FEDERATION FRANCAISE DES SOCIETES DE SCIENCES NATURELLES
A B.P. 392 — 75232 PARIS Cedex 05 ,‘ -1
4 E > Association régie par la loi du 1°'juillet 1901, fondée en 1919, reconnue d’utilité publique en 1€ \   '\€·' 1
•~. Membre fondateur de l’UICN — Union Mondiale pour la Nature lé  0 ‘
—7
La FÉDÉRATION FRANCAISE DES SoC1ETES DE SCIENCES NATURELLES a été fondée en 1919 et reconnue
d‘utilité publique par décret du 30 Juin 1926. Elle groupe des Associations qui ont pour but, entièrement ou
partiellement, l‘étude et la diffusion des Sciences de la Nature.
La FÉDÉRATION a pour mission de faire progresser ces sciences, d‘aider à la protection de la Nature, de
développer et de coordonner des activités des Associations fédérées et de permettre l‘expansion scientifique
française dans le domaine des Sciences Naturelles. (Art .1 des statuts).
La FÉDÉRATION édite la « Faune de France >>. Depuis 1921, date de publication du premier titre, 90
volumes sont parus. Cette prestigieuse collection est constituée par des ouvrages de faunistique spécialisés
destinés à identifier des vertébrés, invertébrés et protozoaires, traités par ordre ou par famille que l‘on rencontre en
France ou dans une aire géographique plus vaste (ex. Europe de l’ouest). Ces ouvrages s‘adressent tout autant aux
professionnels qu‘aux amateurs. Ils ont l‘ambition d‘être des ouvrages de référence, rassemblant, notamment pour
les plus récents, l‘essentiel des informations scientifiques disponibles au jour de leur parution.
L’édition de la Faune de France est donc l’œuvre d’une association à but non lucratif animée par une
équipe entièrement bénévole. Les auteurs ne perçoivent aucun droits, ni rétributions. L’essentiel des ressources
financières provient de la vente des ouvrages. N’hésitez pas à aider notre association, consultez notre site
(www.faunedefrance.org), et soutenez nos publications en achetant les ouvrages!
La FÉDÉRATION, à travers son comité Faune de France a décidé de mettre gracieusement, sur Internet, à la
disposition de la communauté naturaliste l‘intégralité du texte de Pierre FAUVEL consacré aux Polychètes
sédentaires publié en 1927. Ce volume est actuellement épuisé et ne sera pas réédité.
Cet ouvrage est sous une licence Creative Commons pour vous permettre légalement de dupliquer, le
diffuser et de modifier cette création .....
Montpellier, le 6 avril 2007
le Comité FAUNE DE FRANCE

Creative Commons
®Cf6aiiV9
C 0 hl hl U TC 5+ U I-1 li I)
Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Partage des Conditions Initiales à
l'Identique 2.0 France
Vous êtes libres :
•de reproduire, distribuer et communiquer cette création au public
•de modifier cette création
Selon les conditions suivantes:
BYE Paternité. Vous devez citer le nom de |'auteur original.
.·—r'
Pas d'Utilisation Commerciale. Vous n'avez pas le droit
.= d'uti|iser cette création à des fins commerciales.
Partage des Conditions Initiales à l'ldentique. Si vous
modifiez, transformez ou adaptez cette création, vous n'avez
le droit de distribuer la création qui en résulte que sous un
·-”' contrat identique à ce|ui—ci.
•A chaque réutilisation ou distribution, vous devez faire apparaître clairement aux
autres les conditions contractuelles de mise à disposition de cette création.
•Chacune de ces conditions peut être levée si vous obtenez |'autorisation du
titulaire des droits.
Ce qui précède n'affecte en rien vos droits en tant qu'utilisateur (exceptions au
droit d'auteur : copies réservées à |'usage privé du copiste, courtes citations,
parodie...)
Ceci est le Résumé Explicatif du Code luridique (la version intégrale du contrat).
Avertissement El
Découvrez comment diffuser votre création en utilisant ce contrat

FÉDÉRATION FRANçAlsE DES SOCIÉTÉS DE SCIENCES NATURELLES
OFFICE CENTRAL DE FAUNISTIQUE
 
POLYCHÈTES SÉDENTAIRES
IDIIENDI AULERRANTES, ARCHIANNÉLIDES, MYZOSTOMÀIRES
l un
Pierre FAUVEL
vuoszssmm x xfunxvznsmwî cnaonmuz oknouus _
Avec 2004 dessins en 152 figures
· PARIS
PAUL LECHEVALIER, 12, mm mn Toumou (vv)
1927
Collection honorée de subventions de l’Ac¤dérnie des Sciences de Paris
. (fondations R. Bonaparte et Loutreullj, de la Caisse des Recherches Scientiflqucs
et d'une souscription du Ministère de Vlnstruction Publique

PREFACE
Ce second et dernier volume de la Faune des Polychètes de
France est consacré aux Sédentaires et à quelques formes aberrantes.
Il semble que ce groupe, plus que les Errantes, a piqué la curio-
sité des zoologistes car, depuis quelques années, une douzaine de
familles ont fait l’objet spécial de mémoires systématiques importants
ou de monographies comportant une révision plus ou moins com-
plète.
Ainsi, sans parler de son volumineux ouvrage déjà ancien
consacré aux Capitellidés (1887), Ersm (1914) nous a donné une
révision des Àriciens. l\lESNlL (1896), et plus récemment Sonsasrnom
(1920), ont traité des Spi0nidiens;Asmvon1·11 (1912, 1915) a révisé
entièrement les Scalibregmidés et les Arénicoliens. Dans un très
important mémoire sur les Maldaniens scandinaves et arctiques,
Anwinssorx (1900) a remanié complètement la systématique de ce
groupe. En 1917, HESSLE publiait à son tour un important travail
sur les Térébellomorphes comprenant les Amphicténiens, les Ampha-
rétiens et les Térébelliens. Depuis l’ « Étude sur la Mory)/zologie D
comparée et la Phylogénie des espèces chez. les Spirorbes » de
Cwnuzixr et Massin (1896), le genre .Spirorbis a été encore révisé
par PIXELL (1912) et par Bono (1917).
' Nous devons enfin signaler encore l’ouvrage excellent et si pratique
de Riom (1923) « Estudio sistenzatica de las especies ibericas del
suborden Sabelliformia », avec nombreuses figures et clés dicho-
tomiques permettant de déterminer facilement tous les Sabelliens et
Serpuliens des côtes'd’Espagne.
Contrairement à ce que l’on pourrait penser, cette abondance de
travaux importants n’a pas sensiblement simplifié notre tâche. Loin
de là! elle nous a obligé à des études critiques et à de nouvelles
l

2 rmàracn _
recherches. En voici la raison : d’abord les auteurs de mono-
graphies emploient fréquemment des caractères tirés de l‘ana-
tomie interne, fort intéressants d’ailleurs au point de vue général,
, mais d’une application difficile dans la pratique, souvent même
impossible sur les spécimens de collection; ensuite, trop souvent,
quand un auteur se spécialise dans l’étude d’une seule famille sans
avoir déjà acquis une connaissance très étendue des autres groupes,
il est naturellement porté ai s’exagérer l`importance des moindres
détails et à multiplier les. coupures génériques et spécifiques.
· Il faut, en effet, avoir recueilli soi-même une grande quantité
d’espèces vivantes et avoir manié des milliers de spécimens pour
se bien rendre compte de la variabilité de certains caractères et de
leur valeur relative, et c’est avec raison qu‘EUnns DESLONGCHAMPS
affirmait jadis: « Plus on a d’individus et moins on ad’espèces. »
Chez les Annélides, plus encore que dans d`autres groupes, cet
axiome se vérifie fréquemment. Chez des animaux aussi mous et
aussi contractiles, une foule de causes produisent des modifications
très étendues dans la forme du corps et des appendices. L’alcool,
les fîxateurs, les déforment considérablement et les décolorent à
` peu près complètement. Les soies elles—mêmes s’usent et changent
avec Page. De là, des différences qui peuvent tromper facile-
ment et qui conduisent à la création abusive d’espèces et même de
genres.
Peut-être nous reprochera-t-on de nous être laissé entraîner dans
une voie contraire et d’av0ir fait tomber trop d’espèces en synonymie.
' Mais, comme Yécrivait PAYRAUDEAU, il y a un siècle (1826) : « Déjà
la science est trop surchargée de doubles emplois et si c`est un
défaut de trop restreindre le nombre des espèces c’en est un bien
plus grand encore de les trop multiplier. >>A '
· Nous sommes convaincu d'ailleurs que l’étude du développement
de beaucoup d’espèces, même très communes, dont les formes jeunes
sont encore inconnues, réserve de nombreuses surprises. On recon- '
naîtra que bien des espèces, et même des genres, ne sont que des
formes jeunes ou des stades post—larvaires de ces espèces banales,
ainsi qu’il nous a déjà été donné d’en fournir des exemples.
ll faut tenir compte de ce fait, trop souvent perdu de vue, et sur
lequel HERPIN (1926) a attiré l’attention, que certaines Annélides

rnânca 3
renferment des produits sexuels bien avant d’avoir acquis leur
développement complet et leur forme définitive (î).
Depuis quelques années, l’usage se répand de plus en plus ——
I surtout de l’autre côté de l’.\tlantique — de se reporter au type
déposé dans un musée plutot qu’à la diagnose originale. Cet usage,
poussé à l’excès, paraît avoir plusieurs inconvénients. D’abord,
surtout quand il s‘agit de matériel ancien, les types sont bien
sujets à caution et l’on n’est pas toujours bien sûrde leur authenticité.
Les erreurs de flacon et d’étiquette sont si faciles! Ensuite on est
ainsi amené à prendre.pour spécifiques des caractères individuels.
C'est ce que nous voyons trop souvent. Tout spécimen différent,
si peu que ce soit, du « type » est considéré comme une espèce
nouvelle et on arrive ainsi à décrire comme des nouveautés plus
de la moitié des espèces d'une seule expédition! Il est vrai que cela
llatte l’amour-propre de ceux·quî ont recueilli les collections et de
l'auteur qui les décrit. Reste à savoir si cela fait avancer la science?
Nous estimons que l'on doit d’abord se reporter à la diagnose
originale. Une diagnose bien faite n’est pas une description minu-
tieuse d’un seul individu mais un résumé des caractères génériques
ou spécifiques, communs par conséquent à toutes les espèces du
genre, à tous les individus de l’espèce. Les caractères purement
individuels en doivent être exclus. Elle est encore plus parfaite
quand_elle indique les limites de variabilité des caractères génériques
ou spécifiques, ce qui, malheureusement, ne peut être réalisé qu’après
une longue étude de spécimens nombreux d’àge et de provenances
différents.
Le recours au type est utile et souvent nécessaire pour compléter
et préciser une description, pour comparer des espèces voisines et
débrouiller une synonymie. C’est ce que nous avons fait toutes les
fois que nous en avons eu la possibilité. Mais lorsqu’une· diagnose
est tellement incomplète ou inexacte qn’elle est en contradiction avec
les caractères proprement spécifiques ou génériques observés sur
l°animal il faut la tenir pour nulle et non avenue. En ce cas, il n'y a
pas lieu d’appliquer la loi de priorité sous prétexte que l’on a vu
le type et qu’on l’a trouvé identique à une espèce bien décrite posté-
(1) Certains Néréidlens et Nicolca soxtericola, par exemple.

4 rnxâmcxs
rieurement. Il faut laisser de côté tous ces vieux noms invérifiables
` que chacun interprète à sa façon et dont la résurrection bouleverse
à`chaque instant la nomenclature sans aucun avantage.
Comme dans la première partie, nous donnons, pour chaque espèce,
non la bibliographie complète que ne comporte pas le cadre de cet
ouvrage, mais tous les synonymes, avec l’indication, pour chacun,
d’une ou plusieurs références choisies parmi les meilleures ou les plus
facilement accessibles. ·
I./index bibliographique comprend : le tous les· ouvrages cités
dans ce volume; ‘.2° toutes les notes ou mémoires, relatifs à la faune
de nos côtes parus depuis la publication du premier volume; à
l’exception de ceux qui traitent uniquement de l’anatomie ou de
l`histologie sans détails utiles pour la biologie ou la systématique.
· Malgré la somme considérable de travail que nous a demandé,
pendant de longues années, cette Faune des Polychètes, nous n`av ons
que trop conscience de ses imperfections. Que de questions se
posaient dont nous ne pouvions poursuivre la solution et qu`il nous
:1 fallu trancher provisoirement!
Puisse cette Faune rendre quelques services à. nos successeurs
et leur fournir un instrument pour faire mieux et avancer nos con-
naissances sur les Annélides; c‘est la notre vœu le plus cher!
Angers, 15 marsti)27.

S.-CL. POL YCHE TES SEDEN TAIRES
Corps souvent divisé en régions distinctes. - Tête petite, peu dis-
_ tincte ou profondément modifiée. - Pieds presque toujours simples, les
rames ventrales, souvent en forme de tores ou de pinnules, armées de
soies à crochet ou d’uncz'nz'. Branchies ordinairement limitées à une région
déterminée. -- Trompe dépourvue de mâchoires. — Habituellement tubi·
coles.
i _ TAnx.EAU mas Faurnmzs.
1. Corps divisé en régions bien tranchées ......... 8
— Corps non divisé en régions bien tranchées ....... 2
2. Corps à segments nombreux. Pas de branchies anales, pas de
large bouclier ventral ...... ` ......... 3
— Corps très court, renilé, à segments peu nombreux. Des bran-
chies anales filiformes. Un grand bouclier ventral bordé de soies
raides .......... F. Sternaspididae, p. 216
3. Des palpes tentaculiformes ............. 4·
— Pas de palpes tentaculiformes ............ 7
4. Deux gros palpes tentaculiformes sur le prostomium .... 5
-—- Une_ ou plusieurs paires de palpes groupées sur les segments
antérieurs. Des branchies simples, filiformes, au—dessus des pieds.
Des soies capillaires et des soies aciculiformes. Prostomium
conique, sans appendices .... F. Cirratulidae, p. 88
5. Deux palpes et 2 faisceaux de branchies subulées rétractiles
dans un siphon buccal. Une cage céphalique formée par les soies
des premiers pieds dirigées en avant. Corps couvert de papilles.
............ F. Chloraemidae, p. 112
- Deux longs palpes canaliculés, non rétractiles dans la bouche. _
Pas de cage céphalique .............. 6 •
6. Palpes sans ventouses. Des lamelles pédieuses redressées et des
branchies dorsales cirriformes. Des soies à crochet encapuchon-
nées ............. F. Spionidae, p. 26
il —- Palpes garnies de papilles en forme de ventouse. Pas de bran-
chies. Prostomîum ovale, grand, aplati. F. Magelonidae, p. 64
l .

6 FAUNE nn runes. —— rotîcuàrzs sɤnN·rAm1;s_
-· Cirres dorsaux et ventraux antérieurs allongés en fiole ou tuyau-
. tés. Des branchies latérales filamenteuses. Soies de formes très
variées ............ F. Disomidae, p. 66
7. Une antenne médiane. Des cirres dorsaux et des branchies dor-
sales foliacées. Des soies capillaires et des crochets encapuchon-
nés ............. F. Paraonidae, p. 70
—— Prostomium avec ou sans 2 courtes antennes; 2 rames pédieuses
plus ou moins développées. Des soies capillaires et des soies en
fourche. Pas de crochets .... F. Scalibregmidae, p. 122 '
—— Prostomium obtus, sans appendices, ou entouré d’une couronne
de lobes laciniés. Pas de branchies. '1`ores ventraux à nom-
breuses rangées d’uncini tres petits. Tube de sable ..... _
. ........... . . F. Oweniidae, p. 202.
— Prostomium en carène ou en plaque limbée, sans appendices.
Pygidium en plaque ou en entonnoir garni de cirres. Pas de
branchies. Soies dorsales capillaires. Des tores ventraux à longs
crochets sigmoïdes ....... F. Maldanidae, p. 167 `
8. Un panache branchial terminal à nombreux filaments garnis de
barbules. Prostomium indistinct. Les uncini, ventraux dans la
région thoracique, deviennent dorsaux dans la région abdomi-
nale. Un tube membraneux ou calcaire ......... 17
— Pas de panache branchial terminal .......... 9
9. Des soies modifiées (pelées) formant un opercule obturantle tube. 1 6
· —— Pas de soies formant opercule ............ 10
10. Prostomium conique ou obtus, sans appendices. Branchies sur
dc nombreux segments .... ` .......... 13
-—— Prostomium plus ou moins distinct. Une paire de palpes tentacu-
liformes ou de nombreux filaments tentaculaires ...... 1 1
11. Prostomium avec ou sans 2 petites antennes. 2 longs palpes
canaliculés. 2-3 régions très modifiées; l’antérieure courte, à pieds
uniramés avec des soies spéciales au 4** sétigère. Rames dorsales
` postérieures dressées. Des uncini en étrille. . _ ...... ' .
............ . F. Chaetopteridae, p. 75
——· Pas d’antennes. Un voile céphalique et de nombreux filaments
tentaculaires. Des tores ventraux à uncini pectiniformes. . . 12
12. Filaments tentaculaires rétractiles dans la bouche. Prostomium
distinct. 3-4 paires de branchies subulées insérées sur les pre-
miers segments ....... F. Ampharetidae, p. 225
-— Filaments tentaculaires non rétractiles dans la bouche. Prosto-
mium indistinct. Branehies ramifiées ou rarement subulées, au
nombre de 1 à 3 paires insérées sur les premiers segments. Elles
manquent parfois. . . . ..... F. Terebe11idae,_p. 210
13. Des tores uncinigères ............... 15
—-— Pas de tores uncinigères ............. 14

Amcunan 7
14. Des soies capillaires crénelées et des crochets acieulaires. Pieds
et branchies bien développés et relevés sur le dos dans la région ` .
abdominale ........... F. Ariciidae, p. 7
—- Soies toutes capillaires. Pas de lamelles pédieuses. Branehies
latérales ligulées. Prostomium'c0nique, aigu .......
.............. F. Opheliidae, p. 128
15. Prostomium obtus. Une région antérieure abranche, une région
moyenne à branchies dorsales arborescentes, non rétractiles, et
souvent une région caudale sans soies ni branchies .....
............. F. Arenicolidae, p. 159
·— Prostomium conique. Une région antérieure abranche, une région
postérieure à branchies simples, rudimentaires ou nulles, ou
parfois multifides et alors rétractiles dans des poches latérales.
Dans la région abdominale, des tores dorsaux et ventraux à cro-
chets sîgmoïdes, encapuchonnés. . . F. Capitellidae, p. 139
16. Opercule formé par 2 peignes antérieurs de grosses soies dorées.
Région postérieure (seaphe) petite et très modifiée, avec des cro-
chets à la base. 2 paires de branchies antérieures feuilletées.
Tube conique, de sable aggloméré, que l’animal traîne avec lui.
............ F. Amphictenidae, p. 218
—- Deux gros pédoncules operculaires portant une couronne de
palées. Branchies dorsales nombreuses. Région caudale non
segmentée, sans soies ni branchies. Tubes de sable, fixés et
souvent agglomérés en masses considérables ....... ‘
....... . .... F. Sabellariidae, p. 205 '
17. Pas d‘0percule. Pas de membrane thoracique. Tube muqueux
ou membraneux ......... F. Sabellidae, p. 293
—- Un opercule en général. Une membrane thoracique. Tube cal-
' caire ............ F. Serpulidae, p. 346
F. ARICIIDAE Aunoum et AIILNE·ED\VARDS.
[Ariciens].
Corps vermiforme, à segments très nombreux, divisé en 2 régions : une
thoracique plus on moins aplatie et élargie, une abdominale, beaucoup plus
longue, plus ou moins cylindrique (fig. 1, a). ·~ Prostomium conique, cylin-
drique ou globuleux, sans appendices, avec. parfois, 2 petits yeux. 2 organes
nucaux ciliés. Trompe inerme. -— Parapodes biramés avec des acicules. Bran-
chies dorsales simples, fortement ciliées. Un cirre dorsal. Dans. la région
thoracique, les rames ventrales sont en bourrelet comprimé, frangé ou non de

8 FAUNE ma FRANCE. —·· 1>oLYcuÈ'1·Es SÉDENTAIRES
papilles avec plusieurs rangées de grosses soies (fig. 2, c, d). Dans la région:
· abdominale, la rame ventrale est bilobée, dressée verticalement, avec ou sans
cirre ventral (2, e). Il existe en outre généralement entre les deux rames un
cirre intermédiaire qui peut être remplacé par un organe latéral en bouton.
Parfois des rangées transversales de papilles ventrales a un certain nombre
de segments antérieurs. Scies toutes simples, de formes très variées : capil-
laires crénelées, gros crochets, faux crochets, soies mucronées, en fléau, four-
chues, en lancette, en épieu. Des organes ciliés dorsaux (fig. 4, cl. Parfois
des statocystes 'métamériques. - Pygidium à 2 ou 4 urites.
Remarques. -— La famille des Ariciens~ est intermédiaire entre les Errantes
et les Sédentaires. Elle possède des parapodes abdominaux rappelant ceux des
, premières et·également pourvus d’acicules, mais ses rames ventrales thora-
ciques sont munies de crochets ou uncini comme chez les Sédentaires et le
prostomium réduit est dépourvu d`appendices. .
EISIG·(1914), qui a publié sur cette famille un volumineux mémoire, attache,
comme la plupart des auteurs précédents, une grande importance au nombre
des sétigères thoraciques et au rang du segment où se montre la première
branchie. Ces deux caractères sont pourtant loin d’avoir la fixité qu'on leur
attribue, Ainsi qu'E1s1c l’a reconnu lui·même d’ailleurs, le nombre des seg-
ments thoraciques augmente avec l’âge par transformation des premiers seg-
ments abdominaux qui acquièrent peu à peu des uncini. L’attributîon des
segments ainsi en voie de modification est délicate, c’est ce qui avait con-
duit ne SAINT-Josrru à décrire une~région intermédiaire entre le thorax et
l’abdomen. Alors que l’on admet une variation de quelques segments à la
région thoracique dans plusieurs espèces, il est difficile d’en faire un caractère
spécifique pour d’autres, surtout quand 1’on rencontre des cas intermédiaires.
Avec Exsic, nous distinguerons dans les soies les formes suivantes : 10 les
soies capillaires, longues minces, plus ou moins droites ou arquées et créne-
lées c’est·à-dire dont une des faces porte des plaquettes transversales dente-
lées (fig. 1, b). Ces soies, analogues à celles des Nephthys, peuvent présenter c
des différences notables suivant qu’elles appartiennentà la région thoracique
ou abdominale, à la rame ventrale ou à la rame dorsale. Leur aspect vario
beaucoup suivant qu’elles sont vues de face, de profil ou de trois quarts;
20 les crochets subulés (subuluncini), grosses soies terminées en pointe fine
crénelée facilement caduque (e, f). Lorsque l’extrémité cassée est arrondie
par l’usure, ces soies simulent des uncini. On les rencontré dans les genres
Nainereis et T/zeostoma; 30 les soies en fléau, spéciales au genre Scolaricia,
terminées par un appendice grêle (d); 40 les soies bifurquées ou fourchues à
branches généralement courtes, épaisses, inégales et ciliées (g); 50 les uncini
ou vrais crochets, grosses soies, jaunes ou brunes, formant des rangées verti-
cales imbriquées aux rames ventrales thoraciques. Leur extrémité recourbée
se'termine en pointe mousse avec·unc sorte de capuchon comme un bec
d’oiseau (1,k, 1); 60 les crochets mucronés (cauduncini) portant un petit
appendice grêle (1, m); 70 les faux-crochets (pseztduncini), crochets plus grêles
à extrémité élargie et évidée qui accompagnent les glandes défensives de cer-
taines Aricia (1, n); 8° les grosses soies en épieu et les grandes soies lancée-
lées spéciales à ces espèces (0). Les acicules dorsaux sontordinairement minces,

ARICIIDAE 9
efïilés, droits ou coudés, ceux de la rame ventrale, plus massifs, souvent
sigmoïdes, sont arrondis à Pextrèmité (I1, il.
Les organes cîlîés dorsaux forment des bourrelets transversaux, des pla-
ques médianes en forme d’ancre ou de fleur de lis ou paires et arrondies ou
ovales. La présence d’un cirre intermédiaire entre les deux rames est un carac»
tère très important des Aricia. Ce cirre peut cependant manquer. Dans les
autres genres, il est parfois remplacé par un organe latéral en bouton cilié
qu’Eisio considère comme homologue (Scolaricia, 'Scoloplosj.
Enfin, dans les genres Nainereis et T/ieostoma, un certain nombre de
segments portent, à la face dorsale, une paire d’otocystes, ou mieux·sfato-
cystes métamériques (fig. 8, s).
ASC  lg , ' . I": x
  ` î Ã `
  l b él
ot É? l ‘ ' r
il ·s"" j* ' _
`  · tf
É}  · ll    
  :>'”'§y   ‘ m ” 5: »
  Ã'? ·« Y  ·
·a'\il;.il4·*.<'·. gv-yg l
sa _  «
(É `lïfz ·9¢;Éâ · : Z ` '
   È U,}  , Y  f
  `1`É ` ‘|   un
5M, ,‘ ’€ p .
Q. \  É ç È    C ·
NYW •
, 0 t cl c g L k L _
Fxo. 1. — Ariciens : a, Aricia Cuvieri, grandeur naturelle; b, détails de Pornemen-
tation des soies capillaires, face et profil X 500; c, soie capillaire X 200; d, soie à
fléau de Scolaricia X 400 (d’après Exsxo); e, f, subuluncinus intact et usé X 400; g,
· soie fourchue X ·100;h, acicule ventral X 160; i, acicule dorsal X 160; k, l, crochets
ou uncîni, face et profil X 350; m, crochet mucroné ou cauduncinus de 7`heostoma
x 400; n; faux crochet ou pseuduncinus d’A ricia foetida X 400; 0, soie en épieu X
160. ·
_ TABLEAU mas cannes (‘)
1. i" segment (buccal) achète. Trompe molle plus ou moins lobée. 2
— l" et 2° segments achètes. Trompe musculeuse, lissc ....
............... G.· Theostomaj p. 24 _
[I) D’après Eme, légèrement modifié.

-10 FAUNE nn Fimivcs. —- ronrcnèrns sénnnmmss
2. Prostomium conique, aigu ..........,.. 3
—- Prostomium arrondi ......... G. Nainereis, p. 21
3. Rame ventrale des parapodes thoraciques non échancrée. . . 4
—- Rame ventrale des parapodes thoraciques divisée en 2 par
une échancrure .... · ...... G. Scolaricia, p. 19
·4. Ptames ventrales thoraciques sans papilles pédieuses ou seule-
ment avec 1-3 ........... G. Scoloplos, p. 20
- Rames ventrales thoraciques ' avec de nombreuses papilles
pédieuses en série verticale ....... G. Aricia, p. 10
· I G. ARIGIA Savioxv.
[Orbinia Qoyrneraons, Phylo Iiiruzeno].
. Prostomium conique. Parfois 2 yeux. 1**1* segment (buccal) achète. Trompe
molle à lobes formant rosette autour de la bouche. — Une paire de branchies·
lancéolées, dressées, à tous les segments, sauf aux antérieurs. Région thora-
·cique plus ou moins élargie et aplatie, région abdominale, beaucoup plus
longue, de section demi-cylindrique. Parapodes thoraciques à cirre dorsal
dressé, 1 faisceau de soies capillaires crénelées; rame ventrale en bourrelet
avec plusieurs rangées de gros crochets jaunes ou bruns et parfois 1 grosse '
soie en épieu. Des papilles pédieuses; souvent des papilles ventrales en cein-
ture plus ou moins complète à un certain nombre de segments (fig. 2, a). Dans
la région abdominale, à la 1·ame dorsale, un cirre dressé, des soies capillaires
et des soies fourchues, souvent un cirre intermédiaire. Rame ventrale bîlobée
à soies capillaires. Un cirre ventral. Des organes sensitifs dorsaux ciliés, en
forme d'ancre ou de fleur de lis, à partir du 8'3-10e sétigère. —— Pygidium à
2 longs urites filiformes. _
1_. De grosses soies cn épieu ou lancéolées à un certain nombre de
segments thoraciques (fig. 4, il ........... 4
—— Pas de soies en_épieu. 1'° branchie au 5°-6° sétigère .... 2
2. 34~39 sétigères thoraciques. Cirre intermédiaire nul ou rudimen-
taire. Pas de soies fourchues ...,... A. Bicreti, p. 13
-— Un cirro intermédiaire bien développé. Des soies fourchues. . 3
3. 22-24 sétigères thoraciques ....... A. Cuvieri, p. 12
—- 31—36 sétigères thoraciques .... _ . . A. Latreillii, p. 11
4. Pas de papilles ventrales ....... A. norvegica, p. 17
— Des papilles ventrales (fig. 5, l) ........... 5
' 5. Pas de cirre intermédiaire ....... A. Kupfferi. p. 18
- Un cirre intermédiaire ...... . ........ 6
6. Branchies à partir du lie-GB sétigère. Grosses soies lancéolées sur
ai:. sétigères (figl 5, l').* . . . ` . . ' . ` . . A. Grubei, p. 16

LRICUDAE . 11*
·-— Branchies à partir du 6°-9° sétîgère. Grosses soies en épieu du
11°-12° au dernier sétigère thoracique. Odeur allîacée ....
................. A. foetida, p. 14
b ' ''`' ‘
b ' , lt C L
>ë";— 4 ,5,4. É ?·:~.
  >’- ‘· ii?-<
. _,- 4,,; . is ·;g_ `·‘ltî·_
  I` lv  •\»v
. * \
i ‘ f l? ·
M, x\ U
1 1 1 /
 2 · ll f? `
i  .
% ‘  l« ll`,
L I É    ` i 9 L
x` / ·  ' / - ,
· _.1‘ _ - ; _,«,E_,3_,: :. ._ _ _4 ¢}/ }»</
  ,     .      9 " f '· 1/
"I    A  ëîêî g s SE sê ‘
__    iii 3 È?   -
I IU u. s · ° ?   ·
Fial 2. —— Aricia Latreillii : a, région antérieure, de profil >< 4; b, région antérieure,
vue d’en dessus >< 6; c, 16* pied >< 10; d, 26· pied >< IO; e, parapode abdominal
>< 25; 1, crochet >< 400; g, structure d’une soie capillaire >< 400; h, acicule ventral
abclominal >< 400; 1, acicule dorsal >< 400; k, soie en fourche >< 400.
` A. Latreillîi Aunouix et M.-Eowauos. Fig. 2, a-ki — Aricia Latreillii
Aunouxri et M.·EnwAuns 1834, p. 259; Sauv·r—J0sm>rx 1894, p. 85, pl. v.
lig. 109-118; Mc Iiwosu 19lO, p. 502, pl. 1.vr, fig. 1; Eisic 1914, p. 340.
A. longîthorax Exsic 1914, p. 324, pl. xvm, fig. 15-26.
Corps aplatî du côté dorsal, convexe à la face ventrale, très long et
très fragile; iusqu’à 300-400 sétigères (2, al. —— Prostomium en cône obtus,
sans yeux (b). 30-34 sétigères thoraciques. — Branchies à partir du 5° séti-
gère (rarement 6°), larges, lancéolées. A la rame dorsale, un eirre dressé,
des acicules et un faisceau de soies capillaires crénelées; rame vcntralc
en bourrclet comprimé frangé de 12-25 papilles coniques (c, d), il en per-
siste une jusqu’au 40¤—43° sétigère; 3 à 4 rangées de gros crochets jaunes
ou orangés, rccourbés, à extrémité arrondie fendue en bec, à bord; con-
vexe crénelé, les postérieurs sont plus gros_que les antérieurs (f); des _

12 mena nn rmivcn. -— ronrcnàrns sénsnminns
soies capillaires semblables aux dorsales. Des papilles ventrales coni-
ques, aiguës du 22°-23** au 42**-552 en ceinturo plus ou moins complète
de 25-30 de chaque côté, disposées sur 1 ou 2 rangs du 25e au 36° (a). —~
Dans la région abdominale, un cirre dorsal cultriforme (e), des acicules
pointus (h, i), un faisceau de soies capillaires différentes des thoraciques,
4-5 soies fourchues à branches inégales ciliées intérieurement (k), un
cirre intermédiaire subulé, une ·rame vientrale à 2 languettes inégales
avec 4-5 soies crénelées plus fines que les dorsales et 2 acicules, un petit
cirre ventral conique obtus. Pas de soies en épieu ni de glandes défen-
sives. - Pygidium à 2 longs urites très grêles.
L. jusqu’à 30-40 cm., sur 4-5 mm. —— Rose chair antérieurement, jau-
nâtre postérieurement. lnodore. `
A mer basse, dans le sable propre ou demi·vaseux.
Mer du Nord (S'-Andrews); Manche; Atlantique; Méditerranée (Naples R. Pt.),
A. Cuvierî Aunoum et M.-Enwanns. Fig. 3, e·l. - Aricia Czwieri
· Aunounv et M.-Envvanns 1834, p. 258, pl. vu, fig. 5-13; Lo Bianco 1893,
p. 24, pl. 11, fig 6; SAINT··lOSEPH 1894, p. 91, 1906, p. 167; Mc lN*rosH1910,
p. 497. - Var. perpapillaia Eisxc 1914, p. 334, pl. xi, fig. 10, xv,
Hg. 18-20, xvm, fig, 1-14. — ? A. sertulata Savxcnr 1820, p. 36.
Corps massif, long et fragile, aplati antérieurement (3, I). .lusqu’a
400 sétigères. —- Prostomium conique aigu, sans yeux. - 22-24 sétigères
thoraciques. Branchies à partir du 5* sétigère, larges, lancéolées. A la
. rame dorsale, un cirre dressé, des acicules et un faisceau de soies capil-
laires crénelées; rame ventrale en bourrelet comprimé (g), les 5 premières
lamelles ventrales semi-circulaires, les suivantes ovales allongées. Celles
de la région thoracique et les premières abdominales, jusqu’au 27°-31** sé-
tigère, frangées de 10-15 papilles coniques aiguës; 3 à 5 rangées de gros
crochets jaunes, recourbés, à extrémité obtuse, ceux des rangées posté-
rieures légèrement crénelés et notablement plus gros et plus recourbés
que les antérieurs (f). Des papilles ventrales coniques, aiguës du 17°-20g
au 27**-322 34* sétigère, en rangées transversales plus ou moins com-
plètes. -— Dans la région abdominale, un grand cirre dorsal cultriforme (h),
un faisceau de soies capillaires différentes des thoraciques, des acicules
pointus (i, k) et des soies fourchues à branches épaisses, inégales, ciliées
intérieurement (e), un cirre intermédiaire allongé; une rame ventrale à
' 2 languettes peu inégales avec quelques soies crénelées, plus fines que
les dorsales et 1-2 acicules, un petit cirre ventral conique obtus. Pas de
soies en épieu ni de glandes défensives. — Pygidium à lobes obtus et à
2 longs urites grèles, très caducs. ·
L. jusqu’à 30 cm. sur 5-6 mm. de large. - Rouge foncé antérieure-
ment, brun grisâtre postérieurement.
_ A nier basse dansle sable demi-vaseux et dans les dragages sur fond de sable.

Amcxuma i 13
•Mer du Nord, Mer d’IrIande, Manche, Atlantique, Méditerranée (Naples R.
_R.).
Van. perpapillata E1s|o191â, p. 334. — 23-24 sétigères thoraciques. Des
papilles pédieuses jusqu'aux 7 premiers segments abdominaux (31' sétigère).
Papilles ventrales du 16° au 20° sétigère, très petites, aiguës, nombreuses (jus-
qu'it 25-30) et en partie sur 2 rangs. — Naples. Un seul exemplaire tronqué,
. · '. ,
. ` . D  
` - "  
m m
..  si
I  .._, , "
Il ' Li
1 L  
  I N.  t g . ‘ \
  ···  œ  
· _;:§$    
.:·;· ·`:§ . §m·,‘ Q 
=** 6 C 9 · L  
Fm. 3. -—— Aricia Bioreti : a. 21· pied >< 22 ; b, parapode abdominal >< 22; c, d, cro-
chets, face et profil >< 400. — Awicia Cuvieri : e, soie fourchue >< 400; f, crochet
>< 160; g, 10· pied >< 20; h, 75· pied >< 25; i, acicule dorsal >< 160; k, acicule ventral
abdominal >< l60; 1, région antérieure, de profil X l.
A. Bioreti F.wvni.. Fig. 3, a-d. —· .lrz'cia Bioreti Fauvar. 1919 a, p. 2,
fig. 2, 1919 b, p. .430, pl. xvi, tig. 52-56.
Cor s demi-c lmdri ue, a lati antérieurement, à nombreux sétivères.
P _ Y _ (1 P _ _ e
— Prostomium petit, conique, aigu, sans yeux visibles extérieurement.
34-39 sétigères thoraciques. —- Branchies à partir du 5°-6** sétîgère. A la
rame dorsale, un large cirre lancéolé, des acicules et un faisceau de soies
capillaires crénelées; rame ventrale bordée d’une lèvre postérieure
semi-circulaire frangée de papilles c0niques.dont il en persiste une jus-
qu’au 54• sétigère (3, a); plusieurs rangées verticales de groscrochets
jaunes ou rougeâtres un peu recourbés, sans crénelures et terminés en

14 muxn na rrmvca. —— ronvcnizras sénaxrnmas
pointe arrondie fendue ou limbée (c, d), ils sont accompagnés de quelques-
fines soies capillaires. Des papilles ventrales coniques du 29°-31* jus-
qu‘au 49°—57°, en ceinture plus ou moins complète de 30-32 de chaque
côté, sur 1-2 rangs du 29° au 49°. —— Dans la région abdominale, un grand·
cirre dorsalen large couperet, des acicules, un faisceau de fines soies-
capillaires différentes des thoraciques, pas de soies en fourche, un cirre
intermédiaire rudimentaire en tubercule conique ou globuleux; une rame
ventrale à 2 languettcs inégales avec un gros acicule jaune et quelques
soies plus fines que les dorsales, un petit cirrc ventral conique ou trian—·
gulaire (b). Pas de soies en épieu. — Pygidiurn long, cylindrique à
3 lobes arrondis avec 2 longs urites très grêles.
L. plus de 13 cm., sur 3 mm. — Coloration, dans l`alcool, gris jaunâtre
ou rosé. '
A mer basse, dans le sable. -— Atlantique (Noirmoutier, 1 seul spécimen). —
Madagascar. . '
A. foetida CL.xi>AnÈnE. Fig. 4, a-l. — Aricia foetida CLAPARÈDE 1868,-
p. 306; Lo Bianco 1893, p. 24, pl. 11, fig. G; SAlNT···f0SEPH 1894, p.`92,
pl. iv, fig. 105-108; Fauvar. 1907, p. 1, 1919, p. 429, 1924, p. 523; Eisre
1914, p. 279, pl.x1, fig. 1-9, XII, xm, xxv. A. lrgustzîm Onnaxni 1896,
p. 12, pl. II, fig. 3-12; Riou 1917, p. 3. A. ramosa Ersrc 1914, p. 321,
pl. xv, fig. 10-17, xvi, fig. 17-36. A. imitmzs Exsxt; 1914, p. 317, pl. xv,
· fig. 1-9, xvr, fig. 1-16. Aaliàeriana (pro pa1·te)AUGENi=;a 1918, p. 416.
Corps effilé. 300 à 400 sétigères. —— Prostomium petit, conique avec·
2 taches oculiformes disparaissant souvent dans l’alcool (4, h). — 20 à 32‘
(parfois 39) sétigères thoraciques.·Branchies à partir du 6**-9E sétigère,
lancéolées, étroites. A la rame dorsale, un cirre lancéolé, un faisceau de·
soies capillaires crénelées, avec 3-4 acicules géniculés; rame ventrale en
bourrelet à lamelle semilunaire frangée de papilles coniques·(13 à 1S)·
dans la région thoracique seulement, persistant rarement sur 1-2 segments-
abdominaux (i); plusieurs rangées de gros crochets jaunes ou rougeâtres
à extrémité recourbée obtuse fendue en bec (d, e), les postérieurs sont
plus gros que les antérieurs et sont peu ou pas crénelés, ils sont accom-
pagnés de soies capillaires semblables à celles de la rame dorsale. A partir
du 11e-12* sétigère jusqu’au dernier thoracique, une grosse soie foncée
en épieu canalicnlé (I) accompagnée de pseudocrochets (h) et de glandes
défensives. Des papilles ventrales coniques, plus ou moins aiguës, du 15°-
'28° au 23*39** sétigère, formant ceinture complète à un certain nombre
de segments et parfois disposées sur 2 rangs (a). —— Dans la région abdo-
minale, un cirre dorsal cultriforme, un faisceau de soies capillaires dif-
férentes des tlioraciques, des acicules droits (g), des soies fourchues à
branches courtes, inégales, ciliées intérieurement.(f), un cirre intermé-
diaire subulé; une rame ventralc à 2 languettes inégales, pointues, avec
un faisceau de fines soies capillaires et 2 acicules renflés à Pextrémité;

micxxnm · 15-
un petit cirre ventral conique aigu·(k). -’Pygidium à lobes obtus et à
2 longs uritcs filiformes, très gréles et très caducs. _
L. 15 à 20 cm., sur 3 a 4 mm. de large. - Coloration rose tendre ou
¢   '· I
€ pas rb
"‘ w 9 #
‘|
,_4g.=g¢  `~ \`·     tt
ul f:‘¥!·, ·    ‘ f V    
~zuh¤\ i  
  D W 0 ·v*" ,
  X \¤  
, ., \ —e ) ·g
  '  J
1 '»-: ·
  . 5  :22;. L
     L:}.
     ·= . L
  g lv ">» 
F10. 4. -— Aricia fœtida. : a, région antérieure x 5; b, tète et premiers segments >< 6:
c, organe dorsal >< 10; d,e, cr0chets>< l00; f, soie en fourche >< 400: Q, acicule ven-
tral abdominal >< 400; h, faux crochet en pseuduncinus >< 400; i, 20° Pied x 30; ky-
28· pied x 30; l, soie en épieu >< 150.
rouge sang, abdomen verdàtre chez les Q à maturité, blanchâtre chez
les (52 Odeur putride; alliacée, très pénétrante.
A mer basse dans le sable vaseux et le sable fin et dans les dragages côtiers
r à très faible profondeur il à 6 m.) sur fonds de sable ou de vase.
Manche, Atlantique, Méditerranée. — Qcéan Indien (Madagascar); Afrique
tropicale.
' Celle espèce présente une assez grande variabilité en ce qui concerne le seg-
ment où apparaîssent les branchies, le nombre des sétigères thoraciques, le
nombre et la répartition des papilles pédieuses. Eme attachant trop d’impor-
tance à ces variations a été amené à la diviser en trois espèces. Il faudrait en créer
encore quatre nouvelles pour les spécimens d’Adjim, de l’Atlantique,d'Afrîque,
et de Madagascar si l'on admettait les vues d’E1sm. Ces formes nous paraissent
plutot représenter des variétés, ou des races locales, que l'on peut distinguer
de la façon suivante :

16 FAUNE DE FRANGE. -— POLYcnÈ*rEs sÉnnNTMnEs
1. Branchies à partir du 6**-7° sétigère. ............ 2
-—- Branchies à partir du 9° sétigère (rarement Ss) ......... 3
,2. 20 à 23 sétigères thoraciques .......... van. 11'gustica
—··- 27 à 31 sétigères thoraciques ....... vim. 'Iiberîana Anuman
—— 36 à 39 sétigères thoracîques ....... via. ïaustralis Fiuvm.
3, 20 à 22 sétigères thoraciques, papilles ventrales jusqu'au 23° (parfois
sur 2 rangs) . . . · ............ van. adjimensis
-··- 23-26 sétigères thoraciques. papilles ventrales jusqu’au 29* (sur un seul
rang) ................ van. foetida. (typical
~ 25-26 sétigères thoraciques, papilles ventrales jusqu’au 342-39** (sur plu-
sieurs rangs). ................ VAR. imitans
- 30-32 sétigères thoraciques, papilles ventrales jusqu'au 31e-37* (sur
2 rangs a quelques segmentsh . . . · ..... van. atlazztica
VAR. Iigustica ORLANDI.1896, p. 12, pl. tt, fig. 3-12. A. ramosa Exsxu 1914,
p. 321, pl, xv, lig. 10-17. —- Branchies à partir du 7° sétigère, parfois 6**, et quel-
quefois ramiliées, ainsi que les cirres dorsaux. 20-23 segments thoraciques. Pa-
pilles ventrales du 15*-16e sétigère jusqu`au 22°-23**, au nombre d’une vingtaine,
petites, pointues, disposées sur un seul rang. - L. 4 à 8 cm., sur 3~4 mm. -
Dans la vase. ·- Gênes, Naples, Bone, Malaga.
VAR. adjîmensis Fauvm. 1924, p. 525. —- Branchies ai partir du 9° sétigère,
20-22 segments thoraciques. Papilles ventralesdu 15*-16° au 22e-23*, au nombre
de 12-13 de chaque côté, sur un seul rang ou en rangée alternante ou double a
quelques segments. ll en persiste parfois 1-2 aux 2 premiers segments abdomi-
naux. 8-10 papilles pédieuses. — L. 5-6 cm. —- Vase littorale. —- Tunisie (Adjim).
, VAR. foetida typica Eisxo 1914, p. 279. - Branchies àpartir du 9·= sétigère.
23-26 sétigères thoraciques. Papilles ventrales du 18° au 29* sétigère, 14 au
, maximum, sur un seul rang. 10-13 papilles pédieuses. —- L. 15 a 17 em., sur
3-4 mm. —- Sable vaseux et sable pur à 1-6 m. de profondeur. —- Naples.
VAR. imîtans Eism 1914, p. 317. — Branchies à partir du 9* sétigère. 25-26
sétigères thoraciques. Papilles pédieuses du 17E au 296 sétigère et même jus-·
qu’au 34"—39°, au nombre de 25 et sur plusieurs rangées à quelques segments.
13 papilles pédieuses. — L. 12 cm., sur 2-3 mm. - Dans le sable, à 8 m.· de
profondeur. - Naples.
Van. atlantica, FAUVEL 1914, p. 526. — Branchies à partir du 9ë sétigère,
rarement 80. 30 à 32 sétigères thoraciques. Papilles pédieuses du 17e-18e seti-
gère au 32e-388, très nombreuses, jusqu’a 25-30, et sur deux rangs à plusieurs
segments. 12 a 18 papilles pédieuses. -— L. jusqu’à 15-18 cm. —— Sable pur et
sable vaseux ai mer basse. — Manche (St-Vaast, Cherbourg, Dinard, Terrénèsl ;
Atlantique (Noirmoutier, Hé, Yeu, Arcachon, Santander).
A. Grubei Mc. Imosu. Fig. 5, a-g. —Aricia GrubeiMc Iivrosu 1910, p. 505,
pl. Lxxxv, fig. 8, Lxxxvxr, fig. 1; FAUVEL 1914, p. 223; Eisu; 1914, p. 360.
Prostomium conique. 15 sétigères thoraciques. -- Branchies à partir
*N’nppa1·tient pas à notre faune. ·

Anxcnoma 17
du 6** sétigère, larges, lancéolées. A la rame dorsale, un cirre dressé, des
acicules et un faisceau de soies capillaires crénelées; rame ventrale en
bourrelet comprimé frangé de papilles coniques (5, a), plusieurs rangées
de subuluncini (e, d) à extrémité parfois cassée et arrondie et des soies
capillaires. Des papilles ventrales pointues du 13* au 1(i“-1S° sétigère. Aux
3 derniers sétigères thoraeiques, 4 grosses soies brunes lancéolées (f). —
\\ ,
/ `
_,â§-;•—    ` i'.
EE  1" ’ A   l  
rcë ` C 1 pl l Q îggqf phi
gà    ki —· L ' ml.
` py \   i , i. pi
  `a 1·l '   l 1
· c   'l`WW7`   `   .1)
K':   ï À I `  / Z->  H
,» *_     » . ll
,« l' x—\    · [ lll
,« 1,   ll '} ? O. ,,
U Q ' ( >*“* 
É li /4, i
~— J7 1/ : P 1
D 1 ,
ti. ` 1 l
f
\ (
ff], iii!
il 1
Fm. 5. Arwia Grubei : a, pied thoracique >< 30; b, pied aboominal >< 30; c, soie en
fourche >< 500; d, e, subuluncini xl.50; f, soie lancéolée >< 150; g, organe dorsal
(grossi). —-Aricia Kup/fe1‘i(d'3·près Enuzas) : h, régionantérieure X 12; i, pied tho-
racique,gr0ssi; k. 23° pied, grossi; l, papilles ventrales. -— Aricia norvegica (d’après
Mc lxrosn) : m, tète, grossie; n, 25° pied grossi; 0, soie en fourche >< 300; p, soie
lancéolée x 150.
Dans la région abdominale, un cirre dorsal allongé pointu, 4 acicules, un
faisceau de fines soies capillaires crénelées, des soies fourchues (c), un
cirre intermédiaire conique, court et large; rame ventrale à 2 languettes
inégales, 2 acicules et de fines soies capillaires, un petit cirre ventral
obtus (h).
L. Taille relativement petite. —— Coloration?
Dragages profonds sur fonds de sable vaseux et de pierres. i '
Atlantique (au large de 1’Irlande et lles du Cap Vert).
A. norvegica Sms. Fig. 5, m·p. — Arz'cz'a norvegzba SA ns 1873, p. 30,
9

18 FAUNE DE rames. — POLYCHÈTES SÉDENTAIRES
pl. xv1, fig. 1-8; MARENZELLER 1902, p. 31; Mc livrosn 1910, p. 506,
pl. nxv, fig. 3, Lxxxv, fig. 9, Lxxxvu, ·fig. 2; FAUVEL. 1914, p. 223; Exsrc
1914, p. 348. A. groenlcmdiea Mc livrosxx 1878, p. 504, pl. Lxv, fig. 9.
Corps épais à nombreux segments. - Prostomium conique obtus, sans
yeux (5, m). -— 15-17 sétigères thoraciques. Branchies à partir du 5° séti-
gère, larges, lancéolées, les postérieures à pointe effilée. A la rame dor-
· sale, un cirre aplati, parfois bifurqué, un faisceau de soies capillaires
crénelées; rame ventrale, en bourrelet comprimé, à lamelle étroite,
allongée, frangée, de 8 à 12 papilles pointues, de nombreuses soies cré-
nelées, courtes aiguës et d’autres plus grosses recourbées, mais pas de
vrais crochets, en outre, aux3-5 derniers, une rangée verticale de 4·8 grosses
soies brunes lancéolées (p). — Pas de papilles ventrales. -— Dans la
region abdominale, un cirre dorsal cultriforme, à extrémité fililorme, un
faisceau de soies capillaires, quelques soies fourcbues (0), 4-5 acicules,
pas de cirre intermédiaire, une rame ventrale à 2 languettes inégales,
l’une courte, arrondie, l’autre plus longue, plus effilée, un acicule et un
faisceau de fines soies crénelées, cirre ventral conique, ajgu (n). —
Pygidium?
L. 5 à 6 mm. de large. -— Rouge jaunâtre ou gris jaunâtre.
Dragages côtiers et profonds sur fonds vaseux.
Mer du Nord, Atlantique (Shetlands, Amérique, Rio de Janeiro), Méditer-
ranée (Mer de Marmara), Mers arctiques. (
A. Kl1pfi`eI‘i E'.11LEns. Fig. 5, ll-l. - Aricia Kupj7"eri Ennnns 1874, p. 57,
pl. xv, fig. 1-9; MARENZELLER 1902, p. 20; Exsxc 1914, p. 353.
Corps atténué en avant, renflé, puis aplati. -- Prostomium conique
aigu, sans yeux (5, h). —— 14-17 sétigères thoraciques. Branchies à partir
du 4°-6* sétigère, larges, lancéolécs. A la rame dorsale, un cirre allongé, ·
subulé, un faisceau de soies capillaires crénclées; rame ventrale en bour-
relet comprimé à lamellé courte et étroite frangée de 8-9 papilles coni-
ques (i), plusieurs rangées verticales de soies crénelées de deux sortes,
les unes semblables aux dorsales mais plus courtes, les autres jaunes,
plus grosses et plus recourbées, pas de vrais crochets, en outre, du 12°-
13" au 14·"-16° sétigère, de grosses soies brunes lancéolées. — Des papilles
vèntrales coniques aiguës du 13"-14" au 16°· 17° au nombre de 12 de chaque
côté (1). —- Dans la région abdominale, un cirre dorsal lancéolé, étroit,
un faisceau de fines soies capillaires crénelées, des soies fourchues, pas
de cirre intermédiaire, une rame ventrale à 2 languettes inégales, la
_ dorsale courte, arrondie, la ventrale plus longue, pointue, quelques fines
soies capillaires, un petit cirre ventral conique, aigu (k). ——- Pygidium?
L. ?, 2 mm. de large. — Coloration?
Dragages côtiers et profonds sur fonds de vase ou de sable vaseux.
Mer du Nord, Atlantique, Méditerranée (Samos). -— Mers arctiques.

Anxcxxnxm 19
G. SCOLARIGIÀ Exsxc.
Corps atténué aux deux extrémités. -· Prostomium long, cylindrique. Pas
d'yeux. 1** segment (buccal) achete. Trompe molle, à lobes formant rosette
autour de la bouche. —- Une paire de branchies lancéolées à tous les segments,
sauf aux antérieurs. Région thoracique et région abdominale très nettement ·
tranchées. Parapodes thoraciques à cirre dorsal et à soies capillaires; rames
ventrales divisées en deux par une échancrure, avec des crochels et des soies
. capillaires. Pas de papilles ventrales. - Dans la région abdominale, un cirre
dorsal, des soies capillaires et des soies fourchues. Cirre intermédiaire rem-
placé pâ'1I‘ III] 0I‘g'3.I`|8 lêltéfïll. RHIH6 VBHÉPHIB È. 2 languettes HVBC d€S soies Bl'!
fléau. Pas de cirre ventral, mais une lamelle saillante, aplatie. Organes ciliés
dorsaux en forme de bouclier médian. — Pygidium à 2 urites filiformes.
Sc. typica Exsxc. Fig. 6, a·i. - Scolaricia typzba Exs1G191!1, p. 428,
pl. xxx, fig. 8-10, xxx, xxxx.
Corps efïilé. Jusqu’à 250 sétigères. — Prostomipm cylindroconique,
\\ '
C ' \ li xy / \ `
· [ * Q / 1 J . '
4 //   â [   \` .
1 lwxà Q
[shi [ L
· [lt [
’ `3 [ l‘ m .
x[,[ · /;
V li¤[   /
w' [
f     · n A \.1\_,
d ,/ [ll ,x   a.
· \ //’   '···~ *"
x ` I1/[ `0 E FI .
A ` ·` ‘1'[[[ [ ‘ `, v   `
\v ` ‘l' ` " *1 î  ,
[ CL ' ~ · .
È .    B L ii ài  
=  *' ` ®* I · '  
É F .¤.¤ 7 * `
X . · .·  ,, É î l
.,.. . 
C . · . ` ‘ , .
[_) ÉWÉW ai i . QIÉ
ebq,0 P` R . /4  "-
Fm. 6. - Scolaricîa typica (d’après Exsxo) : a, région antérieure, de profil X 10; b, c, l
d, e, parapodes thoraciques, 18*, l9· et 3â>• pied >< 20; f, crochet >< 000; g, soie en
fourche x 600; h, i, soie en fléau x 00 et son extrémite >< 000. —Scol0plo.·: armiger:
k. région antérieure·>< 12; 1. 19°parapode x 30; m,p1ed abdominal-x 30; n, organe
latéral >< 40; o, crochet >< 400; p. soxe crénelée >< 400; q, soxe en fourche >< 500.

20 FAUNE on Finance. — ronxcuirras sénuivmines
allongé, sans yeux (6, a). — 19-20 sétigères thoraciques. Branchies à partir
du 15* sétigère (rarement 14**), lancéolées, étroites. A la rame dorsale,
un large cirre dressé, des acicules géniculés et un faisceau de soies faible-
ment crénelées; rame ventrale en bourrelet transversal comprimé divisé
en 2 par une échancrure d‘abord ventrale, puis médiane et de plus en plus
dorsale aux derniers segments thoraciques où elle détermine ainsi une
i sorte de papille (b, c, d); 2-4 rangées de gros crochets recourbés à extré-
mité arrondie fendue en bec, à bord convexe non crénelé (f), 2 faisceaux
de soies capillaires sigmoides. Pas de papilles ventrales visibles mais des_
rudiments sous la peau. — Dans la région abdominale, un cirre dorsal
largement cultriforme (e), 3-4 acicules de moins en moins géniculés, un
faisceau de longues soies capillaires et 3-5 soies fourchues à branches
inégales ciliées (g). Pas de cirre intermédiaire qui est remplacé par un
` organe latéral en bouton cilié. Rame ventrale à 2 languettes inégales, la
supérieure plus longue et plus large que l’inl`érieure, un faisceau de très
longues soies terminées en fléau (h, i). Pas de cirre ventral, mais un large
bourrelet aplati rappelant la lamelle ventrale des Spionidiens (e). - Pygi·
dium avec 2 urites très longs et très grèles. _
L. jusqu’à 15 cm. sur 4 mm. de large. - Rouge orangé ou cinabre anté-
rieurement, rose pâle postérieurement. ~
Dans le sable, à 8 m. de profondeur. Jeunes de 2-3 cm. à 1 m. de profondeur.
Méditerranée (Naples, côte de Pausilîpe).
· G. SCOLOPLOS BLAnvvn.Le. _
[Aricia pro parte, Alcandra Kmseac, Antlwstoma VERRILLÉ.
Prostomium conique. Souvent 2 yeux. 1°’ segment (buccal) achète. Trompe
molle, à lohes formant rosette autour de la bouche. — Une paire de branchies
lancéolées dressées, à tous les segments, sauf aux antérieurs. Région thora-
cique aplatie passant graduellement àl'abdominale longue et mince. Parapodes
thoraciques à cirre dorsal dressé, un faisceau de soies capillaires crénelées;
rame ventrale en bourrelet avec de nombreuses rangées de soies capillaires
mélangées ou non de crochets recourbés. 1 à 3 papilles pèdieuses ou 0. Les
papilles ventrales font généralement défaut. —- Dans la région abdominale,
un cirre dorsal, des soies capillaires, parfois des soies fourchues, pas de cirre
intermédiaire mais un organe latéral en bouton cilié. Bame ventrale à 2 lan-
guettes et à soies capillaires. Souvent pas de cirre ventrak — Pygidium à
2 longs urites filiformes ou 4 courts. Organes sensitifs dorsaux ciliés formant
Zplaques ovales dans la région abdominale. .
Sc. armîger (O. F. Mü1.LEa). Fig. 6, k-q. —- Scoloplos (IJ‘}}2l;g'€l' Cuiv-
NINGHAM et Hamme 1888, p. 642, pl. xxxvm, fig. 7; Mc Iivrosu 1910,
p. 510, pl. LVI, fig. 7; FAUVEL 1914, p. 224, pl. xx, fig. 10-11; Exsu; 1914,
p.367, pl. xxx, fig. 17, xx, fig. 8. - Sc. MUZZGTÃNIESNIL ET CAULLERY 1898,

Anxcxxnxs , · 21
p. 140-142. Sc. elongatus Qunnnmoss 1865, ll, p. 284. Sc. Kerguefensis
Mc Irzrosn 1885, p. 355, pl. xnxxr, fig. 5-8, xxu a, fig. 19. Sc.. Je/freysi
Mc lnrosn 1905, p. 47. Sc. arctica Wmnx 1883, p. 405. —Ar·z'cia arctica
Hassan 1882, p. 34, pl. v, fig. 20-26. A. armzlgem Gamm 1851, p. 68.
A. Mulleri Rarmcn, SMNT-Josnru 1898, p. 356, pl. xx, fig. 167. —-
Ant/zosloma acutum Vsnnxni. 1873, p. 599. —— Lumbricus armzger
O. F. l\1ür.1.nu 1776, p. 215.
Corps long et délié, plus de 200 sétigères. Prostomium assez grand, coni- _
que ou cylindro-conique (6, k).2 yeux profondément enfoncés dans le cer-
veau postérieur. —Région thoracique aplatie, lisse, atténuée en avant,à 12-20
sétigères. Branchies à partir du 9°·17° sétigère, larges, lancéolées, plus
grandes que les cirres dorsaux (1). Une papille pédieuse (parfois 2 -3) aux
rames ventrales thoracîques. Parfois 1-2 papilles ventrales sur 1-4 seg-
ments. A la rame dorsale, un cirre conique, un faisceau de soies capillaires
finement crénelées et des acicules géniculés; rame ventrale en bourrelet
avec des soies capillaires plus courtes et plus arquées que les dorsales;
elles simulent des crochets quand elles sont cassées et usées (p), en outre,
de vrais crochets recourbés, crénelés, terminés en bec d’0iseau, plus ou
moins nombreux, à tous les segments thoracîques ou à quelques-uns
seulement (0). — Dans la région abdominale (m), un cirre dorsal dressé,
un faisceau de soies capillaires plus longues que les thoracîques, par-
fois des soies fourchues (q), des acicules, pas de cirre intermédiaire.
Un organe latéral cilié en forme de bouton (nl; une rame ventrale à
2 languettes coniques inégales, un faisceau de soies capillaires diffé-
rentes des dorsales et des acicules arqués. Pas de cirre ventral. —
Pygidium à 2 urites filiformes.
L. 5 à 12 cm.; sur 2 mm. — Rouge vil' ou rose orangé.
A mer basse dans le sable (inlégèrement vaseux et dans la vase à zostères.
Dragages sur fonds de sable ou de vase.
Mer du Nord, Manche, Atlantique. — Mers arctiques et antarctiques, Océan
Indien, Pacifique.
G. NAINEREIS Bx.A1xvn.1.s.
[Naidonereis MM.Mcns1v, T/zeodisca. l\IüL1.sR, Anthostoma Scnmuoa]
[Làcydes Kxuenncl.
Prostomium arrondi, large, souvent déprimé. 2 yeux. 1** segment (buccal).
achète. Trompe molle à grands lobes plus ou moins ramifiés (fig. 7, a). Une
paire de branchies dressées à chaque segment sauf aux antérieurs. — Région
thoracique aplatie, région abdominale convexe. Parapodes thoracîques ai cirre
dorsal dressé, uu faisceau de soies capillaires crénelées, des soies fourchues;
rame ventrale en bourrelet comprimé avec une papille pédieuse, des soies
capillaires et plusieurs rangées de crochets ou, parfois, de subuluncini. Pas
de papilles ventrales. —- Dans la région abdominale. à la rame dorsale, un

22 muse ma rnmcn. — rowcnizrcs siânnmmxnns
cirre dressé, des soies capillaires et des soies fourchues, pas de cirre inter-
médiaire. Rame ventrale à 2 languettes, à soies capillaires. Pas de cirre ven-
tral. De nombreuses paires de statocystes disposées métamériquement au
voisinage des branchies. Des organes ciliés dorsaux. — Pygidium à 4 urites.
» —- Papille pédieuse au sommet dela rame ventrale. Un petit fais-
ceau de crochets unidentés et. plusieurs rangées de subuluncini
(fig. 7, g, h.) ............ N. laevîgata, p. 22
. — Papille pédieuse au milieu de la rame ventrale. Plusieurs ran-
gées de gros crochets bidentés, pas de sulzuluncini (Hg. 8, c)
............... N. quadricuspida, p..23
\
OJ \
t »-1 ,.0
~Q · ··~·  
  b   \
· 2_ A `
·ü·« ,  . ./ · .
É; Q l\ ` t
L f   È
/ / . e
j' , L
M l ê.
é
àëê-
Fm. 7. — Nainereis laevigata : a, région antérieure et trompe dévaginée >< 6;b, pygî- l
dium >< 10; c, d, e, parapodes, antérieur, moyen et postérieur >< 30; f, crochet
>< 400; g, h, i, subuluncini àdivers degrés d’usure >< 400; k, acicule ventral >< 300; _
1, soie fourchue >< 400.
N. laevigatâ (Gnomz). Fig. 7, 3.-l. — Nainerezls Iaevzigata Mnsuu. et
CAULLERY 1898, p. 450; EISIG 1914, p. 451, pl. xxm, fig. 1-10, xxiv,
1—9,xxv; Riom 1919, p. 11, fig.3 a. N. armata et N. platycephala Mnsnm.
et CAULLERY 1898, p. 143. N. anserfna Fanvm. 1909, p. 2. N. roàusta
et N. longa Moons 1911, p. 262, 264. — Aricia laevigata Gauss, SAINT-
Josnnu 1898, p. 360, pl. xxx, fig. 168-175. A. armata HANssN 1882, p. 18.

· Amcixnnn 23
A. plntycephala Mc Inrosu 1885, p. 353, pl. xnm, fig. 1-3, xxu zz, fig.
16-17. .1. Latreillii (non Aun.-Emv.) Gnomz, Canus 1884, p. 254. —
Anlhcstoma. ramosum et .1. hexaphyllunz Sc11MAnnA 1861, p. 61, 62,
pl. xxvu, fig. 217. 11. latacapitata Tnmnwnm. 1901, p. 203. — Theodisca
anserizm Ctaranànn 1864, p. 504, pl. xv, fig. 6. Th. liriostoma C1.ArAni-zur:
1868, p. 310, pl. xxrv, fig. 3. Th. hexaphyllum Mc Iivrosu 1905, p. 63.
Corps aplati antérieurement, convexe dans la région postérieure; plus
de 400 sétigères. Prostomium nettement arrondi, un peu déprimé (7, a).
2 yeux cervicaux. Trompe à grands lobes palmés digités ou ramifiés. —
15 à 31 sétigères thoraciques. Branchies à partir du 4*-11• sétigère, lc
plus souvent 7°-8°, insérées latéralement, laissant le dos bien à nu,
minces allongées. A la rame dorsale, un cirre en couperet, un faisceau
de soies capillaires crénelées, des soies fourchucs à branches courtes,
inégales, ciliées intérieurement (l) et des acicules lins, subulés; rame
ventrale en bourrelet comprimé, large, à lamelle semicirculaire termi-
née par une papille dorsale (c, d,‘ e), des soies fines crénelées, de nom-
breuses soies jaunes, plus courtes, recourbées, à pointe brusquement
rétrécie dentelée, souvent cassée (subuluncini) (g, h, î,) et de vrais cro-
chets, petits, transparents, peu courbés, avec ou sans capuchon (f) et
réunis au nombre de 5 à 10 en un petit faisceau ventral. — Dans la
région abdominale, un cirre dorsal cultrilorme, un faisceau de soies
capillaires, 1-2 soies fourchues, 3 à 5 acicules eflilés. Pas de cirre inter-
médiaire. Rame ventrale à 2 languettes avec un faisceau de longues
soies capillaires et 3-5 gros acicules obtus (k). Pas de cirre ventral.
Anus dorsal — Pygidium oblique à 4 urites cylindriques. -— Des stato-
cystes du 1" au 23° segment. _
L. 12 à 25 cm., sur 4 à 5 mm. de large. — Coloration rose, rouge ou
brunâtre. `
A mer basse, dans le sable, dans la vase ou sous les pierres. l
Atlantique (S°·Jean de Luz, Biarritz, Gijon); Méditerranée (Port-Vendres,
Nice, Monaco, Naples). — Antilles, Brésil, Golfe Persique, Pacifique.
N. quadrlcuspîda (Fanmcxus). Fig. 8, 3-g'. — Nainerezis guaa'rz'cuspz'da
Fauve:. 1914, p. 231, pl. xx, fig. 12; Ersm 1914, p. 488, pl. xxvr,
fig. 1-18. N. mamillata Mc lmosn 1910, p. 519, pl. Lxv, fig. 5, Lxxxvx,
fig. 2, Lxxxvu, fig. 5. —- Naidonereis quadricuspida Mc .lNTOSll 1905,
p. 48. ¢ .1rz'cz'a quadricuspida Lnvixsnn 1883, p. 119. -— Scoloplos qua-
dricuspida (Ensmn 1843, p. 48. Sc. minor CEus·rnn 1843, p. 42. — Theo-
disca mamillata CUNNINGIIAM et RAMAGE 1888, p. 642, pl. xxxvm, fig. 8
Corps allongé. 120 à 130 segments. Prostomium globuleux avec
2 petit yeux (8, a). — 12 à 17 sétigères thoraciques. Branchies à partir
du 4°-7° sétigère, larges, lancéolées, peu écartées. A la rame dorsale.
un cirre d'abord petit et cylindrique, puis aplati, un faisceau de lon-

24 FAUNE on rnnnca. -— rornrcnàrns sénnxmxniss ·
gues soies capillaires crénelées, des soies fourchucs à branches inégales
ciliées intérieurement (g), des aeicules arqués, subulés; rame ventrale en
bourrelet avec une lamelle arrondie et une papille médiane obtuse (li),
de nombreux et gros crochets crénelés et bifurqués à Fextrémité (d.
e. f) et une rangée postérieure de soies capillaires à double courbure en
S. Pas de subulzmcinz', — Dans la région abdominale, un cirre dorsal
dressé, un faisceau de soies capillaires crénelées, des soies fourchuesetdes
acicules. Pas de cirre intermédiaire. Rame ventrale à 2 languettes iné-
gales, Pinférieure plus longue et plus aiguë que la dorsale, 2-3 soies
capillaires minces, 3-4 acicules sigmoïdes. Pas de cirre ventral (0). —
Anus dorsal, oblique. Pygidium à 4 urites cylindriques. — Statocystes??.
L. 6 à 8 cm., sur 3 mm. -— Coloration rouge pâle ou gris rosé.
A mer basse, dans le sable. Dragages sur fond vaseux. — Mer du Nord, Mer
d`Irlande (Dublin), Atlantique Nord. — Mers arctiques. _
G. THEOSTOMA Eisic.
[Aricia et Scoloplos pro parte].
Corps etïilé, de trés petite taille. Prostomium arrondi. 2 yeux. I"` et 2E seg-
ments achètes. Trompe musculeuse lisse. — Une paire de branchies dressées à
tous les segments, sauf aux antérieurs. Région thoracique élargie et aplatie.
Parapodes thoraciques à cirre dorsal plus petit que les branchies, des soies
capillaires et des soies fourchues; rames ventrales épaisses, avec une papille
pédieuse, des soies capillaires, des crochets et des subuluncini. Pas de papilles
ventrales. — Dans la région abdominale, à la rame dorsale, un cirre dressé,
des soies capillaires, des soies en fourche;rame ventrale à 2 languettes courtes
et à soies capillaires. Pas de cirre intermédiaire ni de cirre ventral. Quelques
paires de statocystes métamériques au voisinage des branchies. Des bourre-
lets ciliés transversaux à la face dorsale et des organes ciliés. — Pygidium à
4 urites.
Th. (Erstedi (CLAPARÈDE). Fig. 8, h-S. - T/zcosloma (Erstedi E1s1G1914,
p. 506, pl. xxvu, fig. 1-18. — Aricia (Erstech Cmranàna 1864, p. 502,
pl. 1v, fig. 7; Maniox et BOBRETZKY 1875, p. 68. A. acustica LANGERHANS
1880, p. 88, pl. iv, fig. 1; Fauvm. 1907 a, p. 145. —— Nainereis acustica.
Fauvm. 1914, p. 228, pl. xx, fig. 17-31. N. (Ersledi Massin et Cnuunznrt
1918, p. 98.
Corps élargi et aplati antérieurement, demi—cylindrique dans la région
moyenne, puis aplati postérieurement. 50 à 70 sétigères. ·-— Prostomium
en gros bouton arrondi avec 2 petits yeux (8, h). Segment buccal et seg-
ment suivant achètes. -9-10 sétigères thoraciqucs, Branchies à partir
du 11*-12** sétigère, larges, lancéolées. A la rame dorsale, un cirre assez
long, un faisceau de soies capillaires arquées, crénelées. les unes minces,

Amcuonn 25
les autres plus fortes et, à partir du 3°-'7° sétîgère environ, des soies four-
chues à branches effilées, ciliées intérieurement (r), des acicules minces;
rame ventrale en bourrelet semi—circulaire (i) avec une rangée antérieure
de soies courbées, erénelées pointues (subuluncini) (p, q) et de soies capil-
laires et une rangée postérieure de 6-8 gros crochets recourbés, crénclés,
à pointe mousse (m, n) accompagnés de soies mucronées (caudzmcizzz') (0).
  ';.
  >
ar É `  
· Qi? ,   L
Cl   iîïï
§ .
§ ;
C . _ —;
Q -
1 .»
1 -
, 4
É 4 C"__,.."'_..É ;
'     ..
fît il V T ·
. · "I É'  wiëîîl
  \ 3 le   au 
. ' ; 2
li . dg  
FIG. 8. — .’Vaincreis quadricuspida, za, région antérieure >< 6; b, ll¤ pied >< 30; c, 33*
pied >< 60; d, e, f, crochets >< 400; g, soie fourchue >< 500.- Theostoma 0E'7‘SÉ€d7îZ
h, région antérieure >< 30; i, parapode thoracique >< 60; k, pied abdominsl >< 60;
1, pygidium >< 40; m, 11, crochets >< 400; 0, p, crochets mucronés ou caudzmcini
>< 400; q, subuluncinus >< 400; r, soie en fourche >< 500; s, coupe de Potocyste
X400.
Une seule papille pédieuse. Pas de papilles ventrales. —— Dans la région
abdominale, un cirre dorsal allongé, 3-6 soies capillaires crénelées, des
soies fourchues et 2-3 acicules droits; rame ventrale peu saillante à lan-
guette supérieure obtuse, plus courte que l’inl'érieure (k), 2 acieules sig-
xnoïdes à pointe mousse et 2-4 soies capillaires. Pas de cirre intermé-
diaire ni de cirre ventral. — Des statocystes du 5** au 96 ou du 6° au 10°
sétîgère (s). — Pygidium allongé à 4 courts cirres arrondis (I).
L. 15 mm., sur 1 mm. de large. — incolore ou jaunâtre. 7

26 FAUNE ns FRANCE. ”' POLYCHÈTES sxânsmmmss
A mer basse ou à faible profondeur, sur les rochers, parmi les Algues. les
Corallines et les colonies d`Ascidies et de Moules.
Atlantique (Madère, Ténérife, Canaries); Méditerranée (Port-Vendres, Mar-
seille, Naples).
Arlciidae ùzcerlae sedzis.
Aricia glossobranchia Scxxmnnn 1861, p. 61, pl. xxvn, fig. 215. Manche, sous
les pierres. —— Mnssn. et Cnunuznv 1898, p. 142, rapportent au genre Scoloplas
cette espèce décrite d’une façon absolument insuffisante.
` F. SPIONIDAE Sms.
[Spionidiens].
Corps vermiforme, sans régions distinctes. ·— Prostomium sans antennes,
parfois muni de deux expansions latérales (cornes frontales). Souvent 4 yeux.
2 très longs tentacules antérieurs (palpes). Trompe inerme, peu développée. -
Parapodes biramés. Cirres dorsaux et ventraux lamelliformes. Des branchies
dorsales simples (rarement pennées) à un certain nombre de segments Soics
simples capillaires et soies encapuchonnées à une ou plusieurs dents. —- Pygi-
dium terminé par une ventouse ou des cirres anaux. -— Des organes sensitifs
dorsaux. Des poches glandulaires parapodiales.
Remarques. — Les Spionidiens sont caractérisés surtout par leurs deux
grands palpes, leurs lamelles pédieuses et leurs soies à crochet rappelant
celles des Capitelliens et des Eu niciens.
Les palpes, très fragiles, mème su1· l‘animal vivant qui les enroule souvent
en spirale, manquent généralement aux animaux fixés sans précautions spé-
ciales. .
Le prostomium, plus ou moins obtus ou aigu en avant, est de forme très
variable suivant Page, le degré de contraction, et suivant que la trompe est
invaginée ou extroversée. Une échancrure plus ou moins marquée peut le divi-
ser en 2 lobes qu`il ne faut pas confondre avec les expansions latérales trian-
gulaires, ou cornes frontales, qu'il présente chez les Scolelepis et Spiophanes.
Les yeux, le plus souvent au nombre de 1, manquent très souvent et leur
présence ou leur absence n'est pas un caractère spécifique constant. Ils sont
plus fréquents chez les jeunes que chez les adultes.
Les parapodes comprennent normalement un mamelon dorsal et un mame-
lon ventral peu développés portant chacun 2 rangées verticales de soies. On
distingue donc des soies dorsales antérieures et postérieures et des soies ven-
rales antérieures et postérieures. En outre, on peut encore distinguer un petit
faisceau dorsal supérieur et un autre ventral inférieur. Toutes ces soies sont
simples, capillaires, plus ou moins limbées ou ponctuées (fig. 14 lx, I). D'après

· srxomnas 27
Sôornsrnôm, leur aspect limbé est dû à une illusion d'optique. Dans la région
postérieure du corps, apparaissent des soies sigmoïdes encapuchonnées, à
rostre généralement bidenté, qui remplacent les soies capillaires postérieures
(fig. 9. h, d). On attachait une certaine importance à l’angle formé par les dents
de ces soies. Sônnnsrnôn (1920) a démontré que cet angle, est très variable chez
un même individu, souvent dans un même pied, et que ce caractère n'a pas
de valeur spécifique.
La ventouse anale a souvent une forme caractéristique mais les incisions
qu'elle présente sont rarement constantes. Elles peuvent va1·ier de 0 à 4 dans
la même espèce (fig. 16, ml.
Sônnnsrnüm (1920) attache une très grande importance aux organes sensi-
tifs rlorsaux pour les coupures génériques, ces organes, bien visibles chez le
Scolelepis firliginosa où ils se détachent en clair sur fond pigmenté, sont souvent
très difficiles à voir sur les animaux conservés où 1`on ne peut les étudier que
par l’emploi du vert d'iode ou même par la méthode des coupes.· Quelle que
soit la valeur théorique de ce caractère, il est fort difficile à utiliser dans la
pratique.
Plusieurs Spionidiens possèdent des poches génitales, poches à œufs, et des
réceptacles séminaux, mais souvent ces organes ne sont visibles qu'à l’épo
que de la maturité sexuelle.
Les Spionidiens vivent surtout dans le sable et dans la vase. La plupart se
construisent un tube mince, membraneux recouvert d`une fine couche de boue
et de sable. Beaucoup de Polydores sont perforantes et creusent dans les
roches calcaires, ou dans les coquilles de Mollusques, des galeries qui abritent
leur tube en U à branches rapprochées comme les canons d’un fusil de chasse.
Le tube est probablement sécrété par les poches glandulaires existant à un cer-
tain nombre de parapodes.
Tnnnanu nus cannes.
1. Prostomium avec cornes frontales (fig. 9. e) ........ 2
- Prostomium sans cornes frontales (fig. 10, f) ....... 3
2. Pas de branchies (fig. 14. a) ..... G, Spiophanes, p. 40
—— Dcs branchies (fig. 9, h) ....... G. Scolelepis, p. 28
3. 5° sétîgère très modifié (fig. 18, a) .... G. Polydora, p. 47
—- 5' sétigère non modifié. .............. 4
4. Branchies du l" sétigère jusqu`à l’extrémité postérieure. . .
. _ ................ G. Spio, p. 43
—- Branchies après le 1** sétigère ........ . . 5
5. Branchies au 2° sétigère ...... . ........ 6
—- Branchies après le 2° sétigère. . . .. . G. Pygospio, p. 45
6. Des soies à capuchon dorsales et ventrales ........ 7
—- Pas de soies à capuchon dorsales ........... 9
7. Branchies sur presque tout le corps. Une ventouse anale. . .
................ G. Nerine, p. 33
—- Branchies ne dépassant pas la 1'= moitié du corps. Des cirres
anaux .................... 8

28 mons ns rnnivce. -— ronvcniarns siânnivraiurs ,
8. Prostomium aigu,. avec un tentacule occipital (fig. 13, a). . .
........... . . . . G. Aonides, p. 38
—— Prostomium arrondi, sans tentacuie occipital. Souvent des bran-
chies pennées (fig. 21, a). ..... G. Prionospio, p. 60
9. Prostomium prolongé en longue crête longitudinale (fig. 12, a].
Un tentacule occipital. Branchies peu nombreuses. Poches
génitales très développées ....... G. Laonice, p. 37
- Pas de crête longitudinale. Branchies sur presque toute la lon-
gueur du corps .... . . · .... . ...... 10
10. Prostomium sans pointe postérieure. Des cirres anaux (Hg. 14,
k, 0). . .....,.. ; . . . G. Microspio, p,. 42
-—- Prostomium terminé postérieurement en pointe. Une ventouse
anale (fig, 10, g) . ........ G. Iterinides, p. 31
G. SCOLELEPIS Btiunvxttc (sensu Mssivxr.)
[Scolecolepis l\1·ALlt1GREl\§ Nerim: SënEns'rnëM; Cvlobranc/ms SCHMARDA].
Prostomium avec deux cornes frontales, terminé en arrière en carène plus
ou moins saillante. Souvent des yeux, 2 longs palpes épais.- Branchies à
partir du 1°* sétigère jusqu’aux derniers segments. Lamelle dorsale ne bordant
pas complètement les branchies dansles segments antérieurs. Lamelle ventrale
non échancrée. Toujours deux rangées de soies à chaque rame. Des crochets à
capuchon ai la rame ventrale des pieds postérieurs. Ils manquent toujours à la
rame dorsale.- Anus entouré de cirres. — 1 à 2 paires d’orgaues sensitifs
dorsaux par segment. dans la région antérieure. Pas de poches génitales.
1. Scies à capuchon tridentées (fig. 9. n). . . Sc. Girardi, p. 30
— Scies à capuchon bidentées (fig. 9, d.) ......... 2
2. Extrémité antérieure pigmentée. 4 soies à capuchon par rame.
................ Sc.fuliginosa, p. 28
— Extrémité antérieure non pigmentée. 7 la 12 soies à capuchon
par rame ......... . . . . Sc. ciliata, p. 30
SC. fuliginosa (CLAPARÈDE). Fig. 9, 8-ll. — Scofelepzls fulzjgùzosa
Mnsivu. 1896, p. 132, pl. vu, fig. 21-27, pl. vm, fig. 1-11. S. vulgaris
Cu1vN1NGnAM et RAMAGE (non Jonxsroiv ?) 1888, p. 640, pl. `xxxvu,
fig. 3. — Spio fulzginosus Ccnmaùnn 1868, p. 62, pl. xxm, fig. 1.—-
? Jlalacoceros vulgaris Quxrnnmcss 1865, l, p. 445, pl. vu bis, fig. 6-
8. - Nerine fhlziginosa Sônnns/rnôM1920, p. 216.
Corps long et assez mince. 100 à 150 segments. — Prostomium légè-
rement échancré entr.: les 2 cornes frontales à insertion latérale, brus-
quement rétréci en arrière (fig. 9, e). 4 yeux; les antérieurs réniformes.
2 longs palpes à bandes transversales foncées. -— Branchie du 1" séti-
gère plus petite que les suivantes, à lamellé peu développée. Lamelle

smomnan 20
dorsale accolée à la branchie sur le tiers de sa longueur; elle diminue
beaucoup dans les segments postérieurs. Lamellc ventrale arrondie, sans
échancrure, d’abord étroite, puis plus large et semicirculaire. Postérien-
rement elle est réduite à un arc de cercle de moins en moins large
(fig. 9, g). — Soies dorsales toutes capillaires. limbées, non ponctuées.
les ventrales capillaires plus courtes que les dorsales. Soies à crochet
  î }- . (g, j' Ã
i "`\ 7 < Y , ' "
  ’ · se 1* 4 4 "
t /  "·•··   ··e'   `· ··
' `   r ¢___` -  
b Jé e     'i''   [ °‘-
?É ·   .,·· im   , ·
  /l» I .!, E 0 
V/¢—7_ _ .· ; y   /
  " "  ·      
®  a'  
n K d I  · .
\ L
. §
È
îtîï
î‘*"
î lt   .
·   1W '
`l
" 9 ai h ·
’ \ lt `
C  =g»   È
` L &•1"`_  
ï'-‘ §\ il l. `?¢/ #·...· « ..
“   É L ce
.. x _
—    " W m n
Fxe. 9. - Scolelepis ciliate : a, région antérieure >< 15; hz parapode antérieur `X 60; c.
parapode postérieur X 60; d, soie encapuchonnée >< 500. - Sc. fuliginosa : e, région
antérieure >< 12; 1, parapode antérieur x 30; g, parapode postérieur x 30; h, scie
encapuchonnëe >< 400. —- Sc. Girardi : i, région antérieure >< 15; k, 30** parapodr
x 12; 1, l00° parapode >< 12; m, soié ventrale ponctuée du 100* sétigére >< 400; n.
soie encapuchonnée >< 100.
encapuchonnées ventrales à 2 pointes subaiguês, au nombre de 4 à 5
par rame, apparaissant vers le 30"·45¤ sétigère. - Régiôn atoque, 16 à
18 segments. Organes·d0rsaux : 4 par segment dans la région anté- .
rieure. — Pygidium à 6-8 cirres anaux foliacés.
L. 50 à 60 mm., sur 1,5 à 2 mm. — Rouge saumon, région glandulaire
du tube digestif malaga. Région antérieure enfumée de pigment plus ou
moins foncé, sauf chez les jeunes et dans certains habitats. Une tache
étoilée blanche sur le prostomium. "

30 FAUNE ou rnmcn. -— POLYCHÈTES sénsxmmxzs
A mer basse, dans des galeries verticales dans le sable vaseux et sous les
pierres, dans la vase noiratre, en nombreuses colonies.
Mer du Nord, Manche, Atlantique, Méditerranée.
Sc.`ciliat3. (KEFERSTEIN). Fig. 9, 3.-d. -— Scolelepzis ciliata Mnsmr.
1896, p. 138,·pl. vm, fig. 12-14. — Colobranchus ciliatus Karausrnin
1862, p. 118, pl. x, fig. 12-18; Sônnnsrnôyi 1920, p. 217. - T'? C. letra-
cerus SCHMARDA 1861, p. 66. — Uncinia ciliata QUATREFAGES 1865, I,
p. 440.
Corps allongé, relativement grêle. 80 à 110 segments. — Prostomium
à cornes frontales à insertion latérale, brusquement rétréci en arrière.
4 yeux disposés en carré. 2 longs palpes plus ou moins ridés g9, a), -
Branchie du 1°' sétigère plus petite que les suivantes, à lamolle peu
développée. Lamelle dorsale accolée à la branchie sur la moitié de sa
longueur, elle diminue beaucoup dans les segments postérieurs ib, c).
Lamellc ventrale arrondie, sans échancrure, d’abord étroite, puis plus
large et semi-circulaire. Postérieurement elle est réduite a un arc de
cercle plus ou moins large (c). — Soies capillaires dorsales et ventrales
légèrement ponctuées, souvent pigmentées de jaune d’or. Soies à crochet
encapuchonnées ventrales arquées, à 2 pointes inégales (d), au nombre
_ de 7 à 12 par rame, apparaissant vers le 20**-28° sétigère. — Région
atoque, 16-18 segments. Organes dorsaux : 2 par segment dans la région
antérieure. —- Pygidium à 6-8 cirres anaux foliacés.
L. 30 à 40 mm., sur 1,5 à 2 mm. -— Rouge saumon, tube digestif foncé.
La partie antérieure du corps n’est jamais enlumée et ne porte pas de
taches blanc—crême sur le prostomium.
A mer basse dans le sable vaseux et dans le maerl blanc.
Mer du Nord, Manche (Saint-Vaast, anse St—Martin, Cherbourg, côte Nord
de la Bretagne).
Nota. - Cette espèce, très voisine de Sc. fuliginosa, ne s`en distingue que
par son absence de pigment, ses crochets plus nombreux et, d’après Sônaus-
raôm, ses organes dorsaux auxquels cet auteur attribue même une valeur
générique.
Sc. Girardi (QUATliEFAGES)· Fig. 9, i-n. — Scolelepis Gz'1·ardi Masnu.
1896, p. 140, pl. VIII, fig. 15-28; Riom 1917, p. 12. Sc. vulgarzls Mc lxrosn
1915, p. 156 (pro parte). - Malacoceros Girarjdi Qunrasmcns 1843,
p. 10, pl. 111, fig'. 1-6, 1865, l, p. 442, pl. vu bis, fig, 4, x, fig. 12. —— '.
Nerine Gimrdi SA1N·r-Josarxx 1895, p. 229. N. floroensis Snxur-Josarn
1894, p. 77, pl. 1v, fig. 91-100. N. vulgarzis Sans 1861, p. 65; Sônans-
TRCM 1920, p. 215. - ? Spio vulgaris JOHNSTON 1828, p. 335-347; Lsvnvsnx
1883, p. 102.
Corps large,·épais; d’aspect foliacé antérieurement. 200 à 350 sétigères.
—"Prostomium carré, à 2 cornes latérales aiguës, terminé postérieure-

sexomoan 31
ment en court tentacule occipital adhérent. Pas d’yeux, sauf chez les
jeunes (9,i). 2 gros palpes ondulés, plissés, s’enroulant en spirale et
entourés ii la base d’un calice du côté interne. —— Au 1°' sétigère, une
petite branchie, une lamelle dorsale triangulaire et une lamelle ventrale
arrondie. Branchies jusqu`aux avant-derniers sétigères. Aux 30-40 pre-
miers sétigères, elles sont réunies a la lamelle dorsale par une membrane _
bordante ondulée et échancrée (k), les suivantes, de plus en plus longues
et minces, sont séparées de la lamelle qui diminue et devient triangu-
laire (l). Lamelle ventrale arrondie. Scies dorsales supérieures longues
· et fines, les autres soies dorsales et ventralessimples, capillaires (m) dis-
posées sur 2 rangées verticales. Un petit faisceau de ventrales inférieures.
Crochets encapuchonnés à 3 pointes aiguës (n); ils apparaissent a la
rame ventrale vers lc 30"-40° sétigèrc au nombre de 20-25. - Anus
entouré de 15 à 30 cirres fîliformes.
L. 10 ii 16 cm., sur 6 mm. de large. - Rouge saumon pâle ou jaunâtre
antérieurement, brun verdâtre postérieurement, branchies rouge vif, soies
dorées. Très fragile, s'autotomise facilement, tentacules caducs.
A mer basse, dans le sable vaseux sous les pierres et dans le sable des
prairies de Zostères. Toujours isolé et peusabondant.
Manche: Atlantique (Concarneau, Croisic, Ile de Ré, Santander); Mer du
Nor:l?; Adriatique?
G. NERINIDES l`llZSNlL.
Prostomium sans cornes frontales, avec une carène se terminant en arrière
en tentacule occipital, Parfois des yeux. 2 longs palpes. — Branchies à partir
du 2** sétigère, présentes sur un grand nombre de segments. Lamelle dorsale
plus ou moins soudée à la branchie dans les segments antérieurs. Lamelle
ventrale non échancrée. Des crochets à capuchon à la rame ventrale des pieds
postérieurs. lls manquent ii la rame dorsale. — Une ventouse anale. Pas de'
poches génitales.
- Soies à capuchon bidentécs (fig. 10, e). . . N. cantabra, p. 31
- Soies à capuchon tridentées (fig. 10, l) . . N. tridentata, p. 33 `
N. cantabra Riou. Fig. 10, a-e. — Nerùddes cantabra Riom 1919,
p. 2, flg. 1, aj. N. longfroslrzis Missrml 1896, p. 152. — Nerz'ne_l01zgz'-
rostris SMNT-Josnrn (non Quyrnnracns) 189û, p. 74, pl. iv, fig. 86-90. —
?? N. auriseta Cnaraaiann 1868, p. 331. pl. xxxv, fig. 2.
Corps large et épais, très fragile; plus de 200 sétigères. —· Prostomium
terminé en bouton arrondi ou conique plus ou moins aigu. 4 petits yeux
en trapèze (manquent parfois). Carène terminée par un petit tentacule
occipital pouvant atteindre le 3° sétigère. 2 longs palpes relativement
minces et très caducs (10, a). — Au 1" sétigère, à la rame dorsale, une
petite lamelle, pas de soies ni de branchie, à la rame ventrale, une la-

32 FAUNE ma rames. — vonrcnerss sénnnmxnns
melle arrondie un peu plus grande et des soies capillaires (bi. Branchies à
partir du 2° sétigère, d’abord très grandes et bordées jusqu’à Pextrémité
par une expansion plissée de la lamelle dorsale (c). Lamelle ventrale
large, arrondie. Vers le 30e-45** sétigère, la branchie se raccourcit et n’est
plus bordée par la lamelle dorsale qui s’allonge obliquement (d). Vers
. le l00° sétigère, les branehies s’atrophient, puis tinissent par disparaître.
/   ‘,< i  
J1  le  É
x É  
` ,* 1 ,` /;~ i  
»   É   
‘ ,/ ' '      
`   u M \• \ ·
o  /“% %’*"’* s`
. \ A _`
—   ` .i···~"‘”îf:e  
  * ’L' J \` ~ \ ‘(“‘,r((' /·'ll/I,  _—'_/Q.
â' i
` ·   0 V ; D   6 ,,_ co
’l;` ’ A ,   iE· É L'}
* à  " ,   *>: ··¤“’i
`   it 0%; 9 . ,,,,..   ,,,. ·’
Fm. 10. ——— Nerinides ccmmbmz a, tète, grossie; b, l°' sétigère >< 20: c, 30** sétigère
>< 20; d, 50** sétigère >< 20; e, soie encapuchonnée ventrale postérieure >< 150. —
.\’, tridentata : f, région antérieure >< 30; g, pygidium ><· 75; h, 10° sétigère x 60;
î, 24** sétigère x 60; k,pied postérieur X 60; l, crochet du ‘20° sétigère >< 375 (d’après
Sovranau).
La lamellé ventrale s‘élargit et se raocourcit sans s’échancrer sensible-
ment. Soies dorsales capillaires, redressées et très longues dans la région
postérieure. Soies ventrales d’abord capillaires. Soîes encapuchonnées
ventrales à partir du 20°·45° sétîgère, bidentées, très arquées (e), d’abord
mélan ées de soies ca illaires ui dis araissent ostérieurement. ··—
S P _ (I P P
\ Pygidium avec un appendice membraneux multîlobé, sans cirres.
L. 6 à 10 cm., sur 5 à 8 mm. de large. ·— Partie antérieure rose,
· région postérieure vert sombre velouté, presque noir. Branchies rouge
vif. Palpesjaunes. Très fragile.

srxomnns 33
A mer basse, dans le sable vaseux des herbiers de Zostères et de Posidonics. '
Manche (Dinard); Atlantique (Concarneau, Irlande, Santander, Gijon); Mé- i
diterranèe? (Naples?). ' _
N. trîdentata Souruanx. Fig. 10, f-l. —- Ncr¢'m'des tridentata Sournnim
IQM, p. 98, pl. x, fig. 23, aj.
Corps de petite taille, très effilé postérieurement. 60 à 70 segments. —
Prostomium fusiforme terminé en pointe aiguë en avant et en arrière.
A yeux noirs presque en ligne transversale (10, f). 2 palpes courts, épais,
solides. — Au i" sétigère, à la rame dorsale, 2 petits lobes arrondis, pas
de soies, pas de branchie; à la rame ventrale, une lamelle arrondie et des
soies capillaires. Branchies à partir du 2° sétigère, d’abord très grandes
_ et bordées jusqu`à Pextrèmité par une large expansion de la lamelle
dorsale (h, i). Lamelle ventrale large, arrondie. Postérieurement, les bran-
chies se raccourcissent, la lamelle dorsale s’en sépare, devient cordiforme
et se projette obliquement. La lamelle ventrale est arrondie et foliacée
(k). Soies dorsales capillaires disposées sur deux rangées, les unes_
· longues, minces, striées, les autres plus courtes, aplaties, ponctuées.
Soies ventrales semblables aux dorsales mais plus courtes et plus larges.
A partir du 15°-16° sétigère,_ apparaissent les crochets à la rame ven-
trale. lls sont fortement arqués, encapuchonnés et tridentés, le gros
· rostre étant surmonté de 2 petites dents très aiguës (l). lls sont au nombre
de 10 à 12, accompagnés de 3-4 longues et minces soies capillaires. ll n’y
en a pas ii la rame dorsale. ·-- Pygidium portant une large expansion
aplatie plus ou moins bilobée fg).
L. 16 à 20 mm. sur 1,5 mm. de large. — Coloration? '
A mer basse, dans les crampons de Luminaires.
Atlantique (Côtes d'Irlande, Blaksod Bay).
Nota. — Cette espèce est peut·être une forme jeune de Nerinides cantabra
dont elle ne dilïère notablement que par ses crochets tridentés. Chez les Spio-
nidiens, le nombre des dents est parfois plus élevé chez lesjeunes que chez les
adultes. .
G. NERINE Jonusrox (sensu Mizsmn).
[Aonis Mu.ua·EowAans; Malacoceros Quarnaraoas (pro parte)j
_ [Scolecolepis Sëosnsrnôn],
Prostomium sans cornes frontales, arrondi ou plus ou moins conique avec ·
une carène se terminant postérieurement en tentacule occipital. Souvent des
yeux. 2 longs palpes. — Branchies à partir du 2° sétigère jusqn’aux avant-
derniers segments. Lamelle dorsale bordant plus ou moins la branchie dans
les segments antérieurs. Lamelle ventrale allongée transversalement, plus ou
moins échancrée dans les segments postérieurs. Dans la région antérieure,
seulement des soies capillaires dorsales et ventrales, ensuite des crochets à
. · 3

34 FAUNE DE FRANCE. — POLYCHÈTES sÉnEN·rA1nEs
l capuchon aux deux rames. —-— Une ventouse anale. —- Pas d’0rganes dorsaux
segmentaires. -— CEufs entourés d'un chorion à vésicules transparentes.
1. Soies à capuchon à 2 pointes (fig. 11, n). . N. cirratulus, p. 36
——· Soies à capuchon à 1 pointe (fig. 11, e) ......... 2
2. Lamelle dorsale bordant complètement la branchie dans les
segments antérieurs (fig. 11, la) ...... N. foliosa, p. 34
—- Lamelle dorsale divergentc à Pextrémité (fig. 12, i, k) ....
................ N. Bonnierî, p. 35
N. foliosa (Aunounv et MlLNE·EDWARDS). Fig. 11, a-f. —- Nerine foliosa.
MALBIGREN 1865, p. 89; Masrur. 1896, p. 165. N. coniocephala JOHNSTON
1865, p. 201, pl. xvu, fig. 9-13. N. Sarsiana CLAPARÈDE 1868, p. 330,
pl. xxx, fig. 4. —·- Aunis foliosa Aunounv et M.-EmvAnns 1834, p. 263,
pl. VI a, fig. 9-13. A. foliacea QUATnEFAcns 1865, p. 441. A. vittata. Gnunn
1855, p. 115. — Spz'0 foliosus LEVINSEN 1883, p. 102. -— Scolecolepis
foliosa SôDEltSTRôM 1920, p. 118.
Corps large, épais, d’aspect foliacé antérieurement, très fragile. 200 à `
250 sétigères. — Prostomium en bouton arrondi ou conique plus ou
moins aigu, vaguement trilobé, terminé postérieurement en carene sub-·
cordiforme (fig. 11, a). 4 très petits yeux en ligne transversale, souvent
cachés sous les téguments. 2 gros palpes rides munis`d’un calice à la
base, s’enroulant en cornes de Bélier. -— Au 1°' sétigère, une petite la-
melle dorsale ovale et une ventrale arrondie, des soies capillaires aux
deux; rames. Branchies à partir du 2° sétigère, très développées dans les
50-60 premiers où elles sont bordées jusqu’à,l’extrémité pr la lamelle
dorsale qui s’étend en large bande plissée (b). Lamelle ventrale arrondie.
Dans les segments suivants, la lamelle dorsale est courte, élargie et ne
borde plus la branehie qui est longue et filiforme (c). Les branchies dimi-
nuent ensuite et disparaissent dans le tiers postérieur. Vers le 70° sétigère,
, la lamelle ventrale s‘échancre et postérieurement elle est plus ou moins
bilobée (d). —- Soies dorsales et ventrales capillaires. Soies encapu-
chonnées à une seule pointe entourée d’une collerette (e), au nombre de
LO environ, à la rame dorsale, à partir du 60"’-65° sétigère, et d’une ving-
taine à la rame ventrale, vers le 589-608. - Pygidium terminé en courte
ventouse anale oblique, sans cirres.
L. 10 à 16 om. sur 6 à 9 mm. de large. - Rouge antérieurement, vert
foncé velouté dans la partie postérieure. Branchies rouge vif.
A mer basse, dans le sable propre ou légèrement vaseux, a un niveau assez
bas. '
Mer du Nord; Manche: Atlantique (Croisic, La Rochelle, côtes d’Irlande);
Méditerranée (Naples).
Nom. - Le prostomium, plus ou moins conique, devient arrondi et obtus

srrournnu 35
lorsque la trompe est dévaginée. Il est plus aigu chez les jeunes et dans la
var. Sarsiana. ·
- — ,4 É * '7   , le ·
1   _Yv ·-Ã V4},
% .  «    
    é   f   b
'èîr ,  _ __.  ' ' 1 7 "î?§`>«
C L ' rr F W) ' 'lls ¤ rit 4  
,  -.5 . . ll  ,» ë% —\
. gïê  ., T  1;  ,/ `—·
,/~· Q  @
Q ·u ~ \ J e
¤ " | ·
. '&·r / ·
9 -1-hé l à
· à\
  sa 1
b ê'-?
1 74 âe ·
, t Tïl n c
F10. 11. — Nerine foliosa : a, région antérieure, grossie; h, 40* pied X 15; c, 70*
pied >< 20; d, pied postérieur x 20; e, soie eneapuchonnée x 300. — Variété Sar-
siana : f, tête, grossie. — N. cirratulus : g, région antérieure, grossie; h, pygidium,
grossi; i, l0° pied x 30; k, 45** pied x 30: l, 85* pied >< :30; m, soie capillaire
>< 400; n, soie encapuelionnée ventrale·>< 400.
N. Bonnieri Massin. Fig. 12, f-0. — Nerine Bonnieri Mesrux. 1896,
p. 168, pl. x, fig. 1-12.
Corps relativement court et trapu. 80 à 90 sétigères. — Prostomium
conique peu aigu, terminé postérieurement en pointe courte. 4 très petits
yeux presque enligne droite; souvent aveugle (12, f). 2 gros palpes. -—
Au 1** sétigère, une lamelle dorsale et une Iamelle ventralo arrondie (g),
Brancliies à partir du 2° sétigère, jusqu’à Pextrémité postérieure. Elles
sont bordées presque jusqu‘à Pextrémité par la lamelle dorsale qui se
recourbe vers Pextéricur en pointe très aiguë divergeant de la pointe de
la branchie également aiguë. Lamelle ventrale courte et entière dans les
pieds antérieurs, d’abord échancrée vers le 30°, puis divisée en 2 lobes
écartés (h, i, ki. -— Soies dorsales et ventrales capillaires (m). Soies enca-
puchonnées à une seule pointe entourée d’une collerette (01. Les dorsales

36 FAUNE DE rames. — rowcniaxrns sénsxmmus
apparaissent vers le 55° sétigère, les ventrales vers le 31° sétigère. Elles
peuvent être au nombre de 20 à 28 et les dorsales au nombre de 12. —
Pygidium à bourrelet anal, sans eirres.
L. 5 à G cent. sur 4 mm. de large.- Couleur saumon et vaisseaux `
rouge vineux. 2
A mer basse, dans le sable à Echinocardium. -— Manche (Wimereux, rare).
Nota. —Cette espèce se rapproche beaucoup de la Nerine foliosa, forme Sar-
siana à prostomium plus aigu. Elle en diffère surtout par l`extrémité de la
lamelle dorsale qui s'écarte de la branchie comme chez N. cirrazulus.
N. cirratulus (DELLE Cnmm). Fig. 11, g-n. — Nerine cirratulus CLAPA-
mène 1868, p. 68, pl. xxiv, fig: 1; MESNIL 1896, p. 152, pl. xx, fig. 1-29.
N. agilis VERRILL 1873, p. 600. N. heteropoda Wnnsrm 1879, p. 249,
pl. _vm, fig. 103-110. — Lumbricus cirratulus DELLE CHIAJE 1828, p. 77,
pl. 64. — Scolelepis sguamosa BLAINVILLE 1828, p. 492. —— Scolecolepïs
sguamata Sôosnsrrnôivr 1920, p. 218. Sc. vu(garz's (non. JOHNSTON) MALA-
oum 1890, p. 185; Gizmo 1890, p. 80. ·— ? Malacoceros l0ngz`1·0strz's QUA-
·rnEFAcEs 1865, l, p. 444. — ?? Lumbricus squamatus ABILDGAARD 1806,
p. 39. — ?Spio viridis Jonxsron 1828, p. 486.
Corps relativement long et mince. 150_à 200 sétigères. — Prostomium
en cône allongé, aigu, terminé postérieurement en pointe oecipitale attei-
, gnant le 2**, 3C sétigère (11, g). 4 petits yeux disposés en trapèze très
ouvert. 2 longs palpes assez grêles, atteignant, en arrière, jusqu’au
24° sétigère environ. - Au 1" sétigère, une lamelle dorsale et une lamelle
ventrale arrondies avec quelques soies capillaires. Branchies à partir du
2** sétigère et ne manquant qu’aux 7 ou 8 derniers. Elles sont surtout dévelop-
pées à partir du 10°. Lamelles dorsales très développées, bordant la branchie
sur une grande partie de sa longueur aux pieds de la région antérieure,
puis de moins en moins dans la région postérieure où les branchies
diminuent de taille (i, k, I). Lamelle ventrale d’abord étroite, à bord con-
vexe, puis élargie, rectiligne et de plus en plus éohancrée depuis le 25** sé-
' tigère jusqu’ l`extrémité postérieure où elle forme 2 lobes bien séparés.
- Soies dorsales et ventrales capillaires, faiblement limbées (m). Soies
encapuchonnées à 2 pointes, au nombre de 10-12 à la rame ventrale où
elles apparaissent vers le 40° sétigère, et de 2 à 5 à la rame dorsale vers
le 60°-65° (n). ——- Pygidium terminé en ventouse membraneuse, festonnée
(h).
L.5 à 8 cents, sur 2 à 3 mm. de large. — Coloration vert bleuàtre, sur-
tout antérieurement., dl blanchâtre; Q vert plus marqué.
A mer basse, jusqu'à un niveau élevé, dans le sable tres meuble, propre ou
légèrement vaseux.
Manche; Mer du Nord; Atlantique (Amérique, Irlande, Santander]; Méditer-
ranée (Naples).

srxoxmar. 37
G. LAONICE I\lA1.ncar:x. i
Prostomium arrondi, sans cornes frontales, terminé postérieurement en ten-
tacule occipital. 2 yeux. 2 gros palpes. — Branchies à partir du 2* sétigère et
n'existant que dans la partie antérieure du corps. Lamelle dorsale ne bor-
dant pas la branchîe. Lamelle ventrale non échancrée. Des poches génitales.
Dansla région antérieure, seulement des soies capillaires dorsales et ventrales,
  îsë .
\ • ,"'
. · (_' ·
i
î  L i
U C   _.`> _ ; ..  
5 é .
. c wo  ’   .
* F
#9 . « ., i  
É s L " "   il
ài ' p ; '.   “A:
ieïls   ·· it ° Ji
    "/Ill) \1 xl
‘ __ 4 iw   ’ i
 ’““‘~- we" tt li
d fl 9 l?   Tl *:1
Fm. 12. — Laonice cirrata : a, région antérieure, grossie; h, 12* sétigère >< 20; c, 22° ·
sétigère >< 20; d, 40* sétigèrc >< 20: 6, soie encapuchonnée X 400. — N. Bonnieri :
f, tete >< 15; g, l" sétigère »< 25; h, 2° sétigère >< 15; i, 10** sétigère >< 15; k, 31°
sétigère >< 15; 1, 59· sétigère x 15; m, n, soies ventrales >< 125; 0, crochet dorsal
du 59° sétigère X 125 (d’après Massin,).
ensuite des soies encapuchonnées à la rame ventrale seulement (l). - Des
cirres anaux. — Organes sensitils dorsaux formant 4 gouttières parallèles,
longitudinales, ciliées.
Nota. — Sôosnsrnëxx 1920 a subdivisé la L. cirrata en plusieurs espèces :
L. Baltusiensis, L. Sarsi, L. Appel/io/i et L. cirrata s. str. Cette dernière serait
spéciale aux mers arctiques. Cependant, je n’ai pas trouvé de différences nota-
bles entre les spécimens de Roscoff et de Bone et ceux du Spitzberg que j'ai
étudiés et tous sont conformes à la description de Sans.
(1) Sauf chez L. Sarsi.

38 FAUNE nn FRANCE. ~—— roLYcnÈTEs SÉDENTAIRES
L. cîrrata (Sans). Fig. 12, a-0. —- Laonice cirrata MESNIL 1896, p. 247;
Sônnnsrnôm 1921, p. 220, fig. 128. -- Nerine cirrata Sans 1861, p. 64. ·-
Scolecolepis cirrata MAL:~1cuEN 1867, p. 199, pl. x, fig. 54. - Spio cirrata
LEVINSEN 1883, p. 103. -— Aonfdes cirmta Fixuvnx. 1914, p. 220, pl., xx,
Hg. 4-9.
Corps allongé, arrondi, un peu déprimé. .160 sétigères. — Prostomium
subtriangulaire, élargi et arrondi en avant, terminé postérieurement en
tentacule occipital bien développé (12, a). 2 grosses taches oculaires allon-
gées. Une crête dorsale s’étendant sur les 28-30 premiers segments (organe
sensitif). 2 gros palpes très caducs. avec repli falciforme à la base. — Au
1" sétigère, une lainelle dorsale et une lamellé ventrale arrondies, petites,
avec quelques soies capillaires. Branchies à partir du 2* sétigère, 35 à
44 paires seulement, longues, cirriformes, rabattues sur le dos, bien sépa-
` rées de la lamelle dorsale sur toute leur longueur. Lamelles dorsales
grandes et aurîculées dans les segments branchiaux, ensuite plus petites,
triangulaires, puis`0vales et réduites. Lamelles ventrales entières, ovales,
puis arrondies (b, c, dj. A partir du 25° sétigère environ, chez les individus
à maturité, elle sont reliées entre elles par des « poches génitales » en
forme de nid de pigeon. — Soies dorsales et ventrales capillaires, faible-
ment lîmbées. Des soies encapuchonnées bidentées à la rame ventrale à
partir du 40¤ç50° sétigère (e). Pas de soies encapuchonnées dorsales. -—-
‘ Anus entouré d’une douzaine de cirres.
L. 9 à 12 cent., sur 3 à 5 mm. delarge. — Coloration jaunâtre antérieu-
rement, brunâtre postérieurement, ·
Dragages sur fonds de sable vaseux, de graviers, de coquilles. Parfois prise
au filet fin la nuit (SoUTnnnNl.
Mer du Nord; Manche (Roscofl`); Atlantique (côtes d’Irlande, Belle-Ile, Cap
de Gratte); Méditerranée (Bone). — Mers arctiques.
I G. AONIDES Cnlxranxlnz.
Prostomium conique, sans cornes frontales, terminé postérieurement en ten-
lacule occipital. Souvent des yeux. 2 longs palpes. —- Branchies à partir du
ZU sétigère et n’existant que dans la région antérieure du corps. Lamelle dor-
sale ne bordant pas la branchîe. Lamelle ventrale ovale, non échancrée. Dans
la région antérieure, seulement des soies capillaires dorsales et ventrales,
ensuite des crochets à capuchon aux deux rames. — Des cirres anaux. —
Organes sensitifs dorsaux métamériques.
— Crochets à capuchon bidentés (fig. 13, e). 20-23 paires de bran-
chîes .............. A. oxycephala, p. 39
— Crochets à capuchon tridentés (fig. 13, h). 10-11 paires de bran-
chies ............ A. paucibranchiata, pt 40

se1oN1n.1E 39
  ·
A. oxycophala (Sims). Fig. 13, 3·e. -— Awzides oxyceplmla Mssmx. 1896.
p. 242, pl. x, fig. 19-28. A. auricularis Cz.A1>Anis¤E 1864, p. 505, pl. 111,
fig. 3. — Nerine ozycephala. Sans 1862, p. 24. - ôpio oxycephalus L12·
VINEEN 1883, p. 100. — Scolelepis oxycephala SAlNT·JOSEPII 1894, p. 81,
pl. tv, fig. 101-103. Sc. le/zuzis VERHILL 1874, p. 601. `
' «%’· P
  · ·
f ,111,
il ' ’ I ,_._h .
” " . ~~°.. ..°.    ·
/ e Pi
, . <» P
U. ,/·   ·
_ . ~ ,` L ·
/ ? · 1/  .. .
1 ‘ 2 « .-
1 P s '  (  
11 ~ ,  
  l ` `
. si  
c . e 9 K .
Fm. 13. —— Jonides omimcphala :a. tète, grossie; b, parapodc branchial >< 120; c,para·
pode postbianchial x 60; d, pied postérieur >< 60; e, soie encapuchonnée x 350. —
A. paucibranchiata : f, région antérieure >< 45; g, pygidium >< 75; h, crochet von-
tral postérieur x ISO; i, lamelle ventrale du 78** sétigère avec ses glandes >< 120;
k. 78° pied >< 120 (d’8.près Sourxmnx).
Corps très mince, à segments très marqués. 100 à 200 sétigères. —
Prostomium en forme de grand et long cône pointu, subcordiforme en
arrière et terminé ostérieuroment en court tentaculq occi ital relevé.
. P . P .
4 petits yeux disposés en trapèze très ouvert (13, a). 2 longs palpes épais
à sillon ventral cilié. — Au 1" sétigère, une lamelle dorsale et une lamellé
ventrale petites, arrondies, et des soies capillaires. Branchies à partir du
2° sétigère, au nombre de 20 à 24 paires seulement. Toutes semblables,
grandes, bien séparées de la lamelle dorsale sur toute leur longueur (bp.
Lamelles dorsales triangulaires et bien développées dans la région bran-
oliiale, ensuite plus petites, ovales, puis arrondies et très réduites (c, d).
Lamellcs ventrales peu développées, demi-ovales, puis triangulaires et
de plus en plus réduites. -— Soies dorsales et ventrales capillaires, fai-

40 FAUNE ma rnaxca. — ronvcuiarss sénnivrainas •
blement limbées. Soies encapuchonnées à 2 pointes inégales, au nombre
de 4-5 à la rame ventrale à partir du 32**-35" sétigère, les dorsales, 3 ou 4,
à partir du 35°-42e (e). — Pygidium conique, avec anus entouré de 6 à
8 cirres courts.
L. 5 à 10 cent., sur 1 mm. de large. —- Coloration jaune verdàtre en
_ avant, plus foncée en arrière.
A mer basse, dans le sable sous les pierres, dans les mares parmi les Algues
en décomposition, dans les pieds de Laminaires et parmi les Corallines. —
Dragages côtiers. '
' Mer du Nord; Manche; Atlantique (côtes d`Irlande, Croisic, Santander,
Amérique); Méditerranée (Port-Vendres). _
A. paucibranchiata Soumanu. Fig. 13, f—k. — A0nz'despaucib1·anchz21!a
Sournrsniv 1914, p. 100, pl. xx, fig. 24. ·
Corps long et grêle. 54 à 80 sétigères. -- Prostomium fusiforme, obtus
aux deux extrémités. 4 yeux réniformes, à cristallin, disposés en trapèze
ou sur une ligne peu courbée (13, f). ·- Au 1" sétigère, lamelles dorsale
et ventrale petites, arrondies, avec quelques soies capillaires. Branchies
à partir du 2** sétigère, au nombre de 10 à 11 paires seulement; toutcs
semblables, grandes, bien séparées de la lamelle dorsale sur toute leur ·
longueur. Lamelles dorsales triangulaires et bien développées dans la
région branchiale, ensuite ovales, plus petites, puis très réduites. Lamelles
ventrales peu développées, demi-ovales, puis subtriangulaires et de plus
en plus réduites postérieurement (k). Elles renferment de longues glandes
couleur d’ambre (i). — Soies dorsales et ventrales capillaires faiblement
limbées, sur deux rangées, de longueur inégale et les dorsales plus longues
que les ventrales. Soies encapuchonnées à 3 dents inégales, une grosse
inférieure, surmontée d’une plus courte aiguë, et une supérieure beaucoup
` . plus petite, obtuse. Elles apparaissent, à la rame dorsale, au 31° sétigère,
à la rame ventrale au 36° (h). —— Pygidium portant 2 paires de cirres dont
la ventrale est plus petite (g).
I L. 18 mm. et souvent moins. -—- Coloration?
Dragages côtiers. -— Atlantique (Côte d‘Irlande, Clew-Bay et Berehavenl.
Nota. — Cette petite espèce pourrait bien n’être que la forme jeune d’A. oxy-
cephala dont elle diffère surtout par la taille, le nombre des branchies et des
cirres anaux moins grand. Les crochets sont, il est vrai, tridentés, mais aux
stades post-larvaires ils possèdent souvent, chez les Spionidiens, des dents
plus nombreuses que chez les adultes.
G. SPIOPHANES GRUBE.
Prostomipm subtriangulaire, élargi en avant, arrondi ou prolongé en 2 pointes
latérales, terminé en arrière en courte carène ou en tentacule occipital. Yeux

srxoxvxoaxa 41 I
4 ou 0. 2 gros palpes. — Pas de branchics. Lamelles dorsales antérieures
redressées, parfois différentes des suivantes. Lamelles ventrales proéminentes
seulement dans les 4 premiers sétigères. Des glandes filières aux pieds de la
• région antérieure. Parfois des poches génitales. Des soies capillaires. Au W sé-
tigère, 1-2 grosses soies ventrales. Soies à crochet ventrales bidentées ou
tridentées. Pas de soies à crochet dorsales. — Des cirres anaux. —— Organes
sensitifs dorsaux formant 2 gouttières longitudinales ciliées.
— Prostomium sans cornes frontales. Soies à crochet tridentées, °
sans capuchon ........... 'Sp. Kroyeri Gxxuxm (‘)
‘ — Prostomium à cornes frontales. Soies à crochet encapuchonnées,
bidentées (fig. 14, e) ......... Sp. Bombyx, p. 41
Sp. Bomhyx (Cnarxnizoxz). Fig. 14, a-î. — Spiop/zazzes Bombyx Mxasmx. ·
1896, p. 249, pl. xv, fig. 1-22; Saxur-Jossrxx 1898, p. 353, pl. xx, fig. 165;
Sôosnsrnôxx 1920, p. 243. —·- Spin Bombyx Ctxrxnianxz 1870, p. 485, _
pl. xxx, fig, 2. Sp. crenatz2·orm`s Gxann [non Moxucu) 1881, p. 600.
Corps iiliforme, un peu aplati dorsalement avec des bourrelets trans-
versaux ciliés. 180 sétigères environ. —- Prostomium très élargi en avant,
avec 2 longues pointes latérales, arrondi en arrière et terminé en courte
pointe postérieure (14, a). 0 ou 4 yeux en trapèze. 2 palpes relativement
gros et courts, ne dépassant guère le 10** sétigère. — Au 1" sétigèrc,
une petite lamelle dorsale allongée, une lamelle ventrale, des soies
capillaires et 1-3 soies ventrales plus grosses que les autres et recourbées.
Lamelles dorsales lancéolées et redressées dans les 4 premiers sétigères
mais peu différentes des suivantes qui deviennent plus longues et plus
étroites en arrière (c, cl). Pas traces de branchies. Lamelles ventralcs
triangulaires aux 4 premiers sétigères, ensuite longues, peu saillantes, en
demi-cercle, jamais échancrées. —- Du 5° au 15° sétigère, des glandes
filières plus ou moins contournées dans les parapodes et donnant un pin-
ceau de longs fils soyeux (d). - A la région antérieure, soies dorsales et
ventrales capillaires, à partir du 15° sétigère, une grosse soie ventrale
inférieure, arquée, ponctuée, et, aux derniers sétigères, des soies contour-
nées (f, g, h, i). Soies encapuchonnées à 2 pointes (e) à la rame ventrale,
à partir du 15° sétigère. Pas de crochets dorsaux. Organes sensitifs for-
mant2 bandes longitudinales dorsales jusqu`au 3"’-4° sétigère. — 2 cirres
anaux cylindriques (b).
L. 5 à 6 cent., sur 1,5 mm. de large. — Coloration rose vif antérieu-
rement, puis brun verdàtre ou rouge vineux.
‘ A mer basse, dans le sable, à un niveau peu élevé; dans un tube de sable
rigide, long, mince, dépassant la surface de 2 à 4 centimètres. `
Mer du Nord; Manche; Atlantique; Méditerranée. — Iles Falkland.
(I) Espèce arctique, non encore signalée dans nos mers.

‘ 42 rwxs ma rmiivce. —— POLYCHÈTES sénzziwmnes
G. MICROSPIO Mesxrn. n
Prostomium arrondi ou faiblement échancré mais sans cornes frontales. ’
4 yeux. 2 longs palpes. - Branchies à partir du 26 sétigére (parfois au i") sur
la plus grande~partie du corps. Lamelles dorsales libres ou plus ou moins
soudées à la loranchie. Lamelles ventrales non éehanerées. — A maturité, des
' réceptacles séminaux. — Des soies capillaires dorsales et ventrales. Des soies
enoapuehonnées ventrales. Pas de crochets dorsaux. —- Anus entouré de cirrcs.
— Organes sensitifs dorsaux métamériques, 2 par segment.
A ÃÉJ Y' zîx (
. ,1 , C ·*=. .
À K} ï -*"' ·/5 · ·»
_ · > '_   ’ __ « · /
-_ gt ·
. 0     il V ` Oàwflj 
 l·+·~·É- . . \i   \·—ï\—1 y ?
  lt 1,,   fl /  
i· ·  . 9 il \  "  `
4, ,7;  W \ 4 "`/` 
0. “ 0 » "   
. A   , se
if i. Ã;   v L /
if gf lr ‘ 4  W ~»j.  
É! yu V ,
8 0   aiitîî    ’ J!
' it î "
\ _ t,     W
T 2 J: `iïîïl
ti t    
i s ij  
i l 1 il
' ¢ ' É L \
_ c ti 0 il L c TL m O
Fin. 14. — ispiophcmes Bombymz a, région antérieure, grossie; b, pygidium; c, para-
pode moyen >< 40; d. parapode antérieur >< 40; e, soie encapuehonnée >< 500; f,
soie ventrale du l0° sétigère >< 240; g, soie ventrale du l°' sétigère >< 240; h, soie
ventrale d’un sétigère postérieur >< 240; i, soie ventrale antérieure du 3· sétigère ><
400 (d’ap1·ès Mesxin). — Mâcrospia Mecznilwwianus : k, région antérieure, grossie
(d’ap·rès Cnaranànn); 1, soie encapuehonnée, très grossie; m, parapode (d’après Lix-
enannms); n, spermatophore, très grossi; 0, pygidium, grossi (d’après Cmmurz).
M. Mecznikowianus (Cnnrnnànn). Fig. 1.4, k~o. -— Jlicrospio Nlecznilco-
wianus Cnnnuri 1908, pl. 1; Sônnnsrnôm 1020, p. 248. J1. atlantica
Mesmx. 1896, p. 174. -— Spz'0 Meczni/cowianzrs CLAPARÈDE 1868, p. 64,
pl. xxm, fig. 2. Sp. atlanticus LANGEnnANs 1880, p. 89, pl. xv, fig. 2.

. srxomoan 43
Corps assez délié. 30 à 48* sétigères. -·- Prostomium allongé, arrondi
antérieurement ou faiblement échancré (14, k). 4 yeux disposés cn tra-
pèze, réduits parfois à 2. Palpes gros et longs de taille variable, très
caducs, plus ou moins annelés ou tachetés. ‘—— Au 1°' sétigèrc, une
rame ventrale rudimentaire, pas de rame dorsale. Branchies à partir
du 2" sétigère jusqu'aux avant·dernîers segments. Lamelles dorsales
foliaoées aiguës, petites et ne bordant pas la branchie. Lamelles v-utrales
courtes, non échancrées (m). — Soies capillaires dorsales et ventrales.
Soies encapuchonnées tridentées (I), au nombre de 2 à 4 à partir du S'-
10** sétigère, à la rame ventrale. Pas de crochets dorsaux. — Des poches
glanduleuses à partir du 2° sétigère. Chez les (5* à maturité, les uéphri-
dies sont bourrées de spermatophores (n). —- 4 cirres anaux ovales. les
ventraux souvent plus larges et brunàtres (0).
L. 15 à 40 mm., sur 0,7 à 1 mm. de large. —— Face dorsale avec taches
de pigment brun souvent disposées en ellipse.
Dans le· sable vaseux au voisinage des côtes, et à mer basse dans le sable
lin.
Manche (?); Atlantique (Madère); Méditerranée (Naples). — Japon. i
Nota. — D’après Massin, les soies encapuchonnées se montrent toujours au-
9** sétigère chez M, atlantica, au 11** chez M. Mecznikvtvianus. Suivant l'im-
portance attachée à ce caractère, il y aurait donc lieu de considérer ces deux
formes comme deux espèces distinctes ou deux variétés ditlérentes.
G. SPIO F.s1mxc1us.'
Prostomium allongé, sans cornes frontales, terminé en pointe postérieure-
ment. 4 yeux. 2 longs palpes. - Branchies à partir du 1*** sétigère, jusqu`aux
derniers segments. Lamelles dorsales bordant peu les branchies. Lamelles
ventrales non échancrées.,A maturité, des réceptacles séminaux. - Des soies
capillaires dorsales et ventrales. Toujours 2. rangées de soies à chaque rame. ,
Des soies encapuchonnées ventrales. Pas de crochets dorsaux. - Anus
entouré de cirres. - Organes sensitifs dorsaux métamériques, 1 par segment.
— 4 petits yeux (fig. 15, a).` Crochets bidentés à partir du 10"-
14** séttgère ........... Sp. iilicornis, p. 43
— 2 groupes de nombreuses taches oculaires (15, h). Crochets à
partir du 28*-32° sétigère ...... Sp. multioculata, p. 44
Sp. filicornis (O. F. Müntan). Fig. 15, a·g. — bpz'0 filicornis AIALMGHEN
1867, p. 200, pl. ix, fig. 1; Sünansrnüm 1920, p. 245, lig. 154-155. Sp.
Martinensis Mnsmr. 1896, p. 122, pl. vu, fig. 1-20, 1924, p. 168. —? Spz'0
Galtyi Mc livrosu 1909, p. 165. —- Nereis p'1l·COl'IZl·S (J. F. Münman 1776,
p. 218. — ? Euspio Mcsnili Mc lxrosu, 1915, p. 176.
Corps relativement court et épais, très fragile. 80 à 90 sétigères. ——-

44 FAUNE ma rnairce. —— rowcuiares sénsivrainss
Prostomium allongé, arrondi antérieurement, parfois très légèrement
échancré, terminé postérieurement en pointe courte (15, a). 4 très petits
yeux disposés en carré. 2 palpos relativement courts et gros. —— Au
1°' sétigère, une lamelle 'dorsale et une lamelle ventrale avec des soies
capillaires. Branchies à partir du t" sétigère jusqu’aux avant-derniers
segments. Lamelles dorsales foliacées, ne s`étendant que très peu le
.‘ " long de la branchie dans les segments antérieurs (b), plus petites et plus
séparées dans les segments postérieurs (c, d). Lamelles ventrales d‘abord
étroites, ensuite élargies, puis de nouveau rétréeies, à bord libre tou-
jours convexe, jamais échancré. -— Soies capillaires dorsales et ventrales '
(g). Soies encapuchonnées bidentées (tridentées chez les jeunes) à la
rame ventrale à partir du 10°-15° sétigère, au nombre de 6 à 9 (f). Pas
de soies encapuchonnées dorsales. Des soies aciculaires recourbées à la
partie inférieure de rames ventrales postérieures. —- Anus dorsal entouré
de 4 cirres foliacés, 2 dorsaux allongés et 2 ventraux plus courts (6).
L. 30 mm. environ sur 2 mm. de large. —- Couleur rose saumon, tube
digestif couleur de Malaga. Des taches couleur crème sur les lèvres laté-
rales.
· A mer basse dans le sable et dans les dragages côtiers.
Mer du Nord; Manche (\Vimereux, Torquay, environs de Cherbourg, la
Hague); Atlantique (côtes d’Irlande, Gijon). —- Mers arctiques.
Nota. —— Mssmt n’admet pas la synonymie de Sp. fîficornis et Sp. marxi-
nensis, les crochets, apparaissant, chez ce dernier, au 14** sétigère (rarement
13” ou 15e) et au 10** chez Sp. filicornis. '
Sp. multioculata (Riom). Fig. 15, h—o. -— Euspio multioculata R1oJA1919,
p. 7, fig. 2. ·
Corps de petite taille. -— Prostomium un peu élargi en avant et faible-
ment échancré, formant deux mamelons arrondis et s’étendant, en arrière,
jusqu‘au 3° sétigère en carène obtuse. 2 groupes irréguliers de 3 à 6-7
petites taches oculaires chacun (15, h). —- Brauchies à partir du 1‘" séti-
gère jusqu’aux derniers segments. Au 1"' sétigère (m), une lamelle dorsale
triangulaire acumiuée de longueur égale aux 2 tiers de la branchie,
une lamelle ventrale triangulaire et des soies capillaires. Aux segments
suivants, lamelles dorsales plus ovales, ne bordant la branchie que sur
une faible partie de leur longueur. Lamelles ventrales d’abord ovales un
peu mucronées, puis plus larges, plus basses et plus écartées de la dor-
sale, jamais échancrées (11, 0). - Des soies capillaires limbées dorsales et
ventrales, quelques soies ponctuées. Des soies aciculaires recourbées à
partir du 6°-10° sétigère, au nombre de 2 à 5 à la rame ventrale (k). Soies
encapuchonnées bidentées au nombre de 6 à 8 à la rame ventrale, à partir
du 28e-32** sétigère (l). Les soies aciculaires coexistent avec elles tandis
que les soies capillaires disparaissent peu à peu. Pas de soies encapu-

srxoxmaiz 45
. \ A" l:
  · W "‘
b I"   N. ·  
*—»'   . ’  V; \
·   [ 1 · M:
· ® _ — Y pi ia; i
  ~%
là J I /  
ij: ' wi
‘ lh}; /r n'
Ill ·
I ·' Sh? ·
JQ cl   L ·
  7 '   1
  L 1:3**
î til
C -- g , il
  É ) 1 
· ‘   s
8 b   *2. i x iq, 0
 
Fm. i5. — Spio filicomîs : a, région antérieure, grossie; b, pied antérieur >< <l5;
c, pied moyen >< 45; d, pied postérieur >< 45; e, pygidium, grossi; f,_ soie encapu-
chonnée >< 500; g, soie ponctuée >< 400. —- Sp. multioculata : h, téte >< 3; i, pygi-
dium >< 3; k, soie aciculaire ventrale >< 260; I, soie encapuchonnée >< 260; m. 1** sé-
tigère >< 60; n, pied postérieur >< 60; 0, 15· pied >< 60 (d‘après Riou).
chonnées dorsales. — Pygidium à 4 cirres dont les deux dorsaux sont
plus longs que les ventrux (i).
L. 20 à 25 mm., sur 1,5 à 2 mm. de large. —— Coloration générale du
corps rougeâtre et branchies de teinte plus vive. _
A mer basse, dans le sable. - Atlantique (Santander, Riou).
' Cv. PYGOSPIO Cmmaùon.
Prostomium sans cornes frontales, terminé en pointe postérieurement. 4 yeux
en général. 2 palpes caducs. —- Branchies sur un petit nombre de segments et
commençant assez loin dela tête (sauf chez les mâles). Lamelles dorsales bor-
dant la branchîe sur toute sa longueur. Lamelles ventrales non échancrées. Des
poches vésiculeuses et des réoeptacles séminaux. Des soies capillaires dor-
sales et ventrales. Des soies encapuchonnées ventrales. Pas de crochets dor-
saux. — Pygidium à 4 appendices papilleux. — Dimorphisme sexuel accentué.
(Eufs sans vésicules transparentes dans le chorîon.

46 mons on rxmmcn. —— powcniarias séniazvmxmas
P. elegans CLAPARÈDE· Fig. 16, a-h. -— Q, Pygospio elegans CLAPARÈDE
1863, p. 137, pl. xiv, fig. 27-31; Mesmi, 1896, p. 175, pl. XI, fig. 1-17; Sou-
LIER 1904, p. 2, fig. 1; SÉDERSTRCMIXIQQO, p. 267. P. minutus GIARD 1894,
p. 246. —·S_pi0 Rathbuni \VEBSTER et BENEDICT 1884, p. 726. —· 6, Spio
setz`c07·nz's (non Faunicicsl CEnsTno 1843, p. 40. CUNNINGHAM et HAMAoE
1888, p. 640, pl. xxxvxi, fig. 4. —- Pygospio setic0r1zi.s· Mnsnu. 1897, p. 86.
ûx 1
Q   fr
(L l7 ' M ;·~ C ‘ H . 
'" ·*    ,-=
~·, , ·    , .,
,  É ir   o
)_l_(, -
( i' -
pf ` N}:. I
4/ kal d [ ,3 ,l’ ` rn '
C    ®
, le A fb ' TL
- = ..,. ,«5'M ',••"\
/ ·Ã?.» " ’,
` ' ”=Ã*m*"L
~ , _§‘
  ·
,-'¤É°§¢.1
‘ *‘*==.é=-··< .
e r 9 ,   ‘· .
__« — gas'! .
l?    
_ oïr IQ•·»
FIG. 16. -- Pygospio elegzms : a, Ci', région antérieure >< 30; b, Q, région antérieure
>< 30; c. pygidium >< 30; d, parapode antérieur >< 60; e, parapode branchial moyen
>< 60; f, parapode postérieur >< 60; g. soie encapuchonnee >< 500; h, soie limbée
>< 350. - Polydora ciliata : i, région antérieure, grossie (d’après Cumixonan); k,
animal entier >< 5; 1, l" sétigère >< 40; m, ventouse anale, grossie; 11, soie en lan-
cette du 5E sétigère >< 400: 0, grosse soie anormale du 5° sétigère >< 400; p, soie
eneapuchonnée >< 400.
Corps mince et de petite taille. 50 à 60 sétigères. — Prostomium allongé
faiblement divisé en avant en Zpetites saillies arrondies, terminé, en ar-
rière, en pointe atteignant à peine le 2e sétigère. 2 à S petits yeux irrégu-
lièrement disposés (16, a-li). 2 ptilpes relativement volumineux et longs.
-— Aux sétigères antérieurs, lamelles dorsales et ventrales demi-ovales,
également développées (d). Chez la Q , branchies à partir du 11**-20** séti-
gère, au nombre de 7 à 9 paires; chez le çi souvent jusqu’à 20-28 paires.
_ Elles sont bien développées et bordées par la lamelle dorsale plissée (e).

· sriomnaa 47
Chez le mâle, il existe, en outre, au 2° sétigère une paire de grandes bran-
chies dressées et indépendantes de la lamelle dorsale (a). Dans la région
postbranchiale, les lamelles dorsales et ventrales sont très réduites et dis-
paraissent à peu près complètement (f). ·— Des soies capillaires limbées
dorsales et ventrales (h). Soies encapuohonnées bidentées à hampe renflée
(g), aux rames ventrales à partir du 8° sétigère, au nombre de 4-5; les pre-
mières différentes des suivantes. Pas de crochets dorsaux. —- Des poches
glandulaires ventrales à partir du 2*-3° sétigère. Des réceptacles séminaux
à partir du 12°·13°. Organes sensitifs dorsaux rudimentaires chez la Q,
développés sur plusieurs segments chez le 5*. — Pygidium terminé par
4 appendices divergents, papilleux, bourrés de faisceaux de corpuscules
bacillipares (c).
L. 10 à 15 mm. — Corps jaunâtre ou verdâtre, intestin brun Malaga.
Tube de sable fin agglutiné par du mucus, long et flexible.
Dans la vase des fentes de rocher et entre les coquilles et les Serpules A mer '
basse à un niveau assez élevé et dans les dragages côtiers.
Mer du Nord; Manche (Salcombe, Wimereux, Cherbourg, Roscoff); Atlanti-
que (Croisic, San Vicente de la Barquera, Amérique); Méditerranée (Cette). —
Baltique. `
G. POLYDORA Bosc.
[Leucorforc Jormsrox, Leucodorum (Ensrrn, Boccardia Citnnzzx]
[Carazzia Miasrm.],
Prostomium obtus ou plus ou moins nettement échancré, prolongé postérieu-
rement en oarène obtuse. 1 yeux (rarement plus) ou 0. 2 longs palpes ciliés. —
Branchies en nombre variable commençant après le 6°-9° sétigère, rarement au
2°. Lamelles dorsales ne bordant pas ordinairement les branchies. Lamelles
ventrales entières, peu développées. 5* sétigère fortement modifié, avec de
grosses soies dorsales spéciales (fig. 16, i, 0). Des soies capillaires dorsales et
ventrales et des soies encapuchonnées ventrales bidentées à partir du 7°—8° sé-
tigère. — A maturité, des poches séminales. Des poches glanduleuses bien dé-
veloppées à un certain nombre de sétigères. (Eufs sans chorion vésiculeux. — Or-
ganes sensitifs dorsaux en gouttières longitudinales. — Une ventouse anale en-
tière ou quadrilobée. '
Remarques. — Le genre Polydora est caractérisé surtout par le 5° segment
sétigère, trés différent des précédents et des suivants, toujours dépourvu de
branchies et do lamelles et portant des soies géantes très spéciales et de forme
souvent caractéristique, accompagnées de soies capillaires plus ou moins lim-
bées dont certaines peuvent être élargies en lancette. Aux autres segments, les
soies sont capillaires, dans la région antérieure, et on peut y distinguer des
dorsales antérieures et postérieures et des ventrales antérieures et postérieures,
plus ou moins fines, plus ou moins limbées ou ponctuées. Les soies encapu-
chonnées ventrales, crochets ou uncini, apparaissent à un segment fixe, en gé-
néral. Elles sont bidentées. Sëmznsrnôu a démontré que l’angle formé par leurs

48 nous ns rames. — ronvcnàrss sûosnminizs
dents, fort difficile à mesurer exactement, n'a rien de constant et n’a donc pas
la valeur spécifique qu’on lui a attribuée, Les soies dorsales des segments
postérieurs, quand elles existent, sont très caractéristiques. Ces soies en poinçon
· sont plus fines chez les jeunes.
Il n’en est pas de même de la forme du prostomium qui est très variable dans
une même espèce suivant Page et le degré de contraction et qui est ainsi, tantôt
entier, tantôt plus ou moins nettement échancré en 2 lobes arrondis qui ne
sont d'aillenrs pas homologues aux cornes latérales des Scolelepis.
Les yeux, généralement au nombre de 4, rarement plus, peuvent aussi exister
ou manquer sans règle fixe. [ls sont d‘ordinaire plus fréquents chez les jeunes
que chez les adultes.
La ventouse anale peut être entière ou présenter 2 ou 4 incisions chez la
. même espèce. La forme générale importe plus que les incisions.
Le segment où commencent les branchies présente un caractère de grande
' fixité. Il n’en est pas de même de leur nombre qui varie avec la taille.
Toutes les Polydores se construisent un tube avec de fines particules de vase
agglutinées par du mucus. Ce tube, recourbé en U à branches très rapprochées.
peut être simplement enfoncé dans le sable ou la vase, à la surface des rochers
. ou dans les fissures entre les feuillets des roches. Plusieurs espèces sont per-
forantes et creusent les rochers calcaires, les Liz/:0:/zamnium ou les vieilles co-
quilles. La Polydom lmplura perfore la coquille des Huîtres vivantes, tandis
que la P. ciliata accumule la vase entre leurs valves, au bord du manteau,'et ne
perforé que les vieilles coquilles vides.
Sur les côtes du Calvados, les pierres calcaires sont profondément gravées
par les innombrables excavations vermiculaires des Polydores.
1. Branchies à partir du 2** sétigère (fig. 20, a). (S.—G. Boccardia). 10
— Branchies après le 6“ sétigère ............ 2
2. Soies encapuchonnées à partir du 8** sétigère. An 5* sétigère,
2 rangées de soies disposées en fer à cheval. (S.-G. Carazzia). .
..... ' ........... P. antennata, p. 56
—- Soies encapuchonnées à partir du 7e sétigère. Soies anormales
du 56 sétigère non disposées en fer à cheval. (S.—G. Polydora). 3
3. Pas de soies dorsales spéciales aux derniers segments .... 4
— Des soies dorsales spéciales aux derniers segments ..... 5
4. Pas de soies dorsales au i" sétigère. Branchies à partir du '7°.
................. P. ciliata, p. 49
— Des soies dorsales au 1e' sétigère. Branchies à partir du 10". .
................ P. Giardi, p. 50
5. Des faisceaux de soies très fines et très nombreuses aux derniers
sétigères (fig. 17, t) .......... P. flava, p. 52
— Pas de faisceaux de soies fines aux derniers sétigères .... 6
6. Grosses soies dorsales postérieures en hameçon (fig. 17, d). .
................ P. hoplura, p. 50
-—- Des soies dorsales postérieures en poinçon (fig. 18, i). . ·. . 7

smomnan ‘ · U 49
7. Soies en poinçon groupées en faisceau conique (fig. 19, c). Pas
de soies en lancette au 5° sétigère ..... P. armata, p. 55
-—- Soies en poinçon non groupées en faisceau conique ..... 8
8. Grosses soies du 5° sétigère creusées en cuiller (fig. 18, d, e), sans
pointe latérale. Soies en poinçon souvent fines. Branchies à partir
.du 8· sétigère ............ P. caeca, p. 52
—- Grosses soies du 5° sétigère à poils en brosse et sans dent
latérale marquée (18, p, q) ........... . . 9
9. Poils en brosse groupés en pinceau dans une cavité terminale de'
la soie (fig. 18, p, q). . . · ..... P. quadrilobata, p. 54 _
—- Poils en brosse recouvrant le sommet recourbé en eroe aigu de
la soie (19, f.) ........... P. Canlleryi, p. 54
10. Grosses soies du 5° sétigère de 2 sortes (fig. 20,c). Branchies du
2° au 45°·55°sétigère ........ P. polybranchia, p. 58
—·- Soies du 5° sétigère peudifférenciées. Brancliies du 2° au 19° seti-
gère ......... — ....... P. ligerica, p. 57
—- Soies anormales du 5° sétigère d‘une seule sorte, soies en lancette
à renflement subterminal (fig. 19, u) ..... P. Redeki, p. 58
P. ciliüta (lormsrox), Fig. 16, i-p. —— Polydora ciliata Mnsivu. 1896, '
p. 210, pl. xiv, fig. 1-8; Mc livrosu 1915, p. 198; Sünnnsriiüu 1920,
p. 262, fig. 169. P. cornuta Cmranàns 1861, p. 542. P. Agassz'zz'i C1..u>A·
nàna 1868, p. 54, pl. xxrr, fig. 1. — Leuccdore ciliaius Jomvsrox 1838,
1865, p. 205, pl. xviu, fig. 1-6. L. audaz Quunnraces 1865, l, p. 298,
pl. xxx, fig. 3-6. L. Fabrîcii Quyrnnmons 18/$5, l, p. 300. L. dubius Qua-
Tnnrmss 1865, I, p. 301. L. calcarea. R. Lmkssran 1868, p. 392. —
? Leucodorum muticum LEUCKART 1849, p. 200.
Corps long et mince, 60 à 180 sétigères. - Prostomium faiblement
échancré en avant, prolongé en arrière jusque vers le milieu du 2° séti-
gère (16, i, k). 4 yeux disposés en carré. manquant souvent chez les adul-
tes. Palpes minces et très longs. — Au 1*" sétîgère, une lamelle dorsale,
une lamellé ventrale, des soies vcntrales, pas de soies dorsales (I). Bran·
chics à partir du 7" sétigère jusqu’aux 10 avant-derniers. Lamelles dor-
sales étroites, divergentes, ne bordant jamais les branchies. Lamelles
ventrales allongées aux premiers sétigères, ensuite larges et peu sail-
lantes et de plus en plus réduites. —— Soies capillaires dorsales et ven-
trales aux segments antérieurs. Des soies encapuchonnées ventrales à
partir du 7* sétigèrc, au nombre de 8-10 environ, à hampe renflée, à 2 dents
aiguës (p). Grosses soies anormales du 5° sétigère avec une pointe latérale; `
elles sont accompagnées de soies en lancette (0, n). Pas de soies dorsales
spéciales dans la région postérieure. —- Des glandes parapodiales parfois
dès le 3° sétigère. Organes dorsaux s’étendant jusqu’au 2°·3° sétigère. ·~
Pygidium avec une ventouse anale en entonnoir largement échancrée du
côté dorsal (m). -· Pas de pharynx.
4

50 mons ne rrîancn. —— ronvcuiaras sénarrraiaas
L. 20 à 30 mm., sur 0,7 à 1 mm. - Coloration brun jaunâtre ou jaune
paille avec les extrémités enfumées, surtout la ventouse anale.
A mer basse sur les rochers calcaires, les Lithot/zamnium dans un tube en U
— creusant la roche et plus ou moins saillant. Dragages côtiers et sur les vieilles
coquilles.
Mer du Nord, Manche, Atlantique, Méditerranée.- Baltique, Mers arcti-
ques(?), Australie.
P. hoplura Cnlwaaiann. Fig. 17, a·g. —-Polydom hoplum Craranùnn
1870, p. 58, pl. xxu, fig. 2. Caaazzr 1893, p. 20, pl. 11, fig. 6-7. Sommes
1903, p. 83, fig. 12. -—? P: hamata Wansrna, Laivcnarnms 1880, p. 92,
pl. rv, fig. 4. '
Grande taille. 200 sétigères et plus. — Prostomium plus ou moins
échancré en avant, parfois arrondi, prolongé en carènejusqu'au 3° sétigère.
4yeux ou 0, disposés en carré (17, a). Palpes longs et minces. Au 1°' séti-
gère, une lamellé dorsale, une lamelle ventrale, des soies ventrales, pas
de soies dorsales. Branchies à partir du 7° sétigère et ne manquant qu’aux
10-20 derniers, chez les adultes. Lamelles dorsales digitiformes, très petites,
_ bien séparées des branchies. Lamelles ventrales, courtes, arrondies dans
la région antérieure, puis en bourrelet à peine distinct. — Soies capillaires
dorsales et ventrales aux segments antérieurs. Des soies encapuchonnées
ventrales, à partir du Te sétigère, au`nombre de Senviron, à hampe renflée
à 2 dents aiguës (c). Grosses soies anormales du 5° sétigère avec une
pointe latérale (e, f); elles sont accompagnées de soies en lancette (g). Aux
10-20 derniers sétigères, de grosses soies dorsales jaunes recourbées en
croc (d). -— Pygidium avec une ventouse anale en entonnoir avec une pro-
fonde échancrure dorsale et, parfois, une ventrale (b). -— Pas de pharynx.
Des glandes parapodiales.
L. 50 à 60 mm., sur 1 à 2 mm. de large. —— Coloration rougeâtre ou
jaunâtre, les extrémités ne sont pas enfumées ou ne présentent que de
rares taches pigmentaires.
A mer basse et dans les dragages côtiers parmi les Serpules et surtout sur
les Huîtres dont elle perfore la coquille.
Manche (Dinard, Cancale); Atlantique (Irlande, Morbihan, lle de Ré, San-
tander); Méditerranée (Cette, Naples, Marseille). ·
P. GiardiMEsx1L. Fig. 17, h-m. ———PoZyd0ra Giardz'M1asx11. 1896, p. 195,
` pl. xm, fig.' 1-12; Souranim 1914, p. 104. -——? P. Agassizii Mamox et
Bosmzrznv 1875, p. 84 (non Cnaramànn).
Corps long et mince. 50 à 100 sétigères. —— Prostomium nettement échan-
cré, prolongé en carène sur les 3 premiers sétigères. Pas d’yeux (17, hl.
2 longs palpes. —- Au 1” sétigère, une lamelle dorsale, une lamellé ven-
trale, des soies capillaires ventrales et 2-4 soies dorsales très courtes et

svioivinan 51
très minces. Branchies à partir du 10° sétigère (rarement au 0°) jusqu'au
25** environ, d’abord très petites, de longueur maxima au 11-12% Lamelles
dorsales ne bordant pas la branchie. Lamelles ventrales peu dévelop-
pées. —- Soies capillaires dorsales et ventrales aux segments antérieurs.
Des soies encapuchonnées ventrales à partir du 7** sétigère, au nombre
de 3-4, à hampe non renflée, à 2 dents inégales (m). Au 5** sétigère, 4-5
grosses soies anormales avec une pointe latérale (k, l) accompagnées de
dorsales supérieures à lîmbe très développé. Pas de soies particulières
aux derniers sétigères. Des poches glandulaires parapodiales du '7·= au 10*3
sétigère, très développées aux 7**, 8**, 0**. - Pygidium à ventouse cylindri-
que avec une large coupure dorsale et parfois 2 latérales et une ven-
trale (i). — Un pharynx différencié au 17e sétigère.
L. 8 à 10 mm., sur 0,5 mm. de large. -—~ Coloration générale jaunâtre
ou rose clair. Pas de pigment insoluble dans l’alcool.
. · 7
.. 0
. È"
C `· · ·. "
—»·;-"—` «'
a Jr  · ‘. ·
g ·` W » Sh. · \
L i
@ le
zi . 9   · F
È m \
d  vw   · j
( ‘( _· lu.?' l
  '·_‘ . I
  ' L".-   llllllll
  il 2 . lllll
\._‘   , L · .
war  _h L q 5 r ii;
Fm. 17. - Polydora hoplum : a, tête et premiers segments, grossis; h, ventouse, face,
prolil et trois quarts, grossie; c, soie encapuchonuée, très grossie; d, crochet dorsal
postérieur, grossi; e, K, soies anormales du 5* sétigère, grossies (d’après Soutien);
g, soie en lancette du 5• sétigère >< 400. - P. Giardi : h, région antérieure >< 45;
i, ventouse anale >< 45; k, 1, soies anormales du 5° sétigère >< 450; m, soie encapu-
chonnée >< 500 (d’après ltlasmn). —— P. fhwa : n, région antérieure >< 25; 0, l" séti-
gère >< 45; p, 8• sétigère >< 00 (d’après Mnsrm.); q, r. soies anormales du 5• sétigère
>< 400; s, soie encapuchonnée >< 400; t, paquet de tines soies dorsales postérieures ·
>< 400; u, soie en lancette du 5· sétigère >< 400.

52 mons ns rxmzvciz. -— 1>01.Yc1-1ÈT1as sénxzivraxnas
A mer basse dans les Lithozhamnium dans Fépaisseur desquels elle creuse des
galeries prolongées par un petit tube blanchâtre, Dans les crampons de Lami-
naires.
· Manche (anse Saint-Martin); Atlantique (côtes d'IrlandeI; Médite1·ranée??
P. caeûa ((Ensrx;n). Fig. 18, a—k. - Polydora. caeca Samr-Josaru
1894, p. 59, pl. xxx, fig. 65-70; Mnsmx. 1896, p. 191, pl. xxx, fig. 23-29;
Soouen 1903, p. 73, fig. 10; Sônansrrnôiu 1920, p. 259. P. Saint-Josep/11'
Emasox 1920, p. 49. -- Leucodorum caecum (Exisrxan 1843, p. 39. —
Leucodore caeca MALMGREN 1867, p. 203. -Leipoceras uviferum Mômus,
Mc Inrosn 1878, p. 460.
Corps très long et épais. 70 a 130 sétigères. - Prostomium fortement
échancré et prolongé en courte carène étroite jusqu’au 2° sétigère. 4
yeux, manquant le plus souvent (18, a). 2 longs palpes grêles. —- Au ier
sétigère, une lamelle dorsale. une lamelle ventrale et des soies capillaires
' dorsales et ventrales. Branchies à partir du 8* sétigère et manquant à la
moitié ou au tiers postérieur du corps. Lamelles dorsales antérieures étroi-
tes, triangulaires, divergentes, ne bordant jamais la branchie; les posté-Ã
rieures courtes, cylindriques (h, G). Lamelles ventrales larges, très basses,
àpeine distinctes. —— Soies capillaires dorsales et ventrales aux segments i
antérieurs fg). Des soies encapuchonnées ventrales à partir du 7” sétigère,
au nombre de 3-4, à hampe non renflée, à 2 dents égales (f). Grosses soies
anormales du 5° sétigère creusées en cuiller, sans pointe latérale (cl, 6). Elles
sont accompagnées de soies en lanoette (hl. A partir du 45* sétigère, envi-
ron, les soies dorsales antérieures limbées sont remplacées par 3-4 petites
soies droites en poinçon pouvant ne pas être plus grosses que les soies
limbées dont elles dérivent manifestement (i, ki. Pas de paquets de fines
soies. Des poches glaudulaires parapodiales du 7° au 156 sétigere. ——
Pygidium avec une large ventouse anale en entonnoir écliancré dorsale-
' ment, et parfois ventralement et sur les côtés. - Pharynx différencié. —
Organe sensitif dorsal s‘étendant en carène jusqu‘au 5” sétigère.
L. 20 à 40 mm., sur 1 mm. de large. -— Coloration faiblement jaunâtre.
A mer basse et dans les dragages. Dans les Litfmzhamnium et dans l’épais-
seur des vieilles coquilles d’Huîtres, et parmi les Eponges.
Mer du Nord; Manche , Atlantique: Méditerranée. — Mers arctiques. .
P. flava CLAPARÈDE. Fig. 17, 11-u. - Polydom flava Cnaranànn 1870,
p.!187; Caxuxzzx 1893, p. 22, pl. 11,` fig. 9; Mssmi. 1896. p. 182, pl. xi,
fig. 16-26, pt. xn, fig. 1-22; SOULIER1903, p. 65, fig. 8, 9. P. pusilla
Saint-Josnru 1894, p. 65.
Corps long et grêle. 100 à 150 sétigères. -— Prostomium le plus souvent
échancré en 2 p!‘0lO1’lg'8Iï16I1i»S 3lg'l1S, ·pï’C•lOI1g‘ë BD CO\11`t6 Oarène jusqifau
2e sétigëre. Pas d’yeux (17, 11). 2 palpes atteignant le 15**-20° sétigère. -—
Au 1" sétigère, une lamelle dorsale, une lamelle ventrale, des soies

‘ smomnsa 53
capillaires ventrales et 2 à 8 petites soies dorsales (0). Branchiesà partir
du 8** sétigère, parfois au 7° ou au 9°; elles sont en nombre très variable
et manquent souvent au tiers postérieur du corps. Lamelles dorsales
étroites, triangulaires, divergentes, ne bordant jamais les branchies.
Lamelles ventrales larges, très basses, à peine visibles (p). — Soies capil-
· taires dorsales et ventrales aux segments antérieurs. Des soies encapu·
A L e
    A. " // A
,;t   *· ‘ *-( i , " `
î' p  » " ^~"'
 
 - a ) %**¢*· »  m
CL \ ‘ 6  
  1 »·'” ·
Y ·
il c· .
Fw. 18. — Polydara. caeca. 2 a, région antérieure, grossie; b. pied postérieur >< 50;
c, pied moyen x 50; d, e, grosses soics du fr sétigère >< 400; f, soie encapuchonnée
>< 400; g, soie limbée >< 400; h, soie en laneette du 5° sétigère; i, k, soies posté-
rieures dorsales en poinçon x 400. — P. qwadrilobata : 1, région antérieure >< ti;
m, pygidium >< 75 (d’après Jitconx); n, soie encapuchonnée >< 4.30; 0, soie limbée
géniculée >< 400; p, q, grosses soies du 5• sétigère; r, soie postérieure dorsale en
poinçon >< 400.
clionnées ventrales à partir du 7° sétigère, au nombre de 3-4, à hampe
non rentlée, à 2 dents égales (s). Grosses soies anormales du 3** sétigère
creusées en cuiller, sans pointe latérale (r). Elles sont accompagnées
de soies en lancette (u). Après le S° sétigère, à la rame dorsale, des
paquets de soies très lines et très nombreuses disposées parallèlement
et sortant à peine du corps (t) (‘). Des glandes parapodiales dans la
région brancliiale (p). —- Pygidium enlarge ventouse anale avec, souvent,
(1) Sünaasrnüu 1920, p. 261, se demande s’il nc s'agit pus de paquets de spermatozoides bour-
rant les poulies génitales plutot que de soies!}

54 FAUNE un manon. -— POLYCHÈTES sânnixiuunns
une échancrure dorsale, une ventrale, et 2 latérales. -— Un pharynx dif-
férencié. —— Organe sensitif dorsal s’étendant en carène _jusqu’au 4"-5“
sétigère. ·
L. 20 à 45 mm. - Coloration jaunâtre ou blanc crême devenant bru-
nâtre dans la région postérieure.
· A mer basse et dans les dragages côtiers, dans le sable` grossier, les fentes
de rocher, les Litho:/iamnium et les coquilles où elle habite de petits tubes de
boue.
Manche; Atlantique; Méditerranée. —— Japon, Sumatra.
P. quadrilobata Jacosi. Fig. 18, l·r. —- Polydora quadrilobata Jacom
1883, passim, pl. 1, fig. 1-5, 6, 7, 9, 13-15; Mnsmi. 1896, p. 236, 1897, p. 87,
pl. 111, fig. 9-11. Mc livrosn 1915, p. 209; Sônnnsrnôm 1920, p. 257.
· Corps atténué aux deux extrémités. 50 à 90 sétigères. — Prostomium
faiblement échancré, prolongé en carène sur les 2 premiers sétigeres (18,
ll. 4, 6 yeux ou 0. 2 longs palpes avec un repli à la base. -—- Au i" séti-
gère, une lamelle dorsale, une lamelle ventrale et des soies capillaires
dorsales et ventrales. Branchies à partir du 'îe-8" sétigère jusqu’au 35*-
55*3. Lamelles dorsales courtes, larges, indépendantes de la branchie.
Lamelles ventrales ovales, puis basses et peu distinctes. — Scies capil-
laires dorsales et ventrales aux segments antérieurs. Des soies encapu~
chonnées ventrales à partir du 7** sétigère, au nombre de 4, à hampe non
renflée, à 2 dents très inégales (n). Au 5* sétigère, 5-7 grosses soies
anormales à extrémité recourbée creusée d’une cavité où sont insérés des
poils formant pinceau plus ou moins fourni (p, q), des soies dorsales supé-
rieures très développées, fortement limbées, géniculées (0), pas de dorsales
antérieures. Aux derniers sétigères, des soies dorsales en poinçon (1*).
-— Des poches glandulaires parapodiales du 'î° au 16" sétig`ère. —— Pygi-
dium avec 4 lobes membraneux (m). — Pas de pharynx net. Organe sen-
sitif dorsal s`étendant jusqu’au 4° sétigère.
L. 10 à 25 mm., sur 1 mm. de large, environ. - Couleur de chair avec
des granulations de pigment foncé dans la région antérieure. Tentacules
et branchies pigmentés en jaune brun.
Au voisinage de la côte, vase et sable vaseux. Habite un tube de boue sans
creuser de galeries. _
Mer du Nord; Manche (É'); Atlantique (Shetlands, Irlande). —— Baltique;
Spitzberg.
P. Caulleryi Mssmn. Fig. 19, 1'-h. — Polydora CaulZeryil\*lEsN11. 1897,
p. 87, pl. m, fig. 12-16; Sowriismv 1914, p. 104; Mc livrosn 1915, p. 210. \
Pi Carazzi Mc Iivrrosu 1909, p. 172.
Corps de petite taille. 40 sétigères environ. —— Prostomium faiblement.
échanoré, prolongé en carène jusqu’au 4** sétigère. Pas d’yeux. 2 à 4
soies dorsales au 1*** sétigère, des soies capillaires ventrales, une lamelle

` sriomnas 55
dorsale et une lamelle ventrale, Branchies à partir du 7°-8** sétigèrc.
Lamelles dorsales et ventrales relativement courtes. — Soies capillaires
dorsales et ventrales aux segments antérieurs. Des soies encapuchonnées
· ventrales à partir du 7° sétigère, au nombre de 5-6, à hampe non ren-
llée, à2 dents très inégales (19, g). Au 5* sétigère, 3-4 grosses soies
· anormales fortement recourbées à l’extrémité et terminées par une pointe
assez aiguë recouverte`d’un manchon très grand et très large formé de
fibres parallèles collées les unes aux autres (f). ll existe, en outre, un petit
faisceau de dorsales supérieures et un fort faisceau de ventrales, mais pas
de dorsales antérieures. Aux 20 derniers sétigères, des soies dorsales en
poinçon lisses (h) et des soies capillaires longues. —— Pygidium? -— Pas
de pharynx différencié.
L. 8 mm., sur 0,5 mm. de large. — Coloration?
A mer basse dans des tubes de boue, dans des tubes vides de Ponzazoceros.
Dragages côtiers sur fonds de sable et de coquilles:
Manche (Cap de la Hague); Atlantique (côtes d'Irlande); Mer du Nord
(Saint-Andrews). —- Spitzberg?
Nota. — D‘upi·ès Süosnsrnëw, cette espèce ne serait. que la forn1e jeune de
Polydora quadrilobata.
‘P. armata Larmuiiixnxs. Fig. 19, 3-e. -- Polydora. armata, Lancau-
miivs 1880, p. 93, pl. iv, fig. 5: Lo Bianco 1893; p. 29; Cauazzx 1893,
p. 21, pl. ii, fig. 8; MEsNu.18£}6, p. 203, pl. xm, fig. 15-25.
Corps de très petite taille. 25 à 36 sétigères. —- Prostomium échancré,
à 2 lobes arrondis, assez longs, prolongé en carène sur les 2 premiers
sétigères. Pas d’yeux (fig. 11, a). — 2 palpes assez longs. Au 1°' sétigère,
une lamelle dorsale, une lamelle ventrale, des soies capillaires ventrales _
et 2-3 fines soies dorsales.- Branchies à partir du 7° sétigère, au nombre
de 5-7 paires seulement, toutes de même longueur. Elles sont bordées
extérieurement d’une bande mince se reliant à la lamelle dorsale (19, hl.
Lamelles dorsales et ventrales des autres pieds peu développées. — Soies
capillaires dorsales et ventrales aux segments antérieurs. Des soies enca-
puchonnées ventrales à partir du 7** sétigère, au nombre de 3-4, à liampe
non renflée, à 2 dents inégales. Au 5= sétigère, 2-3 grosses soies anor-
males à rostre recourbé, à 2 prolongements latéraux émoussés reliés par
un bourrelet transversal (d). Pas de soies dorsales antérieures en lancette.
Aux 8-12 derniers sétigères, la rame dorsale renferme 8 à 12 soies en
poinçon disposées sur les génératrices d’un cône, dépassant à peine·le
mamelon et accompagnées d’une ou 2 soies capillaires très minces (c). -
Des poches glandulaires parapodiales du 7’ au 12** sétigère (b). -—· Pygi-
dium en ventouse cylindrique avec une incision dorsale et parfois une
ventrale (e). -— Pas de pharynx différencié.
L. 4 à 5 mm., sur 0,5 de large. — Incolore, sauf quelques taches de
pigment jaune soufre sur les premiers segments et les tentacules.

56 FAUNE DE FKANCE· •··· POLYCHÈTES SÉDÉNTAIRES
A la côte, creusant dans les Liz/101/nznmium des galeries tapissées d’un fin
tube de boue et sur des coquilles de Lamellibranches avec P. [law:.
Manche ganse Saint-Martin); Atlantique (l\il3dè1‘€);QÃïëdîî€PPa¤É6 (N3Pl<¤‘S)·
Nota. -— Cette espèce, sans doute une forme jeune, n’a encore jamais été .
rencontrée à 1’état de maturité sexuelle.
I ./`
V I
g g i 1 · 0%
. I Av vp ·‘. b g 1 8
  A 0 9 ,
Tl ‘i
<1 /‘   M
;·îI( a
 
‘   il " P   9 `
l' . ""<'
  ¤ 5
vs'   T;-2è` t
\$7  ' 8 P P ”
si t l fs 4i .
m , Ã /‘  
s · E :
  —·  -'  L / _, A ,_
. ~§¢·'[f'; ·_ ‘  E ss » / —'
    > È ··;_ ’ H Q
b   ¤     il A tt 1
Fm. 19, —— Polydom armata : a, région antérieure. grossie (d’après Lnneznunns); b,
7° sétigère >< 140: c, soies dorsales postérieures >< 300; d, grosses soies du 5* seti-
gère >< 220; 9, Pygidium >< 45 (d’après Massin,). — P. Caulleryi : f, grosses soies du
5· gétigère >< 400; g, soie encepuchonnée >< 400; h, soie en poinçon >< 400 (d’après
Mizsxin), - P. antennata zi, tete >< 16 (d’après CAnAzzi); k, soie encapuchonnée ><
300; 1. grosses soies du 5° sétigère >< 240; m, 5* sètigère >< 15 (d’a,près Binsnit). -
P. Jigerica : n, tête, grossiez 0, pygidium; p, 5° sôtigere; q, grosses soies du 5° séti-
! gère; r, soie encapuchonnée; s, soie en lancette du 5° sétigère (grossis. d’ap1·ès
` Fsnisomiànn). - P. Iïedeki : t., région antérieure, grossie; u, soies du 5° sétigère, très
grossies (d’après Honsr). ·
P. _Carazzia) antennata Ctnrsmëns. Fig. 19, i·m. —- Polydom anten-
nata CLAPARÈDE 1868, p. 320, pl. XXI, fig. 3; Ciumzzi 1893, p. 25. pl. ir,
fig'. ll-12; Lo Bmivco 1893, p. 30 ; Riom 1923, p. 9. —— Carazzia anten-
nata Mssxu.1896`, p. 227, pl. xiv, fig'. 22-25.
Corps très atténué postérieurement. 65 à 100 sétigères. ——-Prostomium
fortement éehancré en 2 lobes allongés divergents, antenniformes, pro-
longé en carène sur les 2-3 premiers sétigères et portant, en arrière des

srxomnae 57
yeux un petit tentacule occipital conique. 4 yeux, parfois 2 seulement
(19, il. 2 longs palpes. —- Au 1** sétigère, des lamelles dorsales et ven-
trales bien développées, des soies capillaires ventrales mais pas de soies
dorsales. Branchies à partir du '7° sétigère.jusqu'au.40°-50°, assez peu
développées. Lamelles dorsales ne bordant pas la branchie et formant un
mamelon bien développé même dans la région postérieure. [lamelles
ventrales en forme de mamclon transversal proémiuent. —— Soics capil-
laires dorsales et ventrales aux segments antérieurs. Des soies encapu-
clionnées ventrales à partir du Ss sétigère, au nombre de 20 à 30, à hampe
sigmoïde, renflée, à 2 dents inégales (k). Au 5° sétigère, grosses soies
anormales à partie terminale excavée, pointue, au nombre de 20-30 et \
grosses soies en lancette, 15 environ, disposées sur un arc en fer à cheval
à convexité inférieure (l, m). Pas de soies particulières aux derniers séti- .
gères. —- Pygidium à ventouse courte, large, éclianerée dorsalement ct
ventralement. —- Pas de pharynx dilïérencié. '
L. 20 à 30 mm., sur 1 à 1,5 mm, de large. —- Coloration uniforme
' jaunâtre, palpes jaune pâle. Pas de pigment noir:
Au voisinage des cotes dans des tubes sur le fond ou sur les rochers.
Van. pulchra Cxaazzi. Prostomium peu échanéré, à 2 lobes obtns. Ven-
touse anale non fendue'ventralement. Palpes à raies transversales noires et .
vertes. Prostomium etlamelles dorsales antérieures noirs et des raies transver-
sales foneées sur le dos.
Méditerranée (Naples); Atlantique (cote de Galicie, Riom).
Polydora(Boccardia) ligerica.liennoN~xnan.. Fig. 19, n-s. — Boccardia
lzgerica Fnnnoxuxicnn 1898, p. 109, pl. VI, fig. a-i.
Corps relativement très large. -— Prostomium échancré en avant en
2 lobes courts, arrondis, élargi et prolongé en carène sur les 2 premiers
sétigères. De chaque côté, un seul groupe oculaire de 2 yeux coalescents ‘
(19, n). 2 palpes très longs et minces atteignant le 12° sétigère. — An
1“' sétigère, une lamellé dorsale, .une lamellé ventrale, des soies capillai-
res venfrales, pas de soies dorsales. Branchies à partir du 2° sétigère ·
jusqu`au 1%)**, elles manquent au 5** (et 6° ?), d’abord petites, elles augmen-
tent rapidement. Lamelles dorsales et lamellesventrales? Soies capil-
laires dorsales et ventrales aux segments antérieurs. Des soies encapu-
chonnées ventrales à partir du ’7° sétigere, à hampe non renilée à 2 dents
aiguës, inégales (I'). Au 5° sétigère, 7 grosses soies « à peu près sembla-
bles à celles de B. polgbranchiata llasw., saiîf que la pointe est moins _
recourbée et plus aiguë aux soies antérieures » et de grosses soies fortes,
légèrement courbées, renllées au niveau de la courbe du côté externe,
très légèrement limbées et terminées par un longue pointe line (p, q).
u Elles semblent avoir tendance ài s`épaissir d`un côté de façon à se rap-
procher des soies ài plateau de B. polybranchiata ». Pas de soies par-
ticulières aux derniers sétigères? - Des poches glandulaires parapodiales

58 FAUNE ou FnANce. — romrcnàrus séounwuaus
du 7° au 14** sétigère. —- Pygidium semicirculaire portant 2 prolonge-
ments ventraux, formant un croissant à pointes· très allongées dont le
bord dépasse un peu le segment anal (0). ·
L. 10 mm., très fragile. — Couleur jaune rougeâtre passant au jaune en
arrière..Segment anal légèrement blanc.
Dans des tubes de vase sous les pierres ou dans les fentes de rochers à
demi envahis par la boue noire et line.
Dans la Loire a Donges et à Lavau, près de Savenay, dans l`eau saumàtre.
Mata. —`Cette espèce très voisine de P. polybranclxia (qui existe au Croisic)
semble n'en être qu'une variété d’eau saumâtre en différant par ses branchies
' moins nombreuses et ses soies du 5e sétigere moins modifiées.
P. (Boccardia) Redeki Honsr. Fig. 19, t, I1. - Polydora (Boccardia)
Redekf Honsr 1920, p. 111.
Prostomium à 2 lobes courts, arrondis, prolongé en carène sur les
deux premiers sétigères. 4 yeux (19, t). 2 longs palpes fragiles. — Au
1°' sétigère, des soies ventrales, pas de soies dorsales. Branchies à partir
du 2° sétigère; elles manquent au 5° (et 4° et 6° 7). ·— Soies encapuchon-
nées ventrales à partir du 7** sétigère. Au 5° sétigère, de grosses soies
_ anormales à pointe moussewecourbée, sans dent latérale et des soies en
lancette à renflement subterminal (u). Pas de soies spéciales aux derniers
segments (?). .— Pygidium inconnu.
L. environ 5 mm. — Coloration ?
Alkmaarder Meer (Hollande).
P. (Boccardia) polybranchia HAswELL. Fig. 20, a—i. -- Polydom poly-
branckia Hxswnm. 1885, p..2’75; Lo BIANCO 1893, p. 30; Siinnusrnôm
· 1920, p. 256; B0cca1·d1'z1 polybranchia CAn.·.zAzz1 1893, p. 16, pl. xi,
fig. 1-3; Mnsivu. 1896, p. 221, pl. xiv, fig. 9-21. (? non FAUVEL 1916,
p. 441), 1924, p. 678. .
Corps relativement large et trapu. 60 à 80 sétigères. -- Prostomium ·
plus ou moins fortement échancré, élargi et prolongé en carène sur les
2premiers sétigères. 4 yeux, souvent 6, 8; 10, parfois 0 (20, a). — 2palpes
longs et minces. —— Au 1°' sétigère tf), une lamelle dorsale, une lamelle
ventrale, des soies capillaires ventrales, pas de soies dorsales (‘). -
Branchies à partir du 2°sétigère jusqu’au 45"—55°, elles manquent toujours
au 5°. Elles sont longues et étroites. Lamelles dorsales triangulaires, bor-
dant la branchie sur· la moitié de sa hauteur (h). Lamelles ventrales assez
développées aux segments antérieurs, ensuite peu saillantes (g). —-
Soies capillaires dorsales et ventrales aux segments antérieurs. Des soies
encapuchonnées ventrales a partir du 7“ sétigère, au nombre de 6-7,, à
(4) D’après Mssuu. 1925, p. 678, la lorme jeune aurait au ier sétigère 2 soies dorsales qui dis-
paraitraient chez Yadulte. ' .

sviomonn 59
hampe non renflée, à 2 longues dents aiguës (ei. Au 5** sétigère, grosses `
soies anormales creusées en cuiller, sans pointe latérale et une rangée de
grosses soies renflées en massue terminées par un plateau supportant un
cône obtus de fibrilles serrées tb, c, d). Pas de soies particulières aux
derniers seti ères.-—-Des oches landulaires ara odiales lus oumoins
I B` P _ g P   _ P
developpées du 7° au 1'7<= sétigère. Organe sensitif dorsal s`étendant
jusqu‘au 3** sétigère. — Pygidium à ventouse anale petite, courte, en bour-
relet transversal, parfois incisée dorsalement.
L. 15 ai 25 mm., sur 1 à 2 mm. de lar e. — Coloration verdâtre ou 'aune
. .g . J .
rougeâtre avec les extrémités antérieure et postérieure plus ou moins
pigmentées de noir.
.\ mer basse et près de la côte dans des tubes de boue sur les rochers ou
sous les Lizhozhamnium. _
Manche (anse Saint-Martin); Atlantique (Le Croisic, Biarritz, Gijon); Médi-
terranée (Naples). - Australie, Détroit de Magellan, Brésil, Japon.
h"
` =  _·= Ra
I ul a ` if 
\  . ` . \ m , _
 //l(§  ' ·.'  \ «
` »·   s L · “· i,
~;'.·\"   1 `\ '
-_··'î :.·:_iI‘\'¤7' A- ·.
  §t` '
/ "î—---—·’ i 9
~ il/My|i?'?« q `
ii igmmr, _ Ã
” "  ~.;, "
1ë":··`.`;'  ,   ·m
4; »:—a:,—.,¢ b   k \ $@1};
. "\ ¤'f
ai  i ·§ V,
  :» :è\\
' >"WW w?;g 1,   È
\\     ib · ~~ Ã ··, O · '  
l lcd! L   —·, î' 
Fm. 20. -- Polydora pnlybranchza : a, région antérieure, grossie (d’après Camtzzi);
h, grosse soie antérieure du 5* sétigère >< 400: c, soies anormales du 5° sétigère
>< 250; d. soie postérieure du 5° sétigère >< 100; e, soie encapuclionnée >< 250;
f. l" sétigère >< 25; g, 92* sétigère >< 25; h, 7° sétigère >< 25; î, 67* sétîgère >< 25
(d’après l\li=.sr.u.). — Prionospio decipîens z k, tète, grossie; l, m, —l° sètigère >< 40;
n, l0• sétigère >< 40; 0, soie encapuclionnée, très grossie (d’après Mc lmosu).

60 FAUNE on runner. - ronïcnàres séonxmxuns
G. PRIONOSPIO Manncrxen.
Prostomium court, arrondi, dilaté antérieurement, sans cornes frontales et
sans tentacule occipital. Yeux : 4, 2 ou 0. 2 longs palpes trés caducs. -
Branchies à partir du 28 segment, 3 ii 11 paires, souvent pennées. Lamelles
dorsales distinctes des branchies. Lamelles ventrales entières. - Parfois des
poches génitales. ·—- Des soies capillaires dorsales et ventrales. Des soies enca-
puchonnées pluridentées dorsales et ventrales. — Pygidium à cirre impair.
organes sensiiifs dorsaux formant 4 gouttières plus ou moins développées.
1 . Branchies toutes simples, 6 à 11 paires. Une crête dorsale basse
au 1"scgment (Hg. 21, k) ....,.. P. cirrifera, p. 62
-—- Branchies 4 paires, 1r** et 4* pennées (21, a). ....... 2
2. 4 yeux, une crête dorsale élevée au 'î° sétigère ......
............... P. Malmgreni, p. 61
— Pas d’yeux, pas de crête dorsale au 7° sétigère ......
. .............. P. Steenstrupi, p. 60
P. Steenstrupi Manncmziv. Fig. 21, f—i. —- P1·z'0n0spz'0 Steerzstrupi
l\’lAi,MennN 1867, p. 902, pl. x, fig. 55; Sônnnsrnôn (non auct.) 1920,.
_ p. 232, fig. 95, 136, 138, 139, 140.
Corps cylindrique, un peu aplati. Environ 100 sétigères.—- Prostomium
à bord antérieur subrectangulaire, prolongé postérieurement en carène
obtuse. -—— Pas d`yeux (21, g). Palpes [T). Au l" sétigère, une petite
lamelle ventrale et une lamelle dorsale soudée au bord supérieur posté-
rieur du segment buccal et formant un repli marqué sur le côté du pros-
tomium (g). Branchies à partir du 2B sétigère, au nombre de 4 paires,
‘la 1"* et la 4° très grandes et pennées, la 2* et la 3° simples et courtes
(h, il. [lamelles dorsales triangulaires, bien séparées des branchies.
Celles des 3** et 4° sétigères plus grandes que les autres, elles diminuent
ensuite et se réduisent à partir du 8°-9°. Elles ne sont pas reliées par
des crêtes dorsales transversales. Lamelles ventrales arrondies dans les
segments antérieurs. -— Soies dorsales et ventrales limbées; des soies
capillaires ventrales à partir du 9°—10‘* sétigère. Soies encapuchonnées à
2-3 dents rostrales à partir du 16¤·21° sétigère, à la rame ventrale, à
partir du 66**-72**, à la rame dorsale (f). -— Pas de poches génitales??
Organes sensitifs dorsaux courts, ne dépassant pas le l"' sétigère. —
Pygidium? `
L. 40 à 45 mm., sur 2 mm. de large. — Coloration dans l`alcool, brun
jaunâtre, pâle.
Dragages sur fonds vaseux et argileux.
Mer du Nord (Côtes de Suède et de Norvège); Mers arctiques glslande,.
. Groenland).

SPIONIDAE‘ 61
Nota. - D‘après Sônrnsrnôu, cette espèce souvent confondue avec P. illalnz-
greni (: P. fallax) serait distincte et spéciale au mers du Nord. (`ependant
les ditlérences, absence d’yeux et de crête dorsale, soies à capuchon plus pos-
térieures, semblent s’expliquer par une ditïérence de taille et d‘àge.
.4 r 1?» p
I 4.     i J ' qu  T 
  ___    · ii, za 2
  ?v`\` `   I ·
` 4 F "'   Y .
 py; ·~ jj fr _ ~» 2
"· •b ·y . B ` * . " 
  ii [ i
/ . ê / /
U} I  _«s
?· n.   "
· 4;.: S
" r " 1 î 9 Lil 0
. ;  · \
‘ F /
ft i É    \ "”
· ’ . r E-et ___
. -   l§ lq C /% » / > Ã "’* É
\ § ·' ,/ ·  · · t2>• .
· t ,»   T  F ” È
ce zë . j) L L f
Fm. 21. ·- Prionospio Jlalmgreni : a. region antérieure, grossie; b, pygîdium; c,
region antérieure de proül (imitée de Mc lxrosnl; d. l•' sétigère >< 110: 0, soies en·
capuchonnées dorsale et ventrale >< 1200 (d'après Sünensrnou). —— Pr. Steenstrupi :
I. soies encapuchonnées dorsale et ventrale >< 800; g, region antérieure >< 30; h,
tv sétigère >< 60; î. 5* sètigère >< 00 (d’après Snioiznsrnoul. — Pr. cirrifem : k, région
antérieure, grossie; I, tète, de profil >< 40; m, l" sétigère >< 00; n, soies encapu·
chonnées dorsale et ventrale >< 800 (d’après Süonssrnüu). .
P. Malmgreni Cnarnniann. F ig. 21, a-e. — Prionospioilfalnzgrezd Cnam-
nia¤E18(i8, p. 333, pl. xxu, fig. 3; Nlsuxow et BonnE1·zKY(?) 1875, p. 84,
pl. X, [ig'. 20 A, pl. xt, lig. 20; Mc INTOSII 1915, p. 214, pl. cxx, fig. 1;
Pr. Steeizstrupi (non Mnuucnniv) Laivcnnxxazvs 1880, p. 90,. pl. iv, fig. 3;
SoU'm1anN191!1,p.10O;P1·.falla;v Sômznsrnônr 1920,p.235,llg. 135,1%,145.
Corps allongé, rigide, cylindrique. 55-62-63 sétigères. -5-_ Prostomium
allongé, à bord antérieur arrondi terminé postérieurement en carême
obtuse (21. a). 4 yeux, les antérieurs petits arrondis, les postérieurs plus
grands, allongés et souvent 2. taches pigmentaires. Les yeux manquent
souvent aux gros individus. 2 palpes, plus gros et plus longs que les

62 moua nn FRANCES — ronvcnèras sénazwramus
branchies. —- Au 1** sétigère, une petite lamelle ventrale et une rame
dorsale peu distincte confondue avec le bord supérieur du segment buccal
sans former de repli ld). Branchies à partir du »2° sétigère, au nombre de
4 paires, la 1*** et la 4° pennées, la 2° et la 3° simples (a, c). Lamelles
dorsales triangulaires, celle du 4** sétigère plus grande que les autres,
elles diminuent ensuite et se réduisent à partir du 8°-9°. Elles sont com-
plètement séparées des branchies. Au 7° sétigère, une crête très élevée
relie transversalement les lamelles dorsales. ll en existe une beaucoup
plus basse au 6**, maisiln’y en a plus aux segments suivants. Lamellesven-
trales ovales arrondies. - Soies dorsales et ventrales limbées. Des
' soies capillaires ventrales à partir du 10‘*·11€ sétigère. Des soies enca- _`
puchonnées pluridentées (e) à partir du 129-13e sétigère la la rame ven-
trale, à partir du 40e sétigère à la rame dorsale. — Pas de poches géni-
I tales? Organes sensitifs dorsaux. — Pygidium avec un grand cirre anal
impair et 2 petits latéraux. ·
L. 20 ài 25 mm., sur 0,5 à 0,8 mn. de large. —- Coloration jaunâtre
ou blanchâtre.
Dragages côtiers sur fonds de sable ou de vase. Pélagique (pêché au feu).
Mer du Nord; Atlantique (Irlande, Concarneau, Glénans, Madère); Médi-
terranée (Naples, Marseille).
P. G·l1‘I’ll'8I‘a WIREN. Fig. 21., k-n. —~ 1)/`l'OIlOSPr!·0 (?) cz`rrz}"era VVIREN
1883, p. 409; Aoosivan 1912, p. 178, pl. v, fig. 15·16; Sôosnsrnôn 1920,
p. 237, fig. 134-146; P. Steenstrupi FAUVEL 1916, p. 103, pl. vm, fig. 1-
2, pl. ix, fig. 4-5, pro parte (‘?). '
Corps à 2 régions distinctes, l’antérie11re un peu aplatie, la postérieure
linéaire. 83·87 sétigères. —- Prostomium arrondi en avant, 2 fois plus
long que large, et prolongé en arrière en carène jusqu’au 2°—3° sétigère
(21, li). 4 yeux, manquant souvent chez les spécimens âgés. 2 palpes
pouvant atteindre le 20° sétigère.-—— Au i" sétigère les lamelles dorsales peu
marquées sont soudées au bord supérieur du segment buccal sans cepen-
dant former de replis (1, m)_. Branchies toutes simples, au nombre de
6-11 paires, à partir du 2° sétigère. Lamelles dorsales ovales acuminées,
très grandes du 3* au 6° sétigère, diminuant ensuite de taille et de hau-
teur. Elles sont complètement séparées des branehies et, du 10°-11e sétigère
jusqu’au 24* environ, reliées par une crète dorsale transversale basse.
Lamelles ventrales ovales arrondies. — Des soies capillaires dorsales et
ventrales plus nettement limbées dans la·régiou antérieure. Des soies
encapuchonnées multidentées à partir du 15°·18" sétigère à la rame ven-
trale, à partir du 40°·47° à la rame dorsale (11). —— A maturité, des poches
génitales sur une vingtaine de segments, à partir du 5°-7** sétigère.
Organes sensitifs dorsaux allongés sur les 2 premiers sétigères. —— Pygi-
dium avec un cirre impair et 2 petits latéraux.
L. 30 mm.. sur 1,5 mm. de large. —— Coloration blanc jaunâtre.

srxomnxa 03
Dragages côtiers sur fonds vaseux et pêches pélagiques (pêche au feu).
Atlantique (Concarneau, Face; Côtes du Portugal). -— Mer du Nord, Mers
arctiques (Spitzberg, Nouvelle-Zemble, Jan Mayen).
Spionidae incertae sedis. '
Les espèces suivantes ont été décrites d’une manière trop insuflisante pour ·
qu'il soit possible d'établir exactement leur synonymie. A
Leucodore nasuzus Quarnsrxces 1865, p. 296, pl. am, fig. 8-17, de Bréhat, n’est
peut—être qu'une Polydora ciliam mal observée.
Polydora socialis, signalée par Fsnnozvunënz au Croisic, ne paraît pas être
l‘espèce du Chili décrite sous ce nom par Scnuannx mais plutôt Polydora
ciliata.
C/yzie simplex Gnuns, Quxrnizrxcizs 1865, l,-p. 447. de Villafranca, est peut-
être un Aricien.
Nerinides lamellata Mc Inrosn 1909, p. 175, pl. v, fig. 7-8, pl. vi, fig. 1-5;
Sonrimnn 1914, p. 97, de la baie de Tanger, ne rentre pas dans le genre Neri-
nides l\I¤sxu., ainsi que l’a fait remarquer Souriirnra. C'est peut-être un Scale-
lepfs.
Prionospio decipians Siinnnsraôu. Fig. 20, k-0. - Kinbergellu plnmosa Mc
lrrrosii 1909, p. 177, pl. v, lig. 9-10; pl. vl, fig. 6-8. — Prionospio deczpiens,
Sônansrnôu 1920, p. 240. — D’après Sonsnsrnijn, cette espèce, draguée par le
« Porcupine » sur les côtes du Portugal par le travers du cap Sagres, et dont
Mc Inrosu n‘a eu entre les mains qu`un fragment antérieur en mauvais état,
est un Prionaspio dont la description incomplète ne permet pas de fixer exac-
tement la place.
Pteriptyc/les fesliva Gnuna 1873, p. 52, de Trieste, est aussi un Prionospio
indéterminable (Prionospio fesziva bünsnsrnou 1920, p. 240),
Euspio Gravieri Mc fnrosn 1915, p. 179, pl. XCVIII, fig. 5, pl. c, fig. 4, pl. cv,
fig. 8, de Saint-Peter Port, Guernesey, semble être un Seolelepis, peut-être
S. ciliala (Y)
.\’er-inopsis hyszricaèa Encens 1913, p. 512, pl. xxxvr, tig. 1-14; Fnuvm. 1916,
p. 109, pl. vni, fig. 7-9. Atlantique. Parages de Gibraltar. Pélagique.
C/zaetosphaera falconis IIECKEK 1898, p. 19, pl. ni, lig. 21; Fauvm. 1916, p. 117,
pl. v, fig. 12-18. Atlantique. Canaries. ·
Ces deux dernières formes pélagiques sont des larves de Spionidiens que l'0n
n`a pas encore rattachées à leurs stades adultes. _
Cirroceros anzennatus Cmrxnizne 1863. p. 57, pl. xrv, fig. 8-12, de Saint-Vaast-
la-llougue. C'est une queue de Néréis dont CLM-.ini:nE a pris les 2 cirres anaux
pour des antennes!
Polyrlom Langerhansi Mssivu. (1896, p. 202, pl. xxxv, (ig. 1-2). — Piron 1925,
p. 47, fig. 23, signale, avec des doutes, cette espèce dc Madère à Saint-Vincent
de la Barquera.
' O

64 FAUNE DE rames. -· ronvcnirres SÉDENTAIRES
F. MAGELONIDAE CUNNINGIIAM et HAMAGE
_ [Magéloniens.]
. Corps fililorme à 2 régions distinctes. —- Prostomium ovale, aplati, sans
antennes, Pas d’yeux. 2 longs palpes avec des papilles. Trompe énorme, bien
développée.- Parapodes biramés. Cirres ventraux et dorsaux lamellîformes.
Pas de branchies. Soies simples, les unes capillaires, les autres en crochets
encapuchonnés. —- Des cîrres anaux. ~— Sang renfermant des hématies anu-
cléées. Les muscles striés (1).
Un seul genre.
C1. MAGELONA F. l`ll.lLLEl'l
- [Mœa Jonvsrou].
Deux régions distinctes séparées par ·un segment différent des autres. Pros-
tomium elliptique grand et musclé. Palpes renfermant 2 vaisseaux. Trompe
volumineuse. -— Pas de branchies. Des lamelles dorsales et ventrales sur toute
la longueur du corps, Des soies spéciales au 9B sétigère. Des crochets encapu-
chonnés aux rames dorsales et ventrales de la région postérieure. Des soies
capillaires dans la région antérieure. -- 2 cirres anaux.
-—· Soies du 9" sétigère à extrémité renflée surmontée d’uue pointe
(fig. 22, f, g). .......... M. papillicornis, p. 64
—·- Soies du 9* sétigère la extrémité finement efiiléc, sans rentle-
ment ............... M. rosea, p. 66
M. papillicornis F. Müutnn. Fig. 22, a-k. —— Magelona papiZZir·ornz's Lo
Bianco 1893, p. 34, pl. III, fig. 2; Saint-Jossrn 1894, p. 83, pl. iv, tip;. 104,
1898, p. 354, pl. xx, fig. 166; Mnsmr. 1896, p. 257, pl. xxv. fig. 27-33;
Mc .lNTOSH 1915, p. 223. pl. xc, fig. 6, pl. c1, fig. 2, pl. CVI, fig. 7; Riom
· 1917, p. 19. fig. 2. -—— Jllœa mirabilis Jounsrox 1865. p. 278.
Corps filiforme, très long, environ 150 sétigèrcs. Région antérieure à
8 sétigeres, de section carrée, séparée de la postérieure par le 9° sétigère
modifié. -—- Prostomium en forme de spatule ovale, aplatie, à bords minces
(22, a, h). Pas d’yeux chez l’adulte (4 chez la larve). Trompe volumineuse,
globuleuse. 2 palpcs très longs, non caducs, sans cils, avec 2 rangées de
longues papilles terminées en ventouse (a). —— Aux 8 premiers sétigères,
lamelles dorsales et ventrales bien développées, longues, concaves (li, i).
(1) Rc.1111;11 1923, p. 861. .

Macnnozvnnan 65
Soies dorsales et ventrales capillaires, plus ou moins finement limbées.
Au 9° sétigère, les lamelles dorsales très développées, se rapprochent sur la
ligne médiane, les lamelles ventralcs, plus petites, sont plus écartées (k).
Aux deux rames, un large éventail de soies fines, aplaties, terminées en
spatule transparente surmontée d’une courte pointe (f, g·).·Elles sont ac-
compagnées de soies plus longues, bilimbées et d’autres formant la tran-
sition. Dans la région postérieure, les lamelles dorsales et ventrales sont
larges, ovales, rétrécies à la base (d), les soies encapuchonnées dorsales
et ventrales ont le rostre surmonté de 2 petites dents en rangée trans-
versale (e). Pygidium arrondi avec 2 courts cirres subulés (c). — Des po-
ches latérales glandulaires à partir du 25*-26* segment.
L. 5 à 17 em., sur 2 à. 2,5 mm. de large. — Région antérieure et
palpes rose pâle, région postérieure gris foncé ou verdàtre, des taches
blanchàtres sur les flancs. Palpes parfois rayés de noir. · '
Pas de tube, se creuse des galeries dans le sable propre au niveau des très
basses mers. Dragages côtiers sur fonds de sable.
Mer du Nord; Manche; Atlantique; Méditerranée (Naples).
@2%  
L la .
' \;»" l. `
. ï   I
É
»•· L
sa WW se
  Tft Tt —» .
ai   7 î 3*Q ..  r —
' É; ·’ `E `
-—i g /?'i lt   il
d'   X ,4 C '
Fm. 22. — Jlagelona papillicomis : a, b, région antérieure face dorsale et profil, °
grossie; c, pygidîum, grossi; d, parapode, grossi (d’après Curmxonan); e, soie enca-
puchonnée >< 270; l, g, soies renflées du 9* sétigère >< 270 (d’après Mc Iivrosa); h,
5* sétigère >< 45; i, 8* sétîgère >< 45; k, 9* sétîgère gauche >< 15 (d’après Massin). —
JI. roseau I, 9* sétigère >< 45; m, n,_ 10* sétigère >< 43; 0, soies encapuchonnées du
50* sétîgère >< 330 (c1‘après Moona).
5

66 moua DE Fmmcs. — nonvcnnres séonrrrnmns
M. r0Se3. Mooan. Fig. 22, l-0. - Magelona rosea Mooma 1907, p. 201,
pl. xvi, fig. 24-30; Soxrrnnim 1914, p. 105; Emasoiv 1920, p. 52. -—(?) Prio-
nospio tenais Fnwxns 1883, p. 167, fig. 113.
Corps iiliforme très long, environ 15 sétigères. Région antérieure à
8 sétigères, un· peu aplatie, séparée de la région postérieure un peu plus
large par le 9° sétigère. ·— Prostomium en forme de spatule ovale, aplatie,
à bords minces, avec 2 crêtes dorsales divergentes en avant, réunies en
arrière. Pas d`yeux. Trompe volumineuse, globuleuse. 2 longs palpes ri-
des avec de très nombreuses papilles allongées implantées sur une de leurs
faces. -·-— Aux 8 premiers sétigères, lamelles dorsales et ventrales bien
développées, allongées, écartées. Soîes dorsales et ventrales capillaires,
finement limbées. 9° sétigère un peu plus grand et à soies plus nombreuses
mais ne différent pas de celles des segments précédents (22, l). Dans la
région postérieure, les segments sont biannelés, les lamelles dorsales et
veutrales sont plus ovales, pédiculées (m, 11). Les deux rames ne portent
que des crochets encapuchonnés à rostre surmonté d’une petite dent (0)
(simple ou `double?) — Pygidium très petit, oblique, avec anus dorsal re-
couvert d’une large papille plate, 2 minces cirres anaux souvent remplacés
par une paire de petites papilles. ·
L. 40 mm. , sur 1 mm. de large. —- Coloration : blanc transparent, intes-
tin brun ou brun verdàtre, pharynx saumon, sang rose.
Dans le sable ou dans la vase, à mer basse et au voisinage de la côte et dans
de minces tubes de sable sous les pierres.
Atlantique (Killary Harbour, Irlande et \«Voods’H0le, Massachusetts); Ore-
sund.
. Nota. ·—- Cette espèce qui ne diffère de la M. papillicornis que par les soies
du 9° sétigère non renflées, par les carènes du prostomium et par les papilles
des palpes plus nombreuses (`Z) semble n’en n’être qu’une simple variété.
' F. DISOMIDAE l\Ir.sN1L. '
[Disomiens.]
« Prostomium tres simple, avec 2 longs palpes tentaculaires analogues à ceux
des Spionidiens. Pieds biramés, au moins dans la région antérieure, unique-
' ment avec soies simples. Scies de formes variées, particulièrement grosses soies
épineuses, soies barbelées, grosses soies en lancette. Soies aciculaires aux ra-
mes ventrales des sétigères 2, 3, même Q. Jamais deux régions du corps netto-
ment distiuctes. Cirres ventraux et dorsauvf, allongés ou tuyautés. » (Massin.
1897.)

nisomnna 67
Tasnmn pas cizmxss.
· - Une antenne antérieure impaiie. Organe nucal à 3 lobes tentaeu· _
liformes. Des cirres dorsaux en forme de fiole et: à long col
(fig. 23, a-e) .......... G. Pœcilochœtus, p. 67
—- Pas d’antenne antérieure impaire. Pas d'organe nucal à 3 lobes
tentaculiiormes. Cirres dorsaux charnus, lenticulaires, à bord
entier ou tuyauté . . ....... G. "Disoma (Ensrsn (‘).
_ G. POEGILOCHAETUS Cmirsaikorz.
Prostomium simple avec une antenne médiane antérieure. Des yeux. Organe
nucal ai 3 lobes allongés. 2 très longs palpes. ·-- Cirre ventral du 1** sétigère
bien développé, cirre dorsal rudimentaire. Cirres dorsnux et ventraux du 7* au
11*-13** sétigère en forme de fiole à col long et raide. Branehies sur les parape-
des à partir du 21° sétigère. Des soies plumeuses à partir du 17** segment. Dans
la région postérieure, les soies dorsales en forme de croo sont disposées
en rangées transversales. — Anus dorsal, avec 1 urites. -— Vaisseau dorsal,
à grosses poches latérales dans les segments 12,13, 11 et 15.
-— Face antérieure dorsale lisse, avec rares tubercules. Cirres des
segments 7-13 modifiés. Crochets ventraux aux segments 2-3.
Organe nucal très développé (fig. 23, a). . . P. serpens, p. 67
- Face antérieure dorsale fortement tuberculeuse. Cirres des seg-
' ments 7-11 modifiés. Crochets ventraux aux segments 2, 3, 4.
` Organe nucal peu développé (fig. 23, I1) .... P. _fulg0ris, p. 69
P. serpens ALLEN. Fig. 23. a—m. - Poecilochaezus sérpens ALLEN 1904,
p. 79-151, pl. vu-xxl; Sou·rnE1iN 1914, p. 105; Mc lrrrosu 1915, p. 238,
pl. xcxi, fig. 4; Fauve:. 1916, p. 1.10, pl. vm, fig. 14, pl. ix, fig. 944.
· Stadeslarvaires : Larve indéterminée Cnamnizna 1863, p. 77, pl. vr,
fig, 1-11. -— Larve de Poecilochaelus Cmimniëna in Encens 1874, p. 9. -—
Spionid A, Guavnnr 1909, p. 33, pl. 11, fig. 22-27. '
Corps long, mince, cylindrique, atténué et aplati postérieurement, té-
guments lisses, sauf quelques rares tubercules dorsaux et des ventraux un
peu plus nombreux. 110 sétigères environ. —— Prostomium arrondi, petit,
avec une courte antenne impaire antérieure conique (23, al. 4 yeux, 2 petits
dorsaux et 2 plus grands ventraux. 2 très longs palpes filiformes atteignant
la moitié de la longueur du corps, creusés en gouttière. Organe nucal à
3 lobes allongés antenniformes, les 2 latéraux atteignant jusqu’au 4°sétigère
environ, l‘impair encore plus long. —— i" sétigère très développé embras-
sant le prostomium, à oirre dorsal rudimentaire, à cirre ventral très grand,
(1) Ce genre n'a pas encore été rencontré dans nos regions.

68 FAUNE ne rnmvcs. -— rowcaèrss srinnxvmxnss
dirigé en avant'ainsi que les 2 faisceaux de soies très longues et lisses.
Du 2** au 6° sétigère, cirres dorsaux et ventraux fusiformes, soies simples
capillaires lisses. Au 2* et au 3** sétigère, 3-4 gros crochets ventraux re-
courbés (g). Du .7* au 13·=, les cirres dorsaux et ventraux sont plus grands,
en forme de fiole à renflement basal sphérique, à col eflilé et rigide (c, e).
" Les soies sont de2 sortes, les unes capillaires lisses, les autres épineuses.
Du 1lt° au 16*2, les cirres redeviennent coniques, les soies ne changent pas.,
A partir du 17**, les soies capillaires lisses sont remplacées par de grandes
soies plumeuses (m), les soies épineuses sont modifiées. Aux 16-17 der-
niers segments, les soies dorsales supérieures sont remplacées par de
gros crochets recourbés en arrière et disposés transversalement au nom-
bre de 5-6 (h, i); les autres soies sont lisses ou épineuses et accompagnées
de soies à rostre recourbé surmonté d’un plumet terminal (k). —- Les
branchies commencent au 21* sétigère, elles sont formées de 2 paires de
filaments insérées chacune à la face postérieure d’une des 2 rames (d).
Dans la région antérieure du corps, les organes sensitifs latéraux sont en
forme de bouton saillant entre les deux rames (e, c). —-— Anus dorsal.
4 urites, 2 dorsaux longs et minces, 2 venlraux plus courts (b)·. Les cirres
et les parapodes sont couverts de petites papilles.
Stades larvaires. -— Les larves de 40 à 50 sétigères diffèrent des adultes
par les caractères suivants : 1° le prostomium, les palpes et les organes
nucaux sont beaucoup plus courts (f); 2° les cirres en massue n’existent
qu’aux 7"-11** sétigères ; 3° les branchies font défaut; 4** il existe de grandes
soies aciculiformes rugueuses sur toute la longueur du corps (l); 5° les
soies plumeuses sont peu nombreuses et les crochets dorsaux postérieurs
manquent; 6° les soies en croc, à plumet, sont encore rares ou font défaut:
Les stades postlarvaires se rapprochent davantage de l’adulte, les
grandes soies transitoires aciculiformes épineuses sont en voie de dispa-
rition, les crochets postérieurs, puis les branchîes, apparaissent succes-
sîvement.
L. (adulte) 55 mm. sur 1,5 à 1,7 mm. de large. — Région antérieure,
écarlate ou rouge pourpre, parapodes et cirres incolores. Région posté-
rieure noire ou vert foncé tabhetée de blanc.
Dans un tube en U dans le sable ne découvrant qu’aux plus fortes marées·
d`équinoxe. Larves pélagiques très communes dans les pêches au filet lin en
été.
Manche (Plymouth, St-Vaast-la—Hougue); Atlantique (Irlande, Golfe de Gas-
:ogne,Açores, Canaries, Maroc); Mer d`lrlande (Port Erin); Mer du Nord (Nor-
vège, St-Andrews); Skagerrak; Méditerranée (entre Gibraltar et les Baléares).
Nota. ·— Cette espèce n’a été trouvée à l‘état adulte-qu‘à Plymouth (ALLEN)
et en Irlande (Soorusnn).

nusomnuz 69
î  · ai I   rf ` Ã
fr \\\ le .
. \ I//l \\x ,
· ·¢ - la/'  lv », r =
L . Y p 4: . 1
, A? \\ [ \· »  I"  t
*' È '  . , « ”   Q c
»  - \. ,- Q 
gi`- C yû 4, / ‘
, , ' Z'- ~
',»;: -·•f ` \
. s   \
—· \ ’ 5 i\
rl àw  D ri — 
.   _   . `Ã  i
-*3-.:..·-*
É" ’   [
' x ‘\ .·`
- n R
.   x il l
' , ,24*6%:
'· b   / /
» ` •?:·ë·°2} 4«"
É   a 'i_j§;(·=$î¥:· É?} ’
s a' u I J
Fm. 23. — Poecilochaetus serpem : a, région antérieure, grossie; b, région posté-
rieure; c, 7° sétigère >< 30; d, 30* sétigère >< 30; e. 5° sétigère >< 30 (d’ap1·ès ALLEN};
I, larve, grossie (d‘après Cmmmzos); g, crochets ventraux du 2° sétigcre; h, crochet
dorsal postérieur >< 150; i, soies dorsales en poinçon des derniers sétigères >< 150;
1:, soie a plumet >< 400; 1. grande soie dorsale larvaire >< 150; m, fragment de soie ·
plumeuse >« 100. -— P. futgoris: u, région antérieure, grossie (d’a rès Enuzns).
P
P. fulgoris Cnmmnàns. Fig. 23, n. -— Poecilochaetus fulgoris CLAPA·
nimt: in Enuzns 187û, p. 9, pl. 1, fig. 1.
Cette espèce, dont CLAi>Ani;nn n’a eu entre les mains qu‘un fragment
antérieur, diffère du P. serpens par ses téguments couverts de petits
tubercules granuleux très nombreux dans la région antérieure, par l‘or-
gano nucal beaucoup plus réduit et qui semble manquer de lobe médian
allongé. Les grands cirres dorsaux en fiole n’existeraient que du 7* au
11** sétigère. Les crochets ventraux existent sur 3 segments antérieurs au
lieu de 2. Il est dilïicile de décider si ce spécimen, dragué dans l‘Atlan- ·
tique par 725 brasses, n‘est qu’un individu anormal ou mal décrit du
P. serpens ou une espèce réellement distincte.

70 `MUNE on manon. - ronxcuàres sénnwrmmss
F. PARAONIDAE Cnnmrri.
[Levinseniens Mssizn. et Caurtnnv.]
' Corps long et mince,à segments trés nombreux. — Prostomium terminé anté-
rieurement par une papille sensorielle impaire. Une antenne dorsale unique,
pouvant manquer. Généralement 2 yeux. — Pas de palpes tentaculiformes. Des
organes nucaux. —— 16- segment métastomial ordinairement pourvu de soies.
3 à 6 premiers segments abranches. Branchies simples, à partir du 4°-7** séti-
gère, sur un nombre variable de segments antérieurs (4 à 55]. Parapodes bira-
més, avec un cirre dorsal. Les cirres ventraux n'existenf. qu’aux segments
antérieurs de quelques espèces. Soies dorsales simples, non annelées. Aux
rames ventrales des pieds postérieurs, des soies à crochet mélangées de soies
capillaires. Auxrames postérieures, assez rarement des soies modifiées courtes
et robustes mêlées aux soies capillaires. -· 3 cirres ananx (rarement 2). Intes—
tin contenant de nombreux granules verts ou verdâtres. - Larves pélagiques
rappelant celles des Spionidiens, moins les palpes.
· , · TABLEAU nus cnivnns.
—— Pas d’antenne dorsale (fig. 24, a} ..... G. Paraonis, p. 70
— Une antenne dorsale (fig. 25, a) ..... G. Aricîdea, p. 74
G. PÀRAONIS GRUBE.
[Levinsenia Mssnu. et CAULLERY.]
Prostomium terminé antérieurement en bouton sensitif impair allongé. Pas
d’antenne dorsale. 2 yeux ou 0. 2 fentes nucales. — Des soies capillaires aux
3 premiers segments. Branchies à partir du 4** sétigére (rarement 7**) et peu
nombreuses. Des cirres dorsaux filiformes, pas de cirres ventraux. Des soies
capillaires dorsales et ventrales à tous les pieds. Des soies modifiées dorsales
. ou ventrales dans la région postérieure. — 3 cirres anaux filiformes.
1. Des soies modifiées aux rames dorsales postérieures (S.-G. Pa-
_ raonis) .................... 2
— Des soies modifiées aux rames ventrales postérieures (5.-G. Pa-
raonides) ..........,........ 4
2. Soies modifiées aciculaires. 7 paires de brancnies. P. tenera, p. 72
_ — Soies modifiées à crochet (fig. 24, k) .......... 3
3. Brancliies foliacées, trés larges; 16-25 paires (fig. 24, ij ....
................. P. fulgens, p. 71
—— Branchies étroites; 4 paires (25, f). . P. paucibranchiata, p. 71

rnnaomimn 71
4. Soies modifiéescourtes, limbées. 9 paires de branchies Hig. 25, k).
............... P. neapolitana, p. 73
——· Soies ino.liliées_ l_yri1'or.n:s ,24. e). 8 à 14 paires de branchies. .
.............. ’. . . P. lyra, p. 72
P. fulgens (Lnvmsmv). Fig. 24, g~l. — Paraonis fulgens Cenxzurx 1909.
p. 468, 495. -— A0ni·les fizlgens lssvmsniv 1883, p. 105. —- Levinsenia ful-
gens Mnsmi. et CAULLEIIY 1898, p. 127, pl. vi, iig. 1-9.
Corps de petite taille, mince, s‘enroulant en tire-bouchon. 110 à 120 séti-
gères. —· Prostomium conique terminé en avant par un bouton elliptique `
(24, g, h). 2 yeux. 2 fentes nucalcs. -— 3 premiers segments plus étroits,
avec des soies capillaires dorsales et ventrales, au 3°, un court cirre dorsal.
Branchies larges, foliacées, terminées par un petit bouton elliptique ti).
_ Elles sont au nombre de 16 à 25 paires et commencent au 4' sétigère.
Les cirres dorsaux courts et filiformes dans la région branchiale s‘allon·
gent dans la région suivante. Pas de cirres ventraux. -— A tous les seg-
ments, des soies capillaires semblables aux deux rames, elles sont lim-
bées et fortement arquées, les unes longues, les autres courtes (ll. A la
rame ventrale d’un nombre variable de segments de la région postérieure,
on trouve 1-2 soies courtes géniculées, renilées au coude, puis élargies,
aplaties et terminées par un bec recourbé avec une sorte de hausse-col
sous-rostral (k). — Pygidium en forme de mamelon arrondi avec 3 cirres
subulés, un ventral et 2 dorsaux. — lntestin à granulations vert-sombre.
— Phosphorescent.
L. 10 En 15 mm., sur 1,5 mm. de large. - Région antérieure incolore ou
rose très pâle, région postérieure verdàtre.
.\ mer basse, dans- le sable lin, le corps généralement entouré d’un mince
manchon de sable sans consistance. .
Manche (Anse St·Martin, environs de Cherbourg). - Danemark.
P. paucîbrallchiata Csnnuri. Fig. 25, f, g. — Paraorzis paucibranchiala
Cnnnuwx 1909, p. 498, pl. xvm, fig. 8, 27.
Corps très petit, environ 50 segments [7). — Prostomium ovoïde, ter-
miné par une petite protubérance rétractile, ciliée. 2 yeux noirs. 2 petites
fentes nucales postérieures. — 3 premiers segments avec de longues soies
capillaires dorsales et ventrales. Cirres dorsaux rudimentaires au 1*** et
au 2° sétigère, plus longs au 3°. Branchies grandes, droites, ciliées, à
partir du 4° sétigere jusqu‘au 8**; une paire rudimentaire au 9° (25, f).
Cirres dorsaux longs et minces dans la région posbbranchiale. Pas de
cirres ventrauxt?) — Soies dorsales minces, capillaires, à tous les seg-
ments. Soies ventrales capillaires dans la région antérieure, puis, à partir
du 8° sétigère, s'y ajoutent 2-4 soies à crochet encapuchonnées (g). —
Pygidium? —- intestin à granulations verdàtres.
L. 3 mm. environ. ——- incolore.

72 FAUNE DE rimxce. —— ronrcniares sxânmvmmxzs
` Dans le sable, près de la côte (1 seul spécimen connu). — Méditerranée
(Naples).
P. tenera Gnunu. — Paraonis tenera Gamm 1878, ·p. 58.
Corps mince et fragile. —— Prostomium en demi-cercle. 2 yeux. 2 lon-
gues fentes nucales pigmentées. Pas d`antenne. Pas de palpes tentacu-
laires. — Pas de lamelles parapodiales. Branchies longues, étroites,
pointues, au nombre de 7 paires, du 4" au 10“ sétigère. Soies dorsales et
ventrales des segments antérieurs longues, minces. capillaires. Dans la
_ région postérieure, les soies dorsales sont toutes capillaires mais à la
rame ventrale apparaissent quelques soies aciculaires plus épaisses.
Adriatique.
Nota, — Gauss, qui n’a eu qu`un seul spécimen incomplet de cette espèce, ne
donne aucun renseignement sur sa taille, sa coloration et sur la nature du fond _
où il a été recueilli. Cette espèce n`a pas été revue depuis.
_ [ . / Il
. Q ' Q K)" ·  
  . 2 lgiâî . it 1,
  *1 ï- J ‘ E:} I    
./ , V3 Y , IFÈJÈÈÉ . 1 l}
,   i, ::u».' y ml `\
  \ ‘ wars}; l » · 44kr%
 ,- <> rural: , · '
;      ` Èillbir J .  ~   ®
. /  Q r §\ ` 9 ‘ '
- ».   :\ , ¤-• L
,. V, 7   _ \   4
"  *7   se fâîé \
7 ,1 , ·-   fr ».~..,, .
, ,, · wa
j    u '
 " ,__ il   L ' K
·,;    ,' ;
·2»   »» —— , g (
”’ â ü Il E ` T 4 ·
Ci. \
7  
 
/    
Fm. 24. — Paraonis Iym : a, région antérieure >< 45; h, pygidium >< 60; c, soie lyri-
forme >< 800; d, 50* sétigère 6 >< 60; e, 8* sétigère Q >< 60; f, 4* sétigère 5' >< 60
(d’après Sournmxx). — P. fulgens : g, extrémité antérieure, face ventrale >< 40; h,
région antérieure, de profil >< 22; i, 23* sétigère >< 62; k, soie courte ventrale pos-
térieure >< 600; 1, soie capillaire courte, limbée >< 600 (d’après ltlnsmt).
P. (Paraonides) lyra Sournmm. Fig. 24, a-f. — Paraonis (Paraonides)

Panxomnas 73
lyra Sou·ruanN 1914, p. 94, pl. xx, x, fig. 22 A—G; Mc Ixrosn 1923, p. 472.
Corps de petite taille, graduellement atténué aux deux extrémités. 90-
105 sétigères. — Prostomium élargi en arrière, arrondi en avant avec
une courte papille terminale arrondie, ciliée. 2 longs organes nucaux pig-
mentés, ciliés, divergents. Pas d’ycux (24, a). — 3 premiers segments
avec des cirres dorsaux et des soies capillaires. Branchies, fortement
ciliées, à partir du 4° sétigère, au nombre de 8 à 14 paires. Les cirres
dorsaux, petits dans les segments antérieurs, sont longs et minces aux
segments postérieurs. Pas de cirres ventraux. - Les soies dorsales et
ventrales des premiers sétigères sont de même longueur, minces, capil-
laires, sans limbe. Chez les mâles à maturité, à partir du 15°-20° sétigère,
les soies ventrales sont beaucoup plus longues que les dorsales et striées
longitudinalement (d). A partir du 4° sétigère jusqu‘à l’extrémité posté-
rieure, le bord inférieur du faisceau dorsal porte 1-3 soies lyriformes dont
la branche la plus longue est pectinée du côté interne (c). — Chez la Q, 4
œufs rouges par segment à partir du 26°. — Pygidium arrondi, presque
globuleux avec 3 cirres subulés, un ventral et 2 latéraux (b).
L. 12 à 20 mm. - lncolore.
Dragages côtiers et pélagiques (C5' à maturité pris la nuit au filet fin au mois
de 'uin).
Altlantique (côtes d’lrlande, Galway Bay et port de Ballynakill). — Ore-
sund (Etixsox). _
P. (Paraonides) neapolitana Canmm. Fig. 25, h, i. — Pamonis
(Paraonides) neczpolitana Cunnu·rx1909, p. 493, pl. xvm, fig. 7, 19-21.
Corps filiforme, de petite taille, 70 sétigères. — Prostomium ovale, por-
tant en avant une papille terminale globuleuse à cils rigides. 2 petits
yeux noirs. Organes nucaux en courtes fentes obliques, ciliées, diver-
gentes (25, h). — 3 premiers segments à longues soics capillaires dorsales
et ventrales. Les cirres dorsaux ne sont représentés, au 2° et 3° sétigère,
que par une toute petite protubérance. Branchies longues et ciliées, rele-
vées sur le dos, à partir du 4** sétigère, au nombre de 9 à 11 paires (h). Les
cirres dorsaux, très courts dans la région branchiale, deviennent longs et
minces dans la région suivante. Pas de cirres ventraux. — Soies dorsales
et ventrales de la région antérieure capillaires, non limbées, longues et
minces. A partir du 12¤ sétigère, 1-2 soies courtes, robustes, à large limbe,
se mêlent aux soies capillaires dorsales (lt). — Pygidium ovale à 3 cirres _
subulés, un ventral et 2 latéraux (i).
L. 8 mm., sur0,5 mm. de large. - Coloration jaune paille claire avec
quelques granules de pigment brun sur les premiers segments et le pros-
mmhm.
Dragages côtiers sur fonds de sable.
Atlantique (Iles Glénans, Dottrusl; Méditerranée (Naples).

74 FAUNE ns rnimcs. —— POLYCHÈTES sénsxminns
G. ARIGIDEA Wsnsrsn.
Prostomium terminé antérieurement en bouton sensitif impair, court, rétrac
tile..Une antenne dorsale. 2 yeux ou 0. 2 fentes nucales. -· Des soies capil·
laires aux 3 premiers segments. Branchies à partir du 4* (rarement 5’) sétigére
et peu nombreuses. Des cirres dorsaux à tous les segments. Cirres ventraux
É \ ` ·
. ·     V r
!.“• ¢  1.  M b
P 2 .     I I °
QQ (gg ° li    "’ È  il @
sl=   M  
b  /\   ; (V l   \
/fi_   sa , % / __ _\ Y
// i   .”·éf§§~r à D \
U,    »·.<~   l ; \
»//K \ ,\" \' n ""`
_ A.!    
àà  » \
_ ·¢'i¢1‘  D  l  "‘ \   n
1:,.s*. c @.`-`   n -
A  "' EN `Ã. `   i \
_,.,«·< ,•* 4:··.Z¤~··- , -1  \
,g¤_--;l·‘ _ -,, ___ •~·llv _` _ \.
  — - .  ,»   '
..·    gp /' r`   '  
. 9 . w
  da \
C t \§ï "
 —— · "
  6 L l
Fio. 25. -- Aricidea Je/freysii : a, région antérieure >< 3); b, pygidium >< 120; c,
crochet; ventral >< 330; d, soie courte dorsale du 3** setigère >< 330; e, soies capil-
laires ventrales >< 280. — Pamonis paucibrcmchiata nf, >< 27; g, crochet ventral du
8** sétigere >< 350. — Pamonis neapolitana 2 l1, région antérieure >< 33; i, pygidîum
X 33; k, soie courte dorsale du l8° sétigère >< 3311 (d’après Cannon).
rudimentaires, sur les premiers segments seulement ou manquant complète-
ment. Des soies capillaires dorsales et ventrales à tous les pieds. Des soies
modifiées dorsales ou ventrales dans la région postérieure. — 3 cirres anaux
filiformes.
——- Des soies modifiées aux rames vcntrales postérieures (S.—G. `
· Aricidea) ............. A. Jeffreysii, p. 75
—- Des soies modifiées aux rames dorsales postérieures . . .
............. S.-G. '(lirrophorus Ennnns (')
(A) Ce sous-genre n’est pas représenté dans nos régions. `

cnaarorrenunm 75
A. Jeffreysii (Mc Iwrosn). Fig. 25, 3-9. ·— Aricidea Jefreysii Cemurrx
1909, p. 409, pl. xvm, fig. 1-6, 9-18, 22-26, pl. xxx, fig. 28-42; Soorx-tenu
1914, p. 93; Mc lnrosu 1923, p. 473. -? A. fmgills Wmzsren 1879, p. 55,
pl. IX, fig. 127-132. -1- Scolecolepis (P) Jef/}·e_ysii Mc lrrrosu 1878, p. 506,
pl. Lxv, fig'. 13, 14.
Corps long'et mince. 110 à 120 sétigères. — Prostomium ovoïde, ren-
flé postérieurement, terminé antérieurement par un court bouton sensoriel
hémisphérique, cilié, rétractile. 2 yeux. 2 organes nucaux cn fer à che-
val, réduits à2 fentes longitudinales sur l‘animal fixé. Une courte antenne
médiane claviforme; dirigée en avant, insérée en arrière des yeux (25, A).
— 3 premiers segments semblables, avec des soies capillaires dorsales
et ventrales de 2 sortes, les unes longues, minces, les autres courtes,
limbées (d, 0). Ils portent chacun une paire de·cirres dorsaux subulés.
Branchiesà partir du 4s sétigère, longues, étroites, ciliées, relevées sur le
dos et au nombre de 12 à 18 paires, 13le plus souvent. Les cirres dorsaux
s’all0ngent dans la région branchiale et dans la région postérieure. Pas
de cirres ventraux. — A partir du milieu dela région branchiale, les soies
dorsales et ventrales se modifient et tendent à devenir toutes longues et
minces (e).,A partir du 13*-18° sétigère apparaissent, à la rame ventrale, °
1 à 5-6 soies à. crochet, unîdentées, encapuchoimées, rappelant celles des
Spionidiens (c). — Pygidium de forme variable, plus ou moins arrondi
avec 3 cirres subulés, un petit médian et 2 latéraux plus longs (b). —
intestin à granulations vert-jaunâtre.
L. 18 à 20 mm., sur 0,5 à 1 mm. de large.
Coloration jaunâtre ou brunâtre, avec, souvent, des granulations pig-
mentaires foncées sur le prostomium et les segments antérieurs. intestin
verdàtre. _
Dragages côtiers sur fonds de sable ou de coquilles brisées.
Atlantique (cotes d'Irlande, Clew Bay); Méditerranée (Naples). —· Détroit de
Davis. `
F. CHAETOPTERIDAE Aunoum et ÃIILNE-ED\VARDS.
(Chétoptériens).
Corps de consistance molle, divisé en 2 ou 3 régions à segments dissem-
blables. — Prostomium petit, souvent peu distinct. Parfois 2 yeux. Bouche
terminale, sans trompe exsertile. 2 ou 4 tentacules (palpes et cirres tentacu-
laires). — Plégion antérieure à segments peu nombreux, uniramés, les rames
ventrales étant atrophiées. - Région moyenne, quand elle existe, à segments
parfois très modifiés, biramés. — Région postérieure à segments tous sem-

76 FAUNE DE rnnricn. ——— POLYCHÈTES SÉDENTAIRES
blables, biramés. — Soies dorsales capillaires ou lancéolées. Au 4** sétigère,
de grosses soies modifiées. Soies ventrales en plaques onciales pectiniformes.
— Tube corné translucide, plus ou moins annelé, ou opaque, parcheminé.
Remarques. - Les Chétoptériens sont des animaux mous, très fragiles, ~
s'autotomisant facilement. Dans le genre Chaetopterus, la rupture se produit
le plus souvent entre le tsr et le 29 segment de la région moyenne, chez les
Phylloc/zaewpterus, en un point quelconque de la région moyenne. Les deux
fragments régénèrent la partie manquante et, dans ce dernier genre, l’auto—
tomie devient un procédé normal de multiplication asexuée. On peut alors
trouver dans un même tube jusqu‘à 6 individus produits par scissiparité et à
des stades différents de régénération. D’après Porrs (1914), qui a étudié spécia-
lement ce processus chez P/1. proli/icagles segments de la région moyenne ne
se régénèrent que rarement ou tardivement. Ceci explique la grande variabilité
du nombre de ces segments chez les individus d`une même colonie et montre
le peu d’importance qu’il y a lieu d`y attacher au point de vue systématique.
Les·soies de la région antérieure ont, chez un même individu, des formes
très variables, non seulement d'un pied à l’autre, mais encore suivant leur
position dans une même rame. En général, celles qui sont situées à l’extrémité
distale sont plus longues, plus minces, plus symétriques: les autres s’élar-
gissent et perdent de plus en plus leur symétrie en se rapprochant de la base
du pied. Ces deux derniers caractères s’accentuent aussi aux derniers sétigères
thoraciques. Même les soies modifiées du 4** sétigère sont variables et ne peu-
vent guère fournir de caractères sérieux.
Tous les Chétoptériens possèdent une paire de grands tentacules creusés#
d`une gouttière ciliée, généralement très longs et s’enronlant en spirale comme
ceux des Spionidiens auxquels ils ressemblent beaucoup.
Dans les genres C/zaetopzerus et Mesoclzaetopterus tt), ces tentacules sont
plus petits, plus filiformes, mais également pourvus d’une gouttière ciliée. Ce
sont donc aussi des palpes et non des antennes.
En outre, dans le seul genre Phyllac/zaetopzerus, on trouve une seconde
paire d’appendices beaucoup plus petits, situés de part et d`autre du prosto-
mium et un peu eu arrière. Ces petits tentacules, renfermant des soies internes,
représentent très vraisemblablement la rame dorsale du segment buccal,
comme les cirres tentaculaires des Aphroditiens et d’autres Annélides, et
devraient être désignés par le même nom.
Les genres C/zaetopterus et Ranzania se classent à part et sont nettement
différents des autres, mais les genres Telepsavus. Spioc/zaetopterus et Phyllo-
c/zaezapterus sont extrèmement voisins. Tous les trois habitent des tubes
cornés, cylindriques, annelés, plus ou moins transparents. Spiochaetopterus
possède 3 régions différenciées, très semblables à celles de P/iylloc/zaezopterus
dont il ne se distingue que par l’absence de la 2** paire de tentacules. Étant
donné la rareté des spécimens de Spioc/zaetopterus en bon état qui ont pu
être examinés, on est tenté de se demander si ces appendices n’ont pas échappé
à des observateurs non prévenus, car sur les P/zyllochaetopterus un peu
macérés, ce qui n’arrive que trop souvent, ils sont parfois difficiles à distin-
guer. S’il en était ainsi, les deux genres devraient se confondre,
(11 Genre é ranger à notre faune (Ports 191 1).

cnanrormninas 77
· D’autre part, les Telepsavus. également dépourvus d'une 2** paire de tenta- `
cules, ne diffèrent des .S‘pioc/iaeroptcms que par l'absence d’une région posté-
rieure à parapodes cylindriques ài soies en lancette. Il ne semble pas facile de
distinguer un Telepsavus d‘un Spiac/iaezoptcrus à nombreux segments moyens
ayant perdu sa région postérieure.
Alors que les Phyllochaetoptcrus ont été souvent observés, les Spiochaetopzœ
ms et Telepsavus ont été rarement revus, bien que leurs tubes vides ne soient
pas rares. ll y a donc lieu d'attirer l‘attention des zoologistes sur ce point.
Une révision des P/iyllocliaecopterus, en tenant com ple de la variabilité de leurs
_ caractères, permettrait sans doute de réduire fortement le nombre des espèces,
ainsi que cela s’est produit pour le genre Chaezopzerus.
Tannmn nss cannes.
1. Corps divisé en 3 régions distinctes (fig. 26, a, h) ..... 2 '
— Corps divisé en 2 régions distinctes (fi g. 27, ai ...... 4
2. Une seule paire de tentacules ............ 3
-— 2 paires de tentacules, dont une plus petite. Rames.dorsalcs
moyennes foliacées, lobées (fig. 30, a, c) .... - ..... - ·
' .......... ·. . . G. Phyllochaetopterus, p. 84
3. Région moyenne à 5 segments dont le premier porte 2 grandes
rames dorsales aliformes, les suivants à rames dorsales soudées
en ventouse ou en palettes. Tentacules courts (fig. 26, a). .
............... G. Ghaetopterus, p. 77
— Région moyenne à segments à rames dorsales distinctes, folia-
cées, lobées. 2 gros tentacules (palpes) (29, a) ......
.............. G. Spiochaetopterus, p. S2
4. Rames dorsales de la région postérieure toutes coniques ou
cylindriques, entières (fig. 27, a) ..... G. Ranzania, p. 79
-—- Rames dorsales de la région postérieure toutes foliacées et
lobées (28, a) .......... G. Telepsavus, p. 81
G. CHAETOPTERUS Cuvmn.
[Tricoelia Remi-za]
Corps épais, de grande taille, à 3·régions très difl`érenciées. —- 2 courts‘
palpes filiformes. — Région antérieure à parapodes uniramés, à soies en
palette. Soies modifiées au 4** sétigère. —- Région moyenne à 5 segments bira-
mes dont le i" à 2 appendices aliformes, les suivants.a rames dorsales modi-
fiées en ventouse, puis en palettes. Rames ventrales coalescentes, uncînigères.
- Région postérieure à rames dorsales unilobées, à rames ventrales bilobées,
nncinigères. -— Tube parcheminé.
Ch. Variopodatus (Rnmsn). Fig. 26, tt-Il. — C/zaetopterus variopedatus
JOYEUX-LAFFUIE 1890, p. 245-360, pl. xv-xx; Lo Bianco 1893, p. 35;

78 FAUNE DE FRANCE. ··· POLYCHÈTES SÉDENTAIRES
SAlNT··l0SEPH 1894, p. 147, pl. VII, fig. 189-199; Mc Iivrosn 1915, p. I20; .
Fnnvm. 1919, p. 446 (synonymie exotique), 1926, p. 307. (.71. norvegus
Sans 1835, p. 53, pl. xi, fig. 29. Ch. pergamentaceus Cuvmu 1830, p. 208,
MILNEPEDWVARDS 1849, pl. xx, fig. 2. Ch Sarsz`z` Boncx, Lnvmsmv 1883;
p. 108. Ch. insignis BAIRD 1864, p. 477j pl. XLIX. Ch. Valencinif et Ch.
Leuckarti Qunrnnmcus 1865, ll, p. 210 et 216, pl. XII, fig. 1. Ch. Qua-
.¢   ’ g \ / ‘ 6 i\ â
‘ ( f ·     \ `
s e  sg s ( sa ~g% ( ,
l"   x D 1 /  
 . ma;  q 1
  . Ji;) ; / I
¢;   /
wp *a;1= » e
`   H  l 1
    I l ~ 4
w ~   *1,
hë"^$  " *· M _
a ivwflîktmn EQ
F10. 26. -— Chaeiopterus oariopedatus : a. b, face dorsale et face ventrale. Réduit d’uu
tiers; c, parapode du 39 sétigère thoracique; d, dernier pied thoracique; e, un para-
pode postérieur (d’après ·l0YEUX·LAFFUIE)§ I, soie capillaire de la rame dorsale du
lu segment de la région moyenne (ailes) >< 60; g, h, uncini >< 400; i, grosse soie du
4° sétigère >< 30; k, soie capillaire thoracique X 60; I, m, soies thoraciques en lan-
cette >< 60; n, soies aciculaires des pieds postérieurs >< 30.
tr·efagesi.lounnA1N 1868, pl. 1. Ch. hrevis Lssràs 1872, p. 63, pl. 1v. ——
Tricoelia variopedata Human 1804 (?) et 1848, p. 35, pl. VIII (fide CLA-
PARÈDE). `
Corps mou et très fragile à 3 régions très nettement distinctes (26, a, hl.
Prostomium réduit à une bandelette transversale. 2 palpes filiformes avec
un petit œil foncé à la base. Large bouche terminale évasée en entonnoir,
à lèvre inférieure prolongée en avant. — Région antérieure aplatie, à
9 sétigères (pouvant varier de 8 à. 12). Rames dorsales triangulaires armées
de rangées verticales de soies en palette (l, m), avec quelques s0ies.capil—
laires (k). En outre, au 4° sétigère, plusieurs grosses soies foncées, cyling `

cuasrorrnninaa 79
driques, un peu aplaties, tronquées obliquement à l`extrémité qui est `
creusée en cupule à bords plus ou moins dentelés (i). Rames ventrales
atropliiées, sauf au 9° sétigère (d). ç- Région moyenne à 5 segments, le
1°', très long, porte 2 longues rames dorsales aliformes soutenues par de
lines soies capillaires incluses (f). Au 2°, les rames dorsales sont soudées
et modifiées en ventouse annulaire achète; aux 3 suivants, les rames dor-
sales sont soudées en larges palettes arrondies à bord crénelé (a). Les
rames ventrales des 5 segments de la région moyenne sont lamelleuses,
coalesccntes, forment ventouse et portent sur leur bord libre des plaques
onciales en forme d’étrille à 12-13 dents recourbées (g, h). Elles sont son-
tenues par des soies-tendons. — Région postérieure à nombre de seg-
ments très variable (20 à 70). Rames dorsales épaisses, coniques, cirri·
formes, dressées sur le dos (e) et soutenues par des soies acieulaires
incluses (n). Rames ventrales bilobées : un lobe dorsal en forme·de pinnule
terminée par un petit cirre et un lobe ventral rectangulaire soudé à la
base, sur la ligne médiane, au 'lobe correspondant de l’antre rame ven-
trale (8). Bord inférieur garni de 3 rangées de plaques onciales rétrogres-
sives. -— Tube membraneux, de section cylindrique, recourbé en U, à
ouvertures rétrécies , parfois bifurquées. ll est formé d’épais feuillets
superposés, blanchàtres, opaques, parchemînés.
L. 15 à 25 cm., sur 15 à 25 mm. de diamètre. — Coloration jaune ver-
dâtre ou blanc jaunâtre. Dans la région moyenne, bourrelets intestinaux
noir bleuàtre. A maturité, 0* blanc laiteux, Q jaune rougeâtre. Émet un
mucus très abondant à magnifique phosphorescence bleue ou violacée.
Dragages côtiers sur fonds de sable ou de vase.
Plus rarement, a mer basse, à un niveau très bas, tube enfoncé dans le sable
mélangé de gravier. Souvent rejeté à la côte.
Mer du Nord, Manche, Atlantique, Méditerranée. - Océan Indien, Pacifique.
Cosmopolite.
Nota. — Cet animal s'autotomîsanttrès facilement les îndividusrégénérés sont
fréquents et présentent souvent des anomalies qui les ont fait considérer
comme des espèces distinctes. Le nombre des segments antérieurs est assez
variable. Les soies modifiées peuvent exister, non seulement au 4* sétigère,
mais aussi au 3•, ou au 5**, tantôt d’un seul côté, tantôt des deux, ainsi que je
l’ai plusieurs foislconstaté. Le nombre et la taille des segments de la région
postérieure est aussi trés variable (Fwvisi. 1926, p. 307). °
G. RANZANIA Cnimnènrs (Lo Bianco char. emend.) _
[Ranzanides Cimunantxx].
Corps grêle divisé en 2 régions. -— Pas d’antennes. 2 longs tentacules (palpes).
Des yeux. — Région antérieure à parapodes unîramés, à soies en palette,
Des soies modifiées au 4** sétigère (fig. 27, i). -— Région postérieure à` segments
biramés. Rames dorsales coniques ou cylindriques, non foliacées, à. soies capil-

80 FAUNE ne rinmce. — ronvcaiares sénnunmas
laires. liames ventrales bilobées, à plaques onciales nombreuses. - Tube
parcheminé.
. C t - . C î
2 d ly
‘ i
È ,
  E
4 '·A_\
/ î‘ël `
fil!
§ i ·
` 1
. g, F · `
€·¢•:Zî‘î" \_ _
P"’§”,@’1->t\§ï ‘
(/è;/ë»\) 8 _
9 1) 1 ·
F10. 27. — Ranzania sagitmria : a, grossi (d’après Lo BIANCOl; b, 13e pied; c, l4° pied
(d’après CLAPARÈDE); d, plaque onciale >< 400; e, f, g, soies thoraciques en lancette
et cultriforrnes >< 150; h, soie en ciineterre du 4° sétigère >< 150; i, grosse soie du ·1°
sétigère X 110.
R. sagittarîa CLAPARÈDE. Fig. 27, a-i. — Hanzania sagittaria CLAM-
aiani; 1870, p. 126, pl. xi, fig. 1; Lo Bianco 1893, p. 39, pl. x, fig. 3;
Fwvnn 191Q, p. 268, pl. xxv, fig. 11-15; 1926, p. 309.
Corps grêle, de petite taille, 35 à 40 segments. Les deux régions sont .
nettement tranchées (27, a). Prostomium petit, conique, avec 2 yeux.
· 2 très longs tentacules canaliculés (palpes). Segment buccal à grande
lèvre inférieure bilobée. - Région antérieure déprimée, comprenant
12 sétigères à rames dorsales allongées, armées de soies en lancette trans-
parente, plus ou moins élargies et asymétriques suivant le rang qu`elles
occupent dans le parapode (e, f, g]. En outre, au 4* sétigère, de grosses
soies jaunes renflées en massue, aextrémité tronquée obliquement et
creusée d’une dépression à bords crénelés (i). Elles sont accompagnées
de soies en cimeterre (h). — Région postérieure à segments biramés. Les
premiers très longs et bosselés à la face dorsale. Flames dorsales du
13° sétigère cylindriques, à soies en palette (b). Celles du 14° sétigère,
qui sont aplaties en lamellé triangulaire, renferment des soies capillaires

CHAETOPTERIDAE  
(c). Les suivantes sont coniques, peu développées, achètes (?). Rames
ventrales à plaques onoiales en étrille allongée td). — Tube parcheminé, _
incrusté de sable.
L. 20 à 30 mm., sur 1 mm. — Régionantérieure blanchâtre ou jau-
nâtre, tentacules rosés. Région postérieure brun verdâtre.
.\u voisinage de la côte, sur fond de sable.
Méditerranée (Naples). — Atlantique (Iles*dn Cap-Vert).
G. TELEPSAVUS Cosra.
(ûnaranùne emend,)
Corps grêle, divisé en deux régions. ·—- Pas d'antennes. 2 longs tentacules
(palpes). Des yeux. - Région antérieure à parapodes uniramés, à soies en
palette. Une grosse soie modifiée au 1** sétîgère. —— Région postérieure à seg-
ments biramés. Rames dorsales lamelleuses, lobées, à soies capillaires. Rames
ventrales bilobées, à plaques onciales nombreuses. —- Tube cylindrique annelé.
(. ·
i .
1:* E
ing? '
- Nt ‘ N ‘
. Il
’”` C ,w|
  5 1*1.1
l 1 = ; . d mlm
è · ·· ,· i  -. . llumu
É,    N   ~   gâuugw
.   ` —  1 _' É  y uuu
. l .-   , ` V  N
'  '    I É
· â . ff * — .- _ 2
ai     ; -  J\'I;"~;.î;     X
— 6 , s f zx b .
Fm. 28. -— Telcpsavus Costarum za, face dorsale X 7; b, parapdde de la région
moyenne, rames dorsales bilobées et cilîées, lobe branchial triangulaire et rame ven-
trale bilobée X 18 (d'après Cnamusns); c, d, soies thoraciques en lancette >< 150; e. Q
. grosse soie du 4* sétigère x 60; I, soie capillaire des pieds postérieurs X 150: g,
plaque oncialc X 100; h, tube X 3. `
li

82 FAUNE nu nuance. — ronvcnàrns sénnmnuans
T. Costarum Ctaranùna. Fig. 28, a-h. - Telepsavus Costarum CLAM-
nèns 1868, p. 340, pl. xx, fig. 1; Lo Bianco 1893, p. 37; Fnuvni, 1908,
p. 235, 1914, p. 268, pl. xxv, fig. 10, 1919, p. 448, 1926, p. 312. .
Corps mince, allongé, fragile, une centaine de segments. Les deux
régions sont nettement tranchées (28, a). Prostomium conique, avec
2 yeux à la base formés d`un grand nombre de petits points bruns. 2 très
longs palpes canaliculés facilement caducs. Bouche terminale, évasée en
entonnoir à bords latéraux rabattus en collerette à la face dorsale. —
Région antérieure déprimée, concave à la face dorsale, convexe ventra-
lement, comprenant 9 sétigères à rames dorsales triangulaires armées
de soies aplaties en lancette transparente plus ou moins élargies et asy-
métriques suivant le rang qu’elles occupent dans le parapode (c, dj. En
outre, au 4° sétigère, une soie géante foncée, cylindrique, renflée en
massue, tronquée obliquement, à pointe asymétrique, à surface plane ou
concave à bord lisse ou ondulé (e). Les sétigères, 7 et surtout 8-9, sont
souvent plus longs que les précédents et portent, à la face ventrale, un
écusson glandulaire blanchâtre. —- Région postérieure à segments très
nombreux, très longs, surtout les premiers qui sont bosselés à la face
dorsale. Parapodes biramés situés au bord postérieur des segments (b}.
Rames dorsales foliacées, découpées en· 2 lobes ciliés dressés sur le dos.
2 lobes branchiformes triangulaires. Soies capillaires minces et longues
(f'). Ramos ventrales divisées en 2 lobes inégaux en forme de palettes
garnies sur le bord de plusieurs rangées de plaques oneiales très petites,
très nombreuses, triangulaires, finement denticulées (g). `—— Tube cylin-
drique, régulièrement annelé, rigide, très transparent (lt).
L. 5 àlô cm., sur 1 à 2 mm. de large. —- Région céphalique violette,
tentacules jaunes piquetés de brun, corps jaune verdâtre, écusson thora-
cique blanchàtre précédé d’une bande foncée.
. A mer basse, tube enfoncé dans le sable, et au voisinage des côtes, à faible
profondeur. '
Atlantique (Croisic, Noirmoutier); Méditerranée (Naples, Malaga). - Océan
Indien (Madagascar).
G. SPIOGHAETOPTERUS Sins.
Corps grêle, à 3 régions différenciées. ·- 2 très longs tentaculescanaliculés
(palpes). Pas d‘antennes. — Région antérieure à parapodes uniramés, à soies
en palette. Une grosse soie modifiée au 4** sétigère, —- Région moyenne à 2 à
' 23 segments à rames dorsales foliacées. - Région postérieure à parapodes
hiramés, rames_dorsales cylindriques. Rames ventrales à plaques onciales. —-
Tube cylindrique, annelé. ·
Sp. typicus Sans. Fig. 29, 3.-i. —- Spz'0chaetopter·us typicqs Sans 1856,
R. 1, pl. 1; Quxrnnracss 1865, Il, p. 217; FAUVEL 1914, p. 266, pl. xxv, fig,-

. CHABTOPTEIIIDAE  
5-9, 1926, p. 312; Mc Inzrosn 1923, p. 474. Sp. madez'1·en.s·z's Lascsnnnss
1879, p. 94, pl. tv, fig. 6. '
Corps filiforme, fragile, à 3 régions nettement tranchées. 140 à 150 seg-
ments. — Prostomium petit, arrondi, sans yeux (?). Bouche terminale
évasée en entonnoir, à lèvre inférieure charnue, arrondie en demi·cercle.
2 très longs palpes canaliculés s`enroulant en spirale. — Région anté-
., L " I i 9 1 Ã 2
» ( r ’¤•~ i
.     llll  
tg (l llllllll mi Q
wi. il W ((""' (Iiiiui E
W ( ( «· C "·!!!ll nm; j
(( g (|'“( illlll i
  il É gl III' É
g   W slllllll b lg
( b 9 5
( . l É
a ( . I
e ‘ ( t · ·
  d
Wi ~
Fm. 29. — Spiochaetopterus typicus: a. région antérieure >< 8; b, c, soies thoraciques
lancéolées x 150; d, pied postérieur >< 300; 6. uncini, de face et de proiil >< 500; 1,
section du corps dans la, région moyenne >< IO; g, h, grosses soies du 4• sétigère X
60; i, tube >< 4.
rieuro déprimée, demi cylindrique, à 9 (parfois 10) sétigères (29, a). Les.
rames dorsales portent de longues soies lancéolées plus ou moins asy-
métriques, disposées en séries transversales (h, c). En outre, au 4° sétigère,
une grosse soie foncée, renflée à Pextrémité, tronquée obliquement en
coupe à bords sinueux (g, h). Pas de rames ventrales. A la face ventrale,
un écusson glandulaire brun aux 5° et 6** sétigères suivi d’un écusson blan-
châtre aux 7° et 8°. —— Région moyenne à 2 à 10 segments très allongés
à rames dorsales foliacées soutenues par des soies capillaires (f). - Ré.
gion postérieure à segments plus courts, très nombreux, biramés. Rames
dorsales cylindriques, renflées au sommet, à soics en lancette (d)- Rames
ventrales à plaques onciales transparentes, triangulaires, à dents très

84 FAUNE on FRANCE. — POLYCHÈTES séusxmimas .
fines, peu distinctes (e). ——Tubes cornes, jaunàtres, translucides, à renfle-
ments annulaires rapprochés (i). _
L. 50 à 60 mm., sur 1,5 à 2 mm. — Coloration dans l‘alc0ol blanc jau-
nâtre avec écusson brun et blanc. ·
Dragages côtiers et profonds sur fonds de sable, de vase ou de gravier.
Mer du Nord ; Atlantique ;`Manche (??). -— Mers arctiques.
G. PHYLLOGHAETOPTERUS Gauss.
' (CLAPARÈDE char. enzcncl.)
Corps grêle, à 3 régions différenciées. - 2 longs tentacules (paipes) et 2 pe-
tits tentacules postérieurs (antennes?). ·— Région antérieure à parapodes uni-
ramés, à soies en palette. Une ou plusieurs grosses soies modifiées au
40 sétigère. -—- Région moyenne à segments biramés en nombre variable. Rames
dorsales foliacées, lobées; des lobes branchiaux latéraux et des rames ventrales
bilobées. —- Région postérieure à parapodes biramés. Rames dorsales cylin-
driques. Rames ventrales en palettes uncinigères. - Tube corné, plus ou moins
nettement annelé. -· Reproduction par scissiparité fréquente.
1. Région moyenne à segments nombreux (7-28). ..... 2
-—- Région moyenne à segments peu nombreux <2—3) ...... 3
2. Une ou 2 soies lancéolées aux rames dorsales postérieures. .
................. P. socialis, p. S4
— Soies lancéolées nombreuses aux rames dorsales postérieures.
................ P. solitarius, p. 85
3. Grande taille (25 à 30 cm.), Une grosse soie au 4** sétigère. .
................. P. major, p. S6
—— Petite faille (8 à 20 mm,). Plusieurs grosses soies au 4° sétigèrc.
................ P. gracilis, p. 88
Ph. Socialîs CLAPARÈDE. Fig. 30, 3-l. — Phyllochaetopterus socialis
CLAPARÈDE 1868, p. 345, pl. xxx, fig. 1; Lo Bianco 1893, p. 36; Fnuvnx.
1916, p. 451, pl. rx, fig. 44-47; Riom 1917, p. 41. Ph. fallax Cnamnénn
1868, p. 350, pl. xxx, fig. 2; Fauve:. 1914, p. 267, pl. xxv, fig. 16-21. Ph.
pictus CROSSLAND 1903, p. 174, pl. xvi, fig'. 5-9. —? P/1. anglica Po1··rs
1914, p. 984, pl. vt, fig. 9, 10, 12; Mc Iiwosn 1923, p. 476, pl. cxxxvx,
fig. 12. .
Corps filiforme, fragile, à 3 régions bien tranchées (30, a). 60 à 70 seg-
ments environ. -—· Prostomium conique, arrondi. 2 yeux (h). Bouche ter-
minale demi-circulaire ou en fente étroite à bords renflés en bourrelet.
2 petits tentacules (antennes?) très courts, digitiformes, renfermant des
soies de soutien capillaires, très fines. 2 gros palpes contournés, canali-
culés. ·- Région antérieure déprimée, demi-cylindrique, à nombre de séti-

cixamorranxnan 85
gères très variable : de 10 à 18 et parfois davantage, le plus souvent 13,
dont les rames dorsales coniques portent de longues soies les unes lan-
céolées, les autres falciformes à bord concave très finement pectiné à
l'extrémité fe, f, g). Elles sont disposées en séries transversales. En outre,
au 4= sétigère, une grosse soie arquée, renflée à l’extrémité, tronquée
obliquement, déprimée en coupe à bords dentelés (h, i). Pas de rames
ventrales. A la face ventrale, un écusson glandulaire blanchâtre du 6° séti-
gère au dernier thoracique. —— Région moyenne de 7 à 24 segments et
moins chez les jeunes, à rames dorsales foliacées, bilobées, renfermant
des soies capillaires incluses (c). Des lobes latéraux branchiformes en
croissant. Rames ventrales à 2 lobes uneinigères, un petit antérieur et
supérieur et un inférieur en large palette rectangulaire reliée à celle du
côté opposé par une crête transversale (c). Uncini triangulaires à dents
très fines (k). —- Région postérieure à segments nombreux, courts, bira-
més. Rames dorsales petites, dressées, cylindriques, capitées, avec 1, rare-
ment 2 soies lancéolées (d). Rames ventrales en palettes uncinigères
reliées à la rame dorsale par une crête transversale. —- Tubes cornés,
jaunàtres translucides, plus ou moins nettement annelés, simples ou
agrégés, parfois ramifiés (1). — Reproduction par scissiparité fréquente,
souvent plusieurs individus dans un même tube.
L. 2 à 4 cm., sur 1 à 2 mm. de diamètre. —- Coloration jaunâtre avec
· des taches de pigment rougeâtre sur les tentacules et la région antérieure.
Au voisinage de la côte, sur les rochers, ou dans les dragages. Forme par- ·
fois des colonies gazonnantes étendues.
Méditerranée (Naples); Atlantique (Santander, Golfe de Gascogne); Manche
(Plymouth). — Iles Falkland, Océan Indien, Australie.
Ph. solitarîus Riom. Fig. 31, g-l. -— Phyllochaelopterus solitarius Riom
1917, p. 6,~tig. 3.
Corps filiforme, à 3 régions bien tranchées. — Prostomium petit, peu
proéminent. 2 yeux arrondis, bien marqués. Bouche terminale semi—infun-
dibuliforme. 2 petits tentacules. 2 palpes longs et très gros. -—- Région
antérieure à 9 sétigères, à rames dorsales coniques portant des soies de
forme variable dans chaque parapode, en lancette plus ou moins élargie
ou faleiformes, asymétriques avec des formes intermédiaires (31, g, h, i).
En outre, au 4** sétigère, une grosse soie jaune dont Pextrémité renflée est
tronquée obliquement, concave et dentelée sur le bord (k). Pas de rames
ventrales. — Région moyenne à 14-28 segments dont les 2 premiers sont
plus longs que les suivants. Rames dorsales foliacées, bilobées, ciliées
sur les bords, soutenues par de fines soies capillaires incluses. Des lobes
branchiaux latéraux foliacés (?). Rames ventrales bilobées, à plaques
onciales triangulaires finement denticulées comme celles du P. socialis.
— Région postérieure à 16-20 segments. Rames dorsales dressées, cylin~
driques, oapitées, renfermant plusieurs soies lancéolées .51 limbe faisant

86 muse DE rames. — rowzcniàras sxânuivraxnzs
saillieà l’extérieur (1). Rames ventrales bilobées (?) à plaques onciales
denticulées. — Tubes isolés, cornés, transparents, régulièrement anne-
lés. —— Scissiparité fréquente.
L. 30 à 40 mm., sur 1,5 à 2 mm. de large. — Coloration : région cépha-
lique rosée avec des bandes pigmentées. Ecusson ventral blanc du 7¤ au
9° sétigère. Régions moyenne et postérieure vert foncé.
A mer basse et dragages côtiers. Tube enfoncé dans le sable.
Atlantique (Santander).
° I° . f . '
Il (
m  * I Il I
, I" _ I I
W " I
` Il ; î` L] I I  
i J
 [ r   ' Ik, ’ I (
I" ' i .
  I " mm
    I
. ,. [ I ' I
I I . , 'IIII I
· a du t É ’ I I E  I 1 ·
, I
· g f / I V IU
\ l ,
 v@   ,,,,, .,, 1) I I I,‘
`•Y 1-; Q i I
• o   I 
C   uu —_§
pàiuà —É I
Fio. 30. — Phyllochaetopterus socialis : a, face dorsale >< 5 (d’après Ci.Ai>Ar.Èns); h,
têllü et pI"BI1`1l6I‘S SGQIHGIIES X 10; C, S6()1Q101'l. (111 COI`pS (13115 la I`ég`1OIl IHOYBYIHG, l’8.I`I1€S
dorsales bilobées, iobes branchiaux triangulaires, rames ventrales à 2 lobes inégaux
>< 25; d, pied postérieur avec soie en lancette >< 150; e, f, g, soies lancéolée et cultri-
formes des pieds thoraciques >< 150; h, i, grosses soies du 4° sétigère >< 80 et 150;
k, plaque onciale >< 500; 1, tubes >< 2.
Ph. major CLAPARÈDE. Fig. 31, a·c. — Phylloclzaetopterus major CLA-
ranizoa 1868, p. 352, pl. xix, fig. 1.
Corps grêle, de grande taille, à 3 régions bien tranchées (31, a). Plus
de 170 segments. — Prostomium petit, arrondi, orné de taches oculaires
vagues. Bouche terminale, dilatée en vaste entonnoir. 2 petits tentacules
courts, incolores, renfermant 1-2 soies aciculaires. 2 très grands palpes à
2 raies violettes. — Région antérieure à 11 sétigères, déprimée, demi-

cnmrorrznnoan I _ 87
cylindrique. Ramos dorsales coniques, aiguës, portant des soies lancée-
lées plus ou moins asymétriques ic). En outre, au h° sétigère, une grosse
soie droite, à peine renllée à son extrémité, tronquée obliquement, con-
cave, finement crénelée sur le bord (b). Pas de rames ventrales. — Région
moyenne à *2 segments très allongés. Le premier à rames dorsales folia-
cées bilobées, le 2** à rames dorsales simples, triangulaires. Des lobes
·latéraux branchiformes. Rames ventrales bilobées à plaques onciales en
palette. —-— Région postérieure à segments nombreux (160). Hames dorsales
cylindriques, à soie axiale lancéolée. Rames ventrales bilobées, à plaques
oneiales pectinées. — Tubes cornés, cylindriques, fermés en dôme il
1’extrémité postérieure percée d’un petit trou. lls peuvent atteindre prés
d’un mètre de longueur avec li-5 mm. de diamètre.
L. 25 à 30 cm. de longueur, sur 4-5 mm. de diamètre. — Régions anté- '
rieure et moyenne jaunes, tentacules rayés de violet; région postérieure
violet pourpre foncé, rames blanchàtres, avec une tache rose à la base.
Habitat? — Méditerranée (Naples).
rw  ”` ‘  "  iii
  *··#===‘·"' · la
t ttt  ‘   i
& .  i§*=• ,   a
  i 9 .- ·i
w_ \ -,3 ,'—·.vgTîî_?"`v  
‘*' `* A  J JU!
¤\ l\`(•M¢'*r• · —; i ~ ,0
' ‘ ` - I Il
. gg; F
 4 ¤·i·· ai
y É tr » i===
- gi! É wsniiillil Bi}-
 - otttttttil gigi!
(L illll Q
v â   l tir
,g·,§*> .«u¤l l
F10. 31. —~ Phyllocliaetopterus major : a, environ grandeur naturelle; h, grosse soie
du 4° sétigère X 40; c, soie en spatule du même segment X 10 (d’après CLAPARLDE).
—- Ph. 1·ac'l's : d, etits éc` x 9; e, ·o`es en lette les .egments té 'e ,
grossies`;] f, griosses gaies dli14‘lKslîtIigère X 1; (li’aprèspÉnuun)l —gPh. solilaziiiusri gril,
i, soies en palette de la région thoracique >< (30; k, grosse soie du 4* sétigère X 60;
I, un pied postérieur X 60 (d’après Riou).

88 FAUNE on nuance. —~ 1>o1.YcnÈ·rns sânnivrainns
Nota. —- Cnnanènn attribue 3 segments à la région 1noyenne, mais le 3**, à rames
dorsales cylindriques, ine paraît appartenir plutôt à la région postérieure;
Ph. graeilis Gnomz. Fig. 31, d-f. --· Phyllochaeloplerus gI`d(.'l·lI*S Gnunn
. , 1863, p. 52, pl. V, fig. 4; IJANGERHANS 1881, p. 114, pl. v, fig. 19. - (?)
Mc livrosn 1915, p. 130, pl. CII, fig. 6, cvm, fig. 15.
Corps vermiforme, élargi et aplati antérieurement, à 3 régions bien ·
tranchées (31,d). -—Prostomium piriforme, arrondi en avant. 2yeux noirs,
ponctiformes. Rouche terminale en entonnoir à lèvrclinférieure plissée,
charnue. 2 petits tentacules digitiformes, courts, renfermant de fines
soies capillaires. 2 gros palpes. — Région antérieure déprimée, demi-
cylindrique, à 8-10 sétigères, à rames dorsales aiguës portant de longues
· soies lancéolées ou falciformes disposées en séries transversales (ei. En
outre, au fr sétigère, plusieurs grosses soies foncées, à extrémité tron-
quée, obtuse (f). Pas de rames ventrales. —— Région moyenne à 2 seg-
ments, à rames dorsales foliacées, presque cordiformes, asymétriques,
rétrécies et allongées à la base, biiobées au sommet et cili’ées sur le
bord. Rames ventrales à 2 lobes, l’inférieur élargi, le supérieur petit.
arrondi et surmonté d’une branchie foliaoée. Uncini pectiniformes. —-
Région postérieure à segments nombreux. Rames dorsales dressées, pe-
tites, cylindriques, capitées, renfermant des soies très fines. Rames ven-
trales faiblement bilobées à plaques onciales pectiniformes. -- Tube cy-
lindrique, cerné, transparent.
, L. 8 à 20 mm., sur1 mm. de large. ·-— Coloration : blanc laiteux, palpes '
blancs, intestin vert sombre.
A la côte, dans les rochers et les Eponges.
Adriatique (Crivizza): Atlantique (Canaries et Cap Finisterre [?]).
F. CIRRATULIDAE (Linus.
[Cirratuliens.]
Corps épais, plus ou moins cylindrique, atténué aux extrémités, à segments
nombreux courts, serrés et tous à peu près semblables. - Prostomium distinct,
petit, avec ou sans yeux, sans appendices (l). Segment buccal achète triannelé _
i3 segments?). Trompe molle, inerme. Une paire de gros palpes rappelant ceux
des Spionidiens ou des ülaments tentaculaires plus ou moins nombreux insérés
in la face dorsale d’un segment antérieur. —·- Des branchies parapodiales sim-
ples, en ]ougfilamentc0nt1·actile, insérées au·dessus de la rame dorsale il). Elles
ont le même aspect que les filaments tentaculaires mais s`en distinguent par
(I) Sauf chez les Cténodrilines.

CIBIlATULlDAE‘ 89
la présence de 2 vaisseaux sanguins. Parapodes birnmés, à rames peu sail-
lantes, écartées. Scies simples (l), les unes capillaires les autres en crochets ,
aciculaires. — Pygidium plus ou moins lobé, sans cirres anaux. — Pas de _
cirres dorsaux ni de cirres ventraux.
Remarques. -— Les Cirratuliens vivent généralement dans la vase dans la-
quelle leurs branchies s'étalent et s'ogitent de tous côtés comme de minces
vers rouges. Les gros palpes, chez les espèces qui en possèdent, sont aussi
caducs que ceux des Spionidiens auxquels ils ressemblent. ll est probable que
le genre Cirrineris, caractérisé par l'absence de palpes et de filets tentacu-
taires, a été établi sur des animaux ayantperdu ces appendices et appartenant
aux genres Cirmmlus, Ileterecirrus et Dodecaceria.
Les filaments tentaculaires, souvent à peine plus gros que les branchies, ont
l le même aspectmacroseopique et ne se distinguent de ces dernières que par la
présence d'un seul vaisseau sanguin, au lieu de deux, et par leur insertion. lls .
sont groupés, en nombre parfois considérable, à lalface dorsale d’un ou de
deux segments antérieurs. Vu la contraction extrême des animaux fixés et l'é-
troitesse des segments, il est souvent très difficile de déterminer exactement
sur quel sétigère ils sont implantés, en outre, dans une même espèce, ce seg-
ment peut varier dans certaines limites. ll n'y a donc pas lieu d’attacher une
I très grande importance à ce caractère. _
Les branchies sont insérées au-dessus de la rame dorsale à une distance
plus ou moins grande. Sournsnx en tire un caractere systématique qui, à notre
avis, n’a de valeur que lorsqu'il s‘agit de différences bien accentuées. Ainsi; '
chez Audouinia fîligera, cette distance est nettement plus grande que celle qui
sépare la rame dorsale de la ventrale (üg. 32, i), tandis que chez A. zentaculaza
elle est nettement plus petite. Mais il est abusif de vouloir établir des distinc-
tions spéciliques pour des différences d’un tiers ou de moitié de cette distance
car dans une même espèce, et chez un même individu, on observe souvent des,
variations de cet ord1·e de grandeur, parfois d’un pied à l’autre. Il faut noter
aussi que dans la région antérieure du corps les branchies sont toujours plus
rapprochées de la rame dorsale que dans la région moyenne ou postérieure.
Chez les Cirratuliens dépourvus de palpes, les 3 premiers segments (y com-
pris le buccal)sont achètes, mais on peut se demander s'il ne s'agil: pas simple-
ment d'un long segment buccal triannelé ear les Cirratuliens à gros palpes
présentent plutot ce dernier aspect. De la certaines divergences ent1·e les au-
teurs au sujet de l‘insertion des premiers appendices. _ ·
Au point de vue des soies, on peut distinguer, avec de SAm·r-Jossrn, les
3 catégories suivantes: l° des soies capillaires seulement aux 2 mamelons séti-
gères; 2° des soies capillaires seulement au mamelon dorsal et des crochets
aciculaîres à un certain nombre de mamelons ventraux; 3° des soies capillaires
et des crochets aciculaires à un certain nombre de mamelons dorsaux et ven-
traux.
Certains Cirratuliens ont une forme épitoque pélagique au moment de la
reproduction.
Comme Mesxn. et Cwtnsnv, nous rattachons aux Cirratuliens les Ctenodri-
(1) Sauf chez Acrocirrus etlllacrochaeta qui ont des palpes frontaux et des soies composées. .

90 muse ne rnaxcs. —- POL\'CHÈTES·SÉDEN1`AIRES
lus et formes voisines, tour à tour rangées dans les Oligochètes et les Poly-
_ chètes et pour lesquelles KENAEL, puis l\«1oN'rxcsi.1.1, ont créé la famille des Cten0—
drilidae.
ll nous paraît impossible de les séparer des Cirratuliens car on retrouve chez
Dodecaceria conc/mmm les mêmes faits de viviparité, de gestation interne et
de scissiparité. Les larves de Dodecaceria passent par les stades Ctenodrilus,
puis Zeppelinia avec d’abord un, puis ensuite deux palpes. D'autre part, la
larve pourvue de branchies de Raphidrilus rappelle fort un jeune Cirrazulus.
L‘unique paire de néphridies des Cténodrilinés n’est pas un rein céphalique
mais semble bien plutôt appartenir au 1" segment soudé au buccal, '
'l'A1a1.1zA¤ mas cannes.
_ 1. Des branchies (S.-F. Gîrratuliuae) — ......... 2
— Pas de branohies(')` (S.-F. Ctenodrîlinae) ...,.... 9
2. Pas de gros tentacules préhensiles, des filaments tentaculaires
plus ou·moins nombreux (fig. 32, a) .......... 3
_ - 2 gros tentacules préhensiles lpalpes) rappelant ceux des Spio-
nidiens. Pas de filaments tentaeulaires (fig. 36Q ai ..... 4
3. Filaments tentaculaires apparaissant au même segment que les ‘
branchies (fig. 33, IJ) ........ G. Cirratuius, p. 93
, — Filaments tentaculaires précédés d`un nombre variable de seg-
ments n’ayant que des branchies latérales. . G. Audouinia, p. 91
4. Un petit nombre de branchies (7-8 paires) ........ 5
— Un grand nombre de branchies, palpes sur le 1°' anneau
métastomial et dorsaux par rapport aux branchies ..... 8
,5. Palpes frontaux, soies composées (fig. 37, c) ....... 6
-— Palpes sur le 1" anneau métastomial, soies simples .... 7
6. 1-2 paires de branchies sur le 1"” segment métastomial. . .
............... G. Acrocirrus, p. 104
—- Pas de branchies sur le i" segment métastomial . . '. . .
.............. . G. Macroehaeta, p. 104
7. lt à S paires de branchies ...... G. Dodecaceria. p. 102
. - 1 seule paire de branchies ....,. G. Streblospio, p. 106
8. Soies toutes capillaires ........ G. Tharyx, p. 99
- Soies aciculaires unidentées ou bidentées aux rames dorsales et
ventrales ............ G. Heterocirrus, p. 96
— Soies aciculaires formant un cercle presque complet sur les
anneaux postérieurs (fig. 35, g) .... G. Chaetozone, p. 101
9. Segments peu nombreux (7-15). Scies d’une seule sorte, courtes, '
élargies, pectinées ou nou ...... G. Ctenodrilus, p. 107
— Segments nombreux (18-35). Des soies capillaires et des soies
courtes et fortes ................ 10
(1) Sauf, exceptionnellement, chez la larve.

` CIIIIIATULIDAE 91
10. Un ou2 palpes. Jamais de branchies . . G. Zeppelinia, p. 109
— Pas de palpes. Des branchies chez la larve. Des soies courtes.
(crochets) aux segments (j' ..... G. Raphidrilus, p. 110
S.-F. CIRRATULINAE
· G. AUDDUINIA Qcarnaraues.
Corps massif épais, demi-cylindrique en section, à segments très courts et
très serrés. 3 premiers segments achètes. - Prostomium conique. — Branchies
latérales se montrant dès les premiers sétigères et existant jusque vers l'ex-
trémité postérieure du corps. Filaments tentaculaircs nombreux, aussi grêles
que les branchies et groupés sur 1-2 segments précédés d‘un nombre variable
de segments n`ayant que des branchies latérales. Bames pédieuses très écar-
tées, peu saillantes. Dcs soies capillaires aux deux rames et des crochets I
acîculaires à un certain nombre de mamelons dorsaux et ventraux. Crochets
dorsaux apparaissant plus loin de la tête que les ventraux.
-— Branchies insérées à la base supérieure du pied·à une distance .
inférieure à celle qui sépare les 2 rames. 2-3 croclicts ventraux, _
peu foncés et peu saillants. . . .... A. tentaculata, p. 91
— Branchies insérées au-dessus du pied à.une distance égale ou .
supérieure à celle qui sépare les 2 rames. 1—2 crochets ventraux,
plus gros, plus foncés, plus saillants .... A. filigera, p. 92
A. tentaculata (MoxTAcU). Fig. 32, a·g. —— .lud0uz`nz'a tentaculata
SAINT·.IOSEPH 1894, p. 48, pl. m, fig. 55-57. A. Lamarckii Quxrnumoes
1865, I, p. 460. .1. norvegica Quxrnamons 1865, I, p. 460. A. crassa.
Qunrnrzmcas 1865, I, p. 461. — Cirratulus Zentaculatus Cuivivxacnnu et
llazunorz 1888, p. 646, pl. xxvm-xxix, fig. 10; Mc Ix·rosH1915, p. 242.
C. Lamarc/cii Aunouuv Ct·MlLNE•ED\\’Al\DS (non Gnomz) 1834, p. 271,
pl. vn, fig. 4. C. norvegicus Sou'1·nEnN 1914, p. 107, pl. xx, fig. 26.
Corps atténué aux deux extrémités «32, a). bombé du côté dorsal, aplati
ou légèrement concave à la face ventrale. Segments très courts, très
serrés, très nombreux, 300 et plus. - Prostomium en cône obtus à large
base, sans yeux chez l‘adulte, avec quelques taches pigmentaires. Seg-
ment buccal et les doux suivants achètes souventr bi-annelés à la face
dorsale (h). — Branchies à partir du 1" sétigère, sur tout le corps, sauf
aux derniers segments. Elles sont insérées un peu au—dessus et en arrière
de la rame dorsale à une distance nettement inférieure à celle qui sépare
les deux rames (d). Filets tentaculaires très nombreux formant deux
groupes séparés, tangents ou réunis en bande transversale au 6*‘-7° seti-

92 num; ne manon. —— rowcaiarizs sénnmuiinns
gère, plus rarement au 4°—5". Des soies capillaires dorsales et ventrales à
tous les pieds (e). Des crochets dorsaux et ventraux ff, g), sauf aux pre-
` miers séti ères. les ventraux au nombre de 2-3 lus vros, lus saillants
B` . P e P
et plus foncés que les dorsaux apparaissent à des segments plus anté-
rieurs que ceux-ci. qui sont au nombre de li-5. — Anus subterminal en
fente dorsale allongée, pygidium en bouton arrondi (c).
L. jusquïa 15 à 20 cm., sur 4 à 5 mm. —— Jaune orange, brun rougeâtre
_ ou vert bronze avec brancliies et tentacules rouge sang.
A mer basse, dans la vase noire, sous les pierres, dans le sable vaseux des
herbiers de Zostères. '
Mer du Nord, Mer d’Irlande, Manche, Atlantique. ·
.N0za. — UA. norvegica, avec brancliies insérées un peu plus loin·du pied et
filets tentaculaires au le sétigère, n`est qu’une forme de l’A. zentaculam plus
rare que le type mais se rencontrant en sa compagnie aux mêmes endroits.
‘%*’Èg° É — ‘ï·
··£"-àar ïf —
   Ãïïî  · î* Q l
-¤
(lâ. il b
/ \ ¤
.  '\ ï , __ ` `
ï A âlg C n ’
» É*` "
d` 
O $\ ` l)
É }  
'ÉE2 sc e À f -
V él  GA ~.§)\ j `
CL ‘ /—;  @\ \ J
ê§"·   ·«— .» fi-  ·
' ’?l   .
 iix /      ȕ;`
 ii ,/   n;
il ,   ‘- -··<¥ .@ ak
É C Le È) " ‘ 9 l, 6
,   "6 \ ,._/
O
 
Frs. 32. - Audouinia tentaculata : a, grandeur naturelle; b, région antérieure, les
filets tentaculaires coupes >< 3; c,pygidium >< 3; d, section du corps, région moyenne
>< 5; e, soie capillaire >< 250; f, g, un crochet dorsal et un ventral >< 150; —· A. fili-
gem 1 h, région antérieure >< 3; i, section du corps, üégion 1no5(3enne >< 4; k, crochet
dorsal >< 150; 1, crochet ventral >< 150; m, soie capi aire >< 25 .
A. filigera (DELLE CHIAJE). Fig. 32, h-m. -— Au¢z'0uz'nù1 filigera CLA-

crnnxrutxnan 93
muùnn 1868, p. 267, pl. xxm, fig. 3: Lo Bmxco 1893, p. 4; FAUVEL 1916,
p. 446. - Cirmtulus filzzgerus Dents Cirrus 1841, vol. Ill, p. 85,
pl. XCI, fig. 1. C. (,'/ziajei l`lAREl\ZELLER 1887, p. 1.8. C. Lamarckii '
Gamme (non Aun.-Enw.) 1840, p. 70.
Corps atténué aux deux extrémités, bombé du côté dorsal, aplati ou
légèrement concave à la face ventrale. Segments très courts, très serrés,
très nombreux, 300 et plus. —- Prostomium en cône obtus à large base, '
sans yeux chez 1’adulte, avec quelques taches pîgmentaires (32, h). Seg- '
ment buccal et les 2 suivants achètes, souvent biannelésà la face dorsale.
— Branchies à partir du 1°' sétigère. sur tout le corps, sauf aux derniers
segments. Elles sont insérées au—dessus de la rame dorsale à une distance_
égale ou supérieure à celle qui sépare les deux rames (i). Filets tentacu-
laires très nombreux, formant deux groupes généralement bien distincts,
plus rarement tangents, insérés au 4°-5° sétigère. parfois au 5°-6'. Des
soies capillaires dorsales et ventrales à tous les pieds (m). Ellès font ·
cependant quelquefois défaut aux rames ventrales postérieures. Des cro-
chets dorsaux et ventraux, sauf aux segments de la région antérieure.
Les ventraux, au nombre de 1-2, sont plus gros et plus saillants que les
dorsaux (k, l) et apparaissent à des segments plus antérieurs que ceux-ci
qui sont au nombre de 3 à 5. -— Anus subterminal, en fente dorsale
allongée. Pygidium en petit bouton arrondi.
L`. .lusqu‘à 20-25 cm., sur 5-6 mm. de large. — Coloration jaune orange
ou rouge brique, avec branchies et tentacules rouge sang, parfois annelés x
de blanc.
A mer basse et au voisinage de la côte dans.la vase, le sable vaseux, les
herbiers de Zostères et de Posidcnies et sous les pierres.
Méditerranée, Atlantique (Biarritz, Guéthary). —-Atlantique Sud (San Thomé,
Cap, Iles Falkland); Pacifique; golfe Persique.
Nota. ·- Cette espèce, très voisine de l‘.1. zemaculaza, n`en est peut-être qu'«1no
forme des mers chaudes.
` G. CIRRATULUS Lmumcn.
Corps long, cylindrique à segments nombreux et bien marqués. 3 premiers
segments achètes. - Prostomium conique. — Branchies latérales se montrant
dès les premiers sétigères et persistant sur la plus grande partie du corps. Fila-
ments tentaculaîres peu nombreux, presque aussi gréles que les branchies ou
un peu plus gros et apparaissant en même temps. Rames pédieuses peu écar-
tées. Des soies capillaires seulement aux deux rames, ou des soies capillaires et
des crochets à un certain nombre de mamelons dorsaux et ventraux.
1. Rien que des soies capillaires ............. 2 '
— Des soies capillaires et des crochets .... C. cirratus, p. 94

94 FAUNE ne rrmivcs. —— 1>oLvcuÈ·rEs siâosivurnas
2. Branchies et filaments tentaculaires au 1" segment sétigère . .
................ C. filiformîs, p. 94
—— Branchies et filaments tentaculaires au 4• ou 5° sétigère ....
............... C. chrysoderma, p. 95
C. cirratus (O. F. l\/lür.LEn). Fig; 33, 3.-g. — Cirrntulus cirratus Cuit-
‘ NINGHAM et RAMAGE 1888, p. 643, pl. xxxvm, fig. 9, xxxxx, fig. 9; FAUVEL
1916, p. 447, pl. vm, fig. 12; Mc lurosn 1915, p. 249, pl. xcx, fig. 2. C.
Izorealis, .lonNsroN 1865, p. 210, fig. 37; Knrsnsrmiv 1862, p. 120, pl. x,
fig. 19-22. C. medusa QUATREFAGES 1865, l, p. 455. —- Cir·r·hz'neris Blain-
viilii QUATREFAGES 1865, l, p. 463. — Promenia jucunda Kmnnno 1857-
1910, p. 64, pl. xxv, fig. 2. Pr. fiilgida Enrnns 1897, p. 114, pl. vn,
fig. 174, 176.
Corps allongé, cylindrique (33, a), à segments relativement peu serrés,
en tore saillant, 75 à 130. -— Prostomium en cône obtus à large base avec,
de chaque côté, une rangée oblique de 4 à 8 gros yeux noirs (b), souvent
les deux rangées se réunissent en un arc à convexité antérieure. Segment
buccal et les deux suivants achètes et souvent biannelés à la face dorsale.
- Branchies à partir du 1** sétigère et presque jusqu`à l’extrémité posté-
rieure. Elles sont insérées au-dessus du pied à une distance très variable
(c), d’abord plus petite, puis égale et enfin supérieure à celle qui sépare
les deux rames. Filaments tentaculaires canaliculés, un peu plus gros que
les branchies, disposés au bord antérieur du 1e' sétigère en deux groupes
de 2 à 8 ou réunis en rangée transversale. Des soies capillaires dorsales
et ventrales à tous les pieds (g). Des crochets acioulaires à la rame ven-
trale à partir du 10‘—12° sétîgère environ et à la rame dorsale vers le 20°-
23°. Les crochets ventraux postérieurs, au nombre de 1·2 sont plus gros,
plus saillants, plus foncés que les dorsaux (e, f). —- Anus petit, subdorsal.
L. 3 à 12 cm., sur 1,5 à 3 mm. de large. -— Jaune-orange, rouge ga-
rance ou brunâtre, branchies et tentacules rouges et jaunes.
A mer basse, dans la vase tapissant les fentes de rocher, dans le sable vaseux
sous les pierres et dans les dragages.
Mer du Nord, Manche, Atlantique. — Mers arctiques; Atlantique Sud (Ma-
gellan, Falklands); Iles Kerguélen.
C. ülîformis Knrnnsraxu. Fig. 33, h. — Cirwatulus lïlzformis Knrnnsrsix
1862, p. 122, pl. x, fig. 28-31; SA1x1··.losErr1 1894, p. 47; FAUVEL 1901,
p. 78. C. norvegicus Mc lxïosn (non Qunrnnmcss) 1911, p. 171, pl. vn,
fig. 12. C. Mcüztoshi Sourmzuiv 1914, p. 110. —? Cùwztulus tesseilatus
Mc Iivrosn 1911, p. 162, pl.v1, fig. 3.
Corps long, mince, filiforme, arrondi, jusqu‘à 150 segments. —~ Prosto-
mium allongé en cône aigu ou obtus, sans yeux. Segment buccal et les
· 2 suivants achètes, subégaux, le 2* plus ou moins cordiforme à la face dor-
sale et empiétant sur le 3° (33, h). - Branchies à partir du 1** sétigère _

CIRRATULIDAE I  
jusqu’à Pextrémité postérieure. 1-2 paires de filaments tentaculaires, un
peu plus gros que les branchies, insérés au bord antérieur du i" sétigère.
Scies capillaires aux deux rames, les dorsales plus longues que les
ventrales. Pas de crochets aciculaircs. — Pygidium triangulaire avec anus _
dorsal subterminal, plissé.
L. 30 à 40 mm., sur 0,5 à 1 mm. de large. -—- Jaune brunâtre ou verdâ-
tre. Ne colore pas l`alcool.
Dans les Lizhizzhamnium, les fentes de rocher et dans les dragages.
Manche, Atlantique, Mer du Nord. —— Algérie? _
fi   b i "  gé; Q l·
A ,,?=;é‘,<g. · ·
(ê i @ î ëgâz .
·. î Je d, 4: ,
·-—.'\\ \.// f_ . · = - ' - A
 .·" ï 'Ã`@/ ·· 2 1-1,/
·   D C /4 ‘
j «ï•`\`î')` É Xî
ne [ `\ " J E ='\
" È. _ È ‘ i   g
s E  . , c
c a â 5
· = È
_ c - 9 f 5 K .
/ g n 171 .
. E
b [ § -
i 5 . I [
8 l f 1 ,
Fm. 33. — Cirratulus cirratus : a, grandeur naturelle; h, région antérieure, filets i
tentaculaires coupés X 4; c, section du corps X 6; d, parapode X 45; e, f, crochets
ventraux et dorsaux d’un pied postcriour X 60: g, soie capillaire dorsale X 60. - C.
fili/`ormisz h, région antérieure X 6. -- Ileterocirms bioculatus : i, région antérieure
X 8; k, crochet ventral X.600. - II. caput-esocis (d’après Samr-Jossrii) : I, région
antérieure >< 40; m, pygidium X IO; n, crochet >< 300.
C. chrysoderma Cnarnnèon. —-—- Cirratulus c/zrysodernza Cnaranànn 1868,
p. 262, pl. xxm, fig. 4; Lo Bianco 1893, p. 3; Riom 1917, p. 2.
Corps mince, allongé, souple, plus de 150 segments. ·- Branchies à
‘ partir du 4*-5• sétigère, en nombre inconstant et cessant généralement
vers le milieu de la longueur du corps. 2-3 paires de filaments tcntacu-
laires sur le premier segment branchifère (4°-5° sétîgère}. Soies capillaires

96 munurna sauce. - ronrcnàrns sénnxmxnss
aux deux ramessur toute la longueur du corps. Pas de crochets aciculaires.
-- Pygidium en forme de papîlle avec anus ventral.
L. 20 à 25 mm., sur 0,5 mm. de large. - Vert brunâtre, région posté-
. rieure plus transparente. Des granulations j aune d’or dans les téguments.
A faible profondeur, dans la vase entre les Balanes et les Ascidies ou entre
les racines de Posidonie.
_ Méditerranée (Naples, Marseille, Malaga). l
° G. HETEROCIRRUS Gacns. ·
(SAlNT·JOSEPH c/rar. emend.}
Corps allongé, cylindrique à segments nombreux. Le segment buccal et le
suivant (ou les deux suivants?) achètes.- Prostomium conique. Des branchies
latérales a un assez grand nombre de segments antérieurs.
Une paire de gros palpes dorsaux et une paire de branchies au segment précé-
dant le 1°' sétigère (ou au bord antérieur du 10* sétigèret. Rames pédieuses peu
écartées. Des.soies capillaires et des crochets àun certain nombre de·mameIons
dorsaux et ventraux ou ventraux seulement. -— A maturité, parfois, des soies
dorsales pélagiques. ‘
Nota. — Des recherches anatomiques approfondies seraientnécessaires pour
déterminer s’il existe un seul segment buccal bi ou triannelé, ou 3 segments
achètes distincts, et si les palpcs appartiennent au bord antérieur du 1" sétigère
ou au segment précédent, comme ils en ont souvent Vapparence.
1. Des crochets dorsaux et ventraux ........ _ . . . 2.
· —— Pas de crochets dorsaux. ....... H. zetlandicus, p. 99
2. Des crochets ventraux dès le 1°' sétigère. Crochets bidentés et
limbés (fig. 34, b) ....... . . . . H. alatus, p. 99
—~ Pas de crochets ventraux aux premiers sétigères. Crochets non
limbes .................... 3
3. Pas d’yeux. Crochets bidentés (fig. 34, g). H. killariensis, p. 97
` —·— Deux yeux ................... 4
4. Crochets unidentés et toujours accompagnés de soies capillaires,
à la rame ventrale ......... H. caput-esocis, p. 97
— Crochets bidentés non accompagnés de soies capillaires à la rame
ventrale après le 2*-3° sétigère ..... H. bioculatus, p. 96
H. hîoculatlls (Kiasensrnim}. Fig: 33, î. —- Heterocirrus bioculatus FAU-
vm. 1925, p. 19. H. viridis Cnunnsnr et Mnsmr. 1898, p. 117, pl. 11,
fig. 15-18, iv, fig. 25-26. H. flavo-viridisi SMNT-Josnrn 1894, p. 54,
pl. 111, fig. 61; Aucnm-La 1918, p. 467. — Cz'r·ratulus bioculatus Kiarnns-
Tmn 1862, p. 121, pl. x, . fig. 23-27. C. viridis Lnscnnunxs 1880, '
p. 98, pl. iv, fig. 9. —· Cir1·hz'neris bioculatus Quivrnnmcus 1865, l,
p. 462. -- Chaetozone virz'dz's Soxrrnsnw 1914, p. 112: '

cxnnaruunm 97
Corps cylindrique, délié. 80 à 140 sétigères: — Prostomium ellipsoï-
dal, assez allongé. 2 yeux (33, î). Segment buccal un peu renflé à la
face dorsale, le 2° parfois cordiforme et empiétant sur le 3° biannelé sur
les côtés. — Branchies à partir du i°" sétigère, assez nombreuses ct·
caduques, rares dans la seconde moitié du corps. Palpes plus longs et
plus gros que les branchies et insérés plus dorsalement au bord antérieur
du 1" sétigère. Sauf rares exceptions, les 2·premières rames ventrales
ne portent que des soies capillaires, longues, minces, à extrémité limbée
et très finement pectinée; à partir de la 3°, il n'y a plus que des crochets
avec 2 denticulations terminales dont une très petite souvent difficile
à voir sous certaines incidences. Toutes les rames dorsales portent des
soies capillaires ct, à partir du 6**-9e sétigère, 1-3 crochets. — Pygidium
frangé de 5 festons ou terminé par 2 lobes courts, arrondis.
Forme épilogue, pélagique : Deux yeux beaucoup plus gros et un
faisceau dorsal de longues soies pélagiques.
L. 10 à 40 mm. sur 0,5 à 1 mm. de large. — Téguments colorés en
jaune verdàtre par un pigment soluble dans l'alcool. Des granulations
jaunes ou brunes. ·
Dans les Lizhothamnium et les crampons de Laminaîres. Dans les vieilles
coquilles draguées. — A maturité, pélagique. . '
Manche, Atlantique.
H. capubesocis SA1N·r-Josern. Fig. 33, l, m. -— He£er·0cz'r·rus caput-
esocis Sanwr-Josnrrx 1894, p. 53, pl. m, fig'. 58-60; CAULLERY et Mesnu.
1898, p. 122; Riou 1917, p. 11.
Corps cylindrique, mince. 80 à 95 sétigères. Prostomium ayant la
forme d'un museau de Brochet un peu aplati en avant (33, l). 2 gros
yeux noirs : « le segment buccal allongé et achète est suivi d'un second
segment achète qui en est à peine distinct et qui porte à sa partie
dorsale 2 gros tentacules (palpes) musculeux, à gouttière ciliée » (?). —,
Branchies à partir du 1°' sétigère à tous les segments, sauf aux 14-26
derniers. Des soies capillaires dorsales et ventrales à tous les pieds.
Des crochets aciculaires unidentés (n), ou très faiblement bidentés au i
vertex, à partir du 10"-12° sétigère, à la rame ventrale; aux derniers
sétigères seulement à la rame dorsale. —- Pygidium bordé de festons
ventraux (m). —— A maturité, 1 à 5 longues soies pélagiques très fines
à la rame dorsale.
L. 15 à 17 mm., sur 1`mm. de large. —- Coloration jaune brun.
Dans les dragages côtiers.
Manche (Dinard); Atlantique (San Vicente de la Barquera).
K.·Kîllariensis (Souruaau). Fig. 34, d-h. —— Chaetozone Kîllariensis
Soumuzmv 1914, p. 113, pl. xn, fig. 28 A·F; Mc lxvrosn 1923, p. 491.
7

98 FAUNE DE FRANCE. —— POLYCHÈTES SÉDENTAIRES
Corps renflé et un peu aplati antérieurement, graduellement elïilé
postérieurement. ——- Prostomium conique, pointu, sans yeux sur les
spécimens conservés [34, d). Palpes insérés sur le segment précédant
_ le 1** sétigère et accompagnés d’une branchie insérée au-dessous. --
Les branchies suivantes insérées au-dessus des soies dorsales. Des soies
capillaires dorsales et ventrales jusqu’à Pextrémité postérieure, les unes
longues, les autres plus courtes et aplaties, sigmoïdes (f). Des crochets
ventraux à partir du 40**-56e segment et des dorsaux à partir du 61**
environ. Les crochets dorsaux ressemblent à de courtes soies capil-
laires bifides lg). Le crochet supérieur ventral est plus gros que les autres.,
—· Anus dorsal avec un lobe ventral.
L. 11 mm. —— Coloration?
Dans la vase noire du fond du port.
Atlantique (Irlande, port de Killary).
¤~ » l W
 ¤ <¤ . ix
( _ p Q _
,  ,. , . m   TL
A
 ,' \\
/· @  / l l? _,
r · ai r \ \—
We ·. J ·  
\ W7   1; g· `\·
 1 9 • /l  \ `xp
  lt
 — `_ V ` '  l  
f ir ll
t . li
d .5* »9, À ,
4:- ··\* ip \.\
._ · ,\ *  
“* "·· t   es t l\§
‘ 2 \   ts.   ·..-. C
/ ° / L, 7 · /
. ¤ ° ju C _ — /7/
2. S \ C  
(  
Fxc. 34. ~— Heterocirrus ulatus : a, région antérieure X 45; b, crochet xentral du 6*
segment >< 800; c, scies capillaires >< 450. — I1. killariensis : d, région antérieure
>< 55; e, segment postérieur >< 120; f, soie capillaire courte du 8· segment >< 450;
g, crochet dorsal d’un pied postérieur >< 450; I1, son extrémité >< 600. -—· H. zetlam-
dica : i, région antérieure >< 45; k, parapode postérieur >< 90; l, crochet ventral
d’un pied postérieur >< 450; m, son extrémité >< 600; n, extrémité des crochets ven-
traux postérieurs X 450. — Le tout dtaprés Sourunuu. . _
·’ .

, cxnnyrnmnnn 99
H. Alatus (Sonrxrnnn). Fig. 34, a-c. — C/zaetozone alala Sourmznx 1914,
p. 112, pl. xu, fig. 27 A·D; Mc lrzrosu 1923, p. 490.
Corps très délié, de largeur uniforme, légèrement atténué à eliaque
extrémité. 100-110 segments; Prostomium conique. 2 yeux. Segment
buccal et les   suivants achètes (34, a). - Branchies à partir du 1**
sétigère. Palpes très gros, paraissant insérés sur le segment précédant
le 1°' sétigère. A toutes les rames dorsales, des soies capillaires, les
unes longues, cylindriques, les autres plus courtes, aplaties (c), aux '
rames ventrales, 1-2 lines soies capillaires. A toutes les rames ventrales
des crochets, au nombre de 3-7, recourbés, bidentés et Iimbés (h). A
la rame dorsale, ils n’apparaissent qu’au 21° sétigère.
L. 10 à 12 ·mm. — Coloration dans l'aleool brun grisâtre.
· Dans les crampons de Laminaires et pris au filet fin, la nuit.
Atlantique (Côte d‘IrIande; Blaksod Bay et port de Ballynakill).
H. zetlandîcus (Mc livrosn). Fig. 34, î-11. —- Chaetozone zetlandica.
Mc lnrosn 1911, p. 16; SOUTHERN191[1, p. 115, pl. xii, xm, fig. 29 A-K.
L Corps cylindrique, ou renflé antérieurement, plus ou moins aplati
postérieurement. 36 à 150 segments étroits, peu différenciés. —— Prosto-
mium pointu, renflé postérieurement (34, i). 2 yeux latéraux à pigment en .
partie soluble dans l’alcool. — Des branchiesà partir du 1°' sétigère
presque jusqu'à Pextrémité postérieure. 2 gros palpes canaliculés insérés
sur le segment précédant le 1°' sétigère, avec une brancbie au—dessous.
Des soies capillaires aux deux rames sur tout le corps, les unes longues,
minces, cylindriques, les autres courtes, aplaties, géniculées (k). Pas
de crochets à la rame dorsale. Crochets ventraux à partir du 15**-25° séti-
gère, nettement bidentés chez les jeunes, arrondis à l`extrémité chez les
adultes (l, m, n). — Anus dorsal avec 3 papilles mal définies et un
lobe ventral proéminent.
L. 4 à 44 mm. — Coloration?
A mer basse dans le sable pur. Dragage par 100 brasscs. Pris souvent la
nuit au filet fin.
Atlantique (Shetlands, Irlande, Blacksod Bay, port de Ballynakîll),
G. THARYX Wizssrsa et Bnmsnicr.
Corps allongé, cylindrique, à segments nombreux. Le segment buccal et le
suivant (ou les 2 suivants) achètes, — Prostomium conique. — Des·branchies
latérales à un assez grand nombre de segments antérieurs. Une paire de gros
palpes dorsaux et une paire de branchies au 1"' sétigère, Rames pédieuses
peu écartées. Des soies capillaires exclusivement aux deux rames.
—- Pas d’yeux ............ Th. Mariani, p. 100 ` _
-- 2 yeux ............ Tlnmnltibranchiis, p. 101

100 FAUNE DE FRANCE. — Po1.Yc11È1·Es SÉDENTAIKES
Th. Marlonî (SA1N1·-Josnrn). Fig. 35, a-h. — T/zaryx Mariani CAULLERY
et MESNIL 1898, p. 115,126. — Heterocirrus lllarioni SAINT-.losEr·n 18%,
' p. 56`, pl. 111, fig. 62-64.
Corps très long, filiforme, délié. 200 segments et plus. —- Prostomium
en cône obtus, sans yeux (35, a). Le segment buccal et_1es 2 suivants
longs et achètes, peu distincts les uns des autres. — 2 gros palpes très
longs, canaliculés, s’enroulant en spirale, insérés au bord antérieur du
1" sétigère. Branchies à partir du 1" sétigère, sur un assez grand nom-
bre de segments, manquant à la région postérieure du corps. Des soies
capillaires exclusivement aux deux rames. Les dorsales sont droites, très
fines et aussi longues que la largeur du corps; les ventrales sont plus
courtes, plus larges et un peu courbes. — Pygidium conique. Anus dorsal
bordé de 5 lobes arrondis (b).
L. 35 à 100 mm., sur 0,6 à 1 mm. de large. ——Brun rougeâtre, colorant
l’alc00l en rouge violacé. Q pleines d’œuf's verdâtres.
.\ mer basse dans les Liz/zoz/mmnium et les fentes de rocher. Dans les dra-
gages et pélagique.
Manche (Cherbourg, Hague, Dinard).
'·',.  ·-`Ã.  
fl   L eG2 \· ai
· sa    Q ·
,.   1 *9;. A
  à Q  , ,s /  2
*'î".·/’ 3 \"\- "`» f `*’ `
\ ' “ -%¤»;=§$  ’ /ï?/@1
  «· AÉ `\_r
' ‘° 2    / 6
/ <   :···::=· -
, ls;
 ëïtî 
® e =e  r  
. . " —' ' `
» ll  
19 §` / 7
î
d —=
/ .
F
' 4
. er t ·
îïî@ë\ \
il . C b • L   g
F1o.35. - Tha1·yxMa1·i0ni : a, région antérieure >< 10; h, pygidium >< 12. - Tit. 'rrtutli;
branchiis : c, région antérieure (d’après Gauss). — Chœlozone selosaz d, gross1 (imite
· de |MA1.11ouEN); e, région antérieure >< 6; f, g, sections de la région moyenne et de
· la région postérienre.>< 40; h, crochets postérieurs x 150; i, crochet moyen >< 150;
k, soie capillaire >< 150.

cxnnrrnunan 101
Th. multibranchiis (Gnunn). Fig. 35, 6. — T/zaryx multibranchiis Caux.-
manï et Masivu. 1898, p. 115. Ã- Heterocirrus multibrancIzz'z's Gnomz 1863,
p. 49, pl. v, fig. 2.
Corps vermiforme un peu renilé au milieu, plus de 65 segments.-
Prostomium conique obtus. 2 petits yeux noirs ovales. Segment buccal
très long, achète. — 2 gros palpes très longs canaliculés, s‘enroulant en
spirale (35, c). Branchies grèles, un peu plus courtes que les palpes, à `
partir du t" sétigère et sur les 11 suivants, ensuite plus rares. Des soies
capillaires exclusivement aux 2 rames. Les dorsales, au nombre de
3 a G, très fines, les inférieures un peu plus grosses et dans les segments
postérieurs plus courtes et légèrement recourbées à l’extrémité. _
L. 9 mm., sur 0,7 mm. de large. — Coloration dans l’alcool, rose pâle.
‘ Adriatique (Neresine).
G. GHAETOZONE l\1AtMonsN.
Corps allongé, cylindrique, à segments nombreux. Le segment buccal et les
deux suivants achètes. — Prostomium conique. — Des branchies latérales ii
un assez grand nombre de segments antérieurs. Une paire de gros `palpes
dorsaux et une paire de branchies au 1** sétigère. Des soies capillaires dorsales
et ventrales. Dans la région postérieure, des crochets dorsaux et ventraux
en rangées transversales encerclant presque complètement le corps (fig. 35, d). `
_ Ch. sdtosa MALMcnnN. Fig. 35, d·k. — Chaetozone setosa MA1.McnEN
1867, p. 206, pl. xv, fig. 4; Tném. 1879, p. 54, pl. tv, fig. 49, 51; Cun-
NINGHAM et Ranma 1888, p. 647, pl. xxxix, fig. 11; Fauvm. 1922, p. 453; _
Mc INTOSH, 1915, p. 264, pl. cvix, fig. 4. — ? Ch. Carpenteri Mc lxvrosu
1911, p. 166.
Corps allongé cylindrique, atténué aux deux extrémités. 70 à 90 seg-
ments (35, d]. - Prostomium conique, aigu, sans yeux (e). Le segment`
buccal et les 2 suivants achètes et souvent biannelés. — 2 gros palpes
très longs et très caducs, canaliculés, insérés au bord. antérieur du
1** sétigère. Branchies à partir du 1°*' sétigère sur un assez grand nombre
de segments, manquant à la région postérieure. Des soies capillaires
jusqu’à l’extrémité postérieure. Les dorsales très longues et très fines
(k), les ventrales plus courtes, aeuminées. Dans la région postérieure,
des crochets unidentés aux deux rames (h, i). disposés en série linéaire
transversale formant une ceinture presque complète (g). —_Pygidium
conique.
L. 20 à 25 mm.,sur 2 mm. de large. — Coloration dans l’alcool, grisâtre
ou brunâtre. •
Dragages sur fonds argileux ou vaseux.
Mer du Nord;·Atlantique (Côte d'Irlande, Cap Finisterre); Méditerranée
(Naples, Alger). — Mers arctiques.

  FAUNE DE FRANCE. — POLYCHÈTES SÉDENTAIRES
G. DODECACERIA (Ensrnn
[incl. Naraganscta VEHRILL.]
Corps trapu. — Prostomium obtus, généralement sans yeux. Segment buccal
achète, triannelé, avec 2 gros palpes. — 4 à 8 paires de branchies. Soîes
toutes simples. Des soies dorsales et ventrales capillaires. Des crochets ii
extrémité creusée en cuiller aux deux rames, sauf dans la région antérieure.
D. concharum (EnsrEn.Fig. 36, 21-11. —-Dodecaceria concharum SMNT-
.losEP11 1898, p. 346, pl. xx`, fig. 160-161; CAULLERY et l\IEsN1L 1898,
passim, pl. 1-vx: Riou 1917, p. 10, fig. 1. ·-—· Heterocirrus afer QUA·rnE-
mens 1865, l, p. 405. H. saxicola Gnnnn 1855; l\lARION et Bonnnrzicr _
1875, p. 67. H. fïmbriatus YERRILL 1879, p. 96, fig. 8. —- ? H. Gravieri
Mc lN·1·osn 1911, p. 164. — 7`erebella astreae DALYELL 1853, ll, p. 200,
pl. xxvi, fig. 10. —~ ?? Nereis sextentaculata DELLE CHIAJE 1828, lll,
p. 168, pl. xmix, fig. 8. `
Cîï ws ·
  . . ,>
/ .»  ,   v s
u /"=‘/ f
C A ··= f   f r i
` E » 1; È ¤
 ti"  -~ de     
` ` ii. ,.. · — È È
- À * — ëg N ._
. 1  J ,. = `  
 se ' 5 l É É x È
· — 1  _  V, É 9 i k Q È
2  " ce e iii A e e " \
__   'f j p 3
. ’    5*  
— È pp     K k/`   n
.  \  \` ,_ VE" É`:  " *4
È '   ab a   m
lâ gg î
Fxe. 36. — Dodecaceria cone/wwum (d’après CAULLERY et l.`lESML, sauf d) : a, forme A
adulte R 3; b, forme B épitoque nageuse >< 3; c, forme C épitoque sedentaire >< 31
d, région antérieure >< 6; e, soie en cuiller de la forme B >< 400;f, g, soies ven-
trales d’une sédentaire adulte, face et profil >< 250; h, i, crochets ventraux de la
forme A jeune >< 250; k, soie en cuiller mince, forme jeune A; 1, soie pectinée; m,
n, soies capillaires >< 250 et 400.

cinnxruninas 103
Forme A, atogue, sédentaire (36. a) : - Corps relativement court et
épais, cylindrique dans la région antérieure, élargi et aplati en spatule
postérieurement. 45 à 80 sétigères. Prostomium petit, obtus, cylindroco-
nique, sans yeux cl1ezl’adulte, avec 2 organes nucaux obliques (d). Segment'
buccal long et étroit, uni à la face dorsale, plus ou moins nettement trian-
nelé·à la face ventrale. ll est.achète et porte, sur son bord postérieur, '
une paire de gros palpes froncés, canaliculés, plus ou moins spirales et
une paire de branchies, beaucoup plus grêles, insérées au-dessus et un·
peu en arrière. Aux 3-li premiers sétigères (rarementô) une paire de bran-
chîes. Des soies capillaires à. extrémité légèrement dilatée en un limbe
long et finement pectiné aux 6-7 premiers sétigères (m), les dorsales
sont plus longues et plus fines que les ventrales. Ensuite, aux deux rames, .
des crochets dont Pextrémité est dilatée et creusée en cuiller (f, g).
lis sont accompagnés de soies en cuiller plus fines (h-i) et de quelques
soies capillaires de plus en plus rares. Chez les jeunes, les soies en
cuiller sont remplacées par des soies à limbe court, large, pectiné fl).
Les crochets dorsauxsont plus minces que les vcntraux. —Anus subdorsal ,
à 5 lobes dont 2 ventraux plus grands, arrondis, séparés par une échan-
` crure. Cette forme est toujours femelle parthénogénétique et vivipare.
Ovules verts. — L. 2 à 6 cm., sur 2 à 3 mm. - Vert brunâtre ou n0irà·
tre dans la région postérieure. Pigment jaune verdâltre soluble dans
l’alc0ol. - A mer basse et dans les dragages, dans les galeries creusées
dans les Lz't}z0t/ianznium et dans les vieilles coquilles. —F0rmeB, e]vz'togue_,
. nageuse (h) :—- Beaucoup plus rare que la forme A, de plus petite taille,
plus mince, 2 gros yeux. Palpes 'atrophiés, réduits à 2 petits moignons
ou absents. Branchies plus courtes. Pas de soies en cuiller à la rame
dorsale, sauf aux 10-12 derniers sétigères. Soies en cuiller ventrales
n'existant qu’aux premiers et aux derniers sétigères. Elles portent une
grosse dent latérale caractéristique (e). Dans toute la région moyenne
du corps, un faisceau de longues et fines soies capillaires pélagiques aux
deux rames, les ventrales plus courtes que les dorsales. Toujours para-
sitée par une longue Grégarine, Gonospora. longissinza. — Ovules gros
et jaunes. (jl et Q en proportions égales. Pas de dimorphisme sexuel. A
maturité, devient pélagique et nage facilement. Au stade atoque, se dis-
tingue de A par ses crochets à dent latérale et sa couleur jaune. — Forme C,
épitoque sédentaire (c) :- Extrêmement rare. 2 gros yeux rouges. Palpes
persistants. Soies en cuiller semblables à celles de A. Elles disparaissent
seulement aux rames dorsales moyennes où elles sont remplacées par de
longues et fines soies pélagiques. Des cellules à mueus très développées
formant d’épais bourrelets glandulaires. — (Eufs petits, jaunàtres. Rien
que des femelles. Au stade atoque, se distingue de A par sa couleur
jaunâtre et ses épais bourrelets glandulaires. - Dans les Lfthot/zaznnium
avec A. _
Mer du Nord, Manche, Atlantique, Méditerranée.

104 FAUNE DE FRANCE. — ronvcnàres sénmrrnxnes
G. ACROGIRRUS Gnuee.
(Marenzeller, char. emend.)
I
Corps allongé, cylindrique, à segments nombreux. — Prostomium terminé
· en pointe et portant des yeux et 2 gros palpes frontaux. Segment buccal visible
d'en dessus avec une ou deux paires de branchies et une papille. — Une paire
de branchies au 2s et au 38 segment. Scies dorsales simples, capillaires. Des
soies ventrales composées.
A. frcntifllis Gnune. Fig. 37, d-k. — a4CI`0CL·f‘I`LLS f}·0ntz}îl1'.s· Gauss 1872,
p. 65; Lo Bnmcc 1893, p. 5. -— Heler0cz'r1·us frontzflzls Gnomz 1860, p. 89,
· pl. xv, fig. 1; Mamcw et Boenwrzxï 1875, p. 64, pl. vnu, fig. 18, xx, fig. 18.
Corps vermiforme, arrondi. 60 à 90 segments assez courts. — Prosto·
mium terminé en pointe aiguë et portant 2 gros palpes frcntaux canali-
culés s’enrculant en spirale (37, d, i). 4 yeux disposés en trapèze, les
antérieurs beaucoup plus gros que les postérieurs. Le segment buccal
· achète porte 2 paires de branchies (‘) et entre elles une longue tige
conique de chaque côté (cl). — Le 1°*‘ et le 2c sétigère portent chacun une
paire de branchies. Scies dorsales simples Qh), capillaires, longues et
minces (2). Scies ventrales composées, à serpe courte recourbée à l’extré-
mité, avec une lame tectrice fg). A partir du 11“ sétigère environ, elles
sont remplacées par un acicule reccurbé en pioche (f). Des papilles coni-
ques ou allongées aux deux rames (e, k).
L. 2 à 8 cm., sur 0,5 à 2 mm. de large. ——-— Jaune de chrôme, jaune bru- '
nàtre ou légèrement verdâtre; palpes orange ou brun plus foncé. Teint
l’alcool en jaune avec fluorescence verte.
Dragages côtiers, parmi les pierres et les algues calcaires.
Méditerranée (Marseille, Naples);Adriatique (Chersc).
G. MACROCHAETA Gauss.
Corps allongé, cylindrique, à segments peu nombreux. — Prostomium por-
tant des yeux et 2 palpes frontaux. Segment buccal achète et dépourvu de
branchies. — Une paire de branchies aux 4 premiers sétigères. Scies dorsales
simples, capillaires. Des soies ventrales composées.
M. clavicornis (Sans). Fig. 37, 3.-C. L- Macrcchaeta claviccrnis LANcEn· _
ams 1880, p. 95, pl. 1, fig. 7; CAULLERY et lVlss1~m. 1898, p. 130, pl. xr,
fig. 19-21; Scurnanw 1914, p. 120; Mc Imosu 1923, p. 492, pl. cxxxvx,
fig. 14, cxxxvn, fig. 7, cxxxvm, fig. 12. - Nais clavicorms Sims 1835,
p. 64, pl. IX, fig. 24. ‘
Corps arrondi, longuement fusiforme (37, 3), couvert de fines papilles.
(1) Une seule paire d’après Gnuun et Lc Brmco, 2 d'après Mxmox et MARENZELLER.
(2) D’ap1·ès Gnomz, il n’y aurait pas de soies dorsales au 1*-** et au 2s uétîgère. -

cxnnmuunns 105
32 segments. Prostomium large avec un prolongement frontal obtus h).
4 yeux disposés en trapèze très ouvert, les externes plus gros que les
2 autres. 2 palpes frontaux renflés en massue. Segment buccal achète et
abranche. — Chacun des 4 segments suivants porte une paire de bran-
chies courtes et renfléès à Pestrémité. Aux 7 premières rames dorsales,
une seule soie capillaire simple, finement épineuse; aux suivantes, un
faisceau de 2 à 7 soies semblables. Aux rames ventrales, 1-2 soies com-
posées à hampc surmontée d'une serpe recourbée, lisse, avec une lamelle
mince et pointue du côté concave (c). — Pygidium arrondi, sans cirres
anaux.
L. 1 cm. — Région antérieure avec des granulations brunes. intestin
jaunâtre. (Eufs brun-jaune. Phosphorescent.
A mer basse et dans les dragages parmi les Corallînes et les crampons de
Laminaires. '
Mer du Nord (Côtes de Norvège); Atlantique (Madère et côtes d'lrlande :
Clew-Ba et Blacksod-Ba ). .
Y Y
` 1, A
. ¤·
xs K  
`· F .  
àà? k
gçufj _
ng!
. i • I) `\   ' '
_ (ll ê,,I);
‘ ·· ctllâëüâl
` " ;¢ $§·J’ ""1/"
e /· v` : = #  
C . `   î É A ç
l ( ·.-vi, · ·  
- î . O m wé  
C   l .     0
g, ` 6 b à si Qi;   ·
, s · ·~;  : î .
à  9
. ( - \
.· · s. ( / ai  ig en Q
i d ~ . ..· É   É
. C __ Q   4 _ , A
/   ··  É ~ w · .·
V`! `*. Ã · -· ‘·` . T * -
  /   ...· .  9-·**_   fp Qo
.. ,,,9  issêria, _ .._.  1 n ·
_ %—·- (
Fzc. 37. - Macrcc/meta claviccrnis : a, c1’après Sans; h, région antérieure (d’après Mc
lxrosu); c, soie composée >< 450 (d‘après Cwnnsnr et Masmt). — Acrocirrus frontiü-
lis (d’après Mnmos) : d, région antérieure, face ventrale, grossie; e, un parapode,
grossi; f, acicule du ll' sétigère, très grossi; g, soie c0mp0sée—ventrale, très gros-
sie; h, soie capillaire dorsale, très grossie; i, région antérieure, face dorsale (d’après
Gauss); k, parapode, avec ses papilles. - Slreblospio Dekhuyzeni (d’après llonsr); l,
régron 'antérxeure, de profil, grossie; m, un crochet ventral très grossi. -— St. Shrub—
mm (d après Bucnasnu) : n, vu de profil, grossi; 0, crochet ventral, très grossi. °

106 FAUNE na rames. -—- rowrcnàras sxênsxrrumas
G. STREBLOSPIO Wsnsrsn.
[He÷ater05r·ancÀ·z¢s BUCHANAN.]
Corps cylindrique à 2 régions peu différenciées. -—- Prostomium bien déve-
loppé, avec 4 yeux. Segment buccal très court, portant une paire de palpes. —- ·
Une seule paire de branchies insérée au 1e' sétigère. Des soies capillaires
simples dorsales et ventrales. Des crochets pluridentés encapuchonnés, aux
rames abdominales ventrales. - Pygidium sans appendices. —— Trompe molle
. exsertile, fortement ciliée. Une seule paire de néphridies thoraciques débouchant
au 2** segment.
Nota. — Bucrimm, Mc Iixrosn et Honsr rangent ce genre dans les Spioni-
diens. BENMM, Cantrsnv et Miasmr., Süosasrnôii le placent à la suite des Cirra—
tuliens.
—- Soies capillaires d’une seule sorte. 4-5 crochets par rame . . .
............... Str. Shrubsolii, p. 106
' ——— Soies capillaires de 2 sortes. 4-10 crochets par rame .....
· .............. Str. Dekhuyzenî,,p. 107
Str. Shrübsolii (BUCHANAN). Fig. 37, n, 0. -— Slreblospio Shrubsolii
Mc lurosn 1915, p. 230, pl. Lxxxix, fig. 5, civ, tig. 10. — Hekaterobmn-
c/ws ShruI2solz'z' Bucrxarmx 1890, p. 175, pl. xxx-xxn. — ?? Streblospio
Bezzeciicti VVEnsr1an 1879, p. 149, pl. vm, fig. 48-50.
• Corps relativement court, arrondi, très peu atténué postérieurement.
30 à 48 segments (37, n). Une région thoracique et une région abdomi- "
nale peu tranchées: —— Prostomium en cône obtus portant 4 yeux et
_ parfois, en outre, quelques points oculiformes. Segment buccal très court
_` portant une paire de gros palpes, courts, annelés, ciliés mais non cana-
liculés. — 1°' sétigère prolongé en lèvre ventrale saillante en collerette
, ct portant une paire de branchies ciliées, plus grosses et plus longues
que les palpes, quelques soies capillaires dorsales et un faisceau de soies
capillaires ventrales accompagné d’une petite lamelle pédieuse. Au 2° séti-
gère, une crête transversale formant bourrelet à la face dorsale. Jusqu’à
l’e`xtrémité postérieure, il n’existe que des soies capillaires aux rames
dorsales (*5. Des soies à crochet recourbées, pluridentécs au vertex et
encapuchonnées, analogues à des crochets de Spionidien (0), à la rame
ventrale à partir du 8** sétigère, au nombre de 4-5 avec 2-4 soies capil-
laires. Dans la région thoracique, des lamelles pédieuses arrondies
fcirres ?), les dorsales plus grandes que les ventrales et diminuant moins
rapidement. — Pygidium court, sans appendices. anus terminal. - Une
` (I) BUCHANAN ne précise pas si res soies sont toutes sembïables.

_· cmnxruniuarz 107
paire de néphridies vertes s’étendant du 2** au 6° sétigère. -— Tube fragile
formé de boue agglutinée par du mucus.
L. 6 à 10 mm. — Coloration rouge et aspect de·Nématode.
Dans la vase molle recouverte de 2 à 3 centimètres d'eau saumàtre, associé à.
Haplobranchus, Naïs, Ilemizubifex, Nématodes et Planaires.
Estuaire de la Tamise de Sheppey à Gravesend. - Le Croisic, mares du
bord du.Traict (Fmmoxxitma). - ?New—Jersey.
Nom. — D’après Bucnnxm, les branchies seraient portées sur le segment
buccal qui serait le 1•¤¤· sétigère et les palpes seraient céphaliques. Cependant _
la figure donnée par cet auteur semble pouvoir être interprétée, comme nous
l'avpns fait ci·dessus, d’une façon plus conforme à l'anatomie des Cirratuliens.
Str. Dekhuyzcni Ilonsr. Fig. 37, l. m. —- Streblospio De/chuyzeni llonsr
lf)09, p. 149, lig. 1-2, 1922, p. 271, fig. 1-2. `
Prostomium arrondi antérieurement, ressemblant à cclui de Pofydora
(37,1]. 2 ou la yeux, semilunaires, ceux de la paire antérieure plus grands
et plus écartés. Une paire de palpes. Au 1" sétigère, une paire de grosses
branchies fusiformes et des soies dorsales et ventrales capillaires. Au
2•= sétigère; les lamelles dorsales sont rapprochées en collerette transver-
sale. Lamellesparapodiales des segments antérieurs flabelliformes, les
dorsales plus grandes que les ventrales, elles décroissent rapidement
d’avant en arrière, au 7** sétigère, elles sont réduites à des papilles trian-
gulaires allongécs et les ventrales disparaissent vers le 13e segment. Une
petite tache pigmentaire à la base de la lamelle dorsale. Exclusivement
des soies capillaires aux segments antérieurs. A partir du 8°-9** sétigère, _
4 à 10 soies à crochet encapuchonnées ventrales (m) avec 1-2 soies capil-
laircs et 1 soie recourbée aplatie en sabre 2 fois aussi longue que les
crochets. — Pygidium?
L. 7 mm. -— Coloration? ·
Dans la vase en eau saumàtre.
Zniderzée, entre Marken et Muiderberg; canaux latéraux du canal de la Mer
du Nord. `
Nota. — Cette espèce parait à peine distincte de la précédente.
r .
° S.-l·`. CTENODRILINAE
` G. CTENODRILUS Cmrsnèns.
[Part/zenopc O. Scmnm].
Corps relativement court et large, 7 à 15 segments au maximum. — Prosto-
mium cilié à la face ventrale, avec des organes nucaux. — Pas de palpes. Pas

108 FAUNE ne rnANc1z. - rowcniarns ssnnxminns
de branchies. Des soies à tous les segments, y compris le buccal (7). Scies
simples, toutes semblables, insérées directement dans l’ectoderme, pectinées
ou non. — Des cellules graisseuses ou pigmentées dans le tégument. Un bulbe
pharyngien évaginable. Une paire de néphridies s’ouvrant dans le ooelcme et
contenues dans le 1°” segment. —- llermaphroditisme protandrique. Gestation
interne. Autotomie multiplicative.
— Scies pectinées (fig. 38, e) ....... Ct. serratus, p. 108
—- Scies non pectinées ......... Ct.parvulus, p. 109
"‘ I .
' b ai e
• ' ·
1  
D ; ~
"·",.;|||""'$""Ill|I||n|\  
·"\•*|“‘“.'",,g1r|I|nunguuw  
04   Il 6 \ d . ·
~ ¤ I« A vr »   ` ,
./ ~ \ .
àl · \  uuu! É
C ".·;-·:·«",;’.`· \
. ..      `_~,` `
1/y//Y '- É _ _-_· ' , J," Z ' 4 · .1. · "' ' 5.
  - -:     L  '·
»  ·-·· ·   · : . · · ¤« ‘  
'  Z';•_'.;.· ` V ` ;- " "·. _:’ 
l Fm. 38. — Ctenodrilus serrams : a, d’a.près Cmemson, très grossi; h, forme jeune,
_ grcssie; c, coupe sagittale de la. région antérieure (d’après KENNEL); d, d’a.près CAUI.-
tnnv et MESNIL >< 25; e, soies du 2* sétigère >< 750.
Ct. SBt‘I‘atuS (O. SCHMIDT). Fig. 38, 3-6. — Ctenodrilus serratus VAIL-
LANT 1890, p. 455; CAULLERY et NIESNIL 1898, p. 132, pl. II, fig. 13, pl. [II,
fig. 1; MONTICELLI 1910, p. 429. Ct. pardalis CLAPABÈDE 1863, p. 25,
pl. xv, fig. 28, 29; KENNEI. 1882, p. 373, pl. xvx. -— Parthenope serrata '
O. SCHMIDT 1857,1). 363, pl. v, fig. 13;VEJ1>ovs1<Y1884, p. 164, pl. I,
fig. 37. ‘
Corps cylindrique, épais, court, 12 à 15 segments (38, b, d). - Prosto-
mium en cône obtus, sans yeux. 2 organes nucaux en fossette ciliée, bien
développés. Ciliation ventrale du prostomium s’étendant au 1" segment
(a). 1°' segment métastomial achète. ——Soies d'un seul type, terminées par

cxnnrruninas l`, 109
un élargissement pectiné ii grosses dents triangulaires (el. Reproduction
par scissiparité. A Naples, on trouve une forme sexuée à hermaphrodi- ·
tisme protandrique et gestation interne des larves.
L. 8 à 9 mm. — Coloration verdàtre à pigmentation noire éparse,
panthériforme. `
A mer basse, dans les Lithozhamnium et parmi les Ciomz. Fréquent dans les -
aquariums marins.
Manche (Boulogne, environs de Cherbourg}; Méditerranée (Naples).
Ct. parvulus Scuanrr. —- (jtcnodrilus parvulus Scnanrr 1887, p. 591-
603, pl. 1; MON’flCELl.l 1910, p. 429.
7 à 10 segments. La ciliation ventrale du prostomîum ne s’étend pas au '
1=' segment. Organes nucaux en fossettes ciliées et fourehues, petites.
Scies non pectinées en nombre très variable. — Reproduction par scissi-
parité.
L. 4 mm. — Corps incolore, transparent, avec des taches vert foncé ou
violettes abondantes et également réparties sur les segments.
Dans un aquarium d'eau de mer en Angleterre. Provenance inconnue.
G. ZEPPELINIA VAxnx.Am·.
[Ctermdrilus Znrrsnm, Monostylos Vasnovsitv].
Corps étroit, allongé, .18 ii 25 segments ou plus. — Prostomium cîlié à la
face ventrale. Pas d‘organes nucaux (?). Un ou deux palpes. — Pas de bran-
chies. Des soies :1 tous les segments, y compris le buccal. Scies simples insé-
rées dans un sac sétigère, de deux sortes, les unes capillaires, longues, les
autres courtes, élargies, pectinées ou non. Des cellules graisseuses et des cel-
lules pigmentaîres dans le tégument. Bulbe pharyngien peu développé. Une
paire de néphridies contenues dansle 1°· segment, non eiliées, ne s‘ouvrant pas
dans le cœlome (?l. —- Sexualité inconnue. Autotomie multiplicative fréquente.
· -— Un seul palpe, rarement 2, soies courtes non pectinées. . .
........ . ...... Z. monostyla, p. 109
_ -— Deux palpes. Soies courtes pectinées. . . . Z. dentata, p. 110
Z. monostyla lZEPPELlNl· Fig. 39, g. ·-— Zeppelinia monostyla Momi-
cnnu 1910, p. 431. — Ctenodrilus monostylos Zarrmm 1883,rp. 616,
pl. xxxvx, xxxvu. - Monostylos tentaculifer Vnsnovsxcv 1884, p. 164.
Corps cylindroïde, fusiforme t39, g). 20 à 25 segments. Prostomîum à
ciliation ventrale line ne s’étendant pas au 1“ segment. Pas d`yeux. Un
seul gros palpe, parfois deux, apparaissant tardivement. Soies disposées
en 4 faisceaux sur chaque segment, de 2 sortes, les unes longues, subu-
lées, les autres courtes élargies à l'extrémité, mais non pectinées. Anus
terminal. -—· Reproduction par seissiparité seule connue.
L. 3 à 4 mm., sur 0,2 mm. de large. —- Coloration jaune brun.

110 _' FAUNE ne rnmce. ~— ronvcnàrns SÉDENTAIRES
Trouvé dans des aquariums d’eau de mer à Fribourg-en-Brisgau. Origine
inconnue.
Z. dentata BTONTICELLI. — Zeppelinict dentala M0N1·1c1~:Lx.1 1897, p. 451,
1910, p. 431.
Cette espèce, dont l\io¤mcn1.1.i n`a donné qu’une description sommaire,
se distinguerait de la Zeppelinia monostyla par le nombre des segments,
18 È. 29 Bl’1Vl1°OI1, la présence de deux palpes, Bl. SUPÈOUÈ P3? SBS $0165 C0l1I‘lZ€S
et robustes pectinées. —— Coloration brune.
Trouvé dans les aquariums de la Station Zoologxque de Naples.
ëé A"  yf A QM, \ ·
1*  1s"“ ·  « d`”
/ X se   , ·—g, É   / uu';)
/iil/ gé 45%% àà ' ‘ .,
qt  ¤»   :·. 9,: . 
/  r Éà   ii ·/y 0%
A I É?. lâ! · qui  Ã F
\ -\  .   Nr \\ vi
\ / ~ l œ il ^
 ûê ,   .· fé. iq  
` X I vl . .:_
W ® l   b   $ ul
$ \ îiè ~ \\\
ll ti    1%
/  W. W  .     C §,,
%·¢ «     ·
\a¢ i , 45*  $47 É:
/ «‘ — 7 }
y g- /— \ # i>’ "'
. /'/é' l i ' \. e
_’_,@¢ _ @ ,,//M
,%,9 7 \ I, , / x \`/ · g `
W f  —% il /
à «
Fm. 39. -— Raphidrilus nemasoma (d’après lllonrxcanm) : a, adulte, avec une seule bran— ·
chie >< 30; 11, individu sexué, forme Ci', avec ovules rudimentaires >< 30; 0, larve
sortie de la mère, avec des yeux et des branchies >< 110; d, grosse soie des segments
génitaux de la forme d' >< 400; e, soies capillaires des segments antérieurs >< 260;
f, larve sortant du corps maternel (d’après·So1<oi.ow) >< 55. —- Zcppelinia monostyla
(d’après Zsrrnuv) : g, de proü1.>< 20.
_ G. RAPI·lIDR.lLUS Moivrxcrtnm.
Corps très allongé, 18 à 35 segments en moyenne. - Prostomium à ciliation
ventrale faible. Pas d’urg·anes nucaux, Pas de palpes. ·—- Des branchies lar-
vaires disparaissent chez l'adulte. Scies à tous les segments, sauf au buccal.

cxnnxrunions 111
Soies insérées dans un sac sétîgère bien développé, simples, capillaires. En
outre, des crochets à un certain nombre de segments génitaux chez les formes
çj'. ·- Peau à cellules pigmentaires. Bulbe pharyngien bien développé. Une
paire de néphridîes dans le 1°*` segment, ne s'ouvrant pas dans le cœlome et
non ciliées. -— llermaplxroditisme protandrique. Gestation interne. Autotomie
multiplicative. .
R. nemasoma NIONTICELLI. Fig. 39, 3-f. — Raphidr·z'Ius nemasoma
Moxvrxcsnu 1910, p. 431, pl. xxx-xm. —- Ctenodrilus branc/ziatus Sononow
1911, p. 546, pl. xxvwxxxrx. — Zeppelinia branchiata Sorconoxv 1911,
p. 598. '
Corps mince, cylindroïde, filiforme. 25 à 30 segments en moyenne
(B9`, ti). — Prostomium conique obtus, à ciliation ventrale souvent indis-
tincte et s‘arrêtant au commencement du 1** segment. Pas d’yeux chez
l'adulte, 2 chez la larve. Pas de palpes. — Une paire de branchies dorsales
à de nombreux segments chez la larve, elles disparaissent presque complè-
tement chez l’adulte. Soies des 4 premiers sétigères plus longues et plus
nombreuses que toutes les autres; celles du dernier segment sont
très courtes. Outre ces soies fines capillaires (c), il existe, dans les ·
segments bourrés de sperme de la forme mâle adulte tb), une paire de
crochets de chaque côté (d). — Pygidium en cône obtus. Les larves
qui se développent à l’intérieur du corps maternel ont 2 yeux et des
branchies renflées en massue et ressemblent à de petits Cirratulus (ci.
Elles percent les. téguments pour s`échapper à un stade déjà très
avancé (f).
L. 2 à 7 mm., sur 0,15 mm. de large. — Coloration plus ou moins
jaunâtre transparente avec pigmentation noire éparse, plus marquée aux
deux extrémités. Intestin jaune orange.
Dans le sable à Amphioxus, au yoisinage de la côte. `
Méditerranée (Naples, Donna Anna et Cenito).
Cirratulidae incertae sedis.
Les espèces suivantes sont décrites d’nne façon insuffisante pour pouvoir
être identifiées :
Cirratulus tenuiselis Gauss 1861, p. 145, pl. xv, fig. 2. [Cirrineris tenuiseus
Gauss 1872, p. 62], Adriatique (Chersoj, paraît être un Cirratulus fïliformis
ayant perdu ses filets tentaculaires. `
Cirrineris fuscus Gnnss 1872, p. 64, Adriatique, paraît être dans le même
cas.,
Cirrineris Bl¢1invilleiCLAPAnÈDE (mm Qunnsmcss) 1868, p.267. - [Cirratulus
Blairwillei Gnomz 1855, p. 100]. —- Trieste.
Cirrazulus Bçllavistae Brnmvttns, Quxrnsucss 1865, I, p. 463. è La Ro-
ehelle.

112 FAUNE DE FRANCE. —- POLYCHÈTES SÉDENTAIRES
Cirratulus caudatus LEVINSEN 1893, p. 338; Mc livrosn 1915, p. 253, pl. c,
fig. 13, cxx, fig. 14, cxx, fig. 3. —— [C/zaetozone Dunmanni Mo INTosn 1911, p. 160].
- Dunmanus Bay, Irlande.
Cirratulispio Caulleryi Mc lmosu I915, p. 268, pl. cx, fig. 1, cvn, fig. 14.
· — Semble être un Cirrazulus ou un Chaezozone régénérant sa partie anté-
rieure.
F. CHLORAEMIDAE iVlALÉ\/[GREN-
[Chlorémiens QUATREFAGES; Pherusea GEUBE; Sip/zonoszomacea J0nNs'r0N]'
[Flabelligérîens SAINT-Josaru]
Corps plus ou moins cylindrique ou subfusiformé, ordinairement peu allongé,
à segments semblables courts et couverts de papilles. - Prostomium et seg-
ment buccal formant un tube cylindrique rétractile, avec des yeux, 2 gros
. palpes et de nombreuses branchies filiformes s'invaginant. - Soies des pre-
miers sétigères généralement plus longues que les suivantes, dirigées en avant
· et formant une cage céphalique plus ou moins développée. Parapodes biramés,
à rames très écartées, le plus souvent sans mamelons distincts. Soies dorsales
capillaires, annelées, simples. Des soies ventrales sigmoîdes, ou en croc ou
composées à article en serpe. - Anus terminal. — Sang vert.
TABLEAU DES cennas. ,
1. Crochets ventraux composés (fig. 40, c). Corps revêtu d’un
épais manchon muqueux renfermant des papilles pédonculées.
............... G. Flabelligera, p. 112
- Crochets ventraux simples. Pas de manchon muqueux .... 2
2. Une paire de papilles néphridiennes saillantes à la face ventrale
(Hg. 43, g) ............. G. Brada, p. 121
—- Pas de papilles néphridiennes saillantes ......... 3
. 3. Branchies toutes semblables ..... G. Stylarioides, p. 115~
—— Branohies de 2 sortes (fig. 43, b). . . . G. Diplocirrus, p. 120
G. FLABELLIGERA SAns.
[Siplzostoma Otto; C/zloraema DUJAEIMN; Siphonostoma RATHKE]
[Tecturella Srmrson; Pherusa SCHMARDA]
Corps mou, transparent, atténué aux deux extrémités, renfermé dans un épais
manchon muqueux contenant des papilles de deux sortes longuement pédon·
culées. — 4 yeux céphaliques. 2 palpes gros et courts. Branchies céphalîques
nombreuses, cylindriques, rétractiles. — Scies du 1" sétigère nombreuses,

cnnonaamnaa 113
longues et dirigées en avant, formant une cage céphalique dépassant les
branchies. Scies dorsales fines, capillaires, annelées. A partir du 2° sétigère. ·
des soies articulées et de fines soies capillaires à la rame ventrale. — Sang
vert, dichroïque, paraissant rouge par réflexion sous une certaine épaisseur.
— A la rame ventrale, un. ou au plus 2, gros crochets ..... I
........ .· ....... Fl. afïinis, p. 113
— A la rame ventrale; 4 à ti crochets relativement plus grêlcs.
.............. Fl. diplochaitos, p. 114
Fl. affinis Sans. Fm. 40, 3-f. —- Flalzelligera affinis SAINT-J0sE1»n I89'1,
p. 06 pl. v, fig. 121-123; Hliase 1914, p. 183, pl. x-xx; Mc lwrosn 1915, ·
p. 107. pl. Lxxxxx. fig. 2, xcvx. fig. 10, civ, fig. 7. FI. (Jlaparedii Siuxr-
Jossru 1898, p. 363. pl. xxx, fig. 176-179. FI. pellucidum et Fl. sor-
didum Gcivrnizn 1912, p. 93. Fl. Buskii Mc Iivrosu 1915, p. `114, '
pl. xcvi, fig. 11, cn. fig. 3, cv, fig. 8. - (,’/zloracma Dujara’z'm';
(`/L. sordfdum et (`lz. Edvlwardsii Quarnnmcns 1805, I. p. 472. 474, 475.
Ch. pellucidunz Sans 1873, p. 252. —- Sz}2/zonosto/na uncinata M.-Enwanos
1840, p. 27, pl. vx, fig. 3-4. S. vagimferum Rarima 1843, p. 211,
pl. xr. fig. 3-10. S. gelatùmsa Dimvam.1853, p. 256, pl. xvm, fig. 10-
12. S. pellucidum Gnomz 1877, p. 11. S. ajïnis Nswnicm 1900, p. 190. `
pl. iv, fig. 5-6. S. ]>’uskz`z' Mc INTOSH 1869, p. 420, pl. xv. fig. 13. xvx,
fig. 4. ——— P/zerusa vag¢'1zz]”em Quarnemcns 1865, I. p. 483. ——· Tectu-
rel/a ]Zac¢·z'da Srmrsox 1853, p. 32, pl. ux, fig. 21.
Corps arrondi, aminci postérieurement. 30 à 50 segments (40, a).
Manchon muqneux transparent très épais simulant une collerette à l
base des soies céphaliques et renfermant des papilles de deux sortes à
long pédicule grêle et flexueux, les unes allongées, fusiformes ou en fiole.
les autres en massue (f). — Siphon buccal court. 2 paires d’yeux cépha-
liques presque coalescents. 2 groupes de 20 à30 branchies vertes, minces,
ciliées. très caduques. 2 gros palpes courts à bords charnus froncés (b).
—— Cage céphalique formée par les 4 faisceaux de soies du 1"' sétigère
dirigés en avant. Elles sont au nombre de 60 à 120. Soies dorsales capil-
laires plus fines, plus pales et à cloisonnement plus serré que celles de la
cage (e). Elles sont agzompagnées de papilles allongées. A partir du
25° sétigère une ou deux grosses soies composées ou pseudocomposées.
à hampe annelée, à gros article foncé recourbé en corne de Chamois (c).
Elles sont accompagnées d’une botte de 5-li soies capillaires droites (dl,
dont la pointe très efïilée dépasse seule les téguments. —— Anus plissé.
L. 2 à 6 cm., sur 2 à 10 mm. de large. — Mucus transparent. quand
il n‘est pas souillé de vase, corps verdâtre, brancliies vertes, palpes
jaunes ou orangés, estomac rouge vif.-
A mer basse sous les pierres et parmi les Fucus. Forme jeune entre les
piquants des Oursins. Dragages su1· fonds vaseux.
Mer du Nord, Manche, Atlantique. — Mers arctiques.
8

  FAUNE DE FRANCE. —· POLYCHÈTES SÉDENTAIRES
. . /1,«••«»Ã¤‘~ » 
. »/ `• ggâ  
/ ·â·ls¤
. éây   i/Il
" \ I M  
' l  gus! =···
z 1
P < ' E
f É if: E _
, ,¤1 , E
 J Q E
A lië É É 1
· _ cl  1 ;¤§ 5
,. I ` .
E 1 M 9
- 1 'wy lxîl ¤#'/ ¢"
. lof},   A / 1
§   alt
   @41 Y . sa
- \. `  / El`:} I ,
B si \ V`-/_ 1   ` Q L   m TL O
.—_~$*~>f. ‘
Fu;. 40. — I1'Za.belligera affinis : a, face ventrale X 4; h, région antérieure, face ven-
trale, palpes et branchies évaginés x 12; c, soie composée >< 150; d, soie capillaire
aciculiforme ventrale >< 150; e, partie d’une soie dorsale annelée >< 150; f, papilles
en massue et papilles fusiformes >< 150. — Fl. diplochailos : g, 11, soies composées
>< 150; î, k, papilles en massue >< 150; 1, papilles allongées >< 150; m, soie capillaire
ventrale >< 150; n, 0, extrémité et base d’une soie dorsale annelée >< 150.
Fl. diplochaitos (OTT0). Fig. 40, g-0. —— Flabelligem dL;Dl0Chdl.tOS HAASE
1914, p. 183. —· Sip/zostoma dzplochaitzzs OTT0 1820. — Szphonostonza
diplochaitos CLA1¤AnÈn1=: 1868, p. 309, pl. xxv, fig. 3; JOURDAN 1887; Lo
BIANCO 1893, p. 40. —- Qhloraema dubiunz Quliwnsmcns 1865, 1, p. 470.
Corps mou, arrondi, aminci postérieurement. 412à 55 segments. Man-
ohon muqueux semi-transparent, très épais, simu ant une collerette à. la
base des soies céphaliques et renfermant des papilles de deux sortes à
long pédicule grêle et ilexueux, les unes allongées, fusiformes ou lagé-
niformes (40, I), les autres en massue plus ou moins renilée li, k). —$-
Siphon buccal court. 4 taches oculaires céphaliques. 2 groupes de 40 à
50 branchies vertes, minces, oiliées, caduques. 2 gros palpes froncés un
peu plus longs que les branchies. —- Cage céphalique formée par les 4
faisceaux de soies du i" séiigère dirigés en avant. Elles sont au nombre
de près de 200. Soîes dorsales capillaires, très longues, à cloisonnement
serré (n, 0). Elles sont accompagnées de papilles allongées. A partir du

cnnonaamnuz 115
2° sétigère, des soies ventrales composées ou pseudocomposées à hampe à
articles serrés, à article terminal peu recourbé et foncé seu1ementàl‘extré-
mité (g, h). Elles sont au nombre de ll-6 et accompagnées d’une botte de
soies capillaires droites dont la pointe eftilée fait seule saillie à l’exté-
rieur (m): - Anus plissé.
L. jusqu’à 10 cm., sur 1 cm. de large. — Coloration violacée ou verdà-
tre, corps semitransparent laissant voir les viscères. Branchies vertes.
Abonclant sur les fonds détritiques et parmi les Corallines, à une profondeur.
de 20 à 50 mètres.
Méditerranée; Adriatique.
Nota. — Cette espècc,qui ne diffère de Fl affinis que par sa taille plus grande,
ses brancliies plus nombreuses et surtout par ses crochets ventraux au nom- .
bre de &·6 et plus grêles n’en est peut-être qu’une variété comme le pensent
Ctxxxxcimx, Naxvmoxv et Ilaass. Cependant je n`ai jamais rencontré ce dernier
caractère quo sur des spécimens de la Méditerranée. Ceux de la Manche et de
l’.\tlantique n’ont qu‘un ou deux crochets ventraux. '
G. STYLARIOIDES DELLE Cixmn:.
. [P/zerusa Oum ;FlabelZigera SAns;Flemingia Jonxsrov; llophiocephala Cosuz
7`rophonia M.-Enxvanos; Siphonostonza, Rxrrian; Balance/meta, T/zeroc/zaela et
Senziozlerâ Clnnanntin].
Corps allongé, plus ou moins cylindrique ou en massue, revêtu de papilles
agglutinant parfois le sable. —- 2 gros palpes de longueur variable. Branchies
lililormes souvent très nombreuses, toutes semblables, fixées sur un pédoncule
plus ou moins long et rétractiles. —— Soies des premiers sétigères plus lon-
gues que les suivantes, dirigées eh avantet formant une cage céphalique. Soies
dorsales capillaires, annelées. Scies ventrales simples, ou rarement pseudo-
composées, en crochet plus ou moins robuste après les premiers sétigères, à
pointe parfois bidentée. Des soies aciculaires fines. — Sang vert, dichroïque.
1. Scies ventrales unidentées (fig. 41, e, f.) ........ 2
— Scies ventrales à pointe bidentée (42, km. Corps fortement in-
crusté de sable ........... St. eruca, p. 119
2. Soies dorsales et ventrales capillaires aux 3—prcmiers sétigères,.
soies ventrales en croc aux suivants .......... 3
— Soies dorsales et ventrales capillaires au 1** sétigère seulement,
des soies ventrales pseudo-composées (Hg. 41, m, l) aux suivants,
puis des soies en croc ........ St. flabellata, p. 117
3. Corps peu effilé postérieurement. Branchies grosses et peu nom-
breuses (8-10) ..... _ ...... St. plumosa, p.11G
— Corps très eflilé et tortillé postérieurement. Branchies minces et `
très nombreuses (50-100) ....... St. monilifer, p. 118

116 rauma ne rnmvcu. —— ronrcnàrss siâniaxmiizxzs
 I N/' I ·
1 1  /' · · ·
 ,147 // ;' K [ \ i i l \
`?  L 4/’ »"(" \l·\ il \ il
  il,·· l »   iî
` `, I, , 1 _ , l ¤
i · C  N1 li i 6 #  
ii  9. \ i % ( 1 I
 ·:·>«2:   . ai * 1 *0 " l
l ‘· A w 1 ,1 .. gv
I . « àl = |· §\ï·
,. , _ l ; y,* - .\,» .
1 *1%      ¤ 1.1/,«' \ — l
f   g  ll  !: l_.   *<\\ ( (
· ·  . £"..«
. 6 ` 1*   \."  wi" \®`\  
A ’\‘ :’ i, __  .1/SV   
d ill l‘      / ·Y’  ·-· '      
' `îl     [ ~îî /    î' · ~« LH
‘ r` \=·—.  °  - " ·
.\   1   /,  ,  il  àïî F
l\ *\    V |'.J  ·   U `   ,—' I i
\ , X M zh r,/   _  U ,  _é E! \ I I.,
, '   fb ,•» 7,: Y.-·è · ·
 1*-       9   lrl
î` ·-—· 1 / ¤•. ·«É‘i*·?t····' /. · .
B  · 2·‘==·.';·7·:.‘.·,;'/ lé. b   R Fi
€mQ3g¤;.§.««,«,»·' / Q,  sg., ··" taââü   m L
1 .. l';1@-Ã .2 '
Fm. 41. — Stylariotdes plumosa 2 a, grandeur naturelle; b, région antérieure, face
ventrale, branchies et palpes évagines >< 5; c, papilles >< 60; d, soic capillaire acicu·
liforme ventrale >< 60; e, 1, crochets ventraux >< 60; g, partie de soie dorsale anne-
lée X 150. —- St. flabellata (d’après Mc Iivrosa) : h, région antérieure, face dorsale.
grossie; i, détail dc, soie dorsale >< 40; k, crochet; ventral, grossi; 1, m, soies ven-
trales antérieures pseudoarticulées >< 250.
St. plumosa (O. F. MULLER). Fm. 41, a-g. — Stylarioides plumosa
S.uN·r-Josnru 1894, p. 101, pl. v, fig. 125, 1898. p. 367, pl. xxx, fig. 180;
llAAsE 1914, p. 187; Mc livrosn 1915, p. 89, pl. Lxxxxx, fig. 1, xcv, fig.
11, civ, fig. 1, xcvx, fig. 1. - (?) St. Sarsi Mc Iivrosn 1915, p. 102, pl.
xcvx, fig. 5. civ, fig. 5. - Flabelligera plumosa Sans 1829, p. 32. —
Flem1'ngz'a plumosa, Fl. muricata Jonxsroiv 1832 et 1865, p. 224. — P/ze-
rusa plunzosa (Ensran 1844, p. 79. Ph. Mülleri (OKEN) DALYELL 1853,
p. 257, pl.xvm,üg. 5-9.Ph. obscura et Ph. Goodsiri Quarnsmons 1865. l.
p. 479 et 481. —- Sz}v/tonostomapZum0s1mz.RA·rn1<n 1842, p. 84, pl. vi,
fig. 1-7. -— Trop/zonia plumosa et Tr. (}00dsi1·i.I0aNs·roN 1865, p. 224,
' pl. xxx, fig. 1-10. Tr. borealzs Hmsax 1882, p. 38, pl. vu, fig. 13-16.
Corps rond, un peu aplati ventralement, renflé et brusquement atté-
nué en avant (41, al. 25 à 60-70 sétigères, les postérieurs beaucoup plus
nettement marqués que les antérieurs. Corps couvert de papilles plus ou
moins cylindriques ou capitées (c), agglutinant le sable et la vase. Les

I cnnonanmrnan _ 117
dorsales et celles qui entourent les pieds sont plus développées que les- ·
ventrales. — Siphon buccal court et peu extensible. 4 yeux céphaliques
bruns, les antérieurs plus gros que les postérieurs. 8 branchies cylindri-
ques disposées en demi-cercle sur un seul rang divisé en 2 parties par un
faible repli dorso—ventral. 2 gros palpes à bords ondulés, à gouttière ci-
liée (h). —- Cage céphalique formée par les soies des 3 premiers sétigères
toutes capillaires, dirigées en avant, plus longues que les suivantes, anne-
lées et faiblement irisées (g). Mamelons pédieux à peine indiqués. A par-
tir du 4° sétigère, des soies dorsales capillaires en faisceau et une rangée
transversale des crochets sigmoïdes de forme très variable (e, f') accom-
pagnés de fines soies aciculiformes (d). - Anus terminal à bord arrondi.
L. jusqu’à 50-60 mm., sur 4-5 mm. de large. — Coloration zjeunes
orangé foncé ou jaune rouille, adultes vcrdàtres, brun sombre ou gris de
fcr.
A mer basse. dans les fentes de rochèt vaseuses, dans la vase, parmi les
Moules, sous les pierres. Dragages sur fonds vaseux.
Mer du Nord, Manche, Atlantique (Croisic, golfe de Gascogne, Santander,
Cap Sagres). Méditerranée ?? — Mers arctiques.
St. flabellata (Sans). Fm. 41, h-m. -— Stylarioides flabellata Mc livrosn
1908, p. 535; 1915, p. 100, pl. xciv, fig. 1, xcvr, fig. 4, civ, fig. 3. llaasn
1914, p. 192, fig. 2. —- Troplzzmia flabellata Sans 1873, p. 49, pl. xvu,
fig. 1-12. .
Corp_s arrondi, légèrement renflé du 5° au 7° segment, progressivement '
atténué en arrière, à segments peu distincts au nombre d’une trentaine.
Corps couvert de papilles très petites coniques ou cylindriques aggluti·
nant fortement de petits grains de sable (41, h). Celles qui entourent les
parapodcs sont plus allongées. Bord antérieur du 1" sétigère trilobé,
frangé de longues papilles claviformes. — Siphon buccal 2 fois plus long
que large. 10 branchies filiformes, cylindriques, disposées en demi-cercle.
2 gros palpes canalieulés 2 fois plus longs et 3-4 fois plus épais que les
branchies. — Cage céphalique formée par les soies dorsales et ventrales
du 1** sétigère toutes capillaires, annelées (i), minces, irisées et aussi lon-
gues que les 10-12 premiers sétigères. Soies dorsales du 2° et 3° sétigère
également dirigées en avant, mais 2-3 fois plus courtes, et non irisées.
Les suivantessont encore plus petites, plus fines, peu nombreuses et
difficilement visibles. Les soies ventrales du 2° au 8" sétigère sont pseudo-
articulées, à hampe annelée, à long article terminal cultriforme (l, m).
Celles des segments suivants sont de simples crochets arqués (k). — Pygi-
dium conique.
L. 15 à 25 mm., sur 2 mm. de largeur. — Coloration cendrée, ou bru-
nâtre postérieurement.
Dragages 40 à 358 brasses.
Mer du Nord (Côtes de Norvège); entrée de la Manche.

118 _ FAUNE un Finance. -—- romrcuàrss sénsmnamrs
, M //
. L
/    
1  16% É
Jë ·
gin î'   É
—    
r  [J i  
`_ ~  
K ,f#  !
b \ Il  
lt xi 9:.;
1/ É ' 'É 'î z
U . (1   É
e; si 
C çi} i   7;
Ms
· 8 9 É
d go   D .
. aw [ l~
_ Fm. 42. - ·S'Jylar£0ides moniléfer : a, grandeur naturelle; b, région antérieure, siphon
dévaginé (imité de Lo Bruce); c, crochets ventraux et papilles >< 50; d, crochet
wcutral moyen >< 50; e, papilles >< 50; f, g, sommet et base de soie capillaire dorsale
>< 50.- St. eruca : h, i, extrémité et milieu d’une soie dorsale annelée >< 400;
k, crochet ventral >< 40); 1, papilles >< 60.
St. monilifer Dunn CHIAJE. Fig. 42, 21-g*. -—— Stylarioides monilifer CLA-
PARÈDE 1868, p. 358, pl. xxv, fig. 1; Lo Branco 1893, p. 41, pl. II, fig. 7.
St. Edwardsii Buts 1892, p. 373. St. hirsutus Lo Bianco (flûll Ilamseivl
1893, p. 42, pl. ix, fig. 5. —— Siphorzostoma papillosum Gnomz 1890, p. 68.
— Lophiocephala Edwardsii Cosm 1841, p. 276, pl. xii, fig. 2. — Tm-
phonja barbata M.—EnwAnns 1849, pl. xxu, fig. 1. —Phe1·usa. Izarbata
Quxrneracus 1866, l, p, 481.
Région antérieure du corps cylindrique ou renflée en massue, région pos-
térieure brusquement atténuée en longue queue mince et tortillée (42, ai.
60 à 100 segments peu distincts. Corps revêtu de papilles coniques ou
cylindriques (e), très fines, serrées comme un velours et xfagglutinant
pas le sable. -— Siphon buccal très long et très protractile, cylindrique,
transparent, à bord plissé. Branchies minces, iiliformes, très nombreuses
(60 à 100) disposées en plusieurs rangées sur un lobe branchial membra—
neux, en fer à cheval à bords enroulés comme chez les Serpuliens (bl.
2 longs palpes canaliculés, à bords froncés. Ouverture buccale trilobéc.
—- Cage céphalique formée parles soies des 2 premiers sétigères disposées

cnnonaaminaa 119
sur 2 cercles concentriques très rapprochés, à mamelons pédieux parfois
saillants. Ces soies, au nombre de 2-4, ou 6 par faisceau sont très longues,
· très grosses, annelées et magnifiquement irisées (f, g). Au 3° sétigère, soies
dorsales et-ventrales capillaires très fines et très petites ainsi que les
dorsales des segments suivants. A partir du 4** sétigere 1, puis 2, 3 gros
crochets ventraux sigmoïdes (c, d).
L. Jusqu‘à 15 et 20 cm., sur 8 à 10 mm. de largeur. — Coloration gri-
sâtre ou jaunâtre. Branehies vertes, ponctuées de brun. Palpes foncés.
Dans 1’alcool, brun jaunâtre.
A mer basse, dans le sable et ii faible profondeur dans la vase, le sable et les
herbiers de Posidonies. '
Atlantique (Noirmoutier, Ré, Arcachon); Méditerranée (Naples). I
Nota. — Le St. hi:-sutus L. B. n’est qu‘une formeàpapilles plus développées.A
Naples et ii Noirmoutier, on trouve tous les intermédiaires entre cette forme et `
lo type.
St. GPUGH (Cnumxzànn). Fig. 42, h-l. — Stylarioides eruca Fauvni. 1927.
St. nrcnosa. Mc Iurosu 191.5, p. 98, pl. xcvx, fig. 3, civ, fig. ti. - Tro-
plzonizz erucn Cnaeanàna 1868, p. 365, pl. xxv, fig. 2; Lo Bmxco 1893,
p. 43. —? Trop/wnia arenosa \Vans·ran 1879, p. 45, pl. vu, fig. 92-97. -
?‘? P/tcr·ztsa1}zcr·11s!ata Qoyrnaracns 1865, I, p. 480.
Corps comprimé, presque tétragone, à segments courts peu nombreux,
60 à SO, revêtu de papilles de deux sortes, les unes courtes agglutinant
fortement le sable dont la face dorsale surtout est incrustée, les autres
plus longues cylindriques, disposées en lignes longitudinales souvent au
nombre de 3 dorsales et 2 ou 4 ventrales (42, 1). En outre, 6 ai 10 longues
papilles entourent chaque faisceau de soies. Siphon buccal court, peu
exsertile, formant une collerette plissée. Branchies cylindriques cn nombre
très variable, 8-10 ou jusqu’à 50-60, disposées en fer à cheval sur un court
pédoncule. 2 palpès canaliculés, médiocrement longs. — Cage céphalique _
formée par les soies des 3 ou 4 premiers sétigères, blanchàtres, annelées
(h, i), non irisées, dirigées en avant. Les soies dorsales des segments sui-
vants sont plus courtes mais encore bien développées et dressées sur le dos
en faisceaux divergents. Les soies ventrales du 3° sétigère, bien que
longues et minces, sont finement bidentées. Les suivantes plus courtes,
plus robustes sont terminées par un rostre recourbé avec une longue et `
mince épine sous-rostrale (k). A chaque rame, de fines soies aciculaires à
pointe eililée, à base élargie.
L. 4 à 6 cm., sur 4 à 5 mm. - Coloration vert jaunâtre, branchies vert
mousse, palpes blanchàtres.
A mer basse dans le sable et dans la vase entre les rhizomes de Posidania.
Blanche (Guernesey); Atlantique (Concarneau, côte Sud de la Bretagne); Médi-
terranée (Marseille, Naples). — Amérique, côtes de Virginie,
Nom. -— Cimiaentm (1919, p. 397) a créé pour cette espèce le genre Balanc-
chacla.

120 mons DE FRAl\CE.~—··· ronvcnitrns sÉnE1vTA1nns
G. DIPLÈCIRRUS Htass. P _
`[.S`tylmiaides pro parte; (?) Saphobranclzia CHAMBERLIN.]
Corps renflé en massue, ou plus ou moins allongé, couvert de papilles agglu-
tinant le sable. 2 palpes plus ou moins développés. Branchies de 2 sortes, les
unes filiformes, les autres élargies (fig. 43, bl. Scies des premiers sétigères plus
longues que les suivantes, dirigées en avant et formant cage réphaliquc. Scies
dorsales et ventrales simples, capillaires annelées.
- Pas plus de 3 soies aux faisceaux dorsaux des premiers sétigères.
Papilles peu allongées. Coloration blanchâtre, argentée. . .
................ D. glaucus, p. 120
-— Plus de 3 soies aux faisceaux dorsaux des premiers sétigères. Pa-
pilles remarquablement longues. Coloration rouge canellet . .
· ............... *D. hirsutus limsnx (‘)
D. glaucus Haass. Fig. 43, 8.-d. - Diplocirrus glaucus HAASE 1914,
p. 195, fig. 3-5. -·— Stylarioides glauca Sotrrnnnx 1914, p. 137; Fsuvsx.
1914, p. 234,pl. xxx, fig. 24, 25; Mc livrosn 1915, p. 96, pl. xcvi. fig. 2,
civ, fig. 9. - Yrophonia glauca. MALMGREN 1867, p. 192, pl. xiv, fig. 78.
—-? Breda in/zabilis Lntvesnuams 1879, p. 102.
Corps renflé antérieurement, à partie postérieure moniliforme (43, a). 20
à 30 segments, rarement 50, parfois comme emboîtés les uns dans les
autres. Papilles petites, cylindriques, minces, allongées, plus ou moins
renflées à Pextrémité et assez écartées. Siphon buccal long et protractile
(b). 4 branchieslarges, aplaties, insérées au bord antérieur du siphon, en-
suite 4 branchies cirrifcrmes beaucoup plus minces (bl. 4 yeux céphaliques
2 longs palpes, plus larges que les branchies aplaties. La bouche est
_ limitée par 3 bourrelets, 2 ventraux allongés et un dorsal plus arrondi.
—— Soies du i" sétigère peu nombreuses, 1-3 de chaque côté, aussi longues
queles 3-5 segments suivants, dirigées en avant, très fines, pâles irisées
et très, nettement annelées, semblant formées d’articles cylindriques
comme emboîtés les uns dans les autres, séparés par un espace clair plus
large d’un côté que de l’autre (c, d). Au 2** sétigère, elles sont plus courtes
et diminuent rapidement aux suivants dont les 2 rames sont bien séparées.
La rame dorsale est entourée à sa base d’un cercle de papilles assez
longues. Les soies ventrales, plus courtes que les dorsales, plus arquées, à
articles plus longs, sont généralement au nombre de 4-G. _
L. 20 à 25 mm., sur 2 mm. de largeur. ——— Coloration gris perle ou
blanc argenté.
Dragages sur fonds de sable ou de vase.
(U Cette espèce (Trophonia hirsuta Hmsnu) très voisine de la précédente, n’a pas encore eté
rencontrée dans les limites de notre faune.

CHLOIIAEMIDAE 121 I
Mer du Nord; Atlantique (Iiébrides, côie xl’lrlande, La Corogne); Mer d`Ir-
lande (Baie de Dublini. — Mers arctiques. ·— Madère?.
Q    '    L ï X  
 l \   <1l`*É* "
K G 6 »:&d*·‘S|
. ., ` .< ke
1/«  ( Q ·É«."<Qç*"
1* f Q ~2.·,îî@·
  I   ..,
Gr b ’ .`· ,Ã" =
·» ` \'· \¢ î
·?‘ J ”.`·X"—— »«*' 6 E
:’ "· `iv t f L E
Z`· I , l`:?‘*""É =
,5 ‘ _~’É_ N *"^"—' E
’?` ` . · ¤ J '/îr x¥3T"”:..
T ~.` 1: ¢|¢ ;g ': ?4_   E
· i = ‘ Ta` :   · . . 1
T ii'¢i:'· . : ·'¥’>’.·r  ~""' =
 '   I  iî l z    É
B ’ __ A Eau =
È a W l C 9   E
n
Il
 l & O B 7- =
.‘ Og ,~,¤¤
- amo
 . I ee =
. Q. d I ·?§  =
i _· ` - wëdâ   · · H  
' •· _ . H _ \ L ___
" l~.\\i\\ aï·\<> - ·
Fm. 43. -— Diplocirrus ylaucus : a. d’après ll.l\l.l\lGREN >< 3; b, région antérieure,
face dorsale, siphon dévaginé(d'après liasse); c, soie >< 130; d, base d’une soie x 400.
—-Breda villosa : e, de profil >< 6; f, papilles >< 60; g, Bsegments et papille néphri-
dienne >< l0;h, parapodc incruste de gravier x 60; i. portion de soie dorsale x —l()(l;
k, soie ventrale >< |50; l, extrémité d’une soie ventrale intacte.
G. BRADA Sîiursox.
[Sip/mnoszoma liATllixI`, Phcrusa Quarnrrmxas, Trop/mnîa IIANSEN.]
Corps plus ou moins fusiforme (fig. 43, ei, un peu déprimé, ii segments peu '
nombreux, revêtu de papilles. Papilles disposées en rosette autour des faisceaux
de soies ventrales. 2 gros palpes. Branchies cirriformes, rétractiles, disposées
en 2 groupes. - Les soies des premiers sétigères ne forment pas de cage
céphalique marquée. Soies dorsales capillaires annelées, souvent peu dévelop-
pées. Soies ventrales simples, plus grosses. à annelures plus serrées. - Une
paire de papilles néphridiennes saillantes au 4* ou 5° sétîgère (fig. 43, g).
B. villosa (Rarnxn). Fig. 43, 8-l. —— Brada villosa. FAUVEL 1914, p. 235,
pl. xxx, fig. 19-21; Ihmsis 1914, p. 203; Mc [xrosn 1915, p. 104, pl. xcv,
(ig. 12, xcvx, fig. 6, cn, fig. 2. Brupilosa Moonm 1906, p. 231, pl. x,
fig. 14-17. Br. parthenopeia Lo BIANC0 1893, p. 44, pl. m, fig. 1, 9, 10.

•
122 Fauxn DE manon. — ronvcairrns sénnxrainns
- Siphonostomcz villosum RATHKE 1843, p. 215, pl. xx, fig. 11-12. — Phe-
rusa villosa Quyrnnmons 1865, l, p. 483. —- Trop/zonia rugosa ct Tr.
arctica HANSEN 1882, p. 38 et 39, pl. vu, fig. 9-12 ct 17-20.
Corps fusiforme, convexe dorsalcment, un peu aplati ventralcment,
atténué postérieurement (43, e), 12 à 35 sétigères, incrusté de sable, revêtu
de papilles claviformes (f') allongées à la face dorsale, beaucoup plus
petites et plus courtes à la face ventrale. Autour des soies dorsales et
. ventrales elles sont cylindriques (h), nues à l`extrémité, à base renflée
incrustée de sable et elles sont groupées en rosette (g). A la face ventrale
, du 5" sétigère, une paire de papilles néphridiennes saillantes (g). — Siplion
huccal court, peu exsertile, formant collerette plissée. 2 faisceaux de 30 à
100 branchies cylindriques. 2 gros palpes 6 à 8 fois plus larges que les
branchies, recourbés, canaliculés. Ouverture buccale lobée. -—-— Soies du
1°' sétigère dirigées en avant mais peu nombreuses, peu développées,
minces, pâles à longs articles   Celles du 2" sétigère sont encore plus
courtes ainsi que les dorsales suivantes. A partir du 28 sétigère, soies ven-
trales plus grosses à articles plus serrés, à longue pointe transparente et
fragile (li, I).
L. 10 à 40 mm., sur 2 à .3-mm. de largeur. - Coloration gris sombre
un peu verdâtre. Branchies vert foncé. Dans l’alc0ol, grisâtre ou brunâtre.
Fonds de sable ou de—vase. _
Mer du Nord; Atlantique (entrée de la Manche et au large de la Corogne};
Méditerranée ¢Naples). 4 Mers arctiques. Océan Pacifique. '
· F. SCÀLIBREGMIDAE M,xr.MonEN.
` Corps arénicoliforme, ou court et fusiforme. ——— Prostomium petit, bilobé
ou étiré en cornes frontales à ses 2 angles antérieurs. Parfois des yeux grou-
pés en plaques pigmentées. 2 fentes nueales ciliées. Segment buccal achète. _
Trompe molle, inerme, plus ou moins globuleuse. - Téguments généralement
quadrillés et divisés en anneauxf superficiels. Parapodes biramés, à rames
écartées, peu différentes, avec ou sans cirres dorsaux et ventraux. Soies toutes
simples, de 2 sortes : capillaires et en fourche. En outre, parfois des soies
aciculaires. Branchies, quand elles existent, limitées aux 5-6 premiers seti-
gères. - Pygidium avec ou sans eirres anaux. ·
TABLEAU nas cannes.
1. Corps arénicoliforme. Prostomium en T, à cornes frontales-
(fig. 44, h) ................... 2

scanxnnsmixnau 123
—- Corps court, fusilorme. Prostomium bilobé, sans cornes frontales ·
(fig. 45, i) ................... 5
2.. Corps renflé antérieurement. Parapodes postérieurs aplatis avec
un cirre dorsal et un cirre ventral (fig. 44, c) ....... _ 3
— Parapodes en mamelons obtus, non aplatis, sans cirres rlorsaux. 4
3. Des branchies aux segments antérieurs. G. Scalibregma, p. 123
— Pas de branchies ..... G. *Pseudoscalibregma Asuwonzru (')
4. Deux masses oculaires pigmentées, triangulaires (fig. 44, h). Des ·
cirres ventraux aux segments postérieurs. G. Sclerochcilus, p. 124
— Pas de masses oculaires. Pas de cirres ventraux ......
........ . .... G. Asclerocheîius, p. 125
5. 4 (ou U) paires de brauehies sur les sétigères 2-5 ......
................ G. Eumenia, p. 127
— Pas de branchies. . ...... G. Lipobranchius, p. 127
· G. SCALIBREGMA liariixn.
[Oligobranc/aus Saas.]
Corps arénicoliforme. —· Prostomium en T, à 2 cornes frontales allongées.
Rarement des yeux I?). Organes nucaux évaginables. Segment buccal achète. ·
Trompe incrme. ·— Segments divisés en 4 anneaux, sauf les antérieurs. Des
branchies à quelques segments antérieurs. Parapodes saillants, aplatis. Des
cirres dorsaux et ventraux. Des organes latéraux. Des soies capillaires et des
soies fourchues. Pas de grosses soies aciculaires. — Cirres anaux digitiformes.
Sc. iniltum RA·r1xxE. Fig. 44, a-I'. ·— Scalibregma in/Iatunz Burma
1843, p. 184, pl. ix, fig`. 15-21; .^1smvon·ru 1901, p. 237, pl. xm-xv; Drr-
Levssm 1911, p. 423, pl. xxvm, fig. 7-9, xxx, fig. 21; Mc Iivrosn 1915,
p. 34, pl. Lxxxvm, fig. 4, cm, tig. 7. —- (iligobmnchus roseus Sans 1846,
p. 91, pl. x, fig. 20·27._ '· `
Corps rentlé antérieurement puis brusquement atténué. 50 à 60 seg-
ments environ. Téguments quadrillés. — Prostomium quadrangulaire
avec 2 processus antenniformes divergents (44, b). (Pas d’yeux?) 2 organes
nueaux en 1'ossettes évagînables. Segment buccal achète. Trompe globu-
leuse, lisse. — Premiers sétigères triannelés, les suivants divisés en
4 anneaux. 4 paires de branchies arborescentes insérées au-dessus des
rames dorsales du 2° au 5** sétigère (d). Rames dorsales et ventrales sem-
blables, d’abord coniques, puis, dans la région postérieure, en lamelle ·
aplatie, saillante (c). Des cirres dorsaux et ventraux digitiformes, à partir
du 16*-1S" sétigère. Un organe latéral cilié entre les 2 rames (d). Des soies
capillaires très finement barbelées (e) et des soies en fourche à branches `
(1) N’appartient pas à notre faune. ·

  FAUNE DE FRANCE. — POLYCHl.lTES SÉDENTAIIIES
inégales denticulées intérieurement ff]. -— 4-5 cirres anaux filiformes ou
digitiformes.
' L. 5 à 60 mm., sur 2 à 10 mm. de large. — Rouge vermillon tacheté de
jaune. ('Eufs jaunes.
_ A mer basse dans lc sable ou la vase à 30 à 60 cm. de profondeur. Dragages
sur fonds de vase. —— Forme èpitoque pélagique il longuesscies.
Manche ¢Plymouth, Cherbourgu; Atlantique (Concarneau, Irlandeuç Mer du
' Nord. — Mers arctiques: Antarctique. .
Nom. -— Les spécimens de Cherbourg, de Plymouth et de Concarneau ont
deux taches oculiformes lhl.
se w *>
\. I
r' Ag
py:. vs; ·   Z /
:====·=—=·   »«   '
5:-1:* —% ’ `
  E , . %
[É- - = *=  it   l Il
' É; · ts    "
 sect ·~ c É-.
 Er  · sa x
` :"'·  x  '
  ‘ 8 & L
É , / u.-Z
'$‘^  ( _·  ,, `
:â` `     \\\\\
a'=·'¥*  1;/ E5 W :
i   *··  ._—· » \»lb'
2 l_  dl ) /  .  
 wi "ëï *4
  ® b  il ti  à='
[  /iî‘\ gêsgaxîâmâ  
.      ·#âpy«·i•z¤*( y -:5.
a'  gp  §   9   K m.
F10. 44. — Scalibregma in/lalum (d’après Asnwomn, sauf a et h); a, face dorsale >< 6;
h, tete d’un spécimen de la Manche avec 2 yeux et organes nucaux évaginés; c, 35* sé-
tigèrc >< 15; d, l" parapode bra.nc11ifê1·e >< 12; e, soie capillaire >< 600; f, soie en
fourche >< 600. —- Sclerocheilus minutus : g, face dorsale >< 5; h, région antérieure
>< 15; i, pygidium >< 20; k, grosse scie aciculaire du l°' sétigère >< 150; 1, soie en
fourche >< 330; m (d’après Asnwonrn), l" sétigere >< 30.
G. SCLEROGHEILUS Gnomz.
. _ (Asrm onru clzar. emend.)
Corps rond, en fuseau. — Prostomium en T, à 2 cornes frontales allongées.
2 groupes d’yeux. Organes nucaux évagînables. Segment buccal achète. Trompe

scamnnsomoas 125
inerme. Segments divisés en 4 anneaux, sauf les antérieurs. -—Pas de branchies.
ltames dorsales et ventrales semblables, réduites à un rentlement ovale. Pas
dc cirres dorsaux. Des cirres ventraux dans la région postérieure. Un organe
latéral. Des soies aciculaires à la rame dorsale des F3 premiers sétigères. Aux
segments suivants. des soies fourchues_ -- Des cirres anaux digitiformes.
SC. mllllltlls GRUBE. Fig. É4, g'-m. — .\`cle1·0c/zeilzts minulus Gnuns 18773,
p. 50, pl. v, fig. 3; Siuxr-Josnrxx 1894, p. 104, pl. v, fig. 126445; Dsuomvn
1913, p. 61, pl. xv-vu; Asnwoivm 1915, p. 419, pl. xxxvu, fig. 7-9.
Corps rond. fuselé, renflé antérieurement, convexe dorsalement, aplati
en dessous, environ 54 segments (44, g). — Prostomium quadrangulaire
avec 2 processus antenniformes épais, divergents th). 2 plaques pig-
mentaires arquées formées de nombreux yeux. Deux organes nucaux
évaginables en bourrelets. Segment buceal achète. Trompe cylindrique,
bordée de papilles. — 2°, 3° et 4’ sétigères biannelés, les suivants divisés
en 4 anneaux. Au 1°’ sétigère fm}, des soies droites à pointe eflilée, des
grosses soies aciculaires arquées tk] et un faisceau de soies capillaires
vcntrales. Aux segments suivants, un mamelon dorsal et un mamelon
ventral ovales portant chacun un faisceau en éventailde soies capillaires.
A chaque rame, des soies en fourche, plus courtes que les capillaires, à
branches inégales, barbelées intérieurement (ll. A partir du 22°·31° sé-
tigère, un petit cirre ventral cylindrique. Pas de cirres dorsaux. Un or-
gane latéral en bouton cilié entre les deux rames. — 4-5 cirres anaux
cylindriques ou renflés en massue ·ii.
L. 5 à 20 mm.. sur 2 mm. — Coloration brun rougeâtre. Femelles ii ma-
turité blanc grisâtre. '
Dans des galeries vaseuses entre les feuillets des vieilles coquilles d’Huîtres.
Dragages côtiers.
Manche; Atlantique (côtes d’Irlande et de France); Méditerranée (Marseille.
Cannes); Adriatique.
Cv. ASGLEROCHEILUS .·\su\\on1·n.
Corps rond en fuseau. ·-- Prostomium en T, a 2 cornes frontales allongées.
Pas d‘yeux ui de masses pigmentées. Urganes nucaux évaginables. Segment
buccal achète. Trompe inerme. - Segments.divisés en 4 anneaux (7). Pas de
branchies. Itames dorsales et ventrales semblables, réduites à un rentlement
ovale. Pas de cirres dorsaux. Pas de cirres veutraux. Un organe latéral t?}. Des
soies aeiculaires recourbées, courtes et relativement minces aux 3 premiers sé-
tigères. Aux segments suivants, des soies capillaires et des soies en fourche.
Dos cirres anaux dig·itil'ormes:
A. intermedius (SA¤x·r·.losx:rn}. Fig. 45 a·e. — .l.SCl€l'OC/l(;’l·zllS interme-
· dfus Asmvowru 1901, p. 297. l\lc lxrosn 19;*3, p. 470, pl. cxxxvm, fig. S.

126 mime DE rance. —— rotvcnarns sénsnmmxzs
—-— Lz]u0branc/zz`us intermedius Samr-Jossrrt 189û, p. 113, pl. v, fig.- 146-
147; Faovm. 191ù, p. 238, pl. xxx, fig. 13-18.
Corps renilé antérieurement, atténué en arrière, à segmentation plus
marquée postérieurement. — Prostomium en bouton arrondi avec 2 cornes
frontales antenniformes (45, a). Pas de plaques oculaires pigmentées. Or-
ganes nucaux saillants, ovoïdes. Segment buccal achète. Trompe globu-
leuse arrondie. — Les 3 premiers sétigères portent des soies aciculaires.
recourbées en faucille à manche droit et disposées sur deux rames (d, ej.
Les dorsales un peu plus fortes que les ventrales mais plus courtes et
moins grosses que chez Sc. minntus. Aux segments suivants, un mamelon
dorsal et un mamelon ventral ovales portant chacun un faisceau de longues
soies capillaires fines et droites (b, c) et des soies en fourche. Pas de cirres
dorsaux. Pas de cirres ventraux. — Pygidium en bouton saillant entouré
d’un cercle de petits lobes ou de courts cirres.
L. 10 à 15 mm., sur 3 mm. -— Coloration rougeâtre. (Eufs grisàtres.
A mer basse, dans les crampons de Laminaires et dans les dragages.
Manche (Dinard); Atlantique (côtes d'1rlande et Açores).
l l     _ ‘
il   “ÉÉ=
l — É `
- /
/
il ll
il iii
AQ   lai
d ly ‘É=·É"~ë· Il
C ÈuÉ°Èu
.3 uu;
, / _ J,
· ‘   1
· ` mt ir
Frs. 45. — Asclerccheilus inlermedius : a, région antérieure >< 3§ h, soie capillaire
lisse >< 150; c, soie capillaire épineuse >< 150; d, soie xentralc du 1** sétigère >< 150;
e, soie ventrale du 2** sétigere >< 150.- Lipobmnchius Je/freysiî : f, de profil (d’après
Cuxxixeiian); g, 2 segments moyens vus de coté, grossis; h, soie fourchue, très grossie
(c1’après Mo lxrosx-1].- Eumenia crasse : î, région antérieure (d’après Asnwoxtrn) >< 7:
k, soie fourchue, très grossie (c1’après Mc l\TOSIl)·

scA1.xunEci11n.m · 127
G. LIPOBRANCHIUS Cuxmivcnnu et Rmmca.
Corps court, trapu. - Prostomium bilobé, sans cornes frontales tentaculi-
formes. Pas d'yeux. Organes nucaux évaginables. Segment buccal achète.
Trompe inerme. ·— Segments divisés en anneaux. Pas de branchies. Parapodes
arrondis. Pas de cirres dorsaux. Pas de cirres 'ventraux. Pas de cirres anaux._
Un organe latéral. Des soies capillaires et des soies fourchues.
L. Jeifreysii (Mc Imosn). Fig. 45, f•h. —- L§p0branc}zz'u.s· Je]7‘7·eysz'z' Cus-
Nmomnx et RAMAGE 1888, p. 655, pl. xmr, fig. 19; Asnwoiira 1901, p. 291,
19IIi), p. 3. — Eumenia Jeyîïeysii Mc lxrosri 1915, p. 41, pl. xcv, fig. 6,
cm, fig. 5.
Corps épais fusiforme (45, f). Environ 30 segments. Téguments qua-
drillés. - Prostomîum petit, divisé en 2 lobes obtus ne formant pas de
processus tentculaires. Segment buccal achète à papilles symétriques
entourant la bouche. Segmcnts divisés en 3 anneaux rugueux. Les bran- '
cliies font complètement défaut. Les parapodes ne forment pas de saillie
lamelleuses et ne portent ni cirres dorsaux ni cirres ventraux (g). Ils sont
formés de deux mamelons obtus portant chacun un faisceau de soies
capillaires longues et fines et des soies en fourche à branches barbclées
du côté interne (h). —- Anus entouré de courtes papilles.
L. 20 à 25 mm._— Coloration?
Dans un tube épais de vase agglomérèe par une sécrétion des tégumelnts.
Dragué sur fond de vase.
Mer d’Irlande (Estuaire de la Clyde, côtes d'lrlande); Atlantique Nord (Hé-
brides ctSl1etla11d); Mer du Nord (cotes de Norvège).
Nom. —- D’après Eimssoa (1920) le L. Je/freysii ne serait que la forme jeune
abranclie_d’Eumen£a crasse. Asmvonrn ne partage pas cette manière de voir. ‘
G. EUMENIA (Euswn.
Corps court, trapu. —· Prostomium bilobé, sans cornes frontales tentaculi-
formes. Pas d’yeux. Organes nucaux évaginables. Segment buccal achète.
'l`r0mpe inerme. —-— Segments triannelés. Des branchies ramifiées sur les seg-
ments antérieurs. Parapodes arrondis. Pas de cirres dorsaux. Pas de cirres
ventraux. Un organe latéral. Des soies capillaires et‘des soies fourchues. -—
Pas de cirres anaux. _ ·
E. Grassa CEnsTan. Fig. 45, i·k. -—Eumenia.crassa (Eusrnn 1893, p. 47;
18%, p. 111, pl. in, fig. 17-20; Joimsrox 1865, p. 221; NIALJIGREN 1867,
p. 186; YVIREN 1887 , passim; Asnwourn 1901, p. 289, 297, pl. xui,
fig. 13; Mc Imrosu 1915, p. 39, pl. xcv, fig. G, cm, fig. 5. ·—-`P0lyphysz'a
crassa Quarixuracss 1865, ll, p. 268.

128 FAUNE nn rnaxcc. ——— 1-omrcnèras sÉnEm~A1nas
_ Corps épais, subcylindrique ou fusiforme, obtus aux deux extrémités.
35 à 40 segments. — Prostomium petit divisé en deux lobes obtns ne
formant pas de processus tentaculaires (45, i). Organes nucaux en fentes
obliques, évaginables. Segment buccal achète papilleux. Téguments
rugueux, quadrillés. — Segments divisés en 3 anneaux étroits, moins
distincts dans la·région postérieure. Les parapodes ne forment pas de
saillies lamelleuses et ne portent ni cirres dorsaux ni cirres ventraux. Ils
sont formés de deux mamelons obtus portant chacun un faisceau de
fines soies capillaires et des soies en fourche à branches barbelées du
côté interne (ki. 4 (ou Gi paires de branchies arborescenters sur les séti·
gères 2-5. —- Pygidium sans cirres anaux.
L. Environ 30 mm. —— Coloration (É?).
Sur fonds vaseux.
Atlantique Nord; Mer du Nord; Mers Arctiques; Côtes d’Angleterre?; Mé-
diterranée (Golfe du Lion, Pnuvor '?).
` Scalibregmidae incertae sedis.
Eumenia layszricis Mc Ixrosn 1923, p. 472. Entrée de la Manche.
F. OPHELHDAE Garnis.
(©pl1éliens et Polyophthalmiens.]
Corps relativement court, convexe a la face dorsale, face ventrale plane ou
.plus souvent creusée en gouttière sur tout ou partie de sa longueur. —- Prosto·
mium plus ou moins conique, sans appendices. Yeux céphalîques cachés sous
les téguments. Souvent des yeux latéraux. Téguments plus ou moins nettement
annelés superficiellement. Trompe inerme. Organes nucaux évaginables. Bran-
chîes cirriformes ou nulles. — Parapodes biramés, a rames peu saillantes.
parfois réduites aux faisceaux dc soies. Pas de cirres dorsaux, assez rarement
des cirres ventraux. Soies toutes simples, capillaires. Fréquemment, un organe
latéral entre les deux rames. -· Pygidium avec des papilles nombreuses, sou-
vent prolongé en tube anal.
Remarques. —- La gouttière ventrale est limitée sur ses bords par les bour-
relets latéraux cylindriques correspondant à de puissants faisceaux muscu-
laires longitudinaux qui déterminent aussi de chaque côté u11e gouttière latérale
renfermant les pieds et les branchies. Celles-ci sont allongées, cirriformes,
toujours simples, sauf chez quelques rares Op/zelia exotiques. Chez certaines
Ophelia, les soies du'premier segment, le buccal, sont souvent très petites et
difficiles à voir. ll en est souvent de même au dernier sétigère, tandis que celles
des avant-derniers sont au contraire plus développées.

oruanxinxx 129 `
Les yeux céphaliques étant implantés sur le cerveau sont généralement ·
-cachés par les téguments et pour les distinguer il faut comprimer_ceux—ci. Ces
yeux céphaliques se décolorent aussi à la longue dans l'alcool, ce qui expli-
·que les divergences à leur sujet. Il en est aussi parfois de même pour les yeux
zlatèraux des Armandia et des Polyopht/zalmus, il ne faut donc pas attacher une
importance exagérée au·nombre de ces organesqui sont·d’ailleurs sujets à
variation.
Le nombre des segments branchifères, qui paraît très fixe chez certaines
Ophelia (?), varie dans certaines limites chez d’autres espèces. Il en est—de
méme du nombre des papilles anales. Les deux grosses papilles ventrales .
·ovoïdes des Ophelia sont en réalité le prolongement des bourrelets latéraux.
Le cirre impair des Armandia, que l’on croyait spécial à quelques espèces,
existe en réalité chez toutes celles que jfai pu examiner, mais il est souvent ~
caché entre les lèvres du tube anal et son long flagellum est très caduc.
Les dîverticules filiformes de la trompe que Soimuzmv croyait caractéristi-
ques de son Armandia flagellifem existent bien chez l’A. polyophthalma, ainsi
que j’ai pu m’en assurer, mais ils ne sont visibles que sur la trompe complè-
tement dévaginée, ce qui est rare.
Tanuaao mas oizivnas.
1. Des branchies latérales (fig. 46, a·b) .......... 2
— Pas de branchies latérales ............ 5
' .2. Pas de gouttière ventrale marquée .... G. Travisia, p. 138
-· Une gouttière ventrale bien marquée (fig. 46, h) ...... 3
3. Gouttîère ventrale dans la moitié postérieure du corps (fig.46, b)
.......... . ..,.. G. Ophelia, p. 129
-— Gouttîère ventrale sur toute la longueur du corps ..... 4
4. Des yeux latéraux (fig. 48, c) ..... G. Armandia, p. 135
— Pas d‘yeux latéraux ....... G. Ammotrypane, p. 133
5. Corps relativement court. Des yeux latéraux .......
.............. G. Polyophthalmus, p. 137
— Corps très allongé. Pas d'yeux latéraux (fig. 47, h) ....
............... G. Tachytrypane, p,. 135
G. OPHELIA Saviexv.
Corps à 2 régions distinctes, une antérieure renllée cylindroïde, une posté-
.rieure avec une profonde gouttière ventrale et 2 latérales. - Prostomium petit, ·
en cône aigu. 3-4 yeux sur le cerveau, cachés sous les téguments. 2 organes
nucaux évaginables. Trompe inerme, globuleuse, plus ou moins lobéeà l'ex-
trémité. - Segments divisés en anneaux superficiels. Région antérieure à
8-10 sétigères abranches. Une paire de branchies cirriformes aux segments
suivants sauf aux derniers. Rames dorsales et ventrales réduites à un faisceau
de soies capillaires simples avec, parfois, 2 courtes lèvres arrondies, peu sail-
Jantes. Un organe latéral entre les deux rames. 2 grosses papilles anales
(prolongements des bourrelets latéraux) et plusieurs papilles plus petites. ·
9

130 FAUNE ou FRANCE. — rotvcuàrss SÉDENTAIRES
1. Plus de 20 paires de hranchies. 2-4 gros bourrelets longitudi-
naux dorsaux dans la région postérieure du corps (fig. 46, k, 1).
................ 0. limacina, p. 132
—- Moins de 20 paires de branchies. Pas de bourrelets dorsaux
postérieurs .................. 2
2. 18 paires de brauchies ........ 0. neglecta, p. 132
-— 15 paires de branchies ........ 0. bicornis, p. 130
— 14 paires de branchies ......... 0. radiata; p. 130
- 13 paires de branchies .... O. radiata var. Barquii, p. 131
` O. bicornis SAVIGNY. Fig. 46, a, f. -— Oplzelia bicornis AUDOUIN et
M1x.NE-Enwanos 1834, p. 267, pl. v, fig. 7-9; SA1x·r-Josnpu 1898, p. 380;
· Riom 1923, p. 343; FAUVEL 1925, p. 79.
Corps renflé antérieurement, gouttière ventrale à partir du 10° sétigère
(46, a, b). 32 sétigères. Pas de lignes transversales de pores microsco-
piques aux segments branchifères. —— Prostomium petit, en cône très
efîilé (c). 10 sétigères antérieurs abranohes, les soies du 1°' sont très
petites et souvent diiiiciles à voir. -- 15,paires de branchies ligulées.
7 segments postérieurs abranohes à soies allongées, les 2-3 derniers sont
souvent télescopés dans les précédents et le dernier, très court, porte
seulement quelques soies très fines et très caduques. —- 2 grosses papilles·
anales et 10-15 plus petites (e). Une valvule anale dentelée dans le rectum.
- Pores néphridiens du 12" au 17** sétigère (d). Un organe latéral en forme
de pore ovale entre les deux rames (d).
L. 30 a 45 mm. sur 4 à 6 mm. de large. — Coloration rosée à reflets
irisés. Branchies rouge vif. A maturité, (ji blanc laiteux, Q gris verdàtre.
A mer basse, dans le sable grossier très meuble.
Manche (Roscoff? Plymouth); Atlantique (Croisic, La Rochelle, Arcachon,
côte de Galicie, San Vicente de la Barquera).
O. radiata DELLE Camus. ·— Ophelia radiata CLAPARÈDE 1868, p. 284,
pl. xxvr, fig. 1, xxxx, fig. 1; Lo BIANCO 1893, p. 6. SAINT·JOSEPH. 1898,
p. 231, 1906, p. 231; Riom 1917, p. 25, fig. 4; Fnuviai., 1925, p. 79.
O. neapolitcma Qunruurncus 1865,ll, p. 273.-Neomeris urop/zyllaCos1·A
(fide CLAPARÈDE). - ? Op/zelia coarctata M.-Enwauns 1849, pl. xvu, fig. 2.
Corps renflé antérieurement, gouttière ventrale à partir du 10° sétigère.
· 32 sétigères. Pas de lignes transversales de pores microscopiques aux
segments branchifères. ~— Prostomium petit, en cône très efïilé. — 10 séti-
gères antérieurs ahranches, les soies du 1°' sont plus marquées que chez,
O. bicornis. 14 paires de branchies ligulées, la dernière souvent réduite.
8 sétigères postérieurs abranohes à soies allongées, les derniers sont
souvent telescopés dans les précédents et le dernier, très 'court, porte
seulement quelques soies fines et délicates. - 2 grosses papilles anales
et 1214 plus petites. Une valvule anale dentelée dans le rectum. -— Peres

_oruux.11nA1·: 131
· néphridîens du 12° au 17° sétigère. Un organe latéral en porc ovale entre
les deux rames.
L. 40 à 60 mm. sur 5 mm.· de large. - Coloration rose—violacé à reflets
irîsés. A maturité, 5* blanc laiteux, Q gris verdâtre foncé.
Dans le sable, à la limite du flot. ·
Méditerranée (Naples, Cannes); Atlantique (Santander, Riou).
VAR. Barquiî Fauvm. ('). — 32 sétigères, dont 10 antérieurs abranches,
13 pourvus de branchies et 9 postérieurs abranches. Ne diffère du type que par
ses branchies moins nombreuses, 13 paires au lieu de 14 et même parfois 11 ou
12 seulement. Cette variation, et le fait qu’au même endroit on rencontre quel-
ques spécimens à 14 paires de branchies, montre qu’il s’agit d’une simple `
variété locale d‘O. mdiata et non d’une espèce distincte. — Dans le sable, à la
limite du flot. — Agay, Var. (M. Bangui.}
‘ ,« ' 1·». ·.i   
Li     f · r :5 îl··——\
2  Q li sësïë  2- 
  Ã~· É   qg È ·`  
r ` ’“\ t ·  ` ,,..·:”î*`·“`”`”   l   ,1
M llllllll _   ,«   ki;/• l ·
"°'T Iigsg /   \— 1
M tm  » s ' ~^~ ri
e·····» M — ` A _  \`   IÉJÉ  
, T-; L , ·~ ‘ A a
 lî E l) · «  yy, ds!Étq"·; A
    `— \\l`· \ lll ' È
R 1   gi  T', ffpgz   ‘   ,.-=~ _
. — É ° t .   · L ; ·
,. g   ,5% e i .âz«:a»  Él
È 4 A L 6 t' t
i i b   i s
‘   s . f ·\
È É ui-;  “ "  ‘*\`, \\\\l i\x\\;J it" L l i 
l É $1. ‘ \ \  · ll
NM   ~ ’ *¤
(1 ·· . . cl- , . ; 
îü rt! ag ‘~»t
 · d     » ' mia A   ··
· · new , am
F10. 46. — Ophctia bicornis : a. h, face dorsale et de protil >< 2; 0, région antérieure
X 8; d, (l€I’Ill€I‘ SEQHICHE Il1OI`â·Cl(]_UB GL 3 pI`€ll'llBI'S 3.b(lO[l'll1’13.U.X 3.VBC POPBS !\éf)l'll'1·
diens, organe latéral entre les 2 rames. >< I2; e, région postérieure et tube anal, de
, coté x I3; I, une soie ventrale >< 130. —— 0. negtecta : g, prostomium avec les orga-
XICS DIJCBUX (léV3.glIléS EL le CGPVBELII VLI par U‘3·I`lSp3.I`€I1CB X 8; ll, UI'] S€gm8HÈ 3.b(lO··
minal, organe latéral entre les 2 rames et 2 pores néphridiens, rangées de pores
microscopiques dorsaux, >< 15. -0. limacina : i, face dorsale X 3; k, 1, région pos- `
térieure vue de coté et d’en dessus avec ses replis longitudinaux X 15.
tt) Je dédie cette variete ii M. B.\I\Qti, d‘Agay, qui m'en a procuré de nombreux spécimens
tant vivants que conservés.

132 _ mons nn ananas: —- ronrcnizrns siânnrrrainns
0. neglecta Scrmninnn. Fig. 46, g, h. — Ophelia neglecm Scnnsxnrn.
1887, p. 1-9, pl. xiv: SAINT-Josnrn, 1898, p. 369, pl. xxx, fig. 181-195,
xxn, fig. 196-199; FAuvE1.19O7, p. 25; 1925, p. 80. `
Corps renflé antérieurement, gouttière ventrale à partir du 10° séti-
gère. 32 sétigères. Des lignes transversales de nombreux pores micros-
copiques aux segments branchifères (46, h). - Prostomium petit, en cône
très effilé (g). 9 sétigères antérieurs abranches à soies bien marquées dès
le i", qui est à la hauteur de la bouche. 18 paires de branchies ligulécs,
· longues, crénelées sur le bord. 5 segments postérieurs abranches bien
marqués, à soies plus longues que les précédentes. Pores néphridiens du
l 12*1 au 1'7° sétigère (h). Un organe latéralen forme de pore ovale entre
les deux rames, très nettement visible dès le 1" sétigère. Scies lines,
capillaires, arquées, les dorsales plus longues que les ventrales. —- 2 grosses
papilles anales ovoïdes et 11 à 18 plus petites. Dans le rectum, une valvule
anale dentelée, simple ou divisée en 2 parties plus ou moins nettes.
L. 40 à 60 mm., sur 4 à 6 mm. —- Coloration rose—chair, irisé. Bran-
chies rouge vif. Amaturité, dl blanc laiteux; Q gris verdàtre foncéi
A mer basse, dans le sable grossier et meuble.
Manche (Estuaire du Yaudet, près Lannion, Terrénès); Atlantique (Pouli-
guen, Lorient, Noirmoutier),
_ O. 1imacîna(RArm<a). Fig. 46, i-l. — Ophelia, linzacina. Ancnxnn 1910,
p. 237; Fauvm. 1914, p. 241, pl. xxn, fig. 1-2, 1925, p. 78. O. bicornis
_ (non SAVIGNY)(ERS1'ED 1893, p. 204, pl. vnr, fig. 104-105, 115-116, 121.
O. borealis Quarnnmons 1865, ll, p. 273. — Ammotrypane limacina
RATHKE 1843, p. 190, pl. x, (ig. 4-8; JOHNSTON 1865, p. 217, fig. 41.
Corps à régions moins tranchées que chez les autres Ophelio, gouttière
ventrale moins marquée commençant au 7*-10** sétigère. 32 à 39 sétigères,
le plus souvent 37-38 (46, i). Des lignes transversales de pores microsco-
piques aux segments branchifères, —— Prostomium petit, conique. —
10 sétigères antérieurs abranehes (rarement 7-8). 21-23 paires de bran-
chies ligulées. 4-6 sétigères postérieurs abranches. 2 bourrelets longi-
tudinaux dorsaux à l’extrémité postérieure, au-dessus des 4 derniers
sétigères (46, k, l). —- Scies dorsales et ventrales insérées entre 2 lèvres
arrondies peu saillantes. Pores néphridiens du 12* au 17** sétigère. Organe
, latéral en pore ovale entre les 2 rames dès le premier sétigère. — 2 grosses
papilles anales ovoïdes surmontées à la base d’un demi-cercle de 8-12 pa-
pilles plus petites (1). ' ·
L. 15 à 40 mm., sur 2 à 4 mm. de large. — Coloration rose-chair,
bmnchies rouge corail.
A mer basse et dragages sur fonds de sable.
Mer du Nord; Manche; Atlantique. - Mers arctiques.

orustxxoaa 133
Vin. 1·0scovensis.Aucrnsn. ·— 8 sétigères antérieurs, 22-23 branchifères,
1 sétîgère postérieur abranche. - Roscoff, Belle-Isle.
G. AMMOTRYPANE Rimixe.
[Urosiplzon Chamberlin.]
Corps allongé, vermiforme, sans régions distinctes, avec une profonde gout-
tière ventrale sur toute sa longueur et 2 latérales. — Prostomium conique.
Yeux sur le cerveau, cachés par les téguments. 2 organes nucaux évagînables.
Trompe inerme, globuleuse, plus ou moins lobée à Fextrèmitéi -— Segments
divisés en anneaux superficiels. Branchies cirriformes, à partir du 2* sétigère,
sur presque toute la longueur du corps.-Parapodes biramés, à courts mame· .
lons pédieux et 2 faisceaux de soies simples. Un petit cirre ventral, -— Un
tube anal, 2 grosses papilles et parfois un cirre impair. — Pas d’yeux latéraux.
— Branchies sur presque toute la longueur du corps. Tube anal
fendu ventralement, à bords dentelés. . A. aulogaster, p. 133
- Les branchies manquent dans la région moyenne. Tube anal
cylindrique, )non fendu ..... A. cylindricaudatus, p. 133
A. aulogaster Rnuxu. Fig. 47,- a·e. -—— Ammotrypane aulogaster
Rxrnxn 1843, p. 188, pl. x, fig. 1-3; FAUVEL 1914, p. 243, pl. xxu, fig. 5-
7. — Ophelia aulogaste1·GnunE 1851, p. 70. O. acuminala Jomvsron
1865, p.' 215, fig. 19. — Op/zelina acuminata (Ensrno 1843, p. 46.
Corps rigide, allongé, eflilé· aux deux extrémités, gouttière ventrale
bien marquée (47, a). 50 sétigères environ. Segments finement annelés. -
Prostomium conique terminé en palpode fillforme souvent renflé en bouton
à Pextrémité (b). Organes nucaux volumineux. Longues branchies cirri-
formes, à partir du 2‘ sétigère, sur 46-48 segments. 2-3 derniers sétigères
très petits et abranches. Deux faisceaux de fines soies capillaires séparés
par un petit mamelon pédieux. Un court cirre ventral conique (e). Tube
anal creusé en cuiller, ouvert ventralement, à bords découpés en 8-10
petites dents (c, d). 2 grosses papilles anales fusiformes et un cirre impair
cylindrique surmonté d’un long flagellum assez caduc.
L. 25 à 60 mm., sur 2 à 5 mm. de large. —- Coloration jaunâtre ou gris
perle. Brancl1ies rouge vif.
Zone des Laminaires, dans le sable et dragages sur fonds de sable ou de
vase. .
Mer du Nord (côte Belge); Manche (Plymouth); Atlantique (côte d‘Irlande,
Belle-Isle). -— Mers arctiques.
A. cylindricaudatus Hmssn. Fig. 47, f-g'. -— Ammotrypane cylindri-
caudatus HANSEN 1882, p. 36, pl. vr, fig. 20-27; Fauvnr. 1914, p. 245, I
pl. xxu, fig. 10-10 a; Mc lxrosn 1915, p. 18, pl. xcv, fig. 4.

134 muxn ns rames. — rowcnàrns siânsivmrnns
Corps rigide, long et mince, gouttière ·ventrale— profonde et étroite
(47, f). 28-34 sétigères. — Prostomium conique, aigu (g). 2 fentes nucales
postérieures. - 1°' sétigère abranche. Des branchies cirriformes aux
6-10 sétigères suivants; elles manquent ensuite à 7-20 segments et repa-
raissent sur 3-8 suivis de 4 sétigères abranches à mamelons pédieux bi-
lobés très saillants portant des soies nombreuses, lisses, pointues, arquées,
plus courtes et plus fortes que celles des autres sétigères qui sont aussi
réparties en 2 faisceaux. Les soies ventrales sont plus courtes que les
dorsales et, aux derniers sétigères, elles ont l’aspect aciculaire. — Tube
anal finement annelé transversalement, comprimé dans le sens vertical,
fendu ventralement et coupé presque carrément. L’angle supérieur. et
· parfois l’inf`érieur, se termine en une sorte de papille impaire obtuse (f').
L. 7 à 8_mm. -· Coloration jaunâtre, dans l`alcool.
Dragages. -- Atlantique Nord, Mers arctiques.
_ Nota. — Cmnnentiu (1919, p. 38â) a créé pour cette espèce le genre Urosiphon
qui ne paraît pas bien nécessaire.
 ij   /  i°
/ î 0 r·.  · (
rf ’  
.4 G A L 
i/ I   É a Q 
/ ` y \‘ . '
' I   ix »‘  
/. /// \
ji M   / d / /
 È /¤ la ‘ / ;
f . ‘
¢ I V rl ® T /"
/ «J (iq 
f (Et 1
â /   /
  M l \ / ‘
r=' 4il·\ /
È Fx .4 
s  ‘ * `
 ( At ” 1.j/ \
¤»· î C È ` ès   9
1 6 va » ·
L·®/
Frs. 47. — Ammotrypane aulogastcr : a, de profil X 2; b, région antérieure X 8;
c, tube anal vu par la face ventrale, le flagellum du cirre impair est tombé, X 5;
d, région antérieure et tube anal, de profil X 6; e. parapode moyen >< 8. — A. cy-
` lindricaudatus: f, de protil X 12; g, région antérieure, grossie (d’après HAxs1·:N). -—
Tachytrypane Jeffreysii : h, grossi (d’après Mc ixrosii).

orunnxxnaa 135 \
G. TAUHYTRYPANE Mc Irrrosn.
Corps vermiforme, sans régions distinctes, avec une gouttière ventrale. —-
Prostomium conique. 2 organes nucaux évaginables. Trompe inerme, molle.
— Pas de brauchies. Pas de cîrres ventraux. Parapodes biramés, à courts ma-
melons pédieux et 2 faisceaux de soies capillaires.- Tube anal court.` Pas
d’yeux latéraux. `
T. .lefl`1‘eysii Mc Iivrosu. Fig. 47, h. — Tachytrypane Jejfreyszï Mc IN-
·rosn 1878, p. 505, pl. Lxv, fig. 10; Fauvax. 1914, p. 248.
. Corps très allongé, aspect d’Ascaris (47, h), gouttière ventrale étroite
_ et profonde à partir du 13° sétigère. 2 gouttières latérales. 30 sétigères.
Téguments à stries se coupant obliquement. — Prostomium conique
terminé par un petit palpode filiforme. Organes nucaux en mamelons
transparents cilîés. Bouche ventrale, en fente longitudinale. Trompe à
replis membrancux. — Parapodes formés de 2 mamelons peu saillants.
Le mamelon dorsal est conique, le ventral, plus gros et plus massif se
divise en 2 lobes entre lesquels sortent les soies, toutes semblables, `
capillaires, très fines, généralement au nombre d’une seule dorsale et
2-3 ventrales. Il ne paraît pas y avoir d’0rganes latéraux. - Tube anal
court, en forme de capuchon à ouverture ventrale subterminale, sans
papilles. `
L. 50 il 60 mm., sur 2 mm. de large. -— Blanc jaunâtre nacré, dans
l’alcool.` ·
Dragages profonds (3.950 m.) sur fonds de vase. '
` ·.· Atlantique (Golfe de Gascogne). ·
G. ARMANDIA Fmrrx.
i Corps allongé, vermiforme, sans régions distinctes, avec une profonde gout-
tière ventrale sur toute sa longueur et 2 latérales. — Prostomium ooniqueî
Yeux sur le cerveau, sous les téguments. 2 organes nucaux évaginahles.
'1‘rompe inerme plus ou moins lobée à l'extrémité. - Segments divisés en
anneaux superficielsi Branchies cirriformes, sur toute la longueur du corps à
partir du 2° sétigère. Parapodes à deux faisceaux de soies simples. Un petit
cirre ventral. — Un tube anal frangé de papilles et un cirre impair. Des yeux
latéraux.
— 33 sétîgères ......... A. polyophthalma, p. 135
— 26-27 sétigères ........... A cirrosa, p. 136
A. polyophthalma Küxmzruan. Fig. 48, 3-8. —-Armandia polyophthalma
Küicanrnax. 1887, p. 540, pl. xxxm, fig. 27-38; Fauvax. 1925, p. 83.

136 FAUNE on rimivcn. - ronvcnàrns siânnivrramns
A. Dollfusi SAINT-JOSEPH 1894, p. 114, pl. vx, fig. 148-151. A./lagellzferœ
Sourrmamv 1914, p. 132, pl. xxv, Hg. 31.
Corps long, mince, rigide, effilé aux deux extrémités, avec une profonde
et étroite gouttière ventrale et 2 latérales (48, a). 33 sétigères. - Prosto-
mium grand, conique, aigu, terminé en palpode filiforme, avec 2 volumi-
neux organes nucaux à la base. 3 yeux en triangle sur le cerveau, plus
ou moins visibles par transparence à travers les téguments (b). —- Lon-
gues branchies cirriformes à partir du 2° sétigère jusqu'à l’extrémité pos·.
térieure. Deux faisceaux de soies capillaires séparés par un court mame-
lon pédieux en cône tronqué avec un court cirre ventral (c, e). 14 à 17 paires
d’yenx latéraux à partir du 4"-6° sétigère (c). Ces taches oculiformes
arrondies, violet foncé, disparaissent parfois plus ou moins dans 1’alcool.
Les mamelons pédieux des derniers sétigères sont plus développés que
les autres et portent des soies très longues. -— Tube anal aplati dans le
sens vertical, avec une échancrure dorsale et une ventrale et 8-22 papilles
allongées ou en massue. Un cirre impair surmonté d’un long tlagellum
caduc inséré à la base du tube anal (d). — Trompe globuleuse à lobes
filiformes visibles seulement dans Pextension complète.
L. 20 à 35 mm., sur 2`à 3 mm. de·large. — Coloration rose plus ou
moins foncé. Téguments transparents très lisses, à anneaux très serrés.
A mer basse, dans le sable grossier très meuble et dans les dragages côtiers.
Mouvements très vifs, aspect d’Amphioxus.
Manche (Chausey, Granville, Dinard); Atlantique (Croisic, côte d'Irlande);
Méditerranée (Naples). ,
A. cirI‘0sa·F11.1r1>1. Fig. 48, f. —— Armandia cirrosa. Gauss 1868, p. 60.
’ A. olzlgops Mannrzzsrnnn 1874, p. 64, pl. vii, fig. 4; LANGERHANS 1880,.
p. 101, pl. xv, fig. 13; Fnuvnn 1925, p. 85.
Aspect de Nématode, segmentation peu nette. 26-27 sétigères. —— Pros-
tomium en cône obtus terminé par un petit palpode renflé; 2 volumineux
organes nucaux à la base. 3 yeux céphaliques visibles par transparence
(48, f). —- 20-22 paires de branchies cirriformes à partir du 2° sétigère.
3 à 5 sétigères postérieurs abranches. Parapodes réduits à un mamelon
sétigère avec 2 faisceaux de soies et un court cirre ventral. 10 à 14 pires
d’yeux latéraux à partir du 7°-8° sétigère. — Tube anal à 7-8 courtes
papilles digitiformes ou ovales. `
L. 3 à 7 mm. — Coloration gris-rosé. _
Dragages. - Méditerranée; Adriatique (Trieste); Atlantique (Madère).
Nota. — Cette espèce n'eSt peut-être qu’une forme jeune del.’A.poIy0p/at/zalma,

orunnxxnan 137
"· .1. ` `
  À t 1 la
· o 'T ·‘ ts J  
' \~”*  ’ [ ?~ ' -—· « s E`
  " ~v à ·· .__.. 1
» n \§f '__ /,_, 9- , D
  `\~\' » ?'· L  I`, ‘°   É
à F'? . ` ,· i ` ' 1
il d \ / b    N 9 · g E
,/ É * , #* .
/ î y, _ u` L
ail `Y 2 b • 1 .
/ g V   « • A. >
; i \ _  \=%î ~ b 9 ,
î§\   si
1   Y I i î'
i   .  / * iv
\   `  `  , L. ji?
‘i ` W .  E .' / ., '·
È    ' “ li   "   "
^ , `· " il x ·
0. ii D .— ·
C \« — nl. r n'
Fir. 48. — Armandiapolyophthalma : a, de profil >< 2; b, région antérieure, les yeux
sont visibles par transparence, les organes nucaux sont dévaginés, x 10; c, 4 seg-
ments abdominaux avec des yeux latéraux >< 10; d, région postérieure et tube anal,
de profil >< 12; o, parapode >< 20. —A. cirrosa : f, tète, >< 50 (d’après lilmsuznnnzn).
— Travisia Forbesii : g, légèrement grossie, face· ventrale; h, région antérieure, face
` ventrale >< 6; i, région postérieure, de profil >< 10; k, 12’ sétigère avec organe latéral _
entre les 2 rames et un pore néphridien x 10.- Polyophthalmus pictus :1, de profil
>< 5; m, tète avec organes nucaux dévaginés >< 10; n, région postérieure et tube
anal >< l0; 0, différents types de pigmentation dorsale. ' · .
G. POLYOPHTHALMUS Qnfvrnsrxcss.
' [incl. Armandiella Mc INTOSH.] _
Corps court, sans régions distinctes, avec une gouttière ventrale sur toute sa .
longueur. — Prostomium court. Des yeux céphaliques et des yeux latéraux.
2 organes nucaux évaginables. Trompe petite, inerme. —- Segments divisés en
anneaux superficiels. Pas de branchies. Pas de cirres ventraux. Parapodes ·
biramés à soies simples. — Un tube anal avec des papilles. l
_ P. pictus (DuJAnnm). Fig. 48, l·n. — Polyophthalmus pictus Cum`-
nixns 186û, p. 5, pl. 1, fig. 1-2; Lo Bxmco 1893, p. 7; BIONTICELLI 1896,
p. 35, pl. 1; SAINT-JOSEPH 1898, p. 385; Fauve;. 191û, p. 247, pl. xxu,
fig. 8-9. P. Ehrenbergi, P. agilis, I?. dubius Quyrnsracss 1865, ll, p. 203,

138 FAUNE DE rmivcs. —-.Pom·cHÈ·rEs srânnxmmns
204, 205. P. pallidus C1.A1>An:ÈnE 1868, p. 294, pl. xxxr, fig. 7. —
?Armandiella Robertianae Mc livrosu 1915, p. 19, pl. xcv, fig. 5, cu,
fig. 15.
· Corps trapu, arqué, comprimé, atténué aux extrémités. Gouttière ven-
trale profonde et étroite. 2 gouttières latérales. 27-28 sétigères biannelés
(48, 1). —— Prostomium arrondi ou trilobé quand les organes nucaux volu-
_ mineux sont évaginés (m). 3 yeux céphaliques visibles à travers les tégu-
ments. Pas de mamelons parapodiauxdistincts. Un seul faisceau de soies
capillaires très fines et courtes, sauf aux derniers sétigères où il se divise
en 2 groupes. Des yeux latéraux foncés, très petits, souvent difficiles à
compter, sur un certain nombre de segments. Pores néphridiens aux
sétigères 9-11. — Pygidium à 2 lèvres verticales bordées d’un nombre
variable de papilles (ni. _
L. 10 à 25 mm. sur 1-2 mm. de large. — Coloration très variable (0),
blanc rosé avec des lignes ou des taches brunes transversales. df blan-
châtre, Q brun verdâtre. _
A la côte, sur les rochers parmi les Algues. A maturité, soies plus longues
et pores néphridiens dilatés. Pélagique la nuit.
Manche (Plymouth, Torquay); Atlantique; Méditerranée. — Mer Rouge; Paci-
fique, Océan Indien. _
G. TRÀVISIA Jonxsrox.
Corps à 2 régions distinctes, une antérieure renflée, cylindroïde, une posté-
rieure étroite, rectangulaire. Pas de gouttière ventrale marquée. ·— Prostomium
petit, conique. 2 organes nucaux, Trompe inerme, globuleuse, plus ou moins
_ Iobée. — Segments divisés en anneaux superficiels. Branchies cirriformes, à
partir du 2° sétigère. Rames dorsales et ventrales réduites à un faisceau de
soies capillaires simples. Dans la région postérieure, des gros mamelons laté-
raux. Pas de cirres ventraux. Un organe latéral entre les 2 rames. — Pygidium
' en bouton anal.
l Tr. Forbesii .lonNsroN. Fig. 48, g-k. -- Travisia F0rbesii.loHNsTo1v 1849,
p. 273; 1865, p. 220, pl. xxx, fig. 11-18; Küxmvrnan 1887, p. 516-527,
pl. xxxu, fig. 1-14; SA1N*r-Josnrn 1898, p. 381, pl. xxxi, fig. 200; Fauve!.
1914, p. 239, pl. xxu, fig. 3-4J Tr. oestroïdes Quyrnsracns 1865, ll,
p. 274. -— Ammotrypatne oestroïdes Rixrnxi: 1843, p. 192, pl. x, fig. 9-18.
·— O_pheZia._mamillata OERSTED 1843, p. 53, pl. vm, fig. 103-112, 114,
119, 120. _
Corps court, épais, fusiforme (48, g), divisé en 2 régions, une antérieure
renflée, de section circulaire, à segments divisés en 3 anneaux, une posté-
rieure plus étroite de section quadrangulaire, à segments imbriqués por-
tant, de chaque côté, 2 éminences charnues (i). 23-26 sétigères. Tégu-
ments réticulés, agglutinant le sable. — Prostomium petit, ovoïde (h).

CAPITBLLIDAE 139
2 petits organes nucaux. Trompe courte, multilobée. —- Branchies cîrri-
formes à partir du 2° sétigère. Elles deviennent très petites dans la région
postérieure et peuvent manquer aux 2-5 derniers segments. Ramos dor-
sales et ventrales assez écartées et réduites chacune à un faisceau de soies
capillaires implantées dans des cryptés, sans mamelons pédieux. Un
organe latéral en forme de pore entre les 2 rames (k). Pores néphridiens
du 3•= au UE sétigère. — Pygidium en bouton ovoïde, à sillons longitudi- '
naux, enchàssé dans les mamelons arrondis du dernier segment qui est
très court (î).
L. 20 à 30 mm., sur 4-6 mm. de large. ——Coloration rose chair ou blan-
châtre. Odeur alliacée très forte rappelant celle de lhlricia foetida.
A mer basse, dans le sable fin pur ou un peu vaseux.
Mer du Nord; Manche; Atlantique. — Mers arctiques. _
l Opheliidae incertae sedis. `
Travisia Gravieri Mc lmosu 1915, p. 29, pl. xcv, fig. 8°. Pas de Soies (É'), pas
de branchies. a Porcupine » Stn. 9.
F. CAPITELLIDÀE Gnomz.
l [Capitelliens; Capitellacea Gnumz; Halelminthea Cmus.]
¢•
Corps cylindrique et rouge ayant un aspect de Lombric. Il est divisé eh 2
régions, une antérieure thoracique, courte, un peu renflée, à téguments divisés
en champs polygonaux plus ou moins marqués, et une postérieure abdominale
plus longue et plus mince. — Prostomium conique, plus ou moins rètractile,
sans appendices. 2 yeux généralement formés chacun d’un groupe de nom-
breuses petites taches pigmentées. 2 organes nucaux vésiculeux. éversibles.
Bouche ventralo. Trompe inerme, volumineuse, garnie de papilles. Segment
buccal généralement achète. —- Des branchies cœlomiques réduites à un pro-
longement des tores uncinigères, ou, plus rarement, des branchies ramifiées
rétractiles dans des poches latérales. Parapodes biramés, réduits aux faisceaux
de soies capillaires ou aux tores uncinigères dorsaux ou ventraux portant une
rangée de crochets à long manuhrium, à rostre recourbé, encapuchonné. Pas
de cirres dorsaux ou ventraux. Parfois un appendice caudal. - Des organes
cupuliformes microscopiques sur le prostomium, la trompe et les segments `
antérieurs. Un organe latéral entre les 2 rames. Des pores génitaux distincts
des orifices néphridiens sur un certain nombre de segments. Parfois, un appareil
copulateur avec soies génitales. —- Pas d’appareil circulatoire différencié. _
Creusent dans le sable ou- dans la vase des galeries tapissées d'une mince
couche de mucus.

140 FAUNE nn FRAN'CE· — 1>o1.vc¤È’1·Es SÉDENTAIRES
Remarques. — Les_Capitellidés sont remarquables par l’absence de vaisseaux,
leur liquide cœlomique rouge foncé et surtout par leurs pores génitaux distincts
des néphridies. Les poches·génitales fonctionnent, chez le mâle, comme
conduits génitaux, vésicules séminales et pénis, chez la femelle, comme
oviducte, réceptacle séminal et vulve. L’accouplement est la règle, saufdans
le sous-genre Cliszomastus.
Eisrc a attaché une importance, peut-être exagérée, au nombre des pores·
` génitaux, des sacs génitaux et aux relations des néphridies avec les pavillons
génitaux. DE SAmr-Josurn, entre autres, a montré la variabilité de ces carac—
tères chez les Notamastus, suivant l’âge, la taille, l’époque de reproduction et-
il est probable qu'il y a aussi des variations individuelles assez considé-
rables qu’il serait intéressant de préciser.
Les soies sont rarement caractéristiques, elles présentent, d’ordinaire, peu
de différences d’une espèce à l’autre.
_ Le nombre des segments thoraciques porteurs de soies capillaires fournit un-
caractère commode pour séparer les genres et les espèces, reste à savoir quelle-
en est la valeur exacte. ` .
Les branchies simples méritent à peine ce nom car elles ne sont, le plus-
souvent, qu`une dilatation vésiculeuse ou lamelliforme d’une extrémité dÉun·
tore uncinigère dans laquelle pénètre le liquide cœlomique qui la distend plus
ou moins. Les branchies composées, par contre, sont des organes bien déve-
loppés, analogues aux branchies de certaines Glycères, faisant brusquement
saillie par une sorte de boutonnière au-dessus de la 1·ame ventrale. Mais, quand.
elles sont rétractées, leur présence est bien difficile à constater.
TABLEAU DES cE1~1nEs.
1. Exclusivement des soies capillaires au thorax ..... i . . 2`
— Des soies capillaires et des crochets au thorax ....... 4
2.' Uniquement des crochets à l’abdomen .......... E
— Des crochets et des soies à l’abdomen. Des branchies composées.
Un appendice caudal ..... . . G. Mastohranchus, p 152·
3. 12 segments thorciques(‘). Branchies simples, rarement com-
posées. .· .......... G. Notomastus, p. 141
‘—— 14 segments thoraciques (l). Branchies composées .....
.............. G. Dasybranchus, p. 147
4. 9 ou» 10 segments thoraciques. Pas de branchies. Un appareil
copulateur .............. . .... _ 5-
- Au moins 12 segments thoraciques. Des branchies simples . . 7'
5. 9 segments thoraciques dont les premiers portent des soies
capillaires et les derniers des crochets ......... 6î
— 10 segments thoraciques dont les premiers portent des soies
capillaires' et les derniers des crocl1ets . G. Capitomastus, p. 156
6. Appareil copulateur chez.le Cf seul . . . G. Gapîtella, p. 154
— Appareil copulateur dans les 2 sexes . . G. Capitellides, p. 156-
(1) Y compris le segment buccal achete.

' cxrirstnxmn 141
7. 12 segments thoraciques dont les 6 derniers portent des crochets
plus longs que ceux de Pabdomen . . G. Hcteromastus, p. 150
— 18 segments thoraciques dont 14 portent seulement des soies
capillaires et·les 3 derniers des soies capillaires dorsales et
des crochets ventraux . . . t . . G. Pseudocapitella, p. 158
 . `
« . ‘ `2 **12
il ati? ‘ d êétlîë   Ag,
. — jl- anî
  I ai É-   Egg —'  
géiüé li, Qt! EW .9 » ëîvxmië
¤l·?gà·7$}J‘ ·E“"'=i'0   Éîl‘3¥6à1
· wm? b ‘ §"‘ * *1  
*  jimë, L  
thtmmf · üâîkïü
‘°'i'iii5'·iil* · @*x€ï`
l¤l=··.eë mo »  
iiiiilwza w Q lëwîti
··:==:,:=·t «»fî'¤<»  
I · > , r
taires 0 s ·  
·<iiuûm• — · Gm
ÉMIIEIAQ (@7
"I\IlV1)l y Q m ·« 
ii  " ¤ É
F-°·¤ § KM
É  “”“”‘
;. ïï ;;;îî.ï··¢
, = ,
É . êîe _
"'*  C   b n P 0 L
lire. 49. — Notomastus latericeus : a, thorax et premiers segments abdominaux >< 4; b,
prostomium; c, segments abdominaux antérieurs, une paire de gros pores génitaux
en arrière de chaque tore dorsal flanqué des organes latéraux et des expansions bran-
chiales parapodiales; d, section transversale dela région abdominale antérieure. 'l"0res
dorsaux conlluents, organes latéraux et t0res·ventraux terminés en languette bran- ·
chiale; e; section de la région postérieure, tores rlorsaux bien séparés; f, soie capil-
laire x 150; g, h, crochets, de face et de profil >< l50. - N. emsertilis :1, région anté-
rieure, peu grossie; k, région abdominale, de haut en bas : l" tore dorsal, 2° organe
latéTal,’3° vésicule branchiale, l° branchie ramifiée, 5** tore ventral, X 4; l, section
. transversale de Pabdomen; m, fragment. de branchie ramitiée; 11, 0, p, crochets, de
face et de profil >< 400.
G. NOTOMASTUS sm.
[Sandanis Kxxnanc, Arenia Quxrnarxcas.]
Région thoracique à 12 segments dont 11 portent des soies capillaires. A
l’abdomen, des crochets d’une seule sorte, pas de soies capillaires. - Pros-
tomium conique, avec·ou sans yeux. Segment buccal achète, de même lon-

142 FAUNE DE rnmvcs. — PoLYcnÈrEs SÉDENTAIRES
gueur que les suivants. Trompe globuleuse. 2 organes nucaux évaginables.
Des organes cupuliformes sur la tête, la trompe et la région antérieure. -—-
Thorax subcylindrique à segments divisés en anneaux secondaires. Segments
abdominaux plus ou moins nettement biannelés. - Parapodes thoraoiques
réduits a des faisceaux de·soies capillaires, sans mamelons saillants. Aux
8-15 premiers segments abdominaux, les crêtes uncinigères ventrales se
rapprochent des dorsales et ces dernières sont coalescentes. Aux segments
suivants, elles s’écartent et se reccourcissent. Branchies réduites ·à de simples
expansions des crêtes dorsales ou ventrales, ou plus rarementrameuses et
exsertiles. -- Des organes latéraux en bouton entre les rames dorsales et
ventrales. Des pores génitaux à un certain nombre de segments.
S.-G. Notomastus sens. stric. [Tremomaszus Eisic]. - Conduits génitaux
bien développés et disposés différemment, suivant les espèces, dans les segments
abdominaux antérieurs. - Vertex et denticules des crochets nncinigères
moins développés, manubrium moins recourbé. — Acoouplement.
S.-G. Glistomastus Exsxc. - Conduits génitaux absents, ou rndimentaires aux
3 derniers segments thoraoiques. - Vertex et denticules des crochets uncini·
gères très développés, manubrium fortement incurvé. - Pas d’accouplement.
Nom. - De SA1Nr—JosErn ayant constaté que le nombre des sacs génitaux
peut varier de 7 à 20 paires chez le Nozomaszus latericeus en conclut, avec
raison semble-t-il, « qu‘il est difficile d‘établir un sous-genre ou des espèces
sur un caractère qui peut être transitoire, variable, ou absent, selon l’état de
maturité de l’animal ».
La division des segments thoraciques en anneaux superficiels plus ou moins
nombreux ne paraît pas non plus avoir 1’importance que l'on y attache parfois
car, suivant l’état de gonflement ou de contraction de cette région du corps, ce
caractère disparaît ou s’accentue. Il est souvent fort peu net sur le vivant et
très marqué dans l’alcool. Plusieurs des espèces dont nous empruntons la
· description à Eisxo auraient donc besoin d'étre revues soigneusement en tenant.
compte de ces variations. Les Nozomastus profundus et N. fbrmianus qui ne
diffèrent guère du N. lazericeus que par la forme et le développement des.
prolongements branohiaux des parapodes sont des espèces bien voisines de ce`
dernier.
- 1. Des branchies composées, rétractiles ,. . . N. exsertilis,p. 147
-— Pas de branchies composées ............. 2
2. Des branchies à la rame ventrale seulement et très dévelop-
pées. Pores génitaux rudimentaires ou absents ......
............ N. (C1îstomastus)lineatus, p. 145
- Des branchies parapodiales aux 2 rames. Pores génitaux bien
développés .................. 3.
3. Branchies dorsales globuleuses ou peu développées au bord infé-
rieur de la crête dorsale ....... N. latericeus. p.}143
- Branchies dorsales bien développées de chaque côté de la rame
dorsale ...... ,· ..... N. profundus, p. 144
-— Branchies dorsales à l’angle inférieur du tore dorsal, terminées
en pointe eflilée ......... N. formianus, p. 145

_ CAPITELLIDAE . 143
N. latéricêtls Sans. Fig'. 49, a-h. -— Notomastus latericeus SARS, SAINT- _
Jossru 1894, p. 117, pl. vr, fig. 152-157; FAUVEL 1914, p. 250, pl. xxu,
fig. 20. N. (Tremomastus) rubicundus EISIG 1887, p. 863; Mc IN·ros11 1923,
p. 493. N. (Tremonzastus)/rag1'Iis Eisic 1887, p. 866. N. cruentus Exsio
1887, p. 865. N. (Tremonzastus) fertilis Exsxc 1887, p. 819, pl. 11, fig. 14,
15, 29. N. Benedenii CLAPMÈDE 1864, p. 5, pl.` rv, fig. 9. - Capitella
rubicunda KEFERSTEIN 1862, p. 123, pl. XI, fig. 7-8. —Sandamis rubzbun-
dus Kixnnno 1866, p. 343. — Arenia cruenta Quxranmcns 1865, p. 250.
A.fragll1's Qurrnnracns 1865, p. 251.
Corps extrêmement fragile, 100 à 150 segments et plus. Thorax rond,
un peu renflé au milieu, à peau quadrillée, segments plus ou moins nette-
ment biannelés (49, a). -— Prostomium en cône obtus, comme biannelé,
avec, à la base, 2taches oculaires formées de nombreux petits yeux (b) et
2 organes nucaux ciliés, rétractiles. Trompe globuleuse énorme, couverte
de très nombreuses papilles en cône obtus terminées par un organe cupu-
liforme à brosse de poils tactiles courts. Segment buccal biannelé, achète
(a). -— Les 11 segments suivants portent chacun 2 faisceaux dorsaux et
2 faisceaux ventraux de soies capillaires lîmbées (f') implantées dans des _
cryptés du tégument sur une grosse glande plus ou moins rétractile. A
l‘abdomen, des tores uncinigères dorsaux et ventraux ne portant que des
crochets terminés par une grosse dent surmontée de 2 petites, le tout
recouvert par un capuchon transparent (g, h). Entre les rames dorsales et
ventrales, un organe latéral en bouton saillant couvert de poils tactiles (c).
Les branchies ne sont représentées que par des protubérances latérales très
peu marquées des crêtes dorsales antérieures et par l’extrémité supérieure
un peu allongée des crêtes uncinigères ventrales (c, d). Pores génitaux
situés en arrière des organes latéraux sur 7, 12 et même 20‘segments _
abdominaux à partir du 2** (c). Ils manquent quand l’animal n’est pas à
maturité. — Pygidium terminé par une plaque membraneuse. `
L. 15 à 30 cm., sur 3 à 5 mm. de diamètre. -— Couleur rouge vif en
avant, puis jaune rouge, puis transparent dans la région postérieure
bourrée de sable.
_ A mer basse dans le sable, le sable vaseux et la vase des herbiers de Zos-
tères. Dragages côtiers et profonds sur fonds de sable ou de vase.
Mer du Nord; Manche; Atlantique; Méditerranée, ·—— Mers arctiques; Atlan-
tique Sud. ,
Nota. - ALLEN (1915) et Mc Ixrosn considèrent le N. rubicundus comme une
espèce distincte du N. latericeus dont il difïérerait par son habitat à un niveau
plus élevé et parce qu'il n`extroverse pas sa trompe. Ayant eu l`occasion d‘ob-
server de très nombreux individus de St-Vaast·la-llougue, d'où provenait la
Capitella rulzicunda de KEFERSTEIN, je ne partage pas cette manière de voir, ne
trouvant aucune dilïérence constante entre les individus de tailles diverses et
de niveaux plus ou moins élevés. ` `

144 muse ma mxucn. —— rowcnùrss sxênmvminss
·  b   `  
 ;i·§g··1aë%_3% ,g}¤•¤•uuf»»»   t
_.;   ;: ;§üï'·· ,,,,gm!|,11mi\   -a
 `::`:`:’   ëüiiiîwffit   ' lt
` ~.,,:“`;• ::;::.1;.;:,  '} h ,
  **• ·--· ·- C
',_'”•!_È o ••É¤_f !l"F’ï"VII‘ _
 iîîîiiïixîüts
- A al . , I
6l w¢‘!%?|I|is È · -
·   5
i  
Eü? - iQ " •   ...·  L À
1 I : `
1 ; E
  l 1   É
WW   *   U
A ° 07 i É 7
‘ + M 1     /.
  d e   *‘5' Wül f   L
FIG-.   -· NOÉOWLGSZMS ]Jl"OfU.7’tdtLS Z H, pI'8llll€I’S S€gIl'l€I'1f.S Bt T·l‘01Ilp€ extroversée; b, pOS-
tomium; c, extrémité postérieure; d, 2 segments moyens de Pabdomen, rames dorsales
à droite, organes latéraux, à. gauche, tores ventraux et vésicule branchiale; e, 2 se-
gII1€HÈS 3.l)d0IHlIl3UX 3.I1î,ÉI'l€1.1I'S, l`3.U`1€S Cl0I‘S3l8S COHÃCSCGIIÈBS, 0I‘g3.ll€S l3·T.éI`3,1lX, I'3.I1]€S
ventrales; Q paires de gros pores génitaux; f, soie capillaire thoracique; g, h, i, k,
crochets, face et proûl (d’après Ersrc, figures très grossies).
N. profundus Eisic. Fig. 50, &·k. —N0t0mastus (Trem0mastus)p1·0f«n-
dus Ersic 1887, p. 817, pl..u, fig. 5-7-10, 11, 21, 27, xxxi, fig. 12-15; Lo
Bianco 1893, p. 14. - ? Capitella major CLAPARÈBE 1868, p. 276,
pl. xxvu, fig. 3.
Corps épais, à segments très saillants. Quadrillage des téguments bien
marqué jusqu’au 10° segment thoracique. Différence entre le thorax et
·l’abdomen très marquée par la largeur des premiers segments abdomi-
naux et le développement considérable des tores uncinigères ventraux.
Segments thoraciques biannelés. - Prostomium conique, à extrémité plus
efïilée (50, bl, à la base, 2 taches oculiformes composées de nombreux
petits yeux et 2 organes nucaux cilîés, rétractiles. Trompe globuleuse
énorme, couverte de très nombreuses papilles (a). Segment buccal
achète, biannelé. — Les 11 se ments suivants ortent chacun 2 faisceaux
. g . P . .
dorsaux et 2 faisceaux ventraux de soies capillaires implantées sur de
etits mamelons f . A Pabdomen, des tores uncini ères dorsaux et ven-
P g _
traux ne portant que des crochets allongés a vertex et a deuticules moins ·

carxrarnnnas 145
développés que chez N..Iaterz'ceus (g, h, î). Entre les rames dorsales et
ventrales. un organe latéral en bouton saillant (d). A partir du 40** segment
abdominal, environ, une vésicule branchiale de chaque côté du tore dorsal.
Branchies ventrales représentées par une simple protubérance conique de
l’angle supérieur du tore uncinigère. Peres génitaux en arrière des
organes latéraux sur 9 segments abdominaux, à partir du 2" te). — Pygi·
dium en bouton terminalfroueé (cl. Reproduction de juillet ii décembre.
L. 15 em., sur 3 mm. de diamètre. —— Thorax et partie antérieure de
l‘abdomen rouge vif, région postérieure terminale verdâtre.
Sur fonds de vase à une profondeur de 15-20 mètres et au delà.
Méditerranée (Naples, commun dans le golfe).
N. f°0I‘mian¤S Eism. — Notomastus formianus Eism 1887, p.82O et 579,
fig. 1, d. . · O ' _
Quadrillage thoracique peu marqué ayant, à l`œil nu, l'aspect chagriné,
plutôt qu`en mosaïque. Les 3 derniers segments thoraciques sont moitié
plus longs que les précédents. Les premiers segments abdominaux ont à
peu près la même longueur que les 3 derniers thoraciques; en arrière ils
deviennent deux fois plus longs. Les deux·derniers segments thoraeiques
ont des branchies dorsales et les segments abdominaux des branchies dor-
sales et ventralcs, Les branchies ventrales de l’abdomen se trouvent ii
1’ang1e inférieur du tore uncinigère, les dorsales à l‘angle inférieur du tore
dorsal, elles se terminent en pointe effilée. Un fragment de 40 segments
estlong de 1 em., sur 1/4 à 1/2 mm. de largeur. —- Thorax rouge foncé,
abdomen rose pâle.
Dans le sable vaseux ii 30 m. de profondeur.
Méditerranée (golfe de Gaëte}.
Nom. — Il n’en a été recueilli que des fragments semblant appartenir à un
stade jeune.
N. lineatus Cnaranizen. Fig. 51, a·i. — Notomastus (Clistomastus)
lùzeatus Ersm 1887, p. 811, pl. I, fig. 1, pl. n, fig. 1-9, pl. xxxt, fig. 1-7.
Cnaraniznn 1868, p. 278, pl. xxvn, fig. 4. — (?) N. Sar·s¢'iCr.a1~mÈnE 18GG, .
p. 511, pl. iv, fig. 8, v, fig. 7.·
Corps très atténué en avant. Jusqu’au 8° ou 9** segment thoracique le
carrelage hexagonal des téguments est bien marqué (51, a). Segments
biannelés. L`abdomen s’unit largement au thorax et est déprimé à sa
partie antérieure (c). — Prostomium en cône aigu (a), avec, à la base, _
2 taches oculaires formées de nombreux petits yeux et 2 gros organes
nucaux mamclonnés, rétractiles (b). 'l`rompe globuleuse, couverte de ’
papilles. Segment bueeal achète, bianuelé. - Les 11 segments suivants
portent chacun 2 faisceaux dorsaux et 2 faisceaux ventraux de soies capil-
laires implantées directement sans tubercules sétigères apparents. A
l’abclomeu, des tores uneinigères dorsaux et ventraux (d) ne portant que
· 10

·1li6 mem; ms rames. —— rowcuàrns sénanminss
. des crochets terminés par une grosse dent surmo.ntée de plusieurs petites
avec un capuchon bien développé. Manubrium fortement recourbé (f, g, h).
Entre les rames dorsales et ventrales, un organe latéral en gros bouton
arrondi (c, d). Les branchies n’existent qu’à le rame ventrale. Elles sont
constituées par un prolongement bien développé du bord supérieur du
. tore hncinigère en une languette dont la taille diminue progressivement
dans la région postérieure (c). Les pores génitaux font défaut ou sont ru-
dimentaires et n’existent.alors qu’aux 3 derniers segments thoraeiques,
—— Pygidium en bouton terminal. - Reproduction de janvier à août.
L. 12 à•15 cm., sur 3 mm. de largeur. - Tborax et première partie
de la rég1on abdominale rouge chair. ·
Dans le sable assez pur, à une profondeur de 1 à 3 mètres.
Méditerranée (Naples).
· VAR. Balanoglossî Eisis. —— Taille plus petite et premiers segments de
l`abd0men moins aplatis (i). - Avec Balanaglossus minuzus dans les herbiers de
Posidonies, à Pausilipe.
. .,...  
41 A Illllîuu
~   ill X l / /
ngllvlîut _.
t'¢:t·.!&¢v:4\  , · - g
ur maur 4 ‘
·11vI·$3||M§il} e· ’
J£'2%t1‘B}tt‘!·»;
 e‘**itztt=.·:tat» » (
In ' I 'ît · \
lr “' \ [ __
"'=mi£“w:A*”`    ‘ _ \__
,,   _/. «  Q \.
‘; · 1
~:__, s • •
· ;,? )
V É  l
`——î (gf V i    
(J lplfzîîüà
.. ' mm p •
"""*—~ <~ v Ãiiiiitttiài · ta
È aëivvvivovgtlg. 1,
g •'· au tu —•"
· Fm. 51. ~——N0L0masttzslia1eatus : a. région antérieure; hprostoxniuinax ec organes nucaux
(i€V&§lllÉS; C, (lGl'X1l(:‘1'S S€gIl'l€Ill,S i.il0I`2tClql.l€S BE pI‘€llll€I`S 2LlJClOIXlll’13.l.1\ êi·V8C OPQBIIBS
latéraux thoraciques en fossette, ceux de Yabdomen saillants en bouton ; d. 2 segments
abdominaux moyens. de proûl; e, soies capillaires thoraciquesz f, 2 crochets abdomi.
naux moyens; g, 3 crochets abdominaux antérieurs; h, 3 crochets postérieurs. ·- N. L
var. Balanoglussi : i, crochets abdominaux mo} ens (cl’après Exsxo).

carxrsnnioau 147
N. exsertilis SAINT-JOSEPH. Fig. 49, i-p. -— Notomastus exsertilis Simar-
Jossrir 1906, p. 169, pl. ii, fig. 44-47. —- Dasybranc}zusP var. SAINT-
Jossrrr 1898, p. 391.
Corps de grande taille, très fragile, d’abord rond puis légèrement
quadrangulaire. Plus de 800 segments. — Prostomium charnu, conique,
sans yeux apparents, terminé par une petite languette rétractile (49, i).
Trompe globuleuse, plurilobée couverte à la base de papilles rondes.,
Segment buccal achète divisé `en 2 anneaux très inégaux. — Les 12 seg-·
ments suivants portent chacun 2 faisceaux dorsaux et 2 faisceaux ven--
traux de soies capillaires subulées, limbées, implantées dans des cryptes
du. tégument sur une grosse glande brune. Celles du 1°" sétigère sont très '
fines, enfoncées dans la peau, difliciles à voir ('). La peau des 5-6 premiers
segments est nettement quadrillée (i), celle des suivants est lisse. Segments
tlioraciques biannelés. — A l’abdomen, des segments lisses, ou quadrillés,
plus ou moins nettement annelés, dont les premiers portent 2 tores unci-
nigères dorsaux saillants mais séparés par un intervalle très étroit qui
va progressivement en augmentant dans les segments suivants (I). Les
tores ventraux, beaucoup plus longs, remontent moins haut sur le dos
que chez les autres Notomastus et se terminent, du côté le plus rapproché
du dos, par une poche respiratoire (branchie) finissant en languette (k, l).
L'0rgane latéral, en mamelon bien apparent, lui fait suite immédiate-
ment. Plus postérieurement, vers le 27° segment abdominal, entre le tore
et la languette, apparaissent des branchies rameuses, exsertiles, sem-
blables à celles du Dasybranchus caducus [k, m)J Crochets terminés par
une grosse dent surmontée d’une rangée de 6 denticules, manubrium _
mince, à un seul renflement (n, 0, p). — Anus rond, terminal. Pas de_sacs
ni de pores génitaux visibles. — Intermédiaire entre Notomastus et Daisy-
bmnchus. N‘est peut-être qu’un D. caducus en voie de régénération.
_ L. Taille pouvant dépasser 1 mètre et 8 mm. de large. -— Très rouge,
sauf à la partie postérieure du corps qui est incolore.
A mer basse dans le sable vaseux entremêlé de cailloux.
Atlantique (Saint$Jean-de-Luz, Sainte-Barbe, Abbadia). '
G. DASYBRANCHUS Gauss.
[Dasymallus Gauss.]
Région thoracique à 14 segments dont' 13 portent des soies capillaires. A
l’abdomen, des crochets d’une seule sorte, pas de soies capillaires. — Prosto-
mium conique ou glandiforme avec des yeux peu marqués et 2 organes nucaux
postérieurs. Segment buccal achète aussi long ou plus long que le suivant.
Trompe globuleuse. — Segments thoraciques biannelés et quadrillés. Parapodes
thoraciques claviformcs, à soies capillaires longues et molles. Segments abdo-
1) Elles ont échappé à de SAiN1·—.IosEi-n.

148 mons ne mmivce. -— ronvcnàres siàneivmxnas
minaux lisses, hiannelés, à crêtes uneinigères portapt des crochets à manu-
brium à 2 renflements. Les rangées de crochets décrivent des spires opposées
aux rames dorsales et ventrales (53, l). Les 2 rames dorsales sont assez écartées
l’une de l’autre. Les branehies, simples ou composées, sont toujours rétractiles
et n'existent qu’à la partie supérieure des rames ventrales. Les organes latéraux
existent à tous les segments sétigéres entre les deux rames. Des pores géni-
taux depuis le dernier segment thoracique jusqu‘au 40°-60° segment abdominal,
—· Anus terminal, sans appendice. _
— Prostomium petit, conique. Branchies composées à partir du
20** segment abdominal, environ, à nombreux filaments (une
vingtaine) ............. D. caducus, p. 148
— Prostomium relativement grand, glandiforme. Branehies c0m—·
posées à partir du 40° segment abdominal, environ, à filaments
` peu nombreux (4-6) ...... Ã . . . D. Gaj0lae,p. 149
D. caducus Gnomz. Fig. 52, a-ll. —— Dasybranchus caducus Eism 1887,
p. 823, pl. XVI-XXIII; L0 Bianco 1893, p. 15; SMNT-Josnrn 1898, p. 387;
Mc lrvrosn 1915, p. 286, pl. cx, fig. 4. D. eirratus Gnomz 1867, p. 28,
pl. m, fig. 4. D. umbrinus et D. lumbricoides Gnomz 1878, p. 189, 190,
pl. x, fig. 4. -- Notomastus roseus Lancnnnaivs 1880, p. 99, pl. iv, fig. 11.
Corps épais, peu fragile, à régions peu tranchées, d’aspect très varia-
ble suivant les individus, sécrétant beaucoup de mucus, jusqu’à plusieurs
centaines de segments. T horax arrondi, à peau quadrillée, sauf aux 3-4
derniers segments (52,`a). - Prostomium relativement petit et conique
_ obtus (b). Les yeux peu pigmentés et enfoncés sont peu visibles. Les
organes nucaux, rétractiles, sont situés bien en arrière. Trompe courte,
couverte de petites papilles terminées par une verrue à poils tactiles. Seg-
ment buccal achète, biannelé, de même longueur que le suivant (b). —
Les 13 segments suivants portent chacun 2 faisceaux dorsaux et 2 fais-
ceaux ventraux de soies capillaires limbées, allongées, faiblement cour-
bées en S, implantées sur des mamelons rétractiles (f). A l’abdomen, les
2 tores dorsaux sont largement séparés l’un de l’autre et les 2 tores ven-
traux, plus longs, sont assez rapprochés sous le ventre. Les crochets
` cncapuchonnés portent, au`vertex, 3 rangées transversales de denticules
tg, h). Le manubrium est rentlé sous le rostre et aussi plus bas. Les organes
latéraux, en bouton cilié, sont petits et rétractiles dans la région thora-
‘ eique. Les branehies parapodiales simples sont plus ou moins développées, `
les composées peuvent avoir jusqu’à 20 filaments; elles commencent vers
le 20° segment abdominal, leur taille augmente progressivement puis
diminue ensuite à l’extrémité postérieure. Elles sortent ou se rétractent
par une boutonnière à peine visible à l’extrémité supérieure de chaque
tore ventral (d). Les pores génitaux s’ouvrent sur la ligne latérale en haut
du segment (e). - [Janus terminal est rétraclile dans le segment antéanal
(G). - Reproduction de février à août. _

carirnrtrnaa 149 ,
L. 25, 30 cm., et jusqu’à 1 mètre, sur 1 à 1,5 cm. de diamètre. —
Thorax rouge sang, ou brun gris sale, abdomen jaune verdàtre, branchies-
rouge vif. `
A mer basse et dans les dragages, dans le sable, le sable vaseux et` les fentes
de rochers. -
Entrée de la Manche; Atlantique (Concarneau, St·Jean—de-Luz, Guéthary,
Santander, Madère); Méditerranée (Naples). - Mer Rouge, Mer de Chine,
Océan Indien, Pacifique.
I  ai ·· .
@, ( ~$ :âaâ CD Q 0+9 \
` gb  L7; ~ ~ .
â «,   (
ê ~‘è> 53 . . 1 , .
\ `\ É V
¢ § a   X? hs  
G ·l. ' .
==> M il fl  
· W . , il » .
g îî l
  C  `   g/`—
 *i 'âî fit 1 **0 ,
 ;     ' g. ' Q • ) n
(   ;_ ‘  
È? x, É :,, 1 W
  ,} S « (xx \ · È .
· ~¢· \ ) .
  S! ld} 5 'lâl le ' Y Ã" .·`."~"°«·î'~:
  •« 1 \ '  %J»"’?—*~  ~<:—É>, r·"=a°ï
$$2 V", ~ çâuvr ·- r. J-. a
‘§»;·; g 0 , ‘ ' ¢’ ia /J/.r u.
ge;. I   » xp ( J g, Y /
  1 ,4 lllltl lullp \ -  
-~r==· Élllllllll Tl L    `\·· lt
F10. 52. —— Dœsybmnchus caducus : a, région antérieure, grandeur naturelle; b, pros—
tomium, de profil; c, extrémité postérieure; d, segments de la région moyenne de
l'al1domen; de haut en bas : tore dorsal, organe latéral en bouton, vésicule branchialc
plissée, branchie composée, tore ventral; entrehles branchies, pore néphridien; e,
derniers segments thoraciques, a gauche, et premiers abdominaux, de proûl. Les pores
génitaux alternent, à droite, avec les organes latéraux; f, soie capillaire thoracique;
g h, crochets, face et profil. — D. Gajolaez i prostomium et premie .e ents; k
hranehie ramifiée; 1, glande parapodiale spirale (d’après Eism); m, n, ëîohlîéils, face ei.
profil >< S50.
D. Gajolae Exsu;. Fig. 52, i-I1. ——- Dasybranchus Gajolae Exsic 1887,
p. 828, pl. xv1,fig. 6-7, 13, 14, xxxu, fi¤‘. 6-9; Lo Bimco 1893 . 16;
D } p
Fauve:. 1009, p. 10. — D. caducus (non Gnomz] Cnmniznn 186û, p. 516,
pl. vm, fig. 8.
Corps relativement court et épais. Thorax arrondi, quadrillage de la
S

. 150 FAUNE on rmmcn. -—- ponxtcunras sénaxramns
peau peu marqué. ·—— Prostomium relativement grand et glandiforme (52,
·i). Segment buccal achète, biannelé, de moitié plus long que le suivant. ———
Les 13 segments suivants portent chacun 2 faisceaux dorsaux et 2 fais-
ceaux ventraux de soies capillaires limbées, allongées, faiblement cour-
bées en S, implantées sur des mamelons rétractiles. A l’abdomen, les
2 tores dorsaux sont largement séparés l’un de l’autre et les 2 tores ven-
traux, plus longs, sont assez rapprochés sous le ventre. Les crochets
encapuchonnés sont courts, à renflement médian bien marqué (1, m). Le
vertex porte 2 rangées de denticules. A partir du 20°-30** segment abdo-
minal, l’extrémité spiralée de la rangée dc crochets de la rame ventrale est
en relation avec un appendice en massue longuement pédouculée (glande ·
spirale parapodiale), d'aspect argenté, visible par transparence (l). Les
branchies parapodiales simples sont peu développées, les composées ont
4 à 6 filaments et commencent vers le !i0° segment abdominal. Elles sor-
tent ou se rétractent par une boutonnière à peine visible à Pextrémité
supérieure de chaque tore ventral (k). Les conduits génitaux se dévelop-
pent toujours aux dépens des entonnoirs néphridiens. — Anus terminal,
rétractile. — Reproduction de mai à juillet (?). ,
L. 5 à 12 cm., sur 2 à 5 mm. de largeur. —— Thorax faiblement coloré
.en rouge sang, abdomen rosé.
Dragages côtiers et profonds parmi les Corallines et les Litho:/zamnium,
Méditerranée (Port··Vendres, Monaco, Naples); Atlantique (Açores, région
· de Madère).
G. HETEROMASTUS Exsxo.
* . [Ancistria Quyrnnracns, Capitella pro parte.]
Région thoracique à 12 segments, dont 5 (du 2è au 66) po1·tent uniquement des
soies capillaires et les 6 suivants (7•'= au 12°) de longs crochets caractéristiques.
A l’abd0men, rien que des crochets de forme et de taille. ordinaires. - Prosto·
mium large et conique, avec des yeux peu distincts et 2 organes nucaux situés
en avant. Segment buccal achète aussi long que le suivant. Trompe globuleuse.
— Segments thoraeiques biannelés et quadrillés; soies capillaires fortes
et arquées. Segments abdominaux antérieurs cylindriques, les postérieurs
vourts, campanulés, strobiliformes, à tores uncinigères portant des crochets
assez courts. Brauchies parapodiales simples prolongements des tores ven-
traux. Des organes latéraux seulement jusqu’au milieu de l’abdomen. Des
pores génitaux sur le thorax seulement. — Pygidium avec un appendice impair.
H. filiformis (CLAPARÈDE). Fig. 53, a·i. - Heteromastus fili/`ormis Exsic
1887, p. 839, pl. xxvix. fig. 15-21, xxxu, fig. 17-18; Amen 1915, p. 638.
- —- Capitella hïzformis Cnarnnàns 186â, p. 509, pl. rv, fig. 10. C. Costana
Cnamuizon 1868, p. 275, pl. xxvn, fig. 2. —·—? C. fîmbriata VAN BENEDEN,
I(EFEl`tSTEIN 18(ii), p. 126. T-? AIZCI-StI'l.d minizna Qoyrncraoss 1865, ll,

carirnnnioaia ' 151
·   <*@  
o.   f  
• s ‘ .
    ·.·¤  s_ ~ É
rr a ~   E se  ,
el hwil *·   ·t ¤ S `
W    ùàëà ` I —_’.¢
`iê i=• ·  
sa . 
_ i ` s"*•îs=
i W , .. _
Q Ã , r' — -e `“
V y Y \ j 'b ` dl
ii      
' c
I g I / a 5 G b •
Fio. 53. — lleteromactusflliforinîs : a. région antérieure, de proûl; b. derniers S6El1l€Ill.\
tlioraciques et premiers abdominaux, de profil. 2 pores génitaux dans l‘espace inter-
_ svgmentaire, en arrière des organes latéraux; c. segments de la région abclmninalo
mo; enne; d, segments canipanuliformesgie la région postérieure; 6. extrémité p0s~
têrieure avec appendice terminal; 1. soie capillaire thoracique; g, extrémité de 2 longs `
«·rochetstlioraciques,tr«`·sgros:~is(t1hprê·s Exsrc); h, un long crochet thoracique >< 100:
i. un crochet abtlominal X 400.
p. 252, pl. xi, fig. 28-34. .1. capillaris Vsnmn 187û, p. 351 et 385. ——
Notomastus capillaris Vennim. 1879, p. 181.
Corps filil'orme,jusqu’à `140 segments. Régions peu distinctes. Thorax
arrondi à champs polygonaux invisibles à l’œil nu. — Prostomium très
large à là base et terminé en long cône aigu (53, a). 2 petits amas de taches
oculiformes chez les jeunes, réduits, chez l’adulte. à une grosse cellule
pigmentaire enfoncée dans le cerveau. Les organes nucaux petits, rétrac-
tiles, sont situés à mi·l0ng·ueur du prostominm (a). Trompe courte garnie
de fines papilles. Segment buccal achète, biannelé, dc même longueur
que le suivant.- Les 5 segments suivants portent chacun 2 faisceaux
' dorsaux et 2 faisceaux ventraux de soies capillaires courtes, robustes, lar-
gement limbées, courbées en S, implantées sur des mamelons rétractiles
(fi. Les segments thoraciques 7 à 12 portent 4 tores uncinigères à rangées
de crochets beaucoup plus longs que ceux de Pabdomen (i), ii capuchon
allongé, à rostre et denticules peu marqués, à manubrium dépourvu de

152 FAUNE ne Frmxce. ·—- POLYCHÈTES séonivrnxnss
renflement (g, h). Les segments abdominaux sont d’abord longs et cylin-
driques, divisés en 2 anneaux, puis ils deviennent courts, moniliformes,
engaînés et campanuliformes dans la région postérieure (b, c, d). Les
crêtes uncinigères postérieures s’a1longent en pinnules au bord des seg-
ments. Les organes latéraux thoraciques sont plus gros que les abdomi-
naux. Les branchies commencent vers le 80° segment, les antérieures ne
sont que de simples protubérances des parapodes, postérieurement elles
forment des lobes· linguiformes. Les pores génitaux sont au nombre de
4 paires, du 9° au 12" segment thoracique (h}. —— Un long cirre anal digiti—
forme (e). — Reproduction de septembre à avril.
L. jusqu'à 10 cm., sur 1 mm. de diamètre. —— Thorax rouge so_mbre,
abdomen jaune ou vert roussàtre.
A mer basse et près de la côte; sur fonds de sable vaseux.
Manche (Exemouth); Atlantique (La Rochelle. St-Jean·de-Luz); Mer du Nord
(Ostende); Méditerranée (Naples, Port-Vendres). —- Atlantique Nord (côtes
d’Amérique).
G. MASTOBRANGHUS Eisxc. .
Région thoracique à 12 segments dont 11 portent des soies capillaires. A
· ` l’abd0n1en, des soies capillaires et des crochets à la rame dorsale, des crochets
seulement à la rame ventrale. — Prostomium conique allongé, avec des yeux.
Segment buccal achète. Trompe g'lobuleuse. 2 organes nucaux évaginables. —
Thorax subcylindrique à segments quadrillés. Parapodes thoraciques clavi-
formes, à soies courtes et robustes. Segments abdominaux antérieurs longs·
et cylindriques, les postérieurs tronco'niques strobiliformes. Crochets grêles
implantés dans des crêtes uncinigères, Branchies parapodiales d’abord sim-
ples, ensuite composées et rétractiles. Organes latéraux en bouton saillant
entre les rames dorsales et ventrales. Pores génitaux sur les derniers segments
thoraciques et sur les premiers abdominaux. -— Un appendice caudal.
M. Trinchesii Exsm. Fig. 54, 3.-î. — illastobranclzus Trinc/zesz'iE1s1c,
1887, p. 833, pl. 1, fig. 3, xxtv-xxvx, xxxii, fig. 10-14. Lo Bmaco 1893,
p. 17.
Corps filiforme. Carrelage hexagonal des téguments sur les 3-4 pre-
miers segments et peu distinct (5î, a). Jusqu’à 180 segments, dont les
` antérieurs sont beaucoup plus longs que les suivants, les derniers sont
très courts et comme télescopés les uns dans les autres. —- Le prostomium
est allongé, conique, pointu et comme biannelé avec, à la base, 2 taches· _
oculaires formées de nombreux petits yeux et 2 organes nucaux éversibles,
bien développés (a). Trompe globuleuse, couverte de papilles. Segment
buccal 2 fois plus long que le suivant. —— Les 11 segments suivants
A portent chacun 2 faisceaux dorsaux et 2 ventraux de soies capillaires
limbées, courtes, robustes et fortement recourbées en S, implantées sur

cat-xrscnxnas 153 -
..._ ,. ^ ·
| gene; I
n ' yûiësr
Lin' I l
•: '1 , .:
. @,552,   déüàtl.
«q··,;$·%   '
sa 3.,a ,4 rt 3;,}. .
    Q U Q 1
  Éëtliâè
7 §:·§=œ!•3¤. È     ·
 ·4 aàîai    i¤·l .
  • U 09; ‘ 1
·· b  
°· É ' c
  4
¢¤-ml
»• ~•f,§
..,-»—··‘·* ~ *;:g/
, \
Q é >?—@< î `
lt m · e d 9 i?
F10. 54. — Jlaslobranchus Trinchesii : a, région antérieure, de protil (organe nucal sur
le côté du prostomiuml; b, dernie1·s segments thoraciques et premiers abdominauv
dplcoté (pores néphricgens en noir, îlternalnt avec lesèorgâtnes latéraux); c, régioln
B.)! Olïllllâl 6 IHOy8lll18 G i,l‘OlS-q\18,l‘l.S l'3llC l€S€l’1 2I`l`l I`(! GS LOl'€S ( Ol‘S3.UX S1ll‘ B
coté. pores néphridieiis (noirs) et organes latérauv, tores ventraux); d, hranéhie pa-
rapodiale; a. extrémité postérieure; l, appendice postérieur; g, soie capillaire; h.
crochet abdominal antérieur; î, crochets moyens et postérieurs (d’après Ersrs). —— Ca-
pitomastus minimus : k, appareil copulateur Q ; 1, appareil copulateurçj'; m, crochet
(d'aprés Lnncizuuwsl.
des mamelons rétractiles (g}. A Pabdomen, les 77 premiers segments ont
des rames dorsales en forme de erèteportant, à la fois, .des soies capil-
laires limbées et des crochets et des tores vontraux à crochets grêles,
peu recourbés. de grandeur variable, à rostre surmonté de plusieurs don-
ticules, à capuchon transparent, à manubrium renflé (h·i). Dans la région
postérieure, les 2 rames ne portent que des crochets. Entre les rames
dorsales et ventrales, un organe latéral` petit en bouton arrondi. Les
branchies parapodiales simples, qui n‘existent que dans la région anté-
rieure de 1‘abdomen, ne sont qu’un prolongement des tores ventraux. Les
hranchies composées, dîgitiformes, rétraetiles, n’existent qu’aux rames
dorsales postérieures, leurs divisions croissent d’ab0rd de 1 à 7 puis
diminuent ensuite (c). Les pores génitaux, au nombre de 9 paires, s'ou-
vrent sur les segments thoraciques 7-12 et sur les 3 premiers abdomi-
naux tb). —- Anus terminal. Pygidium avec 4 appendices dîgitiformes
(6, f). — Reproduction de mai à septembre. '

154 FAUNE nn rnnncn. - POLYCHÈTES sÉnnN*rA1nEs
L. 12 cm., sur 2 mm. de largeur. — Thorax rouge brique, abdomen
rouge jaunâtre.
Sur fond det sable à une profondeur de 5 à 10 mètres.
Méditerranée (Naples, plage de Pausilipel.
· G. GAPITELLA BLA1Nt11.1.E. `
[Lumbriconais Gilnsran, Valla .lonxsToN.] I
Région thoracique à 9 segments dont les 6 premiers portent seulement des
soies capillaires, le 7** des soies capillaires et des crochets, le Ss et le 9· rien
' que des crochets. A l’abdomen,·des crochets d’une seule sorte, pas de soies
capillaires. -7 Prostomium conique, volumineux. 2 yeux cachés sous la peau.
2 organes nucaux peu développés. Trompe globuleuse. Des soies au segment
buccal (l). Des organes cupuliformes sur le prostomium, la trompe, le thorax
et l’abdomen. -— Thorax subcylindrique, à segments biannelés. Segments
abdominaux` plus aplatis. Parapodes thoraciques réduits à des faisceaux de
soies. Tores uncinigères rudimentaires, plus ou moins rétractiles. Pas de
hranchies. Pas d’organes latéraux. — Q, un pore génital dorsal impair entre
les segments 7 et 8, sans appareil copulateur. O", un pore génital dorsal impair
entre les segments 8-9, avec appa1·eil copulateur à soies spéciales et une
glande.
C. capitata (Fxnmcws). Fig. 55, a·h. — Capitella capitata Cnnranànn
1861, p. 110, pl. 1, fig. 9-15; Cuxxmsnam et RABIAGE 1888, p. 679.
pl. xnvu, fig. 43. Exsie 1887, p. 849, pl. xxvu, fig. xxxu, fig. 21-23;
Lo Bnmco 1893, p. 19; Mc livrosn 1915, p. 280. C. Fabricii BLAINVILLE,
Gnomz 1851, p. 104. C. prototypa, C. iniermcdia, C. similîs Czaniunvsxv
1881, p. 340-346. —— Lumbricus capitatus Fannicws 1780, p. 279. L. lito-
ralis JOHNSTON 1827, p. 328. —-— Lumbrz'c0nazÈs· marina Clinsrsn 1842,
p. 132, pl. III, fig. 6, 11, 12. — Valla ciliam Jonmsron 1865, p. 68.
Corps atténué aux deux extrémités, peu fragile, de taille très variable.
Jusqu’à 90 sétigères et plus. Quadrillage*du tégument thoracique indis-
tinct à l’œil nu (55, al. — Prostominm en large cône obtus un peu aplati
et concave à la face ventrale (a). 2 petits yeux à la face ventrale. Les
organes nucaux sont petits et situés en arrière des yeux sur le milieu des
côtés ventraux du prostomium. Trompe relativement petite et rarement
extroversée. -— Le segment buccal est biannelé et porte 4 faisceaux de
soies capillaires ainsi qllë les 5 segments suivants (g). Les soies du
7° sétigère sont très variables, un des parapodes pouvant ne porter que
des soies capillaires, ou des crochets, ou les deux à la fois. |.es deux
derniers segments thoraciques ne portent que des crochets. Lc 1** seg-
ment abdominal engaîne un peu le précédent. Les crochets des premiers
(1) D’après Exsrc, le segment buccat serait fusionné avec le prostomtum et le 1** segment seti-
gère serait, en réalité, le ile segment thoracique.

' CAPITELLIDAE 155
É
“  i
   *+2 
M3   vo}?
È"7%* "" /1/[ ài
, " C
c· \*W
4% t —- W ·~ _
«·/ lu •• L   Q u
  \ U vs I, ·/ C w .k
 " _ ~  '   • ,
y \(` \ U  W; U; ,
' \ ·  · · * ,,
‘·’  \~\·  " Éf/À?  
 AILL «4'** li ' ¤ ,
D É _   5);  M  J 
J*··..· \ u . · · ’
 îa>«ii“·§· ·  ez  «3»‘
`~··‘ 77 ~·ë·« t:···*·· ”’E· ‘W“'
--f·· ·<J· ·./···· :1.4 #,1.
 __) Q · , ï . :0. g°°.' gg i , ·
Ã.-%d_* , `Z A ·n•.“`· gba •I_ *, çrî 4
’î;·-—ii’ il i r   gi d L
Fm. 55. — Capitella cnpitata: a. région antérieure. face «lorsale;b. segments Ta 10 mec
porc génital Q; c, 5*, segments 7 à. 10. de coté; d. extrémité postérieure: e. soie
copulatrice (d‘aprés Exsio); L appareil copulateur 5* (d’après Cnxxxxoxmx et ltanaostg
g. soie capillaire thoracique >< 150; h. crochet thoracique x 350. -— Pseudocapilclla
incerta : i. thorax et premiers segments abdominaux >< 5: k. crochets face et protil
x 350.
segments de Pabdomen sont 2 fois plus longs que les suivants th]. — Une
seule paire de conduits génitaux au 8" sétigère. Le pore génital Q s`ouvre
au milieu d‘un renflement ovale de la face dorsale, entre le 7** et 8“ séti·
gère (b). Le pore génital 5* s'ouvre à la face dorsale entre 4 faisceaux de
grosses soies recourbées représentant les soies dorsales des sétîgères 8
et 9 (e. f). Entre les 2 faisceaux postérieurs, débouche une glande copu·
latrice. — Reproduction de novembre à mai.
L. 2 à 10 cm. et plus sur 1 à 2 mm. de large.- Couleur rouge sang.
A mer basse et dans les dragages, dans le sable vaseux, la vase en putré-
faction, sous les pier1·es.
Mer du Nord; Manche; Atlantique; Méditerranée. -—- fiers arctiques. Mer
Noire.

156 FAUNE ma rimxce. -- ronvcnàrns siâzoiaxrxinss
G. CAPITOMASTUS Eisic.
Région thoracique à 10 ou 11 segments dont les segments 2 à 4 (ou 5)
portent des soies capillaires et les segments 5 (ou 6) à 10 portent de longs
crochets. A l’abdomen, seulement des crochets·de taille ordinairea- Pros-
tomium cylindrique, sans yeux visibles. Segment huccal achète. Organes
cupuliformes très développés sur le prostomium et le thorax. - Soies de
3 sortes, sans compter les soies copulatrices. Pas de branchies. Néphridies à
partir du 11" segment. Pores génitaux dans le thorax seulement. Un appareilt
copulateur dans les deux sexes.
G. minimus (Laneiznnmvs). Fig. 54, k-m. -— Capitomastus mini/nus
Eisic 1887, p. 857. —- Cupitella minima Lxxcsnnaxs 1880, p. 99, pl. iv, ·
fig. 12.
Corps très mince, fîliforme, de petite taille. 40 a 50 segments. Pros-
tomium en cylindre tronqué. Régions peu tranchées, la limite du thorax
_ n’étant marquée que par Pembouchure de 1’intestin secondaire (Neben-
darm). - Le segment buccal achète est suivi de 3 segments ne portant que
des soies capillaires, chez la Q , de 4 chez le (5*. Les segments suivants,
ne portent que des crochets aux 2 rames fm). .lusqu’au i0° segment, ces
crochets sont considérablement plus longs que ceux de l’abd0men. Les
premiers segments abdominaux sont beaucoup plus longs que les thora-
ciques. Bien que les organes latéraux n’aient pas été observés, ils existent.
probablement. Une paire de pores génitaux au 8“ segment entre les rames
dorsales et ventrales. Les parapodes dorsaux des sétigères 8 et 9 sont
modifiés en organes copulateurs armés chacun d'une forte soie recourbée
chez le (5* (I) et de 4 faisceaux de soies encore plus fortes chez Ia Q tk).
— Anus en coupe arrondie.
L. 15 à 20 mm., sur 1 mm. de largeur, — Thorax rose pâle, abdomen
jaune rougeâtrevif.
Dans les Corallines ài 40 mètres de profondeur.
Atlantique (Madère); Méditerranée (Naples).
G. CAPITELLIDES Mssmx. mon Eumzus).
« Capitelliens de petite taille. Thorax de 9 segments (non compris le 1€¤‘ seg-
ment métastomial confondu avec le 1°' sétigère comme dans le genre Capitella);
· .les 6 premiers avec soies capillaires aux deux rames (chez les exemplaires
adultes), les 7°, 80 et 9** avec crochets encapuchonnés; ces deux derniers, che:
les adultes des deux sexes, avec soies dorsales modifiées constituant un organe
copulateur identique chez les mâles et les femelles » (Mssxn. 1897).

carxinctinan 157
b C     ·
t E
c
. C1 É
  ,/1 i [ I .
 ’  i «
I s \
: ` / a (1,
 \ ·   · `
Fm. 56. —Capitcllid«s Giardi : a, Q. rm dorsale >< 30: b. appareil copulateur Q >< 100; « ’
c, d, un crochet thoracique et un crochet abdominal x 600; a, soie rapillairc >< 330;
f, soie génitale Q du 8* sétigére x 150; g, soie grénitale Q du 9* sétigcre >< 150.
_ C. Giardi Mnsmt. Fig. 56, a-g. -——‘ (,`apitelIides (Jimdi l\lx:sxu, 1897,
p. 442. _ — ·
Le prostomium, arrondi en avant, très court, mais relativement large
(56, a), porte : t° une paire de petits yeux constitués par une tache trans-
versale de pigment brun diffus, sans cristallin (ces yeux peuvent manquer);
2** des organes nucaux exsertilcs de petite taille. La trompe globuleuse ne
porte pas de grosses papilles. —— Aux 6 premiers segments thoraciques, ·
on a des soies capillaires largement ljmbées (e) aux deux rames (3 à 5 par
rame); à partir du 7'*, aux 2 rames, crochets encapuchonnés (li ou 6 par
. rame). Ces crochets, identiques à ceux des rames abdominales, sont longs
et minces; la tige présente un renllement fusilorme bien net; la dent ter-
minale porte, au vertex, 5 ou G dents secondaires très lines, en une rangée
unique lc, ‘d\. — De lorts crochets aeiculaires remplacent, aux 8° et 9° séti- '
gères, les crochets dorsaux if, gl. lfappareil copulateur ib) comprend _
lt crochets (un par rame) dont les pointes convergent vers la limite des
deux sétigèrcs; ils sont recourbés à leur extrémité qui est pointue et légè-
rement excavée; ceux du 9** sétigère sont plus puissants ·que ceux du 8**.
Souvent, à la base d’un crochet, on en trouve un autre embryonnaire,
destiné à le remplacer après la mue. Entre les 2 crochets postérieurs, se

158 nous on rnmca. — rotvcniaras sÉoe1~:·r,\mEs
· trouve une glande ovoïde à contenu grisâtre lb`). —° Les anneaux, courts-
au thorax, sont très longs à l’abdomen; les deux régions sont nettement
distinctes. Les rames-abdominales comprennent 8 à 10 crochets ven-
tralement, 7 à 8 dorsalement; ces nombres diminuent dans la seconde.
moitié du corps.
. L. Environ 10 mm., 35 à 45 sétigères. — Le corps est presque incolore;
la présence des hématies lui donne une teinte légèrement rosée.
« Manche : 1° \Vimereux (Pas—de-Calais), dans la boue qui recouvre les rochers
argileux de la Tour Croy, en compagnie de Fabricia sabella Emi., Pygospio
elegans Ctre., Polydora ciliata JOH`NST·§ 2° Anse St·Martin, près du cap de la
Hague, dans l’épaîsseur des Litho:/iamnium polymorphznn qui tapissent les
mares des rochers granitiques du rivage_ ».
Nara. — Les soies anormales aux 88-9•= sétigères ne se montrent que chez les
individus d`au moins 25 sétigères. — Très voisin de Capizclla dont il ne diffère
essentiellement que par Pexistence d'appareil copulateur dans les,2 sexes. Par
là, il se rapproche de Capiwmastus mais s`en distingue par l’absence de dimor-
phisme sexuel. · '
G. PSEUDOGAPITELLA Fautes,.
Région thoracique à 17 sétigères dont les premiers n'ont que des soies capil-
‘ laires dorsales et ventrales, les derniers, des soies capillaires dorsales et des
uncini ventraux. —— Abdomen àtores uncinîgeres dorsaux et ventraux, les
deux dorsaux assez rapprochés, plus courts que les ventraux et peu saillants.
-- Prostomium conique.
` Ps. incerta Fauvel., Fig. 55, i-k. -- Pseudocapitel/a incerta FAUVIQL
1913, p. 79, fig. 13, 1914, p. 252, pl. xxn, fig. 11-13.
Corps cylindrique (55, il. Tégument non divisé en champs polygonaux
distincts, sauf aux 3 premiers segments. — Trompe globuleuse, à petites
papilles clairsemées. Prostomium en cône surbaissé, obtus, à bords arron-
dis. Segment buccal renflé, à la face dorsale, en bourrelet supportant le
prostomium. Ventralement, il est court et légèrement froncé à son raccor-
dement avec la trompe. Le segment suivant, qui n’est peut—être qu’une
subdivision du buccal, est achète et un peu plus long. - Les 14 premiers _
sétigères thoraciques ne portent, aux deux rames, que de longues et fines
soies capillaires assez nombreuses implantées dans une sorte de crypte
A sétigère. Du 2** au 7°-8*, de chaque côté, une gouttière longitudinale
étroite. Aux 3 derniers sétigères thoraciques (152 16°, 176), des soies
capillaires dorsales uniquement, et une courte rangée transversale de
crochets à la rame ventrale. Crochets à rostre recourbé portant, au vertex,
2 petites dents parallèles, capuchon très transparent, largement ouvert,
presque circulaire de face, manubrium à double courbure avec renflement
_ marqué (k). Abdomen à tores uncinigères dorsaux peu saillants courts et

Annmconioau 159
\ ·
assez rapprochés; tores ventraux plus écartés et plus allongés. Un seul
individu, tronqué au 10° segment abdominal, mesurant 19 mm. de longueur
sur 2 mm. de diamètre. —— Décoloré.
Dragué ii 712 m. sur fond de vase grise compacte. _
Méditerranée (in 5 milles environ devant Cannes).
Capitellidae incertae sedis.
Notonmstus Agassisii Mc lxrosn 1885, p. 389, pl. vtvr, fig. 3, xxiv a, fig. 15.
Route 1896, p. 157. — Cette espèce incomplètement décrite d’après un frag- _
ment antérieur desséché n'est pas identifiable. Route signale sous ce nom un
fragment antérieur en mauvais état recueilli à 1.410 mètres, dans l’Atlantique.
60 21' \V. - 450 57" N.
F. ARENICOLIDAE JoHNs·roN.
[A1·énicoIz'ens Aunouix ar M.-Enwannsi Télét/zuses Savxciw]
[Arénic0l0·J[aldaniens Massin].
Corps il segments nombreux, courts, divisés en anneaux secondaires. 2 ou
3 régions distinctes. - Prostomium sans antennes ni palpes. Trompe inerme.
— Des branchies dorsales à un certain nombre de segments. Parapodes biramés.
ltame dorsale conique ài soies capillaires. Rame ventrale en tore portant des `
crochets. Une ou plusieurs paires de caecums œsophagîens (fig. 57, o, n). Pas de
diaphragmes dans la région moyenne du corlome. Souvent des otocystes, —
Stade post-larvaire abranche. '
Remarques, -— Les Arénieoles ne peuvent souvent être distinguées u11ique-
ment par leurs caractères extérieurs, l’aspect pouvant être presque identique
pour des espèces dont l'anatomie interne présente des difiérences importantes.
(Test ainsi. par exemple, qu`on a longtemps confondu l'A. Claparedii avec ·
l’.1. marina et réuni sous ie imême nom d’.1. bmnchialis les A. ecaudata. et
.1. Grubii,
ll faut donc recou1·ir aux caractères anatomiques dont les plus importants
sont les otocystes, les néphridies, les czrcums œsophagicns, les sacs diaphrag-
matiques.
Les otocystes, ou mieux statocystes, ne manquent qu'à l`A. Claparedii et au
Bmnc/ziomaldane Vincenti. Ces organes, situés dans le segment buccal et
innervés par le collier œsophagien, présentent différents types. Chez l'A. mari-
na, ce sont de petites cavités communiquant avec l’extérieur par un vanal cilié ·
seulement sur une petite longueur (fig. 57, i). Les otolithes, ou statolithes, sont '
alors des petits grains de sable siliceux. Les autres espèces de nos côtes ont
des otocystes clos avec des otolithes sécrétés, sphériques, un seul très gros chez

160 FAUNE ne EnA1vcE. -— 1>m.YcnÈ·rEs s1ânEN·1·.MnEs
l’A. cristaza (fig. 58, p), un grand nombre de tailles diverses cl1ez les 1. ecaudaza
et A. Grubii (fig. 58, d). Dans ces deux derniers cas, la cavité de Yotoeyste
n’est pas ciliée et la trépidation très vive des otolilhes est due au mouvement
brownien. Les néphridies, peu nombreuses (5 à 13 paires), commencent au
4·-5e sétigère. Elles servent a l'évaeuation des produits génitaux. Les dia-
phragmes n’existent que dans les premiers segments et dans la région posté-
rieure. Le premier porte généralement 2 petits divertjcules, ou sacs diaphragma-
tiques, situés de part et d’autre de Pœsophage et` qui ont été pris longtemps
pour des glandes salivaires. Les branchies sont arboresoentes ou pennées et
souvent une membrane palmaire réunit à la base les principaux troncs. La struc-
· ture arborescente et la disposition pennée pouvant se rencontrer dans la même
espèce, suivant l’âge et l’habitat, il n’y a pas lieu d’attacher une grande impo1·-
tance à ces différences, d’ailleurs souvent difficiles à distinguer sur des animaux
contractés dans l'alcool.
Les soies et les uncini ne présentent pas chez les adultes de différences très
marquées. Chez les jeunes, les uncini portent, au vertex, des dents bien nettes
disparaissant le plus souvent par usure avec l`àge. Aux stades larvaires, ou
au début du stade Clymenides, on trouve, à la rame dorsale de quelques seg-
ments, mélangé aux soies capillaires, un crochet uncinigère, plus allongé que
ceux de la rame ventrale, et qui ne tarde pas à disparaître.
Aux stades jeunes, le prostomium, conique ou arrondi, est plus volumineux
que chez 1'adulte et il porte des yeux que l'on ne retrouve plus ensuite que sur
des coupes et qui finissent même par disparaître complètement.
TABLEAU nes cannes.
— Segments branchifères divisés en 5 anneaux. Branclties rami-
· fiées. Sexes séparés ........ G. Arenicola, p. 160
-—- Segments branchifèrcs divisés en 2 anneaux. Branchies formées `
de 1-4 filaments simples. Hermaphrodite ........ ·
............. G. Branchiomaldane, p. 166
` G. ARENICOLA Laiuxncx.
Chorizobranchus Quarnsmces; Clymenides Cmranùne.]
Corps cylindrique, segments divisés en 5 anneaux superficiels, sauf les 3 ou
4 premiers; Panneau qui porte les parapodes est plus grand que les autres. ——
Prostomium petit, simple ou trilobé, souvent caché dans un repli des tégu—
ments et limité en arrière par Pinvagination nueale. Trompe exsertile, globu-
leuse, garnie de papilles. —— Région antérieure abranche, sétigère et uncini·
gère. Région abdominale portant, en outre, une paire de branchies à rhaque
segment. Souvent une région caudale achète et abranel1e. Rame dorsale en
forme de mamelon conique portant un faisceau de soies capillaires épineuses.
_ Rame ventrale en bourrelet saillant semi-circulaire portant une rangée d’uncini
ou crochets sigmoïdes à rostre recourbé. Branchies arborescentes ou pennées
insérées à la base des rames dorsales de la région abdominale, — Anus
terminal. -- 3 diaphragmes antérieurs dont le t" est souvent muni de 2 sacs

' ARENICOLIDAE 161
diaphragmatiques. 2 cœurs un peu en arrière des ciecumsœsophagiens. .5 à
13 paires de néphridies. Une paire d’otocystes dans le segment buccal (sauf
chez A. Claparcdii). Pigment jaune soluble dans l'alco0l et pigment noir en
granulations très fines dans l’épiderme. Sexes séparés. `
1 . Une région caudale achète et abranche .......... 2
—- Pas de région caudale achète et abranche ........ 4
2. 11 paires de branchies ........ A. cristata, p. 163 `
——- 13 paires de branchies ............... 3
3. Prostomium à 3 lobes subégaux (fig. 57, c). 2 otocystes. . .
. . .. . ............ A. marina, p. 161
— Prostomium à lobes latéraux très développés, contournés
(fig. 57, k). Pas d’otocystes ...... A. Claparedii, p. 163
4. 15-16 sétigères antérieurs abranches. 13 paires de néphridies.
Gonades très différenciées (fig. 58, i, lc). . A. ecaudata, p. 164
— 11-12 sétigères antérieurs abranches. 5 paires de néphridies.
Gonades petites, non différenciées ..... A. Grubii, p. 165
A. marina (Lmivxî). Fig. 57, 3-i. -— Arenicbla nzarùza Satrrr-Joseru
18%, p. 121, pl. vr, fig. 158-159; Fauve:. 1899, p. 171; Gamm: et
Asmvonrn 1898, p. 142, pl. 1-v ; Asmvonïu 1912, p. 86, pl. iv, fig. 10. ——
A. piscatorum Aunoum et M.-Enwanns 183ëi, p. 285, pi. vm, fig. 8-12 ; I
Quarnnmcss 1865, ll, p. 262, pl. x, fig. 18. A. papillosa Quxrixnracas
1865, p. 266. A. linctoria etA. carbonaria Laacn 1816, p. 452, pl. xxvx.
.1. clzwatus RANZANI 1817, p. 110, pl iv. A. natalis Gmane 1856, p. 88. _
Forme jeune abranche : Clymenides sulphurea Cnaranizna 1863, p. 30,
pl. xv, fig. 24-27. Cl. sulfureus Mnsivu. 1897, p. 148; Fauve:. 1898,
p. 733. _
Corps épais, cylindrique (57, a), souvent rentlé antérieurement en
massue sur les spécimens conservés dans l’alcool. 19 sétigères. — Pros-
tomium petit, trilobé, plus ou moins caché dans un repli des tégu-
ments (c). Trompe globuleuse, papilles de la basé pointues et chitinisées
chez les vieux individus. Une paire d’otocystes (statocystes) communi-
quant avec l’extérieur par un canal (i). Otolithcs nombreux, formés do
petits grains de quartz. — Région antérieure à 6 segments uncinigères
abranches. Région abdominale à 13 sétigères, branchifères. Région cau-
dale achète et abranche de longueur variable, fragile (a). Branchies
arborescentes ou pennées; la 1'“ paire est souvent très petite. Soies dor-
sales capillairesà limbe étroit,fortement épineuses (h). Uncini en crochets
faiblement sigmoîdes, à rostre obtus, émoussé chez l‘adulte ng). —— 6 paires
de néphridies s'0uvrantà l`extérieur dans les sétigères IV à lX. Dia-
pl11·agme antérieur muni de 2 sacs courts. Une seule paire de cœcums ·
ocsophagiens coniques ou en massue (e). — Au stade Clymenides abran-
che, des yeux, des soies dorsales limbées faiblement épineuses et des
uncini â vertex dentelé (h, d, f).
. ·  

' 162 minus ne mmivcs. - rowcnàdas sénsxmimzs
L. 15 a 20 cm., sur 1 cm. de large. - Coloration rose chair chez les
jeunes, puis variant du jaune verdâtre au vert noirâtre ou même au noir
foncé. Branchies rouge carmin. Dans les téguments, un pigment jaune
tachant les doigts et soluble dans l’alcool et un pigment noir granuleux.
A mer basse, dans le sable plus ou moins vaseux. Galerie en U dont un—des
orifices est indi ué ar un trou rond et 1’autre ar un amas de dé'ections ver-
Q P _ P l
miculaires. —— Stades Clymemdes pélagiques,
Mer du Nord; Manche; Atlantique; Méditerranée (très rare, Trieste,
Asxiwoivrn). - Mers arctiques.
· Nota. -GAMuL¤ et Asnwoirrn ont décrit une variété de la zone des Laminaires
ne découvrant qu'à la limite des plus fortes marées et qui peut atteindre 36 à
40 cm. de longueur. Elle habite une galerie verticale ou en L (?). Elle se dis-
tingue par ses branchies pennées et par la division de 1’intervalle entre le
2· et le 3* sétigère en 2 anneaux au lieu de 3 (Côtes du Lancashire, Firth of
Forth, Salcombe, Jersey et côtes allemandes de la Mer du Nord).
É.? i ”@ Q
E ' ~ /  i i l w
il ë‘ N-4 ·· lï  wë `~
§ . ' xi ) MW  , È  
§    ,:·· , 1 rt}?  1. É g
É   p ig J  i
`âl dr l t \li,/  É E
A É 8 / si  lit/ ««¤¤¤~·,.a E,.
É,.-, ,·» ,»   ig B, vnê =,
· . ....·   l  e i"?
¤··:·· , Q , Q ‘ ta <>· @§
4 · Z 5":}   ‘ A lt? il  
I rf-sa-21     , \ _  iîÉ®¢
'  '* ~ «   ` l ‘ tem 
· , 3*1     ` / tv ”
. ··-_-zi:-i   , l i / 
É     É l ·«  i’ P ·
fu.   J; i '
.      x L
db   n' , f l p , 5 -  l `  1 Ã" %??·—
_   9 g ë= \ ,.1 ( =» =·;» , :’ 
È ; :_   ¤· ‘”1¤/tt
É   fg;    È   O
5   ,·<·>~¤î*'ï« »· ·   ¤ Q · ”:·ymvg¢¤•
  ,,4|lJI|:,,,> iigfœh §   üùisâa! m
s   u«;'f"' ••i *o2·='w:·£¤2® t A «¤•f"!|'|"}i‘1‘
È   1;,;,%-:5%};,i li (p”;;•¤•»l‘$`\   É I|§}#§,!¥};;ÈÈ
; % ` (lg']- nm P Il"] nt   " ·“lÃ'..:‘“,£!_=| 
ê È C "•wt&1it&i»··• "Il['}"|lil•* i e ”·¥1•u||rnw•|i
¢   3%* . :~ ,·.. l' ' "" ' *\ 3 I    
Wtuté   •'|2zu:;wJ1» m ty '~/llluitisimatl
Fia. 57. -- A renicola marina, : a, grandeur naturelle, trompe dévaginée; b, stade Clyme-
aides, face ventrale >< 12; c, région antérieure et prostomium >< 3; d, prostomium
du stade Clymenides >< 30; e, partie antérieure de Yestomac avec les deux caecums œso-
phagiens et les deux cœurs >< 3; f, crochet du stade Ctymenides >< 600; g, crochet
moyen de 1’adulte >< 150; h, extrémité d’une soie capillaire >< 150; i, otocyste >< 100.
- A. Claparedii : k, region antérieure et prostomium X 5;l, crochet mo; en >< 150:
m, extrémité de soie capillaire >< 150; 11, caecums digestifs et cœurs >< 3, - A. cris-
tata : o, région antérieure et prostomium (imité d’Asuwomu); p, otocyste >< 150; q_,
extrémité de soie capillaire >< 150; r, crochet mo; en >< 150, ·

An1a1v1coL1nAE 163
` A. Claparedii Lavxxsmv. Fig. 57, k-I1. — Arenicola Claparedz'iLEv1NssN
1883, p. 137; Lo Bianco 1893, p. 9, pl. 11, fig. 3; Fauvm. 1899, p. 175, ·
fig. 1 et 8. A. nzarina Ctavanèna 1868, p. 300 (non Lnviviâ). A. pusilhr `
Asuwonru 1912, p. 114, pl. vu, fig. 15; Riom 1917, p. 30, fig. 6. —
? (,’horiz0branc/tus marinus Qumnamons 1865, II, p'. 267.
Corps arrondi, renflé antérieurement. 19 sétigères. — Prostomium
trilobé à lobes latéraux plus grands que le médian et généralement
contcurnés (57, k). Trompe globuleuse à papilles molles, arrondies,
diminuant de taille de la base au sommet. Pas d’otocystes. — Région
antérieure à 6 segments uncinigères abranehes. Région abdominale à
13 sétigères, branchifères. Région caudale achète et abranche de lon-
gueur variable, fragile, à papilles très marquées. Branchies ordinaire-
ment pennées, plus rarement arborescentes. Soies dorsales capillaires
finement limbées et épineuses (m). Uncini en crochets sigmoïdes à vertex
convexe finement denticulé (l). — 5 paires de néphridies s’ouvrant à
l’cxtérieur dans les sétigères V à lX. Diaphragme antérieur dépourvu `
~de sacs. 2 cazcums œsophagiens filiformes sinueux et 3 à 15 paires de
courts cœcums accessoires de taille décroissante insérées entre la
1'° paire et l’est0mac (n). '
L. G à 15 cm., sur 12 mm. de large. — Couleur chair ou plus souvent '
rougeâtre à reflets verts. Téguments semi—transparents. Branchies d‘un
beau rouge.
Dans la vase littorale à 5-6 mètres de profondeur.
Méditerranée; Adriatique; Atlantique (Santander, Riom). —· Pacifique.
Nota. — J‘ai exposé ailleurs (t914)les raisons pour lesquelles je n’ad0pte pas
le nom d’A. pusilla. Le type unique de Quarnamcss, provenant du Chili, est
aberrant et ne répond pas à la diagnose donnée par cet auteur, diagnose qui
est d'ailleurs en contradiction formelle avec les caractères de l‘A. Claparedii.
A. cristata STIMPSON. Fig. 57, 0-r. —Arem'coIa cristata S·rmx>so1v 1856,
p. 114; Lo Bianco 1893,·p. 11, pl. 1, fig. 1, 11, fig. 1, ui, fig. 5-6;
Fauvm. 1899, p. 169; Asnwonm 1912, p. 105, fig. 45, pl. v, fig. 12, 13.
A. antillcnszls LUTKEN, Eunnns 1892, p. 218, pl. xm, fig. 30-32.
Corps cylindrique fortement annelé. 17 sétigères. — Prostomium à
lobe médian plus grand que les latéraux qui forment bourrelet (57,0).
Trompe gl_obulcuse, papilles de la base grandes, pointues, obitineuscs, '
celles du sommet petites, molles, arrondies, très nombreuses. Otocystes _
(stntocystes) clos, renfermant un seul gros otolithe sphérique sécrété fp).
— Région antérieure à 6 segments uncinigères abranches. Région abdo-
minale à 11 sétigères branchilères. Région caudale achète et abrancbe
longue et atténuée, garnie de papilles. Branchies en éventail, très déve- .
loppées, bipennées, à ramifications secondaires alternes. Soies dorsales
capillaires grandes, foncées, très épineuses (q). Uncini grands, presque
droits, renflés en massue, à rostre émoussé (r). —— 6 paires de néphridies

164 FAUNE ne raaivcc. - rowcaiaras srînanumas
s’ouvrant à l’extérieur dans les sétigères V à X. -— Diaphragme antérieur
avec 2 longs sacs. Une paire de cœcums œsophagiens coniques, cylin-
· driques ou claviformes, relativement courts.
. L. .Iusqu’à 30 à 40 cm., sur 2 cm. de large. — Coloration vert foncé.
à irisations jaunes et bleues, branchies cramoisies ou rouge marron.
Galeries en U dans le sable vaseux, à mer basse ou a faible profondeur.
Méditerranée (Naples, rare). -— Atlantique, Pacifique et Océan Indien dans
la région tropicale.
_ A. ecâudata Joansroiv, Fig. 58, e-l. -·Arem'c0Za ecaudata. Jomvsrox
1865, p. 232, fig. 66; Fauve:. 1899, p. 64-93, pl. 1; Asnwoirra 1912, p. 132,
pl.11, fig. 7-8. .-1. Boec/si Rarmcn 1843, p. 181, pl. vm, fig. 19-22. A.
branc/1ialz`s(part1`m) Saxivr-Josnrn 1898, p. 391.
Forme jeune abranche : Clymenides ecaudatus Mssivu. 1897, p. 152,
, pl. vi, fig'. 12-14; 1898, p. 630; FAUVEL1898, p. 733, 1899, passim, pl. III,.
fig. 1-16.
Corps cylindrique, atténué aux deux extrémités. —- 40 à 60 sétigères. -—
Prostomium fusionné avec la lèvre supérieure, l’ensemble formant un cône·
_ obtus, sans Iobes latéraux (58, Bl. Trompe globuleuse, à papilles molles,'
· arrondies. Otocystes (statocystes) clos, à nombreux otolithes sécrétés,
__ ' sphériques, réfringents, de taille variable, à contenu granuleux (1). —
' Région antérieure à 15-16 uncinigères abranches. Région abdominale à
30-40 segments, en moyenne, tous sétigères et pourvus de branchies,
' suivis parfois de 1 à 7 sétigères abranches. Pas de région caudale achète.,
Branchies ramifiées en dichotomie dans un plan et dépourvues de pal-
mure. Soies dorsales capillaires légèrement limbées, à pointe finement
épineuse (f), implantées sur 2 rangs dans un parapode en forme de mame-·
lon aplati (h). Uncini à manubrium renflé au milieu, à rostre recourbé·
avec 2 dents au vertex (g). —— 13 paires de néphridies (parfois 12) s’ouv1·ant
à Pextérieur dans les sétigères V` à XVI]. Diaphragme antérieur avec
2 très longs sacs. Une paire de caecums œsophagiens ovoïdes. Gonades
très grandes, très différenciées, chez le (jl en sac réniforme volumineux (i),
chez la Q en houppe de follicules allongés (k). Au stade Clymenides, des
yeux, des soies limbées ·et des uncini à barbule sous-rostrale rappelant
. ceux des Maldaniens. ·
L. 12 à 25 cm. —- Couleur variant du jaune rougeâtre au brun rouge ou
· même au noir foncé à reflets métalliques. —— Autotoinie postérieure fre--
quente.
Galeries sinueuses dans la vase noire et fétide des creux de rochers et sous
les pierres a un niveau assez bas. — Stades Clymcnides dans les crampons de
Laminaires, les Algues et les Lit/mzhamnizmz. '
Mer du Nord; Blanche; Atlantique (Le Croisic, Arcachon, Gijon, côtes d’Ir—
lande).

ARBNICOLIDAE 165
6 G ` »·% I
Eaâ M . sé
(nan? fulllll f·
mmf <¤¤¤>li §:_î;'.
Gillmll 4%%*}, · E;
r r ' , ps sa
UÈÉB) lg; gv
(B (lllllmïl 4 ‘·«?»
num mmmn dy ré
  Wlllllm .` ` %«
  «<mn|unJ> ¤ L _ 0 'ïè ~
e 1) ‘ È  
@1%* — « É · 
 È'-.; */ \   lâ
,41 • ‘§ x lâ,. trë
’*@4;mp// l C Q E ;§
• . . 
` · ° Tt së
X ' ,®(wi»;;(/ '  
  ê et #5
«' É;] 1 È n•°°~  '  
Q Ã` 12 "È ig.  t lp ‘”'* R ,  ` m,
,,*1/ainmxxà f 4 A ( __ ~
, 4 l ( t 1 T. _, fr _ v,,_.»<- —m._(w\i\l`»1‘l`tt,_ ,u},î;§,mj,·Fî1·.,.·  4,
..»mIl1lllll.llll,lll.lll;tllll·t.lll111t’»l>t*»>z;»»,,»;»»,»i»;m\.l•l1l C, ’ ’ le ~i*~ ·
1Fm. 58. — Armicola Grubii : a, grandeur naturelle; h, région antérieure X 3; c, crochet '
moyen X 150; d, otocyste X 150. - A. ecaudala : e. région antérieure X 3; 1, soie
dorsale X 150; g, crochet x 150; h, rame dorsale X 15; i, néphridie et gonade çj';
k, néphridie et gonade Q: 1. otocyste X 150. ··— Branchiomaldane Vincmti: m. de
profil >< 12; n. région antérieure x 20; o, crochet X 600; p, soie dorsale >< 400.
A. Grubii Ctarnnizna. Fig. 58, a-d. — Arenicola Grubii Cnaranisns
1868, p. 296, pl. xxx, fig. 2; Lo Bmvco 1893, p. 10, pl. ix, fig. 2; Fnuvm.
1899, p. 166, fig. 4. A. cyanea, A. dioscurica, A. Bobretzkü Czxnmvnvsmr `
1881, p. 352, 355. A. branchialis Asmvonru 1912, p. 138, pl. xt. —
? A. branchialis Aunoum et M.·Enw.mns 18311, p. 287, pl. vm, fig. 13.
Corps cylindrique, atténué aux deux extrémités. 30 à 45 sétigères (58, a).
Prostomium fusionné avec la lèvre supérieure, l’ensemble formant un cône ·
tronqué ou une bandelette transversale un peu renflée, sans lobes latéraux
(b). Trompe globuleuse, à papilles molles, arrondies. Otocystes (stato-
cystes) clos ànombreuavotolithes sécrétés, sphériques, réfringents, homo-
gènes, de taille variable (d). - Région antérieure à 11-12 uncinigères
abranches. Région abdominale (souvent tronquée) à 20 à 30 segments,
tous sétigères et pourvus de branchies, suivis parfois de 1-3 sétigères
abranches. Pas de région caudale achète. Branchies ramifiées dans un plan,
à court pédoncule, sans membrane palmaire. Soies dorsales capillaires,
fines, légèrement limbées, peu épineuses. Uncini à manubrium renlié au
milieu, à roslrc recourbé avec 1-2 dents au vertex (c), souvent usées et

1_66 FAUNE DE Fnaivcu. - Powcuàres sxâoizurxiuus
peu distinctes chez les vieux individus. — 5 paires de néphridies s`0uvrant
à l’extérieur dans les sétigères V à IX. Diaphragme antérieur à 2 sacs
allongés. Une paire de cœeums œsophagiens ovoïdes: Gonades petites et
peu différenciées. -— Le stade Clymenides ne diffère de celui d’A. emu-
dam que par ses segments moins nombreux (Asawonrn 1912, p. 81).
L. 15 à 20`cm., sur5 à 8 mm. de large. -— Coloration vert très foncé
ou noir à reflets métalliques, Parfois brun rougeâtre ou jaunâtre foncé.
_ Galeries sinueuses dans le sable vaseux ou la vase noire fétide parmi les
cailloux et dans les creux de rocher, jusqu`à un niveau découvrant à toutes les· ·
marées. A un niveau plus bas elle est souvent mélangée à A. ecaudaza.
Mer d’Irlande; Manche occidentale; Atlantique (de l'Irlande au Maroc); Médi-
terranée; Adriatique; Mer Noire. .
G. BRANGHIOMALDANE Lmonnums.
[Arenicola FAUVEL pro parte.]
Corps de petite taille à segments branchifères divisés en 2 anneaux dont l’un
porte les soies et l’autre les branchies. — Prostomium grand, non divisé en·
lobes. Gouttière nucale peu profonde. Des yeux. Pas d’otocystes. - Une région
antérieure abranche et une région abdominale branchifère. Pas de région cau-
dale. Branchies composées de filaments simples. Soies dorsales capillaires.
Ptame ventrale en tore saillant avec une rangée d'uncini rappelant ceux des
Maldaniens. —- 3 diaphragmes antérieurs, pas de sacs diaphragmatiques. Une
seule paire de cœcums œsophagiens. 2 paires de néphridies. Pas de lipochrome
jaune-verdâtre dans les téguments. Hermaphrodite. Développement dans l`oeuf
jusqu’à un stade assez avancé.
BI'. Vincenti Laivcunrmivs. Fig. 58, m, p. — Branc/ziontaldane Vincenti
Limcsnuaivs 1881, p. 116, pl. v, fig. 21; Musxn. 1897,`p. 156, fig. 4; 1898,
p. 635, fig. 1-5; Asuwomin 1912, p. 147, pl. xx, fig. 31-33; Riom 1919,
p. 15, fig. 16. — Arenicola VincentiFAUvnL 1899, p. 165, fig. 3.
Forme jeune abranche. — Clymenides incertus Mssmn 1897, p. 154,
pl. vi, fig. 15-16; 1898, p. 637.
Corps petit, allongércylindrique, sans pigment jaune (58, m). 30 à 50
sétigères, ceux dela région branchiale biannelés. —— Prostomium conique-
ou ovoïde, avec 2 groupes de petits yeux en nombre variable (n). Trompe
globuleuse. — Pas d’0tocystes. —— Région antérieure à 17-21 uncinigères
abranches. Région abdominale à 10-28 segments tous sétigères et pourvus
de brauehies, suivis parfois de 1-2 sétigères abranches. Pas de région
caudale achète. Branchies réduites à 1-4 filaments simples, annelés, par-
tant d’une base commune. Soies dorsales les unes capillaires, limbées, à
pointe épineuse (p), les autres plus petites, aciculaires ou faiblement
limbées, à double courbure. Uncini sigmoïdes à manubrium renflé, à
rostre avec 3-4 dents au vertex (0). —- Pygidium lobe. — 2 paires.de

MALDANIDAE ' l67`
néphridies s’ouvrant à l’extérieur dans les sétigères V et VI, la seconde
paire, très longue, s'étend jusqu’au 7° ou 8°. Diaphragme antérieur dé-
pourvu de sacs. Une paire de cztecpms œsophagiens avec un conduit
commun. Hermaphrodite.
L. 8 à 25 mm., sur 0,5 à 1 mm. de large. - Coloration gris clair, rose
pale ou brunâtre.
Dans un tube muqueuxà la face inférieure des plaques de Litho:/zamnmnz
ou parmi les Algues. '
Manche (Anse Saint·Martin, près Cherbourg); Atlantique (Ténérife, Lamen-
naxs; Gijon, Riou).
.
F. MALDANIDAE l\lALMonEN.
[Maldaniens Savxciw; Clyméniens QU.=TREFAGES.]
Corps assez régulièrement cylindrique, au moins dans la région antérieure,
ct comme tronqué aux deux extrémités, sans régions tranchées, à segments
ordinairement peu nombreux. Tête sans appendices, ovoïde ou en plaque
oblique limbée. — Prostomium petit, souvent avec nombreux ocelles très
petits. Organes nucaux en fentes allongées de part. et d'autre de la caréne
céphalique. Bouche ventrale, trompe inerme, globuleuse. Segment buccal
achète. -— Parapodes biramés situés à la partie antérieure des premiers séti-
gérés, généralement au milieu du 8° sétigère et ensuite à la partie postérieure
des segments, Rame dorsale à mamelon sétigére portant des soies capillaires
limbées ou non, lisses ou épineuses. Rame ventrale en tore saillant portant
des crochets ou uncini à gros rostre surmonté de denticules, avec, au dessous,
des barbules sous·rostrales et un long manubrîum plus ou moins arqué et
renflé. Ils sont souvent remplacés par des crochets aoiculaires aux premiers
sétîgères. Pas de cirres dorsaux ni ventraux, pas de branchies. Souvent 1 ou
plusieurs segments antéanaux achètes. — Pygidium en plaque limbée ou spa-
tuliforme, ou patelliforme, ou en entonnoir garni de cirres. Anus dorsal, ou
terminal au sommet d'un cône. — Dans la région antérieure, de nombreuses
cellules glandulaires diffuses ou groupées en ceintures claires alternant avec
des anneaux pigmentés. — Tube cylindrique, membraneux, couvert de vase ou
arénacé, plus ou moins résistant. llabitent le sable ou la vase.
Remarques. -—Suivant l'état de contraction ou le mode de fixation, et par suite
de régénérations très fréquentes, l’aspect général des Maldaniens peut varier _
dans des limites trés étendues. Les individus morts dans leur _tube sont con-
tractés et presque régulièrement cylindriques. Ceux qui ont été fixés trop tard
ou trop fortement anesthésiés ont les segments moyens très allongésavec les
tores très saillants. Les segments postérieurs peuvent même prendre un aspect ·
campanulé ou moniliforxrre (fig. 63, k). Dans la région antérieure, la contrac-

168 ` FAUNE DE FRANCE. -— r0LYc¤È1·Es sÉnENTA1nEs
tion détermine au bord des segments la formation d’un bourrelet saillant qui
peut alors simuler une collerette engaînant le segment précédent. Les vérita-
bles collerettes, que l`on ne rencontre que dans quelques genres, ont un bord
mince, souvent évasé. On ne peut donc accorder qu’une valeur très relative à
la forme et aux proportions des segments.
C’est vers le S° sétigère que les parapodes passent de la partie antérieure
à la partie postérieure des segments, mais la limite entre le 89 et le 9" sétigère
est souvent très difficile à reconnaître avec exactitude.
Anwmssoiv attache une très grande importance à la répartition des cellules
glandulaires de la région antérieure. Il emploie pour les mettre en évidence le
vert d’iode qui les colore en bleu ou en vert pàle. Sur le vivant, les régions
glandulaires sont plus claires que les autres, après coloration au vert d’iode,
c’est le contraire. Il n’est pas inutile de faire observer qu’après certains fixa-
> teurs, ces glandes prennent peu ou pas le vert d'iode. En outre, pour une même
espèce, on remarque des différences très notables provenant, soit de variations
individuelles, soit de l’état de l'animal dont les cellules sécrètent d’une façon
plus ou moins active. Il ne faut donc pas attacher à ce caractère une impor-
tance exagérée. Les soies ne fournissent généralement que des caractères
d’importanoe secondaire. Les soies dorsales capillaires, toujours simples, peu-
vent être plus ou moins largement limbées, à pointe lisse ou finement barbelée.
Souvent ces barbules très fines, et très transparentes ne sont visibles qu’avec
beaucoup d’attention et un très fort grossissement. Dans certains genres,
Nicomache, Petaloproctus, on trouve en outre des soies sinueuses, molles,
. très longues et très fines, garnies d’épines très délicates (Hg. 68, i). Le plus
souvent, les soies ventrales des 3-4 premiers sétigères diffèrent des uncini des
segments suivants. Ce sont de grosses soies aciculaires, peu nombreuses
(1 à 3), sans barbules sous-rostrales, lisses, ou avec quelques denticules au
vertex.
` Le limbe membraneux qui borde souvent la plaque céphalique est échancré
en avant pour laisser passer l’extrémité conique ou arrondie du prostomium.
En outre, il présente_ presque toujours, de chaque côté, une échancrure plus
ou moins profonde. Le bord postérieur peut être lisse, échancré ou découpé`
en festons ou en dents plus ou moins marquées. Il importe de noter que chez
une espèce a limbe lisse celui-ci présente fréquemment un bord irrégulier plus
ou moins festonné et que les dents ne sont caractéristiques que lorsqu’elles sont
très nettes et très constantes. La même remarquel s’applique au limbe anal
quand il existe.
Lorsque le bord de l’entonnoir anal est découpé en dents ou garni de cirres,
ceux-ci peuvent être égaux ou bien les uns longs et les autres courts alternant
plus ou moins régulièrement. Souvent le cirre médian ventral est plus long
que tous les autres. Ici encore il faut tenir compte d’une très grande varia;
bilité individuelle dans le nombre et la grandeur respective des cirres et n’atta·
cher d’importance à ce caractère que lorsqu’il est très marqué et suffisamment
constant. Le cpne anal peut être situé tout au fond d’un entonnoir très creux
I ou au contraire naître à la hauteur des cirres, comme dans le S.-G. Praxil-
leila (fig. 62, c, i). L’anus est pourvu d’une valvule qui devient grosse et
· très visible dans certains genres (fig. 62, h).
Anwinsson divise les Maldaniens en 5 sous-familles :Lumbz·îcIyme11i12ae,

. MALDANIDAE·- ` 169
Nicomschinae, Euclymeninae, Maldsnînae et Rhodininse. Cette
dernière sous-famille n'a pas de représentants dans notre faune.
Tnnnnw mas cannes. .
1. Tête en plaque plus ou moins plate, plus ou moins inclinée en ·
arrière, entourée d’un limbe entaillé ou non ....... 2
— Tête sans plaque limbée .............. 9
2. Segment anal (pygidium) terminé en entonnoir garni de cirres,
avec anus central (fig. 59, d, e) .·.......... 3
` — Segment anal (pygidium) terminé en plaque, sans cirres, avec
anus dorsal placé sous la plaque (fig. 69, c) ........ 8
3. Soies ventrales aciculaires remplaçant les crochets à un certain ·
nombre de sétigères antérieurs ............ 4
Pas de soies aciculaires aux premiers sétigères ...... 7
4. Des rangées longitudinales de cœcums vasculaires aux derniers
sétigères (fig. 64, c) ......... G. Johnstonia, p. 184
—- Pas de czecums vasculaires aux derniers sétigères ..... 5
5. Une collerette membraneuse au ff sétigère (fig. 63, a, b). . . ·
.............. G. Clymenella, p. 181 ‘
—- Pas de collerette au 4" sétigère ............ 6
6. Des soies aciculaires ventrales aux 4 premiers sétigères. Limbe
oéphalique peu marqué. . . : . . . G. Proclymene, p. 186
— Des soies aciculaires ventrales aux 3 premiers sétigères. Limbe
céphalique bien développé ....... G. Clymene, p. 170
7. Des uncini ou crochets ventranx à tous les segments sétigères.
............... G. Axiothellafp. 183
— Pas de soies aciculaires ventrales ni de crochets au premier
sétigère ....... . ..... G. Maldanella, p. 185
8. Carène céphalique longue, haute et bien convexe (fig. 69, a, b).
. , .............. G. Maldane, p. 197
— Carène céphalique courte et plate (fig. 70, h). . G. Asychis, p. 200
. 9. Des segments à collerette. Uncini sur 2 rangs .......
' . ............ G. "Rh0dine MA1.McnEx(‘).
— Pas de collerette. Uncini sur un seul rang ....... 10
10. Pas de soies aciculaires ventrales aux premiers sétîgères. Des
soies dorsales spatulées (fig. 67, r). . G. Mîcromaldane, p. 193 ·
— Des soies ventrales aciculaires aux premiers sétigères .... 1 1
11. Segment anal terminé en entonnoir garni de cirres, avec anus
central ............. G. Nlcomache, p. 189
— Segment anal patelliforme, sans cirres, avec anus conique cen- ‘
tral (fig. 65, k) ......... G. Leiochone (2), p. 188
(1) N'appartlent pas à notre faune.
(2) Certàlns Lciuchone ont un lnmhe céphalique plus ou moins développé et quelques clrres· •

170 FAUNE un rnaivcn. —- ronïcnàrns sénsxmines
—- Segment anal muni d'une plaque foliacée concave, sans cirres,
à l surface de laquelle s’ouvre l’anus (fig. 68, c. d)t ....
.............. G. Petaloproctus, p. 194
— Segment anal tronqué obliqucment, sans plaque ni entonnoir,
avec anus subdorsal (fig. 68, q). . . G. Lumbriclymene, p. 196
' (D’après SAm·r-Josizrn, modifié).
S.-F. EUCLYMENINAE Anwinssox. ,
`G. CLYMENE Swiomr.
[Euclymene Vrniuu.; Pmxilla BIALMGREN; Praxillella Vsnnrm.; Hetcroclymene
Aawiossorx; Pseudoclymene A\R\VlDSSON; Cœsicirrus Anwinsson; Arwidssonia
Mc Inrosn; Macroclymene VEm>.u.1..]
Tête en plaque oblique limbée. Organes nucaux. parallèles, de longueur
variable. —- Des soies aciculaires ventrales aux 3 premiers sétigères. Soies
, dorsales de 2 sortes. Segments de longueur très variable. — Des antéanaux
achètes. —— Pygidium en entonnoir garni de cirres égaux ou alternativement
courts et longs, le~ ventral souvent plus long que les autres. Anus central au
sommet d’un·oône plus ou moins saillant. — Des ceintures glandulaires aux
segments antérieurs. — Tube arénacé; plus ou moins résistant.
1 . Cône anal au fond de l’entor1noirf`ormé par le pygldium (fig. 59,
d, e). Valvule peu marquée. Cirre ventral plus ou moins déve-
loppé. (S.-G. Euclymene) ......... , .... 2
—- Gône anal partant dela base des cirres (62, c, h). Valvule ven-
trale très marquée. Cirre ventral bien plus grand que_lcs autres.
(S.-G. Praxillella) ................ 7
.2. Au moins 40 segments] ..... Cl. santanderensis, p. 177
— Moins de 40 segments. . ` ......... _ . . . 3
3. Limbe dentelé au bord postérieur et incisé de chaque côté _
(fig. 59, c) .................... 4
-— Limbe non dentelé, avec une échancrure de chaque côté et une`
postérieure (61, k) ................ 5
4. 19 sétigères, 3 antéanaux. Eutonnoir anal profond, strié.
.............. Cl. lumbricoides, p. 172
-—- 19 sétigères, 5 antéanaux. Entonnoir peu creux, lisse, cône anal
large .............. Cl. robusta, p. 174
5. Bord postérieur du limbe largement échancré en V. Cirres anaux
égaux sauf le ventral nettement plus long. . Cl. collaris, p. 172
anaux. Pour Auwxnssov, c’est surtout la présence d‘un bouclier glandulaire triangulaireà la face
V€Illl`Bl€ du 8° setlgere qlll CK|‘AUlÉI`lSC UC §€DI‘€·

niatnminan 171
—— Bord postérieur du limbe faiblement échanoré ....... 6 ·
6. 20 à 22 sétîgères, 3 antéanaux achètes. Entonnoir court à cirres
anaux larges et plats subégaux, le ventral un peu plus grand._ _
............... Cl. palermitana, p. 17G·
—- 19 sétigères, 3 antéanaux,1e dernier très petit. 7 à 10 grands
cirres anaux alternant avec d’autres très courts, souvent bifur-
ques (fig. 60, e) .......... Cl. (Erstedîi, p. 173
7. Prostomium conique terminé on prolongement digitiforme
ntig. 62, m) ............ C1. gracilis, p. 178
—— Prostomium terminé en cône·obtus .......... 8
8. 19 sétigères et 4 antéanaux. Des bandes glandulaires distinctes
aux segments antérieurs ...... C1. praetermissa. p. 179
— 18 sétigères et 3 antéanaux. Glandes des segments antérieurs
diffuses ......... . ..... Cl. afiinis, p. 180
-— 17 sétigères et 3 antéanaux. . . . 2 . Cl. lophoseta, p. 181
‘   LH /   .
1 \*   ·
  C \  É 6 e, il
  .   . ii
;; //. . ·\ R 0
É · y l çi
  ' _ @ i}
  V
Qi î /
 ~ ii
F1 b , ·· V
* D r   ii
I î \ I
Uv ·~ ‘ • \ p
V
I   ii
n
i è —'f' T,
* _ ' O
L
d ' )
i lil 111 ·
. d ,,,m\`
. · g i il 1,, 9 L ·
É ' ` ·
m` m b l. I
Fm. 59. — Clymene lumbricoidcs : a, grandeur naturelle. Les bandes foncées corres-
pondent aux zones pigmentées de rouge, les bandes claires aux régions glandulaires;
b, région antérieure, de profil >< 2;_c, tète, vue d’en dessus x 3; d, région posté-
rieure,facevent1·ale ><,3; e,entonnoir anal, de face >< 4; 1, crochet aciculaire du 2** seti-
gère x 100; g, crochet ventral (uncinus) >< 150; h, soie capillaire Iimbèe >< 150; i,
soie pennée >< 150. -—- Cl. collarisa k, téte(d’après Ctaranànn); 1, région postérieure;
m, tète (d’après ()m.ANnx); n, crochet ventral x 100; 0, crochet aciculaire du l" Séti-
gère >< 130. _ •

172 FAUNE DE Frmivcs. - romrcnizrss siânammiaas `
Cl. (Euclymene) lumbricoides. Quxrnnmcss. Fig. 59, a-i. -— Clymene
lunzbrzboides Qnarnsmoss 1865, ll, p. 236; SAlNT··lOSEPH 1894, p. 134,
pl. vi, fig. 160-165; FAUVEL 1927, p. 473. Cly. zostericola et (fly. mo-
desta[‘) QUATREFAGES 1865, ll, p. 237, 239. Cly. lumbricalis l\1.-Eowanns
(non Fanmcws) 1849, pl. xxu, fig. 2. —-? Cly. brachysoma ORLANDI
1898, p. 14, pl. v, fig. 17-21. —— Euclymene Zumbricoides Vnnniu. 1900,
p. 655; Aizwmssoiv 1906, p. 218. —-- Praxillella Zumbricoides Aucnivsa
1910, p. 233. -—- Axiothella. zetlandica Mc livrosu 1913, p. 106. -—
Arwz'dssom'a ·zetZandz'ca Mc INTOSH 1915, p. 331, pl. xcix, fig. 6, cx,
fig. 5; Riom 1919, p. 17, fig. 18. ·
Corps épais, cylindrique, faiblement atténué à partir du 15° segment
(59, a). 19 sétigères et 3 antéanaux achètes. —— Tête en plaque ovale
oblique, bordée d’un limbe membraneux découpé en 7 à 14 festons ou
dents à son bord postérieur et incisé sur les côtés (b, c). Prostomium
conique. Ocelles souvent indistincts. Carène et_2 sillons nucaux parallèles
s’étendant en ligne droite jusque vers le milieu de la plaque céphalique.
Trompe globuleuse avec gros plis à la base. Segment buccal achète à ·
pigmentation diffuse. —- Bandes glandulaires claires étroites ou diffuses
aux premiers segments, très marquées et occupant la moitié antérieure
des segments aux sétigères 4-8. Une ligne longitudinale saillante au
milieu de la face ventrale à partir du 6°-7° sétigère. - Soies dorsales de
2 sortes : capillaires limbées (h) et plus fines pennées (i). Aux 3 premiers
sétigères, 1 ou 2 gros crochets obtus à la rame ventrale ff). Aux suivants,
une rangée transversale d’uncini à rostre recourbé surmonté de 5-6 crê-
tes au Vertex, à barbules sous-rostrales de chaque côté et manubrium
renflé (g). Tores uncinigères renflés, glandulaires. 3 antéanaux courts, à
bourrelet saillant avec petits tores achètes (d). —- Pygidium en long
entonnoir membraneux, avec un bourrelet saillant à la base. Il est fine-
ment strié longitudinalement et porte 30 à 40 cirres subégaux ou irré-
gulièrement alternés de longueur différente te). Anus au fond de l’enton-
noir au sommet d’un cône plus ou moins saillant à plis rayonnants. ——-
Tube épais, résistant, encroûté de gravier et de coquilles.
L. Jusqu’à 12-15 cm. et plus, sur 6 à. 9 mm. de diamètre. — Corps
rosé ou brun clair avec des bandes transversales rouge brique ou grenat
aux segments 4-8, alternant avec les bandes glandulaires blanches. Tores
uncinigères clairs.
A mer basse, dans le sable des prairies de Zostères, au contact des rochers
et des pierres.
Manche; Atlantique; Méditerrannée (Naples). — Mer du Nord (Shetlands).
Cl. (Euclymene) collaris (CLAPARÈDE). Fig. 59, k—o. —- Clymene collaris
Oanmnx 1898, p. 8, pl. v, fig. 1-4; Fauvsx. 1909, p. 11; SAINT-Jossru
‘ _ `(I) Non Athxxnssox 1922, p. 32, qui ne correspond pas au type de Quunsmcss du Muséum.
Sx

Mannaivinaa 123
1906, p. 233. — Pmxilla collaris Cnaranèon 1868, p. 454, pl. xxvr,
fig. 2; Lo Bianco 1893, p. 20. _
Corps alllongé, presque cylindrique. 19 à 21 sétigères et 3 antéanaux _
achètes. 4° sétigère court et large. Tête entourée d’un limbe uni, bien
développé et largement échancré en V à son bord postérieur (59, k, m).
Prostomium conique, obtus, saillant avec des »oce1les sur les côtés.
Carène et sillons nucaux divergents s’étendant sur la plus grande partie
de la plaque céphalique. Trompe petite à papilles très fines. Segment
buccal achète à pigmentation diffuse. — Soies dorsales de 2 sortes : _-
capillaires limbées et filiformes plus longues très finement pennées,
paraissant lisses aux grossissements moyens. A la rame ventrale des
3 premiers sétigères, 1 ou 2 crochets aciculaires ai rostre oblique avec
2-3 denticules obtus au vertex (0). Aux segments suivants, une rangée
transversale d'uncini à rostre recourbé, à vertex élevé avec 3-4 dents,
des barbules sous-rostrales à double courbure, un manubrium.recourbé
à épaulement très marqué (n}. Tores uncinigères renflés, glandulaires.
Le 1·' segment antéanal a des tores achètes, les 2 suivants sont réduits
chacun à un bourrelet saillant (1). —— Pygidium en entonnoir évasé avec un
gros bourrelet à la base. 16-23 cirres égaux à Pexception du ventral qui
· est presque 2 fois plus long que les autres. Au fond de l’entonnoir, cône
anal surbaissé. — 'I`ube très fragile formé de petits grains de sable. ‘
L. 5 à 15 cm., sur 1 à 5 mm. de diamètre. — Rose verdàtre, au 4° seti-
gère, un liséré rouge antérieur et un postérieur, du ·5° au 7°, une bandé
rouge postérieure, et une antérieure au 8°· '
· Dans le sable à une profondeur de 1 à 4 mètres. _
' Méditerranée (MOIIHCO, Marseille, Naples).
Cl. (Euclymene) (Erstedii Cnuanùoa. Fig. 60, a-î. — Clymene (Erstedif
C1.ar·Ani:n1a 1863, p. 28, pl. xm, fig. 6-13; S.mvr-Josarn 1894, p. 13. pl. vr,
_ fig. 166; Riom 1917, p. 34, fig. 7. Cly. dzgitam Gnuua 1863, p. 54, pl. v,
fig. 5. Cly. (,'laparedez'OnLaivnx 1898, p. 17, pl. v, fig. 2225. — Eucly-
mené (Ersledi Anwinssoiv 1906, p. 218. — Pseudoclymene CErstedz'
· Mc lmrosu 1915, p. 338, pl. c, fig. 22, cr, fig. 9, cvm, fig. 12. —- Praxil-
lella (Erstedi Anc:-man 1910, p. 233. — Axiolhea calenata. Cunxincuasr
' et RAMAGE (non Maxmcnnxl, 1888, p. 679, pl. xnu, fig. 42. -· Caesz'cz'r1·us
n‘ègZ«2ctus Anwxossox 1911, p. 217. pl. xvu, fig. 1-9, xvm, fig. 10-12, xxx,
fig. 20-26; 1922, p. 36, pl. rr, fig. 36-40. — Leiocephalus coronatus
Quxrnuracns 1865, p. 242, pl. xr, fig. 1-.9. ,
Corps filiforme, très fragile (60, a). 19 sétigères et 3 antéanaux achè-
tes(‘)i Parapodes du 7° sétigère au milieu, ou parfois au tiers postérieur·
du segment. Téte petite, en plaque ovale oblique bordée d’un limbe
membraneux peu élevé, entier ou faiblement incisé on arrière et sur les _
fl) Le 3·= antéanal a échappé à la plupart des auteurs. ` ·.‘

174 Musa ne Fnaivca. -—- Po1.vcHÈTEs sénaxuxnas
côtés ou légèrement festonné (b, e). Prostomium conique, court, avec de
nombreux ocelles sur les côtés. Carène et sillons nucaux parallèles
. s’étendant environ sur les deux tiers de la plaque céphalique. Trompe
globuleuse, légèrement plissée à la base, sans papilles. Segment buecal
achète à pigmentation diffuse. — Des ceintures glandulaires sur les
6 premiers sétigères en avant des parapodes, et, au 7", sur presque tout
le segment, au 8**, sur le tiers postérieur. Du 3* au l4°, une large bande
glandulaire longitudinale, ventrale et, parfois, des bandes longitudinales
étroites sur les côtés du 8° au 12°. Soies dorsales de 2 sortes : capillaires
bilimbées et plus fines pennées (g). Aux 3 premiers sétigères, à la rame
ventrale, 1-2 crochets aciculaires à rostre oblique avec 2-3 dents obtuses
au vertex (f). Aux suivants, une rangée transversale d’uneini à rostre
recourbé, à vertex très élevé avec 4-5 dents, des barbules sous-rostrales
de chaque côté du rostre, manubrium recourbé avec épaulement très mar-
qué (h). Tores uncinigères renflés, glandulaires. Les 2 premiers segments
antéanaux, très courts, ont des tores achètes, le 3°, très petit, est réduit à
un mince bourrelet peu visible (d). — Pygidium en entonnoir évasé avec
un gros bourrelet à la base. 7 à 10 grands cirres dont le ventral est
parfois plus long. Entre eux, dans chaque intervalle, 1 à 4 petits cirres _
courts, coniques, souvent bifurqués ou crénelés à l`extrémité (e). Cône
anal surbaissé. —— Tube cylindrique de sable fin aggloméré, fragile.
L. 6 à 10 em., sur 1 mm. — Coloration rose ou»b1=un clair, un liséré
'rouge au bord postérieur des 4 premiers segments et une large bande
aux 4 suivants.
A mer basse, dans le sable fin et dans les prairies de Zostères. En immense
quantité sur certaines plages. ' ' ·
Mer du Nord (Forth); Manche; Atlantique; Méditerranée (Naples); Adria-
tique. `
Noza. —- Cette espèce présente des variations très fréquentes dans la lon-
gueur des segments (7** et 8°), le limbe, les ocelles, le nombre et la disposition
des cirres anaux, les bandes glandulaires et pigmentées. Elle est très souvent
régénérée.
Cl. (Euclymenel robusta (Aawiossox). Fig. 60, k-p. — Heteroclymene
robuste Anwrnssox 1906, p. 227, pl. v, fig. 171-178, x, fig. 318-320, xxx,
fig. 371-372; 1911, p. 224; SoU'rmanN 1914, p. 135; Mc livrrosn 192*3,
p. 494; ALLEN 1915, p. 639.
Corps cylindrique. 19 sétigères et 5 antéanaux achètes (60, k). —- Tête
en plaque ovale oblique bordée d’un limbe légèrement festonné, avec
une échancrure de chaque côté et une postérieure moins marquée. Pros-
tomium court, obtus (n). Pas d`ocelles. Carène et sillons nucaux paral-
lèles s`étendant sur la plus grande partie de la plaque céphalique.
Trompe globuleuse, à papilles peu saillantes. Des bandes glandulaires
antérieures aux sétigères 1·9 et s`étcndant en arrière des parapodes au

Mannaxxoan • 175
3° et·4°. Un champ glandulaire marqué de chaque côté du segment
buccal (k). — Soies dorsales de 2 sortes, les unes capillaires limbées,
les autres finement pennées. A la rame ventrale des 3 premiers sétigèrcs,
une grosse soie aciculaire en aiguillon à pointe mousse (0). Aux segments
suivants, une rangée transversale d’uncini à rostre surmonté de 7-8 dents
au vertex (p), barbules sous-rostrales à double courbure, manubrium peu
renflé. T ores uncinigères renflés, glandulaires. Les 3 premiers antéanaux
sont longs, à tores bien marqués mais achètes, le 4° et le 5°, très courts,
sont réduits à un bourrelet saillant (l). — Pygidium en court entonnoir
bordé de cirres anaux dont, quelques-uns sont longs, surtout le ventral,
les autres, plus nombreux, courts, coniques (in). Anus au centre d’un dis- I
que plan ou déprimé. Une petite valvule anale. — Tube de sable et de
débris de coquilles, cylindrique, épais, rigide.
L. Jusqu`à 15 cm., sur 3 mm. de large: — 3° sétigère ponctué de rouge,
un liséré antérieur·au 4**, une bande rouge postérieure du 5° au 7°, le
reste jaune·brun.
/ _ e , _ `
 ' 'éilg., ’ L   it
\ -3 *   /  
·  /   #1 À)
 — ' ·  
  I ng`? l "
  M ' \§i'  
U ,,` et à à
b   c·.Él" , ·,§* ·
'.__ p \ / ` ·   i__•_;1
I   " U  
É z r (tv / ‘  
' ( ~ /'·«· ·—\   — if  
r \ Ã 6 Y [ , K 4 C " _ ·\
\ , n ·
d ( ·' ‘»1
i ,, ( M i  
’·  [ ir  
al   4* 64 É [_ 
  ,/ î ( 2
\ . ~
* D <> L , v P ” agi
Fin. 60. —- Clymane Olïrstedii : a, région antérieure. Les bandes foncées correspon-
dent aux anneaux rouges >< 4; h, c, tète, d’en dessus et de profil >< 6; d, région
postérieure >< 6; e, entonnoir anal, de face >< I2; f, croc aciculaire du 2* sétigère
x 150; g, soie pennée >< 400; h, i, crochet ventral, de profil et de f`ace >< 400. -
CI. robuste : k, région antérieure. Zones glandulaires colorées par le vert d’i0de,
>< 2; l, région postérieure >< 2; m, entonnoir anal >< 5; n, tète, vue d‘en dessus >< ii:
o,crochet. acicutaire du 3° sétigère >< 250; p,crochetventrai >< 300 (d'aprèsAmvinssof~).

176 FAUNE DE FRANCE. —— rowcniarns s1â¤EN·rA1nEs
C .
A mer basse, dans le sable, et dans les dragages sur fonds de sable, de
coquilles ou de vase.
Mer du Nord; Atlantique (côte Ouest d’Irlandej; Manche (Plymouth).
  W M É  X  il  m
, ~ . . . ( ` ’   ‘ J I w  
if ç`  É É jî- w
i1 · E _   ‘ .3 ( , È gg
    ' it QE
` "”    E- li 1 ü
Q / ' ‘
È C "îèii I \
ir .   m té
t y · \
1 4 , .   È 1
4   E té
b 1 ( Q \ -1   ·, î
· É . 2  . · ` f
 . .   t L se  _î\      
Maia, ,, _____ î } ; ' '
 ' » i*’*¢â¥=   ~ï  §
dd   ·.. ._,, fa", È; È
 0- ltlitttiiîl   î    ,  ~·~
»' U · gt  *1 ïiii--' kr -` _ ·>
=   ,i‘ë1îii11iil . i _ * 1 
,¢ , /1 Ãâ'^ È"_ 9 1) 4 — . (
_  0 P ll W
Fm. 61. ~—Clymerze scmlanclerensis :a,tête, de proûl X 4; b, tête, vue d’en dessus X 4;
c, région postérieure >< 6; d, crochet ventral >< 150: e, croc aciculaire du l" sétigère
>< 120; f, soie capillaire >< 120; g, soie lxmbée >< 120; h,soie pennée >< 200 (d’après
Hxoiai. — Cl. pzzlermitana : i, région antérieure. Les bandes foncées correspondent
aux anneaux pigmentés, >< 4; k, 1, tête, plus ou moins contractée, vue d’en dessus
>< 6; m, n, région postérieure, face ventrale >< 4; 0, croc aciculaire du 3** séugère
><;40; p, crochet ventral >< 150; q, soie pennée >< 400. _
C1. (Euclymenel palermitana Gamin. Fig. 61, i-q. — Clymene paier-
Jnitmza GRUBÉ 1840, p. 66; Onnaxni 1898, p. 10, pl. v, fig. 5-9; FAUVE1.
1907, p. 28. —-— Euclymenc palernzitana Anwiossoiv 1906, p. 21’Z.
Corps épais, cylindrique. 20 à 22 sétigères (?) et 3 antéanaux achètes
(61, i,m1. Sc sétigère court, 9° et 10° très longs. -— Tête en plaque ovale
oblique bordée d’un limbe membraneux bien développé, avec une échan-
crure postérieure et 1 ou 2 petites sur les côtés (k, 1). Prostomium conique
obtus. Parfois des ocelles. Carène et sillons nncaux parallèles s’étendant
environ sur les deux tiers de la plaque céphalique. Trompe globuleuse,
’ plissée à la base, avec papilles basses; Des cellules glandulaires diffuses
au segment buccal et aux 3 premiers sétigères, puis du lt" au Se, une

mnoasxnan 177
ceinture glandulaire en avant des parapodes. A· partir du 9“ une bande
ventralc longitudinale. —— Soies dorsales de 2 sortes 1 capillaires bilimbées
et plus fines pennées (q]. A la rame ventrale des 3 premiers sétigères, un
gros crochet acîculaire sigmoïde à manubrîum renflé et strié transversa-
lement; à rostre oblique, pointu, lisse (0). Aux segments suivants, une
rangée transversale d’uncini faiblement arqués, à rostre reeourbé avec
nombreux denticules très fins au vertex, à manubrîum peu renflé, à bar-
bulcs sous-rostrales à double courbure (p). Tores uncinigères renllés, _
glandulaires. Le 1°' segment antéanal ne diffère du dernier sétigère que
par l’absence de soies et d’uncini, les deux suivants, très courts, sont
réduits à un bourrelet saillant (m, n). —- Pygidium en court entonnoir
avec un bourrelet bien marqué, 20 à 30 cirres aplatis égaux ou dissem-
blables et un médian ventral plus long et plus large (très variable). Cône
anal plus ou moins saillant au fond de l’entonnoir. — Tube cylindrique,
fragile, de sable aggloméré. .
L. 8 à 17 em., sur 2 à 3 mm. de diametre. — Coloration jaune rou-
geâtre à reflets naerés dans la partie antérieure, jaune clair postérieu-
rement. Une bande transversale rouge sombre à la partie postérieure des
sétigères 4 à 7 et un liséré rouge au bord antérieur du 4s. `
Dans le sable et dans les herbiers de Posidouies à une profondeur de 1 à
2 mètres.
Méditerranée (Monaco, Naples, Palerme, côtes de Tunisie).
Cl. (Euclymene) santandereusis Rxoia. Fig. 61, a·h. —- Clynzene san-
tanderensis Riom 1917, p. 1, fig. 1. -- Y? Cly. monilis Fnvvnt. 1901,
p. 89, fig. 31~·42. — ?Macroclymene monilùx Aucsrzsn 1918, p. 485,
fig. 78.
Segments très nombreux, environ 40 sétigères. Très fragile. Un _
antéanal achète (?). — Tête en plaque ovale (oblique bordée d’un limbe
membraneux avec une petite incision de chaque côté et une postérieure
(61, a·h). Prostomium triangulaire, proéminent. Carène et sillons nucaux
parallèles s’étendant en ligne droite sur les deux tiers de la plaque
eéphalique gb). Trompe glebuleuse, lisse, sans papilles. — Aux 6 pre-
miers sétigères, les parapodes sont situés à la partie antérieure du
segment; au 7s et au 8° ils sont au] milieu et, à partir du 9“, ii la partie
postérieure renflée. Les 4 premiers segments sont très courts, les suivants
de plus en plus longs jusqu‘au 10°; les 7-8 antéanaux et surtout les 3 der-
niers sont très courts mais pourvus de soies. — Soies dorsales de 3
sortes zles unes grandes, limbées (g), d’autres capillaires lisses plus
courtes et plus fines (f) et d’autres capillaires pennées (hl. A la rame
ventrale des 3 premiers sétigères, un gros crochet aciculairc à rostre
recourbé, à manubrîum renflé (e). Aux suivants, une rangée transversale
d’uncini à rostre reeourbé surmonté au vertex de 5 dents, à barbules
sous-rostrales à double courbure et manubrîum renflé (d). Tores uncini-
I2

178 mom; on FRANCE. —-— rowcuàras SÉDENTAIRISS
gères renflés, glandulaires. — Pygidium en entonnoir avec un bourrelet
saillant à la base et portant 25 à 30 cirres inégaux (c), les uns longs, les
autres courts triangulaires, alternant plus ou moins irrégulièrement; Le
cirre ventral est plus long que les autres. Un petit renflement annulaire
précédant le pygidium paraît être un antéanal achète. Anus au fond de
l’entonnoir au sommet d’un cône surbaissé. —- Tube arénacé dépassant le
sable de 10 à 15 mm.
L. 10 à 15 cm., sur 2 à 2,5 mm. de largeur. —- Coloration ? .
A mer basse, dans le sable. - Atlantique (très abondant dans la baie de
Santander).
Nota. — Cette espèce semble très voisine de la Cly. monilis, les différences
proviennent peut-être simplement du mauvais état des spécimens delaCasamance.
01. (Praxillella) gracilis (Sans). Fig. 62, m·p. —— Clymene gracilis
M; Sans 1861, p. 256. - Praxilla gracilis Matmcnmv 1865, p. 192,
1867, p. 210, pl. x11,iig. 63. —- Pra.2¢z'Zle·IIa gracilzls Anwinssoiv 1906,
pt 183, pl. xv, fig. 153-155, v, fig. 156-158, xx, fig. 302-307, xu, fig. 367;
1922, p. 25; Mc livrosn 1915, p. 324, pl. ci, fig. 5. ‘
Corps subcylindrique sensiblement atténué en arrière. 18 sétigères (?)
et 4 antéanaux achètes. —— Tête en plaque oblique bordée d’un limbe
membraneux avec une incision de chaque côté, entier en arrière ou
faiblement incisé. Prostomium conique terminé en prolongement digiti·
forme (62, m). Parfois des ocelles. Carène et sillons nucaux parallèles
très longs. Trompe globuleuse à papilles saillantes. Du 4** sétigère inclu-
sivement jusqu'aux parapodes du 8° le corps est uniformément et forte-
ment glandulaire. Une bande glandulaire antérieure aux sétigères 1-3.
, —- Soies dorsales de 2 sortes, les unes capillaires limbées, les autres
filiformes pennées, celles du 10% sétigère sont plus fortement barbelées,
plus minces et plus nombreuses. A la· rame ventrale des 3 premiers.
sétigères, 1-3 gros crochets aciculaires à rostre oblique\obtus surmonté
de 1-3 dents au vertex (0). Aux suivants, une rangée transversale d‘uncini
à rostre recourbé surmonté de 5-7 dents au vertex, avec un pinceau de
barbules sous-rostrales àdouble courbure et un manubrium peu renflé (p),
Tores uncinigères renflés, glandulaires. 4 antéanaux dont les 2 premiers
sont longs avec des tores achètes, le dernier est plus court. —- Pygi-
dium allongé, plissé longitudinalement, sans bourrelet à la base et
terminé par 18 à 27 cirres sub—égaux, à l’exception du ventral, plus long.
Grand cône anal saillant avec une valvule assez pointue (nl. —— Tube
arénacé, droit et libre.
L. 35 à 76 mm., sur 1 è. 2 mm. de diamètre. ·— Coloration inconnue.
Sur fonds de sable ou de vase.
Mer du Mord ; Mer d’lrlande (Clyde); Manche `?;‘ Atlantique (cap Finisterre);
Méditerranée; Adriatique (Trieste). -- Mers arctiques.

MALDANIDAE 179
à ] î`-? ' 5
I
l l ‘
\\`
W gg iii 11
O, s / ix F
9 . m q jl"' \ 0
p 1
_ /
/ / i.-L t O
,... I ]· '
—- ¢/ ly Q
_ _ .·   .
';. pf
!  b !
W? 1  P
C C   ,
T d 'U b i U.
~o1.Qy·P’~ g i, li l U.
F10. 62. — Glymene (Praxillella) praelermzlssa : a, tête vue d’en dessus X 8; b, enton-
noir anal >< 8;c, région postérieure >< 1: d, croc aciculaire du l°"sétigère >< 300; e,
crochet ventral x 450. -— ('l. (Pr.) af/ini.: : f. tète >< 8; g, extrémité antérieure,
face ventrale >< 10; h, pygidium x 9; i, extrémité postérieure >< 3; k, croc acicu-
laire du l" sétigère >< 450; l, crochet ventral >< 760. — Cl. (Pr.) gmcilis: m, tete
x 4; n. région postérieure X 3; 0, croc aciculaire du l" sétigère >< 100; p,
crochet ventral >< 300 (imité d’AuwmssoN). — Cl. (Pr.) lophoseta : q, r, tète, d’en
dessus et de profil >< 9; s. région postérieure >< 9; t, croc aciculairc >< 200; u, cro-
chet ventral >< 100 (d’après ORLAND1).
Cl. (Praxîllella) praetermissa (Mamxcnrzw). F ig. 62, a·e. -— Clymene pme-
termissa. Lnvmsuiv 1883, p. 144. — Praxilla praetermzZs·sa. MAr.McnEN
1865, p. 191, 1867, p. 209, pl. xii, fig. 62. P. m·ctz'ca· Mamionizx. 1867,
p. 210. —— Praxillellapraete1·mz'ssa Amvrnssoiv 1906, p. 192, pl. 1v,fig. 136-
143, ix, fig. 294-296, xxx, fig. 361-363, 1922, p. 28; Mc Iwrosu 1915, p. 327.
Corps subcylindrique sensiblement atténué en arrière. 19 sétigères et
4 antéanaux achètes (62, c). -·- Tête en plaque oblique bordée d’un limbe
membraneux avec une incision de chaque côté et une postérieure plus ou
moins nette (al. Prcstomium court, obtus. Pas d’ocelles. Carène et
sillons nucaux parallèles moyennement longs. Trompe globuleuse .à
papilles peu saillantes. Des bandes glandulaîres antérieures aux séti-
gères 1-8, s’étendant jusqu’en arrière des parapcdes au 4 premiers. ——
Scies dorsales de 2 sortes, les unes capillaires limbées. élargies, les autres

180 FAUNE DE FRANCE. -· 1·o1.vcnE·1·Es SÉDENTAIRES
filiformes mais non barbelées. A la.rame ventrale des 3 premiers seti-
gères, 2 à 5 gros crochets aciculaires à rostre oblique obtus surmonté
de 3-5 dents au vertex avec, parfois, une barbule sous-rostrale rudimen-
taire (d). Aux suivants, une*rangée transversale d’uncini à rostre re-
courbé, surmonté de 5-6 dents au vertex, barbules sous—rostrales en
2 touffes latérales et manubrium peu renflé (e). Tores uncinigères renllés,
glandulaires. 4 antéanaux allongés dont les 2 premiers portent des tores
achètes (c). — Pygidium court, plissé longitudinalement avec. parfois, un
bourrelet à la base, environ 20-30 cirres coniques subégaux, à l`excep-
’ tion du ventral plus long. Cône anal saillant, bien développé (b). — Tube
arénacé, fragile, droit et libre.
L. 4 à 10 cm., sur 2 mm. de diamètre. - Coloration : 8-9 premiers
segments plus ou moins ponctués de brun rougeâtre avec une bande
antérieure claire aux segments 4-8.
Sur fonds de vase et de sable coquiller.
Mer du Nord; Manche ?; Atlantique (Cap Finisterre); Mer d’I1·lande (Clyde)
Méditerranée (Marseille); Mer de Marmara. - Mers arctiques.
Cl. (Praxillella) affinîs (Sans). Fig. 62, f-l. -— Clymene affinis Sans 1872,
Èp. 412. — Praxillella afjînis Aiuvmssox 1906, p. 177, pl. iv, fig. 145-152,
ix, fig. 297-301, xii, fig. 364-366, 1911, p. 215, 1922, p. 28; Mc Iivrosu
1915, p. 333. ,
Corps cylindrique, elfilé. 18 sétigères et 3 antéanaux achètes. ——_'l'ête
en plaque ovale oblique bordée d’un limbe membraneux avec une inci-
sion postérieure et une de chaque côté (62, f). Prostomium conique obtus.
Des ocelles (g). Carène et sillons nucaux parallèles très longs. Trompe
globuleuse à papilles peu saillantes. Bandes glandulaires antérieures
aux 2 premiers sétigères; du 3* au 8° elles occupent presque toute la
surface des segments. Une·bande glandulaire longitudinale ventrale à
partir du Ss sétigère. - Soies dorsales de 2 sortes, les unes capillaires
limbées, les autres iiliformes pennées, celles des 10” et 11** sétigères sont
plus fortement barbelées, plus minces et très nombreuses. A la rame ven-
trale des 3 premiers sétigères, 2-3 gros crochets aciculaires à rostre
oblique, obtus surmonté de 2-4 dents (k). Aux suivants, une rangée
transversale d’uncini à rostre recourbé surmonté de 5-6 dents au vertex
avec un pinceau de barbules sous·rostrales à double courbure et un ma- _
nubrium peu renilé (1). Tores uncinigères renflés, glandulaires. 3 antéa-
naux de taille décroissante dont les 2 premiers ont des tores achètes li).
- Pygidium allongé, plissé longitudinalementgsans bourrelet à la base
et terminé par 12 à 27 cirres anaux subégaux à Pexception du ventral,
plus long (h). Cône anal très saillant avec une grosse valvule. —— Tube
arénacé, droit, libre.
L. 20 à '60 mm. — Du 3= au 7° sétigère, ponctuations rouges éparses
uniformément.

nrarnauxnnn 181
Vase et sable vaseux, à mer basse et dans les dragages.
Atlantique (Côte Sud d’Irlande); Mer d'Irlande (Clyde); Mer du Nord (Hartle- `
pool, cotes de Suède et de Norvège).
Cl. (Praxillella) lophoseta Onnmvor. Fig. 62, q-u. ·-— Clymene lophoseta I
Onnanoi 1898, p.· 13, pl. v, fig. 10-16.
17 sétigères et 3 antéanaux achètes. — Tête en plaque peu inclinée
bordée d‘un limbe médiocre ouvert en avant et faiblement incisé en arrière
et sur les côtés (62, q, r). Prostomium obtus, Carène et2 sillons nucaux
rectilignes s’étendant sur toute la longueur de la plaque céplialique. ——
' Soies dorsales capillaires les unes longues et flexibles, les autres moins
souples. Aux 3 premiers sétigères, à la rame ventrale, 2 à 4 crochets aci-
culaires à rostre recourbé avec 2 denticules au vertex(t) ; aux suivants, des
uncini nombreux à rostre surmonté d’un vertex très large à 3-4 denticules,
à barbules sous-rostrales recourbées vers le haut et à manubrium renflé
(u). Les 3 segments antéanaux sont égaux aux derniers sétigères et n’en
diffèrent que par l‘absence des _soies et d`uncini. — Le pygidium se ter-
mine en pône très élevé portant l’anus avec une valvule anale très déve-
loppée (s). Ce cône est entouré à la base d’une expansion membraneuse
découpée en 25 cirres assez longs, arrondis à l'extrémité et tous égaux à
l’exceptîon du plus ventral qui est deux fois plus long. —- Tube mou et
fragile. _
L. 50 mm., sur 1 mm. — Coloration assez uniforme jaune rougeâtre
(à l’exception du limbo céphalique et du pygîdium qui sont blancs) avec '
un pointillé rose rouille sur les segments 4-8. Une tache semilunaire de
petits points semblables au bord postérieur de chaque parapode.
Golfe de Naples, à une profondeur de 20 mètres, environ.
Nom. — Uataxm attribue à cette Clymène des soies capillaires plumeuses
caractéristiques. Il s'agit en realité d'Algues parasites comme on en rencontre
fréquemment sur les soies des Annélides.
Cette espèce parait très voisine de la Praxillella a/finis Sims et lui est peut-
être identique. Mansxzaxmnn a signalé P. gmcilis (?) dans la Méditerranée.
Anwmsson a eu aussi de Trieste une forme très voisine, qui est peut-être la
Cly. lophoseta,
G. GLYMENELLA VEnn1x.r.. .
Tête en plaque oblique limbée. Organes nucaxix parallèles, droits. — Pygi-
dium en entonnoir garni de cirres. Anus central au sommet d‘un cône saillant
au fond de l'entonnoir. -- Des soies aciculaires ventrales aux premiers séti-
gères. Soies dorsales de 2 sortes. Segments antérieurs courts. Une collerette
membraneuse au bord antérieur du i' sétigère (fig. 63, a, h). Des antéanaux
achètes. Des ceintures glandulaires plus ou moins marquées aux 8 premiers
sétigères. — Tube mince, arénacé.·

  FAUNE DE FRANCE. - POLYCHÈTES SÉDENTAIRES
Nota. - Ce genre ne diffère de Clynzenc que par la présence d’une colle- ·
rette au E6 sétigère.
. ·$ .— [É 7   /,1]/ ,
,i::  r '# ii
s [ [ '
' 3 sr, 4
` à 1 [
àl J [ .
l ' it —
. ·¢ 8
/ "@ É A \d
A b`  \ ( [ l [
  ¢ '*¤· _i
É ` `  " . [ ss ·
F È
C * u
.. É
si -.2
T J i m
9 * Q lîa-
4 ·` ·:""1§:.v
Q ‘€ \ ’ 
· 4 ®* i [ - ·· —·
  d 2  9 bN[ 1. 
Fm. 63. — Clymenetla cincta : a, région antérieure >< 4;' h, 3**-5° sétigères, coté droit
>< 4; c, 7°-9° sétigères >< 4; d, tête, vue d’en dessus >< 4; e, croc aciculaire >< 60;i, cro-
chet ventral >< 120; g, soie pennée >< 400; h, soie limbée >< [50. -— Axiothalla com-
wicta : i, extrémité antérieure, de profil >< 6; k, extrémité postérieure >< 6; 1, soie
limbée; m, crochet ventral (d’après CLAPARÈDE).
Clymenella (‘?) cîncta <SA[NT·JOSEPH). Fig. 63, a-h. —-— Maldane (É') cincta.
SA1N1~—JosEPn 18%, p. 142, pi. vi, fig. 176-179.
Tête en plaque oblique ovale arrondie bordée d’un limbe très bas,
entier, sauf une échancrure de chaque côté à la hauteur du tiers antérieur
‘ dela plaque (63, d). -— Prostomium conique. Pas d’0celles (?). Carène et
sillons nucaux droits, courts, atteignant à peine le tiers de la plaque
céphalique. Trompe globuleuse. —— Une bande glandulaire antérieure
bien marquée aux sétigères 1-3, moins distincte aux 4*-6°, large, jus-
qu’aux tores inclus, aux 7** et S°. Bord antérieur du 3* sétigère épais, un
peu engaînant. Au 4° sétigère, une collerette à bord mince, festonné sous
le ventre, échancré de chaque côté et plus bas à la face dorsale (a, b). Le
8= sétigère paraît court, avec tores au milieu, mais il se distingue peu
nettement du 9° qui est très long, ainsi que les·3 suivants, avec tores
postérieurs (0). Tores uncinigères très saillants, glandulaires. A la rame

xsxannnxxoau 183
ventrale des   premiers sétigères, 1-3 grosses soies aciculaircs jaunes
semblables à celles de CZ. Iumbricoides (‘) (e). Aux segments suivants, une
‘ rangée d’uneini à rostre surmonté de 4-5 dents au vertex, des barbules
sous-rostrales et manubrium mince, peu renflé' (f). Soies dorsales de
2 sortes : capillaires bilimbées (h) et plus fines pennées (g). ’
L. plus de 20 cm., sur G mm. de diamètre. -—— Tête, segment buccal et
1" sétigère roses, le reste brun très foncé.
A mer basse, dans le sable. —- Manche (Dinard).
Nom. —- Cette espèce n'étant connue que par un seul lragment antérieur de
12 sétigères, il n’est pas possible, vu l‘absence de la région postérieure, de'
. préciser exactement ii quel genre elle appartient. Cependant, par la présence
de la collerette au 4** sétigère, la forme de la tête et les soies elle semble appar-
tenir au genre Clymcnclla Vsnnm. et elle se rapproche beaucoup de Clymc-
nelle torquala Luxor et de Cl. minor- Anwmssox. Ce n'est pas une Maldane.
' i G. AXIOTHELLÀ V1~:nnx1.L.
[Aximhea l\l.•.x.mcnEN.]
Tête en plaque oblique limbée. ()rganes nucaux longs, parallèles. — l’ygi—
dium en entonnoir garni de eirres alternativement courts et longs, le ventral
parfois plus long. Anus central au sommet d’un cone saillant au fond de l'enton·
noir. — Des uncinî à barbules sous-rostrales dès le 1** sétigère. Scies dorsales
de 2 sortes. Segments moyens plus longs que les antérieurs et les postérieurs.
Pas de collerette. Des antéanaux achètes. Segments sétigères 4 à 8 fortement
glandulaires. — 'I`ube mince, arénacé.
Axiothella constricta (Cnnranizns). Fig. 63, î·m. -— Asciot/zella constricta
VÈRRILL 1900, p. 658. —— .l.1:i0thea constricta CLAPARÈDE 1868, p. 455,
pl. xxvr, fig. 3; Lo Bianco 1893, p. 21.
21 sétigères (`?). - 'l`ète en plaque oblique, limbe non crénelé (63, i).
Prostomium en cône obtus, 4-6 ocelles de chaque côté. -— Soics dorsales
de 2 sortes, les unes capillaires limbées, les autres barbelées, beaucoup
plus grandes. A la rame ventrale, dès le 1°' sétigère, une série d'uncini à
rostre élevé, surmonté de denticules au vertex, barbules sous-rostrales
et manubrium peu rentlé (m). Le segment buccal est très long, le 1°’ séti- ‘
gère présente un liséré rouge antérieur et une ceinture rouge postérieure.
Segments postérieurs campanuliformes. 3 antéanaux achètes, les 2 pre-
miers semblables aux derniers sétigères, le 3° réduità un court bourrelet.·
——Pygidium en entonnoir bordé de eirres dont le ventral est plus long tk).
— Tube de fins grains de sable et de débris de tubes de Serpules.
L. 5 à 6 cm., sur 1.5 mm. de diamètre. — Couleur rose chair pale avec
des ceintures rouge-vincux.
(I) Celles des il premiers sétigères, cassées au ras des téguments, ont échappé à ne Sunr-
Jojnrn. Je les al trouvées sur le type.

184 FAUNE ne FRANCE — 1>oLYcHia'rEs sÉnEN*rA1nEs
Sur fonds de sable et de vase, a 35 mètres de profondeur.
Méditerranée (Naples). _
Nota. —- Ce Maldanien incomplètement décrit par C1.ArAr.ùnE semble n`avoir été
_ revu que par Lo BIANCO. La figure 3 de CLAPARÈDE donne l’impressi0n d’un
animal régénéré. Le long segment buccal, beaucoup plus étroit que le suivant ,
ti), me paraît correspondre en outre aux 3 premiers sétigères dont les soies ne
' sont pas encore repoussées. Le 1** sétîgère, avec son liséré rouge antérieur,
serait alors le 4°, ce qui expliquerait la présence de véritables uncini. D’autre
part, Pextrémité postérieure ressemble beaucoup à celle de Clymene palermi-
zana. Il s’agit donc probablement de spécimens régénéres de cette dernière
espèce et non d’une véritable Axim/zella. ·
G. JOHNSTONIA. QuA·rn1·:rAcEs.,
Tête en plaque oblique limbée.Organes nucaux longs, parallèles. -·Pygidium
en entonnoir garni de cirres égaux, sauf le ventral un peu plus long. Anus
central au sommet d’un cône. -— Des soies aciculaires ventrales aux 3 premiers ·
sétigères. Soies dorsales de 2 sortes. Segments antérieurs courts, les suivants
_ _ très longs, les derniers portent des rangées longitudinales de caccums vascu-
laires (fig. 64, c). Un antéanal achète. Des ceintures glandulaires aux segments
antérieurs et des bandes longitudinales aux suivants. — Tube arénacé.
J. clymenoides QUATnErA<;Es. Fig. 64, 3-h. —- Johnstonia clymenoides
QUATREFAGES 1865, ll, p. 245, pl. xx; fig. 10-15; SA[NT··l0SEPH 1898,
p. 395, 1906, p. 233;R1oJA 1917, p. 35, fig. 8, 1919, p. 16, fig. 3.
Corps long, mince, assez muqueux. 22 sétigères et un antéanal achète.
— Tête en plaque ovale bordée d’un limbe entier ou légèrement festonné
(64, a, b}. Prostomium large, arrondi. Souvent des ocelles. Carène 'et
sillons nucaux parallèles, droits, s’étendant sur les deux tiers, environ, de
la plaque céphalique (a]. Trompe très grosse et très large. —— Bandes
glandulaires diffuses sur les 3 premiers sétigères, sur la moitié antérieure
aux 4° et 5°, au tiers antérieur aux 6° et 7°. Du 9** an 15**, 4 bandes longi-
tudinales, 1 dorsale, 1 ventrale et 2 latérales plus larges. — Soies dorsales
_ de 2 s0rtes,1es unes larges, fortes, bilimbées`(e), les autres plus courtes,
très minces, transparentes et très finement pennées (fj. A la rame ven-
trale des 3 premiers sétigères, 1 gros crochet aciculaire à rostre oblique
avec quelques petites dents au vertex (h). Aux suivants, une rangée
transversale d’uncini à rostre recourbé, à vertex élevé avec 4-5 crêtes de
denticules, des barbules sous-rostrales en 2 faisceaux latéraux; manubrium
arqué, peu renflé (g). Tores uncinigères renflés, glandulaires. Aux 5-6 der-
‘ niers sétigères (17*-22°), de nombreuses papilles digitiformes (caecums
vasculaires) disposées en 4 files longitudinales (c). Segment antéanal très
court, en bourrelet avec tores achètes rudimentaires. ——- Pygidium en
entonnoir, sans bourrelet, terminé par 20 à 30 cirres égaux, sauf le ventral

MALDANIDAE 185
parlois plus long. Anus au sommet d‘un cône anal au fond de l‘enton-
noir (d). —- Tube arénacé, sinueux. _
L. 5 à 20 cm., sur 2 à 4 mm. de large. - Verdàtre, avec raies longitu- ·
dinales blanches sous le ventre et sur les côtés. Une bande circulaire rouge
· aux sétigères 3 à 6, une large bande brune au 8°.
A mer basse dans le sable et entre les feuillets des roches. Tube souvent
adhérent aux pierres.
Manche (Saint-Michel-en-Grève, Terrénès, Roscolf); Atlantique (Concarneau,
Noirmoutier, Ré, St-Jean-de-Luz, Santander); Méditerranée (Cannes).
Il • I-` V} \
\\‘ - _ .
\ bi \    
I] .
si . ni É
W; · î·  V  
9 œ i i
li"; 0· 'l ilî  
Q 4:
0   ` 4 A I4 1 ' W
” ° » \'  '« ` 4
> u»—u  Q ' p ,  
° ' ,   . R nr
` I
' " ~ ·"" 9 m
~f7 fi ’ .
« “ of d un
\\ p _
.` \ ·
a m \ \ ` L
la g · »
A f
G; ’ , . .  ‘
 , l @ »
6 b f n' il ·
Fia. 64. — Johnstonia clymenoîdes : a, tète, vue d’en dessus X 6: b, région anté-
rieure, de profil >< 6; c, région postérieure, face dorsale >< 6; d, entonnoir anal
>< U; e, soie limbée x 150; 1, soie pennée >< 350; g, crochet ventral >< 225; h, croc
aciculaire du 2“ sétigère x 110. - Jlaldanella Ilarai : i, tète de profil, grossie; k,
région antérieure x 2; 1, région postérieure >< 2 (d’après lzum); m, crochet ventral
>< 150; n, tete, vue d’en dessus >< 5.
G. MALDANELLA Mc Irrrosn.
[Fauvar. char. emend.] ,
Tête en plaque oblique limbée. Organes nucaux droits, parallèles. - Pygidium
en entonnoir garni de cirres. Anus central au sommet d‘un cône saillant au fond
de l`entonn0ir. — Pas de soies ventrales au l" sétîgère, uncini à partir du 2**. _

186 mom: nn Francia. — POLYCÈÈTES sénnmmxnes
l
Scies dorsales de 2 sortes. Segments antérieurs courts, sans collerette. Des
antéanaux achètes. Des ceintures glandulaires aux 7 premiers sétigères. —
Tube arénacé.
M. Haral (lzuxal. Fig. 64, i-n. ——- Maldanella. Harai FAUVEL 1911, p. 29, _
1914, p. 260, pl. xxm, fig. 1. — Clymene Harai Izuxa 1902, p. 111, pl. 111,
fig. 9-12. — Axiothea campanulata Mooaiz 1903, p. 485, pl. XXVII, fig. 97-
_ 99; 1906, p. 239. ‘
Corps cylindrique. 19 sétigères et 2 antéanaux achètes (64, k). — Tête
en plaque ovale oblique (i, ll) bordée d’un limbe entier ou légèrement
plissé. Prostomium court, arrondi. Pas d’ocelles. Carène et sillons nu-
caux parallèles courts s’étendantà peu près sur la moitié de la plaque
céphalique (n). —- Bord antérieur Saillant des 7 premiers sétigères glan-
dulaire, surtout` aux 2° et 3°. —— Soies dorsales de 2 sortes, les unes
fortes, limbées, les autres capillaires, plus fines (lisses?). Au premier
sétigère, un faisceau de soies capillaires, limbées, pas de soies ventrales.
Aux suivants, une rangée transversale d’uncini à rostre surmonté au
Vertex de 3-4 dents, barbules sous-rostrales divergentes, manubrium
arqué, renflé (m). '[`ores uncinigères renflés, glandulaires, insérés à la
partie postérieure des segments à partir du 10** sétigère, au 9° ils sont à
pou près au milieu. Les deux segments antéanaux achètes sont allon-
gés (l). - Pygidium en long entonnoir bordé d’une trentaine de petits cirres
anaux triangulaires sensiblement égaux (1). La ligne ventrale se prolonge
sur l’entonnoir et se termine entre deux dents. Anus au centre d’un cône
— anal surbaissé. —Tube cylindrique, membraneux, recouvert de vase molle.
_ L. 7 à 18 cm., sur 3,5 à 6 mm. de diamètre. —— Dans l’alcool, blanc lai-
teux opalescent, ou jaune pâle, irisé.
Dragages profonds sur fonds de vase.
Atlantique (Golfe de Gascogne, 4.380 in,). - Japon.
_ G. PROCLYMENE Anwinssov.
Tête en plaque ovale sans limbe marqué. Organes nucaux recourbés en
avant. - Pygidium en entonnoir garni de ci_rres courts, triangulaires à l’excep-
tion de 2 beaucoup plus longs situés de chaque côté de la chaîne nerveuse
ventrale. Anus central. —- Des soies aciculaires ventrales aux 4 premiers séti-
gères. Scies dorsales de 2 sortes. Segments moyens plus longs que les anté-
rieurs et les postérieurs, Des antéanaux achètes. Des ceintures glandulaires
aux segments antérieurs. - Tube arénacé.
P. Mulleri (M. Sans). Fig. 65, a·g. —- Proclymene 1l1ül[0î`iAIl\VIDSSON
l906, p. 129, pl. III, fig. 91-97, VIII, fig. 273-275, x1, fig. 350. Mc Iivros 11
1915, p. 307, pl. xcix, fig. 2, cix, fig. 3, cx, fig. 2. ——— Clymene Jlülleri
Saas, M1c11A1t1.sEN 1897, p. 142. —— Praxillcz Mülleri MALDICREN 1867,
_ p. 210. — Praxillella MüIl€I'l·VEllRILL 1881, p. 295.

MALDANIME 187
, ··1 `
  l ti
 É-ï"i   ' 1 "aî.
 r—_Z·,‘r En
W   f t .  la
. lr \§ Ii
Él _ , / ' pq!
 """ W  
**-1-·~ / 1
À —·?   #9 W ws
lï
_i  e ,/.» ” ( ° P . ..
  C É! W «/ ’  
 uw /  . » '  
·-—· — /'/  K ` 8 6%% A
/ `v-E2,
I îl   · ·  `b » ; ·6A
‘ ww · "  
  S4? ;.! «« , ’
7.    * 2 I \ .
. \Q4' il;. K  I L
' . ' ;% 8
 J,  ,»  ,' " 
<r ‘» d 9 L îf . *1 , m
F10. 65. - Proclymene Jlliilleri : a, région antérieure (les zones foncées correspondent
aux régions glandulaires colorées par le ve1·t d’iode) >< 3; b,` tete, vue d'en dessus >< 4;
c. région postérieure, vert d’iode >< 2; d, entonnoir anal >< 4; e, soie aciculaire
du 1*** sétigèrex 28; f, crochet du 5** sétigère >< 200; g, crochet ventral du l6° séti-
gère >< 270 (d'après Anwmssox). ··- Leiochonc clypeata : h, i. région antérieure,
face dorsale et profil >< 4; k, région postérieure _>< 4; l, région antérieure, face ven-
trale (les parties foncées correspondent aux régions glandulaires colorées par le vert
d’i0de) >< 3; m, 7°~9° sétigères, face dorsale, vert d’iode >< 3; n, 0, soies aciculaires
du 3° et du l" sétigère >< l50; p, crochet ventral >< 220; q, partie de soie pennée
>< 400. _
Cor 1s c lindri ue 65, a . 19 sétivères et 5 antéanaux achètes. -—— Tête
P Y (I e
en plaque ovale oblique, sans limbe marqué, a bord parfois épaissi en
bourrelet en avant ib). Prostomium obtus, court. Pas d‘ocelles (??). Carène
courte. Sillons nucaux courts, divergents, fortement reoourbés en arc
antérieurement. Trompe globuleuse, sans papilles (?)‘. Une bande glandu-
laire en avant des parapodes aux sétigères 1-8 (a). - Soies dorsales de
2·sortes, les unes capillaires limbées, les autres Iiliformes lisses. A la
rame ventrale des 4 premiers sétigères, une grosse soie aciculaire cn
aiguillon droit, sans dents ge]. Au 5° sétigère, une courte rangée d’uncini,
sansbarbules et dentelés ou non au vertex (f). Aux segments suivants,
une rangée transversale d’uncini à rostre surmonté de 5 dents au ver-
tex (g), des barbules sous-rostrales en 2 faisceaux latéraux, manubrium
peu renflé. Tores uncinigères renilés, glandulaires. 5 antéanaux dimi- _

188 FAUNE ns rnANcs. y- ronvcnnrns SÉDENTAIRES
nuant de longueur dont les 4 premiers ont des tores rudimentaires
achètes (c). Pygidium en entonnoir avec 15-26 cirres dont 2 ventraux plus _
grands et les autres égaux (d). Cône anal strié. — Tube de sable fin ou
de débris de coquilles.
L. jusqu`à 165 mm., sur 6 mm. de diamètre. -—— 4° et 5** sétigères ponc-
tués de jaune-rougeâtre, 6° plus coloré.
Sur fonds de sable et de vase.
Mer du Nord; Manche (?). — Côtes de Suède et de Norvège, Shetlands, La-
brador.
G. LEIOCHONE Gntsn.
[Leiocep/zalus QUATREFAGES (pra parte); Clymenura VERRILL].
Tête sans plaque limbée ou parfois avec plaque petite et limbe plus ou moins ,
marqué. Organes nucaux longs, parallèles ou faiblement divergents. — Pygi-
dium patelliforme avec ou, plus souvent, sans cirres et anus conique central.
— Des soies aciculaires ventrales à un certain nombre de segments antérieurs.
Scies dorsales de 2 sortes. Segments de longueur très variable. Des antéanaux
achètes. Des ceintures glandulaires aux segments antérieurs et un écusson
ventral triangulaire en avant des parapodes du 8° sétigère. —- Tube arénacé.
L. Clypeata SAINT-Jossrii. Fig. 65, h-q. — Leiochoize clypeata. SAINT-
Josnrn 1894, p. 139, pl. v1, fig. 167-175; ORLANDI 1898, p. 18; Riom 1917,
p. 38, fig. 10. L. ebz`enszÈ$ Mc INTOSH 1915, p. 313. L. leiopygos An-
wmssor: 1922, p. 18, pl. 1, fig. 14-19. — (??} Clymene ebiensis l\1ILNE-
EnwAnns 1849, pl. xxu, fig. 4. — (?) CZ. leiopygos Gamm 1860, p. 19,
pl, rv, fig. 3. —· (‘?) Leiocephalus ebiensis et L. leiopygos QUATREFAGES
1865,11, p. 243. 244. ———   Pr·a.z‘z'lla sirizplex CLAPARÈDE 1868, p. 452,
, pl. xxvu, fig. 7.
Corps cylindrique, long, mince, extrêmement fragile. Le plus souvent,
25-26 sétigères et un antéanal achète. — Tête conique, inclinée, sans
plaque limbée (65, h, i). Prostomium en court mamelon arrondi. Nombreux
petits ocelles. Carène étroite peu saillante. 2 longues fentes nucales paral-
lèles à rebord externe membraneux. Segment buccal achète non renflé.
— Une ceinture glandulaire blanche, antérieure, aux sétigères 1-7 (1); au
· Ss sétigère, un écusson triangulaire à la partie postérieure de la face ven-
trale (1) et, à la face dorsale, 2 taches allongées convergentes et un arc pos-
térieur glandulaire (m). —— Scies dorsales de 2 sortes : les unes assez fortes,
limbées, les autres plus courtes. plus minces, transparentes, pennées (q).
A la rame ventrale des 3 premiers sétigères, 1 à 3 grosses soies acicu·
laires à rostre oblique émoussé avec quelques dentipules au vertex (n, 0).
Aux suivants, une rangée transversale d’uncini à rostre surmonté d’un
vertex peu élevé avec 7-8 denticules, barbules sous·rostrales fortes et peu

MALDANIDAE 189
nombreuses, manubrium peu renllé (p). Tores uneinigères très vasculaires.
Les derniers sétigères généralement très courts, souvent moniliformes.
Un antéanal réduit à un bourrelet avec très petits rudiments de tores
achètes (k). — Pygidium patelliforme, avec un mince bourrelet à la base,
à bord lisse dépourvu de cirres. Cône anal saillant avec une valvulc (k). -—
Tube de sable lin, cylindrique, assez épais, très fragile.
L. 10 à 20 cm., sur 2 à 3 mm. de large. — Jaune très pâle avec cein-
tures claires des segments antérieurs alternant avec des bandes rouges.
` Ecusson du 8° sétigère blanc mat. 2 grosses taches brunes de chaque côté
du segment buccal et une 3** en arrière au dos de ce segment.
A 1ner basse dans le sable fin, souvent en immense quantité. Les tubes font I
souvent une légère saillie à l’extérieur.
Manche; Atlantique; Méditerranée (Naples). —- Adriatique?; Mer du Nord?.
Nota. ——· Cette espèce s'autotomisant très facilement est très fréquemment régé-
nérée, d’où grandes variations dans la nombre et l‘aspect des segments, surtout
postérieurs, et dans le développement du pygidium. DE Smvr-Josnru attribue
les2 bourrelets achètes au pygidium, Anwmssoiv les considère comme 2 antéanaux.
S.-F. NICOMACHINAE ARWIDSSON.
G. NICOMACHE MAm1cne\.
Tête sans plaque limbée. Organes nucaux arqués, divergents. — Pygidium
terminé en entonnoir garni de cirres avec anus central. - Des soies aciculaires
ventrales à un certain nombre de segments antérieurs. Soies dorsales de
· 3 sortes. Segments antérieurs courts, ceux quisuivent le 8° sétigère plus longs,
les derniers plus courts. 1 à 2 antéanaux achètes. Des ceintures glandulaires
antérieures aux sétigères 1 à 7. — Tube de sable, libre.
Nota. — Anwmssox divise ce genre en 2 sous-genres :
Nicomache s. strfc. — Entonnoir anal légèrement oblique, à fond peu incliné.
— Des néphridies au 6¤ sétigère,
Loxochonn. — Entonnoir anal nettement oblique, à fond fortement incliné. —
Pas de néphridies au 6° sétigère. _
1. Entonnoir anal nettement oblique. 23 sétigères, un antéanal
achète ............. N. trispinata, p. 192
' -— Entonnoir anal peu oblique. .. ........... 2
2. 22-23 sétigères, 2 antéànanx ..... N. lumbricalis, p. `1o0
- 22 sétigères, 1 antéanal ....... N. maculata, p. 191

190 FAUNE DE FRANCE. — POLYCHÈTES SÉDENTAIRES
  s’..‘?‘·‘; ` (1 , I ,%   _   
    ~    
. ·  ·f«*;».  ·4;,  (="' __
  l ` I     "I Èîî'!" 6TÉÉ
tr . `~ È" } C , gti Ãîgqr /,3;/* Eva;
}` :\ `  ,:··' · ’ .r_ï   .
1 °‘ %    
Q3; E 4   fi %''1 · il É`?.  
_ i' · I rues! ~ i
· :7   f O \ Qàïli, VÉ  É î‘•;;i.« 
  É - ‘  9 î'<êf ·
a b     *1-«
sa-    
 __   È? · _  ~  .·¤Y=·    
îiîli   É /  . ;`?·%
    F" `  V, ` W:.
' ·::..'î L · ' îf··_ ·- .
fr  fl P r n li
Flo. 66. — 1`\'ic0machelumbrzc¢zlis: a, région antérieure colorée au vert diode x 4; h,
tète, de face x 4; c, région antérieure, face veutrale >< 7; d, entonnoir anal >< 6
e, soie aciculaire du 3** sétigère >< 36 (d’après Axmmssou); f, crochet ventral >< 150;
g,partie de longue soie sinueuse >< 420; h, région posterieure >< 4; i, cirre anal >< 15.
—- N. maculata : k, région antérieure, face ventrale (coloration au vert d’iode) >< 7;
1, région antérieure, de profil (coloration naturelle) X 10; m, tète, de face (colora-
tion naturelle) >< 7; n,région postérieure (le dernier segment, ordinairement achète,
porte ici des soies capillaires) >< 9; 0, entonnoir >< 12: p. crochet du 4** sétigère
>< 300; q, crochet du 11* sétigérc x 310; r, soie aciculaire du 2** sétigère >< 60 (imité
d’AnwnJssoN)
' I
N. lumbrlcalis (Fanmciusl. Fig. 66, a-l. — Nicomache Zumbricalis MALM-
GREN 1865, p. 190, 1867, p. 209,p. xx, fig. 60; Anwwssou 1906, p. S6,
pl.· vm, fig. 244-245, 1908, p. 271; ALLEN 1915, p. 639; FAUVEL 1914,
p. 261, pl. xxm, fig. 2; Riom 1917, p. 37, fig. 9. —(/'lg/mena lumIn·z`calz's
SAVIGNY (non Aun.·Enw.) 1820, p. 94. ’
Corps subcylindrique. 22-23 sétigeres et 2 antenaux achètes. — Tête
en forme de mamelon convexe semi-lunaire terminée par un court pros-
tomium arrondi (66, a, bl. Des ocelles chez lesjeunes. 2 courtes fentes
nucales arquées en avant. Carène saillante, courte et large. Trompe glo-
buleuse. — Bandes glandulaires peu marquées, sauf aux 7** et 8% sétigères
· autour des parapodes et entre les parapodes des derniers segments (21)..
Soies dorsales de 3 sortes, les unes fortes, lisses, limbées, à longue pointe
atténuée, d’autres courtes, fines non limbées et d’autres capillaires, très

Matnauxnas 191
longues, très fines, sinueuses, très finement pennées (g). A la rame ven-
trale des 3 premiers sétigères, une grosse soie aciculairo en aiguillon non
dentîculé (e). Aux suivants, une rangée transversale d’uncini à rostre sur-
monté de 4-5 dents au vertex, barbules sous-rostrales à double courbure, '
manubrium peu renllé, sauf chez les jeunes (f). Tores uncinigères renflés,
glandulaires. 2 antéanaux courts d’égale longueur en forme de bourrelet
(h). - Pygidîum en entonnoir, sans bourrelet, assez court,‘ un peu oblique,
bordé de 15-25 cirres égaux, trîangulaires, acuminés (ix. Fond de l‘entozi·
noir peu incliné avec anus central peu saillant (d). — Tube arénacé, épais,
droit ou sinueux. ·
L. 6 à 16 cm., sur 3 à 5 mm. de diamètre. -- Rouge brun sur le dessus
et les côtés du corps jusqu’au 3° sétigère.
Sur foinds de vase et de sable vaseux.
Mer du Nord; Atlantique (Irlande, Santander); Mer d’Irlande; Manche (Ply-
mouth). —- Mers arctiques.
Nota. — La variété borealis Anwmssox a 1 segment de. plus (25 au lieu de
24 en tout), des néphridiopores fortement glandulaires à partir du 7°sétigère et
des uncini ii 6 dents, au lieu de 5-6, rostre compris. `
N. maculata Anwxnssorx. Fig. 66. k-1*. ·— Nicomache maculata Amvxnssox
1911, p. 209, pl. xvm, fig; 13-19, xxx, fig. 27-30. N. lunzbricalzîv Cim-
MNGHAM et RAMAGE (non Fannicxus) 18852, p.G78, pl. xnvu, fig. 41; Sourxxsnm
1014, p. 134. —-?? Clymene borealis Dammnn 180, p. 255, pl. xxxv, fig. 5.
Corps subcylindrique. . 22 sétigères et presque toujours un antéanal
achète. -Tète en forme de mamelon convexe, semi·lunaire, terminée par
un court prostomium arrondi (66, l, m).Des ocelles. Carène saillante, courte
et large. 2 courtes .fentes nucales arquées. Région antérieure faiblement
glandulaire, des bandes glandulaires aux sétigères 1-7 et des anneaux glan-
dulaires nets aux derniers segments (k, l, n) ·-— Soies dorsales de 3 sortes;
les unes fortes, lisses, bilimbées, d’autres courtes, fines, non limbées, lisses
ou faiblement épineuses, et d’autres capillaires très longues, très fines,
sinueuses, et finement pennées (n). A la rame ventrale des 3 premiers séti-
gères, une grosse soie aciculaire en aiguillon droit, à pointe mousse (r).
Aux 4°-5% sétigères des uncini réduits avec ou sans barbules sous-rostrales ·
(P), Aux suivants, une rangée transversale d’uncinî à rostre surmonté au
vortex de 5-6 dents, barbules sous-rostrales et manubrium peu renilé (q),
Les deux derniers sétigères sont courts. lfantéanai réduit à un gros bour- '
relet porte parfois des soies capillaires mais pas d’uncini (n). —— Pygidium
en entonnoir sans bourrelet, court, très peu oblique, bordé de 17 à
20 courts cirres triangulaires, subégaux. Fond de l’entonnoir peu creux,
légèrement oblique avec cône anal saillant peu ou pas excentré. — Tube
mince, arénacé. `
L. jusqu‘à 45 mm., sur 1,2 mm. de diamètre. - Région antérieure plus l

192 i FAUNE ne rnmvcs. —— 1>o1.vcnÈ·rns SÉDEN’l`AlRES~
ou moins nettement tacbetée de brun (I), une tache ronde en dehors de
chaque organe nucal et une ou plusieurs bandes rouges dorsales dans la
région antérieure.
Dans les crampons de Laminaires et sous les pierres dans le sable vaseux.
Mer du Nord (Forth, Héligoland); Mer d’Irlande; Atlantique (côte Ouest
d'Ir1ande); Manche (Herm).
N. (Loxochone) trispinata Anwinssom Fig. 67, 3-k. — Nicomache tris-
pinata Anvvinssoiv 1906, p. 104, pl. 11, fig. 74-77, 111, fig. 78-79, VIII,
fig. 257-261, XI, fig. 349.
Corps subcylindrique. 23 sétigères et 1 antéanal achète. Tête en forme
de mamelon convexe, semi—1unaire, terminée par un court prostomium
arrondi (67, a, b). Des ocelles. Carène saillante, courte et large. 2
courtes fentes nucales arquées. Région antérieure faiblement glandn-
laire, des bandes glandulaires aux sétigères 1-7 et des anneaux glandu-
laires nets aux derniers segments (c). - Soies dorsales de 3 sortes :
les unes fortes, lisses, bilimbées, d’autres courtes, fines, non limbées
et d’autres capillaires, très longues, très fines, sinueuses, très finement
· pennées (ii. A la rame ventrale des 3 premiers sétigères, une grosse
soie aciculaire en aiguillon à pointe mousse (e) ; au 4° des uncini dont les
supérieurs n’ont pas de~barbules sous-rostrales et sont intermédiaires
entre les crochets aciculaires (f-g) et les uncini des segments suivants
à rostre recourbé avec 4 dents au Vertex, des barbules sous-rostrales à
double courbure et manubrium peu renflé (g). Les derniers sétigères sont
très courts. Le segmentantéanal est réduit à un court bourrelet sail-
lant (c). —— Pygidium en entonnoir sansbourrelet, assez court, nettement
oblique, bordé de 14 à 27 cirres subégaux, triangulaires, courts (d).
Fond de l’entonnoir,incliné, avec anus saillant, excentré. — Tube
arénacé. `
L. 25 à 55 mm., sur 1 à 1,5 mm. de large. -—- Couleur jaunâtre, bandes
glandulaires claires, des taches brun-rougeâtre de chaque côté de la
tête et à la face dorsale des premiers segments, 4* sétigère ponctué de
rouge.
A mer basse dans les fentes _des rochers et parmi les Algues. Dans les
dragages, tube fixé sur des pierres ou des vieilles coquilles.
, Manche (Cherbourg). - Mer du Nord (Côtes Scandinavesi.

Mntnamnzia 193
I , · ii 1 ' '
  ` · ,~  et
É`   ` ·;?"!"‘..`_. ·  
« ·. L· ·· '.'..i
. ‘ \ w··!‘È>   .1:.;-  
a· d | _       _ :_|/A-  É,
f · ‘ /     Z; i`
  dl il    Él_‘,,‘.gf£f 4;`_`_  
yz , 1>«;
à à · 1- . ?·;=*· lt- ;·.··??‘¤
l- .  ·   ·,.... ·.i:»  ,}·?t
I ,r · , [ ·" , I .
.  U ‘ .· ' ' È? ,
' ,' `E x; nm ji-w 
'É ÉÃ V " _   ‘·?
«· · l V  pr}.?
· E •  P . L vl
,b . kr } lill P _ J  - , 
  . _ Iml £ê1·;.;é *É·* ‘?
. . :   ·   ài . I"
D ·· , ,.   fr
  ` l ' ..  Ãw fl·i·*~
  . È "·;:<~ ;*    
  . il A  4  si   .
  “ ll! · ,¤ ·   z;
Éîlüw " ' q li · Ã  
/ *· _-ça L,
à li rw w  
C i si 1 . ¤ <..~.»· · .. . . .;·. ri i _
Fro. 67. — Nicomache trispinata : a, tête X 6; b, région antérieure, face dorsale,
vert d’iode X 6; c, région postérieure X 6; d, entonnoir anal X I2 (imité d'Anwxns·
sos); e, soie aciculaire antérieure X 80; 1, crochet du 4° sétigère X 350; g, crochet
ventral X 350; h, partie de soie pennée X 350; i, partie de longue soie sinueuse
X 400; k, soie Iimbée >< l30. — Micromaldane omithocltaela : l, région antérieure
X 60; m, tète de profil X 65; n, région postérieure X 60; 0. p, crochet ventral,
de profil et de face >< 420; q, soie géniculée X 420; r, soie spatulée (d’après Itxoni).
G. MIGROMALDANE l\«lasmt.
Tête sans plaque Iimbée. —— Pygidium en entonnoir. Organes nucaux arqués.
Des uncini aviculaires à tous les segments sétigères (?). Soies dorsales de
2 sortes, spatulées et géniculées. Pas de collerette.
M. ornithochaeta Mnsmt. Fig. 67, l-I'. — Jlicromaldane ornithochaeta
Mssmi. 1897, p. 146, pl. vx, fig. 1-4. Souruamv 1914, p. 134. Mc Iivrosn
1923, p. 497, pl. cxxxvi, fig. 18. Riou 1925, p. 22, fig. 1-3.
Corps cylindrique. fragile, de très petite taille. 13 à 17 sétigères et
1 antéanal achète. —Tête renilée, ovoïde, avec 2 paires d’yeux (67, l, ml.
2 fentes nucalcs arquées, assez longues. Trompe bien développée sans
papilles. Segment buccal long, achète. Les segments augmentent de
longueur jusqu’au 12°-13° sétigère, les 4 ou 5 derniers sont.plus courts.
-Les parapodes sontimplantés à lapartie antérieure des 10-12 premiers,
13

194 FAUNE ne rnaivcn. —— POLYCHÈTES sÉnENTA1nEs
à la partie médiane ou postérieure des suivants. Soies dorsales de 2 sortes;
les unes en forme de longue spatule striée à forte hampe (r), les autres
minces, géniculées finement striées sur le bord convexe (q). A la rame
ventrale, à tous les sétigères y compris le 1°', des uncini à rostre très
recourbé, surmonté d’un vertex très élevé à 6 ou 7 dents, barbules sous-
rostrales rudimentaires, manubrium très recourbé avec un gros renfle-
ment bulbeux (0, p). Antéanal achète, très court. -— Pygidium en enton-
noir peu évasé à bord irrégulièrement festonné (n). Cône anal proémi-
nent au fond de l’entonnoir..- Tube de grains de sable agglutinés
par du mucus. _
L. 4 à 5 mm., sur 0,2 à 0,3 mm. de large. — Incolorc. .
Dans les Algues, entre les crampons de Laminaires et dans les ani`ractuo·
sités des Lithothamnium.
Manche (environs de Cherbourg) ; Atlantique (côte Ouest d’lrlande, Santander) z
Mer d’Irlande (Dublin). .
Nam. - Cette espèce n’est peut-être qu’un stade post·larvaire deNicamache. A
Cherbourg, on la rencontre au même endroit et dans le même habitat que
M trispinaza dont elle se rapproche beaucoup par sa tête et son extrémité
postérieure. Hmm a montré qu’il se développe des segments par bourgeonne-
ment en arrière de la tête, les segments ainsi formés, d’abord achètes, acquiè-
rent progressivement des soies capillaires puis' des uncini. Ceci expliquerait
peut—être l’absence de 3 segments antérieurs à soies aciculaires, non encore
apparues. D’autre part, les uncini aviculaires ont tout à fait un aspect larvaire.
On en rencontre d'analogues chez les jeunes Nicomac/ze. .
G. PETÀLOPROUTUS QUATREFAGES
[Nicomaclzella LEVINSEN.)
Tête sans plaque limbée. Organes nucaux courts. — Pygidium muni d’nne
plaque foliacée concave, sans cirres, à la surface de laquelle s'ouvre l‘anus
(fig. 68, c, d). —· Des» soies aciculaires ventrales aux 3 premiers sétigères. Soies
dorsales de 3 sortes. Segments antérieurs courts, les moyens plus longs, les
derniers plus courts avec un lobe dorsal charnu (fig, 68, 0, d). —- Antéanaux
achètes rudimentaires. Des ceintures glandulaires antérieures aux premiers
sétigères. -— Tube de sable résistant.
P. terricola QUATREFAGES. Fig. 68, a-i. — Petaloproctus terricola QUA-
·1·n1a1=AcEs 1865, ll, p. 247; SAINT··JOSEPH 18.%, p. 144, pl. vu, fig. 180-188,
1906, p. 233; Riom 1917, p. 39. P. crz'stagalliOnLANn1 1898, p. 29, plz v,
fig. 26; Fanvnr. 1909, p. 12. —·— Maldazze cristagalli Cnamnisnn 1868,
p. 457, pl., xxvi, fig. 4; Lo Bianco 1893, p. 21. ——- Nicomache cristagalli
Mamon 1875, p. 312. — (?) Clymene. spathulata Gnnna 1855, p. 114,
pl. xv, fig. 12-13..

MALDANIDAE 195
‘ gn? \   l'
"Ã' ' GJ l   /  
l . R     ‘·~* i
· II'
/   ' R- `
  / É 5;% tf V _
  ,   etat ~.
ap ···l*tl ll [ , ·  
 kt;       ,,· |I|| -,_ -. _
I 4____ _· I xl
V/\ \.,\— Ti   , L`: lv
"•~ ' ;—·
C \— fl É '·   l'
· É  /   [
• b   g' 7 A
.   t` \ /
. • ~.   l V
· (
Fm. 68. — Pclaloproctus tcrricola, : a, région antérieure >< 3; b, tète, vue d’en dessus;
c, région postérieure, face dorsale >< 3; d, région postérieure, de profil >< 3; e, cro-
chet ventral >< 150; i, cree aciculaire antérieur >< 30I 9. soie limbée >< 150; h, par-
tie de soie pennée >< 500; i, partie de longue soie sinueuse >< 500. — Lumbriclymcne
minor: k, tète >< 27; 1, soie aciculaire du 4° sétigère >< 230; m, n, soies limbées
x 600 (d'après Anwmssov); 0, p, crochet ventra1,de proûl et de face x 210; q, région
postérieure, de profil X 4 (d’après Riou). '
Corps cylindrique antérieurement, très fortement anuelé postérieure-
ment. 22 sétigères, pas d’antéanal achète. — Tête arrondie, sans trace
de limbe (68, a, b). Prostomium en court mamelon arrondi. Parfois des
ocelles. Carène saillante en crête convexe. Organes nucaux courts, diver-
gents. Segment buccal achète renflé sur les côtés. — Une ceinture
glandulaire blanche entoure les sétigères 4 à 7 en avant des parapodes '
et forme un peu bourrelet au bord antérieur. Parfois, une bande assez
large; peu marquée, aux 3 premiers sétigères. Soies dorsales de 3 sortes,
les unes fortes, lisses, limbées (g), d’autres minces, non limbées, inco-
lores. à pointe barbelée de très fines épines lh); à partir du 6°-7** sétigère
des· soies capillaires très longues, sinueuses; flexibles, lisses d’un
côté, trés finement épineiises de l’autre (il. A la rame ventrale des 3 pre-
_ miers sétigères, une grosse soie aciculaire en aiguillon à pointe obtuse (f).
Aux suivants, une rangée transversale d’uncini à rostre surmonté _de

196 FAUNE nn rmmcn. -— ronrcnàrns siânnxrarnns
· 5-6 dents au vertex, fortes barbules sous-rostrales et manubrium peu
renflé (e). Tores .uncinigères postérieurs très saillants, glandulaires,
clairs. Aux 6-7 derniers sétigères précédant l’antéanal, entre les deux
mamelons dorsaux, un appendice charnu, massif, très saillant terminé
en lobe obtus dirigé en arrière (c, d). Segment antéanal court, avec des
soies dorsales et des uncini. —- Pygidium terminé en large spatule
concave, oblique, étroite du côté dorsal, élargie du côté ventral.qui pré-
sente parfois une petite échancrure (c, d). Anus plissé, excentré, s’ou·
vrant dans la partie ventrale de la spatule. Sous le pygidium, 2-3 replis
saillants du côté ventral (d) (antéanaux rudimentaires??). -— Tube de
sable incrusté de gravier et de coquilles, cylindrique, épais et très
résistant.
L. jusqu’à 15 et 20 cm., sur 2 à li mm. de large. - '1`ête et segment
buccal rouge piqueté de blanc, 2° et 3° segments roses, les 4 suivants brun
rouge avec ceintures claires et les postérieurs brun foncé noiràtre.
A mer basse, dans le sable vaseux et dans les dragages sur fonds de vase.
Manche; Atlantique; Méditerranée (Cette, Marseille, Cannes. Monaco, Naplesl.
S.-F. LUMBRICLYMENINAE Auwmssox.
G. LUMBRICLYMENE M. Saas.
Tête sans plaque limbée. Organes nucaux arqués. -— Pygidium dépourvu de
cirres, tronqué obliquement, sans plaque ni entonnoir avec anus subdorsal. —
Des soies aciculaires ventrales à un certain nombre de segments antérieurs.
Soies dorsales de 2 sortes. Segments antérieurs plus ou moins allongés. Région
postérieure atténuée. Des segments antéanaux achètes. Des ceintures glandu-
laires aux sétigeres antérieurs. - Tube droit et libre.
L. minor Anvvinssoiv. Fig. 68,k-q. -— Lumbriclymene minor Anivmssoiv
1906,p. 46, pl. 1, fig. 26-29, vn. fig. 223-226; Mc Iivrosn 1915, p. 297,
pl. cvm, iig. 1; Riom 1917, p. 4, fig. 2. _
Corps subcylindrique, mince. 19 sétigères et 3 antéanaux achètes. —
Tête tronquée obliquement, large prostomium arrondi, petite carène. à
peine saillante, 2 courts sillons nucaux très arqués (68, k). Pas d’ocel1es(?,.
En avant desparapodes des 8 premiers sétigères, des bandes glandu-
laires peu marquées aux antérieurs, plus développées aux derniers. Un
liséré non glandulaire au bord antérieur des sétigères 2-5. — Soies dor-
salesde 2 sortes, les unes bilimbées avec un long prolongement terminal
(m, n), les autres courtes, capillaires lisses. A la rame ventrale des 4 pre- _
miers sétigères, 1-2 soies aciculaires droites, en aiguillon fl). Aux sui-
l

Mxnnnmnan î97
vants, une rangée transversale d’uncini à rostre recourbé, surmonté de
4-5 dents au vertex, des barbules sous-rostrales à double courbure, en
2 faisceaux (0, p). Manubrium peu renflé. Tores uncinigères renflés, glan-
dulaires. Parapodes du 6° sètigère au milieu du segment. 3 antéanaux
courts, sans tores bien marqués. — Anus subdorsal au·dessus d’un
renflement allongé convexe, lisse (q). — Tube de vase agglutinée. ‘_
L. 25 à 30 mm.; sur 0,5 à 1 mm. de large. — De couleur jaune avec,
laux 0 ou 7 premiers sétigères, au niveau des parapodes, un anneau de pig-
ment jaune rougeâtre.
A l’intérieur des cavités des pierres draguées, sur fonds de vase etde vieilles
coquilles.
Atlantique `(Santander); entrée de la Manche. — Suède.
s
S.-F. MALDANINAE Anwxnssox. _
G. MALDANE Gnomz (NIALDIGREN char, emend.) _
Tête en forme de carène convexe bordée d’un limbe divisé en 3 parties par
2 profondes échancrures latérales. Organes nucaux courts, droits ou un peu
arqués. — Pygidium en plaque ovale un peu oblique bordée d’un limbe incisé
de chaque côté, à bord ventral lisse, ou festonné, ou dentelé. Anus dorsal. - p
Soies dorsales de 3 sortes. Pas de soies ventrales au 1" sétîgère, uncini àpartir
du 2°. Segments antérieurs courts, sans collerette. Des antéanaux achètes. —
Des ceintures glandulaires et des champs glandulaires ventraux à un certain
nombre de segments antérieurs. — Tube membraneux incrusté de vase.
— Carène céphalique très convexe. Bord ventral du limbe anal entier
ou faiblement dentelé .......... M. Sarsî, p. 197
— Carène céphalique longue et peu convexe. Bord ventral dulimbe
anal nettement dentelé ........ M. glebifex, p. 199
M. Sarsi Mxwoasx. Fig. 69, a-i. —— Iilaldane Sarsi Mausmanu 1865,
p. 188, 1867, pl. xx, fig. 57; Anwxnssoiv 1906, p. 251, pl. vu, fig. 192-199,
x, fig. 333-338;FAuvnL 1914, p. 254, pl. xxm, fig. 5-15, 24-25. — Clymene
Koreni Ilxxsnx 1882, p. 40.
Corps cylindrique, à peine atténué aux extrémités. Segments antérieurs
bi-annelés. 19 sétigères, 2 antéanaux achètes. - Tête ovoïde, convexe,
bordée d’un limbe membraneux incisé de chaque côté mais non crénelé
_ (69, a, h). Prostomium arrondi, assez large. Pas d'ocelles. Carène longue, _
saillante, très convexe. Organes nucaux courts, divergents, droits ou un
peu arqués. — Segment buceal et 3 premiers sétigères assez uniformé-
ment glandulaires, du 4° au 9°, des champs glandulaires ventraux dimi-

  FAUNE DE FRANCE. -— POLYCHÈTES SÉDENTAIRES
nuant d’importance; à la face dorsale du 5c un croissant glandulaire (ai.
Soies dorsales de 3 sortes : des soies antérieures géniculées terminées en
pointe aiguë, avec unxlimbe court«sur leur bord·convexe (g); des soies
presque droites bilimbées, terminées en longue pointe finementbarbelée
(h); delongues et fines soies capillairesondulées, barbelées«(l). Pas de
.` soies aciculaires ventrales ni d’uncini au 1°’ sétigère. Aux segments sui-
vants, une rangée transversale d’uncini à gros rostre recourbé surmonté'
au vertex d’une rangée transversale de 5-6 dents et·d’un grand nombre de
fins denticules (e, f), barbules sons-rostrales fortes et·peu nombreuses,
manubrium pen renflé. Tores uncinigères saillants, glandulaires. 2 seg-
ments antéanaux courts, à tores achètes bien marqués. — Pygidium~en
plaque ovale peu oblique entourée d’un limbe incisé de chaque côté, abord
`lisse ou faiblement ondulé ou crénelé du côté ventral (C, d). Anus dorsal,
`en bouton plissé, sous le bord de la plaque terminale (c). —— Tube assez
épais de vase fine agglomérée.
« V , · , ·
L. 5 a 10 cm. en moyenne, sur 2 a 3 mm. de large. — Partie antérieure
jachetée de brun, plus ou moins foncé, région postérieure pàle.
` \   `" ll,
\ J""
_ `_ ‘ «®\ ii
pa    MÃ mi '
J 2 'ra, J".  
`  / l \i\
  -¤m¤> l' " ·
  »<2   , t
.· ' 6*
f - C · É
  ·   ...., I .
fé I '  
à   n·m¤· ,.··· i :··~· _
  s / 5 i     
[   r _t__  
,    î
 r V W, t g ;,
Z
Fm. 69, ··· Maldrme Sarsi : a, région antérieure, de profil >< 4; b, tête, vue d’en des-
sus X 5; c, d, région postérieure, de profil et face ventrale >< 4; e, f, crochet ven-
tm], de proûl et de face >< 420; g, soie géniculée limbée >< 420; h, soie droite lim-
bée >< 420; i, partie de soie épîneuse >< 500.

_ 1~1M.nAN1nAE· · 199
Dragages sur fonds vaseux. i
·Mer du Nord; Atlantique (Cap Fiuisterre, côtes du Portugal). — Mers arc-
tiques; Antarctique; Japon, '
M. glebifex Gamm. Fig. 70, a-f. — Maldane glebifex Gnomz 1860,
p. 92, pl. xv, fig. 4; AR\VIDSSON1l)12, p. 425, pl. xxx, fig. 1-8, 9-14; Fxuvm.
1914,p. 256, pl. xxm,fig. 16-23.
Corps vermiforme, cylindrique, sensiblement atténué en arrière. 19 séti-
gères, 2 antéanaux achètes. Tête ovale, très inclinée, peu convexe.
bordée d’un limbe memliraneux incisé de chaque côté mais non crénelé
(70, a). -— Prostomium aplati, arrondi. Pas d’ocelles. (Ãarène très longue
mais peu saillante, peu convexe. Organes nucaux courts, divergepts,
arqués. Segment buccal et 4 premiers sétigères assez uniformément glan-
dulaires, du 5° au 9°-10** des champs glandulaires ventraux formant
parfois des bandes transversales. Pas de croissant glandulaire dorsal au
5** sétigère. — Scies dorsales de 3sortes : des soies antérieures géniculées ·
· terminées en pointe aiguë, avec un limbe court sur leur bord convexe (f);
des soies presque droites bilimbées terminées en longue pointe finement
barbelée; de longues et fines soies capillaires ondulées, barbelées (e). Pas
de soies aciculaires ventrales ni d’uucini au 1" sétigère. Aux segments
suivants, une rangée transversale d’uncini à gros rostre recourbé surmonté i
au vortex d’une rangée transversale de dents et d’un grand nombre de
fins denticules, barbules sous-rostrales fortes et peu nombreuses, manu-
brium peu renflé gc, -41). Tores uncinigères saillants, glandulaires. 2 seg-
ments antéanaux courts, à tores achètes bien marqués. -—— Pygidium en
plaque arrondie peu oblique entourée d’un limbe incisé de chaque côté, in
bord supérieur entier, à bord inférieur découpé en dents arrondies (b).
Anus dorsal, en bouton plissé, sous le bord de la_ plaque terminale. Pro-
lapsus du rectum fréquent. - Tube cylindrique, de vase fine agglomérée.
. L. 20 à 65 mm., sur 1 à2 mm. de large. — Rose pâle tacheté de brun à
_ la partie antérieure.
Dragages sur fonds de vase.
Atlantique (Glénans, Belle-Isle, La Rochelle, Ré); Méditerranée(Marseille): _
Adriatique(Trieste, Cherso),
Nota. —- Anwmsson a créé la variété transversi-maculata pour les spécimens
de Belle-Isle et de lié qui ne diffèrent du type que par des détails de coloration
peu importants. _

200 · FAUNE un FRANCE. — POLYCHÈTES siânnxminns _
1 X % 2
W ly r Y ,
1
` '1
l E h
h lh · . b
«»  b · en e  
Ã, , ·· i ~  -.
vï , · .
t r _ , _  
ll il — \
'vw,
js J1/vv ]  
N . 9 , Q. .
G Fë. . ‘ U _
ârë
X  ig"  
. zëèh ’
` 0
d l la 1 fm çi
Fio. 70. — Maldane glebifem: a, région antérieure, de profil >< 4; h, extrémité posté-
rieure X 4; c, d, crochet ventral, de profil et de face >< 400; e, partie de soie épi-
neuse >< 400; f, soie géniculée limbée >< 150. —- Asychis biceps : g, région antérieure,
de profil >< 4; h, tète vue d'en dessus >< 5; i, k, région postérieure de profil et face
ventrale X 5; l, soie géniculée limbée >< 150; m, soie droite limbée >< 150; n, cro-
chet ventral >< 2.30; 0, partie de soie épineuse >< 400. ·
· G. ASYGHIS Kxnmznc.
[Chrysothemis Kmesnc, Sabaco KINBERG, Maldanopsis VERmLx..] ‘
_ Tête en plaque arrondie bordée d’uu limbe fortement dentelé et divisé en
3 parties par 2 profondes incisîons latérales. Carène courte et plate. Organes
nucaux grands et recourbés. -— Pygîdium en plaque·ovale un peu oblique
bordée d’un limbe entier ou festonné avec une incision de chaque côté. Anus
dorsal. — Pas de soies ventrales au l" sétigère; uncini à partir du 2°. Soîes
dorsales de 3 sortes. Segments antérieurs courts, sans collerette. Antéanaux
achètes rudimentaires. Des ceintures glandulaîres et des champs glandulaires
ventraux à un certain nombre de segments antérieurs. ·- Tube membraneux.
A. biceps (Sims]. Fig. 70, g-0. — Asychis biceps Anwinssox 1906, p. 263,
pl. vt, fig. 220-207, x, fig. 339-344. — Clymene biceps Sans 1861, p. 93.
— Illaldane biceps Mamicnnx 1865, p. 188, 1867, p. 208, pl. xx, fig. 58;

M.u.nAmnAE 201
Fauvm. 1916, p. 259. —— ? Asychis Jefreysii Mc IN1·osn 1915, p. 352, ,
pl. cx, fig. 6, cvm, fig. 13. — ?`MaIdane consobrina Mamoiv 1875, p. 312.
Corps régulièrement cylindrique (70, g), brusquement tronqué aux
deux extrémités, 19 sétigères et 2 antéanaux achètes. — Tête en plaque
arrondie, peu inclinée, entourée d’un limbe membraneux divisé en 3 parties
par 2 profondes éehancrures latérales, la partie postérieure est découpée —
en dents assez nombreuses (12 et davantage), les latérales ont des dente-
lures plus grandes, pointues, moins nombreuses (g, h). Prostomium
aplati, largement arrondi en avant. Carène courte, large, peu saillante.
Organes nucaux courts, arqués. Un sillon longitudinal de chaque côté
du segment buceal achète. Grosse trompe vésiculeuse, sans papilles. — _
7 premiers segments nettement hiannelés. Segment buceal et 3 premiers
sétigères assez uniformémentglandulaires; du 4* au 7°, deux larges bour-
relets à la face ventrale. Pas de croissant dorsal au 5° sétigère. Le bord
antérieur du 1** sétigère est prolongé en collerette (g). Soies dorsales de
3 sortes : des soies antérieures limbées à double courbure (1); des soies
postérieures droites bilimbées (m); des soies filiformes barbelées (0). Pas
de soies acieulaires vcntrales ni d’uneini au 1°' sétigère. Aux segments
suivants, une rangée transversale d‘uncini à rostre surmonté au vertex
d’une rangée transversale de dents et d'un grand nombre de denticules,
barbules sous—rostrales fortes et peu nombreuses, manubrium peu renflé
(n). Derniers sétîgères courts, à tores glandulaires très saillants. Deux
antéanaux rudimentaires à tores achètes peu marqués (i-k). — Pygidium
en plaque ovale oblique bordée d’un limbe avec une profonde entaille de
chaque côté, un lobe ventral faiblement ineisé ou festonné et un lobe
dorsal plus allongé également festonne ou incisé (k). Anus dorsal en
· bouton saillant, plissé sous_le bord du limbe (l). - Tube membraneux
recouvert d'une couche épaisse de vase fine agglomérée. _ _
L. 7 à 18 cm., sur 2 à 5 mm. de large. -- Région antérieure fortement
colorée en brun. Petits spécimens presques incolores. — Dans l’alcool, .
jaunâtre avec bourrelets glandulaires blanc mat.
Sur fonds de vase.
Mer du Nord; Méditerranée (Marseille, Monaco); Atlantique (Cap Finis-
terre ?). — Mers arctiques.
hlaldanîdae incertae sedis. .
Clymcne urant/ms Savicxw 1820. p. 93; Quxrneraoas 1865, p. 238. —— La col-
lection du Muséum de Paris possède encore deux exemplaires de d‘Oamcxv pro-
vena11t de La Rochelle. L'un est une Maldane glebifex Gnuns, l’autre un frag-
ment antérieur de (llymène, peut—être de Cl, lumbricoïdes (?). Je n’ai pas
retrouvé le spécimen de Quxrmaraces, revu par Gmini: en 3 fragments, et dont
la tête ressemblait à celle de Cl. lumbricoïdes. _ '
Johnstonia gracilis Iîixniznc 1866, °p. 3t2. — Le fragment postérieur drague

` 202 FAUNE DE FRANCE. - POLYCHÈTES siânnnminns
. devant Cherbourg ne possédant pas de caecums vasculaires ne provient certai-
nement pas d’une Jnlmstonia, qui n’existe d’ailleurs pas à Cherbourg. La des-
cription de l’entonn0ir anal correspondrait plutôt à Cl. (Erstedii qui est très
commune sur la côte.
Maldane .Malmgreni Mc Inrosn 1885, p. 393;RoULs 1896, p. 456. —— Cette
espèce, insuffisamment décrite, d'après 2 fragments antérieurs en mauvais état,
provenant de Gibraltar et de l’Atlantique, n’est pas identifiable. I1 en est de
1nême de la Praxilla (?) (7/zallengeriae du même auteur (1885, p. 404) des côtes
du Portugal. _
Clymene ebicnsis Mime-Enwaans 1849,pl. xxn, fig. 4. -— C'est bien probablement
la même espèce que Leioclwne clypeata SAINT-Josnrn, mais iigurée d’après nn
_ spécimen tronqué postérieurement et pas d‘une façon assez complète pour
entraîner la conviction. De Qunnamcns le range dans son genre Leiocep/zalus
à plaque céphalique « nulle ou presque nulle ». Cependant le type de L. parvus
Qrc., conservé au Muséum, possède une plaque céphalique nettement limbée
et L. coronatus est une Cly. (Erstediil
F. OWENIIDAE Riom.
[Ammoc/zaridae NIALMGREN; Ammochariens Sainr-Joserxx.}
Corps cylindrique à segments peu nombreux, les antérieurs plus longs que
larges, les postérieurs plus courts. —- Prostomium fusionné avec le segment
buccal, sans appendices on terminé par une membrane découpée en lobes. ——
Soies dorsales capillaires, uncini très petits, très nombreux, recourbés en croc ·
et disposés en rangées transversales. — Pas de cirres anaux. — Tubes incrus-
tés de sable ou de coquilles.
I TABLEAU nas cssnns.
—— Prostomium arrondi,sns appendices. . . G. Myriochele, p. 204
—— Prostomium terminé par une membrane branchiale laciniée
(fig. 71, G, d} ............ G. Owenia, p. 202
' G. OWENIA DELLE Cmaia.
[Ammoclzares GRUBE.]
· Corps arrondi antérieurement, un peu ellilé postérieurement. -· Prostomium
terminé en membrane branchiale laciniée. -— Segment buccal achète. — Séti-
géres ue longueur variable, les 3 premiers sont dépourvus d`uncini. Des cein-
_ tures glandulaires. Soies dorsales capillaires fines, épineuses. Uncini bidentés.
—- Pygidium bilobé. -— Des glandes filières.

ownmxnm 203
W ln r
_ ¤. M , I "|i »
' ' l   ”· —
,’ ,/ .· .“,. " , r / 7. (
°       I
l / 1 ;    W.
jf rg /
· (  ·
l \ C
X I l) l
    W 2 . J
È" f`   ' "  l U l  /; _` ·
0. b 4 < ”  gf  W',. —
· 2 s  te l 93
[ A · rà va .  eg ·. _ _.
ai #1 d life  
i m
# Ã ( È.? lt .
w _
. p l gl I ..
gg, É \  . W  
,. _ 6   L É
Fia. 71. —- Owcnîa fusi/`ormis : a, animal entier >< 2; b, tube légèrement grossi;
c, d, la tète vue d’en dessous, bouche fermée et bouche ouverte, avec Yorgane labial
(d’après lvATSON), très grossi: e. soie dorsale >< 400; f, uncini, de face et de profil
x 700. — Myriochelellecri (d’après Msmmnss) 2 g, animal entier, grossi; h, région
antfgàeure face ventrale; i, région po~térieure;k, soie dorsale >< 600; l, ux, uncini
X 1 ·
0. fusiformis Dentu Cnius. Fig. 71, a-f. ·—— Owenia fLlSl7'0l‘I7Zl·S Lo
Bmivco 1893, p. 22; SAxm·-Josnru 1898, p. 397, pl. xxu, fig. 203-208;
Mc Irrrosu 1915, p. 356, pl. xcu, fig. 6, cx, fig. 8, cx, fig. 9. Q. filzformis
C1.ArAnÈnE 1868, p. 446, pl. xxvi, üg. 5. O. brachycera Mnnxox 1875,
p. 312. O. assimilis Lnvmssx 1883, p. 148, Wonnsnnnx 1912, p. 30, pl. 1,
fig. 6. —- Ammochares Ottonis Gmini: 1846, p. 164, pl. v, fig. 2. A. assi-
milis Sims, MALMGHEN 1867, p. ,210, pl. xxx, fig. 65. A. filiformzs Wnrsox
1901, p. 230, pl. xxm-xxv. .
Corps rigide, épais, cylindrique, comme tronqué antérieurement et fai-
blement atténué postérieurement Q71, n). 20 à 30 segments. — Prosto-
mium légèrement renflé portant une couronne de 6 branchies tentacu·
laires, aplaties, laciniées, réduites à un simple entonnoir échancré chez
les jeunes. Au-dessus et sur les côtés de la bouche, 3 lobes en fer à cheval;
au dessous, une lèvre ventrale bilobée (c, d). 2 taches oculaires à la base
de la branchie. — Région thoracique comprenant le segment buccal achète
et 3 courts segments ne portant que des soies capillaires dorsales. Les _
5-7 premiers segments abdominaux très longs, les suivants de plus en

204 Musa ou rnmcn. -— POLYCHÈTES sénsivramas
plus courts. Ils portent des soies dorsales capillaires épineuses (0) et des
tores uncinigères à rangées transversales serrées d’iunombrab1es petits
uncini a manubrium allongé, à rostre recourbé terminé par 2 crochets
parallèles (f'). Les 2 sétigères antéanaux n’ont pas de soies dorsales. —~
Pygidium légèrement bilobé. Une paire de longues glandes filières dans
chacun des 6-7 premiers sétigères. — Tube membraneux ouvert et atténué
· aux deux extrémités, recouvert de grains de sable ou de débris de coquilles
fmbrigués (11). — Larve Mit.··m·!a. .
. L. 3 à 10 cm., sur 2 à 3 mm. de diamètre. —— Coloration verdâtre ou
_ jaunâtre avec des bandes transversales glandulaires plus claires. Bran-
chies rougeàtres.
A mer basse, tube enfoncé dans le sable demi·vaseux. Dragages,
Mer du Nord; Manche; Atlantique; Méditerranée. —— Atlantique sud, Océan
Indien, Pacifique.
' G. MYRIOCHELE l\«IAL1ur;uEx.
Corps mince, cylindrique, divisé en 2 régions.
Pro'stomium sans appendices. Bouche oblique, subventrale. Segment buccal
achète. — Sétigères de longueur variable, les 3 premiers sont dépourvus d’un-
cini. Soies dorsales capillaires, fines, épineuses. Uncini bidentés. —— Pygi-
dium sans appendices.
M. Heeri MALMGREN. Fig. 71, h-m. — Myrioc/tele Heeri MALMGREN
l 1867, p. 211, pl. vm, fig. 37; WVo1.x.EaAs1< 1912, p. 21, pl. xx, fig. 1-4;
Sournsim 1914, p. 106; Fauvm. 1911 6, p. 34, pl. 1, fig. 22, 1914, p. 263;
Mc Iivrosn 1915, p. 365, pl. cx, fig. 10. M. Sarsi Haivsaiv 1882, p. 41,
pl. vr, fig. 6-12. JI. Damfelseni HANSEN 1882, p. 42, pl. vx, fig. 13-15.
Corps légèrement atténué postérieurement, trouqué obliquement en
avant. 27 sétigères environ (71, g, h). — Prostomium arrondi, sans yeux
ni branchies, fusionné avec le segment buccal (h). — Région thoracique
comprenant le segment buccal et 3 sétigères très courts ne portant que
des soies capillaires dorsales. Dans la région abdominale, les premiers
segments sont très longs, puis décroissent postérieurement. Ils portent
des soies dorsales capillaires très effilées et finement épineuses à l’ex—
trémité (k), et des tores uncinigères à rangées transversales serrées d’in·
nombrables uncini très petits, àmanubrium allongé, à rostre recourbé
terminé par deux dents superposées (1, m). Les tores forment une cein-
ture interrompue sur*la ligne médio-ventralc. — Tube membraneux,
cylindrique, ouvert aux deux extrémités, et incrusté de_petits grains de
sable. —
· L. 20 à 30 mm., sur 1,5 mm. de diamètre. -—- Coloration dans l’alcool
blanc-jaunâtre. .

_SABELLAIlIlDAE 205
Dragages sur fond de sable.
Mer du Nord (Dogger-Bank); Atlantique (côte d'Irlande, Clew·Bayj. -— Mers
arctiques.
F. SABELLARIIDAE J omvsron. '
[Sabellariens SAINT-Joserix; Hermelliens Quyrneranns]
[Hermellidae auct.]
Corps vormiforme, cylindrique ou subquadrangulaire, divisé en 3 régions.
- Prostomium indistinct, entre 2 gros pédoncules dirigés en avant qui por-
tent des soies très modifiées (palées) disposées sur 1, 2 ou 3 rangs concentri· .
ques formant opercule. 2 palpes plus ou moins développés. Souvent 1 ou plu- ·
sieurs languettes cirriformes entre les pédoncules operculaires. Bouche inerme,
généralement entourée de tentacules filiformes ou de papilles. — Région anté-
rieure comprenant`: 2 courts segments à parapodes rudimentaires réduits à
une rame ventrale à soies capillaires, suivis de 3-2 segments parathoraciques
biramés avec des soies aplaties en pagaie ou styliformes. — Région abdomi-
nale à rames dorsales à uncini pectinés et rames ventrales à soies capillaires.
- Au-dessus des pieds thoraciques et abdominaux, des branchies simples, '
ligulées, sur la plus grande partie du corps. — Une région caudale achète et
apode formant une queue cylindrique étroite et sans apparence de segmenta-
tion. -— Tubes de sable ou de gravier épais, résistants, souvent groupés en
masses considérables. · _
Remarques. — Les deux gros pédoncules operculaires représentent très pro-
bablement les rames dorsales fusionnées des deux premiers pieds rejetés en
avant du prostomium et dont les soies sont modifiées et disposées à Fextrémilé
· de façon à constituer un opercule obturant l‘ouverture du tube. Les deux fais-
ceaux de soies capillaires situés près de la bouche et au segment suivant cor-
respondraient aux rames ventrales.
Dans le genre P/zalacrjostemma, chaque pédoncule operculaire porte un seul
rang de palées toutes semblables disposées en couronne circulaire ou faible-
ment spiralée. Chez les Pallasia, on trouve 2 rangées de palées dilïérant peu
les unes des autres dans le sous-genre Pallasia, sens. strict., très dissemblables
dans le sous-genre Lygdamis [Tczreres Ctiuusnv]. Ces deux rangées concen-
triques dérivent sans doute de la couronne des P/mlacroszemma par déforma-
tion et modification d’un des côtés. Enfin, dans le genre Sabellaria, l’opercule `
comprend 3 rangées concentriques de palées. On pourrait être tenté de penser
que la 3** rangée correspond aux crochets dorsaux que l‘0n trouve en dehors de
la couronne à la face dorsale des pédoncules chez les Pallasia et les Pirata-
crastemma, mais Pexistence simultanée de soies aciculaîres dorsales et de 3 cou-
ronnes de palées chez la Sabcllaria spinulosa semble infirmer cette homologie.
Dans le genre exotique Cryptopomatus Gmvxsn, l’opercule, rudimentaire,

206 FAUNE DE EnANcE. -·- 1>oLYcui:1~Es SÉDENTAIRES
n’est représenté que par quelques soies presque entièrement incluses dans les
pédoncules et.par 2 gros crochets dorsaux. Par ailleurs, ce genre=est.très voi-
sin des Pallasia.
Dernièrement, ÀNNENKOVA a montré que le genre Cenzrocorone Gnunu et
Bonasrzmz, fort mal interprété d’après les descriptions anciennes erronées, est
` synonyme de Sabellaria.
. TABLEAU nEs GENRES.
1. Opercule rudimentaire. . · .. . G. 'üryptopomatus GRAVIER(‘)
_ — Opercule bien développé .............. 2
2. Pédoncules operoulairctportant chacun une couronne de Ion-
gues palées surrun seul rang. —· Ras de tentacules buccaux. 2
gros palpes ......... G. Phalacrostemma, p. 211
—— Pédoncules portant. 2 ou 3 rangées de palées ....... 3
3. 2 rangs de palées operculairesl ..... G. Pallasia, p. 213 ·
-— 3 rangs de palées operculaires ..... G. Sabellaria, p.. 206
‘ G. SABELLARIA Lanxncx.
· [Hermella Slviouv, Psammatotus GUÉ1··rAnn.]
[Centr0c0r0ne GRUBE, P/zragmazoponm Moncu.]
Pédoncules operculaires courts, plus ou moins complètement réunis par une
membranedorsale, portant chacun 3 rangées de palées operculaires dorées,
les externes aplaties, dentelées, les moyennes et les internes géniculées, plus
ou moins creusées. - Parfois des soies aciculaires dorsales. Quelquefois, un
cirre médian entre les bases des pédoncules. 2 petits palpes allongés. Nom-.
breux tentacules filiformes à la face ventrale des pédoncules. 1*** et 2° segments _
avec un faisceau de soies capillaires. —- 3 segments parathoraciques biramés à
pinnules en palettes rectangulaires, a soies aplaties. Branchies dorsales falci-
1'ormes. - A l’abdomen, de larges pinnules dorsales a uncini en étrille et des
soies capillaires ventrales. — Région caudale lisse et achète. —— Tube épais de
grains de sable agglomérés.
— Palées externes de 1’opercule à dents lisses. Pas de soies·acicu·
laires à la face dorsale des pédoncules. Pas de cirre interpédon-
’ culaire ....... . ...... S. alveolata,. p. 207
-—- Palées externes de l’opercule à longue dent médiane barbelée.
Des soies aciculaires à la face dorsale des pédoncules. Un cîrre
‘ interpédonculaire .... · ..... S. spinulosa, p. 208
(1) Connu seulement de*Madagascar (Gnavien 1916, p. 289).

SABELLAIKIIDAE 207
1  ¤··»  .·-·-·· . D `
  #-.,,7/7   · @/1%  
  ft ,»« ès as
  ~' I ¤e¢°'J ÈÃ ~§
V , o , age? 'fë Ãx ,
7 ` M   ·   Z L     ·
'  · / ‘1 C.
96....}
[ u
lq ¤/
as;   .7; ' ~ 1 i
si /1% 1 . m
f . ·  t.
î n ll lt ,,,.»v. ·
‘ J I]      
" » Éî*’ ··,Ci’ '  
I [ L? . yy. `
/ ya   ` É ~“   [ ·'   - )
4 u ·, 2 .  "   st}
yJ;_ \\‘ If ' _’y 6-*-  
' .·~··   lil-=` . ‘ Q ' ` 
1 · ill ; z« »¢» ,  
  .   _] »' . ' (  
*1 · .¢»'.·;f ;·: ‘
il b (L lnii R 7 i     :,.;"  
,    fg
Fm. 72. - Sabellariu alveolata : a, >< Zi; h, c, plaque onciale de profil et de face
>< 400; d, palée externe >< 45; e, palée moyenne >< 35; 1, palée interne >< 35; g,
partie de soie capillaire abdominale >< 400; h, i, soie bipectinée du 2° sétîgère >< 150
et 400; k, soie parathoracique vcntrale >< 150; 1. m, soies parathoraciques dorsales
en pagaie X 120; n, opercule vu· d’en dessus >< 4; 0, tubes, grandeur naturelle. _
S. alveolata (L.). Fig..72, 3.-0. — Sabellaria alveolata MALMcnEN:1867,
p. 212, pl. xm, fig. 70; Lo B1ANc0·1893, p. 45: SMNT-Josnru 1894,
p. 160. S. anglica Gnomz 1848, p. 46, pl. ui, fig. 12. S. crasszlssima _
LAMARCK1838, p. 600. — Sabella alvcolqria DALYELL 1853, p. 175,
pl. xxv, fig. 1-3. — Hermella alveolata QuA'rnEFAc1as18G.`i, p. 314,
pl. xm, fig. 1-16; II. Savignyz', H. Iïissoi, H. c1·assz'ssz'nza Quxrnsraens
18:;.; p. 318, 319, 320.
Corps subquadrangulaire. 32 à 37 segments (72, a). — Pédoneules oper-
culaires courts, demi-cylindriques, soudés dorsalementsur toute leur len-
gllêlll', portant Cllâcllll UIIB COUl‘Ol’1I18   3 l‘HI1gS de pelées jâlllllê d'0I' (jl].
Palées externes élargies en battoir, terminées par 4-5 dents aiguës
recourbées, dont la médiane, un peu plus grande et plus haute (di.
Palées de la rangée moyenne géniculées, creusées en sabot allongé et
strié transversalement, couchées sur celles du· rang externe (e). Palées
internes géniculées terminées en longue lame triangulaire dressée (f).
Au-dessous des palées, une couronne de papilles coniques cirriformes.
Pas de soies acieulaires dorsales. A la face ventrale, 2 courts palpes

208 FAUNE on nuance, —— ronvcnizras séonnmiuss
coniques. Pas de languette cirriforme entre les bases des pédoncules (l).
Sur le bord ventral de chaque pédoneule, 8 ii 10 lobes aplatis portant de
nombreux tentaeules filiformes. Une grosse lèvre postérieure Iobée (buil-
dz`ng01;gan). De chaque côté, un lobe obtus et une languette conique
' avec un faisceau de fines soies capillaires bipectinées (1°' pied). Au
2° segment, une branchie cirriforme, dressée, une crête transversale, un
petit eirre ventral conique et un faisceau de soies capillaires bipectinées
l (h, i). - 3 segments parathoraciques comprenant : une branchie falci-
forme, crénelée dressée, une rame dorsale en palette rectangulaire avec
une rangée transversale de 8 à 10 grosses soies dorées en forme de
pagaie, à pointe entière ou effilochée, alternant avec des soies plus
fines (l, m). A la rame ventrale, un bourrelet transversal et un petit mame-
lon portant des soies semblables aux dorsales mais beaucoup plus
petites (k). Pas de eirre ventral. — A la région abdominale, une tren-
taine de segments dont les 15-20 premiers portent des branchies falci-
formes dontlataille diminue ensuite rapidement. Ptames dorsales aplaties
en pinnules d’abord larges et arrondies, puis rectangulaires et de plus en
plus petites. Elles portent des uncini pectinés, à 2 rangées parallèles de
5-6 dents soutenus par3 soies-tendons (b, c). A la rame ventrale, un bour-
relet transversal, un petit mamelon conique portant un faisceau de longues
soies capillaires barbelées (g), un petit eirre ventral diminuant rapidement
de taille et manquant dans le tiers postérieur de la région abdominale. -—
Région caudale lisse, cylindrique et généralement repliée sous la face
ventrale creusée en gouttière. — Tubes de gros sable, droits, accolés
les uns aux autres en masses souvent considérables, ressemblant à des
. gâteaux d’abeilles collés sur_les rochers, plus rarement en petites colonies
sur les' coquilles (0).
L. 30 à 40 mm., sur 4 mm. de large. —— Corps rouge vineux un peu
tacheté de brun. Région caudale brun clair. A maturité, Q rouge violacé,
. 5* blanchâtre.
A mer basse, sur les plages de sable et dans les dragages sur les coquilles
d’Huîtres. `
Mers du Nord; Manche; Atlantique; Méditerranée.
S. spinulosa Lnucxanr. Fig. 73, a-p. — Sabellaria spùzulosa MALMGIKEN
1867, p. 211, pl. xxx, fig. 6; SAlNT·.l0SEPH 1894, p. 154, pl. vu, fig. 200-
203; Faovm. 1914, p. 139,`pl. vm, fig. 42-53; Mc lN*rosn1913, p. 170,
1922, p. 12, pl. cxu, fig. 1, 1924, p. 42; S. lumbricalis JOHNSTON 1865,
p. 251. S. Alcoc/ci Gmxvien 1909, p. 298, pl. vm, fig. 11-23. Fauve!. 1911,
p. 415, pl. xx, fig. 44. S. fucicola et S. Guincensis Auosiven 1918, p. 496,
498, pl. vi, fig. 158. —- Centrocorone Zaurica Bonn., ANNENKOVA 1925,
(1) Sauf chez les tres jeunes ou la earcne du voile buccal porte un petit prolongement cirri-
forme.

` snannmnninan 209
p. 86. - ?Anzphz'Ir·ite taurz'ca· Pwrnxs 1836, p. 426. — ?IIernzeIIa
ostrearia Fnnr et LEUCKART18&7, p. 152. H. alveolata Quarunmcss 1865,
p. 314 (pro parte}.
Corps légèrement quadrangulaire. 30 à 40 sétigères. Pédoncules oper-
culaires assez allongés, demi-cylindriques, soudés dorsalement sur
presque toute leur longueur, portant chacun une couronne à 3 rangs de _
palées dorées. Palées externes élargies en battoir, terminées par 5 à—
il dents droites dontla médiane beaucoup plus longue, pennée, ii 8~10 épines ,
latérales (73, a). Cette dent médiane très fragile est souvent brisée ou
remplacée sur un certain nombre de palées par une dent plus ou moins
nettement bifide (p) (usure?). Palées de la région moyenne géniculées,
dilatées, creusées en capuchon terminé par une pointe mucronée (h) et
coucliées su_r celles du rang externe, ou au contraire en forme de longue
épine creuse dressée verticalement (k). Palées internes géniculées termi-
nées aussi en longue lame triangulaire striée, creusée en sabot (cl. Au-
dessous des palées, une couronne de papilles digîtiformes. 2-3 paires de
grosses soies aciculaires dorsales en poinçon (f). Une languette triangu-
laire cirriforme entre les bases des pédoncules. 2 courts palpes coniques
ou filiformes. Au bord ventral de chaque pédoneule, 8-10 lobes aplatis
portant de nombreux tentacules iiliformes. Une grosse lèvre postérieure
lobée (building organ). De chaque côté, un lobe obtus et une languette
triangulaire, avec un faisceau de fines soies capillaires bipectinées (8)
(18* pied). Au 2** segment, une branchie cirriforme, dressée, une crète
transversale, un eirre ventral triangulaire et un faisceau de soies capil- ~
laires bîpectinées. -· 3 segments parathoraciques comprenant : une
brauchie falciforme crénelée, dressée, une rame dorsale en palette rectan-
gulaire avec une rangée transversale de 8-10 soies dorées, en forme de
pagaie, à pointe entière ou efiiloehée (h), accompagnées de soies fines,
plus courtes. A la rame ventrale, un bourrelet transversal et un petit ·
mamelon portant des soies semblables aux dorsales mais beaucoup plus
petites (g). Pas de cirre ventral. — A la région abdominale, une trentaine
de segments portant des branchies falciformes dont la taille diminue
rapidement cl’avant en arrière. Rames dorsales aplaties en pinnules
d’abord larges et arrondies, puis rectangulaires et de plus en plus petites.
Elles portent des uncini pectinés à 2 rangées parallèles de 5-7 dents,
soutenus par 3 soies-tendon (i). A la rame ventrale, un bourrelet trans-
versal, un petit mamelon conique portant un faisceau de longues soies
capillaires barbelées (d), un petit cirre ventral diminuant rapidement de
taille et manquant dans le tiers postérieur de la région abdominale. —
Région caudale lisse, cylindrique et généralement repliée sous· la face
ventrale creusée en gouttière. —— Tubes sablonneux, irréguliers, contour- i
nés, très solides, isolés ou groupés sur les rochers et les coquilles. Par-
fois mélangés à ceux de S. alveolata.
L. 20 à 30 mm., sur 2-3 mm. de large. —— Corps rouge vineux, tacheté
14

210 FAUNE ne rnANcE. — Pomrcuàrizs SÉDENTAIRES
de brun foncé sur la région thoracique. Tentacules foncés. Région cau-
dalé brun clair. A maturité, Q rouge violacé, (jl blanchâtre.
A mer basse sur les rochers et dans les dragages sur les coquilles d’Huîtres.
Ne forme pas de colonies aussi massives que S. alveolaza.
Mer du Nord, Manche, Atlantique, Mer Noire. - Atlantique Sud, Océan In-
_ dieu, Pacifique, Mers arctiques.
I 5*
· r · ga ., W lill
c " 37*4 i, É:  fs,
0* lz K   « l
_ l , /» I,} . ‘_ '·. l
\ l `ff  _ `
R .
 ll i · `··  yi  IIFI l
‘ I, z l ; \     \
. l |I|II| M
la- — 1 l··· « l l
l lgggîl N  t l , }' · W l. l
 ; I  ·. ` ` H , l
l Til" ï· ' l ¤ llll ~
Msg . il  m 1/ l
l  ·'l· il  'p lll
ll A   É ,ll   l l All l l  l ll,
. fx l É; · w \ L l l l l
ll 5 \\  z I \ ll · ·.
'l "` ’/ ai \ l l ll ·` 
" $  " O \ l l , , i
  '* ”' '    ` l   l l ll
. * p ' U
' x   ¢ J N · l
. CL " ,l l , ll ‘ V
4  Il l l l Tl ll
I ll I · l l
. l ff 1 ll
 V l l   /l
\ L b lp  K l_l\ d lx? 0 e  
\ 1 ll Ml/xv \  
Fxc. 73. — Sabellaria spimclosa: a, palée externe >< 35; b, palée moyenne en capuchon
>< 35; c, palée interne >< 35; d, détail de soie capillaire abdominale >< 400; e, détail
de soie bipcctinée du l" sétigère >< 400; f, crochet pédonculaire dorsal >< 150: g, soie
parathoracique ventrale >< 120; h. soie parathoracique dorsale en pagaie >< 120;
i, plaque onciale >< 120. — Var. Alcocki : k, palée moyenne en épine dressée >< 35;
l, palée moyenne en capuchon, de face >< 35; m, palée interne >< 35. —- Var. Gm-
oieri : 11., palée externe épineuse du bord dorsal de l’opercule >< 30; 0, palée externe
non épineuse >< 35. —— Var. Intoshi : p, palée externe à. dent médiane bifide >< 35.
’ Cette espèce cosmopolite présente dans la disposition et la forme de ses pa-
lées operculaires de nombreuses variations auxquelles on a trop souvent attri-
bué une importance spécifique qu'elles ne méritent pas.
Les palées externes sont, parfois, pour la plupart, dépourvues de la pointe
médiane barbelée caractéristique que l’0n ne trouve alors que sur les plus voi—
sines de la face dorsale. Cet aspect est probablement dû le plus souvent au bris
ou à l’usure de cette longue dent fragile. Les palées de la rangée moyenne peu-
vent être toutes courtes, larges, en capuchon ou longues et dressées en épine,

SABELLARIIDAE 211
ou encore alternativement courtes et longues. Les palées internes varient
beaucoup moins de forme. _
Ces différentes dispositions, que l'on rencontre presque toutes sur nos côtes,
peuvent se combiner entre elles et présentent aussi des intermédiaires, Ce sont
de simples variétés, n'ayant même pas la valeur de races localisées, et que l’on
' peut grouper de la façon suivante : _
1. Palées externes toutes à dent médiane barbelée (a, n). ...... 2
- Palées externes à dent médiane non barbelée, sauf quelques-unes à la
face dorsale de l’opercule (0, p). .............. 3
2. Palées moyennes toutes semblables, courtes, creusées en capuchon
(b). ............... var. spinulosa sens szric.
— Palées moyennes alternativement courtes et longues, dressées, ou
toutes longues (k, b). ............. var. Alcocki. .
3. Palées moyennes toutes semblables, courtes, en capuchon ....
.............·...... . var. Intoshi.
— Palées moyennes alternativement courtes et longues, redressées.
..................... var. Gravieri.
Van. Alcockî Gnavusn, Fxovrzt. 1914, p. 144, 1924, p. 44. Sabellaria Alcocki
Gnnvran 1906, p. 540, 1909, p. 298, pl. vm, fig. 11-23; Fxuvizr. 1911, p. 415,pl. xx,
fig. 44. S. fucicola Aucsmzn 1918, p. 496, pl. vx, fig. 158.S. spinulosa var. crisi-
/era Mc Iivrosn 1913, p. 170. Var. taurica Amvmxovx 1925, p. 86, fig. 1-6. —
? Centrocorone taurica Boanerzxv 1870 (fide Auxnxxovx).
Les palées moyennes sont tantôt toutes longues et dressées, tantôt alternati-
vement longues, dressées et courtes en capuchon. —- Manche (Saint·Vaast·la-
llougue); Mer du Nord; Atlantique (côtes du Morbihan, lle d’Yeu). — Àtlanti·
que Sud (Guyane et Afrique), Océan Indien, Golfe Persique. — Mer Noire. '
VAR. Intoshi. Fxuvm. 1914, p. 139, pl. vin, fig. 50-53. — Var. Gilc/iristi Mc
lxrosn 1924, p. 42. Sabellaria guincensis Auosxan 1918, p. 498. —- Les palées
moyennes sont toutes courtes, en capuchon, mais les externes ont une dent
médiane non épineuse, entière ou faiblement bifide (p). Cependant, au voisinage
du sillon dorsal interoperculaire, on trouve quelques palées il longue dent mé-
diane barbelée comme dans la forme typique, Uabsence de pointe barbelée
n`est peut-être due qu`à l'usure (?). — Manche (Guernesey). — Atlantique (Golfe
de Guinée, Afrique Portugaise). ·
Van. Gravieri, Fxuvm. 1914, p. 142, pl.vm, fig. 42-49. - Les palées de la ran-
gée externe sont semblables :1 celles de la var. Inzoshi, les dorsales à pointe
barbelée, les autres à dent médiane entière ou faiblement bifide (n, 0), mais les
palées moyennes sont alternativement courtes, en capuchon, ou longues, re-
dressées en épine. —- Manche(?). —Atlantique (Golfe de Guinée).
. G. PHALACROSTEMMA ltlxnmzerran. `
Pédoncules operculaires séparés, portant chacun une couronne circulaire, ou
faiblement spiralée, de longues palées disposées sur un seul rang. -— Quelques
grosses soies dorsales en crochet (fig. 74, d). 1-3 cirres médians entre les bases

212 FAUNE DE FRANCE. —- POLYCHÈTES SÉDENTAIRES
des pédoncules. Deux gros palpes canalîculés à bords froncés. Pas de paquets
de tentacules filiformes autour de la bouche. 1¤1‘ et 2* segment avec un faisceau ·
de fines soies capillaires. - 4 segments parathoraciques biramés, a pinnules en
palettes rectangulaires à soies styliformes. Branchies—peu nombreuses. — A
Yabdomen, des piuuules dorsales à uucini en étrille et des soies capillaires ven-
trales. - Région caudale achète et lisse. —·- Tube épais formé de grains de_ sable
ou de Foraminifères.
-— Pédoncules très allongés, à longues palées. Un grand cirre im-
pair entre les pédoncules ......... *Ph. elegans (‘)
—— Pédoncules courts, à palées plus courtes. 2-3 petits cirres mé-
dians entre les pédoncules ...,... Ph. cidariophilum
lr _ .
\w - · ._   .0
l . \ `ÃIÉV
/ s M
i\ ¢// `\   î' \ ii  
~ / ` \ l i
le 1 R   /   W
. \ 1) _ /
_ Ã- ï ï i /4 i l
l ` \ \   nul',
¥; x \ t 1  
. - A p t lpvmaé
· C i ~» \ t ‘~‘.t."%«
t ~   ix / ·y
. y a¤ t  
. ai , \ _} ./   M.
" %«¤»%  
X \ . / .
  ` 1 lr ~*· “7
. _ \ V A t
'   Il `.   \ ' È`; % P'} lm
'”~   K z —     l 
o —  - i t ' ilillllllllllî
,.,X /·l  \\ ‘\/
  · \ \ / ||H||IlIU
- » t-l N d 6 / Illllllllllll
/Z//J ”// I') H [I . g  
" ' L miiiili
Fia. 74. —— Phalacrostemma cidarzophilum : a, de profil >< 3; b, partie de soie capil-
laire barbelée du faisceau ventral inférieur >< 400; c, plaque onciale >< 400; d, cro-
chet pédonculaire en hachoir >< 60; e, soie styliforme des pinnules parathoraciques
>< 150; f, soie aciculaire du même sétigère >< l50; g, h, i, régions successives d’une
palée operculaire >< 400.
Ph. cîdariophilum i\rIARENZELLER· Fig. 74, a-i. —- P/zalacrostemma cida-
riophilum Mnnmzunnun 1895, u° 18, 1902, p. 22; Fwvm. 1914, p. 273,
pl. xxiv, fig. 17-21, xxv, fig. 1-4.
Pédoncules operculaires demi-cylindriques portant chacun une cou-
(I) Signalé seulement à Madère (Hcvm. 1914, p. 270).

sanannxnxxnas 213 ·
ronne d’un seul rang de palées disposées en spirale courte se rapprochant
d’un cercle. Palées argentées ou jaune très pâle, légèrement arquées en
dehors, striées longitudinalement, lisses à la base puis ornées de colle-
rettes de plus en plus épineuses vers Pextrémité distale (74, g, h, i). Au-
dessous des palées une couronne de papilles cirriformes (a). A la face dor-
sale de chaque pédoncule, 4-5 grosses soies courtes recourbées en croc,
à limbe aminci, en forme de hachoir (d). — A la face ventrale, 2 gros palpes
creusés en gouttière, à bords mamelonnés. Entre les bases des pédoncules,
2—3 courtes languettes cirriformes. Bords latéraux de la bouche sinueux,
sans franges filiformes. Une grosse lèvre ventrale bilobée. De chaque côté
dela bouche, une caroncule à 4-6 lobes cirriformes avec un faisceau de
lines soies capillaires (i" pied). Au 2° segment, une branchîe, un petit ma-
melon (achète ?) et un cirre ventral. —— 4 segments parathoraciques com-
prenant: une branchie cirriforme, dressée, une pinnule en palette ree-
tangulaire à longues soies styliformes (e) accompagnées de quelques soies
plus courtes ff), un bourrelet transversal et un mamelon ventral à 2 fais-
. ceaux de soies capillaires, les supérieures lisses, les inférieures épineuses
lb). — A la région abdominale, une quinzaine de segments dont les 4-5
premiers portent seuls des branchîes. Rames dorsales aplaties, d’abord _
larges, arrondies, puis rectangulaires et de plus en plus petites (a). Elles
portent des uncini pectînés (c) soutenus par des soies-tendons. Soies ven-
trales capillaires semblables à celles de la région parathoracique (b). —
Région caudalc lisse, cylindrique, sans trace de segmentation et généra-
lement reoourbée sous l'abdomen. — Tube formé de grains de sable soli-
dement maçonnés, doublé d’une membrane foncée, recourbé en U à bran-
ches étroitement accolées et fixé au substratum.
L. 15 à 20 mm., sur 2 à 4 mm. de large. — Dans l’alcooI, la coloration
varie du brun clair au chocolat foncé, presque noir.
Dragages profonds sur fonds de roches ou de sable vaseux. Tubes accolés
aux radioles de Dorocidaris, ou fixés sur des coquilles.
Atlantique (au large du Portugal, Açores, Iles du Cap-Vert); Méditerranée
(Cerigo, Santa Maria di Leuca, (Kandic).
G. PALLASIA Quarnemcas.
[Idanthyrsus et Lygdamis liinnsno, Tetrcres CAULLERY.]
Pédoncules operculaires allongés, portant chacun 2 rangées de palées et des
crochets dorsaux. Parfois un cirre médian entre les bases des pédoncules.
Deux palpes canaliculés à bords froncés. Nombreux tentacules filiformes au
bord ventral des pédoncules. 16* et 2" segment avec un faisceau de fines soies
capillaires. 3 ou 4 segments parathoraciques biramés à pinnules en palettes
rectangulaires à soies aplaties,. Brancbies dorsales cirriformes. — A l’abd0men,
de larges pinnules dorsales à uncini en étrille et des soies ventrales capillaires.
- Région caudale achète et lisse.- Tube épais de grains de sable agglomérés.

214 mena nz mman. — romcninas sénnivrxmas
—- 3 segments parathoraciques. Palées externes de l’opercule
recourbées et pennées, palées internes lisses et plus fines . .
.,........... S.-G. "Pallasia 8. stric. (l)
— 4 segments parathoraciques. Palées externes de l’opercule plus
nombreuseset plus faibles que les internes. Les 2 rangées en
lames de sabre, à bords lisses .... S.-G. Lygdamis(2)
    1 il
' 4s i`   " `gl
. _ v g \   0 \__.  
Wei   ti 1   e L
É ) ,&â‘iS·\     ai
,4%   (gg   .
` / "' ‘?  , f£., · , .
œ ui ,î•“ A ~ wf  I w`
Q W } ax r 6   _
‘/\ V É È I   t
jp. b )@•Q \ p F (I
  ’
el ( ,   , · w (
sa U, d C '''‘ *‘ lg ` ````   i
L ,   I`; ·l
. ' , V,  \
_ Ãî..:2_g4ms,¢1•)î’,gg.alQjïï»    
» . ~ s   i l l
»% \   f  la 1; -
  "   <îfll!•î='" 9 sly L li, I
Fm. 75. — Pallasia (Lygdamis) cirmta (a-d, imité d’ALnEN) : a, face dorsale. Réduit
d’cnviron un quart; b, région antérieure, face ventrale >< 1,5; c, région antérieure,
face dorsale >< 1,5; d, fragment de tube, grandeur naturelle; e, crochet pédoncu-
laire; f,p1aque onciale postérieure; g, partie de soie capillaire ventrale; h, soie para-
thoracique; i, extrémité de palée externe; k, extrémité de palée interne. (Figures très
grossies, d'après Mc Ixrosn).
P. (Lygdamîs) murata Antnx. Fig. 75, a·k. —Pallasia. murata ALLEN
1904, p.299, pl. x.- Tetreres murata Cnutnnnr 1913, p. 200; Mc Inrosn
1922, p. 7, pl. cxvm, fig. 1, cxxm, fig. 1, cxxv, Hg. 8; 1924, p. 41. --
Lygdamis murata JOHANSSON 1925, p. 8. — ?L_z/gdamis indicus Kmnnno,
JOHANSSON 1925, p. 8, fig. 2-7.
· Pédoncules operoulaires demi-cylindriques, bien séparés, allongés,
tronqués obliquement (75, a, c) portant chacun 2 rangées de palées, les
(1) N’a pas été signalé avec certitude dans nos mers.
(2) D’après Jomnsson 1925, p. 8, le genre Tetreres Cu.u.1.snr est identique au genre Lygdamis
Knnnnc qui a la priorité. Nous ne lui attribuons que la valeur d’u11 sous-genre.

sannnmnxinas 215
externes (34-35) minces, lisses, droites, aplaties, à longue pointe effilée,
transparentes (i), les internes (11 environ) plus grosses, plus épaisses,
droites, aplaties, d’un beau jaune et dirigées en avant (k). Sous les palées
externes, un rang de papilles coniques. A la face dorsale de chaque
pédoncule, un gros croc noiràtre (e) entouré de papilles charnues. —- A ·
la face ventrale, 2 gros palpes allongés, creusés en gouttière à bords
crénelés (b). Entre les bases des pédoncules, un cirre médian subulé.
Bord inférieur interne des pédoncules couvert de nombreux filaments
tentaculaires. Un voile buccal ondulé. Une grosse lèvre ventrale lobée
(building organ). De chaque côté de la bouche, 2 lobes coniques et un
court faisceau de soies capillaires (1“' pied). Au 2= segment, une branehie,
2 lobes aplatis dirigés en avant et découpés en 2-3 pointes, un faisceau de ‘
soies capillaires longues, fines et lisses et un cirre ventral triangulaire. _
—— 4 segments parathoraciques comprenant : une branchie cirriformc
dressée, une rame dorsale aplatie en palette rectangulaire avec un petit
lobe conique à l'angle postérieur dorsal et un rang de longues soies
aplaties, jaune brillant (h), une rame ventrale très petite, conique, avec
quelques courtes soies aplaties.'Pas de cirre ventral. — A la région
abdominale, environ 40 segments dont les derniers sont rudimentaires et
dont les 15-16 premiers seulement portent des branehies. Rames dorsales
aplaties. d’abord larges et arrondies, puis' plus étroites et plus petites.
Elles portent sur leur bord des rangées serrées d’uncini peetinés à
. 6-8 dents (f), soutenus par 3 soies-tendons. A la rame·ventrale, un petit
mamelon portant 2 faisceaux de soies capillaires les unes épineuses (g),
les autres lisses, ces dernières deviennent très longues dans les derniers
segments.- Région caudale lisse, cylindrique, avec seulement 2-3 paires u
de cirres ventraux rudimentaires à sa partie antérieure. Anus terminal
entouré d’une membrane `évasée à bords erénelés. — Tube très épais,
formé de 2 couches, une interne de fragments relativement petits de
coquilles ou de grains de sable aplatis disposés très régulièrement et une
externe de coquilles et de gros gravier, très irrégulière et rugueuse (d).
L. 13 cm., sur 10 mm. de diamètre. — Corps couleur chamois 'avec
taches chocolat foncé dans la région thoracique. Branchies et région
caudale vert sombre ou olive.
Tubes vides fréquents dans les dragages sur fond de gravier, mais l’animal
est très rarement ramené parla drague.
Manche (Plymouth, Saint-yaast-la-Houguel. -- Cap de Bonne-Espérance
(Var, Gilchriszi Mc lnrosn). Détroit de Banka ? `

216 FAUNE DE FRANCE. — POLYCHÈTES SÉDENTAIRES
F. STERNASPIDIDAE BIALMGREN.
, [Sternaspidiens QuA'rur;rAc1zs.j
Corps très court, de forme aberrante. — Prostomium petit, sans appendices.
—— Les 3 premiers segments présentant chacun une couronne de soies inter·
rompue sur les lignes médianes dorsale et ventrale. 7° segment portant
2 appendices sexuels. Les 8 segments suivants apodes, suivis, du côté ventral,
d’un bouclier sétigère. — Un faisceau de branchies anales. (En. Psaume).
G. STERNASPIS Orro.
Corps reuflé aux deux extrémités, à segments courts, peu nombreux. Bouche
subterminale. -- Soies antérieures courtes et robustes.` Bouclier corné formé de
2 plaques trapézoïdales garnies sur leurs bords de faisceaux rayonnants de
soies capillaires. Branchies filiformes insérées sur 2 plaques postérieures. -
Anus terminal.
Nota. — Le Sternaspis spinosus, de Java, d'aprés Stuirna, est pourvude deux
longs tentacules très caducs, considérés comme une trompe bifide rappelant ·
celle de la Bonellie, mais représentant peut-être plutôt des palpes. Jamais, sur
aucun autre Sternaspis, on n’a observé la présence de semblables appendices.
Les petites différences dans l’aspect de la pointe des soies antérieures ou
dans les stries du bouclier, invoquées pour caractériser certaines espèces,
n'ont pas Yimportance qu’on a voulu leur attribuer, La comparaison de spéci-
mens provenant de Jan Mayen, des côtes de Californie, de Naples et de nos
côtes de I’Atlantique ne m’a permis de relever entre eux aucune différence
notable et constante. `
Les Stemaspis considérés, tour à four, comme des Géphyriens ou des Poly-
chètes semblent vraiment devoir être rangés parmi ces dernières, mais leurs
affinités avec les Echiures en font un terme de passage entre les deux groupes.
St. scuiiata (_HANzAN1). Fig. 76, 3-g. — Stermzspis scutata Rmrscu
1882, p. 1-83, pl. XVII-XXIII; FAUVEL 1913, p. 90. St. thalassemoîdes
Orro, BIAX MllLLER 1852, p. 1 à 7, pl. 1. St. assimilis et St. islandica
_ MALMGREN 1867, p. 196, pl. xv, fig. 85. St. fbssor Srmrson 1853, p. 29,
' pl. 11, fig. 19. — T/mlassenza scutata.`RANzA1v1 1817, p. 1457, pl. XI,
fig. 10-18. _
Corps en forme de boudin étranglé au milieu (76, a). 20 à 22 segments
dont les 7 antérieurs peuvent se rétracter facilement dans les suivants.
‘ T éguments couverts de fines papilles 1'îliformes. — Prostomium réduit à
un court tubercule arrondi. Bouche ventrale, arrondie, subterminale. ——

STEKNASPIDIDAE 217
1 Q î I  
, ' rfi] . I i
. V ` / J
.   ’
i J: :5 L /
!%Ԥ i
u .   · . . `
J i E 2 ’ i
C a Q , I
il ; îîgââiîxt · · e Il
5 ü `\ s ·î§i·~î°$ië L ' ·
      L r ~
°·ïï:ë.·· ·:È}§·Èï , VÃÃV     L , Z ·
`  ‘ 8 —
7,"`g,<;·&§·~?À\% W; uti}   (
*7}   / là ,1 ‘ûÉ'«7.` 4 S
Fm. 76. a Slernaspis scutata : a, face ventrale >< 5`; b, plaques brancliiales >< 5; c,
une soie antérieure à pointe usée, sans prolongement >< 60; d, e, soies antérieures
encore munies de leur prolongement transparent >< 60; I, extrémité d'une soie posté-
rieure lrarbelée >< 150; g, une soie postérieure capillaire, lisse >< 150.
Les 3 premiers segments portent, de chaque côté, une rangée semîcir-
culaire de fortes soies jaunes, arquèes, dont la taille diminue de la face
dorsale à la face ventrale. Les plus usées se terminent en pointe mousse
·c), les autres sont comme coiffées d’un prolongement transparent plus
ou moins cflilé (d, e). Au 7° segment, 2 longues papilles génitales précé-
dées de 2 petits orifices néphridiens. Les 7 segments suivants sont for-
tement annelés sur les côtés et à la face dorsale mais non au milieu de la
face vcntrale (a). Ils portent chacun 2 faisceaux de fines soies capillaires
rudimentaires incluses dans les téguments. -— Bouclier formé de 2 pla-
_ques cornées, à bords saillants, ressemblant à des valves de Cirripèdes,
divisées chacune en 2 parties inégales par une ligne oblique et présentant
des côtes et des stries plus ou moins marquées. Chacune porte 15 à 17
faisceaux rayonnants de soies raides, barbelées (f), mélangées de longues
et très fines soies ca illaires lisses fr . La taille des faisceaux croît
P ¤
jusqu’aux 8°, 9° et 10° qui occupent les angles postérieurs externes.
Les 6-7 faisceaux du bord postérieur sont beaucoup plus courts. —- Bran-
chies très nombreuses, longues, filiformes, souvent enroulées en spirale ·

218 FAUNE DE 1=nANcE. -—- Ponvcnàrss sénsivrainns
et insérées sur 2 plaques dorsales, ovales, ou rectangulaires à angles
arrondis, et percées de nombreux trous (b). —- Anus terminal sur un petit ·
cône saillant.
L. 10 à 25, 30 mm., sur 8 à 10 mm. de large. - Coloration blanchâtre
ou gris jaunâtre, boucliers foncés, rougeàtres, pourpres _ou violet foncé,
, branchies rouges. _
Dragages sur fonds de sable vaseux ou de vase molle jusqu’à une assez
grande profondeur.
Mer du Nord; Atlantique (Croisic, Ré, Oléron, La Rochelle, golfe de Gas-
cogne); Méditerranée (Marseille, Nice, Gênes, Naples); Adriatique; Manche (?).
— Mers arctiques; Atlantique Sud; Pacifique.
Nota. ·— Le nombre des segments apparents est d’une vingtaine, mais si
l’on admet que le bouclier correspond a 15-16 segments soudés ce nombre
_ serait de 31.
F. AMPHICTENIDAE INIALMGREN.
, [Amphicténiens Smxr-Jossrn, Pectinairiens Qmvrnnraess.]
Corps court, conique, à segments peu nombreux, divisé en 3 parties : 10 tho-
racique, comprenant les segments antérieurs et branchifères et les 3 premiers,
séiigères dépourvus de rame ventrale; 2° abdominale, à. segments biramés,
_soies dorsales et uncini ventraux; 30 caudale (scaphe) petite, courte, foliacée,
concave à la face dorsale, repliée sons l’abdomen, à segments rudimentaires _
achètes, sauf le premier. Une ligule terminale ovale ou filiforme au-dessus de
l`anus. — Prostomium indistinct, fusionné avec le segment buccal. Un voile
céphalique a bord entier ou denticulé recouvrant de nombreux tentacules pré-
hensiles non rétractiles dans Yoesophage. Au-dessus, 2 faisceaux de palées,
grandes soies aplaties, dorées, dirigées obliquement en avant et formant oper-
cule obturant le tube de l'animal. 2 paires de cirres tentaculaires filiformes. En
arrière des palées, une aire semi·lunaire plane ou concave limitée en arrière
par un limbe uni ou crénelé. 2 paires de branchies falciformes, pectinées, à
` nombreux feuillets foliacés. Elles sont insérées sur les cotés des segments 2 et
3. -·- Soies dorsales capillaires, limbées, à pointe lisse ou finement denticulée.
Rames ventrales en forme de larges palettes ou pinnules bordées d’une seule
rangée de plaques onciales (uncini) pectiniformes. De chaque côté de la base
de la scaphe, une série de courtes soies aciculaires plus ou moins recourbées.
— A la face ventrale de la région antérieure, d’épais bourrelets glandulaires
(boucliers). Des organes nucaux, des organes latéraux. Des yeux simples sur ·
les cérébroïdes, cachés sous les téguments. — Sang rouge. —· Tube libre,
conique, rigide, fragile, ouvert aux deux extrémités, droit ou arqué, formé
d’une seule couche mince de grains de sable ou de coquilles unis par un ciment
et doublé à l’intérieur d’une membrane.

Anrnxcrnnxnae 219
Remarques. - La fusion plus ou moins complète des premiers segments des
Pectinaires complique Yinterprétation de leurs homologies, ceci explique les
divergences entre les auteurs. Ainsi pour lthtnmnrx, Lo Bmxco et Meven, par
exemple, les branchies appartiennent au 2* et au 3** segment, le premier séti-
gère au 4° et le premier uncinigère au 7°, tandis que pour de Quxrnemces,
MAnenze1.u:n, Lnvmsen, de Szuxr-Joseru et \Vox.tnA¤n, les 2 paires de cirres ten-
taculaires correspondent au·1°' et au 2* segment, les branchies au 3* et au li°,
le premier sétigère au 5• et le premier uncinigère au 8°. Ce sont les chiffres ·
que nous adoptons comme les plus conformes a l’aspect extérieur, donc les plus
commodes pour la systématique. Cependant l'étude de l’anatomie interne et du
système nerveux a conduit Nxtssox et Hesste à une interprétation différente.
Pour ces auteurs, le premier segment est le buccal, fusionné avec le prosto·
mium et ne se distinguant plus qu'à la face ventrale. Le voile céphalique est
l’homol0gue des antennes. Les tentacules buccaux correspondraient aux palpes. _
La I"! paire de cirres tentaculaires et les palées appartiennent au 2¤ segment.
Le 3° porte la 2° paire de cirres. Les branchies correspondent au 4** et au 5s,
le 1M' sétîgère au 6** et le 1" uncinigère au 9°.
Matncnnx et d'autres auteurs divisent le corps en 2 parties seulement : thora-
• cique, comprenant tous les segments antérieurs à la scaphe, et abdominale,
réduite à la scaphe.
Quand on dissèque une Pectinaire, on remarque à côté et en dessous dela
tm paire de néphridies 2 grosses glandes ovoïdes blanc de lait s‘ouvrant à `
l'extérieur dans le 3° segment (1*** branchifère), ces glandes ont donné lieu à de
nombreuses interprétati0ns.J’avais cru démontrer que ces glandes cémentaires
servent à la fabrication du tube en me basant sur la nature et les affinités de
leur contenu et sur celui du ciment (1903), mais \VA·rsox qui a réussi à observer
directement la fabrication du tube a montré que le ciment est fourni par un
organe glandulaire (building organ) situé sous la lèvre inférieure ct le rôle des
prétendues glandes cémentaires se bornerait à la p1·oduction de l‘abondant
mucus dont s’entoure l'anîmal dans certaines circonstances.
Les Pectinaires vivent complètement enfoncées dans le sable, la grande _
ouverture du tube, correspondant à la tête, dirigée en bas. La Pectinaire se sert
de ses palées comme d’une fourche pour creuser le sable qu’explorent ses ten-
tacules tandis que des mouvements de son corps dans son tube y déterminent
une violente chasse d’eau (pompage) dont elle peut renverser le sens à volonté.
Quand la mer est basse depuis un certain temps, surtout le soir, on voit sou-
vent Pextrémité pointue des tubes émerger du sable de 1 ai 2 centimètres et
s’incliner légérement. - La larve, pélagique, sécréte d’abord un tube mem-
braneux, puis, au stade post-larvaire étudié par WVATSON, elle tombe sur le
~_fond ct commence à se construire un tube de sable qu'elle ne quittera plus.
. Mzmucnen divisait les Amphicténiens en 5 genres : Amp/iiczene, Cistcnides,
Pectinaria, Lagis et Petta. Deux seulement sont a conserver : Pectinaria et
Pena, les autres n'ayant, au plus, que la valeur de sous-genres.
TAnLEAU DES cannes.
— Voile céphalique frange de dentelures. Scaphe séparée de 1’ab- '
· domen par un étranglement bien marqué. . G. Pectinaria. p. 220

220 FAUNE DE FRANCE. —- ronvcnàrns SÉDENTAIRES
-—- Voile céphalique entier. Scaphe moins nettement séparée de l’ab·
domenl ....... . ....... G. Petta, p. 224
G. PEGTINARIA LAMARCK.
[incl. Amphictene, Savxonv, Cistenides et Lagis ltlatucnan, Cistena Lmcu.]
Voile céphalique à bord dentelé (fig. 77, h). Limbe dorsal uni ou crénelé.
Scaphe nettement séparée de l‘abdomen par un étranglement. Pas d’yeux sur
la scaphe. 2 yeux sur le cerveau. 2 paires de branchîes. Uncini à partir du
4e sétigère (non compris les palées). Une seule paire de glandes cémentaires.
3 paires de néphridies, la 1'° paire nettement plus longue que les suivantes.
-— Soies dorsales de 2 sortes, les unes à pointe eflilée, lisse, les autres à pointe
. denticulée. Uncini pectiniformes à dents nombreuses et souvent inégales. —
Tube mince, droit ou arqué.
1. Limbe dorsal erénelé (78, b). (S.-G. Amphictene). P. auricoma, p. 222
— Limbe dorsal entier (77, a, k) ............ 2
2. 15 sétigères, 12 uncinigères. (S.-G. Lagis). . . P. K0renî,p. 221 ‘
-— 17 sétigères ............ . ..... 3
3. 13 uncinigères. Uncini à G-8 grandes dents et nombreuses petites.
Tube droit. (S.-G. Pectinaria s. str.) ..... P. belgica, p. 220
-—- 12 uncinigères. Uncini à 3 dents inégales et 3-4 très petites.
Tube arqué ...... (S.-G. * Gistenides MALMGKEN) (‘)
P. belgica(PA1.x.As). Fig. 77, k-p. ·-— Pectinaria belgica l\«lALMGREN 1865,
p. 356, pl. xvm, fig. 42; VVoL1.EuAnK 1912, p. 39, pl. III, fig. 9-11;
A. MEYER 1912, p. 10; Sourrmzmv 1914, p. 130; Hnssmz 1917, p. 75;
Mc lnrosn 1922, p. 38, pl. cxvm, fig. 4, cxxxv, fig. 1. — Nereis cylin-
draria var. belgica PALLAS 1778, p. 122, pl. 1x, fig. 3-13. -? Cistena
PalZasz'iL1zAcn 1816, p. 452, pl. 26 (fide Jonusron).
` 17 segments à soies dorsales capillaires dont 13 uncinigères (du 4** au
16" sétigère) (77, k). Pas de segments achètes avant la scaphe. -— Voile
céphalique découpé en longues papilles peu nombreuses. Il forme cornet
au-dessus des tentacules buccaux et n’est pas soudé au 1" tentaculaire.
Limbe dorsal uni. —· De chaque côté, 8-15 grosses palées dorées à extré-
mité flexible très effilée. Boucliers thoraciques en bourrelets glandulaires
transversaux avec un écusson central, iusqu’au 2** sétigère, ensuite large-
ment séparés. Boucliers du 2** branchifère formant sur les côtés 2 lobes
glandulaircs. Téguments de la face ventrale transparents. —— Soies dor-
` sales capillaires étroitement limbées, les unes à pointe eflilée, unie, les
autres à extrémité élargie très finement denticulée. Uncini pectiniformes à
7-8 rangées transversales de grosses dents recourbées surmontant d’autres
plus nombreuses très petites (n, 0). Crochets de la base de la scaphe, robus-
(1) Ce genre boiféal n’appartîent pas à notre faune.

Anxrnroranxnan 221
tes mais peu recourbés (p), au nombre de 6-12 de chaque côté. —- Scaphe
ovale allongée, les premiers segments à bord sinueux (m). Ligule anale
plus large que longue, à bord entier. Cirre anal court, très petit. — Tube
presque droit (I).
L. 30 à 70 mm., tube jusqu’à 90 mm. —- Blanc rosé, branchies rouge
crmin. '
Dans la vase ou le sable vaseux à mer basse et surtout dans les dragages.
Mer du Nord (côtes scandinaves, Angleterre, Belgique): Mer d`Irlande; Atlan-
tique (côte ouest d'Irlande).
Nota. - Cette espèce est une forme septentrionale beaucoup plus rare que la
P. Koreni avec laquelle elle a été perpétuellement confondue. La plupart des
citations se rapportent en réalité à cette dernière. Lorsque le nombre des séti-
gères et des uncinigères n’est pas indiqué exactement et la scaphe décrite ou
ligurée il est impossible de savoir àlaquelle des deux se rapporte la description.
\ 0 H)
· l c"  '
VT/,r/tgpx, , / 7 .55 M, I
w/mul¤l,/ ·  
9 E « *
’¢, !l·. ·  l . \  j
=*   . · ra " 2-
gi X b L «   za
gg c m à 
/ 
I \ ,
J ccb ga
‘ bi 5 *   
ïa 9 , =
À ·== ê
>A
·  » =¤ Le
'  l cl. v   · / É
1 P * ’· ' "  
ll   \.ÃlÃi·wM~l»2i Il ~  
  fr \ ·7g;7/ v J  
‘ 1 s  
a   dëiïî ëe   *9
1:     r ’
8   È I .
À î.
üïtüiêlti b   ' j  É
'=L§*6‘_;1Q ' • , · ;‘u _ f 9 1 P ··.
si · g œ—î
Fm. 77. —- P. (Lagis) Koreni : a, face dorsale >< 2; h, région antérieure, face ventrale
>< 3; c, scaphe, face dorsale >< 5; d, tube, grandeur naturelle environ; e, détail du
tube, grossigf, soie géniculée >< 150; g, soie droite, limbèc >< 150: h. crochet de la
base de la. scaphe >< 60; i, plaque onciale >< 400. - Pectimzria brlgica: k, d’après
ltlsmionax >< 2; 1, tube, grandeur naturelle; m, scaplie. face dorsale >< 5; n. 0, un-
cini de trois quarts et de profil >< 400; p, crochet de la seaplic >< 60.
» P. lLagîs] Koreni Mntmcnmv. Fig. 77, 3-i. - Pcctizzaria Koreni Nxissox

222 FAUNE on rnancn. — 1~o1.vcnÈ·rns SÉDENTAIRES
1912, passim, pl. m—v, 1925, p. 2-22, fig: 1-5; Hsssnn 1917, p. 80.
P. Malmgreni Girona 1871, p. 74. P. neapolitana. CLAPARÈDE 1868, p. 113.
pl. xxvm, fig. 1. P. belgica (non Men.) Lo BIANCO 1893, p. 47. —— Lagis
Iioreni NIALMGREN 1865, p. 360, 1867, p. 213, pl. xiv, fig. 74; SAINT-Jossrn
1898, p. 405, pl. xxu, fig. 209-222, xxm, fig. 223-235; FAUVEL 1903,
fig. 1-7; NVATSON 1894, 1913, 1920.
15 segments à soies dorsales capillaires dont 12 uncinigères (du 4° au
15** sétigère). Deux segments achètes avant la scaphe (77, :-1). -—Voile
céphalique découpé en nombreuses papilles effilées (la). Il est soudé au
_ bord du 1" tentaculaire, avec parfois cependant un petit repli en soufflet.
Limbe dorsal uni. —- De chaque côté, 10-15 palées dorées à extrémité
flexible souvent enrouléevers le dos. Deux minces bourrelets dorsaux au
2° segment (a). Boucliers thoraciques en bourrelets glandulaires transver-
saux avec écusson central arrondi, jusqu’au 2° sétigère, ensuite largement
séparés (b). Au 2° branchifère, 2 lobes glandulaires triangulaires. Tégu-
ments de la face ventrale minces et transparents. — Soies dorsales capil-
laires étroitement limbées, les unes à pointe effilée, unie (g), les autres à
extrémité coudée finement denticulée (f). Uncini pectiniformes à base
massive, 6-8 rangées de grosses dents recourbées surmontant 4 rangées
de petits denticules peu distincts (i). Crochets d'e la base de la scaphe,
robustes, courts, à pointe mousse recourbée (h), au nombre de 3-7 de chaque
côté. —— Scaphe ovale allongée à bords relevés sur la face dorsale, les
3 premiers segments ont une petite papille en massue (c). Ligule anale
plus large que longue à bord arrondi dentelé. Un petit cirre anal conique.
— Tube conique allongé, faiblement arqué, formé de petits grains de
sa ble plats et de débris de coquilles, dont la couleur et la nature varient
avec le fond sur lequel vit la Pectinaire (d, e).
L. 20 à 50 mm., sur 5 à 9 mm. de large à l‘extrémité antérieure. ——
Tube jusqu’à 8 cm. de long sur 9 mm. dc diamètre à la bouche, quand
l’extrémité postérieure:n’est pas cassée, accident fréquent. Il est souvent
prolongé par un petit tube muqueux. — Coloration blanc irisé de rose,
branchies rouge carmin, vaisseau ventral rouge visible par transparence.
_ A mer basse, niveau assez bas, enfoncé dans le sable des grandes plages,
` souvent en immense quantité.
° Mer du Nord; Manche; Atlantique; Méditerranée; Adriatique.
P. (Amphictenel auricoma (Müxman). Fig. 78, a—f. — Peczinaria auricoma
Lo Bianco 1893, p. 46; Hnssnn 1917, p. 78. —/lmphictene auricoma
MALMGREN 1865, p. 357, pl. xv11x,fig. 41; Cx.APAnÈoa 1868, p. 382, pl. xxvm,.
fig. 2; FAUVEL 1914, p. 278; Mc Iarosrx 1922, p. 43, pl. cxv1,fig. 6, cxvm,.
fig. 5, cxxxv, fig. 2. —— Amphiirite auricoma. RATHKE 1842, p. 56, pl. v.
17 segments à soies dorsales capillaires dont 13 uncinigères, à partir
du 4*‘ jusqu’au 16** sétigère (78, a). Pas de segments achètes avant la scaphe.
Voile céphalique découpé en longues papilles. ll forme cornet au-dessus `

aurnicrnuinae 223
, des tentacules buccaux et n'est pas soudé au 1** tentaculairc. Limbe
dorsal crénelé (b). —- De chaque côté, 10-15 palées dorées à extrémité
flexible, recourbée. Boucliers thoraciques en bourrelets glandulaires
transversaux avec un écusson central allongé transversalement, jusqu’au
1°' sétigère, ensuite largement séparés. Boucliers du 2° branchifère ne
formant sur les côtés que des lobes peu marqués. Tégumcnts de la face
ventrale transparents. - Soies dorsales capillaires étroitement limbées.
les unes à pointe effilée unie, les autres larges, à pointe coudée relative-
ment courte finement denticulée. Uncini pectiniformes à 5-6 rangées de
dents recourbées surmontant une série de denticules très fins (e). Crochets
de la base de la scaphe minces, à pointe reeourbée, au nombre de 8-10 de
chaque côté (d). — Scaphe ovale ou subtriangulaire, à bords membraneux
découpés en languettes recourbées sur le dos (c). Ligule anale triangulaire,
acuminéc, avec un petit cirre anal conique. — Tube nettement arqué (fl.
L. 20 à 40 mm., sur 5 à 9 mm. de large à l‘extrémité antérieure. Tube
jusqu’à 7-8 cm. de long, sur 9 mm. de diamètre à la bouche. — Coloration
blanc rosé, branchies rouge vif .
lx i ' ~ .
r t   ,» · ·s » <“
'Sà azz-   ~f~ pt
R U " / \ ,•!’ go;) 
tmga C V il Il   I b'\ Q <a
a * ‘ë_ \ . .; — È?
à E * · p .>, — ï ,
` kt ` d '    dr
È · ·· b ‘,
` F  ,` ' r ’P • `· · .
  · i i   ·’ ‘$  `
`     m    .
Q c g "
\~·. A  ,· q e ~·~— lq  
~ ` ' i MN ` D
Q p ‘ X ?¢tg` L [  
. .. ·—   S" \
b 's•  i z ‘ r ·'”t;  ·. ~
5/ É lg, ..   ·.
F10. 78. — P. (Amplticlerw) auricoma : a, d’après Mn.xE-Enwsans >< 3; b, région anté-
rieure, face dorsale >< 3; c, scaphe, face dorsale ><5; d. crochet de la scaphe >< 150;
e, plaque onciale >< -100; f. tube, légèrement réduit. - Petta pusilla : g, région anté-
rieure face ventrale >< 5; h, face dorsale >< 5; i. scaphe, avec 2 yeux anauv >< 6; k,
soie géniculée >< 300; 1, plaque onciale >< 500; m, tube, grandeur naturelle.

224 FAUNE nn rames. —— ronvcnizrns sénnurarnns
A mer basse et en dragages, dans le sable et sur fonds vaseux.
Mer du Nord; Manche (Plymouth); Atlantique (Irlande, golfe de Gascogne);
Méditerranée. —- Mers arctiques; Pacifique Nord.
G. PETTA Mamrcnm.
Voile céphalique à bord entier. Li1nbe dorsal uni. Bo1·d inférieur du 1er seg-
ment dentelé (fig. 78, g). 2 grosses papilles ventrales. Scaphe large, peu nette-
ment séparée de l'abdomen. Des yeux sur la scaphe (78, i). Nombreux yeux
sur le cerveau. 2 paires de branchies. Uncini à partir du 49 sétigère (non
compris les palées). 2 paires de glandes segmentaires. 5 paires de néphridies
subégales. -— Soies dorsales denticulées à Pextrémité. Uncini pectiniformes à
dents peu nombreuses. -— Tube épais.
P. pusilla Manmcnnn. Fig. 78, g-m. - Petta pusilla Manmcneu 1865,
p..361, pl. xv111, fig. 43; \VIREN 1885, p. 25, pl. v, fig. 4-11; Lo Bianco
1893, p. 48; Fauvni. 1914, p. 279, pl. xxv, fig. 22·26; NILSSON 1912,pas-
sim, pl. 111, fig. 3-4; Hsssnn 1917, p. 83. — Pectznmîa pusilla Lnvmsnx
1883, p. 152; \\rOLLEBAEK1912, p. 35, pl. 111. fig. 1-8.
` 17 segments à soies dorsales capillaires dont 14 uncinigères (du 4** au
17°). Pas de segments achètes avant la scaphe. Voile céphalique à bord
entier (‘). Il forme cornet au-dessus des tentacules buccaux et n’est pas
soudé au 1‘*" tentaculaire (78, g). Limbe,dorsal uni (h). — De chaqué côté,
9-11 palées, fortes, à pointe courte. Bord ventral du 2" segment tentacu-
laire échancré au milieu et dentelé de chaque côté. Au segment suivant,
2 gros lobes ventraux arrondis. Boucliers thoraciques en bourrelets glan-
dulaires transversaux jusqu’au 3" sétigère, avec nn écusson médian plus
· ou moins marqué. — Soies dorsales capillaires étroitement limbées, les
unes droites à pointe fine, les autres plus courtes à extrémité géniculée
denticulée (k). Uncini aviculaires à manubrium large et court, 2 grandes
dents subégales surmontant une série de 5-10 denticules très fins (1). Cro-
chets de la base de la scaphe, fins, à pointe droite ou recourbée, au nom-
bre de 8-10 de chaque côté. —- Scaplie courte, arrondie, à bord crénelé,
avec une paire d'yenx sur le dernier segment (il. Lignle anale cirri-
forme. -· Tube légèrement arqué, résistant, formé de grains de sable
grossier saillants, de petites coquilles ou de 'Foraminifères (m).
L. 10 à 15 mm., sur 3 à 5 mm. de largeur. Tubes 10 à 32 mm., sur
2-6 mm. à la bouche. ·— Téguments irisés. dl blanchâtre, Q jaune orange.
Dragages sur fonds de sable ou de vase ou de corallines.
Manche (Plymouth); Atlantique (Irlande, Açores); Mer d’Irlande; Méditerra-
née (Marseille, Naples). — Mer du Nord (côtes Scandinaves); Mers Arctiques.
(1) Parfois quelques papilles terminales.

Amxxnnxzrxnas 225
ÀIIIPIIICIBDICIHB incertac sedis.
Pectinaria castanea Risso 1826, IV, p. 411. P.‘ nigrescens Russo 1826. IV,
p. 411. - Ces deux Polychètes, autant qu’on peut en juger par leur description
très incomplète, sans figure, ne sont certainement pas des Amphicténiens car
elles ont, d’après Rxsso, un tube papyracé. ll s‘agit peut-être d‘Ampha.rétiens.
— Nice. `
·Scalis minax Gauss 1846, 1851, p. 83. — Cette espèce, de Sicile, à 3 paires ·
de branchies pectinées n`a jamais été revue. La description de Gnune ne permet
pas de lui assigner une place parmi les Amphicténiens.
Pcctinaria bi/`urcata B1.A1Nvn.i.E 1828. — Méditerranée.
F. AMPHARETIDAE MALMemaN.
[Ampharétieus.]
Corps à segments peu nombreux, de 20 à 40, rarement 70, divisé en 2 régions
distinctes : 1° thoracique, à faisceaux dorsaux de soies capillaires et à pinnules
ventrales uncinigères; 2** abdominale, dépourvue de soies capillaires et ne por-
tant que des pinuules uncinigères (fig. 79, 0). — Prostomium plus ou moins
nettement trilobé. De nombreux tentacules filiformes, lisses ou pennés, rétrac-
tiles dans la bouche. — Branchies filiformes ou subulées, au nombre de 3 ou
4 paires, insérées sur la partie dorsale des premiers segments sétigèrcs. En
avant' des branchies, de chaque coté, un faisceau de grandes soies·dorées
(palées) quipeuvent faire défaut. — Soies dorsales capillaires acuminées, lisses,
limbées, insérées sur un mamelon subconique ou cylindrique. Rames ventrales
en forme de tore ou de palette aplatie (pinnule) portant une rangée de plaques
oncîales pectiniformcs. —— Pygidium nu ou avec 2 ou plusieurs cirres, - 2 or-
ganes nucaux en fente à bords plus ou moins saillants. Souvent des yeux simples
sur les cérébroides. — Sang vert, plus rarement rouge. — Tube membraneux
recouvert de vase ou de corps étrangers agglutinés. I
Remarques. —- Chez les Ampharètiens, comme chez les Amphicténiens, la
région antérieure du corps a été interprétée de façon différente suivant que
l'on a envisagé seulement 1’aspect extérieur ou tenu compte en outre de l’ana-
tomie interne.
Ainsi, par exemple, Pextrémité antérieure du prostomium, ou lobe cépha-
lique, que j‘avais cru pouvoir homologuer à un palpode rudimentaire, est con-
sidérée par Iissste comme Yéquivalent du voile céphalique des Amphicténiens
et il la désigne sous le nom de « Tentakelmembran ». Les tentacules buccaux
seraient des palpes.
Comme l\IA1.ncneN,j’admettais une région antérieure comprenant, après le
prostomium, les segments suivants : I, buccal; II, segment nu; III, palées et
l5

- 226 muni; ne rnnxcs. ·— ronïcnàrss sénizmnrnns
1** branchie; IV, 1** pied; V, 2* pied; VI, 3* pied; VII, 4* pied. Les pinnules
uncinigères commencent au VI° segment, 3* pied, chez les Ampharete, au V1I*,
4* pied, chez les Amphiczeis. WoLr.EnAnx place aussi les palées au 111* segment
et le 1** pied au lV*, mais n’admet pas de différences entre le type Amp/zarete
et le type Amp/ziczeis; dans les deux cas, les uncini apparaissent au V11* scg·
ment, au 4* pied. En effet, chez les Amplzarezc, il existe un premier pied dont
la rame dorsale est constituée par un mamelon achète, bien net chez A. arczica,
mais réduit à un tubercule minuscule très difficile à voir et manquant même
· souvent chez l’A. Grubei, espèce que j`avais étudiée spécialement et chez
laquelle ce segment m’avait alors échappé. Les travaux de Nrisson et de Hassnn
ont montré le bien·fondé de I’interprétation de Wonznnaaxc, mais pour eux le
segment nu suivant le buccal n’est qu’une partie de ce dernier et les palées
appartiennent au 11* segment, le 1** pied au 111* et les uncini commencent tou-
' jours au Vl*, sauf chez Melinna où ils n'apparaissent qu‘au VI1*, les grosses
soies en croc appartenant à un IV* segment intercalé entre le 111* à soies sim-
ples et le V* portant le 1** pied à rame dorsale.
Il était nécessaire d’entrer dans ces détails pour permettre au lecteur d’utili-
ser les travaux antérieurs sans être dérouté par ces divergences dans la nu- _
mération des segments. ·
En tout cas, la distinction établie par l\rlALl\1GREN entre les types à uncini au
3* sëtigère et ceux à uncini au 4* conserve sa valeur pratique puisque chez les
premiers le parapode rudimentaire du 1V" segment ne porte pas de soies alors
qn‘il en est pourvu chez les seconds.
TABLEAU. nas cxmnns.
1. En arrière des branchies, 2 gros crochets dorsaux. Des soies ven-
trales capillaires aux premiers segments (fig. 83, b, c) ....
................. G. Melinna, p. 236
- Pas de crochets dorsaux, pas de soies ventrales capillaires aux
premiers segments ................ 2
2. Des palées ........ . .......... 3
—— Pas de palées ................. 6
3. Palées rudimentaires, plus petites que les soies dorsales. Tenta-
cules pennés. 4 paires de branchies .... G. Sabellides, p. 231
—— Palées bien développées .... . ......_ . . . 4
4. Des soies spéciales redressées à un des segments thoraciques.
Un néphridiopore impair entre les branchies. G. Anobothrus, p. 228
—- Pas de soies spéciales redressées. Néphridiopores pairs . . . 5
5. Tentacules pennés. 14 sétigères thoraciques. G. Ampharete, p. 227
— Tentacules lisses. 17 paires environ de sétigères thoraciques. .
................ G. Amphicteis, p. 230
6. Tentacules pennés. Prostomium sans carèncs glandnlaires sail-
lantes ............. G. Neosabellides, p. 232
- Tentacules lisses. Prostomium à carèncs glandulaires sail-
lantes ........... , .... G. Amage, p. 234

Aueinnnrioaa · 227
G. AHPHARETE Matmata,
Prostomium pointu nettement trilobé, sans carènes glandulaîres saillantes.
2 yeux. Tentacules pennés. -— 4 paires de branchies subulées. Palées bien dé-
veloppées. - 14 sétîgères thoraciques. Rame dorsale du 1°*‘ pied (3* segment)
réduite à un mamelon ou»à un très petit tubercule achète. Hames dorsales
I dépourvues de cîrre. Pinnules uncinigères à partir du 3° sétigère (6° segment),
elles ont souvent un prolongement cirriforme dans la région abdominale. Un
tubercule plus ou moins net au—dessus de la pinnule dans la région abdominale.
Uncini subquadrangulaires. — Des cîrres anaux plus ou moins nombreux. —-
' Estomac à 2 lobes antérieurs, sans diverticule interne. Néphridies antérieures
lOI1g'l1€S, les EIHÉPES COI1I't6S· Des glandes V8I`lÈI‘21l€¢S. ·— Silllg vert.
x ` I
\
 
sw  â a lg xv ·~ ,
m g 7   /
' È lt ga,  " y  1:
\ NJ \
= . .·
  i‘=·î9~~
· ’ K · 9·· p
\ ‘   '
. 5 t g Ég t . ll
[   — U
l ,,I ‘ , ,»~ ¢
\v » V l   l
  B ç" O
  , * , ' v
\ 1 , EJ
É:   · \ §d ·«l«  
b   l il   i È
s `, , J ep/'·€‘â a
s `î' .5 · 5-12 Ã
  I
‘@ï§' l m Il »  - _ ” __
Fia. 79. -—— Ampharete Gmbei : a, face dorsale (le corps cardiaque et le tube digestif _`
sont vus par transparence) >< 3 ;h, c, région antérieure face ventrale, bouche ouverte _
ct tentacules clévaginés, bouche fermée et tentacules invaginés, >< 6; d, région anté-
rieure, face dorsale, les branchios sont coupées; e, région antérieure, de protil, >< 6;
I, extrémité postérieure >< 6; g, extrémité d’un tentacule penné, grossi; h, i, plaque
onciale postérieure, avec soie tendon, de profil et de face, ><«i00; k, plaque onciale tho
racique, les 2 rangées de dents sont vues à. la fois, >< 600; l, soie capillaire thoracique
limbée>< 150: m, n, palées >< 100; o, pinnule abdominale avec cirre >< t0; p, para-
pode thoracique et pinnule X 40.
A. Grubei MALMcmzN.. Fig. 79, 3-p. —- Amplzarele Grubei ltlaniuonex
1865, p. 363, pl. xxx, fig. 44; Fauve:. 1897, p. 289, pl. xv-xxiv; Woma-

228 mom; nu xvimivcnh- POLYCHÈTES srînnivminizs
maux 1912, p. 50, pl. x, fig. 6. A. intermedia Gonnnm 1901, p. 384,
pl. xx, fig. 5-6. A. gracilis (non MALMGREN) Lo Branco 1893, p. 62; Éauvm.
1909, p. 22. A. acuti/`rons Hnssnn 1917, p. 96. — Amphicteis Grubei
Tnéiai. 1878, p. 60. A. in,termedz'a Mamoiv 1875, p. 8. -? Brazzchiosabella.
sostericola Cnamniënn 1863, p. 34, pl. xiv, fig. 32-37. -? Anzphicteis acu-
tz7'r0ns,GnunE 1860, p. 109.
14 segments thoraciques à soies capillaires et 12 segments abdominaux
ài pinnules uncinigères. — Lobe céplialique aigu portant 2 sillons limitant `
un espace irrégulièrement pentagonal, sans sillon médian. 2 yeux (79, d).
Segment buccal biannelé, étroit, pouvant s‘iuvaginer en partie dans les
suivants. Tentacules buccaux très nettement pennés (b, g). — Palées '
jaune d’or terminées en pointe fine droite ou légèrement recourbée (m, n),
au nombre de 10-15 de chaque côté, disposées en éventail. 8 branchies cir-
l riformes, très caduques, subulées, libres jusqu’à la base, disposées en
2 groupes distincts. 1°' pied réduit à un très petit tubercule achète, souvent
indistinct, en arrière de la base de la dernière branchie. Les pinnules un-I
cinigères commencent au 3* sétigère. Rame dorsale en mamelon cylindre-
conique. (p) portant des soies capillaires limbées ensiformes (1). Rama
ventrale en bouton aplati, pédonculé, portant une rangée transversale de
plaques onciales rétrogressives à 9-10 dents disposées sur 2 rangs paral-
lèles (h, i, k). Dans la région abdominale, rien que des pinnules aplaties en
palette avec un prolongement cirriforme à l’angle supérieur (0). Un tuber-
cule obtus au-dessus des 4-5 premières pinnules abdominales. Uncini à ,
8-10 dents îrrégulièrement alternes. — Pygidium garni de nombreuses
papilles cirriformes subégales avec les deux latérales plus développées (f).
—— 2 paires de néphridies, l’antérieure très longue. Sang vert dichroïque.
—— Tube membraneux recouvert de sable aggloméré.
L. 15 à 35 mm., en moyenne (jusqu’à 80 mm. dans les mers arctiques).
-- Coloration, à maturité, (ji blanc verdàtre, Q rose saumon clair. Bran-
cliies vertes, estomac rouge brique, visible par transparence (21).
A mer basse, dans la vase et le sable vaseux des prairies de Zostères. Dra-
` gages sur fonds de vase. '
Manche (Saint-Vaast, Cherbourg, Chausey, Paimpol); Atlantique (Croisic,
Belle-Ile, golfe de Gascogne); Méditerranée (Marseille, Monaco, Naples); Mer
d’Irlande; Mer du Nord. — Baltique, Mers arctiques.
G. ANOBOTHRUS Lnvnvsex (Hessts char. emencl.)..
Prostomium nettement trilobè, sans carènes glandulaires saillantes. Tenta-
cules lisses. -— 4 paires de branchies filiformes. Des palées. Bame dorsale du
3° segment très petite, avec quelques soies seulement. 15 sétigères thoraciques
et 13 abdominaux. Frames dorsales dépourvues de cirre, Pinnules uncinigères
à partir du ae sétigère; elles n’ont pas de prolongement cirriforme. Un tuber-
cule rudimentaire au-dessus de la pinnule dans la région abdominale. Uncini

Anrnnnarinnn 229
pectiniformes du type Amp/1arcte.'A un des derniers segments thoraciques,
des soies spéciales relevées sur le dos. — Pas de cirres anaux. — Estomac
à 2 lobes antérieurs. Néphridies antérieures longues avec néphridiopore dans
une papille commune entre les 2 groupes de branchies. Les autres néphridies ·
courtes. Des glandes ventrales.
A. gracilis lMM.zuom-m). Fig. SO, l·p. — Anobolhrus gracflis Lavuxsnx
1883, p. 165; Hassan 1917, p. 106, tig. 12. — .imphm·ele gracilis MALhl-
CHEN 1865, p. 365, pl. xxvi, fig. 75; Cuivnmcnanx 1888, p. 659, pl. xnxi,
fig. 21 ; Wonrannax 1912, p. 50, fig. 7. —Amphz'ctez's g'I'(lCl’ll·S Tmâm. 1878,
p. 60. ·
15 segments thoraciqucs à soies capillaires dont le premier rudimen-
taire avec quelques soies seulement. 13 segments abdominaux à pinnules
uncinigères (80, l). — Lobe céplialique nettement trilobé (n). 2 yeux
» simples. — Segment buccal, à la face ventrale, trois fois plus long que le
. suivant. Tentacules buccaux lisses ou avec des plis de contraction simulant
plus ou moins des papilles latérales(‘). - Palées àextrémité longue et très
eflilée, au nombre de 12-14 de chaque côté. 8 branchies filiformes, les _
antérieures, beaucoup plus longues que les postérieures, égalent 3 à 5 fois
la largeur du corps. Elles sont soudées à la base et les 3 premières de ‘
chaque groupe sont disposées en ligne transversale ininterrompue (n). Les
pinnules uncinîgères commencent au 4° sétigère (y compris le 1°' pied
rudimentaire). Rame dorsale en mamelon cylindroconique portant des soies
capillaires limbées, ensiformes. Celles du 11° sétigère sont relevées sur le
dos et ont la pointe atténuée et finement épineuse [p). Rame ventrale en ,
pinnule, aplatie dans la région abdominale mais sans prolongement cîrri·
forme. Uncini thoraciques à 2 rangées verticales de 6 dents chacune, uncini
abdominaux à 15 dents sur3 rangées verticales (m). -- Pygidium garni de
très petites papilles. - 4 paires de néphridies.
L. jusqu’à 47 mm. — Coloration?
Sur fonds de vase, de sable ou de sable vascux. A
. Mer du Nord. —— Baltique; Mers arctiques.
Nota. - Il est douteux que cette espèce appartienne à notre faune. Les Am-
phavezc gracilis de Naples et de Monaco répondent assez bien à la diagnose de-
Mamweaen, d’après laquelle cette forme ne diflérerait. de l’A. Grubei que par ses '
branchies plus longues et plus grêles, ses 13 segments abdominaux et ses cirres,
anaux réduits ii de simples crênelures. Ces caractères ne justilieraient pas une
distinction générique. ainsi que je l’avais fait remarquer (1897 et 1909, p. 23).
Mais llasna (1917) a montré que le genre Anobothrus se distingue du genre
Amp/carete par des caractères anatomiques importants : tentacules lisses,
4 paires de néphridies au lieu de 2, avec un néphridiopore dorsalunique pour la
I" paire, soies spéciales redressées sur le dos à un des sétigères thoraciques,
etc. Or les A. gracilis de la Méditerranée ne présentent aucun de ces caractères
I] Mimosas les décrit et les figure pennes. l

230 FAUNE DE FRANCE. — POLYCHÈTES SÉDENTAIRES _
et leur anatomieinterne ne dîtïère en rien de`celle de l'A. Grubei dont ils ne sont
qu’une forme un peu plus grêle avec, accidentellement, 13 segments abdomi-
naux ct cirres anaux atrophiés.
·. ”î ,
/1/ - M # ’°
  \ I 1 . _, \ ,  _.
"   · ^ae* '
°;· <‘î⢠» " L
""‘ ~ ` ' '· l É
aa · \•  È  [ er
î
2 , "
Q L
Z  \ ' m F
à sw   "> ' `
0 , ·î' I
. Q — f g "
" s'%‘
' U` Il ~ *'
” \ th r ê'
Ev : 8-*
(L ii} (`   / W
&‘I"wlUi% n $$"®"'s P
— â' 12 ' c . D 1. K 0 aux
F10. 80. — Amphicteis Gurmcri : a, de profil >< 3; h, c, région antérieure face dorsale
et face ventrale, branchies coupées, >< 8; d, pied thoracique avec cirre et pinnule
>< 15; e, dernier sétigère thoracique et premières pinnules abdominales >< 3; f, pla-
·que onciale >< 300; g, 2 uncini d’une mème pinnule a 5 et 6 dents >< 500; h, soie
·capillaire iimbée >< 150; i, k, palées à pointe courbe, mousse et droite aiguë, >< 45.
—· .-inobot/wus gmcilis : 1, légèrement grossi; m, uncini >< 350; n, région antérieure,
face dorsale, grossie; 0, palée très grossie (d’après liiatncnnn); p, soie spéciale du
11° sétigère (d’après Hzssuz) >< 300.
_ G. AMPHIGTEIS Gmini-:.
' [Cmssoswma Gossn.]
Prostomium nettement trilobé, avec 2 carènes glandulaires saillantes. Yeux
nombreux. Tentacules lisses. -- 4 paires de branchies subulées. Palées bien
développées. 17 sétigères thoraciques. Ramés dorsales avec un cirre en massue
qui persiste dans la région abdominale. Pinnules uncinigères à partir du 4*2
sétigère (6G segment). Dans la région abdominale, elles ont souvent un petit
prolongement cirriforme. Uncini subtriangulaires à dents peu nombreuses sur~
un seul rang (fig. 80, f). ·- 2 cirres anaux. —— Estomac avec un diverticule
interne, pas de lobes antérieurs. Néphrîdies courtes, toutes analogues. Pas de
glandes ventrales. — Sang vert.

Anxruanarxnaxa 231
A. Gunneri (Sans). Fig. 80, a-k. —Amphicteis (iunneri M.u.Mcna1v 1865, .
p. 365, pl. xix, fig. 46; Fauvm. 1895, 1897, p. 411, pl. xxv, fig. 150-161,
1914, p. 281, pl. xxvx, fig. 26; HESSLE 1917, p. 116. A. Groenlandica
Gnomz 1800, p. 109, pl. v, fig. 3. .·l. curvipalea Cnaranizna 1870, p. 132,
pl. XIII, fig. 5; Lo B1.ANco1893, p. 63; SA1N*r-Josnrii 1894, p. 163. —
Amp/zz'trz'te Gunneri Sans 1835, p. 50, pl. xi, fig. 30. — Crossostoma
Midas Gossn 1855, p. 310, pl. vm, fig. 7-12.
17 segments thoraciques à soies capillaires et 15 segments abdominaux
à pinnules uncinigères. — Lobe céphalique quadrangulaire, trilobé, avec
2 carènes glandulaires divergentes (80, h, c). 2 groupes de petits yeux
simples. Bord des organes nucaux saillant. Segment buccal, à la face
ventrale, aussi long que les 3 suivants réunis. Tentacules buccaux lisses,
ou faiblement annelés. — Palées jaunes d’or à extrémité droite et effilée
ou obtuse et plus ou moins recourbée (i, k), au nombre de 8 à 20 de
chaque côté. 8 branchies subulées, plus ou moins soudées à la base
dans chaque groupe latéral, peu caduques. Les 2 groupes sont nettement
` séparés par un repli des téguments. — Les pinnules uncinigèrcs com-
mencent au 4" sétigère. Rame dorsale cylindrique avec un petit cirre en
massue courte (d). Soies capillaires à limbe lisse ou légèrement strié (h).
Pinnules uncinigères en bouton aplati, pédonculé, avec une rangée rétro-
gressive de plaques onciales pectiniformes subtriangulaires à une seule
rangée de 5-7 dents recourbées et dont le manubrium porte un ergot sur
lequel s’insère la soie-tendon (f, g). Dans la région abdominale, les pin-
nules sont plus aplaties, avec un très court prolongement dorsal obtus (e).
Les cirres dorsaux persistent à la place des mamelons sétigères disparus.
— 2 cirres anaux de longueur variable (a). -4-5 paires de néphridies éga-
_les. — Sang vert. - Tube membraneux.
L. 20 à 40 mm., sur 3 à 5 mm. de largeur. - Blanejaunâtre ou rose,
moucheté de points blancs et de taches brunes. Branchies vertes, annelées
de brun, de blanc et de jaune.
A mer basse, dans la vase à Zostères. Dragages côtiers et profonds (jusqu’à
5.000 m.) sur fonds de sable ou de vase. _
‘ Manche (Saint-Vaast, Cherbourg, Dinard); Atlantique (Brest, Corogne,
Gibraltar); Méditerranée (Marseille, Monaco, Naples). — Mer du Nord, Mers
Arctiques, Antarctique, Japon.
G. SABELLIDES l`IlLNE·ED\\’ARDS·
(Mxmcniziv et Hassta char. emend.)
Prostomium nettement trilobé, sans carènes glandulaires saillantes. Tenta-
cules pennés. —- 4 paires de branehies subulées. Palées très réduites ou
absentes. 14 sétigères thoraciques(*) et 12 à 18 abdominaux. Parapodes dorsaux '
(I) Y compris lesipalées que Ivfimcnax considérait comme les soies du 1*** pied.

232 rauxn nn FRANCE. — POLYCHÈTES siênsnmxnas
du 3** segment réduits. Rames dorsales dépourvues de cirre. Pinnules uncini-
gères à partir du 3<= sétigère (palées non comprises), elles ont un prolonge-
ment cirriforme dans la région abdominale. Uncini pectiniformes du type
Amplzarete (fig. 81, f). — 2 cirres anaux. — Estomac sans lobes antérieurs et
sans diverticule interne. Néphridies antérieures longues, les autres courtes.
Néphridiopores du 4e segment dirigés vers le haut. Des glandes ventrales.
S. octocirrata Sans. Fig. 81, a·g. —-— Sabellides 0ct0cz'r1·ata l`lALMGREN
1865, p. 369, pl. xxv, fig. 74; MAn1oN 1878, p. 21, pl. xvx, fig. 5;
SAINT·JOSEPH 1906, p. 234, pl. v, fig. 104-105; Riom 1917, p. 44, fig. 11;
Hnssm; 1917, p. 101.
13 segments thoraciques à soies capillaires (14 y compris les paléès) et
15 à 17 segments abdominaux à pinnules uncinigères. — Lobe cépha-
lique arrondi ou trilobé sans carènes glandulaires saillantes (81, a·b).
2 yeux simples. Segment buccal, à la face ventrale, aussi long que les
2 suivants réunis. Tentaeules buccaux nettement pennés (e). ——- Palées très
petites, peu nombreuses (5 environ) dans chaque faisceau et difficilement
visibles. 8 longues branchies cirriformes libres jusqu’à la base disposées
en 2 groupes transversaux largement séparés. — 1‘" pied réduit à un très
petit tubercule achète. Les pinnules uncinigères commencent au 3° sétigère
(palées non comprises). Rame dorsale cylindrique, sans cirre, portant des
soies capillaires, les supérieures plus longues et à limbe plus large que
les inférieures (g). Rames ventrales thoraciques en forme de tore. Dans la
région abdominale, elles sont aplaties en pinnules triangulaires avec un
lo`ng oirre digitiforme (0), àl’excepti0n des 2 premières. Uncini thoraciques
à 3-4 dents unisériées (f), les abdominaux ont environ 8 dents irrégulière-
ment disposées sur 2-3 rangées verticales. — 2 longs cirres anaux (d). —
3 paires de néphridies. Une papille néphridienne saillante entre la rame.
dorsale et la rame ventrale au 1" uncinigère (a, b). — Sang d’un beau
vert. — Tube de vase agglutinée.
L. 6 à 10 mm., sur 1 mm. de diamètre. -— Blanc laiteux transparent.
Tube digestif rouge foncé, branchies vertes.
Dragages sur fonds de vase et de Bryozoaires. ·
Atlantique (Santander); Méditerranée (Marseille, Cannes).—Atlantique Nord,
Mer du Nord.
Nota, — La variété nzedizerranea Mamoiv et SMNT-Jossrn ne semble différer
de l'espèce type par aucun caractère notable. Les palées réduites ont été sou-
vent prises pour le 1** sétigère. ·
_ G. NEOSABELLIDES HESSLE.
Prostomium indistinctement trilobé, sans carènes glandnlaîres saillantes.
Tentaeules pennés. —· Pas de palées. Pas de parapodes au 3'= segment. 3 paires '
de branchies subulées. 14 sétigères thoraeiques. Parapodes dorsaux dépourvus

Anirmnnrxnin 233
de cirre. Pinnulcs uncînigères ài partir du 3** sétîgère. Un tubercule achète au-
dessus de la pinnule à un certain nombre de segments abdominaux. Uncini
pectiniformes. - Cirres anaux dîgitiformes. — Estomac à 2 lobes antérieurs,
` sans diverticule interne. Néphridies antérieures longues, les autres courtes. Des
glandes ventrales. '
g   ,v' - ' 1  
 M 1 «
, ‘• J · .(, [ .-4;
0, \   4 » rn
_ v J A R  
 Wu J »,.:s* -
I , w
....·.  
 ses  ri
'L ira . 9 ‘
,·IîltùB   1 L
t i 7 ‘   b
._ , a, ‘*"’ J
Sb. `l îr f . /3-
] '/. 6 y
» lu , ~"A ' y  -111
  i "  ` Y
1 ·—¤1 1
·—|1;  _,r 1 ·
wants _   \:
 `  `  C " ' È
. 1""'ï 7
Fm. 81. — Sabellides octocirrata : a, b, région antérieure, face dorsale et face ventrale,
tentacules dévaginés (néphridiopore saillant au 4° sétigère), grossi; c, pinnule unci-
nigère abdominale, grossie; d, extrémité postérieure, face ventrale, grossie; e, portion
moyenne d’un tentacule penné, très grossi; f, uncini, très grossis; g, soie capillaire
thoracique, grossie (d’aprés MAHION). —- Ncosabcllides oceanica : h, région anté-
rieure, face dorsale >< 25; i, région postérieure >< 25; k, l, uncini >< 800; m, soie
capillaire non limbée >< 150; n, 0, soies limbées >< 150.
N. oceanica (Fwvnu). Fig. 81, 11-0. - Neosabelüdes oceanica liessna
1917, p. 104. — Sabellides oceanica Fsuvm. 1909, p. 75; 1914, p. 288,
pl. xxvx, fig. 16-25, ·
14 segments thoraciques à soies capillaires et 12 segments abdominaux
à pinnules uncinigères. — Lobe céphalique snbquadrangulaire. Tenta-
cules buccaux à longues et minces pinnules. — Pas de palées, 6 bran-
chies subulées, filîformes, deux fois aussi longues que la largeur du corps, ' `
soudées à la base et disposées en 2 groupes latéraux largement séparés
(81, h). - Les 2 premiers parapodes sont très petits. Les uncinî com-
mencent au 3° sétigère. 9 boucliers thoraciques rectangulaires. Rame
dorsale cylindrique, sans cirre. Soies capillaires les unes ensiformes,

234 FAUNE na rnaivcn. - ronvcuàrns sénaivramas
limbées (n, 0), les autres très fines capillaires (m). Rame ventrale d'abord
en tore transversal puis en pinnule saillante. Plaques onciales du type
Amp/zarete a2 rangées verticales de 5-7 dents chacune alternant ou non
(k, I). Aux 2 premiers segments abdominaux, un tubercule achète au-
dessus de la pinnule, à la place de la rame dorsale. 2 cirres anaux digi-
tiformes (i). — Tube de vase brunâtre à parois assez épaisses.
· L. 10 mm., sur 1 mm. de diamètre. — Coloration inconnue.
Un seul spécimen connu, drague sur fond de vase, à 1.743 mètres.
Atlantique (Golfe de Gascogne). ·
Éota. — Hassta range cette espèce dans son genreNeosabellides auquel elle
semble en effet appartenir.
— G. AMAGE Matncnax.
Corps épais, relativement court. — Prostomium nettement trilobé, avec
2 carènes glandulaires saillantes. Tentacules lisses. —- 3 ou 4 paires de bran-
chies subulées. 14 à 17 sétigères thoraciques. - 1N rame dorsale souvent
réduite. Parapodes dorsaux pourvus d'un cirre en massue qui persiste seul
dans la région abdominale. Pinnules uucinigères à partir du 4° sétigère; elles
ont un prolongement cirrifornie plus ou moins marqué dans la région abdomi-
nale. Uncini pectiniformes subtriangulaires. — 2 cirres anaux. - Estomac avec
diverticule interne, pas de lobes antérieurs. Néphridies courtes, semblables, Pas
de glandes ventrales. _
—-'17 sétigères thoraciques, 13 abdominaux. 6 ou 8 branchies. .
............ , .... A. adspersa, p. 234
—- 14 sétigères thoraciques, 9 abdominaux: 6 branchies. . . .
......... . ...... A. Gallasiî, p. 236
A. adspersa (Gnunn). Fig. 82, a-f. — Arnage adspersa Laxcannans 1884,
p. 261, pl. xv, fig. 19; GOUnnE'r 1901, p. 380, pl. vm, fig. 3; Hnssnn 1917,
p. 121. — Sabellzdes adspersa Gaume: 1863, p. 57, pl. vr, fig. 2. —
Samytha adspersa Lo Bianco 1893, p. 64, pl. ui, fig. 3; Fauvnx. 1897,
p. 431, pl. xxv, fig. 162-165; 1914, p. 285, pl. xxvx, fig. 11-15.
17 segments thoraciques à soies capillaires et 11 à 15 (le plus souvent
13) segments abdominaux à pinnules uncinigères (82, a). — Lobe cépha-
lique trilobé, subquadrangulaire, avec 2 carènes glandulaires divergentes.
2 groupes de petites taches oculaires. Bord des organes nucaux saillant
_ (b). Segment buccal enchâssé dans le suivant. Tentacules buccaux lisses,
un peu renüés àl’extrémité. - Pas de palées. 8 branchies subulées (par-
fois 6) très caduques disposées en 2 groupes transversaux nettement
séparés (b). — Les pizmules uncinigères commencentau 48 sétigère. Rame
dorsale cylindrique avec un petit cirre en massue courte (c). Soies capil-
laires ensiformes, à limbe très finement strié (f). Pinnules uncinigères

ëmi>¤AnsrxnAn` 235
d‘abord en forme de tores, puis ensuite larges, aplaties avec une rangée '
rétrogressive de plaques onciales subtriangulaires à 3-4 dents recour-
bées disposées sur un seul rang (e). Dans la région abdominale, les pin-
nules sont petites, épaisses, avec un court prolongement cirriforme à -
l’anglo supérieur (c). Les cirres dorsaux persistent à la place des mame-
lons sétigères disparus. — 2 longs cirres anaux filiformes. — 4 paires de
néphridies de même forme. Sang vert. — Tube membraneux hérissé dc
filament feutrés de Posidonia (d).
L. 15 à 25 mm., sur 2,5 à 3 mm. de diamètre. — Couleur rosée passant
au jaune orangé dans la région postérieure. Branchies verdâtres mou-
chetées de taches orange. Tube digestif rougeâtre, vu par transparence.
— I
\   `T â Ill (*0
—§. . *··®1»\!¢v
. · s A
, ,   .
\ • · \
l ,· ·'§··_ \ ( ....
.  î  ,
/ / i i , a ;§ É -ga-!-?
, M ·  §· /  -i·~
( \ \   -   4.-
«   `
b "°' L
e É Ti
a · : Q
È K
î
"‘ É
  F sa ~ ·
  ‘ È
 È _ Qs 9 m
C d `  _â$3;_ — L
Fm. 82. — Amage adspersa`: a, de profil >< 3; h, région antérieurc, face dorsale·
>< 10; c, région abdominale, de coté >< 10; d,tube,grandeur naturelle; e,plaque on-
ciale avec soie tendon >< 350; f, extrémité de soie capillaire thoracique limbée >< l50.
·- Alkmaria Romijni : g,‘1le profil >< 20; h, plaque onciale, grossie (d’après llonsr).
— Amage Gallasii : i, région antérieure, face ventrale. grossie; k. papille abdomi-
nale située au-dessus des tores uncinigères, grossie; 1, soie capillaire limbée; m,
plaque onciale, très grossie (d’après Gooemar).
Dragages côtiers sur fonds vaseux ou détritiques, plus rarement sur fond de
sable vaseux et parmi les Corallines.
Méditerranée (Marseille, Monaco, Naples); Adriatique; Atlantique (Madère).
Nota. - D’après ses caractères externes, cette espèce me paraissait rentrer

236 FAUNE DE Fmxcn. — roLYcx1i;TEs sénniwxmss
‘ dans le genre Samytha, ainsi que le pensaient Ctarsnùne, Ctnos et Lo Bmxcos
Mais depuis, Hessrs a montré que la Snmyzlaa sexcirram Matmcnsu, type du
genre, présente des caractères anatomiques internes diflérents, tandis que ceux.
, de notre espèce se rapprochent au contraire de ceux des Amage. C’est aussi
l’opinion de Gounnsr,
A. Gallasii Marion. Fig. 82, i-m. — Arnage (}all`asz`z' Mamoiv 1875, p. 8;;
GOURRET 1901, p. 382, pl. ix, fig. 4. - Samyt/za Gallaszï Cnnus, 1885,
p. 269.
Corps court et large. 4 segments thoraciques à soies capillaires et
9 segments abdominaux à pinnulcs uncinigères. —- Lobe céphalique
arrondi (82, i). Tentacules buccaux lisses, souvent renflés en massue, peu
nombreux. —- Pas de pelées. 6 longues branchies subulées insérées les
unes à côté des autres, celles de la 3° paire, plus rapprochées de la `
ligne médiane, naissent un peu plus en arrière. —— Les 2 premiers pieds
rudimentaires, à mamelon cependant bien développé. Pinnules uneini-
gères commençant au 4° sétigère. Rame dorsale en mamelon cylindrique
portant des soies capillaires ensiformes, les unes à limbe assez large (1),
strié, les autres beaucoup plus minces à limbe peu distinct. Hames ven-
trales thoraciques en forme de tore portant une rangée de plaques onciales
subtriangulaires à 5-6 dents recourbécs, à manubrium portant une saillie
(m). Dans la région abdominale, les segments sont très étrangléset les
pinnules uncinigères font fortement saillie. Les cirres dorsaux persistent
à la place des mamelons sétigères disparus (k). —- 2 cirres anaux courts
et obtus. — Tube court, épais, membrancux, recouvert extérieurement
d’une couche de limon gluant mêléà de minces filaments de rhizômes de
Posidozzfa .
L. 19 mm., sur4 mm., environ de largeur. —- « Corps couleur de chair,
les branchies tirent un peu sur le jaune et la face dorsale jette des reflets
nacrés »_ `
. Dans la vase, au large du Bidon. Méditerranée (Golfe de Marseille).
Nom. - Cette espèce paraît très voisine de l’Amage auricula Mimeicmzn dont
elle se distingue par ses 3 paires de branchies, au lieu de 4, et ses 9 segments
abdominaux, au lieu de 8.
G. MELINNA ÃIAIAIGREY [HEssLe c/lar. emencl.}
Segments très nombreux, plus de 50, région abdominale longue et mince. —- ·
Prostomium plus ou moins nettement trilobé, sans crêtes glandulaires. Tenta—
cules lisses. Segment buccal prolongé en ·lèvre à la face ventrale. —~ Pas de
palées mais, en arrière des branchies, au 4e segment, de chaque côté, une grosse
soie en épine recourbée accompagnée d’une glande (fig. 83, g). 4 paires·de
branchies subulées._Les segments 2 a 5 eoalescents forment une sorte de
gouttière à bords relevés en crête latérale (c). Au 6•= segment, une crête trans-

Anirnansrxnm 237
versale membraneuse. - Les segments 2. 3, 5 et parfois aussi le 6**, portent
une rangée ventrale de fines soies capillaires (h, ml. Les soies dorsales
limbées commencentlau 5° segment. Itames dorsales sans cirre. Les pinnules
uncinigères commencent au 78 segment. Elles n‘ont pas de prolongement
cirriforme. Dans la région abdominale, un petit tubercule achète au-dessus de
la pinnule. Soies capillaires légèrement recourbées, limbées. Uncini pectini·
formes, subtriangulaires, a 1-5 dents. — Sang rouge. Néphridies très longues, —
toutes semblables. Glandes ventrales bien développées.
Remarques. — D`après llssstn, les 2 gros aiguillons dorsaux appartiennent
à un segment distinct, le 4**. Si l'on adopte cette manière de voir, ainsi que nous
l’avons fait ci-dessus, lc nombre des sétigères thoraciques est de 19, au lieu de
18, chiffre précédemment admis, et les pinnules uncinigères commencent au
7° segment, au lieu du 6°, que Nfatwxonnx considérait comme le 4= séaigère.
— Membrane thoracique à nombreuses petites dents très nettes
(fig. 83, k). Membrane palmaire des branchies peu développée.
Un petit mamelon setigère dorsal au 5° segment. Des soies ven-
trales au 6° segment. . ....... M. cristata, p. 237
—— Membrane thoracique à bord entier ou festonné de dents obtuses,
peu nombreuses (83, c). Membrane palmaire des branchies très ·
développée. Rame dorsale du 5° segment sans mamelon. Pas de
soies ventrales au 6° segment ...... M. palmata, p. 239
M. cristata (Sans). Figl 83, i-n. ·——· Melinna cristata Mnmucnnx 1865,
p. 371, pl. xx, fig. 50; Cuxvivnvcnnsr 1888, p. 660, pl. xmx, fig. 22; Fnuvm.
1807, p. 439, 1911, p. 291; ne BEAUCHÀMP et Z.tcus191&, p. 225; Hsssnn
1917, p. 93. —— Sabellides crislata Sans 1856, p. 19, pl. 11, fig. 1-7. — ·
Phenacia cristata Qulvrnsrncns 1865, ll, p. 377. —? Melirma Elisabe-
Éhd6'MC1NTOS}I 1922, p. 86, pl. cxxx, fig. 1, cxxv, fig. 2.
16 segments thoraciques à· soicsvdorsales capillaires, y compris le
1" pied très petit, rudimentaire. Une cinquantaine de segments abdo-
minaux à pinnules uncinigères. Corps très ellilé postérieurement. —
Lobe céphalique faiblement trilobé, à bord entier, sans carènes glandu-
laires. Quelques taches oculaires de chaque côté. Segment buccal peu
saillant, en grande partie recouvert par `le· suivant qui se prolonge, à la
face ventrale, en une sorte de collerette (83, i, k). Ce 2' segment est aussi
long que les 2 suivants réunis. Tentacules buccaux peu nombreux, lisses, _
presque aussi longs et·aussi gros que les branchies. 8 longues bran-
chies liliformcs réparties en 2 groupes réunis par une membrane palmairo
' de hauteur très variable (lt]. Dans chaque groupe, les 3 branchies posté-
rieures sont fasciculées à la base et entourent la 1'°. Les segments 2 à 5
forment une sorte de gouttière il bords saillants, relevés (i, k). En arrière
des branchies, ces 2 crêtes latérales sont reliées par une membrane thora-
cique transversalc à bord crénelé de 10 à 20 dents très nettes (k). —— Aux
segments 2, 3, 5 et 6, une rangée transvcrsalede fines soies ventrales

-238 muni; ne rames. —— rorrcnàras sénammxnss
pointues, non limbées (m). Au 4° segment, en arrière des branchies, de
, chaque côté, un gros croc à pointe recourbée, à longue et large base.
Au 5° segment, la rame dorsale, à fines soies capillaires, est très petite
et presque complètement cachée par la crête latérale. Aux 15 segments
suivants, rame dorsale cylindrique, sans cirre, avec soies capillaires lar-
gement limbées (1). Les tores uncinigères commencent au 7° segment, le
premier de ceux à rame dorsale bien développée. Plaques onciles
subtriangulaires, à 4 dents sur un seul rang.fn). Dans la région abdo-
minale, pinnules aplaties, rectangulaires, sans prolongement cirriforme.
Au-dessus de chaque pinnule, un bourrelet transversal et un petit tuber-
cule arrondi, vestige de la rame dorsale. —— Pygidium dépourvu de cirres.
Anus terminal s’0uvrant au milieu d`une sorte de ventouse. ——- Sang rouge.,
4 paires de longues néphridies semblables. — Tube cylindrique, mem-
braneux, recouvert d’une couche de vase agglutinée.
L. 30 à 50 mm., sur 2 à 3 mm. de diamètre. — Coloration blanc jau-
nâtre ou rosé, branchies tachetées de vert olivâtre.
/ , tf
,»r¤ • l
É € 9 . ~ f "
¤«
5
u 
É l l ' n K   gn
¤ r     ·
9 \ 7 X \`
G `, É
Sg ' i' 0/ ,
il ê ah (
' %  W t
,.  l a .
  È l  /1   `A
` r. · /97
  l s~ b c g m 
  , .  cl ~. __ £•, 
"` hs " È
/  a '*«, I C V ’ ` .
.     J _ ·« ,«  
à   ` · 4
ws Q I tf I % l
/L_ ;_§   \ L lâ h l'
· l~; ` ~ ,
Fm. 83. - Jlelimw, palmatzz 2 a, de proûl >< 2; b, région antérieure; de profil >< 4; c,
région antérieure, face dorsale, membrane fendue, branchies écartées, >< 4; d, extré-
mité postérieure, face ventrale >< 6; e, f, uncini >< 400; g, crochet antérieur X 150;
h, soieventrale du l" sétigère >< 400. -—Melinna cristam : i, région antérieure, de pro-
ül X 4; k, région antérieure, face dorsale >< 4;l,soie capillaire thoracique X 150; m,
soie ventrale du 4** sétigère (VP segment) X 400; n, plaque onciale X 400.

_ amrmnnrxnan 239
A la côte et en dragages sur fonds argileux ou vaseux et dans les herbiers
de Zostères.
Manche (Locquémau, Pcnpoull, Terrenès, environs de Roscoff); Mer du Nord.
— Atlantique Nord: Mers Arctiques; Pacifique Nord; Antarctique.
M. palmata Gnuus. Fig. 83, a-h. —- Melinna palmata Gnomz 1869,p. 40,
1872, p. 87, 1870, p. 15; Lo Bmxco 1893, p. 65; FA¤vsL 1897, p. 440,
pl. xxv, fig. 166-168, 1909, p. 24. .lI. adriatica MAnENzsLLnn 1874,
p. 66, pl. vu, fig. 6; ALLEN 1915, p. 636: Riom 1917, p. 45, fig. 12. —-
Sabellides palmata Gnomz 1872, p. 142. ·
16 segments thoraciques à soies dorsales capillaires, y compris le '
l" pied très petit, rudimentaire, sans mamelon (83, a). Environ 60 seg-
ments abdominaux à pinnules uncinigères. Corps très effilé postérieure-
ment. — Lobe céphalique nettement trilobé à bord entier, sinueux, sans
carènes glandulaires (b, c). Quelques taches oculaires de chaque côté.
Segment buccal en grande partie recouvert par le suivant qui se pro-
longe, à la face.ventrale, en une sorte de collerette. Ce 2° segment est
aussi long que les 2 suivants réunis. Tentacules buccaux peu nombreux,
lisses, presque aussi longs et aussi gros que les branchies. 8 longues
branchies subulées, annelées, réparties en 2 groupes réunis par une
palmure atteignant la moitié ou les deux tiers de leur longueur (b, c).
Dans chaque groupe, les branchies sont fasciculées à la base. Les seg-
ments 2 à 5 forment une sorte de gouttière à bords saillants, relevés. En
arrière des branchies, ces 2 crêtes latérales sont reliées par une mem-
brane thoracique transversale à bord antérieur convexe entier, ou faible- a
ment festonné de 4-8 dents arrondies, peu saillantes (c). — Aux segments
2, 3, et 5, une rangée transversale de fines soies ventrales pointues, non
limbées (h). Au 4° segment, en arrière des branchies, de chaque côté, un
· gros croc jaune recourbé en crochet (g). Au 5° segment, la rame dorsale,
dépourvue de mamelon, très petite, est réduite à quelques finessoies
Iimbéesf Au 6° segment, il existe un mamelon dorsal à soies limbées,
mais pas de soies ventralcs. Aux 15 segments suivants, rame dorsale
cylindrique, sans cirre, avec soies capillaires largement limbées. Les tores ·
uncinigères commencent au 7° segment, le premier de ceux à rame dorsale
bien développée. Plaques oncialcs subtriangulaires à 4-5 dents `sur un
seul rang (e, f'). Dans la région abdominale, pinnules rectangulaires,
sans prolongement cirriforme. Au-dessus de chaque pinnule, un bourrelet
transversal ct un petit tubercule en bouton.arrondi, vestige de la rame
dorsale. -Pygidium dépourvu de cirres. Anus terminal s’ouvrant au fond
d‘un entonnoir,à bord dorsal légèrement plissé (d). —- Sang rouge. 4 paires
dc longues néphridies semblables. -— 'l`ube cylindrique membraneux, re-
couvert d‘un épais manchon de vase agglomérée. `
L. 15 à 50 mm. sur 2 à 3-mm. de diamètre. - Rose chair ou brunâtre,
tachcté de rouge sang, branchies verdàtres annelées de brun.

240' FAUNE DE rnnuce. — POLYCHÈTES sÉneN·rAxnes
A mer basse dans la vase et le sable vaseux des herbiers de Zostères, dans
les dragages sur fond de vase.
Manche (Saint-Malo, Chausey, Cherbourg, Plymouth); Atlantique (Ile de Ré,
Santander); Méditerranée (Monaco, Naples); Adriatique.
Ampharctidae ùzcertae sedfs.
G. ALKMÀRIA Iloasr.
. A. Romijni Hoasr 1919, p. 100, fig. 1. — Fig. 82, g, h.
16 segments thoraciques à soies dorsales capillaires, 14 segments abdomi-
naux à tores uncinigères. Uncini ii partir du 4G sétigère. Plaques onciales
courtes, à 4-5 dents. 3 paires de brancbies cirriformes. Tentacules inconnus. —
L. 3 mm. - Dans l'eau saumâtre de la Mer d’Alkmaarder (Hollande).
La description trop incomplète de cette Annélide ne permet pas de la classer
exactement. Elle me semble cependant se rattacher aux Ampharétîens plutôt
qu’aux Térébelliens. Peut-être est-ce une jeune Samytha? _
F. TEREBELLIDAE Gauss (NIALMGREN rev.) '
[Térébellîens].
_ Corps à segments très nombreux, divisé en 2 régions distinctes : 1° thoraci-
que, plus ou moins renflée, à faisceaux dorsaux de soies capillaires et tores
ventraux uncinigères; 2" abdominale, allongée, plus ou moins eflilée, le plus
souvent dépourvue de soies dorsales et ne portant que des pinnules uncinigères. ·
—- Prostomium avec des lobes de forme et de dimensions variées et portant de
nombreux tentacules filiformes, caualiculés, non· rétractiles dans la bouche.
Souvent des yeux nombreux. Organes nucaux peu marqués. Segment buccal
· achète. ——- Des branchies·arhorescentes, plus rarement filiformes, cirriformes
ou pectinées, pouvant manquer complètement. Elles peuvent être au nombre de
1, 2 ou 3 paires, insérées sur les segments 2, 3, 4. Pas de palées. Soies dorsales
simples, capillaires, souvent limbées, à pointe unie ou pectinée; elles sont in-
sérées sur un mamelon conique ou cylindrique et commencent au 2e, 3" ou
4° segment. Ptame ventrale en forme de tore ou de palette aplatie (pinnulel por-
tant des uncini disposés sur une ou deux rangées. Uncini aviculaires, pectini-
formes ou plus rarement aciculiformes. - Souvent des écussons glandulaires a
la face ventrale du thorax. - Pygidium avec anus terminal à bord entier, cré-
nelé ou mamelonné. — Tube muqueux ou membraneux incrusté de vase, de
sable, de débris de coquilles, enterré dans le sol ou fixé au substratum, pierres,
Algues, Hydraires. . '

mnsesnnrnae 241
Remarques. — Les Térébelliens forment une famille très homogène et ces
Annélides sont faciles à reconnaître à leur grande chevelure de longs tentacules
qui cache la partie antérieure du corps, semblant tronquée, et à leurs branchies,
formant le plus souvent une sorte de buisson rouge vif en arrière des tenta-
rules (fig. 84, a). Le thorax est généralement renllé, un peu atténué en avant,
puis passe progressivement à l’abdomen qui est beaucoup plus long, plus eflilé,
à segments nombreux et souvent tortillé en spirale.
Le prostomium est fusionné avec le segment buccal. Il porte un bourrelet
transversal plus ou moins saillant en arriére duquel ou remarque, chez certaines
espèces, une couronne de nombreuses taches oculaires. A la face antérieu1·e de
ce bourrelet sont insérés les nombreux tentacules.
Ce bourrelet est donc l'homologue du voile céphalique des Amphicténiens. ll
porte souvent des lobes latéraux et se relie, de chaque côté, par un pli plus ou
moins marqué, à une lèvre supérieure arrondie, parfois très proéminente, on-
dulée ou plissée en cornet qui domine·l’ouverture buccale et qui appartient
sans doute au segment buccal (fig. 84, b). Chez les Polycirrinés c'est le bour1·e-
let tentaculifère qui est très développé en membrane trilobée. Chez les Pisza le
bourrelet ne se distingue guère de la lèvre supérieure.
Si les Térébelliens forment un groupe bien homogène leur répartition en _
genres et en espèces est assez délicate en raison précisément des faibles difl`é-
rences que ces animaux présentent entre eux et de la variabilité de certains
caractères.
DE SMNT-Joserii (1894, p. 166) a déja fait la critique des classifications anté-
rieures et montré la difficulté de trouver une base pour la détermination des
genres. Le nombre et la forme des branchies varient dans des espèces très voi-
sines par tous leurs autres caractères. ll faut aussi noter que ces branchies
sont souvent caduques et, en outre, qu'elles ne se développent que successive-
ment. Ce caractère n’a donc de valeur que chez les adultes.
Chez les Amphitritinés, le nombre des segments portant des soies dorsales
est en général assez fixe et peu élevé, rarement plus de 17, cependant chez ·
l’Anzphi¢r·itc gmcilis il varie de 17 ix 19 et peut même étre plus grand encore `
chez Terebella lapidaria.
Chez les Thélépinés, il est au contraire très variable et très élevé, les soies
dorsales pouvant exister presque jusqu‘à Pextrémité postérieure. Il faut noter
aussi que, chez la larve, les soies existent dès le 2* segment, qui deviendra le
1** brauchifère, tandis qu'elles disparaissent ensuite au 2° et au 3· segment chez
les Amphitritinés adultes, au 3“ chez Thclepus et qu'elles persistent au 2** chez
Streblosoma. Ilrnrm (1926, p. 206) a bien montré cette régression des premiers
sétigères au cours du développement de Nicolea zeste)-[cola, espèce chez laquelle
il a étudié le tissage si curieux d’une toile et la fabrication d'un cocon renfer-
mant la ponte (fig. 90, n). Cette espèce, si voisine de N. venustula, avec laquelle
je l’avais confondue, pensant que la différence du nombre des sétigères, 15 et
17, n`avait vraiment pas d'importance spécifique, en est bien distincte par ses
caractères biologiques et son développement. Un caractère externe d’apparence
insignifiante est donc parfois l'indice de profondes différences alors que chez
d’autres espèces ce caractère pourra présenter des variations étendues sans
aucune importance et sans signification.
Dans sa classification, de Smxr-Josnru donne la prédominance à la forme et En
lt)

242 FAUNE DE FRANCE. -- POLYCHÈTES sɤnN1·A1nEs
la disposition des plaques onciales ou uncini qui peuvent être courtes ou
allongées, à base plus ou moins ramassée, pourvues ou non de soies de soutien,
sortes de petits cordons chitineux insérés aux extrémités du manubrium et
plongés dans l’épaisseur de la pinnule (fig. 84; h). Au-dessus du rostre, les
uncini peuvent porter des dents ou des denticules plus ou moins nombreux
disposés en rangées transversales.
Ces rangées ne se voient bien que sur la plaque onciale considérée de face
(fig. 86, f, 0). Uaspect est donc très différent suivant que la plaque est vue de
profil, c’est-à-dire à plat, ou de face. Pour bien voir les plaques onciales iiplat,
il faut prélever une pinnule ou un fragment de tore avec une pince fine, le met-
tre sur une lame dans une goutte de solution de potasse caustique, le dissocier
avec des aiguilles et l’examiner après l’avoir comprimé avec la lamelle. Pour
l’examen de face, il faut au contraire se garder d'écraser le fragment de tore.
' Enfin il est nécessaire d‘employer un très fort grossissement; dans bien des
cas un bon objectif 51 immersion est nécessaire pour voir ces détails très fins.
Les uncini abdominaux diffèrent souvent un peu des plaques onciales thora-
ciques, leur taille est plus petite et souvent les denticules y sont plus nombreux.
Sauf indication contraire, nos descriptions s’appliquent aux uncini thoraciques.
_ Ceux-ci peuvent être disposés aun certain nombre de segments sur Zrangéés
opposées, ou en rangée double engrenante (fig. 84, i) ou unique alternante. Ex-
ceptionnellement les deux rangées peuvent être opposées dos à dos (fig. 88, hi
(Lanice, Loimia), ordinairement ce sont les dents qui se font vis-a-vis. Dans la
rangée alternante, les plaques sont alternativement progressives et rétrogres-
sives. La rangée engrenante résulte de la compénétration partielle de 2 rangées
opposées. Rappelons que l`on appelle progressives les plaques dont les dents
sont tournées vers la queue et rétrogressives celles dont les dents sont dirigées
vers la tête de l’animal. Il est facile de comprendre qu‘en s‘ancrant dans la
membrane doublant le tube les premières servent à la progression en avant
tandis que les secondes donnent un point d’appui à l’Annélide pour rentrer vi- ·
· vement dans son abri. - ·
Chez les Polycirrus, les plaques onciales thoraciques apparaissent ii un seg-
ment très variable et font même souvent complètement défaut. Ceci provient de
la disparition progressive des uncini avec l’âge et l’accroissement de la taille;
ce caractère n‘a donc pas l’importance qu’on a voulu parfois lui attribuer.
Les écussons, ou boucliers thoraciques, sont de grandes plaques glandulaires
saillantes au milieu de la face ventrale dont la forme se modifie d`avant en
arrière et dont l’aspect varie beaucoup avec l’état de contraction de l’animal et
le mode de fixation (fig. 84, c).
Dans un mémoire très important sur les Térébellomorphes, Hnssnn (1917)
critique les classifications antérieures et en propose une nouvelle basée princi-
palement sur les néphridies. Quelle qu’en soit la valeur au point de vue de
l’anatomie comparée, cette classification ne nous parait pas bien pratique car,
d’une part, ou ne connaît pas encore suffisamment la disposition des néphridies
· chez beaucoup d’espèces et, d’autre part, l'emploi de ces caractères internes est
trop souvent difficile, sinon impossible, pour beaucoup de spécimens de collec-
tion.
Hnssnn sépare les genres Trichobranchus, Octobranc/ms, Amp/zaretides et
Terebellides des Térébelliens pour en former la famille des Trichobranc/zidae.

rsniansnnimn 243
Il nous paraît préférable d`en faire seulement une sous-famille, comme le fit
M.it»u:mzu, et de conserver celle des Canéphorinés pour les Tbrebellides. Par
contre, la création dela sous·|`amille des Thélépinés pour les Thelepus et genres
voisins nous paraît assez indiquée. Les Térébelliens seront alors divisés en 6 ‘
sous-familles : Amphitritinés, Thélépinés, Artacamînés (l), Polycirrinés, Triche-
branchinés et Canéphorînés. ‘
'I`Am.n.w ons cannes.
1. Segment buecal prolongé en grosse trompe garnie de papilles.
Branehîes filîformes ....... S.-F. * Artacaminae (‘l
- Segment buccal non prolongé en trompe ........ 2
2. Uncini thoraciques et abdominaux_appartenant à 2 types diffé-
rents ..................... 3
— Uncini thoraciques et abdominaux de même type ...... 5
3. Branehies filiformes. Uncinithoraciques aciculiformes, uneini ab-
dominaux aviculaires (S.—F. Trîehobranchînae) ..... 4
—- Une seule branchîe quadripartîte, pectinée. Uncini thoraciques
aciculiformes, abdominaux pectinîformes. (S.-F. Canephorinae)
............... G. Terebellides, p. 291
4. 3 paires de branchies ....... G. Trichohranchus, p. 288
- 4 paires de branchies ....... G. Octobranchus, p. 289
5. Uncini en rangée double opposée, alternante ou engrenanto à un
certain nombre de segments thoraciques (fig. 84, î) (S.—F. Am-
phîtritinae) .................. 7
— Uncini toujours en rangée simple ........... 6
.6. Des branchies filiformes (S.·F. Thelepinaez ....... 15
—-· Pas de brancliies (S.·F. Polycîrrinae) ........ 18
7. Des brancliies ..... . ........... 8
— Pas de branchies ................ 14
8, Soies dorsales denticulées à Pextrémité (fig. 84, d). Branchies
arborescentes ou cirriformes ............. 9
— Soies dorsales à extrémité lisse (fig. 89, b.`· ....... 10
9. Soies dorsales à un grand nombre de segments (plus de 24), for-
tement pectiuées et souvent de 2 sortes (fig. 87, k, l)
................ G. Terebella, p. 254.
— Soies dorsales à un petit nombre de segments, à pointe finement
denticulée ............ G. Amphitrite, p. 244
1 0. Uncini des premiers segments munis d`un long prolongement chi-
tineux (fig. 92, e, f') ........... G. Pista, p. 262
- Uncini des premiers segments sans long prolongement ehiti-
neux .................... 1 1
11. Uncini disposés sur 2 rangées opposées dos à dos à un certain
(I) Cette sous-famille, réduite au genre Arlacama, n‘est pas représentée dans notre faune.

2% FAUNE DE rames. —— ronïcnàrns sÉnsN·rAinEs
nombre de segments. 17 setigères thoraciques. Des otocystes. 12
- Uncini non opposés dos à dos. Pas d’otocystes ....... 13
12. Uncini aviculaires ........... G. Lanice, p. 255
- Uneini pectiniformes ...... G. * Loimia MALMGREN (‘)
· 13. 3 paires de branchies. Des lobes latéraux bien développés aux
premiers segments (Hg. S9. a) ...... G. Polymnia, p. 257
- 2 paires de branchies. Pas de lobes latéraux aux premiers seg-
ments ............... G. Nicolea. p. 260
14. Soies dorsales à partir du 4* segment. Les unes lisses, les autres
peetinées. Uncini à partir du 6* segment. . . G. Proclea, p. 268
-— Soies dorsales à partir du 3* segment. Toutes à pointe unie.
Uncini à partir du 9* segment ...... G. Laphanîa, p. 269
15. 2 ou 3 paires de brancliies réduites à un seul gros filament su-
bulé .............. G. Euthelepus, p. 275
— Branchies filiformes à plusieurs filaments ........ 16
16. Uncinî à partir du 9* segment. Soies dorsales à partir du 3* seg-
ment ............. G. Parathelepus, p. 276
—- Uncini à partir du 5* segment ............ 17
17. Soies dorsales commençant au 3** segment. . G. Thelepus, p. 270
—— Soies dorsales commençant au 2* segment. G. Streblosoma, p. 274
18. Pas du tout d’uncini. 6 segments thoraciques à soies dorsales
................. G. Lysilla, p. 286
- Des uncini ...........,...... 19
19. Uncini allongés, sublinéaires, aciculiformes (fig. 99, e). Soies dor-
sales peu nombreuses ......... G. Amaea, p. 285
·- Uncini courts, en plaques oncialesdentelées. Soies capillaires
lisses ou épineuses ......... G. Polycirrus, p. 278
S.-F. AMPHITRITINAE BIÀLMGREN.
Lobe tentaculifère du prostomium non élargi. Souvent des yeux. Pas d'o r-
ganes nucaux. Brauchies arboresoentes, ou cirriformes ou absentes. Des écus-
sons ventraux bien développés. —- Soies dorsales capillaires lisses ou dentelées
à Textrémité. Uncini aviculaires ou pectiniformes en rangée double à un certain
nombre de segments thoraeiques. -— Des glandes ventrales.
G. AMPHITRITE O. F. BIELLER (sensu Saint-Jossru).
i'I'erebella Quarunracus; Neoamp/zizrite Hisssrn]
Région thoracique à 17-25 sétigères. Longue région abdominale à nombreux
segments, Rarement des yeux. —- 3 (rarement 2) paires de branchies plus ou
(1) N’appartient probablement pas à notre faune.

Tsnaunnniona 245
moins rameuses ou, exceptionnellement, cirriformes à filaments partant d’une _
base commune. Des lobes latéraux aux premiers segments. Des écussons ven-
traux au thorax. - Soies capillaires dorsales à pointe dentelée. Elles commen-
cent au 4° segment (3° branchifère). Uncini à partir du 5° segment (2° sétigère).
Plaques onciales à base longue avec pointe antérieure et postérieure très accu-
sées, une petite saillie avec ligament fixateur (fig. 84, e, f) et vertex élevé à,crétes
de nombreuses dents. Elles sont disposées en rangée double engrenante (ou `
rarement opposée) à un certain nombre de segments. — Tube incrusté dc vase
ou de sable, ou simple galerie.
Nota. - En se basant sur la forme des branchies, et surtout sur la forme et
la disposition des néphridies, Iinssnn divise le genre Amplzitrite en deux, réser-
vant ce nom à l’A. cirraza et à un petit nombre de formes voisines et créant
le genre Neoamphizrite pour toutes les autres. Cette modification, qui a pour
inconvénient d’exclure du genre Amplzitrize presque toutes les formes rangées
depuis longtemps sous ce nom par la plupart des auteurs, me paraît être
d’une utilité contestable et d’une application difficile, comme toutes celles qui
sont basées sur des caractères internes difficiles ou même souvent impossibles
à vérifier sur le matériel courant. ·
1. _Branchies rnmifiées ................ 2
-—- Branchies cirriformes (fig. 86, m) ..... A. cirrata, p. 251
2. Deux paires de branchies. 17-20 sétigères thoraciques. Pas de
lobes latéraux aux premiers segments . . . A. gracilis, p. 252
-— 3 paires de brnchies ............... 3
3. 17 sétigères thoraciques .............. 4
— Plus de 17 sétigères thoraciques ........... 6
4. Papilles néphridiennes aux segments 3 à 8 ........ 5
——- Papilles néphridienues aux segments 3 à 11, grande taille. . .
................ A. Edwardsi, p. 245
5. Uncini à manubrium court ....... A. afiinîs, p. 246
— Uncini à manubrinm plus long ..... A. variabilis, p. 247
6. 19 sétigères thoraciques ...... A. groenlandica, p. 250
— 22 à 25 sétigères thoraciques ............ 7
7. Uncini en rangée double jusqu'aux 2 premiers segments abdo-
minaux. Des soies de soutien ..... A. Johnstoni, p. 248
— Uncini en rangée double aux segments abdominaux, sauf aux
derniers. Pas de soies de soutien (?) .... A. rubra, p. 249
A. Edwardsi (QUATREFAGES). Fig. 84, a-i. -— Amp/u'trz'le Edwardsi
SAINT-Josnrn 1894, p. 186, pl. vn, fig. 207-208, vm, fig. 209-223, Fnuvnx.
1907, p. 57. Annan 1915, p. 633. .l. gzgantea Mc lnrosn 1922, p. 114,
pl. cxx, üg. 11, cxxv a, fig. 10. —- Terebella Edwardsi Qunrnnmcns
1865, ll, p. 354, pl. xxx, fig. 1. -— ?? Terebella gziganlea Monmcu 1818,
p. 341, pl. xr.
Corps épais, peu atténué postérieurement, peu fragile. 100 à 150 seg-

246 FAUNE DE FRANCE. -—- ronvcuérns SÉDENTAIRES
ments (84, a). 17 sétigères thoraciques. — Lobe céphalique prolongé
de chaque côté en lobule. Lèvre supérieure courte, arrondie (c). Pas
d’yeux. — Des lobes latéraux à bord mamelonné aux segments 2, 3,
4. 11-13 écussons ventraux, les premiers larges et courts, les suivants
rectangulaires, puis plus hauts que larges et suivis d’un profond sil-
. lon ventral sous l’abdomen. 3 paires de branchies composées d’un
gros tronc très fortement ramifié. Leur taille décroît de la 1"’ à la
3° paire. Papilles néphridiennes coniques aux segments 3 à 11. —
Pygidium crénelé. —— Soies dorsales capillaires largement limbées, à
pointe finement denticulée (d). Plaques onciales en rangée simple aux
6 premiers uncinigères, double ou engrenante aux 10 suivants (i) (7° au
16° uncinigère), simple à l`abdomen. Uncini à rostre surmonté de 6
rangées transversales de denticules au vertex, manubrium large, un liga-
ment, des soies de soutien abdominales (e-h). —— Tores se transfor-
mant, dans la région abdominale, en pinnules de plus en plus étroites.
— Le tube est une simple galerie cylindrique, plus ou~moins verticale,
creusée dans le sable vaseux qu'elle colore en jaune.
L. jusqu`à 25 et 30 cm., sur 15 à 20 mm. de diamètre. — Coloration
» saumon, brun clair ou chamois uniforme; branchies rouge foncé, ten-
_ tacules jaune orangé.
Dans la vase et le sable vaseux des herbiers de Zostères, à mer très basse.
Manche (St-Vaast, Dinard, Terrenès, Roscoff, Plymouth); Atlantique (Croisic,
Arcachon).
Nota. —— Il est possible que cette espèce soit la T. giganzea de lVl0NTAGU,
mais cette dernière, insuffisamment décrite, est d’après Gares et Hassrr, iden-
tique à A. agïinis. Mc Imosa l’a rapprochée de Loimia medusa.
A. affinis MALMGREN. Fig. 84, k, 1. -Amplzitrz'te alîïnis l`flALMGREN 1865, 7
p. 375, pl. xxrx, fig. 55; \Von1.EnA1:i< 1912, p. 101, pl. xxxiv, fig. 1-7;
SOUTHERN 1914, p. 121. A. inter·nzea'ia. MALMGBEN 1865, p. 376; A.paI-
_ mam l\1ALMenEN 1865, p. 376. — Neoamphitrite a]7"z`nz's l`lESSLE 1917,
p. 179. — ? Terebella gigantea QoA·rnErAoEs 1865, II, p. 355; Gamm
1870, p. 323.
Dos convexe, sillon ventral assez profond. 50 à 58 segments. 17 sé-
' tigères thoraciques. Lobe céphalique prolongé de chaque côté en lobnle
peu ou pas proéminent. Pas d‘yeux. —— Des lobes latéraux allongés,
peu saillants aux segments 2, 3, 4. Environ 13 écussons ventraux. 3 paires
de branchies composées d’un tronc court, épais portant des rameaux
bifurqués une ou deux fois seulement et formant des houppes épaisses
· sur les côtés (84, 1). Papillesméphridiennes aux segments 3 à 8. —
Pygidium à bord entier ou finement crénelé. — Soies dorsales très
grêles, médiocrement limbées, à pointe finement denticulée. Les pla-
ques onciales sont en rangée simple à tous les segments abdominaux,

ranenntninaa 247
et sur 2 rangs du ’î° au 16° uncinigère. Uncini thoraciques à base courte,
à rostre surmonté d’une rangée de 4-6 grosses dents et de 2-3 rangées
irrégulières de petits denticules au vertex (k). Tores uncinigères se
transformant, dans la région abdominale, en pinnules rectangulaires de
lus en lus etites. — Tube de vase à arois é aisses. `
P P P _ P P _ _
L. 9 à 11 cm., sur 5 à 7 mm. de diamètre. —- Colorat1on sur le vivant
inconnue.
llragages sur fonds vaseux.
Atlantique (Côtes d'IrIande, Clew Bay). —- Atlantique Nord, Mers arctiques.
Nom. —- Si cette espèce ressemble à l'A, Edwardsi elle en diffère par sa
taille beaucoup plus petite. Sonrusux la rapproche de l‘A. variabilis dont elle
parait être une simple forme septentrionale.
. .3,,:/ ` 'îî 
« ; ' /  We. ·_  -  is 
“ / "'î' `~—·»e.f.,`\ ~; , ( ‘ _:*
“.  "';@’ » '$‘ï"?>' ·,  4%, À
· Q `gr     f '·/ I
I"     % '1'l\` A/U 
·· /   `· ·/¢;· 1 ,/, L L  —,
Q ;· « _/   1/ ., â É /
· / ' ,67/; i/  (Q É  
.’ /ww ai â  · J
·  .’,'(".. «   b 
yu ' ,/` ( ‘ (   Il
`\ // ~_   ;
g2
`  U   · k
  -'* ·····»j
~%r`» 4 `     _ 4
/ Ã §. ,._4
, lîr $5 e t:
· 9 b W *-·#· r C g
(gg -¢:èâ ~ G '
rf; k g  © = '
7 a=~   v • É
/'   awr
· Wu? É îif "
E *PîQ’·§
· . È c   ·
C %"'ll\""   ffê L ,
Fro. 84. - A mp/zitrite Edwardri 2 a, grandeur naturelle; h, région antérieure de pro-
iil, les tentacules sont coupés dans la gorge entre la lèvre supérieure et le bourrclet
tentaculifère; au 3" segment (2° branchifère) une papîlle nôphridienne; c, face ven-
trale; lèvre supérieure ondulée, quelques tentacules sur le lobe latéral; boucliers _
vvntraux et tores; d, soie dorsale capillaire >< 150; e, uncinus (plaque oncialei amé- _
rieur x 350; I, g, uncini thoraciques de profil et de trois quarts x 300; h, uncinus
abdominal avec soie-tendon X 300; i, rangée double un peu engrenante X 150. —-
.-1. af/înis : k, uncinus >< 600; l, 3° branchie >< IS (d’après Womzmrzx).
A. Variabilis (Rissoj. Fig. 85, f, g'. — .lnzphz°trz'te variabilzk Manmv-
zaunan 188G, p. 172, pl. 1, fig. 1; Lo Bianco 1893, p. 50. .1. viminalis

_ 248 FAUNE nn rrmncn. —-—- rotvcnàras sénnivuinizs
Mxnnxonnn 1865, p. 377. —- Terelnella vm·z'abz'lz's Pusso 1826, IV, p. 408.
T. viminalis GuUnE·1855, p. 117, pl. rv, fig. 5; 1864, p. 87.
Corps vermiforme, un peu renflé en avant. 75 à 90 segments. 17 séti-
gères thoraciques. — Lobe céphalique formant un court prolongement dc
' chaque côté. Pas d'yeux. Lèvre supérieure assez grande, arrondie, un
peu ondulée. — Des lobes latéraux peu développés aux segments 2, 3,
4. 13 à 14 écussons ventraux, d’abord courts et larges, puis trapézoïdaux.
3 paires de branchies à tige principale à nombreuses ramifications dicho-
tomiques terminées en longs filets. Leur taille décroît faiblement de la
1*9 à la 3** paire. Papilles néphridiennes au nombre de 6 paires, du 3°
au S9 segment. ——- Pygidium à bord entier ou faiblement crénelé. — Soies
dorsales capillaires limbées et finement pectinées à Pextrémité (85, f).
Uncini en rangée double engrenante du 7‘* au 16** uncinigère, simple à
tous les autres. Uncini à rostre surmonté de nombreuses rangées trans- _
versales de fins denticules au vertex (g), manubrium large, un liga- I
ment et des soies de soutien abdominales. Tores se transformant, dans
la région abdominale, en pinnules de plus en plus étroites et saillantes.
— Tube très fragile de sable fin ou parfois de vase.
L. 4 à 15 cm., sur 8 à 10 mm. de largeur. — Rose sale ou rbuge
chair, écussons rouge orangé, branchies rouge sang, tentacules blan-
châtres ou rosés. Q, à maturité, rouge brique.
A faible profondeur entre les Algues et sous les pierres auxquelles elle attache-
son tube.
Méditerranée (Nice, Monaco, Naples, Sicile); Adriatique.
A. Johllstoni lllaniuenniv. Fig. 85, a-0. — Amphifrite Johnstoni l`lAL1\IGREN
1865, p. 377, pl. xxx, fig. 51; Sanvr-Josnru 1898, p. 421. A. brumzea
VERRILL 1879, SSOLOWIEW 1899, p. 202. A. yïgulus Mc lnrosu (non
DALYELL?} 1922, p. 117, pl. cxm a, fig. 1, cxxv, fig. 10. A. Stimpsorzi
l\lnYEu 1912, p. 34. — Tcrebella nèbulosa Jonnsron [non Monracn) 1865,
p. 237. T. elongata. Q¤A1·¤ErAGEs 1865, ll, p. 363. — Neoamp/zitrite
figulus HESSLE 1917, p. 182. ·
Corps renflé antérieurement. 90 à 100 segments. 24 sétigères thora-
ciques (rarement 25) (85, al. — Lobe céphalique formant, de chaque côté,
un replitrès marqué. Une grande lèvre supérieure arrondie ondulée (b).
Pas d’yeux..— Des lobes latéraux bien développés aux segments 2-3,
rudimentaires au 4e. 13 à 14 écussons ventraux, les derniers petits et
étroits. 3 paires de branchies bien développées, fasciculées, à tronc court
· et épais, à nombreux filaments ramifiés 2 ou 3 fois en dichotomie, à longs
filets terminaux (c}. Elles diminuent peu de la 1" à la 3" paire. Papilles
néphridiennes du 3e au 19**-20° segment. —— Pygidium à bord finement
crénelé. —— Soies dorsales capillaires à limbe strié, à pointe mince finement
denticulée (cl). Uncini en rangée double engrenante du 7* uncinigère
jusqu’aux 2 premiers segments abdominaux, en rangée simple aux

‘ Tunannnninau 249
autres segments. Uncini En 5 dents au-dessus du rostre et 3 rangées de
petits denticulcs au vertex (0), manubrium large, un ligament et des soies '
de soutien abdominales. Les tores abdominaux courts et saillants ne
s'allongent pas en pinnules bien nettement détachées. — Le tube est géné-
1‘&1lBI11€1'1i· 11116 simple g'î1l€I‘lB creusée dâI1S le $211316 VHSEUX 011 d3I1S la VBS!}
des fentes de rocher.
L. 15 à 25 cm., sur 8 à 12 mm. de diamètre. —- Coloration jaune
chamois ou brun plus ou moins foncé, brancbies rouges.
A mer basse, dans la vase et dans les herbiers de Zostères, dans les fentes
de rocher vaseuses, et entre les pieds de Luminaires.
Mer du Nord; Manche (Luc, Saint-Vaast, Bréhat, Plymouth}; Atlantique
(Côtes d’Irlande); Méditerranée lTarente? Onimnx), — Mers arctiques.
 gw . L · _ _
  li
x "· .
 —<—   57 i .« .
"IA7 •",«/ * i i" [
2 yi . · ê Q 1
/ 7 V. • lg
1./· (
I ‘  
if'! É
`gmwâ 1
\ ' i ·
o   g 9
e. \.  
» ® re
:  ly i\\ -  .
é·°· a
t i e ang
à .î' /
 -  /' » ç K f \
Fm. 85. —-· Aznphitrite Jolmstoni : a, imite de Manucnsxv, grandeur naturelle; b, bouche,
de face; c, branchie (d’après Mnmienzx); d, soie dorsale >< 120; e, uncinus >< 260.
— A. variabilis : 1, soie dorsale capillaire >< 150; g, uncinus >< 260. — A. mbra :
h, soie capillaire x 150; i. uncinus antérieur >< 400; k, uncinus thoracique >< 400;
1. uncinus abdominal postérieur X 400.
A. ruhra (Risso). Fig. 85, h-1. —·- .1mphz't1·z'te rubra. Mannrxznnnnn 188'1,
p. 173, pl. 1, fig. 2; Lo Bianco 1893, p. 50; Fauvm. 1917, p. 265, fig. 27.
.-1. incana Ciamiiànz 1870, p. 493, pl, xm, lig. 6. .1. Olfërsii DELLE
Cmam 1828, Ill, p. 168-179, pl. xmn, fig. 1. A. wgintipes MAnnNz1ax.L1an

250 FAUNE DE rimxcn. — ronrcuàrns sânsxramss
1884 b, p. 199, pl. I, fig. 1. - Terebella rubra Hisso 1826, IV, p. 409.
_ T. multisetosa Gnusa 1838, p. 19; Cnaranixnu 1868, p. 393, pl. xxm,
fig. 5. T. spiralis Gauss 1860, p. 97. T. compacta Gauss 1863, p. 55, l
pl. v, fig. 6.
Corps vermiforme, renflé en avant. 80 à 100 segments. 23 sétigères
thoraeiques (parfois 22 ou 24). — [.obe céphalique donnant, de chaque
côté, un prolongement bien marqué. Pas d’yeux. - Des lobes latéraux .
épais aux segments 2-3. 12 à 15 écussons ventraux, les derniers petits
et peu distincts. 3 paires de branchies bien développées, à nombreux fila-
ments plusieurs fois ramifiés en dichotomie et partant d‘un gros tronc
principal. 14 paires de papilles néphridiennes, celles des segments, 3, 4,
5, longues et cylindriques, les suivantes peu visibles. — Pygidium à bord
crénelé. - Soies dorsales capillaires, limbées, un peu coudées, nette-
. ment denticulées à Pextrémité (85, l1\. Uncini sur 2 rangées engrenantes
du 7° uncinigère jusqu’aux avant-derniers segments, en rangée simple
aux autres. Les tores abdominaux saillants ne s’a1longent pas en pinnules
nettement détachées. Uncini des premiers sétigères aviculaires (i), ensuite
à rostre surmonté au vertex de nombreux petits denticules, un ligament,
long manubrium (k, 1). -—·- Tube de vase ou de sable agglutiné fixé aux
corps submergés.
L. 5 à 10 cm., sur 6 à 8 mm. de diamètre. —— Coloration variable, blanc
rosé, lie de vin, rougeâtre, branchies rouges, tentacules blancs.
la faible profondeur et drgages côtiers, sur les vieilles coquilles, les pierres,
les Algues. · ·
Méditerranée; Adriatique. - Mer Rouge; Pacifique (Chili, Australie, Japon).
AQ groenlandica MALMonEiv. Fig. 86, 3-C. —- Amp/zitrite groenlandica
l\1ALMcmiN 1865, p. 376, pl. xxx, fig. 52; Mc livrosu 1922, p. 111, pl. cxix,
fig. 3, cxxxvm, fig. 6. — Neoamphitrite groenlandica Hsssms 1917,
· p. 181.
Gorps renflé antérieurement. 90 à 100 segments. 19 sétigères thora-
ciques (86, a). -— Lobe céphalique formant une expansion verticale de
chaque côté. Pas d’yeux. — Des lobes latéraux bien développés, allongés
et de même largeur aux segments 2 et 3. Environ 14 écussons ventraux.
3 paires de branchies bien développées, àtronc principal épais, à filaments
ramifiés 3-4 fois en dichotomie (b). Néphridies du 3° au 14° segment. —
Pygidium grossièrement crénelé. ——— Soies dorsales capillaires largement
limbées, à pointe élargie finement denticulée. Uncini sur 2 rangées à
partir du ’7° unciuigère jusqu’au 19", sur un rang aux autres segments.
Uncini avec 5 grosses dents accessoires au-dessus du rostre, 2 rangées
` de fins denticules au vertex, ligament et long manubrium. Uncini des
premiers segments plus aviculaircs que les suivants (c). —— Tube?
L. Jusqu’à 115 mm., sur 9 mm. de diamètre. ·-— Coloration?

TEREBFLLIDAE ` 251
Dragages sur fonds de sable et de vase.
Atlantique (au large des côtes d'I1·lande, Mc Iniosnl. -— Mer du Nord; Mers
arctiques.
.\ _, , ,,._ \ " V //
, . I   ,·· ':· `x\ fu   ~
  yi" '. · 1 · \'\&§·É1%lîî ,
  1 ·· `   nr;
    Ã   z M-.
<f‘ '··¢‘. L   î \ (  4-fet"
g  ; ' : .\ ,  
‘Z= f   È  
‘ ,v> U g f_‘··
tiî s e la s`
 gw- ln  
1; C, Fjî; ( i
s ` È \ 9  .
È; Q
* S \ 9
§ \ ’
V jy C  È
  _   ` '° . g.
 @i“· ` ` ,. ,
* ·   1 r â n o 0
Fu;. 86. -— Amphitrite groenlandica : a, grandeur naturelle; h, branchie mal déve-
· loppée; c, uncinus (d’après lllmuenizx). —· A. pmecom: d, face dorsale >< l5; e, extré-
mité d’une soie capillaire >< 250; L Q, uncini de face et de profil >< 600 et 500. -
h, pygidium x 30 (d’après Sanw-Josnra). —- A. cirrala: i, région antérieure >< 3:
k, bouche, de face x 3; I, soie capillaire x 150; m, branchie >< 6;:1, o, uncini
>< 400.
A. cîrrata (O. F. Münnnn). F ig. 86, 1-0. — Anzphz'trz'te cirrata Manmennx
1865, p. 375, pl. xxx, fig. 53; Manenznnnnn 1881, p. 170; Le Bianco 1893,
p. 49; Fanvm. 191à, p. 293; fig. 13-32; llnssnn 1917, p. 185. -- Terebella
cirrata Quxrnnraces 1865, ll, p. 361. — ?TereôelIa Montaguz' Quxrnn-
raees 1865, ll, p. 361.
Corps sensiblement atténué dans la région postérieure. 60 à 85 seg-
ments. 17 sétigères thoraciques. — Lobe céphalique sans prolongements
latéraux (86, k). Pas d’yeux. ——- Des lobes latéraux allongés et élargis
ài Pextrémité aux segments 2., 3, 4 (i). Environ 10 à 12 écussons ven-
traux. 3 paires de branchies formées chacune d`une touffe de filaments
simples partant d’une courte base commune.un peu renflée [m). 7 paires
de papilles néphridiennes réparties sur les segment 3, puis 6 il 11. -——
Pygidium crénelé. — Soies dorsales capillaires largement limbées, à

252 manu DE rnmvce. —- vomrcuàras sénnwminss
pointe mince, très finement denticulée (l}. Uncini sur deux rangées
opposées du 7° au 16** uncinigère, simples aux autres segments. Uncini
à 4-6 dents secondaires au-dessus du rostre et 3-4 rangées de nombreux
petits denticules au vertex (n, 0). Des soies de soutien abdominales. Tores
se transformant en pinnules saillantes dans l’abdomen. ·- Tube incrusté
de vase, de sable et de débris de coquilles.
L. 8 à 10 cm. (parfois 20), sur 7 à 10 mm. de largeur. —- Coloration
rose chair ou gris rosé, région postérieure plus foncée; branchies rouge
sang, tentacules annelés ou ponctués de brun.
Sur fonds de vase ou de sable.
l\Ier du Nord: Atlantique (Açores, Maroc); Méditerranée (l\Ionaco, Gênes,
Naples); Adriatique. - Mers arctiques; Pacifique Nord (Japon). _
A. gracîlîs (Gauss). Fig. 87, 3-e. —Amphitrz`te gracilis MAnENzsLLEn
1884, p. 176, pl. 1, fig. 3; SAINT-Josnrxi 1894, p. 198. A. scylla
Mc livrosn (non Savrexv) 1922, p. 122, pl. cxm, fig. 2, cxxv a, fig. 2.
— Terebella gracilzls Gnomz 1860, p. 99. T. gelatùzosa Knrnnsranv
1862, p. 126, pl. x1, fig. 19-22. — ? T. levirostris CLAPARÈDE 1868,
p. 139, pl. xi, fig. 5. —- Nicolea. gelatinosa Gnomz 1869, p. 128. -—-
Physelia. srylla QUATREFAGES (non SAVIGNY) 1865, ll, p. 369.
Corps très long, de consistance gélatineuse, de diamètre assez uniforme
et s’enroulant fortement en tire-bouchon (87, a). 100 à 200 segments.
17, et souvent 18 ou 19 sétigères thoraciques. ——- Lobe céphalique sans
prolongements latéraux. Des points oculiformes disparaissant dans
1’alcool. —- Pas de lobes latéraux aux premiers segments (b). Environ
11 à 13 écussons ventraux. 2 paires de branchies ramifiées à branches
peu nombreuses partant d’un tronc commun assez court. La première .
paire est plus grande que la seconde. 9 paires de papilles néphridiennes
réparties sur les segments 3, puis 6 à 13. -— Pygidium avec de petites
papilles autour de l’anus. —-· Uncini sur deux rangées opposées du
7° uncinigère jusqu’aux 20-30 avant-derniers segments ; en rangée simple
aux premiers et aux derniers. Uncini très petits, à 3-4 crêtes de denti-
cules au-dessus du rostre, ligament fixateur, base courte (d, e), pas de
soies de soutien abdominales. Soies dorsales capillaires à limbe formant
2 courts ailerons, à pointe nettement pectinée (c). Les tores ne s’allongent
pas en pinnules saillantes à l’abdomen. — Galerie sinueuse dans la
vase. ·
L. G à 12 cm., sur 1,5 à 4 mm. de diamètre. —— Rouge pâle ou gris
jaunâtre; branohies rouge vif', tentaeules pâles.
A mer basse, dans la vase sous les pierres et surtout dans les fentes de rocher
vaseuses. . ~
Mer du Nord; Manclie; Atlantique; Méditerranée; Adriatique.
Nom. — Cette Amphin-ite assez aberrante se rapproche du genre Terebella
dans lequel la range Hnzssts.

· ·rEn1mEL1.xnAn 253
A. praecox SAm·r-losnrn. Fig. 86, d-h. - .lmphz'trite praecox Saxxr-
Josaru 1899, p. 185, pl. vx, fig. 20-24.
60 segments, dont 11 sétigères thoraciques. »— Pas d’yeux. De chaque
côté, 5 tentacules dont 3 plus longs et 2 plus courts (86, ti). Segment
buccal s’étendant jusqu’au i" sétigère. Branchies non encore apparues. —
Plaques onciales à partir du 2° sétigère, en rangée unique rétrogressive
jusqu’au 7°. Du Ss au 11° sétigère; elles sont sur 2 rangées nettement oppo-
sées, ainsi qu'aux 4 premiers segments suivants. Dans la région abdomi-
nale, 44 segments avec 2 pinnules à une seule rangée de plaques et soies
de soutien chitineuses. Uncini à large base, saillie latérale et ligament, au
vertex, 5 rangées transversales de dentieules pointus, longs et fins (f, g).
Scies dorsales capillaires à·limbe très étroit de chaque côté et pointe fine-
ment dentelée (e). — Anus terminal entouré de G lobes allongés (h). Ren-
ferme 100 à 120 oeufs gris aussi gros que ceux d’une .l. varz'abilz's adulte.
L. 15 mm., sur 1,2 mm. de large. - Coloration?
Dans un dragage près de la Cormorandîère, rade de Brest. 17 à 20 mètres. _
Nota. — Malgré la présence d’œufs, il s‘agit certainement d'un stade post-
lï1I‘VZllI‘6 ZIPPHPÈGHUIIÈ à 'l1Il€ espèce  (‘O!ll'|UC,qUDl ql1‘OH PCHSG (18 SAlNT·JOSEPll,
i    * .1» `
  *v·' gr i .
  / ”
@0 ,., A. [ \
  " e
  ..   l l un
    \, \  ·/ / ç
pkg}- U _,   ` p , ,.
  d    /
  pas  gwi
U, ...· lhyîv =r·l‘¤«'Ãl 1*/
s   , · — iQ$=·\M1‘Ã
`•¤h•"r\  `     ’
(@/pf, ?"?è` •\p
1 -,0 ’ '
° We  Q: .
\S s § L lt
à  8 7  
··‘ 4
—,_* œ- §  È: lh ‘
·' »· '  · =*: axé"
r ~ , à  
5 1) ·C  É: r  -/ I L
, -· zi; |
  2  . 9
Fm. 87. —`Amphitrite gracilis : a. animal enroulé x 3; b, région antérieure, de prolll
>< 8; c, soie capillaire >< 300; d, e, plaque onciale, de protîl et de face >< 500. - Tc
rcbclla lapidaria : f, région antérieure, de profil` >< 1; g, 3° branchie, gros~ie; h, i,
uncini thoraciques dc protll ul de trois quarts X 500; k, l, soies dorsales >< 300.

254 FAUNE DE FRANCE. — ronvcmïxrus SÉDENTAIIIES ·
G. TEREBELLA Lmivâ.
[Lcprea Matucmax; Hcteroterebella QuA·rnx—:FAcns; Hezerophyselia QUATREFAGES]
[Sc/imardella Mc IN·rosu?].
Soies dorsales à un très grand nombre de segments ou jusqu’à 1’extrèmité»
postérieure. Elles commencent au 4** segment (39 branchifère) et sont fortement
pectinées à la pointe et parfois de 2 sortes. - 2 ou 3 paires de brauchies rami-
fîées. Pas de lobes latéraux aux premiers segments. Des écussons ventraux
au thorax. - Uncini à partir du 50 segment (2° sétigère). Plaques onciales à
base moyenne, 2 pointes très accusées,.saillie avec ligament fîxateur et des
crêtes transversales au vertex. Elles sont disposées sur 2 rangées opposées
(rarement engrenantes) à un grand nombre de segments. -— Tube, simple galerie
dans la vase, ou mince et incrusté de sable ou de vase.
T. lapidarîa (KAnLEn)..Fig. 87, f`-l. — Terebella lapzdaria Samr-Jossrn
1804, p. 202, pl. vm, fig. 225-229, IX, fig. 230-231. T. mz'senens1's COSTA
1841, p. 271, pl. xx, fig. 3. T. corallina et T. peclinata Gamin 1855,
p. 119, 120, pl. rv, fig. 17 et 20. T. rosea Gnuns 1860, p. 100. T. sulci-
gem CLAPARÈDE 1868, p. 141, pl. xvm, fig. 5. T. sanguinea Fnnnox-
mènn 1901, p. 24. — ‘?T. constrictor l\1ONTAGU 1818, p. 343, pl. xur,
fig. 1. —— 1.ep1·ea lapz'darz'cL MAnaNzm.x.nn 1884, p. 179 ; Lo Branco 1803,
p. 51. —- Idalia lapidariq QUATREFAGES 1865, ll, p. 373. — Amp/zitrite
neapolitana DELLE Cn1AJn 1841, Ill, p. 70, V, p. 94, pl. cv, fig. 4. —
Helerop/zyselia Bosci QuA·inEFAcas 1865, ll, p. 386. — Heterotereôella
` sanguinea CLAPARÈDE 1868, p. 128, pl. xxx, fig. 1, xxrx, fig. 3.
` Corps relativement court et ferme. 80 à 160 segments. Région thora-
cique. peu tranchée, les soies capillaires dorsales persistant jusqu’aux
derniers segments 'postérieurs. — Lobe céphalique sans prolongements
latéraux. Des points oouliformes. Grande lèvre supérieure arquée. — Pas
de lobes latéraux aux segments antérieurs 2 à 4 (87, f'). 12 à 13 écussons
ventraux rectangulaires diminuant progressivement de largeur. 3 paires
· de branchies arborescentes, caduques, plus ou moins- contournées en
spirale, dont la taille diminue de la 1** à la 3° (g). S paires de papilles
néphridiennes saillantes, réparties sur les segments 3, puis 6 à 12, celle
du 3° plus grande que les suivantes. —— Pygidium à 6-8 papilles entourant
l'anus.—-Soies dorsales de 2 sortes; celles des 11 à 15 premiers segments
(8 à 12.sétigères) à hampe large, limbée, à pointe précédée d’un petit
calice indistinct (1), celles des segments suivants à hampe moins forte, non
limbée, terminées par un calice dentelé, creux, très net, derrière lequel
se dresse une longue pointe triangulaire voluble, finement pectinée au
bord (k). Uncini en rangée double opposée à partir du 7“ uncinigère et
sur un grand nombre de segments, en rangée simple aux 25-40 derniers
et aux 6 premiers. Uncini à 3-4 crêtes de 3 à 6 dents au vertex, petit
ligament, pas de soies de soutien (h, i). Les tores uncinigères diminuent

· ·rannuEx.unAE 255
de taille sans former de pinnules abdominales détachées. — Bien que
pourvue d’un appareil circulatoire clos à sang rouge, cette espèce renferme
en outre de nombreuses hématies à hémoglobine dans le liquide périvis-
céral. —- Tube mince doublant simplement les galeries.
L. 3 à 9 cm., sur3 à 5 mm. de largeur. — Corps brun rougeâtre ou
rose, écussons blanchàtres ou violacés, une ligne longitudinale claire au
fond du sillon abdominal. Branchies rouge vif, tentacules jaunes ou
oranges. · '
A mer basse, dans la vase des fentes de rochers fîssiles où elle creuse ses
galeries. Parmi les colonies d'Hydraires et P/zyllochaezopterus.
Manche; Atlantique ; Méditerranée ;· Adriatique.
Nota. — La Terebella textrix Jouxsrox 1865, p. 239, Leprca textrix l\IAx.McntaN
1865, p. 389, 1867, p. 219, pl. xm, fig. 69, est bien synonyme de T. lapidaria,
ainsi que Hassu: s’en est assuré d’après les exemplaires originaux, mais ce
n‘est pas la T. tegtriz de Dzimzau. qui tisse une toile et fabrique un cocon (ce
que ne fait jamais la T. lapidariai ct qui n’a que 2 paires de branchies.
G. LANIGE È\IA1.\1cnaN. '
[Wartclia Gmin.]
Corps subcylindrique, très atténué postérieurement. Région thoracique à
17 sétigères. Rarement des yeux. — 3 paires de branchies arborescentes. Des
lobes latéraux aux premiers segments. Ecussons ventraux plus ou moins sou-
dés en sole ventrale. —— Soics capillaires dorsales ii pointe lisse. Elles com-
mencent au 4** segment u3° branchifère). Uncini à partir du 5** segment (2° sé-
tigère). Plaques onciales élevées, à base moyenne, sans saillie latérale ni
ligament fixateur, des crêtes transversales au vertex. Elles sont disposées sur
, 2 rangées opposées dos à dos à un certain nombre de segments. — Tube
incrusté de sable. I
L. conchilega (P.u.x.As). Fig. 88, a-h. -· Lanice conchilega Mamrcnux
1805, p. 380, 1807, p. 217. pl. xxv, fig. 73; SA|NT··l0SEPlI 1894, p. 211;
Lo Branco 1893, p. 54; Fauve:. 1907, p. 59, fig; 10-12, pl. 1, fig. 5; Hassan
1917, p. 168. - Tcrèbella conchilega Quxrnnrnons 1865, ll, p. 355,
pl. xxx, fig. 2. T. prudens et T.'pect0r·alfs Quyrnnracas 1865, Il, p. 357
et 359. T. artz}"e.z· Sans 1863, p. 310. T. litloralis loxxirsrox 1865, p. 235;
\VA·rsoN 1890, p. 685, pl. xxv, fig. 1-8. T. flearuosa CLAPARÈDE 1868,
p. 394, pl. xxxx, fig. 1; - ?? T. gzjgazztea bîoxraau 1818, p. 341, pl. xi. -—
Amp/zitr·z'tefle.2:u0.isa DELLE Cumua 1828, p. 169, pl. xnm, fig. 5. - Nerois
conc/zilega P.u.x.As 1778, p. 131, pl. 1x, fig. 14-22. -— Stade post-larvaire :
lVa1·telia. gonotheca Gutnn 1878, p. 1147; Nonnexsiuow 1901; Ennxxorox
1909, p. 103.
Thorax renilé, abdomen très long, très mince, très fragile et très mou.
150 à 300 segments. 17. sétigères thoraciques. — Lobe céphalique sans

256 FAUNE DE FRANCE. —- roLvcnÈ'rEs SÉDENTAIRES ·
5 ,· `; s  ` ;, l
TL É" ng Méta vi I, I.- b
'wt è É l'   ït;"/`·4· l
y ~_’* ·_r 1 ’ '
`i`:3‘ lit, `ïn ë.,`Q",1·' *.45 ' / ç
~. wggqwv .2 ·»' p
)è• qïwéii Bug) L \ L
. ~ ~:a»%,a$·: ··   gt.
( W·,,»-.b r .
· ;»7a;?·;» t ——. s
‘   I
  ` — S)
8 wa; \*l<\.,‘ /
.$e;,¤_ È   ,/ .,
`r=.»·* " \· .
çi,   ,«· /  D
È? """ / .;— 
. :~ gg: .2
all ! ' Ãê-" I
¢ eew ll
fîês.   ,A’. =ê
â ua §\ az, J
”`¤\
É ___ É ¢¢
œ ai É W 
l y ~ \ F  
cl, f ·\ b Ail [
_ / ai /,  » ji-É,
n »f\/""*' _
Fxe. 88. —- Lanice ccmchilega 2 a, tube, grandeur naturelle; h, région antérieure, face
ventrale (les tentacules ne sont pas iigurés) >< 4; c, région antérieure, de profil >< 4;
d, soie capillaire >< 150; e, uncinus antérieur >< 250; I, uncinus d’une rangée double
>< 250; g, uncinus abdominal X 250; h, rangée double d’uncini opposés dos à. dos
>< 120.
prolongements latéraux. Lèvre supérieure arrondie, spatulée en cuillère
saillante. Parfois des yeux. Segment buccal formant 2 lobes triangulaires
élevés, réunis à la face ventrale par une crête transversale en lèvre ou
collerette plus ou moins développée (88, b, c). — 2** segment très court,
sans appendices, mais avec une paire d`otocystes. 2 grands lobes foliacés,
_ au 3** segment (c). Les éeussons ventraux saillants, au nombre de 14 à. 20,
peu distincts les uns des autres, sont fusionnés en une bande élargie et
arrondie en avant, terminée en pointe en arrière. 3 paires de branchies
toutes à peu près de même taille, à tronc principal court et robuste à
longues branches à ramifications terminales liliformes. Papilles néphri-
diennes au 3° segment, puis du GE au 9°. —— Pygidium sans papilles. ——
Soies dorsales capillaires largement limbées, à line pointe lisse (il). Uncini ·
sur 2 rangées opposées dos à dos du 7** uncinigère au 16** (h), sur un seul
rang aux autres segments. Uncini aviculaires à 2 grosses dents au—dessus
du rostre et 3 denticules au vertex assez élevé; manubrium court (e, f, gl.
Tores se transformant, dans la région abdominale, en pinnules de plus
en plus saillantes et étroites. Des soies de soutien abdominales. —— Les

rnnunnnnrnan 257
néphridies, de chaque côté, sont réunies par un gros canal longitudinal
interrompu par le diaphragme séparant les néphridies antérieures des
postérieures. — La partie du tube dépassant le sable de quelques centi-
mètres est recouverte de sable grossier et de débris de coquilles et ter-
minée en entonnoir aplati bordé de.longues franges sableuses rami-
fiées (a).
L. jusqu’à 25 ct 30 cm., sur 5 à 6 mm. de largeur. - Corps rosé, jau-
nàtre ou brunatre, à maturité blanchâtre ou verdàtre, écusson grenat
foncé dans sa partie postérieure, branchies rouge sang, tentacules blancs.
Dans l‘ale0ol, de chaque côté, une bande longitudinale crétacée.
A mer basse, souvent en immense quantité, sur les plages sableuses. Dans
les dragages, tube collé sous les pierres ou dans des vieilles coquilles.
Mer du Nord; Manche; Atlantique; Méditerranée: Adriatique. -— Mers arc-
tiques; Pacifique.
G. POLYMNIA Mamcnex. I
Région thoracique presque toujours à 17 sétigères. Des yeux nombreux. —
3 paires de branchies arboreseentes à tronc principal bien marqué. Des lobes
latéraux aux premiers segments. Des écussons ventraux distincts. -— Scies
capillaires dorsales à pointe unie. Elles commencent au 4** segment (3** bran-
chifère). Uncini à partir du 5* segment (2** sétigère). Plaques onciales de forme
non ramassée, à base longue, quelquefois arrondie en avant, avec une petite
saillie latérale, ligament fixateur, et 2 crêtes au vertex, 2 rangées transversales
de 1 ou 2, puis 3 denticules. Elles sont disposées en rangée double engrenante
(ou plus‘rarement simple alternante) à un certain nombre de segments. — Tube
incrusté de sable. ·
— Corps mou, très fragile, piqueté de blanc. Uncini thoraciques à
rostre surmonté de 2 grosses dents et de 1 à 5 denticules. . .
................ P. nebulosa, p. 257
— Corps peu fragile, de coloration uniforme. Uncini thoraciques à
rostrc surmonté d`une grosse dent unique et de 3 denticules. .
............ _ .... P. nesidensis,p. 258
P. nebulosa tMox·rAcu). Fig. 89, a·g. - Polynmia nebulosa Manmvznx.-
Len 1884, p. 199, pl. 1, fig. 4; Lo Bxaivco 1893, p. 56; SAINT·]0SEPH1894l,.
p. 219, pl. ix, fig. 246-255: Fauvex. 1917, p. 267, fig. 28. P. congruens 4
Mannxzcxmmi 1884 b, p. 207, pl. n, fig. 3. P. triplicata Winter 1905,
p. 300, pl. vx, fig. 149-152; FAUVEL 1911, p. 417. P. trzigonostoma Avon-
Nnn 1914, p. 89. — Terebclla nebulosa NIONTAGU 1818 p. 343, pl. xu,
fig. 1. T. tuberculata DALYELL 1853, II, p. 197, pl. xxxx, fig. 1. T. debilis
NIALMGREN 1865, p. 379, pl. xxn, fig. 57. T. Jllec/uelii Cnaxmniann 1868,
p. 391, pl. xxvnx, fig. 3. T. trzgonostoma Scumfnna 1861, p. 44, pl. xxv, ·
fig. 203 (/Gde Aucnxnn). —- Anzphitrite /lfec/telii Dncne Cirrus 1828, lfl,
· ' 17

258 FAUNE ne animee. —— ronrcnizrus sénnnminns
p. 169. pl. xnv, fig. 10. -— Amphitr·z't0£des mpax, Cosm 1862, p.   —
Pallonia rapa.7: Côsm 1862, p. 89.
Corps très rond, très mou, très fragile. Environ 100 segments. 17 séti-
gères thoraoiques. —— Lobe céphalique prolongé en bourrelet élevé avec
des petits yeux très nombreux. Lèvre supérieure bien développée (89, a).
Tentacules très nombreux, massifs et très caducs. -— Pas de lobes laté-
' raux au segment buccal qui forme une sorte de collerette. Des lobes
latéraux ovales bien développés, assez variables, aux segments 2, 3, plus
` petits au 4*. 14 à 15 écussons ventraux ridés, les premiers rectangulaires,
les derniers hexagonaux. 3 paires de branchies à gros tronc fortement et
irrégulièrement ramifié en dichotomie. Leur taille diminue de la 1" à la
3°. Papilles néphridiennes du 3° au 8° segment. — Pygidium avec anus
terminal à bord entier ou a très petites papilles. — Soies dorsales capil-
laires à limbe étroit, à pointe unie (li). Uncini en rangée simple aux
6 premiers uucinigères, double engrenante aux 10 suivants (d) (7° au
· 16·‘ uncinigère). Uncini à rostre surmonté de 2 grosses dents et d’une
crête de 1 à 5 petits denticules (c, e, i', g), ligament fixateur, base assez
longue, arrondie. Des soies de soutien abdominales. Les tores uncinigères
se transforment en pinnules saillantes dans la région abdominale. —- Tube
de sable coquillier, peu consistant,} sans franges terminales.
L. 5 à 15 cm., sur 3 à 8 mm. de largeur. — Corps gris orangé, rose.
brun clair ou canelle, fortement ponctué de blanc. Branchies rouge vil',
souvent piquetées de blanc. Tentacules rosés ou blancs avec raies circu-
laires crayeuses. Cette coloration disparaît complètement dans l’alcool.
A mer basse, tube fixé sous les grosses pierres. Dans les dragages,.dans les
vieilles coquilles. .
Mer du Nord; Manche; Atlantique; Méditerranée; Adriatique. - Océan In-
dien; Golfe Persique; Pacifique.(Japon, Australie). .
P. ncsidensîs [DELLE CHJAJE). Fig. 89, h~l. -— Polyninia nesidensis MA-
nnxznunu 1884, p. 201, pl. 1, fig. 5; Lo Branco 1893, p. 56; SMNT-Josumr
18%; p. 225, pl. X, fig. 256-258. P. Danielsseni Mamicnsiv 1867, p. 217;
. Gnunn 1868, p. 105. — Terebelfa Zutea Risso, Gnunn 1855, p. 116.
T. Danielsseni l\lALMGllEN 1865, p. 379, pl. xxr, fig. 54. T. alzbreviata
Quxrneraens 1865, ll, p. 363Q T. flavescens CLAPARÈDE 1868, p. 396,
_ pl. xxm, fig. 6. —— .1mp/zitrite 1Vesz`densis DELL1: CI-UAJE 1828, Ill. p. 169,
pl. xmu, fig. 2-3-
Corps renflé en avant, relativement peu fragile. 50 à 90 segments.
17 sétigères thoraciques. -— Prostomium prolongé en lobe tentaculifère
peu élevé, couvert d’une double ou triple rangée d’yeux. Tentacules lo11gs
_ et épais. Segment buccal très mince formant une petite lèvre inférieure
et une grande lèvre supérieure arquée. —- Des lobes latéraux ovales aux
- segments 2, 3, plus petits au ff. 15 écussons ventraux ridés, d’abord
rectangulaires, puis trapézoïdaux et ensuite triangulaires. _3 paires de

rnnunnnrxnan 259 i
branchies flabelliformes à tronc principal court, à ramifications nom-
breuses terminées en courte fourche. Elles diminuent de taille de la l" à
la 3*; Papilles néphridiennes du 3" au 8° segment. —— Pygidium avec anus
. terminal entouré de petites franges. - Scies dorsales capillaires très
longues; un peu arquées, à pointe lisse (89, hl. Uncini en rangée simple
aux 6 premiers uncinigères, unique alternante aux 10 suivants. Uncini
thoraciques à rostre surmonté d'une dent unique et de 3 denticules (i, k, l);
ligament fixateur très petit, base arrondie. Des soies de soutien abdomi-
nalcs.'l.es tores unoinigères se transforment en pinnules saillantes à
l‘abdomen. —- Tube fragile recouvert de sable. '
L.3 à 6 cm., sur 2 à 3 mm. de largeur. — Coloration uniforme brun
rouge, brun foncé, orange foncé, vert jaunâtre ou olivàtre. Branchies
rouges. Teutaoules jaunes.
Tube enchevêtré dans les Algues ou les llydraires. A mer basse et dans les
dragages.
Mer du Nord; Manche; Atlantique; Méditerranée ; Adriatique. —— Mers arcti-
(IUBS.
\ X `
t__ , I
1
. `\ ‘ . 5 i
~ sa
\\.@ \ / L
s 2 C6 C
` (Q ( 4
9   F ^ ~ f'
, \ .#rs,·r  
/ s` .. ,i,,  
C1 r 1    
., /   K
  · ,.   . ré •—'~ — .
:(   [
gm? Q; x
_  
ET W VL
,     ’i
—y.==$— 
in;-r Éî n .
¤·   ” i
' b 8 li ira _'_V__ É L b ·
à ;—*·\ 
Fm. 89. — Polymnizz ncbulosa : a, région antérieure >< I; b, soie capillaire x 150;
c. uncinus du 2° sétigère >< lill); d, rangée double >< 150; c, f, uncîni de rangée
double, fare et profil >< 100; g, plaque onciale abdominale >< -100. - P. nexidansis ;
h, soie capillaire >< 200; i, k. uncîni thoraciques de profil et I, de trois quarts ><400._

` 260 mons nn rnazvcn. — ronvcnùrns sénnxminns
` G. NICOLEA Mamicaav. _
[Physelia Quarnnracss; Heteroplzyselia QUATncr.xc¤ss.]
Région thoracique à 15;22 sétigères. Région abdominale à nombreux seg-
ments. — Souvent des yeux. — 2 pai_res de branchies ramitiées. Pas de lobes
latéraux aux premiers segments. Des écussons ventraux distincts -— Soîes
dorsales capillaires à pointe unie. Elles commencent au 46 segment. Uncini il
_ partir du 5° segment (2° sétigère). Plaques onciales de forme ramassée avec
2 crêtes au vertex, 2 rangées transversales de denticules et ligament fixatcur.
Elles sont disposées en rangée unique alternante, ou double engrenante, à un cer--
tain nombre de segments. —~ Néphridies antérieures et postérieures également
développées. - Tube membraneux incrusté de sable.
—- Coloration uniforme. Branchies courtes et larges. 15 sétigères
thoraciques. Ponte dans un cocon .... N. zostericol, p. 261
- Dos ponctué de blanc. Branchies à long tronc principal, à ramifi-
cations allongées. 17 sétigères thoraciques. Pas de cocon ovigère.
....... . ......... N. venustula, p. 260
N. Venustula tMoxTAcu). Fig. 90, 8.·f. — Nicolea venustula. Mananzntnsn
1884, p. 207, pl. xi, fig. 2; Lo Branco 1893, p. 55; Samr-Josnrn 1894,
p. 207, pl. xx, fig. 235-240; Hsnrnv 1926 a, p. 311, fig. 1. — Terebella
parvula Lnucxaur 1849, p. 175, fig. 6. T. vestita. Ctavaniznn 1868, p. 137,
pl. xt, fig. 4. T. venustula Momuuzu 1818, p. 344, pl. xm, fig. 2.
Corps mou, fragile. 50 à 70 segments. 17 sétigères thoraciques. - Lobe
céphalique à gros bourrelet tentaeulifère. Lèvre supérieure concave.
_ Nombreuses taches oculaires. Tentacules nombreux, inégaux. Segment
buccal formant une lèvre inférieure épaisse. —— Pas de lobes latéraux aux
. segments suivants (9D. al. 13 à 17 écussons ventraux, d’abord larges, _
ensuite étroits. 2 paires de branebies à long tronc principal émettant des
rameaux latéraux ramifiés, allongés (a}. La 1'° paire est plus longue que
la 2°. Papilles néphridiennes au 3° segment (très petites), puis aux 6° ct
7" (longues chez les dl à maturité). - Pygidium avec anus terminal sans
papilles. - Soies dorsalescapillaires à limbe étroit, à pointe unie (bl.
Uncini en rangée simple aux 6 premiers uncinigères, en rangée unique
alternante aux 10 suivants (7° au 16° uncinigèrel. Uncini à base ramassée
avec une rangée de 2-4 dents au-dessus du rostre, 2-5 denticules au vertex
(c-f), ligament fixateur. Des soies de soutien abdominales. Les tores
uncinigéres se transforment en pinnules saillantes dans la région abdo-
minale. —- Tube mince, transparent, agglutinant du sable et des Algues.
L. 3 à 6 cm., sur 2 à 5 mm. de largeur. —— Coloration rouge brique,
dos ponctué—de petites tacl1es' blanches arrondies, tentacules violacés,
brancliies rouge vif. '

rsnmùannxnan 261
A mer basse et dans les dragages parmi·Ies_Algues,·les llydraires et les
vieilles coquilles.
Manche; Atlantique; Méditerranée; Adriatique. —- Mer du N0rd?; Mer Rouge;
(lap de Bonne-Espérance.
CQ · · Egg`? `
\(··:?.·.   È 
saè*§*'.«s£a ^ `
ill"   ,'       L
C _ l, ,·~ Il ` _ ` '
d   *(-\\ .
C [lp   I ' '
* m w pl r, _n` ` , • .
»     · i ( i i 7 \ _  _' \
 ~\\"`\). \ 1   fn.   i\ î'
 ?'\4  ·`  · W   ` É
4/   F':} `°‘ €C9c?C‘O0O  i   g É
gv R" OOO Ugy \ wb y
_   I ' · V
zî'9   È ét =
    — I @<¤j—~" E
% î, J:
' N¤,m« mf. · b 1 È
Fm. 90. — Nicolea vsnustula d : a, région antérieure vue de côté, tentacules coupés
X l2; h, soie dorsale X 200; c, d, a, I, uncini thoraciques, de face, de trois quarts
et de proûl X 425. -— N. zostericola, g' 1 g, animal entier X 4; h, région antérieure.
de profil, noter les très longues papilles néphridiennes et les branchies peu déve-
loppées, X 0; i, brancbie antérieure X l5; k, 1, m, uncini thoraciques, de face et de
protil X   n, cocons tixés sur un llydraire (Hydrallmannia falcala) X 0 lllenriv).
N. zosterîcola QUERSTED). Fig. 90, g-n. — Nicolea :_oster·icoIa MALM-
Gnmv 1865, p. 381, pl. XXVI, fig. 7G; Hunrm 1926 a, p. 311, fig. 1, 1926 I2,
p. 181, pl. v, fig. 96-114. N. arctîca BIALMGREN 1865, p. 381, pl. xxiv,
fig. 66. —- Physelia zostericola Quarnamcas 1865, p. 372. —- Terebella.
zostericola (Ensrrnn, Gnomz 1860, p. 98 —? T. textrix Da1.x·1zLL 1853, ll,
p. 206, pl. xxvm, fig. 15-18. i
Corps petit, délicat. 40 à 50 segments. 15 sétigères thoraciques (90, g}.
-— Lobo céphalique à gros bourrelet tentaculifère.'Lèvre supérieure con-
cave. Tentacules nombreux, inégaux. Nombreuses taches oculaires. Seg-
ment buccal formant une lèvre inférieure très épaisse lh). — Pas de lobes
latéraux aux segments suivants. Une quinzaine d’écussons ventraux de
nombre et de forme variable. 2 paires de branchies à gros tronc extrême·

262 FAUNE ma rnazvcn. —— POlLYCHÈTES siànnivminns
ment court bifurqué en 2 grosses branches divergentes à ramiücations
dichotomiques courtes et larges (h, i). La 1" paire est plus grande que la
2“. Papilles néphridiennes très petites au 3° segment. Les deux autres
paires (6° et 7° segment) sont très longues et cylindriques chez le 5* (li).
—— Pygidium avec anus terminal sans papilles. -—- Soies dorsales capil-
laires à limbe étroit, à pointe lisse. Uncini en rangée simple aux 6 pre-
miers uncinigères, unique alternanteaux 8 suivants (7** au 14** uncinigère).
Uncini à base ramassée avec 1-2 dents au-dessus du rostre, des denticules
au Vertex et un ligament fixateur (lc, I, m). Des soies de soutien abdomi-
nales. Tores uncinigères se transformant en pinnules très saillantes dans
la région abdominale. —— Tube mince de sable agglutîné fixé aux rameaux
des Algues ou des Hydraires. — Au moment de la reproduction, le mâle
et la femelle tissent une sorte de toile de fils transparents, les œufs sont
renfermés dans un cocon, fixé aux Algues ou aux Hydraires (n).
L. 15 à 20 mm., sur 2 mm. de large; dans les mers arctiques, jusqu‘à
65 mm., sur 8 mm. —— Coloration uniforme, sans trace de points blancs,
rosé ou brun très pâle, téguments transparents laissant voir l’est0mac
rouge vif. '
A mer basse, parmi les Floridées et dans les Hydraires, ou fixée aux Zos—
_ tères. Dragages sur fonds de sable ou d’argile.
Manche: Mer du Nord. -- Mers arctiques.
. Nota. - Cette espèce a été fréquemment confondue avec N. venusmla dont
elle ne se distingue, sur les spécimens en alcool, que par ses 15 sétigères thora-
_ ciques, au lieu de 17 et encore lorsqu`i1 s‘agit d’adultes. C`estH1:m=m (1926) qui
a démontré qu’il s'agit de deux espèces bien distinctes par leurs caractères `
biologiques. Nicolea zostericola diffère de N. venuszula non seulement par sa
coloration jamais ponctuée de blanc et par ses branchies plus courtes et plus
larges (a-li) mais surtout par sa ponte renfermée dans un cocon, tandis que les
œufs de N. venustula, plus petits et plus nombreux, sont disséminés dans l’eau.
Les deux espèces tissent une toile. S’il est probable que la T. zextrw: de
DALYELL est la même espèce, comme le pensait Wxrsoiv, cela 11’est pas absolu-
ment certain, la ponte de beaucoup de Térébelles étant encore inconnue, et la
.description de DALYELL trop incomplète.
G. PISTA Mxmoaizn.
[iélalia QÉATREFAGES; Scione MALMGAEN; Axionice MALMGREN; Scionopsis Vnnmtt.]
Région thoracique presque toujours à 17 sétigères, parfois 15 ou 16. —— Sou-
‘vent des yeux. — Une, deux ou trois paires de branchies arborescentes à tronc
principal bien marqué. Souvent des lobes latéraux très développés aux pre-
_miers segments. Des écussons ventraux distincts. — Scies capillaires dorsales
à pointe unie. Elles commencent au 4° segment. Uncini à partir du 5** segment
(2** sétigère). Les plaques onciales des premiers segments sont munies d'un\
long prolongement. Rangée unique alternante, ou double engrenante, à un

renrxnenninae 263 `
certain nombre de segments. — Souvent de grandes papilles anales. — Néphri·
dies antérieures plus petites que les postérieures ou absentes. — Tube incrusté
de sable.
fî/È S
A?   m.
Z rl   n
.    
/\_.}\ i) \l ))1?‘y  ? l
. ·i·//v ’ 4%) 'Q x
L   ··   n  L
à  Vf W /,’.'·1 »  »1·
Sîfû. · È
' ' 'É $»"J
~•\··f   ` zîi
,·=asi},_j   -
—~' si ,,-» .«:> · n
= §¤¢·.·!  
À F 1
"· ,  D /   f   ‘
Fm. 91. - Piste maculata : a, b, c, région antérieure face ventrale, de coté et face
dorsale >< 3; d, pygidium x 5; e, soie capillaire >< 100; f, g, h, i, uncini du I", du
2*, du 3* et du 4* uncinigèrc >< 150; k, 1, m, n, uncini thoraciques de face et de
profil X 150. _
1. 16 sétigères thoraciques. Une paire de branchics ramihées en
dichotomie ........... P. maculata, p. 263
— 17 sétigères thoraciques. . . .......... 2
2. Une paire de branchies ramifiées en dichotomie. Tube hérissé ·
d’épines. ............ P. mirabilis, p. 264
— 2‘ou 3 paires de branchies. Tube sans épines ...... 3
3. 2 paires de branchies à ramifications disposées en spirale et for-
mant un pompon terminal (fig. 93, a). Une des branchies plus
grande que les autres ........ . . P. cristata, p. 266
——— 3 paires de branchies rmifiées en dichotomie et de taille décrois-
sante dela première à la troisième (fig. 93, h). P. cretacea, p. 266
P. maculata (DALYELL). Fig. 91, 3.-11. — Pista. maculata Hnssmz 1917,
p. 191, pl. nx, fig. 4. -— Terebella maculata DALYELL 1853, II, p. 203,
pl. xxvm, fig. 10-14, 19. —- Scione maculata Cuxxrxcnzm et Ramacs

264 mom: ou rnANcs.‘—— Potxcuizres sénnwmmns
1888, p. 665, pl. xuv, fig. 27; Saxxvr-Josnrn 1894,p. 205, pl. xx, fig. 232-
234. - Scione lobata Macmonsx 1865, p. 383, pl. xxm, fig. 62; Flxnvnn
1914, p. 300, pl. xxvm, fig. 24-34. — Nicolea lobata. BIARENZELLER 1884,
p. 166.
Corps mince, un peu renflé en avant. 80 à 120 segments. 16 sétigères
thoraciques. — Lobe céphalique bien développé, sans lobes latéraux,
avec des yeux nombreux. Segment buccal formant deux grands lobes
· arrondis embrassant le prostomium et reliés, à la face ventrale, par une
crête prolongée en lèvre inférieure (91, a-h). 2" segment court et sans
lobes latéraux. Au 3* segment, 2 grands lobes aplatis à bord arrondi
dirigé en avant. Pas de lobes au 4* segment. -- 14 à 15 écussons ventraux.
Une seule paire de branchies à gros tronc cylindrique ramifié en buisson
courtet fourni, d’aspect assez variable (a, c). Papilles néphridiennes au 6**
et 7" segment. -4 Pygidium avec anus terminal entouré de 6 à 12 grosses
papilles coniques disposées en étoile (d). - Soies dorsales capillaires à
limbe étroit, à longue pointe unie (e). Uncini en rangée simple aux 6 pre-
miersuncinigères, unique alternante aux 9 suivants (7° au 15* uncîni-
gère). Uncini aviculaires à 3 crêtes au vertex et denticules, large base
ramassée et petit ligament (k-n). Ceux des 3-4 premiers nncinigères ont
un long prolongement faiblement chitinisé (f-i). Des soies de soutien
abdominales. Tores nncinigères antérieurs confluents avec les mamelons~
dorsaux, à Pabdomen ils forment des pinnules rectangulaires. — Tube
membraneux, cylindrique, contourne, revêtu de sable grossier et de
débris de coquilles et d’Algues.
L. 5 à 15 cm., sur 3 à 5 mm. de largeur. — Corps chamois ou ronge
avec le dos moucheté ou rayé de brun, branchies rouges, tentacules tache-
tés.
Sur fonds de sable ou de coquilles, parmi les Algues et les Hydraires.
Mer du Nord; Manche (Dinard); Atlantique (Ré, Yen, côtes d’Irlande). - Mers
arctiques. ' .
P. mirabilis Mc lrrrosu. Fig. 92, t\·l. —- Piste mirabilis Mc lN'rosn 1885,
p. 454, pl. LI, fig. 1-2, xxvir a, fig. 34, xxxvm a, fig. 2; Roots 1896,
p. 459; FAUVEL 1914, p. 303, pl. xxvm, fig. 17-23. - Scione mirabilis
Ennnns 1913, p. 562.
Corps cylindrique, peu atténué postérieurement. 17 sétigères thora-
ciques. — Lobe céphalique prolongé en lèvre supérieure arrondie, élevée,
sans prolongements latéraux (92, a-b). Pas d’yenx(?). Tentacules gros et
peu nombreux. Segment buccal formant 2 grands lobes arrondis embras-
sant le prostomium et reliés, à la face ventrale, par une crête prolongée en
lèvre inférieure. 2“ segment court, sans lobes latéraux. Au 3** segment,
2 grands lobes aplatis, ovales, dirigés en avant (b). Pas de lobes au 4° seg-
ment. Une senle paire de branchies à grand tronc cylindrique ramifié à
l’extrémité en buisson court et fourni. Papilles néphridiennes saillantes

· TEREBELLIDAE 265
au 3°, 6° et ’7° segment. —·- Pygidîum avec anus terminal à bord faiblement
crénelé (?). -— Scies dorsales capillaires à limbe étroit, à pointe unie (c,
d). Uneini en rangée simple aux 6 premiers uncinigères, unique alter-
nante ou engrenante aux autres segments thoraciques. Les uncini du
i" uncinigère ont un long etlarge prolongement chitineux très développé
et une série de denticules au-dessus du rostre (e), au 2° et aux suivants le
prolongement postérieur se réduit progressivement (f, g, k, i) et disparaît,
les plaques onciales sont alors aviculaires à base ramassée arrondie avec
ligament et crêtes transversales de denticules au·dessus-du rostre (I, h).
Des soies de soutien abdominales. Les tores uncinigères se transforment
en pinnules rectangulaires à l’abdomen. — Tube cylindrique, membraneux,
recouvert de fine vase grise et de spicules d’éponges et hérissé d’épines. .
L. 40 à 60 mm., sur 2 mm. de largeur. — Coloration dans l'alco0l,
brun garance ou rouge clair, souvent une bande transversale foncée au
milieu de chaque écusson.
Dragages profonds sur fonds de sable ou de vase (300 à 1.200 mètres).
Atlantique (Golfe de Gascogne, Terre-Neuve, Rio de la Plata). —- Antare-
tique.
‘ .
· /\/j' ’ b
., L lr   ;,·` /
,. _   . ~·, iv
` ‘ ·i ‘ W   '
QM!
0  ` ,.  g
  •' ` ·
ÈLÃ I d
È!  =-* ·'f · 6.>—§ t
=··€·" Es;
;ii—¢ = s-·e· _
, 1 .s  
¢ É] Q '  î
CD Q ="·
¢· =,_ .
v É) ‘¤ È
a CI) ·¤ 9ï
IC d u b  ï li L .
Fm. 92. - Pista mimbilis : a, b. région antérieure face ventrale et de profil x 6; c, ·
d, soies capillaire x 250; e, f. g, uncini du I", 2* et 3** uneiginère >< 400; h, unci-
nus abdominal >< 400; i, k, uncini de rangée double >< 400; 1, uncinus thoracique
postérieur >< 400.

266 FAUNE ns rnaivca. — rox.YcnÈ·r1zs sénnnraxnns
P. cristata(Mür.1.sa). Fig. 93, 3-g. —- Pista cristata MALBIGREN 1865,
p. 382, pl. xxu, fig. 59; Lo Bmvco 1803, p. 52; Sanvr-Josnrn 1899, p. 188,
pl. vx, fig. 25-28; Fauvm. 1909, p. 32; Hsssmz 1917, p. 154. — Terebella
cristata Sans 1861, p. 18-19. T. turrita. Gnomz 1864, p. 88. -Amphz'trile
crzlstata O. F. Mü1.LEn 1776, p. 40, pl. x.xx. — Idalia cristata et I. vermi-
` culus Quxrnnraess 1865, ll, p. 372-373. —· Physelia turrita Quarnnracss,
II, 1865, p. 371.
Corps subcylindrique non renflé antérieurement. 70 à 100 segments.
17 sétigères thoraciques. —- Lobe eéphalique prolongé en lèvre supérieure
arrondie élevée. Nombreux tentacules minces. Pas d’yeux. Segment
buccal formant une lèvre inférieure étroite, échancrée au milieu (93, a).
Des lobes latéraux aux segments 2, 3 et 4, ceux du 3** plus développés,
cachant parfois ceux du 2**, ceux du 4° plus petits. -— 17 à 20 écussons
ventraux, les premiers rectangulaires, les suivants carrés, les derniers
moins nets. 2 paires de branehies à tronc cylindrique assez long portant à
son extrémité un grand nombre de petites ramifications disposées en
spirale et formant un pompon volumineux, ovoïde (a). Une des branehies
antérieures est souvent notablement plus grosse que les 3 autres. Papilles
néphridiennes au 6° et 7° segment. — Pygidium avec anus terminal à bord
entier. — Soiesdorsales capillaires à pointe lisse, les unes longues,
arquées, les autres plus courtes, plus falciformes (b, c). Uncini en rangée
simple aux 6 premiers uncinigères, en rangée unique alternante aux
10 suivants (7° au 16** uncinigère). Uneini aviculaires avec, au—dessus du
· rostre, une rangée de 5-6 dents et plusieurs crêtes de denticules. Un petit
ligament (f', g). Les uncini des premiers segments ont un large et long
prolongement postérieur (d, e). Des soies de soutien abdominales. Les
tores se transforment en pinnules saillantes dans la région abdominale.
— Tube membraneux recouvert de vase, de débris de coquilles et d’Al-
gues. _
L. 3 à 9 om., sur 2 à 6 mm. de largeur. —— Rouge foncé plus ou moins
uniforme.· Branchies brunàtres.
A mer basse, dans le sable fin ou vaseux et dans les dragages.
Mer du Nord; Manche (Terrénès); Atlantique; Méditerranée; Adriatique. —
Atlantique Sud; Antarctique; Pacifique.
P. cretacea (Gauss). Fig'. 93, h-0. — Piste cretacea MAnENzEL1.En 1884,
p. 188, pl.11, fig. 1; Lo Bianco 1893, p. 53; Samr-Jossrn 1898, p. 423,
pl. xxm, fig. 236-239; Fauvm. 1909, p. 33. — Terebella cretacea. Gauss
1860, p. 93, pl. iv, fig. 5. T. emmalina QUATl\EF.\(lES·1865, Il, p. 351, pl.
x1v,, fig. 1-9.
Corps effîlé et tortillé postérieurement. 120 à 180 segments. 17 séti-
gères thoraciques. - Lobe céphalique prolongé en lèvre supérieure
élevée, nombreux tentacules. Pas d’yeux. Segment buccal très étroit,
formant une lèvre inférieure; au 2s segment, 2 lobes ventraux triangu-
\

rennnanninaa 267
\
\
@”
8 X
il l nt · .
(È   '// il \ n
/ · g J
i A _//
b`  EQ? l y   /
A \ . ( \ ‘ ,
.../z àlà " "J ‘-ia ` *è ¥\/      
b C     nt g//
    o. - W
(   #  _,.-
 « È •
¤ pâzë f O ·
· <1   D leân L
;..`,î .
Fia. 93. —- Pista crismta z a. région antérieure X 6; h. c, soies rapillaires >< 150; d, e.
uncini du l" et du 2* uncinîgère >< 400; I, uncinus de rangée double x 400; g, un-
cinus abdominal >< 400. —- P. cretacea : h, région antérieure >< 3; i, soie capillaire
X 100; k, 1, uncini du l" et du 2° uncinigère >< 200; m, n, uncini de rangée
double x 200; 0, nneinus abdominal x 200.
laires dressés devant la bouche, au 3°, 2 grands lobes semi·lunaires
(93, hl. -—· 17 écussons ventraux thoraciques, les antérieurs rectangu-
laires, les suivants plus carrés, mieux délimités et des écussons abdo-
minaux étroits plus hauts que larges. 3 paires de branchies ramiliées en
dichotomie plus ou moins régulière, la premièrebeaucoup plus grande
que la deuxième et la troisième un peu plus petite que la deuxième.
Papilles néphridiennes du 3° au 15" segment, les 3 premières, et surtout
la 3°, beaucoup plus petites que les suivantes.- Pygidium avec anus ter-
minal à bord crénelé. —· Soies dorsales capillaires àpointe unie (i), les unes
larges et courbes, les autres plus courtes et plus lines. Uncini en rangée
simple aux 7 premiers uncinigères. en rangée alternante, faiblement
engrenante du 8*3, 9° au i6°, simple aux suivants. Uncini aviculaires avec,
au-dessus du rostre, une rangée transversale de 3 dents et 2 de denti-
cules (0). Ligament fixateur. Aux 3 premiers uncinîgères, les plaques
onciales ont un long prolongement chitineux ik-n). Des soies de soutien
abdominales. Les tores se transforment, dans Pabdomen, en pinnules peu

268` mons ne rames. ——— rorvcniarss siânanmiaas
saillantes. — Tube mince, revêtu de sable, de coquilles et de débris
d’Algues.
L. iusqu’à 15 et 25 cm., sur 3 à G mm. de largeur. — Région thora-
cique rouge violacé, écussons blanc crayeux, abdomen gris ou rosé ou
jaunâtre, branchies corail, pieds rouges, tentacules jaunes.
` A mer basse, entre les pierres et, à faible profondeur, entre les Posidonies et
I dans le sable. ·
Atlantique (St-Jean—de—Luz, Guéthary, Santander); Méditerranée (Monaco,
Naples); Adriatique.
G. PRUCLEA SAtx1·-Josarn.
Des soies dorsales à un petit nombre de segments. Pas d’yeux. — Pas de
branchies. Des lobes latéraux aux premiers segments. Des écussons ventraux
au thorax. —— Soies capillaires dorsales de 2 sortes, les unes à pointe unie, les
autres à pointe dentelée (fig. 94, c, d). Elles commencent au fre segment. Uncîni
à partir du Ge segment (3° sétigère). Plaques onciales à base courte, sans pro-
longement postérieur, et vertex élevé ayant un grand nombre de crêtes. Elles
sont disposées en rangée double opposée à quelques segments. ·— Néphridies
antérieures et postérieures semblables.
Pr. Graffii (Lnivcnnnans). Fig. 94, a-g. ——= Proclea Grayîîi SMNT-Jossrn
1894, p. 180; Sonrnniuv 1914, p. 120; Hassan 1917, p. 199, fig.53; Mc
lnrosn-1922, p. 185, pl. cxxvx, fig. 10. - Leaena Graf/‘iiLANc1«:anANs
1884, p. 262, pl. xv, fig. 21. —— Solowetia. Jlalmgreni Ssorowinw 1899,
p. 195, pl. xi, fig. 6; VVOLLEBAEK 1912, p. 74.
Corps rentlé antérieurement, un peu aplati àla face ventrale, atténué
postérieurement. 43 segments. 16 segments thoraciques à soies capil-
laires. —-· Lobe céphaliqne formant une lamelle froncée de chaque côté de
la bouche (94, 3, b). Pas d’yeux. Tentacules canaliculés peu nombreux.
Le segment buccal forme une lèvre semi-circulaire échancrée au milieu.
Les lobesdatéraux des segments 2 et 3 sont allongés et s’étendent
jusqu’aux écussons. Ceux du 4** segment sont courts et peu saillants. —-—
10 écussons ventraux. Pas de branchies. Papilles néphridiennes aux seg-
ments 3, 6, 7 ct 8. —— Soies dorsales capillaires des 8 premiers sétigères
les unes courtes, fines, non limbées, les autres longues à limbe lisse (e).
. Aux 8 derniers sétigères, de longues soies à large limbe strié (c), d’autres
courtes, larges, à bordpectiné (d). Uncîni (f, g) à base courte, à vertex
très élevé avec 5 rangées transversales de 6 denticules au—dessus du rostre.
Des soies de soutien abdominales. Tores uncinigères d’abord très larges
puis rétrécis en pinnules saillantes à1’abdomen. .
L. environ 25 mm. —— Coloration brunâtre, tentacules incolores.
Dragages sur fonds de sable ·et de vase.
Atlantique (Madère, Clew Bay, côte d‘lrlande). -— Mer du Nord; Mers
arctiques.

rnnsisstnxnm 269
··*~~\\\;~;§à\>_\\_\)·Q&\\\“4\\x b:   C .
 
d /?\
L /;'¢»·"\, &
.. 6 » x
  fx __§ \
~€'¢ / ·
È!} V A. >·
i§§>=   .:'}ÃÉ»   ' ‘ ·
É: fr     » " ,
  r ` ,   ·   V 1`
la , ·· ar. '—
·  F     1 ·
  C' g À [ R w· .9 .
 -:·‘·¢  
·u¤—@` '27   l
_ l m m    
tc ,, . . l
'        
,1 ·--· ·—>-à·-—  66 
Flo. 96. -—- Proclca Graffîi: A, h, région antérieure-, face ventralc et de profil >< 15
(d'après Ssonowxsw); c, longue soie des 8 derniers sétigères >< 1000; d, soie courte
pectinée, dcnticulée, des 8 derniers sétigères >< 1000; 0, longue soie des 8 premiers
setigères x 1000 (d’après l-lsssus); I, uncinus antérieur, très grossi; g, uncinus abdo-
minal, très grossi (d'après Mc Imrosn). — Laphania Bocelli : h. région antérieure, de
profil, grossie; i, k, uncini, de face et de prolil >< 500: 1, m, soies dorsales
courtes x 240; n, soie dorsale longue >< 60 (d’après Womznarzm.
_ G. LAPHANIA l\IAr.ucnsN.
· Corps rond, sensiblement effilé postérieurement. 'liégion thoracique ii
17 sétigères. — Pas d‘yeux. - Pas de branchies. Pas de lobes latéraux aux
· premiers segments. Des éeussons venlraux distincts. — Soies dorsales capil-
u · · \ · · ·
laxres à pointe unie. Elles commencent au 39 segment. Uncim à partir du
9** segment (7** sétigère). Plaques oneiales aviculaires à. base arrondie, à crète · -
élevée in nombreux denticules. Elles sont disposées en rangée simple sur tout
e cor s . — e im ies an erxeures re ux es, es mos emeures sont ien
l p (' N'pl 'd' t" 'd 't l 1 t" b'
développées. — Tube incrusté de gravier. _
L. Beecki MA1.Mcn¤N. Fig. 94, h-n. —- Laphania Boecki MALLIGREN 18li5,
p.386, 1867, p. 219, pl. xm, lig. G8; Ssonowuaw 1899, p.· 204, pl. xm,
(4)D'ap1‘è§ Sseumimv (1899, p. 203) elles seraient en rangée double alternante du 13** au ·
20* segment.

270 FAUNE ne Fnancnc. —— ronrcnàrns sénmvramns
fig. 13; VVoLt.EnA1tK 1912, p. 108, pl. xxm, fig. 1-5; Hnsstn 1917, p. 204;
Mc lnrosn 1922, p. 163, pl. cxxxvt, fig. 4.
Corps très peu atténué postérieurement: 30 à 58 segments. 17 sétigères
thoraciques. -— Lobe céphalique court, à bord épais, sans yeux (94, lt).
Tentacules longs. Segment buccal presque aussi long que les 3 suivants
réunis. Le 2" segment, très court, forme, à son bord antérieur, un repli
saillant entourant tout le corps. Le 3** segment est plus ou moins nette-
ment séparé du 2*% -—— 10 à 12 écussons ventraux dont les 2 derniers sont
peu nets. Papilles néphridiennes aux segments 5, 6, 7 et S. Une néphridie
rudimentaire, réduite à son pavillon, entre le 3** et le 4° segment. ——— Scies
dorsales capillaires de 2 sortes, les unes grandes, droites, à limbe étroit
tn), les autres plus courtes, arquées ou géniculées, largement limbées
d’un côté (l, ml. Elles commencent au 3' segment. Uncîni (i) à rostre sur-
monté d’une rangée transversale d’environ 12 dents et de 5 rangées irré-_
gulières de nombreux petits denticules, base arrondie avec 2 pointes et
petite saillie sous-rostrale ;ligament fixateur (l). Tores uncinigères courts
et prenant peu à peu la forme de pinnules saillantes. -—- Tube droit,
membraneux, recouvert de sable, de débris de coquilles ou de Foramini——
[ères.
L. 35 à 70 mm., sur 2 mm. de largeur. -— Coloration?
Sur les pierres et parmi les crampons de Luminaires. Dragages.
A l’entrée de la Manche, drague par le « Porcupinel » par 567 brasses
(Mc Inrosnl. —— Atlantique Nord; Mers arctiques.
l
S.-F. THELEPINAE Hrzsstn.
Lobe tentaculifère du prostomium non élargi. Souvent des yeux. Des organes
nucaux. - Des branchies filiformes ou subulées disposées en rangées trans-
versales. Des écussons ventraux très larges. — Soies dorsales capillaires lisses.
Uncini aviculaires, partout en rangée simple. —- Pas de glandes ventrales.
G. THELEPUS Lnucmnr. ·
[Lumara ST1Mrs0N; Venusia JoHvsTON; Neottis MALMGREN; P/zenacia QUATRE-
mcns; Heterophenacia QUATREMGES; Heterop/ryselia. pr. p. QUA·rnErAcEs; The-
lepodopsis Sans.]
Des soies dorsales à un grand nombre de segments. —- Souvent des yeux. -
2 ou 3 paires de branchies cirriformes ne naissant pas en général d’une base
commune. Pas' de lobes latéraux aux premiers segments. Ecussons ventraux
' (1) l.)’3pI‘(3S RIALMGRFN et HESSLE, les Il(|Cl(ll SOHÈ €Il rangée simple SUI' tout le corps, C3l’ldlS
qu’ils seraient en rangée double alternante du 13** au 20* d’après Ssotomaw, du th au 20°
d‘après Mc Iurosn.

TEREBELLIDAE 271
généralement peu distincts. — Soies dorsales capillaires à pointe unie. Elles
commencent au 3** segment. Uncini à partir du 5° segment (3* sétigère). Plaques
onciales à base longue en forme de sabot terminée par une échancrure suivie
d’un gros bouton qui remplace la petite saillie latérale et le ligament fixateur;
des crêtes au vortex et des denticules. Elles sont disposées en rangée unique
rétrogressive il tous les segments. — Dles népbridies antérieures et postérieures
semblables. - Téguments souvent verruqueux, surtout dans la région posté-
rieure. —— Tube incrusté de sable ou de coquilles.
1. Deux paires de brancbies ...... T. cincinnatus, p. 271. '
-— Trois paires de branchies . . . _ .... . ...... 2
2. Ecussons ventraux peu distincts. Echancrure au·dessous du
bouton terminal des plaques onciales peu accusée .....
............. _ .... T. setosus, p. 273
— Ecussons ventraux plus distincts. Echancrure au- dessous du
bouton terminal des plaques onciales très accusée .....
................ T. triserialis, p. 274
T· cincinnatus (Fanmcins). Fig. 95, i-m. -—— Thelepus cincinnatus
Mannmzuntnn 1884, p. 205, pl. x, fig. 6; Lo Branco 1893, p. 57; SAINT-
Josspn 1898, p. 427, pl. xxm, 1l.g‘.2t!0;·FAUVEL 1914, p. 306; Hessnn 1917,
p. 212. Th. Bergmanni Lnucxanr 1849, p. 169, [ig. 4. — .lmphitr·ite
cincinnata Fannxcxus 1780, p. 286. -— Ter ebella cincinnata Snvxoxv 1820,
p. 87. T. madida Fnnv et lauucxanr 1847, p. 154. T. pustulosa Gnomz
1860, p. 100, pl. iv, fig. 7. —- ? T. lutea Rxsso 1826, p. 409. —— Phenacia.
tercbelloides Quariinracns 1865, ll, p. 375. Ph. pulchclla Panrrrr 1865,
p. 1-2, pl. I. Ph. ambigrada et Ph. rctr0gr·ada`CLAPAnÈnn 1868, p. 142,
143, pl. xvui, fig. 0-7. —— Heterophenacia Ren0uardiMAn1ox 1876,
p. 3. H. nuclcolata Cnaraniaon 1868, p. 13. — Heterophyselia cincin-
nam QUATHEF«\(}ES 1865, ll, p. 387. — Heteroterebella madida Paivcnm
187.7, p. 531. — Thelepodopsis [Java G. O. Sans 1872, p. 415. — Lumara
flava Srmrsox 1853, p. 30. - Venusia punctata .l011xs·1·oN 1865,
p. 241.
Corps lisse, fragile, peu renilé antérieurement. .lusqu’à 100 segments.
Des petites verrues glandulires réparties irrégulièrementà la face dor-
sale des segments. Des soies dorsales aux 30-40 premiers segments et
parfois presque jusqu’à Pextrémité postérieure. -—- Lobe céphalique for-
mant une lèvre supérieure concave, peu élevée. Nombreux points ocu-
liformes. Tentacules nombreux et épais. Segment buccal formant une
lèvre inférieure assez épaisse. — Ecussons ventraux très indistincts.
2 paires de branchies insérées sur les segments 2, 3, composées de
nombreux filaments simples disposés en rangées transversales paral-
lèles. La première paire descend plus sur les flancs que la seconde. Elles
ne se rejoignent pas au milieu du dos. Papilles néphridienncs aux
segments 4, 5, 6 et 7. — Pygidium avec anus terminal à bord crénelé. ——

  FAUNE DE FRANCE. —·— POLYCHÈTIZS SÉDENTAIIIES
Soies dorsales capillaires de deux sortes, les unes longues, à limbe
étroit, à pointe courte, les autres beaucoup plus fines à pointe arquée,
à limbe asymétrique dépassant peu les téguments (95, i. ki. Uncini à rostre
SHPIHODÉÉ 311 VBPÉBX (l`11l'1G Tüllgéû l§I`3l'lSV€1‘S3lB de 2 (lC1ltS 311-(l€SS'l1S (10
laquelle est insérée une 3° dent médiane et 2 petits dentieules. Encoche
du manubrium peu accusée (1, m). Des soies de soutien abdominales.
Les tores uncinigères prennent peu à peu la forme de piunules rectan-
_ gulaires saillantes. — Tube membraneux, cylindrique, contourne, en-
croûté de gravier, de débris de coquilles et d’Algues.
L. 10 à 20 em., sur 5 à 10 mm. de largeur. — Coloration brunâtre,
rose ou jaune orangé avec face ventrale.plus claire. Branchies rouge
vif, ou foncées à Pextrémité, tentacules oranges ou rose pàle, parfois
ponctués de rouge.
A mer basse et dans les dragages sur fonds de sable, de gravier et de
coquilles.
Mer du Nord; Manche (Plymouth); Atlantique; Méditerranée; Adriatique. -——
Mers arctiques.
fu `) 7*,,;; q
  [
e¢'<’“  
` L
 
_ : ::7%  E
b ic lt ci ·” m P 0 n
Frs. 95. — Thelepus setosus : a, région antérieure, de profil, les tentacules ne sont
pas figures, >< 4; h, c, soies capillaires >< 150; d, e, f, g, uncini thoraciques de face et
de trois quarts >< 400; h, uncînus abdominal >< 400. -· Th. cincimtatus: î, k, soies
capillaires >< 150; 1, m, uncini >< 400. — Th. triserialis : n, 0, soies capillaires
>< 150; p, q, r, uncini >< 400.

TEREBELLIDAE ' I 273
T. sctosus (QUATREP`AGES)..Flg`· 95, a-h. — T/zelepus setosus Sum-
Jossrn 1894, p. 230, pl. x, fig. 259-262; Fauve:. 1916, p. 466, fig. 3-6;
Riom 1917, p. 57, fig. 18. Th. Mc'IntoshiG1mBE 1877, p. 534. Th. spec-
labilfs Eumzns 1897,·p. 133. T/1. t/zomcicus Gnavmn 1911, p. 218, pl. rv,
fig. 228-229. Th. plagiosloma Hsssna (non Scnmmna) 1917, p. 204. —
Terebella setosa Groar: 1868, p. 110. T. thoracica Gxwna 1870, p. 508.
— P/zenacfa setosa Quarnsmcns 1865, II, p. 376. — Neotlzis antarclica
Mc livrosn 1885, p. 472, pl. 1.11, fig. 1. N. spectalzihls Vannru. 1876.
Région antérieure renilée, région postérieure longue, mince et tor-
tillée mais assez peu fragile. Des petites verrues blanches plus ou moins
saillantes, surtout dans la région postérieure. 80 à 120 segments dont les
30 à 60 premiers portent des soies capillaires et les 20 à 50 derniers
n‘ont que des uncini._ —- Lobe céphalique formant une lèvre supérieure
concave peu élevée, souvent plissée sur les bords. _Nombreux points
oculiformes. Tentacules nombreux et épais.. Segment buccal formant une
lèvre inférieure assez épaisse (95. al. — Une vingtaine d‘écussons ven-
traux plus ou moins marqués, les premiers réduits à des bandes trans-
versales étroites fortement ridées, les suivants plus lisses ou découpés
irrégulièrement. 3 paires de branchies insérées sur les segments 2, 3, 4,·
composées de nombreux filaments simples disposés en rangées trans-
versales parallèles. La première paire descend sur les flancs en avant
du 1** pied, la 2= et la 3°, plus réduites. ne se rejoignent pas au milieu du
dos. Papilles néphridiennes aux segments 4, 5, 6 et 7. — Pygidium '
avec anus terminal entouré de 6 à 8 petits lobes. - Soies dorsales capil-
laires de 2 sortes, les unes longues, à limbe étroit, à pointe ellilée,
les autres plus courtes et plus largement lancéolées (b, e). Uncini à
rostre surmonté au vertex d’une rangée transversale de 2 ou 3 denti-
eules au-dessus de 2 dents parallèles. Eneoche du manubrium peu
accusée (d-h). Des soies de soutien abdominales. Les tores uncinigères
prennent peu à peu la forme de pinnules rectangulaires saillantes à
partir du 25*-30°. — Tube memb1·aneux, mince, encroûté de gravier, de
débris de coquilles et d'Algues.
L. 10 à 15 cm. (parfois plus de 20 em.), sur 5 à 10 mm. de largeur. —
Coloration variable, chamois uniforme ou brun jaunâtre plus ou moins
foncé, blanc jaunàtre avec souvent un très fin petit piqueté blanc dans la
région postérieure. Branchies rouge vif. Tentacules brun orangé. Les
téguments plus ou moins lisses sur le vivant prennent souvent dans
l’alcool un aspect verruqueux très accusé. ·
A mer basse, sous les pier1·es et parfois enfoncé` dans la vase des herbiers.
Dans les dragages, parmi les Serpules, les vieilles coquilles et les pierres
rongées.
Manche; Atlantique (Croisic, Bé, Santander, côtes d’I1·lande). — Mer
Rouge; Océan Indien: Pacifique (Australie, Chili); Iles Falkland; Antarc-
tique. ~
_ ‘ is

274 rauxn nn ruaucn. - rowcnrrrss sénnivrainns
T. triserîalis (Gauss). Fig. 95, n·I‘. - Thelepus t1·zZse1·z2zlzÃs Maman-
zu1.Ln11 1884, p. 208, pl. 11, fig. 3; SA1Nr-Josaru 1906, p. 239; Fauvax.
1909, p. 37. -— Terebella ti·iserz'dl[s Gnomz 1855, p. 118, pl. 1v, fig. 16.
... Neottis ÉI'l·S6}’idll·S luALMGl`tEN 1865, p. 364.
Corps renflé antérieurement, peau rugueuse. 100 à 150 segments dont
les 30 à 40 premiers portent des soies dorsales capillaires. — Lobe cépha-
lique formant une lèvre supérieure concave, peu élevée. Nombreux points
oculiiormes. Tentacules longs ct épais. Segment buecal formant une
lèvre inférieure épaisse. -— Une quinzaine d`écussons ventraux bien dis-
tincts. 3 paires de branchies insérées sur les segments 2, 3, 4, composées
de nombreux filaments simples disposés en rangées transversales paral-
lèles. La première paire descend sur les flancs en avant du 1" pied, la
2** et la 3°, plus réduites, ne se rejoignent pas au milieu du dos. Papilles
néphridiennes aux segments 4, 5, 6 et 7. — Pygidium avec anus terminal
crénelé. - Soies dorsales capillaires de 2 sortes, les unes longues,
larges, à pointe courte, les autres plus courtes, plus minces (95, 0, n).
Uncini à rostre surmonté au vertex d`une rangée transversale de 2 dents
avec une impaire au-dessus (p, q, rl. A l’abd0men, uncini à 3 petites dents
au vertcx au-dessus des 2 dents parallèles. Manubrium plus allongé avec
encoche très marquée. Des soies de soutien abdominales. Les tores unci-
nigères prennent peu à peu la forme de pinnules rectangulaires saillantes.
-- Tube membraneux incrusté de sable.
L. 4 à 10 cm., sur 5 à 7 mm. de largeur. —- Coloration orange, gris-
rose ou gris violacé, écussons plus clairs, gris jaunàtres, tentaeules blancs
ou jaunes. _
A faible profondeur, dans les Posidonies et les Zostères.
Méditerranée (Monaco, Cannes, Bone, Sicile) ; Adriatique.
Nota. — Cette espèce, trés voisine du Tlz. sezosus, ne s'en distingue que
par des caractères peu importants : coloration, peau plus rugueuse (?). écus-
sons plus marqués, soies dorsales et uneini de forme un peu différente.
G. STREBLOSOMA Sans.
[Grymaea NIALMGRENQ Eugrymaea VERRlLL.;(
Corps rond, sensiblement efiilé postérieurement. Des soies dorsales à un
grand nombre de segments. Souvent des yeux. —- 2 ou 3 paires de branchies
(parfois 5 ?) filiformes, nonramiiiées ne naissant pas en général d’une base
commune. Des écussons ventraux. —- Soies dorsales capillaires à pointe unie.
Elles commencent au 2* segment (1*** brauchifère). Uncini à partir du 5° seg-
ment (4*2 sétigère). Plaques onciales à large base en sabot avec une saillie plus
ou moins marquée, des crêtes au vertex et des dentieules. Elles sont disposées
en rangée unique à tous les segments. —- Des néphridies antérieures et posté-
rieures. -'l`ube souvent spiralé, incrusté de sable.

Taanantninaa 275
Str. Bairdi (Mamiansx). Fig. 96, f·n. — Streblosonza Baz`rdiH1;ssLB
1917, p. 211; Riou 1919, p. 20, fig. 8; Mc Iivrosu 1922, p. 181, pl. cxxvi,
fig. 7. Str. cac/zleatum G. O. Saas 1872, p. 414; VVOLLEBAEK 1912,
p. 88, pl. xx, fig. 8, 9, xxxix, fig, 2. — Grymaea Bairdi NIALMGREN 1865,
p, 388, pl. xxx, fig. 69; ne Bsancxmwr et Zacus 1914, p. 224. - Terebella I
Bnirdi 'l`Aunnn 1879, p. 134. T. coe/Lleatum Taumaa 1879, p. 133.
Corps renflé antérieurement, partie postérieure mince s‘enroulant
en spirale, très fragile. Des soies capillaires dorsales sur une grande
partie du corps (25 à 37 sétigères et davantage). —— Lobe céphalique
arrondi, peu élevé. Souvent de nombreux points oculiformes. Tentacules _
peu nombreux, épais, canaliculés. Segment buccal formant une lèvre
renflée (96, fil. — Environ 10 écussons ventraux bien marqués, très
larges, plus ou moins ridés. 3 paires de branchics, insérées sur les seg-
ments 2, 3, 4, composées de filaments simples dont le nombre diminue dc
la 1'° à la 3** paire. Papilles népbridiennes aux segments 3 à 7. — Pygi-
dium avec anus terminal entouré d'un cercle de très petites papilles. — _
. Soies dorsales capillaires, les unes longues à limbe strié, à longue
pointe eflilée, les autres plus courtes et plus fines (g, h). Les mamelons
sétigères sont grands et aplatis. Uncini aviculaires courts, larges, avec
une rangée transversale de 2-3 dents au·dessus du rostre et de nombreux
petits denticules, un prolongement sous-rostral bien marqué (i, k, l, m,
n). Des soies de soutien abdominales. Les tores uncinigè1·es prennent peu
à peu la forme de pinnules rectangulaires saillantes. — Tube membra-
neux encroûté de sable fin, de gravier ou de vase et souvent contourné en
hélice. `
L, 5 à 8 cm., sur 3 à 6 mm. de largeur. —· Coloration jaunâtre, bran-
chies rouge vif', tentacules foncés.
.\ mer basse, dans le sable et dragages sur fonds de sable vaseux.
Manche (Terrenès); Atlantique (Santander). - Mer du Nord; Atlantique
Nord; Mers arctiques.
G. EUTHELEPUS Mc Iivrosn,
' [Pr0t0thelepus Venant.]
Une vingtaine de sétigères thoraciques. Pas d`yeux (?). — 2 ou 3 paires de
branehies réduitesà un seul gros filament subulé comme u11e branehie d`Ampha—
rétien. Des lobes latéraux aux premiers segments. Des écussons ventraux
distincts. -— Soies dorsales capillaires. Elles commencent au 2° ou se segment(?).
Plaques onciales analogues à celles de Streblosoma, à partir du 5• segment.
E. setubalensis Mc lNTOSH. Fig. 96, 0. — Euthelepus setubalensis
Mc Iivrosn 1885, p. 465, pl. 1., fig. 4, xxvm a, fig. 13. `
20 sétigères thoraciques à soies capillaires. — Lobe céphalique tronqué
antérieurement, avec une crête postérieure et une série de tentacules

276 munis on mnmcn. —— ronvcuizrss siânnnrnmns l
crénelés et canaliculés. Pas d‘yeux. Segment buccal formant une arche
supérieure froncée et une plaque ventrale médiane, Les 31 segments sni-
vants ont chacun un lobe latéral saillant dirigé en avant. ——-_Une douzaine
d’écussons ventraux. 3 paires de branchies insérées sur les segments 2 51
4. Chaque branchie est réduite à un gros filament cirriforme, subulé, à
surface crénelée, inséré au bord antérieur du segment. Les 2 branchies
de la paire postérieure sont très rapprochées du milieu du dos, les autres
_ plus écartées. Papilles néphridiennes aux segments 4, 5, 6. — Soies
dorsales capillaires limbées à longue hampe. Elles commencent au 2°
segment (1" branchifère) (?). Uncini à bouton non renflé, allongé sous
l le rostre qui est surmonté de 2 dents inégales (96, 0). —— Tube membra·
nenx hérissé de longs spicules silicenx d’Hexactinellidés.
L. 12 mm., sur 1,8 mm. de largeur. —- Coloration?.
Dragué sur fond de vase verte par 470 brasses. Un seul spécimen connu.
` Atlantique (au large de Sétubal, Portugal).
Nota. — D’après Mc Inrosn, les soies dorsales commencent au 2s segment
(1s' branchifère) chez E. sembalensis. Chez E. chilensis elles sont figurées aussi
au 1st branchifère, le texte ne donne pas d'indication. D’après Cautrsnv (1915,
p. 48) elles commencent au 3* segment.
G. PARATHELEPUS Cwtnmiv.
' ' [T/zelepides Soirrmann, non Gnavisn.]
15 segments thoraciques à soies capillaires. — Des yeux. -— 1-2 paires de
branchies filiformes non ramifiées. — Soies dorsales capillaires à pointe unie.
Elles commencent au 3* segment. Uncini à partir du 11** segment (9** sétigère),
· disposés en rangée unique à tous les segments, ils n’ont qu’une seule rangée
de dents au vertex et pas de bouton caractéristique à la base.
P. c0llaI'îS (Sournsnn). Fig. 96, 3-0. — Parathelepus collaris CAULLERY
1915, p. 48; Hnssnu 1917, p. 219; Mc livrosn 1922, p. 184, pl. cxxv a,
fig. 6. - T/zelepides collaris Sourrxnnn 1914, p. 125, pl. xm, fig. 30.
Corps légèrement renflé dans la région thoracique, région abdominale
cylindrique. Téguments lisses. 15 segments à soies capillaires. - Lobe
céphalique formant une grande lèvre supérieure plissée, un petit lobe
latéral ·indépendant. 2 groupes d‘yeux. Tentacules en 2 faisceaux latéraux.
Le segment buccal forme une lèvre inférieure arrondie, lisse (96, a, b). —-
2 paires de branchies (2° ct 3° segment] composées de longs filaments
minces, cirriformes, non ramifiés, canaliculés, pen nombreux : 4 à chacune
des branchies antérieures, 2 aux postérieures. Sur les segments3 et 4,
une rangée transversale de glandes bien visibles entoure le segment à la
hauteur des soies. -— Soies dorsales capillaires de 2 sortes, celles du rang
postérieur longues, minces, à pointe fine, à limbe étroit, les antérieures

U _ rnnannttinau 277
plus courtes, à limbe plus étroit, àpointe plus brusquement atténuée (c);
Uncini à un seul rang de 7 denticules au-dessus du rostre, base arrondie
avec petite saillie pointue, sans bouton renllé (d, e). Des soies de soutien
abdominales. Uncini à partir du 11* segment (9° sétigère). — Tube inconnu.
L. 27 mm. et 29 segments (spécimen incomplet). — Coloration?
Dragué sur fond de cailloux par 15 brasses.
Atlantique (Clew Bay, côte d’Irlande).
 /?   r' ax
\ A f L
b ' x` ' \ ‘
. `v*"""**·‘*‘**·•**"`    )
,  `-—...  . ly &,·f i
"‘S 6 h   w
/ · j; ;—ïÈ¢!
n t . -241    l ·
e  \ l  
/f`  M-: } V5 
  /  / v .
' l    E
7 · . .\  gg A
,  J 1 F
il ( c * \ \   ·
lr _ \ m ll F ‘ 9 b
Fm. 96. — Parathelepus collaris : a. région antérieure, face dorsale >< 14; h, région
antérieure, face ventrale >< 14; c, soie capillaire du 5* sétigère X 500; d, e, uncinus· ·
· du 18* sétigère, face et profil x 850 (d’après Souruams). — Streblosoma Bairdi : f,
région antérieure, de profil x 8; g, h, soies capillaires >< 1.30; i, k, I, uncinî thora-
ciques, face et protil >< 400; m, n, uncini abdominaux >< 400. - Euthelepus samba-
lensis : o, uncinus de la région moyenne (d’après Mc Irrrosn).
S.-F. POLYCIRRINAE Mnnmcnax.
Lobe céphalique formant une grande lèvre entière ou plus rarement trîlobée,
élargie,.ondulée portant sur ses bords de nombreux tentacules canaliculés
(fig. 97, 0, f). —— Pas d’yeux. Pas d’organes nucaux. — Pas de branchies. Appa-
reil circulatoire réduit ou nul. Ecussons ventraux disposés par paires et réduite.

278 FAUNE DE FRANCE. — roLYcHÈTEs SÉDENTAIRES
— Scies dorsales capillaires lisses ou pectinées. Uncini partout en rangée
simple rétrogressive. Des glandes ventrales. -— Souvent phosphorescents.
` _ G. POLYCIRRUS Gnomz.
[Ereutlm et Leucariste. llatncneiv; Ap/zlebina et Apneumea Quunemces
[Cyaxares et Dejoces Kmnunc]
Téguments minces, corps très fragile s‘autotomisant facilement. Une région
thoracique, comprenant les 12 premiers sétigères, et une région abdominale.
Nombre de segments à soies dorsales très variable. —- Prostomium à grand
lobe tentaculifère élargi et plissé. Tentacules très nombreux. Pas d’yeux. —
Pas de branchies. Un premier écusson ventral impair aussi large que le
' segment buccal,les suivants, une paire par segment, sont en nombre variable
et plus ou moins écartés de la ligne médiane. ——- Soies dorsales lisses ou
épineuses. Elles commencent au 2° ou au 3° segment. Uncini aviculaires, tous
semblables, ou dimorphes, commençant à un segment très variable et pouvant
même manquer complètement au thorax. Ils existent toujours àl’abdomen (à
partir du 139 sétigère) et sont alors pourvus de soies de soutien et disposés en
rangée unique rétrogressive. — Des néphridies antérieures et postérieures bien
. développées. Des glandes ventrales. Pas d’appareil circulatoire. - Générale-
ment phosphorescents. - Tube mince.
Remarques. — Les Polycirrus sont des Annélides très délicates, très fragiles,
s`autotomisant très facilement entre le 8** et le 96 ou entre le 9° et le 10° segment.
La surface de section simule un véritable sphincte1· et l'observateur nou pré-
venu ne soupçonne pas qu’il n'a entre les mains qu’un animal mutilé, ce qui a
donné lieu àde fréquentes méprises. Les tentacules, très nombreux, s’enr0ulent
et s’enchevêtrent en une masse inextricable, en forme de pelote. Le bourrelet
_ tentaculifère (fig. 97;e, f) et la lèvre supérieure sont soudés en un grand lobe on-
dulé ou trilobé.
La classification des Polycirrus est fort difficile à établir d’une façon ration-
nelle dans l’état actuel de nos connaissances à cause de la variabilité extrême,
chez eux, des caractères ordinairement employés chez les Térébelliens. Dans
‘ la même espèce de Polycirrus, suivant l’âge, le degré de développement et
d'autres facteurs qui nous échappent, on voit varier le nombre des segments '
pourvus de soies dorsales et le nombre des écussons ventraux. Avec l’âge,
les plaques onciales disparaissent à un certain nombre de segments thora-
ciques, quelquefois dans tous, ainsi que l'ont constaté Soctnzn, Husstn et nous- ·
même. On ne peut donc s'appuyer sur la répartition des uncini pour carac-
tériser une espèce, a fortiori un genre ou un sous-genre, comme cela a été tenté
par Cnuttnnv. Les soies dorsales fournissent de meilleurs caractères suivant
qu'e1les sont limbées ou non, lisses ou épineuses, à condition toutefois que ces
caractères soient bien nets, car une soie lisse, examinée à un très fort grossisse-
ment, à l’immersion par exemple, montre presque toujours, surtout lorsqu’elle
est usée, une très fine dissociation des bords du limbe qu’il ne faut pas con-
fondre avec une véritable denticulation. La forme des uncini donne aussi des
indications fort utiles, malheureusement ils sont très petits et lesdétails H`€Il

ransasnnnnaa 279
sont pas faciles à observer. Enfinles néphridies fournissent un bon caractère,
leur nombre paraissant fixe dans une espèce donnée, mais si elles sont assez
faciles à observer par transparence sur un Polycirrus vivant et comprimé, il n‘en
est plus de même sur des animaux fixés. ll faut alors recourir à une dissection
délicate et pas toujours possible. '
En résumé, la détermination d’un Polycirms dans l‘alcool est trop souvent '
fortdouteuse, c’est sans doute ce qui expliquela multiplication des espèces dont
plusieurs seront probablement à réunir quand on les connaîtra mieux.
1. Trois paires de néphridies. ............. 2
- Six paires de néphridies .............. 3
.2. 12 à 19 sétigères. Non phosphorescent. . P. tenuisetis, p. 283
· — 30 à A0 sétigères. Phosphorescent . . .· P. aurantiacus, p. 280 .
3. Soies dorsales à partir du 3* segment, nettement épineuses. . .
........... _ ..... P. medusa, p. 279 .
-— Soies dorsales à partir du 2** segment .......... 4
4. Soies dorsales à large limbe nettement denticulé. 13 à 18 sétigères.
. ........ · ....... P. denticulatus, p. 28/t ·
—— Soies dorsales lisses ou à limbe étroit .......... 5
5. Des hématies rouges dans le liquide cœlomique. Pas d’uncinî
thoraciques . . ........ P. haemat0des,p. 284
- Pas d’hématies cœlomiques ............. 6
·6. lntestin bourré de sable. Pas d’uncini thoraciques ......
............... P. arenivorus, p. 282
—- intestin non bourré de sable. . · .....·.... 7
7. 11 à 19 sétigères. Soies nettement limbées. . P. pallidus, p. 283
- 30 à 60 sétigères. Soies non limbées ou faiblement. .....
............... P. caliendrum, p. 281 ·
P. medusa Gnuus. Fig. 97, a—d. — Polycirrus medusa Gnomz 1855,
p. 120; Ssonowxaw 1899, p. 188, pl. x, fig. 1-2; Hassma 1917, p. 220;
Mc Imosn 1922, p. 190, pl. cxxvt, fig. 9, cxm a, lig. 3. P. Smz'ttz'Sou-
·rmznN 191û, p. 127. — Ereutho Smi!£iMAr.1ucn1s1v 1865, p. 391, pl. xxnx,
fig. 63. — Leucarzlste Smz'ttiL1zvuvsnN 1884, p. 173. -— Apncumea medusa
Quxrnnmcss 1865, Il, p. 383. •
Corps rentlé, dos convexe, abdomen elïilé (97, a). 50 à 76 segments,
dont 10 à 13 portent des soies dorsales. — Lobe céphalique trilobé,
plissé. Tentacules très longs, très nombreux. Pas d’yeux. — Les écus-
sons ventraux des 3 premiers segments sont fusionnés en un gros bour-
relet plus ou moins triangulaire aussi large que long. Ceux des segments
suivants sont pairs et peu développés (b). Les bourrelets latéraux sont
bien marqués et carrés et existent à tous les segments sétigères. 6 paires
de néphridies (dns les segments 3 à 8). Pas de papilles néphridiennes
cirriîormes. — Soies dorsales à limbe très étroit, à extrémité garnie tout
autour de petites épines serrées. Elles commencent au 3= segment. Les

280 FAUNE DE manon. — ronvcnàras séoxamuumas
mamelons sétigères sont longs avec un petit cîrre en massue. Pas d’un-
cini thoraciques, ils ne commencent qu’au 16° segment. Les uncini ont
‘ · ordinairement 3 grosses dents au-dessus du rostre et quelques plus petites
au vertex. Manubrium allongé avec un ergot supérieur (d). Des soies de
soutien. — Lc tube est une sim le alerie dans la vase ou le sable.
P E
L. 3 à 7 cm., sur 2 à 6 mm. de largeur. —- De couleur blanchâtre ou
orangé pâle.
A mer basse, dans le sable fin ou vaseux mélangé de pierres et entre les cram-
pons de Laminaires. Dragages sur fonds de vase et de sable et de pierres.
Mer du Nord; Atlantique (côte d’Ir1ande); Méditerranée (Nice, Villefranche,
Naples). —- Atlantique Nord; Mers ar(‘iques.
\\ 5`( W « ·< [
° b <s».®>—%¥   `
/\ ` .\\§$]" ( ·`
/ ”É•. ou L
— C/(     e it
É' P'; / ~
· sl   et fl A    
· ·| '•~ nz.->   · ~f~ /   qëî
• · - Ail   .»~     
d ÃÉÈ   " r J‘v¥ ,_ "Q`\..\
üwl  ·< " Ãâk. ’  
¤*=}£?_1t[, v .l p. _ J  gp .
.   " _.¤·; · Il D- Ju ¢r
@$*2*%% ·îï 7 tf al ··   .4— t»
‘ 'îfî Éî ' `    `   .¢•-'§»- i`
‘ / . · " ( É · '
gg. ri `   »  »!4 y  
\·· ‘IP` I. ' A ` / A- .|. \
  · ' 1/* * ` F  ‘
É ; ' -   " \ •   » +1-I1 . -~
a  2 I; C 8 Q \·\ f ,·•    
FIG. 97. - Polycirms medusa : a, cle profil légèrement grossi; h, région antérieure,
face ventrale; c, soie dorsale >< 400 (d’après lvlamrsnsvy; d, uncinus (d’après Mc IN-
rosa). -— P. mmmtiacus : e, f, région antérieure face dorsale et face ventrale, on
a ûguré seulement quelques-uns des innombrables tentacules, X 8; Q. soie dorsale à.
limbe très étroit >< 400; h, i, uncini abdominaux >< 600; k, uncinus thoracique
d’un jeune individu >< 600.
P. aurantîacus Gnomz-. Fig. 97, 6-k. — Polycirrus aur¢mtz'acus L0
Bianco 1893, p. 60; SAINT-Josurn 1894, p. 239; Sonnusn 190-Q, p. 50,
ilg. 11. —— Apneumea aurantiaca QUATREFAGES 1865, ll, p. 383.
Corps très difîluent. 110 à 120 segments dont 30 à 40 portent des soies

TEIIEBELLIDAE 281
dorsales. — Prostomium élargi en lobe tentaculifère formant eollerette
plissée (97, e, f). Tentaeules de 2 sortes, les uns élargis renflés en fuseau`, ·
les autres cylindriques, avec formes intermédiaires., Ils sont très longs, _
très nombreux. Pas d‘yeux. —- Les écussons ventraux sont au nombre de
8 à 11 paires. 3 paires de néphridies dont la 3° est la plus développée. -—
Anus terminal entouré de petits lobes. -— Soies dorsales capillaires avec
ou sans limbe, lisses ou très finement épineuses, les unes longues, les
autres plus courtes, dans le même faisceau 'g). Elles commencent au 2*
segment. Les uncini se montrent rarement avant le 8° sétigère et parfois
seulement au 12°. lls existent toujours à partir du 13° jusqu'à Fextrémité
postérieure. Les plaques onciales thoraciques ont, au-dessus du rostre,
plusieurs dentieules très fins (k)i Celles de l’abdomen ont une base un
peu plus longue, une dent unique au-dessus du rostre et des soies de
soutien (h, i). — Tube muqueux transitoire. -· Phosphoreseent.
L. 8 à 10 em., sur 3 à 4 mm. de largeur. — Coloration orangée assez
foncée, tentacules orangés émettant une phosphoreseence bleue·ou yio·
lette. Les jeunes sont plus pàles. (Eufs brun foncé.
Dans les dragages, parmi les Algues, les Serpules, les llydraires et les vieilles—
coquilles encroûtées.
Manche; Atlantique; Méditerranée; Adriatique.
Nota. — Cette espèce ne diffère du P. caliendrum que par un seul caraetè1·e·
important: 3 paires de néphridies, au lieu de 6.
P. caliendrum Cnaranisns. F ig. 98, a·c. -— l’0lycz'1·rus caliendrum CLA-
rauians 1868, p. 406, pl. xxrx, fig. 2; Lo Branco 1893, p. 59; SAINT-JOSEPH
1894, p. 237, pl. x, fig. 263-269; Souman 1904, p. 45, fig. 10.
Corps dilfluent. 70 à 90 segments dont 30 à 60, et même 75, portent des-
soies dorsales. — Prostomium élargi en lobe tentaoulifère formant colle-
rette plissée (98, a). Tentaeu1es.de 2 sortes, les uns élargis, renflés en
fuseau, les autres cylindriques, avec formes intermédiaires. lls sont très- `
longs et très nombreux. Pas d’yeux. —- Les écussons vcntraux sont au
nombre de 8 à 11 paires. 6 paires de néphridies situées dans les 6 premiers-
sétigères. La 1'° paire est plus grande que la 2°, et il en est de même de la
3°, les 3 suivantes sont plus petites et égales entre elles. — Anus terminal
entouré de petits lobes. —— Soies dorsales capillaires non limbées, ou à
limbe étroit, à pointe unie (b), les unes longues, les autres plus courtes,
dans le même faisceau. Elles commencent au 2° segment. Les uncini com- ’
mencent généralement au 9° sétigère, rarement avant, plus souvent après
et parfois au 12° seulement. Ils existent toujours à partir du 13° jusqu’à
l’extrémité postérieure. Les plaques onciales thoraeiques ont, au-dessus
du rostre, plusieurs denticules très fins. Celles de l’abdomen ont une base·
un peu plus longue, une dent unique au-dessus du rostre et des soies de·
soutien (c). —·- Tube muqueux, transitoire. -—- Phosphorescent.

282 mom: ne rumxce. —— rorvcnizwizs siînewminns
L. 3 à 10 cm., sur 2 à 4 mm. de largeur. —— Couleur orangée tirant sur
‘ le jaune safran; membrane tentaculifère striée de taches pigmentées;
_ tentacules moyens jaune soufre, externes plus pâles; ils émettent une
phosphorescence bleue ou violette. (Eufs foncés.
Dans les dragages, parmi les Algues, les Hydraires, les Serpules et les vieil-
les coquilles encroûtées. A mer basse, dans les Laminaires.
Manche; Atlantique (Croisic, Santander, Irlande): Méditerranée (Cette,
Cannes, Monaco, Naples).
` " ' r_ A 4 «\ i· MJ
R kr \_>  [E (   _ \ \\\\  I`.  
~ *` 4 A-   ° il     r'
‘ 0 ( C   ’ ""    
~·*?`s—¤« 1M/ sl  
i ’\ If‘\î§hiyZ  ! D   E êà
    - ' ` `·._,»      \
 ,.`$s" ·    ê 2;-tx
»  /"*\ .,,., 1 —   <——\
· /i NM1/1  "\g 1   ` \
, (V, \+gV»/py · ._ Il   /; ,_\ .,
,i _   · 3 —_
i li 1 L / .  . i 
, i  `.\   l`  lf
i I /` \     S l \ V/Ã
~ ~  - 6  —.  l  
I 1 I/\ ] Til n f" `ov _ ·
i \  ‘ f O /   `»
y Y . 1 Q
s »/ f = t
,« W `\  
C . · x O  UE
'  À \  ëï
  153 \` ¢"•·ü 
à ` "  
  gïâ
· b a ,   d s P' r il  \`\
Fu;. 98. - Polycirrus caliendrum : a, région antérieure. les G paires de néphridies et
le tube digestif sont vus par transparence (imité de Ccaraaàon et de Soutien); b,
soie dorsale à. limbe étroit >< 500; c, uncini moyens et abdominaux >< 600. —— P. arc-
» nivorus: d, uncinus >< 800 (d’après Caotnnmr); e, uncinus abdominal >< SCO; i, soie
capillaire (limbe un peu exagéré) >< 500. — P. haemalodes : g, grandeur naturelle;
h, lobe tentaculifère vu par la face dorsale >< 6 (d’après CLAPARÈDE); i, uncinus, très
grossi (d’après Lmoeaaans). — P. pallidus : k, uncinus abdominal;1, uncinus thora-
, `cique (d’après LANGERHAINS). — P. lenuisetis : m, n, uncini, face et profil (d’après
Lamnnuaxs). - P. denticulatus : 0, de profil; p, q, uncinus abdominal, face et profil;
r, uncinus thoracique, très grossi (d’après Souuea); s, soie dorsale pectinée >< 500.
P. arenîvorus CAULLERY. Fig. 98, d·f°. —- Polycirrus (Leucarzkte) arem`-
_ vorus CAULLERY 1916, p. 244, fig. 1-2.
Corps fragile s’aut0tomisant facilement. Jusqu’à 95· segments et peut-
être davantage, dont 28 à 30 portent des soies dorsales. —- Prostomium

. TEREBELLIDAE 283
élargi en grand lobe tentaculifère, avec 2 lobes latéraux. Tentacules très
nombreux, très extensibles et très inégaux, les antérieurs plus gros, dilatés
en spatule à Pextrémité. Pas d'yeux. — 10 paires d’écussons ventraux
bien développés et 4 rudimentaires. 6 paires de néphridies débouchant
sur les 6 premiers sétigères sans former de papilles saillantes. — Pygi-
-dium sans prolongement cirrilorme. — Soies dorsales longues, lines, à
pointe unie (98, f). Elles commencent au 2° segment. Pas d'uncini tho-
raciques. Les plaques onciales abdominales commencent au 13° sétigère,
toutes à peu près semblables avec rostre surmonté d`une dent impaire et
. de quelques tins denticules au vertex, base moyenne allongée et des
soies de soutien (d, e). — Le tube est une galerie en U, tapissée de mucus, _
creusée dans le sable. —- Tube digestif bourré de sable,
L. 60 à 80 mm., sur 2 à 4 mm. de largeur. — Coloration jaunâtre
dans la région thoracique, due uniquement à l‘intestin vu par transpa-
rence. Tentacules et région abdominale incolores. Pas d'hématies colo-
rées dans le cœlome.
A mer basse, dans le sable (ln ou dans un sable grossier très meuble à 10-
.15 cm. de profondeur. ‘
Manche (Anse Saint-Martin, Cherbourg, Cosqueville, Saint·Vaast).
Nom. -- Cette espèce, très voisine du P. caliendrum, qui manque souvent
·d’uneini thoraciques quand il est âgé, semble n‘en dillérer que par son habitat .
·et son régime alimentaire. _
P. pallidus (Cmtrxniaoa). Fig. 98, k·l. — Polycirrus pallidus Lancau-
naus 1884, p. 266, pl. xvt, fig. 27. —- .1p/zlebina pallida Cnxrxnizns 1864.
p. 483, pl. u, fig. 2.
Corps vermiforme, renflé en avant et graduellement atténué en arrière. ·
— 40 à 67 segments dont 11 à19 portent des soies dorsales. — Prostomium
à lobe tentaeulifère large et plissé. - Des écussons ventraux pairs. 6 paires
de néphridies. - Soies dorsales limbées (à pointe lisse?). Les uncini
commencent au ’7° sétigère. Les uncini thoraciques ont une base trian-
gulaire assez large (98, 1); ceux de l‘abdomen, àpartir du 13° sétigère, ont
une base plus longue avec un ergot, des denticules plus nombreux et dcs
soies de soutien (k). _
L. 15 à 50 mm. —— Coloration jaune orangé très pâle.
Dans la vase, à faible profondeur.
Méditerranée (Port-Vendres); Atlantique (Madère).
Nam. — Cette espèce n'est peut·être qu`une forme jeune du P, mcdusa ou
du P. caliendrunz. `
P. tenuisetis Laivcanuaus. Fig. 98, m•n. ——- l’0lycz'rrus lenufselis LAN-
canums 1880, p. 110, pl. v, fig. 25; Sxixr-Josern 1894, p. 240; Fauve:.
1896, p. 130; Aucaxvan 1910, p. 233.

284 FAUNE ns manon. —- POLYCHÈTES sÉnuNrAm1zs
Environ 50 segments dont 12 à 19 portent des soies dorsales. — Ten-
tacules courts et épais. —— 9 paires d’écussons ventraux. 3 paires de·—
néphridies. ·——- Soies dorsales très minces, à pointe unie, les unes simple«
ment capillaires les autres faiblement limbées. Les uncini commencent
entre le '7° et lc 10** sétigère. Ils ont, au-dessus du rostre, une grosse dent
surmontée de 6 à 8 denticules (98, m, 11). A partir du 13" sétigère, ils ont
seulement la base un peu plus longue et plus mince et des soies de sou-
tien. — Non phosphorescenta
L. 10 à 16 mm., sur 1 à 1,5 mm. de largeur. —·— Corps tout à fait inc0·
· lore.
Dans les dragages. —- Manche (Saint·Vaast, Dinard, Roscoff). ——- Atlantique
· (2rlüdèI‘€). ·
P. denticulatus SAix·r·JosEPrt. Fig. 98, 0-S. —— Polycirrus denticulatus
SAINTJOSEPH 1894, p. 242, pl. x, fig. 271-274; Soumna 1904, p. 52, fig. 12;
Sournnniv 1914, p. 128. — ?P. trzîgiandula LANo1aur1ANs 1880, p. 109,
pl. v, fig. 24.
Corps progressivement atténué postérieurement. 70 à 85 segments
dont 13 à 18 portent des soies dorsales (98, 0). —· Prostomium élargi
en lobe tentaculifère. Pas d‘yeux? — 8 à· 10 paires d’écussons ven-
traux. 6 paires de néphridies dont les 3 dernières sont parfois très
` petites ct cachées sous une couche de muscles. —- Scies dorsales
capillaires légèrement coùrbées ou coudées, à large limbe dont un des
côtés est tinement dentelé. Les unes sont longues, les autres plus petites
mais semblables (s). Elles commencent au 2° segment. Les uncini tho-
raciques commencent à un segment variable du 9** au 12° et.peuvent.
même manquer complètement. lls ont une dent et 5-6 denticules très petits
au—dessus du rostre (r). Les plaques onciales abdominales existent tou-
jours du 13° sétigère jusqu’à Fextrémité postérieure, elles ont une base
plus longue et moins large que les thoraciques et des soies de soutien
(p, q]. — Non phosphorescent. I _
L. 8 à 20 mm. — Corps incolore ou très légèrementjaunâtre.
A mer basse, dans les crampons de Laminaires et dans les dragages parmi ,
· les Algues, les Hydraîres et les Serpules.
Manche (Dinard); Atlantique (côte d`Irla11de); Méditerranée (Cette, Monaco).
-— Madère?
Nota. — D‘après SAlN'l`·J()SEPIl, cette espèce très voisine du P. triglandula
Larzenarmus, de Madère, n’en diffère guère que par 6 néphridies auilieu de 3.
Sourrxanx fait remarquer que les 3 dernières paires, souvent peu visibles, ont
pu échapper à Lmcnnnms. D’après Sournmm, la denticulation du limbe des
soies dorsales est un simple effet de l’abrasion et l’on trouve des soies lisses
et d’autres denticulées dans le même faisceau.
P. haematodes (Cnaraniana). Fig. 98, g-i. »— Polycirrus haematodes

rsnznnntinas 285 i
Laxcsnmns 1884, p. 265, pl. xvx, fig. 26; Lo Butxco 1893, p. 60; Sum-
Josnrn 1894, p. 241, pl. x, fig. 270; Riom 1917, p. 60. — Apneizmea leon-
cina Qtwrnaracns 1865, ll, p. 382, pl. xrv, fig. 10-11. — Aphlebina
haematodes Cnaranisoa 1864, p. 483, pl. ix, fig. 1.
· Corps renilé en avant, atténué en arrière, s’enroulant en spirale. 60 à
80 segments dont 14 à 22 portent des soies dorsales (98, g)·. —— Presto-
mium élargi en grand lobe tentaculifère ondulé (h). Tentacules très longs,
très nombreux, très emmêlés. Pas d’yeux. —— 8 à 10 paires d‘écussons ven-
, traux. 6 paires de néphridies situées dans les segments 2 à '7 et de
grandeur inégale, comme chez P. calicndrum. -—— 2 lobes anaux arron-
dis (?). — Soies dorsales à pointe unie, les unes purement capillaires, les
autres faiblement limbées. Elles commencent au 2° segment. Pas d’uneini
thoraciques. Plaques onciales abdominales à partir du 13* sétigère jusqu‘à
la fin du corps, elles ont, au-dessus du rostre, une assez grosse dent
impaire surmontée de 3 ou 4 denticules très petits, une longue base avec
une saillie et des soiesde soutien (i). — Le liquide cœlomique renferme
des amibocytes et des hématies très rouges à hémoglobine, ce qui permet
de distinguer immédiatement l’animal vivant de toutes les autres espèces.
— Pas de tube, rampe activement. — Non phosphorescent.
L. 15 à 30 mm., sur 1 à 3 mm. de largeur. - Corps incolore mais
paraissant d’nn rouge sang intense à cause du liquide cavitaire vu par
ftransparence. (Eufs jaunes ou bruns. .
A mer basse, dans les crampons de Laminaires et parmi les Algues. Dans
les dragages sur fonds de sable et de vase, parmi les Hydraires et les Ser-
ules.
P Manche (Saint·Vaast, Hague, Dinard); Atlantique (Concarneau, Croisic, San-
.tander, Saint-Jean·de-Luz, Irlande, Madère); Méditerranée (Port-Vendres, Mo-
.naco, Naples). '
. G. AMÀEA M.u.Mcnr:N.
Une région thoracique dont quelques segments portent des soies dorsales et
une région abdominale ne portant que des uncini. — Prostomiuin à grand lobe
-tentaculifèro trilobé. Pas d'yeux. — Pas de branchies. Des écussons ventraux
’ _peu nombreux. - Soies dorsales capillaires, lisses. Pas d`uncini thoraciques.
Uncini abdominaux allongés, aciculiformes. Néphridies antérieures un peu
_plus grandes que les postérieures.
A. trilobata (Sans). Fig. 99, a·e. — Anzaea trilobata lllanzucmzw 1865,
~p. 392, pl. xxv,   70; Lo Bmxco 1893. p. 00; Wonnanaaxc 1912, p. 76,
-pl. xvu, fig. 1-5; Riou 1917, p. 6; Hassns 1917, p. 229. —- Polycirrus
jrilobalus Sans 1863, p. 53. ·
Corps renflé antérieurement, atténué postérieurement, à dos convexe
·(99, a), un profond sillon longitudinal ài la. face ventrale, segments peu

286 muse on rames. ——- ronvenèras siânnxmxnns
distincts. 10 segments thoraciques à soies dorsales. —Prostomium divisé
cn'3 lobes, un médian étroit et 2 grands latéraux arrondis, plissés.· 'I`en-
tacules nombreux, courts, canaliculés, dilatés à l’extrémité (b, c). Pas
d’yeux. -5 écussons ventraux assez nets, longs et étroits. Lo premier
est au 26 segment. 10 paires de néphridies situées dans les segments ·
sétigères. — Soies dorsales capillaires, fines, lisses(‘),—à pointe légère«
ment recourbée (d). Elles commencent au 3° segment et sont plus ou·
m_oins incluses dans de longs mamelons cylindriques. Les tores et les
uncini font complètement défaut au thorax. Les unciniabdominaux sont
de longues soies aciculaires droites, à pointe émoussée, incluses dans de-
très petites pinnuies coniques (e). Entre le dernier segment à soies capil-
laires et le i" uncinigère, il existe quelques segments (G?) complètement
achètes. -—— Dans la région antérieure, les téguments de la face ventralc
sont couverts de nombreuses petites papilles qui manquent à la face dor-
sale. —— Pas de tube (?).
L. 4 à 5 cm., sur 3 à 5 mm. de largeur. ——— Coloration rose pâle 0u·
blanc opalescent ou violet~rose, tentaeules légèrement roses.
A mer basse et dans les dragages sur fonds de sable fin et de vase.
Mer du Nord; Méditerranée (Naples, Malaga}. - Atlantique Nord; Mers arc-
tiques.
Noza. —- D’après Lo Bnuvco et \«Vom.sauzx, la segmentation est bien nette,.
au moins dans la région abdominale, d’après ltlntneasiv et Hrssts elle est aus
contraire très indistincte.
p G. LYSILLA Marnoaiaiv.
Une région thoracique dont quelques segments portent des soies dorsales et
une région abdominale complètement achète. -— Prostomium à grand lobe ten-
taculifère plissé. Pas d'yeux. Un appendice linguîforme sous la lèvre inférieure. '
- Pas de branehies. Pas d’écussons ventraux nets. — Soies dorsales capil-
laires petites. Pas d‘uncini thoraciques ni abdominaux. Pas de tores ni de pin-
nules. — Les néphridies antérieures sont plus longues que les postérieures.
L. Lûveni blamxenax. Fig. 99, f·i. — Lysillcz Loveni MALMGREN 1865,
p. 393, pl. xxv, fig. 71; Wotmznsnxc 1912, p. 75, pl: xv1, fig. 1~!i; Hassan `
1917, p. 230; Mclx'r0sH1922, p. 233, pl. cxx, fig. 13, cxxvu, fig. 3.
Corps fortement renflé antérieurement, à dos fortement convexe. Seg-
mentationindistincte (99, g). Dans la région antérieure, les téguments
sont couverts de papilles tuberculeuses disposées en 6 annpaux secondaires
par segment, dans la région postérieure les téguments sont lisses avec
une annélation superficielle (f). G segments thoraciques à soies dorsales. —
Prostomium dilaté en large lobe tentaculifère, plissé ou ondulé, de forme
(1) Très finement èpineuses d’après Hnssxp.

· rninsnntnxnas 287
très variable (g, h, i). Tentacules nombreux, courts, canaliculés, souvent
dilatés à l’extrémité. Pas d’yeux. Le l" et le second segment forment, en
arrière de la bouche, un gros appendice linguiforme saillant dirigé en
arrière (i]. —— Il n'y a pas d’éeuss0ns ventraux ni de bourrelets latéraux
bien distincts. G paires de papilles néphridiennes cirriformes ou en
mamelon court situées dans les segments sétigères. — Soies dorsales
très grêles à longue pointe fine et lisse. Elles commencent au 3” segment
et sont presque entièrement incluses dans de petits mamelons coniques. `
Les tores et les uncini font complètement défaut aussi bien à l’abdomen•
qu‘au thorax. — Tube?.
L. 3 à 6 cm., sur 5 à 6 mm. de largeur. — Coloration?
Dragages. —— Mer du Nord (Ostende, Fwvst); —- Côtes Scandînaves; Atlan-
tique Nord; Mers Arctiques.
.  l `
, \ I
    s VT if fr/,4 »
`i~."i?»L  ,—=:· 1%*   M" /
··,_` · J_.·;%_\ 414: L-; L ` 1 ai , ~
  · <%·, w it?. e , :‘è··` · ies?
, A n=·,_,g` n. )a, t     _
_ z   E}?   ::5. <,,;»;4;·...=,
fc 1 l`   le   .
  , ,,r g _,`,
x   I · /
  ' " b
\ s
il K  
Nl/» E e···
   · *Z/_;` · v /'  il
· .;,.ï    M, _*   / en   C ,:'•·•.n;,:a~
 œ•g ` ` Ã?     Ã' °.'i'1·¥?
_    ‘ A \/ à' Ã I-;
-,  < J
é    `  ~. t ~ .
É x ' fl
» È P
c i > L ww  
à 9 È,  
À, `, r  
~_“ ¢~ È   2
·i   N &+1a,.aa ·-  
im, __..“|:n;ç:‘»y d .
· · LL 8 Q
Fm. 99. — Amaea trilobata : a, animal entier, grossi; h, région antérieure, face dor-·
sale; c, face ventrale; d, soie capillaire >< 500; e, crochet ventral aciculiforme
>< 500. — Lysêlla Loveni : f, de prolll, grossi. Les tentacules ne sont pas figurés; g, h,
région antérieure, face ventralc et face dorsale; i, lobe céphalique et lèvre inféë
rieure (d’après Illamuoamr). _

288 FAUNE nn FRANCE. -—- rorvcnàrns sânnsrarnns
S.-F. TRIGHOBRANCKHINAE IVIALMGREN.
Lobe céphalique non élargi en grand lobe tentaculifère ondulé. Tentacules
· canaliculés. Des yeux. Des organes nucaux. —- Des branchies filiformes. Un
appareil circulatoire. Pas d'écussons ventraux. — Soies dorsales capillaires,
lisses. Uncini en rangée simple, de deux types : thoraciques aciculiformes et
abdominaux aviculaires ou pectiniformes. —- Des glandes ventrales.
G. TRIGHOBRANGHUS iilarncnmv.
Corps rond, vermiforme. Des soies dorsales à une quinzaine de segments
thoraciques. — Des yeux. Prostomium portant 2 sortes de tentacules, les uns
minces, cylindriques, les autres courts, canaliculés. Segment buccal formant
une lèvre renflée. 2 organes nucaux ciliés. — 2 ou 3 paires de branchies fili-
formes, non ramifiées, disposées par paires isolées. Pas d'écussons ventraux.
- Soies dorsales capillaires._ Elles commencent au 6° segment, ainsi que les
uncini. Uncini de 2 sortes : thoraciques en forme de crochets à long manu-
brium, abdominaux en plaques onciales aviculaires. Ils sont disposés en
rangée simple à tous les segments. —— Néphridies postérieures très petites.
Des glandesiventrales. - Tube membraneux. _
Tr. glacialis MALDIGREN. Fig. 100, a-h. —— Tric/zobranchus glacialis
MALMGREN 1865, p. 395, pl. xxiv, fig. 65; Lo Branco 1893, p. 58; SAINT-
Josnru 1894, p. 224, pl. x, fig. 275-278; Fiwvni. 1914, p. 310, pl. xxx,
fig. 29-38. Tr. massiliensis Mxmox 1875, p. 309; Gounmzr 1901, p. 375,
pl. vm, fig. 1. _
Corps épais arrondi, peu atténué postérieurement. 60 à 70 segments.
15 sétigères· thoraciques. —-· Lobe céphalique court, élargi en lobe
tentaculifère ondulé portant des tentacules nombreux, les antérieurs
épais, canaliculés, les postérieurs filiformes. De chaque côté, un lobe
vertical arrondi, membraneux (100, a). Une bande de nombreux petits
yeux« Le segment buccal forme une lèvre convexe épaisse, striée. ——
6 longues et grosses branchies filiformes disposées par paire sur les seg-
ments 2, 3 et 4 (a). ·Un petit lobe latéral au 2° et au 3" segment. Les segments
2 à 5 ne portent.ni soies, ni uncini mais on yremarque de petits tores
rudimentaires achètes. — Les soies dorsales capillaires sont droites ou
légèrement sinueuses, étroitement limbées et à pointe lisse (b). Elles com-
mencent au 6° segment. Uncini thoraciques du 1°' au 15° sétigère, unisériés,
à long manubrium linéaire, à gros rostre recourbé avec 3-4 denticules au
Vertex et souvent un capuchon transparent strié (c, d, e). Les uncini abdo-
_ minaux, très petits, sont aviculaires, à base courte, élargie, convexe avec

Tnnnnnnnioau 289 _
rangées concentriques de dentioules au-dessus du rostre (f, g, h) et des
soies de soutien. Les tores uncinigères se transforment, à l’abclomen, en
pinnules triangulaires saillantes. — Anus terminal à bord entier ou légè-
rement lobé. — Néphrîdies dans les segments 3 à 7. — Tube membraneux
incrusté de vase ou de sable fin.
L. 2 à 3 cm., sur 2 à 3 mm. de largeur. — Corps rouge orange, tenta-
cules violacés, branchies rouge vif, œufs jaunes.
Dragages sur fonds de sable ou de vase. Tube fixé à des Algues. ~
Mer du Nord; Manche (Dinard); Atlantique (Santander, côte d'Irlande); Mé-
diterranée (Marseille, Naples). — Mers Arctiques ; Antarctique.
( ¢§,'Q?5é- , g
l Q?  I
( J   ii 9 1 (
ï ` J 1 ()/
i ( na 84/ ·
14      *Y "*1`  Z   I I
t "\ `
~ .ïg&}?» .0**     \
I /’ Il ( ` inly  
  _ (
« W   0 P '
il e^ \ - · (
 tit ·   ·
·\î-1}, î-.,
1> ·   · s n q
d ¤ * ` K L l' , rn
Fm. 100. - Trichobranchus glaczalis: a, région antérieure, grossie; b, soie capillaire
X 400; c, d, e, crochets antérieurs avec et sans capuchon, de profil, de dos et de
trois quarts x 600; f, g, h, uncini, de face et de proûl >< 800.- Terebellides Strœmi :
i, k, région antérieure, de coté et face ventrale >< 8; l, m, n, uncini de protil et
de face >< 600; 0, crochet ventral thoracique >< l00; p, soie aciculaire géniculée du
6·sétigère >< l50; q, soie dorsale >< 150.
G. OCTOBRANCHUS Maniox ar Bonnurzxv. _
Corps vermiforme atténué en arrière. Région thoracique ai 16 sétigères. - `
Des yeux. Prostomium portant une seule sorte de tentacules dilatés à l'extré- ·
mité (fig. 101 a, b). Segment buccal formant une lèvre épaisse. 2 organes
nucaux ciliés. —- 4 paires de branchies simples, filiformes. Les premiers seg-
10

290 FAUNE nn nuance. — ronvcnizrns sxânmrainias
ments sont garnis de collerettes membraneuses recouvrantla face ventrale. Pas
d’ècussons ventraux, -— Soies dorsales capillaires. Elles commencent au 3° seg-
ment. Uncini thoraciques en crochets à long manubrium. Ils commencent au
6° segment (lv sétigère). Uncini abdominaux en plaques onciales pectiniformes.
-— Néphridies postérieures plus petites que les antérieures. Pas de glandes ven-
trales.
0. lingulatus (Gnomz). Fig. 101, a-g. — Octobranchus lingulatus CA-
nus 1885, p. 266. O. Gz'ardiMAs1oN et Bonnsrzxv 1875, p. 87, pl. x,
fig. 21, xx, fig. 21; Laivcunnans 188li, p. 261, pl. xv, fig. 20. - Tereûella
lùzgulam GRUBE 1863, p. 56, pl. vr, fig. 1.
Corps épais, vermiforme, un peu renflé antérieurement. Environ 40
segments. 16 sétigères thoraciques. - Lobe céphalique tentaculifère peu
saillant, portant 2 groupes de taches oculiformes (101, a). Une vingtaine
de tentacules très contractiles creusés d’une gouttière ciliée, élargis au
sommet (a, la). Segment buccal avec une lèvre inférieure triangulaire,
échancrée au milieu et une grande lèvre supérieure infundibuliforme.
A la face ventrale des 4-5 premiers segments, une large et mince
membrane contractile formant collerette. —- 8 branchies simples formées
chacune d’une longue tige dilatée à la base et disposées par paires sur
les segments 2 a 5. 3 paires de néphridies dans les segments 3, 4, 5.
- Pygidium avec 2 courts cirres anaux. —— Soies dorsales capillaires,
droites, lisses, légèrement limbées (c). Elles commencent au 3* segment.
Uncini thoraciques en forme dé` longs crochets à rostre surmonté d’un
denticule (d). lls commencent au 4° sétigère. A l’abdomen. les uncini
sont en forme de plaques onciales pectiniformes à base courte, arrondie,
Y à rostre surmonté de 2 dents (e·g). Les tores uncinigères forment des
pinnules saillantes dans la région abdominale. —— Pas de tube (?).
L. 6 à 10 mm., sur 1 mm. de largeur. — Région antérieure rouge
cinabre, abdomen incolore. `
Méditerranée (Marseille}; Adriatique (Lussîn, Lesina). - Atlantique (Madère).
S.-F. CANEPHORINAE MALMGREN.
Prostomium à lobe ondulé. Nombreux tentacules canaliculés. Pas d'yeux.
Pas d’organes nucaux. - Une seule branchie quadripartite, pectinée. Pas
d’écussons ventraux, - Soîes dorsales lisses ou_striées. Uncini en rangée
simple, de 2 types : les thoraciques aciculiformes, les abdominaux pectini~
formes. - Des glandes ventrales.

rznnnenninaz 291
G. TEREBELLIDES Sms. l
Corps tronqué antérieurement, atténué en arrière, presque plan à la face
ventrale, à nombre de segments peu variable. Le plus souvent 18 sétigères
thoraciques à soies dorsales. — Prostomium à lobe tentaculifère grand et
plissé. Une grande lèvre supérieure. Pas d’yeux. Tentacules d'uue seule sorte.
Pas d`organes nucaux. Lèvre inférieure en plaque bilobée. — Une seule bran-
chie quadripartite et pectinée. Pas d‘écussons ventraux. -— Des soies dorsales
capillaires. Elles commencent au 3• ou au 4• segment., Uncinî de 2 sortes :
thoraciques en crochet à long manubrium, abdominaux en plaques onciales pec-
tinîformes. Ils commencent au 8° segment et sont partout disposés en rangées ·
simples. - Néphridies antérieures longues, les postérieures sont très petites.
Des glandes ventrales. -— Tube membraneux. '
 
W
È È É)     de
g Il E \`·l;§i \ lil y\  
« t· ' ` · _/`· `
.>\.\ |`·'· ` ` \"‘ '   9, / · ; (
\ a \‘ ts ,»’  «·   ,_  ` ‘ %
·   1/; « /« / ' " \ë?· 1 e'  '”"”
\ ' · \` J" , _ . «1 _ _.·
  U/.     ·*‘ g  .
" r `%*\*s\t W   •·"ï o
`°""· %?  f\.£
· - «`\»\,@.@%4 ,¢É;ç_4’
‘*€n,; 9..1 —< 0,% ,·••· ~
*= ¢¢•ë> ·•·‘
'.~'~\~ jy r‘ / ‘x
Ivy-W. « 1
Oh"  I , L II|I||"'~ /,
  _. 1 _ . `
V — a, (J  . .
.  . ’
Fm. 101. — Oclobranchus lingulatus : a, région antérieure, face dorsale; b, région anté-
rieure, face ventrale (grossi); c, soie capillaire; d, crochet antérieur; e, uncinus
postérieur très grossi (d’après MARION et Bommrzxv); 1, g, uncinus, face et profil (d’a,·
près LANonnnAns).
T. Strœmi Sims, Fig'. 100. i•q. —— T erebellzklcs Strœmz'MALMcnEN 1865, '
p. 396, pl. xx, fig. 48; Lo Bulxco 1893, p. 61;GoUnn1=.T 1901, p. 376,
pl. vm, fig. 2; Fauve;. 191!4, p. 309; Hnssnn 1917, p. 137. T. gracilfs

` 292 raux}; ne rnmcn. -— ronvcnàrits siânnmazmzs .
MALM 1874, p. 100. —- Terebella pecten DMYELL 1851, II, p. 208,
pl. xxvi, fig: 9. - Corephorus elegans Gamm, p. 161, pl. v, fig. 1.
' Corps consistant, relativement court. 50 à 60 segments. 18 sétigères tho-
raciques à soies capillaires. — Bord antérieur du lobe céphalique arrondi
et ondulé portant de nombreux tentacules courts, canaliculés, qui entourent
la bouche. Une grande lèvre supérieure arrondie (100, k, i). Pas de taches
oculaires. Sous la bouche, une grosse plaque saillante, en croissant. ——~
Une seule branchie formée de 4 branchies soudées en un gros tronc
cylindrique se divisant à l’extrémité ein 4 lobes pectinés a feuillets lamel-
leux, réniformes (i). Elle estinsérée sur les segments 3 et 4. Les segments
3, 4, 5 et 6 ont le bord ventral antérieur saillant. — Les soies dorsales
` capillaires (q) ont un limbe parfois strié. Elles commencent au 3·= segment.
-— Les uncini du _8¤ segment (6° sétigère) sont de longues soies acicu-
taires unidentées, géniculées (p), ceux des 12 segments suivants ont un
gros rostre surmonté de nombreux denticules (0). Les uncini abdominaux
sont aviculaires à base courte, à rostre*surmonté de 4-5 dents disposées
en demi-cercle et de quelques denticules plus petits (I, m, n). Des soies
tendons. Les torcs uncinigères se transforment, à l'abd0men, en pinnules
saillantes. - Pygidium avec anus terminal. — Néphridies dans les seg-
ments 3, 6 et 7. - Tube membraneux recouvert de vase ou de sable.
L. 3 à 6 cm., sur 2à 8 mm. de largeur. — Couleur chair, 0* blanchâtre,
Q plus rose, œufs rose clair. Branchie rouge sang.
A mer basse et dans les dragages, dans la vase, le sable fin et les herbiers
-de Zostères. ` · ,
Mer du Nord; Manche (Terrénès, Plymouth); Atlantique (Glénans,.Belle-Isle,
Ré, golfe de Gascogne, Irlande); Méditerranée (Marseille, Naples, Bone);
Adriatique. -· Mers arctiques; Pacifique.
Terebellidae ùzcertae sedzk.
Terebellœ luzea Russo 1826, p. 409, de Nice. — La description très incomplète
s`applique aussi bien à Polynmia. nesidensis qu'à T/zelepus cincinnams, le nom-
bre et la forme des branchies n`étant pas indiqués.
Terebella cirr/tata Movracu 1818, p. 342, pl. ui, fig. 1, figurée avec 3 paires
de branchies ramifiées, 11`est certainement pas la T. cirmta de Mütrsn qui a
des branchies cirriformes. DE Quxrauracus (1865, Il, p. 361), pour cette raison,
lui a donné le nom de T. Montngui. Mc Iivrosrr (1922, p. 107), continue cependant ,
à l’assimiler à l’-lmp/zitrite cirram (0. F. ltiütten).
Terebella constrictor Moxmcu 1818, p. 341, pl. Km, fig. 1. — Autant qu`on en
..peutjuger parla figure, elle pourraitbien être la Terebella lapidaria. Cependant
i Mc Ix1·osa(1922, p. 147) l’assimile, avec doute ilest vrai, à sa Loimia Montagui.
Terebella gfgantea Moxmcu 1818, p. 341, pl. xr. - Cette espèce de très
grande taille est peut-être l'Amp/zizrite Edwardsi Quxrasraoas, cependant la
coloration ferait penser à une Lanice conchilega de grande taille.
Loimia Montagui Mc Iiwosn 1922, p. 147, pl. cxix, fig. 5, cxxv1,fig. 1. — Sous
`· ce nom, qui ne peut être conservé, car il existe déjà une Loimia Zllontagui

sA¤sx.x.xnA¤ 203
Gauss (1878, p. 224, pl. xxx, fig. 13} des Philippines, Mc Iwrosn redécrit une
espèce qu’il avait déjà désignée antérieurement sous le nom de Loimia giganzeo
(1915, p. 17) et qu’A1.x.eN avait signalée à Plymouth (1915, p. 636) sous le nom
de Loimia medusae et qui serait peut-être (?) Ia Terebella constrictor de Mos-
nou.
Jusqu`ici, à ma connaissance, la·Loimia medusa Sxvrcxw, espèce très répan-
due dans les mers tropicales, n‘a jamais été signalée avec certitude en Europe
et la présence d‘une espèce du genre Loimia sur les cotes d'Angleterre me
paraît fort douteuse, la description de Mc Ixvrosn ne permettant pas de se faire
une certitude à cet égard. .
Ehlersiella lrirsuta Route 1896, p. 460, pl. xxxx et xxv, fig. 12, 30 et 31. - Le
tube figuré par Room: ressemble à celui de Pista mirabilis mais l’animal macéré
n’ayant pu étre étudié on n’en peut même pas fixer le genre.
Ereut/io serrisetîs Gixnss 1868, p. 142 et 1869, p. 41. Saint-Malo. — Cette ·
espèce â soies dentelées, voisine d’Ereutho Smitti (Polycirrus Medusa), d'après
Gauss, lui est peut-étre identique.
Apneumca pellucida Quxrnsmcss 1865, II, p. 380, de Bréhat. - La descrip-
tion de ce Polycirrus dont ne Qunnnracns a pris les rames dorsales pour les `
rames ventrales, dans l'abdomen, peut s‘appliquer à plusieurs espèces.
Amaea Colei Mc Ixrrosn 1926, p. 421, pl. xvr, fig. 1-2. lle de Man. - Cette espèce
a été décrite d’après un unique fragment en'mauvais état comprenant seulement ·
les 5 ou 6 segments antérieurs macérés et le lobe céphaliquc, dont la forme
différerait de celui de l'A. trilobata. Mais, ainsi qu’en convient l‘auteur lui-
même, le mauvais état du spécimen ne permet pas de déterminer sa place
exacte.
F. SABELLIDAE MALMGREN.
[Snbelliens, incl. Eriographididae Mamcnsxv, Amplzicorinidae Msxrsn]. '
Corps allongé cylindrique ou fusiforme légèrement aplati,divisé en 2 régions
distinctes : 1° thoracique, à segments peu nombreux (4-12), à faisceaux dor-
saux de soies capillaires et à tores ventraux uncinigères; pas de membrane
thoracique; 2° abdominale, a segments très nombreux avec interversion des
soies, les tores uncinigères devenant dorsaux et les faisceaux de soies capil- .
laires ventraux. - Un long sillon copragogue cilié divise en 2 les boucliers
glandulaires de la face ventrale de l’abd0men et passe à la face dorsale dans la
' région thoracique (fig. 102, b). Le 1°* segment porte généralement une collerette
plus ou moins développée, entière ou divisée en lobes. Il peut aussi porter des
yeux. -· Les branchies forment tin panache terminal ent0ux·ant la bouche et
s'épanouissant en entonnoir (fig. 102, a, d). Elles sont constituées par 2 lobes .
semi·circulaires ou spiralés portant de nombreux filaments, ou rayons, garnis
de 2 files de barbules ciliées. Ils peuvent aussi porter des yeux et des appen-
dices dorsaux (fig. 103, a, 111, c). Une membrane palmaire plus ou moins déve-

294 FAUNE DE FMNCE. — 1>oLYcuÈTEs SÉDENTÀIRES
loppée peut les réunir à la base. — Pas d'0percule. — Prostomium indistinct.
2 palpes charnus, ou membraneux, ou filiformes de longueur variable (fig. 102, a).
Une lèvre supérieure membraneuse reliant·les palpes et souvent une lèvre
inférieure formant 2 ampoules vésiculeuses devant la bouche. — Soies toujours
simples, capillaires, plus ou moins largement limbées ou élargies en spatule
ou effilées en baïonnette. Uncini aviculaires; parfois accompagnés, au thorax,
de soies spéciales dites en pioche (fig. 102, h, i). Parfois des crochets à long
manubrium ou des palées. ll peut exister une ou plusieurs paires d’otocystes au
1¤·‘ sétigère. — Souvent des yeux latéraux. Pygidium avec anus terminal avec
ou sans,papilles et souvent des yeux. —- Sang vert, dichroïque. Une paire de
volumineux organes excréteurs tlioraciques s'ouvrant par un pore unique au
milieu de la face dorsale en arrière des branchies. — Tube cylindrique, mu-
queux, membraneux ou corné, recouvert ou non de vase•fine ou plus rarement
de sable, de gravier ou de débris de coquilles.
Remarques. —- Les Sabelliens, gràce à leur panache branchial multicolore
s'étalant comme une corolle de fleur, se reconnaissent à première vue. L’absence
d’opercule et de membrane thoracique et leur tube membraneux, jamais calcaire,
ne permettent pas de les confondre avec les Serpuliens dont ils ont longtemps
formé une simple tribu. Plus tard, on a voulu les s'ubdiviser en plusieurs
familles : Sabellidae, Eriogmphididac et Amp/zicorinidae, maisles différences
entre ces groupes nous paraissent avoir tout au plus la valeur de caractères de
sous-familles. Avec Riom, nous en admettrons 3 : Sabellinae, Fabriciinae (:
Amphicorinida c) et Myxicolinae (= Eriogrdphididae). La synonymie des Sahel-
liens est souvent fort embrouillée parce que, dans les ouvrages anciens sur-
tout, on a attribué une importance exagérée à des caractères macroscopiques
essentiellement variables, tels que la couleur des branchies, le nombre des
filaments branchiaux, des segments thoraciques, la forme de la collerette, les
yeux latéraux.
Le nombre des segments sétigères thoraciques est le plus souvent de 8 dans
` la plupart des genres, mais, chez certaines espèces surtout, il peut varier de
4 à 12 et même davantage. C’est dans les genres Sabella et Spirogmp/zz's que les
variations sont particulièrement fréquentes et étendues. Quelquefois le nombre
des sétigères thoraciques est diffèrent d`un côté à l’autre du même individu.
Cette variabilité provient sans doute de la facilité avec laquelle le panache
branchial et la région antérieure peuvent être amputés et régénérés. Le
panache branchial se détache facilement par autotomie. La régénération peut
entraîner un remaniement des premiers segments abdominaux qui perdent
leurs soies pour les remplacer par d’autres du type thoracique.
Quant au nombre des filaments branchiaux, il est surtout fonction de l’âge et
de la taille de I’animal et peut varier, par exemple, d'une vingtaine chez un
jeune Spirographis à plus de 250 chez un adulte de grande taille. Dans l'alcool,
le panache branchial se contracte souvent en forme de cylindre plus ou moins· `
tordu (fig. 116, al.
` Les yeux du 1*** segment, très nets chez les ’jeunes, deviennent souvent invi-
sibles chez les adultes par suite de l’épaississement_des téguments. Parfois
aussi ils disparaissent dans l’alcool. Il en est de même souvent des yeux latéraux
et des yeux du segment anal. Quand ils sont pourvus d`un cristallin, comme#
ceux des Myxicoles, on peut les retrouver sur des coupes alors qu’i|s ne sont

sxnxnnxnas 295
plus visibles extérieurement. Les mêmes remarques s‘appliquent aux otocystes,
toujours situés au W sétigère (2• segment) au·dessus du faisceau de soies dor-
sales, chez les espèces qui en possèdent. Chez l'adulte, on ne les retrouve que
sur les coupes alors qu’ils sont bien visibles chez les individus transparents de
petite taille. Ces otocystes, ou mieux statocystes, peuvent étre clos, avec un
seul ou plusieurs otolithes sécrétés, ou communiquer avec l’extérieur par un
canal cilié. Ils renferment alors des otolithes d'origine externe, petits grains
de sable siliceux. Les boucliers ventraux, rectangulaires, divisés en 2 àl’abdo-
men par le sillon copragogue, sont riches en glandes qui sécrètent le tube. Ils
ne sont plus distincts chez les Myxicoles et les Chonc mais, en réalité, l`épaisse
couche de tissu glandulaire qui entoure chaque segment peut être considérée
comme un bouclier continu dont l’extension est en rapport avec 1'énorme quan-
tité de mucus constituant le tube'. Dans les genres Clzonc et Euchone, l'emploi
de colorants appropriés permet de distinguer des bandes ou des anneaux glan-
dulaires étroits auxquels Horsonmna attache une certaine signification spéci-
fique.
Les soies peuvent présenter avec l'àge des modifications dont il faut tenir
compte, Ainsi les jeunes Branchiomma ont des soies largement limbées, se
rapprochant beaucoup des soies en spatule (fig. 109, m, 1), et d'autres à limbe
étroit, les seules qui persistent chez l'adulte. Chez d’autres espèces, on trouve
de ces soies intermédiaires entre le type limbé et le type spatulé. Par soies
d’une seule sorte on entend des soies d’un même type, ce qui ne signifie pas
qu`elles sont toutes semblables entre elles, mais la distinction est parfois déli-
cate et dans un même genre on rencontre des soies spatulées, subspatulées et
intermédiaires. La forme des uncini peut varier non seulement suivant l’àge et
la taille mais encore suivant le segment considéré, et même suivant leur place
dans une même rangée. En général, plus la plaque onciale estjeune, plus nom-
breux et plus fins sont ses denticules. ll faut aussi compter avec la difficulté
de les obtenir bien à plat dans les préparations, car, suivant, l’incidence, leur
aspect varie considérablement.
Les Sabelliens vivent généralement dans un tube enfoncé dans le sable, dans
la vase, ou fixé aux parois des rochers ou dans leurs fentes. Les petites formes
vivent parmi les Algues, les Serpules, les Hydraires ou sur les vieilles coquilles.
Les Sabelles, les Spirographis, sortis de leur tube, périssent sans pouvoir s'en
reconstituer un nouveau, tandis que d'autres, Branchiomma, Myxicolœ, par
exemple, s'enf'oncent facilement dans le sable et s’y refont un nouveau tube.
Beaucoup de petites espèces se sécrètent un tube muqueux ou membraneux,
transitoire qu`elles quittent facilement pour nager indistinctement la tête ou la
queue en avant ou pour ramper parmi les Algues (Oria, Fabricia). Ces espèces
sont en général pourvues d’yeux sur le pygidium qui joue alors le rôle de segment
directeur.
Pour la classification des genres nous suivrons les tableaux de Suur-Josizrn
et de Riom.
Tantaau nus currnus.
1 . Tores du thorax avec des uncini de forme aviculaire (fig. l02, k)
(S.-F. Sabellinae) ................ 2

296 FAUNE nn EnANcE. —— POLYCHÈTES SÉDENTAIRES
-—- Tores du thorax avec des crochets à long manubrium (113, fi. . 10
2. Tores du thorax avec un rangée d’uncini aviculaires et une rangée
de scies en pioche (fig. 102,'h, i) ..........· 3
—— Tores du thorax avec une seule rangée d’uncini aviculaires, pas
de soies en* pioche ............. . . . . 9
3. Une ccllerette bien développée (fig. 102, d) ........ 4
— Collerette rudimentaire représentée par 2 membranes triangu-
laires ventrales. Scies dorsales du thorax de 2 sortes : les unes
limbées, les autres en spatule ..... G. Amphiglena, p. 323
4. Pas d'yeux subterminaux aux filaments branchiaux .... . 5
—— Des yeux subterminaux aux filaments branchiaux (fig. 109, e, d).
Soies dorsales d’une seule sorte au thorax. G. Branchiomma, p. 314
5. Scies dorsales du thorax du type limbé, les unes longues à limbe
étroit, les autres courtes à large limbe (fig. 102, f, e) .... 6
-— Scies dorsales du thorax de 2 sortes, les unes limbées,les autres
de type différent .............. ,. . . 7
6. Les2 lobes branchiaux semi·circulaires et semblables (fig. 102, d).
` ................. G. Sabella, p. 297
-— Les deux lobes branchiaux inégaux, le plus grand s’enroulant en
spirale (105, a) ...... . . . G. Spirographis, p. 304
7. Lobes branchiaux égaux, tous les deux enroulés en spirale
(fig. 106, a, f). Des soies thoraciques limhées et d’autres en forme
de cimeterre ............ G. Bispira, p. 306
—— Lobes branchiaux égaux, semi—circu1aires, non enroulés en spi-
rale. Des soies en spatule au thorax (107, g) ........ 8
8. Scies du 1" sétigère thoracique en faisceau. Scies abdominales
_ plus ou moins largement limbées .... G. Potamilla, p. 308
——— Soies du 1" sétigère thoracique en rangées linéaires dirigées _
_ vers la tête (fig. 108, h). Des soies abdominales limbées et d’autres
en spatule ........... G. Hypsicomus, p. 312
9. Filaments branchiaux avec des appendices dorsaux (fig. 111, c).
Soies dorsales thoraciques d’une seule sorte. G. Dasychone, p. 318
-— Filaments branchiaux sans appendices dorsaux. Scies dorsales
thoraciques de 2 sortes ........ G. Laonome, p. 321
10. Tores uncinigères saillants, à courtes rangées latérales d’uncini _
(S.-F. Fabriciinae) .............. 1 1
— Pas de tores uncinigeres saillants. Uncini abdominaux en ceinture
presque complète. Scies dorsales thoraciques d’une seule sorte. —
Une membrane palmaire très développée. (S.—F. Myxîcolinae)
................ G. Myxicola, p. 341
1 1 . F ilaments branchiaux libres ............. 12
Filaments branchiaux réunis par une membrane mince sur une
grande partie de leur hauteur ............ 16

• · sansnmnuz 297.
12. Crochets de l'abdomen à long manubrium (fig. 113, f). Soies dor-
sales thoraciques d’une seule sorte. . . G. Manayunkia, p. 326
- Uneini abdominaux à court manubrium ......... 13`
13. Uneini abdominaux aviculaires. Scies dorsales thoraciques de
2 sortes, limbées et en spatule ..... G. Jasmineira, p. 330
- Uneini abdominaux rappelant la forme des plaques oneiales des
Térébelliens ou des Serpuliens (fig. 115, p) ........ 14
14. Barbules branchiales ne se terminant pas toutes au même niveau.
Scies dorsales thoraciques de 2 sortes. . G. Dialychone, p. 333
— Barbules branchiales se terminant toutes au même niveau. Soies
dorsales thoraciques d’une seule sorte ......... 15
1 5. Pas de collerette ........... G. Fabricia, p. 325·
— Collerette rudimentaire. 5 sétigères thoraciques ...... `
................ G. Oriopsis, p. 328 ·
—· Une collerette. 8 sétigères thoraciques .... G. Oridia, p. 327
1 6. Large gouttière ventrale aux segments postérieurs (fig. 118, m» Pl-
Soies dorsales de 2 sortes et rarement d’une seule . .· . .· .· .
................ G. Euchone, p. 339
— Pas de gouttière ventrale aux. segments postérieurs. Soies dor-
sales thoraciques de 2 sortes. . . .... G. Chone, p. 334
S.-F. SABELLINAE Riou.
G. SÀBELLÀ· LINNÉ.
Corps subeylindrique. 2 lobes branchiaux ne décrivant pas plusieurs tours de
spire. Filaments branohiaux sans appendices dorsaux et sans yeux subterminaux · `
mais parfois avec des taches oculaires disposées par paires. Boucliers ventraux
rectangulaires, entiers dans les premiers segments, ensuite divisés en 2 par le
sillon eopragogue. 2 palpes. Une lèvre dorsale et 2 lèvres ventrales. Collerette
bilobée ou quadrilobée.
W Séügèm _; Soiesààgibees. .
_ Autres segments thoraciques =  
ncxm aviculaires et soies en pioche:
Uneini aviculaires.
Abdomen : Soies capillaires limbèes.
Tube membraneux, souple, incrusté de vase line dans sa partie libre.
Nota. —Le sillon copragogue est dévié vers la face dorsale, soit à l`un des
derniers segments thoraciques, soit à l`un des premiers segments abdominaux
ce caractère essentiellement variable d'un individu à l’autre n‘a aucune valeur
spécifique. Le nombre des branchies est également très variable et fonction de

298 muni; ma rnaxvcn. —- ronvcuiarns ségnnminizs
l’âge et de la taille. Leur coloration varie aussi très grandement d’un individu à
l’autre, on en trouve rarementdeux semblables.
La plupart des Sabelles portent un point oculiforme entre les rames dorsales
et ventrales et souvent aussi des taches analogues sur le pygidium. Ces taches
latérales, très nettes chez les jeunes, s'atténuent et disparaissent souvent com·
plètement avec l’âge.
Les soies dorsales, tout en appartenant à un seul type, présentent, dans un
même faisceau, des différences notables de longueur et de largeur. Les infé-
rieures ont généralement un limbe plus large et sont plus asymétriques
(fig. 102, f).
L’autotomie fréquente du panache branchial et la perte des segments anté-
rîeurs sont suivies de régénération entraînant de fréquentes anomalies de
segmentation et de grandes variations dans la taille des branchies et le nombre
des segments thoraoiques. Lorsque le thorax a été amputé, les segments anté-
rieurs abdominaux perdent leurs uncini dorsaux et leurs soies ventrales et
régénèrent des soies thoraciques : capillaires dorsales, uncini et soies en pioche
Jventrales, pendant que la tête et les branchies repoussent.
1. Des points oculiformes sur les filaments branchiaux (fig. 103, a). 2
—— Pas de points oculiformes sur les branchies ........ 3
2. Des soies en pioche typiques ....... S. Fahricii, p. 300
—— Soies en pioche en forme de pelle creuse (fig. 102, k, l) ....
................ S. bipunctata,p. 301
3. Collerette quadrilobée. Pas de bourrelet ni de coussins charnus
à la base des branchies ........ S. pavonina, p. 298
—- Collerette bilobée; des coussinets charnus ou un bourrelet à la
base des branchies ................ 4
4. A la base des branchies, 4 coussinets charnus (fig. 104, a, b). .
................. S. fusca, p. 302
—- Un bourrelet saillant à la base des branchies (104, g) .....
, , ................. S. Lamyi, p. 303
S. pavonina Savrexv. Fig. 102, a·l. - Sàbella pav0m'naSA1NT-Josnrn
1894, p. 267, pl. x, fig. 279-284, xx, fig. 285-288; Riom 1923, p. 17, fig.
1-3. S. pavonia M.u.McnnN 1865, p. 398, pl. xxvu, fig. 82; Lo Branco
1893, p. 66. S.pe1zeciZlus Qvxrnnmcas, 1865, ll, p. 442; Mc Iivrosn 1922.
p. 223. S. flabellata Qu;. et S. longzbranchiata QUATREFAGES, 1865, ll,
p. 444, 445. S. ventilabrum Snvicxv 1820, p. 81; Quxrnnmcns, 1865,
II, p. 554. S. VZ'Fl·diSMILNE·EDW’ARDS 1849, pl. r, fig. 2. S. Sarsi Knôrnn
1856, p. 23. S. viola GRUBE 1863, p. 58, pl. vr, fig. 4; Soumnn 1903; p. 9,
fig. 2-3. -—— Amphitrite ventilabrum DALYELL (non Rxssol 1853, p. 212,
pl. xxx. - (?) A. penecillus Lmuxncx 1838, V, p. 610.
Corps arrondi du côté dorsal, un peu aplati du côté ventral, de largeur
à peu près uniforme sauf à l’extrémité postérieure sensiblement rétrécie.
Segments très nombreux, 100 à 600 et plus, dontô à 12 (sétigères) thoraci-
ques, leplus souvent 8. -2 lobesbranchiaux semi-circulaires sensiblement

SABELLIDAE _  
L \\ v// V '
  É ‘~ "/'   [  7  ·— ii'  ”
î g ër   ~   .  ~  lil   1:* * L  ~ t « »’ l
7 ‘   i  `~   ixillîi l il/` Z 'JÉ · A l
/ \ °  ‘* ~‘ ,·, 9 ,,i';?' _,
“ ¤»       1 ·• '
a  L/ZM, /' 5 • g
  b `
¢ / Q
L s1 I? \ ,
‘ J n I
 i s= \
' J ·‘ —   fl;
$.4’   wa . .
—..-sa Z · ..4% 1
< '1'É Z ·î É
dit: -2 ,4 *
K   îz · — F
.\-¢   ·.'ê=,
 il È T""f: 1% I I
1 J · ,, *—” r r· *
¤" *1}.î:  
. Éâsévd ¤ " 9 ï ¤
Fm. 102. —- Sabella pavonina :a, entonnoir branchial vu par en haut montrant les
palpes, les lèvres et les ampoules labiales (d’après Soutien); b, c, région antérieure, `
(ace ventrale et de coté, X 2 (imité de Riom); d, région antérieure, face dorsale, gran-
deur naturelle; e, f, soies dorsales thoraciques, longue et courte, x 150; g, soie abdo-
minale x 150; h, i, soies en pioche x 150; k, uncinus aviculaire thoracique >< 150;
1, uncinus abdominal x 150. ·
égaux portant chacun 8 à 45 filaments, tous à peu près de même longueur,
minces, flexibles, à sommet nu assez court, à nombreuses barbules fines
et courtes (102, d). Ils sont réunis à la base par une courte membrane
palmaire et dépourvus de taches oculiformes. 2 palpes canaliculés elïilés,
à base élargie en triangle, réunis par la lèvre supérieure et de longueur
égale au quart ou à la moitié des branchies, environ (a, d). 2 lèvres infé-
rieures formant 2 ampoules vésiculeuses (a, b}. Collerette quadrilobée,
2 lobes dorsaux largement séparés et 2 lobes ventraux très rapprochés,
épais, charnus et réfléchis en dehors (b, c, d}. — Pygidium terminé par 2
petites papilles arrondies. - Au i" sétigère, seulement des soies limbées.
Aux autres segments thoraciques, des soies dorsales supérieures longues
à limbe étroit, des soies inférieures plus courtes à limbe plus large et des
soies intermédiaires (0, f). Des uncini ventraux aviculaires à manubrium un
peu allongé, à rostre surmonté d’une crête de nombreux et fins denticules
(k] et des soies en pioche très transparentes (h, i). A l‘abdomen, rien que
des uncini dorsaux aviculaires plus petits et à manubrium plus court qu’au `

300 , nous ns rnaivcs. — rorvcuàrns sénsnramns ·
thorax (I} et des soies ventrales limbées (g) avec, aux derniers segments,
quelques soies capillaires plus longues et plus étroitement limbées. —
'l`ube cylindrique dressé verticalement, incrusté de fine vase grise dans
la partie supérieure, ayant l`aspect et la consistance du caoutchouc.
L. 10 à 25 cm., sur 3 à 8 mm. de largeur. — Corps ·jaune orangé ou
gris violacé, lobes ventraux de la collerette violet foncé; chez les jeunes,
` un point foncé oculiforme entre les deux rames pédieuses (‘). Panache
branchial zoné de taches ou de bandes de couleur très variable (d), bru-
nàtres, rougeâtres, ou violacées. Palpes violacés ou brunâtres.
Tube enfoncé verticalement dans la vase à Zostères ou à Posidonies ou dans
le sable mélangé de vase et de cailloux. Les jeunes forment souvent des colo-~
nies fixées sur les coquilles, les pilotis, les bouées immergées.
Mer du Nord; Manche; Atlantique; Méditerranée.
Nota. -— Le panache branchial, assez caduc, est fréquemment régénéré ainsi·
que les segments antérieurs, ce qui explique le nombre variable et les fré-
quentes anomalies des segments thoraciques.
S. Fabricii Knôvsa. Fig..103,.a-g. -- Sabella Fabricii Fauvni. 191Q,.
p. 313, pl. xxxi, fig. 36-43; Levrxsax 1883, p. 190. S.pz'cta Knôvsu 1856,
p. 24. S. (‘}'üSSl'COI‘lll.S, Sans, Mamrcnsx 1865, p. 399, pl. xxvrt, fig. 83;
Lo Bianco 1893, p. 67._S. spetsbergensis Mauucnnn 1865, p. 399, pl. xxrx,
fig. 93.
Corps épais, allongé et atténué postérieurement. 50 à 100 sétigères et
plus dont 8 thoraciques. — 2 lobes branchiaux semi-circulaires sensiblement-
égaux portant chacun 15 à 23 filaments tous ·à peu près de même lon-
gueur, à sommet court, nu et efïilé, à barbules de longueur médiocre.
lls sont réunis à la base par une courte membrane palmaire et p0rtent·
chacun 2 à G paires de taches oculiformes (103, d). 2 palpes canaliculés,
effilés, subtrigones et de longueur égale au tiers des branchies, environ.
· 2 lèvres inférieures formant 2 ampoules vésiculeuses. Collerette quadri'-
lobée, 2 lobes dorsaux largement séparés et 2 lobes ventraux rapprochés,.
courts, réfléchis. —— Au 1" sétigère, rien que des soies limbées. Aux
autres segments thoraciques, des soies dorsales limbées les unes
longues (li), les autres courtes à limbe plus large (c,d). Des uneiniventraux
aviculaires à manubrium renflé en avant, arqué en arrière, à rostre sur-
monté d’une crête de nombreux' et fins denticules (f), des soies en pioche
transparentes (e). A l’abdomen, rien que des uncinidorsaux aviculaires peu
différents des thoraciques (g) et des soies ventrales capillaires plus lon-·
gues et plus minces qu’au thorax. -—— Tube cylindrique, grisâtre, souple
dans sa partie supérieure membraneuse, transparent, dur, corné et rigide-
dans sa partie postérieure.
L. 20 à 50 mm., sur 3 à 4 mm. de diamètre. ·—- Corps jaune de chrôme,
' (I) Disparaissanl. souvent chez Vadulte de grande taille.

sasannxoaa i 301
région thoracique verdàtre. Branchies marron foncé, avec 4-5 bandes
brunesdransversales supportant, au dos des filaments, une paire d’yeux -
noirs (a). Dans la région abdominale, un très petit point oculiforme entre
les deux rames pédieuses.
Dragages côtiers sur fonds détriliques ou coralligènes. ·
Méditerranée (Naples, Capri). - Mers du Nord et Mers Arctiques.
\,fs 1 /"~ ~ .1
' ' *0.
\N QS 1
\` r ix L ,
O · 1
' 11 · li"  /"»,Ã,?"· '
— . 1 ' 4 1
s` |§,I i«'  i*1111‘Ã'§  I4, .
‘ A `·* ¢gt \ WY À; 
I i  li i
[ È ' %ë\ gllllbt
" ‘   \ *1 t
r li gi b 4 M
ësî ëtë. .
9  
seëë ’"
1 f I    
i} L (Z j_ Q    _ L
Frs. 103. — Sabella Fabricii a, tilanieiit lxranchial avec yeux nlorsauv. grossi; h, soie
thoracique étroite \< 150; c, d, soie thoracique large, de profil vt dc t'ace x 150; 9,
soie en pioche x —150; 1, uncinus thoracique >< 210; g, nncinns abtlominal >< 210. ·-
S. bipunctala : h, région sintürieurc. face dorsale. g1·o~~ic (<l’.tpri~s Mc Ixrosu); i.
uncinus thoracique >< 210: k, 1, soies en pelle, dc trois quarts ct de face X 500: m,
n, soies thoraciqucs X l50.·
V S. bipunctata Bruno. Fig. 103, h-n. -— _SabeIla Izipunctata B.un¤ 1865, u
·p. 158; Mc Iivrosu 1885, p. _489, pl. Lu, tig.. 4, xxx A, fig. 1-3; Fauvm.
1914, p. 149, pl. vu, fig. 18-21; Inoso 1921, p. 70. S. gufneensis Aucnxan
1918, p. 565, pl. vx, fig. 149, vn, fig,. 247-249.
Corps un peu aplati et atténué postérieurement. Environ 100 sétigères
dont 10 à 14 thoraciquesx - 2 lobes branchiaux semi-circulaires portant
chacun 8 à 15 (près de 50 chez les grands spécimens) filaments à nom-
breuses barbules, à extrémité courte et effilée. Ils sont réunis à la base par `
une courte membrane palrpaire et portent chacun 2 à 5 paires de taches

302 FAUNE ne FRANCE.)- ronvcnikres SÉDENTAIRES
oculiformes foncées (103, h). 2 palpes larges, pointus, de longueur égaleau
tiers des branchies. Collerette assez basse, à 2 lobes dorsaux très écartés
lh) et 2 lobes ventraux rapprochés et réfléchis en dehors. — Au 1" séti-
gère, rien que des soies limbées. Aux autres segments thoraciques, des
soies dorsales limbées, les unes longues, à limbe étroit, les autres plus
courtes, plus larges et asymétriques (m, 11). Des uncini ventraux avicu-
' laires, à manubrium renflé en avant, arqué en arrière, à rostre surmonté
d’une crête de nombreux et fins denticules (i). Les soies dites en pioche
sont très transparentes, creusées en forme de pelle à charbon à bord
aminci et dentelé, à douille recourbée (k, ll. A l'abdomen, des uncini
dorsaux aviculaires à court manubrium, des soies ventrales limbées, ac-
compagnées aux derniers segments de longues soies capillaires. — Tube
membraneux incrusté de fine vase grise dans sa partie supérieure.
L. 25 à 80 mm., dont un tiers pour les branchies, sur 3 à 5 mm. de
largeur. - Corps vert pâle ou gris jaunâtre, branchies rayées de brun
violet. A la face dorsale, à la base de cl1aque parapode, une grosse tache
ronde brun pourpre ou violet pensée. A l’abdomen, souvent une tache
dorsale et une tache ventrale et un liseré pourpre entourant les tores
uncinigères. _
A mer basse et en dragages sur des coquilles.
· Atlantique (Antilles, golfe de Guinée) ; Méditerranée (Naples, fide Inoso).
Nara. - Cette espèce se rapproche beaucoup de S. Fabricii, elle en diffère
surtout par ses soies en pelle.
S. fusca Gnomz. Fig. 104, a-f'. — Sabella /est-a Gnum`1869, p. 36; Mc
Iivrosn 1885, p. 491, pl. 1.11, fig. 3, xxx A, fig. 4-G; Gnnviea 1908, p. 71,
pl. v, fig. 243-245; Inoso 1921, p. 78.
Corps convexe à la face dorsale, aplatî à la face ventrale, faiblement
atténué postérieurement. Environ 100 à 200 sétigères, dont 7-8 tl1oraciques.
-— 2 lobes branchiaux semi-circulaires sensiblement égaux, portant cha~
cun 30 à 60 filaments à nombreuses barbules à extrémité nue assez courte.
Ils sont réunis à la base, par une membrane palmaire, sur le quart de
leur hauteur et dépourvus de taches oculiformes. 2 palpes canaliculés,
triangulaires, de longueur égale au tiers, environ, des branchies et réunis
à la base par la lèvre supérieure. 2 lèvres inférieures vésiculeuses. A la
base des branchies, 4 grosses masses charnues; 2 dorsaleset 2 ventrales
(104, a, b). Collerette à 2 lobes dorsaux écartés et 2`lobes ventraux trian-
gulaires rapprochés, réfléchis en d_ehors et se continuant avec les lobes
dorsaux sans échancrure latérale. - Pygidium arrondi. —- Au 1"' sétigère,
seulement des soies dorsales limbées plus fines que les suivantes. Aux.
autres segments thoraciques, des soies dorsales limbées, légèrement cou·
dées, les supérieures plus longues, les inférieures plus larges et plus
courtes avec tous les intermédiaires (d, e). Des uncini ventraux aviculaires

snnsnnioaa _ 303·
à manubrium assez long, à rostre renflé en casque surmonté de nombreux
et fins denticules (f) et des soies en pioche à extrémité styliforme [c). A
l‘abdomen, des uneini dorsaux un peu plus petits qu’au thorax· et des
soies limbées ventrales avec, aux derniers segments, des soies capillaires
plus longues et plus fines.- Tube cylinclrique, à paroi peu épaisse recou-
verte de vase Iine.
L. 6 à 8 cm. dont un tiers pour les branchies, sur 7 à 8 mm. de largeur.-
- Corps rosé, panache branchial clair, bariolé de rouge brun. Une petite
tache oculaire brun rouge entre les 2 rames pédieuses.
A mer basse sur des Madrépores et dragages côtiers. Souvent en colonies.
Méditerranée (Naples, fïde Inoso). — Mer Rouge. — Australie.
` s·  l e -`:
  ® y f, Il ·
' " ` " r /
 W I »
l . F
j l O l .
b - `~ J l “ "É ( î
· _ C L ··l||lIlI|lI·
_ x ·   _ Ml i
f 5 r l
· 4; i f I , ,
· ?   A
\ j. ·
« i V `   `
\ ‘ l•‘ i` ‘T l
gv V tua v lr ' I l u   `
uüë, `   Qëëgiëb ll, ·   I ·
~,g,,>,g¤  0%%.:   lt  , «
à .   2»  rjg lê hi *  Sggi
È! IS · - il °=lÉ9
d c D L . 9 ts- « _
F10. 104. — Sabella fusca : a, b, région antérieure face dorsale et face ventrale, gros-
sie; c, soie en pioche (d'apri·s Gmtvizaiz d, e, soies thoraciques x 100; f, uncinus·
thoracique x 200 (d’après Mc lnrosn). -— S. Lamyi : g, région antérieure, face dor-
sale; h, soie thoracique courte; î, soie thoracique mince; k, 1, soies capillaires abdo-
minales; m, soie en pioche; n, uncinus thoracique; 0, uncinus abdominal (d’apri·s
Gnnvmn).
S. Lamyi Gnavmn. Fig. 104, g-0. — Sabella Lamyj Gnavuzn 1908,.
p. 75, pl. vr, fig. 246; Inoso 1921, p. 77, Hg. 3.
Corps convexe à la face dorsale, aplati à la face ventrale dans la région-
antérieure. Environ 90 sétigères, dont 8 thoraciques. — 2 lobes bran-

304 nous na rnaxcia. —~— ronrcuàrss siânnnrainns ,
cliiaux semi-circulaires sensiblement égaux, portant chacun 11-12 fila-
ments·relativement très longs à barbules très nombreuses presquejusqu’à
l`extrémité. Ils sont dépourvus de taches oculiformes et reliés entre eux à
la base. 2 palpes en languette étroite. Collerette bilobée, légèrement
échancrée à la face ventrale, largement ouverte sur la dorsale (104, g),
orientée d’avant en arrière de la première à la seconde. En avant de la
collerettc, ài la base des branchies, un épais bourrelet profondément
déprimé sur laligne médiane dorsale qui se continue en se rétrécissant
jusqu’à la face ventrale et qui est entièrement indépendant de la collc-
rette et des branchies. ll est séparé nettement du l" sétigère par un
sillon bien marqué (gl. Des lèvres dorsales et ventrales bien marquées.
-— Pygidium terminé par 2 papilles arrondies. —Au l" séfigère, un petit
faisceau de soies limbées. Aux autres segments thoraciques, des soies
dorsales supérieures presque droites, au-dessous, d’autres beaucoup plus«
épaisses fortement coudées au sommet avec un limbe large et strié (h, i).
Des uncini ventraux aviculaires à manubrium court (n) et des soies en·
pioche à.1imbe effilé (m). A l’abdomen, des uncini dorsaux plus petits
-qu’au thorax (0), des soies ventrales trapues et de fines soies arquées (k,l).
— Tube mernbraneux recouvert de fine vase grise.
L. 2 à 4 cm., dont la moitié_pour les branchies, sur 2 mm. de largeur.
—— Coloration : jaune foncé ou grisâtre, branchies tachées de rouge.
Dans les récifs coralliaires et sur un fragment de bois.
` Méditerranée (Naples, fide [soso). — Mer Rouge.
Nota. — La présence à Naples de ces trois espèces de mers chaudes est
.assez surprenante et demande à être confirmée.
G. SPIROGRAPHIS Vivmxi.
Corps cylindrique. 2 lobes branchiaux inégaux dont l’un décrit plusieurs
tours de spire et porte des filaments beaucoup plus nombreux (fig. 105, a). Fila-
ments branchiaux sans appendices dorsaux, sans yeux terminaux et sans
taches oculaires. Boucliers ventraux rectangulaires, entiers dans les premiers
segments, ensuite divisés en 2 par le sillon copragogue. 2 palpes. Une lèvre
· dorsale et 2 lèvres ventrales avec ampoules. Une collerette quadrilobée.
le, Széügèœ 2 Soicsgàgibées.
. 'Soies limbées lus ou moins larves.
Autres segments thoraciques :  
Uncini avîculaires.
Abdomen :  
boxes capillaires limbees.
Tube membraneux, souple, incrusté de vase fine dans sa partie libre.
`S. SpallanzaniiV1v1Am. Fig. 105, a·b. —- Spirographis Spallanzanz'z'CLA«
maison 1868, p. 136; Lo Branco 1893, p. 73; SAINT-Josnru 1898, p. 429;

_ sansnnxnan 305
Fiwvnr. 1909, p. 388; Riou 1923, p. 20, fig. 4-10; Soumnn 19Q2, p. 7,
Hg. 2. .5). Z0ngispz'r·a, Sp. elegans et Sp. bre«·zspz'r·a Qomnnmcns 1865, II,
p. 429, 430. — Salzella Spallanzanii Gnomz 1851, p. 88; S. ventilabrum
Gmmn 1851, p. 88; S. unz'spz'ra MILNE•ED\\’ARDS 1849,. pl. xv. — AIHP}?.l·ÉI‘l·É9
ventilabrum Russo 1826, p. 410. '
' t 9 '9 · · - I. _
  l
L _ _, =’ 1; ‘  ,·   
`  *=. =»·¢' », .= 8: * ` ’ .
U  _·f—_—.¤», f ,/ /' ` ' .
I  Al  \; \i\l  Ã   / [  b \¤ · l F
li `\ \_" "\%'¤ I pl .'  ` * ' î
· \` `     ’,   __ I * _ ,l
s    1 ;; 1 ·‘-_ * I. '
`    ’”"-· ' ' =. ·
l`   a I } J C
J   ».·' .»z/.g'§g s.   /
f rr. * · ïfj/I   " `   ;
I É&Eacut