématisée des
organes externes qui constituent l’appareil génital mâle. Une simple
inspection de ces figures permettra de saisir immédiatement les caractères
différentiels.
` Couper l’extrémité de l’abdomen de l’insecte et le mettre dans un tube
à essai avec une solution de potasse au 1 /106. Porter à l’ébullition pendant
5 minutes environ ou laisser macérer à froid pendant 24 heures. _
Laver a l’eau additionnée de quelques gouttes d’acide acétique ou
chlorhydrique pendant 4-5 minutes. Étaler les organes si c’est nécessaire
pour bien voir la forme des forceps; l’étalement se fera avec plus de facilité ‘
si les 6** et 7° segments abdominaux ont été fendus sur la face dorsale.
Conserver toujours la 5° plaque sternale qui porte souvent les lamelles
prégénitales et fournit de bons caractères.
Passer par les alcools : à 70-80 pendant une heure; ensuite pendant une
demi-heure par le mélange xylol-alcool absolu, enfin par le xylol pur.
Monter au baume fluide entre lame et lamelle. Veiller à ce que les organes
soient bien étalés, mais ne pas eomprimer trop fortement.
Quelques entomologistes découpent un petit morceau de mica, de
selluloïd transparent ou de gélatine, d’un centimètre de large environ sur
:1eux de long et déposent l’appareil génital traité comme plus haut, dans
ine goutte de baume épais, sur cette petite lame; l’appareil génital
fenferme dans le baume. Celui-ci une fois solidifié la petite lame de cellu-
oïd ou de mica est fixée sur l’épingle qui porte l’Insecte ayant fourni la
nréparation, avec les étiquettes de provenance et de détermination.
Cette dernière méthode tout en présentant l’avantage de ne pas séparer
’insecte de son armure génitale, a l’inconvénient de ne pas permettre une
ibservation facile et d’obliger à dépiquer la lamelle de celluloîd pour
’amener sous le microscope. Cette manipulation peut avoir, avec certains
Diptères fragiles, de bien fâcheux résultats.
zs

ANT HOMYIAIRES
CARACTÈRES GÉNÉRAUX uns DIPTÈRES SUPÉRIEURS
Le système de Barman, qui divise les Diptères en Orthorrhaphes et
Cyclorrhaplies suivant le mode d’éclosion de lïadulte, n’est pas toujours
constant. DE i\ïEI.JER.E (1900) a fait connaître différents modes d’éclosion
chez les larves de Cyclorrhaphes. Kurrnv (1911) a observé dans la seule
famille des Phorides deux modes d’éclosion absolument distincts, l’un
chez les Phora, l’autre chez les Aphiochœta. Il faut cependant recon-
naître (1) que si les adultes des Orthorrhaphes et des Cyclorrhaphes ne
sont pas toujours faciles à séparer (de même que les pupes écloses), les
larves sont absolument distinctes.
·En dehors des larves, les Diptères adultes peuvent être divisés
comme il suit :
A. — Antennes ordinairement aussi longues ou plus longues que la
tête et le thorax réunis, composées de plus de 10 articles, jamais soudés
à partir du 38, souvent verticillés de poils (fig. 21 e, ab). Palpes maxil-
laires longs, pendants ou dressés, de 4-6 articles. Larves eucéphales, mau-
dibules habituellement mobiles trausversalement .... Nématocères.
B. — Antennes ordinairement plus courtes que la tête et le thorax
réunis, compo ées de 3 articles indépendants, les 2 premiers simples, le
3*% souvent trés compliquépeut porter un diverticule ou une dent, et
peut se subdiviser en un certain nombre de segmentations secondaires
qui demeurent fixes, soudées les unes aux autres, jamais de verticilles
de poils (iig. 21 e, cde). Des ocelles ou non. Palpes maxillaires courts,
dressés, .cornposés d’un ou deux articles. Pas de suture en V sur le
mésothorax. Larves: tête habituellement petite, non dégagée du
prothorax; mandibules souvent mobiles verticalement. . Brachycères.
Tous les Nématocères sont compris parmi les Orthorrhaphes,
mais les Brachycères comprennent des Orthorrhaphes et des Cyclor-
rhaphes. Les Brachycères cyclorrhaphes présentent les caractères suivants:
La partie inférieure du front, au-dessus des antennes, est limitée par
une suture·en forme de fer à cheval qui peut s’étendre des deux côtés
jusqu’à la bouche (cicatrice frontale [fig. 21 d, p. 31,cf.]).Antennes : arti-
cles réunis ou soudés à partir du troisième. Celui-ci ne forme qu’une
Seule masse et présente un style, une épine ou une soie antennaire formés
1. KErx.1N, 1915.

cnmcrànes spéciaux Aux .m·mowrrAmEs. —— mas .som.·ras 35·
d’un ocrtain nombre d’a1·ticles ou pseudrvarticulations : le style ou la
soie antennaire (chèlc) peuvent être nus, pubesecnts ou peuvent porter
des cils plus ou moins longs (fig. 10 et 21 e). Souvent des macrocl1ètes
  ij
· .!.à?âî—*îf··=î2% ,. ( ‘ s
.   ç . _
.\ \~ (
c d 9
H .
Fia. 21 c. — Antenncs de Dîptèrcs. — n, Chironomus. b, Pcrrisia. Nématocèresl.
— c, Asilus crabronflormis. d, Dolichopus. c, T:. banus. (Brachycèresu
oufdes soies sensorielles sur le [thorax. De fortes 'soies ou des épines aux
pattes; le:5¤ articlezdes tarses ne porte que deux pelotes adhésives, la
pelote médiane est nulle ou transformée en soie empodiale (fig. 13, 14)-
ZZ  ·-ab —« . ·
, mea 25 fi  "5
VILÉ âîgll ·
È Q W _./—« ·'  "S' ·
«É» rîhllhil
www W ' \
H » ., « I) · lülll
INWM (WW Ill en
MWWT M n
|| ‘ ‘ . '
lmhié   uw ?
` , É"!] É · ik I
ltgigpggl llllî
Fxo. 22 et 23. — Nymphe immobile de Pegomyia rufîna (schématique). — 22. Nympe
vue par la face ventrale; ab, armature buccale de la larve au 38 âge. Cette arma-
ture reste adhérente à la vieille peau qui, fortement chitinisée, constitue le tonne-
lct îï`;—·n, nymphe.- 22. La même vue latéralement;—- en, enveloppe nymphale;
-— lis, ligne ou se produira la fente transversale pourl’éclosion;-— si, aire stigma-
tlque de la nymphe (stigmate interne de Thompson); c’est à la place de l'aire
stlgmatlque que se trouvent les cornes respiratoires prothoraciques des Diptères
supérieurs. La segmentation du puparium ou tonnelet a été indiquée schémati-
quement, chez les Pegomyîa elle est beaucoup moins distincte.
Ailes : branche inférieure de la IICFVUPGV non fourchue, ou branche
postérieure de la cubitale très courte, ramenée vers la base de l’aile
pour se rattacher à la nervure anale (n. XIV). Larves : tête petite ou
nulle, non dégagée du prothorax, pas d’organes visuels apparents. Organes

36 CARACTÈRES SPÉCIAUX AUX ANTHOMYIAIRES· *· LES ADULTES
sensoriels céphaliques très réduits ou nuls; des organes antenniformes;
pas d’appeudices locomoteurs (tig. 21). La métamorphose a lieu dans la
s/’ 29
y °
Q`  e  
au 25 E ï wb C 
Il
î  gl î.â`
` »‘ )' l"J}'àl 1 n
I / All l
S-   " lm   4 Q
. %?!ll
S 50
\ _ W .
\ 28 ~\ lx 51
\ î /
a•“"ïl " *o \  
rsquo V .
` EJ  br
.  a . 
 _,;<;':·&i>;>, 
  ,·»}‘î   ,---
·   4]*  ...   =···'
 ` , H `J — *
7 EA  \ _â  él  \
   <  l   " ·· 26 ·-·
  ' · M   i ·   lwülr · — .
' —  [ l -, 7    ` l 8 É?
[DEW'; ( g    y§"?১}§Q§\l ·  ,  
· W I, \ ` 1 ’ l É
«. I ·
u "\ / `
. \_ /
` /
= ·./ s.ss<auv.4az.
F10. 24 à31. — Bombylius fugax Wiedemaml, X 5. — 24, larve agile et errante (1 H âge);
- 25, larve mélolonthoïde (2**-3° âges); — 26, organe antenniforme; — 27, arma-
ture buccale de la larve au 3° âge; — 28, stigmate antérieur; - 29, nymphe mobile;
— 30, mouche; — 31, œuf. — S, stigmate; — a, antenne.
peau durcie de la larve, l’adulte en sort par une fente circulaire
[fig. 22-23] (voyez page 30).

CARACTÈRES SPÉCIAUX Aux ANTHOMYIAIRES. —- LES ADULTES 37
Les Cyclorrhaphes qui présentent la plupart du temps les caractères
qui viennent d’être énumérés se divisent encore en deux grands groupes :`
A. — Cicatrice frontale nulle ou indistincte. Pas de vésicule frontale.
Branche inférieure de la cubitale ordinairement longue, dirigée vers
l’extrémité de la nervure anale ........ Cyclorrhapha aschiza
B. — Cicatrice frontale toujours prolongée de chaque côté de la face,
sous forme d’une fente longitudinale en fer à cheval; sur le front: une
vésicule (pliline) qui, en faisant saillie par cette fente (fig. 21 d), facilite
l’éclosion de la Mouche. La face est mobile et susceptible de se rabattre
en avant. Ailes : branche inférieure de la cubitale toujours très courte,
dirigée vers la base de la.nervure anale. Antennes : chète planté sur la
face dorsale de la base du 36 article. Larves à mandibules transformées
en crochets buccaux mobiles verticalement (fig. 35); stigmates posté-
rieurs sur le dernier segment du corps. . . Cyclorrhapha. schizophora.
CARACTÈRES SPÉCIAUX AUX ANTHOMYIAIRES
LES ADULTES. ·
Les Anthomyiaires occupent parmi les Cyclorrhapha schizophora une
position intermédiaire entre les Acalyptérés ou Myodaires inférieurs (')
et les Myodaires supérieurs ou Tachinides (Q). La séparation est à peine
sensible entre ces trois groupes, mais les Anthomyiaires peuvent se
reconnaître aux caractères suivants
Pas de soies hypopleurales (3) (fig. J?. et 316).
Ordinairement 3 soies sternopleurales (st.) (‘) disposées en triangle :
1 antérieure, 2 postérieures (st. 1 : 2); 1° en triangle équilatéral (formes
anciennes); 2° en triangle rectangle (formes récentes). Quand il y a4 soies
sternopleurales, la disposition est 2:2; lorsqu’i1 n’y a que 2 soies sterno-
pleurales, la disposition est 1 : 1. Chez les Lasiops, Hera, etc., on
trouve 1 : 3-5. Pas de soies sternopleurales chez les Gasfcrophilinœ.
Yeux cohérents ou séparés. Quand ils sont séparés, la bande médiane
frontale présente,le plus souvent, des soies croisées (fig. 127 et 710); lors-
1. Furav, 1921, 222. — HENDEL, 1922, 148 et 1914, 4.
2. BAE11, 1921, 67.
3. Sauf chez l’Eginia ocyplerala (voyez page 179).
4. Rarement, 2: 4. — Dans les tableaux dichotomiques qui suivent la disposition
des soies dorsocentrales et sternopleurales a été indiquée par des chiffres. 2 + 4 dorso-
centrales (ou dc) signifie 2 suies dorsocentrales présuturales et 4 soies rétrosuturales
(fig. 9-13). — 1 : 2 sternopleurales (ou st.) indique 1 soie sternopleurale antérieure et
2 postérieures (flg. 8-3.5, 36, 37).

38 CARACTÈRES SPÉCIAUX AUX ANTHOMYIAIRES. — LES ADULTES
qu’el}es manquent, un Anthomyide se reconnaît par la présence de
`soies à la bouche.
Cuillerons distincts; un cuilleron alaire, supérieur ou antisquame et
un cuilleron thoracique,.inférieur ou squame; grands, égaux ou inégaux,
quelquefois très petits. Dans ce dernier cas, un. Anthomyiaire à cuille-
rons peu développés se distingue de tous les Acalyptérés à cuillerons
par la présence de soies frontœorbitales ou par une épine costale nette (1).
Nervure discoidale (nervure VI) droite ou courhée; première cellule
postérieure (cellule H1 [fig. 15]) toujours ouverte.
Enfin, aux caractères précédents on peut en ajouter d’autres, moins
constants, qui caractérisent parfois~les genres et les espèces et peuvent
aider à faire reconnaître un Anthomyide : corps étroit, ailes parallèles
non repliées l’une sur l’autre en lames de ciseaux(2);1aformeet1avillosité
du chète antennaire, la grandeur des cuillerons, les appendices du 5s ster-
nite (üydroplwria), la dilatation des palpes (Lispa), la forme de l’ah-
domen, de la trompe (Drymeia, Stomoxys), le gonflement de la face et le
développement extraordinaire de la villosité (Eriphia, Hyporites), la
largeur du front. Le 38 article des antennes est plus ou moins long, les
pattes sont munies de tubercules, de saillies ou d’épines. Les nervures des
ailes sont toujours dirigées comme sur la figure 15, sauf chez les` Gastero—
philinœ (fig. 805).
. Le noir, le gris et le jaune plus ou moins roux se rencontrent souvent.
' Des reflets ou des taches chatoyantes modifient la couleur, suivant la
direction de la lumière. ·Fréquemment des taches de couleur sombre
disposées par paires sur Pabdomen (lllgdœa, Cœnosîa, Limnophora). Les
couleurs éclatantes ou métalliques, bien ou vert plus ou moins bronzé,
se rencontrent dans quelques groupes supérieurs (Pyrellia, Dasyphora).
Certaines espèces de Phaonia, Allœosiylus, Acanlhiptera sont entièrement
jaunes. Les Pégomyies ont souvent 1’abdomen d’un rouge plus ou moins
foncé. Le thorax est le plus souvent couvert d’une pruinosité ou enduit
grisâtre. `
Ces diverses modifications, dans la forme des organes et les couleurs,
caractérisent les genres et les. espèces, mais ne le font pas toujours d’une
manière satisfaisante. Je veux surtout insister sur ce fait. que les caractères
qui permettent de reconnaître Ia famille, le genre ou l’espèce ne sont pas
absolus. Je me suis arrêté, dans les tableaux qui suivent, au caractère
généraf, à celui que Yon rencontre dans la plupart des cas. Ainsi le caractère
qui distingue les Anthomyiaires des Tachinaires L la présence ou l’absence
de soies hypopleurales n’est pas un caractère absolu. L’Orygma lucluosa
(Acalyptéré) présente une soie hypopleurale (3), l’Eginfa ocyplerala
(Anthomyide) présente une série de soies hypopleurales (fig. 315-316).
1. Cette définition exclut tous les Cordylurines. BECKER et Vinrnmauvrs disent
que ceux-ci se distinguent par: «Abdomen à plus de 4 segments, souvent incurvé
(fig. 33); yeux ordinairement arrondis, toujours nus, très distants parfois de la même
quantité dans les deux sexes; front toujours sans soies croisées; la côte de lfaile ne
porte jamais, à la terminaison de la nervurc II les épines caractéristiques de beaucoup
d’AI1thomyides,n (fig. 30.)
2. Excepté ch=z les Lypemsia et les G'0ssina.
3. VILLENEUVE, 1920. .

CARACTÉRES SPÉCIAUX AUX ANTHOMYIAIRES. — LES ADULTES 39
Par contre, le Rhynclwmyia lanata (1) (Tachinide) ne présente pas les
soies hypopleurales caractéristiques de. la famille. On trouvera fréquemment
des variations portant sur la disposition des soies ou sur des organes
plus importants (2). Seule, l’étude d’un certain nombre d’exemplaires
comparés à un individu typique lèvera les doutes. J’ai essayé de tourner
la difficulté provoquée par les comparaisons nécessaires à la détermination _ ·
en multipliant les figures. Malheureusement la place m’a fait défaut. Quoi-
qu’il en soit, même avec de nombreux points de comparaison, les caractères
génériques ou spécifiques s’affaiblissent parfois de telle façon qu’ils
deviennent inexprimables et produisent l’incertitude. L’identification d’un
individu devient difficile par le nombre des espèces et par les différences,
'nl Sh" I
-—ÀL_) C-!
· · '§ CH o
B   %1¤¤ \\ | , .°Ho
·= , I l H
\       •· Ba   "l“"ll
sg ¤ *J*"*€ ‘ J  ‘ -
1 m   .1* " '
S 2 Gi ’ ‘ "'
9 2 /1 • "
  Q ° ° O l 0 0
ei ,5 Sr
vl   l W
  ·«l((  J1/I" sü
leu ll .1/ ; f
ï
F10. 32. — Thorax de Sarcophaga carnaria (Tachinide) montrant les soies hypopleu-
raies (a). Les autres lettres ont la même signification que sur les figures 8-9.
trop légères qu’elles présentent entre ·elles (voyez Hylemyîa-Chorlophila).
Quelle que soit l’exactitude des auteurs dans leurs descriptions, il reste de
la confusion et cette famille réclame de nouvelles recherches.
Les caractères biologiques des Anthomyiaires ne sont pas nettement
définis. Le vol est peu soutenu. Ils restent le plus souvent au repos,
cachés sous le feuillage et ne se montrent sur les fleurs que pendant les
1. Vxunnnuvn, 1920.
2. L'aile, par exemple. Voyez la disposition des nervures du Pogonola hyrcus
(fig. 33):ces nervures ne présentent pas la disposition habituelle aux Acalyptérés
(fig. 34). Voyez. encore Vrtnznizuve, l»es:Travestîs; in Feuilles des Jeunes naturalistes; _
XLII, 111 (1912) et—Contribution à. l’étude du genre Sarcophaga. Insuffisance des
ciractères classiques démontrée par de nouvelles observations... (C. R. de la 35¤ session
Assoc. Iranç. Avancement des·scienccs, Lyon, 1906 [Paris, 1907, p. 564]).

40 cAaAcrÈaEs spécnwx Aux Aurnomvmxnes. — mas Aooures
heures ensoleillées. Les Hylémyies et les Hydrophores habitent les bois
— et les forêts, les Hydrotées, les Limnophores et les Aricies sont plus nom-
breux dans les lieux humides, les Anthomyies et les Chortophiles se
trouvent partout, sur toutes les fleurs, particulièrement sur les Synan-
¤   
  .
  »»·. * ·
     Flynn?.
. /     ll] \
. Q
— env
Fm. 33. — Pogonola hircus Zett. (Acalyptéré).
thérées et les Ombellifères. Quelques Hylémyies, les Mésembrines et
les Dasyphores recherchent les matières stercorales où se développent
leurs larves.
Les mâles de plusieurs espèces dansent avec les Chorellies, sous les
   f   ’
  %î"";x ~ ` _,» É É  
    ..» s eel, ·
      v*`l `lmg ·li‘ .  
     
        ¤É$w~
'   l—»   '
ai
. fl
f 
Fm. 34. — Cenlrophlebomyia furcalcz Fab. >< 12. (Acalyptéré).
arbres, en attendant le passage des animaux sur lesquels ils se jetteront
avec les femelles, pour s’abreuver de leur sueur. Aux Chorellies, se joi-
gnent encore les M usca, les Policies, les Muscines, les Morellies, les Hydro-
tées et les Hebecnema qui couvrent en quantité les animaux domestiques
et se jettent même sur l’Homme. Ces Mouches ont une trompe molle

ANTHOMYIAIRES. — LES nEU1=·S. — LES LARVES 41
qui ne peut pas percer la peau. Cependant quelques-unes (Hebecnema
observé par K¢EBELE, Polielcs observé parRoUBAU1> et certainesMouches
d’Afrique) se nourrissent de sang qu’elles vont sucer sur les blessures
faites par les Taons ou les Stomoxes. A ces Mouches qui tourmentent
les Vertébrés se joignent les Stomoxes, Lypérosies et Hœmatobies, qui
sucent le sang et sont parfois les vecteurs de maladies infectieuses.
` Les Anthomyiaires sont habituellement des Mouches à développement
rapide. Les œufs, pondus dans le milieu.qui doit nourrir les larves, éclo-
sent rapidement dans la plupart des cas. Les Anthomyiaires inférieurs
et les Mouches parasites des plantes n’ont que 1-2-3 générations par an,
au maximum; les Anthomyiaires supérieurs, qui comprennent des Mouches _
à larves omnivores, coprophages, saprophages~ou carnivores, peuvent
présenter plusieurs dizaines de générations par an.
. LES QEUFS
Ordinairement ovales,allongés, légèrement courbés, d’un blanc jaunâtre,
jaunes ou un peu brunâtres. La coque, sauf dans quelques groupes infé-
rieurs, est mince ou très mince, flexible. La jeune larve la déchire facile-
ment à l’éclosion. Cette coque peut porter des expansions, à un pôle (Mela-
nochelia) (fig. 348, 349) ou sur les côtés (F annia, M uscina) (fig. 758-759),
qui permettent aux œufs de flotter sur les matières plus ou moins liquides
où ils sont pondus. Beaucoup d’œufs d'Anthomyiaires sont cannelés en
. long, d’autres (H ylcphila) portent sur toute leur surface un réseau hexa— `
gonal de sillons assez enfoncés. Les cryptés, les orifices respiratoires et les
rosaces micropylaires sont peu développés ou nuls: les échanges gazeux
S’éflectuent facilement à travers la coquille. L’éclosion, quoique assez
rapide dans la—plupart des cas, demande toujours un certain temps.
Cependant, quelques espèces parasites des Hyménoptères (Hylephila,
Euslalomyîa, Acanlhiplcra) donnent des œufs où la larve, complètement
formée, éclôt presque immédiatement après la ponte. Cette larve est ·
agile et errante comme celles des Bombylius ou, plus exactement, des
Minlho. D'autres groupes non parasites (Hylemyia, Mescmbrina, etc.)
donnent aussi des œufs où la larve est complètement formée et dont
l’éclosion est immédiate, mais la jeune larve n’est pas agile. Plusieurs
espèces sont vivipares normalement (Dasyphora) ou occasionnellement
(Chortophila cilicrura, Musca, Mcscmbrina).
LES LARVES
Acéphales, apodes, souvent dures au toucher, habituellement lucifuges,
de couleur blanche ou blanc-jaunâtre, excepté dans quelques groupes
supérieurs; le tégument souvent transparent.

42 . ANTHOMYIAIRES. — LES LARVE3
En plus de la tête, le corps sezcompose de 11 segments : 3 thoraciques
et 8 abdominaux (fig. 21).
La tête est petite, bien distincte, souvent rétractile elle présente quelques
-_ organes sensoriels à la face supérieure et la
G \  _,F*"‘ bouche à la face ventrale. L’armature buc-
' FV cale ou bucco-pharyngienne se compose de _
rd nx bg 3 parties r la pièce basilaire, la pièce inter-
Q il l médiaire ou pièce en H (‘) et les pièces
e il buccales. Les pièces buccales comprennent:
P \Q  -5d. deux crochets mandibulaires, une paire de
pad i Q ph pieces s’artxculant, à chaque extrémité,
_ avec la base du crochet correspondant et
`<\ , avec l’extrémité· de la pièce intermédiaire;
·   DCS une baguette orale simple ou double (fig. 35).
É CS Entre l’extrémité postérieure de la bouche
B   et le niveau de l’organe antenn0—maxillaire
se trouve un groupe de sillons qui partent
en divergeant de la fente buccale (éventail);
ces sillons sont séparés les uns des autres
par des côtes qui ont en coupe transversale
la forme d’un T. lls ont une fonction ana-
logue à celle des pseudo-trachées de la
Fm. 35. — Armattrre buccale M h t d · t 1 b h 1
d,ummwd,Anth0myîaire ouc e e' con u1sen vers. a ouc e es
montrant Les pièces. qui ahments liquides. C’est à l’endro1t où ces
P°“Y°“t la °°mP°S“" (S°hé’ sillons se réunissent que se trouve Pextrémité
matique). — a, antenne; - . , ,
B, pièce basüam; _ bg, ap1cale des crochets mandtbulaires (fig, 650,
baguette orale (Keilin); -— 789)_ '
cs, canabsalivaire; — h, L 1 · · A t
pièce en Hyou pîèseintep ' es arves jeunes (au premier age) son
médiaire (Keilin), sclérite metapneustiques, les larves plus âgées sont
hyP°St°“"°‘I <H¤Wîtt>~ S°1é' arnphipneustiques. Les stigmates antérieurs
rite du canal salivaire ,. . , ’
(rhûmpmn); - pm, pièce lorsqu 1ls existent, se trouvent pres du bord
accessoire dorsale l(Thom(p- postérieur du 19* segment thoracique (ûg.242).
SOH; ——· PCS, pâqllê ll * · 1 • · • r
canalsalîvainfkïompson); Les sugmates postérieurs sont tougours s1tues
-· pg, plaque épîpha1—y]]· Sur le dernler Segment, quelquefois Sur deux
e¤¤;— Ph·Pl¤<1¤¤hYP¤· t d'e t' at'f` f` . 9 .
pharyngicnne (lèvre mé- cour s appeq 1 esés iggn 1 erest(1g 215)
mme); __ pl, paîpes la_ La cutxcu e pr sen e souven , sur e bord
biaux; —pm, palpe maxil- antérieur des segments, de petites épines. qui
laire; ` "L ruban d°’Sa1? aident à la reptation (fig. 36 et 748) Ces
— FU, I‘l1bB.I`l V€Hl`,l‘âl OU ' _ • , , , ~
antérieur; .. Sd, mérite epmes sont caracter1st1ques chez quelques
dentë (Hewitt)- espèces (Graphomyia, Phaonia). Les segments
du corps présentent parfois des appendices
latéraux, pennés ou non, qui peuvent être considérés comme des
1. Sclérite hypostomal (Hawrrr) ou sclérite du canal salivaire (THOINTPSON).

ANTHOMYIAIRES. — Les x.AnvEs 43
organes de llottaison ou de locomotion (fig. 533-538). La nymphose a
toujours lieu dans la peau durcie de la larve.
Les jeunes larves ont souvent le même régime que la larve adulte,
excep té dans les groupes supérieurs (derniers genres des 5°, 6* et 7* groupes)
ou les larves âgées peuvent devenir carnivores. Les larves des M uscina, ` _
Fannia, Chortophilmcilicrura se comportent souvent en parasites.
Les espèces phytophages ont le même régime que les Acalyptérés,
mais ne forment pas de galles (excepté Chorlophila signala, Chirosia).
Les Pégomyies rongent le parenchyme des feuilles et vivent entre les '
deux surfaces, solitaires ou en société nombreuse. D’autres dévorent les
Cryptogames (Chorlophila, Chirosia, Pegomyia, Muscina), ou s’attaquent
aux végétaux cul tivésparl'Homme.
Quelquesgeriressontparasitesd’Hy- .
ménoptèresnidifiants(Hammomyia, ._;.
Ilylephila, Eustalomyia, Acanihi·· Ã ' ;_____
plcra) et se rapprochent en cela des ‘•« A 17-
Acalyptérés (Cacoxcnus, Lesl0ph0· xl-\ Amy?}
ws) qui vivent dans les mêmes àîîççn _ ET;
conditions. Les larves des groupes Q "  
supérieurs sont saprophages, copro· · ' ' :î`Ã-1-"  
pl1ZigCS et carnivores; celles des Fm. 36. —- Une saillie ventrale de la larve
Anth0myi3îœS’ Suceurs de Sang, Sc îlràlgâaonîa Kczlini Collin (d’après Kei-
dévcmpllcnt dans les excréments de (1) Extrait de Panmzozogy, vol. rx, 379,
Vertébrés. Toutes les espèces du ¤z· 21- -
groupe des Muscines deviennent
carnivores si la nourriture vient à manquer; elles s’attaquent alors
aux larves qui vivent dans le même milieu qu’elles, ou se dévorent entre
elles. Plusieurs de. ces larves peuvent occasionner des myiases chez
l’Homme ou les animaux domestiques. Les larves des M yopina, M elanoche-
lia, Lispa sont carnivores dès l’éclosion. Enfin, le groupe bien parti-
culier des Gastérophiles comprend des formes très spécialisées, dont les
larves vivent en parasites gastricoles des Mammifères ongulés.
CLASSIFICATION
TABLEAU mas sunnrvxsxoivs PRINCIPALES mas Anrnomvrnza
A. — Cavité buccale ouverte, une trompe bien développéenune ou
plusieurs soies sternopleurales. ......... Anthomyînœ (p. 44.)
B. — Cavité buccale fermée, pas de trompe ni de soies sternopleurales.
..................... Gasterophilinœ (p. 366.)

44 RÉPARTITION DEs ANTHOMYIN./E EN HUIT GRoUPEs
ANTHOMYIN/E (sensu lato)
RÉPARTITION DES ANTHOMYINE EN HUIT GROUPES
MALES (l) _
1—(12). 46 nervure longitudinale (nervure VI) non courbée; chète anten-
. naire velu ou 48 longitudinale courbée et chète nu (fig. 404-406).
2-(3). Une paire de soies dorso-centrales (dc) présuturales (c" Q) (2)
quelquefois très courtes ou le thorax noir (Q). Yeux séparés
dans les deux sexes .... (ler- groupe). Cœnosiinœ (p. 45).
3-(2). Deux paires de soies dorso-centrales présuturales, la paire
antérieure parfois courte, jamais piliformé ou nulle. Yeux
. largement séparés ou rapprochés.
4—(7). Nervure anale (n. VIII) prolongée jusqu’au bord de l’aile (cf Q).
5——(ô). Yeux rapprochés (©”), écartés (Q) (~‘). `
. . (2** groupe). Hylemyiinœ SCHNABL (p. 65) Pegomylinœ (p. 148).
6-(5). Yeux séparés (©" Q).
. . . (3** groupe). Pegomyiînœ transitoriœ Scrxma. (p. 170).
7-(4). Nervure VIII courte, non prolongée au bord de l’aile (d' Q).
8—(9). Tibias postérieurs (tibias III) sans soies dorsales (©’).
.... · ........ (4° groupe). Mydaeinœ (‘) (p. 179).
9—(8). Tibias postérieurs (tibias III) avec une soie dorsale (©”).
10—(11). Tibias intermédiaires (tibias II) avec une pubescence courte et
distincte sur toute la longueur de la face interne ou au moins
à la partie apicale; souvent une bosse ou une protubérance
° villeuse à la face interne (5). Fémurs I sans dentîculation à la
partie apicale près de l’articulation du tibia.
.............. (59 groupe). Fanniinœ (p. 255).
11—(1()). Tibias II sans pubescence interne ou sans protubérance villeuse.
Les fémurs antérieurs peuvent présenter des crochets, des dents
ou des épines à la partie apicale près de 1’articulation du tibia
(fig. 595 et 607). ..... (6** groupe). Ariciinœ (p. 274).
12—(1). Nervure VI distinctement ou fortement courbée [fig. 793] (©’ Q ).
Chète à cils longs (fig. 725).
1. Ce tableau s’applique partiellement aux femelles. Voyez page 45.
2. Excepté chez les Macrorchis, Dexiopsîs et Cœnosia dorsalis.
3. Excepté chez les femelles des Prosalpia, Hyporyles, Hammomyia et Alliopsis.
4. Sauf pour le genre Chelisia qui appartient au 3¤ groupe, mais qui présente le
caractère : pas de soies dorsales ou externes aux tibias III.
5. Sauf Euryomma peregrinum qui se trouve, dans les tableaux, parmi les genres
du 6¤ groupe. .

REPART11·10N DES AN·1·u0MY1N.E EN nurr GROUPES 45
13·(14). Trompe dure et cornée, luisantc, non rétractile, saillante en
avant au repos (©’ Q) (fig. 733, 736).
.......... (7e groupe). Stomoxydînœ (') (p. 340).
14—(l3). Trompe molle et rétractile non saillante en avant (©' Q).
............. (86 groupe).` Muscinœ (p. 345).
FEMELLES
1·(6). Nervure VI non courbée.
2-(3). Une paire de soies dorso-centrales présuturales. (IM groupe)
(p. 45).
3-(2). 2 paires de soies dorso-centrales présuturales, la paire antérieure
quelquefois courte, jamais nulle. Yeux largement séparés ou
rapprochés (Q).
4·(5). Nervure VIII prolongée au bord de l’aile.
................ (2** et 3** groupes) (p. 67).
5—(4). Nervure VIII courte, non prolongée au bord de l’aile.
.............. (49, 58 et 66 groupes) (p. 182).
6-(1). Nervure VI plus ou moins distinctement courbée. Chète anten-
naire à cils longs.
7-(8). Trompe dure et cornée, non rétractilo. . (7e groupe) (p. 340).
8—(7). Trompe molle et rétractile .....,. (8e groupe) (p. 345).
PREMIER GROUPE ·
TABLEAU DES GENRES (©’ Q)
1-(10). Nervure costale (neryure I) prolongée jusqu’à l’intersecti0n de
la nervure VI.
2—(9). Ailes entièrement vitreuses. ` ·
3·(4). Bords de la bande frontale dîvergeant vers le sommet de la tête.
Tibias II avec une forte soie antéro—interne. Antennes courtes,
noirâtres. Chète nu ou à peu près. Nervure XII légèrement
ombrée (fig. 37) .......... 1. Schœnomyza. (p. 46).
4·(3). Bords de la bande frontale parallèles au moins jusqu’à la lunule
frontale. Tibias II sans soies antéro-internes. -
1. Ce groupe forme avec les Myiospila, Morcllîa, Graphomyia, Musca et Muscina.
le l" groupe des Muscinœ ou Muscinœ limnophorœ/orme.; de SCHNABL et DzxEDZICKI
(1911),page 340.
2. Les yeux sont rapprochés chez les femelles des Prasalpia, Hyporyles, Ham-
momyia et Allîopsis.

_ 46 cosxosrrmtz. —— SCHGZNOMYZA
5—(8). Bouche non saillante (fig. 61).>
6—(7). Lobes du 5** sternite (lamelles prgénitales) non ou peu déve-
loppés (fig. 49 et 61) ....... 3. Cœnosia (p. 48).
’7#(6). Lobes du 56 sternite très développés, jaunes, légèrement trans-
parents et séparés du corps. Chète à cils visibles (fig. 40).
Antennes et palpes jaunes, au moins en partie. Thorax gris à
bande indistincte. Pattes et base de l’abdomen jaunes.
................. 4. Hoplogaster (p. 47).
8—(5). Bouche saillante, frangée de longues soies serrées. Hypopyge
bien visible, noir brillant. Chète à cils indistincts ou très courts,
antennes et palpes noirs (fig. 41-45). 5. Rhynchocœnops (p. 47).
9-(2). Ailes à bord antérieur largement rembruni. Scutellum sans
soies basales (fig. 39) ......... 2. Orchisia. (p. 46).
10—(1). Nervure costale prolongée jusqu’à la nervure V (fig. 81).
. . . L .............. 6. Allognota (p. 62).
CCENOSIIN/E
1. — Genre SCHGENOMYZA HAMDAY.
S. litorella. FALLEFI. —— STEIN, 1916, 217, 1.-—Sci0myza fasciafa l\TEIGEN,
ÃIACQ. ——— (fig. 37-38).
Nervure III courte. Cuillerons petits, le thoracique débordant
largement le cuilleron alaire. Corps noir à pruinosité cendrée,
uniforme, sans taches rousses, quelquefois des lignes sur le thorax
et des taches diffuses sur l’abdomen. cf : face d’un roux doré
mat, partie supérieure couverte par deux taches ovalaires d’un blanc
de neige. Antennes à reflets blancs. Q : orbites avec 3 soies, face anté-
rieure et supérieure d’un gris cendré, à reflets bruns en arrière. Long.
2-3 mm. ·
Commun par places; mai-octobre; dans les herbes, prairies humides,
bords des ruisseaux. Toute la France; Europe. ` `
Afrique orientale anglaise : Mont Kenyia, prairies alpines supérieures
` (ALLUAUD et JEANNEL).
2. —— Genre ORCHISIA RoN¤AN1.
0. costata MEIGEN. —- STEIN, 1913, 565 et 1916, 223. -— Cœnosia
pictipennis Lœw, Sci-IINER, MEADE. —— (fig. 39). '
Midi de la France; juillet-novembre; sur la Menthe, le Fenouil, etc.
— Répandu dans toute l’Europe centrale et méridionale.

Hoprocasrzn. —- anvmcrxocazncvs 47
3. - Genre`HOPLOGAS'1‘ER Roisioam.
H. mollicula. FALLEN. — Scmmxnx, et Dz., 1911, 73 (21); Stam, 1913,
42, 5; 1916, 217, 7. - (fig. 40-47, 48).
Femelle un peu plus épaisse que le U', à taches nulles ou obsolètes,
tarses obscurs. Abdomen en grande partie jaune.
Commun partout; mai-septembre. Toute l’Europe. Lieux ombragés, bords
des ruisseaux. Petites Mouches carnivores; capturent au vol les petits
Insectes qu’elles dévorent (Ceralopogon, Psychodes).
Larves liumicoles et carnivores (Brzzzr).
\ '   
Elia, \
x st. \ \
sa   ·. s i ~\ 1
e M ”~3=»!·Ã!* — *   « ·
exs. .. —· 4/ «\ »•§ Qt »·~·· 4
ü M I Y 2 ?"· vi 7i-/
Q ·, \. , ,i j.,
'  _,/ Ã \' J  gl"   •
, 7 , ..»< > ·
\\   x   __ . , 4 _,. \"%
 '   ' f   `ix I
~  W \ \ ` le
57 58 59 / \  `
Fm. 37 à 40. — 37, Schœnomyza lilorella Fallen Q (X 9); - 38, îd. hypopygillm J';
— 39, Orchisia costala Meigen c" (>< 9); - 40, Iloplogasler mollicula Fallen ts" '
(x 9).
4. —— Genre RHYNCHOMENOPS Bxzzzr. ·
BEZZI, 1918, 77, 16; — Hoplogaster auct. `
R. obscuricula Rowimm. -—S·rEn~z, 1913, 43, 22 et 1916, 213, 19;BEzzr,’ .
1918, 77, 16, Pl. I, fig. 11, Pl. II, fig. 1. - Cœnosia reducta PANDELLÉ
1899, 148, 12. - (fig. 41-46).
©’ zthorax cendré en entier, ou avec la ligne médiane un peu plus
sombre; cuillerons petits, égaux. Ailes : nervure VIII plus courte que
la nervure IX. Pattes noires. Tibias II: 1 soie antéro-externe préapicale;
tibias III : 1 soie préapicale. Abdomen noir en entier, dilaté à l’apex :
sternite   hérissé. Appareil génital assez grêle avec un long style médian
(fig. 42-45). Q : corps noir, à pruinosité cendrée, _pas de lignes ni de

48 ‘ ' ccENos1A
points noirs. Dernier segment abdominal très comprimé, l’0uverture
apicale en fissure linéaire,.frangée de soies raides et serrées formant une
sorte de ceinture peut être rétractile (fig. 46). Long. 3-4 mm.
Toutes régions montagneuses de l’Europe centrale et méridionale; sur
les fleurs : Allium, Saxifraga, Geranium, Polentilla, Leucanthemum, etc.
(B/[ULLER)·
Larve humicole et carnivore (BEZZI).
f ,
` ` x 1 l )  >»····· _
««·' ' ê. 2 / ..
    r Q I \
il è «—·7
· \ \\ O
E1 ` '   /
ià—}:È il ) ae'? J 45
W 1 \   V l   X"
4*) \ 47 . . 4 48
f' ai 
F10. 41 à 48. — 41-46, Rhynchocœnops obscurfcula Rond. 41, tête o` (d’après Bezzi); —
42, hypopygium vu de face; 43-44, hypopyge vue de proül (en partie d’après
Schnabl et Dziedzicki); — 45, mouche >< 10 [d'] (original); — 46, extrémité de
l’abd0mer1 (Q); — 47-48, hypopyge de 1’H0pl0gastcr mollicula (d’ap1·ès Schnabl
et Dziedzicki).
5. —— Genre (HENOSIA BIEIGEN.
Petites Mouches carnivores communes dans les prairies un peu humides.
Plusieurs espèces, comme le Cœnosia geniculaia, se rencontrent souvent sur
les Graminées des lieux secs et, arides, d’autres se trouvent surles herbes
des coteaux incultes ou des landes, sur les buissons d’Ajoncs et de Genêts.
Larves phytophages, humicoles et carnivores. Pnnms (1876, 233) aobtenu
des Cœnosia voisins de C. lappœ d’un Bolet charnu (18 août) et BoUcHÉ
_ (1834,92,80) a trouvé la larve d’un Cœnosia vaccarum dans de la bouse
de vache,.
TABLEAU DES Es1>EcEs
MALES
1—(62). Tibias III avec 1 seule soie postérieure préapicale dressée.
2-(21). Fémurs I, II, III de couleur sombre, quelquefois la partie
apicale jaune ou rousse.
3-(6). Tibias jaunes. Cuilleron thoracique aussi découvert que le
cuilleron alaire. Abdomen à taches brunes ou sombres.

coznosm 49
4·(5). Chète à cils longs seulement sur la moitié basale (fig`. 58); antennes
longues. Long. 4-7 mm. (fig. 61) ....... tigrina. (p. 61).
5—(4). Chète pubescent, antennes courtes noires (fig. 59). Tibias I avec
une longue soie. Long. 3 mm ........ humilis (p. 57).
6~(3). Tibias noirs. ,
7—(20). Thorax gris ou de couleur sombre, non d’un noir brillant.
8·(l7). Cuilleron thoracique distinctement saillant.
9-(10). 5 mm. Mouche de couleur sombre, abdomen à taches allongées,
gris sombre. Nervures V—VI distinctement divergentes.
.................. octosignata (p. 59).
L0-(9). 3 mm. au plus. Abdomen à taches sombres, indistinctes ou
nulles. Nervures V-VI parallèles.
l1—(12). Fémurs II avec une très longue soie interne, médiane. Tibias I
avec une longue soie au milieu d’aiguillons courts demi-dressés.
Long. 3 MZ mm. ....... . .... ambigua (p. 55).
L2-(11).Fémurs II sans longue soie interne. Tibia I avec une soie
médiocre.
I.3-(16). Corps couvert d’une pruinosité d’un gris noirâtre. Taches abdo- I
_ minales peu distinctes.
l4·(15).Hypopyge saillant. Lamelles prégénitales bien saillantes, leur
bord postérieur avec 3•4 forts macrochètes— dirigés en arrière,
atteignant ou dépassant l’extrémité de I’abdomen— (fig. 80).
Long. 3 mm .............. Villeneuvei (p. 62).
I5—(14).Hyp0pyge peu saillant; lames prégénitales peu saillantes, sans
longues soies. Long. 2 %-3 % mm . . . sexmaculata (p. 60).
l6·(13). Corps couvert d’une pruinosité presque blanche. Abdomen sans
taches. Long. 3 mm .......... albatella (p. 55).
l7—(8). Cuilleron thoracique non ou à peine saillant. Abdomen à taches
peu visibles; nervures V et VI parallèles à l’extrémité. Antennes
noires.
l8-(19). Hypopyge gris. Lamelles prégénitales peu saillantes (fig. 76).
Long. 4 mm .......... . . . . gracilis (p. 57).
l9—(18).I·Iyp0pyge noir brillant. Lamelles prégénitales très saillantes
(fig. 45). Long. 3 mm ....... obscuricula (I) (p. 47).
20·(7). Thorax etaabdomen d’un noir brillant. Long. 2-3 mm.
...................... atm (p. 56).
21·(2). Fémurs II et III jaunes au moins à la base.
22—(25). Cuilleron thoracique très peu saillant.
23-(24).Fémurs II et III entièrement jaunes. Fémurs I en partie ou
entièrement noirs. Tarses noirs. Long. 4-4 % mm. ·
................... bilineella (p. 56).
24-(23). Fémurs II et III rembrunis à l’apex. . . octopunctata (p. 58).
1. Rhynchocœnops.
1

50 C(liNOSIA '
25-(22). Cuilleron thoracique trés largement saillant. U
· 26—(50). Fémurs III à villosité normale. . ‘
2'7—(53). Hanches et fémurs I entièrement jaunes. Lamelles prégénitalcs
sombres.
28-(41). Base de l’abdomen sans teinte jaune ou rousse.
29-(34). 4 mm. au moins. Antennes, palpes et tarses noirs.
30·(33). Nervure Vlllplus courte que la distance qui sépare son extrémité
libre du bord de l’aile (fig. 72). Hypopyge aussi long que le
dernier segment abdominal (fig. 73).
31—(32). Tibia II avec une soie antéro-externe courte et délicate. Au niveau
de la base des antennes le front est plus large qu’un œil (fig. 68).
Long. 4 mm ............. lineatipes (p. 58).
32—(31).Tibia II avec une forte soie_antéro—externe. Front moins large
' qu’un œil. Long. 2 lé mm ....... perpusilla (p. 59).
33—(30). Nervure VIII au moins aussi longue que la distance quisépare son
extrémité libre du bord de l’aile (fig. 78). Hypopyge à peine
moitié aussi long que la largeur du dernier segment abdominal_
Thorax à 3 bandes. Abdomen avec 6 taches brunes. Long. 5 mm,
................... sexnotata (p. 61).
34—(29). 3 mm. au plus. Petites mouches délicates.
35·(36). Abdomen avec une paire de taches noires assez nettes, visibles
à une certaine lumière. 38 article, antennaire un peu pointu en
avant. Long. 2 mm ........... ambulans (p. 55).
36-(35). Abdomens sans taches, ou- avec de faibles taches brunes ou
rousses. Antennes : 3e article mousse en avant. Nervure VIII
courte. Long. 3 mm.
3'7—(40). Abdomen gris avec 6 taches plus ou moins distinctes. Tarses III
sombres, non épaissis. Nervure I délicatement villeuse. Long.
_ 3 mm.
38-(39).Nervures V-VI divergentes. Antennes à pruinosité d’un gris
argenté. Chète à cils courts. Long. 3-4 mm. . pumila. (p. 59).
39—(38). Nervures V-VI parallèles. Antennes jaunes. Chète à cils longs
Long. 3-4 mm .............. cylindrus (p. 56)
40-(37). Abdomen étroit, gris, avec 6 taches brunes, mal délimitées.
Tarses III un peu épaissis, noirs. Nervure I avec une série d’épines
délicates presque aussi longues que la nervure XI, en série
étendue jusqu’à la nervure IV. Nervures V-VI presque parallèles.
Palpes, antennes et bande médiane frontale noirs ou brun-noir.
Long. 3-4 mm. (fig. 49) .......... decipiens (p. 56).
41-(28). Base de l’abdomen d’un roux jaunâtre plus ou moins luisant.
42-(45). Antennes entièrement d’un gris sombre ou noir. Chète pubescent.
(fig. 65).
43-(44). Tergites II-III avec des taches brunes peu visibles, plus nettes
sur les derniers segments. Long: 3-4 mm. . . tricolor- (p. 61).

c<r:N0s1A 51
44-(43). Tergites Il-III avec deux taches allongées bien visibles. Long,
3 mm ................. nigridigita (p. 58).
45-(42).Antennes et palpes en partie jaunes. Chète à cils plus longs
(Hg. 67). .
46—(49). Tibias I-II sans soies. .
47—(48). Pattes longues et grêles. Tarscs I plus longs que leurs tibias.
Abdomen aplati verticalement sur les cotés. Long. 5-5 jé mm.
(fig. 75) .... ' .... . ......... dorsalis (p. 57)
48·(47). Pattes plus fortes. Tarscs [ normaux. Abdomen cylindrique.
Long. 3 mm ............ pseudocyliudrus (p. 59).
49-(46).Tibias I-II toujours avec l soie. Abdomen aplati horizontale-
ment. Long. 3-4 mm. (fig. 50) .... ` . . ruîipalpis (p. 60). '
\ \  ®‘
\
 
§\ io Ã" sa si sa
FIG. 49 à 52. — 49, Cœnosia decipîens Meigen (C); ··· 50. abdomen de Cœnnsia rufi- I ,
pdîpls Meigen («"); — 51, aile de C. perpusilla (Q); - 52, de C. zlecipiens (Q).
50—(26). Fémurs III avec de longues soies fines et délicates sur la face
postérieure.
51—(52). Fémurs II avec de très longues soies, surtout à la partie médiane.
Toutes les hanches et les pattes y compris les tarses, jaunes.
. Long. 5-5 % mm ........... îlavicornîs (p. 57).
52—(51).Fémurs II avec des soies plus courtes. Toutes les hanches et
fémurs I d’un gris sombre à la base. Tarscs noirs. Long. 4 mm.
.................... villipes (p. 62).
53~(27). Fémurs et hanches I bruns, souvent couverts d’une pruinosité
grise.
54—(61).Fémurs III à soies internes normales (si la villosité est plus
épaisse, les fémurs III sont entièrement de couleur brune).
55——(56). Tibias I—IIsans soies. Antennes grandes. . . salinarum (p. 60).
56—(55). Tibias I·-II avec les soies normales : antennes plus petites. ·
57-—(58).Abdomen noir à pruinosité grise : 3 paires de points distincts,
brunâtres. Hypopyge saillant. Taches apicales des fémurs II-
III nettement délimitées. Long. 2 lâ-3 mm. (iig. 57).
................... geniculata (p. 57).
58——(57). Abdomen à pruinosité d’un gris blanc, à peine taché. Hypopyge
non saillant. Apex des fémurs II—III plus ou moins roux ou
brun, sans taches nettement délimitées. Long. 2 mm. `

52 . CCENOSIA
59—(60). Tibias II avec une soie antéro-externe distincte. Tibias III
jaunes. Long. 2 % mm ........... Dygmœa (p. 60).
54 57 58
55
53 _ · ,
65*
Sl W  · sa 59
v
 60 ar'.    e·e ·
\‘-0 E,} — X (Ã \ nn) 5 ‘
Q, ..  ,.;t ,,,«.'/Ml. \\_`_« L ·;_J,; `
  P Q z f 
  ·· .. z   lr
.1,] lt   l.
' _ ' / î"`x u_  
` \ '   '‘II'I I 6î
’ · . , e J?
A W., ( 1..   ï  
*-1/ Q  l'   ·
63 5   \ /5 / \  Q
_ · <_x ‘* `W" \
tj   \ °
` — 66 64 _
K ' B7
65
nl
as   73
U s
N Ã;. **7 Q
gg 70 71 72
\—·’ Qî
F IG.É53 à 73. -· 53, Cœnosia pumila, tête (Q); — 54, Cœnosia (Macrorchis) intermedia,
tibia III; - 55, C. (Macrorchis) means, tibia III; —— 56, Cœnosia geniculata d'
fémur III; — 57, id. (d'), abdomen; - 58, Cœnosia ligrina, chète antennaîre; -
59. C. humilis, chète; - 60, id., têtê (Q); — 61, C'. lig1·îna(o"); -— 62, C. perpu-
silla, tête (Q)? —·· 63, C. dubilanda, bande médiane frontale (cf'); - 64, C. dubia,
fémur III (o"); — 65, C. nigridigila (tricolor} chète (d`); — 66, C. sexnolala,
hypopyge (ci') (en partie d’ap1·ès Schnabl); — 67, C. dorsalis (rufipalpis) chète
(d`); — 68, C. linealipes, tête (cf'); - 69, C. hzzmilis, bande médiane frontale (d');
- 70, C. lineafipcs, base de l’aile (0*); - id., — 71, 72, 73, hypopyge 3.
60—(59). Tibias II sans soies. Tibias III bruns. Long. 4 mm. ·
· .................... pulicaria (p. 59).

cœwosm 53
61—(54). Fémurs III avec des soies longues, délicates, dressées et serrées
sur la moitié basale de la face inférieure (fig. 64). Tibias III _
entièrement jaunes. Long. 2 %-3 mm ..... dubia, (p. 57).
62~(1). Tibias III avec 2 longues soies postérieures préapicales dressées
(fig. 54-55).
63·(64). Tibias jaunes. Tarses I aussi longs que leurs tibias. Long. 5-7 mm.
................... intermedia. (p. 57).
64~(63). Tibias noirs : excepté au genou..Tarses I plus longs que leurs
tibias. Long. 4-5'mm ............ means (p. 58).
FEMELLES ·
1—(44). Tibias III avec une seule soie postéro-externe préapicale.
2—(23). Fémurs en grande partie sombres ou noirs. ·
3—(14). Tibias en grande partie ou entièrement jaunes.
4~(5). Fémurs II-III jaunes au 1/3 apical. Chète à cils longs dans la
moitié basale (fig. 58). Long. 4-7 mm .... tigrina (p. 61).
5·(4). Fémurs II-III noirs. Chète pubescent ou à cils courts.
6·(9). Antennes courtes.
7—(8). Bande médiane frontale brune : plus large que la moitié d’un '
œil (fig. 60). Acrosticales fines. Long. 3 mm. . humilis (p. 57). .
8·(7). Bande médiane frontale grise,·moins large que la moitié d’un
· œil (fig. 63). Acrosticales fortes. Long. 3-4 mm.
................... dubitanda (p. 57).
9·(6). Antennes longues.
10·(13). Nervure I à peine ciliée (fig. 51). Nervures V-VI distinctement
divergentes à Fextrémité.
11-(12).Tibias III· bruns ou sombres. Abdomen avec deux paires de
taches brunes bien distinctes (fig. 51). . . perpusilla. (p. 59).
12·(11).Tibias III jaunes. Abdomen d’un gris de plomb légèrement
jaunâtre, sans taches ............ pumila (p. 59).
13·(10).Nervure I avec de petites épines jusqu'à l’intersection de la
nervure IV. Nervures V-VI parallèles à Yextrémité (fig. 52).
.................... decipiens (p. 56). `
14#(3). Pattes entièrement noires, parfois les genoux plus ou moins
jaunes.
15-(16). Abdomen d’un noir brillant ..... ` ..... atm (p. 56).
16·(15). Abdomen non noir brillant.
17—(20). 4 mm. au moins. · .
18—(19). Tous les genoux jaunes ou roux ..... geniculata (p. 57)
19—(18). Genoux I à peine jaunes. Thorax avec une ligne médiane assez
· distincte. Nervures V-VI divergentes à Pextrémité. Abdomen
avec de grosses taches ......... octosignata (p. 59).

54 ccnN0sxA
20-(17). Mouches plus petites :. 3 mm. au plus. ‘
21-—(22). Abdomen à taches peu apparentes ..... nulicaria (p. 59).
22-(21). Abdomen à tachesnettes bien visibles sur le fond gris.
- ............ . . .. . . . sexmaculata. (p. 60).
23-(2). Fémurs Il-III entièrement ou en grande partie jaunes. _
· 24—(27). Tibias I sans soie. Antennes jaunes.
25-(26).Tarses I distinctement plus longs que les tibias, Abdomen
aplati verticalement,. roux à la base. - .. . (101'S3.IiS— (p. 57).
26—(25)lTarses I normaux. Abdomen. cylindrique, sans teinte rousse à
la base ................ cylindrus (p. 56).
' 27—(24).Tibias I avec unersoîe. Antennes sombres, parfois une partie
jaune. '
28—(43). Cuilleron thoracique saillant de plus de la moitié de sa longueur.
29—(30). Cuillerons très petits._ Antennes mucronées à la pointe. Long.
` 2 % mm ................ ambulans (p. 55).
30—(29). Cuillerons grands.
31—(32). 3e article des antennes pointu en avant d’un brun grisâtre,
I", 28 et base du 38 article roux. Chète à cils très courts. Thorax
d’un gris azuré. Ailes claires, pas d’épine costale. Nervures V-
VI un peu rapprochées à 1’apex. Pattes jaunes y compris les
hanches et les tarses. Abdomen épais, roux, sans taches noires.
Tergites Ill-IV avec une bordure d’un brun roux. Long. 5 mm.
.................... prœtexta (p. 59).
32—(31). 3** article antennaire sans pointe en avant. Mouches plus petites.
Long. 3 % mm.
33—(36). Fémurs II-III plus ou moins rembrunis à lîapex.
‘ 34—(35). Hanches grises, apex des fémurs II-III à taches sombres nette-
ment délimitées. Long. 3-3 % mm ...... dubia (p. 57)..
35—(34).I·Ianches jaunes; apex des fémurs II—lII à taches sombres
diffuses. Long. 3 % 'mm ........ lineatîpes (p. 58)..
36—(33). Fémurs II—III entièrement jaunes. _
3'7—(40); Fémurs I rembrunis en partie. Abdomen mat, rarement une
' ‘ petiteitache jaunâtre à. la base. .
38-(39). Nervure VIII pluslongue que Ia distance qui sépare son extrémité
libre du bord de l’aile (fig. 78)_. Abdomen presque unicolore. Long,.
3-4 mm ................ sexnotata (p. 61).
39—(38)..Nervure VIII plus courte que la distance son extrémité libre
aulbord de l’aile (fig. 79). Abdomen avec une paire de taches
assez distinctes. Long. 4 mm. . .. .... . tricolor (p. 61).
40-(37). Fémurs I entièrement jaunes. Abdomen plus ou moins jaune-
ou roux brillant à la base.
41—(42). Bande frontale et' antennes entiérement d’un gris plombé.
p . .. .. . . .. .............. ruïipalpis· (p. 60).

caauosm 55
42—(4l). Base de la bande frontale rousse. 29 article antennaire étroite-
ment roux à l’apcx .......... nigridigita. (p. 58).
43-(28).Cuil1eron thoracique saillant d’à peu près la moitié de sa lon-
gueur. Fémurs II-III entièrement jaunes. Antennes et palpes
noirs. Fémurs I plus ou moins rembrunis. Abdomen sombre.
Long. 3 %-4 EQ mm ........... bilineella (p. 56). ,
44—(1). Tibias III avec deux longues soies postérieures préapicales,
dressées et rapprochées par la base (fig. 54 et 55). Nervure VIII
presque aussi longue que la nervure IX.
45—(46).’l`ibias noirs ................ means (p. 58).
46-(45). Tibias jaunes ............. întermedia (p. 57).
1. C. albatella ZETTERSTEDT.
C’cst le Cœnosia mucronalella d’après le docteur VILLENEUVE (I). La I ·'
Mouche conservée sous ce nom dans la collection PANDELLÉ est incomplète.
La tête manque. Pour le reste, elle répond à la description du Cœnosia
pulicaria. `
Sud de la France. — Europe centrale et septentrionale.
2. C. ambîgua n. sp.
J: entièrement d’un gris bleuâtre clair, abdomen à reflets un peu jau-
nâtres. Thorax avec deux petites lignes jaunes qui suivent la ligne formée
par les soies dorso-centrales. Antennes longues, un peu pointues en avant.
Chète distinctement pubesccnt jusqu’au bout. Bande frontale d’un gris
noirâtre, légèrement rousse en haut et sur la lunule. Palpes filiformes, gris.
Trompe épaisse un peu plus longue que les palpcs. Acrosticales pilifor-
mes: 3-4 paires. Ailes un peu brunies, surtout à la marge antérieure.
Nervure I avec une série de courtes soies raides prolongée bien au delà de
l'épine costale qui est indistincte. Cuillerons blancs, le thoracique peu
saillant. Balanciers jaunes. Pattes noires à`pruinosité grise, genoux étroi-
tement jaunes. Tibia I: 1 soie postérieure très longue et fine. Tibia II:
1 soie antéro-externe et 1 postéro-externe; sur la face interne une pilosité
assez longue et molle. Tibia III : 1 soie antéro·externe médiane très longue ·
plus 1 petite antéro-interne ; des cils courts, un peu couchés, en rangée assez
régulière sur toute la longueur du bord antéro-externe et quelques cils
semblables au tiers apical postéro~exterue. Hypopyge un pen saillant.
Long. 3 yi} mm.
Hautes-Alpes : Col de Larche; 12 juillet (E. Hrassiz).
3. C. ambulans Mmcizw. —- Brazzr et Srizm, III, 736; Srrzm, 1916,
208, 4. '
Hautes-Alpes : Col du Lautaret, commun en juillet (Vrtmzmzuvxz);
Mont-Cenis. -— Europe c_entrale ct septentrionale.
1. Cf. V11.1.r;N1auvr:, Notes synonymiqucs, in W. c. Z., xxxn, 128, 5 (1913).
I

56 COENOSIA
4. C. atm ME1GEN. —— Aricia globuliveniris ZETT. ——— Limosia paluslris
R.- D.- MAcQUAR·r, II, 349, 24; ME1GEN, 1838, 336, 12.
Prés humides; de juin à septembre; marais (ROBINEAU-DESVOIDY).
Toute la France, Corse. —— Europe.’
5. 0. bilineella ZE:r·r. —- C.
` pumila PoKoRNY. —— PANDELLÉ,
1899, 147, 10 (Cœnosia pumila
\ FALLEN). — (fig. 73 b).
\% )\ Avril-juillet; sur le Houx, les
` = feuillages; rare.
* Hautes-Pyrénées : Tarbes, Aude,
Q \ ` Hyères; Corse: Tattone, 800 m.,
22, -—- VI (SCHNABL). — Allemagne,
Fm. 73 b. - Appareil génital cr du cœmsm Suède (PANDEY-LÉ)·
bilincella Zett. Schnabl et Dziedzickl,
Face et profil, d'après (comparer cette 6. C'. cyli11d1‘l1S PANDELLÉ 1899,
figure à celles de l’armure génitale des 159 29_
Rhynchocœnops et des Hoplogasler, ’
page 48). · ©" Q : bande frontale large, à
‘ pruinosité grise coupée d’une
tache noire en V au-dessus des antennes. Antennes longues, d’un roux
jaunâtre; chète à cils longs. Trompe assez épaisse, noire. Corps d’un gris
uniforme àreflets un peu jaunâtres. Ailes claires. Nervure I délicatement
ciliée. Cuilleron thoracique saillant
de la moitié de sa longueur. Pattes
jaunes en entier y compris les tarses. \ 75
Abdomen épais, cylindrique à villo- \
sité assez délicate, couchée; 3 paires  
de taches noires peu visibles. Long.  
3-4 mm. _ ·   '
©". Sternite Vipetit, échancré en  
demi-cercle, testacé. 74   / ) "
. Q. Semblable au b". La bande  
frontale plus jaune, les signes noirs _ Il \ `
indistîncts; abdomen à taches som- ` (' J
bres encore moins visibles. Ã_   ‘
gerbes fleuries; août-octobre. C
 <ï?3’î`iïî»#»îîr”°S ‘©°’ Flam.: Eœ·2;ii2*..;i::;:1aï4..h>.;:
7. C. decipiens MEIGEN. -——· C,. cro-
ceimana PANDELLÉ 1899, 150, 16. — C. pcdclla FALL.; Scnmnn, I, 667;
MEADE, 1897, 76, 13. — (fig. 49, 52). · ·
Mai-juillet. Très commun.
Toute la France. — Europe.

CCENOSIA 57
8. C. dorsalis v. Ros. — STEIN, 1916, 208, 9. —— C. lcnuimana PANDELLÉ
1899, 159-160, 30 (Q). - (fig. 67, 74, 75).
Prairies; juin-août.
Hautes-Pyrénées : Tarbes (PANDELLE) Finistère : Huelgoat (HEssE);
Nord de la France; Corse (VILLENEUVE, SCHNABL); Hautes-Alpes : Lautaret, ·
Séneppi, Montessaux,>Marcieu, Saint-Pierre—Paladru (HEssE).
9. C. dubia SCHNABL 1911, 66, 10. —-· (fig. 64).
Paris-Plage (PARENT); Seine-et—Oise : Rambouillet (VILLENEUVE, SEGUY);
Corse: Bastia, Tattone, juin (VILLENEUVE, SCHNABL). — Hongrie.
10. G. dubitanda PANDELLE 1899, 153, 20. —- (fig. 63).
Comme le dit PANIJELLÉ, cette espèce se rapproche beaucoup du Dexiopsis
lacteîpennîs. Elle s’en écarte immédiatement par la disposition des soies
dorso-centrales : 2 + 4. BEzzI et STEIN l’ont rangée parmi les Limnophora,
mais la forme de la tête et des ailes, les sternopleurales en triangle équi-
latéral, la chètotaxie, la disposition des taches, la forme·de l'abdomen ne
permettent pas de l’y maintenir. D’ai1leurs dans les deux exemplaires la
1*** soie dorso-centrale présuturale et la 2** rétrosuturale sont piliformes
Chez l’exemplaire collé sur carton, la réduction de ces soies est encore plus
nette que sur Fexemplaire piqué [fig. 63].
Danzig (PANDELLE).
11. C. flavicornîs FALLEN. — PANDELLÉ, 1899, 142, 2 (©').
Seine-et-Oise : Rambouillet; Isère : Grenoble (VILLENEUVE). —— Prusse
(PANIJELLÉ). — Europe centrale et septentrionale.
12. C. geniculata FALLEN. -—- PANDELLÉ, 1899, 158, 27; SCHNABL et
Dz., 1911, 65, 8; STEIN, 1916, 210, 12. — (fig., 56, 57).
Seine-et-Oise: Rambouillet (septembre); Haute-Saône (VILLENEUVE);
Landes (PANDELLE); Corse (SCHNABL).— Europe septentrionale et orientale.
13. C. gracilis STEIN 1916, 207, 2. — (fig. 76, 77).
Hautes·Alpes : Col du Lautaret (HEssE, VILLENEUVE). .·
14. C. humilis MEIGEN. — MEADE, 1897, 71, 3. — C. nana ZETT· —-
SCHINER, I, 667; PANDELLÉ, 1899, 146, 8. —— (fig. 59, 60, 69).
Feuillages, graminées; janvier-novembre.
Seine : Bicêtre; Seine-et—Oise : Rambouillet; Lyon; Hautes-Pyrénées:
Tarbes; Corse, mai-juin (ScIIN.mL). — Allemagne, Suède, Italie.
15. U. intermedia FALLEN. — MEADE, 1897, 72, 1; STEIN, 1916, 211,
14. ~— C. alienans PANDELLÉ 1899, 144, 5. -— (fig. 54, 77 b,).

58 CGENOSIA
Juillet-août.
` Vosges : Gérardmer (HERVÉ·BAZIN); Puy-de—Dôme : Mont-Dore (VIL-
LENEUVE); Hautes-PyrénéesI(PANDELI.É). ,
. l 16. G. lineatîpes ZETT. —·- C. Izelveiica
· SCHNABL.(').——· (fig. 68, 70-73, 77 c).
76 I / Pas-de-Calais; Seine—et-Oise : Rambouillet
. · x '
\ , .· W
W '_? \ *
 psg [
  W l ‘ ‘
‘ G \ ï 
Fm. 76-77. Cœnosia gracilis, Fm. 77 c. -— Armure génîtale d` du Cœnosia lineatipes
76, mouche <:" (X 8); - Zett. Face et proûl (d’après Sclmabl et Dzîedzicki,
. 77, hanche III (c`). 1911, fig. 49-50).
(RMJBAUD), Marly; Creuse (VILLENEUVE); Corse : Tattone (800 m.),
juin (SCHNABL). — Europe. ·
17. C. means IMEIGEN. — BIIEADE,
1897, 72, 2; PANDELLÉ, 1899, 146, 7.
, BEzzI et STEIN, III, 732 (Macrorchis).
( —— (fig. 55).
· A0ût—septembre.
\ Puy-de-Dôme: Mont-Dore; Hautes-
( Alpes : Lautaret (VILLENEUVE); Hautes-
`\ Pyrénées. —— Allemagne, Suède, Caucase
` '     A (PANIIELLE).
    18 C ' r'd’ `t R A 1 PAN
`_/ Jé";)/jl « . . mg 1 1g1 a 0Nn N . —-— -
  "J rl DELLÉ, 1899, 159, 28; BEZZI et
` . « ' 8 ·  . STEIN, III, 740. ——- C. fronto PAN-
‘ /____/X DELLÉ 1899, 150, 17. —— (fig. 65).
./ ~
I Paris (P0U.IAI;¤E); Seine—et-Oise
( Rambouillet; Allier (VILLENEUVE). —
\_,·· Prusse.
Flgàlgî €à,)“X ïgî"°Si“ linmmedia 19. C. octopunctata ZETTERSTEDT. -
BEZZI et STEIN, III, 741.
. `1. SCHNABL et DZIEDZICKI, Die Anthomyîden, 1911, 230 [178]. Synouymie indiquée
par le D' VILLENEUVE. •

C(EN·DSI.·\. · 59
Calvados : Luc-sur—Mer (Mnncxnn, VILLENEUVE)·· —- Scandinavie (PAN-
JELLÉ). `
20. 0; octosignata RON¤AN1. —— SCHNABL, 1911, 89, 89. —- Lisp0cc·
vhala oclosi nata Bnzzx et Srnm 1907, III, 741.
9
Corse (VILLENEUVE, Sc1xNAnL). — Europe centrale et méridionale.
21. (1. perpusilla lMElGEN.—— Bxzzzi et STEIN, LH, 741. — (fig. 51, 62).
Seine : Alfortville (Rourmon). — Europe centrale et septentrionale.
22. C. prœtexta P.~.No1zLLÉ 1899, 152, 19.
Lyon (PAN¤ELLÉ). · · _
· 23. C. pseudocylindrus n. sp. '
I nf. Apparenté au C. cylindrusj en diffère par: corps gris à reflets jaunes
sur le thorax; macrochètes plus développés. Cuilleron thoracique plus
zaillant. Ailes jaunies, nervure XII un peu plus éloignée de la nervure XI.
’attes entièrement jaunes, y compris les tarses, ces derniers parfois bruns.
Xbdomen à soies dressées plus fortes: tergite Ientièrement roux jaunâtre,
· /· .
ergite Il largement roux sur tout le bord apical, le IIIe étroitement roux
1 l’apex, le reste d’un gris jaunâtre; 6 taches noires, nettes, bien visibles
.ur le fond. o': sternite V`testacé, moins saillant. Hypopyge beaucoup
ilus développé: 2° segment plus globuleux et plus largement saillant,
Qong. 3 mm. `
Herbes fleuries. Août-octobre.
Hautes·Pyrénées 2 Tarbes (PANDELLÉ); Vaucluse : La Palud. (Hnssn). .
24. C. pu1icaria`ZErrEnsrEm· (').
Europe centrale et septentrionale. ‘ ·
25. C. pumila FALLEN· — Bizzzr et STEIN, III, 741. — C. dccipiens
°ANDELLÉ 1899 (2) (non MExoEN), 148, 11. — (fig. 53).
Paris; Seine-et-Oise : Rambouillet (VILLENEUVE, SÉGUY); Hautes; .
°yrénées. —— Prusse (PANDELLÉ).
1. Le Caricea lappœ (Ron.-Dzsv., 1830, 534, 15)* semble se rapprocher de cette
spècc,.mais la couleur cendrée, la face blanche,. les. antennes noires, les 10 points de
abdomen et surtout la couleur des pattes « genoux, jambes et tarses n d’un fauve
aunàtre, les ailes claires, suffisent pour ne pas les confondre. ROBINEAU-DESVDIDY
capturé le Carîcea lappœ sur le Lappa mzjor dans un endroit humide.
i 2. PANDELLÉ donne le C. decipiens Mnroxax comme synonyme de C. pcrpusilla -
u même auteur: Sr1axN.e0nsidère le CC parpusilla comme une bonne espèce (Bnzzx —
L STEIN, ur, 741).

60 I CCENOSIA
26. C. pygmœa ZETT. —— BEzzI et S1·EiN, III, 742.’
Hautes-Alpes : Col du Lautaret (VILLENEUVE); Corse : Campo di l’Oro,
mai (SCHNABL). - Europe centrale; Asie septentrionale.
27. C. rufipalpis ME1GEN. — Srnm, 1916, 215, 26. —- C. eleganlula
_ RONDANI. -— MEADE,
1897, 75,5.———(fig. 50,
67 et 77 d).
Bois et forêts humides.
Mai—novembre.
Seine—et-Oise : Ram-
bouillet (VILLENEUVE,
Rounntm); Pyrénées
u (PANDELLÉ). — Europe
Fm. 77 d. —— Cœnosia rufîpalpis Mg. Armure génitale ïqtralç et m€¤d1¤¤==ü€—
mâle, face et pmni (auprès schnabx et Dzieazicka, Sm mineure-
1911, fig. 39-40). . ·
28. C. salinarum STEIN
1897, XVI, 91, 6 ('C') et 1916, 215, 27 (Q); MERCIER, 1922, 7. —-
Limosia pallidipes ROB.-DESV.
Très abondant le long de la rive droite de l’Orne (juillet-août). Régions
méditerranéennes (Bords de la mer et salines continentales) (Mnncrnn) (1),
Littoral à Furiani près de BASTIA (Corse) en juin (VILLENEUVE); Bastia, mai
- Varsovie, Lublin (SCHNABL).
29. C. sexmaculata MEIGEN. -— PANDELLÉ, 1899, 146, 9; Biazzr et STEIN,
III, 743 — (fig. 77 e).
Entièrement d’un o n
gris ardoise uniforme. ' ·
©" : antennes longues,
, grises ;· chète à cils V
courts. Bande frontale ‘
(au niveau des anten— I Ã
nes) un peu moins large ‘
qi unt,€B1l’. d un noîr FIG. 77 e. —- Cœnosia sexmaculata Mg. Armure génitale
V6 ou C- triangle Oœ · maie, face et profil (aupres seimam et Dziedzicki,
laire d’un brun roux. 1911, fig. 37-38).
Ailes un peu brunies, ‘
nervure I assez longuement ciliée. Cuîllerons blancs, le thoracique saillant
de toute sa longueur. Balancîers jaunâtres. Genoux de toutes les pattes
roux; ceux des pattes III quelquefois plus sombres; tibias I: 1 forte soie
' 1. Les exemplaires capturés par le Prof. Miancxnn sont remarquables par le large'
anneau noir subapical des fémurs II-III, alors que d’ordinaire il est étroit. (Cf. Mnncmn,
1921, p. 20.)

cœnosut 61
antéro-externe; tibias II: 1 forte soie externe et 2 postéro-externes mé-
diocres. Abdomen cylindrique: macrochètes diseaux assez forts, surtout
aux tergites III—IV; taches sombres, indistinctes ou nulles. Hypopyge
petit. · .
Q (7): identique au rs', cils du chète longs. Cette femelle ressemble
/ É É È /
r  ne.rv.g'       '
Fm. 78-79 a. — 78, Cœnosîa sexnolala (d'); —- 79 a, C. lricolor (cz`).
beaucoup à celle du C. perpusilla mais celle-ci présente un chète anLen··
naire à cils courts.
Juin-septembre, montagne.
Hautes-Pyrénées; Corse : Calvi (SCHNABL). — Allemagne, Suède
(PANDELLÉ). `
30. C. sexnotata. Mmmax. — Brzzzr et Srnm, III, 743; STEIN, 1916,
215, 28. — C. intcrmedia PA1~1¤ELLÉ 1899, 144, 4. — (iig. 66, 78).
Chêne, prairies: avril-septembre.
Environs de Paris (Rounium); Haute—Saône; Vosges (VILLENEUVE)
Hautes-Pyrénées : Tarbes. -— Prusse orientale. Europe (PANDELLÉ)«
F10. 79 b. — Cœnosia tricolor Zett. Armure génitale màle, face et profil; d’après Sclmabl
ct Dzicdzlcki, 1911, fig. 47-48.
31. G. tigrina F. — BEzzr et S·rExN, III, 744; PANDELLÉ, 1899, 145, 6;
Sriarn, 1916, 216, 31. — Caricea vulgatis R.·D., Mncg., l\IErGEN. —
(fig. 58. 61). .
Fleurs, feuillages, graminées; avril-décembre.
Très commun partout. Mouche carnivore. (SÉGUY).
32. C. tricolor. ZE·r·r. -—— MEADE, 1897, 78, 2; STEIN, 1916, 216, 32;
`BEZZI et Srxzm, III, 744. — (fig. 79 a et b).

62 _c¤aNos1A. — Ar.Loo.NorA .
Plantes des marais tourheux, petits Joncs et petites Renoncules; mai-
septembre.
Commun par places. Toute la France; Corse. ——— Europe.
' 33. C. Vîlleneuveî n. sp. ——— (fig. 80 a).
` ` ©" : entièrement d’un gris clair. Bande
\ frontale noire, triangle ocellaire bordé de
N jaune, orbites et péristome blanc d’argent.
, xi _ ,, Antennes noires, chète pratiquement nu.
\ \   Palpes un peu épaissis à l’apex à peu près
.   I aussi lon s ue la trom e Thorax avec
  eq. . 13-...
/   eû|;.•· deux etroiteshgncsgaunesàpeme distinctes
fx "" "   qui suivent les soies dors0—centrales; soies
  //" acrosticales très iines ou indistinctes. Ailes
·-·" longues: nervures V-VI parallèles à l’extré-
Fm, 80 a, - cœmsza Vizzmwm mité, pas d’épine costale. Cuillerons blancs,
(J)- La Pam H 3 été é¤}é· le thoracique très largement saillant; ba-
vée comme la patte’IIl droite 1 . . . P tt S t.. t T.
pour montrer lhypopygc anciers Jaunes a e en ieremen g ises,
' (>< 10). sauf les genoux jaunes. Tibias I : 1 soie
antérieure médiocre; tibias II: 1 antérieure
et 1 postérieure; tibias HI : 1 antéro-interne et 1 externe plus longue;
tarses un peu épaissis; griffes et pelotes médiocres. Abdomen presque
cylindrique; lamelles prégénitales. très saillantes, en coquille, les faces
arrondies toturnées à l’intérieur, 3-4 longs . _
et forts macrochètes dirigés en arrière et `
plusieurs petites soies externes. Le tergite &
I est unicolore, le Hé présente la trace
d’une paire de taches jaunes, les III-1Vé   .
une paire de taches brunes bien délimitées,  
le Vé et la lamelle basale de Phypopyge  
onoirs (fig. 80).- Long. 3 mm.  
(HHaut)es-Alpes : Lautaret, 29 juillet I  /
Essra .     \\
34. C. villipes RONDANI. —— (tig. 80 b.)   \\.·i
Provence;Pyrénées; Corse (VILLENEUVE). ` l _'
—— Italie. ` ‘
Fm. 80 b. —- Cœnosiazvillîpes
6. —— Genre ALLoeNorA Poxoaisv. P·°¤de¤î(°’> >< 1°·
A. agromyzina FALLEN. —— PANDELLÉ, 157, 25; Biazzi et STEIN, III;
SCHNABL et DZIED., 73, 21; STEIN, 1916, 202, 66;- KEILIN, 1917, 360.f-
Cœnosia agmmyzella RDI. ·— _Cœn0sia simplex ME1c.1aN. — (fig.[81-S3)-
Très commun dans toute la France. Toute ]’Eur0pe.

ALLOGNOTA. 63
I
Les larves vivent au milieu des feuilles mortes et s’y nourrissent de petits
Oligochètes (Krzrum) [fig. 83].
Aux six genres précédents, il convient d’ajonter les genres Macrorchîs
et Dexiopsis, du 4B groupe, qui se rattachent aux véritables Cœnosies, '
ne serait-ce que par la constitution de l’appareil génital. Certains carac- _
‘ £· É   85
` x Q  
\\ ,   t   \
si \\   -  
· x p ` t / I   ’ '  .
.. .·o ·· .   ‘  Qi ,
·· ¢ · , ; « vv 1
àz  ' i I:   · ziçgt ' " ! ` ·
f ‘ ` ·` 4  ,6 14 G", 1  ' inv. ·
    « » r   e "‘wiw"\
, ¢/A/. `_ 0 ~ W"    
‘ /, _.1' _, V I [ Q '
  e ~ » +’ ·* ai
· .·i¤ ' W ,
/ —'·' gg  
\ J
« ~~
ix X" \!\ 8E Ã J
      (  ' J.
. ..··--—··—à· ·I°É}l ·' ' ~
  fl 1-   v' 5 1
Fm. 81 à 88. — 81, Allognola agromyzina (Q) (>< IU); — 82, id. hypopyge (J);
- 83, id., armature buccale de la larve au 3¤ âge (en partie d'après Keilin) (‘); -
84, Macrorchis mcdîlala (C) >< 10; — 85, icl. abdomen (6); — 86, id. chète
anteunaire;. «
(1) Extrait de Parasilology, IX, 1917, 363.
tères, peut—être artificiels, mais qui permettent une identification plus
rapide, font placer ces deux genres dans les tables de détermination des
_Limnophores. PANDELLÉ l’a déjà fait (*). '
1. A ce sujet, il faut remarquer que les genres sont énumérés ici dans l'ordre phy-
iogénique, tiré de la constitution de Yappareil génital, tel qu’il a été établi par Scxxxaan
et Dzmuzxcxx. Faute de place, les caractères fournis par l'hypopyge n'0nt
pas été indiqués la plupart du temps. Leur emploi,qui n’est pas toujours facile et qui
exige la mutilation de l'animal et l’usage du microscope, aurait enlevé à ce travail
le caractère pratique qu’il doit avoir. J’ai préféré indiquer, dans les tableaux, les
,caractè1·es facilement perceptibles avec une forte loupe ( X 40).

64 MACRORCHIS. — DEXIOPSIS
7. -— Genre MACRORCHIS Ro1~1DAN1.
M. meditata. FALLEN. —- MEADE, 1897, II, 72, 3; PANDELl.É, 121, 8
(Limnophora); SCHNABL et Dz., 1911, 73, 21; STEIN, 1916, 203, 68; 220,
· 43. —— (fig. 84-86). `
Semblable à première vue au Cœnosia tigrina. En diffère par : chète
antennaire à pubescence courte; 2 soies dorso-centrales présuturales
(üg. 84-86).
Dans les herbes, sur le Pin; mai-août.,
Seine-et-Oise : Rambouillet (SÉGUY), Maisons-Lafitte; Dauphiné (V1LLE-
NEUVE); Hautes-Pyrénées (PANDELLÉ). —- Europe centrale et méridionale.
Larves humicoles et·carnivores.
8. —— Genre DEXIOPSIS PoK0RNY.
SCHNAEL et Dz., 1911, 74 (22); ——· STEIN, 1913, 41, 20 et 1916, 220, `
44; 202, 67. ` ·
Mouches littorales ou maritimes; se rencontrent aussi à Yintérieur des
terres, au bord des ruisseaux. .
TABLEAU DES ESPÈCES (©" Q).
1-(2). Tous les fémurs d’un gris sombre. Tibias roux. Palpes, antennes
et tarses noirs. Long. 3-%-5 mm. . . lacteipennis (p. 64).
2-—(1); Tous les femurs, tibias et palpes, jaunes ou d’un roux jaunâtre.
3—(4). Antennes entièrement rousses : 36 article tout au plus 2 fois aussi
long que le 2**. Abdomen à taches noires, les segments I-II d’un
roux jaunâtre (fig. 87-88). Long. 3-4 mm. . litoralis (p. 64).
4-(3). Antennes : 36 article au moins 3 fois aussi long que le 26; noirâtres,
sauf le 28 article et la base du 36 d’un roux jaunâtre. Thorax
et abdomen d’un gris cendré. Long. 3 mm,. . minntalis (p. 65).
1. D. lacteipennis ZETTERSTEDT. — BEZZI et STEIN, III, 732.
Belgique : dunes de Blankenberghe; Ostende (VILLENEUVE). France E
Nord\: Dunkerque; Pas-de-Calais : Wimereux (VILLENEUVE); Orne 2 Sal-
_lenelles : vases salées; août (MERCIER). Mai·août.
Les pupes ont été trouvées dans les Varechs.
2. D. litoralis ZETT. — BEzz1 et S'rEîN, III, 732; PANDEDLÉ, 1899,
157, 26. — Anthomyza pallicornis ZE·r·r. — (fig. 87, 88).
Nord : Dunkerque; Seine-et-Oise : bois de l’Hautil, Rambouillet; Mor-
bihan, mai-août; Corse (SCHNARL). — Europe centrale et septentrionale.

2° GROUPE. - TABLEAU DES GENRES. — MALEs 65 ·
3. D. minutalis ZETT. -— BEZZI et S'1‘E1N, III, 732. `
Nord : Dunkerque; Somme : Paris-Plage; Côte normande; Royan (VIL-
LENEUVE). , `
2· GROUPE
Ce groupe se divise en deux parties: les Hylemyinœ (SCHNABL et
DZIEDZICKI, 1911) qui renferment presque tous les genres du groupe et
les Pegomyinœ vrais qui compren-
nent les trois genres: Pcgomyia. 87
Anlhomyia et Calylhea. _ ` \
La plupart des larves de ce groupe   .
sont phytophages; plusieurs sont     I
nuisibles `aux plantes cultivées, J-)     *
d’autres sont parasites de divers Hymé-. _—"* il  5;;:
noptères. Presque tous les adultes sont  .   ·
anthophiles.  ·%#}$§‘f;' fbi ‘f!«·"'
îl¢l*lÃs ,_J·'  
   
TABLEAU DES GENRES (l). _ ng  °
MALES /  _
’.·' Alf
1-(2). Nervure costale (nervure I) ne /,/I   · gg
dépassant pas l’extrémité de la '   ~'
nervure V. Corps à villosité _,E6,,,·_ .
épaisse et longue. Antennes ‘
Courtes' Èhei  ml` Trqmpc km- Fm. 87 et 88. — 87, Dexîopsis
gue et I`8liI`€C1€ àla p01Ill2€. 1:2 wûmggs (5) X 10; _ gg, ïchète
sternopleurales.Cuillerons petits, . antwnaîre du même-
le thoracique un peu saillant.
Hypopyge court et robuste (fig. 213) . . Acyglossa (p. 139).
2—(1). Nervure costale (nervure I) étendue jusqu’à la nervure VI.
3—(6). Yeux velus.
4-(5). Palpes très développés, largement saillants, à villosité longue
et épaisse (fig. 100) ........... Alliopsis (p. 77). _
5—(4). Palpes peu développés, à villosité médiocre.
. .................. Lasiomma (p. 135).
6-—(3). Yeux nus. _
1. Dans ce tableau de détermination des genres les femelles des 2• et 3* groupes ne
aeuvent pas pratiquement être séparées. Le tableau des genres pour les Q Q (voir
):uge 67) comprend les Hylemyinœ, les Pegomyînœ s. str. et les Pegnmyinœ lransîlorizv.
_ 5

66— 2è*G»ROUPE. —-TA.B1.Ei~.U mas GENRES. ——·MAx.Es
’7—(10). Scutellum d’un gris clair,. quelquefois des. ta.ches·noires»latérales
. (fig. 210, 282). Cuillerons petits, égaux.
8·(9). Thorax à taches allorxgées ouàbandes d’un noir mat (iig.210).
Corps d’un gris blanchâtre. Abdomen en cône allongé, non
aplati (fig, 212) .......... Eustalomyia (p. 137).
9·(8). Thorax à.taches noires, rondes; veloutées. Abdomen ovale,
aplati (fig. 282-284) .......... Anthomyia (p. 166).
10—(7), Scutellum·d’une autre couleur:
1l—(22.). Chète à cils· longs,.
12·(13).Tibias III avec 2 soies externes; . . . Pegomyia (pm. 148);
13~(12).Tibias III avec plus de 2 soies, ou avec: une ouspluzsieurs
I rangées de soies fines externes. _
14-(17). Cuilleron thoracique saillant. ,
15—(l6).Pattes» plus ou moins jaunes ou noires. Thorax à 4 bandes, les
interrrestrès fines. Antennes modérément longues. Abdomen assez.
long, conique: sternite V petit, couché, à lobes, peu saillants,.
Grossess Mouches à villosité assez: longue et« forte, grises, brun;
jaune ou olivâtres (fig. 219). ...... Hydrophoriœ (p.140).
16·(15). Pattes entièrement noires. Thorax avec 3 larges bandes. 2 : 2 ster-
nopleurales;.2 -|— 3 dorso-centrales; préalaire petite. Tibias III
avec une longue soie postérieure. Abdomen court, conique, un peu
aplati, des macrochètes marginaux seulement. (fig. 228).
................... Acroptena (p. 143).
17-(14)..Cuillerons égaux. ·
18-(19): Gênes et péristome larges; préalaire très petite ou nulle (fig. 90).
.............. . . . . . Hamm0myia..(p. 70).
19-(18). Gênes et' péristome étroits — ou larges et la. préalaire longue
et forte.
20—(21)*. Préalairedongue; abdomen cylindrique- . Peg0myia..(p. 148).
21-(20). Préalaire courte —- ou préalaire longue et. abdomen aplati ai
la base ......... . ......   Hylemyia.(p. 81).
22-(1.1). Chète à cils courts.
, 23—(26). Pattes en partie jaunes. . `
24—(25). Chète à cils distincts.'Épine costale distincte
. .   . ........ . .-. ..   .. . Hylemyia. (p. 81).
25—(24). Chète pu.bescent ou à cils courts. Pas d’épine,costa1e.
• . .......... . . . .. . ..... Peg0m,via.(p. 148).
26—(2.3). Pattes entièrement noires.
2‘7—(44). Cuillerons égaux.
28—(41). 1 : 2 ou 2 : 3 soies sternopleurales.
29—(38). Chète nu ou à pubescence peu perceptible.
30·(31). Griffes et pelotes très développées. Nervure XII très oblique
. et courbée. Nervures V-VI rapprochées- Antennes: 38 article;à^
. peine=·plus: long que le 2°;·chète·mr (fig. 102). Hyporites (p. 78).

2** GROUPE. —— 1·A¤r.r:AU·¤Es cENnEs; — MALES‘E’!"FEMELLES 67
3~1J—(30):G1·ifïes·et.pelotes courtes, ou 39 article antennaire plus long
que le 2°.
32·(37). Abdomen cylindrique ou conique.
33-(34). Lamellesprégénitales fortement chitinisées; bien visibles, d’un
noir brillant (fig. 104406): ........ Prosalpia (p. 78).
34·—(33). Lamelles prégénitales peu visibles.
35·(36)i Gênes au moins aussi larges que la moitié d’un œil. Préalaire
courte ou nulle. Épine costale ‘nulle ou peu perceptible. Ner-
vure XII oblique et courbée. Cellule H1 un peu rêtrêcie à·1'apex.
Tête grosse, antennes courtes,. yeux rapprochés (cf Q). Cuil-
lerons petits. Espèces f0rtes~ et vigoureuses, à corps robuste et
ramassé (fig. 92 et 94) ......... I-Iylephîla. (p.- 72).
36'—(35). Gênes plus petites que la moitié d’un œil} (ou-plus larges, dans
ce cas la nervure XII non oblique, l’épine' costale distincte).
Dans la partie la plus étroite les orbites sont moins larges que la
bande médiane frontale (fig. 199). . . Chortophila (p. 102).
37-(32). Abdomen aplati en ruban~ou un peu aplati à la base.·
................ . . . Chortophila (p. 102).
38··(29). Chète au· moins pubescent; '
39·-(40). Nervure XII droite, peu oblique. Souvent une épine costale.
Cellule H1 non rétrécieà l’apex (fig. 154). . Hylemyia (p. 81).
40·(39). Nervure XII très oblique et courbée. Pas d’épine costale. Cellule
H1 un peu rétrécie (fig. 90) ...... Hammomyia (p. 70). ·
41—(28). 2 :2 soies sternopleurales.
42·(43). Des soies acrosticales présuturales quelquefoiscourtes.
.................... Hylemyia (p. 81).
43—(42). Pas d’acrosticales présuturales ...... Acroptena (p. 143).
44—(27). Cuilleron thoracique plus ou moins saîllant.
45·—(4G). Chète pubescent ou à cils courts .... Acroptena'(p. 143).
4B-(45). Chète nu ou à pubescence lrès courte.
47—(48). Abdomen cylindrique (fig. 92-94) ..... HyIephi1a~(p. 72).
48—(47). Abdomen plus ou moins aplati. `
49·(50). Abdomen à fond noir avec des taches grises. Thorax sans taches
blanches. Épine costale distincte. Cuillerons petits.
.................. Chortophila.»(p; 102).
50·(49). Abdomen avec des taches triangulaires noires, veloutées, bien
` définies-au bord antérieur des 3 derniers tergites. Cuillerons
inégaux. Thorax avec des taches blanches ou noires (fig. 287,
289) .................. Calytheà=(p. 168).
FEJWELLES (26 et 36 groupes).
1-(16). Chète à cils longs, au moins aussi longs que la largeur du 36 article
antennaire (fig. 89, 211, 220):

68 2** et 3** GROUPES. — TABLEAU Das GENRES. —— FEMELLES
2—(3). Nervure I (costale) ne dépassant pas la nervure V (fig. 315).
. .................... Eginia. (p. 178).
3—(2). Nervure I étendue jusqu’à la nervure VI.
4—(9). Bande médiane frontale avec des soies croisées.
5—(6). Abdomen en partie roux ou jaune luisant. 1 : 1 soies sternopleurales.
.................. Mycophaga (p. 171).
6—(5). Abdomen non luisant. 1 : 2 ou 2: 2 soies sternopleurales; préalaire
longue ou nulle.
7-(8). Cuillerons égaux ............ Hylemyia (p. 81).
8—(7). Cuillerons inégaux. Hydrophoria (p. 140) ou Acroptena (p. 143).
9—(4). Bande médiane frontale sans soies croisées.
10—(15). Scutellum sans taches noires.
11—(12). Pattes entièrement noires ...... T Hammomyia (p. 70).
12—(11). Pattes en partie jaunes.
13—(14). Tous les fémurs jaunes ou noirs.
. ............ Pegomyia (sg. Pegoplata) (p. 149).
14——(13). Fémurs I noirs. Tibias II avec 1 soie antérieure. Petite espèce.
................... Eutrichota (p. 172).
15i(10). Scutellum avec des taches latérales noires. Eustalomyia. (p. 137)
16·(1). Chète à cils courts.
17—(40). Chète à cils plus courts que la largeur du 36 article antennaire.
18—(21). Préalaîre manque.
19—(20). Fémurs en partie jaunes ........ Hylemyia (p. 81). `
20—(l9). Fémurs noirs. ............ Chelisia (1) (p. 171).
21—(18). Préalaire distincte.
22—(23). Thorax gris avec des taches d’un noir velouté (fig. 282-284).
................... Anthomyia (p. 166).
23-(22). Thorax d’une autre couleur.
24·(35). Cuillerons égaux.
25—(32). Pattes entièrement noires. «
26—(27). Orbites aussi larges que la bande médiane frontale. Nervure XII
oblique et courbée ........ Hammomyia (p. 70) (2).
27-(26). Orbites moins larges que la bande médiane frontale, ou aussi
larges et la nervure XII non oblique et droite.
28—(29).Tibias II avec des soies antéro-externes et internes, postéro-
internes et` externes. Orbites moitié aussi larges que la bande
· médiane frontale. . Hylemyia (p. 81) ou Chortophila (p. 102).
29—(28). Tibias II avec les seules soies antéro et postéro-externes. Orbites
tout au plus aussi larges que le quart de la bande médiane frontale.
1. Les caractères des 6* font placer ce genre dans le 46 groupe. Même remarque
que pour les Macrorchis et Derciopsis (voir page 63 § 2).
2. Hammomyia albescens ZETTERSTEDT (p. 71).

2° et 3** GROUPES. — TABLEAU DES GENRES. — 1=EMELLEs 69
30-(31). Acrosticales fortes, presque aussi longues et fortes que les soies
dorso-centrales; préalaire longue .... Hylemyia. (p. 93) (‘)
31-(30). Acrosticales courtes; préalaire courte .... Chirosia (p. 173).
32·(25). Pattes en partie jaunes.
33—(34). Bande médiane frontale avec des soies croisées (fig. 127).
.................... Hylemyia (p. 81).
34·(33). Bande médiane frontale sans soies croisées. Pegomyia. (p. 148).
35—(24). Cuillerons inégaux.
36-(39). Pattes noires.
3’7—(38). Orbites sans soies fines en dehors des macrochètes.
. .................. Hydrophoria (p. 140).
38·(37). Orbites avec des soies fines supplémentaires.
· ................... Acroptena (p. 143). `
39·(36). Au moins les tibias jaunes ....... Pegomyia. (p. 148).
40·(17). Chète pubescent ou nu.
41·—(42). Nervure I (costale) ne dépassant pas la nervure V (fig. 213).
................... Acyglossa (p. 139).
42·(41). Nervure I étendue jusqu’à la nervure VI.
43—(62). Yeux largement séparés (fig. 313).
44·(45). Yeux assez petits, ronds. Nervure I avec de courtes épines
’supp1émentaires en dehors de 1’épine costale. Fucellia. (p. 176).
45·(44). Yeux plus allongés. Nervure I à épines très courtes, réduites ou
nulles. .'
46—(47). Pattes en partie ·jaunes ......... Pegomyia (p. 148).
47—(46). Pattes entièrement noires (Q).
48—(59). Orbites, à la base des antennes, au moins aussi larges que le
tiers de la bande médiane frontale.
49·(50). Bouche nettement saillante ..... Chortophila (p. 102). ’
50-(49). Bouche non saillante. , \
51-—(52). Yeux pubescents ou avec une villosité courte . Lasiomma. (p. 135). ·
52-(51). Yeux complètement nus. .
53·(54). Scutellum gris, à bords latéraux noirs (fig. 210). Grosses Mouches.
............... . . . . Eustalomyis. (p. 137).
54·(53). Scutellum d’une autre couleur. Mouches plus petites.
55—(58). Cuillerons égaux. Abdomen noir ou gris, sans taches d’un noir
velouté.
56—(57). Antennes assez épaisses : 26 article roux. . Myopina (p. 175).
57—(56). Antennes non épaissies, entièrement noires.
. .................. Chortophila (p. 102).
1. Hylemyia cînerosa ZE1··rERs·rE¤·r (p. 93). .
2. Excepté chez le Chorlophila albula FALLEN qui a les tibias postérieurs parfois
roussàtres.

70 · HAMMOMYIA
58—(55). Cuilleron thoracique distinctementi saillant. Abdomen à~ fond
gris avec des taches d’un noir velouté. . Galythea (p. 168).
59—(48). Orbites, à la base des antennes, à peine aussi larges que le quart
de la bande médiane frontale.
60—(ô1), Front distinctement sai1lant~et anguleux. ;Antennes : 36 article
presque double du 26 ......... Chirosia (p. 173) (‘).
61-—(60). Front plutôt convexe en profil; Antennes : 36 article aussi long
que le 26 ............. Ghiastoehœta. (p. 172).
62—(43). Yeux rapprochés.
63—(64).Tarses·I : 26 et 36 articles élargis .... Prœalpia (p. 78).
64-—(63). Tarses 1 :.26 et 36 articles normaux.
65—(70). Pelotes et griffes courtes.
66-(67). Yeux à villosité épaisse et longue ..... Alliopsis (p. 77).
67-(B6). Yeux nus.
68—(69). Vertex aussi large que l’œil; bande médiane frontale large et
noire avec de petites soies croisées. . . Paraprosalpia (p. 78).
69—(68). Vertex moins large que l’oeil; bande médiane frontale étroite;
soies croisées fortes. .......... Hylephila. (p. 72).
70—(65). Griffes et pelotes très développées .... Hyporites (p. 778).
a. HYLEMYINZE
9. — Genre HAMMONLYIA Bomtumr.
SCHNABL et DZIEDZ., 91 (39); 1911;C0LL1N, 1921, 307; STEIN; 1916, 163.
Les femelles pondent dans les nids des Hyménoptères aculéates. La
larve qui sort de 1’oeuf se nburrit des masses polliniques ou du miel amassé
' dans les nids par les Guêpes. Onîrouve ies mâles sur lesfleirrs et les femelles ‘
très souvent aux environs des nids d'Hymén0ptères.
TABLEAU DES ESPÈCES (c" Q).
1-(2). Chète à cils très longs (fig. 89). Long. 5 %-8 mm. grisea (p. 71).
2—(1). Chète pubescent (fig. 91).
3—(4). 0* 1 thorax d’un gris clair, sans bandes ou·avec une très faible
_ bande médiane dorsale brune. Yeux séparés par une bande
noire et de larges orbites d’un blanc d’argent.
Q : la largeur du front est égale au quart de la largeur totale de
la tête. Long. 3 %-6 mm ........ albescens (p. 71).
1. Chîrosia cmssiseta.

_ Hmxmoiuvm 71
-4-(3). cf': thorax«·d’un gris cendré avec 3-5 bandes d’mn·hnun-nocirâtrc `
assez distinctes. Yeux séparés par··une petite bande noire;
orbites .très . petites. _
Q : la largeur·du.îront estégale au tiers de la largeur totale de ,
la tête. Long. 6-7 mm .......... societe. (p. 72).
1. H. ‘8·1«h6BOBDS'ZETT· —-.H; albisetavv. Ros. —— Brszzr et·S·rE1N,.III,
698. —- Lcucophora cincrca R.·D. — Macomnur, 1835, Il, .328, 21 (Chor-
lophila). .
Juin·septembre. Assez commun.
Somme : Amiens; Clermont=Fe1·rand; Lyon; Vaucluse : Apt; Hautes-
. ,:2
  î` « sx
· ’...` —\ * _·  
a ` i\ È   .· ..»  
  sà nu     ~   ·
'   L · Ap ' x ·  -—··'
  ` I Y ¤ ,.
,/AY î  Ugwly
È?   4 j
` A
2 ` 89
x` ' '
, ·~·..» 90.
91
Fm. S9 à 91. - 89,»Hammomyia grisea (d')chète; -· 90, mouche c3' X 10; — 91, Ham-
momyia sociula, chète antennaire.
Pyrénées : Tarbes (PANDELLÉ); Seine·et-Oise : Rambouillet (SÉGUY,
Vrnmmnuvn).
Se rencontre par places parmi les plantes herbacées des terrains sablon-
neux, en compagnie de certains Hyménoptè1·es<aculéates ou ·sur les fleurs
de~Daucus·ou d’Achillea;·serait parasite du .Diodamtus pazllipes (ZE'r*r.).
D’·autre part, ·CuARnoNN1ER (de Bristol) (1) a trouvé une femelle de cette
Mouche entrain de pondre dans le nid de1’Haliclus nitidiusculus ; PANDELLÉ
dit aussi que la larve a été rencontrée dans les nids d’Hyménoptères. ,
2. H. grisea FALLEN. — Hylcmyia grisea auct. (non Miam., non R.·D.).
— (fig. 89 et 90).
Peu commun. Mai·;iuil«let.· Fréquente lesrnids d’Hyménoptè,nes.
1. Cité par Vmzmm, et COLLIN.

72 HAMMOMYIA. —— HYLE1>m1.A
Paris; Seine-et-Oise : Chaville (SURCOUF), Rambouillet (VILLENEUVE,
SÉGUY)§ Isère : Saint—Christophe-sur-Oisans, Aizy (HESSE).
Parasite de 1’And1·ena analis (Hum); trouvé par A. H. HAMM à New-
Forest (Angleterre), près des nids du Panurgus calcaralus Scor. et du
~ Cerceris arenaria L. (1). La larve a été trouvée dans les nids d’Hyménop—
tères (PANDELLÉ).
3..H. sociata MIEIGEN. -- BEzz1 et STEIN, III, 687 (Hydrophoria);
STEIN, 1916, 163, 3; — H. gallica SCHNABL et Dz., 1911, 236, 184 (2). —
(fig. 91).
Assez rare partout. Mai-juillet.
Seine-et-Oise : Rambouillet (VILLENEUVE, SÉGUY).
10. — Genre HYLEPHILA RONDANI.
SCHNABL et Dz., 1911, 91, (39) 111;- STEIN, 1916, 158, 63; — COLLIN,
1921, 311. —- Hammomyia BEzz1 et STEIN, III, 698, pp.
Ces Mouches ont les mêmes mœurs que les Hammomyia. Les femelles
pondent leurs œufs dans les terriers des Hyménoptères. Les œufs sont
blancs, légèrement incurvés, sans autre ornementation qu’une réticulation
hexagonale assez prononcée. L’éclosion est très rapide. La larve du premier
âge est agile et errante; elle devient presque inerte aux 2° et 3e âges. Les
larves se comportent comme celles des Hammomyia.
TABLEAU DES EsPEC.Es (©" Q). ` `
1-(12). Tibias Il avec une ou plusieurs fortes soies internes ou antéro—
internes.
2—(5). Tibias III sans soies internes; fémurs II et III avec de fortes
soies internes. Q : tibias I : une soie postérieure.
3·(4). Nervure XII courbée. Thorax : souvent une trace de bande
médiane. Tibias III : 2-3 courtes soies postérieures grêles.
Q : préalaire forte. Long. 5 %-8 mm. . . personata (p. 77).
4—(3). Nervure Xll droite. Thorax : une bande médiane brune. Tibias
III : 7-8 longues soies postérieures. Préalaire courte et üne.
Abdomen moins distinctement ehatoyant. Q : préalaire courte et
fine. Long. 4 %-6 yz mm. ....... unistriata (p. 77).
5—(2). Tibias III avec une rangée de soies internes ou antéro-internes.
Fémurs II-III avec une villosité délicate sur la face interne,
rarement de fortes soies. Q : tibias I : 2 soies postérieures.
1. Cité par Verrall et Collin. · ,
2. C’est l’Hamm0m1]îa ciliosa de la coll. PANDELLÉ (1900, 300, 1, Q).
L’Hamm0myia bilolîa de la collection PÀNDELLÉ (1901, 300, 3, Q) ne diffère de
saciala que par les macrochètes légèrement plus fins et plus allongés; la préalaire est
plus longue, ainsi que les acrosticales présuturales. On ne voit pas la plaque sternale. Apt.

1-rvLEPmr.A 73
6—(9). Thorax d’un gris noirâtre, avec une villosité assez épaisse, longue
et serrée en dehors des macrochètes.
7—(8). Thorax, vu de côté, avec 3-5 bandes sombres bien visibles.
Fémurs Il à villosité dense sur les faces interne et postéro-
interne. Q, tibia I : 2 soies préapicales distinctes. Long. 6-
8 mm. (fig. 95) ............. obtusa (p. 76).
8-(7). Thorax, vu de côté, avec 1 seule bande médiane indistincte.
Fémurs II à villosité moins épaisse. Q : tibia I : une seule soie
préapicale. Long. 5-8 mm ........ dissimilis (p. 74).
9—(6). Thorax gris clair, non noirâtre. ·
10—(11).Th0rax avec de nombreuses petites soies dispersées, en plus
des séries normales de macrochètes .... unilineata. (p. 77).
11-(10). Thorax presque nu entre les macrochètes, de couleur plus claire.
..................... inflata. (p. 76).
12-(1). Tibias II sans soies internes.
13-—(16). Pas de préalaire.
14-(15). Yeux : orbites complètement cohérentes; péristome avec plu-
sieurs séries de soies courbées en haut (fig. 93). Fémurs II, face
interne avec de nombreuses petites soies à la place de la rangée
de macrochètes des espèces voisines. Lamelles prégénitales
saillantes, noires. Long. 4 % mm. (fig. 92). . dorsalis (p. 75).
15—(14). Yeux nettement séparés par une petite bande noire et de larges
orbites blanches. Quelques rares soies courbées sur le péristome:
seulement à la partie postérieure. Fémurs II avec 5 macrochètes
internes dirigés en arrière. Lamelles prégénitales très saillantes,
d’un roux jaunâtre brillant. Long. 5 mm. (fig. 96-97).
................ _ ..... Hessei (p. 75).
16-(13). Préalaire plus ou moins forte.
17—(20). Espèces à soies fortes.
18-(19). Bande abdominale large. Griffes et pelotes bien développées.
Tibias III avec une série de 8-10 soies postérieures grêles. Préa-
laire courte, distincte. Q : 66 segment abdominal sans longues
soies courbées. 5-7 mm ........... sponsa (p. 77).
19·(18). Bande abdominale très fine, d’un brun noirâtre velouté. Griffes
et pelotes courtes. Tibia III avec 5 soies antéro-postérieures
en série, 3 postérieures plus fortes, 3 antérieures, 8-10 très
fines, piliformes sur la moitié basale de la face postérieure.
Préalaire aussi forte etlongue que la 1*6 soie dorsocentrale pré-
suturale. Long. 6 mm .......... hirsuta (p. 75).
20·(17). Espèces à soies—grêles. Griffes et pelotes courtes. Tibias III :
, 2-3 courtes soies externes, grêles. Q : 66 segment abdominal
avec de longues soies courbées.
21-—(22). ©' Q : chète nu ou presque nu. Bande abdominale large. Cuil-
lerons égaux. Long. 5 mm. . . « . . . breviîrons (p. 74).

74 Hummm
22T(21). ©" Q : iohète pubescent. Bande.abdomzi·male étroite. Cuillerou
thoracique distinetement.sai];lant« Long. 5 %—7·mm. (tig. 94).
............. . . . ...... buccata·(p. 74).
1. H. brevifrons SrEn~z 1916, 159,:1; COLLIN, 1920, 321, 6.
Très voisin de 1’H . buccaia; en diffère par: yeux plus petits,,plus ronds,
légèrement séparés sur le front. Gênes,argentées»un peu plus creuses.
Ailes : ,les.deux dernières sections de la newure·VI ordinairement moins
inégalesnâtemites abdominaux moins ·veLus chez le C". Long.,`5 mm.
· \ 94
  ‘ë\  ,,
\\ · '
`\ Q `  *‘%` «'
  `”· ··   Ã\` 7;*.  ll à L
  Il ‘ —·   ' *"=<
M    ‘= sssei   · / iii` I
"   1   "' ··'‘iii'' `   ‘
    I ..»»· /4   ‘·
, 5,1% ’ ,_: . Ã V [ ,; ·,_LM`   R `—,I
[É // *  
i l 3 gz   95
 _   .  ..~.» ««·"»"` 
Fm. 92 à 94. -— 92, Hylephila dorsalis (G) X *10; —— 93, iclutête (Q'); —— 94, Hgléphîlü
buccala (Q); X 10.
Hautes—Alpes : Col du Lautaret, juillet (VILLENEUVE); Cirque de Ronche,
juillet (HESSE). ' `
2.·'H. buecata FALLEN. —— H. disquamea PAN1>Er.LÉ· 1*901, 301, 4.
——(lig. 94). . .
Juillet. Bare. ‘
·l\/Ieuse : Bar·le—Duc : dans un terrier·d’HaIiclus sexcinctus (`BAUDOT);
Isère : La·Tmm:he (HEssE); Marseille (ABEILLE1DE.PERBIN); Hautes-
Pyrénées :FI`a1·bes (PANDELLÉ). .
Peut·être parasite des Hyménoptères du genre ,Andre11a (A. albicans
ou fulva) `[MEADE] (1).
3.-H-<ûissimi1is VILLENEUVE Z1920; 227; C0LLrN, -1920,317, pl. VII,.
tig. 6.
I 1. l\IE.4DE.,.EnL Mani. Mag., xxx, 145 (.1882).

  I
nvnnrnxtx 75
.M.aine·et«Loire :.Marans (HERVÉ·BAZIN). —— Algérie : Mascara et Alger;
mars et avril (Vxr.LENEUvE).
4. H. dorsalis S·rE1N`l9l6§`lB0; COLLIN, 1920, 324, pl. VIII, fig. 4. —-
(fig. 92-93).
Hautes-Alpes : Col. du Lautaret (VxLLENEUvE, Hassxa); Mont-·Cenis
(Hrzssxa). — Italie. ,
5. H. I-Iessei n. sp. —— (fig. 95-96).
cz': entièrement d’un grisdaleuté, sauf : les tarses et les palpes noirs,
les genoux et les lamelles ·prégénitales.d’un roux jaunâtre. Bouche un peu
saillante- Antennes longues : cbète fortement épaissi. au ·quart. basal,
 
` Y ·
E  « *1 L
  /
à ,     
Q . 4  x
,• •   g
W   ‘
· \ n
»·.·1 l
‘~¤éJ» '
Fm. 95. -1 Hylephila Hesse! (d') >< 15. Fw. 96. — Hylephila Hessei (J') >< 8,
pratiquement nu. Gênes et péristome argentésà reflets noirs ou.bruns.
Palpes noirs, aussi longs que la trompe, peu épais; trompe forte. Thorax: _
deux très fines lignes sombres sur la pa.rtie-antérieure, seulement visi-
bles à une certaine lumière. Acrosticales courtes: 3-4 paires en séries
irrégulières. Ailes claires, épine ·costale assez forte; nervure XII
courbée; nervures V-VI parallèles au bout. Cuillerons blancs, le thoracique
peu saillant. Balanciers jaunes. Tibias I : soie préapicale externe forte; ·
1-antéro-interne—médiocre; rnétatarse I avec une·série basale de courtes
soies en peigne. Tibias II: 2 soies postérieures. Tibias III: 3-4 soies
antérieures; 3 externes : l’apicale beaucoup plus longue; 2 antéro-internes
courtes. Griffes et pelotes fortes, surtout aux pattes I. Abdomen
étroit, aplati à la·partie basale, fortement renflé à la partie apicale :
1 ligne médiane dorsale·sombre,· d’un~gris jaunâtre. Macrochètes assez
forts, serrés. Long. 5 mm. '
Hautes-Alpes : Col du Lautaret; 29 juin (Profi E. Hnssza).
6."H; hirsuta. n. sp. — (fig. 97-98). ‘
O': entièrement d’un. gris.cla.ir, unupeu ··ar·genté sur les pleures,
genoux jaunes, tarses noirs. Yeux petits, largement séparés par une _

76 HYLEPHILA
bande grise et les orbites d’un blanc d’argent. Bouche nonsaillante,
péristome large, avec quelques soies relevées en haut. Antennes
courtes, chète à pubescence longue surtout à la base. Trompe courte;
palpes noirs, filiformes. Thorax : une tache rétrosuturale allongée,
jaune; acrosticales longues, fines, dressées, surtout les lm et 2E paires;
tous les pores d’insertion des macrochètes plus ou moins auréolés de
brun jaunâtre. Entre les rangées de soies normales des soies fines, peu
nombreuses, plutôt longues, dressées, plantées sans ordre. Ailes claires:
pas d’épine costale; nervure XII fortement oblique et courbée, nervures
V-VI un peu convergentes à l’apex. Cuîllerons blancs, égaux; balan-
ciers jaunes. Tibia I : soie préapicale antérieure longue et forte; 2
soies antéro-internes fortes. Fémurs II : à la base quelques aiguillons
ll
  1  
97 98
Fm. 97-98. — Tête de l’Hyfephila hirsulzz (ô') >< 15, ·
antéro—internes. Tibias II : 1 soie antéro-externe, 3 postéro—internes,
la médiane plus forte. Abdomen presque cylindrique très peu épaissi
à l’apex; macrochètes marginaux bien développés. Long. 5 mm.
Hautes-Alpes : La Grave, 12 juillet (Prof. E. HEssE).
7. H. inîlata RONDANI. — COLLIN, 1921, 324.
Seine~et-Oise : Rambouillet : à 1’entrée d’un nid d’Hyménoptère (Vu.-
LENEUVE). _
· 8. H. obtusa. ZETT. (non STEIN 1916). — (lorrm, 1920, 315, 2, Pl. VIII,
fig. 5. — H. unilineala STEIN 1916 (non ZETT.), 162, 5. ——~H. buccaia
Scrn~rABL et DZIEDZ. 1911, 95, Pl. V, fig. 81, 82. — H. buccata PANDELLÉ·
1901, 301, 5. — (fig. 99).
Mars—septembre. Commun par places.
Paris (PANDELLE); Seine-et-Oise: Val-d’Aulnay, sur les herbes (C. PIERRE)
Meudon, mars (POUJADE); Hautes-Pyrénées : Tarbes, montagne; Euphorbe,
Ombelles fleuries; Aude; Vaucluse : Apt (PANDELLÉ).
Trouvé aux environs d’un nid d’Andrena fulva, en mai (COPEMAN >
COLLIN). ,

- HYLEPHILA. — ALLIOPSIS · 77
9. H. personata COLLIN 1920, 318, 4, pl. X, fig. 10, 12, 13. — H. oblusa
Srxam 1916 (non ZE·r1·.) 162, 5. · ’
Toute la France avec l’H. buccala, mais plus rare. — Constantinople
(Suncour).
Avec les Andrena ·labialis, nigroœneus (COLLIN); en mai avec l'Andrena
lrîmmerana (VERRALL).
l0.` H. sponsa. MExGEN. — STEIN, 1916, 162, 6; C0LL1N, 1920, 322,
8. pl. IX, fig. 7.
Rare.
France. — Allemagne (Srxsm); Angleterre: en compagnie d’Hyménop-
tères aculéates (HAMM > Comm). .
11. H. unilineata ZETTERSTEDT.     —
,,._- ~ / ’. î"
Seine-et-Oise: Lardy; en juin: sur   \ _ ` )Ã"-r
la fleur du Chardon penché (SÉGUY).   ( V Q} 2;,,,0.
[Voyez note 1, page 95.] g  / â TQ QÉ
_ emiqâ  ; M55?    
12. H. unîstriata. ZETT. ——   ;~ Y
COLLIN, 1920, 319, 5, Pl. X, fig. '°~"'-’f'*"’  ,—
11; —H. unilineata Scam;. et Dz.  
1911 (non ZETT.), 95, Pl. V, fig.‘  
(9, 80. -— H. in/lala STEIN 1916 Fm. 99. — Hy'ephila 0bl11s¤(d‘) >< 10.
Jp. (non RoND.), 161, 4.
Seine-et-Oise : Lardy; dans un nid d’Hyménoptère (BENOIST); France
'Srxzm).
11. — Genre ALLIOPSIS SCHÉJABL et DZIEDZICKI 1911. '
STEIN, 1916, 158, 61; 222, 62; — BEZZI, 1918, 145, 8.
A. glacialis ZETTERSTEDT. ——- SCHNABL et Dz., 1911, 92, 40. (V). — `
fig. 100-101).
©' : chète nu; trompe cornée, assez longue, grêle etrbrillante; corps·
l’un noir profond; cuillerons égaux, petits, longuement cilîés. Grîffes ·
at pelotes assez courtes. Hypopyge assez voisin de celui des Prosalpia.
/Iouche noire un peu plus forte que les Lasiomma, parmi lesquels
iowlmz l’avait rangée (fig. 100-101).
Alpes françaises et italiennes. sur les fleurs : Parnassia paluslris (2.000 m.),
împetrum nigrum, Achillea nana (2.400 m.) [MULLER]. Très rare.
Anthomyide prédateur : Bxzzzr a capturé dans les Alpes une femelle
jui tenait avec sa trompe, par le milieu du corps, un Orthocladius sordi-
'ellus.
Larve humicole et saprophage (Buzz:).

78 l·LYPORY']ïES.· — PROSALPIA
` 12. — Genre HYP0RYTESr’Po1<1oB.*xrY.
ScENAE1:; et Dznzoz. 1911; 90 (38) I; —— BEZZI et ST1£IN, Il'I,.697§ ——
STE1N,.1916, 158, 62; 222,.67. '
Syn. Eriphia PANDELLÉQ SCHINER.
H. montanus SCHINER 1862, 1,,626. -— (fig. 102 ©" ; 103,111,Q)- ·
Alpes françaises etitaliennes, de 800 `
, à 2.000 m.. sur les pierres (BEZZ1). —-
Europe centrale.
· _ W · Les Hyporites montœnus de la
  111/ collection PANDELLE sont des Pro·-
 7.,;, W,) salpia sylveslris.
.""/"Z', V".
.*° siëiiii/iii'°2ZÃ’ .  /
.     p\,  13
sv ÉEÉ4 éîgâ ;I}]|\  ·
·‘  
(lâ ;%);(.·m;(;È gjlpii Genre PROSALPIA Poxomvvz
,.’ `“ "ê.°§’»?1!·2`€€—“ ') 1 
( /'·|•u . 1 L
,/ a Mm \   Ty, BEZZI et STE1N; Ill, 697;, ———
l N;   jj/nfl SCHNABL et Dz., 1911, 93, 41, V;
  —·—· STEIN, 1916, 156, 60.
  ’ '
-:.‘ "’/W'
ff TABLEAU DES SOUS—GENRES (cf Q).
V A. — Tîbias III avec 1-2 soies
postéro-internes distinctes, dressées
perpendiculairement au milieu. Q :
FIG.   ___ Tête, de l~Al·H0pSiS gla_ 29 Etage articles des tarses I d]12.téS
cialis (9) >< 18. (Hg. 109). I. sg. Prosalpia ss. (p. 78).
B. —- Tibîas Ill. sans soies
p0stéro—internes dressées. Ailes à épine costale médiocre. Q : 2° et 38
articles des tarses I simples ...... 11.* sg. Paraprosalpîa (p. 79).
I. -— Sous-genre PROSALPIA. (s. s.).
TABLEAU DES EsPE<:Es (c' Q).
‘ A. ·— Thorax et abdomen d’un noir brillant à pruinosité blanchâtre
très légère. Ailes grises ou gris blanchâtre. Cuillerons blancs. 1 : 2 soies
sternopleurales. Long. 7-8 mm., . . ...... Billhergi, (p. 79).
B..—-— Thorax et abdomen d’un gris. jaune foncé avec de petites bandes
sombres. Base des ailes et cuillerons d’un roux jaune brillant ou jaune
vif. 1 :3 soies sternopleuralesh Long. 8-10 mm.» . . silvostris (px 79).

· Pnosanvw 79
P..Bi1.1hongi1ZE11·rE1as*rE¤T..—· (fig.; 104.,1 105, 107-110y 113, 114)&1
Très commun aux environs de Paris, dès le mois de mai; à terre.
Tarbes, avril-juin; Chêne, Aune. — Europe, Asie Mineure.
P. silvestris FALLEN. —— (fig, 106, 112, 115).
Mai-septembre. ·
Vosges : Scl1lucht, Gérardmer (HEnvÉ·BAmN); Puy-de-Dôme : Mont-
Dore (VILLENEUVE). Luchon; Hautes-Pyrénées : Tarbes, Barèges : Hypo-
Jiles monlanus (PANDELLÉ).
101 1, Mi
      N 1
» V  `lë ’   _)
    ,1 ,,4 /
,’ ss, \~\·.· fr
. " hÈ`=\ W  
 ji  ïï È" stauv.
1  · · [ È .
_ 111   '(
105 · " 11 *1  
FXG. 101 à 103. — 101, Alliopsfs glacîalis (Q); — 102, Ilyporiles monlanus (c`) x 7;
— 103, derniers segments de l’abdomen de l’II. manlanus (Q).,
II. -—— Sous-genre PARAPROSALPIA VILLENEUVE 1922.
Bull. Muséum, XXVIII, 511, 1922.
P. rambolitensis VILLENEUVE 1921, Bull. Mus. Paris, XXVIII,
511.. 5.
d'. D’un brun cendré, les yeux presque cohérents par les orbitese Palpes
noiràtrcs un peu épaissis- Scutellum: et thorax 11oi1·âtres;.ce:derni»er à
léger reflet gris, une··bar1de noire médiane, les latérales plus larges moins
visibles; 3 soies dorso-centrales; 2 rangs d’acrosticales courtes piliformes;
préalaim aussi forte que la lm soie ·dorso-centrale: 1 :· 2 soies sternoplcu-
raies. Ailes grises à base noirâtre, épine costale médiocre; Cuillerons
d’urr:b1anc: jaunâtreybalanciers·jaunesz Pattes noires. Abdomen presque
cylindrique: lamelles prégénitales saillantes en lames rectangulaires d’un

80 PR0sALP1A ·
noir brillant, le bord inférieur avec une ciliation fine, très courte et porte
au niveau de 1’angle postérieur une saillie mousse tournée en bas,
Q I
Q . 106
105  Ã
`  1 N 101
  ?
104 ar www
l` Ã gâ Q / Q Ã •^.l _  
’ Q J    
’ /   · 108
//  
m ` ` " 100 "
  le \   '
1(   ` `_" .
  110 \___, .
,11 lâ (
(È
‘@' 110
l i C   D ‘ 
U2 , 114     H5
Fm. 104 à 115. - 104, Hypopyge du Prosalpîu Billbergi (ci); — 105, Pmsalpia Bill-
bergi (d'); — 106, Hypopyge du P.‘ sylvestris (G'); - 107, Pros. Billbergi (Q)
patte III; — 108, id., tarse II; — 109, id., tarse I; -— 110, id., tarière; — 111,
Hyporiles montanus, tête (Q); — 112, Prosalpia sglvestrîs, tête (ci'); - 113, P.
Billbcrgi (ci'); — 114, id. tête (Q); —·= 115, P. sylvestris, tête (Q).
bord postérieur avec quelques soies fines et une plus longue dirigée en
arrière et incurvée.
Q : d’un brun plus clair, uniforme sur 1’abdomen; les mêmes bandes
obscures sur le thorax; bande médiane frontale large et noire portant de

_ HYLEMYIA 81
petites soies croisées. Ailes moins foncées, base jaune sale. La longue
soie préapicale des tibias III est sensiblement plus courte que chez le
mâle. Long. 4-7 mm. (VILLENEUVE).
Seine-et-Oise : forêt de Rambouillet, mai : en compagnie de 1’Acz·oplena ·
caudala sur les pierres jonchant le fond limoneux d’un ruisseau fraîchement
dcsséché (VILLENEUVE). —
14. - Genre HYLEMYIA ROBINEAU·DESVOIDY. .
BEzzr et STEIN, III, 688; —— SCHNABL et Dz., 1911, 94, VI; — STEIN,
1914, 36, 18 et 1916, 138, 59.
Syn. Delia, R.-D. 1830. — Crinura Scmm. et DZIED. 1911. —— Hydro-
phoria PANDELLÉ 1899.
Q : cils du chète au moins aussi longs que la largeur du 38 article
antennaire.
SCIINABII et Dzmnzxcxr, après avoir ajouté certains Chortophiles aux
Hylémyies, ont réparti l’ensemble en 10 sous-genres. L’homogénéité du
genre Hylemgia ne paraît pas autoriser une pareille division. Cependant;
les sous-genres Hylemyia et Pegohylemyia peuvent être retenus à cause de
la constitution caractéristique de l’hypopyge mâle.
Les Mouches se trouvent sur les feuilles, les herbes et les fleurs dans les
prairies et dans les champs; elles semblent plus communes dans les bois
et les forêts.
Les larves sont phytophages. Plusieurs espèces sont nuisibles aux plantes,
zultivées. La larve de l’Hylemyia cinerosa mine les feuilles du Pleris aqui-
lina. D’autres sont coprophages. BoUcrxE a observé celle de l’Hylemyîa
longicomis dans le fumier de vache; celle de 1’H. slrigosa est aussi commune _
dans les excréments des chevaux ou des bêtes à cornes.
TABLEAU DES EsPEcEs
MALES _
1—(62). Pattes entièrement noires.
2—(7). Chète à cils longs (fig. 131).
3-(4). Abdomen cylindrique, noir en entier, couvert d’une pruino-
sité d’un gris jaunâtre. Antennes noires. Épine costale longue.
Long. 3 % à8 mm ............ variata (p. 100).
4-(3)J Abdomen déprimé en ruban, renilé au bout (fig. 137).
5-(6). Préalaire à peu près aussi longue que la 1*8 soie dorsocentrale.
Yeux cohérents. Abdomen hérissé. Long. 4 %-5 mm .
............. . . ..... lasciva. (p. 97).
6-(5). Préalaire très courte ou nulle. Yeux séparés par une petite
bande. Abdomen peu hérissé. Long. 5-6 mm.
................... flavîpennis (p. 95).
_ 6

82 HYLEMYIA
lil **8   #9
**** Il l
ll > · ’  
·  ,     ·*'» 3 `
  ..`_  ·' ' ,
\  Egg` ,   [tx   
 V:) `  j l · 9a _‘
‘· _'   _ 1 121   A 
/ . D ï,( _* 'v > ' , ' \
 1* ‘ H, . " >   A,.A #’£'”  A  
A , W fg , ,ià,«~=,~« Ã .,
I!   /1    N3"
122 ,[·   /        jtd,
  ` °¤;i·)_)ç\\?‘§\ ·—   —  [W
/ « . 2 \wx\\\ 1. ;  /’ ,
  _] V 5;/ ··  ~\)`\ (   ,1   
-» wi   ~ \ » V Qi
ur   1- 1 a *\ K   ,  « A
  / “ A \1)\\  A ’ ' "1 ~ Ã
• rzgls ,>   A »   7 I  
‘  “ * 125 *2*  
123 A   I , 121l· | % N
~x f \ ·
Q, 2 ij 1 1%%}/ li
« 1 ‘ 9 . 1 Q   ~:r·»/ A
(É ‘ k ‘ C xï ·  
— _ $1 12T   V! È ·— ;
_ ; r' _ K l '
  C et —·
ggg ·   Q . A U 129
• ¤ \
——À R. `wt _ ·· __ *7 l
, ;$·a«~—··/ \1 È"rîî‘?A ` ?§ E H  
 ":·· ` J i _ \, _\·»    
f/\ \\
` sm ,\ (
’ 13UC /
Fia. 116:à 139. —- 116, Hylemyiax slrigosa, larve, armature: buccale au 1*** âge; -—
117, Hylemyia coarclata, armature buccale de la larve adulte; — 118, 119, id.,
partie postérieure du corps de- la larve adulte; — 120, Hytemyia cardui ô' patte Il
montrant le renflement du 2** article dut tarse; —· 121,. id., gênes et antennes (0*); —
122, id., d' abdomen montrant Fhypopyge, les plaques sternales, le pinceau de
poils et clorsalement les macrochètes (dessin exécuté alprès macération de 1’0rgane
dans une solution de soude caustigue au 1/10*); — 23, Hylemyia varicolor (Q)
extrémité de Yabdomeng - 124, . coarctala (Q) chète antennaire; — 125, id.,
tête (Q); — 126, H. lm·si/ïmbria, tarse II (d'); — 127, H'. variata, bande médiane
frontale (Q); - 128, id., tête et enënlacement de la préalaire (Q); -— 129, H. pz1l·
lula (Q) aile droite ><·10; - 130, . Iavata, chète antennaire (Q).

HYLEMYIA 83
‘7·(2). Chète à cils courts, à villosité courte —~ ou pubescent (fig. 132).
· 8-(15). 2e' article des tarses II (intermédiaires) avec une petite protu-
bérance'à·la base_sur‘ la· face interne (fig, 120).
·9¥-(10). Abdomen avec de longues soies courbées sur la face ventrale '
(fig. 122·ct153)L·Thorax~ d'un. brun clair; Long. 6-7 mm.
· . ...... · .... a ......... cardui (p. 92).
10·(9). Abdomen nu.-
11-·(12). Préalaire longue et forte. Thorax d’un gris cendré verdâtre avec
3 bandes distinctes. Abdomen : face ventrale sans aucune villo-
sité apparente; Long. 5-7 mm ...... pseudotugax (p. 99).
12-(11). Préalaire très courte;
13’·(14). Thorax dïun brun noirl foncé,. les parties latérales et' postérieures
plus claires. Chète pubcscent (fig; 132): Long. 6 %-7` mm..
...... . ........... brunnescens (p. 92).
14>(13).Tl1orax d’un gris brillant avec une bande médiane distincte.
Chète faiblement pubescent. La protubérance du 2°' article des
tarses II (intermédiaires) peu saillante. .· . . . nuda (p. 98).
15—(8)L 2° article des tarses· II non épaissî;
16—(33). Préalaire plus courte que la 1*`° soie dorso-centrale ou nulle.
17—(24).Tibias II sans soies antéro—externes. Préalaire courte. Chète
distinctement pubescent; Abdomen petit;. nettement aplati;
épaissi par l’hypopyge· à 1’ext‘rémité;
18—(23). Métatarse II avec de longues. soies dorsales- (fig. 126). Tibias II
avec·2i petites soies postérieuresv Pilosité de l’hyp0pyge assez
égale : sans longues soies postérieuresi
19-(22). Nervure I non ciliée; épine costale· très petite ou. nulle.
20—(21). Tibias III avec une série de' soies courtes- en· rangée régulière
sur‘le bord antérieur et un rang de soies plus fines dans la moitié '
basale de la face postéro-interne. Pas d-’épine costale. Long. 5-
5 % mm. ............. tarsiïimbrin (p. 100).
21-(20): Tibias III= sans ciliation régulière sur le bord` antérieur. Épine
costale petite; Long. 4-5 mm ...... parcepilosa (p. 99).
22—(19). Nervure· l' avec de petites épines dans la moitié basale; épine
costale forte. Long. 4 mm ........ quœranda (p. 100).
23>(I8)L Métatarse II sans longues soies. Tibias II avec 2-3 courtes soies
postérieures. Hypopyge avec de longues soies postérieures.
Long. 5 mm ............... angus»ta~(p. 90). .
24-(17). Tibias II avec 1` ou plusieurs fortes- soies antéro-externes.
25—(26).Tibias III avec une rangée continue·de 6-8 soies courtes de
même longueur, régulièrement espacées sur la face postéro-
interne (fig. 139): Thoraxnnicolore d’un· gris jaunâtre à bandes
brunes peu nettes. Long. 5-7 mm ...... antique. (p. 90)
26—(25). Tibias III sans soies postéro-internes en série continue.
27-(30). Yeux séparés par une petite bande d’un roux brun ou noire;

84 HYLEMYIA
28—(29).Tibias III avec 4 soies postéro—internes inégales. Acrosticales
bien développées. Chète à cils courts. Ailes faiblement jaunâtres.
Lamelles prégénitales peu apparentes. Long. 4-5 mm.
................. ' . . . bica1ca1·ea(p. 90).
29—(28). Tibias III avec 2 petites soies postéro-internes. Acrosticales fines.
Chète antennaire à cils un peu plus longs que la moitié du 38 article
antennaire. Ailes enfumées. Lamelles prégénitales assez longues,
pendantes. Long. 4-5 mm ........ uniciliata (p. 36).
30—(27). Yeux cohérents. `
31—(32).Tibias III avec 6-7 soies inégales plantées sans ordre sur la
face postéro-interne (fig. 147). Thorax d’un gris noirâtre : bande
médiane distincte. Long. 4 %—5 mm ..... îugax (p. 96).
32—(31).Tibias III avec 2 soies postéro-internes inégales. Thorax d’un
gris jaunâtre avec 3 légères bandes brunes. Long. 4 mm.
.................... discussa (p. 94).
33—(16). Préalaire aussi longue ou presque aussi longue que la lm soie
dorsocentrale.
34-(35).Nervu1‘e XII ombrée (fig. 129). Anneau basal de l’hyp0pyge
élargi, d’un noir brillant ......... pullula (p. 99).
35—(34). Nervure XII sans ombre.
36—(57).Tibias II sans soies antéro-internes. `
3’7—(40). Face interne des fémurs III hérissée d’une villosité dense, fine et
courte. Tibias III avec une série de courtes soies internes de
longueur inégale. Face légèrement saillante. Chète pubescent.
38—(39).Lamelles prégénitales étroites, légèrement saillantes parmi de
longs poils verticaux (fig. 158). Pattes III : tarses plus longs
que les tibias, base des fémurs à poils courts non touffus. Long.
6mm.(‘) ................ pilipyga (p. 99).
39—(38). Lamelles prégénitales sans longs poils verticaux. Pattes III :
tarses de méme longueur que les tibias, base des fému1·s posté-
rieurs hérissée d’une villosité plus développée en touffe sur le
bord interne (fig. 151). Long. 5 %—7 % mm,. brassicœ (p. 91).
40-(37). Face interne des fémurs III avec des soies lâches dispersées sur
toute la longueur.
41—(42). Tibias III avec 1 rang de soies d’égale longueur, dressées sur la
face interne. Long. 4 %-5 M; mm. .... floralis (p. 95).
42-(41). Tibias III sans soies internes dressées.
43—(44).Tibias II avec seulement 2 soies postérieures (9). Bande fron-
tale égale au 1/5 de l’œil. Nervure XII droite. Thorax d’un
cendré foncé à ligne médiane dorsale brune, assez large, plus
_ 2 latérales irrégulières. Long. 4-5 mm. carduiîormis (p. 93).
1. D’ap1·ès VxLLENEUvE, 1917, 440, 2.
2. Certaines formes présentent une soie antérieure très courte, peu distincte.

HYLEMYIA 85 .
44-(43). Tibias II avec une autre disposition des soies.
45-(48). Acrosticales présuturales nulles ou très courtes. Chète à pubes~
cence courte. Palpes faiblement élargis à l’apex.
46-(47). Abdomen petit, aplati, un peu épaissi à l’apex. Fémurs III sans
s'oies internes. Préalaire longue. Épine costale très longue. Ailes
fortement enfumées. Long. 5-6 mm. . . tristriata (p. 100).
47—(46). Abdomen bien développé, cylindrique. Lamelles prégénitales
bien saillantes. Fémurs III avec des soies internes. Préalaire très
longue (fig. 140). Épine costale distincte. Ailes d’un gris jaunâtre.
Long. 7 mm. .............. varicolor (p. 101).
48-(45). Deux rangs distincts de soies acrosticales présuturales.
49·(52). Thorax d’un gris clair, blanchâtre sur les côtés. 2 : 2 soies sterno-
pleurales. Préalaire longue et forte. Épine costale assez longue.
Nervure I avec de courtes épines dans la moitié basale. Chète à
pubescence faible.
50·(51). Hypopyge : ler segment d’un noir brillant. Thorax sans lignes
médiane ou latérales obscures. Tibias III avec 4 soies antéro-
internes : les lm et 36 plus fortes. Long. 7-8 mm.
................... Iatipennis (p. 97).
51—(50). Hypopyge : l" segment gris. Thorax sans bandes nettes. Tibias
III avec 2 soies antéro-internes. Long. 6 %—7 mm.
. .................... cînerea (p. 93).
52-(49). Thorax de couleur sombre, gris noirâtre ou brun noir.
53-(56).Thorax d’un brun noir profond; base des ailes, cuillerons et
balanciers d’un brun jaune. Long. 4-5 mm.
54-(55). 3 paires d’acrosticales. Fémurs II avec quelques longues soies
postérieures dispersées; fémurs III: 5-6 longues soies externes
serrées dans la moitié apicale. Ailes sombres. Long. 4-5 % mm..
..................... gnava (p. 96).
55-(54). 2 paires d’acrosticales. Fémurs II avec une rangée postérieure
de longues soies dans la moitié basale; fémurs III avec une
rangée complète de longues soies externes. Ailes jaunies à la
base. Long. 4-5 % mm. ...... lactucœformis (p. 96).
56-(53).Thorax noir au fond à légère pruinosité grise. Cuillerons et
balanciers blanchâtres. Long. 3 %-4 mm. . cinerosa (p. 93).
57·(36). Tibias II avec des soies antéro—internes.
58—(59). Abdomen : sternite II, bord apical avec une frange de longues
soies dressées en bas, inclinées au bout en arrière (fig. 146).
Long. 5 mm ............ Habellifera (p. 95).
59-(58). Sternite II sans longues soies.
60·(61). Abdomen aplati aussi long et large que le thorax; ·1€r tergite
d’un noir brillant. 2 rangs de fortes acrosticales; 2 : 2 soies sterno-
pleurales. Lamelles prégénitales sans épines; chète à villosité
longue. Thorax et scutellum d’un gris jaune, le premier avec

\,· ` ` M  
‘ ·_ 132
5 3 133 · · Ã, ·
1 ` *  =<_«>»î¤ vif]
É/9 1  5% ï ' A î
. , ‘   *~   V "  , . ' 2
 Mm _&  M   - 5 · ‘   1,,.
1111 11 `\  '''‘   _ 1 · \
131 K ;    · 137
5 1  , ,.,,_ /1 / W
. (A ’\ _;(`\ A I   .
155 , ® @
135   5 1 .1 "
E   ~ \\}\ 1 »-.
\\//'È' `````` " pm "”î: \\1N_ ‘îè ' 4
\ Fw.   111* a  1 < ,· ·
M   ~ '° Q/iiïëizî. " 7 »  — 1‘   ~·1 1 ·<É*
1\ ` * '  1,11S 1\ Y"
/// 4,
T<?   142
139 , 141 ·
\
\   (J ï, ,
QQ   _. _   
*14 `\ ,>= .,,,..,1É.,É*‘( '  ’
F   11 = _
` -····-·· —·——\ /  (gif; 1 I); 1 ig
7 /1 ` `M; _/·= 11 145
· 143 ® e   mL···:"" \
x  * /
1 1 :11  t
    · vl   / , 115
?" \·1. 1 s1 ,,,;·1' ’
` `111m\ » V
151 * »°’· `1  . · x
 1 1 ‘ t ·
4 ,   fi Ã
411 1511 1 119 148 141
Fm. 131 à 151. — 131, Hylemyia variata, tête (d'); —— 132, H. izrunnesccns, chète (ci');
-·- 133,.134, ,H. strigasa, hypopyge (c")_; - ,135, H. .antiqua, thorax montrant a
préalaire gd`); — 136, id. partie postérieure du corps de la larve; — 137, H. lasciva
gi'); —-_1l8, 2‘1ë;)varzwicàîa1g:exzne(€)â_- lâââèël. ïngqua, tîtëa   (É); - lüiâ
. F § ···· , · I`I1Illl€L lI'M3£l,, 6 Q ~·· , l . Q —
H. Iïrlîzigâë, tibia III,(d‘); - 144, id. partie postériîure du corps de(1a)larve; —
14§, H. brunneilinea (0*); ~— 146, H. flœbeilifera, abdomen (ci'); — 147, H. fuggx,
t1b1a III gauche, face externe; - 1.48, H. lamellzsela, abqomen d'; — 149, rd.,
ëzëocheîlîîes Iobes latéraux du stermte V; - 150, H. brasszcœ, œuf; — 15111, id.,
IIIIIT . ~

\
HYLEMYIA 87
5.lignes longitudinales; ailes jaunàtres. Épine costale distincte.
Cuillerons et balanciers jaunes. Long. 6 mm. (fig. 145, 152).
.................. brunneilinea (p. 91)
61-(60). Abdomen plus petit que le thorax, étroit, aminci à l’apex, à
bandes transverses postérieures grises, encadrées par le noir.
Acrostieales présuturales petites ou nulles. Lamelles prégénitales
avec 6 courtes soies raides dressées ou agglutinées en épine courte
Ailes d’un jaune foncé; épine costale longue. Cuillerons d’un
blanc jaunâtre; balanciers jaunes. Long. 5 imm. (fig. 148-149).
............... . . . . lemelliseta. (p. 96).
62·(1). Pattes en partie d’un brun roux ou d’un roux jaunâtre.
63·(64). Abdomen 2 face ventrale avec de longues soies courbées, dirigées
en arrière et en·bas. Long. 6-7 mm. (fig. 154). _
. .................. criniventris (p. 94).
64—(63). Abdomen : face ventrale sans longues soies courbées.
65—(68). Pas de préalaire. Seulement une paire d’acrosticales présuturales.
Pattes noires, tibias jaunes. `
66·(67). Abdomen plus petit que le thorax et le scutellum, d’un gris
jaune sombre avec une ligne dorsale très fine ou indistincte.
Épine costale petite. Long. 5-8 mm .... conrctata (p. 93). ·
67-(66). Abdomen longcomme le thorax et le scutellum, un peu aplati
à la·base, d’un gris blanchâtre. Ailes à nervures jaunes; épine
costale distincte. Cuillerons presque blancs, balanciers jaunes.
_ Long. 7-7 $5 mm .... . ........ lavata. (p. 98).
68-(65). Préalaire courte, mais robuste.
60-(70). Tous les fémurs noirs. Long. 6-8 mm .... strigosa (p. 100).
70·(69). Fémurs II-lII jaunes. Long. 8-9 nim. . nigrimana (p. 98).
FEMELLES '
1-(48). Pattes entièrement noires.
2·(9). Chète à cils longs. ·
3-(4). Chète à cils à peu près aussi longs que la largeur du 3s article
antennaire (fig. 141) ........ brunneilinea (p. 91).
4-(3). Chèteàcils beaucoup plus longs (fig. 128). Préalaire nulle ou plus
courte que la 1*** soie dorso·centrale. Genoux I sombres. Bande
médiane frontale avec des soies croisées distinctes. Épine costale
toujours distincte, souvent forte.
5·(6). Trompe très forte, épaisse. Ailes nettement jaunâtres. 1 : 2 soies
sternopleuralesz . . ........ flavipennis (p. 95).
6·(5). Trompe assez grêle. Ailes non nettement jaunâtres. 2: 2 soies
stemopleurales.

88 HYLEMYIA
7—(8). Bande médiane frontale d’un brun foncé ou d’un brun rou-
geâtre (fig. 127). Épine costale longue. . . variata (p. 100).
8—(7). Bande médiane frontale jaune, rougeâtre en. avant. Épine
costale petite .............. lascîva (p. 97).
9—(2). Chète à cils plus courts que la largeur du 38 article antennaire.
10-(39). Acrosticales bien développées.
11—(38). Nervures XI-XII non rembrunies. 1 : 2 soies sternopleurales.
12—(35). Tibias II sans soies antéro-internes.
13—(26).Acrosticales présuturales : la paire postérieure plus longue et
plus forte.
14-(21). Préalaire plus fine et plus courte que la 1*8 soie dorso-centrale.
La 38 soie sternopleurale plus fine et plus courte que la 28. ‘
15—(16). Abdomen avec une bande assez distincte. Mouche d’un gris
verdâtre ................. fugax (p. 96).
16—(15). Abdomen sans bande. Mouche d’un gris jaunâtre.
17—(20). Tibias II avec 1 soie postéro-externe.
18—(19). Tibias II avec 1 petite soie antéro-externe. tarsifimbria (p. 100).
19—(18).Tibias II avec 1 forte soie antéro-externe allongée. Abdomen
avec la trace d’une petite bande médiane dorsale noire, peu
visible ................... nuda (p. 98).
20-(17). Tibias II avec 2 soies postéro—externes. . carduiformis (p. 93).
21—(14). Préalaire au moins aussi longue et forte que la 1*8 soie dorso-
centrale.
22—(25). La 38 soie sternopleurale aussi forte que la 28. Mouche d’un
gris jaunâtre. Préalaire très forte. Acrosticales courtes.
23—(24). Épine costale longue et forte ........ cardui (p. 92).
24-(23). Épine costale courte ou nulle ....... orbitalis (p. 99).
25-(22). La 38 soie sternopleurale plus fine et plus courte que la 28.
Mouche grise àretlets plombés. Préalaire plus courte. Acrosticales
fortes ................ brunnescens (p. 92).
26—(13). Toutes les acrosticales présuturales presque aussi fortes.
27-(28). Mouche à corps noir, brillant, couvert d’une pruinosité grise
peu épaisse ............... cinerosa (p. 93).
28—(27). Mouches grises.
29·(30); Abdomen à soies courtes, couchées, même sur les derniers tergites.
1 : 1 soies sternopleurales ......... discussa. (p. 94).
30-(29). Abdomen à soies plus longues, dressées, au moins sur les derniers
tergites (fig. 123).
31-(34). 1 : 2 soies sternopleurales.
32—(33). Dernier tergite abdominal à soies serrées et rapprochées. Gênes
faiblement rougeâtres ............ gnava (p. 96).
33-(32). Dernier tergite abdominal avec les soies normales. Gênes non
rougeâtres tout au plus une légère teinte près de 1’angle des
vibrisses ................. antique. (p. 90).

uvnnmvm 89.
34-—(31). 2 : 2 soies sternopleurales. Gênes grises .... cinerea (p. 93).
35—(12).Tibias II avec des soies antéro—internes. Préalairejlongue et
forte; la 3** sternopleurale presque aussi forte que les 2 premières.
36-(37). Bande médiane frontale rousse. Orbites : 4 soies. Thorax avec
2 bandes brunes assez distinctes .... latipennis (p. 97).
37-—(36). Bande médiane frontale noire. Orbites : 7 soies serrées. Thorax
unicolore ............... varicolor (p. 101).
38-(11). Nervures XI-XII rembrunies (fig. 129). 2: 2 soies sternopleurales.
.................... pullula (p. 99).
39-(10).Acrosticales petites, indistinctes ou nulles. Thorax unicolore.
Préalaire longue.
40—(43). La 36 soie sternopleurale piliforme.
41-(42). Tarses III plus longs que leurs tibias .... pilipyga (p. 99).
42-(41). Tarses Ill aussi longs que leurs tibias .... brassicœ (p. 91).
43—(40). La 38 soie sternopleurale longue et forte.
44-(45).Tergites abdominaux III-IV avec une ligne de soies dressées.
Petite mouche d’un gris jaunâtre. Bande médiane frontale
presque entièrement rouge. Abdomen distinctement plus large
que le thorax ............ lamelliseta (l) (p. 96).
45—(44). Tergites abdominaux III-IV avec de longues soies serrées au
bord postérieur (fig. 123). Grosses mouches.
46-(47). Acrosticales distinctes. Bande médiane frontale noire.
................... varicolor (p. 101).
4’7—(46). Acrosticales nulles. Bande médiane frontale rousse en avant.
................ _ . . . bicalcarea (p. 90).
48·(1). Pattes jaunes en partie.
49—(54). Chète à cils courts.
50—(53). Pas de préalaire. 1 : 2 soies sternopleurales.
51·—(52). Fémurs II-III roux ........... lavata. (p. 98).
52-(51). Fémurs II-III noirs. Tibias I-III roux. . . subcalva. (p. 100).
53·(50).Préalaire forte et longue. Fémurs noirs. criniventris (p. 94).
54—(49). Chète à cils longs.
55·(58). Fémurs jaunes. Bande médiane frontale avec des soies croisées.
................... coarctata (p. 93).
56-(57). 1 : 2 soies sternopleurales; pas de préalaire. strigosa (p. 100).
57—(56). 2 : 2 soies sternopleurales; préalaire distincte
................... nigrimana. (p. 98).
58·~(55). Fémurs noirs. Bande médiane frontale avec des soies croisées
(fig. 127). Préalaire courte; 2 : 2 sternopleurales. Base des
fémurs II-III et tibias II-III légèrement roux.
...... . ........... . variata (p. 100).
1. L’IIylemyia bicîliaris PANDELLÉ présente une bande médiane frontale noire
dans la moitié supérieure. Acrosticales nulles, sauf la 2• paire présuturale forte;
préscutellaires médiocres. Préalaire aussi longue que la 1*• soie dorso-centrale'
2 + 3s01es dorso-centrales. Epine costale très longue. (PANDELLÉ, 1900, 232, 24.)

90 HYLEMYIA
1. H. auguste Srnnv 1916, 141, 3. I
©”: antennes noires : 36 article double du 28. Thorax et scutellum d’un
brun cendré obscur. Thorax presque nu en dehors des macrochètes.
Ailes d’un brun jaune foncé, nervures V-VI parallèles à l’apex. Cuille-
rons petits,.jaunàtres. Balanciers jaunes. I
Voisin de 1’Hydr0ph0ria vaccins PANDELLÉ (1900, 235, 30 [*]) de Prusse
orientale qui présente : hypopyge avec de longues soies un peu courbées
au bout; 1 : 1 soies sternopleurales.
Hautes-Alpes : Lautaret; Mont-Cenis. — Prusse. Rare.
2. H. antiqua MZEIGEN. — PANDELLÉ, 1900, 231, 21; VILLENEUVE,
· Ann. Soc. ent. Fr., 1903, XLIII, 130; SCHNABL et Dzuan., 1911, 95, VI, 5
(Crinura); SORAUER, 1913, 430 (2); Sriam, 1916, 142, 14. —- Bnzzr et
STEIN, III, 688. -— Anthomyia ceparum MEIGEN, BoUcHÉ, 1834, I,
73, 59. -— (fig. 135, 136, 139),
©" : yeux séparés par une petite ligne noire; orbites étroites, d’un
I blanc d’argent. Bouche et front peu saillants. Acrosticales présuturales:
1 paire. Ailes d’un jaune pâle; épine costale assez longue. Cuillerons
d’un blanc jaunâtre; balaneiers jaunâtres. Abdomen aplati, un peu
plus court que le thorax, un peu épaissi à l’apex, tergites longuement
hérissés sur le disque. Vu de derrière, l’abdomen présente une délicate
ligne médiane dorsale bien visible sur le fond d’un cendré jaunâtre.
_ Avril-octobre. Assez commun dans toute la France. — Toute l’Europe;
fleurs, feuillage. Commun sur le Leucanthemum vulga1·e(MEA¤E).
Larve sur ie Poireau (Seine-et-Oise : Rambouillet [V1LLENEUvE]; Vitry
[Esr1o·r]); dans les bulbes d’Oignons (Grenoble, août [Hesse]; Vitry
[ESTIGT])§ GoUnEAU a obtenu la Mouche de larves mineuses des bulbes de
l’Allium ascalonicum.
3. H. bicalcarea PANDELLÉ 1900, 233, 25.
©" : yeux séparés par des orbites argentées assez larges et une petite
bande frontale rousse plus claire en avant. Antennes longues; chète à cils
courts. Trompe médiocre. Palpes petits, peu velus, très légèrement épaissis
à l’apex. Thorax noir, couvert d’unepruinosîté grise assez épaisse; bandes
nulles, ou 3 bandes d’un brun clair plus visibles à la partie postérieure
du thorax. Acrosticales bien développées : 2 rangs; 2 + 3 soies dorso-
centrales; 1 : 2 ou 2 2 3 soies sternopleurales, les sternopleurales IV et
V fines. Cnillerons et balanciers jaunes. Ailes un peu jaunâtres à la base;
épine costale longue; nervure XII droite. Abdomen brun noir au fond, à
épaisse pruinosité d’un gris blanc; bande médiane dorsale noire formée
1. Lesfemelles que PANDELLÉ rapporteàl’H. vaccins ne semblent pas se distinguer
de celles des Hylemyia brczssicœ.
eSé2éœS0RAUER donne la bibliographie complète relative à la biologie de cette

i—rYLEMYr.¤t 91
de sections triangulaires élargies en avant. Hypopyge et lamelles prégé-
nitalles peu saillants.
Marseille (ÀBEILLE DE PERMN). — Prusse (PANDELLÉ)·
4. H. brassicœ Boucurâ. ~— Bazzr et Srsm, III, 7.12; Scmsmer. et
Dzirauz., 1911, 96, VI, 5; Sonauxan, 1913, 425, fig. 259-260 ('). —-Antho-
myia floccosa l\IAcQuArvr. - A. floralis FALLEN. — (fig. 143, 144, 150,
151 a, 151 b, 168). ‘
©' : yeux subcontigus. Face légèrement pxtoéminente. Thorax avec
3 bandes nettement séparées; préalaire très longue; Acrosticales présu-
turales : 2 rangs
distincts; '1 : 2 soies
sternopleurales, la
3° un peu plus courte
et plus üne que les
aiurtres. Ailes grises,
épine costale dis-
tincte. Cuillerons
d‘un blanc jaunâtre;
balanciers jaunes. F 151b H I b B lé A il 6 î
· *10. T . ··· y emyïa rassicœ OUCI . p])âI`€ g I'1•
Abdomen ”Pl"t‘· ““ mi ¤· profil et me, auprès Schnabl et Dziedzickl, 1911,
peu renflé à l’apex gg, 155-156,
avec une bande mé-
diane dorsale noire bîen·visible, plus ou moins dilatée sur la marge de
chaque tergite.
Très commun dans toute 1’Europe, de mars à novembre.
La femelle pond une cinquantaine d’œufs près du collet des plantes.
Au bout de huit à dix jours, la larve éclôt et ronge les racines. La larve adulte
est blanchâtre, lisse, brillante et mesure environ 8 mm. Elle peut vivre dans
les racines de plusieurs Crucifères : Choux-fleurs, Chou, Navet, Radis et
Baves, dans lesquels cette larve creuse des galeries. Elle achève sa crois-
sance en trois semaines ou un mois et se·transforme en pupe. L’éclosion
de l"adulte a lieu huit jours après. Il peuty avoir trois ou quatre générations
par an.
Parasites : Opius procerus Wissmmzx. (Braconide) et Algsia luciclula
(GOUREAU) Aleochara bilineata GYLL. `[Saphylinide], (WADSWORTH).
5. H. brunneilinea. ZETT.—BEZZl et Srzam, III, 689; Scrmmer. et
Dzuznz., 1911, 98, ·VI, 9 (Pegohylcmyia); Srnm, 1916, 144, 6. — H.
sclicrura RONDANI. — PANDELLÉ, 225, 12. — (fig. 141, 142} 145, 152),
Sur les feuilles, les herbes et les fleurs dans les prairies.
1. Hanms (1835) a appelé cette mouche Anlhomyîa raphani. L’Hydropho1·ia sli-
mulea (PANDELLÉ, 1900, 232, 23) ne se distingue pas d’une petite femelle
d’IIyle.myla brassicœ.

92 HYLEMYM
Paris; Seine-et-Oise (VILLENEUVE, SÉGUY); Maine-et-Loire (HERVÉ—BA·
z1N); Orne : Longny (P. LESNE);
` Morbihan : Rhuys (Stmcour);
Mâcon; Hyères (POUJADE);
Hautes-Pyrénées: Tarbes. Mon-
\ tagne, Aune, haies, prairies,
“ mai—octobre (PANDELLÉ).
=W,.a sa
i 0
4 ,6)   6. H. brunnescens ZETT. —
    PANDELLÉ, 1900, 237, 33;
\ ~  
  _   H SCHNABL 611 DZIEDZ.', 1911, 98,
  '·`ç |m;s;;v VI, 9 (Peg0hylemy1a); STEIN,
  (   1916, 144, 7. — H. cardui
   `\` SCHINER 1862 (non ME1<;EN) I,
=  I 645. — H. nigrescens BIEADE
Fm. 152, - Hylemyia b1·unneilinea(d‘)1>< S, (mm RDI‘)· `— (fig' 132%
la patte postérieure droite a été en ev e . · ·
p0m_dégage1_1,hyp0pyg8_ Chete pubescent, preala1re
courte; acrosticales : 2 rangs :
la pe paire pyéguturalg plus longue; 1 : 2 soies sternopleurales, les
26 et 3° de la même longueur.
Abdomen plus petit que le thorax,
aplati. Ailes, cuîllerons et balan-
` ciers enfumés.
Mai-octobre. Prairies.
Seine-et-Oise: Saint-Cloud; Ram- . ·
bouillet; 1’Hay (V1LLENEUvE, SE-  
GUY); Maine-et—Loire (HERVÉ- *   ,
BAZIN); Vaucluse : Apt; Hautes- s "
Pyrénées : Tarbes. —- Europe (PAN-   _;
DELLE).   (
Cette Mouche a été obtenue de  sa?   É;  ” ‘%
larves minant la tige d’(Ei1lets cul-     ·,
tîvés en serre, pendant Yautomne gââ  V; I
et 1’hiver, et faisant périr la plante.   s  É/ .,  — '',p ,\  
m·'>É" Q  j7ü'  _,v. 1\~·:_x
    î¢*é#· z¤;<"'= \ ° ·
7. H. cardui MErc;EN. —     ' ft   ‘ 
SGHNABL et DZIEDZ., 1911, 96, Eg'   Ã Q "«'
VI, 5; SORAUER, 1913, 430; STEIN,   " `_
1916, 145, 8. — H. cinerella Scar- "\.  
NER. ——— H. crinivemfris ZETT. —-  
PANDELLÉ, 1900, 226, 13. — H. Q     '
lychnidis KALT. —- H. pcnicillaris 1* j'  
Roma. -—-M1K, 1900, XIX, 148. -— i`=· (V   `1`î
(tig. 120-122, 153 a). `î' *
Sur les fleurs; mai-novembre. Fm. 153 a. - Hylcmyia cardui (d') >< 10.

HYLEMYIA 93
Toute la France, Corse. — Europe, Caucase.
La larve peut se développer dans les tiges et les racines d’(Ei1lets (Lychnis
et Dîanthus). Elle se transforme en pupe dans la tige ou dans la terre.
8. H. carduiîormis SCHNABL et Dzrxanzrcxr 1911, 96 (44), VI, 5 (Dclia);
Srnnv, 1916, 145, 9. — H. cardui l\IEAnE (non MEIGEN); PANDELLÉ,
238, 34.
Fleurs, feuillage. Avril-octobre. Assez rare.
Seine-et·0ise (VILLENEUVE); Eure; Allier (PAN¤Er.LÉ); Dauphiné
(Kuxrzn); Hautes-Pyrénées : Tarbes, montagne PANDELLÉ.
9. H. cinerea FAL1.1zN.—- Scam;. et Dzmnz., 98, VI, 9 (Pegohylcmyia);
SCHNABL, 1911, 78, 37; STEIN, 1916, 146, 10.
©" : yeux cohérents. Chète à pubescence courte. Front légèrement
proéminent. Thorax et scutellum d’un gris jaunâtre clair; le thorax
présente quelquefois une faible ligne médiane dorsale d’un brun jaune;
préalaire plus petite que la 1*6 soie dorso-centrale. Nervure XII un peu
oblique et courbée. Cuillerons et balanciers jaunâtres. Pattes noires.
Tibias Ill (et quelquefois tibias II) faiblement rougeâtres. Abdomen
cylindrique, coloré comme le thorax; une faible ligne médiane dorsale
sombre, visible à une certaine lumière.
Seine—et-Oise : Rambouillet (VrLLENE¤vE, Sûouv); Mont-Cenis; Corse :
Calvi, Eviza, mai (ScnNAm.).
10. H. cinerosa Znrr. — lllmnn, 1897, 35, 10; SCHNAB1., 1911, 78,
38; Srrznv, 1916, 146, 11; ne l\IE1JEnE, Tijdschri/l voor Entomologic, LIV,
111, 5, taf. IV fig. 26 — taf. VII fig. 30 (1911). — Aricia xanlhoptcra
B0m2MAN. — Bnzzi ET STEIN, III, 690. — (fig. 159-162).
Seine·et-Oise : Maisons-Laffitte, Rambouillet; Corse : Campo di l’Oro,
Vizzavona, Tattone (SCHNABL, V11.LENEuvE).
La larve mine les feuilles du Pleris aquilina (ma Mamans).
11. H. coarctata. FALLEN. ——- PANDELLÉ, 224, 10; MA1>.cnAL, 1909,
196; SCHNABL et Dznznz., 1911, 94, VI, 1 (Lcplohylemyia); SORAUER,
1913, 431; STEIN, 1916, 147, 12; KE11.1N, 1917, VIII, 121, fig. 1·2.—(flg.
117 119,124,125, 153 b).
  ehète à cils aussi longs que la largeur du 3e article antennaire.
Thorax et scutellum d’un gris jaunâtre uniforme, les côtés plus clairs.
Ailes, cuillerons et balanciers distinctement jaunàtres. Abdomen étroit,
un peu èpaissi à l’extrémité, entièrement d’un gris jaune, finement
hérissé. Q : Thorax et abdomen d’un gris cendré sans taches. Fémurs
lI·III et tous les tibias pâles. 2** article des antennes avec une tache d’un
roux obscur en avant.

94 HYLEMYM
Avril-septembre.
Toute la France -— Europe septentrionale et centrale.
Très commun par endroit, certaines années. l`/IÃRCHAL a~ signalé sa pré-
sence en 1908 dans le Nord
- _ de la France otr il a commis
 I de véritables dégâts; en
1910 à Orléans; en 1919
dans la Marne (Vertus et
I Châlons).; en 1912 enTunisie
, _ _ (YAYSSIÈRE).
· `, La larve se développe
sur diverses plantes culti-
vées : Seigle, Blé, Orge,
fo dont elle miner les tiges; ce
2 qui détermine le dessèche=
Fm. 153 b. - Hylemyia coarctala Fallen. Appareil mont ot la décomposition
génital mâle, face et profil, d’après Schnabl et de la p]amj€_ NEVEUJJE-
D?·îë<îZî<>kî· 191% û€· 97*38- MAIRE la signale sur la
Betterave, le Navet et. la
Pomme de terre. Les œufs? pondus» en août n’écloront qu’au printemps
suivant (HEDLUND).
Les Chortophila sepia et Haberlandli qui causent des dégâts aux Gra-
minées cultivées, semblent avoir été con-
fondus plusieurs fois avec l’Hylemyia ·
coarclata. La Mouche noire de Hongrie, qui
est nuisible au Blé, correspond d’après le
prof. STEIN au Chortophila. sepia.
12. H. criniventris ZETT. — Srnm, _ \\Ã~“N _
1916, 148, 13; Bnzzx et STEIN, III, 6911 \ \\ L __
. · . `   1 '/  
—H.tzb1ar1cr RDLMEADE. — (fig. 154 a)..    
' îïs i`, .,,.Q été   
Assez commun aux environs de Paris,     ___\ \ ‘
mai—septemb1·e. — Europe.     ` I ~\
    *
13. H. discussa PANDELLÉ 1900, 2.57,   M
24 ©’ ; 277, 24 et 282, 24, Q (Choriophila). /’·' .··*’/
Vo1s1n»de IH. antzqua, en differe par z" V ài
cf : yeux cohérents par les orbites, Ã   'i``’' \
ceux—cî parfois séparés par une très 5/   eg
petite ligne noire. Antennes : 36 article V-
trois fois plus long que le 2e. Gliète Fm} 154* a_ __ Hylemyia mug
pubescent, Palpes épaissis a. la pointe. venzris (d‘)· >< 9.
Acrosticales (})~: 3 paires,. lïantérieure
courte et fine;. entre les 2.*% et 38 paires parfois une paire de cils supplé-
mentaires. Préalaire un peu plus forte que. chez antiqua. 2: 3 ster-
1. Les soies acrosticales en lignes régulières jusqu’au scutellum.

' HYLEMYIA 95
nopleurales, la; 4E fine, aussi visible que la 58, Ailes claires, épine costale
plus forte que chez I’H. rmliqua; nervirres V-VI divergentes; nervure XII
courbée. Tibias I : 1-2 soies postérieures et 1 antérieure; tibias II : 2soies
internes au' milieu d’une villosité serrée et 2-3 postérieures; tibias III.:
5-6 soies antéro-postérieures et 3-4 dorsales bien plus longues, inégales.
Q : soies croisées moins fortes que chez anfiqua; bande médiane frontale
noire dans la moitié supérieure. Préalaire indistincte. Nervure XII
courbée. Tibias Il avec une forte soie postéro-externe (2 chez aniiqua).
Hautes-Pyrénées : Tarbes; Landes (PAN¤Er.1.É).
14. H; îlabelliîera. PANDELLE 1900, 234, 27. —- (fig. 146).
C": yeux séparés par une bande d’un brun noir; orbites linéaires argen-
tées. Antennes longues, brunes; chéte à cils médiocres. Palpes noirâtres,
un peu épaissis à l'apex; trompe épaisse. Corps noir. Thorax à. pruino-
sité d’un gris ardoise, plus épaisse sur les côtés, 3 bandes noires peu
marquées : la médiane plus nette et plus large. Acrosticales nulles Ou
très courtes, préscutellaires plus fortes; 2 + 3 soies dorso-centrales; 1' : 2
soies sternopleurales. Ailes enfumées, nervure XII eourhée, épine costale
très longue. Abdomen aplati à la base, épaissi à 1’apex, couvert de longues
soies raides. Lamelles prégénitales bombées, très longues, prolongées
sur la base de Phypopyge qui est un peu saillant,
Prusse orientale (PA1~mE1.1.É). .
15. H. îlavipennis FALLÉN. - Brzzzr et Srem III, 691; SCHNABL, 1911,
78, 39; Sommer. et Dz., 1911, 99, VI, 10 (Pogonomyza)î S1·E1N, 1916,
148,14. — Anlhomyia crassir0slris~MErcEN, MAcoUAa·r.
Chète à villosité longue_et serrée. Trompe épaisse, molle, surtout chez
les femelles. Thorax presque noir à bandes indistinctes. Ailes d’un brun
jaune plus foncé à la base. Nervure I sans petites épines distinctes
des soies fines. Tibias a villosité un peu longue.
Fougères des bois, feuillage, aune:_forêts. Avril-septembre. Commun
par places.
Toute la France; Corse: Campo-di-l’Oro, Vico ; mai-juin (SCIINABL)· —
Europe centrale et méridionale.
16. H. îloralis FALLEN. — Brzzzr et SrE11~z, III, 716 (Chorlophila);
Scnms. et Dz., 1911, 96, VI, 5 (Dclia); SoaAUEu, 1913, 427; S'rErr<r,
1916, 148, 15 (·).
La femelle ressemble beaucoup à celle de l'H.· brassicœ.
Lille : citadelle (VILLENEUVE). — Europe centrale et septentrionale.
1. L’IIyIemyia lloralîs, que Duroun a vu pondre à l’orifice du terrier des Andrènes
et recouvrir ses œufs d’un peu de sable, est un Hylephila r1nilineala·

96 HYLEMYIA
Les larves ont été trouvées dans les Raiforts et les Radis. La pupe se trouve
dans la terre. La durée totale de l’évolution est deïtrois à quatre semaines.
17. H. fugax MErGEN.—BEzzI et STEIN, III, 717 (Chortophila); STEIN,
1916, 149, 16. — Phorbia pudica RD1., IWEADE. ·— Hydrophoria striolata
ZETT.— PANDELLE, 1900,
278, 15. — (fig. 147, 154b).
Paris; Seine-et—Oîse :
Meudon, Rambouillet (VIL-
LENEUVE, SÉGUY); Seine-
et-Marne : Fontainebleau
(POUJADE); Vaucluse :
Apt; Hautes-Pyrénées :
Tarbes : montagne (PAN·
FIG. 154 b. — Hylemyia fugax Meigen. Appareil DELLÉ); Corse Z Tattone,
génital d', face et profil, d’après Schnabl et juin (SCHNABL) .... Italie,
Dziedzicki, 1911, ng. 203-204. . Autriche, Prusse, Suèds ·
18. H. gnava N[EIGEN· — BEzzI et STEIN, III, 718 (Choriophila);
SCHNABL et Dz., 1911, 98,VI, 9; SORAUER, 1913, 428; STEIN, 1916, 149,17.
— incognita RDI. —— Anlhomyia laciucœ BOUCHÉ, SCHINER, NIEADE,
PANDELLÉ, 1900, 229, 17. `
©" : yeux séparés par une petite bande d’un noir velouté, triangle
frontal parfois rouge. Chète pubescent. Thorax avec une petite bande
médiane noire; préalaire aussi longue que la lm soie dorsocentrale;
acrosticales : 2 rangs, pas
d’épine costale. Pattes I : ·
pelotes et griffes plus dé-
veloppées. Abdomen brun,
aplati, plus court que le '
thorax. '
Légumineuses, fleurs de
Persil et d’Aneth, herbes
fleuries. Juin—septembre.
Environs de Paris;
Hautes-Pyrénées.
Larvs dans les capîtules Fm, 154 c, -— Hylemyia lamellisela Stein. Appareil
· génital d', face et profil, d’après Schnabl et
gf; ADEI;î1tuSî;nargÉ°U§Lî;Éî Dziedzicki,_1911, ng. 129-130.
comme nuisible à plusieurs
salades (BoUcr1E, MEADE, S0RAUEn) et peut-être aux Navets et aux Choux
(CURTIS). BOUCHÉ (1834, 210, 7) l’a trouvée, en automne, dans les Raves
où elle creuse des galeries.
_ 19. H. lactucaeîormis VILLENEUVE 1923, XXIX, 92, 3 (Chortophila).
Hautes-Alpes : Col du Lautaret (juillet).
20. H.lame11iseta STEIN 1900 et 1916, 150, 18; SCENE. et Dz., 1911, 95

HYLEMYIA 97.
VI, 5 (Crinura). - H. tristriala STEIN 1900, 312.- (fig. 148-149, 154c).
Environs de Paris (PANDELLÉ, DE GAULLE, PIERRE); Nord : Armen-
tières (VILLENEUVE); Isère : Chartreuse (PIERRE). — Europe centrale et
Jccidentale.
21. H. lnscîva ZE·rr. -BEzzx et STEIN, III, 692; Scrmia. et Dz. 1911,.
)4, VI, 2 (Hylemyza); -
STEIN, 1916, 150, 19. __.`
-· (ng. 137).  
©' : thorax d’un —
gris cendré, bandes -
ndistinctes. Acrosti— 2
zales courtes: 2 rangs. Ã
Z : 2 sternopleurales. I = .
àîles d’un gris jau- - _
1âtre, épine costale W5 \_ ISG UW IS]
listincte. Cuillerons
xgaux, blanchàtres. F 1 5 à 15 H I _ I l_ _ · 1 _
îalâncîm ia¤3¤â¤<=S· 'îignîat. ,mÃ1.'Z.·..§quéÉï'”£É«,'îéT°§L",ɧÃ;É5Ã&ccî.iÉ°i
[`ib1aS III : 450165 Sub- 157 a, larve adulte (en partie d'après de Meijere).
lorsales et 2 internes.
Avril·juillet. Seine-et-Oise : Rambouillet (VILLENEUVE, Séouv); `
Puy-de-Dôme : Clermont-Ferrand (PANnEr.1.E). — Europe centrale et sep-
entrionale.
22. H. latîpennis ZETT. — BEzzr et STEIN, III, 719 (Chorlophila); ma
` MEIJERE, 1911, 106,
4, pl. VI, fig. 20-25;
STEIN, 1916, 151; 20.
du, \ É —(iig. 155-157 a).
"'
  I `   0* : front et bouche
« ly légèrement saillants;
  occîputun peu bombé.
. È] Antennes : 3e article
` A double du 2*. Ailes `
iro. 157 b. - Hylemyia Iavala Bohemann. Appareil géni- 'ëaliüâtres îl, la Saw.
tal mâle, face et profil, d’après Schnabl et Dziezicki, ul emns un imc
1911, ng. 123-124. jaunâtre; balanciers
jaunes. Abdomen gris
zylindrique, long comme le thorax et le scutellum avec une bande
nédiane dorsale ¤0î1‘€. êtfûîtë (‘)·
îlîangé dans le genre Pegomyia par Scmxnnr. et Dzmnzicxr à cause de la confor-
nation de Phypopyge rnàle.
7

98 HYLEMYIA
Seine—et-Oise : Rambouillet (VILLENEUVE). ——— Prusse, Suède (PANDELLÉ),
Europe centrale et septentrionale. I · _ I .
La larve mine la tige des feuilles de l’Athyrium filzx-/œmma. Mai-Juin.
Parasite: Phœnocarpa ruficeps NEEs (Braconide).
23. H. lavata BonEMANN.— BEZZI et Srnm, III, 692; Sonne. et Dz.,
1911, 95, VI, 5 (Crinura); STEIN, 1916, 151, 21. —— Chortopila insularis
KUNTZE (d’après BEZZI et STEIN). —— (fig. 130, 157b).
©" : front saillant; occiput un peu gonflé; antennes: 3*% article double
du 28; chète pubescent, court velu à la base. Palpes filiformes, jaune-
sale. Thorax et scutellum d’un jaune blanchâirezuniforme, Iepremîer
sans autres macrochètes que les acrosticales.
Nord : Dunes de Dunkerque, juillet; Somme : Paris-Plage (VILLENEUVE);
— Ostende (Roumlnn). — Europe septentrionale.
’ _,/ [ly ,
——   1
` Y `lgwm·"~_··_·ÈÈ""" ` `'``
·, i. / ~’·;~.~!‘ _
`R B "  ll  
. 1 1 1
F10. 158 a. —· Hylcmym
pilipyga abdomen (cî'),
Fm. 157 c. — Hylemyia parcepilosa Villeneuve. Appareil d’après Villeneuve (').
génital c3' face et profil,d’après Schnabl et Dziedzicki, U) p,,_,.aS;;0l,,gy’ ;X_
1911, fig. 127-128. 1917, page 440.
24. H. nigrimana l\lEIGEN· — BEzz1 et STEIN, Ill, 693. — silvicola
R.-D., MAcoUAR·r, MExoEN.
Avec l’Hylemyîa strigosa, plus rare. — Europe septentrionale et centrale.
Russie.
25. H. nuda STROBL. —- SCHNABL, 1911, 71, 26; STEIN, 1916, 153,
25 (‘)· ,
· Seine—et-Oise 1 Rambouillet; Hautes-Alpes : Col du Lautaret (VrLLE·
NEUVE); Corse. — Italie, Autriche, Prusse (2).
1. C’esI; l’Hydr0phorîa lophola de la coll. PANDELLÉ (1900, 263, 32).
2. L’Hylemyia inœqua PANDELLÉ (1900, 255, 18) est très voisin de l’H. nada; il
se distingue par : yeux étroitement cohérents, lunule rouge. Antennes médîocrement
longues, chète pubescent. Trorrrpe épaisse, palpes longs, en baguette étroite; corps
brun couvert d’une pruinosité d’un gris jaunâtre. Thorax avec une ligne médiane dorsale
brune très nette; acrostîcales fortes: la 2* paire présuturale et les 2 paires préscutel-
laires encore plus fortes. Préalaire un peu plus de moitié aussi forte que la 1** dorso-
centrale. Ailes claires, un peu jaunies, pas d’épine costale. Tibias 1 : 1 soie antéro·
externe et 1 interne. Allemagne.

HYLEMYIA 99
26. H. orbitslis PANDELLÉ 1900, 289, 62 (Q),
Hautes-Pyrénées : montagne. ·
27. H. parcepilosa V1r.r.ENE¤vE 1908, XXVII, 202,, II et 1919, 260; 7
(Chortophila) (I). —— (fig. 157 c).
Q : entièrement d’un gris jaunâtre avec une ligne terne sur le thorax
et une bande médiane sombre sur Pabdomen. Bande frontale rouge dans
sa moitié antérieure, noire en arrière, avec 2 soies entrecroisées.
Long. 4-5 mm. (VILLENEUVE). ·
Pyrénées-Orientales : Vernet-les-Bains,. Vole en juillet (Vx1.1.ENEuvE).
28. H. pilipyga VILLENEUVE 1917, IX, 440, 2. — (fig. 158 a).
Seine-et-Oise : Rambouillet (9 août) (VILLENEUVE).
I(EILIN l’a obtenue d'éc1osion d’une larve vivant dans les Navets, en
compagnie du Phaonia lri- `
maculala; environs de Bor-
deaux. ' §
\ * u
29. H. pseudofugax _' ‘ '
S·rnoBr.. —-— Bezzr et Srrzm,  
III, 722* (Chorfophila);
SCENE et Dz., 1911, 96, VI,
5 (Delia); STEIN, 1916, 153, · ·
26. — (fig. 158 b). ' '
HauteS—Alp€S 1 Lautaret F10. 158 b. — Hylemyîa pseudo/ugax Strobl.
(VILLENEUVE). ... Lionténé. Appareil génital C" face et profil, d’après
gro, Suèd€_ Schnabl et Dziedzicki, 1911, fig. 147-148.
30. H. pullula ZETT. -— BEZZI et Srrzm, III, 693; Gmzncio, 1893,
XXIV, 321; Sormunn, 1913, 432. ·- Delia liturata R.-D. — MACQUART.
-— Anlhomyia longula l\IEr¤EN. — LIACQUART. — (fig. 129).
Aunc, haies, prairies; avril-décembre. Très commun partout.
Toute la France. -- Europe, Algérie, Syrie.
Larve. nuisible aux Iris, attaque les feuilles, les tiges et les fleurs. Signalëe
aussi sur les Glaïeuls.
1. L’Hydr0phorîa quœranda PANDELLÉ, signalé de Prusse orientale, est proche parent
de l’Hylemyia parœpilosa : yeux contigus; bande frontale rouge. Antennes longues.
Chèteàcils médiocres. Péristome et bouche àrefletsbrnns roux. Corps brun àprulnosité
assez épaisse, jaunâtre, plus claire que cherie Clwrlophila frichodactyla. Acrosticales
nulles, préscutellaires plus fortes;2 + Sdorso-centrales: préalaire très c0u.rte,piliforme.
Sternopleure à villosité longue et serrée, 1 : 2 stemopleurales. Ailes un peu. enfumées, '
nervure XII presque droite, nervures V-VI pax·a1Iè1es.. Pattes ll, tiblas:. 2 petites
soies postérieures; métatarse avec une rangée de longues soies externes. ccuchecs.
Fémnm III ci peu près nus. _

\
100 HYLEMYIA
31. H. quœranda. PANDELLÉ 1900, 229, 18.
Prusse orientale (voir p. 99, note 1).
32. H. strigosa F. —- BEZZI et SrEm, Ill, 694; KEILIN, 1915, 147 et
1917, 389; SCHNABL et DZIEDZ., 1911, 94, VI, 3 (Hylemyia) (*). —(fig. 116,
133, 134).
Très commun partout; mars à décembre; Alliaire, Euphorbe, Carottes
fleuries.
Europe, Caucase, Afrique septentrionale, Syrie.
Mouche vivipare. La larve est complètement formée sous le chorion de
l’œuf et montre souvent les caractères superposés de deux stades suc-
cessifs (KEILIN). La larve, au 3* âge, vit dans les excréments (Boucuâ,
1832, 71, 57; KEILIN). ·
33. H. sulcalva PANDELLÉ 1900, 230, 20 (Q).
Hautes-Pyrénées : Rieumajou (PANDELLÉ). -
34. H. tarsifimbria PANDELLÉ 1900, 249, 4 ©" et 279, 4 Q . — (fig. 126).
©" : yeux presque cohérents, séparés par une très petite ligne noire.
Antennes courtes, chète à pubescence distincte. Thorax et abdomen d’un
gris jaunâtre, le premier sans bandes; 1’abdomen avec une bande médiane
dorsale interrompue, formée de sections triangulaires à bas'e antérieure.
Acrosticales : 3 paires petites, la paire médiane plus forte; préalaire
courte; 1 :2 soies sternopleurales très longues. Tibias Il : 1. soie antéro-
externe et 2 soies postéro-internes (9).
Somme : Amiens (CAru>EN·rrEn). -— Prusse orientale (PANDELLÉ).
35. H. tristriata STEIN 1900, 310, 6 et 1916, 154, 30.
Somme : Saleux (VILLENEUVE).
36. H. uniciliata PANDELLÉ 1900, 235, 29.
Bohême, Prusse Orientale (PANDELLÉ).
37. H. variata FALLEN. —- BEZZI et STEIN, Ill, 695; KEILIN, 1915, XX;
STEIN, 1916, 155, 31. -— rustica R.-D., Macouarvr, MEIGEN. —- (fig. 127,
128, 131).
1. L’Hylemyia tibialis de ROBINEAU·DESVOIDY (1830, 552, 6) et de l\lAcQUAn·r
(II, 317) que PERRIS a élevé des ûentes sèches de pourceaux, dont quelques exem-
plaires sont conservés au Muséum de Paris, se rapporte à H. sirigosa.
2. Très voisin de l’Hylemyia mafuscula Poxormv, qui diffère par les yeux cohérents,
le thorax à 3 petites bandes brunes, une seule Paire d’acrosticales présuturales. Une
épine costale. Tibias II : 2 soies postérieures et 2 postéro-ir1ternes(SrErN, 1916, 153, 23).

evtemvm 101
Des épines courtes, bien distinctes des soies, sur la moité basilaire
de la nervure I.
Sur les feuilles, les herbes, le Chou, le Fenouil, l’Euphorbe. Février-
décembre.
Toute la France; commun aux environs de Paris, surtout en mai. —
Toute l’Europe, Asie septentrionale.
Mouche vîvipare ou larvipare ne pondant qu’une seule larve ou œuf
mûr qui éclôt aussitôt après la ponte (Ponrscrrrnsxv cité par Kernm).
38. H. varicolor Meroeiv. - Bezzi et Srem, III, 725 (Chorlophila);
  Q
159 É '
lülxef
ww?} 10*1 1/
100 1 ` 168 0
. A ; _ 100
, il  Ã
  1
., /ih
I ,
F10. 159 à·168· — 159, Hylemyia cîncrosa larve, stigmate prothoraciqueg - 160, id.,
armature buccale; — 161, id. stigmate postérieur; — 162, feuille minée*de Plerls
aquillna (d’après de Meijere); -— 163, armature buccale de la larve du Chortophila
denliens; — 164, armature buccale de la larve de l’Euslal0myia hilaris; —- 165, id.,
larve de Lasîomma Rœderi (provenant d'un nid de Pinson); - 166, Chorlophila
signala de Meijere: stigmate prothoracique; - 167, id., crochet buccal dela larve
adulte; - 168, Hylemyia brassicœ, armature buccale de la larve.
Scrmaer., 1911, 74, 34; Scrme. et Dz., 1911, 98, VI, 9 (Pcgohylemyia);
Srem, 1916, 155, 32. — (fig. 123, 138, 140).
Mouche remarquable par sa longue préalaire, son épine costale bien ·
visible, par l’absence de soies acrosticales; l’abdomen cylindrique est
bien développé, les balanciers sont jaunes et les cuillerons blancs.
Seine-et-Oise : Rambouillet, avril (Seouv); Hautes-Alpes : Lautaret,
juillet, très commun (Hesse, VILLENEUVE); Corse : Col de Vizzavona.
1.100 m., juin (Scnmxen); nord de la France (MACQUART)§ Belgique
(Mevmen). -— Europe.

102 cHo1>:ro1=•m1.A
15. —— Genre UHORTOPHILA MAcQUART.
BEZZI et Straw, III, 711; SCHNABL et Dz., 1911, 100 [48], VII; SrE1N,
1914, 36, 18 et 1916, 164, 65. — Anlhomyia auct. pp. Saumur.,
Chète uu ou légèrement pubescent. Cuillerons petits, le thoracique ne
dépassant pas le cuilleron alaire. Yeux nus. Acrosticales très petites
Q
, oi . ·
»·«·  êy ¢ _ C
· /
J
I - ~·
~ / /   V @l
, /· 627
,1 f’
8 'fu ai
_‘? `®àr‘
 ···   -
, li    
N ·9 É, syn .
b ri" \ I (_b
J ` V \~·. .4~ 6
  ‘ g lr
zz}?   " LTTÉZZÉÈ \  
Fm. 168 b. — Chortophila (Phorbia) rupicapra Mik. —- 01, larve adulte; — b, armature
buccale de la larve adulte; — c, partie postérieure du corps de la larve; — d, un
stigmate postérieur; —- c, puparium; — f, tête de la mouche mâle; ,— g, fleur du
Seneéfo cordatus Koch attaquée par la larve. En partie d’ap1·ès Mik (Wien. ent.
zzg., V1, 296 (1887).
ou nulles, souvent 3 paires présuturales plus ou moins fortes et 1-2 paires
préscutellaires. ,
Les Mouches fréquentent les fleurs, les herbes fleuries et les feuillages
des bois et des prairies : ce sont les Anthomyies herbicoles de Roumano-
Dnsvomv. Les larves sont humicoles, saprophages, coprophages ou phy-
tophages; plusieurs vivent dans les capîtules des Composées (Clwrtophila
rupicapra (fig. 168b), seneciella, laclucœ).
Les Hyménoptères Oxybèles qui font un nid dans le sable chassent
plusieurs espèces de Chortophila.
Le genre Chortophila peut se diviser en 3 groupes : le ler, le plus impor-
tant, forme le sous-genre Chonfophila (sensu stricto) et deux autres, qui
renferment les sous-genres Egle et Paregle.

cuonrornrul. ·- muc 103
. Les sous-genres E gle et Paregle offrent les caractères généraux suivants :
Bouche distinctement saillante (fig. 189). Antennes : 39 article, court `
subdiscoïde, à peine plus long que le 2°. Thorax ordinairement de cou-
leur sombre, jamais couvert d’une épaisse pruinosité blanche ou gris
blanc (1). Préalaire nulle ou plus courte que la l" soie dorso-centrale
présuturale des soies acrosticales. Ailes plutôt claires, transverses, sans
ombre. Cuilleron thoracique souvent un peu saillant. Tibias III nus ou
avec quelques soies éparses, toujours sans soies internes en rangée continue.
Métatarse II sans soies internes ou externes. Abdomen plutôt aplati. ,
A. ·- Palpes longs, élargis en spatule en l’apex (fig. 189). Tibias II sans
soies antéro-internes ou externes. Abdomen aplati. Hypopyge saillant.
‘ ........................ I. Egle (p. 103).
B. - Palpes plutôt courts, non élargis à l’apex. Tibias II avec des
soies internes et antéro-externes bien développées. Abdomen conique.
ovale allongé ou ovale peu aplati. Hypopyge plutôt étroit et allongé.
..................... . II. Paregle (p. 105).
Les Chortophiles qui ne présentent pas tous ces caractères appartiennent
au s0us—genre Chortophila (p. 108).
L —- Sous-genre EGLE Ron.-Dizsv. (pp.)
TABLEAU mas EsPÈcras
· MALES (*).
1-(2). 4 soies dorso-centrales. Long. 5-6 mm. . . . muscaria (p. 103).
2-(1). 3 soies dorso—centrales.
3-—(4). Yeux séparés par les orbites et une petite bande noire nette. Chète
à cils courts bien visibles. Tibias II : au moins 3 soies postérieures.
Palpes courts. Mouche entièrement noire. Long. 5 ·%-6 mm. ·
................... curtinasuta (p. 104).
4-(3). Yeux étroitement cohérents, orbites très réduites ou nulles. Chète
à pubesccnce délicate. Tibias ll : 1 soie postérieure. Palpes plus
longs. Long. 4 mm. au plus ......... parvn (p. 104).
1. E. muscaria BIEIGEN (non F.), -— Brazzr et Srxam, III, 720; STExN,
1916, 192, 40. — (Fig. 168 c, 189).
1. Lorsque le thorax est gris clair la préalaire est bien distincte. .
*2. Voir le tableau des femelles, page 117.

104 CHORTOPHILA· — EGLE
Toute la France, fin mars début avril, sur les fleurs de Saule. Sur les Bœufs
et les Vaches (Macouarrr). — Europe.
Larve dans les chatons du Saule (PERRIS, 1876, 189) (1).
2. E. curtinasuta PANDELLÉ 1900, 254, 15.
©" : antennes courtes, épaisses, subdiscoîdes. Chète à cils distincts
jusqu’au bout; péristome à macrochètes longs, trompe longue et grêle.
Thorax d’un gris plombé uniforme, pas de traces de bandes; acrosticales
. fortes, la 2** paire pré-
suturale et les 2 paires
préseutellaires presque
aussi fortes que la
lœdorso-centrale;préa-'
laire fine, moitié: aussi
forte que la lm soie
d0rso—centra1e; 1 :2 soies
sternopleurales. Ailes
E I) _ M _ claires,nervures brunes,
Fm. 168 c. —· Chorlophila ( ge muscana eigen. .
Appareil génital c", face et profil, d’après Schnabl et épine costale Courte'
Dzredzicka, 1911, ng. 245-246. Cm11er0nsblancs,ba1an·
ciers jaunes. Abdomen-
à villosité médiocre, couvert d’une pruinosité [d’un gris blanc assez
épaisse : une ligne médiane dorsale noire continue, dilatée latéralement à
la base et à l’apex de
chaque segment. Hypo- _
pyge peu visible.
Ombellifères, juillet-
août.
· Tarbes (PANDELLÉ).
3_ E_ parva ROBINEAU_ Fm. 168 d. — Chorlophila (Egle) parva Robineau-
D B t Desvoidy. Appareil génital ci`, face et profil;
ESVOIDY "' EZZI 6 figure schématisée d’après Schnabl et Dziedzicki,
Sram, III, 721; Srem, 1911, ng. 247-248.
1916, 193, 42. (fig. 168 d).
Seine-et-Oise : Rambouillet (VILLENEUVE); Hautes~Pyrénées : Tarbes,
mars; Landes (PANDELLÉ); France (MACQUART). — Europe centrale et
septentrionale. ‘
Quelquefois avec l’Egle muscaria.
l C’est le Chorlophila rhinomcla de la collection PAN1>ELLE.
' 1. BoUc11 a trouvé la larve d’un Anlhomyia Frîesiana dans les excréments humains
(1834, 87, 76); peut-être synonyme du Chorl. muscaria.

` CHORTOI-’HILA· —- PAREGLE 105 A
Il. — Sous-genre PAREGLE Scnma. et Dznan., 1911.
SCHNABL et Dz.,, 95, VI-4 (Hylemyia); — STEIN, 1916, 167, 38,
(Chorlophila).
· TABLEAU mas EsPÈcEs (0*). (1)
1—(2). Abdomen cylindrique, non aplati, non renilé à l’apex; une ligne
noire médiane dorsale formée de traits interrompus. Thorax
d’un brun clair, à pruinosité d’un gris jaunâtre, sans bandes.
Chète presque nu. Long. 4-5 mm. ...· cinerella (p. 107)
2-(1). Abdomen plus ou moins aplati à la base, un peu épaissi à l’apex.
3-(6). Thorax d’un bleu gris plus ou moins clair. Cuillerons égaux, blancs.
‘ Tibias II : soies internes courtes. Préalaire piliforme ou nulle.
Abdomen aplati; aussi large que le thorax et aussi long que le
thorax et le scutellum réunis : une ligne médiane dorsale noire.
Ailes grises : plus sombres à la base; pas d’épine eostale. Nervure
XII faiblement courbée. Balanciers jaunes. Long. 4 mm.
4-(5). Acrosticales présuturales : 1 paire longue. Yeux presque cohé-
rents ................. cœrulescens (p. 107)
5·(4). Acrosticales présuturales nulles ou une paire piliforme, peu dis-
' tincte. Yeux nettement séparés par des orbites blanches et une
petite bande brune ........... biumbrosn (p. 106)
6-(3). Thorax noir ou brun noir. Cuilleron thoracique souvent saillant.
Tibias II avec des soies internes fortes.
7—(8). Thorax brun cendré avec 3 bandes brunes (souvent 5)·plus ou
`moins distinctes; préalaire courte; acrosticales : une paire présu-
turale. Abdomen d’un gris cendré brunâtre avec une bande média-
ne dorsale noire bien nette. Tibias II : une forte soie interne.
Nervure XII fortement bisinuée. Long. 4-6 mm. radicum (p. 107)
8—(7). Thorax noir, bande médiane dorsale peu visible, marges latérales _
plus claires; préalaire très courte; acrosticales : 2 rangs. Abdomen . ‘
court, oblong, aplati en ruban à la base; disque hérissé, ligne
noire changeante ou étalée en triangle. Nervure XII droite; ner-
vures V-VI·parallèles. Long. 4-5 mm ..... œstiva (p. 105)
1. P.^ œstiva Maxoux. —BEzz1 et S·rE1N, III, 727; STEIIW, 1916,177, 11, `
(fig. 170). ·
Mai-juillet. Commun. .
Toute la France sur l’Aune, le Pin, l’Euphorbe, la Camomille (PAN-
1. Tableau des femelles, page 117. '
I

106 cHoa·ro1>mLA. — FAREGLE '
DELLÉ), sur les Caltha, Taraxacum, Ranunculus (STEIN). Répandu dans
toute l’Europe. Dans les montagnes on trouve la variété alpina Srno1aL
(1893). ÃIULLER, qui donne cette variété comme synonyme de l’Anih.
. humerela (ZETT.·SCHINER), l’a trouvée dans les Alpes, à 2.500 m., sur les
fleurs de Saxifraga, Laserpilium, Ranunculus, Arenaria, Ccmsiium, Poten-
tilla, Leucanthemum, Achillea,
Le Chorlophila palmodes de la coll. PANDELLÉ N° 6331 (1900, 284, 56)
se rapporte au Chorlophila œsliva.
2. P. biumbrosa PANDELLE 1900, 256, 22 0* et 274, 22 Q.
É È 170
  169 ` `  
Fm. 169-170.* -— 169, Puregle radicum Q inclinaison de la nervure XII; —· 170, P.
œsliva Q id.
5* : comme le Paregle cœrulescens STROBL. Plus sombre, plutôt gris
ardoise, les pores d’insertion des macrochètes largement auréolés de
brun. Chète à pubescence visible avec une forte loupe, très épais à la
base. Préalaire manque. 1 : 2 soies'sternopleurales. Ailes vitreuses, très
légèrement jaunies; pas
d’èpine costale; nervure XII
un peu courbée; nervures
~ V-VI convergentes à 1’apex.
Pattes d’un brun noirâtre.
. Tibias I: 1 soie externe;
zz J tibias ll : 2 postérieures,
\ ` 1 postéro-externe, 2 antéro-
2 Fm. 170-b. —-· Chorlophila cœrulescens Strobl. IHÈGTIIBS; 1;îblâS H1! 2-3 311-
î2.‘;‘€.î2î"§îï;§ïëi ;;hî§l°ë.‘“§ï1.2îl‘ïë}e ïëïî, œ1‘°·m*€m€S· 1 ses a¤t·=w·
;;g_ 1yy-1;g_ externe; 2-3 externes; 2
postéro-externes; 2-3 posté-
_ rieures plus petites. Fémurs III avec 3-4 longues soies seulement à
, la partie apicale, sur les faces internes et antéro-externes. Griffes et
pelotes courtes. Abdomen aplati, plus petit que le thorax et le scutellum,
» d’un gris noirâtre avec une ligne médiane dorsale plus sombre, peu
- visible, couvert de fortes soies sernées, mélangées aux macrochètes.
Hypopyge assez saillant; lamelles prégénitales encore plus fortement
saillantes, à soies courtes. Long. 3 % mm.
Hyères .(ABEILLE DE PERRIN). — Prusse. I

  '
cnonrornrwt. -— PAREGLE 107
3. P. cœrulescens Sraoeh. — STEIN, 1916, 180, 16. — (fig. 170 ).`
Dauphiné : Lautaret (VILLENEUVE); Mont-Cenis. — Monténégro.
4. P. cinerella FALLEN. — Bezzr et STEIN, III, 714; Srum, 1916,
181, 19. ` ·
Févriermovembre. Assez commun partout; localisé. ·
Environs de Paris, Ajonc; Eure : Évreux; Dauphiné; Mont-Genis; Mar-
seille; Corse. - Italie. Nord·de l’Afrique. Beyrouth.
Le Chortophila cinerclla ne présente que .2-3 soies à l’apex des fémurs III,
le thorax est d’un brun jaunâtre. '
Le Chorlophila grisella Roivmxm se distingue de cinerella par les fémurs III
complètement couverts de soies, le thorax est d’un gris cendré bleuâtre.
Cette Mouche se rencontre dans les Alpes, sur le sol, les pierres, les rochers
.', VD ,,
' · %v§/îî 177 `
1 1 ·
171 g   Ã
j _ · ·~
174 È · 1 Alt: ,1
É ,__ · ¤ ; Èû""Mî..=4— —
î   '
_ î ,,,,,, · _, raux, , '
É   i' / °"‘·u'à' `
172    , —..· ( I
5
175 1 N3 176
Fm. 171 à 177. - Paregle radicum. 171, œuf; — 172, larve adulte; "· 173. armature
buccale de la larve adulte; - 174, larve : stigmate antérieur; — 175. id., partie
postérieure de la larve; — 176, mouche (Q); -— 177, hypopyge (c").
et les fleurs: Vcralrum, Ranunculus, Polcnlllla, Geum, Leucanthemum.
La larve vit occasionnellement dans les excréments humains. (Bxazzx,
1918, 114, 27.) . ·
Le Chortophila excubans de la coll. PANDELLÉ (1900, 282, 55) se rap-
porte très probablement au Paregle cincrclla. Tarbes, août, ombelles.
5. P. radicum L. —'B1zzz1 et Srizriv, III, 729; Hxzvxrr, 1907, II,
56; Sormuizn, 1913, 425. — (fig. 169, 171 à 177).
©' : yeux presque entièrement cohérents; abdomen court, quelquefois
pointu : une bande médiane dorsale noire, croisée par 3 lignes noires
transverses étendues sur les marges. Nervures V-VI légèrement conver-
gentes à la pointe. Chez les mâles immatures, le triangle frontal est
rougeâtre (ruficeps Mure., Scmmau). Q : bande médiane frontale plus
large que l’œîl, rousse en avant. Thorax cendré: bande médiane rousse.
obsolète. Abdomen ovale, cendré, a taches dorsales nulles ou peu
apparentes. Long. 4-6 mm.

108 CHORTOPHILA
Répandu dans toute l’Europe. Très commun. Avril-décembre; fleurs,
feuillages, Cynarocéphales. Dans les Alpes, Bnzzr et MULLER l’ont trouvé
sur les fleurs : Saxifrages, Laserpilium hirsulum, Leucanlhmum alpinum.
Chaque Mouche peut pondre une centaine d’œufs, qui sont déposés en
masses de 20-25 à la base des tiges des plantes. L’éclosion a lieu entre
les 2° et 3° jours. L’évolution larvaire est très rapide : dix-douze jours tout
au plus. La larve adulte mesure 7-8 mm.; elle est cylindrique, épaisse,
la partie postérieure tronquée, de couleur blanc jaune. Elle peut vivre dans
les racines de plusieurs espèces de Choux, de Radis ou dans les substances
animales ou végétales en décomposition (BoUcHÉ). Gr1>.AUD l’a trouvée
_ . dans le Sphœria typhina DEC. qui se développe sur plusieurs grandes Gra-
minées (Arrhenaterum, Dactylis, Holcus). La nymphose s’effectue dans le
sol ou sous les feuilles mortes; elle dure dix jours. Cette espèce hiverne sous
la forme nvmphale.
Parasiteë 1 Alysia manducalor, Pimpla graminclla ScHK.; Ephialtes
inanis GR. —— Stilpnus gagates GR. (lchneumonîde), Aphœreta ininuta
Nmns; Phœnocarpa ruiîceps NEEs (Braconide). .
III. — Sous-genre CHORTOPHILA (s. sri:.)
BEZZI et S·rEn~1, III, 710; — SCHNABL et Dzmozicxi, 1911, 100 [48]
VII; — STEIN, 1914, 36, 18 et 1916, 164, 65.
TABLEAU DES ESPÈCES
MALEs (1)
1—(4). Métatarse II avec de longues soies externes (fig. 186).
2—(3). Tibias III avec un rang de soies internes d'égale longueur. _
Fémurs Ill avec un rang de soies postérieures. Thorax d’un
· brun cendré; abdomen aplati : ligne médiane dorsale noire
continue. Long. 3-5 mm ..... trichodactyla (p. 134).
3—(2). Tibias Ill avec des soies internes.inégales, non disposées en
rangée régulière. Fémurs III avec des longues soies posté-
rieures, seulement à la partie apicale. Thorax d’un gris sombre.
Long. 5-7 mm ............. Fabricii (p. 126).
4—(1). Métatarse Il sans longues soies.
5-(56). Préalaire nulle ou plus courte que la lm soie dorso-centrale.
6—(7). Abdomen ovo-cylindrique avec une rangée médiane dorsale de
petites taches triangulaires. Nervures XI-XII rembrunies.
Long. 3-6 mm ............ longula (p. 130).
7—(6). Abdomen aplati ou cylindrique; dans ce dernier_cas, les ailes
_ sont claires ou les nervures XI-XII sans ombre.
1. Tableau des femelles page 117.

CHORTOPHILA 109
8-(47). Tibias III nus sur la face interne, ou avec quelques longues
soies non disposées en rangée continue.
9-(10). Corps entièrement couvert d’une pruinosité d’un gris blanc
épais, uniforme. Préalaire manque. Abdomen. étroit, ovale
oblong, un peu aplati dans la moitié basale, épaissi à l’apex,
de très longues soies sur les côtés, surtout sur le segment III.
Antennes : 3° article presque double du 26, chète à pubescence
courte. Acrosticales présuturales : 1-2 paires. Tibias II sans
soies antéro-externes et internes. Long. 5 mm. camions (p. 121).
10-(9). Corps sans pruinosîté d’un gris blanc épais (*). Bouche non
ou peu saillante. Cuillerons blanchâtres, égaux (fig. 194);
balanciers jaunes.
11-(12). Pas de préalaire, pas de petites soies entre les soies dorso-
centrales. Long. 3-4 mm ....... impubicollis (p. 128).'
12·(11). Préalaire courte et fine, ou pas de préalaire et l’espace compris
entre les soies dorso-centrales avec 2-3 rangées d’acrosticales
plus ou moins fortes.
13-(14). Cuilleron thoracique saillant. Long. 5-ôvmm . debilis (p. 124).
14-(13). Cuilleronsa égaux.
15-(34). Tibias III sans soies internes.
16·(17). Thorax avec une épaisse pruinosité jaunâtre. Ailes jaunes.
Tibias II sans soies antéro-externes. Long. 5-5 % mm.
. ................ flavidipennis (p. 126).
17-(16). Thorax brun noir ou noiràtre. Ailes claires légèrement jau-
nàtres ou enfumées. Tibias II avec 1 soie antéro-externe au
moins.
18~(21). Pas d’épine costale.
19-(20). Chète à pubescence longue. Ailes un peu enfumées. Lamelles
prégénitales peu saillantes. Long. 3-4 mm. dissecta. (p. 125).
20-(19). Chète à pubescence très courte ou indistincte. Ailes claires.
Lamelles prégénitales fortement saillantes, en lames triangu-
_ laires, avec des épines crochues à la base (fig. 187). Long.
4 mm .............. concomitans (p. 123).
21-(18). Épine costale présente, parfois courte, toujours distincte. '
22·(33). Pattes entièrement noires.
23-(26). Yeux légèrement, mais nettement séparés par une ligne noire
entre les orbites.
24-(25). Chéte antennaire nettement pubescent. Lamelles prégénitales
peu saillantes non hérissées de soies serrées en brosse raide. ,
Long. 4-5 mm ............ rubîginans (p. 132). ·
1. Ou corps couvert d’une pruinosité grise et la préalaîre distincte.

110 cnonropnrm
25-(24). Chète antennaire indistinctement pubescent ou nu. Lamelles
prégénitales fortement saillantes hérissées d’une série de petites
` soies raides serrées en brosse. Long. 4-5 mm. provecta (p. 132)
\  ) 180 >
  ’  1__ \‘?··~· j' ‘ e _
em.,1 L 1*  , \ /
1 "1· ”· *17   - V
'_ . 8 ,     “\   <«» /1
u 4   r  
I A   " < * `
181   1   ·
·     4 _ "`l‘·1-^""» \§·
gg   'Q, i
ai   ' I ·
 111 L  
` 184 '_ 182.
. [_ ._—— 183
=\
188 Z ·
185 4 3 / ` \1 (  
. _ ` " 189 ,
1881 p.
i  \ - `
\ ,·11rë , W ·. .
.\.  ·1· 1
' 1 · " ' 1 \»·*‘«\/ _ '-  
·   5.U ~ E 9
111 1 » @411 1 1 .
gl, =‘   I . .
/î y   190
192  
193   1111 \ QQ
FIG. 178 à 193. — 178, Chorlophila exigua, fémur III droit, face interne; - 179, C.
discrela ci'; —- 180, C. pratensis, tête d' ; — 181, C. pilipes, tête d'; - 182, — C.
cillcrura d', fémur III; — 183, C. denliens, tête (ci'); - 184, id., abdomen (c");
185, C. trichodaclyla, tibia III; — 186, tibia II; — 187, C. concomitans, lamelles
prégénitales ou Iobes latéraux du sternite abdominal V; - 188, C. înlersecta (ci'),
abdomen (tergite II plus longs que les autres); — 189, C. muscaria tête (Q); -
190, C. signala (de Meijere)`tête (d'); — 191, C. sepia (Q); —· 192, C. Sîgnafa (6),
tibia III droit face postérœexterne; — 193, C. disseclw QQ) tête.

<1Hon·ro1>mr.A lit
26-(23). Yeux cohérents.
27—(28). Abdomen cylindrique ou légèrement aplati à la base, épaissi
à l’apex (fig. 188). Thorax et scutellum d’un gris cendré.
Acrosticales d’égale longueur. Tibias I avec une soie trés
courte ou nulle. Long. 2 %--L % mm. . intersecta (p. 129).
28—(27). Abdomen aplati. Thorax d’un gris sombre ou brun noir. Acros-
ticales : paire antérieure plus forte. Préalaire courte.
29-(32). Tibias I avec une forte soie.
30-(31). Nervures V-VI parallèles. Thorax d’un gris cendré, une étroite
bande médiane dorsale rousse, prolongée sur le scutellum.
Bande médiane de l’abdomen droite. Hypopyge petit. Long.
3-4 mm . ............... ilorilega (p. 127).
31-(30). Nervures V-VI légèrement convergentesl Thorax noirâtre à
pruinosité cendrée sur les faces antérieure et latérales. Bande
médiane de l’abdomen composée de sections triangulaires.
Hypopyge très développé. Long. 4-5 mm. (l`/IEADE).
..... `. . `. `.   , . . ' .... seneciella (p. 133). '
32-(29). Tibias I nus. Long. 3 mm. . . , . meridiana (p. 130).
33·(22). Tous les genoux et la base des tibias I, jaunes.
· .................. flavibasis (p. 126).
34-(15). Tibias III avec une ou plusieurs soies internes.
35-(46). Balanciers jaunes ou d’un blanc jaunâtre. '
36-(39). Fémurs III avec une rangée de trés longues soies postérieures.
_ Abdomen un peu aplati à la base, légèrement épaissi à l’extré—
mité apicale. Nervures V·VI faiblement convergentes.
37—(38). Acrosticales : 1-2 paires fortes. Nervure XII perpendiculaire
à la nervure VI. Long. 2 $@-3 EQ mm.. . . exigua (p. 126).
38—(37). Acrosticales piliformes ou nulles. Nervure XII fortement
oblique, formant un angle aigu avec la nervure VI. Long.
4 mm. .............. congenerata (p. 123).
39·(36). Fémurs III sans longues soies postérieures au moins dans la
• moitié basale. Acrosticales plus ou moins régulières. Abdomen
aplati. Nervures V-VI parallèles. `
40-(43). Tibias III avec plusieurs soies internes.
41—(42). Yeux séparés par une bande noire ·(iig. 197). Acrosticales
irrégulières : la 2° paire forte. Ailes sombres, épine costale
forte. Tibias III avec 2 soies antéro-internes. Abdomen très
fortement renflé en arrière (fig. 196). Antennes : 38 article
très élargi, subdiscoîde. Long. 2 mm. curvicauda (p. 124).
42-(41). Yeux cohérents. Acrosticales : 3 paires. Ailes claires. Épine
costale très fine et délicate. Tibias III avec 4-5 soies internes.
Abdomen non fortement renflé en arriére. Long. 4 MZ-5 yz mm.
. ................. cannabina (p. 122). .
43—(40). 'Iibias Ill avec une seule soie interne.

112 é ' cHon·roPmr.A
44—(45). Yeux cohérents. Abdomen aplati. Soies acrosticales : au moins
une paire longue et forte. Long. 4-4 % mm.
..... . ........... octoguttata (p. 132).
45-(44). Yeux légèrement séparés. Abdomen épais, non aplati. Acrosti-
cales courtes et piliformes. Long. 4 mm . cribrata (p. 124).
46—(35). Balanciers noirs ou rembrunis. Petite mouche noire avec les
ailes enfumées. Long. 3 mm ..... frontella (p. 127).
' 47—(8). Tibias III avec 12-16 soies (ou des cils) dressées, d’égale lon-
gueur, disposées en rangée continue sur la face interne.
48-(51). Mouches de couleur sombre.
49-(50). Partie apicale des fémurs III avec 3 longues soies postérieures
seulement. Tibias III avec un rang interne de très longues et
délicates soies dressées (fig. 182). Abdomen gris: une bande
médiane sombre, étroite, continue. Thorax à pruinosité d’un
brun gris: une bande médiane brun sombre. Long. 2 %-5 mm.
. .................. cilicrura. (p. 122).
50—(49). Fémurs III très velus, hérissés de poils fins au moins à la face
interne. Tibias'III, face antéro-interne couverte de longs cils
dressés, serrés, égaux, en frange, disposés sur 2-3 rangées,
avec une forte soie supplémentaire dans la rangée antéro-
externe; face externe avec de nombreuses soies inégales parmi
lesquelles 3-4 fortes et longues; face interne avec de nombreux
cils courts, inégaux, surtout à la base. Métatarse avec une
petite soie très apparente à la base de la face plantaire. Abdo-
men parallèle,·plutôt aplati, couvert de longues soies. Le
fond blanchâtre montre, à certain jour, une ligne médiane
noire. Thorax d’un gris obscur: 5 lignes noires un peu effacées
· postérieurement. Palpes allongés, en massue, hérissés en
avant de longues soies raides en frange. Long. 6-7 mm.
................... pilipes (p. 132).
51—(48). Mouches de couleur claire. Thorax et abdomen à pruinosité
d’un blanc cendré plus ou moins épaisse.
52-(53). Préalaire longue. Orbites séparées par une petite bande noire.
Abdomen cylindrique, non aplati à la base. Pattes entièrement
noires. Corps noir, à pruinosité d’un blanc crème surtout
épaisse sur le thorax. Long. 5-7 mm. angustifrons (p. 121).
53—(52). Préalaire nulle. Orbites cohérentes, élargies, d’un blanc d’ar-
gent brillant. Abdomen déprimé ou aplati à la base, épaissi
à l’apex par l’hypopyge.
54—(55). Pattes noires. Sternite V dressé perpendiculairement en
courte saillie conique, prolongée en style droit, terminée par
un pinceau de poils courts. Ailes d’un gris hyalin. Préalaire
courte. Long. 4 %mm. (VILLENEUVE,). cacuminata (p. 121).

cnonrormnn 113
55-(51). Pattes : genoux et base des tibias d’un jaune clair. Sternite V
non saillant et sans style dressé. Ailes blanchâtres. Préalaire
nulle (fig. 210). Long. 3 %-5 mm .... albula (p. 120).
56-(5). Préalaire distincte et forte : à peu près aussi développée que
Ia 1*** soie dorso—centrale.
57—(88). Bouche non ou peu saillante.
58·(73). Épine costale très peu développée ou nulle.
59-(64). Pas d’épine costale. I
60-(61). Thorax et scutellum d’un noir profond, faiblement brillant,
sans trace de dessin. Long. 6 té mm. . anthracina (p. 121).
61-—(60). Thorax non d’un noir profond. Lamelles prégénitales sail-
lantes.
62—(G3). Chète distinctement pubescent jusqu’au bout. Abdomen aplati,
unicolore, noir, sans bande médiane. Ailes rembrunies, surtout
à la base. Cuillerons jaunàtres. Hypopyge un peu épais. Yeux
séparés par une bande étroite. Thorax noir à pruinosité grise
très faible : bandes indistinctes. Long. 4 mm.
. ................. humerella (p. 127).
63·(62). Chète nu. Abdomen cylindrique indistinctement aplati à la
base, couvert d’une épaisse pruinosité grise : une bande médiane
dorsale noire formée de sections triangulaires interrompuesà
l’apex de chaque segment. Ailes un peu jaunies. Cuillerons
blanchàtres. Hypopyge fort saillant. Yeux séparés par une
bande noire 4 fois plus large que chez humerella (fig. 199 et
203). Thorax noir à pruinosité grise, surtout épaisse latéra-
lement. Long. 4 %—5 mm. ...... dilaminata. (p. 125).
64·(59). Épine costale petite.
65—(72). Bouche à peu près aussi saillante que le front (fig. 179). Thorax
d’un gris sombre, souvent avec 3-5 bandes. Pleures pâles.
Nervures V-VI presque parallèles. Cuillerons et balanciers
jaunâtres. ·
66-(71). Abdomen étroit, un peu aplati, velu. Tibias III avec 2-3 soies
externes.
67—(68). Tibias II avec 2 soies antéro—externes. Antennes longues,
noires, chète a cils.courts. Acrosticales fortes, surtout la
2° paire présuturale et les préscutellaires. Bande frontale
2 fois plus large que les orbites. Gênes à pruinosité d’un gris
plombé à reflets argentés. Abdomen noir, à pruinosité d’un
gris jaunâtre : bande médiane dorsale formée de sections
triangulaires à' base antérieure d’un noir profond. Long.
6 mm· ................ discrets. (p. 125)-
68·(67). Tibias II avec 1 soie antéro—externe. Antennes courtes, chète
à cils plus longs. Acrosticales courtes ou longues et piliformes; `
préscutellaires piliformes, très courtes ou nulles.
8

1  i CHORTOPHILA
69-(70). Bande frontale étroite rousse ou orangée, à peine plus large
que les orbites. Gênes à pruînosité rousse ou orange, plus
sombre au bord des yeux. Abdomen d’un brun noirâtre pro-
· 195
  194 ·
R  ,;~  • · ~ ,
·  _i/~Lk/A ` î   0  
0 \ U, ‘
I à  »  \ r w V
      100
0*   ‘  ®
199   A , , 197
    0· I /
, [ ·=«, g É
 · 0** ‘
— _` __  0; |·
É  ‘ U L ?
\ lu` et "
\ ïœ   [ \
, aâ \ p
. if ..   200 30]
204     ,;   0
.   // Nu r·
@   mÃ
203
Fm. 194 à 204. — 194, Chorlophila impubicollis (ci'); — 195, C. humerella (c') tête; ·-
_ 196, C. curvicauda (ci`); — 197, id., tête (ci`); —- 198, C. dilaminata (ci') abdomen;
— 199, id. tête (G'); -— 200, C. hyparitiformis (d') Fappareil génital est deplié;
' ' - 201, id., griffes et pelotes des pattes I; -— 202, id., griffes et pelotes des pattes
· III; — 203. C. humerella, tête (cf); — 204, C. Villencuvei, tête (a).
fond, velouté, avec une bande médiane dorsale continue, plus
· sombre, peu visible. Ailes claires : nervure XII courbée.
- 1 : 3 ou 2:3 sternopleurales (*). Long. 5 mm.
· ............· . . . . z L gentianœ (p. 127).
(   Les sternopleurales 4 et 5 plus fines. _

crxonrornxnx 115
‘70·(69). Bande frontale large (fig. 204) (un peu plus large que chez
discrcla), d’un noir velouté ou brune en avant. Gênes à épaisse
` pruinosité d’un gris noirâtre à reflets d’un noir velouté. Péris-
tome large. Palpes d’un brun clair, noirs à l’apex. Ailes enfumées
comme chez discrela; nervure XII droite. 1 : 2 sternopleurales. _
Long. 5 mm. ........... Villeneuvei (p. 135). '
‘71—(66). Abdomen presque cylindrique. Tibias III : 5 soies externes;
tibias II : 1 antéro-externe. Chète pubescent. Long. 3 1g
5 EQ mm., ............ îlavisqunma (p. 126).
'72-(65). Bouche beaucoup moins saillante (fig. 183). Yeux séparés
par une très petite bande brune. Antennes : 38 article, 2-3 fois
aussi long que le 2€; chète nu. Palpes noirs. Thorax d’un gris
brun clair avec 2 lignes noires, distinctes à certain jour; 2 + 3
. dorsocentrales ; acrosticales : 2 rangs distincts. Ailes d’un
gris jaunâtre : nervures V-VI parallèles. Abdomen aplati à
la base, un peu épaissi à 1’apex, coloré comme le thorax.
Lamelles prégénitales saillantes en bas, couvertes de soies
courtes, épaisses et dressées, condensées en pinceau (fig. 184).
Long. 5-6 mm. ............ dentiens (p. l24)1
‘73—(58). Épine costale longue et forte.
74·(79). Abdomen plus ou moins aplati à la base.
75—(76). Abdomen peu aplati. Lamelles prégénitales bien saillantes
• (fig. 208). Long. 3-4 % mm. ....... sepia (p. 133).
’76·(75). Abdomen fortement aplati, étroit, allongé. Lamelles prégé-
nitales non saillantes (fig. 206).
“77—('78). 2 : 2 sternopleurales. Chète épaissi à la base, à peine pubescent.
Tibias III avec une rangée de 9-12 soies internes ou posté-
rieures (fig. 206). Long. 3 %-4 mm .... signata. (p. 134).
78-(77). 1~ : 2 sternopleurales. Chète à pubescence longue. Tibias III
avec une rangée de 10-12 petites soies postéro-internes, fines,
d’égale longueur. Long. 5-6 mm .... detergens (p. 124).
79—(74). Abdomen presque cylindrique, non aplali à la base.
80·(81). Abdomen_aplati latéralement dans la moitié apicale : une ‘
large bande médiane dorsale visible par derrière. Acrosticales
très longues, dressées, en rangs serrés. Long. 4-5 mm.
................. compresse (p. 123).
81-(80). Abdomen cylindrique d’un noir brillant avec une légère '
pruinosité grise : quelquefois une ligne médiane dorsale peu
distincte. `
82-—(83). Lamelles prégénitales peu saillantes; préalaire très forte.
Chète à cils bien visibles; 36 article des antennes au moins
2 fois aussi long que le 2**. Péristome étroit. Mouche entière-
ment d’un noir brillant : à peine une trace de pruinosité sur
les épaules. Long. 4 mm ..... Z . nigronitens (p. 131).

116 CHORTOPHILA
83-(82). Lamelles prégénitales fortement saillantes. Préalaire forte,
plus courte que chez nigronitens. Chète nu ou à cils micros-
copiques; 36 article des antennes tout au plus 1 fois %
aussi'long que le 26. Péristome large.
84—(85). Lamelles prégénitales saillantes, a épines courtes dirigées
‘ en bas, plus 3 longues soies dirigées en arrière. Corps à prui-
' nosité grise assez épaisse. Abdomen, bande médiane dorsale
visible à une certaine lumière. Long. 6 mm.
......... Ã ....... nuceicornis (p. 131).
85-(84). Lamelles prégénitales beaucoup plus saillantes, courbées
sur leur bord inférieur, frangées de longues soies externes
prolongées en arrière. Corps noir assez brillant. Abdomen
presque unicolore. Long. 4 %—5 mm.
86-(87). Tarses des pattes I-II normaux. Long. 3 %—5 mm.
................. penicillaris (p. 132).
87—(86). Tarses des pattes I-Il aplatis latéralement. Long. 4 }é mm.
....... J .......... longipilis (p. 129).
S8—(57). Bouche au moins aussi distinctement saillante ou plus large-
. ment saillante que le front (fig. 195 et 205). Antennes :
. 36 article à peu près 2 fois aussi long que le 26; chète presque
nu. Palpes filiformes. Thorax et scutellum noirâtres, pleures
plus clairs; préalaire aussi longue ou plus longue que la 1*6
soie dorso-centrale. Épine costale présente ou non.
89—(100). Acrosticales au moins 1-2 paires présuturales distinctes.
Ailes plus sombres à la base; nervures V-VI parallèles. `
90~(95). Abdomen aplati à la base, épaissi à l’apex, presque aussi `
long que le thorax et le scutellum, noirâtre en entier ou avec
un faible reflet cendré sur la marge latérale; segment apical
de Phypopyge non ou peu saillant. Cuillerons blancs; balan-
ciers jaunes.
91—(92). Épine costale.visible; acrosticales présuturales nulles. Ner-
vure XII droite. Long. 3 yz-4 mm,. . . pratensis (p. 132),
92-(91). Pas d’épine costale; acrosticales, au moins une paire.
93—(94). Yeux séparés par une bande noire (fig. 204). Thorax et scu-
tellum à pruinosité cendrée uniforme; acrosticales : une
seule paire, longue et fine. Ailes jaunies; nervure XII
rectiligne. Abdomen gris : une ligne médiane dorsale et les
incisures plus sombres. Long. 5 mm . . Villeneuvei (p. 135),
94—(93). Yeux séparés par une petite ligne brune (fig. 203). Thorax
et scutellum noirs à peine cendrés sur les côtés; acrosticales 2
2 paires. Ailes noirâtres surtout à la base : nervure XII bisinuée.
Abdomen noir unicolore. Long. 4 mm,. . hume1·e11a(p. 127).
95-(90). Abdomen presque cylindrique, peu aplati à la base. Segment
apical de l’hypopyge plus ou moins saillant.

CHORTOPHILA 117
93·(99). Segment apical de l’hypopyge légèrement saillant.
97·(98). Tibias III : 10-12 soies antéro-internes à peu près d’égale
longueur, en rangée continue et régulière. N ervure XII bisinuée.
Long. 7 mm. ............ interîlua. (p. 128).
98·(97). Tibias III : tout au plus 3 soies antéro-internes. Nervure XII
rectiligne. Long. 6 mm. ........ insperata (p. 128).
99·(96). Segment apical de Phypopyge et lamelles prégénitales très
saillantes (fig. 200). Tibias III : 2 fortes soies antéro-internes·
Long. 6-7 mm. .......... hyporitiîormis (p. 128).
100-(89). Acrostieales présuturales nulles ou très courtes, dans tous
les cas îndistinctes de la pilosité du fond;
101—(102). Front fortement saillant. Chète nu. Palpes filiformes. Abdomen
aplati à la base, épaissi à l’apex. Fémurs à pruinosité grise.
Griffes et pelotes des pattes I très développées. Tibias I
avec une soie fine. Tibias II : 1 soie antéro-externe. Long.
6 mm. ....... ' ........ a lpigena (p. 121).
102·(101). Front peu saillant. Chète pubescent jusqu’au bout. Palpes
épais, non filiformes. Pattes entièrement noires. Grifïes et
pelotes également fortes à toutes les pattes.
103-(104). Épine costale longue. Tibias I : 1 soie antéro-externe; tibias II :
2 antérieures, 2 externes, 2 postérieures. Acrosticales distinctes.
Abdomen cylindrique hérissé sur la face dorsale; sternite V
soulevé- sur les côtés, lamelles prégénitales en lames courtes,
réniformes, hérissées de _longues soies raides dirigées en
L arriére. Long. 6 mm. .... . .... melanura (p. 130). '
104·(103). Épine costale courte ou nulle. Tibias I : 1 soie externe et
1 interne. Tibias II : 2 externes et 3 postérieures. Acrosticales
indistinctes. Abdomen : macrochètes marginaux sur les ter-
gites III-IV. Hypopyge peu saillant. Lamelles prégénitales
petites, écartées, arrondies. Long. 5 mm. Bompadrei (p.-121). `
· · FEMELLES (1)
1—(32). Tibias II sans soies antéro—internes.
2·(31). Préalaire plus ou moins distincte. Genoux antérieurs sombres .
3-(6). Bouche saillante (fig. 189).
4·(5). 3 soies dorso-centrales rétrosuturales. Palpes normaux. Trompe
épaisse. Long. 3-4 mm. ........ parva (p. 104).
5·(4). 4 soies dorso-centrales. Palpes élargis en spatule. Trompe grêle
(fig. 189). Long. 5-6 mm. ....... muscaria (p. 103).
6—(3). Bouche non ou faiblement saillante.
1. Tableau commun aux sous-genres, Egle, Pareglc et Chorlophilü.

118 - cHoRr0PH1LA.
7—(10). Oviscapte saillant, aplati sur les côtés. .
8—(9). Thorax d’un gris jaunâtre. ...... humerella (p. 127)-
9-(8). Thorax d’un gris blanchâtre clair. . . meridiana (p. 130)-
10—(7). Oviscapte non saillant.
11-(30). Tibias II : 1 soie antéro·externe. Palpes un peu élargis à la-
. pointe.
` 12—(21). Préalaire à peu près aussi longue que la 1'6 dorso-centrale__
13-(16). Antennes : 36 article à peu près trois fois aussi long que le
26. Épine costale distincte. `
14-(15). Bande médiane frontale avec des soies croisées .. .....
................. margaritans (p. 130).
15—(14). Bande frontale sans soies croisées. . . dentiens (p. 124).
16—(13). Antennes : 36 article une fois % aussi long que le 26..
17—(18). Épine costale nulle ou très courte. . nuceicornis (p. 131)..
18—(17). Épine costale longue.
19-(20). Orbites bien moins larges que la bande frontale. Chète dis-
tinctement villeux ......... concomitans (p. 123)..
20—(19)._ Orbites à peu près aussi larges que la bande médiane frontale,.
Chète nu ............. Villeneuvei (p,. 135)..
21-(12). Préalaire plus fine et plus courte que la U6 dorso-centraIe..
22—(25). Bande frontale noire ou brun noir.
23-(24). Antennes : 36 article à peu près 1 fois % aussi long que le 26..
_ Pas d’épine costale (fig. 193) ..... .dissecta. (p. 125).
24—(23). Antennes : 36 article à peu près aussi long que le 26. Épine·
' costale longue ........... curvicauda. (p. 124).
25—(22). Bande frontale d’un jaune orange en avant. Thorax :.
1—3 bandes médianes d’un brun clair. Palpes filiformes.
26——(27). Bande médiane frontale plus colorée. Abdomen à bande
médiane dorsale souvent indistincte. . cîlicrura (p. 122)..
27-(26). Bande médiane frontale à partie jaune moins colorée. Abdo-
men : bande médiane dorsale nette, formée de taches trian-
gulaires. Soies acrosticalesiparfois plus robustes. h
28-(29). Chète distinctement pubescent. Corps à pruinosité d’un gris.
jaune .............. trichodactyla (p. 134).
29—(28). Chète pratiquement nu, Corps à pruinosité d’un gris bleu.
.................. florilega (p. 127)..
30—(11). Tibias II : 2 soies antéro-externes. Préalaire plus longue que·
la 1*6 soie dorso-centrale. 36 soie sternopleurale aussi longue et
aussi forte que les 2 premières .... discteta (p. 125).
31—(2). Pas de préalaire. Genoux antérieurs roux. Ailes opalines.
Mouche d’un gris argenté ....... albula (p. 120).
32—(l). Tibias II avec une ou plusieurs soies antéro—internes distinctes.
33-(52). Bouche aussi saillante que le front.

I cnorrrovmna · 119
34·(35). 2 : 2 soies sternopleurales. Mouche d’un` gris jaunâtre. . .` .
.............. (Paregle) cinerella (p. 107).
35·(34). 1·: 2 soies sternopleurales.
36·(39). Mouches d’un gris bleu.
37-—(38). Acrosticales présuturales fortes; rétrosuturales délicates·ou
nulles ..... .. ..... (Paregle) cœrulescens (p. 107).
.38·(37). Toutes les acrosticales îndistinctes ou nulles.
............ (Paregle) biumbrosa (p. 106).
39-(36). Corps noir, couvert d’une pruinosité grise plus ou moins
accentuée. Acrosticales piliformes, toutes à peu près également
fortes, sauf la 2° paire présuturale qui est parfois plus déve-
loppée.
40·(45). ` Préalaire aussi forte que la 1*8 soie dorso-centrale.
41—(42). Tibias III sans soies internes raides, en rangée régulière.
Bande médiane frontale uniformément d’un brun noir.
.................. pmtensis (p. 132).
42·(41). Tibias III avec des soies internes raides, en rangée plus ou
` moins régulière.
43·(44). Acrostîcales bien développées. Tibias III : 5-6 soies internes
raides en rangée régulière. Bande médiane frontale d’un brun
rouge antérieurement. Chète indistinctement pubescent. . .
. . . . Ã .... ' .......... diducta. (p. 125).
44·(43). Acrosticales délicates ou nulles. Tibias III : 2-3 soies internes
dans la moitié apicale. Bande médiane frontale noire. Chète
distinctement pubescent jusqu'au bout. . melanura (p. 130).
45—(40). Préalaire plus courte que la 1"=—soie dorso-centrale ou beaucoup
. plus fine que les supraalaires suivantes. Bande médiane `
frontale brune, jaune-orange ou rouge antérieurement.
46·(5l). Nervure.XII perpendiculaire à la nervure VI et formant un
angle droit avec elle (fig. 170). .
47—(50). Préalaire plus ou moins forte : toujours présente. _ ·
48—(<19). Préalaire longue et forte. Acrosticales plantées irrégulière-
ment, la 2*3 paire présuturale plus forte que les autres. Mouche
' d’un gris noirâtre foncé ........ dejecta (p. 124).
49—(-18). Préalaire courte ou piliforme. Acrostîcales fines et délicates,
toutes à peu près d’égale force, plantées en 2 rangées régu-
lières. Mouches grises (*) ........ œstiva (p. 105).
50·(47). Pas de préalaire .......... impubicollis (p. 128).
51—(46). Nervure XII formant un angle aigu avec la nervurc VI
(fig. 169) .... I .... Ã ..... radicum (p. 107)
52-(33). Bouche non saillante. _
1. La 3• sternopleurale parfois piliforme ou nulle. _

120 cr1oR·roPmLA
53—(58). Préalaire longue et forte. Épine costale bien développée.
54-(57). 1 : 2 soies sternopleurales.
55—(56). Acrosticales bien développées ...... sepia (p. 133).
56—(55). Acrosticales nulles, à peine distinctes d'e la villosité du fond.
................... cinerea (p. 123).
57-(54). 2:2soies sternopleurales; la 4*3 sternopleurale parfois courte
et piliforme ............ gentianae (p. 127).
58—(53). Préalaire beaucoup plus fine et plus courte que la 11*8 soie
dorsocentrale présuturale.
59—(60). Au-dessus des antennes, la bande médiane frontale est à
peine plus large que les orbites. Oviscapte avec un cercle
d’épines (l) .............. . candens (p. 121).
60·(59). Bande médiane frontale plus large que les orbites. Oviscapte
. Sans épines. .
_ g;61—(62). Palpes fortement élargis en spa-
tule et comprimés au sommet.
Nervures XI-XII ombrées. . .
. spatulans (p. 134).
62-61. Pal es non élar is en s atule.
P 3 P
\\ , _ Nervures XI-XII sans ombre.
  ,, 63·(64)· Mouche d’un gris jaunâtre. Long.
  5-6 mm . . ` detergens (p. 124).
    K64—(63). Mouche d’un bleu gris. Long.
  ·I> .4  _... ' o ·
    3 mm .... exigua (p. 126).
  ` niv
I è' .
//
  , 1. C. albula FALLEN (2). — BEZZI et
  \`4 S IH 711 S 1916 178 12
' ,» TEIN, , ; — TEIN, , , .
n\ _ — Aricia arenosa ZETT., SCHINER, 3/IEADE.
' "`—· . ——— (fig. 205 11).
F1¤.205a. -_Ch0I‘!¤Phîla üïbülü Rare et localisé. Semble plus fréquent dans
. (C1`) X 10- les endroits arides et sablonneux; sur le sable
du bord de la mer.
Dunes belges, Blankenberghe, août (VILLENEUVE); Pas-de-Calais :
Wimereux (PANDELLÉ); Seine-et-Oise : Rambouillet : champ de manœuvres
(VILLENEUVE, SÉGUY), Bouray, Lardy, sablières: à 1’entrée d’un terrier
d’Hyménoptère, juin (SÉGUY).
Nids de Pompilus (SCHINER).
1. Le Chortophila caccavans PAMJELLÉ (1900, 253, 12, [ci']; 277, 12 [Q]) prend place
ici : l’oviscapte est très épais et muni d’une double couronne de fortes épines crochues,
largement saillantes, qui peuvent empêcher sa rétraction à l’intérieur du 8** segment.
Cet organe présente encore quelques épines plus courtes à la face inférieure (ventrale)
et àl’apex quelques soies molles en pinceau serré. — Prusse orientale.
` 2. Nommé Hylemyia (Crinura) albula FALLEN par SCHNABL et DzxEr>z1¤K1, 1911,
96 [44], 5, fig. 137-138.

cnoP.TOPmLA 121
' 2. C. alpigene Poxormv. -—· C. prominens S·rE1N 1916, 174, 7; —
BEzz1, 1918, 79, 19 et 113, 21.
/ »
Région alpine de 2.500 m. à 2.800 m., sur les fleurs (BEzz1). Très voisin
du Chorlophila pilivenlris Poxonmr 1889, que l’on rencontre dans les
mêmes conditions sur les herbes ou les ileurs des montagnes du système
alpin et qui présente aussi : 2 + 3 dorso-centrales; acrosticales piliformes
et indistinctes, la première paire présuturale indistincte ou nulle. 1 :2
sternopleurales, la 3• un peu plus courte que la 29. Préalaire longue comme
la moitié de la lm dorso-centrale. Q : des soies croisées sur la bande médiane
frontale. Le Chorlophila pilivenlris se distingue immédiatement du C.
alpigena par la soie préalaire plus courte (Brszzx; 1918, 78, 18).
3. C. ahgustiirons ÃIEIGEN. ——- BEzz1 et STEIN Ill, 711; -— Srxzm,
1916, 178, 13. ·- Anthomyza scalophagina ZETT. — ScruNEn, I, 637.
Belgique: Ostende (IÃUNTZE).
4. C. anthracina Cznxmv. -·- STEIN, 1916, 178, 14. _
Seine·et-Oise : Rambouillet (VlLLENEUVE). — Autriche (CZERNY, PoLL).
5. C. Bompadrei BEZZI 1918, 113, 25.
Hautes-Alpes : Lautaret (VILLENEUVE); Alpes italiennes (Buzz!). ·
62 C. cacuminata VILLENEUVE 1923, XXIX, 95,7.
Allier : Vichy; mai (VILLENEUVE).
7. C. canzlens ZETTERSTEDT. —- BEzz1 et STEIN, III, 712 (*).
- (Hg. 205 b).
Lunule d’un jaune orange. Gênes rousses en avant, à rellets gris. Acros-
ticales courtes. Ailes claires à rellets d’un blanc laiteux. Grilles et pelotes
médiocres. Mouche un peu plus grande et; plus sombre que le C. albulan
Avec le Chorlophila albula: plus rare. `
Nord : Dunkerque. —— Ostende; Blankenberghe : dunes (VxLLENEUvE);
Hyères (A1zE1LLE DE PErmxN). — Europe centrale et septentrionale.
1. Le Chortophila excavans PANDELLÉ (1900, 253, 12 J; 277, 12 Q) peut être c0n~
fondu avec le C. candens ; il en diiïère par: lunule noire, gènes à reilets d’un noir velouté,
péristome plus large, préalaire piliforme toujours distincte; acrosticales plus fortes,
ailes jaunàtres, non laiteuses; épine costale forte.`Tibias II avec 2 petites soies internes _
raides, dressées. Grilles et pelotes très fortes. Abdomen de la même couleur que chez
le C. candens, mais beaucoup plus épais à l’apex. La ligne médiane noire ne commence
que sur le tergite II, se continue sur le tergite III et devient jaune sur les derniers
tergites, comme le segment basal de Phypopyge. La constitution extraordinaire de la
5• plaque sternale, dont les lobes latéraux sont garnis sur la face interne de petites
lents mousses et serrées, ne permet pas de confondre cette espèce avec aucune autre.
— Prusse orientale. Voyez ausslnote 1, page ·120. ' ,

122 cnonrormra `
8. C. czmnabina STEIN 1916, 169, 1.‘
Mouche non encore signalée en France; a été trouvée en mars en Alle-
magne dans les nids d’Oiseaux et dans un nid de Linot (KRAMER). Un autre
Chortophile: le Lasiomma Rœderi, a été trouvé dans des conditions ana-
logues dans la région parisienne (SÉGUY, LHOSTE).
. 9. C. cilicrura Rourmm. — Bezzx et STEIN III, 713; KUNCKE1,
D’HERcULA1s, 1907, 390; VILLENEUVE, 1913, 130; SORAUER, 1913,
427 (1); STEIN, 1916, 181, 18. — Anihomyia platura IWEIGEN, IWACQ.,
ZETT., SCHINER. -— Anthomyia cana BIACQUART. — (fig. 182).
Dans les bois, les prairies et les champs. Fleurs, herbes, feuillages, Verge-
d’Or, Euphorbe, Pin. Avril-décembre. '
Très répandu dans toute la France. — Europe, Asie septentrionale,
Syrie, Iles Canaries. l
Cosmopolite. Larves
n tantôt parasites, tan-
, u » tôt végétariennes.Vivi-
` (   \ ï pare en République
· ' Argentine (KUNKE1.
. \ DIHERCULAIS).
ij.; · Lalarve a été trouvée
' · au collet et à la partie
· ' supérieure de la racine
médiane du Persil
· (Seine: Vitry, [Es-
Fro. 205 b.- Chorlophila (Crinum) candens Zett. Appa- ·rror > X/rILLENEUVE]),
reil génital ci', face et profil; d’après Schnabl et dans plusieurs espèces
Dzledzlckh d’Alliz1m, dans les
bulbes d’Oign0ns
(BIIEADE), dans les Poireaux (BoUcuÉ), dans les tiges d’Asperges plus ou
moins altérées (P. LESNE); elle détruit aussi les œufs du Criquet pèlerin
(KUNCKEL D’HERCULAIS) (2).
Parasites : Alysia lruncalor NEEs (Braconide); Bothriolhorax clavicomis
DALM. (Chalcidide).
VILLENEUVE (1923) et STEIN (1916) ont signalé une Variété qui est
caractérisée par : face et triangle frontal rougeâtres; abdomen oblong
ovalaire; tibias III n’ayant qu’un nombre Variable (4-10) de petites
.1. Chortophila fusciceps NEVEU·LEMAIRE (1913, 374). Sormueu (1913, 374). Rangé
dans les Hylemyia (sg. Cri11u1·1).parScHNABL et DZIEDZICKI, 1911, 96. [44], 5, (fig. 125-
126). '
` 2. C.’est au C. cilicrura que se rapporte la Mouche indéterminée de la coll. F.¤.1.1.otr
(Mus. Paris) qui porte Yétiquette : Parasite du Jllolyles coronatus G0EzE. La larve
de ce Curculionide vit dans la racine des Carottes (FALLOU, Bull. Soc. ent. Fr., 1882, 73).
La larve du Cucilicrura est-elle vraiment parasite? ou Vit-elle seulement dans le
magma résultant de la pourriture des tissus végétaux après l’attaque du Molyles?
Il faudrait déterminer avec précision les conditions dans lesquelles ce Ch0rt0phile`
s’attaque aux Végétaux et dans quelles circonstances il devient parasite. _

CHORTOPHILA 123
soies internes assez inégales, vers la partie supérieure seulement. Le
docteur Vn.LENEUvE croit que cette variété se rapporte au C. florilcga.
I
10. C. cinerea PANDELLÉ 1900, 286, 59, (Q). t
Amiens (CARPENTIER); Hautes—Pyrénées, montagne. — Bohême (PAN-
nenni;).
ll. C. compresse STEIN 1916, 182, 20. — C. varicolor RONr>AN1 1866. .
—— C. sligmalica PANDELLÉ (non l\I1¤;1c.E:~x), 1900, 262.
Seine : Vincennes; Seine-et-Oise : Rambouillet (VILLENEUVE). —- Buda-
pest, Ile de Crète (S·rEn~z), Allemagne.
12. C. concomitans PANDELLÉ 1900, 251, 7, c'; 287, 7,»Q. ——— (fig. 187).
©' : yeux étroitement cohérents par les orbites. Chète brusquement
épaissi au tiers basal. Trompe courte; palpes courts, filiformes. Thorax
d’un gris `ardoisé, à villosité fine; 3 paires d’acrosticales présuturales
plus une paire intermédiaire courte, piliforme, sur la bande médiane
à la hauteur des 26 et 3** paires; acrosticales préscutellaires très longues. · ,
Préaiaire un peu plus de moitié aussi forte que la lm dorso·centrale.
1 : 2 ou 2 : 2 sternopîeurales, la 48 plus fine que la 36. Ailes vitreuses,
pas d’épine costale; nervure XII fortement et brusquement courbée;
nervurcs V-VI convergentes à 1’apex. Tibias I : 1 soie antérieure;
tibias II : 1 antéro-externe et 1 forte postérieure; tibias III avec 6-8 soies
presque d’égale longueur, en rangée continue sur toute la longueur du
tibia: sur la face postéro—interne, 6-7 soies plus longues, disposées de la
même façon sur la face antérieure et 3 externes très longues, quelquefois
une très petite soie antéro—interne. Grîffes et pelotes courtes. Abdomen
aplati à la base, fortement épaissi à*l’apex, noir un peu brillant avec
une légère pruinosité bleutée et une bande médiane brune, peu distincte.
Long. 4 mm. ·
Hautes~Pyrénées : Tarbes. — Prusse orientale.
13. C. congenerata. PANors1.LÉ 1900, 266, 42.
,': palpes filiformes. Chète à pubescence épaisse jusqu’au bout.
Corps noir; acrosticaies : 26 paire forte; préalaire plus courte que la
lm soie dorso-centrale présuturale. Tibias I sans soies. Tibias II avec
une villosité interne assez longue, plus longue à la base; 2 soies exter- ·
nes, 1 antérieure, 2 postérieures; fémurs II avec des soies internes assez
longues, comme exigua. Tibias I I I: 3 soies antéro-internes, 2 antéro-exter-
nes, 3-4 externes. Ailes légèrement enfumées; nervure V-VI parallèles
ou un peu convergentes; nervure XII absolument droite; épine costalc
microscopique. Abdomen plus court que le thorax et le scutellum, noir,
unicolore. Hypopyge légèrement saillant. Long. 4 mm. _

124/ CHORTOPHILA
Hautes-Pyrénées : Aragnouet; août (PANDELLE).
14. C. cribrata VILLENEUVE 1923, XXIX, 93,4.
Hautes—Alpes : Lautaret; juillet (VILLENEUVE).
15. C. curvicauda ZETTERSTEDT (’) -— BEZZI et STEIN, III, 715.
·—- (fig. 196-197). _
· Environs de Paris (VILLENEUVE); Eure : Evreux : commun dès le mois
de mars (PonTEv1N); Hautes-Pyrénées : Tarbes : avril·mai, prairies. —
Suède, Autriche (PANDELLÉ).
16. C. debilis STEIN 1916, 183, 24. — Aricia infirma ZETT. 1845
(non MEIGEN, *1826).
©": yeux presque cohérents. Antennes : 3è article double du 26;
chète nu- Palpes un peu épaissis à l’apeX. Thorax et scutellum d’un gris
cendré clair; préalaire manque; acrosticales : 2 rangs. Ailes claires; pas
d’épine costale. Cuillerons blancs; balanciers jaunâtres. Abdomen
un peu plus petit que le thorax, aplati à la base, épaissi à l’apex. Long.
5-6 mm.
Seine-et-Oise : Rambouillet (X/IILLENEUVE). — Prusse (STEIN), Europe.
17. C. dejecta PANDELLE 1900, 273, 64, (Q).
Hautes-Pyrénées : août, Q.
, 18. C. dentiens PANDELLE 1900, 268, 45; STEIN, 1914, 50, 8 et 1916,
184, 25. —- (fig. 163, 183-184).
Seine-et-Oise : Rambouillet (VxLLENEUvE); Landes : avril-juillet (Spirœa
ulmaria [PANDELLÉ]); Belgique : Namur (J. DE JOANNIS).
En juillet la larve viti dans le canal médullaire des tiges du Spirœa
ulmaria et s’installe au collet de la racine pour se transformer en pupe.
L’éclosion des Mouches a lieu en avril suivant (PERRIS, 1877, 383, § 2).
19. C. detergens PANDELLÉ 1900, 229, 16 (Hydrophoria) (2).
Ressemble au Chart. signala (Br.) DE ÃIEIJERE, mais plus robuste,
abdomen plus large à la base et plus aplati, ailes plus claires, tête plus
grosse et de forme différente. ©”, antennes : 38 article, 1 fois yz aussi
long que le 29. Trompe assez forte, épaisse; palpes épaissis à la pointe.
1. D’après Sc1~rNAEL et DZIEDZICKI fait partie du genre Hylemgia (sg. Adia (R.-D.]
SCHNAB1. et DZIEDZICKI, 1911, 97 (45), 7).
2. Le Chortophila pygialis PANDELLÉ (1900, 252, 10) fait partie du même groupe.
Il est remarquable par : 2: 2 sternopleurales. Abdomen aplati à la base, fortement
épaissi à l’apex. Tibias III : 3-4 soies externes, 1 postérieure, 5-7 inégales antéro-
externes, 2-3 antéro-internes. Trompe à labelles très développées. - Allemagne.

. cxiorz·roPmL.»~. 125
Thorax d’un gris cendré : bande médiane brune assez nette, 2 taches
présuturales de même couleur; acrosticales : nettes, la 2** paire présuturale
2 fois plus forte que les autres et les 2 paires préscutellaires encore plus
développées; 2 + 3 soies dorso-centrales. Cuillerons blancs; balanciers
jaunes. Abdomen noirà pruinosité d’un blanc jaunâtre, coupée de taches
brunes un peu chatoyantes: une ligne médiane dorsale noire continue,
plus large sur les premiers segments, s’étendant en bande étroite sur la.
marge antérieure des tergites. Long. 5-6 mm.
Hautes—Pyrénées : Tarbes : montagne (PANDELLÉ). ·
20. C. didueta PANDELLÉ 1900, 285, 58, (Q).
Hautes-Pyrénées : Luz, Arrens : juin-août (PANmz1.1.É).
21. C. dilaminata PANDELLÉ 1900, 263, 36. — (figi 198-199). _
o' : yeux séparés par une bande noire assez large. Thorax et scutellum
à légère pruinosité grise; sternopleures àvillosité épaisse. Ailes: nervures.
V-VI parallèles, nervure
XII bisinuée. Cuillerons
blanchâtres; balanciers
jaunes. Pelotes et griffes
des pattes I très dévelop- ,
pées, les autres courtes.
Tibias I: 1 soie antérieure
et 1 externe; tibias II :
1;-2 ÉOIES antérO_€xt€rnCS’ F10. 205 c. — Chorlophila dissecla Meigen, appareil
l£1[)1C3l€ pll1S forte. 1 génital .;`,face et profil; figure schématisée d’aprèS
3ntépO-jntgyng’ l` p()5|;é· Schnabl et Dzîedzickl, 1911, fig. 241-242.
ro-externe et 2 externes;
tibias III : 2 soies antérieures, 4 externes, 1 postérieure et 1 interne
distincte de la villosité. Abdomen aussi long que la tête et le thorax.
Landes, tronc des arbres (PANDELLÉ). e
22. C. discrete MEIGEN. —- Bizzzr et Srzm, III, 715. — (fig. 179).
Saules; herbes fleuries des prairies et des bois. Avril-octobre.
Commun dans toute la France. — Europe.
23. C. dissecta MEIGEN (‘). —— Bxazzi et STEIN, III, 715. .— (fig. 193'
205 c). · ·
o' : antennes, 39 article double du 2°; chète nu. T'horax et scutellum,
1. D'ap1·ès SCHNABL et Dzmnzrcxx le Chortophila dîssecta Mmonw :. humerella
Srnonz. : ignota RD: fait partie du genre Eglc SCHNABL et Dzuanzxcm (non.
ROBINEAU•DESVOIDY) 1911, 104 [52] 11. ·

126 CHORTOPHILA ·
entièrement noirs, un peu brillants; 2 rangs d’acrosticales;*nervures V-
VI parallèles. Abdomen aplati, apex non épaissi. Hypopyge à peine sail-
lant : le premier segment de couleur claire; lamelles prégénitales peu
distinctes. Long. 3-4 mm. .
_ STEIN (1916, 185, 27) dit: pas de préalaire. Cette soie existe chez tous
les exemplaires que j’ai examinés: elle est courte, un peu moins de moitié ‘
de la supraalaire suivante. `
Champs et jardins. Chêne, Angélique, buissons, Ronce. Avril-octobre. ‘
Très commun dans toute la France. —— Europe, Caucase.
Les Chortophila infirma de la collection PANDELLÉ (1900, 252, 11) sont
peut-être des C. dissccta. La soie préapicale des tibias I semble plus rap-
prochée de la base, les tibias III ne portent pas la soie antéro-interne bien
visible chez quelques C. dissecta. Même chétotaxie, même forme du corps,
sauf que l’abdomen chez in jîrma est légèrement plus aplati. Il est diilicile
· de se prononcer, la collection ne contient que deux exemplaires : un
· immature, l’autre préparé dans une position peu favorable pour
l’étude (1). .
24. C. exigua MEADE 1883 (non PANDELLÉ, 1900; non R.—D.), 220 et
1897, 52, 17. -—— BEzz1 et STEIN, III, 1905, 719 (Choriophila lepida FALL.);
`STEIN, 1916, 187, 30. ——— (fig. 178).
Seine-et-Oise : Rambouillet (VILLENEUVE, SEGUY).
25. C. Fabricii HOLMGREN· —— STEIN, 1916, 188, 31; VILLENEUVE,
1919, 260, 7.
Hautes-Alpes : Col du Lautaret (VILLENEUVE). `
_26. C. îlavibasis STEIN 1903, II, 121, 173.
Var, Corse : très commun à Campo-di-l’0ro, près Ajaccio, Vizzavona,
Ajaccio, juin (SCHNAEL, VILLENEUVE). ——- Égypte : novembre à mars;
.Syrie; Iles Canaries (BECKER). '
27. C. îlavidipennis STEIN 1916, 171, 3.
Cantal : Le Lioran (VILLENEUVE). — Finlande (STEIN)·
28. C. flavisquama STEIN 1916, 171, 4; VILLENEUVE, 1919, 259.
Mai-juillet. Semble avoir été obtenu par GADEAU DE KERVILLE, de larves
mineuses des frondes de l’Athyrium jîlix-fœmina. La description de STEIN
né s’applique pas à la Mouche appelée C. signala par DE MELIERE.
la Voyez aussi Scnmlnr., Dipterologische Sammelreise nach Korsika: Deutsche
.cnt. Zeit., 1911, 80, 45. · · '

cuorrrornrna 127
29. C. florilega MEADE 1883, 2l7et1897, 49, 7 ('); PANDELLÉ, 1900, 255,
19 (cf); Scnmam., 1911, 73, 30.
Seine-et·Oise : Rambouillet (VILLENEUVE, SÉGUY)§ Hautes-Pyrénées : ,
Tarbes (PANDELLÉ); Corse : Eviza, Vico (SCHNABL).
INc1xBAL¤ (1886, 9) dit que la·larve se développe dans les fleurs de
Senecio aqualicus en mai et juin, dévore la pulpe du réceptacle qui est trans-
formé en masse incolore. C’est au Chorlophila seneciella que se rapporte
cette observation (MEMJE, 1897, 49).
30. C. frontella. ZETTEHSTEDT. ·—— Bizzzx et S·rEn~1, III, 716.
Hautes—Alpes : Lautaret (Vx1.1.ENE¤vE); Dauphiné (Kuisrrzn). — Europe
centrale et septentrionale.
31. C. gentianœ PANDELLÉ 1900, 273, 50 (Q).
;,’ : occiput aplati en haut, légèrementbombé à la base. Antennes:
3**. article 1 fois % aussi long que·le 2**; chète jaunâtre ou roux, à
cils jaunes. Péristome large comme la moitié de la hauteur d’un œil avec
un reflet roux orangé qui se retrouve, plus vif, sur le front et les gênes.
Trompe grêle; palpes petits, assez .velus, un peu élargis à la pointe.
Thorax d’un brun noiràtre avec une très légère pruinosité jaune: une
bande médiane dorsale noire assez·large, 2 acolytes plus fines; 2 + 3
soies dorso—centrales; sternopleures à villosité longue et épaisse. Ailes
claires, jaunies àla base. Cuillerons petitsfjaunâtres; balanciers jaunes.
Pattes noires, les genoux plus clairs, griffes et pelotes des pattes I plus
développées. Tibias I : 1 soie externe et 1 postérieure.assez fines; tibias
Il : 1 soie antéro-externe, 2 postéro-externes, 2 postéro-internes plus
fines. Abdomen à villosité épaisse, plutôt courte. Hypopyge peu
saillant. Long. 5 MZ mm.
Q : bande médiane frontale rousse. Thorax et abdomen à pruinosité
cendrée: une étroite ligne médiane brune peu accusée. Acrosticales assez
fortes; prêalaire aussi longue et forte que la 1*** soie dorso-centrale. Tibias
II: 1-2 soies antéro-internes, 2 antérieures et 2 externes; tibias I : 1 externe
et 1 antérieure. Balanciers, cuillerons et base des ailes jaunes. Long.
5· mm. '
PANDELILÉ n’a décrit que la femelle obtenue de capsules de Gentiane
(N° 6581).Le cf décrit plus haut a été élevé par Piznms, de capsules de
Genliana pncumonanthe. Les larves recueillies en octobre n’ont donné la__
Mouche qu’en septembre suivant (Pxaams, 1877, 383 § 3). PANDELLÉ
l’à nommée Chorlophila cylindrica Ron.-Dnsv. Type au Muséum de Paris.
·32. C. humerella ZETT. — Bxazzr et STEIN, III, 718. — C. morionclla
PANDELLÉ 1900, 251, 8. — (fig. 195,`203)._
1. Hylemyia (Delia) jlarilega (_[ZE·r·r.1, SCHNABL et Dzmn., 1911; 97, 45». .

128 oHoR·1·oPmLA
Seine-et-Oise : Rambouillet (V1LLE1~fEUvE). —— Commun en Prusse  
avril (Srnm); Suéde (PANDELLÉ).
33. C. hyporîtiîormis S'1·E1N 1916, 173, 6. —-— C. conifrons PANDELLÉ
1900 (non ZETTERSTEDT 1845), 260, 30 ©" ; 285, 30 Q . —~ (fig. 200-202).
Hautes-Pyrénées : Tarbes; Allier. — Suède (PANDELLÉ).
34. C. impubicollis PANDELLÉ 1900, 265, 40, ©"; 276, 40, Q . —— (fig. 194). ·
©" : yeux séparés par une bande noire entre les orbites blanches,
linéaires; péristome assez large, àpruinositéd’un blanc d’argent. Antennes:
3*% article 1 fois % aussi long que le 2**; chète à pubescence distincte
jusqu’au bout. Palpes filiformes, peu velus. Acrosticales présuturales
assez fortes; 2 + 3 dorso-centrales; 1 : 2 sternopleurales, parfois 2 : 3 les
sternopleurales IV-V piliformes. Ailes claires légèrement rembrunies à
la base. Cuillerons d’un blanc jaunâtre; balanciers jaunes. Tibias II: 2 soies
antéro—externes, 1 externe et 3 postérieures quelquefois courtes. Tibias III:
3 postérieurs et 3-4 internes assez fines. Abdomen hérissé, aplatià la base,
épaissi à l’apex par Vhypopyge : celui-ci saillant, peu velu. Corps d’un
gris plombé terne, pruinosité assez faible. Pas de bandes sur le thorax.
Abdomen avec une bande médiane dorsale assez large, d’un brun noir
velouté, interrompue aux incisures.
Q : thorax à pruinosité d’un brun clair, les marges antérieures et
latérales blanchâtres, tranchant sur le fond, l’antérieure étroitement
divisée par une ligne médiane plus sombre. Abdomen d’un cendré obscur
uniforme. Long. 3-4 mm.
Hautes-Pyrénées : Barèges (PANDELLÉ). '
35.   insperata PANDELLÉ 1900, 260, 29, (©”).
©" : yeux séparés par une bande d’un brun noir; orbites nulles. Anten-
nes longues, chète à peine pubescent. Péristome très velu. Thorax gris à 3
bandes plus sombres : la médiane assez large, délimité l’espaoe occupé
par les acrosticales qui sont fortes, surtout les préscutellaires; les deux
bandes latérales étroites suivent les soies dorso-centrales. Sternopleures à
villosité très longue et serrée; 1 : 2 sternopleurales. Ailes un peu enfumées.
Cuillerons d’un blanc jaunâtre. Balanciers jaunes. Abdomen d’un gris
bleu avec une bande médiane dorsale noire à reflets bruns, interrompue
à l’apex des tergites, dilatée à leur base qui est occupée presque com-
plètement par cette expansion latérale; pilosité épaisse, pas très longue;
macrochètes médiocres, plus longs sur les derniers segments. Long.
6 mm. g ·
Landes; Lyon (PANDELLÉ). `
36. C. înterflua. PANDELLÉ 1900,1262; 33, (©”).

cuoR'r0PmLA · 129
Forme et taille de l’Hylcmyia varicolor. Yeux séparés par une petite
bande noire presque linéaire, Antennes: 3° article 2 fois % plus long que
le 28, chète dîstinctement cilié jusqu’au bout. Péristome à villosité.
médiocre. Trompe grêle, palpes courts, presque filiformes. Thorax d’un
gris noirâtre un peu brillant : une large ligne médiane dorsale d’un brun ·
noir profond et velouté, d’un brun plus clair latéralement; acrosticales
présuturales fortes, les autres médiocres, sauf les préscutellaires aussi
fortes que les présuturales; 2 + 3 dorsocentrales; 1 : 2 sternopleurales.
Tout le thorax y compris les sternopleures à villosité longue, raide,
dressée. Ailes un peu brunies, surtout à la base. Cuilleronsà lisière jaune;
balanciers d’un jaune vif. Abdomen plus clair que le thorax: bande
médiane dorsale brun noir, dilatée àla base de chaque segment; pilosité
forte, dressée; macrochètes nombreux, bien développés. Long. 7 mm.
F Hautes-Pyrénées : Arrens; juillet (PANEELLÉ).
37. C. intersecta Maman (l). ——- Biszzi et STEIN, III, 719._— Phorbia
neglccla MEADE 1883, 219. —— C. quintilis PANDELLÉ 1900, 253, 13, cz';
279, 13, Q. — (fig. 188).
Localisé. Mars-décembre, Ombellifères. '
Environs de Paris; Mont-Cenis; Hautes—Pyrénées : Tarbes, montagne
mars—décemb1·e, fleurs; Hyères.
Amiens, nids de Cnelhocampa processionnea (Canrnxrrizn). - Europe.
Larve coprophage (Boucmîz, 1834, 78, 65).
38. C. longipilis PANDELLÉ 1900, 261, 32.
c' : mouche d’un noir un peu brillant, à pruinosité d’un gris jaunâtre,
très légère sur Pabdomen; bande médiane dorsale nulle. Yeux séparés
par une bande d’un brun noir à peu près aussi large que le triangle
ocellaire. Antennes un peu plus longues que chez les espèces voisines,
chète nu. Palpes petits, légèrement épaissis à la pointe. Thoraxà pruino-
sité d’un gris jaunâtre: 3 bandes étroites d’un brun noirâtre; acrosti-
cales fortes, 3 paires présuturales; 2 + 3 dorso-centrales; 1 : 2 sterno-
pleurales. Ailes un peu brunies à la base; épine costale forte. Pattes
avec des soies extraordinairement longues et fortes, surtout aux fémurs I
2t_aux tibias III. Tibia I : soie préapicale très longue. Tarses I-II aplatis
atéralement comme chez l’Hydr0ph0ria Wierjeskii, le dernier article de
:es tarses nettement dilaté; tarses III normaux. Griffes et pelotes fortes.
Abdomen: macrochètes discaux et marginaux bien développés. Les soies
1. Le Charlophila rotundivenlris PANDELLÉ (1900, 252, 9) diffère du C. inlersccla
war la bouche plus saillante, les antennes plus courtes, le chète à pubescence plus
ongue. Acrosticales, une seule paire longue et fine. Couleur générale plus foncée d’un
arun noir un peu brillant sans traces de bandes. Tibias II sans soies antéro-internes
t externes. - Prusse_orientale, Suède.
9

130 ` cHoRroPnrLA
et les macrochètes qui couvrent le corps de cette Mouche sont beaucoup
plus longs que chez les autres Chorlophila. Long. 4 % mm.
Marseille (ABEILLE DE PERRIN). — Genthin, Prusse saxonne.
l ` 39. C. longula FALLEN.— BEzz1 et STEIN, III, 720; STEIN, 1916, 191,
39. '
Lierre fleuri; feuillage. Juin-octobre. ,
Seine-et-Oise : Rambouillet; Var; Corse : Tattone, 800 m.; Vizzavona,
900 m., Calvi, Ajaccio (SCHNABL). — Europe; Asie septentrionale; Iles
· Canaries.
40. C. margaritans PANDELLE 1900, 288, 60, (Q).
Landes (PANDELLÉ).
41. C. melanur ME1c.EN. —— BIACQUART, 1835, II, 327, 14; — PAN-
DELLÉ, 1900, 258, 27. '
c" : yeux séparés par les orbites et par une trés étroite ligne noire.
Antennes : 38 article 1 fois % plus long que le 26. Thorax noir à
pruinosité d’un blanc jaunâtre, plus épaisse sur les côtés : une étroite
· ligne médiane dorsale noire, acolytes nulles. Acrosticales piliformes
toutes égales; 2 + 3 dorso-centrales fortes; 1 : 2 sternopleurales. Ailes
brunies. Cuillerons et balanciers jaunes. Abdomen noir à pruinosité
grise assez épaisse : une bande médiane dorsale occupant la plus grande
partie, formée de sections triangulaires d’un noir velouté, plus larges à
la base des segments. Hypopyge : segment basal gris un peu brillant.
Corps à pilosité très développée, longue, dense, hérissée. Macrochètes
forts. Long. 6 mm.
Nord de la France (MACQUART). -- Prusse orientale, Suède (PANDELLÉ).
42. C. meridiana VILLENEUVE 1923, XXII, 94, 5.
« Petite espèce d’environ 3 millimètres, noirâtre, ayant l’abdomen mat,
large, plus court ou à peine aussi long que thorax et scutellum réunis,
déprimé—plan en dessus, fortement renflé en dessous des 2 derniers seg-
ments par la saillie de l’hypopyge et par celle plus accusée, des lobes
robustes du sternite V, convexes et appliqués sur le ventre. Les ailes et les
cuillerons sont d’un gris brunâtre; les balanciers sont d’un testacé obscur,
à large massue. Les palpes sont obscurs; les yeux du mâle joints en arrière;
le triangle frontal est noir ou rouge, le front saillant, le clypéus presque
plan et légèrement oblique en bas et en arrière, la bouche étant effacée;
gènes blanches étroites, mais pérîstome un peu plus large que l’antenne
et parfois rougeâtre; occiput inférieur médiocrement renflé. Les antennes

cnonrovmnn 131
noires, plus ou moins rougeâtres à la base, couvrent les 3/598 du clypéus;
le chète presque nu n’est épaissi qu’à son extrême base.
Thorax laissant distinguer 3 lignes noires sur son fond obscur; vu
i’arrière, il prend plus ou moins une teinte pruineuse d’un gris clair sur
lequel les lignes noires s’évanouissent parfois ou, au contraire, la ligne
noire médiane se dessine mieux, surtout en arrière de la suture. Scutellum
sombre. Pattes noires.
Chétotaxie: Thorax ayant 3s0ies dorsocentrales. 1 + 2 soies sterno-
pleurales; acrosticales courtes et la soie préalaire pareille. Pattes à
soies très petites et grêles, de nombre réduit: tibias antérieurs nus,
tibias intermédiaires avec une soie antérieure et une postérieure, tibias
postérieurs avec 1 soie antéro-externe, 2 postéro-externes, 1 postérieure
et les fémurs correspondants avec 3-4 soies inféro-externes distales plus
développées.
Q. Thorax d’un gris clair sans linéation apparente, scutellum gris
terreux, abdomen d’un gris sombre un peu luisant terminé par un appa-
reil génital lamelleux du type de Chorl. humerella ZEr·r. Tête blanchâtre;
bande médio-frontale large, rougeâtre mais noire en arrière, sans soies
décussées. Ailes hyalines; cuillerons blancs, balanciers plus clairs. Pattes _
d’un brun plus ou moins rougeâtre. » (DF VILLENEUVE.) · .
Hongrie : un [mâle; Cavalière (Var) : 3 ©’ et une Q capturés en mai;
collection du D1' VILLENEUVE, de Rambouillet. •
43. C. nigronitens PANr>ELLÉ 1900, 266, 41.
o' : yeux séparés par une bande noire assez large qui absorbe complè-
tement les orbites blanches un peu avant le triangle ocellaire. Antennes
courtes. Acrosticales assez fortes, la 26 paire présuturale plus développée,
1 seule paire préscutellaire très forte, presque aussi développée que la 1‘°
dorso-centrale; 2 + 3 soies dorso-centrales; 1 : 3 soies sternopleurales
nettes. Ailes et cuillerons un peu enfumés; balanciers jaunes. Abdomen
noir: une légère pruinosité grise sur le tergite II et_ une petite bande
médiane dorsale plus sombre, couvert de forts macrochètes dressés,
discaux et marginaux; lamelles prégénitales un peu saillantes, peu velues.
Long. 4 mm.
Hautes-Pyrénées : Tarbes, juin : Chêne (PANDELLÉ).
44. C. nuceicornis Pmznxzcrxâ. 1900, 264, 37, cf'; 288, 37, Q . (fig. 207).
0' : yeux séparés par une petite bande brune à peu près égale aux
orbites. Antennes : 3c article, 1 fois ya plus long que le 2**. Chète à cils
microscopiques. Thorax d’un gris plombé 11niforme.Acrosticales petites, la
26 paire présuturale plus forte, égale à lapréscutellaire; 2 + 3 soies
dorso-centrales; 1: 2 sternopleurales. Ailes claires, nervures brunes. Guille-
rons blancs, balanciers jaunes. Abdomen coloré comme le thorax avec

'X
132 . CHORTOPHILA
une bande médiane· dorsale indistincte, brune légèrement pourprée,
interrompue à 1’apex des segments; pilosité dense, macrochètes mar-
ginaux médiocres.
Q : bande frontale entièrement d’un noir velouté. Corps gris. Thorax
à bande médiane dorsale et callus huméraux bruns clairs. Abdomen à ligne
médiane continue, de même couleur, bien visible. Ailes un peu plus
colorées que chez le mâle. Cuillerons et balanciers jaunes.
Hautes-Pyrénées : Tarbes, Vicoigne (PANDELLÉ).
45. C. octoguttata ZETT. -— MEADE, 1882, 33; STEIN, 1916, 192, 41.
Seine-et-Oise : Rambouillet, mai (VILLENEUVE). — Europe centrale
et septentrionale.
Une variété (moesta) a été décrite par HOLMGREN (cf. STEIN, 1902, xxx, 59);
STEIN l’a trouvée en avril sur les chatons du Saule (Prusse orientale).
46. C. penicillaris STEIN 1916, 193, 44. — Ch. sepia auct. pp. (non
MEIGEN).
Mai-juin. L ' l ·
Pas-de-Calais : Wimereux (GIARD); Lille (VAN OYE); Eure : Evreux
(PORTEVIN); Seine-et-Oise : Rambouillet (VILLENEUVE, SÉGUY). —- Prusse
en avril-mai, sur les inflorescences de Roseaux et de Graminées (STEIN).
47. ci pilipes STEIN 1916, 194, 46. — C. anàustifmns RONDANI (non
MEIGEN); GIARD, Bull. Soc. ent. Fr., 1892, cxx (note); VILLENEUVE,
1899, 43, 3; PANDELLÉ, 1900, 244, 8. —-— (fig. 181).
Seine- et-Oise : Hautil, Andrésy, en mars et novembre (VILLENEUVE);
Saône-et-Loire : Mâcon; Côte-d’0r; Tarn : Albi (PANDELLE).
Les mâles signalés de Marseille, Hyères (ABE1LLE DE PERRIN) sont des
Ch. cilicrura.
Les larves ont été signalées comme vivant aux dépens des œufs de Criquets.
48. C. pratensis MEIGEN. — BEzz1 et STEIN, III, 722. — (fig. 180).
Seine—et—Oise : Rambouillet (VILLENEUVE) ; Orne : Forêt de Réno,
Q (P. LEsNE); Dauphiné, Hautes-Pyrénées : montagne, juillet-août (PAN'
DELLÉ). Allemagne, en juin sur les Composées.
49. C. provecta VILLENEUVE 1923, XXIX, 95, 6. (Phorbia) (fig. 205 d).
Environs de Paris (VILLENEUVE, Suncour).
50. 0. rubiginans PANDELLÉ 1900, 254, 16.
Voisin du C. flavidipennis, en diffère par: chète antennaire pubescent;
thorax unicolore, sans bandes; tibias I avec 1 soie; tibias II: 1 forte
soie postérieure; tibia III : 1 antèro-interne, 3 externes et 3 postéro-
externes. Épine costale courte, mais distincte, longue et forte chez quel-
ques exemplaires. ~ ·

cr10R'r0Pr-r1LA 133
Hautes-Pyrénées : Tarbes; Landes. — Prusse orientale (PANDELLÉ).
51. C. seneciella MEADE 1892 (‘). — Gram), Bull. Soc. ent. Fr., i
892, CXVIII.
 
 V
Z ' ) ,
Ãüw \
¢   /
A ”' » .
’ Fm. 205 e. — Chorlophzla seneczclla d'
Fm. 205 d. — Chortophila provccta hypopyge (d’après Schnabl et
Villen., d' >< 8. Dziedzicki).
D’après le docteur VILLENEUVE c’est peut-être le Ch. brevicomis
rrnom., STEIN· (fig. 205 c).
Pas-de-Calais : Wimereux (Gmnn); Somme : Longueau, près d’Amiens
CARPENTIER > VILLENEUVE). — Styrie.
Apparaît vers la fin de juin, à l’époque
ù commencent à s'ouvrir les capitules de
îcnecio Jacobœa. La femelle ne dépose qu’un
eul œuf par capitule. L’éclosion est rapide; \
a. larve est placée au milieu des fleurons   `
ubuleux, la tête vers l’involucre qu’elle \_ (Ã 
onge en partie Pextrémité anale tournée _~   4x li.
'ers la surface libre du capitule. Ces derniers    
e reconnaissent facilement à ce qu’ils ‘    :_Z‘,‘#, _,.,   ,··
mrtent un petit cône d’aspect spumeux,     M
ecouvrant et protégeant la partie posté- · 4/ ""
ieure de la larve. Ce cône a quelque ana-   I`
agie avec l’écume sécrétée par les• larves QQS
l’Aphr0phora (Gizmo). En Angleterre la
arve du C. seneciella a été trouvée sur le \ _ /
ïenecio aqualicus (INCIIBALD > MEADE). 207 ’/
La larve est parasitée par un Hymé· 306
ioptère Braconide (Bmcon varialor NEES). Fm 206 à 208_ __ Chorlûphüa
Svpîa, hypüpyge; — 207. C-
· , nuccicornis extrémité de l’ab·
52. C. sepia El\11:1oEN) MEAoE 1882, 148 domen 6; _ 208, Chomphüa
t 1897, 46, 9( ),———PANDEI.LE, 264, 38 ©’; sepia O·, X g_
i83, 38 Q. — C. Haberlandli SCHINER;
dm, 1895, 94, 36; —— BEzz1 et STEIN, III, 723. — C. sepia STE1N 1916,
97, 50; —— VILLENEUVE, 1919, 259, 5. —-— (fig. 191, 206-208).
1. En 1872 HARDY a décrit brièvement deux Anthomyides écossais; le premier,
'Anlhomyia sonchi, a été élevé du Sonchus oleraceus, le second, l'Anlhamyia Jacobœœ,
irovient du Senecio Jacobœa. Ce dernier se rapporte peut-être au Chorlaphila seneciclla.
dalheureusement la diagnose de Hmm? est trop incomplète pour lever les doutes.
foyez aussi BIEADE, 1897, note de la page 50.
2. Fait partie du genre Ilylemyia (S. g. Adia). Voyez Chorlophila curvicauda.
I

134 cHom·o1=·mLA
Seine-et-Oise : Rambouillet, mars (VILLENEUVE); Hautes—Pyrénées :
Tarbes, mars; pin.
·Se trouve ordinairement dans les champs de Blé. Chaumes de Blé
(GIRAUD).
Une Q de la coll. PANDELLÉ est nommée Chorlophila curvicauda.
53. C. signata (BRISCHKE) DE IWIEIJERE
, 1911, 98, 3; HOUARD, 1908, 31; 1913, 1262.
` — (fig. 166, 167, 190, 192, 209).
 \\\ _ _ ©’. Yeux presque cohérents, séparés par une
FB`? 0%}; très petite ligne noire; 6-7 soies frontales. An-
4  ,7;-sf tennes longues, noires, 36 article 1 fois M,
‘   aussi long que large; chète élargi à la base,
  Ã / à peine pubescent. Palpes et trompe noirs.
  , Gênes et péristome également larges. Thorax
' \\/ unicolore, gris; 2 + 3 soies dorso-centrales;·
// 3 \__ préalaire longue et forte. Ailes brunâtres
  plussombres à la base, nervures d'un brun
1; 209 Ch I M noir; épine costale longue. Cuillerons blancs,
1;;;,1,,,,1 '(B`;) deûqvïgjérî balanciers brun sombre Dà tête jaune. Pattes
(d)><8. noires, tibias I : 1 soie médiane externe;
tibias II: 1 soie antéro—mêdiane, 3 externes,
2 antéro—externes; tibias Ill: 5 soies antérieures dont 3 plus fortes et
9-12 soies postérieures comme chez le Chonfophila cilicrum.
Mai-juillet; toute la France. Très rare.
. La larve mine les frondes de l'Athyrium fîlix-fœmina ou enroule les frondes
des Pteris aquilina, Athyrium
alpesire, Nephrodium spinulosum,
filix-mas, crislatum lhelipleryx
(HQUARD), , ` \ J ,,
Parasite: Phœnocarpa ruficeps   - W  _ ·;
NEEs [Braconide] (DE MEIJERE). vf ~ . · ' u
/"  ,.  p\*··—€—
54. C. spatulans PANDELLÉ ' ` ~ \
1900, 277, 54, (Q), =` \
Dantzig.  
55 C· tüchodactyla RONDANL Fm. 210. —— Chorlophila Villencuvei
•—BEZZI€`ÈSTEIN,III,725§STEIN, Ség. (6) >< 8.
1916, 199, 52. ——(fig. 185-186).
Répandu dans toute la France, avril-août. Commun par places; Landes,
mai, seigles (PANDELLÉ).
BoUcnÉ a obtenu plusieurs de ces Mouches, en été, des excréments
humains.
C’est 1’Anlhomyia platura de PERRIS obtenu en août de la fiente sèche
des pourceaux (coll. Durorm > LABOULBÈNE).

Lssromm 135
56. C. Villeneuvei n. sp. — (fig. 204, 210).
Voisin des C. pratensis et dîscrela l\lEro·EN. J : antennes: 3° article à
peine 1 fois % plus long que le 28; chète à cils courts, distincts jusqu'à
Pextrémité. Thorax et scutellum mats, couverts d’une légère pruinosité
grise uniforme : 3 fines lignes brunes bien visibles sur le fond; acrostî-
cales présuturales: 1 seule paire piliforme et délicate ou 3 paires très
fines, presque indistinctes. Cuillerons blanchâtres, balanciers jaune
d’ocre. Griffes et pelotes d’égale force à toutes les pattes. Ti-ias III :
3-4 très longues soies antérieures et 2 postérieures médianes rapprochées.
Abdomen aplati à la base, fortement épaissi à 1’extrémité, couvert d'une
pruinosité assez épaisse, montrant à certain jour une ligne médiane
dorsale d’un brun noir. formée de sections triangulaires à pointe posté-
rieure.' Long. 5-6 mm. ` '
Hautes-Pyrénées : Barèges c'; Allier Q (coll. PANDELLÉ).
16. -— Genre LASIOMMA Srxam.
STEIN, 1916, 168, 44; - Lasiops (auct.) Scrmn. et Dz., 1911 (non_
Ro1~mANx, non ME1oEN, 1838); Srrzm, 1914, 41, 19; Kowmaz, 1880,
123; -—-— Chorlophila Srram 1916; —- Bxzzzret Srram, III, 726.
TABLEAU mas Espèces
1-(8). Abdomen étroit et aplati en ruban.
2—(5). Tibias III avec plusieurs rangs de soies en peigne sur toute la
longueur du tibia; un rang de soies distinctes d’égale longueur
sur toute la longueur de la face postéro-interne.
3·(4). Yeux à villosité courte, peu serrée. Thorax et scutellum à épaisse
pruinosité grise, au moins sur la face antérieure. Cuilleron I
thoracique non saillant. Long. 4 mm. . . Roederi (p. 137).
4-(3). Yeux à villosité longue et serrée. Thorax et scutellum d’un
noir velouté brillant, sans pruinosité grise, au moins en avant.
Cuilleron thoracique saillant. Long. 4-5 mm.
............. · ..... ctenocnema (p. 136).
5-(2). Tibias III à soies plus dispersées. Face postéro-interne avec
quelques soies dressées dans la moitié basale.
6—(7). Abdomen avec les bandes noires transverses distinctes au bord
antérieur des segments ......... parviceps (p. 136).
'7—(6). Abdomen avec les bandes antérieures très étroites ou nulles.
.................... adelpha (p. 136).

136 LASIOMMA
8—(1). Abdomen ovalaire un peu aplati.
9—(10). Cuilleron thoracique saillant. Yeux à villosité longue et serrée.
Thorax à épaisse pruinosité grise. Long. 5-6 mm.
. ................ anthomyina. (p. 136).
10—(9). Cuilleron thoracique non ou très peu saillant. Yeux à villosité
plus courte. Thorax noir, pruinosité très légère ou nulle.
................. eriophthalma (p. 136).
1. L. adelpha. KowA1=.z. — L. eriophihalma auct. (non ZETT.) PANDELLÉ,
249, 3 ©", 273, 3 Q (Chortophila).
Seine-et-Oise : Rambouillet (Vr1.LENEUvE); Hautes-Pyrénées: Tarbes,
montagne, février-août, Euphorbe (PANDELLÉ). — Europe centrale et
septentrionale.
, 2. L. anthomyina RONDANI. — E gle Rondania PANDELLÉ 1900, 240, 3.
Somme : Amiens, nids de· Cnelhocampa processionea (Canriawrrnn);
Corse : Calvi, juin (SCHNABL). ,
· 3. L. ctenocnema Kowrmz.
Charente f sorti des nids de Cnelhocampa pyliocampa (P. LESNE). Toute
la France, Commun par places; Corse (ScnNAeL). — Europe centrale et
septentrionale. ,
4. L. eriophthalina (Zrsrrmzsrianr) KowAnz.
Seine-et-Oise : Rambouillet (V1LLENEUvE); Corse: Vizzavona, juin
(SCHNABL). —— Europe centrale et septentrionale.
’ 5. L. Darviceps KowARz.
Seine-et-Oise : Rambouillet (V1LLENEUvE). — Europe centrale.
Cette espèce, encore fort peu connue, a été décrite pour la première fois
par K0wARz, en 1880 (1), sur quelques mâles capturés en juillet et août à As
(Asch), à 1’angle occidental de la Bohême. Depuis, elle ne paraît avoir été
revue que par P. STEIN qui en a trouvé un mâle en Thuringe (“).
M. LEsNE‘a observé ce Diptère à Asnières (Seine) dans les excréments
humains, où des œufs, pondus vers la mi-septembre, ont donné trois mâles
dans la seconde moitié de décembre. Les captures estivales de Kowlsnz
indiquent qu’il y a une seconde génération dans l’année.
Le puparium a la forme d’un tonnelet ellipsoîde nullement déprimé.
Les stigmates antérieurs forment de chaque côté une saillie auriculiforme
1. Nlillh. Jllünch. enlom. Ver., IV, p. 132. I
2. Arch. /ür Naturg. (1913), Ab. A. p. 193.

EUSTALOMYIA 137
comprimée dans le sens latéral et explanée à la face externe. L’infundibulum
buccal montre inférieurement un faisceau de ridesparallèles, tandis que
les autres rides aboutissant à cette dépression sont rayonnantes. Les mame-
lons stigmatîques postérieurs sont en forme de verrue, montrant chacun
leurs trois fentes respiratoires rayonnantes. Ils sont entourés à distance
d’un cercle de six paires d’éminences coniques spiniformes, toutes à peu _
près égales. Au voisinage de leur bord dorsal antérieur, les segments abdo-
minaux offrent des Séries de peignes de spiuules orientés transversalement (1).
6. L. Roederi Kowanz. — (fig. 165).
Mai·juin.
Seine-et—Oise: Lardy: d’une pupe provenant d’un nid de Pinson (1 Q)
(SÉGUY); d’un nid de Moineau tombé dans le jardin des Tuileries à Paris
2 Q Q, mal (Luosrn); d’un vieux nid trouvé dans la neige : Rambouillet ·
Q, janvier (SÉGUY).
17. -·- Genre EUSTALOMYIA Kowisaz.
Buzzr et Srem, III, 696; -— SCHNABL et Dz., 104 (52),_X; — Smm,
1916, 132, 56. —- Hylcmyia R.·D. 1830, 550, I pp. et auct.
Les larves vivent dans les nids des Crabro où elles dévorent les provi-
sions amassées par ces Hyménoptères. Les adultes se rencontrent souvent
sur les troncs d’arbres, principalement sur ceux qui présentent des cavités
pouvant servir de nid aux Crabronides. On trouve aussi ces mouches sur
les fleurs.
TABLEAU ous EsPÈcEs (c' Q). ·
1-(2). Pattes en partie jaunes ......... vittipes (p. 139).
2-(1). Pattes entièrement noires. ' `
3·(4). Chète à cils courts. Long. 9-11 mm .... histrio (p. 138).
4—(3). Chète à cils longs (fig. 211).
5·(6). Thorax : bande médiane rétrosuturale, élargie en tache ronde
apicale (fig 210 c); 1 : 2 soies sternopleurales. Pas d’épine·
costale. Long. 5-10 mm.
Q : chète à cils très longs; la 3e soie sternopleurale manque `
complètement. .............. hilaris (p. 138).
5-(5). Thorax : bande médiane de la même largeur partout (fig. 210 b).
2 : 2 sternopleurales. Épine costale petite mais distincte.
Long. 8-10 mm. Q : chète à cils plus courts; la 39 soie sterno-
pleurale longue et forte .......... îestiva (p. 138).
1. Renseignements empruntés au travail de P. Lnsma: La faune entomologique des
'ïëÈe;))d’aisances (in Bulletin du Muséum National d’1Iisl0irc naturelle, XXIX, 167

138 EUSTALOMYIA
1. E. festive ZETTERSTEDT. - (iig. 210 b).
Fleurs, troncs de saule et de platane, mai-juillet. Rare partout.
Tarbes; Apt; Allier (PANDELLÉ)§ Marseille; Hyères (ABEILLE DE PERRIN);
Serres (VILLENEUVE). — Autriche (GxRA1m).
A T 
Fm. 210 b. — Euslalomyia fesliva (d') >< 9. Fm. 210 c. — Euslalomyia hilaris (ci') >< 9.
U 21 E. hilaris MEIGEN. — (fig. 164, 210 c, 211, 212).
Mai-août. Commun dans toute la France. —— Europe. ·
Larve dans les nids de Crabro. Pupes dans les nids des Crabroniens, des
tiges sèches de Sureau et de Frêne, au milieu des cadavres de Mouches qui
constituent l’approvisionnement (A. SEIYRIG). R. Braxorsr a obtenu la
mouche des nids des Clyfochrysus chrysoslomus et planifrons (l). La larve
est parasitée par un Chalcidide Mischogaster [Piréné ou genre voisin]
(BENOrsr).
l 3. E. histrio ZETTERSTEDT.
Mai-août. Toute la France. Plus commun dans le Midi. Région alpine :
· sur le Pin. —— Europe.
· Élevé par J.-J. GxRAUD d’un nid de Cemonus lugubris.
1. Les larves du Pachyophihalmus signalus et du Illacronychia polyodon vivent dans
les mêmes conditions et se développent parfois dans le même nid et en même temps
·que les larves d’Eustz1l0myia. La larve du Jllacromychia anomala se rencontre plutôt
·dans les nids de Cemonus. _ .

ACYGLOSSA 139
4. E. vittipes ZETTEBSTEDT. ,
Ardennes : Vendresse; obtenu par R. Brawoxsr d’une pupe trouvée dans
un tronc d’arbre pourri probablement habité par des Crabronides.
· · ï\_ \\\jh` àà
\« rf,
    rl u   -
`F u·`      .~\¤ 
El] - -·=" __   * yigm r;«`t ‘  
J . ,[’J x  
~ ' ·   / È \ .......“ -·-»^ 
‘ 4%,.1 Q ’ w
« Q1. 5 V ‘ '
i W  " s *2/i \—
I \ ÀQ Ãly V;
/
r
,‘ | u * /
Fm. 211-212. — 211, antenne de l’Euslalomy1’a hilarîs; - 212, mouche ( .‘) >< 9.
18. — Genre ACYGLOSSA RoN¤ANx. ·
BEZZI et STEIN, III, 696; — ScxrNABL et D_ZlEDZlCKI, 1911, 105, 53,
XII; — Srnm, 1916, 132, 55.
TABLEAU DES EsPÈcEs '
A. — Entièrement d’un noir brillant, à pruinosité grise très nlégère.
.............. , ....... at1·amenta1·ial(p. 139). ·
B. — Abdomen à épaisse pruinosité grise avec une bande médiane
dorsale étroite formée d’une série de taches triangulaires noires très
allongées ................ · . . pollînosn (p. 139).
1. A. atramentaria. LIEIGEN. —— (fig. 213).
Toute la France. Commun. — Europe centrale et méridionale.
2. A. pollinosa VILLENEUVE 1908, 203, III; STEIN, 1916, 132, 55.
France méridionale : Var. —- Croatie, Helvétie. Vole en mai (VILLENEUVE).

140 HYDROPHORIA
_ 19. — Genre HYDROPHORIA ROBINEAU·DESVOIDY.
, BEZZI et STEIN, III, 684; — SCHNABL et Dz., 1911, 102, 50, VIII; —
STEIN, 1916, 221, 55.
      Grosses Mouches grises,
`   "Q brun jaune ou olivâtres, ài
  î` Vïllosité assez longue et forte,
    Thorax avec 3 bandes Hncs ef
    î\"l délicates, pattes noires ou
  \ jaunes. Abdomen assez long,
  NIH Q) ""··.., ‘= conique; lamellesprégénitales
www '   pen saillantes.
vIÃ.·«¤¤¤11•€ A . `
W \\· ü ‘~¤..-·' /
— ""“'// Plus communes au mois de
_ juillet, ces Mouches se ren-
FIG. 213. — Acyglossa airamentana (ci') >< 8. contrent sur les fleurs et les
feuillages, dans le voisinage
de l’eau, très souvent sur les plantes aquatiques; insectes coprophages.
Larves humicoles et saprophages, occasionnellement coprophages.
TABLEAU DES ESPÈCES
IWALES
1—(4). Pattes entièrement noires.
2—(3). Abdomen gris clair avec une bande médiane dorsale sombre.
Long. 6 mm ............. albîceps (p. 141).
3·—(2). Abdomen d’un gris jaunâtre avec une bande médiane dorsale
noire, élargie en demi-cercle au bord apical des tergites II-III.
Long. 6-7 mm ............. annulata (p. 141).
· 4—(1). Pattes jaunes, au moins en partie.
5—(6). Fémurs II—III entièrement jaunes. Long. 5-7 mm.
_ ............. . ..... linogrisea (p. 142).
6—(5). Tous les fémurs noirs.
'7-(8). Abdomen cendré, luisant à la base qui est un peu translucide;
des taches rousses sur les côtés. Long. 4 %—8 mm.
................... ruralis (p. 142).
8—(7). Abdomen non luisant, sans taches rousses.
9-(10). Yeux cohérents; orbites très étroites. Long. 4-11 mm.
.................... eonica (p. 141).
10—(9). Yeux séparés par une bande brune moitié aussi large que le
triangle ocellaire; orbites larges, argentées. Long. 10 mm.
................... diabata (p. 141)

Hvnaovnonm 141 _
FEMELLES .
1—(6). Pattes entièrement noires.
2~(5). Bande frontale rouge. Orbites, à la base des antennes, aussi
larges que la bande médiane frontale.
3-(4). Palpes fortement dilatés en cuiller. Mouche d’un brun noir à
légère pruinosité grise ......... patellans (p. 142).
4-(3). Palpes non dilatés. Mouche d’un gris blanchâtre. ·
................. . . albiceps (p. 141).
5·—(2). Bande frontale noire, un peu brune en avant. Orbites,à la base
des antennes, moitié aussi larges que la bande médiane frontale.
Mouche d’un gris jaunâtre ....... annulata (p. 141).
8-(1). Pattes jaunes en partie.
‘7·(8). Tous les fémurs jaunes ........ linogrisea (p. 142).
8-(7). Tous les fémurs noirs.
9·(10).Préalaire aussi longue ou plus longue que la lm soie dorso-
centrale rétrosuturale .......... conica (p. 141).
10—(9). Préalaire.plus courte que la im dorso-centrale rétrosuturale.
Bande frontale noire. Tibias III avec de longues soies dressées.
Abdomen légèrement jaune luisant à la base. ruralis (p. 142).
l6
M . ais C
F10. 214 à 216. — 214, Hydrophoria rnralis Q patte III; — 215, II. annulala tête (6); `
216, id., tête (Q).
1. H. albiceps ME1oEN. -— STEIN, 1916, 135, 1.
Corse (STEIN).
2. H. annulata PANDELLE. —- S·rE1N, 1916, 136, 2. -— (fig. 215, 216,
219).
Rare partout,
Orne : forêt de Longny (P. LEsNE); France (VILLENEUVE). —— Prusse
(PANDELLÉ). Europe centrale.
3. H. conica WIEDEMANN. -—- PANDELLÉ, 1899, 216, 12. ‘
Très commun partout, avril-août; Euphorbe, Ronce, Ileurs.
Europe, Asie septentrionale.
4. H. diabata PAMJELLÉ 1899, 216, 12. .
§Semblable à l’H. conica, en diffère par : corps noir au fond à pruinosité

142 HYDROPHOPJA
d’un gris jaune plus pâle, plus blanche surtout sur l’abdomen. Ailes:
plus claires, épine costale moins saillante. Palpes plus fins et plus
courts. Hypopyge à soies plus
courtes, plus raides. Long,
A 8-10 mm.
'4
— Hautes-Pyrénées : Gavar-
i nie, juillet (PAN¤ELLÉ).
ZW   5. H. linogrisea. 1`JEIGEN.
à 2,8 -— PANDELLÉ, 1899, 217
Y (Hylemyia).
Fémurs I avec une bande
dorsale brune ou noire.
' Fm. 217-218. — 217, Hydrophoria patellans tète Juimaoût Assez mm
(<?)= — 21% chètë du mme- puy.de·Dôme ·: Mont-Dore
(V1LLENEUvE); Hautes-Pyrénées; Puy—de-Dôme : Royat: Vosges (PAN·
DELLÉ). - Apennins.
Europe centrale.
6. H. patellans PAN'   _ r
DELLÉ 1900, 222, 8. —    Q,._ ·j  
(fig. 217, 218).      
La Q seule est connue.   I  
Hautes·Pyrénées :   V ·
Rieumajou, juillet (PAN- ze ww rî
DELLÉ). Q} ï ‘
7. H. ruralis NIEIGEN. ' )
-— Hylemyia plumosior "'J
PANDELLÉ 1899, 216, Fm. 219. - Hydrophoria anmzlata (c` :~< 9.)
11. —— (fig. 214). _
Abdomen cendré avec une bande médiane dorsale noire qui, élargielà
la base de chaque segment, forme une série de taches noires transverses-
F émurs et tarses noirs dans les deux sexes. -
Toute la France. Commun. — Toute 1’Europe.
Fm. 219 b. — Hydrophoria rz1ralis' Meîg. Appareil génital ci`, face etfprofil; d’après
· Schnabl et Dziedzicki.

ACROPTENA _ 143
20. —- Genre ACROPTENA Poxomw.
Bxazzr et STEIN, III, 683; — Sommer. et Dzuzn., 1911, 102, 51, IX;
— STEIN, 1916, 133, 57; - Biazzx, 1918, 79.
Syn. Hydrophoria auct. pp.
Habitus des Hydrophoria. Thorax avec 3 larges bandes; pattes.
noires (o ). —
Adultes anthophiles et coprophages. Larves humicoles saprophagcs ou
coprophages.
TABLEAU nas Esmàcxzs · ·
MALES
1-(14). Bord postérieur du 39 sternite abdominal sans pinceau de soies.
dressées.
2-(11). Chète à villosité tout au plus aussi longue que la largeur du
3** article antennaire. Tibias III avec 4-6 longues soies externes.
3-(6). Bouche non saillante.
4·(5). Tibias II avec une courte soie antéro-externe; tarses II—III
aplatis latéralement, 5*3 article de ces tarses dilaté en triangle.
Long. 6-9 mm. (fig. 234-236) ..... Wierzejskii (p. 147).
5-(4). Tibia II avec une longue soie antéro-externe;, tarses II—III
non aplatis, dernier article des tarses à peine·plus large que
les autres. Long. 5-8 mm ......... ambigua (p. 146)e
6-(3)J Bouche distinctement saillante.
7—(10).Dernier segment de l’hypopyge nu ou couvert de soies lines,. .
terne ou légèrement brillant, avec un reflet cendré peu distinct.
8-(9). Yeux séparés par une petite bande noire à peine moitié aussi·
large que le triangle ocellaire. Lamelles prégénitales coniques,
saillantes, soulevées, couvertes d’une villosité fine et délicate.
Mouche d'un noir brillant, à pruinosité cendrêe: surtout épaisse
sur l’abdomen. Long. 6-7 mm ..... septimalis (p. 147).
9-—(8). Yeux séparés par une bande noire presque aussi large que le
triangle antennaire. Lamelles prégénitales non soulevées, légè-
rement saillantes, à villosité forte et longue. D’un noir mat à.
pruinosité jaunâtre; bande médiane dorsale de l’abdomen `
plus large. Long. 4-5 M, mm. .... speculiventris (p. 147). '
L0—(7). Dernier segment de Phypopyge couvert de soies raides (fig. 223)l
Long. 6-7 mm. ............ frontata (p. 147),

144 AcROP1·ENA
11-(2). Cils du chète 2 fois aussi longs que la largeur du 3** article anten-
naire. Tibias III avec 2 longues soies externes dressées et de
courtes soies piliformes.
12-(13). Yeux cohérents par les orbites (fig.- 232). Antennes courtes
(fig. 233). Lamelles prégénitales épaisses, dressées, couvertes
de forts aiguillons dirigés en arrière (fig. 231). Corps à pruinosité
  zhçmgl nn"  
W"' . `=i
,2 *”'   ‘ 
2     ,4·1;;¤.    
_ ry' · ,4...`\; 
!.; ,«;?;¢." 2, ..«e g -· 
` ' T%f%$é4É" \ " ~ · · çr
`    ·   ''/’     223   ~e»eei Q
t 221  
226  
2 224 «  'ï *    
% ·`i   4 ” ï" d'”"""
  À — @  
    j   227 2
  ,*.· "
2  ~2ï\\   WI Q ‘.
 I') ` ai 225 =§
¢* ` ..ï\ Q [ ~\
 A â% —`m»9 `  I.
Fm. 220 à'22’7. — 220, Acropleiuhdivisa (Q) antenne; — 221, id., (Q) tibia III; —
222, A. frontata tête (cî'); ·— 223, id., hypopyge (ci') (d’après Bezzi); — 224, A.
caudata:(d')]abd0men; - 225, id., tête (Q); — 226, A. seplimalis (d’après le type
de}Pandellé); —· 227, A. Simonyi, hypopyge ô` (rapprocher cette figure du n° 223).
I grise, épaisse; abdomen à ligne médiane dorsale large. Long..
5-6[mm. ............... iiexiloba (p. 147).
13-(12). Yeuxîséparés par une petite bande noire (fig. 230). Antennes
longues. Lamelles prégénitales petites, aiguës au bout, couvertes
. _ de soieszfines (fig. 229). Corps noir à pruinosité grise assez légère;
abdomenïà ligne médiane dorsale fine. Long. 7-8 mm.
..... . ........... . . . . dîvisa (p. 146).
14-(1). Bord postérieur du 38 sternite abdominal avec un large pinceau=
de longues soies fines serrées, dirigées en bas, bordé en dehors

AcR0r>·rENA 145 ,
par quelques soies plus fortes et plus longues (fig. 224). Thorax ·
noir avec 4 bandes grises bien apparentes à certaine lumière.
Long. 5-6 % mm. ............. caudata. (p. 146).
FEMELLES
1-(2). Pattes jaunes en partie; fémurs noirs. Préalaire beaucoup plus
courte que la 1¤‘¤ soie dorso-centrale rétrosuturale. Tibias III
avec de courtes soies externes d’égale longueur en rangée
continue (fig. 221) ............ divise (p. 146).
À l " " `,«
ee  wàv [V — .
»‘;.` `    
P  ê   s   »r .   œ
*5  Di' ”lr· » ‘ s   ·`~‘ rf r`
Alla.- iv ~%4--»»-
—· \ \ W /
/
· .·î>’/
Fro. 228. —- Acroplena ambigua J X 9.
2-(1). Pattes entièrement noires.
3—(6). Chète à cils au moins aussi longs que la largeur du 3° article
antennaire.
4—(5). 2 : 2 soies sternopleurales, toutes d’égale force. Fémurs II avec
3-4 longues soies internes dans la moitié basale. ambigua (p. 146).
5—(4). La 4*3 soie sternopleurale plus fine et plus courte que les
autres. Fémurs II avec une seule soie antéro-interne basale.
................... Wierzejskii (p. 147).
6-(3): Chète pubescent ou à cils très courts.
IU

*146 —`AGHOPTENA
'7-Ã(8)} Fémurs II—avec·plusieurs'*rangs«de soies=internes. Orbites avec
' de courtes soieswsupplémentaires en plus desîmaerochètes.
................... ,. ïrontata (p. 147).
8—(7). Fémurs II sans soies internes. Orbites sans soies courtes en
dehors des macrochètes ......... caudata (p. 146).
1..A. .a.mbigua FALLEN. — PANDELLÉ, 1900, 221, 6. - (fig,. 228).
¢A.vril·octobre ; Jfeuillage, t fleurs.
· Seine—et—-Oise : Rambouillet (VILLENEUVE, 'SÉGUY); ·L.andes : Dax
(GOBERT); Hautes-Pyrénées : Tarbes, montagne (PANDELLÉ). — Europe.
\
  ®  
  '‘ll‘` ` · .`/'alm
'   _ fmmpe
Fm. 229 à 233. —— 229, Aeroptcnagdivisa, hypopyge (c")-; — 230, id., tète (ô'); - 231.
Ahflexiloba, abdomen et hypopyge (d`); — 232..233, id., tête (d').
2. A. caudata ZETTERSTEDT. — PANDELLÉ, 1900, 221, 5 (§).———(fig.
224, 225).
Bois et prairies humides; avril-juillet.
Seine-et—©ise : Rambouillet (V1LLENEUvE). —— Prusse orientale, Bohême
(PANDELLÉ).
3. A. .divisa NIEIGEN. ——- PANDELLÉ, `1899, 215, 8. — (fig. 220; 221,
229, 230).
Seine-et#©ise :·Rambouillet ('VILLENEUVE, SÉGUY); Hautes-Pyrénées ;
Gavarnie (PANDELLÉ); avril-octobre.
Mouche vivipare ou ovo-vivipare ne pondant qu’une seule larve ou
œuf mûr, dont l’éclosion a lieu immédiatement après la ponte (Pours-
CHINSKY, 1892). _
4. A. flexiloba PANDELLE`1899, 215, 9. — (fig. 231-233).

Acnovrmm. 147 .
Thorax avec une large bande d’un noir profond, bien nette, étendue
iusqu’au scutellum (1).
Hautes-Pyrénées : Tarbes, août rombelles (PANDELLÉ).
5. A. îrontata ZE1·*rEP.s1·Em·. — A. scopulicauda S·rn0BL 1912. —
Hydrophoriwspiniclunis *PA`NDELLÉ .1899, .220, 3. ·— (fig., 222-223).
Hautes-Pyrénées : Arrens, août (PANDELLÉ); Alpes orientales et centrales.
-·AIpesiitalie1mes (BEzz1).
\
‘· .
vw
S"? .’ · · '
Z , _ . zsô _ 837
I . zsô ll  y'
! F
kt  ·
?IG· 234 à 237. — Acroptcna Wicxzejskiî .’; — 234, tarse III; #235: tarsœ II; - 236,
‘ tarse I; -· 237, hypopyge.
(Test l’espèce la plus forte et la plus robuste du genre, mais aussi la plus l
·are de toutes. On la trouve sur les pierres comme certains Phaonia (Q)-
6. ‘A.·septimnlis PANDELLÉ, 1899; 220,4. —· Ai fronlata S·rn0m.,.1910. _
— (fig. 226).
Hautes-Pyrénées:.Arrens, août (PANDELLÉ). ~— Alpes italiennes, sur le
Lcucanlhemum alpinum ou sur les pierres (BEzz1). Arosa (Sriam). ·
7. 'Aapeculiventtis PANDELLE 1900, 221, 7.
Bohême. '
8. A. Wierzeiskii Mm. — PANDELLÉ 1899,219, 2.·—` (fig. 234¥237).
Nord de la France (VILLENEUVE). — Prusse (SrExN)._
1. Et non comme dit PANDELLÉ : « Tergum d’un gris uniforme plus blanc sur les
iarges antérieures et latérales, les lignes obscures nulles ou réduites à un reflet. •
2. Bazzr, 1918, 115, 32.

148 PEGOMYINIE
b.' PEGOMYINÀE
21. 4- Genre PEGOMYIA ROBINEAU·DESVOIDY.
Bnzzzr et STEIN, III, 700; —- SCHNAB1, et Dzuanzrcxr, 1911, 108,
56; —— STEIN, 1914, 33, 17 et 1916, 123, 54.
Le genre Pcgomyia a été créé par RoBrmaAU-Dnsvomv (1) pour les
Muscides qui présentent une coloration plus ou moins rouge, des cuille-
rons petits et dont les larves vivent dans le parenchyme des feuilles.
MEADE a compris dans ce genre les Muscides qui présentent, en plus
_de ces caractères, un chète antennaire nu ou pubescent et la nervure
VIII étendue au bord de l’aile. La meilleure définition de ce genre a
été donnée par Srxam (1906) : c’est celle qui est adoptée ici. On verra
que les différences morphologiques se réduisent à très peu de chose,
souvent la couleur est le caractère principal qui permet de discerner les
espèces. Mouches très variables.
Les Pegomyia fréquentent les fleurs, les herbes et les feuillages surtout
dans les bois. Les larves, principalement celles du sous-genre Pegomyia,
sont souvent mineuses de feuilles; quelques-unes sont saprophages.
Ces Anthomyides hivernent à l’état de pupe, dans la terre.
p « TABLEAU mas SOUS-GENRES
A. — Chète distinctement velu (fig. 268). Palpes élargis (surtout
_ chez les femelles [fig. 251]).`Abdomen cylindrique, légérement aplati,
Pattes noires, jaunes ou rousses. Cuillerons petits, souvent égaux. Bande
médiane frontale (Q) avec des soies croisées ou non (9). — 1-2 rangs
de soies fronto—orbitales. . . I. Pegoplata. SCHNB. et Dz. (p. 149).
B. — Chète nu ou légèrement pubescent (fig. 276). Palpes non ou peu
élargis (fig. 269). Abdomen ovale allongé, ovalaire, un peu aplati, en
ruban : exceptionnellement cylindrique. Pattes jaunes, d’un brun
roux ou rougeâtres, exceptionnellement noires. Cuillerons égaux, ou
l’inférieur un peu saillant. Soies croisées présentes ou non (fig. 267,
p. 161) ......... II.Pegomyia.(Ron.-DEsv.)SrE1N. (p. 150).
1. RoB1NEAU·DEsv01Dv. Essai sur les Myodaires, 598, I, (1830). Les genres Chlorina_
Phorœsl et Zabia du même auteur (I. c., 600 et 602) sont synonymes de Pegomyia.
2. Les soies croisées existent chez les P. palposa ou virginea. Elles manquent chez
es Pegoplatsz Schincri et praepotens. '

PEGOMYM. — PEGOPLIQTA 149
I. — Sous-genre PEGOPLATA Scxmam. et·Dz1E¤., 1911.
Syn. Hylemyia STEIN 1914 (pp.);—- Pegomyza Scmmnx. et DZIED., 1911
(vn)-
TABLEAU 1JEs Esrrëcrzs (o' Q).
1-(4). Pattes noires, tout au plus la base des tibias I jaune.
2-(3). Pattes entièrement noires. Cuillerons inégaux. Long. 6 mm:
.................... palposa (p. 149).
3·(2). Genoux et base des tibiasl jaune. Cuillerons égaux. Long. 5-7 mm.
Q : préalaire plus longue que la 116 soie dorso-centrale.
.................... virginea (p. 149).
4·(1). Tibias jaunes. I
5-·(6). Tous les fémurs noirs. Long. 6 yz mm. . . Schineri (p. 149).
6-(5). Tous les fémurs et tibias jaunes (o' Q). Orbites étroites, cohé-
rentes. Segment anal de Phypopyge d’un jaune roux comme
l’appendice subanal. Long. 8 %-10 mm. . prœpotens (p. 149).
1. P. palposa S·rE1N. - Biazzi et Srnm, III, 687 (Hydrophoria). —-
ftigï 262). _
Seine-et·Oise : Chaville, Rambouillet (VILLENEUVE). — Europe centrale
2. P. prœpotens VVIEDEMANN (‘). -— Biazzr et Sram, III, 693
Ilylcmyia). (fig. 268, 277). ·
0*: antennes rousses à la base; thorax à lignes peu apparentes
Iîles un peu roussàtres: nervures V-VI divergentes, nervure XII très
blique et sinueuse. Q : bande médiane frontale sans soies croisées.
`arses I : 39 et 4** articles dilatés en arrière en triangle allongé (fig. 277).
Seine-et-Oise: Bois d’Hautil, forêts de Saint—Germain, de Rambouillet
Vr1..LEN1zUvE); Seine-et-Marne : forêt de Fontainebleau, août (P0UJAm;);
Hyères (ABEILLE ma Pzrmm); Vaucluse : Apt. - Prusse, Italie (PAN-
JELLÉ). ‘
C’est l’IIylemyia flavoplera de Ro1x1N1zAU-Dnsvornv (1830, 554, 14) et
ile l\IAcQUAm· (1835, II, 320, 19).
3. P. Schinerî SCHNABL et Dz., 1911, 259 (Pcgomyza); —- Hylemyia '
nuella SCHINER 1862, I, 629. — P. intermedia (Mxsxoxzw) VILLENEUVE.
Commun partout de mai à août. — Europe. L
4. P. virginea ME1oEN. — Buzz: et S·rExN, III, 695 (Hylemyia). —
ffig. 237 b, 251). _
1. Pcgomyzzz pour Sc1~1NAB1. et ÈZIEDZICKI (1011).

15'U . PE¤0Mv1Ar.
Commun dans toute la France, mai—septembre. — Europe.
SCHNABL a créé; pour ~ce*tte· espèce- une~ variété'~nitidlrk1nda— qui est
surtout remarquable par la constitution de l’appareil génital mâle, fig. 237 b.
II. — Sous—genre PEGOMYIA s. s.
SCHNAB1. et. DzJED..,. 1911;.111;.59; .——·STErN;.1914;~. 33, .17l et 1916,a
123, 54; - BEZZI et:S·rt¤m; IIIg.70(}:t
TABLmU.DEs ESPÈCES~
MALES
1e—(32). Ralpes entièrement jaunes«ou d’umjaune:roussàtre..
2e(11). Cuilleronethoraciquee largement. sail] ant.
3#(4). Moucheœntièrementrjaune. Thorax volumineux. .E.spèce robuste.
(ûg· 269). Long. 6 %—8 % mm .....
silacea (p. 164).
  4—(3). A11 moins le thorax brun ou noir·au fond.
' 5—(6). Moitié inférieure de l’occîput, hanches
antérieures; pleures· et* premiers segments
_ A V d’abdomen à villosité jaune d’or. Ailes
% et cuilleronsincolores. Long! 527 mm . .
Q 9 t1·ansversa=(pn1B5).·
\ " ' 6#(5): Villosite noire. Scutellunw tout· au plus
É '“' jaunâtre à` l’apex. Préalaire médiocre:
—.  7l(8)l Tôute*là surface du scutellum couverte#dè·»
1,16.23,7 bt _ Pgg0_ —courtes· soies: Acrosticales présuturales
platawirginem Mei#~ lâïgementt séparées= avec; qL1€lqIl6S.00uI‘ieS
genëvül'? üüîdimlzdfü soies dans leurv intervalle: Abdomemavec
Schnabltr Appareil: A d _ I. . _t 1 _ C ,11èmn
génital Os, pmm_ es ignes norres ransversa esa u1
auprès Schnabl et thoracique à bord un peu ombré. An-
. Dzî‘dzî°kî(19u)· tennes : ler et 2è articles bruns. Long.
5-7 mm ....... Winthemi (p. 166).
8î—(ï7)$. Scuteilum·:àLbandeunédianennue.; Acrosticalescprésuturales rap-
prochéesgleurzintewallezsans—petites soies2.Abdome11»: lignes
transversales sombres, indîstinctes ou .nulles..Antennes : 19* et
28 articles roux.
9—(10).rRréalaire:courte et: fine. Long:.5, }§·mm1.   ulmnmiw (pr 165).
10·(9). Préalaire longue et forte. Long. 6 mm: . ca.lyp,1;rata‘(pc·158).
11—(2). Cuilleron thoracique nou oultrès peu saillant.
12—(29). Thorax gris ou brun.

PEc·oMvrA ` 151
13+(14)« Yeuxidistinctemcntséparés~(fig.; 248); Abdomen subcylindrîque,
rcuxsouiun peu plus sombre à l’apex (fig. 241). Antennes com~
plètement noires«·0u· les: 1*·¤‘ eti 29· articles rougeàtresu Hattes
rousses; fémurs·Lnoirs..Long.— 6«8»mm; .. . biao10m(p. 158).
144~(13)z Yeux étroitement. cohérents. Abdomen. . aplati.
15—(20), Rattes entièrement. jaunes.
16«—(19);Hypopyge médiocrement développé. Abdomen non nettement
épaissii à. l’apexa. `
17—(18). Tnorax d’un bleu gris. Scutellum rougeàtreà la pointe;.Tibias III
I avec 4-5 soies antéro-externes; Long. 5·%—7»mm.. inique (pi 163).
18#—(17).«II`l1orax dïun gris brunâtre. Seutellum entièremenùgris; Tibias.III
avec 2 soies antéro-externes. Long. 5-6 mme. ventralin (p. 165).
19·(16)> Hypopyge~ fortementn saillanti. Abdomen nettementpépaissi. à
l’Il[)6X..LOHg.,5vG'*mm1. .... . .... . . ineisivm (p. 162).
2(1~(15); Partie apicale des·îémurs~ II«III, noirâtre·ouzbrun·sombre.
2lL·(26).>Abdomen de couleur., sombre..
22—(23)a.lîémurs IILavec~ une rangée· inférieure- de~très·longues~ soies
lâches, dressées..Hypopyge~ très saillantifortemenbvelu (fig. 238).
Tx1orax» brun au»fond,.Antennes : 19T et.2*?·articles·jaunes. Pattes
jaunes..Long:>G-Gr %, mml ........ . flavipem (p. 159).
28·(22);Fémurs III: avec des soieslinférieuresmédiocres. Hypopyge peu
saillant..Pattes I entièrement jaunes..Abdomen·.avec.·une bande
médiane dorsale-indistincte ou nulle.,
24·¢(25). Scutc1lum·jaunâ.trc«à. la pointe. Palpes avec. une trace brune à
l’apex. Long.: 5-6 mm ........... teners:(p. 165).
25-(24). Scutcllum entièrement gris. Palpes sans tache: sombre. Long.
6-7, ygmm ......... . .. . . .. . . univittat¤··(p:.165):
26+(21):Abdomen jaune orange. Scutellum·gris;,un·peu·jaunàtre à la
pointe. .Épaules»grises·0u brunes.
27·—(28).«'1`horax·diun«bleu ·gris·sans·traces~de bandes..Sternite··V à peine
fendu en: avant., Lamelles prégénitales·— peux saillantes. Long.
5. %-7. mm ....... , ..... , .. . .. inique;. (p. 163).
28+(27):.Thorax: avec L-3- bandes,. surtout visibles après. la sutune.
Lamclles prégénitales petites,.r0usses, saillantes, enzboule ronde,
liérisséses de soies·—fines·dressées. Abdomen: d’un:jaune roux,
jaune brique·—— ou gris; dans· ce dernier casnle segment basal
de Phypopyge et la moitié du tergiteprécédent ajaunes. Long.
6 `mm.. .... ' .·... · .···... calypt1·a.ta· (pu:.158).
29·(12).·Thorax plus ou moins jaune, tout au·plus~ brumsur la ligne
mêdianev dorsale:
30+(31): Hypopygerpeu développé: Tl1OI`3X» €lil1I1·~jaune·~r0ux·20u brun
r0uge;.àspruinosité— grise; Callus huméraux d’un bla.¤c·,jaunâtre.
Seutellumi jaune:. Abdomen,. étroit, ,aplati,, dîun· brunnj aunàtre,
dernîcrs.segmen.ts plus ou.moins·noirâtres. Pattes d’1m jaune pâle

152 ’ PEGOMYIA
avec la face supérieure de l’extrémité des fémurs noirâtre. Long.
4-5 mm ............... geniculata. (p. 160).
31—(30). Hypopyge très développé. Thorax roux : une bande médiane
dorsale brunâtre et quelquefois des bandes latérales de même
couleur. Abdomen étroit, aplati, jaune, avec des lignes trans-
verses noires. Pattes jaunes, tarses noirs. Long. 6 mm.
. ................... vittigera (p. .166).
32—(1). Palpes entiérement ou en grande partie noirs, ou l’apex taché
de brun ou de noir.
33—(56). Abdomen noir brun ou gris.
34—(37). Thorax d’un gris brunâtre avec 4 bandes plus ou moins distinctes
à certain jour.
35-(36). Fémurs plutôt jaunes. Abdomen avec une petite ligne médiane
dorsale. Fémurs I le plus souvent bruns, au moins a la base.
Yeux quelquefois séparés par une ligne trés fine. Antennes noires.
Thorax à 4 bandes brunes. Long. 6-7 mm . . esuriens (p. 159).
36—(35).Fémurs souvent entiérement noirs (au moins les fémurs I).
Abdomen avec une bande médiane dorsale assez large, d’un brun
noir sur la moitié antérieure des premiers tergites, gris blanc sur
la moitié apicale. Yeux cohérents. Antennes d’un noir velouté.
Thorax avec 2 bandes médianes noires très nettes. Ailes et
cuillerons à reflets bruns. Long. 5 mm. . albimargo (p. 157).
37—(34). Thorax sans bandes ou les bandes encore moins distinctes.
38·(41). Yeux séparés par une petite bande distincte; orbites étroites
(fig. 250); occiput bombé à la partie inférieure. Antennes et
palpes jaunes à la base.
39-(40). Préalaire au moins aussi longue_ que les soies supraalaires sui-
vantes. Abdomen étroit aplati à l’apex, d’un gris brillant, avec
une très légère bande médiane dorsale sombre, parfois d’un brun
rouge. Base de tous les tibias avec un point noir. Hypopyge peu
visible. Thorax gris sombre. Pattes jaunes; fémurs I souvent
plus sombres; tarses noirs. Long. 5 mm. genupuncta (p. 160).
40—(39).Préalaire beaucoup plus courte que les soiessupraalaires sui-
vantes. Abdomen renflé à l’apex avec.une petite ligne dorsale.
Pattes jaunes, fémurs plus ou moins distinctement rembrunis
pas de points noirs sur les tibias. Hypopyge globuleux, bien
, distinct (fig. 270). Long. 5-6 mm. . . hyoscyami (p. 160).
41~(38). Yeux cohérents par les orbites ou séparés par une très étroite
ligne noire (fig. 247).
42—(43). Abdomen gris, légèrement aplati avec de forts macrochètes sur
le bord postérieur des segments (fig. 257). Préalaire un peu plus
courte que la lm soie dorso—centrale. Pattes entièrement jaunes
ou d’un roux pâle:Antennes et palpes noirs. Thorax d’un gris pâle
à reflets noirs. Balanciersjaunes. Long. 6-7 mm. setaria (p. 164).

r-1:00Mvm 153
3-(42). Abdomen aplati, sans forts macrochètes. Mouches plus petites. ·
4·(45). Pas de préalaire ........ . . . . îndigens (p. 163).
5·(44). Préalaire présente, plus ou moins forte.
6-(47). Préalaire longue et forte; acrosticales : 2 rangs distincts. Fémurs
II-III jaunes, plus ou moins brunâtres à Papex; fémurs I noirs; '
tous les tibias jaunes. Palpes d’un brun jaunâtre à la base ou
entièrement noirs. Yeux subcontigus. Thorax d’un brun sombre;
callus huméraux gris; cuillerons blancs ou jaunes; balanciers
jaunes; base des ailes plus foncée, brune. Abdomen subeylin~
drique, entièrement gris à reflets noirs. Long. 4-5 mm.
....... Z .......... hœmorrhoa (p. 160).
7-(46). Préalaire courte. '
8·(49).Th0rax et cuillerons en grande partie brun sombre ou brun
roux. Fémurs Il-III d’un brun rougeâtre plus ou moins luisant.
. ................. reigrisquama (p. 163).
9—(48). Thorax et cuillerons d’une autre couleur.
0-(53). Tous les fémurs bruns ou noirs; tous les tibias entièrement d’un
jaune plus ou moins pâle. Préalaire plus courte que la lm soie
dorso-centrale. Cuilleron thoracique distinctement saillant. Abdo-
men: 1*** segment presque double du 2*%. Yeux étroitement cohé-
rents (fig. 247). Thorax à pruinosité grise, les bandes sombres
changeantes ou nulles. Long. 4-7 mm.
1-(52). Chète pubescent. Tibias II sans soies antéro-externes. socia.
2-(51). Chète nu. Tibias II avec de fortes soies antéro-externes.
. ................... sooiella (p. 165).
3—(50). Fémurs en partie jaunes. Préalaire plus courte que la lm soie
dorso-centrale.
4—(55). Cuilleron thoracique largement saillant. Thorax brun au fond,
couvert d’une épaisse pruinosité grise. Long. 6 mm.
. ’ .................. cyclicans (p. 159).
5—(54). Cuilleron thoracique non ou peu saillant. Thorax gris. Long.
4 mm ............. . . interruptella (p. 163).
6-(33). Abdomen plus ou moins rouge (surtout chez lesMouches vivantes)
ou de couleur sombre avec de délicates lignes rouges transverses.
Thorax sans bandes. ·
7-(60). Cuilleron thoracique débordant le cuilleron alaire de toute sa
marge.
8—(59). Abdomen rouge, à lignes noires transversales, légèrement plus
sombre après la mort. Nervure XII peu courbée. Fémurs I entière-
ment noirs. Palpes noiràtres au bout. Antennes noires ou brunes.
Yeux subcontigus. Long. 5-6 mm. . . squamifera (p. 165).
9—(58). Abdomen rouge, unieolore, sans lignes ou bandes transverses.
Long. 4 EQ-5 EQ mm ........... rufina (p. 163)._

_ 154; PEGOM«YîIA1_
60«—(57). Guillerom thoracique: nonxr oui peu L saillant:.
61-(62);.Tibias· III avec une seule soie dorsale: au: milieu:. Scutellumv
entièrement d’un»r brun. noirr. La.melles· prégénitalem longues;
Long..5>mm.., .. . .. .. . . .. ..   . . .. .. so1itarîa:.(p.·.165):.
62=—(61); Tibiase IIL avec: 2, soies » dorsales · (externes)., _
63~r(64)i Eémursw IIII avec;unewangéeçdezfortes: et courtes- soies: internes.
Yeux cohérents. Antennes·noires,·. plus pâles- àr lai base. Palpes
jaunes«à:pointe noire. .Thorax~ gris..Pattes,.hanches; fémurs et
tibias· jaunes ; .les~fémurs~ II I. souventx avec umanneaursombre à
' l’apex:. Abdomen; ap1ati,.velu;, dï un brm1·.jaune;.avee.« les~ derniers
segrnentssplus sombres. Long. 5 mm. .’ . . ruîipes (p. 163).
64—(63). Fémurs III sans fortes soies internes. Tibias II·.aveo de fortes
soies-.Abdomen enigrandee partie rouge.,Fémurs.Ilelllzrouxs
65;-(66). Yeux.cob.érents, à. peine séparés.par.les orbites (fig. 249). Thorax
d’un brun. noir. Cuîllerons noircis. Abdomen aplati à la base,
d’un roux plus.ou.moins.obscur, avecade petites lignes noires
transverses. Palpes plus ou.moins clairs à la .base, bruns au·bout..
Scutellum. parfois jaunesàg l’apex. Lamelles prégénitales bien
visibles..L0ng...5—-6. mm., .- . . .. .. . . .. îulgens..(p. 159).
66;—((55)...Yeu.x.. un .peu. plus. séparés (fig., ‘2.50)· Thorax gris. Cuillerons
blanchàtres ou. jaunâtres. . Abdomen, sans segmentation. noire.
6"7-(68). Abdomen peu aplati à la base avec de petites bandes brunes
distinctes, suivant la-lumière. . .' .- . . hy0scya.mi.(p. 160)·
68—(67). Abdomcn~fortement'aplati à.la.hase, bandesïndistinctes.,
69——(72). Hanches I complètement grises. Préalaire assez longue, a peu
près aussi.forte que la.supraalaire.suivante (*).
70—(71). Yeux cohérents par les orbites. Hypopyge peursaillant (fig. 278).
La.melles~prégénitales sanssrangée. de soies antérieure (fig..278).#
Longf.5-6 mm. .. .. .. .. ., .. . . .. .. .. . nigritax·sîs~.·(p. 163).
71-(70). Orbitesséparées par une très petite ligne noire. Hypopyge épais,
globuleux. (fig. 253).. Une rangéende. petites«soies~en·avant·‘des
, · lamellesprégénitales vers la base de 1’abdomen (iig.253); celui-ci
d’un roux vif en.entier, .à.. pruinosité, nulle ouirèslégère, larligne
— médiane. dorsale; noire- peu visible. Long...4··6.mm.
. ................ . .. .. ve1·sicn1o1·a(p. 165).
72—(69). Planches.] dîunrja1.me·orange,..plus.ou.·meins grises sur le; bord·
antérieur. Préalaire plus courte, moitié aussi forte que la supra—
` alaire. suivante-, Tibîas .III. avec., 3 soies. externes,. las médiane
plantée.au..mi.1ieu..”lThorax..dîun;bleu..gris, P.alpes~jaunes à la
base,. I..ong;.5«6.l@ m.m..   .. .. .. .. .. . . . cœsia«.(p. 158).
1. Voyez aussi'72-(69).

PEGOMYIA! 155
TABLEAU mas Esmëczs
FEMEL1lIES··
1—(38). Palpes bruns, noirs ou l’aplex tache de brun. ,
2-—(25). Abdomen entièrement rouge.
3·(22). Acrosticales présuturales plus rapprochées que les soies dors0—
centrales. Cuillerons égaux. Quelquefois des soies croiséessur
la bande frontale (*).
4-(7)Ã Pleures et hanches jaunes au fond.
5#(6)i Bande médiane frontale entièrement‘.d’un rouge grenat: ‘
. .................... tenera (p. 165).
6—(5). Bande frontale noire, rouge en avant .... 1·ufipes-(p. 163).
7-(4). Pleures entièrement gris; quelquefois les hanches jaunâtres.
8·(21). Tibias' III avec au moins 2` soies au" milieu' de· la face dorsalè.
91(10).‘Palpes allongés, élargis·à·l’apex; tibias I-II'remlirunis.
.................... palpata (p. 163).
1U¢(9)! Palpes non ou peu élargisà l’apex.
111·(18)J Bande médiane frontale sans'soies·croisées.·
12?—(15). Préalaire· courte'que—·la~· 1*6 soie·do1‘s0-centI‘al€.· Épine·costalè
très·· petite: Bande médiane· fr0ntale=d’un^ jaune· orange. '
13-(14). 38 soie sternopleuraleforte. Palpes-entièrement noirs: Base des
antennes—· brun noir. Abdomenrouxz . . albîmargo (p. 157)}
14i-(13). 3¤=soie· sternopleurale ·pilîforme: peu distincte··des~·petites· soies
supplémentaires. Palpes jaunes à la pointe. 1€F'et`2° article des
antennes roux. Abdomem gris ..... hyoscyami· (p. 160):
15·(12). Préalaire tout au plus aussi longue que la lm soie dorso-centrale.
16î—(17):Palpes largement noircis~à·l’apex. Tibias=I'roux;·fémurs=I `rem=·
brunis· ens dessus seulement; Cuilleronsblancsz
..   .   ..  . . Ã . .-  . nig1·itarsiss(pi163).~
1’7¢-(16)».Palpes avec une petiteztachetbrune à=la.pointe: Tibias= I=d’un gris
rougeâtre ouigrisàtres; fémursil sombres:.Base de>l’aile .etâcuil-.4
lerons d‘un jaune vif ......... hœmo1·1·hoaz(p. 160).
18~«(11).• Bànde. médîaneefrontale avec des·soies~ croisées., _
19——(20)2Pointe·: du scutellum et hanches»jaunàtres. Épinexcostale très
petite ou nulle. Bande médiane;frontale.-diumjauneiorangereni
avant... .. .. .. .. .. ....... . . . .. fulgansz.(p«. 1ô9)2 ·
20-(19). Scutellum. et. hanches.gris;.. lo. scutellum. avec. parfois: une trace
de jaune à..la.pointe. Épine,costale..nette..Ba11.d,e.médiane·from
tale entièrement rouge ........... cœsia (p. 158).
1. Voyez aussi § 22-(3) p. 156.

156 PEGOMYIA
21—(8). Tibias III avec 1 soie au milieu de la face dorsale.
................... solitaria (p. 165).
22-(3). Acrosticales présuturales aussi éloignées que les soies dorso-
centrales. Des petites soies dans l’intervalle. Cuilleron thoraci-
que saillant. Bande médiane frontale avec ou sans soies
croisées (fig. 267).
23·(24). Bande médiane frontale noire, un peu rougeâtre en avant.
.................. squamifera (p. 165).
24-(23). Bande médiane frontale entièrement d’un rouge grenat.
.................... rufina (p. 163).
25-(2). Abdomen entièrement ou en partie brun ou gris. Tibias I jaunes.
26—(27).Fémurs noirs. Cuilleron thoracique largement saillant. Bande
médiane frontale avec des soies croisées. Préalaire distincte. *
. ................... socia (p. 164).
27-(26). F émurs en partie jaunes. Pas de soies croisées.
28—(33). Palpes jaunes, à pointe noire. Antennes rousses à la base.
29—(30). Préalaire plus courte et plus fine que la lm soie dorso-centrale
rétrosuturale. 36 soie sternopleurale petite ou nulle. Abdomen
d’un gris très légèrement jaunâtre ou rougeâtre: une ligne
médiane dorsale visible à certaine lumière. hyoscyami (p. 160).
30—(29). Préalaire au moins aussi longue et forte que la lm soie dorso—
• centrale. 38 soie sternopleurale aussi développée que les deux
autres. Abdomen sans ligne médiane dorsale.
31—(32).Abdomen entièrement gris ...... genupuncta (p. 160).
32-(31). Dernier segment de l’abdomen ou au moins la partie apicale
rougeâtre .............. hœmorrhoa (p. 160).
33—(28). Palpes en grande partie noirs. Antennes à base`brune ou rou-
geâtre.
34—(37). Hanches antérieures jaunes, leur partie dorsale parfois grise.
38 sternopleurale bien plus fine que les autres. Espèces moyennes.
35—(36).3€ sternopleurale indistincte ou nulle. Abdomen gris sombre
avec une ligne dorsale noire indistincte. nigrisquama (p. 163).
36-(35). 3e soie sternopleurale piliforme. Abdomen gris, sans ligne
dorsale ................ esuriens (p. 159). '
3'7—(34). Hanches antérieures grises. 3° soie sternopleurale aussi forte que
les autres. Mouche plus grosse ....... setaria (p. 164).
38-(1). Palpes entièrement jaunes.
39—(56). Cuillerons égaux ou le cuilleron thoracique trés peu·saillant.
40-(49). Pleures en partie ou complètement jaunes au fond.
4l—(42). Bande médiane frontale avec des soies croisées fortes.
.................... silacea (p. 164).
42-(41). Bande médiane frontale avec des soies croisées microscopiques
ou nulles. _

Pisoomvm 157
43-(46).Acrosticales présuturales aussi éloignées que les soies dorso-
centrales. Des petites soies dans l’interval1e.
44-(45). Bande médiane frontale d’un brun noir, rouge en avant. Thorax
avec une petite bande médiane dorsale noire. univittatn (p. 165).
45—(44). Bande médiane frontale entièrement rouge. Thorax unicolore ou
avec 2 bandes distinctes ........ geniculata (p. 160).
46-(43). Acrosticales présuturales plus rapprochées que les soies dorso-
centrales. Soies intermédiaires petites ou nulles.
47—(48). Préalaire moitié aussi longue et plus fine que la lm soie·dorso- `
centrale. Base de l’occiput à villosité d’un jaune d’or.
. ...... ` ............. ilavipes (p. 159).
48-(47). Préalaire aussi longue (ou presque) que la 1*% soie dorso-
centrale rétrosuturale. Ocoiput à villosité noire.
, ..... . ...... . . . . . vittigerv. (p. 166).
49-(40). Pleures entièrement gris ou plus clairs que la partie dorsale du
thorax.
50·(55). Bande médiane frontale sans soies croisées.
51-(52).»Palpes élargis en spatule. 3 paires d’acrosticales présuturales
assez fortes .............. ventralîs (p. 165).
52-(51). Palpes filiformes. 4-5 paires d’acrosticales présuturales plus fines.
53·—(54). Bande médiane frontale noire. Épine costale distincte. bicolor.
54—(53). Bande médiane frontale d’un rouge grenat. Épine costale indis-
tincte ou nulle. ............ versicolor (p. 165).
55-(50). Bande médiane frontale avec des soies croisées. Scutellum gris,
tout au plus jaune à l’apex. Hanches non jaunâtres. Thorax
d’un gris bleu ........ . ..... inique. (p. 163).
56·(39). Cuilleron thoracique largement saillant. _
5’7——(58). Thorax entièrement jaune ........ silacea. (p. 164).
58-(57). Thorax plus sombre, non jaune. ·
59-(60). Les deux derniers articles des tarses II-III élargis (fig. 279-
231). ................ Winthemi (p. 166).
60-(59). Tarses non élargis.
61-(62). Occiput à villosité noire. Bande médiane frontale sans soies
croisées. Nervures XI-XII parfois ombrées. . ulmaria (p. 165).
62·(61). Moitié inférieure de Vocciput à villosité jaune d’or.. Bande
médiane frontale avec des soies croisées. Ailes toujours inco-
lores. ................ transverse (p. 165).
1. P. albimargo PANÈELLÉ 1901, 296, 8; —- Bnzzx et S1·1a11~x, III, 700.
— (fig. 239-240). ·
Paris; Seine-et-Oise : Hautil (VILLENEUVE); Hautes-Pyrénées: Tarbes,
avril (PANMLLLÉ). - Toute l’Europe.

158 PEGOMYIA
"2i ?P.:bic0l01· WIED. -eBEzz1iet:STE11~1;zLII,.'700; ——~.(}AMERoN, 1*914,
43. — (fig. 241-245, .248,;263-266).
Sur les fleurs et les feuillages; mars à octobre.
'Seine·et#Oise (VILLENEUVE); Côtes—du>Nord : 'Lamballe (SURCOUF);
·Hautes=Alpes :*Montessaux (HEssE); ·HautesLPyrénées :'Tarbes;·Hyeres
(PANDELIIÉ);'COI‘S€ : Calataggia (ScnNA.BL,.1911) (1). — Europe, Algerie,
Jlîunîsie.
« _ ..Z/il} L, îf?~*‘
__ N, · _’    au
'   î  
' i ’ ( i    Èw .~ 4
\ `* ï   - .
\ »‘·( .   ~ . . ·    ,,·..   ~
wm ·     — É    
    \·   ~·¥g·· ,« V
  L ] ,   ~
  ‘li‘    ,  "" 1
I .»'· .   V fr ·
I .5 É" , ’
    159 Y? p Z4] - 4 246
 "Ã · ·  
 \___ ` x
i " '‘i··~  
F¤¤· 238 à 245. — 238, Pegvymia ilavipes c` >< 8, hypopyge (la viimsité a été suppri-
mée)? · 239, Pëgûml/ia ülbïmüfûû J`; —· 240, îd· Q; — 241, Pegomyiaxbicolor
cî‘ >< 8; — 242, id,, larve (2* âge); — 243, id., larve : armature.buccale; ——
244, id., crochets buccaux et organes sensoriels céphaliques d’une· larve·âgée; -—
245, id., stigmate prothoracique de:la·larve adulte.
Boucmîz (1834, 78, 66) a trouvé la larve du Pegomgia mitis dans un
fût de Champignon (juillet-août); G©UEEAU (1851) a·obtenu¤la Mouche
- des .la17ves· mineuses des feuilles des Rumenpatientia et acutus.·.EmEcosse
HARDY.1,H obtenu du Rumex obtusifolius.
Parasite : Eucœla (Psychacra) dHOmdla·KIEFFER (Cynipide).
3.'P. cœsia STEIN 1906, 78, 24.
Seine—et-Oise : Rambouillet (VILLENEUVE); Maine-et-Loire : Angers,
mai (HERVÉ—BAZIN). —— Prusse.
'4. P. calyptrata ZETTERSTEDT. — PANDELLÉ, 1901, 294, 6.
1. Les exemplaires de cette localite ont les antennes entièrement noires; la Se plaque
sternale noire, à pointes antérieures jaunes.

.PElGOM.YIA — *159
Hautes·Pyrénées : Gavarnie, Arrens, juillet : pin; Aude. — Suède, Saxe
PANDELLÉ). '
5. P. cyclicans PANDELLÉ 1900, 256, 23 (Chorlophila). —— (fig.`246).
Pattes entièrement .jaunes, sauf.les fémurs I.et 1es.tarses :.noirs.
Seine-et-Oise (VILLENEUVE). . ·
6.-P. esurieus.MErGEN. —iBEZZI -et ISTEIN, -III, .701;`G.»xm·En, ·1908,
.28.
‘Seine—et=Oise :'Rambouillet (VxLLENEUvE); 'Maine-etïhoire :'Andard
HERVÉ·BAZIN). ——- Europe centrale et
eptentrionale. · lu 
. Q \ ·
7. P. îlavipcs FALLEN. -— Brazzr et   *
iTEIN;"III, 702, — (fig, 238),  
Très voisin du P. univillala, s’en    
carte par·les caractères suivants : J ;  
mtie inférieure de la tête ârpubescence pm 246_ - pcggmyia c dgmm
aune. Yeux étroitement cohérents, or- (O') >< 8.
•ites réduites ou nulles au point de
onction. Préalaire courte·réduite à un cil peu distinct. Q : quelques
xcmplairesprésente11t‘l’ébauclie de deux soies croisées microscopiques.
Thorax à pruinosité cendrée claire. Abdomen roux en entier à pruino-
ité ·légère.'Fémurs IIIÃIII * à *tacl1es ·brunes apicales.
Haute·Marne; Mâcon; Hautes-Pyrénées (P.~.N¤1zr.1.1';).·—·Toute liEurope,
le la Russie orientale jusqu‘en France et de la Laponie à 1’Italie.
F œil   it
   Ji! 0 O   
· / ‘ 'r   / MA ,  
l  ,1.   nlv Y W':} E ` n  
A  `*' V .
. Z5!
E.47 248 349 E50
iro. 247 à 251. - 247, Pegomyia socia (d`); —— 248, P. bicolor(:'); —· 249, P. lulgens
(3): - 250, P. hyoscyami (J); - 251, P. virginea, trompe et palpe.
8.IP. iulgens Mercer:. —— Bnzzr €t`STEIN, III, 702. — (fig. 249).
Caractérisé par ses palpes jaunes àpointe noire comme le P. nigrilarsis,
n.diiïèrc par les côtés du scutellum jaunes et.les segments abdominaux
le la femelle marqués avec des lignes noires transversales.
Q : bande médiane frontale, rousse en avant avec des soies croisées:
Thorax noir à pruinosité d’un gris clair; callus humérauxjaunes.Ailes et
uilleronswlairs.

160 · PEGOMYIA
Juin-août. ·
Seine-et-Oise : Rambouillet (VILLENEUVE, SÉGUY); Hautes—Pyrénées :
Gavarnie (PANDELLE); Corse : Campo-di-l’Oro, mai (SCHNABL). -— Toute
l’Europe.
9. P. geniculata BoUcHÉ. — BEZZI et STEIN, III, 703.
Seine-et-Oise : Rambouillet (VILLENEUVE). — To'ute l’Europe.
Larve dans la tige d’un Champignon; août (BoUcHÉ, 1834, 81, 69).
10. P. genupuncta STEIN 1906, 90, 39. — BEzz1 et STEIN, III, 703.
Somme : Amiens; Seine-et—Oise : Rambouillet (V1LLENEUvE).
La larve mine les feuilles du .Lappa major (INUHEALD > IWEADE).
11. P. hœmorrhoa ZETT. — BEzz1 et SrE1N, III, 703. — Chortophila
lransversalis ZETT. — BEzzr et STEIN, IV, 724.
Toute la France : ©" commun; Q rare (VILLENEUVE) (1); Corse : Bastia
(SCHNABL). — Europe centrale et septentrionale.
Larve mineuse des feuilles de Rumex acetosa (INCHBALD>l\/IEADE).
12. P. hyoscyami PANZER. — BEZZI et STEIN, III, 704; N EVEU-LEMAIRE,
372; SORAUER, 428 (2); CAMERON, 1914, I, 43, Pl. 1-2. — (fig. 250, 260-
261; 267 b, 270-275).
Mouche de la Betterave. Très variable; les variations de couleur qu’elle
présente proviennent peut-être des plantes différentes sur lesquelles
peuvent vivre les larves.
©" 1 abdomen roux, couvert d’une pruinosité cendrée épaisse (la teinte
testacée correspond au P. chenopodii Rosmrmr) avec un rang longitu-
dinal de taches triangulaires étroites, noires, très semblables à celles
que l’on observe chez le P. beta? CURTIS. Palpes jaunes à pointe noire;
article basal des antennes jaune ou noirâtre; tous les fémurs et tibias
jaunes sauf les fémurs I, quelquefois gris ou un peu rembrunis à la base.
Q : abdomen roux par transparence, à pruinosité grise plus épaisse,
la marge postérieure des tergites un peu plus claire. Long. 5-6 mm.
Avril—septembre. Très commun partout dans toute l’Europe.
Larve : 9 mm., Blanchâtre, conique et molle.Vit sur l’Arroche,l’Épinard,
l’Ansérine, la Bette et ses variétés, la Jusquiame; elle mine les feüilles.
Bmscnxn l’a trouvée aussi sur le Stellaria media et le Polygonum persicaria.
La métamorphose a lieu à l’intérieur des galeries, dans les feuilles ou en
terre. Deux, exceptionnellement trois générations par an : la 1*6 en mai,
1. Le docteur VILLENEUVE a capturé au Mont-Dore (août) le Pcgomyia transversalis
ci' in copulâ avec le Pegamyia hœmorrhoa Q.
2. SORAUER donne la bibliographie biologique complète de cette espèce.

1>EGOMv1A 161
‘   I/'\\   1
- . , . ’,§Aw%§Eg\ ·I(\z\\Er Ã
W ‘ _ \`“ \  
858 ,·  Zùgïtlsê œ` ass _
·É  / ®«=Ã\<¢»ë— .
‘* ’ N tu NV   ">—Q<~6 ’
I Z5?) \ 5    /Ȥ.\* AN \~"
  «Li~~/.r <*;·«r~‘\ \ r
È ¤= 4 m., l)q.Jq·\¤§~  p
    W 4,. >\
4 É\.>»`;f_ '
° À   ER T wi gt.,/lr
ai Q3 @4 ç  
î ,., \\ rc ’ L rp
· ,, ;; l` ‘( \ k
 
‘ _____x 256 Q
657  J*' . ,, X
VE /` · l  `____
·   4 `I ,  '
 if  __ .» 4 Z58
} / '   " , d
4  x\ ' · .
w
L  _ 260 `
_··—. ze: * ···_
2.59 · .
,_ , K. O Z65
É ' · 0 È
. —- · · 0 ` ‘
·  ......  âôï É
__ È C64
·· î: À .
v / .   (
A x `   \
· 267 666
io. 252 à 267. — 252, Pegomyia Winlhemi, larve au s. III, armature buccale; —
253, Pegomyia versicolor c', hypopyge; - 254, P. ru/îna, partie postérieure du
corps de la larve; — 255, id., larve du s. III armature buccale; -—- 258, id., larve,
stigmate postérieur gauche; - 257, P. selarîa (d`); - 258, id., Q; -· 259, P.
nigrilarsis armature buccale de la larve au s. III; — 260, Pegomyia hyoscyami
larve; — 261, id. armature buccale de la larve; ·- 262, Pegoplata palposa Q tête;
— 263, Pegomyia bicolor, larve, organe sensoriel céphalique; -— 264, id., armature
buccale; —· 265, id., stigmatc postérieur; - 268, id., stigmate antérieur; —
267, Pegomyîa rufina Q, bande médiane frontale avec les soies croisées.
I1

162 PEGOMYIA
la 2° en septembre. La durée totale de l’évo1ution depuis la ponte jusqu’à
l’éclosion de la Mouche est de 30-35 jours environ.
Parasites : Alysia picla Goun., Opius nilidulalor NEES. Phœnocarpa pego-
·myiœ I\IABSH (Braconide); Decaloma betensis DEcAUx (Chalcidide).
CAirERoN (1914) distingue deux espèces biologiques, une sur les Chéno-
podiacées, 1’autre sur les Solanées; une espèce qui vit sur l’une des deux
familles peut aussi attaquer l’autre si la nourriture vient à manquer. Cette
distinction peut s’appliquer à une des variétés ci-dessous.
Fm. 267 D. — Pegomyia hyoscyami Panzer. Appareil génital c3' face et profil; figures
schématisées d’après Schnabl et Dziedzicki, 1911, fig. 311-312.
I. —- P. hyoscyami, var. nigricomis STROBL., VILLENEUVE, 1911, 13.
Antennes et palpes noirs. Pattes entièrement rougeâtres sauf les
fémurs I : sombres.
Seine : Vitry—sur-Seine : obtenu d’élevage de larves trouvées dans 1’épais—
seur des feuilles d’Artichaut (EsT1oT > VILLENEUVE).
Cette variété rapportée de Syrie par H. GADEAU DE KERNIILLE a été
` décrite d’Espagne. Le docteur VILLENEUVE considère cette variété comme
une espèce distincte.
' II. — P. hyoscyami var. betœ Curvrrs. — ÃIEADE, 1897, II, 55, 5;
STEIN, 1906, 94, 44. —— Anlhomyia dissimilipes ZETT. — Anthomyia
femoralis BE1scHx<E. —— Anthomyia spinaciœ HOLLIGREN.
Forme sombre de Pegomyia hyoscyami. f : antennes noires; fémurs et
tarses noirs (c'); tibias jaunes. Q : fèmurs II-III ordinairement pâles ou
jaunes, les antérieurs noirs ou gris sur leur face supérieure.
La larve mine les feuilles`de plusieurs espèces de Bettes (Beta trigyna,
vulgaris et vulgaris var. hybrida). INCHBALD et IYIEADE signalent_cette larve
sur l’Épinard. . '
III. —— RONDANI a obtenu une variété pâle de P. hyoscyami de l’Atr0pa
belladonna et de. quelques espèces de Chenopodium.
IV. — VILLENEUVE a aussi capturé une femelle de Pegomyia
hyoscyami, avec 1’abdomen rouge clair, sur l’Hy0scyamus niger.
13. P. incisiva SrE1N 1906,- 73, 18 (©’). `
Seine-et-Oise : Hautil, août; Rambouillet, septembre (D? VILLENEUVE).
—- Europe centrale et septentrionale.
\

` · Pzcoiuvm 163
14. P. indigens VILLENEUVE 1923, XXIX, 91, 1.
Hautes-Alpes : Col du Lautaret, juillet (coll. Vrnnranrsuvrx).
15. P. înîqua. Sr1=:1N 1906, 63, 6.
Lille (VILLENEUVE); Corse : (laldaniccia, juin (ScnNA1aL). — Europe
centrale et septentrionale.
Larve dans 1’Agaricus campesler Fn. (Koxvanz).
16. P. interruptella. ZETTERSTEDT. - Bnzzr et Sriam, III, 705.
Rambouillet (Vn.LENEUvE). — Prusse (Srrzm); Hongrie (Poxormv).
17. P. nigrisquama. STEn~1. — Bxazzr et STEIN, III, 705. •
Seine-et-Oise : Rambouillet, bois de l’Hautil, octobre, novembre (VILLE-
NEUVE, 1904, 191). - Prusse, septembre-octobre (Srrznv).
18. P. nigritarsis Zrarr. - Brzzzr et STEIN, III, 706; Sormuxsn, 429;
NEVEU·LEMAIRE, 374; Camznon, 1914, 43. —— (fig. 259, 278).
C’est bien le Pegomyia acelosœ de ROB.—DESV. (in GUÉMN-l\l1àmzv11.1.1z,
1851). Ressemble au Pegomyia bicolor, mais en diffère par sa taille plus
petite, les palpes à pointe noire, les yeux des J contigus, l’espace frontal
plutôt rouge chez les J, toujours brillant chez les Q, les fémurs I
toujours gris à la face supérieure.
Toute l’Europe. Même répartition que le Pegomyia bicolor.
Les larves vivent dans le parenchyme des feuilles de plusieurs plantes:
Rumex acelosa, acelosella, crispus; Bmssica; Policnlia, juillet (V1LL1a-
Nrsuvn, Gmiwo, I\:E.ILIN); Rumex obtusifolius (MEADE); Betterave (Nizvrau-
L1aM.·xxnE, Sormuun); Alropa bclladona (l<RIECIIBAUMER, 1878). Le cycle
évolutif de la larve est très semblable à celui de Pegomyia hyoscyami.
Parasite : Opius rujipes \VEsMAEL (coll. Grnmm > Mus., Paris); Opius
irrcgularis Wizsnr., Diachasma fulgidum HAL., Biosleres carbonarius NEES
(Braconides).
19. P. palpata Srrzm 1906, 151, 51 et 1913, 36, 38, Q.
Corse : Cauro, mai (ScnNABL, 1911, 57). —- Poméranie (RIEDEL)·
20. P. ruîina FALLEN. — Biazzx et STEIN, III, 706. - (ûg. 254-256,
267).
Lyon (Df Bommxoun); Rambouillet (V1r.1.ENEuvr·:); Corse : (Zauro,
mai (ScnNAnL).
Larves dans l’Agm·icus flavescens (D' B0NA1uoUR, 1921, 195). _
21. P. ruîipes FALLEN. - BEZZI et Srxam, III, 706.
Assez rare.
__Seine-et-Oise : bois de l'Hautil (juillet-août) (VILLENEUVE, 1904, 191).
—-Toute l’Europe.

164 · l PEGOMYIA
22. P. setaria BIEIGEN. — Bazzr et STEIN, III, 707. — (fig. 257, 258).
Nord de la France : sur le Merisier (ÃIACQUART); Hautes-Pyrénées 2
Tarbes, août, ombelles (PANDELLÉ). —— Hongrie, Prusse, Laponie.
23. P. silacea MEMEN. — BEZZI et Sram, III, 707. ——— (fig. 269, 276).
Les Phyllis flava, brunnea et le Phorea flavescens de Ro1—2.1NEAU-DEs-
vomv se rapportent peut-être à cette espèce. C’est le Spilogaster gilva
de la collection PANDELLÉ (1899, 94, 2).
_ 27
\> ’;.v  ) •
J""  Y    ’    ~
  `   ”
· \  i v   ” § "'  , 7 ‘
i ‘ .   " isus.
      “_g$Éi'fi..l<.3;` J  
 \\$F   y', âv \ï·‘ ` P
_.·"`!   [   1 '· 269 .
» rwuë ,,,p ^ eîq e
.S¤.¤4¤,··, — » I» vis
sa se . ¢ ·
à xl
· %w‘\.  
.  •\  _} /
278 É" ^ 270 / , ‘ ,
    *4-  276  
i   275
273 2lZ ° 277 "
F1G. 268 à 278. —— 268, Pegomyia prœpolens, chète antennairc; — 269. P. silacca 6 >< 8:
—- 270, P. hyoscyami d` X 8; — 271, id., crochet buccal de la larve au s. III; -·
272, id., tête et segments thoraciques de la larve; — 273, id., stigmate antérieur;
-— 274, id., larve adulte; — 275, id., crochet buccal droit de la larve adulte, vu
de 3/4 par la face ventrale; — 276, Pegomyia silacea, antenne; - 277, P. prœ- _
potcns Q tarse antérieur; — 278, P. nigrilarsis c3`, abdomen.
Mai—juillet (lm génération); septembre-novembre (2** génération). Assez
commun par places sur les fleurs, les haies, les fougères. Toute la France.
—— Toute l’Europe.
24. P. socia. FALLEN. — BEZZI et STEIN, III, 707. -—~ (fig. 247).
Q : palpes robustes, seulement renflés en cylindre dans les 2/3
apicaux. Tous les tibias jaunes.
(Test 1’Egle sextana de la collection PANDELLÉ (1900, 239, 2).
Paris; Seine-et—Oise : Rambouillet (V1LLENEUvE, SÉGUY); Chaville;
Marly (SURcoUF, VILLENEUVE); Hautes·Pyrénées : Tarbes, montagne, mai-
décembre, Aune, Chêne (PANDELLÉ).

PEGOMYM 165 _
25. P. socielln Srxam 1906, 66, 10. `
Rambouillet 2 mai (DFVILLENEUVE). - Europe centrale, Suède.
26. P. solitaria. Srxsm 1906, 80, 26. `
Allemagne. - Europe centrale et septentrionale.
27. P. squamiîera S'rEn~: 1006, 63, 7; BEzz1 et Sriam, III, 708,
Q zbande médiane frontale rousse en avant; pas de soies croisées. ·
Thorax à rellets plus clairs sur les callus huméraux. Abdomen sans
pruinosité d’un roux luisant.
Toute la France. Corse : Tattone, Vizzavona (Scnm.nx.). — Europe
centrale et septentrionale. · ·
28. P. tenera Zurransrxanr. —— Srrzm, 1906, 82, 30. `
Seine-et-Marne : Fontainebleau (PoU.1AnE); Hautes-Alpes : La Bérarde
(Hnssxa). - Hollande (DE BIEIJERE), Tyrol (Poxonxv), Laponie. ·
29. P. transverse FALLEN. -— Bxazzr et Srxam, III, 709; — KEu.m,
1917, 384. ·
Paris; Seine—et-Oise : Rambouillet; Hautes-Pyrénées : Tarbes, mars-
juin : Aune (PANr>1a1.L.¢:); Hyères (An1s11.1.E DE Pnnnxpz); Corse : Vizzavona
(VILLENEUVE, Scmmnn).
Larves dans le Bolet KABEILLE DE ·PEnnrN); dans 1’Armillariclla
mellea Fnms (Kiarnm).
30. P. ulmaria RDNDAM. — Brazzi et S·rErN, III, 709.
Somme : Amiens; Drôme : Nyons (VrLr.E1~r1:uvE); Maine-et-Loire :
Andard (HxanvÉ—BAzn~x); Corse : Ajaccio, Campo—di—1’0ro, Caldaniccia,
mai-juin (VILLENEUVE, Scxmann). —— Italie, Hongrie, Grèce. ·
31. P. univittata. v. Ros. — Sriam, 1906, 71, 16; CARTER, 1908, 129.
;1' : partie inférieure de la tête à pubescence noire. Yeux cohérents par
les orbites qui ne subissent aucune réduction au point de jonction. Préa-
laire bien développée, 2 fois plus longue que chez le Pegomyia flavipes.
Hypopyge peu saillant. _
Ardennes : Vendresse, août (BENOIST); environs de Paris; Hautes-Alpes :
Aizy (Hrzssn). —- Toute l’Europe.
32. P. ventralis Srizm 1906, 75, 20.
Corse : Tattone, juin (Scrxmuzn, 1911, 58). - Italie (Bzzzr). `
33. P. versicolor Mmoiax. —— BEZZI et Sriam, III, 709. — (fig. 253). ·

166. PEG0MYrA. —- ANrHoMY1A
o" : sternite V divisé jusqu’à la base en deux larges feuillets dont le
disque est hérissé de soies noires serrées, plus longues sur les bords internes.
Q : bande médiane frontale: parfois des soies croisées. Abdomen à
pruinosité grise plus apparente.
Environs de Paris; Bordeaux; Toulouse; Hautes—Pyrénées, montagne;
Vaucluse 1 Apt (PANDELLÉ). — Bohême, Prusse.
_ 34. P.` vittigera. ZETTERSTEDT. ——— BEZZI et STEIN, III, 710.
Q zbande médiane frontale sans soies croisées. '
Hautes-Pyrénées : Arrens, août (PANDELLÉ). — Finlande (SAHLBERG).
_ Russie (SCHNABL), juin-septembre.
  mg U
'  
\ .   BSO
  381
Fm. 279 à 281. —~ Pegamyia Winlhemi Q, 279, patte I; —- 230, patte I1; —· 281,
patte III.
35. P. Winthemi l\IE1GEN. — Bazzr et STEIN, II, 710; KEILIN, 1917,
147. — (fig. 252, 279-281).
C’est le Sapromyza ou l’H0mal0myia blepharopicroïdes de Duronn, 1840,
' Ann. Sc. nat., ser. 2, XII, 42, 12 (1839), et XIII, 162 (1840).
Fleurs, feuillages; juillet-septembre. [
Aisne; Seine-et-Oise; Mâcon; Lyon; Hautes-Pyrénées : Tarbes, mon-
tagne; Vaucluse : Apt; Hyères. — Corse, Italie, Prusse, Catalogne.
Larves dans les Champignons: Bolctus, Armillariella mellea (KE1LrN);
Boletus bulb0sus· (edulis) et erythropus, juin (RIEL); Agaricus (SCHNABL,
DUr«·0Un), septen1bre—octobre.
22. — Genre ANTHOMYIA IWEIGEN. ,
Brazzr et STEIN, III, 727; — SCHNABL et Dzrenzicxx, 1911, 110,
58; — S·rE1N, 1916, 121, 51.
Larves humicoles, phytophages ou saprophages (1). Adultes anthophiles.
1. LABoULBÈvE (Bull. Soc. en!. Fr., 1876, xxrr) a relaté Fobservation du docteur
Dmrrnox, de Moulins ¤ qui a extrait plusieurs larves et pupes de l’oreille d’un malade.
Elles avaient entamé le fond de l’oreille et le faisaient affreusement souffrir ».

ANTHOMYIA 167
TABLEAU ¤Es Es1>ÈcEs (o' Q).
A. —- Deux taches latérales noires derrière la suture thoracique (f g. 284).
............... ’ ...... plurinotata (I. 168).
B. —-· Trois taches noires derrière la suture thoracique (fig. 382-283).
. ..................... rluvialis (11 167).
1. A. pluvialis L. —- A. quinqucmaculata ÃIACQUART 1838, II, 13;
116, 92 et 1843, II, 3, 170,
2. — A. procellaris Row- · ‘
DAN!. -— (fig. 281 b, 282-283,
285, 286), É
Les caractères indiqués
par PANDELLÉ (1899, 206
§ 2) ou par Srzam (1916,
121, 51) pour distinguer
l’A. pluvialis` de l’A. pro- ·
ccllaris Ile $01111 paS COI`lS• Fm. 281 b. — Anlhomyia pluvialïs L. Appareil
_ • · 1 · génital J", face t profil, d' è S h bl t
taïlts L appareil _g€mtal Dziedzicki, 1911, Eg. 273-274.apT S C na 8
male des deux especes est _
identique (fig. 281 b).
Cette Mouche semble préférer le voisinage de 1’eau. Les mâles forment
des danses aerîennes aux approches de la pluie (ROBINEAU-DESVOID\’).
Très commun partout. I
È   aes
JL
U )
" ôôô
1 \`\
ESE E85 Z84 .»
Fra. 282 à 286, - 282, Anlhomyia p_luv1'dlis J; — 283, Anlhomyia procellarïs .:‘; —
284, A. plurinolala Q; — 285, A. procellaris J tête; — 288, A. pluvialis d', tête.
Élevé par FALc0z, d’un Champignon : Hypholoma fasciculare Fa.
sur soucl1e (éclosion le 28, vr). Obtenu avec le Muscina stabulans de ces
« productions pseudo—fongueuses qui viennent au printemps sur les bourgeons · _ I

168 CALYTHEA
des Chênes et que Réaumur appelle galles en pomme, car elles ressemblent
quelquefois à un petit api » (PERR1s, 1864, 307).
Un Sphégide (Caelocrabro leucosloma L.) approvisionne son nid avec des
Anthomyia pluvialis.
2. A. plurinotata, BRULLÉ. - (fig. 284).
Seine-et-Oise : Rambouillet (VILLENEUVE, SEoUv). — Hongrie, Grèce
` 23. -— Genre CALYTHEA SCHNABL et Dz1Er>z1cK1.
SCHNABL et DZIEDZICK1, 1911, 274, 222. '·
Syn. Anthomyia auct. et SCHNABL et Dz., 1911, 110, 58, p. p.
Larves humicoles, coprophages ou carnivores. Adultes anthophiles.
TABLEAU DES Es1=EcEs
A. — Thorax noir avec 2 taches argentées préscutellaires (fig. 287).
Tibias I avec les soies antérieures préapicales ordinaires, courtes (fig. 288).
Abdomen d’ur1 blanc argenté; des bandes noires à la base de chaque
segment (fig. 287) .......... _ ..... albicincta (p. 168).
B. -— Thorax d’un gris clair avec une tache médiane noire, oblongue
plus ou moins allongée en avant (fig. 289). Tibias I avec une longue
soie antérieure au tiers apical (fig. 290) .... _. pratincola. (p. 168).
1. C. albicincta FALLEN. —— BEzz1 et STEIN, III, 727. —— (fig. 287
288, 290 b). '
Toute la France, mai-septembre. — Europe, Syrie, Palestine, Algérie.
' Larve dans la fiente sèche des pourceaux (PERRIS, 1876, 229).
2. C. pratincola. PANZER. — BEZZI et~STE1N, III, 729. - (üg. 289,
290 a et 290 c).
Type du genre Anlhomyiella MALLOCIÈI, 1920.,
Seine-et—Oise : Rambouillet (VILLENEUVE); étang du Serisaye (SÉGUY),
mai-août.

\
CALYTHEA 169
à 2
  ' ,
, 288 \§·, 290
É
zx? 289 ‘
FIG. 287 à 290. -· 287, Calylhea albicincta 0*; — 288, id., patte antérieure; — 289,
Calylhea pralincola d'; — 290, id., patte antérieure.
 4 
Ã?
‘ [ Ty )
Fm. 290 b. — Calyfhea albicincla Fallen. Appareil génital d', d’après Schnabl et
Dziedzîcki, 1911, (ig. 277-278.
F10. 290 c. - Calylhea pralincola Panzer. Appareil génital 0", face et profil; figures
· schématlsées d’après Schnabl et Dzledzickl, 1911, flg. 275-276.

170 TROISIÈME GROUPE
' TROISIÈME GROUPE
TABLEAU DES GENRES ` .
MALES (I).
_ 1—(2). Nervure I ne dépassant pas l’intersection de la nervure V
(fig. 315). ................ Eginia (p. 178).
2-(1). Nervure I étendue jusqu’à la nervure VI.
3—(6). Chète à cils longs.
` 4-(5). Bande médiane frontale avec des soies croisées. Préalaire très
courte. Épine costale très courte ou nulle (fig. 291).
. . .................. Mycophaga (p 172).
5—(4). Bande médiane frontale sans soies croisées. Préalaire longue,
presque aussi développée que la IT6 soie dorso—centrale rétrosu-
turale. Épine costale longue. ..... Eutrichota (p. 172).
6—(3). Chète nu ou pubescent.
7—(10). Gênes étroites (pluspetites que la moitié du plus grand diamètre
des yeux).
8—(9). Antennes : 36 article à peine plus long que le 26 (fig. 298).
. ................. Chiastochœta (p. 172.) '
9—(8). Antennes~: 36 article au moins double du 26. Yeux ovales ou
ronds et nervure costale (nervure I) nue (fig. 299-301).
....... . ............ Chirosia (p. 173).
10-(7). Gênes larges (au moins moitié aussi larges que le plus grand
diamètre des yeux).
11—(12). Bande médiane frontale presque entièrement d’un.jaune argi-
leux ou jaune orange (au moins en avant). Bande frontale
2 fois plus large que le diamètre d’un œil. Acrosticales fines.
Antennes longues, épaisses, pendantes; 36 article double du 26
(fig. 311) ............... Myopina (p._ 175).
12—(11). Bande médiane frontale presque entièrement noire, quelquefois
légèrement rousse en avant. Acrosticales courtes, mais fortes.
Yeux ronds. Nervure~c0stale (nervure I) avec de petites épines
dans la moitié basilaire (fig. 314) ..... Fucellia (p. 176).
1. Voir le tableau des femelles au 26 groupe, page 67.

caumsm 171
· PEGOMYINÀE TRANSITORIXE
24. -— Genre CHELISIA Ronpmvr.
Brzzzx et Srizm, III, 733;- SCHNABL et Dzxraozrcm, 1911, 113, 61;
Srram, 1916, 118. 44.
C. monilts Maman.
Petite Mouche de couleur brun gris; ailes et pattes sombres; genoux ·
parfois un peu plus clairs. c' : bande médiane frontale, palpes
    i ··.
  A
[ , WF1:   i `Fi '
I     _`  /’       . i
f 4 / ‘ y)  :/ [  
9 '·. , « #"‘ r    A 
4  ’        ·'  
9.. ,<ç1' g ~'~· -1i *  
, I ·.`'  fly
Psp: f·”
ɻɑ\.·# '
xv  ,;/*1*
r   \`.`—<~M N , -
  ·
bro. 291. — .1Iyc0phagafungorum(e`) >< 8.
et antennes noirs. Thorax à 3 bandes, la médiane d’un brun noir,
étendue depuis la marge antérieure jusqu’à Fextrémîté du scutellum.
Abdomen avec une bande médiane dorsale interrompue; un certain
nombre de petites tacl1es ou points, plus ou moins diffus, sur les
côtés; sternite V divisé en deux écailles épaisses dirigées en bas, peu,
développées, un peu hérissées. C Q : bande médiane frontale un peu
plus large qu’un œil. Q : palpes nettement renilés en massue. Long.
3-3 }§ mm.
Paris (PANDELLÉ). -- France (Mneoumvr). — Prusse orientale, Suède,
Autriche, Italie.

. 172 Mvcornnoix. —— crnAs·rocmErA
25. —— Genre MYCOPHAGA Roumim. '
M. îungorum DE GEER. —- BEzzr et STEIN, III, 730; SCHNAB1. et Dz.,
1911, 114, 62; STEIN, 1916, 118, 45. -— (fig. 291).
Mouche jaune semblable, à première vue, à un Pegomyia. Yeux nus;
trompe longue, épaisse avec des palpes filiformes. Cuillerons petits,
d’égale grandeur. Pattes jaunes, tarses noirs. Abdomen brillant, d’un
jaune orange à léger reflet blanc; oblong et subcylindrique chez le ci',
ovoïde et déprimé chez la Q. Long. 7-10 mm.
Répandu dans toute la France, peu commun. »
La larve est carnivore, elle se développe dans les Champignons
(septembre-octobre).
« ...Sur le dernier anneau du corps il y a deux stigmates raboteux bruns
et élevés, placés au milieu de douze pointes charnues, qui forment ensemble
comme une espèce de couronne. » (DE GEEB, 91, § 5.)
26. — Genre EUTRICHOTA KOWARZ.
E. inornata LQEW. —- BEZZI et STEIN, III, 731; STEIN, 1916, 118, 46.
Espèce voisine du Mycophaga fungorum dont elle présente plusieurs
caractères. Corps noir à pruinosité d’un gris jaune. Front court, non
saillant; bande médiane frontale sans soies croisées (1). Antennes :
29 article à extrémité rousse; chète à cils longs. Trompe courte. Thorax
à 3 bandes latérales quelquefois peu apparentes sur le fond gris. Cuille-
rons petits, le thoracique débordant étroitement le premier. Fémurs
jaunes, rembrunis sur la face dorsale; tibias d’un jaune clair, tarses noirs.
Abdomen gris; macrochètes marginaux longs et forts. Hypopyge (©’)
modérément développé; saillant comme chez le Pcgomyia prœpotens.
Long. 5 mm.
Semlin c'. Kalocsa (Hongrie) [PANDELLÉ]. I
27. —- Genre CHIASTOCHETA P0K©nNv.
SCHNABL et Dz., 1911, 117 (65); BEZZI et STEIN, III, 731 (Chirosia).
C. Trollil ZE·r*r. —- STEIN, 1916, 120, 48. -—— (fig. 292-298).
· ©" Q : corps couvert d'une pruinosité cendrée, opaque, obscure,
1. PANDELLÉ dit : avec de petites soies croisées; SrE1N (1916, 221, 47) dit sans _
soies croisées.

\
cniasrocumra. —— cmnosm 173
uniforme. Yeux nus, bande médiane frontale rousse en avant. Antennes
courtes :29 article large, épais, à peine plus long que le 28. Balanciers
jaunes. Tibias I avec 1-3 soies dressées postérieures. Tibias II, face _
antérieure avec 1 soie subdorsale médiane. ` _
Q : bande médiane frontale d’un gris cendré avec une paire de soies
croisées. Antennes : 3° article en disque arrondi, épais; chète à cils courts,
distincts. Ailes deux fois aussi longues que l’abdomen. Tibias I avec 1
soie postérieure médiane. Abdomen en ovale, triangulaire en arrière,
très court, à reflets gris, sur le fond bronzé, sans taches chatoyantes.
Long. 4 mm. (fig. 292, 298).
\ 298 . ,_, , ·
`  ®* '·  · e
  I · '     /  
¥ îêjjjl   \ l  
£: ‘=%.5,,·:¢? <>' M ..9  
o slim-     ,,5    .
11:   ` wm ··\·" ·.'«.  «‘,‘¢Yw‘\",È 
\,  / É;/m;.’;•, ¤··¤.....ll\........·,. I
9 \»( ' sy .
" _ ` " 29* 297
292 gg; 295
Fm. 292 à 298. — Chîasl0chœta.Tr0Ilil', 292. mouche Q (1); - 293. œuf sur un fruit
de Trollius curopœus; — 294, larve adulte; - 295, extrémité postérieure du corps
de la larve; — 296, stlgmate postérieur droit; — 297, armature buccale et stig-
mate prothoracique; - 298, tête de la mouche d. (En partie·d'après Mik.)
(1) Le 3* article antennaîre de cet fndivldu est beaucoup plus développé que chez un exem-
plaire normal; il porte d’ai1leurs deux chètes antennaires.
Hautes-Alpes : Lautaret, sur les fleurs du Trollius curopaeus(VrL1.E-
Nizuvn). - Europe centrale et septentrionale. Mai-août.
La larve se développe dans le capitule des fleurs du Trollitzs europœus ,·
une fleur peut contenir 5-15 larves vivant en société (Mix; Zizrrrzusriapr,
1845) [fig. 293-297].
28. -$ Genre CHIROSIA RONDANI. _
` Scmmm. et Dz., 1911, 116 (64); Srnm, 1913, 11, 76; 1916, 118, 47.
Petites Mouches grises ou brunes avec 3-5 bandes thoraciques. Front
égal 1/3-1/4 de la largeur de la tête (cx) encore plus large (Q Q). Chète
à pubescence longue, rarement presque nu. Sternopleurales : 3-4 (2: 2).
Cuillerons petits, égaux. Pattes modérément longues, souvent épaisses.
Abdomen aussi long que la tête et le thorax réunis, étroit, cylindrique,

174 cnmosm
plus ou moins aplati; souvent une large bande médiane dorsale et des
macrochètes marginaux dressés.
· Les adultes se rencontrent sur le feuillage. Les larves sont mineuses
des feuilles de Fougères; elles sont parasitées par deux Hyménoptères:
Bmcon (fuscicoxis VVEsM.) et un Chalcidide (DE NIEIJERE).
TABLEAU DES ESPÈCES
MALES .
1—(2). `Les 2 premiers articles _des tarses I blanchàtres. Long. 3 $(2 mm.
.................... albitarsis (p. 174).
2-(1). Tarses antérieurs complètement noirs. `
3—(4). Chète antennaire fortement épaissi dans son 1/3 basal. Long.
3 EQ mm ............. '. . . crassiseta (p. 175).
4—(3). Chète non ou un peu épaissi à l’origine seulement.
5-(6). Bande médiane frontale noire; lobes latéraux du sternite V sail-
lants, couverts de longues soies. Long. 4 mm. parvîcornis (p. 175).
6-(5). Bande médiane frontale rouge en avant, noiràtre en arrière; lobes
.laté1·aux du sternite V (lamelles prégénitales) ovalaires, saillants,
sans longues soies. Long. 5 mm ....... elpicola (p. 175).
FEMELLES
A. —- Abdomen avec des soies dressées sur le tergite II. Tibias II avec
. une soie antéro-externe .......
  _ parvicornis (p. 175).
  J  \ B. — Abdomen sans soies dressées.
- É'-  *· _ " Tibias II avec 2 soies antéro—externes
gm ï.\ îïâ ` 299 aibnmrs (p. 174),
‘ A
1
\\.../·‘ 1. O. albitarsis ZETT. —— BEZZI et
STEIN, III, 731. — Anthomyza albi-
301 mana ZETT. — Chirosia Villeneuve?
Em. 299 à.301. ~· cmmsm alba- Sommer 1911,84, 69.—(tig. 299-301).
larsis, 299, mouche (d`) >< 9;-
300’ antenne; _ 301’ tete O" Assez commun dans toute la France;
· juin-août; Corse.
La larve se développe dans le pédicule foliaire du Pleris aquilina
(BRISCHKE et DE ÃIEIJEREL
Parasite : Prislomerus vulnemlor PANZER (Ichneumonide).

Mvorma 175
2. C. alpicola. V11.1.EN1§UvE 1923, XXIX, 91, 2.
Hautes-Alpes : col du Lautaret, juillet (Vrnnnmauve).
` 3. C. crassiseta Srnm 1908, 10, 6 et 1916, 119, 2; ma Blxarsxann, 1911,
118, 7, pl. VII (fig. 38-40). - Chimsia Kunlzci SCHNABL 1911 86, 70
(fig. 302).
DE DIEIJERE a trouvé la larve dans la tige des feuilles du Ptcris aquilina (1).
Elle dilïère de celle du Chirosia parvicomis par la forme des crochets buc-
caux (flg. 302 et 304); les stigmates postérieurs ne portent pas d’étranglement.
Seine-et-Oise : Maisons-Lailitte(V11.1.EN12UvE); Corse (Kuxrzu, Sc11NABL).
—— Europe centrale et septentrionale. _
_ 505 \
S , .  J
_     /q
` $03 E   
., P ` ` `
5oz, © *=¤r ,,1
'ëaskë , '
:04 :06 5°7
Fxo. 302 à. 307. - _302, armature buccale de la larve du Chirosia crassisela; - 303,
stigmate protlioracique de la larve du Chirosia pa1·vi¢·0mis; ·- 304, armature
buccale du mème; ·· 305 à 307, feuilles du Pleris aquilina mînées et déformées
par la larve du C. parvicornis (d’après de Méijere).
1. C. parvicornis Znrr. -— Bizzzr et Srrsm, III, 731; or: ÃIEIJERE, 1911,
114, 6, pl. VII, fig. 31-37. —— (iig. 393-307).
Lille; Seine-et-Oise : l\Iais0ns·La1ïitte (V1L1.EN1zUv1a). - Europe, mai-
juin.
La larve mine les extrémités des feuilles du Pleris aquilina et les enroule
en fronde (DE BIEIJER1?).
29. -— Genre MYOPINA ROBINEAU-DESVOIDY.
M. reflexa R.-D. -— Brszzx et STEIN, III, 677; SCHNABL et Dz., 1911,
120, 68; Srram, 1916, 120, 49, 1. — (lig. 308-311).
Mouche d’un gris noir avec un abdomen assez épais. Tête longue,
triangulaire. Antennes longues, un peu plus courtes chez les Q Q, d'1m
roux clair à la base. Trompe épaisse; palpes liliformes. Thorax sans
bandes ou avec une trace de bande médiane rousse et 2 latérales plus
1. Non dans la tige de lïtlhyrîum /ilix-/œmincz comme Yindique Srsam (1908, 10, 6).

176 FUCELLIA
obscures, assez distinctes; soies acrosticales courtes; 3 soies sternopleu-
rales en triangle. Ailes blanches, l1yalines, plutôt longues; épine costale
forte. Pattes fortes; fémurs III un peu élargis, renflés; tibias noirs, les
postérieurs avec une frange antéro- interne et postérieure de soies fines;
tarses III : ler article large en dessus, sa face inférieure étroite; la base
élargie en triangle dentiforme (fig. 310). Abdomen de la même longueur
ul! im? I
TÃ ' 5, · \ L." Q 4
· ‘ F Pëî  , a
    ’·,?,,g_;@;t& ·. 
ùs   . `
. 4 ·
,\£|N&>` X
502  ai «·" / .
 É,     4 \·»
' W v·~}‘··,·` \
,·i7v- K ~ ·.». l 4   5ll
_   310 ” %\ ·
.· Y ____.
Fm. 310-311. —- 310, ëâpîml Mflëw ë'·
F1G.308-309-·308, Myopina rrflexa métatarse de la patte III; — 311, mouche
d', tête; — 309, id., hypopyge. c3' X 9.
rque la tête et le thorax réunis, noir au fond, dénudé dans sa moitié
postérieure. Long. 4-5 mm.
Très commun dans toute la France; avril-septembre.
Italie, Prusse orientale, Autriche, Suède.
30. — Genre FUCELLIA ROBINEAU·DESVOIDY·
Brazzr et STEIN, III, 746; -— ScHNAB1. et Dzinnzicxx, 1911, 121, 69; -—
· STEIN, 1913, 44, 22 et 1916, 120, 50.
Mouches semblables à des Scatomyzines; noirâtres ou grises. Tête
ronde. Bande médiane frontale toujours avec des s0ies~croisées (©" Q).
Antennes courtes, noires. Chète nu, court, la partie basale épaissie en
fuseau. Trompe épaisse, assez courte, labelles grosses; palpes allongés
cylindriques, légèrement épaissis à la partie apicale. Thorax d’un gris
cendré à 3 bandes plus ou moins marquées. 2 : 2 sternopleurales.

· 1··UcEr.r.1A 177
uillerons très petits, égaux. Ailes longues, nervure XII droite. Pattes
elues; tarses I un peu élargis; griffes et pelotes assez courtes. Abdomen
éprimé, ovalaire, aminci à la base. `
TABLEAU mas ESPÈCES (o' Q). ·
—(2). Base des fémurs III avec un tubercule saillant, hérissé d’épines
raides et une petite protubérance villeuse; les épines raides plus
longues en dehors, en brosse courte en dedans. Long. 4 %-6 mm.
. .................... fucorum (p. 178).
·(1). Tubercule de la base des fémurs III hérissé d’épines raides, courtes,
5lZ Ar" / __
  //',` N . .
••@~ ·~»l is A A
s     /
' 1  «q}' \_ ·y« ·
" • //'//
3/ ' `
V
515 ·
im. 312-313. - 312, Fucellia mariiima c*- a : protuberances épineusesv de la base de
la patte III; — 313, Id., tète c`.
sans protuberance villeuse interne supplémentaire. `L0ng. 4 %·
5 % mm. • ·
-(4). Palpes et pattes entièrement noirs. Tibias II avec 1-2 courtes
soies antéro-internes .......... ariciiformis (p. 177).
-(3). Base des palpes et genoux jaunes. Tibias II`sans soies antéro-~
internes. ................ maritime (p. 178). _ ,
1. F. ariciiîormis HOLMG. (Scatomyza). it
Corse : Bastia, mai (Scnnmn). —-— Groënland. V ··
12

178` Ecanm
2. F. îucorum FALLEN. -— Brzzzx et Srnm, III, 746 (*).
Très rare: `
Dunkerque; mer du Nord. —— Europe septentrionale. ·
3. F. maritime HAMDAY. -—— F. arenaria R.·D., 1841. —— Scalophaga
marina Misco., 1838. -—- PANDELLÉ, 1900, 270, 48 (Chorlophila).
É   .11 ai i 
» , _ ,4. ;   . <s
F.
\» (L
. . s—·.,,x
Fra. 314. —- Facellia maritima <3‘. La patte postérieure droite a été désarticulée à la
hanche pour montrer la protubéranoe épineuse interne du fémur III gauche.
Littoral maritime, fucus; commun.
Manche, Atlantique, Méditerrannée. —— Europe, Afrique septentrionale.·
EGINIIN/E .
31. —- Genre EGINIA R.OBINEAU·DESVOIDY· `
E. ocypterata MEIGEN. — Bnzzr et` STEIN, III, 584; — Syllegoptera
ocypterata Ronnnm. —- Aricia ocypterata PANDELLÉ 1899, 91, 45. —
(fig. 315-316). _ . '
Corps étroit, noir, couvert d’une pruinosité cendrée, épaisse.
o" : yeux nas, arête nasale avec quelques petites soies au—dessus de
la grande vibrisse. Trompe courte. Palpes et antennes roux; 2*3 article
1. Le Fucellia fzzcorum est nordique. Si on 1’a signalé des côtes de 1’0céan et de la
Méditerranée, c’est parce qu'il a été confondu avec le Fucellia maritima (note du
D* Vu.r.ENEUvE).
C’est au Fucelliamaritima que se rapporte la description de PANDELLÉ(1900, 270, 48).
Même remarque pour une partie de·1a bibliographie cité par Enzzr et STEIN, III, 746.

48 onoums. -— Mvnznxmrs MA1.Es 179
ntennaire fortement onguiculé; chète : 2° article long, cils longs. Bande
iédiane, frontale d’un roux cuivreux : pas de soies croisées (©’ Q).
’horax : 2 + 3 dorso-centrales; préalaire courte, distincte; 3 soies sterno·
leurales en triangle équilatéral; hypopleure avec quelques soies raides
rotégeant le stigmate postérieur. Ailes d’un brun jaune; nervures XI-
III très rapprochées; épine costale très longue; nervures nues. Cuîlle-
ons et balanciers jaunes.
’attes : genoux et tibias `
aux, le reste d’un brun N
oir; griffes et pelotes —- `
Jrtes; tibias I : 1 soie pos- mg Ãgmam
êrieure; tibias II : 1 anté- Nimh UIMM
ieure submédiane;tibias III: ` W V È
-3 postérieures. Abdomen ..î· _ `—~= *" “
ériggè de fortes S0î€S d1`€$·  ai
êes, d’un roux_unico1ore ou   1   I*(É.à\~.
vec quelques taches bru- f, " `* ~   /    
âtres, vagues, sur la ligné _!"   Ifuagyaidïé
mam (ng. 315-316). $5   * /
9 A ( "î·"’ / ZI";
Q : bande frontale d’un ·1%l( i È&"’.
uart plus large que l’œi1. Or- »*" "
ites avec21ignes de soies, la Fm, 315-316. - 315, Eginia ocypterata d';
gue externe formée de soies 316, id., détail des soies hypopleurales.
lus fines. Plus claire quele ©", _
resque entièrement d’un·r0ux jaunâtre; callus huméraux.et partie anté-
eure du thorax dfun roux clair. Toutes les hanches et les pattes entière-
ientmousses. Long. 7-8 mm.
Paris : bois de Boulogne, dans les herbes (ROBINEAU·DESVOIDY); Landes.
- ·Autriche (PANDELLÉ).
. QUATRIÈME GROUPE · .
TABLEAU ons oramms _ '
MALES _ _
1-(2). Ptéropleures avec une touffe de soies fines (fig. 317 [32]).
Palpes fortement élargis dans la moitié apicale (fig. 334).
' .................... Lispa. (p. 186).
2-(1). Ptéropleures nus. Palpes non élargis ou un ,peu élargis. _

180 48 GROUPE. — Mvnaarmaz MALES
3-(4). Aile : cellule H`1 rétrécie à l’apex (fig. 404).
........ Limnophora ( Gymnodia) (p. 196 § 10-5).
4-(3). Cellule H 1 non rétrécie à l’apex.
5—(24). Yeux largement séparés (©’ Q). _
_ 6-(7). Bande médiane frontale avec des soies croisées.
_ ................. Chelisia (1) (p. 171).
7-(6). Bande médiane frontale sans soies croisées.
8—(23). Fémurs I avec de longues soies en rangées plus ou moins
complètes sur le bord inférieur près de l’apex.
i f · A apt
A aw Q" ""
l ¤
Gp. J ) °· Mes S®
. IB   5g"w 2 _
SÈSZX. *  I ¤_. 0
YP S
i <> t ‘
labd Q `
Hz A 1 Hg
Fra. 317. — Lispa nuba. Partie latérale du thorax montrant Pimplantation des soies
· pléropleurales (32). A, aluleg - 1 abd., 1** segment abdominalg —- ca, cuilleron
alaire; -- cp, cuilleron postérieur; — H 2,3, hanches médianes et postérieures; —
Hyp., hypopleure; — IB, insertion des balanciers; — Mes, mésopleure; —- Pl,
P·rÉa0P1.EURE avec les soies ptéropleurales: 32; -— Sl, sternopleure; - Slg 1,.
p stigmate antérieur; — Slg 2, stigmate postérieur.
9—(18).. Sternopleuralesu disposées en triangle équilatéral; chète à
cils courts
10—(15). Tibias III avec 1 seule soie externe. .
11—(12). Métatarse des pattes I-II aussi long que le tibia (fig. 75).
........... . . Cœnosia (dorsalis) (9) (p. 57).
12—(11). Métatarse plus court que le tibia. .
13-(14). Lamelles prégénitales fortement saillantes (fig. 85). lm soie dor-
socentrale présuturale presque aussi longue et forte que la 2**.
........... · .... Macrorchis (2) (p. 64).`
14-(13). Lamelles prégénitales peu saillantes (fig. 87). 1*8 soie dorso-
l 1. Appartient aux Pegomyinœ lransiloriœ (3* groupe), doit se placer avant les Myco-
P 2?aSe rangent parmi les Cœnosines; 1*** groupe : voir note 1 page 63. ·

48 Gnoupn. -— Mvrmzmaa Mauss 181
centrale présuturale beaucoup plus courte que la 2°, chète
nu. Scutellum : soies intermédiaires et postérieures également
développées ........... Dexiopsis (l) (p. 64).
15·(l0). Tibias III avec 2 fortes soies externes.
16—(l7). Tibias jaunes ........... Lispocephala (p. 192).
1’7—(16). Pattes entièrement noires ...... Limnospîla (p. 194).
18-(9). Sternopleurales non disposées en triangle isocèle ou équila-
téral — ou soies sternopleurales disposées en triangle équi-
latéral et; chète à cils longs.
19—(22). Chète à villosité très courte ou nulle.
20-(21). Grif`fes'et pelotes courtes ...... Limnophora. (p. 195).
21—(20). Griffes et pelotes bien développées .... Mydœa (p. 219). '
22·(19). Chèteà cils longs (fig. 482) ...... Enoplopteryx (p. 247).
23-(8). Fémurs I avec une soie plus développée sur le bord interne
près de l’apex. Sternopleurales disposées en triangle équila—
téral (fig. 485). Chète à villosité courte. Front de la même
· largeur dans les deux sexes; pas de soies croisées. Antennes
très grandes, de la hauteur de la tête : 3è article noir, 4 fois—
aussi long que les 2 premiers (fig. 485). Atherigona (p. 249).
24·(5). Yeux cohérents ou rapprochés (cf) écartés (Q).
25•(34). Nervure VIII courte, ef`filée_à la pointe. Nervure IX droite
ou presque (fig. 492). Mouches assez grosses, souvent de
couleur pâle, jamais d’un noir velouté.
26-(33). 1 :.1 ou 1 : 2 soies sternopleurales (quand il ya2: 2 la 3° soie
sternopleurale est également éloignée des 2 supérieures);
préalaire très courte ou nulle. .
27—(30). Nervures V-VI toujours divergentes à l’apex. Chète à cils
longs. `
28·(29). Pattes sombres. Yeux cohérents .... Hebecnema (p. 250).
29·(28). Pattes jaunes. Yeux légèrement séparés ou cohérents.
.......... L ........ i Mydœs. (p. 219).
30-—(27). Nervures V-VI convergentes. Chète à cils courts ou médio-
crement longs.
31·(32). Pattes noires. Thorax sans bandes longitudinales ou avec
des bandes à peine visibles sur le fond noir.
................. Limnophora. (p. 194).
32-(31). Pattes en partie jaunes ou le thorax à 4 bandes plus ou moins
distinctes ............... Mydœa (p· 219).
33·(26). 2:2 soies sternopleurales ou non, dans ce dernier cas la 3° sterno-
pleurale à la même distance des deux autres ou la préalaire ` »
( distincte (au moins moitié aussi forte que la 1*** soie dorso-
centrale rétrosuturale) ......... Mydœn (p. 219)._
1. Se rangent parmi les Cœnoslnes; 1•¤ groupe : voir note page 63 et § 2.

182 48, 56 ET 68 GROUPES. — FEMELLES
~34·-(25);. Nervure VIII très courte et d’égale grosseur partout. Nervure
' _IX. courbée (fig. 491). Mouches d’un brun noir profond ou
. . velouté·avec des taches noires par paires sur les tergites (‘).
Yeux nus. Chète· nu. Cuilleron thoracique plus grand que
lecuilleron alaire (9) (fig. 493) ..... Azelia (p. 252).
· - 4°, 5° ET 6° GROUPES
TABLEAU mas GENRES
‘ FEMELLES
· 1>(32)i Chète à cils longs. ·
2—(3). Ptéropleures avec une touffe de·soies fines. Palpes élargis en
spatule (fig. 317, 318) .......... Lispa (p. 186).
3-(2); Ptéropleures nus: Palpes élargis ou normaux. ~
· 4-(13): Tibias III sans soies externes.
5—(12). 1 :·2 ou 1 : 1 soies sternopleurales. Préalairel nulle.
6—(11). Abdomen gris ou noir. Pattes de couleur sombre ou noires.
7—(10). Abdomen sans taches sombres disposées par paires.
8—(9). 3 soies dorso-centrales ....... Limnophom (p. 195).
9-(8). 4 soies dorso-centrales ....... Hebecnema (p. 250).
10—(7). Abdomen avec une paire de taches sombres.
· .......... · ....... Limnophora (p. 195).
11—(6). Abdomen en partie jaune luisant. Pattes jaunes.
, ............. Mydœa (montana). (p. 243).
12—(5). 2’: 2 soies sternopleurales.
..... Mydœa et Enoplopteryx (ciliaiocosta) (p. 219).
l3—(4): Tibias III avec 1 ou plusieurs soies externes ou antéro-externes.
14¥(23). Bande médiane frontale sans soies croisées.
15—(16). 2 : 2 sternopleurales. . Enoplopteryx (oblusipennis) (p. 248).
16-(15). 1 : 2 soies sternopleurales. ‘
17—(20). Front convexe. Sternopleurales non disposées en triangle.
18-—(19): Épine costale nulle .......... Piezura. (p. 257).
19——(18)._ Épine costale bien visible ...... Platycœnosia (p. 257)l
2D—(17): Front"plus ou moins saillant. 1 : 2· soies sternopleurales
. disposées·en triangle.
2I—(22)l Cuillerons·petits. Petitemouche d’un gris jaunâtre uniforme.
` . . ._ .............. Sy11egopte1·ula(p. 307)-
1. Excepté Azelia alerrima. l '
2. Sauf Azelia gibbcrct. · · ~

48, 5** ET 6% cnoumzs. -— FEMELLES 183
22-(21). Cuillerons bien développés. Mouches assez grosses, présentant
souvent des bandes ou des lignes sur le thorax. Phaonia (p. 313).
·23·(14). Bande médiane frontale avec des soies croisées. _
24-(29). Acrosticales très petites ou nulles.
25—(26). 3'soies dorso-centrales. Chète à. cils courts.
........... Trichopticus (nigriiellus) (p. 302).
—26·(25). 4 soies dorso—centrales. Chète.à cils longs.
·27-(28). Tibias II avec des soies antérieures. Cuillerons jaunâtres.
· ' Mouche d’un gris jaunâtre. . Herz (variabilis) (p. 306).
28-(27). Tibias II avec les soies postérieures seulement. Cuillerons
' _ d’un blanc pur. Mouche d’un gris cendré clair. .
· ......... Phnonia (candicans) (p. 322 §79-80).
29-(24). Acrosticales fortes, en deux séries. ·
80—(31). Nœud des nervures IV-V absolument nu. Abdomen jamais
d’un bleu noir avec des taches blanches chatoyantes.
................... Phnonia (p. 313).
31—(30). Nœud des nervures IV-V avec quelques petites épines. Abdo-
men d’un bleu noir avec des taches chatoyantes blanches.
· ................... Poliotes (p. 338). ·
32·(1). Chète antennaire à cils courts, pubescent ou nu.
33·(72). Chète antennaire à cils courts. .
34·(37). Sternopleurales disposées en triangle isocèle. Préalaire manque.
35-(36). Antennes : 2** article noir à pruinosité grise.
................. Macrorchis (p. 64).
36—(35). Antennes : 28 article roux ...... Lispocephala (p. 192).
37-(34). Sternopleurales 1 : l' ou 1 r 2 ou·2 : 2. Préalaire présente ou
non.
38—(45). Tibias III sans soies externes.
39—(44). Préalaire très courte, piliforme ou nulle.
49-(41); Bande médiane frontale avec des soies croisées. Tibias III
I pratiquement nus ............ Aielia (p. 252).
41—(40).` Pas de soies croisées: Tibias III distinctement ciliés.
42~(43). Tibias noirs ............ Limnophora. (p. 195).
43·(42). Tibias jaunes ............. Mydœa (p. 219).
44-(39). Préalaire plus ou moins forte; .... Mydœa (p. 219)-
45-—(38). `Tibîas III avec 1 soie externe.
·46·(47). Nervure III avec 4-6 petites épines à 1’apex (fig. 643).
................. Acanthipteta (p. 306).
47—(46). Nervure III nue. .
48-(59). Bande médiane frontale avec des soies croisées. ·
°49—(50). Trompe grêle, coudée à l’apex (fig. 613)._ Drymein (p. 294).
50·(49). Trompe constituée autrement.
·51-(58). Pattes entièrement noires. _ `
52-(53). 3°·soie·sternopleurale manque. .... Hydrotœc (p. 279).

184 48, 58 ET 68 Gnourias. - FEMELLES
53-(52). 3*3 soie sternopleurale présente (plus ou moins forte).
54—(57). Abdomen noir. .
55~(56). Tibias II avec des soies antéro-externes et postéro—externes.
................. Trichopticus (p. 302).
56—(55). Tibias II avec·des soies antéro-internes et postéro-internes
en plus des antéro et postéro-externes.
............ Pogonomyia (brumalis) (p. 297).
57-(54). Abdomen roux à la base. . Lasiops (semicinereus) (p. 299).
58-(51). Pattes jaunes en partie ........ Allœostylus (p. 311).
59—(48). Bande médiane frontale sans soies croisées.
60—(63). Tibias jaunes.
61—(62). . Acrosticales distinctes. Mouche à pruinosité d’un gris jau-
nâtre .... · ........... Allœostylus (p. 311).
62-(61). Acrosticales nulles. Mouche grise.
......... Phaonia (magnicomis) (p. 320 §45-44).
63-(60) Tibias noirs.
64-(67 . Préalaire peu distincte ou nulle. '
65-166;. Abdomen noir ou d’un bleu noir brillant à pruinosité légère.
, Pas de bandes sur le thorax ...... Dialyta_(p. 308).
66—(65). Abdomen gris, pruinosité plus épaisse. Toujours des bandes
sur le thorax ............. Phaonia (p. 313).
67·(64). I Préalaire distincte.
68··(71). Cuilleron thoracique légèrement saillant.
69-(70). Balanciers noirs. Grosse Mouche d’un gris noir.
. ._ ......... Pogonomyia (letra) (p. 296 §5—6).
70—(69). Balanciers jaunes.,Petite Mouche d’un gris jaunâtre.
................. Syllegopterula, (p. 307).
71—(68). Cuilleron thoracique largement saillant. . Phaonia (p. 313).
72-(33). Chète antennaire pubescent ou nu.
73—(86). Tibias III sans soies externes.
74-(77). lm paire de soies dorso-centrales présuturales moins dévelop-
pées que la 2**. Sternopleurales disposées en triangle.
75—(76). Chète nu. Nervure VIII moitié plus courte que la nervure IX.
....... ; .......... Dexiopsis (p. 64).
76-(75). Chète pubescent à la base. Nervure VIII et IX de même
longueur .............. Macrorchis (p. 64).
77—(74). Les 2 paires de dorso-centrales présuturales également fortes.
’78—(85). Pas de préalaire.
79—(82). Bande médiane frontale sans soies croisées.
80—(81). Sternopleurales disposées en triangle équilatéral.
....... ‘ ........... Limnospila (p. 194 ).
81—(80). Sternopleurales non 'disposées en triangle équilatéral.
. . .` .... . ....... Limnophora s. l. (p. 195).
82—(79). Bande médiane frontale—avec des soies croisées.

4**, 5° ET 6** onouprzs. —— FEMELLES · 185
83·(84). Abdomen avec une paire de taches rondes, noires.
................... Azelîa (p. 252).
84—(83). Abdomen gris, sans taches . Hydrotœa (armipcs) (p. 286§ 19-20).
85-(78). Préalaire distincte ........... Mydœa. (p. 219).
86-(73). Tibias III avec au moins·une soie externe.
87—·(96). Bande médiane frontale sans soies croisées.
88-(93). Front convexe. Chète nu. Sternopleurale III manque souvent.
89-(92). Cuillerons très petits : égaux.
90·(91). Bouche saillante. Abdomen noir. Yeux nus. `
.................. Cœ10myia.(p. 258).
91-(90). Bouche non saillante. 28 article des antennes roux. Tibias II
· avec une soie interne. Très petite Mouche. Euryommn (p. 256).
92·(89)._ Cuillerons plus développés : le thoracique saillant ou non.
................... Fannia (p. 258).
93·(88). Front plus ou moins anguleux. S•ternopleura1e III toujours ` '
présente. ' *
94-·(95). Nervure XI rapprochée de la base de l’aile (fig. 488).
.............. — .... Atherigona (p. 249).
95~(94). Nervure XI éloignée de la base de l’aile (fig. 489).
................ _. Trichopticus (p. 302).
96—(87). Bandemédiane frontale avec des soies croisées.
97-(98). Tarses I à villosité interne épaisse et courte.
............. Pogonomyia (alpicola) (p. 297).
98—(97). Tarses.I non velus. `
99·(102). Bouche nettement saillante.
L00—(101). Mouche d’un noir brillant; préalaire distincte.
................ Rhynchopsilops (p. 298).
l01—(100). Mouche grise; préalaire distincte (subroslratus) ou nulle
(roslrqlus) .......... . . Rhynchotrichops (p. 300)
.02~(99). Bouche non saillante.
.03-(106). Tibias III avec des soies dressées sur presque toute la longueur
de la face externe. «
LO4—(105). Yeux pubescents. . Pogonomyîa (decolor) (p. 296 §1—2).
L05—(104). Yeux nus .............. Eriphia (p. 294).
.O6·(103). Tibias III avec une seule soie externe.
;07—(108). Mouche d’un noir bleu brillant, sans aucune pruinosité blanche.
Tibias I sans soies ......... i. . Ophyra (p. 277). .
.08—(107). Mouche d’une autre couleur ou d’un noir bleu à pruinosîté
blanche. Tibias I avec 1 soie. . .. . . Hydrotœa (p. 279). .

186 · . 1.rs1=A.
_ . ' . MYDÀEINÀE
` ' 32. — Genre LISPA LATRE1r.r.E.
Kownnz, 1892, 42; —— PANDELLÉ, 1899, 132, II; — Bncxnà, 1904,
XXIX, p. 1ë70; —- Biazzr et Srnnv, III, 677; 4- Scm~:ABL et Dz., 1911,
143, 91; —· STE1N,,1913, 29, 11 et 1916, 144, 41.
, d' Q : corps et antennes noirs, à pilosité rare ou faible. Front plutôt
court. Bouche assez saillante : 1-2 fortes vibrisses. Fronto-orbitales :
1 rang. 4-6 soies dorso-centrales (2 présuturales); 1 : 1 soies sternopleu-
rales plus une 3** piliforme, ou 1 : 2, les 3 soies également fortes, Ailes et
. · ‘ • _
  L ·
àr · ` ' .   ` ;n·'·*· W' —,
_   [2 z» *4 W
È  tit  
_i   ~`p·*¤· sa o
· U âgi Y A   fi'?/.«
/   I  
`ï"’““'*‘¤î*€•¤Iq•,,;¤—·..=-si--* ··· ‘ "J/£
v F10. 318. i· Lispa lexztaculala Q X 9.
cuillerons sans reflets ni transparence colorée; nervure I nue. Cuillerons :
le thoracique aussi découvert que le cuilleron alaire._ Abdomen plus ou
moins aplati; hypopyge court, rarement avec une plaque ventrale
pendante. ‘
' : bande médiane frontale sans soies croisées. Abdomen : derniers
S?
segments fortement comprimés et emboîtés en dessous : GE plaque sternale
hérissée de soies fines et presque toujours de 4 épines courtes et robustes
_ ' en râteau, propres _à fouiller le sol (fig: 318 et 335).
_ Mouches prédatrices et carnivores plus communes au bord des ruisseaux
ou dans les endroits humides. Làrves aquatiques à corps dur et nu; car-
nivores (I).
1. Ro1a1NEMJ-Diasvoinv (1830, 524, xx) : « Ces insectes courent avec agilité sur les
feuilles des plantes_aquatiques... ils vivent à 1’état de larves dans les fleurs de cesr
mêmes plantes... Le Lispa nymphœicola est commun sur les larges feuilles du Nénufar.

1.1s1>A· 18’Z
TABLEAU DES ESPÉCES
MALES
1—(16).Palpes jaunes. , —
2—#(3). Nervure VI un peu courbée sur la nervure V. Tibias II avec
2 lignes de soies sur·la face interne. Long. 6-7 % mm: ·
_. ........... . ....... longicollis (p. 191.)
3·(2). Nervure VI non courbée sur la nervure V. .
4~(9). Tarses avec une conformation anormale.
5·(8). Métatarse des pattes I court, avec un fort éperon mousse, ·
étendu jusqu’au milieu du 28 article (fig. 326-328). ‘
6-(7). Tibias noirs. Long. 6-7 mm ...... . tentaculata (p. 191).
7—(6). Tibias II et III jaunes. Long. 6-7 mm. consanguinea (p. 191).
8-(5). Métatarse I sans éperon. Dernier article des tarses III beaucoup
plus fin que les autres et beaucoup plus long que l’arlicle précé-
dent. Long. 6 mm ...... , ...... fiavicincta (p. 191).
9—(4). Tarses normaux. ` `
10-(15). Abdomen à pruinosité cendrée avec des taches blanches et ·
sombres. _ ·
11-(12) Abdomen d’un gris jaune avec une paire de faibles taches sombres
peu distinctes sur les tergites II-III (fig. 320). Apex des fémurs,
tibias et ler article du tarse d’un jaune roux. Long._4-5 mm.
. .... . . . .. ............ pygmœa (p. 191).
12·(11). Abdomen non ainsi coloré (fig. 319). '
13—(14). 'libias II.avec 1 petite soieantérieure et 1 postérieure. Méta-
tarse I finement cilié en arrière; articles 3 et 4 des tarses
I épaissis en triangle. Métatarses I et II roux. Long. 4-7 mm.
_ . .... ; ........ · ...... me1a1euca(p. 191).
14·(13). Tibias II avec 1 petite soie postérieure. Métatarse I non cilié en
arrière; articles 3 et 4 des tarses I étroits ou allongés, non épaissis.
Tarses entièrement noirs. Long. 4-4 yz mmÃ. . nana (p. 191).
15—(10). Abdomen à pruinosité un peu jaunâtre sur le bord des segments,
sans taches blanches. Long. 7-8 mm .... uliginosa (p. 192).
16—(1). Palpes noirs ou rembrunis, quelquefois à pruinosité blanchâtre.
17·(20). Segment basal de Phypopyge noir velouté avec une tache médiane
d’un blanc pur ou grise.
J ’al surpris une femelle pondant une quantité prodigieuse d’œufs lentîculaires sur les
pétales du Nymphœa nympholdes; »
Boucmà (1834, I, 93) a trouvé la larve dans un bourbier et aussi dans les excréments
humains. ZE·r·rEnsrEn1· croit que la larve est aquatique.
La Mouche peut pêcherde petits insectes aquatiques. (Cf. Sûomt, Moustîques de
France, 1923, p. 52.)

188 usm
I . X J3 Q ° _
3* _ ~ 320 /·
319 .·,,ë    
321 I *.
E  A ·
I | \ — 322
7   \
` ` 
32
$ I .
M"' ~
_ -·` . A L C L A
· · _, 2( ,3 326
—, .   '·w
, ", ` * X 3
329  T" ‘ HI ` W  §
,   I K
, a 
Q / 3
—«*~...··#" "   ILS g
33** 331   ·  ·
— 328 jïf _,
_ " “ ¢,,r‘· .
, agr 327
332   « Q _ ,2
' ‘ \ x} < "~¥ n  
  ;
33*       ` MÈÉFFE.
J o   ‘ , ,4 .
V-30  . QÈ, 3
335 · ./
333  7
_ Fm. 319 à 335. —— 319, Lispa nana Q abdomen; — 320, L. pygmœa, id.; - 321, Lispa
uroleuca, tête; — 322, Lispa cœsia (crassiuscula); - 323, L. uroleuca 0*, tarse,
antérieur. — 324, id., patte III. - 325, id., tête d'. —· 326, L. lcnlaculata d',
tarse et tibia I; —— 327, id., brosse terminale de l’appendice du métatarse I; —-
328, id., métatarse antérieur et son appendice. -—· 329, Lispa crassiuscula 6*,
patte III; -— 330, Lispa‘lit0rca d' patte III; - 331, id., patte II; -— 332, L.
candicans ci', patte III; - 333, Lispa lilorea d', tête; — 334, L. candicans d',
tête; — 335, armature périoviductale de la Q du L. lentaculala. _

L1s1>A ` 189
18-(19).Tibias II· pas plus longs que les autres; face antérieure avec '
2 longues soies subdorsales au milieu, en plus de la préapicale.
Métatarse II aussi long que les articles 2-4 ensemble. 2 soies
fines se détachent de la partie apicale du tibia et s’étendent
jusqu’aux 3/4 du métatarse. Long. 5-7 mm. superciliosa (p. 191).
19—(18). Tibias II grêles, bien plus longs que les autres; face antérieure
`avec une soie subdorsale médiocre.(fig. 331). Métatarse II à
peine plus long que le 2°'artic1e, base de la brosse avec une
longue soie fine qui se recourbe sur le tibia (fig. 331). Abdomen
à pruinosité blanche ou blanc doré. Tergite IV d’un gris tran-
chant sur la couleur des segments précédents. Long..4-6 mm.
. ..... ‘ ...... ' ......... 1 îtoron (p. 191).
29-(17). Segment basal de l’hypopyge gris. ~
21—(24). Face avec une pruinosité épaisse d’un blanc pur ou argentée. `
Tibias II avec 1 soie postérieure seulement. Chète à villosité
nulle. Pas de soies à la bouche. .
22-(23). 4 soies dorso-centrales. Long. 7-8 mm. . . candicans (p. 190).
23-(22).3 soies dorso-centrales, la paire antérieure nulle ou avortée.
Bande frontale plus large que 1’œil. Bord interne des yeux con- '
vergeant en avant. Trompe courte, épaisse. Antennes ne dépas-
sant pas le milieu de la partie intermédiaire de la face : 36 article
très court (fig. 321 et 32h). Métatarse III étroit, à brosses dilatées
(fig. 324). Long. 7 % mm.
. ................... uroleuca (p. 192).-
24-(21). Face à pruinosité jaunâtre. 3 soies dorso-centrales. Tibias II :
, 1 soie antérieure et 1 postérieure. Chète antennaire à villosité '
bien distincte. Bande frontale un peu plus étroite que l'œil
(fig. 322). Long. 4 %-8 mm ........ cœsîa (p. 190).
FEMELLES
‘1-(18). Palpes jaunes. · ·
2—(3). NérvureVI courbéesur1anervureV . . . longicollis (p. 191).·
3—(2).. Nervure VI non courbée sur la Ve.
4·(9). Pattes entièrement noires tout au plus les genoux jaunes.
5-(6). Tibias II avec 1 soie interne médiane et 4 antéro-apicales. Long.
6 %-7 mm. ......... ' ...... marina (p. 191).
6-(5). Tibias II sans soies internes.
7·(8). Tibias II avec 1 soie postérieure ..... tontaculata. (p. 191).
8-(7). Tibias II avec 1 soie postérieure et 1 antérieure. Fémurs III
avec 5-6 soies inféro-apicales. Ailes d’un gris jaunâtre.
' . _. .. . . .. .. .... · .· ....... ilavicincta (p. 191).1
9-(4). Pattes en partiel jaunes. · ' ·

190 . LISPA
10—(13). Tibias II.avec 1 forte·soie antérieure et 1 postérieure. ' -
11—(12). Abdomen d’un gris jaunâtre; des taches d’un brun noirâtre
brillant sur la partie antérieure des tergites. uliginosa (p. 192).
12·(11). Abdomen d’un noir· brillant; des lignes grises aurbord postérieur
· destergites. ..... · ........ melaleuca (p. 191).
13-(10).Tibias II avec 1 soie postérieure. `
14—(15). Dernier tergite abdominal.d’une seule couleur grise. Abdomen
· couvert d’une pruinosité d’un gris jaune. . pygmœa (p. 191).
15~(14). Dernier tergite-avec une tache d’un blanc d’argent.
1&—(17). 'I`horax avec 2 larges lignes latérales d’un noir brillant.
..................... nana. (p. 191).
17——(16).Thorax avec 3 lignes étroites brunes, peu distinctes. ·
. . . , ........ · ....... consanguinea. (p. 191).
· 18—(1). Palpes noirs.
19-·(20). Chète.à cils longs. . . · ......... candicans (p. 190).
20—(19). Chète à cilS courts. `
21—(24). Tibias II avec 2-3 soies subdorsales médianes sur les faces anté-
rieures et postérieures. _
22-(23). Orbites avec 1 tache d’un brun sombre près de la base des
antennes. Abdomen àpruinosité grise avec une tache d’un brun
noir brillant sur le tergite IV ...... superciliosa (p. 191).
23-(22). Orbites sans taches à la base des antennes. Abdomen gris avec .
des taches brunes médianes ou une lignetnédiane et des taches
_ latérales sur le bord postérieur des tergites II-III. Tergite IV
avec 2 tachestmédianes et 1 au'bord antérieur. lito1·ea· (p. 191).-
· 24-—(21). Tibias II avec 1 soie subdorsale médiane sur la face antérieure.
· Fémurs III avec 1 longue soie interne médiane seulement et
environ 9 soies apicales, courtes, d’égale longueur. Pruinosité
de la tête à reflets d’un brun doré ...... cœsia (p. 190).
1. L. ceesia MEIGEN. -— L. crassiuscula L(EW.—PANDELLÉ, 1899, .134,
2. —- (fig. 322). ' ·
Mer du Nord, Belgique : Ostende, dunes de Blankenberghe; Pas·de·
Calais : Arnbleteuse, Paris—Plage; Hérault ·: Palavas (VILLENEUVE);
Manche : Saint-Waast.(R0uBAUD);Hyèrcs*(PAm;>EL1.É). -—-Trieste, Allema-
gne, Égypte, .Syrie. · ' _
2. L. .candicau.s Kowanz. - Becmazn, 1904, 44, 25 (fig. 332, 334).
Hérault : Palavas, juillet; littoral méditerranéen (V1L1.ENEUvE).
Espèce méditerranéenne commune au bord de la mer sur le sable humide,
maissurtout abondante sur le sol desséché des marais salants. —· Europe
_ méridionale. .

LISPA- ,. 191
3. L. consnnguinea Lœw. —— PANDELLÉ, 1899, 138, 6. ' _
Seine-et-Oise : étang de Saint·Qùentin; Creuse; Var (VLLLENEUVE)i
Rhône : Lyon, île Robinson, août (POUJADE)§ Tarbes, septembre, flaques
d’eau (PANDELLE). — Europe centrale et septentrionale.
4. L. flavicincta Lœw. -- Lispa flavicincla Kowanz (non Lœw).
Isère : Grenoble; Corse : Campo·di-l’0ro, Ajaccio (VILLENEUVE, ScHNABL);
côte d’Azur. ' ·
5. L. litoren FALLEN. -— (fig. 330, 331, 333).
Calvados. Très commun dans les vases salées·de·Salene1les où·on le
trouve chassant à la surface de la vase du fond des mares en voie d’asséche-
ment, août (ÃMERCIER, 1921); Saint¢Lunaire (VrL1.E1~:EUvE); Hyères (ABEILLE ·
DE PEnu1N). — Régions littorales de toute l’Europe, mer Méditerrannée,
Égypte. '
6. L. loukicollis ME1oEN. — Lispa leuoomelœna KOWARZ.
Bords des eaux douces de France et d’A1lemagne (MACQUART). Ã- Europe
centrale et méridionale, Caucase, Perse.
7. L. marina BECKER 1913, XXXII, 123 (Q). ' I
Gironde : Arcachon, juin (BECKER).
8. L. melaleuca Lœw. —- PANDEELE, .1899, 136, 4. _
Pas-de-Calais : Paris—Plage (VILLENEUVE). — Europe centrale et méri-
dionale. _ . .
9. L. nana MAco¤Aa·r. —- PANnE1,1.E, 1899, 138, 7. (fig. 319). `
·Loiret : Saint-Cyr-en-Val (Rounmm); Allier; Bordeaux; Hautes—Pyré-
nées 2 Arrens, août; flaques d’eau à bord de sable tin (PANDELLÉ); Var :
Le Lavandou (VILLENEUVE, HESSE); Corse : Bastia, mai (SCHNABL).
—- Europe centrale et méridionale, Afrique septentrionale, îles Canaries.
10. L. upygmœa FALLEN. ·—- (fig. 320 et 335 b). '
Dunkerque; Paris-Plage; Seine-et-Oise :«Rambouî1let, Maisons-Latiitte;
Montessaux, le Grau-du-Roi, août (HESSE, VILLENEUVE); Corse : Bastia,
mal (ScnNABL). —— Toute 1’Europe,.Afrique.septentrionale, îles Canaries.
11. L. superciliosa Loaw. — Lispa monacha SCHINERQ PA1~u>EL1.É.
Hongrie (D* VILLENEUVE).
' 12. L. tentnculata. DE GEER. — (fig.'318, 326ï328,' 335). '
Flaques d’eau à sable iln, mars-décembre.

192 LISPA. — 1.1sPocE1>HAr.A.
Très commun dans toute 1’Europe, 1’Asie centrale, les îles Canaries,
l’Afrique septentrionale. .
Carnivore à l’état adulte; dévore les larves à téguments mous qui vivent
dans les lieux humides du bord de l’eau.
\ 13. L. uliginosa FALLEN. — Lispa
K nymphaeicola R.-D. 1830, 524, 1.
  l Pas-de-Calais : Paris-Plage; Paris;
  Seine-et—Oise : Rambouillet; Bordeaux,
._`. »-+2,   —— Europe, Asie centrale, îles Canaries.
\#—  
  14. L. uroleuca PANDELLÉ 1899, 133,
\ \ 1, ©". — (fig. 321, 323-325).
`·._, i Mésolobe périnéal formé de deux larges
‘~\ écailles de couleur d’os, soudées sur la
_ ligne médiane, leur sommet fortement,
FI°·3:§   ` CI;’Sp“é’ygmœ“ échancré au devant du bord externe;
a °n( ) X ' tandis que le bord interne se prolonge en
dent étroite, obtuse au bout et reçue
dans l’entaille médiane du·stern’te V. Long. : 7 yz mm. (PANDELLÉ).
Aude (PANDELLÉ).
33. — Genre LISPOGEPHALA Poxormv.
ScHNAB1.'et Dz1ED., 1911, 144; — STEIN, 1916, 241, 45; — BEZZI et _
STEIN, III, 682 (Caricea). — _
Chète antennaire à villosité courte, nu dans la moitié apicale. Thorax
unicolore ou avec des bandes. 4-5 soies d0rso—centrales. Cuillerons assez
gros, le thoracique saillant du 1/3 de sa longueur. Abdomen conique,
cylindrique ou ovalaire, faiblement velu, habituellement 3 paires de
taches et une bande médiane plus ou moins visibles. Des macrochètes sur
le tergîte IV seulement. ` R
TABLEAU mas EsPÈoEs (©’ Q).
1—(2). Ailes avec une épine costale forte (üg. 339). Tibias II avec des
soies sur les faces antérieures et postérieures. Long. 4-5 mm.
. ............. I ........ _ve1·na..(p. 194).
2—(1). Ailes sans épine costale. Tibias II avec les soies postérieures seule-
ment (fig. 340).

LISPOCEPHALA 193
S-(6). Fémurs II—III roux. '
l—(5). Antennes : 38 article noir. Abdomen roux en entier ou presque,
. les derniers segments plus foncés, les taches sombres peu distinctes,
Ailes claires. Soies thoraciques à pores d’insertion légèrement
ombrés. Fémurs I noirs, sauf le genou. Long. 3-4 mm.
.................... braehialis (p. 193)
i—(4). Antennes : 36 article jaune. Abdomen avec 3 paires de taches
rondes noires bien visibles .... . ...... Miki (p. 194). _
I-(3). Fémurs en grande partie noirs, sauf les genoux.
?—(8). Nervures XI-XII ombrées de noir. Scutellum gris avec une tache
[Qi
   
xml" \ w A
i -
338 337 336
Fm. 336 à 338. -— 336, Lispocephala alma, position des soies sternopleurales;
337-338, Lispocephala brachialis, tète d`.
basale brune oules griffes et pelotes très développées. Pattes rousses,
fémurs noirs. Abdomen d’un gris roussâtre dans sa moitié anté-
rieure, plus ou moins noir en arrière; des taches noires latérales.
Soies thoraciques à pores d’insertion auréolés de noir. Long.
3-4 LQ mm. ................. zlma (p. 193). .
i—(7). Nervure XI-XII sans ombre. Scutellum d’un gris uniforme. Griiïes
et pelotes peu développées. Tibias et tarses roux. Abdomen noir '
couvert d’une pruinosité cendrée; 6 taches noires et 1 ligne médiane
formée de traits bruns interrompus. Long. 3-5 mm.
................... erythrocera (p. 194).
1. L.a1ma Mercer:. — Cœnosia ungulala Ronmmr, MeA¤e. — (fig. 336).
Janvier-juillet. '
Seine-et-Oise : Bellevue, Rambouillet : étang du Gruyer; Puy-de—Dôme :
Vlont-Dore (VrLLeNeUve); Pyrénées-Orientales: Perpignan; Hautes-
Pyrénées : Tarbes, Gavarnie, sur le Pin (PANoeL1.É).
2. L. brachialis Ronoam. — (fig. 337, 338).
Janvier-décembre. ·
13

194 1.1sPocEr·rxA1.A.. -- LIMNOSPILA
· Environs de Paris (VILLENEUVE, P1EBRE): Hautes-Pyrénées : Gavarnie;
Arrens, sur le Pin: Marseille (PANDELLÉ); Corse · Eviza, Vizzavona,
ilîattone, mai-juin (ScHNAm.).
3. L. eryishrocera R0B1NE.xU-DEsvo1DY. —- Cœnosia vema PANDELLÉ
1899, 155, 23. —— (fig. 340, 341).
Très eommun partout. Toute l’année.
Environs »de Paris : dans les marécages de Saint-Sauveur, sur le Roripa
(Sisymbrium) amphibia; Seine-et-Oise : Rambouillet : étang du Serisave;
Yonne ; montagne, sur le Pin (PANDELLÉ); Corse. -·—Toute l’Europe, Caucase.
·559 "
  "
. ~· ~
saw
·   “‘;—~®ae
bags « · —· w
  /
540  i  
  1
‘ Pl lâv ‘
M , (f I .
. *4 1
£ 341 ·
FIG. 339 ·È1'34]_. -— 339, Lispoœphula verna, épine costale (Q); -— 340,QLisp0cephula
eryihrocera ’ X 9; — 341, fd., hypopyge.
4. L. Miki Sraoet.
Var 2 Toulon; Corse : Calvi, Cauro, mai (SCHNABL). -· Espagne, Algérie,
Europe centrale et méridionale.
· 5..L. vema Fmsmerus. ——— Cœnosia troglodyles ZEN. -—— PANDELLÉ,
1899, 156, 24. ·—- (iig. 339).
Le L. vema de la coll. PANDELLÉ est un L. erythrocera R.-D.
Hautes-Alpes : Col du Lautaret, juillet (\/VILLENEUVE); Hautes-Pyrénées :
Arrens, juillet-septembre, dans les prairies; Corse : Bastia, Caldaniecia,
mai-juin (SQHNABL). -- Bavière (M.E1eEN). —- Prusse, Suède (PAN1:•Ex.LÉ).
` 34. —-- Genre LIMNOSPILA SCHNABL.
` SCHNABL et Dz., 1911, 142, 90; — BEZZI et STEIN, Ill, 736 (Cœnosia);
— STEIN, 1916, 220, 40. .
L. albiirons Zerrensrebr. —— (fig. 342-343).
Corps noir à pruinosité blanchâtre, très faiblement velu. Tête allongée,

L1Mx0P110nA 195
Jvalaire, occiput légèrement convexe, front très légèrement saillant. Yeux
gros, ovalaires; interoculaire = 1/3-1/4 de la largeur de la tête (ç' Q) à
sôtés parallèles, couvert d’une pruinosité d’un blanc cendré. Chéte pubes—
sent. Palpes filiformes, légérement épaissis à la pointe. Thorax unico-
ore, 2 + 3 soies dorso-centrales, les 2 présuturales d’égale force. 3 soies
aternopleurales. Cuillerons assez gros, blanchâtres, inégaux, le thoracique
;aillant de la moitié de sa longueur; ,
oalanciers jaunes. Ailes claires, assez m
courtes; épine costale trés petite;   M3
nervures V-VI un peu divergentes à   ,'
l’apex. Pattes à villosité éparse; griffes  
et pelotes courtes. Abdomen assez   , /
court, élargi, ovalaire un peu aplati; ` il`l` `
4 taches d’un brun noir, subarrondies F1¤· 742-843- - 342· Lîmmspüa
bien visibles à certain jour sur le "mf'°"‘ `·’ X 9* ` 343‘ M" tête'
fond d’un gris argenté; macrochétes
discaux dressés sur le tergite IV seulement. Long. 2 EQ à 3 % mm. '
(lalvados : Luc-sur-Mer, mares de Benouville (MrzRcxEn); Hautes-Alpes 1
Lautaret (VILLENEUVE), — Bohême, Parme (PANDELLÉ).
35. —— Genre LIMNOPHORA ROBINEAU—DESVOIDY·
Biazzx et Srnm, III, 669; —— Srnm, 1914, 27, 9 et 1916, 83, 38; —
COLLIN, 1921; 94.
Yeux le plus souvent nus, réunis ou largement séparés. Chète anten-
naire nu ou à villosité médiocre. Thorax avec ou sans bandes longitudi-
nales; quand elles existent, elles sont·à peine perceptibles sur le fond
noir. Jamais de préalaire; 1 : 2 soies sternopleurales; la 3**, petite chez
lesmâles, nulle chez les femelles. Épine costale courte ou nulle. Pattes noires,
sauf dans quelques espèces du sous—genre Gymnodia; griffes et pelotes
courtes. Abdomen avec des taches noires, carrées ou triangulaires, par
paires sur les tergites Il-IV.
M. J.-E. Co1.mN a apporté un peu d’ordre dans ce genre composé
d‘espèces disparates et difficiles à étudier. Au caractère fourni par la
4* nervure longitudinale (que les auteuzrs avaient déjà signalé sans en
 oupçonner Fimportance), COLLIN ajoute la villosité du prosternum, ce
qui permet de diviser le genre en deux groupes naturels. J’ai adopté
pour le 26 groupe la classification qu’il pnropose. Dans le il" groupe je
pense qu’il est préférable, pour l’instant, de ne retenir que les deux sous-
genres : Melanoclzclia et Limnophora. ·

196 1.1MNoP110nA
Les Limnophores sont plus communs dans les lieux humides, au bord des:
ruisseaux et des rivières. Les espèces de montagnes se trouvent sur les pierres
ou les feuillages. Larves aquatiques et carnivores ou limicoles (Brazzr).
TABLEAU DES SOUS-GENRES (©" Q).
1—(4). Nervure IV avec quelques petites soies, au moins sur la jonction
avec la nervure V (fig. 347). Prosternum nu ou avec des soies
ou des cils de chaque côté de la marge ..... (ler groupe).
2·(3). La distance entre la base des antennes et l’angle des vibrisses
` est au moins égale au plus grand diamètre des yeux. Front plus
I large qu’un œil (fig: 383).
Q : front presque horizontal. L’angle formé par le front et la
face est sensiblement égal à 900 (fig. 353). Melanochelia. (p. 197).
3—(2). La distance entre la base des antennes et l’angle des vibrisses
’ est plus courte que le plus grand diamètre des yeux (fig. 382). A
l’endroit le plus rétréci, le front est plus petit que la moitié de
la largeur d’un œil ou aussi large que l’œil.
Q : front plus convexe et déclive; l’angle formé par le front et
la face est inférieur à 900 (fig. 361). . Limnophora (p. 199).
4—(l). Nervure IV sans soies à la jonction avec la nervure V.
. ..................... (26 groupe). .
5—(10). Yeux le plus souvent séparés (©’ Q). Gênes et péristome larges.
Lorsque les yeux se touchent sur le front, les soies frontales
existent jusqu’au triangle ocellaire. Nervures -V-VI parallèles
ou un peu divergentes, ou très légèrement convergentes.
6-(7). Prosternum velu. Yeux petits, séparés; orbites très larges (©" Q).
Antennes et chète antennaire très courts. Nervures V-VI un peu
convergentes à la pointe«de l’aile. . . Neolimnophora (p. 205).
7—(6). Prosternum nu.
8—(9). Bords de la bouche et angle des vibrisses assez éloignés. Face
longue et aplatie. Chète beaucoup plus long que le 3s article
antennaire (fig. 388-389) ......... Spilogona (p. 205).
9·(8). Bords de la bouche et angle des vibrisses rapprochés. Face
courte et concave. Jones hérissées de poils noirs. Antennes
noiràtres, courtes et larges; Be article = 1 fois yé le 2°; chète
nu très épaissi dans le 1/3 basal, dressé, perpendiculaire, tout au
plus aussi long que le 38 article antennaire. Villeneuvia (p. 216).
10-(5). Yeux le plus souvent cohérents chez les ©" d' (fig. 412). Gênes
et péristome très étroits; pas de soies frontales sur toute la
distance où les yeux sestouchent. Nervure V très fortement
courbée sur la Vle, un peu courbée ou parallèle (tig. 403, 404,
409, 413). .............. Gymnodia (p. 217).

LIMNOPHORA. — MELANOCHELIA 197
1%* groupe. — Nervures IV-V avec quelques petites soies à leur base.
I. — Sous-genre MELANOCHELIA RONDANI.
SCHNABL et DZIEDZICKI, 1911, 146; -- S·rErN, 1916, 84, 3.
Syn. Myopina SCHINER, 1862. — Calliophrys K0wAnz, 1893. — BEZZI Q
et STEIN, III, 677; —— COLLIN, 1921, 247. — Lispa HALIDAY (non
LATREILLE) 1833, Ent. Mag., I, 166.
Corps couvert d’une pruinosité grise plus ou moins épaisse, maculée
de brun. Parfois, bande médiane frontale avec 2 lignes latérales d’un
noir velouté. Chète nu. 3 bandes brunes surle thorax. Cuillerons inégaux :
le thoracique aussi découvert que le cuilleron alaire. Ailes: nervures V·Vl
parallèles ou un peu divergentes; nervure I nue. Pattes noires, grêles‘
nues;pilosité courte et rare. Abdomen avec de grosses taches sombres‘
brunes, triangulaires; base et sommet parfois de même couleur (Q).
TABLEAU DES EsPEcEs (©' Q).
1-(2). Front plus large à la base des antennes que sur le vertex; avec
une tache triangulaire argentée (cf) ou d’un gris blanc (Q) au 1/3
médian seulement. 0rdinairement3 soies dorso-centrales. Orbites
jaunâtres près de la base des antennes. Long. 4 %-5 yz mm.
..................... riparia (p. 198).
2-(1). Front plus étroit ou aussi large à la base des antennes que sur
le vertex.
3-(4). Bande médiane frontale avec une tache centrale d’un gris brun.
Orbites, gènes et péristome à pruinosité argentée. Yeux petits.
Antennes plantées à peu près au milieu de la hauteur des yeux.
Thorax brun à pruinosité grise légère; 3 ou 4 soies dorso-
centrales; 1 : 1 soies sternopleurales. Ailes jaunies. Abdomen à
fond brun, taches latérales d’un gris un peu jaunâtre : ligne
médiane nulle ou peu accusée. Long. 4-5 mm . exuta (p. 198).
4-(3). Bande médiane frontale sans tache centrale claire. Gênes et
péristome noirs à pruinosité indistincte ou nulle; péristome avec
un reflet rougeâtre en avant, étendu jusqu’au bord des yeux.
Yeux étroits, très hauts, bien plus larges dans la partie supé-
rieure qu’à la partie inférieure. Antennes plantées bien au-dessus
du milieu de la hauteur des yeux. Thorax noir à pruinosité
épaisse sur les pleures; 3 soies dorso-centrales, 1 : 2 soies sterno-
pleurales. Ailes un peu noircies; cuillerons blancs; balanciers

198 LIMNOPHOHA. —À IVIELANOCHELIA _
jaunes. Abdomen d’un brun noir à. taches latérales d’un gris
blanchâtre bien tranchées : ligne médiane dorsale un peu jaunie·
bien nette. Long. 4 %-5 % mm .... pulchriceps (p. 198).
1. L. exuta KOWABZ. — (fig. 369, 372).
Pas-de-Calais : \Vimereux; Isère 2 Grenoble (Vreeeiveuve); Hautes-
Alpes : Montessaux (Hesse); juin-septembre. — Angleterre, Bavière,
Autriche, Caucase. _
2. L. pulchriceps Laew. —— (fig. 370, 371).
Puy-de—Dôme : Mont-Dore, août (V1LLeNeUve). —— Europe centrale et
méridionale, mai.
3. L. ripatia FALLEN. —— KEILIN, 1917, 334, 353. — (fig. 344 à 352,
353, 373, 383).
550 ` 545 546
- 551 547 1 4...
1 \ ëïr
\ av "`~—\uu.-_.-;~«—ê*¤
F gr """*·-~.'È_î‘;> `î»
L l Wi}. je  
1. €«   <<< 4 VI
lp.   R   ""€°•¤*,, à   ,,4
L —   /· 552
L . 7- \ li'
» fi ,,,, ,   (CKÈÈ ·
549 gl Éltll- . ,
Fm. 344 à 352. - 344, M elanochelia riparia Q X 10, d'après un exemplaire obtenu d’éle-
vage par M. E. Hesse (Lautaret, Hautes-Alpes); - 345, 346, id., hypopyge J; —
347, id., base de 1'aile montrant les soies de la base de la nervure V; — 348, œuf;
— 34% id., les expansions chitineuses du pôle vues de côté; — 350, id., larve
adulte; — 351, id., armature buccale de la larve adulte (les figures 348 à 351
d’après Keilîn (‘); — 352, nymphe d’après un exemplaire du Muséum rapporté
des îles Canaries par M. Lesne.
(1) Cf. Parasilology, IX, 1917, page 331.
Anne,. Saule, Ombelles, Saxifrages; sur les pierres des ruisseaux des tor-
rents ou les digues de moulins, avril-octobre. Assez commun.
Toute la France, montagne. — Europe, Algérie, îles Canaries.
L’œuf a l’aspect de celui des Myospila, Mydœa, ou Hebecnema. Le cycle
évolutif est surtout caractérisé par l’absenee de trimorphisme larvaire. La
larve est carnivore et présente, dès le premier âge, les caractères et les
habitudes de la larve adulte- Ilextrémité postérieure de son corps est
modiüée de telle façon que la larve submergée peut mettre les stigmates
postérieurs à nu [fig. 350] (Kemm, 1917).
La larve et la pupe (fig. 352) se rencontrent parmi les Conferves et les

LIl\INOPI·IOI·lA 199
plantes aquatiques. KEILIN a trouvé la larve dans les herbes ou les Mousses
(Rhynchoslegium rusciforme); elle se nourrit de petits Oligochètes, de
larves et de nymphes de Perîcoma et peut-être aussi de Gamarides.
Parasites : Afraclodes ri parius Roscnxix et H emilclcs bicotarinus Gnavianrr.
[Ichneumonides] (Txrimuamaxn et Gn1ma1<ovr~:>x).
II. — Sous-genre LIMNOPHORA s. s.
Scanner. et Dzriznzicm, 1911, 151 (99).
Syn. Pseudolîmnaphora STROBL, 1893. ·
Tete triangulaire, allongée; occiput aplati ou un peu renflé. Front
légèrement saillant. Bande frontale large, les bords courbés vers l’exté-
rieur : 1 rang de soies fronto-orbitales. Joues petites. Antennes assez
longues; chète pratiquement nu ou entièrement pubescent. Thorax à
Il bandes, 5-6 soies dorso—centrales (2 présuturales); 1 : 1`ou 1 :2 soies
sternopleurales; la 3<‘= souvent piliforme': sternopleures presque nus en
dehors de ces soies. Ailes assez longues, nervure I nue, nervure
XII droite. Abdomen ovalairc, très peu aplati, avec quelques paires de
taches carrées triangulaires ou trapézoïdales, réunies dans le milieu, nu
en dehors des soies courtes. Macrochètes principaux sur le tergite IV.
Iîypopyge petit, caché. `
Taerizau mas especes
MALES
1—(6). La partie la plus étroite du front égale au moins la moitié de
la largeur d’un oeil (sous-genre Pseudolimnophom s. s. Cor.1.1N).
2—(ïl). 1 soies dorso-centrales. Nervures V-VI un peu divergentes.
Bande médiane frontale d'un gris argenté. Tibias III avec 1 soie
externe. Mouche d’un gris sombre Long. 3 Ka mm.
.............. nigripes (p. 202).
3-(2). Il soies dorso-centrales.
4—(5). Bande médiane frontale d’un' blanc argenté, lignes noires très
réduites ou nulles. Thorax gris sans taches brunes. Fémurs III
sans soies postéro-apicales. Long. 3-4 mm. polliniïrons (p. 203).
l'5—(4). Bande médiane frontale un peu plus large avec 2 lignes noires
bien visibles (fig. 395). Thorax avec 3 larges bandes nettement
_ séparées par un étroit liséré gris. Nervures V·VI légèrement
convergentes. Fémurs III avec 2 longues soies postéro-apicales.
Long. 3-4 mm ....... . ..... _ . t1·iangu1a.(p.205).

200 LIMNOPHORA
6—(l). La partie la plus étroite du front est plus petite que la moitié
de la largeur d’un œil ou à peine moitié aussi large. (sg. Limno-
phora s. CoLL1N).
7—(16).Thorax de couleur sombre. Tibias III avec 1 soie médiane
externe.
8-(15). 4 soies dorso-centrales. Thorax gris clair ou gris sombre. Ailes
sans épine costale. Cuillerons pâles.
9—(14). Scutellum gris, au moins sur le disque.
10—(13). Thorax gris brunâtre avec des bandes plus ou moins distinctes,
les latérales très réduites, la bande médiane élargie derrière la
suture et rétrécie à nouveau devant le scutellum. Eémurs Il
avec 4 longues soies basales; tibias II avec 2 soies postérieures.
11-(12). Abdomen : tergites II—III avec des petites taches sombres.
Hypopyge gris. Long. 4 %-5 mm .... scrupulosa, (p. 204).
12—(11). Abdomen : tergites II·IIl avec de larges taches triangulaires
noires comme chez le L. obsignaia. Hypopyge bien saillant, noir.
Long. 4 %z mm_ ............ Pandellei (p. 203).
13—(10). Thorax avec une seule bande médiane d’un brun clair étendue
jusqu’au scutellum. Fémurs II sans longues soies basales. Tibias II
avec 1 soie postérieure. Long. 3 min .... lingualis (p. 202).
14-(9). Scutellum d’un brun noir uniforme. Cils de la base des nervures
IV-V situés à la face inférieure de l’aile (1) . setînerva (p. 204).
15-(8). 3 soies dorso-centrales. Thorax avec 2 taches présuturales
noires pareilles aux rétrosuturales (fig. 380). Épine costale
courte. Cuillerons blancs. La partie la plus étroite du front
égale le quart de la largeur d’un œil. Scutellum gris, toujours
avec une petite tache sombre à la base, visible à une certaine
lumière, et 2 taches noires latérales (fig. 380). Abdomen a taches
trapézoïdales. Fémurs III à villosité postéro-interne courte.
Long. 4 %-6 % mm .......... maculosa (p. 202).
16—(7). Thorax d’un gris clair avec une bande transversale rétrosutu—
rale noire (fig. 379). Tibias III : 1 soie antéro-externe médiane.
17—(l8).Thorax gris clair, bande transversale 2/3 aussi large que la
distance entre la suture et le scutellum, non étendue posté-
rieurement. Long. 4 yz mm ....... ob îgnata. (p. 203).
18—(17). Thorax gris jaunâtre, clair ou cendré; taches antérieures trapé-
zoïdales séparées par une étroite bande grise; bande transver-
sale noire, moitié aussi large que la distance qui sépare la suture
du scutellum; sur la ligne médiane une petite bande noire étendue
jusqu’au scutellum qui porte une large tache noire à sa base
(fig. 381). Chète subplumeux. Long. 4-6 mm. . notata (p. 202).
1. La plupart des Limnophores présentent aussi ce caractère; mais c’est chez le
L. sclinerva qu’il est le plus remarquable.

LIMNOPHORA 201
FEMELLES
1—(6). 3 soies dorso-centrales rétrosuturales.
2—(3). Scutellum gris sur les côtés ou au moins la base brune. Bouche
aussi saillante que le front. Thorax à bandes médiocres. Chète
à cils courts, distincts ......... . maculosa (p. 202).
555 557 ·
555 . 55%
@,4 Wï É wa
\ 2559
( · 560
565 565
L ••
553 567 `
 6   56Z ` 55;
5 4  pulpe
xhbcllâw 6 l
57I 573
i ‘ , ,
J7: si
575 ·
*21
576 575 574 f`
io. 353 à 376. — 353, Melanochelia rîparîa Q tête; — 354, Limnophora nolala Q
tête; ·— 355, id., chète antennaire; - 356, Limnophora exsurda Q chètc; ——
357, id., extrémité apicale du fémur III; —— 358, L. jzumilîs Q chète; — 359,
L. scrupulosa, chète antennaire; - 360, L. surda Q chète; - 361, L. scrupulosa
ç, mg; - 362,L. denigmta Q. chète; — 363, id., Q patte III; — 364. L- lîlvfw
Q, antenne; —- 365, id., patte III; —- 366, L. humilis Q tète; - 367, L. solilariana
'Q antenne; — 368, id., tête; - 369, Melanoclielia exuta xi? tête; — 370, M. pul-
rhriceps c`, tête; — 371, id., extrémité de l'aile; -— 372, M. exula, extrémité de
l'alle; —- 373, M. rîparia, c" tête; — 374, L. velerrima J tête; - 375, Limnophora
solitarîana d` tête; - 376, L. lingualis, Q tête.
3·(2). Scutellum d’un gris uniforme.
4·(5). Fémurs III sans soies inféro-apicales. . . pollinifrons (p. 203).
5—(4). Fémurs III avec 2 longues soies internes préapicales. Thorax
avec 1 bande médiane brune assez distincte et des bandes laté-
rales effacées ............. triangula (p. 205)
6·(1). 4 dorso-centrales rétrosuturales.

202 LIMNOPHORA
7—(10). Chète à cils longs. Thorax avec des taches noires.
8~(9). Thorax avec une bande transversale rétrosuturale sombre,
complète ............... obsignata (p. 203).
9—(8). Bande thoracique sombre coupée transversalement au milieu
par une ligne grise ............. notata (p. 202).
10~(7). Chète nu ou à cils courts. Thorax sans bandes, tout au plus avec
des bandes étroites indistinctes ou nulles.
11—(12). Scutellum gris, toujours une tache brune à la base. Noeud des
nervures IV—V cilié en dessous ...... setinerva (p. 204).
12—(l1).Scutellum d’un gris uniforme.
13—(16). Chète distinctement pubescent ou à villosité trés courte. Thorax
légèrement brillant avec une faible ligne brune.
14-(15). Fémurs II presque nus .......... nigripes (p. 202).
l5—(14). Fémurs Il à soies plus longues. ..... scrupulosa (p. 204).
- 16—(13). Chète à peine pubescent ou nu. .... . . Pandellei (p. 203).
cr
· » •\ A , ¤
 gg-  È    l ,  
  .   . i
    œ  ·?‘*’ï§
? (  
gz -    l I
eg      ,, ,
É `   É    
·e Q Yi•_,¤  
STT 578 579   580 S8}
FIG· 377 à 381. — 377, Limnophora (Gymnodiv) polgstiqma "; -— 378, id., Q; -
379, L. obsignata J; — 380, L. maculosa; —- 381 a, Limnophora nolala.
1. L. lingualis PABLDELLÉ 1899, 130, 23 (., ). — (üg. 376).
Hautes-Pyrénées : Arrens, septembre (PANDELLÉ).
· 2. L. maculosa MErGEN. —- (fig. 380, 396).
Ombellifères, feuillages, Jones; juin.-octobre.
Environs de Paris; Hautes-Pyrénées : Tarbes; Hyères (PANDELLÉ):
Corse, mai-juin (SCHNABL). — Europe, Caucase.
3. L., nigripes R0B1NEAU-DEsvo1¤Y.
Lieux humid’es des environs de Paris.,Hautes-Alpes : Lautaret (Virus-
NEUVE); La Grave (Hiassis). —~ Europe, Caucase.
4. L. notata FALLEN. — (fig. 354, 355, 381 a, 382).

r.rM1~10Prxo1=:.·x. 203
Fleurs, buissons, Pin,. Anne, Reseaux; avril—octobre. Assez commun.
'I`oute la France. — Europe, Caucase. ·
3. L. obsiguata. RONDANI. — SCIINABL, 1911, 92, 105, —— L. Oclen—
Saclccni JEAN. —— Biazzr et Srrcm, III, 673 (fig. 379).
Maine-et-Loire (Henvfa-BAztN); Hautes»·Alpes L Lantaret. (Hesse);
Corse (Sc11NABL). — Sardaigne (HERVÉ-BAz1N). —- Europe méridionale,
îles Canaries, Syrie.
6. L. polliniîrons Srem 1916, 107, 37; COLLIN, 1921, 242 (note). ——
Cœnosia pacifica Scmman; —- albi/mns PANDELLÉ; — lriangula
Ronoam.
Ombelles, buissons; juillet-septembre.
Hautes-Pyrénées : Tarbes; Vaucluse : Apt; Var: Hyères (PANDELLÉ);
Corse (VILLENEUVE). — Europe centrale et méridionale.
7. L. Pandelleî n. sp.
J : front àpcu près aussi large que chez le L. maculosa, mais la bande _
médiane frontale plus large, les orbites beaucoup plus étroites, d’un gris
cendré à reflets noirs veloutés. Chète pubescent. Trompe courte; palpes
assez épais. Thorax d’un gris ardoise : 3 taches brunes présuturales;
les 2 latérales larges, la médiane très réduite ou indistincte; derrière la
suture une large tache piriforme de même couleur s’étendant au niveau
de la suture, plus loin que les soies dorso-centrales; 2 petites taches
postérieures plus ou moins réunies à la tache centrale. Ailes très légère-
ment enfumées, pas d’épine costale; cuillerons blancs; balanciers jaunes.
Lamelles prégénitales très allongées, dépassant nettement l’extrémité
de l’abdomen. Abdomen noir ou d’un gris noiràtre un peu roux en dessous.
Long. 4 lé, mm.
Q : un peu plus grosse que le J. Bande frontale large, jaune autour
du triangle ocellaire, noire sur les côtés; ces bandes noires sont séparées
par le prolongement de la couleur jaune du triangle ocellaire qui prend
des reflets argentés. Orbites larges, argentées, avec quelques petites soies
externes en plus des macroehètes comme chez le L. astuum. Antennes
assez courtes; ohète indistinctement pubescent ou nu. Thorax avec
3 petites bandes brunes qui suiventles lignes de soies. Ailes claires. Abdomen
gris comme le thorax, à 4 taches brunes, assez nettes sur le bord postérieur
des tergites II-III. Long. 5 % mm.
Hautes-Pyrénées : Arreau. 20 juin; Adour, août-septembre (PAN¤E1.LÉ);
Hyères (LXBEILLE ou Pnnnm) (î).
I., Cette- mouche est rangée dans la collectioni P.m¤1z1.r.É sous le nom: de Limno~
phosw Rondanii`. PANDELLÉ a déjà employé ce nom pour désigner une autre espèce
(Eriphü cinerei). La 3•   de la série rangée- sous ce nom dans la collection PA1~z¤1=;x.1.É
réponi à la d;s·ription du L. tri ngu'1- .

204 LIMNOPHORA
8. L. scrupulosa ZETT. —-— L. variabilis STEIN 1916, 95, 10 (variété
claire, d’après VILLENEUVE); COLLIN, 1921, 245. ——- (fig. 359, 361).
Calvados ( MERCIER) ; Pas-de—Calais : Paris-Plage (VILLENEUVE). — Europe
septentrionale.
9. L. setinerva SCHNABL et Dz. 1911, 279 (227). — L. exsurda STEIN
1916 (non PANDELLÉ 1899, 100, 21) (1). -— (fig. 356, 357, 361, 381 b, 385).
Isère : Sassenage : gorges du Furon, près Grenoble, août (D1 VILLENEUVE);
Tarvernolles; Isère : Veurey, juillet; La Tronche, avril (E. HEssE); Corse.
Fm. 381 b. — Limnophora selinerva Schnabl. Appareil génital ©", face et profil; figures
schématisées d’après Schnabl et Dziedzicki, 1911, fig. 407-408.
Fm. 381 c. — Limnophora eœsurda Pandellé. Appareil génital c", face et profil; d’après
Schnabl et Dziedzicki, 1911, fig. 403-404.
Sc1~INABL et DZIEDZICKI (1911, 281, 229) ont encore décrit un L. exsurda
var. lateviilafa qui semble être une forme noire de seiinerva : elle se dis-
tingue par la couleur plus sombre, le thorax noir brillant au fond, les
parties claires moins visibles. Long. 4 % mm. Dauphiné : Lautaret,
4 août (SCHNABL). A
1. Le docteur VILLENEUVE pense que « l’interprétation de STEIN n’est pas certaine.
L. cxsurda (PANDELLÉ) STEIN serait le même que le L. setinerva SCHNABL décrit du
Dauphiné ». Malheureusement, le type de PANDELLÉ qui aurait levé les doutes n’existe
pas dans sa collection. La description du L. exsurda PANDELLÉ (1899, 126, 16), s’applique
bien au L. setinerva SCHNABL et Dz., sauf la 38 longitudinale nue. Mais si l’on con-
sidère la position spéciale des cils de cette nervure qui, chez cette espèce sont placés
en dessous de l’aile, il se peut fort bien qu’ils aient échappé à Yexamen de PANDELLE.
Quoi qu’il en soit, il faudrait voir le type. Cependant les figures de l’appareil génital d'
de ces deux formes données par SCHNABL et DZIEDZICKI, 1911, figures 403-404 et 407 et
408, schématisées ci—dessus (figures 381 b et c ) montrent de notables différences.

L1MN0PH0RA. — NEOLIMNOPHORA. — SPILOGONA 205
10. L. triangula FALLEN. — (fig. 395).
Aune, ombelles. `commun au bord des ruisseaux; mai-octobre. .
Toute la France. -— Europe, Caucase.
2° groupe. — Nervures IV-V sans soies à la base.
III. — Sous-genre NEOLIMNOPHORA SCHNABL·
BEZZI et STE1N, III,·669; —— STEIN, 1916, 84, 9 (Limn0ph0ra); COLLIN,
1921, 99, 240. _
TABLEAU DES ESPÈCES (cf Q).
A. — Bande médiane frontale noire étroite (cf Q) [fig. 397]. Acrosticales
présuturales en 3-4 séries, sans paires plus fortes. Abdomen avec des
taches sombres, d’un gris sale, distinctes à une certaine lumière.
Q : 4 lignes d’acrosticales présuturales. Une carène étroite, mais
distincte, entre les antennes. Long. 5-6 M; mm . maritima (p. 205).
B. - Bande médiane frontale indistincte (cf). Acrosticales présuturales
en 2-3 séries avec 2-3 paires’plus fortes. Abdomen à taches sombres
indistinctes.
Q : 2 lignes d’acrostîcales présuturales. Pas de carène faciale
entre les antennes. Long. 4 mm ........... rirgo (p. 205).
1. L. maritime v. Ron. — L. candicans VILLENEUVE 1906, XXV,
28. ——(fig. 384, 397).
Hérault : Palavas (VILLENEUVE); Midi de la France. — Algérie, Europe
centrale et septentrionale. ü
2. L. virgo VILLENEUVE 1906, W. e. Z., XXV, 30.
Hérault : Palavas, juillet. — Tunis, Port-Saïd.
IV. — Sous·genre SPILOGONA Sci-mn. et Dz.
SCHNABL et DZIEDZICKI, 1911, 152. — CoLLrN, 1921,98, 162. '
Limnophora Srem, 1916, 83; 1914, 27, 9.

206 1.1MN©r'1a0RA. —— sPJLoGoNA
Tête ovale, légèrement triangulaire; occiput un peu aplati (c ) souvent
légèrement enflé chez la femelle. Bouche rarement saillante. Gênes assez
larges. Thorax : 5-6 soies dorsocentrales (2 présuturales). 2 ou 3 soies
sternopleurales. Cuillerons médiocres, le thoracique saillant de la moitié
de sa longueur. Ailes: nervures V-VI divergentes ou à peu près parallè-
les à. la pointe. Abdomen ovale, allongé ou conique, assez aplati. Hypo-
pyge petit, caché.
TABLEAU DES Esmàcns
MALES
1-(14). 3 soies dorso—centrales.
2—(7). Front large (la partie la plus étroite égale au moins le 1 /4 de la
largeur d’un œil) [fig. 390].
3-(4). Tibias Il avec 1 forte et longue soie interne, médiane. Ailes
obscurcies à la base et à la marge antérieure. Chète à villosité
trés courte. Long. 4-7 mm ........ dispar (p. 213).
4—(3). Tibias II avec des soies très peu visibles ou nulles.
5—(6). Chérte : villosité longue, surtout à la base. Thorax d’un gris
brunâtre, bande médiane présuturale assez distincte. Front_
2 fois plus large que le 3e article antennaire. Long. 5-6 mm.
..................... litorea. (p. 214).
6-#(5). Chète 1 villosité courte. Front 3-4 fois plus large que le 36 article
antennaire. · `
a. Balanciers jaunes. Thorax de couleur sombre, un peu brillant.
Fémurs III avec de longues soies fines sur la moitié basale.
Long. 5-6 mm .............. sumda (p. 215).
b. Balanciers noirs. Thorax gris sombre, avec la trace de 4 lignes
longitudinales. Fémurs III avec 2-3 longues soies apicales.
Long. 3-3 % mm ............ 1atif1·ons·(p. 214).
7—(2). Front étroit (fig. 392).
8—(13). Balanciers noirs ou trés sombres. `
9—(12). Chète : villosité longue. Ailes noirâtres. Antennes noires. Yeux
nus et cohérents. Thorax et scutellum noirs. Cuillerons blancs.
Pattes noirâtres. Abdomen gris sombre avec 4 larges taches
carrées noires souvent indistinctes, séparées par une bande
médiane dorsale grise.
10—(11). Tibias I avec une soie postérieure médiane. Tibias ll nus sur
la face antérieure. Balanciers noirs. Long. 5-6 mm.
.................... denigrata (p. 212).
11—(10). Tibias I : soie postérieure médiane très réduite ou nulle. Tibias II :
1 soie antéro-externe médiane. Balanciers bruns. Long. 4-5 mm.
................... envbonella (p. 212)»

L1Ms:oP11onA. —- sPr1.0GoN.~x 207
12—(9). Chètc nu ou à pubescence très courte. Balanciers noirs. Tibias III:
1 soie externe médiane assez·longue dressée et quelques courtes
soies. Balanciers noirs. Long. 3 mm . . caliginosa (p. 212).
13—(8). Balanciers jaunes ............. vana (p. 215). _
14-·(1). 4 soies dorso-centrales.
15-(16). Nervure III avec 3-4 cils robustes à la partie moyenne. Long.
6-7 mm ............ . . . . spininervis (p. 215).
18-(15). Nervure III nue.
17-(36). Front étroit. Yeux plus ou moins distinctement séparés (fig. 389).
18·(31). Balanciers jaunes. Ailes sans épine costale. Chète à pubescence -
microscopique.
19·(20). Tibias II avec une soie interne médiane. Yeux cohérents par
les orbites. Thorax noir, ou la partie antérieure un peu plus
claire. 1 : 1 soies sternopleurales. Cuillerons blanchàtres. Long.
6 mm .............. brunneisquama. (p. 211).
20--(19). Tibias II sans soie interne. Front au moins 2 fois plus large que
le 36 article antennaire.
21-(22). Tibias II avec 2-3 soies antéro-externes. Thorax et scutellum
d’un noir profond, le premier avec une trace de bande plus sombre.
1 : 2 soies sternopleurales. Cuillerons jaunâtres. Abdomen à
pruinosité brunâtre ou cendrée : 2*3 tergite avec 2 taches noires
carrées: 3° avec une paire de taches noires plus petites. F émur
III avec des soies internes fines; moitié basale avec de fortes
soies. Long. 8 mm ....... . . . . compunctn. (p. 212).
22—(21). Tibias II sans soies antéro~externes. Nervures V-VI divergentes. _
Cuillerons jaunàtres.
23-·(24). Thorax et scutellum noirs sans bandes. Abdomen allongé, assez
aplati, à pruinosité grise assez épaisse; une paire de taches tra- _
pézoïdales noires sur les tergites II-IV. Ailes noirâtres, surtout
à la base. Épine costale nulle. Tibias III : 2 soies externes.
Long. 7-8 mm .............. grandis (p. 213).
24·(23). Thorax et scutellum d’un gris cendré. Long. 4 %-5 mm.
25·(26). Orbites plus larges que la bande médiane frontale. Thorax et
scutellum d’un gris bleuâtre clair, presque sans trace de bandes.
Bouche saillante, trompe allongée d’un noir brillant. Occiput
· un peu gonflé. Tibias III avec 1 soie sur les faces antéro-externe
et interne. Long. 5 X; mm ....... orbitalis (p. 214).
26-(25). Orbites plus étroites que la bande médiane frontale. Thorax et
scutellum d’un gris cendré noirâtre; des bandes ou des taches
plus ou moins distinctes. Bouche moins saillante. Tibias III
avec plus d’une soie sur l’une ou l’autre face antéro—externe ou
interne. · ·
27—(30). Yeux séparés par une petite bande noire.
28-(29). 2 rangs de fortes acrosticales. Long.5rnm. '1'iseriata (p. 211)

208 LIMNOPHORA. —— SPILOGONA
29—(28). Acrosticales piliformes ou nulles. Long, 5 % mm.
............... _ ..... Kuntzei (p. 213).
3U—(27). Yeux séparés par une large bande d’un gris argenté. Ailes :
1m cellule (A) (') claire; épine costale nulle. Tibias III couverts
sur la face externe d’une villosité serrée assez longue. Abdomen :
1<=1‘ tergite gris; tergites II-III avec deux larges taches trian-
gulaires d’un noir velouté étendues sur les côtés; tergite IV avec
2 taches triangulaires plus petites moins foncées; lamelles prégé-
nitales peu saillantes, médiocrement velues mais avec 2 soies plus
longues dirigées en arrière et 3 soies antéro-externes plus fortes.
_ Long. 6 mm .............. erronea (p. 213).
31—(18). Balanciers noirs ou de couleur sombre.
32—(33). Chète à villosité très longue. (fig. 386). Thorax et abdomen
noirs ou d’un gris sombre avec des taches diffuses. Long. 4 %—
6 mm ................. denigrata (p. 212).
33—(32). Chète antennaire à villosité courte.
34-(35). Abdomen : taches sombres du tergite II distinctement séparées
par une` bande médiane dorsale grise. Long. 5 mm.
(COLLIN) ................ marina (9) (p. 214).
35—(34). Abdomen : tergite II à taches sombres réunies. Thorax et scu-
tellum d’un noir profond. Fémurs III face interne à soies apicales
seulement. Balanciers sombres (ou d’un brun jaunâtre). Ailes
enfumées, plus sombres à la base; nervure XII droite; épine
costale nulle ou peu apparente. Long. 5 mm . . œrea (p. 211).
36—(17). Front large (fig. 374, 375). Balanciers jaunes.
3‘7—(38). Bande frontale étroite (fig, 374). Scutellum noir. Chète nu. Pas
d’épine costale. Long. 5 mm ..... veterrima (p. 216).
38—(37). Bande frontale large (fig. 375). Scutellum gris. Chète à pubescence
courte. Épine costale nulle ou très faible. Long. 5 mm.
' .................. . solitariana, (p. 215).
FEMELLES
1—(12). 3 soies dorso-centrales.
2—(3). Tibias II avec une forte soie interne .... dispar (p. 213).
3—(2). Tibias II sans soie interne.
4—(9). Chète à cils longs.
5—(6). Corps noir un peu brillant. Callus huméraux à pruinosité grise.
Thorax sans bandes. Fémurs III avec de longues soies internes.
................... denigrata (p. 212).
1. Voyez figure 15, page 12.
2. Cor.r.rN, Ent. Itlont. Mag., (ser. 3) vol. VII, 171, § 31-32.

x.1MNo1¤rronA. — s1>11.oc·oNA 209
6·(5). Mouche d’un gris cendré avec des bandes et taches plus ou moins
distinctes. Fémurs III sans soies internes. Abdomen plus ou moins
gris.
7—(8). Ailes un peu enfumées : épine costale distincte. Corps noir à
pruinosité grise très légère; bandes thoraciques et taches abdo-
minales sombres peu distinctes. Orbites étroites d’un gris sombre.
Fêmurs noirs. Long. 4 mm ........ carbonella (p. 212).
8—(7). Ailes claires : pas d’épine costale. Corps à épaisse pruinosité
d’un gris clair légèrement bleuâtre; bandes thoraciques et taches,
abdominales d’un brun clair bien visibles. Orbites plus larges,
d’un gris blanc argenté. F émurs, au moins à la base, avec une
pruinosité grise comme les pleures. Long. 4 mm . litorea (p. 214).
9-(4). Chète à cils courts. Front distinctement saillant et anguleux au
niveau de la base des antennes. Gênes tout au plus aussi larges
que le 1/4 de la hauteur d’un œil. Thorax d’un brun gris.
L0—(1l). Tarière avec de petites épines; lamelles terminales peu visibles.
. .................... surda (p. 215).
L1-(10).Tarière à épines indistinctes; lamellesnîerminales bien visibles
avec de longues soies molles un peu frisées. Épine costale grande.
.................... macrops (p. 214)
L2—(1). 4 soies dorso-centrales.
L3·(14). Partie triangulaire médiane de la bande frontale d’un noir bril-
lant. Abdomen gris ............ œrea (p. 211).
14-(13). Partie inférieure et médiane de la bande frontale à pruinosité
plus ou moins grise; non d’un noir brillant. '
15—(16). Tibias II avec 1 soie antéro-interne. . brunneisquama (p. 211)
16-(15). Tibias II sans soie antéro-interne.
1'7-(18). Chète à cils longs ............ denigrata (p. 212).
18·(17). Chète nu ou pubescent.
19—(24). Tibias II avec 2-3 soies antéro—externes. Long. 7-8 % mm.
2D—(21). Chète pratiquement nu. Mouche d’un gris jaune. Tergites II-
III à taches brunes bien nettes. Long. 8-8 yé mm.
.................... compuncta (p. 212).
21—(20). Chète à cils courts ou pubescent.
22—(23). Mouche d’un gris noirâtre. Abdomen sans taches nettes. Long.
7-8 mm. . . Z ............. grandis (p. 213).
23—(22). Mouche d’un gris jaunâtre. Tergites II-III à larges taches
triangulaires brunes. Long. 7 mm .... abbreviata (p. 211).
24—(19). Tibias II avec 1 soie antéro-externe plus ou moins distincte (l).
Petites mouches. Long. 3 %-5 mm.
25T(32). Chète- pubescent.
26—(29). Abdomen à taches brunes bien nettes sur le fond gris.
1. Distincte et forte chez le Limnophora K unlzci.
12

210- L1MN01>~H0RA. —— sP1L0G0NA,.
' ,
I ,l·
 v ' ,“ ‘
~"î\ . .Ã|   =
Q.   .n»  ,_ ~   asse I · 384
· 382. , _
• ~ `L···
‘ N2 » ·
  _ 387
, l;î   .
J , » , , .
  î     œ 985
3 38*   9*  
' 4 .
\_\·   À
399 .
392.
395·· '
399 , ·
( 2 "
.   ., Q, ass,
397   i
396, , [Ã 398=¥""`¤\—
FLG. 382 à 398.· — 382,.Limn0pI10m noiala. cî', tête; - 383, lilulanochclia riparia, tête;
— 384/ Neolimnophora marilima, extrémité apicale de 1’ai]e; - 385,,Limn0ph0ra
exsurda c`, tête; — 386, L. danigrala c", chète antennaire; - 387,"Limn0ph0ra
bramzeisquama :`, chète antennaire; —- 388-389, id., tète; - 390,9 L. surda —;",
tête; — 391, id., extrémité apicale de 1’aile; - 392,..L. denigratcvd, têttwa-—
393. L. dzsparc`, tête; — 394;'L.' polysligma ’, extrémité apicale de l’aiIe; —
395, L. triangula Q, tête; —-` 396, L. maculosa c3', tête; —- 397, Neolimrmphomr
marifima Q, bande frontale; — 398, Limnophora litorea, chète antcnnaire.,

L1MNoPr1onA. —— SPILOGONA~ 211
!7·(28). Bande médiane frontale entièrement noire; orbites grises: Thorax
à bandes un peu dil1`uses.•Tibias III sans pîlosité bien développée.
................... solitariana. (p. 215).
t8—(27). Bande frontale brune avec le triangle ocellaire d’un·gris blanc
rolon é en avant. Thorax à 3 bandes nettes. Tibias III avec
P
une pilosité externe, serrée, assez longue. erronea (·_) (p. 213).
!9·(26). Abdomen à taches· diffuses.
§0—(31). Thorax sans bandes distinctes. Orbites frontaux d’un brun gris.
Triangle frontal brillant .......... marina (p. 214).
Il-(30).Tl1orax avec des bandes distinctes. Orbites frontaux argentés.
Triangle frontal d’un~brun gris mat. Tarière avec de petites
épines ...... . ............ Kuntzei (p. 213).
¢2—(25). Chète pratiquement nu ......... reterrima (p. 216).
1. L. abbreviata ZE1rTERs'rEDT. —— PANDELLE, 1899, 125, 141 (Q).
Ailes très légèrement brunies, pas d’épine costale. Thorax d’un gris
aunâtre à~3 petites bandes rapprochées; noiràtres en avant, brunes en
arrière et pointues, la médiane prolongée jusqu’au scutellum. Pas d’acros-
icales sauf 1 pairepréscutellaire. Tibias III : 3 soies antéro-externes
et 3 antéro-internes. Bande médiane frontale noirâtre, d’un brun roux~
au milieu. Long. 7 mm.
Hautes·Pyrénées : Arrens; Q; août; Saxifrages alpines: — Suède (PAN·
l)ELLÉ)·
2. L. œrea. FALLEN. — Bezzr et_S'rExN, III; 669; SrE1N, 1916, 96; 11;
IOLLIN, 1921, 172, 13.
Embouchure de I’Orne : vases salées (VILLENEUVE, ÃIERCIER). — Europe
zentrale et septentrionale, juin-août.
3. L. biseriata STEIN 1916, 90, 3.
Embouchure de I’Orne : vases salées (ÃIERCIER; \7ILLENEUVI·1).
4. L. brunneisquama ZETT. — COLLIN, 1921, 165, 5. — L. armipes
S1·E1N·1916, 89, 2; BEZZI, 1918, 82, 25. —— (fig. 387, 388, 389).
1. (Fest la mcu:`1e étiquetée lilorea dans la collection PANDELLÉ.
Comme le Spilogona solilariu elle a 3 soies postérieures au tibia II, mais ici leur
implantation est plus externe. Même coloration générale, orbites, gênes et péristome
à épaisse pruinosité argentée. Thorax avec 3 fines bandes brunes : la médiane occupe
la plac~e·des·a:r0sticales, les deux autres suivent la ligne formée par les soies dorso-
centrales; Ailes- légèrement enfumées. Cuillerons jaunàtres, Fêmurs III avec une pi1o··
slté ûne assez abondante sur toute la longueur de la face interne; tibias III avec cettc·
pilosité à la face externe. Lamelles terminales de la tarière avec des soies assez lon-
gues, molles, un [‘eu.frîsées.

212 LIMNOPHORA. — SPILOGONA
Dauphiné : Broufiier (E. HEssE); Lautaret (VILLENEUVE). —- Alpes
italiennes, sur les pierres (BEZZI); Scandinavie. 4
5. L. caliginosa STEIN 1916, 97, 13. ·
v Hautes·A1pes : Mont-Cenis (VILLENEUVE).
Fm. 399 a. - Limnophora carbonella Zett. Appareil génital 6, face et proül; d’après
Schnabl et Dziedzicki, 1911, fig. 419-420.
6. L. carbonella ZETTEESTEDT. — BEzz1 et STEIN, III, 669 (fig. 399 a).
Dîaprès le docteur V1LLENEUvE c’est une variété de petite taille du
L. denigrala. —- C’est bien le L. carbonclla de la collection PANDELLE.
Hautes-Pyrénées (PANDELLÉ); Corse : Tattone (ScHNABL). — Parme,
Suède (PANDELLÉ), Europe.
' 7. L. compuncta VVIED. —— BEZZI et STEIN, III, 670; — STEIN, 1916,
97, 15. —— Co1.1.iN, 1921, 166, 6.
PANDELLÉ (125) fait remarquer que le Limnophora compuncîa de
ScHrNER (I, 621) ne doit pas être la_même espèce.
Baltique, Danemark, Suède, Italie (PANDELLÉ)·
Fm, 399 b, - Limnaphora denigmla Meigen. Appareil génital d', face et profil; figures
schématisées d’après Schnabl et Dziedzicki, 1911, fig. 417-418.
8. L. denigrata. ME1GEN. — BEzz1 et SrE1N, III, 670. ——- Spilogasltr
nigrinervis ZETT.·I\IEADE. — PANDELLE, 1899, 113, 31. -— (fig. 362, 363,
386, 392, 399 b).
Environs de Paris; Seine-et—©ise : Rambouillet, mai-août (SÉGUv)·

LIl\1NOPHORA. -— sr>1LoG0NA 213
Luchon; Tarbes, montagne (PANDELLÉ); Dauphiné; Lautaret; Puy-de- ·
Dôme : Mont-Dore (VILLENEUVE). — Europe centrale et septentrionale.
9. L. dispar FALLEN. — Buzz; et STEIN, III, 670; STEIN, 1916, 100, 20;
3Ezz1, 1918, 116, 38. — (fig. 393, 399 c et d).
° 
D
l g .
n   cî:—
,, ?,·,_\__  
o U  
D ` .·  §
` À
|·~·
Fm. 399 6. - Spilogona dispar Q, tarière armée d’épines.
TIG. 399 d. — Spilogona dispar Fallen. Appareil génital o`, face et profil; figures sché~
matisées d’après Schnabl et Dziedzîcki, 1911, fig. 415-416.
Àu bord de l’eau; sur les herbes, les ombellifères, le feuillage; juin-sep-
iembre. Toutes régions montagneuses de l’Europe.
IWULLER donne cette espèce comme synonyme du Lîmnophora carbonella
le Scmman il l’a observé à 2.400 m. sur les f1eurs·de l’Allium vîclorialc et
lu Saxi/raga aizoidcs.
10. L. erronea nom. nov. ·— L. lilorea PANDELLÉ 1899 (non FALL.),
27, 18.
Hyères (coll. ABEILLE DE PERRIN); Hautes-Pyrénées : Tarbes, mon-
iagne; mars-septembre, Pin, Saule, Saxifrages. — Autriche, Suède (PAN-
»za1.1.É).
11. L. grandis Srsm 1914, 47, 5 et 1916, 102, 24.
Hautes-Alpes : Lautaret (VILLENEUVE). — Italie (BEZZI)·
12. L. Kuntzei SCHNABL. — S·rE1N, 1916, 102, 25 (fig. 399 c).

.214 L1MN0PH0EA. — sP1L0o©NA
Puy-de-Dôme z Mont=Dore, août; Dauphiné (DF VIL1.ENEUVE). -· Europe
centrale et méridionale.
Fm. 399 e. — Limnophora Kunlzei Schnabl. Appareil génital d', face et proûl; d’après
Sclmabl et Dziedzicki, 1911, fig. 425-426.
13. L. latifrons STEIN 1916, 91, 5; À- BEzz1, 1918, 82, 26. •
Hautes-Alpes : Lautaret (VILLENEUVE); Mont-Cenis. — Suisse, Alpes
italiennes, sur les pierres (BEZZI). '
®  M   
· F10. 399 f· —— Limnophora litorea Fallen; appareil génital d', face et profil; figures
schématisées d’après Schnabl et Dziedzicki, 1911, fig. 433-434.
14. L. litorea FALLEN. — BEzz1 et STEIN, III, 671; STEIN, 1916, 103,
27; COLLIN, 1921,.162, 1. —— (fig. 364, 365, 398, 399/).
Angleterre, Suède, Europe centrale et septentrionale.
15. L. macrops PANDELLE 1899, 131, 24 (Q).
Hautes-Pyrénées : Arrens, août (PANDELLE).
16. L. marina COLLIN 1921, 171, 12 (‘).
Embouchure de 1’Orne : Vases salées (ÃÃERCIER, VrLLENEUVE).
17. L. orbitalis SrE1N. — STEIN, 1916, 107, 36.
1. Le D' J. SCHNABL a envoyé au D* VILLENEUVE un couple de cette espèce pro-
venant d’Arcachon, sous le nom de Spilagona carbonicœn. sp. Le dernier mémoire
du D1' J. SCHNABL édité à Pétrograd, qui contient vraisemblablement la description
de cette espèce, n’est.pas parvenu en France par suite·des· événements.

··LIMN0l’HORA. — sr>1L0oï NA .215
Hautes-Alpes : Lautaret: Corse (VILLENEUVE). -- Caucase (Srnnw).
18. L. solitariana CoLL1N 1921, 173, 15. —— L. solilaria ÃIEADE 1883
(non ZETT., 1838), XX, 105 (Cœnosia) et XXIV; 250 (1887) et 1897, 23,
21, c' (Spilogastcr); BEzzr ct Srrzm, III; 674 (I); S·1·ErN, 1916, 109; 44.
—— (fig. 367,’ 368, 375). `
Hautes-Alpes : Lautaret, cascade, août (HESSE; VILLENEUVE). — Angle-
terre, Europe centrale. Rare et localisé.
19. L. spininervis VILLENEUVE- 1923§'XXVl11Q 510, 3.
Hautes-Alpes : col du Lautaret, <,'; juillet (VILLENEUVE).
20;: L. surda.'ZErr. — PAN13ELLÉ, 1899, 120, G; SrErN, 1902, .XXI, A2; `
1916, 110, 45; COLLIN, 1921, 163, 2. —— (Iig. 300, 390, 391, 399 g),
·Seine-et·Oise :: Rambouillet (D* vILLENEU\'E); Hyères (ÀBEILLEF DE
PEnnxN).-··—· Europecentrale et septentrionale.
Fm. 399 g. — Limnophora surda Zetterstcdt, appareil génital face et profil; L ’après ·
Schnabl et Dzicdzicki. 1911, fig. 423-424.
21.' L. vana. ZETTERSTEDT. — PANDELLE, 1899, 120, 7.
s' : yeux presque cohérents par les orbites, séparés par une très petite
ligne noire. Antennes courtes, chète à pubescence longue. Thorax noir
avec une pruinosité d’un brun gris; des traces de bandes sur la partie
antérieure, acrosticales faibles; 2 + 3 soies dorso—centrales; 1-: 1 soies
sternopleurales. Ailes très légèrement enfumées; épine costale courte.
Cuillerons un.peu brunis;.balanciers..jaunes. Tibias III : 1.soie. antéro-
médiane,. 1..antéro-interne un peu·plus,bas; .fémurs» I1Lavec. de. très
longues soies. en.rangée continue,,.peu..serrées· sur toute·la longueur.
Abdomen couvert, d’une pruinosité grise àreilets roux :.2 larges taches
noires sur.les tergites 11-111 et unetache médiane sur le tergite IV.
1. Je ne crois pas cette espèce synonyme. de L. scrla·c0mme·1’indiquent·BEzzi. et
STEIN, III, 674. Le D' V1LLENEUvE dit que cette synonymie a été établie par SrErN
lui—même sur le vu d’un type de PANDELLÉ à. l’époque où il écrivait son ouvrage.
Le type en question estnconservé dans la collection du D¥· VILLENEUVE., Voyez Lim-
nophom velerrima (pi, 208, § 37~38). —

216 LIMNOPHORA· —-— v1LLENEuv1A
Suède 2 île de Rugen (Baltique) [PANDELLÉ].
Ne semble pas correspondre au Spilogona vana de C0LL1N (1921, 170, 11).
22. L. veterrima. ZETT. — BEZZI et STEIN, III, 672; — COLLIN, 1921,
' 174, 16. — L. signaia STEIN 1916, 109, 43; RINGDAHL, 1918, 159 (d’après '
COLLIN). -— L. serla PANDELLÉ 1899, 128, 19 (*). —- (fig. 374).
Danzig, juin-juillet (PANDELLÉ).
V. —— Sous—genre VILLENEUVIA ScHNE. et Dz. 1911, 148.
L. œstuum VILLENEUVE 1902, XXI, 197; STEIN, 1916, 97, 13; ——
MEIâCIER, 1921, 1410 et 1922, 6; COLLIN, 1921, 238. — (fig. 400-402).
©" : yeux séparés par une large bande noirâtre qui a environ les 3/4 du
diamètre oculaire; orbites étroites avec de nombreuses soies fines en
dehors des longues soies frontales ordinaires. Face proéminente, dans
‘ î  É"
l l
’î
àl ~
. ~ gg. ~ K
A A -
· ·Ã> 4Q '
` W È
  , , M
I ( ` A ///27/ gw
@00
Fra. 400 à 402. - Villeneuvia œsluum d'; - 400-401, tête; —— 402, antenne. .
la moitié inférieure, bordée de vibrisses dont la plus longue est plantée
à égale distance de 1’0uverture buccale et de Pextrémité inférieure des
antennes. Palpes noirs. Thorax noiràtre avec 3 lignes étroites plus fon-
cées; 4 + 4 soies dorso-centrales; l : 2 soies sternopleurales, la 39 à
peine,distincte. Pattes noires, griffes et pelotes courtes. Pas d’épine
costale. Cuillerons blanchâtres; balanciers bruns. Abdomen ovalaire, un
peu aplati, bleuàtre à taches noires.
1. COLLIN (1921, 175, § 3) avait déjà soupçonné cette identité. Elle paraît exacte
si l’on s’en tient à Yinsecte conservé dans la collectipn PANDELLÉ.

1.1MNor>nonA. — GYMNODIA 217 `
Q : plus grande que le mâle, d’un gris blanchâtre; front 2 fois aussi
,a1·ge que celui du mâle, face plus blanche. Abdomen.:) taches som-
ores plus petites. Long. 5 %-7 mm.
Mouche littorale; se rencontre en compagnie du Lispa crassiuscula et
le l’Arclora œsluum sur le sable humide, près de l’eau, à mer baissante.
Jôtes de la Manche et de la Mer du Nord.
La larve se rencontre à marée basse, sous les pierres, en compagnie
1’animaux marins. M. Mnncrnn les a trouvées engagées dans les Balanes,
:e— qui lui permet de supposer qu’elles sont carnivores et se nourrissent de
:es Cirrhipèdes.
VI. — Sous-genre GYMNODIA Ron.·D1asv.1863.
ROBINEAU·DESVOIDY, 1863, II, 635, XIII; —- Co1.1.1N, 1921, 239.
· TABLEAU mas Esriàcxzs (©’ Q).
.—(4). Nervure VI distinctement courbée sur la nervure V (fig. 404).
!—(3). Tibias noirs. Thorax à taches noires, veloutées. polystigmn (p. 219).
I·(2). Tibias roux. Thorax unicolore gris ...... impeditn (p. 218).
L—(1). Nervure VI non courbée sur la nervure V (fig. 413). Thorax gris
ou gris brunâtre, à bandes faibles ou sans bandes.
i·(8). Pattes entièrement noires.
i·(7). Yeux nus ................. humilis (p. 217).
t—(6). Yeux pubescents. ............. ocularia (p. 219).
I-(5). Genoux et base des tibias d’un roux clair. . . genurufa. (p. 217).
1. L. genurufa PANDELLÉ 1899, 130, 22. —— (fig. 408, 409).
Hautes-Pyrénées : Gavarnie; juillet, Pin (PANDELLÉ). _
2. L. humilis ZETT. — COLLIN, 1921, 239, 18 (l). — Anlhomyza didyma
ZE·r·r. var. b. — Spilogasler seplcmnotata MEADE (non ZE·r·r.).— Brazzr
zt STEIN, III, 674; S·rExN, 1916, 109, 42. — (fig. 358, 366, 411-413).
c' : yeux presque cohérents séparés par des orbites étroites très
approchées. 4 soies do1·so—centrales rétrosuturales. Ailes et cuillerons
sruns. Corps obscur à pruinosité brune sur le thorax, à reflet gris sur
'abdomen : les tergites II—III à. taches angulaires sur les côtés.
Q : bande frontale un peu plus large que l’œil. Corps plus clair. Ailes
:t cuillerons clairs. Long. 4-4 % mm.
1. RINGDAHL (cité par COLLIN) a établi que le L. seplemnolala de ZETTERSTEDT
st une Mouche tout à fait diiïérente de celle des auteurs.

' 218 LIMNOPHORA: -— GYMNODIA '
··Seine—et-Oise :· Rambouillet,. mars-novembre · (V1LLENEUvE, SÉGUY);
. Hyères (ABEJLLE DE PERRIN). -— Europe centrale et septentrionale.
Élevé du fumier de cheval (î) (DT ELTRINGHAM [cité par COLLIND. '
3. L. impedita PANDELLÉ 1898, 22 et 45. — (fig. 404-407).
J : antennes noires; chète nu ou à cils microscopiques. Bande fron-
405   ,;·i=f¤
¢>~‘~ ~  · »î
II"    
#08 Q
- 404 ,
. A ~ } ’
a l É
Lx-06* · rl.   [HO
‘ · 411
405 . .
. *109
i î ® È
‘rIZ ‘rl‘r
l FXG. 403 à 414. -— 403, Gymnodiu polystigma its cellule postérieure de Yaile (H 1); ···
404, Gymrwdia impedila G`, aile; — 405-406, id, tête; — 407, id., abdomen; —
408, G. genurufa Q, tête; — 409, id., extrémité apicale de l’aile; —- 410, G. poly-
stigma c`, tête; ·— 411-412, G.· humilis ci', tête; -—-î4l3, id.,·aile; --414; G; poly-
sligma Q, tête. . •
tale égale au 1 /5 de la largeur de ].’oeil;.orbites d’un gris argenté presque
contiguës. Trompetcourte, épaisse, ainsi que:les,palpes. Thorax: uni-
colore, noir, couvert d’une épaisse pruinosité d’un gris ardoise ;· 3zpaires
de soiesacrosticales présuturales;.2 + 4 soies .dorso-centrales;1-2 sterno-
pleurales. Scutellum gris..Base·des,fémurs· et tarses noirs;,geuoux et
tibias d’,un roux.clair;.tarsesxnoirs.·.Cuillerons blancs ;: balanciers jaunes;
ailes claires. L’abdomen vu dederrière présente 1’0rnem entation suivante:
presquefentièrement roux; sauflazhaseretm le=tergite V. noirs;.une ligne
médiane longitudinale dilatée en arrière, d’un ~brun noir sunzles tergites
· 1. :J’ai vu. une femelle de Limnophora humilis·d0nt la· face inférieure de. Fabdomcn
était couverte de Gamasus.

LIMNOPIIORA.--— MYD.E.x 219
II-IV, 1 paire de tacl1es latérales, rondes, d’un noir velouté sur les tergites
III-IV. Tergite V avec 2 petites taches diseales rousses; bien visibles
sur le fond cendré. L’abdomen vu de devant présente Pornementation
indiquée sur la figure 407. Long. 6 mm.
Hyères ([AnE1L1.E DE PERRIN], coll. PANDELLÉ).
4. L. ocularia VILLENEUVE 1922, XXVIII, 511, 4.
Hautes-Alpes : col du Lautaret, juillet (VILLENEU\’E)·
5. L. polystigma ME1oEN. —— BEzzr et STEIN, III, 673; S1·E1N, 1916,
108, 38 (Bronlea). — (fig. 377, 378, 394, 403, 410, 414).
Ombelles, Fenouil fleuri; août-octobre.
Environs de Paris (ROB.—DESVOIDY); Maine—et-Loire: Marans, Segré
(HERVÉ-BAZIN); Bordeaux (MIACQUART); Hyères; Var (AEE1LLE DE
PERRIN); Corse (VILLENEUVE). — Europe centrale et méridionale, Caucase.
36. — Genre MYDEA RDBINEAU-DEsvo1DY.
Yeux nus ou velus plus ou moins rapprochés ou largement séparés.
Préalaire le plus souvent perceptible, au moins piliforme, quand elle
manque le thorax est de couleur claire, sans bandes et les pattes rousses,
nu le thorax présente 4 bandes plus ou moins distinctes et les pattes
sont partiellement jaunes. Soies dorso-centrales : 6-7 (2-3 + 4); 1 : 2
sternopleurales . Abdomen ovalaire ou en cône allongé; des macrochètes
marginaux sur les tergites III-IV.
TABLEAU DES SOUS·GENRES ·
A. —- Yeux nus; préalaire longue, au moins moitié aussi longue et forte
que la 1**% soie dors0—centrale présuturale .... Mydœa s. s. (p. 219).
B. —— Yeux velus; préalaire plus ou moins longue, ou yeux nus, préa-
laire très courte ou nulle ....... , ..... Spîlogaster (p. 225).
I. —- Sous-genre MYDEA s. s.
TABLEAU DES·ESPÈCES
MALES
·1-(16); Tibias II··IIl. jaunes.
2-(13). 4 soies dorso-centrales rétrosuturales.

220 MYDIEA
0 0
V1
· 419
,/1*4  
415
~ 418
416 1
423 ·
î 424 420
° I ' ¤ ,   \
A, ·«°  
424
436 · · 429
` 433 _
435 1Yu
J5  fl
·  
\ ( 'W1 430
x; [ r ’
434 4 »
32
431
Fm. 415 à 436. —- 415, Mydœa alripes d', tête; — 416, id., chète antennaire; - 417,
M. duplaris 0*, bande médiane frontale; -— 418, id., chète antennaire; —- 419,
M. lincta d', chète antennaire; — 420, Mudœa pertusa :5, fémur III; — 421, M.
abdominalis ci', tête; - 422, M. v. der Wulpi d', tête; — 423, id., antenne; —
424, M. proluberans d', bande médiane frontale vue de dessus; — 425, id., chète
antennaire; — 426, IlI.lasi0phlh¢1lma cf`, tête; —· 427, 1W. allolalla 6, chète anten-
naire; — 428, M. protubarans ci`, tibia I face externe; — 429 M. lucorum d',
bande médiane frontale; — 430, JW. impucta c", tête; — 431, id., chète antennaire;
— 432, M. obscumtoides d', chète antennaire; - 433, M. uliginosa d', chète anten-
naîre; - 434, JW. depzzncta G', chète antennaîre; -· 435 ZW. consimilis d', patte III.
face externe; — 436 a; id., bande médiane frontale vue de dessus

MYDJEA ' 221
3-(8). Chète pubescent ou à cils courts (fig. 431).
4-(5). Antennes et palpes noirs. Pas d’acrosticales. Yeux rapprochés,
séparés par une petite bande noire ..... pubisota (p. 225).
5-(4). Antennes : 2° article et palpes jaunes ou roux. Acrosticales pré-
sentes ou non.
6·(7). 1-2 paires de fortes acrosticales présuturales. Abdomen sans ·
taches ou une paire de taches légères sur le tergite II. Long.
7 mm. ................. impuncta (p. 223).
7—(6). Pas d’acrosticales présuturales. Abdomen : 1 paire de taches d’un
brun noir sur les tergites II-III et une tache médiane plus grande ,
sur le tergite IV. Long. 7 mm ....... interfusa (p. 224.)
l·—(3). Chète à cils longs (fig. 419 et 459). '
J-(12). Scutellum plus ou moins jaune. Tibias III avec des soies assez
fortes.
L0—(11). Scutellum plus ou moins gris à la base. Fémurs III avec quelques
longues soies internes sur la moitié apicale. . . tincta (p. 225).
L1—(10). Scutellum entièrement d’un jaune luisant. Fémurs III avec 1 rang·
de longues soies sur toute la longueur de la face interne.
. .................... pagana. (p. 225).
l2·(9). Scutellum noir à pruinosité grisâtre. Thorax gris cendré à A
4 bandes distinctes; préalaire courte ou assez longue; 1 : 2 soies
sternopleurales. Cuillerons, balanciers et base de l’aile jaune;
épine costale très petite. Pattes rousses; fémurs I plus ou moins.
rembrunis; tibias III sans longues soies. Abdomen à pruinosité
d’un gris jaunâtre avec une ligne médiane dorsale sombre.
Longi 5-10 mm ............. urbana (p. 225).
.3·(2). 3 soies dorso—centrales rétrosuturales. Yeux très rapprochés mais
non entièrement cohérents (fig. 430).
.4—(15). Fémurs I jaunes. Chète à villosité courte (fig. 431).
. ................... impuncta (p. 223).
.5—(l4). Fémurs I rembrunis à la base. Chète à cils longs (fig. 434). Palpes
roux, rembrunis ou noirs. Thorax gris jaune à 4 bandes sombres.
Scutellum jaune sur le`bord postérieur. Ailes d’un brun jaunâtre
à. la base, nervures XI-XII faiblement ombrées ou non; épine
costale petite. Cuillerons, balanciers et pattes jaunâtres. Abdo··
_ men jaunâtre avec des taches sur les tergites II-III. Long. 5-
8 mm. .... . ............ depuncta (p. 223) (‘).
.6—(1). Pattes noires ou les tibias II-III légèrement plus clairs. 4 soies
dorso-centrales; 1 : 2 soies sternopleurales; chéte à cils longs.
Yeux un peu séparés. Thorax d’un gris cendré avec 4 bandes -
plus ou moins distinctes. Ailes jaunàtres; nœud des nervures.
1. Voyez Mydœa depuncta page 223 et la note 2 page 223, sur le Mydœa Pandvllei
!u.1.1zN1;¤vE. ·

222 ` MYD.EA '
IV-V avec quelques— soies: courtes. Cui1lerons.—et« balanciers
jaunâtres. Abdomen ovalaîre. d’un gris cendré à reflets jaunes
avec une ligne médiane dorsale noirâtre.
1’7·(18). Préalaire beaucoup »plus courte queslaxlœ soie dorso—centrale.
Pas d'épine costale. Long. 6-9 mm. . .... ancilla (p. 222).
18+(17). Préalairesensiblement aussi»déve1oppée· que la 1*6 soie dorso-
centra1e..Épine:costale: courte. Yeux .plus rlargement séparés.
Long. 6—7 mm. ............. nebulosa. (p. 224).
‘ ` F EMELLES
1—(12). Pattes jaunes en partie.
2~(11). 4 soies dorso-centrales; l : 2 soies sternopleurales; abdomen d’un
gris jaunâtre.
3i(6). Chète à cils courts (fig. 469). Palpes jaunes. Scutellum plus ou
moins roux â l’apex.
4—(5). Abdomen non tache. Acrosticales : au moins 1 'paire assez forte.
. ................... impuncta (p. 223).
5—(4). Abdomen à taches brunes bien nettes. Pas d’acrosticales présu-
turales ................. interïusa (p. 224).
6l(3). Chète à cils longs (fig. 459). ·
7;(8). Scutellum complètement gris. ....... urbana. (p. 225).
8l(7)`. Scutellum en grande partie roux.
9¢—(l0). Qallus huméraux gris. Tibias I sans soies. Fémurs‘III avec des
soies sur toute leur longueur (fig. 465). . . . paga.na‘(p. 225).
1)—î(9). Callus huméraux d’un roux jaunâtre. Tibias I avec des soies.
Fémurs III avec seulement·quelques soies internes à l’apex.
..................... tincta (p. 22ë).
11—(2). 3 soies dorso—centrales. Abdomen d’un gris roux mat. Préalaire
piliforme, courte ............ depuncta (p. 223).
12—(1). Pattes entièrement 'noires. Chète à cils longs. 4 soies dorso—cen-
trales; 1 : 2 soies sternopleurales.
13l(14). Préalaire aussi longue que la lw soie dorso-centrale.
. ................... nebulosa (p. 224).
14-(13). Préalaire bien plus courte que^la 1*€‘soie dorso-centrale.
. .................... ancilla (p. 222).
1. M. ancilla ME1oEN. ——— KEILIN, 1917, 389, 396. ——— (fig. 466).
©": thorax d’un gris cendré avec 4 bandes distinctes. Abdomen
ovalaire ou ovale oblong, d’un gris cendré à reflets jaunes avec une ligne
médiane dorsale noirâtre et quelques taches chatoyantes sur le bord
postérieur des tergites. ,

MYDJEA 223`
Sur les fleurs, Ombellifères, les feuillages; mai·octobre. Assez rare.,
Environs de Paris; Maine-et-Loire.: Andard,..Marans.(HEP.vEt-Bazin);
arbes; —— Suède, Danemark, Allemagne (l‘AN1:•ELLÉ).
Larve carnivore, vit dans le bois d’Orme pourri ou dans les excréments.
es cornes prothoraciques de la nymphe sont courtes et complètement
oires.
Le bord libre de l’expansion du chorion de l’œuf est muni de petites
ents (I<ElLIN)·
2. M. depuncta FALLEN. — BEZZI et.S·rExN, III, 638. —- (fig. 434, —
57-468).
Sur le feuillage, les Ombellifères; mai—octobre. Commun.
Toute la France. — Europe centrale et septentrionale.
Le MJ depuncla (Romnam ap. PANDELLE [non·*FAL1.EN]), auquel se
apporte la description de PANDELLÉ (1899, 64, 24) est une espèce
ifférente qui se distingue par 4 soies dorso-centrales, pas de préalaire;
œrnopleurales : 2 : 2 (·). C’est le Mydœa Pandellei VILLENEUVE (2).
3. M. împuncta FALLEN. — BEZZI et S1·E1N, Ill, 640; STEIN, 1916, 62,
D; DE NIEIJERE, 1916,·pl. XII, fig:161-163. —— (Hg. 430, 431, 436 b, 469).
$2;  
ro. 436 b. — Mydœa impuncla Fallen. Tête et· armature buccale de la larve âgée
Figure schématiséc (d’ap1·ès de Meîjere). '
J: yeux entièrement cohérents ou séparés par une ligne très fine.
hète à villosité courte. Thorax à pruinosité épaisse d’un gris jaune; 4
andes légèrement plus sombres; 3 ou 4 soies dorso-centrales; préalaire
ngue; acrosticales présuturales distinctes. 1:2 soies sternopleurales.
zutellum coloré comme le thorax. ou un peu plus jaune, au moins au
immet. Cuillerons, ailcs et balanciers jaunâtres. Épine costale petite
1. Cfl‘S1·Em, 1916; 60, 12; note. Voir aussi page 20.
2.,VxLLEx~1EuvE, Bull! Jlusz, 1922, 528,·2: VILLENEUVE ajoute aux caractères distinc-
fs du..lIydœ:z Pandelleî : le 6 est distincvpar la conformntiowde Vappareil génital,
ir la saillie du 5* sternite abdominal ornée, de chaque côté du bord inférieur, d'une,
ngue soie antérieure suivi: de quelques soies moindres, il a les tibias postérieurs
intis seulement de deux petites soies antéro-externes et de 2 soies postéro-externes
rlinaires, sans. la pilosité développée et les longues soies postérieures qui caractéri-
nt le mâle du .11. /lagripes.Voyez·.aussl rage 244 §133J3

224 Mvrmm
nervures XI—XII très peu ombrées. Pattes jaunes; griffes et· pelotes
bien développées. Abdomen ovalaire, à pruinosité épaisse, jaune; quel-
quefois une paire de points noirs sur le tergite Il, mais ces taches man-
quent le plus souvent.
Q : orbites à 5 soies; bande médiane frontale sans soies croisées.
Plus commun de juin à août, sur les haies. Répandu dans toute la France.
—— Europe, Caucase.
4. M. intertusa PANDELLÉ 1899, 100, 11.
Lyon; Vaucluse : Apt; Saône-et-Loire : Mâcon (PANDELLÉ).
5. M. lnebulosa STEIILI. — BEZZI et STEIN, III, 643; STEIN, 1916, 65, 32,
Corps un peu brillant. Thorax et scutellum noirs à pruinosité grise;
p · ` j I l
    l   4 .
_ W" ~··  à Ev,   °· 
' t   A Èâ
\ , ,L A .·“ A
  Wi
  è 
· *·,` /1 /
. //
\\__ 
Fm. 436 c. —- Mydœa pagana o`, x 9.
4 bandes noires plus apparentes en avant. Abdomen noir à pruinosité:
épaisse, d’un gris cendré; une fine ligne médiane dorsale noire, parfois
réduite à une ombre à la base de l’abd0men. Pas de taches chatoyantes
au bord postérieur des tergites.
Seine-et—Oise 1 Rambouillet assez commun en mai, suivantîles années
(VILLENEUVE); Évreux (PORTEVIN). — Prusse (STEIN).

Mvmiazs. — SPILOGASTER ""i• 225
6. M. pagana FABRICIUS. — (fig. 436 c, d, 465, 481).
Le scutellum ordinairement unicolore, jaune, porte parfois une tache
grise.
Mai-août, Sureau, fleurs. Commun dans toute la France. — Toute · ,
Europe. ,
7. M. pubiseta ZEN. — S·rEm, 1916, 67, 45. — M. separala auct. (non
/IEIGEN)· ' _
Yeux séparés par une petite ligne noire et les orbites d’un gris blanc. _
Liles, nervures XI-XII faiblement rembrunies
urtout chez la femelle. Pattes entièrement jaunes.
tbdomen à pruinosité d’un gris cendré clair ou   ;,_
gris jaunâtre, sans taches. Ãâjg
7 -7;,
¢(, 1
Lille; Hautes·Alpes : Lautaret; Puy-de-Dôme: A l ’···
/Iont-Dore; Pyrénées (Vrnmnnuvn); Vosges :  
îérardmer, Faignes, Schlucht (Hr;nvÉ·BAz1N).— / `
kllemagne, Suède (STEIN).  /)
8. M. tincta ZETT. -- Bizzzr et STEIN, III, (
i48; S1·E1N, 1916, 55. —- (fig. 419, 464).
Commun partout de mai à septembre; sur le Fm. 436d. -· Mydœa
euillage. · Püfïfma O" hYP°PYH€·
Toute 1’Europe. `
Enwanns a élevé cette Mouche de larvesïtrouvées dans un Champignon
Russula) en compagnie de celles du Mycelophila lineola, aux dépens
lesquelles les larves du Mydœa semblaient se nourrir (Knrnm, 1917, 398).
9. M. urbana MEIGEN. — Bzzzr et Srzm, III, 648; Scrmaex., 1911,
*6, 115; STEIN, 1916, 69, 54; Krarnm, 1917, 398 — (fig. 459).
Avril-septembre; fleurs, feuillages. Répandu dans toute la France.
— Italie, Autriche, Allemagne, Suède.
Les œufs sont pondus dans les excréments, ils présentent 3 prolongements
intérieurs à bords finement dentés (Krsrnxiv). Les larves sont carnivores et
lévorent celles qui vivent dans le même milieu qu’elles.
II. —- Sous-genre SPILOGASTER (MACQUART), Scumxnnîet DZIED·
Ce sous-genre présente deux sections :
A. —— Yeux nus ou velus. Préalaire courte ou nulle, plus courte que la
lF¤ soie dorso-centrale présuturale.
B. — Yeux velus ou pubescents. Préalaire plus ou moins longue.
15

226 · .sP1u©o·AsrEB
Ces deux sections diffèrent des M ydœa (s.s.) soit par la villosité oculaire,
soit par le développement plus ou moins remarquable de la soie préalaire.
Pour la commodité de Pidentification des espèces les deux groupes en
question ont été répartis dans un tableau de détermination unique.
Le sous—gen.re Spilogaslcr tel qu’il est défini ici comprend les Spilaria
' et les Spilogaster de SCHNABL. '
TABLEAU nus EsPÈcEs ·
I MALES
· 1—(58). Tibias II-III jaunes.
2—(39).' 4 soies dorso-centrales rétrosuturales.
3-(16). Chète pubescent ou à villosité courte.
4-(13). Yeux séparés ou cohérents, à villosité très légère, indistincte
ou nulle.
5—(10). Fémurs II-III entièrement jaunes ou rembrunis à l’apex.
Chète à villosité courte. Nervures XI-XH rembrunies ou les
ailes fortement enfumées. Yeux presque cohérents. Fémurs I
- sombres. _
6—g9). Tibias III nus ou avec les fortes soies habituelles. Tibias I
jaunes. Préalaire assez longue.
7·(8). Épine costale petite. Yeux légèrement villeux. Ailes claires;
nervure XII oblique ......... pubescens (p. 245).
8—(7). Épine costale nulle. Yeux nus. Ailes fortement enfumées;
nervure XII droite .......... concolor (p. 240).
9-(6). Tibîas et fémurs III hérissés sur leur bord antéro-interne et
externe d’une villosité assez courte, très dense (fig. 420).
Tibias I bruns ou brun roux. Préalaire courte; épine costale
distincte. Thorax à 4 bandes plus ou moins nettes. Scutellum
pruinosité grise. Abdomen conique, assez allongé.
................... nertusa, (p. 245).
10—(5). Fémurs II-IH étroitement jaunes `à l’apex; tibias correspon-
dants entièrement jaunes. Chète presque nu. Thorax d’un
gris cendré à 4 bandes d’un gris sombre. Préalaire moitié aussi
forte que la 1*6 soie dors0—centrale. 1 : 2 soies sternopleurales.
— Épine costale petite.
11—(12). Yeux séparés par une bande noire et des orbites étroites,
blanches. Ailes claires. N ervures XI-XII très légèrement
ombrées. Cuillerons blancs; balanciers jaunes. Abdomen d’un
gris cendré à 4 taches d’un brun noir. Long. 6 mm.
................. simulatrix (p. 247).
12-(11). Yeux cohérents. Ailes d’un jaune pâle. Cuillerons et balanciers·
jaunâtres. Abdomen d’un gris cendré avec 2 taches allongées

SPILOGASTZER 227
sur le 28 tergite, seulement visibles à certaine lumière. Long.
6 mm ........ ' ...... memnonrpes (P- 242).
l8·(4) Yeux cohérents à villosité longue et épaisse (fig. 421).` Prés- _
laire assez longue. Ailes incolores ou un peu jaunies; ner-
vures XI-XII rembrunies; épine costale petite. Balanciers
et pattes jaunàtres. Thorax gris avec 4 bandes distinctes.
14·—(15). Palpes noirs ou avec une trace de jaune à la base. Abdomen
[_ en ovale court, à épaisse pruinosité d’un gris jaune; toujours
une paire de taches noires sur les tergites II-III (o' Q). Yeux
cohérents par les orbites (fig. 421). Antennes brunes â la base,
à rellets gris ou testacés au sommet du 2** article. Fémurs I
j largement rembrunis à la base. Long. 6-8 mm.
............... lasiophthalma. (p. 242).
15·(14). Palpes, antennes (1), pointe du scutellum et une partie de
l’abdomen jaunes ou d’un jaune roussâtre. Une paire de taches
triangulaires d’un brun roux sur les tergites abdominaux II-
III et une tache médiane sur le tergite IV. Yeux complète-
ment cohérents. Long. 5-6 mm. . . abdominnlis (p. 238). ·
16-(3). Chète à cils plus longs que la largeur du 3° article antennaire
(fig. 423). ,
1’7·(30). Fémurs II-III en grande partie ou entièrement noirs.
18·(19). Yeux à villosité distincte, un peu écartés (fig. 422). Thorax
à légère pruinosité d’un gris cendré coupée par 4 bandes;
préalaire très courte; 2 : 2 sternopleurales. Ailes brunâtres, j
surtout sur` les nervures; épine costale petite. Cuillerons et
balanciers jaunâtres. Pattes noires; tihias I noirs sauf la base;
tibias II tcstacés à la base; tibias III plus clairs. Abdomen
conique, d’un gris cendré, quelquefois des taches sur les
tergites II-III. Macrochètes à pores d’insertion largement
auréolés de brun. Sternite V hérissé de soies fines sans macro-
_ chètes. Long. 7-9 mm ....... van der Wulpi (p. 247).
19—(18). Yeux nus. '
20—(27). Tibias I avec une ou plusieurs soies.
21—(22). Préalaire courte mais distincte. Ailes un peu jaunâtres; épine
costale petite. Thorax et scutellum d’un gris clair, souvent
2 bandes médiaues d’un gris jaunâtre assez indistinrctes.
2 : 2 sternopleurales. Abdomen cylindrique d’un gris cendré
avec un reflet jaunâtre clair (o' Q); sur le tergite II une
paire de taches assez grosses, d’un noir velouté, bien visibles
sur le fond jaune et une paire de points sur le tergite III.
_ Yeux un-peu séparés, bande médiane frontale noire bien
visible. Balanciers jaunâtres. Pattes noires; apex des fémurs
1. Ou encore: antennes : 2• article et base du 3* d’un ·roux clair.

228 SPILOGASTER
II-III et souvent les tibias entièrement jaunes. Pelotes très
développées. Long. 6-9 mm .... . . . quadrum (p. 246).
22·(21). Pas de préalaire.·Thorax d’un gris cendré à 4 bandes dis-
437
438
439
· 440 44l
È 442
È .
 V fi '» 7 W   `   V " ’Ã;~;ïÃ
. @4%/=«iy§!;4=*\>§=
"'4"‘·"·@ë}1;y%=4·$"°
M3 M6 ·’ "
wi 445 M1
\\
\\\\
, 448
452 449
450
  ’   451
FIG. 437 à 452. — 437, Mydœa Pandcllei ô`, hypopyge; — 438, M. montana d', der-
niers segments abdominaux; — 439, M. prolaberans o`, bande médiane frontale;
-- 440, M. obscuratoidcs o", tête; —- 441, M. nivalis 0*, tête; -— 442, M. corollata
ci`, hypopyge; — 443, M. lucorum ©", tibia III gauche; - 444, M. quadrimacu-
lata d', tibia III; — 445, id., bande médiane frontale; — 446, M. mullisetosa d',
tibia IV gauche; — 447, id., fémur III; - 448, M. lucorum o`, fémur III; —
449, M. obscuripcs ci', tête; —- 450, M. obscurata d', fémur III; — 451, id.,
bande médiane frontale; ·- 452, M: obscuripes d', derniers segments abdominaux.
. tinctes. Ailes d’un gris jaunâtre avec l’épine costale distincte.
2 : 2 soies sternopleurales. Balanciers jaunes.
23—(24). Yeux presque cohérents par les orbites, bande médiane frontale
réduite à une ligne noire étroite. Corps d’un gris cendré avec
un reflet jaunâtre. Nervures XI-XII faiblement ombrées.

s1>n.ooAsrER · 229
Pattes noires; tibias I sombres, les autres roux. Pelotes longues.
Abdomen allongé, cylindrique ou conique avec toujours
2 petites taches d’un brun noir sur les tergites II-III. Long.
6-7 mm ............... anceps (p. 239).
24·(23). Yeux un peu séparés, bande médiane frontale noire bien
visible. Nervures XI—XII sans ombre. Fémurs II avec une
frange complète de soies internes fines. Apex des fémurs et
tous les tibias jaunes. Tibias I avec 1-2 soies. Tibias III avec
3.fortes soies postérieures sur les 3/5*3 médians. Abdomen
court, trapu ou ovale allongé, gris cendré avec 1 paire de
taches rondes d’un brun noir sur les tergites Il-III et quel-
quefois une tache indistincte sur le tergite I.
25·(26). Chète à cils très longs. Tibias I souvent avec 1 soie.
.................. parcepilosa (p. 244).
26·(25). Chète à cils plus courts. Tibias I avec 2 soies.
.................. calceata (p. 240).
27-(20). Tibias I sans soies. _
28-(29). Abdomen à taches distinctes ..... duplicata (p. 241).
29-(28). Abdomen à taches îndistinctes ou nulles. intermedia (p. 242).
30·(17). Fémurs lI—III entièrement jaunes, tout au plus la base un
peu rembrunie. -
31-(32). Yeux à villosité épaisse, presque cohérents. Acrosticales pré-
suturales fortes : 1 paire. Palpes et antennes roux à la base
· Fémurs I roux rarement noirâtres. Long. 7-9‘mm. ·
‘ ................. quadrinotata (p. 246).
32·(3l). Yeux nus ou à cils épars. Pas d’acrosticales présuturales.
33·(38). Abdomen en partie jaune. Thorax à pruinosité plus ou moins
grise avec des traces de bandes; pas de soie préalaire.
34·(37). Yeux nus, distinctement séparés. Abdomen plutôt cylindrique.
35—(36). Corps jaune au fond, à légère pruinosité grise sur le thorax.
Yeux séparés par une bande grise. Abdomen : lamelles prégé·
nitales saillantes, dressées en arrière (fig. 438). Long. 9 mm.
..... ' ............. montana (p. 243).
36·(35). Corps noir au fond. Yeux séparés par une bande noire. Lamelles
prégénitales peu saillantes, non dressées (fig. 437). Long.
6 % mm. .............. Pandellei (p. 244).
3’7·(34). Yeux à villosité légère, presque cohérents. Abdomen large,
ovalaire, jaune vif avec une faible pruinosité blanche, sans
taches. Antennes d’un brun clair : 29 article d’un jaune rou-
geâtre, chète à cils longs. Palpes jaunes. Thorax jaune à
. pruinosité d’un gris cendré avec 2 faibles bandes. 2 paires de
fortes acrosticales préscutellaires. Cuillerons balanciers et
ailes jaunâtres; pas d’épine costale. Pattes jaunes; pelotes
bien développées. Long. 6 mm ..... lateritia (p. 242).

230 SPILOGASTER
38·(33). Abdomen entièrement gris avec 1 paire de taches sombres.
Préalaire nulle ou réduite à un oil peu distinct; Yeux nus,,
cohérents ou presque; bande médiane frontale noire très
étroite. Tibias III avec de très longues soies externes sur la
moitié apicale. Long. 8-10 mm .... iiagripes (p. 241).
3}—(2). 3 soies dorso-centrales rétrosuturales. Préalaire très courte
ou nulle.
4]-(47). Chëte antennaire pubescent (ou à cils courts [c0nsimilis]).
41.—(42). La largeur du front dans la plus petite partie égale au moins
la 1/2 de la largeur d’un œil (fig'. 424). Bande médiane
frontale couverte d'une pruinosité d’un blanc d’argent. Tibias I
avec de fortes soies. Corps d’un grisblanchàtre. Thorax à
lignes peu distinctes. Épine` costale longue. Pattes: genoux
étroitement roux, tibias testacés, les antérieurs plus sombres.
Abdomen à 4 taches brunes sur le fond gris.
.... ` ........ . .... protuberans (p. 245).
42-(41). Front beaucoup moins large (fig. 449). Tibias I avec des soies
- très petites ou nulles. Thorax d’un gris cendré avec des bandes
distinctes. Préalaire fine, piliforme.
43-(46). Fémurs II-III presque complètement noirs. Fémurs III avec
de fortes soies internes préapicales. Thorax à 4 bandes dis-
tiuctes.
44-(45). Tibias III nus sur la face interne. Nervures XI-XII faiblement
rembrunies. Ailes enfumées; épine costale distincte. Yeux
très rapprochés. Préalaire piliforme. 1: 2 soies sternopleu-
raies. Cuillerons et balanciers jaunâtres; pattes noires.
Fémurs II-III à villosité forte et toujours un seul rang de
, soies. Abdomen conique, jaunâtre; 2-3 paires de taches
distinctes. Long. 6 mm ....... ·fra.te1·cu1a (p. 241).
‘ 45—(44). Tibias III (roux) face interne avec des soies délicates sur
toute leur longueur. Nervure XI—XII largement maculées de
brun. Palpes et antennes noirs. Callus huméral et scutellum
noirs. Balanciers roux. Abdomen avec 2 paires de taches
noires. Long. 5 mm. ........ obscuripes (p. 244).
46·(43). Fémurs II-III presque entièrement jaunes. Fémurs III avec
' 2-3 longues soies internes préapicales (üg. 435). Yeux nus,
cohérents. Antennes et palpes sombres. Thorax d’un gris clair,
bandes sombres indistinctes; 3 soies dorso-centrales; préalaire
' courte. Cuillerons blanchâtres. Ailes jauuâtres; épine costale
petite; nervures XI-XII un peu ombrées. Balanciers et pattes
jaunes; fémurs I plus ou moins rembrunis à la base. Abdomen
conique, d’un gris clair; une paire de taches plus sombres
sur les tergites II—III ........ consimilis (p. 240).

sP1r.0GAs'1·ER 231
47—·(40). Chète à cils aussi longs ou plus longs que la largeur du 39 article
antennaire (fig. 433).
48-(55). Tous les fêmurs jaunes.
49·(50). Abdomen d’un brun noirâtre couvert d’une pruinosité d’un
gris jaune : 2 paires de taches triangulaires plus ou moins
étendues, d’un noir velouté. . . punctiventris (p. 246).
50·(49). Abdomen d’un roux jaunâtre plus brillant à la base.
51—(54). Thorax avec des taches noires. Abdomen avec une paire de. `
taches sombres. 2 : 2 soies sternopleurales.
52-(53). Thorax avec 2 taches rétrosuturales d’un brun noir. Scu-
tellum gris, toujours l-2 taches brunes à sa base (fig. 480).
_ .................. uliginosa (p. 247).
53—(52). Thorax avec 3 taches rétrosuturales, la médiane plus grande.
Scutellum gris, à base brune, souvent une petite bande
médiane (fig. 478) ........... clara (p. 240).
54—(5l). Thorax roux au fond, couvert d’une pruinosité d’un gris
clair, sans taches noires. Abdomen à taches foncées peu
distinctes. 1 : 1 ou 1 : 2 sternopleurales. montana (p. 243).
55—(48). Fémurs presque entièrement noirs. Abdomen non jaune
luisant.
56—(57). Hanches grises. Antennes noires. Abdomen avec une paire de
taches sombres ............ anceps (p. 239).
57—(56). Hanches et 2** article des antennes jaunes. Abdomen en ovale
court, noir brillant sans taches fixes. . Doubleti (p. 241).
58·(1). Pattes entièrement noires, parfois les tibias II·IlI légèrement
plus clairs.
59-(80). 4 soies dorso-centrales.
6U·(7l). Yeux nus.
61—(64). 1 : 2 soies sternopleurales.
62—(63). Abdomen gris à taches noires. Yeux écartés. Antennes :
3E article 1 fois 1g plus long que le 28. Ailes un peu enfumées.
Long. 7 mm ............. atricans (p. 239).
63—(62). Abdomen entièrement noir. Yeux plus rapprochés. Antennes : ,
3° article 2 fois }ê plus long que le 26. Ailes noires. Long. 5 min.
................... atrior (p. 239).
64·—(61). 2 : 2 soies sternopleurales. ‘
65—(66). Sternite V d’un noir brillant couvert de soies dirigées en bas.
Bande médiane frontale égale au 1/4 ou au 1/5 de l’œil
(fig. 415). Long. 5-7 mm ....... atripes (p. 239).
66·(65). Pas de soies pendantes sur le sternite V qui n’est pas d’un
noir brillant.
67-(68). Abdomen avec de longues soies sternales. Fémurs III avec
de longues soies apicales. Long. 5-7 mm. . duplaris (p. 241). ·

232 SPILOGASTER
68—(67). Abdomen sans longues soies sternales. Fémurs III sans longues
soies apicales.
69—(70). Fémurs II avec une rangée de longues soies fortes, en ligne
régulière, occupant plus du 1/3 moyen. Scutellum avec une
I*55 î4*®455i;“`“*««««\ ,+56  
@4% 457
0
461 46 458
44 ëïïîg 459
' 464-
4-66
47I " `
475 4455 É É  
4-78  ë 468 (*66
gem', ' "_`,» ` _
`wrl  U. **67
I   :""‘" ¤
· 470 _ Q _ ® J ' ,
474   4  
‘ 462
476
475 . 477
\\\\  
. \\
Fm. 453 à 477. — 453, Mydœa lalerilîa Q, chète; - 454; M. abdominalis Q, chète;
— 455, M. lasiophlhalma Q, chète; - 456, M. pcrlusa Q, chète; - 457, M.
anceps Q, chète; — 458, id., tibia III; — 459, Mydœa urbana Q, chète; — 460,
M. quadrimaculata Q, chète; ·— 461, id., tibia III; -· 462, M. lucomm Q,
fémur III; — 463, M. allolalla Q, tibia II; —— 464, M. lincla Q, fémur III; —
465, M. pagana Q, fémur III; — 466, M. ancilla Q, chète; — 467, M. depuncla
Q, chète; — 468, id., Q, tête et thorax montrant la préalaîre, la 2° supraalaire
et Pinsertion des 3 dc. rétrosut.; — 469, M. impuncla Q,chète; - 470, M. allo-
'lalla Q, chète; - 471, M. nivalis Q, tarse I; — 472, id., tarse II; - 473, M.
obscuraloides Q, tarse I; - 474, id., tarse III; — 475, M. flagripes Q, patte III;
— 476, M. quadrimaculala Q, aile; — 477, M. quadrum Q, derniers segments de
Pabdomen.

s1>1Loc.As·1·ER 233
tache brune médiane. Long. 6-7 mm. . duplicata (p. 241).
70·(69). Fémurs II avec les longues soies rejetées à la base et beaucoup
moins nombreuses. Scutellum à tache brune effacée. Long.
` 6-7 mm .............. _ prospinosa (p. 245).
71—(60). Yeux velus.
72—(73). Yeux à cils courts. Chète à villosité courte. Long. 6 mm.
............. . . . . simulatrix (p. 247).
73·(72). Yeux à villosité longue. Chète à cils longs (fig. 427). Thorax
gris à 4 bandes distinctes. Épine costale distincte.
’74—(77). Yeux séparés par une petite bande; villosité des yeux peu
épaisse. ‘
75—(76). Yeux légèrement séparés. Tibias II sans soies antéro-externes.
Fémurs III avec les longues soies apicales seulement.
.............. . . . . ma1·mo1·ata.(p. 242).
76-—(75). Yeux plus largement séparés (fig. 451). Tibias II avec une
forte soie antéro-externe. Fémurs III avec de longuessoies
sur toute la longueur de la face interne (fig. 450).
. ................ . obscurata (p. 243).
77—(74). Yeux étroitement cohérents à villosité longue et serrée. Préa-
laire beaucoup plus courte que la 1*6 soie dorso-centrale.
Nervures XI-XII distinctement ombrées. Cuillerons et
balanciers jaunes. Pattes noires. Abdomen d’un gris
jaunâtre, avec 4 taches plus sombres, parfois chatoyantes.
78·(79). Tibias III avec quelques soies au milieu de la face interne
(fig. 443). Fémurs III avec de longues soies postéro—externes
(fig. 448) ............. . . lucorum (p. 242).
79—(78). Tibias III avec de nombreuses soies internes et externes en
rangée régulière (fig. 446). Fémurs III sans longues soies
postéro-externes (fig. 447) ...... multisetosa (p. 243).
80—(59). 3 soies dorso-centrales.
81-(96). Yeux nus un peu écartés (fig. 415).
82·(93). Chète à cils longs (fig. 427). Nervures XI-XII sans ombre.
Thorax gris à 4 bandes.
83·(90). Tibias I sans soies antéro-externes médianes. Ailes claires. .
84-(89). Tibias II sans soies antérieures.
85—(86). Sternite V sans soies bien apparentes. Abdomen avec de
longues soies sternales ..... . . modlingonsis (p. 242). _
86~(85). Sternite V avec des soies plus ou moins longues bien visibles.
Abdomen avec les soies sternales courtes.
87·(88). SterniteV à soies médiocres. . . . . . . atripes (p. 239).
88—(87). Sternite V enveloppé d’une ceinture de longues et fines soies
serrées, hérissées, un peu frisées au bout (fig. 442).
. . . ............. . . corollata (p. 241).

234 SPILOGASTER
89—(84). Tibias II avec 1 forte soie antérieure, , pendula (p. 244).
90—(83). Tibias I avec 1 forte soie antéro-externe médiane. Antennes
et palpes noirs en entier.
91-(92). Épine costale distincte..Préalaire moitié aussi longue que la
lm soie dorso-centrale. Balanciers et cuillerons jaunes, le
thoracique à moitié couvert par le cuilleron alaire. Tibias
HI : faces antérieure et postérieure avec une rangée de fortes
soies- Abdomen d’un gris brunâtre clair avec de petites
taches par paires sur les tergites Il`—III. Sternite V avec de
fortes soies. . ........,... allotalla (p. 239).
92-(91). Épine costale courte. Préalaire indistinote ou nulle. Cuille-
rons d’un blanc nacré, le thoracique complètement découvert.
Balanciers jaunes. Tibias IH avec 3 soies antérieures seule-
ment. Abdomen brun, couvert d’une pruinosité jaune vif :
` _ 4 larges taches d’un noir velouté, séparées au milieu par une
petite ligne jaune, Sternite V à soies médiocres.
.............. . . pseudatricans (p. 245).
93-(82). Chète à cils courts. Ailes jaunies : nervures XI-XII ombrées.
Yeux presque cohérents. Thorax, scutellum et abdomen gris,
le premier à 4 bandes plus ou moins marquées. 1 : 2 soies ster-
nopleurales. Cuillerons blanchâtres, balanciers jaunâtres. _
Pattes noires, pelotes fortes.
94-(95). Tibias III avec 2-3 fortes soies antéro-externes et de longues
soies sur presque toute la longueur dela face interne (fig. 444).
Préalajre manque ou très courte. Abdomen: tergites Il-III
à. taches sombres ..... . . . . quadrimaculata (p. 246).
95·(94). Tibias III avec 1 soie antéro-externe médiane, la face interne
' avec quelques soies fines courtes. Préalaire piliforme. Abdb-
. men : tergîtes [-III à taches sombres. maculipennis (p. 242).
96-(81). Yeux à villosité distincte. `
97-(98). Tarses ll avec des poils fins, allongés sur tout le bord anté-
rieur .............. . . villositarsis (p. 247).
98-(97). Tarses II avec les brosses normales, sans poils fins plus allorëés.
Abdomen avec une paire de taches distinctes. Chète à cils
habituellement aussi longs que la largeur du 3*3 article anten-
naire.
99—(100). Bande médiane frontale aussi large que le 1/3 de la largeur
d’un œil (fig. 440). 'Cuillerons blancs, balanciers roux. Ailes
plutôt claires, les nervures XI-XII à peine ombrées. Tibias Ill
avec une série de soies postérieures robustes en série régulière,
·serrée, occupant plus du 1/3 médian. obscuratoides (p. 244).
100-(99). Bande médiane frontale égale au 1/6 de la largeur de l'œil
(fig.—441). Cuillerons et balanciers d’un brun jaunâtre. Ailes
enfumêes surtout à·la base. Tibias III face antérieure avec

SPILOGASTER 235
un groupe de soies fines dressées en avant, face postérieure
avec de nombreuses soies molles, mélangées de soies plus
fortes à la base et disposées sur 2-3 rangs. Thorax noir à
bandes indistinctes. Abdomen conique, gris, avec 4 taches
quadrangulaîres noires. Long. 4-7 mm. . . nivnlis (p. 243).
FEMELLES
1-(70). Pattes rousses ou d’un brun clair, au moins en partie.
2—(41). 4 soies dorso-centrales. ·
3-(30). 2 :2 soies sternopleurales.
4·(5). 1 paire d’acrosticales présuturales. . quadrinotata (p. 246).
5-(4). Acrosticales présuturales très réduites ou nulles.
6·(23). Tibias I avec une ou plusieurs soies.
7—(8). Chète pubescent (tig. 456) ........ pertusa (p. 245).
8—(7). Chète à cils longs.
9-(10). Fémurs jaunes, les antérieurs parfois un peu rembrunis à la
base ................ flagripes (p. 241).
10—(9). Fémurs en grande partie bruns (au moins les fémurs I).
11—(22). Bord apical du tergite III avec des soies dressées (fig. 477).
Abdomen d’un gris jaunâtre, taché ou non; pas de taches
chatoyantes.
12·(17). Abdomen avec 4 grosses taches sombres.
13-(I4). Chète à cils longs. ......... narcepilosa (p. 244).
14-(13). Chète à cils courts.
15—(16). Épine costale courte. ......... calceata (p. 240).
16-(15). Épine costale très longue. .....· prospinosa. (p. 245).
17—(12). Abdomen avec des taches très petites ou nulles.
1S—(I9). Abdomen d’un gris jaunâtre uniforme, sans taches. Fémurs IQ
III en grande partie noiràtres .... quadrum (p. 246).
19-(18). Abdomen avec de petites ïtaches d’un brun pâle. Fémurs II-
IH presque entièrement roux.
20-(21). Préalaire manque complètement. Antennes d’un brun noir :
3° article I fois % aussi long que le 29. Chète à cils courts,
un peu plus longs que chez le S. periusa. Bande frontale aussi
large que la moitié de la téte ..... . anceps (p. 239).
21-(20). Préalaire très courte, piliforme, mais bien distincte des petites
soies voisines. Antennes d’un brun clair, le 26 article entière-
ment d’un roux clair : 3** article 2 fois % aussi long que le 2**. _
Chète à cils plus longs. Bande frontale plus large que la moitié
de la largeur de la tête. ....... Pnndelleî (p. 244).
22——(11). Bord apical du tergite III sans soies dressées. Abdomen d’un
gris foncé avec des taches légèrement chatoyantes. .
.... . ........... van der Wulpi (p. 247).
23—(6). 'Iibias I sans soies.

236 s1>xr.0GAs·rEn
24—(27). Abdomen avec 1 paire de taches distinctes.
25—(26). Tibias II avec 1 soie antérieure .... duplicata (p. 241).
26—(25). Tibias II sans soies. ......... duplaris (p. 241).
27-(24). Abdomen non taché.
28—(29). Pattes brun clair. Abdomen sans reflets chatoyants. Lignes
du thorax peu distinctes. Long. 7-9 mm. intermedia (p. 242).
29—(28). Pattes jaunes. Abdomen à reflets chatoyants, jaunes. 4 lignes
bien distinctes sur le thorax. Long. 6 mm. angelicae (p. 239).
30—(3). 1 :2 soies sternopleurales.
31—(34). Abdomen plus ou moins jaune à la base. Scutellum jaune ou à
pointe rousse.
'32—(33). 10 mm. Abdomen, Scutellum et pleures d’un jaune vif, sans
taches. Ailes légèrement jaunâtres, nervures XI-XII sans
ombre distincte. Chète à cils longs (fig. 453). latcritia (p. 242).
33—(32). 6 mm. Abdomen et pointe du scutellum d’un roux livide;
2 paires de taches brunes. Ailes claires, nervures XI-XII
ombrées. Chète à cils courts (fig. 454). abdominalis (p. 238).
34-(31). Abdomen sans teinte jaune à la base, d’un gris uniforme un
peu jaunâtre. Scutellum gris, sans trace de jaune. Palpes
. noirs. Chète à. cils courts (fig. 455).
35-(40). Tibias I avec 1 soie antéro-externe. Yeux à villosité très
courte.
36—(37). Chète à cils distincts. ......... pubescens (p. 245).
37-(36). Chète à pubescence très courte.
38-(39). Préalaire longue et forte. Fémurs II—IlI jaunes. (
................... separata (p. 246).
39-(38). Préalaire courte, piliforme. Fémurs sombres au moins à la
base. Chète à cils encore plus courts que chez le Spilogastcr
separata. ............. simulatrix (p. 247).
40—(35). Tibias I sans soies. Yeux à. villosité plus longue.
................ lasiophthalma (p. 242).
41—(2). 3 soies dorso-centrales.
42—(69). Préalaire distincte, plus ou moins forte.
43—(56). 2:2 soies sternopleurales.
44-(47). Scutellum plus ou moins roux à la pointe.
45-(46). Thorax : 2 taches noires rétrosuturales. Nervures XI-XII
rembrunies (fig. 480) ......... uliginosa (p. 247).
46-(45). Thorax : 3 taches noires. Ailes claires, nervures XI-XII sans
' ombre (fig. 478) ............. clara (p. 240).
47-(44). Scutellum sans tache rousse à la pointe.
48-(51). Tibias I avec 1 ou plusieurs soies.
49—(50). Chète à cils courts (plus courts ou à peine aussi longs que la
largeur du 36 article antennaire [fig. 460]), nervures XI-XII
nettement ombrées ..... . `. . quadrimaculata (p. 246).

SPILOGASTER 237
50-(49). Chète à cils plus longs. Nervures XI-XII légèrement ombrées
(fig. 457). ............... anceps (p. 239).
51-(48). Tibias I sans soies.
52—(53). Ailes claires, vitreuses, à peine une teinte jaune le long des '
nervures. Abdomen unicolore à épaisse pruinosité jaune.
................... corollata (p. 241).
53·(52). Ailes non vitreuses. _
54—(55). Nervures XI-XII un peu ombrées. Aileslégèrement enfumées.
. ................... atripes (p. 239).
55·(54). Nervures XI—XII largement rembrunies. obscuripes (p. 244).
56·(43). 1 :2 soies sternopleurales. `
57·(68).· Abdomen d’un.gris jaunâtre. Chète pubescent ou à cils courts
(fig. 460). .
58—(63). Fémurs en grande partie roux.
59-(60). Scutellum : soies préapicales moitié aussi fortes que les api-
cales. Fémurs I plutôt sombres ...... fratercula (p. 241).
60·(59). Scutellumz soies préapicales très courtes, piliformes. Fémurs I
en grande partie roux.
61—(62). Chète pubescent. Abdomen à taches brunes
.................. consimilis (p. 240).
B2-(61). Chète à cils assez longs. Abdomen non tachè.
...... . ........ . .- . . punctivoutris·(p. 246).
63—(58). Fémurs noirs.
B4~(65). Ailes : nervures XI-XII sans ombre. Chète à·cils longs.
. . . ' ...... . .......... Doubleti (p. 241). `
65-(64). Nervures XI-XII ombrées.
86-(67). Tibias I. avec des soies. Nervures XI-XII faiblement rem-
brunies (fig. 476) ........ quadrimaculata (p. 246).
67—(66). Tibias I sans soies. Nervures XI-XII beaucoup plus large-
ment rembrunies. .......... . obscuripes (p. 244).
68-(57). Abdomen roux, ou jaune luisant en partie. montana (p. 243).
69·(42). Préalaire nulle ou réduite à un oil court. Tibias II avec de
fortes soies antérieures et postérieures. Épine costale très
longue. .............. protuberans (p. 245).
70-(1). Pattes complètement noires.
71—(82). 4 soies dorso-centrales.
72·(75). 1 :2 soies sternopleurales. Yeux nus. Chète à cils longs.
73—(74). Entièrement d’un gris noirâtre uniforme luisant; sans taches
ni dessins. Long. 5 mm .... . ..... atrior (p. 239).
74-(73). D’un gris clair. Thorax à 3 bandes brunes, légères, mais bien
visibles. Abdomen : tergite III: 2 taches allongées d’un brun
clair; tergite IV : 1 bande médiane d’un brun—clair. Long.
8 mm ................ atricans (p. 239).
75-(72). 2:2 soies sternopleurales. •

238 MYDJEA.· — sPn.0cAsTEn
76-(79). Préalaire courte, moitié aussi forte que la 1*8 soie dorso§
centrale présuturale.
77-(78). Fémurs III avec des soies sur toute la longueur de la face
inférieure. Tibias III avec 2 soies externes. Cuillerons d’un
blanc jaunâtre. ..... . ..... lucornm (p. 242).
78—(’77). Fémurs III avec 2-3 soies seulement sur la face inféro-apicale.
Tibias III avec 3-4 soies externes. Cuillerons d’1m jaune vif.
...... . .......... multisetosn. (p. 243).
79476). Préalaire longue aussi longue que la lm soie dorso-centrale
ou à peu près.
80—(81). Femurs III avec les seules soies inféro-apicales. Cuillerons
jaunes (1).. ............ marmorata (p. 242).
81-(80). Fémurs III avec des soies sur toute la longueur de la face infé-
rieure. Cuillerons d’un blanc jaunâtre. . . obscurate (p. 243).
82-(71). 3 soies dorso-centrales.
83-·(86). Tarses I distinctement dilatés (üg. 471·474).
84——(85). Ailes entièrement claires. ......... uivalis (p.243).
85-(84). Ailes jaunâtres, nervures XI—XII un peu ombrées.
' . ............... . obscuratoides (p. 244).
86-(83). Tarses I non dilatés. 1 : 2 soies sternopleurales. Tibias II sans
soies postéro-internes (2).
87-(88). Pas de préalaire ........... meracuia (p.‘ 242).
88-(87). Préalaire présente, plus ou moins longue.
89-(90). Préalaire très courbe. Tibias II avec des soies sur la face posté-
rieure seulement ........ quadrimaculata (p. 246).
90-(89). Préalaire longue. Tibias.I.I avec des soies sur la face anté-
rieure. Chète à cils longs. Cuillerons jaunâtres; thorax d’un
gris noirâtre. ............. ailotalla (p. 239).
1. M. abdominalis ZETTERSTEDT. ——— BEZZI et STEIN, III, 634; S‘1`EII*I,
1916, 58, 1. —- (fig. 421, 454).
Q : yeux à villosité très courte, peu distincte. Bande médiane
frontale plus large que l’oeil, sans soies croisées.
Environs de Paris : Seine-et-Oise : Hautil, Rambouillet, Andrésy(V1LLE·
NEUVE); Seine-et-Mamie : Fontainebleau (PoUJA1:•E); Lyon; Vaucluse :
Apt; Bordeaux; Puy-de-Dôme : Royat (PANDELLÉ); Corse (SCHNABL). —-
Suède méridionale, Italie centrale.
1. Correspond au M ydœa obscumlidea de la collection PANDELLÉ.
2. Gest dans cette section que doit seplacerla petite femelle nommée Anicia perexiguez
par PANDELLÉ (1899, 48, 40) en remarquant qu'c1le présente au moins une forte soie
postéro-interne au tibia II; pas de préalaire; chète à cils très longs; épine costale très
réduite ou nulle. Long. : 2 }@ mm. Tarbes, octobre. _

MYDzEA· —- SPILOGASTER 239
2. M. nllotalla LTEIGEN. - BEzz1 et Srizm, III, 635; Sc1~1NAB1., 1911,
*3, 110; S·rE11~1, 1916, 58, 2. -— (fig. 427, 463, 470). `
Mal·octobre. _ .
Seine-et—0ise : Rambouillet (VILLENEUVE, Sûouv). —— Prusse orientale.
3. M. lanceps ZE·r1‘ERs'rEn·r. —— Buzz: et Srrtm, III, 635; S'rExN, 1916,
38, 3. -—- (fig. 457, 458).
C’est bien le Spilogaster caasia de MAcquAn·r (1835, II, 296, 11).
Avril-septembre. ·
Commun dans toute la France; — Europe, Asie septentrionale.
4. M. angelicœ PAN¤E1.r.É (non SCOPOLI) 1898, 65, 27, Q (Quadrula).
Ailes : nœud des nervures IV-V avec 4-5 aiguillons couchés. Fémurs I
loirâtres jusqu’aux genoux.
Hautes-Pyrénées : Tarlies, juillet-octobre; Anne, Chêne. — Italie, Prusse
PANDELLÉ).
5. M. atricans PANDELLÉ 1899, 105, 19.
Comme le Mydœa pseudalricans; en diffère par : chète à cils plus
zourts d’un tiers. Palpes plus épais. Trompe plus courte et plus forte.
Fhorax à pruinosité grise plus épaisse; 2 -1- 4 soies d0rso—centrales;
lcrosticales nulles; préalaire manque. Pattes noires; griffes et pelotes
slus courtes; tibias I avec 1 soie; tibias II: 1 antéro-externe, 2 posté-
ieurcs; tibias III: 2 antérodnternes, 3 antéro-externes. Ailes légèrement ·
znfumées; épine oostale nulle; nervure XII droite. Cuillerons et balan-
ziers jaunes ou d’un blanc jaunâtre. Abdomen noir au`fond,àpruinosîté
l‘un gris bleuâtre. Tergite I noir, tergite IV gris noirâtre; II et III à.
aches triangulaires noires séparées par une bande grise. Long. 6 mm.
Hautes-Pyrénées : Barèges, Gavamie (PANDELLÉ).
6. M. ntrior PANDELLÉ 1899, 106, 20.
Hautes-Pyrénées : Luz; juin (PAN¤EL1.).
7. M. atripes ME.».¤E. —- Bnzzx et S·rExN, III, 636. —- (fig. 415-416.)
c': yeux subcontigus, bande médiane frontale égale au 1/4 ou au
l/5 de l’œil. Chète à cils longs. 'lhoraxà pruinosité d’un gris clair avec
L bandes noires bien apparentes; 3 ou 4 soies dorso-centrales. Scutellum
gris, sans tache. Cuillerons blancs. Ailes claires, nervures XI-XII sans
ambre. Balanciers jaunes. Pattes noires; tibias postérieurs sans soies
internes. Abdomen conique, gris avec 4 petites taches fixes bien visibles.
Long. 5-7 mm.
Juin-septembre.
Dauphiné. — Europe centrale et septentrionale. ·

240 MYDJEA. —— SPILOGASTER
8. M. calceata R0NDAN1. — BEzz1 et STEIN, III, 636; STEIN, 1916,
59, 7.
Seine-et-Oise : Rambbuillet (VILLENEUVE). —-· Europe centrale et méri-
dionale.
9. M. clara MEIGEN.t—-— BEzz1 et STEIN, III, 637. -— (fig. 478, 479).
©" : bande médiane frontale presque aussi large que la moitié de
1’œil. Palpes rembrunis.
"8 wîy  
É? ) G i
•   a É .
—  . sl; ès É
' 9 “ ` ' 480  uv
us / "
Fm. 478 à 480. — 478, Mydœa clara d'; —— 479, id., armature buccale de la larve au
3• âge; — 480, Mydœa uliginosa cl`.
Mai·septembre.
Allier; Lyon;· Vaucluse (V1LLENEUvE); Bordeaux; Hautes-Pyrénées :
Tarbes : juin-septembre, fenêtres; Marseille; Hyères (PANDELLE). — Europe
centrale et méridionale.
Larve carnivore. Vit dans les matières végétales décomposées. Avant
de se transformer en pupe elle tisse un cocon (comme le Muscina stabulans
ou le Passeromyia heterochœla) formé de très fins fils de soie auxquels sont
mêlés quelques débris végétaux et des grains de sable.
10. M. concolor CZERNY. — STEIN, 1916, 59, 9. — (fig. 481 a.)
Seine—et—Oise : Hautil; Isère : Grenoble (V11.1.E1~1EUvE). — Europe cen-
trale.
11. M. consimilis FALLEN. -— BEZZI et STE1N, III, 637; STEIN, 1916,
60, 10. — (fig. 435 et 436 a.)
Q : bande médiane frontale plus large que l’œil. Pattes claires.
Abdomen en ovale court, à taches brunes.
Seine-et-Oise : Rambouillet (VILLENEUVE); Lyon; Hautes-Pyrénées :
Tarbes, juin-septembre, Pin, prairies (PANDELLE). — Toute l’ Europe.

MYn.EA. — SPILOGASTER 241·
12. M. corollata PANDELLE 1898, 61, 20. —- (fig. 442).
cf: thorax à pruinosité grise : 4 bandes d’un brun velouté (‘).
crosticales nulles, préalaire manque. Ailes claires, épine costale longue.
Zuillerons d’un blanc jaunâtre. Abdomen d’un blanc gris à reflets
·leuâtres: 1 paire de petits points d’un noir velouté fixe sur les
ergites II~III. Long. 7 mm. '
Prusse orientale (PANDELLE).
13. M. Doubleti PANDELLE 1898, 69, 7;
Tram, 1916, 60, 13.
Somme : Hailles (DOUBLET > PANDELLÉ);
iuéret (VILLENEUVE).
14. M. duploris ZETTERSTEDT. ·—- BEzzx et ·
TEIN, III, 639. —— (fig. 417, 418).
Mai-octobre.
Commun dans toute la France. — Europe
entrale et septentrionale.
15. M. duplicata 11/IEIGEN. —— BEzz1 et
TEIN, III, 639 (z); SCHNABL, 1911, 93, Fm. 481 a. — Mydœa concolor ·
11. · Czerny; armature génitale c"
d'après Schnabl et Dzied-
Maî_c0t0bœ_ ` zicki, 1911, fig. 477-478. _
Feuillages, Pin, haies, marécages. .
Très commun dans toute la France. — Répandu dans toute 1’Europe,
Afrique septentrionale, l’Asie mineure, le Caucase, les Philippines et
Amérique septentrionale (BEZZI). MULLER l’a observé à différentes reprises
ans la région alpine sur les fleurs de l’AlIium vîclorialc, Geum montanum,
'inguîcula alpina, etc. _
16. M. flngripes RoN¤ANr. -—— BEzz1 et STEIN, III, 639; Srnm, 1916,
l, 16. — (fig. 475).
Août-septembre.
Hautes·Pyrénées (PAMJELLE). — Ostende; dunes de Blankenberghe,
ynanthérées (VILLENEUVE); Prusse, Toscane.
17. M. fratercula ZETTERSTEDT. ——— BEZZI et STEIN, IV, 640; STEm,
916, 62, 18. — Spilogaslcr Meadei Scnmaxar. 1911, 93, 114.
Eure : Évreux (PORTEVIN); Lozère : La Bastide; Hautes-Alpes : Lau-
1. 3 dorso-centrales; l’espacc compris entre la 1¤’• soie dorso-centrale rétrosuturale
t bien plus grand que l’espacc qui sépare la 2• de la 3*. , `
2. Quadrula mencchma de la coll. PANDELLÉZ d' c" = Mydœa duplicata; Q ==
’ydœa quadrum.
16

242' MYDIEA. — SPILOGASTER
taret (VILLENEUVE); Corse : Tattone, mai (SoHNABL). —- Europe centrale
et septentrionale, Alpes, Écosse.
18. M. întermedia VILLENEUVE 1899, 134, 7; STEIN, 1916, 63, 25.
Environs de Paris. I
19. M. Iasiophthalma ll/IACQUABT. —— BEzz1 et STEIN, III, 641;
STEIN, 1916, 63, 22. —— (fig. 426, 455). _ -
Haies, feuillages. Mai-août.
Commun dans toute la France; Corse. — Europe centrale et méri-
dîonale.
20. M. lateritîa Pi0NDAN1. —— STEIN, 1916, 63, 23. —— (fig. 453).
Ille-et—Vi1aine : Rennes; Seine-et-Oise : Maisons-Laffitte, mai (VILLE-
NEUVE); Corse ,(ScuNABL).
21.’ M. lucorum FALLEN. -—- BEzzx et STEIN, III, 641; STEIN, 1916, 63,
24. — (fig. 429, 443, 448, 462).
Avribseptembre.
· Très commun partout. Répandu dans toute 1’Europe, 1’Aîrique septen-
trionale et l’Amérique du Nord. MULLER l’a observé dans les Alpes, à
2.000 m., sur les fleurs de Veralrum album, de Ranunculus aconilifolius, etc.
(BEzz1, 1918).
22. M. maculîpennis ZETTERSTEDT. —- BEZZI et STEIN,~III, 642; STEIN,
1916, 64, 26.
Amiens : Seine—et·Oise : Rambouillet (VILLENEUVE). — Europe centrale
et septentrionale.
23. M. marmorata ZETTERSTEDT. — BEZZI et STEIN, III, 642.
·Hautes-Alpes : Lautaret, juin (VILLENEUVE).
24. M. memnonipes ZETTERSTEDT. ——— BEzz1 et STEIN, III, 642; STELN,
1916, 64, 28.
Hautes·Alpes : (V1LLENEUvE). — Suède.
25. M. meracula PANDELLE 1899, 114, 33.
Prusse orientale (PANDELLE). ·
26. M. modlîngensis SoHNAe1. et Dznan. 1911, 290 [238]. - (fig. 481 b).
Juin·juîllet. Toute la France.

Mvnzm. - SPILOGASTER 243
27. M. montana RONnAm. —— BEzzx et STEIN, III, 643; STEIN, 1916,
64, 30. (fig. 438).
Suisse; Tyrol; Italie septentrionale (PANDELLÉ).
28. M. multisatosn Srnonn. — BEZZI et STEIN, III, 643. -— (fig. 446,
447).
Fm. 481 b. — Mydœu modlingensis Schnabl et Dzied. - Appareil génital d`, d'après
Schnabl et Dzied., 1911, fig. 463, 464.
Vosges : Gérardmer, Schlueht (HERVÉ·BAZIN); Puy-de-Dôme : Mont:
Dore; Var (VILLENEUVE).
29. M. nivalis ZETTERSTEDT. — STEIN, 1916, 65, 33 (1). — (fig. 441,
471, 472).
Seine-et-Oise : Rambouillet (VILLENEUVE, SÉGUY); Lyonnais; Hautes-
Alpes : Lautaret (VILLENEUVE); Hautes-Pyrénées, montagne; Pin. -—
Alpes milanaises, Styrie., Silésie, Prusse (P.x1~mE1.LÉ).
30. M. obscurata MEIGEN· —— BEZZI et S*rE1N,` III, 643; STEIN, 1916,
65. —— (fig. 450, 451, 481 c).
Fm. 481 c. - Mydœa obscumla Meigen. Armure génitale c" ; figure schématlsée d’après
Schnabl et Dzied., 1911, fig. 491, 492.
Seine-Inférieure : Rouen; Hautes—Alpes : Lautaret (VILLENEUVE);
Hautes-Pyrénées : Tarbes, montagne, mars-septembre; Marseille. -—
Autriche, Prusse, Pologne (PANDELLÉ).
1. Il s’agit icl du Mydœa nivalis ZE·r1·. tel qu’ll a été défini par PAN¤E1.1.E (1899,
59, 15).

244 MYmEA. —— sPxLoc·AsTER
31. M. obscuratoides SCHNABL. — BEzz1 et STEIN, III, 643. — (fig. 432,
440, 473, 474).
Hautes-Alpes : col du Lautaret, juillet—août. -·- Bohême, Prusse.
32. M. obscuripes ZE·r·rE1=«s·rE1>·r. — BEZZI et STEIN, III, 644; STEIN,
1916, 65. — Spilogasler cothumaia Ronnzmr. PANDELLÉ, 1899,.102,
13, Q. — (fig. 449, 452).
Allemagne; Italie. , · ·
Les Q de la collection PANDELLÉ, qui correspondent à la description
donnée par cet auteur (1899, 102, 13), présentent une soie antéro—posté·
rieure sur les tibias I et les transverses sont â peine rembrunies. Pour le
reste elles correspondent au M. quadrimaculata FALLEN.
33. M. Pandellei VILLENEUVE 1922, 528, 2. — Quadrula dcpuncta
PANDELLÉ 1899 (non FALLEN), 64, 24 (1). — (fig. 437).
©’ : thorax à pruinosité d’un gris jaunâtre, 4 bandes sombres. Préa-
laire très courte; 2 : 2 sternopleurales. Ailes claires, épine costale nulle.
Cuillerons d’un blanc hyalin; balanciers jaunes. Pattes jaunes, la base
` des fémurs II-III et le fémur I complètement noirs,
àpruinosité grise. Abdomen couvert d’une épaisse
· pruinosité d’un gris jaunâtre; tergites Il-III avec 4
taches d’un brun-noir. Tous les pores d’inserti0n des
· macrochètes auréolés de brun. Long. : 5-9 mm.
i Hautes-Pyrénées : Tarbes, montagne, juin à juillet.
Aune, haies, ombelles; Aude; Marseille. - Italie, Dan-
•. zig (PANDELLÉ). ·
F,G_4g1d__Mydm 34. M. pareepilosa STEIN 1914, 22, 51 et 1916, 55l
` ïmcgîjgâïâteàîl Var : Cavalière (VILLENEUVE).
nital o’ : vu de
face. 35. M. pendule. PANDELLÉ 1898, 57, 12. (Qua-
drula).
Diffère du M. alripes par les yeux légèrement plus écartés, le thorax
d’un gris plus clair, à 4 bandes noires séparées par des intervalles
bruns qui forment 3 autres bandes intercallées entre les noires. Ailes
plus claires, vîtreuses. Abdomen à pruinosité gris_e plus épaisse, à reflets
blancs, taches sombres d’un noir velouté beaucoup plus étendues.
Hypopyge à soies longues, courbées au bout. Long. 5 % mm.
Diffère du Mydaea corollata par l’absence de la ceinture de soies du
sternite V. _
Hautes-Pyrénées; Carcassonne (PANDELLÉ).
1. Voyez aussi SrEm, 1916, 60, 12, note.

l\IYD1EA· - srxtooasrrzn 245
36. M. pertusa ÃIEIGEN. — Biazzi et Sriznv, Ill, 645; SCHNABL, 1911,
95, 113; Sram, 1916, 66, 41. — Kmnm, 1917, 393. — (fig. 420, 456).
Feuillage; juin-août. Localisé.
Lille; Reims; Seine-et·Oise : Rambouillet; Côtes-du-Nord; Allier 2 Vichy
(Vrnnnmauvn, Stmcour, SÉGUY); Corse: Cauro, mai (Sommer).- Toute
l’Europe.
La larve est carnivore et se développe dans le bois décomposé de l’0rme
avec des larves de Mycétophiles, de Tipulides et d’Hétéroneurides. Son
corps est allongé, lisse, Pextrémité postérieure tronquée, dépourvu d'excrois-
sances. Elle tisse un cocon qui enveloppe le puparium. Celui-ci est très
foncé, les lignes segmentaires bien visibles; les cornes prothoraciques sail-
lantes et noires (KEr1.1N).
37. M. prospinosa PANDELLÉ 1898, 56, 10.
Très voisin du Mydœa duplicata avec lequel il peut être confondu.
Hautes·Pyrénées, Rieumajou, juillet, ©’ Q (P.-\NDELLÉ)· ·
38. M. protuberans Zerrnnsrznr. —- Brazzr et Srnm, III, 645. —
(fig. 424, 425, 428, 439). `
Q : corps à pruinosité cendrée épaisse. Bande médiane frontale d’un
tiers plus large que l’œil. Abdomen ovale. Tergites III-IV avec 2 points
discaux bruns. Long. 6-9 mm.
C’est le Spilogasler marilima de la collection Penms.
Littoral maritime. Belgique : Dunès de Blankenberghe, sur le sable
sec de la plage, août; Pas-de-Calais : \Vimereux; dunes de Dunkerque
(Vx1.r.ENmuv1z); Somme : Ault (PouJAms.); Albi (Vu.L1=:NEUvE); Arcachon;
Aude. — Piémont, Glogau, Suède (PANDELLÉ).
39. Mfpseudntricans n. sp.
cf : yeux nus, séparés par une petite bande noire très nette entre
les orbites. Antennes noires, chète à cils longs, surtout à la base. Palpes ·
noirs, bruns à la base. Scutellum et thorax noirs, un peu brillants, à
faible pruinosité grise; trace de 3 bandes étroites; 2 —|— 3 soies d0rso· _
centrales; acrosticales très fines, à peine distinctes de la pilosité du _
fond sauf une paire préscutellaire plus forte; préalaire manque. Pattes
noires, tibias I sans soies; tibias II: 2 soies postérieures prébasales.
Ailes fortement enfumées, presque noires à la base et le long de la
nervure I; nervure XII fort courbée. Abdomen noir au fond; tergite I
noir; IV, brun gris; II et III avec une paire de larges taches fixes,
carrées d’un brun noir séparées par une fine ligne médiane-dorsale
jaune. Macrochètes beaucoup plus développés sur les 2 derniers tergites.
Puy-de·Dôme; Lioran; Cantal (PA1~m1a1.1.É).
40. M. pubescens S1·ExN. — Bizzzx et STEIN, III, 645; STEIN, 1916,
67, 44.

246 MYDAsA.`—~ SPILOGASTER
Seine-et-Oise : Maisons-Laffitte, mai (DF VILLENEUVE); Corse : Ajaccio,
mai (Sommet).
41. M. punctiventris Zxarransranr. — PANDELLÉ, 1899, 82, 28; Bazzr
et Srem, IH, 646.
` ci' : yeux presque cohérents par les orbites. Antennes brunes : 18* et 2**
articles roux. Chète à cils aussi longs que la largeur du 3** article. Thorax
noir à pruinosité d’un gris légèrement bleuâtre; 4 bandes plus sombres, les
médianes moins larges. Acrosticales nulles; 2 + 3 soies dorso-centrales;
préalaire moitié aussi forte que. Ia»1"* soie dorso-centrale ou presque (1);
1 : 2 sternopleurales. Pattes entièrement rousses sauf les tarses noirs.
Ailes jaunies, surtout le long des nervures; épine costale très courte.
Cuillerons et balanciers jaunes. Abdomen : lamelles prégénitales styli-
formes, hérissées de courtes soies raides, serrées en brosse.
Hautes-Pyrénées : Tarbes, montagne; juillebnovembre; prairies; Allier;
Morlaix. — Suède, Italie (PANDELLÉ).
42. M. quadrîmaculata FALLEN. — Bezzr et Sram, III, 646; Sram,
1916, 67, 46. ———- (fig. 444, 445, 460, 461, 476).
Hautes-Pyrénées : Tarbes, montagne; avril-octobre; peuplier, chêne,
fleurs; Corse : Tattone, juin (SCHNABL). —— Italie, Bohême, Thuringe,
Laponie (P.moE1.LÉ, STEIN).
— 43. M. quadrinotata MEIGEN· -- Biszzi et Srnm, III, 646.
Seine-et-Oise 2 Hautil; Haute—Vienne z Ambazac(V1LLENEUvE); Hautes-
Pyrénées : Tarbes, montagne; avril-septembre; Pin; Apt; Marseille. —
Europe (PANDELLÉ). . '
44. M. quadrum F. —- Brszzz et Srism, III, 646; PANDELLÉ, 1898,
54. 6; Srrzm, 1916, 68, 48. ——- Anthomyia œqualis Maman. -—— Spilogaster
cazsicz Bazzr (non Misco.), ——- Mydina dispar H.-D. —- Spilogaster separate:
ScmNE1z (non Marsan). — (fig. 477).
Chêne, Aune, Pin, Euphorbe, Cynanthérées, mars-septembre. Peu
commun, localisé.
Toute la France. -·- Europe, Asie et Afrique septentrionales.
BoUc1~1:È(1834, 210, 6) a trouvé la larve dans les vieilles bouses de vaches.
45. M. separata~l\lEroEN. — PA.NDELLÉy 1899, 100, 10, Q. -· (fig. 481 e).
Hautes-Pyrénées, août—septembre.
1. La préalaire est ici très variable : elle peut être assez forte, courte ou piliforme.
Cette Mouche pourrait aussi bien être placée dans le sous-genre M ydœa, mais la préa-
laire, courte dans la majorité des cas, permet de la ranger aussi bien parmi les Spilo-
gaster. Nommée aussi Arîcia indislincla par PANDELLÉ. _ _

ENOPLOPTERYX 247
46. M. simulatrix n. sp. -— Limnophora obscuripes PAN¤E1.x.É pp.
(non Zmrr.), 1899, 122, 9.
J :lamelles prégénitales soulevées, leur bord postérieur avec une
broussaille de petites soies mélangéesà de courtes épines raides dressées;
tibias I noirs, sauf à la base.
Hautes-Pyrénées : Arrens, Gavarnie, juillet-septembre; herbes, feuillage
(PANDELLÉ).
47. M. uliginosa. FALLEN. —- BEzz1 et Stam, III, 648§·PANDELLÉ,
1898, 62, 22; STEIN, 1916, 69, 53.- Rohrella '
punclata R.—D. — (fig. 433 et 480). (
Juillebseptembre.
Très commun dans toute la France, souvent
sur les vitres des habitations. — Europe, ·
Afrique septentrionale. îl 
48. M. van der Wulpi Scmmm. 1886. —
Bazzr et Sriam, III, 649; STEIN, 1916, 70, Fm. 481 cf- Mydœa sepa-
55. - (fig. 422, 423). ë<Égt;*f·=?î¤[;r0}H· AvP=¤°ü·
Nord : dunes de Dunkerque (VAN OYE); .
Hautes-Alpes : Lautaret (Hesse, VILLENEUVE); Hautes-Pyrénées. — Alle·
magne, Hollande, Varsovie (PANm;LLÉ). .
49. M. villositarsis PAN¤E1.LÉ 1898, 58, 14.
Hautes·Pyrénées : Tarbes, mai (PANDELLÉ).
37. — Genre ENOPLOPTERYX Hnnoizn.
Scimnm. et Dzxeo., 1911, 156 (104); S·rEn~x, 1916, 70, 28 et 220, 38.
Tête triangulaire, allongée, occiput un peu bombé. Yeux nus; antennes
longues. Trompe élargie à 1’apex, labelles dilatées; palpes filamenteux.
Thorax à 4 bandes; 2 + 3 — 4 soies dorso·centralcs; sternopleuralesz
4 — 6 (2 : 2, 3 : 3 ou 2 : 4), les postérieures assez éloignées des
antérieures. Ailes longues largement arrondies à la pointe (üg. 482);
épine costale très forte; nervure costale armée d’épines bien distinctes
de soies fines. Pattes élancées; tibias jaunes ou noirs, les pattes III sans
soies dorsales. Griffes et pelotes fortes. Abdomen : 1 paire de taches sur _ ‘
les tergites II- III.
Larves humicoles et carnivores. Adultes anthophiles.

248 ENOPLOPTERYX _
TABLEAU DES EsPÉcEs (J Q).
A. -- Pattes jaunes. Fémurs I et la base des fémurs II-III de couleur
sombre. Long. 5-6 mm ........... ciliatocosta. (p. 248).
B. —— Pattes de couleur sombre. Genoux bordés de roux;. Tarses I :
articles II-IV d’un roux luisant. Long. 7-8 mm. obtusipennîs (p. 248).
' 1. E. ciliatocosta Ziarr. - BEzz1 et STEIN, III, 637. — Cœnosia iigrina
ME1c.EN (non FAB.).
è , g.
  s \
\ \» eî ;_.   ~r
vi ` . , ’
”   · fg?  
î' —
`ï"··\ 
[ \__ 
l 1
lv af
% l
Fm. 482. — Enoplopleryx obtusipennis c` X 9.
Diffère du Caanosia iigrina (en dehors de la disposition des macrochetes)
par les deux articles de la base des antennes roux, par le chète anten-
naire à cils longs, par l’épine costale, les épines de la nervure costale
plus développées, par les nervures XI—XII plus ou moins ombrées; les
articles des tarses, surlout le ler, sont armés de plusieurs fortes épines
à Pextrémîté.
Juillebseptembre.
Seine-et—©ise : Rambouillet. Très commun sur le Calluna vulgaris
(VILLENEUVE); Aude; Hautes-Pyrénées. -— Italie, Allemagne, Suède
(PANDELLÉ).
2. E. obtusipennis FALLEN. —— BEZZI et STEIN, III, 644; BEZZI, 1918,
82, 27. —— (üg. 482).

ATHERIGONP; 249
Puy—de-Dôme : M0nt·Dore; Dauphiné; Lautaret; col d’Ornon; Mont-
Cenis (Vn.LENEUvE, Hesse); Hautes-Pyrénées (PANDELLÉ); juin-juillet,
sur les fleurs, Allium vicloriale, Saxifmga Aizoon, Laserpîlium hirsulum,
Ranunculus monlanus, Gentîana lutea (INIULLER, Bxszzr).
Espèce caractéristique des régions alpines; elle entre souvent dans la
zone des; neiges. Commune en Europe septentrionale et en Laponie. En
Europe méridionale se rencontre seulement sur les hautes montagnes.
38. — Genre ATHERIGONA Ronnam.
ScHNABL, 1902, XXI, 199; — Scumusn et Dzuzo., 1911, 181 [129];
Amnxcn, 1921, 93;- Bxazzx et Sriam, III, 676; ·——VILLENEUVE, 1922, 52.
A. varia 1\#IE1c1;N. — Sriam, 1913, 529 et 1916, 118, 43. — (fig. 483- .
488).
Corps court, cylindrique, noir, couvert d’une pruinosité cendrée. ©’ :
tête jaune, cubique. Yeux écartés (c' Q); bande médiane frontale
485 _  
`~\ \ lill
\\\·...   r *86   488
 ·   rx Y "‘nH  
Sîîlësa 4 N 4
‘ 7;   gëî n
  I •~• agi
484 I \ 455 X"
\ ~ 4
® i y 4 89
' En r;'2 @87
F10. 483 à 489. - 483, Alherigona pulvinata, pupe; -·- 484, id., stigmate (1); — .485,
Azhmgona varia d, >< 10; — 486-487, id., hypopygc; - 488. A- varia. p¤Si¤¤¤
de la nervure XI par rapport à l’intersection dela nervure II; — 489, Tncho-
plîcus lurcalus, id.
(1) D’après Aldrich, 1921, 93.
jaune; occiput noir. Palpes courts, presque nus, aplatis en spatule.
Thorax cendré, parfois jaune sur les côtés, le bord apical, lle scu-
tellum et la poitrine. Cuillerons grands, inégaux. Balanciers jaunes.
Pattes jaunes, les antérieures et les tarses noirs; griffes et pelotes très
courtes. Abdomen court, tronqué à1’extrémité, roux sur la base et les
côtés avec des taches noires latérales sur les tergites III—V; extrémité
de l’abdomen avec un appendice filiforme terminé par 2 glands noirs
et une pièce médiane élargie en palette.

_ 250 HEBECNEMA
Q : palpes allongés, robustes, légèrement courbes, concaves en arrière.
Long. 3-4 mm.
Fleurs, Menthe, Fenouil; aoûbseptembre.
Très commun dans le midi de la France. Montagnes. Corse. ——- Europe
centrale et méridionale, Afrique septentrionale, îles Canaries, Syrie, Égypte.
En Amérique, la larve de l’Afherigona pzzlvinaia se développe dans toutes
sortes de fruits: Poires, Tomates, Oranges; bulbes de Lis; fruit de l’Av0·
catier (Pcrsea gratissima).
39. — Genre HEBECNEMA ScHNAB1. 1889.
ScnNABi. et Dz., 1911, 148; ~— Srem, 1916, 49, 26;- Bizzzi et STEIN,
IIL 633. ’
Syn. Anthomyia Mc. ——— Spilogasier Mco. — Aricia SCHINEIL —
Xenaricia MALLOCH 1920.
Mouches souvent de couleur sombre, plutôt petites; délicatement
velues. Yeux gros, velus ou presque nus. Chète antennaire à cils longs.
Préalaire nulle, 2 -|- 4 soies dorso—centra1es; 3 soies sternopleurales.
Thorax noir avec ou sans bandes. Cuillerons grands, le thoracique saillant
de la moitié de sa longueur environ. Ailes souvent enfumées; nervure
costale nue. Pattes à soies éparses; tibias III avec 1-2 soies postéro—
externes; griffes et pelotes étroites, allongées. Abdomen ovale, épais,
allongé ou cylindrique.
Les Mouches restent posées sur les feuilles, à 1’0mbre: elles se jettent
parfois sur les Mammifères. Larves humicoles et carnivores.
TABLEAU DES ESPÈCES
MALES (STE1N).
1—(4). Yeux velus.
2-(3). Tibîas II-III un peu jaunâtres. Abdomen : tergite II avec 1 paire
de taches peu visibles .......... iumosa (p. 251).
3—(2). Pattes entièrement noires. Abdomen: une ligne médiane dorsale
assez distincte ............. umbratica (p. 251).
4—(1). Yeux nus.
5—(6). Pattes entièrement noires ........ vespertîna (p. 251).
6—(5). Pattes jaunes sauf les fémurs I et les tarses. nigricolor (p. 251).

HEBECNEMA 251
FEMELLE S
l—(4). Pattes entièrement noires.
3-(3). Thorax toujours avec des bandes, souvent peu distinctes. Abdomen
' mat. Balanciers jaunes. Yeux pubescents à un fort grossissement.
................... umbratica (p. 251).
3—(2). Thorax unicolore, d’un noir brillant. Abdomen brillant. Balanciers
souvent noirs (1). Yeux nus ....... vespertina (p. 251).
4-(1). Au moins les tibias I-Il jaunes.
î·(6). Pattes presque entièrement jaunes. Yeux nus. nigricolor (p. 251).
3·(5). Seulement les tibias II—IlI d’un jaune luisant. Yeux. velus. ·
.................... fumosa (p. 251).
1. H. fumosn MEIGEN. — Aricia fuscipes PANDELLÉ 1898, 67, 2. ·
Chêne, Anne, ombelles, fleurs; juillet·octobre.
Commun dans toute la France; Corse.- Europe, Algérie, îles Canaries,
Syrie. _
2. H. nigricolor F.·x1.r.EN. —— PAN- A
mzx.LÉ, 1899, 88, 39 (Aricia).    
Ah t ' ' dé mb Pl    
r us es; jum- ce re. us rare /g fé}- P-,
que les autres. " 
Toute la France.——Suède, Autriche, ` g 
Allemagne Italie. " ‘··· "
’ v % j
3. H. umbratica Mizroeiv. -—— PAN-  ] BM
DELLÉ, 1898, 68, 3. — (fig. 490). ·  
Fm. 490. - Ilebecncma umbralica d', X 9.
Fleurs, haies; répandu partout pendant presque toute l’année. La Mouche
se jette sur les Mammifères pour sucer le sang des blessures faites par les
Taons et les Stomoxes (ICCEBELB cité par Biazzx, 1912). La larve est humi-
cole ou coprophage et carnivore (Porrrscnmsxv, l<ElLIN et Bnzzx).
4. H. vespertine FALLEN. —Spil0gaster nigrila Scmman 1862, I, 609.
Fleurs, Anne; avril-novembre.
Très commun dans toute la France. — Algérie, Syrie, îles Canaries.
(1) A. Balanciers   massue jaune; tibias III avec 2 soies antéro-externes médlanes
H cbecnema a/finis MM.r.ocn.
B. Balanciers ài massue noire; tibias III avec 1 seule soie antéro-externe médiane
H cbecnemxz vcsperlinzz FALLEN.
Renseignement communiqué par le Dr VILLENEUVE. Voyez aussi Bizzzx, 1922, 8.

252 AzEi.rA
40. — Genre AZELIA ROBINEAU-DESVOIDY·
SCHNABL et Dzrian., 1911, 75, 127; — STEIN, 1914, 27, 8; 1916, 82,
_ 37; —— Brzzzr et Sriam, III, 667.
Q zfront avec des soies croisées. Bande frontale aussi large que chez
les Q Q du genre Fannia; 1 rang de soies fronto-orbitales. Pattes sans
franges de soies aux tibias III.
Les espèces de ce genre ne se reconnaissent bien qu’aux différences
sexuelles des ©’ ©", surtout remarquables sur les tibias III. Il est très
difficile de distinguer actuellement les Q Q entre elles (1).
Ces Mouches (surtout les ©" ©") sont communes en été, sur les Ombelli-
fères, ou sur les excréments des animaux domestiques. Les femelles semblent
plus rares que les mâles.
TABLEAU DES ESPÈCES
MALES
1—(4). Tibias III : frangés sur toute la longueur de la face externe ou
à peu près (fig. 496-497).
2-(3). Tibias II sans soie préapicale externe; une ligne de soie sur la face
externe des tibias III ........... cilipes (p. 253).
3—(2). Tibias II avecl soie préapicale externe; une ligne de soies sur les
2 faces des tibias III (fig. 493) ...... Macquarti (p. 254).
4·—(1). Tibias III : 1 seule soie préapicale externe (fig. 494).
5—(10). Tibias II sans soie médiane postérieure. Abdomen à pruinosité
d’un gris blanchâtre; tergites III-IV avec une paire de taches
noires. Thorax et scutellum cendres sur la marge postérieure;
tout le reste d’un noir velouté. Balanciers jaunes.
U 6-(9). Tibias III, face antéro-interne avec une frange de fortes soies,
dressées.
· 7—(8). Tibias III avec une frange de fortes soies postéro-internes. Long.
3-4 mm. (fig. 495) ......... A. Zetterstedti (p. 255).
8—(7). Tibias III sans soies postéro-internes dressées; face antérieure `
avec une frange de 4 longues soies fortes. Long. 4 mm.
(PANDELLÉ) ........... A. Villeneuvei (p. 254).
1. La Q de l'Azelia aletima est très petitc, de couleur sombre. Celle de cilipcs a les
tibias I—II plus ou moins roux; la Q de 1’A. Zeltersiedii ressemble à cilipes, mais les
pattes ne sont rousses qu'à la base.

. AZELIA ' 253
9·(6). Tibias III, faces antérieure et postérieure à villosité très line,
couchée, les poils plantés sans ordre. Long. 3-4 mm.
.................. A. triquetra (p. 254).
10-(5). Tibîas II avec 1 soie postérieure médiane. Pattes et balanciers
noirs. Ailes et cuillerons noirâtres.
11—(12). Thorax, scutellum et abdomen entièrement d’un noir mat
velouté, sans taches. Bord apical des tergites abdominaux avec
une étroite ligne d’un blanc grisâtre. Tibias III avec 1 seule soie
apicale interne. Long. 3 mm. ...... A. aterrima. (p. 253).
12—(l1).Thorax d’un noir profond. Abdomen avec 2 larges taches, quel·
quefois confluentes. Tibias III avec de longues soies sur presque
toute la longueur de la face interne. Cuillerons petits, égaux.‘
" Long. 2 %-3 mm. ........... A. gibbera (p. 254).
ni î-____É/,. -·n6
A,. __ .,.. ...f···' nu ·n’f
/àà-A Q  M hs É “""
En   |'\6 *·—·
~ î*\n13
` M4 nï u 8
Alulc Alulz "
‘~n 8 ,1 9
"9
im /È/I
492
F10. 491-492. — 491, Azelîa Zetlersledlt d' base de l’aile montrant la forme de la
nervure VIII (8); — 492, Hebecnema vesperlina d' ld.
1. A. nterrima ME1GEN. `
Rare partout. .
Vosges: Gérardmer (HERVÉ-BAzm, VILLENEUVE). — Europe centrale
et septentrionale. .
2. A. cilipes HAL1nAv. — (fig. 497).
Q : corps revêtu en entier d’une pruinosité cendrée, ailes et cuillerons
clairs. ”libias II avec 1 soie postérieure médiane. Long. 3-4 mm. '
Août-octobre. '
Seine-et-Oise: Marly, Rambouillet (VILLENEUVE, SÉGUY); Hautes-Alpes:
La Grave (E. Hrzssxa);. Marseille; Tarbes (PANDELLÉ).

254 Az1z1.1A ·
3. A. gibbera ME1cEN. _
Rare. Seine-et—Oise : Rambouillet (VILLENEUVE). — Europe centrale et`
septentrionale.
4. A. Macquarti Srœoea. —· (fig. 493, 496).
Avri1—août; sur les Ombellifères; quelquefois sur les excréments des
herbivores ou des Chevaux.
\
É l, I ··‘
  (gi 1
  ‘ '// · `,
’* \ /
\
. se
Fm. 493. — Azelîa Macquarli c", X 9.
Seine-et—Oise : Rambouillet (VILLENEUVE, SÉGUY); Côtes-du-Nord :
Lamballe (Soncour); Vosges : Gérardmer, Schlucht (HERVÉ·BAZIN);
Hautes·Alpes : La Colette; Sassenage : gorges du Furon; La Morte
(E. HESSE)§ Hautes·Pyrénées: Tarbes; Seîne—et-Oise : Marly (PANDELLÉ).
5. A. triquetm WrEDEMANN (*). —·- A. nudipes Zarr. — PANDELLÉ,
1899, 201, 35. — (üg. 494, 498). ‘
Q : abdomen à taches à peine marquées. Tibias II avec 1 soie posté-
rieure médiane. Long. 2 %—4 mm.
Avril-septembre. Répandu partout : fleurs, feuillage; Lierre et fleurs de
Lierre en automne. —- Toute l’Europe.
6. A. Villeneuvei PANDELLÉ 1899, 201, 34.
Seine-et—©ise : Hautil (VILLENEUVE).
1. L’Azelia genlilis de R0BrNEAU-Dnsvornv (1830, 592, 2) est semblable à l’A. tri-
quelra s’en distingue par les ailes plus enfumées. La Q est plus grosse, plus luisante
avec le front noir. On distingue 8 petits points noirs sur Yabdomen du c3'. Sur les fleurs
du persil, du cerfeuil (Ronrwmu-Dssvornv),

AZELIA· — 5° cmouee 255
7. A. Zetberstedti RoNDA1~11. —- A. lriqueira FALLEM (non WIED.).—·
(fig. 491, 495, 499).
Toute l’Europe; sur les fleurs, feuillages, Ombellîfères. Avril-septembre.
La larve de cette Mouche est peut-être carnivore (Ponrscmnsxv cité
par KEILIN, 1917, 424).
A
49'I
495 496
494 _ ,
2
fi au
498 .
F10 494 à 499. — 494, Azclia lriquelra o", patte III; — 495, A. Zellcrslcdli c", patte III;
- 496, A. Macquartî ci', patte III; - 497, A. cilipes 0*, patte III; — 498, A.
lrîquelm c", aile; - 499, A. Zellerstedli c", aile.
. CINQUIÈME GROUPE
TABLEAU mas c.ENP.es
MALES (').
L—(8). Tîbias II avec une pubescence courte et distincte sur toute la lon-
gueur de la face interne ou au moins à la partie apicale; souvent ·
une bosse ou protubérance villeuse à la face interne.
!·(5). Chète à cils longs (fig. 508).
I·(4). Yeux très écartés. Ailes avec une épine costale.
.................. Pletycœnosia (p. 257). _
1. Voir tableau des genres : femelles, page 182 : 4·, 5• et 6• groupes.

256 EURYOMMA I
4—(3). Yeux cohérents. Ailes sans épine costale. . . Piezura (p. 257).
5-(2). Chète antennaire nu ou pubescent (fig. 530-544).
6-(7). Abdomen aplati, l’apex élargi en spatule est plus large que la
base .................. Cœlomyia (p. 258).
7—(6). Abdomen aplati, plus étroit à 1’apex qu’à la base. Yeux réunis,
nus, rarement velus. 1 : 1 soies sternopleurales (fig. 544).
..................... Fannia (p. 258).
8—(1). Tibias II sans pubescence interne ou sans saillie villeuse. Yeux
largement séparés (cf Q). Préalaire courte. Aile sans épine costale.
1 : 1 soies sternopleurales. Chète nu. Long. 3-4 mm.
.................. Euryomma (‘) (p. 256).
FANNIIN%E
41.   Genre EURYOMMA Strnm.
Biazzr et STEIN, III, 666; — SCHNABL et Dzmn , 1911, 129 (77); —-
STEIN. 1916, 82, 36.
. 1
gg., a@
u
Fra. 499 b. — Euryomma peregrinum Meigen. Appareil génital d`, face et proûl;
figures schématisées d’après Schnabl et Dziedzicki, 1911, fig. 355-356.
E.‘pe1·eg1·inum MEIGEN. —— E. hispaniense STEIN 1899. —— (fig. 499 b).
Petite espèce pouvant être confondue avec une Cœnosie. Yeux bien
développés, largement séparés. Antennes courtes, chète nu. 2 préalaires
courtes et dressées. Ailes sans épine costale. Cuillerons très petits, le tho-
racique un peu saillant chez le ©". 1 : 1 soies sternopleurales. Tibias II,
face interne sans pubescence perceptible. Abdomen ovale allongé, forte-
ment aplati. Long. 3-4 mm.
Espagne, Canaries. Doit se trouver dans le Midi de la France.
1. Ce genre est aussi rangé parmi ceux du Ge groupe, voir p. 275 § 12 — (13).

PLATYCCENOSIA. — PIEZURA 257
42: — Genre PLATYCCENOSIA S·rnom..
BEzzr et Srzm, III, 660;- Sci-mae:. et Dzren., 1911, 130 (78); —
rnm, 1916, 219, 32. ·
Syn. Chorislomma Srizm 1895.
P. Miki Srno1aL. — Cœnosia cxterna PANDELLÉ. — Spilogaster grami-
îcola STROBL. '-—· Choristomma Pokomyi STEIN. —- (fig. 507-508). '
Corps court, noir à pruinosîté cendrée. Base des antennes et palpes roux.
rompe assez longue, épaisse; labelles grosses. Thorax avec une large
mde médiane brune peu visible. Scutellum roux à la pointe. Cuillerons
égaux. Pattes rousses; griffes et pelotes courtes. Abdomen court,
êprimé en ruban au milieu; tergites d’un roux brillant avec des taches
igues ou brunes.La Q ne diffère du ©" que par son abdomen bien ovale,
·ux en entier. Long. 5 mm.
Somme : Amiens (PAN¤E1.LÉ); Seine-et-Oise : bois d’Hautil; Somme :
aleux; Cambrésis (coll. V1LLENEUvE); Corse : Campo—di—1’Oro, mal
CHNABL). — Hongrie. ` «
43. ·—- Genre PIEZURA RONDANL
Biszzzr et STEIN, 1907, III, 666. · ‘
P. pardalina Ronnnm. — PANDELLÉ, 1899, 182, 6.
Tête lisse à peu près circulaire. Yeux grands, nus. Antennes longues,
unes ou rembrunies sur le 3¤ article. Trompe courte, palpes filiformes.
iorax à pruinosité cendrée, épaisse, avec une`bande médiane-dorsale
une, presque complète; callus huméraux et pattes jaunes, sauf les
rses. Base du scutellum grise, apex jaunâtre. Cuillerons blancs, de
oyenne grandeur, inégaux, le thoracique saillant d’un tiers; balanciers
1nes. Tibias II avec une pubescencc interne distincte; griffes et pelotes
sez grosses. Abdomen déprimé, roux avec un léger reflet gris, hérissé de
les fines à la base. Tergites III-IV avec un trait noir médiane incomplet,
urs bords latéraux étroitement noirs, au monis en partie. cu" : lamelles
êgénitales larges, globuleuses, jaunes. Long. 6 }é·7 mm.
Rare partout.
Seine-et-Oise : bois de 1’Hautil (avec le Platgcœnosia Milcî); Rambouillet;
ire-et-Loir : Jouy, près Chartres (Vrnwzunuvn). — Angleterre, Prusse,
·hême, Italie.· .
17

258. ¤cœ1.oM¥.rA. -—- FANNM
44. ·— Genre ULELOMYIA HALrnAv. h
Bnzzr et Srnm, III, 665; ·— SCHNABL et Dz., 1911, 132 (80).
0. spathulata Zrzrr. — C. mollissima HALIDAY. - (ûg. 49.9 c)-
Remarquable par la tête anguleuse, par 1‘épis·tome proéminent, par les
yeux petits et la forme de l’ab domen, plus large à la partie apicale qu’à la
base. ©' : bouche légèrement saîllante, Yeux nus, subcontigus, occupant
les 2/3 de la tête. Antennes courtes, chète nu. Trompe grêle, labelles
larges, plates; palpes filiformes. Thorax noir, sans bandes. Cuillerorrs
petits, égaux. Ailes comme chez les Fannia; nervure I nue. Balanciers
jaunes. Pattes noires; fémurs H épaissis au milieu avec de fortes soies;
tibrs II étroits à la base, graduellement épaissis vers Textrémité, avec
Fm. 499 c. — Cœlomyia spalhulata Zetterstedt. Appareil génital d', face et profil;
figures schématisées d’après Schnabl et Dziedzicki, 1911, fig. 361-362.
des soies internes courtes; griffes et pelotes courtes. Abdomen déprimé,
26 segment plus long que le 36, gris avec des taches triangulaires comme
chez le Fannia scalaris.
Q : bande médiane-frontale d’un gris blanc avec une ligne centrale
noire en arrière, souvent rouge en avant. Thorax gris, bandes indistinctes.
Ailes jaunâtres. Abdomen court, ovale et pointu, d’un gris noirâtre
uniforme. Long.,4-5 mm.
Forüücations de Lille, avril (D! VAN Own). — Pas·de·Ca1aîs : Trescault ‘
(PARENT). - Nord de l’Ang1ete1·re, fleurs du Callha palusttis (MEADE).
—- Réparldudans toute l’Europe, peu commun.
Larve humicole et saprophage (Bnzzr). '
. 45. -·- Genre FANNIA ROBINEAU•DESVOIDY· r
BEZZ1 et Srram, III, 656; -·— STEIN, 1914, 24, 7; 1916, 75, 32; ——·
LEsNE, 1921, 53 et 1923, 167.
Mouches moyennes ou petites, grises ou noires; abdomen luisant,
parfois jauneà la base _; pattes greles. Tête hèmisphérique presque entiè-
rement occupée par les yeux qui sont nus ou velusg occiput plat. Bouche

` FANNIA 259
on ou très peu saillante. Antennes plutôtlongues, plantées dans la moitié
ela hauteur dela tête; chète nu ou pubescent. Trompe courte; palpes ·
ylindriques, en massue ou un peu épaissis à l’apex, quelquefois très petits,
as plus grands que la largeur de la base de la trompe (*). Thorax unico-
>re ou avec des bandes plus ioncées; 2 —|— 3 soies dorso-centrales; 2 rangs
”acrosticales. Nervure I nue, rarement avec une petite épine ou des cils
aurts. Nervures V-VI séparées ou graduellement convergentes, rarement
arallèles (excepté Q Q), les nervures II-III formant un angle très aigu
vec la nervure I (‘). Pattes grêles; griffes et pelotes peu développées.
bdomen souvent aplati, surtout chez les c' c'; une bande médiane dor-
zle et quelquefois des taches latérales. `
Les mâles de ces Mouches, surtout ceux des Fannia scalaris, canîcularis
t incisurata réunis en groupe à l’ombre des arbres proches des habitations,
écrivent au vol, avec une extrême rapidité, des trajectoires anguleuses ou
n crochet. Ces danses se renouvellent chaque jour pendant la belle saison
t ne s’inter1·ompent que par la pluie ou le grand vent. Les femelles ne
ansent pas avec les mâles; elles se tiennent souvent sur l’.écorce du tronc
u des grosses branches (Luna, 1921). Ces Mouches sont chassées par plu-
eurs espèces de Crabronites qui les enferment dans leurs galeries pour en
ourrir leur larves (t). ,
Les œufs ont une coque munie de deux larges expansions chitineuses
ui peuvent être considérées comme des organes de flottaison leur permet-
mt de rester à la surface des matières plus ou moins liquides où ils sont
ondus. Les larves vivent dans les excréments, dans les matières animales
u végétales dont la décomposition est avancée; les segments de leur corps
ortent des appendices pennés qui servent d’organes de progression ou·de
ottaison (fig. 533). Quelques-unes vivent dans les nids de certains Hymé-
optères. Plusieurs espèces, les Fannia canicularis, mrmicala, încisurafa
t scalaris ont été accusées de produire des myiases intestinales (‘1). D’autres
nt été signalées comme parasites de diverses larves d’însectes (5). Pour se
iétamorphoser, certaines larves de Fannia se fixent à· un corpssolide
ù elles demeurent suspendues.
TABLEAU DES ESPÈCES _
MALE.? ' `
1·(I4). Au moins les tibias III d’un brun jaune ou roux.
2·('7). Fémurs noirs ou d’un brun plus ou moins sombre.
1. Fannïa mînufîpafpïs Srum. ` l
2. Caractère déjà signalé par le D' VILLENEUVE. Les Fazminz seuls présentent cette
iisposition remarquable (fig. 544): sauf cependant Plalycœnosia et Eurgomma.
3. L’Oxybelus uniglumis L. capture les Fannia. scalaris, incisurala, armata, l’Ophyra·
zucosfoma.
4. LA1¤>A, 1887, En!. Tidsskr., (vm, 5-20 et 136-153). _
5. ll sJagit vraisemblablement de larves qui se sont développées sur des hôtes
léjà malades ou morts. Le développement très rapide des larves de Fannla les a fait
>rendre pour des parasites. · ._ .

260 FANN1.1 '
3-(6). Hanches II sans épine dirigée en bas. Cuillerons égaux. _ _
4-(5). Corps d’un gris cendré clair; abdomen sans dessin. Long. 3 yz-
4 mm. .................. grisea (p. 270).
5—(4). Corps noir à reflets gris plus ou moins accentués; abdomen avec
de larges taches médianes triangulaires distinctes à certain jour.
Ailes : cellule H1 un peu rétrécie au sommet. Long. 5 mm.
.... . ..............· pallitibia. (p. 272).
6-(3). Hanches II avec un fort aiguillon droit recourbé en croc à la
pointe (fig. 512). Cuillerons inégaux. Yeux séparés par une petite
bande noire égale au 1/4 de la largeur d’un œil. Thorax un peu
brillant, à pruinosité cendrée légère. Fémurs II avec des aiguil-
lons courts serrés dans la moitié apicale (fig. 514). Abdomen à
pruinosité blanche avec une étroite ligne médiane élargie en
triangle. Long. 5-6 mm .......... îuscula (p. 270).
7—(2). Fémurs II-III jaunes ou roux, quelquefois un peu rembrunis
en bas.
_8—(13). Hanches II sans aiguillon dirigé en bas. Abdomen d’un roux clair
_ ou jaune à la base, noir luisant à l’apex; pruinosité et ligne
médiane noire peu distincte. Long. 3 %—5 mm.
9·(l0). Fémurs II-III sans villosité noire serrée à la face interne.
.................... pretiosa (p. 273).
10—(9). Fémurs II—III avec des soies serrées ou des épines à la face
interne. (fig. 515).
11—(12). Fémurs II avec 3 fortes épines médianes (fig. 531).
.................... ornata (p. 272).
12-(11). Fémurs II avec une frange épaisse de longues et fortes soies
serrées étendues sur toute leur longueur. . grisea (p. 270).
13-(8). Hanches II avec un fort aiguillon dirigé en bas, en croc au
sommet, accompagné de 2-3 macrochètes dressés, plantés sur
la marge antérieure. Fémurs I bordés de noir. Abdomen roux,
rarement d’un gris noirâtre, à reflets gris bien apparents. Long.
· ' 7-9 mm. (fig. 516) ............ hamata (p. 270)
14-(1). Pattes complètement noires, tout` au plus les genoux jaunes.
15—(20). Abdomen en partie d’un jaune brillant.
16—(19). Base de 1’abdomen avec des taches rousses plus ou moins étendues
enarrière, divisées par la ligne médiane-dorsale noire et la marge
_ postérieure des tergites noire. Long. 6 mm. au plus.
17—(18). Tibias II face interne avec une frange de soies fines, rousses, bien
saillante surtout à l’apex. 2 petites préalaires dressées, l’anté-
rieure plus forte. Long. 5-6 % mm .... diîfieilis (p. 270),
18-(17). Tibias II face interne à frange de soies fines en brosse, veloutée,
très courte ou indistincte (fig. 517). Pas de préalaire. Lcng.
4-7 mm ............... canicularis (p. 268).
19-(16). Abdomen allongé, jaune rougeâtre; la ligne noire médiane assez

r··AN1~1rA I 261
large, interrompue aux încisures; le dernier tergite rembruni à
reflets gris sur la face dorsale; d’un noir assez brillant sur la face
sternale. Long. 7-8 mm ........ speciosa `(p. 274).
20-(15).Abdomen mat. · ·
21-(60). Métatarse II sans éperon interne.
22-(29). Hanches II avec 1-2 aiguillons dirigés en bas, en croc à la pointe.
,·/‘
/ x \
” 502
5OO ,4%//I]m  
KW J w A
,47%/  505
'/?"’  ' ~ g\ `
/ /‘ ~‘  ., \‘ · .
ere       103 I 5°'  ·¢·"
x gf   1 ”À’w·L’A'€ 505
5 7 . ._:,$^ " ,
I   vl- <.
s w ·
. ' · 1 
 nel . 506 \ A
‘\\`\ . .  
: \\\\ ·_:;'2- E A
.` \\\'\\\\ ·-fëâ   I  ‘_
., www   -   ~. ,
f sw      @  
; 4,6 & 葧 / 507 593
îz; 4%. X"  `
509  I v .  «\ 
. 5OI
Fra. 500 à 509. — 500, Fannia glauccscens d', hypopyge; — 501, Fannia scalarfs cz",
patte II; -— 502, Fannia barbala 0*, tête; —- 503, id., métatarse III; - 504, id.,
métatarse I; — 505, id., derniers segments de Pabdomen; - 506, id., aile; -
507, Plalycœnosia Miki d', tête; —· 508, id., chète; - 509, Fannia tuberculala d,
patte II.
23-(24).Tibias III avec de longues et fortes soies. externes et posté-
rieures, Long. 5 mm. (fig. 525) ....... ciliata (p. 269).
24·(23).Tibias III sans longues soies.
25-(26). Hanches II avec 2 aiguillons. Mouche grise. Thorax avec des
bandes plus ou moins nettes. Tibia II face interne, brusque-
ment renflée après le milieu en tubercule triangulaire. Long.
5-7 mm. (fig. 501) ........... scalaris _(p· 273).
26-(25). Hanche II avec 1 aiguillon (fig. 544). Mouche d’un noir profond.

262 FANNIA
' Tibias I roux dans la moitié basale et à l’apex; distinctement
villeux postérieurement.
27-(28). Tibias H grêles à la base, brusquement épaissis après Ie milieu
avec une brosse de soies fines, courtes et serrées sur le bord
interne. Long. 5-7 mm. (fig. 544) ..... manicata tp. 271).
28-(27). Tibias H très peu épaissis dans leur moitié apicale. Long. 5 mm.
.................... monilis (p. 271).
29—(22). Hanches Il sans aignillons.
30—(59). Hypopyge non ou peu épaissi.
31-(54).Tibias Il souvent épaissis à l’apex, avec une pubescence plus
longue dans la moitié apicale que dans la moitié basale. .
32—(33). Abdomen avec une longue tache médiane et des taches rondes
latérales sur les tergites I[—llI. Long 2-3 % mm.
................... leucosticta (p. 271).
33-(32). Abdomen avec une autre disposition des taches.
34—(35).Fémurs II avec 3 aiguillons antéro-internes médians dirigés
en bas, bien distincts des autres soies (fig. 524). Tibias III :
soie préapicale externe avortée. Long. 3-6 mm.
..................... sociella (p. 274).
35—(34). Fémurs II bord interne sans aiguillons ni soies. Tibias III :
toujours une soie préapicale.
36—(51). Tibias II avec 1 seule soie antéro-externe et une postéro—externe
` 37·(44). Cuilleron thoracique bien saillant.
38-(39). Tibias Il avec une petite bosse ronde sur la face interne près
du milieu. Long. 3~5 mm. (fig. 509). . tuberculata (p. 274),
39—(38) Tibias Il sans bosse ronde isolée.
40—(43). Pattes entièrement noires. Mouches d’un noir profond.
41—(42). Tibias II grêles à la base, brusquement dilatés sur leur marge
interne au delà du milieu; le bord interne de la dilatation en
fine carène largement angulée au milieu, sans frange soyeuse
en dehors de 1’apicale (fig. 528); tibias III avec 5-6 grosses
soies plus fortes et plus allongées, dressées en avant (fig. 529).
Thorax noir. Abdomen à pruinosité grise; des taches noires étalées
sur la marge postérieure des tergites. Long. 6 mm.
................... coracina (p. 269).
42-(41). Tibias Il étroits a leur base, progressivement dilatés vers 1’apex
' (fig. 519). Tibias III avec 2 soies antéro·internes médianes
· (fig. 518). Thorax d’un noir profond, un peu mat. Long. 4-6 mm.
.................... mutica (p. 272).
43—(40). Genoux et base externe de tous les tibias roux. Yeux avec
- quelques cils courts, dispersés. Thorax et abdomen couverts
' · d’une pruinosité grise assez épaisse. Long. 3-4 yz mm.
~ ..... ; ........ ; .... genualis (p. 270).
44—(37). Cuillerons égaux ou le thoracique à peine saillant.

1nn~mrA. 263
45—(46). Fémurs III avec une rangée de longues soies internes étendue
du milieu jusqu’à l’apex. Thorax d’un noir profond. Abdomen
étroitement ovalaire, à pruinosité grise bien apparente à une
certaine lumière, la ligne médiane-dorsale noire, large. Sternite V
armé de fortes et longues soies pendantes. Long. 5 M, mm.
.................... postica. (p. 273).
46—(45). Fémurs III sans longues soies internes.
47-(50).Mouche grise ou d’un·noir indécis; tout au plus l’abdomen
brillant à l’apex. Environ 4 mm.
48-(49).Thorax noirâtre brillant. Abdomen aplati en ruban d'un noir ·
bleu brillant, pruinosite grise et ligne médiane noire peu appa-
rentes. Pattes entièrement noires. Cuillerons noirâtres. Long. ·
4 mm ......... « ......... serena. (p. 273).
49-(48).Thorax à pruinosité grise. Genoux I-II distinctement jaunes,
ailes claires, cuillerons et balanciers jaunes. Long. 4 mm.
..... . ............... similis (p. 273).
50-(47). Mouche d’un noir profond. Hypopyge face inféro-apicale avec
2 petits appendices d’un noir brillant. Cuillerons bruns ou noirs;
balanciers jaunâtres. Long. 3-4 mm ..... parva (p. 273).
51-(36). Tibias II avec 2-3 soies antéro-externes en plus de la préapicale
et 2 soies postérieures médianes.
52—(53). Abdomen et thorax noirs à pruinosité plombée peu apparente.
Pubescence de la face interne des tibias Il au moins aussi longue
` que leur diamètre (fig. 521). Cuilleron thoracique bien saillant;
base de l’aile non nettement jaunâtre. Chète à peine épaissi à.
la base ou épaissi sur le quart de sa longueur tout au plus. Long.
4-5 mm .............. polychœta (l) (p. 273).
53-(52). Abdomen d’un noir bleuàtre bien brillant. Pubescence de la
face interne des tibias II plus courte que le diamètre du tibia
sur la moitié apicale. Cuilleron thoracique à peine saillant. Base
de l’aile et cuillerons nettement jaunâtres; balanciers noirs.
' Abdomen étroitement elliptique à pruinosité clairsemée avec
une étroite ligne médiane-dorsale plus sombre. Long. 5-6 mm.
................... carbonaria (p-. 269).
54~(31), Tibias Il avec une pubescence interne courte et épaisse, d’égale
longueur partout. '
55—(56).Palpes distinctement épaissis (fig. 543). Préalaire courte, mais
forte. Ailes jaunàtres. Abdomen entièrement noir, couvert
d’une pruinosité d’un gris jaunâtre; une ligne médiane dorsale
1. Le Fannia minulîpalpis de Srrsm diffère du F. polychœla par les palpes très
petits, tout au plus aussi longs que la base de la trompe, le chète antennaire
épaissi sur plus du quart ou du tiers de sa longueur. Long. 4 mm

264 FANNIA
` r ~ E
Sn    
r” '  
1 S10  · S ~ È,
1l , A A    
  rs · ' l«·à·ÃT`~— t   I  
È ' ‘* *^¤¤\\"~  
' , 1 ‘•_ ;   SI4
,,   \\
  `,v'_,A2._;É   l ` V lm \
      ,,,.  
· · SIS  ‘¢‘‘·   ;¢S
Sms  
V   `$._‘>
  \\\<::; ` I
     1     È SI?  /lâ 9
 
@0 K W —%·` ../ _ SIS
'UUI IK 1%
  , `
Snes \\»  
S20  
5BL+  
S35 / ·   S
Saas A 5EI  
Sas I .
g ` Sa? «%ty) Szz 5î*
    / 5jF 
S «    /    V A1
629 I**   , ,;\  
>\ Mx  
55  S6:
5Z8  
'   Ssa

FANNIA 265
noire d’égale largeur. Thorax a pruinosité épaisse d’un brun
roux. Long. 6 mm ........... latipalpis (p. 271). _ ·
56-(55).Palpes non épaissis (fig. 530). Pas de préalaire. Abdomen à
pruinosité légère avec des taches plus ou·m0ins triangulaires.
Fémurs II avec une rangée de soies postéro·internes très lâches,
plus 6-7 longues soies et quelques-unes plus courtes (fig. 532).
57-·(58). Thorax à pruinosité d’un gris plombé avec 2 lignes noires plus
, distinctes. Abdomen entièrement noir, avec un dessin distinct.
Genoux I roux. Long. 5-7 mm ..... incisuruta (p. 271).
58·(57).Thorax sans bandes. Pas de dessin distinct sur 1’abdomen.
Pattes entièrement noires. Long. 5 mm. au plus.
................... pubescens (p. 273).
59‘(30)• HYP°PY8€ §l0buleux épaissi en boule (fig. 500); 5° sternite
prolongé en bas, verticalement, en étroite languette médiane
au devant du forceps supérieur. Abdomen d’un noir verdâtre
brillant à pruinosité faible, sans dessin distinct. Thorax d’un
noir brillant sans pruinosité, le callus huméral gris. Long. 3-
4 mm .............. . . . glaucescens (p. 270).
60-(21). Métatarse.II, à la base, avec un éperon court, droit ou courbé,
formé de soies agglomérées (fig. 527). —
61-(62). Yeux à villosité épaisse. Fémurs III sur toute la longueur de
la face interne avec de longues soies. Long. 3 %·mm. .
.................... hirticeps (p. 271). '
62—(61). Yeux nus. Fémurs III sans longues soies internes.
B3—(68). Hypopyge : face inférieure nue.
64·(65). Cuillerons et balanciers blancs, tout au plus jaunâtres. Tibias III
beaucoup plus courts que les tibîas II avec de longues soies
internes sur toute leur longueur; 2 soies apicales fines pro-
longées sous le métatarse, plus loin que le milieu °de celui-ci
(fig. 523). Tibia II dilaté en arrière près du milieu, le bord de
la dilatation obtus avec une frange épaisse de soies allongées
sur toute la surface épaissie (fig. 526). Abdomen en ovale court.
Long. 4-5 mm ..... . ........ armata (p. 268). ‘
65-(64). Cuillerons et balanciers plus ou moins rembrunis. Pattes noires;
genoux I roux à la base du tibia.
Fm. 510 à 532. - 510, Fannia pretiosa c", abdomen; - 511, F. luscula d' ; — 512, id.,
éperon sternal postérieur; - 513, id., éperon antérieur; - 514, id., moitié apicale
du fémur II; - 515, F. ornata c3', patte III gauche, face antérieure; - 516, F.
hamala ci`; — 517, F. canicularis d', fémur II; — 518 F. mulica d', patte III; —
519, id., tibia II; - 520, F. œrea c", patte II; — 521, F. polychœla d', patte II;
— 522, id., hYD°PYge; — 523, F. armala d`, patte III; —- 524, F. socîella o",
patte II; —· 525, F. ciliala 0*, tibia III; -*526. F. armala d', patte II; — 527,
ld., métatarse II avec son éperon de cils raides; - 528, F. coracina d', tibia II;
— 529, id., tibia III; - 530, F. încisurala d', tête; — 531, F. omata o', tibia II
droit, face antérieure; —- 532, F. incisurata ci`, patte II.

266 FANNIA I
66-(67).Fémurs III partie basale avec un rang de soies inférieures
· médiocres, lâches, un peu plus longues que les soies du fond,
le reste nu (fig. 520). Fémurs Il avec une frange uniforme de
longues soies internes. Tnorax d’un noir mat, velouté. Abdomen
noirâtre à reflets bronzés sur les côtés et en arrière. Long. 3-
3 MZ mm ................. œrea (p. 268).
67—(66). Eémurs III avec 5 longues soies inféro-apicales et 2 longues
· soies externes préapicales. Long. 5 mm. . . unibrosa (p. 274).
68—(63). Face inférieure de Phypopyge avec une touffe de longues soies
(fig. 505). Long. 3-3 yz mm ....... barbata (p. 268).
. — FEMELLES (1). —
1—(10). Pattes entièrement ou partiellement jaunes ou les tibias III
jaunes.
» 2·(7). Fémurs et tibias entièrement jaunes.
3-(4). Tibias I avec une soie distincte. Tibias II avec 2 soies antéro-
externes dressées ............. _ ornata (p. 272).
4·(3). Trbias I sans soie. Tibias Il avec une seule soie antéro-externe.
_ 5-(6). Scutellum tout au plus un peu jaunâtre à l’apex. Antennes
entièrement noires. Abdomen d’un roux jaunâtre à pruinosité
cendrée parfois assez épaisse. Tibias III avec plusieurs séries
de soies internes. Long. 8-10 mm ..... hamata (p. 270).
6-(5). Scutellum en grande partie jaune. Antennes d’un brun jaunâtre.
Abdomen d’un roux uniforme. Long. 3 %-5 mm.
.................... pretiosa. (p. 273).
7—(2). Au moins les fémurs I en grande partie rembrunis. Corps couvert
d'une pruinosité plombée uniforme.
- 8—(9). Préalaire très réduite ou nulle. Acrosticales : 3 rangs. Tibias III
avec plusieurs soies internes; seulement les tibias II-III roux.
.................... îuscula (p. 270).
9—(8). Préalaire forte. Acrosticales_: 2 rangs. Tibias III avec 1 soie
~ interne; tous les tibias et au moins la partie apicale des fémurs
roux ................. pallitibia (p. 272).
10—(1). Pattes entièrement noires, quelquefois les genoux plus ou moins
jaunes.
11—(40).Tibias II sans soies internes.
12-(29). Cuilleron thoracique distinctement saillant.
13—(16). Abdomen plus ou moins jaune à la base ou avec des taches
rousses ——- ou 1’abdomen d’un gris noirâtre uniforme et le thorax
· avec.une bande médiane brune.
1. PANmzr.r.É, 1899, 196; Srersr, 1914.

\
1=.·.1~n~uA 267
14-—(15). Pas de préalaire. Thorax à 3 bandes brunes plus ou moins dis-
tinctes. Genoux I jaunes; tibias III avec 2 soies antéro—internes.
_ ...... . ............ canicularis (p. 268).
15—(14). Préalaire distincte. Thorax d’un gris uniforme. Genoux I noirs;
tibias III avec une soie antéro-interne. . . difficilis (p. 270).
16·(13). Abdomen sans trace de jaune à la base. Thorax sans bande
médiane ou avec des traces de bandes plus ou moins distinctes.
17—(28).Tibias II avec 1 soie antéro—externe. _
18·(27). Pas de préalaire. Tibias III avec plusieurs soies internes.
19·(24). Thorax d’un gris noir brillant avec des bandes effacées. Tibias I
sans soies supplémentaires en dehors de la préapicale.
20·(23). Tibias III avec de longues soies sur toute la longueur de la face
externe.
21-(22). Tibiasl d’un roux luisant dans la moitié basale. Tibias III avec
4 soies internesÈ ............ monilis (p. 271).
22·(21).Tibias I roux seulement à la`base externe. Tibias III avec 7-
8 soies internes ............. ciliata. (p. 269).
23-(20).Tibias III presque nus en dehors dès longues soies médianes
externes ou avec une soie à la base. Abdomen à pruinosité
plombée uniforme ............ manicate (p. 271).
24—(19). Thorax gris avec les traces plus ou moins distinctes de 2 bandes
médianes. Tibias I avec 1 petite soie antérieure distincte au-
dessus de la préapicale.
25·(26). Fémurs·II avec une longue soie externe à la base de la face
interne ................. scalaris (p. 273).
26·(25). Fémurs II sans longue soie basale .... incisurata (p. 271).
27—(18). Préalaire distincte. Tibias III avec une seule soie interne. Thorax
et abdomen d’un noir brillant à pruinosité grise, obscure ou
indistincto .............. glaucescens (p. 270).
28·(I7). Tibias II avec 2 soies antéro-externes. Tibias III avec plusieurs
soies internes. Épine costale nulle. Orbites d’un gris mat. Palpes
aussi longs que la trompe on presque. Mouche d’un gris plombé
uniforme assez clair ........... armata (p. 268).
29·(12). Cuillerons petits, égaux.
30·(31). Yeux avec une pubescence épaisse et courte bien distincte. _
.................... hirticeps (p. 271).
31-(30). Yeux nus, tout au plus pubescents.
32—(39). Orbites mates non ou trés légèrement brillantes.
33·(34). Tous les genoux, surtout les antérieurs, jaunes. Tibias II avec
' une soie antéro·externe; tibias III avec 1 soie externe. Thorax
avec la trace de 4 lignes grises très fines. . sociella (p. 274).
34-(33). Tout au plus les genoux I indistinctement jaunes. •
85-(38). Genoux I jaunes. Cuillerons plus petits que‘les balanciers.
36-(37). Acrosticales : 3 rangs. Mouche d’un gris noîrâtre. œrea (p. 268).

268 EANNIA
3’7~(36). Acrosticales : 2 rangs. Mouche d’un gris brun. . parva (p. 273).
38—(35). Genoux I noirs. Cuillerons aussi longs que les balanciers.
· .................... postica (p. 273).
39·(32). Orbites d’un gris noir brillant ....... serena. (p. 273).
40—(11). Tibias II avec une soie interne distincte.
41—(42). Orbites d’un noir brillant sans trace de pruinosité. Corps d’un
noir bleuâtre sans pruinosité ...... carbonaria. (p. 269).
42-(41). Orbites avec une pruinosité plus ou moins épaisse, jamais d’un
' noir brillant.
43—(48). Tibias II avec une seule soie antéro-externe.
44—(47). Genoux jaunes.-Tibias III avec une seule soie antéro—externe.
45-(46). Préalaire distincte. Tibias I sans soies. . tuberculata (p. 274).
46-(45). Pas de préalaire. Tibias I avec des soies. . genualis (p. 270).
47—(44). Pattes entièrement noires. Tibias III avec une rangée de soies
de même grandeur sur toute la longueur de la face externe.
.................... mutica (p. 272).
48·(43). Tibias II avec plusieurs soies antéro·externes.
49·(50). Orbites à pruinosité légère, distinctement d’un noir brillant au
fond. Tibias II avec une fine soie interne. Thorax et abdomen
à pruinosité légère ............ nitîda (p. 272).
50——(49). Orbites d’un gris mat. Tibias Il avec 2 fortes soie’s 2 1 antèr0·
interne et 1 postéro—interne. Thorax et abdomen assez luisants,
à pruinosité plombêe peu apparente. . . polychœta. (p. 273).
1. F. œrea ME1GEN. —— BEZZI et STEIN, III, 656. — Homalomyia aeria
MEADE, 1897, 63, 10. — (fig. 520).
. Seine-et·Oise : Rambouillet, juillet (V1LLENEUvE, SÉGUY); Puy-de-Dôme :
La Bourboule (VILLENEUVE). —— Europe; Corse : Campo-di-1’Oro, Vizza—
vona (900 m.), Tattone (800 rn.), mai-juin (ScrmAEL).
2. F. armat MEIGEN. — BEzz1 et STEIN, III, 656. —- (fig. 523, 526, 527).
Chêne, Aune, saulsaies, ombelles; mars—août. Commun partout.
3. F. barbata SrE1N 1892. —— BEzz1 et STEIN, III, 657. — (fig.502-506).
Corse : Campo-di-l’Oro, mai (SCHNABL). — Prusse, Europe centrale.
4. F. canicularis L. — BEZZI et STEIN, III, 657; BLANKMEYER, 1907,
1505; SOLTAU, 1910, 314; HEWITT, 1912, 161; KEILIN, 1911, 30. —
Musca minor domestica DE GEER. —-— (fig. 517, 537, 538).
Très commun partout pendant toute 1’année. Se développe et se ren-
contre très souvent dans les maisons.

FANNIA 269 _
Larve signalée plusieurs fois dans l’estomac de l’Homme (F1.omzN·rxN) (1).
Obtenue d’une myiase intestinale (D" Laorxoux et RoUBAU1>);myiase chez
une femme à Rambouillet (D* VILLENEUVE). Observée chez une chenille
du Cerisier; mai-juin (VINCENS); obtenue par KEILIN de différents Escargots
morts : Helix pomalia, aspersa, nemoralis et horlensis. Dans le fromage
(Hassxz, Lnsms). Dans un Champignon : Hypholoma fascicularc Hubs.,
sur souche [éclosionle 15, vu](D1‘FAr.c0z). Nids de Vespa crabro (Küivcxnn).
5. F. carbonaria MEIGEN. — Bnzzx et STEIN, III, 658È — Homalomyia
corvina VERRALL 1892. — Anlhomyia nigclla Mmoxzrz. —— Anlhomyia
stygia ME1¤EN. '
,..»»‘“,-
ür 555  . En
~»»mx«·«  Ã  555  
  555  
  557  
.,.»>« *~¤w·· 559 M l  " - ····   ma.
   " "` sa "'l lmwi 
n \ I)
· Ã' lill"`} I"' QM à; _®   ·
·  »- _  542
À 538
Fm. 533 à 542. - 533, Fannîa scalaris, larve adulte; -—· 534, Fannia manîcata, larve,
appendice penné d’un segment abdominal; -,535, id., stigmate antérieur; —
536, id., lèvre et palpes labiaux; - 537, Fannia canîcularîs, larve, tête et premier
segment thoracique; — 538, id., larve adulte; — 539, Fannia monilis, larve,
lèvre et palpes labiaux; - 540, id., stigmatc prothoracique; -— 541, id., stig•
mate postérieur; — 542, id., appendice penné d’un segment abdominal.
Seine-et~0ise : Rambouillet; Isère : Grenoble (VILLENEUVE); Hautes-
Pyrénées : Aragnouet (PANDELLÉ); Pyrénées—Orientales : Vernet. -
Sardaigne (HERVÉ·BAZIN). ’
6. F. ciliata Srem. —— Ahlhomyia melania Durotm. — (fig. 525).
Seine-et—Oise 2 Rambouillet (V1LLENEUvE, SÉGUY); Vosges : Gérardmer,
üuillet (HERVÉ-Bazm); Landes : Saint-Sever (DU1=0UR).
Larve dans les Champignons putréfiés [Bolelus edulis] (Durroun).
7. F. corncina Lœw. — Buzzr et STEIN, III, 658. ·— Homalomyia
spissala MEADE. — (fig. 528, 529). _
1. C. R. Soc. Biol., 1.vr, 525, 1904. ' _

2701 FANNIA
Tibias III avec 5-6 fortes soies antéro-internes dressées et une rangée
de petites soies postéro-internes d’égale grandeur sur toute la longueur
du tibia. _
Seine—et-Oise : Chaville, Rambouillet (VILLENEUVE); Isère : Grenoble,
juin (HEssE); Hautes—Pyrénées : Arrens, septembre (PANDELLÉ); Corse :
col de Vizzavona (1.100 m.), juin. Assez commun (SCHNABL).
8. F. difficilis S·rE1N. —— BEZZI et SrE1N, III, 658.
Côtes-du-Nord : Lamballe (SUnc0UE); Saône-et—L0ire : Mâcon; Allier;
Hautes-Pyrénées 2 Tarbes (PANDELLÉ)§ Isère : Grenoble; Var (VILLENEUVE);
Corse : Calvi, Ajaccio, Tattone (800 m.), mai-juin (Sc1—xNABL). — Europe
centrale. `
9. F. îuscula FÃLLEN. —— Brszzx et STEIN, III, 659. — Anthomyia
/l01·ic0la ME1c·EN, SCHINER, MEADE. — (fig. 511-514).
Commun dans toute la France; avril-septembre.
Belgique : forêt de Soignes (VILLENEUVE); Lyon : nids de Guêpes et de
Bombus. —— Toute l’Europe.
10. F. genualis STEIN. — BEZZI et STEIN, III, 659.
Seine-et—Oise : Rambouillet (VILLENEUVE); Amiens; Hautes-Pyrénées :
Tarbes. ——- Prusse (PANDELLÉ).
Peut-être synonyme de l’Anthomyia macrophthalma, dont la larve a été
trouvée dans les excréments humains (BoUcnÉ, 1834, 90, 79).
11. F. glaucescens ZETT. — BEZZI et STEIN, Ill, 659. — Homàlomyicz
herniosa RONDANI, MEADE. — (fig. 500).
Environs de Lille, juin (D' VAN OYE); rive droite de l’O1·ne, juin (MER-
crnn); Hautes»·Pyrénées : Tarbes (PANDELLE); Seine 2 Vitry-sur·Seine
(V11.1.ENEuvE). '
12. F. grises. STEIN; -—~— BEzzr et S1·ErN, III, 659.
La femelle ne se distingue pas de celle du F. pallitibia.
Seine-et-Oise : Hautil, Marly (VrLLENEuvE);’ Morbihan (HERvÉ—BA21N);
Hautes·Pyrénées : Tarbes, octobre, Aune (PANDELLÉ).
13. F. hamata MAGQUART. —- Brzzzr et STEIN, III, 659. — Homalo
myia aprica HALIDAY, MEADE. —— (fig. 516).
_Très commun partout. Toute la France. — Europe. Avri1·septembre.
  Plusieurs exempiaires dans la coll. KÉNCKEL ¤’HEncULA1s (déterminés
par MEADE : Spilogaster trigonalis MEMEN) avec cettewseule indication :
France. Ces Mouches ont été élevées de larves provenant d’un nid de Vesg<z_
crabro. Ce nid a encore donné : Acanthiptçra inanis, Fannia scalaris ret
. canicularis. · · ' · * ·— ·

rmxnxa 27lZ
14. F. hirticeps STEIN. —- BEzzr et Srem, IV, 660.
Europe centrale et septentrionale.
15. F. incisurata ZETT. — Bnzzr et STEIN, III, 660; LESNE, 1921, 56.
-— (fig. 530, 532). `
Très commun partout pendant toute l’année.
La Q pénètre dans les habitations et y dépose ses œufs. La larve se déve-
loppe en abondance dans les fosses d’aisances. Elle se distingue de la larve
du F. scalarîs avec laquelle on la trouve
par son corps plus large, plus déprimé, de
coloration plus claire, muni de rames de
flottaison plus développées en longueur et se '
plus longuement pennées. Les intervalles '
séparant les points d’insertion des rames sont
entièrement franges de prolongements séti· >
formes. Enfin le dos des segments thoraciques g
et abdominaux, au lieu de porter une paire · Q
d’apophyses courtes, montre seulement une /
paire de. boutons chitineux très petits, à A
peine visibles (LESNE). [ È)
16. F. letipalpis Srizm. — Biazzr et
Srizm, III, 661. —— (fig. 543). — ` ·
_ Fm. 543. — Fannia lalipalpis
Seine-et-Oise` : Andrésy et Conflans- C`- tét°·
Sainte-Honorine (VILLENEUVE); Hautes-Py-
rénées : Tarbes; septembre-octobre, Fenouil (PANDELLÉ).
17. F. leucosticta MEreEN. — Homalomyia brevis Rommux, STEIN
PANDELLÉ; — BEzz1 et SrE1N, III, 661.
Seine-et-Oise : Hautil (VILLENEUVE). — Europe centrale et méridionale,
Algérie, Égypte, Asie mineure.
C'est l’Anthomyia lriangula de la call. l\lE1oEN.
18. F. manicata ME1GEN. — BEZZI et S·rEm, III, 661. — (fig. 534-
536, 544). ` '
Répandu dans toute la France. Assez commun. Mars-octobre. — Europe.
La larve vit dans les ordures et dans les débris animaux ou végétaux
en décomposition; dans les Champignons putréfiés : Bolelus tomcnlosus
(Dnroun). Hiverne sous la forme nymphale. · ·
19. F. monilis HALmAv. — BEzzr et STEIN, III, 662. — Anthomyia
paradoxalis Duroua. — (fig. 539-542). ,_
Rare partout.
Somme : Amiens (VILLENEUVE); Côtes-du-Nord : Lamballe (SURCOUF);
Vosgesw Gérardmer (Hrmvà-Bazin); Landes : Saint—Sever (DUFOUB);'

272 FANNIA ·
Hyères (VILLENEUVE). — Europe, Crète, Syrie, Algérie, îles Canaries.
Larve dans les Champignons décomposés [Agaricus] (DU1=oUR).
20. F. mutica ZETT. — BEzz1 et STEIN, III, 662. —— Homalomyia
nigrisquama MEADE. —— (fig. 518-519).
Morbihan; Seine-et-Oise : Marly, Rambouillet; Eure : Évreux; Vosges
(VILLENEUVE); Hautes·Pyrénées : Tarbes, montagne, avril-septembre,
Saules, herbes fleuries (PANDELLE). — Angleterre, Allemagne, Autriche,
Algérie.
(,·,,~,,   ,.  )
 \\, Y , >,/
         
       
-9; Éll` i I` »·i"°`    
·        
W w` ,’  
   `i xi
, · —_ “"-*~$«~., _
l .
Fm. 544. -— Fannia manicaia (c") X 9. ·
I 21. F. nitida STEIN. —· BEZZI et STEIN, III, 662.°
SeineÃet—Oise : Rambouillet, Marly (VILLENEUVE). —- Europe centrale .
et méridionale. ‘
22. F. ornata. ME1GEN. — BEzz1· et STEIN, IV, 662. — Anthomyia
germana MEIGEN. —— (fig. 515, 531).
Seine-et-Oise : Marly, Hautil, Rambouillet; le ©" est rare (VILLENEUVE).
-- Signalé de France et d’Allemagne par MACQUART.
23. F. pallitibia RoN¤AN1. — BEZZI et S·1·E1N, III, 663.
· La femelle ne se distingue pas de celle du Fannia grisea.

FANMA 273
Morbihan (HERVÉ-BAZIN)} Seine—et-Oise : Marly, Rambouillet, sep-
embre-novembre (VILLENEUVE, SÉGUY); Hautes-Pyrénées : Allier; Tarbes,
eptembre, Chêne. —- Angleterre, Autriche, Thuringe, Parme (PANDELLÉ)·
24. F. parva S1·En~:. — Bnzzzr et Srnm, III, 663.
Seine-et-Oise : Marly, Rambouillet : étang du Serisaye, septembre
VILLENEUVE, SÉGUY). — Europe centrale et septentrionale.
25. F. polychœta Srzm. — Bxzzzr et Sram, III, 663. - Homalomyia
ociclla Scuman (non ZE·rr.). — (fig. 521, 522).
Très commun par places. Toute la France, juin-octobre. — Europe.
26. F. postica Srnm. — Bnzzr et STEIN, III, 663. ‘
Puy-de-Dôme : Clermont-Ferrand. — Angleterre (PANDELLÉ)·
27. F. pretiosa Scrxrmzn. —— Bnzzr et S·rEm, III, 663. —- (fig. 510).
Ardennes : Vendresse, août (BENOIST)§ Seine-et-Oise.: Andrésy, Ram-
nouillet (Vu.x.ENEuv1z); Haute·Marne; Hautes—Pyrénées `: Tarbes, sep-
embre-octobre, fenêtres. —- Angleterre, Prusse orientale, Autriche (PAN-
»ELLÉ). _ _
28. F. pubescens Sram. —— Sram, 1916, 81, 3.
Dauphiné.
29. F. scalaris F. —— Bizzzr et STEIN, III, 664; HEWITT, 1912, 161; 1914,
94; I.EsNE, 1921, 13. — (fig. 501, 533).
Très commun et répandu partout; autour des habitations, toute l'année; -
~énètre quelque fois dans les maisons.
Larve saprophage, coprophage ou omnivore. Elle est caractérisée par son
orps déprimé muni de rames pennées, assez développées; une paire par
egment depuis le mésothorax jusqu’au 7° segment abdominal. La base
.e ces rames se continue seulement en avant, sur les flancs du corps, par une
arène courte qui est également frangée de prolongements sétiformes.
.e dernier segment du corps porte 3 paires de rames pennées rayonnantes.
En outre, chaque segment thoracique et abdominal présente sur la région
orsale une paire d’apophyses courtes, hispides (LEsNE).
30. F. serena FALLEN. — Bzzzr et STEIN, III, 664. — Anthomyia
zcluosa MEIGEN.
Très commun dans toute la France, surtout en mai. — Toute l'Europe.
ignalé comme étant parasite du Vanessa polychloros (Scm~xAm. et DZIED·
icxr, 1911, 137).
31. F. similis Srzam. —- BEZZI et STEIN, III, 664. -— Homalomyia
ociella MEADE (non ZETT.).
18

274. FANMA. 69 GROUPE. —— TABLEAU DES GENRES
Lafemelle ne se distingue pas de celle du Fannia sociella. '-
Seine—et—Oise : Rambouillet; Allier : Vichy (VILLENEUVE). — Prusse,
' Europe centrale et septentrionale.
32. F. sociella ZETT. —— BEZZI et STEIN, III, 665. —- Homalomyia trian-
gulifera MEADE (non RoNnANr). —— (fig. 524).
Mai-octobre. Assez commun. Environs de Paris; Maine-et-Loire; Mayenne;
Morbihan; Loiret; Vosges; Lyonnais; Isère; Hautes·Alpes; Auvergne;
Hautes-Pyrénées : Tarbes, montagne, mai-octobre; dansant en chœur
autour des peupliers. -— Toute l’Eur0pe.
33. F. speciosa VILLENEUVE 1898, 19, 349; STEIN, 1916, 80, 2.
Les tibias Il s’èpaississent graduellement de haut en bas; leur face
interne est hérîssée de soies très courtes, raides, extrêmement serrées et
de même longueur partout; leur face externe présente 2 fortes soies
avant Pextrémité. Cet aspect des pattes intermédiaires est tout à fait
caractéristique (VILLENEUVE), '
Seine-et-Oise ·: forêt de Saint-Germain—en·Laye; bois de l’HautiI, sur les
feuilles des Châtaigniers, juillet (VILLENEUVE).
34. F. tuberculata ZETT. -—i BEZZI et STEIN, III, 665._Ã (fig. 509).
Bohême, Prusse, Danemark.
35. F. umbrosa STEIN. -— BEZZI et STEIN, III, 665.
Seine·et-Oise : Rambouillet; Isère : Grenoble (VILLENEUVE), — Europe
centrale et septentrionale. _ .
SIXIEME GROUPE
TABLEAU mas GENRES
_ v ' MALES (1).
1—(_2). Fémurs I avec des crochets, des dents ou des épines à la partie
apicale près du genou (fig. 595) ..... Hydrotœa (p. 279).
2—(1). Fémurs I sans crochets ni denticulation.
3—(4). Mouches d’un bleu noir brillant, uniforme, sans taches chan-
1. Voir le tableau des Q Q, page 182. _

66 cnoorrs. —-— TABLEAU mas cmmnns 275
geantes ou blanchâtres. Tibias III courbés et garnis d.’une touffe
de soies molles- plus ou moins longues (fig. 545 et 564).
..~. . ................ Ophyra (p. 277).
4-(3). Mouches d’une autre couleur, jamais d’un noir bleu brillant, ou
mouche dfun bleu noir brillant, avec des taches hlanchâtres plus
ou_moins changeantes et les tihias III non courbés.
5—(6). Trompe allongée avec 2 labelles pointues, mobiles, longues, for- '
mani: un coude avec la trompe (fig. 613). . Drymeia (p. 294)n
6-(5). Trompe sans longues labelles pointues ou coudées.
, '7—(18). Yeux largement séparés [cf Q] (fig. 646).
8·(9). '1`ibias III avec un fort éperon mousseàla faceinterne (fig. 621).
Bouche très saillante (fig. 619). Mouche d’un noir profond bril-
` lant ............... Rhynchopsilom (P. 298),
9-(8). Tibias III sans éperon.
10—(17). Préalaire distincte.
11—(16). Ailes sans épine costale.
12·(13). 1 : 1 soies sternopleurales. Chète nu. Préalaire courte. Long. 3-4
mm. ........... . . . . Euryomma (*) (p· 256).
- 18—(12). 1 : 2 soies sternopleurales. Chète pubescent ou à cils longs.
Mouches plus grosses.
14—(15). Tibias III avec 1 seule soie externe. .... Phaonis (p. 313).
15·(14). Tibias III avec 3-4 soies externes ..... Pogonomyia, (p. 295)
16·(11). Épine costale longue. Préalaire longue. Chète à cils assez longs.
Abdomen cylindrique avec des macrochètes marginaux sur tous
I les segments et des soies discales sur les tergites III-IV (fig. 645.)
. ................. Syllegopteruln (p. 307).
17—(10). Pas de préalaire ............. Dialyta (p. 308).
18·(7). Yeux rapprochés.
19—(20).Nervure III avec plusieurs petites épines à l’apex (fig. 643),
Mouche entièrement jaune. Pattes longues et greles (fig. 642).
.................. Acanthiptora (p. 306).
20—(19). Nervure III nue, ou si les épines sont présentes, la Mouche n’est
pas de couleur jaune. _
21~(24). Péristome avec de nombreuses soies, longues, recourbées en
· haut (fig. 618). Grosses Mouches noires.
22·(23). Abdomen tronqué obliquement à l’extrémitê apicale qui est .
couverte de longues soies courbées et crépues (fig. 614).
. .................... Erîphia (p. 294).
23·(22). Abdomen sans longues soies apicales. . . Pogonomyia. (p. 295).
24·(21). Péristome sans villosité bien développée.
25—(40).Préalaire plus ou moins distincte, iamais très courte ou nulle.
1. Ce genre se range parmi ceux du 5• groupe (voir p. 256 et 63 note 1).

276 6** c.1>.oU1=·E. — TABLEAU nEs GENRES
26—(35). Chète antennaire à cils courts. Yeux nus ou velus.
27—(32). Yeux à villosité épaisse. »
28-(31). Tibias III avec une villosité épaisse sur toute la·1ongueur de
la face interne (fig. 638).
29—(30). Bouche fortement saillante (fig. 636). Rhynchotrîchops (p. 300).
30-(29). Bouche non ou peu saillante ( 1'ig. 630). . . Trichopticus (p. 302).
31.—(28).Tibias III sans villosité interne ...... Phaonia (p. 313)..
32—(27). Yeux nus ou à cils épars. ·
33-(34). Mouches moyennes ou petites. Thorax noir, acrosticales petites
ou nulles. Abdomen conique. Yeux nus ou velus. Chète nu ou
pubescent. ............. Trichopticus (p. 302).
34~(33). Mouches plus grosses, grises ou jaunes. Thorax avec des bandes
' longitudinales; 2 rangées d’acrosticales. Abdomen ovalaire,
assez élargi. Yeux nus ou àvillosité très fine. Chète pubescent.
................ Ã . Allœostylus (p. 311).
35—(26). Chète à cils longs. Yeux velus.
36-(39). Pas de soies acrosticales. S’il y a des acrosticales, la 5** nervure
longitudinale est nue et l’abdo1nen n’est pas de couleur bleue.
3’7—(38). Tibias III sans éperon, avec les soies ordinaires, ou velus et les
griffes et pelotes bien développées ..... Phaonia (p. 313).
38-(37). Tibias III avec un éperon ou 2·rangs de longues soies fines sur
la face interne. Grifïes et pelotes très courtes, surtout aux pattes
III (fig. 640). . ., ............. Hora. (p. 305).
39-(36). Acrosticales bien développées, disposées en 2 rangées jusqu’au
, scutellum. Nervure V avec de petites épines. Abdomen d’un
bleu noir, à pruinosité blanche, disposée en taches chatoyantes.
. .................... Polietes (p. 338).
40·(25). Préalaire très courte ou nulle.
41—(42). Chète antennaire à cils longs. ....... Phaonia (p. 313).
42-(41).Chète nu ou pubescent.
43—(44). Bouche saillante (fig. 636). ..... Rhynchotrichops (p. 300).
44-(43). Bouche non saillante (fig. 648 et 622).
45-(46). Ailes avec une épine costale. Yeux nus ou velus. Balanciers
noirs. 3 soies dorso—centrales (fig. 650). . . . Dialyta (p. 308).
46·(45). Pas d’épine costale. Yeux à villosité courte. Balanciers jaunes.
4 soies dorso—centrales (fig. 622) ...... Lasiops (p. 299).

_ Amcznw. — opnvm. 277.
ARICIIN/E
46. — Genre OPHYRA ROBINEAU·DESVOIDY. `
Scmmian et Dzriznz., 1911, 206 [154]; - Sram, 1916, 75, 31.
Syn. Hydrotœa PAN¤Er.r.É, 1899 (non R.-D.). ’
`Yeux nus, cohérents chez les ©" 0*. Antennes courtes; chète nu ou
pubescent. Thorax à villosité courte et épaisse; a : 1-3 paires, grêles;
2 + 4 dorso-centrales; 1 : 1 sternopleurales (chez les cf ©’ la 3è sterno-
pleurale est courte, piliforme, cette soie existe rarement chez les Q Q);
préalaire manque ou réduite à un cil. Cuillerons gros. Abdomen brillant};
couvert de fines soies serrées. Hypopyge comme chez l’Hydr0lœa mcleorica.
Larves saprophages ou parasites. Peuvent se développer également dans
les substances animales ou végétales en décomposition.
` TABLEAU mas ESPÈCES (©’ Q).
1—(4). Dorso-centrales présuturales distinctes. ` _
2·(3). Au moins une paire d’acrosticales présuturales. Lunule d’un
blanc d’argent. Cuillerons enfumés. Long. 6-7 yz mm.
545
\ \ " il- V
¤ë.4.$·s§ ·«
· *?î·s¤   '
  égisx
s 546   Aâw
~ `·   /'
fe"   / \ çà ®·· Y __.
/·.lx` // A ·———¢-• ·' 4
ëlllàr vi o  .i i «
   ` (ss;
F1G· 545-546. — 545, Ophyra leucasloma (cî') X 9; - 546, id., hypopyge.
.................... leucostome (p. 279).
3-(2). Acrosticales présuturales indistinctes. Lunule noire. Cuillerons
blanchàtres. Long. 3 mm ........ . minima (p. 279).
4-(1). Dorso-centrales présuturales indistinotes. Cuillerons blancs. Long.
4 %—5 % mm. .............. anthrax (p. 279).

278 omvmx. —- HYDROTAÉA
549 ` 555
\ · `
sw · /     ,
/ \ f ·  —
· x 548 . 5 /    
550 Ã   5% yfi 
A,. 55] I F
  I hl 554
. 7~5?%!ilà\\  
.\ 2
558 55;/_
‘ 556     \
, 7  
l   É
, > 56E · Ã   56%
î la  ~
, .r  ; IX V
^ 559 56O   565
W
5;
 
Fm. 547à564. — 547, Hydrolœa mililaris 6*, patte III; — 548, id., fémur II; — 549, id.,
patte I; -— 550, id., détail de la partie apicale du fémur I; - 551, id., aile; —
552, H. Bczzü 5, métatarse II; — 553, H. similis d', fémur II face antérieure,
les aiguillons courts sont sur la face postérieure; ·- 554, id., bande médiane fron-
tale; —— 555, H. aîbipnncla 0*, patte III; — 556, id., bande médiane frmmtale; —
557,, H. cwvvipzes d', patte I; — 558, id., patte III. — 559, H. eiliœla ci', patte III;
— 560, id., patte II; —- 561, id., patte I; - 562, id., détail de la partie apioale
du fêmur I; — 563, id., hypopyge vu de 3/4; -—- 564, Ophyrtz leucostomu d'Q
patte III.

o1>HvRA..- uYnROTAzA 279
1. 0. anthrax M1=:roEN. —- BEZZI et STEIN, III, 655. _
Paris (Vx1.LENEuvE); Hautes-Pyrénées : Tarbes; Aude; Vaucluse : Apt;
Marseille (PANDELLÉ). —- Europe centrale et méridionale, Afrique septen-
trionale, îles Canaries. °
2. 0. leucostoma Wuan. —— Bxazzr et S·rE1N, III, 655. — (fig. 545-546,
564).
Très commun partout, avril—octobre. Toute l’Europe. -—- Caucase, Syrie,
Tunisie, îles Canaries.
Rambouillet: nombreuses larves dans le cadavre d’un Rat, avril-mai,
( SÉGUY); Côtes-du-Nord : Erquy, larves dans un trou à fumier (D' LANGE-
Ror:). Borrcmî: (1834, 87, 75) a observé deux générations de cette Mouche
dans le fumier des terres de labour. Pupes dans un nid d’Hirondelles, août,
Saint-Arnould, près Dourdan (Seine-et-Oise) [SÉGUY].
· La larve est allongée, trés efïilée à son extrémité antérieure, tronquée
en arrière; la peau est épaisse, dure; la face ventrale avec de petites saillies
épineuses. Cette larve est carnivore et dévore les Insectes qui vivent dans
le même milieu qu’elle. La pupe est allongée, légèrement efiilée aux deux
extrémités, profondément segmentée ; les cornes prothoraciques très grandes,
épaisses, arquées en avant. ·
Parasite : Nasonia brevicomis NEES, dans les pupes.
3. 0. minima RONDANI 1870, Bull. Soc. ent. ital., II, 317, 3 (Ophira);
PANDELLÉ, 1899, 176, 20. · `
Hautes-Pyrénées : Tarbes, juin-septembre; Aune, Fenouil. -— Italie. '
47. — Genre HYDROTEA Ronmnnu-Drasvoinv.
SCHNABL et Dzuanz., 1911, 153, 205; —- S·rr:11~:, 1914, 22, 5; 1916, 71, 30.
Les Mouches qui forment ce genre sont peut-être plus communes dans
les lieux humides, sur les feuillages; plusieurs espèces dansent en groupe
sous les arbres. Quelques-unes se jettent sur l’Homme et` les animaux
pour sucer la sueur, la sanie des plaies ou le sang qui coule des blessures.
Larves coprophages ou carnivores. ·
TABLEAU DES Esrùcias
MALES `
1-(36). Yeux à villosité nulle, éparse ou très courte.
2-(3). Ailes fortement îrisées avec une bande transversale grise avant
la nervure XII formée de poils fins et courts, enchevêtrés (fig.
551). Fémurs II avec un groupe de 6-8 fortes épines internes
dans la moitié basale (fig. 548). Yeux contigus, nus. Chète à

280 · HYDROTASA
_ "`  ` ` 566 569
. S65 ·
8 . C ¢ W
?x·î; C
  57I
t 3 1> \
\
  ses? I " 568 S7?
I '¤ E   b 6 5 
, 57%
. 6 .
A _ · I 578 .
I —·f s Y g
S75 l `
574 576 q"
580   K
. ; L
577 579
585  îrïs   ee I ‘
1} / 
Af 584   , É · ·
 /57  'W `g
jj  W aow six 58l \
%  in! _¥`\
r ,,* " 587 '~ "ii
  .  ' 'I `  ,,`7« 
' J  ‘ ` \—. ’
x    ; 586 '•'
%|y Wîîjj \
'   , /
sea sa   58 
, 585 _ , " '®
Fm. 565 à 588. - 565, Hydrolœa armipes cî`, patte III (1); — 566, id., fémur II; —-
567, id., détail de l’extrémité des épines mousses (a) des fémurs II-III; - 568,
id., extrémité de l’épine (b) du fémur II; -—- 569, id., patte I; —- 570, id., détail
de Pextrémité des épines (c ) du fémur I; - 571, id., détail de la dent de l’extré-
mité apicale du fémur I; — 572, id., une épine isolée du métatarse I; —· 573,
H. palœstrîca, c`, bande médiane frontale; —· 574, H. velulina d', patte III; —
575, id., fémur II; — 576, id., patte I; -- 577, id., extrémité apicale du fémur I;
·— 578, id., 3 épines isolées (g) du tibia I; — 579, id., bande médiane fI'0¤ï¤ï€§ ··
580, H. Falaestrica d`, extrémité apicale du fémur I; — 581, id., Opatte I; -
582, xd., émur II; — 583, id., patte III; — 584, Hydrolœa meteorica , fémur II;
585, id., tibia III; - 586, id., patte I; -— 587, id., extrémité apicale du fémur I;
—- 588, id., hypopyge.
(1) Les grandes soies antérieures sont rabattues sur la face interne.

. nv¤no·r.+l 281
cils courts. Thorax d’un noir brillant. Cuillerons roux. Long.
4 %-5 % mm. ............. militaris (p,. 291).
3-(2); Ailes sans bandes. ·
4—(3l). Abdomen entièrement noir au fond souvent à pruinosité grise.
5-(8). Fémurs III avec une ou plusieurs soies internes bien déve-
loppées (fig. 555,° 565).
6—(7). Fémurs III avec 2 longues épines mousses rapprochées au
milieu de la face inférieure (fig. 555); fémurs II : les fortes épines
internes de la moitié basale en un seulrang. albipuncta. (p. 286).
7—(6). Fémurs III avec une seule longue épine mousse, interne, médiane;
fémurs II : 4 longues et fortes épines en 2 rangs (fig. 566). Yeux
nus, cohérents. Chète presque nu. Thorax noir, peu brillant,
sans reflets gris. Ailes vitreuses. Cuillerons pâles. Balanciers
noirs. Tibias III avec de longues soies internes molles et une
longue touffe à la partie médiane (fig. 565). Abdomen gris à
refletsblancs avec une fine bande dorsale noire. Long. 4-6 mm.
................... nrmipes (p. 287).
8-(5). Fémurs III face interne sans longues soies ou épines mousses.
9—(10). Métatarse II épaissi, à villosité courte, en brosse raide (fig. 590).
Balanciers jaunes. Tibias II avec 2-3 soies raides à l’apex.
Fémurs II avec une série de 4-5 épines internes dans la moitié
basale, les médianes plus robustes. Long. 4-6 % mm..
.................. . . . irritans (p. 290).
10-(9). Métatarse II non épaissi. Balanciers noirs. .
11-—(26). Yeux cohérents (fig. 594).
12·(l3).Tibias Il avec des rangs de soies fines, délicates dressées sur
presque toute la longueur des faces antérieures et postérieures. `
·Fémurs II avec une double frange complète de longues et fortes
soies postéro-internes préapicales. Yeux nus. Chète à cils courts.
Abdomen d’un bleu noirâtre à légers reflets gris. Long. 4 yz-
6mm. . . . . . . . . · . . . . . . tube1·cu1ata(p.293).
13·(12). Tibias II avec de longues et fortes soies postérieures. Fémurs II
sans fortes soies préapicales postéro-internes.
14-(15). Fémurs et tibias III nettement courbés (fig. 592). Tibias III
avec 2 soies subdorsales médianes; bord interne frangé dans la
moitié apicale, les soies rapprochées non agglutinées (fig. 592).
Tarses Il à brosses fines, allongées. Yeux à villosité très courte.
Antennes noires. .Thorax d’un noir velouté profond, Ailes
vitreuses. Cuillerons blancs; balanciers roux, capitule parfois
rembruni. Fémurs II : 3-5 aiguillons internes, écartés, en une
seule série dépassant le milieu. Abdomen gris avec une ligne -
médiane-dorsale. Long. 5 %—6 % mm.. . Pandellei (p. 291).
15·(14). Fémurs et tibias III- non nettement courbés. Tibias III`sans
fortes soies.

282 Hvnnomsa '
' , €.‘·*ï   /J' ,
·   ‘î~* `‘`·$ . "ï'È . li 1 "
I #   lat; ; ·
» <s .      
«   1   I \ F
· ie   ai   x ·  E
I; A—· ag 590 V ,.Ã\=·—  
f jfë 589 , §_‘ .
,I ist _  
 la  
[ /\ see     ·~.
5%  ïgëâê
— i v‘·· »,z· . ·—a @2*
'» · 595 6Ã%   ¢·`>’
' =. U! ·»~» ·.
[ W ` __’  
/*5 597 ` ¤  \\. Q
/ ‘ ·. \\ 
A   /  
       ^ 
  I 596
6OI »
E X 600 ·
604 `
605
Fm. 589 à BOB] — 589, Hydrolœa îrrilans c", métatarse III; —- 590, id., métatarse II;
. — 591, id., métatarse I; - 592, H. Pandellei ©", patte III; ·· 593, id., méta-
tarse II; - 594, id., bande médiane frontale et triangle ocellairêi — 595, Hydro-
lœa dcntipes ci`, extrémités apicales du fémur et tibîa I; ·—- 596, id., bande médiane
frontale; -— 597, H. pcniciliula G`, patte III; — 598, id., base du fémur II; —-
599, id., patte I; — 600, id., hypopyge; — 601, H. occulla ci', patte III; '—- 602,
id., détail de Yéperon a de la base du fémur III; - 603, id., patte I; - 604, id.,
dent apicale du fémur I; -~ 605, id., moitié gauche de Phypopyge; — 606, id.,
bande médiane frontale-.

rwrmorzea — 283.
.8·(17).Tibias III avec quelques longues soies /încs-antéro~inf¤ernes.
_ Fémurs III avecvquelques soies fines, internes. Long. 7 mm.
.................... pilipes (p. 293).
7-(16). Tibias III nus sur la face antéro—interne ou avec quelques courtes
soies. . _
8··(2l). Petites Mouches entièrement d’un noir plus ou moins brillant. .
Abdomen noir à pruinosité nulle ou légère. Long. 3 mm, au
plus.
9-·(20). Abdomen à pruinosité distincte, bien visible, surtout par la
face postérieure. Fémurs I avec 2 soies internes prébasales,
assez longues et fortes, bien distinctes de la villosité du fond.
..................... parva (p. 292).
0·(19). Abdomen d’un noir brillant à pruinositè indistincte. Fémurs I
avec une villosité interne très fine, sans soies plus longues.
................... glabricula. (p. 290).
1-(18). Mouches plus grosses non entièrement noires. Abdomen à prui-
nosité plus ou moins épaisse: bande médiane-dorsaletoujours
distincte. Long. 5-7 % mm. Yeux nus.
2¥(23). Thorax d’un gris sombre à reflets blancs sur les marges anté-
rieures et latérales. Abdomen à pruinosité blanchâtre, la ligne
médiane-dorsale noire formée de sections triangulaires, aiguës
en arrière. Fémurs I avec une frange interne de longues soies
serrées étendue depuis la dent jusqu’au trochanter; Péchancrure
apicale occupée sous le jarret par deux aiguilles dressées ,
(C" Q). Long. 5-6 % mm. (PANDELLÉ).
. .................... cînerea (p. 289).
3-(22). Thorax d’un noir profond. Abdomen à pruinosîté faible. Fémurs
II sans soies très longues. 'lïbîas II simples.
4·(25). Fémurs III nus sur la face interne (fig. 585). Fémurs II bord
interne frange de 2 séries d’épines plutôt fines dans la moitié
basale (fig. 586). Cuillerons bruns. Ailes fortement enfumées;
balanciers noirs. Abdomen noir à pruinosité d’un gris jaunâtre;
une bande médiane-dorsale noire formée de sections triangu-
laires. Chète à peine villeux. ,— ..... meteoricn (p. 291). ,
5—·(24). Fémurs III avecune frange médiocre de soies fines sur le bord .
interne (fig. 574). Fémurs I bord interne frangé de soies déve-
loppées seulement près de la base (fig. 576). Abdomen (vu de
derrière) avec une pruinosité blanche, épaisse, la ligne noire
médiane formée de segments linéaires. Thorax d’un noir bleu
sans~reflets. Cuillerons blancs. Ailes courtes, brunes. Balanciers
sombres ................ velutina (p. 293).
3·(11). Yeux plus ou moins séparés par une petite ligne noire. (fig. 554,
596). 2 rangs de fortes soies acrosticales.

284 nY¤Ro·maA
27—(28). Yeux très rapprochés (fig. 554). Fémurs II avec de fortes soies,
sans soies fines sur la face interne (fig. 553). similis (p. 293).
28-(27). Yeux distinctement séparés (fig. 573, 596). Fémurs Il face
interne avec les seules soies fines.
29-(30). Hanches II avec les soies normales, sans fortes soies agglu-
tinées en ergot. Fémurs II-III sans frange de soies fines. Yeux
_ nus. Chète pubescent. Thorax d’un noir plus ou moins brillant:
partie antérieure grise avec la trace de -4 bandes noires.
Ailes brunâtres. Cuillerons pâles. Balanciers à capitule sombre.
Tibias III : 3 soies internes sur la moitié basale. Abdomen à
pruinosité grise avec des taches changeantes bronzées.
. . ·.   . .. ............ dentipes (p. 290).
30-(29). Hanches II avec un ergot formé de plusieurs soies agglutinées.
` Fémurs II-III hérissés d’une frange de soies fines (fig. 582,
583). Thorax noir, à pruinosité grise, avec 3 bandes noires
_ larges. Cuillerons jaunes. Balanciers noirs. palœstrica (p. 291).
31—(4). Abdomen avec les 2 premiers tergites roux. -
32—(35). Fémurs II avec 6-7 épines groupées en 2 séries réunies près de
la base. ·
33-(34). Tibias III arqués au milieu, grêles à la base, épaissis en lame
dans la moitié apicale; partie basilaire styliforme aussi longue
que la partie apicale (1); celle·ci à bords parallèles, frangée de
soies internes avec quelques soies plus fortes agglomérées à
leur pointe en pinceau aigu dressé au quart postérieur du tibia.
` Long. 6-7 mm ............. pellucens (p. 292).
34-(33). 'Iibias III à partie basilaire styliforme plus courte que la lame
apicale, celle-ci concave au bord dorsal, _convexe au bord interne :
l’angle basilaire oe celui-ci hérissé d’une série de longues soies
aplaties au sommet, serrées, non en pinceau, mais frisées et
enchevêtrées à la pointe; cette série de soies est suivie de 4-
5 soies raides, plus courtes, séparées des apicales par un petit
intervalle (fig. 611). Long. 5 %-6 % mm. horrussica (p. 288).
35-—(32).Fémurs II avec 3-4 épines internes espacées sur 1 seul rang,
depuis la base jusqufau delà du milieu. Fémurs III courbés,
dépassant Pextrémité de l’abdomen; tibias I II bord interne avec
· unpinceau aigu de soies agglutinées; face postérieure avec 1 forte
soie subdorsale médiane (fig. 558). .... curvipes (p. 289).
36-(1). Yeux à villosité épaisse.
3'7—(42). Fémurs III sans ergot à la face interne.
38—(41). Tibias III sans séries de soies agglomérées en pinceau sur la
face antérieure.
1. Voyez la figure 558 : Hydrofœa curvipes.

` uvnnoraaa ' - 285
33—(40). Métatarse II épaissi en arrière au milieu avec une courte frange .
de soies fines et serrées un peu frisées (fig. 552). Mouche d’un
gris sombre ............... Bezzii (p. 287)
4*)-(39). Métatarse II non épaissi. Thorax noir, abdomen gris.
................. . cyrtoneurina (p. 289).
41-(38). Tibias III à peine sinueux avec une série antérieure de longues
soies en pinceau; une série de soies subdorsales sur la moitié
basale. Fémurs III droits, ne dépassant pas l’abdomen (fig. 597).
................... penicillata (p. 292).
42—(37). F émurs III avec 1-2 ergots internes, mousses, assez forts,
dressés en bas. Yeux rapprochés à villosité longue et serrée.
43-(44). Fémurs III avec 1 ergot prébasal robuste dressé, tronqué, un
peu sinueux et denticulé (figo 601-602) [Parfois 2 ergots réunis
par la base]. Fémurs II sans soies apicales aplaties. Tibias II
à villosité interne apicale assez longue. Abdomen glauque avec
une ligne médiane dorsale noireinterrompue. occulte. (p. 291).
44·(43). Fémurs III avec 2'ergots séparés, dressés au milieu de la face
interne (fig. 559). Fémurs I I avec 2 longues soies apicales courbées,
la plus grande aplatie (fig. 560). Abdomen d’un bleu·noir avec
des taches latérales blanchâtres, chatoyantes. ciliata (p. 288).
_ FEMELLES , `
1-(2). Yeux à villosité épaisse et longue. Tibias Il avec des fortes
soies sur presque toute la longueur de la face postéro-externe.
.................... . . Bezzii (p. 287).
2·—(1). Yeux nus ou pubescents. i
3·(12).Balanciers à capitule jaune quelquefois plus sombre, jamais
no1r. .
4·(5). Mouche entièrement d’un bleu noir brillant. . ciliata (p. 288).
5-(4). Mouches grises ou noires.
6-(9). Abdomen d’un gris jaunâtre uniforme. 1-2 paires de longues
soies acrosticales présuturales.
7·—(8). 2fortes soies acrosticales présuturales. . penicillata (p. 292).
8-(7). Acrosticales présuturales plus fines : la paire antérieure souvent
. piliforme ou nulle ............ îrritans (p. 290).
9-(6). Abdomen plus ou moins roux à la base. Partie médiane présu-
turale du thorax sans soies dressées en dehors de la délicate
pubescence du fond.
10-(11). Balanciers jaunes. Nervure XII un peu courbée, rapprochée de _
la nervure XI (‘) .......... . . curvipes (p. 289).
1. Caractères variables. Chez l’Hydrotœa curvipes le chète antennaire est un peu
plus longuement velu.

286 Hvnnorzm. j
11-(10). Balanciers d’un brun jaunâtre. Nervure XII droite éloignée de
la nervure XI ..... · ........ pellucens (p. 292).
12-(3). Balanciers à capitulé noir ou brun noir.
13—(]4). Tibias II avec 1 soie interne ........ militaris (p. 291).
14-(13).Tibias II sans soie interne. `
15—(28). Tibias II sans soies antéro-externes.
· 16-(25). Bande médiane frontale et gênes à pruinosité épaisse. ~ .
1’7—(18). Tibias III avec 4-5 soies internes .... cyrtoneurina (p. 289).
18—(17).T1bias III avec 1-2 soies internes.
19—(20). Tibias III presque toujours sans soies dorsales. Chète nu.
........... u ......... armipes (p. 287).
2'J—(19). Tibias III avec 1 soie dorsale distincte. Chète pubescent.
21-(24). 2 rangées de fortes acrosticales présuturales ou la rangée d’acros-
· ticales internes composée de soies fines, les rangs externes formés
d'e soies distinctement plus longues et plus fortes.
...........·....... meteorica (p. 291).
22—(23). Thorax d’un gris cendré. _
23—(22).Thorax presque noir. brillant couvert d’une pruinosité grise
_ très légère ............... velutina (p. 293).
24·(21). Acrosticales présuturales courtes et délicates, presque toutes
d’égale longueur ............ Pandellei (p. 291).
25-(16). Bande médiane frontale et gênes d’un noir brillant.
26—(27).Thorax d’un bleu noir brillant; acrosticales courtes et fines.
' ........... . ...... tuberculata (p. 293).
27—(26). Thorax d’un gris mat; acrosticales fortes : 2 rangs.
._ ................... occulte (p. 291).
28—(15).T1bias II avec 1 forte soie antéro-externe.
2}—(30). Gênes d’un noir brillant près de la base des antennes.
_ " . . . ` ...... ` ........... p ilipes (p. 293).
30-(29). Gênes à épaisse pruinosité d’un gris blanchâtre.
31—(34). Abdomen d’un gris cendré. Base des ailes sans teinte jaune à
la base,.
32—(33). Partie supérieure de la bande frontale d’un noir velouté. Cuil-
lerons blanchâtres. Tibias III‘avec 2 soies internes. Long. 7-
8 mm ................. dentipes (p. 290).
33—(32). Partie supérieure de la bande frontale à pruinosité grise épaisse.
Cuillerons jaunâtres. Tibias III avec 4-5 soies internes. Long.
9-10 mm ................ similis (p. 293).
34—(31). Abdomen d’un gris jaunâtre. Ailes à nervures nettement jaunes
à la base ............... palœstrica. (p. 291).
1. H. albipuncta ZE·r·r. —— Biszzr et Sram, III, 649. — H. fasciculala
MEADE. 1881, Ent. Month. Mag., XVIII, 125, 0* —-et 1897, Brit- Anlh.,
I, 27, 13, ©' (fig. 555-556). _

. nvnrxorlua 287
' Seine-et-Oise: Rambouillet (VILLENEUVE); Eure: Evreux (Ponrmvm) (1);
Morbihan : Pluvignec (HERVÉ-BAZIN); Pyrénées-Orientales : Le Vernet
(Vrnnmznuva). —· Europe centrale et septentrionale. Rare partout.
· 2. H. armipes FALLEN. —-— Bazzx et Srnm, III, 650; Kmrrm, 1917, 404.
-—- H. /l0cc0.sa Mncouxnr, Meromr. —- (fig. 565-572.).
Commun dans toute la France; mai-septembre. - Europe, Syrie.
Cette Mouche pond quelques œufs de grande taille dans les excréments
des? animaux domestiques, dans ceux des Chevaux, en particulier. Larves
carnivores. Pupe à cornes prothoraciques très développées (Kmnm).
Boucmà (1834, 86, 74) a observé la larve, en automne, dans le fumier de
vache.
3. H. Bezzii S'rErN. — Biazzi et Srem, III, 650. ——— (fig. 552).
c" : yeux cohérents. Antennes noires, chète nu. Thorax noir à
· 
C A 1
2 ( 607 / 609
A  È, . 4
  ‘ . ~ ‘  ` \"¤   0 5]) É
. î ··â IM`,.
606   6,0 " I É `
'   .. ·4' r
Fm. 607 à 611. — 607, Hydrolœa irritans c3', patte I; -— 608, id., aile; - 609, H. den- ·
UPGS ô`, âîïë; - 610, îd·, hypopyge; — 611, Hydrolœa borrussîca, patte III.
pruinosité grise, peu épaisse, avec la trace de 4 lignes noires. Cuille- ·
rons blancs; balanciers à massue brune. Ailes claires. Pattes noires;
fémurs III simples, rectilignes; tibias II avec 1 soie antéro-externe
médiane, une série postéro—interne de 14 soies allongées; tibias III droits
avec 1 soie antéro-externe postmédiane, une frange épaisse de soies sur
la face antéro-interne et une frange pareille, dressée, sur la face postéro-
interne. Abdomen noir avec la pruinosité grise plus claire et une étroite
ligne médiane dorsale noire. Long. 8 mm.
Q : « Orbites supérieures ternes à reflet cendré, avec 2 aiguillons
externes post-médians dressés en avant. » (Pm~z¤Er.mâ, 1899, 164, 1).
1. Je dois beaucoup de remerciements àM. Porrmvm pour l’envoide sa collection.

288 nV¤RoT.EA " _
Hautes-Alpes : La Grave (1.600 m.), juin; Myans, 17 mai (HESSE,=VILLE·
NEUVE); Marseille; Hautes-Pyrénées : Aragnouet. — Catalogneàltalie
(PANDELLE). .
4. H. borrusica STEIN. -—· BEZZI et STEIN, III, 650. —-· H. curvipes
Ponrscn. (non FALLEN). — (fig. 611).
  I, g   zi   ‘.
    H av L / l 4\~¤,;=\., 4,4 > _'r* x
.   ·««:Al. ·«l· g M" “..,\m~— ..,...,ü_
. /.·'  
  H .  
 ., .. ` ·   "Y ï "///
\ ·'
/
 /
\\ _
F10. 612. —· Hydrolœa curvipes (ci') >< 9.
Commun certaines années, par places.
Commun à Rambouillet, juin-juillet (VILLENEUVE, SEGUY)îSeine·et-
Oise : Achères; Lyon (PIERRE); Cantal : Le Lioran (DE GAULLE). — Prusse,
Europe centrale.
5. H. cîliata F. —- BEZZI et STEIN, III, 650. —— H. bimaculala MEIGEN
MACQUART. -— (fig. 559-563).
. ©” : bande médiane frontale noire avec une tache blanche au—dessus
des antennes. Antennes courtes, chète pubescent. Thorax d’un bleu foncé,
brillant, sans taches. Cuillerons grands, blanchâtres; balanciers jaunes.

Hvnnomza 289
Ailes vitreuses. Pattes noires; fémnrs I avec 2 dents; tibias III ciliés
à la face interne. .
Q : yeux modérément séparés, nus. Plaque ocellaire brillante. Thorax
avec une tache médiane antérieure blanchâtre. Tibias III avec 1 soie
antéroyexterne allongée. Abdomen bleu, le dernier segment d’un gris
de plomb. Long. 4 %—7 mm.
Commun dans toute la France. l *
Massif alpin, prairies (Hrsssiaz). — Autriche, Prusse, Suède.
_ Larve dans le terreau, juin-juillet (Pnnms). _
6. H. cinerea R.-D. — Biazzx et S·rEm, III, 651. —— H. lrîmucronata
PANDELLÉ 1899, 171 (note).
~ ;
. I g / çi L
  2.
`l*S*`
· Fm. 612 b. — Hgdrolœa cyrtoncurina Zetterstedt. Appareil génital d', face et profil;
figures schématisées d'après Schnabl et Dziedzickl, 1911, fig. 581-582.
s Seine : Vitry (Esrror); Seine·et-Oise : Rambouillet, l’Hautil (Vr1.LE-
NEUVE); Maine-et-Loire : Andard (HERVÉ-BAZIN); Corse (Scmzann). —
Europe centrale et méridionale.
_ 7. H. curvipes FALLEN. -· Bezzr et Srxzm, III, 651. —- (fig. 557, 558,
612). -
· G': yeux à villosité courte, peu distincte. Antennes noires. Thorax
noir à pruinosité grise. Cuillerons blanchâtres; balanciers roux. Ailes
transparentes. Pattes noires; tibias III coudés au milieu, la 1*** moitié
grêle et droite, la 2**, après le coude, en lame droite à bords parallèles,
le bord interne avec un pinceau aigu de soies agglutinées, et frangé de
soies fines jusqu'à l’apex; une soie postéro-externe, médiane, allongée,
Abdomen roux, sauf le 5** tergite. Long. 5 % mm.
Juin-septembre.
Assez commun. ·
Paris; Seine-et·Oise : Comelle, Meudon (POUJADE), Saint—Germain-en-
Laye; Oise: Chantilly, juin·septembre (V1L1.ENEUvE); Ardennes : Vendresse,
juillet (Bmroxsr); Dauphiné rPrémol, Alzy (Hnssn); Pyrénées-Orientales :
Vernet (HERVÉ-Bazm).
. 8. H. cyrtoneurina Zrsrr. —— Bezzx et Srzm, III, 651. - (fig. 612 b). .
19

290 m¤¤no·m:A.
cf :· yeux rapprochés. Chète épaissi et·ve1u à la base. Thorax noir.
Cuillerons et balanciers noirâtres. Ailes brunes. Pattes noires, fémurs E
avec 2' dents, Abdomen gris sombre avec une bande médiane dorsale
noire. Long. 7-8 mm. .
Pas—de-Calais ; Seine-et-Oise : Bellevue, Hautil, Rambouillet; Ain;
Isère : Grenoble; Basses—Alpes : Digne (VILLENEUVE); Var : Cavalière,
août (HESSE)· —
9. H. dentipes F. —- Bnçzr et STEIN, Ill, 651. — (fig. 595, 596, 609,
610). `
Jardins, champs et bois, mars-octobre.
Très commun partout; particulièrement abondant près des habitations
· et des écuries. Ne sejette pas sur l’Homme et n’entre pas dans les maisons.
Dès le mois demars, la femelle pond de 150 à 200 œufs dans les fumiers,
les matières en décomposition ou les excréments. La larve est allongée,
efïilée à son extrémité antérieure et tronquée en arrière, la peau est épaisse
et dure, la face—ventrale avec des petites saillies épineuses. Cette larve est _
carnivore et dévore les larves de Mouches qui vivent dans le même milieu
qu’elle. La pupe est allongée, efiilée aux deux extrémités et nettement
segmentée; les cornes prothoraciques sont bien développées (KE1L1N).
La larve a encore été trouvée dans les matières végétales en décomposition
(Boucmâ, 1834, 84, 72).
Parasite : Alysia mcmducator P.··.NzER.
10. H. glabricula FALLEN. — BEzz1 et STEIN, Ill, 652; Scnwant,
1911, 98, 140.
Allier : Vichy [Q] (VILLENEUVE); ‘2 Corse [Q] (SCHNABL) .
11. H. irritans FALLEl*I. -- Brzzzr et STEIN, HI, 652. ——- (fig. 589-591,
' 607, 608). .
' ©" : yeux cohérents, à pubescence courte. Chète à villosité courte.
Thorax noir avec quelques reflets gris formant des bandes, surtout
visibles en avant. Balanciers jaunes; cuillerons roux. Ailes uoirâtres,
à base jaune. Fémurs et tibias Ill allongés, légèrement courbes, les
· derniers avec une soie médiane externef Abdomen gris à bande médiane
tlorsale noire irrégulière.
Q : entièrement d’un gris uniforme. Yeux modérément séparés. Thorax
d’un brun sombre légèrement brillant avec des bandes courtes. Cuillerons
pâles. Abdomen parfois roux à la base. Long. 4-7 mm. `
Pins, prairies, bois, montagnes; juin-septembre.
Très commun partout. Toute la France. ·— Europe, Caucase.
La femelle est insupportable pendant la belle saison. Les larves se déve-
loppent dans les excréments des animaux domestiques. La pupe a été décrite
et figurée par LcE\v, Verh. z. b., Wien, xxu, 143, pl. II, fig. 9 et 10 (1878).

Hvvnoïrzza _ 29l.É
*12. H. meteorica. L. ——BEZZI et Srizm, III, 652; KEILIN, 1917, 405. -—
(fig. 584-588). ·
Q :yeux modérément séparés. Thorax d’un gris sombre à 4 lignes
îndlistinctes. Ailes claires. Long. 4-6 mm. " ' ·
Avril-août. _
Très commun partout. Toute la France. _
Les Mouches tourmentent les Bœufs etles Vaches dans les prairies humides.
Les larves vivent dans les excréments des herbivores ou dans les matières
végétales en décomposition (TASCHENBERG). Elles peuvent produire des
myiases intestinales chez 1’Homme (Sr-ARRMANN, Josmmz, Kisxmn).
-13. H. militaris MEIGEN· - Biszzr et S·rExN, III, 653. —- H. impcxa'
Lw. —- H. velulina SrRoe1..(non Mexomv). — (fig. 547-551).
Q : d'un noir mat à reflets gris. Bande frontale àhords latéraux,
parallèles, égale aux 3,'5 de la largeur d’un œil. Tibias Iavec 1 soie
antérieure. Abdomen noir à pruinosité cendrée. Long. 4 %-5 % mm.
Mai-septembre.
Commun dans toute la France. Région alpine (Hiassiz); Corse (SCH.NABL)·
-·- Europe.
14. H. occulte Mercier:. ——· Biazzr et Srxam, III, 653. —- (fig. 601-606).
©’ : thorax noir à reflets cendres. Cuillerons pâles. Ailes claires, balan-
cierssombres. Hypopyge semblable à celui de l’Hydr0tœa armipes.
Q : corps noir à pruinosité grise. Yeux nus ou à villosité très courte.
Plaque ocellaire triangulaire, nue, brillante. Ailes claires. Long. 3-5 mm. ,
Juin·août; fleurs, feuillages, ombellifères.
' Commun dans toute la France. — Europe, îles Canaries.
15. H. palœstrics. LIEIGEN. —- Brazzr et Sriaznv, III, 653. — H. blanda
MEr<;1zN. —- H. Rondanii MEADE. —— (fig. 573, 580-583). '
c' : chète épaissi~à la base, pubescent. Tibias II avec 2 soies allon-
gées médianes, externes; tibias III atténués à la base, sans callosité à
l’apex, ciliés avec des soies molles, plus 2-3 soies plus épaisses, médianes;
4 soies internes. Abdomen d’un brun gris, à pruinosité épaisse, blan-
châtre coupée par une étroite ligne médiane dorsale noire. ·
Q ; thorax gris, à bandes noires. Abdomen d’un gris cendré à reflets
bruns. Long. 8-9 mm. . `
Mai-août.
Commun dans toute la France. Corse : Calvi, Vizzavona, Tattone
(SCIINABL).
16. H. Pandellei STEIN. -— Bezzr et STEIN, III, 654. — H. irriians
l\^lE1c.1:N (non FALLEN). — H. scambus PANEELLÉ. — (fig. 592-594).
Q : corps entièrement noir, à pruinosité grise. Balanciers roux.ïI`ibias·
III avec 1 soie postéro-externe bien apparente.

292. HYDROTEA
.-Rare partout. ·
Isère: D* de Crolles (HEssE); Hautes·Pyrénées : Rieumajou '(PAN1>ELLÉ; ,
17. H. parva. MEADE. -— BEZZI et STEIN, III, 654. —— H. glabricula
MEAr>E (non FALLEN) 1897, I, 27, 14 ©".
C’est avec 1’Hydrota2a glabricula FALLEN la plus petite espèce du
genre. Les yeux du mâle sont nus, grands, étroitement cohérents.
Antennes avec une petite tache blanche, brillante à la base. Chète
presque nu. Thorax d’un noir brillant, callus huméraux gris. Balanciers
noirs; cuillerons jaunes. Ailes brun pâle. Fémurs I avec une dent
` pointue et un tubercule mousse derrière cette dent; tibia Iprofondément
crénelé à la base; fémurs II avec 2 longues épines mousses internes près
de la base; tibias III presque nus. Abdomen d’un gris clair avec 1 bande
médiane dorsale sombre. Long. 3 mm.
Commun à Luc-sur·Mer (Dr Vrr.LENEUvE, Mianornr.); ‘? Corse (ScHNABL).
— Europe centrale et septentrionale.
18. H. pellucens Pom·scH1NsKv. ——— Bizzzr et STEIN, III, 654. — H.
angulata STEIN. — PANDELLÉ;. 1899, XVIII, 174, 15.
©" : yeux presque contigus, à villosité nulle ou très courte. Thorax
gris. Balanciers roux. Cuillerons blanchàtres. Ailes claires. Fémurs III
renilés à l’apex, arqués sur le bord interne, sans épines mousse (1).,
Abdomen roux (sauf'le 56 tergite) à pruinosité grise, avec une ligne
__ médiane dorsale noire. _
. Q :.entièrement noire, à pruinosité grise. Plaque ocellaire terne, à
pruinosité obscure. Tibias III avec 1 soie~postéro-externe bien appa-
rente (PANDELLÉ). Long. 6-7 mm. `
Marne : Reims (BELLEvovE); Seine-et·Oise : Rambouillet. Assez commun
en'mai (VILLENEUVE); Hautes-Pyrénées: Tarbes, montagne; Corse: Ajaccio
en juin (SCHNABL). — Europe centrale et· méridionale.
19. H. pcnicillata RoNDAN1. — BEZZI et STEIN, III, 654. -—- (fig. 597--
600). ‘
©" : antennes noires. Thorax noir à pruinosité grise. Balanciers roux.
Cuillerons blancs. Ailes vitreuses. Fémurs II avec 3-5 grosses épines,
internes, raides, en série, les plus grosses plus longues et rapprochées de
la base. Abdomen plus clair que le thorax avec une étroite ligne
médiane dorsalenoire.
Q : noire, à pruinosité cendrée uniforme. Yeux à peine villeux. Ailes
jaunes à la base. Tibias III avec 1 soie externe. Long. 5-7 mm.
Seine—et-Oise : Bourray (SÉGUY); Allier; Hyères (RANDELLÉ); Dauphiné;
la Voyez la figure 558 : Hydrotœa carvîpes. · ·

nvonomax _ 293
Var: Cavalière, juin; Valjonfrey; Di de Crolles, la Morte, Brouff1ers(HEss1a.)
Commun dans le centre et le midi de la France (Vu..LENEuvE); Corse, en
mai·juin (Scm~:ABL).
20. H. pilipes Srrzm. — Bnzzr et S·rEn~r, III, 654. _
Seine-et-Oise : Rambouillet; Creuse (V11.LENEUvE).
21. H. similis MEADE. —`BEzzx et Srnm, III, 654. — H. cximia STEIN. ,
·— (fig. 553-554).‘ .
o' : voisin de l’Hgdr0la dcntipes: en diffère par la taille plus grande,
la couleur d’un noir bleu brillant, par les yeux plus rapprochés, le thorax
`à bandes plus distinctes, le fémur I avec une petite dent au lieu d’un
tubercule mousse; les tibias I sans touffe apicale; les tibîas III sans
callosité, mais avec un groupe de 6-8 fortes soies à la face interne.
` cf Q : abdomen à pruinosité blanchâtre avec quelques taches
chatoyantes. Long. 9-10 mm.
Paris. Trés commun à Rambouillet (V1LLEN1:UvE, SÉGUY); Seine-et-
Marne : Nemours; Seine-et-Oise : Saclas, commun. Corse : col de Vizza- _
vona, 1.100 m., juin (SCHNABL).
22. H. tuberculata Romnam. —- Bnzzzr et Srnm, III, 654. — H. bispi~
nosa PANDELLÉ (non Ziarr.), 1899, XVIII, 169, 7 o'.
af : yeux nus, cohérents. Chète pratiquement nu. Thorax d’un bleu
noir. Cuillerons et base des ailes roux. Balanciers bruns noirs. Fémurs
II, bord interne avec une double frange complète de longues et fortes
soies; tibias II, faces antérieures et postérieures frangées de soies fines,
dressées; un éperon apical formé de 2-3 soies accolées. Abdomen d’un
bleu foncé avec un léger reflet gris. Q : yeux nus ou à villosité courte.
Balanciers bruns. Corps noir en entier. Long. 4 %-6 mm.
Juillet-septembre. Assez rare.
Pas·de-Calais ; Luc-sur—Mer (VILLENEUVE); Allier; Hautes-Pyrénées:
Tarbes, août-septembre, Ombellifères (PAN¤1z1.LÉ). —- Piémont, Suède.
23. H. velutina R.-D. — B1·:zzr et Srnm, III, 655. —— H. brcvipcnnis
Lœw. —— H . atrata, gagalea, nilida R.-D. — (fig. 574-579).
0* : yeux nus, cohérents. Thorax d’un bleu noir, sans reflets. Cuille- '
rons blancs. Ailes courtes et brunes._ Balanciers sombres. Tibias II
simples. Abdomen à reflets blancs avec une ligne médiane dorsale noire,
formée de segments linéaires.
Q : plaque ocellaire grise. Yeux nus. Thorax noir. Abdomen à reflets
gris. Long. 5-6 M, mm.
Chênes, Pins, prairies, bois. '
Mai-août. Très commun danstoute la France; montagnes. — Europe.

294 _ DRYMEIA. —- ERIPHIA
, t 48. —— Genre DRYMEIA MEIGEN. ·
ScHNABL et DZIEDZ., 1911, 199 (147); —— STEIN, 1916, 218, 21; — i
BEzz1 et STEIN, III, 631.
D. hamata FALLEN. —- Anthomyia obscura ME1GEN, MACQUART. —
\ (fig. 613).
Mouche fortement velue. Yeux nus, subcontigus. Antennes courtes;
chète à cils médiocres. Pèristome et gênes couverts. de soies. 5 soies
d0rs0—centrales. 1 : 2-3 sternopleurales; préalaire très longue. Cuillerons
petits, inégaux. Aile sans épine costale; nervure I à cils courts; nervure XII
,\   .1, [ A
e   *3 4 `îë¥i}` ir
D · \y·!^ e \
\  '   giga. I;  ,
r "\ Je ···. c" ¢ Q  
   
, — Ng., .·.4"   e
_;Ã%·(«;«IÃÈ,·î·~’i)¢’*rqwr‘1;¢;;(}’;.7 ' ‘
‘     ·.»... (
· »îî}%l”*«"°  
  ,  ,~ ’,‘ ,
  * ,,..g(\M
//t”·(â‘·i*<:Q(' ·:1E'il·¤e¢•‘É"i"'*4 "' ‘
/  l·w»· ‘\·«  
`· \‘\(/  /,·
Fm. 613. - Drymeia hamala (€) >< 9. _
assec fortement courbée. Pattes à soies raides et nombreuses. Abdomen
oblong, velu. Hypopyge petit, caché. Long. 5 %-——7 mm.
Août-septembre, sur les fleurs du Lierre (ÃIACQUART); dans les bois
(ROBINEAU·DESVOIDY). '
Puy-de-Dôme, août (SURcoUF), Mont—D0re, août; Hautes-Alpes_ :
Lautaret, juillet (VILLENEUVE); Isère : La Morte, juillet (E. HEssE). —
Prusse orientale, Suède, Autriche, Italie (PANDELLÉ), Tyrol (ANDRÉ).
_ Larve humicole et carnivore (BEzz1). ·
49. —— Genre ERIPHIA LIEIGENZ I
l SCHNABL et DZIEDZ., 1911, 192 (140); — STEIN, 1916, 219, 22; —
BEZZI et STEIN, III, 631.
, E. cinerea MEIGEN. — Trichopticus hirticeps Srnomg. —— Limnophora

roooraomvm 295
· Rondanii PANDELLIÉ. — (fig. 614). l ·
‘ Thorax à 4 bandes; 2 -|· 4 soies dorso-centrales; 1 : 1 sternopleurales
préalaire manque. Long. 8% —- 10 mm. '
Mont-Cenis : 13-15 juillet (E. Hesse; BAUMHAUER cité par MAcQ¤Am·) '
Sur les fleurs. _ ·
Larve humicole et camivnre (Bazzx)- '
       
see  i s  , .
      l.,.  
>y;='%/ ’ ry], I; ` ,' H )’ a_ I C v A lt ` 1
~ 3  ' ‘ 1 É?) ‘.   ‘l»’  
,·»%,%Jé*'?"§   ` î" i  
·     [ Au-   °"‘ %·“\\\‘§1\gë··’~ · _
ài-? . ‘··· î ’1*'   Q' · ·¤—··   ·
 `·Al*"¢,:f«;—`>Qlf| , l!'  
t   ·À ·~ ` / E`;._
1 \`-J .
I"
Fm. 614. - Erîplxia cinerca (ci') X 9.
50. — Gienre POGONOMYIA ·RONDANI·
S¤HNABL et Dzmnz., 1911, 196 [144];- STElN,1].914, 17, 2(Trich0pticus,
pp.); 1916, 45, 22;- Bxazzx et Srzzm, III, 631.
Mouches noires de moyennegrandeur, de la méme forme que les Eriphia.
Occiput à peu près plat, velu postérieurement (©'). Yeux nus ou très ’
longuement velus (dccolot FALL.), modérément gros, cohérents, ou .
écartés (ielra c"). Bouche assez saillante, Antennes plantées dans le
milieu de la hauteur des yeux ou un peu au-dessus du milieu; chète
pubescent ou légèrement velu (lclra).Tr0mpe longue et grêle; palpes

296 POGONOMYIA _
cylindriques, courts, légèrement renflés à l’apex. Thorax à villosité
épaisse, avec 2 bandes noires à peine perceptibles; 1-2 + 4 soies dorso-
centrales gacrosticales courtes; préalaire très longue et forte; 1: 2-3
sternopleurales (©" Q); les 36 et 48 soies sternopleurales lorsqu’e11es
existent, plus grêles. Cuillerons petits, le thoracique saillant des 3/4.
Nervure I à soies courtes, quelquefois une petite épine costale. Pattes
longues, élancées, très velues. Abdomen long, souvent d’un gris brillant,
pointu chez les femelles. Macrochètes discaux et marginaux forts, longs,
en plusieurs rangées, ceux du·4<’= tergite plus forts, dressés. Hypopyge
petit. ·
Adultes anthophiles. Larves humicoles et carnivores (BEZZI)·
TABLEAU DES EÉPÈC·ES·
1—(2). Yeux à villosité longue et épaisse. Long. 5-7 mm. [deco1o1·(p. 297).
' 2-(1). Yeux nus.
3·(4). Fémurs Il avec 6 longues soies postérieures dans la moitié apicale.
Long. 6 MZ mm ............. fasciculata (p. 298).
4-(3). Fémurs Il sans longues et fortes soies postérieures dans la moitié
apicale. ·
5-—(6). Yeux largement séparés. Long. 2 %-3 mm. . . tetra (p. 298).
6—(5). Yeux cohérents.
p 615
o   Ma
\ *~   \  
  T ‘ A À  
~`  ~»-4g ~(;w‘.·*;· .·.=¤  
É 7    
( >\ J.  
s   ax
i ay'   [law
gp % il .  
· ..»ré~ * a %¤ ··¤    
·     A' A 616
/·/·«*"   -
.   on - \\____.
Fia. 615 à 617. — 615, Pogonomyia iasciculala d', extrémité apicale dulfémuifll; —·
616, P. alpicola Q >< 9; — 617, id., tarse I.

_ POGONOMYIA 297
7·(8). (lhète distinctement pubescent. Gênes petites. Abdomen entière-
ment noir. Long. 4-6 mm. . .· ....,. brumalis (p. 297).
8—(7). Chète nu. Gênes assez larges, villeuses. Abdomen à taches grises
. latérales plus ou moins apparentes. Long. 7-8 mm.
.........,........... nlpicolu (p. 297).
1. P. alpicola RONDANI. -—— Bnzzx et Strnm, III, 631; Srzm, 1916,
45, 1. — Limnophora cînerea PAN· · ‘ '
DELLÉ. -— (fig. 616-618). _ _ ·
Antennes courtes. Thorax et scu- J,
tellum noirs; 4 soies dorso-centrales.   X ·
Pattes noires, à soies fortes; tibias   r ·
III avec un éperon apical, interne ]·:[gl» \ 2}
et une courte apophyse. Ailes grises,   sé
noirâtres à la base, nervure I sans   Qu"?
épine. Cuillerons jaunâtres; balan-      
ciers noirs. Abdomen noir avec des   Ã  
traces de pruinosité. claire, des   ,€;~§£_ 
tachesunoires médianes sur le tergite ’  ,   .
II et une plus petite, trapézoïdale, ”  ""` `
sur le tergite III.
Type du sous-genre Pogonomyia _
(Roi) Scm~xAB1. et Dzuan., 1911, .
198 [146]. \  1/ . ·
Hautes-Alpes : Lautaret (Vxmns- . t
NEUVE, Hxassn) ; Mont·Cenis; Hautes-
Pyrénées, montagnes, juin·septembre.
— Dantzig, Hongrie, (PANDELLÉ) .
2. P. brumalis R0m>AN1. ——
P. Mcadei Pox.; Bizzzx et STEIN,
III, 632; STEIN, 1916, 46, 5. —- F10. 618. - Pogonornyia alpîcola (cf'),
P. alpicola ME.wE.(non B0N¤Am). têt°·
— Limnophora fclra PANDELLÉ.
Type du sous-genre Neopogonomyia SCHNABL et Dzrnn., 1911, 198
[147] 2. . - · .
Plus petit que le Pogonomyia alpicola; entièrement noir. _
Montagnes des Alpes et des Pyrénées, mai·août, prairies. _
3. P. decolor FALLEN. -— PANDELLÉ, 1899, 124, 12 (Limnophora);
Brszzi et Srnm, III, 628 (Trichopticus); STEIN, 1916, 45, 2 (Pogonomyia).
Somme : Amiens; Seine-et-Oise :_Rambouillet; Hautes·Alpes : Lautaret;

.298 POGONOMYIA· — mavncnorsirors
· Ardèche (VILLENEUVE); Hautes-Pyrénées, montagne, août-septembre;
Corse : Ca1vi,_mai (SCHNABL). -— Prusse orientale (PA1~mEL1.E), Laponie,
Angleterre, Tyrol.
4. P. faseieulata STEIN 1916, 46, 3. ·- (fig. 615).
Lozère : La Bastide (D' VILLENEUVE). ·
5L P. tetra MEIGEN· — S1·E1N, 1916, 47, ,7.
Alpes, sur les fleurs. ‘ _
51; —— Genre RHYNGHOPSILOPS HENDEL.
BEZZI et S1·E1N, III, 631; —- ScnNABL et DZIEDZ., 1*911, 189 [137];
— STEIN, 1914, 12, 85; 1916, 44, 19 et 218, 19; -—BEzz1, 1918, 83, 31,
pl. I, fig. 7 et pl. II, fig. 11.
. /,-7
 [X  ’l ( \ \
. \ .  il ” 4 il la
,»·*>""*~  il ‘ W iii 021
• il · 620 ll lm
,! 619  lb  [/4
A ' I ii) *1 xi
'     fil
X
` ' / I [Il]
Fm. 619 à.621. -— Rhgnchopsilops vîllosus cl`; - 619, tête; — 620, tibia III; — 621,
détail de l’éper0n cz [fig. 620], (d’après Bezzî, 1918). ,
· R. ·vill0sus HEBIDEL. -— (fig. 619-621). `
Face courte; bouche fortement saillante. Antennes courtes, plantées
au milieu de la tête. Yeux nus, écartés (cf Q). Une seule soie sterno-
pleurale 1 la deuxième; 2 + 3 soies dorso-centrales longues et grêles.
Cuillerons petits. Long. 5-6 y, mm.
Hautes montagnes [2.500 à 3.000 m.]. —— Suède; Europe méridionale;
Alpes italiennes, juillet·août,.sur les fleurs de l’Huichinsîa alpîna (BEzz1).
Larve humicole et carnivore (BEZZI)· _

LASIOPS 299
52. — Genre LASIOPB ME1cEN (non Kowanz) ('). j
Bzzzzx et STEIN, III, 627 (pp.); — SCHNABL et Dzxxsnz., 1911, 101 [49], ·
II, 2; -— STEIN, 1916, 43, 18. ·
L. semicinereus WIED. —— BEzzx et S·rE1N, III, 630§.STE1N, 1916, 44, .
— Anthomyia apicalzs ME1c.EN, ScH1NEn. — (fig. 622).
Yeux velus. Thorax et scutellum noirs à pruinosité grise. Pattes
\ I i
A\ԤW   _
  ,,.;,,.19 
e   î
r.~É`ïîé r`î•· 'ê°ï· Ã
îr§?Eâ/Ai,   J:  
  a, L  
;-, z' î;.··; `   ‘
, . l
\ \î\_____.
\
\\
F10. 622. — Lasîops scmîcinereus (gi') >< 9. _
»ires, griffes et pelotes bien développées, surtout aux pattes I. Abdo-
en : tergites I-III jaunes, brillants avec une délicate ligne médiane
»rsale noire. Long. 4 yz 6 mm. —
Mai·aoùt.
Pas-de·Calaîs : Mareuil, Arras (PARENT); Mame : Reims; Vosges:
ârardmer, Schlucht (HERVE-BAzrN); Seine-et-Oise : bois d’Hautil; Puy-
>-Dôme : La Bourboule; Hautes-Pyrénées : Cauterets (VILLENEUVE),
ontagne, juin—septembre; Marseille. — Italie, Autriche, Prusse, Dane-
ark, Suède, Caucase, Asie Mineure.
1. Les Lasiops de Kowzmz sont des Hyfcmyînœ, voir genre Lasiammz, p. 135.

300 nHvNcHo·rmcnoPs
53. — Genre RHYNCHOTRICHOPS ScHNABL 1890.
ScHNAB1. et DZIEDZ., 1911, 195 [143]; —- Srem, 1916, 42, 17.  
Tête triangulaire en profil; occiput aplatî ou un peu enfle chez les
©" ©" très fortement bombé chez les Q Q. Yeux étroitement cohérents
ou un peu écartés (©"), modérément développés, velus. Antennes courtes
Trompelongue, épaisse, labelles petites; palpes courts. Thorax à villo-
sité courte, parfois microscopique; 1-2 + 4 soies dorso-centrales; acros-
ticales courtes= 2 et plus; 1 : 2 soies sternopleurales; sternopleures
     W  
  x       ;;»i·    
  l   f J .»
  ; À ;/HÃ \ Y
  **   °
, V [ 4% /
;P‘ wu?
  \_`
· Fm. 623. - Rhynchoirîchops aculeipes d' >< 9.
velus (o" ©"). Cuillerons petits ou moyens, le thoracique saillant
Ailes vitreuses, épine costale petite. Pattes assez longues, élancées
tarses longs comme les tibias. Griffes et pelotes petites, sauf aux pattesl
Abdomen cylindrique, mat, à`villosité courte et clairsemée; macrochète:
assez longs, grêles. `
Larves humicoles et carnivores (Biszzi), `
TABLEAU mas izsriàcias
MALES
1—(2). Pas de préalaire. Tibias III avec un éperon interne. Long. 4 Ma-
5 yz mm. (fig. 635) ............ rostratus (p. 302)
2-(1). Préalaire longue et forte. Tibias III sans éperon, ·

RHYNCHOTRICHOPS  
-(4). Tibias III avec une longue épine interne, mousse, terminée par
des soies agglutinées (fig. 623 et 624). Long. 6 M2. mm.
·.····.·····.·.·.··.· &G\11BîDOS(p.302)·
'    ·..>e\¤..; .
— J É, u  
Fm. 624. — Rhynchotrichops aculeipes ô` ; tibia II face externe.
\  
\ ¤
' ‘ \ N ‘ W7
   se  i 
se il     É
  ` "'à!;ïu  °a?'%%‘ ·
  `  r .«r ····,   se
  yii   *1 
"   îîêëw ` ". ,` ‘ M0;" È
· 3   ··"" ,··» 2   ·_ n
I     _.·.§§‘î°?· `   ; `\‘—
 C    wit    
· ,;A€6ȧj&.§~; .   °‘ï,§. è~
\a/,'
_ Fm. 625. - Rhyncholriéhops subroslralus d` >< 9.
>(3). LI`ibias III sans épine mousse, seulement les soies ordinaires
(fiâ 638). Long. 6 }§-7 mm ........ subrostratus (p. 302).

302 nnvncnoràrcnovs. —— THICHOPTICUS
ï FEMELLES ·
1-(2). Pas de préalaire ............. rostratus (p. 302).
2-—(1). Préalaire longue et forte.
3—(4). Chète à villosité courte .......... aculeîpes (p. 302).
4—(3). Chète nu .............,. subrostratus (p. 302)·
1. R. aculeipes Ziarr. —- Biazzr et STEIN, III, 627; STEIN, 1916, 43, 1.
— Trichoplicus armipes RoNDAN1. — (fig. 623-624).
Hautes-Alpes: Lautaret, juin, juillet (VILLENEUVE, Hnssis); Savoie:
Mont·Cenis (HEssE). ——- Europe.
2. R. rostratus MEADE. —— BEZZI et Srizm, III, 630; STEIN, 1916, 43,
2; Biazzr, 1918, 83, 32, pl. I, fig. 3; pl. II, fig. 10.-—Limnophom aprinus,
PANDELLÉ. — (fig. 635-637). `
Hautes·Pyrénées, montagnes, août-septembre, Pins (PANDELLÉ). —
Alpes italiennes (Bizzzr). — Europe centrale et septentrionale.
3. R. subrostratus Ziarr. —— BEZZI et SrE1N, III, 630 (Trichoplicus);
STEIN, 1916, 43, 3; BEZZI, 1918, 84, 33,, pl. II, fig. 9 et 118, 48. — (fig. 625,
638).
Hautes-Alpes : cirque de Bouche, juillet (E. Hiassia), Lautaret, forêt
Oursière (VILLENEUVE). ·—- Toute 1’Europe septentrionale et centrale,
Alpes et Carpathes, Alpes italiennes, sur les fleurs : Saxifraga cœsia, Leu-
canthemum alpinum, Hufchinsia alpina, Cherle1·z'a·sed0ides et Myosotis
alpestris (BEzzr).
54. — Genre TRIGHOPTICUS RoN¤AN1.
ScHNABL et DZIEDZ., 1911, 200 [148]; — STEIN, 1916, 39, 16; —— BEzz1
et STEIN, III, 627, pp. _ ‘
Tête à peu près carrée en profil, légèrement plus haute que large;
occiput aplati (o') ou bombé (Q). Bande médiane frontale souvent avec
` des soies croisées. Antennes courtes, chète nu ou pubescent. Thorax à
4 bandes plus ou moins distinctes; acrosticales : 2 rangs, courtes et
grêles; 2 -[- 4 soies dorso-centrales; 1:2 soies sternopleurales et plu-
sieurs soies inférieures longues et grêles. Cuillerons petits, le thoracique
saillant. Pattes assez longues. Abdomen conique, dénudé.
Larves humicoles et carnivores (Buzz;).

rmcuorrrcus 303.
TABLEAU mas Espèces (*).
-(4). Tibias III avec un éperon apical, interne (fig. 628 et 633).
—(3). Fémurs II 'sans soies à la face inférieure; 3 soies dorso-centrales
(d' Q). Long. 3 %—5 % mm. ....... uigrîtellus (p. 305).
—(2). Fémurs II avec 3-5 fortes soies courbées en arrière à la partie mé-
diane interne; 4 soies dorso—centrales (o" Q ). hirsutulus (p. 303).
-(1). Tibias III sans éperon (fig. 626). Yeux nus ou très faiblement pubes-
cents. Pattes noires; cuillerons et balanciers-jaunâtres,
·(6). Abdomen noirâtre, couvert d’une· pruinosité légère, cendrée,
villosité courte et épaisse. Tibias III avec une soie interne. Ailes
jaunàtres avec une épinejcostale. 3 soies dorso-centrales. Yeux nus
` séparés par une très petite bande noire. Antennes noires : le .
3° article double du 2e; chète pubescent. Palpes filiformes; noirs.
Thorax et scutellum noirs ou d’un gris sombre, peu brillant.
Préalaire aussi longue que la 1*6 soie dorso-centrale; 1 : 2 soies
sternopleurales; villosité délicate et dressée. Cuillerons d’un blanc _
jaunâtre. Long: 4 M, — 5 mm. — ...... iurcatus (p. 303).
·(5). Abdomen conique à épaisse pruinosité d’un gris jaunâtre, avec
une fine ligne médiane dorsale. Tibias III sans soie interne. Ailes
jaunâtres, surtout à la base, pas d’épine costale. 4 dorso-centrales.
Yeux cohérents. Long. 4 % — 5 lâ mm. lividiventris (p. 305).
1. T. furcatns Srzm, 1916, 40, 1. —— (fig. 626, 627).
La femelle ressemble·à celle du Syllegoplerula Beclceri Pon.; elle en
iffère par le chète seulement pubescent, par la villosité des tibias II
t par l'épine costale. Long. 4 yz-5 mm.
Commun dans les Alpes occidentales. Hautes-Alpes : Lautaret (VILLE•
EUVE). - Alpes italiennes, fleurs de Leucanlhemum alpinum (Biazzr).
2. T. hirsutulus ZETT. —- Brzzzr et S·rEn~z, III, 628; Srzam, 1916, 41, 3.
- (fig. 628-632).
'o' zyeux distinctement velus, cohérents. Antennes noires. Chète pubes-
ent. Thorax· et scutellum d’un gris noirâtre, faiblement brillant.
attes noires; pelotes et griffes courtes; tibias III : 2 soies externes
; 1 éperon interne, mousse, f'ormé_ par la réunion de plusieurs soies.
iles brunes. Cuillerons blancs ou jaunàtres. Balanciers noirs ou brun
nir. Abdomen à pruinosité d’un gris sombre avec une ligne médiane
Jrsale interrompue, plus large sur les derniers tergites. Long. 6-7 mm.
1. Ce tableau s’app1ique aux ci' d' et partiellement aux QQ.

304 rmcuoprxcus
.14
»-&    `   È? “” %}w»
%’ 6  O   `
zgî à 629
 W"
/   r.
s: ~  U
et L
L   ‘    7:
f` // \   · :~;JÉ·
  \'>\\ Ã/I l ' 'M » ·· * —=iî'
  ¤\\A\   N 630
sp . gg. .
a 6 È: aaa 631 ;
xx
jl Ã?
/ LL ,,7 —--- — er sr
634 /26 6/ _
635 " . 
"  632
/ » r  [1 `I
636 '   _
·· ~”,”¢ · "zcea
_ e   lî\\ɧ\çîî\ 637
j    ·.   `·"` vu"
' »   tit \ 638 im'}?
_]  ~,;,jq_®~‘ ,,61. ·\ ,,4
e 7,, /2%/·   JV
/ TI r 5 ·   ` · ’n ~v « I · `  
fg Amy  `¤?~M "'î  awr  gg.!
w   ```,   .
Fm. 626 à 638. — 626, Trichopticus furcalus ©" >< 9; —- 627, id., antenne ;Ã-[628, Tri-
chopticus hîrsutulus 6*, patte III; — 629, id., fémur II, face postérieure; - 630,
id., tête; — 631, id., détail de 1’éper0n cz des pattes III (üg. 628); —~ 632, id., aile
gauche, pas d’épine costale. -—- 633, Trichoplicus nigritellus 6‘, tibia III : éperon;
— 634, id., détail de Yinsertion des soies raides qui composent 1’éperon; —- 635,
Rhyncholrichops roslratus d', tibia III; -- 636, id., tête; — 637, id., détail de
Pépelxàon b de la figure 635; ·-— 638, Rhynchotrîchops subroslratus ci', patte III,
gauc e, face interne. (Les figures 635 à 637 d’après Bezzi, 1918.)
Vosges : Schlucht, Gérardmer, juillet (HERVÉ—BAZIN); Hautes—Alpes :
I.autaretA[2.000 m.] (HEssE, V1LLENEUvE); Hautes-Pyrénées 2 Arrens :
Juillet-aout. — Prusse, Carinthie, Suède (PANDELLÉ).

rnxcrroprrcus. — mana 305
3. T. lividivontris ZE'rr.—BEzzr et S·rErN, III, 629; Srum, 1916, 42,5
Dauphiné. —— Laponie (S·rE1N).
4. T. nigritellus ZETT.·‘BEZZI et STEIN, III, 629;·—STEIN, 1916, 42,6.
Vosges : Schlucht, Hohneck, Gérardmer (HERVÉ-BAZIN); Hautes-Alpes :
Lautaret (VILLENEUVE). —— Tyrol, Monténégro, Suède, Oural.
55. — Genre HERA Scmvanc. ·
BEzz1 et STEIN, III, 627 (Trichoplicus pp.); ——· SCHNABL et DZIEDZ.,
1911, 190 [138]; STEIN, 1915, 38, 15.
   _’ ’/ .
 ¢  
t_ V/1   Z/- la   ..
’ .  tt
` 644
640
Fzo. 639 à 641. — Hem longîpes o"; — 639, aile; — 640, patte III, face postérieure; -
641, tête, profil.
Yeux à villosité épaisse. Bande médiane frontale avec des soies croi-
sées (Q). Antennes courtes, plantées~dans le milieu de la hauteur des
yeux; chète plumeux. 4 soies dorso-centrales; 1 : 3-5 soies sternopleu-
rales; préalaire longue. Cuillerons petits, inégaux. Pattes noires, très
velues; fémurs III un peu plus longs; tibias III avec un rang de soies
postérieures. Abdomen subcylindrique, conique, avec des macrochètes
discaux et marginaux, couvert d’une pruinosité épaisse, grise ou d’un
gris jaunâtre; une faible ligne médiane-dorsale noire. Hypopyge petit.
Mouches anthophiles. Larves humicoles et carnivores.
TABLEAU DES ESPÈCES (*). ·
A. —- Thorax brun sombre au fond; des taches de pruinosité jaunâtre
1. La vestiture et la variation de la taille sont les seules bases pour la distinction
de ces deux espèces. Les appareils génitaux 0* d' des Hara longlpes et varlabitis sont
identiques. I1 semble qu'il n'y alt icl qu'une seule espèce qui doit s’appele1·variabllis.
20

306 HEBA. -- ACANTHIPTERA
sur la face antérieure. Abdomen avec _ou sans ligne médiane—dorsale.
Tibias I avec 1 soie. Fémurs III avec une villosité postérieure médiocre.
Long. 6-10 mm ·..... . ......... variabilis (p. 306).
B. -—-Thorax noir, la partie antérieure à pruinosité indistincte. Abdomen
avec une ligne médiane-dorsale distincte. Tibias I souvent avec 2 soies.
Fémurs III avec une villosité postérieure longue (fig. 640). Long.
6-10 mm ......... ` ........... longipes (p. 306).
1. H. longipes ZE·r·1·. — BEZZI et STEIN, III, 629; S·rE1N, 1916, 39, 1.
—-— (fig. 639~64l).
Juin-août. Alpes—Maritimes : Grasse; Hautes-Alpes : Lautaret (HEssE,
VILLENEUVE); Hautes—Pyrénées, montagnes. -Allemagne, Tyrol, Suède
(PANDELLÉ)·
2. H. variabilis FALLEN. ——· BEzz1 et Srm, III, 630; PANDELLÉ,
·1899, 76, 18; SrE1N, 1916, 39, 2.
Alpes françaises (E. HEssE); Hautes-Pyrénées, montagnes, juin—août;
Lyon; Allier; Puy—de-Dôme : Mont-Dore; Corse : Tattone, 800 m.; Vizza-
vona, 900 m.; juin (SCHNABL). ——- Prusse, Autriche, Italie.
56. — Genre AGANTHIPTERA RONDANI.
_ Bnzzr et STEIN, III, 632; STEIN, 1916; 49, 25.
A. înanâs FALLEN. ——· (fig. 642-644).
Tête hémisphérique en profil; face un peu enfoncée. Chète antennajre
à villosité courte. Yeux cohérents (0**), rapprochés (Q); front légèrement
saillant; un rang de soies fronto-orbitales (Q). 2 + 3 soies dorso-cen-
trales; 1 t 2 soies sternopletrrales;préalaire longue; acrosticales fortes
et courtes, 2 rangs. Cuillerons grands. Pattes très longues, tibias III :
2-3 soies postérieures. ©" abdomen allongé, ovalaire; sternite V à
lobes latéraux assez développés. Long. 5 V; — 10 mm.
Mouche répandue dans toute la France, mais assez rare. Bois ombragés.
Nids de Vespa germanica (KUNCKEL D’HERCULAIS, GAZAGNAIRE, POUJADE,
VILLENEUVE, PI. BENOIST) et de Vespa vztlgaris (VAYSSIÈRE.)—— Toute
1’Europe. _ .
Au début de juin la femelle pond, dans les nids de Guêpes, un œuf très
allongé et étroit, lisse, d’unb1anc-erème,à coquille très mince, transparente.
L’œuf contient une larve complètement formée qui éclôt immédiatement
après la ponte. Cette larve, dont le corps est entouré de très fins crochets

svL1.Eo0PrERU1.A 307
comparables à ceux des larves de Gastérophiles, est agile et errante, très
mobile. Elle se développe entièrement dans le nid où elle a été pondue et
se métamorphose dans la terre qui se trouve à la partie inférieure. Le cycle
évolutif complet de l’œuI à Yécloslon de la Mouche demande près d’une
année.
643 .
  —
 
    \ il
·§i|\ Il
 
/'" ' I V Q I I
I` A . r   ·· 
##2       1
"%,€,·&§Q&& I Mi  
 ggîîf  ' Q,} \\·_.· .
·  Ã', ‘  
V 7/ V ,»'
_ ré, 'È " Ã '  
Vila if , »
5 » " · xë
'î-Ã .' ··
\\% É.- \ \§% en
r \·\ \
', \._ .
/'/,=" `x-\\\
.,/  
,/ ` `‘··· . p
./ · — 9
F10, 642 à;644. — Acanlhiplem inanis c?‘ >< 9; -· 643, partie.apicale de la nervure III
montrant les épines caractéristiques du genre; - 644, soies raides de Vextrémité
des tibias III.
57. -— Genre SYLLEGOPTERULA Poxomw.
Brzzzr et Srxzm, III, 632; —·- Sc1—mABr. et Dzuanz., 1911, 188 [136]; -
Srzm, 1916, 47, 23 et 219, 24.

308 SYLLEGOPTERULA· — r>1Ar,vrA
S. Beckeri Poxomzv. — (fig. 645-647).
Tête ovale en profil; base de la tête plus courte que le milieu.
Antennes assez longues, plantées dans le milieu de la hauteur des yeux.
Yeux gros; chez les ©" ©" la bande frontale égale le quart de la largeur
de la tête; le tiers chez les Q Q. Trompe courte, épaisse, à labelles
bien développées; palpes longs. Soies du sommet de la tête longues;
postvertîcales courtes. 2+3 soies dorso-centrales, pas d’acrosticales
(sauf 2 petites soies préscutellaires). 1 : 2 soies sternopleurales. Cui1le·
rons petits, inégaux. Ailes : nervure costale ciliée.-Pattes élancées, lon-
gues et fortes; tibias I sans soies. Long. 3 % - 5 yz mm. ,
\À\\.
   ·; ,,
L M w   A
  / '^’   'i vlùlv /’
'( & r `* /" C
, )r   W
. i / 'I  \
//   ' _/
z   Y}
 ·/ Gé!-5 645 647
' Fm. 645 à 64*7. — Syllegopierula Beckeri ci`, >< 9; — 646, tête; — 647, hypopyge.
Petite Mouche anthophile facilement reconnaissable par ses yeux large-
ment séparés, son chète antennaire_à villosité médiocre, la nervure I ciliée.
Abdomen brun, cylindrique.
Hautes·Alpes : Lautaret, juin-juillet (VILLENEUVE, HESSE). — Vosges:
Schlucht, juillet (HERVÉ-Bazm). — Italie septentrionale. Europe cen-
trale et méridionale.
58. ——- Genre DIALYTA l\lE1o.EN.
Bizzzx et Srnm, III, 676; ——— ScrrNABL et Dzmnz., 187 [135]; — S1·1=:1N,
1916, 47, 24.
Yeux écartés (©’ Q); front un peu plus large chez les Q Q; face

` DIALYTA 309
enfoncée. Yeux nus (sauf alriccps). 1 : 2 soies sternopleurales. Ner-
vure VI plus ou moins raccourcie. Cuillerons petits, inégaux.
Mouches anthophiles. Larves humicoles et carnivores (Bnzzr).
TABLEAU DES Esrùcizs
1-(2). Tibias III avec de longues soies internesh molles (fig. 651).
...... · .............. erinacea (p. 309).
2-(1). Tibias III : 1 seule forte soie in-
terne.
3-(4). Yeux velus. Mouche d’un noir
bleuâtre .... atriceps (p. 309). ' 4
4-(3). Yeux nus ou à peine pubescents. " Ã
Mouche d’un gris sombre. Yeux
presque cohérents. Long. 5-6 mm. A
....... halterata '(p. 310). · ~
1. D. atriceps LoEw. — PA1~mE1.1.É, Ry ‘
1899, 119, 4. - (fig. 648, 649). *9*
'648
©*' : yeux étroits, hauts, séparés par · ·
une bande d’un noir velouté, égale à la
largeur du 3° article antennaire. Soies~
fronto-orbitales épaisses, d’égale longueur,
en plusieurs rangées. Front saillant en coin f
à la base des antennes. Antennes plantées
dans le milieu de la hauteur des yeux;
3** article long, épais (fig. 648); chète
épaissi sur le 1/3 basal, légèrement pu-
bescent. Pattes noires, pelotes courtes; 649
tibias II avec 3 soies postérieures; tibias Fm 648_649_ _ Dialyla ahiiceps
III: 1 externe au 1/3 apical, 2 antéro- ¤‘.tëte.pr0û1etface·
externes, 4 antéro-internes. Épine costale
distincte. Cuillerons d’un blanc nacré. Balanciers noirs. Long. 4 mm.
Lille; Somme : Amiens; Seine-et-Oise : Rambouillet (V1r.1.ENEUvE). -
Europe centrale et septentrionale.
2. D. erinacea FALLEN. — PAN¤E1.1.É, 1899, 119, 5. —— (fig. 650 à 654).
o': yeux nus, largement séparés. Antennes longues, étroites. Corps
entièrement noir, à pruinosité grise avec 4 bandes grises indistinctes
sur le thorax, les médianes presque réunies. Ailes jaunâtres; épine costale

310 DxALv·rA
très longue, nervure I avec de petites épines en série continue; ner-
vure XII droite; toutes les nervures légèrement ombrées de brun jaunâtre.
Cuillerons blancs, inégaux, le thoracique saillant de moitié; balanciers
_ noirs. Long. 6-%-8 mm.
-65O  
   fg \l» ~ “”··
[É — " \_ ; )
  ' [ Ã
6’5I· Mi §   h
I   ' ess Ji 65+ '
  7,
iut
Fm. 650 `à 654. — Dialyta erînacea ei', 650, aile; ~— 651, tibia III; — 652, tarse III; ·—
653, épines postérieures du métatarse III; — 654, tête. D'ap1·ès le typefde Meîgen
N° 2300-40 (Mus. Paris).
u Q : plus longue et plus forte que le ©", d’un noir brillant sur1’abdomen;
les tergites II-III avec des macrochètes marginaux; le tergite Il avec
` \ ` \ » c
  _j“*·,§ È r, , _
>     •
  "fÉ'm wé
    lisigf ·,`\ .
' — r
` «%%*ii
, xv",} A
I ~ _   /.
\`\
Fm. 655. -- Dialylu. lzalterata ni`, >< 9.
des macrochètes discaux. Pattes à soies raides et fortesîAi1es comme
chez le ©”, les nervures, surtout la XIIG, plus fortement ombrées.
Suède,. Finlande, Danemark.
3. I). halterata STE1N. — STEIN, 1916, 48, 3. — (fig. 655).
Seine—et-Oise 1 Rambouillet (Dr VILLENEUVE). — Allemagne.

A1.1.¤;os1·Y1.¤s SIL
59. —- Genre ALMEOSTYLUS Sc1xNA1zL 1888.
SCHNABL et Dznanz., 1911, 208 [156]; —- Srnnv, 1916, 37, 14 et 218,-
20; — Bxazzx et Srxam, III, 626.
Mouches arxthophiles. Larves coprophages.
TABLEAU nas Esràcras
MALES
1—(2). Mouche entièrement jaune. Long. 8-9 mm . . diaphanus (p. 312).
2-(1). Mouche partiellernent jaune. `
3—(4). Tibias III avec un éperon interne (fig. 656). 4 soies dorso-
centrales. Long. 5-6 mm. . . . ..... sudeticus (p. 313). ·
655  
`®  '
M"  y .
(   4 659 ~
Q   \ Q
\  .5.
’1 Èf .
,  ’
[ [
I "`
Im. 656 à 659. - Allœostylus diaphanus d'; — 656, éperon du tibia III; — 657,
détail de Yextrémité de1’éperon; - 658, patte III; -· 659 a, tarière de la Q.
L·(3). Tibias III sans éperon. 3 soies dorso-centrales.
i-—(6). Palpes et pattes jaunes. Long. 7-8 mm .... _ simplex (p. 312).
#(5). Fémurs noirs. Long. 5-7 % mm,. .... Sundewnlli (p. 313).

312 ALLCEOSTYLUS
FEMELLES
1-(6). Bande médiane frontale avec des soies croisées.
2—(3). Thorax jaune ..... ' ......... diaphanus (p. 312).
3—(2). Thorax gris.
4·(5). 26 article antennaire et palpes roux ..... simplex (p. 312).
5-(4). 2° article antennaire et palpes noirs ..... sudeticus (p. 313).
6—(1). Bande médiane frontale sans soies croisées. Sundewalli (p. 313).
1, A. diaphanus W1E1:•. — Spilogasierl flaveola PANDELLÉ 1899, 95,
3. —- (fig. 656 à 659 a).
Type du sous-genre Brachylabis SCHNABL et Dznaq. 1911, 2l0[158],
qui paraît surtout fondé sur la structure de l’armure génitale mâle
EQ
  li 
‘~¢.î:î·¤’
F1G.;659;b. — Allœoslylus simplcx \Viedemann. Appareil génital d', face et profil;
figures schématisées d’après Schnabl et Dziedzicki, 1911, fig. 601-602.
à laquelle il faut ajouter la couleur claire du corps et les éperons des
tib1as_III. `
Differe du Phaonia pallida par le chète antennaire à cils courts et
l’éperon des tibias III (fig. 676).
Toute la France de juillet à décembre.
Pas-de-Calais : Trescault (PARENT); Ardennes: Vendresse (BENo1sr);
Seine-et-Oise : Rambouillet (VILLENEUVE, SÉGUY); Puy—de—Dôme : Mont-
Dore (VILLENEUVE), Lioran; Hautes-Pyrénées : Tarbes, décembre, fenêtres
(PANDELLÉ). —— Europe centrale et septentrionale.
2. A. simplex WIEDEMANN. — PANDELLÉ, 1899, 98, 6.
©": yeux cohérents, à villosité éparse. Antennes rousses à la base,
/ chète pubescent. Thorax à pruinosité épaisse d’un gris jaunâtre sombre,
avec les 4 bandes habituelles; les bandes médianes plus petites. Ailes
jaunàtres sans épine costale. Cuillerons d’un jaune clair, les balanciers

A1.L¤zos1·vx.¤s. — 1>nAomA 313
sont de la même couleur, plus vive. Abdomen en grande partie jaune
avec une bande médiane-dorsale brune, l’apex souvent de couleur plus
sombre. Long. 7-8 mm.
Toute la France, de juillet à septembre. ·
Commun à Rambouillet en septembre (D¤‘ VILLENEUVE). — Europe
centrale et septentrionale. .
3. A. sudetîcus Scnmam. 1888.- STEIN, 1916, 38, 4.- Spilogaslcr
aurulans PANDELLÉ 1899, ,98, 7 et Limnophora aurulans PANDELLÉ
1899, 123, 10.
Yeux cohérents, à villosité épaisse ou clairsemée. Antennes et palpes
sombres; chète à pubescence courte. Thorax à pruinosité d’un gris jau-
nâtre avec 4 bandes assez distinctes. Pattes jaunes, sauf les fémurs et
les tarses. Ailes jaunâtres; épine costale petite. Cuillerons et balancîers
jaunes. Abdomen à pruinosité épaisse, jaunâtre avec une bande médiane
dorsale noire sur les premiers tergites. Long. 5-6 mm.
Assez répandu, mais rare, semble cependant plus commun dans les mon-
tagnes de l’Europe centrale et septentrionale. ·
Puy-de-Dôme : Mont-Dore, août; Hautes-Alpes : Lautaret (V1LLENEUvE) ; `
Hautes-Pyrénées : Arrens, août-septembre (P.·xN¤EL1.1’a); Alpes occiden-
tales (BEzz1). — Suisse, Monténégro, Autriche, Allemagne, Suède.
4. A. SundewalliZ1ar1·.—P.¤.1~1¤12L1.1â, 1899, 103, 15; Srxam, 1916, 38,4.
Semblable à l’A. sudelicus. Yeux nus, nettement séparés par une petite
bande. Fémurs noirâtres, sauf l’apex; fémurs III avec un rang complet
de soies postérieures. Ailes d’un roux vif à la base. L. 5-7 %. mm.
Puy-de·Dôme : Mont-Dore, août; Hautes-Alpes : col du Lautaret,
commun en juillet (VILLENEUVE); Hautes-Pyrénées : Gavarnie, Arrens,
juillet-août; pin (PANDELLÉ). — Piémont, Autriche, Bohême, Suède.
60. —— Genre PHAONIA ROBINEAU·DESVOIDY·
Syn. Aricia R.-D.; — Euphemyia R.-D.; — Fellœa R.-D.; — Hyelo-
desia MEADE; — Mydœa R.-D. p. p.; — Potamia R.-D.; —- Rohtclla
R.-D. p. p.; — Yetodesia Roi. — BEzz1 et S·rExN, III, 615.
Yeux nus ou velus, cohérents ou séparés. Chète nu, pubescent ou
longuement cilié. 5-6 soies dorso-centrales : (2+3 ou 4). Préalaire plus
ou moins distincte; 1 : 2 soies sternopleurales. Cuillerons bien déve-
loppés, le thoracique saillant. Pattes sans éperon ou sans villosité serrée

314 vHA0mA
660 , ; ; 666   ,
\ \\ A _: Z, '
\ 6 ' ' I
., 7, — · · *6,;}
I M   É , 1  [g`
662 ,;    6 6
. 76  7 »
v 663  gg , ‘r\\, ;:;-
É ·r¢    MMIMLKWÈ; NTT;
6  '*\¤ggyz6l
W · , 665
668 \
667
ô` 666
I \
977 ` 6
" 6 6 670 \ _ 7
66   6 - 7 À
**69 6 672
673 671
il  ‘ 42, j '
S gl   \ 686
* ‘É ‘ I;
    66 ‘
 6776 en 6 226226«—— —  ~   dz
 7 67666  * En . * —, .
 , ; “\7\~ë\\\\® Éîè V ` 6
7 7 W; *\“w7·,` \\ __>_\ fr T
È -.     ÈR
(Mu ,  Èrx
7  ""’   ·   \ Ã`
GM 678 7, un '6 `\‘  \
676 , 679
Fm. 660 â 680. - 660, Phaonia cincla c", antenne; — 661, id., bande médîo-frontale;
—· 662, id., larve; — 663, id., larve; stîgmate prothoracique; -· 664, id., armature
buccale; — 665-686, Pluzonia sum d`, tête; — 667, Phaonicz querceli ô`, bande
médiane frontale et triangle ocellaire vu de dessus; - 668, id., chète antennaîre;

_ _ rnaowm 315
et très développée. Abdomen souvent ovalaire, quelquefois légèrement
aplatî à la base; des macrochètes discaux chez plusieurs espèces.
Sci~rNABL et Dzirsnzrcxx (1911) ont divisé ce genre en 5 sous-genres :‘
Fellœa, Aricia, Rohrella, Euphemgia, Phaonia suivant la couleur ou »
les caractères propres à Fun des deux sexes. Ces caractères, peu constants
pour plusieurs espèces, rendent cette division difficile à appliquer d’une
façon pratique.
Les Mouches, occasionnellement copropha ges, fréquentent les fleurs, les ·
feuillages, les lieux frais ou même aquatiques. Larves humicoles et carni-
vores.
TABLEAU mas Espèces
MALES
1-—(46). Pattes en partie jaunes.
2·(35). 4 soies dorso-centrales.
8·(10). Abdomen en partie d’un jaune brillant. Yeux cohérents.
Palpesjaunes ou roux. Balanciers et pattes jaunes. Ailes vi-
treuses, ou les nervures marquées de brun; pas d’épine costale. ·
4—(5). Une paire de fortes acrosticales présuturales. Yeux à villosite
épaisse. Antennes d’un _brun sombre, [chète à cils distincts.
Thorax d’un gris sombre à4bandesnoires.Hanches et scutellum '
roux. Cuillerons d’un jaune clair. Ailes brunes un peu jaunàtres,
surtout à. Ia base. Abdomen d’un jaune roux brillant parfois '
avec une ligne médiane dorsale fine légèrement plus sombre.
Long. 7-8 mm; ........... scutellaris (p. 335).
5—(4). 2 paires de fortes acrosticales présuturales.
G-(9). Chète antennaire à villosite très longue (fig. 676). ·
7—(8). Thorax jaune. Mouche entièrement jaune. Long. 7-8 mm.
.................... pallida (p. 333).
8-(7). Thorax gris légèrement jaunâtre avec 4 bandes faibles. Yeux
à villosite distincte. Antennes d’un brun argileux; le 2** article
et la base du 38 jaunâtres. Scutellum jaunâtre à I’apex. Cuil-
lerons blanchâtres. Abdomen d’un roux pâle en entier, à faible
pruinosité blanche avec une petite- bande médiane-dorsale-
brune. Long. 7-8 mm ..... . .... bitincta (p. 329).
·-· 669, id., tibia IH; — 670, P. incana cf, 'tibia I; —· 671, Phaonia mario c",
bande médiane frontale; - 672, P. comîums 0*, bande médiane frontale; — 673, ·
id., antenne; — 674-675, Phaonia Marinelli d', tête, face et profil; — 676, Ph.
palfida, antenne; — 677, ld., tibia III, face postérieure; — 678, Ph. variegala d',
îfntîxëpg; — 679, Ph. perdila ca", bande médiane frontale; — 680, Phaonia lugubris

31.6 PHAONIA
9-(6). Chète à villosité plus courte. Long. 7-8 mm. (fig. 678).
................... variegata (p. 338).
10—(3). Abdomen non jaune luisant (même en partie).
11-(18). Soies acrosticales présuturales bien développées.
12—·(15). Nervures XI-XII sans ombre. Thorax d’un gris cendré, pas de
taches noires préscutellaires. Scutellum gris.
13—(14). Tibias I jaunes. Chète à villosité assez longue. pura. (p. 334).
I 14·(13). Tibias I noirs. Long. 7-8 yz mm ...... Goberti (p.· 331).
15-(12). Nervures XI-XII distinctement ombrées, le reste de l’aile clair,
un peu jaunâtre; pas d’épine costale. Thorax avec une tache
_ noire préscutellaire débordant sur le scutellum (fig. 682).
16—(17). Yeux à villosité épaisse, distinctement séparés par une bande
blanchâtre. Scutellum d’un gris blanchâtre. avec une tache
basale brune. Antennes noires; chète à cils longs. Thorax d’un
gris blanchâtre â 4 légères bandes sombres. Cuillerons blancs,
balanciers jaunes. Pattes d’un brun sombre, les genoux et les
tibias III plus clairs. Abdomen d’un gris clair avec des taches
chatoyantes et une large bande médiane dorsale noire, formée
de taches triangulaires. Long. 6 yz-9 mm. . . lœta (p. 332).
17—(16). Yeux cohérents à villosité microscopique (fig. 685). Scutellum
rougeâtre à l’apex avec 2 taches noires latérales. Pattes d’un
brun sombre, les genoux et tibias III plus clairs. Long. 6 %-
· 9 mm. .............. trimaculata (p. 337).
18—(11). Pas de soies acrosticales présuturales.
19-(20). Pas de préalaire. Yeux cohérents, à villosité épaisse. Antennes :
26 article et base du 3** roux; chète à cils longs. Palpes roux.
Thorax cendré à 4 bandes distinctes.·Ailes vitreuses, épine
costale petite. Cuillerons blancs, bordés de jaune; balanciers
jaunes. Fémurs I entièrement jaunes; griffes et pelotes bien
développées. Abdomen d’un gris jaunâtre : les tergites I-II
et parfois le III8 avec une bande médianelongitudinale sombre
assez large. Long. 6-7 % mm. .... rufipalpis (p. 335).
20—(19). Préalaire longue et forte. _
21—(32), Yeux cohérents ou très rapprochés, à villosité plutôt épaisse
(fig. 686).
22—(25). Scutellum entièrement d’un gris jaunâtre. Antennes noires;
chète à cils longs. Thorax d’un gris jaunâtre avec 4 bandes
sombres. Ailes jaunes à la base; nervures XI-XII parfois très
légèrement teintées de jaune. Cuillerons et balanciers jaunâtres.
Pattes jaunes, sauf les tarses noirs. Abdomen d’un gris cendré
jaunâtre; une bande médiane noire, Pas de taches chatoyantes.
23—(24). Yeux complètement cohérents (fig 686) (l). Corps à pruinosité
1. Voyez note 1, page 328.

Pnaonm 317
jaunâtre. Pattes entièrement rousses, face postérieure des
tibias II avec 2 rangs de fortes soies. Long. 9-10 mm.
..................... hasalis (p. 328).
24-(23). Yeux séparés par une très petite ligne noire. Corps gris. Fémurs I
largement rembrunis à la base; face postérieure des tibias II
avec 1 rang de fortes soies. Long. 9-10 mm. . erronea (p. 330).
25·—(22). Scutellum plus ou moins roux à l'apex.
26-(27). Tibias I avec des soies. Ordinairement une paire d’acrosticales
préscutellaires. Ailes vitreuses ou légèrement enfumées à la base;
épine costale petite ou nulle; nervures XI-XII nettement bordées
de brun. Antennes rousses à la base; chète à cils très longs.
Palpes noirs. Thorax couvert d’une pruinosité d’un gris jaunâtre
avec 4 bandes sombres. Pattes jaunes; fémurs I bruns à la
base. Abdomen cendré avec plusieurs bandes d’un brun bronzé,
tergites I-III avec une tache médiane noirâtre. Long. 7-8 % mm.
. .................... signata. (p. 336).
27—(26). Tibias I sans soies. Acrosticales : 2 paires préscutellaires. Chète
à cils longs.
28·(29). Nervure VI légèrement courbée à l’apex (fig. 712). Antennes :
26 article et la plus grande partie du 38, ferrugineux. Palpes
noirs. Cuillerons jaunâtres. Ailes à membrane jaune, nervures
d’un brun clair. Pattes rousses; fémurs I le plus souvent jaunes;
tarses noirs. Abdomen à pruinosité jaunâtre avec des taches
changeantes d’un brun bronzé. Long. 11-13 mm.
.................. . . erratica (p. 330).
29·(28). Nervure VI droite (fig. 711); pas d’épine costale. Chète à cils
longs.
30·(31), Fémurs I jaunes. Base des antennes jaune. Ailes claires. Cuil-
lerons blanchâtres. Callus huméraux plus ou moins roussâtres.
Palpes jaunes à la base. Thorax à pruinosité d’un gris clair avec
4.bande§ fines distinctes. Abdomen à pruinosité d’un gris jau-
nâtre pâle avec des taches chatoyantes sur la ligne médiane
dorsale. Long. 7-9 mm. .......... errans (p. 330).
31-(30). Fémurs I bruns le plus souvent. Base des antennes d’un gris
roussâtre. Base de l’aile d’un jaune-roux; nervures XI-XII
distinctement bordées de brun clair. Cuillerons et balanciers
distinctement jaunes. Pas de teinte jaune aux callus huméraux.
Thorax â pruinosité grise à 4 bandes distinctes. Abdomen à
pruinosité d’un gris jaunâtre assez foncé avec des taches cha-
toyantes. Long. 8 mm ......... tinctipennis (p. 337).
32—(21). Yeux séparés par une bande noire (fig. 679); orbites petites,
distinctes. Antennes noires, chète à cils longs. Thorax gris à
4 bandes sombres distinctes. Grilïes et pelotes très fortes.
33-(34). Fémurs II·III presque entièrement roux. Scutellum gris sans

318\ r>HA0mA
A
681 682
¢ *•  ¢F '
·«···= W     666 6
689
  685 1 a Q @
686   688 /\    
\ \ .
<§'   · ~ ·· um
  B .,1.E; L \
M5.-,»·~ ·;»·«·' f' · É
ef, ' 687 Ã \
ÉEN  6 
\ ~. ` °`
     
a·t \ 692 »  695
  \ 8  ws 

` Prmowm 319
tache rousse à la pointe. Yeux à villosité fine mais distincte.
Pattes jaunes. Abdomen à pruinosité plus,claire, plus épaisse .
que sur le thorax; les premiers tergites avec une bande
médiane. Long. 9-11 mm. ......... vagans (p. 338).
34—(33). Fémurs II-III en grande partie noirs. Scutellum à sommet roux.
Yeux à villosité épaisse. Pattes rousses. Abdomen d’un gris
cendré à reflets jaunâtres, avec une tache médiane carrée noire;
les taches latérales des tergites I-III peu visibles. Cuillerons,
balanciers, ailes jaunâtres; épine costale petite. Long. 8 mm.
...... · ............... perdita (p. 334). ·
35—(2). 3 soies dorso-centrales.
36·(43). Fémurs I jaunes.
37-(42). Préalaire longue et forte. Pattes jaunes, fémurs I d’un brun jau-
nàtre.
38·(39). Yeux séparés, nus ou à cils épars. Ailes vitreuses; nervures XI-
Xll distinctement rembrunies. Abdomen d’un gris jaunâtre;
sur chaque tergite des taches triangulaires d’un brun roux
élargies en arrière. Long. 6-9 mm. . .` . . fusoata (p. 331).
39—(38). Yeux cohérents par les orbites.
40—(4l). Yeux à villosité lâche. Ailes vitreuses; nervures XI-XII sans
ombre. Abdomen d’un gris bleuâtre, chaque tergite à' taches
triangulaires noires élargies en arrière .... mystica (p. 333).
4l—(40). Yeux nus. Ailes : toutes les nervures avec une ombre brune assez
légère, plus marquée sur les nervures XI-XII. Abdomen d’un
gris cendré à taches peu accusées ou nulles. proîugax (p. 334).
42—(37). Pas de préalaire. Pattes jaunes, les fémurs un peu rembrunis à
la base, surtout les fémurs I. Yeux cohérents par les orbites, à
villosité apparente, mais peu serrée. Ailes un peu jaunâtres, sans
épine oostale. Abdomen d’un gris cendré jaunâtre; une ligne
médiane dorsale noire. Antennes et palpes noirs ou ceux-ci et
la base des antennes roux; chète à cils longs. Thorax et scutellum
d’un gris cendré, le thorax à 4 bandes sombres. Cuîllerons d’un
blanc jaunâtre; balanciers jaunes. Griffes et pelotes fortes.
Long. 5-6 mm ............. boletîcola (p. 329).
F10. 681 à 697. — 681, Phaenîa laela Q, ornementation du thorax; — 682, Phaonia
lrimaculala cf, ornementation du thorax; — 683, id.,larve adulte X 7; — 684, ld.,
armature buccale (d’après Keilin); - 685, id., bande médiane frontale du o'; —
686. P. basalis E, bande médin-frontale; —— 687, Ph. Goberti d'; - 688; larve du
même: armature buccale; -— 689, Ph. querceti, armature buccale de la larve
adulte; - 690, stigmate postérieur de la même larve: - 691, id.} stigmate anté-
rieur (d’après une des larves ayant servi aux expériences de M. Roubaud); —
692, Ph. crronea Schnabl, c", armure génitale; —·- 693, id., lamelle chitineuse ·
gauche du sternite VI (voir fig. 19); - 694, id., lobes latéraux du sternite V; —
- 695, Ph. basaiis d', armature génitale; —— 696, lamelle du sternite VI; - 697, id.,
lobes latéraux du sternite V (lamelles prégénitales).

· 320 PHAoN1A `
43·(36). Fémurs l noirs en grande partie ou brun noirâtre (‘). Thorax
à 4 bandes distinctes. Balanciers jaunes. Cuillerons blanchâtres.
Épine costale très courte. _
44~(45). Yeux cohérents à villosité légère. Antennes noires, chète à cils
longs. Thorax gris, faiblement jaunâtre. Ailes brunies; ner-
vures XI-XII faiblement ombrées. Pattes noires, tibias jaunes.
Abdomen à légère pruinosité d’un gris jaunâtre avec quelques
taches chatoyantes étendues sur la ligne médiane dorsale; sur
chaque tergite des taches noires élargies en arrière: ces taches
. forment une bande complète. Long. 6-7 $9 mm. palpata (p. 333).
45—(44). Yeux séparés par une large bande droite, à villosité épaisse.
Antennes longues, noires; chète à cils courts. Thorax noir à
pruinosité d’un gris cendré, avec 4 bandes peu distinctes, les
médianes souvent réunies. Ailes d’un gris jaunâtre. Tibias et
_ apex des fèmurs II-III jaunes. Abdomen d’un gris cendré, à
la base une petite ligne médiane dorsale et quelques faibles
taches chatoyantes. Long. 6 % mm. . magnicornis (p. 332)
46—(1). Pattes noires ou les tibias lll un peu plus clairs.
4'7—(62). 3 soies dorso—centrales.
48-(57). Bouche peu saillante. Chète distinctement velu.
49—(50).Préa1aire indistincte ou très courte, parfois réduite à un oil
Épine costale longue. Yeux séparés, à villosité éparse, très
courte, peu distincte. Antennes noires, chète à cils fins et courts.
Thorax d’un noir brillant, à 4 lignes peu apparentes. Cuillerons
et ailes incolores. Balanciers bruns ou noirs. Griffes et pelotes
bien développées. Abdomen d’un noir brillant, bronzé avec de
larges taches blanches sur les côtés; ligne noire médiane formée
de triangles dilatés sur la marge postérieure des segments.
Long. 6 mm ............... nitida (p. 333).
50·(49). Préalaire plus ou moins forte, toujours distincte.
51—(52). Préalaire beaucoup plus courte que la 1*** soie dorso-centrale
présuturale. Long. 5-6 % mm ...... cinctinervis (p. 330).
52-(51). Préalaire aussi longue et forte que la lm soie dorso-centrale
rétro-suturale.
53—(56). Une paire d’acrosticales présuturales plus ou moins fortes
Yeux cohérents à villosité épaisse (fig. 666). Antennes noires.
Thorax noir à pruinosité cendrée avec 4 bandes noires distinctes.
54-(55).C.hète à cils longs (fig. 665). Cuillerons et balanciers jaunes
d’ocre. Ailes jaunàtres à la base. Abdomen à pruinosité d’un gris
jaunâtre avec des taches chatoyantes et une ligne médiane
dorsale noire. Long. 7-9 mm ......... serva (p. 336).
1. Quelquefois brun clair, voir § 36 et 37.

PnAomA 321î
55·(54). Chète à cils courts. Cuillerons et balanciers jaunissants. Ailcs*
d’un gris hyalin. Abdomen cendré avec une étroite bande médiane
dorsale noire. Long. 7 mm ........ amicula (p. 327)..
56·(53). Pas d'acrosticales. Yeux à villosité assez longue séparés par;
une petite ligne noire (fig. 672). Palpes et antennes noirs; chète
à cils longs Q(fig. 673). Long. 7-8 mm. . . contluens (p. 330). `
57—(48). Bouche très fortement saillante (fig. 674). È
58-(59). Yeux étroitement cohérents, velus. Antennes.noires, chètc à
cils longs. Thorax et scutellum d’un noir brillant, sans bandes
distinctes. Acrosticales présuturales fortes. Ailes sombres; épine
costale petite. Cuillerons d’un jaune orange; balanciers bruns.
Abdomen noir à faible pruinosité, d’un gris jaunâtre, à reflets
bruns. Long. 7-9 mm. .......... lugubris (p. 332).'
59·(58). Yeux plus ou moins largement séparés, à villosité épaisse. ,
60·(6l). Front plus étroit que la largeur du triangle ocellaire. Chète à
cils longs. Trompe plus longue que les palpes. Thorax noir, à
prufnosité griseavec la trace de 4 bandes, les médianes plus
larges. Cuillerons blancs, ailes vitreuses ou gris clair. Balanciers '
à massue brune ou noire. Abdomen noir avec des taches d’un
gris blanc, clair, chatoyantes, à reflets bronzés, quelquefois une
ligne médiane dorsale noire. Long. 8 mm . . alpicola (p. 327).
61·(60). La largeur du front dans la partie la plus étroite est égale à celle
du triangle ocellaire (fig. 675). Chète à cils courts (fig. 674).
Long. 8 % mm .... . ........ Marinollî (p. 333).
62—(47). 4 soies dorso-centrales. `
63—(66). Nervures XI-XII rembrunies; épine costale courte. Yeux dis-
tinctement séparés'(iig.‘ 661). Antennes et palpes noirâtres.
Cuillerons blancs, inégaux; balanciers d’un brun jaunâtre.
Pattes noires ou d’un brun très foncé.
64-(65). Chète à cils très longs (fig. 660). Acrosticales présuturales en
rangées régulières. Long. 6 %-9 mm. .... cincta. (p. 329).
65·(64). Chète à cils très courts. Acrosticales présuturalesen rangées
irrégulières. Long. 8-10 mm. ........ Keilini (p 352).
66—(63). Nervures XI-XII sans ombre.
67-(86). Yeux velus. '
68-(75). 2 paires d’acrosticales présuturales distinctes. Yeux à villosité_
épaisse. _
69—(72). Chète à cils courts; antennes d’un brun noir. Long. 7-8 % mm.`
70—(71). Yeux plus ou moins largement séparés .... Goberti (p. 331).
71—(70). Yeux cohérents. Long. 7 mm ...... amieula (p. 327).
72-(69). Chète à cils très longs. ·
73—(74). Yeux étroitement cohérents. Antennes noires. Long. 7 mm.
......... L .... l L l. . . . plumbea. (p. ss;1) ..
21

322» PHAONIR.
74—(73)..Yemd largement séparés. Antennes brunes. Long. 9 mm..
` . .- - .- . .- ..... . . . .. .... . . armipes'(p. 327).
'75—(68)xPas= dïacrosticales présuturales.
78-(8l):.'I`ibias ·I nus on avec quelques soies sur la face: interne. Yeux:
·à· villosité épaisse,. Antennes noires; chéte à cils très longs.
. Thorax à. 4 bandesnoires. Pattes noires.
7'7—(78).Tibias I avec quelques soies fortes (fig., 670). Corps sombre.
_ Cuillerons jaunâtres. Yeux très peu séparés. Bouche peu sail-
lante. Thorax noir à légères pruinosité cendrée. Ailes jaunes,
épine costale petite. Balaneiers d’un brun jaunâtre. Abdomen
_ d’un gris jaune, avec. une ligne médiane noire élargie sur les
2 premiers tergites. Long- 8-10 mm. .... ineana (p. 332).
’78€-(77)·.Tibias·I sans soies. _
'79—(80).Yeux: cohérents par les orbites., Corps d’un gris blanchâtre- Cuil-
lerons blancs. Pattes ; genoux étroitement roux. Abdomen dîun
gris clair, avec une ligne. médiane dorsale noire et. quelques
taches chatoyantes. Long. 8-10 mm. . . . candicans (p. 329).
80—(79).. Yeux séparés par une bande noire un peu moins large que le
triangle ocellaire. Corps noir à pruinosité grise, légère..Cuillerons
jaunes,. Genoux. noirs. Abdomen noir avec une pruinosité grise
assez. épaisse. disposée.i1·régulièrement et formant des taches
chatoyantes visibles à une certaine lumière. Long. 7 mm.
. . ., . - .... , . .......... subvittata (p. 336).
81-(76).-Tibias I avec une villosité épaisse et courte sur toute leur lon-
' gueur.
82-(83). Yeux séparés. Chète à cils courts. L.7 $4, mm. disiuncta (p. 330).
83-(82). Yeux rapprochés ou cohérents, à villosité épaisse. Antennes
noires; chète àlcils longs. Bouche saillante. Thorax avec 4 bandes
noires dilatées, les médianes souvent réunies. Cuillerons jau-
. nâtres. Ailes rembrunies; épine costale très courte. Abdomen
. noir: à reflets gris et bronzés, avec des taches dorsales noires
trapézoïdales.
84-(85). Yeux.séparés par une fine ligne noire et des orbites très étroites.
Thorax d’un noir bronzé, à légère pruinosité grise. Fémurs III
avec de fortes soies internes dans la moitié basale. Balanciers
brun sombre- Long. 8 mm ........ '. morio (p. 333).
85—(84). Yeux étroitement cohérents. Thorax brun rougeâtre. Fémurs III
nus dans la moitié basale. Balanciers jaunes. hybrida (p. 332)-
86—(67)-Yeux nus ou trés légèrement pubescents. Acrosticales présu-
turales distinctes.
87—(88)'. Préalaire très longue et'forte. Yeux cohérents par les orbites, à
villosité éparse. Plusieurs paires de soies acrosticales présuturales.
i Long. 8-8 % mm. ........... canescens (p. 329).
88·(87). Préalaire nulle ou trés fine- Yeux nus distinctement séparés

rrxsorxra 323
· (lig. 667). Antennes noires; chète à cils assez longs (fig. 668),.
Thorax d’un gris clair avec 3 larges bandes peu tranchées, plus
. distinctes à une certaine lumière. Cuillerons et ailes clairs. Pas
Q d’épine costale. Balanciers bruns ou noirs. '1`ibias III frangés en
avant et en arrière de nombreuses soies fines, longues avec
1-2 soies plus fortes en arrière (fig. 669). Abdomen gris à ligne
. médiane dorsale noire bien visible et quelques tachesnoires,
changeantes, sur les côtés. Long. 6-7 mm. . querceti (p. 335).
FEMELLES
1-(48). Pattes en partie jaunes ou rousses. I · ·
2-(35). 4 soies dorso-centrales. I
3-(20). Acrosticales petites, très réduites ou nulles.
-4—(1l). Scutellum gris. ` `
5—(10). Tibias I avec une soie médiane. .
6—(7). Tibias II : soies postérieures disposées en 2 rangs (fig. 703).
Abdomen : bord. postérieur du tergite II avec des soies dressées.
.................... hasalis (p. 328).
'7—(6). Tibias II : soies postérieures disposées en 1 rang (fig. 704).
Abdomen : bord postérieur du tergite III avec des soies dressées.
8—(9). Préalaire longue et forte. Bandes thoraciques très rapprochées,
souvent réunies. Antennes, palpes, hanches et fémurs I noirs.
.... ' ................ vngans (p. 338).
9-(8). Préalaire très courte. Bandes thoraciques médianes fines, lar-
gement séparées. Base des antennes et palpes roux. Fémurs I.
jaunes ................ rufipalpîs (p. 335).
10—(5). Tibias I sans soie médiane ....... erronea (p. 330).
11—(4). Scutellum jaunâtre ou au moins roux à l’apex.
12·(13). Tibias I avec 1-2 soies. Nervures XI-XII ombrées.
.................... signets (p. 336).
13·(12).Tibias I sans soies. Nervures XI-XII plus ou moins ombrées.
14-(15). Fémurs I-II plus ou moins noirâtres à la base. Thorax à bandes
noires bien nettes ............ perdita `(p. 334).
15-(14).Tous les fémurs jaunes. _
16—(19). Antennes : 2** article noir à légère pruinosité rougeâtre. Dernier
tergite abdominal avec des soies dressées sur toute la surface;
dernière plaque sternale à soies dressées et réunies en pinceau.
17-(18).Callus huméral plus ou moins roux. Ailes claires. Base des
antennes jaune .............. errans (p. 330).
18—(17). Callus huméralbrun sombre. Ailes: nervures XI-XII distinc-
tement bordées de roux. Base des antennes grise. Mouche de
couleur plus sombre .... Ã ..... · tinctipennis (p. 337).

324·· 1>HA0NxA
19—(16). Antennes : 28 article et base du 3e rougeâtres. Dernier tergite
abdominal sans soies dressées. Dernière plaque sternale à cils
épars non dressés ou agglomérés ...... erratica (p. 330);
20—(3). Soies acrosticales bien développées, parfois presque aussi
développées que· les soies~ dorso-centrales. '
21—(28). Fémurs noirs.
22—(23).Nervures XI-XII sans ombre ........ puta (p. 334).
_ 7`OO
g
· (  
698 esa ‘ · /
706    
»~( 4 Q . ,2
~ » 8 / Z"/I.   l  
  à ·l'dIr`¤“§<t  
  'T   . _ al-IP` ` \ nl-?
  si ,705 70* 
€ ' \
A   Ã/@:«¤«»·¤ ! '~/k«_~ \ V
V Ml,  V  5L;‘g§fEEÉ— ··= ‘· ` `
WIIIII · ·~ .
/
ai    
706 lu _
F10. 698 à 706. - 698, Phcwnia Goberli Q, antenne; -— 699, Phaonia incana Q,
antenne; —- 700, Ph. cincla Q, antenne; —- 701, Ph. lugubris Q; —- 702, Ph
' palpala _Q; — 703, Ph. basalis Q, tibia II, face antérieure; — 704, Ph. ru/ipalpis.
Q, tibia II; ·— 705, Phaonia mario Q, tibia I, face externe; — 706, Ph. varie·
gata Q.
23—(22).Nervures XI-XII distinctement ombrées. Bandes thoraciques
nettes d’un noir profond. ,
24·(25). Scutellum avec une large tache d’un noir velouté à la base et
2 latérales. Bandes thoraciques larges. Abdomen noir, couvert
d’une pruinosité blanche coupée par des bandes d’un brun
bronzé chatoyant. _ . . ` ........ trimaculatn (p. 337):
25-(24). Pas de taches noires préscutellaires. Bandes thoraciques assez
fines (fig. 681). ____ _ ____ ·

. 1>uAoN1A 325
26—(27). Tibias·I avec 1 soie antérieure ....... cincta. (p. 329).
27-—(26). Tibias I sans soies ............. lœta (p. 332).
28·(21). Fémurs jaunes. _ _
29—(30). Mouche entièrement jaune. Parfois·des reflets bruns sur l’abdo· _
men .................. pallida. (p. 333).
30—(29). Au moins le thorax noirâtre : lignes noires bien visibles sur le
fond gris. ,
31—(32).Scutel1um entièrement jaune. Tibias I sans soies. Une seule `
paire de soies acrosticales présuturales. Abdomen entièrement
. . roux, quelquefois à reflets bruns ...... scutellaris (p. 335).
32-(31). Scutellum roux plus ou moins gris à la base. Tibias I avec une
`forte soie antérieure. 2 paires de soies acrosticales présuturales.
33-(34). Chète à cils plutôt courts (fig. 706). Bandes thoraciques larges,
très nettes. Abdomen roux, unicolore ou avec une ligne médiane
dorsale noire plus ou moins large ..... variegata (p. 338).
·34-(33). Chète à cils longs. Bandes thoraciques peu distinctes. Abdomen ;
tergites II-III avec une bande latérale transverse d’un brun
bronzé changeant ............ bitincta (p. 329).
.35—(2). 3 soies dorso-centrales.
36-(41). Fémurs en grande partie roux.
37-—(38): Préalaire réduite à un cil à peine perceptible. Abdomen à prui-
nosité cendrée un peu jaunâtre, sans taches chatoyantes; une
ligne médiane dorsale noire ........ boleticola (p. 329)_
38·(37). Préalaire longue et forte. · · ·
39·(40).Nervures XI-XII distinctement ombrées. Tibias III avec 1,
. rarement 2 longues soies externes. Scutellum taché de brun,
au milieu de la base ........... fuscata (p.· 331).
4)—(39). Ailes claires. Abdomen d’un gris bleu. Scutellum unicolore,
gris. ._ ........ ` ........ mystica (p. 333).
41—(36). Tous les fémurs noirs. ` _
42—(43). Palpes longs aplatis,·un peu élargis à la pointe (fig. 702). Chète
à.cils longs ............... palpata. (p. 333).
43·(42). Palpes non élargis ou aplatis. _
44—(47). Yeux velus. `
45-(46). Chète à cils courts ........... magnicornis (p. 332).
48—(45). Chète à cils longs. . ........... medisecta (p. 333).
47-(44). Yeux nus. Chète à cils courts ....... megalops (p. 333).
48·(1). Pattes noires ou d’un brun noir.
49·(68). 4 soies dorso-centrales.
50·(51). Tibias I à villosité longue et serrée, étendue sur presque toute
la longueur de la face interne (fig. 705). Thorax d’un noir bronzé,
. les 4 bandes noires dilatées, les médianes parfois réunies.
..................... morio (p. 333).
. 51—(50).Tibias I nus ou avec une villosité courte sur la face interne.

326 PHAONIA
58-(57). Pas d’acrosticales; Chète à cils longs (fig. 699).
53·(54). Gris blanchâtre. Thorax à bandes peu apparentes. Genoux
étroitement roux; tibias I sans soies; tibias II avec 4 soies
postérieures au 1/3 moyen ........ candicans (p. 329).
54-—(53). Mouche de couleur _sombre. Thorax avec 4 bandes noires séparées-
et bien visibles surle fond cendré. Tibias I avec des soies serrées.
55·(56). Tibias II avec `des soies antérieures et postérieures. Acrosticales
· préscutellaires fortes. Nervures bordées de jaune. Abdomen
unicolore, habituellement ·pas de taches chatoyantes ni de-
macrochètes discaux ........... incana. (p. 332).
56-(55)..Tibias Il avec les soies postérieures seulement. Acrosticalcs
préscutellaires très réduites, rapprochées. Ailes absolument
claires. Abdomen couvert d’une pruinosité jaune avec des
4 taches brunes plus ou moins chatoyantes; des macrochètes
discaux sur les tergites lI·III—IV. Long. 9 mm. annosa (p. 327).
57·(52). Des soies acrosticales plus ou moins fortes. Pattes noirâtres ou
les tibias ,III plus clairs.
58-(61). Nervures XI-XII rembrunies. _
59-(60). Chète à cils longs (fig. 700) ......... cincta (p. 329).
60—(59). Chète à cils courts ............ Keilini (p. 332).
61—(58).Nervures XI·XII sans ombre. Mouches grises. ·
62—(65). Tibias I sans soies.
63—(64). Chète à cils courts (fig. 698) ....... Goberti (p. 331).
64-(63). Chète à cils longs ............ plumbea. (p. 334).
654(62). Tibias I avec l soie distincte.
66·(67). Chète à cils longs .... . .... - . . canescens (p. 329).
6’7·(66). Chète à cils courts ............ amiculn. (p. 327).
68-(49). 3 soies dorso-centrales.
69-(70).Bande médiane frontale d’un' noirprofond, velouté; des soies
croisées. Corps couvert d’une pruinosité grise. querceti (p. 335)-
` 70-—(69). Bande médiane frontale sans soies croisées;
'71—·(82).Acrosticales plus 0u,moins fortes, toujours distinctes. .
72-(75). Préalaire courte. ` ,
73·(74). Abdomen d’un·noîr brillant, sans pruinosité. . nitidaf (p. 333).
74~(73).Abdomen couvert d’une pruinosité grise souvent une ligne
· médiane dorsale fine .......... cinctinervis (11.330). `
75~(72).Préalaire longue et forte. Souvent une pruinosité grise sur
‘ l’abdomen. '
76—(81).Tibias II avec les- soies antérieures et postérieures. Bouche
saillante.» ,
` 77-(78). Base des ailes vitreuse. Cuillerons blancs. Thorax d’un noir
brillant à pruinosité grisâtre; 4 bandes noires assez distinctes.
Chète à cils courts. Nervure XII non courbée.
................... Marinolli (p. 333).

· msomxs 327
78—(77). Base des ailes et cuillerons dïun.roux brunâtreou jaunâtre.
Thorax noir à 4 bandes distinctes..Nervure XII un peu oourbée.
79-·(80). Chète à cils courts. Épine eostalellongue. Long. 6-7 mm.
........ . ..... .. , ...... slpicola. (p. 327).
80·—(79). Chète à cils longs. Épine costale coprte.,Long. 9 %-11 mm.
  .   . .. ..... .. .:4 .   . ..1ugul>ris(p..332).
81-(76).Tlbias Il avec les seules soies postérieures., Tl1orax.à lignes
noires et grises bien nettes. Abdomen à bandeslatérales dîun
brun bronzé changeant .......... serve (p. 336).
$8—(71). Acrosticales très petites ou nulles àpeine distinctes de lazvîllosité
du fond. ` `
83-(84). Pas de préalaire; bandes thoraciques médianes rapprochées,
peu visibles ou nulles. Tibias III avec 2-3 longues soies antéro-
internes. Mouche noire . Dialyts. halterata (p. 309 et 310).
84—(83). Préalaire longue et forte ......... coniluens (p. 330).
1. P. nlpicola ZEN'. —- PANDELLÉ, 1898, 78, 21. — Srnm, 1916, 28,
1. —— Spilogaslcr chalinata PANDELLÉ 1899, 110, 26. (V11.1.ENEUvE et
Bnzzx, sec. typ.)
Hautes-Alpes : prairies du mont Séneppi, 23 juin (E. Hxsssn); Lautaret
(VILLENEUVE) ;· Hautes·Pyrénées : Gavarnie. — Italie, Suède (PANDELLÉ).
2. P. amicula Vn.r.ENnuvE 1922, 509, 1. _
Pas-de·Calais : Arras (PARENT); Seine-et-Oise : Rambouillet (Sâousr).
3. .P. annoss Zerr. -—— PANDELLÉ, 1898, 51, 1, Q; Bazzx et Straw,
III, 616. _ _
Hautes-Pyrénées. - Suède (P.¤mr>n1.1.1¤:). _
4. P. armipesn. sp.,(fig. 707-7.10). . .
©‘: bande médiane frontale à peu prèségalle au .1/6 deja largeuride
la tête. Yeux à villosité longue et serrée. Antennes longues, brunes
3° article 3 fois zaussi long que le 2¤; chèteà cils.très longs. Péristome
assez large, moitié de la hauteur d’un œil, plus.étroit en avantgtrès
velu; vibrisses très longues et fortes, quelques petites soies sur l’angle
nasa] au-dessus·des vibrisses; bouche non saillante. Trompe épaisse;
labelles médiocres, très velues; palpes noirs à soies raides. Thorax noir,
couvert d'une pruinosité d’un gris bleuâtre : 4 bandes nettes d’un noir
brillant, les externes interrompues ,à lasuture. Acrosticales : 2-3 paires
présuturales nettement distinctes de la villosité du fond, surtout les
postérieures, 1-2 paires préscutellaîres beaucoup plus fortes; 2 + 4 soies
dorso-centrales; préalaire aussi forte ou à peu près que la 1*6 soie
dorso-centrale; 1 : 2 soies sternopleurales, la 3* fine. Ailes claires; épine

328 PHAONIA
.costale nulle. Cuillerons blancs; balanciers noirs. Pattes noires, fortement
.hérissées; pelotes .très courtes, griffes plus allongées; fémurs .1 densé-
menthérissés sur toute la face postérieure, face antérieure pratiquement
nue sauf 3-4 fortes épines courtes, rapprochées, plantéesdans la partie
apicale sur le bord antéro-interne; tibias I sans fortes soies plus densé-
ment velues à la face postérieure; tarses : les premiers articles légèrement
·plus épais à. brosses plus développées avec quelques soies fines, courbées,
plus longues que les autres, bien visibles sur les faces antérieure, interne
et postérieure, sur toute la longueur du métatarse et à la partie apicale
des autres articles; fémurs II avec 4 épines (comme le fémur I) au bord
TIO
‘ 709
· 707
,. % •
;Q `1:' •
. ·_4__ A'
  \  
    al. ’ ( 0
 
` 708     "
Fm. 707 à 710. - Phaonia armîpes rd ; - 707, patte I gauche; — 708, iémur II drort;
` — 709-710, tête, profil et face.
antéro-interne près du genou, une rangée de très longues soies sur le
bord interne de la moitié basale; tibias II : 3 fortes soies postérieures·
l’apicale plus courte; tibias III : 2 petites soies antéro-internes, 2 anté-
rieures, 2 externes beaucoup plus fortes. Abdomen à fond noir, cou-
vert d’une pruinosité d’un gris blanchâtre à reflets chatoyants, argentés;
une ligne médiane dorsale d’un noir velouté formée de sections triangu-
laires à bord postérieur; des macrochètes discaux et apicaux sur les ter-
gites III-IV. Lamelles prégénitales réniformes, portant à l’apex une
longue soie fine, courbée. Hypopyge peu saillant. Long. 9 mm. ,
Var : Cavalaire, obtenu d’éclosion du terreau de Chêne-liège, février
(E. HEssE). ` -
5. P. basalis ZETT. — BEzzr CÈISTEIN, III, 616; PANDELLÉ, 1899, 86,
35; STEIN, 1916, 29, 5. — (fig. 683, 686, 695, 696, 703). (‘).
1. Très voisin du Phaonia erronea SCHNABL. Les caractères donnés dans la table ne
sont pas toujours constants; mais les ci' d' de ces deux espèces sont faciles à séparer
par l’examen de Phypopyge (fig. 692-697).

1>nA0N1A ` 329
. Commun dans toute la France, avril·octobre, montagne; avril-septembre,
Aune, Cerfeuil. Corse.
6. P. bitincta. RoN¤ANx. — BEZZI et STEIN, III, 616; PANDELLÉ, 1899,
90, 43 (Q); S·rErN, 1916, 29, 6.
Corse (Kum·zE); Vaucluse : Apt. —- Parme, Crimée (PANDELLÉ), Prusse
(S·rE1N).
7. P. boleticola Romnam. — BEZZI et Sram, III, 617; PANDELLÉ,
1899, 81, 26; STEIN, 1916, 29, 7.
Hautes·Pyrénées : Tarbes, montagnes. - Prusse, Italie (PANDELLÉ).
Bépandu dans toute l’Europe centrale et méridionale. Assez rare.
Rondani a trouvé la larve dans le Bolelus luridus.
8. P. candicans PANDELLÉ 1898, 75, 17 (©’); S·rE1N, 1916, 29, 8.
Thorax à 4 bandes noires, les médianes très étroites. .
Hautes-Pyrénées, août; Marseille (PANDELLÉ); Cauterets (VILLENEUVE);
Corse. —- Europe centrale et méridionale.
9.-P. canescens S·rEu~z 1916, 24, 1. — Phaonia Parenli VxLLENEvvE
1917, IX, 438, 2; KEILIN, 1917, 385. _
Pas-de-Calais : Arras (STEIN, VILLENEUVE); Somme : Amiens (CAP.-
rEN·r1ER); Seine-et-Oise : Chaville (KExL1N). — Europe centrale et septen-
trionale.
Larve carnivore, se développe dans les feuilles mortes, le bois pourri, les
débris de Champignons, en compagnie des larves de Sapromyzidœ et de
Psychodides (KE1LrN).
' 10. P. cincta ZE·r·r. —— Bxazzi et STEIN, III, 617; PAx~x¤EL1.É, 1898, 74,
15; Smm, 1916, 30, 10; Kxzxtm, 1917, 362 (*). - Yetodcsia scmidia-
phana Romaam. —— Spilogaster ulmicola LABOULBÈNE. -— (tlg. 660 à
664, 700).
Yeux séparés à villosité épaisse. Thorax d’un gris argenté à 4 bandes
d’un noir velouté, les externes largement interrompues par la suture.
Scutellum gris avec une tache noire débordant sur le thorax. Abdomen
à pruinosité d’un blanc jaunâtre surtout sur les côtés des tergites
II-III. Long. 6 %-9 mm. `
Paris; Seine-et-Oise : Versailles, Trappes (LABOULBÈNE), Rambouillet;
Marne : Reims; Somme : Amiens (VILLENEUVE); Hautes-Pyrénées : Tarbes,
avril; Allier (PANDELLE). - Suède, Russie, Italie. `
Larve à peau lisse blanche, luisante; se développe dans le magma séveux
1. I(ElLPN (D.). Surquelques cas d’anomalie chez les Diptères (Bull. Soc. cnt. Fr.,
,1917, 193).

330 ' ` P11A0NxA
des ulcères des Ormes; carnivore; se nourrit de nymphes de Mycetobia,
Ceratopogon, Eristalis. Pupe transparente, de couleur brun clair, le tégument
lisse; cornes prothoraciques bien développées (KErL1N).
Très voisin du Phaonia Keilini. La constitution de la larve et de la pupe
ne permet pas de confondre ces deux espèces. I
11. P. cinctinervis ZETT. —— PANDELLÉ, 1899, 109, 25 (Spilogastcr).
L’ombre de la nervure XII est parfaitement distincte chez quelques
· exemplaires.
Hautes-Pyrénées : Tarbes, mai-juillet; Chêne. — Suède (PANIDELLÉ).
12. P. conîluens STEIN 1914, 44, 1 et 1916, 30, 11.—(fig. 672, 673)
‘ Seine—et-Oise : Rambouillet, . 22 mai (V1LLENEUvE).
13. P. disjuncta STEIN 1916, 24, 2. ` ~ · I
F10. 710 b. — Phaonia crronea Schnb. Appareil génital d', lface et profil; figures sc
matisées d’après Schnabl et Dziedzicki, 1911, fig. 619-620. ,
Hautes·Alpes : col du Lautaret, juin (VILLENEUVE), juillet (E. HESSE).
— Marienbad (S·rE1N).
14. P. errans MEIGEN. — BEZZI et STEIN, III, 618; PANDELLÉ, 1899,
84, 31; —- Trennia nigricvrnis P.,-D. 1830, 484.
Hautes-Pyrénées: Tarbes, montagnes, mars—septembre, tronc des arbnes;
Allier (PANDELLÉ); Hyères (AEEILLE DE PERRIN). —
_ Très commun dans le Midi de la France et en Corse, assez rare aux envi-
rons de Paris (VILLENEUVE). — Europe.
15. P.‘e1·ratica FALLEN. —— BEzz1 et STEIN, III, 618; PANDELLÉ, 1899,
83, 30; S·rE1N,‘1916, 31, 15. —— (fig. 712).` '
Commun partout, juin-novembre.
Toute la France, montagne, mai-septembre, tronc des arbres, Aune,
Chênes, Peupliers. —— Suède, Prusse, Autriche, Italie, Tunisie.
Larve dans le terreau de Châtaignier, juin. ·
16. P. erronea SCPINABL 1886, H0r.. Soc. ent. Ross., XX, 343, 9 et
XXII, 458, 8 (Aricia)—Spil0gasler (Phaonia} angelicœ RONDANI 1866.

Pulxoma 331
(non Scorou), Alii Soc. Milano, IX, 120, 18 cf ; Bezzx et Srmx, III, 616;
Scnnanr. et Dzuaoz., 1911, fig. 619, 620.—(fig. 692-694). (*). —
Ardennes (R. Bmvoisr); Hautes-Alpes : Chanvallon, Montessaux,
juin-août (E. HEssE).
17. P. fuscata FALLEN. — Brszzi et S·rx=;xN, III, 618; PANDELIAÉ, 1898,
80, 25; Srnm, 1916, 31, 17. — Euphemyia plumata R.-D. 1830, 486, 4,
-—· Spilogaster villifera Sèrrimzn 1862 (non ZETT.), I, 610.
Q : abdomen court, à ligne noire, non dilatée en triangle. .
Commun dans toute la France, mars-octobre, montagne; avril-septembre,
fleurs, tronc des arbres (PANDELLÉ); Corse, mai. -
18. P. Goberti Mix. — Bzzzx et Srxzm, IV, 619; PANDELLÉ, 1898, 73,
13; S·rEn~:, 1916, 31, 18. — Hyclodesia dubia MEADE 1881, Ent. Mont.
Mag., XVIII, 4 et XXV, 424. — (fig. 687, 688, 698).
Fro. 710 c. -— Phaonîa hybrida Sehnabl. Appareil génital d`, face et profil; figures
schématisées d’après Schnabl et Dziedzicki, 1911, fig. 609-610.
©": yeux à vîllosité épaisse, distinctement séparés. Antennes d’un brun
noir; chète à cils assez longs. Thorax et scutellum d’un gris cendré; le
thorax avec 4 bandes distinctes d’un noir profond. Acrosticales présu-
turales distinctes. Cuillerons blanchàtres. Ailes transparentes, sans épine
costale. Balanciers d’un brun jaunâtre. Pattes noires, les tibias parfois
d’un brun sombre, ou les antérieurs complètement noirs, quelquefois à
légers reflets bronzés. Abdomen d’un gris cendré clair, avec une ligne
dorsale et des taches noires chatoyantes. Long. 7-8 M, mm.
Environs de Paris; Hautes-Alpes: Lautaret (Vxrmwnuvn). Nord : Raismes
[en cocon sous l’écorce d’un Sapin] (PAN¤Er.LÉ). — Danemark, Allemagne,
Autriche, avril-juin.
Larves carnivores, se développent dans le bois pourri ou les matières
végétales décomposées. KEILIN les a trouvées sous l’écorce des Peupliers
abattus près de l’étang de l’Ursine à Chaville; leur peau est épaisse, les
segments thoraciques et abdominaux présentent une série de crochets
bordant les limites antérieures et postérieures. La pupe est un vrai ton-
1. Voyez aussi Phaonfa basalis, P. 328 et note 1 ·

,332 PHA0N1A
,nelet de couleur brune, entre les l" et 2** segments abdominaux et du
côté latéro—dorsal on trouve les cornes prothoraciques. .
Larve dans un Polypore du Noyer (Polyporus hispidus B. ) ; éclosion
_de 1’adulte le 24 avril (L. FALCOZ). r
19. P. hybride- SGHNABL 1888, Hor. Soc. ent. Ross., XXII, 396, 38
(Aricia).
Europe centrale. ·
20. P. incana \V1ED. — BEzz1 et STEIN, III, 619; PANDELLÉ, 1898,
77, 19; STEIN, 1916, 32, 20. — (fig. 699-670).
Mai-septembre. Vosges : Gérardmer (HERVÉ—BAZIN)§ Marne : Reims;
Seine-et-Oise : Rambouillet (V1LLENEUvE); Maine-et-Loire : Marans
(HERVÉ-BAz1N).
21. P. Keilini COLLIN 1917, 441, 3; KEILIN, 1917, 377.
Ressemble au Phaonia lœta. En diffère par : pattes noires; acrosticales
irrégulières; tibias II avec 2 soies postéro—externes ou une médiane. p
Les larves ont été trouvées en Angleterre par KEILIN dans du bois
d’Orme décomposé. Elles ont la forme d’un asticot à extrémité postérieure
arrondie; face ventrale des segments abdominaux II-III avec une paire
de saillies analogues à celles du Graphomyia maculala (fig. 36 et 749).
Pupe d’un brun clair, transparente; cornes respiratoires assez saillantes,_
noires (Karnm).
22. P. lœta FALLEN. — BEZZI et Sriazm, III, 619; PANDELLÉ, 1898,
73, 12; STEIN, 1916, 32, 21; KEILIN, 1917, 387. —— Anthomyia beiuleti
Boucmâ 1834, I, 78, 67. ——— Euphemyia pmtensis R.-D. 1830, 485, 1. ——
(fig. 681).
Mai-juillet, dans les prés (R0B1NEAU-DEsv01DY).
Maine-et—Loire : Marans (HERVÉ·BAZIN); Hautes-Pyrénées 2 Tarbes,
plaies de Chêne; Landes : Mont-de-Marsan (PANDELLÉ); Corse : Ajaccio,
Caldaniccia, mai—juin (ScHNABL). — Europe centrale et méridionale, Syrie.
Larve dans les tiges de Navets en fructification (Pnams, 1876, 193);
dans la sève du Bouleau (BoUcHÉ).
23. P. lugubris MEIGEN. — BEzz1 et STEIN, III, 620; PANDELLÉ, 1898,
78, 22; STEIN, 1916, 32, 22. —·— (fig. 680, 701).
Vosges : Schlucht, juillet (HERVÉ-BAz1N). — Tyrol, Autriche, Silésie,
Suède. ' V
24. P. magnicornis ZE·r1·E1=>.s·rE¤*r 1845, Dipt. Sc., IV, 1666, 31 ©"
(Anlhomyza); STEIN, 1916, 32, 23.
Seine-et-Oise : Rambouillet, juin (SÉoUv>\’1LLENEUvE); Creuse. —
Nord de l’Allemagne, Suède.

Prm0N1A 333`
25. P. M¤.1·inol1iBEzz1 1918, 84, 35, pl. I, fig. 10. — P. chalinala STEIN
1907 (non PANDELLÉ) et 1916, 30, 9. — (fig. 674, 675).·
Hautes—Alpes : Lautaret, juillet (E. HEssE); Hautes-Pyrénées : Gavarnie,
juillet (PANDELLÉ). —- Régions alpines (STEIN et Srnom.); Alpes italiennes,
sur les fleurs de Saxifrages ou sur les ombelles du Gaya simplex (BEzzr);
Suisse.
. 26. P. meclisecta. PANDELLÉ 1899, 102, 14 Q (Spilogasler).
Hautes—Pyrénées : Tarbes; juillet, Aune. —— Prusse orientale (PANDELLÉ).
27. P. megslops PANDELLÉ 1899, 103, 16 (Spilogasler).
Prusse orientale.
28. P. morio ZEr·r. — BEzz1 et S·1·E1N, III, 620; PANDELLÉ, 1898, 77,.
20; STEIN, 1916, 33, 24. —- Aricia marmorafa ScmNER 1862 (non ZETT.,
1860), I, 601. ——- (fig. 671, 705). ·
Vosges : Gérardmer, Schlucht, juillet (HERVÉ-BAZIN). — Allemagne,
Suède.
29. P. mystica. ME1c.EN. —- STEIN, 1916, 33, 25. ·
Somme : Amiens; Pyrénées (VILLENEUVE). ·
Vraisemblablement synonyme du Phaonia pyrenaica S<:nNAEL et DZIED.,
1911, 323 [271] des Hautes-Pyrénées: Cauterets (d’après VILLENEUVE).
30. P. nitida. ÃMÀCQUART 1835, II, 301, 16 (Hydrophoria); STEIN, 1916,
33, 26. — Aricia Sleini SCHNABL; PANDELLÉ, 1899, 112, 29;- BEzz1 et·
S1·ExN, III, 621.
Juin, prairies aquatiques (MACQUART). — Europe centrale et septentrio-
nale; Prusse, roseaux, tln juin (PANDELLÉ).
31. P. pallida F. — BEZZI et STEIN, III, 621; PANDELLÉ, 1899, 90, 44;.
S·rE1N, 1916, 33, 27. -— (fig. 676, 677).
Toute la France. Commun, juin-septembre; Ombellifères, fleurs, feuil-
lages. -— Toute l’Eur0pe. ‘
32. P. palpata STEIN 1897, 322, 5 (Aricia) et 1916, 33, 28. — Hyclo-
desia lrigonalis IYIEADE 1887 (non MEIGEN, 1826), XXII et XXIV, 180
et 1897, I, 10, 20; SCHNABL, 1889, XXII, 432, 48. — (fig. 702). 1
©" : yeux cohérents à villosité légère. Antennes noires; ohète à cils longs.
Palpes filiformes. Thorax gris, faiblement jaunâtre, à 4 bandés assez.
distinctes; 3 soies dorso-centrales; cuillerons blanchâtres. Ailes brunâtres;
épine costale petite; nervures XI-XII faiblement ombrées. Balanciers
jaunes. Pattes noires; tibias jaunes. Abdomen à légère pruinosîté d’un·

334 PHAONIA
gris jaunâtre avec quelques taches chatoyantes; sur chaque tergite des
taches noires, élargies en arrière, jusqu’à former une· ligne médiane
dorsale complète. Long. 6-7 % mm.
Q : palpes longs, larges et aplatis. .
(Test l’Aricia vivida de la coll. PANDELLÉ (1898, 79, 24).
Pas-de-Calais : Trescault (0. PARENT) ; Seine-et-Oise : Bellevue, octobre;
Marly, août; Rambouillet, juin-juillet (,VILLENEUVE)§ Seine-et-Marne :
Fontainebleau, août (POUJADE). — Europe centrale et septentrionale.
. 33. P. perdita MEIGEN. — Buzz: et STEIN, III, 622; PANDELLÉ, 1898,
75, 16; STEIN, 1916, 34, 29. —— (fig., 679). _
Assez rare, mai—août. Lille (VAN OYE); Seine-et—Oise : Rambouillet,
nombreux individus, en mai (VILLENEUVE, SÉGUY); Maine-et-Loire :
Brain-sur—l’Authion (HERVÉ-BAz1N); Lyon (PIERRE). —- Autriche, Prusse,
Suède.
34. P. plumbea ME1cEN. — PANDELLÉ, 1898, 72, 11; BEZZI et STEIN,
III, 622.
Trompe épaisse; palpes grêles. En plus des 2 paires d’acrosticales
présuturales, 2 paires préscutellaires presque aussi développées que
les dorso-centrales voisines. Préalaire aussi forte que la supraalaire
suivante. 1 :2 ou 1 :3 soies sternopleurales. Pattes noires, fortes; griffes
et pelotes bien développées. Ailes absolument claires, vitreuses (1); épine
costale médiocre. Abdomen à taches chatoyantes, avec une ligne médiane -
_ dorsale noire distincte. Mouche assez forte, couverte d’une abondante
pilosité hérissée. Les macrochètes sont bien développés, particulièrement
sur les tergites abdominaux où ils sont dressés en plusieurs rangées.
Hautes-Pyrénées : Gavarnie, juillet (Q). —- Autriche, Suède (PANDELLÉ).
35. P. profugax PANEELLÉ 1899, 99, 8.
©" : yeux cohérents par les orbites ou séparés par une ligne très fine le
plus souvent indistincte. Antennes brunes; chète à cils médiocres.
Trompe noire, épaisse. Palpes d’un brun noiràtre un peu épaissis à`
l’apex. Préalaire légèrement plus courte que la 1*** soie dorso-centrale.
Acrosticales indistinctes, sauf la paire préscutellaire assez forte. Epine
costale bien visible. Tibias III concaves en avant. Griiïes et pelotes
très fortes. Long. 5 mm. ·
Hautes-Pyrénées : Tarbes, juin, Aune (PANDELLÉ). _
36. P. puta Lcevv 1873, Berlin. enf. Zeit., XVII, 48, 53 (Aricia); STEIN,.
1914, 16, 22.
1 Les transverses (nervures XI-XII) ne sont pas ombrées comme le dit PANDELLÉ,
ni chez le d' ni chez la Q. Les pattes sont entièrement d’un noir brillant.

PHAONIA 335
Seine-et-Oise : Rambouillet (Vxrnmxnvvzz). — Europe centrale.
_ 37. P. querceti Boucué 1834, I, 82, 70; Srxam, 1916, 34, 32. — Antho-
nyza plalyptera ZE·r·r. —- STEIN, Ent. Nachr., XIX, 216, 8 (Spilogasler);
JILLENEUVE, 1898, 19, 350 (Mydœa); PA1~mEr.r.É,_ 1898, 71, 10 (Aricia).
F Spilogasler versîpellis PANDELLÉ.1899, 108, 24. — (fig. 667-669, 689-
391). ·
©’ : yeux nus (©' Q) distinctement séparés- Antennes noires ;,
;hète à. cils assez longs. Thorax d’un gris clair avec 3 larges bandes peu
iranchées,,plus distinctes à une certaine lumière; 4 soies dorso-centrales;
icrosticales présuturales distinctes. Cuillerons et ailes transparents.,
es dernières sans épine costale. Balanciers bruns ou noirs. Pattes noires,
ibias III frangés en avant et en arriére avec nombreuses soies fines, allon-
gées, 1-2 soies plus fortes en arrière. Abdomen coloré comme le thorax,
1 ligne médiane noire bien visible et quelques taches latérales cha-
ioyantes, de même couleur. Long. 6-7 mm.
Commun dans toute la France, presque toute 1’année, près des écuries,
ur les murs exposés au soleil. —— Toute l’Europe.
Larve habituellement.coprophage ou saprophage. Rounnun 'l’a'élevée
zn nombre dans Ie crottin de Cheval. Boucrxtz l’a signalée dans le bois de
Zhêne décomposé : les larves vivaient en société. Bznnnvovrs. (cité par
IILLENEUVE) a trouvé aussi un grand nombre de larves dans les ulcères
le l’0rme. P. LEsNr·: l’a obtenu des excréments humains (1921-1923).
Élevé par Fnncoz d’un nid de Mésange et d’un nid de Vespa crabro.
TIABWOOD l’a·obtenu également d’un débris de nid de Frelorr.
38. P. rufipalpis IWACQUART. —~— Bezzr et Srram, III, 623; PANDELLÉ,
l899, 85, 33; Srxzm, 1916, 35, 34. —— (fig. 704).
Toutela France. J uin-octobre. Pas-de-Calais : Arras, Athis, juin (PARENT).
Hautes—Pyrénées : Tarbes, Aune, Millefeuille, Fenouil (PANDELLÉ); Lyon
Prnrmrz); Maine—et-Loire : Andard (HERVÉ-Bxzm). - Environs de Bru-
celles (VILLENEUVE), Italie, Allemagne, Suède.
39l P. rutipalpis var. corsicana Scxmmasn. —— Sommer., 1911, 99, 155.
Plus petit que la forme typique (6 mm.). Yeux et chète antennaire à
*illosité noire; Antennes noires : apex du le! article et base du 3** rou-
geâtre. Callus huméraux gris. Tibias I avec une longue et forte soie
xterne. _ ·
Corse : Campo-di·l’Oro; Calataggio; mai-juin (Scmmnn).
. 40; P. scutellaris FALLEN. -—- Bnzzr et Srram, III, 623; PANDELLÉ,
899, 89, 42; STEJN, 1916, 35, 35. -—· Rohrella humeralis R.-D., 1830,
.91, 4. —-· Anlhomyia populi Mxaroiax, 1826; MACQUART, Scm`1~xEn, I, 605.
T rés commun dans toute la France; mai-août. --· Europe. `

336 · PHAONIA
41. P. scutellaris, var. stolata RONDANI.
Semblable à la forme typique, mais le thorax avec les côtés jaunes.
Toute la France avec le Phaonia scutellaris. ` ' ,
42. P. serva ME1GEN. —— BEzzf et Srnnv, III, 623; PAN1:>Ex.x,É, 1898,
79, 23; STEIN, 1916, 35, 36. ——- (fig. 665, 666). '
cf : yeux entièrement cohérents à villosité épaisse. Antennes noires,`
chète à cils modérément longs. Bouche un peu saillante. Thorax
noir à légère pruinosité grise, avec 4 larges bandes noires peu distinctes,
plus visibles en avant; dors0—centrales : 3; ordinairement une paire
d’acrosticales présuturales. Cuillerons et balanciers: jaune d’ocre. Ailes
jaunâtres à la base; épine costale petite. Pattes noires. Abdomen à
pruinosité d’un gris jaune, avec des taches chatoyantes et une ligne
médiane dorsale noire. Long. 7-9 mm.
Commun dans toute la France; mai-octobre. — Alpes françaises (HEssE).·
43. P. signata ME1o1=;N. ——· Bnzzi et Sriam, III, 624; GIGLIO·TOS,
Ann. d. R. acad. d’agric. di Torino, XXXIV, 3 (1891); PANDELLÉ, 1899,`
84, 32 (Aricia); STEIN, 1916, 35, 37; Knrtnv, 1917, 385. —Pha0nia vaga-
toria R.-D. 1830, 483, 2 (‘).
Toute 1’Europe pendant toute l’année. Très commun.
Le prof. CAMERON a trouvé dans la cavité thoracique d’un Carabus
italicus provenant des environs de Turin, une larve blanche, _acéphale. Le
Carabe était vivant et ne traduisait par aucun signe la présence de la larve
vivante dans son corps. La larve extraite s’est transformée en pupe et a
donné un Phaonia signata. Gromo-Tos conclut qu’il s’agit ici d’un cas de
parasitisme accidentel. Il suppose que le Carabe a pris la larve dans les
matières en décomposition et que cette larve encore très jeune a pu perforer
les tissus abdominaux et pénétrer jusqu’au thorax (GIGLIO—TOS cité par
KEiLiN, 1917, 385-386).
44. P. subvittata n. sp.
©": yeux à villosité très fine et très épaisse. Antennes noires, assez
longues, le 36 article 3 fois aussi long que le 2*>; chète à cils fins, assez
longs. Thorax d’un noir brillant à pruinosité assez faible, avec les traces
de 4 bandes noires, les médianes un peu moins larges; 2 —|— 4 soies
dorso-centrales; préalaire longue et forte, à peu près aussi longue que la
lm soie dorso—centrale; acrosticales présuturales nulles, seulement une
paire préscutellaire longue et forte; 2:2 soies sternopleurales. Ailes
rembrunies, surtout à la base et le long des nervures; nervures V-VI
' divergentes à l’apex; nervure XII courbée; section postérieure`de la
nervure VI, bien plus longue que lasection apicale. Cuillerons et balan·`
1. L’Aricia linctipennis de RoN¤AN1 (PANDELILÉ, 1899, 84) est une espèce distincte.

Pr~xA0N1A 337
ciers jaunes. Pattes noires; pelotes et griffes très développées; tibias II
avec 3-4 fortes soies postérieures à la partie moyenne; fêmurs III avec
de longues soies serrées sur toute la longueur de la face antéro-externe;
quelquer longues soies à la partie apicale de la face interne ; tihias III :
2 fortes soies antéro-externes, 1 rangée de soies assez fortes, serrées,
plutôt molles au 1/3 moyen sur les faces antérieure et postérieure, 4-
5 soies plus fortes, raides au milieu des autres sur la face antérieure.
Abdomen fortement velu, à macro-
chètes bien développés, serrés; . ___,...
lamelles prégénitales ovalaires, cou- gxiîlîîî ...... --
vertes de soies fines, serrées. Long. Il/' _____,-- ·-··-···--··
7 mm. _ ` x ,.···"`
· Ha¤t€$·Alpes : Lautaœti 3 août  
(E. Hnssia). -
  ` 7|| ‘
45. P. tinctipennis RON1>AN1. — / ""`~—
Macguanr, 1835, II, 288 (Aricia ,4,.--·‘
crrans [note]). -— (fig. 711). ( _
Seine-et-Oise : Rambouillet (VILLE- `\,_   .
NEUVE, Séouv). — Europe centrale ` ._
et méridionale. "`·-.___ TIE '
46. P.tx·imacu1at& Baume, 1834, FIÃLÃÈÉ 7É?'..§.·.ÃÉiè Éf“$Ziîî. illlîli
L 8Q,   WADSWORTH’     tT2Ut la C0l1l`bllI:8 de la HBTVIITB  
Srnm, 1916, 36, 41; KEILIN, 1917, — 7m' Ph' mama on [d`
427. —- Yelodesia meridionalis Rox-
DANI. — PANDELLÉ, 1898, 74, 14; BEzzx et S·rEm, III, 624. -— (fig. 682-
685). `
©’ zlantennes noires, l’apex du 2** article étroitement roux; chète
à cils longs. Palpes noirs. Thorax avec les 4 lignes noires inter-
rompues, séparées par la suture, plus une tache médiane postérieure
_débordant sur le scutellum qui est roux à 1’apex. Cuillerons blancs.
Ailes transparentes, transverses ombrées. Balanciers jaunes. Pattes
noires, extrémité apicale des fémurs et des tihias rousse. Abdomen noir,,
couvert d’une pruinosité d’un blanc gris avec des bandes d’un brun
bronzé changeant. Long. 6-8 mm.
Mars-novembre, plaies du Chêne, scieries, Aubépines. ·
Seine : Colombes, tronc d’arbre (P0nrEvxN)· . .
Corse : Campo-di-1’Oro, juin (ScnNA1aL). —- Algérie : Rouiba (Srmcour);
Angleterre, Allemagne, Autriche, Italie, Tunisie. _ . .
La larve a été trouvée par Boucmë dans les racines du Chou, en com-
pagnie de l’Hylemyia brassicœ; par F. P1cAn1>·dans la .Betterave et par
22

338 1>HAoNxA. ——· POLIETES _
· CH. PÉnEz dans le Navet. Larve carnivore; se nourrit aux dépens des
larves phytophages, qui vivent dans le même milieu qu’elle. Elle se trans·
forme dans la terre (KE·xr.1N);
47. Pa vagans FALLEN. —— Bnzzr et S'rEn~r, IH, 625: Scnmnn, L
604; P;·.Nr>E1.x.É, 1898, 85, 34; Srnm, 1916, 37} 42.
Sur les. Scabieuses et les Ombellifèresr. Pas-de-Calais L Arras·(PAnENr);
Seine-et—0ise : Rambouillet, mai. —— Europe centrale et septentrionale,
48. P. variegata MEIGEN. ——- Bnzzr et SrE1N; III} 625; PANDELLÉ,
1899,.96, 5; Srnm, 1916, 37, 43; KE11.1N, 1917, 384l —— Rohrella soror
R.-D. 1830, 491, 2. -—-— M usca feslacea·FÃ —- Durour., 1839, XII, 34, 9. ——
(fig. 678, 706).
Varie beaucoup en couleur. Voisin du:Phc10nia~scufellaris FALLEN,
s’en distingue par la base des antennes sombre, par le chète ài cils
plus courts, par les bandes du thorax pluslarges; par les soies acrosti-
cales et les soies dorso-centrales plusfines, plus courtes;. par Fabdomen
plus brillant.
Tibias II avec 2 soies (3 chez le Phaonia scutcllaris); ce dernier·ca—
ractère n’est pas toujours constant.
C'est 1’Aricia Blondclii de MAcoUAR·r (coll. DUFOUR-LABOULBÈNE)·,
Très commun dans toute la France. — Toute 1’Europe; avril-octobre.
Larve dans les matières végétales en décomposition. Carnivore. Se nourrit
aux dépens des larves à téguments mous. qui vivent. dans.le.même. milieu
qu’elle. Je 1’ai obtenu au. mois de mai de.Champignons décomposés en.
même temps que le Pegomyizî rufinct. KEILIN l’a élevé' du bois d’Orme
décomposé et des Boletus edulis et Armîllariellwmellaa en décomposition:
il a observé que la larve du PIu10nia·variegafa·dévorait celles des Peg0·—
myia Winthemj. et lransvetsa. DUEOUR.1’3..6HCOF€ trouvé dans le Bolelus?
pinclowm.
61; — Genre POLIETES«R0NnAN1.
Bnzzi et Srnm, III, 615;.- SGHNABL et Dzuznz., 1911, 219, 167;.--
STEIN, 1916, 20, 12.
Mouches noires ou d’un gris noirâtre bleuté de la forme des Phaonia.
Yeux grands, cohérents (©")‘; la bande frontale égale au 1/3 de la
largeur de la tête ou à peu près chez les Q Q; soies croisées fortes
et longues. Antennes : 3** article à peu près 3 fois aussi long que le 29.
Thorax avec, de fortes et longues soies; 3 —[- 4 soies dorso-centrales;
a.crosticales.· presque aussi longues et. fortes. que les dorso-centrales ZI

_ r>o1.m·r.as. 339-
4; présuturales +31rétrosuturales;préalaire moitié.aussi· forfeqpe les
supraalaires suivantes. Guilleronsr gros, inégaux. Ailes vitreuses, pas
d’épîne costale. Hypopyge semblable à· celui'· des autres=espèces~clu·mêmo
groupe. · ,
Mouches anthophiles coprophages, occasionnellement secondairement
bêmatophages: Larves carnivores, se·dével0ppent.dans les matièresanimales
en décomposition.
TABLEAU mas. Esmàcxzs, '
AL — 2'bandes noires sur le thorax. Segmenfîapioal de lanervure V1`
plus long que le segment postérieur (fig. 713). Balanciers jaunes. Long:
5-7 mm·. c . . .. .. .... . .. . · .. .. .. .. . , a1bo1inea.ta..(p. 339).
B; —— 4' bandes noiresrsur lezthorax. Segmente apical de:la,nervure·Vl
aussi long ou plus court que~le» segment basal (fig: 714). Balanciers bruns
ou noirs. Long. 9-12 mm ......... . . . . lardaria. (p. 340).
1. P. albolineata FALLEN. —- PANDELLÉ, 1898, 71, 9;,KEn.n~:, 1917,
422 (fig. 713).
Thorax à reflets argentés. Scutellum et abdomen à pruînosité argentée.
Ailes avec quelques soies _
peu' apparentes au nœudë ` ' -
des nervures IV-V. O' :y€uX  ""zîïiî
iiérissés; bande médiane ""   -ï`—'ïïïï'
frontale réduite au 1/12 de W
.a largeur de l’œil. Sterno-
oleurales : 1 : 1 + 2-3. W5
Pattes simples; griffes et .
pelotes courtes. .
Q : orbites supérieures _____,, ,_.. -.. .._. ____::-`__ ~-~
avec 2 fortes soîes· exter- *""" ________________ "_ _
ies. Stemopleurales : 1* : ·-·-*""/f "`J -;—·
Z-3. Long, 5-7 mm.
Commun. en. mai-juin: sur· W ·. ·
es fleurs. Toute la France,
1vril—octobre. En Vendée, au _
nois d’août, ROUBAUD a 7W
ibsgwéi get? MUÉCPEÈ am Em., 713»7]î4.. —- 713, Pali¢les· alboüneala of
:‘;,nîȧtÃn8î,_;îàîà);J1§'§â‘ë extrémité de l’aile;,—·' 714 P. zmamz, er, ld.`.f
riquésparles Stomoxes pour .
iucer le sang coulant de la blessure;.T1:èn.répanduidans·le~N0rd dela Russie,
nanque: complètement dans le: Sud.efl la Sud-Est. (Kn1mN)L.—··Enrope.
l.i.awe·tr¤ès mobile, opaque et dure,. de couleurjaune pâle..Se développe
lrès rapidement dans les excréments. des: animaux; domestiques ou dans

340 MUSCINE (s. 1..)
les matières en décomposition. Après le 2** âge, cette larve devient carni-
vore et vit aux dépens des larves des Musca corvina, Cryptolucilia corni-
cîna, Hydrotœa denlipes, Hœmatobia stimulans, Borborus equinus. Les
larves du Policies albolineaia sont très carnassières, elles se dévorent entre
elles si la nourriture fait défaut. ·
2. P. lardaria F. ——— PANDELLÉ, 1899, 163 (Macmsoma). -— (fig..714).
Corps épais d’un noir bleuâtre obscur à pruinosité grise. Q ©" :
yeux à villosité fauve, bien saillante. 1 :.1 soies sternopleurales.
Q : orbites supérieures réduites au 1/4 de la bande médiane frontale
avec 2-3 soies externes dressées en avant. Bande médiane frontale
avec 2 soies croisées.
Très commun partout, avril-octobre. Toute la France, fleurs, buissons,
haies le long des chemins, écorces des arbres, dans les bois, excréments.
Larve carnassière, se développe dans les mêmes conditions que la précé-
dente. _ _
_ NIUSCINÃE (sensu law)
' Muscînœ (let groupe) ou Muscinee limnophorœformes SCHNABL.;
7·· GROUPE
TABLEAU DES GENRES I _ ,
1-(2). Palpes plus courts que la trompe (fig. 735). . Stomoxys (pi. 342).
2—(1). Palpes aussi longs que la partie ohitinisée apicale de la trompe
(fig. 725-731, 734-736).
3-(4). Chète antennaire villeux des deux côtés. . . Hœmatobia (p.343).
4·(3). Chète antennaire villeux seulement sur la face supérieure (fig. 729).
....................... Lyperosia (p. 344).
Ces trois genres sont remarquables par les habitudes hématophages
de l’adulte. Ils forment un groupe naturel en rapports _étroits avec les
Mammifères ongulés; surtout les Ruminants. A 1’état adulte ils se nour-
rissent de leur sang et pondent leurs œufs dans leurs excréments frais
où les larves poursuivront leur évolution.
· Le corps de la larve est cylindrique, assez raide, dépourvu de protubé-
rances postérieures; les stigmates postérieurs plus ou.moins éloignés. Elles
· se transforment en pupe dans la terre., . ,»-;

Muscrma (s. s.) ,341 >
Èm   2
°     GJ 3 ·‘ `
· â    — xr    
l' · ¢1·"‘ _ '
.   @ Q  W/,2  
  ' 116 ’
@5 719 _ ., 2
118 É Ã ® ···,.,, ___«_ ,.
s ua
ct?      _
720 NW 724 \—/
 ` Éï
-··-——    — Ã W W
/»-<::·"'°—__— 722  
·' `   _·;_, 723
    '''' I 721 É" ‘
  r É `·
’,<:l§ÈÃÃl.... 727 _ ‘
726     · 725
729 '
-       ,»";.;""":*‘°' 731 .
F10. 715 à 732- —- 715, Slomoxys calcîlrans a1·matureîbuccale'de'1a larve: - 718,
Lyperosia irritans d', >< 20; -— 717, id., tarse III; — 718-719, extrémité posté-
rieure du corps de la larve; — 720, id., stigmatc postérieurs de_la larve; ·· 721.

_ @12 sxroivroxvs
. ‘ STOMOXYDIN/E ·
i 62.-- Genre STOMOXYS GE01~·FRov.
Bouche un peu saillante. Chète antennaire en peigne (fig. 721);
palpes filamenteux, courts (fig. 735). Pas de préalaire. Soies dorso-cen-
trales : · 6-7 (2, 3 -|— 4). 0 : 1 sternopleurale (la 29). Ailes longues et
larges assez pointues (fig. 722). Long. 5-8 mm. Une espèce.
S. calcitrans (L.) WILHELMI, 1917; BEZZI et STEIN, Ill, 611; LAVIER,
1921, 127; Suncomr, 1921, 67 et 1923, 183; SERGENT et DoNA'rxEN,
1922, 582. — (fig. 715, 721 à 724, 735, 737).
Espèce cosmopolite certainement importée par l’Homme dans tous les
pays. Très commun de juillet à octobre.
Les ailes à demi ouvertes, il se pose de préférence sur les pattes des ani-
maux qu’il pique. Il se jette aussi sur l’Homme qu’il pique volontiers,
” surtout aux jambes près des chevilles. La piqûre, douloureuse, ne laisse*
qu’une petite rougeur qui disparaît rapidement si la Mouche n’est pas
infectée (1). Pénètre dans les maisons à l’automne.
La larve vit uniquement dans les fumiers et les excréments des Chevaux.
Lisse, elle ressemble à celle du Muscina slabulans et de la Mouche domes-
tique. Elle s’en distingue par la forme des crochets buccaux et des plaques
stigmatiques (fig. 715, 724, 786).
Dans les régions chaudes où le Stomoxys pond dans les endroits humides,.
parmi les détritus et les ordures exposées au soleil, la jeune larve habituel-
lement coprophage peut devenir polyphage (RoUB.·~..UD).
Le Stomoxys calcitrans est l’hôte intermédiaire des Filaires du Cheval
et du Bœuf.
Parasites·: Habronema microstoma (Nématode); Spalangia muscidarum,
Nasonia brevicornis_ (Hyménoptères), Empusa (Champignon).
1. Depuis longtemps cette Mouche a été accusée de transmettre le Charbon. Elle
transmet en outre mécaniquement plusieurs espèces de Trypanosomes; des Strepo-
tocoques. Les Stomoxes du Brésil véhiculent les œufs du Dermalobia cyanivcnlrîs
(NE1v.~. et F. Go1v1Es).
Slomoxys calcîlmns Q, antenne; - 722, id., extrémité de l’aile; — 723, id., extré-
mité postérieure du corps de la larve; — 724, id., un stigmate postérieur; -— 725,
Hœmalobia stimulans Q , antenne; · 726, id., extrémité de l’aile; — 727, id., extré-
mité·p0stérieure du corps de la larve; —..728,·id., un stigmate postérieur de la
· larve;.-,729, Lypcmsia i1·1·itans·ô‘, antenne; — 730, id., extrémité de 1’aile; -·
731, Hœmalobia alripalpis Q, antenne; - 732, id., extrémitérde·l’aile.

l HAEMATOBIA 343
"' .
à`);  
\\    75% \\  
.  ._ \ &=‘·îl!ç?·, i
`· \»    
` · .. '~   , " >.2
·¤—s.N l ' . ç à uv  ·   o`
u <·m<%  ,.   _ 756
W9 ‘· lg I;     4 4 
  ‘**"` “·~" È"‘*~ll‘%“`·` `i ;.  
;;«pnnm~»..Àl·~    ~ Jw ~;;'.  ,.J _
    755    
" heg; 'I `  
Fm. .733 à 736. - 733-734, Hœmalobia stîmulans Q., >< 10; — 735, Slomoœys calci-
lrans Q, >< 10; — 736, Hœmatobimatripalpjs Q., >< 9.
Fxc. 737. — Slomoxys calcilrans, armature buccale de la larve au premier âge. A côté
des crochets buccaux du 1•* âge ou trouve l’ébauche des crochets buccaux du
2• âge.
63. — Genre HEMATOBIA LEPELLETIER ma SMNT-FARGEAU et SERVILLE
Trompe comme che; les Siomoxys. Palpes aussi longs que la trompe,
élargis à l’apex (fig. 733, 734). Face saillante, bords de la bouche
retroussés. Soies dorso—centra1es : seulement les deux présuturales et
une paire préscutellaire. Sternopleurales : 1 : 1. Ailes : longues, larges
et pointues, légèrement arrondies à Ycxtrémité (iig. 726). Thorax et
abdomen comme chez les Stomoxes. Deux espèces. ·

344 HAEMATOBIA. _—— LYPEROSIA
TABLEAU DES ESPÉGES (©", Q).
A. —— Nervures V et VI entièrement nues à la base; pattes de la Q
semblables à celles du ©". Palpes faiblement spatulés, chète antennaire
avec 5-6 cils en dessus et 1-2 en dessous; 1 : 1 sternopleurales, l’anté-
rieure petite ou nulle. Nervure VI courhée, puis droite; cellule H1 étroite
au sommet. Corps grêle. Long. 3 %-5 mm ..... atripalpis (p. 344).
B. -—— Nervures V et VI sétuleuses à la base; Q distincte par la colo-
ration et les pattes rousses. Chète avec 5-8 cils en- dessus et 3-4 infé-
rieurs. 1 : 1 sternopleurales d’égale grosseur. Nervure VI coudée. Cellule
H1 largement ouverte. Corps robuste. Long. 6-4 mm. stimulans (p. 344).
1. H. atripalpis BEZZI. —- BEzz1, 1911, XV, 21, 3 (Hœmatoliosca). —-
(fig. 731, 732, 736). '
Corse: Vico (BENARD, Scrmsm.), Bergeries de Pova, 1.600 à 1.800 m.,
juillet (F. LE CERF). —— Europe méridionale.
Type du genre Hœmatobosca BEzzi.
2. H. stimulans MEIGEN. — BEzz1 et STEIN, III; 612; PANDELLÉ,
1898, 44, 2; Ponrscnmsxv, 1910; BEzz1, 1911, 21} 3. -—— (fig. 725 à 728,
733, 734).
Toute la France : juin—octobre; dans les herbes.
~ Répandu dans toute l’Europe, de la Laponie à l’Italie.
Abonde sur les animaux qui vivent dans les prairies placées au bord des
rivières ou dans les prés marécageux. La femelle seule se trouve sur le bétail,
les mâles se tiennent sur les pierres ou dans les endroits bien exposés au
soleil. L’Homme est assez souvent piqué par cette Mouche très avide de
‘ sang.
Type du genre Hœmaiobia ROBINEAU—DESVOIDY·
64. —-— Genre LYPEROSIA R0NDANx.
Syn. Glossinclla GRUNEEEG. — Hœmatobia COQUILLETT.
Face un peu saillante; chète antennaire velu seulement à la face supé-
rieure (fig. 729). Palpes longs et dilatés (fig. 716), 6 soies dors0-cen-
. trales (2-]-4); préalaire petite; 0: 1 sternopleurale (la 2e). 5*3 segment
abdomînal comme chez les deux genres précédents.
Entre tous les genres de Stomoxydines, le genre Lyperosia est celui qui
se rapproche le plus des Glossines. I1 présente la même position des palpes

LYPEROSIA. — 88 GROUPE 345 -
appliqués sur la trompe et les ailes sont croisées sur le dos de la même
façon; les deux sexes sucent le sang et l’on connait le rôle de quelques _
espèces dans la propagation des maladies à Trypanosomes (ROUBAUD).
TABLEAU DES ESPÈCES
A. -— Tibias III avec une longue soie préapicale (fig. 716). Tarses III
dilatés en triangle et dentés en scie; base des articles avec une longue
soie dressée (fig. 717). Long. 3-5 mm ........ irritans (p. 345).
B. — Tibias III avec une petite soie préapicale; tarses III simples et
sans soies. Long. 2-3 % mm. . .· ........ titillans (p. 345).
1. L. irritans (L.), É- PANDELLÉ, 1898, 43, 1; Poarscmmsxv, 1910, 1;
Wu.nELMr, 1910, 510; BEzzr, 1911, XV, 28; STEIN, 1916, 19, 10. ·—
Hœmatobia libialis RQBINEAU·DESVOIDY (non STROBL.). —— (fig. 716 à
720, 729, 730).
France méridionale surtout; sur les Bœufs. i
Toute l’Europe. ‘ · ·
Mouches à nutrition accélérée dont le parasitisme est plus étroit que celui
des autres Stomoxydes. Les Lyperosia ne quittent guère le corps de leurs
hôtes et tendent, en cela, à se comporter comme les Hippobosques. L’alimen·
tation sanguine leur est d’autant plus indispensable que la température est
plus élevée (ROUBAUD).
Les œufs sont déposés dans les excréments frais des Bovidés au nombre
d’une vingtaine. La larve adulte mesure 4-5 millimètres, est de couleur
jaune sale. En Tunisie, la larve se transforme cinq jours après l’éc10sion;
la nymphose dure également cinq jours (WE1ss). Les pupes se trouvent
_ dans la terre au-dessous des houses à une faible profondeur.
Parasites : Eucœla, Eutrias, Bathymetis (Hyménoptères). ·
2. L. titillans BEZZI, 1907. — L. irrifans R0N¤AN1~1862. _
France méridionale (PANDELLÉ); Corse. — Europe méridionale.
Commun en Italie où il vit en compagnie du Lyperosia irritans, avec
lequel on·le trouve sur les Bovidés; il vient fréquemment se poser sur
l’Homme. Dans les Alpes, il monte au·dessus de 1.000 m. (Bazzr).
Type du genre Glossînella GRUNBERG 1906. _
8• GROUPE
TABLEAU DES GENRES
1-(16). Nervure VI légèrement et régulièrement courbée sur la ner-
· vure V (fig. 782).
2-—(13). Tibias II sans soie interne.

.346 ` ` S8 onooma. — MYIOSPTLA
3-—(6). Yeux à villosité épaisse.
` 4·(5). Nervure `VI 'légèrement courbêe. 2 : 2 soies Sternopleurales
(fig. 738) ............... Myiospila (p. 346).
' 5—(4). Nervure VI plus fortement courbée. 1 : 2 soies sternopleurales
(fig. 747) .............. Graphomyia (p. 350).
6—(3). Yeux nus. _
' '7—(10). Bord apical ·du scutellum avec 'les soies normales. Pas de teinte
d’un.jaune vif à la base des ailes.
8—(9). Acrosticales réduites ou nulles. Pas de teinte rouge à l’apex
A du scutellum. .............. Morellia (p. 348).
9—(8). Deux rangées de fortes soies acrosticales. Scutellum rougeâtre à
l’apex ................. Muscina, (p. 351).
10~(7). Bord apical du scutellum avec de nombreuses et fortes soies.
Base des ailes d’un jaune vif.
11-(12). Tibias II à villosité normale ....... Mesembrina (p. 365).
12—(11). Tibias II courbes, couvert d’une villosité très-l0ngue. (fig. 797).
Grosse Mouche velue ressemblant à un Bourdon ou à une Volu-
celle ....... — ........ Hypodermodes (p. 363).
13-(2), Tibias II avec une forte soie interne.
- 14-(15). Nervure IV avec des cils raides dans la moitié basale (fig. 793)-
Yeux velus. .............. Dasyphora (p. 361).
15-(14). gervure IV nue. Pas de soies acrosticales; 2 -1- 4.soies dorso-
centrales. Yeux nus ......... - . Pyrellia (p. 360).
16~(1). Nervure VI brusquement courbée sur la nervure V (fig. 783,
`794).
1’7·(18).Thorax et abdomen ·d’un beau vert brillant, métallique; des
. soies acrosticales; 2 + 3 dorso~centra1es. Gryptolucilia (p. 359).
‘ 18—(17). Thorax et abdomen gris, noir ou brun jaune, jamais vert métal-
lique ........ . .......... Musca (p. 354).
MUSCINAE (sensu stricto}.
. 65. — Genre MYIOSPILA RONDANI.
M. meditabunda. (F.), -— PANDELLÉ, 1898, 50, 4; KE11.1N, 1917, 388;
BEzzr, 1918, 82, 28. — (fig. 738-741).
Corps noir revêtu d’une pruinosité grise assez épaisse. ©' : yeuxassez
écartés. Antennes et palpes brunâtres: Thorax avec 3 lignes blanchàtres.
Cuillerons rembrunis. Ailes un peu enfumées à la marge antérieure et à

Mvrosvrm 347
larbase. Nervure VI avec 3-4 soies sur le nœud. Pattes brunes; griffes et
pelotes bien développées, surtout auxpattes antérieures. Abdomen avec
4 taches séparées bien apparentes d’un noir profond. .
° Q : pruinosité grise plus développéesur le thorax avec les 4 lignes
noires habituelles et sur lîabdomen où .1es taches sont parfois effacées.
Q   gie " 1
r~& pi ~ë= W   *»+_,,.,·;
      .
      \~ "·. - V ·
_  R g M /
·   /
§·rJ’
Fm. 738. - Myiosplla mediiabzmda ¤", >< 9. Les tarses des pattes II~III ne sont pas
' dessinés.
F
·  4
739  
. Q N" '
740 w  
( I K `
, ·   rm
Fm. 739·à.741. — Mytospila meditabunda; -— 739, .larve,; — 740,.stigmate:antérieur'
de la larve adulte; — 741, armature buccale (d’après Keilin, 1917),
Front ·avec une bande grise.médiane anguleuse en avant : des soies
croisées ou non. Long. 5-9·mm.
Très commun partout. Toute 1'Europe, Afrique septentrionale, Asie
mineure, Amérique. MULLER l’a trouvé dans les Alpes, à 2.400 m., sur les
fleurs de Sazri/raga aizoîdcs.
La'Q pond‘25-30 œufs dans les excréments ou les matières en décom-
position. Ces œufs présentent antérieurement deux petites expansions qui

348 Mo1=aE1.L1A
se terminent en crochets. L’éclosion est assez rapide : les larves, _d’abord
coprophagcs, deviennent carnivores au 36 âge. Avant de se transformer en
pupe, la larve tisse un cocon de soie; la coque nymphale contenue dans ce
cocon est de forme ovale, lisse et brillante; elle présente un étranglement
assez profond à la limite des 1" et 2° segments. A ce niveau se trouvent
les cornes prothoraciques de la nymphe surmontées des papilles stigmatiques
(KEILIN).
Pmmrs a encore obtenu cette Mouche de la dente sèche de pourceaux.
66Ã — Genre MORELLIA RoB1NEAU-DEsvo1¤Y.
Yeux presque cohérents chez les ©", séparés chez les Q par`une bande
frontale à peu près égale au 1/3 de la largeur de la tête. Thorax à 4 bandes;
2 + 4 soies dorso-centrales; soies acrosticales à peine perceptibles. Scutel-
lum sans teinte rouge à la pointe. Pattes fortes, tibias postérieurs
distinctement courbés comme chez les Graphomyia, à villosité longue et
épaisse sur les côtés. Abdomen à taches chatoyantes. Hypopyge voisin
de celui des Muscina. '
Les Mouches se rencontrent sur les buissons, les feuillages- et lesvfleurs,
surtout lesrûmbellifères. Larves coprophages et carnivores.
TABLEAU mas ESPÈGES (©’) (*).
1—(2). Tibias III courbés, métatarse III couvert de soies internes épaisses,
assez longues, parfois réunies en pinceau (fig. 746). Cuillerons
_ presque blancs. Long. 6-7 mm ....... œnescens (p. 349).
2—(1). Tibias III droits (fig. 742). Métatarse III sans soies internes,
courtes et épaisses.
3—(4). Tibias I avec de longues soies délicates internes et externes, plus
une forte soie médiane. Long. 7-9 mm .... hortorum (p. 349).
` 4—(3). Tibias I non. velus ou couverts de soies.
5—(6). Tibias II avec un tubercule portant une série de courtes dents
dressées, serrées sur la face externe (fig. 744). Tibia III avec un rang
de 4-7 soies internes un peu plus longues que le diamètre du·tibia.
Cuilleron thoracique d’un brun jaune uniforme. Long. 8-11 mm.
· .................... podagrica (p. 349).
6-—(5). Tibias II sans épines courtes et dressées sur la face externe.
Tibias III avec un rang de soies internes beaucoup plus longues
que le diamètre du tibia. Long. 4 %—8 mm. simplex (p. 350).
1. On n’a pas encore trouvé, pour les femelles, de caractères stables permettant
de les déterminer. _

· — M0ma1.1.1A 349. .
1. M. œnescens Ron.-DEsv. — BEzzr et S'1·E1N, III, 600; PANDELLÉ,
1898, 34, 1; STEIN, 1916, 15, 1; -— M. curvipes MACQUART.’—— Mmmz,
1880 XVI, 27, 4 o'. -—- (fig. 746). ,
, Assez variable en couleur. Les bandes thoraciques Sont. moins visibles
que chez les espèces voisines; la nervure V est armée comme chez `
le Morellia h0rlorum..
z/É (1 ···—-~ » _
I ' I  
“  m` '
/`
o  1 (
4. 7 P? I ‘
T  I2, q jv `
\ __· ·\··ë,_ vç M _/ [
—» ÃQR  ., /;
·  xxx  —, ~///  
· sr \
 \ \*«  wi`- [
' ( \ À /° / `
  ® 745 l'
74-6
7*:-3
Fm. 742 à746. — 742, Morellla horlorum d`, patte III; - 748, ld., aile; - 744, Morellia l
podagrîca G`, articulation de la patte II, face externe; — 745, id., face interne; —
746, Motellia œnescens d`; patte III.
Toute la France, mai-septembre, sur les fleurs. —- Toute 1’Europe.
2. M. hortorum FALLEN. —— Bxazzr et STEIN, III, 601; ScHNAB1. et
DZIED., 1911, 328, 276; S·rEm, 1916, 16,.2. — M. agilis Pl.-D. — PAN-
DELLÉ, 1898, 34, 2 (Pyrellia). — (fig. 742, 743).
Toute la France, mai-octobre, Ombellifères. — Toute l'Europe. (Boucné,
1834, 70, 56) a élevé 3 générations de cette Mouche d’une bouse de Vache.
· 3.`M. podagricn L¤aw._T Bizzzr et S·r1a:xN, III, 601; PANDELIIÉ, 1898, ·
35, 3 ©'; Srem, 1916, 16, 3. è(1ig. 744, 745). _ __

350; MORELLIA·. ——· cmA1>noMvxA
Yeux: trés rapprochés,. non contigus (©”). Couleur générale~d’un bleu
noirtsombre,.brillant.sa11s·aueune teinte verte.
Espèce plus rare que les précédentes; juin-août.
Puy-de-Dôme (VîLLENE¤vE); Isère :· Saint-Pierre—de-Chartreuse; Hautes·
Pyrénées r Vernet (HEuvÉ—BAzm). —· Europe centrale~ctseptentrionale,
Abyssinie (Suncour).
MULLER l’a observé dans les Alpes sur les fleurs de Parnassia, Saxi-
f1·aga,Lase1·piiium,Potentilla et Gentiana. La femelle se jette sur l’Homme
et les animaux. ·
` 4. M. simplex Lœvv. — BEZZI et S1·E1N, III, 601. —— M. hortorum
HALIDAY· — PANDELLÉ, 1898, 35, 4.
TrèsIcommun partout d’avril à septembre. - Toute l’Europe.
a 67. — Genre GRAPHOMYIA Roemmu-Dnsvoxnv.
G. maculnta SCOPOLI. —-— BEzzx et STEIN, Ill', 599; Srnm, 1913, 462. -——
(fig. 747-750).
Q : antennes séparées à~leur base par un coin épais formé par un relief
de Pépîstome. Bande frontale sans soies croisées. Thorax à 6 bandes
noires veloutées, longitudinales, tranchant sur le fond d’un gris argenté;
..     la   s . . «¤·, Q"
gi     _   «.~_ Qns. ?'¢·<iÃ`§:'¤·«;__ `· hd, 44 `  
  ~,*, IN IN-» ,.5.;..\·.«»«¤— , vi ·\,v y
 "*’*Cî CW r ll? ?~"·-§ —` "` ` '  
`î~:·;«;1 .7   M zi. se _ «>
  A, ,,·i V`. . · M lil —
4     |_'*f\1çlï<\î-   i J
. ' "'~·!· * ,',¤;’·2’§·.à 9 ,9
(Ill   ·._. §··· ~·  , .
  "  
- «"`    "*   · —`“
il ‘·`''”   É 750
747     '         vîefi    
ix É`}l»"f|*7‘l`j‘_ W, T     I
F re; 747 à 750. —~ Graph0myia.maculala; — 74*2,, Q, >< 9;,- 748, larve adulte; — 749,
âme protubérance épineuse du corps de la larve; — 75lI,·, armature buccale dela-
al'VB·

Muscxm. 351
2. + 4 soies dorso-centrales; préalaire manque;. pas d’aorosticales,
seulement.1es·préscutellaires. 2 ou 1 1 2‘ soies. sternopleurales. Scutellum
à.3 taches noires. Pattes grêles, élancées, presque nues. Abdomen à villosité
courte, avec une tache ovalaireà la base de chaque segment et d'autres
taches latérales pareilles.
©' : corpsplus densément villeux.. Scutellum roux.à; lîapex. Abdomen
roux en grande partie, parfois le fond entièrement noir. Long. 6-10 mm. .
Toute la France,. mai-octobre;. sur les fleurs et les~Ombellifères..
La larve est facile·à reconnaître par sa forme et les appendices chitineux.
en crochets de la face ventrale des segments abdominaux IV·VI. Elle se ·
développe dans la boue liquide qui séjourne dans les petites dépressions du
sol où pourrissent des détritus végétaux. Carnlvore.
Ronirznau-Dnsvornv (1830, 405) a décrit un Graphomyia media qui est
semblable au maculala mais un peu plus petit, la face plus brune, le dessus
de l’abdomen d'un noir de poix n’ayant que quelques macules d’un cendré
obscur sur l’anus et sur les côtés. Cette espèce, qui ne semble pas avoir
été retrouvée, est signalée de Rogny (Yonne) en mai.
68. — Genre MUSCINA ROBINEAU~DESVOIDY.
Bouche un peu saillante. 2 -|- 4 soies dorso-centrales; préalaire longue; '
1: 2 soies sternopleurales; scutellum. avec de fortes soies, un peu. ou
complètement aplati (M. pascuorum). Pattes fortes. Abdomen unicolore
ou avec des taches délicates et chatoyantes. Hypopyge court.
Les adultes sont ovipares et fréquentent les endroits ombragés et retirés. •
Les larves se développent habituellement dans les matières végétales en
décomposition et occasionnellement dans les matières animales en putré-
faction. Elles deviennent carnivores avec l’âge, mais sont ordinairement à
la fois saprophages et carnivores ou omnivores.
ce sont les Muscîdte·vaganles‘ de Rozsmmxu-Dnsvornv.
TABLEAU' DES EsPr·’:cEs·
1-(2). Tibias jaunes. Long: 8-9`mm. . .. ., .. .. .. stsbulnns (p. 354)..
2·(1). Pattes entièrement noires.
3-(4). Palpes noirs. Nervure VL légèrement courbée (fig. 753). Long,.5·
8 mm ........ - . .. .... . . . . assimilis. (p, 352).
4—(3). Palpes jaunes. Nervure VI brusquement courbée (fig. 751-752).
5-(6). Abdomen sans trace de· teinte rougelatêralement. Pruinositëgrise
abondante, surtout sur le thorax..Long, 7’ %_-10 mm.
. .... . ., . .. ., ., .... .. .. . .. . pa·bu101zum· (p., 352)..

352 MUsc1NA i
6-(5). Abdomen d’un brun rougeâtre sur les côtés, à Ia base. Corps à
. , reflets bleuàtres, pruinosité grise nulle. Long. 7 %-9 mm.
. ................... pascuorum (p. 353).
1. M. assimîlis FALLEN. -—— BEzzr et STEIN, III, 613; KEILIN, 1917,
419. —— M. cœsia PANDELLÉ 1898, 48, 3. —— (fig. 753, 755-757).
Assez commun partout en France, avrîl—novembre. -· Toute 1’Europe.
La larve a été trouvée dans les matières végétales en décomposition :
Champignons pourris (Agarîcus campester [Duroun] et Boletus edulis
,-.:::裏fÈ'È.`.ÃÃ`_Q` `````` ‘ï?S.`_`°ï ` "` "
/ ""·~—··-_"·'??s=
¢' __ ____ ____ "···— __--·--·—— ···‘ "'""'<'A"
/Ã---··"' '-¢- -""`~·.' ___, ...···- _,«:‘.'·`--—··"" '`''``` "·——-—·`l
, a·,ë". ·•-L—_-—-----' '1"" -_,—-•""‘••·—-,____~_- -_
    r ····· ‘  
"`~` 1)}-  ""~ ,*'
' 75l N `\__ __. ""\.._ _ ,"
· "`N ``'` M 758 I" F/"‘——~`
/"<:"""`···——·ï_"""ï· ·—— ,
Ã--- ——-----——---· ·--__   _.;;:;1î§ÉÉÃ`.`:ÃÃf`ïîɧ"""~——~
r · `··_ '«’ `*~~-__ —:1l'lÉ;h__,..
i "`~·—— ." _.-·- ------·——- —.-_ "`îJ»——-ï-"`
it ` _.-·----··‘“—- ·'—··"" __fî:;;::;llÉ···-.--·j>
\`\ `°—·` Qï_`-_’- _,·-·"'J";;’/
    "\·. ">»"/ /r'/,i\`:
' "~—.`_ ,/1   [/' // ,»' / É
  ~`_"—` '« \"—~ X I / 'lll
`~.` . 754   _____ __________.·-‘
Fm. 751 à 754. — 751, Extrémité de l’aile du Muscina pabulorum; — 752, id., M. pas-
cuorum; -- 753, id., M. assimilis; - 754, id., M. slabulans.
[DUFoUR et GERCKEI), dans les racines de Melons (BANKS); avec le F annia
canicularîs dans les Champignons de couche. FALCOZ l’a obtenu d’un
Hypholoma fasciculare sur souche. Elle peut encore se rencontrer dans les
cadavres d’Insectes et d’Escargots.
2. M. pabulorum FALLEN. —— Biazzz et Srram, III, 614; PANDELLÉ,
1898, 48, 2; KEILIN, 1917, 421: —— (fig. 751.
Toute la France, marsmovembre; sur les écorces des arbres et à terre., — .
Europe et Afrique septentrionale.
La larve, comme celle du M. stabulcms, est à la fois saprophage et carni-
vore. Serait aussi parasite du Bombus agrorum (VERoE1=F). L’adulte a été

— Museum 353
obtenu par Rxrzxanunu, d’élevage des Bombyx pini et monachaet de larves du ·
Scîara mililaris qui s’accumulent en grand nombre sous les feuilles (Kmnm).
Pm! « pg
3  · m 3,,..-  »--lds
\ dâ cr--  "bopl
A·—;5à ___ C] El----   "`
Z   .. . cp,-  "ds ·· ··==-
aw F_ =; ·»·v =< -·-pv * ~—· —·-- L
*1 ..h   "‘GU'1 Q, ·_
rb 1 ,     --1 - ~ %;ë‘i
..'Zç·§·°     ···l.•
b ----- [g    til`)
755. 756 757
Flo. 755 à 757. -— Armatures buccales des larves de Muscina assîrnilis; -; 755;
E' î;zeîi— 356î 2• âge; H 7_?gâ Ièlêâàge. (Les HQUTBS 755 et 756 d après Ixeilm.)
xp ca on es ettres, v. g. - .
3. M. pascuorum ME1GEN. — Bxszzr et STEIN, III, 614; PANDELLÉ,
1898, 48, 2 (note); Kxa11.n~:, 1917, 421; S·rE1N, 1916, 19, 11, 3. — (iig. 752).
= . L
1 n
wm - m ¤
~ âë   E _
§     759   760 765
gp     rss — ,
 I  â . É
r """'dS pm 1 à
.4*   “ "  ···','.I. v
a F .....1-lst cra-- -f:' "  ···•î¤`¤ cr--  the à
,,*9 .... ; 1 . ....· ··-· v — . .
"°'  jp, 1ez 5 ) -.-am P ¢.. .,.. î
[IJ ·U F `-~· »-· ‘\   ..[ 7
pl 4 .     ` À   g
V.     ..... - ··b  
.. ...\; _ _ ____ _b -
76%
• F
TIG. 758 à 765. — Muscina slabulans; — 758, œuf; - 759, chorlon de l'œut après
l’éclosi0¤; ·· 760, larve au 1** âge; — 761; armature buccale de la larve au
1** âge; — 762, id, au 2• âge; - 763, id. au 3• âge; — 764, larve au 3• âge: —
765% Sâgmàteb prëthoraclque debla blarve îëée. ai antennles; ——haîn,1arcé médiân
VëI]I‘.î'··· , b`l°—·0, âI]11€80I'à€§-6Cl`0C8Sâtl`d\1X.\l
stade I; — czgpcrîaecheàsalîuccaux; — cà, dents suprabucëales; —- Ii, lèvre Infé-
ri.ure; - pa, pièce articulée; -·- pl, plalpes labiaux; —- pm, palpes maxillaires;
— pv, pièce ventrale; —— ra, ruban c lt neux pair; —-· l, pièce lntermédlare.
23

354 Musca ' é `
Toute la·.France.‘Peu communymaimovembre, sur ledtronczdes arbres et
'le long des’haies. —’Europe, iles·Ga·nari·es.
Élevé par BREM1 de l’Amanita cilrina ROQUEs.
4. M. stabulans FALLEN. — Biazzx et Sram, III, 614; PANDELLÉ,
1898, 48, 1; KEILIN, 1917, 415. — (Hg. 754, 758-765, 787).
Cosmopolite. Sur les écorces des arbres et à terre. Commun toute 1’année.
Pénètre dans les habitations pour pondre et pour hiverner (1). Se rencontre
surtout dans les lieux où sont déposés les résidus des matières alimentaires
et‘les débris végétaux en décomposition où s’effectue aussi la ponte. L’œuf
éclôt en deux jours. La jeune larve d’abord saprophage ou coprophage
devient carnivore des le 2* âge et s’attaque aux larves qui vivent avec elle.
Au bout de quinze àvingt jours, elle agglomère les détritus végétaux en forme
de cocon à 1’abri duquel elle se transforme en pupe. Il peut y avoir 10 géné-
rations successives.
Parmis (1864) 1’a trouvé avec .1îAnlh0myîa pluvialis dans les galles du
Cynips pallidus. Signalé aussi comme parasite de quelques larves d’ Insectes
(Lophyrus, œhenilles, larves deidivers-Coléoptères). Elle peut être aussi
la cause de myiases externes commecèlle signalée par CARTER et.B1.Acx-
Locx sur le Cercopilhecus ou de myiases intestinales chez l’Homme.
` La larve est parasitée~par·les Hyménoptèresdu genre ~Figites etll’Alysia
manducator Pz.LLaupupe·.est.parasitée par : Spalangia.sp.; Muscidifurax
raptor, Pachycrcpoidus dubius et Nasonia brevicornis.
60. —— Genre MUSCA LINNÉ.
Syn. -Pla1:emyia Rol;.-Drasv.; ~——- Biomyia ROB.—DESV.; — Eumusca
TOWNSEND; —— Promusca TOWNSEND; —— Placomyia RoNDAN1.
Ce genre dans .1eque1’Linné comprenait tous les Diptères, à l’exception
des Tipulaires, Tabanides, Asilides, Bombylîdes et Empides, est main-
tenant réduit à la seule Mouche domestique et à quelques espèces
voisines (2).
Récemment, TowNsEN¤ a changé le nom de ce genre en Promusca,
pour appliquer le nom de Musca aux Calliphora (3). . _
Les adultes se jettent sur l’Homme et les bestiaux pour humer les subs-
tances iluides répandues à la surface de leur corps, telles que la sueur et
la sanie des plaies. Elles s’emparent aussi, dans les maisons, de tout ee qui
1. AvecllezCalliphora erythrocepluzla c’est la plus grosse Mouche .quî.rentre dans
ales maisons. On peut laureconnaîtrezimmédiatemeubausscutellum teinté de rouge
au sommet et·à la forme de la nervm·e·y« (Hg. 782).
2. Patron, Bull. Ent. Res., xxx, 411 (1922).·— Jomvsror: and BANCROFT,'1920, 30.
'3. Voyez Musca îiomestica (note 14), page 357.

I Muses 355
peut leur servir d’aliment. Ovipares, accidentellement larvipares.·Larves
coprophages, occasionnellement carnivores.
·TABr.r:AU· mas · Es1>ÈcEs· (©"‘ Q).
l—(2). Yeux velus, cette villosité longue et dense chez les ©', courte el:
clairsemêe chez les Q. Ailes délicates, entièrement vitreuses,
nervures pâles. cr' : fémurs antérieurs à. villosité dense, longue et
hérissée en arrière. Q : interoculaîre'un peu plus large que l’œil.
Long. 3-6 mm .............. . vitripennis (p. 358).
Z·(1). Yeux nus.
3-(6). Yeux complètement cohérents (fig. 766, 777). Ailes plus fortes et
plussombres. Q : bande frontale un_peu plus large que.l’œil.
4—(5). Thorax presque entièrement d’un noir brillant. Abdomen noir avec
_ une pruinosité oendrée sur les segments postérieurs et une ligne
médiane dorsale noire. Long. 3 %-5 mm. . tempestiva (p. 357).
5-(4). Thorax d’un noir mat, couvert d’une villosité grise coupée par
des lignes longitudinales noires. Abdomen souvent de couleur
jaune. Tibias III avec une petite soie médiane, postérieure, le
long de l’arête dorsale. Corps arrondi. Long.f5i8 mm.
..................... corvine (p. 355).
3·(3). Yeux largement séparés (fig. 773). Corps ovalaire. Long. 5-9 mm.
.................... domestica (p. 356).
1. M. corvina (F .). — Bxazzr et STEIN, III, 602; PANDELLÉ, 1898, 42, 3;
Sommer. et Dz., 1911, 327 [275] (larvipara);·KEu.1N, 1916, 409; Awarr,
1920, 89. —— (fig. 775-777. 784). _
Type du genre Eumusca Townsiamn, 1911.
Toute la France. Très commun. La Q ne rentre pas dans les maisons.
Europe, Afrique septentrionale. ·
La larve se rencontre dans les excréments, surtout dans ceux des Rumi-
iants; elle préfère les endroits humides.
Obtenu d’éclosion avec Sarcophila (Gesncrîodes) lineala FALLEN des
eufs d’un Criquet indéterminé (R. DU Buvssois) (1).
Le Musca aulumnalîs (DEG.), indiqué comme synonyme de corvina (2),
ist une espèce distincte qui correspond d’après Awpurx (1920) à la forme
'ivipare de Porrrscnmsxv. Cependant V11.1.1a.NEuvE dit que le M. corvina
iivipare en Afrique (Romsnun) serait le Musca lusoria. '
1. Bnzzrr-et‘S1.‘Em.·(1907):donnent le Sntcophila lincala comme,parasl,te du
)ocîostam·us Gencidûcsx. _ .
2. EnwAnns,.Enl. Mag., 1916, 63, 52. ·

356 MuscA
2. H. domestica. (L.), — BEZZI et S1·E1N, III, 603; Hnwrrr, 1910;
T0wNsEND, 1915, 433; ROUBAUD, Ann. Inst. Pasteur, XXXVI, 766
(1922); W01.LMANN, Ann. Inst. Pasteur, XXXVI, 787 (1922). —— (üg. 772-
774, 778-781, 785).
Présente la plupart des caractères du M. viiripcnnis, en diffère par les
yeux nus un peu plus écartés chez les ©’. Bords de la bande frontale non
parallèles, convexes extérieurement. Nervure VI anguleuse. D0rs0·
x /.
È » @
· 767 2f/
768 TÉ6
_· r 769 .
I 770 '
77Z 77I
77L+   È ` S
_ 775
' _ 775 ‘
· 777
Fm. 766 à 777. - 766, Musca tempesliva ci', tête; — 767,\id.,[ai1e; — 788, id., épine
de la base des nervures V-VI; — 769, Musca vitripennisjcï, hypopyge; -— 770,
id., aile ;]—- 771, id., tête; — 772, Musca domesticajd, hypopyge; ··— 773, tête; —
774, id., aile; — 775, Musca corvina d', hypopyge; - 776, aile; - 777,\id., tête.

Musca 357
entrales : 6-7 (2 + 4, 5); préalaire courte; 1 :2 sternopleurales. Pattes
grêles à villosité courte. Abdomen : 2-3 paires de discales et 2 courtes
ώbasales en dehors des grosses soies.
Type du genre·Promusca Townsema (l).
Espèce cosmopolite. Très commune partout. Dans les maisons pendant
oute l’année, en compagnie des Fannia scalaris et canîcularis et du Muscina
labulans (2). ·
Signalé comme ayant produit des myiases de plaies- opératoires
Lsnnousse) et des myiases intestinales sur l’Homme (Hewxrr) et sur le
lheval (Suncoue, 1913). La larve peut être à la fois ou successivement ·
Hpfûpllàgû, C0pI'Opl’l3g€, C2I’!l1VOI'8 011 SBUIGIHEIIÈ 0I’l’ll1lVOI`€. Elle pêlll'. SC
omporter en parasite occasionnel des Insectes (Hyponomeula malincllus,
`ARNANI in ScuNABL et Dzxen., 1911), de l’Escargot (Helix aspersa MULL·
Seouv, 1919]). ,
v' `
Q 4
w ’7  
\
®— 7..
775 779 . 780 `
io. 778 à 781. — Larve du Musca domeslîca; - 778. larve au 2• âge; — 779. armature
buccale de la larve au 3• àge; —- 780, id. au 2• âge; — 781, stigmate postérieur
de la larve au 3• âge.
Paraslté à l’état larvaire par le Figitcs sculellaris (Hyménopt.) à l’état
e pupe par le Pachyctepoîdeus dubius et 3 Ptéromalides : Nasonia brevi-
zrnis, M uscidi/urax raptor et Spalangia muscidarum [Hyménopt,] (Gxmwn
;SAN¤ens), à l’état adulte par l’H abranema muscœ [Nématode] (RoUBAU¤) (9)
L les Empusa (Champignon).
3. M. tempestiva FA1.1.eN. - Bezzi et STEIN, III, 604; PANDELLÉ,
898, 41, 2.-   phasiœ/ormis Mercer:. - Boucee, 1834, 66, 5.-
ig. 766-768).
Q : thorax et abdomen couverts d’une villosité grise plus développée .
ue chez le ©', laissant voir à certain jour les lignes thoraciques et les
iches abdominales.
1. Voyez à ce sujet la communication de C. W. Srxnes (Bull. Soc. :001. France, ·
LVIII, p. 6, § 3) où il est demandé de maintenir le genre linnéen Musca avec M.
»meslica comme type.
2. Le M usca domcstica se distingue immédiatement de toutes les espèces de Mouches
imestlques par la forme de la nervure y (vi) [fig. 782-783].
3. Rounavn et Descazeavx, Bull Soc. Path. exot., 1921, XIV, 471; 1922, XV 978

358 Musca
Type du gen1re·B«.i0myia (Ro¤.—Dnsv., 1830).
. Toute la France;juin-août, fleurs, feuillage. Sur les Bœufs (M&CQUART)..
— Europe, Asie septentrionale, Afrique septentrionale. .
Bonsai: a trouvé la larve dans le fumier de Cheval`(juillet).
, 42 MZ vitripennis~ME1GEN. ——- BEzz1~et‘ Srrxms, lII,' 6®4;·PANnE1;mâ,
1898, XVII, 41', li —- (fig. 769-771).' `
` Ã` A `;?·""“‘ `
`  ^
. . . ,1
v' l » ui L. / il
8
782 785
âuïë % U 788
,  È·    % ©@
  È  ‘‘'` '  
I Ã`? È ·,,. ·# . ~p%-pla
' 2
· Jüw 784- 785 786 787 »*
Fxo. 782 à 788. — 782, M uscina stabulans, aile montrant la courbure de la nervure y;
—- 783, Musca domeslica, id., (comparer avec la figure précédente; ce caractère
suffit pour distinguer ces deux espèces qui se rencontrent dans les maisons); —
· 784,. larve du M usca corvinaystigmates postérîeurSî,;·· 7$5».Musca domeslicaç, id..;;
-— 786, Slam0wys.caloilrans;, id;;, — 787,',Muscina*stabulans; —— 788, Calliphora
erylhrocephala, id. - Toutes les larves dont les sîgmates sonbreprésentés ici
peuvent se rencontrer avec celles de la Mouche domestique et vivre dans le même
milieu qu'elle. Il est facile de les distinguer par 1’examen des stigmates postérieurs.
Face un peu·sailiantez· Glfète antennaire court‘à cils rares, maislongs.
1-2 rangs de soiès fronto-orbitales. Bande frontale plutôt petite, à bords
presque parallèles. 4 soies dorso-centrales (2 rêtrosuturales); préalaire
petite; 1.:.2 sternopleurales. Courhure de la nervure VI un. peu·p1us
anguleuse; que chez. le M. domesticœ. Cuilleron thoracique: assez grand.
La largeur du front varie chez les mâles: la plus grande 1argeur*s’appli—·
que au Muscarosiris W1ED:; VILLENEUVE`(1913; 367) a montré que
cette espèce était! synonyme·de·Musca vilripennis. .
Type des genres Placomyia Roma. et Plaxemyia R.-D.
Toute la France; Ombellifères, fleurs, feuillages; dans le Midi: sur les
Bœufs (MAcQUAR·r). — Europe, Afrique septentrionale; îles—Canaries.
I

1 CRYPTOLUCILIA 359—
Muscinœ (2°‘ groupe), ous Muscinœ polietesfnrmas Sommer.,
70. - Genre· CRYPTOLUCILIA BRAUER et BEnGENs·rAMM 1893. (*)
Syn. Pseudopyrellia Gmscrmnu 1893, Berlin. ent. Zeit., 38, 306. I
Mouches colorées comme les Pyrellia; bouche saillante: Dorso-centrales : —
2*+ 3-4; 1': 3î soies=sternop1eurales.. Soîes postérieures- des. tîbias. IIL
courtes. 5¤‘sternîte semblable àfcelul des·I?yrellia, mais- avec de·courtes·
épinesdàtérales.
Larvescoprophages. Adultes coprophages, saprophages ou anthophiles.
TABLEAU DES ESPÈCESJ `
A. ···· Une paire de fortes acrostîcales présuturales. 3 soies·dorso-cen-
trales rétrosuturales. Long. 4-6 % mm ...... cœsarion (p. 359).
B..— Pas d’acrostîcales présuturales. 4 soies dorso-centrales réîrosu·
turales..Long. 4-6 mm ............. cornicina (p. 359):
11 Ct cœsarion (ME1czEN). — Pseudopyrellia comicina1BEzz1.et! STEXN,
III} 608} S1·E1N, 1916, 18, 6} 1 1917, 83, 1, 105; -—BEQUAEm·; 1922, 90.
Souvent. confondu avec le Crypiolucilia cornicina. Répandu dans toute
la France. Assez rare. —- Toute l’Eur0pe de la Laponie à la Sicile; Espagne,
Sardaigne, îles Canaries, Asie Mineure; Caucase; Texas·