FEDERATION FRANCAISE DES SOCIETES DE SCIENCES NATURELLES
A B.P. 392 — 75232 PARIS Cedex 05 ,‘ -1
4 E > Association régie par la loi du 1°'juillet 1901, fondée en 1919, reconnue d’utilité publique en 1€ \   '\€·' 1
•~. Membre fondateur de l’UICN — Union Mondiale pour la Nature lé  0 ‘
—7
La FÉDÉRATION FRANCAISE DES SoC1ETES DE SCIENCES NATURELLES a été fondée en 1919 et reconnue
d‘utilité publique par décret du 30 Juin 1926. Elle groupe des Associations qui ont pour but, entièrement ou
partiellement, l‘étude et la diffusion des Sciences de la Nature.
La FÉDÉRATION a pour mission de faire progresser ces sciences, d‘aider à la protection de la Nature, de
développer et de coordonner des activités des Associations fédérées et de permettre l‘expansion scientifique
française dans le domaine des Sciences Naturelles. (Art .1 des statuts).
La FÉDÉRATION édite la « Faune de France >>. Depuis 1921, date de publication du premier titre, 90
volumes sont parus. Cette prestigieuse collection est constituée par des ouvrages de faunistique spécialisés
destinés à identifier des vertébrés, invertébrés et protozoaires, traités par ordre ou par famille que l‘on rencontre en
France ou dans une aire géographique plus vaste (ex. Europe de l’ouest). Ces ouvrages s‘adressent tout autant aux
professionnels qu‘aux amateurs. Ils ont l‘ambition d‘être des ouvrages de référence, rassemblant, notamment pour
les plus récents, l‘essentiel des informations scientifiques disponibles au jour de leur parution.
L’édition de la Faune de France est donc l’œuvre d’une association à but non lucratif animée par une
équipe entièrement bénévole. Les auteurs ne perçoivent aucun droits, ni rétributions. L’essentiel des ressources
financières provient de la vente des ouvrages. N’hésitez pas à aider notre association, consultez notre site
(www.faunedefrance.org), et soutenez nos publications en achetant les ouvrages!
La FÉDÉRATION, à travers son comité Faune de France a décidé de mettre gracieusement, sur Internet, à la
disposition de la communauté naturaliste l‘intégralité du texte de Lucien BERLAND consacré aux Hyménoptères
Tenthredoïdes publié en 1947. Ce volume est actuellement épuisé et ne sera pas réédité.
Cet ouvrage est sous une licence « Creative Commons >> pour vous permettre légalement de le dupliquer, le
diffuser et de le modifier .....
Montpellier, le 16 avril 2007
le Comité FAUNE DE FRANCE

Creative Commons
®Cf6aiiV9
C 0 hl hl U TC 5+ U I-1 li I)
Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Partage des Conditions Initiales à
l'Identique 2.0 France
Vous êtes libres :
•de reproduire, distribuer et communiquer cette création au public
•de modifier cette création
Selon les conditions suivantes:
BYE Paternité. Vous devez citer le nom de |'auteur original.
.·—r'
Pas d'Utilisation Commerciale. Vous n'avez pas le droit
.= d'uti|iser cette création à des fins commerciales.
Partage des Conditions Initiales à l'ldentique. Si vous
modifiez, transformez ou adaptez cette création, vous n'avez
le droit de distribuer la création qui en résulte que sous un
·-”' contrat identique à ce|ui—ci.
•A chaque réutilisation ou distribution, vous devez faire apparaître clairement aux
autres les conditions contractuelles de mise à disposition de cette création.
•Chacune de ces conditions peut être levée si vous obtenez |'autorisation du
titulaire des droits.
Ce qui précède n'affecte en rien vos droits en tant qu'utilisateur (exceptions au
droit d'auteur : copies réservées à |'usage privé du copiste, courtes citations,
parodie...)
Ceci est le Résumé Explicatif du Code luridique (la version intégrale du contrat).
Avertissement El
Découvrez comment diffuser votre création en utilisant ce contrat

1=£¤£nA·no~ »=nA~çAnsE nas socxàrés ne scœuczs ~A·runs¤.¤.zs
OFFICE CENTRAL DE FAUNISTIQUE
Directeur honoraire : P. de BEAUCHAMP
Directeur : L. CHOPABD
 
47
HYMÉNOPTÈRES TENTHREDOÉDES
PAR '
Lucien BERLAND
Sous-Directeur de Laboratoire au Muséum d‘HistoIre naturelle
PARIS
Pau:. LECHEVALIER, 12, mm DE T0UnN0N (VIe)
1947 a
Collectforrhonorée de subventions de l’AcadémIe des Sciences de Paris
(fondation R. Bonaparte et Lontreugl), du Ministère de l’AgrIcuIt¤re
et du Ministère de l'Education nationale.

INTRODUCTION
Les Tenthrèdes, ou « Mouches à scie », ont depuis longtemps attiré l’atten-
tion des entomologistes, tant à cause de leur forme, par où elles sont
opposées à tous les autres Hyménoptères, que par l’aspect de leurs larves,
qui ressemblent presque toutes à des chenilles et, comme ces dernières,
se nourrissent de substances végétales et même principalement de feuilles.
F. KLUG est le premier auteur qui, vers 1814-1818, a donné un travail
d’ensemble sur ces Insectes; il en décrivit de très nombreuses espèces,
aussi a-t-il la paternité d’une forte proportion des Tenthrèdes de nos pays.
Peu après, en 1823, LEPELETIER fit de son côté un essai de synthèse
sous le titre de « Monographia Tenthredinetarum » ouvrage qui, comme
celui de KLUG, n’a plus maintenant qu’un intérêt historique, mais dont
cependant beaucoup d’espèces décrites, confirmées depuis, sont restées
valides.
En 1837, HARTIG publia un petit livre intitulé : a Die Farnilien der Blatt-
wespen und Holzwespen », excellent en tous points, et très remarquable
autant par la précision que par la perfection. Non seulement l’auteur
y donne l’étude systématique de nombreuses formes, mais encore il `déïü
les mœurs d’un bon nombre d’entre elles, et, ce qui ne gâte rien, il accom-
pagne le tout de fort belles planches.
Passant plusieurs années, nous arrivons au premier ouvrage d’ensemble
permettant la détermination pratique des Tenthrèdes. ll s’agit de celui
d’Edmond ANDRÉ, qui inaugura lui-même son célèbre « Species des Hymé-
noptères d’Europe et d’Algérie » par un volume consacré aux Mouches
à Scie. Peut-être le plan du Species était-il trop vaste, surtout pour l’épo-
que, et vouloir traiter à la fois toutes les espèces paléarctiques était au
moins prématuré. Mais on doit reconnaitre que l’auteur a réuni une riche
documentation, basée sans doute sur une très importante collection qui,
malheureusement, semble avoir été perdue, car elle n’a été mentionnée
nulle part (il ne faut pas confondre avec Ernest ANDRÉ, frère du précédent,
également hyménoptériste, et dont la collection se trouve depuis 1913 au
Muséum de Paris). Quoi qu’il en soit, ce livre, convenablement illustré,
a rendu longtemps de grands services. Mais il faut bien dire qu’il est aujour-
d’hui largement dépassé, et ne peut plus en aucune manière servir à la

6 11YMÉNoP'rÈnEs TENTHRÉDOIDES
détermination, ce qui ne saurait surprendre pour un ouvrage ayant plus
de 60 ans d’existence.
Presque à la même époque CAMEnoN a fait paraître un excellent livre
(en 4 volumes) consacré aux Tenthrèdes des îles britanniques qui, assez
bizarrement, sont jointes aux Cynipides sous le nom d’Hyménoptères
phytophages. On y trouve d’utiles indications concernant la biologie de
maintes espèces, ainsi que sur les larves.
Nous arrivons à Konovv, qui fut le spécialiste ayant la plus profonde
connaissance des Tenthrèdes. Il écrivit de nombreuses revisions de divers
genres, et commença une monographie de la totalité du groupe que,
malheureusement, sa mort survenue en 1908, ne lui permit pas d’achever.
Le pasteur Komow, —— dont on a perpétue le nom en le donnant au pério-
dique bien connu Konowia, -—— est certainement l’auteur qui a le plus
amélioré nos connaissances sur ces Insectes.
Dans une époque toute récente, E. Emsun a écrit de 1912 à 1917 l’ou-
_ vrage réputé : Die Tenthredinoidea Mitteleuropas, sur lequel je me suis
appuyé largement pour écrire le présent livre. C’est une excellente mise
au point qui, à vrai dire, doit beaucoup aux travaux de Konovv, et avec
ces deux auteurs, Konow et ENsLIN, on estconvenablement armé pour
l‘étude des Tenthrèdes.
J ’ai en outre tenu compte des travaux récents de Ross et de BENsoN,
qui ont établi une classification générale des Mouches à scie très ration-
nelle et, à mon avis, meilleure que les précédentes.
J ’ai eu l’impression qu’il était peut-être possible, et sans doute utile,
d’écrire maintenant un livre sur ces Insectes, dans le plan de la Faune
de France. Je pouvais m’appuyer, en efïet, non seulement sur de très bons
travaux, mais aussi sur une importante collection que j’ai constituée au
Muséum de Paris, en fusionnant les collections SICHEL, GIRAUD, J. PÉnEz,
Ernest ANDRÉ, J. DE GAULLE, PIGEOT, etc. Je dois en outre un matériel
intéressant, ou des indications de capture à MM. L. HÉMoN, L. Caomnn,
P. Lrssus, M. Pic, Gmrzenn, le Dr Ctnnc, le DT Bm·*r1NoEa (1), H. B1-
BAUT, Cavno, DT CLEU.
J’ai donc pu baser ce livre sur l’examen direct de presque toutes les
espèces françaises, à peine 2 ou 3 % m’étant restées inconnues.
Pour respecter la tradition de la Faune de France, j’ai donné la plus
large part possible à l’illustration, ce qui manque souvent aux ouvrages
antérieurs, ceux de Konovv notamment n’ont aucune figure. J ’ai été aidé
en cela par une très habile dessinatrice, MUG Germaine Boca, à qui on doit
tous les dessins de ce livre, exécutés d’après nature.
Mais quel nom donner aux Tenthrèdesl Il est peu de groupes qui aient été
aussi ravagés par Papplication des règles de la nomenclature. On verra
(1) Le Df Bnrrxncmz, médecin à Reims, déporté de la Résistance pendant Poccupation,
est mort en Allemagne par suite des mauvais traitements qu‘il y a subis.

INTRODUCTION 7 -
plus loin pour chaque espèce une liste, souvent impressionnante, de syno-
nymies, et j’ai compté que les quelque 550 espèces ont reçu 1.850 noms diffé-
rents, ce qui revient à dire que chaque espèce a été en moyenne nommée 3,5
fois! Or le sous·ordre lui—même n’y a pas échappé, et on l’a appelé succes-
sivement : Tenthredinoidea, Phytophages, Sessiliventres, Chalastogas-
tres, puis Symphytes, ce dernier nom dû à Gnnsmncxsn, je crois,
paraissant être actuellement en vogue! Ne conviendrait—il pas de s’arrêter
dans ces débaptisations par trop fréquentes! On serait tenté de revenir
au nom de Tenthredinoidea,·l’un des plus anciens en date, puisqu’il remonte
à LA·rnEu..LE. Mais d’après des auteurs récents, notamment Ross et
BENSON, cette superfamille ne correspond plus à l’ensemble des Tenthrèdes;
elle n’en est qu’une subdivision. Je me suis arrêté à la résolution suivante :
pour le titre en français, j’emploie le terme d’Hyménoptères tenthredoïdes.
qui présente l’avantage de contenir le mot « Tenthrèdes » universellement
connu, et guidera immédiatement le lecteur non spécialiste, comme terme
scientifique celui de Sessiliventres, qui doit bénéficier de la priorité ayant
été employé par LATREILLE avant tout autre terme désignant les Mouches
à scie. Sans doute la loi de priorité n’est-elle applicable strictement
qu’aux genres et espèces, mais dans les cas litigieux, il paraîtra logique
d’en faire usage également pour les divisions plus élevées.
On ne peut parler des Tenthrèdes sans mentionner aussi leurs larves,
qui sont les seules larves actives des Hyménoptères,et dont certaines ont
une grande importance en entomologie appliquée par suite des dommages
qu’elles causent. ll eût été désirable que toutes celles qui sont connues
fussent décrites, et que des tableaux de détermination en eussent été donnés.
Mais à la réflexion j’ai dû y renoncer : un trop grand nombre d’entre elles
n’offrent que des différences insignifiantes. Aussi me suis-je contenté de
signaler les plus remarquables, renvoyant pour les autres` aux ouvrages
où elles sont figurées, le plus souvent en couleurs. Peut-être un jour fera-
t-on des travaux complets sur ces larves, comme on l’a fait pour les che-
nilles des Lépidoptères. En attendant je rappellerai les belles études de
Bmscmcn et ZADDAcH, qui ont élevé un grand nombre d’espèces, et en
ont reproduit les larves d’une façon parfaite. De leur côté Edmond ANDRÉ,
ainsi que CAMERON, en ont figuré un bon nombre. LOISELLE, jadis, en a
étudié plusieurs de France.
Cependant, malgré les progrès continus qui ont été apportés à la con-
naissance des Mouches à scie, on constatera à la lecture des pages qui
suivent qu’iI subsiste encore de nombreuses lacunes.
Tout d’abord au sujet de la répartition géographique. Même sur un
territoire aussi restreint que celui de la France, ces Insectes n’ont pas
reçu toute l’attention qu’ils méritent, et pourtant ils sont fort nombreux
presque partout. Edmond ANDRÉ devait avoir une collection importante,
mais en tout cas, dans son Species il ne cite jamais de localités précises
et se contente souvent de la mention : France, ce qui est très insuffisant.

8 ' HYMÉNOPTÈRES TENTHRÉDOIDES
Depuis, certes quelques régions ont été prospectées avec un soin
particulier, et c’est le cas de la région parisienne (J. DE GAULLE), de la
Seine-et-Marne (BRU), des Ardennes ou de l’Allier (PIGEOT), de la Saône-et-
Loire (Pm), de la Haute-Loire (MANEVAL), des Pyrénées (H. RIBAUT),
du Nord (Cnvno), de l’Ardèche (DF CLEU). Mais pour le·reste de la
France nous n’avons que des renseignements fragmentaires, ou même nuls;
de vastes régions nous sont à. peu près inconnues, en particulier les massifs
montagneux et surtout les Alpes qui, à n’e11 pas douter, pourraient nous
réserver bien des surprises. Aussi l’état présent des Tenthrèdes de France
n’est-il pas définitif; il pourra certainement être très amélioré. J ’espère
que le présent travail y aidera dans une large mesure.
Je n’ai pas négligé, bien entendu, le côté biologique de la question,
ayant toujours été convaincu que, même dans une faune, il doit avoir au
moins autant de place et d’importance que la partie systématique. Mais
il faut convenir ([118 les Tenthrèdes sont à ce point de vue quelque peu
décevantes, étant moins bien partagées que certains autres Hyménoptères,
en particulier que les Porte-aiguillons. Leur instinct est des plus rudimen-
taires, et d’une grande uniformité : ce sont pour la plupart des phytophages,
qui broutent placidement les feuilles de telle plante, et on doit souvent
se contenter de citer ces dernières. Par ailleurs elles ne construisent pas,
ne font aucun travail à l’exception de la confection du cocon, et n’ont
qu’une très faible activité psychique. Cependant du côté de la biologie
générale, elles présentent divers aspects intéressants et qui mériteraient
d’être envisagés. En particulier on note chez elles un très grand déve-
loppement de la parthénogenèse, sous toutes ses formes : arrbénotoque,
thélytoque et même mixte c’est-à-dire les deux à la fois. L’interattraction
se manifeste dans bien des cas, et va même jusqu’à un certain degré de
sociabilité, à vrai dire surtout pour des formes exotiques telles que les
Pergidae. Aussi devraient-elles fournir un excellent sujet d’études. D’ail-
leurs le comportement de nombreuses espèces est encore inconnu, et on
restera surpris que nous ignorions les larves, ou le mode de vie de celles-ci,
pour beaucoup de formes très communes, comme dans le genre Tenthredo
lui-même! Sans doute y aura-t-il bien des recherches à faire de ce côté.

HYMÉNOPTÈRES TENTHRÉDOIDES
(Sessiliventres)
` . GENERAMTES
Morphologie.
Les Tenthrèdes ne sont pas sensiblement diiïérentes des autres Hymé-
noptères, en ce qui concerne la forme du corps des imagos, sauf quelques
détails. Aussi leur morphologie externe sera—t-elle décrite brièvement,
en indiquant surtout les caractères qui sont utilisés en systématique.
La tête est généralement transverse, plus large que longue, la bouche
étant toujours dirigée vers le bas; elle porte sur les côtés deux gros yeux
composés, ovales, plus ou moins saillants, jamais réniformes, ni échancrés
sur le côté interne, et trois ocelles. Entre l’angle inférieur des yeux et Parti-
culation des mandibules se trouve Pespace sous-oculaire (Wangeuanhang
des auteurs allemands) qui peut être très réduit. Au·dessus des ocelles
on distingue une aire frontale, sorte de plateforme polygonale dont les
côtés sont souvent très nets et plus ou moins saillants, et en dessous de
celle-ci une fossette sus-antennaire, plus ou moins profonde. Plus haut,
entre les ocelles postérieurs et le bord occipital de la tête, se trouve un
espace rectangulaire ou carré, bien délimité sur les côtés et en avant par
_ de profonds sillons, et auquel on réserve le nom de vertex. Le clypéus,
large, a un bord antérieur rectiligne, ou plus ou moins fortement échancré,
souvent en arc de cercle; il est toujours dépassé, parfois même largement,
par un labre, ou lèvre supérieure, très développé; les autres pièces buccales :
mandibules, maxilles, labium ou lèvre inférieure, palpes, n’appellent pas
de remarque spéciale. Les antennes sont insérées au—dessus du clypéus
(sauf dans le genre Oryssus); leur premier article n’a pas un développement
particulier et on n’emploie généralement pas pour lui le nom de scape;
les articles sont en nombre variable, qui peut être très élevé chez les Cephi·
dac et les Sîricidae (jusqu’à 30); par contre il est réduit à trois chez les
Argidae; dans la majorité des cas il n’y a que 7 à 9 articles; trois familles
présentent un grand développement du 3° article, qui est le dernier chez
les Argidae (fig. 8), suivi d’un très petit article chez les Blasticotomidae
(fig. 8), suivi d’un assez long fouet composé de nombreux petits articles

10 HYMÉN0P·rÈnEs TENTHRÉDOIDES
chez les Xyelidae (fig. 8). Il y a des antennes ramifiées (Cladius, fig. 263),
ou divisées en forme de diapason (Schizocera, fig. 378), ou pectinées (Di-
prion, fig. 344), mais ce sont des caractères sexuels secondaires limités aux
mâles. Le thorax a la forme et les subdivisions habituelles : pro, méso,
métatharax; le mésothorax très développé, est le plus souvent divisé par
deux sillons convergeants vers l’arrière en un lobe médian et deux lobes
latéraux; le métathorax est assez réduit, et creusé de sillons transversaux,
on y distingue un postscutellum, et deux petites pièces, ou cenchri, sortes
de callosités souvent de couleur très claire tranchant sur le reste du tégu-
d,  ÉFQJF/Fw/U/P \·’\`î  ¥/ Q /II;/[pf 5/iamâ cala/(
ra lâ/r M 2*/1*     ”: WF1
sais      ’°””’ ” È ?-»—  
LI I g Z\’ ," 7 7
cum/4/v   U/J¢'0l'lÃ7É'J
· , « rA`  ïï-4  
É     ana]?
IYCU//Y ¢‘     î`
v_’j‘;g;â/ my /um r«’gÃs?Ã`?,·iÉ÷/
M   È
âldffld/! I - \ cnchn b_
/WIZHB/’ / \ mamma/M t ms
un J/rc :, · (`I
( /Yen/url'.!} ,  " _ ; ( Ce/lu/es }
\ M
l ' I '
s 1
Fm. 1. —— Figure schématique du corps d’une Tenthrède vu de dessus.
' ment; les mésopleures sont parfois divisées en un prestemum, assez étroit
et un épistemum plus développé (genre Tomostethus).
Les pattes ont un trochanter de deux articles, des tarses de cinq articles,
ceux-ci souvent portant une petite palette du côté interne, le dernier article
a deux griëes qui sont avec une petite dent, ou sans dent, ou bifides, ce
qui se dit lorsque la dent est très développée et aussi forte que la portion
terminale de la griffe à laquelle elle est parallèle (fig. 410-412); les
tibias III qui portent un ou deux éperons apicaax dont l’un peut être par-
fois dilaté, ont aussi dans quelques cas un ou deux éperons préapicaux
(Cephîdae, etc.); les tibias I ont un ou deux éperons, dont l’un est le plus
souvent modiüé en organe de nettoyage; les pattes ne sont que très rare-
ment épineuses, ou à articles dilatés; dans Pensemble elles n’0nt presque
jamais de caractères particuliers. · _
Les ailes sont sensiblement conformes au type de celles des Hymé-
noptères aouléates; le stigma est en général bien développé, ou même
très gros et diversement coloré; par contre il est à peu près indistinct

l
_ oÉuÉn1u.u·És · 11
dans certaines familles comme les Siricidae et les Cephidae; la nervure
costale est souvent assez épaisse, ainsi que la sub-costale, et il y a même
entre les deux, dans·certaîns cas, une nervure intercalaire, ou intercostale,
qui peut être bifurquée à l’extrémité, et aussi une nervure transversa-
costale; la cellule radiale est souvent divisée en deux par une nervure trans-
versale, et même parfois divisée en trois (Xyelidae); il peut y avoir de une
à trois cellules cubitales (1); une cellule particulière aux Tenthrèdes, et
d’une grande importance en systématique, est la cellule anale, ou lancéolée,
. ou humérale, qui est délimitée par la nervure brachiale et par la nervure
humérale; elle peut être divisée, ou étranglée en son milieu, ou pétiolée
,,,,,0, . /une/um
/em/vé mesanqêum/â
0
!f‘·»?:tj. · g
  ~ ' ’ «
gn? Q /0
jïw, / ·   0 ‘
. maso/2/wrax / É " 0
' ` ` J
. me/4/2/auras `·_ Q
Frc. 2. — Figure schématique du corps d’une Tenthrède, vu de côté.
ce qui se dit lorsque la nervure humérale se fusionne avec la nervure bra-
chiele dans la portion basale de celle—ci (fig. 220). Les ailes postérieures
ont un réseau de nervures bien développé, mais un peu plus réduit que
celui des ailes antérieures, il n’y a pas de stigma; entre la nervure radiale
et la nervure médiane on peut distinguer une ou deux cellules entièrement
fermées qu’on appelle cellules médianes, ou discoïdales; il y a aussi une
nervure anale, même parfois une nervure axillaire et un champ anal
développé; le mâle de certaines espèces présente une nervure périphérique,
faisant le tour de l’aile (fig. 211). Les quatre ailes sont toujours présentes
et elles ne sont jamais réduites en dimensions (brachyptérisme); leur sur-
face peut être colorée, mais d’une teinte uniforme et elle ne porte presque
jamais de dessins; les ailes antérieure et postérieure sont réunies par un
frein formé de quelques crochets.
L’abdomen est relié largement et directement au thorax; il est le plus
souvent sub-cylindrique avec un plus ou moins grand aplatissement dorso-
(1) Je ne considère pas comme une cellule complète la terminaison de la série des cellules
cubitales; bien que les nervures radiale et cubitale soient prolongées jusqu’au bord de
l’aile, cet espace n’est pas fermé par une nervure le long du bord, aussi n’en est-il pas tenu
compte dans le nombre des cellules radiales, dont le chiffre maximum est trois, comme
dans les Hyménoptères aculéates. Pour certains auteurs cet espace est compté comme
cellule, aussi en dénombrent-ils jusqu’à quatre.

· 4
i 1
12 HYMÉNo1>*1·È1>·Es TENTHRÉDOIDES
ventral; mais il peut être aussi élargi latéralement, et dans ce cas souvent
très déprimé (Acantholyda), ou, au contraire, très allongé et cylindrique,
ou même fortement comprimé latéralement (Cephidae). Le premier ter-
gite abdominal a en général une incision médiane qui fréquemment devient
un espace en triangle plus ou moins
W'-/ex long, évîdé, et occupé par une mem-
cî/)·@ /ron/0/8 brane molle de couleur claire tran-
Fifîiâà     mliîzî/}F càhaptlaàrec la couleur sombièe dq reste
    e a' omen, ce premier ârgi e es
;””WÉ__\ ·<%_)v lsjîâîaàw appele parfois segment mé 1a1re ou
l§$%*g*M;,_ É - ,,;;w$:!l:)§l propodeum, mais 1l n’est pas étroi-
•m“mWl*mw" N dt-, tement soudé au métathorax comme
( @ ( 5`0UJ·0Ã/7/à/f? c’est le cas chez les autres Hymé-
Y /0;],, nopteres (Petioles), lorsque l’abdomen
se rompt c est le plus souvent entre
F,G_ 3_ _ Tête d’une Tenthrèdg les segments abdominaux I et II, ce
vue de face. qui montre toutefois qu’il y a plus de
cohésion entre le thorax et le 1*** seg-
ment qu’entre celui-ci et les suivants; le premier sternite est fortement
réduit et généralement indistinct, c’est le 26 sternite réel qu’on voit le
r premier; l’abdomen de Pimago compte 9 stergites visibles dorsalement,
avec en plus un tergite anal qui porte deux cerques; ventralement on
l distingue les sternites II
à VlI,à la suite un hypo-
pyge; les 88 et 9** ster-
nites portent chacun des
gonapophyses, tarière ou F  
le plus souvent scie `  
(fig. 4), tout à fait com-   '‘‘i  ”’
parables à la tarière . ff 
des Hyménoptères téré-  /1;
brants, et même à l’ai- —
guillon des Aculéates (1) a 1,
0*1 à 1,0VîP0Sit€l1î‘ des F10. 4. — Extrémité abdominale d’une femelle;
Orthoptères; le 88 ster- a, le fourreau seul de la scie est visible; b, la scie,
nite Porte une Seule paire un côté du fourreau étant ôté.
d’appendioes qui cons-
titue les lames de la scie ou les stylets dela tarière, le 9** sternite porte deux
paires d’appendices : les extérieurs ou valves forment le fourreau dans
lequel rentrent les lames au repos, les internes constituent la gaine qui
guide les lames; celles-ci sont dentées sur le bord inférieur et c’est ce
dernier qui entaille les tissus des plantes, et non la pointe; l’0rifice génital
(1) Les lames sont homologues des stylets, la gaine celle du gorgeret, qu’on trouve dans
l’aîguill011 des Hyménoptères aouléates.

GÉNÉRALITÉS 13
est placé en avant de lames, recouvert par Phypopyge; l’orifice anal est
plus en arrière, sous le 10** tergite, qui est le plus souvent caché par le 9°.
Le mâle présente à la face ventrale une grande plaque sous·génitale,
carrée ou rectangulaire, et souvent d’une forme spécifique, sur laquelle
» · reposent, comme dans une corbeille, les pièces copulatrices. Bien que
celles-ci ressemblent entiè-
rement à celles des Aou- — ·
léates, Bourzmeiê, qui en a
fait l’étude soignée, estime  
qu’elles leur sont compara-  
bles, mais non rigoureuse-
ment homologues, et il a  
donné aux différentes par-  
ties des noms nouveaux,  
qui n’ont pas été retenus div,
par les auteurs récents; on `É '
peut mettre ces pièces en 5 6
Parallèle av°° les °al"·lO» F10. 5. -— Face ventrale de l’abdomen d’une
stipes, sagitta, volselle, femelle. — Fm. 6.- Face ventrale d’un mâle.
harpes et valves péniales
(enfermant le pénis) des Aculéates. Chez les Tenthredinoîdea l’ensemble
des piècescopulatrices fait une torsion de 180** sur son axe longitudinal
juste avant 1’éclosion de l’imago, d’où le nom de Strophandria donné à
ce groupe; chez tous les autres : Megalodontoidea, Sirîcoidea, Cephoidea
il reste normal, ce qui répond à la subdivision des Orthandria.
Les pièces copulatrices peuvent avoir des caractères spécifiques et être
utilisées en systématique, toutefois l’usage n’en a pas été fait jusqu’à
présent, et l’essai fait°dans ce sens dans certains genres semble avoir montré
qu’ils n’étaient pas supérieurs, souvent, aux autres caractères somatiques;
par contre d’un emploi plus fréquent sont la plaque sous-génitale, et dans
certains cas les lames de la scie dont les fines dents ont une forme cons-
tante pour chaque espèce, mais souvent distincte de l’une à l’autre.
Reproduction
Les œufs, de forme ovale, modérément allongés, blancs ou de couleurs
diverses, sont déposés à la surface ou à l’intérieur de la plante dont la
larve se nourrira. Leur nombre est en moyenne de 50 à 150, mais il peut ·
s’élever à 400, et même à 1.000 chez les Siricidae. Très souvent la femelle
incise les tissus végétaux à l’aide de la scie, non seulement elle y fait une
entaille, mais encore elle y creuse une petite cavité à 1’aide de la sorte de
rape dont sont pourvus les côtés externes des _lames et elle y dépose son _
œuf; ces incisions sont faites à la surface des rameaux et s’y trouvent
souvent en séries linéaires, ou au contraire groupées; elles peuvent être
encore faites sur le bord des feuilles, dans: ce cas elles sont souvent prati-
`T- • , . . . • ‘ Q -· I A

14 nvménorràrms rmnrnaânoinss
quées à l’angle rentrant des dents de la feuille, ou encore sur la face de la
feuille même, le long des nervures par exemple; les œufs y sont aussi par-
fois simplement déposés et collés, soit isolément soit en groupes serrés;
chez les espèces xylophages ou endophytes ils sont placés à l’intérieur
du bois ou des tiges; ils le sont parfois aussi dans les bourgeons foliaires.
Le mécanisme de la ponte chez la Tenthrède du rosier a été étudié soi-
gneusement et minutieusement par RÉAUMUR (Mémoires, tome V), et
aussi par BISCHOFF chez Phymatoccra aterrima.
La larve éclôt en général quelques jours après la ponte et se met en devoir
de dévorer les tissus végétaux. Cependant on a cité des espèces dont l’œuf
passe tout l’hiver, l’éclosion n’ayant lieu qu’au printemps suivant.
L’ceuf présente dans de nombreux cas la particularité d’augmenter consi-
dérablement de taille après la ponte, de telle sorte qu’il peut devenir double
de ce qu’il était à l’origine, ce qui se produit grâce à l’élasticité du chorion,
et sans doute par osmose des liquides provenant de la plante-hôte, peut-
être aussi par le liquide émis par la mère au moment de la ponte. L’alvéole
où il est inclus s’agrandit en même temps et proportionnellement; il y a
action réciproque entre l’œuf et la plante : si celle-ci est coupée et qu’on
la laisse se dessécher, on constate que l’œuf ne se développe pas; par contre
il se développe si, ayant comme support une feuille coupée on plonge le
pétiole de cette dernière dans l’eau. Chez quelques genres il y a constitution
de véritables cécidies (Pontania, Euum) principalement sur les feuilles
de saule. .
Il y a parfois une seule génération, et 1’activité de l’espèce s’étend du
printemps à l’automne, l’hiver étant passé en diapause. Mais on connaît
de nombreux cas où il y a deux générations : les individus éclos au prin·
temps pondent à leur tour et donnent naissance à une génération qui passera
l’hiver, de sorte que les deux ont un développement'd’une durée très iné-
gale, la seconde présentant une longue diapause hivernale à l’état de larve;
de ce fait on trouve ces espèces (bivoltines) deux fois dans l’année, en mai
et en septembre par exemple. On a même signalé quelquefois une troi-
sième génération. La diapause d’hiver a lieu à l’état imaginal dans le cocon
pour quelques espèces telles que Sciapteryx cestalis F., Arge enodis L.
Blermocampa lanceolata Th., et chez Diprion rufus Latr. c’est l’œuf qui
passe l’hiver.
Pour se transformer la larve s’enferme dans un cocon de soie, qu’elle
tisse avec une glande spéciale aboutissant dans la bouche, comme chez
les autres Hyménoptères et comme chez les Lépidoptères. Ce cocon est
souvent couvert de débris végétaux ou de terre; il est en général confec·
tionné dans le sol, où la larve s’est rendue lorsqu’elle a terminé son déve-
loppement, mais il -en est aussi qui sont aériens, tels que celui·de Diprion,
pini, et restent accrochés à la plante nourricière. Dans certains cas le cocon
possède une double enveloppe. La larve y reste longtemps immobile, puis
elle se transforme en nymphe et ensuite en imago; le développement de la

GÉNÉRALITÉS 15
nymphe ne demande en général que quelques jours. L’imago sort du cocon
en le déchirant, ou en le rompant suivant une ligne de moindre résistance
préparée à l’avance. .
Les espèces présentent le plus souvent les deux sexes, et il y a un accou-
plement de courte durée, pendant lequel les deux animaux se tiennent
dos à dos, linéairement. Mais la parthénogenèse est très fréquente chez
les Tenthrèdes. Dans certains cas elle est soupçonnée par suite de la rareté
des mâles, ce qui n’est pas entièrement convaincant. Mais elle a été établie
d’une façon certaine pour plusieurs espèces pa1· l’élevage de femelles vierges.
Une liste placée plus loin (page 430) donne la liste des espèces chez les-
quelles la parthénogenèse a été signalée; cette liste est tout à fait pro-
visoire, et les élevages qui ont été faits montrent qu’elle pourrait
certainement être allongée, car des espèces sont parthénogénétiques alors
qu’on n’aurait pu le soupçonner.
Tandis que chez les Hyménoptères la parthénogenèse est en général
arrhénotoque, comme c’est le cas typiquement chez l’Abeille, chez les
Tenthrèdes elle l’est parfois, mais dans un nombre de cas presque égal
elle est thélytoque. De plus quelques espèces sont à la fois thélytoques
et arrhénotoques, c’est-à-dire deutérotoques, la même femelle donnant
naissance à des mâles et à des femelles dans les produits d’une seule
ponte, comme l’ont établi les élevages de VAN RossuM et de Pmcocx
pour Clavcllaria amerinae L.; ce mode de reproduction, assez exceptionnel,
est connu aussi chez Pteronidca polyspila Fônsrnn avec certitude, et
présumé chez Abia fasciata L., Pristophora fulvipes FALL.
La larve
La larve des Tenthrèdes est essentiellement différente de celle des autres
Hyménoptères. Chez ceux-ci, en effet, elle est apode, a une tête très réduite
et reste à peu près immobile. Chez les Tenthrèdes la larve mène le plus
souvent une vie active à l’air libre; elle a au moins des pattes thoraciques,
rarement réduites (absentes chez Oryssus), presque toujours des appen-
dices abdominaux, une tête bien développée et même globuleuse avec des
antennes d’un ou plusieurs articles. Dans la majorité des cas cette larve `
ressemble étroitement à la chenille des Lépidoptères avec laquelle on peut
la confondre à première vue (fig. 7); toutefois on la distingue aisément
par les caractères suivants, déjà notés par Réwmm :
Larve des Tenthrèdes Larvc des Lépidoptères
(fausse chenille) (chenille)
Un seul ocelle de chaque côté de Un groupe de plusieurs ocelles de
la tête. chaque côté de la tête.
Pas de pattes abdominales (Pam- Pattes abdominales toujours pré- .
philidae), ou bien il y en a 12 au sentes, mais il n’y en a jamais plus
moins et souvent plus, jusqu’à 18. de 10.

16 11YMÉNoP1·ùnEs TENTHRÉDOIDES
Ces larves ont une capsule céphalique assez rigide, colorée, qui porte
deux petites antennes, souvent très réduites et composées d’un seul article;
 gz, . •§" ·;•;' ¤J¤
là  g g ÉQ Ã9, w s,  .;
1 "çê, g_ ; wc sv _o_ «
Qd,} _]" lp \/   vas-Il °
`   ` I É Xye/xiiaa
    CD g ·
r··>,`_f,;,_ ··- j hr . p
` P '  À)· //JÃIJ li. " "
"  " ’ È
, T   ~   e  ï  
by:/zynëiae
  1 /'?dm/M/Wibûe
. `ïus \.\ 5
bx "
·~,s| X/7,/Iyd/üëœ wa
$ll!É!§s §! !¥·
Jirfckiœ `
 WW
Ozymbae  
ài Un    
s . » III -
 à" M   ç • ¢
C6/ni/Ud! J/)'i¢’lH⢒ fd.y1¢•¢·/ normal }
Fm. 7. — Larves de diverses Tenthrèdes
(lire Diprionidae au lieu de Lophyridae).
chez les Pamphiliidae toutefois, elles ont plusieurs articles; les pièces
buccales sont semblables au type normal de l’imago, elles ont de fortes
mandibules avec lesquelles la larve peut triturer les tissus végétaux; vien-
nent ensuite trois segments thoraciques portant chacun une paire de

oÉNÉmLxrÉs 17
pattes, articulées, et terminées chacune par une griffe arquée ou droite,
puis 10 segments abdominaux, ce qui porte à 13 le nombre total de seg-
_ ments du corps, le dernier étant parfois peu distinct. Le 4° segment ne
porte jamais d’appendices, de sorte qu’il y a au moins un segment sans
appendices tandis qu’il y en a au moins deux sans appendices chez les
vraies chenilles; exceptionnellement dans la famille des Xyelidae il y a
des appendices à tous les segments abdominaux, ceux du 4** étant toutefois
très réduits; les pattes abdominales, ou pseudopodes, sont de simples pro-
longements cutanés et non de vraies pattes; bien qu’elles en jouent le
rôle, elles n’0nt pas de crochet à Pextrémité, contrairement à celles des
vraies chenilles; le dernier segment porte toujours deux de ces fausses
pattes, qui sont parfois fusionnées; chez les Pamphiliidae, les Siricidae,
les Cephidae, il n’y a pas de pseudopodes.
Les téguments des larves de Tenthrèdes sont en général nus et lisses;
ils n’ont jamais de poils comme certaines chenilles, mais ils portent souvent
de petits tubercules, sortes de saillies verruqueuses surmontées d’une flne
soie raide, ces saillies sont disposées en une ou plusieurs lignes transver-
sales par segment. Dans quelques genres de la sous~famille des Blennocam-
pinae il y a sur les téguments des épines bifurquées au sommet, l’ensemble
formant comme une sorte de velours recouvrant le tégument (fig. 226).
Certaines larves, enfin, ont une forme particulière qui s’écarte sensible-
ment du type normal. C’est ainsi que l’une a le corps aplati et les seg-
ments prolongés sur les côtés (fig. 262) d’où le nom de « Tenthrède clo-
porte » que lui a donné RÉAUMUR. Une autre, Calirhoa limacina, qui`
ravage les feuilles du poirier, a le corps élargi en avant de façon à ressembler ·
à un têtard (fig. 245), de plus il est entièrement recouvert d’une sorte de
mucus visqueux qui en masque tous les détails et qui lui a valu le nom de
« Tenthrède limace ».
Très souvent les larves des Tenthrèdes sont d’un coloris uniforme qui
est en général d’un vert plus ou moins clair et cause une certaine homo-
chromie d’origine nutritielle. Mais certaines ont un coloris varié, compre-
nant des bandes longitudinales, ou des taches rondes. Il est à remarquer
que souvent ces coloris disparaissent à la dernière mue, ainsi que les pha-
nères l0rsqu’il y en a, de sorte que la larve dans son dernier stade, ou larve
adulte, est nettement différente de ce qu’elle était aux stades précédents,
au point qu’on hésiterait à les rapporter à la même espèce.
Biologie des imagos
Les imagos ont une vie très courte et peu active; ils apparaissent très
tôt, certains dès le mois d’avril, les mâles quelques jours avant les femelles;
il est probable qu’individuellement ils ne vivent que quelques jours; pour
les espèces bivoltines, ce qui semble être la majorité des cas, on les trouve
à deux saisons, au printemps et à l’automne.
2

18 nYMÉNo1>*rÈaEs TENTHRÉDOIDES
Ces insectes ont un vol lent et peu soutenu, qui ne leur permet de par-
courir que quelques mètres; ils ne sont actifs, en général, qu’en plein soleil,
restant cachés et immobiles lorsque le temps est couvert; ils s’éloignent
peu de la plante où a·vécu la larve. Ils se nourrissent de nectar, et butinent
sur les fleurs, comme presque tous les imagos d’Hyménoptères. Cepen-
dant on a signalé certaines espèces, notamment des Tenthredo et Rhogo-
gastcr qui sont carnivores, car ils s’emparent de petits insectes, surtout
des Diptères, et s’en repaissent (voir Honnv, 1932).
Leur activité est très faible et se trouve limitée à l’oviposition par la
femelle, et encore celle-ci ne fait-elle pour cela aucun travail autre que le
creusement des tissus végétaux. Dans ce but elle utilise la scie dont les
deux lames, animées d’un mouvement alternatif, entaillent les tissus avec
leurs fines dents; les côtés des lames ont souvent des saillies qui jouent
le rôle de râpes et permettent d’élargir la cavité creusée. Pour cette action
la scie sort largement de son fourreau et prend une position oblique, ou
même perpendiculaire par rapport au végétal attaqué, où elles peuvent
ainsi pénétrer profondément. La tarière, dans les familles qui en sont
pourvues, est finement dentelée à Pextrémité, ce qui lui permet d’entrer
profondément dans le bois.
Les imagos de diverses espèces (Blennocampa, Fenusa, quelques Nema-
tides, etc.) présentent le phénomène d’immobilisation-reflexe : troublés,
ils se laissent tomber sur le sol, les ailes, pattes et antennes repliées le long
du corps.
Certains d’entre eux ont comme moyen de défense une émission de
liquide qui sourd au-dessus des stigmates (HOLLANDE).
Biologie des larves
Les larves sont bien plus actives que les imagos, et on peut trouver
chez elles quelques phénomènes biologiques.
Dès l’éclosion la larve trouve à sa disposition des tissus végétaux sur,
ou dans lesquels, elle a été déposée, et elle se met à les dévorer. Elle en
ronge les bords des feuilles ou bien en attaque le parenchyme en perforant
la surface de la feuille; parfois certaines larves respectent les nervures,
même les plus fines, réduisant la feuille à l’état de dentelle.
Les larves qui vivent sur des feuilles se trouvent souvent à la face infé-
rieure de celles-ci, et dans une attitude singulière, car au repos elles sont
' enroulées sur elles-mêmes soit la tête en dehors de la spirale et l’autre
extrémité au centre, soit au contraire la tête au centre. ll est très fréquent
que, dérangées, elles se laissent brusquement tomber au sol (immobilisation-
reflexe), pour remonter par la suite.
Celles qui rongent le bord des feuilles tiennent celui-ci entre leurs mandi-
bules; elles ont généralement la partie postérieure du corps relevée, ou bien
elles se mettent dans cette position quand on les inquiète; c’est une attitude

esnénstrrss 19
de défense, a-t-on prétendu, certaines d’entre elles mettant ainsi en évi-
dence deux grosses taches noires qu’elles portent à la face ventrale et quî·
normalement ne sont pas visibles.
Quelques larves présentent une tendance au grégarisme, se tenant par
groupes de plusieurs individus étroitement accolés (fig. 270); celles du bord
des feuilles y sont souvent en nombre, et elles exécutent des mouvements
collectifs, relevant toutes ensemble Pextrémité de l’abdomen lorsqu’on
les trouble. Celles d’Acanth0lyda vivent en sortes de sociétés élémentaires, '
elles font une grande toile collective à l’intérieur de laquelle cependant
chacune a une toile individuelle.
Plusieurs larves enroulent le bord des feuilles en cigare pour s’y tenir
(fig. 48).
Certaines, par leur présence dans les tissus végétaux, et par la réaction
de ceux-ci, causent de véritables cécidies, notamment dans les genres Pon.-
tania et Euura. Quelques autres sont mineuses et présentent de ce fait
une déformation correspondante du corps, elles se rencontrent surtout
dans la sous·famille des Blennocampinae. Les Siricidae et Xyphidriidae
sont xylophages, se développant dans le bois de certains arbres : Conifères,
Alnus, Betula, Populus, Fagus, etc.; la larve, dont la vie est longue, creuse
une galerie suivant l’axe de l’arbre et se nourrit du bois au fur et à. mesure
qu’elle avance. Les Cephidae sont endophytes et se développent dans les
tiges des Graminées, ou la moelle des arbres. De nombreuses Tenthredi~
nidae, d’ailleurs, ne sont plus phyllophages, mais endophytes, et se déve-
loppent par exemple dans les fruits.
En ce qui concerne le choix de leur végétal nourricier, presque toutes
les plantes peuvent être attaquées parmi les Phanérogames et même les
Fougères. Une liste en est donnée plus loin. Les plantes les plus attaquées
sont d’une part certains arbres et en particulier les Conifères et surtout
les Salim, d’autre part certains arbustes ou herbes, et tout spécialement
les Rosacées qui donnent asile à un bon nombre de larves de Tenthrèdes.
D’autres au contraire paraissent très spécialisées, mais il faut bien dire
que nous sommes loin de connaitre à fond l’éthologie des Tenthrèdes,
et que la liste donnée ici pourrait sans aucun doute être très allongée, si
l’on en juge par le grand nombre d’espèces de Tenthrèdes sur lesquelles
nous ne connaissons absolument rien.
Enfin le rejet de liquide sanguin comme moyen de défense (autohémor-
rhée) par les larves de Tenthrèdes est un fait assez fréquent. Chez celles
des Cimbicides Pémission a lieu par un orifice situé au-dessus de chaque
stigmate trachéen, fait déjà observé par DE Gsm; le liquide contient
des hématies. Elle se fait aussi chez les larves d’Athalia, d‘Emphytus
cinctus, d’Hyl0t0ma rosae, d’Eri0campa ovata, et a lieu souvent par le
dernier segment abdominal; Pémission s’opère chez Athalia spinarum
par une petite vésicule exsertile qui se trouve au-dessus du stigmate de ce
segment, et qui se rompt par augmentation de la pression (voir à ce sujet

20 nrMÉNo1=·rÈnEs rnnrrrnânoxons
HOLLANDE, 1911). On a aussi regardé comme moyen de défense l’émission
de liquide par la bouche.
Répartition géographique
La répartition géographique des Tenthrèdes est essentiellement diffé-
rente de celle des Aculéates, mais au contraire se rapproche de celle des _
Ichneumonoidea. Les premiers, en effet, ont de nombreux genres ubi-
quistes, de sorte que la faune des pays tropicaux ne diffère pas fondamen-
talement de celle des pays tempérés, si ce n’est par le nombre et la variété
des espèces : les genres Sphex, Ammophila, Tachysplwx, Vespa, Pheidole,
etc... se trouvent partout. Bien au contraire si nous passons aux Mouches
à scie, nous constatons l’existence de deux faunes tout à fait distinctes
et qui ne se superposent en aucun point.
Si l’on envisage nos pays, c’est-à-dire la région tempérée, il s’y trouve
une faune particulière qui peuple toute la région paléarctique, et même
toute la région holarctique, les genres et les espèces y ayant en général
une large répartition. Cette faune, qui paraît avoir son centre, ou en tout
cas son plus grand développement, dans l’Europe centrale, septentrionale
et orientale, s’appauvrit vers le sud et encore plus dans le bassin de la
Méditerranée. Elle ne franchit pas cette mer, très peu de ses éléments ne
se retrouvent, ou ne trouvent leur équivalent, en Afrique du Nord, et aucun
dans les régions tropicales. Très rares sont les genres cosmopolites; on
peut cependant en citer, comme les Arge (Hylotoma), dont il y a des espèces
à peu près partout, mais c’est exceptionnel.
La pauvreté en Tenthrèdes de la zone méditerranéenne ne signifie pas
que les régions tropicales n’ont aucune faune tenthrédienne; bien au con-
traire, et il suffit de constater que, tandis qu’il y a environ 600 espèces
en France, il en existe au moins 5.000 à 6.000 actuellement connues à la
surface du globe. Aussi dans les pays tropicaux voit-on apparaître une
faune particulière, qui se trouve composée d’éléments, genres et même
familles entières, sans représentants dans la zone holarctique. Le cas le
plus remarquable est celui de l’Australie, qui est peuplée par des Perga
et des Pterygophorus qui y ont pris un développement considérable.
Pour revenir à notre faune, d’origine nordique et orientale, elle est domi-
née par son caractère d’hygrophilie : les Tenthrèdes ne semblent prospérer
que dans les régions humides, et la basse température, tout au moins
nocturne, leur paraît être favorable. Elles sont abondantes, aussi bien en
espèces qu’en individus, surtout dans les pays à nombreux cours d’eau
et à prairies humides, comme le centre de la France, et aussi dans les vallées
des montagnes. Par contre l’aridité de la région méditerranéenne, et son
été chaud et sec, leur oppose une barrière infranchissable. Le degré hygro-
métrique des régions, encore plus que la sécheresse paraît avoir une grande
influence sur la répartition des Tenthrèdes; c’est encore une différence

GÉNÉRALITÉS 21
notable avec les Aculéates qui, eux, sont au contraire bien plus abon-
dants dans les pays méditerranéens ou tropicaux qu’ailleurs.
Comme les plantes·hôtes des Tenthrèdes sont généralement très répan-
dues, celles-ci ont aussi une très large répartition, et pour la plupart
d’entre elles on peut mentionner :Toute la France, avec cependant souvent
comme correctif : sauf la région méditerranéenne.
· Chasses. Collections
Les Tenthrèdes ne présentent rien de particulier en ce qui concerne
leur récolte. On les capture au vol, ou bien butinant sur les fleurs. Mais
surtout on peut les prendre en nombre si l’on chasse par temps couvert,
on à des heures autres que celles de la plus forte intensité du soleil, soit
en battant les branches des arbres ou arbustes, soit encore en fauchant
les herbes basses avec le filet fauchoir. A ce moment elles sont engourdies
et se tiennent immobiles après les plantes, de sorte que leur capture est
facile. Un entomologiste génois, Domsno, qui s’intéressait aux Tenthrèdes,
. me disait jadis qu’il faisait ses meilleures chasses très tôt le matin, vers
5 heures, avant que ces Insectes aient pris leur vol.
Bien entendu on peut élever les larves sur leur plante nourricière, de
la même manière que les Lépidoptères. Mais un inconvénient résulte de
la longue diapause hivernale : si on s’adresse à la génération d’automne
on ne peut obtenir l’imago que l’année d’après; il vaut donc mieux alors,
pour les espèces bivoltines, qui sont la majorité, élever des larves de prin-
temps.
Quant aux collections, il n’y a pas de soins particuliers à prendre : les
exemplaires doivent être piqués sur le mésonotum, et il est bon d’étafer
les ailes, au moins d’un côté, pour quelques exemplaires, car celles-ci,
peu rigides, ont une tendance à se friper.

22 HYMÉN0P1·ÈREs TENTHRÉDOIDES
Les douze familles de Sessiliventres mentionnées ci-après se classent
de la façon suivante :
ORTHANDRIA
1. Xyelidae
2. Pamphîliidae .
3. Megalodontidae
Superfam. Megalodontoidea. ................... 4. Xiphydriidae
5. Sirieidae
6. Oryssidae
Superfam. Cephoidea .......................... 7. Cephidae
STROPHANDRIA
8. Tenthredinidae
9. Diprionidae
Superfam. Tenthredinoidea .................... 10. [Blasticotomidae] \
11. Argidae
12. Cimbicidae

PARTIE SYSTÉMATIQUE
TABLEAU nes FAMILLES
1. Antennes insérées à la partie inférieure dela tête, sous le bord infé-
rieur des yeux et sous le clypéus; ailes à nervation spéciale (fig. 85).
........................................... (p. 79), Oryssidae.
— Antennes insérées au-dessus du clypéus ...................... 2.
2. Troisième article des antennes très long, terminant l’antenne, ou
prolongé `par un très court article, ou au contraire prolongé par un
— fouet de plusieurs petits articles ............................ ` 3.
- Troisième article des antennes normal, non particulièrement long. . 5 .
3. Antennes de trois articles seulement. Cellule radiale non divisée.
........................................... (p. 389), Argidae.
— Antennes de plus de trois articles, le quatrième pouvant être très
petit. Cellule radiale divisée par une ou deux nervures transver-
sales .................................................... 4.
4. Le quatrième article des antennes très petit. Cellule radiale avec
une seule nervure transversale. Très rare, non connue de France.
. .· ........................................... [Blasticotomidae].
— Antennes avec un long fouet de petits articles. Cellule radiale avec
deux nervures transversales ................... (p. 25), Xyelidae. ·
5. Cellule radiale non divisée par une nervure transversale ....... 6.
— Cellule radiale divisée par une nervuretransversale .......... 7.
6. Antennes ayant plus de 9 articles, plumeuses, ou au moins avec
quelques articles prolongés ou dilatés à l’apex ............
........................................ (p. 375), Dîprionidae.
—— Antennes n’ayant pas plus de 9 articles .................... ·
.................................. (en partie) Tenthrcdinidae.
7. Bord postérieur du pronotum presque droit (fig. 40) ......... 8.
— Bord postérieur du pronotum fortement arqué, la profondeur
de cette échancrure dépassant beaucoup la longueur d’une tegula
(fig. 1, 111) ............................................... 10.
8. Corps large, très aplati dorso-ventralement; Q avec un oviposi-
· teur très court, ne dépassant pas l’apex de Pabdomen; tibias I
avec 2 éperons apicaux ................................... 9. `
— Corps long, cylindrique, ou comprimé latéralement; Q avec un
ovipositeur dépassant l’apex de l’abdomen; tibias I avec 1 éperon
apical ...................................... (p. 81), Cephldae.

24 HYMÉNOPTÈRES *rEN*1·aRÉno11JEs
9. Antennes flabellées, avec des prolongements à Papex (fig. 64);
espace intercostal de l’aile antérieure sans nervure longitudinale
ou transversale ........................ (p. 59), Megalodontidae.
— Articles des antennes simples; espace intercostal avec une ner-
vure longitudinale .................. , ..... (p. 31), Pamphiliîdae.
\ dw? .f —   `
~•;i§fr_l %Z ‘ _ un ‘ *
%  ` ·% (É   *%à‘}s:ï’€‘5»~à*ïâÉ'
igèî ¤ 5¢O• 4}* r f"'à ` l«·-«« ,%:
  5-%   ‘:·?;%.w
É?  r.— î \¥ ¢   ·     ;·§P‘·•
  `A •4§\ —`.·'(
’= ' ,« ~ be: lg 2*
Xyewâ, Pam/7/>;0721e€ Meyâ/mvwâv
·.     .`»y ·· ··-.   asi? e   ,
‘:%ÈÉ °`?"·    
r‘lz·-뀷ï- `   1-· ‘· i‘¤x  
iii?/ii ( I ' jp `
-w»1   T —. ¤ ·
V ,
>"?·"y<#M¤=’ .»m«œ ”'¥"’”""
»-r`, `_"j, ,../ ¤~· __,—a _j‘·`Ã`_> I ,.«•»·   • `_  r Ã}
  œïîâ-—    
  "•.m;··-··,-sp •-•< · *
  V; ,   §'ià "`_¢`É"
. —¢. ""/ *  ··*  N"   ·
inn ‘ î i ' vl': `·
w 5 "'Z` V
luy/bac Ian//www.- La/2/ryr/bac u
lié.   ëfl ~··     ,..¢a V
~•ùg··,% ü`?   1 À * .   ,_
`ë; =.:$<9, »~·=·-¢'   È}? ·/É?} êïî—>  «r ·g=z;v
<€?4îâ îw     1%.4%
f [Q? (x \ '%‘,;:« î«_r ._ (1*
(çfl /;   î R" ` / le
É"' ·   * ‘ i l—
D/Jabra/omzüœ (7b7binUac. Ce/J/1/2/de
F 8 Cq` 'tttt1f`lldTth`d
rc. . - ro u1s represen an ou es es ami es e en re es
(lire Diprionidae au lieu de Lophyridae).
10. Antennes courtes, claviformes, renflées à Pextrémité en massue
(fig. 409); corps trapu; taille en général forte. . (p. 409), Cimbicîdae.
—— Antennes moyennement longues, non ou à peine dilatées à l’extré-
' mité ne formant 'amais une massue ...................... 11.
1

` xrsninan. — xvm.4 25
11 . Ailes antérieures sans stigma bien marqué; taille grande; Q avec
une longue tarière et un assez long prolongement du dernier ter- ·
gite abdominal (fig. 80, 82) .................. (p. 69), Siricidae.
-— Ailes antérieures avec un stigma bien net, souvent très fort .... 12.
12. Un long cou sépare la tête, qui est globuleuse, du thorax; Q avec
une courte tarière ........................ (p. 65), Xiphydrildao.
-— Pas de cou long; Q avec une scie; (famille dominante partout,
sauf en Australie; manque seulement en Nouvelle-Zélande) .....
...................................... (p. 99), Tenthredinidae.
Famille des XYELIDAE ·
Troisième article des antennes très long, un peu élargi et aplati (fig. 11,
18); les articles suivants très minces, formant un fouet de 9 articles (jus- ·
qu’à 25 pour les formes américaines); tibias II et III avec des éperons
préapicaux (fig. 12); femelle avec une scie très allongée en tarière parfois
plus longue que le corps, droite ou un peu courbée, comprimée en sabre,
et formée de lames en feuille de laurier à bords non dilatés (fig. 19), enfermée
dans un étui à peu près aussi long. Ailes avec un gros stigma, la cellule
radiale divisée en trois; trois cellules cubitles. '
Biologie. -— Larves libres, sur les Conifères, avec une paire de pseudopodes
à chacun des segments abdominaux.
Distribution. - Toute la région holarctique, y compris l'Afrique du Nord.
TABLEAU nas GENRES ET Esràcns
1. La cellule costale présente une nervure intercostale, fusionnée sur
presque tout son parcours avec la subcostale (fig. 9); les 9 derniers
articles des antennes forment un fouet aussi long, ou plus long, que
le 36 article .............................................. 2.
— Cellule costale avec une nervure interccstale libre sur tout son
parcours et bifurquée au sommet (fig. 23); fouet des antennes bien
plus court que le 36 article; taille au·dessus de 5 mm. ..........
.......................... T ............... (p. 30), Pleroneura.
2. Palpe maxillaire avec ses trois premiers articles très développés, le
V 36 dilaté à la base, fusiforme, bien plus long que le scape (fig. 14);
- tarière plus courte que le corps (G. Xyela) ................... 3.
— Palpe maxillaire avec ses trois premiers articles peu développés,
le 36 non ou à peine dilaté, non plus long que le scape (fig. 15);
' tarière plus longue que le corps, ou tout au moins plus longue que
l’abdomen (G. Xyelatana) ................................... 4.
3. Ocelles postérieurs séparés entre eux de plus que la distance qui
les sépare du bord postérieur dela tête; fémurs III en majeure partie
brun noirâtre ....... , ....................... (p. 26), Xyela julii.

i
I .
26 HYMÉNOPTÈRES TENTHRÉDOIDES
— Ocelles postérieurs séparés entre eux de moins que la distance qui
les sépare du bord postérieur de la tête; fémurs II I de couleur claire.
......................................... (p. 27), Xyela graeca.
4. Tarière plus longue que le corps, droite sur tout son parcours, ses
côtés parallèles, assez brusquement rétrécie à Pextrémité; fouet
des antennes à peine plus long que le 3° article des antennes, plus
court que les trois premiers articles ensemble, ses articles 5 à 6 fois
plus longs que larges ....................................... 5.
— Tarière plus courte que le corps, mais plus longue que Pabdomen,
sa ligne inférieure un peu courbée, son extrémité régulièrement
7 rétrécie (fig. 17); fouet des antennes très long, plus long que les
trois premiers articles ensemble, ses articles environ 10 fois aussi
longs que larges (fig. 18) .......... (p. 30), Xyelatana lugdunensîs.
5. Tarière plus longue que l’aile antérieure, non pileuse sur les valves.
................... ·. . .' ............. (p. 30), Xyelatana longula.
— Tarière plus courte que l’aile antérieure, ses valves pileuses ......
.................................... (p. 29), Xyelatana piliserra.
. Gen. XYELA DÀLMAN, 1819
(Pinicola BRÉBISSON., 1818, nom. praeoco.)
Fouet antennaire de 9 articles, aussi long, ou un peu plus long, que
le 3e article. Palpes maxillaires avec les trois premiers articles très allongés,
le 3**, en·particulier, plus long que le scape, dilaté à la base, fusiforme
(fig. 14); nervure basale aboutissant dans la 1*6 cellule cubitale.
Biologie. - Se trouvent sur les Conifères : Pinus, Larix, Juniperus, parfois
en nombre, d’avril à juin. D’après les observations faites par DYAR (1898, p. 176)
. sur X. minor, espèce américaine, la larve vit dans les cônes de ces arbres, où elle
se nourrit probablement de pollen, sans attaquer sérieusement le bois, avant
la maturité des fleurs, elle fore un orifice, tombe sur le sol, y pénètre, et s’y méta-
morphose; sa taille est d’environ 4 mm., elle a des antennes distinctes et relati-
vement longues, des pattes thoraeiques très réduites, des pattes abdominales
à tous les segments y compris le 4**, ce qui leur est particulier (figuré par YUAsA,
1922). Benson a décrit récemment la larve de X. julii, semblable à celle-ci, et
ses observations confirment en majeure partie celles de Dvnn, toutefois la larve
pourrait ne pas s’enterrer pour faire le cocon. Bniânxsson (1818) signale que
l’imago se trouve sur les Conifères ou sur le gazon avoisinant; il vole rarement
et marche plus volontiers.`
Distribution. — Toute la région paléarctique.
1. Xyela julii Bniêmsson. —— Pinicola julii Bmimsson, 1818, p. 117;
Ed. Annan, 1879, p. 468 (1); — Xyela julii DALLA Tonnn, 1894, p. 400;
Ensmn, 1918, p. 680; Biznson, 1938 a, p. 35, fig. 3.
(1) L’ouvrage d’Edmond Anniuà : Species, etc. a paru en fascicules de 1879 à 1882;
pour la commodité des citations, j’ai ramené toutes celles-ci à la première année de parution,

xvmn 27
[Syn. : Xyela pusilla DALMAN].
L. 3-4 mm. (sans la tarière). -— Fig. 7. - Tête noire, tachée de jaune
sur la face et le long du bord interne des yeux, parfois les parties jeunes
encore plus développées (fig. 10); mandibules et palpes jaune rougeâtre,
ainsi que les antennes; .
thorax noir à la face _
dorsale, le plus souvent w   ( "î aw
la partie ventrale jaune;   " ·';"~ _.  
, tegulae jaunes; pattes    îsâlè   ·
rougetres,les tarses plus î   îî ï
clairs; ailes hyalines, les    
nervures jaune clair, le '·    
stigma légèrement teinté   ii`. .  
de jaune; abdomenbrun- ( j j
noir; tarière rougeâtre. Ã  
Fouet des antennes à
articles courts (fig. 11), _ __
l’ensemble ne dépassant Fm 9‘ _ Xi/Cla (ul"' Q'
pas en longueur les trois
premiers articles. Tarière (fig. 13) assez épaisse et courte, légèrement
amincie à l’apex, où elle est un peu courbée vers le bas, sa longueur est à .
peu près égale à celle de l’abdomen. _
Biologie. - Benson (1940) a trouvé la larve sur un cône de Pinus silvestris,
elle est présumée se nourrir des étamines (pollen) comme c’est le cas pour celle
' de X. minor, cette observation confirme celle de Dun (1898) qui était la seule
faite sur les Xyela jusqu’à présent.
Seine-et-Marne : Fontainebleau, avril (coll. ne GAULLE); Montereau, avril
(Bau); Nord : Raismes (Csvno); Aube : Bar-sur-Seine, avril (coll. F.unMAm¤);
Calvados : Falaise, mai (Bnemsson); Haute-Loire : Tence, avril, mai (MANE-
I var.), Le Puy, mai (MAnsv.u.); Ardèche : Issarlès, mai (Mnnnvu.); Haute- ·
_ Garonne : Toulouse (MAnQum·).
Belgique (Cnàveconun et Mlmécnnt). Toute l’Europe sauf le Sud.
2. Xyela graeca Srmn. —— X. graeca J .-P. Srsin, 1876, p. 57; Benson,
1938 a, p. 33, 35, fig. 1; - Pinicola graeca Ed. Anims, 1879, p. 467.
. Se distingue de XJ julii par une tarière un peu plus courte que l’antenne,
et par l’écartement des ocelles postérieurs qui est bien moindre que la`
distance qui sépare ceux-ci du bord postérieur de la tête; couleur générale `
plus claire, notamment celle de la tête.
Var : Hyères (coll. Aemtnn DE Pnnnrn) (1); Hérault: Montpellier (coll. Lion-
·rEns·rE1N).
c’est·à-dire à 1879; on trouvera plus loin, à la bibliographie, la date de parution des diffé-
rents fascicules. — L'ouvrage de Ensmn lui aussi a paru en plusieurs années, mais comme
il était le supplément d’un périodique, j’ai cité l’année de ce dernier pour chacun des fasci-
cuiîî·.ÀBElLLE ne Psnmn ayant remarqué que cet exemplaire difîérait de fulii, avait
épinglé la note suivante : Pinicola, n. sp.

28 nYMÉNoP·rÈREs TENTHRÉDOIDES
Grèce, Autriche (coll. GIRAUD). Asie mineure. Afrique du Nord, environs
d’Alger (X. julii, BERLAND, 1937, P. DE Pnvnmmnorr leg.).
uit  
1     ,,7
r U     ; rr,
_. - , __-- ,. \. _._-. È -·ir    
&;;;,2».2·;-6::« ·~  *j_‘r·    
1 2   . e3}È    `_  
10
13
· 14 ·
 
16
17 È
18 ,
r*""·"’ i'‘`'   "  
 ` 19 l
20 j >‘ "‘
21
F10. 10 à 21. — 10. Xyela, julii, dessin de la tête. —- 11. Id., antenne. — 12. Id.,
tibia. — 13. Id., tarière vue de profil. -— 14-. Id., palpe. - 15. Xyelatana pili- .
serra, palpe. - 16. Id., tarîère. —— 17. Xyelatana lugdunensis, tarière. —
18. Id., antenne. —- 19. Xyela sp., scie (d’après H.1n1·1c). — 20. Pleroneura
conifera, antenne. — 21. Id., tarière.
Nom. — Il existe une espèqe méditerranéenne, longtemps confondue
avec X. julii, mais dont elle est nettement différente, comme l’a montré

XYELATANA 29
R. BENsoN, qui a estimé devoir lui donner le nom de X. graeca Srnm,
ce qui est plausible, bien que le type de cette espèce soit introuvable, et
que la description, basée uniquement sur des caractères de couleur, soit
plutôt insuffisante. •
Gen. XYELATANA Bmzsou, 1938
(Xyela, en partie)
Se distingue de Xyela par les caractères des palpes maxillaires, et par l
sa tarière bien plus longue que l’abdomen, et même parfois que le corps.
Nervure basale interstitielle avec la 1*** transverso-cubitale.
Distribution. —— Toute 1’Europe, saut le Sud.
1. Xyelatana. piliserra. Tnomsorz. — Xyela piliserra Tnomsow, 1871,
p. 317; - Pinicola piliserra Ed. ANDRÉ, 1879, p. 468; — Xyelatana pili-
serra Bnrxsorz, 1938 a, p. 34. '
L. 4,5 mm. (tarière, 4,7 mm.), — Aspect de Xyela mais taille plus forte.
` "\ `· !*`l*`l‘· A /_ [4
ll ly.,       l.
. si \v
Fm. 22. — Xyelatana lugduncnsis, Q. i
Antennes : 3° article très long, environ deux fois plus long que les arti- l
cles I et II réunis; fouet long et fin, au moins aussi long que les trois pre-
_ miers articles réunis, chacun de ses premiers articles 5 a 6 fois plus long
que large. Tarière (fig. 16) pileuse, plus longue que le corps, très droite,
ses côtés parallèles jusque près de l’extrémité où elle est assez brusquement
amincie, pour se terminer en pointe.
Seine-et·Marne : Fontainebleau, 12 mai 1935 (A. Ssrnxc); Haute·Loire :
Tence, 10 avril 1927, 1 d (MANEVAL).
Décrit de Laponie.

30 nvméuoprànns TENTHRÉDOIDES
2. Xyelatana longula. DALMAN. —— Xyela longula DALMAN, 1819,
p. 124; — Pinicola longula Ed. ANDRÉ, 1879, p. 468; -—- Xyelatana lon-
gula BENs0N 1938 a p. 34.
Voir les caractères mentionnés au tableau. Cette espèce n’a pas été
signalée de France avec certitude, mais le mâle trouvé à Tence par MANE-
VAL, et que j’ai attribué à. X. piliserra pourrait, bien être celui de X. lon.-
gula.
Connue de Scandinavie, Allemagne, Autriche, Hollande, Russie.
3. Xyelatana lugdunensîs BERLAND. - X. l. BERLAND, 1943, p. 90,
fig. 1.
L. 3,8 mm. (tarière, 2,8 mm.). ——- Fig. 9. —— Espèce reconnaissable par
sa tarière plus courte que celle des deux espèces précédentes, toutefois
plus longue que l’abd0men; les antennes constituent un autre caractère
important, car les articles du fouet sont plus longs que dans toute autre
espèce, chacun d’entre eux étant au moins 10 fois plus long que large (fig. 18).
Rhône : Lyon, 1 Q (type) (coll. J. DE GAULLE).
Gen. PLERONEURA Konow, 1897
Taille plus grande que celle des Xyela et Xyelatana. Fouet des antennes
(fig. 20) plus court que le 3** article, formé d’articles très petits. Tarière
A     ‘  
~ ·’   ..·.  
`   · " L·’
. Ã , X
Fm. 23. — Pleroneura coniferarum, Q.
bien plus courte que Pabdomen, à peine plus longue que le 39 article des
antennes (fig. 21, 23). Nervure hasale et 1*** `nervure récurrente aboutis-

PLERONEURA 31
sant toutes deux dans la 2° cellule cubitale; stigma moins gros que
chez Xyela; une nervure intercostale bifurquée à Pextrémité (fig. 23).
Distribution. — Europe; Amérique du Nord; Afrique du Nord.
Pleroneura coniferarum HAa1·1o. — Xycla c. HAm·1c., 1837, p. 352;
Pinicola c. Ed. ANDRÉ, 1879, p. 469, pl. 22, f. 3; — Plcroneura c0nifc·
rarum ENSLIN, 1917, p. 680.
[Syn. P. numidica BENSON]
L. 5-7 mm. — Fig. 21. — Tête brune, clypéus et antennes rougeâtres;
pattes jaune rougeâtre; abdomen brun, les derniers segments plus clairs;
` tarière noire; ailes légèrement enfumées. Tarière courte, robuste, un peu
courbéeg vers le haut, régulièrement amincie vers Pextrémité, qui est pointue.
Vosges (d’après Ed. Aumuê); Haute-Loire : Tence, 16 mai 1927, 1 Q (H. MANE-
vA1.).
Suisse; Autriche; Hongrie; Afrique du Nord.
NorA. — Une autre espèce : P. dahli HARTIG est connue d’Europe cen-
trale, et une : P. numidica BENs0N, 1940, d’Afrique du Nord (P. DE PEYE-
mmaorr leg.), mais je considère cette dernière comme synonyme de P.
cortiferarum (voir BERLAND, 1943).
Famille des PAMPHILIIDAE
(Lydidac)
Pronotum presque droit en arrière, ou plus longuement arqué (fig. 24);
tête large, carrée; abdomen large, comprimé, les côtés presque tranchants;
antennes longues et fines, de 16 à 28 articles.
Biologie. - Larves (fig. 36) sans pseudopodes, mais avec des cerques, et des
antennes longues, de plusieurs articles. Elles vivent sur les arbres, ou arbustes,
où elles font souvent des toiles pour y vivre soit isolées, soit réunies en groupes;
d’autres font un fourreau avec des feuilles enroulées.
TABLEAU mas GENRES
1. Grifïes dentées (fig. 30) ..................................... 2.
- Grifïes bîfides (fig. 43) ..................................... 3.
2. Tibias I avec un éperon préapical (fig. 31). .. (p. 33), Acantholyda.
— Tibias I sans éperon préapical, seulement avec deux éperons à
_ Pextrémité .................. . .............. . (p. 35), Cophaloln.
3. Nervure intercostale non bifurquée à Pextrémité, où il n’y a qu’une
seule branche, celle qui aboutit sur la subcostale (fig. 42) .....
.......................................... (p. 40), Neurotoma.
— Nervure intercostale bifurquée à Pextrémité, les deux branches
aboutissant l’une sur la costale, l’autre sur la subcostale (fig. 49).
... ....................................... (p. 44), Pamphilius.

32 nYMÉNo1>·rÈnEs TENTHRÉDOIDES
Gen. ACANTHOLYDA A. Cosrn, 1894
(Lyda, KONOW (non F.), Ed. ANJJRÉ, GUssAKOvsK¥, divers
auteurs; — Pamphilius DALLA Tonus; -— Acantholyda Ensun, Ross).
Nom. — Lyda F., 1804 est synonyme de Pamphilius LA·rnE1Lr,E, 1802,
les deux genres ayant le même génotype : Tenthredo silvatica L. (voir Ross,
1937, p. 110). ~
Tibia I avec un éperon préapical (fig. 31), aile antérieure avec les deux
branches de la bifurcation apicale complètes (fig. 24); griffes avec une
petite dent subapicale (fig. 30); 7° sternite abdominal de la femelle pré-
sentant une dépression triangulaire (fig. 32); antennes filiformes, funicule
à nombreux articles (19 à 36), le 2** plus long que les autres. Larve, le
dernier segment avec un très petit éperon crochu vers l’avant.
Biologie. — Larve sur les Conifères où elles font une toile sur les feuilles, et y
vivent soit isolées, soit groupées dans une toile collective; elles dévorent les
feuilles de l’année précédente au point d’en dépouiller complètement l’arbre;
souvent elles accumulent leurs excréments dans la toile (fig. 34) en petites pelotes
sèches; les larves changent de couleur suivant leur âge et passent du rouge au
brun, au vert sale, au vert pomme, puis au jaune; elles entrent en terre, passent
l’hiver sans modification et se métamorphosent au printemps suivant (Hzuirre,
1837, p. 321; Ecxsrsm, 1891).
Entomologie appliquée. —— Les Acantholyda (ou Lyda) peuvent causer des
dégâts assez sérieux aux Conifères, notamment les nemoralis et hieraglyphica.
Distribution. ——- Région paléarctiqueg Japon; Amérique du Nord.
TABLEAU DES Esriscns
1. J ones non rebordées à la partie postérieure (S. G. Acantholyda);
‘ corps bleu foncé à reflets métalliques ...... (p. 33), erythrocephala.
' - J oues rebordées, au moins en partie (fig. 33) (S. G. I tycorsia); corps
de couleur différente ....................................... 2.
2. Ailes brunes, avec les nervures et le stigma noirs, plus claires chez
le mâle; tibias I avec deux éperons préapîcaux, en plus de l’éperon
apical. ................................................. populi.
- Ailes hyalines ou jaunes, au plus avec une bande plus foncée sous
le stigma; tibias I avec un seul éperon préapical .............. 3.
3, Ailes hyalines; abdomen brun dorsalement, les côtés rougeâtres
(fig. 26). Commun .......................... (p. 34), nemoralis.
— Ailes jaunes, ou claires avec une bande plus foncée sous le stigma.
Rares. ..................................................... 4.
4. Ailes jaunes; abdomen noir aux deux extrémités, rouge au milieu;
long. : 12-17 mm ...................... (p. 35), hieroglyphica.
- Une bande plus foncée sous le stigma; abdomen entièrement noir,
rougeâtre sur les bords; long. : 9-11 mm .............. laricis.

.ncANrNoLvD.i 33
Nora. -— Edmond ANDRÉ signale Acantholyda populi L. comme se
trouvant en France; mais cette assertion, qui n’est appuyée sur rien de
positif, aucune localité n’étant citée, est peu vraisemblable, l’espèce n’étant
connue que de Hongrie; elle se reconnaltrait aux ailes brunes et à I’abdomen
noir, bordé de rougeâtre. D’après PU*1·0N A. laricis GIRAUD, espèce connue
seulement d’Autriche, Hongrie, Silésie, aurait été trouvée à Briançon.
_ S.-G. Acantholyda
1. Acantholyda erythroccphala L. —- Tenthredo crythroccphala L., 1758,
p. 558; - Lyda e. Ed. ANDRÉ, 1879, p. 490; — Pamphilius e. DALLA
T0RRÉ, 1894, p. 426; — Acantholyda e. ENsL1N, 1918, p. 674; KMMA,
1937, p. 5. `
L. 10-12 mm. — Ailes légèrement enfumées, nervures et stigma bru-
nâtres; antennes noirâtres; corps bleu d’acier sombre, à reflets métalli-
     
  [ ‘j A ` 
""v    \ 
' jr.; rà `
[ 'JÈ
Fm. 24.   Acanth lyda erythrocephala, Q. l
ques. Q (fig. 24), tête fauve-rouge clair, avec une tache bleue entre les
ocelles; mandibules rougeâtres à l’apex; pattes noirâtres, les hanches à
, reflets bleus, les pattes I rougeâtres à partir des genoux. J, tête bleue,
la base de la face et le clypéus jaune pâle, mandibules jaune clair, lpex
rougeâtre, pattes comme chez la Q. — Larve en entier de couleur vert
grisâtre brillant, les plaques oornées des segments thoraciques noir bril-
lant; pattes courtes, jaune rougeâtre clair.
Seine : Vincennes (coll. Gmaun); Seine-et-Marne : Fontainebleau (BRU);
Seine-Inf. : Rouen (coll. J. DE GAULLE); Eure : Evreux; Aube : Bar-sur·Seine
(coll. FAIRMAIRE)} Corrèze : Argentat; Allier : Moulins; Tarn : Saint-Amand-
Soult (Rxmwr); Pyrénées (coll. J. PÉRr:z).
Belgique. Angleterre. Toute l’Europe centrale et septentrionale. Introduite
aux États-Unis depuis 1925 (WELLS, 1926).
2
  . - * n. J ` · " gi PÃ

34 nYMÉNoP*rÈnÉs *1·ENr11RÉD01DEs
Biologie. — L’imago apparaît et vole à la fin d’avril ou au début de mai; les
œufs sont pondus sur les feuilles de l’année précédente, les larves vivent isolées
dans une toile sphérique, souvent contenant des excréments, de la dimension
d’une noix, a faible distance du sol; elles attaquent les Pinus picea, siloestris,
strobus, les Abies, Larix, aussi le pin de Weymouth; elles peuvent causer des
dégâts assez sérieux; les larves s’enfoncent tôt dans le sol, et souvent a la fin
de juin toutes ont disparu (TREVIRANUS; Ruzneunc, 1844, p. 78, pl. 1, fig. 2;
Hanna, 1837, p. 328; Iosxmov, 1921).
Parasîtes. — Paniscus testaceus Gmv. (lchn.), d’après Ed. ANDRÉ.
S. G. Ityeorsia KoNow, 1897
2. Aeantholyda nemoralis THOMSON. — Lyda n. Th., 1871, p. 301; ——
Lyda stellata Ed. ANDRÉ, 1879, p. 491; — Pamphilius stellatus DALLA
TORRE, 1894, p. 439; —— Acantholyda pinivora ENSLIN, 1918, p. 678; —
A. ncmoralis KL1MA, 1937, p. 15.
[Syn. T. stellata Cunisr, 1791, non Founcnov, 1785; T. pratensis F.,
1793, non L., 1758] •
L. 11-15 mm. -—· Q, tête et thorax noirs, avec des taches jaunes repré-
sentées sur la fig. 26; antennes jaune rougeâtre, plus foncées à l’apex,
le scape noir; ailes hyalines, le stigma jaune clair, un peu plus foncé vers
Pangle antérieur; pattes jaune rougeâtre, la face postérieure des hanches,
trochanters et fémurs teintée de noir; abdomen à face dorsale brune, avec
une tache rougeâtre sur le côté de chacun des tergites cette tache plus
faible sur les trois premiers, face ventrale testacée. —— 0* comme la femelle,
mais tête et thorax presque en entier noirs, taches rougeâtres de I’abdomen
plus petites. —— Larve, comme celle de A. erythrocephala, mais sans taches
à la base des segments, et sans couleur grise (HARTIG).
l' Seine, Seine-et-Oise : Le Vésinet (coll. SICHEL)§SÉ·Lég€P-i6S·YV€ilH€S, juin
(coll. J. DE GAULLE); Lardy (DÉLVAL, 1898); Seine-et-Marne : Montereau; Eure :
` Evreux; Saône-et-Loire : Les Guerreaux; Haute-Loire : Les Estables (Pic);
' Allier : Moulins; Lozère : Auroux (MANEVAL); Savoie : Moutiers; Haute-Savoie :
_ Chamonix, août 1923 (CHOPARD); Isère : Chartreuse; Hautes-Alpes : Briançon;
Serres, mai; Drôme : Nyons (coll. Ernest ANDRÉ); Alpes-Maritimes : Peira-
Cava (1.500-2.000 m., A. Snvmc).
Belgique. Toute 1’Eur0pe centrale et septentrionale. Italie. Espagne : Cata-
, logne.
Biologie. — Les imagos volent au début de juin; la ponte a lieu isolément
sur les aiguilles des bourgeons terminaux, l’oeuf a la forme d’un petit croissant;
l’éclosion a lieu au bout de 8 jours, la jeune larve fait une petite toile sur le bour-
geon terminal et mange les jeunes feuilles en commençant par la pointe; dans
cette toile elle file un tube de soie où elle vit et y accumule ses crottes; à la mi-
août elle se laisse tomber sur le sol et s’y enfonce (HABTIG, 1837, p. 332). Attaque
les Pinus silo-estrie, pumilio (sec. ANDRÉ); (voir aussi Ecxsrem, 1891; XAMBEU,
1893).
Parasites. ·—- Tachina larvarum (parasite des larves, d’après Harmo); Entedon
ovularum Rrz. (Chalc., d’après XAMBEU, Ed. ANDRÉ).
L \_%?.x.   ·, .,..  ‘

CEPHALEIA. i 35
3. Acantholyda hleroglyphica Cnmsr. — Tenthredo hieroglyphica Cumsr,
1791, p. 459, pl. II,f. 5;- Lyda çampestris Ed. ANDRÉ, 1879, p. 493; -—
Pamphilius campestris DALLA Toune, 1894, p. 423;- Acantholyda hiera-
glyphica ENsL1N, 1918, p. 676; KLIMA, 1937, p. 12.
[Syn. Tenthredo campestris F., 1793, non L., 1758; L. bimaculata Tnscu.]
L. 12-17 mm. — Tête noire, le clypéus jaune, au moins en partie, les
yeux bordés intérieurement de jaune ; antennes (30-37 articles) jaune
clair, chez le mâle les deux premiers articles noirs en dessus; thorax noir,
les tegulae jaunes; chez la femelle le scutellum jaune, ainsi, souvent, que
la pointe du lobe médian du mésonotum, parfois une double tache jaune
sur le milieu du segment médiaire; pattes jaunes avec les hanches, les
trochanters et la base des fémurs noirs; ailes jaune doré, l’apex très légè-
rement plus foncé, les nervures jaune rouge, une petite tache brune sous
le stigma, celui-ci jaune rouge avec la base noirâtre; abdomen jaune
rougeâtre en dessus, le 1*%* et les trois derniers tergites noirs (fig. 27),
face ventrale jaune-rougeâtre, noire à l’apex. — Larve comme celle de
A. nemoralis (voir Hume). ·
' Espèce citée de France par Cmusr avec comme provenance : Provence, et
par Wsncxnmsn, 1802, sans localité. Je n’en ai pas vu d’exemplaire de France,
mais il y en a du Piémont dans la collection Sienen.
Belgique. Toute l’Europe centrale et septentrionale; citée d’Espagne par Ed. AN-
nmâ. Rare partout.
Biologie. —— Larve sur les Pins, dans une toile individuelle semblable à celle
de A. nemoralis; Hanrro a trouvé la Q en juillet; Ed. Arwm-E dit que Pimago
vit en mai, la larve en juillet et août; voir Ecxsrsm, 1891, Kstrennscn, 1874,
p. 699.
Parasltes. -—· Exemsœs fulvipes Gnu (Ichn.), Sigalphus zemhredinum Hume
· (Bracon.), d’après Ed. Azvnmé.
Gen. CEPHALEIA PÀNZER, 1805
Genre très voisin de Acantlwlyda, s’en distingue par l’absence d’éperons
préapicaux aux tibias I.
Biologie. - Larves sur les Conifères, où elles peuvent causer des dégâts sérieux.
Distribution. — Région paléarctique. Japon. Amérique du Nord.
. TABLEAU nes Espèces
1L La nervure basale aboutit à l’origine de la nervure cubitale; ailes
très colorées (fig. 25) (S. G. Caenalyda) .................... 2.
— La nervure basale aboutit dans la 1*6 cellule cubitale, à une certaine
· distance de la nervure subcostale (S. G. Cephaleia) ............ 3.
2. Nervures et stigma rouges sur le vivant, blancs sur les exemplaires
desséchés; ailes très colorées (fig. 25) ....... (p. 36), reticulata. _
;_\ " , _ W 'T ’..1

36 nyiùnuorrànns '1`ENTHRÉDOIDES
— Nervures et stigma noirs; ailes hyalines légèrement brunâtres,
avec une bande noirâtre allant du stigma à Pangle postérieur des
ailes antérieures, et envahissant aussi Pextrànité des ailes posté-
rieures ......................................... (p. 37), hartigî.
3. Corps de couleur foncée, en particulier Pabdomen presque complè-
tement noir (fig. 28); antennes noirâtres au moins en grande partie.
.............................................. (p. 37), alpina.
—— Corps de couleur plus claire : abdomen rougeâtre; antennes rou-
geâtres ................................................... 4.
4. L. 12-16 mm.; tête aussi large que le thorax, non rétrécie en arrière
des yeux ...................................... (p. 39), abîetis.
—— L. 9-12 mm.; tête un peu plus étroite que le thorax, rétrécie en
arrière des yeux, surtout chez la femelle ......... (p. 38), arvensîs. _
S.-G. Caenolyda Konow, 1897
1. Cephaleîa teticulata L. —— Tcnthrcda reticulata L., 1758, p. 558; —
Lyda reticulata Ed. ANDRÉ, 1879, p. 508; —— Pampkilius reticulatus DALLA
Tonan, 1894, p. 436; —— Cephaleia reticulata Ensnm, 1917, p. 663; KMMA,
1937, p. 29. `
[Syn. C. clarki J Unmn]
L. 12-15 mm. Espèce très reconnaissable à la coloration des ailes (fig. 25)
qui ont les nervures et le stigma blancs, les cellules étant remplies de brun,
  .   .  
        ·    `···    
 ss, ` gr · p   1 .9,   ··ï,5,,,,l,n»·
..»·    
r  l x
‘€   J? ~
_ FIG. 25. —- Cepkaleia. reticulata, Q.
sauf à l’apex des ailes, qui est clair, ainsi qu’une bande transversale aux
ailes antérieures en dessous du stigma; aux ailes postérieures la base est
claire, ainsi qu’une bande transversale; tête noire avec des dessins jaune
pâle, antennes noires; thorax et pattes noirs, tegulae blanchâtres; abdomen
jaune pâle, un peu rougeâtre au milieu, une tache noire à l’apex.
l .

csrnxnsxx 37
Côte-d’Or : Montbard, fin mai 1889 (L. Bsnm., dans la coll. Pouuns) : sous
les pins du pavillon Thoureau).
Toute l’Europe centrale; Russie; Scandinavie. Rare.
Biologie. — Selon Rnznsunc (1844, p. 80), la larve, qui vit sur Pinus, est
de couleur brun chocolat, avec la tête et l’écusson dorsal foncés; il a trouvé 1’imag0
au début de mai et la larve en juillet; celle-ci vit dans une toile individuelle
longue, contenant les excréments (KALTENBACH, 1874, p. 699).
2. Cephaleia hartigiBaÉM1. — Lyda hartigii BRÉM1, 1849, p. 92; Ed. AN-
DRÉ, 1879, p. 497; — Pamphilius hartigii DALLA Tomas, 1894, p. 429; -
Cephaleia hartigi ENs1.1N, 1917, p. 673.
L. 11-15 mm. —- Tête noire, antennes noires; thorax noir brillant;
pattes noires, tibias I rougeâtres avec Pextrémité brune; abdomen noir
brillant, violacé sur les côtés, avec les segments II à V rougeâtres et mar-
qués seulement de noir en leur milieu en forme de tache triangulaire.
Cantal : Lioran (d’après PUroN).
Suisse; Autriche; Allemagne; Caucase.
S.-G. Cephaleia
3. Cephaleia. alpina.~Kwc. — Lyda alpina Kwo, 1808, p. 281; -— Lyda
falleni Ed. ANDRÉ, 1879, p. 514; — Pamphilius arvensis var. alpinus
DALLA T0RRE, 1894, p. 421; — Ccphaleia alpina ENSLIN, 1918, p. 666;
KLIMA, 1937, p. 22.
[Syn. Lyda fallenii DALMAN]
L. 8-11 mm. — Corps en grande partie noir : tête noire avec des dessins
blancs, ainsi que le thorax (fig. 28), l’un et l’autre avec quelques points
assez gros, peu serrés; mandibules rougeàtres; antennes en majeure partie
brunâtres, la base seulement plus claire, souvent l’apex de chacun des
articles formant un mince anneau blanc (fig. 37); pattes noiràtres de la
base aux genoux, ensuite rougeâtre clair; ailes hyalines, l’apex légèrement
teinté d’une mince bande grise, une ligne un peu foncée, mal définie, sous
le stigma qui est brun en entier; abdomen noir, de chaque côté des tergites
une tache blanche, petite, qui s’étend vers le milieu le long du bord posté-
rieur.
L’espèce est variable, et on a pu y reconnaitre les variétés suivantes:
var. annulata Hume. —- Tête noire; antennes brun noirâtre foncé, les 5° à
7° articles plus ou moins blancs. '
var. annullcotnls HAR·r1c. —Antennes annelées de blanc à la base ou au sommet
de quelques·uns des premiers articles (fig. 37).
var. luetuosa ENSLIN. -—· Tête noire, les mandibules brunes; antennes noires,
mais la membrane articulaire des articles blanche; dessins clairs du thorax sou-
vent réduits.
var. hilarls ENSLIN. — Parties blanches de la tête et du thorax très développées;
abdomen bien plus clair que dans la forme normale, de couleur générale jaune'
brunâtre, seulement le 1*** segment et la base des quatre derniers noirs.

38 HYMÉNo1=1·ÈnEs TENTHRÉDOIDES
Doubs : Pontarlier, mai (coll. J. ma GAULLE, var. annulata); Savoie : Moutiers;
Hautes-Alpes : Abriès, juillet (coll. Fammams); Isère : val d’Isère; Haute-
Savoie : Chamonix, mai (Prcnor); Var : Cavalière (D1' Cnsnc; localité certaine,
mais assez inattendue);
Europe centrale et septentrionale; Sibérie. Rare.
Biologie. -—— Sur Laria: europaea; peu nuisible; imago en juin; la larve vit dans
une toile individuelle.
4. Cephaleîa arvensîs Pauzsn. — Cephaleia arvensis Pz., 1805, p. 86,
pl. 9; — Lyda arvensis Ed. Animé, 1879, p. 515; — Pamphilius arvemis
(pl}         ~(_·- fl),
  "               I
~£L.É· I ÃÃQ.;1 Ci I) ait A.
A `Y, ·r/'     2 --%
Vîî %à?i·;'·<' 1,( ` >l L V L
 \  ·.   (Z/l' 4*.,7*}- '_>l   U  
  ” L " `~ .‘si•?Ã, î>!;:i1
  — É rîî;îîî;»  
’«·«¤,,` — [ [Jp ir  
v il ( ""  ”"` y   —
5 ~ _¢_ \ J —
*- L -- ' " ‘=·'
26 l 27 28 29
Fm. 26 à 29. - 26. Acantkolyda nemoralis. —- 27. A. hieroglyphica.
28. Cephaleia. alpina. — 29. C'. abietis.
DALLA Tonnnz, 1894, p. 420; ——- Cephaleia arvensis ENSLIN, 1918, p. 670;
KL1MA, 1937, p. 24.
[Syn. 2 Terzthredo signata F. 1781, nec Sc01>0L1, 1763; Psen lucorum
Scan.; Lyda saxicola HTG.; L. alpina HTG.; L. adusla DIETRICH, L. ino-
rata TH.]
L. 9-11 mm. - De couleur générale plus claire que Pespèce précédente :
tête et thorax brunàtres mais non noir foncé, avec des dessins blanc-jau-
nâtre très marqués chez la femelle; antennes rougeâtres, souvent un peu
plus foncées à l’apex; pattes rougeâtres; abdomen rougeâtre, parfois un
peu rembrunî vers le milieu, surtout chez le mâle.
var. pseudalpina Ensnm, çj', tête noire, antennes noires, mésothorax à taches
blanches réduites, celle de la partie médiane parfois subsistant seule (par suite
de la couleur noire des antennes, cette variété peut se confondre avec la var. luc-

CEPHALEIA 39
tuosa de G. alpina, mais les articulations des antennes ne sont pas blanches,l‘abd0-
men est au plus brun-noiràtre, et non noir).
Vosges : Gérardmer (coll. VAcnA1.);·Alsace (coll. Lrcnrnxsrmn); Puy-de-
Dôme : Royat (Pic); Haute·Loire : Mont Mézenc, juin (MAmzv.4r.).
Belgique. Europe centrale et septentrionale; Russie; Sibérie.
Biologie. — Larve sur Picea excelsa (Ed. Ammé cite le Bouleau, mais c’est
certainement inexact); vivent dans des toiles isolées avec leurs excréta, mais
parfois ces toiles réunies; îmagos en avril·juillet (Ensnm, 1918, p. 669, 750).
Parasite. — Tryphon laevis Ruze. (Ichneum.).
5. Cephalela abietis L. — Tenthredo abietis L. 1758, p. 556; — Lyda ·
hypotrophica Ed. Armani, 1879, p. 514,pl. XXII, fig.7, 9, 10; DALL.4 Tomuz,
1894, p. 430; — Cephaleia abietis ENSLIN, 1918, p. 671; KMMA, 1937,
p. 20.
[Syn. : Lyda hypotrophica Hzuvrxc]
L. 11-14 mm. — Tête et thorax noirs, avec des dessins jaunes (fig. 29);
antennes rougeâtre clair, plus foncées à l’extrémité; ailes hyalines, l’apex
sv ï}
( ,·_  ·—.»•/
  ‘--5 / 4/ 5 r
5*.: ::· / //// ·
El % ' V  
\l     ‘
ii   32
.·.n
( ,  
  ' . Ã Ink;    
    (lili ~ l `
\   "*` xl
    Il yi`} un 3 5
rw)
É 34 30 33  
 2*   ..,.  
  '   ` 36  
FIG. 30 à 37. -— 30. Acantholyda erythroccphala, griffes dentées. — 31. Id. extré-
mité du tibia I. — 82. Id., 7* sternite abdominal. - 33. A. nemoralis, tête vue
par la face postérieure. — 34-. Toile de A. nemoralis (d’après Hartig). -
35. Cephaleia, partie de l’aile antérieure, montrant l’extrémité de la nervure
intercostale et celle de la nervure basale. —— 38. Larve de Cephaleia (d’après
Hsnrxc). - 87. Cephaleia alpina var. annulicornis, antenne.
très légèrement teinté de gris; pattes rougeâtres; abdomen rougeâtre,
parfois (rarement) teinté de brun au milieu des tergites. - Larve (Bmscmcn
et ZADDACH, 1865, pl. IV, fig. 7) vert gris sale, quelquefois jaune, avec trois

40 HYMÉNo1=>·rÈnEs Tnmnaénoinns
bandes longitudinales foncées à la face supérieure et une à la face infé-
rieure, les plis latéraux légèrement foncés.
Biologie. — Imago en mai-juin, ponte sur les aiguilles de l’année précédente
en petits amas de 4 à 12 œufs; les jeunes larves se réunissent dans une toile collec-
tive où chacune a une loge individuelle avec une issue spéciale, et qui est remplie
de leurs excréments; les larves, enfoncées dans la terre y passent souvent plu-
sieurs années; attaquent Picea excelsa, parfois nuisibles aux forêts (Hanrxc,
1837, p. 338, pl. VII, fig. 1-15; ENSLIN, 1918, p. 671, 750, Scnsinrnn, 1916; PARo1·,
1916). .
Seine-et-Marne : Montereau; Nord : Raismes (Ciivno); Puy-de—Dôme; 24 juin
1897 (coll. J. DE GAULLE); Haute·Savoîe:Chamonix, mai 1921 (Pmnor); Saône-
_ et-Loire : Les Guerreaux, mai (Pm).
Belgique; Europe centrale et septentrionale; Italie; Sibérie.
Gen. NEUROTOMA Konow, 1897
Se distingue par la forme de la nervure intercostale (fig. 38).
Biologie. — Larves vivant dans des toiles, et souvent en sociétés. Attaquent
les arbres à noyaux et sont parfois nuisibles, N. ncmoralis et flavioentris notam-
ment. ·
Distribution. -— Europe; Asie orientale; Amérique du Nord.
TABLEAU DES ESPÈGES
1. Tempes simplement arrondies. Corps bleu sombre à reflets métal-
liques (S. G. Gongylocorsia Konow) .... (p. 40), mandibularis.
—— Tempes avec une carène saillante. Corps sans reflets métalliques
(S. G. Neurotoma) ........,................................ 2.
2. Ailes entièrement hyalines. Abdomen noir, avec au plus des dessins
jaunes sur les côtés et au bord postérieur des tergites ..........
........................................... (p. 41), nemoralis.
-— Ailes foncées, au _moins en partie. Abdomen teinté de rougeâtre. . 3.
3. Ailes presque totalement, et fortement, enfumées. Q tête rouge,
abdomen presque entièrement rouge (fig. 39) ..... (p. 43), fausta.
— Ailes seulement avec une bande brune qui part du stigma et passe
sur la moitié apicale de l’aile postérieure (fig. 40). Q tête noire, ab-
domen rouge seulement dans la partie médiane (p. 42), flaviventris.
S.-G. Gongylocorsia Koivow, 1897
1. Neurotoma mandibularîs Zannacrx. — Lyda mandibularis Z., 1865,
p. 147; Ed. Amont, 1879, p. 495; —— Pamphilius mandibularis DALLA
Tomas, 1894, p. 433; -— Neurotoma mandibularis ENsL1N, 1917, p. 658;
Y KLIMA, 1937, p. 32.
[Syn. : Lyda parisiensis GIRAUD]

NEUROTOMA 41
L. 10 mm. —— Tête, thorax, abdomen bleu sombre, pattes noires, les _
fémurs bleu foncé, la face externe des tibias blanche sur les 2/3 basilaires, .
mandibules jaunes, les dents rougeàtres; ailes hyalines, les nervures et le
stigma bruns.
Env. de Paris (coll. Srcum. et J. ne GAULLE) ; Seine : Vincennes (coll. Gmwo,
type de parisiensis, en mai, sur chênes; Gironde : La Brède (coll. Pmuzz.);
Angleterre (O' décrit par Momcrz, 1910); Allemagne; Hongrie; Ukraine.
S.—G. Neurotoma
2. Neurotoma nemoralis L. — Tmthredo nemoralis L. 1758, p. 558; —
Lyda nemoralis Ed. ANDRÉ, 1879, p. 512; — Pamphilius ncmoralis DALLA
Tonus, 1894, p. 433; — Neurotoma nemoralis ENSLIN, 1917, p. 661; KL1MA,
1937, p. 37.
[Syn. : T. punctata F.] ‘
L. 7-8,5 mm. — Presque entièrement noire; tête noire, clypéus avec
  ~·¥—·"÷ r _,
`vkâ U. 'J.  
%‘Qô~.,,-5,-- _,î‘•~•¢
  ’ ‘ ·‘4>Y·§ "
·   1__V•, ";~"—
O`.-]   ‘$\• 
li?‘ sur  
. ·~ 7
alia là
1* s`
· ,   L. l
_.· ~~.;_ W,. \
F10. 38. — Neurotoma nemoralis, Q.
une ligne jaune, des taches jaunes au bord des yeux et sur le Vertex, mandi-
bules rougeâtres, antennes noires; thorax noir, le bord du pronotum,
les tegulae, des taches sur le mésonomm, le scutellum et le postscutellum
en partie, jaune clair; pattes jaunes avec les hanches, les trochanters et
la base des fémurs noirs; ailes hyalines; abdomen noir tache de blanc
sur les côtés et le bord des segments postérieurs (fig. 38). —- Larve verte
avec le dos plus foncé, la tête et 4 écussons sur le 18* segment noirs.
` Seine, Seine-et-Oise : Meudon, Poissy (coll. nr: GAULLE); Eure : Pont-de-
l’Arche (L. Durom); Savoie : Moutiers; vallée du Rhône (PAlLLO'I`)§ Basses-
Alpes : Riez (Bnmicrrowsxv); Alpes-Maritimes : col de Braus, Castillon; Bou-
ches-du-Rhone : Lançon (coll. Prono); région de Toulouse (Bnmcnowsxv);
Landes (coll. Gonna?).
Europe centrale et septentrionale; Italie.

42 u¥MÉN0PrÈr.Es TENTHRÉDOIDES
Biologie. — Larves en sociétés dans une toile sur des Prunus ou autres arbres
_ à noyaux, sauvages ou cultivés; ponte fin d’avril ou début de mai sur feuilles
encore en bourgeon; une seule génération; se chrysalident en terre.
Entomologie appliquée. —— Souvent nuisibles aux Pêchers, mais aussi aux Abri-
cotiers, Cerisiers, Amandiers, Cerisier sauvage (C. mahaleb) et Épine noire; par-
fois des invasions en masses; PA1LLo·r (1924) a fait une étude d’ensemble à l’occa·
sion d’une de celles-ci : morphologie, anatomie, éthologie, dégâts, moyens de
lutte, etc.; voir aussi BALACHOWSKY et Mssrm. (1935-36), p. 230, H. Scumnr
(1910); nombreux travaux cités par KLIMA (1937, p. 38).
Parasites. — Limnerium crœssifemur, Holocremnus incrassator (Ichneum.,
PA1LLor, 1924).
3. Neurotoma flaviventris Rrzrzws. — Tenthredo ilaviventris Pisrz.,
1783, p. 74; — Lyda flcwiventris Ed. ANDRÉ, 1879, p. 516; —— Pamphi-
lius flaviventris DALLA Tonus, 1894, p. 428; ——— Neurotama flaviventris
Erzsnm, 1917, p. 660; KL1MA, 1937, p. 33.
L. 11-14 mm. — Tête fortement ponctuée, noire, avec une tache jaune
entre les antennes, qui se prolonge parfois sur le clypéus; chez le mâle
la face presque entièrement jaune; mandibules jaunes, les dents rougeàtres;
antennes brunes en dessus, rougeâtres en dessous, les deux premiers articles
jaunes; thorax noir, les tegulae et parfois une tache sur le scutellum,
jaunes; ailes hyalines à la base des postérieures, le reste trouble, avec une
large bande brune partant du stigma (fig. 40); pattes jaunes, les hanches,
les trochanters et la base des fémurs noirs; abdomen (variable) jaune
rougeâtre, les premiers tergites noirs et parfois aussi les derniers. —— Larve
jaune orangé vif, la tête noire ainsi que des plaques cornées sur le premier
segment thoracique.
var. pyri Scaiimn (clypeata Kwo); abdomen entièrement noir.
var. luteseens Pmzm; abdomen presque entièrement jaune, des taches sur le
thorax, notamment sur le scutellum, le postscutellum et le mésosternum.
Seine, Seine-et-Oise : Paris, Jardin des Plantes, Versailles (BALAcnowsxv);
Seine-et-Marne : Fontainebleau; Nord 2 Lille (BOULANGÉ); Seine-Inférieure :
forêts d’Eu (coll. J. ns GAULLE); Eure : Evreux; Allier : Moulins; Saône-et-
Loire : Les Guerreaux, 3 mars; Haute-Saône : Port-sur-Saône (coll. FAIRMAIRE);
Puy-de-Dôme : Chambon (coll. VACHAQ); Lot : Cahors; Hautes·Pyrénées : Ba-
règes (coll. J. Piànsz); Alpes-Maritimes : partie montagneuse (BALACHOWSKY).
Toute l’Eur0pe, y compris l’Angleterre, mais sauf la Grèce.
Biologie. —- Les larves vivent en colonies (voir photos données par BALA-
cnowsxv) dans une toile qui ressemble à celle de l’Hyponomeute, sur Crataegus,
Pirus, aussi Mespilus, Cotoneaster, parfois Prunus; chrysalide dans un trou du
sol; larve plus commune que l’imago (ENSLIN, 1917, p. 660; aussi Ed. Annniâ,
1879, p. 516). Comportement de la larve étudié par BOULANGÉ, 1927, 1928.
Entomologie appliquée. ·—· Quelquefois nuisible aux arbres fruitiers, mais
jamais invasions massives; dégâts et moyens de lutte étudiés par BALAc¤owsxv
et MESNIL, 1935-36, p. 227·230; photos origin.

mzuaoromn 43
Parasitos. — Ophion mercatcr Giuv, O. mixlus Guv.; Tryphon armillatcrius
Gmv. (Ed. ANDRE, 1879, p. 516).
E4. Neurotoma tausta Kwc. —- Lyda fausta Kwo, 1808, p. 277, pl. 7,
fig. 5; — Ed. ANDRÉ, 1879, p. 517; — Pamphilius faustus DALL.4 Tonus,
llï `1 t"
«    $_·?,«"-E I: oê.
en i`«,,,_,v_.‘.j‘§·.a    v. _ yi  
\     }\$‘i`*"à;,Y·; •· >"/  i;*§l·'
î` T     ‘· ·  .’ · `* -5 . <.   `— e
   ;;5;w·ë‘ïî:;g .i3î   îem  
L     ;*¤;·?'( `#à‘l<?;n` * l ®  
_   . °fj=’_;, "‘ ,‘_,_·:,j-~,_.é“
ï 39   ‘°
ï _ K`, |.`_ ?l_AA ï
\, 1/
./7%,
‘ Q fg = »
( \ »
Q v jj
4. e  
——i·» _
L J 42
L1 V W _ ni 
nl   La
41
89. Neurctoma fausta, Q. —— 4-0. N. flaviventris, IQ. — 41. N. nemoralis, Q.
42. Id., aile antérieure, région du stigma. ·
1894, p. 428; —— Neurotoma fausta ENs1.1N, 1917, p. 662; KLIMA, 1937,
p. 33.
L. 8-10 mm. —- Q; Tête rouge orangé avec une petite tache noire aux
oeelles; antennes entièrement noires; thorax noir luisant, le pronotum
et les tegulae rougeâtres; pattes rougeâtres; ailes fortement enfumées
sur toute leur surface, sauf 1’apex des ailes antérieures, qui est clair, stigma
et nervures bruns; abdomen rouge orangé, le 1*%* et le dernier articles en
général noirs (fig. 39). - 5* tête noire, en partie jaune, antennes jaunes
en dessous, thorax noir, les angles du pronotum seuls rougeâtres.

44 . HYMÉNOPTÈRES TENTHRÉDOIDES
Seine-et-Marne : Lorrez-le-Bocage (Bau); Saône-et·Loire : Les Guerreaux,
2 juin (Pic); Pyrénées : 1 Q étiquetée : « Pyr.·Jacquelin » dans la coll. SICHEL;
Var : la Sainte-Baume (Pu·1·0N).
Belgique; Suisse; Allemagne; Italie; Autriche; Hongrie; Albanie; Ukraine.
Rare partout.
Gen. PAMPHILIUS LATREILLE, 1802
Tibias I sans éperon préapical. Ailes antérieures avec une nervure inter-
costale bifurquée à l’extrémité. Grifïes biüdes (fig. 43); 78 sternite abdominal
non incisé, mais légèrement convexe.
Antennes en général avec 20-22 articles.
Biologie. — Larves vivant isolément dans des cylindres ou cornets faits de
feuilles enroulées, d’arbres ou d’arbustes, parfois aussi de plantes herbacées.
Distribution. - Région paléarctique jusqu’au Japon; Amérique du Nord.
TABLEAU DES ESPÈCES
1. Troisième article des antennes non, ou à peine, plus long que le 4*3
(S. G. Pamphilius, fig. 44) ................................. 2.
- Troisième article des antennes au moins deux fois plus long que
le 48, souvent davantage (S. G. Anoplolyda, fig. 45) ......... 4.
2. Antennes noires en entier, au plus le scape en partie jaune
B .............................. . .......... (p. 48), nemorum.
— Antennes jaune rougeâtre, le scape pouvant être en tout ou en
partie noir ................................................ 3.
3. Corps entièrement noir, avec au plus quelques taches jaunes sur
le vertex et sur le thorax; abdomen noir (fig. 50). C ...........
........................................... (p. 47), silvaticus.
— Abdomen rougeâtre au milieu (fig. 51) ; tête rougeâtre dans la
partie inférieure.AC. ............................. (p. 46), inanitus.
4. Stigma noir ou brun, souvent bicolore : jaune en son milieu, ou à
la base ..................................................... 5.
—— Stigma uniformément jaune clair ou un peu rougeâtre ......... 8.
5. Abdomen entièrement noir; tête noire avec, sur le front, une
bande jaune fractionnée en trois, et une mince bande arquée
derrière les yeux; thorax noir, les tegulae jaunes. TR ........
............................................ (p. 49), kcrvilleî.
-—— Abdomen au moins en partie rougeâtre; thorax avec des taches
jaunes .... . .............................................. 6.
6. Le premier article des antennes entièrement jaune. TR ..... . . .
........................................... (p. 48), alternans.
— 1€1' article des antennes noir, au moins sur la face supérieure ..... 7 .

PAMPHILIUS 45
7. Stigma brun, plus clair au milieu (fig. 47); abdomen avec les
tergites IV et V seulement rougeàtres au milieu (fig. 54). AC ....
........................................... (p. 49), balteatus.
— Stigma entièrement brun, sans partie claire; abdomen avec les seg-
ments du milieu entièrement rougeâtres (fig. 56). AR .........
.......................................... (p. 50), hortorum.
8. Abdomen entièrement noir avec seulement une mince bordure
jaune latérale ............................................. 9.
-— Abdomen jaune rougeâtre au milieu, ou même presque en entier. . 10.
9. Tête presque lisse, avec une grosse tache noire sur la partie supé-
rieure, qu’elle occupe presque en entier; thorax noir. AC .......
.......................................... (p. 51), marginatus.
— Tête fortement ponctuée, presque entièrement jaune, avec quel-
ques taches noires; thorax en grande partie jaune. R .........
............................................ (p. 51), sîlvarum,
10. Front fortement bombé en avant de l’0celle antérieur, cette _
partie convexe avec, le plus souvent, une double protubérance;
tête jaune rougeâtre, ou même rouge orangé, avec seulement
une petite tache noire au niveau des ocelles (Q); chez le mâle,
partie supérieure de la tête avec une grosse tache noire non
mélangée de jaune; mésonotum noir ...................... 11.
— Front peu bombé et sans protubérances; tête en majeure partie
noire; chez le mâle tête noire, avec une bande jaune arquée,
ou bien scutellum jaune .................................. 12.
11. Pattes entièrement jaune rougeâtre; taille grande (12-16 mm.); ·
espèce assez commune (fig. 49) ................ (p. 52), betulae.
— Fémurs au moins en partie noirs; taille plus faible (9-11 mm,).
TR ........................................ (p. 52), lcthierryi.
12. Premier article des antennes entièrement noir, ou noir seule-
ment à la face supérieure ................. . .............. 13.
—- Premier article des antennes entièrement jaune ............. 16.
13. Troisième article des antennes seulement de M, plus long que
le 4°, plus court que 4 + 5 (fig. 46). R ....... (p. 53), straminelpes,
— Troisième article des antennes deux fois aussi long que le 48,
au moins aussi long que 4 + 5 ............................ 14.
14. (jf, vertex avec des taches jaunes sur les côtés. Q vertex lisse
avec à peine la trace de quelques points ........ (p. 55), varius.
- (3*, vertex sans taches jaunes dans la partie centrale, au plus une
bande jaune derrière les yeux. — Q, vertex nettement ponctué,
quoique peu fortement ..................................... 15.
15. Mésopleures et face sternale du thorax presque en entier jaunes. .
....... . ....................................... . (p. 53), valet.
— Mésopleures jaunes seulement dans la partie postérieure .....
............................................ . (p. 56), pallipes.

46 HYMÉNOPTÈRES TENTHRÉDOIDES
16. Lobe médian du mésonotum entièrement noir. — Q, mésopleures
entièrement noires, abdomen rouge orangé du 2° au 59 segments. . . 17 .
- Lobe médian du mésonotum avec une tache triangulaire géminée
jaune. ——- Q, mésopleures en grande partie jaune clair, ou bien
abdomen en majeure partie noirâtre ...................... 18.
17. Vertex nettement et fortement ponctué ........ (p. 57), neglectus.
-— Vertex brillant, assez peu ponctué; ailes avec une ombre grise,
_ peu visible, au niveau de la 39 cellule cubitale. . (p. 57), aurantiacus.
18. Q, clypéus entièrement jaune; dessin de la tête, fig. 53; abdomen
presque entièrement rougeâtre. — (1, ailes hyalines; lobes latéraux
du mésonotum en général tachés de jaune en arrière ...........
............................................. (p. 58), histrîo.
—— Q, elypéus jaune seulement au milieu et au bord antérieur; dessin
de la tête différent; abdomen rougeâtre seulement au milieu. —
(5*, ailes avec une bande brune transversale partant du stigma;
lobes latéraux du mésonotum entièrement noirs. (p. 58), gyllenhalîi.
S.—G. Pamphîlius
1. Pamphilius înanitus VILLERS. — Tenthredo immitus VILL·, 1789,
p. 125; — Lyda immitus Ed. ANDRÉ, 1879, p. 499; Pamphilius immitus
DALLA To1>.RE, 1894, p. 431; ENsL1N, 1917, p. 654; KLIMA, 1937, p. 41.
[Syn. : Tenthredo agresti Pz.; Lyda immis KLUG; L. fallax LEP.; L.
hilaris EVERS.] ·
L. 9-11 mm. —- Q tête jaune clair dans sa partie inférieure (fig. 51),
la partie jaune s’avançant entre les antennes, où elle est souvent marquée
d’un point noir, le dessus de la tête noir brillant, avec deux taches jaunes
_ allongées, plus ou moins larges, souvent en virgule, la pointe au bord su-
périeur de l’œil, l’autre extrémité au bord occipital; antennes, le 1er article
jaune clair, les autres rougeâtres, le 3** article à peine plus long que le 4•=; `
thorax noir en entier, les angles du pronotum, parfois le bord postérieur
et les tegulae, jaunes; ailes hyalines, le stigma jaune dans sa partie basi-
laire, brun au-delà, nervure costale et subcostale jaunes, les autres brunes;
pattes jaune clair, la base des hanches noire; abdomen : face dorsale jaune
rougeâtre, le 1€1' tergite noir ainsi que les deux ou trois derniers, face ven-
trale jaune rougeâtre, l’extrémité noirâtre. — gf peu différent de la femelle,
face ventrale du thorax jaune, la couleur noire plus étendue sur l’abdomen,
les deux ou trois premiers tergites noirs, les suivants plus ou moins tachés
de noir en leur milieu. — Tête presque lisse, surtout dans sa partie supé-
. rieure. __
Seine-et-Oise : Grignon (Bntncnowsxv); Seine-et-Marne : Lorrez-le-Bocage
(Bnu); Eure : Evreux; Loire-Inférieure : Nantes (P. DE CnuncHEv1LLE); Saône-
et-Loire : Les Guerreaux; Allier : Moulins.
Angleterre; Suisse; Allemagne; Autriche; Hongrie; Danemark; Scandinavie;
Russie; Sibérie.
. É ··=·~\z.n.i.. -,,_ ,

PAMPHILIUS 47
Biologie. — Sur Rosa canina, et aussi Rosa cultivées. Larve étudiée par Gr-
nwn (1861, p. 82, 87), elle est vert tendre dans le 1/3 antérieur, vert jaune au
delà, souvent avec des rides transversales noir rougeâtre, un point noir sur le
ceté au 1*** segment, pattes vertes, tête jaune vert. Elle vit sur les feuilles de
Rasa dont elle se nourrit, et avec lesquelles elle construit un fourreau longuement
conique, fait de lanières découpées dans les feuilles (fig. 48), ce tube est ouvert
aux deux extrémités, les lanières sont enroulées en spirale et imbriquées de ma-
_ . ‘\
  " » \  
At  
Al") *5 ’ l'   /`\`l
ô’â` _ ~ , alia /_(
43 *6  :¢9  
  48
‘%ï
M 1 _ ..    
- fix
· . 47  
tïi
43. Griffe de Pamphilius. - 44. P. silvaticus, base de Pantenne. -45. P. betulae,
idem. —- 46. P. stramineipes, idem. —— 47. P. .balteatus, région du stigma. .
-48. Fourreau où vit la larve de P. inanitus (d’après Pexemplaire de Gxmlun).
nière que le bord de la feuille est en dehors et en bas, quelques fils de soie main
tiennent le tout; la larve peut sortir de son fourreau, ou se déplacer en l’emme-
nant avec elle; on la trouve de juin à août, elle tombe alors à terre et s’y enfonce,
l’éclosi0n a lieu en avril-mai. Vmrmor-Bouncm a observé cette larve et son
fourreau à Grignon (voir Bnxcnowsxv et Mssmx., 1935-36, p. 1527, fig. 1219),
et tout récemment Hannoom, à Saint-Cloud (1943, p. 175-179, fig. 15).
Paraslte. — Grmun signale que la guêpe Odynerus spiricornîs fait sa proie
de ces larves.
2. Pamphllius silvatleus L. ·— Tenthredo silvaticus L., 1758, p. 558; —- ·
Lyda sylvatica Ed. ANDRÉ, 1879, p. 511; —— Pamphilius silvaticus DALLA
Tormn, 1894, p. 438; ENsLm, 1917, p. 656; KL1MA, 1937, p. 46.
[Syn. : Tenthredo fulvipes Rnrz.; Lyda nemorum F.]
L. 8-11 mm. — Couleur fondamentale noire (fig. 50); tête noire en entier,
avec seulement une bande jaune, arquée, derrière les yeux, qui peut être
très réduite chez le mâle, ou divisée en deux chez la femelle; bord antérieur
du clypéus parfois rougeâtre; antennes jaunes, le 1°1' article plus ou moins
taohé de noir, Pextrémité plus foncée; thorax noir, avec les angles posté-
rieurs du pronotum, les tegulae, une tache triangulaire jumelée au milieu
antérieur du mésonotum, le scutellum et le postscutellum, jaunes; ailes

48 HYMÉNOPTÈRES TENTHRÉDOIDES
très légèrement jaunies, le stigma brun, la base très légèrement jaunâtre,
les nervures costale et subcostale jaunes, les autres brunes, sauf à la base
de l’aile; pattes jaune clair, noires jusqu’au milieu des fémurs; abdomen
entièrement noir; téguments de la tête et du thorax luisants, avec à peine
quelques petits points sur le vertex, la face un peu plus ponctuée; 38 article
des antennes égal au 48, ou à peine plus long.
var. fumipennis CURTIS (Lyda stigma Srsrn.; L. carpini Bmscnxn); 18* article
des antennes entièrement jaune.
var. bimaeulatus ENsLrN; deux taches au sommet du lobe médian du méso-
thorax.
Seine, Seine-et-Oise : environs de Paris; Vincennes, Meudon, avril; Bellevue,
mai; Maisons-Laffitte; Seine·et-Marne; Fontainebleau; Nord : Lille; Somme :
Montdidier (L. CARPENTIER); Eure : Évreux, mai, juillet; Ardennes; Allier :
Moulins; Saône-et-Loire : Les Guerreaux; Charente-Maritime : Saintes (P1-
caor); Gironde : Royan; Hérault : Montpellier.
Toute l’Europe, y compris 1’Ang1eterre et l’Italie. Commun.
Biologie. — Larve sur Salim caprea, Populus tremula, Carpinus betulus, dans
une feuille enroulée en cornet vers le bas; elle est verte avec une bande foncée
sur le dos, le 18* segment porte une bande longitudinale noire de chaque côté,
la tête est noir luisant avec le front rougeâtre plus clair, les antennes de brun
clair à blanc, annelées de noir; une seule génération; s’empupe en terre.
Parasite. - Ichneum. : Trypkon irwulator Gnav.
3. Pamphîlius nemorum _GMEL1N. —— Tenthredo nemorum GMELIN,
1790, p. 2670; -— Lyda arbustorum Ed. ANDRÉ, 1879, p. 497; -— Pamphilius
arbustorum DALLA Tonus, 1894, p. 420; - Pamphilius nemorum ENSLIN,
1917, p. 657; KLIMA, 1937, p. 43.
[Syn. : T. lucorum F. 1775, nec L. 1758; T. arbustorum  
L. 8-11 mm. —— Q, tête noire avec une bande jaune arquée; antennes
noires;thorax noir, les angles postérieurs du pronotum et les tegulae
jaunes, ainsi qu’une tache sur le scutellum chez la Q ; pattes jaunes, noires
jusque vers le milieu des fémurs; ailes hyalines, stigma brun, teinté de
jaune à la base, nervures brunes sauf à la base de l’aile; abdomen noir,
les 38 à 58 tergites jaune rougeâtre ainsi qu’une partie du 68. — (3*, tête
avec une tache jaune triangulaire du côté interne de l’orbite; abdomen en-
tièrement noir, seulement rougeâtre sur les côtés des segments postérieurs.
var. jueundus Eviansm. (arbuti ZADD.), Q scutellum noir,
Allier : Broût-Vernet; Saône-et-Loire : Les Guerreaux, mai.
Angleterre; Allemagne; Danemark; Hongrie; Russie; Italie.
Biologie. — Larve sur Fragaria vesca, dans les jardins (KONoW).
· S.-G. Anoplolyda
4. Pamphîlius alternans A. Cos·rA. — Lyda altemans A. Cos'rA, 1859,
p. 3, pl. 78, fig. 6; Ed. ANDRÉ, 1879, p. 496;.- Pamphilius alterncms

PAMPHILIUS 49
DALLA Teams, 1894, p. 419; ENsL1N; 1917, p. 637; KL1M1l, 1937, p. 49.
[Syn. : Lyda semicincta Zsnn.]
` L. 9-10 mm. —- Q, tête noire, la moitié inférieure de la face jaune ainsi
que les mandibules, cette couleur remontant le long des yeux et entre
les antennes, derrière chacun des yeux une bande claire, souvent réduite
à une petite tache, ou même manquant, antennes brun-noirâtre, le 19* article
jaune, ainsi souvent que les suivants; thorax noir, les angles du pronotum
et les tegulae jaunes, deux taches jaunes triangulaires sur le prosternum
(sec. Cosrs); pattes jaune clair, les hanches en partie noires; ailes légè-
rement teintées de jaune, stigma brun, la moitié basale claire; abdomen
jaune pâle à la face ventrale, la face dorsale avec les segments III-V jaune
rougeâtre, parfois aussi le 9°. —— çj‘, au thorax les tegulae seules jaunes,
ainsi que toute la face ventrale; ailes hyalines; face dorsale de l’abdomen
entièrement noire. ,
var. theresac Pic. — Pamphilius zhcresae Pic, 1941, 1’Échange, n° 485, p. 9. —
Prosternum sans taches jaunes.
Nou. — Ce caractère est le seul qui me paraisse distinguer theresac
Pre de alternam Cosm, tant par la description de ce dernier que par l’exa-
men d’exemplaires de celui-ci que M. MALAISE a eu l’amabilité de me com-
muniquer. Mais on arrive à se demander ce qu’a voulu dire Cosu par ces
termes « maculis duabus prosterni »; celles-ci ne seraient-elles pas réservées
aux spécimens d’Italie?
Environs de Paris (coll. Smart); Villeneuve-1’Étang (J. ns GAULLE); Eure :
Evreux; Saône-et-Loire : Les Guerreaux.
Belgique; Suisse; Allemagne; Autriche; Hongrie; Italie; Rare.
5. Pamphillus kervillei Korzow. — Pamphilius kervillei Korzow, 1903,
p. 38; Gaume ne Km1v1LLE, 1903 (1902), p. 11; ENSLIN, 1917, p. 637;
KLIMA, 1937, p. 57.
L. 9 mm. — Q, tête, thorax et abdomen noirs; de couleur jaune seule-
ment les tegulae et une série transversale de trois taches sur le front;
antennes entièrement noires; pattes noires jusqu’à la base des fémurs,
le reste jaune rougeâtre; ailes hyalines, le stigma jaune dans sa moitié
basale, noir ensuite, nervures noiràtres, la costale jaune. Une carène entre
les antennes, au-dessus de celle—ci un sillon large et uni; le dessus de la tête
avec des points espacés et fins; moitié supérieure des mésopleures forte-
ment ponctuée; mésonotum faiblement ponctué au milieu, scutellum
fortement, mais non profondément, ponctué.
Eure : Evreux (Mocousnvs, juin) (type).
Allemagne (Sriurr, 1935). Très rare.
6. Pamphlllus balteatus FALLÉN. — Lyda balteata FALL., 1808, p. 225; '
Ed. ANDRÉ, 1879, p. 501; — Pamphilius cingulatus DALLA Teams, 1894,
4

50 nxniâmorritnns TENTHRÉDOIDES
p. 424; -- Pamphilius balteatus ENsL1N, 1917, p. 638; KLIMA, 1937, p. 51.
[Syn. : P. cingulatus Lyra. 1811; Lyda suîusus Hxxvrre; L. hortorum
A. Cosrx nec Kwo]
L. 9-11 mm. — Q, tête noire avec une grande tache jaune en arc de
cercle partant de l’angle supérieur des yeux, parfois le bord antérieur du
clypéus jaune; antennes brun jaune, les deux premiers articles noirs,
Pextrémité brun foncé; thorax noir, de couleur jaune : les angles posté-
rieurs du pronotum, les tegulae, le scutellum et le postscutellum; ailes
hyalines, les nervures brunes, stigma brun clair au milieu, foncé sur tout
son pourtour (fig. 47); pattes jaune clair, les hanches en grande partie
noires, l’apex des tibias et les tarses rougeâtres; abdomen noir, parfois
passant au bleu ou au violacé, avec le bord postérieur du 39 tergite, les 4**
et 59 rouges en entier, ou seulement en leur milieu, face ventrale noire,
les sternites bordés de blanc. -— 5*, partie inférieure de la face jaune, par-
fois jusqu’au milieu du clypéus; face ventrale à peu près entièrement
jaunâtre. — Tête fortement ponctuée sur la face, un peu moins sur la
partie supérieure, ces deux ponctuations séparées par une ligne bien nette,
la ponctuation encore plus forte chez le mâle.
Seine-et-Oise : Montmorency (coll. Stoner., nombreux exemplaires pris vers
1862; Ch. Baoivoivrmr, 1898, 1 Q); Eure : Evreux, juin.
Angleterre; Hollande; Allemagne; Autriche; Scandinavie; Russie; Italie.
Biologie. — Sur les rosiers (d’après Ed. ANDRÉ); Kxtrnivnxcn (1867, p. 95,
répété en 1874, p. 223) dit que la larve a été trouvée sur Rosa canina par Ssxssnzv,
dans le Hardt; les auteurs suivants n’ont fait que répéter cette observation
sans rien y ajouter, si ce n’est Koivow (1903, p. 322) qui note : larve verte, sur
Rosa dans feuille enroulée; Fonsrus (1919) décrit l’œuf.
7. Pamphilius hortorum Ktuo. — Lyda lwrtorum Kwe, 1808, p. 278;
Ed. ANDRÉ, 1879, p. 510; — Pamphilius hortorum DALLA TonaE,·1894,
p. 430; Eivsnm, 1917, p. 639; K1.1MA, 1937, p. 56.
L. 10-11 mm. —— Tête noire sans dessins jaunes, avec au plus une petite
tache au-dessus des yeux, mandibulès rougeâtres; antennes jaune-rou-
geâtre, les deux premiers articles noirs; thorax noir, les angles du pro-
notum, les tegulae, le scutellum et le postscutellum blanc jaunâtre; pattes
jaune pâle, la base des hanches noire; ailes hyalines, stigma noirâtre,
non ou à peine éclairci au milieu; abdomen noir, les tergites médians rou-
geâtres, face ventrale (Q) difïérente de Pespèce précédente (balteatus),
les sternites rougeâtres sauf les deux derniers qui sont noirs. 39 article
des antennes seulement deux fois plus long que le 49.
Seine, Seine-et-Oise : Meudon, juin; Maisons-Laffitte; Lardy; Seine-et-Marne :
Nemours, juin; Ardennes, mai-juin (Prcmor); Eure : Evreux, mai et août; Allier :
Broût-Vernet; Saône-et-Loire : Les Guerreaux; Isère : Grande-Chartreuse (Pic);
Hautes-Pyrénées : Arrens (coll. PANDELLÉ).
` Belgique; Hollande; Suisse; Allemagne; Hongrie; Danemark; Scandinavie;
Pologne; Russie; Italie.

PAMPHILIUS 51
Biologie. — J. DE Gwtu: indique que la larve vit sur Alnus glutinosa, proba-
blement d'après Ed. ANDRÉ (voir S·rm·r·r, 1935).
8. Pamphillus marginatus LEPELETIER. — Lyda marginata LEP., 1823,
p. 12; Ed. ANDRÉ, 1879, p. 506; — Pamphilius marginatus DALLA Tonnn,
1894, p. 433; ENSLIN, 1917, p. 640; KMMA, 1937, p. 58.
[Syn. : Lyda populi FALLÉN, nec L.; L. bicolor Hmm.-Sou.; Tenthrcdo
(L.) ratzeburgi Ruz.]
L. 8-10 mm. — Tête en majeure partie jaune clair, mais avec une grande
tache noire qui en occupe toute la face supérieure, englobant les ocelles
et touchant les yeux; mandibules jaunes, rougeâtres à 1’apex; antennes
rougeâtre clair, plus foncées vers l’extrémité; thorax noir, les côtés du
pronotum jaunes, parfois un point jaune sur le scutellum; ailes légèrement
teintées de jaune, stigma jaune clair; pattes jaune clair, les hanches en
grande partie noires; abdomen : face dorsale entièrement noire, avec une
étroite bande latérale jaune (fig. 57), parfois aussi le bord postérieur des
tergites très finement jaune, face ventrale jaune clair, chez la femelle la
base souvent noire.
Seine, Seine-et-Oise : Saint-Cloud, mai; Meudon, avril, Maisons-Laffitte;
Nord : Phalempin (Cwno); Eure : Evreux; Seine-et-Marne : Fontainebleau
(Bau); Ardennes; Saône-et-Loire : Les Guerreaux.
Angleterre; Belgique; Suisse; Allemagne; Danemark; Suède.
9. Pamphillus sllvarum Srsrnnns. — Lyda silvarum Sr., 1835, p. 100; —
Lyda fulvipcnnis Ed. Annmâ, 1879, p. 506; — Pamphilius silvarum DALLA
Toune, p. 438; Emstm, 1917, p. 641; KLIMA, 1937,· p. 63.
[Syn. : Lyda fulvipennis Zxnnxcu.] ~
L. 8-10 mm. — Tête jaune, avec des taches noires : trois sur le vertex,
la médiane rectangulaire, les latérales cunéiformes, trois à la partie supé-
rieure de la face, la médiane englobant l’ocelle antérieur et deux en dessous
·de 1’insertion des antennes (fig. 58); antennes : les deux premiers articles
jaunes avec la face supérieure tachée de noir, les articles suivants rougeâ-
tres; thorax noir avec une grande tache jaune cordiforme sur le.méso-
thorax et le scutellum, maculée de noir à ses angles antérieurs et en son
milieu; ailes hyalines, nervures et stigma jaune clair; face ventrale du
thorax jaune pâle, pattes jaune pâle avec de couleur noire : la base des
hanches, la face postérieure des trochanters et des fémurs, et parfois la
face antérieure des fémurs III; abdomen : face dorsale noire en entier
finement bordée de jaune, parfois les tergites bordés de jaune postérieu-
rement, face ventrale jaune clair, les sternites bordés de noir postérieure-
ment. —· (ji inconnu.
Seine : Vincennes, avril; Nord : Raismes (Cavao); Eure : Pont-de-1’Arche,
man.
Angleterre; Belgique; Allemagne; Autriche.

52 HYMÉNOPTÈRES ·1·EN·1·HRÉDo1DEs
10. Pamphîlius betulae L. — Tenthredo betulae L., 1758, p. 559; —
Lyda betulae Ed. ANDRÉ, 1879, p. 508; —- Pamphilius betulac DALLA Tonmc,
1894, p. 422; ENSLIN, 1917, p. 642; KLIMA, 1937, p. 52. '
[Syn. : Tenthredo fulva RE*1·z.; Lyda aurita Lyra.]
L. 12-16 mm. — Q (fig. 49); tête jaune orangé avec une petite tache
noire entre les ocelles; mandibules noirâtres dans leur moitié terminale;
antennes jaune orangé, plus foncées à Pextrémité; thorax : pronotum,
, "\ ,/',
  /   i  
 
  s  
  ÉÉÃ %  
   
lv V ww xi
(   "·
F IG. 49. - Pamphilius betulae, Q.
tegulae et prosternum jaune orangé, le reste noir; ailes hyalines, avec
une grosse tache grise occupant la presque totalité de la cellule radiale,
la région sous-jacente et la partie apicale de l’ai1e postérieure, stigma et
nervures jaune clair; pattes jaune orangé; abdomen jaune orangé clair,
le 1er tergite noir ainsi que les derniers, au moins dans leur partie médiane,
la face ventrale plus pâle.
Seine : Vincennes, mai; Chaville, juin; Seine-et-Marne : Fontainebleau; Eure :.
Pont-de-l’A1·che; Ardennes (PIGEOTM Sarthe : Marçon; Loire-Inférieure : Nantes
(Pim. DE Cuuncmzvxttn); Gironde : Carbon-Blanc, juin (J. Prînnz); Hautes-
Pyrénées : Tarbes (coll. PANDELLÉ).
Toute 1’Europe, sauf Pextrême sud; Sibérie.
Biologie. — Larve sur Populus alba. et tremula, peut—être aussi Betula; selon
ENsLm la notion d’après laquelle cette espèce vivrait dans une feuille roulée
de Betula demande confirmation.
11. Pamphilîus lethierryi Koriow. — Lyda lethierr i Konow, 1887
. . · y ’
p. 4; -— Pamphilius lethterryz ENsL1N, 1917, p. 643; KLIMA, 1937, p. 58.
L, 9-11 mm. —— Très semblable à P. betulae; Q, tête rouge orangé, mais
le plus souvent avec une tache noire dans la région des ocelles; pattes
en partie rouge orangé, les hanches, trochanters et fémurs noirs sauf le
genou qui est jaune; ailes ombrées de brun; abdomen 1 le 1*%* tergite en partie

PAMPHILIUS 53
noir, souvent une bande noire longitudinale sur le dos, assez étroite, mais
élargie en arrière où elle peut occuper le 8° tergite, le 9° restant jaune
ainsi que le pourtour de la scie, cette bande peut manquer; face ventrale :
les 2° à 7° sternites entièrement noirs. — 5‘ hanches, trochanters et fémurs
jaune pâle à. la face antérieure, noirs à la face postérieure; face dorsale
de l’abdomen avec une bande noire longitudinale, dentée, élargie en avant
et en arrière.
Nord : Valenciennes, forêt de Raîmes (d’après Konow, type, capturé par
Larnmnav); Raismes (CAvno); Ardennes (P1or:or),.juin 1898. _
Allemagne; Bohême; Caucase. Rare.
12. Pamphlllus stramineipes Hamac. — Lyda stramineipcs Hamac,
1837, p. 347; Ed. ANDRÉ, 1879, p. 501; — Pamphilius stramincipcs DALLA
Tonns, 1894, p. 440; Ensmn, 1917, p. 644; KLIMA, 1937, p. 63.
[Syn. : P. arbustorum Caivmnon, nec F.]
L. 9713 mm. —- Q , tête noire, le bord antérieur du olypéus jaune, ainsi
que le bord interne des yeux et une bande jaune arquée qui va de l’angle
supérieur des yeux jusqu’au bord occipital; antennes : les premiers articles
jaunes avec la face supérieure, ou la majeure partie, noire, les autres arti-
cles rougeâtres, plus clairs en dessous, Pextrémité plus foncée; thorax
noir, les mésopleures entièrement noires, les tegulae, le scutellum, le post-
scutellum et les angles postérieurs du pronotum jaunes; ailes hyalines,
le stigma et la nervure costale jaune clair; pattes jaune clair, la base des
hanches noire; abdomen noir, les 4° et 5° tergites jaune brunâtre en totalité
ou en grande partie, ainsi que la moitié du 3° et souvent les côtés des der-
niers tergites; face ventrale noire, le bord postérieur des sternites jaune.-
(3* partie antérieure de la face jaune; thorax plus clair, en particulier
il peut y avoir une tache jaune sur le pronotum (fig. 59); face ventrale
jaune pâle, les sternites bordés de noir, surtout les premiers.
France (d’après Ed. Annxuâ, mais sans localité).
Angleterre; Allemagne; Autriche; Bohême; Hongrie; Istrie (Fiume). Rare.
Biologie. — Katrnnmcn (1874, p. 223) signale que la larve a été trouvée
sur Rosa par Saxnsizn. Srnirr (1935) a observé la larve en août, dans la Forêt
Noire, sur Rosa sauvages; elle ne fait pas de rouleau, comme les autres espèces
du genre, mais rassemble quelques feuilles avec des fils de soie d’une façon un
peu lâche, et vit entre ces feuilles; elle s’enterre à la fin d’août, l’imago éclôt
en avril suivant. La larve est verte, sans dessins, elle a une tête brune et des
antennes longues, annelées de brun.
Parasite. —- Ichneum. : Tryphon pyriformis Ryrza.
13. Pamphillus valet L. —- Tenthrcdo vafra L., 1767, p. 927; — Pam-
philius vafer MALAxsE et Benson, 1934, p. 11; - P. depressus Ensmn,
1917, p. 646; —- P. vafer KL1MA, 1937, p. 64; —— Lyda depressa Ed. Annaià,
1879, p. 502; -— Pamphilius depressus DALLA Tonms, 1894, p. 425. `

54 nrmâmoprànms rnmumînoxnrs `
[Syn. : Tenthredo depressus Scmmmx]
L. 7-10 mm. —— Q (fig. 55), tête fortement colorée de jaune, en parti-
culier toute la partie inférieure de la face, une tache qui remonte entre
4  ' O O
`e y'   ÈIQ 
y ; K ln) e
  v il   ‘î'
p w/ J Ã / Ã"&
—' 'i—   'P /" l;'  \
· ·‘i"‘;i i · "  ”"i
‘*`*i‘ _ ·L. ...·u `
5 " ` Ã .*—~——Ã| I
mi ij) g z p «  I
Wa Vjij Q
so sa 52 sa
QI` ` " `<\  
és? M" .¢·   xy __ \; J'}  
J   1 " l   . r`«   FFP
L J U . .
»> +> rzî vî
s ., jy ¢ " - l   (
  . Q e fr
el? ‘ •//ne `¤i
    —‘·à‘*—
” _4— `. A xr- P É
Amun. — _\4__
W A   =  I
fi; i  , îî 
54 sa se
FIG. 50 à 56.—50.Pamphilius silvaticus. — 51. P. inanitus. — 52. P. aurantiacus.
53. P. histrio. — 54. P. balteatus. —- 55. P. vafer. —— 56. P. hortorum.
les antennes, une bande le long du bord interne des yeux, et diverses bandes,
plus ou moins développées, sur la partie supérieure (voir fig. 55); antennes
rougeâtres, les deux premiers articles noirs en dessus, l’extrémité un peu

PAMPHILIUS 55
plus foncée; thorax noir, le pronotum, les tegulae, trois taches sur le méso-
notum, le scutellum et le postscutellum, jaunes, les pleures tachées de
jaune; pattes jaune pâle; ailes hyalines, le stigma jaune très clair ainsi-
que les nervures, sauf quelques-unes qui sont brunes; abdomen rougeâtre
en entier sauf le 1°' tergite qui est noir, face ventrale rougeâtre, la partie
basale des stemites noire. — (jl la moitié inférieure de la face jaune, le
reste noir, avec deux bandes jaunes arquées derrière les yeux; les taches
jaunes du thorax souvent très réduites. ——- Tête assez fortement ponctuée
sur sa partie supérieure, de points assez gros, séparés toutefois de plus
que leur diamètre; la ponctuation est plus forte chez le mâle que chez
la femelle.
Environs de Paris (J. ns GAULLE); Nord : Lille (coll. Steam.); Haute-Vienne :
Nieul (coll. Noustuxsn); Hérault : Montpellier; Allier : Moulins.
‘ Toute 1’Europe jusqu’à l’Oural; Italie; Balkans; Espagne : Catalogne.
Biologie. — Larve vert d’herbe avec des lignes dorsales noires, les côtés jaunes
front, 1*** segment et base des pattes tachées de noir; sur Alnus et Bezula, dans
une feuille en cigare qu’eIle fait en roulant le bord de la feuille vers le haut (Ko-
Now, 1903, p. 329); une seule génération, s’empupe en terre profondément.
14. Pamphlllus varlus Lm>EL1~:·r1En. ·- Lyda varia LEP., 1823, p. 6; -—
L. vafra Ed. Armns, 1879, p. 497; — Pamphilius vafcr DALLA Tomm,
1894, p. 440; Esstm, 1917, p. 645, fig. 138; — P. varius Msnsrss et BEN-
soN, 1934, p. 11; Kr.1MA, 1937, p. 67.
[Syn. : Pamphilius vafer auct. nec L.; Lyda latifrons ZADD.; L. iniïdus
Zum.; Anoplolyda engelhardti DOVNAR·ZAPOLSKI]
L. 10-13 mm. — Espèce très voisine de la précédente, en particulier
· elle est aussi fortement colorée en jaune (fig. 60); elle s’en distingue par
la très faible ponctuation de la partie supérieure de la tête, qui est lisse,
avec seulement quelques points très petits et espacés; les pleures sont
moins fortement colorées en jaune; les ailes ont, chez le mâle, une bande
brune (peu visible) au niveau du stigma. , ‘
âeine, Seine·èt-Oise : Meudon; Maisons~Laffitte; Ardennes; Hérault : Mont-
e ier.
p Angleterre; Belgique; Suisse; Allemagne; Danemark; Finlande; Sibérie.
Nom. — Msuuss et Benson ont récemment établi, d’après l’examen
des types linnéens, que le vrai Pamphilius vafer L. est ce qui jusqu’ici
avait été communément désigné sous le nom de P. deprcssus Sonmux;
par suite ce que la plupart des auteurs ont appelé P. vafcr L. doit prendre
le nom de P. varius LEP. Ces deux espèces sont en réalité très voisines
l’une de l’autre, et il n’y a guère pour les distinguer que la ponctuation
de la partie supérieure de la tête, forte chez P. va/cr, faible chez P. varius;
Gousssxowsxv s’appuie pour les séparer sur la coloration de la tête,
mais il y a tous les intermédiaires entre la très forte coloration jaune, et

56 avnsuoprsnms rnnransnoxnss
la coloration plus faible, certaines bandes jaunes pouvant arriver à dispa-
‘ raître. Il est à souhaiter que la distinction de ces espèces soit précisée par
l’étude d’un plus grand nombre d’exemplaires que celui dont généralement
on dispose.
15. Pamphilîus pallîpes Zm··x·Er.s·rEm·. —— Lyda pallipes Zmr., 1838,
p. 355; Ed. ANDRÉ, 1879, p. 505; - Pamphilius pallidipes DALLA Tomas,
1894, p. 435; — Pamphilius pallipes ENsL1N, 1917, p. 648, fig. 139; K1.1MA,
1937, p. 60.
[Syn. : Lyda flaqipes ZEN'., L. variegata ZETT.]
L. 8-11 mm. -—~ Q, tête presque entièrement noire, la partie antérieure
du clypéus jaune, ainsi que deux taches sur les côtés de la face et une série
  "    "‘·  
_;g_   et àl
'"` %" ` ·î
W \_V,r 7 V V W   É", = .
M   . I   — _ _,/ $ 7
    —.      
  . ·‘*   f "    -·~—
,~—»·-y }———· fl î  
ï—·—,/ F./, ind  i --
Vil.?-7* ii ij, —  
_ ·sr«  - .   ve,-v  
57 se ss co
FIG. 57 à 60. — 57. Pamphilius marginatus. — 58. P. silvarum.
_ 59. P. stramineipes. — 60. P. varius.
de quatre bandes, assez étroites, sur le sommet de la tête (voir fig. 139
de ENSLIN); antennes jaunes, plus foncées à l’extrémité, les deux premiers
articles noirs en dessus; thorax noir, avec les angles postérieurs du prono-
tum, les tegulae, une tache triangulaire double au milieu du mésonotum,
le scutellum et le postscutellum jaunes, ainsi qu’une bande sur les méso-
pleures et les métapleures; ailes jaune pâle, stigma et nervures jaunes,
quelques-unes de celles-ci plus foncées; pattes jaunes, la base des hanches
noire, l’extrémité des tibias et les tarses rougeâtres; abdomen noir, les 4**
et 58 tergites jaune rougeâtre, parfois aussi le 66 en tout ou en partie et
même le 9**, ainsi qu’une bande étroite le long des côtés; face ventrale :
, sternites noirs avec une bande jaiine postérieure, parfois large. — (jf,
tête jaune dans sa moitiéantérieure, noire au delà; abdomen rougeâtre,
le 1°T segment noir, parfois aussi le 2**, les autres plus ou moins tachés

PAMPHILIUS 57
de noir à la base, abdomen jaune avec une série de taches noires de chaque
côté.
Haute-Loire : mont Mézenc, juin, 1 (j' (Mnivrzvnr.); Nord : Genach (Clivno). _
Angleterre; Hollande; Suisse; Allemagne; Autriche; Danemark; Scandinavie;
Sibérie; Kamtschatka.
Biologie. — MALAISE (1922, p. 16) a décrit l’œuf et la larve; il a trouvé l’imag0
dans le nord de la Laponie, en a élevé des femelles sur Betula où elles ont pondu;
la larve fait un fourreau de feuilles, avec la plus grosse ouverture vers le bas.
16. Pamphllius neglectus Zltnnncn. — Lyda ncglecta ZADD., 1865,
p. 174; Ed. AEDRÉ, 1879, p. 504; —- Pamphilius neglectus DALLA Tonnn,
1894, p. 433; Eivsnm, 1917, p. 649; KMMA, 1937, p. 59.
L. 10-13 mm. -— Q, tête noire, la partie inférieure de la face jaune,
une tache jaune rougeâtre entre les antennes, n’atteignant pas les ocelles;
pas de bande jaune en arc sur la partie supérieure de la tête; antennes
jaunes, plus foncées à l’extrémité, le premier article jaune clair; thorax
noir, seulement les angles postérieurs du pronotum, les tegulae, le scutel-
· lum et le postscutellum jaunes; pattes jaunes, la base des hanches noire,
les tarses plus ou moins rougeàtres; ailes très légèrement teintées de jaune,
les nervures brunes, jaunes à la base, stigma et costale jaune rougeâtre;
abdomen noir, les 29 à 59 segments rougeâtres, ainsi que le 99. — çj', tête
jaune pâle avec une grosse tache noire sur la partie supérieure; abdomen :
face ventrale entièrement jaune pâle, face dorsale noire, les 49 et 59 ter-
gites rougeâtres en partie ou en totalité. - Partie supérieure de la tête
fortement ponctuée; 39 article des antennes plus long que les deux suivants
réunis.
Isère : La Grande Chartreuse, juin-juillet (Pic).
Allemagne; Autriche. Rare.
Biologie. ·— La larve, découverte et décrite par Srnrrr (1934), fait dans les
feuilles d’Accr pseudoplatanus un fourreau semblable à celui de P. immizus;
elle s’empupe en terre.
17. Pamphilius aurantlacus GIRAUD. — Lyda aurantiaca Gm., 1857,
p. 183, pl. 4, fig. 2; Ed. ANDRÉ, 1879, p. 503; —- Pamphilius aurantiacus
DALLA Toune, 1894, p. 422; ENSLIN, 1917, p. 649; KLIMA, 1937, p. 50.
L. 9-12 mm. -— Tête jaune pâle dans la moitié inférieure, noire au~dessus
les yeux finement bordés de jaune du côté interne, une bande jaune de
chaque côté au bord occipital, joues et mandibules jaunes; antennes jaunes
au premier article, les suivants un peu rougeâtres; thorax noir, les angles
postérieurs du pronotum, les tegulae, le scutellum et le postscutellum
jaune clair; ailes légèrement teintées de jaune avec une très faible ombre
plus foncée au niveau de la 39 cellule cubitale, stigma jaune clair ainsi que
les nervures dans la partie basilaire, le reste brun; pattes jaune pâle, la
base des hanches noire; abdomen : 19* segment noir, les 29 à 59 tergites '

58 HYMÉNOPTÈRES ·rEN'ranÉDo1DEs
jaune rougeâtre, 68 à 88 noirs, face ventrale comme le dos mais plus pâle,
le milieu un peu plus foncé. Tête : vertex nettement ponctué mais de
points petits, peu profonds, irrégulièrement disposés, serrés dans la région
des ocelles, plus haut, plus espacés, séparés de plus que leur diamètre,
laissant vers l’angle supérieur des yeux un espace non ponctué de chaque
côté.
Seine-et-Oise : Sannois, mai (J. DE GAULLE); Var: la Ste·Baume (juin, J. DE
GAULLE; mai, T1MoN-DAv1D).
Autriche (type de GIRAUD au Muséum de Paris) ; Allemagne; Hongrie; Croatie;
Italie; Piémont. .
18. Pamphilius hîstrio LATREILLE. —- Pamphilius histrio LATR., 1811,
p. 689; — Lyda histrio Ed. ANDRÉ, 1879, p. 507; — Pamphilius histrio
DALLA Tonau, 1894, p. 430; Ensnm, 1917, p. 652; KMMA, 1937, p. 55.
[Syn. : Lyda flaviventris STEPHENS]
L. 11-13 mm. —< Q, tête jaune avec une grosse tache noire sur la partie
supérieure, coupée elle-même de deux longues taches jaunes (fig. 53);
antennes jaune clair y compris le 18* article, Pextrémité plus foncée; thorax
noir, de couleur jaune : le bord postérieur du pronotum, les tegulae, une
grande tache jumelée triangulaire sur le lobe médian du mésonotum et
une tache semblable sur chacun des lobes latéraux, le scutellum; les pleures
noires mais le plus souvent avec une bande jaune; ailes très légèrement
teintées de jaune, stigma jaune clair ainsi que la subcostale et les nervures
à la base de l’aile, le reste des nervures brun; pattes jaune clair, les hanches
au plus noires en partie; abdomen : face dorsale jaune rougeâtre, les 18T
et 28 tergites noirs ainsi parfois que le 38, rarement le 48, les suivants taches
de noirâtre surtout au milieu; sternites rougeâtres avec une bande médiane
noire, le bord postérieur rougeâtre. — 5* les taches jaunes du thorax sou-
vent moins grosses.
Seine, Seine-et·0ise : environs de Paris (LA·ras1LLE, type); Chaville (J, DE
GAULLE).
Angleterre; Belgique; Allemagne; Bohême; Hongrie; Danemark; Finlande;
Italie.
Biologie. - Ed. ANDRÉ dit : se trouve sur Carpinus ou Populus tremula. Voir
Srnxrr, 1935, p. 147-148.
19. Pamphilius gyllenhali DAm.BoM. -—- Lyda gyllenhali DALHBOM,
1835, p. 14; Ed. ANDRÉ, 1879, p. 509; — Pamphilius gyllenhali DALLA
Tonus, 1894, p. 429; ENsLm, 1917, p. 653; KLIMA, 1937, p. 54.
[Syn. : Lyda latifrons var. b FALLÉN.]
L. 10-11 mm. — Tête jaune avec une grande tache noire, plus développée
que chez histrio; thorax comme dans lzistrio, mais souvent les taches jaunes
des pleures manquent; ailes hyalines, avec une bande brunâtre transver-
sale sous le stigma traversant l’aile antérieure et passant à la pointe de
l’aile postérieure, cette bande est surtout marquée chez le mâle; abdomen,

MEo.u.onom·Es 59
chez la femelle, noir avec les 4° et 9° tergites plus ou moins rougeâtres,
parfois aussi le 5°, rarement le 6°, le bord latéral de tous les tergites et le
bord postérieur de tous les sternites jaune pâle; chez le mâle face ventrale
jaune pâle, face dorsale : les deux ou trois premiers tergites noirs, les sui-
vants rougeâtres, mais noirs en leur milieu, les deux derniers segments
en grande partie noirs.
Vosges : Gérardmer (Hummcm) (1).
Belgique; Allemagne; Autriche; Danemark; Scandinavie; Finlande; Russie.
Biologie. -— Srnirr (1935) a trouvé la larve en juin sur Salix caprea dans une
feuille roulée en vis vers le bas; elle a la tête large, noire ou brune, et les antennes
presque blanches; il pense que Bniscnxehrépété par Ensmn, a pris cette larve
sur Salah: caprea, et en même temps celle de P. silvazicus sur Populus tremula,
mais qu’il aurait confondu les deux et que, en réalité, c’est cette dernière qui vit
sur Populus tremula.
Famille des MEGALODONTIDAE
Très voisine de la précédente, mais les antennes sont courtes, avec 16 à
22 articles, et pourvues d’un appendice apico—latéral aux articles médians
dans les deux sexes; pas de nervure intercostale.
` TABLEAU DES GENRES
— Appendices antennaires au moins aussi longs que la largeur des
articles qui les portent; articles des antennes à partie du 4° égaux
ou augmentant en longueur ............... (p. 59), Megalodontes.
— Appendices antennaires assez courts, moins longs que la largeur
des articles qui les portent; articles des antennes réduits progressi-
vement à partir du 4° ....................... (p. 64), Melanopus.
Gen. MEGALODONTES LA·raE1LLE, 1802
h (Tarpa F.)
Articles médians des antennes avec un appendice souvent aussi long
que deux articles réunis, et même davantage; griffes bifides.
Biologie. — Larve comme celle des Pamphiliidae, sans pseudopodes; antennes
longues, de 7-8 articles; des cerques de trois articles à. Pextrémité de l’abdomen.
Vivent en petites sociétés, dans des toiles, sur des feuilles.
Distribution. —- Toute l’Europe centrale et méridionale;régi0n méditerranéenne;
Afrique du Nord; Asie Mineure; Syrie; Turkestan; Sibérie.
Un seul sous-genre en France : S.·G. Megalodantes.
(1) C’est peut·être la forme typique de P. latifrons, qui n‘est pas encore signalée de France.

60 r1YMÉNor•·rÈnEs TENTHRÉDOIDES
TABLEAU DES Esràcizs
1. Thorax avec quatre taches jaunes sur le mésonotum : deux à
l’angle postérieur du lobe médian, une sur chacun des lobes laté-
raux (fig. 62, 63) ......................................... 2.
—— Thorax avec seulement deux taches jaunes sur le mésonotum,
placées sur les lobes. latéraux .............................. 3.
_ 2 . Le premier tergite abdominal avec une petite _tache jaune de chaque
côté, le 2** avec une bande jaune interrompue au milieu, les suivants
avec une bande entière; bande jaune de la nuque avec deux pro-
longements médians, vers l’avant. Très rare (fig. 62) .........
........................................... (p. 60), bucephalus.
—— Les trois premiers tergites abdominaux avec chacun une tache
jaune latérale, seuls les 48 et suivants avec une bande jaune en-
tière; bande jaune de la nuque sans prolongements médians. Rare
(fig. 63) ..................................... (p. 61), cephalotes.
3. Appendices médiane des antennes aussi longs que les deux arti-
cles suivants réunis; appendice du 3e article aussi long, ou presque,
· que·le 49 article (fig. 64) ................................... 4.
—— Appendices médians des antennes à peine plus longs que l’article
suivant; appendice du 36 article très,réduit, bien plus court que
le 4** article (fig. 65) ........................ (p. 64), plagîocephalus
4. Antennes jaune rougeâtre en entier, au plus les deux premiers arti-
cles noirs en dessus (d’après Goussxxovsxm) .... (p. 61), xanthocctus.
-— Antennes noires à la base, en général noirâtres à Pextrémité,
les deux premiers articles noirs. ............... (p. 62), spissicornîs.
1. Mcgalodontes bucephalus Kwc. —- Tarpa bucephala Kwc, 1824,
p. 185; Ed. ANDRÉ, 1879, p. 487; — Megalodontes bucephalus DALLA
Tonnrz, 1894, p. 414; KLIMA, 1937, p. 74.
[Syn. : Tarpa hispcmica SPINOLA; T. levaillanti Lucas]
L. 10-12 mm. —- Tête : partie inférieure de la face jaune, cette partie
jaune remontant entre les antennes·et sur les côtés de celles-ci, le reste
noir, mais avec une bande jaune arquée sur la nuque qui envoie en avant
deux prolongements jaunes encerclant le vert (fig. 62); antennes jaune
rougeâtre, plus foncées à l’extrémité, le 2° article noir ainsi que la base
du 39 et parfois la partie supérieure du 1er; thorax noir avec le pronotum
jaune (interrompu au milieu), deux paires de taches jaunes sur le méso-
notum, une partie des tegulae jaune, une grosse tache jaune sur les méso-
pleures; ailes teintées de jaune, plus foncées le long du bord antérieur,
mais moins que chez spissicornis; pattes rougeâtres, les hanches trochanters
et base des fémurs noirs; abdomen avec une tache jaune de chaque côté
du 1*** tergite et une large bande jaune sur les suivants, celle du 29, et par-
fois du 30, interrompue au milieu. Antennes : 3€ article à peine plus long

MEGALODONTES 61
que III-IV, son appendice plus court que l’article IV, les appendices des
articles médians à peu près égaux en longueur à deux des articles; tête
et mésonotum ponctués, mais brillants, les espaces entre les points restant
lisses.
Pyrénées-Orientales : col de Banyuls-sur-Mer, octobre 1936 (F. Banmnn);
Gironde: Ferrol (J. Pénsz).
Espagne; Portugal; Maroc; Algérie (1). ·
2. Megalodentes cephalotes F.- Tenthrede cephalotes F., 1781, p. 408; -
Tarpa cephaletes Ed. Annan, 1879, p. 485; — Megalodentes cephalotes
DALLA Tonmz, 1894, p. 414; — Ensnm, 1917, p. 634; KMMA, 1937, p. 75.
[Syn. : Tarpa panzeri Lmcn; T. klugi Lmcn]
L. 10-12 mm. — Aspect de M. spissicernis (fig. 61), dessins très peu
différents, mais deux paires de taches jaunes sur le mésonotum; 3° article
des antennes aussi long que les trois articles suivants, son apophyse plus
courte que le 4° article; bande jaune arquée de la nuque souvent inter-
rompue au milieu.
Pyrénées~Orientales : Vernet-les-Bains, juin (coll. Pxcann, coll. Steam.);
Ardèche : Aubenas (Ctsu).
Angleterre; Suisse; Allemagne; Autriche; Hongrie; Italie.
3. Mcgalodontes xanthpcerus Gussaxovsxu. — M. xanthecerus Guss.,
1935, p. 391 (et 387).
Description originale :
« M. ilayicorni KL. haud dissimilis, sed miner, abdominis pictura alia,
capite theraceque nitidis, haud cenfertim punctatis, radiisque pectinalibus
antennarum nonnihil bravieribue diü’ert.
5* Q. Corpere nigro, nitide, haud dense nigr0·piles0, mandibulis in Q
nigris, in 5* externe rufo-testaceis, maculis 3 faciei, fascia arcuata, continua,
sed in 5* media valde angustata verticis, fascia lata, interrupta preneti,
mesopleurarum macula subalari, maculisque in margine pestice loborum
lateralium mesoneti, in 5* interdum obsoletis vel de/icientibus, flavescenti-
albis; abdeminis tergite 1** in 5* emnine nigro, in Q maculis minimis late-
ralibus albis, 2° nigro, 3° utrinque albidesignato, 4° fascia cenceleri lata,
antice in. media late, triangulariter excisa, 5° et 6° in Q fascia valde angusta, ·
sed regulari, in. 5* fascia antice bisinuata, utrinque a medium angustissima,
7° et 8° fasciis latieribus ernatis, sternitis in Q 2 penultimis tantum, in 5*
mediis et penultimis margine postice albe-fasciatis, sternito ultime in 5* tete _
pallide flavescenti; pedibus pallide testacee-/lavis, coxis, trochanteribus,
femoribusque 4 anticis basi nigris, alis fere hyalinis, margine antico fusces,
centibus; antennis 17-18 articularis, laete testaceis, articule 1° flavo, in 5*
(1) M. levaillanti Lsr., d’Algérîe, est considéré comme synonyme de bucephalus, mais
cela n’est pas certain, et par ailleurs on a souvent donné, à. tort, le nom de levaillanti à des
exemplaires tout à fait différents, qui sont surtout des M. (Rhipidiacera) luteiventria.

62 nYMÉNox>*rÈaEs TENTHRÉDOIDES
supeme nigro-notato, pedicello in dl nigro; articulo 3° duobus sequentibus
mmnihil longiore, processo apicali articule 4° aequilongo vel vix nisi breviore,
radiis pectinalibuns articulorum mediorum articulis 2 sequentibus simul
sumptis vix breoioribus. Capite thoracegue nitidis, sat dense et crasse, attamen
non cunfertim punctatis, interstitiis pzmcta latioribus. 9-10 mm.
Patria dabia: verisimiliter Gallia meridionalis vel Algeria.
Mir liegen 3 (j' und 1 Q vor, von Dusnnocmsas gesammelt, aber ohne
naheren Fundort; sie mussen entweder aus: Siidfrankreich, oder, was
mir mehr wahrscheinlich zu sein scheint, aus Algerien stammen. »
· Hautes-Alpes : Durbon, 1 çj', juillet (LOMBAnn) me paraît se rapporter à cette
espèce, dont par ailleurs certains exemplaires ont pu être appelés M. spissieornis.
4. Megalodontes spîssîcornis Kwe. — Tarpa spissicomis Kwc, 1824,
p. 187; Ed. ANDRÉ, 1879, p. 477;- Megalodontes klugi DALLA Toune.
t?~`\:` `,/‘•‘(À
‘ “‘w,.   *    ‘ du ,...   saw
,/  a t
(,« ( 
F10. 61. - Megalodontes spissicornis, Q.
1894, p. 416; ENSLIN, 1917, p. 633; — Megalodontes spissicomis KL1MA,
1937, p. 78.
[Syn. : Megalodontes klugi CAME1>.oN, 1885, non Lmcn, 1817]
L. 10-13 mm. - Fig. 61. — Tête noire avec trois taches jaunes : une
triangulaire entre les antennes, et une à l’angle antéro-interne de chaque
œil, de plus une bande arquée partant des yeux et faisant le tour du bord
postérieur de la tête; antennes rougeàtres, brunes à Pextrémité, souvent
noires à la base, en particulier aux 1er et 28 articles; thorax noir avec le
bord postérieur du pronotum jaune et deux taches de cette couleur aux
lobes latéraux près du `scutellum (manquant souvent); ailes légèrement
teintées de jaune, une bande plus foncée le long du bord antérieur, stigma
jaune; pattes rougeâtres, hanches, trochanters, et une plus ou moins grande
partie des fémurs noire, surtout aux pattes I et II; abdomen noir, les ter-
gites bordés de jaune citron postérieurement à partir du 49, la bande de

MEGALODONTES _ 63 ·
ce tergite la plus large surtout chez le mâle, les tergites I à III tachés de
jaune latéralement. —· Tête et mésonotum fortement ponctués de points
se touchant, surface mate; 3° article des antennes aussi long que les deux
suivants réunis, son appendice plus court que le 4** article, appendices
du milieu aussi longs que deux articles réunis.
Probablement toute la France, mais surtout dans les montagnes : Alpes ;
Grande-Chartreuse; Moutiers; La Grave; Vallouise; Cervières; Abriès; Serres;
juillet; le Lautaret; Pyrénées : Gèdre, juin; Canigou; Gavarnie; Cauterets, août;
Vernet. Je n’ai pas vu d'exemplaires de plaine, ni non plus du Massif central.
Angleterre; Suisse; Allemagne; Autriche; Pologne; Hongrie; Russie.
eàwî., . AI" .
\L.Al M — -1
·/ `· (7
" \ «
\ K, gi ,
'i§·l' T: ""'l;'—=
sa ,1 ‘! - I •
Q 'î·*""'
H "·"
~ `îvî l
  XX
62 63 se
67 `
 
64 :
Fm. 62 à 67. — 62. Megalodontes bucephalus. —- 63. M. cephalotes. — 64-. M. spis·
sicornis, antenne. ——65.'M. plagiacephalus, idem. -- 66. Melanopus fabricii,—-
67. Id., antenne.
Biologie. -— Kmncnnnumm (1878).; ENSLIN (1917, p. 633, et 1918, p. 79),
sur Laserpitium lazifolium; la larve, qui vit en juillet-août, vit en sociétés de
2 à 4 individus dans un fourreau de soie fait sur les feuilles. —- Larve à corps
fortement plissé, téguments chagrinés sur le dos et le ventre, avec de nombreux

64 , HYMÉNo1>1·È1>.r;s TENTHRÉDOIDES
petits poils raides disposés en rangées transversales et implantés chacun dans
un petit point noir; couleur gris bleu sale, une ligne ventrale longitudinale médiane
jaune de soufre; tête, antennes, pattes, cerques noirs, une tache noire à chaque
segment thoracique de chaque côté de la ligne médiane, une tache noire sur le
1e' segment dorsal.
Nom. -— Megalodonta flavicornis KLUG est une espèce voisine de spissi-
cornis KL., mais avec le scape blanc ou jaune pâle; Ed. ANDRÉ la signale
de France, sans localité, et sa présence n’y est pas certaine; par ailleurs
selon Goussaxovsmi, M. xanthocerus en est également très voisine.
5. Megalodontes plagîocephalus F. — Tarpa plagieccphala F., 1804,
p. 20; Ed. Arma, 1879, p. 476; — Mcgalodontes plagiocephalus DALLA
Tomm, 1894, p. 418; ENSLIN, 1917, p. 634; KMMA, 1937, p. 77.
L. 10-12 mm. —— Aspect de M. spissicomis, mais dessins souvent plus
pâles, jaune clair ou même presque blancs; antennes rougeâtres, un peu
_ plus foncées à. Pextrémité, les deux premiers articles parfois noirâtres;
tête et mésonotum à points assez forts, mais peu serrés, entre eux des
espaces lisses de sorte que les téguments paraissent brillants et non mats;
antennes : le 36 article aussi long que les deux suivants ensemble, son
appendice seulement de Q aussi long que le 4**, les appendices des articles
médians seulement un peu plus longs que les articles qui les suivent. —
5* bande blanche postérieure de la tête souvent interrompue au milieu,
abdomen : une bande jaune seulement sur les 4** et 88 tergites.
Seine-et-Marne : Lardy, juin (R. Bsrzoisr); Haute-Saône : Gray; Savoie :
Moutiers;Aix (probablement Aix-les-Bains); Haute-Garonne: Grépiac, Vieille-
Toulouse, mai, juin (Risxutr).
Allemagne; Autriche; Hongrie; Bohême; Russie.
Gen. MELANOPUS Korzow, 1897
Antennes de 20-22 articles, le 3*2 plus long que les 46 et 58 ensemble,
presque filiformes, les articles médians, d’égale longueur, légèrement pro-
longés à l’angle supérieur.
Une seule espèce.
Me1an0pusfabriciiLEAcn. — Tarpa fabricii LEACH, 1817, p. 130; ANDRÉ;
1879, p. 476; — Megalodontes fabricii DALLA Tonnn, 1894, p. 415; —
Mclanopus fabricii ENSLIN, 1917, p. 635; KLIMA, 1937, p. 79.
[Syn. : Tarpa megacephala KLUG] ’
L. 11-13 mm. —— Tête noire avec trois taches jaunes sur la face, comme
chez Megaladomtes, mandibules noires; une bande arquée jaune sur la
nuque; antennes rougeâtres, plus foncées à Pextrémité, les deux ou trois
premiers articles brunâtres ou même noirs; thorax noir, le pronotum avec
une large bande blanc-jaunâtre, interrompue au milieu, tegulae blanc-

xxruvnnu. 65
jaunâtre, ainsi que deux taches sur le mésonotum à la base des lobes laté-
raux et a l’angle supérieur des mésopleures; ailes teintées de jaune, plus
foncées le long du bord antérieur; pattes jaune rougeâtre, les hanches,
trochanters et base des fémurs noirs; abdomen avec une large bande au
bord postérieur du 48 tergite, sur les suivants une bande plus mince (fig. 66);
antennes courtes, le 3° article et les suivants un peu prolongés à l’angle
(fig. 67). -- 5* la 4° bande abdominale souvent interrompue au milieu,
les suivantes très largement interrompues sauf la dernière qui est complète.
France, d’après Kowow, mais sans localité connue.
Angleterre (7); Allemagne; Bohême; Autriche; Hongrie; Asie-Mineure.
Famille des XIPHYDRIIDAE
Tête ronde, globuleuse, bien séparée du thorax; antennes assez longues,
sétiformes, de 18 à 22 articles; tibias I avec un seul éperon; abdomen
allongé, conique à l’extrémité, d’où sort une courte tarière chez la femelle.
— Larve à thorax dilaté, le métathorax étant le plus grand segment de
l’abdomen, pattes thoraciques rudimentaires, sans griffes, pseudopodes
abdominaux absents; corps blanc crémeux, sans dessins; abdomen pro-
longé par une pointe suranale (fig. 7); antennes visibles, à trois articles.
Biologie. — Larves xylophages. U
Distribution. - Toutes les parties du monde, sauf l’Afrique.
Gen. XIPHYDRIA LATREILLE, 1802
Corps cylindrique et allongé; abdomen quelque peu déprimé chez le
mâle, chez la femelle plus cylindrique et prolongé par une assez courte
tarière (fig. 68); tête globuleuse, bombée sur le vertex et aussi sur la face, _
au-dessus des antennes; pronotum très court au milieu, son bord posté-
rieur fortement arqué; tête rattachée au thorax par un cou allongé qui
rappelle celui des Hyménoptères du genre Gasteruptiop; cellule radiale
divisée en deux, trois cellules cubitales. Larve, mêmes caracteres qu’au
genre.
Biologie. — Larve xylophage, fore une galerie dans le bois de certains arbres.
Distribution. — Europe; Amérique du Nord; Asie paléarctique, mais aussi
tropicale; Philippines; Bornéo; Nouvelle-Guinée.
TABLEAU mas Esràcns
1. Abdomen en majeure partie rougeâtre, seules la base et 1’extré-
mité noires ................................. (p. 68), prolongata.,
— Abdomen noir, avec des taches jaunes sur les côtés, mais sans partie
rougeâtre ................................................. 2.
5

66 HYMÉNOPTÈRES TENTHRÉDOIDES
2. Deuxième article des antennes plus long que le 4°, plus long que
la moitié du 3** (fig. 69); pattes brunes, au moins en partie ......
............................................ (p. 67), longîcollîs.
— 2° article des antennes plus court que le 4°, et que la moitié du 38
(fig. 70); pattes rouges ..................................... 3.
3. Bandes jaunes du Vertex étroites et courtes, n’atteignant pas les
yeux en avant; 28 article des antennes très court, a peine plus
long que large à l’extrémité, égale à peine en longueur le 1/3 du 2**;
taches jaunes des côtés de l’abdomen en général seulement au nom-
bre de trois sur les segments du milieu. Commun. . (p. 66), camelus.
—— Bandes jauzies du Vertex plus longues, atteignant les yeux en avant
(fig. 71, 72); 2° article des antennes plus long, égalant le Ml du 3*3,
et presque aussi long que le 48; taches jaunes des côtés de l’abdomen
au nombre de cinq sur les segments du milieu, plus fortes. Pire. . .
................................................ (p. 67), pîcta.
1. Xîphydrîa camelus L. — lchneumon camelus L. 1758, p. 560; ——
Xiphydria camelus, Ed. ANDRÉ, 1879, p. 562, pl. 24, fig. 2; DALLA Tormn,
1894, p. 394; ENSLIN, 1918, p. 708; Hnnrcxn, 1938, p. 5.
L. 10-21 mm. — Fig. 68. Tête noire, avec deux petites bandes jaune
` «.\ "`:`..fî"` /  
I     \\
f [   \ E
1 (   x i
E Q? gz a
\     I
E
FIG. 68. — Xiphydria camclus, Q.
blanchâtre sur le Vertex, et de chaque côté, sur les tempes, une petite
bande jaune, souvent interrompue ou même divisée en deux taches; mandi-
bnles noiràtres, l’extrémité rougeâtre foncé; antennes noires, les trois
premiers articles rougeàtres; thorax noir, les angles postérieurs du pronotum
et les tegulae jaunes; pattes rougeâtres, les hanches brunes; ailes hyalines,
le stigma brun, les nervures brunes, la costale et la brachiale jaune clair;

xirnvnnm 67
abdomen brun presque noir avec trois taches blanches ou jaune pâle de
chaque côté, sur les 49, 5°, 6° tergites (parfois aussi sur d’autres). Antennes;
1"' article fortement courbé, 2** article plus court que la M; du 3°, plus
court que le 4**, 3° article de moitié plus court que le 4** (fig. 70); clypéus
fortement chagriné, son bord antérieur prolongé en une pointe médiane,
avec une échancrure de chaque côté de celle-ci; tête: face chagrinée, vertex
lisse, brillant, avec seulement quelques points épars.
Seine, Seine-et-Oise : Bois de Boulogne; Maisons-Laffitte, forêt de Saint-Ger-
main, juin; Oise : forêt de Compiègne (L. Banni.); Aube : Maraye (coll. J. DE
GAULLE); Eure : Evreux, juin; Ardennes : Vendresse, juillet; Marne : Bazan-
court (D1' Bsrrmcsa); Loiret : Orléans; Allier z Broût-Vernet; Saône-et-Loire : u
Les Guerreaux; Landes : Mont-de~Marsan.
Toute l’Europe sauf 1’Espagne, le sud de l’Italie et les Balkans; Sibérie.
Biologie.- La larve creuse des galeries dans le bois d’AZnus glutinasa Guam.
et incana D. C. (Konow), parfois aussi de Betula (Emsnm); Fxmunmriann (1868)
signale que la larve a fait périr un jeune Bctula; il décrit la larve.
Parasltes. — Scambus curvîpcs GRAV.; Aulacus striatus J URINE.
2. Xiphydria picta Kouow. — Xiphydria picta Kouow, 1897, p. 304;
Erzsnm, 1917, p. 708; Hnnrcxa, 1938, p. 10.
L. 12-22 mm. — Q, très semblable à X. camclus, mais les taches jaunes
de la tête plus développées : sur le crâne deux longues bandes un peu diver-
gentes vers l’avant, où elles atteignent presque le bord interne des yeux
(fig. 71, 72), au niveau des ocelles postérieurs; une tache ronde au-dessus
de l’insertion de chaque antenne, et souvent une, ou deux, entre les anten-
nes; souvent aussi une tache sous l’angle inférieur de chaque œil; une Ion-
gue bande jaune sur les tempes, généralement non interrompue, allant
d’un peu au-dessus de l’articulation des mandibules jusqu’au vertex où
elles rejoignent presque les bandes de la face; sur le thorax, les angles
postérieurs du pronotum, les tegulae jaunes, et souvent deux petites taches
sur le mésonotum de chaque côté du scutellum; abdomen : six à sept taches
de chaque côté. — (T comme la Q, mais le plus souvent les taches de la
face, notamment entre les antennes et au-dessus réunies en une·grande
tache, noire au milieu (fig. 72); les parties jaunes du thorax sont aussi
plus développées (parfois le scutellum est taché de jaune), ainsi que les
taches de l’abdomen qui se joignent presque sur la face dorsale. — Cly-
péus peu ponctué séparé de la face par un profond sillon, son bord anté-
rieur non échancré, mais son milieu prolongé en une dent aiguë; antennes :
2** article égal environ à la moitié du 3°, et à peu près égal au 49.
Savoie : Moutiers.
Suisse; Finlande;Crimée; Russie; Caucase; Sibérie.
` 3. Xiphydria longicollis Gaorraov. -— Temhredo longicollis Guormxov,
in Founcnox, 1785, p. 378; Xiphydria annulqzta Ed. Aunnxî, 1879, p. 562; ’

68 avMÉNom·ÈnEs rrsivrrrixrioornns
X. longicollis DALLA Tonmz, 1894, p. 396; ENSLIN, 1917, p. 707; HEDICKE,
1938, p. 8.
[Syn. : Urocerus annulatus J unrrm]
L. 15-22 mm. —— Très voisin de X. camelus, s’en distingue par la lon-
gueur des articles
· des antennes. Cly-
" _ ·   _ ( peus non séparé
  i ( _ I     5   de la face, prolongé
  ,   _   · . ·   en event Vertex
  *4 • •       tout à fait lisse,
  F e'`‘       avec seulement un
  · ‘ »;» ·  
     _ très petit point par
  ‘ " ci par là, et des
72 points plus nom-
71 breux vers le bord
' ` postérieur; pattes
  brunes, tibias avec '
un anneau blanc à
69 la base.
Seine, Seine-et-
Oise : Auteuil; Mai-
70 sons-Ilfûtte; Achè-
Fie. es à 72. — es. xiphydrza zengzeerzie, premiers articles  nàwoèêîâênlîflï
des antennes. —- 70. —— X. camelus, idem. --71. X. pzcta, t .
. . . amebleau (A. F1-
Q, dessins de la face. —- 72. X. pzcta., d,1dem. NOT) _AîSn€_Cha0m__
se (Hrîmoxv); Tarn :
Montfa, juillet (Rxmur). Plus rare que camelus.
Allemagne; Hongrie; Italie; Russie; Grèce : Salonique (P. River, oct.-nov.
1917).
Biologie. -—- Larve dans Betula alba (Koivow), aussi dans Quercus, Acer,
Pirus communis (ENSLIN).
Parasîte. -—Aulacus patrati SERVILLE.
4. Xiphydrîa prolongata Gmorrnov. — Tenthredo prolangata Gnorrnov
in Founcnov, 1785, p. 379; Xiphydria dromedarius Ed. Arvnmâ, 1879,
p. 561; DALLA Tonnn, 1894, p. 395; ——- X. prolongata ENSLIN, 1918, p. 706;
HEn1c1<E, 1938, p. 10. .
[Syn. : Sirex dromedarius F., fasciata LEP.]
L. 7-18 mm. —- Taches de la tête comme chez X. camelus, mais les bandes
du vertex un peu plus longues, atteignant presque les yeux le plus souvent
une tache entre les antennes et une à l’angle inférieur des yeux; thorax
comme chez camclus; abdomen :‘les tergites III-VIII rougeâtres, ainsi
que, partiellement, les sternites Ill à V, une tache jaune sur les côtés
.du 8** tergite. -— Antennes : 38 article aussi long que le 46, un peu plus

smrcmxn 69
long que % du 3**; clypéus assez nettement séparé de la face, prolongé
en pointe au milieu. - (5* avec une touffe de poils roux sur les 5** et 6** ster-
nites.
Oise : forêt de Carnelles, juin (M. Roma); Somme : Amiens; Calvados; Loir-
et-Cher : Blois; Loire-Inférieure : Nantes; Allier : Broüt-Vernet; Saône-et-Loire:
Les Guerreaux, juillet, août; Vaucluse : l’Oseraie, juillet (Cuonxur); Hérault:
Montpellier; Pyrénées-Orientales; Haute-Garonne : Grépiac (Rmwr); Landes:
Saint-Sever; Bouches-du-Rhône : Marseille (Pic).
Toute l’Eur0pe, sauf le sud. ·
Biologie. — Larve dans Salix alba, Populus tremula, Ulmus campestris (K0-
N0vv); Rnzsaunc (1844, p. 145) dans « Schwarzpappeln »; Cxxonwr a obtenu
les imagos de l’Oseraie (Vaucluse) d’un Platane abattu; Tunmza (1919) signale
qu’1l a été obtenu d’une partie en bois de Saule d’une jambe artificielle. _
Patasltos. — Aulacus ezaratus RA'rz.; Rhyssa curvipes, GR.; Bracon oblite-
Élus Nsas (Gmaun, 1854); Meniscus fumipenms Runow; Scanibus curvipes
nav.
‘, Famille des SIRICIDÀE
Taille grande, corps allongé, cylindrique, assez fortement déprimé
mais `non comprimé; antennes longues, rarement (T remex) au-dessous de
16 articles; tibias I avec un seul éperon; ailes à deux ou trois cellules cubi-
tales, la lm très réduite; cellule radiale généralement divisée en deux;
cellule anale pétiolée, ou divisée par une nervure oblique; Q avec une
tarière souvent très longue, l’abdomen à extrémité conique, le dernier
tergite prolongé en une pointe triangulaire ou allongée; thorax tronqué
droit ou même concave, en avant; la taille des imagos peut varier du simple
au double dans la.même espèce.
Larve. —— De couleur blanc crémeux ou jaune; antennes d’un seul article,
le plus souvent invisibles; pas d’ocelles; prothorax très développé, convexe,
les deux segments suivants moindres; pattes thoraciques très réduites,
formant simplement de petits mamelons; pseudopodes abdominaux absents;
abdomen prolongé par une petite pointe cornée, aiguë.
Biologie. — Larve xylophage, dans le bois des conifères, et aussi d’autres
arbres; elle y vit 2 ou 3 ans avant de se transformer; la mère introduit un œuf
dans le bois en perforant l’écorce; la larve creuse avec ses mandîbules une galerie
qui s’accroît progressivement de diamètre; arrivée au terme de son existence
larvaire elle aménage une logette près de la paroi externe, où elle se transforme
en nymphe, puis en imago, celui-ci perfore la couche, souvent mince, qui le sépare
du monde extérieur. De nombreux auteurs ont écrit sur la biologie des Sîricides;
Faune leur a consacré un chapitre des Souvenirs entomologiques; l’abbé Micnst
(1938) a fait une étude très objective, appuyée sur de nombreuses observations
personnelles, où il fait justice de quelques inexactitudes de divers auteurs, en
particulier de FABRE : la larve qui prépare l’évasion de l’imago en creusant une
galerie jusqu’à une faible distance de la paroi externe, de sorte que l’imago n’a
pas à résoudre le problème délicat de sa direction vers Pextérieur; de plus il
semble bien que, dans le cas de perforation de corps durs tels que le plomb, c’est

70 HYMÉNOPTÈBES TENTHRÉDOIDES
la larve et non l’imago qui en est l’auteur; voir aussi à ce sujet : HANSON
(1939), CuRYs1·AL (1928, 1930), MANSOUR (1935, parasites); Léon Duroun (1854),
anatomie.
Entomologie appliquée. —— Les Siricides causent des dommages sérieux sur
les bois en y creusant leurs galeries qui peuvent en diminuer la valeur, ou même
compromettre la solidité de certaines constructions; en effet les larves sont sou-
vent transportées avec des pièces de bois où elles sont enfermées, mais invisibles;
elles sortent de ces bois alors qu’ils ont déjà été mis en place comme poutres,
chevrons, etc.; cela arrive fréquemment à Paris et dans d’autres villes, on en a
même vu être transportées jusqu’à La Réunion. De plus elles sont responsables
également de dégâts sérieux en s’attaquant au plomb pour sortir, lorsque celui-ci
sert au revêtement d’une paroi faite en bois, ce qui est le cas assez fréquemment
pour les chambres à acide sulfurique (voir à ce sujet Scorr, 1920; A. VAYSSIÈBE,
1916; PAX, 1921; MANON, 1922; LA1Nc, 1919, 1920, ce dernier auteur donne les
références antérieures à ces dates).
Distribution.- Europe (rares dans le sud); Asie paléarctique et même tropi-
cale : Assam, Philippines, sud de la Chine; Japon; Amérique du Nord; Cuba.
TABLEAU DES GENRES
1. Antennes courtes, à 12-16 articles, plus courtes que la longueur
du thorax, un peu dilatées dans le milieu; ailes antérieures avec
seulement deux cellules cubitales, une très petite et une très longue,
par suite de la disparition de la 26 nervure transverso—cubitale
(fig. 73) ........... Ã ........................... (p. 70), Tremex.
— Antennes fines, non dilatées au milieu, bien plus longues que le
thorax, de 17 à 30 articles; ailes antérieures avec trois cellules cubi-
tales. ......................................... .. ............ 2.
2. Tibias III avec un seul éperon terminal; Q, tarière aussi longue
que le corps ..................................... (p. 72), Xeris.
— Tibias III avec deux éperons terminaux; Q, tarière de longueur
variable, mais jamais aussi longue que le corps .............. 3.
3. Ailes antérieures avec deux cellules brachiales par suite de la pré-
Y sence d’une nervure transverso-brachiale supplémentaire, souvent
incomplète (fig. 79); Q prolongement abdominal triangulaire,
presque aussi large à la base que long (fig. 77); corps entièrement
bleu métallique .................................. (p. 74), SireX.
— Ailes antérieures avec une seule cellule brachiale; Q prolongement
abdominal étroit à la base, bien plus long que large (fig. 78); corps
noir et jaune ................................. (p. 75), Uroeerus.
` Gen. TREMEX JURINE, 1807
Caractères donnés au tableau.
Distribution. -— Europe; Asie paléarctique et tropicale; Bornéo ; Nouvelle
Guinée; Afrique: Gabon, Congo; Amérique du Nord. ·

rmamsx 71
TABLEAU nas Esràcms
— Q. Tête et thorax en majeure partie jaune-rougeâtre; abdomen
jaune rougeâtre avec des bandes noires transversales (fig. 73).
................................................... tuscicornls.
— Q . Tête, thorax et abdomen entièrement noirs, ce dernier avec des
reflets métalliques ...................................... magus.
1. Tremex iuscicornis F. — Sirex fuscicornis F., 1787, p. 257; Trcmcx
fuscicormls Ed. ANDRÉ, 1879, p. 560, pl. 24, fig. 3; DALLA Tomas, 1894,
p. 381; ENsLrN, 1918, p. 710· Hsmcxn 1938 p. 28.
[Syn. : Sirex strutiocamclus VILLERS}, S. cdmclogigas Cmusr]
L. 5* 15-28 mm. Q 16-40 mm. — Fig. 73. — Q tête rougeâtre, la face
plus ou moins noire, antennes rougeâtres à la base, noires à l’extrémité
1;     /-¢ï
" ——&  `vzïrsr ·  
 
1 g *"’*<îi \ê’
\ É  l, i  
/·   bëwwî,   ·'
\,,</   ) `~> I
·,     ir.   ·
Ci   A Ã
X   1 r
  * `
FIG. 73. — Tremcx fuscicornis, Q.
sauf tout à fait à l’apex qui est rougeâtre; thorax rougeâtre parfois noir
par endroits, notamment sur le mésonotum; pattes rougeàtres; abdomen
jaune d’or avec des bandes noires, la dernière très large (fig. 73); ailes
teintées de jaune, les nervures rougeâtres. — 5* corps entièrement noir,
quelquefois par endroits teinté de rougeâtre, en particulier sur les tempes,
les tergites ou même les sternites abdominaux. —- Antennes de 12 à 16 arti-
cles, à partir du 7° les articles sont aussi larges que longs; tête et thorax,

72 HYMÉNOPTÈRES TENTHRÉDOIDES
mais surtout la face, fortement couverts de poils brun-rougeâtre. Q,
tarière : partie basale (celle qui est sous le ventre) plus longue que la partie
terminale (partie libre).
Seine-et-Marne : Fontainebleau (Pouuna); Tarn : Caucalières (Rissur);
Hérault : Montpellier; Béziers; Bouches-du—Rhône : Aix-en-Provence (Sicnm.);
Pyrénées~Orientales (coll. DE GAULLE); Haute-Garonne : Toulouse (MARQUET);
Landes : Saint-Sever (J. Prînsz) Var : Callian (L. BERLÀND, septembre).
Suisse; Italie; Allemagne; Autriche; Hongrie; Danemark; Pologne; Finlande;
Russie; Sibérie; Chine.
Biologie. — Larve dans Fagus silvatica (Konow), Populzw nigra, pyramidalis,
tremula. (C.~.ME1>.oN) et Betula (Emstm). —- Rsrzssuno (1844, p. 144) signale
que Gnssrrs a trouvé Pimago sur un Populus en vie perforé de trous.
Parasites. — Thalassa superbe Scnnsmc, T. clavata. F. (Ichneum.), obtenus
de pupes de Tremex fuscicornis, d’après HOLMGHEN, 1860 p. 10, 11.
_ 2. Tremex magus F. — Sirex magus F., 1787, p. 257; —- Tremex magus
Ed. ANDRÉ, 1879, p. 560; DALLA Tomm, 1894, p. 382; ENsL1N, 1918,
p. 711; Hnnxcxs, 1938, p. 29.
[Syn. : Sirex nigrita F.]
L. 15—35·mm. — Très semblable à T. fuscicornis, mais entièrement
noir; ailes enfumées, surtout dans la moitié apicale. Tandis que la femelle
des deux espèces se distingue très aisément, il n’en est pas de même
pour les mâles qui sont presque identiques; on peut noter que chez magus
les ailes sont assez fortement enfumées, tandis que chez fuscicomis elles
ne sont que légèrement teintées de jaune. Par ailleurs la femelle ressemble
beaucoup par la couleur à celle de Paururus juvencus, mais elle s’en dis·
tingue par la brièveté des antennes, par la tarière plus courte, ainsi, bien
entendu que par la nervulation des ailes antérieures; elle se distingue
aussi de celle de Xeris spectrum qui est également bleu métallique, par les
caractères qui viennent d’être énoncés, ainsi que par sa tarière beaucoup
plus courte.
var. alchymista Mocs., ailes entièrement eufumées.
Oise : Compiègne (J. Pémsz); Allier : Moulins, mai (Pmsor); Hérault : Sète
(MARQUET).
Suisse; Allemagne; Autriche; Hongrie; Russie; Sibérie.
Biologie. ——- Larves dans Fagus silvatica surtout, aussi Acer campestrc, Betula,
Pirus campestris; Rxrzssuno (1844, p. 144) dit que Pimago a été obtenu de
bûches de Quercus par Gnus.
P3·1'a.Slto. —— Megarhyssa citraria OLIV.
Gen. XERIS A. Cosm, 1894
Caractères donnés au tableau. l
_ Distribution. —-— Europe; Asie paléarctique; Himalaya; Amérique du Nord.

xrams 73
Xerls spectrum L. —- Ichncumon spectrum L., 1758, p. 560; —— Sirex
spectrum Ed. ANDRÉ, 1879, p. 555; DALLA Tomas, 1894, p. 392; — Xeris
spectrum ENsLm, 1918, p. 711; Hnmcxn, 1938, p. 23.
[Syn. : Sircx nanus MULLER; S. emarginatus F.]
L. 15-30 mm. (sans la tarière).— Fig. 74.- Noir avec une tache jaune
É sà · A  ?' E z
—— "1 -· fi`  
   
Mlfb A .
@@7 
isa T
z   `°® x
K ‘;«§·.» ' \
/‘     ix
`   "
Fic. 74. -- Xeris spectrum, Q.
derrière chaque œil et une bande jaune de chaque côté du pronotum;
ailes hyalines, nervures brunes, la costale jaune à la base, stigma brun
avec la base plus claire; pattes rougeâtres; antennes noires. — Q tarière
aussi longue que le corps. 5* pattes en grande partie brunes, surtout les
tibias et métatarses III, qui sont un peu dilatés.
Seine : Puteaux; Ardennes (Pxczor); Haut-Rhin : Thann (A. Ssvmc); Vosges;
Saône-et-Loire : Chalon-sur-Saône; Cantal : Le Lioran (Pic); Puy-de-Dôme :
Mont-Dore (Pic); Haute-Loire : Tence (Mmnvu.); Ardèche : Aubenas (D* Cmw);
Isère : Grande-Chartreuse (Pre); Savoie : Moutiers; Hérault : Montpellier (Lrcn-
rnxsrzru), Probablement toute la France, là où il y a des Conifères. Cet insecte
est parfois apporté dans les villes avec le bois.

74 HYMÉNOPTÈRES *rEN*rnnÉDo1DEs
Toute l’Europe, y compris les Balkans, l’Espagne, l’Italie. Cité d’Algérie (Kxnnr,
1882). Sibérie; Chine; Japon. Une sous-espèce en Amérique du Nord.
Biologie. — Dans Pinus silvestris, et aussi Picea excelsa, Abies alba (ENsL1N);
Ed. ANDRÉ dit que la larve vit dans le chêne, ce qui est douteux.
P31'8.Slt6. —- Rhyssa persuasoria. L.
Gen. SIREX Lmrzn, 1761
(Paururus KoNow)
Caractères donnés au tableau.
Distribution. - Europe; Asie paléarctique; Amérique du Nord.
TABLEAU DES Es1=•ÈcEs
-—· Antennes rougeâtres dans leur moitié basale; pronotum aussi long
au milieu que la partie épaissie du premier article des antennes;
vertex indistinctement limité, avec un sillon médian peu profond,
disparaissant en avant; Q, fourreau de la scie cannelé seulement
à la base, et faiblement; (d’après Kouow) ............... juvenous.
—~ Antennes entièrement noires; pronotum au moins aussi long;
au milieu, que la partie épaissie du premier article des antennes;
vertex indistinctement limité, avec un sillon médian peu profond,
ponctué de très gros points; Q , fourreau de la scie cannelé presque
jusqu’à Pextrémité; (d’après KONOW) .................... nootilio.
1. Sîrox juvencus L. — Ichneumon. jzwencus L., 1758, p. 560; —
Sirex juvencus Ed. ANDRÉ, 1879, p. 558, pl. 24, fig. 1; DALLA Tonnrz,
1894, p. 389; HEDICKE, 1938, p. 16; — Paururus juvencus Ensnm, 1918,
p. 712.
[Syn. : P. carinthiacus Komow; Sirez léséleuci Tounumn; S. nigricomis
Acnnnx, non F.]
L. 14-30 mm. — Noir, à reflets métalliques en entier chez la femelle;
chez le mâle abdomen en grande partie rouge, les deux premiers segments
noirs ainsi que, le plus souvent, Pextrémité de 1’abd0men,parfois l’abd0men
rouge sauf les premiers segments; ailes hyalines; pattes rougeâtres, les
hanches et les trochanters noirs ainsi que, chez le mâle, les tibias et méta-
tarses III. — Antennes longues et minces, de 19 à 22 articles; chez la
femelle le dernier tergite triangulaire allongé (fig. 77), régulièrement aminci
jusqu’à la pointe qui est aiguë; tarière courte, en totalité un peu plus courte
que l’abdomen, dépassant l’abdomen de moins que la % de sa longueur
totale; aile (fig. 79).
Seine, Seine-et·Oise : Paris (assez souvent introduite); Versailles; Pas-de-
Calais : Havrincourt; Aube : Troyes; Eure : Evreux; Loire-Inférieure : La Baule

unocmws 75
(Dominique); Lorraine; Allier : Broût-Vernet; Haute-Loire : Tence; Gironde :
Bordeaux; Hérault : Montpellier; Pyrénées; Alpes; Var : Draguignan; Porque-
rolles; Corse. Probablement toute la France. `
Toute l’Europe y compris la région méditerranéenne. Japon; Sakhaline. Aus-
tralie; Algérie; signalé des Philippines, de Nouvelle-Zélande; une sous-espèce
en Amérique du Nord (cyanca F,).
Biologie. — Dans Pinus silvestris et Picea excelsa (Koiwow). Comportement
semblable à celui de Urocerus gigas; comme celui-ci, le P. juvencus est souvent
transporté jusque dans les grandes villes avec des pièces de bois; il s’attaque
également au plomb et le perfore, à l’occasion.
2. Slrex noctlllo F. — Sirex noctilio F., 1793, p. 130; DALLA Tomas,
1894, p. 391; Hnmcxs, 1938, p. 20; ·- Sirex jzwencus Ed. AN1>11É, 1879,
p. 558; -— Paururus juvencus Erxsmu, 1918, p. 712 (en partie).
[Syn. : Sirex nigricornis Lunwxc, non F.; Urocerus fcisthamcli BRULLÉ;
. U. melarwccros THOMsoN]
· L. 18-30 mm. — Très semblable au précédent, s’en distingue par les
caractères donnés au tableau.
Probablement toute la France. Toute l’Europe; Sibérie; Mongolie; a été intro-
duit en Nouvelle-Zélande (MILLER et Ctnnx, 1935).
Blologlo. — Dans Abics picea (Picea excelsa).
P8I‘8Slfe. — Rhyssa persuasoria.
Nom. — Divers auteurs, notamment Ed. Animé et Emsnm, ne distin-
guent pas cette espèce de P. jvwencus; les caractères mis en avant par
Korzow, et mentionnés dans le tableau, sont en effet parfois en défaut.
Cependant il y a lieu de remarquer que, en général, les deux espèces ne
paraissent pas se trouver ensemble dans les mêmes localités, bien que
leur répartition soit à peu près superposable; en outre il y a une distinc-
tion d’ordre écologique qui serait assez démonstrative, si elle se confir-
mait : P. juvencus se trouve dans Pinus, P. noctilio dans Abics.
Gen. UROCERUS Gsorrnov, 1762
Caractères donnés au tableau.
Biologie. — Voir ce qui a été dit pour le genre.
Distribution. — Europe; Asie paléarctique; Japon; Afrique du Nord; Amé-
rique du Nord.
TABLEAU nss Esi>ÈcEs
1. Sommet de la tête noir, de couleur jaune seulement derrière les
yeux; pronotum noir ............................. (p. 76), gigas.

76 nYMÉNorrÈnEs ·rEN·ranÉoo1DEs
— Sommet de la tête jaune, la partie postérieure de la tête avec une `
large bande jaune, seulement interrompue par une fine ligne au
milieu .................................................... 2.
2. Vertex avec.un sillon médian peu profond; Q, tarière (en entier)
aussi longue que 1’abdomen y compris son prolongement, ce dernier
aussi long que le 8** tergite, et avec un cou aussi long que la partie
postérieure (fig. 80). ............................ (p. 77), augur.
——— Vertex avec un sillon profond, assez large, coloré en noir; Q , tarière
aussi longue que Pabdomen seul, sans son prolongement, celui-ci
plus court que le 8° tergite, son cou plus court que la partie posté-
rieure (fig. 81) ................................ (p. 79), phantoma.
1. Uroccrus gigas L..(1). —— Ichneumon gigas L., 1758, p. 560; - Sirex
gigas Ed. ANDRÉ, 1879, p. 556, pl. 24, fig. 4; DALLA Tonnn, 1894, p. 386;
ENsLm, p. 713; -— Urocerus gigas Hnmcxxz, 1938, p. 9.
`È ‘ ‘   ’
· î   rs   i
îg .. » .~;e 1 · ..»’ ait
  wfîs 
  ,   `
N ,6%   rag U
1; f   I \?  
’— ,1   egii ï     r
Ã, I vr,.   ai t.
FIG. 75. — Urocerus gigas, Q.
[Syn. : Sirex mariscus L.; S. hungaricus Cumsrg S. psyllius F.; Urocerus
lefebvrei Guiînm; S. grandis BLANCHARD; S. faustus A. Cos·rA]
(1) LINNÉ a créé en *1761 le genre Sirex (Fauna suecica, 2** éd.), avec cinq espèces :
gigas, spectrum, juuencus, camelus, marisca, mais sans indiquer laquelle était le type du
genre. Cunrxs, en 1829, a choisi fuvencus comme génotype du genre Sirex, ce qui était
son droit. D’ailleurs dès 1810 (Considérations, etc..., p. 436), Lrrnzrnnn mentionne gigas
comme type du genre Uraœrus. Le cas n’est donc pas douteux, et il n’y a qu’à s’incliner,
malgré Pinconvénient de changer un nom aussi connu que Siren: gigas.

unocxmus 77
L. 5* 10-30 mm., Q 20-40 mm. -— Fig. 73. Tête noire avec une grosse
tache jaune derrière chaque œil; antennes jaune clair; thorax noir; ailes
hyalines, légèrement teintées de jaune; pattes noires jusqu’au genou,
jaunes au delà; abdomen jaune doré, avec la base du 19* segment et les
segments III à VI noirs, prolongement de l’abdomen jaune, tarière jaune
ou brune; tarière en totalité plus longue que l’abdomen, sa partie libre
environ double du '
prolongement de '
l’abdomen, quelque- '   ._` I ' /,
fois un peu plus. —- ï 4 "\ *' _,   i
Qi comme la Q, mais     1 É-, 
abdomen presque    
entièrement jaune bj.    
rougeâtre avec la @ C "
base et l’extrémité É _  _' ,
de 1’abdomen plus ou li" (   il À,
moins noirâtres.     \_
var. luteogaster, nov. -   ·_ • 
var.; face dorsale de  
l’abdomen entièrement /   M (
' jaune sans bande noire; (   A
1 Q des Vosges. ;7ë’(
Toute la France.
Toute pEm.0pe_ Asie Fic. 76. — Urocerus gigas, çj'.
paléarctique. Afrique
du Nord. Signalé de La Réunion par Bomucn (1914) où il a été introduit avec
aêlpssboï de Norvège, mais sans s’y acclimater, sans doute; introduit aussi aux
Biologie. — Larve dans Pinus, Picea, Abies, Larix, peut-être aussi Populus
et Fraxinus. Pour le comportement de la larve, voir ce qui a été dit pour le genre.
Cette larve est celle qui le plus souvent est citée comme s’attaquant au plomb.
Bonnics (1914) signale qu’à La Réunion une larve est sortie d’une solive apportée
de Norvège, s’est trouvée en présence d’un tas de carton qu’elle a perforé sur
16 centimètres; elle y a fait sa métamorphose; après l‘éclosion l’imago a continué
le travail sur 4 centimètres, mais il n’a pu aller plus loin et est mort alors qu’il
ne lui restait plus que quelques centimètres pour être libéré. Cette intéressante
observation corrobore celle de l’abbé Mrcrxm. et vient à l’appui de ce qu’il a
affirmé, c’est-à—dire que le principal travail est dû à la larve, qui a beaucoup
plus de capacité perforatrice que l’imago, et qui prépare le travail de celui-ci.
De très nombreux auteurs ont publié des observations sur ce Sirex, on en trouve
la liste dans Hnnxcmz, 1938, page 12.
Parasltes. — Rhyssa persuasoria L.; Coleoccntrus excitator P0oA, (Ichneum.);
Ibalia cultellawr F. (Cynip.). (Ces insectes, notamment le Rhyssa et 1’Ibalia
parasitent également d’autres Siricides : Sirex juvencus, Xcris spectrum).
2. Urocerus augur Knuo. —— Sirex augur Kwo, 1803, p. 34; Ed. ANDRÉ,
` 1879, p. 557; Emsnm, 1918, p. 715; — Urocerus augur Hnmcxn, 1938,
p. 6.

78 nYMÉ1~z01>·1·Èr.Es rnmrnnânoinns
L. 18-40 mm. -—- Fig. 82. Tête noire, la partie postérieure entièrement
jaune rougeâtre; antennes jaunes; thorax noir, le pronotum rougeâtre,
souvent d’autres parties du thorax rougeâtre foncé; pattes le plus souvent
noires jusqu’aux genoux, jaunes au delà sauf les tibias III qui sont noirs
sur une plus ou moins grande partie; abdomen jaune un peu doré à la base
.  
B 4
   
’ ’ 77
eo É 7
  `
81 *
82 V
Il
    a,,'         . .
 @#1r.·LÉî'S;~;`E~”È•il·`·'.X   —,“` Q   ‘`lr   H li
,',','"4" '· .— , *7 ï:   ·».‘·,,‘lg, .;—1;`·1yï É;;ll_·f·;,,’)J,y ai  
  ,Y·g_ »_1r,—· .%;*4È,r   P 4
    9 il
  -   ..\ iii
` "" 78 ‘
83 84
Fm. 77 à 84.-77. Sirex juvencus, Q, prolongement de l’abdomen. — 78. Unice-
rus gigas, Q, idem. -—- 79. Siren: aile antérieure, montrant les deux cellules
brachiales. -— 80. Urocerus augur, prolongement de Pabdomen, vu de profil.
— 81. U rocerus phantoma, idem. — 82. U rocerus augur. — 83. U. augur, sillon
de la tête ·— S4. U. phantoma, idem.
et à Pextrémité, les segments III à VII entièrement noirs, avec un anneau
noir sur les Se-98, parfois la bande noire médiane est fragmentée dans sa
partie postérieure, les 6*3 et 78 tergites n’étant noirs que dans leur moitié
postérieure; prolongement abdominal jaune rougeâtre; chez le mâle, tête
et thorax sensiblement comme chez la femelle, mais abdomen entièrement
rougeâtre, sauf parfois le 8** tergite, qui est noir. — Tête : vertex presque
lisse avec seulement quelques petits points, et quelques autres plus gros
près du sillon médian, celui-ci bien marqué mais peu profond, et étroit;
prolongement abdominal au moins aussi long que le 8** tergite, peu élargi

Uaocsnus 79
avant Pextrémité (fig. 80), son cou aussi long que la partie postérieure,
avec deux fortes dents près de la base.
Seine : Paris; Vosges : Sainte-Marie (Bouncsors); Alsace : Trois-Épis (BoUR-
csois); Creuse : La Celle·Dunoise (ALLUAUD); Vaucluse : Sérignan (Faune);
Hérault : Balaruc; Montpellier, juillet (PicAnn); Var : Hyères, juillet (G. Cou-
sin); Pyrénées-Orientales : Ria (XAMBEU).
Angleterre; Suisse; Allemagne; Autriche; Bohême; Hongrie; Italie; Pologne;
Albanie. -— Afrique du Nord : Maroc, Maharidja (coll. J. on GAULLE); forêt
d’Azrou, juillet 1920 (POWELL).
Biologie. -- FÀHRE (1891) a obtenu ce Siren: d’un vieux tronc de Peuplier,
et a étudié ce qu’il appelle le problème de la direction de galerie pour la sortie
de l’imago : la galerie larvaire serait parallèle à l’axe de l’arbre, la galerie de
sortie, horizontale. Les observations de l’abbé Micuan (1938) sont en contra-
diction avec celles de FABRE, comme il a été exposé plus haut. XAMBEU (1904)
l’a vu sortir, à Ria, de troncs de Juniperus déjà attaqués et affaiblis par Sym-
piezocera.
3. Urocerus phantoma F. - Sirex phantoma F., 1781, p. 419; S. fan-
toma Ed. AMJRÉ, 1879, p. 557; DALLA Toama, 1894, p. 391; ENSLIN,
1918, p. 715; — Urocerus phantoma Hrznrcxn, 1938, p. 13.
[Syn. : Siren: tardigradus CEDERHJELM; S. ccdrorum SMITH]
L. 15-30 mm. -—- Ressemble à S. augur, mais le sillon longitudinal du
vertex est plus large, et généralement teinté de brun, de sorte que la large
bande jaune du vertex est divisée en deux; abdomen jaune (Q) avec une
bande brune seulement sur les 6€’et 79 tergites (parfois aussi sur d’autres);
prolongement de l’abdomen moins long, sans sa pointe, que le 8° tergite,
très peu élargi avant l’apex, sa partie inférieure avec une saillie plus pro-
noncée que chez gigas ou augur (fig. 81), le bord antérieur de la cupule
plus saillant, le cou du prolongement plus court que la partie postérieure,
les dents de la base moins fortes.
Haute~Garonne : Saint-Béat (Rmwr), variété à 7° tergite noir.
Suisse : Montricher (Vaud), juillet (J. Licnrsmsrsm).
Allemagne; Hollande; Hongrie; Pologne; Italie; Grèce; Russie; Finlande;
Asie Mineure. Rare partout.
Biologie. — Dans Picea excelsa (ENSLIN).
Famille des ORYSSIDAE
Corps cylindrique, téguments très durs, par endroits fortement chagrinés;
tête avec des tubercules sur la face; yeux largement séparés de l’articu-
lation des mandibules; antennes insérées·en dessous du clypéus, leurs
articles très inégaux, surtout chez la femelle; ailes à nervulation très parti-
culière : cellule radiale non divisée, un peu ouverte à l’apex; une seule
cellule cubitale; tarière très longue et fine, mais rentrée dans le corps et
invisible après la mort.

· 8()· HYMÉNOPTÈRES TENTHRÉDOIDES
Distribution. — Toute la terre, mais surtout les pays chauds (1).
Biologie. — Larves apodes (fig. 7), xylophages; des espèces nord-américaines
sont parasites de larves de Buprestes (Bunxn, 1918).
No·r.•.. -—- Les Oryssidae sont tout à fait aberrants parmi les Tenthrèdes,
auxquelles ils ne se rattachent que par leur abdomen non étranglé, et
par certains caractères des ailes, notamment la présence d’une cellule
anale.
Gen. ORYSSUS LATREILLE, 1796
Caractères de la famille, front sans carène longitudinale; les tubercules
frontaux forment une couronne qui entoure l’ocelle antérieur; cellule
anale pétiolée.
Distribution. — Régions paléarctique et néarctique; une espèce en Amérique
du Sud, une en Afrique tropicale, une en Australie.
TABLEAU DES Es1>ÈcEs
— Taille grande : 9-15 mm.; abdomen rouge, seuls les premiers seg-
ments noirs. ......................................... abietinus.
— Taille petite : 6-9 mm.; corps entièrement noir ........... unieolor.
1. Oryssus abietinus Scopom. —- Sphex abietimz Scor., 1763, p. 296,
pl. 43, tig. 788; ——· Oryssus abietinus Ed. ANDRÉ, 1879, p. 563, pl. 23,
fig. 15-20; DALLAITORRE, 1894, p. 378; ENSLIN, 1917, p. 717.
` ’‘·— * J7   il  
. , Ã îîtj _, /57]
*‘:¢-À·Ã‘¥ "     ,· ,,77,,/·*  
1 ~      
   
  `.i.__ Ã   A
l'   ·.i.   W Ã
É)- É;      së
FIG. 85. — Oryssus abietinus, Q.
[Syn : Tenthredo degener Cnnrsr; Sirex vespertilia F.; Oryssus coronatus
F.; O. albopunctatus GIMM.; O. hyalinipennis A. Cosm]
(1) Catalogue complet par Delfa Gumm.4, 1945.

oiwssos 81
L. 9-15 mm. — Tête, thorax et les deux premiers segments abdominaux
noirs, le reste de l’abdomen rouge; ailes antérieures enfumées, mais non
entièrement; sont hyalines : la partie proximale, l'apex, et une tache
juste après le stigma, ce dernier brun foncé;
antennes noires, quelques articles, les 3** et 4**, 4,,% __ vplp
parfois aussi le 5°, blancs, au moins à la face    
antérieure; pattes : fémurs noirs, les genoux _. "  
blancs, tibias noirs avec une tache blanche à la     '  
face antérieure des tibias III. Tête, thorax, et ;Qyf#*‘f,; gli; x‘,e      *Z*>’;
les deux premiers segments de l’abdomen forte- '·Qf.;?;_,·,.},    ·
ment rugueux-ponctués, fig. 85, 86.    ~;¢—` “
Corrèze : Argentat; _Landes : Mont·de-Marsan   'E    [_ —*’
(Parmis, coll. Duroun); Pyrénées—0rientales : la ` `
Massane (Vaténr-Mayer, coll. Lrcarsnsrarn); Frc. 86.- Oryssus able-
Corse (coll, Sxcnm). tinus, tête vue de de-
Toute l’Europe, région Ouest de l’Asie. Nord de vant.
l’AI1·ique : Maroc (Rornou, coll. Muséum).
Biologie. - L’imago a été obtenu d’Alnu.=: incana (Wscnrn) et Fagus silvatica.
il a été trouvé aussi dans des forêts de Conifères (Enstxn).
2. Oryssus unicolor LATREILLE. — Oryssus unicolor Lyra., 1811, p. 561;
DALLA Tonnm, 1894, p. 380; Ensmn, 1917, p. 718, fig. 152.
L. 6-9 mm. — Corps entièrement noir; ailes hyalines, l’antérieure avec
une bande brune au niveau du stigma, traversant l’aile en entier, et une
autre bande brune occupant Pextrémité de l’aile, sauf l’apex lui-même
qui est transparent.
Seine-et~0ise : Maisons-Laffitte, 22 juin, 9 mai; forêt de Saint-Germain, 19 mai
(J. ns Gaume); Seine-et-Marne : Fontainebleau (Bouncoin); Landes : Mont-
de-Marsan (Parmis, coll. Licnrnnsrmn); Savoie : Moutiers (coll. Srcmzt).
Allemagne; Hongrie. TR.
Famille des CEPHIDAE
Corps étroit et allongé, abdomen le plus souvent très long, cylindrique
ou comprimé; tête globuleuse; antennes à nombreux articles, filiformes,
souvent dilatées à l’extrémité en une massue plus ou moins développée;
tibias I avec un seul éperon apical; ailes étroites, longues, avec 2 cellules
radiales et 3 cubitales; pas de nervure intercostale, l’espace intercostal
très étroit.
Biologie. — Larves dans les chaumes des graminées, ou la moelle des arbres
et arbustes, dépourvues de pseudopodes, antennes de 4-5 articles; corps courbé
en S, comme chez les larves des Siricidae, famille avec laquelle les Cephidae ont
beaucoup d’aftinités.
Distribution. —— Toute la région holarctique; une sous-famille (Athetocephi-
nae) avec deux espèces à Madagascar (Benson, 1935).
e

82 HYMÉNOPTÈRES TENTHRÉDOIDES
TABLEAU nas GENRES
1. Antennes pas plus épaisses à l’extrémité qu’au milieu (fig. 87); leur
36 article plus long que le 46 (sous-fam. Hartigimœ) ............ 2.
- Antennesnet tement épaissies au tiers apical (cet épaississement
parfois peu sensible);leur 36 article égal au 46, ou même plus court
(sous-fam. Cephinae) ........................................ 3.
2. Une seule épine préapicale aux tibias III; abdomen étroit et très
allongé, plus long que tête et thorax; pronotum aussi long au
‘ milieu que large en arrière .................... (p. 82), Hartîgia.
— Deux épines préapicales aux tihias III; abdomen étroit, com-
primé, mais peu allongé, toujours plus court que tête + thorax;
pronotum plus large que long au milieu ........ (p. 85), Janus,
3. Téguments de la tête et du thorax mats, avec une ponctuation
très fine; pronotum au moins aussi long au milieu que large en
arrière; antennes longues et fines, légèrement élargies au tiers
apical, les derniers articles aussi longs que larges, le 36 aussi long
ou un peu plus court que le 46 ................ (p. 88), Calameuta.
— Téguments de la tête et du thorax lisses; pronotum plus large
en arrière que long au milieu; antennes souvent nettement dila-
tées au tiers apical ....................................... 4.
4. Tibias III avec 1 seule épine préapicale; abdomen très allongé,
plus de deux fois plus long que le thorax; antennes fortement épais-
sies à Pextrémité .......................... (p. 89), Monoplopus.
- Tibias III avec 2 épines préapicales ....................... 5.
5. Q, fourreau de la scie, vue de dessus, non dilatée à l’extrémité
(fig. 105);.5*, les derniers sternites non garnis de poils raides,
leur bord postérieur plus ou moins échancré ...... (p. 94), Cephus.
- Q, fourreau de la scie, vue de dessus, un peu dilatée à Pextrémité
(fig. 103); 5*, les pénultième et antépénultième sternites garnis
d’une brosse de poils raides, contenus ou non dans une fossette. . . 6.
6. Antennes épaissies, faiblement, à partir du milieu (fig. 97); 5*,
les pénultième et antépénultième sternites sans fossette, mais
garnis de poils ............................. (p. 91), Eumetabolus.
— Antennes épaissies seulement à l’extrémité, cet épaississement
bien net (fig. 98); 5*, les pénultième et antépénultième sternites
avec une large et profonde fossette garnie de poils (fig. 102) .....
............................................ (p. 93), Trachelus.
Sous-famille des HARTIGINAE ·
Gen. HARTIGIA Scmônrn, 1838
Corps étroit et allongé, 1’abdomen plus de deux fois plus long que le
thorax; tête plus large que le thorax; antennes assez épaisses, mais d’une

nAn·rrorA 83
façon égale d’un bout à 1’autre sauf à la base où les premiers articles sont
plus étroits et comprimés (fig. 92).
Larve endophyte, dans les tiges de divers arbustes ou plantes herbacées,
se nymphose dans un cocon long, parcheminé, placé dans le rameau ou
la tige attaqués, et où elle passe l’hiver.
Distribution. Europe; Afrique du nord; Asie paléarctique; Amérique du nord.
TABLEAU DES ESPÈCES
— Pronotum entièrement noir; abdomen de couleur sombre, les
bandes jaunes très minces, ou même réduites à des taches laté-
rales; antennes non épaissies à l’extrémité de chacun des articles.
........................................................ nigra.
—— Pronotum bordé de jaune postérieurement; abdomen avec des
bandes jaunes nombreuses et assez larges (fig. 87); articles des
antennes un peu dilatés à Pextrémité, de sorte que le profil de
l’antenne est denté finement (fig. 92) .................... linearls.
1. Hartigia nlgra HAnms. — Cephus nigra HARRIS, 1776; — Cephus
satyrus Ed. ANDRÉ, 1879, p. 547; M icrocephus satyrus Korxow, 1904,
p. 62 (238); — Janus satyrus DALLA TORRE, 1894, p. 404; — Hartigia
nigra ENsL1N, 1918, p. 686; KLIMA, 1937, p. 17.
[Syn. : Cerobactrus major COSTA; Cephus brachyptera DAMIAN.; C. helleri
TAscH.; C. glabellifer C. G. THOMSON; Phylloecus rubi Pmmrs; Cephzw
albomaculata STEIN; Phyllcecus giraudi SCHLECHT.; P. fumipennis Ed. AN-
DRÉ; Ccphosoma syringae GRADL; Phylloecus cruciata C0srA]
L. 11-15 mm. — Entièrement noir, avec un très petit point jaune à
l’angle supéro-interne de chacun des yeux; mandibules jaunâtres à la
base; antennes noires; pattes noires jusqu’au genou, jaunes à partir de là;
abdomen noir, les 4° et 66 tergites blancs ou jaune-verdâtre au bord posté-
rieur, cette bande, toujours mince, souvent réduite à une tache de chaque
côté, parfois aussi les 3° et 7° tergites teintés de cette manière; ailes légè-
rement jaunâtres, presque hyalines, nervures et stigma bruns, la nervure
costale plus claire, rougeâtre; chez le mâle souvent des taches jaune-
blanchâtre à la partie inférieure de la face, pouvant avoir la forme d’un x,
et à la base des mandibules. Téguments lisses; antennes de 26-30 articles
plus longues que tête + thorax + 1" segment de l’abdomen, le 3** article
un peu arqué.
Nord : Lille (coll. SrcEEL); Seine-et-Marne : Montereau (Bau); Morbihan :
Quimperlé, Vannes (coll. DE GAULLE); Corrèze :Argentat (coll. VACHAL)§ Savoie :
Moutiers (coll. SrcnEL);Var :Hyères (PARKER); Hérault: Montpellier, mai, juin
(coll. LICHTENSTEIN); Landes : Mont-de-Marsan (coll. DE GAULLE); Hautes-
Pyrénées : Tarbes (coll. PANDELLE). Haute-Garonne : Toulouse (MARQUET)·
Angleterre ; Suisse; Belgique;Allemagne; Hollande;Bohème; Hongrie; Russie;
Pays méditerranéens. Alger, juin 1889 (Muséum).

84 HYMÉMOPTÈRES ·rEm·nnÉn01nEs
Biologie. — La larve vit dans la tige de Rubus fruticosus et ideaeus (Konow,
1904); décrite par Psmus (1873, sub Phylloecus rubi), fait des galeries parallèles
dans lia moelle et, en avril, s’enferme dans une coque satinée, mince, 2 ou 3 fois
plus ongue que le corps.
Parasites. ——- Pimpla rufata. (PERRIS, 1873).
2. Hartigia linearis SGHBANK. — Tenthredo linearis Scan., 1781; ——
Janus linearis DALLA Toune, 1894, p. 403;- M acrocephus linearis Konow
1904, p. 63 (239); —— Hartigia linearis E1~xsL1N, 1918, p. 687; H. linearis -|—
H. xanthostcma KLIMA, 1937, p. 15.
_[Syn. : Cephus xanthostoma Evsnsmnmx; C. quingucfasciata STEPHENS;
r""'*:2;,·.,—. ` \,   _ . " .·  
§_ ___, ,*' "sg.?-·•"îî
¢ =)  
ï i   "J
x · V
' rf   V \\
lf , ·É§F;· .` É M
É   È 2
\  · 2
Frs. 87. - Hartigia, linearis, Q.
C. major Evsns.; Cerabactrus facialis Cosm; Cap/ws fazmus C. G. TH.;
Macrocephus ulmariac SCHLECHT.; M. agrimoniae Gounv]
L. 12-18 mm. —— Fig. 87.- Corps noir avec des taches, ou bandes, jaunes;
tête noire avec une tache jaune à l’ang1e supéro-interne de chaque œil;
4 taches en ligne, pouvant être réduites à 2, sur la face, et une sur les joues;
mandibules en partie jaunes; antennes noires; thorax noir, le bord posté-
rieur du pronotum, les tegulae en tout ou partie, souvent le scutellum,
jaunes; pattes noires jusqu’au genou, jaunes au delà; ailes presque hya-
· lines, légèrement jaunes, nervures brunes, stigma et nervure costale jaunes;
abdomen noir, avec une bande jaune au bord postérieur des tergites,
celles du 16* et du 4° en général réduites à un point latéral; souvent la
face est entièrement jaune. Une assez forte impression entre les antennes;
antennes de 24-26 articles, le 36 droit, ou à peine arqué, légèrement créne-
lées en dessous, surtout chez le (ji (fig. 92).

JANUs ‘ 5
,\ 8
Somme : Amiens (CHARPENTIER); Seine-Inférieure : marais d’Heurteauville,
juillet (GADEAU DE KERVILLE)§ Seine-et-Marne : Fontainebleau (J. DE GAULLE);
Corrèze : Argentat; Cantal : Vic-sur-Cère (Lwoxssràna); Vaucluse : Avignon
(Pxc.ARD); Var : la Sainte-Baume, juin (Lonman); Landes : Mont-de-Marsan
(Psnms, coll. PICARD); Hautes-Pyrénées : Sost (PANDELLÉ).
Angleterre; Belgique; Suisse;'Allemagne; Danemark; Italie; Hongrie; Suède;
Sibérie. — Algérie.
Biologie. — Larve décrite par ENsr.xN (1917, p. 688); dans les tiges de Spiraea
ulmaria L., et d’après GoURv (1912) dans celles de Agrimonia eupatoria L.,
mais c’est peut-être une autre espèce; l’œuf est pondu dans le haut de la tige,
la larve creuse la moelle en descendant jusqu’au collet, arrivée là elle se retourne,
élargit sa galerie en montant, et se transforme vers le milieu de la tige dans un
long fourreau de soie mince pouvant mesurer 30 à 45 mm., éclosion en mai. FAL-
coz (1922) l’a obtenue des tiges de Poterium sanguisorba; il note comme parasite
Pimpla inquîsitor Scor.
Gen. JANUS STEPHENS, 1835
(= Phylloccus NEWMAN, Ephippionotus Cos1·A)
Abdomen assez court, à peine plus long que tête + thorax, un peu
comprimé.
Biologie. - Larve endophyte, vivant dans les jeunes pousses ou rameaux
de divers arbres.
Distribution. — Europe; Afrique du Nord; Asie paléarctique; Amérique du
Nord.
TABLEAU DES EsPÈcEs
1. Abdomen presque en entier jaune rougeâtre. Commun ........
........................................... (p. 85), eompressus.
— Abdomen entièrement noir. .................................. 2.
2. Fémurs jaune rougeâtre. ...................... (p. 86), femoratus.
— Fémurs noirs en majeure partie. ................. (p. 87), luteipes.
1. Janus eompressus F. — Sirex compressus F., 1793, p. 131; —- Cephus
comprcssus Ed. ANDRÉ, 1879, p. 524; — Janus comprcssus DALLA TORRE,
1894, p. 401; Kouow, 1904, p. 115 (243); ENsL1N, 1918, p. 691; Kr.m.A,
1937, p. 8. _
[Syn. : Ccphus flavivcntris Fonsrnn; Ephippionotus luteiventris Cos·rA;
C. foersteri Ed. ANDRÉ; C. balearicus Kmmcmz.]
L. 6-8 mm. —- Fig. 88. —Tête noire, les palpes et les mandibules en partie
jaunes, antennes noires ou brunâtres, souvent la face inférieure plus claire
chez le mâle; thorax noir, les tegulae jaunes, ainsi que le bord postérieur
du pronotum chez le mâle, ailes hyalines, les nervures brunes, la costale
et le stigma jaunes; pattes brunes en grande partie chez la femelle, avec
les tibias I, une partie des tibias II et les genoux jaune clair, chez le mâle

86 nYMÉN0r1·ÈnEs 1·EN·rnnÉno1nEs
presque en entier jaune très clair, les hanches noires et les trochanters
en partie; abdomen rougeâtre, chez le mâle un peu plus clair, le 1°1‘ segment
et la base du 2€ noirs, chez la femelle base et extrémité apicale noires ainsi
° *  ''`'' "‘X_£·—vs l ’ ~ -2.;.*
 î~  ·g il `i§>" ’//a" 
É "? (É  ``i` "`~ Y'-
`   —.
Flo. 88. — Janus compressus, Q.
que l’étui de la scie. Téguments lisses, ponctuation extrêmement fine;
tête avec une protubérance obtuse entre les antennes.
Seine-et-Oise : Draveil, Maisons-Laffitte, forêt de Saint·Germain; Yonne :
Avallon (Gounnsu); Vosges; Ardennes; Loire : Saint·Etienne; Corrèze : Argen-
tat; Saône-et-Loire : Les Guerreaux (Pic); Savoie : Moutiers; Hautes-Pyrénées :
Maubourguet (PANDELLÉ); Loire-Inférieure : Nantes (Doivumoun); Haute-
Garonne : Toulouse (MARQUET).
Allemagne; Suisse; Italie; Autriche; Hongrie; Dalmatie; Russie; Caucase;
Baléares; Algérie.
Biologie. — Gounmu (1858, 1862, p. 63), signale que la larve vit en mai-juin
dans les jeunes pousses de Poirier, qui se flétrîssent ensuite et périssent; la Q
dépose ses œufs en faisant de petites incisions en ligne spirale. Roosunornn
(1863, p. 1335) même observation. BALACHOWSKY et Mx-zsmr. (1935, p. 238-241,
fig. 182-185), exposé complet avec photos dégâts et fig. de la larve et du cocon.
P&I'&Sît6S. — Pimpla stercorator GRAV. (GOUREAU); Elasmus flabellatus FONSC.
(Chalc.).
Entomologie appliquée. —— Nuisible parfois aux Poiriers, peut entraver la
croissance des jeunes pousses, mais dégâts peu importants.
.No·rA. — M. Pm a décrit une var. ulmi qui, si l’on en juge d’après la
courte description, n’est pas très différente de la forme typique. Par ailleurs
le nom ulmi semble vouloir dire seulement que l’insecte a été pris sur un
orme, sans qu’il y ait nécessairement un rapport entre l’un et l’autre.
2. Janus îemoratus Curms. —- Cephus femoratus Cunrxs, 1830, p. 301;
-— Phylloecus cynosbati Ed. ANDRÉ, 1879, p. 531, pl. 23, fig. 2; — Janus

Janus ‘ 87
cynosbatus DALLA TORRE, 1894, p. 402; Konow, 1904, p. 116 (244); —
Janus femoratus ENsL1N, 1918, p. 692; KMMA, 1937, p. 10.
[Syn. : Lyda geoüroyi LEP.; Janus connectens STEPHENS; Phylloecus
faunus NEWMAN; Ephippinotus cephalotes Cosm; Cephus melanarius
Mocs.; C. niger Bmscmrn]
· L. 7-9 mm. — Comme compressus, mais tête, thorax (sauf les tegulae)
et abdomen entièrement noirs; pattes : hanches et trochanters I et II
noirs, tibias III jaunes à la base, rougeàtres ensuite, tarses III bruns;
tête moins bombée entre les antennes et les ocelles.
Somme : Amiens; Eure : Evreux; Seine, Seine-et·Oise : Meudon, mai; Sèvres,
juin, Chaville, mai; Maisons-Laffitte, mai; Seine-et-Marne : Fontainebleau;
Allier : Moulins; Sa6ne·et·L0ire : les Guerreaux; Loire : Saint-Etienne; Charente-
Marit. : Saintes.
Angleterre; Hollande; Allemagne; Danemark; Hongrie; Russie; Italie; Grèce_
Blologie. -— Gmaun (1870) a trouvé des rameaux de branches basses du chêne
pédonculé avec un renflement fusiforme près de la cime; il en est sorti en avril-
mai des c' et Q de Janus femoratus; la partie des rameaux au-dessus des renfle·
ments se dessèche (fig. 94).
Parasltes. — Ephialtes inanis (GIRAUD).
Nom. — Tenthredo cynosbati L. est probablement un Pimpla (Bnnson
et Manusn).
3. Janus luteipes LEP. —- Cephus luteipes LEP., 1823, p. 20;- Phyl-
loecus luteipes Ed. Animé, 1879, p. 532; — Janus luteipcs Konow, 1904,
p. 117 (245); Erzsun, 1918, p. 691; Knma, 1937, p. 12.
[Syn. : Ccphus emichi Mocs.]
L. 9-11 mm. -— Très semblable à J. femoratus; corps entièrement noir,
les tegulae et le bord postérieur du prosternum jaunes; pattes comme
chez J. fcmoratus, mais fémurs brun-noirâtre; ponctuation du mésonotum
plus forte; de l’0celle antérieur part un sillon assez profond qui est suivi
par une carène entre les antennes.
Seine-et-Oise z Mesnil—le·Roi; Calvados : Lisieux (L0rsEr.LE). Ardèche : Aube-
nas (Crau).
Belgique; Allemagne; Danemark; Finlande; Hongrie; Russie; Algérie (var.
diversipes Pic).
Biologie. -— LoxsE1.1.E (1908) 1’a obtenu de branches de Papulus nigra où la
larve, blanche, courbée en S, à tête ronde, antennes courtes de 4 articles, le dernier
segment abd. terminé par une petite pointe tronquée obliquement, fait une galerie
sinueuse; éclosion en juin. - BAE}1 (1914) l’a obtenu de Salix. - Connu aussi
de Viburnum (Eusnm).

88 nYMÉN0P·rÈnEs 'r1·:N·rnRÉDo1DEs
Sous-fam. des CEPHINAE
Gen. CALAMEUTA Komow, 1896
Corps grêle et allongé, abdomen cylindrique ou légèrement comprimé,
deux fois plus long que tête + thorax; tête allongée derrière les yeux;
_ antennes faiblement élargies dans le tiers distal, le 36 article un peu arqué,
aussi long que le 49; pronotum plus long au milieu que large en arrière;
téguments finement, mais densément ponctués, presque mats; tibias III
avec 1 épine préapieale (ou 2).
Distribution. — Europe; Asie paléarctique.
Calameuta iiIiîormîs·EvEnsMANN. —— Cephus filiformis Ev., 1847, p. 64;
Ed. ANDRÉ, 1879, p. 539; -—— Calameuta filiformis Korzow, 1904, p. 121
(249); ENSLIN, 1918, p. 693; KMMA, 1937, p. 21.
[Syn. : Cephus analis STEPH., C. elongata VoLL., C. arundinis GIRAUD,
%ë î `<*î'ïl  
È  é· ‘î "" 
 ,. .î2i?" L e
î?‘ t  
ly. E
.·   it.
af "4_
if \j vx
5   —.
FIG. 89. — Cala euta filiformis, Q.
C. marginatus KAWALL, C. erberi DAM., C. quadricinctus DAHLB., C. vaga-
bundus Mocs., C. rugosa DOV.-ZAP.]
L. 9-12 mm. — Fig. 89. — Q Corps entièrement noir, mandibules jaune-
rougeâtre avant l’apex, abdomen avec une bande jaune-verdâtre au bord
postérieur des tergites III à VI (ou VII), parfois aussi II; pattes noires,
I et II jaune-rougeâtre à partir du genou; antennes noires; ailes hyalines,
légèrement teintées de jaune, nervures et stigma bruns, la costale jaune;

MONOPLOPUS 89
antennes de 22-24 articles, les premiers bien plus longs que larges, les
derniers à peine plus larges que longs. — (5* avec des taches jaunes sur le
clypéus et les côtés de la face; les pattes en majeure partie jaunes, les
hanches et trochanters noirs à la face postérieure ainsi que les fémurs I,
fémurs II et III noirs à la base.
Seine, Seine-et-Oise : Sceaux, Bondy, Meudon, Le Raincy, Gargan, Maisons-
Laffitte, mai et juin; Seine-Inférieure : Dieppe; Ardennes; Charente·Maritime;
Saintes; Hérault : Montpellier; Hautes-Pyrénées : Tarbes; Haute-Garonne:
Vieille-Toulouse, juin (R1sAu·1·).
Angleterre; Hollande; Allemagne; Danemark; Suède; Finlande; Russie; Grèce;
Sibérie; Turkestan; Chine.
Biologie. — Larve dans la tige de Phragmizes cammunis, même dans la partie
immergée; ne cause aucune déformation, s’y empupe, et sort en faisant une per-
foration à l’endroit où était le cocon (GmAu¤, 1863).- Vmxrsnxsvirsn (1933)
le signale des tiges de Calamagrostis epigcios, et, avec doute, de Triticum reperw.
Gen. HONOPLOPUS KoNo'w, 1896
Corps grêle et allongé, abdomen plus de deux fois plus long que le thorax,
antennes nettement dilatées dans le tiers apical, de 22-25 articles, les
premiers très longs, le 3** un peu plus court que le 4°; téguments presque
lisses et un peu brillants.
Distribution. - Europe, Afrique du Nord; Asie Mineure.
TABLEAU ons Esràcns
— Thorax entièrement noir; ailes fortement enfumées. .... pygmaeus.
— Thorax en partie teinté de jaune; ailes presque hyalines ...... ldolon.
1. Monoplopus pygmaeus P0nA. — Ichneumon. pygmaeus Po1>A, 1761,
p. 104;- Tcnthrcdo saltuum F., 1775; —- Cephus ilaviventris Ed. ANDRÉ,
1879, p. 523;- Monoplopus saltuum Konow, 1904, p. 353 (273); ENsLxN,
1918, p. 694; — M. pygmaeus KLIMA, 1937, p. 24.
[Syn. : Cephus abdominalis Lyra., C. flaviventris GUÉRIN·MÉN., C.
nigripemzis Smm:1.]
L. 10-15 mm. -·— Fig. 90. — Q Tête, antennes, thorax, pattes, noirs; ailes
enfumées, un peu plus claires vers l’apex; abdomen jaune d’ocre avec le
plus souvent la base noire et un point noir sur les 6° et 7° tergites; abdomen
cylindrique à la base, comprimé vers Pextrémité. — Q, clypéus, base
de la face et des mandibules jaunes, pattes I et Il jaunes à partir des genoux;
abdomen plus allongé et plus franchement cylindrique que chez la femelle,
une petite tache noire sur les 69, 7**, 8° tergites.

90 nvmsuoprànes rmrnnnnoxnss
Bouches·du·Rhône : Aix-en-Provence; Basses-Alpes : Digne; Ardèche : Aube-
nas (D' CLEU); Hérault : Montpellier; Corse; Haute-Garonne : Vieille-Toulouse,
mai (RIBAUT).
Espagne; Italie; Autriche; Allemagne; Egypte; Algérie; Maroc; Syrie.
, ·' ~ r»·r·· .....___ _ _   \.\   çi? u rrv__   ,,  ·‘  
 je '‘i'  
*   *
· `'*·  
·,\`   ·
(  
  s
Fm. 90. — Monoplopus pygmaeus, Q.
2. Monoplopus idolon Rossi. —— Ichncumon idolon Rossi, 1794, p. 110;
—- Cephus idolon Ed. ANDRÉ, 1879, p. 522; DALLA Toune, 1894, p. 407;
—— Monoplopus idolon Komow, 1904, p. 354 (274); Erzsnm, 1918, p. 695;
KL1MA, 1937, p. 23.
* [Syn. : Cephus mittrci GUÉn.·MÉN., C. bellieri Sicnm., C. variegatus
STEIN]
L. 10-15 mm. — Tête noire, avec sur la face une tache jaune orangé
qui remonte de chaque côté le long du bord interne des yeux et jusqu’au
sommet de ceux-ci, une tache jaune de taille variable entre les antennes
et l’oce1le antérieur, les joues tachées de jaune orangé, antennes brunâtres,
un peu éclaircies à Pextrémité; thorax noir, les tegulae jaunes, le pronotum
jaune orangé sauf une bande noire médiane, plus large en avant qu’en
arrière; ailes hyalines, les nervures brunes, la costale et le stigma jaunes;
pattes I et II : hanches, trochanters et base des fémurs noirs, le reste jaune
orangé, pattes III jaunes, la base et l’apex des fémurs noirs; abdomen
jaune, de couleur noire 2 le 1*** segment, le 46 tergite en entier, les 66 et 79
en partie, la scie, une bande noire longitudinale sur toute la face ventrale;
chez le mâle les parties noires de l’abdomen peuvent être réduites.
Hautes-Alpes : Serres, juin, sur Ombellifères (F. Lommnn); Corse (coll. S1-
CHELL
Italie; Espagne; Portugal; Hongrie; Balkans; Crimée; Asie Mineure; Algérie.

sunsmaows 91
Gen. EUMETABOLUS W. A. Scnumz, 1906
Antennes à articles dilatés à partir du 7°, cette dilatation peu prononcée;
corps allongé et très grêle, cylindrique chez le 5*, comprimé chez la Q,
environ deux fois plus long que tête + thorax; çj‘ pénultième et antépé-
nultième sternites garnis d’une forte brosse de crins courts et raides; Q
gaine de la scie élargie vers l’extrémité.
Eumetabolus troglodytes F. — Sirex troglodyta F., 1787, p. 258; -
Cephustroglodytcs Ed. ANDRÉ, 1879, p. 548;- C. niger DALLA Tonus,
  ......   u   i  
¢    ,» — A î '?
( 2   ; È
      /  
,’ ii \*.
A " 1
FIG. 91. — Eumetabolus troglcdytes, Q.
1894, p. 408; —- Astatus niger Komow, 1904, p. 123 (251); Knma, 1937,
p. 28.
[Syn. : Cephus mocsaryi Kms?]
L. 10-14 mm. — Tête noire, une tache jaune sur les mandibules; antennes
_noires; thorax noir, une petite tache jaune sous les tegulae; ailes très
légèrement enfumées, nervures brunes, costale et stigma jaunes; pattes :
hanches, trochanters, fémurs noirs, le reste jaune, avec l’apex des tibias III
noir; abdomen noir avec le bord postérieur des 4° et 6** tergites jaune citron,
parfois aussi des 3° et 7°. Antenne, fig. 97.
Lot : Fontanes (coll. Vacnax.); Var : Callian, juin (Bsnnaivn); Corse (coll.
Sicnsx.); Haute-Garonne : Toulouse (Masquer), Pinsaguel (Rxswr).
Angleterre; Belgique ; Suisse; Allemagne; Danemark; Suède; Finlande; Hongrie;
Caucase; Maroc.
Nom. — Les dessins abdominaux sont variables, les bandes jaunes
parfois réduites à un point; Pexemplaire (5* de Callian est entièrement noir.
I

92 nYMÉN01>'1·È1>.Es *rEN·x·nnɤ01nEs
 
 ‘·` ea *  
  A!  
iii  (  Z;
1;.3%  1  
`H  I Ã
iii 1 97 . .    
  jl  rag'.
Wi? "    ··‘î#?i¤‘  
  98 ` ./J    
gu:  ’·=:I î'\'g\ 9. \
î;â1  Wa. ··;.; E  
  ' 06  
  . 99 1 ';_;;;'_··È_.v‘xz:|  I
  100   'fy  
Eggs] ru
hi]  en
94  
95
' `  Li/’ ; ) /: gi
  O * \     / .
 - Q l ‘ 1 \ ?@
‘°‘* U ‘°" LU W
103 105
FIG. 92 à 106. — 92. Hartigia linearis, antenne. —— 93. Janus compressus, idem.
— 94. Janus femoratus, trou de sortie dans une branche de chêne (d’ap1·ès
Pexemplaire de Gmnun). —— 95. Calameuta filiformis, antenne. — 96. Mono-
plopus saltuum, idem. -— 97. Eumetabolus troglodytes, idem. ·-· 98. Trachelus
zabidus, idem. — 99. Cephus pygmaeus, idem. —- 100. C. haemorrhoidalis,
idem. - 101. Tmchelus tabidus, abdomen vu côté. —— 102. T. mbidus, (5*,
face ventrale de Pabdomen. - 103. Idem., gaine de la scie, vue de dessus.
- 104. Cephus pygmuzus, d, face ventrale de l’abd0men. -— 105. Idem.,
gaine de la scie. - 106. Cocon de Cephus dans une tige de graminée.

TRACHELUS 93
Gen. TRACHELUS Junmn, 1807
Corps étroit et allongé, abdomen comprimé, environ 1 fois M, aussi
long que tête + thorax. Antennesfminces, le 36 article plus court que le 4**,
dilatées à partir du 10° article; tibias III avec deux éperons préapicaux.
Chez le d, les pénultième et antépénultième sternites creusés d’une large
et profonde fossette qui contient une série de poils raides (fig. 102).
Distribution. - Europe; Afrique du Nord; Asie Mineure; Amérique du Nord.
Trachelus tabidus F. — Siren: tabidus F., 1775, p. 326; - Ccphus tabidus
Ed. ANDRÉ, 1879, p. 535;- Trachelus tabidus Komow, 1904, p. 272 (250);
Ensmu, 1918, p. 703;
KLIMA, 1937, p. 29. '
[Syn.: Tenthredo lon- ,
gicollis Fouacnor, Tra-  
chclus hacmorrhoidalis g, . _, ,_ ‘\ »,   ,,3
Junms; Ccphus mandi~        
bularisLE1>., C. nigritus    
LEP-]    
L. 7-10 mm. —- . ‘ ' wi '
Fig. 107. — Noir bril- ; j
lant, tête noire, une , il .
tache jaune sur les man- É
dibules, antennes noires;  
thorax noir, ailes légè- ii
rement enfumées, ner- , I
vures et stigma brun- ~
noiràtrg; pattes noires, FIC.   Tfûûhôllls Illbidihî, Q.
les tibias I jaune sale
sur la face antérieure; abdomen noir avec une tache jaune à la base de
chaque côté des tergites 2 à 8 (fig. 101), ces taches formant souvent une
bande longitudinale continue, parfois aussi des taches jaunes aux angles
postérieurs du 7° tergite; antennes de 20 à 22 articles, les derniers
art. 1 fois yz plus larges que longs. Téguments lisses,·à peine ponctués
sur le pronotum.
Somme : Amiens; Seine-et-Oise : Poissy, juin; Seine-et-Marne : Flagy; Bouray,
mai; Ardennes; Côtes-du·Nord : Lamballe; Aveyron : Millau; Hautes-Alpes :
Embrun; Var : Callian; Alpes-Maritimes : Nice; Hautes-Pyrénées : Arreau; _
Corse. Probablement toute la France.
Toute l’Europe, espèce surtout méditerranéenne, commune en Afrique du
Nord; connue aussi de Madère. Introduite aux États·Unis (G.~.u.m, 1920).
Biologie. — Semblable à celle du Cephus pygmaeus.

94 HYMÉNOPTÈRES TENTHRÉDOIDES
Entomologie appliquée. - S’attaque aux céréales : blé, avoine, aussi au seigle.
Cause des dégâts sérieux dans le Sud de la Russie et aux États-Unis.
Parasite. ——- Pleurctropis (Chalc,).
Gen. CEPHUS LATREILLE, 1802
Corps étroit, comprimé chez la Q , cylindrique et grêle chez le <j‘, abdomen
assez court, à peine 1 fois % aussi long que tête -(- thorax. Antennes fines,
en général plus courtes que l’abdomen, plus ou moins dilatées à l’extrémité.
Tibias III avec deux éperons préapicaux. Chez le (ji les avant-derniers
sternites n’0nt pas de fossettes, mais le bord postérieur est souvent échancré, .
et pourvu d’une frange de poils (fig. 104).
Biologie. — Larve endophyte : Graminées, etc...
Distribution. — Toute la région holarctique.
TABLEAU nss EsPÈcEs
1. Antennes minces, distinctement dilatées au tiers apical et à partir
du 108 ou du 118 articles (fig. 100), les derniers articles plus larges
que longs .................................................. 2.
—— Antennes peu distinctement dilatées, l’élargissement commençant
aux 68 ou 78 articles (fig. 99) ............................. 3.
2. Massue antennaire peu large, ses articles à peine 1 fois yz plus
larges que longs; tibias III jaunes, au moins en partie; dernier
tergite abdominal non bordé de rouge. Assez commun .... . .....
, ,,............ . .............................. (p. 95), pallipes.
— Massue antennaire large, ses articles 2 fois plus larges que longs;
tibias III noirs; dernier tergite abd. bordé de rouge. Rare ......
...................................... (p. 95), haemorrhoidlis.
3. Ailes fortement enfumées, au moins dans la moitié basale ..... 4.
—- Ailes non ou à peine enfumées ............................. 6.
4. Ailes fortement enfumées dans leur moitié basale, plus claires '
au delà. Très rare ..................... . .... (p. 96), iniuscatus.
- Ailes en entier enfumées ................................... 5.
5 . Antennes fortes, les avant-derniers articles au moins 1 fois % aussi
larges que longs; abdomen en général avec des bandes jaunes
sur quelques tergites; chez le (jf l’avant-dernier sternite
couvert de poils clairs et cilié de clair. Rare,. (p. 96), runcator.
—— Avant-derniers articles des antennes non 1 fois M, aussi larges
que longs; abdomen en général avec seulement des taches jaunes
latérales; chez le Cï avant-dernier sternite couvert de crins noirs
et cilié de noir. Rare ........................... (p. 96), frugî.
6. Abdomen entièrement noir. Rare ............. (p. 98), nigrinus.
— Abdomen avec des bandes ou des taches jaunes .............. 7.

crsrrws 95
7. Abdomen n’ayant que des taches jaunes latérales ............
......................................... (p. 99), brachycercus.
— Abdomen avec des bandes jaunes au moins sur un des tergites. . . 8.
8. Tibias III noirs le long de la face interne; avant-derniers articles
des antennes environ deux fois plus larges que longs. Commun.
.......................................... (p. 97), pygmaeus.
— Tibias III entièrement jaunes, au plus teintés de noir à l’apex;
avant-derniers articles des antennes pas plus larges que longs.
Bare ........................................ (p. 98), cultrstus.
1. Cephus palllpes Kms. -— Astatus pallipes KL., 1803. — Cephus
pallipes Ed. ANDRÉ, 1879, p. 527; DALLA Tomas, 1894, p. 409 (pallidipcs);
Korzow, 1904, p. 252 (268); ENsL1N, 1918, p. 698; KLIMA, 1937, p. 41.
[Syn. : Cephus phthisicus F., C. pusillus STEPH., C. immaculatus STEPH.,
C. cultrarius H.·.a·rxG] ‘
L. 4-9 mm. — Entièrement noir sauf deux taches jaunes sur les mendi-
bules, deux sous les tegulae, et, chez le 5* seulement, les segments médians
de l’abdomen (IV, V, VI) qui sont jaunes ou rougeâtres; ailes hyalines
ou très légèrement enfumées; pattes : noires jusqu’au genou, jaunes au delà,
les tarses III souvent plus foncés; antennes de 16 à 18 articles, noires ou
brunes, plus claires à l’extrémité chez le 5'fdilatées à partir du 9** article.
5* très grêle et sensiblement plus petit que la Q.
Nord : Lille; Somme : Amiens; Seine et Seine-et-Oise : Clamart, Meudon,
Saint-Germain, Maisons-Laffitte, Bondy; Seine-et·Ma1·ne : Fontainebleau, Etam-
pes, la Ferté-Milon; Haute-Saône : Gray; Ardennes; Loire·Inlérieure : Pornic
(Dominique); Charente—Maritime : Saintes; Hautes-Pyrénées : Tarbes; Haute-
Loire : Le Puy (Mmrzvar.); Haute-Garonne : Tournefeuille, mai (Rrmur).
Angleterre ; Belgique ; Hollande ; Suisse; Danemark;Allemagne; Suède; Autriche;
Hongrie; Italie; Grèce.
Biologie. — Larve décrite (Phylloecus phzhisicus) par Ed. Aunnrî (1879, p. 530, _
et 1889), qui la donne comme nuisible au rosier où elle creuserait des galeries
dans la moelle. Ce fait est mis en doute (Eiszswv, 1918, p. 698), car il est con-
traire aux habitudes des autres Cephus. Hlmnoum donne les mêmes indications
qu’A1·z¤nÉ (1943, p. 105).
2. Cephus haemorrholdalis F. - Tenthredo haemorrhoidalis F., 1781; —
Cephzw haemorrhoidalis Ed. Amont, 1879, p. 532; DALLA Teams, 1894,
p. 406; Komow, 1904, p. 270 (254); Eusnm, 1918, p. 700; KL1MA, 1937,
p. 37.
[Syn. : Astatus analis KLUG; A. floralis Kwo.; Cephus atripes Srern.,
C. quadriguttatus Cos·r.•., C. pseudotabidus Kox., C. syriacus Pic, C. pravei
Dov.-ZAP.] ·
L. 7-10 mm. —- Corps entièrement noir, le dernier tergite rouge; ailes
légèrement enfumées; pattes I et II noires jusqu’au genou, jaunes au delà,
pattes III noires presque entièrement chez la Q , chez le 5* jaunes à partir

96 HYMÉNOPTÈRES TENTHRÉDOIDES
du genou; abdomen du 6* jaune aux 49 et 59 segments, parfois aussi à
l’angle postérieur des 69 et 79, et même du 89. Antennes de 20-21 articles,
assez fortement dilatees à partir du 109 article, les derniers articles plus
de 2 fois plus larges que longs. Le pénultième sternite du (jt échancré pos-
térieurement et finement cilié.
Moselle : Metz; Loire : Saint-Étienne; Herault : Saint-Guilhem-le—Désert,
Montpellier.
Angleterre; Suisse; Allemagne; Italie; Balkans; Pologne; Russie; Caucase;
Syrie.
3. Cephus inîuseatus Ed. ANDRÉ. -—- C. i. ANDRÉ, 1879, p. 530; KoNow,
1904, p. 243 (260); ENSLIN, 1918, p. 696; KLIMA, 1937, p. 39.
[Syn. : C. anderae Kmsv]
L. 8-10 mm. — Tête noir brillant; antennes un peu claviformes, noires,
avec le dessous brun-rougeâtre, surtout vers Pextrémité; thorax noir,
pattes jaunes avec les hanches, trochanters et base des fémurs noirs;
ailes d’une teinte enfumée brun fonce depuis la base jusqu’au niveau du
stigma, le reste plus transparent, seulement un peu gris, la 29 cubitale
porte un point corne noir près de sa base, nervure costale et dessus du
stigma jaune clair, stigma brun, les autres nervures noires. Abdomen
noir avec le bord des 49, 69 et 79 segments jaune ainsi que, chez le gi',
les angles latéraux du 59 et le bord du 99, ventre noir; (d’après Ed. ANDRÉ).
France (sans localité précise, Ed. ANDRÉ); Ardèche : Aubenas (Dr CLEU).
Allemagne; Autriche; Suède; Finlande; Russie; Istrie : Fiume.
Biologie. —- Larve dans les chaumes de Phalaris arundinacea (Fonsws, 1909).
4. Cephus runcator KoNow, 1896; KoNow, 1904, p. 244 (260); ENsr.1N,
1918, p. 701; KMMA, 1937, p. 46.
L. 9-11 mm. -—— Corps entièrement noir, sur Pabdomen les 49, 69 et 99 ter-
gites bordés de jaune postérieurement, les premières bandes souvent
interrompues chez la Q, le 79 et le 39 peuvent être taches de jaune; sur
la face ventrale le dernier segment bordé de jaune, et même parfois l’avant-
dernier chez le gi'; pattes—I et II noires jusqu’aux genoux, jaunes ensuite,
III entièrement noires, les genoux jaunes; ailes enfumées, nervures noi-
râtres, costale et stigma bruns; antennes de 21 articles, assez fortement
dilatees à partir du 79 article, les avant-derniers articles au moins 1 fois MZ
plus larges que longs.
Pyrénées (Enstm); Pyrénées-Orientales : Vernet-les-Bains (1).
Croatie.
5. Cephus frugi KoNow, 1896; KONOW, 1904, p. 245 (260); KL1M.·.,
1937, p. 36.
(1) Exemplaire pris par R. Onnnruün, presque entièrement noir, les bandes jaunes
réduites à des taches latérales (BÉNsoN det.). `

cmmus 97
L. 8-10 mm. — Espèce très voisine de C. runcator, s’en distingue par
les caractères du tableau.
Loire-Inférieure : Nantes (d’après Konow).
Espagne : Barcelone.
6. Cephus pygmaeus L. — Sirex p. L., 1767, p. 929;- Cephus pyg-
macus Ed. Animé, 1879, p. 536, pl. 23, fig. 1 et 4-8; DALLA Tonns, 1894,
p. 410; Korxow, 1904, p. 250 (266); ENSLIN, 1918, p. 699; KL1MA, 1937,
p. 43.
[Syn. : Tenthrcdo longicornis Founcnov, T. polygonus GMELIN; Banchus
spinipes Pxrzzsn; B. viridator F.; Cephus leskei LEP., C. floralis STEPH.,
C. atripes Srxzrn.]
L. 5-10 mm. -— · _ _
Fig. 108. —- Q, _   _ , ’ _ ’
tête noire, thorax     ·' '    
noir, ailes presque   »’ '  
h ay ¤§'.*·-%·,·  
y mes, nervures î ,, . ï
brunes, pattes I **9% Q",
et II noires jus- Q 144Ul·À·
qu’aux genoux, ( .··r ’ "   · ,
jaunes au delà,III . 2-,,  
entièrement noi- '\ il ’/
res, les tibias un   x
peu plus clairs, A' `ij" /
notamment sur la '   3
face inférieure; ~ i'
abdomen noir, les Fw- 108- — Cerhw pysmww. Q-
4** et 6° tergites
avec une bande jaune au bord postérieur, parfois aussi le 7°, mais cette
bande peut être réduite à deux taches latérales, le 96 segment finement ·
bordé de jaune, le 8° rarement avec des taches angulaires. — 6*, une
tache jaune sur le clypéus, mandibules jaunes presque en entier, souvent
une tache jaune à l’angle inféro-interne des yeux, la partie antérieure des
hanches, trochanters et fémurs jaune; à l’abdomen les tergites 3 et 5 peuvent
avoir une bande jaune. — Antennes de 18-21 articles, dilatées à partir
du 9°; téguments presque lisses. -— çj', avant—dernier article à bord pos-
térieur légèrement échanoré, garni de poils longs et couchés.
Toute la France;
Toute l’Europe, y compris la· région méditerranéenne; Algérie; Maroc; Asie.
Mineure, Perse, Turkestan. — Introduit en Amérique du Nord : U. S. A. et Canada.
Biologie. — S’attaque aux Céréales, et particulièrement au blé; images en
juin; les femelles choisissent pour pondre les tiges ayant déjà un certain déve-
loppement et chez qui l’épi est formé, de sorte que les blés d’automne sont plus
fréquemment attaqués; elles incisent le chaume un peu au—dessous de l’épi et y
7

98 HYMÉNOPTÈRES ·rEN·mRÉDo1DEs
déposent 1’œuf; la larve descend en mangeant la moelle et en perforant les cloi-
sons nodales, vers la mi-juillet elle atteint la partie souterraine, y fait son cocon,
long, parcheminé, et obturé d’un bouchon de sciure; au préalable elle a fait dans
le chaume une incision circulaire qui le rend très fragile : au moindre vent les
blés attaqués sont versés; le dégât peut atteindre 10 % des tiges. —- Très nom-
breux travaux, liste dans KMMA, 1937, p. 45-46. Résumé dans BAx.AcR0wsxY
et MESNIL, p. 1076-1082, fig. 942-946.
Parasîtes. — Ichneumonidae : Collyria calcitrator Gmv.; Pimpla detrita HoLM.;
Hemitcles hemipterus F.; Lcptocryptus bellulus KMEGH.; M icrocryptus unifasciatus
Scrm.; Pezomackus fallax FôRs1·ER; Gambrus tricolor GRAV.; Hemiteles ini-
micus Gmv. (hyperparas.), H. hemipterus F. (hyperp.). —- Braconidae : Micro-
bracon terebella. Wssm. -- Chalcididae : Pleurotropis benefîca GAB.; Eurytoma
appcndigaster Scnw. (d’après Sam, 1931).
7. Cephus cultratus EVERSMANN, 1847. — C. c. KLIMA, 1937, p. 34; —
Cephus pilosulus Ed. ANDRÉ, 1879, p. 548; KoNow, 1904, p. 248 (264);
ENSLIN, 1918, p. 702.
[Syn. : Cephus pumilus Ed. ANDRÉ, C. similis Mocs., C. ajîinis Kox.,
C. exilis Kok.]
L. 7-9 mm. — Tête noire, les mandibules jaunes sauf à l’apex, chez
le 5* une tache ou bande jaune au côté interne des yeux, et souvent une
tache sur le clypéus; thorax noir, ailes hyalines; pattes noires jusqu’aux
genoux, jaunes ensuite; abdomen noir, le 49,69, 99 tergites avec une bande
jaune au bord postérieur, souvent aussi au 7**, parfois les 56 et 86 teintés
de jaune; dernier sternite bordé de jaune, ainsi que l’avant-dernier chez
le (5*, et la base de l’étui (Q). Antennes de 18-20 articles, noires, un peu
éclaircies à l’apex, faiblement élargies à partir du 79 article, les avant-
derniers articles à peine plus larges que longs. Chez le 5* avant-dernier
sternite nettement échancré, marginé de poils courts; en avant du bord
postérieur deux taches garnies de poils noirs, raides, dressés, courts.
Seine, Seine-et-Oise : Vincennes, Sartrouville; Charente-Maritime : Saintes;
Hautes-Pyrénées : Tarbes; Isère : Oisans; Haute·Garonne : St-Béat, mai, Gré-
piac, Vieille-Toulouse, avril-juin (Rrswr).
Angleterre; Belgique; Danemark; Allemagne; Hongrie; Suède; Finlande; Russie.
Biologie. - Vmnirsnxnvirsn (1933) signale la larve de cette espèce dans Pkleum
pratcnsc; larve décrite et figurée.
8. Cephus nîgrinus C. G. THOMSON, 1871, p. 322; Ed. ANDRÉ, 1879,
p. 531; KoN0w, 1904, p. 245 (261); ENSLIN, 1918, p. 697; KMMA, 1937,
p. 40.
[Syn. : C. pallipes STEPH.]
L. 7-9 mm. — Entièrement noir, seulement les mandibules à la base,
le milieu des palpes maxillaires, et une tache sous les tegulae, jaunes;
pattes noires, les genoux et tibias I et Il jaune sale, ainsi que la base des
tibias III; ailes presque hyalines; abdomen entièrement noir. Antennes

csmws 99
de 19-20 articles, légèrement dilatées à partir du 7° article, les avant-
derniers articles aussi longs que larges. 5*, avant-dernier sternite échancré
postérieurement, avec une frange de poils jaunes mêlés de noirs.
Seine-et-Oise : Bouray; Seine·et-Marne : Nemours; Haute-Saône : Gray;
Allier : Moulins; Puy-de-Dôme : Royat, juin.
Angleterre; Belgique; Allemagne; Autriche; Hongrie; Italie; Danemark; Russie ;
Sibérie.
Biologie. —— Dans les chaumes de Poa pratensis L. (Komow).
9. Cephus brachycercus C. G. Tuomsorx, 1871, p. 322; Ed. ANDRÉ, 1879,
p. 547; KoNow, 1904, p. 247 (263); Erxsnm, 1918, p. 701; KMMA, 1937, p. 33.
[Syn. : Cephus pallipes Evans., C. punctulatus Konow] _
L. 6-8 mm. — Comme C. nigrinus, mais abdomen avec seulement des
taches angulaires aux tergîtes 3, ou 4 à 6, ou 7, chez le dl le 6° tergite a
quelquefois une bande au bord postérieur, ainsi que le 9° tergite, et parfois
le dernier sternîte; ailes très légèrement enfumées; antennes courtes, de 18,
rarement 19 articles, noires, l’apex brun, faiblement élargies à partir du
7*-* article, les avant·derniers articles aussi longs que larges. (3*, bord posté-
rieur de l’avant-dernier sternite faiblement éohancré, garni de poils assez
longs, courbés à l’extrémité, en avant de ce bord postérieur, deux impres-
sions allongées, garnies de poils assez longs, presque appliqués (d’après
Komow).
France (d’après Koiwow, sans localité); Haute-Garonne: Vieille-Toulouse,
Tournefeuille (Rrnwr).
Suisse; Allemagne; Autriche; Hongrie; Italie; Pologne; Russie; Sibérie.
Famille des TENTHREDINIDAE
Forme normale des Tenthrèdes. Cette famille, la plus importante, domine
parle nombre des espèces et des individus dans toutes les régions du globe,
sauf en Australie.
TABLEAU DES SOUS·FAMILLES
1. Cellule radiale non divisée (fig. 109 cz) .... (p. 277), Nematlnae. (1)
-— Cellule radiale divisée en deux (fig. 109 b) .................. 2.
2. Les deux nervures récurrentes aboutissent dans la 2° cellule cubi-
tale (fig. 109 c et 109 a) .................................. 3.
-— Les deux nervures récurrentes aboutissent respectivement dans
les 28 et 3° cellules cubitales ............................... 4.
3. Trois cellules oubitales (fig. 109 b) ...... (p. 277), Nematinae, pars (2)
— Deux cellules cubitales (fig. 109 c). ........ (p. 171), Dolerinae.
(1) En majeure partie, mais excepté les genres Hoplocampa, Hemichroa, Dineura.
(2) Genres Hemichroa et Dineura.

100 HYMÉN01>·rÈnEs ·1*EN·m1>.Én0xnEs
4. Cellule anale péticlée (fig. 109 d) ........ (p. 233), Blennocampinae.
—- Cellule anale non pétiolée ..... . ........................... 5.
5. Nervure basale non parallèle à la 1'° nervure transvers0~cubitale
(ng. 109 E) ........................ L ....................... 6.
· —— Nervure basale parallèle à la 1‘° nervure transvers0—cubitale ..... 7.
` 6. Cellule anale fortement étranglée au milieu (fig. 252) ..........
.................................. . (p. 280), Genre Hoplocampa.
—— Cellule anale non étranglée au milieu, mais avec une nervure trans-
versale un peu oblique (fig. 109 c) ........ (p. 268), Phyllotominae.
7. Nervure basale aboutissant à l’0rigine de la nervure cubitale
(fig. 109 f) ............................... (p. 191), Selandriînae.
. — Nervure basale aboutissant à une certaine distance de l’0rigine
de la nervure cubitale (fig. 109 g) ........ (p. 101), Tenthredîninae.
    ..,. .  
œ ée
·   ,,,,  
0. I
,_ ...,. ( 1 :; É _ ,,.,. , ...,.. .   .·»-  
à 9 `  È
ai a
vm=):À[_,,, .>_;;,·1€;- ‘   __ ,  
e  ~ - ïi
C § É
_ à f ,
f · g.
FIC. 109. — Ailes des diverses sous-familles de Tenthredinidae; a, Nematinae;
b, Nematinae en partie; c, Dolerinae; d, Blennocampinae;fe, Phyllotominae;
f, Selandriinae; g, Tenthredininae. _

TENTHREDINIDAE 101
1. Sous-famille des TENTHREDININAE
Taille moyenne, en général environ 10 mm. de longueur; la nervure
basale atteint la subcostale à une certaine distance de l’origine de la cubi-
tale, elle est parallèle à la 1*° récurrente, ou diverge légèrement d’avec
celle-ci vers le stigma; cellule anale étranglée, ou même coupée en deux
près de la nervure transversale; mandibules souvent élargies.
Biologie. — Larves éruciformes, vivant sur les feuilles qu’elles rongent. Les
imagos sont parfois carnivores et se nourrissent d’insectes de petite taille qu’ils
capturent.
Distribution. —- Très abondamment représentée dans toute la région holarctique
et encore plus dans la région orientale; manque presque en Afrique, en Amérique
du Sud, et en Australie.
TABLEAU nus GENRES
1. Hanches III normales, non allongées, les fémurs III n’atteignant
pas l’extrémité de l’abdomen ............................... 2.
—— Hanches III fortement allongées, de sorte que les fémurs III attei-
gnent, ou dépassent, l’extrémité de l’abdomen (fig. 158); éperons
des tibias III très longs .................................... 7.
2. Les yeux, par leurs côtés internes, convergent nettement vers .
le bas ..................................................... 3. '
- Les yeux ne convergent pas, ou à peine, vers le bas .......... 5.
3. Les yeux convergent assez faiblement vers le bas, leur angle infé-
rieur tombe en dehors de l’angle du clypéus (fig. 112) .........
.......................................... (p. 102), Sciapteryx.
— Les yeux convergent fortement vers le bas, leur angle inférieur
tombe juste au niveau de l’angle du clypéus ou même en dedans
(fig. 113) .................................................. 4.
4. Convergence des yeux très forte, leur angle inférieur en dedans
de l’angle du clypéus (fig. 113); taille moyenne ou grande; nom-
breuses espèces. ............... · ............ (p. 104), '1'enthredo.
-— Convergence des yeux plus faible, leur angle inférieur au niveau
de l’angle du clypéus; taille faible .... (p. 138), Rhogogaster picta, 6*.
5. Cellule anale étranglée en avant du milieu (fig. 142); aile postérieure
avec une nervure marginale complète (voir fig. 151) ..........
.......................................... . (p. 136), Perineura.
- Cellule anale avec une courte nervure transversale vers le milieu
(fig. 143) .................................................. 6.
6. Le premier tergite abdominal avec une incision médiane (fig. 143);
antennes courtes .......................... (p. 137), Rhogogaster.
— Le premier tergite abdominal non incisé, mais le plus souvent avec
une carène médiane; antennes longues ...... (P. 142), Tenthredopsls.

102 urmûuorrùmas rnrvrnnénornns
7 . Cellule anale avec au milieu une longue nervure transversale oblique
(fig. 156); tête robuste, ovoîde .................. (p. 154), Siobla.
——— Cellule anale étranglée au milieu, ou avec une courte nervure
perpendiculaire ............................................ 8.
8. Yeux convergeant fortement vers le bas par le bord interne;
antennes courtes (fig. 158) ................ (p. 158), Macrophya.
— Yeux non convergents vers le bas; antennes longues et minces
(fig. 157) ............................... (p. 155), Paehyprotasîs.
Gen. SCIAPTERYX S·rm>m:Ns, 1829
Antennes de 9 articles, courtes, dépassant peu en arrière les tegulae,
légèrement épaîssies à Pextrémité, insérées très près du bord postérieur
du clypéus, dont elles sont séparées par moins que leur épaisseur; clypéus
largement échancré; angle basal des yeux bien séparé de la base des mandi-
bules (fig. 111); corps trapu, abdomen large, noir, les tergites finement
bordés de blanc (fig. 110); ailes antérieures : cellule anale pincée au milieu
et avec une nervure transversale; aile postérieure avec deux cellules fer-
mées.
Dîstrîbutîon. — Toute l’Eur0pe; Afrique du Nord; Syrie; Caucase; Amérique
du Nord.
TABLEAU mis Esràcns
1. Nervure costale et stigma uniformément noirs, clypéus échancré
en are de cercle ............................ (p. 102), consobrîna.
— Stigma bicolore, nervure costale au moins en partie jaune; elypéus
échancré en angle. .......................................... 2.
2. Nervures costale et subcostale jaune clair, ainsi que la base du
stigma ...................................... (p. 103), costalis.
— Nervures costale et subcostale noires, jaune clair seulement aux
deux extrémités ................................ (p. 104), soror.
1. Sciapteryx costalis F. —— Tenthredo costalis F., 1775, p. 302; —- Sciapte-
ryx costalis Ed. ANDRÉ, 1879, p. 408; DALLA Tonnn, 1894, p. 21; ENSLIN,
1912, p. 45.
[Syn. : Temthredo fulvivenia SGHRANK; Sclandria albomarginata VOLLEN.;
S. albilabris BRULLÉ]
L. 9-10 mm. — Q (fig. 110), noire, bord antérieur du clypéus et labre
blanc jaunâtre, bord interne, et externe en partie, des orbites blanc, sou-
vent une petite tache blanche aux angles du clypéus, et le bordantérieur
de la face blanc; thorax noir, le bord postérieur du pronotum et les tegulae
blancs; ailes antérieures enfumées, la subcostale jaune, la costale jaune
mais souvent plus ou moins noire dans sa partie médiane, stigma jaune

scmrrznxx 103
dans sa moitié basale, noir au delà, ce qui forme comme une petite tache
sombre sur l’aile; pattes noires, la face antérieure des tibias ainsi que sou-
vent l’apex des fémurs et des métatarses blanchâtres, les tibias III peuvent
être entièrement noirs; abdomen noir, les tergites bordés de blanc à partir
du 4**, les premières bandes interrompues au milieu; téguments fortement
rugueux sur la tête et le thorax. — 5* dessins blancs de la face plus déve- `
loppés; bordure blanche des tergites abdominaux commençant au 29,
sternites abdominaux bordés de blanc, plaque sous·génitale blanchâtre.
 p ,++3 ¤ Il  
v l.;  
  ,....·····»·¤s .
F10. 110. —- S iapzeryz costalis, Q.
Seine, Seine-et·Oise : Paris, Chaville, Meudon, mars, mai; Seine-et-Marne :
Montereau; Seine—Inférieure : Rouen; Eure : Evreux, mai; Haute-Marne : Gray;
Alsace : Strasbourg; Charente : Jarnac; Ardèche : Aubenas, avril (D' CLÉU);
Hautes·Pyrénées : Tarbes.
Angleterre; Belgique; Allemagne; Suisse.
Biologie. —- Sur Ranunculus acer, en mai·juin. Larve : (Bmscnxn et Zannacn,
1883, p. 290, pl. 6, fig. 5, sub Selandria serva), 22 pattes, long. : 18 mm., verte,
tête jaune, chaque segment avec 5 points noirs en ligne transversale, ces points
disparaissant à la dernière mue.
2. Sciapteryx consobrina. Kwc. — Tenzhredo consobrina Knuo, 1814,
p. 79; — Sciapteryx consobrina Ed. ANDRÉ, 1879, p. 408; DALLA TOKRE,
1894, p. 21; ENSLIN, 1912, p. 45.
[Syn. : Eriocampa marginata PULS.; Allantus zwickavicnsis SCHLECHTEN-
DAL; Sciapteryx nigriventris Ed. ANDRÉ; S. semenowi J Ax.] .
L. 8-10 mm. — Ressemble à la précédente; ailes hyalines; bandes claires
des tergites abdominaux plus minces et plus régulières,les premières non
interrompues, sauf peut-être la première. .
Seine, Seine-et—Oise : Clamart, mars, Maisons-Laflitte; Seine-et-Marne : Fon-
tainebleau (GRANGÉR); Pas-de-Calais; Libercourt (CAvRo); Ain : Génieux (Bar-
TINGEK).
Suisse; Belgique; Allemagne; Suède.

104 HYMÉNoP'rÈREs TENTHRÉDOIDES
3. Sciapteryx soror Korzow. — S. soror KoNoW, 1890 a, p. 12.
L. 8-10 mm. —- Ressemble à S. costalis, s’en distingue par les caractères
donnés au tableau; Korxow note en outre que la base du lobe médian du
mésonotum est plus large que les côtés, tandis que chez costalis ces trois
lignes forment un triangle isooèle.
Seine : Maisons-Alfort (d’après Koivow, ex. de la coll. Purorz).
Espagne : Asturies. `
Gen. TENTHRED0 L1NNÉ, 1758
· ' Génotype T. scrophulariae L. 1758
(= Allantus, = Tcnthredo auct., = Tenthrcdclla Ronwmi, Erxsrm (1).
Forme normale des Tenthrèdes; taille moyenne ou assez grande : de
8 à 15 mm. de longueur; antennes de 9 articles, aussi longues ou plus lon-
gues que tête et thorax réunis, sétiformes ou filiformes; corps allongé,
abdomen à. côtés parallèles chez les mâles, souvent un peu élargi chez les
femelles; cellule anale avec une petite nervure transversale; en général
corps noir avec des bandes jaunes, parfois entièrement noir. Ce genre est
l’un des plus abondamment représentés en individus, dans nos pays.
Biologie. —- Larves sur les feuilles des arbustes ou des plantes herbacées (2).
' Distribution. — Toute la région holarctique, y compris 1’Afrique du Nord;
Asie tropicale.
TABLEAU DES ESPÈCES
1. Antennes entièrement jaunes, ou rougeâtre clair, au plus
` le 1" article taché de brun ............................... 2.
— Antennes entièrement noires, ou noires avec quelques articles
blancs, ou encore la face inférieure blanche ................. 6.
2. Abdomen rougeâtre en majeure partie, les derniers segments noirs
(fig. 115), parfois seulement le dernier; face dorsale du thorax
rougeâtre, avec des taches noirâtres sur le mésonotum; antennes
longues, dépassant le bord postérieur du thorax; assez commun.
....................·.................... . (P. 109), 83«II1p8SÉI'lS.
(1) Pour Linus (1758) toutes les Tenthrèdes appartenaient au genre Tentkredo, sauf les
, Siricides, qui étaient d’abord des Ichneumon, plus tard des Sirex. La définition de Ten-
thredo dans son sens actuel a été l’objet de nombreuses interprétations, d’où il résulterait
une situation fort embrouillée si Ross (1937, p. 104) n’avait mis tout le monde d’accord en
faisant remarquer que LA·1·nmLLE, en 1810, a fixé le genre Tenthredo sans contestation
possible par la désignation comme type de T. sarcphulariae L.
Le genre Allantus de J unimz, qui comprend scrophulariae, tombe en synonymie de Ten-
thredo, dont il est d’ailleu1·s à peine distinct.
Le genre Tenzhredo doit donc être considéré comme la réunion de Tenzhredo et Allantus
tels qu’ils étaient admis par de nombreux auteurs : Ed. Arznmê, DALLA Tonus, J. ma: GAULLE,
etc...); par rapport à1’ouvrage classique de Enstm, 1912-1918, il comprend les deux genres
Tenzhredella Ronwnn et Tenzhredo L.
(2) L’éthologîe des Tenzhredo est peu connue, ce qui est assez surprenant; tout semble
indiquer d’ailleurs qu’elle est des plus uniformes.

rnmnnsno 105
— Abdomen noir avec des bandes jaunes transversales, parfois
assez développées pour occuper à peu près toute la face dorsale,
mais en général les premiers tergites entièrement noirs; thorax,
avec au plus pronotum, scutellum ou postscutellum jaunes;
antennes courtes, atteignant à peine le bord postérieur du thorax.
. ............................................... , ......... 3.
3. Ailes avec une bande brune dans la zone de la cellule radiale
(fig. 111); tête non élargie en arrière des yeux. Très commun.
...................................... . (p. 110), scrophulariac.
—— Ailes teintées de jaune, mais sans bande brune : tête élargie
derrière les yeux, parfois fortement ....................... 4.
4. Clypéus, labre et mandibules noirs. Rare .... (p. 111), merîdiana.
— Clypéus, labre et mandibules jaune vif ..................... 5.
5. Antennes rougeâtres, courtes, dépassant à peine les tegulae;
pas de tache blanche sur les métapleures. Très rare ..........
.......................................... . (p. 111), excellens.
—— Antennes jaune pâle, 1’apex plus foncé, longues, dépassant en `
arrière les tegulae; une tache blanche sur les métapleures (Q).
Commun. ................................ (p. 112), vespîformis.
6. Antennes entièrement noires, au plus le 1°f article, ou les deux
premiers jaunes, ........................................... 7.
— Antennes noires, mais aussi en partie blanches, soit aux derniers
articles, soit à la face inférieure ................... . ...... 39.
7. Tête élargie en arrière des yeux, la ligne des tempes nettement
avancée latéralement par rapport à celle des yeux (fig. 116) ...... 8.
—— Tête non élargie en arrière des yeux, les côtés des tempes sur
Palignement de ceux des yeux, ou à peu près ............... 10.
8. Ailes sombres, les antérieures fortement enfumées, presque noires,
opaques, avec des reflets violacés; abdomen noir, avec, en général,
une seule bande jaune (fig. 117) ............. (p. 113), vidua.
— Ailes antérieures au plus teintées de jaune; abdomen avec une
bande jaune, mais souvent deux, et même davantage ......... 9.
9. Pilosité de la tête blanchâtre; abdomen (Q) avec le plus souvent
une seule bande jaune, rarement deux (fig. 118).. (p. 114), rossli.
—- Pilosité de la tête brune; abdomen (Q) avec plusieurs bandes
jaunes (fig. 119). Rare ........................ (p. 114), steckl.
10. Abdomen entièrement noir, au moins dorsalement (chez mesomelas
Q, souvent une très mince bande blanchâtre au bord postérieur
de chaque tergite, cette bande plus large chez le çjf, fig. 120, 121). . 11 .
- Abdomen jamais entièrement noir sur le dos .............. 15.
11. Ventre blanchâtre; scutellum et pronotum blancs. Commun...
.................................. (p. 115), mesomelas, Q.
—- Ventre noir; scutellum noir ......... . ................. . .... 12.

106 nYMÉNoP'rÈnEs rnurnarinornns
12. Toutes les hanches rouges. Rare ......... (p. 118), rubricoxis.
—— Hanches noires, ou noires et blanches ................... 13.
13. Pas de tache blanche de chaque coté du 16* tergite abdominal.
Commun .................................. (p. 116), atra, Q.
— Une tache blanche de chaque côté du 16* tergite abdominal .... 14.
14. Pattes Ill entièrement noires ........... (p. 116), mandibularîs.
——— Pattes III presque entièrement rougeàtres. (p. 117), proccra, Q.
15. Abdomen rouge au milieu sur une plus ou moins grande largeur,
noir aux deux extrémités; parfois les derniers tergites jaune
et rouge .................................................. 16.
— Abdomen noir, avec une, deux, ou plusieurs bandes jaune vif
sur les tergites, jamais avec des parties rouges ................ 22.
16. Les tergites médians avec une bande rouge, les suivants avec
une bande jaune .......................................... 17.
— Abdomen rouge au milieu, sans parties jaunes ............... 18.
17. Les 36 à 56 tergites et les 26 à 56 sternites rougeâtres; plaque sous-
génitale en partie jaune, mésopleures souvent tachées de jaune
...................................... . (p. 117), flaveola, 5*.
— Tergites à partir du 36 rougeâtres, mais en partie jaune-brunâtre;
face ventrale presque entièrement noire, seule Pextrémité jaune
................................... (p. 118), domîniqueî, 0*.
18 . Abdomen presque entièrement noir, au plus une étroite ligne longi-
tudinale rougeâtre au milieu; antennes très longues. Très rare.
.................................... . (p. 117), procera, Ci.
— Abdomen avec une large bande rouge au milieu, les deux extré-
mités noires .............................................. 19.
19. Thorax noir avec une tache blanche sur les métapleures ........ 20.
— Thorax entièrement noir, sans taches blanches .............. 21.
20. Hanches entièrement noires ................. (p. 119), monilîata.
—— Hanches en partie rougeâtres. Très rare. . (p. 119), scotîca. (1)
21. Angles du pronotum jaunes; pattes noires jusqu’aux genoux,
jaunes ensuite, ainsi que la face antérieure des fémurs I et II.
Rare ..................................... (p. 119), trabeata.
—- Pronotum entièrement noir; pattes rouges à partir des trochanters.
..................................... (p. 116), atra (5* et Q var.
22. Partie supérieure de la tête lisse, brillante, sans ponctuation,
celle-ci au plus à la partie antérieure du vertex (fig. 122) ...... 23.
-—— Partie supérieure de la tête toujours plus ou moins ponctuée;
parfois ponctuation très forte, dans ce cas le dessus de la tête est
mat; la ponctuation peut être moins serrée, la tête restant bril-
lante entre les points (fig. 123) ............................ 31.
(1) Ici se placerait Tenthredo semseyi Mosc., voir p. 136.

rsmrnnsno 107
23. Abdomen=avec des bandes tergales jaunes occupant au moins la
moitié postérieure, les premières interrompues au milieu (fig. 124,
125) ............ . ...... 7 ................................. 24.
- Abdomen de coloration différente, les plus fortes des bandes
sont, en général, au milieu (fig. 126, 127) .................. 25.
24. Bandes tergales étroites, celles des 5° et 6** tergites interrompues
(fig. 124) ............................... (p. 117), flaveola, Q.
— Bandes jaunes plus larges, celles des 38 et 4° tergites seulement
interrompues ......................... (p. 118), dominlquef, Q.
25. Premier tergite abdominal entièrement noir, sauf parfois le bord
postérieur; 1*** article des antennes noir .................... 26.
- Premier tergite abdominal plus ou moins taché de jaune, souvent
jaune en entier; 1*** article des antennes jaune ............... 29.
26. Scutellum et tegulae jaunes .............................. 27.
-— Scutellum et tegulae noirs. .................................. 28.
27. Abdomen noir avec une bande jaune sur chaque tergite (fig. 120);
face ventrale blanche, y compris le thorax. Commun ......... ‘
..................................... (p. 115), mesomelas, 5*.
- Abdomen noir aux deux extrémités, avec une large bande jaune
au milieu (fig. 128, 129); thorax noir. Commun. (p. 120), maculata.
28. Abdomen avec une bande jaune sur le 3*1 tergite, le 46 n’ayant
qu’une tache jaune sur les côtés, et le 5° une tache encore plus
faible (fig. 130); stigma entièrement noir. Commun (p. 121),
...................................................... temula.
·-- Abdomen avec une bande jaune sur le 5° tergite, parfois aussi
sur le 4**, mais dans les deux cas la bande les occupe en entier
(fig. 126); stigma noir, clair à la base; 8-10 mm. Rare .........
........................................ (p. 122), frauenfeldi.
29. Fémurs III entièrement jaunes, l’apex seul noir. 9 mm. Commun.
........................................... (p. 122), zonula. '
- Fémurs III presque entièrement noirs, seule la base jaune. Taille
toujours supérieure à 9,5 mm. ............................. 30.
30. Tegulae entièrement jaunes; 1" article des antennes le plus sou-
vent taché de noir. Hare ............. (p. 123), distinguenda.
-— Tegulae seulement bordés de jaune; 1" article des antennes
entièrement jaune. Assez commun ........... (p. 123), amoena.
31. Cellule radiale ombrée d’une forte bande brunâtre qui occupe
aussi en partie les cellules cubitales (fig. 131) ................. 32.
— Cellule radiale non plus foncée que le reste de l’aiIe (quelquefois
un peu chez T. omissa, mais dans ce cas l’ombre est beaucoup
moins forte) ............................................... 34.
32. Vertex ponctué, mais restant brillant entre les points ........
........................................ (p. 124), marginella.
- Vertex très fortement ponctué, mat ........................ 33.

108 HYMÉNOPTÈRES ·rEN·rr1nÉno1nEs
33. Métapleures tachées de jaune. 11-12 mm. Commun. (p. 125), Vespa.
- Métapleures entièrement noires. 8mm. Très rare. . . (p. 126), zona.
34. Mésopleures entièrement noires .............................. 35.
—·— Mésopleures avec une tache ou une bande jaunes, parfois très
petite ................................................... 37.
35. Clypéus et pièces buccales noirs ............. (p. 126), koehlerî.
-— Clypéus et pièces buccales jaunes ........................... 36.
36. Scutellum avec deux points jaunes, souvent fusionnés; en général
1*** article des antennes jaune., . (p. 127), omîss var. melanomelas.
—- Scutellum noir; 1*** article des antennes noir ...............
........................... (p. 128), schaefferî, var. algovensîs.
37. Ailes un peu teintées à l’apex, parfois assez pour constituer une
bande sombre, mais celle-ci toujours bien moins nette que chez
T. vespa; dessins d’un jaune vif, la ou les bandes médianes de
l’abdomen larges. Assez commun ............. (p. 127), omîssa.
—— Ailes tout à fait transparentes; dessin d’un jaune moins vif, les
bandes abdominales en général assez étroites ................. 38.
38. Tegulae jaunes, ou au moins largement bordées de jaune. 8-11 mm.
Commun ................................... (p. 127), arcuata.
—— Tegulae noires, ou avec seulement Pindication d’une bordure
jaune. 10-13 mm. Commun ............... (p. 128), schaefferi.
39. Abdomen dorsalement noir en entier ....................... 40.
——— Abdomen jamais noir en entier, mais vert et noir, ou le plus sou-
vent, rouge et noir ........................................ 47.
40. Ailes fortement enfumées à Pextrémité; abdomen sans tache
blanche sur les côtés du 16* tergite. Commun . . (p. 129), albîcornîs.
—— Ailes teintées de jaune, mais jamais enfumées à Pextrémité; abdo-
men avec au moins une tache blanche sur les côtés de la partie
antérieure ................................................ 41 .
41. Côtés de Pabdomen marginés de blanc ...................... 42.
—— Une tache blanche de chaque côté sur le 19F tergite abdominal,
et le plus souvent une tache semblable sur la métapleure corres-
pondante ................................................. 43.
42. Scutellum noir; la bande blanche latérale de l’abdomen n’occupe
que les cinq (ou quatre) premiers tergites (fig. 135). Très rare.
............................................_ (p. 129), limbata.
— Scutellum blanc; la bande blanche occupe la totalité des côtés
de l’abdomen. Très rare (fig. 136) .... . ........ (p. 130), cunyi.
43. Scutellum blanc; pattes en grande partie noires. Assez commun.
.............................................. (p. 130), fagi.
—— Scutellum noir; pattes en grande partie noires, ou rougeâtres ..... 44.
44. Pattes, notamment les pattes III, en grande partie noires ...... 45.
— Pattes en grande partie rougeâtres. ........................ 46.

_ TENTHRED0 109
45. Clypéus noir, ou avec deux taches blanches. Rare ..............
......................................... (p. 131), bipunctula.
— Clypéus entièrement jaune. Rare .......... (p. 131), lichtwardtl.
46. Une tache blanche sur les métapleures, mais non sur le 1*** tergite. 54.
Rare .............. . ........................... (p. 131), velox.
—- Deux taches blanches, une sur les métapleures, une sur le côté
du 1€F tergite. Commun .............. (p. 134), livlda, var. dubla.
47. Corps verdâtre (vert sur le vivant), une bande médiane
longitudinale sur l’abdomen (fig. 134). Assez commun .......
........................................... (p. 132), olivacea.
—- Corps noir, abdomen rouge et noir .......................... 48. '
48. Tête fortement chagrinée, mate, à reflets bronzés; toute la partie
inférieure de la face blanche; abdomen presque en entier rouge.
Assez commun ........................... (p. 133), ferruginea.
-· Tête non ou à peine ponctuée, lisse sans reflets ............... 49.
49. Pas de tache blanche sur les côtés du thorax et de l’abdomen.
Très rare .................................. (p. 133), balteata.
— Une ou deux taches blanches sur les côtés ............. . .... 50.
50. Une tache blanche seulement sur les côtés ................. 51.
— Deux taches blanches sur les côtés ......................... 52.
51. Q'. Abdomen presque entièrement rougeâtre. .... (p. 130), Iagl, Q.
-- Q. Abdomen rouge au milieu, noir aux deux extrémités ......
................................ (p. 131), velox var. slmplex.
52. Abdomen rouge au milieu, noir aux deux extrémités ..........
........................................... (p. 134), solltarla.
— Abdomen noir dans les deux premiers segments, rouge ensuite,
l’extrémité apicale jamais noire ............................. 53.
53. Stigma de deux couleurs, Pextrémité brune, la base claire. Com-
mun ......................................... (p. 134), llvlda.
— Stigma brun uniforme, sans base claire. Rare ..... (p. 135), colon.
1. Tenthredo campestrls L. —- T. campestris L., 1758, p. 557; T. flava
Ed. Amana, 1879, p. 445; DALLA Tonus, 1894, p. 91; -— Tcnthredella
flavicornis ENsL1N, 1912, p. 62; — Tcnthrcdella campestris MALAISE et
BENSON, 1934; p. 6 (1).
[Syn. : T. flava Pons; T. flavicomis F.; T. umbellatarum Pxmz.; T.
poecilochroa Scan.]
L. 12-14 mm. — Fig. 115. — Tête noire, clypéus, labre, mandibules
sauf l’apex, blancs; antennes jaunes en entier; thorax noir, une tache
blanche sur les métapleures, face dorsale rougeâtre sombre mêlé de noir
(1) Synonymie établie par Matmss & Basson (1934) non d':-iprès le type de Luisa
qui n’a pas été retrouvé, mais d‘ap1·ès la description; il semble bien que le nom campestris
ne puisse étre attribué à un Tenzhredopsis comme on l’a fait jusqu’à présent, car cet insecte
a les pattes noires, au moins en partie, tandis que Liuuà écrit : pedibusque flavie.

110 nYMÉNo1>rÈm:s TENTHRÉDOIDES
en particulier sur les lobes latéraux du mésonotum; ailes teintées de jaune,
le tiers apical taché de gris, nervures brunes, costale et le stigma jaunes;
pattes noires jusqu’aux genoux, jaunes au delà, fémurs I jaunâtres dans
le tiers apîcal, II et III seulement àl’extrémité; abdomen jaune et rougeâtre
en avant jusqu’au delà du milieu, noir ensuite, quelquefois le dernier
segment seul noir, mais le plus souvent les trois ou quatre derniers segments
noirs. — Vertex et mésonotum brillants; antennes longues, dépassant
le bord postérieur du thorax.
var. lllt0lG0l'DlS F.; mésonotum entièrement noir.
var. temporalîs ENSLIN; tempes jaunes derrière les yeux.
Toute la France, sauf peut-être la région méditerranéenne.
Toute l’Europe. Angleterre (rare).
Biologie. - Sur Aegopodium padagraria. Larve, 24 mm. (Bmscnxn, 1883 b,
pl. 7, fig. 9), brun clair, avec sur le dos une ligne médiane brune et des taches
en losange brunes, l’angle antérieur de chacune couvrant en partie 1’angle posté-
rieur de la précédente; s’empupe dans un cocon de terre; imago de mai à août.
2. Tenthredo scrophulariae L. - T. scrophulariae L., 1758, p. 556; —
Allantus scrophulariae Ed. ANDRÉ, 1879, p. 394; DALLA Tonan, 1894,
p. 76; - Tenthredo scrophulariac ENSLIN, 1912, p. 81.
[Syn. : T. rzwtica Scnmmc, nec L.; T. flavipennis BRULLÉ]
\ §g`\~ J·4¢¢‘V*
"lëi dîê î/4}  
  ’‘`‘ . le z 2    
üywîné ¢\..g¤·~«qy
”É.····f  = *~ r·ï«
à .   t `‘ — ..
  * .
  [   }    ·»_ `
z`  
Fm. 111. —- Tenthredo scrophulariae, Q.
L. 11-15 mm. - Fig. 111. —— Tête noire, labre jaune, clypéus en tout
ou en partie jaune, souvent les côtés seulement, le milieu étant noir, tempes
avec une tache jaune allongée et mince derrière les yeux; antennes entiè-
rement jaune rougeâtre; thorax noir avec, de couleur blanc d’ivoire, le
bord postérieur du pronotum et une tache à l’angle inférieur au-dessus

rumrunsno 111
des hanches I, 1’angle supérieur des mésopleures, le scutellum et le post-
scutellum, une grosse tache aux métapleures; ailes légèrement teintées
de jaune, nervures et stigma rougeâtres, cellule radiale en grande partie
teintée de gris; pattes : hanches, trochanters et fémurs noirs, souvent
la face antérieure des fémurs I jaune, et parfois aussi des fémurs III chez
le mâle; tibias et tarses jaune rougeâtre; abdomen noir avec une large
bande jaune d’ivoire sur le 1"' tergite et du 46 au dernier, le 3° et rarement
le 2° avec une bande pareille, plus étroite et souvent interrompue; les
bandes dorsales passent sur les côtés et à la face inférieure. Téguments
de la tête.assez fortement ponctués·rugueux, mais restant un peu lisses,
ceux du thorax fortement ponctués, mésopleures chagrinés-mats, abdomen
finement ponctué. -—- (j' plaque sous-génitale noire, la pointe souvent
jaune.
Les var. joannis Pro, 6; repartltus Pic, d;m0l‘V8l1dlc\lS Pic, C5'; branensls
Pic, reposent sur de petites différences de couleur de l’abdomen.
Toute la France, rare dans le sud·est. CC.
Toute l’Europe. Asie Mineure.
Biologie. - Sur Scmphularia et Verbascum. Larve à 22 pattes, 22 mm. de
longueur; se tient enroulée à la face inférieure des feuilles; (Bmscnxs et Zm-
nson, 1883 b, pl. 7, fig. 3; Cxmznoir, I, pl. 1, fig. 2 a); de couleur grisâtre, la face
ventrale rose clair, sur le dos cinq rangées longitudinales de points noirs, plus
un point noir au-dessus de chaque patte, tête noire.
3. Tenthredo merldiana. LEPELEMER. — Tenthredo (Allantus) meridiana
LEP., 1823, p. 88; — Allantus meridianus Ed. ANDRÉ, 1879, p. 395; DALLA
Tonus, 1894, p. 73; -— Tenthredo meridiana ENSLIN, 1912, p. 82.
L. 12-14 mm. — Comme T. scrophulariae, mais tête entièrement noire
y compris labre, clypéus et mandibules; antennes jaune rougeâtre; thorax
noir, seuls le bord postérieur du pronotum et le scutellum tachés de jaune;
ailes teintées de jaune mais cellule radiale non grise, l’apex de l’aile parfois
un peu rembrunie; abdomen : chaque tergite avec une large bande jaune,
celle du 2° en général interrompue; sternites noirs. — Tête un peu élargie
derrière les yeux.
Charente : Saintes,avril; Puy—de-Dôme : Royat (var. graveroinei Pic); Hérault :
Montpellier; Basses-Alpes : Digne, juin; Pyrénées-Orientales :Banyuls—sur-Mer,
avril (F. BEnN.uu:•).
Espèce méridionale : Espagne; sud de l’Europe; Afrique du Nord (assez com-
mune en Algérie).
4. Tenthredo excellens Korzow. — Allantus excellens Kouow, 1886,
p. 17; — Tenthredo excellcns Ensum, 1912, p. 82 (1).
[Syn. : T. armulatus Kwc nec F.; Allantus persa Korzow]
(1) Komow a mis czcellens en synonymie de Allanzus annulazus Knuc, (1905, Genera
Insectorum), mais Eusnm l’a rétabli, amiulatus étant préoccupé.

112 HYMÉNOPTÈRES TENTHRÉDOIDES
L. 13-14 mm. -— Comme la précédente, c’est-à-dire ressemblant à scro-
phulariae; tête noire, mais labre et olypéus, et en tout cas base des mandi-
bules, jaunes; thorax noir, pronotum et scutellum tachés de jaune, parfois
une tache jaune au-dessus des hanches III; abdomen avec une bande
jaune sur chaque tergite, sauf le 29, où la bande est presque toujours réduite
à une tache de chaque côté. Tête encore plus élargie derrière les yeux.
_ Présence en France incertaine.
Hongrie; Caucase; Balkans; Asie Mineure; Perse.
_e11_ ,§:;_,_  A` et   à °  
· `    I  la I ·
É 116
112  
sg. o ¤ ,,..  
  <> 0   V 
  1 15 114
113 t
117 · 118 119 120 131
Fm. 112 à 121. — 112. Tête de Sciapteryx, vue de face. — 113. Tête de Ten-
thredo, vue de face..—— 114. Sciapteryx consobrina, abdomen. — 115. Ten-
zhredo campestris. ~—- 116. T. vidua, vue de dessus, montrant son élargissement
derrière les yeux. — 117. Id., abdomen. —- 118. T. rossii, idem. —- 119. T. stecki,
idem. - 120. T. mesomelas, Q, abdomen. — 121. Id., C5', abdomen.
5. Tenthredo vespiformls Scnnmx. — Tenthredo vespifarmis Sennmx,
1781, p. 329; —— Allantus vespiformis DALLA Tonnn, 1894, p. S1; — Tenthre-
della vespifcrmis Erzsmn, 1912, p. 66.
[Syn. : T. pallicornis F.; T. vespoides LEP.; T. bella LEP.; Allantus
theresae Pic]

rnnrnneno _ 113
L. 13-15 mm. - Q. Tête noire, clypéus, labre, mandibules (sauf l’apex)
jaunes; antennes jaunes, le 1°1' article plus ou moins noir; thorax noir,
pronotum, tegulae, scutellum jaunes, ainsi qu’une grosse tache sur les
métapleures; ailes légèrement teintées de jaune, nervures et stigma jaunes;
pattes noires jusqu’au genou, jamais au delà, souvent la face antérieure
des fémurs I et II plus ou moins jaune; abdomen noir avec une large bande
jaune sur chaque segment (fig. 133), celles des premiers tergites peuvent
être plus minces et la 1*9 n’occuper que la partie médiane du tergite. —
5* antennes jaune plus ou moins sale, les premiers articles noirs en dessus;
pas de tache jaune sur les métapleures; bandes jaunes occupant en entier
les segments III à V. — Tête ponctuée, presque mate; mésonotum mat;
antennes longues, atteignant le bord postérieur du thorax.
Les var. theresae Pxc (1), separata Pic, lmmaculata Pic, blmaculiventrls Pic,
reposent sur quelques différences de couleur des 2° et 3° tergites abdominaux;
Somme : Amiens; Eure : Evreux, mai, juin; Ardennes; Corrèze : Argentat;
Puy-de-Dôme : Royat; Savoie : Moutiers; Drôme :Nyons; Pyrénées-Orientales :
Vernet-les-Bains.
Europe centrale. Assez rare.
Nou. — Cette espèce a l’aspect de scrophulariae, mais ses antennes
sont plus longues, comme dans les fig. 141 et 140. _
6. Tenthredo vidua Rossi. — Tenthredo vidua Rossi, 1790, p. 26, pl. 3,
fig. 6; — Allantus viduus Ed. ANDRÉ, 1879, p. 371; DALLA Tonus, 1894,
p. 81; —— Tenthredo bifasciata ENsLm, 1912, p. 72.
[Syn. : T. cincta F.; Allantus rossii J unmn; T. sareptana Evans.]
L. 11-13 mm. — Entièrement noir, antennes noires, ailes très foncées
avec des reflets métalliques, nervures noires, la costale rougeâtre foncé;
pattes I et II entièrement noires, III noires avec les tibias jaunes, sauf
aux deux extrémités; abdomen noir brillant, une bande jaune sur le 3° ter-
gite, n’en occupant pas toute la hauteur (fig. 116). —— Vertex rugueux,
presque mat, avec quelques fines stries sur les côtés; mésopleures forte-
ment chagrinées, mates.
var. nlgritlblis Eivsnm; tibias III entièrement noirs.
var. catax Erzstm (atm Emsmm nec L.); corps entièrement noir.
var. arvernlca Pic, diversiventrls Pm, reductenotata Pic, reposent sur des
différences de couleur de l’abdomen.
Espèce méridionale : Corrèze : Argentat; Gironde : Bordeaux; Basses-Alpes,
Digne; Drôme : Nyons, Mont Ventoux; Hérault : Montpellier; Bouches-du-
Rhône : Marseille; Var: Callian, mai, juin, assez commun; la Ste-Baume. Pyré-
nées : Pyrénées—Orientales: Canigou; Ariège : Ax-les-Thermes; Haute-Garonne:
St—Béat, Vieille-Toulouse (Rinwr); Hautes-Pyrénées : Barèges, Gèdre, Complan,
Gavarnie (Zxvxrunr); Basses-Pyrénées : Eaux-Bonnes.
(1) Décrit d’abord comme espèce : Allantus theresae Pic, 1925, reconnu ensuite par l’au-
teur comme variété de vespiformis. ' ·
8

114 r1vMÉNoP*rÈnEs rmnrnnénoxnns
· Remonte peut-être jusqu’à Fontainebleau, 1 exemplaire pris par Fmor en 1897
si cette indication est exacte. CAMERON en cite une capture en Angleterre.
Espagne : Biscaye; Italie; Suisse; Europe centrale et méridionale, â l’est
remplacée par T. castata, espece très voisine.
Biologie. — D’aprèS RUDOW sur Aegopodium podagraria.
7. Tenthredo rossii PANzEn. ——- Allantus rossii PANzEn, 1805, p. 91,
pl. 15, non Jumrm; DALLA Tonnrz, 1894, p. 74; ENSLIN, 1912, p. 74; —-
Allantus tenulus Ed. ANDRÉ, 1879, p. 373, nec ScoPoLI.
[Syn. : Megalodontes vidua Srm.; T. zonata FALL.; T. bifasciata HAm·1c;
Allantus funereus PALMA; A. violaceipenes A. COSTA]
L. 11-13 mm. - Tête et antennes noires; thorax noir y compris les
tegulae, rarement les angles du pronotum jaunes; ailes fortement teintées
de jaune, avec parfois de légers reflets violacés, nervures jaune-rougeâtre,
ainsi que le stigma; pattes noires, les tibias jaunes de même que les tarses;
surtout II et III, parfois les tibias I jaunes seulement à la face antérieure (1);
abdomen noir brillant avec deux bandes jaunes sur les 36 et 4** tergites,
n’en occupant pas toute la hauteur, ces bandes rarement interrompues
(fig. 118). — Tête rugueuse, mésopleures chagrinées, mates.
var. soissa Kwo; une seule bande jaune, par suite de la disparition de celle
du 4** tergite.
var. obesa Mocs; des bandes jaunes plus ou moins nettes aux 49 et 56 tergites
(1 exempl. des Ardennes (Ptoiaor), 1 de l’Eure, Igoville (G.•.nr:AU DE KERVILLE).
Eure; Somme : Amiens; Ardennes; Aisne : Fère-en-Tardenois; Marne: Épernay
(Bnrriucnn); Seine-et-Marne : Lagny; Haute·Saône : Gray; Indre-et-Loire :
Perrusson (MÉoU1cNoN); Puy-de-Dôme : Royat; Ardèche : Aubenas (CLEU).
Commun dans les Alpes : Samoëns, jusqu’à 1.300 m., Chamonix, Mégève, Val-
louise, Grenohle, Simplon, Embrun, Annecy, Lautaret, Allos, La Chapelle-en-
Vercors (2).
Angleterre; Belgique; Suisse; Allemagne; Hongrie; Grèce; Russie; Turkestan;
Sibérie.
Biologie. - Sur Verbascum et Scrophularia (d’après Ronovv); larve : tête brun
rougeâtre, la moitié supérieure du corps jaune verdâtre, la face dorsale portant
une ligne de petits spinules bruns, les segments des triangles étroits à pointe
vers le bas; moitié inférieure jaune, les deux zones séparées par une ligne de
points bruns.
8. Tenthredo steeki KoNow. — Allantus stecki Korzow, 1888, p. 214,
215; -— Tenthredo stecki ENSLIN, 1912, p. 73.
L. 12-14 mm. — Q , tête et antennes noires; thorax noir, tégulae noires;
ailes légèrement jaunes, Pextrémité teintée de gris, nervures et stigma
jaunes, pattes noires jusqu’à Pextrémité des fémurs, tibias jaunes, l’apex
noir, tarses jaune plus foncé, l’apex des articles noirâtre; abdomen noir
(1) Un exemplaire de Royat (Pmmor leg.) à pattes entièrement noires.
(2) La répartition de cette espèce est tout à fait opposée à celle de la précédente, et en
quelque sorte complémentaire; elle ne se trouve pas dans la région méditerranéenne.

rnrzrnnsno 115
avec une large bande jaune, complète sur les tergites à partir du 3°, sou-
vent le dernier tergite noir (fig. 119). Tête ponctuée-rugueuse sur les côtés
du vertex; vues de dessus les tempes ont une forte pubescence courte,
brune, Pextrémité des·poils souvent plus claire; mésopleures fortement
ponctuées, mates; mésonotum ponctué, mais néanmoins un peu brillant. —
(5*, une bande jaune seulement sur les 3° et 4° tergites, rarement sur les
suivants.
var. mllliatl Pic, trlmarglnata Pre, quadrlmaculata Pic se distinguent par
quelques différences de couleur.
Alpes : Grande-Chartreuse (août 1936, Gnmcsn; Pic); Bourg d’Oisans (coll.
Perou —-» coll. Inst. Agronomique); Samoens, juillet 1943 (Vxnmnns).
Suisse; Tyrol.
9. Tenthredo mesomelas L. — Tenthredo mesomelas L., 1758, p. 557;
Ed. ANDRÉ, 1894, ps 460; — T. mesomelaena DALLA Tonus, 1894, p. 97; —
Tenthredella mesomclas Ensnm, 1912, p. 49.
·[Syn. : T. marginata Cumsr; T. viridis KLUG; T. mcsomelaena KoN0w;
T. interrupta KL.; T. scalaris TH.; T. cxplanata Runow]
L. 10-13 mm. — Tête noire, labre, clypéus, une partie des mandibules
et de la face jusqu’aux antennes, jaunes, joues jaunes, antennes noires;
thorax noir en dessus, pronotum, tegulae, scutellum postscutellum jaunes,
côtés et face ventrale jaune clair, le jaune des mésopleures coupé par une
étroite bande noire; ailes hyalines, nervures brunes, stigma brun; pattes
jaunes, une bande noire plus ou moins large à la face postérieure des fémurs
et tibias,tarses III noirs;abdomen noir dorsalement, chez la femelle (fig.120)
une mince bande claire au bord postérieur des tergites, cette bande plus
large chez le mâle (fig. 121); face ventrale jaune clair, parfois plus foncée
à l’apex. Tête et abdomen brillants; mésonotum finement chagriné, mat.
Nora. —- Les parties jaunes, surtout du thorax et de l’abdomen, sont
plus ou moins vertes sur le vivant.
Forme typique : antennes aussi longues (Q), ou plus longues (6) que tête
· et thorax.
var. mloccras Enstm; antennes plus courtes que tête et thorax.
vâr. mesopleuralls Enstm; mésopleures et mésosternum noirs en tout ou en
ar 1e.
P var. obsoleta. Kms (arczica Ta.); comme la précédente, mais antennes courtes.
var. atramentarla Enstm; scutellum et face dorsale de l’abdomen noirs.
var. Havoscutellans Pic, reductealba. Pic, medlorufescens Pic, sont de minimes
différences de couleur.
Toute la France, y compris les montagnes : Alpes, Massif central, Pyrénées, l
et la région méditerranéenne (Var: Callian). D’après ENsx.m les formes à antennes
courtes se trouveraient surtout dans les montagnes.
Toute l’Europe, y compris les iles Britanniques; Asie paléarctique; Japon,
Biologie. — Sur Polygonum pcrsîcaria, Arctium Zappa, Heracleum, Veronica,
Ranunculus. Larve (Bmscxxxs, 1883 b, pl. 7, fig. 10), gris ardoise avec, sur la

116 nYMÉNo1>rÈRÉs ·rEN·rnRÉDo1DEs
face dorsale de chaque segment, une tache en chevron noirâtre, et une tache
noire de chaque côté de celle-ci; tête noire. Knornen (1932) a montré que les
genitalia des (j' de mioceras ENSL. sont nettement différents de ceux de la forme
typique; mais il y a des intermédiaires. .
10. Tenthredo atm L. -— T. atra L., 1758, p. 557; Ed. ANDRÉ, 1879,
p. 440; DALLA ToRRE, 1894, p. 85; — Tenthredella atra ENSLIN, 1912,
p. 54.
[Syn. : T. ruyîpes PoDA; T. crassa Soma.; T. fascipes GMELIN; T. obscura
GM.; T. pavida FALLÉN; T. relicta LEP.; T. rejecla D. T.]
L. 9-12 mm. —— Q, tête noire, clypéus, labre, base des mandibules jaunes;
thorax noir, tegulae rougeâtres, Pextrémité de l’angle du pronotum parfois
blanchâtre; ailes hyalines, nervures brunes, stigma brun; pattes rougeâ-
tres, hanches et trochanters noirs ainsi que les tarses et l’apex des tibiaslll;
abdomen entièrement noir, métapleures et 1°? tergite abdominal sans
taches blanches. —- O" comme la Q , mais abdomen avec une bande rou-
geâtre occupant les segments III, IV, V, quelquefois aussi II et VI. ——
Antennes longues, dépassant Pextrémité du thorax; tête brillante sur
le Vertex, mésonotum chagriné, mat.
var. ignobilis Kwc; Q, milieu de l’abdomen rougeâtre comme chez le d,
apex des fémurs III noir. .
var. plebeja. Kwc; Q; milieu de l’abdomen rougeâtre comme chez le 6; apex
des fémurs III non noir.
' var. scopoliiLe1>. = (dispar KLUG), d Q, métapleures avec une tache blanche,
souvent bord postérieur du pronotum blanc.
var. nobilis Komow; Q , métapleures avec une tache blanche, en outre abdomen
rougeâtre au milieu.
Toute la France sauf peut·être le sud-est; commun dans les montagnes.
Toute l’Europe, y compris les îles Britanniques; Sibérie.
Biologie. —- Sur Lamium album, Menthe. Larve : 25-28 mm., tête en partie
noire, corps vert, la face dorsale avec des taches plus foncées, les plis portent
des verrues blanchâtres sur deux rangs par segment (Bniscnxrz, 1883 b, pl. 8,
fig. 2). »- Scie figurée par CAMERON, pl. 16, fig. 1 et 3, 17, fig. 1.
11. Tenthredo mandibularis F. — Tenthredo mandibalaris F., 1804,
p. 34; Ed. ANDRÉ, 1879, p. 440; DALLA TORRE, 1894, p. 97; — Tenthre-
della mandibalaris ENSLIN, 1912, p. 50.
[Syn. : T. rufipes GMELIN]
L. 13-14 mm. —- Tête entièrement noire y compris clypéus et antennes;
· labre brun foncé ou noirâtre; base des mandibules blanchâtre; ailes très
légèrement teintées de jaune; thorax entièrement noir, nervures et stigma
brun foncé, la costale plus claire; pattes I et II rouges sauf les hanches,
les trochanters, et la base des fémurs, qui sont noirs, pattes III entière-
ment noires; abdomen entièrement noir, une tache blanche de chaque
côté du 16* tergite. — Antennes très longues, repliées en arrière dépassant

rsmrnnnno 117
de beaucoup le bord postérieur du thorax; tête à peine ponctuée, brillante;
mésonotum finement ponctué, peu brillant.
Vosges : Gérardmer; Savoie : Moutiers, mont Cenis (Pic); Alpes-Maritimes :
St-Martin-Vésubie (Pic); Allier : Broût-Vernet (H. nu Buvssou); Puy-de-Dôme :
La Bourboule. .
Angleterre; Belgique; Allemagne; Suisse; Danemark; Suède. Rare.
Biologie. - Sur Petasîtes et Tussilago. Larve (Bmscnxs, 1883 b, pl. 7, fig. 2),
face dorsale grisâtre, ventrale plus claire, sur chaque segment, sauf le l", une
tache orangée; tête noire. _
12. Tenthredo procera. Kwo. — Tenthredo procera Knuo, 1814, p,, 207;
Ed. ANDRÉ, 1879, p. 441; DALLA Toune, 1894, p. 101; — Tenthredella
procera ENSLIN, 1912, p. 53.
L. 11-12 mm. - Tête noire', clypéus, labre et mandibules presque entiè-
rement blancs, l’extrémité de ces dernières rougeâtre, la pointe noire;
antennes noires, parfois un peu éclaircies à la base; thorax noir, tegulae
rougeàtres, ainsi que les angles du pronotum, une tache blanche sur les
métapleures; ailes hyalines, nervures brunes ainsi que le stigma, costale
rougeâtre; pattes rouges, hanches noires, trochanters noirs en partie,
extrémité des tibias III et tarses III noirâtres; abdomen entièrement
noir, une tache blanche de chaque côté du 1*** tergite, cette tache très
rapprochée de celle des métapleures. — çj', face dorsale de Pabdomen
pouvant être éclaircie, et rougeâtre, sur la ligne médiane.
Nom. — Cette espèce est très semblable à T. atra, et elle peut se con-
fondre avec T. atra var. scopolii, mais celle·ci a une tache sur les méta-
pleures, et non sur le 1" tergite abdominal.
Environs de Paris : Saint·Maur.
Europe centrale. Rare.
Biologie. — Sur Symphytum of/icinale et Petasites. Larve (Bmscrrxn, 1883 b.,
pl. 8, fig. 1), 20 mm., gris clair, le dos plus foncé, marbré de noir, avec une mince
ligne longitudinale très claire, tête noire; sur chaque segment une plaque cornée
blanche, de chaque côté, portant 3-4 pointes cornées, et derrière cette plaque
une série oblique de 4—6 pointes cornées isolées.
13. Tenthredo flaveola GMEMN. -— Tenthredo flaveola GMELIN, 1790; —-
Allantus flavipes Ed. Armnâ, 1879, p. 384; Allantus arcuatus (pars) DALLA
Tonus, 1894, p. 66; — Tenthredo flaveola ENSLIN, 1912, p. 76.
[Syn. : T. flavipes Gnorraox, 1785, nec Rnrzws 1783; T. rubiginosa
GMEMN; T. dispar KL.; T. gram LEP.; Allantus rufocingulatus Tison-
ssm; A. orientalis Knxncmz.]
L. 10-11 mm. —- Tête noire, clypéus et labre jaunes, antennes noires,
les deux premiers articles jaunes; thorax noir, le pronotum jaune au bord
postérieur et, largement, aux angles, tegulae jaunes, mésopleures jaunes
en majeure partie; scutellum parfois taché de jaune; ailes légèrement

118 HYMÉNOPTÈRES rnmnsiênornms
jaunes, nervures jaunes, stigma jaune, plus foncé sur le bord costal; pattes
jaunes, hanches noires en partie, 1’apex des tarses et tibias souvent tché
de noir, ainsi que la base des fémurs III; abdomen noir (fig. 124), le 16* ter-
gite blanc-jaunâtre, les suivants avec une tache marginale jaune et à
partir du 76, ou plus rarement du 66, une bande jaune entière, assez mince.
——- 6* comme la femelle, mais les mésopleures souvent tachées de jaune,
les premiers tergites noirs, 36 à 56'avec une bande rougeâtre, les derniers
avec une bande jaune; les 26 à 56 sternites plus ou moins rougeâtres, plaque
sous-génitale·jaune en tout ou en partie.
Haute-Saône : Gray; Morvan (P1c);Basses-Alpes : Serres; Pyrénées-Orientales:
Banyuls-sur-Mer (BEMAND).
Angleterre; Belgique; Suisse; Allemagne; Hongrie; Asie Mineure.
Biologie. —-· Sur Bupleuvrum falcatum (KAL'r1·:NB.A.cH), aussi Brassica nigra
et Sinapis alba (Cunrxs et Smrn); larve : corps vert, la tête jaune rougeâtre,
une grosse tache noire à la base de chaque patte, et une petite au-dessus (CAME-
non, I, pl. 1, fig. 8).
14. Tenthredo dcminiquei Konow. ——— Allantus dominiquei Konow,
1894, p. 284; -— Tenthredo dominiquei ENSLIN, 1812, p. 76.
L. 12 mm. -—— Espèce très voisine de la précédente (flavecla), mais chez
la femelle les bandes jaunes de l’abdomen sont entières à partir de la 56
et plus larges, les 76 et 86 tergites sont entièrement jaunes; chez le mâle
les tergites ont, à partir du 36, une large bande jaune brunâtre; face ven-
trale noire sauf Pextrémité qui est entièrement jaune.
Loire-Inférieure : Thouaré (type); Somme : Amiens; Ardennes : Rethel;
Allier; Charente : Saintes; Corrèze : Argentat; Aveyron; Gironde : Bordeaux;
Pyrénées-Orientales (Pic).
Europe méridionale; Belgique.
Biologie. - Sur Sinapis arvensis (d’après ENSLIN)·
15. Tenthredo rubricoxis ENSLIN. — Tenthredo rubricoxis ENs1.1N,
1912, p. 52.
[Syn. : T. rufipcs KLUG, 1814, nec L. 1758.]
L. 12-14 mm. — Tête noire, clypéus, labre et base des mandibules blancs;
antennes noires; thorax noir, le bord postérieur du pronotum blanc, ainsi
qu’une tache sur les métapleures; ailes hyalines, nervures et stigma noirs,
la costale parfois rougeâtre; abdomen noir brillant; toutes les hanches
rouges, ainsi que le reste des pattes, sauf Pextrémité des tibias III qui est
noire, ainsi que les tarses III. Partie supérieure de la tête finement ponctuée,
brillante, mésonotum finement et densément ponctué.
Eure : Évreux; Isère ; massif de la Chartreuse (Pic).
Europe centrale. ·
Biologie. — Sur Senecio silvaticus et nemoralis (STEIN, 1885); larve à 22 pattes,
entièrement vert clair; troublée, elle s’enroule et se laisse tomber à terre, émet
de la bouche un liquide brunâtre (d’après Enstm).

raurnnsno · ' 119
16. Tenthredo moniliata KLUG. — Tenthredo moniliata KLUG, 1814,
p. 205; Ed. ANDRÉ, 1879, p. 458; DALLA Tomas, 1894, p. 99; — Tenthre-
della moniliata Ensmu, 1912, p. 57.
[Syn. : T. poecila Evans.; T. poecilopus Mocs.]
L. 10-12 mm. — Q tête noire, clypéus, labre, mandibules sauf l’apex,
jaunes, joues jaunes; antennes noires; thorax noir, bord postérieur du
pronotum jaune, tegulae rougeâtres, une tache blanche sur les méta-
pleures; nervures brunes, costale rougeâtre, stîgma brun foncé; pattes
rougeàtres, hanches, trochanters et extrémité des fémurs et tibias III
noire, genoux des pattes I tachés de jaune; abdomen noir, une tache blanche
de chaque côté du 1°¥ tergite, un anneau rougeâtre au milieu, occupant
les 3**, 4°, 5° segments. -— 5* mésosternum rouge, mésopleures noires, rouges
et blanches (d’après Erzsnm). —-Tête peu ponctuée, presque lisse, mésonotum
mat. Antennes fines, assez longues, dépassant le bord postérieur du thorax.
var. Ilavllabris Gmm. (= lachlaniana CAM.), Q, tegulae blanches fémurs III
entièrement noirs ainsi que Pextrémité des tibias III et les tarses III en partie
Haute-Saône : Ronchamp (Pxc); Puy-de-Dôme : Royat (Pic); Haute-Savoie :
Abondance (Pic); Savoie : Moutiers; Hautes·Alpes : Vallouise; La Grave, juin
(Cnaérisra.)
Toute l’Europe, y compris les îles Britanniques; Sibérie.
Biologie. -—- Sur Heracleum, aussi sur Menyanthes trifoliaza.
17. Tenthredo scotica Csmnnorz. —-·' Tenthredo scotica CAMEaoN, 1882, ·
p. 193; DALLA Tomas, 1894, p. 104; — Tenthredella scotica Erzsnm, 1912,
p. 55.
Q, noire, clypéus, labre, une ligne autour de la partie inférieure des
yeux, blancs; deux taches blanches au-dessus des hanches III, ainsi que
les 3/4 apicaux.de la face inférieure des hanches I, et une tache irrégulière
à Pextrémité des hanches II et III; pattes jaune pâle excepté l’apex des
tibias III et les tarses, qui sont fauve foncé; ailes presque hyalines, costale
rouge sombre, stîgma noir.
Angleterre; toute l’Europe, d’après Eustm, mais rare.
18. Tenthredo trabeata Kwc. - Tenthredo trabeata Knuo, 1814, p. 204;
Ed. Amana, 1879, p. 458; —- Allantus trabeatus DALLA Tomas, 1894, p. 79;
—- Tenthrcdella trabeata Ensnm, 1912, p. 56.
[Syn. : T..palustris KLUG]
L. 11-13 mm. — Tête noire, clypéus,labre et mandibules sauf l’apex,
jaunes; antennes noires; thorax noir, bord postérieur du pronotum jaune,
tegulae généralement noires; métapleures entièrement noires; ailes hya-
lines, nervures brunes, stîgma noir; pattes noires jusqu’aux genoux, sou-
vent une tache jaune à la partie antero-apicale des fémurs I et II; tibias Ill
jaunes sauf aux deux extrémités, où ils sont noirs; tarses jaunes, tachés
de noir à l’apex des articles; abdomen noir, un anneau rouge médian occu-

120 r1YMÉNoP·rÈnEs ·rEN·rHnÉnomEs
pant les 3**; 48 segments, et le 5** en partie. —- Antennes iines, assez longues,
dépassant en arrière les tegulae, mais atteignant à peine le bord postérieur
du thorax.
Vosges; Basses-Alpes : Serres; Isère : Grande-Chartreuse (Pre), Chartreuse de
Durbon; Puy-de-Dôme : La Bourboule, Royat (Pic).
Europe centrale, surtout dans les montagnes.
ï É · ··*#=;2  ` >;.~.·, e. 4
         
    MZ -'`'i‘   '  
*1/Ã "’ "     'J 
., » · p ;.§}*· 4    
·î2s?;e‘î*"‘   i
122 . tat 123
*24 125 *26 121
128 129 1.30 132
122. T. amoena tête Vue de dessus. — 123. T. vespa, idem. -—- 124. T. flaveola,
abdomen. - 125. T. dominiquei, idem. — 126. T. frauenfeldi, idem. —
127. T. distingucnda, idem. — 128. T. maculam, Q, idem. ——- 129. T. macu-
lata, d, idem. ~—— 130. T. temula, idem. — 131. T. vcspa, aile. —- 132. T. vcspa,
6, abdomen.
_ 19. Tenthredo maculata. GEOFFROY. —— Tenthredo maculata GEGFFROY,
1785, p. 365; Ed. Annmâ, 1879, p. 459; —- Allcmtus maculatus DALLA
Tonmz, 1894, p. 71; ——— Tenthrcdella maculata ENSLIN, 1912, p. 46.

_ rsrrrnnsno 121·
[Syn. : T. imijasciata GEOFF.; T. zonata Pz.; T. equestris Pz.; T. lati-
zomz LEP.]
L. 12·14 mm. — Tête noire, clypéus, labre et base des mandibules jaunes;
antennes entièrement noires; thorax noir, angles du pronotum, tegulae,
scutellum et le plus souvent une tache sur les métapleures, jaunes; ailes
hyalines, nervures et stigma bruns, costale jaune rougeâtre sauf à l’extré-
mité qui est noire; pattes noires jusqu’aux genoux, jaunes au delà, l’apex
des tibias noir, la face antérieure des fémurs l, les hanches et trochanters I
souvent jaunes, parfois aussi des fémurs II; abdomen noir, avec un anneau
jaune au milieu, occupant, chez la femelle les 4° et 5° tergites et sternites,
ainsi que les deux derniers (fig. 128); chez le 0* l’abdomen est presque
entièrement jaune, à. l’exception des extrémités. - Tête rétrécie derrière
les yeux chez le mâle, non chez la femelle, rugueuse en avant, lisse sur
le vertex; mésonotum finement ponctué.
var. atrlcollarls Eusnm; pronotum, tegulae, métapleures, noirs.
Les var. medlohlnotata Pic, atroapicalis Pic, qulttardl Pic se distinguent par `
des différences de coloration des tergites abdominaux.
Seine, Seine—et-Oise : Vincennes, Maisons-Laffitte; Seine-et·Marne : Montereau;
Somme : Amiens; Ardennes : Sedan; Allier : Broùt-Vernet;Puy-de·Dôme,
Royat; Tarn : Caucalières (Rrnwr); Haute-Garonne : Saint-Béat, avri1·mai
(Rxnxur). Probablement toute la France sauf le sud-est.
Angleterre; Belgique; Suisse; Allemagne; Hongrie; Italie; Russie.
20. Tenthredo temula Scorou. — Tenthrcdo temula SCOPOLI, 1763,
p. 277, pl. 39, f. 725; T. bicincta Ed. ANnnÉ, 1879, p. 442; — Allantus
temulus DALLA Tomas, 1894, p. 78; — Tcnthredclla temula Ensnm, 1912,
p. 51.
[Syn. : T. bicincta L.; T. semicincta Scun.; T. amoemz MARQUET; T.
cincta Pz.; T. vaga KL.] `
L. 12 mm. —— Q. Tête noire, clypéus, labre et base des mandibules
jaunes; thorax noir, les tegulae parfois avec une petite bordure jaune;
ailes très légèrement teintées de jaune, nervures brunes, costale rougeâtre,
stigma noir; pattes jaunes, hanches noires, fémurs III noirs presque en
entier, I et II sur la face postérieure, extrémité des tibias III noire; abdo-
men (fig. 130) noir, le 3° tergite jaune en entier, le 4° jaune sur les côtés,
parfois aussi le 5°; 8° et 9° tergites plus ou moins jaunes. — 5* comme
la femelle, mais face ventrale jaune au thorax et à l’abdomen, joues jaunes';
pattes III, face dorsale des fémurs, tibias et tarses noirs. — 5'Q, tête
et mésonotum brillants; antennes assez courtes, dépassant de peu les
tegulae.
var. uberlor Emsnm; le 4* tergite entièrement jaune. .
Toute la France, sauf peut-être le sud-est.
Toute l’Europe : Angleterre; Scandinavie; Danemark; Allemagne; Hollande;
Hongrie; Suisse; Russie; Sibérie.

122 1»1YMÉN0I>'1·ÉREs TENTHRÉDOIDES
21. Tenthredo frauenfeldi GIRAUD. — Tenthredo (Allantus) frauen·
feldi GIRAUD, 1857, p. 181, pl. 4, fig. 3; —— Allantus frauenfeldi Ed. ANDRÉ,
1879, p. 379; DALLA T0RRE, 1894, p. 70; — Tenthredo frauenfeldi +
T. helvetica ENSLIN, 1912, p. 78. `
[Syn. : Allantus helveticus Konow, 1898]
L. 8-10 mm. -- Q , tête noire, labre et clypéus jaunes; antennes noires;
thorax noir, seulement une fine bordure jaune au côté postérieur du pro-
notum, tegulae noires; ailes hyalines, nervures brunes, costale plus claire,
stigma brun, la base plus claire; pattes jaunes, hanches, trochanters,
fémurs en grande partie noirs, notamment les fémurs III le plus souvent
noirs en entier, extrémité des tibias et tarses III noire, tarses III le plus
souvent noirs en entier; abdomen (fig. 126) noir, seulement le 56 tergite
jaune, face ventrale généralement 49, 56, 66 sternites jaunes. -—— 5* comme
la femelle, mais partie jaune du pronotum un peu plus développée, surtout
aux angles; face ventrale presque entièrement jaune, seuls les derniers
sternites pouvant être noirs, plaque sous-génitale jaune. — Tête assez
fortement ponctuée, mais vertex brillant.
var. gîraudl Enstm; 4** tergite jaune, comme le 5**, angles du pronotum jaunes
tegulae noires, mais bordées de jaune.
Basses-Alpes (coll. Vacmi.); Ardèche : Rochecombe, mai (DT CLEU).
Suisse; Carniole; Hongrie.
NOTA. —- Il n’y a pas de différence entre Pespèce de KoN0w, et celle
de GIRAUD dont les types sont au Muséum de Paris; en particulier la
différence de taille que Korzow indique n’existe pas, Pexemplaire figuré
par GIRAUD, et qui peut être considéré comme le type, mesure seulement
9 mm de longueur (l’espèce de KON0w a 7-8 mm), donc frauenfeldi n’est
pas double de taille. Les exemplaires de France appartiennent tous à la
var. giraudi, variété que GIRAUD connaissait. — L’espèce est très voisine
de zonula KLUG, mais le 1°1‘ article des antennes et le 1°1' tergite abdominal
sont noirs.
22. Tenthredo zonula KLUG. — Tenthredo (Allantus) zonula KLUG,
1814, p. 137; — Allantus zonula Ed. ANDRÉ, 1879, p. 399; — Allantus
fasciatus DALLA Tonus, 1894, p. 69; — Tenthredo zonula Emsnm, 1912,
p. 79.
[Syn. : T. fasciata Scor. nec L.; T. bifasciata GEOFFROY nec MULLER;
T. bicincta Cnmsr nec L.]
L. 9-10 mm. — Q (fig. 139), tête noire, clypéus et labre jaune clair,
antennes noires, 1er article jaune; thorax noir, bord postérieur et angles
du pronotum, ainsi que les tegulae, jaunes; ailes hyalines, nervures brunes,
costale jaunâtre au moins à sa base, stigma jaune à la base, brun foncé
dans la moitié apicale; pattes jaunes, les hanches noires, l’extrémité des
tibias III et des fémurs III, des tibias II ainsi que les tarses III, sauf la

` rsurnanno 123
base du métatarse, noirs; abdomen noir, les 1°1', 58, 8° et 96 tergites jaunes,
la bande du 5° tergite, plus large que les autres, s’étend au 5** sternite. —
Téguments lisses, brillants, avec au plus une très fine ponctuation sur les
côtés de la tête et sur le mésonotum. -— 6* comme la femelle, souvent
une tache aux métapleures; face ventrale entièrement jaune, sauf les
deux extrémités; face dorsale noire, seulement la moitié du 1°1` tergite,
et le 5° en entier, jaunes; extrémité des tibias III plus largement noire,
tarses III noirs en entier. _
_ var. blzonula Ensnm; 4° et 5° tergites abdominaux jaunes, scutellum souvent
jaune.
Toute la France; commun partout sauf dans la région méditerranéenne.
Toute 1’Eur0pe; Asie mineure; Afrique du nord.
Biologie. — Guzcnou (1911) a obtenu cette espèce de larves vivant sur le l
Millepertuis. Larve décrite par Srnm (1929).
23. Tenthredo dlstinguenda Srmn. - Allantus distingucndus R. v. Srmrx,
1885, p. 117; DALLA Tonus, 1894, p. 68; — Tenthrcdo distinguenda ENsL1N,
1912, p. 79.
[Syn. : Allantus zonq C. G. Tr1oMsoN nec Kwc.] ·
L. 9 mm. —— Q tête noire, labre et clypéus jaunes; antennes noires,
le 1€¤' article jaune, souvent taché de noir, en particulier sur la face supé-
rieure; thorax noir, les angles du pronotum avec une tache jaune; ailes
hyalines, nervures brunes, stîgma brun, plus clair à la base; pattes : hanches
noires, trochanters jaunes, fémurs noirs sauf à la base, fémurs II noirs
seulement au milieu, I noirs à la face postérieure; tibias jaunes, l’extrémité
brune, tarses jaunes, l’extrémité des articles jaune; abdomen noir, 1*-** ter-
gite jaune, 5° tergite jaune en entier, 7°, 8°, 9° avec une plus ou moins
forte bande jaune; face ventrale : 5** sternite avec une bande jaune
(fig. 127). — 6, 1*** tergite seulement en partie jaune, fémurs I et Il
jaunes, III noir dans sa moitié apicale, tibia III noir à l’apex. - Tête et
thorax lisses, brillants.
Seine-et-Oise : Maisons-Laffitte; Eure : Evreux; Savoie : Moutiers; Haute-
Garonne : Saint·Béat, Luchon (Rrmwr).
Toute l’Europe. Assez rare.
24. Tenthredo amoena Gaavnnnoasr. — T. amoena Gimv., 1807,
p. 252; Erzsnm, 1912, p. 80.]
[Syn. : T. cingulum KLUG; T. bicincta KL.; T. captiva LEP.]
L. 10-11 mm. - Q comme la précédente, mais 1*** article des antennes
entièrement jaune; tegulae noires, bordées de jaune; scutellum le plus
souvent avec une tache jaune; dessins jaunes de Pabdomen (fig. 137)
comme ci-dessus.
var. lnversa A. Cosn; 3* et 4• tergites abdominaux avec bande jaune plus
ou moins développée, parfois limitée aux côtés.

124 HYMÉNOPTÈRES TENTHRÉDOIDES
Les var. lateniger, seminiger, breveniger, lateluteus, dîgonîensîs, medîomae
culatus, multiluteus Pic et la ssp. sabandus Pm se distinguent par une plus ou
moins grande extension de la couleur jaune de l’abd0men.
Seine, Seine-et-Oise : Paris, Maisons-Laffitte; Seine-et-Marne : Melun, Mon-
tereau; Seine-Inférieure : Etretat; Eure : Évreux, Pont-de-l’Arche, août; Saône-
et-Loire : Digoin (Pic); Ardèche : Aubenas (D' CLEU); Hautes-Alpes : Vallouise
(D' GIRAUD); Pyrénées-Orientales : Vernet-les-Bains; Haut-Garonne : Saint-
Béat, Luchon (RIDAUT); Hautes-Pyrénées : Barèges, Gèdre, Aragnouet.
Europe centrale et méridionale.
Pa1'&Sîte· -— Pammachus lortipes GRAY.
25. Tenthredo marginella F. — T. marginella F., 1793, p. 117;- Allantus .
succinctus Ed. ANDRÉ, 1879, p. 401; — A. marginellus DALLA TORP.E,
· 1894, p. 72; — T. marginella ENsL1N, 1912, p. 85.
[Syn. : T. bicincta F.; T. sigma SGHR.; T. scrophulariac PANZ. nec L.;
    a ry 1 . . 1.
/ \Ñ_ ` ‘ · \     `     Yâïzï, ·‘
[ ol`:     J iî ’·   F `·
  r x; [ 4/X - «  
_ ài., A \, - V'
 ~*   ` .. Iii
  · JNÃ'_ÃÉ.,»\ Ã i
'--* arg! [ I
î H J . 1
* î/W  
‘** î iv]
'E." W7
__ __ ___\ \I
*33 "=·" 134
î
139
137 136 138
133. T. vespiformis, Q, abdomen, idem. — 134. T. olivacca, Q, idem. —
135. T. limbata abdomen vu de côté. - 136. T. cunyi, abdomen vu de côté.
—- 137. T. amoena, abdomen.- 138. T. arcuata, idem. — 139. T. zonula, idem.
T. succincta LEP.; Allcmtus decipiens FGRSTER; A. 5—cinctus GxMM.; A.
thomsoni CURTIS; A. heraclei RUDOw]

TENTHREDO 125
L. 9-12 mm. —- Tête noire, clypéus jaune, ainsi que la base des mandi- .
bules; antennes noires, le 1°1' article jaune; thorax noir, les angles du pro-
notum largement jaunes, une tache jaune aux propleures et aux méta-
pleures, souvent aussi aux mésopleures, scutellum avec une tache jaune
parfois divisée en deux; ailes légèrement teintées de jaune, nervures brun
clair, stigma et costale jaune clair, région de la radiale légèrement ombrée;
pattes jaunes, hanches en tout ou en partie, fémurs noirs, sauf aux deux
extrémités qui sont jaunes, souvent la face antérieure des fémurs I jaune,
‘ tarses bruns ou noirs (çï); abdomen noir, une bande jaune sur les 1***,
4° et 5° tergites, celle du 5° souvent interrompue, une tache médiane
jaune sur le 7° tergite, les 8** et 9° en entier jaunes, le 6° tergite peut avoir
deux taches jaunes latérales plus ou moins développées, et même, rarement,.
une bande complète; face ventrale entièrement noire. - Tête assez forte-
ment ponctuée, toutefois le vertex reste un peu brillant; mésonotum
ponctué, mat.
var. nigrlot Exwstm, mésopleures sans taches jaunes.
Toute la France, y compris le Sud-Est.
Toute l’Europe; Asie occidentale.
Biologie. — Sur Mentha, Lycopus, Plantage, etc. Larve grisâtre, les côtés
plus clairs, tête noire; sur chaque segment, et de chaque côté, une grosse tache
jaune, ce1le·ci accompagnée d’une tache noire en dessus et en dessous, en outre
une tache noire allongée sur chaque patte.
26. Tenthredo vespa RE·rz1us.—- T. vespa Rsrz., 1783, p. 72;- Allantus
tricinctus Ed. ANDRÉ, 1879, p. 388; A. vespa DALLA Tonus, 1894, p. 80; --
Tenthrcdo vespa ENSLIN, 1912, p. 84.
[Syn. : T. rustica Grzorxmov; T. multifasciata Gsorraoï; T. tricincta
F.; T. sexannulata Soma.; T. quadricincta FALLÉN; T. vespiformis LEP.; ·
Allantus multicinctus Ruuow; A. nigrilabris Fmv.] ·
L. 11-12 mm. —- Tête noire, clypéus jaune en entier, ou en majeure
partie, labre noir avec une tache jaune plus ou moins développée, souvent
très petite; antennes noires, le 19* article rougeâtre ou jaune, parfois aussi
le 2** et même la base du 3° (les antennes peuvent être entièrement noires,
en particulier chez le mâle); thorax noir, le bord postérieur du pronotum ,
étroitement jaune, tegulae jaunes ou rougeâtres, avec une petite tache
noire; une tache jaune sur les métapleures et même sur les propleures,
scutellum avec une bande jaune plus ou moins développée; ailes hyalines,
nervures et stigma rougeâtres, une bande brune le long du bord antérieur,
· ` surtout large et foncée au niveau de la cellule radiale (fig. 131); pattes :
hanches noires, trochanters jaunes, le reste presque entièrement jaune,
les fémurs noirs en partie; abdomen (fig. 132) noir, avec une bande jaune
sur le 1" et les 4**, 5**, 7**, 8°, 98 tergites, très souvent le 6° tergite aussi,
mais sa bande peut être plus mince, parfois le 3** tergite en porte une aussi,
les derniers segments sont souvent entièrement jaunes, et la face dorsale
e

126 HYMÉNOP·rÈnEs TENTHRÉDOIDES
peut être jaune sur tous les segments; face ventrale : les 46 et 56 sternite
avec une bande jaune. -— Tête fortement chagrinée (fig. 123), rugueuse,
mate; mésonotum et mésopleures très fortement ponctués, mats.
var. diverslcornis Pic, martialis Pic, royatensis Pic, ligeris Pic; vittosi Pic;
méquignoni Pic, monetierensis Pic; ces variétés sont basées sur de minimes
différences de couleur.
Toute la France, sauf peut-être le Sud-Est. CC.
Toute 1’Europe centrale et septentrionale; Sibérie.
Biologie. —-· Sur Vibumum, Fraxinus, Jasminum, Lonicera, Syringa, Ligus·
trum, Symphoricarpus racemosus; ronge le soir, le jour se tient enroulée sous
la feuille. Larve, 22 mm. (Bnrscnxu, 1883 b, pl. 7, fig. 4, et CAMERON, I, pl. 9,
fig. 4) 22 pattes, gris clair, tête noire, sur la face dorsale chaque segment a une
tache brune, en chevron à pointe en avant; elle est jaune après la dernière mue.
Parasite. —- Campoplex tesselatus Rrzn.
27. Tenthredo zona KLUG. - T. zone Kwo, 1814, p. 136; — Allantus
zona Ed. ANDRÉ, 1879, p. 406; DALLA Tonnu, 1894, p. 83; - Tenthredo
zona ENsL1N, 1912, p. 83.
[Syn. : A. quadricinctus THOMSGNQ A. apicimacula O. Cosm]
L. 8-10 mm. —— Tête noire, clypéus et labre noirs; antennes noires, les
deux premiers articles jaunes; thorax noir, les angles du pronotum jaunes,
tegulae jaunes; ailes hyalines, la région de la cellule radiale ombrée de
brun, nervures brun clair, stigma brun, la base plus claire; pattes jaunes,
hanches noires, fémurs noirs sauf à la base et à l’extrémité, extrémité
des tibias III rougeâtres chez la femelle, noire chez le mâle; abdomen noir,
le 16* tergite avec une bande jaune, le 56 entièrement jaune, les 66, 76, et
parfois 96 plus ou moins jaunes (Q ), rarement le 76 noir (5*), face ventrale :
56 sternite jaune. — Tête fortement ponctuée, rugueuse, mate; thorax
fortement ponctué, mat.
Aspect de T. vespa, mais taille plus faible et côtés du thorax sans taches
jaunes; au milieu de la face dorsale, le 56 tergite seul jaune; ressemble
aussi à T. zonula, mais s’en distingue par la tête ponctuée, mate.
Seine, Seine-et-Oise : Meudon (J. DE GAULLE); Seine-et-Marne : Lorrez-le-
Bocage (Bau); Eure : Evreux; Maine-et-Loire : Marans; Ardennes; Charente-
Maritime : Saintes.
Toute 1’Eux·ope. Assez rare.
Biologie. —· Larve décrite par STEIN (1929).
28. Tenthredo koehleri KLUG. — T. koehleri KLUG, 1814, p. 143; Allantus
lcoehleri Ed. ANDRÉ, 1879, p. 372; DALLA T0nnE, 1894, p. 71; Tenthredo
koehleri ENSLIN, 1912, p. 89.
L. 10-11 mm. —— Tête entièrement noire, y compris les antennes en
entier, le clypéus et le labre; thorax noir avec au plus une tache jaune

rnnrnanno 127
aux métapleures, et très rarement le bord postérieur du pronotum jaune;
ailes légèrement teintées de jaune, nervures brunes, costale plus claire,
stigma brun, la base jaune; pattes noires jusqu’aux genoux, jaunes ou
rougeâtres au delà, fémurs I souvent plus ou moins jaunâtres à la face
antérieure; abdomen noir, chez la femelle 1*** et 7° à 9° tergites avec une
bande jaune n’en occupant pas toute la largeur, chez le mâle seulement
le 1€1' tergite et les 4° et 56 avec une bande jaune. —- Tête et thorax forte-
ment ponctués, presque mats.
Les var. bilnterruptus Pic, umlinterruptus Pxc ont les bandes abdominales
plus ou moins interrompues, la var. notatlcornis Pic, Q a les antennes marquées
de jaune à la base.
Régions montagneuses : Vosges; Puy-de·Dôme : M0nt·Dore, La Bourboule;
Alpes : Simplon; Ardèche : Aubenas (D' Ctisu); Pyrénées-Orientales : La Preste
(Zxvxrnnx); Canigou; Haute·Garonne : Luchon, Saint·Béat, régions élevées,
juillet-août (Rxmur); Hautes-Pyrénées : Luz, Barèges, Gèdre (Bnotammn),
Europe centrale et méridionale, dans les montagnes.
29. Tenthredo omissa Fônsrmx. — Allantus amissus Fônsrnn, 1844,
p. 289; - Allantus vicnncmis DALLA Tonus, 1894, p. 82; — Temhrcdo
omissa ENsL1N, 1912, p. 86.
[Syn. : T. viennensis PANZER nec Scummc; A. marginellus THOMSON]
L. 9-12 mm. - Comme marginella, mais tarses rougeâtre clair, ou même
jaunes (5*), extrémité des tibias jaune rougeâtre; 1°*' article des antennes
jaune, funicule des antennes souvent rougeâtre; région de la cellule radiale
peu ombrée. _
var. melnnoceraea Eivsmiv, funicule entièrement noir.
var. melanomeros Emstm, mésopleures sans tache jaune.
Toute la France.
Toute l’Europe, peu commun.
30. Tenthredo arcuata Fôasrnn. — T. arcuatd Fônsr., 1771 p. 79; —
Allantus arcuata Ed. ANDRÉ, 1879, p. 377, pl. 20, fig. 1; DALLA Toaan,
1894, p. 66; —- Tcnthredo arcuata Erzstm, 1912, p. 87.
[Syn. : T. zapae Senn.; T. libiata Gnorr.; T. virgata Gnorr.; T. vimi-
mzlis Scan.; T. marginella Pz.; T. confusa LEP.; Allantus hellmamzi G1MM.;
A. dispar Run.; A. schcϟeri Run.; A. leucozonius Run.; A. melanotus
Run.; T. segmentaria F.; T. notha KLUG; A. clypealis Korxow]
L. 8-11 mm. — Tête noire, clypéus, labre et base des mandibules jaunes;
antennes noires, le plus souvent le 1** et même le 2** articles jaunes; thorax
noir, bord postérieur du pronotum, tegulae, scutellum, postscutellum.
l’angle inférieur du pronotum, une tache allongée sur les épisternes et
sur les épimères des mésopleures, jaunes ainsi qu’une tache sur les méta-
pleures; ailes hyalines, nervures brun clair, stigma et costale noirs; abdo-
men noir, avec une bande jaune (fig. 138) généralement étroite sur le 16*
et le dernier tergite, ainsi que ceux du milieu; le nombre de ces bandes

128 HYMÉNOPTÈRES TENTHRÉDOIDES
est variable, mais en général les 29, 7° et 89 tergites ne sont tachés que
latéralement; ces bandes jaunes passent sur les côtés; sternites avec une
bande jaune. - Tête fortement ponctuée, les interpoints brillants.
var. sulphurîpes KRIECHBAUMER, pattes presque entièrement jaunes.
var. nitidior Konow, scutellum et postscutellum noirs.
var. aegra ENsLm (brevicomis Korzow nec Ktuo), scutellum, postscut., tegu-
lae noirs, tête plus étroite derrière les yeux. .
var. melanoxyston ENsL1N, antennes entièrement noires.
var. nigripleuris ENSLIN, côtés du thorax noirs.
Toute la France.
Toute l’Europe, y compris les régions méridionales.
Biologie. —- Sur Lotus corniculatus, Bupleurum falcatum. Larve (CARPENTIER,
1907), 20 mm., gris jaunâtre sale, la tête noire, une rangée de grosses taches
noires carrées au-dessus des stigmates, une autre série de taches plus petites,
arrondies en dessous, s’intercalant entre les précédentes, et une troisième série
de taches noiressur les bandes des pattes abdominales.
31. Tenthredo schaefferiK1.oc. —- T. (Allantus) schaegîeri Kwo, 1814,
p. 139; —- Allcmtus schaegîeri Ed. ANDRÉ, 1879, p. 376; DALLA Tonnn,
1894, p. 75; - Tenthrcdo schaeüeri ENSLIN, p. 88.
[Syn. : T. marginellcz Pz.; Allantus costalis O. Cos'rA]
L. 10-13 mm. — Espèce très voisine de T. arcuata, dont elle pourrait
n’être qu’une variété. S’en distingue par : taille toujours un peu plus forte,
bandes jaunes de l’abdomen souvent plus larges, la couleur jaune parais-
sant de ce fait plus développée; tegulae noires, au plus avec une indication
de jaune; base des antennes et scutellum le plus souvent jaunes.
var. baldinii A. Cosm, antennes entièrement noires.
var. melanopelte Enstm, antennes et scutellum entièrement noirs.
var. algoviensis Ensnm, Q, antennes, scutellum, mésopleures et hanches
entièrement noirs. Suisse, Alpes françaises.
var. maculipes LEP., O', tergites abdominaux III à V entièrement jaunes;
Q, bandes jaunes de Pabdomen larges, occupant toute la largeur des tergites,
surtout aux médians.
les var. agnani, diversus, viturati, distinctiventris Pic se distinguent par de
petites différences de la coloration de l’abdomen.
Seine-et-Marne 1 Montereau; Marne : Germaine, Verzy (D1' BETTINGER); Saône-
et·Loire : Les Guerreaux (Pic); Finistère : Fouesnant (HEMoN); Pyrénées-Orien-
tales : Montlouis (ZAVATTAM); Hautes-Pyrénées : Gavarnie (ZAVATTAR1); Gèdre,
Luz, Barèges; Savoie : Moutiers; Hautes-Alpes : le Lautaret, La Grave.
Europe centrale et méridionale; Sibérie.
Nom. — ENsL1N pense qu’il n’y a pas dïntermédiaires entre T. Schaef-
feri et arcuata, espèces très voisines; cependant dans des exemplaires
pyrénéens de la collection J. PÉREZ, les mâles sont des var. maculipes
LEP. et les femelles présentent souvent des variétés de T. arcuata, en
particulier il y a des exemplaires à tegulae jaunes, mais avec tous les autres
caractères de T. czrcuata. ·

rnnrnnnno 129
32. Tenthredo alblcornis F. — T. albicomis F., 1781, p. 412; Ed. Annan,
1879, p. 451; —— Allantus albicomis DALL.1 Tonus, 1894, p. 65; —- Tenthrc-
della albicornis ENSLIN, 1912, p. 59.
[Syn. : T. impura V1Lx..; T. dealbata GMEMN; T. nebulosa LEP.]
L. 11-13 mm. -— Tête, thorax, abdomen entièrement noirs, seule la
base des mandibules blanc-jaunâtre; antennes noires, les deux derniers
articles blancs; ailes teintées de jaune, le tiers apical grisâtre, nervures
brunes et jaunes, costale et stigma jaunes; pattes noires jusqu’aux genoux,
jaune-rougeâtre à partir du genou I, ou des tibias II et III. —— Tête et méso-
notum faiblement ponctués, brillants. `
Toute la France, sauf peut-être le Sud-Est; assez commune dans les régions
montagneuses.
Europe centrale; Sibérie; Algérie (1 exempl. de St·Charles dans la coll. J. ne
GAULLE).
Biologie. — Sur Archangelica (Run ow, d’après Eustm). Larve de couleur brune,
la tête verte, ventre, pattes et les deux derniers segments vert-olive; le dos avec
des lignes transversales brun-rouge et les côtés avec une double ligne semblable.
33. Tenthredo limbata Kwc. -— T. (Allantus) limbata Kwc, 1814,
p. 186;- Ed. ANnnÉ, 1879, p. 457; DALLA Tonnrz, 1894, p. 94; -— Tenlkre-
della limbata Eusuu, 1912, p. 58.
[Syn. : T. silcnsis O. Cosr.1; T. qaadridens Srnonx.]
L. 10-12 mm. -— Tête noire, clypéus blanc, ainsi que le labre, les maudi-
bules sauf Pextrémité, et les joues, la moitié interne des orbites et une
¢ â` \
» · \ »‘
` / / I \
I °°° ` \ m
Ã'? \ / ;·-5 \ -
( \  j (   i
. · u
W = \l‘ F
t/ ._ ’
v t , 
\*( ` , '
É  "
140 141
140. Antennes courtes (scrophulariae). —~ 141. Antennes longues (maculata).
tache sous l’insertion des antennes, ces taches pouvant être fusionnées
et rendre la face entière blanche; antennes noires, les 5°, 68, 76 articles
rougeâtre clair, le 5** parfois en partie noir, les 3° et 4° blancs en dessous;
thorax noir, tegulae parfois rougeâtres; ailes légèrement teintées de jaune, ·
9

130 r1YMÉN01=·rÈnEs ·rEN·rnaÉno1nEs _
une bande brune peu prononcée sous le stigma, nervures brunes, la costale
jaune, stigma brun, plus clair à la base; pattes rougeâtres, les hanches
noires, trochanters, fémurs et tibias I et II (plus ou moins) avec une ligne
noire sur la face postérieure, trochanters et fémurs III entièrement noirs,
une ligne noire sur la face postérieure des tibias III; abdomen entièrement
noi1· brillant, sur les côtés des tergites I à IV (fig. 135), une bande blanc-
crème qui encadre la face ventrale. — (1, antennes presque en entier
rougeâtres, face inférieure entièrement blanche; bord postérieur du pro-
notum blanc, tegulae jaune-rougeâtre, mésosternum et moitié antérieure
des mésopleures rouges; abdomen noir, les 36 à 6° segments rouges, les
tergites I et II avec une tache latérale blanche. — Vertex ponctué, mais
brillant avec reflets bronzés; mésonotum mat, antennes longues, dépassant
en arrière le bord postérieur du thorax.
Vosges : Gérardmer (Hmumcm); Puy-de-Dôme : La Bourboule (coll. J. nr:
GAULLE, 1 Q).
Toute l’Europe; Sibérie. Rare.
34. Tenthredo cunyi Komow. — T. cunyi Komow, 1886, p. 137.
[Syn. : T. chyzcri Mocsxrw]
L. 9-12 mm. —— Q, tête noire, clypéus, labre, mandibules sauf l’apex,
blancs, ainsi qu’une tache sous les antennes et le bas des côtés interne
et externe des orbites; antennes noires en dessus, blanchâtres en dessous;
thorax noir, le bord postérieur du pronotum, les tegulae, le scutellum,
le postscutellum blancs, ainsi qu’une tache sur les métapleures; ailes
hyalines, nervures et stigma noirs; pattes blanches, une ligne noire sur la
face supérieure; abdomen noir, une bande blanche plus ou moins complète
sur la partie inférieure des tergites (fig. 136) formant souvent une ligne
latérale continue. — (jl, partie inférieure de la face en entier blanche,
toute la partie ventrale de l’abdomen blanche. — Vertex un peu brillant,
mésonotum mat; antennes longues et fines, atteignant le bord postérieur
du thorax.
var. pleurîtlca Enstm, Q, une large bande blanche sur les mésopleures.
var. alboplagiata Eustm, Cr', quatre taches blanches sur le mésonotum; dont
deux sur le lobe médian et une sur chacun des lobes latéraux,.
Vosges : Hohneck (Konow); Suisse : Loëche (VALAxs) (coll. J. nr: GAULLE).
Europe centrale (dans les montagnes); Sibérie.
35. Tenthredo fagi Pxrzzsn. — T. fagi Pz., 1798, p. 52, pl. 14. — T.
maura Ed. ANDRÉ, 1879, p. 462; — T. fagi DALLA Tonr.E, 1894, p. 90; —
Tcnthredella fagi ENsLm, 1912, p. 59.
[Syn. : T. pellucida KLUG; T. maura Ed. ANDRÉ; T. solitaria CAM.]
L. 12-13 mm. —— Q, tête noire, clypéus, labre, base des mandibules
· blancs; antennes noires, les quatre derniers articles blancs; thorax noir,
scutellum blanc ainsi qu’une tache sur les métapleures, tegulae noires,

rzurunano 131
ailes presque hyalines, nervures brunes, costale rougeâtre, stigma brun;
pattes noires, face antérieure des fémurs I en partie, des tibias et tarses I ·
et II, rougeâtres, parfois aussi des tibias III en partie; abdomen noir,
une tache blanche de chaque côté du 18* tergite. — d', tergites abdominaux
en partie rougeâtres au milieu, face antérieure des pattes I et II blanche,
ainsi que hanches et trochanters III. —— Vertex brillant, mésonotum mat;
antennes très longues, dépassant beaucoup le bord postérieur du thorax.
Nord : Lille; Somme : Amiens; Ardennes; Seine; Seine-et-Oise : Chaville;
Ardennes; Allier; Saône-et-Loire : Les Guerreaux (Pro).
Toute l’Eur0pe; Sibérie.
Biologie. -— Sur Sorbus aucuparia. Larve (Bmscnxn, 1883 b, pl. 8, fig. 4),
25 mm., dos brun, avec sur chaque segment un long et mince chevron noir s’éten-
dant sur les côtés, et en outre, à part les trois premiers, une tache gris-brun au-
dessus des pattes.
36. Tenthredo bipunctula Kwo. — T. (Allantus) bipunctula Kwo,
1814, p'. 185;- T. velox Ed. Annmà, 1879, p. 449 (en partie); —- T. bipunc- `
tula DALLA Tonnm, 1894, p. 87; -— Tcnthredella bipunctula E1~zsL1N, 1912,
p. 61.
L. 12-13 mm. — Tête noire, labre et base des mandibules blancs, oly-
péus noir ou avec deux taches blanches; antennes noires, les derniers
articles blancs à partir du 78; thorax entièrement noir, une tache blanche
sur les métapleures; ailes très légèrement teintées de jaune, nervures
brunes, costale rougeâtre, stigma noir; pattes I et II noires jusqu’aux genoux
rougeâtres au delà, III entièrement noires; abdomen : 18* tergite avec
une tache blanche de chaque côté. — Vertex brillant, mésonotum mat;
antennes très longues, dépassant le bord postérieur du thorax.
Présence en France incertaine. ‘
Europe centrale. Très rare.
37. Tenthredo liehtwardti Konow. -— Rhogogaster lichtwardti Korzow,
1899, p. 365; DALLA Tonnn, 1894, p. 24; —- Tenthredella lichtwardti Ens-
Lm, 1912, p. 61.
L. 11-12 mm. — Très voisin de T. fagi; bord postérieur du pronotum
souvent blanchâtre, scutellum noir; antennes : extrémité du 58 article,
68 et 78 articles blancs, les 88 et 98 noirs, comme du 18* au 58.
Haute-Saône : Ronchamp (Pic).
Belgique; Allemagne.
38. Tenthredo velox F. — T. velox F., 1798, p. 216; Dxrmx Tomas,
1894, p. 107; Ed. ANDRÉ, 1879, p. 449; — Tcnthredella vclox ENSLIN,
1912, p. 60.
[Syn. : T. biguttata Hxwrro; T. gracilenta Mocs.]
L. 10-11 mm. —- Tête noire, clypéus en partie, labre, base des mandi- _
bulés blancs; antennes noires, la face inférieure et les deux, trois ou quatre

132 HYMÉNo1=rÈnEs *rEN·rnn1~Eno1oEs
derniers articles blancs; thorax noir, une tache blanche aux métapleures;
ailes hyalines, nervures brunes, stigma noir; pattes rougeâtres, hanches
et trochanters noirs, ainsi que les tibias III, les pattes I souvent jaunes
' en avant; abdomen noir chez la femelle, chez le mâle rouge à partir du 2e
ou du 38 segment. —— Tête brillante, mésonotum mat; antennes assez
longues, toutefois ne dépassant pas le bord postérieur du thorax.
_ var. nîgrolineeta CAM., articles des pattes avec une ligne noire à la face
postérieure.
var. simplex DALLA Towns (= alpicola Srmrz), Q abdomen rougeâtre au
milieu.
Pas-de·Calais : Wimille; Puy-de-Dôme : Mont-Dore (Prosor, Pic); HW-Gar. :
Luchon, juillet (Rieaur); Hautes-Alpes : La Grave (Cumirinm); Alp.-Mar. :
St-Martin-Lantosque.
Angleterre : Belgique; Hollande; Allemagne; Suisse; Italie. Europe centrale,
surtout les montagnes; Sibérie.
' Biologie. — Larve (Ruoow, d’après ENsLrN) verte, la tête jaune soufre, deux
lignes Iongitudinales de points sur le dos : sur Carpinus, Corylus.
39. Tenthredo olivacea KLUG. — T. (Allantus) olivacea KLUG, 1814,
p. 193; Ed. ANDRÉ, 1879, p. 459; DALLA Token, 1894, p. 100; -— Tenthre-
della olivacea ENSLIN, 1912, p. 64.
[Syn. : Rhogogaster arctica KIAEP.]
L. 9-12 mm. —— Corps entièrement vert tendre, la tête, le thorax et
l’abdomen plus ou moins tachés de noir, la couleur verte passant au jaune
sur les exemplaires desséchés (fig. 134); tête : vertex avec une tache noire,
rarement les tempes noires; antennes noires en dessus, vertes en dessous;
thorax : le milieu du pronotum noir, les trois lobes du mésonotum avec
· une tache noire plus ou moins développée; ailes hyalines, nervures noires,
par endroits coupées de vert, costale et stigma verts; pattes vertes avec
une tache noire postérieure aux hanches III, et une ligne noire sur la face
dorsale des autres articles, réduite à un point sur les trochanters, tarses III
souvent entièrement noirs; abdomen entièrement vert, ou la base des
tergites noire.
var. nigrovittata Eivstm, une ligne médiane noire sur l’abdomen (fig. 134).
Ardennes : Sedan; Vosges : Gérardmer; Saône-et-Loire : Les Guerreaux (Pic);
Haute-Savoie : Samoens, lac d’Anterne, 2.000 m. lV11.x.1nns); Puy-de-Dôme :
Mont-Dore; Ardèche : Aubenas (D* CLEU); Isère : Grande-Chartreuse (Pic);
Hautes-Alpes : Abriès (Pic); Haute-Garonne : Luchon, août (Rxiaaur); Hautes-
Pyrénées : Gavarnie (ZAVATTAM). Andorre. Assez rare.
Europe centrale et septentrionale. Angleterre; Sibérie; Asie centrale.
Nora. -— Cette espèce, rare en France, peut se confondre avec Rh0g0·
gaster viridis L., qui a la même coloration, et qui est très commun. Elle
se distingue en ce que R. viridis a les articles du tarse annelés de noir à

TENTHREDO 133
Pextrémité, tandis que chez olivacea ils restent vert-jaune, avec souvent
une ligne dorsale noire continuant celle du tibia et du fémur.
40. Tenthrodo ferruginea SCHRANK. — T. fermginea Senn., 1776, p. 84;
DALLA Tomas, 1894, p. 91; — Tenthredella ferruginea ENSLIN, 1912, p. 65.
[Syn. : T. conspicua KLUG; T. schranc/si LEP.; T. rufiventris F.; T. gynan-
dromorpha Runow, nec ANDRÉ; T. nubccula Evunsivr.; T. prospera Emeu-
soN]
L. 10-13 mm. —— Q , tête noire, toute la partie inférieure de la face blanche,
ainsi que le bord interne et externe des `orbites; antennes noires jusqu’au
5° article, blanches au delà, les deux derniers articles souvent noirs; thorax
noir, la partie inférieure souvent rougeâtre, les angles du pronotum et
les tegulae blancs; ailes hyalines, nervures noires, costale et stigma rou-
geâtre clair; pattes I et II rougeâtres à partir des troohanters, hanches
noires, trochanters en partie, une bande longitudinale noire à la face posté-
rieure des fémurs, peu développée à I, davantage à II, fémurs III noirs
jusqu’aux genoux, rougeâtres ensuite; abdomen rougeâtre en entier,
le 1°*’ segment seul noir. -— Thorax mat, avec des reflets bronzés; antennes
longues, dépassant le bord postérieur du thorax. — 5*, mésopleures claires,
antennes souvent presque entièrement blanches, les deux premiers articles
noirs. ·
var. leucaspls Enstm, scutellum blanc.
var. ruflponnls F., Q , partie inférieure du thorax noire, au plus les mésopleures
en partie blanches.
var. latloincta Srsra., les trois ou quatre derniers segments abdominaux
noirs.
Toute la France, sauf peut-être la région méditerranéenne.
Europe centrale et septentrionale; Angleterre; Sibérie.
Blologlo. —— Sur Salix capraea, aurita, helix, Alnus glutinosa, S piraca ulmaria,
Pteris aquilina; larve figurée par Bnrscnxn, 1883 b, pl. 8, fig. 6.
41. Tenthredo balteata KLUG. — T. (Allantus) balteata Kwo., 1814,
p. 181; Ed. ANDRÉ, 1879, p. 447; DALLA Tonus, 1894, p. 86; —- Tenthre-
della balteata ENSLIN, 1912, p. 69.
[Syn. : T. soror Zmr.; Allantus obscums JUMNE]
L. 9-10 mm. — Tête noire, clypéus, labre, mandibules sauf Papex, et
partie inférieure de la face, blancs, en plus le bord interne et externe,
en partie, de l’orbite; antennes, les premiers articles noirs, jusqu’au 3**
ou même au delà, parfois seuls les derniers articles blancs; thorax noir,
quelquefois le bord du pronotum et les tegulae blancs; ailes hyalines,
nervures et stigma brun-noiràtres; pattes rougeàtres, les pattes III plus
ou moins noires, ou avec une ligne noire; abdomen noir en avant et en
arrière, les segments du milieu rougeàtres, ordinairement du 3° au 6°. ——

134 HYMÉNo1>·rÈREs TENTHRÉDOIDES
Vertex et mésonotum ponctués, mats; antennes tines, atteignant à peine
le bord postérieur du thorax.
var. albimacula. Erxstm, hanches I blanches en avant.
Vosges : Gérardmer (Hummcnr); Puy-de-Dôme : Mont·Dore (Prcsor), Royat
(Pro); Isère : Grande-Chartreuse (P1c};Alpes-Maritimes : Saint-Martin-Lantosque.
Europe centrale et septentrionale; Angleterre; Afrique du Nord.
Biologie. — Sur Pteris aguilina. Larve (Bnrscnxs, 1883 b, pl. 8, fig. 5), 20 mm..
tête jaune, corps vert clair, face ventrale blanchâtre.
42. Tenthredo solitaria Scoronr. — T. solimria Scor., 1763, p. 281; ——
Tenthredo cozyli Ed. ANDRÉ, 1879, p. 447; DALLA TORRE, 1894, p. 89; —-
Tenthredella solitaria ENSLIN, 1912, p. 67.
[Syn. : T. coryli PANZER; T. intermedia KLUG]
L. 9-11 mm. — Q, tête noire, clypéus, labre, mandibules sauf l’apex,
jaunes; antennes noires, les quatre derniers articles blancs, l’avant-dernier
parfois en partie noir; parfois une tache jaune à 1’ang1e inférieur des yeux;
thorax noir, une tache blanc d’ivoire aux métapleures; ailes hyalines
nervures brunes, stigma brun clair; pattes noires jusqu’aux genoux, la
face antérieure des fémurs·l et II jaune, ainsi que les tibias et tarses, avec
une ligne dorsale noirâtre à l’apex des tibias et aux tarses, tibias III rou-
geâtres, l’apex noir, tarses III en entier noirâtres; abdomen : les 2 % ou
3 premiers segments, ainsi que les deux derniers, noirs, les autres rouges.
— 5* partie inférieure des orbites blanchâtre, angles du pronotum, méso-
sternum, mésopleures et métapleures en grande partie blanchàtres, toute
la face ventrale de l’abdomen jaune, ainsi que les trois ou quatre tergites
médians; pattes jaunes, une ligne noire sur la face dorsale des articles.
var. sceboldi Kouow, Q, abdomen entièrement noir.
var. rufotermlnata Eusnm, Q , abdomen rougeâtre en entier à partir du 3** seg-
ment.
Toute la France, sauf peut-être la région méditerranéenne.
Toute 1’Europe, y compris l’Espagne.
43. Tenthredo livida L. — T. livida L., 1758, p. 557; Ed. ANDRÉ, 1879,
p. 449; DALLA. TORRE, 1894, p. 95; — Tenthredella livida ENSLIN, 1912,
p. 63.
[Syn. : T. lurida MULLER; T. pellucida MULL.; T. maure FALLÉN; T.
bipunctata MULL.; T. albicornis GEOFFROY; T. carpini Pxuzmn; T. annu-
laris SCHR.; T. maura F.; T. albopicta Pons.; Allantus aterrimus STEPH.]
L. 12-13 mm. — Q, tête noire, clypéus, lahre, mandibules sauf l’apex,
blancs; antennes noires, l’apex du 6** article, les 7°, 89 articles blancs,
souvent aussi le 96 avec l’extrémité noire; thorax noir, rarement les tegulae
brunes en partie, une tache blanche sur les métapleures; ailes hyalines,
nervures noires, costale jaune, stigma brun foncé, la base blanchâtre;

rsnrnanno 135
pattes rougeâtres, hanches et trochanters noirs, ainsi que les tarses III,
les pattes quelquefois plus brunes; abdomen : une tache blanche de chaque
côté au 1°1’ tergite, les premiers tergites noirs, les suivants rougeâtres
à partir du 5° en général. — 5* comme la femelle, mais parfois une bande
blanche au côté externe des orbites, hanches et trochanters plus ou moins
blancs à la face antérieure; abdomen : face dorsale presque entièrement
rougeâtre, les deux premiers tergites noirs, ainsi que les côtés des deux
ou trois suivants; tache blanche des métapleures souvent absente. —
Vertex brillant, mésonotum mat; antennes longues, dépassant le bord
postérieur du thorax.
var. dubla Sraom (= maura F.), abdomen entièrement noir.
var. clara Eusmx, Q, abdomen presque entièrement rougeâtre, seul le 1*** seg-
ment noir.
Toute la France, y compris la région méditerranéenne. '
Toute l’Europe.
Biologie. -— Sur Viburnum, Salix, Rosa, Corylus, Sorbus, Lonicera, Pteris
aquilina. Larve (Bnxscuxn, 1883 b, pl. 8, fig. 3), 20 mm., tête orangée, corps ·
olivâtre, les côtés gris clair, sur le dos des bandes sombres obliques. Un gy-
mandromorphe a été signalé (Hsxmons, 1915).
44. Tenthredo colon Kwc. — T. (Allantus) colon Kwc, 1814, p. 182;
Ed. Auomî, 1879, p. 445; DALLA Tonnn, 1894, p. 88; — Tenthredella
colon ENsL1N, 1912, p. 71.
[Syn. : T. obscura Pzmznn, nec GMELIN; T. rudowi Ed. ANDRÉ; T.
punctulata Konow] ·
L. 10-13 mm. — Q, tête noire, clypéus, labre, mandibules sauf l’apex,
blancs; antennes noires, les quatre derniers articles blancs, avec souvent
la moitié du 6° et l’apex du dernier, noirâtres; thorax noir, les métapleures
avec une grosse tache blanche, tegulae parfois rougeâtres; ailes hyalines,
nervures noirâtres, costale rougeâtre, stigma brun foncé, plus clair à. la
base; pattes rougeâtres, hanches et trochanters noirs; abdomen : les quatre
premiers segments noirs, avec une grosse tache blanche de chaque côté
du 1*** tergite, le reste rougeâtre foncé. 5*, tegulae rouges, abdomen entiè-
rement rougeâtre, sauf le 1°1‘ segment noir, parfois aussi le 2**, souvent
une tache blanche sur le mésonotum. — Vertex brillant, mésonotum
mat, antennes très longues, dépassant le bord postérieur du thorax.
var. nlgrlventrls Exwsnm, abdomen entièrement noir, le 1*** tergite avec une
tache blanche de chaque côté.
Nord : Lille; Ardennes : Lucquy; Puy-de—Dôme : La Bourboule. '
Toute l’Europe. Sibérie.
Biologie. - Sur Fuclwia, Circaea, Epilobium. Larve (Barscnxs, 1883 b, pl. 8,
fig. 3; Camsaon, I, pl. 1, fig. 9), tête jaune, abdomen jaune brunâtre en dessus,
côtés, face ventrale et pattes blanc sale, sur les côtés une ligne longitudinale
brun sombre.
Paraslte. - Ichneum. : Gampoplea: cryptoccntrus Gmv.

136 nYMÉNoPrÈnEs TENTHRÉDOIDES
45. Tenthredo semseyî Mocsaav. - Tenthredo semseyi Mocs., 1883,
Ertek. Term. Kôr., p. 4; —— Tenthredella semseyi ENSLIN, 1912, p. 55.
L. 13-16 mm. — Q, tête noire, antennes noires, clypéus, labre et base
des mandibules jaunes; thorax noir; ailes hyalines,nervures noires; pattes
noires, les tibias jaunes avec lzapex noir, fémurs I blanchâtres en avant, '
les tarses clairs, le métatarse noir avec la base claire; abdomen noir, les 49
et 56 segments rougeâtres. -— df, les pattes I et II jaune pâle, noires à la
face postérieure, les pattes III en grande partie noires, les hanches en partie
claires, les tibias noirs ou fauve foncé, les derniers articles du tarse souvent
plus clairs; abdomen : segments II à VI rougeâtres.
Haute—Savoie : environs de Samoëns, 1.500 m., 1 C3', juillet 1943 (Vrtmnns).
Espèce décrite de Hongrie, connue de Silésie et de Suisse.
Nora. - Cet exemplaire correspond assez bien à la description de
MOCSARY, cependant les tibias III sont rougeâtres, et la partie rougeâtre
de l’abdomen paraît plus étendue. N’ayant pas d’éléments de compa-
raison et disposant d’un seul exemplaire mâle, je ne puis que signaler cette
espèce comme problable en France, sans lui donner une place dans le
tableau de détermination.
Incertae sedis
Tenthredo boleti Bosc.
Tenthredo surensis Pic, 1939, p. 29.
Gen. PERINEURA Harare, 1837
(Perineura Hrc. 5* -— Synairema Hro. Q)
Yeux fortement séparés, convergents très peu vers l’avant, bien écartés
de Particulation des mandibules; antennes longues et fines; cellule anale
étroitement étranglée en son milieu; çj', _toutes les cellules de l’aile posté-
rieure complètes, et fermées avant le bord de l’aile.
Distribution. —- Europe;_ Amérique du Nord.
Pcrineura. tubi PANZER. — Allantus rubi Pz., 1805, p. 91, pl. 14; —
Synairema rubi Ed. ANDRÉ, 1879, p. 414; DALLA Tonms, 1894, p. 41; —
Perineura rubi ENSLIN, 1912, p. 90.
[Syn. : Tenthredo lividiventris FALLÉN; T. elegantula FALLÉN; T. deli-
catula KL.]
L. 7-8 mm. -— Q , tête noire, labre et partie antérieure du clypéus blancs,
ainsi qu’une bande plus ou moins étendue le long du bord interne des
orbites; antennes noires, les trois derniers articles jaune clair; thorax
noir avec, de couleur blanche, le bord postérieur du pronotum, deux taches
allongées sur les lobes latéraux du mésonotum, le scutellum, les tegulae,

nnooooasrma 137
une bande étroite sur les mésopleures; ailes hyalines, nervures brunes,
stigma brun, plus clair à la base; pattes, hanches et trochanters blancs,
fémurs plus ou moins teintes de brun, III en entier, I et II sur la face
postérieure; abdomen noir, la partie médiane du dos plus ou moins brun _
clair, ou même fauve-rougeâtre. — GS Plus clair que la femelle; la face
bv w"`~··.__;  
   
î——€î· *5  
Y     W
Fxc. 142. —- Perineura rubi, Q.
et les tempes teintées de blanc, antennes brun clair, les deux premiers
articles noirâtres, ainsi que la face supérieure du funicule; thorax comme
ci-dessus, mais les mésopleures et métapleures presque en entier blancs;
pattes entièrement jaunes; abdomen en entier brun clair, ou même jaunâtre.
Ardennes (Pxonor); Nord : Monmal (CAvno).
Europe centrale et septentrionale.
Biologie. — Gynandromorphe : Bxscnorr, 1919.
Nom. - Manqusr (1879, p. 137), a signalé comme existant à Tou-
louse un Perineura bimaculosa, sur lequel il est difficile de se faire une idée
exacte; il le donne comme voisin de Pachyprotasis rapac, mais ce pourrait
bien être un Macrophya. En tout cas il est extrêmement douteux qu’une
seconde espèce de Perineura existe en France.
Gen. RHOGOGASTER Korzow, 1884 (1)
Yeux fortement séparés, non convergents vers le bas (sauf chez la femelle
de R. picta); antennes relativement courtes, ne dépassant pas le bord
postérieur du thorax; corps allongé; 1°* tergite abdominal avec une inci-
sion médiane longitudinale, linéaire ou élargie postérieurement, souvent
renfermant une membrane blanche.
Distribution. — Toute l’Europe; Asie. '
(1) MALAISE (1933) estime, avec raison, que ce genre est très hétérogène; il propose
de le limiter aux espèces vertes, comme R. viridis, et de placer les autres espèces dans les
genres Laurenzia. Ach. Cosu, Parallomma Mnuxsn, 1933.

138 HYMÉ1~1oPrÈaEs TENTHRÉDOIDES
TABLEAU DES Espèces
1. Clypéus fortement échancré en avant (fig. 145) (S. G. Rhogo-
gaster). ....................... . ........................... 2.
` — Clypéus à bord antérieur droit ou légèrement arqué, mais non
échancré (S. G. Laurentia A. Cosm) ....................... 4.
2. Tête en majeure partie noire, ainsi que thorax et abdomen. 7-8 mm.
.......................... . .................... (p. 138), pîcta.
— Tête, thorax et abdomen en majeure partie vert-jaune clair, en
particulier tête verte, avec seulement une tache noire sur le vertex.
10-13 mm ................................................. 3.
3. Abdomen vert—jaune avec, sur les côtés de chaque tergite, deux
. points noirs rapprochés; tache noire du vertex ouverte en avant.
Assez rare ................................. (p. 139), punctulata.
—— Abdomen vert-jaune avec, le plus souvent, une bande noire médiane,
mais sans points latéraux. Commun ........... (p. 139), viridis.
4. 5*,_face ventrale presque entièrement blanchâtre; 6*, une bande
blanchâtre sur les côtés de l’abdomen ........ (p. 140), fulvipes.
— (5*Q face ventrale, notamment de l’abd0men, noire et rouge,
sans partie blanchâtre .......... 1 .......... (p. 141). aucupariae.
S.-g. Rhogogaster.
1. Rhogogaster picta KLUG. -— Tenthrcdo (Allantus) picta KLUG, 1814,
p. 195; — Pcrineura picta Ed. ANDRÉ, 1879, p. 436;- Rh0g0gaster[a]
picta DALLA Tomas, 1894, p. 24; ENsLm, 1912, p. 92.
[Syn. : T. seesana Runow; Selandria albomarginata Runow; Sciapteryx
algerina Mxemarrx]
L. 7-8 mm. — Q, tête noire, le labre, le clypéus, la partie antérieure
de la face, une tache triangulaire à l’angle supérieur des yeux, les joues,
les tempes, blancs; mandibules blanches, l’apex noiràtre; antennes noires,
la face inférieure du scape blanche, et parfois du funicule; thorax noir,
de couleur jaune clair : le pronotum, les tegulae, le scutellum et parfois
le postscutellum, une grosse tache sur les mésopleures et les métapleures,
deux petites taches sur les lobes latéraux du mésonotum, ou même sur
le lobe médian; ailes hyalines, nervures brunes, la costale jaune clair,
stigma jaune clair à la base, brun à Pextrémité; pattes jaune verdâtre
clair, noires aux hanches, aux trochanters, aux genoux, à l’extrémité des
tibias et aux tarses, ou bien à la face postérieure des articles; abdomen
noir avec une bande latérale testacée. — (5*, face ventrale entièrement
. jaune-blanchâtre. — Clypéus fortement échancré (fig. 145); yeux forte-
ment convergeuts (5*), mais largement séparés; téguments de la tête et
du thorax lisses.
Toute la France.
Toute l’Europe; Sibérie; Afrique du Nord (Algérie, mont Babor, A. Tuénr).

nrxocoexsrsn 139
Biologie. —- D’après Runow vivrait sur Alnus. Larve décrite par Srsm
(1929).
2. Rhogogaster punctulata KLUG. —- Tenthredo (Allantus) punctulata
KLUG, 1814, p. 195; —— Pcrineura punctulata Ed. ANDRÉ, 1879, p. 437; —
Rh0g0gaster[a] punctulata DALLA Tomm, 1894, p. 24; ENSLIN, 1912, p. 92.
[Syn. : Pcrineura idriensis Ed. ANDRÉ, nec Gmsun]
L. 10-12 mm. - Couleur généralement vert clair; tête entièrement
jaune-vert clair avec une tache noire sur les ocelles ayant la forme d’un
oméga (to) ou d’un trident; antennes avec une ligne noire à la face supé-
rieure; thorax vert clair, une ligne noire sur les lobes latéraux du méso-
notum et aussi une, médiane, au lobe médian; ailes hyalines, les nervures
vert clair sauf la subcostale,la médiane, la basale et une partie de la cubi-
tale, qui sont noires; pattes vert clair, avec une ligne noire sur le fémur,
le tibia et le tarse, les articles du tarse teintés de noir à Pextrémité; abdomen
jaune-vert pâle, avec deux points noirs, de chaque côté, sur les tergites
abdominaux (fig. 146), également une fine ligne noire au bord antérieur
de chacun des tergites II à V.
Espèce surtout montagnards. Alpes : Moutiers, Chamonix (L. Cnorxnn);
Suisse; Valais, Saint—Gothard, Loéche. Massif central : La Bourboule. Pyrénées :
Haute-Garonne : Cirque de la Glère (DELMAS). Aussi quelquefois en plaine :
Lille (coll. Steam.); Chantilly, juin (L. Cnomnn); Eure : Evreux; Manche.
Europe centrale et septentrionale.
Biologle.—Sur Salzlz, Sorbus, Alnus, Frazinus. Larve (Bmscnxs, 1883 b,
pl. 7, fig. 8), 20 mm., se trouve au printemps et en été; au repos, enroulée à. la
face inférieure des feuilles; tête rouge brillant, corps, face dorsale vert foncé sale,
côtés et ventre gris clair, sur chaque segment deux rangées transversales d’épines
blanches, et de nombreux points et taches bruns; àla base des pieds une ligne
longitudinale brune;s’empupe en terre.
3. Rhogogaster viridis L. - Tenthredo viridis L., 1758, p. 557; — Peri-
neura viridis Ed. ANDRÉ, 1879, p. 437; —- Rh0g0gaster[a] viridis DALLA
Tonus, 1894, p. 25; ENSLIN, 1912, p. 93.
[Syn. : T. scalaris Kwc; T. mesomela Scor.; T. straminea Semi.; T.
alneti Senn.; T. annalicornis GMELIN; T. interrupta F.; T. pictipes Fônsr.;
T. chloros Run.; Allantus tiliae S1·É1>x1.]
L. 10-13 mm. - Fig. 143. — Couleur générale vert clair (vert vif sur
le vivant, mais passant au jaune en collection), avec, de couleur noire :
une grosse tache sur le vertex, englobant les ocelles mais avec deux plages
vertes, la face supérieure des antennes, le mésonotum presque en entier,
une ligne sur les fémurs, tibias et métatarses, l’extrémité apicale des arti-
cles des tarses; une bande noire médiane sur le dos de l’abdomen, mais .
pas de points latéraux. Cette couleur noire est variable en étendue, et on
peut en distinguer des variétés :
var. slbirica Emsnm, corps presque entièrement vert clair, avec seulement
une tache noire sur le vertex.

140 H¥MÉNoPr:ÈnEs rsmnniênoznss
var. melanonota ENSLIN, dos du thorax presque entièrement noir, seul le
scutellum clair.
Toute la France. CC.
Toute 1’Europe. Asie paléarctique jusqu’au Japon.
Biologie. — Sur Salix, Populus, Alnus, Ranunculus, Filipendula, Stellaria,
Circaea; occasionnellement sur Rosa (Hxnooum, 1943). Larve (Bnxscnxn,
, -J D _ -
//r,.» i,\ /;§` * -——·__\·\
. "\ ~
  R ·
iv *?·‘*`2“~” _i
M   . `
(   g o lf  \\
*"   `*
W
FIG. 143. — Rhogogaster viridis.
1883 b, pl. 7, fig. 7), 14-16 mm., tête gris verdâtre, tachée de noir, et velue, corps
vert olivàtre sale, marbré de-séries de taches et points noirs, les côtés avec des
taches sombres isolées, chaque segment avec deux lignes transversales de verrues
portant des épines blanches; s’empupe en terre; l’imago'a été signalé comme
carnassier, et s’attaquant en particulier aux larves de Doryphore (Ruons, 1941).
Pa1‘aSîteS. — Euryproctus nemoralis Fownr.; Mesoleptus cingulatus GRAR.;
Stiplorosomus foveolator HOLM. (Ici-xN.).
Nom. — Cette espèce peut aisément se confondre avec Tenthredo oli-
vacea KLUG, voir remarque au sujet de cette dernière.
. S.-g. Laurentia A. Cosm
4. Rhogogaster fulvipes Sco1>oL1. — Tenzhredo- fulvipes Scor., 1763,
p. 278, pl. 39, f. 72 ; -—·Perincura Zateralis Ed. ANDRÉ, 1879, p. 418; -
Rh0g0gaster[a] lateralis DALLA Tonus, 1894, p. 23; ENsL1N, 1912, p. 97.
[Syn. : Tenthredo lateralis F.]
L. 7-9 mm. — Q, tête noire, labre, base des mandibules et bord interne
des orbites jaune pâle; antennes brunes en dessus, rougeâtres en dessous;
thorax noir, angles du pronotum et tegulae blanc d’ivoire, une bande
— blanche sur les métapleures et aussi une, parfois, sur les mésopleures;
ailes hyalines, nervures brunes, costale jaune, stigma rougeâtre, la base,

anocooasrzn _ 141
jaune clair; pattes rougeâtres, hanches noires et troohanters en partie,
tarses III bruns; abdomen noir, avec une bande rougeâtre sur les 3° à
6° tergites, et une bande blanche latérale tout le long des côtés; fourreau
de la scie noir avec un triangle blanc allongé à la base; derniers tergites
abdominaux bordés de blanc. (5*, parties blanches plus développées :
clypéus, face et bord externe des orbites; face ventrale du thorax et de
l’abdomen entièrement blanchâtre, hanches et troohanters blancs en
majeure partie. — Bord antérieur du clypéus largement arqué, mais non
échancré; antennes assez longues, repliées en arrière, dépassant le bord
postérieur du thorax; tête et thorax lisses.
Seine, Seine-et-Oise : Chaville, Clamart, Vincennes, forêt de Saint·Germain;
Seine·et-Marne : Paley (Bau); Nord : Lille; Somme 2 Amiens; Loire-Inférieure :
Nantes (Dommoun); Haute-Saône : Gray; Isère : Grenoble; Basses·Alpes;
Basses·Pyrénées : Tarbes; Haute·Garonne : Saint-Beat, avril (Riaxur). Proba-
blement toute la France.
Europe centrale et septentrionale. Sibérie. ·
Biologie. - Sur Galium verum. Larve (Caarenrrsn, 1904), 18 mm., tête tes-
tacée, yeux noirs, corps gris verdàtre sale avec un commencement de trois lignes
rembrunies en avant, segment médiaire avec sept côtes dont la 1*** porte 2 à
4 petits points verruqueux blancs surmontés d’une pointe, la 3° et la 5** avec 6
ou 8 en série de chaque côté; éclosion en avri1;aussi Sram (1929).
5. Rhogogaster aueupariae Kwe. - Tcnthredo (Allantus) aucupariae
KL., 1814, p. 212; — Perincura solitaria Ed. AN¤nÉ, 1879, p. 419; ~—
Rh0gogaster[a] solitaria Ed. ANDRÉ, 1879, p. 419; —— Rhogogaster gibbosa
DALLA Tonus, 1894, p. 23; —— R. aucupariac Erzsnm, 1912, p. 98.
[Syn. : Tenthredo solitaria FALLÉN, 1808, nec Scorou, 1763; T. juvenilis
LEP.; Allantus collaris Dxnrrnon; Perineura gibbosa THOMSON; Laurentia
craveri A. Cosu]
L. 7-8 mm. —— Q, tête noire, labre, base des mandibules blancs, une
mince ligne blanche au bord interne des orbites; antennes rougeâtres
plus foncées en dessus; thorax noir, angles du pronotum et tegulae blanc
d’ivoire; ailes hyalines, nervures brunes, stigma rougeâtre, la base plus
claire; pattes rougeâtres, hanches noires et troohanters en grande partie;
tarse III brun; abdomen noir avec au milieu une bande rouge occupant
les tergites III à VI, passant généralement à la face ventrale. —- (ji peu '
différent de la femelle; clypéus en partie blanc, les trois hanches avec une
ligne longitudinale blanche. — Bord antérieur du clypéus presque droit
à peine arqué; téguments de la tête un peu rugueux.
Toute la France.
Toute l’Europe; Sibérie.
Biologie. - Larve décrite par Srsm (1929).

142 HYMÉNOPTÈRES rnmnnsnornns
Gen. TENTHREDOPSIS A. Cosrp., 1859
(Perineura auct. nec Hanrro; Coryna LEP.; Ebolia O. Cosm;
Thomsania Konow)
Corps allongé et étroit; antennes fines, ayant le plus souvent la longueur
de l’abdomen, ou même davantage; yeux largement écartés, non conver-
gents vers le bas.
Distribution. — Europe; Asie paléarctique; Amérique du Nord.
Nom. — Le genre Tenthredopsis est très uniforme et ses espèces ne se
distinguent entre elles que par des caractères très faibles et souvent diffi-
ciles à apprécier. En réalité, cinq espèces seulement sont communes : T.
carbonaria, mzssata, scutellaris, stigma, excisa, les autres ne se rencontrent
que rarement.
TABLEAU nss FEMELLES
1. Clypéus non échancré au bord antérieur, droit ou au plus large-
· ment arqué (fig. 152) ......................... i ........... 2.
— Clypéus fortement échancré au bord antérieur (fig. 155) ...... 17.
2. Antennes avec un anneau blanc avant Pextrémité ........... 3.
—— Antennes entièrement noires, ou noires avec la face inférieure
plus claire, mais sans anneau blanc ....................... 4.
3. Le 1" tergite abdominal entièrement noir; les articles VI à VIII
des antennes blancs ....................... (p. 145), tischbeini.
— Le 1*** tergite abdominal noir avec deux taches blanches; seul
Particle VI des antennes blanc ............... (p. 145), plltonî.
4. Mésopleures mates, fortement ponctuées rugueuses, surtout
dans la partie supérieure ................... (p. 146), tarsata.
— Mésopleures non ponctuées-rugueuses, mais avec une très fine
ponctuation, qui les laisse lisses et brillantes, au moins dans leur
partie médiane ............................................ 5.
5. Hypopyge très grand, profondément échancré au milieu du bord
postérieur, de couleur blanche avec le milieu noir (fig. 153) ....
......................................... (p. 146), carbonaria.
— Hypopyge petit, non échancré au bord postérieur ........·.. 6:
6. Tegulae jaunes ............................................ 7.
— Tegulae noires ............................................ 11.
7. Tête en majeure partie jaune, avec des parties brunes, au plus
avec des lignes noires ..................................... 8.
—- Tête noire avec des dessins blancs ...,,...... (p. 149), parvula.
8. Coloration fondamentale de Pabdomen jaune sale, avec une bande
médiane noire, commençant au 2° tergite et dilatée latéralement
à chacun des tergites ...................... (p. 147), Sordida.
— Coloration jaime, ou jaune-rougeâtre ........................ 9.

rnmunanorsxs 143
9. Stigma entièrement jaune pâle, au plus un peu foncé à 1’apex. . .
............................................. (p. 148), pallida.
— Stigma en majeure partie noir avec la base claire ............. 10.
10. Taille 12 mm. Vertex avec un sillon médian entier, la saillie au-
dessus des antennes séparée de l’aire frontale seulement par une
surface plane ................................ (p. 148), nassata.
— Taille 9-10 mm. Sillon médian du vertex limité à la moitié anté-
rieure; la saillie au·dessus des antennes profondément séparée
de 1’aire frontale ........................... (p. 149), inornata.
11. Tibias III noirs, ou au moins brun foncé ................... 12.
— Tibias III rouges .......................................... 13.
12. Mésonotum lisse, avec une ponctuation faite de points très petits,
très espacés, presque imperceptibles ........ (p. 150), coquebertl.
—— Mésonotum brillant, mais avec une ponctuation faite de points
petits, cependant bien nets. Assez rare ...... (p. 150), punctlcollis.
13. Aux tarses Ill les articles du milieu sont blancs. . . (p. 150), frlesel.
— Tarses III entièrement rouges, ou noirâtres ................. 14.
14. Tête plus large que les yeux en arrière de ceux·ci. (p. 151), plcticeps.
— Tête rétrécie derrière les yeux, plus étroite que ceux-ci ....... 15.
15. La 2** nervure récurrente non interstitielle .................. 16.
— La 26 nervure récurrente interstitielle ........ (p. 152), spreta.
16. Tibias III rouges, ou parfois noirs .......... (p. 152), scutellaris. '
— Tibias III en partie blancs ................. (p. 150), frlesel.
17. Abdomen noir aux deux extrémités, rouge au milieu ......... 18.
— Abdomen blanchâtre ou jaunâtre, moucheté de noirâtre, ou avec
une bande noire longitudinale élargie sur les côtés ........... 20.
18. Pattes III entièrement noires. Rare ....... (p. 153), churchevillel.
— Pattes III, les fémurs et tibias rouges, au plus l’apex des fémurs
taché de noir ........... Z ................................. 19.
19. L. 11-12 mm. Antennes plus courtes que l’abdomen, blauchâtres
en dessous; hanches III avec une ligne blanche. . . (p. 152), stigma.
— L. 9 mm. Antennes aussi longues que l’abdomen, brunes en
dessous; hanches III entièrement noires ......... (p. 153), exclsa.
20. Abdomen jaune—rougeâtre pâle, les 1*** et 2° tergites noirs avec
deux taches blanches sur le 1", rougeâtres sur le 26, les tergites
suivants avec chacun une tache noire, élargie en triangle (fig. 147).
......................................... (p. 153), tessellata.
— Abdomen noir avec des dessins blanchâtres (fig. 148); couleur
générale très claire ........................... (p. 154), lactiflua.
TABLEAU ons MALES (d’après Ensnm)
1. Clypéus non échancré au bord antérieur, droit ou au plus légè-
rement arqué ............................................. 2.

144 HYMÉNOPTÈRES rnmrnnénornns
-— Clypéus fortement échancré au bord antérieur ............. . . . . 17.
2. Antennes avec un anneau blanc avant l’extrémité ........... . 3.
-— Antennes entièrement noires, ou noires avec la face inférieure
plus claire, mais sans anneau blanc ........................ 4.
3. Articles VI à VIII des antennes blancs ...... (p. 145), tîschbeinî.
——— Seul Particle VI des antennes blanc .......... (p. 145), putoni.
4. Mésopleures mates, fortement ponctuées-rugueuses, surtout dans
leur partie supérieure ........................ (p. 145), tarsata.
— Mésopleures non ponctuées-rugueuses, lisses, au moins dans le
milieu ................................................... 5.
5. Plaque sous-génitale échancrée au bord postérieur .........
.......................................... (p. 146), carbonarîa.
— Plaque sous—génitale non fortement échancrée au bord posté-
rieur. ..................................................... 6.
6. Aile postérieure sans nervure périphérique (fig. 150) .......
.......................................... (p. 150), coqueberti.
- Aile postérieure avec une nervure périphérique (fig. 151) ...... 7.
7. Tegulae de couleur claire ................................... 8.
— Tegulae noires ou brunes ................................... 14.
8. Thorax entièrement noir .......... (p. 152), scutellarîs var. franki.
—-— Au moins le scutellum blanchâtre ............................ 9.
9. Mésopleures et mésosternum entièrement blanchâtres ......... 10.
—- Mésopleures et souvent aussi mésosternum plus ou moins noi-
râtres .................................................... 12.
10. Stigma entièrement jaune, seulement un peu noirci à l’extré-
mité ........................................ (p. 148), pallida.
— Stigma blanchâtre à la base, la moitié distale brune ou noirâtre. . . 11 .
11. Plaque sous-génitale étroitement rebordée, nettement échancrée
au milieu du bord postérieur ................ (p. 148), nassata.
· - Plaque sous-génitale largement rebordée, à peine échancrée ....
............................................. (p. 150), frieseî.
12. Mésopleures et métapleures en entier jaune sale, seul le mésoster-
num noir .................................... (p. 147), sordîda.
—- Mésopleures et métapleures noires, souvent avec une tache claire,
cependant jamais entièrement jaunes ....................... 13.
13. Lobe médian du mésonotum entièrement noir. . . (p. 149), inornata.
——· Lobe médian du mésonotum avec deux taches claires âl’apex. . .
............................................ (p. 149), parvula.
14. Abdomen noir dorsalement, la face ventrale brunâtre, ou parfois
noirâtre. .................................... (p. 152), spreta.
—- Abdomen rougeâtre, ou brunâtre, aussi bien au milieu de la face
dorsale que sur les côtés .................................. 15.
15. Tête fortement rétrécie derrière les yeux ...... (p. 152), scutellarîs.
— Tête à peine rétrécie derrière les yeux ...................... 16.

·rEm·nr.Eno1>s1s 145
16. Mésonotum assez fortement ponctué de points petits, mais assez
serrés. ................................... (p. 150), puncticollis.
— Mésonotum non ponctué ................... (p. 151), pictlccps.
17. Abdomen noir, ou brun, les côtés rougeâtres, ventre avec deux
lignes noires longitudinales .................................. 18.
— Abdomen jaune rougeâtre, ou blanchâtre, avec une bande médiane
dorsale noire, souvent dentée sur les côtés ................. 20.
18. Pattes III entièrement noires, seulement une` ligne blanche sur
les hanches .............................. (p. 153), churchevillei.
— Pattes au moins en partie rougeâtres ...................... 19.
19. Antennes épaisses; bien plus courtes que l’abdomen .........
........................... . ................. (p. 152), stigma.
— Antennes minces, au moins aussi longues que l’abd0men .....
............................................. (p. 153), exclsa.
_ _ 20. Ailes postérieures avec une nervure périphérique complète (voir
fig. 151), et avec une seule cellule médiane fermée ...........
.......................................... (p. 153), tessellata.
— Ailes postérieures sans nervure périphérique complète (voir
fig. 150), et avec deux cellules médianes fermées. . (p. 154), lactiflua.
1. Tenthredopsis tischbeini Mocszmx. — Tenthredo tzlrchbeini Mocs.,
1876, p. 41; — Perineura tischbeini Ed. ANDRÉ, 1879, p. 422; — Tenthre-
· dopsis tischbeini DALL.4 Tonns, 1894, p. 40; Ensnm, 1913, p. 100.
[Syn. : Tenthrcdo hungarica Txscnn., nec Kwc; Perirzeura lconowi LE-
THIERRY]
L. 10-12 mm. — Q, tête noire, clypéus, labre et base des mandibules
blancs, ainsi que le côté interne des orbites et une tache au-dessus de
chaque œil, près du bord postérieur de la tête; antennes noires, la face
· inférieure rougeâtre clair, ainsi que, en entier, les 66, 7° articles et la moitié
du 86; thorax noir, bord postérieur du pronotum et scutellum blancs;
ailes hyalines, nervures brunes, stigma brun, clair à la base; pattes rouges,
hanches noires avec une tache blanche sur les hanches III, parfois aussi I
et II, trochanters noirs au moins en' partie, fémurs III entièrement noirs, `
extrémité des tibias et tarses III noire; abdomen rouge, le 1*** tergite
entièrement noir, le 2° en son milieu, ainsi que les 8** et 96. Mésopleures
assez fortement ponctuées, mais restant un peu brillantes. — 5* comme
la femelle, mésopleures finement et densément ponctuées, mates.
Pas-de-Calais : Guines (Lnrnxnnnv); Vosges : Gérardmer (Hummcm); Puy-
de-Dôme : La Bourboule, juin (J. nr: GAULLE), Mont-Dore (coll. J. Pénsz).
Europe centrale.
2. Tenthredopsls putoni Korzow. — T. putoni Komow, 1886, p. 108;
DALLA Tonms, 1894, p. 36; Erzsnm, 1913, p. 101.
L. 10-11 mm. —- Q, espèce voisine de la précédente, mais le 1" tergite
10

146 HYMÉNOPTÈRES ·rEN·1·HnÉn0mEs
abdominal est noir avec deux taches blanchâtres, qui peuvent être fusion-
nées en une seule; abdomen avec une fine ligne noire médiane dans la
partie rouge; antennes, seul le 6*3 article blanchâtre ainsi que 1’apex du 59
et la base du 76; mésopleures brillantes avec seulement une très fine ponc-
tuation. --· 5*, seul le 6** article des antennes blanc; mésopleures brillantes;
1€1' tergite abdominal entièrement noir, sans taches blanches.
France : pas de localité connue.
Nom. — L’espèce est décrite de Suisse, et la localité typique semble
être Bérîsal; elle est considérée comme française parce que Konow cite
comme Payant découverte le D1' PU·roN, de Remiremont, mais ce n’est pas
là qu’elle a été trouvée. L’indication de DALLA Tonus, 1894, p. 36, est
erronée.
3. Tenthredopsis tarsata F. —— Tenthredo tarsata F., 1804, p. 35; —-
Tenthredopsis tarsata DALLA Tonnn, 1894, p. 38; Ensun, 1912, p. 101.
[Syn. : Tenthredcpsis opaciplcuralis Srnm; T. Wüstneri Srnm; Thom-
sonia hillecki Konow]
L. 11 mm. — Q, tête noire, labre et clypeus blancs, bord interne des
orbites avec une mince bande rougeâtre n’en occupant pas toute la lon-
gueur, souvent une tache blanche au-dessus des yeux vers le bord posté-
rieur; antennes brunes en dessus, rougeâtres en dessous; thorax noir,
scutellum, postscutellum et annexes blancs, souvent aussi le bord posté- ·
rieur du pronotum; ailes hyalines, nervures brunes, costale jaune, stigma
jaune à la base, brun au delà; pattes rouges, hanches et trochanters noirs,
ainsi que le fémur III; abdomen rouge, les deux premiers tergites ainsi
que les deux derniers segments noirs, une mince ligne noire sur la face
dorsale et une large bande noire de chaque côté de la face ventrale occupant
la partie repliée des tergites et rejoignant les segments noirs de l’avant
et de l’arrière. Mésopleures fortement chagrinées et mates à la partie supé-
rieure, plus lisses vers le bas et l’avant, le mésosternum lisse. —— 5‘, cly-
péus noir, rougeâtre au bord antérieur, thorax et abdomen entièrement
' noirs.
Oise : Pierrefonds (J. nn GAULLE); Seine-Inférieure : Rouen (J. nn GAULLE).
Europe centrale. Balkans. '
4. Tcnthredopsîs carbonarîa L. — Tcnthredo carbonaria L. 1767, p. 926;
-—- Tenthrcdopsis thomsoni DALLA Tonnn, 1894, p. 39; T. litterata ENSLIN,
1913, p. 103; -— T. carbcnaria MALMSE et BENSON, 1934, p. 10.
[Syn. : T. litterata GEOFFROYQ T. flavipes Cnnxsr; Pcrincura nassata
TnoMsoN, nec L.]
L. 10-12 mm. —— Fig. 144. —— Q, tête noire, labre et clypéus blancs
ainsi qu’une courte ligne au bord interne des orbites, rarement une tache
au-dessus des yeux; antennes noires, brunes en dessous; thorax noir,

renruneoorsrs 147
scutellum et postscutellum blancs; ailes hyalines, stigma brun avec la
base blanche; pattes rouges, hanches, trochanters et tarses III noirs;
abdomen noir, les segments médians rouges; hypopyge très développé,
échancré postérieurement (fig. 153); antennes longues. — çï de couleur
générale claire, tête jaune avec une tache noire sur l’apex, thorax jaune
ln .I F"
` ·~·\ " , n J ’  
A1' (  JLWUC
‘ 1î ¥ee~îe* »l CU
v p  . ,., .n,,e   tn  _ Q
\·   =·<·-H?.
\  —.  
lr!. ax"
I! `\
Fm. 144. —- Temhredopsis carbonaria, Q.
taché·de noir à la face dorsale, surtout sur·le mésonotum; pattes brun
rougeâtre clair; abdomen rougeâtre avec une 'très mince ba11de noirezàlla
base des tergites; plaque sous-génitale échancrée au bord postérieur.
Variétés de la femelle (le mâle est peu variable).
var. cerasi L., abdomen entièrement noir.
var. cordata Georrnov (femoralis Sreru.), comme varia, mais les fémurs III
noirs. ·
var. varia. Gmetm (dimidiata F., analis Srern.), les premiers segments abdo-
minaux noirs, le reste de Pabdomen rouge, pattes comme la forme typique.
var. thoraclca Georenor (microccphala Ler., arbitalis Dxernxcu, cemsi Korzow
nec L.), pattes rouges.
var. callginosa Stern., pattes postérieures noires. .
var. nlgripos Kouow, fémurs III noirs, parfois aussi les tibias III.
var. concolor Kouow, corps de couleur claire, presque sans parties noires.
var. blcolor Eivsnm, comme concolor, mais les tergites II à IV noirs.
Toute la France.
Toute l’Europe; Afrique du Nord.
Biologie. -— Sur Dactylis glomcrata (Joncemsen, 1906), Larve élancée, gris
brun avec sur le dos deux lignes sombres rapprochées et une ligne pareille sur
chaque côté.
5. Tenthredopsls sordlda Kwc. —- Tcnthredo sordida Kwo, 1814, p. 199;
- Perineura sordida Ed. ANDRÉ, 1879, p. 431; — Tentlzredopsis sordida
DALLA Toune, 1894, p. 38; ENSLIN, 1913, p. 104. ·

148 HYMÉNOPTÈRES TENTHRÉDOIDES
L. 10 mm. —— Q, couleur générale très claire, d’un jaune sale, princi-
palement Pabdomen; sur la tête une tache brun—r0ugeâtre au vertex, .
parfois même noirâtre; antennes brunes plus claires en dessous; thorax
jaune d’ambre avec deux taches brunes sur les lobes latéraux du méso-
notum, scutellum et postscutellum jaunes; ailes hyalines, stigma brun,
plus clair à la base; pattes jaunes, les postérieures parfois plus foncées;
abdomen avec une bande noire médiane, faite de taches élargies à chaque
tergite, cette bande partant du 2° tergite, le 1" entièrement jaune sauf
son bord antérieur. — 5*, les taches brunes sont ici noires, notamment
sur le vertex, le mésonotum, les tergites abdominaux. —- Antennes très
longues. i
Seine, Seine-et-Oise zlenvirons de Paris; Seine-et·Marne : La Ferté-Milon,
Lorrez-le-Bocage; Eure : Evreux; Ardennes; Yonne : Sens; Haute-Saône : Gray;
Allier; Savoie : Moutiers; Gers.
Europe centrale.
Biologie. ——— D’après Runow serait sur Carpinus betulus; larve non connue
avec certitude.
6. Tenthredopsis pallida. Komow. —- T. pallida Koivow, 1896, p. 316;
ENSLIN, 1913, p. 105.
L. 10 mm. -— Entièrement de couleur claire. Q, tête jaune avec une
tache rougeâtre sur le vertex; antennes rougeâtres, scape jaune à la face
· inférieure, brun en dessus; thorax jaune, mésonotum rougeâtre en majeure
partie; ailes hyalines, nervures brunes, costale jaune, stigma jaune plus
foncé à l’apex; pattes entièrement rougeâtre clair, hanches et trochanters
jaunes; abdomen rougeâtre, le milieu des tergites II à V un peu plus foncé.
-— gf comme la femelle, les derniers tergites abdominaux un peu plus foncés.
Seine, Seine·et-Oise : Clamart, Maisons-Laffitte, Saint-Cloud; Eure : Pont-
de-l’Arche; Puy-de-Dôme : Royat (Pxcsor).
Europe centrale.
7. Tenthredopsis nassata. L. — T enthredo mzssata L., 1767, p. 926; —
Perincura nassata Ed. ANDRÉ, 1879, p. 434, pl. 21, fig. 3; —— Tenthredopsis
nassata DALLA Tonnn, 1894, p. 33; ENSLIN, 1913, p. 107.
[Syn. : Tenthredo apicaris GEoFFROY; Allcmtus tiliae Pz.; Perineum
sordide THOMSON nec KL.; Thomsonia raddatzi Konow; Tenthredopsis
albomaculata CAM.] ·
L. 10-12 mm. —- Q, couleur jaune d’ambre en entier; clypéus, labre
et base des mandibules jaunes, ainsi que le scutellum, et parfois des taches
sur le mésonotum; ailes hyalines, nervures brunes, costale jaune, stigma
rougeâtre, plus clair à la base; pattes et antennes de même couleur que
le corps; abdomen jaune d’ambre un peu rougeâtre. -— (5* comme la femelle
mais souvent mésonotum en partie noir. —— Vertex avec un sillon médian
occupant toute sa longueur jusqu’au bord postérieur.

rsurnnnoorsis 149
var. dorsata. Komow, abdomen avec une bande noire étroite.
var. vlttata KoNow,.abdomen avec une bande noire large.
var. sagmarla. Koivow, abdomen avec une bande Poccupant presque en entier.
var. trichroma. Ensmiv, mésonotum et abdomen noirs, sauf les 3° et 5° segments.
var. maura Korzow, entièrement noir, sauf les pièces buccales, la partie interne
des orbites, une tache sur les tempes, les tegulae et le scutellum,
var. dorslvittata CAM., une bande noire abdominale et les métapleures noirs.
var. metapleurls Ensmiv, épîmères des mésopleures, les métapleures, les quatre
hanches postérieures ainsi que les ler et 2** tergites abdominaux noirs.
Toute la France sauf peut-être la région méditerranéenne.
Toute l’Europe.
8. Tenthredopsis inornata Cimsnoiv. — T. i. CAM., 1881, p. 571; DALLA
Toune, 1894, p. 31; ENsL1N, 1913, p. 107.
[Syn. : T. dorsalis LEP. nec Sem.; T. albiplcuris Koivow]
L. 9-10 mm. — Très voisin de l’espèce précédente; même aspect, mais
le sillon médian du vertex n’est pas complet et ne se trouve qu’en avant;
la saillie qui surmonte la base des antennes est séparée des bourrelets
· latéraux du champ frontal par un profond sillon (ce sillon est plat chez
nassata).
var. dlluta Korzow, abdomen sans bande noire dorsale.
var. tlrolensls Konow, abdomen noir en avant et en arrière.
var. saundersi CAM, comme la précédente, mais en plus les mésopleures et le
mésostcrnum noirâtres.
Somme : Amiens; Yonne : Saint·Julien du Sault; Ardennes; Marne : Sapi-
court (Barrmcnn); Nord (Cuao); Calvados : Lisieux; Vosges : Gérardmer;
Loire-Inférieure; Haute-Saône : Gray; Allier : Moulins; Puy-de-Dôme : La Bour-
boule; Var : La Sainte-Baume.
Europe centrale et septentrionale. Sibérie.
9. Tenthredopsis parvula Konow. — T. p. Korzovv, 1890, p. 65, 72;
ENSLIN, 1913, p. 109.
L. 9-10 mm. -— Tête noire, clypéus, labre, base des mandibules, bord
interne des orbites ainsi qu’une tache derrière les yeux, blancs; antennes
'brunes, presque noires en dessous; thorax noir, de couleur blanche :le bord
postérieur du pronotum, les tegulae, deux taches sur le mésonotum, une
bande sur les mésopleures, le scutellum, le postscutellum; ailes hyalines,
stigma brun-noirâtre à base claire; pattes rouges, hanches noires souvent
tachées de blanc; abdomen noir, 1*** tergite le plus souvent avec un bord
postérieur blanc, les segments III, IV, V rouges avec cependant une mince
ligne noire médiane.
var. atrlpleurls Erzstm, mésopleures entièrement noires.
var. atrllobls Eivstm, pas de tache blanche sur le mésonotum.
var. atrilemoribus Emstm, fémurs III noirs. ‘
var. rubriventris Ewsmv, tergites médians abdominaux sans bande noire.
var. atramentaria Enstm, abdomen entièrement noir.
Corrèze : Argentat; Puy-de-Dôme : La Bourboule; Drôme : Nyons.
Europe centrale.

150 n¥MÉNoPrÈnEs TENTHRÉDOIDES
10. Tenthredopsis coqueberti KLUG. -— Tcnthredo (Allantus) coqueberti
KLUG, 1814, p. 202; —- Perineum cugueberti Ed. ANDRÉ, 1879, p. 423; —
Tenthrcdopsis coqucberti DALLA Tomas, 1894, p. 29; ENSLIN, 1913, p. 113.
[Syn. : Tenthredo labiam LEP.; T. neglecm STEPH.; T. conjungens
Knmcun.; Thomsonia braunsi Konow]
L. 10-11 mm. -· Tête entièrement noire y compris le clypéus, le labre I
et les mandibules, parfois le labre blanc et même le clypéus (souvent en
deux taches) et le bord interne des orbites; antennes noires plus ou moins
claires en dessous; thorax noir, ordinairement seul le scutellum blanc;
pattes I et II jaune rougeâtre, hanches et trochanters noirs, ainsi que la
base des fémurs I et les fémurs II en partie; pattes III en entier noires;
abdomen rouge, les deux premiers segments et les deux ou trois derniers
noirs. —— Tête et thorax lisses, brillants, mésopleures brillantes avec à
peine quelques petits points espacés.
Toute la France. AC.
Europe centrale.
Nom. — Cette espèce n’est probablement qu’une variété de T. nassata
L. Le genre Tenthredopsis attend d’ailleurs une revision (voir Benson,
1934, pour les espèces britanniques).
Biologie. — Larve décrite par Srsm (1929).
11. Tenthredopsîs puncticollis Konow. ——— T. p. Korxow, 1890, p. 68,
75; ENSLIN, 1913, p. 113.
L. 10-12 mm. — Semblable à l’espèce précédente (coqueberti), mais
s’en distingue par la présence sur le mésonotum de points très fins mais
cependant bien nets.
var. mediata Ensnm, abdomen avec une ligne noire médiane.
Drôme : Nyons. - 1 Q de Lardy (Seine-et-Oise), L. Cnorann, mai 1905, paraît
se rapporter à cette espèce qui, de toute façon, est très rare. Ardennes; Allier :
Moulins; Charente-Maritime : Saintes.
Nom. — Cette espèce n’est pas signalée en dehors de la France, mais
elle reste quelque peu douteuse.
12. Tenthredopsis frîesei Konow. — T. f. Komow, 1884, p. 335; Ensmn,
1913, p. 114.
[Syn. : T. pcwida Konow, nec F.]
L. 11-12 mm. —— Comme T. scutcllaris, mais tibias III en partie blancs.
Seine, Seine-et-Oise : Clamart; Maisons-Lafûtte; forêt de Saint-Germain;
Haute-Saône : Gray; Puy-de-Dôme : La Bourboule; Drôme : Nyons; Gers :
Samata.
Europe centrale et méridionale.
Biologie. — Sur Holcus mollis et parfois d’autres herbes. Larve vert clair:
le dos vert plus foncé avec deux bandes claires, chaque segment avec des bandes
transversales de petits points verruqueux portant des épines blanches (Ensnm).

·rEN·mnE1>01>s1s 151
13. Tenthredopsis picticeps Cmnnon. —- T. p. Ciunaou, 1881, p. 568,
1882, p. 110, pl. 17, fig. 5; ENsx.rN, 1913, p. 115.
[Dyn. : T. dubia Korzow]
L. 11-12 mm. — Tête noire fortement teintée de blanc, en tout cas au
moins clypéus, labre, base des mandibules; thorax noir, bord postérieur
  4 "   . ‘ ` · "` 4*,
ai « \_/~ e      
` w \ _ 4 ‘?_ 1 s ~   
B be  É" '\ "    lLQ·:'l 
? *2 î Q;   - ,   ‘
Z- ü îd. ép!
.2-"ë '~»‘ Se-ee " 2
 ' É? egg Q
* " E! .·
**6 **7 . 148 149
*50 È . xs:    
. s \ ACD"
  °   isz /\
« fh: ÈÉV,
  ' F`    
*1%%;, Ii `   \/'*-/ `
 \••,~;· ~:.·;.· · 1 5 4 A
145 155 ws
Fin. 145 à 155. — Rhogogzzster picta, Q. —- 146. R. punctulata.— 147. Tenthre-
dopsis tcsselata. — 148. T. lactiflua. - 149. T. sordida. —-— 150. T. caqueberti,
d, aile postérieure. —- 151. T. pallida, Q', aile postérieure. - 152. T. carbo-
naria, Q, clypéus. -—- 153. T. carbonaria, Q, extrémité de 1’abdomen, face
ventrale. — 154-. T. carbonaria, çj', clypéus. - 155. T. campestris, clypéus.
du pronotum et scutellum blancs; pattes rouges, hanches et trochanters
noirs avec une tache blanche; ailes hyalines, stigma noirâtre, plus clair
à la base; abdomen noir, les segments du milieu rouges, parfois le 1*-** ter-
gite blane à la base.

152 nYMÉNoP*1·ÈnEs TENTHHÉDOXDES
var. elegans Komow, pattes presque entièrement rouges.
var. gîbberosa Konow, fémurs III noirs.
var. nigronotata CAMERON, fémurs III rouges, abdomen avec une bande mé-
diane noire.
Allier : Moulins; Charente-Maritime : Saintes.
Europe centrale et septentrionale.
Entomologie appliquée. —- Cette espèce cause occasionnellement quelques
dégâts sur le blé (Triticum vulgare) (VEN·rUn1, 1936).
14. Tenthredopsis Scutellaris F. -— Tenthredo scutellaris F., 1804, p. 39;
—— Perineum scutellaris Ed. ANDRÉ, 1879, p. 433; — T enthredopsis scu- ·
tellaris DALLA To1x1>.E, 1894, p. 36; — T. campcstris ENSLIN, 1913, p. 116.
[Syn. : T. palmata GEOFFROYZ, T. ambigua KLUG; T. fulviceps STEPH.;
T. sigma ZE1··1·.; Perincum brevispina Tnoivison; Thomsonia joscphi Ko-
Novv; T. campestnls ENSLIN nec L.]
L. 10-12 mm. — Tête noire, clypéus, labre, base des mandibules, bord
nterne des orbites, une tache sur les tempes au-dessus des yeux, blancs;
antennes noires en dessus, plus claires en dessous; thorax noir, scutellum
blanc, parfois le bord postérieur du pronotum blanc, tegulae noires; ailes
hyalines, nervures brunes, stigma noiràtre, plus clair à la base; pattes
rouges, hanches et trochanters noirs, les hanches souvent avec une tache
blanche, fémurs et tibias III parfois noirs; abdomen noir, les trois ou quatre
segments médins rouges. - Tête plus étroite que les yeux; la 28 nervure
récurrente non interstitielle.
var. franki Komow, thorax entièrement noir.
Toute la France sauf peut-être le Midi.
Toute 1’Europe.
Biologie. — Sur Anthriscus silvestris, Artemisia campcstris, et sur les herbes.
Larve (Bnrscnxn, 1883 b, pl. 7, fig. 5, 6), gris clair avec une bande brune dorsale
longitudinale et des bandes latérales; quelquefois la larve est verte; quand elle
est inquiétée elle s’enroule et se laisse tomber; —- aussi Srsm (1929).
15. Tenthredopsis Spreta LEP. — Tenthredo spreta LEP., 1823, p. 78;
DALLA T01>.nE, 1894, p. 105; — Tenthrcdopsis spreta ENSLIN, 1913, p. 115.
[Syn. : T. tristis STEPH.; T. obscura Koivow]
L. 11 mm. — Comme scutellaris, mais la 26 nervure récurrente est intersti-
· tielle.
_ France : collection PIGEOT, sans localité. Nord : Féchain, Raismes (Clivno).
Europe centrale.
16. Tenthredopsis stigma F. — Tenthredo stigma F., 1798, p. 215; —
Perineura omata Ed. ANDRÉ, 1879, p. 428; — Tenthredopsis stigma DALLA
TORRE, 1894, p. 38; ENSLIN, 1913, p. 118.
[Syn. : Tenthredo histrio KLUG; T. omata LEP.]
L. 11-12 mm. —— Tête noire, labre blanc, clypéus entièrement blanc,

rnnrunsnorsis 153
· ou noir au milieu, bord interne des orbites et une tache sur les tempes
blancs, antennes noires en dessus, jaunes en dessous; thorax-noir, bord
postérieur du pronotum, tegulae, scutellum, postscutellum blancs; ailes
hyalines, nervures brun clair, costale et subcostale jaunes, plus foncées
à l’apex; stigma jaune à la base, brun très clair à l’apex; pattes rouges,
hanches et trochanters noirs, hanches III avec une bande blanche; abdo·
men noir aux deux extrémités, rouge au milieu du 3° au 68 segments,
la partie rouge avec une bande médiane noire. -— Clypéus échancré au
milieu.
var. genualis Korzow, 1`émurs III avec une tache noire à Pextrémité.
Toute la France, sauf peut-être la région méditerranéenne.
Europe centrale.
17. Tenthredopsis ehurchevillei Konow. — T. c. Konow, 1897, p. 145;
ENsL1N, 1913, p. 118.
L. 10 mm. - Comme T. stigma, mais pattes III entièrement noires,
seuls les fémurs un peu rougeâtres en dessous.
Loire-Inférieure : Nantes (Cnuncnnvxntn, 1 Q); Seine-et·Marne : Lardy
A. H1§MoN, 1 d); Haute-Garonne : Pinsaguel, Saint-Julien, Grépiac, Vieille-
Toulouse, avril, mai (Rxmow). .
Nora. — Cette espèce n’est connue que de France; Ensmn pense qu’elle
pourrait n’être qu’une variété de T. stigma.
18. Tenthredopsis excisa THOMSON. — Perineum excisa Tn., 1870,
p. 301; — Tcnthrcdopsis excisa DALLA Toaaxa, 1894, p. 30; ENSLIN, 1913,
p. 119.
[Syn. : T. omata CAMER0N] .
L. 9 mm. —- Très semblable à. T. stigma, s’en distingue par : taille plus
faible, antennes aussi longues que l’abdomen, plus foncées, brunes en
dessous, hanches III en général entièrement noires.
var. bin0tata·KoNow, le 16* tergite abdominal avec deux taches blanches.
France centrale et septentrionale. C.
Toute l’Europe.
19. Tenthredopsis tessellata Kwo. —- Tenthrcdo (Allantus) tcssellata ·
KLUG, 1814, p. 200; — Perineura tessellata Ed. ANDRÉ, 1879, p. 429; —
Tenthredapsis tessellata DALLA ToRRE, 1894, p. 39; Erzsnm, 1913, p. 119.
[Syn. : T. ischiadica EvERsM.; T. islandica Ed. ANDRÉ; T. lividiventris
CAM.; T. alboplagiata Konow]
L. 9-10 mm. — Tête noire, clypéus blanc, souvent noir au milieu, labre
et base des mandibules blancs, bord interne des orbites, joues et une large
tache aux tempes blancs, antennes noires en dessus, brunes en dessous;
thorax noir, bord postérieur du pronotum, tegulae, soutellum, postscu-

154 HYMÉNoP'rÈaEs TENTHRÉDOIDES
tellum blancs, souvent une ou plusieurs taches blanches aux mésopleures,
mésonotum avec deux ou quatre taches blanches; pattes rouges, tarses
bruns, hanches noires tachées de blanc, trochanters noi1·s; abdomen :
les deux premiers tergites noirs, les tergites du milieu rouges avec chacun
une tache noire au milieu, en triangle élargi (fig. 147). — Antennes plus
courtes que l’abdomen; clypéus à échancrure médiane large.
var. nigratipleuralîs Eusnm, mésopleures entièrement noires.
var. nigratilobis Erzstm, mésonotum sans taches blanches.
var. nigratîscutis ENsL1N, scutellum noir.
Vosges.
' Europe centrale; Sibérie.
20. Tenthredopsîs lactîflua Kwo. — Tenthredo (Allantus) lactiflim
KLUG, 1814, p. 209; ——Perineura lcctiflua Ed. ANDRÉ, 1879, p. 419, 429; —-
Tenthredopsis lactiflua DALLA. Tomm, 1894, p. 32; ENSLIN, 1913, p. 120.
L. 9 mm. — Espèce voisine de la précédente, parties blanches de la
tête encore plus développées; stigma entièrement blanc, l’apex seul plus
foncé; thorax noir, seuls le bord postérieur du pronotum et les tegulae
blancs; pattes III entièrement noires; abdomen en majeure partie blanc
(fig. 148), au bord postérieurde chaque tergite une bande blanche, les
premiers tergites noirs sauf cette bande blanche, et avec deux taches
blanches plus ou moins développées, les derniers tergites souvent entière-
ment blancs, ainsi que la face ventrale.
var. plaga Eivstm, mésonotum avec taches blanches.
var. lîturata Emstm, comme ci·dessus, en outre taches blanches sur les méso-
pleures.
France?
Europe centrale; Sibérie.
Gen. SIOBLA CAM1moN, 1877
(Encarsioneura Korzow)
Hanches III allongées; aspect de Macrophya, mais olypéus tronqué
droit au bord antérieur; yeux convergents vers le bas; forme générale
trapue.
Distribution. —- Une seule espèce européenne. Asie; Amérique du Nord.
Sîobla sturmi Knuo. —— Tenthredo (Allantus) sturmi Kwc, 1814, p. 116;
—— Siobla sturmi DALLA Tomas, 1894, p. 64; Eusnm, 1913, p. 129.
L. 9-11 mm. — Q, tête noire, fortement ponctuée rugueuse, mate;
olypéus et labre noirs, mandibules brunes, noires aux deux extrémités;
antennes rougeâtres; thorax noir, mat, ponctué rugueux, le bord posté-

• mcnrrnorasis 155
rieur du pronotum parfois rougeâtre; ailes légèrement teintées de jaune,
nervures brunes, stigma jaune clair; pattes I et II jaune rougeâtre, hanches,
trochanters et face postérieure des fémurs plus ou moins noirs, la partie
noire plus étendue aux fémurs II; pattes III : hanches et trochanters
noirs, fémurs noirs, rougeàtres à la base, tibias et tarses jaune rougeâtre,
`“*%;I` Y 'gg \\ > I, A V   _
  s P ( `s·»     l ~•”'€É·
Qi! ° "‘ 
srl   y
2   /¢
FIG. 156. — Siobla sturmi.
tibias avec un large anneau noir à l’apex; abdomen noir, les tergites II
à IV jaune rougeâtre (ou II-III) ainsi que le 9° segment. — 6*, antennes
noires aux premiers articles; partie rouge de l’abdomen plus étendue.
Seine-et-Marne : Fontainebleau (BRU); Puy·de·Dôme : La Bourboule (J. ne
GAULLE). ·
Europe centrale. _
Bl0l0gl0. -— Sur I mpatiens noli-tangere.
l Gen. PACHYPROTASIS H.•.a·r1o, 1837
Hanches III très allongées, atteignant ou dépassant le bord postérieur
du 46 sternite abdominal; clypéus échancré antérieurement; antennes
fines et longues, dépassant en arrière le bord postérieur du thorax.
Distribution. — Europe; Asie paléarctique, mais aussi tropicale; Amérique
du Nord.
TABLEAU mas Espèces
1. Mésosternum et mésopleures entièrement blanchâtres ..........
.......................................... (p. 156), antennata.
— Mésosternum et mésopleures au moins en partie noirs .......... 2.
2. Fémurs et tîbias III presque entièrement rouges. . (p. 156), varlegata.
— Pattes III noires, ou blanohâtres rayées de noir .............. 3.

156 11¥MÉNo1>*1·È1aÉs TENTHRÉDOIDES
3. Tête et thorax mats, avec une fine, mais bien nette ponctuation;
tergites abdominaux non bordés de blanc postérieurement. C.
.............................................. (p. 156), rapae.
— Tête et thorax lisses, avec seulement une ponctuation micro-
scopique; tergîtes abdominaux bordés de blanc postérieurement
........................................... (p. 157), simulans.
1. Paehyprotasîs antennata Ktue. -- Tenthredo (Allantus) antennata
KLUG, 1814, p. 129; — Pachyprotasis antenmzta Ed. ANDRÉ, 1879, p. 340,
pl. 19, fig. 1; DALLA TOBRE, 1894, p. 42; ENSLIN, 1913, p. 131.
[Syn. : T enthredo duplex LEP.]
L. 8-9 mm. -— Tête jaune clair, avec une grosse tache noire sur le vertex,
s’étendant par la partie postérieure sur les tempes, clypéus et labre jaune
clair; antennes brunes en dessus, jaunes en dessous; thorax jaune clair
sur la· face ventrale et les côtés, avec seulement une très fine ligne noire
entre les épimères et les épisternes des mésopleures, face dorsale noire
tachée de jaune aux angles du pronotum, sur les lobes du mésonotum
et sur le scutellum, tegulae jaunes; ailes hyalines, nervures brunes, stigma
clair à la base, plus foncé à l’apex; pattes jaunes à la face antérieure, rayées
de noir à la face postérieure des fémurs I, II et III et des tibias I et II,
tibias III noirs dans les 2/3 de la face postérieure, ainsi qu’un anneau
complet apical, le reste jaune; abdomen noir à la face supérieure, jaune
à la face inférieure, étui de la scie noir. - Tête et thorax presque lisses,
finement ponctués.
Ardennes : Charleville (Prenor); Haute-Garonne : Luchon, juillet (Rxnwr).
Toute l’Europe; Sibérie; Chine.
Biologie. — Sur Circea lutetiana.
2. Paehyprotasîs variegata Kwc. —— Tenthredo (Allamus) mriegata
KLUG, 1814, p. 128; — Pachyprotasis variegata Ed. ANDRÉ, 1879, p. 339;
DALLA Tomas, 1894, p. 44; ENsL1N, 1913, p. 135.
L. 8-9 mm. — Comme P. antemzata, mais pattes postérieures en partie
rouges, notamment les fémurs III en entier, et les tibias III sauf un anneau
noir apical; fémurs II rouges, les deux extrémités jaunes; mésopleures
avec une large bande noire longitudinale; tegulae jaunes, noires a l’extré-
mité, stigma brun; abdomen noir en dessus, finement bordé de blanc
au bord postérieur, face inférieure le plus souvent partiellement noire.
Ardennes : Charleville (P1oÉo·r); Vosges (coll. NOUALHIER); Seine-et-Oise :
Chatou (J. DE GAULLE); Nord : Féchain (CAvRo); Pas-de-Calais (PARENT).
Europe centrale et septentrionale.
3. Paehyprotasis rapae L. -—— Tenthredo rapae L., 1767, p. 926; —— Pachy-
protasis rapae Ed. ANDRÉ, 1879, p. 341; DALLA ToRRE, 1894, p. 43; ENSLIN,
1913, p. 133.
[Syn. : T. scripta, GMELIN; T. luctuosa Soma.; T. floricola GRAV·]

Pxcnvrnomsrs _ 157
L. 7-8 mm. —- Tête blanche, y compris le clypéus et les pièces buccales,
mais avec une grosse tache noire sur le vertex, englobant les ocelles et
s’étendant en arrière aux joues; antennes noires; thorax blanc à. la face
ventrale, les pleures blanches avec une ligne noire oblique, la face supé-
rieure noire à Pexception d’une partie des lobes du mésonotum qui est
blanche, tegulae blanches, scutellum et postscutellum blancs; ailes hya-
lines, nervures et stigma bruns; pattes blanches, les deux paires antérieures
' · jÀ`;*.N)r?   
   
v·a%ï:·=* §s·<
 '}   .îi s y
u   É
' Vivi il  
I "“‘=·` '
FIG. 157. — Pachyprotasis rapae, Q.
avec une ligne noire à la face postérieure, pattes III : hanches blanches
avec une tache noire à la face postérieure et une ligne noire sur le côté,
trochanters blancs tachés de noir, fémurs blancs annelés de noir à l’apex,
tibias noirs souvent blancs à la face antérieure, tarses noirs; abdomen
noir en dessus, sans bordure blanche postérieurement, face ventrale blan-
che, souvent les sternites bordés de noir. — 5*, antennes le plus souvent
blanches en dessous; tache noire du vertex très étendue; fémurs III sou-
vent avec une ligne noire à la face antérieure. — Tête et thorax mats,
finement ponctués. — Fig. 157.
Toute la France. ·
Toute l’Europe; Sibérie; Chine.
Biologie. —— Sur Solidago, Scrophularia, Betonica. et autres plantes herbacées,
parfois aussi Fmzinus. Larve (Bmscrxxn, 1883 b, pl. 6, fig. 2), corps grisâtre,
une bande vert olivâtre sur le dos, une ligne de points sur les côtés. Cocon en
terre, imago en juin-juillet.
4. Pachyprotasîs simulans Kwc. —- Tenthredo (Allamtus) simulans
Knuc, 1814, p. 128; —— Pachyprotasis simulans Ed. ANDRÉ, 1879, p. 340;
DALLA Toamz, 1894, p. 44; Erxsnm, 1913, p. 134.
[Syn. : P. laevicollis Tnomson; P. tenais Runow]

158 HYMÉNOPTÈBES TENTHRÉDOIDES
L. 7 mm. ~—- Très voisin de P. rapae, s’en distingue par les caractères
indiqués au tableau.
Seine-et-Marne : Lorrez-le-Bocage (Bao), Ardennes : Charleville; Charente-
Maritime : Saintes.
Europe centrale et septentrionale.
Biologie. -—-Sur Solidago virgaaurea, Scrcphularia. Larve 16-17 mm. (Bmscuxu,
1883 b, pl. 6, fig. 12).
Gen. MACROPHYA D.».nLBoM, 1835
Clypéus échancré au bord antérieur; yeux presque toujours fortement
oonvergents vers le bas, où ils se terminent en deçà des angles du clypéus;
antennes noires, courtes, ne dépassant pas, en général, le bord postérieur
du thorax, un peu élargies au milieu; abdomen cylindrique.
Distribution. —— Europe; Afrique du Nord; Asie, jusqu’au Japon; Asie mineure;
Amérique du Nord.
Nom. — Les individus de oe genre, bien reconnaissables à Pallongement
des hanches III, sont très nombreux dans la nature.
TABLEAU nus FEMELLES ‘
1. Pattes III plus ou moins rouges, ou jaune rouge ............. 2.
— Pattes III sans aucune partie rouge ......................... 6.
2. Abdomen noir aux deux extrémités, rouge au milieu avec, le
plus souvent, des taches jaunes sur les derniers tergites (fig. 159).
............................................ (p. 162), rufipes.
— Abdomen entièrement noir, avec en plus des taches jaunes ou
blanchàtres, mais sans bande rouge au milieu ............. 3.
3. Fémurs et tibias I et II rouges en entier ....... (p. 162), diversipes. ·
— F émurs et tibias I et II, au moins les fémurs, presque entière-
ment noirs, ou noir et blanc, mais non rouges .............. 4.
4. Trochanters III blancs ................... (p. 163), sanguinolenta.
— Trochanters III noirs ............... . ...................... 5.
5. Côtés de l’abdomen avec des taches blanc-jaunâtre sur les tergi-
tes médians (fig. 160); yeux peu convergents vers le bas, leur angle
inférieur en dehors du clypéus ......... (p. 161), punctum-album,
— Côtés de l’abdomen sans taches blanc-jaunâtre; yeux nettement
convergents vers le bas ................... (p. 163), erythrocnema.
6. Thorax avec une grande tache rouge occupant le mésonotum et
le scutellum. R. ............................. (p. 164), teutona.
— Thorax sans partie rouge .................................. 7.
7. Abdomen avec une bande rouge au milieu (pouvant être réduite
à des taches latérales) ..................................... 8.
— Abdomen sans bande rouge au milieu ....................... 10.

Macnopmm 159
8. Scutellum et dernier tergite blanc jaunâtre, au moins en partie;
des taches blanches sur les côtés aux tergites postérieurs. ......
........................................... (p. 165), militaris.
—— Scutellum et dernier tergite noirs; pas de taches blanches aux ter-
gites postérieurs; les épimères au-dessus des hanches III portent
un petit appendice de couleur claire (fig. 161) qui manque chez
militaris ................................................. 9.
9. Hanches III tachées de blanc ............... (p. 165), blsnda.
— Pattes III entièrement noires .............. (p. 166), annulata.
10. Corps plus ou moins fortement taché de jaune, en particulier
abdomen avec, sur les tergites, des bandes jaunes dorsales, ou
plusieurs taches latérales sur les tergites médians ............ 11.
-— Corps peu taché de jaune, en particulier abdomen entièrement
noir .................................................... 15.
11. Stigma jaune clair ........................ (p. 166), 12—punctata.
— Stigma brun·noirâtre ...................................... 12.
12. Corps fortement taché de jaune (fig. 158), abdomen avec la presque
totalité du 1" tergite, deux larges bandes sur les 5° et 6** ter-
gites (souvent interrompues au milieu), et le 9° tergite jaunes.
TC .................................. . ....... (p. 168), rustics.
—— Corps moins fortement taché de jaune, le milieu de 1’abdomen
sans bandes jaunes, au plus avec des taches jaunes, peu dévelop-
pées, sur les côtés ........................................ 13.
13. Mésopleures avec une tache ou bande claire .................. 14.
— Mésopleures sans tache ou bande claire. ...... (p. 168), albicincta.
14. Scutellum jaune clair; seules les tempes rebordées, mais non
le vertex .................................... (p. 167), crassula.
— Scutellum noir; tempes et Vertex rebordés.. . (p. 167), albipimcta. '
15. Trochanters III blancs ..................................... 16.
—- Trochanters III noirs ....................................... 17 .
16. Pronotum, tegulae, abdomen entièrement noirs,. (p. 169), ribis.
—- Bord postérieur du pronotum et tegulae blancs, ces dernières
au moins en partie ..................... (p. 170), carinthlaca.
17. Taille grande : 11-12 mm.; épîmères portant au-dessus des han-
ches III un petit appendice de couleur claire (fig. 161). R....
...................................... blanda var. lacrimoss.
— Taille faible : 7 mm.; épimères sans appendice. T. R. ........
............................................ (p. 171). pamm.
TABLEAU mas MALES
1. Yeux très peu convergents vers le bas, leur angle inférieur tom-
bant en dehors du clypéus (S. G. Pscudomacrophya ENSLIN)...
................................ . .... (p. 161), punctum-album.

160 HYMÉNOPTÈRES TENTHRÉDOIDES
- Yeux nettement convergents vers le bas (S. G. Macrophya) .... 2.
2. Pattes III plus ou moins rouges, ou jaune rouge .............. 3.
—— Pattes III sans aucune partie rouge ..... . .................. 6.
3. Abdomen noir aux deux extrémités, rouge au milieu ........
............................................. (p. 162), rufipes.
——- Abdomen entièrement noir, avec au plus des taches jaunes ou blan-
châtres, mais sans bande rouge au milieu .................... 4.
4. Fémurs et tibias I et II rouges en entier ...... (p. 162), diversipes.
— F émurs et tibias I et II, au moins les fémurs, presque entière- '
ment noirs, ou noir et blanc, mais non rouges ................ 5.
5. Trochanters III blancs .................. (p. 163), sanguînolenta.
- Trochanters III noirs .................... (p. 163), erythrocnema.
6. Thorax avec une grande tache rouge occupant le mésonotum
et le scutellum. R. ............... . .......... (p. 164), teutona. ,
_ —- Thorax sans partie rouge. ................................. 7.
7. Les épimères portent, au-dessus des hanches III, un petit appen-
dice le plus souvent de couleur claire (fig. 161) ............... 8.
— Les épimères sans appendice ............................... 9.
8. Hanches III tachées de blanc. .................. (p. 165), blanda.
—— Hanches III noires ......................... (p. 166), annulata.
9. Abdomen avec une bande rouge au milieu... (p. 165), milîtarîs.
—— Abdomen sans bande rouge au milieu ....................... 10.
10. Pattes III entièrement noires ............................... 11.
——- Pattes III en partie blanc jaunâtre, au moins les trochanters
et souvent une partie des hanches .......................... 12.
11. Stigma jaune clair; taille 10-11 mm.; clypéus fortement échancré.
........................................ (p. 166), 12-punctata.
— Stigma brun; taille 7 mm.; clypéus largement et peu profondé-
ment échancré ............................... (p. 171), parvula.
12. Tarses III jaunes au milieu, les 1e' et 5° articles noirs en totalité,
ou presque ........................... . ....... (p. 168), rustîca.
— Tarses III entièrement noirs ............................... 13.
13. Aux pattes III, seul le trochanter avec au plus l’apex de la han-
che, clairs. R. ............................................. 14.
—— Hanches Ill en partie blanches, au moins une grosse tache de
cette couleur sur la face externe ........................... 16.
14. Mésopleures avec une tache blanche plus ou moins développée.
  . ....................................... . (p. 167), crassula.
—— Mésopleures dépourvues de tache blanche ................... 15.
15. Vertex non rebordé postérieurement; sommet de la tête lisse,
sans aucune ponctuation ................... (p. 168), albicincta.
—— Vertex rebordé postérieurement, comme les tempes; sommet de
la tête en général plus ou moins ponctué ..................... 16.

Macnomv.4 161
16. Thorax et abdomen entièrement noirs, pas de partie jaune sur
le pronotum et les tegulae. ................... (p. 169), rlbls.
- Pronotum et tegulae au moins en partie blancs; abdomen le
plus souvent avec un ou plusieurs segments bordés de blanc,
quoique parfois très faiblement. (Espèces très rares) .......... 17.
17. Segments de l’abdomen marginés de blanc, en général les sternites
plus que les tergites ...................... (p. 167), albipuncta.
— Abdomen noir, sauf le 1°1’ tergite qui est blanc au moins en partie,
et quelquefois le dernier tergite ......... (p. 170), carlnthiaca.
Nom. —- Les mâles des Macrophya sont souvent très différents des
femelles; en particulier ils ont l’abdomen entièrement noir, ou presque.
S.-g. Pseudomacrophya Emsnm
1. Macrophya punctum-album L. —— Tenthredo punctum-album L.,
1767, p. 924; - Macrophya punctum-album Ed. ANDRÉ, 1879, p. 360;
DALL.1 Tonus, 1894, p. 56; Ensmu, 1913, p. 136.
[Syn. : Tenthredo erythropus Scmunx; T. punctum F.; T. stcllata Gnorr.]
L. 7-8 mm. — Tête et antennes noires; thorax noir, bord postérieur
du pronotum, scutellum, tegulae au moins en partie, blancs; ailes hya-
lines, nervures et stigma bruns; pattes I et II noires, fémurs en partie,
tibias et tarses en entier mais blancs à la face antérieure; pattes III : han-
ches noires avec une grosse tache blanche sur la face latérale, trochanters
noirs, fémurs rouges, tibias noirs, l’apex blanc, tarses noirs; abdomen
noir, les tergites médians (III à VII) avec une tache blanche de chaque
côté, le dernier tergite entièrement blanc (fig. 160). —— C3', thorax, seule-
ment une bande étroite du pronotum blanche, abdomen entièrement noir,
pattes noires, les tibias I et II blancs à la face antérieure, aux pattes III
seulement une tache blanche antéapioale aux tibias. — Tête ponctuée-
rugueuse, tempes et vertex rebordés, antennes un peu épaissies vers le
milieu.
Somme : Amiens; région parisienne; Vosges; Haute-Saône : Gray; Loire-
Inférieure : Pouliguen; Saone-et-Loire : Les Guerreaux; Puy-de-Dôme : La Bour-
boule; Gironde : Royan; Basses-Alpes : Digne; Var : la Sainte-Baume; Hautes-
Pyrénées : Gèdre (Bnonemmm); Pyrénées—Orientales : Le Boulou. Probablement
toute la France, mais peu commun.
Toute l’Europe, surtout dans le Sud.
Biologie. -—· Sur Fmzinus, aussi Liguszrum, Cmtaegus, et même sur le chêne.
Larve décrite par Saxnssx et Rlvrzsnuno, aussi Caarsiwxsn, de couleur uni-
formément verte. Le mâle est très rare, l’espèce est peut-être parthénogené-
tique.
11

162 HYMÉNOPTÈRES ·rENrHRÉDo1nEs
S.-g. Macrophya.
2. Macrophya rufipes L. -—— Tenthredo rufipes L., 1758, p. 557; — Macro-
phyo rufipes Ed. ANDRÉ, 1879, p. 359; DALLA TORRE, 1894, p. 59; ENSLIN,
1913, p. 139.
[Syn. : Tenthrcdo multicolor Gizorrnov; T. dumetorum GEOFFROY;
T. strigosa LEP.; T. citreipes LEP. T. flavifasciata CHRIST]
L. 11-12 mm. ——- Tête noire, clypéus, labre et mandibules jaunes; thorax
noir, angles du pronotum, tegulae, scutellum jaunes; ailes légèrement
enfumées, nervures brunes, stigma jaune; toutes les hanches noires, pattes I
et II jaunes, les tarses, et les fémurs au milieu, un peu plus foncés; pattes III
rougeâtres, la base des tibias et les tarses bruns; ailes légèrement teintées
de jaune, nervures brunes, stigma jaune caramel; abdomen noir, les 38
et 48 tergites rouges (fig. 159), les 68 et 78 avec une tache jaune de chaque
côté, le 98 presque entièrement jaune; tête presque lisse avec des points
peu serrés, très petits et espacés sur le vertex. —— (3* face ventrale du thorax
et hanches I et Il entièrement jaunes, ainsi que la face inférieure; face
dorsale du thorax entièrement noire, seule l’extrémité des angles du pro-
notum jaunes, ainsi que les tegulae; pattes I et II jaunes, pattes III :
trochanters jaunes, tibias et tarses entièrement noirs; abdomen noir aux
deux extrémités, une bande rouge au milieu occupant les 38, 48, 58 seg-
ments, le dernier tergite un peu teinté de jaune.
var. mulebris ENSLIN, 5* bord postérieur du pronotum et scutellum jaunes.
var. orientalis Mocs. Q abdomen sans bande rouge, mais entièrement noir
avec les taches jaunes aux derniers tergites. Corse.
var. reductenotata Pic, 38 tergite abdominal marqué de roux, 48 noir.
var. diversereducta Pro, 38 et 48 tergites abdominaux bicolores, roux et noirs.
Toute la France, y compris la Corse.
Toute l’Europe; Asie mineure.
Biologie. —- Pourrait être nuisible à, la vigne (Promo, 1910); voir aussi
OLIVIER (1910); LABOULBÈNE et ROBIN (1879).
.5. Macrophya diversipes SCHRANK. — Temhredo diversipes Scan.,
1782, p. 289; — Macrophya haematopus + flavipes Ed. ANDRÉ, 1879,
p. 347, 355; - M. diversipes DALLA Tonns, 1894, p. 49; ENSLIN, 1913,
p. 140.
[Syn. : Tenthredo haematopus VILLERS; T. ochreata Pz.; M. flavipes
· Tisonn.; T. halensis Aron.]
L. 10-12 mm. — Q, tête noire,1abre jaune; thorax entièrement noir,
y compris les tegulae; ailes hyalines, nervures et stigma bruns; hanches
et trochanters noirs, fémurs et tibias des trois paires rouge cerise, tarses
noirs ou bruns, ainsi que l’extrême pointe des tibias III; abdomen entière-
ment noir avec une tache jaune de chaque côté aux tergites V et VI. Tête
brillante, lisse sur le vertex, avec sur la face quelques points peu serrés;
\

Mncnornvn 163
mésonotum avec des points peu serrés, assez brillant; tergites abdomi-
naux brillants, lisses, avec seulement une ponctuation microscopique. —
çj', comme la femelle, mais le clypéus en partie jaune; trochanters, fémurs
let tibias I et II jaunes; taches jaunes de l’abdomen absentes, ou à peine
visibles.
var. femlnlna Emstm, Q, clypéus noir.
var. immacullventris A. Cosu, abdomen entièrement noir.
var. nlgrltarsls ENsx.xN, tous les tarses noirs, ainsi que tibias III.
var. masculins. ENsx.1N, Q, clypéus jaune.
var. corallipes Evans., bord du pronotum, tegulae, scutellum jaunes, abdo-
men entièrement noir.
var. exlmlus Mocs. (rubripes Ed. ANDRÉ, sanguinipes Mocs., dalmatina
G.4sx>.), bord du pronotum, tcgulae, scutcllum jaunes, abdomen comme dans
la forme typique.
Toute la France. Commun.
Toute l’Europe, y compris l’Espagne et l’Italie, surtout dans le Sud.
4. Macrophya. sanguinolenta. GMm.1N. — Tenthredo sanguinolenta GM.,
1790, p. 2666; —— Macrophya quadrimaculata Ed. ANDmî, 1879, p. 355;
DALLA Tonnia, 1894, p. 57; —· M. sanguinclenta ENSLIN, 1913, p. 141.
' [Syn. : Tenthrcdo sambuci LA·1·m:11.x.E; T. commu FALL.; M. nigra JA-
xown.] ·
L. 8-9 mm. —- Ressemble à. M. diversipes, mais taille plus faible et seuls
fémurs et tibias III peuvent être rouges. — Q, tête noire, labre noir par-
fois taché de blanc; antennes noires; thorax noir; ailes hyalines, nervures
brunes, stigma jaune caramel ainsi que les tibias en plus ou moins grande
partie; toutes les hanches noires, les hanches III avec une grosse tache
blanche, fémurs et tibias III rouges, noirs à l’apex; tarses en général noirs;
abdomen noir. —— 6*, labre blanc, tache blanche des hanches III réduite;
fémurs et tibias III entièrement noirs. — Tête brillante, lisse et non ponc-
tuée sur le Vertex, à points espacés sur la face; antennes aussi longues
(Q), ou même plus longues (çj') que tête + thorax; mésopleures brillantes,
lisses et presque imponctuées dans leur moitié inférieure.
var. poecllopus Aron. (tarsata Pz. nec F.), trois articles des tarses III blancs.
var. trochanteria A. Cosr.4 (quadrimaculata F., nec MULLER), tergites médians
de I’abdomen avec des taches blanches de chaque côté.
Seine, Seine-et-Oise : Meudon, Vaucresson, Maisons-Laffitte; Eure : Evreux;
Seine·Inférieure (Csvno); Nord (Cnvno); Vosges : Sainte-Marie; Ardennes;
Haute-Saône : Gray; Loire-Inférieure : Nantes, mai-août (Dominique); Cha-
rente-Maritime : Saintes; Haute-Garonne : Vieille-Toulouse, avril (Rzmvr.)
Toute l’Europe; Algérie : Rouiba (var, trochanteria).
Biologie. —- Larve décrite par Srsm (1929). ·
5. Macrophya erythrocnema A. Cosu. — M. e. A. Cosr.4, 1859, p. 77,
pl. 72, fig. 1; Ed. ANDRÉ, 1879, p. 351; D.».1.x.A Tonus, 1894, p. 51; ENSLIN,
1913, p. 142. .

164 HYMÉNOPTÈRES TENTHRÉDOIDES
[Syn. : M. femoralis KAWALL]
L. 8-9 mm. —— Tête entièrement noire, y compris le labre; thorax noir,
scutellum jaune; ailes hyalines, nervures brunes, stigma brun; pattes I
et II noires, tibias blancs à la face antérieure ainsi que les fémurs mais
seulement à 1’apex, toutes les hanches et trochanters noirs, fémurs III
rouges avec un très étroit anneau noir à l’apex, tibias III rouges, plus
largement annelés de noir, tarses noirs, I et II blancs sur la face antérieure
(5* et souvent Q); abdomen entièrement noir. - Tête brillante, Vertex
presque lisse, points très séparés, plus serrés sur la face; mésopleures
assez fortement ponctuées, presque mates; 3° article des antennes plus
' long de % que le 46.
Seine-et-Oise : Sannois, Veules; Seine-et-Marne : Lorrez-le-Bocage (Bau);
Somme : Amiens; Eure : Evreux, mai; Ardennes; Charente-Maritime : Saintes.
Europe centrale et méridionale (Italie).
NOTA. — D’après Pro il y aurait lieu d’ajouter ici Macrophya pallidi-
Zabris A. Costa (Puy-de-Dôme : Royat) qui est très Voisine de erythrocnema,
avec le stigma clair à la base et le 3** article des antennes plus long de
plus de % que le 4°; mais ceci paraît ne reposer que sur une seule capture,
qu’il serait désirable de Voir confirmée.
6. Macrophya tentons Pmznn. —- Tenthredo teutona Pz., 1799, p. 71,
pl. 6; - Macraphya teutona Ed. ANDRÉ, 1879, p. 350; DALLA Tonus
1894, p. 62; ENsL1N, 1913, p. 143.
[Syn. : Tenthredo aurectensis SGHRANK; M. klugi Konovv]
L. 8-10 mm. — Q, tête noire, clypéus et labre jaunes; thorax noir,
mésonotum et scutellum rouges, tegiilae jaunes; ailes hyalines, nervures
brunes, stigma brun caramel, la base blanche; pattes I et II jaune très
pâle avec au plus une ligne noire à la face postérieure des tibias ou des
fémurs; toutes les hanches et trochanters jaunes, pattes III jaune pâle,
la moitié apicale des fémurs noire, ainsi que les deux extrémités des tibias,
tarses III entièrement noirs; abdomen entièrement noir, le dernier tergite
jaune clair, le bord postérieur des tergites parfois marginé étroitement
de jaune. - 5*, souvent face Ventrale du thorax et de l’abdomen jaune
pâle. - Tête faiblement ponctuée, Vertex presque lisse, mésopleures
faiblement ponctuées dans leur moitié inférieure où elles sont brillantes,
plus ponctuées et mates dans la moitié supérieure.
Basses-Alpes : Digne, juin 1883 (coll. J. DE GAULLE, 1 Q); Var: la Sainte-
Baume, mai 1897 (coll. J. DE GAULLE, 1 Q).
Europe centrale et méridionale. Rare.
N01·A. —- Cette espèce est reconnaissable à la couleur rouge du méso-
notum et du scutellum. Une espèce Voisine : M. rufopicta. ENSLIN a le scutel-
lum noir et le stigma entièrement brun, très rare elle n’a pas été trouvée
en France.

Macnoram 165
7. Macrophya militaris Kwo. -— Tenthredo (Allantus) militaris Kwo,
1814, p. 113; —- Macrophya militaris Ed. ANDRÉ, 1879, p. 369; DALLA
Tonus, 1894, p. 53; Enstm, 1913, p. 145.
[Syn. : Tenthredo schaefferi LEP.; M. lepclctieri Cosm; M. analis
Kms?]
L. 11-13 mm. — Q, tête noire, clypéus, labre et la majeure partie des
mandibules jaune; thorax noir, seuls le scutellum, le postscutellum, par-
fois une partie des tegulae et l’extrémité des angles du pronotum blancs;
ailes très légèrement enfumées, nervures et stigma bruns; pattes : I et II
jaunes, la face postérieure des fémurs, des tibias et les tarses noirs; III noires,
trochanters, base des fémurs et souvent une tache avant Pextrémité des
tibias blancs; toutes les hanches noires, I et II souvent avec le sommet
blanc; abdomen noir, les segments III à V rouges, tergites VI, VII avec
une tache blanche de chaque côté, IX presque entièrement blanc. — 5*
(d’après Ensnm), hanches I et IV noires seulement à la base, tibias I et II
avec seulement une tache noire à. l’apex, aux pattes III la face interne
des hanches, les trochanters, la base des fémurs, une tache avant l’extré-
mité des tibias et les quatre derniers articles des tarses, blancs; abdomen
entièrement noir. 5* très rare. —— Tête et mésopleures assez fortement
ponctuées, mais restant un peu brillantes.
var. nigrlscutls Enstm, thorax entièrement noir.
var. eabrerse Konow, Q, abdomen entièrement noir, avec seulement les
taches blanches. Espagne.
Seine, Seine-et-Oise : Meudon, Chaville, Mesnil·le-Roi; Seine-et-Marne : Fon-
tainebleau, Lorrez·le-Bocage; Eure : Evreux, juin, juillet; Ardennes; Allier;
Corrèze : Argentat; Ardèche : Florac; Drôme : Nyons; Pyrénées.
Toute l’Europe centrale et méridionale.
8. Macrophya blanda F. - Tenthredo blanda F. 1775, p. 323; -— Macro-
phya blcmda Ed. Annan, 1879, p. 344; DALLA Tomas, 1894, p. 46; Ensurr,
1913, p. 146.
[Syn. : Tenthredo solitaria Scsamx nec Scor.; T. cylindrica F.; T. co-
gnata FALLÉN; T. nyctea FISCHERÃNALDHEIM]
L. 11-12 mm. — Q, tête noire, clypéus et labre en partie blancs, base
des mandibules blanche; thorax entièrement noir, l’extrémité des angles.
du pronotum blanche; ailes très légèrement enfumées, nervures et stigma
bruns; pattes noires, tibias et tarses I avec une ligne blanche à la face
antérieure, également les fémurs mais en général seulement à l’extrémité,
pattes II entièrement noires, ou comme les pattes I, pattes III entièrement
noires, les hanches avec une grosse tache jaune sur la face externe; abdo-
men noir aux deux extrémités, les segments II à V rouges, pas de tache
jaune sur les derniers tergites. — 5* comme la femelle, mais parties blanches
des pattes plus développées, I et II à face antérieure entièrement blanche,
souvent une ligne blanche sur une partie des fémurs III et une tache
blanche aux hanches II; partie rouge de Pabdomen moins étendue, pou-

166 HYMÉNOPTÈRES *rENr11REoo1nEs
vant n’0ccuper que deux ou trois segments partiellement. —- Tête et méso-
pleures fortement ponctuées, mates; au—dessus des hanches III les épi-
mères présentent un petit appendice arrondi, de couleur claire, qui manque
chez mililaris, mais se trouve aussi chez M, annulata et M. duodecim-
punctata (fig. 161).
var. lacrîmosa LEP. (Allamus reductenotatus Pic, 1928 (1); abdomen entière-
ment noir.
Toute la France.
Toute l’Eur0pe; Asie mineure.
9. Macrophya annulata Gsorrnor. -— Tenthredo annulata Gsorrnox,
1785, p. 373; —·— Macrophya neglccta Ed. ANDRÉ, 1879, p. 367; ·DALLA
ToRRE, 1894, p. 54; — M. cmnulata ENSLIN, 1913, p. 146.
[Syn. : Tenthredo ligata MULLER; T. ncglecta KLUG; T. abietis LEP.;
T. solitaria KRIECHB.]
L. 11-12 mm. - Q, comme 1’espèce précédente (blarzda), en général
pattes II et III entièrement noires, seules les pattes I blanches à la face
antérieure, hanches III entièrement noires; clypéus en général noir, seul
le labre plus ou moins blanc; abdomen noir, les segments II à VI ou VII
rouges; pas de taches blanches aux derniers tergites. —- çj', les segments
rouges de l’abdomen sont le plus souvent moins réduits que chez blanda,
et occupent un plus grand nombre de segments.
var. sîmilis SPINOLA (albimana LEP.; nigra Koivow), abdomen entièrement
noir.
Toute la France.
Toute l’Europe. Sibérie.
Biologie. - Imago sur les Euphorbes et sur l’Yèble.
10. Macrophya. duodecimpunctata L. -— Tenthredo d. L., 1758, p. 558. ——
Macrephya d. Ed. ANDRE, 1879, p. 351; DALLA ToR1>.E, 1894, p. 50; ENSLIN,
1913, p. 147.
[Syn. : Tcnthredo signata Scor.; T. fera Scor.; T. melanoleuca GMEL.;
T. idriensis LEP.; T. dolens EVERSM., M . novcmguttata A. Cosra; M. Zuri-
dicarpa A. Cosrix]
L. 10-11 mm. — Q, tête noire, clypéus et labre blancs; thorax noir,
angles du pronotum et scutellum blancs; ailes teintées de jaune, nervures
brun clair, stigma jaune; pattes noires, I et II le plus souvent blanches
à la face antérieure, III avec une tache blanche sur les hanches, et aux
tibias une bande blanche sur la face externe; abdomen noir, une tache
blanche de chaque côté aux 56 et 6** tergites, parfois aussi au 4%, le 96 ter-
gite taché de blanc. -4 5*, clypéus noir, souvent avec des taches blanches,
(1) Synonymie, établie d’après le type, qui m’a été aimablement communiqué.

. M.~.c1>.oPnv.~. 167
scutellum noir, hanches et tibias III sans tache blanche, ou avec une
tache très réduite, taches blanches de l’abdomen réduites ou absentes. -
Tête et mésonotum assez fortement ponctués chagrinés, mats.
var. nlgrlna Konow (sadalitia Mocs.), Q semblable au mâle, ailes teintées
de gris, non de jaune, couleur jaune de la bouche, du pronotum et des tibias III
pouvant disparaître.
Toute la France, y compris le Midi.
Toute l’Europe; Espagne; Italie; Asie.
Biologie. — Sur Alnus. Larve (Ed. ANDRÉ, p. 352), 20 mm., corps vert jau-
nâtre, strié transversalement. Aussi Srnm (1929).
11. Macrophya albipuncta FALLÉN. - Tenthredo albipuncta FALL.,
1808, p. 104; -— Macrophya albipuncta Ed. ANDRÉ, 1879, p. 362; DALLA
Tonnn, 1894, p. 46; ENSLIN, 1913,·p. 149.
[Syn. : M. licita Evans.; M. friesei KoNow; M. nivcsa A. Cosra]
L. 8·9 mm. — Tête noire, clypéus, labre et base des mandibules blancs;
thorax noir, bord postérieur du pronotum, tegulae, une ligne sur les méso-
pleures, blancs; scutellum noir; ailes hyalines, nervures et stigma bruns;
pattes I et Il jaune blanchâtre, base des hanches noire, pattes III noires, ·
hanches avec une tache blanche, trochanters blancs, ainsi que le milieu
des tibias; abdomen noir, les segments bordés de blanc, plus largement
aux sternites qu’aux tergites. — çj', antennes pâles en dessous, hanches
plus ou moins blanchàtres, bordure blanche de l’abdomen plus large que
chez la femelle, la face ventrale souvent entièrement blanche. - Vertex
lisse, très faiblement ponctué; les tempes et le vertex rebordés en arrière.
Nord : Féchain (Cavno); Hérault : Montpellier (coll. Srcnsn).
Europe centrale et septentrionale.
12. Macrophya. crassula Kwo. -—- Tenthredo (Allantus) crassula Kwo,
1818, p. 124; — Macrophya crassula Ed. ANDRÉ, 1879, p. 363; DALLA
Tonnn, 1894, p. 48; ENSLIN, 1913, p. 150.
[Syn. : Tenthredo maculosa LEP.; T. albomacula LEP.; M. klugi VoL-
LEN11.; M. com Kxnav]
L. 9-10 mm. —— Q , tête noire, clypéus, Iabre, base des mandibules blancs;
thorax noir, le bord postérieur du pronotum, les tegulae, le scutellum, '
une grande tache sur les mésopleures, jaunes; ailes hyalines, nervures
et stigma bruns; pattes jaune-blanchâtre, les hanches tachées de noir,
III en une longue ligne, trochanters jaunes, les fémurs noirs sauf aux deux
extrémités, l’apex des tibias noirs, tarses I et II noirs à. Pextrémité de
chaque article, tarses III entièrement noirs; abdomen noir, le bord posté-
rieur du 1** tergite jaune, ainsi que, de chaque côté, le bord postérieur
de la partie latérale des tergites suivants, et le dernier tergite en entier. —
çj', clypéus noir, labre jaune, le pronotum étroitement bordé de blanc,
les pattes I et II noires, la face antérieure plus ou moins blanche, pattes III

168 HYMÉNOPTÈRES ·rENrnr.ÉnoxnEs
entièrement noires, au plus les trochanters blancs, ainsi que le genou et
une tache aux tibias avant le sommet, dessins jaunes de l’abdomen très
réduits. — Vertex lisse, à ponctuation très réduite, mésopleures brillantes,
surtout dans leur moitié inférieure.
Seine, Seine-et-Oise : Meudon, Chaville, Sèvres, Chatou, Mesnil-le-Roi; Seine-
et-Marne : Melun, Lorrez-le—Bocage; Eure : Evreux, août; Saône-et·Loire : Saint-
Agnan (Pic); Charente-Maritime : Saintes; Royan; Haute-Garonne : Toulouse,
Vieille-Toulouse, Grépiac, avril-juin (Rimini), Saint-Béat, mai-juillet; Pyré-
nées-Orientales : Le Boulou.
Europe centrale et méridionale; Asie occidentale.
Biologie. — Imago sur l’Yèble (RIBAUT). Larve décrite par Srnm (1929).
13. Maerophya albîcincta Scnnxmx. — Tenthredo albicincta Senn.,
1776, p. 85; — Macrophya albicincta Ed. ANDRÉ, 1879, p. 354; DALLA
TORRE, 1894, p. 45; ENSLIN, 1913, p. 152.
[Syn. : Tenthredo albipes GEoEEnoY; T. fera FALLÉN; T. lugubris LEP.;
T. discolor LEP.; T. luctuosa LEP.; M. alboannulata A. Cosrn; M. leuc0·
poda PALMA; M. ribis THoMsoN, nec SCHRANK]
L. 10-11 mm. — Q, tête noire, clypéus, labre et mandibules blancs,
deux taches blanches au bord postérieur du vertex, souvent fusionnées;
thorax noir, bord postérieur du pronotum, tegulae, scutellum, blancs;
ailes hyalines, nervures et stigma bruns; pattes I et Il noires, la face anté-
rieure des fémurs, blanche ainsi que tibias et tarses plus ou moins, pattes III
noires, de couleur blanche : une tache sur les hanches, les trochanters,
les genoux, une grosse tache sur les tibias avant l’apex, souvent aussi
la partie postérieure des fémursçabdomen noir, le 19* tergite bordé de blanc
postérieurement, le dernier tergite blanc presque en entier. — çï, taches
blanches du vertex très petites, ou même manquant, pas de taches blan-
ches sur les hanches III, ni sur les tibias III, parfois tous les tergites abdo-
minaux bordés de blanc. — Sommet de la tête très peu ponctué, presque
brillant, face également presque lisse, mais moins que le vertex, méso-
pleures ponctuées, presque mates.
Toute la France, y compris le Midi.
Toute l’Europe; Asie occidentale; Algérie.
Biologie. — Sur Sambucus nigraz, ebulus, racemosa. Larve (Ed. ANDRÉ, pl. 19,
fig. 4, 5, 8 à 12), 20 mm., brune en dessus à 1’âge adulte, blanc-grisâtre ou ver-
dâtre en dessous; sur le dos deux lignes longitudinales sombres; tête blanc-jau-
nâtre avec une tache foncée sur le vertex. La femelle pond sur les feuilles des
œufs qui sont contenus dans des sortes d’ampoules protectrices. Larve figurée
également par Bn1sc1=1xE, 1883 b, pl. 7, fig. 2; biologie : LOISELLE, 1907, p. 34;
Knnussn, 1917.
14. Maorophya. tustica. L. — Tenthredo rustica L., 1758, p. 556;- M acro-
phya rustica Ed. ANDRÉ, 1879, p. 343, pl. 19, fig. 2; DALLA TORRE, 1894,
p. 59; ENsL1N, 1913, p. 154.

Mscaormm 169
[Syn. : Tcnthredo montana Scor.; T. carbonaria L.; T. trifasciata Gsorr.;
T. sulfurca Gmmnm; T. tricincta Cxxmsr; T. notata Pz.] ·
L. 10-14 mm. — Fig. 158. — Q, tête noire, clypéus, labre, mandibules
jaunes; thorax noir, pronotum très largement teinté de jaune, tegulae
jaunes; ailes légèrement teintées de jaune, nervures et stigma bruns;
pattes I et II entièrement jaunes, III jaunes sauf Pextrémité des fémurs
É g V; -' , (
  g->,«,/1%*
  ; 
,_   _;_É, ;
É sr à   \
"'ti  
· À.: qsî
ai   @1 . _
Fxc. 158.   Macrophya rustica.
la base et le sommet des tibias, qui sont noirs, ainsi que les tarses entiers;
abdomen noir, les tergites I, V et VI avec une large bande jaune, les 5°
et 68 interrompues au milieu. — 0*, tarses III en partie jaunes; scutellum `
noir, abdomen en général sans bandes jaunes. — Tête fortement ponctuée,
mais cependant brillante.
var. tegularis Kouow, téguments de la tête noirs. Algérie.
var. scutellaris Eusnm, scutellum jaune.
var. pleuralis Enstm, métapleures avec tache jaune.
Toute la France y compris le Midi. Commun.
Toute l’Europe; Asie mineure; Afrique du Nord (commune en Algérie).
15. Macrophya ribis Scmismx. - Tcnthredo ribis Scan., 1781, p. 332;
— Macrophya ribis Ed. ANDRÉ, 1879, p. 345; DALLA Tonan, 1894, p. 58;
ENSLIN, 1913, p. 155.
[Syn. : Tenthredo salicis S·rnoM; T. leucopus GMELxN; T. exalbida GMEL.;
M. ribesii KALT.; M. bertolini COBELLI] ‘
L. 8-10 mm. — Q, tête entièrement noire, clypéus et labre compris;
thorax entièrement noir, y compris pronotum et tegulae; ailes hyalines,
nervures et stigma brun très foncé, presque noirs; pattes noires avec une

170 HYMÉNOPTÈRES TENTHRÉDOIDES
tache blanche, faible sur les hanches I et II, grande sur les hanches III,
tibias et tarses I et II souvent blancs sur la face antérieure, trochanters III
blancs, une tache blanche à la face postérieure des tibias III, tarses III
plus ou moins tachés de blanc; abdomen entièrement noir. -— 5*, clypéus,
labre et base des mandîbules en général blancs. —- Tête assez fortement
ponctuée, mais restant brillante.
Seine, Seine-et—©ise : Chaville, Meudon, Maisons-Laffitte; Eure : Évreux,
juin, juillet; Haute-Saône : Gray; Haute-Vienne : Verneuil; Loire-Inférieure :
Nantes, juin-septembre; Puy-de-Dôme : La Bourboule, Mont-Dore; Drôme :
Nyons; Charente—Inféricure : Royan; Hautes-Pyrénées : Gèdre (Br.or.EM.4NN);
Pyrénées-Orientales : Vernet, Sournia (DEMS); Haute-Garonne : Boutx, août
, (Moururrs); Ariège : Quérigut, juillet.
Europe centrale.
Biologie. —- Probablement sur Scmbucus (LOISELLE, 1907, p. 34).
Parasites. - lchneum. : Pygostolzw sticticus Hal.; Tryphon armillator Grav.
16. Macrophya carinthiaca. Kano. — Temhredo (Allantus) carinthiacc
KLUG, 1814, p. 125; -— Macrophya carinthiaca Ed. ANDRÉ, 1879, p. 352;
DALLA Tonmz, 1894, p. 48; ENs1.rN, 1913, p. 155.
L. 7-8 mm. —— Q, tête noire, clypéus, labre, mandibules blancs, ainsi
souvent que deux taches sur le sommet de la tête près du vertex; thorax
  jrc, î   · W; mi
" t `   ‘'’;'’'`'  y  fr
r  "@   (
 w··=¤·.··*· .  Yhülüi   . J   
  û2=ê?¥§?l·?î<;‘·· ·.'—  aaè 
     
. #-4,,,;; ·‘=';.¥f il  \. i g    ïï§î :’,-:
1eo 1:-se T 161
FIG.§159 à 161. -—- 159. Macrophya rufipes, Q. -- 160. M. punctum-album; Q,
abdomen vu dorsalement. —— 161. M. blanda, extrémité du thorax et base
de l’abdomen, vues de côté, montrant en blanc le petit appendice surmontant
les hanches Ill. ,
noir, bord postérieur du pronotum et tegulae blancs; ailes hyalines, ner-
vures et stigma brun-noirâtre; pattes noires, I et II ont les trochanters
et la face antérieure des tibias et tarses blancs, ainsi que les genoux,
pattes III : hanches sans tache blanche, trochanters blancs, genoux blancs
avec une tache avant l’apex des tibias; abdomen noir, bord postérieur
du 1€î tergite et le dernier tergite blancs. — 5*, sommet des hanches

· Macnorum. 171
blancs, fémurs I et II blancs à la face antérieure, le·dernier tergite abdo-
minal le plus souvent noir. — Côtés de la partie inférieure de la face forte- ·
ment ponctués; antennes minces, plus étroites à Pextrémité, aussi longues
que tête et thorax (Q) ou tête + thorax + 3 segments abdominaux (çj').
Hautes-Alpes : Vallouise; Drôme : Nyons; Pyrénées-Orientales : Puyvalador,
juillet (Riuur).
Europe centrale.
17. Macrophya. parvula Korxow. —— M. p. Kouow, 1884, p. 326; ENSLIN,
1913, p. 156.
L. 7 mm. -— Q, tête noire, clypéus avec deux taches blanches, labre
brun de poix, partie supérieure de la tête avec un point blanc de chaque ‘
côté du vertex; thorax noir, pronotum étroitement bordé de blanc, ainsi
que les tegulae; ailes hyalines, nervures et stigma bruns; pattes noires, _
tibias et tarses I et II à face antérieure blanche, aux pattes III genoux
et une tache avant l’apex du tibia blanchâtres; abdomen noir, 18* et der-
nier tergites marginés postérieurement de blanc. —— (j' comme la femelle,
mais fémurs I et II blancs à la face antérieure, pattes III entièrement
noires, abdomen entièrement noir. — Partie supérieure de la tête forte-
ment ponctuée, presque mate.
Seine-et-Oise : Maisons-Laffitte, mai, 3 0*. `
Europe centrale. Rare.
Nom. —- Macrophya crythràgastra (Srmonx), 1843, décrite d’Espagne °
a parfois été citée comme existant en France; toutefois cette espèce ne
paraît pas être connue avec précision, et en particulier il est fort douteux
qu’elle appartienne au genre Macrophya, car Srmonx dit très nettement
qu’elle a « le chaperon entier, et tronqué en ligne droite »; or les Macrophya
ont toujours le clypéus échancré.
2. Sous-famille des DOLERINAE
Deux cellules cubitales seulement, par suite de la disparition de la 2° ner-
vure transverso·cubitale, la 2° cellule cubitale étant très longue (fig. 162);
tête et thorax assez fortement ponctués, jamais entièrement lisses; antennes
de 9 articles, aussi longues, ou même plus courtes, que l’abdomen, quelque-
fois un peu plus longues que celui-ci, principalement chez le mâle.
Biologie. —- Très peu connue, et pour un petit nombre d’espèces seulement;
les larves vivent sur les Graminées, Cypéracées, Juncacées et Equisetacées;
elles ont 22 pattes, quand on les dérange elles s'enroulent et se laissent tomber
sur le sol; elles s’empupent dans la terre et y passent l’hiver; la vie des larves
est courte .et leur élevage difûcile.
Distribution. -- Région holarctique.

172 HYMÉNOP1·ÈP.Es TENTHRÉDOIDES .
TABLEAU DES GENRES
— Yeux arrondis, en ovale court, à peine 1/3 plus hauts que larges,
le côté interne arqué (fig. 163), leur base séparée de celle des mandi-
bules par environ la longueur du 2** article des antennes. .......
............................................. (p. 172), Dolerus.
— Yeux en ovale allongé, presque deux fois aussi hauts que larges,
légèrement réniformes du côté interne (fig. 178), leur base séparée
de celle des mandibules par un peu moins que la longueur du 26 ar-
ticle des antennes ....................... _ ...... ( p. 189), Loderus.
. Gen. DOLERUS J URINE, 1807
(ûosythaeus LEAcn, 1817)
Caractères de la sous-famille; taille moyenne : 8 à 11 mm.; corps ovale
allongé. Espèces entièrement noires, ou à abdomen rouge au milieu, sou-
vent difficiles à distinguer les unes des autres; le profil de la scie est quel-
quefois assez caractéristique.
Distribution. -— Région holarctique.
TABLEAU DES FEMELLES
1. Abdomen rouge en tout ou en partie ....................... 2.
—- Abdomen entièrement noir ................................. 12.
2. Pattes rouges, au moins en partie ............................ 3.
— Pattes entièrement noires ................................... 8.
3. Premier article abdominal ponctué (points peu nombreux, très
espacés), les suivants très finement striés .................... 4.
—— Tous les tergites abdominaux lisses et brillants .......... ., . . . 5.
4. Tegulae rouges; taille 9-10 mm .............. (p. 177.), tristis.
— Tegulae noires; taille 12 mm ................ (p. 177), pratcnsis.
5. Mésonotum finement ponctué de points égaux. . (p. 178), palustris.
——- Mésonotum irrégulièrement ponctué de points gros et petits .... 6.
6. Antennes fines, plus courtes que Pabdomen, à peine amincies
à Pextrémité ............................... (p. 178), aericeps.
—- Antennes presque aussi longues que Pabdomen, nettement amin-
cies à l’extrémité .......................................... 7.
7. Thorax presque entièrement rouge, y compris le scutellum et le
milieu du métanotum, souvent aussi le mésosternum; pattes I :
genoux rouges, pattes III : fémurs et tibias entièrement rouges.
.......................................... (p. 179), etruscus.
—- Thorax avec le pronotum, les tegulae, le mésonotum rouges;
le plus souvent le scutellum noir; pattes I au moins autant teintées

noLx~:n¤s 173
de rouge que les pattes III, jamais moins, souvent plus .......
......................................... (p. 179), germanicus.
8. Thorax rouge, avec trois taches noires sur le mésonotum, ces
taches plus ou moins grandes, pouvant fusionner ...........
.......................................... (p. 179), triplicatus.
·—- Thorax rouge sans taches noires sur le mésonotum ........... 9.
9. Abdomen entièrement rouge, à Pexoeption de l’étui de la scie .... 10.
-— Abdomen rouge, le 1"' tergite noir .......................... 11.
10. Tête nettement plus étroite en arrière ........ (p. 180), madidus.
·- Tête non plus étroite en arrière, souvent plus large ..........
......................................... (p. 181), uliginosus.
11. Thorax : pronotum, tegulae, lobe médian du mésonotum, rouges,
lobes latéraux du mésonotum entièrement rouges, ou noirs avec la
partie antérieure rouge ........................ (p. 181), antlcus.
-- Lobes latéraux du mésonotum entièrement noirs .............
.......................................... (p. 181), Ierrugatus.
12. Au moins les genoux rougeâtres ou jaunâtres ............... 13.
——- Pattes entièrement noires .................................. 16. .
13. La striation des tergites abdominaux ne commence qu’au 4°,
les 1*** et 28, souvent aussi le 3**, sont lisses; en général tous les
fémurs rouges ............................... (p. 181), liogaster.
-— La striation des tergites commence au 26; en général les genoux
seuls rougeàtres .... . ...................................... 14.
14. Tous les genoux rougeâtres; fourreau de la scie un peu élargi vers
Pextrémité. Espèces communes ........................... .. . 15.
- Seuls les genoux I et II rougeâtres; fourreau de la scie aminci
vers Pextrémité. Rare ........................ (p. 183), gessneri.
15. Lobes latéraux du mésonotum lisses et brillants, avec seulement
quelques points épars ........................ (p. 183), gonagcr.
- Lobes latéraux du mésonotum fortement et densément ponctués.
.... _ ..................................... (p. 183), puncticollis.
16. Thorax avec des parties rouges ........................... - 17.
— Thorax entièrement noir .................................... 19.
17. Mésonotum entièrement noir; pronotum et tegulae rougeàtres,
ou jaune-rougeâtre. Commun. .............. (p. 185), haematodes.
— Mésonotum rouge en entier sauf le scutellum, ou au moins en
partie ................................................... 18.
18. Une grosse tache rouge sur les mésopleures; pronotum noir.
Rare ...................................... (p. 186), thoracicus.
— Pas de tache rouge sur les mésopleures; pronotum rouge. Com-
mun. ................................... (p. 188), sanguinicollls.
19. Fourreau de la scie, vu de dessus, plus ou moins élargi à l’extré·
mité (fig. 170, 174) ......................................... 20.

174 HYMÉNOPTÈRES TENTHRÉDOIDES
—- Fourreau de la scie non élargi vers l’extrémité, souvent même
aminci ................................................... 21.
20. Fourreau de la scie fortement élargi à Pextrémité, en forme de
` triangle renversé (fig. 170) ..................... (p. 184), picîpés.
— Fourreau de la scie modérément, mais régulièrement, élargi, de la
base à Pextrémité (fig. 173). ._ ................ (p. 186), nîgratus.
21. Sillon postérieur du lobe médian du mésonotum formant un arc
de cercle (fig. 166) ............... ‘ .......................... 22.
—- Sillon postérieur du mésonotum formant un angle égal ou infé-
rieur à 90° (fig. 168) ...................................... 24.
22. Ligne médiane du lobe médian du mésonotum en sillon profond.
............................................. (p. 183), nitcns.
— Ligne médiane du lobe médian du mésonotum non approfondie,
' mais au contraire formant une petite carène saillante .......... 23.
23. Corps noir, le 1°1' tergite abdominal très peu échancré postérieu-
rement, de sorte que la membrane blanche est peu visible, ou
même nulle (fig. 165) ..................... (p. 184), anthracînlls.
—— Corps avec des reflets bleu d’acier; le 1er tergite abdominal forte--
ment échancré postérieurement, membrane blanche forte (fig. 167).
........................................... (p. 184), coracinus.
24. Clypéus bombé en un bourrelet transversal plus ou moins déve-
loppé, ayant parfois la forme d’une carène .... (p. 185), mcgapterus.
— Clypéus sans bourrelet transversal ........................... 25.
25. Le 19f tergite abdominal strié, et fortement ponctué au milieu;
antennes plus courtes que l’abdomen .............. (p. 184), asper.
— Le 1er tergite abdominal lisse, et avec seulement quelques points
épars .................................................... 26.
. 26. Vertex indistinctement délimité en avant et sur les côtés ......
......................................... (p. 185), carbonarius.
—— Vertex délimité, au moins sur les côtés, par un sillon bien net .... 27.
27. Dépression temporale indistincte ou nulle. . . . (p. 186), btevicornîs,
-— Dépression temporale bien nette ........................... 28.
28. Grosses espèces : gf 10 mm., Q 11 mm. .................... 29.
— Petites espèces : 9 0* mm., Q 10 mm. (au plus) ............ 30.
29. Échancrure du clypéus profonde, en atteignant presque le milieu.
Commun ...................................... (p. 186), niger.
-— Échancrure du clypéus moins profonde, en atteignant à peine
le 1/4 ou le 1/3. R. ........................ (p. 187), gibbosus.
30. Mésonotum fortement ponctué ............. (p. 187), rugosulus.
- Mésonotum faiblement et épaissement ponctué, sa surface bril-
lante en particulier la partie bombée des lobes .............. 31.
31. 3° article des antennes plus court que le 4***; fourreau de la scie
non élargi à Pextrémité ..................... (p. 187), aeneus.

DOLEHUS 175
-— 3** article des antennes plus long que le 4°; fourreau de la scie très
légèrement élargi à Pextrémîté. ...........................
.......................... (p. 188), sanguinîcollis var. tumosus.
· TABLEAU DES MÃLES
1. Abdomen noir aux deux extrémités, rouge au milieu, ou même
rouge en entier (‘) ......................................... 2.
· — Abdomen entièrement noir ................................. 12.
2. Pattes rouges, au moins en partie .......................... 3.
— Toutes les pattes entièrement noires ........................ 8.
3. Premier tergite abdominal ponctué (points peu nombreux et très
espacés), les suivants très finement striés ................... 4.
— Tous les tergites abdominaux lisses et brillants .............. 5.
4. Tegulae rouges (rarement noires); pattes III noires, avec l’extré-
mité des tibias rouge; taille 8-9 mm .......... (p. 177), tristis.
— Tegulae noires; pattes III souvent avec les tibias entièrement
rouges; taille 10 mm. ..................... (p. 177), pratensls.
5. Mésonotum finement ponctué de points égaux,. (p. 178), palustrîs.
— Mésonotum irrégulièrement ponctué de points gros et petits ..... 6.
6. Antennes fines, courtes, moins longues que l’abd0men, à peine
amincies àl’apex; tête avec quelques reflets métalliques ..... ..
............................................ (p. 178), aericeps.
— Antennes plus fortes, plus longues que l’abdomen .......... 7.
7. Abdomen entièrement rouge, à Pexception du 1" segment;
pattes I : genoux rouges, III : fémur et tibia presque entière-
ment rouges. ................................ (p. 179), etruscus.
— Abdomen noir à la base et à l’extrémité; pattes III souvent
° entièrement noires ........................ (p. 179), germanlous.
8. Abdomen entièrement rouge à l’exception du 1*** segment, ce ·
dernier peut n’être rouge que sur les côtés ..... (p. 179), tripllcatus.
- Abdomen noir à la base et à Pextrémité .................... 9.
9. Antennes au moins aussi longues que l’abdomen. (p. 180), madldus.
— Antennes plus courtes que l’abdomen ...................... `. 10.
10. Les derniers segments abdominaux finement striés, peu brillants.
.......................................... (p. 181), ierrugatus.
— Les derniers segments abdominaux brillants ................. 11.
11. Premier segment abdominal un peu ponctué au milieu (d’après
Ensnm) ................................... (p. 181), uliginosus.
·- Premier tergite abdominal lisse (d’ap. ENs1.1N).. (p. 181), antlcus.
12. Au moins les genoux des pattes rougeàtres, ou jaunâtres ....... 13.
— Pattes entièrement noires .................................. ' 16.
(1) Sauf D. pratcnsis Val'. atratus·

176 HYMÉNOPTÈRES 1·ENrHaÉno1nEs
13. La striation des tergites abdominaux ne commence qu’au 46,
les 16*, 26 et 36 lisses; en général tous les fémurs rouges ........
................................... . ....... (p. 181), lîogaster.
— La striation des tergites abdominaux commence au 26; en général
les genoux seuls rougeâtres ................................. 14.
14. Tous les genoux rougeâtres ................................. 15.
— Seuls les genoux I et II rougeâtres .......... (p. 183), gessnerî.
15. Lobes latéraux du mésonotum fortement et densément ponctués.
........................................ (p. 183), punctîcollis.
—- Lobes latéraux du mésonotum lisses et brillants, avec seule-
ment quelques points épars ................... (p. 183), gonager.
` 16. Dépression temporale nulle .................. ' ............... 1 7.
—— Tempes avec une dépression postérieure bien marquée ......... 26.
17. 86 tergite abdominal avec une forte incision triangulaire au bord
postérieur, occupée par une membrane blanche (fig. 169) .....
........................................... (p. 186), nîgratus.
—— 86 tergite abdominal sans incision ........................ 18.
18. Tempes avec un espace lisse et brillant de chaque côté du vertex.
............................................. (p. 184), picîpes.
—— Tempes sans espace lisse bien marqué ..................... 19.
19. Le 16T tergite abdominal strié et fortement ponctué au milieu. . .
.............................................. (p. 184), asper.
—— Le 16* tergite abdominal lisse, et avec seulement quelques points
épars ..................................................... 20.
20. Lobe médian du mésonotum avec un sillon postérieur formant un
arc de cercle (fig. 166) ...................................... 21.
-— Lobe médian du mésonotum. à sillon formant un angle égal ou
inférieur à 906 (fig. 168) ................................... 23. '
21. Tête fortement rétrécie en arrière. . .— ............ (p. 183), nitens.
-— Tête non ou à peine rétrécie en arrière ...................... 22.
22. Tête portant de forts poils brun-noiràtre; antennes légèrement
comprimées; corps noir, avec de très légers reflets bleus, ou même
sans ..................................... (p. 184), anthracînus.
_ -—- Tête avec des poils gris; antennes non comprimées; corps avec
des reflets bleu d’acier .................... (p. 184), coracînus.
23. 36 tergite abdominal glabre, le 46 orné de poils seulement sur
les côtés. ............................... (p. 185), haematodes.
—- 36 et 46 tergites abdominaux ornés de poils au milieu, ou même
en entier ................................................. 24.
24. Clypéus bombé en un bourrelet transversal pouvant même former
une carène .............................. (p. 185), megapterus.
- Clypéus non bombé en un bourrelet transversal ............. 25.

Donmws 177
25. Vertex non délimité en avant et sur les côtés. . (p. 185), carbonarius.
— Vertex délimité par un sillon, au moins sur les côtés ..........
......................................... (p. 186), brevieornis.
26. Grande taille, 10 mm. environ .............................. 27.
—— Petite taille, 9 mm. au maximum ........................... 28.
27. Échancrure du clypéus forte, en atteignant presque le milieu;
lobes latéraux du mésonotum fortement ponctués ..........
.............................................. (p. 186), niger.
—— Échancrure plus réduite, atteignant seulement le 1/4 ou le 1/3
du clypéus; lobes latéraux du mésonotum moins fortement ponc-
tués, brillants ............................... (p. 187), gibbosus.
28. 8° tergite abdominal avec une incision au bord postérieur, occupée
par une membrane blanche (voir fig. 169); forme typique à. tho-
rax en partie rouge ...................... (p. 188), sangulnicollîs.
— 8° tergite sans incision .................................... 29.
29. Mésonotum faiblement et éparsement ponctué, sa surface bril-
lante, en particulier la partie bombée des lobes. . . (p. 187), aonous.
-— Mésonotum faiblement ponctué ............. (p. 187), rugosulus.
1. Dolerus trlstls F. —· Tenthredo tristis F., 1804, p. 39; — Dolerus
tristis Ed. ANDRÉ, 1879, p. 268; DALLA Touran, 1894, p. 18; -— D. bima-
culatus ENSLIN, 1913, p. 158, fig. 36.
[Syn. : Tenthredo bimaculata GEOI-`FR.?; T. analis FALLÉN; T. abietis
FALL.]
L. (j' 8-9 mm.; Q 9-10 mm. — Tête et thorax noirs, tegulae rouges,
(rarement noires); ailes très légèrement enfumées, nervures et stigma
noirs; pattes I rouges à partir du 1/3 des fémurs; II et III rarement entiè-
rement noires, les tibias II en partie rouges; abdomen noir aux deux extré-
mités, les segments II à V rouges. —- Tête et thorax ponctués, la tête
très fortement rugueuse. — Scie, ENsLxN, fig. 36, p. 158.
Seine-et-Marne : La Ferté-Milon, mai (coll. J. nr: GAULLE. 1 C5'); Aube : Estis-
sac, avril (n’Am·sssAm:¥, 1 Q); Isère : Oisans (Gmwn); Haute-Garonne :
Toulouse (d’après Manousr).
Europe centrale et septentrionale. ,
2. Dolerus pratensis L. — Tenthredo pratensis L., 1758, p. 556; Dolcrus
dubius Ed. AmmÉ, 1879, p. 267, pl. 16, fig. 3; DALLA Tonaxs, 1894, p. 5;
ENSLIN, 1913, p. 159; — D. pratensis MALMSE et BENsoN, 1934, p. 5.
[Syn. : Tenthredo dubia KLUG; D. abietis LEP.]
L. (3* 10 mm., Q 12 mm. — Tête et thorax noirs, tegulae noires; ailes
très légèrement enfumées, nervures et stigma noirs; pattes I rouges à.
partir du tiers des fémurs, II rouges en partie, III entièrement noires;
abdomen noir aux deux extrémités, les segments II à V rouges. -— Tête
et thorax ponctués, la tête très fortement rugueuse. — Soie : ENsL11·z,
fig. 37, p. 159.
12

178 HYMÉNOPTÈRES TENTHRÉDOIDES
var. timidus Kwc (abietis Pz, nec L.), pattes I et II presque entièrement
rouges, les hanches et trochanters noirs, aux pattes III l’extrémité des fémurs
et les tibias rouges.
var. desertus Kwe; pattes presque en entier rouges, tegulae rouges. R.
var. atratus ENSLIN (niger ENsL1N, nec L.), abdomen entièrement noir.
Seine, Seine-et-Oise : Chaville, Meudon, Alfortville; Eure : Evreux, juin,
Igoville, juin; Marne : Reims, Germaine (BETTINGER); Nord : Lille; Vosges;
Calvados : Lisieux; Loire-Inférieure ; Nantes; Saône—et-Loire : Mâcon, juin
(FLAMARY).
Toute l’Eur0pe; Sibérie.
Biologie. ——- Larve (Bniscaxn, 1883 b, pl. 2, üg. 5).
3. Dolerus palustris Kwcl — Tant/zredo (Dolerus) pclustris KLUG,
1814, p. 296; —— Dolerus palustris Ed. ANDRÉ, 1879, p. 267; ENsL1N, 1913,
p. 160; ——- D. paluster DALLA Tonnn, 1894, p. 12.
[Syn. : Dosythaews junci LEACH, STEPHENS; Dolerus cothumatus LEP.,
1823; D. busaei VoLLENH.; Tenthredo quadricinctus Zmr.]
L. 7-9 mm. — Tête et thorax noirs; ailes très faiblement enfumées,
nervures et stigma noirs, tegulae noires; pattes en majeure partie noires,
les tibias rougeâtres; abdomen noir à la base et à Pextrémité, les segments II
à VI rouges. - Mésonotum fortement ponctué de points égaux.
var. Saxatilis Harare, seulement les tibias et tarses I rouges, tegulae rouges.
Seine, Seine-et-Oise : Meudon, mai; Chaville, avril; Maisons-Laffitte, juin;
Somme : Amiens; Haute-Saône : Gray; Corrèze : Argentat; Hautes-Alpes : Lau-
taret, 2.200 m. (GIRAUD); Aveyron; Hautes-Pyrénées : Tarbes, Cestas.
Europe centrale et septentrionale; Sibérie.
Biologie. —- Larve (Msunne, Tidjsch. 0. Ent., 1912, p. 208) dans Equisetum
palustre et limosum où elle ronge l’inté1·ieur d’un entre-nœud jusqu’à la paroi
externe, elle passe ensuite à l’entre·nœud immédiatement en dessous.
4. Dolerus aerieeps TnoMsoN. — D. a. Tn., 1871, p. 285; Ed. ANDRÉ,
1879, p. 264; DALLA Tonus, 1894, p. 1; ENs1.1N, 1913, p. 161.
[Syn. : D. mcmdibularis KON0w; D. quadricinctus KIAER]
L. 7-9 mm. -— Tête noire, parfois avec reflets métalliques; thorax :
pronotum, mésonotum et tegulae rouges, scutellum et le reste noirs; ailes
hyalines; pattes noires, les genoux et la face antérieure des tibias I rouges;
abdomen jaune-rouge, chez la femelle le 18* tergite et le fourreau de la
soie noirs, chez le mâle les premiers et derniers segments noirs. —— Antennes
courtes, plus petites que Pabdomen, fines, Pextrémité à. peine aminoie.
var. erythtoplls ENSLIN (rufipes KoNoW, neo Gnorrnov), tous les fémurs
et tibias rouges en tout ou en partie.
S., S.-et-O. : Poissy, juillet, Maisons-Laffitte, juillet; S.-et-M. : Montereau;
Nord : Lille; Seine-Inférieure : Dieppe; Somme : Amiens; Calvados : Lion-sur-Mer
(H. Lucas); Ardennes; Jura; Loir-et-Cher : Blois; Haute-Vienne : Thiac; Allier.
Toute 1’Europe, sauf probablement le Sud.
Biologie. —— Sur Eguisetum arvense (observ. inéd. : Bau).

DOLERUS 179
5. Dolerus etruscus Kwc. — Temhredo (Dolerus) etruscus Kwc, 1814,
p. 299; — ENSLIN, 1913, p. 161.
[Syn. : D. pratensis var. testaceus DE STEP.]
L. 8-9 mm. -— Tête noire; thorax noir chez le mâle, presque entièrement
rougeâtre chez la femelle, les mésopleures et le segment médiaire le plus
souvent noirs; ailes très légèrement enfumées, nervures et stigma noirs;
pattes noires, les genoux I rougeâtres, fémurs et tibias II et III presque
entièrement rougeâtres; abdomen en entier jaune d’ocre, sauf le 1*** ter-
gite qui est noir brillant. — Antennes à peu près aussi longues que l’abdo-
men chez la femelle, ou même plus longue chez le mâle, amincies à l’apex;
tête fortement ponctuée, mésonotum brillant, à points espacés.
Espèce méridionale, commune en Espagne et en Italie, rare en France : île
de Ré (coll. J. DE GAULLE), Charente-Maritime : Saintes,juî1let; Indre-et-Loire :
Le Blanc, juillet.
6. Dolerus germanicus F. — Tenthredo germanica F., 1775, p. 321; —
D. pratcnsis Ed. ANDRÉ, 1879, p. 263; D. germanicus pratensis DALLA
Tomm, 1894, p. 7, 13; — D. pratensis ENSLIN, 1913, p. 163; — D. germa-
nicus MALAISE et BENSON, 1934, p. 5.
[Syn. : Tenthredo abictis L. 1761, nec L. 1758; T. pedestris Pz.; T. eglan-
teriae KL.; D. bajalus LEP.; Dosytheus xanthopus STEPH.; D. fulviventris
CAM.]
L. 9-10 mm. — Tête noire; thorax noir chez le mâle, presque entière-
.ment rougeâtre chez la femelle, y compris le scutellum, qui peut être plus
ou moins taché de noir, mésopleures et segment médiaire en général noirs;
ailes légèrement enfumées; pattes rougeâtres le plus souvent aux fémurs
et tibias III; abdomen jaune d’ocre en entier chez la femelle, avec le 1** ter-
gite noir; chez le mâle, noir aux deux extrémités, les segments du milieu
rougeâtres. '
var. nigrlpes Komow, pattes fortement noires, seuls les genoux I rougeâtres,
scutellum noir.
Toute la France, assez commun au printemps.
Toute l’Europe; Sibérie.
Biologie. — Larve sur 1’herbe et sur J uncus ,· de couleur verte; dérangée, s’en-
roule avec la tête à l’intérieur.
7. Dolerus triplicatus KLUG. — Tenthredo (Dolerus) triplicatus KL.,
1814, p. 295; —- D. tremulus DALLA Tonmz, 1894, p. 18; — D. triplicatus
Ed. ANDRÉ, 1879, p. 263; ENSLIN, 1913, p. 163.
[Syn. : Tenthredo tremula KLUG; D. trimaculatus LEP.; D. dimidiatus
LEP.; D. lugubris Gum.]
L. 9-12 mm. — Fig. 162. — Tête noire; (5* thorax noir, Q thorax rouge
avec trois taches noires sur le mésonotum; tegulae rouges; mésonotum
noir ainsi que les mésopleures en partie; ailes légèrement enfumées, ner-

180 HYMÉNOPTÈRES TENTHRÉDOIDES
vures et stigma noirs; pattes entièrement noires; abdomen jaune rougeâtre,
en entier chez la femelle, le 1** tergite noir chez le mâle.
var. aemula Kouow, les taches noires du mésonotum peuvent être plus ou
moins développées, et même arriver à se fusionner.
var. steini Konow, gi', coloration de la femelle, mésonotum avec trois taches
noires.
Toute 1 France, sauf peut-être la région méditerranéenne. Assez commun.
Angleterre; Belgique; Scandinavie; Hollande; Suisse; Allemagne; Russie.
·   .   Ljî 
\   
- >7;2s;·i'/‘î.——
, 1 ;:;â§Zî"l‘·· `
 L §•
., i   `'“v'   E il
il e r  î   
FIG. 162. — Dolerus triplicatus, Q.
Biologie. —- A. Licurmvsrein (1913) a trouvé la larve de cette espèce sur
Juncus conglomeratus: elle s’empupe sans cocon, dans la terre.
8. Dolerus madidus KLUG. — Tenthredo (Dolerus) madidus KL., 1814,
p. 230; —— D. latcritius Ed. ANDRÉ, 1879, p. 262; — D. germanicus (pars)
DALLA Tone, 1894, p. 7; — D. madidus ENSLIN, 1913, p. 164.
[Syn. : Tenthredo lateritia KL.; T. germanicus ZETT.; D. chappeli CAM.;
D. lamprechti KoN0w]
L. 9-11 mm. ——- Comme la précédente, mais Q thorax rougeâtre, le
seutellum noir, ainsi que le mésosternum et une partie des mésopleures;
ailes hyalines, nervures et stigma noirs; pattes entièrement noires; 5* abdo-
men avec le 1€T segment noir ainsi que les deux ou trois derniers. -— @9
tête plus étroite en arrière; (5* antennes plus longues que l’abdomen.
var. monozonus ENsL1N, çj', le 2** segment abdominal seul entièrement rouge.
Toute la France.
Scandinavie; Allemagne; Hollande; Belgique; Suisse; Russie.
Biologie. —- Sur Juncus, larve verte (Bmscnxr, 1883 b, pl. 2, fig. 7); îmago
dès le printemps.

Donmws 181
9. Dolerus uliginosus Kwo. — Tenthreda (Dolerus) uliginosa Kwo,
1814, p. 297; — D. uliginosus DALLA Tomas, 1894, p. 19; ENSLIN, 1913,
p. 165.
[Syn. : D. madidus KoNoW, nec KLUG]
` L. 8-11 mm. — Comme D. madidusd , le ie? tergite abdominal assez·
fortement ponctué au milieu. ,
Seine-et-Marne : Paley (Bau); Ardennes]
Europe centrale. Rare. .
10. Dolerus antieus Kwo. — Tenthredo (Dolerus) antica Kwo, 1814,
p. 294; D. anticus Ed. ANDRÉ, 1879, p. 265; DALLA Toune, 1894, p. 2;
ENSLIN, 1913, p. 165.
· [Syn. : D. germanicus LEP.; D. klugi Scnoisrz]
L. 8-11 mm. —· Tête noire; Q, thorax rougeâtre, les mésopleures en
entier et les lobes latéraux du mésonotum noirs sauf le sommet; scutellum
noir; abdomen jaune rougeâtre, le 1*** segment noir. — (5* tête et thorax
noirs, abdomen noir, les segments du milieu rougeâtres.
var. schulthessl Kouow, lobes latéraux du mésonotum rouges.
Toute la France, mais parait plus commune dans le sud-ouest.
Scandinavie; Allemagne; Hollande; Suisse.
11. Dolerus terrugatus LEP. -— D. f. LEP., 1823, p. 122; ENs1.1N, 1913,
p. 166; D. sanguinicollis var. ferrugatus DALLA Toman, 1894, p. 16.
[Syn. : D. anticus, fuscipennis STEPH.; D. brevicormls Tnoms.; D. tho-
racicus Ed. ANDRÉ; D. anticus CAM.; D. thomsoni KoNow]
L. 8-10 mm. —- çi, les derniers segments abdominaux finement rugueux,
· antennes aussi longues que l’abd0men. — Q thorax noir, seuls le pro-
notum, les tegulae et le lobe médian du mésonotum rouges.
var. mlrlcolor Koxow, G', abdomen entièrement noir, au plus avec une tache
rouge sur les côtés.
Eure : Evreux, mai, octobre; Calvados : Lisieux, mai; Nord : Genech (Cxvao);.
Charente-Maritime : Saintes.
Europe centrale et septentrionale. Rare.
Biologie. — Pxsrssts (1945, p. 179); sur Juncus effusus de juin à août; passe
l’hiver dans la terre, sans faire de cocon; larves jeunes brun verdàtre dorsale-
ment, blanchàtres ventralement, tête orange avec cinq taches noires, dont une
paire en forme de virgule de chaque côté de l’occiput. P.4s·rÉm.s note qu’il semble
y avoir une concordance entre la morphologie et l’écologie, tous les Dolerus à
abdomen rouge vivant sur les joncs et Equisetum, ceux à abdomen noir sur les
graminées ou les Carex.
12. Dolerus liogaster TnoMsoN. — D. l. Tn. 1871, p. 286; Ed. ANDRÉ,
1879, p. 270; DALLA Tonns, 1894, p. 10; ENSLIN, 1913, p. 167.
Syn. : D. schmidti KoNoW; D. armulatus STEIN]
L. 8-9 mm. — Fémurs en général entièrement rouges, parfois la base

182 HYMÉNoP·ri·:nEs *rEN'rHRÉno1nEs
des tibias III rouge, plus rarement la base des autres tibias; mésonotum
fortement ponctué, points forts et profonds, la ponctuation un peu moins
forte sur la partie antérieure des Iobes latéraux.
i O
,aF' ,.·,·. "'   _.,.
;?‘ 5 âgiëze?   O O  
u::§É<’ > `~_\\__
QL;  Il \    ‘
*63 164
166 168
  · ¤·? i
165 , i »’ " ‘ .
172 173
170
, `>?l<~·-·· '~f  
  `''` ïÈ· `mvnô-il"-il /î" \`$ `    
··~ '\  
167 174 sp
177
169 176   HS
F10. 163 à 178. -· Delerue aeneus, tête vue de % par I’avant. - 164. Id. tête
vue de dessus. - 165. D. anthracinus, les premiers tergites abdominaux. —-
166. Id., mésonotum. —- 167. D. coracinus, les premiers tergites de l’abdomen.
-—- 168. Id., mésonotum. —- 169. D. nigratus, Q, derniers tergites abdominaux.
— 170. D. picipes, Q, fourreau de la scie. - 171. D. gibbosus, id. -
172. D. niger, id., — 173. D. nigratus, id. —— 174. D. bimaculatus, scie (d’après
ENsLm). —-— 175. D. sanguinicollis var. jumosus, id. — 176. D. rugosulus, id. -—
177. Loderus palmatus, tête Vue de % par l’avant. — 178. Loderus palmatus,
fourreau de la scie.
var. rufonotatus Ensmm, pronotum et mésonotum avec de petites taches
rouges. _
Région parisienne; Nord : (Lmmnnnv); Eure : Évreux, mars; Drôme : Nyons.
Toute l’Europe. Très rare.

DOLERUS 183
13. Dolerus gessnerl Ed. ANDRÉ. —- D. g. Ed. Aunmi, 1879, p. 273;
DALLA Tonus, 1894, p. 8; Erxsnm, 1913, p. 168.
[Syn. : D. scoticus CAM.]
L. 9-10 mm. — Genoux I, ou I et II,_rougeâtres; thorax fortement
ponctué. - Scie : Cammorx, I, pl. 19, fig. 1.
Haute-Savoie : Chamonix (Picsor).
Angleterre; Belgique; Allemagne; Suisse; Autriche.
14. Dolerus gonager F. - Tenzhredo gonagra F., 1781, p. 412; D. gona-
ger Ed. ANDRÉ, 1879, p. 274; DALLA Tomas, 1894, p. 8; Erzsnm, p. 168.
[Syn. : T. crythrogona
ëcnamx; Té, genieulata — _   7
0Uncn.· . nt rata ·· ` ,, N .4
Cmusr; ’D. magnicîrnis   L  
EvEnsM.; D. femoratus  ,,1 
Ed. D É    '9 î 
L. QE $..2. · rou. les  
genoux jaune-rougeâtre;     »  
lobes latéraux du mésono- if   l·.·- `   W
_ tum brillants, avec seule- É `   ' D
ment des points épars. . FT
Toute la France. Fm. 179. — Dolerus ganager, Q.
Toute l’Europe. Commun.
_Bi0logle. —· Larve sur graminées (Kanrsivnacn), principalement Festuca.
pratensis; larve vert-jaunâtre avec une bande longitudinale vert sale plus foncée
sur le dos, et une plus large de chaque côté (Biuscnxn, 1883 b, pl. 2, fig. 6).
Patasites. — E pachthes eryzhropalpus Gm.
15. Dolerus punetieollis Triomsoiv. —— D. p. Tn., 1871, p. 286; Ed. AN-
DRÉ, 1879, p. 275; DALLA Tonus, 1894, p. 15; ENsLm, 1913, p. 168.
[Syn. : D. croaticus Korzow]
L. 8-9 mm. - Comme D. gonager, mais lobes latéraux du mésonotum
plus fortement ponctués.
Seine, Seine-et-Oise : Nanterre (P. Lasne), Créteil; Nord : Somain, Féchain
(Ciwno), Lille; Maine—et-Loire : Marans; Ardennes; Vosges; Haute-Saône :
Gray; Allier : Moulins; Charente-Maritime : Saintes; Haute-Garonne : Saint-
Béat, Vieille-Toulouse, avril (Rxnaur); Hérault : Montpellier. ·
Toute l’Europe.
16. Dolerus nitens Zannacu. — D. n. ZADD., 1859, p. 16; Ed. ANDRÉ,
1879, p. 277; DALLA. Toxmn, 1894, p. 12; Eusmiv, 1913, p. 170.
[Syn. : D. coracinus Hxarxc., nec Kwo; D. coruscans Kouow]
L. 9-10 mm. -— Noir, pilosité grise; tête et thorax brillants entre les
points; mésonotum et scutellum non ou à peine ponctués; Q lobe médian
du mésonotum avec un sillon longitudinal profond; di tête fortement
rétrécie en arrière; 2° tergite abdominal presque lisse et glabre.

184 HYMÉNOPTÈRES TENTHRÉDOIDES
Seine, Seine-et-Oise : Meudon, Chaville, Sèvres, Fontenay, mars, avril; Nord,
Genech (Cnvao); Ardennes; Vosges; Eure : Évreux, avril, Conches; Loiret,
Orléans (Pxcnor).
Europe centrale et septentrionale.
17. Dolerus anihraeinus KLUG. —— Tenthredo (Dolerus) anthracinus
Kwe, 1814, p. 302; Ed. Annan, 1879, p. 277; DALLA Toune, 1894, p. 2;
ENSLIN, 1913, p. 170.
[Syn. : D. mutilatus HARTIG; D. atricapillus HARTIG; D. brachygaster
Hamac]
L. 9-10 mm. —— Noir avec un faible reflet bleu; Q lobe médian du méso-
notum sans sillon longitudinal, et même parfois avec une petite carène;
dl tête à peine rétrécie derrière les yeux, avec une pilosité serrée, noirâtre;
2*3 tergite abdominal finement ponctué et couvert de poils serrés; Q 1" ter-
gite abdominal faiblement incisé.
Seine, Seine-et-Oise : Saint-Cloud, Chaville, avril, mai, Villeneuve-l’Étang,
mai; Nord : mont des Cats (Czlvno); Vosges; Ardennes; Haute-Saône 2 Gray;
Haute-Loire : Tence (MANEVAL); Haute-Garonne : Boutx, 1.400 m., avril (R1-
Baur). ‘
Europe centrale. ,
Biologie. —— Larve, Bmscuxu, 1883 b, pl. 2, fig. 16.
18. Dolerus ooraoinus KLUG. — Tenthredo (Dolerus) coracinus Kwe,
1814, p. 302; DALLA Tonus, 1894, p. 4; Ensmn, 1913, p. 171. '
[Syn. : D. coerulescens HARTIG; D. anthracinus Kouovv, nec Kwo]
L. 9-10 mm. —— Comme D. anthmcinus, mais corps à reflets bleu métal-
lique; 5* tête avec des poils gris; Q 1<’=f tergite de Pabdomen profondément
incisé. - Scie : CAMERON, I, pl. 19, fig. 4.
Haute-Saône : Gray. I
19. Dolerus asper Zannncn. —- D. œsper ZADD., 1859, p. 21; Ed. ANDRÉ,
1879, p. 282; DALLA Tonnn, 1894, p. 3; ENSLIN, 1913, p. 172.
L. 9-10 mm. — Espèce caractérisée par Paspect du 1*** tergite abdominal,
qui est strié et fortement ponctué; fourreau de la scie un peu élargi avant
Pextrémité.
Seine-et-Oise : Chaville, avril, mars; Seine-Inférieure : Grand·Quevilly, mars;
Nord : mont Noir (Cnvno); Haute~Vienne : Niel.
Allemagne; Belgique.
20. Dolerus picipes KLUG. —- Tenzhredo (Dolerus) picipes KL., 1814,
p. 303; Ed. ANDRÉ, 1879, p. 273; DALLA Tonnn, 1894, p. 13; ENSLIN,
1913, p. 172.
[Syn. : D. leucopterus ZADD.; D. ochroneurus Fônsrnn, 1860, p. 172;
D. verispinus Tnoivxs.; D. intermedius CAM.; D. raddatzi Konow; D. sulcatus
Konow]

nomznus 185
L. 8-9 mm. - Q caractérisée par l’élargissement à l’apex du fourreau
de la scie, qui a la forme d’un fer de lance (fig. 170); di Q tempes avec un
petit espace lisse; stigma noir, souvent le pourtour plus clair. —— Scie :
CAMERON, I, pl. 20, fig. 1, 2, 3. _ .
Seine, Seine-et-Oise : Chaville, Sèvres, Créteil, Saint-Cloud, avril, mai, juin;
Seine-et-Marne : Fontainebleau (D? M. Rovnn); Somme : Amiens; Eure : Evreux,
Pont-de·1’Arche; Ardennes, juin; Allier : Moulins; Charente : Jarnac; Corrèze :
Argentat; Ardèche : Aubenas (Crau); Gironde : Arcachon; Haute-Garonne :
Saint-Béat, avril, Vieille-Toulouse, mars (Rrmur).
Europe centrale et septentrionale, y compris l’Angleterre.
21. Dolerus haematodes Scnmmr. — Tenthredo haematodes Scan., 1781,
p. 336; —- Dolerus haematodes Ed. ANDRÉ, 1879, p. 269; DALLA Tonnm,
1894, p. 9; ENs1.xN, 1913, p. 174. ·
[Syn. : Tcnthrcdo opaca Pz. nec F.; D. planatus HARTIG; D. micarw
Zannj ·
L. 9-1O mm. — (5* 3° tergite glabre, 4° tergite avec des poils seulement
sur les côtés; Q pronotum et tegulae rougeâtre clair. -— Scie : ENSLIN,
fig. 51, p. 173.
var. rufatus Erzsnm, Q, en plus les angles du lobe médian du mésonotum
également rougeatres.
var. mullebrls Emstxiv, d' ayant en partie, au moins, la coloration de la Q.
Toute la France saut peut-être le sud-est.
Europe centrale et septentrionale.
Blologle. — Sur Juncus et Scirpus. Larve (Baxscaxn, 1883 b, pl. 2, fig. 8;
CAMERON, 1882, pl. 1, fig. 5).
22. Dolerus megapterus Camzaorx. - D. m. CAMERON, 1881, p. 574;
1882, p. 177, pl. 19, fig. 7; ENsL1N, 1913, p. 174.
[Syn. : D. carinatus Korrow; D. crassus Korxow; D. entropis Srmsna]
L. 9-10 mm. — Clypéus épaissi au milieu en un bourrelet transversal
qui peut même devenir une vraie ca1·ène; corps entièrement noir. - Scie :
CAMr:noN, I, pl. 19, fig. 7.
Seine, Seine-et·Oîse : Clamart, Meudon, Maisons-Laffitte; Seine-et-Marne,
Melun; Eure : Evreux; Seine-Inférieure : Rouen; Haute-Garonne : Saint·Béat
(Rmaur). ‘
Europe centrale et septentrionale, y compris l’Angleterre.
23. Dolerus carbonarius Zanmcn. - D. c. Zann., 1859, p. 24; D. fumosus
Ed. Armmâ, 1879, p. 280; DALLA Tonnn, 1894, p. 6; Emsmrz, 1913, p. 174. _
[Syn. : D. fumosus Zadd., nec S1·EP11ENs]
L. 8-9 mm. — Vertex indistinctement délimité en avant et sur les côtés;
ailes légèrement enfumées.
Seine-et-Oise : Chaville; Somme : Amiens; Ardennes; Eure : Evreux, Cha-
rente-Maritime : Saintes.
Europe centrale; Sibérie. Rare.

186 HYMÉNOPTÈRES ·rENTHRÉDo1DEs
24. Dolerus thoracieus KLUG. — Tenthredo (Dolcrus) thoracicus KL.,
1814, p. 304; D. t. DELLA Ton1>.E, 1894, p. 17; ENSLIN, 1913, p. 175.
[Syn. : D. pachycerus HARHG]
L. 10-11 mm. ——- De couleur rouge : le mésonotum en entier, et une grosse
tache sur les mésopleures (1).
Ardennes : Charleville (PIGEOT)§ Vosges; Nord : Lille.
Europe centrale. Rare.
25. Dolerus nigratus MULLER. -— Tenzkreda nigrata MULLER, 1776,
p. 150; D. fissus Ed. ANURE, 1879, p. 279; DALLA TORRE, 1894, p. 6; -
D. n. ENsL1N, 1913, p. 177.
· [Syn. : D. (Tenthredo) canescens GMEL1N; D. varispinus Huvrio; D. leu-
cobasis Hluvrzo; D. cenchris Hluvrxo; D. fissus Hro.; D. hartigi Scnoixrz;
D. analis Korxow]
L. 9-11 mm. — dl, 88 tergite abdominal avec à son bord postérieur
une incision médiane bien nette, formant un triangle et remplie par une
membrane claire (fig. 169); abdomen couvert de petits poils à partir du
38 tergite; Q, fourreau de la scie s’élargissant progressivement à partir
de la base (fig. 173), les tergites abdominaux presque mats à partir du
milieu, avec une fine striation et des points entre les stries. — Scie : ENSLIN,
1913, p. 176.
Toute la France y compris la région méditerranéenne : Fréjus (BERNARD),
Toute l’Europe centrale et septentrionale. Commun.
Biologie. — Larve sur Poa annua et sur Festuca pratensis (d’après BRISCHKE
et ZADEACH, 1883 b, pl. 2, fig. 9); la description de la larve par ces deux auteurs
serait différente (voir ENSLIN, 1913, p. 176).
26. Dolerus brevîcornis Zinmcn. — D. b. Zion., 1859,p. 25; Ed. ANDRE,
1879, p. 280; DALLA TORRE, 1894, p. 3; —— D. oblongus ENSLIN, 1913,
p. 178.
[Syn. : D. oblongus CAMERON]
L. (5* 9 mm., Q 10 mm. —`Espèce très voisine de D. nigratus, mais
de taille un peu plus faible; le mâle n’a pas d’incision au 8° tergite abdo-
minal, la femelle a le fourreau de la scie de forme différente, et un hypo-
pygium moinsdéveloppé. —- Scie, CAMERON, I, pl. 19, f.
Seine-et-Oise : Meudon.
Europe centrale et septentrionale; Sibérie.
27. Dolerus niger L. — Tenthredo nigra L., 1767, p. 925; Dolerus niger.
Ed. ANDRÉ, 1879, p. 276; DALLA TORRE, 1894, p. 11; ENSLIN, 1913, p. 178.
[Syn. : T. angusta GMELIN]
(1) Une espèce à thorax en partie rouge est connue d’Italie du Nord: D. rufatarquazus
ài goâïêê avec prothorax et lobe médian du mésonotum rouges; elle pourrait se trouver

nonnnus 187
L. 10-11 mm. —- Échancrure du clypéus très profonde, en atteignant
presque le milieu; ailes légèrement enfumées; Q fourreau de la scie portant
des poils courts, peu courbés. —- Scie : Erxsnm, fig. 55, p. 178.
Seine, Seine—et-Oise : Chaville, forêt de Saint-Germain, Maisons-Laffitte;
Seine-et-Marne : Paley (Bau); Nord : Lille; Eure : Conches; Ardennes : Char-
leville; Haute-Saône : Gray; Haute-Garonne : Vieille·Toulouse, mai (Rrewr).
Europe centrale et septentrionale.
28. Dolerus gibbosus Hanrxo. -— D. g. Hrc., 1837, p. 241; Ed. Annan,
1879, p. 282; DALLA Toune, 1894, p. 8; Ensun, 1913, p. 178.
[Syn. : D. stygius Fônsr.] _
L. 10-11 mm. —- Échancrure du clypéus n’en atteignant que le 1/4
ou le 1 /3; ailes hyalines; Q fourreau de la scie avec de longs poils courbés
en demi-cercle.
France? (d’après J. ne GAULLE, mais aucune localité n’est connue).
Europe centrale. Rare.
Biologie. — J. ne GAULLE indique que la larve vit sur Poa annua, mais d’après
Ensmn la biologie de cette espèce n’est pas connue. '
29. Dolerus aeneus Hanrnc. — D. ae. Hro., 1837, p. 241; Ed. Animé,
1879, p. 275; DALLA Tonns, 1894, p. 1; Erzsnm, 1913, p. 179.
[Syn. : D. longicornis ZADD.; D. incertus Zann.; D. elongatus Tnom.;
D. zaddachi Kozvow]
L. 8-10 mm. —— Entièrement noir, tête avec de légers reflets bronzés;
mésonotum faiblement et éparsement ponctué, sa surface brillante, en
particulier la partie bombée des lobes; tête plus étroite derrière les yeux;
Q , 3** article des antennes souvent plus court que le 49; fourreau de la scie
très mince, non élargi au sommet; ailes hyalines, l’extrémité un peu rem-
brunîe, stigma très noir, mais parfois le pourtour plus clair. - Scie : ENS- '
un, fig. 56, p. 179.
Toute la France sauf la région méditerranéenne.
Europe centrale et septentrionale. - Souvent dans les montagnes où elle se
trouve jusqu’à 2.500 m.
30. Dolerus rllgosulus DALLA Tonus. ·—- D. r. DALLA Tonaz, 1894,
p. 16; E1·zsLm, 1913, p. 179.
[Syn. : D. rugosus Konow, nec Fnnriwurn]
L. 8-9 mm. — Mésonotum fortement ponctué; tête sans reflet métallique;
fourreau de la scie mince, non élargi à Pextrémité; Q 3° article des antennes
plus long que le 4**. - Scie : Ensnm, fig. 57, p. 180.
Seine, Seine-et-Oise : Paris, mai, Meudon, mai, L’Isle·Adam; Seine-Inférieure :
Rouen; Pyrénées : Lourdes, mai.
Europe centrale et septentrionale.

188 n¥MÉ1~xo1>TÈnEs TENTHRÉDOIDES
31. Dolerus Sanguinîcollis KLUG. — Tenthredo (Dolerus) sanguinicollis
KL., 1814, p. 305; Ed. ANDRÉ, 1879, p. 271; DALLA Tonnu, 1894, p. 16;
ENSLIN, 1913, p. 181.
L. 7-8 mm. ——- Q, thorax, pronotum et mésonotum rouges, sauf le
scutellum; dl entièrement noir, le 8** tergite incisé comme chez nigratus
(voir fig. 169); ailes légèrement enfumées.
var. confusus ENSLIN (ferrugatus Korzow, nec Lur., schneideri auct. nec KIAE11),
Q, seuls le pronotum et le lobe médian du mésonotum rouges.
var. lucens Ed. ANDRÉ (D. lucens Koivow), seuls les lobes latéraux du méso-
notum rouges.
var. fumosus ZADD.•.cu (D. fumosus ZADD., brevis ZADD., gracilis ZADD., aeneus
Tuoms., tinctipennis CAM.), Q, thorax et corps entièrement noirs, souvent plus
commune que la forme typique.
Seine, Seine-et-Oise : Clamart, mai, juin, Saint-Cloud, mai, Chaville, juin,
forêt de Saint-Germain, juin, Maisons-Laffitte, mai; Seine-et·Marne : Paley
(BRU); Eure : Bernay, juin (GADEAU DE Ksavxtnu); Nord 2 Ostricourt (Cavno);
Pyrénées : Tarbes; Var : la Sainte·Baume.
Europe centrale et septentrionale.
P. Piouor a décrit en 1918 comme nouvelles deux espèces françaises du
genre Dolerus (L’Échange, 1918, n° 385, p. 3), que je n’ai pas cru pouvoir
faire figurer dans ces tableaux de détermination parce qu’elles me semblent
contestables.
La première, Dolerus bicolor, est fondée sur un seul mâle. J ’ai le type
entre les mains, et un second exemplaire qui me paraît identique. Il s’agit
d’un Dclerus de petite taille, très proche de D. etruscus (5* mais avec les
genoux seuls de couleur rouge clair, tandis que dans ce dernier, au moins
aux pattes III, le fémur et le tibia sont rouges presque en entier.
La deuxième, Dmiolaceus, est entièrement noire et se rapproche de D. ni-
gratus. Mais Pieaor insiste dans la description sur ce fait que Pabdomen
ainsi que le segment médiaire sont «bleu violacé » et d’ailleurs le nom donné
à l’espèce est caractéristique. Or les exemplaires de sa collection (actuelle-
ment au Muséum de Paris), qu’on peut considérer comme les types, ne
sont nullement bleu violacé, mais tout au plus bronzés. D’ailleurs aucun
Dolerus n’est bleu violacé, semble—t-il; au plus les amthracimzs et coracinus
ont-ils un reflet bleu très sombre, à peine distinct. En présence de la con-
tradiction qui existe entre la description et les exemplaires types, je crois
devoir laisser de côté cette espèce, ainsi que la précédente, jusqu’à une
meilleure information.
En voici une courte description :
Dolerus bîcolor Picuor, 1918, p. 3. —·· 5* L. 7 mm. Tête, thorax et dos
du 1*** segment abdominal noirs, le reste de Pabdomen rouge, sauf la val-
vule anale ornée d’une très faible bordure latérale noire; 1" tergite abdo-

· DOLEBUS 189
minal lisse et très brillant, 2** brillant avec seulement quelques points; les
genoux seuls de couleur claire. · ·
Puy-de-Dôme : Royat, juin (1 0*, type ?); Gironde : Czstas (1 C3').
Dolerus violaceus Pxcsor, 1918, p. 3. — 0* Q , L. 7-8,5 mm. Tête et thorax
noirs, abdomen presque entièrement bleu violet, tout le corps recouvert
d’une pilosité courte, blanche, très abondante. Q fourreau de la scie dilaté
et arrondi au sommet, garni à Pextrémité de pinceaux de poils longs
et droits.
A`li.r : Moulins.
Nou. — Pnnxms (1930) a fait la revision des Dolcrus britanniques.
Gen. LODERUS Korzow, 1890
Se distingue des Dolerus par la forme des yeux, qui sont plus allongés
(fig. 177); antennes toujours courtes, rarement aussi longues.ou plus lon-
gues que l’abd0men.
Distribution. — Europe; Sibérie; Amérique du Nord.
TABLEAU nus Es1>ÈcEs
1. Abdomen entièrement noir, avec au plus quelques taches blanches
sur les tergites, mais jamais rouge au milieu ................. 2.
— Abdomen noir aux deux extrémités, rouge au milieu ......... 5.
2. Tous les `fémurs rouges, ainsi, le plus souvent, que la majeure
partie des pattes .......................... (p. 190), vestlgialis.
— Fémurs noirs ou bruns, au moins II et III .................. 3.
3. Stigma noir, la base blanchâtre. Très rare ..... (p. 191), gilvipes.
— Stigma entièrement noir .................................... 4.
4. (j' les tergites médians de l’abdomen avec une grande tache blanche
allongée; Q fourreau de la scie de forme particulière, vu de `côté
dépassant le bord postérieur de l’abdomen (fig. 178); tibias III
sans base blanche. Commun. .................. (p. 189), palmatus.
— (j' les tergites médians de l’abdomen sans taches blanches; Q four-
reau de la scie ne dépassant pas le bord postérieur de I’abdomen;
tibias III noirs avec un anneau blanc bien net à la base. Rare. . .
· ......................................... (p. 191), genucinctus.
5, Stigma entièrement noir. Assez commun ....... (p. 191), pratorum,
—— Stigma noir, la base blanchâtre. Très rare ..................
............................... (p. 191), gilvipcs var. plagiatus,
1. Loderus palmatus Kwo. — Tenthredo (Dolerus) palmatus Kwo,
1814, p. 303; — Dclerus palmatus Ed. ANDRÉ, 1879, p. 271; DALLA Tomas,
1894, p. 12; — Loderus palmatus ENSLIN, 1913, p. 182.
[Syn. : Dolerus fumosus EvEnsM.; D. trigeminus Korrow]

190 nYMÉNoP*rÈnEs ·1·EN·rHaÉno1nEs
L. 9-10 mm. —— Tête et thorax mats, finement ponctués; antennes noires,
tegulae blanches, ou seulement en partie noires; ailes hyalines, stigma
et nervures brunes, souvent le bord inférieur des stigmas un peu plus
clair; pattes noires, les
L ._ I   i tibias I blanchâtres, au
î L- r —     7 moins à la face anté-
§, `4~·     N; rieure, genoux I blan-
    châtres ainsi que, le plus
ï    souvent, les genoux Il
"   et même HL — <5‘
  · les tergites abdominaux
· J   ; `î·, ~__ méd1ans,pr1nc1palement
‘ I,   î . “ les 5° et 6°, avec au
A   7 milieu une tache blan-
    ” che, membraneuse,
FIG. 180. —- Loderus palmatus, Q. allongée (üg_ 180). __ Q
abdomen entièrement
noir, mais le plus souvent les tergites finement bordés de blanchâtre
postérieurement; fourreau de la scie, vu de profil, fort et dépassant le
bord postérieur de l’abdomen (fig. 178). `
Seine, Seine-et-Oise : Créteil, Bondy, La Ferté-Milon; Seine-et-Marne : Lorrez-
le-Bocage; Somme : Amiens; Nord : Lille; Ardennes; Eure : Evreux, Igoville;
Haute-Saône : Gray; Loire-Inférieure : Nantes; Corrèze : Argentat; Drôme :
Nyons.
Toute l’Eur0pe sauf le Sud.
2. Loderus vestîgialis Kms. — Tenthredo (Dolerus) vestigialzls KL.,
1814, p. 305; Dolerus vestigialis Ed, ANDRÉ, 1879, p. 272; DALLA Tonan,
1894, p. 20; — Loderus vestigialis ENsLxN, 1913, p. 183.
[Syn. : Dolcrus rufipcs LEP.]
L. 8-9 mm. — Tête, thorax et abdomen entièrement noirs; antennes
noires; tegulae au moins en partie blanchâtres; ailes hyalines, nervures
et stigma noirs; pattes en majeure partie rouges 2 hanches, trochanters
et tarses noirs, tous les fémurs rouges ainsi que les tibias I et ll, et les
tibias III enpartie. — Q souvent les tergites abdominaux finement marqués
de blanc; le fourreau de la scie ne dépassant pas Pextrémité de l’abdomen.
var. ruficollîs ENsL1N; pronotum taché de rougeâtre sur les côtés.
var. plaga Kom.; prothorax et les tergites abdominaux médiane rougeâtres.
Seine, Seine-et·Oise : Chaville, Meudon, Montmorency; Seine-et-Marne :
Lorrez-le-Bocage; Somme : Amiens; Nord : Lille; Ardennes; Haute-Marne :
Rolempont; Haute~Saône : Gray; Saône-et-Loire : Mâcon, mars; L0ire-Infé-
rieure : Nantes; Corrèze : Argentat; Puy-de-Dôme : Royat (Prcx-:o·1·); Charente-
Maritime : Saintes; Drôme : Nyons; Va1· : Callian.
Toute l’Europe sauf le Sud.

Lonmws 191
3. Loderus genucinctus Zxnnxcn. — Dolerus genucinctus Zxnn., 1859,
p. 13; Ed. Animé, 1879, p. 272; DALLA Tomas, 1894, p. 6; — Loderus
genucinctus ENSLIN, 1913, p. 183.
[Syn. : Dolerus annulipes TrroMs0N]
L. 7-8 mm. —— Entièrement noir, tegulae blanchâtres, stigma noir,
tibias III noirs avec un large anneau blanc à la base; genoux I et tibias I
en partie jaunâtres; par ailleurs très semblable à L. palmatus.
Présence en France incertaine (1).
Europe centrale; Scandinavie.
4. Lodorus pratorum FALLÉN. - Tenthrcdo pratorum FALL., 1808, p. 64;
— Dolerus pratorum Ed. Annmi, 1879, p. 268; DALLA Tomas, 1894, p. 15;
— Loderus pratorum ENSLIN, 1913, p. 183.
[Syn. : Dolerus equiseti KLUG, nec FALLÉN]
L. 6-7 mm. - Tête et thorax noirs; antennes brunes, ou même brun-
rougeâtre, en plus ou moins grande partie; tegulae blanchâtres; ailes
hyalines, nervures et stigma noi1·s; pattes rouges, les hanches et tarses
brun foncé, parfois aussi la moitié apicale des tibias; abdomen rouge au
milieu, chez le dl du 2° au 49 ou 5° segments, chez la Q du 2° au 6° ou
7° segments; ponctuation de la tête très fine.
Seine-et—Oisc : Montmorency; Somme : Amiens; Eure : Évreux, mai, Igoville.
Europe centrale. _
5. Lodetus gilvipes KLUG. —— Tenthredo (Dolerus) gilvipes KLUG, 1804,
p. 285; — D. g. Ed. Annmê, 1879, p. 272; DALLA Tomiiz, 1894, p. 8; —-
Lederus gilvipcs ENsLxN, 1913, p. 182.
[Syn. : Dolcrus tenebrosus Evsns.; D. ornatulus KON0w]
L. 6-7 mm. — Tête, thorax, abdomen noirs, tegulae blanchâtres; stigma
noir, blanc à la base; extrémité des antennes un peu plus claire chez la Q ;
pattes en majeure partie rougeâtre clair; chez le 5* clypéus et labre blancs.
var. plagiatus Koiwow, les segments de l’abdomen plus ou moins rouges.
France, pas de localité connue.
Europe centrale et septentrionale; Sibérie.
Sous-famille des SELANDRIIIIAE
Taille moyenne, ou petite; corps cylindrique, ou ovoîde; antennes de
9 articles (10 ou 11 chez Athalia); la nervure basale aboutit au point de
départ de la nervure cubitale, ou au moins très près; cellule anale
jamais pétiolée, ni étranglée, souvent avec une nervure transversale;
cellule anale de l’aile postérieure toujours fermée, le plus souvent
pétiolée. — Larves à 22 pattes, vivant toujours librement sur les feuilles.
(1) J‘ai vu cependant un exemplaire des Ardennes, dans la collection Pxczor, mais la
détermination m’en parait inexacte; par contre j’ai vu un exemplaire du canton de Berne,
de sorte que Pespèce peut très probablement se trouver en France.

192 HYMÉNOPTÈRES TENTHRÉDOIDES
TABLEAU DES GENRES
1. Antennes de 10 à 11 articles, légèrement épaissies à l’apex; vertex
mal délimité ................................. (p. 193), Athalia.
— Antennes de 9 articles, filiformes; vertex toujours bien délimité. . 2.
2. Cellule anale sans nervure transversale (fig. 193) ............. 3.
_ -—- Cellule anale avec une nervure transversale (fig. 202) ......... 6.
3. Corps trapu, ovoîde (fig. 193); nervure costale fortement élargie
avant le stigma (fig. 193). ................... (p. 199), Selandria.
—- Corps allongé, plus ou moins cylindrique; nervure costale à peine
élargie avant le stigma ..................................... 4.
4. Griffe non dentée; le 3° article des antennes aussi long ou plus
court que le 4e .............................. (p. 205), Thrinax.
— Griffe avec une dent subapicale, parfois si grosse que la griffe
paraît bifide; le 38 article des antennes plus long que le 4** ..... 5.
' 5. Antennes minces, un peu épaissies au milieu; clypéus échancré
en avant; Q, fourreau de la scie étroit, non bifurqué ........
....................................... (p. 207), Stromboceros.
— Antennes courtes, épaisses, d’égale épaisseur partout; clypéus
tronqué en avant; Q ,fourreau dela scie de forme très particulière,
bifurqué (fig. 203, 204) ............... (p. 208), Strongylogaster.
6. Nervure transversale de la cellule anale courte, perpendiculaire
aux autres nervures ....... · ............ (p. 210), Pseudotaxonus.
— Nervure transversale de la cellule anale oblique (fig. 213) ....... 7.
7. Pas d’espace entre l’angle inférieur des yeux et Particulation des
mandibules ............................... (p. 210), Erîoeampa.
—— L’angle inférieur des yeux bien 'séparé de l’articulation des man-
dibules. .... . .............................................. 8.
8. La nervure transverso·aréale de l’aile postérieure perpendicu-
laire aux autres nervures ................................... 9.
-—- La nervure transverso·aréale de l’aile postérieure oblique, for-
mant un angle obtus avec la nervure humérale ............... 10.
9. Le 1er article des antennes plus long que le 26; ailes antérieures
en général avec 3 cellules cubitales ............ (p. 212), Empria.
- Le 1°F article des antennes plus court que le 2**; ailes antérieures
avec 2 cellules cubitales. .................. (p. 218), Harpiphorus.
10. Ailes antérieures avec 2 cellules cubitales par suite de l’absence
de la 11*8 nervure transverso-cubitale ...... (p. 219), Emphytus.
——- Ailes antérieures avec 3 cellules cubitales .................... 11.
11. Ailes postérieures avec 2 cellules médianes fermées (fig. 216);
le mâle avec une nervure marginale bordant l’aile (fig. 211) .....
........................................ .. (p. 230), Taxonus.
-— Ailes postérieures sans cellule médiane fermée (fig. 217) ........
............. . ......................... . (p. 231), Ametastegia.

xrnxtrx 193
Gen. ATHALIA Lmcn, 1817
Antennes de 10 à 11 articles, légèrement épaissies à Pextrémité; corps
ovale, assez large; taille faible, de 5 à 7 mm. en moyenne; thorax noir
en majeure partie; abdomen jaune rougeâtre, au plus le 1*** tergite noir
en entier ou seulement au milieu; pattes rougeâtres, avec, souvent, un
anneau noir à l’apex des tibias et aux articles des tarses.
Distribution. —- Toute la région paléarctique, y compris l’Afrique du Nord;
manque en Amérique du Nord.
TABLEAU mas rzsrizcss
1. Tibias Ill noirs en entier, ou presque, seulement la base pouvant
être claire, ou encore la face antérieure ...... (p. 194), lugens.
—— Tibias III jaune·rougeâtre, annelés de noir à l’apex ............ 2.
2. Mésonotum brillant, presque glabre, avec seulement quelques
poils courts, épars ........................ (p. 194), glabricollis.
— Mésonotum avec une courte pubescence de poils fins, serrés, qui en
rend la surface presque mate ............................. 3.
3. Lobe médian du mésonotum, lobes latéraux en partie, et scutellum,
' jaune rougeâtre (fig. 181) ..................... (p. 195), colibri.
— Mésonotum entièrement noir ................................. 4.
4. Mésopleures entièrement jaunes .............................. 5.
—— Mésopleures au moins en partie noires (1). .................... 7.
5. Dernier sternite (Q) de forme particulière, les côtés prolongés _en
grands lobes qui dépassent beaucoup la partie médiane (fig. 192).
' Très rare. ................................... (p. 196), paradoxe,.
-— Dernier sternite abdominal de forme différente .............. 6.
6. Troisième article des antennes égal aux deux suivants réunis; der-
nier sternite abdominal (Q) voir fig. 189 ...... (p. 196), libcrta.
—— Troisième article des antennes plus petit que les deux suivants
........................................... (p. 196), eornubiae.
7. Mésopleures avec seulement une bande noire transversale (2); oly-
péus à bord antérieur largement arrondi ...................... 8.
— Mésopleures entièrement noires, ainsi, le plus souvent, que le méso-
sternum; olypéus à bord antérieur rectiligne, ou avancé en angle
au milieu .................................................. 9.
8. Tibias II entièrement jaunes; le 1" segment abdominal noir; Q,
scutellum rouge (3) ...................... (p. 198), rutoscutellata.
(1) Excepté A. lineolata var. libertoides Pnrnsrxsn.
(2) Excepté A. lineolata var. cardatoides Pmssmzn, qui se distingue de cordaza par la
(orme du clypéus.
(3) Excepté A. rufoscutellata var. nigroscutellata Koriow.
13

194 H¥MÉNoP*rÈRi:s ·rEN·rnRÉDOxnÉs
—— Tibias II noirs à l’apex; le 1er segment abdominal entièrement
jaune, ou noir seulement en partie; scutellum noir ............
........................................... (p. 198), lîneolata.
9. Clypéus et labre très gros, le 19* fortement avancé en angle au
milieu, les côtés un peu sinueux (fig. 182) ...... (p. 198), bicolor.
—- Clypéus et labre moins gros, le 18* à bord antérieur rectiligne
(fig. 183) ....... . ............................. (p. 197), cordata.
1. Athalia lugcns KLUG. —— Temthredo (Allantus) lugens Kwo, 1813,
p. 129; —— Athalia lugcns Ed. ANDRÉ, 1879, p. 286; DALLA Tonnn, 1894,
148; ENsL1N, 1913, p. 188.
[Syn. : A. abdominalis B0ucnÉ; Hylotoma assimilis FALLÉN; Phyllo-
toma ventralis FALLÉN]
L. 5-6 mm. - Q, tête entièrement noire, y compris les antennes, le
clypéus et le labre; thorax rouge, le mésonotum et le métanotum noirs,
tegulae rougeâtres; pattes : tibias III noirs en entier ou presque, au plus
la base claire, tarses noirs, aux pattes I et II la base de chaque article
claire, mais bien plus étroitement que dans les autres espèces; ailes légè-
rement enfumées; abdomen rougeâtre, Pextrémité de la scie noire. -—
Q, clypéus et labre blancs, ainsi que la base des mandibules et la face
, antérieure du 18* article des antennes; tibias III : face antérieure plus claire.
-— (5* Q, 36 article des antennes plus court que les deux suivants réunis;
thorax peu brillant, couvert d’une fine pubescence peu serrée.
Somme : Amiens; Nord : Lille; Ardennes; Eure : Évreux; Finistère : Foues-
nant; Corrèze : Argentat; Allier : Moulins; Gironde : Ferrol; Haute-Garonne :
Saint-Béat.
Angleterre; Europe centrale et septentrionale; une variété au Japon.
Biologie. —- Larve inconnue; l’assertion de Boucnrî, répétée par Ed. ANDRÉ,
d’après laquelle elle vivrait dans des galles de feuilles de Clematis recta est peu
certaine.
2. Athalia glabricollîs THOMSON. ——- A. g. Tn., 1870, p. 268; Ed. ANDRÉ,
1880, p. 285; DALLA Tomas, 1894, p. 148; ENSLIN, 1813, p. 192.
[Syn. : A. ancilla CAM.; Hylotoma annulata FALLÉN; Tenthredo eglan-
teriae F.] '
L. 6-7,5 mm. -· Tête noire, labre, clypéus et base des mandibules blan-
châtres, face inférieure des antennes souvent plus pâle que la face supé-
rieure; thorax rougeâtre, mésonotum noir, ainsi que le scutellum, le post-
scutellum, et le milieu du segment médiaire; pattes rougeàtres, un mince
anneau noir à l’apex des tibias et de chacun des articles des tarses; ailes
presque hyalines, nervures jaunàtres, costale, subcostale et stigma noi-
râtres; abdomen Pextrémité de la scie noire. -— Thorax très brillant en
dessus, presque glabre; clypéus à bord antérieur arrondi.
Toute la France, y compris la région méditerranéenne.
Toute l’Europe; Afrique du Nord.

Arnxnm 195
Biologie. —— Sur les Crucifères : Erysimum, Sisymbrium, etc. Larve (Cmsnon,
p. 306) noir argenté en dessus, les côtés blancs sous les stigmates, pattes noires
les abdominales blanches à l’apex, la dernière entièrement blanche; long. : 15-
18 mm.
3. Athalla eolibri Cnmsr. — Tenthredo colibri Cnmsr, 1791, p. 434,
pl. 50, fig. 1; — Athalia colibri Ensmn, 1913, p. 189 (1).
[Syn. : Tenthredo salicis Senn., nec L.; T. spinarum F.; T. centrifoliae
Pz.]
L. 6-8 mm. —- Tête noire, labre, clypéus et base des mandibules blan-
châtres; face inférieure des antennes souvent plus claire que la face supé-
\__ . "
§·•   i   ,1 ai-; •¤¢
hpll   I ` A
' `\\` ) Ã
$" "i ti  
¢ ·— .. -« - · Q
¤%?É'»·*
I f · la av. , `
1   l
FXG. 181. — Athalia colibri, Q.
rieure, surtout chez le mâle; thorax rougeâtre clair, mésonotum noir,
le lobe médian rougeâtre, ainsi souvent qu’une partie des lobes latéraux,
scutellum et postsoutellum rougeâtres, segment médiaire noir, tégulae
rougeâtres; pattes rougeàtres, l’apex des tibias et des articles des tarses
annelés de noir; ailes légèrement enfumées, costale, subcostale et stigma
noirs, les autres nervures en partie noires, leur moitié basale souvent
jaune; abdomen rougeâtre, Pextrémité de la scie noire, ainsi parfois qu’une
partie du 1°*' tergite. — 3° article des antennes aussi long que les 4¤ et
5° réunis; thorax avec une fine pilosité en dessus, peu luisant. — Fig. 181.
(1) D’après Maures et Benson, 1934, p. 7, Tenzhredo rosae L., 1758, p. 557, n° 21, aurait
la priorité sur T. colibri Cnmsr, 1791, mais cet Athalia rosae ne serait pas celui de tous
les auteurs depuis Lxnnt. Comme il reste des doutes sérieux sur la désignation de l’exem-
plaire type dela collection Linné,étant donné que celui-ci n’est pas étiqueté expressément,
mais que sous le nom de Tenzhredo rosae se trouvent des exemplaires appartenant à cinq ,
genres et à six espèces différentes, étant donné en outre que A. colibri ne se nourrit pas
des feuilles du rosier, et au surplus qu’il en résulterait une confusion inextricable en ce qui
concerne les synonymies à établir, je conserve le nom adopté par Ensun, après Konow;
c‘est celui qui présente le moins d’inc0nvénients.

196 nrmnnorrànns rnnrnnrînoinns
Toute la France, y compris la région méditerranéenne.
Toute l’Europe (1); Afrique du Nord; Asie mineure; Sibérie; Afrique du Sud;
Amérique du Sud (importé?).
Biologie. - Sur Brassica, Sinapis, Raphanus, et diverses Crucifères cultivées;
parfois nuisible (voir Biitacnowsxv et Mnsnii., II p. 1216-1218). Larve décrite
par Cnnnnon, I, p. 308, pl. 3, fig. 2 et par Bmscnxn 1883 b, pl. 4, fig. 1 et 2;
long. : 15-18 mm., couleur gris ardoisé avec une bande plus claire sur chaque
côté, et une tache foncée, en arc de cercle, au-dessus des appendices; trois géné-
rations par an, et même parfois quatre (Benson); voir aussi Hnnnourn, 1943,
p. 162 et 168.
Parasites. —- Ichneumon. : Mesoleius armillatorius Gnnv.; M. ciliatus HOLMG.;
Perilissus lutescens HOLMG.; Tryphon brachyacanthus GRAV., T. marginellus
Gnav., T. succinctus Giuiv.; — Chalcid. : Perilampus splendidus Hotnc., P.
violaceus Hotno.; —— Dipt. : Tackina bzlsignata Mere., Mydoea uliginosa FALL.
4. Athalia paradoxe Konow. -— A. p. Konow, 1886, p. 78.
L. 6-7 mm. — Tête noire, clypéus brun-noirâtre, pouvant être plus
ou moins taché de rougeâtre; labre blanchâtre; antennes entièrement
noires; thorax rougeâtre, mésonotum, soutellum et segment médiaire
noirs; pattes rougeâtres, avec un mince anneau noir à Papex des tibias
et des articles des trses; abdomen rougeâtre, le 16* tergite souvent noi-
râtre, le fourreau de la scie noir presque en entier. —- Clypéus arrondi
· en avant; mésonotum peu brillant, avec une pilosité fine assez dense;
dernier sternite abdominal de la femelle de forme très particulière, les
côtés fortement allongés en lobes arrondis dépassant beaucoup la partie
médiane (fig. 192).
Haute-Savoie : Chamonix (L. Cnorann, août 1923, 1 Q).
Très rare. Connu de Suisse et de Croatie.
5. Athalia. liberta KLUG. — Tenthredo rosae, vr. liberta KL., 1813,
p. 129; - Athalia rosae var. liberta DALLA Tonnn, 1894, p. 150; —— Athalia
lineolata var. liberta Ensmn, 1913, p. 193; — Athalia liberta Benson,
1931, p. 112.
[Syn. : A. ancilla LEP. nec CAM.; A. immaculata Konow]
L. 5-7 mm. —— Espèce très voisine de A. colibri, dont elle est souvent
considérée comme une variété (ou encore de lineolata); s’en distingue par
la forme du dernier sternite abdominal (voir fig. 189).
Gironde : Royan (J. Piênnz); Haute-Garonne : Saint-Béat (RIBAUT).
Toute l’Europe, assez rare; Iles britanniques.
Biologie. — Sur Alliaria officinalis (d’après Lorsstnn).
6. Athalia. oormlbiae Bnnson. -—~ A. c. Bnnson, 1931, p. 110. `
L. 5,5 mm. —— Très voisin de liberte, s’en distingue par les caractères
donnés au tableau, et par la forme du dernier sternite (fig. 188).
(1) Benson mentionne que cette espèce, autrefois abondante et même nuisible en Grande
Bretagne, y aurait presque totalement disparu.

ATHALIA 197
Paris : Jardin des Plantes, juin; Côtes-du·Nord : Lamballe; Corrèze : Argentat;
Basses-Pyrénées : Eaux-Bonnes; Haute—Garonne : Saint·Béat; Hautes-Pyré-
nées : Gèdre; Pyrénées·Orienta1es : Banyuls (Rxmur).
Iles britanniques; Belgique; Italie; Suisse; Espagne.
7. Athalla. cordata LEPELETIER. — A. c. LEP., 1823, p. 22; — A. rosae
var. cordata DALLA Tonnu, 1894, p. 150; A. lineolata var. cordata ENSLIN,
1913, p. 193; -— A. cordata Benson, 1931, p. 114.
[Syn. : A. obscura Konow]
L. 4,5-7 mm. —·· Tête noire, clypéus et labre blancs, antennes noires;
thorax : mésopleures, mésosternum, mésonotum, scutellum, postscutellum
 « °i" ( °·îlîlî‘1  iî
··  " .\··l ' M
183 ` 184
182
*85   187
186
*89   190
188 192 4 L 191.
Fm. 182 à 192. - 182. Azhalia bicolor, clypéus. - 183. A. lineolata, idem. —
184. A. cordata, idem. - 185. A. liberta, hypopyge, 0*. - 186. A. lineolata.
idem. —- 187. A. cordata, idem. - 188. A. cornubiae, hypopyge, Q. —
189. A. liberta, idem. — 190. A. bicolor, idem. — 191. A. lineolata, idem. —
192. A. pamdoza, Q, extrémité de Pabdomen, vue de dessous. (182 à 191
d’après Benson).
et segment médiaire noirs, pronotum et tegulae rougeâtres; ailes légère-
ment enfumées, costale, subcostale et stigma noirâtres; pattes annelées
de noir à l’apex de tous les tibias et des articles des tarses; abdomen rou-
geâtre. —- Clypéus avancé, son bord antérieur droit (fig. 184); 36 article
des antennes plus petit que les 4** et 5° réunis; mésonotum couvert de
fine pubescence qui le rend peu brillant; bord postérieur de Phypopyge 5*
(fig. 187).

198 HYMÉNOPTÈRES ·rENrnnÉDo1DEs
Toute la France, y compris la région méditerranéenne.
Toute l’Europe, y compris les Iles britanniques; Afrique du Nord.
Biologie. -— Sur Ajuga reptans (Gammes).
8. Athalia rufoscutellata MocsARY.— A. r. Mocs., 1879, p. 116; Ed. AN-
DRÉ, 1879, p. 288; DALLA TORRE, 1894, p. 150; ENSLIN, 1913, p. 191.
[Syn. : A. maritima Kmnvj
L. 5-6 mm. — Q, tête noire avec une pilosité claire, olypéus, labre et
base des mandibules jaune ou blanchâtre; thorax noir, les angles du pro-
notum, les tegulae et le scutellum jaune-rougeâtre; pattes : hanches noires
en tout ou en partie, l’apex des tibias III et les éperons Ill noirs; ailes
légèrement grisâtres, un peu jaunes dans la moitié basale, stigma noir;
abdomen jaune-rougeâtre le 1*%* tergite noir, ainsi que la base du 2** et le
fourreau de la scie. — 5* scutellum noir. — Clypéus à bord antérieur
légèrement arqué presque droit.
var. nîgroscutellata Komow, Q scutellum noir. ·
var. mocsaryi Korxow, les tergites abdominaux médians ou postérieurs noirs
au milieu.
Seine-Inférieure : env. de Rouen (GADEAU DE KERVILLE, var. nigroscutellata);
Saône-et·Loire : env. de Mâcon (FLAMARY); Basses-Alpes : Digne; Var : la Sainte-
Baume.
Europe centrale et méridionale.
9. Athalia lineolata LEr>E1.Er1ER. — A. l. LEP., 1823, p. 22; — A. rosae
DALLA T0RRE, 1894, p. 149 (en partie); A. l. ENSLIN, 1913, p. 194; BEN-
sorz, 1931, O. 114.
[Syn. : Tcnthrcdo rosae Kwo, nec L.; A. rosarum BRISCHKE]
L. 4-6 mm. — Très voisin de A. cordata, s’en distingue par le bord anté-
rieur du clypéus, qui est arrondi (fig. 183); le bord postérieur de l’hypo-
pyge 5* et Q est légèrement différent de celui de cette espèce (fig. 183,
191); dans la forme typique les mésopleures portent seulement une bande
noire oblique plus ou moins large, mais il y a des variétés 2
var. cordatoîdes Pn1EsNER, partie inférieure du mésothorax entièrement noire.
var. libertoides PRIESNER, mésopleures et mésosternum entièrement jaunes.
Toute la France, y compris la région méditerranéenne.
Toute l’Europe; Afrique du Nord.
Biologie. -- Sur Sedum album, Lycopus europaeus, Melampyrum, Plantage,
Capsella, Veronica; larve noire, les pattes et le dernier segments blancs. Pns-
·rEÉLs (1945, p. 181).
l 10. Athalîa. bîcolor LEPELETIER. -— A. I2. LEP., 1823, p. 23; A. armulata
Ed. ANDRÉ, 1879, p. 286; DALLA Tonnn, 1894, p. 147; —— A. b. ENsL1N,
1913, p. 191; BENsoN, 1931, p. 113.
[Syn. : Tenthredo amzulata F. nec Gnorrnor; A. richardi LEP.]
L. 5-7 mm. —- Tête noire, clypéus, labre et base des mandibules blancs;

ATHALIA 199
antennes noires, face inférieure blanchâtre chez le mâle; thorax : angles
du pronotum et tegulae rougeâtres, le reste noir, y compris mésopleures
et mésosternum; pattes annelées de noir à l’apex des tibias et des articles
des tarses; ailes teintées de gris, costale, subcostale et stigma noirs; abdo-
men jaune rougeâtre foncé, le 1¢* tergite noir, et parfois les autres au
milieu. —- Clypéus gros, allongé anguleusement en avant (fig. 182), labre
large; hypopyge Q à partie médiane avançant en pièce anguleuse (fig. 190).
Seine, Seine-et·Oise : Saint·Germain, Vincennes, Vélizy; Somme : Amiens;
Eure : lgoville; Calvados : Lisieux (Loxsette); Indre·et-Loire : Perrusson;
Haute-Saône : Gray; Corrèze : Argentat; Ardèche : Aubenas; Basses-Alpes :
Digne; Pyrénées-Orientales : Le Boulou.
Toute l’Europe; Afrique du Nord; Asie mineure; Transcaucasie.
Blologle. —- Sur Veronica beccabunga. Larve noir mat, la face ventrale blan-
châtre. — Minée par un Diptère : Ginnn, 1892.
Nou. — BENs0N (1931) a fait une Revision des Athalia des Iles bri-
tanniques, où il a apporté une fort utile précision sur les caractères des
diverses espèces. Il a rétabli A. scutellariae Cam., espèce qui a une dent
à la griffe, et pour laquelle il a créé le sous-genre Dentathalia, mais cette
espèce ne parait pas se trouver en France.
Gen. SELANDRIA Liman, 1817
Taille moyenne ou faible; forme ovale assez large; abdomen rougeâtre
ou noir; cellule anale sans nervure transversale; antennes»plus courtes
que Pabdomen.
Distribution. — Europe; Amérique du Nord et centrale; Asie; Afrique du
Nord.
TABLEAU ons ESPÈCES
1. Abdomen rougeâtre en entier, ou presque .................... 2.
— Abdomen entièrement noir ................................. 5.
2. Yeux ovale court, leur angle inférieur séparé de l’insertion des
mandibules par un espace large, au moins égal à la plus grande
largeur des articles des antennes (fig. 194) ................... 3.
—- Yeux ovale allongé, leur angle inférieur touchant presque l’inser-
tion des mandibules ....................................... 4.
3. Angles du pronotum en grande partie jaune blanchâtre ......
............................................ (p. 200), Ilavens.
— Angles du pronotum et clypéus entièrement noirs. Rare .......
............................................ (p. 201), wüstneil.
4. Taille grande : 9-11 mm. 38 article des antennes plus long que les
trois derniers articles réunis; 26 nervure récurrente interstitielle.
Assez rare .......................... . ........... (p. 201), sixl.

200 HYMÉNOPTÈRES 'risivrnnânornns
— Taille moindre : 7-8 mm. 38 article des antennes plus court que les
trois derniers réunis; 2*3 nervure récurrente aboutissant en général ·
dans la 3% cellule cubitale. Commun ............ (p. 201), serva.
5. Grifïes sans dent. ..................... (p. 202), fürstenbergensîs.
-— Griffes dentées ............................................ 6.
6. Griffes avec une petite dent antéapicale .................... 7.
—- Griffes bifides.. ............................................ 9.
7. Métatarses blancs, noirs seulement à l’apex. . . (p. 203), annulitarsîs.
—- Métatarses entièrement noirs ................................ 8.
8. A l’aile postérieure, cellule anale pétiolée, la nervure aréale
aboutissant avant Pextrémité de cette cellule (fig. 195). Com-
mune ..................................... (p. 203), cînereipes.
-—- A l’aile postérieure cellule anale non pétiolée, la nervure
aréale aboutissant à l’extrémité de cette cellule (fig. 196). Rare.
......................................... . (p. 203), foveifrons.
9. Tegulae noires. ................................ (p. 203), morîo.
—- Tegulae blanches .......................................... 10.
10. Tempes non rebcrdées en arrière ............. (p. 204), temporalis.
—- Tempes rebordées en arrière ................................ 11.
11. Q, le dernier tergite abdominal blanc; 5*, abdomen jaune sur
le milieu de la face dorsale. Rare ............ (p. 204), coronata.
-— Q, le dernier tergite noir; 5*, abdomen entièrement noir. Com-
mune .......................................... (p. 205), padi.
1. Selandria flavens KLUG. — Tenthredo (Allantzzs) flavens Kwc, 1814,
p. 48; — Selandria flavescens Ed. ANDRÉ, 1879, p. 294; 5- S. flavens DALLA
Tonma, 1894, p. 142; ENSLIN, 1913, p. 195.
[Syn. : Tenthredo scapularis LEP.; Phyllotoma puella FALL.; S. flavescens
TuoMsoN]
L. 6-7 mm. — Tête noire, bord antérieur du clypéus, labre, base des
mandibules blancs; antennes brun clair, les deux premiers articles blan-
châtres; thorax noir brillant, tegulae et angles du pronotum jaunes;
pattes jaunes, les hanches en partie noires; ailes très légèrement enfumées,
costale et subcostale jaunes à la base, ainsi que les autres nervures, noires
ensuite, stigma noir; abdomen jaune, la base plus ou moins noirâtre. -
Clypéus largement échancré au milieu du bord antérieur; griffes avec une
très petite dent; Q, fourreau de la scie fortement élargi à 1’apex, cordi-
forme (fig. 197). `
var. llavior Ezvsnm, mésopleures jaunes.
Somme : Amiens; Pas-de-Calais : Arras; Oise : Compiègne (Bmrriuenn); Seine-
et-Marne : Fontainebleau (Bau); Haute-Vienne : Thiat, Limoges; Haute-Loire 2
Le Puy (MANEVAL); Haute-Garonne : Toulouse (MARQUET).
Iles britanniques; Europe centrale et'septentrionale; Sibérie.

SELANDRIA 201
Biologie. — N’est pas connue avec certitude; d’après Runow, la larve serait
jaune orangé avec des bandes sombres, et se trouverait sur Alnus et Betula. ·
2. Selandria Wüstnefl KONOW. -S. w. KONOW, 1885, p. 122; ENSLIN, 1913,
p. 195.
L. 6-7 mm. — Très voisine de S. flavens, mais plus noire : tête, sauf
le labre, noire, thorax : pronotum noir, antennes noires; aux pattes, han-
ches et trochanters noirs; stigma brun clair, noir au milieu; abdomen
jaune, la base noire, quelquefois la face dorsale en grande partie foncée,
et aussi la face ventrale à la base. Fourreau comme chez flavcns (voir
fig. 197).
France (?)
Europe centrale et septentrionale. Assez rare. ,
3. Selandria slxl VOLLENHOVEN. -— S. s. VOLL., 1858, p. 278; Ed. ANDRÉ,
1879, p. 294; DALLA Tonns, 1894, p. 145; ENSLIN, 1913, p. 196. .
[Syn. : S. grandir ZADD.; S. interstitialis TnoMs.; S. darsalis Kms?]
L. 9-11 mm. —- Tête entièrement noire, ainsi que les antennes, labre
le plus souvent brun-noirâtre; thorax noir brillant, tégulae et angles du
pronotum jaunes; ailes presque hyalines, jaunâtres dans la moitié basale,
costale et subcostale jaunes, noires à l’extrémité, stigma noir bordé de
jaune, nervures jaunes dans la moitié basale, brunes ensuite; pattes jaunes,
hanches noirâtres à la base, les hanches ‘III parfois entièrement jaunes;
abdomen jaune, le 1*** tergite pouvant être entièrement noir (6‘), ou noir
au milieu, souvent les tergites suivants tachés de noir au milieu; çi pro-
notum parfois entièrement noir. - 3° article des antennes plus long que
les trois derniers réunis; 2° cellule récurrente interstitielle, ou tombant ·
dans la 2° cellule cubitale; fourreau de la scie fortement élargi à l’apex,
plus que chez flavens (fig. 198).
Seine, Seine-et-Oise : Maisons-Laffitte, Chaville, mai; Marne : Sapicourt,
Germaine (BETTINGER); Ardennes : Charleville; Seine-et-Marne : Brolles, Lorrez-·
le-Bocage; Maine-et-Loire : Saint-Rémy-la-Varenne.
Europe centrale et septentrionale.
Biologie. — Sur Carex, Juncus, Scirpus, Glyceria; larve vert clair, la face
inférieure blanchâtre, tête brun clair, le vertex plus foncé.
4. Selandrla serva F. —— Tenthredo scrva F., 1793, p. 110; — Selandria
serva Ed. ANDRÉ, 1879, p. 295; DALLA Tonus, 1894, p. 145; ENSLIN,
1913, p. 197.
[Syn. : Tenthredo socia KL.; T. Zcpida LEP.; S. dorsalis STEPH.]
L. 6-8 mm. - Tête entièrement noire, y compris les antennes, labre
parfois brun; thorax : face inférieure jaune, seuls les propleures et les
mésopleures noires; face dorsale entièrement noire, le pronotum et les
tégulae jaune-rougeâtre; ailes presque hyalines, costale et subcostale
jaunes dans la moitié basale, noire ensuite, nervures brunes, jaunes dans

202 HYMÉNOPTÈRES rnrwunânoxnus
U la partie basale, stigma noir, la base inférieure plus claire; pattes entiè-
` rement jaune rougeâtre, parfois les hanches I teintées de noir; pattes abdo-
men rougeâtre. — Clypéus légèrement arqué en avant; antennes : 36 article
à peine aussi long que les trois derniers articles ensemble; 28 nervure récur-
` pp ~·.%` ,     ,,,  
  ---·     .       ·i·«  
       ‘   '=,;   /   
n - îùfuè î¥,f*/il  ·
î ; 9;  
 —"'v`ï· `T ./.,  
lâ E
FIG. 193. — Selandria serva, Q.
rente aboutissant dans la 38 cellule cubitale; fourreau de la scie un peu
élargi à l’apex. — Fig. 193.
var. mascula. FALL., 5*, face inférieure du thorax entièrement noire; cette
variété est très fréquente.
var. mediocris LEP. (interstitialis Komow), 2° nervure récurrente interstitielle.
Toute la France. Commun.
Toute l’Europe; Sibérie; Transcaucasie; Asie mineure.
Biologie. — Larve sur Triticum repens, se nourrit aussi d’autres Graminées,
décrite ainsi que son développement complet par miss Cnnwman, 1921.
Pû1'3SlÈ8S· ·- Sychnoleter geniculosus GRAV.
5. Selandria fürstenbergensis Korzow. — S. f. Korzow, 1885, p. 24, 25;
ENSLIN, 1913, p. 197.
L. 5-6 mm. — Tête entièrement noire, y compris clypéus, labre, man-
dibules et antennes; thorax noir, les angles du pronotum et les tégulae
jaune clair; ailes hyalines, stigma brun, nervures brunes, celles—ci plus
claires à la base; pattes jaune-clair, hanches et trochanters noirs, les
tarses parfois teintées de brun; abdomen entièrement noir. — Griiïes
sans dents. '
Loire-Inférieure : Nantes (DoM1NrQuE) (déterminé par Korzow).
Europe centrale. Rare.

ssuinnnu. 203
6. Selandrla annulitarsis Tnonson. — S. a. Tn., 1870, p. 292; Ed. An-
nniê, 1879, p. 297; DALLA Tonns, 1894, p. 141; Enstm, 1913, p. 198.
L. 5 mm. - Entièrement noir brillant; ailes légèrement teintées de gris;
pattes : fémurs blancs à. Papex, tibias blancs, l’apex seul noir, souvent
même seulement à la face postérieure, métatarses blancs, l’apex noiràtre;
antennes épaisses, le 3° article à peine plus de deux fois aussi long que
large.
France(?)
Toute l’Europe.
7. Selandria cinerolpos Kwo. —— Tenthredo (Allantus) cinereipes KLUG,
1814, p. 67; — S. aperta Ed. ANnnÉ, 1879, p. 297; — S. c. DALLA Tonns,
1894, p. 141; ENsL1N, 1913, p. 199. —- Meliscmdra c. Bmsou, 1939, p. 110.
[Syn. : Hylotoma aethiops FALLÉN; S. aperta Hanrro; Tcnthredo alter-
nipes Evans.]
L. 5 mm. — Entièrement noir; ailes hyalines, stigma noir, plus clair
au côté inférieur; pattes noirâtres, les tibias en majeure partie blancs,
sauf les tibias III en partie; à l’aile postérieure, cellule humérale pétiolée
(fig. 195).
Seine, Seine-et-Oise : Meudon; Seine-et·Marne : La Ferté-Milon, Fontainebleau;
Somme : Amiens; Finistère : Fouesnant; Haute·Saône : Gray; Haute-Vienne :
Nieul; Creuse : Guéret; Haute·Loire : Le Puy (Mmsvan). Probablement toute
la France sauf le Midi.
Toute l’Eur0pe.
Biologie. - Sur Myosotis paluszris. Larve (Srsm, 1885, p. 248) dos vert olive,
les côtés gris-vert, la séparation entre les deux zones très tranchée; inquiétée
elle ne se roule pas en spirale, mais se courbe en arc; 2 générations.
8. Selandria foveifrons Tnomson. — S. f. Tn., 1870, p. 292; Ed. Amant,
1879, p. 297; DALLA Tonnn, 1894, p. 142; ENsx.1N, 1913, p. 198.
L. 4-5 mm. —- Très voisin de S. cincreipes, diffère par les caractères
indiqués au tableau; tibias noirs en partie, notamment à. la face posté-
rieure.
Allier : Moulins (Pxcsor).
Suède; Allemagne.
9. Solandria morlo F. —- Tenthredo mario F., 1781, p. 414; — S. m.
Ed. Anims, 1879, p. 296, pl. 17, fig. 3; DALLA Tonnn, 1894, p. 143; Ensnm,
1913, p. 199. ··- Melisandra morio BENsoN, 1939, p. 110.
[Syn. : Tcnthrcdo ulmi Scan.; T. tristis LEP.; Emphytus fuscatus Evnns.;
S. fabricii KoNow]
L. 4-5,5 mm. —- Entièrement noir y compris les tegulae; pattes jaunes,
la base des hanches noire, parfois les hanches noires en totalité ainsi que
les trochanters et la base des fémurs, tarses III assombris, parfois aussi
tarses I; ailes enfumées, nervures et stigma noirâtres, le bord inférieur

204 HYMÉN0P*rÈREs TENTHRÉDOIDES
du stigma plus clair. — Champ frontal mal délimité; mésopleures sans
présternites bien marqués.
Seine, Seine-et-Oise : Chaville, Mesnil·le-Roi; Seine-et-Marne : Fleury, Lorrez-
le-Bocage; Somme : Amiens; Ardennes z Vendresse (Bmvoisr); Finistère : Foues-
nant; Haute-Saône : Gray; Loire-Inférieure : Nantes; Charente-Maritime : Le
Bureau-Saint-Palais; Haute-Vienne : Nieul; Haute-Loire : Le Puy (MANEVA1.);
Haute-Garonne : Saint-Béat; Gers : Espaon, juin (Rrawr). Toute la France
sauf le Sud-Est.
Toute 1’Europe; Sibérie; Transcaucasie.
Biologie. — La larve n’est pas connue avec certitude.
pgjélwltv
 ses  
::%:::5;
•âêëë 1
/,` `~
I ·   , . _,
195 *9* W1,
197
É., 1 É
196 198 W
Fm. 194 à 198. - 194. Selandria flavens, Q. —- 195. S. cinereipes, aile posté-
rieure. - 196. S. foveifrons, aile postérieure. - 197. S. flavcns, Q, extré-
mité de Pabdomen. - 198. S. sixi, Q, idem.
10. Selandrîa temporalis TnoMsoN. — S. t. TH., 1871, p. 239; Ed. Amont,
1879, p. 296; DALLA Tomm, 1894, p. 146; ENSLIN, 1913, p. 200.
L. 5-6 mm. — Comme S. morio, mais tegulae blanches et tempes non
rebordées en arrière; parfois le labre blanc.
Saône-et-Loire : Digoin (Pic); Puy-de-Dôme : Royat (Pic), juin.
Europe centrale et septentrionale. Rare; Sibérie.
Biologie. — Sur Pteris aquilina; les œufs causent un gontlement des folioles
(Dwrnxerr, 1924, p. 639),
11. Selandria. eoronata KLUG. ——- Tenthredo (Allantus) coromzta KLUG,
1814, p. 276; —— Aneugmenus coronatus Ed. ANDRÉ, 1879, p. 242, pl. 16,
fig. 1; — S. c. DALLA Tomas, 1894, p. 141; ENSLIN, 1913, p. 200.
[Syn. : S. cereipes VOLLENH.; S. bimaculata C0BELL1]

·rnmnAx 205
L. 4-5 mm. — Noir; clypéus, labre, angles du pronotum, tegulae blancs;
pattes blanches, la base des hanches noire; ailes presque hyalines, ner-
vures et stigma brun-noirâtre; ce dernier plus clair à. la base; abdomen
noir : d, les tergites du milieu jaunes, formant ainsi une grosse tache jaune
du 2° au 5°; Q, le dernier tergite blanc. — A la face les trois fossettes
au-dessus des antennes grandes et profondes.
var. analis Tnons., pronotum et clypéus noirs.
Somme : Amiens; Eure : Evreux; Vienne : Poitiers (A. BILLARD, juin, sur
Pteris aquilina); Vosges; Jura (Puron).
Europe centrale et septentrionale; Grèce.
Blologlo. — Sur Polystichum fili1:·mas, Asplenium fîlix-femina, et filix-mas,
Pteris aquilina. Larve (VOLLENHOVEN, 1894,p. 146) dos vert de feui1le,les côtés
et le ventre plus clairs. Cause une pustule au bord des folioles (Dxrrnicn, 1924,
p. 631).
12. Selandrla padi L. —— Tenthrcdo padi L., 1758, p. 557, n¤ 14; Selandria
stramineipes Ed. Annan, 1879, p. 296; DALLA Toune, 1894, p. 146; Ensmn,
1913, p. 201; - S. padi MALA1sr: et Benson, 1934, p. 5.
[Syn. : Tenthredo allipes LEP.; S. rufitarsis BR.; Emphytus coronatus
STEPH.; S. stramineipcs KL.; S. vollenhoveni Gmn.]
L. 5-6 mm. — Entièrement noir, seuls le labre et les tegulae blancs;
ailes presque hyalines, nervures et stigma brun-noirâtres pattes blanches,
hanches noires en entier, ou seulement à la base.
Toute la France sauf peut·être le Sud-Est.
Toute l’Europe; Asie Mineure; Afrique du Nord.
Biologie. — Sur Pteris aquilina. Larve (Bmscnxn, 1883 b, p. 291, pl. 6, fig. 6),
vert d’herbe.
Gen. THRINAX Konow, 1885
Allongé et élancé; antennes fines et longues, aussi longues que l’abdomen;
clypéus à bord antérieur arqué; nervure costale un peu épaissie près du
stigma, cellule cubitale coudée près de la base; aile postérieure avec deux
` cellules médianes fermées; fourreau de la scie à trois pointes, la pointe
médiane bien plus courte que les autres. l
Distribution. —— Europe; Amérique du Nord.
TABLEAU ons Esràcns
- Clypéus et labre noirs; les fémurs noirs, à l’exception des genoux;
abdomen noir, les segments médians (2° à 5**) rouges .........
....................................................... mixta.
——- Clypéus et labre blancs; les fémurs rouges; abdomen noir, les seg-
ments du milieu plus ou moins teintés de rouge, mais sans former
une' ceinture nettement marquée ........................ macula.

206 nYMÉNo1>*rÈnEs ·rEN·1·nnÉDo1DEs
1: Thrînax mîxta. Kwo. -—— Tenthredo (Allantus) mixta KL., 1814, p. 217;
—— Strongylogaster femoralis Ed. ANDRÉ, 1879, p. 413; — T. m. DALLA
Tonnn, 1894, p. 140; ENSLIN, 1913, p. 201.
[Syn. : Strongylogaster femoralis CAMEnoN]
L. 7-9 mm. -=— Tête entièrement noire y compris les antennes; thorax
noir brillant, les angles du pronotum et les tegulae blanchâtres; ailes
hyalines, nervures et stigma noirs; pattes noires, les genoux et la majeure
partie des tibias I jaunâtres, ou brunâtres; tarses bruns, I et Il noirs;
abdomen noir aux deux extrémités, rouge au milieu, du 28 au 5*3 segments.
— Ailes postérieures : cellule humérale non pétiolée. — Cf pattes plus claires
en particulier les fémurs jaunâtres en partie.
France (d’après DALLA Toune, mais sans localité connue).
Iles britanniques; Allemagne.
Bi0l0gi9. — ZIBNGIEBL, 1935. Sur Ptcris aquilina (FORSIUS, 1920), Polystichum
filix-mas (CHAPMAN, 1920), Athyrium filiœfemina (Zmuomnt). Voir Pmcocx,
1923.
P3I‘&SiÉ€S. —— Mesoleius multicolor GRAY. Val'. napaeus Z.
2. Thrinax macula. KLUG. —— Tenthredo (Allantus) macula KLUG, 1814,
p. 217; -— Strongylogaster macula Ed. ANDRÉ, 1879, p. 413; —- Thrimzx
macula DALLA Tonnn, 1894, p. 140; ENsL1N, 1913, p. 202.
[Syn. : T. intermedia KONOW]
L. 5-7 mm. — Fig. 199. — Tête noire, clypéus et labre blancs, antennes
T  ». A xl;     ii}/i; L j i Q
`\ w«.".~i·¤ '
' 4î—s«g,~  ,«»•-"iàà
 ;.   ·,
 
âgé;
i   li
ie - ~
FIG. 199. — Thrinax macula, Q.
noires; thorax noir, brillant, les angles du pronotum et les tegulae blancs;
ailes hyalines, nervures et stigma noirâtres, pattes entièrement jaunâtre
clair, les tarses un peu plus foncés; abdomen noir au 1*** tergite et une partie
du 26, ainsi qu’à Pextrémité, la partie médiane, rougeâtre, ne forme pas

s·rn0M1aocEnos 207
une bande nettement l1mitée.comme dans l’espèce précédente; face ven-
trale en majeure partie jaunâtre. — Aire frontale nettement limitée, con-
cave; mésopleures ponctuées mais brillantes; fourreau de la scie avec les
deux pointes latérales divergentes; aile postérieure : cellule humérale
pétiolée.
Forêt de Saint-Germain, mai, 1 Q (J. ns GAULLE); Haute-Loire : Tence,
mai, 1 d (H. MANEVAL).
Iles britanniques; Belgique; Allemagne; Suède.
Biologie. - Pnscocx (1923, 1937 et 1938) a faitsur cette espèce des études de
parthénogenèse expérimentale; il a constaté une parthénogenèse thélytoque,
avec maturation et auto-régulation des chromosomes; la formule de ceux-ci
est : 2 n = 14; parfois parthénogenèse arrhénotoque, avec quelques femelles.
Gen. STROMBOCEROS Kouow, 1885
Corps grêle, élancé, antennes fines et longues, un peu épaissies au delà
du milieu, les 3° et 49 articles bien plus longs que les autres; clypéus à bord
antérieur arqué; aire frontale bien délimitée; griffes avec une assez forte
dent.
Distribution. -—- Genre répandu surtout en Amérique du sud et centrale : 1 seule
espèce en Europe, 7 en Asie, et plus de 80 en Amérique.
Strombooeros delicatulus FALLÉN. -— Tenthredo dclicatula FALL., 1808,
p. 122; — Strongylogaster viridis Ed. ANDRÉ, 1879, p. 412; — Strombo-
ceros delicatulus DALLA Tomas, 1894, p. 139; ENSLIN, 1913, p. 203.
É . g ,·»··è
   
 
À V ¥#<£.û.};È` ·
FIG.'200· — Strombaceros delicatulus, Q.
[Syn. : Tenthredo eborina KLUG; Allantus melanocephalzw STEPH.; Synai-
rema alpina Bimms; Selandria phthisica VOLL.]

208 rrYMÉNo1>1·ÈaEs 'rnnrnnénoinns
L. 5-7 mm. - Fig. 200. — Tête noir brillant, clypéus, labre et mandi-
bules, sauf l’apex, blancs; antennes blanches à la base, brun clair ensuite,
la face inférieure plus claire; thorax blanchâtre, le mésosternum noir
brillant, ainsi que les lobes latéraux du mésonotum presque en entier;
pattes blanchâtres en entier; ailes hyalines, nervures noirâtres, la costale
et le stigma jaune pâle; abdomen jaune pâle, Q les tergites avec des taches
latérales noi1·es qui deviennent plus développées avec l’âge; dl abdomen
jaune pâle, les taches latérales peu marquées, mais les deux ou trois der-
niers tergites avec chacun une grosse tache noire. — Fourreau de la scie
étroit, non élargi à l’extrémité. — Sur le vivant les parties jaune pâle sont
vertes.
Seine, Seine-et-Oise : Maisons-Laffitte, forêt de Saint-Germain (J. on GAULLE);
Vosges: Gérardmer; Puy-de-Dôme : La Bourboule (DU BUvssoN); Haute-Loire:
Tence, juin (MANEVAL); Creuse : La Celle-Dunoise (Ch. ALLUAUD); Corrèze:
Argentat; Haute-Garonne : Luchon, juillet, août, sur les Fougères (Rxeaur),
Europe centrale et septentrionale.
Biologie. -- Sur Polystichum filix-mas; larve (Caiunnorr, I, pl. 1, fig. 7) verte,
tête avec des taches noires; s’empupe dans l’écorce ou dans les tiges.
Parasite. — Plectiscus tenthredinarum GIRAUD.
Gen. STRONGYLOGASTER DAHLBOM, 1835
Antennes assez grêles, plus courtes que l’abdomen; clypéus fortement
incisé au milieu; tête chagrinée, sauf sur les côtés Vertex, pronotum cha-
grina, mésonotum ponctué; abdomen cylindrique, allongé, étroit.
Distribution. - Europe; Afrique du Nord; Asie paléarctique jusqu’au Japon;
Amérique du Nord (nombreuses espèces).
TABLEAU DES Esr>Èc1·:s
‘ —— Antennes noires, au plus les deux premiers articles jaune-rougeâtre.
Commune .... . ..................................... . . . . lineata.
— Antennes jaune-rougeâtre, au plus Pextrémité plus ou moins
noire. Rare. ........................................ xanthocera.
1. Strongylogaster lineata Cnmsr. —— Tenthredo lineata Crmisr, 1791,
p. 450; —— Strongylogaster cingulatus Ed. ANDRÉ,.1879, p. 411; —- S. multi-
fasciata DALLA Tonnn, 1894, p. 136; — S. lineata E1~xsL1N, 1914, p. 205.
[Syn. : Tenthredo cingulata F., nec Scor.; T. linearrls KLUG, nec Scan.;
T. altemans LEP.; Strongylogaster caucasicus Scnar.; S. multifasciatœ
Kms?]
L. 8-11 mm. — Fig. 201. —— Q tête noire; antennes noi1·es, les deux pre-
miers articles rougeâtres; thorax noir en entier, sauf les tegulae qui sont
blanches; ailes presque hyalines, nervures brunes, la costale et le stigma
, b

STHONGYLOGASTER 209
brun rougeâtre clair, stigma plus foncé au bord supérieur; pattes : hanches,
trochanters et moitié basale des fémurs noirs, le reste jaunâtre, les tarses
souvent plus foncés; abdomen noir, tous les segments sauf le 19* bordés
de jaune au bord postérieur (fig. 201); fourreau de la scie élargi et fendu
en deux à Pextrémité, garni d’une brosse de poils raides en dessous (fig. 203,
204). — 5* pattes entièrement rougeâtres, sauf la base des hanches, qui
  `>-"~·. 'v 1.* I ./X'] I·§___, 
——a   \ 3/ l ii   *§Ã
î...s ~.*; ,  I
,' A;\, É  
l   ;,;v E
. ,1 ¢·   2, .
i L   ···· L
l.  
\` lg
F10. 201. — Strongylogaster lineata, Q.
est noire; abdomen entièrement brun rougeâtre clair, les deux premiers
tergites noirs au milieu.
Toute la France sauf peut-être le Sud·Est.
Iles britanniques; Belgique; Espagne; Portugal; Balkans; Europe centrale
et septentrionale; Asie mineure.
Biologie. — Sur Pteris aquilina et Polystichum filix-mas. Larve (Bnxscnxa,
1883 b, pl. 6, fig. 10), 18-20 mm., corps vert, marqué de deux larges bandes jaunes
sur le dos et taché de même couleur au-dessus des pattes; se tient à la face infé-
rieure des feuilles; s’empupe dans les tiges ou sous les écorces.
Parasites. — Ichneum. : Campoplex transiens Rrzn.; Cubocephalus jortipes
GRAV.; Ichneumon mussii R1·zB.; Mesoleius niger GRAV.
2. Strongylogaster xanthoeera. ` Srnrusms. —- Tenthredo xanthocera
S·rE1>uENs, 1835, p. 81; S. multifasciatzz var. xanthocera DALLA Tonus,
1894, p..136; S. xcmthocera ENSLIN, 1914, p. 205.
L. 8-11 mm. — Comme S. lineata, s’en distingue par les caractères
donnés au tableau.
Seine-et-Oise : Maisons-Laffitte; Ardennes : Charleville; Eure : Évreux. Peut
se trouver avec la précédente, mais plus rare.
Toute l’Europe.
Biologie. - Sur Pteris aguilina (Foasws, 1920; Zrnucmxar., 1935).
M

210 r1YMÉNo1>*rÈREs TENTHRÉDOIDES
Gen. PSEUDOTAXONUS A. Cosm, 1895
Tête fortement ponctuée chagrinée; antennes plus courtes que l’abdo-
men; mésonotum finement et densément ponctué, mésopleures ponctuées
chagrinées, mates; abdomen fortement ponctué au début, au delà ponc-
tuation plus faible.
Une seule espèce.
Pseudotaxonus filieis KLUG. —- Tenthredo (Allantus) filicis KL., 1814,
p. 216; — Strongylogaster filicis Ed. ANDRÉ, 1879, p. 410; DALLA Tonnn,
1894, p. 134; - Pseudotasmnus filicrls ENsL1N, 1914, p. 206.
[Syn. : Tenthredo carinata KLUG; T. atricomis STEPH.]
L. 8-9 mm. — Q tête et antennes noires; thorax noir, tegulae jaunes
sur le bord; pattes noires, l’apex des fémurs et tibias I rougeâtres, base
les tibias et métatarses II et III jaunâtres; ailes hyalines, nervures rouges,
les tergites du milieu pouvant être tachés de noir. — O" tegulae jaunes
en entier, pronotum parfois bordé de jaune; pattes : hanches et trochan-
ters noirs, fémurs rougeâtres, tibias et tarses jaunes, pattes III souvent
avec l’apex des fémurs et tibias noirâtres, ainsi que les tarses; abdomen
noir, le milieu de la face ventrale rouge, ainsi parfois que du dos.
Nord : Genech (Civno).
Iles britanniques; Europe centrale et septentrionale.
Biologie. ·— Probablement sur Pteris aguilina où se trouve l’imago.
Gen. ERIOCAMPA H.•.n·r1o, 1837
Corps ovale, large; antennes plus courtes que Pabdomen, un peu élargies
vers Pextrémité; griffes bifides.
Distribution. — Europe; Amérique du Nord. ·
A TABLEAU DES EsPÈcEs
·—- Partie supérieure de la tête non ponctuée, lisse; corps entièrement
noir. Rare .......................................... umbratica.
·-· Partie supérieure de la tête fortement ponctuée. Q, au thorax,
mésonotum et angles du pronotum rouges. Commun. ......... ovata.
1. Eriocampa umbratica KLUG. — Tenthrcdo (Allantus) umbratica
KL., 1814, p. 63; — Eriocampa umbratica Ed. ANDRÉ, 1879, p. 321; DALLA
Tonnrz, 1894, p. 133; ENSLIN, 1914, p. 207. _
[Syn. : Phyllotoma. nigrita FALLÉN] -
L. 5-7 mm. —- Corps entièrement noir; antennes noires; ailes antérieures
légèrement enfumées, plus claires à Pextrémité, nervures et stigma noirs;

Eaxocxmwl 211
pattes noires, parfois les genoux et tibias I brunâtres en avant, et même
aussi les genoux et tibias II.
Seine-et·Marne : Flagy (Bau); Eure : Evreux; Aube (n’Am·nssAm·v); Marne :
Germaine (Bsrrmcnn); Loire~Inférieure : Nantes (Dommous); Corrèze : Argen-
tat.
Europe centrale et septentrionale.
Blologle. — Sur Alnus.
2. Erlocampa ovata. L. -— Tenthredo ovaza L., 1761, p. 392; — Erio-
campa ovata Ed. ANDRÉ, 1879, p. 318, pl. 18, fig. 3; DALLA Tonxm, 1894,
p. 131; ENSLIN, 1914, p. 208.
[Syn. : Tenthredo gossypimz RE·rz.; T. vemalis Gnomm.; T. lezicogona
Scan.] ·
L. 5-7 mm. — Fig. 202. — Corps entièrement noir, au thorax, angles
v   _·£` ' ,   Vx Q
Q4 x   1 )
FIG. 202. ——  Erioca pa ovata, Q. _
du pronotum et mésonotum rouges; antennes noires, les derniers articles
bruns en dessous ou totalement (fig. 205); ailes très légèrement enfumées,
avec une étroite bande brune sous le stigma; pattes noires, les genoux
généralement plus clairs, ou même blancs. -— (5* thorax entièrement noir,
5** et 6° articles des antennes comprimés.
Toute la France sauf le Sud-Est.
Toute l’Europe.
Biologie. — Sur Alnus glutinosa et incana. Larve (Bmscaxs, 1883 b, p. 283,
pl. 5, fig. 7), se tient à la face inférieure des feuilles; cf très rare, l’espèce semble
être parthénogénétique.
Paraslte. ·- lchneum. : Mesoleius aulicus Gxulv. (D.T.).

212 HYMÉNox>·rÈnEs TENTHRÉDOIDES
   
/   1   ¢• î
Fly//gf W l / I `  
203
204
    ltln r  
W /g&·ïL·_ / 211
rr l ,·•
.rl|l=/= F
208 ·   ) =,
sa  
/ V
\·~” . l
20e 210 v 200 É
Fxc. 203 à 212. — 203. Strongylogaster lineata, fourreau de la scie vu de profil. —
204. Idem, fourreau de la scie vu de dessous. — 205. Eriocampa ovaza Q,
antenne. - 206. Empria excisa, abdomen. -— 207. Id., Q, bord antérieur du
clypéus. — 208. Empria tridens, Q, bord antérieur du clypéus. — 209. Har-
piphorus lepidus, tête, vue de face. - 210. Emphytus togatus, Q .— 211. Taxconus
agrorum, gj', aile postérieure. —- 212. Ametastcgia albipes aile antérieure.
Gen. EMPRIA LEPELETIER, 1828
(Poecilostoma DAHLBOM; Poecilosoma auct.)
Le plus souvent entièrement noir, taille faible, corps allongé, non élargi;
clypéus assez fort, et fortement échancré, parfois tridenté; souvent une
nervure transverse-cubitale manquant.
Distribution. — Europe; Asie paléarctique; Amérique du Nord.
TABLEAU DES ESPÈCES
1. Clypéus sans carène médiane; espace sous-oculaire plus court
que le 161' article des antennes; tergites abdominaux sans taches
claires (S. G. Monostegia A. Cosra) .......................... 2.
-— Clypéus avec une carène médiane; espace sous-oculaire au moins
aussi long que le 1" article des antennes; tergites abdominaux
médians avec chacun une paire de taches claires ............. 3.

EMPRIA 213
2. Abdomen entièrement noir .................. (p. 213), pulverata.
— Abdomen jaune-rougeâtre .................. (p. 214), abdominalîs.
3. Clypéus avec une éohancrure sans dent, ou au plus avec une très
faible dent au fond de cette échancrure (S.—G. Empria) ........ 4.
— Clypéus tridenté, l’échancrure peu profonde, et avec une grosse
dent au fond (S.-G. Tricmpria ENSL.) ...................... 8.
4. Clypéus profondément échancré, avec une très petite dent au fond
(üg. 207). ...................................... (p. 215), exoisa.
— Clypéus en arc peu profond ................................ 5.
5. Fémurs et tibias au moins en partie brun-rougeâtre clair .....
............................................ (p. 215), immersa.
— Pattes noires, au plus les genoux et la face antérieure des tibias
blancs .................................................... 6.
6. Les derniers articles des antennes non saillants en-dessous, l’avant·
dernier presque trois fois aussi long que large .... (p. 216), tlrolensls. .
— Les derniers articles des antennes saillants en dessous à l’angle supé-
rieur, en dents de scie, l’avant-dernier au plus deux fois plus long
que large .................................................. 7.
7. Griffes bifides. .................................. (p. 216), klugl.
— Griffes avec une petite dent .................... (p. 216), litutata.
8. Vertex court, presque trois fois aussi large que long; seulement les 2°
et 36 tergites abdominaux avec des taches claires. .. (p. 217), parvula.
— Vertex au plus deux fois aussi large que long; abdomen avec
4 à 6 paires de taches claires ............................... 9.
9. Antennes du mâle à peu près aussi longues que le corps, celles
de la femelle plus longues que l’abdomen. Rare. (p. 217), longlcornis.
— Antennes du mâle à peine plus longues que l’abd0men, celles de la
femelle jamais plus longues que Pabdomen; clypéus nettement
tridenté (fig. 208) .............................. (p. 217), tridcns.
S.·g. Monostegia A. Cosm
1. Empria. pulvorata RETZIUS. —- Tcnthredo pulverata RE·rz., 1783,
p. 72; - Poecilosoma pulvcrata Ed. Animé, 1879, p. 332, pl. 20, fig. 4, 6, 8; `
— Poecilostoma pulverata DALLA Tonnrz, 1894, p. 128; —- Empria pul·
verata ENSLINQ 1914, p. 211.
[Syn. : Tenthredo limbata GMEMN; T. obesa KL.; T. leucozonius HAM.;
T. segmentata ZETT.; Harpiphorus taeniatus A. Cosm; Selandria pulchclla
STEPH.]
L. 7-9 mm. —- Tête noire, antennes noires, labre jaunâtre, ainsi parfois
que le bord antérieur du clypéus; thorax noir, tegulae jaune clair, ainsi
que les angles du pronotum; ailes hyalines; nervures brunes, stigma jaune,
son bord antérieur brun; pattes rougeâtres, la base des hanches noire,
ainsi que les tarses; chez le mâle la couleur noire des pattes est plus étendue;

214 nxmiinorrxïnns ·rENrnnÉno1nEs
abdomen noir, les tergites bordés de blanc postérieurement, Pextrémité
rougeâtre; face ventrale claire, taohée de brun. -—— Clypéus fortement
échancré, vertex finement ponctué, brillant, mésonotum à peine ponctué,
brillant; fourreau de la scie étroit, aminci à Pextrémité.
Somme : Amiens; Saône-et-Loire : Mâcon (FLAMARY)§ Allier : Moulins; Tarn :
Castres, avril (R1n.w1·); Haute·Garonne : Saint-Béat, avril (Ringer).
Iles britanniques; Europe centrale et septentrionale.
Biologie. — Sur Alnus glutinosa, et incana. Larve (Bnxscnxe, 1883 b, pl. 6,
fig. 3; CAMEnoN, I, pl. 2, fig. 2) vert clair poudré de blanc, laissant Voir trois bandes
longitudinales dorsales. Mâle rare, reproduction parthénogénétique (DONCASTER,
1906). Oviposition décrite par Cimnnou (I, p. 211-212). Se transforme dans la
moelle des tiges sèches (Lorsmne, 1907, p. 33).
2. Emptîa abdominalis F. —- Tenthredo abdominalis F., 1798, p. 216; —
Poecilostcma luteolum DALLA Tonms, 1894, p. 127; —— Eriocampa lutecla
Ed. ANDRÉ, 1879, p. 319lLE Empria abdominalis ENSLIN, 1914, p. 212.
[Syn. : Terzthrcdo luteo LUG]
L. 6-8 mm. — Tête noire, labre blanc-jaunâtre, clypéus noir, quelque-
fois éclairci en son milieu; antennes brunes en dessus, le côté inférieur
\ . ·` V ld. f
‘ S> Il" ·  ll 7: ,a—’  
ÈN /+5-   /7  
— ._ `\ _ T . I A ,·»
'—'· g     / _,_...»»
î..§ •,;  V,  î
\-   JL
Fm. 213. — Empria abdominalis, Q.
clair; thorax noir, angles du pronotum et tegulae jaunâtres; ailes très
légèrement enfumées, nervures brunes, stigma brun plus clair au bord
inférieur; pattes rougeâtre clair, la base des hanches noire; abdomen
rougeâtre clair, le 19* tergite noir au moins en son milieu. — Antennes
dilatées à Pextrémité de chaque article, de sorte qu’elles ont l’aspect en
dents de scie, vues de profil; clypéus fortement échancré en avant, forte-
ment ponctué surtout dans sa partie antérieure; tête et mésonotum très
finement ponctués, brillants. — Fig. 213.
var. rufinotis ENs1.1N, jaune rougeâtre : la face inférieure des antennes, le
lahre, les mandibulcs, deux grosses taches sur le vertex et aussi les tempes, le

EMPRIA 215
thorax saut une grosse tache jumelée sur le mésosternum et trois grosses taches
noires sur le mésonotum.
var. nnalls KoNow, les tergites abdominaux et les pattes plus foncées.
Toute la France sauf le Midi.
Iles britanniques; toute l’Europe; Italie; Asie Mineure; Sibérie.
Biologie. —· Sur Lysomachia vulgaris et nummularia, Anagallis phoenicea
et arvensis. Larve ICAMERON, I, pl. 4, fig. 12) vert clair ou bleuté avec bandes
plus claires longitudinales; se tient enroulée à la face inférieure des feuilles et
se laisse tomber quand on la dérange. Mâle rare, reproduction par parthénoge-
nèse thélytoque (DONCASTER, 1906; Minas, 1936 c); s’empupe dans le sol sans .
cocon; trivoltine._Étude détaillée de l’œuf à l’imago, Lorn (1914).
S.-g. Emprla.
3. Emprla exclsa THOMSON. — Poecilosoma cxcisa Tu., 1871, p. 233;
Ed. ANDRÉ, 1879, p. 334, pl. 20, fig. 2; — Poecilostoma excisa DALLA Tomas,
1894, p. 126; - Empria excisa ENSLIN, 1914, p. 215.
L. 6-7 mm. - Tête noire, labre plus clair, antennes noires; thorax noir,
angles du pronotum blancs, tegulae blanches en entier ou seulement sur
les bords; ailes très légèrement enfumées, nervures brunes, costale plus
claire, stigma brun·noirâtre; pattes noires, genoux blanchâtres, ainsi
que la face antérieure des tibias et tarses I et II, des tibias III en partie
seulement; abdomen noir, les tergites très finement bordés de blanc posté-
rieurement, en outre les cinq ou six premiers tergites avec chacun une
grosse tache blanche de chaque côté (fig. 206). — Clypéus profondément
échancré avec, au fond de l’échanorure, une petite dent faisant suite à
la carène médiane (fig. 207); Péchancrure est moins forte chez le mâle.
Les yeux sont verts sur le vivant.
Seine, Seine-et-Oise : Créteil, Saint-Germain; Eure : Evreux; Ardennes : Char-
leville; Aube : Estissac (D’AN'l'ESSANTY); Charente-Maritime : Saintes; Hérault :
Montpellier (LICHTENSTEIN).
Europe centrale et septentrionale; Espagne.
Biologie. —— Sur Salim aurita, Epilobium. hirsutum, Pzeris aquilina. (Bmscnxs,
1885); Canrsnrisn (1886-88) dit aussi l’avoir trouvée sur Betula, mais ENSLIN
pense que cette observation est inexacte, et doit se rapporter à une autre espèce.
4. Empria. immersa Kwo. — Tenthredo (Allantus) immersa KL., 1814,
p. 284; — Harpiphorus immersus Ed. ANDRÉ, 1879, p. 243; —- Poecilostoma
immersa DALLA Tonma, 1894, p. 127;- Empria immersa ENSLIN, 1914,
p. 216.
[Syn. : Sclandria labialis Bnunniê; Tenthredo opacomaculata Evnnsiu.;
Emphytus majalis VoLL.; Poecilosoma obtusa Tu., nec KL.; P. fletcheri
CAM.; P. pallimacula Bmscnxs] '
L. 6-7 mm. -—- Comme E. excisa, mais pattes I et II presque entière-
ment rougeâtre clair, les hanches et trochanters, ainsi que la base des
fémurs plus ou moins noirs, les genoux clairs; abdomen avec des taches

216 nvMÉNoP·rÈnEs *rEN*rHnÉDoxnEs
claires comme ci-dessus, mais bordure blanche des tergites encore plus
mince. -- Clypéus échancré en arc de cercle mais sans aucun denticule
au fond.
Seine-et·Marne :_Montereau (Bao); Loire-Inférieure : Nantes (Donrmoor).
Toute l’Europe; Sibérie.
Biologie. — Sur Salix alba: Larve (Bniscnxrz, 1883 b, pl. 2, fig. 15) vert gris
clair, le dos plus foncé, sur chaque segment une rangée transversale de 4-6 petits
points blancs; s’empupe en terre.
5. Empria tîrolensîs ENSLIN. — E. t. Erzsn., 1914, p. 217.
L. 8 mm. — Q tête entièrement noire, y compris les antennes, labre
blanchâtre; thorax noir, le bord du pronotum étroitement blanc; pattes
noires, face antérieure des tibias I et apex des fémurs I brunâtre; ailes
teintées de noirâtre, nervures et stigma noirs; abdomen noir brillant,
les 28 à 68 tergites avec une tache cutanée jaunâtre. — Clypéus presque
aussi échancré que chez excisa, avec une carène médiane bien nette, et de
petites dents au milieu de Péchancrure; mésonotum à peine ponctué, lisse;
griffes bifides; la 1*8 nervure transverso-cubitale absente.
Haute-Garonne : Saint-Béat(R11z.4o·r).
Tyrol.
6. Empria klugi STEPHENS. — Selandria klugi Srrrrn., 1835, p. 53; —
Poecilostoma guttatum DALLA Tonnn, 1894, p. 126 (pars); — Empria
klugi Ensmrx, 1914, p. 217.
[Temthredo morio Senn.; Poecilosoma guttata TH.; P. carbonaria Konow].
L. 6-7,5 mm. ——· Tête noire, antennes noires; thorax noir, seuls les angles
du pronotum avec une fine bordure blanche; ailes légèrement enfumées,
nervures et stigma noirs; pattes noires, genoux I et souvent aussi II,
blanchâtres, ainsi que la face antérieure des tibias; abdomen noir, avec
des taches plus claires de chaque côté sur les tergites ll à V ou VI, ces
taches très peu apparentes, et quelquefois non visibles. — Clypéus chagriné,
fortement échancré, une petite dent au fond de Péchancrure; Vertex court,
environ trois fois aussi large que long; antennes, l’avant·dernier article
à peine deux fois plus long que large; griffes avec une dent qui leur donne
l’aspect d’être bifides.
Seine, Seine-et—0ise : Saint-Cloud, Vincennes, Maisons-Laffitte; Seine-et-Marne :
La Ferté-Milon; Somme : Amiens; Nord : Féchain (Cavno); Ardennes : Charle-
ville; Eure : Évreux, avril; Allier : Broût~Vernet; Rhône : Lyon.
Toute l’Europe; Asie Mineure.
7. Empria liturata GMELIN. —— Tenthredo litumta GM., 1790, p. 2668; -——
Poecilostoma guttatum DALLA Tonnn, 1894, p. 126 (pars); —— Empria
liturata ENSLIN, 1914, p. 217.
[Syn. : Tenthredo guttata FALLÉN; T. impressa KL.; T. sexpzmctata

EMPm.•. 217
LE`P.; Poecilosoma submutica Tn.; P. nigricolle CAM.; Emphytus vcmalis
Dxnrmcn]
L. 6-7 mm. — Comme E. klugi, mais les taches abdominales plus mar-
quées, et présentes jusqu’au 78 tergite. — Clypéus moins échancré et sans
dent au fond de Péchancrure; vertex seulement deux fois aussi large que
long; griffes avec une petite dent.
Seine, Seine-et-Oise : Saint-Cloud, Chaville, Sèvres, Bondy; Seine-et-Marne :
La Ferté-Milon; Eure : Evreux; Ardennes : Charleville; Vosges : Gérardmer
(Hummcxi); Corrèze : Argentat; Hautes-Pyrénées : Maubourguet.
Toute l’Europe.
Biologie. — Sur Fragaria vesca. Larve (Koivow) verdâtre pâle, le dos avec
un dessin brun en réseau.
S.·g. Triempria ENSLIN
8. Emprla parvula. Konow. — Poccilosoma parvula Korzow, 1891,
p. 215; — Paecilostoma parvula DAL1.14 Tonus, 1894, p. 128; — Empria
parvula ENSLIN, 1914, p. 218.
L. 4,5-5,5 mm. — Comme E. lclugi, en diffère par les caractères donnés
au tableau. Ailes faiblement enfumées; abdomen noir, les tergites très
finement bordés de blanc postérieurement, ces lignes blanches souvent
interrompues au milieu; la face dorsale n’a de taches que sur les 2° et 4° ter-
gites, rarement aussi le 4**.
Seine, Seine-et—0ise : Paris; Vincennes; Seine-et-Marne : Fontainebleau;
Eure : Evreux; Charente·Maritime : Saintes.
Europe centrale.
9. Empria. longicornis TnoMsoN. — Poecilosoma longicornis TH., 1871,
p. 232; Poecilostoma longicomis DALLA Tonnn, 1894, p. 127; — Empria
longicornis ENSLIN, 1914, p. 219.
L. 6-7 mm. — Tête noire, antennes noires; thorax noir, bord posté-
rieur du pronotum blanc, ainsi parfois que les tegulae; ailes légèrement
enfumées, nervures et stigma brun—noir; pattes noires, les genoux blancs, '
ainsi que la face antérieure des tibias I; abdomen noir, les tergites II à V
avec chacun deux taches claires. — Clypéus tridenté, la dent médiane
souvent recourbée; griffes bifides, la dent toutefois plus courte que la partie
libre et la griffe; antennes du mâle aussi longues que le corps, de la femelle
plus longues que l’abdomen.
Somme : Amiens.
Europe centrale et septentrionale; Sibérie.
10. Empria tridens Koriow. — Poecilosoma tridens Koivow, 1896, p. 58;
— Empria tridens Ensnm, 1914, p. 220.
L. 5-7 mm. — Tête noire, labre blanchâtre, antennes noires; thorax

218 r1YMÉNo1>rÈnEs ·r1am·H1=xÉn0xnEs
noir, le bord du pronotum et des tegulae blanchâtres, ailes très légèrement
enfumées, nervures et stigma brun-noirâtre; pattes noires, les genoux
blancs, ainsi que la face antérieure des tibias I; abdomen noir avec une
tache claire de chaque côté sur les 28 à Ge tergites; - Clypéus avec une
forte dent au fond de Péchancrure (fig. 208); griffes avec une forte dent,
de sorte qu’elles ont I’air d’être bifides; antennes du mâle plus longues
que 1’abdomen, de la femelle aussi longues que Pabdomen.
Seine, Seine-et-Oise : Meudon, Vincennes; Somme : Amiens; Ardennes : Char-
leville; Marne 2 Sapicourt (D' Berrincen); Haute-Garonne : Saint-Béat, juin
(Rrnnur); Grépiac, avril (Rraaur).
Europe centrale et septentrionale.
Biologie. — L01sE1.r.E (1907); M1LEs (1936 e); sur les feuilles de Rubus (Lor-
snnnn); œufs déposés dans des incisions du pétiole, les larves se nourrissent
la nuit, restant immobiles le jour, elles se laissent tomber à terre au moindre
attouchement; elles s’empupent dans les tiges desséchées, le bois mort ou l’écorce,
de Rubus; l’espèce est univoltine, la parthénogenèse fréquente, du type arrhé-
notoque.
Gen. HARPIPHORUS HARTIG, 1837
Corps petit et grêle; antennes fines, de 9 articles; clypéus échancré;
deux cellules cubitales seulement.
Une seule espèce.
Harpiphorus lepidus KLUG. —- Tenthredo (Emphytus) lepida KL., 1814,
p. 277; — Harpipharus lepidus Ed. ANDRÉ, 1879, p. 242, pl. 17, fig. 1;
DALLA Tonus, 1894, p. 153; ENSLIN, 1914, p. 221.
[Syn. : Fenusa
-~ ··' —- 7, »· ' *‘l··— janthe NEWMAN;
  _,  "·,_ _ ··   ···“ ' A __,,   AstictajantheNEW.]
  ;"   L. 4-4,5 mm. —
‘ 'W "?î“~·;·»· ~
wîêf if* ~‘§ _\ Q; mg 214) wm
  4,,.  jaune, avec une
ç'  —«r;j   grosse tache noire
` jy   sur la face et le
A   'aiîw   ¤,_ L front, portant elle-
ç" i   `A`` T p   'J même une petite
  K) · ( q tache jaune entre
;,.. <   ‘ *. les antennes et_les\
' _ _ ocelles; arrière de
FIG. 214. — Harpzphorus lepzdus, Q. la tête tout au
7
moins du vertex,
presque entièrement noir, toutefois les yeux sont à peu près totalement
entourés de jaune; antennes noires; thorax noir, angles du pronotum et
tégulae jaunes, les lobes latéraux du mésonotum peuvent être rougeâtres

EMPHYTUS 219
sur les côtés; ailes presque hyalines, nervures noirâtres, costale, subcostale
et stigma jaune clair; pattes jaunes, base des hanches noire ainsi que
celle des fémurs; abdomen noir, largement bordé de jaune. - 5* partie
ventrale du thorax jaune; abdomen jaune, seuls les deux ou trois premiers '
segments noirs au milieu.
Seine, Seine-et-Oise : forêt de Saint·Germain; _Seine-et-Marne : Melun (Bau);
Ardennes : Charleville; Haute-Saône : Gray.
Europe centrale et septentrionale; lles Britanniques.
Biologie. —— Sur les feuilles de chêne (Quercus) que la larve ronge par la face
supérieure. Larve (Bnrscrxxs, 1883 b, pl. 3, fig. 1) verte avec de petites verrues
portant des épines blanc brillant, disposées en deux rangées de six chacune;
sur chaque côté trois spinules blancs; s’empupe dans un cocon en terre.
Gen. EMPHYTUS‘KLuG, 1813 ·
Taille moyenne, corps étroit et allongé, aspect de Tenthrodopsis. Tête
carrée, large; antennes courtes, filiformes, les 32 4** et 5° articles plus longs
que les suivants, et à peu près égaux entre eux, les derniers souvent·en
. dents de scie en dessous; clypéus profondément échancré; ailes avec deux
cellules cubitales seulement, la 1***, très longue, reçoit une nervure récur-
rente près du milieu, la 2° reçoit l’autre près de la nervure transverso-
cubitale; corps entièrement noir, ou avec un ou plusieurs anneaux blancs
sur l’abdomen; antennes généralement noires, mais chez plusieurs espèces
annelées de blanc vers l’extrémité.
Larves cylindriques, allongées, de couleur verte, les côtés plus clairs,
très peu distinctes d’une espèce à l’autre. Elles s’attaquent généralement
aux Rosacées, où elles se tiennent enroulées à la face inférieure des feuilles,
mais aussi aux Quercus. Elles ne font pas de cocon, et s’empupent souvent
dans la moelle des rameaux.
Distribution. — Toute la région holarctique.
TABLEAU nnssnsràcns
1. Une grande tache brune dans la région de la cellule radiale
(fig. 215); à l’aile antérieure, la nervure transverso-aréale est
interstitielle avec la nervure basale, ou presque (S. G. Allantus). . 2.
— Aile antérieure sans tache brune; la nervure transvers0—aréale
n’est pas interstitielle ..................................... 3,
2. Mésopleures brillantes, sans ponctuation appréciable; abdomen
avec plusieurs bandes jaunes transversales, au moins trois ....
. ......................................... (p. 221), viennensis.
—- Mésopleures ponctuées-rugueuses dans la partie supérieure;
abdomen en général avec seulement deux bandes blanches (S.·G.
' Emphytus K1,.) (fig. 210) ........,............ (p. 222), togatus.

220. HYMÉNOPTÈRES ·x·ENrnnÉoo1oEs
3. A l’aile antérieure, la nervure transverso-aréale aboutit avant
le milieu de la cellule discoïdale .......................... 4.
— A l’aile antérieure, la nervure transverse-aréale aboutit juste au
. milieu de la cellule discoîdale (S.-G. Emphytina Ronwnn) ..... 16.
4. Abdomen noir, le milieu largement ceinture de rouge ......... 5.
— Abdomen différemment coloré, le plus souvent entièrement noir. . 8.
5. Stigma bicolore, brun—noirâtre avec la base claire ..........
.......................................... . (p. 222), balteatus.
— Stigma unicolore, brun ou noirâtre ......................... 6.
6. Tous les fémurs noirs, au moins en majeure partie ..........
......................................... (p. 223), rufocinctus.
—— Les fémurs III rougeâtres ou brun clair, noirs au plus à la base. . . 7.
7i Tegulae noires .............,................ (p. 224), calceatus.
— Tegulae blanchâtres. .......................... (p. 224), coxalis.
8. Fémurs III noirs .......................................... 9.
’ — F émurs III rouges ou jaunes, en totalité ou en majeure partie.. . . 11.
9. Tibias III noirs, la base largement annelée de blanc ........
............................................. (p. 224), basalis.
— Tibias III rouges en entier, ou rouges avec une base blanche ..... 10.
10. Labre blanc, souvent aussi la base des mandibules et Ia partie
antérieure du clypéus ...................... (p. 225), cîngulatus.
— Tête entièrement noire, y compris labre et clypéus ..........
. ............................................ (p. 225), cinctus.
11. Stigma avec une base largement blanche ................... 12.
— Stigma brun sans base blanche .............................. 13.
12. Mésopleures lisses, à peine ponctuées ........ (p. 226), didymus.
— Mésopleures fortement ponctuées rugueuses dans leur partie
supérieure ................................ (p. 226), melanarius.
13. Mésopleures lisses, à peine ponotuées ....................... 14.
— Mésopleures fortement ponctuées, rugueuses dans leur partie
supérieure ............................................... 15.
14. A l’aile postérieure, la cellule humérale non pétiolée; abdomen
entièrement noir ........................... (p. 227), braccatus.
— A l’aile postérieure, la cellule humérale pétiolée; abdomen géné-
ralement rougeâtre. ......................... (p. 228), Serotinus.
15. Espèce assez grande, 11 mm., les genoux et tarses III noirs. ..
. .......................... . ............... (p. 227), cîngillum.
—- Espèce plus petite, 8-9 mm., fémurs, tibias et tarses III entière-
ment rougeâtres ............................ (p. 227), truncatus.
16. Tegulae noires; pattes en majeure partie, ou en totalité, noires.
.............................................. (p. 229), tener.
—— Tegulae et majeure partie des pattes blanches ................ 17.

EMPHYTUS 221
17. Scutèllum creusé de points fins et nombreux, sa surface mate. . .
............................................ (p. 229) pallipes.
— Scutellum très faiblement ponctué, sa surface lisse. .... i ....
............................................ (p. 230), earpini.
S.-g. Allantus.
1. Emphytus viennensis Sci-xnxmx. —- Tenthredo viemzensis Scan.,
1781, p. 331; — Emphytus viermensis Ed. Aunné, 1879, p. 254, pl. 16,
fig. 2; DALLA Tonnrz, 1894, p. 124; — Allantus vicnncmis ENsr.xN, 1914,
p. 223.
L. 8-10 mm. —· Fig. 215. — Tête noire, avec une bande jaune transver-
sale sur le clypéus, labre taché de jaune, une tache jaune de chaque côté
  `’'tl 2- · -·». " ~ "t x ` . · ··».·r   i
    ·_     .—~         ”'’   jï
f r  (  
à &*"m'&   l
S   `‘‘L· i E
.    ;
F10. 215. -— Empkytus viennensis, Q.
du vertex, et de très minces lignes jaunes sur le côté interne des yeux,
ainsi que près de l’angle supérieur; antennes noires, les deux premiers
articles jaunes, au moins en partie, les deux ou trois suivants rougeâtres;
thorax noir, les tegulae et les cenchri jaune citron; ailes très légèrement
enfumées, les nervures noires, oostale et stigma jaune rougeâtre, une
bande brunâtre occupant le stigma et la cellule radiale, les débordant
même parfois; pattes jaunes, les hanches noires ainsi que les fémurs,
sauf à l’apex, et l’extrémité des tibias III; abdomen noir avec une bande
jaune sur les 1***, 48 5**, 8** tergites (aussi le 9° chez la femelle), les parties
claires sont d’un jaune citron vif. — Mésopleures lisses, sans ponctuation;
antennes courtes, à peine plus longues que le thorax, le 38 article aussi t
long que le 4° la moitié du 5°.
var. steinl Scxmransxnncnr, funicule des antennes rouge, 4° tergite abdominal
sans bande jaune. ·
var. uberlor Ensnm, antennes entièrement rouges, labre jaune, les orbites
jaunes en partie, une grosse tache jaune de chaque côté du vertex, l’angle supé-
rieur des mésopleures jaune.

222 nvMÉNorrÉaÉs TENTHRÉDOIDES
Seine-et·Marne : Paley (BRU); Somme : Amiens; Ardennes : Charleville; Allier :
Moulins; Charente-Maritime : Saintes; Haute-Saône : Gray; Loire-Inférieure :
Nantes (Dommious); Isère : Grande-Chartreuse (Pic); Var : Le Beausset.
Europe centrale et méridionale; Espagne.
Biologie. -— Sur Rosa canine. Larve (Ed. ANDRÉ, pl. 16, fig. 7; BRISCHKE,
1883 b, pl. 2, fig. 10); 15 mm., corps vert, le dessous blanc grisâtre, dos avec trois
séries de points verruqueux blancs portant des poils raides; en septembre, sous
les feuilles qu’elle perce de trous irréguliers; s’empupe en terre selon Bnrscuxn
et Zannncn, mais cela a été contredit par Lo1sÉLLÉ. Voir aussi STEIN (1929).
Püthénogenèse arrhénotoque (voN SIEBOLD)·
S.-g. Emphytus Kwc.
2. Emphytus togatus PANZER. —— Tcntkreda tcgata Pz., 1801, p. 82,
pl. 12; —— Emphytus succinctus Ed. ANDRÉ, 1879, p. 252; — Emphytus
tcgatus DALLA Tomas, 1894, p. 122; —— Allantus togatus ENSLIN, 1914,
p. 224.
[Syn. : Tcnthredo succincte KL.; E. lcucostomus A. Cosm] _
L. 8-9 mm. —- Fig. 210. - Ressemble beaucoup à E. vienncnsis. Tête
entièrement noire, les tempes avec une petite tache blanche à l’angle infé·
rieur des yeux et aux angles postérieurs du Vertex; antennes noires, rou·
geâtres à partir du 48 article; thorax noir, tegulae blanches; ailes comme
vicnncnsis; pattes blanches, les hanches, les fémurs et Pextrémité des
tibias II et III noirs, tarses jaunâtres; abdomen noir avec une bande
blanche sur les 18* et 58 tergites, parfois en partie sur le 48, et une tache
blanche sur les 88 et 98 tergites. —— Clypéus fortement échancré; méso-
` pleures ponctuées-rugueuses.
var.S\1ccînctus KLU G, pas de tache claire sur les tempes,48 terg. entièrement noir.
Seine, Seine-et-Oise : Maisons-Laffitte; Nord : Lille; Eure : Igoville (GADEAU
DE KÉRv1LLE); Maine-et—Loire : Saint-Rémy-la-Varenne (R. DU BUYSSON);
Hautes-Alpes : Vallouise (Giiuun); Gironde : Royan, Caudérac (J. PÉRÉz);
Basses-Pyrénées : Mauléon (Rourm); Hautes—Pyrénées : Maubourguet (PAN-
DELLÉ).
Iles Britanniques; Toute l’Europe. Sibérie.
Biologie. - Sur Betula alba., Salix fragilis, S. vitellina, S. capraea, Quercus
robur et cerris. Se tient à la face supérieure ou inférieure des feuilles.
Parasites. -—· Microgaster fumipennis Rarz. (Ed. ANDRÉ).
S.·g. Emphytina. Ronwrm.
3. Emphytus balteatus Kwo. -—— Tenthrcdc (Emphytus) balteam Kwc,
1814, p. 287; -— Emphytus bucczzlcntus Ed. ANDRÉ, 1879, p. 256; ———
E. baltcatus DALLA TORRE, 1894, p. 113;- Allantus baltcatus ENSLIN,
1914, p. 225.
[Syn. : Dolerus laticinctus LEP.; E. bucculentus Tiscma., E. fulvocinctus
Runow; E. calccatus Ed. ANDRÉ; nec KLUG]

EMPrx¥*rUs 223
L. 7-9 mm. — Tête entièrement noire, antennes noires; thorax noir
y compris les tegulae; ailes presque hyalines, nervures brunes, costale jaune
à. la base; stigma brun, sa base blanchâtre; pattes rougeâtres, les hanches
et trochanters noirs, ainsi que les fémurs I et II sauf Pextrémité, tarses
noirâtres, de même que l’apex des tibias III; abdomen noir aux deux
extrémités, le milieu rouge, au moins aux 49, 5°, 6° segments. —- Clypéus
largement échancré, mésopleures lisses.
var. nlgrlpes Kozvow, pattes noires, genoux I et II rougeâtres, ainsi que la
fau; antérieure des tibias I, aux pattes ll seule une faible partie des tibias rou-
e re.
g var. laticinetus LEP., milieu de l’abdomen rouge du 3° au 6° segments.
Seine, Seine-et-Oise : Maisons-Laffitte; Seine-et-Marne : Fontainebleau; Yonne :
Mézilles (Cxvao); Eure : Evreux; Loire-Inférieure : Nantes; Isère : Grenoble;
Hautes-Alpes : Vallouise; Basses-Alpes : Digne.
Europe centrale et méridionale; Afrique du Nord.
4. Emphytus rufocinctus Rnrzws. — Tenthredo rufocincta Rnrz.,
1783, p. 72; — Emphytus rufocinctus Ed. ANDRÉ, 1879, p. 255; DALLA
Toune, 1894, p. 120; ENSLIN, 1914, p. 226.
[Syn. : Tenthrcdo zonata Crxmsr; T. agilis DRAP.; Dolerus fasciatus
LEP.]
L. 7-9 mm. — Tête entièrement noire, labre brun foncé, antennes noires;
thorax noir, tegulae blanchâtres, au moins en partie; ailes hyalines; ner-
vures brunes, stigma brun, costale et subcostale fauve foncé; pattes rouges,
toutes les hanches noires, trochanters I et II noirs en partie, tous les fémurs
noirs, I et II rougeâtres à l’apex, III blanc à la base; abdomen noir aux
deux extrémités, rouge au milieu, du 4** au 5° segments, souvent aussi
le segment III rouge au moins en partie. -— Clypéus largement échancré
en fer à cheval; antennes : articles III, IV, V sensiblement égaux entre
eux, bien plus longs que les suivants; mésopleures rugueuses dans leur partie
supérieure; à l’ai1e postérieure, cellule humérale brièvement pétiolée.
Seine, Seine·et-Oise : env. de Paris, Maisons·Laffitte; Haute-Saône : Gray;
Saône-et-Loire : Les Guerreaux; Vosges; Loire-Inférieure : Nantes; Corrèze :
Argentat; Charente : Angoulême; Drôme : Nyons; Hautes-Pyrénées : Tarbes;
Haute-Garonne : Saint-Béat, avril-juin.
Iles britanniques; Europe centrale; Suède; Russie; Italie.
Biologie. — Sur Rosa et Rubus (Cxmznon). Larve vert gris clair ou plus foncé,
les côtés blanchàtres sous les stigmates, les segments avec des lignes transver-
sales de points verruqueux blancs; vit dans Pintérieur des pousses de rosier
et non sur les feuilles (communication verbale de Es·r1o·r; voir aussi Haanoum
1943, p. 173). Cette espèce a été accusée à tort de s’attaquer à la vigne; elle y
pénètre seulement pour s'y loger dans les sarments secs, sans y faire de dégâts
(Lxcnrnmsrmu, 1879). Voir aussi Srmm (1929).
Parasltes. —— Trypkon extirpatorius GRAV.; Masicera media Gotmeau (sec.
Ed. Aivnnit).

224 1-1vMÉNo1>rÉRÉs TENTHRÉDOIDES
5. Emphytus caloeatus KLUG. — Tcnthredo (Emphytus) calceatus KL.,
1814, p. 288; —— Emphytus dissimilis Ed. ANDRÉ, 1879, p. 247; —— Emphytus
calceatus DALLA ToRRÉ, 1894, p. 113; - Allzmtus calceatus ENSLIN, 1914,
p. 226.
[Syn. : Dolerus vicinus LEP.; Hylotoma vitis VALLOT; E. dissimilis Dm-
'rnicn]
L. 7-10 mm. —- Tête entièrement noire, antennes noires; thorax noir
y compris les tegulae; ailes hyalines, nervures et stigma bruns; pattes
brun-rougeâtre clair, les hanches, trochanters et souvent la base des fémurs,
noirs; abdomen noir, les 4e et 56 segments rouges. — Clypéus échancré
en arc de cercle; 39 article des antennes un peu plus long que le 4€; méso-
pleures chagrinées-rugueuses sur leur partie supérieure.
Toute la France sauf peut-être le Sud-Est.
Iles britanniques; Europe centrale et septentrionale; Espagne.
Biologie. - Sur Spiraea ulmaria (CARPENTIER, 1886-88), p. 272), aussi sur
Fragaria et Rosa. Larve (CAMERON, I, pl. 2, fig. 1) verte, les côtés blanc-verdàtre;
s’empupe dans les tiges des plantes; aussi LOISELLE, 1909, p. 22; Stam (1929).
6. Emphytus coxalis KLUG. — Tenthredo (Emphytus) coxalis KL., 1814,
p. 287; —— Empkytus coxalis Ed. ANDRÉ, 1879, p. 256; DALLA ToRR1=:,
1894, p. 116; — Allantus ccxalis ENSLIN, 1914, p. 227.
L. 7-8 mm. —- Très voisin de E. calceatus, mais tegulae blanchâtres,
labre le plus souvent de couleur claire, trochanters rougeâtres ou même
trochanters III blancs; à l’abdomen le 39 segment peut être rouge, et le
dernier tergite porter une tache blanche.
Seine-et-Marne : Lorrez-le-Bocage; Ardennes : Charleville; Allier : Moulins;
Puy-de-Dôme : Royat.
Allemagne; Italie.
7. Emphytus basalis KLUG. — Tenthredo (Emphytus) basalis KL., 1814,
p. 282; — Emphytus basalis Ed. ANDRÉ, 1879, p. 250; DALLA TORRE,
1894, p. 113; — Allantus basalis ENsL1N, 1914, p. 228 (KLUG, non KR,).
L. 7-10 mm. — Tête et antennes noires; thorax noir, tegulae et cenchri
blancs; ailes hyalines, nervures et stigma bruns; pattes en majeure partie
noires, les trochanters I et Il en partie blancs à la face antérieure, face
antérieure des genoux et tibias I blanchâtre; tibias III noirs, la base avec
un anneau blanc qui, parfois chez la femelle en occupe la moitié, trochan-
ters III blancs en entier, souvent aussi les parties attenantes de la hanche
et du fémur, ainsi que la base des métatarses; abdomen noir, le 1er tergite
avec une tache blanche qui peut disparaître chez le mâle, le 5*3 tergite
chez la femelle, avec une bande blanche qui peut en occuper toute la lar-
geur. ·
Marne : Reims (BETTINGER); Drôme : Nyons.
Europe centrale et septentrionale; Suède; Russie; Espagne; Sibérie.

EMPHYTUS 225
Biologle. — Sur les Rosa (Ed. Amana et Enstm); s’empupe dans la moelle
des tiges. Larve décrite par S·rE1N (1929).
8. Emphytus clngulatus SCOPOLI. —— Tenthredo cingulata ScoP., 1763,
p. 277; — Emphytus cingulatus DALL.4 Toune, 1894, p. 116; —— Allantus
cingulatus ENs1.1N, 1914, p. 229.
' [Syn. : Tenthredo togata F., nec PANZER; T. tenais LEP.; E. elegans
A. Cosrx; E. cinctus DALLA TORRE (pars)]
L. 7-10 mm. — Tête noire, labre blanc, souvent aussi la base des man-
dibules et même le clypéus, en tout ou en partie; antennes noires; thorax
noir, les angles du pronotum et les tegulae blancs; ailes hyalines, nervures
et stigma brun noirâtre, la base de celui—ci plus claire, costale brune; pattes:
tous les trochanters blancs ainsi que les parties attenantes des hanches
et des fémurs, base des hanches noire, le reste des pattes clair et le plus
souvent blanc, sauf les fémurs, qui sont en général noirs à la face posté-
rieure des pattes I et Il, et noirs presque en entier aux pattes III; tibias Ill
rougeâtres, la base blanche; tarses brun clair; abdomen noir avec une
bande blanche sur le 56 segment, où elle en occupe la totalité et même
déborde un peu sur le 66 ou le 46 segments, souvent le dernier tergite taché
de blanc, et parfois aussi le 16* autour de la membrane claire. —- (5* abdomen
entièrement noir. — Mésopleures brillantes, à peine chagrinées à la partie ·
supérieure.
Seine-et-Oise : Sèvres; Eure : Evreux; Hautes-Alpes : La Grave.
Toute l’Europe; Sibérie.
Biologie. —- Sur les Rosa (LOISELLE, 1909); s’empupe dans les rameaux secs.
9. Emphytus clnctus L. — Tcnthrcdo cincta L., 1758, p. 557; -— Emphytus
cinctus Ed. Amine, 1879, p. 251, pl. 16, fig. 4, 5, 6, 8; DALLA Tonxm, 1894,
p. 115; -— Allantus cinctus ENsL1N, 1914, p. 230.
[Syn. : Tenthredo livida L.; T. cordigera GEOFFBOY; Dolerus varipcs
LEP.; T. togata ZETT.; Dolerus cingulatus Bnaucnxnn; E. neglectus Bais-
c1~1KE]
L. 7-10 mm. —- Tête entièrement noire, y compris le labre et le clypéus,
antennes noires; thorax noir, les tegulae noires chez le mâle, blanches
en partie chez la femelle; ailes hyalines, nervures et stigma. bruns, la
base de celui-ci claire; pattes noires, les genoux I et Il clairs, les tibias
rougeàtres, particulièrement Ill qui ont la base blanche, tarses brun-
rougeâtre; abdomen noir avec une bande blanche sur le 56 segment, et
au 16* tergite le pourtour de la membrane claire. — Mésopleures assez
fortement chagrinées à. la partie supérieure; à l’aile postérieure, cellule
humérale pétiolée.
'l‘oute la France sauf peut·être le Sud-Est. Commune.
Toute l’Europe; Sibérie; introduite en Amérique du Nord (E. cinctipes Nonror:).
15

226 HYMÉNOPTÈRES TENTHRÉDOIDES
Biologie. — Sur Rosa, et aussi Fragaria (LOISELLE, 1907, p. 33); larve (Brus-
cnxn, 1883 b, pl. 2, ûg. 2; Ed. ANDRÉ, pl. 16, iig. 6) face dorsale verte avec le
ventre blanc grisâtre; sur le milieu du dos une ligne longitudinale claire, accom-
pagnée de quatre points noirs sur chaque segment, tête brune; s’empupe dans
la moelle des tiges sèches; larve en automne sur les rosiers dont elle ronge les
feuilles; elle est d’abord phyllophage, puis xylophage (H.4R1>ouxN, 1943, p. 60);
cycle vital étudié par M1LEs (1936 c), espèce bivoltine, à parthénogenèse arrhé-
notoque. Description très détaillée de la larve par SERVADEI (1936).
Pa1'aSiÈeS. — Cryptus emphytorum BÉ.; Cratocryptus parvulum GRAV.; ovi-
ventris GRAV.; Hoplocryptus dubius TH.; Monoblastus palustris TASGH.;
M. neustriac RTZ.; Pammachus aviventris GRAV.; Panargirops claviger TASCH.;
Hemiteles castaneus Tsscn.; Microcryptus erizhrinus Gnsv. d’après SÉRVADE1,
1936, et aussi HARDOUIN, 1943).
10. Emphytus didymus KLUG· —- Tenthredo (Emphytus) didymus KL.,
1814, p. 282; —- Emphytus didymus Ed. ANDRÉ, 1879, p. 248; DALLA ToRRÉ,
1894, p. 116; — Allantus didymus ENSLIN, 1914, p. 231.
[Syn. : Dolerus testaccipes LEP.; E. proximus A. Cosm; E. ruficrus
Mocs.; E. tegulatus Ed. ANDRÉ].
L. 6-7 mm. -— Tête, thorax et abdomen entièrement noirs, seules les
tegulae parfois plus claires, antennes noires; ailes très légèrement enfu-
mées, nervures brunes, stigma brun, sa base blanche; pattes rougeâtres,
hanches et trochanters noirs, les fémurs souvent en partie noirs, princi-
palement I et II, tibias III noirs à l’apex, tarses bruns. —- Mésopleures
brillantes, non ponctuées.
var. fumatus Ed. ANDRÉ, pattes plus foncées, fémurs III entièrement noirs.
Toute la France, y compris la région méditerranéenne.
Europe centrale et méridionale; Asie Mineure; Sibérie.
Biologie. — Sur Rosa. (d’après Ed. ANDRÉ).
11. Emphytus melanarius Kwc. — Temthredo (Emphytus) melanarius
KL., 1814, p. 282;.- Emphytus melamzrius Ed. ANDRÉ, 1879, p. 247;
DALLA TORRE, 1894, p. 119; -—- Allantus melanarius ENSLIN, 1914, p. 232.
[Syn. : E. tricoloripes A. Cosm]
L. 8-9 mm. -— Tête, thorax et abdomen entièrement noirs; tegulae
noires, mais parfois plus claires sur le bord; antennes noires; ailes légère-
ment enfumées, nervures brunes, stigma brun, sa partie antérieure blanche
jusqu’au milieu ou presque; pattes rougeâtres, hanches noires, trochanters I
et Il noirs, ou noirs et blancs, trochanters Ill blancs; fèmurs I et Il noirs
à la base, ou même jusqu’au milieu; tarses bruns. — Mésopleures forte-
ment chagrinées, sauf à la partie inférieure.
Eure : Évreux, mai; Loire-Inférieure : Nantes; Ardennes : Charleville; Allier :
Moulins; Charente-Maritime : Saintes; Drôme : Nyons; Hautes-Pyrénées : Tarbes,
Haute-Garonne : Saint-Béat, août.
Toute l’Europe, y compris les Iles britanniques.

EMPH’YTUS 227
a Blologle. — Sur Camus sanguinea (Cxnrsmxsn, 1907, p. 134); s’empupe
dans les rameaux; aussi sur Rosa (Hxnnoum, 1943, p. 173).
Parasltes. — Campoplex cerophagus Gnxv. (Ed. ANDRÉ).
12. Emphytus clngillum Kwo. — Tenthredo (Emphytus) cingillum KL.,
1814, p. 281; — Emphytus cingillum Ed. ANDRÉ, 1879, p. 253; DALLA
T onns, 1894, p. 116; — Allantus cingillum ENSLIN, 1914, p. 233.
L. 11 mm. — Tête et thorax entièrement noirs, tegulae noires; ailes
hyalines, nervures brunes, stigma brun en entier, ou éclairci très étroite-
ment à la base; pattes rougeâtres, les hanches noires, ainsi que les trochan-
ters I, la base des fémurs I et les genoux III, trochanters III blancs; abdo-
men noir avec une bande blanche sur le 5° segment n’en occupant pas
toute la largeur chez la femelle, et parfois aussi chez le mâle; au 16* tergite,
pourtour de la membrane blanchâtre. — Mésopleures fortement ponctués-
rugueux, mates, au moins dans leur partie supérieure.
Seine : Meudon.
Europe centrale et septentrionale.
Biologie. — Sur Betula (Srsm, 1880, p. 246); s’empupe dans les rameaux.
Voir aussi Srsm (1929).
13. Emphytus truncatus KLUG. — Tenthredo (Emphytus) truncatus
KL., 1814, p. 281;- Emphytus truncatus Ed. ANDRÉ, 1879, p. 253; DALLA
T0nRE, 1894, p. 123; —— Allantus truncatus ENSLIN, 1914, p. 233.
[Syn. : Tcnthredo fulvipes FALLÉN; T. schoenherri DAHLB.; T. angustata
Zmr.; E. dissimilis Dmm. (pars); E. cingillum Tu.]
L. 8-9 mm. — Comme l’espèce précédente; tête, thorax et abdomen
entièrement noirs, la bande blanche du 5° tergite abdominal manque
souvent; ailes très légèrement enfumées, nervures brunes, stigma brun-
noirâtre en entier; pattes rouges, les hanches noires, souvent aussi les
trochanters I et II, et la base des fémurs I et II. -— Mésopleures fortement
ponctuées-chagrinées.
Ardennes : Lucquy, mai (Pxcsor), Vendresse, août (Bsnoxsr); Haute-Garonne :
Saint-Béat.
Europe centrale et septentrionale; Sibérie.
14. Emphytus bracoatus Gmmm. — Tcnthrcdo braccata GM., 1790,
p. 2666; — Emphytus tibiolis Ed. ANDME, 1879, p. 245; DALLA Tonnn,
1894, p. 121; — Allantus braccatus ENSLIN, 1914, p. 234. — Apethymus
b. BENSON, 1939, p. 112.
[Syn. : Tenthredo tibialis Pamzmx; E. parallelus EvEnsM.]
L. 8-10 mm. — Tête noire, antennes noires les articles VI à VIII blancs,
le dernier noir; thorax noir, tegulae le plus souvent blanc jaunâtre; ailes
légèrement teintées de jaune, nervures brunes, costale et subcostale jaune-
rougeâtre sauf à l’extrémité qui est brune, stigma entièrement brun-noi-
ràtre; pattes : hanches et trochanters noirs, fémurs rougeâtres, l’apex

228 HYMÉNOPTÈRES TENTHRÉDOIDES
des fémurs III noir, tibias I et II rougeâtres, la base blanche, tibias III
noirs avec un large anneau blanc à la base, tarses I bruns, II et III noirs;
abdomen entièrement noir. —- Mésopleures avec, à la partie supérieure,
quelques points gros mais peu profonds et peu serrés, de sorte que cette
région n’est pas franchement chagrinée; à l’aile postérieure cellule humé-
rale non ou à peine pétiolée.
var. oaligatus EvEnsM., CT antennes entièrement noires.
'Seine, Seine-et-Oise : env. de Paris, Mesnil-le-Roi; Seine·et-Marne : Flagy
. (Bau); Nord : Lille; Seine-Inférieure : Dieppe, Pont-de-l’Arche; Ardennes :
Sedan; Eure : Evreux, août, sept.; Indre : Le Blanc; Finistère : Fouesnant;
Haute-Saône : Pont-sur—Saône (FAIRMAIRE).
Toute l’Eur0pe y compris les îles britanniques.
Biologie. - Sur Quercus; les œufs sont pondus au printemps sous l’écorce
des jeunes rameaux; larve (Baxscnxn, 1883 b, pl. 2, fig. 13), s’empupe dans le sol
sans cocon.
15. Emphytus Serotînus KLUG. — Tenthredo (Emphytus) serotina KL.,
1814, p. 288; — Emphytus serotinus Ed. ANDRÉ, 1879, p. 258; — Emphytus
· filiformis DALLA ToRRE, 1894, p. 117; —- Allantus serotinus Ensmn, 1914,
p. 237; ——— Apethymus s. BEnson, 1939, p. 112.
[Syn. : Tenthredo varicomis GMELIN; T. apicalis KLUG; Dolerus abdo-
minalis LEP.; E. ltlugi Tn.]
L. 9-11 mm. -— Tête entièrement noire, antennes noires; thorax noir,
tégulae jaunes; ailes presque hyalines, nervures brunes, costale jaune,
au moins à la base, stigma brun·n0irâtre; pattes jaune-rougeâtre clair,
hanches et trochanters noirs, ainsi que l’apex des tibias III, tarses brun-
noirâtre; abdomen jaune d’ocre clair en entier, sauf le 1*%* segment qui est
entièrement noir; fourreau de la scie noir. —- Mésopleures brillantes,
non ou à peine Ponctuées.
var. ustus KL., antennes : 69 et 76, ou 7** et 86 blancs.
var. Iiliformis KL., abdomen entièrement noir.
var. ocreus KL., abdomen jaune, ainsi qu’une partie des mésopleures, et même
des métapleures.
Seine, Seine-et—Oise : Paris, Clamart, Mesnil-le-Roi, Maisons-Lafütte; Seine-
et-Marne : Lorrez-le—B0cage; Eure : Évreux; Ardennes : Charleville; Indre :
Le Blanc; Ardèche : Aubénas (CLEU).
Toute l’Europe; Espagne.
Biologie. - Sur Quercu.s'et plus particulièrement Quercus œrris; la var. fili-
formis aurait été trouvée sur Rosa (voir CARPENTIER, 1886-88 et Lo1sr:1.LE,
1912, p. 67; Srmn, 1929); larve : CAMERON, I, pl. 3, fig. 12; Bnzscnxs, 1883 b,
pl. 2, fig. 12. Oviposition, C1-IAPMAN (1919).
Parasîte. -— Adelognathus ruthei HOLMGR. (D. T.),
Nom. —- Je me sépare ici de ENSLIN, pour qui la forme typique serait
E. serotinus MULLER 1776, à abdomen noir et antennes en partie blanches;

_ EMPHYTUS 229
_mais alors il serait très difficile de la distinguer de bmccatus, car le caractère
de la cellule anale de l’aile postérieure non pétiolée ne paraît pas constant
et présente tous les cas intermédiaires.
16. Emphytus tener FALLÉN. —- Tenthredo tener FALL., 1808, p. 109; —-
Emphytus tener Ed. ANDRÉ, 1879, p. 246; DALLA TORRE, 1894, p. 121; -—
Allantus tener ENSLIN, 1914, p. 238.
[Syn. : Tenthredo patellata KL.; Dolerus luctuosus LEP.; D. nigritus
LEP.; Taxonus glottianus CAM.]
L. 5-7 mm. -— Tête, thorax et abdomen entièrement noirs, y compris
les tegulae; antennes noires; ailes presque hyalines, nervures et stigma
noirs; pattes entièrement noires, les genoux I et Il ainsi que la face anté-
rieure des tibias I et même des tarses I jaune testacé. — Mésopleures
brillantes, avec seulement quelques petits points à la partie supérieure;
antennes courtes, le 39 article nettement plus long que le 4°.
Toute la France sauf le Sud·Est.
Toute l’Europe; Sibérie.
Biologie. —— Sur Cirsium lanceolatum (tiges) (S·rE1N, 1880, p. 247) ou Spiraea
ulmaria. (SCHLECHTENDAL, 1880, p. 21), également la Vigne (OLIVIER, Ann. Soc.
cnt. Fr., Bull. 1890, p. 77) à laquelle il serait parfois nuisible. Voir aussi Goomr
(1911).
Patnâlto. —— Cratocryptus anatorîus.
17. Emphytus pallipes SP1No1.A. — Tenthredo pallipcs SP1NoLA, 1808,
p. 19; — Emphytus grossulariae Ed. ANDRÉ, 1879, p. 250; — E. pallidipcs
DÀLLA Tomm, 1894, p. 119; —— Allantus pallipes ENSLIN, 1914, p. 239.
[Syn. : Tenthrcdo grossulariae KL.; Dolerus Zeucopodws LEP.; T. lappo-
nica ZETT.; Taœonus lacteilabris A. C0s·rA]
L. 6-8 mm. - Tête noire, labre blanc, ainsi souvent que la partie anté-
rieure du clypéus; antennes noires; thorax noir, tegulae blanches; abdo-
men entièrement noir; ailes légèrement enfumées, nervures brunes, costale
fauve jaune, stigma noirâtre; pattes blanches en entier, ou la base des
hanches noire, parfois la couleur noire est plus étendue. — Clypéus forte-
ment ponctué, mat; mésopleures brillantes.
Seine, Seine-et-Oise : Vincennes, Meudon, Chaville, Poissy, Maisons-Laffitte;
Ardennes; Finistère : Fouesnant; Loire·Inférieure : Nantes; Corrèze : Argentat;
ëlacpg-garonne : Saint-Beat, août. — Probablement toute la France sauf le
u - s .
° Toute l’Europe; Espagne; Turquie d’Europe.
Biologle. - Sur Ribes grossularia et Salix, d’après Boucxnî, mais cette obser-
vation est sujette à caution; la larve a été trouvée sur Geranium robertianum
(KALTENBACH) et G. sanguineum (Gounr, 1906, p. 21).
Parasltes. -— Chrys. : Cleptcs scmiaurata F., C. nitidula F.; Ichn. : Cryptus
emphytorum BOIÉ.

230 HYMÉN0P·rÈnÉs TENTHRÉDOIDES
18. Emphytus earpini HAa·r1G. — E. carpiml Hrs., 1837, p. 250; -—
Ed. ANDRÉ, 1879, p. 248; DALLA TORnE, 1894, p. 114; — Allcmtus carpini
ENSLIN, 1914, p. 240.
L. 6-9 mm. — Comme l’espèce précédente, mais le scutellum peu ponctué,
lisse. La forme typique a les pattes plus noires, en particulier les fémurs
en entier ou presque.
var. decipiens ENsr.1N, pattes entièrement blanches.
Seine : env. de Paris; Seine-et—Marne : Fontainebleau; Somme : Amiens;
Nord : Genech (CAvr.o); Ardennes; Pas-de-Calais; Eure : Evreux; Finistère :
Fouesnant; Charente-Maritime : Saintes; Haute-Loire : Le Puy (MANEVAL)§
Hautes-Pyrénées : Arrens (PANDELLÉ); Haute·Garonne : Saint·Béat, avril.
Iles britanniques; Europe centrale et septentrionale.
Biologie. — Gounv (1906) a trouvé la larve sur Geranium sanguineum.
' Norm. —- D’après une communication de M. CAvno, il y a lieu d’ajouter
à la faune française Emphytus parla KLDG, qui appartient au sous-genre
Emphytina, mais a la face ventrale de l’abd0men jaune, ainsi que quelques
taches à la face dorsale; cette espèce a été trouvée à Raismes (Nord).
· Gen. TAXONUS HAm~1o, 1837
(Ermilia A. COSTA)
Aspect des Emphytus à abdomen noir et rouge, mais avec trois cellules
cubitales; clypéus fortement échancré; antennes courtes, à peine plus
longues que le thorax; ailes postérieures avec deux cellules médianes
fermées.
Distribution. — Une seule espèce en Europe, mais plusieurs en Amérique,
et aussi en Afrique et Asie.
Taxcnus agrorum FALLÉN. —- Tenthredo agrorum FALLÉN, 1808, p. 59; -——
Taxonus agrorum Ed. ANDRÉ, 1879, p. 336; DALLA Tonarz, 1894, p. 110;
ENSLIN, 1914, p. 241.
[Syn. : Tenthredo nitida KLUG, T. anomala EvÉr.s.; Perineura dualis
Fôns*r.; Ermilia pulchella A. COSTA; Strorzgylogaster rubrofasciatus PALMA]
L. 8-10 mm. — Fig. 216. — Tête entièrement noire, antennes noires;
thorax noir y compris les tegulae; ailes très légèrement enfumées, nervures
brun-noirâtre, stigma brun, un peu plus clair au milieu; pattes 2 hanches
noires, trochanters I noirs, Ill entièrement blancs, II blancs en partie,
fémurs rougeâtres, les fémurs I noirs à la base et souvent aussi Il; tibias
rougeàtres, les tibias III noirs à l’apex, tarses bruns; abdomen noir, les
segments III, IV, V rouges. — Clypéus fortement chagriné-rugueux, le
sommet de la tête lisse avec seulement des points espacés; pronotum
et mésopleures fortement ponctués-chagrinés; chez le mâle le 5** segment

AMETASTEGIA 231
abdominal parfois noir en tout ou en partie, aile postérieure avec une
nervure en suivant très près le bord (fig. 211).
Seine, Seine-et-Oise : Bondy, Sèvres, Maisons-Laffitte; Seine-et~Marne : Mon-
tereau; Eure : Evreux; Maine·et-Loire : Marans; Haute-Saone : Gray; Loire-
€ ·î• ·   L »/ lüv
  , ·”``   î
îë  
vv  t L +*1
`s" , .
\ ..îr;‘,·'jv:,.,·F.· _ .'
xls Ill
' \
FIG. 216. — Tazonus agrorum, Q.
Inférieure : Nantes; Puy-de-Dôme : La Bourboule; Haute-Garonne : Toulouse;
Saînt·Béat; Hautes·Pyrénées : Tarbes (Pnivnmnzâ).
Toute l’Europe. .
Biologie. — Sur Rubus idaeus, se tient enroulée à la face inférieure des feuilles;
larve : Bmscaxn, 1883 b, p. 292, pl. 6, fig. 7.
Gen. AMETASTEGIA A. Cosw., 1882 _
Genre voisin de Tazonus, mais se distingue par Pabsence de cellule mé-
diane fermée à l’aile postérieure (1).
Tsanmu pas espèces
1. Abdomen rouge au milieu. ..................... (p. 231), equisetl.
- Abdomen entièrement noir ................................... 2.
2. Pronotum et tegulae noirs ..................... (p. 232), glabrata.
-—·Tegulae et bord postérieur du pronotum blancs. .. (p. 233), albipes.
1. Ametastegia. equiseti FALLÉN. —- Tenthredo equxlseti FALL., 1808, l
p. 60; — Taxonus equiseti Ed. Ammé, 1879, p. 338, pl. 20, fig. 3; DALLA
Tonmz, 1894, p. 111; — Ametastegia equiseti Emsmrx, 1914, p. 242.
(I) Ce caractère est constant, cependant ]’ai vu un exemplaire qui correspond
bien à Amelaslcgia d’un côté, mais de l’autre possède une cellule médiane fermée.

232 HYMÉNOPTÈRES TENTHRÉDOIDES
[Syn. : Tenthredo bicolar KL.; T. bizonata ZETT.; Macrophya angustula
KAWALL]
L. 6-7 mm. - Tête noire, le labre blanchâtre ainsi que la majeure partie
des mandibules et parfois le bord antérieur du clypéus; antennes noires;
thorax noir, les tegulae blanches; ailes presque hyalines, nervures et stigma
    ) _` *,\` 5Li_ï;·,( " -),7 Ucüéq 
     â
¢£¢ ·îi  
  ;  
—‘»,‘.& §
  ·~~_ iii.; ,:-p.  
· · . ·,@·,~r2«£zÉ-#1 *
\4 îï?  
X YK l
/ Il Kyi
F10. 217. — Ametastegia equiscti, Q.
brun-noirâtre; pattes rougeâtre clair, les hanches noires ainsi parfois que
la base des troohanters, tarses bruns, surtout III; abdomen noir, les seg-
ments médians III, IV, V rougeâtre clair, parfois aussi VI, le 9e peut être
taché de blanc. — Clypéus faiblement échancré, dessus de la tête lisse.
mésopleures très finement ponctuées-chagrinées.
var. coxalîs Hanrm, seulement les 4° et 5° segments abdominaux rouges.
Seine, Seine-et-Oise :ViroilîÉy, Chaville, Montmorency, Mesnil-le-Roi; Seine-
et-Marne : Montereau; Eure : vreux; Somme : Amiens; Nord : Lille; Ardennes;
Haute-Saône : Gray; Vosges : Gérardmer; Allier : Moulins; Haute-Marne : Saint-
Dizier (D*‘ Bmrrucian); Loire-Inférieure : Nantes, mai, août; Corrèze : Argentat;
Puy~de-Dôme : La Bourboule; Haute-Garonne : Saint-Béat; Hautes-Pyrénées :
Tarbes (PANDELLÉ).
Toute l’Europe, îles britanniques; Espagne; Sibérie.
Biologie. —— Polyphage, sur Rumea: acetosclla, Lythrum. salicaria, Chenopodum
album, Polygonum persicaria, Ribes grossulariae; larve : Bmscnxn, 1883 b, p. 193,
pl. 6, tig. 8; se transforme dans la tige (LOISELLE, 1907, p. 34). —— Parthéno-
genèse deutérotoque (d’après Vnunet).
2. Ametastegîa glabrata FALLÉN. — Tenthredo glabrata FALL., 1808,
p. 108; — Taxonus glabratus Ed. ANnaÉ, 1879, p. 336; DALLA Tonma,
1896, p. 111; —- Ametastegia glabmta ENSLIN, 1914, p. 243.
[Synsz T. agilis KL.; T. rufipes LEP.; Ametastegia fulvipes A. Cosm]
L. 6-8 mm. —— Tête noire, labre rougeâtre clair, antennes noires; thorax
entièrement noir y compris les tegulae; ailes très légèrement hyalines,
nervures et stigma bruns; pattes rougeâtre clair, la base des hanches

Amsrnsraom 233
et les tarses III noiràtres; abdomen entièrement noir un peu violacé. —
Clypéus modérément éehancré en arc de cercle, ses angles saillants en
pointes, son bord antérieur chagriné; pronotum et mésopleures ponctués-
chagrinés mais légèrement, le reste un peu brillant, surtout les mésopleures;
antennes plus courtes que l’abdomen.
Seine, Seine·et-Oise : Maisons-Laffitte, Javel, Meudon, Chatou; Seine-et-
Marne : Fontainebleau, Lorrez-le-Bocage; Somme : Amiens; Seine-Inférieure :
Dieppe; Ardennes; Indre-et·Loire : Perrusson; Ain : Ambérieu (Bsrrmcsn);
Allier : Moulins; Loire·Inférieure : Nantes.
Europe centrale et septentrionale; îles britanniques; Sibérie.
Biologie. -— Sur les mêmes plantes que A. equiseti, en outre sur Polygonum
bzlstorta et Viola tricolor, mais non sur Ribes; d’après Ed. Amamâ, Lasoonnànn
l’aurait rencontrée faisant sa coque dans Arundo phragmites; larve : Bmscnxa,
1883 b, p. 294, pl. 6, fig. 9 ; espèce bivoltine suivant Loxsm.1..=z (1907, p. 34).
. 3. Ametastegia. albipes Tnonsorz. —- Taxzmus albipes, Tn., 1871, p. 235;
Ed. ANDRÉ, 1879, p. 337; DALLA Tonns, 1894, p. 110; — Ametastegia
albipes ENsL1N, 1914, p. 243. ,
[Syn. : Emphytus nigricans Srnrnnns; Taœonus fletcheri CAMEnoN;
Strongylogaster sharpi CAM.; Eriocampa alabastripes A. Cosra]
L. 5-6 mm. — Tête noire, labre blanc, antennes noires; thorax noir,
les côtés du pronotum et les tegulae blancs; ailes hyalines, nervures et
stigma noirâtres; pattes rougeâtre clair, la base des hanches noire, les
trochanters et la face antérieure des tibias blancs, l’apex des tibias III
et les tarses I et II noirâtres; abdomen entièrement noir. —- Clypéus éehancré
anguleusement; pronotum légèrement ponctué, mésopleures très finement
ponctuées, brillantes, avec une pilosité blanc-gris; antennes à peine aussi
longues que le thorax; à l’aile antérieure, la nervure transverso-radiale
interstitielle (fig. 212).
Région parisienne; Pas-de-Calais; Allier : Moulins; Pyrénées : Magnoac (PAN-
DELLÉ .
Touàe 1’Europe sauf le Sud; rare; îles Britanniques.
Sous-fam. des BLENNOCAMPINAE
Taille petite, ou même très petite (2 à 3 mm.); corps trapu, ovoîde;
entièrement noir, rarement coloré; antennes filiformes, courtes, presque
toujours de 9 articles; ailes antérieures avec la cellule radiale divisée,
et trois cellules cubitales, rarement deux; cellule anale pétiolée par suite
de l’absence de la nervure humérale (fig. 109 d); nervure basale le plus
souvent parallèle à la 1r° nervure récurrente, touchant presque à. sa base ,
le point de départ de la nervure cubitale; ailes postérieures sans cellule
médiane, ou avec une cellule médiane, rarement deux.
Biologie. - Larves libres, ou assez souvent mineuses dans les feuilles de diverses
plantes; elles ont des pseudopodes aux segments 2-8 et 10, ou 2-7 et 10.

234 HYMÉNOPTÈRES TENTHRÉDOIDES
TABLEAU DES GENRES
1. Aile postérieure avec deux cellules médianes fermées ........... 2.
——— Aile postérieure avec une cellule médiane fermée ............ 3.
—- Aile postérieure sans cellule médiane fermée ................. 11.
2. Aile postérieure avec une cellule anale fermée, ou celle-ci au plus `
ouverte àl’extrémité (fig. 218); taille : 6-7 mm., . (p. 236), Mesoneura.
- Aile postérieure sans cellule anale, la nervure humérale étant
absente, ou n’existant que tout à fait à la base (fig. 219); taille
petite : 3-4 mm ......................... (p. 237), Pelmatopus.
3. Troisième article des antennes sensiblement aussi long que le 48,
ou même plus court ........,............................... 4.
— Troisième article des antennes plus long que le 48, au moins d’1 /3. . 5.
4. Antennes fines et longues, le 38 article aussi long que le 48; griffes
avec une petite dent ................... (p. 242), Rhadinoceraeau
——- Antennes ünes et très longues, velues chez le mâle, le 38 article
plus court que le 48; griffes bifides. .......... (p. 245), Phymatocera.
5. (5*, aile postérieure avec une nervure périphérique, faisant tout
le tour du bord postérieur; Q, fourreau de la scie régulièrement
aminci vers l’extrémité, qui est aiguë et forme une pointe dirigée
vers le haut (fig. 225) .................... (p. 238), Petîclista.
—- çj', aile postérieure sans nervure périphérique; Q, fourreau géné-
ralement arrondi à l’extrémité ............................... 6.
6. Tempes avec un profond sillon parallèle au bord postérieur des
yeux et très rapproché de ce bord ........................... 7.
—-· Tempes sans sillon près du bord postérieur des yeux ........... 8.
7. Grifïes bîfides ................................. (p. 243), Ardîs.
——- Griffes inermes ................................. (Eupareophora).
8. Espace sous-oculaire bien net, aussi long, ou à peu près, que
le 28 article des antennes .................................. 9.
—— Espace sous-oculaire nul, ou très court, les mandibules touchant
l’angle inférieur des yeux, ou presque ....................... 10.
9. 'Espace sous-oculaire à peine aussi long que le 28 article des anten-
nes; Q, fourreau de la scie à extrémité arrondie (fig. 229) ......
.......................................... (p. 244), Monardîs.
—- Espace sous-oculaire au moins aussi long que le 28 article des
antennes; Q, fourreau de la scie à extrémité pointue .... . ....
........................................ (p. 245), Pareophora.
10 . Les mésopleures ont un présternite bien distinct; antennes courtes,
le 38 article presque double du 48; griffes inermes ............
....................................... (p. 246), Tomostethus.
— Mésopleures sans présternite; antennes à 38 article un peu plus
long que le 48, mais non double; griffes bifides ou inermes ......
...................................... (p. 251), Monophadnus.

12r.i:NNocAM1>mAE 235
11. Q, fourreau de la scie aminci vers Pextrémité, qui forme une
pointe un peu relevée vers le haut ............. (p. 241), Apericllsta.
— Q, fourreau de la scie arrondi à l’extrémité .................. 12.
12. Les mésopleures ont un présternite bien distinct ...........
...................................... (p. 246), Tomostethus.
— Mésopleures sans présternite ................................ 13.
13. Nervure basale et 1*** nervure récurrente parallèles, la basale
partant du point d’origîne de la cubitale .... (p. 256), Blennocampa.
— Nervure basale et 1*° récurrente convergentes vers le haut ...... 14.
14. Grilles tarsales avec un grand lobe basal ..................... 15.
—- Grilïes tarsales simples ..................................... 19.
' 15. Prépleures séparées par un profond sillon; yeux convergents
fortement vers le bas; la nerv11re basale quitte la médiane à angle
droit, elle est ensuite fortement arquée et atteint la subcostale à '
une distance de l’origine de la cubitale supérieure à la longueur
de la 1*** transverso-cubitale ................. (p. 261), Parna.
— Pas de prépleures; yeux subparallèles ou légèrement convergents;
_la nervure basale quitte la médiane obliquement, elle est peu
arquée, et atteint la subcostale à une distance de l’origine de la
cubitale inférieure à la longueur de la 1*° transverso-cubitale .... 16.
16. Yeux convergents en avant ................................. 17.
— Yeux subparallèles ........................................ 18.
17. Sous l’ocelle antérieur se trouve une fourche transversale; la fosse
sus-antennaire est parfaitement comblée .....................
............. . ......................... (p. 263), Syringophllus.
— Sous l’ocelle antérieur se trouve une fosse en forme de cœur;
la fosse sus-antennaire est profonde. ........... (p. 261), Metallus.
18. Aire frontale entourée par une carène; cellule radiale de l’aile
postérieure fermée ........................ (p. 259), Scolloneura.
—- Aire frontale non entourée par une carène; cellule radiale de l’aile '
postérieure fermée ou non ................... (p. 265), Fenusella.
19. Antennes de 11-14 articles ................... (p. 267), Fenella.
— Antennes de 9 articles ..................................... 20.
20. Cellule anale absente à l’aile postérieure, la 2° nervure anale vesti-
giale .... . .................................... (p. 263), Fenusa.
— Cellule anale présente à l’aile postérieure, parfois ouverte; four-
reau de la scie avec un petit prolongement à l’angle supérieur. . .
................................................... (Hlnatara).
Nou. —— A partir du § 15 ce tableau est fait d’après BENsoN (1936);
le genre H inatara B1~:NsoN n’est pas connu de France actuellement; d’autre
part le genre Syringophilus HERING y a été ajouté d’après les caractères
donnés par cet auteur, toutefois il reste un doute sur la place qu’i1 doit
occuper, par exemple la forme des griffes n’est pas mentionnée. — Les

236 HYMÉNOPTÈRES TENTHRÉDOIDES
Fenusiini constituent une tribu de Tenthrèdes mineuses que Brmsoiv
propose d’extraire des Blermccazmpimze pour la placer dans la sous-famille
des Phyllctominae. Mais le seul caractère constant qui est indiqué : le
nombre des pseudopodes de la larve, ne permet pas de les faire figurer
d’une façon commode dans un tableau de détermination, tandis que la
forme de la cellule anale, qui rattache ces Tenthrèdes aux Blennocampinae,
permet de les reconnaître aisément. On peut remarquer d’ailleurs que la
difficulté serait la même si on les faisait passer dans les Pkyllotomimze,
car ces dernières ont le même nombre de pseudopodes que la plupart des
Tcnthredinidae, et non celui des F enusiini, qui ne se retrouve que chez
les Nematinac.
Gen. MESONEURA HARTIG, 1837
Corps trapu, ovoîde; le genre est caractérisé par la nervulation de 1’aile
postérieure, qui a deux cellules médianes fermées (fig. 218); il ressemble
à Dineura, avec qui il a été parfois confondu, mais chez ce dernier les yeux
sont largement séparés de l’articulati0n des mandibules.
Distribution. ·— Europe centrale et septentrionale.
Mesoneura. opaca F. -- Tenthredo opaca F. 1775, p. 323; — Dineum
vema Ed. ANDRÉ, 1879, p. 93; — Mcsoneura opaca DALLA Tonus, 1894,
‘ p. 184; ENSLIN, 1914,
f   4 , p. 271.
_ `uus   `iy ' /7   [Syn.: Tenthredo verna
    KLUG; T. pzmcligera
  LEP.; Selandria biloba
".¢? ·»5·;» 1. r-1*:,/' . · ·
  STEPH., Dmeura pallzpes
  HARTIG; D. dorsalis
Q- 4,   . ê Fônsrnn]
5     le i', L. 6-7 mm. —— Fig. 218.
à     —- Tête noire, labre
i‘ il ·``i ' · blanc, ainsi que le bord
FIG. 218. — Mesoneura cpaca, Q. antérieur du Clypéus et
parfois même ce dernier
en entier, mandibules blanches à la base, rouges à Pextrémité; antennes
noires; thorax noir, pronotum et tegulae blanc-jaunâtre, assez souvent
diverses taches jaune clair sur le mésonotum; ailes très légèrement enfu-
mées, nervures brunes, costale jaune clair, stigma jaune clair, plus foncé
dans la moitié apicale; pattes jaunes, les hanches noires à la base, les
fémurs I et II souvent avec une ligne noire plus ou moins étendue à la
face inférieure; abdomen entièrement noir, au moins sur la face supé-
rieure, la face inférieure souvent tachée de jaune. —Antennes : articles III,
IV, V égaux entre eux et aussi longs ensemble que le reste de Pantenne;

PELMATOPUS - 237
ailes antérieures : la nervure transverso-radiale interstitielle avec la
2° transverse-cubitale, et celle-ci avec la 26 récurrente (fig. 218); fourreau
de la scie un peu élargi à l’extrémité.
var. selandrllormls Cannon; thorax entièrement noir, hanches III entière-
ment noires.
var. lucida Eivsmn; lobes latéraux du mésonotum tachés de jaune—rougeàtx·e.
var. obscurlventrls Eustm; abdomen entièrement noir.
var. nigerrima Eusnm; thorax et abdomen entièrement noirs.
Seine, Seine-et-Oise : Meudon, Vincennes, forêt de Saint-Germain; Seine-et-
Marne : Montereau; Somme : Amiens; Haute-Saône : Gray; Allier : Moulins;
Charente-Maritime : Saintes.
Europe centrale et septentrionale. .
Biologie. —— Sur Quercus, en mai. Larve décrite par Gmaun (1871, p. 386)
ilgurée par Bmscuxn (1883 b, pl. 2, fig. 3).
P8l'8Slt0S. — lchneum. : Mesoleius formosus GR., M. armillatorius Gn.; Poly-
blastus paluslris HLGR.; Erromcnus fasciatus GR., Plectiscus tenthredinarum
Gxnwo (d’après Gxmuo). •
Gen. PELMATOPUS Hzmric, 1837 `
(Pseudodincura Korzow)
Deux cellules fermées à l’aile postérieure; nervure basale et 1*** récurrente
fortement convergente vers l’avant.
Distribution. - Europe.
TABLEAU nas EsPÈcEs _
-— Le 8° article des antennes deux fois aussi long que large; nervure
basale éloignée de la base _de la cubitale d’une distance égale à la
longueur de la 1*** cellule cubitale ...................... Iusculus.
- Le 86 article des antennes presque trois fois aussi long que large;
nervure basale plus éloignée de la base de la cubitale que la longueur
de la 1*** cellule cubitale. ........................... '. parvulus.
1. Pelmatopus fuseulus Kwc. ` 4 _'_A ’
- Tenthredo (Allantus) fuscula `É,;(` g . '  
Kwo, 1814, p. 70; —· Pseudo-   ' " 
dineura juscula DALL.4 Tomm,    
1894, p. 159; —-·Pelmat0pus fus-    
culus ENSLIN, 1914,.p. 274. OL   tg â
[Syn. : Dineura despecta HAR- R   _~‘’ [V
Tm; D. simulan.9 CAM.; Pelmato- ,1 A ,
pus minutus Hnivrxc] ` F
L. 3-4 mm. -Tête et antennes Fia. 219. — Pelmatopus fusculus, Q.

238 HYMÉNOPTÈRES TENTHRÉDOIDES
noires, labre blanchâtre; thorax noir, tegulae noirâtres; ailes presque
hyalines, nervures et stigma bruns; pattes noires jusqu’aux genoux, blan-
châtres ensuite; abdomen brun noirâtres. — Clypéus tronqué droit;
antennes fines, au moins aussi longues que Pabdomen, le 38 article un peu
plus long que le 4**; fourreau de la scie plus étroit vers Pextrémité.
Seine, Seine-et-Oise : Clamart; Ardennes : Charleville; Oise : Laigneville (ME-
QUIGNON).
Suisse; Allemagne; Belgique; Hollande; Russie; Sibérie.
Biologie. -— Larve mineuse dans les feuilles de Ranunculus repens en juin-
juillet, figurée par Bmscuxn (1883 b, p. 236, pl. 2, fig. 1); le lobe rongé de la
feuille est entièrement dévoré; il y a parfois plusieurs larves par feuille, et quand
elles n’ont plus de quoi se nourrir elles passent au pétiole; elles s’empupent en
terre, il n’y a probablement qu’une génération.
2. Pelmatopus parvulus KLUG. — Tenthredo (Allantus) parvula KLUG,
1814, p. 71;- Dineum parvula Ed. ANDRÉ, 1879, p. 94; —- Pseudodineum
parvula DALLA TonnE, 1894, p. 160; —·Pelmat0pus parvulus ENSLIN,
1914, p. 274.
[Syn. : Temthredo minuta LEP.; Dineura fuscula CAM.; D. dcspecta ZADD.]
L. 4-5 mm. -— Voisin de P. fusculus mais de taille plus forte; se distingue
en outre par les caractères indiqués au tableau.
Haute-Garonne : Saint-Béat (Rinwr), avril.
Europe centrale et septentrionale. '
Nou. —— ENsL1N a fait une étude nouvelle et complète du genre en
1921.
Gen. PERICLISTA Korzow, 1886
(Mogerus Mo GILL., Isodyctium Asn.)
Taille moyenne, corps étroit, abdomen non élargi; aile postérieure
avec une cellule médiane fermée, chez le mâle une nervure périphérique
suivant tout le bord postérieur; Q, fourreau de la scie pointu à Pextrémité,
qui est un peu relevée vers le haut; griffes bifides.
Biologie. —— Larves sur les feuilles de Quercus, remarquables par les poils bifides
dont elles sont couvertes comme d’une sorte de velours (fig. 226).
Distribution. - Europe; Asie Mineure; Amérique du Nord; une espèce au
Chili.
TABLEAU DES ESPÈCES ·
1. Abdomen de couleur claire, au moins à. la face ventrale; stigma
jaune ou brun clair .......................................... 2.
- Abdomen noir, avec cependant une bande rougeâtre sur les côtés,
ou bien le bord postérieur des tergites finement marginé de blanc. . . 3.

PERICLISTA 239
2. Thorax jaune·rougeâtre en majeure partie, principalement sur la
face dorsale. Assez commun ...................... (p. 239), albida.
— Thorax entièrement noir, au plus le bord postérieur du pronotum
et les tegulae blancs. Très rare ............ (p. 240), albiventris;
3. Abdomen noir, les tergites finement marginés de blanc, leur partie
latérale noire ............................... (p. 240), lineolata.
— Abdomen noir, les tergites finement marginés de blanc, leur partie
latérale rougeâtre, forment une bande continue de chaque côté. .
. .......................................... (p. 241), pubescens.
1. Periclista albida Kwo. -— Tenthredo (Allantus) albida Kwo, 1814,
p. 52; — Blcrmocampa mclcnocephala Ed. ANDRÉ, 1879, p. 305, pl. 18,
fig. 8, 9; — Pcriclista melanocephala DALLA Tonnrt, 1894, p. 182; —— Peri-
clista albida ENs1.xN, 1914, p. 276.
[Syn. : Tenthrcdo melanoccphala F., 1798, nec Gsorrnor, 1785; T.
tcstacca LEP.; Selandria fulvicollis STEPHENS, S. melanosterna BLAN-
cuxnn; Monophadnus -
inquilinus Fônsrna] é
L. 5-7 mm. - Q   _` `   V · nr'  
Fig. 220: - Tête entiè-     ‘_   p__  
rement noire, le labre  
blanchâtre, le bord an-  
térieur du clypéus rou-  
geâtre; antennes noires; W  
thorax jaune-rougeâtre, ·    
le mésosternum et le »   ·
métathorax noirs, les  
10];,35 du mégongtum FIG. 220. —·- Pëfiûlisla albidtl, Q.
souvent brun plus foncé,
tegulae jaunes; ailes hyalines, nervures et stigma jaune clair; pattes jaune
rougeâtre clair, les hoches et trochanters noirs, abdomen jaune clair, les ·
côtés blanchâtres. — Clypéus fortement échancré, le champ frontal indis-
tinct; antennes : 3** article un peu plus long que le 4**. -—— (jf, tête entiè-
rement noire, le labre seul blanchâtre; thorax noir, les angles du pronotum,
en tout ou en partie, ainsi que les tegulae, blancs; souvent la base des
fémurs noire, les hanches avec une ligne blanche; le 16* tergite abdo-
minal noir.
Seine, Seine-et-Oise : Chaville, Meudon; Seine-et-Marne : Fontainebleau;
Somme : Amiens; Marne : J onchery (Bzrrxncna); Ardennes : Charleville; Haute-
Saône : Gray; Allier : Moulins.
Europe centrale et septentrionale.
Biologie. — Sur Quercus, en mai-juin; larve figurée par Bmscnxn (1883 b,
pl. 4, fig. 7) et par Ed. Amant (pl. 16, fig. 8, 9), mesurant 12 mm., elle est, comme
celle des autres Periclista, de couleur vert pâle, et porte sur le corps de nombreuses

240 nxmiînopriznns TENTHRÉDOIDES
épines, surmontant une base noire, et bifides presque dès leur base (fig. 226),
chaque segment abdominal en porte deux rangées de six, et sur les côtés, une
épine simple entre celles qui sont bifides; après la dernière mue les épines ont
disparu, et sont remplacées par des points foncés; ces larves ont déjà été ügurées
pa1· RÉAUMU11 (Mém. hist. nat. Insectes, T. V., pl. 12, fig. 7, 8, 14); la larve s’em-
pupe en terre, dans une coque terreuse.
Pa1‘aSlt8S. —- Ichneum. 2 Mesochorus politus GR.; Mesoleius armillatorius GR.,
M. jormosus HoLM.; Perilissus macropygus HoLM.; Plectiscus tenthrcdinarum
Gxnaun; Trematopygus aprilinus Gm., T. selandrivorus Gm.; Tryphon cphip-
pium Ho1.M., T. lateralis Gm. (d’après Ed. ANDRÉ, 1879, p. 306).
2. Periclista albiventris Kwe. -— Tenthredo (Allantus) albiventris
KLUG, 1814, p. 52; — Blennocampa albiventris Ed. ANDRÉ, 1879, p. 303; ——
Periclista albiventris DALLA TonRE, 1894, p. 182; ENSLIN, 1914, p. 277.
[Syn. : Monophadnus albidopictus A. Cosra]
l L. 5-7 mm. —— Tête entièrement noire, labre clair; antennes entièrement
noires; thorax noir, le bord postérieur du pronotum et les tegulae blancs,
au moins en partie; ailes hyalines, nervures brunes, costale et stigma jaune
clair; pattes jaune clair, les hanches, trochanters et base des fémurs noirs;
abdomen jaunâtre en dessus, face ventralé plus claire, mais souvent tachée
de noir, les deux premiers segments noirs, ou seulement le 16*; antennes
un peu plus longues que tête et thorax réunis.
Seine, Seine-et-Oise : Trescault (J. DE GAULLE); Nord : Phalempin (Cxvao).
Europe centrale et méridionale; Italie.
3. Periclista lineolata Kwo. —· Tenthredo (Alhmtzzs) lineolata Kwe,
1814, p. 76; —— Blermocampa lineolata Ed. ANDRÉ, 1879, p. 301; — Peri-
clista lineolata DALLA Toune, 1894, p. 182; ENSLIN, 1914, p. 277.
[Syn. : Monophadnus tenuicingulatus A. Cosra]
L. 5-7 mm. -— Tête entièrement noire, labre clair, antennes noires;
thorax noir, bord postérieur du pronotum et tegulae blancs, celles-ci sou-
vent noires au milieu; ailes hyalines, nervures brunes, stigma brun, un peu
plus clair au milieu ou en grande partie; pattes noires, les genoux, tibias
et tarses blanchâtres, ces derniers souvent un peu plus foncés, abdomen
entièrement noir, chaque segment très finement bordé de blanc postérieure-
ment.
Seine, Seine-et-Oise : Clamart, Maisons-Laffitte; Ardennes : Vendresse (R. BE-
Noisr); Haute-Saône : Gray; Loire-Inférieure : Nantes (Dommomz); Drôme :
Nyons; Var : Fréjus (F. BERNARD).
Europe centrale et méridionale.
Biologie. — Sur Quercus, en mai-juin; larve (Bnxscnxn, 1883 b, pl. 4, fig. 9)
très semblable à celle de P. albida, corps couvert de poils bifides insérés sur une
base noire, disposés en cinq rangées dorsales`; voir Gmiwn, 1871.
Parasites. — Trematopygus aprilinus GIRAUD; Pimpla alternans Gina., brevi-
cornis Gama.

Arsnrcnisrx 241
4. Periclista pubescens Zxnnxca. -— Selandria pubescens ZADD., 1859,
p. 31, fig. 13; —- Blennocampa pubescens Ed. ANDRÉ, 1879, p. 304; —- Peri-
clista pubcsccns DALLA Tomas, 1894, p. 183; ENSLIN, 1914, p. 278.
L. 7-8 mm. —- Tête noire, labre blanc, antennes noires; thorax noir,
bord postérieur du pronotum et tegulae blancs, celles-ci peuvent être plus
ou moins noires au milieu; ailes hyalines, nervures et stigma bruns; pattes :
hanches, trochanters et base des fémurs noirs, le reste rougeâtre, les tarses
souvent rembrunis; abdomen noir, chaque segment finement bordé de
blanc postérieurement, en outre la partie latérale des tergites est rougeâtre,
formant ainsi une bande longitudinale de cette couleur de chaque côté. —
Tête et thorax avec une assez forte pubescence blanche.
var. analls Konow; la bande rougeâtre latérale est limitée aux deux derniers
tergites.
Seine : Créteil (1 Q, J. DE GAULLE).
Europe centrale et méridionale jusqu’aux Balkans. É
Biologie. - Sur Quercus, en juin; larve, 18-20 mm., vert bleuâtre clair avec
le dos plus sombre, corps couvert d’épines noires bifides (Bmsciixa, 1883 b,
pl. 4, fig. 8); voir aussi REAUMU11, T. V., pl. 12, fig. 7-12; GIRAUD, 1871.
PMESIÉBS. — Ezenterus grathoxanthus Gnxv., Ichneum. : Mesoleius armillalo-
rius GR., M. formosus GR.; Polyblastus palustris HoLM. lateralis Gin., selandrinae
AN.; Trematopygus selandrivorus Ginxun, aprinilus GIR. (d’après Ed. ANDRÉ,
p. 305 et DALLA Tokai:).
i Gen. APERICLISTA ENSLIN, 1914
Se distingue du genre voisin par Pabsence de cellule médiane fermée
à l’aile postérieure.
Aperielista albipennis ZADD.~.c1-1. —- Selandria albipennis ZADD·, 1859,
p. 33; —- Periclista albipennis DALLA TORIIE, 1894, p. 182; — Apcriclista
albipennis ENs1.1N, 1914, p. 279.
L. 7-8 mm. —- Tête, antennes, thorax, abdomen entièrement noirs,
le bord postérieur du pronotum blanc, segments abdominaux très fine-
ment liserés de blanc au bord postérieur; ailes hyalines, nervures et stigma
bruns, costale jaune; pattes noires jusqu’aux genoux, blanches au delà,
le côté postérieur des tibias avec une ligne noire, tarses bruns. -— Antennes :
le 3° article presque deux fois aussi long que le 4°; Q, fourreau de la scie
presque aussi épais que les tibias III à la base; (jf semblable à la Q, oly-
péus à bord antérieur avancé, légèrement échancré en arc.
Seine : Vincennes, 8 avril 1896 (1 5*, J. DE GAULLE).
Europe centrale et méridionale.
16

242 uYMÉnoP1·ÈnEs rnnruniênoxnss
Gen. RHADINOCERAEA Konow, 1886
Corps ovoîde; antennes longues, fîliformes, les 3°, 4° et 5° articles à
peu près égaux entre eux; clypéus tronqué droit; à l’aile antérieure la
nervure basale aboutit bien avant 1’origine de la cubitale et est parallèle
à la 1m récurrente; champ costa] large; aile postérieure avec une cellule
médiane fermée.
Distribution. —-— Europe; Sibérie; Amérique du Nord.
TABLEAU DES ESPÈCES
1. Corps entièrement noir ...................................... 2.
—— Abdomen presque entièrement rouge .......... (p. 243), ventralis.
2. Labre et souvent aussi les angles du clypéus blanchâtres; tous les
genoux blanchâtres; ailes seulement un peu enfumées ........
......................................... (p. 243), gracilîcornîs.
—- Tête et patt`es entièrement noires, seuls les tibias brunâtres en
avant; ailes fortement teintées de noir .......... (p. 242), micans.
1. Rhadinoceraea. micans KLUG. —- Tenthredo (Allzmtus) micans KL.,
1814, p. 65; — Blermocampa micans Ed. ANDRÉ, 1879, p. 309; ——— Rhadi-
noceraea micams DALLA
_ ( Tonus, 1894, p. 179;
  A   ENSLIN 1914 281
>   . ,.v> Mx   J   4 , , p. .
    Ay   [Syn. : Morwphadnus
   il   iridis KALTENBMJH ·
  **·?';ï-   . ’
  R. heydent Kouow]
    L. 7-8 mm. - Fig. 221.
  Ébl  ( ai p à -—Tête,antennes,thorax
_   · V y compris les tegulae,
, Q   5 abdomen, pattes entière-
» ~'· ment noirs, seuls les
FIG. 221. — Rhadinoceraea micans, Q. übjag [ blanchâtms Sm.
la face antérieure; ailes
fortement enfumées, nerv11res et stigma noirâtres. — Tête et thorax bril-
lants, sans ponctuation; antennes plus courtes que l’abdomen, le 36 article
non plus long que le 46.
Seine, Seine-et-Oise : Saint-Maur; Seine-et-Marne : Fontainebleau; Marne :
Germaine (Bsrrrnczn); Oise : Beauvais; Ardennes : Charleville; Allier : Mou-
lins; Haute-Vienne : Nieul; Isère : Grenoble; Alpes-Maritimes : Cannes; Haute-
Garonne : Saint-Béat, avril, juin.
Toute l’Eur0pe centrale.
Biologie. — KALTENBAGH (Pflanzenfeinde, p. 717), sur Iris pseudacorus;
nuisible aux Iris dont il ronge les feuilles, et parfois les bourgeons floraux, ainsi

nnanxzsoczmm 243
qu’une autre espèce d’Europe centrale : R. reitteri. PAs·rzEr.s (1946, p. 182),
également sur Iris pseudacorus.
P8l'&Slt6· -— Ichneum. : Perilissus luteocephalus Gm.
2. Rhadinoceraea. gracilieornis Zanoxou. — Selandria gracilicomis
ZADD., 1859, p. 34; — Blennocampa gracilicomis Ed. ANDRÉ, 1879, p. 307;
—— Rhadinoceraea gracilicornis DALLA Toanrz, 1879, p. 179; ENsL1N, 1914,
p. 280.
L. 6,5 mm. — Très voisin de R. micans, s’en distingue par les caractères
donnés au tableau.
Seine-et-Marne : Lorrez·le-Bocage (Bau, 1934); Aube : Chery-Chartreuse
(Bsrrinozn).
Europe centrale.
3. Rhadinoceraea ventralis Pmzmx. — Tenthredo ventralis Pz., 1799,
pl. 64, t. 4; — Blennocampa coronata Ed. ANDRÉ, 1879, p. 585; — Rhodi-
noceraca abdominalis DALLA Tomas, 1894, p. 179; — R. ventralis ENSLIN,
1914, p. 282.
[Syn. : Monophadnus rufoniger Txscnn.; M. abdominalis Gmaun;
B. lugubripennis A. Cos·rA] ·
L. 7-8 mm. - Tête entièrement noir brillant, avec souvent une tache
allongée rougeâtre sombre sur les tempes derrière les yeux, de chaque
côté; antennes noires; thorax noir; ailes enfumées, mais moins que chez
micans, nervures et stigma brun-noirâtre; pattes noires, l’extrémité des
fémurs et les tibias I rougeâtres, parfois aussi tous les tibias et les fémurs III; _
abdomen rougeâtre, le 1°*‘ segment noir. —- Tête et thorax lisses, brillants;
antennes longues, chez le mâle presque aussi longues que le corps; griffes
avec une petite dent; fourreau de la scie, vue de profil, arrondi à Pextrémité.
Bouches-du-Rhône : Marseille (d’après Ed. Aunmî); Seine-et-Marne : Lorrez-
le-Bocage. .
Toute l’Europe; Sibérie.
Biologie. —- Sur Clematis recta et vitalba (Boucmâ, Stett. ent. Z., VII, p. 290;
Canrmvmzn, 1886-88, p. 277). Cause des pustules (sortes de cécidies) sur les
tiges et pétioles de Clematis (Drrrnrcn, 1924, p. 629, pl. XLVI, f. 62, 63).
` Gen. ARDIS Korxow, 1886
Abdomen peu élargi, côtés à. peu près parallèles; antennes courtes,
le 3s article d’1 /3 plus long que le 4°; griffes bifides; clypéus un peu éohancré
au bord antérieur.
Distribution. — Europe; Amérique du Nord. ·

244 nYMÉNom·ÈnEs rnmnaiinornns
TABLEAU DES ESPÈGES
—— Les angles du pronotum et les tegulae blancs .......... brunniventris.
—· Thorax entièrement noir .... . ........................... suloata.
1.` Atdîs brunniventris HARTIG. —— Tenthredo brurmiventris HARTIG,
1837, p. 274; —- Blermocampa brunniventris Ed. ANDRÉ, 1879, p. 304; —-
Ardis bipzmctata DALLA TORBE, 1896, p. 180; Ardis brunnivcrztris ENSLIN,
1914, p. 283.
[Syn. : Tentlzredo bipzznctata Kwo, 1814, nec GMELIN, 1790; Selandria
ccmdidata VoLLENHovEN, nec FALLN]
L. 6 mm. ——— Tête et antennes noires; thorax noir, le bord postérieur
du pronoturn blanchâtre, tegulae blanchâtres et rougeâtres, au moins
en partie; ailes hyalines; nervures et stigma bruns; pattes noires, les genoux
et tibias blanchâtres, ou blanc sale, les tarses l souvent en partie blancs.
-—- Antennes plus courtes que l’abdomen, assez épaisses; aire frontale
non distincte, fossette supra-antennale grande et profonde, prolongée
par une plus petite fossette; fourreau de la scie, vu de profil, avec un petit
prolongement (fig. 228).
Seine : Vitry-sur-Seine; Seine-et·Marne : Lorrez-le-Bocage; Ardennes; Allier :
Moulins.
Europe centrale et septentrionale; Sibérie. '
Biologie. —— LOISELLE (1907, p. 32); vit de juin en juillet, la tête en bas, dans
le canal médullaire des jeunes pousses de rosier; deux générations; HAnnou1N
(1943, p. 104), la ponte a lieu sur les feuilles, la larve s’introduit ensuite dans les
bourgeons.
Parasîte. - Mesoleius formosus (D. T,).
2. Ardîs suloata CAMERON. -— Blermocampa sulcata CAM. 1882, p. 271;
Ardis sulcata DALLA Tomas, 1894, p. 181; ENsL1N, 1914, p. 283.
L. 6 mm. —— Très semblable à l’espèoe précédente, dont il se distingue
par les caractères indiqués au tableau. Ailes légèrement enfumées.
France (d’après ENsL1N, et SERVADEI); Loiret (HAnnoU1N, 1943).
Iles britanniques; Espagne; Italie; Europe centrale.
Biologie. —- Snavsnex (1933 a) a fait de cette espèce une étude complète;
elle est nuisible aux rosiers, que la larve attaque en rongeant les jeunes rameaux;
une seule génération; imagos en mars-avril; œufs déposés entre les deux épi-
.dermes de la feuille; la larve pénètre dans un bourgeon et y creuse une galerie;
elle s’empupe en terre en mai.
Gen. MONARDIS ENSLIN, 1914
Nervure basale et 11'8 récurrente parallèles; 3** article des antennes
·d’1/3 plus long`que le 4**; grifïe inerme.
Distribution. —- Europe.

PHYMATOCERA 245
Monardis plana KLUG· — Tenthredo (Allantus) plana KL., 1814, p. 214;
Blennocampa plana Ed. ANDRÉ, 1879, p. 307; —- Ardis plana DALLA
ToRRE, 1894, p. 180; — Monardis plana ENsL1N, 1914, p. 284.
[Syn. : Tenthreda sericans' Hume; Blennocampa rosarum Bmscnm:]
L. 6-7 mm. —— Tête, antennes, thorax et abdomen entièrement noirs;
sur le thorax et l’abdomen une fine pubescence brune, particulièrement
abondante à Pextrémité de l’abdomen, qui a ainsi un reflet soyeux; ailes
presque hyalines, nervures et stigma brun-noirâtre;' pattes noires, les
genoux et la face antérieure des tibias I fauve clair. — Fourreau de la scie
arrondi à Pextrémité.
Somme : Amiens; Marne : Reims (BETTINGER); Loire-Inférieure : Plessis-
Tison; Ain : Gévrieux (BETTINGER); Saône-et-Loire : Mâcon, mars (FLAMARY);
Haute-Loire : Le Puy (MANBVAL).
Europe centrale.
Blologle. — Sur Rosa, où la larve attaque les feuilles, les jeunes rameaux et
les bourgeons.
I Gen. PAREOPHORA KONOW, 1886
Troisième article des antennes d’1/3 plus long que le 48; clypéus faible-
ment arqué en avant; nervure basale et 1T° récurrente parallèles; griffes
inermes.
Distribution. — Europe.
Pareophora prunl L. — Tenthredo pmni L., 1758, p. 559; Blennocampa
nigripcs Ed. ANDRÉ, 1879, p. 314; Pareophora nigripcs DALLA 'l`oRRE, _
1894, p. 181; —- Pareophora pruni ENsL1N, 1914, p. 285.
[Syn. : Tenthredo nigripes KL.; T. luridivcntris KL.; T. analis LEP.]
L. 5-6 mm. - Tête, thorax et antennes entièrement noirs; abdomen
rougeâtre, le 1** et le dernier segments noirs (Q), ou chez le 5*, le 1" seg-
ment et la plaque sub-génitale; ailes très légèrement enfumées, nervures
et stigma bruns; pattes noires, les genoux et tibias jaune-rougeâtre, les
tarses bruns. —- Clypéus légèrement échancré au bord antérieur.
Seine : Vitry-sur-Seine; Somme : Amiens; Nord : Phalempin (CAVR0); Seine- `
et—Marne : Montereau; Marne : Germaine (BETTINGER).
Europe centrale et septentrionale; Espagne.
Biologie. —- Larve sur Prunus spinosa, à la face inférieure des feuilles, où elle
fait des trous; figurée par Bnrscnxn, 1883 b, pl. 8, fig. 14; long. 10 mm., des
poils bifurqués, blancs, en deux rangées de 8 par segment.
` Gen. PHYMATOCERA D.#.nLBoM, 1835
Antennes longues et fines, le 36 article un peu plus court que le 48, chez
le mâle fortement pileuses, chez la femelle un peu moins (fig. 231, 232);

246 HYMÉNoP'rÈREs TENTHRÉDQIDES
clypéus tronqué droit en avant; à l’aile antérieure la nervure basale et
la 1*** récurrente parallèles.
Espèce unique.
Phymatocera atetrima KLUC. —— Tenthredo (Allantus) atcrrima KL.,
1814, p. 81; — Blennocampa aterrima Ed. ANDRÉ, 1879; p. 298; — Phyma-
tocera aterrima DALLA Tor.aE, 1894, p. 177; ENSLIN, 1914, p. 285.
[Syn. : Tenthredo
C   · _ tv trichocera LEP.; T. fu-
`È ~>·;: ,     _   ‘ liginosa Boucmâ; Se-
 X;  "Jl   landria robinsoni Cun-
Q  î?#"`·&I  i   ms
  L.8-9mm.—F1g. 222.
  —· Entièrement noir, y
      compris les pattes et
A     U les tegulae; ailes forte-
  ment et uniformément
  enfumées, nervures et
F1G. 222. — Phymatocera aterrima, Q. Stjgma b]•unS_ _ (jy-
' péus tronqué droit en
avant; antennes aussi longues que Pabdomen (Q) ou même plus longues
(çj'), leurs articles égaux, très pileux, surtout chez le d (fig. 232) chez qui
ils sont en outre un peu élargis à Pextrémité; aire frontale bien délimitée;
thorax avec une pubescence noire; fourreau de la scie à angle supérieur
saillant.
Seine, Seine-et-Oise : Chaville, Maisons-Laffitte; Seine-et-Marne : Fontaine-
bleau; Vosges : Remiremont; Haute-Vienne; Creuse; Puy-de-Dôme : La Bour-
boule; Haute-Garonne : Grépiac, mai.
Europe centrale et méridionale.
Biologie. — Sur Corwallaria palygonata. Larve figurée par Arznné, 1879, pl. 18,
fig. 13, et Bmscnxn, 1883 b, pl. 4, fig. 6. Oviposition, CHAPMAN, 1915.
Nom. — Cette espèce ressemble beaucoup à Rhadinoceraea micans,
mais elle s’en distingue par la forme des antennes (fig. 227 et 231) et par
les griffes hifides, tandis que chez micans elles ont une petite dent.
Gen. TOMOSTETHUS Korxow, 1886
Corps trapu, taille faible, abdomen élargi; mésopleures avec un pré-
sternite bien séparé; antennes courtes, en général non plus longues que
le thorax, le 3** article presque double du 49; aire frontale bien délimitée,
au moins sur les côtés; aile postérieure avec ou sans cellule fermée; griffes
inermes.
Distribution. — Europe; Afrique du Nord; Sibérie; Amérique septentrionale
et centrale.

·roMos·rE·mus 247
TABLEAU ons Esràcus
1. La nervure basale convergeant avec la 1*8 nervure récurrente
(fig. 233) (S. G. Tomostethus ENsr.1N) ......... (p. 247), nigritus,
·—- Nervure basale et 1*8 nervure récurrente parallèles ............ 2.
2. Aile postérieure avec une cellule médiane fermée (fig. 223) (S. G.
Eutomostcthus Erzsnm) ...................................... 3. _
-— Aile postérieure sans cellule médiane fermée (S. G. Atomostethus
ENSLIN) .................................................. 6.
3. Abdomen en majeure partie rougeâtre clair ..... (p. 248), luteiventrls.
— Abdomen entièrement noir .................................. 4.
4. Tempes non rebordées en arrière .............. (p. 248), funereus.
— Tempes rebordées en arrière ................................. 5.
5. Tempes lisses; scutellum ponctué seulement sur les bords .....
.......................................... (p. 249), gagathinus.
—- Tempes et scutellum ponctués de gros points. . . (p. 249), punctatus.
6. Thorax en majeure partie rouge ............................ 7.
— Thorax entièrement noir ..................................... 8.
7. Taille grande : 6 mm.; scutellum et postscutellum rouges. Rare.
........................................ (p. 249), sangulnicollis.
- Taille petite : 4-5 mm.; scutellum et postscutellum noirs. Com-
mune ..................................... (p. 251), ephippium.
8. Tempes non rebordées; le 38 article des antennes nettement plus
court que 4 + 5 réunis .................... (p. 250), fuliginosus.
-- Tempes rebordées; le 38 article des antennes aussi long que 4 +_ 5
réunis. ................................. ephippium var. nigrans.
S.-g. Tomostethus
1. Tomostethus nigrîtus F. — Tenthredo nigrita F., 1804, p. 39; —
Blennocampa nigrita Ed. ANDRÉ, 1879, p. 307; —— T omostethus nigritus
DALLA Tonus, 1894, p. 176; ENsL1N, 1914, p. 286.
[Syn. : Tcnthredo nigcrrima KLUG; T. brcvicomis Kwo]
L. 7-8 mm. —- Corps, antennes et pattes entièrement noirs, au plus les
genoux I et les tibias I en avant parfois jaune sale; ailes assez fortement
enfumées, nervures et stigma noirs. — Clypéus tronqué droit en avant, '
assez fortement ponctué; antennes : 38 article aussi long que 4 + 5; tête
et mésonotum lisses, avec seulement une très fine ponctuation; fossette
supra-antennale grande, tempes, pronotum et mésopleures avec une assez
forte pubescence noire; nervure basale et 1*8 récurrente convergentes
(fig. 233).
var. elaripennis Eusmn, ailes hyalines, ou presque.
Seine, Seine-et-Oise : Chaville, Clamart, Saint-Cloud, Vincennes; Seine·et-
Marne : Moret-sur-Loing (M. Rovsn); Armainvilliers (P. Lasne); Somme :

248 _ HYMÉNOPTÈRES '1`ENTHRÉDOIDES
Saint-Valéry-sur-Somme; Marne : Reims, Epernay (BETTINGER); Ardennes;
Allier : Moulins.
Iles britanniques; Europe centrale.
Biologie. —- Sur Fmxinus, où elle est parfois nuisible; larve (K.u.rÉN1a,icn,
Pflanzenfeinde, p. 431) verte, le dos plus foncé; métamorphose en terre.
S.-g. Entomostethus ENSLIN
2. Tomostethus luteiventrîs Kwe. — Tenthredo (Allantus) luteiventris
KLUG, 1814, p. 56; -— Blermocampa fuscipcrmis Ed. ANDRÉ, 1879, p. 314;
—- Tomostethus luteipennis DALLA Tomas, 1894, p. 176; ENSLIN, 1914,
p. 287.
[Syn. : Tenthredo fuscipennis LEP.; Hylotoma assimilis FALLÉN]
L. 5-7 mm. — Fig. 223.
É · I . -—Tête, antennes et thorax
  , ''···         È entièrement noirs y com-
O ' ‘ ·   . F A ' î _ Z
  ·’~' ’   pris les tegulae;a1les légè-
  rement enfumées, nervu·
  res et stigma bruns, pattes
  jaune rougeâtre, les han-
 a a   1···’< #50*
È  5  ches, trochanters et base
  , des fémurs,surtoutInoirs;
»   abdomen jaune rougeâtre,
  noir aux deux extremites,
FIG.   ····· T07)’LOSt€Éhl»LS lLLt€i98ïltI‘iS, Q. ainsi que sur le dog, qui
· présente une ligne médiane
de taches noires; chez la femelle le fourreau de la scie est noir, ainsi par-
fois que son pourtour; chez le mâle la plaque sub-génitale peut être noire.
— Antennes courtes, le 36 article une fois et demi aussi long que le 46;
tête et thorax brillants, avec seulement une ponctuation très fine.
Seine, Seine-et-Oise : Chaville; Seine-et-Marne : Lorrez-le-Bocage; Somme :
Amiens; Ardennes : Sedan; Haute-Saône : Gray; Saône-et-Loire : Mâcon; Loire-
Inférieure : Nantes, La Bernerie; Allier : Moulins; Corrèze : Argentat; Landes :
Biscarosse, Lucéram; Haute-Garonne : Saint-Béat, avril, juin; Pyrénées-©rien-
tales : Banyuls, avril (Rrrmur). Probablement toute la France, sauf le Sud-Est.
Toute l’Europe.
Biologie. — Le mâle est très rare, 1’espèce est probablement parthénogené-
tique.
3. Tomostethus funereus KLUG. - Tenthredo funerea KLUG, 1814,
p. 74; —— Blenrwcampa funerea Ed. ANDRÉ, 1879, p. 316; ——— Tomostethus
funereus DALLA Tonnn, 1894, p. 175; ENSLIN, 1914, p. 287.
L. 5-6 mm. — Corps entièrement noir ainsi que les antennes; ailes enfu-
mées, l’apex un peu plus clair; pattes rougeàtres, hanches et trochanters
noirs. —- Tempes non rebordées en arrière; antennes courtes, aussi longues

·roMos·rE·r1-ws 249
que le thorax, 3** article 1 fois y, aussi long que le 46; aire frontale bien
délimitée sur les côtés, fusionnée antérieurement avec·Ia fossette supra-
antennaire; Vertex 1 fois yz aussi large que long.
Charente·Maritime : Saintes; Marne : Igny—le-Jard; Aisne : Chery Chartreuse
(Baumann).
Toute l’Europe, rare; Asie Mineure; Sibérie.
4. Tomostethus gagathlnus Kwc. -— Tenthredo (Allantus) gagazhina
KLUG, 1814, p. 74; — Blemwcampa gagathina Ed. ANDRÉ, 1879, p. 313; —-
Tomostethus gagathinus DALLA Tonma, 1894, p. 175; ENSLIN, 1914, p. 288.
L. 5-6 mm. — Entièrement noir brillant ainsi que les antennes; ailes ·
légèrement enfumées, nervures et stigma brun—noirâtre; pattes noires,
les tibias et les genoux blancs, parfois les fémurs III blancs en entier. ——
Antennes plus courtes que le thorax, le 3° article à peine plus long que le 46;
tempes lisses, seutellum non ponctué, ou imperceptiblement sur les bords;
aire frontale bien délimitée, séparée antérieurement de la fossette supra-
antennale.
Seine, Seine-et·Oise : Meudon, Fonceaux, Sèvres; Seine-et-Marne : Lorrez-
le-Bocage; Somme : Amiens; Aube : Villechétif; Marne : Germaine, Jonchery
(Berrmoen); Haute-Saône : Gray; Allier : Moulins; Corrèze : Argentat; Ardèche :
Aubenas (D' Cnsu); Charente-Maritime : Saintes; Gers; Landes; Hautes-
Pyrénées: Tarbes, Lourdes; Haute-Garonne : Toulouse (Masquer); Saint-Béat,
avril-août.
Europe centrale; Sibérie.
5. Tomostethus punctatus KoNow. - T. p. Korxow, 1887, p. 274;
ENSLIN, 1914, p. 288.
L. 6 mm. —- Très voisin de T. gagathinus, s’en distingue par les carac-
tères donnés au tableau.
France (présence incertaine).
Europe centrale; Sibérie.
Blologle. - PASTEELS (1946, p. 181), a trouvé les images des deux sexes sur
Carex, en mai.
S.—g. Atomostethus ENSLIN
6. Tomostethus sangulniccllls Mocsxnv. — Blemwcampa sanguini·
collis l\1ocs.~.nY, 1880, p. 268; Ed; Animé, 1879, p. 583; -— Tomostethus
sanguinicollis DALLA Tomm, 1894, p. 177; ENSLIN, 1914, p. 288.
L. 6,5 mm. — Prothorax, tegulae, mésothorax, seutellum et postscu-
tellum entièrement rouges; tête, métathorax, abdomen noirs; pattes
noires, les genoux et tarses I jaune brunâtre; ailes assez fortement enfumées,
nervures et stigma noirs.
France (d’après Errstm).
Hongrie.

250 H¥MÉN0P*rÈ11Es TENTHRÉDOIDES
7. Tomostethus fuligînosus Kwo. — Tenthredo (Allantus) fuliginosus
KLUG, 1814, p. 64; —- Blennocampa faliginosa Ed. ANDRÉ, 1879, p. 310; ——
Tomostcthus fuliginosus DALLA Toaais, 1894, p. 174; ENsL1N, 1914, p. 289.
—— Stethomostus f. Bmvson, 1939, p. 111.
[Syn. : Tenthredo fuscus LEP.; T. fraxini LEP.; Blennocampa croceipes
A. Cosu; B. aethiops Bmscnxn] ,
L. 5-6 mm. -— Tête, antennes, thorax, abdomen entièrement noirs;
ailes enfumées, nervures et stigma noirs; pattes noires, seulement les
tibias I et les genoux brunâtres. — Antennes aussi longues que le thorax,
le 38 article bien plus long que le 4**, mais plus court que 4 + 5; aire fron-
tale délimitée sur les côtés, interrompue en avant; tempes non rebordées;
entre le scutellum et Ie postscutellum une ligne de très gros points.
I , / ,/
/ r si J y W /   _ Yf
/ V/,~ V/,« J/« (I, , / / ,   Y xxx
 ;/ / // l >~- È./.,»§,   [_(,’§(yy>§q$)î§' 
L ‘ *   226 · - 
224 g A;    v_:.
”·= ,,.. — - 225
228/  
  227
’°‘ ·.,i_—«i z   '··‘‘·   .~: _ il .·..,,,  
      «.«.,      
· ·     m¤·i-¤.e..:-
i iii'      
230 232    
”‘=   iii`  
__   _. ig ·,,
?·..\_’wçg` . JE _f'
KR  
2 s   Q ..s
233 236  
Fm. 224 à 235. —— 224-. Pcriclista pubesccns, abdomen vu de profil. — 225. Peri-
clista albiventris, fourreau de la scie, d’après ENsL1N. — 226. Larve de Peri-
clista, d’après HAm·1c; a, une des épines bifurquées. — 227. Rhadinoceraea
micans, Q, antenne. ·- 228. Ardis brunneiventris, fourreau de la scie. ——
229. Monardis plana, idem. —- 230. Phymatocera aterrima, idem. — 231. Phy-
matocera aterjrima, Q, antenne. —- 232. Id., Q, antenne. — 233. Tomostethus
nigritus, aile. —- 234. Blennocampa subcana, Q , antenne. —- 235. Metallus pumi-
lus, Q, antenne. — 236. Syringophilus lhommei, feuille minée par la larve,
d’après Hamac.
Seine, Seine-et-Oise : Chaville, Vincennes; Somme : Amiens; Marne : Epernay
(Bnrrmcnn); Ardennes; Haute-Saône : Gray; Finistère : Fouesnant; Allier :

MoNoPH,•.nNUs 251
Moulins; Loire-Inférieure : Nantes; Corrèze : Argentat; Creuse : Guéret; Haute-
Garonne : Toulouse, région pyrénéenne; Basses-Alpes : Sisteron; Pyréuées—Orien-
tales : Banyuls (Rxmur).
Toute l’Europe. _
Biologie. —- Sur Ranunculus sceleratus; dévore les feuilles et les graines.
8. Tomostethus ephippium P.•.1~1zEn. —— Tenzhreda ephippium Pz., 1798,
p. 52, pl. 5; — Blennocampa ephippium Ed. ANDRÉ, 1879, p. 300, pl. 18,
fig. 2; - Tomostethus ephippium DALLA Tomuz, 1894, p. 174; ENSLIN,
1914, p. 289.
[Syn. : Tenthredo dubia GMm.m, 1790, nec STROM, 1768; T. ovatus Scan.]
L. 4-5 mm. —- Tête et antennes noires; thorax : pronotum, mésonotum,
mésopleures, tegulae, rouge clair; mésosternum, scutellum, postseutellum,
et segment médiaire noirs; ailes légèrement enfumées, nervures et stigma
noirs; pattes noires, les genoux assez largement blanchâtres; abdomen
entièrement noir brillant. -— Antennes courtes, à peine aussi longues que
le thorax, le 3° article aussi long, ou presque, que 4 + 5; tempes rebordées
en arrière; scutellum avec quelques gros points sur les côtés.
var. nigrsns Konow, thorax entièrement noir.
Toute la France, sauf le Sud-Est.
Toute l’Europe; Portugal; Algérie.
Biologie. —— Sur Alnus (d’après Amana); le mâle est très rare, l’espèce est
peut-être parthénogenétique.
Gen. MONOPHADNUS HAn·r1G, 1837
Taille faible; corps ramassé, abdomen le plus souvent élargi, ovoîde,
en général entièrement noir; 38 article des antennes plus long que le 4**;
espace sous-oculaire linéaire, très étroit; aile postérieure avec une cellule
médiane fermée; aile antérieure : nervure basale parallèle à la 1'° nervure
récurrente.
TABLEAU mas Esràczs
1. Grilles bifides; 39 article des antennes au plus une fois et demi aussi
long que le 4° ............... . .............................. 2.
— Griiies simples; 36 article des antennes deux fois aussi long que
le 4°, ou presque ........................................... 5.
2. Q, abdomen entièrement rouge; dl, abdomen noir en dessus, rouge
en dessous ................................... (p. 252), spinolae.
-— (j' Q, abdomen entièrement noir, très rarement Q abdomen rouge
au milieu de la face dorsale ................................. 3.
3. La nervure transverse-radiale aboutit en deçà du milieu de la·
3** cellule cubitale ........................ (p. 253), elongatulus.

252 HYMÉN01>rÈnEs TENTHRÉDOIDES
—— La nervure transverso-radiale est interstitielle avec la Be nervure
transve1·so·cubitale ......................................... 4 .
4. Tegulae et bord postérieur du pronotum rougeâtre clair .........
........................................ (p. 253), rufîcruris (1).
— Thorax entièrement noir ................... (p. 254), geuîculatus.
5. Troisième article des antennes seulement une fois et demi aussi
long que le 46 ............................. (p. 254), l0uglc0I'nîS.
— 3** article des antennes 2 fois aussi long que le 46 .............. 6.
6. Ailes légèrement enfumées; fossette supraantennale peu profonde.
........................................... (p. 255), montîcola.
— Ailes hyalines; fossette supraantennale plus profonde. ..........
........................................... (p. 255), pallescens.
1. Monophadnus spînolae Kwc. —- Tenthredo (Allantus) spinolae KL.,
1814, p. 57; —- Blennocampa vcntralis Ed. ANDRÉ, 1879, p. 299; — Mono-
/
  «·‘.·‘ =« » '··.   J J     i·ii
  ‘       I   ·‘''  
   
  · `jïga
É  '-S  (‘
i (   ‘
FIG. 237. — Monophadnus spinolae.
phadnus ventmlis DALLA Toanm, 1894, p. 166; - M. spinolae ENSLIN,
1914, p. 290.
. [Syn. : Tenthrcdo croceiventris KLUG; Monophadnus plcuriticus A. COSTA,
M. ventralis A. Cosm, M. gastricus A. Cos*rA]
L. 6-8 mm. — Q, tête entièrement noire, y compris les antennes et le
labre; thorax noir, en principe, mais il y a de nombreuses variétés, tegulae
noires; ailes légèrement enfumées, nervures et stigma noirs; pattes jaunes,
les tarses rembrunis, surtout III; abdomen entièrement rouge, seul le
fourreau de la scie noir. —- Antennes aussi longues que tête -|- thorax,
le 38 article une fois et demi aussi long que le 46; tempes nou rebordées en
arrière; aire frontale délimitée sur les côtés, mais peu nettement, en avant
fusionnée avec la fossette supraantennale. - (j', abdomen noir en dessus,
(1) Rangé par Mmnusz dans le sous-genre Pseudomanophadnus MALAISE, 1935.

MONOPHA1:•NUs 253
face ventrale jaune, au moins en grande partie, les hanches et trochanters
souvent noirs.
var. blpartitus Lsr. (melanasternus Lsr.), Q mésopleures jaunes, seul le méso-
sternum noir. ·
var. tufipectus Eivstm, Q mésopleures, mésosternum et métapleures jaune
rouge, le dessus du thorax noir.
var. soutellaris Ed. Armani (nigricarpa A. Cosn), mésopleures, mésosternum,
scutellum et partie du métanotum jaune rougeâtre.
var. pectoralls Konow, mésosternum noir, mésopleures rouges, mésonotum
' rouge avec trois grosses taches noires.
var. tuberrlma Enstm, thorax entièrement rouge, seules des fossettes près
du scutellum noires.
Seine, Seine—et—Oise : Nogent·sur·Marne, Maisons-Laffitte, Bondy; Seine-et-
Marne : Montereau; Somme : Amiens; Allier : Moulins; Saône-et-Loire : Mâcon,
avril; Corrèze : Argentat; Charente-Maritime : Saintes; Puy-de-Dôme : Royat;
Ardèche : Aubenas; Haute-Garonne : Toulouse; Pyrénées-Orientales : Banyuls-
sur-Mer, Le Boulou, Canigou.
Espèce surtout méditerranéenne, mais aussi en Europe centrale, Belgique.
Biologie. -· Sur Clematis vitalba (KALTENBACH, Pflanzenf., p. 3).
2. Monophadnus elongatulus Knoo. — Tenthreda (Allanms) elongatula
KL., 1814, p. 214; — Blennacampa elongatula Ed. ANDRÉ, 1879, p. 308;
— Morwphadnus elangatulus DALLA Tonnrz, 1894, p. 162; Erzsnm, p. 291.
L. 6-8 mm. -—Tête, thorax, abdomen entièrement noirs, ailes légèrement
enfumées, nervures et stigma noirs; pattes noires, les genoux I bruns, par-
fois aussi les genoux II et les tibias I à la face antérieure. —— Corps long et
étroit, antennes un peu plus longues que le thorax, le 3° article une fois et
demi aussi long que le 4°; aire frontale à côtés presque indistincts; fossette
supra-antennale profonde, de chaque côté d’elle deux autres fossettes plus
petites. ·
Seine, Seine-et-Oise : Vitry, Maisons-Laffitte, Vincennes; Seine-Inférieure :
Rouen; Haute·Saône : Gray; Ardennes; Loire-Inférieure : Nantes; Var : la Sainte-
Baume.
Europe centrale.
Biologie. — Sur Rosa, mais comme « borer »; les œufs sont déposés à la face
inférieure des pétioles où ils forment une sorte de renilement; la larve, à l’éclosion,
s’introduit dans la tige, puis s’avance vers le bas en rongeant la moelle (Scntzcrx-
1·1aNn.u., 1901, Allg. Zeitzch. f. Entom., p. 145; Hlmnoum, 1943, p. 103). D’après
Drrrnxcn (1924, p. 628), cause de petites pustules (cécidies?) au pétiole des
, feuilles.
3. Monophadnus ruficruris Bnonné. — Selandria ruficruris Ba., 1832,
p. 393; —- Blennocampa ruficruris Ed. ANnnÉ, 1879, p. 302; — Mono-
phadnus ruficruris DALLA Tonus, 1894, p. 165; ENsL1N, 1914, p. 291.
[Syn. : M. dispar Konow; Blcnnocampa flavicollis J.•.coBs.]
L. 6-7 mm. — Tête et antennes entièrement noires; thorax noir, bord
postérieur du pronotum et tegulae rougeâtre clair; ailes presque hyalines,

254 HYMÉNoP·rÈnEs 1·EN·rHnÉno1nEs
nervures et stigma brim noirâtre; pattes noires jusqu’aux genoux, jaune-
rougeâtre clair ensuite, les tarses souvent plus foncés; abdomen entièrement
noir brillant. —— Tête lisse, aire frontale non délimitée, seulement un peu
en relief, fossette supraantennale petite et peu profonde; antennes assez
longues, égales au moins à tête —|- thorax, le 36 article une fois et demi
aussi long que le 46; fourreau de la scie non régulièrement arrondi à l’extré—
mité. —- cf, antennes fortes, plus longues que tête + thorax, un peu
comprimées; pattes rougeâtre à partir du milieu du fémur.
var. plagiatus ENSLIN, les 36 à 76 tergites abdominaux rouges en partie.
Seine, Seine-et-Oise : Clamart, Maisons-Laffitte; Ardennes; Allier : Moulins;
Loire·Inférieure : Nantes; Charente-Maritime : Saintes; Gironde : Royan;
Hautes-Pyrénées : Lourdes; Haute-Garonne : Saint·Béat, avril; Drôme : Nyons.
Europe centrale et méridionale. ' '
4. Monophadnus genioulatus HARTIG. —— Tenthrcda geniculatus HTG.,
1837, p. 274; — Blermocampa geniculata Ed. ANDRÉ, 1879, p. 308; —-
Monopkadnus geniculatus DALLA Tonma, 1894, p. 162; ENSLIN, 1914,
p. 292.
L. 5-6 mm. — Tête, antennes, thorax, abdomen entièrement noirs;
ailes très légèrement enfumées, nervures et stigma brun-noirâtre; pattes
noires jusqu’aux genoux, ceux-ci blanchâtres, ainsi que l face antérieure
des tibias I et II, les tibias III entièrement noirs, sauf les genoux; tarses
noirâtres. ——- Antennes de même longueur que tête et thorax réunis, le
olypéus un peu ponctué-chagriné; aire frontale à côtés élevés en un bour-
relet peu saillant.
Seine, Seine-et-Oise : Chaville; Somme : Amiens; Marne : Igny-le-Jard (Bar-
rmoan); Ardennes; Charente-Maritime : Saintes; Haute-Garonne : Saint-Béat,
avril.
Europe centrale et septentrionale; Sibérie.
Biologie. ··-- Sur Rubus, Gcum urbanum, Spiraea ulmaria (KALTENBACH,
Pflanzenf., p. 237), aussi Cxmmioiv, LGISELLEQ la larve perfore la face inférieure
des feuilles; elle s’empupe en terre.
5. Monophadnus longicornis HARTIG. - Tenthredo (Monophadnus)
longicornis Hamac, 1837, p. 275; — Monophadnus longicornis DALLA
Tonnn, 1894, p. 163; ENSLIN, 1914, p. 293.
[Syn. : Monophadnus latus A. C.os'x*A]
L. 7-8 mm. — Noir, les genoux et tibias antérieurs brunâtres en avant,
aux pattes postérieures au plus les genoux étroitement bruns; ailes teintées
de noirâtre, nervures et stigma noirs. — Antennes plus courtes que l’abdo-
men, le 36 article seulement une fois et demi aussi long que le 46; clypéus
tronqué; champ frontal limité seulement sur les côtés; fossette supra-
antennale grande, et accompagnée d’une petite fossette de chaque côté;
partie supérieure de la tête et mésonotum à peine ponctués.

. Momornxnnus 255
Haute-Garonne : Saint-Béat, janvier (Rmiur), sur Helleborus foetidwz et
viridis (imago).
Allemagne; Croatie; Bosnie; Transylvanie; Italie.
Biologie. -— (Eufs sur Helloborus foctidus (Dtrrmcu, 1924).
6. Monophadnus montlcola Hmvric. —— Tenthrcdo monticola HTG.,
1837, p. 273; — Blennocampa monticola Ed. ANDRÉ, 1879, p. 312; ——
Monopkadnus monticola DALLA Tomm, 1894, p. 164; ENSLIN, p. 293.
[Syn. : Sclandria fcriata ZADD.; Monophadnus fuligipcnnis A. C0s'rA]
L. 6-7 mm. — Tête, antennes, thorax, abdomen entièrement noirs;
ailes légèrement enfumées, nervures et stigma noirs; pattes noires, les
genoux blanchâtres, ainsi que les tibias en partie, les tibias I et II sur la
face antérieure. —— Antennes plus courtes que tête et thorax réunis, le
3° article près de deux fois aussi long que le 4**; aire frontale à peine indi-
quée par un léger bourrelet ouvert en avant, fcssette supraantennaire
large, mais peu profonde; abdomen large, ovoide.
Seine-et-Marne : Nemours; Aube : Troyes; Marne : Germaine (Bsrrrivcian);
Char.·Mar.: Saintes;Ardèche: Aubenas; Hautes-Pyrénées: Tarbes, Lourdes;
Haute-Garonne : Saint-Béat, avril-juin.
Europe centrale et méridionale; Sibérie.
Biologie. — Sur Graminées, probablement (Bniscnxa, 1885).
Nou. - Le mâle étant réputé rare, cette espèce a été supposée parthénoge-
nétique (Eivsmiv), mais en réalité cette rareté du mâle n’est pas générale, car de
Saintes j’ai vu un lot d’exemplaîres comprenant 3 g' et 3 Q.
7. Monophadnus pallescens GMEMN. — Tcnthrcdo pallescens GMELIN,
1790, p. 2668; — Blennocampa albipcs Ed. Ammé, 1879, p. 313; — Mono-
phadnus albipes DALLA Tonus, 1894, p. 160; — Monophadnus pallcsccns
Emsnm, 1914, p. 293.
[Syn. : Tenthredo albipes GMm.m, 1790, nec Gnorrnov, 1781; T. morio
Rossi; Blcnnocampa emarginata THoMs0N; T. waldheimi GIMM.; Mono-
phadnus rosarum Komow, nec Bmscmcn]
L. 5-6 mm. — Très voisin de l’espèce précédente, s’en distingue par les
ailes hyalines et la fossette supraantennale plus profonde; souvent les
tibias sont entièrement blancs, ou en majeure partie.
Seine, Seine-et·Oise : Chaville, Issy, Meudon; Seine-et-Marne :B0uray, Lorrez·
le-Bocage; Somme : Amiens; Ardennes; Haute-Saône : Gray; Maine-et-Loire :
Marans; Haute-Vienne : Nieul; Loire-Inférieure : Nantes; Vosges; Haute-Savoie :
Chamonix; Corrèze : Argentat; Haute-Garonne : Saint-Béat, mars, avril; Pyré-
nées·Orîentales : Cerdagne.
Toute l’Eur0pe; Sibérie.
Biologie. - Sur Ranunculus repens et acer, elle fait des trous à la face inférieure
des feuilles (Kxnrzuaxcu, Pflanzenf., p. 9). Mimes (1936) a étudié le cycle vital
de cette espèce, elle est univoltine, et présente parfois de la parthénogenèse thély-
_ toque.

256 HYMÉNOPTÈRES TENTHRÉDOIDES
Gen. BLENNOCAMPA HARTIG, 1837
Taille petite (env. 5 mm.), ou même très petite (3 mm.); corps presque
toujours entièrement noir; antennes courtes, rarement plus longues que
l’abdomen, ou que tête et thorax réunis; corps oviforme, abdomen large;
aile postérieure sans cellule médiane fermée.
Distribution.- Europe; Asie mineure; Sibérie; Amérique du Nord et centrale.
TABLEAU DES ESPÈCES~
1. 38 article des antennes plus d’une fois et demi aussi long que le 48. 2.
—— 38 article des antennes moins d’une fois et demi aussi long que le 48. 4.
2. Abdomen en grande partie jaune-rougeâtre. .... (p. 256), affînîs.
— Abdomen entièrement noir ................................... 3.
3. Tibias III blanchâtres, l’apex seul noir ....... (p. 257), pusilla.
— Tibias III noirs, la base seule claire .......... (p. 257), alternipes.
4. Les tibias en grande partie noirs ........... (p. 258), geniculata.
— Les tibias en grande partie blanchàtres, au moins ceux des paires I
et II ............ ` .......................................... 5 .
5. Face finement et assez densément ponctuée-rugueuse, presque
mate ...................................... (p. 258), puncticeps.
—- Face non sensiblement ponctuée, brillante ...................... 6.
6. Antennes plus courtes (Q), ou un peu plus longues (rj'), que l’abdo·_
men, un peu comprimées, les derniers articles en dents de scie,
vus de profil (fig. 234), le 88 article seulement deux fois aussi long
que large ........... . ......................... (p. 258), subcana.
—— Antennes aussi longues (Q) que l’abdomen, ou même plus longues
que le thorax et l’abd0men réunis ((5*); les derniers articles non
en dents de scie, le 88article environ trois fois aussi long que large . .
.......................................... (p. 259), tenuicornîs.
1. Blennocampa affinîs FALLÉN. - Hylotoma affinis FALLÉN, 1807,
p. 207; - B. assimilis Ed. ANDRÉ, 1879, p. 317; DALLA Toune, 1894,
p. 169;- Blennocampa affinis ENSLIN, 1914, p. 294. —- Halidamia a.
BENsoN, 1939, p. 111.
[Syn. : T. hyalina KLUG; Blennocampa assimilis THOMSON, B. formo-
sella A. COSTA] ‘
L. 5-6 mm. —- Tête et antennes entièrement noirs, le labrc souvent
brun clair; thorax noir, tegulae noires ou jaunâtres; ailes hyalines, ner-
vures noires; costale et stigma bruns; pattes jaune clair, l’apex des tibias III
et les tarses Ill noirâtres; abdomen jaune rougeâtre, les deux premiers
tergites noirs chez la femelle, ainsi que Pextrémité de l’abdomen et l’étui
de la scie; chez le mâle le 18* tergite seulement noir. -—- Fossette supra-
antennaire petite, mais profonde, de chaque côté d’elle une autre fossette;
38 article des antennes plus d’une fois et demi aussi long que le 48. ,

m.m·mocAMm 257
Seine, Seine-et-Oise : Saint-Cloud, Sèvres, Chaville, Maisons-Laffitte; Seine-
et-Marne : Flagy (Baumann); Somme : Amiens; Ardennes; Allier : Moulins;
Corrèze : Argentat.
Toute l’Europe.
Biologie. - Sur Galium aparine (Bnxscnxs, 1883 b, p. 278, pl. 5, fig. 1).
Parasltes. — Monoblastus palustris H0x.M.
2. Blennocampa pusilla Kwc. — Tcnthredo (Allantus) pusilla KL.,
1814, p. 71; —— Blennocampa pusilla Ed. ANDRÉ, 1879, p. 312; DALLA
Tomas, 1894, p. 171; ENSLIN, 1914, p. 295.
L. 4-5 mm. — Tête, antennes, thorax, abdomen entièrement noirs;
ailes presque hyalines, nervures noirâtres, stigma brun-noirâtre, le bord
· inférieur plus clair; pattes noires jusqu’aux genoux, blanches au delà,
les tarses brun-noirâtres. — Antennes plus courtes que tête et thorax
réunis, le 3** article presque double du 49.
Seine, Seine·et—Oise : Saint-Cloud, Sceaux (Hzmnoum); Seine—et·Marne :
Lorrez-le-Bocage; Somme : Amiens; Marne : Muizon (Berrrncsn); Nord: Lille;
Vosges; Haute-Saône 1 Gray; Loire-Inférieure : Nantes; Corrèze : Argentat.
Toute l’Europe; Sibérie.
Biologie. -—- Sur Rosa canina; la larve (8-9 mm.), verdâtre, s’attaque aux
feuilles de rosier, celles-ci s’enrou1ent en cigare, la larve vit à l’intérieur et ronge
le bord, elle passe ensuite à une autre feuille; Pespèce est quelquefois nuisible
aux plantations de rosiers. Elle s’empupe en terre dans une coque noire fermée
à l’un de ses bouts par un couvercle plat (Boucmi, VoL1.r:N1=1ovEN, ED. ANDRÉ,
1879, p. 312; LOISELLE, 1907, p. 33; Hsnnoum, 1943, p. 160; DITTRICH, 1924,
pl. xLv, I. 55, 56). Larve figurée par Bmscnxn, 1883 b, pl. 5, fig. 4.
3. Blennoeampa alternipes Kwc. - Tenthredo (Allantus) altemipes ·
KL., 1814, p. 67; — Blennocampa alternipes Ed. ANDRÉ, 1879, p. 310;
DALLATonm·:,1894,p. 169;
ENsL1N, 1914, p. 295.
[Syn . : B. cinercipcs (l’*·îJz   _ _   · ,· swf
THOMSON; B. intermedia   p ,` 
Knincus.; B. divisa Ko-   '
NOW ; B.tergestina Kmncu.]   Ã, `,  
1.. 5,5 mm. -·Fag. 238. î EMEA   T
Tête antennes thorax   `·  
— 1 1 1 _‘ I. , ·
abdomen entièrement   ` _ y
noirs; ailes légèrement E}
enfumées, nervures et `
stigma bruns; pattes noi- Fm. 238. —— Blcnnocampa altermpes, Q.
res y compris les tibias II,
tous les genoux blancs, la face antérieure des tibias I et II blanchâtre. —
Antennes : 39 article plus d’une fois et demi aussi long que le 4**; un sillon
médian entre les ocelles.
17

258 HYMÉNOPTÈRES *rEN·rnm§no1nEs
Seine-et-Oise : Chaville; Seine-Inférieure : Dieppe; Marne : Vauciennes; Arden-
nes; Hautes-Pyrénées : Lourdes; Haute-Garonne : Saint-Béat, avril, Grépiac,
avril.
Europe centrale et septentrionale.
Biologie. —- Sur Rubus idaeus, la larve troue la face inférieure des feuilles.
4. Blennocampa. geniculata Srnrnms. —- Selandria geniculata Sr.,
1835, p. 49; -— Blennocampa cinereipes DALLA Tonus, 1894, p. 170;
DALLA Toama, 1894, p. 170; —- B. geniculata ENSLIN, 1914, p. 295.
[Syn. : B. cinereipes Hanrm, B. altemipes Tnomsorz, B. brevicomis,
Bmscnxn, B. confuse Konow]
L. 5,5-6 mm. —- Tête, antennes, thorax, abdomen entièrement noirs;
ailes légèrement enfumées, nervures et stigma bruns, pattes noires, les
genoux blanchâtres, ainsi que la face antérieure des tibias I et II. —-Très
voisin de B. alternipes, mais le 38 article des antennes plus court : Seulement
un peu plus long que le 48.
Seine-et-Marne : Lorrez-le-Bocage; Somme : Amiens; Ardennes; Vosges;
Allier : Moulins.
· Europe centrale et septentrionale.
Biologie. ·-— Sur Fragaria.
5. Blennocampa puncticeps Konow. - B. c. Konow, 1886, p. 215;
ENSLIN, 1914, p. 296.
L. 5-6 mm. - Comme les précédentes, entièrement noir, mais face fine-
ment ponctuée, presque mate, par contre le Vertex et le mésonotum
sont brillants, n’ayant qu’une très fine ponctuation; ailes presque hya—
lines; pattes noires, les genoux blancs, les tibias entièrement blancs sauf,
au plus, l’apex. — Antennes : 38 article un peu plus long que le 48.
Seine, Seine-et-Oise : Saint-Cloud; Somme : Amiens; Ardennes; Allier : Mou-
lins; Charente-Maritime : Saintes; Haute-Garonne : Saint·Béat, mars, Vieille-
Toulouse, mars.
Europe centrale; Sibérie.
, Biologie. ——- Sur Sanguisorba minor (CARPENMER, 1907, p. 134).
6. Blennocampa subcana. Zxnnscn. — Selandria subcana Zixon., 1859,
p. 34; —- Blermocampa subcana Ed. ANDRÉ, 1879, p. 312; DALLA Tomas,
1894, p. 172; Ensmn, 1914, p. 297.
[Syn. : B. albipes FALLEN, pro parte]
L. 6 mm. -— Entièrement noir; ailes presque hyalines, nervures et stigma
bruns, ce dernier plus clair au bord inférieur; pattes noires, genoux et
tibias blancs, l’apex des tibias parfois annelé de noir. ——- 38 article des
antennes une fois un tiers aussi long que le 48, les derniers articles un peu
en dents de scie, vus de profil; yeux touchant les mandibules.
var. subserrata. Tnomson (cngularis Koivow), tegulae blanches, rarement
aussi les angles du pronotum.

SCOLIONEURA 259
Seine, Seine-et-Oise : Vincennes, Sèvres, forêt de Saint-Germain; Seine-et-
Marne : Melun; Ardennes; Marne : Sapicourt; Vosges; Corrèze : Argentat; Haute-
Garonne : Saint·Béat, avril, Vieille-Toulouse, mars.
Toute l’Europe; Sibérie.
Biologie. — Sur Geum pallidum (TULLGREN, 1905, p. 252).
7. Blennocampa tenulcornis Kwo. — Tenthredo (Allantus) tenuicomis
KL., 1814, p. 68; —- Blermocampa zmcta Ed. ANDRÉ, 1879, p. 303; ——·
Blennocampa tenuicomis DALLA Tomas, 1894, p. 173; ENs1.1N, 1914,
p. 297.
[Syn. : Tenthrcdo uncta Kwo; Phyllotoma conformis FALLÉN; Selon.-
dria tibialis Srnrmsivs; B. geniculata CAMEnoN; B. spireae Bniscuxn;
B. lioparea KoN0w]
L. 5-6 mm. —- Comme Pespèce précédente, en diffère par les caractères,
donnés au tableau; tous les genoux, et les tibias I et II, en entier blancs,
tibias III noirs à l’apex; yeux un peu séparés des mandibules; les derniers
articles des antennes non en dents de scie.
var. humeralls Vonnsivnovsiv (alchemillae CAM.), angles du pronotum et tegulae
blancs; tibias III blancs en entier.
Seine, Seine-et-Oise : Créteil, Vincennes, forêt de Saint-Germain; Somme :
Amiens; Ardennes; Loire-Inférieure : Nantes, mai·juin; Hautes-Pyrénées :
Lourdes, Haute-Garonne : Saint-Béat, avril.
Europe centrale et septentrionale; Sibérie.
Biologie. - Sur Alchemilla oulgaris, Spiraea ulmaria (DE Gsm, RÉAUMU11,
CAM1anoN, Bniscnxe); la larve, 7 mm., (Bmscaxn, 1883 b, pl. 4, fig. 12), ronge
la face inférieure des feuilles qui sont enroulées par les deux bouts; dérangée,
elle se roule en demi-cercle.
Gen. SCOLIONEURA Korzow, 1890
Taille faible, corps presque toujours entièrement noir; clypéus à bord
antérieur arqué; antennes fines et assez longues, le 3° article seulement
un peu plus long que le 4°; aile antérieure : nervure- basale légèrement
arquée, nervure cubitale faisant un angle au niveau de la 1"° récurrente,
nervure transverse-radiale interstitielle avec la 3** transverso-cubitale.
Biologie. — Les larves sont généralement mineuses de feuilles.
Distribution. — Europe; 1 espèce du Chili.
TABLEAU nas Esràcss
1. Les tempes non rebordées en arrière; ailes hyalines, avec une bande
un peu plus foncée sous le stigma ................. (p. 260), nana.
—— Les tempes rebordées en arrière; ailes légèrement enfumées (par-
fois très légèrement) ......................................... 2.
2. Ailes assez fortement enfumées ................. (p. 260), betuleti.
— Ailes faiblement enfumées ...................... (p. 260), betulae.
I

260 HYMÉNOPTÈRES *rEN1·nP.Éno1DEs
1. Scolioneura nana. Kwc. — Tenthredo (Allantus) nana KL., 1814.
p. 72; — Blennocampa nana Ed. ANDnÉ, 1879, p. 302; — Scolioneura
nana DALLA Tonnn, 1894, p. 168; ENsL1N, 1914, p. 298.
[Syn. : Tenthredo intercus ZETT.; Fenusa quercus CAM.]
L. 4-5 mm. —- Tête noire, labre blanc, antennes noires, leur face infé-
rieure souvent brune; thorax noir, les angles du pronotum et les tegulae
blancs; ailes hyalines avec une bande un peu foncée sous le stigma, ner-
vures brunes, blanchâtres à la base, notamment la costale, stigma brun
clair; pattes noires jusqu’aux genoux, blanches au delà; abdomen entiè-
rement noir. —~ Antennes fines, plus longues que le thorax, le 3** article
au moins d’1/3 plus long que le 4**; aire frontale bien délimitée; tempes
non rebordées; ailes antérieures : nervure basale très peu arquée, se ren-
contrant en avant avec la nervure cubitale; nervure transverso·radiale
aboutissant très près de la 36 transverse-cubitale.
Seine, Seine-et-Oise : Meudon, Maisons-Laffitte, Ozouer-la-Ferrière; Allier :
Moulins.
Europe centrale.
Biologie. - Sur Quercus, signalée comme mineuse de feuilles (Cxnmaon),
II, p. 222).
2. Scolioneura betulcti KLUG. — Tenihredo (Allantus) betuleti KL.,
1814, p. 73; - Blcnrwcampa betuleti Ed. ANDRÉ, 1879, p. 316; — Scolio-
neura betuleti DALLA Tormn, 1894, p. 168; ENSLIN, 1914, p. 299.
L. 4-5 mm. —— Tête, antennes, thorax, abdomen entièrement noirs, y
compris le pronotum et les tegulae; ailes légèrement enfumées, nervures
brunes, stigma brun clair; pattes j aune-rougeâtre, les hanches, trochanters
et souvent la base des fémurs noirs. — Clypéus à bord antérieur arqué,
aire frontale bien délimitée, fossette supra~antennale très large, dépassant
en grandeur Paire frontale, bordée de chaque côté par une carène suivie
elle-même latéralement d’un sillon assez profond; antennes un peu plus
courtes que Pabdomen, le 38 article un peu plus long que le 4°; nervure
transverso-radiale interstitielle avec la 38 transverso-cubitale; nervure
basale peu arquée, nervure aréale aboutissant au milieu de la cellule dis-
coidale; nervure cubitale formant un angle obtus au niveau de la 1m récur-
rente.
Seine, Seine-et-Oise : Chaville, Mesnil-le-Roi, forêt de Saint-Germain, Fleury;
Seine-et-Marne : Lorrez-le-Bocage; Oise : Compiègne (BETTINGER)§ Allier : Mou-
lmêurope centrale et septentrionale.
Parasîte. —- Ichneum. : Exenterus sorbi SAX.; Ipoctonus nigriceps Gnxv.
3. Scolioneura betulae Zxnnxcn. - Fenusa betulae ZADD., 1859, p. 30,
fig. 12; —— Scolioneura betulae SPEISER, 1908, p. 54; ENsL1N, 1914, p. 300.
[Syn. : Scolioneura vicina KoNOW; S. betuleti KoNow (pars)].

PARNA·METALLUS 261
L. 4-5 mm. — Très voisine de S. betuleti, s’en distingue par les ailes non
enfumées.
Seine, Seine·et-Oise : Clamart, forêt de Saint-Germain.
Europe centrale et septentrionale; Sibérie.
Biologie. —- Sur Bezula, mîneuse des feuilles, de août à septembre (Bmscxrxr:
et Zannacn, 1883 b, pl. 3, fig. 5).
Gen. PARNA Bnnson, 1936
Se distingue de Scolioneura par la plus forte courbure de la nervure
basale. — Une seule espèce.
Parna tenella KLUG. — Tenthredo (Allantus) tenella KL., 1814, p. 59; —-
Blermocampa tcnella Ed. Annmi, 1879, p. 316; — Scolioneum tenella DALLA
Tonnn, 1894, p. 168; Ensmn, 1914, p. 299; - Pama tenella Benson,
1936.
[Syn. : Tenthredo hylotomoides LEP.; Blermocampa tcnuicornis aut.,
néc KLUG; B. albida Trxoiuson; B. tiliae Kaurnnmon]
L. 4-5 mm. —— Tête noire, labre rougeâtre clair, antennes brunes en
dessus, testacées en dessous et parfois à l’apex, thorax noir, ailes hyalines,
nervures brunes, costale et stigma fauve clair; pattes jaune clair, la base
des hanches noire; abdomen noir chez la femelle, testacé rougeâtre chez
le mâle sauf les deux premiers tergites qui sont noirs. — Aire frontale
à bords non distincts, fossette supra-antennale allongée, formant comme
un sillon profond; aile antérieure : nervure transverso-radiale intersti-
tielle, ou aboutissant très près de la 3** transverso·cubitale; 3** cellule
cubitale plus longue que les deux premières réunies.
Seine, Seine-et-Oise : Clamart.
Europe centrale et septentrionale; Balkans.
Biologie. —·- Sur Tilia plazyphyllos et ulmifolia, où elle mine les feuilles qui
s’enroulent par le bord (Kxnrnnnacn, Pflanzenf., 78; aussi Bmscaxu, sub
B. tenuicornis).
Gen. METALLUS Fomsns, 1885
(Entodecta Konow, 1886) (1)
Taille très petite; antennes filiformes, le 3° article un peu plus long
que le 4°; trois cellules cubitales, la 38 bien plus petite que les deux autres;
nervure basale fortement arquée à la base, où elle est assez éloignée du
début de la nervure cubitale.
Distribution. —- Europe.
(1) Synonymie établie par Benson, 1936.

262 HYMÉNOPTÈRES TENTHRÉDOIDES
' TABLEAU DES ESPÈGES
— Entièrement noir; pattes jaunes, noires à la base; nervure basale
fortement arquée; nervure transverso-radiale aboutissant un peu
au delà du milieu de la 38 cellule cubitale .............. pumilus.
— Tête et thorax noirs, labre jaune; abdomen brun clair; pattes
entièrement jaunes; nervure basale moins fortement arquée;
nervure transverso-radiale presque interstitielle avec la BB nervure
transverso-cubitale. ........................................ geî.
1. Metallus pumilus KLUG. —-— Tenthredo (Allcmtus) pumila KL., 1814,
p. 72; — Phoenusa pumilio Ed. ANDRÉ, 1879, p. 230, pl. 14, fig. 3; -—-
Entodecm pumila DALLA TORRE, 1894, p. 167; ENSLIN, 1914, p. 301; ——
MetalluspumilusBENsoN, 1936.
    /./È, ç [Syn. : Empkytus pumilio
  "—       HARTIG2, Fenusa rubi BOIE;
    Blenrwcam pa lanceolata TH oM s].
'—!<-·=•*·       L. 3-4 mm. — Fig. 22.9. ··
  Tete, antennes, thorax, abdo-
  men entièrement noirs; ailes
  R assez nettement enfumées, ner-
  ` vures et stigma noirs; pattes
  jaunes, hanches, trochanters,
F‘G· 239· ` M”“ll“‘ P“’"il““’· Q· base des fémurs noirs, ceux-ci
parfois noirs sur une plus grande
partie de leur longueur. —— Antennes : 38 article un peu plus long que le 49;
aire frontale non distincte, ainsi que la fossette supra-antennale, mais deux
sillons latéraux, frontaux, bien nefs.
Somme : Amiens.
Toute l’Europe.
Biologie. —- Sur Rubus, larve mineuse dans les feuilles de R. idaeus et fruti-
cosus, de juillet à août, image en mai et juin; s’empupe en terre; une génération
(Lo1sELLE, 1907, p. 33).
P3l'aSiteS· —- Polyblastus aberrans BR., Perilissus abdominalis BR.
2. Metallus gei BRISCHKE. — Fenusa gei B1>.1scnxE, 1883, p. 264, pl. 3,
fig. 10; DALLA Tonms, 1894, p. 156; —- Entodecta gei ENSLIN, 1914, p. 301.
_ [Syn. : Entodecta decolor Korrow]
L. 3-4 mm. —— Comme la précédente, s’en distingue par les caractères
donnés au tableau.
France (d’après ANDRÉ et Ensnm, mais sans localité indiquée).
Allemagne; Russie.
Biologie. — Sur Geum urbanum, larve mineuse des feuilles, en juin, s’empupe
en terre; 1 génération (Bmscnxn, 1883 b, p. 3, üg. 10).

SYRINGOPHILUS·FENUSA 263
Gen. SYRINGOPHILUS Hsnmc, 1934
« Genre voisin de Entodecta Krxw., il en diffère immédiatement par ce
caractère : la nervure transversale aréale est placée en biais et coupe seule-
ment après leur milieu la cellule discoîdale ainsi que la cellule humérale.
La nervure récurrente 2 aboutit en face de la nervure cubitale 2 ou en est
légèrement moins distale. La nervure humérale est à son extrémité distinc-
tement tigée, mais les branches de la fourche sont courtes. Sous l’ocelle
antérieur se trouve une fourche transversale et chez Entodecta au même~
endroit, une fosse en forme de cœur. La fosse du dessus des antennes est
parfaitement comblée et non profonde comme chez le genre voisin. »
Syrlngophilus lhommei Hnnmo, 1934, p. 158. ·-· « Corps noir ainsi que
la tête et les mandîbules, 1’abdomen avec un léger reflet ocre qui, .à l’état
frais légèrement olive ocré, est plus foncé après la mort. Pattes complète-
ment noires; chez les individus un peu moins colorés, le bas des cuisses, les
tibias et les tarses sont jaunâtres. Les ailes sont légèrement teintées de
brunâtre. L’ensemble des nervures est brun foncé, la côte et le stigmate
noir-brun. Nervures transversale-radiale droites, rencontrant la cellule
cubitale 3 entre les 2/3 et les 3/4. La gaine de la scie est identique à celle
des Entodecta. » Mine : fig. 236.
Lot : Douelle (LnoMMa, 17 sept. 1934) élevée de Phillyrea media L.
_ Gen. FENUSA Luca, 1817
[Pamphyllotoma _FOBSIUS, Kaliosysphinga Trscmasm, Aphadmzrus
A. Cosrx, Kaliofenusa MACGILL.] (d’après Benson, 1936).
Très petite taille; entièrement noir; antennes courtes, dépassant rare-
ment la longueur du thorax, filiformes; ailes antérieures : deux cellules
cubitales, la nervure radiale faisant un angle obtus, saillant dans la 2° cel-
lule cubitale, la nervure cubitale également formant un angle au niveau
de la 1*** récurrente; nervure basale fortement arquée près de la base, où
elle touche le départ de la nervure radiale; la cellule anale parait étranglée,
l’amorce de la nervure humérale étant prolongée.
Biologie. — Larves mineuses des feuilles.
Distribution. — Europe; Amérique du Nord.
TABLEAU ons ESPÈCES
1. La nervure transverso-radiale aboutit dans la 2° cellule cubitale
en deçà de la 29 transverse-cubitale ........... ’ (p. 264), ulml.
— La nervure transverso-radiale aboutit dans la 2** cellule au delà de
la 2° transverse-cubitale ..................................... 2.

264 HYMÉNOPTÈRES TENTHRÉDOIDES
2. Troisième article des antennes 1 fois % aussi long que le 46, les
articles suivants plus longs que larges ............. (p. 264), dohrni.
— Troisième article des antennes 2 fois aussi long que le 46, les articles
suivants plus larges que longs ................ (p. 264), pumila.
1. Fenusa ulmi SUNDEWALL. —— F. u. SUND., 1844, p. 249; —— Phaenusa
ulmi Ed. ANDRÉ, 1879, p. 230; —— Kaliosysphinga ulmi DALLA TORRE,
1894, p. 159; — Fenusa ulmi ENsL1N, 1914, p. 302.
[Fenusa intermedia THOMSON]
L. 3,5 mm. —— Tête, thorax, abdomen entièrement noirs; antennes noires,
l’apex en général brun; ailes légèrement enfumées, nervures et stigma
brun noirâtre; pattes noires jusqu’aux genoux, jaunes ensuite, cependant
les tibias et tarses III bruns ou noirs. — Antennes fines, aussi longues
que le thorax, le 3° article 1 fois 1 /3 aussi long que le 49, les articles suivants
un peu plus longs que larges; aire frontale non délimitée, fossette
supra-antennaire grande, bien nette, mais peu profonde; aile antérieure :
deux cellules cubitales, la nervure transverso-radiale aboutissant tout
près de la 38 transverso-cubitale, ou même interstitielle; nervure aréale
un peu au delà du milieu de la cellule radiale; nervure basale arquée.
Seine, Seine-et-Oise : Vincennes, Meudon, Saint-Germain; Seine-et-Marne;
Montereau; Haute-Saône : Gray; Haute-Loire : Tence (MANEVAL).
Toute l’Europe; espèce introduite en Amérique du Nord.
Biologie. — Larve mineuse dans les feuilles d’Ulmu.s, en juin; figurée par Bais-
ci-xxn, 1883 b, pl. 3, fig. 7.
2. Fenusa dohrni T1scuRE1N. - Kaliosysphinga dohmi Tiscmz., 1846,
p. 80; Ed. ANDRÉ, 1879, p. 238, pl. 15, fig. 2; DALLA Tomxn, 1894, p. 158;
- Fenusa dohmi ENSLIN, 1914, p. 302.
[Syn. .: Fenusa nigricaris THOMSON, F. melanopoda CAMERON, 'F. pumila
Bmscnxn, nec KLUG]
L. 3-3,5 mm. —- Comme la précédente. Antennes un peu plus longues
que le thorax, le 3*9 article 1 fois % aussi long que le 48; pattes noires sauf
les genoux qui sont jaunes, ainsi que les tibias et tarses I; nervure cubitale
fortement arquée, nervure aréale aboutissant au delà du milieu de la
_ cellule discoïdale.
Seine, Seine-et-Oise : Vincennes, Clamart, Maisons-Laffitte; Seine-et-Marne;
Montereau; Somme : Amiens.
Europe centrale et septentrionale; espèce introduite en Amérique du Nord.
Biologie. — Larve mineuse dans les feuilles d’Alnus, couverte d’une épaisse
couche de matière cotonneuse; coton en terre; deux générations; mâle jusqu’à
présent non décrit (LOISELLE, 1907, p. 33); larve figurée par CAMÉRoN, I, pl. 2,
fig. 6, 6 a; voir aussi ENSLIN, 1919.
3. Fenusa pumila Kwo. — Tenthredo (Allantus) pumila KL., 1814,
p. 277: - Phoenusa pumila Ed. ANDRÉ, 1879, p. 231, pl. 14, fig. 10-16; —

1=ENusEL1..~. 26'5
Kaliosjusphinga pumila DALLA Tonnn, 1894, p. 158; — Fcnusa pumila
E1~xs1.1N, 1914, p. 303.
[Syn : Dolerus pusillus LEP.; Tenthredo pygmaea Znrr.; Aphadnurus
tantillus A. Cosm; Fenusa mi- - g
nima Bmscnxn] '(` W .   *7
L. 2,5-3 mm. - Fig. 240. —    
Entièrement noir, ailes légère-  
ment enfumées; pattes noires,  jpg ""'*
les genoux blancs, les tibias III    
en général brun clair. — Anten- il   Q "
nes non plus longues que le   . I ‘   i
thorax, le 3° article aussi long 1 ` _
que le 49. Fxc-. 240. — Fenusa. pumzla, Q.
Seine, Seine-et-Oise : Vincennes, Meudon; Seine-et-Marne : Fontainebleau
(Bau); Haute-Loire : Tence (Mausvan).
Toute l’Europe; introduite aux États-Unis où elle est devenue nuisible aux
bouleaux.
Biologie. — Larve mineuse dans les feuilles de Betula; cocon en terre; deux
générations, trois aux U. S. A.; larve figurée par Bmscnxn, 1883 b, pl. 3, fig. 6.
Paraslte. —- Tranosema pedillum Honm. (Ichneum. D. T.); Pimpla alternans
Gmv., linearis Rnza.
Entomologle appliquée. —- Voir Fxmmn (1931 et 1933) pour les dégâts et la
lutte aux U. S. A. .
Gen. FENUSELLA Erzsnm, 1914
(Massa auct., nec Luca; Parabates MACGILL., nec Fônsr.;
Melanobates MACGILL).
Taille très petite; presque entièrement noir; antennes courtes, non
plus longues que le thorax, le 3° article plus grand que le 46, les suivants
un peu plus longs que larges; ailes : deux cellules cubitales, la nervure
basale et la 1*8 récurrente convergeant vers le haut, la 1*9 cellule cubitale
formant un angle obtus très net au niveau de la 1*** récurrente, la nervure
transverse-radiale aboutissant en deçà de la 2** transverse-cubitale; nervure
humérale courte et droite, ou même absente; aile postérieure avec une
cellule anale fermée.
Biologie. —· Larve mineuse dans les feuilles de divers arbres.
Distribution. — Europe.
Nom. — Ce genre ne semble pas avoir été réellement décrit, et aucun
génotype n’est indiqué, de sorte qu’on pourrait le considérer comme
« nomen nudum »; le Nomenclator Zoologicus ne le mentionne pas. Dans
ce cas les espèces rentreraient dans le genre Fcnusa.

266 HYMÉNOPTÈRES TENTHRÉDOIDES
TABLEAU DES ESPÈCES
1. Corps entièrement noir, seules les tegulae blanches; pattes noires
jusqu’aux genoux .................................... pygmaea.
— Corps et pattes plus ou moins tachés de blanc ou de jaune ....... 2.
2. Région buccale, tegulae et angles du pronotum blancs, le reste noir;
abdomen noir; pattes presque entièrement blanches, ou tout au
moins fauve clair. ................................... glaucopîs.
— Région buccale, tegulae et angles du pronotum blancs, mais en
outre les côtés du thorax tachés de jaune d’ocre, et une tache blanc-
jaunâtre de chaque côté du mèsonotum; tergites abdominaux
bordés de blanc; pattes jaunes, presque en entier ..... . .... hortulana.
1. Fcnusella pygmaea KLUG. —- Tentkredo (Allantus) pygmaea KL.,
1814, p. 73; — Plwenusa pygmczea Ed. ANDRÉ, 1879, p. 229; ——— Fenusa
pygmaea DALLA Tonms, 1894, p. 157; — Femwella pygmaea ENSLIN,
1914, p. 306.
  ,__, .._ W “' ‘   J   L. 3-3,5 mm. —-— Fig. 241. —
      Tête, antennes, thorax et abdo-
  men entièrement noirs, seules
  les tegulae blanches; ailes légè-
  rement enfumées, nervures et
A ,/i•   g   stigma brun clair; pattes noires
· I \   É, jusqu’aux genoux, blanches
  `C ’ ensuite. -—· Antennes courtes,
Fm- 24*1- ·· Fênusella P1/€m¤1€a· Q- non plus longues que le thorax,
le 3° article 1 fois % aussi long
que le 48, les derniers articles, vus de profil, légèrement en dents de scie;
ailes antérieures : nervure basale fortement arquée à la base; 2e cellule
cubitale plus longue que large à l’apex.
Seine, Seine-et·0ise : Bondy, Chaville, Meudon, Sèvres, Maisons-Laffitte;
Sêine-e3·Marne : Lorrez-le-Bocage; Somme : Amiens; Nord; Ardennes; Vosges
uron .
( Iles britanniques; Belgique; Allemagne; Suède; Italie,.
Biologie. —- Larves mineuses de feuilles de Quercus (Bnrscaxn, 1883), jusqu’à
50 individus par feuille; figurée par Bmscmcn, 1883 b, pl. 3, (ig. 8).
PaI'3Slte. -— Grypoccntrus incisulus RUTHE.
2. Femlsella glaucopîs Korxow. — Fenusa glaucopis KONOW, 1907,
p. 494; — Fenusella glaucopis ENSLIN, 1914, p. 305.
L. 3,5 mm. —- Comme la précédente, mais labre, base des mandibules,
bord antérieur du clypéus blancs, quelquefois le clypéus en entier; tegulae
blanches, ainsi que les angles du pronotum; antennes jaune sale en dessous

FENELLA 267
et à l’apex; pattes jaunes, seuls les hanches et trochanters plus ou moins
noirs, fémurs brun clair. —— Nervure basale faiblement arquée à la base.
France (d’après Konow).
Allemagne; Croatie.
Biologie. — Larve mineuse, voir S·rnx·1··r, 1936.
Nora. — Hxnoourn (1943, p. 158) cite Fenusella albipes CAM. de France,
où, à Antibes, elle minerait les feuilles de Rosa; mais je ne suis pas certain
que cette espèce, connue seulement d’AngIeterre, et par ailleurs douteuse,
se trouve réellement en France.
3. Fenusella. hortulana Kwc. — Tenthredo (Allantus) hortulana KL.,
1814, p. 276; — Phoenusa hortulana Ed. ANDRÉ, 1879, p. 231; —— Fenusa
hormlana DALLA Toune, 1894, p. 157; — Messe hortulana Ensmn, 1914,
p. 308; Fenusella hortulana BENsoN, 1936.
[Syn. : Phaenusa ticinensis MAGRETTI; P. doderleini DE Srnrnanx]
L. 3-4 mm. — Tête noire, labre,
clypéus, base des mandibules blancs; _ ‘-·,_ ,· q
îuàtennels noires,·la face inférieure et  `Q`;  
pex run cla1r, thorax noir, les  .§,,q·_à"É
tegulae, les angles du pronotum     ,  
blancs, la majeure partie des côtés, `    
notamment les propleures et les il    
mésopleures, jaune d’ocre, une tache \ ` ,/ ‘
blanc jaunâtre sur chaque côté du
lobe médian du mégonotum; ailes FIC.   ·—· FCIIILSEUG. hûflulünd, Q.
hyalines, nervures et stigma brun
clair; pattes jaunes, les hanches et trochanters tachés de noir, ou simple-
· ment avec un liseré de noir au sommet;abdomen noir, les tergites finement
bordés de blanc. -— Antennes aussi longues que le thorax, fines, le
3° article 1 fois 1/3 aussi long que le 4**, les articles suivants plus longs
que larges; clypéus large, son bord antérieur arqué, les deux angles saillants.
Seine : Créteil (J. ne Gmits, 9 mai 1888). -
Europe centrale et méridionale.
Biologie. — Larve mineuse dans les feuilles de Populus nigm (Csmznon), ou
de Acer campestre et platanoides (Bmscnxz).
Gen. FENELLA Wmsrwooo, 1840
(Melinia A. Cosra). ·
Deux cellules cubitales; antennes longues et fines, de 11-12 articles,
ceux-ci bien plus longs que larges; taille très petite, corps ovoïde.
Biologie. — Larve mineuse dans les feuilles de diverses plantes.
Distribution. ·— Europe.

268 HYMÉNOPTÈRES TENTHRÉDOIDES
TABLEAU DES EsPÈcEs
— Antennes avec 11-12 articles, les articles médians à peine plus longs
que larges ............................................. nîgrita.
—-— Antennes avec 13-14 articles, les articles médiane deux fois aussi
larges que longs. ...................................... minute.
1. Fenella nigrîta Wmsrwoon. —— F. n. Wissrw., 1840, p. 54; Ed. ANDRÉ,
1879, p. 233, pl. 14, fig. 2; DALLA Tome, 1894, p. 155; ENsL1N, 1914, p. 308.
[Syn. : Tenthredo intercus VILLERS, neo L.; M elinia minutissima A. Cosm;
Phyllotoma tomentillae HEALY; Fenum pygmaea. HEALY; Fenclla agri-
moniae Bmscmxn]
;_ .,_,:_; ._   A ,__,   L. 2,5 mm. -— Fig. 243. - Entiè-
  ··.., .,     . ,_ ¢· . .
. —hl   ‘*‘·l .-2 ** rement noir; pattes noires, les ge-
  noux, tibias et tarses blanc-jaunâtre;
  ailes très légèrement enfumées, ner-
4     ` vures et stigma brun clair. —— Ner-
\  il .   vure basale faiblement arquée.
l~ ·· Seine, Seine-et-Oise :QCréteil; Seine-
Fm- 243- ·· Fënëlla nit’rim· Q· et-Marne 1 Lorrez-le-Bocage, Fontai-
nebleau; Somme : Amiens; Alsace
(A. SEYHIG); Haute-Garonne : Saint-Béat, sept.; Aude : Leucate, mai (Rxiiur).
Iles britanniques; Suède; Belgique; Allemagne; Italie; peut-être Afrique du
Nord.
Biologie. — Larve mineuse dans les feuilles de Agrimonia eupatoria, Poten-
tilla reptans.
Pal‘3SîÉ€S. -— Pcrilissus cingulatus Ba., fenellae Ba., Hemiteles pygmaeus BR.
2. Fenella minuta TnoMsoN. —— F. m. Tn., 1870, p. 270; Ed. ANDRÉ,
1879, p. 233; DALLA Tomm, 1894, p. 155; ENSLIN, 1914, p. 309.
L. 3 mm. -— Entièrement noir; pattes comme ci-dessus, mais plus fon-
cées. — Nervure basale fortement arquée près de la base.
Haute-Loire : Le Puy (MANEVAL).
Suisse; Allemagne; Corfou.
Sous-fam. des PHYLLOTOMINAE
(Hoplocampinae KoNow, ENSLIN, pro parte)
Très réduite, cette famille comprend les espèces, de petite taille, dont
la nervure basale est fortement convergente avec la 11'6 nervure récurrente.

cA1.1aoA ' 269
TABLEAU DES GENRES
— Antennes de 9 articles ............................... Caliroa.
—— Antennes de 10-15 articles .......................... Phyllotoma.
— Antennes de 7 articles ............................ Heptamelus.
NOTA. — Cette sous-famille, de très faible importance, a été réduite
par le rattachement du genre H oplocampa à la sous-famille des Ncmatinae ;
dès 1914, ENSLIN convenait qu’elle était très hétérogène, telle que l’avait
créée KoNow; depuis, Ross l’a ainsi amputée, ce qui a nécessité en outre
de changer le nom de la sous—famille; quant au genre Hoplacampoides,
ENSLIN, 1914, de toute évidence il n’appartient pas aux Phyllotominae;
en outre son unique espèce : H. xylostci GIRAUD, n’est pas connue de France.
Gen. CALIROA A. COSTA, 1859
Taille petite (5 mm. environ); corps entièrement noir, brillant, les pattes
pouvant être entièrement noires, ou avec des parties blanches, ou brunes;
tête un peu globuleuse, aire frontale à peine distincte, sans bords nets;
antennes de 9 articles, courtes, üliformes, le 3° article plus long; parfois
les derniers articles élargis chez le mâle (fig. 247); ailes : 2** et 3° cellules
cubitales recevant chacune une nervure, ailes postérieures avec 1 ou 2 cel-
lules fermées; cellule anale divisée par une nervure longuement oblique
(fig. 248).
Biologie. — Larves petites (7-10 mm.), élargies dans la partie thoracique,
le plus souvent couvertes d’un mucus les faisant ressembler à une limace, et qui
disparaît à la dernière mue. Elles attaquent les feuilles en général par la face
supérieure, et rongent la cuticule et le parenchyme, mais en laissant les nervures.
Les espèces sont parfois nuisibles. - Les mâles sont souvent rares, et la parthé·
nogenèse est dans certains cas probable.
Distribution. -— Europe, Amérique du Nord.
TABLEAU DES ESPÈCES
1. Clypéus tronqué droit en avant (S.-G. Caliroa) ................ 2.
- Clypéus échancré au milieu (S.—G. Eriocampoides) ........... 3.
2. Tibias III avec, à la base, un anneau blanc, large chez la femelle,
étroit chez le mâle ............................. (p. 270), cinxia.
— Tibias III brun-noirâtre, à la base le côté externe brun plus clair,
toutefois sans anneau ......................... (p. 270), aethiops.
3. Pattes Ill entièrement noires ................. (p. 271), limaelna.
—- Au moins la base des tibias III blanche ..................... 4.
4. Métatarses III avec un anneau blanc, large chez la femelle, étroit
chez le mâle ................................ (p. 272), annulipes.

27O HYMÉNOPTÈRES TENTHRÉDOIDES
— Tarses III entièrement noirs, rarement la base du métatarse III
plus claire chez la femelle, mais sansianneau distinct ..........
............................................. (p.'272), varîpes.
· S.-g. Caliroa. .
1. Calitoa. cinxia KLUG. — Tenthredo (Allantus) cimzia KL., 1814, p. 69;
· —— Eriocampa cinœia Ed. ANDRÉ, 1879, p. 322; — Eriocampoides cinxio
DALLA Tonnn, 1894, p. 193; — Caliroa cinxia ENsL1N, 1914, p. 253.
[Syn. : Calima sebetia A. Cosrx]
L. 5 mm. — Entièrement noir brillant; antennes noires; ailes légèrement
rembrunies, avec une bande brunâtre sous le stigma mal délimitée, ner-
vures brunes, stigma brun foncé; pattes noires, aux paires I et II les genoux,
la base des tibias, et les tarses en grande partie blanc jaunâtre, la moitié
apicale des tibias et l’apex des tarses brune, tibias III avec une bande
blanche. — Nervure basale assez fortement courbe à son origine.
Vosges (PU·1·oN); trois exemplaires sous ce nom dans la collection PANDELLÉ
(Pyrénées), mais ils sont douteux.
Toute l’Europe.
Biologie. — Sur Quercus; larve (Bnxscnxn, 1883 b, p. 285, pl. 5, fig. 12), en
automne, à la face inférieure des feuilles, dont elle dévore l’épiderme, les rendant
transparentes; de couleur blanc sale, elle est de contact visqueux.
Parasite. — Mesoleius grossulariae RATZB.
2. Caliroa aethiops F. — Tenthredo aethiops F., 1781, p. 416; — Eric-
campa soror Ed. ANDRÉ, 1879, p. 322; — Eriocampoides aethiops DALLA
Tonnn, 1894, p. 192; -—— Caliroa aethiops ENSLIN, 1914, p. 253.
[Syn. : Tenthredo atratula DAHLB.; Eriocampa livonensis GIMM., E.
nitida Tiscrm., Selzmdria dolosa Evnas., S. soror V0LL.; Eriocampa ·
caninae CAM., E. testaceiceps CAM., E. rome CAM.]
L. 5 mm. — Entièrement noir brillant; antennes noires; ailes très légè-
rement, mais uniformément, enfumées, nervures brun foncé, stigma brun
foncé; pattes noires, les tarses brun foncé, aux pattes I et Il les genoux
et tibias jaune sale, tibias III brun—noiràtre, la base plus claire du côté
externe, mais sans anneau net. —- Nervure basale faiblement courbe à
son origine. — Mâle rare, l’espèce peut être parthénogenétique.
Seine, Seine-et-Oise : (coll. J. DE GAULLE, sans localité); Seine-et-Marne :
Moret (BRU); Eure : Évreux; Ardennes; Vosges; Allier : Moulins; Loire-Infé-
rieure : Nantes; Côte-d’0r : Beaune; Corrèze : Argentat.
Toute l’Europe. _
Biologie. — Sur Rosa; larve figurée par Bmscnxrz, 1883 b, p. 287, pl. 6, fig. 1;
10 mm,, jaunâtre, le dos vert; se tient à la face inférieure des feuilles; aussi HAR-
DOUIN, 1943, p. 161. .
Entomologie appliquée. -——- Occasionnellement nuisible aux rosiers.

oatmoa 271 '
S.-g. Erlocampoides Konow
3. Caliroa. limacina. Rmrzws. -— Tenthredo limacina Rmz., 1783, p. 73;
— Eriocampa limacina Ed. ANDRÉ, 1879, p. 322, pl. 18, fig. 4-7; — Eric-
campoides limacina DALLA Toims, 1894, p. 194; -· Caliroa limacina ENSLIN,
1914, p. 254.
[Syn. : Tcnthredo adumbrata KLUG, T. aethiops Evans.; Monosteria anti-
poda Kms?]
L. 5 mm. — Fig. 244. —- Entièrement noir brillant; ailes très légèrement
enfumées, avec une bande brune, peu visible, sous le stigma, nervures
et stigma brun foncé;
pattes noires, les pattes   ,_._.,.» A ~ A , I . _._, ,.
lil en entier, aux pattes    
genoux et tibias brun   .    
clairàla face antérieure,   r  
tibias II bruns; nervure    
séparant en deux la  É-Qi- i  
cellule radiale aboutis- ·   ej ·
sant dans le tiers ter- Ã _, ii,
minal de la 3° cellule   ",
cubîtale, ou même in- ` Frc. 244. — cazim limacina, o.
terstitielle avec la 3° ner-
vure cubitale, nervure basale légèrement courbe à son origine; ailes pos-
térieures avec une cellule médiane complète, ou même, le plus souvent,
_ deux. — Mâle très rare, pattes I en
· , _  ;, _ ; ,:,   H partie blanches. _
    p _ 5 ', Probablement toute 1a.France,
  '*·=._._' ··—'.» e         Toute l’Europe; Sibérie; Asie Mineure;
  `   Asie centrale;. Chine; Japon; Afrique du
  Nord. Introduite en Amérique du Nord, et
  même en Amérique du Sud, en Afrique du
  Sud, en Australie. I
245   Biologie; —- Sur Pirus, Prunus, Betula,
Amygdalus, Cydonia, Crataegus, Rosa, Rubus,
Qucrcus, Salix, Sorbus, mais surtout Pirus
X . Q " V, et Prunus sur lesquels elle cause des dégâts
  U '.·'’' '—°' ” sérieux. La larve est la « Tenthrède limace »
  .. 1- ~· déjà étudiée par Rémmun (1740, t. V, p. 97,
246 pl. 12, fig. 1-4), et qui a fait depuis l’0bjet
Frs. 245. — Larve de Caliroa lima- de nombreux travaux; ceux-ci sont résumés
cina sur une feuille, vue dorsale. dans le livre de Bnxcnowsxv et Masrm.,
—- Frc. 24-6. La même larve, vue 1935, p. 234-238, fig. 180-181; elle mesure 3
latérale, d’après Bamcuowsxv à 8 mm., elle a la région antérieure dilatée,
et Mssmt. · et le corps couvert d’une couche de mucus
noir (fig. 245, 246) qui disparaît à la dernière
mue; elle se tient à la face supérieure des feuilles, et ronge la cutioule supérieure
ainsi que le parenchyme, tout en respectant la cuticule inférieure et toutes les

272 r1YMÉNo1>1·ÈnÉs ·1·ÉNrnr.Éoo1oEs
nervures, dont le réseau reste visible; les feuilles jaunissent et tombent en
nombre; il y a deux générations par an, celle d’automne (août-septembre) est la
plus nuisible. Larve figurée aussi par CAMERON, I, pl. 2, fig. 10, 10 a, BÈBRISCHKE,
1883 b, pl. 5, fig. 2.
ParaSitcS.— Perilissus gorskii Ryrz.; Tryphon excavatus RA·1·z., T. ratzeburgi
Goasxv, T. translucens Rlvrz (d’après Hnnnovm, 1943); Erramenus exareolatus,
Ba.
Entomologie appliquée. —— Nuisible aux Pruniers et autres arbres fruitiers.
4. Caliroa annulipes KLUG. —— Tenthredo amzulipes KL., 1814, p. 70; —-
Eriocampa annulipes Ed. ANDRÉ, 1879, p. 321; - Eriocampoides armu-
lipes DALLA Tonus, 1894, p. 193; -—- Caliroa anmzlipes ENSLIN, 1914,
p. 255.
[Syn. : T enthredo cothurnata LEP.; Selandria atm STEPHÉNs]
L. 5-6 mm. ——- Entièrement noir brillant; antennes noires; ailes anté-
rieures enfumées jusqu’au niveau du stigma, nervures brunes, stigma
brun; ailes postérieures avec deux cellules fermées; pattes : hanches, tro-
ohanters, fémurs noirs, tibias noirs à l’apex, blancs à la base, la partie,
blanche bien nette aux tibias III, où elle occupe la moitié, genoux I bru-
nâtres, tarses I bruns, tarses III noirs la base du 1€î article blanche.
Eure : Evreux; Ardennes; Allier : Moulins; Loire-Inférieure : Nantes.
Europe centrale et septentrionale.
Biologie. — Sur Quercus, Tilia, Betula, Salim. Larve (Bniscnicn, 1883, pl. 5,
fig.8, 9), 10 mm., corps élargi en avant, vert clair avec une bande vert plus foncé
sur le dos; elle est couverte de mucus clair, qui disparaît à la dernière mue. Espèce
bivoltine. Voir encore, pour la biologie : Loisnnne, 1907, p. 32, pour la morpho-
logie de la larve et de 1’imago : Fnirsor., 1935.
5. Caliroa varipes KLuG.—— Tenthredo (Allcmtus) varipes KL., 1814, p. 69;
—— Eriocampa varipes Ed. ANDRÉ, 1879, p. 319; — Eriocampoides varipes
. î ., T;
üfgxb;"'
—” 248
249
.... · ' `¤ ‘—
  1 I 1 > .
247 \‘«î—r îï se ; · ..»‘
  ' l 25
1
250
Fm. 247 à 251. — 247. Antenne de Caliroa varipes, 5*. -— 248. Cellule anale de
Calirva limacina. ~— 249. Phyllatoma. nemorata., tête vue de face. — 250. Id.,
abdomen vu de profil. —- 251. Id., antenne.

1>nvLLo·roMA 273
DALLA Tomas, 1894, p. 196; -— Caliroa varipcs Erzsnm; 1914, p. 256.
[Syn. : Eriocampa crassicornis Tiscmz.]
L. 5-6 mm. — Entièrement noir brillant; antennes noires; ailes anté-
rieures légèrement enfumées, avec une bande un peu plus foncée sous
le stigma; nervures brunes, ainsi que le stigma; deux cellules fermées
à l’aile postérieure (Q), nervure basale courbée; pattes noires, tous les
tibias blancs à la base, les genoux I et III, ainsi que la face antérieure
des tibias I brunàtres. — Aire frontale à côtés plus nets que dans les autres
espèces.
Seine-et·Marne : Fontainebleau; Eure : Evreux; Ardennes; Haute-Saône :
Gray; Loire-Inférieure : Nantes.
Toute l’Europe. ‘
Biologie. — Sur Pcpulus tremula, Salim aurita, Betula. Larve (Bniscmtn,
1883 b, p. 284, pl. 5, fig. 10), 9-10 mm., comme la précédente; ronge le parenchyme
des feuilles en laissant les nerwmres.
Gen. PHYLLOTOMA FALLÉN, 1829
(Hcterarthrus Srnru., Decatria Srnrn., Druida NEWM.)
Antennes de 10 à 15 articles, assez courtes, leur longueur ne dépassant
pas celle de l’abdomen, filiformes, non amincies à Pextrémité; clypéus
' tronqué droit en avant; griffes bifides; cellule anale divisée par une nervure
oblique. Taille faible, rarement au-dessus de 5 mm.; corps presque entière-
ment noir.
Biologie. ·— Larve mineuse dans diverses feuilles, où elle fait son cocon, dis-
coïdal.
Distribution. — Europe centrale et septentrionale.
TABLEAU mns ri~:ME1.LEs
1. Abdomen entièrement noir, au plus avec des taches blanches
sur les côtés ‘des tergites .................................. 2.
— Abdomen rougeâtre, le plus souvent en entier, ou—au moins sur
la face ventrale ............................................ 5.
2. Abdomen noir, avec des taches blanches sur les côtés des tergites.
............................................ (p. 274), nemorata.
— Abdomen noir en entier ..................................... 3.
3. Fémurs jaunes, noirs à la base, ou au plus jusqu’au milieu .......
........................................... (p. 274), ochropoda.
— Fémurs noirs jusqu’aux genoux .............................. 4.
4. Ailes antérieures enfumées jusqu’au milieu. ....... (p. 275), aceris.
— Ailes antérieures enfumées en entier ........... (p. 275), fumlpennis.
is

274 HYMÉNOPTÈRES ·rEN*r1m1êDo1DEs
5. Fourreau étroit (plus étroit que le métatarse), avec seulement
des poils courts; abdomen à face dorsale parfois noire en plus ou
moins grande partie ........................... (p. 276), vagans.
—— Fourreau de la scie plus large que le métatarse, portant à l’apex
de longs poils courbes, abdomen rougeâtre, seule Pextrémité
noire .................................... (p. 276), microcephala.
` TABLEAU DES MALES
1. Ailes entièrementenfumées ................... (p. 275), fumîpcnnîs.
—— Ailes hyalines, ou très faiblement enfumées ................. 2.
2. Thorax presque entièrement noir, au plus une«tache blanche sous
Pinsertion des ailes ................,........,. (p. 276), vagans.
— Thorax fortement taché de blanc sur les côtés, en particulier les
mésopleures presque entièrement blanches ..................... 3.
3. Antennes avec 12-13 articles; abdomen face dorsale entièrement
noire, face ventrale blanche ................. (p. 274), ochropoda.
—— Antennes avec 13-15 articles; abdomen : face dorsale noire, mais
rouge sur les côtés ....................... (p. 276), mîerocephala.
1. Phyllotoma. nemorata. FALLEN. — Hylotoma nemorata FALL., 1808,
p. 47; —- Phyllotoma nemorata Ed. ANDRÉ, 1879, p. 235; DALLA TORRE,
1894, p. 198; ENSLIN, 1914, p. 258.
[Syn. : Fenusa parviceps NEWMAN; Phyllotoma nemoralis FALL., P.
tenella ZADDACH]
L. 4-5 mm. —- Q, noire, avec des taches blanc d’ivoire sur la face, le
prothorax et les côtés de l’abdomen; antennes brunes, un peu plus claires
en dessous, tête noire, brillante, le labre, le clypéus, les joues, une large
bande au côté interne des yeux, et une tache entre les antennes, de couleur
` blanche; thorax noir, le bord antérieur du olypéus et les tegulae blancs;
ailes très légèrement enfumées dans la moitié basale, une bande brune
transversale au niveau des stigmas, hyalines au delà, nervures brunes,
costale blanchâtre, stigma brun; pattes blanches, les hanches noires à
la base jusqu’au 1/3 ou même au delà; abdomen noir, une tache blanche
sur chaque côté des tergites (fig. 250).
Seine, Seine-et~0ïse : Chaville, Maisons-Laffitte; Drôme : Nyons.
Iles britanniques; Suède; Allemagne; Belgique; Hollande.
Biologie. - Larve mineuse dans les feuilles de Betula, figurée par CAME1xoN,
1882, p. 284, pl. 13, fig. 6, 6 a, pl. 4, fig. 3; les œufs sont déposés près du bord
de la feuille; il y a deux générations; la reproduction peut être parthénogené-
tique.
Parasites. —- Pimpla (Epiurus) faliae CDSHMAN, 1938.
2. Phyllotoma. oehropoda KLUG. -- Tenthredo (Emphytus) ochropoda
KL., 1814, p. 273; - Phyllotoma ochropoda Ed. ANDRÉ, 1879, p. 235;
DALLA Tonnrz, 1894, p. 198; ENSLIN, 1914, p. 260.

PHYLLOTOMA 275
[Syn. : Decatria fuscipennis Srnru.; Phyllotoma pinguis Vonuzrm.,
P. nigrescerw Gnann., P. costae Ach. Cosra]
L. 4 mm. ——· Q, corps entièrement noir; à la tête seuls le labre, le bord
antérieur du clypéus, la base des mandibules jaune; antennes brunes en .
dessus, jaune-blanchâtre en dessous; ailes enfumées jusqu’au niveau du
stigma, hyalines au delà, nervures brunes, costale brune, stigma brun;
pattes jaunes, les hanches noires seulement à la base, le reste jaune ainsi
que les trochanters en entier, base des fémurs tachée de noir, très étroite-
ment aux fémurs I, davantage aux fémurs Il et encore plus aux III, en
outre une ligne noirâtre le long de la face inférieure; tarses rougeâtres. —
0* face ventrale de Pabdomen entièrement blanche, la partie inférieure
de la face blanche, ainsi que le bord interne des orbites, les joues et les
tempes; pronotum en grande partie blanc, ainsi que les tegulae et méso-
pleures.
NSeine, Seine-et-Oise : Bellevue, Bondy; Nord : Phalempin (Cavno); Drôme :
ons.
âlles britanniques; Suède; Allemagne; Belgique.
Biologie. —— Larve mineuse dans les feuilles de Populus tremula.
3. Phyllotoma aceris MacLacm.aN. -— P. a. McL., 1867, p. 104; Ed. AN-
DRÉ, 1879, p. 236; Danna Tonus, 1894, p. 197; Erxsnm, 1914, p. 260.
L. 4 mm. — Q, noire, labre, clypéus et le côté interne et inférieur de
l’orbite, blancs; antennes (10-12 articles) noires, face inférieure et extré-
mité souvent plus claires; thorax noir, tegulae et une faible partie du bord
postérieur du pronotum blancs; ailes enfumées jusqu’au milieu, hyalines
au delà, nervures et stigma bruns; pattes noires, Pextrémité des hanches,
une partie des trochanters, les genoux, la face antérieure des tibias, blancs,
parfois les tibias presque entièrement blancs ainsi que les tarses; abdomen
noir. — 0* inconnu.
Seine, Seine-et·Oise : Clamart, Alfortville, Vincennes (Grann).
Iles britanniques; Belgique; Allemagne.
Biologie. — Larve mineuse dans les feuilles d’Acer campeszre et pseudapla-
tanus, en juin et juillet; Mac Lacanau a signalé en 1877 une invasion près de
Bruxelles sur les Acer, assez importante pour avoir causé des dommages sérieux;
Grann (1899) mentionne que la larve forme sur Acer pseudaplamnus des coques
qui tombent à terre et sont, dans certaines conditions, des « coques sauteuses n
comme celles de Carpocapsa saltizans et divers Curculionides, ou même Cyni-
pides.
4. Phyllotoma iumipennis Camunorx. - P. f. Cam., 1888; p. 218; DaLLa
Tomas 1894, p. 197; Emsnm, 1914, p. 261.
[Syn. : Selandria wüstnerii Korzow]
L. 3,5-4 mm. —- Comme l’espèce précédente, mais les ailes totalement
enfumées. (Certains auteurs la considèrent comme une variété de aceris).
Seine-et-Oise : Maisons-Laffitte.
Iles britanniques; Allemagne.

276 , HYMÉNOPTÈBES TENTHRÉDOIDES
5. Phyllotoma vagans FALLÉN. —— Hylotoma vagans FALL., 1808, p. 47. —-
Phyllotoma vagans Ed. ANDRÉ, 1879, p. 236, pl. 14, fig. 5, 6; DALLA Tonnn,
1894, p. 199; ENSLIN, 1914, p. 262.
[Syn. : Tenthredo melanopyga KLUG; P. leucopoda TnoMsoN]
L. 3-5 mm. —— Q, tête noire, labre, bord antérieur du clypéus, bord
interne des orbites, et une tache au-dessus du clypéus, blancs; antennes
(11-14 articles) noirâtres; thorax noir brillant; ailes un peu enfumées,
Pextrémité plus claire, nervures et stigma noirs; pattes jaunâtres, la base
des hanches noire, aux pattes III 1’apex des tibias et des tarses noirâtre,
parfois la base des fémurs noire; abdomen rougeâtre, Pextrémité noire
ainsi que le fourreau; parfois la couleur noire est plus étendue, le 18* ter-
gite peut être noir, ou il peut y avoir une bande dorsale médiane noire;
fourreau de la scie plus étroit que le métatarse et seulement avec des poils
courts. — 5* face en plus ou moins grande partie blanc-jaunâtre; sous
la base des ailes une grosse tache blanche; face dorsale de Pabdomen noire,
ainsi que Pextrémité de la face ventrale.
var. amaura KLUG; Q, abdomen : face dorsale noire, face ventrale rougeâtre.
Seine : Meudon; Marne : Muizon (Bsrrxnom); Nord : Phalempin (Clxvno);
Ardennes; Allier : Moulins; Haute-Vienne; Corrèze : Argentat.
Europe centrale et septentrionale.
Biologie. —— Larve mineuse dans les feuilles d’Alnus,· deux générations, celle
d’automne la plus nombreuse; figurée par Csmnnon, 1882, pl. 6, fig. 5 et Brus-
cnxza, 1883 b, pl. 3, fig. 3. Gounmu (1868) décrit larve et cocon; voir aussi
ENsLxN, 1919.
P8·l'3Sit8S. -— lchneum. : Campoplez cerophagus GR.; Chrysocharis albipes
Gm. (d’après Ginsun); Limnerium assimile Gnsv.; Laphyroscopus gorskii
Ryrzn. (D. T,).
6. Phyllotoma microeephala KLUG. —- Tenthredo (Emphytus) micro-
cephala KL., 1814, p. 274; -—- Phyllotoma microcephala Ed. ANDRÉ, 1879,
p. 237, pl. 14, fig. 1; DALLA. Tonnn, 1894, p. l98;'ENSLIN, 1914, p. 263.
[Syn. : P. melanopyga HÉALY]
L. 3-5 mm. —- Q, très voisine de la précédente, fourreau plus large
à Pextrémité, portant de longs poils courbés; abdomen rougeâtre, seul
l’apex noir; antennes de 13-15 articles. -— (5* mésopleures en grande partie
blanchâtres.
Seine, Seine-et-Oise : Mesnil-le-Roi, Bellevue; Seine-et-Marne : Montereau
(BRU); Pas-de-Calais : Arras, mai; Haute-Loire : Le Puy (H. MANÉVAL, imago,
2-VI-1938, de Salim alba).
Iles britanniques; Allemagne; Suède; Belgique.
Biologie. —- Larve mineuse dans les feuilles de Salim; une seule génération;
figurée par CAMERON, 1882, pl. 3, fig. 10, cocon pl. 2, fig. 6 b; Bmscnxn, 1883 b,
pl. 3, fig. 4.
Parasites. - Laphyroscopus pictilis HoLM.

uEP·mMm.us 277
Gen. HEPTAMELUS Haninnx, 1855
(Caenoneura TnoMsoN)
Antennes de 7 articles, le 3° plus long que les autres, le dernier souvent
divisé en deux par une suture peu distincte; ailes postérieures avec deux
cellules fermées; ailes antérieures : nervures basale et 1*° récurrente con-
vergeant vers le haut, nervulus faisant suite directement à la nervure
basale.
Une seule espèce, européenne.
Heptamelus ochroleucus Hnnxnrw. — H. 0. HAL., 1855, pl. 60, pl. 2,
fig. 1; DALLA Tomas, 1894, p. 197; E1~xs1.1N, 1914, p. 257; —— Caenoneura
dahlbomi Ed. ANDRÉ, 1879, p. 239, pl. 15, fig. 1.
[Syn. : Caenoncum dahlbomi Tnomson]
L. 5 mm. -— Q entièrement noire, le bord antérieur du clypéus et les
tegulae blancliâtres; quelquefois les lobes latéraux du mésonotum et
une tache sternale rougeâtre clair; pattes jaune pâle, tarses et apex des
tibias III souvent plus foncés; ailes hyalines, nervures brunes, costale
rougeâtre, stigma noirâtre, la base plus claire; abdomen noir, parfois la
face ventrale rougeâtre. — 6* pronotum, mésonotum, mésosternum et
métapleures rougeâtres; ailes : nervures plus claires, stigma entièrement
brun clair; abdomen de couleur jaune rougeâtre, au plus le 1*** tergite
noir, et la trace d’une bande médiane.
France, sans localité précise.
Iles britanniques; Hollande; Suède; Allemagne.
Biologie. — Larve dans les tiges de Athyrium filiz femina ; de couleur violette,
brillante, la tête gris~brunâtre; ronge la tige et empêche le développement de
la feuille; une génération (ma Mmuzniz, 1911, p. 95).
Sous-famille des NEMATINAE
Corps oviforme; antennes de 9 articles, le plus souvent filiformes n’étant
ramifiées que rarement, et chez le mâle seulement; ailes : cellule radiale
non divisée par une nervure transversale (à Pexception de trois genres);
trois cellules cubitales, la 1*° nervure transverse-cubitale souvent peu
apparente, ou même parfois disparue; ailes postérieures avec deux cellules
médianes fermées; extrémité de l’abdomen avec des cerques bien nets;
larves a 14 pseudopodes, sur les segments abdominaux Il-VII et X seule-
ment, elles ont les téguments lisses, et sont de couleur verte uniforme,
peu distinctes spécifiquement.
Biologie. —- Les larves sont phyllophages, quelques-unes sont cécidogènes.

278 HYMÉNOPTÈRES TENTHRÉDOIDES
Distribution. -— Europe; Sibérie; Amérique du Nord. Peu fréquentes dans
le sud de l’Europe, elles sont au contraire abondantes dans les régions septen-
trionales où elles constituent une forte proportion de la faune; elles remontent
jusqu’en Laponie et au Spitzberg, plusieurs espèces se trouvent en Islande.
TABLEAU DES GENRES
l. Cellule anale étranglée au milieu (fig. 257) .................. 2.
—~ Cellule anale pétiolée (fig. 298), le rameau basal de la nervure
humérale manquant ........................................ · 7.
2. Les 26 et 36 cellules cubitales reçoivent chacune une nervure récur-
rente (fig. 257) ............................................ 3.
——- La 26 cellule cubitale reçoit les deux nervures récurrentes (fig. 253). 6.
3. Antennes normales, sans prolongement ni angles saillants, au plus
les articles comprimés chez le mâle ......................... 4.
—~ Mâle : 36 article des antennes avec un prolongement obtus, à la
base (fig. 266); parfois aussi des prolongements au sommet des
articles III à V (fig. 263); femelle : 36 article plus ou moins courbé,
son angle inférieur saillant, ou bien angle apical des articles III à V
saillant (fig. 264) .......................................... . 5.
4. Cellule radiale divisée; antennes courtes, plus courtes que tête -
et thorax ensemble (fig. 252) ............. (p. 280), Hoplocampa.
—— Cellule radiale non divisée; antennes longues, plus longues que
tête et thorax ensemble (fig. 272) .......... (p, 297), Priophorus.
5. Mâle : articles III à V des antennes, souvent aussi VI, et même VII,
prolongés à l’apex par un rameau plus long que l’article lui-même
(fig. 263), l’article III prolongé en outre à la base; femelle : les
mêmes articles un peu comprimés, tronqués obliquement au
sommet, l’angle apical saillant .................. (p. 292), Gladius.
—— Mâle : pas de prolongement apical aux articles des antennes, sim-
plement une saillie obtuse à la base du 36 (fig. 266); femelle : 36 arti-
cle un peu courbé, son angle basal saillant. . . (p. 294), Trichiocampus.
6. Cellule radiale entière (fig. 255) .......... (p. 290), Platycampus.
-— Cellule radiale divisée or une nervure transversale (fig. 253)...
......................................... (p. 285), Hemichroa.
7. Cellule radiale divisée par une nervure transversale (fig. 254);
nervure transverse-costale située entre la nervure basale et
le stigma (fig. 254) ........................ (p. 287), Dincura.
-— Cellule radiale non divisée .................................. 8.
8. Nervure transverso-costale située entre la nervure basale et le
stîgma (fig. 254) ...................... (p. 287), Dîneura (1).
·—— Nervure transverso—c0stale située avant la nervure basale ...... 9.
(1) Ce genre compte des exemplaires à cellule radiale divisée, d’autres à cellule radiale
non divisée.

HEPTAMELUS 279
9. Clypéus à bord antérieur toujours échancré .................. 10.
—- Clypéus à bord antérieur tronqué droit ou faiblement concave '
taille faible. ............................................... 19.
10. Deux cellules cubitales seulement à l’aile antérieure, par suite
de la disparition de la 2** nervure transverso-cubitale; larves
cécidogènes. .................................. (p. 299), Euura.
—- Trois cellules cubitales, la 28 nervure transverso-cubitale toujours ·
présente, quoique parfois peu marquée ...................... 11.
11. Griffes bifides ............................................. 12.
— Grilles dentées ............................................ 17.
12. Antennes presque cylindriques, à peine amincies vers le sommet
(fig. 288); larves cécidogènes ................ (p. 304), Pontania.
— Antennes plus ou moins sétiformes, amincies régulièrement vers
l’extrémité . .............................................. 13.
13. Tibias et métatarses III élargis à l’extrémité, les tibias avec un
. sillon longitudinal sur la face externe (fig. 299 à 302); taille forte,
d’au moins 10 mm. ........................................ 14.
— Tibias III sans élargissement ni sillon ...................... 15.
14 . Tibias et métatarses III fortement élargis (fig. 300). . (p. 314), Croesus.
— Tibias III légèrement élargis à 1’extrémité, et avec un sillon
(fig. 301) ................................... (p. 317), Nematus.
15. Mésonotum et mésopleures mats, assez fortement ponctués .... ·
.................................... . (p. 321), Amauronematus.
— Mésonotum et mésopleures lisses, brillants, à peine ponctués... 16.
16. Femelle : fourreau de la scie long, épais et large, occupant presque
la moitié en longueur de l’abdomen (fig. 310); mâle; plaque sub-
génitale large (fig. 306), à extrémité arrondie largement, ou
tronquée; 3° cellule cubitale longue, à peine plus courte que la 2°;
taille toujours d’environ 10 mm. ........... (p. 328), Nematlnus. .
- Femelle : fourreau de la scie ni épaissi ni large; mâle : plaque
sub—génitale triangulaire (fig. 307); 3° cellule cubitale bien plus
courte que la 2**; taille presque toujours au—dessous de 10 mm., .
......................................... . (p. 331), Pteronidea.
17. Tibias III élargis à l’extrémité, et avec un sillon. . (p. 317), Nematus.
—- Pattes III sans article élargi ............................... 18.
18. Aire frontale à contours nets, pentagonale; griffes avec une dent
bien nette ............................. (p. 351), Pachynematus.
— Aire frontale sans contours marqués; griffes avec une dent indis-
tincte ..................................................... 20.
19. Aire frontale à contours nets, pentagonale. . . (p. 359), Lygaeonematus
- Front bombé, mais sans aire à contours nets ................ 20.
20. Clypéus tronqué droit (fig. 326) ........... (p. 366), Pristiphora.
— Clypéus à bord antérieur légèrement concave (fig. 328); taille
faible (3-4 mm.) ....................... (p. 374), Mieronematus.

280 HYMÉNOPTÈRES Tunrnaénornns
Gen. HOPLOCAMPA HARTIG, 1837
Corps oviforme; taille petite (4-6 mm.) ou même très petite (3 mm.);
antennes courtes, _dépassant rarement en longueur le thorax, souvent
même moindres, üliformes, ayant 9 articles égaux entre eux à partir du 36;
ailes : cellule radiale divisée en deux; trois cellules cubitales, les 2e et 36
` recevant chacune une nervure récurrente; cellule anale fortement étran-
glée au milieu.
Biologie. — Larve cylindrique, vivant dans Pintérieur des fruits : pommes,
poires, prunes, etc., qu’elle dévore et en provoque la chute avant la maturitét
cause souvent des dégâts sérieux; voir pour la biologie : Mines, 1936 a.
' Distribution. — Europe; Sibérie; Amérique du Nord.
_ Nom. — Ce genre était rangé jusqu’à présent dans une sous-famille
qui portait son nom, et qui s’appelle maintenant Phyllotominae. Ross
(1937) a proposé de le placer dans la sous-famille des Ncmatinae, tout ‘
en reconnaissant qu’il y est un peu aberrant, les caractères des Nematinae
y étant très atténués.
TABLEAU mas Esrncns
1. Abdomen jaune, au moins la face ventrale ................. 2.
— Abdomen entièrement noir, au plus le bord postérieur de couleur
claire sur une bande très étroite ............................ 8.
2. Stigma de deux couleurs, noir ou brun à la base, jaune ou brun
clair au delà (fig. 259) ...................................... 3.
Stigma uniformément jaune clair ou brun ................... 6.
3. Face dorsale de l’abdomen noire ........................... 4.
-—— Face dorsale de l’abdomen jaune, au plus les premiers tergites
noirs ..................................................... 5.
4. Taille : 6-7 mm. Mésonotum entièrement noir; stigma brun-noi-
râtre, Pextrémité brun clair ................ (p. 281), testudinea.
—— Taille : 4-5 mm. Mésonotum brun, avec des taches noires; stigma
jaune clair, la base brunâtre ...... . ............. (p. 281), brevîs.
5. Ailes légèrement teintées de gris jusqu’au niveau du stigma, où·
cette teinte forme comme une bande transversale plus foncée,
mais non franchement délimitée; abdomen jaunâtre en entier, au
plus le 1*** tergite plus foncé; Q , tête et thorax entièrement jaunes.
............................................... (p. 282), flava.
— Ailes uniformément claires; premiers tergites abdominaux souvent
noirâtres; Q, mésosternum noir, ainsi que la majeure partie de la
tête ........................................ (p. 283), pectoralis.
6. Stigma brun; thorax entièrement noir; taille faible .............
........................................ (p. 283), chrysorrhoea.

HOPLOCAMPA 281
-— Stigma jaune, au plus légèrement plus foncé à la base; face inférieure
du thorax jaune ............................................ 7.
7. Fossette interantennale profonde; aire frontale limitée sur les
côtés par des sillons bien nets; mésonotum brun avec au plus une
tache noire; abdomen jaune-rougeâtre, avec souvent une tache
dorsale noire s’étendant au delà du milieu .... (p. 284), plagiata.
-— Fossette interantennale très peu marquée, ou même absente; face
sans sillons latéraux; mésonotum entièrement noir; abdomen
jaune-rougeâtre, sa face dorsale sans tache noire, ou quand celle-ci
existe, plus réduite que dans Pespèce précédente, ne dépassant pas
les deux ou trois premiers tergites ............. (p. 284), crataegi.
8. Noire avec le clypéus, le labre, la base des mandibules, les angles du
pronotum, les tegulae, et l’extrémité de l’abd0men brunâtre clair,
ou jaunàtres; long. 3 mm. ................ (p. 284), rutlllcornis.
— Tête, thorax et abdomen entièrement noirs; long. 4-5 mm. ....
............................................. (p. 285), mlnuta.
1. Hoplocampa testudinea Kwo. —— Tcnthredo (Allantus) testudinea
KL., 1814, p. 60; — Hoplocampa testudinea Ed. ANDRÉ, 1879, p. 327;
DALLA Tonus, 1894, p. 191; ENSLIN, 1914, p. 246.
L. 6-7 mm. —— Jaune un peu rougeâtre, avec des parties noires : tête,
une tache noire sur le Vertex, s’étendant en partie sur le front, et aussi
à la face postérieure; antennes jaune rougeâtre; mésonotum, scutellum,
postscutellum, segment médiaire, noirs; ailes hyalines, nervures brunes,
stigma brun dans le tiers basal, plus clair au delà; pattes entièrement
jaune—rougeâtre; abdomen : face dorsale presque entièrement noire, seuls
une bande étroite sur les côtés et le dernier tergite jaunes; face ventrale
jaune. —- Clypéus fortement échancré au bord antérieur; mésonotum
et sommet de la tête fortement ponctués. —- (5* plaque sub-génitale large-
ment arrondie, avec au milieu un très petit angle saillant.
Seine-Inférieure : Bellencombre; Orne : Saint-Aubin; Haute-Saône : Gray;
Loire-Inférieure : Nantes. ,
Europe centrale.
Biologie. — Dans les pommes tombées avant la maturité, qu’elles dévorent
presque entièrement. Larve, 12 mm. (Bnxscnxn, 1883 b, p. 268, pl. 4, fig. 3),
uniformément blanc-jaunâtre; elle a une forte odeur de punaise; on la trouve
en juillet; elle tombe avec le fruit, et fait son cocon en terre.
Entomologle appliquée. - Nuisible aux pommiers (Batncnowsxx et Mssmr.,
1935, p. 216-220).
2. Hoplocampa brevis Kwo. — Tenthredo (Allantus) brevis KL., 1814,
p. 53; —- Hoplocampa brevis Ed. Ammri, 1879, p. 325; DALLA Tomas,
1894, p. 187; ENSLIN, 1914, p. 246.
L. 4-5 mm. — Tête jaune rougeâtre, sans tache noire; antennes jaune-

282 nrmémorrnnns rnnrnaénoinss
rougeâtre; thorax jaune-rougeâtre, le mésonotum de même couleur, mais
avec les lobes en partie occupés par de grandes taches noires; scutellum
noir à la base, segment médiaire noir; ailes hyalines, nervures brun clair,
stigma brunâtre à la base; pattes jaunes; abdomen jaune clair, la face
dorsale noire, le dernier tergite jaune. —— çj', région des ocelles tachée de
noir, les derniers tergites abdominaux jaunes.
Seine : Saint-Cloud; Orne; Ardennes; Loire-Inférieure : Nantes; Gironde :
Bordeaux.
Probablement toute l’Europe.
Biologie. -— Huxrro (1837) écrit que la larve de cette espèce vit sur les rosiers
ce qui est répété par Hxanoum (1943, p. 174), mais cela est inexact, car il s‘agit
d’une larve à épines fourchues, qui ne peut être que de la sous-famille des Blenno-
campinae (voir p. 239); en réalité la larve a un comportement semblable à celle
de la précédente espèce, et vit dans les poires tombées avant la maturité. VEL-
Bmonn (1943), signale une forme tératologique, cette anomalie portant sur la scie,
et les ovaires; il donne l’espèce comme parthénogenétique thélytoque.
Entomologîe appliquée. — Nuisible aux poiriers (Bnnncnowsxv et Mnsrm.,
1935, p. 220-221; VELBINGER (1939).
3. Hoplocampa. flava L. —— Tenthredo flava L., 1761, p. 395; —- Hoplo-
campa flava Ed. Aivnné, 1879, p. 325, pl. 18, fig. 1; DALLA Tonnn, 1894,
p. 188; Ensnm, 1914, p. 247.
[Syn. : Tcnthrcdo pruni L., T. ruficapilla GMELIN; Hylotoma ferruginccz F.;
V?     ,,/il ·
    "“§`· 2%   r >!;,"4l gp" *6% c V
É  _,'_ l`        G
 
l    
â' ‘~¤w,;i  
FIG. 252. — Hoplocampa. flava, Q.
H. simplex FALLÉN; T. brzmnea KL.; T. vcrticata LEP.; Hoplocampa
apicaris KIRBY]
L. 4-5 mm. — Fig. 252. ——- Tête et thorax entièrement jaune-rougeâtre,
segment médiaire le plus souvent noir; antennes et pattes entièrement
jaune pâle; ailes teintées de gris jusqu’au niveau du stigma, faiblement
à la base, plus fortement au milieu, où il y a comme une bande grise, le
tiers apioal clair, nervures jaunes, stigma jaune, la base brunâtre; abdomen
entièrement jaune-rougeâtre. —— 0*, en général une tache noire dans la
région des ocelles, et une au lobe médian du mésonotum.

HOPLQCAMPA 283
Seine : Vitry; Seine-et-Marne : Bouray; Somme : Amiens; Ardennes; Haute-
Saône : Gray; Allier : Moulins; Lot-et-Garonne ; Villeneuve-sur-Lot; Hautes-
Pyrénées : Maubourguet; Bouches—du·Rhône : Aix-en-Provence; Var. : Le
Beausset.
Toute l’Europe. ·
Biologie, Entomologle appliquée. - Nuisible aux pruniers (Prunus avium,
cerasus, spinosa) sur lesquels sont causés des dégâts importants pouvant atteindre
50 % de la récolte. La ponte a lieu au moment de la floraison, la larve dévore
l’intérieur du fruit, qui tombe très tot. Travaux récents de Fnvraun (1924),
GMND1 (1928), Mn.Es,TnoMAs, H¤v(1933),PnTnsnnnxnoE, SPBENGEL (1930,
1931), résumés dans Banacnowsxv et Masmx. (1935, p. 221-227, fig. 172-176).
Lxcnraivsrnizv (1883) signale que la larve répand une forte odeur de punaise.
4. Hoplocampa peetoralls Tnomsoiv. — H. p. Tn., 1871, p. 202; Ed. AN-
DRÉ, 1879, p. 326; DALLA Tonnz, 1894, p. 190; ENsLm, 1914, p. 247.
[Syn. : H. gallicola. CAM., H. oertzeni KONow]
L. 4-5 mm. —— Q , tête noire, la partie inférieure, le pourtour de la bouche,
et le plus souvent une tache frontale, jaunàtres; antennes brunes, souvent
plus claires à la face inférieure; thorax jaune, le mésonotum, le segment
médiaire et le mésosternum noirs; ailes hyalines, nervures jaunâtres,
stigma jaune, plus foncé à la base; pattes jaunes; abdomen jaune-rougeâtre,
souvent la base de la face dorsale noire; fourreau noirâtre. — (ji, tête
jaune avec une grosse tache noire sur le front, face ventrale du thorax
entièrement jaune.
Seine-et-Oise : Saint-Nom-la-Bretèche; Ardennes; Aisne : La Ferté-Milon;
Haute-Vienne : Nieul; Hautes·Pyrénées : Arrens (PANDELLÉ).
Europe centrale et méridionale.
Biologie. - D’après Ensurx, la larve vivrait probablement sur Crazacgus
omyacanzha, où 1’on trouve l’imago; mais cela demanderait confirmation, car
H. gallicola, qui est considéré comme synonyme, produirait dès galles dans les
feuilles de saule, si l’on en croit Ed. ANDRÉ.
5. Hoplocampa chrysorrhoea Kwo. -— Tenthredo (Allantus) chrysor-
rhoea KL., 1814, p. 60; — Hoplocampa chrysorrhoea Ed. ANDRÉ, 1879,
p. 324; DALLA. Tonnn, 1894, p. 187; Ensnm, 1914, p. 248. `
L. 3-3,5 mm. — Q, tête noire, parfois la partie inférieure jaunâtre;
antennes brunâtres, souvent la face inférieure plus claire; thorax entière-
ment noir, tegulae jaunes; ailes hyalines, nervures brun clair, stigma
uniformément brun; pattes jaunes, en général l’apex des tibias, surtout III,
et les tarses, noirâtres; abdomen : face dorsale noire, ventrale jaune plus
ou moins brunâtre, souvent le dernier tergite jaune, fourreau de la scie
brunâtre. - CF tête noire, face et côté inférieur des antennes brunâtre,
thorax noir, pronotum, tegulae et face ventrale jaune-brun.
Somme : Amiens; Pas-de-Calais : Arras.
Europe centrale.

284 uYMÉNoPrÈnEs rEN·rr1nÉDo1nEs
Biologie. — Sur Ribes grossularia; larve décrite par VA1.1.o1· (1848, sous le
nom de Tenthredo crispinac).
Entomologie appliquée. —— Parfois nuisible aux Groseillîers.
6. Hoplocampa plagiata. KLUG. — Tcnthredo (Allantus) plagiata KL.,
1814, p. 56; — Hoplocampa plagiata Ed. ANDRÉ, 1879, p. 324; DALLA
TonP.E, 1894, p. 190; ENsL1N, 1914, p. 249.
L. 4-5,5 mm. -— Q tête jaune, le front avec une grande tache noire jus-
qu’à la base des antennes, le vertex et la partie postérieure de la tête
jaunes; thorax jaune, mésonotum teinté de brunâtre; ailes très légèrement
teintées de jaune, nervures brun clair, stigma jaune en entier; pattes
jaunes, l’apex des tibias et tarses noirâtres, surtout III; abdomen jaune-
brunâtre, les premiers tergites noirs, parfois tache noire plus développée,
les trois derniers tergites seuls jaunes, extrémité du fourreau noirâtre. —
(jl tête jaune, seulement une petite tache noire aux ocelles, antennes brunes,
la face inférieure claire; plaque sub·génitale largement arrondie. — Sillon
interantennal profond, le front séparé sur les côtés par deux sillons pro-
fonds.
Hautes-Alpes : Serres. ·
Europe centrale et méridionale.
Biologie. — Sur Crataegus et Amelanchier.
7. Hoplocampa crataegi KLUG. ——- Tenthredo (Allantus) cmtaegi KL.,
1814, p. 54; — Hoplocampa crataegi Ed. ANDRÉ, 1879, p. 326; DALLA
Tonnu, 1894, p. 187; ENsL1N, 1914, p. 250.
[Syn. : Temïhredo pallida LEP., T. luteola LEP.]
L. 4-4,5 mm. -— Q tête jaune, noire au plus aux ocelles, sur le vertex
et à la partie postérieure de la tête; antennes brunes, plus claires en dessous;
thorax jaune, le mésonotum noir en entier, ou avec de grandes taches
noires, segment médiaire noir; ailes très légèrement jaunes, nervures
brunes, stigma jaune, la base très légèrement brunie; pattes jaunes, les
tibias Ill noirâtres sur au moins la moitié de leur partie apicale, tarses
noirâtres; abdomen jaune, les premiers tergites noirs, fourreau générale-
ment non noirâtre. — çj‘ tête jaune, seulement le groupe des ocelles noir,
antennes brunes, un peu plus claires en dessous, thorax jaune, en général
avec trois taches noires sur le mésonotum.
Toute la France, espèce commune dans le Midi autant que dans le Nord.
Toute 1’Europe.
Biologie. — Dans les fruits de Crataegus, qui tombent avant la maturité,
avec un orifice près de la queue; larve fîgurée par Bnrscnxa, 1883 b, pl. 4, fig. 4.
Paraisite. - Ichneum. : Mesoleius bilineatus Gmv. (D. T,).
8. Hoplocampa rutilicornis Kwo. —— Tenthreda (Allantus) rutilicomis
KL., 1814, p. 54; — Hoplocampa rutilicomis Ed. ANDRÉ, 1879, p. 328;
DALLA TonaE, 1894, p. 190; ENSLIN, 1914, p. 250.

HEMICHROA 285
[Syn. : Tenthrcdo haemorrhoidalis LEP.]
L. 3 mm. - Entièrement noir; clypéus, labre, base des mandibules,
angles du pronotum (Q), tegulae, jaunes; antennes jaune-rougeâtre,
plus foncées à la face supérieure, qui est presque brune chez la femelle;
pattes jaunes; ailes hyalines, ou très légèrement teintées de gris, nervures
brun clair, stigma jaune grisâtre clair, la base un peu plus foncée; extré-
mité de l’abdomen jaune—rougeâtre chez la femelle, chez le mâle plaque
sub-génitale brun-noirâtre.
Seine-et-Oise : Maisons-Laffitte; Seine·et-Marne : Palay (BRU); Chartrettes
(sur Prunus spinosa en fleurs, GRANGER); Somme : Amiens; Haute·Vienne :
Nieul; Hautes-Pyrénées : Tarbes.
Toute l’Europe.
9. Hoplocampa mînuta. Cmusr. -— Tenthredo minuta Cmusr, 1791,
p. 438, pl. 50, fig. 7; - Hoplocampa fulvicomis Ed. ANDRÉ, 1879, p. 328;
DALLA Tonms, 1894, p. 189; — Hoplocampa minuta ENsL1N, 1914, p. 251.
[Syn. : Tcnthrcdo fulvicornis F., T. parvula LEP., T. turcarum VALLOT]
L. 3-4 mm. -- Entièrement noir, y compris le clypéus, le labre et les
angles du pronotum; antennes brun clair à la face supérieure, jaune-rou-
geâtre en dessous (Q), chez le mâle jaune rougeâtre clair, les premiers
articles noirs; pattes jaunes, hanches et base des fémurs noires.
Somme : Amiens.
Toute l’Europe.
Biologie. — Sur Prunus domestica, la larve en dévore les fruits et provoque
la chute prématurée; comme H. flava peut être nuisible aux pruniers (voir Fm-
·rAUn, 1924; SPRÉNGEL, 1940); larve figurée par Bnxsczxxs, 1883, pl. 4, fig. 5,
Ed. ANDRÉ, 1879, pl. 15, fig. 6-8.
P8l'8Slt0. — Ichneum. : Mesoleitw bilineatus GRAV. (D. T.).
, Gen. HEMICHROA STEPHENS, 1835
Antennes sétiformes, de 9 articles; corps trapu, assez large; cellule
radiale divisée par une nervure transversale; trois cellules cubitales, la
2** reçoit les deux nervures récurrentes; cellule anale étranglée au milieu;
téguments lisses, brillants, assez vivement colorés en rouge, en partie '
au moins.
Distribution. — Europe; Amérique du Nord et centrale.
TABLEAU n1~:s Es1>ÈcÉs
1. Q, abdomen noir; mésopleures noires; pattes noires, seules les
pattes I rougeâtres au moins sur la face antérieure. (jl entièrement
noir, y compris Pabclomen, dont seule la région génitale est teintée
de rouge ......................................... (p. 286), alnf.

286 HYMÉNOPTÈRES TENTHRÉDOIDES
— Q, abdomen entièrement rouge, comme la tête et le thorax, méso-
pleures rouges; pattes rougeâtres, les tibias jaunes, surtout III,
à la base. (Le mâle ne peut se séparer du précédent). . (p, 286), crocea.
1. Hemichroa alni L. —— Tenthredo alni L., 1758, p. 559; ——- Hcmichroa
alni Ed. ANIJRÉ, 1879, p. 94; DALLA Toune, 1894, p. 282; ENSLIN, 1915,
p. 318.
[Syn. : Tenthredo australis LEP.]
L. (3* 5 mm., Q 7-8 mm. — Q, tête et thorax rouge clair; antennes
brunes, plus claires sur la face inférieure; mésopleures, segment médiaire
et abdomen noir brillant; ailes hyalines, nervures brunes, costale et stigma
rouges; pattes Il et III noires, I face postérieure noire, face antérieure
rougeâtre, souvent les fémurs I entièrement rougeâtres. —— Téguments
lisses, sans ponctuation, ou celle-ci imperceptible; clypéus à bord anté-
rieur fortement échancré; Vertex nettement délimité par deux sillons
bien nets, un peu arqués.
Seine, Seine-et-Oise : Clamart, mai; Maisons-Laffitte, juin; Survilliers, juin
(R. BENOIST)§ Seine-et-Marne : Pers (BRU); Aisne : Fère-en-Tardenois (D! BET-
·r1NcEa); Ardennes : Sedan; Hautes-Pyrénées : Tarbes (PANDELLÉ).
Iles britanniques; Europe centrale et septentionale. Assez rare.
Biologie. -— Sur Alnus et Betula, une ou deux générations; larve, 17-18 mm.,
vert clair, la face dorsale plus foncée, jusqu’aux stigmates; elle se tient sur le
bord des feuilles, l’extrémité de l’abdomen enroulée; cocon brun noîrâtre, dans
le sol; mâles rares, 1’espèce, comme la suivante, est en général parthénogené-
tique; figurée par Bmscnxa, 1883 b, p. 238, pl. 1, fig. 2, et CAM12aoN, 1, pl. 21,
fig. 2; scie ügurée par CAMERON, 1, pl. 21, fig. 8.
Parasites. —- Monoblastus erythropygus HOLM.; Cteniscus sexcinczus Gaav.
(d’après CAMERON).
2. Hemichroa. crocea Gnorrnov. —— Tcnthredo crocea Gnorr., 1785,
p. 364; —- Hemichroa rufa Ed. ANDRÉ, 1879, p. 95; DALLA Tones, 1894,
p. 283; —- H. crocea ENSLIN, 1915, p. 319.
[Syn. : Tenthredo rufa Pz.; Hcmichroa stigma STEPH.; Dineum zmicolor
Run.; Ncmatus ardens Zann.]
L. 7-8 mm. —— Fig. 253. —— Q très semblable à l’espèce précédente,
_ mais mésopleures et abdomen rouges, comme la tête et le thorax; segment
médiaire châtain; pattes rougeâtres, hanches plus ou moins noires, tibias
le plus souvent jaunes, au moins à la base; ailes légèrement enfumées
(caramel clair), Pextrémité plus claire, nervures brunes, costale et stigma
rouges. — Le mâle n’est pas connu avec certitude, ou bien on ne peut le
distinguer de celui de H. alni.
Seine-et-Marne : Fontainebleau (Bau); Nord (Cavno); Pas-de-Calais (PARENT);
Ardennes; Vosges; Haute—Saône : Gray; Maine-et-Loire : Écouflant, éclos 7-
VIII (Jounm); Loire-Inférieure : Nantes `(PIEL DE CHURCHEVILLE); Hautes-
Pyrénées : Tarbes (J. Piênsz, PANDELLÉ); Haute-Garonne : Saint-Béat, août.
Iles britanniques; Europe centrale et septentrionale; introduit en Amérique
du Nord où il a été nuisible aux Alnus.

DINEURA 287
Biologie. — Sur Alnus et Benda; œufs disposés à la face inférieure des feuilles
des deux côtés de la nervure médiane; larves grégaires, mangeant soit le bord,
des feuilles, soit le milieu où elles font des trous; larve figurée par Cmvinuon,
I, pl. 3, fig. 3, et Biuscnxrz, 1883 b, pl. 1, fig. 12; tête noir brillant, dos vert-jaune,
les côtés grisâtres, la limite des parties dorsale et latérale marquée par une large
ligne noire au·dessus des stigmates, une seconde ligne noire parfois interrompue,
_ —    '
 I   
 FÉ
Q   jr'),. Xi  iî;"`2 `Y Q
( · J I ¢ Z `.··r·§Ã.É,&
Q it     (   *’$';`~l·r·;7' ’
*   »·~`
1  
FIG. 253.   Hemichro a. crocea, Q.
au-dessous de ceux-ci, à la base de chaque patte et pseudopode une tache noire;
elle ne prend pas l’attitude de défense quand on la touche, mais s’enroule et se
laisse tomber; cocon dans la terre; une ou deux générations (Lorsstms, 1907,
p. 9; W. BAER, 1915, d’après Enstm); le cycle vital a été suivi avec soin par
Horrmo (1937) qui a obtenu, en élevage, la parthénogenèse thélytoque; pour
CAMERON, et DONCASTER (1906) cependant, les œufs vierges donneraient O' et Q,
celles-ci bien plus nombreuses.
Parasltes. — Ctenisctw lituratorius L.; Diabonus mediatus CRESS.; Sperdaea
ovalis DAV.; — Bessa selecta Mo. (Dipt.).
Gen. DINEURA DAn1.noM, 1835
Antennes minces, allongées, filiformes, de 9 articles; cellule radiale
divisée (la nervure transversale peut manquer); trois cellules cubitales,
la 2° reçoit les deux nerv11res récurrentes; cellule anale pétiolée; clypéus
à bord antérieur échanoré; téguments lisses, corps assez étroit et allongé.
Distribution. - Europe; Sibérie; Amérique du Nord.
TABLEAU nus ESPÈCES
1. Tête jaune rougeâtre en totalité, au plus une petite tache entre
les ocelles. ............................... (p. 288), virididorsata.
— Tête entièrement noire, au plus le bord antérieur du clypéus
teinté de jaune ............................................. 2.

288 nvmiêmorriznns TENTHBÉDOIDES
2. Abdomen jaune rougeâtre, chez la Q le 1%* tergite noir, chez le (jl
le dernier segment, en plus, noir .............. (p. 289), stîlata.
— Abdomen entièrement noir, au moins la face dorsale. Très rare. . .
.......................................... (p. 289), testaceîpes.
1. Dineura virididorsata Rmzros. — Terzthredo virididorsata Rnrz.,
1783, p. 73; — Dineum virididorsata Ed. ANDRÉ, 1879, p. 90; DALLA
Tomas, 1894, p. 281; ENSLIN, 1915, p. 320.
[Syn. : Tenthredo nigricans Cnnxsr; T. ulmi FALLÉN; T. geeri KL.;
T. fallax LEP.; Nematus varius LEP.; D. hartigi GIMM.]
L. 6-8 mm. -— Fig. 254. — Tête jaune, avec souvent une tache noire
entre les ocelles; antennes jaune clair; thorax jaune clair au pronotum
`   .V., V , A .
· · s   <;·'·¤t·«,.,..»•
  .
FIG. 254. ——  incura virididorsata, Q.
et aux tegulae, jaune plus sombre au mésonotum et scutellum; pleures
et pattes jaune clair; ailes hyalines, les nervures brunes, costale et stigma
jaune clair; abdomen jaune rougeâtre, taché de noir sur le dos. —— (5* tou-
jours un peu plus noir, thorax taohé de noir, segment médiaire et face
de Pabdomen noirs.
Seine, Seine-et-Oise : Bondy, Maisons-Laffitte, forêt de Saint-Germain; Seine-
et-Marne : Montereau; Ardennes : Sedan (Picsor); Nord : Phalempin (CAvno).
Europe centrale et septentrionale; Iles Britanniques; Sibérie.
Biologie. - Sur Betula (Ds Gssn, Bnxscnxs et Zannacn); 15 mm., vert tendre,
une bande d’un vert plus foncé sur le dos qui s’arrête à l’avant-dernier segment;
tête brun clair, les yeux noirs; corps déprimé, plus large en avant qu’en arrière
(CAMEn0N, pl. 3, fig. 4; Bnrscmcn, 1883 b, pl. 1, fig. 9); se tient à la face infé-
rieure des feuilles, dérangée elle lève Pextrémité du corps. Scie figurée par CAME-
aon, 1, pl. 21, fig.

nmsunx 289
2. Dineura. stllata KLus. - Tcnthredo (Allantus) stilata KL., 1814, L '
p. 82; — Dineura stilata Ed. Ammà, 1879, p. 92; DALLA Tomuz, 1894,
p. 280; ENSLIN, 1915, p. 321. ° _
[Syn. : Nematus bicolor Srsrn.; N. apicalis Srsrn., N. scapularis Srsrn.,
N. xanthocerus Hamas; N. posticus Fonswan, N. xanthopus ZADD. et Ba.; "
Dineura flaveola Evans., D. nigroflava MAGR., D. sulcifrons Kouow;
Pristiphora oblita A. Cosm; N. v-flavum. CAM.]
L. 5-6 mm. — Tête noir brillant, la lèvre inférieure et le bord antérieur
· du clypéus jaunes; antennes : les deux premiers articles noirs, les autres
brun-rougeâtre, face inférieure plus claire; thorax noir brillant, les angles
du pronotum, les tegulae, et une grosse tache sur les mésopleures jaunes; l
ailes hyalines, nervures brunes, costale et stigma jaune clair; pattes jaune- _
rougeâtre, trochanters et tibias souvent jaune pâle; abdomen jaune rou-
geâtre, le 1** tergite noir, le dernier segment noir chez le mâle, souvent
aussi chez la femelle; le mâle peut avoir le dos plus fortement taché de
noir. — La nervure transversale de la cellule radiale manque parfois,
dans les deux sexes.
Seine-et-Oise : Maisons-Lafütte, mai; Aisne : La Ferté-Milon, mai; Somme :
Amiens; Nord : Loos-les-Lille (Csvno); Eure : Évreux; Ardennes, mai; Allier :
Moulins, mai.
Iles britanniques; Suède; Belgique; Allemagne; Autriche; Italie.
Biologie. - Sur Crataegus et Sorbus terminalis, à la face inférieure des feuilles,
dont elle dévore Pépiderme; corps plus large en avant; couleur générale verte,
le dos parfois jaune; tête vert-jaunâtre; corps avec de petits tubercules portant
chacun un poil blanc; cocon brun, dans la terre; la larve répand une odeur fétide,
selon Cuisson; figurée par Cxmznou, 1, pl. 3, fig. 7, et Bnrscnxn, 1875, pl. 3,
fig. 5; scie ûgurée par Cameron, 2, pl. 14, fig. 6.
3. Dineura testaceipes Kms. - Tenthrcdo (Allantus) testaceipes KL.,
1814, p. 84; — Dirzcura testaceipcs Ed. ANDRÉ, 1879, p. 92; DALLA Tomas,
1894, p. 281; ENsLm, 1915, p. 321.
[Syn. : D. ventralis Zum.; D. stilata Zsno. et Ba.]
L. 5-6 mm. — Tête noire, parfois le labre et le clypéus jaunes; antennes
noires, face inférieure brune; thorax noir, les tegulae et presque toujours
les angles du pronotum jaunes, rarement chez la femelle les mésopleures
en grande partie jaunes; ailes et pattes comme chez stilata, mais les hanches
peuvent avoir la base noire; abdomen entièrement noir ou brun-noirâtre,
souvent la face ventrale jaune. —- Clypéus échancré, aire frontale mal
délimitée.
Vosges (Purou).
Iles britanniques; Allemagne; Autriche; Suède; Russie.
Biologie. - Sur Crataegus et Sorbus aucuparia; larve (Bnxscnxn, Sub stilata,
1883 b, p. 233, pl. 1, fig. 10), 12 mm., sous les feuilles, corps un peu plus large
en avant; de couleur vert tendre, le dos vert plus pâle, corps avec de petits tuber-
cules portant des poils blancs disposés en rangées transversales; scie ügurée
par Camsnon, II, pl. 14, fig. 7. ·
19

290 HYMÉNOPTÈRES ·rEN·r1mÉnomEs
Gen. PLATYCAMPUS Scmônru, 1839
(Leptopus HÃRTIG; Camponiscus NEWMAN; Leptocercus Koxow)
Trois cellules cubitales, dont la 2e reçoit les deux nervures récurrentes;
la 2** nervure transverse-cubitale manque parfois (P. ovatus) de sorte
qu’on ne voit que deux cellules cubitales; cellule anale longuement échan-
crée. Espèces rares, de petite taille. _
Distribution. — Europe; Sibérie.
TABLEAU mas Espèces
1. Griffes bifides, ou avec une forte dent subapicale ............. 2.
-— Griiïes non dentées .......................................... 3.
2. Pattes en entier jaune rougeâtre, au plus la base des hanches,
l’apex des tibias III et les tarses III noirâtres; 3° cellule cubitale
presque aussi longue que la 28 ............. (p. 290), luridiventris.
— Pattes brunâtres, fémurs III en grande partie noirs, base des tibias
· claire, les tibias Ill en grnde partie noirâtres, ainsi que les
tarses I Il; 3e cellule cubitale plus courte que la 2**. (p. 291), obscurîpes.
3. Clypéus de taille normale, au moins deux fois plus long que le
2** article des antennes ..................................... 4.
— Clypéus très étroit, à peine plus long que le 2** article des antennes.
......................... . ................. . (p. 292), pectoralis.
4. Vertex très court, à peine plus long que le diamètre d’un ocelle,
de sorte que ceux-ci sont très rapprochés du bordpostérieur. ..
.............................................. (p. 292), ovatus.
—— Vertex bien plus long que le diamètre d’un ocelle. (p. 291), duplex.
i ; sa · W I 1. Platycampus lu-
`~,\     rîdîventrîs FALLÉN.—
“@s ··.— p  _' V   ,_,_,,   ..·- ~r·‘ " Tenthredoluridiventris
  FALL. 1808, p. 115;
—- /—·î>..·‘ _,.» \ -1 · ·
*' *'4%`·»s   %  • y    
‘   ,_ ‘ wen rw . mme,
  1879, p. 96, pl. 13,
··‘°     fig. 1; DALLA Tomm,
?       A 1894, P. 284; - Pla-
@   ‘ tycampus luridiventris
x, ENSLIN, 1915, p. 323.
F10. 255. — Platycampus luridiventris, Q. [Syn. 2 Nematus
. pallipes LEP.;N. niger
STEPH.; Leptopus hypogastricus HART., L. rufipes Fônsr.; Nematus
rufipes Trscns.; N. protemus Fonsr.; N. alnivorus Bmsonxn, tischbeini

PLATYCAMPUS · 291
Ed. ANDRÉ, alnicola Zsnn., cellularis Bmscrxxn; Camponiscus healeai
NEWMAN].
L. 5-6 mm. — Fig. 255. — Q, tête noire, antennes noires, thorax et
abdomen entièrement noirs, angles du pronotum et tegulae brun-noirâtre;
ailes presque hyalines, très légèrement teintées de gris, nervures et stigma
bruns; pattes jaunes, plus ou moins rougeâtres, la base des hanches, l’apex
des tibias III et les tarses III parfois noirâtres. 6* face inférieure des
antennes brune, thorax entièrement noir, abdomen noir, la plaque sub-
génitale brunâtre. — Aire frontale mal délimitée, 3** cellule cubitale longue,
presque autant que la 2°.
Seine-et-Marne : Montereau; Ardennes : Sedan.
Iles britanniques; Europe centrale et septentrionale.
Biologie. —— Sur Alnus; se tient à la face inférieure des feuilles, qu’elle mange
en dévorant le parenchyme par places entre les nervures principales; appliquée
étroitement à la face inférieure des feuilles, elle se confond avec celles-ci, ayant
la même couleur verte; sa forme (fig. 262) est très différente des autres larves
de Tenthrèdes : le corps élargi, très plat, avec des expansions latérales, elle res-
semble à un Isopode, d’où le nom de « larve cloporte » que lui ont donné Résu-
Mun, (H. n. Ins., t. V, p. 97, pl. 12, fig. 17-18), et Da Gsm; figurée aussi par
Cmsaon, I, pl. 4, fig. 2; scie : id., pl. 17, fig. 10.
Parasltes.- Mesaleius transfuga HLM., M.lept0gaster HLM. (CAMEaoN). Poly-
blastus alternans Sou.
2. Platycampus obseuripes Kosow. — Leptocercus obscuripes Koaow,
1896, p. 312.
L. 6 mm. — Très voisin de P. luridiventris, mais pattes plus colorées,
en particulier les fémurs III noirs presque en entier, ainsi que les tarses;
corps entièrement noir, seuls les tegulae et la plaque sub-génitale brunâ-
tres; ailes très légèrement enfumées. — 3° cellule cubitale plus courte
que la 2**, et proportionnellement plus courtes que dans l’espèce précédente.
Ardennes; Suisse : Saint-Gothard, 26 mai 1892 (type de l’espèce, au Muséum
de Paris).
3. Platycampus duplex LEPELE·r11:a. — Pristiphora duplex LEP., 1823
p. 61; — Camponiscus bicolor DALLA Tomas, 1894, p. 284; — Platycumpus
duplex ENsx.m, 1915, p. 325. '
[Syn. : Nematus bicolor LEP.; Lcptopus apicalis ZADD.; Camponiscus
braunsi Korxow, C. tscheki Kom.]
L. 5-6 mm. — Entièrement noir; antennes noires; angles du pronotum
et tegulae jaunes, ainsi que la région anale; ailes hyalines, nervures brunes
costale et stigma jaune très clair; pattes jaunes, souvent les hanches plus
foncées. — Clypéus au moins deux fois plus long que le 26 article des anten-
nes, son bord antérieur fortement échancré.
Somme : Amiens (Csnrimrxen).
Europe centrale; Sibérie.

292 HYMÉNOPTÈRES *rEN*rnnÉno1DEs
Biologie. —— Cxnpsivrisn, 1904, p. 45; sur Lam: europaea, en septembre; 18 mm.;
tête testacé pâle, recouverte de points bruns, corps blanc verdâtre sale, orné
en dessus et sur les côtés de taches noires irrégulières se joignant et laissant entre
elles des points clairs, arrondis.
4. Platyoampus ovatus Zxnnxcn. —- Leptopus ovatus Zaon., 1883,
p. 218; -— Camponiscus ovatus DALLA Toune, 1894, p. 285; — Platycampus
ovatus ENs1.1N, 1915, p. 326.
L. 5 mm. -— Comme P. duplex, mais le vertex très étroit, à peine plus
large que le diamètre d’un ocelle, avec un sillon médian, incomplet; ailes
avec seulement deux cellules cubitales, par la disparition de la 2e nervure
transverse-cubitale (fig. 261).
Ardennes, mai, 2 Q (Picsor).
Europe centrale et septentrionale.
Biologie. —- Sur Lariœ (Bnrscnxn et Zxnnacn) ; corps et tête quelque peu aplatis,
tête à vertex brun jaunâtre, corps vert, le bord postérieur des segments teinté
de blanc, de chaque côté du corps une ligne plus sombre longitudinale, une ligne
vert sombre au-dessus de chaque patte abdominale.
5. Platycampus pectoralis LEPELETIER. -— Nematus pectoralis LEP.,
1823, p. 62; —-· Camponiscus pectoralis DALLÀ Tonus, 1894, p. 285; —-
Platycampus pectoralis Eivsuiv, 1915, p. 324.
‘ [Syn. : Nematus pineti Hawric, N. lariciphagus Zxno.; Camponiscws
luridus Koivow]
L. 6-7 mm. —— Se distingue par le clypéus très court, à peine plus long
que le 28 article des antennes, faiblement échancré en avant. —- Q thorax
de couleur fondamentale rouge, avec cependant des parties noires; pattes
jaunes, les tarses lll noirs, ainsi que la base des hanches.
France, sans localité précise.
Biologie. —- Sur Laria: europaea; corps avec des sillons transversaux bien
marqués, les segments thoraciques épaissis; couleur brun clair, avec des taches
noires qui forment six lignes longitudinales, tête avec le vertex et la face bruns;
fig. par Bniscnxn, 1882, pl. 1, f. 5.
Gen. CLADIUS ILLIGER, 1807
Antennes du mâle avec un fort appendice à l’angle supérieur des 39,
4*, 5·"=, et quelquefois 68, articles, ces appendices de taille décroissante à
partir de la base, de plus le 38 article porte, à sa base et du côté inférieur,
un appendice plus court et arrondi (fig. 263), les antennes de la femelle
ont simplement l’angle apical des mêmes articles un peu saillant (fig. 264);
deux cellules cubitales seulement, la 1*8 nervure transverse-cubitale dispa-
rue; chacune de ces cellules reçoit une nervure récurrente; cellule anale
longuement étranglée au milieu.
Biologie. - Larves sur les Rosacées.
Distribution. - Europe; Afrique du Nord; Asie Mineure; Turkestan.

cmnxus 293
Cladlus pectlnlcornis Gnorrnor. — Tcnthredo pectinicomis Gnorr.,
1785, p. 374;- Cladius pectinicamis Ed. ANDRÉ, 1879, p. 80, pl. 11, fig. 1;
DALLA Toune, 1894, p. 291; ENSLIN, 1915, p. 328. _
[Syn. : Tenthredo alces THUNBERG; Pteronus difformis Jummz; Cladzus
geoffroyi LEP., C'. rufipes BLANCHARD, C. crassicornis Korxow]
L. 5-7 mm. — Fig. 256. — Entièrement noir brillant, les tegulae brunes,
"   \\`\ i •‘ ' l /I/WI  
  "” f' « ..·«•··'  
\, `,··....._,__ » ..·»·«~·“ ·’ " À
  ....ss s  
li. FL`- · \;
o J il I
FIG. 256. —- Cladius pectinicomis, Q.-
aîles légèrement enfumées à la base, nervures et stigma bruns, costale
plus claire; pattes noires jusqu’aux genoux, jaunes ensuite.
var. dlllormls PAMER; Tenthredo difformis Pz., 1799; — Cladius difformis
DALLA Tomas, 1894, p. 290; Ezvsnm, 1915, p. 328.
Comme la forme typique, mais les appendices des antennes sont moins déve-
loppés, et n’existent qu’aux articles III, IV, V (fig. 265) chez le mâle, la femelle
n’a les angles saillants qu’aux articles III et IV. (On trouve tous les intermé-
diaires entre la forme typique et la variété, aussi n’y a-t-il pas lieu de considérer
cette dernière comme une espèce).
Toute la _France. -
Toute l’Europe; Asie Mineure; Espagne; Afrique du Nord : Tanger. Introduite
en Amérique du Nord.
Biologie. — BRULLÉ, 1832; LOISELLE, 1907, p. 8; étude très complète de
l’imago, de la larve, et du cycle vital par SsnvAnr;r (1937); sur Rosa, aussi (la
variété) sur Fragaria, Spiraea; larve (CAMnnoN, Il, pl. 8, fig. 1; Bmscnxrz,
1883 b, pl. 1, fig. 8), 11-12 mm., à la face inférieure des feuilles; corps plus large
au milieu, un peu aminci vers l’avant et vers l’arrière, couleur générale vert clair
la ligne dorsale parfois plus foncée; tête petite, verte, avec des taches brunes
sur chaque segment trois rangées de tubercules portant chacun un poil; trois
générations. Parthénogenèse arrhénotoque (vou Srssonn).
Entomologle appliquée. —- Occasionnellement nuisible dans les jardins.
Parasltes. - Acrotomus lucidulus GRAV.; Mesochorxzs cimbicis R.A*rz., (d’après
CAMEnoN); Mesolcius armillatorius GRAV.; Tetrastichus hylotomarum RA·rz.
(d’après SERVADEI).

294 nYMÉNoP·rÈes rinrrnnsnoxnns
Gen. TRICHIOCAMPUS HARTIG, 1837
Antennes du mâle pileuses en dessous, aplaties, le 38 article courbé,
avec une forte saillie à la base, en dessous; 38 article des antennes de la
femelle légèrement courbé; trois cellules cubitales, les 28 et 38 recevant
chacune une nervure récurrente; Ia 1f8 nervure transverse-cubitale dispa-
rait quelquefois presque complètement; cellule anale étranglée au milieu.
Distribution. - Europe; Sibérie; Asie Mineure.
TABLEAU mas Esrncns
1. Abdomen jaune-rougeâtre; tête et thorax en partie noirs .....
........................................... . (p. 294), viminalis.
— Corps entièrement noir ...................................... 2.
2. Fémurs III jaune—rougeâtre; antennes du mâle : la bosse basale
du 38 article très forte, au moins aussi longue que les deux premiers
articles ......................................... (p. 295), ulmi.
—— Fémurs III noirs, au moins en partie ....... (p. 296), eradiatus.
1. Trîchioeampus vîminalis FALLÉN. —- Tenthredo viminalis FALL.,
1808, p. 117; — Triclziocampus viminalis Ed. ANDRÉ, 1879, p. 81; DALLA
Tonnrz, 1894, p. 289; ENSLIN, 1915, p. 330.
[Syn. : 'Nematus gmrzdis LEP.; Cladius euœra Bovonrl, C. luteicomis
Srnrnnns, C. luteiventris DAHLB.]
L. 7-9 mm. ——— Fig. 257. — Q, tête noire, antennes : les deux premiers
il I `
  .r.   X   ‘—'* L       ,   
    ,. ~ e e ,/ ( ,,,,  
vv   iv
Q '  E, ’
il   ét ·
<;   =
Fm. 257. — Trichiocampus viminalis, Q.
articles noirs, les suivants brun foncé, la face inférieure parfois plus claire,
thorax jaune orangé avec, noir brillant, le pronotum sauf des angles, le
mésonotum, le scutellum, le postscutellum et deux grosses taches sur le

rmcmocxurus 295
mésosternum; pattes entièrement jaunes, l’extrémité des tarses plus —
foncée, ailes hyalines, les nervures brunes, la costale jaune, stigma jaune,
sa base tachée de brun. —— 5* antennes jaunes, sauf les deux premiers
articles qui sont noirs, pronotum jaune seulement à l’extrémité des angles,
segment médiaire noir, le reste comme chez la femelle. -—- Clypéus forte-
ment échancré au bord antérieur; antennes du mâle : 36 article avec une
petite bosse à la base, du côté inférieur (fig. 266), antennes de la femelle :
3° article légèrement courbé (fig. 267).
Seine, Seine-et—Oise : Paris, Versailles, Nogent; Seine-et-Marne : Melun, Mon-
tereau; Somme : Amiens; Ardennes; Hautes-Pyrénées : Maubourguet (PAN-
DELLÉ .
Iles )britanniques; Belgique; Hollande; Allemagne; Autriche; Russie; Europe
septentrionale. ·
Biologie. — Sur Populus et aussi parfois Salix caprea; larve (Bmscnxz, 1883 b,
pl. 1, fig. 5); elle se tient à la face inférieure des feuilles, dont elle dévore le paren-
chyme, par groupes de 3 et même jusqu’à 5, les individus étroitement serrés
l’un contre l’autre (fig. 270 et 271); long. 1-1-15 mm., tête brune, corps vert pâle,
chaque segment portant de chaque coté une grosse et une petite tache noire,
sauf le 1** et le dernier qui n’en ont qu’une, ce qui fait en tout quatre lignes longi-
tudinales de taches, de plus sur chaque segment une ou deux rangées de tuber-
cules, porteurs de longs poils blancs, à extrémité plus foncée. - Scie figurée
par Cammom, II, pl. 14, fig. 1. —Oviposition :Cu.u>MAn (1918); — interat-
traction: Dsncmvizn (1920). D’après Drrrmcn, 1924, p. 625, pl. XLV, fig. 59, 60
(galles), la ponte disposée en deux rangées régulières le long du pétiole des feuilles
y cause de petites pustules, sortes de cécidies. Parthénogenèse arrhénotoque
(von Srnnonn).
Psrasites. -— Mesoleips rufus Grulv., caligatus Gmv.; Palyblastus sangui-
netorius RATZ.; Acrotomus lucidulus Giulv.; Polysphincta areolaris RATZ. (Bn.). '
2. Trichioeampus ulml L. — Tenthredo ulmi L., 1758, p. 559; — Trichio-
campus rufipes Ed. ANDRÉ, 1879, p. 82; DALLA Tonus, 1894, p. 289; —
T. ulmi ENSLIN, 1915, p. 331.
[Syn. : Cladius rufipes LEP.; T. uncinnata HAM.; C. discrcpans A. Cosra;
T. garliglietti A. Cosrs; Priophorus phaeopterus A. Cosra]
L. 5-7,5 mm. —- Entièrement noir brillant, y compris les antennes,
pattes jaune-rougeâtre, les hanches, trochanters et base des fémurs I
et II noirs; ailes légèrement enfumées, nervures brunes, stigma brun
opaque. — 5*, 3** article des antennes avec une forte bosse à la base (fig. 268).
Seine, Seîne·et-Oise : Paris, Clamart, Meudon, Saint-Cloud, Maisons-Laffitte,
Nogent; Seine-et-Marne : Montereau; Somme : Amiens; Eure : Evreux; Calvados :
Lisieux; Marne : Sapicourt (D1' Bmrrucnn); Ardennes; Haute-Saône : Gray;
Charente-Maritime : Saintes; Haute-Garonne : Grépiac, juillet (Rrnnur).
Iles britanniques; Belgique; Hollande; Allemagne; Suède; Espagne; Asie
Mineure; Transcaucasie.
Biologie. — Sur Ulmus, de juin à octobre, à la face inférieure des feuilles;
larve, 12-13 mm. (Bmscnxs, 1883 b, pl. 1, fig. 7), verte, la ligne dorsale un peu
plus foncée, sans taches noires, mais avec des séries transversales de tubercules

296 nYMÉNoP'rÈ1>.Es TENTHRÉDOIDES
portant de longs poils blancs. Voir aussi Lo1sm.x.E, 1907, p. 9. —Seie 2 C.~.M1moN,
II, pl. 14, fig. 5.
Parasîtes. - Mesoleius impressus BR.; Pteromalus saltans RA·1·z. (Bmscnxn);
Holocremnus argentatus GRAV.
3. Trichiocampus eradiatus Hluvrxo. —— Cladius eradiatus Hrs., 1837,
p. 176; —- Trichiocampus emdiatus Ed. ANDRÉ, 1879, p. 83; DALLA Tonnn,
1894, p. 288; ENSLXN, 1915, p. 332.
__ Qi 7 <    D . · ·
\,` 259  
î
‘ 258 260
l' 4 — 1 /‘·
  '>’*1. 2
È!}  % /L/·ë  _`  È
Z ? " -· » `~ · I`.-
=· r; ·»< . ·,   2 ·
. î. , `—(' "Ã  É if Q
.   `_. /`î·'~J'—  7*
T. Zlîjg       d 
261 " . ,; ,. `·`    
      ,,,-·’   7
lt  ->,~     Ll-
.;« T-  
Q ` L Z 1:  
\ ‘ 270
‘¢ d
263 264 265 266 267 268 269
F10. 258 à 270. -258. Hoplocampa, portion de l’aîle antérieure.- 259. H. flava,
stigma. —- 260. Platycampus ovdtus, tête vue de dessus. —- 261. P. ovatus, cel-
lules cubitales. — 262. Platycampus luridiventris, larve, dite « larve-cloporte »,
d’après CAMERON. —- 263. Cladius pectinicornis, antenne du mâle. ——
264. C. pectinicornis, antenne de la femelle. —— 265. C. pectinicomis, var. diüor-
mis, antenne du mâle. — 266. Trichiocampus ciminalis, antenne du mâle. ——
267. T. viminalis, antenne de la femelle. -—- 268. T. ulmi, antenne du mâle.
—- 269. T. cradiatus, antenne du mâle. — 270. T. viminalis, groupe de trois
larves sur une feuille, d’apz·ès ZADDACH.

rmornonus _ 297
[Syn. : Cladius drcwscni Tnomson, 5*]
L. 5-7 mm. -— Comme T. ulmi, entièrement noir brillant, mais
fémurs III noirs, sauf le genou; antenne du mâle, fig. 269.
Seine, Seine-et-Oise : Paris, Vincennes, Sannois; Seine-et-Marne : Lorrez·
le-Bocage; Nord : Lille (Pvron); Somme : Amiens; Marne : Germaine (D' Bar-
rincsn); Maine—et—Loire : Marans; Haute-Vienne : Nieul; Loire-Inférieure :
Nantes; Charente·Maritime : Saintes; Allier ‘Moulins; Haute-Loire : Le Puy
(Mnnnviu.); Haute-
Garonne:Saint·Béat, ` 4  .
avril, juillet (R1- ,,;~f'    É ` _'
BAllé·é· britanniques;-   jt );    \   ( fé! 9 ap À (
Allemagne; Belgi- ( y   `  I . til} ip  "  I     g .«  A
que; Autriche; ' ? ‘      .—    
Suède. ( `” "
m0l°gia___ Lawe Fm. 271. - Larve de Trichiocampus viminalis.
comme la précé-
dente; voir Cimrsnrxsn (1886-88). Knnrsnmcn (1874) rapporte que Born l’aurait
trouvée dans la tige d’Amkriscus silvesti-is, mais Ensmn estime que cela résulte
d’une fausse détermination. - Scie : Cnnnnon, II, pl. 14, fig. 3.
Paraslte. — Ichneum. : Hemiteles trichiocampi Born.
Gen. PRIOPHORUS Dmtbom, 1835
Antennes sans prolongement, le 36 article ni courbé ni avec une bosse
basale, mais chez le mâle ses articles fortement comprimés; trois cellules
cubitales, les 1*** et 2° recevant chacune une nervure récurrente; la 1*'° ner-
vure transverso-cubitale le plus souvent presque invisible; cellule anale
longuement étranglée au milieu (la partie basale manque sur la fig. 272).
Distribution. — Europe; Asie paléarctique; Amérique du Nord.
TABLEAU DES ESPÈCES
1. Fossette supraantennale bien délimitée du côté de l’aire frontale.
Q, fourreau de la scie brusquement dilaté en fer de lance avant ·
le sommet (fig. 273), vu dorsalement ou ventralement. Rare.
............................................... (p. 298), tenor.
- Fossette supraantermale non délimitée du côté de l’aire frontale.
Q, fourreau de la scie non dilaté, ses côtés externes parallèles ou
convergents (fig. 274) ....................................... 2.
2. Aire frontale délimitée sur les côtés par une carène tranchante. .
Assez commune ............................... (p. 297), palllpes.
— Aire frontale non délimitée sur les côtés. Rare". (p. 299), brullél.
1. Priophorus pallipes LEP. —- Cladius pallipes LEP., 1823, p. 59; —
Priophorus padi Ed. ANDRÉ, 1879, p. 84; DALLA Tomas, 1894, p. 286;
Ensun, 1915, p. 335; - Priophorus pallipes MALAISE et Benson, 1934.

298 HYMÉNOPEÈRES ·rEN·rnnEnomEs
[Syn. :,Pristiphora varipes LEP.; P. albipes DAHLB.; Cladius immunis
STEPHENS, C. pilicornis STEPH.; Ncmatus melanostigma. Srnrn.; Prio-
phorus drlscors KoN0w; Priophorus padi auct. nec L.]
L. 5-7 mm. — Fig. 272. — Entièrement noir; pattes jaune pâle, la base
des hanches, rarement les fémurs, noirs; apex des tibias et tarses souvent
un peu plus foncés; ailes légèrement enfumées, nervures brunes, costale
et stigma brun clair; clypéus échancré, face avec une forte carène médiane,
\__\\n ` ` I / _:
,,,, ,   `·(_` ^&_‘jl  [   I
im § I.
v /   — i``   ~
: •'   1
· \~ iyîw   ·, _,··' i
É   \.
FIG. 272. -— Priophorus pallipes, Q.
rejoignant en haut la carène fourchue qui entoure la fossette supraanten-
nale, celle-ci n’est pas fermée à la partie supérieure et se joint à l’aire
frontale.
Seine-et·Oise : Sèvres, Maisons-Laffitte; Seine-et-Marne : Fontainebleau;
Somme : Amiens; Eure : Evreux; Calvados : Lisieux; Seine-Inférieure : Dieppe;
Nord : Lille ;Ardennes; Char.·Mar. : Royan; Hautes-Pyrénées : Tarbes (PAN-
DELLÉ); Saint-Sever.
Iles britanniques; Europe centrale et septentrionale.
Biologie. -·- Sur Prunus, Rubus, Crataegus, Sorbus, Betula, Laurus; aussi
sur Rasa (Hsnnouin, 1943, p. 157); parfois nuisible; larve (CAMERON, I, pl. 5,
fig. 4; Bmscnxn, 1883 b, p. 222, pl. 1, fig. 4), à la face inférieure des feuilles;
tête brun orangé clair, mêlée de petites taches orangées; corps vert olive, les
côtés plus clairs, presque blancs, les deux derniers segments clairs; téguments
couverts de tubercules portant chacun un long poil; deux générations, cocon
dans les feuilles sèches; voir aussi Lo1sEx.LE, 1907, p. 9. Partnénogenèse arrhé-
notoque (voN Smnow).
Parasites. -— Tryphon lucidulus HART. (Ed. ANDRÉ).
2. Priophorus tener Zannacn. — I%·t. ZADD., 1859, p. 11; Ed. ANDRÉ,
1879, p. 85; DALLA Toann, 1894, p. 287; ENs1.1N, 1915, p. 333.
[Syn. : Cladius mario LEP., C. brullaei CAM.]
L. 5-7 mm. —- Entièrement noir; semblable à P. pallipes, mais fossette
supraantennale délimitée en haut; femelle très reconnaissable par la forme
du fourreau, qui est brusquement dilaté avant Pextrémité, de sorte qu’il
a Paspect d’un fer de lance, vu dorsalement ou ventralement (fig. 273).

I Enum 299
var. trlstls Zum. (parvus Znnn.); base des ailes rembrunie.
Seine-et-Marne : Fontainebleau, 1 Q; Chartrettes, 1 (j' (Gnmcnn); Nord :
Genech (Csvno); Ardennes : Chassemy (D' Bnrrxncsn); Hautes·Pyrénées :
Luz (PANDELLÉM Haute-Garonne : Saint-Béat, juillet;.Pyrénées-Orientales :
Banyuls·sur-Mer, juin (Rxnnur). _
Iles britanniques; Allemagne; Suède; Italie.
Blûlügle. —- Sur Rubus idaeus et R. fruticosus.
ï 274 . ;
m ’"° \H/
276
277 :78 279 $80 281
Fm. 273 à 281. —- 278. Priophorus zener, fourreau de la scie, vu de dessus. —
274-. P. pallipes, idem. -275. Euura, aile antérieure. — 276. Euura, Q, extré-
mité de l’abdomen montrant les cerques. - 277. Euum amerinae, fourreau
de la scie vu de dessus. — 278. E. atm, idem. — 279. E. laeza, idem. —-
280. E. acuminata, idem. — 281. E'. testaceîpes, idem.
3. Priophorus brul1éiTn0MsoN. -— P. b., Tnom., 1871, p. 75; Ed. Armmi
1879, p. 85; DALLA Tonnn, 1894, p. 286; ENSLIN, 1915, p. 335.
L. 5-7 mm. - Très voisin de P. pallipes, s’en distingue par une aire
frontale non délimitée par une carène.
Charente-Maritime : Saintes.
Toute l’Eur0pe; Transcaucasie; rare.
Bl0I0gl0. —- Sur Rubus.
Patasllo. —- Tryphon lucidulus HAM'. (Ed. ANDRÉ); Mesoleius dtfformis HOLM. _
(D. _T.).
Nou. — Le P. brulléi de plusieurs auteurs est en réalité un P. pallipes,
Gen. EUURA NEWMAN, 1837
(Cryptocampus Hnnrxo, 1837)
Taille faible (env. _5 mm.); entièrement noir, ou à peine quelques parties
jaunes à la tête et aux angles du pronotum; 1*9 nervure transverso-cubitale

300 _ HYMÉNOPTÈRES TENTHRÉDOIDES
presque entièrement disparue (fig. 275); cerques très longs (fig. 276);
fourreau ayant souvent une forme caractéristique (fig. 277 à 281).
Biologie. -— Espèces cécidogènes, formant de petites galles sur les rameaux,
les bourgeons, ou les feuilles de divers Salix.
Distribution. - Europe; Sibérie; Amérique du Nord.
TABLEAU DES Esrfscns
1 . Entièrement noire, au plus le labre et la base des mandibules jaunes;
Q, fourreau de la scie étroit, acuminé (fig. 278)... (p. 301), atm.
-— Au moins la partie antérieure du clypéus, le labre et la base des
mandibules jaunes, le plus souvent aussi les orbites et les angles
du pronotum .............................................. 2.
2. Aire frontale non délimitée latéralement par des carènes ....... 3.
-— Aire frontale nettement délimitée latéralement par des carènes. . . 4.
3. Q, fourreau assez large, à côtés parallèles, brusquement rétréci
et terminé par une petite pointe (fig. 277); tête non rétrécie derrière
les yeux, plutôt même élargie chez la femelle .... (p. 300), amerînae.
— Q, fourreau étroit, acuminé (fig. 280); tête rétrécie derrière les
yeux. ...................................... (p. 301), acuminata.
4. Fémurs Ill entièrement jaunes, sans trace de noir; Q, fourreau
. large, terminé par une pointe plus longue que chez amerinae ....
......... . ................................. (p. 302), testaceipes.
- Fémurs III noirs] à la base, ou avec des lignes noires longitudinales;
Q, fourreau plus progressivement rétréci en une pointe ......... 5.
5. Aire frontale plane, les carènes latérales peu marquées ........
.............................................. (p. 303), salicetî.
- Aire frontale profondément creusée, limitée sur les côtés par des
carènes tranchantes ......................................... 6.
6. Q, antennes à peine aussi longues que tête et thorax réunis; 0*,
antennes à peine plus longues que l’abdomen; tête très finement
ponctuée ..................................... (p. 303), VGHIISÉZ.
— Q , antennes plus longues que tête et thorax réunis; Q, antennes
bien plus longues que l’abdomen; tête sans ponctuation distincte;
fourreau, fig. 279 ................................ (p. 303), laeta.
N0·1·A. — D’après ENSLIN, qui a fait de ce genre une étude sérieuse,
le matériel des Euura de France est trop peu abondant pour en permettre
actuellement une étude directe; aussi ce tableau est-il fait suivant les
espèces d’Europe.
1. Euura amerinao L. -— Cynips amerinae L. 1758, p. 554; — Crypto-
campus pentandrae Ed. ANDRÉ, 1879, p. 89; — C'. amerinae DALLA Toann,
1894, p. 274; — Euurus amerinae ENSLIN, 1915, p. 339.

EUURA 301
[Syn. : Tenthrcdo salicis-pentandrac Rmz.; Cryptocampus medullarius
HAHTIG; C. mucronatus VOLL.; Ncmatus buccatus THOMSON]
L. 5-6 mm. — Tête noire, de couleur jaune : le labre, le clypéus, souvent
le bord des yeux, et aussi une tache triangulaire sous la base des antennes;
antennes noires, celles de la femelle brunes seulement vers Pextrémité,
celles du mâle souvent brunes presque en entier; thorax noir, les tegulae
jaunes ainsi, le plus souvent, que les angles du pronotum; pattes jaunes,
seule la base des hanches noire, mais parfois aussi les fémurs I, ou tous les
fémurs, noirs à la face inférieure, ou avec une bande noire à. la face supé-
rieure; abdomen noir, chez le mâle la plaque subgénitale brun clair, chez
la femelle Phypopyge et la base du fourreau bruns. — Aire frontale non
délimitée, seulement son bord antérieur présent; fourreau (fig. 277) assez
large, côtés parallèles, tronqué droit avec une petite pointe médiane.
Seine-et-Marne : Montereau; Ardennes : Vendresse (BENOlSTj. ,
Europe centrale et septentrionale.
Biologie. —- Larves vivant dans une galle (plusieurs ensemble) sur Salix pen-
tandra, où elles forment une excroissance assez volumineuse (fig. 282); une seule
génération ; s’empupe dans la galle. - D11·1·R1cn, 1924, p. 603, pl. XLI, f. 24-
26 (Galle).
Patasltes. — Pimpla vescicaria Ryrz.; Campoplex multicinctus GRAV.; Ela-
chistus steycri Rxrz.; Eurytoma. salicis Txioms., aciculata RATZ.; Pteramalus
excrescentium Ruz.; .Encgrtu^s tcnuis WALHEHQ Plazygaster niger Ness. (Hyme·
nopt. Ichneumon., Chalcid., Proctotryp., d’après Ed. ANDRÉ).
2. Euura acumlnata. ENSLIN· — E. a. ENSL., 1915, p. 339.
L. 4-5 mm. - Espèce très voisine de E. amerinae, mais s’en distingue
par la forme du fourreau de la scie, qui est étroit, régulièrement rétréci
vers l’apex (fig. 280).
Allemagne.
Nora. — Cette espèce peut avoir été confondue avec amerinac, et se
trouver sous ce nom dans les collections, ou sous celui de atra.
3. Euura atra Jumms. — Pteronus ater J URINE, 1807, pl. 6, fîg. 6; —
Cryptocampus angustzw Ed. ANDRÉ, 1879, p. 86; C. ater DALL.1 ToRRn:
1894, p. 276; —- Euura atm ENSLIN, 1915, p. 337.
[Syn. : Cryptocampus angustus HAR·r1c·; C. robustus ZA1>1:•.; C. hclveticus
Zann.; Euura nigritarsis CAM.] *
L. 4-5 mm. —- Tête entièrement noire, seul le labre jaune; antennes
‘ noires ou brunes; thorax noir, les tegulae sont jaunes seulement dans
la var. robusta Zmn.; pattes jaunes, hanches, trochanters et base des
fémurs noirs. - Fourreau de la scie étroit, régulièrement rétréci vers
l’apex, comme chez E. acuminata (fig. 278).

302 HYMÉNOPTÈRES ·1·Em·HnÉno1nEs
Ardennes; Haute-Saône : Gray; Allier : Moulins, Broût-Vernet; Saône·et-
Loire : La Grisière (FLAMAHY); Loire·Inférieure : Nantes.
Iles britanniques; Belgique; Hollande; Allemagne; Suède.
   :1 /
.  E,  ji \l  \   'il
' ·a,%Fïi¥i?% ' `· A  
 Ti';} ft;  ll x NT" ,.
  Af   —~;, È  if
Fil).;   a• (É  ¢¤’ 
  î . . 4  ` ¤ ,
ïwi v».,: 4 ·u ï·` 
',.   284
if 282 Bâ ,§
M .
283 (
É . ‘
1 .  
` ’ ··?'. Z [
1 7/   î ti  
285 286 287
F1G. 282 à 287. — 282. Galle de Euura amerinae, sur Salix pentandra. —
283. Galle de Euura atm, sur Salim. — 284-. Galle de Euura testaœipes, sur
Salix amygdalis. — 285. Galle de Euura saliceti, sur Salix viminalis. —
286. Galle de Euura venusta, sur Salix aurita. — 287. Galle de Euuraîlacta,
sur Salia: viminalis (Ces dessins d’après ENSLIN).
Biologie. —·- La larve vit isolée dans la·moelle des rameaux de Salix où elle
cause un épaississement (fig. 283); deux générations. — Drrrmcn, 1924, p. 602,
pl. XL, f. 20-22 (galle).
Pa1’aSît0S. - Entedon acuminatus RATZ., E. 0lenuis§RATz.;'_Euryt0ma extincta
RA·1·z. (d’après Ed. ANDRÉ).
4. Euura testaceipes ZAonAcH. —- Cryptocampus testaceipes Znnn., 1883,
p. 209; DALLA Toune, 1894, p. 279; Euura tcstaceipes ENSLIN, 1915, p. 340.

Enum 303
[Syn. : Euura jlavipes Cammxorx]
L. 4-5 mm. — De même couleur que amerinae, mais les fémurs III com-
plètement jaunes, sans trace de noir ou de brun. -— Fourreau de la
scie, assez semblable à celui de amerinae; d’après Gammes les cerques
sont relativement courts.
Europe centrale et septentrionale.
Biologie. — Larve dans des galles fusiformes, formées sur la nervure médiane
de feuilles de Saliz fragilis, alba, amygdalina.
5. Enum salloeti FALLÉN. — Tenthrcdo saliceti FALLÉN, 1808, p. 111; —
Czyptocampus saliceti Ed. ANDRÉ, 1879, p. 88; DALLA Tomm, 1894, p. 278;
-— Euura saliceti ENSLIN, 1915, p. 341.
[Syn. : Cryptocampus mucronatus Hanrxo; C. gcmmarum ZADD.; C.
pictus ZADD.; C. pygmaeus ZADD.]
L. 3,5-4 mm. — De même couleur que amerinae, mais pattes jaunes,
la base des hanches, les trochanters et la base des fémurs jaunes sur une
plus ou moins grande étendue. —- Aire frontale plane, non délimitée par
des carènes sur les côtés; fourreau de la scie comme chez laeta (fig. 279)
mais la pointe plus étroite.
Seine-et-Oise : Poissy; Seine-et·Marne : Fontainebleau (Bau); Loire-Inférieure :
Nantes; Savoie : Grésy-sur-Aix. '
Europe centrale et septentrionale; Sibérie.
Biologie. — Larve dans des galles de bourgeons sur les Salim (fig. 285); voir
aussi Bmscnxn, 1883, pl. 8, fig. 2; 1883 b, pl. 1, fig. 3. Dxrrmcn, 1924, p. 606.
6. Euura venusta Zannacn. — Cryptocampus venustus Zann., 1883,
p. 206; DALLA Tonns, 1894, p. 279; — Euura venusta ENsL1N, 1915, p. 342.
[Syn. : Cryptocampus brevicornis Zannacn] '
L. 5 mm. - Entièrement noir, le labre, le clypéus, la base des maudi-
bules jaunes, parfois les orbites bruns; thorax noir, seules les tegulae
brunes ou jaunes, le pronotum entièrement noir; pattes jaunes, la base
des hanches noire, de fines lignes noires aux faces supérieure et inférieure
des fémurs, Pextrémité des tibias et des tarses brune. - Aire frontale
fortement concave, limitée sur les côtés par des oarènes bien tranchantes;
fourreau de la scie relativement large à la base, puis brusquement aminoi
en une petite pointe (voir fig. 281, testaceipes).
Belgique; Danemark; Allemagne.
Biologie. — Sur Salix caprea, aurita, cinerea; les larves forment une petite
excroissance, où elles vivent isolément, à la base du pétiole des feuilles (fig. 286);
voir Bmscuxs, 1883, pl. 8, fig. 12. Dr·1··1·mc¤, 1924, p. 607. pl. XLII, 1. 31-33.
Patasltes. — Pimpla vesicaria RA·rz.
7. Euura laeta Znnmcn. — Cryptocampus laetus Zsno., 1883, p. 204;
DALLA Tonnn, 1894, _p. 277; — Euura laeta Eusnm, 1915, p. 344.

304 HYM1âNoPrÈnEs TENTHRÉDOIDES
[Syn. : Nematus populi Huma.-Son.]
L. 5 mm. — Comme la précédente, mais un peu plus claire, les orbites
jaunes, du côté externe chez la femelle, mais aussi du côté interne chez
le mâle; angles du pronotum le plus souvent jaunes. —- Fourreau (fig. 279)
plus large que dans l’espèce précédente.
Somme : Amiens.
Europe centrale.
Biologie. —— Sur Salim vimimzlis; larve dans une galle à la base des feuilles
(fig. 287); voir Bnrscnns, 1883, pl. 8, fig. 4. DITTHICH, 1924, p. 608, pl. XL, f.
14-16.
Gen. PONTANIA A. Cosrli, 1859
De petite taille : 4-6 mm. en moyenne; en général presque entièrement
noirs, avec le labre, les mandibules sauf Pextrémité, le bord antérieur
du clypéus, les angles du pronotum, les tegulae, parfois la face ventrale
de Pabdomen, jaunes; 1w cellule cubitale petite, la nervure qui la limite
parfois peu visible; antennes filiformes, non sensiblement amincies vers
Pextrémité (fig. 291); clypéus échancré au bord antérieur; Q fourreau
de la scie étroit, aminci à l’apex, cerques bien développés, mais moins
longs que chez Euura.
Biologie. - Les Pontania vivent à la face inférieure des feuilles des Salix,
dont elles enroulent les bords, ou sur lesquelles elles provoquent une petite cécidie,
ronde ou plus ou moins allongée (fig. 295).
Distribution. — Europe; Islande; Amérique du Nord; Sibérie.
TABLEAU uns FEMELLES
1. Scutellum à surface bombée, en demi-sphère; abdomen le plus
souvent rougeâtre, au moins en dessous ...................... 2.
——- Scutellum à surface plane, son contour triangulaire; abdomen
presque toujours noir, rarement rouge en tout ou en partie ..... 3.
2. Couleur générale jaune-rouge, Pabdomen presque entièrement
rouge sur les deux faces; fourreau de la scie étroit, arrondi à l’extré-
mité. ...................... . ................ (p. 305), piliserra,
- Couleur noire plus étendue; abdomen noir en dessus, jaune-rouge
en dessous; fourreau de la scie assez large à la base, aminci vers
Pextrémité qui, vue de côté, se termine par une longue pointe.
(fig. 293) ................................... (p. 306), seotaspis.
3. Éperons des tibias III courbes (fig. 292) ..... (p. 306), leucostiota.
— Éperons des tibias III droits ...........................   4.
4. Fourreau de la scie, vu de côté, terminé en une pointe aiguë (voir'
fig. 293) .................................................. 5.
— Fourreau de la scie, vu de côté, arrondi à Pextrémité .......... 6.

PoN'rAmA 305
5. Couleur fondamentale noire, avec seulement de légères parties
jaunes, en particulier à l’abdomen, seulement la région anale
jaune ...................................... (p. 307), leucaspls.
— Couleur jaune rougeâtre très étendue, occupant la majeure partie
de la tête et du thorax, ainsi que l’abdomen en entier, ou au moins
la face ventrale ............................... (p. 307), puella.
6. Stigma d’une seule couleur uniforme, jaune ou blanchâtre ...... 7.
—- Stigma brun avec la base blanchâtre, ou blanc sur la moitié
basale, brun ensuite ....................................... 8.
7. Le bourrelet inférieur de Paire frontale n’est pas complètement
interrompu en son milieu par le sillon supraantennal .......
.......................................... . (p. 308), vesicator.
— Le bourrelet inférieur de l’aire frontale est largement interrompu
au milieu par le sillon supraantennal ...... (p. 308), collectanea.
8. Fossette supraantennale prolongée en haut par un sillon pro-
fond qui coupe le bourrelet inférieur de Paire frontale ........ 9.
— Fossette supraantennale non prolongée en haut par un sillon
profond coupant le bourrelet inférieur de l’aire frontale ........ 11.
9. Aire frontale bien distincte, bordée sur les côtés par une carène.
Commune .................................. (p. 309), vlmlnalis.
— Aire frontale non distincte, ses bords mal limités. Rares ....... 10.
10. Tête ponctuée, presque mate; fourreau, vu de dessus, assez étroit,
longuement aminci, vu de côté étroitement arrondi (fig. 294).. .
.......................................... (p. 310), pedunculi,
— Tête à peine ponctuée, brillante; fourreau, vu de dessus, large,
brièvement aminci, vu de côté largement arrondi ............
...................................... (p. 310), krlechbaumerl.
11. Aire frontale limitée sur les côtés par des carènes. . . (p. 311), bella.
— Aire frontale non limitée sur les côtés, à peine distincte ....... 12.
12. Partie supérieure de la tête à peine ponctuée, très faiblement
striée, brillante; fémurs non tachés de noir. Assez commune...
........................................... (p. 311), proxima.
— Partie supérieure de la tête ponctuée et striée, à reflets mats;
fémurs tachés de noir ...................................... 13.
13. Tibias III rembrunis seulement à l’apex ..... (p. 312), femotalis.
— Tibias III avec une tache noire à la base du côté inférieur .....
............................................ (p. 313), flbulata.
1. Pontania. piliserra. TnoMsoN. — Nematus piliserra Tn., 1862, p. 616;
— Nematus xanthogaster Ed. ANDRÉ, 1879, p. 224; DALLA Toune, 1894,
p. 274 (pars); —· Pontania piliserra Ensnm, 1915, p. 345.
[Syn.: Nematus contractus Evzns., N. xanthogastcr CAM., N. bipartitus
CAM.]
_ L. 5-6 mm. ·—- De couleur jaune rougeâtre : l’abdomen en entier, la
20

306 HYMÉNOPTÈRES TENTHRÉDOIDES
tête sauf une partie du Vertex, une tache ocellaire noires, ainsi souvent
que la partie postérieure de la tête; antennes noires ou brunes à la face
supérieure, jaunes à la face inférieure; thorax : trois grosses taches noires
sur le mésonotum (parfois le mésonotum en entier), ainsi qu’une tache
sur le scutellum; chez le mâle le mésosternum peut avoir deux grosses
taches noires; scutellum fortement bombé en demi-sphère, et avec une
forte ponctuation. —— Fourreau de la scie, vu de côté, élevé, formant un
angle aigu au milieu.
Allier : Moulins.
Europe centrale et septentrionale.
Biologie. — Sur Salim viminalis; la larve se tient dans le bord enroulé de la
feuille, en août; elle s’empupe en terre, dans un cocon brun, cylindrique.
2. Pontanîa scotaspîs Fônstrsn. —— Nematus scotaspis Fônsr., 1854,
p. 307; N. scotaspis Ed. ANDRÉ, 1879, p. 168; N. scotaspis DALLA Tomas,
1894, p. 260; —— Pontania scotaspis ENs1.1N, 1915, p. 346.
[Syn. : Ncmatus wcstermanni THOMSON]
L. 5-6 mm. —— De couleur noire; sur la tête sont jaunes les parties de
la bouche, souvent aussi les orbites, une tache près du Vertex, un espace
triangulaire sous la base des antennes, chez le mâle souvent toute la partie
inférieure de la face; thorax noir, les angles du pronotum et les tegulae
jaune pâle; abdomen noir, la face Ventrale jaune rougeâtre; antennes
noires, la face inférieure brune, chez le mâle souvent les antennes entière-
ment brun clair; ailes hyalines, nervures brun clair, costale et stigma blan-
châtres, le pourtour et Pextrémité de celui-ci brunes. —- Tête et mésonotum
finement ponctués, le scutellum plus fortement bombé et ponctué que
chez piliserra.
Somme : Amiens; Seine-Inférieure : Rouen; Loire-Inférieure : Nantes, avril-
mai.
Iles britanniques; Belgique; Allemagne; Suède.
Biologie. — Sur Salim viminalis, dans le bord enroulé de la feuille; scie ügurée
par CAMERON, II, pl. 26, fig. 1.
3. Pontania. leucosticta HARTIG. ——- Nematus leucostictus HAM., 1837,
p. 202; Ed. ANDRÉ, 1879, p. 162; DALLA Toune, 1894, p. 234;- Pantania
leucosticta ENSLIN, 1915, p. 347.
[Syn. : Nematus klugi GIMM., N. erythropygus Fôasr., N. cmssulus
THOMSON, N. sharpi CAM.]
L. 4-5 mm. — Noir, de couleur jaune : le labre, le bord antérieur du
clypéus, les mandibules presque en entier, une tache entre les antennes,
les angles du pronotum, les tegulae, les pattes sauf la base des hanches;
orbites bruns, face inférieure des antennes brune; face ventrale de l’abdo-
men, et chez le mâle la plaque sub-génitale, jaune-rougeâtre; ailes hya—
lines, nervures brunes, costale jaune clair, stigma blanchâtre. — Éperons

PONTANIA 307
des tihias III courbes (fig. 292); tête : téguments mats, mésonotum fine-
ment ponctué; fourreau de la scie, vu de dessus, épais, aminci ensuite
vu de côté terminé en une pointe aiguë.
Ardennes (Picxaor).
Iles britanniques; Allemagne; Tyrol; Suède.
Biologie. — Sur Salix aurita, caprea, penlandra, vilellina, viminalis, en dessous;
figurée par Bmscmus, 1875, pl. 3, fig. 7.
P&I‘3SlteS. — Erromenus analis BR. (Ichn); Ascogaster quadridentata Wesm.
(Brac.)
4. Pontania leucaspis T1scmaEiN. — Nematas leacaspis Tiscn., 1846,
p. 77; Ed. ANDRÉ, 1879, p. 130; — Pontania leacaspis ENSLIN, 1915,
p. 348.
[Syn. : Nematas ischnoceras THOMSON, N. leacostigma CAM., anglica
CAM., nigrolineata CAM., bridgammi CAM., purparae CAM (1), prassica
ZADD., polita ZADD., commixta ZADD., sieboldi ZADD., viminalis HART.,
K0Now, nec L., nigritarsis Ed. ANDRÉ]
L. 3,5-4,5 mm. — Coloration très semblable à celle de P. leacosticta
chez la femelle mésopleures et abdomen noirs, au plus la région anale
jaune. —— 5*, antennes plus courtes que le corps; Q, fourreau de la scie
terminé en une pointe aiguë.
Nord (Lnmisimv); Allier: Moulins; Charente-Maritime : Saintes; Haute—Gar. :
Grépiac,juin (Rinwr); Saint-Béat, août.
Europe centrale et septentrionale.
Biologie. — Sur Salix viminalis, parpurea, cinerea, az:utz`f0lia, alba, fragilis,
helix, pentandfa, vitellina; larve dans le bord de la feuille enroulé; figurée par
Bmscxixn, 1883 b, pl. 1(7), fig. 4 et 14. D1·r·rRxc¤, 1924, p. 612, pl. XLIII, f.
39, 40.
P8t3SlteS. - Saolis brevispina TH.; Polysphincta areolaris RATzB.;Pimpla alter-
nans GRAY., vesicaria RATZB.; Cryptus gallarum RUD.; Hemiteles gallarum RUD.
5. Pontania puella THOMSON. — Nematas paella Tu., 1871, p. 160;
Ed. ANDRÉ, 1879, p. 204; — N. pineti DALLA T0RRE, 1894, p. 250; —
Pontania paella ENsL1N, 1915, p. 350.
[Syn. : Nematas pineti ZADD., ANDRÉ, nec Hxnrxo, N. elegans ZADD.,
N. lepidas Fôasr., N. congraens Fônsr.] -
L. 4-5 mm. — Espèce reconnaissable, surtout la femelle, à sa couleur
plus claire que chez toute autre. — Q , tête jaune-brun, de couleur noire :
la pointe des mandibules, deux points à la partie supérieure du clypéus,
souvent le tour des yeux et le bord du Vertex, antennes noires, la face
inférieure brune; thorax jaune avec, de couleur noire : trois taches sur le
mésonotum, le mésosternum, la plus grande partie du segment médiaire;
(1) D’après S1·m·r·r (1938) cette synonymie n’est pas justifiée, et Pontania purpurea CAM.
est une espèce valable.

308 HYMÉNOPTÈRES *rEN·rrmÉDo1DEs
pattes jaunes; ailes hyalines, nervures brunes, costale et stigma jaune
pâle, l’extrémité de ce dernier un peu plus foncée; abdomen parfois entière-
ment jaune-brun, mais souvent aussi la face dorsale noire. —— on Plus foncé,
de couleur générale noire, la tête en partie jaune, au thorax, de couleur
jaune : les angles de pronotum, les tegulae, parfois de petites taches sur
le mésonotum et presque toujours une grosse tache sur les mésopleures;
abdomen noir, la face ventrale jaune. — Mésonotum finement et densé-
ment ponctué.
Haute-Saône : Gray, juin .
Europe centrale et septentrionale.
Biologie. - Sur Salix alba, fragilis, amygdalina; larve dans le bord roulé de
la feuille. Dwrnrcn, 1924, p. 613.
6. Pontanîa vesicator BRÉM1. — Nemams vesicator Barzm, 1849, p. 93;
Ed. ANDRÉ, 1879, p. 162; DALLA Tonnn, 1894, p. 269; — Pontania
vesicat0rENsL1N, 1915, p. 352.
[Syn. : Nematus helicinus Bmscnxn, N. betulinus Ba., N. leptocerus
Fôasr., N. lugdunmsis VOLLENH., N. togatus CAM.]
L. 4,5-6 mm. —— Q, tête noire, le bord antérieur du clypéus, les maudi-
bules sauf 1’apex, et les orbites surtout à la partie postérieure, jaune-rou-
geâtre; thorax noir, les angles du pronotum largement jaune·rougeâtre,
ainsi que les tegulae; pattes jaune-rougeâtre, la base des hanches noire;
ailes hyalines, nervures brunes, costale jaune, stigma uniformément jaune;
abdomen jaune-rougeâtre, au plus les premiers tergites noirs en totalité,
ou seulement au milieu; cerques jaunes, fourreau noir. — (5* plus noir
que la femelle, abdomen entièrement noir. — Clypéus très profondément
échancré au milieu; aire frontale non délimitée par des carènes sur les
côtés, sa carène antérieure bien marquée, non divisée au milieu.
Vosges; Jura (E. L. Bouvmn, galles); Allier : Moulins, mai.
Europe centrale.
Biologie. — Sur Salix purpurea, arbuscula, daphnoides, hélix, lapponum, lau-
rina, retusa, vitellina, la larve vit isolée dans une galle dont elle provoque le
développement àla face inférieure de la feuille, cette galle, un peu allongée, parfois
réniforme, est de couleur rouge de rouille (fig. 295); la larve s’empupe dans
le sol; une génération, rarement deux; figurée par Barscnxa, 1875, pl. 3, fig. 12.
Comportement de la larve : Susana (1919).
Parasites. - Pimpla vesicator Ryrzn (lchn.) ; Eurytoina acicolata Ryrzs (Chalc.)
7. Pontania. collactanea Fônsrna. —— Nematus collactaneus Fôasr.,
1854, p. 299; Ed. ANDRÉ, 1879, p. 135; — Pontania collactanea ENSLIN,
1915, p. 353. '
[Syn. : Nematus deficiens Fôasr., N. helicinus THOMSON, N. crassipes
Tn., N. fennicus Ed. ANDRÉ, N. xanthostylus ZADD.]
L. 4-5 mm. —- Très voisin comme coloration de P. vesicator, s’en dis-

x>oN·rAmA 309 '
tingue par les antennes, qui sont plus courtes que Pabdomen (Q), ou à
peine plus longues que l’abdomen (6*); carène antérieure de Paire fron-
tale largement interrompue au milieu par un sillon qui va de la fossette
supraantennale à l’0celle antérieur.
France, sans localité précise.
Europe centrale.
Biologie. — Ensmu (1915, p. 353, fig. 91) pense que c’est peut-être à cette
espèce qu’est due la galle ligneuse trouvée sur Saliz rcpens et S. cuspidata; les
larves y seraient par groupes, et y passeraient l’hîver.
8. Pontania Viminalis L. —- Cynips viminalis L., 1758, p. 554, nec HAR-
TIG, 1840; — Nematus vollenhcveni Ed. Anims, 1879, p. 153; — N. vimi-
nalis DALLA Tonns, 1894, p. 270; —— Pontania viminalis Ensnm, 1915,
p. 357. _
[Syn. : Tenthrcdo saliczis cinercac Rxsrz., T. salicis Cnnrsr, T. intercus
Lyra.; —— Nematus interstitialis CAM., N. vollenlzoveni CAM., N. vacci-
niellus CAM., N. pul-
lata Ed. ANnnÉ] C "  
L. 4-5 mm. —— Corps `· -
noir, de couleur jaune W \ (S ‘· _   V
âeulement les parties   rï-  
e la bouche, le bord D A 4 .«\ `
· È? ·· * î Y
antérieur du clypéus, · ,»_,sn, 5-. în
Q ]« 's» \\ ~
une tache de chaque Q4 f    Q
côté du vertex (pou- ( _;   · ( È
vant manquer), les (   É
angles du pronotum, É C *.
les tegulae, et l’extré- —
mjté de Pabdomen; FIG. 288. — Pontania viminalis, Q.
antemies noires; pattes
jaunes, la base des hanches noire; ailes hyalines, les nervures brunes, la
costale brun clair, le stigma brun avec sa base plus claire; clypéus forte-
ment échancré; sur la face, la fossette supraantennale est suivie par un
profond sillon qui coupe au milieu le bourrelet antérieur de l’aire frontale,
ce bourrelet bien prononcé (fig. 289).
Nom. — La couleur est quelque peu variable, et il y a des exemplaires
chez qui le dessin jaune est plus développé :
var. gallarum Hnnrxc, ventre jaune-rougeâtre.
` var. xanthaspis Eustm, Q, jaune-rougeâtre deux grosses taches du côté du
- vertex, le milieu de la face, les tempes, tout le pronotum, une partie des méso-
pleures, le scutellum, tout l’abdomen.
Seine, Seine-et-Oise : environs de Paris; Seine-et-Mame : Fontainebleau
(Bau); Somme : Amiens; Ardennes; Vosges : Gérardmer (Hummcxx); Allier :

310 n¥MÉNo1>rÈm2:s TENTHRÉDOIDES
Moulins; Hérault : Montpellier (LICHTENSTEIN, la forme typique et les deux
variétés ensemble).
Presque toute l’Europe.
Biologie. —— Sur Salix, surtout purpurea; larve dans une petite galle sphérique
de moins d’un cm. de diamètre, placée à la face inférieure des feuilles; la surface
de cette galle est lisse, de couleur verte veinée de rouge, et hérissée de petites
pointes (fig. 296); une ou deux générations; s’empupe en terre. Instinct et leurs
rapports avec l’héréd té des caractères acquis, Hanmson (1927); —— Drrrrucu,
1924, pl. XLIII, f. 41-43, (galle).
P8.l‘&SiteS. — Ichn. :Omorgus multicinctus GRAV.; Pimpla alternans GRAV.,
roborator F.; Ephialtes continuus RATZB.; Nemioblastus palaemon. SGH.; Mesoleius
segmentatar HOLM.; Polysphincta areolaris RATZB.; — Brac. : Ichneutes brevis
RA·rzB.; Bracon discoidens MARS11., gallarum RATZB., laevigatissimus D. T., scu-
tellaris RATZB.; Chalc. : Eulophus nemati RA'1·zB., tischbeini RA·1·zB.; Seladerma
salicis Ness; Eupelmus urozonius Rom).; Eurytoma aciculata Rarze.
9. Pontania pedunculi Hume. —— Nematus pedunculi Hrs., 1837, p. 388;
DALLA Tonns, 1894, p. 250; —- Pontania pedunculi ENSLIN, 1915, p. 358.
[Syn. : Nematus anamalopterus Fonsrsn; N. curticomis CAM.]
L. 4-4,5 mm. — Se distingue par la ponctuation de la tête, beaucoup
plus forte que chez les autres espèces, les téguments n’étant plus brillants;
fossette supraantennale peu profonde, prolongée par un sillon également
peu accentué; clypéus fortement échancré sur toute sa largeur; fourreau
de la scie, vu de dessus, longuement aminci, vu de côté arrondi à l’extrémité.
France, sans localité précise. `
Iles britanniques; Europe centrale et septentrionale.
Biologie. — Larve dans des galles sur Salix cinema, aurita, caprea (Loisutnu,
1907, p. 9).
10. Pontania kriechbaumeri Konow. —— P. k. Konow, 1901, p. 127;
ENSLIN, 1915, p. 359.
[Syn. : P. crassivalvis KONOW]
L. 3,5-5,5 mm. — Noir, de couleur jaune les pièces de la bouche, parfois
les orbites, les tegulae, les angles du pronotum; ailes hyalines, stigma
jaune, la base plus claire, mais parfois uniformément jaune chez le mâle. ——-
Tête faiblement ponctuée, téguments brillants, fossette supraantennale
prolongée par un sillon; aire frontale limitée par des sillons sur les côtés,
mais non par des carènes; fourreau, vu de dessus, large, obtus, peu pro-
longé.
France (d’après Enstm, sans localité précise).
Allemagne; Tyrol.
Biologie. —- Larve dans des galles sur Salim incana, semblables à celle de vimi-
nalis, mais non lisses, couvertes d’un feutrage grisâtre; cocon dans la galle ou
sous l’écorce; — Dxrrmcn, 1924, pl. XLIII, f. 46-48 (galle).

romania 311
11. Pontania bella Zanmcxi. — Nematus bellus Zum., 1875, pl. 3,
fig. 13, 14; En. AMJRÉ, 1879, p. 155; - Pontania bella ENSLIN, 1915,
p. 361.
[Syn. : Nematus baccarum CAM.; Pcntania carpentieri Korxow]
L. 3,5-4,5 mm. -· Noir, de couleur jaune : le labre, le clypéus, la base
des mandibules, une tache de chaque côté de l’aire frontale et le bord posté-
rieur des yeux, les angles du pronotum, les tegulae, deux taches brunes
sur le scutellum; abdomen noir, chez le mâle le milieu de la face ventrale
et la plaque subgénitale jaunes, chez la femelle toute la face ventrale jaune;
stigma jaune, la base plus claire (à peine chez le mâle). -- Aire frontale
bordée latéralement par des carènes bien nettes, le bourrelet inférieur
bien prononcé, non interrompu au milieu; fourreau large, vu de dessus, _
vu de profil largement arrondi.
Somme : Amiens (P. carpcnzieri).
Iles britanniques; Allemagne.
Biologie. — Sur Salim aurita, caprea, cincrea; larve dans des galles sphériques
semblables à celle de viminalis, mais un peu plus petites, à surface portant de
petits poils blancs, placées à la face inférieure des feuilles, de couleur jaune ou
‘ verte, parfois rouge (fig. 297); galle et larve ûgurées par Bmscuxs, 1875, pl. 3 (6),
fig. 13-14.
; 1  ·‘·' "     (   Y:     
Q\ iiiti L 290    ‘      
/ . 289
fa
 i 291
(
il 292 293 294
Fzc. 289 à 294-. —— 289. Pontania. viminalis, tête vue de face. — 290. Id., aile
antérieure, région du stigma.-291. Id., antenne.—292. P. leucoszicm,tibia III.
— 293. P. scotaspis, fourreau de la scie vu de profîl.—294. P. pedunculi, idem,
d’après Eusmn.
12. Pontanla proxima L1:1>E1.E1·1En. — Nematus proximus LEP., 1823,
p. 67; DALLA Tomas, 1894, p. 252; — Pontania capreae Emsnm, 1915,
p. 363; Dxrrnxcu, 1924, nec L. (1).
(1) Selon Muaxsz er Bnnsox, 1934, p. 14, Tenzhredo capreae L. est un Pteronidea, et non
un Pantania comme le voulait Eusmm.

312 HYMÉNOPTÈRES ·rEN·rHRÉno1DEs
[Syn. : Nematus gallicola STEPHENS, N. vallisnieri Hnimo, N. albi-
carpus A. Cosm, N. dolichurus THoMsoN, N. hcrbaceae CAM., N. capreae
Runow, N. festives ZADD., N. parvulas Hom.]
L. 4-4,5 mm. — Noir, de couleur jaune : le labre, la majeure partie
des mandibules, le bord antérieur du clypéus, les angles du pronotum
(très faiblement), les tegulae, et les pattes sauf la base des hanches; ailes
hyalines, le stigma blanc dans sa moitié basale, brun clair ensuite (Q),
chez le mâle brun clair presque en entier. — Aire frontale peu précise,
non limitée par des carènes sur les côtés.
Seine, Seine-et-Oise : Créteil, Maisons·Laffitte; Seine-et-Marne : Fontainebleau;
Somme : Amiens; Hérault : Montpellier (d’après MARQUET).
Toute l’Europe; Sibérie.
` Biologie. — Sur Salix amygdalis, fragilis, alba, etc.; la larve fait de petites
galles, souvent au nombre de plusieurs sur chaque feuille, ayant la forme d’un
grain de café, ou d’un haricot, visibles à la face supérieure, où elles sont rouges,
vertes en dessous; selon Lo1sELLE, qui a étudié cette espèce, les galles sont par-
fois percées d’un trou par oû la larve sort la nuit pour ronger le bord de la feuille;
une ou deux générations; il y a souvent parthénogenèse; étude très complète
de cette espèce par CARLETON, 1939; galle et larve figurée par Bmscuxn, 1875,
pl. 3 (6), fig. 9, 14, larve et imago par CARLETON; bibliographie dans CARLE·r0N,
1939. Comportement des larves : Ramon (1918). — Dirrmcn, 1924, pl. XLIV,
f. 49, 50 (galle).
Patasitcs. -— Ichneum. : Angitia vestigialis Rarz.; Pimpla vesicaria RATZ,;
Masochorus sp.; Scopimenus pygobarbus RkM.; Angitia coleophorarum RATZ.;
curvicauda HOLM.; Ischnobatis stramineipes BR.; Thcrsilochus flavicornis TH.;
Melobaris crassicornis GRAY.; Mesoleius bilineatus, GRAV, variegatus JUR.; Try-
phon leucodactylus RATZ.; Erromcnus analis BR.; Limneria clypeata BR., ramidula
BR. — Braconidae : M icrobracon doscoideus WESM., picticornis WESM. —· Chalci-
dîdae : Eulopkus tischbeini R.; Habrocytus capreae TH.; Eupelmus urozonus
DALM.; Eurytoma aciculata Rmz. (d’après Mary CARLETON).
13. Pontania femoralîs CAMERON. — Nematas femoralis CAM., 1875,
p. 295; Ed. ANDRÉ, 1879, p. 129; —- Pontania femoralis ENsL1N, 1915,
p. 364.
[Syn. : Nematus ischnocerus ZADD.]
L. 4-5 mm. -— Se distingue par la coloration des pattes, qui ont les han-
ches, et surtout les fémurs, en grande partie noirs, extrémité des tibias III
et des tarses brune; ailes hyalines, stigma blanc dans sa moitié basale,
brun ensuite. —- Tête ponctuée, presque mate; fourreau longuement acu-
miné, son extrémité arrondie.
Ardennes (Pxcaor).
Iles britanniques; Europe centrale.
Biologie. — Sur Salix purpurea, laurina, etc.; larves dans des galles à la face
inférieure des feuilles, mais visibles du dessus, où elles sont rouges, par contre
vertes en dessous; elles sont souvent disposées par deux, ou davantage, le long
de la nervure médiane; une génération. —- Dxrrarcn, 1924, p. 662, pl. XLIII,
f. 37, 38 (galle).
· Parasites. - Sciara (Dipt.) (d’après Cxmznon).

romania 313
14. Pontanla ilbulata Konow. -· P. f. Korzow, 1901, p. 133; Ensmn,
1915, p. 354. .
L. 3,5-5 mm. —- Très voisine de la précédente; souvent la base des anten-
nes jaunâtre, deux taches brunes à la partie supérieure de la tête; tibias III
avec une tache noire près de la base; fourreau longuement acuminé, encore
plus que chez P. femoralis.
France (sans localité précise). .
Allemagne.
t            
  »   ,..· :  
gé, j¤··:î,`_f*  . :îjï§;v,`i··5·,À   V
  T F ll   ’ *Élël#lë:ïil'
 L Ãiri I   `  
      L ·'_, .   * .._. ·   3  
" psy
\ i ·
\ V I,
ses zao 297
FIG. 295 à 297. -295. Galle de Pontania vesicator, sur Salim purpurea. — 296. Galle
de Pcnlania viminalis.—-297. Galle de Pontania bella (Ces dessins d’après Erasrm).
Les cécidies, ou galles, sont souvent plus caractéristiques et plus faciles
à reconnaitre que leurs auteurs; on peut les grouper ainsi qu’i1 suit :
1. - Bora dela reuuie enroulé ...... Z P"”‘“’ï‘“ P‘l'*"""“1 ‘°""”P”
leucostzcla, leucaspzs, paella.
II. —— Galle ligneuse ................ P. collactanea.
III. —- Galle réniforme. .............. P. vesicator. `
nue, avec p0inte.. P. viminalis.
. feutrée. ......... P. kriechbaumeri.
IV. Galle sphérique hérîsséa de Poils
blancs ..... . . . . P. bella.
V. — Galles allongées et groupées,. . . P. proxima, femoralis.

314 HYMÉNOPTÈRES TENTHRÉDOIDES
Gen. CROESUS LEACH, 1817
Aisément reconnaissable à la dilatation des métatarses III et de l’extré-
mité des tibias III (fig. 298).
Distribution. — Europe; Amérique du Nord.
· TABLEAU DES ESPÈCES
1. Mésopleures fortement chagrinées, à surface mate ............ 2.
— Mésopleures à ponctuation très fine et éparse, sa surface lisse et
brillante ............................................. . .... 3.
2. Métatarse III moins de deux fois aussi long que large, son bord
supérieur régulièrement arqué (fig. 299); vertex une fois et demi
aussi large que long ..................... (p. 314), septentrionalis.
- Métatarse III presque 3 fois aussi long que large, son bord supé-
rieur non régulièrement arqué, rectiligne sur une partie de son ·
étendue'(fig. 300); Vertex deux fois aussi large que long .......
.............................................. (p. 315), latipes.
3. Ailes antérieures hyalines, sans bande foncée ...... (p. 316), varus.
- Ailes antérieures avec une bande brune en dessous du stigma. . . ·
.......................... . ................ . .... brischkeî (1).
1. Croesus Septentrionalis L. — Tenthredo septentrionalis L., 1758,
p. 557; — Ncmatus septentrionalis Ed. ANDRÉ, 1879, p. 99; DALLA TORHE,
1894, p. 262; — Croesus septentrionalis ENSLIN, 1915, p. 366.
[Syn. : Terzthredo alni L., T. largipes RE'rz., Croeszzs laticrus Cunrxs]
L. 8—10 mm. — Tête noire, téguments rugueux, antennes noires; thorax
noir, les tegulae noirs; ailes hyalines, nervures et stîgma bruns, une bande
transversale légèrement brune au niveau du stigma, extrémité de l’aile
un peu rembrunie; pattes : hanches, trochanters et fémurs noirs, ou brun
plus ou moins foncé, un peu plus clairs aux pattes I et II; pattes I et II :
la base blanche, le reste jaune—rougeâtre, tibias III blancs sur presque la
moitié de leur longueur, bruns ensuite, ainsi que les articles du tarse;
abdomen, les deux premiers segments noirs, ainsi que les derniers, le milieu
rouge, en général sur quatre segments; téguments du thorax fortement
ponctués, surtout aux mésopleures. - (5* pattes comme celles de la femelle,
mais les parties foncées le sont généralement moins; extrémité de l’abdomeu
en général entièrement rouge; aile sans bande foncée. — Tibia et méta-
tarse III, fig. 299.
Toute la France, probablement sauf le Midi.
Iles britanniques; Europe; Italie.
(1) Présence en France douteuse.

caossus _ 315
Blologle. — Sur Alnus et Betula (peut·être aussi Sorbus, Salim pentandra,
Corylus, Populus nigra); larve (fîgurée par Ed. Armani, pl. 10, fig. 2; Cmsaou,
I, pl. 3, fig. 5; Biuscnxs, 1875, pl. 1, fig. 2), corps vert sale, le 1°' et les deux ou
trois derniers segments jaunes, tête noire, sur le dos deux séries de grandes taches
noires, et d’autres plus petites, îrrégulièrement placées sur les côtés, stigmates
noirs; elle vit en groupe, dérangée elle dresse l’abd0men et roule le corps en S,
faisant sortir entre les pattes des sortes de glandes vésiculaires jaunes, accompa-
gnées d’une tache noire; les œufs sont déposés en un rang dans les nervures
médianes ou latérales; la larve s’empupe en terre dans un cocon de couleur noire,
Parthénogenèse arrhénotoque (Camenorr).
Pntùsltes. —- lchneumon. : Campople.1: argentatus Gmv., chrysostictus Rivrz;
Limneria argentata. Gnav.; Mcsoleptus testaceus Gnav.; Polysphincta areolaris
Rxrz.; Tryphan_ gibbus Rarz., melancholicus Gnav., septentrionalis Rarz., sexli-
turatus GMV.; Pimpla angens Ga. -— Braconidae : Ichneutes reunitor Ness;
Microgaster alvearius Srm. (d’après Ed. Amine et_CAMEa0N).
2. Croesus latlpes VILLARET. — Nematus latipcs V1x.L., 1832, p. 306,
pl. 11, fig. 4, 6; Ed. ANDRÉ, 1879, p. 101; DALLA Tonus, 1894, p. 233; —
Croesus latipes Eusnm, 1915, p. 366.
[Syn. : Croesus laticrus EVERSMANN]
L. 7-10 mm. -— Fig. 298. — Très voisin de C. septentrionalis, les carac-
tères distinctifs étant parfois peu appréciables; ailes antérieures non
SQ stsée ~ s t  
— zu·¤e}` » _ " . , ' =..w¤-4
î-—-—î ‘-,· 4-***1*
     · , 
~9•' sf.  ·. 9
0       9
si \     1 vl Z
Fm. 298. — Croesus latipes, Q.
enfumées à leur extrémité; 28 segment abdominal (Q) rouge en son
milieu; fémurs III souvent brun-rougeâtre. — Vertex deux fois aussi large
que long; métatarses III environ trois fois aussi longs que larges, le bord
externe presque rectiligne sur une partie de son étendue (fig. 300). _

316 HYMÉNOPTÈRES ·rENrnnÉnomEs
Seine, Seine-et-Oise : Vitry, Clamart; Seine-et·Marne: Fontainebleau, Nemours;
Eure : Evreux; Loire-Inférieure : Nantes; Nièvre : Glux (Pic); Hautes-Pyrénées :
_ Saint-Sever, Tarbes.
Iles britanniques; Belgique; Hollande; Allemagne; Autriche; Russie.
Biologie. —— Sur Betula; larve (Ed. Amana, pl. 13. fig. 2; Bnrscnxs, 1875,
pl. 1, fig. 3) différente de la précédente, entièrement de couleur noirâtre brillante,
avec des taches latérales testacées autour des stigmates; la partie ventrale des
trois premiers segments et des deux derniers est jaune-orangé. Parthéncgenèse
arrhénotoque. _
Patasites. — Spanotecnus filicomis GRAV.
3. Croesus varus Vinwlnnr. -—- Nematus varus V1LL., 1832, p. 306, pl. 11
fig. 8; Ed. ANDRÉ, 1879, p. 101, pl. 13, fig. 2; DALLA Tonnn, 1894, p. 268; ——-
Croesus varus ENs1.m, 1915, p. 367.
L. 7-8 mm. —- Tête noire, le labre et la partie antérieure du clypéus
blancs; antennes noirâ-
tres, la face inférieure
brune; thorax noir, les
tegulae et les angles du
pronotum rougeâtres;
ailes hyalines, sans au-
. cune partie rembrunie;
pattes : hanches noires,
i trochanters blancs, fé-
âa murs rougeâtres, tibias I
  et II blancs, rougeâtres
' àl’apex, tibias III blancs
V ' dans la 1/2 ou le 1/3 basal,
\ noirs ensuite; métatarses
299   III noirs; abdomen rou-
\\ · geâtre, les deux premiers
et trois ou quatre der-
· niers segments noirs, le
300 301 302 2*3 tergite taehé de rou-
FIG. 299 à 302. — 299. Croesus septentrionalis, tibia geâtœ au milieu, Cëttü
et métatarse III. ·— 300. C. latipesuidem. -—· tache gagnant le 1" ter-
301. Nematus lucidus, tibia et métatarse III. —-· gite, ]B plus Souvent une
302° N' °""”“'”· Idem pareille échancrure rou-
geâtre au 68 tergite. —
Mésopleures ponctuées de points très petits et séparés, de sorte que la
surface est presque lisse, et brillante.
Seine, Seine-et-Oise : Le Vésinet; Marne : Saint-Imoges (D' Bnrrmesn);
Seine-et-Marne : Montereau; Haute-Vienne; Isère : Grenoble; Saône-et-Loire :
Les Guerreaux (Pic).
. Iles britanniques; Belgique; Allemagne; Suède; Espagne.

NEMATUS 317
Biologie. — Sur Alnus; larve (20 mm.), verte, la tête brun clair, sur le corps
quatre lignes longitudinales de taches noires; se comporte comme C. septentrio-
nalis; reproduction en général parthénogénétique thélytoque, les mâles sont très
rares; maturation de l’œuf vierge étudiée par Doucasrsn (1906); larve ûgurée
par Bnxsonxn, 1875, pl. 1, fig. 4.
Gen. NEMATUS Parzzzn, 1801
(Holcocnemc Korzow)
Taille assez grande (environ 10 mm.) aspect et taille des Croesus, mais
les tibias III ne sont que faiblement dilatés à l’apex (fig. 301), leur face
externe est creusée d’un sillon longitudinal.
Dlstrlbutlon. -· Europe; Sibérie; Japon.
Nom. - Emstxiv et Ross admettent ce genre, avec comme génotype
Tenthredo (Ncmatus) lucida Pz.; Nematus J Unrrm, 1807 n’en est pas syno-
nyme; pour Ross Nematus Pz. a un sens plus large que ne voulait ENSLIN,
et il englobe les genres Pontania et Pteronidea qui, avec Nematus, en sont
des sous—genres.
TABLEAU nas Espùcss
1. Grifïes dentées; bord antérieur du olypéus presque droit; abdomen
noir seulement aux premiers et derniers segments, le milieu avec
une large bande rouge. Rare. ................. (p. 317), eriehsonl.
— Grifîes bifides; bord antérieur du clypéus toujours plus ou moins
échancré; abdomen entièrement noir, ou avec une étroite bande
rouge au milieu ............................................. 2.
2. Pronotum entièrement rougeâtre, ou jaune seulement aux angles. . 3.
— Pronotum entièrement noir .................... , ............. 4.
3. Mésopleures fortement et finement chagrinées, mates; abdomen
rougeâtre au milieu; pronotum entièrement rougeâtre. Assez
commun ...................................... (p. 318), lucldus.
— Mésopleures brillantes; abdomen entièrement noir; pronotum jaune
seulement aux angles. Rare ................. , (p. 319), wahlbergl.
4. Éperons interne des tibias III noirâtre, long, dépassant le milieu
du 1*%* article du tarse (fig. 302) .............. (p. 319), orassus.
—- Éperon interne des tibias III rougeâtre, court, n’atteignant pas
le milieu du 1*** article du tarse (fig. 304) ..... (p. 320), ooeruleocarpus.
1. Nematus eriehsoni Hanrro. — N. e. Hear., 1837, p. 187; Ed. ANDRÉ,
1879, p. 103; DALLA Tonus, 1948, P. 220; ENSLIN, 1915, p. 370.
[Syn. : Nematus notabilis Cnsssorx]
L. 8,5-9,5 mm. — Q tête noire, le labre blanchâtre, antennes noires;
la face inférieure parfois brune; thorax noir, tegulae et angles du pro-

318 nYMÉNoP·rÉRÉs *rE1~1*rnRÉDo1DÉs
notum bruns; ailes hyalines, nervures brunes, stigma brun, costale brun
clair; pattes rougeàtres, Yextrémité des fémurs et des tibias plus foncée,
la base des hanches noire, les troohanters blancs, ainsi que au moins la
moitié des tibias III; abdomen rougeâtre, le 1*** segment noir, ainsi que
les trois derniers, le 68 tergite peut ne l’être qu’en partie. — CT, Partie
inférieure de la tête jaune, ainsi que le bord postérieur des orbites, antennes
jaunes en dessous, brunes en dessus, thorax, tegulae et angles du pronotum
jaunes; pattes plus jaunes que rougeâtres; abdomen comme chez la femelle,
mais la face ventrale entièrement rougeâtre. — Clypéus à bord antérieur ‘
presque droit, à peine arqué; mésopleures fortement ponctuées, la ponc-
tuation un peu moins dense sur le mésonotum; griffes avec une petite
dent·avant Pextrémité; Q, fourreau de la scie étroite.
France (d’après Ed. ANDRÉ, sans localité précise).
. Iles britanniques; Hollande; Allemagne; Autriche; Suède. ‘Aussi en Amérique
du Nord.
Biologie. —- Sur Larix; larve (Ed. ANDRÉ, pl. 13, fig. 15; Bmscaxn, 1875,
pl. 1, fig. 8), 15 mm., de couleur gris cendré, le dos plus foncé, des taches noires
à la base des pattes thoraciques, sur les téguments des poils noirs isolés. Parfois
nuisible, surtout en Amérique du Nord. Reproduction principalement parthé·
nogenétique, thélytoque selon Minus (1936); ANDRÉ et ENSLIN signalaient déjà
la rareté du mâle. Scie figurée par CAMERON, II, pl. 15, fig. 1.
Parasites. - Chalcid. : Pteromalus klugi Ryrz. (Ed. ANDRÉ). — Ichneumon. :
Mesoleius aulicus GRAV.; Perilissus lutescens. ·
Entomologie appliquée. —- Nuisible aux forêts en Amérique du Nord (LANDRY,
1920).
2. Nematus lucidus Pmzsn. — Tenthredo lucida Pz., 1801, p. 82, pl-
10; —- Nematus lucidus Ed. ANDRÉ, 1879, p. 104; DALLA Tonnn, 1894,
p. 236; ENsL1N, 1915, p. 371.
[Syn. : N. cinctus LEP.]
L. 8-11 mm. -— Fig. 303. — Tête entièrement noire, ainsi que les anten-
nes, thorax noir, le pronotum et les tegulae rougeàtres; ailes hyalines,
· les nervures brunes, le stigma brun, sa base souvent plus ou moins claire,
costale et subcostale jaunes; pattes rougeâtres, les hanches noires, ainsi
que les pattes III à partir de Pextrémité des tibias; abdomen noir, les 28,
39 et 4** tergites rougeâtres, avec le plus souvent une petite tache noire
au milieu.~— Clypéus échancré en avant; aire frontale bien délimitée par
des carènes, l’antérieure éohancrée au milieu, de sorte que la fossette supra-
antennale, bien nette, est mal limitée en haut; mésopleures finement
chagrinées, mates; les tergites abdominaux finement striés transversa-
lement.
Probablement toute la France sauf le sud-est.
Toute l’Europe. Assez commun.

NEMATUS 319
Blûlûgle. -— Sur Crataegus oxyacantha et Prunus spinosa; larve (BRISCHKE,
1883 a, pl. 1 (7), fig. 1); de couleur vert foncé, les côtés vert plus clair, la sépa-
ration entre les deux parties colorées peu marquée, sur la partie claire le plus sou-
vent une tache noire par segment, tête brun clair; dérangées, les larves prennent
\_`·` A/__ "
   Ã)  
¢§•·  7  
 «·? , ~   >î ~
Y ¢ 4 -   •
     
\" /
’ I
FIG. 303. — Nematus lucidus, Q.
l’attitude de défense; cocon dans la terre; une seule génération; voir Bmscnxs,
1875, p. 63, et Loisaus, 1907; cycle vital étudié par Minas, 1936, il y a quelque-
fois parthénogenèse arrhénotoque.
3. Nematus wahlbergi Trxomsoiw. —— N. w. Tn., 1871, p. 125; Ed. Amana,
1879, p. 134; DALLA Toune, 1894, p. 273; ENSLIN, 1915, p. 372.
L. 7-8 mm. —— Comme N. lucidus, s’en distingue par les caractères sui-
vants : labre jaune, angles du pronotum jaunes; pattes jaunes, les hanches
en partie noires, les pattes III noires à partir de l’apex des tihias; méso-
pleures lisses, brillantes; abdomen entièrement noir.
· Finistère : Fouesnant (Alain Hamon); Ardennes.
Allemagne; Suède; Hongrie.
4. Nematus crassus FALLÉN. — Tcnthredo crasse FALLÉN, 1808, p. 106;
Nematus crassus Ed. ANDRÉ, 1879, p. 113; DALLA Tonms, 1894, p. 217;
Eusnm 1915 p. 373.
[Syn.’: N. lsulcipes HARTIG; N. longispinis Kmacmz.]
L. 8-9 mm. — Tête noire, thorax entièrement noir, y compris le pro-
notum; ailes comme chez N. lucidus; pattes rougeâtres, les hanches noires,
souvent aussi les trochanters, pattes III noires à partir de la moitié des
tibias; abdomen entièrement noir. — Mésopleures très finement chagri-
nées, presque mates; fossette suprantennale profonde; éperon interne
du tibia III long, dépassant le milieu du 1e? article du tarse.

320 HYMÉNOPTÈRES ·rEN·r11nÉno1nEs
Seine, Seine-et-Oise : Clamart, Pierrefonds, La Ferté-Milon; Ardennes; Cha-
rente·Maritime : Saintes.
Europe centrale et septentrionale.
Biologie. — Sur Salix fmgilis (Ed. ANDRÉ); larve (Bmscnne, 1875, pl. 1,
fig. 9) à corps vert, plus clair en dessous, avec deux lignes noires latérales et de
petits points noirs épars, au·dessus des pattes abdominales de plus gros points
noirs; cocon brun, dans la terre, image en mai-juin.
5. Nematus coeruleocarpus HARr‘1G.—- N. c. Him., 1837, p. 187; Ed. AN-
DRÉ, 1879, p. 113; DALLA Toune, 1894, p. 211; ENsL1N, 1915, p. 374.
[Syn. : Nematus brevispinis Fünsr., N. brachyacmzthus Tn., N. insu-
bricus Co1aELL1]
L. 8-10 mm. — Entièrement noir, très semblable à l’espèee précédente,
s’en distingue surtout par la longueur de l’éperon interne des tibias III,
de plus ces éperons sont de couleur jaune rougeâtre (au lieu de brun),
et les tibias III ne sont noirs qu’à. l’extrémité (chez crassus jusque vers
le milieu).
Seine, Seine-et-Oise 2 Créteil; Seine-et-Marne : Montereau; Eure : Evreux;
Calvados : Lisieux; Isère; Hautes-Pyrénées : Gavarnie (P.4Nnr:L1.É).
Europe centrale et septentrionale; Italie.
  ® @ ©
305 306 307
308 ’,·. ' ` *   %    \
ii; li!   _ ,
_   É 311
Ãï §   ’     f
\= ( ( s Y è ;)((,~«  .··
  M 7 er
·î¤z—€.‘l—.. ’ ' 45..*
` 309 310 312 ’ "
F10. : 304- à 312. — 304-. Nematus coeruleocarpus, tibia III. — 305. Amaurone-
matus fallax, Q, extrémité de Pabdomen. —- 306. Nematinus, Ci', plaque sub-
génitale. —- 307. Pteronidea, G, plaque sub-génitale. - 308. Nematinus, Q,
fourreau de la scie, vu de côté. ·-—- 309. Ncmatinus, fourreau vu de dessous.
— 310. Nematinus fuscipennis, fourreau vu de dessous. -311. N. luteus, idem.
— 312. N. acuminatus, idem.

AMAUBONEMATUS · 321
Biologie. — Sur Saliz et Populus; larve (CAMsnoN, I, pl. 7, fig. 6), tête brun
pâle avec deux bandes foncées sur les côtés, corps vert bleuâtre foncé sur la face
dorsale, plus clair sur les côtés, pattes jaune-verdâtre claires, le corps porte de
petites taches noires disposées irrégulièrement, portant chacune un poil; les
œufs sont disposés des deux côtés de la nervure médiane, cocon brun, dans la
terre; deux générations et quelquefois trois; cycle vital étudié par Minas (1936),
la parthénogenèse arrhénotoque existe quelquefois, déjà signalée par von Sis-
eonn. Voir aussi LOISELLE (1907, p. 31).
Gen. AMAURONEMATUS KON0w, 1890
Taille d’envir0n 10 mm.; clypéus échancré ou tronqué; tête, méso-
notum et mésopleures toujours assez fortement ponctuée, à surface mate;
grilles biiides.
Distribution. — Europe; Islande; Amérique du nord; Sibérie.
TABLEAU nns FEMELLES
1. Fourreau de la scie aussi long, ou plus long, que le tibia III (S.-G.
A mauronematus) .......................................... 2 .
—- Fourreau dela scie nettement plus court que le tibia III (S.-G.
Brachycolus) .................. . ........................... 4 .
2. Abdomen à face dorsale rougeâtre en majeure partie, ou au moins
sur les segments médians .................... (p. 323), histrlô.
—· Abdomen à face dorsale en majeure partie noire, seuls Pextrémité
et les côtés peuvent être rougeâtres ........................ 3.
3. Dernier tergite abdominal nettement plus large que long
.............................................. . (p. 323), tallax.
— Dernier tergite abdominal plus long que large, presque triangulaire
avec le sommet arrondi .................. . . . (p. 324), longiserra.
4. Troisième article des antennes plus court que le 4**; corps en
majeure partie de couleur claire ........................... 5.
— Troisième article des antennes aussi long ou plus long que le 4°;
corps presque entièrement noir. . . ......................... 9.
5. Le bord inférieur des yeux est séparé de l’articulation des mandi-
bules par un espace inférieur au 1*** article des antennes .......
........................................... (p. 324), viduatus.
—· Le bord inférieur des yeux est séparé de Particulation des mandi-
bules par un espace égal ou supérieur au 1"` article des antennes. . 6.
6. Stigma noir-brunâtre ........................ (p. 325), tunlcatus.
— Stigma jaune ou blanchâtre .............................. 7.
7. Mésopleures noires en entier, au plus avec une tache rouge; cou-
leur fondamentale noire ..................... (p. 325), humeralis.
— Mésopleures en entierjaunes, ou rouges, au plus le mésosternum
noir; couleur fondamentale claire : rougeâtre ou jaune ....... 8.
21

322 HYMÉNoi>1·ÈnEs TENTHRÉDOIDES
S. Bourrelet antérieur de l’aire frontale échancré au milieu ......
........................................... (p. 325), puniceus.
- Bourrelet antérieur de l’aire frontale non échancré au milieu, sur
le vivant, le corps présente des parties vert clair, couleur qui est
remplacée, chez les exemplaires de collection, par une teinte jaune
pâle très étendue sur toute la face inférieure du corps .........
........................................... . (p. 326), vittatus.
9. Tête remarquablement petite, bien moins large que le thorax.
Espèce montagnarde, rare. .................... (p. 327), alpicola.
— Tête normale, environ aussi large que le thorax ........... 10.
10. Fourreau dela scie environ trois fois aussi épais que les cerques,
à peine aminci vers Pextrémité, où il est tronqué (d’après ENSLIN).
........................................... (p. 327), taenîatus.
-— Fourreau de la scie non trois fois aussi épais que les cerques, régu-
lièrement aminci vers Pextrémité, où il est effilé. . (p. 327), amplus.
TABLEAU mas MALES
1. Le 98 tergite abdominal fortement chitinisé, prolongé, et couvrant
les pièces copulatrices (S.-G. Amauronematus) ................ 2.
— Le 98 tergite abdominal peu chitinisé, ne couvrant pas les pièces
copulatrices (S.-G. Brachycolus) ............................. 3.
2. Abdomen à face dorsale rougeâtre en majeure partie, ou au moins
sur ses segments médians ...................... (p. 323), histrio.
—— Abdomen à face dorsale en majeure partie noire, seuls l’extrémité ·
et les côtés peuvent être rougeàtres. .......................
3. Tête à peine rétrécie derrière les yeux ............. (p. 323), fallax.
— Tête fortement rétrécie derrière les yeux ...... (p. 324), longiserra.
4. Troisième article des antennes plus court que le 48 ........... 5.
—- Troisième article des-antennes aussi long ou plus long que le 48. . 9.
5. Le bord inférieur des yeux est séparé de l’articulation des mandi-
bules par un espace inférieur au 18F article des antennes ......
............... . ........................... '(p. 324), viduatus.
- Le bord inférieur des yeux est séparé de l’articulation des mandi-
bules par un espace égal ou supérieur au 18f article des antennes. . 6 .
6. Corps_en entier jaune pâle, sans aucune trace de noir ........
............................................ (p. 327), morîcei.
—— Corps avec au moins quelques parties noires ................. 7.
7. Bourrelet antérieur de l’aire frontale non échancré au milieu. .
.......................................... (p. 325), humeralis.
- Bourrelet antérieur de l’aire frontale échancré au milieu ....... 8.
8. Fémurs III jaune·rougeâtre en entier, ou presque. (p. 325), punîceus.
·— Fémurs III en grande partie noirs .......... (p. 326), vittatus.

AMAUnoNEM.vrus 323
9. Plaque subgénitale de couleur claire ........ (p. 327), taenlatus.
·— Plaque subgénitale brune ou noire .......,.................. 10.
10. Tête très petite, bien moins large que le thorax. . (p. 327), alpleola.
—- Tête normale, àpeu près aussi large que le thorax. . (p. 327), amplus.
S.—g. Amauronematus.
1. Amaurouematus histrio Lm>.¤:r.E·rmn. — Nematus histrio LEP., 1823,
p. 63; Ed. ANDRÉ, 1879, p. 105; DALLA Tonma, 1894, p. 228; — Amauro-
nematus histrio ENsL1N, 1915, p. 376.
[Syn. : Nematus rufescens Hanrxc, N. glenelgerwis CAM.]
L. 7-9 mm. -— Q, tête jaune pâle dans la moitié inférieure, rougeâtre
dans la moitié supérieure, une tache noire entre les antennes, souvent
aussi entre les ocelles; antennes noires; thorax jaune pâle, avec trois grosses
taches noires sur le mésonotum, parfois une tache noire à la pointe du
scutellum; segment médiaire noir; ailes hyalines, les nervures rougeâtres
costale et stigma jaunes; pattes rougeâtres, celles de la 3° paire plus fon-
cées, surtout à partir de l’apex du tibia; abdomen rougeâtre, les 1€1', 76
et 8° segments noirs. Clypéus assez profondément échancré au bord anté-
rieur; 3° article des antennes plus court que le 4°; aire frontale bordée
par des carènes mousses, fossette supraantennale allongée, se prolongeant
antérieurement entre les antennes; mésopleures très finement ponctuées,
mais cependant un peu brillantes. — 5*, tête noire, seul le clypéus jaune,
thorax noir, les angles du pronotum jaunes; abdomen noir avec une bande
rougeâtre au milieu, occupant les 2° à. 5° segments.
Coloration assez variable, en particulier la var. rufesccrzs avec Pabdomen
entièrement rougeâtre, le mésosternum noir, les fémurs avec une bande
noire.
Seine-et-Marne : Montereau; Ardennes : Grandes Armoises (R. Bmvoisr,
avril), Charleville (Pxceor, var. rufescens).
Europe centrale et septentrionale.
Biologie. - Sur Salim aurita et caprea; larve (Bxuscuxm, 1875, pl. 1, fig. 10),
tête verte avec des points plus foncés, corps vert clair, la face dorsale plus foncée,
limitée par une ligne blanche entre cette dernière et la ligne blanche des trachées
une série de taches blanches formant une ligne interrompue; s’empupe en creusant
dans les rameaux ou dans 1’écorce; une seule génération. Scie I1urêe par CAME-
non, II, pl. 18, fig. 4:
2. Amauronematus fallax Lsrrztnrrnn. — Ncmatus fallen: LEP., 1823,
p. 64; Ed. Amont, 1879, p. 107; DALLA Tonnn, 1894, p. 222; — Amauro-
nematus fallax Eusnm, 1915, p. 378.
[Syn. : Nematus dcnudatus Hanric, N. melanoleucus GIMM., N. sterw-
gaster Fônsr., N. variator ZADD., N. obscuripes HoLM.] _
L. 7-9 mm. — Espèce très voisine de histrio, notamment en ce qui con-
cerne la coloration de la tête et du thorax, mais l’abdomen est presque

324 HYMÉNOPTÈHES rnnrnmînoinns
entièrement noir, sauf les derniers segments qui sont rougeâtres en entier
ou presque, les autres tergites ne le sont que sur les côtés; tête non rétrécie
derrière les yeux; dernier tergite abdominal nettement plus large que
long.
var. striatus Hume (striatipes Hro.), pattes striées de noir.
var. pallicercus Hixnrrc, plus marquée de noir, notamment sur la tête et le
mésosternum.
Seine-et-Marne : Montereau; Charente-Maritime : Saintes (Prcnor, un exem-
plaire de taille très faible, 6 mm.); Marne : Germaine (Bn·r·riNcnn).
Europe centrale et septentrionale; Sibérie.
Biologie. — Larve identique à celle de A. histrio, d’après Bniscnxs qui cepen-
dant 1’a figurée. Parthénogenèse arrhénotoque, sec. ENs1.1N.
S.·g. Braehycolus Komow
3. Amauronematus longiserra TnoMsoN. — Nemazus longiserm Tn.,
1862, p. 632; Ed. ANDRÉ, 1879, p. 186; DALLA Tones, 1894, p. 186; ——~
Amauronematus longiserra ENsL1N, 1915, p. 379.
[Syn. : Nematus leucodus ZADD.]
L. 5-7 mm. —— Comme la précédente; coloration de A. histrio, mais
abdomen noir, seuls les deux derniers segments rougeâtres. —- Tête nette-
ment rétrécie derrière les yeux; dernier tergite abdominal plus long que
large, presque triangulaire avec le sommet arrondi.
France, sans localité précise.
Iles britanniques; Allemagne; Suède; Finlande; Sibérie.
Biologie. ·—— Sur Salisc aurita (d’aprèS Ed. ANDRÉ).
4. Amauronematus viduatus Zmrnnsrnnr. —— Tenthredo viduatus
Znrr., 1838, p. 351; — Nematus viduatus Ed. ANDRÉ, 1879, p. 138; DALLA
To1>.nE, 1894, p. 270; — Amauronematus viduatus ENSLIN, 1915, p. 380.
[Syn. : Nematus lepidotus Harurrc, N. brachyotus Fônsr., N. subae-
qualis Fônsr., N. luctuosus Fônsr., N. vague ZADD. nec F., N. cmceps
HoLM.]
L. 5-6,5 mm. — Q, tête noire, les pièces buccales et Parrière des yeux
rougeâtres; antennes noires; thorax noir, le pronotum jaune-rougeâtre
ainsi que les tegulae; pattes jaunes, la base des hanches noire; ailes hya-
lines, nerv11res brunes, costale et stigma jaune très`pâle; abdomen noir,
Pextrémité rougeâtre. — 6, entièrement noir, seulement la plaque géni-
tale et les angles du pronotum jaunes.
var. laetus ENSLIN, tête jaune, seuls les antennes et 1’espace ocellaire noirs,
thorax jaune avec de fortes taches noires sur le mésonotum, le mésosternum,
et les angles du scutellum.
var. lugens ENSLIN, corps entièrement noir, seule Pextrémité postérieure claire.
Somme : Amiens; Ardennes.
Europe centrale et septentrionale; Sibérie; Mongolie.

AMAURONEMATUS 325
Biologie. — Sur Salix auriza; larve verte, les yeux noirs, la bouche brune,
au-dessus des pattes une bande vert plus foncé, en zigzag, et une seconde au-dessus
de celle-ci; cocon dans la terre, une génération.
5. Amauronematus tunicatus Zxnnxcn.- — Nematus tunicatus Zxnn.,
1882, p. 166; DALLA Tonnn, 1894, p. 267; —— Amauronematus tunicatus
ENSLIN, 1915, p. 383.
[Syn. : Nematus laevis Bmscmcn]
L. 7 mm. — Tête noire, ainsi que les antennes, les pièces buccales, et
Pespace infra—oculaire, le pourtour des yeux blanchâtre, et une tache jaune-
rougeâtre vers le vertex, thorax noir, les angles du pronotum et les tegulae
jaune~rougeâtre; pattes jaunes, la base des hanches noire, ainsi qu’une
bande à la face inférieure des fémurs I, Pextrémité des tibias et les tarses
plus foncés; abdomen jaune-rougeâtre, seulement le 1" tergite et la base
du 2** noirs; mésopleures brillantes. —· çj‘ inconnu.
France (d’après ENSLIN, sans localité précise).
Belgique; Allemagne.
Biologie. —— Sur Salix aurita; larve (N. laevis, Zum., 1883 a, pl. 1 (7), fig. 10)
10-12 mm., verte, les côtés vert-bleu clair, chaque segment avec deux séries
transversales de petits points bruns qui sont plus épars vers les pattes; cocon
dans la terre, une génération.
6. Amauronematus humeralis LEPELETIETL —— Nematus humemlis
LEP., 1823, p. 66; DALLA. Tonnn, 1894, p. 229; — Amauronematus hume-
ralis ENSLIN, 1915, p. 387.
[Syn. : Ncmatus incanus Fônsrrzn; N. squalidus Evnns.]
L. 7-8 mm. — Tête noire, les parties buccales, l’espace infra-oculaire
et Parrière de l’orbite blanchâtres, une tache rougeâtre à l’angle supéro~
interne des yeux; thorax noir, les angles du pronotum et les tegulae blancs;
ailes hyalines, nervures brunes, costale et stigma blancs; pattes blan-
châtres, hanches noires à la base, fémurs avec une ligne noirâtre aux faces
antérieure et inférieure, extrémité des tibias et tarses III noirâtres; abdo-
men noir, le bord postérieur des tergites, au moins sur les côtés, et des
stemites, frangés de blanc-rougeâtre. — Bourrelet inférieur de l’aire fron-
tale non échancré au milieu.
Somme : Amiens.
Iles britanniques; Belgique; Allemagne; Suisse; Autriche.
Biologie. — Sur Salix cinerea; larve (Cnnrnmrrnn, 1901), 18 mm., tête verte,
hérissée de soies noires, yeux noirs, corps vert clair, les segments avec trois ou
quatre rangées de points verruqueux noirs, surmontés d’une petite soie noire,
7. Amauronematus puniceus Cnmsr. — Tenthredo punicea Cnrusr,
1791, p. 440; «Nematus nigratus Ed. ANDRÉ, 1879, p. 213; DALLA Tomas,
1894, p. 244; — Amauronematus pzmiceus ENSLIN, 1915, p. 395.
[Syn. : Tenthredo nigrata Rsrzws, 1783, nec MULLER, 1776; T. crocea

326 HYMÉNOPTÈRES TENTHRÉDOIDES
F.; Nematus melanosternus LEP., N. camzliculatus HAM., N. prototypus
Fôasr., N. fahraei ZADD., A. nigridorsis JAKOVLEV].
L. 6-7 mm. — Couleur fondamentale rougeâtre; parties de la bouche
blanchâtres, le reste de la tête rougeâtre, avec une tache noire dans la
région des ocelles et du front, le côté postérieur de la tête noir, antennes
noires; sur le thorax trois grosses taches sur le mésonotum, souvent aussi
une sur le scutellum et deux au mésosternum, le segment médiaire noir;
ailes hyalines, les nervures brunes, costale et stigma jaunes; pattes rou-
geâtres; abdomen rougeâtre avec une bande noire transversale sur les
premiers tergites, ces bandes peuvent s’étendre, et constituer une tache
occupant une partie de la face dorsale. — Bourrelet antérieur de Paire
frontale largement échancré au milieu.
Seine-et-Oise : Chaville; Marne : Ay (BETTINGER); Ardennes; Haute-Saône :
Gray. '
Toute 1’Europe sauf l’Espagne et les Balkans.
Biologie. —- Sur Salim; larve, 20 mm. (BRISCHKE, 1883 b, p. 326, pl. 8, fig. 15),
brun noir brillant, le 19* et les trois derniers segments jaune orangé, ventre et
pattes vert bleuâtre, sur le dos chaque segment est marqué d’une tache trans-
versale vert bleuâtre plus ou moins cloisonnée par des lignes noires; tête noire,
pattes thoraciques noires à la base et au sommet; dérangée, la larve prend la
forme d’un S; cocon sur terre dans les feuilles sèches, imago en février, d’après
Ed. AN1mE.
8. Amauronematus vittatus LEPELETIER. — Nematus vittatus LEP.,
· 1823, p. 64; — N. scabrivalvis Ed. ANDRÉ, 1879, p. 178; — N. vittatus
DALLA Tomas, 1894, p. 273; — Amauronematus vittatus ENSLIN, 1915,
p. 396.
[Syn. : Nematus melanoleucus HARTIG, N. leucocarpus HAM., N. notatus
Fônsr., N. scabrivalvis TH.]
L. 6,5 mm. —— Très voisin de A. puniceus; aussi de couleur fondamentale
jaune ou rougeâtre; s’en distingue (d’après ENSLIN) par la présence d’une
teinte vert pâle visible surtout chez le vivant; les exemplaires de collection
se reconnaissent à la prédominance du jaune pâle ou même blanchâtre,
surtout à la face ventrale, qui est en entier de cette couleur. —— Bourrelet
antérieur de l’aire frontale non échancré au milieu, au plus avec une petite
incision.
var. exoletus Evnas., le bord des tergites abdominaux clair.
var. eontinuus EVERS., seulement la région des ocelles et trois taches au méso-
notum noires.
var. notatus Fônsr., les épimères des mésopleures noires. _
var. sternalis Eivstm, métanotum et mésosternum noirs.
Ardennes; Allier : Moulins.
Europe centrale et septentrionale; Sibérie.
Biologie. — MxLEs (1936 d) en a étudié le cycle vital et décrit la larve; celle-ci
vit sur Salim repens, s’empupe dans le sol dans un cocon, imago en mai; espèce
univoltine, à parthénogenèse arrhénotoque.

xmwnomzmxros . 327
9. Amamonematus moricel Komcw. - A. m. Komow, 1902, p. 388;
Emsmn, 1915, p. 399.
L. 8 mm. — (5*, corps entièrement jaune clair, sans trace de couleur
noire. (Ce sexe seul est connu, les exemplaires décrits comme femelles
par Komow seraient des Pteronidea ferruginca Fonsr. d’après ENsL1N).
France, sans localité précise.
Angleterre; Allemagne. ·
10. Amauronematus alpicola Korzow. -· A. a. Komow, 1895, p. 183;
ENSLIN, 1915, p. 404.
L. 7-9 mm. — Tête noire, les parties de la bouche blanchâtres, ainsi
que, chez la femelle, le bord externe des yeux, les joues, et une tache sur
les tempes; thorax noir, seulement Pextrémité des angles du pronotum
blanchâtres, tegulae noires; ailes hyalines, nervures et stigma brun·noir;
abdomen entièrement noir, au plus chez la femelle trace de couleur pâle
au bord postérieur des tergites. Tête très petite, beaucoup plus étroite que
le thorax; Vertex trois fois aussi large que long.
France, sans localité certaine.
Suisse; Ligurie; Allemagne; Styrie.
11. Amauronematus taeniatus Lm>m.E·rmn. — Nematus taeniatus LEP.,
1823, p. 65; DALLA Tonus, 1894, p. 265; - Amauronematus taeniatus
Erxsrm, 1915, p. 404. '
[Syn. : N. aemulus Korrow] ·
L. 7-9 mm. — Tête noire, la région buccale, Pespace sous-oculaire, le
bord postérieur des yeux, et une tache sur le front, jaune pâle; thorax
noir, les angles du pronotum blanchâtres, les tegulae bordées de jaune
pâle chez la femelle; ailes hyalines, nervures et stigma brun foncé; pattes
noires, les genoux, la partie antérieure des tibias I blanchâtre et les tro-
chanters partiellement; abdomen noir, chez la femelle les tergites bordés
de blanchâtre à partir du 29, chez le mâle cette bordure pâle estindistincte,
et seulement la plaque sub-génitale est de couleur pâle.
France, sans localité précise.
Allemagne; Autriche.
12. Amauronsmatus amplus Korxow. — A. a. Korzovv, 1895, p. 184;
ENSLIN, 1915, p. 405.
L. 7-9 mm. —- Tête noire, la région buccale, l’espace sous-oculaire, le
bord postérieur des yeux et une tache sur le front, jaune plus ou moins
pâle; thorax noir, les angles du pronotum blanchâtres, les tegulae bordées
de jaune pâle; ailes hyalines, nervures et stigma bruns; pattes noires, les
genoux, une partie des trochanters et des tibias blanchâtre; abdomen noir,
les tergites ont le bord postérieur marginé de blanchâtre à partir du 29,

· 328 nYMÉNoP·rÈREs TENTHRÉDOIDES
ces bordures, plus larges postérieurement, sont surtout nettes chez la
femelle; le mâle a la plaque sub-génitale brune.
Seine : Paris; Ardennes.
Iles britanniques; Allemagne; Hongrie; Sibérie.
Biologie. —— Sur Betula; larve (CARPENTIER, 1901, p. 233), 23 mm., entièrement
vert clair, yeux bordés de noir, pas de points verruqueux sur le dos, quelques
petites pointes noires sur les côtés, deux petites pointes cornues au dernier seg-
ment, avec quelques poils courts.
Gen. NEMATINUS Rouwsn, 1911
Aspect et taille des Nematus et Amauronematus, mais la couleur jaune
y est plus fréquente, et en particulier l’abdomen est presque toujours
jaune; chez la femelle le fourreau de la scie est très large (fig. 308 à 312).
Biologie. -— ENSLIN (1911) a signalé un hybride entre N. luteus et N. fusci·
permis.
Distribution. — Europe; Amérique du nord.
TABLEAU DES FEMELLES
1. Thorax entièrement noir; ailes enfumées à la base ...........
......................................... . (p. 328), fuseipennis.
—- Mésopleures entièrement jaunes .............................. 2.
2. Fourreau de la scie épais (fig. 311) ............................. 3.
— Fourreau de la scie aminci vers l’extrémité (fig. 312) ..........
.......................................... (p. 330), aeuminatus.
3. Stigma entièrement jaune .................... (p. 330), bilineatus.
— Stigma avec une tache jaune à la base ......... (p. 329), luteus.
TABLEAU DES MALES
1. Thorax entièrement noir ..................... (p. 328), fuscipennis.
— Thorax avec les mésopleures en partie jaunes, au moins avec une
tache de cette couleur ....................................... 2.
2. Scutellum et la majeure partie de la tête jaune. . . (p. 330), bilineatus.
— Scutellum et la majeure partie de la tête noirs ................ 3.
3. Plaque sub-génitale à bord postérieur échancré; abdomen jaune,
seuls le 1" tergite et la base du 29 noirs ......... (p. 329), luteus.
— Plaque sub-génitale à bord postérieur arrondi, non échancré;
abdomen entièrement noir ou presque, dorsalement ...........
......................................... (p. 330), acumînatus.
1. Nematinus fuscipennis LEPELETIEB. —— Nematus fuscipennis LEP.,
1823, p. 68; —· N. abdomirwlis Ed. ANDRÉ, 1879, p. 179; DALLA T01>.RE,
1894, p. 201; — Nematinus fuscipennis ENsLxN, 1915, p. 408.

mzmxrinus 329
[Syn. : Tenthredc abdominalis Pxivzsn, 1799, nec F. 1798; T. rufa
Scnmux, 1802, nec Pxnz., 1799; — Nematus gravenhorsti Gum.,
N. ventralis Hanna]
L. 6-7,5 mm. —-· Fig. 313. — Tête noire, le labre et le plus souvent le
bord antérieur du clypéus, blanchâtres, une tache rougeâtre à. l’angle supé-
rieur des yeux; antennes noires ou brunes à la face supérieure, fauves
à la face inférieure; thorax noir brillant, seulement les angles du pronotum
et les tegulae en partie, rougeâtres; ailes fortement enfumées dans la partie
basale, jusqu’au delà du milieu, nervures brunes, stigma jaune, brun
  it;i»     =? " as
` ‘ _   ,_   ki., .,ï,.> ,_,,,,,»»x¢>‘T  
  i··s îjfgs fr   
(       elss V
·}  €f2ra·;  
_= rɧ:îî;"l  
.   Q
, ‘- '§‘il.i'Qt:/ ‘
Fxc. 313. -— Nematinus fuscipennis, Q.
à la base; pattes jaune-rougeâtre, les hanches en majeure partie noires,
les tarses III plus foncés; abdomen jaune-rougeâtre, le 19* tergite noir,
ainsi que le 2** en partie. — Téguments lisses, brillants; quand il y a une
ponctuation, par exemple sur le mésonotum, elle est faible et les téguments
restent brillants; fourreau de la scie très large (fig. 310). ,
Seine, Seine-et-Oise : Chaville, Meudon; Seine-et-Marne : Fontainebleau (Bau);
Somme : Amiens; Ardennes; Marne : Jonchery (Barrmcaxi); Vosges; Savoie :
Moutiers; Pas-de-Calais; La Bourboule.
Toute 1’Europe.
Biologie. —- Sur Alnus; larve, 11-13 mm. (Bmscmcn, 1875, pl. 1, fig. 5); corps
plat, chaque segment, dilaté sur les côtés, de couleur vert-bleuàtre; tête jaune
brunâtre, une zone plus claire aux 11*-12° segments, chaque segment porte
quatre rangées transversales de points verruqueux blanchàtres; cocon dans la
terre; deux générations.
2. Nematinus luteus Pxuzma. - Nematus luzeus Pz., 1805, p. 90, pl. 10;
Ed. ANDRÉ, 1879, p. 214; D.u..L.•. Touran, 1894, p. 237; —— Nematinus
lutcus ENs1.1N, 1915, p. 410.
[Syn. : Ncmatus ruïîcapillus CAM.]
L. 6-8,5 mm. — Q entièrement j aune-rougeâtre, sauf deux taches brunes
au mésosternum; antennes jaunes; ailes hyalines, nervures brunes, costale

330 HYMÉNOPTÈRES TENTHRÉDOIDES
jaune, stigma jaune avec une tache à la base; pattes entièrement jaunes;
abdomen entièrement jaune-rougeâtre. 5*, tête en majeure partie noire,
mésosternum noir, deux taches noires au mésosternum. —- Q, abdomen
tronqué droit et large en arrière, fourreau de la scie long, très large à l’extré-
mité (fig. 311).
Seine, Seine-et-Oise 1 Chaville, Meudon; Nord : Lille; Ardennes : Sedan (BET-
rrwcan), Charleville (Prceor); Haute-Saône : Gray; Allier : Moulins; Montagne
noire (Mnnoum); Haute·Garonne : Saint-Béat, avril, juin (Rrexur); Hautes-
Pyrénées : Tarbes (Piânnz).
Toute l’Europe.
Biologie. — Sur Alnus; larve (Bmscuxn, 1875, pl. 1, fig. 6) semblable à celle
de N. fuscipennis; voir aussi Lorsrzttn (1907, p. 31).
3. Nematinus bilineatus Kwo. —- Tenthredo bilineata KL., 1819, p. 86; —-
Nematus bilineatus Ed. ANDRÉ, 1879, p. 223; DALLA Tounn, 1894, p. 209;
—-— Nematinus bilineatus ENSLIN, 1915, p. 409.
[Syn. : Nematus klugi DAHLB., N. dorsalis STEPH., N. luteus TH.,
N. luteus var. trimaculatus CAM.]
L. 6,5-8 mm. ——- Entièrement jaune-rougeâtre, mais chez le mâle une
tache noire aux ocelles, au thorax une partie du mésonotum noire, en
particulier deux longues taches longitudinales; Q, une trace de ces deux
taches brunes sur le mésonotum; dans les deux sexes : ailes hyalines,
nervures brunes, costale jaune, stigma entièrement jaune; pattes jaunes;
antennes jaune-rougeâtre, les deux premiers articles et la face supérieure
brunes, au moins jusqu’au 5e article. - Abdomen tronqué droit en arrière,
large, fourreau de la scie très large à Pextrémité (comme chez luteus).
8eine-et-Oise : Chaville; probablement dans les mêmes localités que luteus,
mais moins commune.
Europe centrale et septentrionale.
Biologie. -— Sur Alnus; larve, 20 mm. (Bnrsouxs, 1875, pl. 1, fig. 7), corps l
vert clair marqué de quatre rangs de tubercules blancs, tête jaune avec les yeux
noirs; la femelle place ses œufs dans la nervure médiane de la partie inférieure
des feuilles, se trouve en juillet et août, l’imago en juin (Ed. ANDRÉ).
4. Nematînus aeumînatus Tuoiwsorz. -—— Nematus acuminatus Tn., 1871,
p. 138; Ed. ANDRÉ, 1879, p. 216; DALLA Tomm, 1894, p. 203; — Nemo-
tirzus acuminatus ENSLIN, 1915, p. 412.
L. 5,5-7 mm. —— Q entièrement jaune rougeâtre, avec au plus deux
bandes longitudinales brunes sur le mésonotum. —- dl, tête noire, avec,
de couleur jaune : la partie inférieure de la face, le bord antérieur et posté-
rieur des yeux; thorax noir, les angles du pronotum et les tegulae jaunes,
mésopleures jaunes en partie; abdomen jaune, les deux premiers segments
noirs, ainsi que le bord postérieur des autres tergites; stigma entièrement
jaune, souvent avec la base rembrunie. — Q, fourreau de la scie, vu de

Prnnouxnm 331
dessus, triangulaire, et non élargi au sommet (fig. 312). Q- (jf, bord posté-
rieur de la plaque sous-génitale largement arrondi, non échancré.
Somme : Amiens; Marne : Vauciennes (Bsrrmcsn).
Europe centrale et septentrionale; Sibérie.
Biologie. -— Sur Betula alba; larve, 25 mm., vert foncé, le ventre vert pâle
ainsi que le 1*** et le dernier segments; la ligne de démarcation entre les deux tons
bien marquée, les segments marqués par une ligne blanche, tête jaune rougeâtre
clair, le champ oculaire noir, une tache brune au vertex (Ed. ANDRÉ; R. v. Srsm,
1893, p. 113); larve très vive, si on l’irrite elle se livre à des mouvements furieux
(Ed. Animé); imago en juin et août, deux générations.
Gen. PTERONIDEA Ronwmi, 1911 I
(Pteronus Korzow, nec PANzEa,( Junmn)
Espèces de taille petite (5-7 mm.) ou plus rarement moyenne (7-9 mm.),
tibias III sans sillon longitudinal; fourreau de la scie étroit (vu de dessus)
non élargi; mâle, le 8° tergite abdominal avec un prolongement souvent
caractéristique (voir fig. 319).
Biologie. - Sur les feuilles, principalement de Salix.
Distribution. —- Europe; Amérique du Nord; Sibérie.
TABLEAU mas 1=1·:Mm,1.1zs
1. Stigma noir, ou brun, au moins au milieu. ................. 2.
— Stigma jaune, le plus souvent très clair, parfois le pourtour jaune
plus foncé ................................................ 6.
`2. Nervure costale jaune. Rare ............. (p. 336), melanocephala.
— Nervure costale en grande partie brune, au plus la base jaune. . . 3.
3: Grosse espèce, 8-10 mm.; abdomen entièrement jaune. C0mmun..
.............................................. (p. 337), salicls.
— Espèces plus petites, de 6 mm. au maximum; abdomen parfois
plus ou moins noir ......................................... 4.
4. Thorax jaune,,avec trois grosses taches allongées sur le méso-
sternum, noires, ainsi que les pro- et mésosternum; antennes
brunes en dessus, brun clair en dessous. Commun. . . (p. 337), ribesi.
— Thorax noir, le pronotum et les tegulae seuls jaunes; antennes
noires ................................................... 5.
5. Face dorsale de Pabdomen noire, sauf le dernier segment. Rare. .
........................................ (p. 338), leueotrocha.
- Abdomen entièrement jaune, au plus les deux premiers tergites
taohés de noir; stigma à milieu brun, le pourtour jaune. Rare. . .
......................................... . (p. 339), eurysterna.

332 HYMÉNorrÈaEs rnmmaéooinss
6. Antennes entièrement noires, y compris la face inférieure; parfois
de couleur brun foncé, mais dans ce cas les faces supérieure et
inférieure ne sont jamais de deux couleurs différentes ........ 7.
—— Antennes le plus souvent de deux couleurs : la face supérieure
noire ou brune, l face inférieure brun très clair ou même jaune;
parfois entièrement jaune clair ............................. 15.
7. Corps fortement coloré de jaune, en particulier abdomen presque
entièrement jaune, avec au plus une bande dorsale médiane noire
laissant les côtés du dos largement jaunes .................. 8.
—- Corps fortement coloré de noir, en particulier abdomen à face dor-
sale entièrement noire, au plus le dernier tergite, ou une étroite
bande sur les côtés, jaune ................................. 12.
8. .Abdomen entièrement jaune, seuls les 19* et 2e tergites peuvent
être noirs; bourrelet antérieur de l’aire frontale largement échancré
au milieu; tête jaune .......................... (p. 339), pavida.
—- Abdomen jaune avec de petits triangles noirs au milieu, pouvant
manquer; tête noire ........................ (p. 344), sîmîlatol'.
—- Abdomen jaune avec une bande dorsale médiane noire; bourrelet
antérieur de l’aire frontale non ou à peine échancré au milieu. . . 9.
9. Tibias III jaunes, au plus l’apex obscurci; soutellum noir ..... 10.
—- Tibias III noirs en entier; scutellum e