FEDERATION FRANCAISE DES SOCIETES DE SCIENCES NATURELLES
A B.P. 392 — 75232 PARIS Cedex 05 ,‘ -1
4 E > Association régie par la loi du 1°'juillet 1901, fondée en 1919, reconnue d’utilité publique en 1€ \   '\€·' 1
•~. Membre fondateur de l’UICN — Union Mondiale pour la Nature lé  0 ‘
—7
La FÉDÉRATION FRANCAISE DES SoC1ETES DE SCIENCES NATURELLES a été fondée en 1919 et reconnue
d‘utilité publique par décret du 30 Juin 1926. Elle groupe des Associations qui ont pour but, entièrement ou
partiellement, l‘étude et la diffusion des Sciences de la Nature.
La FÉDÉRATION a pour mission de faire progresser ces sciences, d‘aider à la protection de la Nature, de
développer et de coordonner des activités des Associations fédérées et de permettre l‘expansion scientifique
française dans le domaine des Sciences Naturelles. (Art .1 des statuts).
La FÉDÉRATION édite la « Faune de France >>. Depuis 1921, date de publication du premier titre, 90
volumes sont parus. Cette prestigieuse collection est constituée par des ouvrages de faunistique spécialisés
destinés à identifier des vertébrés, invertébrés et protozoaires, traités par ordre ou par famille que l‘on rencontre en
France ou dans une aire géographique plus vaste (ex. Europe de l’ouest). Ces ouvrages s‘adressent tout autant aux
professionnels qu‘aux amateurs. Ils ont l‘ambition d‘être des ouvrages de référence, rassemblant, notamment pour
les plus récents, l‘essentiel des informations scientifiques disponibles au jour de leur parution.
L’édition de la Faune de France est donc l’œuvre d’une association à but non lucratif animée par une
équipe entièrement bénévole. Les auteurs ne perçoivent aucun droits, ni rétributions. L’essentiel des ressources
financières provient de la vente des ouvrages. N’hésitez pas à aider notre association, consultez notre site
(www.faunedefrance.org), et soutenez nos publications en achetant les ouvrages!
La FÉDÉRATION, à travers son comité Faune de France a décidé de mettre gracieusement, sur Internet, à la
disposition de la communauté naturaliste l‘intégralité du texte d’Eugène SÉGUY consacré aux Dîptères Nématocères
publié en 1940. Ce volume est actuellement épuisé et ne sera pas réédité.
Cet ouvrage est sous une licence Creative Commons pour vous permettre légalement de le dupliquer, le
diffuser et de le modifier .....
Montpellier, le 6 avril 2007
le Comité FAUNE DE FRANCE

Creative Commons
®Cf6aiiV9
C 0 hl hl U TC 5+ U I-1 li I)
Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Partage des Conditions Initiales à
l'Identique 2.0 France
Vous êtes libres :
•de reproduire, distribuer et communiquer cette création au public
•de modifier cette création
Selon les conditions suivantes:
BYE Paternité. Vous devez citer le nom de |'auteur original.
.·—r'
Pas d'Utilisation Commerciale. Vous n'avez pas le droit
.= d'uti|iser cette création à des fins commerciales.
Partage des Conditions Initiales à l'ldentique. Si vous
modifiez, transformez ou adaptez cette création, vous n'avez
le droit de distribuer la création qui en résulte que sous un
·-”' contrat identique à ce|ui—ci.
•A chaque réutilisation ou distribution, vous devez faire apparaître clairement aux
autres les conditions contractuelles de mise à disposition de cette création.
•Chacune de ces conditions peut être levée si vous obtenez |'autorisation du
titulaire des droits.
Ce qui précède n'affecte en rien vos droits en tant qu'utilisateur (exceptions au
droit d'auteur : copies réservées à |'usage privé du copiste, courtes citations,
parodie...)
Ceci est le Résumé Explicatif du Code luridique (la version intégrale du contrat).
Avertissement El
Découvrez comment diffuser votre création en utilisant ce contrat

FÉDÉRATION F¤ANçA¤sE nas soc1E1’És ns: sclzncss NATURELLES
OFFICE CENTRAL DE FAUNISTIQUE
Directeur honoraire : P. de BEAUCHAMP
Directeur : L. CHOPARD
¤¤ P·rÈREs N È MA·r0cEREs.
(Funglvoridce, Lycorlldce, Hesperlnidce,
Blblonldue, Scctopsldce, Phrynidce, Pcchyneurldce, Blephorocerldoe)
PAR
E. s É 0 u Y
(Avec 4I4 figures)
\
P A RI S
Pm:. LECHEVALIER ET Fxns, 12, nm: nn Tounuon (v1•)
1940
Collection honorée de subventions de l’Acad6mie des Sciences de Parls
(fondation R. Bonaparte et Loutreuil), de la Caisse des Recherches Scientifiques,
du Ministère de l'Agrlculture et du Ministère de l'Éclucatlon nationale.

INTRODUCTION
Les lnsectes Dîptères du sous-ordre des Nématocères peuvent se dis-
tinguer par les caractères suivants : Antennes ordinairement plus déve-
loppées chez les mâles, aussi longues ou plus longues que la tête et le tho-
rax réunis (8 $2), composées de plus de dix articles, ces derniers jamais sou-
dés à partir du troisième, semblables entre eux et portant souvent des
verticilles de poils. Palpes maxillaires allongés, pendants ou dressés, for-
més de 4-6 articles. Yeux médiocrement développés, semblables dans les
deux sexes, rarement contigus sur une grande longueur. Larves eucéphales, _
parfois enfermées dans un cocon soyeux, mandibules mobiles.
. Les Diptères Nématocères renferment des insectes toujours hygrophiles,
occasionnellement. saproxylophages, phytophagcs, coprophages ou hémo-
phages.
Les bygropbiles saprophages et les hygrophiles hémophages ont été
définis précédemment. Le présent travail étudie particulièrement. un
groupe de Diptères saproxylophages assez homogène quant aux mœurs, .
— qui gravité autour du phylum mycétophilidien. Il comprend les Fongivo-
rides inféodés à de nombreux cryptogamcs, mais qui, comme les Lyco-
riides, se développent aussi dans les substances végétales ligneuses. Les
Bibionides, les Pachyneurides et les Scatopsides sont des terricoles sapro-_
xylophages ou coprophages.
Les représentants de ces familles appartiennent à la géoassociation que
M. Pmcovrrza (1907) a divisée en géophiles, géobiontes et géoxènes. Ils
peuvent tous se placer dans le groupement de I’édaphon (Fmuvciâ, 1921 ;
I<R/\TOCHVIL, 1936). Plusieurs rentrent dans le groupe des édaphontes
vrais pour qui le sol représente le milieu vital unique pour les larves et les
adultes (Epidapus, Peyerimhoffia). D’autres sont des protoédaphontes,
dont une phase évolutive s’effectue dans la terre (Bibio Marci, Sciara),
la plus grande partie sont des pseudoédaphontes pour lesquels le sol ne
constitue pas un milieu vital essentiel. Le Sciara bicolor, la plupart des
Lycoria, les Mycelobîa, etc., sont des pseudoédaphontes typiques.
Le groupe aberrant des Blépharocérides qui, suivant M. ENDERLEIN,
procède des Phrynides, présente des·larves aquatiques torrenticoles. Fa
saeuv 1

2 INTRODUCTION
position phylogénétique sera toujours discutée. Mais le groupement diclIo·
tomique permet de le comprendre dans ce travail.
Ces diverses familles se distinguent de celles qui ont été étudiées anté-
rieurement dans la Faune de France par les caractères suivants.
T.·~.B1.EAU DES FAMILLES DES NÉMATocÈnEs.
I—(I6). La nervure costale entoure l’aile.
2-(I3). Neuf nervures au moins aboutissent au bord de l’aile.
3-(8). Mésonotum avec une suture profonde en V.
4-(5). Nervure MAI vestigiale ..................... Liriopeidae (‘).
5-(4). JVIAI non vestigiale, chitinisée au moins sur la partie proximale de
l’aile ; deux nervures anales.
6—(7). Deuxième nervure anale courte. Deux ou trois ocelles ..........
...................................... . ..... Petaurîstidae (2).
'7—(6). Deuxième anale longue. Pas d’ocelles.
— sc réunie à R1 par sc2. Palpes : article apical flagelliforme, plus long
que les trois articles de base ensemble .......... Tipulidae (3).
— sc réunie à la costale par scl et à R par sc?. Article apical des palpes
tout au plus aussi long que les précédents réunis,. Limoniidae (4).
8-(3). Més0notun1 sans suture en V. Jamais de cellule fermée entre les
branches de la médiane basse.
9-(IO). Ocelles très développées. Nervure transverse RM rapprochée du
milieu de l’aile (fig. 319) .................... Hesperinidae, p. 269.
IO—(9). Ocelles réduits ou nuls.
II-(I2). Ailes : nervures nues ou couvertes de cils microscopiques ; ner-
vure transverse 1WCu rapprochée du milieu de l’aile. . Dixidae (5).
I2-(I1). Nervures couvertes de cils ou d’écailles. Parfois également des
écailles sur le corps et les pattes.
— Nervures transverses placées à la base de l’aile. Sc ordinairement.
courte; libre St l’apex .......................... Psychodidae (°).
— Nervures transverses rapprochées du milieu de l’aile. Sr longue, abou-
tissant sur la costale ........................... Culicidae (7).
I3-(2). Moins de neuf nervures aboutissant au bord libre de l’aile.
I4-(15). Mésonotum, au niveau de la base de l’aiIe, avec une pro fonde su-
ture transverse interrompue sur la ligne médiane. Ailes avec une nerva-
tion vestigiale secondaire. Des ocelles (fig. 391). Blepharooeridae, p. 315.
(1) Liriopeidae (= Piychopteridae), Faune de France, t. XII, p. 7.
(2) Petauristidae (= Trichoceridae), Faune de France, t. VIII, p. 138.
(3) Tipulidae, Faune de France, t. VIII.
(4) Limoniidae (=: Limnobiidae), Faune de France, t. VIII, p. 68.
(5) Dixidae, Faune de France, t. VIII, p. 49.
(6) Psychodidae, Phleboiominae, t. XII, p. 82.
(7) Culicidae, Faune de France, t. XII, p. 43. V

INTRODUCTION 3
15-(14). Mésonotum sans suture transverse profonde. Ailes sans nervation
secondaire.
— Ailes : une nervure transverse MCu ; sept nervures longitudinales
(fig. 398). Antennes sans filets sensoriels. Protarses normaux ........
........................................... Thaumaleidae (1).
—— MCu manque ; ordinairement trois ou quatre longitudinales (fig. 399).
Antennes avec des filets sensoriels. Protarses très courts ...........
.................................. Itonididae (Cecidomyiidae).
16-(1). La nervure costale n’entoure pas l’aile.
17-(18). Ailes avec une cellule discale ou non. Rs fourchue avec MA1
avant RM ou à son niveau (fig. 387, 388) ........ Phrynidae, p. 306.
18-(17). Pas de cellule discale. Rs fourchue avec MAI après RM.
19-(26). Des ocelles.
20-(21). Deux pelotes et un empodium distincts. La transverse MCJ1 ordi-
nairement placée après RM (fig. 327-328)... Bibionidae, p. 270.
21-(20). Pelotes nulles ou très réduites. Transverse MCu nulle ou placée
avant. RM ou 51 son niveau.
22-(23). Radins avec trois rameaux (R1, R 2 + 3, R 4 -|— 5) (fig. 389). . .
..................................... Pachyneuridae, p. 313.
23—(22). Radins avec I-2 rameaux ou non (fig. 351).
24-(25). Au moins les tibias II inermes. Nervures épaissies sur la moitié
antérieure de l`aile, ou nervation alaire réduite.
—— Antennes courtes : articles élargis, peu distincts (fig. 348). Corps nu.
Moucherons ordinairement noirs. Ailes pratiquement nues. Abdomen
avec sept segments prégénitaux. ............ Scatopsidae, p. 287.
-· Antennes plus longues, à segments bien séparés (fig. 349). Corps sou-
vent velu. Au moins une frange alaire (fig. 350). Abdomen avec huit
segments prégénitaux ........................ Lestremîidae (‘).
25—(24). Tous les tibias armés d’éperons plus ou moins longs.
— Yeux toujours distinctement séparés (fig. 91). Hanches longues
(fig. 106) ............................... Fungîvoridae, p. 5.
—- Yeux réunis par une « bride » placée au-dessus des antennes (fig. 248).
- Hanches relativement courtes (sauf Phoroclonla, fig. 247) ...........
......................................... Lycorîidae, p. 225.
‘26·(l9). Ocelles très réduits ou nuls.
27·(2S). Les deux branches de la cubitale sans tige commune à la base ;
les nervures serrées contre le bord de l’aile sont plus épaisses que les
autres ; MCu nulle. Ailes très larges. Antennes non verticillées ......
............................................ Melusinîdae (").
(1) Thaumalcîdae (= Orphnephilidae), Faune de France, t. XII, p. 17.
(2)êïlremiidae. Groupe démemhré des Itonidîdes. Les caractères sont exposés
pag) Melusinidae (= Simuliidae), Faune de France, t. XII, p. 20.

4 INTRODUCTION
28—(2'7). Les deux branches de la cubitale avec une tige basale commune
plus 0u moins longue ; les nervures du bord antérieur de l’aile non nette-
ment plus fortes ; MCL: présente ou non. Antennes verticillées surtout
chez les mâles.
-MA2 non fourchue .......................... Tendipedidae (1).
—MA2 fourchue ................................... Heleidae (”).
(1) Tendipedidae (= Chironomidae), Faune de France, t. XV, XVIII et XXIII;
(2) Heleidac (: Ceraiopogonidae), Faune de France, t. XI.

FA]M[]LLE DES  
Les Fongivorides ou Mycétophilides sont des Insectes Diptères qui se
distinguent de tous les représentants des autres familles qui composent
le sous-ordre des Nématocères par les caractères suivants : deux ou trois
ocelles; tibias armés d’éperons plus ou moins développés ; pelotes réduites
ou nulles ; pas de suture mésonotale profonde séparant le préscutum du
scutum ; sur les ailes, la deuxième longitudinale (R 2 + 3) est nulle et la
nervure axillaire (2 A) est incomplète ou nulle. Les Lycoriides, parfois
réunis aux Fongivorides, se distingueront par les yeux cohérents sur le
front et par un « pont » étroit placé sous les antennes. Les Itonididés et
les Scatopsidés présentent plusieurs caractères mycétophiliens, mais leurs
tibias ne sont pas armés d’épines. Les Bibionidés portent des éperons,
mais le corps épais et robuste, l’absence de sétules ou de macrochètes sur
le corps et les pattes, les pelotes onychiales bien développées, les antennes
courtes, rapprochées de la marge orale, sont autant de caractères diffé-
rentiels.
Ainsi délimités, les Diptères Fongivorides offrent les caractères secon-
daires suivants :
cAnAc·rEREs GÉNÉRAUX
Anurxrns.
Tête. ·- Tête plus étroite que le thorax, sphérique ou allongée, légère-
ment aplatie ou arrondie antérieurement, placée plus ou moins sous le
thorax ou dans son prolongement ; front élargi dans les deux sexes, cou-
vert d’une pilosité rase ou nu. Yeux arrondis ou ovalaires, souvent pro-
éminents et entaillés à la base des antennes, à pilosité microscopique. Or-
dinairement deux ou trois ocelles, le médian (s’il est présent) est toujours
placé sur la ligne médiane, parfois dans une petite dépression ou dans un
sillon ; il peut être très petit ; les ocelles latéraux peuvent être contigus ài
la marge oculaire ou éloignés des yeux ; lorsque les trois ocelles sont pré-
sents, ils peuvent former un triangle frontal ou peuvent être disposés sur
une ligne courbe.

6 DIPTÈRES FUNGIVORIDAE
Appendices de la iêle. — Trompe ordinairement courte et rétractée,
exceptionnellement allongée ; palpes formés de deux, trois ou quatre ar-
ticles, premier article toujours très court, les suivants plus ou moins cour-
bés. Antennes insérées bien au-dessus de la marge orale, allongées,compo-
2 anépîsternite
mésopleuve
'l mésonotu 3 Stlgmate
rothoraci ue
20 ptéropleure [ P il I
lg Scuteglum 4 pr·onotum_,par—tie
la m€,œPIew_?\ postemeure
pleurotergite "m` 9 5 pr~onîëum,par~t1e
an rieur
17 mésopliragme _" I   _· t Q
(postnotum) w Q a °°‘·î[lm
16 balancier.  mîvv 7 Oœ 8
ln   "" 8 ro leurs
*5 vrerbw  2 l ' F) ll P
’ ` é t
M. Beam. 3 . . 4% 9 "‘ §€â~îE“`î’“
, A ` Il- €Ul"‘6
't rgites  
5 4 IO hanches ,
Q / +-11 protarse ·
p I / 12 trochanter
fe ur /
l ta b la- / -
i3·cerques
1 ..éper©ns
« tars I
nt,
.·’
‘ l /
Fxc. 1. — Schéma d’un Fongivoride montrant les différentes parties du corps. — Liste
alphabétique des différentes régions : abdomen, tergites, 14 ; —— anépisternîte (méso-
pleure), 2; — balanciers, 16 ; —-cerques, 13 ; — hanches, 10 ; — hypopleure, 15 ; —
mésonotum, 1 ; — mésophragme (postnotum), 17 ; — mésopleure (anépisternite), 2 ;
— mésosternum (sternopleure), 9 ; —— métapleure, 18 ; - occiput, 6 ; —— ocelle, 7 ; —
pleurotergite (métapleure), 18 ; —— postnotum (mésophragme), 17 ; —— pronotum
(parties antérieure et postérieure), 4 et 5 ; — propleure, 8 ; — protarse, 11 ; — ptéro-
pleure, 20 ; —— scutellum, 19 ; — sternopleure (mésosternum), 9 ; — stigmate pro-
thoracique, 3 ; ·- tergites abdominaux, 14 ; -— trochanter, 12.
sées de 2 -1- 9 à 2 -1- 15 articles, les deux articles basaux différents des
autres, cylindriques ou cupuliformes, les articles du flagellum ordinaire
ment cylindriques, parfois moniliformes, à pilosité très courte.
Thorax. — Thorax ovalaire plus ou moins renflé, bombé ou très arqué ;
suture transverse nulle ; mésonotum et pleures pileux et plus ou moins

INTRODUCTION 7
sétuleux ; scutellum petit, souvent bordé de soies plus ou moins dévelop-
pées ; mésophragme élargi, arqué ou non, très souvent vertical.
Appendices du ihoracc. -— Hanches très fortes et longues, sauf dans deux
ou trois genres ; fémurs plus ou moins épaissis et comprimés latéralement,
souvent sétuleux ; tibias ordinairement allongés, la paire antérieure armée
de deux éperons, un court et un autre plus long, rarement réduits ou nuls ;
tibias II et III ordinairement armés d’éperons et couverts sur toute leur
longueur avec 1-4 rangées de sétules externes, exceptionnellement une
rangée interne plus ou moins complète ; sétules très rarement réduits ou
nuls ; tarses souvent ciliés sur la face plantaire ; pelotes réduites ou nulles ;
griffes dentées.
Balanciers toujours bien développés, plus ou moins grêles et robustes.
Ailes (fig. 2). ·-— Ordinairement ovalaires, plus ou moins rétrécies à la
base, à membrane fortement irisée, surtout chez les espèces qui présentent,
réunis sur la membrane, deux sortes de cils microscopiques longs et petits
(macrotriches et microtriches) ; pas de cellule discale. La disposition des
nervures peut se ramener à quatre types fondamentaux suivant la pré-
sence de la médiane basse à la base de l’aile et la présence ou l’absence
d’un rameau sur le tronc radial apical (R 1).
Théoriquement, la disposition des nervures sur l’aile d’un Fongivoride
peut se rapporter au schéma suivant ; sous-costale entière ou évanescente
à l’apex ; un rameau apical (sc 2) ou non ; radiale avec un ou plusieurs
rameaux ; R1 toujours entière, étendue sur la plus grande longueur de
l’aile ; R 2 -|— 5 (4 + 5) présente ou non ; nervure médiane haute (MA 1)
toujours présente dans la moitié apicale de l’aile ; presque toujours un
fourchon formé par deux branches de la médiane basse (MA 2 a et b) ; cu-
bitale normale, ordinairement avec deux rameaux (Cu A 1 a et b) ; cubi-
tale postérieure basse (Cu A 2) parfois perceptible sous forme d’un pli
ou d'une nervure évanescente ; première nervure anale (1 A) complète
ou incomplète, deuxième anale (axillaire) réduite ou nulle. Lobe posté-
rieur de l’aile arrondi ou plus ou moins anguleux ; alule réduite à une lé-
gère saillie de la membrane ou nulle.
Les nervures sont aussi sujettes à des variations, de peu d’amplitude
il est vrai. Elles affectent souvent le rameau radial R 4 -|— 5 qui peut être
capturé par la branche radiale principale R 1. (Jette nervure R 4 + 5 peut
être présente sur une seule aile ; le même phénomène peut affecter le ra-
meau sous-costal sc 2. Un exemple remarquable de variation anormale
des nervures a été signalé et figuré par M.E. Lanoaocx. Il concerne un
Synapha (Empalia paradoœa Enw.) dont les branches de la médiane basse
se réunissent avant le bord de l’aile et forment une cellule discale isolée
(fig. 116). On sait que les Fongivorides ne présentent jamais de cellule
discale. DE MAN (1884 : 137) a également décrit un Polylepla leplogasler
avec une nervation anormale.

8 nrrrisnns FUNGIVORIDAE
Abdomen. —— Abdomen allongé, formé de six à neuf segments formant
un ensemble cylindrique, conique, ovale ou comprimé latéralement, dé-
primé à la base, le mâle avec des appendices hypopygiaux plus ou moins
compliqués, la femelle avec un oviducte plus ou moins allongé, terminé par
des cerques ou des lamelles chitinisés ; cils et sétules abdominaux courts
et négligeables.
Les caractères chromatiques sont peu étendus chez les Fongivorides :
ils occupent une gamme colorée assez courte qui peut se traduire par jaune
pâle, jaune, ocre, roux, brun et noir de poix, ces teintes plus ou moins
variées ou réunies sur le même insecte.
A
*R2+5 RM h
SC
SG1 2 Sc [
R1  ——.
 î-a
MM - ..1 » ,  
I \
» 1
NA2a \ mg / 2A
MA2b \ m3 az /
·* a1
`—\_ Cul cu2   /’
Cum """ `”`” i"" '
_ 8 l 1A CuA2
CuA1`b Mcu.
Fro. 2. -—- Aile hypothétique d‘un Fongivoride montrant la position des nervures et
des cellules. —-· Dans certains cas la nervure marquée ‘ ne s’étend pas jusqu’à l’ex—
trémité de l’aile, mais forme une nervure transverse (A).
Liste alphabétique des nervures. — A, 1A, 2A. anales ; — CuAla, b. cubitale antérieure
haute ; — (1uA2. cubitale antérieure basse ; — h. humérale ; — MA1. médiane anté-
rieure haute ; — MA2a, b. médiane antérieure basse ; —— MC,u. nervure mèdio-cubi-
tale (transverse) ; —— R1, R 2 + 5. radiales ; —— RM.nervure radio-médiane (trans-
verse) ; — sc, scl, sc2. sous-costale.
Liste des cellules. —— al, 2a. cellules anales ; — c. cellule costale ; — cul, 2. cellules cu-
bitales ; — ml, 2, 3. cellules médianes ; —— r1, r2. cellules radiales.
Les représentants de presque tous les genres semblent renfermer deux
formes : une estivale de couleur claire, une hivernale de couleur sombre,
ordinairement brune ou noirâtre.
Caractères de la faune française des Fongivorides. — Les adultesde
cette famille sont essentiellement des insectes sylvicoles, hautement hy-
grophiles et humicoles. Ils se trouvent parfois en grand nombre dans les
parties ombragées des bois et des forêts, dans certains bosquets et dans
les prairies humides et plantées d'arbres. Les réunions mycétophiliennes,
ou essaims, ne sont ordinairement formées que de peu d’espèces, toujours
les mêmes et les plus communes.

INTRODUCTION 9
En France, surtout dans les régions méridionales, la faune des Fongi-
vorides paraît être beaucoup plus pauvre que dans l’Europe septentrio-
nale. Quelques espèces abondantes dans les régions boréales (eg. Allodia
lugens, Fungivora fungarum) paraissent plus rares dans le sud. Les formes
dominantes sont alors certains Exechia (eg. E. confinis) et plusieurs Phra-
nia (P. forcipula, cinerascens, etc.),
Les F ongivorides ne sont composés que de formes planitiaires palustres _
ou ripicoles, Yhumidité est une condition absolue de leur développement.
Les steppicoles ne sont pas représentés dans cette famille. On ne connaît
que deux espèces alpines : le Macrocera alpicola XVINNERTZ et le Rhymosia
connexa alpina Sraoer. ; le Gnorislc bilineata Znrransrsor, signalé des
régions alpines, doit concerner un cas accidentel d’un individu entraîné
par le vent et retrouvé à 2.000 m. d’altitude.
Les Fongivorides sont parfois considérés comme des insectes caverni-
coles. Sur plusieurs centaines d’espèces qui forment notre faune, on compte
tout au plus une dizaine de Mycétophiles trogloxènes, et pour plusieurs
cette qualité est douteuse.
Les espèces signalées comme domestiques concernent toutes des cas
accidentels. ·
l Une seule espèce est nidicole (Docosia fumosa EDw.). Une autre a été
trouvée dans un nid de guêpe (COLLART).
LARvEs.
Les œufs des Fongivorides sont de petits corps ovalaires, blanchàtres ;
la coque, assez épaisse, peut être parsemée de petites protubérances plus
ou moins espacées (Phronia). Ils sont pondus dans les matières végétales
décomposées, dans le bois pourri et humide, ou entre les lamelles ou sur
les tubes des champignons. Ils se développent très rapidement.
Les larves des différents genres de cette famille présentent une grande
similitude qui répond aux caractères suivants : Apodes; corps subcylin—
drique, mou, poli et blanchâtre. Capsule céphalique chitinisée, ordinai-
rement brune ou noire. Yeux nuls ou réduits à de petites taches opalines
préantennaires. Antennes très petites ou rudimentaires. Bouche composée
d’un labre charnu, plus ou moins fortement chitinisé sur la marge ; man-
dibules en lames aplaties, dentées sur le bord interne ; maxilles présentant
des lobes internes et externes, le premier lobe ordinairement denticulé ;
labium petit, chitinisé. Corps subcylindrique, légèrement déprimé anté-
rieurement, formé de trois segments thoraciques et de neuf segments
abdominaux, lisses, épilés, ou portant de rares soies dans quelques genres
et une ou deux rangées sternales transverses de sétules simples ou bifides,
plus ou moins locomotrices, ces ambulacres disposés régulièrement sur
chaque segment abdominal. Les segments abdominaux sont encore cou-

10 DIPTÈRES FUNc1von1DAE
verts de petites saillies microscopiques qui forment un feston pleural très
fin ; les bords antérieur et postérieur sont parfois munis, sur les côtés seu-
lement, d’une rangée de très petites spinules. Huit paires de stîgmates :
une sur le thorax et sept sur les premiers segments abdominaux, les deux
derniers en sont dépourvus. Les stigmates sont quelquefois protégés par
de petites apophyses chitineuses coniques.
, Les larves des Fongivorides ne quittent pas le milieu où elles ont subi
leur évolution depuis le dépôt de l’oeuf. Quelques espèces émigrent à peu
de distance, dans le sol, pour effectuer leurs transformations. Plusieurs
tissent des toiles plus ou moins compliquées et diverses qui facilitent leurs
déplacements et qui, dans plusieurs cas, servent d’engins de capture pour
les organismes dont elles se nourrissent.
Quelques particularités communes à la plupart des larves de Fongi—
vorides peuvent être prises dans les caractères exposés par Piaanis et qui
concernent les larves des « Sciophila ».
La larve du « Sciophila (Neoempheria) siriaia » MEicEN vit en septembre
et au début d’octobre sur la face inférieure du Daedalaea maxima et du
Boleius suaveolens qui croissent sur les troncs et les racines des pins etles
vieilles souches de peuplier. Parmis remarque que la larve se développe
sur la face opposée à la lumière « car, si l’on retourne le champignon, elle
se réfugie en dessous et y vit aussi bien que sur la face où sont les tubes ».
Au moment de la nymphose, la larve émigre à la base du champi-
gnon et, dans une de ses anfractuosités, s’entoure de nombreux filaments.
C’est au milieu de ce réseau qu’elle se métamorphose. Elle ne forme pas
de coque comme les Ceroplaius.
Les larves des Sciophila unimaculaia MACQUART et siriala MG. sont
constamment lubrifiées par une humeur gluante qu’elles répandent
sur les endroits où elles passent et qu’elles distribuent à droite età gauche
en filaments. On les trouve toujours allongées sur une traînée linéaire
' d’humeur visqueuse et blanche sur laquelle elles glissent avec une grande
facilité, soit en avant, soit à reculons, grâce aux canelures et aux spinules
qui garnissent les segments du corps. Indépendamment de cette traînée,
on peut apercevoir à droite et à gauche une sorte de tissu formé de la
même substance qui, lorsqu’elle est sèche, laisse sur le champignon comme
une membrane blanche plus épaisse que celle produite par la bave des
limaces.
NvMi>HEs.
Les nymphes sont libres, non enfermées dans la peau larvaire contrac-
tée. Elles sont du même type que les autres nymphes de Nématocères.
Tête infléchie ; mésonotum très saillant, convexe ; pattes appliquées
sur les parties sternales du thorax et de l’abdomen ; antennes courbées
autour des yeux, étendues entre les ailes et les pattes ; stigmate protho-

INTRODUCTION  
~ W w
R‘”’5 •""ï1...,_.._
rm-
a\~  
ma b 1A 3
· cum cum c¤Az
R1
ô `° @
 `  * 
MM · .
I
" I @
— MA>} P
, A 4.
c¤.·A1 cum
a b
R4~g_s· EM E
 ....*··-J!
a
  f
a<\______,b 1A
CUA1
R4+5 R1 Sc
. MM
8
M/\2\b
6
azR 1A
Fm. 3-6. —— 3. Aile du Bolitophila cinerea. -- 4. Id. du Diadocidia fcrruginosa.--
5. Id. du Macrocera fasciata. -— 8. ld. du Ccroplatus lipuloidcs.

12 DIPTÈRES FUNGIVORIDAE
racique placé légèrement en dessous de la racine des ailes, immédiate-
ment derrière les antennes ; ordinairement six stigmates saillants, cornés,
tuberculiformes, placés des deux côtés de l’abdomen. Corps couvert
d’une peau lisse, blanchâtre, ordinairement enveloppé dans un cocon
formé d’un tissu délicat. Parfois la partie postérieure de l’abdomen porte
et conserve la peau larvaire chiffonnée.
Les nymphes qui proviennent de larves mycétophages se trouvent or-
dinairement dans le sol ou dans les débris du champignon qui a permis
leur évolution.
La vie larvaire et le stade nymphal sont normalement de courte durée.
Le temps qui sépare la ponte de l'oeuf de l’éclosion de l’adulte ne dépasse
pas 15-20 jours au milieu de l’été.
Au moment de l’éclosion, l’insecte parfait se libère de l’enveloppe nym-
phale par une fente médiane longitudinale qui s’ouvre sur le mésonotum.
Parasites. — Les larves et les nymphes des Fongivorides sont parasitées
par des Hyménoptères Proctotrypides et Braconides : les Procioirypes
attaquent les Sciophila, Bolilophila, Leia, Fungivora, Macrocera et Exe-
chia ; les Cinelus attaquent les Fungivora ; les Braconides du genre Che-
lonus parasitent les Sciophila et les N eoempheria.
Elevage des Fongivorides. —— La méthode de l’éducation des larves est
la seule qui permette de se procurer un grand nombre d’exemplaires
frais et de pouvoir étudier leur évolution. Les morceaux de bois pourris
ou les champignons habités par les larves seront placés dans des vases
fermés avec un morceau de tulle fin retenu par un fil de caoutchouc. Un
pot à fleurs rempli de terre fine recouverte de feuilles mortes ou de mousses,
coiffé par une cloche ou un manchon de verre assez large, fermé par
une mousseline, convient très bien. Il faut maintenir une humidité conve-
nable et installer l’appareil d’élevage en plein air si c’est possible ;en dehors
de ce cas, il pourra être placé indifféremment dans une chambre froide
ou dans unlocal chauffé. Le grand froid ne nuit pas auxlarves à la condi-
l tion que le vase soit assez grand et bien aéré à la partie supérieure. La
grande chaleur et le soleil sont nuisibles ; les récipients exposés à la
lumière solaire ne donneront que des résultats négatifs.
Quand l’insecte parfait apparaît, il faut le laisser voler ou se reposer pen-
dant deux ou trois heures, afin qu’il déploie complètement ses ailes et
qu’il prenne sa coloration définitive. On peut Pasphyxier ensuite, soit par
l’éther sulfurique, soit par l’évaporation d’une goutte de nitrohenzine.
Les moucherons seront ensuite montés par le procédé des deux épingles.
Le montage d’une mouche femelle en préparation microscopique ne
permet pas de pousser Pidentification au delà du genre. Au contraire, les__ ·
larves seront conservées dans l’alcool ou en préparations montées- au
baume.

INTRODUCTION 13
Z Symmerus - L5. Caro/vlatus
8. Difomyzà ]4· Z?//"'râ
 
h 9. Boûto/_L/nia _ I5Nanoz‘a
”_ Macrvceng IZ Àëoemp/zcrza
IZ·/(/1 emm IB./U/acotoccra.
Fm. 7 à 18. -— Ailes de Fougivorides (schématiques). (Fig. 15, selon LUm>s·1·nC•M).

14 DIPTÈRES FUNG1voR1DAE
CLASSIFICATION
Formes éteintes. — Malgré leur apparence fragile, de nombreuses es-
pèces de Fongivorides ont été conservées depuis les temps mézozoïques. .
Bnomn a décrit plusieurs formes du Purbeckien anglais. D’autres ont
été caractérisées par Wnsrwooo, GIEBEL, SCUDDER et COCKERELL. Comme
on devait s’y attendre, les représentants de cette famille sont très com-
muns dans l’ambre. LoEw, puis MEUMER, ont décrit de nombreuses
espèces qui provenaient de l’ambre de la Baltique ou de la Sicile. Sou-
vent les genres fossiles qui ont été décrits ne diffèrent pas essentiellement
des formes récentes et, dans certains cas, les caractères différentiels sont
si légers qu’il est difficile de les séparer. Chez plusieurs genres connus
seulement par des espèces fossiles, on a pu retrouver des représentants
actuellement vivants. Parmi les Diptères, la famille des Fongivorides
est celle qui paraît avoir subi au cours des temps le moins de transforma·
tions.
Formes récentes. ———· Plus de 1500 espèces réparties dans 150 genres ont
été décrites, mais les Fongivorides du globe sont encore très peu connus.
Plusieurs genres ont une répartition géographique très vaste, les repré- `
sentants de quelques autres paraissent avoir un habitat très limité. Le
plus grand nombre de formes inventoriées se rapportent à la faune euro-
péenne, tandis que les espèces asiatiques, africaines et néotropicales sont
très peu connues ou inconnues.
Plusieurs représentants de cette famille ont été étudiés depuis longtemps.
RÉAUMUR et DE GEER ont décrit les premiers états de certaines espèces.
Les plus anciennes appartiennent au genre Tipula de LINNÉ, et en 1792
Bosc a décrit le premier genre de Fongivorides : Cer0plalus.Et,comme dans
beaucoup d’autres familles de Diptères, Mnxcnn a, le premier, essayé de
classer les espèces de ce groupe. Mais la première monographie a été pu-
bliée par STANNIUS en 1831. Un travail plus important dû à VVINNERTZ
suivra cet essai. On verra apparaître ensuite les travaux de SCHINER»
DZIEDZICKI, LUNDSTRIÉM, SKUSE, MARSHALL, JOHANNSEN, LANDROCK et
Enwimns.
Nos connaissances sur les premiers âges de ces moucherons sont peu
étendues malgré de nombreuses observations isolées. Plusieurs ont été
réunies par le baron C. R. voN OSTEN—SACKEN et les résultats de ces re-
cherches ont été réunis dans un travail publié en 1864. Il a été réimprimé
en 1884 avec quelques additions. Mais la biologie de ces Diptères présente
encore de nombreuses inconnues, ainsi que le montrent les travaux de
F. W. EDWARDS, MADWAR, BEMNG, Duroua, Pnarus, STEENBERG.
Recherches sur la, faune de France. —— Les Fongivorides qui habitent
les limites de notre faune ont été étudiés par J . W. ME1GEN et ensuite par

INTRODUCTION 15
` 19 L6/lfomor/1/ms Z5]:/if/Zthlà
20. Pué//effa 262 SCIÈ/’Zltll'È
Z/. /Y€uraz‘eÉ°a 27 A Zang.;
î  
2Z.P6f`â'/7€ll[`OZL8&â 28. A0/76/77/lg
î È
- 2 ./70/700 /0na
Z3. ·SyIZ2ê=m/za 9
Z6': Pâraûhzà 30. SFGO/8/2ZLâ
Fm. 19 à 80. — Ailes de Fongivorides. — Très schématiques; les espaces limités par
les nervures le long de la nervure costale ont été élargis intentionnellement afin de
montrer ‘Ia position de la sous-costale et des transverses.

16 DIPTÈRES FUNGIVORIDAE
J. W11~1NEETz. Dans sa monographie, W1NNERTz a utilisé les espèces re-
cueillies en majeure partie en Rhénanie. J. R. SCHINER a repris les résul-
tats de ce travail en y ajoutant quelques formes de l’Europe centrale.
La faune mycétophilienne de cette région a été exposée par les DN LUND-
srnôiu et LANDROCK dans leurs études des espèces paléarctiques. Un rudi-
ment de la faune corse a été inventorié par KUNTZE et considérablement
augmenté par M. le DF F. W. EDwAnDs. H. DZIEDZICKI s’est occupé des
Fongivorides de l’Europe orientale.
C’est sur les bases établies par les auteurs précédents que la présente
monographie a été rédigée. Elle doit encore beaucoup à l’étude des collec-
tions conservées au Muséum : collections de MEIGEN, de Duroua, de Win-
NERTz, dont les représentants donnés par WxNNERTz lui-même au DF
LABOULBÈNE proviennent de la région rhénane ; collection de PANDELLÉ
qui est formée par des exemplaires capturés dans les Pyrénées et de nom-
breux spécimens de Prusse orientale acquis de CZWALINA ; collection de
GOBERT qui contient quelques formes données par ED. PERRIS et un grand
nombre qui ont été acquises de Mix ; enfin collection générale du Muséum,
surtout formée par l’Ancien Fonds, par les exemplaires provenant de la
collection de POUJADE, les exemplaires acquis de STRoBL et surtout par de
nombreux spécimens obtenus de M. le DF F. W. EDWARDS. Je dois encore
un grand nombre d’espèces de toutes les régions de France à la générosité
de mon collègue M. R. BENOIST. Je le prie de vouloir bien trouver ici
l'expression de ma sincère reconnaissance.
La bibliographie m’a été fournie par les monographies de VVINNERTZ
et par celles de MM. les DTS JOHANNSEN, EDWARDS et LANDROCK. Je m’ho-
nore d’avoir été obligé de me reporter très souvent à leurs travaux et de
leur avoir emprunté la solution de plusieurs problèmes. On trouvera aussi
dans les notes citées dans les pages suivantes certaines références impor-
tantes pour l’étude des Fongivorides : parmi ces dernières, celles de M. le
P1' C. M. STEENBERG sont un modèle du genre.
TABLEAU DES sous-FAM1LLEs.
1-(6). Aile : nervures médiane et cubitale non réunies par coaptation ou
par une transverse M Cu (fig. 2).
2-(3). Prothorax dépourvu de fortes soies. Tête aplatie postérieurement ;
une rangée de soies orbitales dressées, plus ou moins courbées en avant ;
antennes insérées au-dessus du milieu de la hauteur de la tête .....
.......................................... Manotinae, p. 67.
3-(2). Prothorax avec de fortes soies sensorielles. Tête convexe postérieu-
rement, soies orbitales non disposées en rangées dressées. Antennes
insérées à peu près au milieu de la hauteur de la tête.
4—(5). Aile : membrane couverte de microtriches disposés irrégulièrement ;

INTRODUCTION 17
nervure s0us·costale ordinairement allongée. Tête : ocelles latéraux éloi-
gnés de la marge oculaire ............... Sciophilinae, p. 67.
  . Ir
atcœ/am 37 B° °' ""’
3Z.Dzzcôz1`c]r1a '  
58.R0nEl2nœÃ3
/
/
.3g.Le1a
.13. Gnomste
34~S_yna/Jza 40.D0cosia
if / /  
3 âaaœm/Ia la 4zl>feyqz/ifâa/rrzzzlza
36./l/zo/epÃfÉ1`sa 4z.Eêfr¢y1cs(Ã0neura
Flo. ·31 il 42. —· Ailes de Fongivorides (schématiques). — Les figures 32, 34, 35, 41et
42 selon Lnunnocx. -— Chez les Rondaniclla (ûg. 88) les nevures MA2a et CuA1 sont
interrompues En la base ; chez les Lcia (fig. 39) la nervure CuA1 est seule interrompue
à la base.
5-(4). Microtriches disposés en lignes plus ou moins définies et régulières;
nervure sous-costale courte. Tête : ocelles latéraux rapprochés de la
SÉGUY 2

18 DIPTÈRES FUNGIVORIDAE ’
43. 7ëz‘rag0rze=ura   /Q]/,3,21 ·
É    
4/1-.?° En
HW! 50. Polyxena
ééîgnâiaôjë. 5]. 7?’iC/Vonfa
4#6.EXc0/uà 5Z.P}If'0!”llÉI
47. Rzlymoszà 53. Dy/Iâfosomâ
î É
48.B/*âc/Ly/262.2 542 Fwyivora
F10. 43 à 54.- Ailes de Fongivorîdes (schèmatiques).

1N1‘no¤uc·r1oN 19
marge oculaire .......................... Fungivorinae, p. 132.
6-(1). Nervures médiane et cubitale réunies par coaptation ou par une
transverse fl’ICIl.
7-(8). Aile : nervure R 4 —l— 5 au moins moitié aussi longue que M A§1
nervure sous-costale courte, libre à l’apex et n'atteignant pas la costale.
Prothorax sétuleux (fig. 59-60) ............. Ditomyiinae, p. 19.
8-(7). R 4 —l- 5 plus courte, réduite, ou nulle ; nervure sous-costale prolon-
gée jusqu’à la costale. Prothorax dénudé postérieurement.
55 Zïgomyzà 5'Z Éyiicy/Zia
5 6. Sceyfonzà 58..Dc/0/*1SiS
F10. 55 ài 58. ——· Ailes de Fongivorides (schématiques).
9-(10). Aile : transverses Ill Cu et RM largement séparées l’une de l’autre;
nervure médiane avec une section basale rectiligne indépendante (fig. 3). `
....................................... Bolitophilinae, p. 23.
10—(9). Transverses M Cu et RM rapprochées, ou la fourche de la médiane
(MA 2) et celle de Ia radiale fusionnées sur une courte distance.
11-(12). Transverses M Cu et RM présentes, disposées ordinairement sur
la même ligne, la partie basale de M nulle avant les transverses (fig. 4).
....................................... _ Diadocidiinae, p. 28.
l2·(11). Transverse RM nulle. Nervures médiane et radiale réunies sur
une courte distance (fig. 5 et 6).
13-(14). Antennes allongées, grêles et filiformes.. . Macrocerinae, p. 29.
14-(13). Antennes épaissies, courtes., .......... Ceroplatinae, p. 42.
S. F. DITOMYIINAE
Les adultes des genres qui composent cette sous-famille présentent plu-
sieurs caractères communs avec les Céroplatines. Ils diffèrent principale-
ment par la réduction de la sous-costale et Pallongement de R 4 + 5
(fig. 59). Un autre caractère, signalé par M. Eowanns, est la présence
de fortes soies sur la partie postérieure du pronotum (angles huméraux).

20 DIPTÈRES FUNGIVORIDAE l
Les larves paraissent vivre surtout dans les Polypores ou dans le bois
pourri imprégné de mycélium. La nymphose s’effectue sur place, dans le
champignon ou dans le bois. Pas de cocon nymphal. °
TABLEAU DES GENRES
—— Ailes 2 Nervure costale ne dépassant pas l’intersection de MA l.
R 4 + 5 plus courte que la deuxième section de R s (fig. 7). Anépi-
sternite et mésophragme sétuleux. Yeux réniformes . Symmerus p. 20.
— Nervure costale dépassant Pintersection de MA 1. R 4 ·|— 5 beaucoup
plus longue que la deuxième section de Rs (fig. 8). Anépisternite et
mésophragme dénudés. Yeux arrondis ........... Ditomyia, p. 21.
G. SYMIVIERUS WALKER
WALKER, List Dipt. Brit. Mus., 1,88 (1848) ; JOHANNSEN, 11 ; Envmnns,
1925, 511 ;_LANnRocK, 6 ; ENDERLEIN, XVI, 11. -- Plesiasiina WIN-
NERTZ, 1852, Sieilin. enf. Zig., XIII, 55, 4; llIIK, 1894, 26 ; KERTÉSZ, 39.
Tête aplatie antérieurement. Front saillant. Trois ocelles, l’antérieur ré-
duit. Palpes de quatre articles, I petit, II épaissi, ovalaire, les deux sui-
vants cylindriques. Antennes de 2 -}- 15 articles, les deux premiers élargis.
Scutellum petit. Pattes longues et grêles, tibias à épines courtes, tibia I
avec un faible éperon interne. Ailes ciliées; costale ne dépassant pas MAI;
R 4—|-5 médiocre; sc très courte ; anale prolongée au bord de l’aile (Hg. 7).
Abdomen formé de sept segments.
Les représentants de ce genre sont répartis dans toute la région holarc—
tique : une espèce européenne et trois nord—américaines. Dans les régions
néotropicale et australasienne, les Symmerus sont remplacés par les Cen-
lrocnemis PmL1PP1 remarquables par les caractères alaires.
Les larves vivent dans le bois pourri.
Génotype : lllycelobia annulafa IIIEIGEN.
Selon M. K. TARWID (Ann. Illus. zool. polonais, IX, no 23, p. 375
[1933]), le genre Symmerus comprend deux espèces : le S. annulaius MEI-
GEN et le S. apicalis VVINN. Les auteurs qui ont traité des Fongivorides
considèrent ces deux espèces comme synonymes. KOWARZ a même publié
une observation d’accouplement entre les deux espèces (S. annulaius
5 X apicalis 9) qui montre que la distinction des deux formes d’après les
caractères chromatiques n’est pas aisée. La Q du S. annulaius peut pré-
senter la même coloration que celle du S. apicalis.
1. S. annulatus (MEIGEN). Enwnans, 511 ; L.~.NDRocK, 6. — S. ferrugi-
neus WALKER, 1848, List Dipt. B. M., I, 88. — Myceiobia armulaia ZET—
TERSTEDT, Dipt. Sc., X, 4072 et XII, 4904. —- Plesiasfina annulata Wm-

DITOMYIA 21’
maarz, 670 ; Scumaa, II, 429 ; Wum-, 178 ; Tnizomltn, 149 ; Keariâsz,
39. —- Ceroplalus flavus Znrransrnor, 1850, Dipt. Sc., IX, 3447 ; Wm-
maarz, 688. -— Dilomyia pallida Gxcmo-Tos, 1890, Boll. Mus. Zool.
Anal. comp. Torino, V, n° 84 et Rev. ilal.Sc. nal., X, 142 (1890). —- D.
villaia WALKER, 1856, Ins. Brit., Dipt., III, 64. —- Fig. 60-61.
Face jaune, front et occiput d’un brun noir. Palpes jaunes. Antennes
brunes, jaunes à la base. Thorax jaune. Mésonotum luisant ; trois bandes
longitudinales brunes, la couleur du mésonotum plus foncée chez la fe-
melle. Hanches et pattes jaunes, tarses bruns ; fémurs ciliés sur la face
interne. Balanciers jaunes à renflement sombre. Ailes enfumées, à pilo-
sité grise. R 4 + 5 souvent indistincte dans sa partie apicale. 3 : abdomen
jaune avec de larges bandes d’un brun noir au bord postérieur. S? : abdo-
men d’un brun noir brillant, oviducte jaune. — Long. 7,5-8 mm.
Juillet—novembre. Peu commun mais répandu partout. Environs de
Paris (Pouaamaz) ; Creuse (ALLUAUD). Toute l’Europe. Angleterre. Bois et
forêts.
La larve a été trouvée dans le bois de bouleau pourri.
Un des plus grands et des plus remarquables Fongivorides.
2. S. apicalis (WINNERTZ), 1852, Slelhenl. Zig., XIII, 56 et Verh. z.-b.
Ges., XIII, 671 ;ScmNE¤, 429 ;Wur.1>, 179 ;T.xr.wm, 1933, 37.3.-Fig. 62.
Se distingue du précédent par la forme des forceps supérieurs de
l’bypopyge, beaucoup plus courts et plus larges.
Europe centrale et orientale.
Larve dans une branche pourrie de Carpinus belulus L. (Wmnmrrrz).
G. DITOMYIA Wmmzarz
Wmivnrz, Sleilin. enf. Zig., VII, 14,3 (1846) ;Scnn~u:n, II,-128 ; KER-
. ·rÉsz, 38 ; JOHANNSEN, 10 ; Enwanns, 511 ; Lannnocx, 7 ; ENnEnLmN,
XVI, ll.
Tête aplatie ; vertex saillant ; trois ocelles sur une seule ligne, l’ocel1e
médian réduit. Palpes de quatre articles, le premier très petit, le deuxième
épaissi, ovalaire, les autres cylindriques. Antennes allongées, formées de
' 2 + 15 articles, à pilosité courte. Scutellum petit. Pattes grêles, allongées ;
tibias armés d’épines faibles. Ailes arrondies à la base, ciliées ; sc rudimen-
taire ; R 4 + 5 longue ; le rameau basal de MA 1 nul ; 111.4 2 fourchue
comme Cu A 1 ; anale prolongée jusqu`au bord de l’a11e (fig.‘8). Abdomen
formé de sept segments visibles, cylindriques chez le male, legerement apla·
tis chez la femelle.
Les espèces de ce genre paraissent répandues dans toute la région hol·_

22 Dirràmzs Funoxvoninms
arctique. Elles sont très voisines de celles du genre Symmerus dont elles
diffèrent ar la conformation des eux et ar les ailes ornées de bandes
P Y P
sombres.
pténopleure
anépistermte
pronotum partie
_ postém.
partie antérz
scute llum È u _•,
  ` ¤ ·antenne
l’T\ÉSOPi'll"ô9I’TI  ip    
_ i   -— oeil
pleuroter ite   \ ·"‘  
balancier A propleure
vn,  
kyrerlwe `''' "   hanche r
_ i U 60
stzgmate 111
MCu
Rs 'RN
R1
`Rî-l-S C Sc
5
MM ’ 9
` /
Le
C
MAz [ l \ UAZ
CuA1a 1A
cumb
6l  . _:•:' 62
"· .· I . 0:: 0. '
J :·:"••n
Fm. 59 à 62. —- 59. Aile du Ditomyia fasciaia. —- 60. Symmerus annulaius, profil du
thorax montrant les soies de Panépisternite et du mésophragme. --61. S. annulatus,
forceps de Pappareil copulateur mâle. -—- 62. S. apicalis, id. (61 et 62), selon TAawm ;
toutes ces figures sont schématisées). ·
Les larves se développent dans les différentes espèces de Polypores.
Génotype : Jtlyceiobia fasciaia MEIGEN.
l. D. îasciata (ME1GEN).\V1NNERTz, 669; THE0BALD, 149; EDwAR¤s, 512;
Scm1LzE, 1925, 448, fi s. —— D. lri asciata W1NNE1=¢Tz, Sieilin. ent. Zig.,
8

oxroMY1A 23
VII, 15 (1846). —- Mycelobia fasciala l\lAoou.mr, l, 146 ; ZETTERSTEDT,
Dipt. Sc., X, 4071 et XII, -190-1. — Fig. 59.
Face jaune, front d’un gris noir. Palpes brunâtres. Thorax jaune ; mé-
sonotum avec trois bandes longitudinales sombres ; pleures tachés de
brun. Scutellum à bordure brune ou entièrement bruni. Hanches brunâtres,
surtout les postérieures. Pattes très allongées, jaunes, tibias bru-
nâtres. Ailes à membrane vitreuse, trois bandes brunes. Abdomen d’un
noir brun, à incisures jaunes, les premiers tergites jaunis au bord anté-
rieur. —·- Long. 5,5-6 mm.
France (MAcQuAn*r). Province rliénane. Europe centrale et boréale. An-
gleterre.
La larve a été décrite par FRAUENFELD (1866,200) qui l'a trouvée dans
un Polyporus squamosus. Elle se développe également dans les autres espèces
de Polypores et dans le bois pourri. YVINNERTZ l'0. trouvée dans les Polyporus
versicolor et ferruginosus. Elle paraît particulièrement adaptée, au moins
en Angleterre, au Polysticius (Coriolus) versicolor Fmss, duquel le DP En-
wixans l’a obtenue en nombre.
2. D. macroptera. WINNERTZ, 1852, Slellin. ent. Zlg., XIII, 54 et Verh.
2.-b. Ges. Wien., XIII, 669.
D’un brun noir. Hanches et fémurs jaunes, tibias et tarses bruns. Ba-
lanciers jaunes. Ailes élargies, d’un gris sombre unicolore, sans bandes,
le bord antérieur et l’apex plus foncés, sous—costale rudimentaire. Abdo-
men noir, à pilosité jaune, tergites à bord postérieur jaunâtre. - Long.
6-8 mm.
Aix·la-Chapelle. Europe centrale.
La larve se développe dans plusieurs espèces de Polypores. KALTENBACII,
cité par WVINNERTZ, l’a observée dans un Polyporus igniarius.
S.-F. BOLITOPHILINAE
Cette sous-famille renferme deux genres actuels : le genre Bolilophila
dont les représentants habitent la région néarctique, et le genre Arachno-
campa dont une espèce vit en Nouvelle-Zélande. Les Arachnocampa dif-
fèrent des Bolilophila par l’absence d’empodium et de la nervure R 4 —)—  
Les larves des Arachnocampa tissent une toile légère qui leur permet de
capturer les moucherons dont elles se nourrissent.
G. BOLITOPHILA MEIGEN
IVIEIGEN, S. B.', I, 220 (1818) ; Knnrâsz, 41 ;JoHANNsEN,6; Enwanns,
1913, 343 ; 1925, 512 ; Lamnnocx, 1916, 283 et 1927. 7 ; ENDERLEIN.

24 mrràass FUNGIVORIDAE
XVI, ll. — Messala Cuarrs, Brit. Ent., 581 (1836). — Boliiophilella LANn-
nocx, 1925, W. e. Z., XLII, 179.
Tête ronde, aplatie antérieurement ; trois ocelles, disposés en ligne tran-
verse, légèrement courbée. Trompe courte. Palpes de quatre articles, le .
basal petit, les deux suivants subégaux,l’article apical allongé. Antennes de
2 + 15 articles, aussi longues que le corps chez le mâle, plus courtes chez
la femelle, ordinairement jaunes à la base, le flagelle brun. Hanches tres
longues, pattes longues et grêles ; tibias a éperons courts, présentant laté-
ralement de faibles épines ; fémurs non élargis ; tarses normaux chez les
mâles, les articles 2 et 3 des tarses antérieurs parfois élargis sur la face plan-
taire chez la femelle. Ailes 1 épaississement costal prolongé jusqu’à MA 1,
sc longue, aboutissant sur la costale, sc 2 toujours présente ;R avec deux
rameaux ; MA 1 rectiligne ; MA 2 à pétiole court; anale toujours prolongée
à la marge alaire (fig. 9). Abdomen allongé, rarement comprimé, formé de
huit segments chez le mâle, de neuf segments chez la femelle.
Les larves des Bolilophila présentent les caractères suivants : tête non
rétractile, capsule céphalique plus large que longue, noirâtre, avec une
émargination inférieure peu profonde ; plaque épicraniale non dentée au
bord postérieur. Antennes bien développées, trisegmentées. Corps court et
robuste (EDWARDS, 1933 : 7).
Ces larves ne tissent pas de toiles ; elles vivent à l’intérieur des champi-
gnons croissant sur le sol, dont elles dévorent le contenu. La nymphose
a lieu dans la terre. Les nymphes sont très mobiles. Pas de cocon.
Génotype : Messala Saundersi Curvris (= hybrida Mg,).
TABLEAU Das ESPÈCES.
1—(4). Aile : R 4 +   aboutissant sur R 1.
2—(3).Nervure transverse MCL: nulle, CL:Ala réunie avec MA sur une
courte distance (fig. 63).. ........................ tenella., p. 27,
3-(2). Nervure transverse MCL: courte mais distincte, parfois réduite à
un point (fig. 64) ................................. cinerea, p. 25
4—(1). Aile : R 4 + 5 aboutissant sur la costale.
5-(10). Transverse MCL: nulle ; CL:Ala réunie avec MA ou les deux ner-
vures confondues sur une courte distance (fig. 65).
6—(7). Mésonotum avec trois bandes d’un noir brun distinctement sépa-
rees. Ailes avec une tache sombre sur RM. Thorax d’un gris sombre.
....................................... maculipennis, p. 27.
_ 7—(6). Mésonotum sans bandes.
8—(9). Mésopliragme sombre, unicolore. CL:Alb rectiligne .............
........................................ pseudohybrida, p. 27.
9—(8). Mesophragme roux, une large tache noire à l’apex. CL:Alb forte-
ment courbée à l’apex ........................ glabrata, p. 26.

nonxrorixinx 25
10-(5). Transverse MCu courte, distincte. GuA séparée de MA. Thorax
plus ou moins roux ; mésonotum avec trois bandes séparées.
11-(12). CuA1a distincte sur toute sa longueur ...... hybtida, p. 27.
l2·(11). CuA1a interrompue près de la base ou à la base (fig. 68).
.................................. . ....... . disiuncta, p. 26.
5 ’“ RN
R4+ MA
63
I fene//a
. _ Cu/Ãla.
RM Mcu
6%+5 C 64
$0 Cfnenea
nazi RN 65
Cu/Vila
Cu.A1a
CuA’la /</
macuâfenrzzls 'lA
RN
_ C
R1 SC
MA1+R4·+5 __,,..·
mai ·
66
c Ma Z' ' fa
U cumb 1A [gum
F10. 63 à 66. - Ailes des Bolitophila. —- 63. B. lenella. -—- 64-. B. cincrca.
65. B. maculipennis. -— 66. B. disiuncla (schématiques).
l. B. cinerca Msmim. MACQUART, I, 126 ; Zmrsnsrmor, Ins. Lapp.,
Dipt., 854 et Dipt. Scand., X, 4057 ; Wmmsnrz, 674 ; Scmmzn, I1, 430 ;
VVULP, 181 ; THEOBALD, 146 ; JEANNE1., 305. — Bolilophilella cinerea
LANDROCK, 11. — Fig. 3 et 64.

26 DIPTÈRES FUNGIVORIDAE
Face, front et occiput bruns à reflets gris. Palpes jaunes. Antennes
brunes, grises à la base, à pilosité épaisse et courte. Mésonotum d’un
gris jaune avec trois bandes longitudinales brunes, rarement cohérentes.
Pleures, mésophragme et scutellum clairs ou brun sombre. Hanches et
fémurs jaunes, tibias brunis. Balanciers jaunes, renflement bruni. Ailes
d’un gris clair, bord plus pâle ; R 4 + 5 courte et rectiligne, dirigée sur
l`apex de R 1 ; transverse postérieure distincte. Abdomen bruni plus ou
moins sombre, allongé (3), plus robuste (Q). Hypopvge bruni. Oviducte
jaunâtre. — Long. 4,5-6 mm.
Printemps-automne. Très commun et répandu dans les bois et les bos-
quets de toute la région holarctique. Se trouve souvent dans les cavernes ;
cité des grottes de Hollande, de Suisse et de Moravie.
La larve a été observée dans un Agaric pourri (CAMERON in Eowixnns,
1913 : 345) et dans l’Hypholoma velutinum FR. (Enwanns, 514). M. le D!
BONNAMOUR l’a trouvée dans l’Hyph0l0ma sublateriîium.
2. B. disjuncta. Lonw, 1869, Beschr. europ. Dipt.,I, 19,17. —— Fig. 66.
Très voisin du B. hybrida, mais s’en distingue par la structure de l’ovi-
ducte, ainsi que l’a remarqué le DF LANDROCK. —<3‘ Q. Face d’un gris jaune;
front et occiput d’un gris noir. Palpes jaunes. Antennes aussi longues que
le corps. Thorax jaune, mésonotum d’un gris satiné coupé par trois bandes
brunes, parfois réunies chez les individus de couleur sombre. Pattes jaunes,
tibias et tarses brunis. Ailes pratiquement vitreuses, le bord très pâle ;
R 4 —l— 5 dirigée sur l’extrémité de R 1 à l’intersection de la costale. Abdo-
men d’un gris clair, chez les exemplaires sombres parfois d’un brun noir
sur les côtés, les sternites plus clairs. — Long. 4,5-6 mm.
Europe centrale (LANDRCCK, Loew). Angleterre. Canada (EDWARDS)·
3. B. glabrata Losw, 1869, Beschr. europ. Dipt., I, 19, 18.
Tête d’un brun noir. Palpes et antennes bruns. Mésonotum jaune bril-
lant, avec trois bandes d’un brun noir, ou mésonotum d’un brun noir et
les calus huméraux avec une tache plus claire. Scutellum jaune ou bruni.
Pleures jaunes, brunis au niveau des hanches I. Mésophragme d’un brun
noir. Hanches, fémurs et tibias jaunes, ces derniers brunis â l’apex;tro-
chanters avec une petite tache brune. Q : tarses antérieurs à 28 article seul
fortement gonflé. Ailes irisées, presque vitreuses, une petite bordure
pâle peu distincte ; sc aboutissant. sur la costale avant la base de R;
transverse postérieure nulle. Abdomen d’un brun sombre, plus clair sur
la face sternale. — Long. 4-4,5 mm.
Europe centrale. Rare sur le continent. Angleterre.
La larve diffère de ses congénères par la présence d’une paire de plaques
noires sur le dernier segment abdominal. Elle a été observée dans le pied du
Clilocybe ncbularis QUÉLET par M. F. W. Eowanns.

BOLITOPIIILÀ 27
4. B. hybride. (Mexonn). lllwxvlm, 1924, 136. — ·B. lusca lllrziemv ;
MAcQuAnr, I, 126 ; Wmmznrz, 673 ; Scmman, II, 430 ; WuLx>, 181 ;Trn2o-
nato, 147 ; Kewrrësz, 42.-Macrocera hybrida Duroun, Ann.Sc. nal., (2),
XII, 20 (1839). — Messala Saundersi Cursris, 1836, Brit. Ent., 581.
Face, front et occiput d’un brun noir,à pruinosité satinée, grise. Palpes
jaunes ou brunis. Antennes à villosité épaisse et courte. Mésonotum j aune,
à reflets gris, trois bandes longitudinales d’un brun noir toujours distinctes.
Seutellum, pleures et mésophragme bruns. Hanches et fémurs jaunes, ti-
bias brunis. Ailes d’un gris clair, bordure pâle ; R 4 -|— 5 courte et rectiligne
pâle ou évanescenteè l’apex. Abdomen d’un brun noir. -— Long. 3-4, 5 mm.
Mai-septembre. Commun ou répandu dans les régions boisées de toute
l’Europe. Angleterre.
La larve a été observée dans l’Agar·icus sulfureus Fa. et dans le Paxillus
involutus Fa. M. le Df Bonmmoun l’a trouvée dans le Paœillus lateralis
et dans le Bolelus lutcus. Elle a été étudiée par M. S. Msmmn (1924). Elle
est Parasitée par le Proctotrypes gravidator L. (nn GAULLE).
  B. maculipennis WALKER. — B. bimaculata Znrrnnsrenr, 1838, Ins.
Lappon. Dipt., 854, 1 et Dipt. Sc., X, 4055, 1 (1851) (lesle Eowmms, 513) ;
\VlNNERTZ, 673 ; Knarûsz, 41. —— Fig. 65.
Tête noirâtre à reflets gris. Palpes d’un brun noir ou brun—jaunâtre.
Antennes à villosité épaisse et courte. Mésonotum et scutellum d’un brun
jaunâtre à reflets gris. Pleures et mésophragme brunis. Hanches et fémurs
jaunes, tibias brunis, tarses d’un brun noir. Ailes légèrement brunies, à
bordure sombre ; R 4 + 5 distincte. Abdomen d’un brun noir, plus épais
chez la femelle, plus ou moins comprimé latéralement. - Long. 5-6,5 mm.
Largement répandu dans toute l’Europe. Corse.
6. B. pseudohybrida LANDnoc1<, 1912, B. e. Z., 45.
Comme le B. hybrida MEIGEN, mais distinct par l’0rnementation pro-
thoracique et par l’oblitération plus ou moins complète de MCu. L’hy-
popygium est également caractéristique. - Long. 3-4,5 mm.
Toute l’Europe. Angleterre.
Selon M. F. W. Eownnns, la larve se développe dans les Russules et dans
le Tricholoma nudum (Enw., 513).
7. B. tenella WINNERTZ, 674 ; Lmznnocx, ll . - Fig. 63.
Tête brune, à pruinosité grise. Palpes brunis, plus clairs à la base. Méso-
notum d’un roux clair, trois bandes longitudinales. Scutellum jaune. Pleu-
res jaunes, souvent brunis, à pruinosité grise. Mésophragme jaunâtre ou
brun. Pattes jaunes, tibias brunis.Balanciers jaunes, renflement brun.
Ailes faiblement ombrées, à bordure pâle, transverse postérieure nulle.

28 DIPTÈRES Funorvonman
· Abdomen d’un brun clair ; sternites j aunâtres. Hypopyge a forceps dila-
tés.- Long. 5-6 mm.
Europe centrale et orientale.
M. F. W. EDWARDS a obtenu cette espèce, en grand nombre, d’un Aga-
ric indéterminé, mais qui peut être un Hygrophorus, et aussi d’un Flam-
mula carbonaria récolté dans la forêt de Sherwood en 1922. v. OSTEN-SAC-
KEN l’a obtenue d’une larve trouvée dans un champignon (Saint—Péters—
bourg).
S.-F. DIADOCIDIINAE
Les représentants de cette sous-famille se distinguent de tous les autres
Fongivorides par la présence de deux nervures transverses disposées sur
la même ligne. Ils habitent la région holarctique. Un seul genre.
G. DIADOCIDIA RUTHE
RUTHE, Isis, IX, 1210 (1831) ; KERTÉSZ, 37 ; JOHÃNNSEN, 12 ; Enwlxnos,
515 ; LANDRooK, 12. — Macroneura MACQUART, I, 146.
Tête ronde, aplatie antérieurement. Palpes de 4 articles. Antennes de
2 —}— 15 articles. Scutellum petit. Pattes allongées, fémurs légèrement épais-
sis, tibias avec des éperons, tibias III avec des épines dressées en rangée ré-
gulière. Ailes plus longues que le corps ; costale dépassant Pintersection de
IMA] ; sc longue ; sc 2 et R 4 + 5 nulles ; MA 2 et Cu A fourchues ; anale
prolongée jusqu’au bord de l’aile (fig. 10). Abdomen formé de sept segments.
Les larves se développent dans le bois pourri.
Le D. parallela est connu de l’ambre de Prusse.
Génotype : Zldycelobia ferruginosa MEIGEN.
l.D.fe1'1·ugin0Sa (MEIGEN). Wmnaarz, 666 ; Scnmnn, II, 426I; Wow,
177 ; THEoBALD, 150. -— D. flavicans RUTHE, 1831, Isis, XI, 1211 ;LoEw,
Slefiin. enf. Zig., VIII, 66 (1847). -—- Macroneum Winihemi MACQUART,
1,147. — Fig. 4.
Face, front, Vertex bruns. Trompe et palpes jaunes. Mésonotum d'un
brun jaune avec trois bandes plus ou moins rapprochées ou cohérentes.
Scutellum jaune. Mésophragme brun. Pattes jaunes a tarses brunis. Chez
les femelles, les articles 2 et 3 des tarses I ont la face plantaire légèrement
élargie, le quatrième article est plus fortement dilaté. Ailes légèrement
brunies, à pilosité grise ; R 1 courte, n’atteignant pas le niveau de la base
de la fourche médiane. Abdomen d’un brun jaune plus sombre à l’apex,
parfois entièrement brun noir chez le mâle. — Long. 3,5 mm.
Avril—<eptembre. Répandu dans les régions boisées de toute la zone
holarctique.

` Macnocsrm 29
La larve se développe dans un long tube de soie, sous les écorces ou dans
les racines pourries. La nymphose a lieu dans un cocon de soie blanche,
serrée.
2. D. valide. M11<, 1874, Verh. z.-b. Ges. Wien, XXIV, 329,
9. Dilfère du précédent par le mésonotum plus sombre, par les tarses I
non élargis, par l’aile dont la nervure R 1 est plus longue, l’extrémité abou-
tissant au niveau de la base de la fourche médine, les troisième et qua-
trième sections costales sont subégales. — Long. 3 mm.
Europe centrale. Angleterre.
S.-F. MACROGERINAE _ _
G. MACROCERA ÃIEIGEN
MEIGEN, Illigefs Mag., II, 261 (1803) ; Knariësz, -12 ; JOHANNSEN, 28 ;
Enwanns, 1913, 345 ; 1925, 516 ; Lamnnocx, 12 ; ToNNom et Enwiuws,
772 ; Mnrxsuninon, Trans. enl. Soc. London, LXXX1,8.3 (1933) (biologie).
— Genefa Liov, 1863, Aili dell’Insl. Veneto (3), IX, 229, 2.
Tête ronde, légèrement aplatie antérieurement avec de chaque côté du
triangle ocellaire deux sillons longitudinaux prolongés sur l’0cciput. Ocelles
inégaux, 1’antérieur plus petit. Palpes formés de 4 articles cylindriques, le
premier plus court. Antennes très longues, parfois beaucoup plus longues
que le corps, formées de 16 articles (sauf chez le AI. penicillata A. (losrn) qui
ne présente que 15 articles ; article Isphérique, II conique ou en cornet, sui-
vants ordinairement cylindriques ; articles distaux filiformes, finement
ciliés, face inférieure avec des soies plus longues, deux derniers articles
encore plus longuement ciliés. Scutellum petit, semicirculaire. Mésopleure
cilié. Mésonotum courbé. Pattes longues et grêles, tarses I plus courts; tibias
sans éperons latéraux, les autres courts. Ailes élargies, ordinairement plus
longues que l’abdomen, membrane couverte d’une pubescence micro-
scopique, pratiquement rase; épaississement costal dépassant Vintersection
de AIA la ; sc toujours prolongée jusqu’à la costale ; se 2 présente, réduite,
évanescente ou nulle ; R 1 parfois épaissie à l’apex ; R 4 —§— 5 prolongée
sur la costale, mais paraissant être (par capture) un rameau de la nervure
médiane haute ; médiane haute et médiane basse avec un rameau basal
commun, parfois peu marqué, très rarement épaissi ou bruni, mais tou-
jours courbé pour rejoindre le rameau commun RM ; nervu1·e transverse
postérieure .1ICu présente ; nervure anale forte, souvent prolongée au bord
postérieur de l'aile (fig. 5). Abdomen formé de sept segments, allongé et
légérement aplati, plus ou moins gonflé et conique chez la femelle. Ovi-
ducte court, peu saillant. llypopyge mâle normal, les branches des forceps
souvent bidentées à l’apex.
Genre subcosmopolite. Les mouches se trouvent dans les bois et les bos-
quets, souvent en grand nombre. Le lllacrocera fasciala a été observé dans
les cavernes et les fentes des rochers. _

30 nrrràmas ruweivoainaraz
Une dizaine d’espèces de l’ambre de la Baltique ont été décrites par
Lonw et par MEUMER.
Les larves ont un corps allongé, plus ou moins transparent et d’appa-
rence fragile. Une pigmentation irrégulière, pourpre, est souvent visible:
elle est due à de grandes cellules qui peuvent être des oenocytes.
Les larves des Macrocérines forment des toiles qui portent des goutte-
lettes d’un liquide clair. Ce caractère, qui se retrouve dans les toiles tissées
par les représentants de la famille des Céroplatinés, distingue ces deux fa-
milles des autres espèces de Fongivorides tisseurs de toiles serrées. Ces
larves sont zoophages ; les toiles-pièges permettent la capture de petits
organismes qu’elles dévorent. Les Enchytréides qui peuvent se trouver
en contact avec les toiles meurent rapidement.
Les larves du lllacrocera fasciala ont été vues dans les champignons
où on les soupçonne de former une cloison de mucus. Celles du Macro-
cera siigma ont été observées dans le bois pourri du charme et dans la
terre renfermant des mycéliums.
Les larves des Macrocères sont parasitées par les Hyménoptères ich-
neumonides du genre Dicolas (MANSBRIDGE) ; celles du Macrocera maca-
laia MG. sont attaquées par le Prociolrypes pallipes J UR.
Génotype : Zllacrocera lulea MEIGEN sec. CURTIS.
TABLEAU DES EsPÈCEs.
1—(l8). Ailes couvertes d’une pilosité allongée, au moins vers l’apex.
2-(7)'. R 4 —f- 5 peu distincte ou nulle.
3-(4). Abdomen unicolore, jaune ou brun jaunâtre. Ailes sans taches.
........................................... pumilio, p. 40.
4-(3). Abdomen d’un roux brillant, à bandes brunes.
5-(6). Ailes à taches brunes diffuses non prolongées au bord postérieur.
......................................... tyrrhenica, p. 41_
6-(5). Ailes avec trois bandes brunes prolongées au bord postérieur. ....
...................................... parcehirsuta Q, p. 38.
7—(2}. R 4 —l— 5 chitinisée.
8-(ll). Ailes largement brunies a Pextrémité.
9-(10). Mésonotum avec trois bandes longitudinales brunes bien marquées.
...................................... parcehirsuta 5*, p. 38.
10—(9). Mésonotum d’un roux jaune brillant, unicolore ; rarement, au bord
antérieur, des traces de bandes longitudinales.... phailerata, p. 39.
11-(8). Ailes : extrémité vitreuse ou peu distinctement brunie. R 1 épais-
sie à l’apex.
12-(13), Mésonotum d’un brun noir. Abdomen roux, à bandes noires. An-
tennes 3 près de deux fois aussi longues que le corps, jaunes à la base.
Pleures à taches sombres ; mésophragme d’un brun noir. Scutellum
roux .............,........................ obscura, p. 38.

Macnocana 31
13-(12). Mésonotum jaune avec ou sans bandes longitudinales.
l4—(l5). Pleures à bandes brunes. Abdomen d’un brun sombre, tergites
j aunâtres au bord postérieur. Ailes élargies, plus longues que l’abdomen,
brunies .................................... alpicola, p. 32.
15-(14). Pleures unicolores, sans taches nettes.
16-(17). Ailes : R 1 avec une tache brune très près de Pextrémité, cette
dernière reste pâle ; rameau commun RM brun noir. stigma, p. 40.
17-(16). Ailes : R 1 uniformément brunie jusqu’à l’extrémité ; RAI non
brunie ................................... stigmoides, p. 41.
18-(1). Ailes couvertes d’une pilosité microscopique uniforme, sans poils
plus longs.
19-(32). Ailes tachées, au moins une petite tache brune.
20—(25). Ailes à extrémité claire.
21—(22). Une tache sombre près de la base de la cellule cu 1. tusca, p. 41.
22·(21). Une tache sombre à la base de la cellule r 5.
23-(24). Abdomen ztergites avec des bandes basales pâles. Ailes sans tache
costale ................................... bipunctata, p. 34.
24—(23). Tergites abdominaux avec des bandes apicales pâles. Ailes : une
tache costale brune à l’extrémité de R 1 ......... centralis, p. 35.
25-(20). Ailes à extrémité plus ou moins brunie, l’ombre plutôt diffuse chez ·
le M. maculala.
26-(29). Abdomen largement jaune, tergites avec des bandes apicales noi-
ràtres.
27—(‘2«8). Ailes : bord postérieur avec une large bande brune. Cellulc_ cu l
vitreuse ..................................... fastuosa, p. 36.
28-(27).Ailes tbord postérieur non taché, mais le disque avec une bande
transverse brune complète .................... angulata, p. 34. '
29-(26). Abdomen unicolore ou les tergites plus pâles à l’apex. Pleures
tachés de brun.
30—(31). Ailes avec une bande brune complète submédiane et une tache
isolée sur la marge de la cellule cu 1. Mésonotum unicolore ..........
......................................... îascipennis, p. 36.
3l—(30). Ailes : bande submédiane incomplète ; cellule cu 1 non tachée.
Trois bandes mésonotales brunâtres ou noirâtres plus ou moins mar-
quées ...................................... maculata, p. 37.
32·( 19). Ailes vitreuses sans taches.
' 33-(36). Sc aboutissant avant le niveau de l’extrémité de la cellule basale.
Abdomen :tergites à bandes pâles à l’apex.
34-(35). Sc très courte, aboutissant avant le milieu de la partie basale de R.
............................................ anglica, p. 33.
35-(34). Sc plus longue, aboutissant au milieu ou après le milieu de la par-
tie basale de R ................................ pusilla., p. 40.
36-(33). Sc aboutissant au niveau de l’apex de la cellule basale.
37-(38). Au moins les hanches postérieures entièrement noires. Thorax

32 ¤1rTÈREs FUNGIVORIDAE
jaune, mésonotum avec trois bandes d’un noir brillant. Pleures taches
de brun, la partie postérieure et le mésophragme plus clairs. Antennes :
une fois et demie plus longues que l’abdomen ..... nigricoxa, p. 38.
38—(37). Toutes les hanches jaunes, tout au plus des taches brunes.
39-(42). Antennes 3‘ allongées, plus de deux fois plus longues que le corps.
Antennes 9 courtes, mais plus longues que le corps.
40-(41). Mésonotum avec trois bandes plus ou moins distinctes, soies noi-]
râtres. Ailes : médiane évanescente à la base ...... vittata, p. 42.
41-(40). Mésonotum jaunâtre, à bandes jaunes, pilosité thoracique jau-
nâtre. Ailes : base de la médiane forte et distincte, divisant la cellule
basale en deux parties .............................. lutea, p. 37.
42-(39). Antennes 5* parfois épaissies près de la base du flagellum et
environ deux fois plus longues que le corps. Antennes 9 ne dépassant
pas la longueur du corps.
43—(44). Antennes : les six premiers articles distinctement épaissis, bruns
annelé de jaunes (3 Q) ..................... cmssicornis, p. 35.
44—(43). Les premiers articles antennaires non épaissis ou non annelés de
brun.
45-(46). Hanches III non tachées. Abdomen unicolore, jaune ou brun jaune
sombre, à bandes ou taches brunes; les deux derniers segments et
Phypopyge d’un brun noir. . . ....................... parva, p. 38.
46—(45). Hanches III tachées de brun. Abdomen avec des bandes transver-
ses jaunes.
47-(48). Abdomen jaune, tergites à bandes antérieures d’un brun noir —
ou d’un brun roux sombre avec le bord postérieur jaunâtre, les bandes
noires plus larges chez la femelle ............... fasciata, p. 35.
48-(47). Abdomen avec des bandes postérieures noires.
49—(50). Ailes brunies, nervures d’un brun sombre. R 1 aboutissant avant
l’origine de R 4 + 5 ; base de RM épaissie et brunie. Hypopyge des
mâles d’un brun noir ............................ inversa, p. 36.
50-(49). Ailes pratiquement vitreuses, nervures pâles. R 1 aboutissant
après l’origine de R 4 + 3 ; base de R à peine épaissie, pâle. Hypopyge
jaune ; forceps avec deux dents émoussées. longibraohiata, p. 37.
1 . M. alpicola VV1NNEaTz, 1863, 682.
Face et front roux, vertex plus sombre. Mâle : antennes près de deux
fois aussi longues que le corps, aussi longues ou légèrement plus longues
que le corps chez la femelle. Thorax roux, trois bandes mésonotales jaunes,
brunes ou noirâtres, parfois cohérentes, souvent lia bande médiane seule
distincte. Mésophragme plus ou moins bruni. Hanches et pattes jaunies.
Balanciers jaunes, renflement plus sombre. Ailes : membrane d’un brun
jaunâtre, sans taches ; sc allongée, prolongée jusqu’à la pointe de la cel-
lule basale (r) ; sc 2 nulle ou très pâle ; base de r d’un brun noir ; une
tache vitreuse à l’extrémité de la cellule basale, nervures de cette cellule

Macaocxam. 38
légères. Abdomen parfois élargi au milieu, deux derniers segments et
hypopyge noirs ; chez la femelle l’oviducte est d’un brun sombre. —
Long. 6-6,5 mm.
Suisse : Oberland bernois, Faulhorn (vom Hnvnmx).
il
\ x
f ”?·"\ A
(Ã /  w \ §
  / È \ `\
   '/ un \  
 _ f W ' Z
  \
4 ..
I ··\
` 1
Frs. 87. -— lilacrocera centralis ÃIEIGEN, Q X 8.
2. M. anglîcn. Enwanns, 1925, Trans. ent. Soc. London, 517 ; MADWAR,
Psyche, XLII, 25 (1935).
Tête jaune, tache ocellaire sombre. Palpes brunis. Antennes non épais-
sies. Thorax jaune d’ocre, une paire de petites taches sombres sur la marge
antérieure du mésonotum et une bande pleurale brune mal définie. Soies·
noires. Hanches et fémurs uniformément ocres ; tibias sombres. Ailes :
R 1 non épaissie à l’apex ; R 4 + 5 plutôt courte et modérément oblique.
Abdomen d’un brun sombre. Petite espèce. Longueur du corps ou des
ailes ($2) environ 4 mm., antennes (S2) 6 mm.
'snouv 3

34 DIPTÈRES FUNGIVORIDAE
Angleterre (selon Eowlums). _
La biologie a été étudiée par M. S. MADWAR (1935).
3. M. angulata IVIFIGEN. Znrrnnsranr; Dipt. Sc., X, 4064 ; Wmnsarz,
681 ; Sci-MNER, 431 ; WULP, 183. — M. viiiaia MAcoUxaT (nec MEIGEN),
1834, l, 137.
Tête jaune. Antennes (3 S2) plus longues que le corps (1 3/4 : 1 1/4). Tho-
rax jaune, mésonotum roux, unicolore ou présentantla trace de trois bandes
longitudinales d’un brun jaune. Pleures, mésophragme et scutellum jaune
unicolore. Hanches, pattes et balanciers jaunâtres. Ailes aussi longues
que Pabdomen, presque vitreuses, avec des bandes et des taches brunes ;
extrémité de l’aile largement brunie, cette tache parfois réunie avec la
bande transverse médiane au bord postérieur de l`aile. Sc aboutissant
au niveau de la cellule basale ; sc 2 présente ; R I à peine épaissie à l`ex-
trémité. Abdomen C3" : tergite I jaune à incisure noirâtre ; tergites II-IV
jaunes avec une étroite bande postérieure noire ; les tergites suivants et
Phypopyge noirs. —— Q 2 jaune ; tergites I I-VI à bord postérieur brun noir,
VII noir. Oviducte court, jaunâtre. — Long. 4-6 mm.
· Rare. Printemps et été. Bois et bosquets de la région rhénar1e.Ardennes;
environs de Paris, Saint—Germain (R. BENOIST). Hollande. Europe centrale
et boréale. Angleterre.
4. M. bipunctata EDWARDS, 1925, Trans. enf. Soc. London, 520.
5*. Tête brune. Face et palpes d’un jaune d’ocre.Antennes pas plus lon-
gues que le corps et dépourvues de longs poils à l’apex. Thorax ocre, mé-
sonotum avec trois bandes brunes séparées ; pleures brunis sur leur face
inférieure ; soies noires. Pattes jaunes, hanches II-III marquées de brun
sombre sur la face externe ; tibias sombres. Ailes vitreuses, sauf une petite
tache brune à la base des cellules r 5 et m 1, une autre petite tache au-
dessus de la base de Rs ; sc allongée, étendue jusqu’à la pointe de la cellule
basale ; R 1 non épaissie à l’apex ; R 4 —}- 5 plus longue et presque paral-
lèle avec Rs, sa base rapprochée de l’apex de R 1 ; costale prolongée jus-
qu’à l’apex de AIA 1 ou presque ;médiane à section basale chitinisée,
sombre. Balanciers jaune d’ocre. Abdomen allongé, ocre ; tergites VI-VIII
entièrement noirs. Hypopyge normal ; forceps avec deux épines rap-
prochées l’une de l’autre.
G'est une grande espèce qui ressemble superficiellement au M. fasciaia.
La description se rapproche de celle du M. grandi.; LUNDsTRôM, mais le
M. bipunciala diffère par les antennes plus courtes (égales seulement à
1,2 au lieu de 2,5 de la longueur du corps) et par la costale allongée. La
longueur du corps du JW. bipunciaia est subégale à 7,5 mm. ; aile : 5,5 mm.,
antennes :9 mm.
Corse. Angleterre (Enwixaos).

)lACil0CEIl.l iii)
  M. centralis 1\ia1caN. Wmmznrz, 679; Scumian, II, 431 ; NVULP, 183 ;
Enwlmns, 1925, 520. — Fig. 67.
Antennes trois fois aussi longues que le corps (3), plus courtes mais ce-
pendant plus longues que le corps (Q). Ailes : parfois le tiers apical indis-
tinctement bruni, mais la confusion avec le M. maculaia sera évitée si l'on
retient la taille plus petite, les marques différentielles du thorax et les an-
tennes plus courtes. -- Long. 5-6 mm.
Eté-automne. Commun et répandu dans les bois et les bosquets des envi-
rons de Paris, Saint-Germain, Maisons-Laffitte, Fontainebleau (LABOUL-
BÈNE), Saclas (Auncianr). Creuse (ALLUAUD). Toute l’Europe.
' 6. M. crassicornis WINNERTZ, 678 ; Enwrxnns, 1925, 519. — M. annuli-
cuxa Mix, 1864, Verh. z.·b. Ges. ll/[en, XIV, 791.
Face jaune, front et occiput brunis. Palpes jaunes. Antennes légère-
ment plus courtes que le corps. Thorax jaune, mésonotum d’un brun
jaune, très luisant, sans bandes ou avec trois bandes brunes écourtées
avant le scutellum ; pleures avec de petites bandes claires ; base des balan-
ciers et mésophragme jaunes. Hanches jaunes, antérieures seulement
ombrées, hanches II et III tachées de brun ; fémurs et tibias jaunes. Ba-
lanciers jaunes. Ailes subégales à l’abdomen, à peine brunies, non tachées ;
sc aboutissant après l’apex de la cellule basale; sc 2 pâle, mais distincte ;
R l non épaissie à l’apex. Abdomen d’unjaune d’ocre, à pilosité noiràtre ;
tergites I-VI à bordure antérieure d’un brun noir, VI] et hypopyge noirs .
Oviducte brun. — Long. 5 mm.
Haute-Vienne (ALLUAUD). Europe centrale. Vienne.
7. M. îasciata Maman. l)rIACQUART, I, 128; Zarrnnsrenr, Ins. Lapp.,
Dipt., 855 et Dipt. Sc., XI, 8061 et XL4362; Wmnunrz, 676 ; Scumnn,
ll, -132 ; WULP, 184 ; Txiaormtn, 145 ; ENsL1N, 1906, 251 ; Eoxmnos,
1925, 519 ; Mausnmnors, 86.
Face jaune, front et occiput bruns. Antennes plus longues que le corps
ou un peu plus courtes, les six premiers articles épaissis chez le mâle, fili-
formes chez la femelle. Thorax jaune, mésonotum avec trois bandes
longitudinales brunes. Pleures avec une bande d’un brun noir étendue
depuis la base de l’aile jusqu’à la base des hanches ll. Renflement por-
teur du balancier également bruni; mésophragme et scutellum brunàtres.
Pattes a1longées,jaunâtres, tibîas plus sombres. Hanches à pilosité noire,
ljaunes, non tachées, II et III plus ou moins distinctement tachées de
brun. Ailes plus courtes que l’abdomen, légèrement enfumées, sans taches ;
sc aboutissant sur la pointe de la cellule basale ; sc 2 distincte ; R l non
épaissie à l’apex ; RIA 1 fortement courbée à l‘apex. Abdomen près de
quatre fois aussi long que le thorax, grêle et allongé (3), plus large (Q) ;

36 DIPTÈRES FUNGIVORIDAE
segment V 11 entièrement d’un brun noir. Hypopyge (5) noir. Cerques
de l’oviducte bruns. — Long. 6-8 mm.
Printemps-automne. Bois et bosquets. Parfois dans les grottes et les ca-
vernes. Commun et répandu partout.
D’après ENSLIN, cité par Enwanns, la larve a été observée dans un cham-
pignon poussant dans une cave. La pupe a été trouvée dans une loge ter-
reuse placée sous un orme ; elle est partiellement enveloppée d’un cocon
soyeux où elle reste suspendue.
8. M. fascipelmis STAEGER. Zarrsasrsnr, Dipt. Sc., X, 4068; EDWARDS,
520, fig. 184.
· Thorax jaune. Ailes légèrement brunies, tachées : une tache près de la
base de R dans la cellule basale, une tache doublée au milieu de la cellule
basale ; partie moyenne de l’aile avec une bande brisée transverse partant
du bord antérieur pour atteindre la marge postérieure, cette bande plus
foncée le long du bord costal età la base de la cellule cubitale ; une autre
tache a l’apex de cette cellule, une autre tache ronde dans la cellule anale,
apex de l’aile largement bruni. Abdomen jaune ; tergite Il et Ill avec une
large bande dilatée latéralement ; segment apioal et hypopyge noirs. ———
Long. 5,5 mm.
Danemark. Angleterre. Europe centrale et septentrionale.
Ne pourra être confondu avec le A4. angulata si l’on tient compte du dessin
de l’aile et de la coloration de l’abdomen.
9. M. îastuosa Loaw, 1869, Beschr. eur. Dipt., 1, 16 ; Enw/mns, E. M.
JJ., LXIII, 258 (1927).
5*. Tête jaune, vertex avec une grosse tache noire. Antennes plus lon-
gues que le corps (1 3/5-1 4/5). Thorax jaunâtre ; mésonotum avec trois
bandes d’un brun noirâtre, parfois cohérentes ; pleures non tachés. Han-
ches et pattes jaunâtres. Balanciers jaunâtres. Ailes à membrane gri-
sâtre, base et bord antérieur d’un brun jaunâtre ; nervures épaisses et
d’un brun noir, une bande transverse élargie et des taches brunes ; extré-
mité de l’aile largement noirâtre. Abdomen à pilosité noire, dernier seg-
ment et hypopyge noirs. ·—- Long. 6-7 mm.
Creuse: Clairavaux (ALLUAUD). Carlsbad. Corse. Angleterre (Emvisans).
10. M. inversa Lonw, 1869, Beschr. eur. Dipt., l, 16.
Face jaunâtre, front et occiput bruns. Antennes légèrement plus lon-
gues que le corps. Thorax jaune ; trois bandes mésonotales d’un brun
noir, la médiane parfois réduite ou nulle. Pleures jaunes à bande sombre.
Srutellum et mésophragme brunis, ce dernier parfois avec une bande som-
bre. Hanches et fémurs jaunes, tibias brunis. Ailes : R 1 non épaissie à
l’apex ; sc aboutissant au niveau ou un peu après le niveau de l’apex de la

Macnocnnx 37
cellule basale ; sc 2 distincte. Abdomen d’un jaune sombre, tergites avec
une large bande postérieure d’un brun noir. 5‘ : les deux derniers segments
noirs. Oviducte brun jaune. - Long. 6-8 mm.
Europe centrale. Silésie.
' ll. M. longibrachiata LANDROCK; 1917, W. e. Z., XXXVI, 85 et Flie-
gen, VIII, 18 : Eowanvs, E. M. M., LXIII, 258 (1927).
5. Corps jaune. Palpes brunis à l’apex. Antennes 1 1/2 fois aussi lon-
gues que le corps, flagelle cilié. Mésonotum avec trois bandes longitudi-
nales mates, d’un brun roux, ces bandes parfois indistinctes. Pleures
tachés de brun. Mésophragme avec une large bande médiane sombre.
Tibias sombres. Ailes : sc longue, aboutissant à l’apex de la cellule b-
sale; sc 2 trés pâle ; R1 non dilatée à l’apex ; RM légèrement épaissie,
très pâle ; R 4 —|— 5 extraordinairement longue, très oblique, presque ho-
rizontale dans sa partie moyenne ; fourche de MA lb à pétiole très court ;
toutes les nervures, surtout les antérieures, à macrotriches allongés. Abdo-
men grêle, long, à pilosité noire ; derniers segments d’un brun jaunâtre. —
Long. 5 mm.
Allemagne (Llmnnocx). Angleterre (Eowanos).
12. M. lutea. MEIGEN. Macouarvr, I, 128; ZETTERSTEDT, lns. Lappon.,
Dipt., 855 et Dipt. Sc., X. 4060 et XII, 4903 ; WINNERTZ, 677 ; Scmmzn,
11,432 ; WULP, 184 ; Eowmms, 1925, 519.
Tête et palpes jaunes, front avec une tache brune. Antennes plus de
deux fois (5) ou une fois et demie aussi longues que le corps (Q). Hanches et
pattes jaunes. Balanciers pâles. Ailes plus longues que l’abdomen, légè-
rement enfumées, non tachées, une trace jaune le long du bord costal ;
sc aboutissant à l’extrémité de la cellule basale ; sc 2 distincte ; R1 à
extrémité légèrement épaissie ou non ; MA 1 courbée. Abdomen à pilo-
sité noire ; les deux derniers segments jaunes ou brun jaunâtre avec une
bande latérale longitudinale brune. Dernier tergite et forceps étroits,
d’un brun noir. Oviducte jaunâtre. —— Long. 4,5-6 mm.
Eté. Régions boisées. Répandu dans toute l’Europe. Avec le Macroccra
vittata, mais semble moins commun.
13. M. maculata. MEIGEN. l\IAcgUAn·r, I, 128 ; Zzsrrxznsrxsnr, Ins. Lap-
pon., Dipt., 856, 3 (1838) ; id., Dipt. Sc., X, 4067 ; Wxwmznrz, 680 ; Sam-
NER, II, 431 ; WULP, 184 ; THEOBALD, 145 ; EDWARDS, 521.
Face jaunâtre. Front et occiput brunis. Antennes l 1/4 fois aussi lon-
gues que le corps (3), à peine plus longues (Q). Thorax roux. Hanches et
pattes jaunes. Ailes : membrane vitreuse, plus ou moins tachée de brun ;
R 1 à peine épaissie à l’cxtrémité ; sc aboutissant distinctement avant la

38 DIPTÈHES FUNGIVORIDAE
pointe de la cellule basale ; sc 2 pâle ; MA 1 :1 rectiligne. Abdomen jaune, à
pilosité noire, tergites moyens avec une bande antérieure d’un brun noir ;
tergites postérieurs et forceps noirs. Chez la femelle, la teinte brune est
plus étendue, les tergites sont seulement étroitement jaunes à la base. —
Long. 4-5 mm.
Printemps—été. Bois et forêts de toute 1’Europe.
Parasite : Prociotrypes pallipes J UR.
14. M. nigricoxa WINNERTZ, 1863, 679.
<3‘. Face et front bruns. Palpes jaunes. Thorax roux. Hanches I et pattes
jaunes, plus claires à la base. Ailes plus longues que l’abdomen, légère-
ment brunies, non tachées ; sc aboutissant à la pointe de la cellule basale ;
sc 2 distincte; R 4 -1- 5 faible ; MA 1 courbée. Abdomen roux, à pilosité
noire ; tergites I—IV avec une petite bande antérieure brune, les trois der-
niers segments et Phypopyge noirs. — Long. 4 mm.
Allemagne.
15. M. Obscura. W1NNE1=<Tz, 1863, 683.
3. Antennes plus de deux fois aussi longues que le corps. Hanches et
pattes rousses. Ailes plus longues que l’abdomen, à membrane brunie, à
reflets jaunes, non tachée, nervures antérieures brunes, les autres jau-
nâtres ; sc aboutissant à l’apex de la cellule basale. Abdomen : tergites
antérieurs avec une bande basale d’un brun noir, deux derniers segments
et forceps noirs. —— Long. 5 mm.
Europe centrale.
16. M. parcehirsuta. BEcKER, 1907, Z. Hym. 11. Dipi., 225.
Tête d’un roux jaune. Vertex et occiput à taches noires. Palpes d’un
roux brunâtre. Antennes près de trois fois aussi longues que le corps. Tho-
rax d’un roux brillant. Mésonotum avec trois bandes brunes longitudi-
nales, les latérales raccourcies antérieurement, courbées, dilatées extérieu-
rement et prolongées sur les pleures. Pattes, y compris les hanches I et II,
d’un roux jaune pâle. Balanciers jaunes. Ailes : R 4 -1- 5 manque parfois.
Abdomen d’un roux brillant, à bandes tergales postérieures brunes ; ter-
gites V et suivants complètement. noirs. — Long. 3,5 mm.
Corse (Eowaans). Canaries (B sexes).
Ressemble à un petit exemplaire sombre de Al. phalerala avec des bandes
mésonotales distinctes. Chez les mâles, R 4 -|— 5 est souvent distincte comme
chez le JW. phalerata typique, mais chez les femelles cette nervure peut être
obsolète sur les deux ailes (Enwanns, 1928, IV, 159).
17. M. parva. LUNDsTRôM, 1914, Acia Soc. Fauna ei Flora fenn., 39, 7 ;
EDwAans, 1925, 519. —- M. silvalica Launaocx.

Miacnocizim 39
Face jaunâtre. Palpes d’un jaune brun. Front et vertex d’un brun noir
Antennes : une fois et demie aussi longues que le corps. Thorax d’un brun
jaune. Mésonotum avec trois bandes longitudinles brunes. Pleures d’un
brun jaune sombre à taches brunes. Scutellum brun jaune ; mésophragme
brun. Pattes d’un brun jaune sombre. Balanciers d’un brun jaune à ren-
_ flement plus sombre. Ailes : membrane un peu brunie ; R 1 non ou très
légèrement épaissie à l’apex, -—— Long. 3-4 mm.
Laponie. Angleterre.
A 68
'lh
. ~ · A rm nnzlln
IP ' . M4 ^ p’:•^l\^A/`I\.^
' A **3* .»^m^  
f 6 'Èç il';-2 É ,« ^^
  . _ _:F *` ·Jv‘·\;> (,;.2:
    » «e
 
` 70
69 Mcu.
R1 s h '
Mis F / ° 1
NA1 ’_
ô' ZA
MA2\
1,/ 71,
‘1A
C / 1
ÉA1 Cq7A1 CUAZ
Fm, 68 à 71. -lllacr0ccra sligma. -— 68. Larve vue dorsalement. — 69. Larve, face in-
férieure de la tête. —- 70. Labre vu par la face dorsale, selon l`lANSBBlDGE.-·• 71.
Aile, très schématique.
18. M. phalerata MEIGEN. Wmumarz, 683 ; Scumen, II, 433; Wutr,
185. — M. maculipennis NIACQUART, 1826, Rec. Soc. Sc. Lille, 110 et
S. à B., [,127.
Jaune. Antennes très longues, près de trois fois (5*), une fois et demie (9)
aussi longues que le corps. Pleures avec des bandes brunes ou des taches
interrompues qui manquent rarement. Ailes ordinairement plus longues
que l’abdomen, ciliées et tachées de brun ; R 1 élargie à l’apex, avec une
tache brune ; une autre tache brune dans la cellule r· 1 voisine d’une trace
brune plus légère ; entre les taches apicale et centrale, une bande pâle ;

40 nirràans FuNG1voa1nAE
la base de la branche médiane postérieure (MA2 b) est exceptionnelle-
ment brunie, souvent entièrement claire. Abdomen a pilosité noire,bord
postérieur des tergites avec une large bande interrompue, ces bandes par-
fois élargies au point de former une bande longitudinale dorsale complète.
Segment anal et hypopyge d’un brun noir. Chez la femelle, les bandes
tergales sont toujours élargies postérieurement et forment un triangle,
parfois étendu de la base au bord postérieur. Oviducte brun. — Long.
4-5 mm.
Printemps-été. Bois et bosquets de la province rhénane. France septen-
trionale. Environs de Paris, forêt de Maisons—Laffitte (nn GAULLE) ; Ma-
lesherbes (R. Bnuoisr); Seine-Inférieure, VII (Bonvma). Hollande. Europe
centrale.
19. M. pumilio LoEw, 1869, Beschr. eur. Dipt., I, 18 ; LUNnsTRôM, Ann.
Mus. hunqar., XIV, 72, pl. I, fig. 2 (1916) (hypopyge).
Jaune. Antennes mâles 1 1/2 plus longues que le corps, un peu plus
courtes que le corps (9). Mésonotum unicolore ou avec trois bandes longi-
tudinales peu marquées. Pleures unicolores, tout au plus avec une trace
de bande. Partie externe et apicale des tibias brunie. Ailes vitreuses ; R 1
non ou à peine épaissie à l’apex ; sc aboutissant à la pointe de la cellule
basale ; sc 2 nulle. Chez les exemplaires desséchés l’abdomen peut être
bruni, les tergites à bord postérieur jaune. -— Long. 3,5-4 mm.
Allemagne moyenne et méridionale.
20. M. pusilla MEIGEN. WINNERTZ, 678 ; Scnmnn, II, 432. — M. nana
Kanriâsz (non Macouanr), 1902, 45. —— M. pseudopusilla LANDROCK, 1917,
W. e. Z., XXXVI, 82.
Face jaune ; front et vertex bruns. Palpes jaunes. Antennes plus lon-
gues (3) ou presque aussi longues que le corps. Thorax jaune ; mésonotum
à lignes longitudinales distinctes. Pleures à bandes brunes, souvent noi-
râtres. Mésophragme et scutellum brunis. Hanches et pattes jaunes, ti-
bias brunâtres. Ailes légèrement brunies, sans taches ; sc aboutissant
avant ou légèrement après le milieu du rameau basal de RM ; R 1 non
épaissie à l’apex. Abdomen brun a bandes jaunes plus ou moins distinctes
au bord supérieur des premiers tergites. Segment anal et hypopyge bruns.
Oviducte jaunâtre. —— Long. 3 mm.
Eté-automne. Bois et forêts. Région rhénane.Liège.Ardennes: Vendresse
(R. Bnuorsr). Europe centrale.
21. M. Stigma. CURTIS. \V1NNERTz, 682 ; SCHINER,II, -133 ; WVULP, 185 ;
EDWARDS, 521 ; MANsBR1nGE, 85, fig. 10-12. —— Fig. 68-71.
Jaune d’ocre. Vertex plus ou moins sombre. Antennes plus de deux fois
(<3‘) ou 1 ll'2 (Q) aussi longues que le corps. Mésonotum luisant, unicolore
ou avec des bandes sombres. Hanches et tibias jaunes. Ailes plus longues

MACROCERA 41
que 1’abdomen, légèrement ombrées, sans taches; sc 2 nulle ou très pâle ;
R 1 très élargie à l’apex ; MA 1 légèrement courbée. Abdomen : bord
postérieur des tergites avec des bandes claires, les deux derniers tergites
plus sombres. Hypopyge d’un brun noir, oviducte brun jaune. Pilosité
noire. -— Long. -1,5-5,5 mm.
Mai-juin. Environs de Paris, Maisons-Laffitte et forêt de Saint-Germain
(nr: GAULLE). Province rhénane. Hollande. Europe centrale. Angleterre.
D’après M. Mnnsnnmon, la larve se développe dans les terrains riches
en mycéliums, dans des loges ou galeries où sont placées les toiles. VVINNERTZ
1'a trouvée dans une branche tombée de Carpinus betulus L.
La larve de cette espèce peut être reconnue au corps graisseux d’un jaune
brillant, étendu dans la partie postérieure du corps. La partie antérieure ·
est médiocrement pigmentée : les cellules pigmentaires sont plus ou moins
dispersées dans toute la longueur du corps. La capsule céphalique est
subquadrangulaire, brune. La longueur du corps est d'environ 18 mm. sur
1,5 mm. de large. Les segments de la région abdominale sont ridés transver-
salement et présentent deux petites papilles anales.
22. M. stigmoides Enwlmns, 1925, Trans. ent. Soc. Lund., 521, fig.  
Voisin du M . sligma, en diffère par la taille moindre, 3,5-4,5 mm., aile
4-5,5 mm. Ailes moins ciliées dans leur partie basale ; peu ou pas de cils
allongés sous la fusion de RM ; R 1 uniformément brune, sans partie
plus pâle à l’apex ou partie préapicale noirâtre, fusion de RM non noir-
cie. Forceps des mâles avec une épine beaucoup plus grêle.
Diffère de M. Zellersledli LUNns*rR. et des autres petites espèces à ailes
court ciliées par la conformation des forceps et par les hanches entière-
ment rousses. `
Parait moins commun que le LVI. stigma, mais semble présenter la même
distribution géographique.
Mai-septembre. Environs de Paris, forêts de Maisons-Laffitte etde Saint-
Germain (nn GAULLE).(lI'€11SB (ALLUAUD). Corse. Angleterre (Emvsnns).
23. M. tusca. Lonw, 1869, Beschr. europ. Dipt., 1, 17, 15 ; Enwanns,
1925, 320.
Cette petite espèce (3 mm.) se distingue immédiatement des autres
représentants du genre par la structure de 1’apparei1 copulateur mâle,
dont les forceps, tronqués et pubescents En l’apex, sont dépourvus de lon-
gues épines.
Toscane. Europe méridionale. Angleterre.
24. M.ty1‘1'henica. EDWARDS, 1928, Enc. ent., Diplera, 1V, 1.39.
Tête d’un brun roux en avant, d’un brun noirâtre dessus. Palpes noirs.
Antennes plus d’une fois et demie plus longues que le corps. Scape brun.
Flagelle noir. Thorax d’un brun jaunâtre brillant ; trois bandes méso-
notales noiràtres, la paire latérale recourbée et prolongée sur les pleures
en bande noire brillante. Scutellum, mésophragme et pleurotergites d’un

42 DIPTÈRES FUNGIVORIDAE
noir brun. Pattes zhanches I et Illjaunâtres, II d’un brun foncé; fémurs
ocres ; tibias plus sombres. Ailes à pilosité allongée sur la moitié apicale
légèrement enfumee; Rs brunie à la base, une ombre discale diffuse étendue
depuis R 1 jusqu’à Cu 2 et traversant la tige de la cellule m 1, mais non
prolongée vers la base de la cellule,une petite aire sombre en dessous de la
pointe de R 1 ; sc aboutissant au-dessus de la pointe de la cellule basale ;
R 1 distinctement épaissie à l’apex ; R 4 —l— 5 nulle ; A prolongée à la
marge ; longueur de l’aile :5 mm. Abdomen d’un noir brillant ; tergites I-IV
avec de larges taches basales latérales j aunâtres.
Corse : vallée de Restonica, avril 1928 (EnwARns).
Cette espèce semble voisine du M. incompleta Becker: des îles Canaries
qui diffère, suivant la description, par les antennes plus courtes etla nervure
anale abrégée.
25. M. vittata Mercer:. Znrransrxsnr, Dipt. Sc., X, 4062 et X1, 4362 ;
VVINNERTZ, 677 ; Scnmen, II, 432 ; WULP, 185 ; TnEoBALD, 145 ; En-
wlmns, 1925, 518; M.xNsBRx¤GE, 86. —— M. dorsalis Currris, 1837, Brit.
ent., 637, 7.
Grande espèce : 5-6 mm. Mésonotum plus ou moins distinctement mar-
qué de bandes ; soies noires. Ailes : R 1 épaissie à l’apex ; médiane plus
ou moins effacée à la base. Appareil copulateur mâle à forceps élargis.
Eté. Bois et forêts. Commun partout et largement distribué dans toute
l’Europe.
La larve se développe dans le sol. La pupe a été trouvée dans une loge
placée sous un orme. Elle se distingue par sa pigmentation pourprée.
S.-F. GEROPLATINAE
Tête non déprimée sur l’occiput. Antennes de 2 -1- 14-16 articles. An-
épisternites (mésopleures) dénudés. Pleurotergites élargis et proéminents.
Tibias avec des rangées régulières de chètes-épines courts toujours distincts.
Tibias I sans peigne ; tibias III avec deux peignes apicaux distincts, un
externe, un interne. Empodium et pelotes nulles. Ailes : nervure R 4 + 5
courte, rarement nulle ; transverse RM oblitérée par fusion de IM avec Rs sur
une plus ou moins longue distance ; MCL: toujours présente ; Cu/lla et
CuA1b divergentes seulement aux environs de AlCu ; membrane toujours
51 pilosité courte.
Les larves de Céroplatines ont un corps allongé plus ou moins transpa-
rent et d’apparence fragile. La pigmentation irrégulière pourpre souvent
apparente semble due a de grandes cellules qui sont peut-être des oeno-
cytes.
Les larves des Céroplatines forment des toiles qui retiennent des goutte-
lettes d’un liquide clair. Ce caractère distingue leurs toiles et celles des
Macrocérines de toutes les autres toiles filées par des Fongivorides. Ces
larves sont zoophages ; les toile-pièges permettent la capture des micro-

Asrunuwn 43
organismes qu’elles dévorent. Les petits animaux qui peuvent se trouver
en contact avec les toiles meurent rapidement. On doit cependant retenir ·
que OSTEN-SAc1<EN, en 1862, a découvert les larves des Cerolelion linea-
lus F. (P. lalicornis Mo.) et de l’Apemon marginalum MG. dans un champi-
gnon, et que M. Enwanns (1924) mentionne que les larves de Plalyura
peuvent se nourrir de spores de champignons.
TABLEAU mas oENnEs.
1—(4). Pièces buccales allongées, au moins aussi longues que la tête. Méso-
phragme et pleurotergites dénudés. R 4 + 5 aboutissant sur la costale.
2-(3). Labelles allongées, molles (fig. 72) .... . ..... Asindulum, p. 43.
3·(2)Label1es petites, mais le labium allongé (fig. 73). Antlemon, p.46.
4-(1). Pièces buccales courtes (fig. 74).
5-(8). Palpes réduits, segment terminal gonflé, segment basal réduit ou
nul. Antennes élargies et comprimées.
6—(7). R 4 + 5 aboutissant sur R 1. Pleurotergites ciliés.
........................................... Ceroplatus, p. 47.
7-(6). R 4 + 5 aboutissant sur la costale ......... Cerotelion, p. 52.
8-(5). Palpes normaux, trois ou quatre segments distincts.
9-(10). Aile : médiane avec une expansion basale sinueuse; MCL: verti-
cale brisée et oblique ; R 4 -}- 5 aboutissant sur R l. Trois ocelles.
Pleurotergites et mésophragme dénudés ........... Apemon, p. 53.
l0—(9). Section basale de la médiane à peu près indistincte ; MCu plus ou
moins oblique extérieurement.
l1·(l2). Palpes formés de trois articles. Pleurotergites ciliés ...........
........................................ Monocentrota, p. 54.
12-(ll). Palpes formés de quatre articles. Pleurotergites dénudés .......
.................................. . ......... Zelmira, p. 54.
G. ASINDULUM LA·rRE1r.1.1a
LATREILLE, Hist. Nat. Crust. Ins., XIV, 290 (1805) ; Knnriësz, 56 ;
JOIIANNSEN, 15 ; Enwanos, 1913, 354 et 1929, 172; Lrmonocx, 24;
ENDERLEIN, XVI, 12 ; Tanwm, 1936. — Adelinia A. COSTA, 1857. —
Macrarrhyncha Wmnnnrz, 1846, Slellin. em'. Zig., VII, 16, 4, lesle
TVINNERTZ, XIII, 707.
Tête élargie, ovalaire, aplatie antérieurement, vertex proéminent ; trois
ocelles disposées en triangle, l’ocelle antérieur petit. Trompe allongée, à la-
belles très développées, plus_longues que le reste de la trompe, épaissies
ou élargies, paraissant formées de deux articles. Thorax renflé, scutellum
petit. Pattes allongées, fémurs épais, tibias épineux et armés d’éperons.
Ailes à pilosité microscopique, nervurés dirigées comme chez les Zclmira ;
costale prolongée jusqu’à l’intersection de MA 1 ; R 4 -|— 5 courte ; RAI

44 DIPTÈRES FUNGIVORIDAE
nulle ; les deux médianes réunies par un rameau basal assez court ; nervure
anale ordinairement prolongée jusqu`au bord de l’aile. Abdomen formé de
huit segments.
Les larves doivent se développer dans le bois mort.
Quatre espèces de l’ambre de la Baltique ont été décrites par MEUMER.
Génotype : Asindulum nigrum LATREILLE.
`  
 lt
en
72 0 73
Fro. 72 et 73. —- 72. Asindulum rosiratum, profil de la tête. —— 73. Antlemon servulum,
id., >< 25.
T.wLE«xU DES EsPÈcEs.
1-(4). Mésonotum entièrement ou en grande partie noir. l
2—(3). Grande espèce, 8-9 mm ...................... nigrum, p. 45.
3—(2). Petite espèce, 5-6 mm ...................... femorale, p. 45.
4-(1). Mésonotum jaune, roux ou brun pâle, avec ou sans bandes longitu-
dinales.
5-(6). Trompe près de trois fois aussi longue que la hauteur de la tête.
............................................ tlavum, p. 45.
6-(5). Trompe tout au plus deux fois aussi longue que la hauteur de la
tête. Mésonotum avec trois bandes longitudinales noirâtres.
'7—(8). Abdomen noir ou brun noir, le bord postérieur presque noir, les
deux derniers segments entièrement noirs. Bandes mésonotales cohé-
rentes ..................................... brevimanum, p. 45.
8—('7). Abdomen jaune ou roux, tergites avec des bandes antérieures trans-
verses d’un brun noir. Bandes mésonotales séparées. rostratum, p. 16.

ASINDULUM 45
l. A. brevima.numLoEw, 1871, Beschr. europ., 11, 27. — A. brevimanum
var. hispanicum Srnom., 1909, Verh. zool.-bol. Ges., LIX, 128.
5*. Tête noiràtre, face d’un roux jaune. Trompe plus longue que la hau-
teur de la tête. Palpes bruns. Antennes noires, plus au moins jaunâtres
à la base. Thorax jaune sale ou rouge brique. Scutellum et partie supérieure
du mésophragme plus ou moins brunis. Pattes d’un jaune clair, tibias
brunis à l’apex, les tibias I avec un renflement d’un noir velouté (ce ren-
flement est d’un jaune orange dans la variété hispanicum Srnom.) ;
tarses d’un brun noir. Ailes d’un brun gris ; sc très pâle à l’apex ; R 4 +
5 courte. - Long. 3-4 mm.
Europe centrale.
2. A. femorale (MEIGEN). Wmnnnrz, 706 ; Scumna, [I, 441. —-
Plaiyura femorale Zmrensrnnr, Dipt. Scand., X, 4089, 15.
Entièrement noir, couvert d'une pilosité noire. Pattes d’un jaunâtre
sale ; protarse 1 plus court que le tibia. Ailes d’un gris sombre, brunies
à l’apex ; sc 2 très pâle, placée avant le milieu de la sous-costale ; R 4 —§— 5
rapprochée de l’apex de R 1. —- Long. 6-6,5 mm.
Fleurs, feuillages, ombellifores. Europe.
3. A. îlavum (Wmmerrrz), 1846, 706 ; Scnmnn, II, 441 ; Wunv, 187 ;
TIIEOBALD, 140.
Face jaune, trompe et palpes d’un noir brun. Front et ocriput jaunes ;
vertex bruni. Antennes aussi longues que le thorax, d’un brun noir, jaunes
à la base. Thorax jaune à pilosité noire ; trois bandes mésonotales plus
ou moins distinctes, d’un brun pâle. Scutellum à soies noires. Hanches et
fémurs d’un jaune pâle, tibias brunâtres, tarses, éperons et épines laté-
rales des tibias bruns. Protarse 1 plus court que le tibia correspondant.
Balanciers pâles. Ailes jauriàtres ; sc 2 placée avant le milieu de la sous-
costale ; R 4 + 5 courte, aboutissant sur la costale après l’intersection de
R 1 ; nervure anale délicate et pâle, non prolongée au bord de l’aile. —
J : abdomen avec les deux premiers tergites jaunes, les suivants brunàtres,
les derniers et Fhypopyge noirs. —— 9 : abdomen jaune, tergites à bord an-
térieur aver une bande d’un brun noir, les derniers entièrement d’un brun
noir. - Long. 4-5 mm.
Juillet-octobre. Bois et forêts. Feuillages, fleurs, parfois sur les ombelli-
fères. Toute la région holarctique.
La larve se développe dans le bois pourri (\V1N·~n:n·rz).
4. A. nigrum LATREILLE, 1803, Hist. nat. (lrust. Ins., XIV, 290 ; Mixe-
Qimnr, I, 140.
Entièrement d’un noir luisant, les calus huméraux jaunâtres. Hanches
brunes, les antérieures plus claires, d’un brun de poix. Fémurs et tibias
roux; fémurs brunisà la base. Ailes fortement teintées de brun jaunâtre,

46 DIPTÈRES FUNGIVORIDAE
le tiers apical plus sombre. Abdomen robuste, élargi chez la femelle. -—
Long. 8 mm. (d’après le type).
Paris : Gentilly (Durotm, type) ; Nord : Lestrem (MAcoUAn·r). Europe
occidentale.
5. A. rostratum (Zsrrensrsor) 1851, Dipt. Sc., X, 4083. —— Fig. 72.
D’un roux jaune. Antennes, trompe et palpes brunis. Trois bandes
mésonotales brunes. Scutellum et mésophragme d’un brun roux. Pattes
jaunes, tarses brunis. Ailes vitreuses, non tachées. —- Long. 6-7 mm.
Europe septentrionale.
G. ANTLEMON Loisw
Lonw, Beschr. europ. Dipt., II, 29 (1871) ; Enwanns, 1925, 525 et
1929, 173 ; LANDROCK, 26 ; ENDERLEIN, XVI, 12. — Hetladepichoria BEG-
KER, 1907,Zs. Hym. Dipt., VII, 238 ; Enwimos, 1913, 354.
Trompe à labelles petites, plus courtes que la partie basale (fig. 73). Ner-
vation alaire dirigée comme chez les Zetmira ; R 4 -}- 5 courte, rectiligne,
aboutissant sur la costale entre l’apex de R 1 et de A/IA 1. Deux espèces.
Génotype : Antlemon Halidayi LoEw.
1. A. Halidayi LoEw. KERTÉsz, 56. —Helladepichoria tenuipcs BECKER,
1907, Zs.Hym. Dipt.,VII, 238, teste LUNDSTRÉIM, Ann. Mus. Nathung.
XIV, 79 (1916).
Trompe grêle, plus de trois fois aussi longue que la hauteur de la tête.
Palpes très courts, biarticulés. Corps d’un noir assez luisant, scutellum,
pleures et mésophragme brunis. Hanches et pattes jaunâtres, apex des
tibias et tarses plus sombres. Balanciers jaunes. Ailes faiblement brunies ;
se peu visible, évanescente à la base ; R 4 + 5 courte, rectiligne, aboutis-
sant sur C entre l’apcx de R 1 et de MA 1. —— Long. 4 mm.
Europe méridionale. Tunisie. Iles Canaries.
2. A. se1·vu1um(\VA1.1<En),1837,Entom. Mag., IV, 114, et List Dipt. Brit.
Mus., I, 90 (1848) et Ins. Brit. Dipt., III, 67, 12 (1856) ; EDWARDS, 525. —
Fig. 73.
Trompe une fois et demie aussi longue que la hauteur de la tête. Palpes
allongés, plus courts que la trompe, article I très long. Mésonotum d’un
brun jaune clair, bandes longitudinales peu distinctes. Pattes jaunes,
tarses plus sombres. Ailes à peine brunies ; se peu distincte, libre à l’apex,
se 2 pâle, mais distincte ; anale non étendue au bord de l’aile. Abdomen
d’un brun clair, plus sombre à Pextrémite. ~—- Long. 3-4 mm.
Europe.

ciziiortxrus 47
G. CEROPLATUS Bosc
Bosc, Actes Sac. His!. nal. Paris, I, 1, 42 (1792) ; Duroon, Ann. Sc.
nal., (2), XI, 31-31, pl. V, fig. 8-25 (1839) ; Kamuâsz, -16 ; JOIIANNSEN, 18 ;
EDWARDS, 1913, 346 ; 1925, 525 ; 1929, 173 ; Laxbaocx, 26 ; ENDERLEIN,
XVI, 12.
Tête petite, ronde, aplatie antérieurement ; calus ocellaire ovalaire, trois
ocelles disposés sur une ligne courbe. Palpes courts, non arqués, article
basal peu distinct ou indistinct, article apical épaissi. Antennes courtes,
  , .\\l““
ju-* ¢·*·· · la"`
( V)! rit (
* ~ la" ‘
f `
I `li \
\ II z
 xl
/,\ “
/   à
. / /
/
il
Fm. 74-. — Ceroplalus sesioides Bosc 8, >< R.
composées de 2 -|- 14 articles lamelliformes, premier article avec une apo-
physe saillante, deuxième peu distinct (fig. 74). Métapleures ciliés ; méso-
phragme fortement gonflé. Pattes allongées, tibias armés d’éper0ns. Griffes
dentées (fig. 78). Ailes plus courtes que Pabdomen, croisées au repos ; sc
longue, sc 2 ordinairement nulle ; R 4 + 5 en tige courte aboutissant al’ex-
trémité de R l ; nervure anale bien développée (fig. 13). Abdomen formé de
sept segments, cylindrique chez le mâle, légèrement aplati chez la femelle.
Les adultes sont rares. Ils apparaissent en été et en automne ; pendant
le vol, ils bourdonnent assez fortement.
Le Ceroplalus major a été décrit de l’ambre dela Baltique par MEUNIER.

48 ou>rÈREs x=uN<;1vo1·unAE
Larves apodes (fig. 80), corps allongé, aplati en dessous, convexe en
dessus, vermiforme ou hirudiniforme, grisâtre et visqueux. Tête et qua-
tre premiers segments subquadrangulaires non plissés, le reste du corps
couvert de nombreuses stries ou plissures transversales serrées qui de-
viennent plus ou moins saillantes pendant la reptation. A ces plis corres-
pondent des granulations latérales, formées par un double bourrelet ambu-
latoire moniliforme, un sternal et un dorsal. Tête d’un roux pâle, faible-
ment chitinisée, rétractile,arrondie en arrière et divisée antérieurement en
trois lobes subégaux, lobes latéraux avec une tache ocelliforme ; organes
buccaux placés sur le lobe intermédiaire ; des filières saillantes, chitini-
sées, tubuleuses, noirâtres à la base des organes buccaux;plaque épicra-
niale dentée au bord postérieur. Partie postérieure du corps avec une ca-
roncule turgescente.
La locomotion est une reptation onduleuse analogue à celle de la sang-
sue ; le tégument est imprégné d’une humidité gluante et, comme chez
les limaces, la trace du passage des larves des Ceroplatus est marquée d’un
enduit lustré.
Les larves sont ordinairement grégaires ; elles forment des toiles de fils
ténus qui portent de place en place des gouttelettes d’un liquide hygro-
scopique. Très mobiles, elles se déplacent rapidement dans un tube mucila—
gineux placé au centre de la toile. La nourriture est· formée d’insectes
retenus accidentellement par les toiles et partiellement par des spores de
champignons.
Les larves des Ceroplaius tissent un cocon nymphal blanchâtre. cylin-
droïde, oblong, irrégulièrement réticulé, arrondi postérieurement, tron-
qué vers l’extrémité céphalique qui porte un opercule papyracé, mince et
transparent. L’enveloppe est formée de fils ténus, espacés, laissant voir
la nymphe. Le cocon est fixé contre le support au moyen de fils latéraux.
Nymphe blanchâtre ou grisâtre ; tête distincte ; yeux grands ; antennes
arquées et rejetées sur la région supérieure du thorax. Thorax bombé.
Ailes courtes, collées et plissées (fig. 81). La durée de la nymphose ne dé-
passe pas quinze jours à la fin de l’été.
Génotype : Ceroplatus iipuloides Bosc.
TABLEAU nEs EsPÈcEs.
_ 1—(4). Abdomen unicolore ou avec des taches latérales brunes plus ou
moins marquées à la base de chaque tergite.
2-(3). R 4 —|~ 5 aboutissant à Pextrémité de R 1 ..... Winnertzi, p.5l.
3-(2). R 4 —l— 5 aboutissant sur R 1 bien avant l’apex.. . testacells, p. 51.
4-(1). Abdomen : tergites bordés de brun ou avec des bandes transverses
noirâtres.
5-(6). Ailes indistinctement maculées. Mésonotum d’un roux pâle à pilo-
sité brume .............................. pentophthalmus, p. 50.

csnortarus 49
6-(5). Ailes brunies ou enfumées.
7-(10). 6 : tergite hypopygial en bouclier ; Q mésonotum couvert d’un rasé
épais, d’un jaune d’or.
8-(9). 6 : forceps à branches coniques .............. tipuloides, p. 51.
9-(S). 6 Z forceps à branches tronquées ............ Rcaumuri, p. 50.
10-(7). 6 : tergite hypopygial plus ou moins fendu ou excavé, petit ;
_ Q zmésonotum sans rasé doré.
11-(12). Cinq lignes mésonotales .........,........ sesioides, p. 50.
l‘2-(11). Deux lignes mésonotales bien marquées ....... dispar, p. 49.
  '  z•\
I
  78
\' ) g gg .
U \ / ~ » Wvrwh,
79
75 76 `ïî
77
  ww" N
·‘/¢’L§`;`iig_ ·_ ,`?‘_   · ·_:_·_•I‘·; H.-, ._ I ':`=‘·îEÉl`?\"]·\a¥·x-¤.qvr  
~.Y ;¤,·:}!· 5;}; ·? ~,:1¤•,\j;=:I':-'E ';_!j, : i‘,_ ·--·, __,..'f:·:;; ll"--·§   .
‘¢*',1~;èÉ',!h'§`   l!`·j ' ll, I ' "/ ·!A ;;;·|..' iE·EjJ‘*I·:,ÀÃ_`\.;;‘X )
80
 l â l
  I-. 81
Fm, 75 à 81. —~ Organisation des Ceroplaius. ·—- 75. C. lipuloizles, extrémité ile 1’abd¤·
mgn 6. —- 76. C. dispar 6, id. —- 77. C· Reaumuri 6, schéma de l‘abdomen.—· 78.
(J, rljspar 6, griffe. -— 79, C, tipuloides 6, griffe. —-· 80, Profil d'une larve de Ceropla-
lus, -— 81. ProH1d‘une nymphe (selon Mnrtocn).
1. C.dispa1‘ Duroun, 1839, 199. —— Fig. 76 et 78.
Le dernier article des palpes est deux fois plus long que chez le (J. lipu-
loides. Antennes : articles I-II noirâtres. Mésonotum avec deux lignes noi-
res médianes confluentes qui se prolongent sur le scutellum ; les deux
latérales presque effacées chez le mâle ; pleures avec une tache noire près
du mésonotum et une plus grande sur le mésosternum entre les hanches
I et [I (ces taches moins marquées chez le mâle). Tarses II et [II : face
interne avec une série de spinules dressées, bien distinctes fle la villosité
couchée ; griffes avec trois dents basales longues et fines.
stouv 4

50 nirrànns ruNo1voR1oAE
9 : Abdomen : dernier segment échancré ; dans cette échancrure on
apergoit l’oviscapte. 6 : hypopyge d’un testacé roussâtre ; forceps à bran-
ches apicales tronquées à l’apex. —— Long. 11.5 mm.
Pyrénées (L. Duroun).
Larves en septembre sur le « Bolelus ungulatus » BULL., croissant sur un
hêtre mort.
2. C. pentophthalmus Gicmo-Tos, 1890, Boll. Mus. Torino, n° 83, pl. II,
fig. l. 2 et Rio. Ilal. Scienze nai., X, 142 ; Mix, W. e. Z., XIII, 25 (1894).
S2. Jaunâtre. Corps pubescent. Palpes épaissis,jaunâtres. Yeux noirs,
pubescents. Antennes brunies, de 2 + 14 articles, I appendiculé, II petit.
Cinq ocelles : deux antérieurs plus grands, rapprochés latéralement du
bord des yeux, les trois suivants disposés en triangle sur une plaque cor-
diforme, l’ocelle antérieur réduit. Thorax roussâtre, à pilosité brunie.
Pattes jaunâtres, pratiquement nues; tibias armés de deux éperons.Ailes
irisées, plus courtes que l’abdomen, ombrées il la marge externe et à l’a—
pex des nervures. Abdomen formé de sept segments brunis à l’apex. ——
Long. 12 mm.
Italie : province de Cuneo : Dogliani (Giomo-Tos).
Si le caractère des cinq ocelles n’est pas un accident, il suffit à sé-
parer cette espèce de toutes les autres. Dans le cas contraire, le système chro-
matique diffus permettra de la reconnaître.
3. C. Reaumuri Duroun, 1839, 200. ——— Fig. 77.
8. D’un gris jaunâtre. Antennes : articles I-Il noirs. Pleures avec les
mêmes taches que le C. dispar. Tarses II-III avec une série de petits poils
redressés. Ailes non tachées, mais enfumées a la marge externe, n’égalant
pas la moitié de la longueur de l’abdomen. Tergites I-V avec une bande
noire paraissant interrompue au milieu : les deux derniers uniformément
brunis. Hypopygium : foreeps à branches terminales deux fois plus courtes
que chez le C. dispar, ovalaires, couvertes d’un duvet noir. —·— Long. 11,
5 mm.
Landes : Saint-Sever, juillet (L. Duroun).
Cette espèce diffère du C. dispar par les lignes noires du mésonotum, par
les taches alaires évanescentes, par Fornementation abdominale et par la
conformation de Phypopygium.
D’après L. DUFoUR, ce serait l’espèce de Tipule dont RÉAUMUR a décrit
les mœurs dans ses Nfémoires (t. V, p. 23, pl. 4, fig. 11-18, et t. IV, pl. 9,
fig. 18).
4. C. Sesioides WAHLBERG· ZErTEns·rEm·, Dipt. Sc., IX, 3439 et XII,
-1834 1 SCHINER, II, 434. — Fig. 74.
Roux jaunâtre. Antennes noirâtres. Cinq lignes mésonotales, les laté-
rales écourtées; une macule scutellaire ; à la base des tergites deux ma-
cules latérales d’un brun plus ou moins foncé. Ailes tachées de brun. —·
Long. 12-17 mm.

cmnornxrus 51
Finistère: Fouesnant (Hiâmoiv); Vaucluse (ÀBEILLE). Europe septentrio-
nale. Copenhague, dans un « bolet » (\rVAllLBERG ez GU1êR1N-l\IÉNEv1LLE).
Selon Scmmzn, VVAIILBERG a trouvé la larve dans un « Polyporus be-
lulae ».
5. U. testaceus DALMAN. MACQU.\RT, I, l42;MExcEN, S. B.,VII, 40 (Pla-
lyura) (1838) ; Duroun, 1839, 202 ; ZErTERsTED·r, Dipt. Sc., IX, 3442 et
XI, 4342 ; Wmmzarz, 688 ; Eowanos, 525.
Tête d’un brun jaune. Antennes d’un brun noir, ii peu prés aussi lon-
gues que la tête et le thorax réunis, plus courtes chez la femelle. Mésono-
tum jaune ou brun roux avec trois bandes plus foncées plus ou moins dis-
tinctes ; pleures plus clairs. Pattes d’un brun jaunâtre, tibias plus som-
bres. Hanches jaunes ; tibias II et III avec une tache sombre subapicale.
Ailes enfumées ; bord costal depuis l’apex de scjusqu’£1 R 1 d’un brun noir
foncé ; sc allongée jusqu’au niveau de la base de m ; R4 + 5 courte,
aboutissant sur R 1 bien avant l’apex.Abdomenjaune, tergites antérieurs
avec de larges taches latérales, dernier segment bruni. -· Long. 10-15 mm.
Pas-de-Calais (Macguanr) ; Fontainebleau (Powaoe). Argentat (VA-
cnAL). Europe. Angleterre.
Larve dans les Polypores.
La morphologie, la biologie et la luminosité de la larve de cette espèce
ont été étudiées par S·rAMMm=< (1932 : 352).
6. C. tipuloides Bosc, 1792, Acles Soc. Hisl. nal. Paris, I, 42, pl. XII,
fig. 3 ; Duroim, 1839, 197 ; Zarrmnsranr, Dipt. Sc., IX, 3441, 2 ; Wm-
Nanrz, 687 : Scmmza, II, 435.- Plalyura lipuloides I\IE1cEN, 1818, S. B.,
I, 233 et VI, 294, tab. LXV, fig. 13-14 ; MAcQU.xnT, Rec. Lille, 105 et S. à
B., I, 141. — Fig. 75 et 79.
Q. Tête jaune, occiput bruni. Palpes jaunes. Antennes brunes. Mésono-
tum d’un roux jaune avec 3-5 bandes brunes plus ou moins distinctes,
les latérales éeourtées, ai pilosité noire chez les mâles, couvert chez les
femelles d’un rasé jaune d’or. Scutellum jaune avec une tache médiane
brune. Pleures brunis en haut. Pattes jaunes; hanches tachées de brun
à l’apex, tibias pratiquement nus; griffes dentées. Ailes tachées de brun,
le bord costal plus sombre. Abdomenjaune ou brun jaunâtre, tergites an-
térieurs brunis à la base ;dernier segment régulièrement bruni. —— Long.
14 mm. (d‘après le type).
Environs de Paris : forêt de Villers-Cotterets (Bosc), forêt de Fontaine-
bleau, en juin (Ch. Piêznezz) ; Landes : Saint-Sever (Duroun, Punms) ; Py-
rénées (Duroim).
Larves sous un Polypore tombé (Ch. Pxàamz) et sur la face inférieure du
chapeau du Bolelus ungulalus BULL., croissant sur un vieux tronc de hêtre
(Duroim) ou sur le chêne.
7. C. WiIlI10I'lIZiLANDROCK, 1925, W. e. Z., 180 et Fliegen, 28 (1927). --
C. sesioides W1NNEm·z (nec \VAllLBER(i) 644 et 685.

52 DiP”rÈnEs FUNG1voR11i>AE
Face jaune, front brun. Trompe et palpes jaunes. Antennes brunes. Scu-
tellum jaune à tache médiane brune. Pleures à taches d’un brun noir. Han-
ches d’un roux jaunâtre, les postérieures brunies sur la face externe :
fémurs et tibias jaunes, ces derniers pratiquement nus ; griffes semblables
à celles du C. dispar DUroUn.Ailes enfumées,une longue tache brune dans
le tiers apical de R l ; nervure eostale ne dépassant pas Fintersection de
Il/IA 1 ; sc allongée ; R 4 -1,- 5 courte, aboutissant à l’extrémité de R 1.
Abdomen unicolore. Forceps de Phypopyge mâle non apparents. -
Long. 10-13 mm.
Europe. Prusse orientale : Gross-Raum (CzwAL1NA, coll. PANDELLÉ).
Tres voisin du C. testaceus, en diffère immédiatement par la position de
R 4 + 5 qui aboutit exactement à l’extrémité de R 1.
G. CEROTELION RoNnAN1
RONDANI, Dipt. Ital. Prodr., I, 191 ; JOHANNSEN, 19 ; Eowaans, 525 ;
Lmnaocx, 28 ; Tomxoin et Eowaans, 780 ; ENnEaLEn~1, XVI, 12.
Ne diffère du genre Ceroplatus que par la disposition du rameau R 4 -1- 5
qui aboutit non sur R 1, mais sur la costale. Les métapleures sont nus.Deux
espèces.
Ce genre est probablement cosmopolite, cependant aucune espèce n’a
été trouvée dans la région éthiopienne. Sept espèces sont connues de la
Nouvelle—Zélande.
Génotype 2 Tipula lineaîa Fanmcius.
1. C. humeralis (Zsrriansrnm).
3. Tête noire. Face et palpes bruns. Antennes noires, article basal brun.
Mésonoturn roux avec deux larges bandes noires,la bande médiane réduite;
scutellum roux, pleures et mésophragme noirs. Hanches et fémurs jau-
nàtres, tibias brunis ; hanches III largement noires à la base ; fémurs III
avec une trace brune à la base. Ailes 2 sc 2 distincte, anale prolongée au
bord postérieur de l’aile ; membrane brunie, une tache moyenne plus fon-
cée et une plus claire vers l`apex, bord costal jaunâtre. Abdomen allongé ;
tcrgite I noir ; tergites II-VI roux avec bord postérieur noirâtre, tergite
VII et hypopyge noirs. — Long. 12 mm.
Europe. Angleterre.
2. C. lineatus (FABRlClUS).\rVINNER'FZ, 686 ; SCHINER, II, 434 ; VVULP,
188 ; Tnnonxrn, 144 ; LANDROCK, 29 ; 1\IANsBn1DcE, 83 ; Enwanns, J. enf.
Soc. Sc. Engl., I, 80. — Plalyura lineaia IIIEIGEN. VVALKER, List, I, 89
(1848) ; ZETTERSTEDT, Dipt. Sc., IX, 3444 et XIV, 6493. - P. laticornis
MEIGEN. VVALKER, List, I, 89 et Ins. Brit., III, 66. —— Musca siriaia GME-
1.1N. — Ceroplaius lineaius KERTÉsz, Catal., 47.

APEMON 53
Type du P. lalicornis. Face jaunâtre ; front et occiput bruns. Trompe
et palpes jaunâtres. Antennes brunes. Mésonotum roux avec trois bandes
longitudinales brunes, la médiane souvent peu distincte. Scutellum jau-
nâtre, cilié au bord postérieur. Pleures et mésophragme bruns. Han-
ches et fémurs jaunes, hanches III parfois légèrement brunies à l’apex
comme la base des fémurs III ; tibias brunis. Ailes légèrement brunies à
l’apex, une tache transversale centrale claire ; cubitale avec une tache
apicale brune. Abdomen d’un noir brun à pilosité noiràtre ; tergites avec
une étroite bande antérieure jaune, parfois réduite Si des taches latérales
sur les tergites III-V (3), ou abdomen unicolore, d’un brun noir (Q). —-
Long. 8-9 mm.
Eté-automne. Paris. Saint-Malo ; Lorient (PoUJA¤E); Allier: Broût·
Vernet (DU Buvssorz). Toute 1’Europe. Angleterre.
M. le Df Emvanos a trouvé plusieurs fois la larve de cette espèce dans les
champignons corticoles, spécialement chez l’Auricularia mesenterica.
Le D' Simnr a également observé cette larve sur les champignons qui
provoquent le « dry·rot » du bois. Selon M. Mansismocs, la larve vit dans
le bois pourri et humide. Elle forme une toile profuse qui occupe des cavités
plus spacieuses que celles des autres Fongivorides tisseurs de toiles. Les
gouttelettes de la toile peuvent atteindre jusqu'à deux millimètres de dia-
mètre. Au milieu de la toile, on peut observer un fil plus serré qui permet à
la larve de se déplacer. Cette larve est zoophage et peut attaquer de petits
Isopodes ou des Collemboles.
La pupe utilise une toile plus épaisse, mais n’est pas enveloppée dans un
cocon.
G. APEMON J0HANNsEN
JorrANNsEN, Gen. Insect., Mycetoph., 20 (1909) ; Eowlxnns, 526 ; LAND·
aocx ; 28, ENDERLEIN, XVI, 12. -- Paraplalyum EN¤sm.ExN, 1910, Stell.
ent. Zig., LXXII, 163.
Corps dépourvu de fortes soies ; tête, thorax et appendices à pilosité fine,
des cils plus développés sur 1’abdomen. Tibias et tarses grêles. Ailes il ner-
vures dirigées comme chez les Zelmira, mais le rameau basal de 411 est bien
visible, au moins sous forme de pli ;nervure anale prolongée au bord de l’ai1e;
R 4 -1- 5 souvent sinueuse, aboutissant sur la première radiale (R 1) (fig. 12). `
Une espèce est commune en Europe, plusieurs autres habitent l’ouest
des Etats-Unis.
Génotype : Plalyura pecloralis CogurLLETr. Amérique septentrionale
et occidentale.
A. marginatum (Mrzrosn). MANsBm¤oE,83.—PlaIyura marginaia MEI-
orar:. lllacgmmr, I, 141 ; \VAr.xEn, List, I, 88 et Ins. Brit., III, 65 ; Wm-
·NERTZ, 690 ; Scnmnn, 11,436 ; TIIEOBALD, 142 ; Eowixans, 1913, 348. --
Ceroplaius alralus Fanmcms, 1803, Syst. Anti., 16.3. -—Plaiyura alrala
MEIGEN. WALKER, List, I, 89 ; VVINNERTZ, 690 ; WULP, 190 ; Tmzonann,

54 DIPTÈRES FuNo.1voR1nAE
142. ·— P. nigra l\1AcoUART, 1826, Recueil Lille, 103 et S. à B., l, 142 (1834)
—— P. rufipes MEIGEN. — Fig. 12.
D’un noir luisant. Palpes, hanches, fémurs et balanciers jaunes ; tibias
brunis ; thorax à pilosité jaune ; mésonotum étroitement roux antérieu`
rement. Tibias avec trois rangées de spinules. Ailes grises, bord costal et
apex d’un brun jaunâtre. Abdomen noir, tergites III—V étroitement bruns
à l`apex. —— Long. 10-12 mm. (d’après les lypes 5* 9).
Juillet-septembre. Bois et forêts. France septentrionale. Compiègne
V1 (POUJADE) ; Avranches. Province rhénane. Hollande. Europe centrale.
Angleterre.
La larve a été trouvée en avril sous une petite branche, sur un sol très
humide. La toile était très étendue et portait de larges gouttelettes. Zoo-
pliage et vorace (ÃIANSBRIDGE).
G. MONOCENTROTA Eowanns
Enwanns, Trans. ent. Soc. London, 526 (1924) ; Llmnnocx, 29 ; EN-
DERLEIN, XVI, 12. _
Trois ocelles. Antennes subcylindriques, de 16 articles. Palpes courts, de
trois articles. Appareil buccal court. Métapleure cilié, mésophragme nu.
Tibias avec les soies lines disposées irrégulierement à la base, en lignes plus
régulières dans les deux tiers apicaux ou plus. toutes ces soies d’égale lon-
gueur. Ailes : nervation semblable à celle des Zelmira, mais la sous-costale
écourtée, libre a l’apex, n'atteint pas la costale ; nervure anale atteignant
_ presque le bord postérieur de l’aile.
Une espèce.
Génotype : Zllonocenlrola Lundslrômi EDWARDS. Europe boréale.
M. Lundstrômî EDWARDS, 1924, Trans. ent. Soc. Lond., 527. — Pla-
lyura brunneipennis LUNDSTRÉM, 1912, Acta Soc. Fauna el Fl. fennica,
XXXVI, n° I, p. 8, fig. 3 et 4.
Noir. Antennes noires plus courtes que la tête et le thorax réunis. Mé-
sonotum avec une petite tache humérale jaune. Hanches I, fémurs, ti-
bias et balanciers jaunes. Hanches II et III brunies. Ailes brunies, plus
sombres le long du bord costal; R 4 —l— 5 légèrement courbée, assez lon-
gue, son extrémité atteint la costale très près de l’apex de R1. Abdomen
unicolore, noir. — Long. 3,8-5 mm.
Europe septentrionale. Angleterre.
G. ZELMIRA Maicizu
MEi<;EN, Nouvelle Classif., 16 (1800). -—PlalyuraME1GEN, 1803, Ill£ger’s
Mag., II, 264 ; KERTÉsz, 49 ;JoHANNsEN, 20 ; EDWARDS, 1913,347; 1925,
529 et 1929, 163 ; TONNOIR et EDWARDS, 782 ; ENDERLEIN, XVI, 12 ;
TAmv1n,l936.-— Orfelia A. Cosra. -— Isoneuromyia Brumarri, 1912,

ZELMIRA 55
Fauna Brit. India, 66 ; Eowixnns, 1925, 527 et 1929, 166. - Plalyroplilon
\VEsTwooD, 1849, Trans. enl. Sor. London, V, 231.
Tête petite ; trois ocelles. Palpcs de quatre articles, courbes; I court, II
ovalaire, III et IV cylindriques, IV plus long. Antennes formées de Q + 14
articles cylindriques, exceptionnellement dilatés (viîripcnnis), les articles
basaux plus développés. Thorax bombé ; scutellum petit. Pattes longues,
fémurs parfois légèrement épaissis, les tibias armés d’éperons et porteurs
de petites soies, toutes subégales, régulièrement espacées, mais rarement
. f  
_ ‘~ AN  
~,`."·i`_. A 1*, .
—~ r J5
/,x_ \ Q, j 7
82   W 
-.. \ `· /
,,4 `  ·« 77.···
/   ._._ -
l ' ¢ «"l»
.   \`
Qu .  ;_‘j§.gl'
r ·cî  ,·
84 ··· ·*  
83 _, ·  aïaf
»·'.· /,5.  Ã"
/ · .· `·
·‘?£/ .·  
”uv/
85 86 87
Fm. 82 il 87. -- Organisation des Zelmira. -— 82. Larve. —- 83. Extrémité postérieure
de la même, selon R. Scnuun. —— 84. Nymphe selon Mxnsnmocn. -—· 85. Z. Baum-
haueri, forceps. - 86. Z. flava, id. -· 87. Z. zonata, id.
arrangées en séries régulières. Tibias 111 avec un éperon externe plus de
moitié aussi long que l'interne (Isoneur0myia),ou les petites soies tibiales
disposées en rangées longitudinales séparées par des espaces dénudés oc-
cupant toute la longueur du membre ; quelques soies plus loiigues que les
autres ; tibia III avec un éperon externe rarement plus de moitié aussi long
que l'interne (Zelmira). Ailes : nervure costale prolongée jusqu'à 1'1ntersec-
tion de MA 1, mais n’atteignant pas le sommet de l’aile ; sous-costale abou-
tissant sur la costale, rarement libre à 1'apex (/ugax WINN.); sc 2 présente,

56 nirrlmas rUNG1voR1nAE
évanescente ou nulle : R 4 + 5 aboutissant sur la costale (sauf occlusa Loaw
U869] et marilima BECKER [1907] où R 4 + 5 aboutit sur R 1) ; nervure
anale courte ou prolongée jusqu’au bord de l’ai1e (fig. 14). Abdomen allongé
formé de sept segments, subcylindriques chez le mâle, plus ou moins apla-
tis chez la femelle. ——- Long. 2-9 mm.
Bois et forêts.
Selon M. MANSBMDGE (1933), les larves du groupe du Zelmira discoloria,
fasciaia, nigricornis mesurent environ 30 mm. de long sur 1,25-1,5 mm. de
large, en extension complète. Corps cylindrique et vermiforme, à côtés
subparallèles, composé de douze segments, plus la tête, partiellement ré-
tractée à l’intérieur du prothorax. Les anneaux thoraciques, plus courts,
sont ordinairement plus distincts que les segments abdominaux : ces der-
niers peuvent être environ cinq fois aussi longs que larges. Les segments
abdominaux présentent un certain nombre de rides transverses qui corres-
pondent plus ou moins à des bandes formées par des cellules pigmentaires
pourpres. Uabdomen est terminé par deux papilles probablement senso-
rielles. Le système pileux est réduit à quelques petites soies sur le labre,
deux paires sur les côtés de chaque segment thoracique et une paire sur
chaque papille anale (fig. 82 et S3).
Les larves se trouvent isolément dans la terre. Particulièrement dans les
sols des prairies et des bosquets, parfois dans le bois pourri, dans les cavi-
tés des troncs d’arbres. Les larves des Zelmira forment des toiles plus ou
moins étendues et serrées de filaments délicats sur lesquels sont suspen-
dues de fines gouttelettes d’un liquide clair. Ces gouttelettes sont très
hygroscopiques et leur développement varie avec l’état d’humidité de
Patmosphère. Les toiles sont établies dans de petites cavités ; les galeries
abandonnées par des insectes xylophages sont souvent adoptées par les
larves de ce Fongivoride.
Les larves des Zelmira sont très mobiles. Elles sont zoophages et se nour-
rissent de petits animaux a téguments mous 2 Oligochètes(Enchylraeus),
Collemboles (Achoruies), Diptères (flliaslorl ;elles attaquent occasionnelle-
ment de petites larves de Diptères cyclorrhaphes, des Coléoptères ou des
Myriapodes.
La nymphose se produit dans la toile larvaire ou dans une soie plus lâ-
che formée spécialement pour la transformation. La nymphe est fixée sur
cette toile (fig. 84).
Genre cosmopolite.
Vingt—six espèces actuelles sont caractérisées ici. Environ trente es-
pèces de l’ambre de la Baltique ont été décrites par LoEw et par MEU-
mnn. Le Zelmira exigua MEUMER est connu du copal de Zanzibar.
Génotype : Plalyura fasciala MEiGEN.

ZELMIRA 57
TABLEAU ¤Es EsPÈcEs.
1-(2). Antennes : articles du flagelle élargis, plus ou moins fortement com-
primés ................................... Vitripennis, p. 66.
2—(l). Articles antennaires normaux.
3—(16). Nervure anale atteignant le bord postérieur de l’aile.
4·(5). Protarse I aussi long que le tibia correspondant. macrocera, p. 62:
5-(4). Protarse I plus court que le tibia.
6-(9). R 4 -5- 5 : apex placé dans la partie moyenne de la section costale
R l et MA l.
'7—(8). Mésonotum jaune unicolore ................... îlava, p. 62.
8-(7). Mésonotum noir, calus huméraux et postalaires avec une tache
rousse. ...................................... intincta, p. 62.
9-(6). R 4 -5- 5 : apex placé avant le milieu de l’espace rostal limité par
R I et MA I.
10-(11). Ailes brunies à l’apex et le long de la nervure CuA1b ..........
.......................................... biumbrata. p. 60.
11-(10). Ailes non tachées ou avec l’ombre apicale seule.
12-(I3). se aboutissant sur la costale au niveau de la base de R l ou après.
Abdomen jaune ou brun jaune, il incisures jaunes, ou lc bord antérieur
des tergites d’un brun noir plus ou moins distinct. . ochracea, p. 64.
13—(l2). sc courte, son extrémité placée avant la racine de R sur la costale.
14-(15). Abdomen entièrement jaune .............. modeste., p. 62.
15-(14). Abdomen jaune, les trois derniers segments noirs. nigrîcauda, p. 63.
I6-(3). Nervure anale n'atteignant pas le bord postérieur de l’aile.
17-(20). Nervure anale longue, assez épaisse, son extrémité séparée du bord
de l’aile par un espace court.
18-(10). (lostale ne dépassant pas MA I. Thorax brun roux, brun ou noi-
râtre. Long. 6-9 mm ........................ Baumhaueri, p. 59.
l9·(l8). Costale prolongée après MA l. Thorax et abdomen jaune d’ocre.
Long. 4 mm ................................. ruticornis, p. 65.
20-(17). Anale fine, si elle est bien marquée, son extrémité est largement
séparée du bord de l’aile.
21-(22). Protarse I seulement moitié aussi long que le tibia correspondant. _
R 4 -1,- 5 tres courte ......................... brevicomis, p. 60.
22—(2l). Protarse I plus long que la moitié du tibia I.
23-(36). Mésonotum noir, ou les bandes lo ngitudinales élargies et confluen-
tes ; parfois les calus huméraux jauuis.
2-1-(31). Protarse [ plus long que le tibia correspondant.
25—(26). R -1-}- 5_courte, aboutissant au milieu ou légèrement après le
milieu de la section Rl- MA l. Ailes brunies avec une bande sombre
avant l’apex. Abdomen d’un brun jaune, bandes tergales antérieures
noiràtres plus ou moins marquées ............. discoloria., p. 61.
26-(25). R 4 -}— 5 aboutissant avant le milieu de la section R 1-RIA l.

58 DIPTÈRES FUNG1voR1nAE
27-(28). R 4 —|— 5 oblique. Abdomen noir, ou des bandes tergales jaunes
plus ou moins distinctes ...................... iasciata., p. 61.
28-(27). R 4 —}— 5 verticale.
29-(30). Ailes brunies à l’apex. Abdomen allongé brun. discoidea, p. 60.
30—(29). Ailes à extrémité sombre, bord antérieur jauni, une bande brune
préapicale et bord postérieur noirci. Abdomen brun noir unicolore ou
les tergites I I-V à bandes postérieures jaunes ..... nigricomis, p. 64.
31-(24). Protarse I plus court que le tibia.
32-(33). R 4 + 5 courbée, aboutissant distinctement avant le milieu de la
section costale R 1-1WA 1. Tergites II-IV pales à l’apex. zonata, p. 66.
33-(32). R 4 —]— 5 oblique, aboutissant au milieu, ou légèrement après le
milieu de la section costale R 1-MA 1.
34-(35). Ailes non tachées ........................ bicolor, p. 60.
35-(34). Ailes largement brunies à l’apex .......... nemomlis, p. 63.
36-(23). Mésonotum jaune, tout au plus des bandes longitudinales som-
bres, nettement séparées. i
37438). Ailes non tachées. Abdomen jaune, tergites avec de larges bandes
antérieures d’un brun noir. Long. 5 mm. ........... ba.SaliS, p. 58.
38-(37). Ailes avec une bande sombre ou brunies à l’apex.
39442). Protarse I égal ou plus court que le tibia correspondant.
40—(4l). R 4 —l— 5 courte, aboutissant au milieu de la section R l-JIA 1.
Abdomen roux : tergites abdominaux II, V-VI avec des bandes anté-
rieures noirâtres, les tergites suivants noirs ; sternites jaunâtres ......
............................................... pallida, p. 64.
41-(40). R 4 —|— 5 courte, son extrémité rapprochée de l’apex de R l.Abdo—
men jaune unicolore ...................... pseudochraeea, p. 65.
42-(39). Protarse l plus long que le tibia.
43444). R 4 + 5 aboutissant sur le milieu de (ou après) la section cos-
tale R 1-MA 1. Abdomen jaune ou les tergites à bandes jaunes .......
........................................... discoloria, p. 61.
44-(43). R 4 —l— 5 aboutissant avant le milieu de la section costale R 1-
Mzl l.
45-(46). Ailes : bord postérieur et apex brunis ; une bande brune préapi-
cale ; R 4 —|- 5 verticale ; sc aboutissant sur la costale légèrement avant
le niveau de la base de R. .................... nigricomis. p. 64.
46·(45). Ailes non brunies au bord postérieur.
47-(48). Ailes : seulement une bande préapicale sombre. îasciata, p. 61.
48-(47). Ailes : une bande préapicale et l’apex sombres.
49-(50). Abdomen brun unicolore ................... Selecta, p. 65.
50-(49). Abdomen noir, tergites ai bandes brunes ....... Similis, p. 65.
1. Z. basalis (ANINNERTZ) 1863, 699 ;LANnRoc1<, 32.- Plaiyzzra basalis
SCHINER, II, 438 ; KE,arÉsz, 49.
Face jaune ; front, Vertex et occiput bruns. Palpes jaunes. Antennes

ZELMIRA 59 A
d’un brun noirâtre ; premier article basal et premier article du flaaelle à
moitié jaunes. Thorax jaune ; mésonotum avec trois lignes brunes. Han-
ches, fémurs et tibias jaunes. Balanciers jaunes. Ailes sombres, bord cos-
tal jaunâtre ; épaississement eostal prolongé au delà de l’intersection de
MA 1, mais n`atteignant pas l`apex de l’aile ; sc aboutissant sur la rostale
et prolongée jusqu’au milieu de la cellule radiale ; R 4 -1- 5 droite, abou-
tissant Si peu près au milieu de la section costale comprise entre R 1 et
MA 1 Z nervure anale line, n’atteignant pas le bord postérieur de l`aile. ——
Long. 5 mm.
Eté. Corse. Europe centrale.
2.Z. Baumhaueri (Maman). l`iIACQU.\RT, I, 142 (Plalyura). —- Z. semi-
ru/a Lnunnogx, 1927, Die Fliegen, VIII, 37. -—- Ceroplalus airicornis ZET-
'rnasrizor, 1850, Dipt. Sc., IX, 3446. -— lsoneuromyia semirufa Eowamns,
1925, Trans. enl. Soc. London, 528. - Plalyura brunnipennis STAEGER,
ZETTERSTEDT, Dipt. Sc., X, 4086. - P. rencelor v. o. Wow, 1874, Tijd-
schr. v. Enf., XVII, 126 et Dipt. neerl., I, 190.- P. erylhrogaslra MEMEN-
— P. fulvipes MEIGEN. ZETTERSTEDT, Dipt. Sc., X, 4085 ; VVULP, 194 ;
Kiawrtsz, 51. - P. mario Gazsooazsx, 1875, Verh. zool.-bol. Ges. Wien,
XXV, I, fig. 1 et 1 a (Galicie). - P. semirufa ME1uEN. W1NNE1xTz, 702 ;
Scmmzn, II, 439 ; Knnriâsz, 54.-P.signala MEIGEN. —P. laeniaia Wm-
Nsnrz, 701 ; Scumsn, II, 438 ; KEnTÉsz, 55. — P. unicolor SmEoEn.ZE·r-
ransrrznr, Dipt. Sc., X, 4080 ; XVINNERTZ, 697 ; Scmmzn, II, 437 ; \VULP,
192 : I(ERTÉSZ, 55. - P. uiiripennis NVALKER (nec MEIGEN), 1856, Ins. Brit.,
111,66, 6. — Fig:. 85.
Coloration variable. Antennes d’un brun noir. Hanches et pattesjaunes ;
tarses et partie apicale des tibias brunis ; hanches III souvent noircies à
la base. Protarse I bien plus court que le tibia correspondant. Ailes tein-
tées, brunies au bord antérieur ; sc 2 présente ; R 4 -1- 5 oblique, son apex
rapproché de celui de R 1. Hypopygium : branches du forceps terminées
par deux denis. —— Long. 6-9 mm.
Variétés : brunnipennis : ailes brunies au bord antérieur.
concolor : thorax et abdomen d’un brun noir.
erythrogastra. : tête et thorax noirs, abdomen d’un jaune roux bruni à la
base et à l’apex. Ailes bordées de brun.
hilvipes et morio : thorax et abdomen d’un noir bruni. Ailes avec une bande
brune préapicale ; nervure anale prolongée presque jusqu’au bord de l’aile
(Hautes-Pyrénées).
semiruia : comme erythrogasler, aile seulement teintée.
signets et taeniata : thorax d’un brun roux, deux ou trois bandes mésono-
tales. Sur le type de MExoEN, la bande médiane plus pâle est divisée longi-
tudinalement par une ligne jaune. Abdomen roux plus ou moins bruni. Ailes
avec une bande brune préapicale.
unîcolor : aile brunie au bord antérieur.
vltripennis : thorax et abdomen d’un brun noir.
Eté. Bois et forêts de toute l’Europe.

60 DIPTÈRES FUNGIVORIDAE
3. Z. bicolor MACQUART, 1826, Rec. Soc. Sc. Agric. Lille, 105, 7 et S. à
B., I, 143 (1834); LANDROCK, 32. — Plalyura bicolor IWEIGEN, S. B., VII,
40 (1838) ; W1NNERTz, 702 ; ScmNER, II, 439 ; VVULP, 193 ; Knarsz. 49 ;
LANDRoc1<, 32.
Face jaune ; front et vertex brunis. Trompe et palpes jaunes. Antennes
brunes, jaunes à la base. Mésonotum noir, luisant. Pleures roux. Scutellum
jaune, bordé de brun ou entièrement brun. Hanches et fémurs jaunes,
tibias brunis. Ailes teintées, bord costal jaunâtre ; nervure costale pro-
longée jusqu’à l’intersection de Il/IA. 1, mais non au delà ; sc atteignant la
costale au niveau de la partie moyenne de R ; nervure anale courbée, mais
n’atteignant pas le bord postérieur de l’aile. Abdomen jaune ; tergites
noirs au bord antérieur ; segment I souvent entièrement noir ; segment V
brun (3), VI—VIII jaunes. Hypopygium bruni. — Long. 4 mm. _
Eté. Bois et forêts de toute l’Eur0pe.
4. Z. bîumbmta. EDwARDs, 1913, Trans. enl. Soc. London, 349 (PIaly·
ura) ; LANDROCK, 32.
ri`. Tête noire, face jaune. Palpes brunis. Antennes d’un brun noir ; les
deux articles basaux jaunes. Mésonotum : trois bandes longitudinales
brun noir. Hanches, fémurs et tibias jaunes ; protarse I plus court que le
tibia. Ailes : sc 1 aboutissant exactement au niveau de la base de R sur la
costale ; R 4 + 5 oblique, aboutissant sur la costale largement avant le
milieu de la section R 1-MA 1 ; nervure anale non raccourcie. Abdomen
d’un brun noir avec une ligne jaune au bord postérieur des tergites I-V.
—— Long. 4 mm.
Angleterre.
3. Z. brevîcornis (IIIEIGEN). EDWAHDS, Diplera, I, 15 (1924).
Mésonotum à soies noires. Métapleure dénudé. R très courte, tige et
base de la fourche médiane basse (MIA 2a + b) trèsfine ; nervure anale
raccourcie ; tibia I près de deux fois plus long que le protarse. —— Long.
3 mm.
Bavière.
6. Z. dîscoidea (\V1NNER'rz), 700 ; Lxivnuocx, 33.
«3‘. Face et occiput d’un roux jaune. Front et vertex d’un brun noir.
Palpes roux. Antennes légèrement plus courtes que la tête et le thorax
réunis, d’un brun noir, les articles basaux jaunes. Mésonotum roux, trois
bandes longitudinales d’un noir brillant, cohérentes ; pilosité noiràtre.
Pleures, mésophragme et scutellum d’un brun noir. Hanclies, fémurs et
tibias jaunes ; protarse I plus long que le tibia correspondant. Balanciers
jaunes. Ailes grises, bord costal jaunâtre, bruni ii l’apex jusqu’au niveau
de R 4 —|— 5 ; épaississement costal dépassant légèrement Fintersection
de la médiane (IMA 1) ; sc prolongée légèrement après la base de R ;

zELMmA 61
R 4 -|- 5 subrectiligne,étendue jusqu‘à la costale légèrement avant le mi-
lieu de la section R 1-MA 1 ; nervure anale très fine, non prolongée au
bord de l’aile. Hypopyge assez développé, les forceps amincis en pointe,
pilosité noire.- Long. 5 mm.
Europe centrale.
7. Z. discoloria. (MEIGEN). Lixunaocx.   —Plalyura discoloria MAC-
Qumvr, I, 144 ; W1NNERrz, 696 ; Scmman, II, 439 ; WULP, 192 ; ’I`1~xEo-
BALD, 143 ; Knnrâsz, 50.- P. discolor Zarrmasraor, 1851, Dipt. Sc., X,
4082. — P. unicolor S·rAEo1za(nec W1u.xEa). ZE·rrERsrEDr, Dipt. Sc., X,
4080 (1851) ; Wmnaarz, 697;SC1IINER, II,437;Wu1.1>, 192.
Tête jaune, front et occiput plus ou moins brunis. Antennes aussi lon-
gues que la tête et le thorax réunis (,3*) ou légèrement plus courtes (9), d’un
brun noir, les deux articles basaux et la base du premier article du fla-
gellum jaunes. Mésonotum roux, unieolore, ou avec des traces de bandes
longitudinales sombres. Pleures roux, légèrement brunis. Hanches, fé-
murs et tibias jaunes ; protarse I légèrement plus long que le tibia corres-
pondant. Balanciers jaunes, renflement bruni. Ailes : sc bien développée,
aboutissant avant ou au niveau de la base de R, sc 2 présente ; nervure
anale fine, non prolongée au bord postérieur de l’aile.Abdomen unieolore,
d’un brun jaune (unicolor STAEGER) ou jaune et tergites II-IV avec des
bandes antérieures d’un brun noir, les suivants et Phypopyge noirs. -
Long. 4-5 mm.
Eté-automne, dans les bois et les forêts de toute l'Europe. Nord de la
France (MAcguAnr) ; Lyon (SoN1·noNNAx) ; Mont-de-Marsan, pins (G0-
mzrvr) ; Hautes-Pyrénées : Arrens, VII (PANDELLÉ). Prusse orientale (CzwA-
Lrrm).
8. Z. îasciata. (Maman). Limnnocx, 33. — Plalyura fasciala I`IEIGEN.
MACQUART, I, 143 ; ZETTERSTEDT, Ins. Lappon., Dipt., 857, et Dipt. Sc.,
X, 4078 ; VVINNERTZ, 694 ; Scmmsn, II, 437 ; Tnaonxto, 142 ; KEm·Ész,
51 ;EnwAn¤s, 530. - P. ruficollis ME1GEN. - P. lrislis Lumosraôm, 1911,
Ann. Mus. Nul. hung., IX, 391, fig. 3-6. — Asindulum fascialum LA-
·rm21L1.E, 1809, Gen. Crust. et Ins., IV, 261.
Tête jaune, front et vertex plus ou moins brunis, souvent entiérement
noirs. Antennes brunes, la base et le premier article du flagellum jaunes.
Thorax jaune ; bandes mésonotales plus ou moins distinctes. Pleures et
mésophragme brun jaune, bruns ou noiràtres. Hanches et fémurs jaunes,
tibias plus sombres ; protarse I plus long que le tibia I. Ailes jaunàtres ;
une bande transverse brune prépicale n’atteignant pas le bord posté-
rieur ; sc 2 présente ; nervure anale très fine. Abdomen jaune ; tergites
II-IV brunis au bord antérieur, les derniers segments seuls sont noirs ;
chez la femelle, ces bandes sont parfois réduites à des taches latérales
occupant les tergites III-V ou VI. —- Long. 6-7,5 mm.

62 ¤1P'1·ÈP.Es FUNGIVORIDAE _
Eté. Bois et bosquets. — Rhénanie, Nord de la France. Hollande. Corse.
Europe centrale et boréale. Prusse orientale. Angleterre.
La larve se développe dans le bois mort, sous les feuilles tombées ou sous
les écorces (peuplier). Hiverne sous la forme larvaire.
var. tristis Luwnsrnôiu. — Antennes noires. Mésonotum entièrement
d’un noir mat, calus huméraux roux. Pleures noirâtres. Abdomen d’un noir
mat, tout au plus le bord antérieur des sternites jaune.
Avec la forme typique.
9. Z. Elava. (MACQUART), 1826, Rec. Soc. Sc. Agr. Lille, 105, 6 et S. à
B., I, 144 ; Limnaocx, 34. —— Plalyura flava MEIGEN, S. B., VII, 39 : Wm-
Nnrrrz, 691 ; SCHINER, II, 436 ; Knariâsz, 51. —- P. lala v. Bosnia, 1849,
Corresp. Wurli. landw. Ver., I, 51. — Isoneuromyia flava EDWARDS, 1925.
Trans. mi. Soc. London, 528. —- Fig. 86.
Entièrement d’un ocre jaune. Antennes brunies à l’extrémité. Ailes jau-
nâtres, le 3 présente une petite tache apicale grise ; R 4 -1- 5 rectiligne,
aboutissant après le milieu de la section R 1-DIA 1 ; nervure anale très
pâle, prolongée au bord de l’aile. Abdomen plus ou moins brunâtre, les
segments jaunes au bord postérieur. 6 : tergite IX à Iobes allongés, ciliés
en brosse en dessous. —— Long. 3-4 mm.
Europe.
10. Z. intincta. (Msicnu). Laiwnnocx, 34. —-Plalyura inlincla VVINNERTZ,
693.
5. Tête noire, occiput rougeâtre latéralement. Antennes noires, moitié
aussi longues que la tête et le thorax réunis. Hanches et pattes jaunes,
tarses bruns ; protarse I plus court que le tibia. Balanciers petits, jaunes.
Ailes grises, le tiers apical bruni 2 R 4 + 5 tres courte, rectiligne, abou-
tissant au milieu de la section costale R 1-MA 1 ; nervure anale très
pâle, non raccourcie. Abdomen d’un brun noir, une petite bande jaune à
la base. -—— Long. 4,5 mm.
Europe.
11. Z. macrocera. EDVVARDS, 1913, Trans. em'. Soc. London, 349 et 1925,
id., 528 (lsoneuromyia) ; LANDRocK, 34.
C3`. Corps d’un brun noirâtre. Palpes d’un brun noir. Antennes noires,
près de deux fois aussi longues que la tête et le thorax réunis. Taches hu-
mérales jaunes, petites. Pattes d’un brun noir ; fémurs plus clairs. Ailes
non tachées; sc 2 nulle ; R 4 —|— 5 droite, aboutissant avant le milieu de la
section costale ; anale étendue au bord de l’aile. Abdomen allongé et grêle.
—— Long. 5 mm. sans les antennes. ·
Angleterre. Ecosse.
12. Z. modesta (W1NNERTz), 691 ; Lxmmoex, 35. — Plalyura modesla
Scnnvan, II, 463 ; WULP, 191 ; Knariâsz, 53. —— P. simples: Gnznconznx,

ZELMIRA 63
1885, B. c. Z., XXIX, 201, tab. IX, A, fig. d. —— Isoneuromyia madcsla
Eowaans, 1925, Trans. ent. Soc. London, 528.
Face jaune, front et vertex plus ou moins brunis, Trompe et palpes
jaunes. Antennes brunes, aussi longues que la tête et le thorax réunis,
articles basaux et le premier article du flagellum jaunes. Mésonotum jaune,
parfois bruni et légèrement brillant, bandes longitudinales sombres plus
ou moins distinctes. Pleures et mésopbragme noiràtres. Hanches et fémurs
jaunes, tibias brunis. Balanciers jaunes. Ailes faiblement teintées, bord
antérieur jaunâtre ; sc 2 présente; R 4 4- 5 rectiligne, aboutissant avant
le milieu de la section R 1-MA 1 ; nervure anale prolongée au bord de
l’aile. - Long. 3,5-4,5 mm.
-Eté-automne. Bois et forêts. Rhénanie. Hollande. Europe centrale. An-
gleterre.
13. Z. nemoralis (ME1c·EN). L.xNnnoc1<, 35. —- Plalyura nemoralis Mixe-
QUART, S. à.B., I, 142, 4 (1834) ;W1NNEn1·z, 704;Sc1i1NEn, II,439;Wnr.r,
193 ; KEm‘Ész, 53 ; Enwixnos, 1925, 530. — P. cincla VV1Nm;m·z, 703,
Scnmnn, 11,440 ; AVULP, 195.-P. flavipes MEIGEN. l\IAcQUAnT, I, 143 ;
\V.xLK1an, List, I, 89 et Ins. Brit., III, 67 ; Tneonato, 142 ; Kizrcrûsz, 51.
-- P. fusccsrens v. Rosnn. - P. nana Ã/IACQUART, 1826, Rec. Soc. Sr.
Agric. Lille, 105, 5, et Suites :'1 Buffon, I, 142 (1834) ; IVINNERTZ, 705 ;
Worm, 194; Knurész, 53. ——— P. succincla JMEIGEN. IVINNERTZ, 704 ; Som-
Nnn, [1,4-10 ;\Vu1.1=, 191 : liiznrxësr, 55.
Corps d’un brun noir. Palpes jaunes. Antennes noires, aussi longues que
le thorax. Hanches et fémurs jaunes, tibias sombres. Balanciers jaunes.
Ailes teintées, bord antérieur jaunâtre, l’apex plus sombre, souvent aussi
le bord postérieur bruni ; sc 2 présente ; nervure anale très fine. Abdo-
men : bord postérieur des tergites II-IV avec une bande jaune plus ou
moins large ; les incisures des segments I, V et VI parfois également jaunes.
— Long. 3,5-5 mm.
Eté-automne. Bois et forêts. France septentrionale (MACQUART). Rhé-
nanie. Hollande. Liège. Europe centrale. Prusse orientale ((IzwALiNA).
14.Z. nig1·icauda(S1~nom.), 1893, W. e. Z., XII, 164 ; LANonoc1<, 35. —
Plalyura nigricauda Srnom., 1893 ; Keniriâsz,   —- Isoneuromyia nigri-
rauda Enwarms, 1925, Trans. enl. Soc. London, 528.
8. Tête jaune, front et occiput d’un brun jaune. Antennes aussi longues
que la tête et le thorax réunis, jaunes à la base, brunes à l’apex. Thorax
jaune. Trois bandes mésonotales d’un brun jaune ; villosité et sétules
noires. Iîanches et fémurs jaunes, tibias brunis, protarse I plus court que
le tibia correspondant. Balanciers jaunes. Ailes légèrement teintées de
jaune ; sc 2 présente ; R 4 + 5 oblique, aboutissant avant le milieu de
la section costalc R 1-MA 1 ; nervure anale étendue au bord postérieur

64 D1PTÈREs FUNGIVORIDAE
de 1’aile. Abdomen jaune,les trois derniers tergites noirs, sternites
correspondants brunis. —— Long. 4 mm.
Angleterre. Dalmatie.
15. Z. nîgrieomis (FABRICIUS).LANDROCK, 36. -— Platyura nigricornis
MEIGEN. ZETTERsTED'r, Dipt. Sc., X, 4079 ; KERTÉsz, 53; Envmaos, 530.
— P. aniica WALKER, 1856, Ins. Brit., III, 67,8. — P. infuscala WINNERTZ,
695 ; Scnmnn, II, 437 ; WULP, 191 ; Knnriâsz, 52. — P. nigriveniris ZET-
TERSTEDT, 1855, Dipt. Sc., XII, 4905.
Face et occiput roux, front et vertex d’un brun noir. Trompe et palpes
jaunes. Antennes d’un brun noir, plus ou moins jaunes à la base. Mésono-
tum roux, trois bandes longitudinales noires, souvent cohérentes. Pleures
et mésophragme d’un brun noir. Hanches et pattes jaunes, protarse I
plus long que le tibia I. Balanciers jaunes. Ailes : sc 2 présente ; R 4 —l— 5
perpendiculaire, aboutissant avant le milieu de la section costale R 1-
MA 1 ; nervure anale courte, n’atteignant pas le bord postérieur de l’aile.
— Long. 6-7 mm.
Printemps-automne. Bois et forêts. Hautes-Pyrénées : Arrens, IX (PAN-
DELLÉ). Europe centrale et boréale. Rhénanie. Hollande. Prusse orientale
(CZVVALINA).
Larve dans le bois pourri.
16. Z. ochracea (MEIGEN). LANDROCK, 36.-—Plaiyum ochracea ZE·rrER·
sTEDT, Dipt. Sc., X, 4082 ; VVINNERTZ, 694 ; SCHINER, II, 438 ; KEP.TsÉz,
53. —- Plaiyura dorsalis STAEGER. Znrrnasrnor, Dipt. Sc., X, 4087. -
P. humeralis WINNERTZ, 692 ; WULP, 191, pl. VI, fig. 15. — P. myceto-
philoides WALKER, 1856, Ins. Brit., III, 66. — P. nigriceps WALKER, 1856,
Ins. Brit., III, 66, 4 ;W1NNERTz, 692 ; KERTÉSZ, 53.
E2. Face jaune. Frontl et oociput plus ou moins brunis. Antennes brunes,
jaunes à la base. Thorax jaune, trois bandes mésonotales noires, parfois
élargies. Hanches et pattes jaunes ; protarse plus court que le tibia 1.
Ailes teintées, souvent une tache antéro—apioale diffuse ; R 4 + 5 oblique,
aboutissant bien avant le milieu de la section eostale R 1-MA 1 ; nervure
anale étendue au bord postérieur de l’aile. — Long. 5-6 mm. (d’après le
lype).
Eté-automne. Bois et forêts. Hautes-Pyrénées : Arrens, VII (PANDELLÉ)·
Rhénanie, Hollande. Prusse orientale (CZVVALINA).
17. Z. pallida. (STAEGE12). LANDROCK, 36. —- Plaiyura pallida ZETTER-
srrnnr, Dipt. Sc., X, 4080, 3 (1851) ; VVINNERTZ, 697 ; Knrmâsz, 54 ; ED-
wnnns, 530 ; MANSBRIDGE, 82. — P. aesiivalis WINNERTZ, 1863, 698;
Scnmnn, II, 437.
' Face jaune, front bruni. Trompe et palpes jaunes. Antennes d’un brun
noir, jaunes à la base. Mésonotum jaune, unicolore ou avec des bandes
I longitudinales sombres plus ou moins distinctes. Pleures et mésophragme

ZELMIRA 65
jaunes, souvent brunis. Hanches et pattes jaunes, protarse I plus court
que le tibia I. Ailes presque vitreuses ou l’apex et le bord postérieur tein-
tés ; nervure anale pâle et rudimentaire, non prolongée au bord de l’aile. -
Long 5,5 mm.
Eté~automne. Bois et forêts. Rhénanie : Crefeld, sur une fenêtre (Wm-
Nnnrz). Europe centrale et boréale. Angleterre.
M. MANsB1=u¤oE a trouvé la larve sous les galets de Dartmor (Angleterre),
en avril. La toile est semblable à celle des autres espèces de Platyura.
18. Z. pseudochracea Lmnnocx, 1925, Wien. ent. Zig., XIII, 180
(Platyura) et Fliegen, VIII, 36. — Platyura ochracea Dzuznzrcxr (nec
Maman) 1915.
3‘. Jaune d’ocre, à pilosité noire. Antennes d’un brun noir plus clair ai la
base. Hanches et pattes jaunes ; protarse I subégal au tibia correspon-
dant. Ailes jaunâtres, brunies à l’apex ; sc 2 nulle ; nervure anale courbée,
interrompue avant le bord de l’aile. — Long. 6 mm.
Europe.
19. Z. ruficomis (ZEr·rEns·r.»:1>·r), 1851, Dipt. Seand., X, 4081; LAND-
nocx, 37. — Plalyura ruficornis Enwanos, 1925, Trans. ent. Soc. Lon-
don, 530. — P. pectinifera Eowlmos, 1913, Trans. ent. Soc. London, 353
(teste Eowanos), 1925.
3. Tête noirâtre. Palpes jaunes. Antennes d’un brun noir. Hanches et
pattes jaunes ; protarse 1 subégal au tibia correspondant. Ailes teintées
de jaune avec une petite tache grise subapicale diffuse, souvent indis-
tincte; R 4 + 5 allongée, oblique, aboutissant avant le milieu de la sec-
tion costale R 1-MA 1. — Long. 4 mm.
Europe septentrionale. Prusse orientale (PANDELLÉ, modvsta).
20. Z. Selecta (WINNERTZ), 1863, 700 ; LANDRocK, 37.
3. Face, front et occiput jaunes ; front et vertex taches de jaune. Pal-
pes jaunes. Antennes n’atteignant pas la moitié de la longueur de la tête
et du thorax réunis, jaunes à la base, flagelle bruni. Mésonotum jaune avec
trois larges bandes d’un brun noir. Pleures, scutellum et mésophragme
brunis. Hanches et pattes jaunes ; protarse I plus long que le tibia I.Ba-
lanciers jaunes. Ailes jaunâtres ; sc 2 présente ; R 4 + 5 aboutissant avant
le milieu de la section costale R 1-MA 1 ; nervure anale pâle, rfatteignant
pas le bord postérieur de l’aile. —-— Long. 7 mm.
Allemagne.
21. Z. Similis (WINNERTZ), 1863, 699; Scrxmna, II, 438; Lammocx, 37.
S2. D’un roux jaune. Front taché de brun. Antennes plus courtes que le
thorax, d’un brun noir, jaunes à la base. Mésonotum avec la trace de trois
bandes d’un brun jaune, à pilosité noire. Hanches et pattes jaunes ; pro-
sàouv 5

65 oirrîmas Foncrvonioan
tarse I plus long que le tibia. Ailes jaunâtres, brunies à l’apex, une bande
sombre préapicale n’atteignant pas le bord postérieur ; R 4 —}— 5 verti-
cale, aboutissant légèrement avant le milieu de la section costale R1-
MA 1 ; nervure anale non prolongée au bord postérieur de l’aile. Abdomen
d’un brun noir, incisures jaunâtres, parfois élargies en petites bandes sur
les tergites Il-IV. Sternites et oviducte  aunes. ——- Long. 5,5 mm.
Europe centrale.
22. Z. vitripemiis (Maman), 1830, Syst. Besclir., VI, 295, 21 ; LAN1>aocx,
38. —— Ceroplalus viiripennis ZETTERSTEDT, 1851, Dipt. Sc., X, 4084 et
XIV, 6493. —- Plaiyura viiripennis WALKER, List, I, 89 ; THEoBALD, 143 ;
Knaresz, 55.
8. Corps noir, calus huméraux étroitement bordés de jaune. Antennes
et palpes noirs. Hanches et fémurs jaunes, tibias plus sombres. Ailes jau-
nies, sans ombres bien apparentes ; costale dépassant très légèrement
l’intersection de MA 1 ; R 4 + 5 rapprochée de l’extrémité de R 1 ; anale
épaisse, prolongée presque jusqu’au bord de l’aile. Balanciers jaunes à ren-
flement noir. — Long. 4-5 mm. (d’après le lype).
Aix-la—Chapellé. Europe centrale et boréale.
23. Z. zonalia (ZETTERSTEDT), 1855, Dipt. Sc., XII, 4906, 14-15; LAND-
Rocx, 38. — Isoneuromyia zonala EDwARDs. 1925, Trans. ent. Soc. Lon-
don, 528. — Plalyura zonaia ZETTERSTEDT, l. c., KERTÉSZ, Catalogue, 55.
— P. cancisa VVALKER, 1856, Ins. Brit., Dipt., III, 68 ; THEOBALD, I, 142.
- P. forcipula LUNDsTR6M, 1912, Ann. Mus. Naf. kung., X, p. 514. —-
P. succincia Dzusozicxr (nec MEIGEN). — Fig. 87.
Noir ; palpes jaunes. Antennes à peu près aussi longues que la tête et
le thorax réunis ; deuxième article plus ou moins d’un roux jaune. Pleu-
res indistinctement tachés de jaune. Hanches et pattes jaunes. Ailes tein-
tées, jaunâtres à la base, mais non tachées, parfois une ombre peu dis-
tincte à l’apex, rarement le bord postérieur ombré; sc 2 peu distincte ou
nulle ; extrémité de la nervure anale largement séparée du bord postérieur.
Abdomen avec le bord postérieur des tergites II-V, VI plus ou moins lar-
gement jauni. Hypopyge : forceps avec une épine subterminale. —
Long. 4--1,5 mm.
Europe. Hollande (Limbourg).
var. Iorcipula I.uN¤srRôM. -—— (îalus huméraux jaunes et abdomen plus
largement jaune.
Europe centrale et boréale.

Manou 67
S.-F. MANOTINAE
EDWARDS, 1925, 544.
G. MANOTA \Vu.1.1s·roN '
W1LL1sroN, Trans. en!. Soc. London, 260 (1896) ; JOHANNSEN, 64. —
Ceralo MEUNx1=:n, Monogr. Mycetoph., 76 (1904).
Tête aplatie, face et front élargis. Antennes de 16 articles plantées au-
dessus du milieu de la hauteur de la tête. Trois ocelles subégaux. Palpes
. allongés, de trois articles. Prothorax sans soies. Pattes fortes, hanches très
allongées, fémurs élargis et aplatis ; tibias I et III avec un seul éperon allon-
gé ; tibias II avec deux éperons. Ailes plus longues que l'abdomen ; sc rudi-
mentaire ; R 1 aboutissant sur la costale avant le niveau du milieu de l’aile ;
costale prolongée jusqu’à l’intersection de MA 1 ; R 4 -)— 5 nulle ; partie
basale de MA 2 évanescente ou nulle ; cubitale bien développée ; nervure
anale nulle, axillaire fine, mais distincte (fig. 15). Abdomen allongé, cylin-
drique ou légèrement aplati.
Le Ceralo longipalpis Mxzumnn a été trouvé dans l’ambre de la Baltique.
Génotype : Jllanola dcfecla W1LLrs·roN, île Saint-Vincent.
M. unifurcata Lunnsrnôm, 1913, Ann. Mus..Val. hung., XI, 306 ; Limo-
nocx, 38 ; ENDERLEIN, XVI, 12.
Antennes légèrement plus courtes que la tête et le thorax réunis, la
base et les premiers articles jaunes, le reste bruni. Flagelleà pilosité épaisse.
Mésonotum d’un brun noir, une bande médiane dorsale d’un brun jaune.
Calus huméraux jaunes. Pleures jaunes. Scutellum et mésophragme d’un
brun jaune sombre. Balanciers jaunes à renflement noir. Pattes jaunes.
Hanches très longues, leur partie externe, la base des fémurs III et les
tarses brunis. Ailes à peine teintées, presque vitreuses. Abdomen d’un
brun noir, légèrement brillant, sternites plus clairs. Oviducte court, jaune.
—— Long. 3 mm.
Hongrie.
S.-F, SCIOPHILINAE
TABLEAU DEs Tmnus.
1—(2). Ailes à cils allongés (macrotriches). Trois ocelles, ou deux ocelles
largement séparés l’un de l’autre et placés au bord du calus orellaire.
Ãlésophragme cilié. Abdomen : segment VII apparent ..............
.......................................... Sciophilini, p. 84.
2-(l). Ailes à pilosité microscopique (microtrich es). Trois ocelles - ou
deux rapprochés de la ligne médiane frontale.
3-(4). Deux ocelles. Soies tibiales placées en rangées régulières .........
.......................................... Mycomyiini, p. G8.
4-(3). Trois ocelles. Soies tibiales disposées irrégulièrement.

68 nirrizmzs FUNGIVORIDAE
5-(6). Ailes : branches de la fourche de MA 2 à tige courte ou très courte.
R 1 longue ................................ Gnoristini, p. 103.
6-(.5). Ailes : fourche de MA 2 à tige plus longue. R 1 courte. ..........
.......................................... . . Leiini, p. 117.
R4+5
IMM  ,_
\ À r
R¢+.·>· 88
I'D‘l1g.
rm} 89
”’lE se
oa !)
`-@0
0
a
/iarzcÉc]
gêergot  
O
U gn
 
Fm. 88 au 92. -—· 88. Neoempheria striaia, aile montrant la fausse nervure .MAlb. ——- 89.
Mycomyia punctaîa, aile. ——- 90. Iv!. punctata, profil du thorax montrant 1‘ergot des
hanches II. ——- 91. A4. ornata, tête et hanches I vues de 3 /4 (a, cavité d’lnsert1on an-
tennaire). —— 92. Neoempheria striaia, larve selon Doroua.
Tribu Mycomyiini.
Deux ocelles rapprochés l’un de l’autre. Soies tibiales disposées en ran-
gées régulières. Empodium nul. Ailes : membrane dépourvue de cils al-
longés ; sc atteignant au moins le niveau de la base de Rs ; R 1 allongée,
plusieurs fois aussi longue que RZW qui est oblique.

Myeoiuvm 69
TABLEAU DES GENRES.
Nervure costale ne dépassant pas Pintersection de la nervure haute MA 1
qui atteint ordinairement l’apex de l'aile. Ailes sans taches nettement
délimitées ou distinctes ; nervure MAlb absolument nulle (fig. 89).
Yeux légèrement émarginés au—dessus des antennes. Mycomyia, p. 69.
Nervure costale prolongée ordinairement sur une courte distance après
l’intersection de MA 1 ;cette dernière aboutissant ordinairement avant
l’apex de l’aile ; ailes tachées de brun ; nervure MA lb représentée
par un pli bien marqué (fig. 88). Yeux indistinctement émarginés ou
mm ..................................... Neoempheria, p. so.
G. MYCOMYIA RONDANI
RoN¤AN1, Dipt. Ital. Prodr., I, 194 (1856) ÃJOHANNSEN, 45 ; E¤wAm>s,
1913, 355; 1925, 547 ; LAN¤nocx, 39 ; ENDERLEIN, XVI, 12. — Sciophila
ME1GEN (p. p.) W1NNEa·rz, XIII, 707 ; KERTÉSZ, 57.
Tête petite, aplatie antérieurement ; deux ou trois ocellcs, le médian très
petit. Trompe très courte ; palpes courbés, formés de quatre articles. An-
tennes allongées, brunes, plus ou moins largement jaunes il la base, formées
de 2 + 14 articles, articles basaux cupulitormes, articles du scape cylin-
driques. Thorax bombé, scutellum petit ; mésophragme brusquement ver-
tical. Hanches allongées, jaunes, les postérieures parfois marquées de brun,
celles de certains mâles armées d’un ergot allongé, courbé (fig. 90) : hanches
toujours simples chez les femelles ; fémurs jaunes, ciliés sur la face interne ;
tibias brunis ou iaunâtres (M. parva, fusca, etc.) armés d’éperons, sétules
tibiaux disposés en séries régulières ; tarses noiràtres, finement ciliés. Ailes à
pilosité microscopique, épaississement costal ne dépassant pas l’intersection
de MA l ; sc aboutissant sur la costale ou non ; sc 2 présente ou non ; R
4 -1- 5 courte et rectiligne, légèrement oblique et rapprochée de l’apex de la
sous-costale, et formant avec le rameau commun (RM) une petite cellule
trapézienne ; nervures médiane basse et cubitale fourchues; anales réduites
(fig. 89). Abdomen formé de sept segments. Hypopyge en forme de capsule
renfermant les divers appendices de l’appareil copulateur.
Les adultes se rencontrent dans les endroits humides des bois et des
forêts. Cosmopolites.
Six espèces ont été décrites par LoEw et par IMEUNIER de l’ambre de la
Baltique. Le Mycomyia maculala MEuN1En (non MEroEN) est connu du
copal récent de Zanzibar. "
D’après M. F. W. EDwAnns, les larves des espèces du genre Myco-
myia sont plus courtes et plus robustes que celles des Sciophilini. Elles
sont ordinairement d’un blanc sale, sauf celle du M. Wrzcsniowskii qui
est d’un beau rouge vermillon. Elles tissent des toiles légères à la face
inférieure des chapeaux des champignonscorticoles ou sous les écorccs

70 nxpriznus FUNGIVORIDAE
des bois morts. Elles ne forment pas un cocon défini pour abriter la nym-
phose.
Génotype : Sciophila marginala MEIGEN.
TABLEAU mas EsPÈcEs.
1-(22). Mâles : hanches II inermes.
2—(13) Ailes: nervure s0us—costale atteignant la costale (sc 1 présente).
3—(6). Tergites abdominaux à bandes basales jaunes.
4-(5). Ailes : tige de la fourche médiane (MA 2) à peu près aussi longue
que la branche supérieure .................... cîrcumdata, p. 72.
5—(4). Tige de la fourche médiane moitié aussi longue que la branche su-
périeure ................................. Wrzesniowskiî, p. 80.
6-(3). Tergites abdominaux à bandes apicales pâles ou abdomen unifor-
mément noir.
7-(8). Mésophragme cilié. Abdomen jaune ; tergites avec une large bande
antérieure d’un brun noir ; segments apicaux bruns.. . omata, p. 76.
8-(7). Mésophragme dénudé.
9—(IO). Tergites abdominaux j aunâtres apicalement. . . parva, p. 77.
10-(9). Abdomen uniformément noir.
11-(12). Base de la fourche cubitale placée avant le niveau de RM .......
......................................... melanoceras, p. 76.
I2-(11). —— placée après RM ..................... peetiniîera, p. 77.
13—(2). Ailes : nervure sous—costale aboutissant sur R I (sc 1 nulle). Pro-
tarse I plus court que le tibia.
14-(15). Tergites abdominaux à bandes basales jaunes. Eimbriata, p. 73.
15-(14). Tergites à bandes apicales pâles — ou abdomen uniformément
noir.
16—(19). Thorax uniformément noir.
17-(18). Abdomen noir ; tergites I-V avec une bordure postérieure jau-
nâtre, les derniers segments uniformément noirs. ..... maura., p. 76.
18-(17). Abdomen uniformément noir, ou les incisurestergales étroitement
jaunâtres ...................................... Eusca, p. 74.
19—(I6). Thorax en grande partie ou uniformément jaune (Q). Tergites
abdominaux à bandes transverses plus ou moins larges.
20-(21). Hypopyge avec une brosse de soies serrées, les soies apicales nor-
males .......................................... Hava, p. 74.
21—(20). Hypopyge avec des soies non serrées en brosse, les soies apicales
longues et courbées ........................... trilineata, p. 78.
22-(1). Mâles : hanches II armés d’un ergot recourbé.
23-(40). Ailes : base de la fourche cubitale placée avant le niveau de RM.
24—(27). Mésonotum entièrement noirâtre, tout au plus les calus humé-
raux jaunes.
25-(26). Protarse I plus long que le tibia I ......... cinerascens. p. 72.

Mvcoiuvm 71
2ô—(25). Protarse I plus court que le tibia I ........... exiglla, p. 73.
27·(24). Mésonotum jaune, bandes sombres plus ou moins marquées.
28-(29). Mésonotum uniformément jaune, bandes sombres évanescentes
ou nulles ................................... flavicollis, p. 74.
29·(28). Bandes mésonotales bien marquées.
30-(33). Protarse I aussi long ou plus court que le tibia I.
31-(32). Ailes brunies à l’apex. Protarse I plus long que le tibia .........
............................................ punctata, p. 77.
32·(31). Non. Protarse et tibia I subégaux ........ Wankowiczîi, p. 79.
33-(30). Protarse I plus long que le tibia I.
34-(33). Ailes brunies à l’apex. Hanches III brunies extérieurement ou
uniformément jaunes. Ailes brunies au bord postérieur ou non .......
........................................... punctata, p. 77.
35-(34). Ailes non brunies à l’apex.
36-(37). Ailes : cellule r 1 brunie ou avec une tache d’un brun jaune plus
ou moins distincte. Abdomen jaune, de grandes taches tergales d’un
brun noir sur les tergites [-V, les tergites suivants d’un brun noir ....
........................................... maculata, p. 75.
37·(36). Cellule r 1 vitreuse.
38-(39). Scutellum avec deux longues soies ........ cinerascens. p. 72.
39-(38). Quatre soies scutellaires ................ hyalinalia., p. 74.
40—(23). Ailes : base de la fourche cubitale placée au niveau de RM ou
après.
41-(48). Base de la fourche cubitale placée au niveau de RM.
42-(45). Mésonotum jaune, bandes longitudinales plus ou moins distinctes.
43-(44). Sc 2 nulle .............................. incisurata, p. 75.
44-(43). Sc 2 présente .......................... Winnertzi, p. 79.
45-(42). Mésonotum noir ou brun noir, les calus huméraux jaunes ou non.
46-(47). Protarse I plus court que le tibia I ........ incisutata, p. 75.
47-(46). Protarse I plus long que le tibia I ......... trivittata, p. 79.
48-(41). Base de la fourche cubitale placée après le niveau de RM .
49-(54). Mésonotum noir ou brun ; calus huméraux jaunes, plus ou moins
largement brunis.
50·(51). Protarse I plus long que le tibia. Abdomen avec de larges bandes
transversales jaunes ......................... trivililialïa, p. 79.
51-(50). Protarse l aussi long ou plus court que le tibia.
52-(53). Sous-costale aboutissant sur R. Protarse I plus court que le tibia.
........................................... incisurata., p. 75.
E·33·(52). Sc aboutissant sur la costale. Protarse Isubégal au tibia. .......
............................................. tenuis, p. 78.
54-(49). Mésonotum jaune, avec ou sans bandes longitudinales.
5ï>·(56). Sous·costale aboutissant sur R. Bandes mésonotales sombres
bien marquées .............................. încisurata., p. 75.
56-(55). Sc aboutissant sur la costale.

72 nrrrîsnias Fuxcivomnan
57—(58). Hypopygium d’un brun jaune, avec 2-3 longues soies courbées sur
chaque forceps ................................ tenuis, p. 78.
58—(57). Non ...,............................... duplicata, p. 73.
1. M. cinerascens (MACQUART) 1826, Rec. Soc. Sc. Lille, 101 et S. à B.,
I, 138 (1834) (Sciophila) ; Enwanns, 1925, 550; Llmnnocx, 43. — Scie-
phila cineraseens MEIGEN. ZETTERSTEDT, Ins. Lapp., 860 (1838) et Dipt.
Sc., XI, 4123 et 4363 (1852) ; WALKER, List, I, 91 ; W1NNEr>.rz, 722 ;
SGHINER, II, 444 ; Knnrâsz, 58. —- S. cinerascens var. supposila STROBL,
1900, W. e. Z., XIX, 98. — S. alacris W1NNERTz,710;Scn1NEn, II,
443 ; Knarssz, 57. —— S. inanis Wmnnnrz, 709 ; Scnmna, ll, 442 ; KER-
·rÉsz, 60.
Tête brune. Mésonotum jaune, bandes longitudinales d’un brun noir
plus ou moins distinctes (alacris), ces bandes parfois cohérentes, ne lais-
sant jaunes que la couleur du fond et les calus huméraux. Pleures et méso-
phragme plus ou moins brunis. Hanches II armées d’un ergot, hanches III
brunies sur la face externe. Ailes vitreuses; sc aboutissant sur la costale ;
sc 2 présente ; base de la fourche cubitale aboutissant légèrement avant
le niveau de RM. Abdomen d’un brun noir, incisures étroitement jaunes,
ou le bord postérieur des tergites plus largement jaune (alacris). —-— Long.
4-4,5 mm.
Printemps-été. Bois et forêts. France septentrionale. Rhénanie. Limbourg
hollandais. Europe centrale et septentrionale. Corse.
Larve dans les champignons xylophiles. M. EmvAnr>s l’a observée dans
une espèce de Sîereum.
2. M. circumdata (STAEGER). EDIVARDS, 1925, 551 ; LANnRo<:x, 43. -—-
Sciophila circumdala ZETTERSTEDT, Dipt. Sc., XI, 4126 et 4363 (1852)
VVINNERTZ, 735 ; SCHINER, Il, 445 ; KERTÉSZ, 58. — S. luceram WIN-
Nnnrz, 727 ; KERTÉSZ, 61 ; tesle Enwanns, l. c.
Tête et thorax bruns. Trompe et palpes jaunes. Antennes près de deux
fois aussi longues que la tête et le thorax réunis. Mésonotum rarement
jaune avec trois bandes sombres, séparées sur la partie antérieure. Galus
huméraux jaunes. Scutellum entièrement ou seulement jaune à la base.
Quatre soies scutellaires. Hanches internes. Protarse I légèrement plus
court que le tibia. Ailes presque vitreuses ; sous—costale aboutissant sur
la costale ; sc 2 présente ; base de la fourche cubitale placée au niveau ou
légèrement après la transverse antérieure. Abdomen jaune ; tergites à
bandes apicales noires ; parfois une ligne médiane longitudinale sombre ;
les deux derniers segments complètement noirs. — Long. 5-6 mm.
· Printemps. Bois et forêts. Rhénanie. Limbourg hollandais. Europe cen-
trale et boréale.

mrconvra 73
3. M. duplicata Enwaaos, 1925, Trans. enf. Soc. London, 550 ; LAN-
rmocx, 44. —— Fig. 96.
3. Jaune. Trois bandes mésonotales d’un brun noir, plus ou moins cohé·
rentes. Pleures, mésophragme et parfois le scutellum d’un brun jaune ;
deux soies scutellaires. Hanches Il armées d’un éperon ;protarse let tibia
subégaux. Ailes grisâtres, sc aboutissant sur C ; sc 2 présente, aboutissant
avant le milieu de la cellule rl ; fourche cubitale aboutissant après la
transverse antérieure. Abdomen : tergites à bandes antérieures noires,
souvent dilatées en triangles à pointe postérieure. — Long. 4 mm.
Europe.
Très voisin du M. tennis, s‘en distingue immédiatement par la constitu-
tion de Pappareil copulateur du mâle.
4. M. exigua. (Wmmmrvrz) 725 ; Knnràsz, 58 (Sciophila) ; Eowaaps,
1925, 549 ; Lamoaocx, 45.
5*. Corps d’un brun noir. Antennes près de deux fois aussi longues que la
tête et le thorax réunis. Calus huméraux avec une petite tache d’un gris
jaunâtre. Hanches II armées d’un ergot. Balanciers jaunâtres. Ailes légè-
rement teintées, la base jaunâtre ; sc aboutissant sur la costale ; sc 2 placée
au niveau du milieu de la cellule r l ; tige de la fourche de la médiane basse
plus courte que le rameau supérieur ; la base de la fourche cubitale située
avant le niveau de la transverse antérieure. Abdomen à pilosité jaune. —
Long. 4,5 mm. i
Printemps. Bois. Rhénanie. Europe centrale. Angleterre.
5. M. ûmbriata (Maman). Enwanns, 1925, 553 ; LAN1:•noc1<, 45. —
Sciophila fimbriala ME1cEN. W1NNERrz, 736 ; Scmmsn, [I, 446 ; Kaarssz,
59.
5. Jaune ou roussâtre. Face, front et vertex d’un brun clair à reflets
gris. Trompe et palpes d’un brun jaune. Trois bandes mésonotales plus
ou moins cohérentes, très pâles. Pleures tachés de brun, mésophragme
bruni. Quatre longues soies scutellaires. Hanches inermes. Protarse I
plus court que le tibia. Ailes à peine teintées ; sc aboutissant sur R 1 au
niveau du milieu de la cellule r 1 ; tige de la fourche médiane légèrement
plus courte que la branche inférieure MA 26 ; base de la fourche cubitale
placée après le niveau de RM. Abdomen : tergites à bandes apicales
plus ou moins élargies, brunes. Hypopygium bruni. — Long. 4,5 mm. -
(«l’aprê=s le type).
Eté. Bois et forêts. Très répandu, mais peu commun. Rhénanie. Lim-
bourg hollandais. Europe centrale. Prusse orientale. Angleterre.

74 DIPTÈRES FUNc·1vonmAE
6. M. Hava (STANMUS) apud W1NNERTz,1863, Verh. z.-b. Ges. Wien,
XIII, 734 (Sciophila) ; Enwamas, 1925, 553 ; LANDROCK, 46. — Sciophila
flava WULP, 168 ; Kermâsz, 59.
Corps jaune. Front et vertcx bruns. Mésonotum avec trois bandes plus
ou moins distinctes (9), souvent confluentes (5). Hanches I I inermes. Pro-
tarse I plus court que le tibia. Ailes presque vitreuses ; sc aboutissant sur
R 1 ; base de la fourche cubitale placée après le niveau de RM. Abdo-
men : tergites à base plus sombre, ou l’abdomen uniformément brun plus
ou moins foncé. Hypopyge mâle armé d’une brosse formée de poils serrés,
simples. — Long. 5 mm.
Septembre. Hollande. Europe centrale. Angleterre.
7. M. flavicollis (ZETTERSTEDT), 1852, Dipt. Sc., X I, 4121 (Sciophila) ;
VVINNERTZ, 709 ; EDWARDS, 1925, 551 ; LANDRocK, 46.
Corps jaune. Front, vertex et occiput brunis. Quatre soies scutellaires.
Hanches II armées d’un ergot allongé. Protarse I aussi long que le tibia
correspondant. Ailes grisâtres ; sc aboutissant sur la nervure R 1 au ni-
veau du milieu de la cellule r· 1 ; base de la fourche cubitale placée avant
le niveau de la transverse antérieure. Abdomen: tergites à bandes anté-
rieures brunes. — Long. 5 mm.
Septembre. Bois. Province rhénane. Europe centrale et septentrionale.
Apparemment rare en Angleterre.
8. M. fusca (ME1c.EN). WINNERTZ, 733 (Sciophila) ; Eowaans, Diplera,
I, 17 (1924) ;LANDRocK, 46.
Mésonotum avec trois bandes longitudinales brunes. Pleures tachés de
brun ; mésophragme bruni. Hanches inermes. Ailes vitreuses, jaunâtres
à la base ; sc aboutissant sur la nervure R 1 ; base de la fourche cubitale
placée après le niveau de RM. —— Long. 5 mm.
Europe centrale.
9. M. hyalinata (Mmonrx). EDwARDs, 1925, 550 ; LANDROCK, 60. ——
Sciophila hyalinaia ZETTERSTEDT, Ins. Lapp., 859 et Dipt. Sc., XI, 4115 ;
WALKER, Ins. Brit., III, 37 ; VV1NNERTz, 713 ; Somwna, II, 443 ; Knnriâsz,
60. — Fig. 98.
9. Face jaune ; front et occiput brunis. Palpes jaunes. Thorax d’un roux
jaune ; trois bandes mésonotales sombres. Pleures taches de brun ; méso-
phragme bruni ; deux soies scutellaires (LAN1:•P.ooK et EDWARDS disent
quatre !). Hanches Il armées d’un ergot;pr0tarse Iplus long que le tibia;
hanches III avec une ombre externe brune. Ailes grisâtre ; cellule rl
claire; sc 1 aboutissant sur la costale, sc 2sur la partie moyenne de la cel-
lule r 1 ou légèrement avant le milieu ; base de la fourche cubitale placée
légèrement avant le niveau de RIM. Abdomen d’un brun noir, tergites plus

Mvcomvm 75
ou moins largement jaunis au bord postérieur. —Long. 5-6 mm. (d’après
le lype).
Eté-automne. Bois et forêts. Province rhénane. Versailles (Auncmrr).
Europe centrale et boréale. Angleterre.
Cette espèce est assez variable, surtout en ce qui concerne la conforma-
tion de la nervure sc 1 qui favoriserait peut-être une confusion avec les My-
comyia Winncrlzi et Wankowiczi. Les caractères les plus stables sont four-
nis par Phypopygium du male.
10. M. incisurata. (ZE·r1·ERs·r1z¤T). Enwnrms, 1925, 551 ; LANDROCK,
60. — Sciaphila mmulala MEIGEN. — S. incisurala XVINNERTZ, 723 ; Som-
NER, II, 444 ; WULP, 167 ; Knnrxâsz, 61. - Fig. 95.
Type de MErcEN. — 5‘ 9. Corps brun à reflets gris. Calus huméraux lar-
gement jaunes, bandes mésonotales plus ou moins distinctes, toujours
confluentes. Hanches II armées d’un ergot court (3). Protarse I plus court
que le tibia I. Ailes vitreuses : sous-costale ordinairement courbée sur
•
Q   F) ÀQQQ
93 .9*  ’ .95  
isa) 97 98
Fm. 93 in 98. —- Ilïpopygzes des mâles des Mycomyia, selon Dzxsnzrcm. - 93. M.
lVnnk0n¤iczi. -—· 9 . M. Winnerizi. —- 95. M. incisurata. —· 96. M. duplicata. —- 97·
Ill. l€m1is.—· 98. M. hyalinald.
R 1 ; sc 2 nulle ; base de la cellule cubitale placée au niveau de RM ou
après. Tergites abdominaux à bord postérieur étroitement jaune, cette
teinte parfois (eg. Q) élargie en bande transverse. - Long. 4,5-5 mm.
Printemps-automne. Bois et forêts. Rhénanie. Hollande. Prusse orientale.
Europe centrale et boréale. Assez commun.
Le mâle se distînguera de ses congénères par l’éperon coxal court et par
la nervure sous—costale raccourcîe.
11. M. maculata (MEIGEN). LANDROCK, 48. —- Sciophila maculala ZE·r·
·r1s:ns1·En·r, Dipt. Sc., XI, 4109 et 4362 ; WINNERTZ, 712 ; WULP, 166 ;
Ksnrâsz, 61. -— Tipula plaiyura Faxsmcws.
5*. Jaune. Front et vertex brunis. Mésonotum avec trois bandes longi-
tudinales brunes. Hanches II armées d’un ergot. Protarse plus long que le
tibia I. Ailes vitreuses ; cellule r l avec une tache d’un brun jaune plus
ou moins distincte ;sc 1 prolongée jusqu’à la costale ;sc2 aboutissant sur la

76 DIPTÈRES FUNGIVORIDAE
partie médiane de la cellule r 1 ou légèrement après ; tige de la fourche
médiane plus courte que le rameau supérieur ; base de la fourche cubitale
placée largement avant le niveau de RM. — Long. 6,5-7,5 mm.
Rhénanie, juin, dans les herbes. Europe.
I1 ne reste du type (n° 418) que la tète, le thorax et les hanches.
12. M. maura. (WALKER). Enwnnns, 1925, 553 ; LANnaoc1<, 48. —— Scie-
phila lugubris WINNERTZ, 738 ; Sci-MNER, II, 445.
Brun noirâtre. Calus huméraux tachés de jaune. Hanches inermes, d’un
roux clair, les postérieures brunies. Ailes grisàtres, base jaune ;sc incom-
plète, courbée sur R 1 ; tige de la fourche médiane légèrement plus courte
que le rameau inférieur MA 2b ; base de la fourche cubitale placée légè-
rement après le niveau de RM. —— Long. 3,5 mm.
Printemps-automne. Bois et forêts. Province rhénane. Hautes-Pyrénées.
Corse. Europe centrale et boréale. Angleterre.
Selon M. Emvanns (p. 553) il est possible que la [larve se développe sous
les feuilles pourries.
13. M. melanoceras EDWARDS, 1924, Ent. Tidskr., 162 et 1925, 552 ;
LANDROCK, 48. —— M. nigricornis LUNDSTRCM nec ZETTERSTEDT, nec DZIED·
zicxi, teste EDWARDS, 1. c., 1924, 162.
Corps d’un brun noir légèrement luisant. Hanches III brunies. Protarse
plus court que le tibia I. Ailes presque vitreuses ; se aboutissant sur la cos-
tale ; sc 2 placée au milieu de la cellule r 1 ; base de la fourche cubitale
placée avant le niveau de RM. — Long. 5 mm.
Europe septentrionale. Angleterre.
14. M. ornata. (MEIGEN). ZETTERSTEDT, Dipt. Sc., XI, 4114 ;W1NNEnrz,
725 ; SCHINER, II, 444 ; WULP, 169 ; KEnrÉsz, 63 ; Enwaans, 1925, 552 ;
Lnnnnocx, 50. — Sciophila tumida WINNERTZ, XIII, 727, 19 ; Scumna,
II, 444 ; WULP, 168. — S. nigricarnis Znrrnnsrznr. Wiixmnnrz, 728 ; _
SCHINER, II, 444 ; WULP, 168 ; KERTÉSZ, 62. —— S. prominens LUNnsrRôM,
1913, Ann. Mus. Nat. hung., XI, 306, pl. XV, fig. 3-4, teste LANDROCK.
—— Fig. 91.
Corps jaune. Tête brune. Péristome, trompe et palpes jaunâtres. Méso-
notum avec trois bandes longitudinales, souvent confluentes ou élargies
et ne laissant libres que les taches humérales jaunes ; quatre soies scutel—
laires. Pleures tachés de brun ; mésophragme bruni ou la moitié inférieure
d’un brun noir. Hanches inermes, hanches I avec une brosse de poils courts
placée sur la face apicale interne. Hanches III avec une faible tache ex-
terne brune. Protarse l subégal au tibia. Ailes grisâtres ; sc aboutissant
sur la costale, sc 2 placée juste après le milieu de R 1 ; base de la fourche
cubitale placée après le niveau de RM. — Long. 5-6 mm. (d’après le type).

Mvcoivivm 77
Eté-automne. Commun et répandu dans toute l’Europe pendant la plus
grande partie de 1’année.
M. Edwards a obtenu quelques spécimens de larves ayant vécu dans un
champignon (Corlicium sp.) incrusté dans une branche tombée.
Cette espèce diffère de toutes les autres par la présence sur les hanches I
du mâle d’une brosse serrée formée de très petites soies noires. Elle diffère
encore des M. duplicata et tenais par la présence de quelques petites soies
sur le mésophragme.
15. M. parva (Dzrnnzrcxx). Enwiinos, 1925, 552; Lanoaocx, 50.
6. Face brunâtre. Trompe et palpes jaunes. Thorax jaune, trois bandes
mésonotales brunes, un peu brillantes, souvent confluentes et dans ce cas
ne laissant libres que les taches humérales jaunes. Pleures et scutellum
jaunes, les pleures plus ou moins taches de brun. Mésophragme bruni.
Hanches inermes. Protarse I plus court que le tibia. Hanches, fémurs et
tibias jaunes. Ailes grisâtres ; sc aboutissant sur la costale ; sc 2 située
après le milieu de la cellule r 1 ; base de la fourche cubitale placée après le
niveau de la transverse antérieure. Abdomen d’un brun noir avec des
bandes jaunes dilatees latéralement et postérieurement ; tergites I, VI et
VII brun noir. — Long. 4-5 mm.
Europe. Angleterre (Cottin).
16. M. pectinifem Eowanos, 1926, Ent. Tidskr., 162 ; Lnmnaocx, 50. —
Sciophila nigricornis DZIEDZICKI, 1885 (nec Z1z·r'rEas'rE¤*r), Pomietnilc
Fizyjograf., V, tab. VIII, fig. 7-9 (teste Eowiums, 1924, 162).
â. Brun noir. Mésonotum d’un gris noir avec trois bandes longitudinales
noires. Hanches inermes ; hanches III souvent brunies ; fémur III brunis
sur la face interne et basale. Protarse I plus court que le tibia. Ailes bru-
nies ; sc aboutissant sur la costale ; sc 2 placée avant le milieu de la cellule
r l ; base de la fourche cubitale placée au niveau de RM. — Long. -I-5 m.
Europe.
17. M. punctata. (ME1cEN). - Asindulum punctalum LATREILLE, 1809,
Gen. Crust. Ins., IV, 261. -- Sciophila punctata Mncgunar, 137 ; Wm-
Narvrz, 714 ; Scnmna, II, 443 ; WULP, 167 ; KERTÉSZ, 63. — Srlimbata
Wmunnrz, 716 (teste Dzianzxcm in Karrrrîsz, 61, nota ; teste Limnnocx,
48) ; Scnirmn, II, 443, VVULP, 165 ; LANDROCK, 47. - S. marginata ME1-
GEN. ZETTERSTEDT, Dipt. Sc., X1, 4108 ; Eowimns, 1925, 549, fig. 192
(Mycomyia) ; LANDROCK, -18 (Mycomyia). —— S. unimaculata MACQUART,
1826, Rec. Lille, 99,3, et S. à. B., I, 137 (sec. typ.) ; Pmxms, 1849, 341. —-
Fig. 89, 90.
Très variable. Face jaunâtre. Front et vertex brunis. Thorax jaune,
trois bandes mésonotales variant du roux au noir. Pleures d’un jaune uni-
forme ou taches de brun. Mésophragme bruni. Scutellum avec quatre

78 MPTÈRES FUNGIVORIDAE
soies. Hanches II armées d’un éperon (5‘) ; hanches III jaunes, brunies
sur la face externe ou uniformément jaunes. Ailes : une tache brune dans la
cellule r- 1, apex de l’aile bruni comme le bord postérieur ; ces différentes
ombres plus ou moins marquées ou nulles ; sc aboutissant sur la costale ;
sc 2 située au niveau de la partie moyenne de la cellule r 1 ou légèrement
en arrière ; base de la fourche cubitale placée avant le niveau de RM.
Abdomen jaune ; tergites à base plus ou moins largement d’un noir brun.
—— Long. 5-8 mm.
Printemps—été. Bois et forêts, résineux. Espèce commune et répandue dans
toute l’Europe. Facile à distinguer par la tache brune dela cellule r 1.
D’après M. le Dr Eowmms, la larve se développe sur les champignons
corticoles (Poria vaporaria, Polysiicius versicolor (également observés par
Pzams, 1849), Phlebia merismoides, Auricularia mesenîerica, Sîereum hir-
sutum). WINNERTZ l’avait obtenue du Lenziies quercina Fains. La larve a été
décrite par Ginscnman (1883 : 204). Elle est parasitée par le Proloctrypes
brevipennis LATR. (DE GAULLE).
18.M. tennis (WALKER). THEOBALD, 138 (Sciophila) ; Enwnans, 550 ;
LANDROCK, 52. —— Sciophila apicalis VVINNERTZ, 729 ; Sci-r1NER, II, 445 ;
WULP, 170 ; KEatrÉsz, 57. -—- S. Radoszkowskii Dzmozicxr. — Fig. 97.
Variable. Front et occiput brunis. Mésonotum jaune, trois bandes lon-
gitudinales d’un brun noir, élargies et confluentes. Calus huméraux jaunes ;
pleures jaunes, tachés de brun ou entièrement brunis ; mésophragme plus
ou moins bruni, cilié à l’apex. Scutellum d’un brun jaune, armé de deux
soies fortes,les latérales très faibles ou nulles.Hanches II armées d’un
ergot. Protarse I subégal au tibia. Hanches jaunes. Ailes teintées, subvi-
treuses, la cellule r I allongée, 21/2-3 fois aussi longue que large ; base
de la fourche cubitale placée après le niveau de RM. Abdomen jaune ; ter-
gites à bandes antérieures d’un brun noir plus ou moins élargies, ou ter-
gites d’un brun noir, le bord postérieur jaunâtre ; derniers segments or-
dinairement d’un brun noir uniforme. Hypopyge d’un brun jaune, armé
de 2-3 longues soies courbées. —· Long. 4-5 mm. (d’après un méialype <3‘).
Printemps-automne. Bosquets, bois et forêts. Commun et répandu dans
toute l’Europe. Province rhénane (W1NNERrz). Limbourg hollandais. Hautes-
Pyrénées : Aragnouet, VIII (PANDELLÉ). Corse.
La larve a été trouvée dans le bois de hêtre pourri.
La présence de soies sur le mésophragme, ainsi que la position de la four-
che cubitale, permettent de reconnaître cette espèce au premier examen.
19. M. trilineata (ZETTERSTEDT), 1838, Ins. Lappon., Dipt., 859, 6 (Scia-
phila) et Dipt. Sc., XI, 4117 ; Eownans, 1925, 553 ; Launaocx, 52. -
Sciophila irilineaia WALKER. \V1NNER*rz, 734 ; SCHINER, II, 445 ; KER-
Tiâsz, 64.
Corps jaune. Front et occiput bruns. Mésonotum à bandes sombres,
plus ou moins marquées. Hanches inermes. Ailes j aunâtres ; sc interrom-

Mvcouvm 79
pue, aboutissant sur la nervure R 1 avant le niveau du milieu de la cellule
r 1 ; base de la fourche cubitale placée après le niveau de RM. Abdomen 2
incisures des tergites V et VI d’un brun noir (6). — Long. 4 mm.
Eté·automne. Bois et forêts. Rhénanie. Limbourg hollandais. Europe
centrale et septentrionale. Commun dans plusieurs contrées du sud de l’An·
gleterre.
b Voisin du M. flava dont il présentela coloration et une structure hypopy-
giale identique, mais facile :1 distinguer par les soies caudales dressées, apla·
ties et courbées près de l’apex.
20. M. trivîttata. (ZETTERSTEDT) 1838, Ins. Lappon., 858, et Dipt. Sc.,
XI, 4103 (Sciophila) ; Enwzxnns, 1925, 550; Lammocx, 52. —- Sciophila
lrivillata WALKER, 1856, Ins. Brit., III, 38. —S. marginale Dzmnzicm,
(nec MEIGEN) teste LuNDsTRôM.
En grande partie brun. Face, trompe et palpes jaunes. Calus huméraux
jaunes, bandes longitudinales plus ou moins distinctes. Pleures et scu-
tellum d’un roux jaune, deux soies scutellaires. Hanches II armées
d’un ergot (6). Ailes à peine teintées ; sc 1 incomplète ou complète et abou-
tissant sur la costale, ou sc 1 nulle.Base de la fourche cubitale aboutissant
ordinairement après le niveau de la transverse antérieure. Abdomen : ter-
gites I·V bordés de jaune, les trois derniers segments noirs. - Long. 5 mm.
Europe. ·
21. M. Wankowiczi (Dzmozicm). Enwaans, 1925, 550; Limnnocx,
53. — Fig. 93.
6. Corps jaune. Occiput bruni. Trois bandes mésonotales brunes. Quatre
scutellaires. Hanches II armées d’un ergot ; hanches III avec une tache
externe brune. Ailes teintées ; sc aboutissant sur la costale; sc 2 placée au
niveau du milieu de la cellule r 1 ou légèrement après ; base de la fourche
cubitale située avant le niveau de RM. Abdomen : tergites avec de larges
bandes antérieures brunes dilatées en taches triangulaires médianes. —-
Long. G mm.
Commun et répandu dans toute l’Europe. Limbourg hollandais. Prusse
orientale. Angleterre.
Le D1' Eoxvlxnns a observé que la larve se développe dans un champignon
blanchâtre incrusté dans l’écorce d’une branche tombée.
22. M. Wixmertzi (Dzmnzrcxi). Enwrinns, 1925, 549 ; Lamnnocx, 53.
— Sciophila fasciata WINNERTZ, 720. — Fig. 94.
Voisin du M. Wankowiczi, mais les pleures sont tachés de brun et les
hanches III sont rousses sans taches brunes. Ailes vitreuses ; sous-cos-
tale entière, courbée sur la costale (sc 1) ; sc 2 placée avant le milieu de la
cellule r 1 ; base de la fourche cubitale située légèrement avant, presque
au niveau de RM. Abdomen jaune ; tcrgites avec de larges bandes an-
térieures noires. — Long. 5-6 mm.

80 ¤n¤rÈaEs rUNG1von1oAE
Printemps—été. Bois et forêts. Commun et répandu dans toute l’Europe.
La larve a été trouvée dans le Polyporus applanatus (BONNAMOUR).
Difficile à distinguer des espèces du même groupe. La conformation de
I’appareil copulateur du mâle est caractéristique.
23. M. Wrzesniowskii (Dzinnzicxi). EDWABDS, 1925, 551 ; LANnnocx,
53.
Corps jaune. Front et occiput brunis. Trois bandes mésonotales d’un
brun noir, une courte bande noire à la base de l’aile. Pleures à taches bru-
nes. Mésophragme avec une tache sombre. Hanches inermes. Protarse
plus court que le tibia I. Ailes teintées ;sous-costale aboutissant surla cos-
tale ; sc 2 placée au milieu de la cellule r- 1 ; tige de la fourche médiane
subégale à la moitié de la branche supérieure ; base de la fourche cubitale
placée avant le niveau de la transverse antérieure. Abdomen : tergites à
bandes apicales d’un brun noir, les deux derniers segments entièrement
noirs. ·—— Long. 5 mm.
Seine-et—Oise : Saclas, VIII (AUDCENT). Angleterre. Russie.
D’après M. F. W. EDWARDS, la larve, d’un beau rouge vermillon, a été
trouvée dans une branche de bouleau tombée couverte de Poria.
Chez cette espèce, la fourche cubitale est plus longue, sa base est placée
distinctement avant la base de la tige de la fourche médiane, cette derniere
fourche plus longue ; MA 1 aboutit au-dessus de l’apex de l’aile et forme,
avec la costale, un angle plus aigu que chez d’autres espèces de illycomyia,
et particulièrement que chez le ZW. circumdala.
G. NEOEMPHERIA O. S.
OSTEN-SACKEN, Cat. Dipt. N. Amer., ed. II, 9 et 216 (1878) ; KERTsÉz,
65 ; JOHANNSEN, 45 ; EDWVARDS, 1913, 355 ; 1925, 553 ; Larmaocx, 53-55 ;
ENDERLEIN, XVI, 12. — Empheria W1NNEnrz, XIII, 738.
Comme le genre Alycomyia. Antennes brunes, jaunies à la base. Palpes
jaunes chez les N. insignis et lineola, brunis chez les autres espèces. Hanches
Il toujours inermes chez les mâles. Protarse I subégal au tibia I (lineola,
striala) ou plus court. Hanches et fémursjaunes; tibias sombres (jaunes chez
le N. lineola). Ailes : nervure costale dépassant plus ou moins Fintersection
de MA 1, mais n’atteignant pas 1’apex de l’aiIe ; membrane vitreuse ou légè·
rement grise, ou présentant des taches ou des bandes; entre les nervures
NIA 1 et IMA 2, on peut observer un pli plus ou moins distinctement marqué
qui représente la branche postérieure de MA 1 (MA lb) (fig. 88).
Les larves se développent dans le bois pourri (fig. 92). Elles peuvent
être parasitées par des Hyménoptères Braconides.
Un Neoempheria fossile, le N. wilfenheimiana, provenant de la couche
inférieure de potasse du Haut—Rbin (©ligocène inférieur), a été décrit
par M. F. QUIÉVREUX (1938 : 84). Voisin du N. insignis, il est caractérisé

Neoezumrenm Bl'
par un pli présentant l’aspect d’une nervure évanescente placé entre les
nervures MAI et MA2a.
Génotype : Sciophila slriala ME1GEN. _
TABLEAU ons EsPÈcEs.
I-(2). Ailes non tachées ; sous—c0stale aboutissant sur la costale presque
au niveau de R 4 + 5 .......................... insîgnis, p. b2.
2-(I). Ailes tachées.
3·(8). Cellule r I plus de deux fois plus longue que large, non tachée, mais
sc 2, base de R, R 4 —l— 5 et RAI ombrées.
4—(5). Mésonotum avec cinq bandes sombres longitudinales, la médiane
plus pâle, très étroite .......................... striata., p. 83.
5—(4). Mésonotum avec trois bandes plus ou moins distinctes ou méso-
notum unicolore. Abdomen jaune.
6-(7). Tergites non taches .......................... lîneola., p. 82.
7-(6). Tergites taches de brun noir ................. proxima., p. 82.
8-(3). Cellule r 1 tout au plus deux fois plus longue que large ; cette cellule
avec une bande sombre prolongée j usqu’à la marge postérieure.
9—(l0). Sc 2 aboutissant au milieu de la cellule r- 1 ; bande alaire submé-
diane interrompue dans la partie moyenne ....... Winnertzi, p. S3.
10-(9). Sc 2 aboutissant avant la cellule r l au niveau de R ; bande alaire
transverse. .
ll-(I2). 6 : Ailes : une bande sombre préapicale, apex clair. ............ .
........................................... pictipennis, p. S2.
12-(II). 5‘ : Ailes : apex uniformément bruni ...... bimàûülütü, p. Sl.
l. N. bimaculata (v. Roses). —— Empheria formasa VVINNERTZ, 743 ;
Scmmzn, II, 447 ; Knrmâsz, 65.
Tête d’un brun jaunâtre. Thorax d’un blanc jaunâtre. Mésonotum,
mésophragme et une tache pleurale d’un brun jaune.Balanciers d’un brun
jaunâtre à renflement sombre. Ailes vitreuses ; apex largement d’un brun
jaune, une bande transverse concolore occupant la cellule r I ; nervure
costale dépassant largement l’intersectîon de la nervure MA I ; sc abou-
tissant sur la costale avant le niveau de H 4 —l- 5 ; sc 2 présente aboutis-
sant sur R ; tige de la fourche médiane aussi longue que la branche infé-
rieure ; base'de la fourche cubitale placée peu après le niveau de RAI.
Abdomen blanchâtre, tergite II avec une large bande d’un brun noirâtrc
placée avant le bord apical ; tergites III, V et VI d’un brun noir. Hypo-
pyge jaune.
9. Ailes claires à l’apex. Abdomen : tergites ll-VI d’un brun noir. -
Long. 4 mm.
sâoov 6

82 mrriaznns FUNGIVORIDAE
Eté. Bois et forêts. Rhénanie. Europe centrale.
WVINNEHTZ a trouvé la larve dans une branche pourrie de Carpinus betulus.
2. N. insignis (WINNERTZ), 1863, 741 (Empheria).
Tête d’un brun jaune. Front à reflets gris. Trois bandes mésonotales
noires. Pleures tachés de noir. Mésophragme roux, d’un brun noir luisant ·
en bas. Scutellum roux, soies marginales noires. Balanciers roux. Ailes
grisâtres, nervure costale dépassant légèrement l’intersection de MA 1 ;
sc 2 placée au niveau du milieu de la cellule r 1 ou légèrement après ; la
tige de la fourche médiane moitié aussi longue que les branches; base de
la fourche cubitale placée légèrement avant le niveau de RM. Abdomen
tergites I, VI et VII d’un noir brun uniforme, II, III, IV jaunes avec une
large bande apicale d’un brun noir, dilatée en triangle suivant la ligne
médiane. Hypopygium jaune. — Long. 5,5 mm.
Allemagne.
La larve se développe dans le bois pourri.
3.N.1ineola(lVIE1cEN). VVINNERTZ, 740 ; SCHINER, II, 447 ; Mix, Verh. z.-
b. Ges. Wien, XIV, 798 ; KEm·Ész, 65 ; Enwaaos, 554.
Tête jaune, tache ocellaire noire. Thorax jaune ; mésonotum avec trois
bandes d’un brun pâle, peu distinctes ou nulles. Ailes vitreuses, apex
avec une large tache triangulaire brune ; base de R et de RM, R 4 + 5,
se 2 et base de la fourche médiane brunies ; une ombre diffuse dans la
cellule anale ; costale dépassant très légèrement l’intersection de .MA 1 ;
sc aboutissant sur la costale avant le niveau de R 4 -1- 5 ; sc 2 aboutissant
avant le milieu de la cellule r 1 ; tige de la fourche médiane égale au tiers
de la longueur de la branche supérieure ; base de la fourche cubitale pla-
cée bien avant le niveau de RA/I. — Long. 6-7 mm. (d’après le lype de
MEIGEN).
Rhénanie. Europe centrale et boréale. Angleterre.
4. N. pictipennis (HALMJAY), 1833, Enf. Mag., I, 156 (Sciophila) et Ins.
Brit., Dipt., 111,43, pl. XXI, fig. 8 b (1856) ; EDWARDS, 1925, 553.
Comme le N. bimaculaia, mais les deux sexes présentent une aile avec
deux bandes sombres. Abdomen d’un brun noir avec deux bandes trans-
verses jaunes, une visible dans les deux sexes sur les tergites I, la deuxième
perceptible seulement chez le mâle, sur le tergite IV. —- Long. 3,5-4 mm.
Europe. Angleterre.
5. N. ptoxima, (\V1NNEnTz), 1863, 740.
Corps jaune. Front et vertex avec une ligne noire. Mésonotum avec trois
bandes étroites, plus ou moins distinctes ou nulles. Ailes 2 nervures et
taches disposées comme chez le N. lineola. Abdomen unicolore, ou avec

NEOEMPIIERIA S3
des taches dorsales d’un brun noir, ou avec une ligne longitudinale brune
parfois élargie en bande au bord postérieur des tergites. —— Long, 7 mm.
Allemagne.
Les larves se développent dans le Polypore du chêne.
N’est peut-être qu’une variété du N. lineola (Laxnnocx).
6. N. striata (MExcEN). Macouanr, I, 136 ; Zmransranr, Ins. Lapp.,
858, et Dipt. Sc., XI, 4101 ; Duroun, 1841, 207; Wrmnenrz, 739; Som-
Nzan, II, 446 ; WULP, 174 ; Kmvrâsz, 66. — Fig. 88.
Corps jaune. Front et vertex avec une ligne brune. Scutellum plus ou
moins bruni. Mésophragme avec une tache brune. Balanciers d’un blanc
jaune. Ailes presque vitreuses, ombres disposées comme chez le N. lineola.
Costale dépassant très légèrement l’intersection de MA l ; sc 1 évanes-
cente ou aboutissant sur la costale avant le niveau de R 4 -1- 5 ; sc 2 pla-
cée avant le milieu de la cellule r 1 ; cellule r 1 trois ou quatre fois aussi
longue que large ; base de la fourche cubitale placée bien avant le niveau
de RM ; tige de la fourche médiane subégale à la moitié de la branche su-
périeure. Abdomen : incisures tergales brunies, parfois une ligne médiane
dorsale brune ou plus moins marquée. — Long. 7 mm. (d'après le lype
de MExcEN).
Eté-automne. Bois et forêts. France septentrionale. Rhénanie. Hollande.
Europe centrale et boréale.
Larve dans le bois mort. La métamorphose a été décrite par Pasrmnix
(1908-09 : 27).
Les larves sont parasitées par un Hyménoptère Braconide : le Chelonus
sulcaius Jun.
7. N. Winnertzi Enwanns, 1913, Trans. enf. Soc. London, 356. -— Em-
pheria piclipennis W1NNEm·z (nec HALIDAY), 742 ; Scnmnn, II, 447 ;
Tmaonann, 135 ; Kzsrmësz, 66.
6. Corps jaune. Front et vertex brunis. Mésonotum bruni, plus clair
latéralement, villosité brune. Mésophragme avec deux taches d’un brun
pâle. Ailes avec deux bandes d’un gris brun : une submédiane interrompue,
l’autre apicale ; costale dépassant largement l’intersection de MA 1 ; sc
aboutissant sur la costale, au niveau de la nervure R 4 -1- 5 ou après ;
sc 2 aboutissant au niveau du milieu de la cellule r 1 ; tige de la fourche
médiane d’un tiers plus courte que la branche inférieure ; base de la four-
che cubitale placée avant RM. Abdomen : tergites I et IV avec des taches
d’un brun noir, II et III avec une bande postérieure d’un brun noir
dilatée en triangle ; segment V entièrement d’un brun noir, les deux der-
niers segments de l’hypopyge et les sternites entièrement jaunes. ——~Long. _
4,5 mm.
Province rhénane. Hautes-Pyrénées : Tarbes, VII (PANDELLÉ). Europe
centrale. Angleterre. ‘
Larve dans le bois de hêtre pourri.

84 DIPTÈRES EUNG1voR1DAE
Tribu Sciophilini
TABLEAU DES GENRES.
1-(14). Base de la fourche cubitale placée avant le niveau de la fourche
médiane
2-(11). Mésophragme cilié ou velu, au moins à l’apex. Métapleure cilié.
3-(8). Ailes : nervure médiane basse (MA 2) entière.
4-(5). Ailes : Sc 2 placée avant le milieu de la sous—costale .............
......................................... Allocotocera, p. 85.
5—(4). Sc 2 insérée après le milieu de la sous—costale.
6-(7). MA l droite ; costale ne dépassant pas Pintersection de MA 1 ;
ailes brunies a l’apex ....................... Leptomorphus, p. 85.
7-(6). MA 1 courbée ou onduleuse ; costale dépassant légèrement l’in-
tersection de AJA 1 ; ailes vitreuses a l’apex ..... Polylepta, p. 87.
8—(3). Ailes non tachées ; nervure médiane basse évanescente à la base ;
AJA 1 onduleuse ou courbée ; sc 2 insérée avant le milieu de sc, souvent
réduite, parfois nulle.
9—(10). Nervure costale dépassant légèrement l’intersection de AJA 1 ;
AJA 1 fortement courbée ; RM et rameau basal de Rsubégaux ; sc abou-
tissant sur la costale largement après le niveau de la fourche cubitale.
........................................... Neuratelia, p. 88.
10-(9). C dépassant largement l’intersection de MA 1 ; AJA 1 peu cour-
bée ; RM plus de deux fois aussi longue que le rameau basal de R ; sc
aboutissant sur la costale au niveau de la fourche cubitale ou très peu
après .................................... Paraneurotelia, p. S9.
l1—(2). Mésophragme dénudé. · ·
12—(13). Métapleure velu. Nervure sous-costale aboutissant sur R 1. Corps
épais ....................................... Syntemna, p. 90.
13-(12). Métapleure dénudé, Nervure sous—c0stale aboutissant sur la cos-
tale. Corps grêle .............................. Paratinia. p. 91.
14-(1). Base de la fourche cubitale placée après le niveau de la fourche
médiane —— ou une des deux fourches évanescentes. Mésophragme cilié.
15-(16). Pattes très longues et grêles ; protarse I plus de deux fois plus
long que le tibia. Fourche cubitale largement ouverte, à branches cour-
tes ; C'uA1b courbée ......................... Phthinia., p. 92.
16-(15). Non. Fourche médiane non élargie, aiguë a la base, ou l’une des
deux branches nulle.
17-(20). MA 2 et CuA fourchues.
18-(19). Sc 2 placée après R et rapprochée de l’apex de sc ....... . . . .
......................................... Megalopelma, p. 93.
19—(18). Sc 2 placée avant ou très peu après R etéloignée de l’apex de sc
' ........................................... Sciophila., p. 94.
20—(17). Non.

` ALLOCOTOCERA 85
21-(22). Médiane basse et cubitale simples, non fourchues, formées d’une
branche unique ................................. Azana, p. 100.
22-(21). Médiane basse fourchue ; cubitale simple. ,
23-(24). Ailes : R 4 —l— 5 nulle ; membrane à microtriches couchés .......
.................................. . ......... Acnemia, p. 100.
24—(23). R 4 + 5 présente; membrane à microtriches dressés. ..........
......... . ........... . .................... Monoclona, p. 102.
G. ALLOCOTOCERA Mix
Mix, IV. e. Z., V, 102 (1886) ; JOIIANNSEN, 72 ; Eowaaos, 1925, 556 ;
Larznnocx, 57 ; ENDEm.ExN, XVI, 13. — Eurycera Dzmozxcxx, 1885.
Trois ocelles disposés sur un même rang, ocelle médian plus petit. Palpes
de 4 articles. Antennes de 2 + 14 articles. Tous les tibias ciliés. Ailes : cos-
tale dépassant l’intersection de MA 1 ; sc aboutissant sur la costale ; sc 2
éloignée de l’apex de la nervure sous-costale ; MA 1 presque rectiligne ; four-
che médiane longuement pétiolée ; base de la fourche cubitale placée avant
le niveau de la base de la fourche médiane ; anale n’atteignant pas le bord
de l'ai1e (fig. 18). Abdomen allongé, formé de sept segments un peu aplatis.
Les espèces de ce genre habitent l'Europe et l’Amérique boréale. Quatre
espèces ont été signalées en Nouvelle-Zélande.
Larves inconnues.
Génotype : Eurycera flava Dziaozicxx.
A. pulchella. (Cunrrs). — Euryrem /I¢wa Dzmozicxi, 1885, 4. — Balc-
lina silacea v. D. WULP, 1887, Tidfschr. Ent. XXX, 166 ; KEnrÉsz, 75.
Corps jaune. Antennes robustes, brunes, jaunes à la base. Mésonotum
brun jauni, luisant. Mésophragme avec une bande médiane sombre. Han-
ches, fémurs et tibias jaunes ; fémurs III brunis sur la face externe ; tibias
III avec une rangée de soies brunes. Ailes grises, faiblement jaunies le
long du bord antérieur, une tache antérieure plus sombre, brune, placée
entre R 1 et MA 1. Abdomen : tergites antérieurs bordés de noir posté-
rieurement, les deux derniers tergites entièrement noirs. Hypopygium
petit, jaune. Oviducte d’un brun jaunâtre. — Long. 3,5-5 mm.
Europe. Angleterre. Parait peu commun, mais largement répandu.
G. LEPTOMORPHUS Cunrxs
Cunrxs, Brit. Entom., 365 (1831) ; JouANNsEN, 71 ; EDwAn1:•s, 1925,
556; LANDRoci<, 56; ENDERLEIN, XVI, 13.
Tête petite, placée sous le thorax. Trois ocelles, le médian plus petit, placé
légèrement avant les deux autres. Palpes cylindriques de quatre articles ;
antennes de 2 + 14 articles. Pattes longues et grèles ; tibias armés d’éperons
allongés et de spinules latérales. Ailes zmembrane tacliée de brun ; nervure
costale dépassant à peine Pintersection de .’\IA 1 avant le sommet de 1’aile ;

86 orrrizruzs FUNGIVORIDAE
sc aboutissant sur la costale ; sc 2 rapprochée de l’apex de sc ; médiane basse
et cubitale fourchues ; base de la fourche cubitale placée un peu avant le ni-
veau de RM ; anale écourtée, épaisse (fig. 19). Abdomen allongé, grêle, formé
de sept segments.
Les larves se développent dans les champignons corticoles, elles fa-
briquent un léger tissu de mucilage dont elles forment un tube dans lequel
elles vivent, mais elles ne tissent pas de cocon nymphal. Les nymphes sont
libres, celles qui sont aériennes sont accrochées la tête en bas.
Le Lepiomorphus afrimnus MEUMER a été trouvé dans le copal de Zan-
zibar.
Génotype : Lepiomorphus Walkeri CURTIS.
'ï·:·   "`~ z-   3 C
’   =.`·j·:.· · ··. ...· · · ·.:ï:"`
"”l4 M ·. L»'i·1·; ··;·;;«·. ··   — r"" /02
/0/ 99  
/00 L
/arr/e    \/
·,»·;.·'   ii ·‘ ,»·’ Ã C
r     , / /   i
£,.,(,,,,,È./i··»€····‘*·r·*'%2"'["‘q` "$,1;""g
‘«. 5 `   ·\_  
"\`\ il    
10.;`”·~k-··~-r ···· /04 I
FIG. 99 à 105. —· Lepiomorphus Wal/reri et forcipatus. ——- 99. L. Walkeri, œuf, coque cou-
verte de spinules. -—- 100. Id., larve. ——- 101. Id., extrémité postérieure du corps de la
larve. —- 102. Id., extrémité céphalique, —- 103. Parc de chemins soyeux formés par
la larve et servant il ses déplacements. —- 104. Id., hypopyge mâle. —— 105, Lapie-
morphus forcipaîus, hypopyge mâle. —- (99-103, selon Baocrtna; 104- et 105, selon
Lamxaocx).
1. L. ïorcîpatus LANDROCK, 57. — Fig. 105.
Front d’un brun noir luisant. Flagelle antennaire entièrement noir.
Face brune. Ailes entièrement vitreuses à l’apex, la bande transverse
. n’est pas effacée postérieurement. Hypopygium non globuleux, forceps
allongés en pinces grêles, non dentées au bord externe. — Long. 11-12
mm.
Europe, avec le suivant.
2. L. Wa1keriCunr1s. W1NN1sRrz, 770 ; Scnmna, II, 453 ; WULP, 117;
THEOBALD, 134 ; Knariâsz, 72. — Fig. 99-104.
Corps d’un roux jaune. Calus ocellaire noir. Antennes brunes, articles

LEPToMoRr·x1Us 87
basaux et base du premier article du flagellum jaunes. Mésonotum lui-
sant, avec trois bandes longitudinales brunes parfois cohérentes. Hanches,
fémurs et tibias jaunes ; tarses, éperons, épines tibiales plus ou moins
brunis. Protarse I plus long que le tibia. Ailes j aunâtres, apex largement
bruni, une tache brune au niveau de RAI. Abdomen : tergites brunis au
bord postérieur, tergites VI et VII noirs sur la moitié apicale. Hypopygium
globuleux, jaune ; forceps à branches courtes, épaissies, dentées au bord
antéro-externe. — Long. 11-12 mm.
Bouches—du-Rhône : Aix (ABEILLE DE Piznnm). Suisse. Europe. Large-
ment distribué en Angleterre. Galicie (Gnzmoonzex, 1875).
La larve se développe dans le Poria vaporaria qui croît sur les branches
tombées (Enwrmns). F. Bnocman l’a également trouvée sur la face infé-
rieure de branches mortes tombées, pourvues de plaques mycéliennes. Elle
est parasitée par un Orthocentrus (Smvnxo). Les œufs, dont la coque est
hérissée de petites épines, sont pondus sur les plaques de mycélium (Bao-
cman, 1931, 73).
G. POLYLEPTA \V1NNr:n·rz
Wmuianrz, XIII, 745 (1863) ; .IouANNsEN, 43 ; Eowaaos, 1913, 356 ;
1925, 557 ; L.¤.1~mRocx<, 58 ; Emoenrniu, XVI, 13.
Tête petite, arrondie, placée sous le thorax. Calus ocellaire allongé, ar
rondi antérieurement ; trois ocelles disposés en ligne courbe, le médian
plus petit. Palpes de quatre articles. Antennes de 2 + 14 articles. Méso-
phragme cilié. Pattes allongées, tibias avec des spinules latérales, tibias II
(6*) dilatés à la base, un peu aplatis ; l'arête externe couverte de poils courts
(fig. 1.06). Ailes allongées ;_nervure costale dépassant plus ou moins l’in—
teisection de MA 1 ; sous-costale aboutissant sur la costale ; sc 2 placée
après le milieu de la sous-costale ; .11.-1 1 onduleuse ; base de la fourche cubi-
tale placée avant le niveau de celle de la médiane ; nervure anale écourtée
(fig. 20). Abdomen très long, formé de sept segments.
Deux espèces européennes et une de l’ambre (Polylepla filipes
MEUMER).
Génotype : Polylepla undulala VVINNERTZ.
1. P. guttiveutris (Znr·r1a;nsrxam·), 1852, Dipt. Sc., XI, 4363 (Sciophi—
la) ; Eowanos, 1925, 557. ——· P. undulala YVINNERTZ, 746 ; Scmmsa, II,
448 ; Kiznriëtsz, 67. - P. flaua Gnznooeznx. - Fig. 106.
Corps d’un brun jaunâtre, front et vertex noircis. 'I`rompe et palpes
jaunes. Mésonotum d’un brunnoir. Hanches, fémurs et tibias jaunes; tro-
chanters avec une tache noire ; protarse I légèrement plus long que le ti-
bia. Ailes subvitreuses, non tachées ; sc 2 placée parfois après la cellule
r 1 ; R 4 + 5 manque souvent ; tige de la fourche médiane plus courte que
la branche inférieure._'I`ergites abdominaux à bandes postérieures d’un
brun noir, premier et dernier segments plus foncés.-- Long. 4-8 mm.

88 merànns FUNo1voRmAE
Eté-automne. Bois et forêts. Rhénanie. Hollande. Corse. Europe Cen-
trale et boréale. Prusse orientale. Angleterre, districts montagneux du nord
et de l’ouest.
Espèce de taille et de couleur très variées. Les exemplaires peu colorés
peuvent avoir le thorax jaune, les pleures unicolores ou taehés de brun ;
mésonotum jaune ou brun. La longueur varie entre 4 et 8 mm. Les grands
exemplaires sont ordinairement de couleur sombre ; thorax presque entiè-
rement d’un brun noir, tergites a bandes jaunes étroites.
   ’;"`*·» À ’
w J
· \‘   s
Wa  
\ ’
 J
 I
_ /4  
FIS. 106. —- Polypepta gutiiveniris Zarrnnsranr. —— Profil partie1d’un mâle montrant
la dilatation basale des tibias II. —— >< 12.
2. P. splendide Wmnsnrz, 747. ' _
3‘. Corps d’un brun noir. Mésonoturn luisant, une petite tache humérale
jaune. Hanches d’un jaune pâle ; trochanters d’un brun noir ; fémurs
jaunes, les postérieurs brunis à la base; tibias d’un brun clair. Ailes grises,
enfumées à·l’apex, u11e étroite bordure postérieure sombre; sc 2 rappro-
chée de la cellule r 1. Abdomen luisant; tergitcs III, IV et V à bord anté-
rieur étroitement jaune ; sternites jaunes. — Long 5.5 mm.
Europe. ‘
G. NEURATELIA RONDAN1
RoN¤AN1, Dipt. ital. Prodr., 195 (1856) ; JOHANNSEN, 69; Enwnnos,
1925, 557 ; Lnxnnocx, 58 : ENDERLFIN, XVI, 13. —— Anaclinia WINNERTZ,
XIII, 770 , KERTÉSZ, 72, iesle LANDROCK, VV. e. Z., XXX, 16] (1911).

Naurwrnnm 89
Tête petite, placée sous le thorax. Trois ocelles disposés en ligne droite.
Palpes de 4 articles. Antennes : 2 + 14 articles. Mésophragme et métapleure
ciliés. Pattes grêles, allongées ; tibias armés d’éperons et de petites épines
latérales. Ailes à villosité courte ; sc 2 présente, souvent pâle et décolorée ;
branche supérieure de la fourche médiane évaneseente à la base ; base de la
fourche eubitale placée au niveau après de RM ; nervure anale éeourtée
(fig. 21). Abdomen formé de sept segments.
Deux especes. L’une est répandue dans toute l’Europe, l’autr'e (N. mi-
nor Luunsrn.) n’est signalée que de Hongrie. On connaît encore sept
espèces néarctiques et une asiatique.
Génotype : Mycelophila nenmralis ME.rcEN.
N. nemoralis (MEIGEN). Enwanns, 1925, 558 ; I..«N¤noc1<, 59. ——- Leia
nemomlis Macoumrr, I, 136. - Anaclinia nernorolis Wmnemz, 771 ;
Scmnan, II, 454 ; Wow, 112 : Triaonnnn, 132 ; 1(Enrrîsz, 72.
Corps d’un brun noir brillant. Palpes jaunes. Mésonotum parfois jauni
au bord antérieur ; calus huméraux plus ou moins roux. Hancbcs, fémurs
et tibias jaunes ; trochanters et tarscs brunis ; tibias l II souvent brunis à
l’apex; tibias à rangées de soies faibles. Ailes teintées, jaunies au bord
antérieur. — Long. 6-7 mm.
Printemps-été. Province rhénane. Hollande. Creuse (ALLUAUD). Europe
centrale. Prusse orientale (Czwauna). Corse. Angleterre (Eowanbs).
G. PARANEUROTELIA Lanonocn
Limnnocx, Wien. ent. Zig., XXX, 161 (1911) et Fliegen, 59; Emvlnms,
1925, 558 ; ENDERLEIN, XVI, 13. .
Tête petite, placée sous le thorax. Trompe plus ou moins saillante ; palpes
de quatre articles. Antennes : 2 +· 14 articles; article basal petit, cupuli·
forme ; articles du flagellum cylindriques. Mésophragme eilié. Epines ti-
biales tres courtes. Ailes plus courtes que l’abdomen ; sc 2 présente, souvent
pâle ou nulle ; MA 1 modérément courbée ; branche supérieure de la lour-
che médiane nulle à la base (P. Dziedziclcii LANDR.) ou cette branche ré-
duite à une trace évanescente ou nulle (P. dispar \V1NN.) ; fourche eubitale
raccourcie et très ouverte, la base placée largement apres le niveau de RJ11 ;
nervure anale écourtée, mais toujours distincte (fig. 22). Abdomen formé
de sept segments. _
Génotype 2 Paruneurolelia Dziedzickii lnxnnnocx.
P. dispar (\V1NNEn·rz), lhüîi, 777 ; Sczmmsn, II, 455 ; Eowmos, 1925,
558 ; L.xNDRoc1<, 59.
J. Corps d’un brun noir légèrement brillant. Antennes jaunes à la base.
Mésonotum à pilosité jaune. Hanclies et fémurs jaunes ; tibias sombres.
Balaneiersjaunes. Ailes légèrement teintées ; sc 2 nulle; rameau supérieur

90 nirrismas rumeivonioae
de la fourchc de la médiane basse aminci et très fin à la base, évanescent
ou nul. —- Long 4 mm.
Mai-juin. Bois et bosquets. Rhénanie. Europe centrale. Angleterre.
G. SYNTEMNA WINNERTZ
VVINNERTZ, XIII, 767 (1863] ; JoHANNsEN, SS ; LUNDSTRGM, 1912,
X, 515 ; Lammocx, 59 ; ENDERLEIN, XVI, 13.
Tête petite, recouverte par le thorax. Trois ocelles disposés sur la même
ligne. Palpes courbés, de 4 articles, l’apical filiforme. Antennes de 2 + 14
articles, jaunes à la base,brunes à l’apex.Mésophragme dénudé.Tibias armés
' ri
...C
Sc
R1 Rs
A1
M +R _
MA2 î 10 7
R4+s RM Rs
scz,
..ÉE.l--
RIC Sc
\
Mm RS
A- R
MAz RS
RM 108
Fw., 107 et 108. ——- Détails de la partie centrale de 1’aile montrant la position des ner-
vures Rs et RM. —— 107. Syntcmna hungarica. — 108. S. morosa. Imité de LANDROCK·
d’éperons et de spinules ; protarse I plus court que le tibia. Ailes : costale
dépassant l’intersecti0n de IMA l ; sous-costale libre à l’apex ou aboutissant
sur R 1 ; R 4 + 5 nulle ou présente, dans ce dernier cas la cellule r 1 petite,
en forme de Y ou de V, rarement allongée en trapèze ; tige de la fourche
médiane courte ; base de la fourche cubitale placée avant le niveau de la
base de la fourche médiane; nervure anale raccourcie (fig. 23, 107, 108).
Abdomen formé de sept segments.
Cinq espèces dans la région paléarctique : trois en Europe centrale et
occidentale, une en Finlande, la cinquième habite la Laponie.
Six espèces de l’ambre ont été décrites par Meummn.
Génotype : Synlemna morose Wimmarrrz

PARATINIA 91
` TABLEAU mas Esriaces.
1-(2) Ailes : apex et bord postérieur plus ou moins brunis ; base de l
fourche cubitale placée après le niveau de RM ; sc 2 aboutissent. au
niveau de RM (fig 108). Mésonotum d’un brun noir brillant Plus pâle
latéralement ................................ motosa, p 91.
2-(1). Ailes subvitreuses ; base de la fourche cuhitale placée avant le ni-
veau de RM; sc aboutissant sur R I, après le niveau de Pinterscction
de R 4 -(- 5 ; cellule R 1 petite, en V ; tige de la fourche médiane plus
longue que RM (fig 107). Mésonotum d’un brun noir.
3-(4) Mésonotum à pilosité jaune, plusieurs courtes soies au milieu du
bord antérieur. Ailes : base de la fourche cubitale placée légèrement
avant le niveau de RM. Abdomen d’un brun noir ; tergites ll et III
jaunes ou brun jaune au bord postérieur. Palpes jaunâtres. -— Long.
2,5 mm. Hongrie. Angleterre ............. hlmgarica. LUNDs1·n.
4-(3) Mésonotum à pilosité d’un brun noir, partie moyenne du bord anté-
rieur sans soies. Ailes : base de la fourche cubitale placée largement avant
le niveau de RM. Abdomen : tergite I I jaune latéralement. Palpes noirs.
—— Long. 3 mm. Angleterre (Enw., 1925, 559).. . nitidula. Enwanns.
S. morosa Wmmsnrz, 768 ; Scmmsn, 4.53 ; Lmwnnocx, 60. — Fig. 108.
Corps d’un brun noir. Face j aune. Palpes jaunes., Mésophragme jaune en
haut. Pattesjaunes ; tibias plus sombres; tarse I : articles Il-IV épaissis
chez la femelle. Ailes grises; R ·l -1- 5 nulle. Abdomen : tergites I-V jaunis
au bord postérieur ; sternitesjaunes. —- Long. 6 mm. (d’après les méla- '
lypcs 8 Q).
Province rhénane. Europe centrale.
\V1NNERTZ a trouvé la larve dans une branche pourrie de Carpinus bclulus.
G. PARATINIA Mm
Mm, Verh. z.-b. Gps. Wicn., XXIV, 333 (1874) ;JEN1<msoN, 1908, 153 ;
JonANNs.¤:N, 41 ; Eowanns, 1913, 356 ; Eunennnm, XVI, 13.
Tête recouverte par le thorax. (lalus ocellaire ovale étendu jusqu’à la
base des antennes. Trois ocelles disposés en ligne transverse. Palpes cour-
bés, de 4 articles. Antennes de 2 + 14 articles. Scutellum dépourvu de lon-
gues soies marginales. Pattes longues, soies tibiales très courtes, réduites
ou nulles , éperons allongés. Ailes élargies , costale dépassant Pintersection
de MA 1 ; sc 2 présente ; MA 1 non onduleuse ; R 4 + 5 placée après le
niveau de la base de la fourche médiane ; cellule R l allongée ; base de la
fourche cubitale placée avant celle de la médiane ; nervure anale écourtée
(fig. 24). Abdomen allongé, segment VII élargi.
Deux espèces européennes et une néarctique. Larves inconnues.
Génotype :Pamfinia sciarina Mm.

92 n11>'rÈREs FUNc1voi>.1DAE
P.Scia1‘lna, Mix, 1874, Verh,z.-b. Ges. Wien, XXIV, 331, fig. et W. e.
Z,. Il, 39 (18831 ; Enwaans, 1925, 559 ;LANnRocK, 61.
5‘. Brun noir sombre. Mésonotum luisant. Calus huméraux jaunes. Scu-
tellum jaune. Pleures et base de l’aile d’un brun pâle. Hanches et fémurs
jaunes : éperons brun jaune. Ailes grises, membrane avec des macro-
triches dans la moitié apicale. —— Long. variable, moy. : -4,5 mm.
Europe centrale. Prusse orientale (Czwanma). Angleterre.
G. PHTHINIA Wmmearz
WxNNEm·z, XIII, 779 (1863) ; Knarâsz, 78 ; Jo11ANNsEN, 82 ; Enwaans,
1925, 559 ; LANDROCK, W. c. Z., XXXV, 219 et Fliegen, 61 ; Tomioin
et Enwanns, 813 ; ENDERLEIN, XVI, 13.
Tête petite, ronde, recouverte par le thorax. Trois oeelles disposés en
ligne transverse, l’0celle médian plus petit. Palpes courbes, de 4 articles.
Antennes longues, de 2 + 14 articles, brunes, plus ou moins jaunies à la
base. Mésophragme cilié. Pattes longues et grêles ; tarses très allongés ;
fémurs légèrement épaissis; éperons et spinules tibiaux tres courts. Ailes
plus courtes que l’abdomen ; nervure costale dépassant 1’intersection de
MA 1 ; sous-costale aboutissant sur la costale ; sc 2 présente, plutôt basale ;
fourche médiane à pétiole court ; la base de la fourche cubitale placée après
le niveau de celle de la médiane (fig. 25). Abdomen très long et grêle, formé
de sept segments.
Ce genre comprend quelques especes liolarctiques et une de la Nouvelle-
Zélande.
Larves dans le bois pourri.
Génotype : Phihinia humilis Wmnnnrz.
TABLEAU DES ESPÈCES.
1—(2). Abdomen d’un brun uniforme ; se 2 placée avant le milieu de la
sous—costale ................................. humilis, p. 93.
2-(1). Tergites abdominaux à bandes antérieures jaunes ; sc 2 placée après
le milieu de la sous—costale.
3—(4). Sc 2 rapprochée de l’apex de la sous—costale. Hypopygium renflé
en crosse. -—— Long. 6 mm. ..................... graoîlis, p. 92.
4—(3). Sc 2 éloignée de l’apex de la sous—costale. Hypopygzium non renflé.
— Long. 7-7,5 mm .......................... Winnertzi, p. 93.
1. P. gracilis Wmmnarz, 781 ; Launaocx, 61.
6. Corps roux. Tête brune. Palpes jaunes. Hanches et pattesjaunes. Ailes
d’un brun pâle, bord costal plus sombre. Abdomen : tergites à bordure
postérieure d’un brun noir ; segments I-II entièrement d’un brun noir.
Hypopygium jaune. ——- Long. 6 min.
Allemagne.

MEGALOPELMA 93
2. P. humilis W1NNER1·z, 780 ; ScmNER, II, 456 ; Kemaâsz, 78 ; LAN-
Dnocx, 62.
Corps d’un brun noir. Palpes jaunâtres. Hanches, fémurs et tibias d’un
jaune pàle ; trochanters brunis. Balanciers bruns, la tige longue, entière-
ment ou partiellement j aune. Ailes brunies ; nervure anale eourbée près
de l‘apex. Hypopygium bien développé, sombre. Oviducte jaunâtre. —·
Long, 6,5-7 mm.
Mai-juin. Rhénanie. Limbourg hollandais. Europe centrale. Prusse
orientale (CZWALINA). Angleterre méridionale.
\Vu~xNmnrz a trouvé les larves dans le bois de charme pourri et le DF Simnr,
selon M. F. W. Enwanns, a obtenu cette espèce d’un cocon trouvé dans la
New Forest et ressemblant à celui du Sciophila hirla.
ij. P. Wîllnettzî MIK, 1869, Verh. Z.-D. Ges. Wien, XIX, E2, pl. I, fig.
7-S) ; Enwanns, 1925, 559 ; LANDROCK, 62.
D’un brun jaune. Front et vertex noircis. Palpes brunis. Bandes méso-
notales nulles. Hanches et fémurs jaunes; trochanters brunis; tibias bru-
nâtres. Ailes d’un gris brun ; nervure anale rectiligne. Abdomen : tergite
III·VI bordés postérieurement de brun noir ; segment I, II, VII entière-
ment d’un brun noir. Hypopyge petit. bruni ; forceps (J) et rerques de
l’oviducte jaune pâle, presque blanchâtres. — Long. 7-7,5 mm.
Europe. Angleterre. Largement distribué, mais plutôt rare.
Scql SC2
C
SO
R1 RS
MA1 \
i RM
MAE
R4·+5
Fm, 109. — Détail dela partie centrale de l‘aile montrant la position des nervures
transverses chez les Mcgalopclma. Imité de Limonocx.
G. MEGALOPELMA ENnEnLE1N
ENDERLMN, Slcilin. ml. Zig., 165 (1911) et Tierwelt Mitteleuropas,
VI, 3, XVI, 12.
(le genre diffère surtout des Sciophila par la direction des nervures alaires ;
nervure costale dépassant Pintersection de MA l ; sous-costale aboutissant
sur la costale ; sc 2 toujours éloignée de RM, et lorsque R 4 + 5 est présente
également éloignée de la cellule r 1 ; fourche médiane a pétiole très court
ou nul ; base de la fourche cubitale placée largement après la base de la
fourche médiane t anale écourtée (fig. 1.09).
Génotype : Lusiosoma nigroclavalum STRoBL.

94 DIPTÈRES FUNGIVORIDAE
M. nigroclavatum (STROBL), 1909, Mifl. nai. Ver. Sleierm,XLVI, 244
(Lasiosoma). —— M. jenkinsoni EDw.¤.RDs, 1913, Trans. ml. Soc. London,
359.
Corps d’un brun noir luisant, à pilosité jaune. Palpes et base des an-
tennes jaunes. Thorax roux, souvent bruni. Calus huméraux largement
tachés de roux. Hanches, fémurs et tibias jaunes ; trochanters noirs. Ba-
lanciers à renflement noir. Ailes jaunâtres, presque vitreuses. Tergites
abdominaux à bordure postérieure jaunâtre. —- Long. 3,5-5 mm.
Europe centrale. Styrie. Angleterre.
G. SGIOPHILA Marsan
MEIGEN, Syst. Beschr., I, 245, XXX (1818); Knnrész, 57; JonANNsEN,
36 ; Eowixnos, 1913, 357 ; 1925, 560 ; LANDRocK, 62 ; ENDERLEIN, XVI,
13. —— Lasinsoma WINNERTZ, XIII, 748.
Tête petite, ronde, placée sous le thorax. Trois ocelles disposés en trian-
gle. Palpes de quatre articles. Antennes de 2 + 14 articles. Mésonotum à
pilosité épaisse. Mésophragme cilié. Tibias armés d’éperons et de chètes
épines disposés en rangées régulières. Ailes : costale dépassant l’intersec-
tion de A/IA 1 ; sc aboutissant sur la costale ; sc 2 et R 4 —l— 5 présentes ;
cellule r 1 petite, quadrangulaire ; fourche médiane à pétiole trés court
ou nul ; base de la fourche cubitale placée après le niveau de la base de la
médiane; nervure anale écourtée (fig. 26). Abdomen formé de sept segments.
Les adultes se rencontrent dans les parties humides des bois et des fo-
rêts. Au repos, les ailes se recouvrent partiellement. La couleur et la taille
de plusieurs espèces sont très variables.
Les représentants de ce genre sont répandus dans toute la région
holarctique ; ils se trouvent également dans les Indes et en Afrique. Près
de vingt espèces ont été décrites par LoEw et par MEUMER de l’ambre
de la Baltique, mais il est certain que plusieurs n’appartiennent pas au
genre Sciophila.
Les larves forment des tubes de mucilage il la face inférieure de diffé-
rents champignons, ou filent des toiles de soie fine, semblables à celles des
Mycomyia, mais non couvertes de gouttelettes astringentes. La nymphose
a lieu dans un léger cocon de soie sèche, placé dans une crevasse de l’é-
corce ou du champignon.
Les Sciophila sont parasites par des Hyménoptères Proctotrypides et
Braconides.
Génotype : Sciophila hirfa MEMEN.
TABLEAU mas nsi=·ÈcEs.
1—(6). Ailes sans pilosité microscopique (microtriches), ou cette pilosité
localisée à la base, seuls les grands cils (macrotriches) sont visibles sur
la membrane.

SCIOPHILA 95
2·(3). Thorax et abdomen noirs, brillants, à pilosité jaune. Flagelle an-
tennaire noir, jaune à la base ............ . ..... limbaiiella, p. 98.
3·(2). Corps d’un jaune d’ocre ou d’un jaune roux; flagelle ocre à labase.
4-(5). Long. 5-6 mm. Antennes 2 a1·ticles du flagellum à peu près deux fois
aussi longs que larges. Tibia I avec une rangée antéro-externe de chètes
épines ......................................... rufa, p. 99.
5—(-1). Long. 4-4,5 mm. Articles antennaires à peine plus longs que larges.
Tibia I sans soies antéro-externes. .............. ochracea, p. 98.
6-(1). Pilosité de la membrane alaire formée de cils allongés (macrotri-
ches) et de cils courts (microtriches), ces derniers toujours visibles avec
un grossissement de X 100, cependant parfois très petits ou réduits à
des points.
7-(8). Nervure C'uA1 largement interrompue à la base ...............
........................................... interrupta, p. 97.
8-(7). Nervure CuA1 non interrompue à la base.
9—(l8). Mésonotum noir, tout au plus les calus huméraux marqués de roux,
10-(13). Fémurs III entièrement jaunes.
11-(12). Long. 4-5 mm. Coloration variable .......... lutea, p. 98.
I2-(I1). Long. 6-8 mm. Thorax et abdomen d’un noir brillant à pilosité
jaune .......................... limbatella, p. 98, robusta, p. 99.
13-(10). Fémurs III plus ou moins largement marqués de brun noir à
l’apex.
14-(15), Fémurs III étroitement noirs à 1’apex comme la base de la face
interne ............................... hirta, p. 97, lutea, p. 98.
l5—(I4). Fémurs III largement noirs à l’apex, ou entièrement d’un brun
noirâtre.
16-(17). Hanches III seulement noircies à l’apex.. . . genieulata, p. 96.
l7·(l6). Hanches III d’un brun noir sur la face externe et à l’apex ......
......................................... nigronitida, p. 98.
l8·(9). Mésonotum jaune ou brun roux —— avec ou sans bandes longitu-
dinales sombres — ou noirâtre et les calus huméraux largement jaunes
-— ou mésonotum largement roux sur la partie antérieure.
19-(20). Fémur III : apex et base de la face interne plus ou moins largement
brunis ........................................ hirta, p. 97.
20-(19). Fémur III entièrement jaune.
2l—(2—l). Abdomen d’un brun noir uniforme. Pleures jaunes plus ou moins
tachés de brun.
22·(23). Sc2 placée au niveau de RAI ou avant ..... cincta, p. 96.
23-(É?). Sc È placée après le niveau de RM, parfois au niveau de la cellule
r 1, rarement avant ......................... Dziedziekii, p. 96.
24-(21). Abdomen jaune ou brun jaune —— ou d’un brun noir, tergites avec
des taches ou des bandes jaunes.
25-(26). Abdomen d’un brun noir, tcrgites plus ou moins jaunes au bord
postérieur .................................... varia, p. 99.

96 oirrànns FUNGIVOBIDAE
  Abdomen jaune ou brun jaune.
27-(28). Antennes plus longues que la tête et le thorax réunis .........
..... 2 ...................................... tenuis, p. 99.
28-(27). Antennes ne dépassant pas la longueur de la tête et du thorax
réunis.
29-(30). Articles antennaires deux fois aussi longs que larges .........
................................... lutea, p. 98, rufa, p. 99.
30-(29). Articles antennaires 51 peine plus longs que larges.
31-(32). Corps d’un jaune d’0cre. Antennes blanchâtres à la base .......
............................................ ochracea, p. 98.
32-(31). Corps plus ou moins largement bruni. Antennesjaunes à la
base ....... . ................................. Dziedzickii, p. 96.
I. S. Cincta. (WVINNERM), 1863, 760.
Tête, pleures, mésophragme et abdomen plus ou moins brunis, à pilo-
sité jaune. Thorax jaune, mésonotum à pilosité pâle. Pattes jaunes ; tro-
chanters avec un point noir ; tibia l avec une rangée de soies ; tibia II
avec trois rangées ; tibia III avec quatre rangées ; tibia I plus long que
le protarse. Ailes un peu jaunâtres ; fourche médiane à pétiole court. Ab-
domen ; tergites III à V (5) ou I-VI (S2) à bordure antérieure jaune. ——
Long. 3,5 mm.
Allemagne.
2. S. Dziedzickii EDWARDS, I924, Enf. Tidslrr., 165. —- S. thoracica
DZIEDZICKI (nec STAEGER) teste EDWARDS, I. c., 165.
Tête brune, Thorax jaune. Mésonotum luisant, trois bandes longitu-
dinales d’un brun noir plus ou moins distinctes, parfois nulles. Pleures
tacbés de brun. Mésophragme bruni. Pattes jaunes; trochanters avec un
point noir. Pilosité tibiale disposée comme chez le S. cincla ; tibia I légè-
rement plus long que le protarse. Ailes teintées de brun jaunâtre ; fourche
médiane à pétiole très court. Abdomen d’un brun noir luisant (5) ou plus
clair, d’un brun roux (Q), à pilosité jaune. — Long. 3,5-5,2 mm, ·
Landes (Gomsnrr). Europe centrale et boréale. Prusse orientale : Osterode
(CZWALINA).
La larve a été trouvée dans le Boleîus scaber et dans 1'Hydnum repandum
(Lannnocx, 63).
3. S. geniculata ZETTERSTEDT, 1838, Ins. Lappon., 860, 10, et Dipt. Sc.,
XI, 4134 et 4364, XII, 4909, et XIV, 6558. —- Fig. 112.
8. Corps noir à pilosité jaunâtre ou blanchâtre. Hanches jaunes ; fé-
murs et tibias jaunes ; fémurs III largement noirs à l’apex et une ombre
brune sur la face interne à la base. Ailes légèrement teintées ; sc 2 aboutis-
sant au niveau de RM ; fourche médiane à pétiole très court. —- Long.
3 mm.

scxormna 97
Hautes-Pyrénées : Tarbes (PANDELLÉ). Prusse orientale ((iZ\VALINA).
Angleterre (Emvlmns).
4. S. hirta. MExoEN. l\«1AcQu.1m·, I, 138 ; W.~.1.1<Eu, List, I, 92 ; ZE·r·rEn·
s·rEDT, Dipt. Sc., XI, 4133 ; XII, 4909; Enwnnns, 1925, 563.-S. pilosula
ZETTERSTEDT. — Lasiosoma hirlum WINNER'FZ, 749 ; Scmmin, II, 449 ;
WULP, 171 ; TIIEOBALD, 137 ; Kunriësz, 68. —— L. pilosum VVINNERTZ,
751 QSCHINER, II, 450.
5‘ Q. (Lorps d’un brun noir, pilosité jaunâtre. Antennes plus ou moins
jauncs Si la base. Mésonotum souvent plus clair, principalement sur les
calus huméraux et au bord antérieur, quelquefois entièrement jaune,
pleures de couleur claire ou foncée. Hanches et pattes jaunes ; trochan-
te-rs noircis ; hanches III parfois brunies. Ailes à peine teintées; sc 2 pla-
cée sur la cellule r 1 ou avant. —- Long. 4-5 mm. (d’après les fypcs de Mai-
eiari. '
É
( 1 ( \
I l ` .1
  `1}· l -·^··‘ë*? w
\ . » a
•/
//0 /// //2 //3
Fm, 110 à 113.- Hypopyges des Sci0phîla.— 110. S. lulca. - 111. S. rufn. - 112,
S. gcniculata. - 113. S. nîgronilida. 1 110 à 112, part. selon Enwnmos, 113, selon
Lsunaocx.
Eté-automne. Commun partout. France septentrionale (Mncgunnr).
Rhénanie (Wmmsnrz). Marseille (ABEILLE de Parrain) ; Landes (Pxznnxs,
Goauxvr). Europe. Angleterre. Canaries.
Les œufs et la pupe ont été décrits par CIIAPMAN (1904 : 103).
La larve 11 été décrite par Gmscurusa (1883 : 204) ; elle se rencontre dans
le bois pourri ou dans les Cryptogames corticoles (WmNEnTz, etc.). Sa
couleur varie avec la nature du milieu où elle vit. M. Eowmaos l’a observée
chez les Daedalea qucrcina, Poria vaporaria, Polyslîclus versicolor, Herniola
auricula-judae, Lactarius volemus et sur une algue verte qui se développait
sur un tronc pourri.
5. S. intorrupta WiNNEn·rz, 750 ; Scmruan, II, 449 ; Enwsans, 1925,
562.
6. Brun noir luisant, pilosité jaunâtre. Palpes, balanciers, hanches et
pattes jaunes. Ailes brunies ; sc 2 placée largement avant RM ; fourche
de la médiane à pétiole court. — Long. 2,5 mm.
Automne. Rhénanie. Europe centrale. Angleterre.
VVINNERTZ a trouvé la larve dans l’Hydnum repandum.
sâouv 7

98 DIPTÈRES FUNGIVORIDAE
Cette espèce se distingue immédiatement par la fourche cubitale à bran-
che antérieure incomplète (CuAla).
6. S. limbatella ZETTERs'rE¤·r, 1852, Dipt. Scand., XI, 4130 ; Enwaans,
1925, 561. — S. Sharpi EDWARDS, 1913, Trans. ml. Soc. London, 358.
3. Tête noire. Palpes, hanches, pattes et balanciers jaunes. Partie api-
cale des tibias III brunie. Ailes légèrement teintées ; sc 2 placée avant le
rameau RM : fourche médiane à pétiole très court ou nul. —— Long.
6-8 mm.
Suède. Finlande. Angleterre 2 New Forest.
7. S. luliea. l\rIAcQUAm*, 1826, Rec. Soc. Sc. Agric. Lille, 100, 5, et S. à B.
I, 139 ; MEIGEN, Syst. Beschr., VII, 41 ; ZETTEHSTEDT, Dipt. Sc., XI', 4129.
·- Lasiosoma luleum WINNERTZ, 758 ; SCHINER, III, 449 ; WULP, 172 :
KERTÈsz, 69; -— L. anale WINNERTZ, 752. — Fig. 110.
Coloration très variable. Forme typique d’un jaune unicolore, antennes
brunes dans leur moitié apicale. Chez la forme sombre (analis) la couleur
du corps est d’un brun foncé,le flagelle antennaire entièrement d’un brun
noir. Parfois les bandes mésonotales plus ou moins distinctes, la couleur
pleurale varie depuis le jaune jusqu’au brun noir. Hanches et pattes jaunes;
trochanters tachés de noir. Ailes subvitreuses à pilosité épaisse ; sc 2 pla-
cée au milieu ou à la base de r 1. ——- Long. 4,5-5 mm.
' Rhénanie. Lyon (SoNTnoNNAx). Europe centrale et boréale.
La larve de cette espèce a été trouvée chez l’Hydnum repandum (Wm-
NERTZ), chez le Polyporus giganteus (EDWARDS), chez le Polyporus nigri-
cans et le Stercum hirsuium (BONNAMOUR).
A défaut des caractères chromatiques variables, le Sciophila luîea se re-
connaîtra à la conformation de l'appareil copulateur mâle.
8. S. nigronitida Llmnaocx, 1925, W. e. Z., 181. ——— S. nigm Lmonocx
(nec l\IAcQUAR'r}, 1912, W. P. Z., XXXI, 175 ; EDwARDs, 1925, 563. —-
Fig. 113.
5‘. Corps d’un noir brillant, à pilosité jaune. Hanches et pattes jaunes,
tarses brunis ; fémurs III largement noireis à l’apex ; tous les fémurs avec
une ligne d’un brun noir située sur la face inférieure basale. Ailes jaunâtres
à la base ; sc 2 placée au niveau de RJVI ; fourche médiane à tige très courte.
— Long. 3 mm.
Hautes-Pyrénées : 'l`arbes (PANDELLÉ). Europe septentrionale. Angle-
terre.
9. S. ochracea WA1.1<ER, 1856, Ins. Brit., Dipt., III, 41.
Voisin du S. rufa, mais plus petit, la coloration plutôt d’un ocrejaune,
les antennes plus courtes. Ailes dépourvues de pilosité courte. — Long.
4-4,5 mm.
Angleterre.

sc1or111L.x 99
La larve, de couleur brune, a été trouvée dans un champignon végétant
sur un vieux prunier (Euwaiws).
10. S. robuste Wiumemz, 1863, 761.
Corps d’un noir brillant à pilosité jaune. Palpes et base des antennes
jaunes. Hanches et pattes rousses;trochanters noirâtres sur la partie infé-
rieure ; tibias brunis sur la face apicale externe; tibias I avec deux rangées
de soies internes; tibias II avec deux rangées sur la face externe et postéro-
interne, plus un macrochète médian ; tibias III avec trois rangées sur la
face externe ; tibias I aussi longs que le protarse correspondant. Ailes
jaunies, apex et bord postérieur plus ou moins brunâtrcs ; sc 2 placée au
niveau de RM ou immédiatement avant : fourche médiane non pétiolée.
— Long. 6-6,5 mm.
Europe.
11. S. rufa ME1<;EN.ZE·r·rEasrEm·, Dipt. Sc., XI, 4128 ; Eowsnns, 1925,
561. — Lasiosoma rufum Wmmsnrz, 760 ; VVULP, 172 ; Kaartsz, 70. -—
Fig. 111. '
Tête et palpes roux. Antennes brunes dans leur partie distale. Thorax
et abdomen roux, à pilosité jaune. Hanches et pattes jaunes. Trochanters
avec un point noir ; tibias I avec trois rangs, tibias III avec quatre rangs
de chètes—épines ; tibia I et protarse subégaux. Ailes jaunâtres ; sc 2 pla-
cée au niveau de RM ; fourche médiane pétiolée. Abdomen (3) ordinaire-
ment bruni, avec les incisures tergales jaunâtres; segments postérieurs à
villosité noiràtre. — Long. 5-6 mm. (d’après le lype de MErc·N).
Avril. Landes, dans une toile, sous un champignon (Parmis). Europe cen-
trale. Hollande. Angleterre.
La larve a été observée par M. EDWARDS dans un Polypore du bouleau.
12. S. tenuis (Wmmearz), 1863, 759.
Corps et appendicesjaunes. Front, occiput, trompe et palpes bruns.
Mésonotum souvent bruni, surtout postérieurement. Trochanters avec
un point noir ; tibia 1 avec une rangée, tibias I1 et III avec trois rangées
de chètules ; tibia I ordinairement plus long que le protarse. Ailes vitreu-
ses ; membrane à reflets opalins sous une certaine lumière ; sc 2 placée au
niveau de la cellule r l ou avant ; fourche médiane à pétiole court. Abdo-
men souvent bruni ; incisures plus claires ; pilosité jaune ou brun pâle. —
Long. 3,5-4 mm.
Rhénanie. Europe centrale.
Larve dans le Bolclus scaber (WmNERTz).
13. S. varia. (WINNERTZ), 753 ; Soumise, II, 449 (Lasiosoma) ; Kxanriësz, _
70 (Lasiosoma) ; Enwaaps, 1925, 562.
Mélalypes d` 9. Coloration variable. Face jaune, front et occiput plus

100 mPTÈREs FUNGIVORIDAE
ou moins brunis. Antennes jaunes à la base. Mésonotum jaune ou brun
roux, unicolore ou marqué de bandes longitudinales brunes plus ou moins
distinctes. Pleures et mésophragme tachés de brun ou entièrement bruns.
Hanches et pattes jaunes ; trochanters tachés de noir ; tibia I légèrement
plus long que le protarse. Ailes jaunâtres ; sc 2 placée au niveau de RM
ou légèrement avant, rarement après. — Long. 4-5 mm.
Printemps-automne. Rhénanie. Europe centrale. Prusse orientale (Czvw.-
L1NA). Angleterre (EDWARDS), Bristol (AUDCENT).
VVINNERTZ a trouvé la larve dans les Hydnumrepandum, Boletus scaber
et Daedalea quercina.
G. AZANA WALKEH
WALKER, Ins. Brit. Dipt., 26 ; JOHANNSEN, 63 ; EN1:•EaLE1N, XVI, 13.
Tête petite ; trois ocelles disposés en triangle. Palpes courbés, de quatre
articles courts. Antennes de 2 + 14 articles. Mésophragme cilié comme
le mésopleure. Pattes fortes ; fémurs élargis, aplatis ; tibias armés d’éperons
et de chétules latéraux. Ailes : nervure costale dépassant l’intersection de
· AJA 1 ; sous-costale rudimentaire, visible à l’extrême base seulement ; ra-
diale courte ; médiane et cubitale non fourchues ; anales nulles (fig. 27).
Abdomen formé de six segments.
Métamorphoses inconnues.
L’Azana rarissima MEUNIER a été trouvé dans l’ambre de la Bal-
tique.
Génotype : Boleiina anomala STAEGER.
A. anomala (STAEGER). ZETTERSTEDT, Dipt. Sc., XI, 4168 (Boleiina) ;
Wmmearz, 802 ; SCHINER, I1, 462 ; THEoBALD, 129 ; KERTÉSZ, 87 ; ED-
warms, 1925, 565 ; LANDROCK, 69. — A. anomala var. flavohallerala
Sraom., 1909, 129. — A. aliera BECKER, Zs. Hym. Dipf., VII, 234.
Corps d’un brun noir. Trompe et palpes brun jaunâtre. Mésonotum
brillant, pleures mats. Villosité foncière jaune ou brun jaune. Pattes
jaunes, souvent brunies ; hanches brunies à l’apex et parfois à la base ;
hanches ll et III parfois entièrement noires (eg. var. nigricoxa Srnom.) ;
fémurs III plus ou moins largement noircis à l’apex comme à la base de la
face interne. Balanciers jaunes (allera BECKER >< flavohalieraia Srnoet),
ou le renflement entièrement ou partiellement noir. — Long. 3-4,5 mm.
Printemps. Rhénanie. Corse. Europe centrale. Espagne (flavohalicrala
STRoBL). Algérie (aliera BECK,). _
G. ACNEMIA W1NNEaTz
VVINNERTZ, 798 ; JOHANNSEN, 62 ; Enwanns, 1925, 565 ; ENDERLMN,
XVI, 14. — Agaricicobia PH1L11>P1, 1865, Verh. z.-b. Ges. Wien, XV, 626,
11.

.xcNnM1A 101
Tête ronde, un peu aplatie en avant, placée sous le thorax ; trois ocelles.
Palpes courbés, de 4 articles, 1’apical Iiliforme. Antennes de 2 + 14 ar-
ticles. Thorax arrondi, très bombé ; mésophragme vertical. Pattes fortes ;
fémurs plutôt aplatis, principalement les postérieurs; soies tibiales faibles.
Ailes : membrane avec une courte villosité couchée ; nervure costale prolon-
gée au dela de Pintersection de MA 1 ; se aboutissant sur la costalc ; sc ‘2.
présente : médiane basse fourchue, sa tige courte ; nervure cubitale simple ;
anale nulle ou rudimentaire (fig. 28). Abdomen formé de six segments.
Phases larvaire inconnues.
L’Acnemia Bolsiusi MEuN1En appartient à l’ambre de la Baltique.
Génotype : Leia nilidicollis MEIGEN.
TABLEAU ons Espèces.
l-(2). Ocelles disposés en ligne transverse. Au moins les hanches [ bru-
nies. Balanciers à renflement brun noir. Abdomen d’un brun noir légè-
rement brillant, à pilosité jaune. Ailes teintées. Mésonotum bruni sur le
disque ou les bandes bien visibles ....... . ........ longipes, p. 101.
2-(1). Ocelles disposés en triangle. Toutes les hanches et pattes jaunes ;
trocbanters avec une tache noire ; tibia 1 légèrement plus long que le
protarse.
3-(4). Balanciers à renflement jaune. Abdomen en grande partie jaune,
sans bandes ................................ amoena, p. 101.
4-(3). Balanciers entièrement ou en grande partie d’un brun noir. Abdo-
men d’un brun noir ....................... nitidicollis, p. 102.
1. A. 3lI108I18\rvlNNERTZ, 1863, 800 QSCHINER, ll, 462; Tn1=:onA1.D, 130;
Knnrész, 85 ; LANDROCK, 68.
Corps jaune. Ailes : MA 1 légèrement onduleuse et courbée ; anale fine.
Abdomen : tergite 11 avec deux taches brunes ; tergites III, IV, V avec
une étroite bande postérieure brune, interrompue sur la ligne médiane.
Hypopyge bruni. — Long. 4,5 mm.
Environs de Paris : Clamart (LABOULBÈNE) ; Fontainebleau (Pouulnn) ;
Saint-Servan (Suncoun) ; Bordeaux (Pûmzz). Europe. Angleterre: New
Forest (Enwxnns).
Cette espèce diffère des deux autres par la couleur générale jaune, y com-
pris les balanciers,etpar la présence de deux sortes de cils(allougés et c0urtS)
sur la membrane alaire.
2. A. longipes W1NNEm·z, 801 ; LANDROCK, 68.
Tête, face et palpes noirs. Pleures et mésophragme plus ou moins brunis,
souvent entièrement noirs. Hanches d’un brun noir, les postérieures plus
claires ; fémurs I et II d’un brun jaune, III plus clairs, jaunâtres ; tibias
d’un brun jaune ; tarses bruns ; tibias I aussi long que le protarse. Ailes :

102 nirrizans 1·*uNo1von1nAE
tige de la fourche médiane plus longue que la transverse antérieure. Hy-
popygium d’un brun sombre. — Long. 4-4,5 mm.
Eté. Rhénanie. Rare.
3. A. nitidicollis (MEIGEN>. Wiiwanrz, 799 ; Scnmnn, I1, 461 ; WULP,
113 ; TnEoBALD, 130 ; KERTÉSZ, 86 ; LANDRoc1<, 68. — Leia defccla WAL-
KER ; THEoeALD, 130.
Corps d’un brun noir. Palpes jaunâtres. Ailes : MA 1 légèrement cour-
béeàl’apex ; nervure anale nulle. Les cils courts manquent sur la mem-
brane, sauf à l’extrême base. — Long. 3 mm.
Printemps. Bois. Rhénanie (MEIGEN, VVINNERTZ). Limbourg hollandais
(Scnmrrz). Prusse orientale (CZVVALINA). Europe.
La larve se développe dans le bois pourri et à 1’intérieur de divers cham-
pignons.
G. MONOCLONA Mix
Mm, Wien. en!. Zig., V, 279, 15 (1886) ; JOHANNSEN, 32 ; EDVVARDS,
1913, 356; ENDERLEIN, XVI, 14. — Slaegeria v. D. WULP (nec RoNDAN1),
1876, Tijdschr. v. Enf., XIX, XLIX et Dipt. Neerl., I, 173.
Tête petite, aplatie antérieurement. Trois ocelles largement séparés. An-
tennes formée de 2 + 14 articles. Palpes courbes, de 4 articles, article apical
allongé, cylindrique. Pattes modérément longues ; tibias avec de petites
soies latérales, éperons allongés. Ailes : costale prolongée au delà de l’in-
tersection de AIA I ; sc 2 placée avant la cellule r 1 ; R 4 +5 ordinairement
présente ; nervure médiane fourchue, à tige plus courte que RM ; cubitale
simple, prolongée au bord de 1’aile (fig. 29), Abdomen formé de sept seg-
ments, cylindrique chez le mâle, légèrement aplati chez la femelle.
Larves semblables à celles des Sciophila, se développant dans le bois
pourri.
Génotype : Sciophila halicraia STAEGER.
1. M. îorcipata Sraom., 1909, illiii. nai. Ver. Sleierm., 243 ; L.xNnRocK,
67.
Face jaune. Front et vertex noirs. Trompe et palpes jaunes. Antennes
brunes, articles basaux I-III jaunes. Thorax jaune. Mésonotum avec deux
bandes latérales d’un brun noir brillant, la médiane nulle ou réduite à une
trace étroite. Pilosité jaune, épaisse. Hanches et pattes uniformément jau-
I nes, fémurs III sans trace apicale brune. Balanciers à pédicelle roux, ren-
flement d’un brun noir. Ailes grisâtres. Abdomen d’un brun noir luisant ;
tergites à brodure postérieure pâle. Q 2 abdomen en grande partie jaune. —
Long. 4-4,5 mm.
Mai-septembre. Ardennes : Vendresse (R. Baivoisr), Creuse : La Celle-
Dunoise (ALLUAUD). Styrie (Srnont).

MoNocLoNA 103 I
2. M. rufilatera WALKER, 1837, Enl. Mag., IV, 115;List, I, 92 et Ins. Brit.
Dipt., III, 41 (Sciophila) ; THEOBALD, 137 ; Kxzarâsz, 70 (Lasiosama) ; _
LAN¤Roci<, 67. - Sciophila hallerala STAEGER, 1840, Krojer : Nal. Tidskr.,
111, 275 ; Knarész, 68.-- Slaegcria unicornula DzxE¤z1c1<1, 1884, Pamiet-
nik Fizyfograf., IV, 21.
Face jaune, front et vertex noirs. Trompe jaunâtre. Antennes brunes,
articles basaux I—II-III jaunes. Thorax d’un brun jaune ; mésonotum
d’un jaune pâle, trois bandes longitudinales brunes ; pilosité jaune, épaisse.
Hanches et pattes jaunes ; fémurs III brunis à 1’apex ; tarses brunis.
Balanciersjaunes, renflement d’un brun noir. Ailes jaunies. Abdomen
d’un brun noir à pilosité couchée, jaune ; tergites I-V jaunes au bord pos-
térieur comme les sternites. — Long. 4-5 mm.
Printemps-automne. Corse. Europe.
Espèce de coloration variable, la femelle plus claire que le mâle est parfois
entièrement jaune ; chez le mâle, les bandes mésonotales sont variables.
Tribu Gnoristini.
TABLEAU mns uENnEs.
1—(2). Base de la fourche cubitale placée largement après le niveau de la
base de la fourche médiane ............. ` ....... C oelosia, p. 104.
2-(1). Base de la fourche cubitale placée avant le niveau de la base de la
fourche médiane ou très peu après.
3-(6). Nervure sous—costale libre ou aboutissant sur R.
4-(5). Sc interrompue, libre à l’apex; septième segment abdominal élargi,
saillant ................................... Speolepta., p. 104.
5-(4). Sc aboutissant sur R 1; septième segment abdominal étroit, peu
visible .................................. Dziedzickia, p. 106.
6-(3). Sc complète, aboutissant sur la costale.
7-(8). Trompe longue ou très longue (fig, 114) ...... Gnoriste, p. 106.
8-(7). Non.
9—(l2). Sc 2 présente et placée après le milieu de sc.
10-(11). Fourche cubitale placée après le niveau de RM. Abdomen : seg-
ment VII court, étroit ....................... Synapha, p. 108.
ll-(10). Fourche cubitale placée avant ou au niveau de RM. Abdomen 2
segment VII élargi ........................ Palaeoempalia, p. 110.
12-(9). Sc 2 nulle ou rapprochée du milieu de sc.
13-(14). Sc 2 nulle ; R 4 -1- 5 présente ; sc avec des macrotriches .......
........................................ Apolephthisa., p. 110.
14-(13). Sc 2 présente ; R 4 -1- 5 nulle ; sc nue ..... Boletina, p. 111.

104 oirràans FUNGIVORIDAE
G. SPEOLEPTA Enwaaos
Enwaaos, Trans. enf. Soc. London, 566 (1925); LANDROCK, 70 ; EN-
DERLEIN, XVI, 14.
Voisin du genre Polylepfa ; en diffère par : Mésophragme et métapleure
nus ; tibias II sans renflement basal. Ailes : membrane a pilosité microsco-
pique ; sous-costale libre à l’apex ; sc 2 placée largement avant le niveau de
la petite cellule r 1 ; fourche cubitale largement ouverte, à pétiole allongé ;
anale courte (fig. 30).
Les larves vivent sur les parois des cavernes sombres. Elles ne tissent pas
de cocon. La nymphe est libre et disposée comme celle des Leplomorphus.
Génotype : Polylepta lepfagasler W1NNEarz.
S. leptogaster (WINNERTZ), 746 (Polylepfa) ; EDWARDS, l. 0., 567 ; LAND-
aocx, 70. -—P0lylepta lepiagasim SCHINER, II, 448 ; WULP, 175 ; KER-
Tész, 66 ; CHEETHAM, 1920, 189 ; JEANNEL, 306.
D’un brun noir uniforme. Hanches et fémurs jaunes, tibias et tarses
hrunis. Balanciers blanchâtres, renflement noir. Ailes subvitreuses, légè-
rement teintées. Abdomen allongé, grêle, cinq ou six fois plus long que le
thorax. ·— Long. 5-6 mm.
Eté-automne. Cavernes del’Europe septentrionale et moyenne. Hollande.
Yonne : grotte des Fées, à Arcy—sur-Cure ; Basses—Pyrénées ; Haute-
Garonne ; Ariège. Espagne. Algérie. Bois marécageux et forêts humides de
l’Europe septentrionale et de l’Amérique du bord.
Les habitudes des larves ont été signalées par M. CHEETHAM (Nafuralist,
XLV, p. 189, 1920) et par le R. P. Dr H. Scnwirrz (Gen. Limb. Bled. Nat.,
1912-13, p. 65). La larve est guanobie et tisse des toiles tres lâches entre
les aspérités des stalagmites; des fils sont croisés sans ordre apparent entre
deux aspérités ; au milieu de cette toile irrégulière est un ül plus gros qui
semble visqueux, ce fil permet a la larve de se déplacer (JEANNEL).
G. COELOSIA WINNERTZ
VVINNERTZ, XIII, 796 ;KERTÉsz, 85; JOHANNSEN, 86; EDWARDS, 1925,
567 ; LANDROCK, 70 ; ENDERLEIN, XVI, 14.
Tête arrondie, placée sous le thorax. Trois ocelles. Palpes courbés, de
quatre articles. Antennes plus ou moins largementjaunes à la base, de 2 + 14
articles. Pattes longues et grêles. Ailes : membrane sans longs cils ; costale
prolongée jusqu’à Pintersection de MA 1 ou la dépassant largement ; sc
aboutissant sur la costale ; sc 2 présente ou non ; fourche cubitale plus
courte que la fourche médiane ; nervure anale écourtée (fig. 31). Abdomen
de six segments.
Ce genre, voisin des Bolefina, peut en être séparé par la fourche cubi-
tale courte.
Formes larvaires inconnues.
Génotype : Boleiina flava STAEGER.

connosm 105
TABLEAU ons ESPÈCES.
1-(2). Sc 2 présente ; tibias Il (3) avec un renflement basal ; éperons pâles.
Mésonotum Si pilosité noire ................... thûracica, p. 105.
2-(1). Sc 2 nulle ; tibias semblables dans les deux sexes ; éperons noirs.
3-(4). Mésonotum jaune, unicolore, à pilosité brune .... flava., p. 105.
4-(3). Mésonotum d’un brun noir ; calus huméraux largement jaunes.
5-(6). Abdomen d’un brun noir uniforme. Mésonotum à pilosité noire ....
.......................................... silvatica, p. 105.
6-(5). Abdomen avec des bandes ou taches jaunes. Mésonotum à soies
pâles ........................................ tenella., p. 105.
l. C.flava(S1·AEoEa). WxNNEm·z, 797.
D’un jaune légèrement roux. Front et occiput brunis. Hanches et pattes
jaunes. Ailes jaunies au bord antérieur ; costale n’occupant pas le tiers
de la section costale (MA 1-MA 2a) ; RAI placée au niveau de l’apex de la
sous-costale ; médiane et cubitale déeolorées. —— Long. 4-5 mm.
Hautes-Pyrénées, juin (PANDELLÉ). Europe. lle de Wight (Enwimns).
2. C. silvativa Llmonocx, 1918, W. e. Z., XXXVII, 109, et Fliegen,
71 ; Enwnnos, 1925, 568.
Tête noire. Pleures et mésophragme d’un brun j aune plus ou moins bru-
ni. Hanches et fémurs jaunes ; tibias et tarses brunis. Ailes grises, nervures
brunes ; costale dépassant largement l’intersection de IMA 1 et occupant
les trois quarts de l’espace limité par MA l et MA 2 ; fourche cubitale
largement ouverte, la tige et la branche inférieure avec une ombre brune.
— Long. 3,5-4 mm.
Europe. Styrie (Srnoun).
3. C. tenella (ZETTERSTEDT), 1852, Dipt. Sc., XI, 4165 (Bolelina). ——
C. flavicauda VVINNERTZ, 798, 2 ; Sommers, 461. -— Bolciina selipennis
HOLMGREN, 1869, K. Sv. Vel. Akad. Hand]., VIII, 50.
Pleures et mésophragme bruns plus ou moins noircis. Hanches et pattes
jaunes. Ailes légèrement teintées ; nervure costale prolongée jusqu’à la
limite du premier tiers de l’espace compris entre les nervures MA 1 et
MA 2 ; médiane et cubitale décolorées. —— Long. 3,5 mm.
Eté. (lrefeld (W1NNEn*rz). Corse (Kuxvrzn). Europe centrale et boréale.
4. C. th01'&CiC9. (WINNERTZ), 780 (Phihinia). - Phihinia nigripennis
Srnom., 1898, Miliheil. Nul. Ver. Sleiermark, XXXIV (1897), 284.
Tête d’un brun noir. Thorax jaune, mésonotum avec trois bandes lon-
gitudinales sombres, qui peuvent être réunies sur la ligne médiane ; pleu-
res tachés de brun, mésophragme brun, Hanches et pattes jaunes ; tarses

106 o1r·rÈREs FUNGIVORIDAE
brunis. Ailes brunies ; nervure costale prolongée jusqu’au dernier tiers
de l’espace limité par MA 1 et MA 2 ; sc 2 présente ; branche postérieure
de la fourche cubitale courbée. Abdomen brun. —— Long. 3,5-4 mm.
Styrie (Srnoen). Europe centrale et orientale.
G. DZIEDZICKIA JOHANNSEN
JOHANNSEN, Genera Insectorum, fasc. 93, 44 (1909) ; Enwisrms, 1925,
568 ; LANDROCK, 72 ; ENDERLEJN, XVI, 14. — Herlwigia DZIEDZICKI,
1885 (nec SCHMIDT). — Heieropygium DzIEDz1cK1, lesle LANnRocK, 1937,
30.
Trois ocelles. Palpes de 4 articles, l’apical allongé, falciforme. Antennes
de 2 -|- 14 articles. Pattes robustes ; tibias sétuleux. Ailes : membrane dé-
pourvue de macrotriches ; nervure costale dépassant Pinterseotion de A/IA 1 ;
se aboutissant sur R 1 ; R 4 -l- 5 présente (marginaia Dz.) et la cellule r 1
plus de deux fois plus longue que large, ou R 4 + 5 nulle (alpicola, flaua
Enw.) ; médiane et cubitale fourchues ; nervure anale écourtée (fig. 32).
Abdomen formé de sept segments.
Génotype : Herlwigia margimzia Dzinnzrcm, Europe orientale.
D. 3.lpiC0la (STRoBL),1895, A/Iiiiheil. Naf. Ver. Sieiermarlc, 1894, 145
(Syniemna) QJENKINSON, Ent. Jllag., XLVIII, 67 (1912).
Tête d’un noir luisant ; face, trompe, palpes et les quatre articles ba-
saux des antennes d’un roux jaune,les suivants brunis. Thorax d’un roux
jaune à pilosité noire ; mésonotum avec deux larges bandes d’un brun noir,
parfois prolongées sur le scutellum ; entre ces dernières, une faible ligne
médiane; pleures avec une bande brune interrompue; mésophragme plus
ou moins bruni. Hanches et fémurs jaunes ; tibias et tarses brunis, noi-
râtres à l’extrém1té. Balanciers j aunes. Protarse I (Q) avec les articles 2-4
élargis et aplatis. Ailes teintées de brun jaune 1 sc pâle, aboutissant sur la
radiale à peu près au niveau de la partie moyenne de la cellule r 1 ; R
4 -l— 5 nulle. Abdomen d’un brun noir luisant ; tergites à bordure posté-
rieure plus ou moins largement d’un jaune roux. —- Long. 5 mm.
Europe.
G. GNORISTE ME1GEN
ÃÃEIGEN, S. B., I, 243 (1818) ; Knnriàsz, Catal., 77 ; JoHANNsEN, 60 ;
Eowlmns, 1925,569 ;LANnaoo1<, 72; ENDERLEIN, XVI, 14.
Tête petite, placée sous le thorax. Trois ocelles. Palpes de 4 articles, pla-
cés près de l'extrémité de la trompe. Antennes de 2 + 14 articles. Pattes
longues, fortes, tibias armés d’éperons et de soies latérales. Ailes : membrane
avec les seuls microtriches ; costale dépassant l’intersection de AIA l ou
non ; sc 2 présente ; R 4 + 5 nulle ; cubitale fourchue ; fourche médiane à
pétiole court (fig. 33); anale courte. Abdomen formé oe sept segments.
Génotype : Gnoriste apicalis Mercer:.

oNomsrE i 107
TABLEAU DES EsPÈcEs.
1-(2). Trompe jaune, dépassant largement l’extrémité des hanches III
(fig. 114). Mésonotum jaune avec trois bandes Iontigudinales ........
........................................... bilineata, p. 108.
2-(l). Non (fig. 115).
3—(4). Trompe atteignant l’extrémité des hanches ll. Protarse 1 plus court
que le tibia ................................ apicalis, p. 107.
Fm. 114- et 115. -- 114. Gnorisle bilineala, pgâiîl de la tête. —· 115. G. apicalis, id. —-
>< ..
4-(3). Trompe plus courte. Protarse subégal au tibia I ........ . .' .....
........................................... harcyniae, p. 108.
1. G. apicalis (MExcEN). Macguanr, I, 140 ; ZETTERSTEDT, Dipt. Sc.,
XI, 4092, XII, 4907 ; WINNERTZ, 778 ; Scmiwnxa, II, 455 ; KERTÉSZ, 77 ;
LENz, 1927, 315 ; JonA1~msEN, 1933, 49. — Fig. 115.
8. Front et occiput noirs à reflets gris. Trompe, palpes et antennes
bruns. Thorax à pilosité jaune ; mésonotum noir avec de petites taches

108 nirrianns FUNGIVORIDAE
humérales jaunes ; pleures et mésophragme plus ou moins jaunis. Hanches
jaunes : hanches II et III plus ou moins brunies à la base ; fémurs et ti-
bias jaunes. Ailes grisàtres, base jaunie, apex plus sombre. Abdomen d’un
brun noirâtre, luisant, à pilosité jaune. Hypopyge bruni. —— Long. 7-8 mm.
(d’après le lype de IWEIGEN).
S2. Mésonotum d’un brun jaune, bandes plus ou moins distinctes. Ter-
gites abdominaux avec d’étroites bandes apicales jaunâtres. Oviducte
· roux. -—· Long. 6-7 mm.
Rare. Europe septentrionale.
D’après le DF Fr. LENz, la larve de cette espece a été trouvée dans des pa-
quets de mousse sturée d’eau des bords d’un lac du Holstein. (îette larve,
d’un vert pâle, vit dans une toile blanche, légère et à texture serrée, placée
sur les mousses.
2. G. bilineata ZErrEnsrEn·r, 1852, Dipt. Sc., XI, 4094 ; Enwxnns,
1925, 569. —— G. irilineaia Zerrnnsrnnr, 1852, Dipt. Sc., XI, 4095, 3 ;
XII, 4907 (1845) ; Knariàsz, 77. —— Fig. 114.
Front et occiput brunis. Trompe brunie la la base. Antennes brunes,
base jaune. Scutellum et pleures jaunes ; mésophragmes avec une large
bande inférieure médiane d’un brun noir. Hanches et pattes jaunes ; han-
ches III avec une tache externe brune. Balanciers jaunes. Ailes jaunies,
apex avec une ombre peu marquée. Abdomen : tergite I jaune avec une
tache brune, les suivants d’un brun noir, bord postérieur clair. — Long,
8-8,5 mm.
Europe centrale et septentrionale. Montagnes, peut s’éleverjusqu’à 2.200
mètres. Prusse orientale (CZWALINA). Angleterre.
3. G. harcyniae v. Ronan, 1887, W. e. Z., VI, 155 et VII, 96 (1888).
Tête et antennes d’un brun noir. Trompe et palpes noirs. Mésonotum
gris, trois bandes longitudinales d’un brun noir. Pilosité thoracique jau-
nâtre ; scutellum brun, jaune chez la femelle. Hanches, fémurs et tibias
jaunes ; tarses brunis. Balanciers jaunes. Ailes grisâtres, presque vitreuses.
Abdomen d’un brun noir, à pilosité délicate, blanchâtre. Hypopygium
brun, noirâtre ou jaune roux ; oviducte brun roux. -— Long. 6-7 mm.
Allemagne : Harz (v. Ronan).
G. SYNAPHA MEIGEN
Maman, Syst. Beschr., I, 227 (1818) ; .IonA1~zNsEN, 60 ; EDWARDS, 1925,
569 ; Lrmnnocx, 73 QENDERLEIN, XVI, 14. - Empalia \/VINNERTZ, XIII,
762 ; .101-1ANNsEN, 42 ; Enwaans, 1913, 359.
Tête, calus ocellaire, antennes et pattes comme chez les Sciophila. Trois
ocelles , le médian réduit, placé sur la même ligne que les deux autres. Palpes
de 4 articles, l’apical filiforme. Ailes : costale dépassant Yintersection de

sYNAP11A 109
MA 1 ; sous-costale aboutissant sur la costale ; sc 2 rapprochée de 1’apex
de sc (vifripcnnis) ou éloignée (/asciata) ; médiane et cubitale fourchues,
les bases des fourches placéesà peu près au même niveau, toujours après le
niveau de RM ; R 4 —g— 5 présente ou nulle, parfois présente sur une seule
aile ; lorsqu’elle est présente, la cellule r· l toujours petite ; nervure anale
écourtée (fig. 34). Abdomen formé de sept segments.
Les représentants du genre Synapha habitent l’Europe et l’Amérique
septentrionale. Sept espèces ont été signalées en N ouvelle—Zélande.
La larve d’une espèce de Synapha a été trouvée par WINNERTZ dans le
bois pourri d’un Carpinus belulus. _
Génotype : Synapha fasciata l\I1a1oEN.
1. S. fasciata. Mmonw. MAcQuAR·r, I, 145 ; Eowanos, 1925, 570. -
Empalia paradoœa EDWARDS, 1913, 359. -—-— Fig. 116.
’/
4/X
z
Fm. 116. — Synapha fasciata. Aile gauche anormale du type de Mnronu.
S?. Tête noire. Palpes jaunes. Thorax noir ; mésonotum luisant, à pilo-
sité noire. Hanches et fémurs jaunes ; fémurs III noircis à l’apex ; base de
la face inférieure avec une ligne noirâtre ; tibias brunis. Balanciers jaunes.'
Ailes ombrées ; R 4 + 5 toujours nulle ; fourche médiane fermée (anor-
mal). Abdomen d’un brun noir, les tergites antérieurs largement jaunes à
la base. -—- Long. 3,5 mm. (d’après le type de MMGEN).
Corse. Allemagne. Angleterre.
2. S. vitripennis (Marsan). Eowaaos, 1925, 570 ; Lanoaocx, 74. -
Sciophila vilripennis MEIGEN. MAcoUAm‘, I, 138 ; WALKER, List, I, 92 ;
ZETTERSTEDT, Dipt. Sc., XI, 4135. — Empalia vilripcnnis WINNERTZ,
763 ; Scumnn, II, 451 ; THEOBALD, 13.3 ; Knrmâsz, 70. - Mycelophila
finalis WALKER.
Corps, trompe et palpes d’un blanc jaunâtre. Calus huméraux jaunes,
ou mésonotum jaune sale avec trois bandes longitudinales plus ou moins
cohérentes, d’un brun noir ; pleures et mésophragme d’un brun roux. Han-
ches et fémurs jaunes; tibias brunis; fémurs III noirâtres à l’pex.
Ailes légèrement enfumées ; R 4 —j— 5 présente, parfois seulement sur une
aile ; cellule r 1 petite. Abdomen : tergites antérieurs jaunes sur les côtés
et à l’apex. -—· Long. 3,5-4 mm.

110 . DIPTÈRES FUNGIVORIDAE
Mai-septembre. Limbourg hollandais (Scnmrz). Rhénanie (MEIGEN,
VVINNERTZ). France (MACQUART). Europe. Angleterre.
G. PALAEOEMPALIA MEUNIER
MEUNIER, Bull. Soc. ent. France, 218 (1897) ;JoHANNsEN, 42 ; EDWARDS,
1925, 570 ; LANDRocI<, 74 ; ENDERLEIN, XVI, 14.
Présente la plupart des caractères du genre Synapha, ma1s s’en écarte
par la direction des nervures alaires, par la position des transverses et par
la conformation du septième segment abdominal (fig. 35).
En dehors de l’espèce suivante, six formes différentes ont été décrites
par MEUNIER de l’ambre de la Baltique.
Génotype :Palae0empalia Brongniarli MEUNIER, ambre de la Baltique.
P. collarîs (MEIGEN) 1818, Syst. Beschr., I, 250 (Sciophila).
Antennes brunies, jaunes à la base. Mésonotum d’un noir luisant ; pro-
thorax jaune ; pleures bruns, étroitement ourlés de jaune. Hanches et
pattes jaunes. Balancîers d’un blanc jaunâtre. Ailes teintées, une tache
apicale diffuse ; R 4 —l- 5 présente ; cellule r 1 petite, brunie. Abdomen
noir; tergites avec des bandes antérieures jaunes. —— Long. 5-6 mm.
(d’après le type de l.`rlElGEN).
Rare, Europe. Angleterre.
G. APOLEPHTHISA GRzEGoRzEx
Gazsoonznx, B. E. Z., 205 (1885) ; JOHANNSEN, 41 ; EDWARDS,
1913, 360 ; 1925, 570 ; LANDROCK, 75; ENDERLEIN, XVI, 14.
Tête aplatie, légèrement saillante en avant. Trois ocelles, le médian plus
petit, placé légèrement avant les deux autres. Palpes de quatre articles.
Antennes de 2 -1- 14 articles. Pattes médiocrement longues. Ailes : nervure
costale dépassant 1’intersection de MA 1 ; sous-costale aboutissant sur la
costale ; sc 2 nulle ; R 4 + 5 présente ; cellule r 1 deux fois aussi longue que
large ; base de la fourche cubîtale placée avant celle de la médiane ; nervure
anale courte, non prolongée au bord de l’aile (fig. 36). Abdomen formé de
sept segments comprimés.
Les larves se développent dans les champignons corticoles et sur les
écorces. Elles ne forment pas de cocon défini pour la nymphose (Enwixnns).
Génotype : Apolephihisa rara GRZEGORZEK.
A. Subincana. (CURTIs), 1837, Brit. Ent., 641 (Sciophila) ; JBNKINSON,
Enf. Mag., XLIV, 154 (1908). — Teiragoneura melanoceras HAL1DAY’
lesle EDWARDS, 1925, 570.
D’un brun noir, modérément brillant, à pilosité jaune. Hanches et

notsrxua lll
pattes jaunes ; fémurs avec une tache noiràtre à la base ; tibias et tarses
brunis. Ailes subvitreuses. - Long. 3,5 mm.
Environs de Paris, Verrières, mai (Suncovr). Europe.
M. le D1' F. W. Eowums a observé que la larve peut se développer dans
un champignon, le Poria vaporaria, et sous l’éc0rce du chêne.
G. BOLETINA Smscsa
Smnosn, Krôf. Nat. Tidsskr., III, 233 (1840); KEm·Ész, 73; .loimNN·
sms, 73 ; Eowums, 1913, 362 ; 1925, 571 ; GARRETT, 1925, 10;LANDRoc1<,
75 ; ENnEnLE1N, XVI, 14.
F?4+5'
R1 RM 5,..2
N/JJ
//7
R41-5 RN
R1 $02
NH.1  
` //8
Fm. 117 et 118. —- 1.17. Bolelina lrivillata, aile. —— 118. B. basalis, id. ‘
Tête petite, aplatie, placée sous le thorax. Trois ocelles disposés en
triangle ; ocelle médian petit. Palpes courbes, de 4 articles. Antennes de
*2 —«- 14 articles. Une espèce, le B. Lundbecki Lormsraôm, présente une apo-
physe dressée sur la face inférieure de l’antenne. Ce caractère est unique
dans la famille des Fungivoridae. Pattes longues, grêles ; fémurs un peu
aplatis ; tibias armés d’éperons et de chètes—épines latéraux. Ailes fortement
îrisées ; nervure costale dépassant plus ou moins l’intersection de la nervure
A/IA 1 ; sous-costale aboutissant sur la costale ; sc 2 le plus souvent présente,
souvent pâle, nulle chez quelques espèces ; R 4 -I- 5 toujours nulle ; médiane
et cubitale fourchues ; anale courte (fig. 37). Abdomen formé de sept seg-
ments.
' Les œufs sont enveloppés dans une coque finement guillochée, non spi-
nuleuse. Les larves vivent dans les champignons ou dans le bois pourri.
Une espèce a été trouvée sur l’Hépatique.

112 nirriznns 1=uNc1vo1>.mAE
Une douzaine d’espèces ont été décrites par Muumxar. de l’ambre de la
Baltique. VON HEYDEN a décrit le Bolciimz philhydra, de Prusse ; Soun-
DER a fait connaître le B. sepulta, de la Colombie britannique, et le B.
umfralica, de Florissant.
(lénotype : Lcia triviilala 1VlErcE1~:.
TABLEAU DES ESPÈCES.
1—(4). Ailes : sc 2 nulle.
2—(3]. Abdomen noir : tergites II-IV avec de grandes taches triangulaires
latérales jaunes. Ailes : tige de la fourche médiane deux fois aussi
longue que RM .............................. Reuteri, p. 116.
3-(2). Abdomen d’un brun noir à pilosité d’un gris jaune. Ailes 1 tige de la
fourche médiane à peine plus longue que RM ....... dubia., p. 114.
4-(1). Ailes z sc 2 présente, plus ou moins chitinisée.
5·(6). Ailes subvitreuses, brunies à l’apex ......... Anderschi, p. 113.
6—(5). Ailes vitreuses ou uniformément brunies.
7-(8). Costale atteignant exactement l’intersect1on de MA 1 ou non ;
RM longue, presque horizontale et placée dans le prolongement de
MA 1. ................................... trivittata, p. 117.
8—(7). Costale atteignant ou dépassant Pintersection de MA 1 ; RJVI plus
courte, oblique ou verticale, jamais placée dans le prolongement de
MA 1.
9—(1()). Sous-costale aboutissant sur la costale après le niveau de R ......
........................................... nigricoxa., p. 115.
10-(9). Sc aboutissant sur la costale au niveau de R.
11-(14). Antennes : articles l—I1 du flagellum jaunes.
l2—( 13). Calus huméraux jaunes . . . basalis, p. 113, cincliicomis, p. 113 .
13-(12). Non. Angleterre. Laponie ............... Luntlbeckî LUNDSTR.
14-(11). Antennes complètement noires, tout au plus le premier article
du flagellum plus ou moins jaune à la base.
13—(18). Abdomen : tergites avec des taches ou des bandes jaunes.
16—(1'7). Antennes : premier article basal jaune ....... nitida., p. 116.
17-(16). Antennes : les deux articles basaux noirs .... dispecta, p. 114.
18-(15). Abdomen noir unicolore.
19-(20). Hanches II et III noires ................ nigricoxa, p. 115.
20-(19). Toutes les hanches jaunes, tout au plus les hanches III ombrées
dans leur partie basale.
21—(22). Métapleure cilié. Calus huméraux d’un brun noir .............
............................................ plana., p. 116.
22421}. Métapleure nu.
23-(24). Tibias à éperons d`un brun noir .......... nigricans, p. 115.
_ 24-(23). Eperons jaunes.
25-(26). Hanches 111 plus ou moins noircies, au moins dans la moitié ba-
sale ............. . ............................ gripha., p. 114.

noturxna 113
26-(25). Hanches III en grande partie jaunes ..... brevicornis p. 113.
. . , ........ Lundstrœmi, p. 114, nigroîusca, p. 115, sciarina, p. 117.
1. B. Anderschi Sraumus, 1831, Observ., 20, 17, fig. 1 ; LANDROCK, 76.
Corps noir. Antennes concolores, articles basaux et palpes plus ou moins
jaunis. Mésonotum luisant, soies mésonotales latérales et scutellaires
marginales longues, jaunes. Hanches et fémurs jaunes ; trochanters d’un
brun noir ; hanches III (6) noircies à la base, uniformément jaunes ou à
peine ombrées (52) ; fémurs III légèrement brunis (6 Q). Ailes : nervure cos-
tale dépassant de peu l’intersection de MA 1 ; base de la fourche cubitale
placée après le niveau de RM. Abdomen Q brun noir, quatrataches jaunes
au bord antérieur des tergites. —- Long. 4-5 mm.
Europe.
2. B. basalis (MEIGEN), 1818, S. B., 1, 257 (Leîa) ; ZETTERSTEDT, Dipt.
Sc., XI, 4153 et 4365 ; XII, 4911 ; WULP I, 116 ; KER·rÉsz, 73 ; E1:>wARDs,
1925, 574 ; Lamnnocx, 77. — Leia humeralis ZETTERSTEDT, 1838, Ins. '
Lappon., Dipt., 862. - L. nigra ZETTERSTEDT, 1838, l. c., 862. -- Fig.
118, 123.
Corps d’un brun noir. Antennes concolores à l'apex. Trompe et palpes
jaunes. Pilosité mésonotale jaune ; pleures à pruinosité satinée grise. Han-
ches et pattes jaunes ; trochanters noirs. Ailes subvitreuses ; nervure cos-
tale dépassant MA 1 ; sc jaunâtre, aboutissant sur la costale au niveau
de R ; sc 2 présente ; tige de la fourche médiane subégaleà RM ; base de la
fourche cubitale placée légèrement avant celle de la médiane. Abdomen
tergites avec une étroite bande jaune au bord postérieur, moins visible
chez les mâles. —- Long. 5-6 mm.
Mai·septembre. Commun et répandu dans les bois humides de toute
l’Europe.
3. B. brevicomis ZErrns·rEm·, 1852, Dipt. Sc., X1, 4163 ; Lmnaocx,
77, pl. VI, fig. 7. — Fig. 124.
Sembable au B. sciarina STAEGER, s’en distingue par la conformation
de Phypopyge du mâle. —- Long. 3,5-4 mm.
Europe. Hautes-Pyrénées, juin (PANDELLÉ). Angleterre.
4. B. cincticomis (WALKER), 1848, List_Dipt., B. M., 1, 102 (Mycelo-
philo) ; L.xNnnocK, 77, pl. VI, fig. 8. -- B. consobrina ZETTEns·rEn·r, 1852,
Dipt. Sc., XI, 4162.- B. 11/1'rznerlzi Dz1EDz1cx<1. — Fig. 125.
Semblable au- B. basalis MExoEN ; ne peut se distinguer que par la con-
formation de l’hypopyge du mâle.
Europe orientale et boréale. _ I _ .
sitouv ' 8 '

114 Dxrrianns FUNG1voa1DAE
5. B. dispecta Dzxnnzrcm, 1885, Pamiet. lfizyjogmf., V, 8, 3, pl. V, fig.
18-20 ; pl. V1, fig. 1 ; Envmnns, 1925, 573 ; LANDROCK, 77.
D’un brun noir. Antennes brunes, les deux articles basaux en partie
jaunes comme la base du premier article du flagellum. Pilosité mésonotale
jaune ; métapleure cilié. Hanches et pattes jaunes ;tibias à éperons jaunes.
Balanciers d’un brun jaune. Ailes grisâtres ; costale prolongée au delà de
l’intersection de MA 1 ; sc aboutissant sur la costale au niveau de R ; sc 2
présente ; tige de la fourche médiane plus longue que RM ; base de la four-
che cubitale placée avant le niveau de la fourche médiane. Abdomen :
tergites antérieurs à taches latérales jaunes placées au bord postérieur. —
Long 3,5 mm.
Ees femelles ont les protarses I dilatés.
J uin-septembre. Europe centrale. Angleterre.
6. B. dubia ME1GEN, 1804, Klass., 1, 92 (Mycelophila) ; EDWARDS, 1925,
573 ; LANDRocK, 78. - Bolelina inermis LUNDSTHÈM. —— Leia analis MEI-
GEN, 1818; S. B., I, 257 ; ZETTEHSTEDT, Dipt. Sc., XI, 4155 ; WALKER,
Ins. Brit., III, 30 ; Knnrész, 73.
Type du L. analis. 6. Corps d’un brun noir,.premier article antennaire
jaune à la base. Calus huméraux étroitement jaunes. Métapleure cilié.
Hanches et pattes jaunes ; éperons noirs ; trochanters noirâtres (6 : griffe
externe des pattes I dilatée et portant huit petites dents internes. 9 :
griffes égales et armées d’une seule dent). Balanciers jaunes. Ailes jaunies ;
costale prolongée bien au delà de l’interseetion de MA 1 ; sc aboutissant
sur la costale au niveau de R ; base de la fourche cubitale placée au niveau
de celle de la fourche médiane. Hypopygium brun roux, jaune à l’extré-
mité. -- Long. 4,5-5 mm.
Généralement commun dans les endroits humides ou près des ruisseaux
des montagnes où croissent des hépatiques. Toute l’Europe. Corse.
Les larves se développent sur Vhépatîque (CHEETHAM, 1920, 190), et
peut-être dans le bois pourri.
7. B. gripha Dzienzrcm. Enwsans, 1925, 574 ; Lannnocx, 78, pl. V1,
fig. 14. -— Fig. 126.
Semblable au B. sciarimz STAEGER dont 1l se distingue par la confor-
mation de Phypopygium chez les mâles. Les antennes paraissent légère-
ment plus longues, les hanches III plus ou moins noircies au moins à l
base ; ce dernier caractère n’est pas absolument constant. Long. 3-3,5 mm.
Europe. Ardennes Z Vendresse (R. BENOIST) ; Seine-et-Oise : Lardy
(Suncoun) ;Fontaînebleau (Rowan). Limbourghollandais. Corse. Angleterre,
(Test l’espece la plus commune du groupe de B. sciarina.
8. B. LUI1dSl}I0€mlLANDROCK, 1912, W. e. Z., XXXI, 30, et Fliegen, 79,
pl. VI, fig. 20. -— Fig. 119.

BOLETXNA 115
C1 semblable au B. sciarina STAEGER, s’en distingue par la conformation
de l’hypopygium. — Long. 3 mm.
Europe centrale. Angleterre.
9. B. nigricans Dzmnzicxi, LANDROCK, 79, pl. VI, fig. 22. -— Fig. 120.
Appartient également au groupe du Bnleiina sciarina, mais remarqua-
ble par la conformation de l’}1ypopyge du mâle. -- Long. 3-3,5 mm.
Europe centrale et orientale. Angleterre.
10. B. nigricoxa Smnonn. Znrrnnsrnnr, Dipt. Sc., XI, 4158 et XII,
491lf;_WxNNEn·rz, 775 ; Knnrâsz, 74 ; Lamnnocx, 79, pl. VI, fig. 23.
IZ0 /2/ IZZ
Q ià M
/23 (Z4- / /25 /26
Fm. 119 à 126. - Hypopyges des Bolctina. -—- 119. B. Lundstr0emi,selon Lnnnnocx.
· —— 120. B. nigricans, selon Dznanziciu. - 121. B. nigrofusca, selon Lsnnnocx. ——·
122. B. sciurina —· 123. B. basalis, selon Dznznzicm. -—· 124-. B. brevicornis, selon
Lunnsrnoni. —-· 125. B. cincticornis. -· 126. B. gripha, selon Dzuznztcm.
Corps noir, une tache jaunâtre sous les calus huméraux. Hanches I plus
ou moins brun jaune à l’apex ; fémurs jaunes, tibias et tarses bruns. Ailes
teintées ; costale ne dépassant pas Pintersection de MA 1 ; sc 2 présente ;
fourche cubitale placée avant le niveau de la fourche médiane. — Long.
5-6 mm.
Europe. Prusse orientale (CZWALINA).
La larve et la nymphe ont été décrites par T. Bxamno, Arch. f. Nat., XLI,
I, p. 56-57 (1875).
11. B. nigrofusca Dzmnzicxi. Enwanns, 1925, 575 ; LANDROCK, 79,
pl. VI, îîg. 24. -— Fig. 121.

116 n nirrianias ruuorvonrnm
Appartient au groupe du B. sciarina ; s’en distingue par la conforma-
tion de l’appareil copulateur. —— Long. 3,5 mm.
Europe centrale et orientale. Angleterre.
12. B. nitida. Craznoonznx. Knnrész, 75 ; Limnaocx, 79.
Corps d’un noir brillant. Palpes, hanches, fémurs et balanciers jaunes.
Mésonotum à pilosité jaune ; trochantcrs et tarses noirs ; tibias d’un brun
noir. Ailes d’un gris brunâtre ; nervure costale dépassant largement l’in-
tersection de MA 1 ; sous-costale aboutissant sur la costale au niveau de
R1 ;sc 2 présenteçbase de la fourche cubitale placée au niveau du milieu
de la tige de la fourche médiane. Abdomen 2 tergîtes II-III-IV avec une
bande postérieure jaune, ces bandes plus larges chez les mâles. Hypopy-
gium noir. —— Long. 5 mm.
Europe.
13. B. plana WALKER. EDWARDS, 1925, 573 ; LANDROCK, 80. —- B. dubia
STAEGER. ZETTERSTEDT, Dipt. Sc., XI, 4157 ; THEOBALD, 133 ; Knnriâsz,
74. - B. Grzegorzekii Dznanzrcxi.
6. Corps noir à pilosité jaune. Antennes d’un brun noir, premier article
du flagellum étroitement jaune a la base. Hanches et pattes jaunes ; épe-
rons noirs. Balanciers jaunes. Ailes un peu teintées ; nervure costale pro-
longée au delà de l’intersection de MA 1 ; sc aboutissant sur la costale
avant le niveau de R ; sc 2 présente ; tige de l fourche médiane à peine
plus longue que RM ; base de la fourche cubitale placée avant celle de la
fourche médiane. ——— Long. 4-4,5 mm.
Bois humides, aussi pres des petits ruisseaux marécageux des montagnes.
Europe. Limbourg hollandais. Prusse orientale (CZVVALINA). Angleterre.
14. B. Reuteri LUNDSTRÉÉM, 1906, A cia Soc. Fauna ei Flora fenn., XXIX,
16 ; Envmans, 1925, 573 QLANDROCK, 80.
Face jaune, front et vertex d’un brun noir, à reflets gris. Trompe jau-
nâtre. Antennes d’un brun noir, les trois premiers articles jaunes. Méso-
notum jaune, avec trois bandes longitudinales noirâtres plus ou moins
réunies ;scutellum et mésophragme d’un brun noir; pleures jaunes, ta-
chés de brun ; pleurotergites nus. Hanches et pattes jaunes ; trochanters
et tarses noirâtres. Ailes à membrane brunie ; costale prolongée au delà de
l’intersection de MA l ; sous-costale aboutissant sur la costale avant la
base de R ; base de la fourche cubitale placée au niveau de RM ; CuAla
écourtée, n’atteignant pas le bord de l’aile. Hypopygium d’un brun noir.
- Long. 5 mm. “
Europe, dispersion étendue, mais localisée (Enwzxnns).

BOLETINA 117
15. B. sciarina STAEGER. Znrrnnsrsnr, Dipt. Sc., XI, 4159 ; \V1NNEarz,
776 ; Scnmnn, 454 ; WULP, 115 ; TnEon.x1.n, 133 ; KER'rÉsz, 75 ; LAN-
Dnocx, 80. - Mycelophila concolor \VAr.1<ER. —- M. obscurella Znrrnn-
srsnr. -· Fig. 122. _ _ _ _ _
Corps noir. Métapleures nus. Hanches et fémurs jaunes ; tibias et tarses
bruns ; éperons et balanciers jaunes. Ailes légèrement teintées ; nervure
rostale prolongée largement après Pintersectîon de MA 1 ; sous—costale
aboutissant sur la costale au niveau de R ; sc 2 présente ; base de la four-
che cubitale placée avant le niveau de celle de la fourche médiane ; tige
de la fourche médiane plus longue que RM. —- Long. 3-4 mm.
Printemps et automne. Province rhénane. Hollande. Europe. Prusse
orientale. Styrie (STROBL). Corse. Angleterre (Emvmms). Amérique sep-
tentrionale.
16. B. trivittata. Mmcnm. Zsrrnnsrnnr, Dipt. Sc., XI, 4151 et 4364,
XII, 4911 ; Wxnnnrvrz, 773 ; Wurr, 116 ; Knnrssz, 75 ; Enwnnns, 1925.
572 ; LANnnocx, 81. — Fig. 117.
Corps d’un brun noir. Antennes concolores. Palpes jaunes. Mésonotum
d’un gris cendré, trois bandes longitudinales noires. Pleurotergites nus.
Hanches et fémurs jaunes ; trochanters partiellement ou entièrement noirs.
Balanciers jaunes. Ailes légèrement teintées ; sc aboutissant sur C avant
le niveau de la radiale ; sc 2 présente ; base de la fourche cubitale placée
après le niveau de R, souvent au niveau ou très peu avant le niveau de la
base de la fourche médiane. $2: tergites abdominaux à bordure postérieure
jaunâtre.- Long. 6-7 mm.
Commun dans les bois humides. Toute l’Europe.
Larve dans le bois pourri.
Tribu Leiini ‘
TABLEAU mas Gmvnns.
l·( 1). Nervure sous-costale allongée, aboutissant sur la costale, ou sc dé-
«-olorée à l’apex ; soies tibiales longues et fortes.
2-(3). Radiale (R 1) près de deux fois aussi longue que RM qui est perpen-
lliculaire ; fourche médiane incomplète ; AIA 2a effacée à la base i; sc 2
nulle (fig. 127) ............................. Rondaniella., p. 118.
3-(2). R 1 à peine plus longue, parfois plus courte_que RM. Leia, p. 119.
4-(1). Sc courte ou très courte, libre à. Vextrémité ou dirigée sur R 1.
5-(6). Palpes réduits, uniarticulés. 9 aptère ; J 0uAl réunie à MA 2 .... _
.......................................... . . . Pnyxia, p. 124.
6-(3). Palpes bien développés. 9 ailée ; 6 Cu.»11 indépendante de MA 2.
7—(8). Ocelles rapprochés du bord de l’œil. R 1 longue; fourche médiane à
tige plus courte que RM. Métapleure cilié. ....... Docosia, p. 126.

118 nrpzrànss ruuoivoarma
8-(7). Ocelles écartés du bord de l’œil. R 1 courte ; fourche médiane à tige
aussi longue ou plus longue que RM.
9-(10). Métapleure cilié. Sc très courte. R 4 -1- 5 nulle ................
....................................... Megophthalmidîa, p. 129.
10-(9). Métapleure dénudé. R 4 -1- 5 le plus souvent présente et formant
une petite cellule (r 1).
11·(l2). Sc longue et aboutissant sur R 1 ; fourche cubitale non pétiolée.
.......................... . .......... Ectrepesthoneura, p. 130.
12—(11). Sc très courte et libre à l’apex ; fourche cubitale longuement pé-
tiolée ................................... Tetragoneura, p. 131.
G. RONDANIELLA JOHANNSEN
JoHANNs1aN, Gen. Insect., 66 (1909) ; LANDRoc1<, 82 ; ENDERLEIN, XVI,
14. -— Leia WINNERTZ (nec MEIGEN), XIII, 792.
Fm. 127. — Rondaniella dimidiata. —· Aile du type de Marsan.
Tête un peu aplatie, placée sous le thorax. Trois ocelles disposés en trian-
gle, ocelle antérieur plus petit. Palpes de 4 articles. Antennes de 2 -1- 14
articles. Pattes fortes, fémurs élargis et aplatis ; tibias armés d’éper0ns et
de soies latérales allongées. Ailes : nervure costale dépassant l’intersection
de MA 1 ; sc longue, aboutissant sur la costale ; sc 2 nulle ; R l plusieurs
fois plus longue que RM ; R 4 -1- 5 nulle ; médiane et cubitale fourchues ;
MA 2a et Cu Alu évanescentes à la base ; la base figurée de la fourche cubi-
tale placée avant le niveau de RM ; nervure anale réduite à un rudiment
basal (fig. 127). Abdomen formé de sept segments, le segment apical très
petit.
Larves mycétophages. l
Le Rondaniella inierrupia LoEw est connu de l’ambre de la Baltique.
Génotype : Leia variegaia W1NNEx=iTz.
R. dimidiata.(ME1c1a:N).— Leia dimidiala Macgmnr, I, 135 ; Ksarasz,
83.-L. apicalis ZETTERSTEDT (nec voN Rosaa), 1852, Dipt. Sc., XI, 4146.
- L. elegans WINNERTZ, 793 ; Scumaa, II, 460.- L. terminalis Maman,
WINNERTZ, 795 ; Scnmna, II, 460. —— Fig. 127.

LEIA 119
S?. Corps jaune. Front et vertex d’un roux brun. Antennes brunes, base
et articles III-VI du flagellum jaunes. Mésonotum unicolore ou avec
deux bandes préscutellaires noirâtres (elegans), ou avec trois bandes lon-
gitudinales noires (terminalis) ; pleures tachés de brun ; mésophragme et
scutellum bruns. Hanches et pattes d’un blanc jaunâtre ; trochanters avec
un point noir;fémurs III et tibias III noircis à l’apex. Balanciers d’un
blanc jaune. Ailes jaunâtres, apex largement bruni ; nervure CuA1 b ourlée
de brun. Abdomen brun ; dernier segment et oviducte jaunes ; souvent la
couleur noire de l’abdomen est limitée au tergite I et à la moitié apicale
du tergîte VI, comme le segment terminal jaune (lerminalis). -— Long.
3,-3,5 mm. (d’après le type de MEIGEN).
Printemps·été. Bois et bosquets. Rhénanie. Europe centrale et boréale.
W1NNEm·z a trouvé la larve dans le Polgporus nidulans et dans le bois
pourri. Elle est parasitée par le Proctoirypes longicornis NEEs (DE GAULLE).
var. Variegata (WINNERTZ), 794 ; Scnmna, II, 460 ; WULP, 118 ; KER-
·rEsz, 84 ; LANDROCK, 82. — Differe de la forme typique par : seulement le
premier article du flagellum jaune ; trois bandes mésonotales brunâtres
plus ou moins cohérentes. ·—— Long. 3-3,5 mm.
Eté. Province rhénane. Hollande. Fontainebleau (POUJADE) ; Rambouil-
let, X (SÉGUY). Europe centrale.
WmNEn·rz a observé la larve dans le Bolctus scaber (octobre).
G. LEIA ME1oEN
ME1oEN, Syst. Beschr., I, 258 (1818) ; KERTÉSZ, 83 ; .1orrANNsEN, 76 ;
LANDROCK, 82 ; EN¤ER1.E1N, XVI, 14. — Glaphyroplera W1NNERrz, XIII,
781. - Leiomyia RONDANI, 1856, Prodr., I, 195, 6. —— Neoglaphyroplera
()s1·EN-SACKEN, 1878, Catal. Dipt. N. America, edit. II, 10, 216 ; KER-
'rrêzsz, Cata]., 78.
Tête ovalaire, légèrement aplatie antérieurement, recouverte par le tho-
rax. Trois ocelles disposés en une ligne courbe, le médian petit, placé par-
fois en retrait. Palpes de quatre articles. Antennes de 2 -|— 14 articles. Tibias
armés d'éperons et de soies latérales. Balanciers petits. Ailes plus longues
que l’abd0men ; costale ne dépassant pas l’intersection dela médiane ; R 1
courte ; R 4 + 5 nulle ; base de la fourche cubitale placée avant le niveau
de celle de la médiane ; Cu Ala souvent interrompue à la base ; nervure anale
rudimentaire (fig. 39). Abdomen de sept segments, cylindrique (6) ou légè-
rement aplati (Q).
Les larves vivent sur la face inférieure des champignons corticoles, où
elles étalent un enduit muqueux. La nymphose a lieu dans un tube mucila-
gineux plus ou moins complet dans lequel la pupe est suspendue.
Le développement de l’espèce américaine Leia bivillata SAV a été
étudié par M. H. B. VVEISS (1919). La larve d'une autre espèce améri-
caine (Neoglaphyroplera opima) a été décrite par M. BRUES (1902).

120 DIPTÈRES FUNGIVORIDAE
Six espèces de l’ambre de la Baltique ont été décrites par Lonw et par
MEUMER. `
Génotype : Leia fascipennis 1\lEic.1aN.
T.wLEAu ons Es1>ÈcEs.
1-(2). Ailes : nervure CuA1a non interrompue à la base ; RM, tige de la
fourche médiane et partie postérieure de CuA1b brunies ............
........................................... Winthemî, p. 124.
2—(1). CuA1a interrompue à la base ; RM sans tache sombre, ordinaire-
ment une tache brune subapicale.
3—(8). Abdomen entièrement ou en grande partie d’un jaune orange, ou
le tergite I à bordure apicale brune. Fémurs III uniformément jaunes,
ou l`apex externe bruni. I
4-(5). Abdomen : tergite Iorange. Tibias à éperons jaunes. 3 : hypopyge à
forceps non bifides.. ........................ fascipennis, p. 122-
5-(4). Abdomen : tergitel avec une bande ou une large tache apicale noire.
6-(7). Eperons de couleur pâle. Mésonotum à pilosité jaune. 3 : forceps à
branches profondément bifides ............... crucigera., p. 121.
7-(6). Eperons brunis. Mésonotum à soies noires,. . îuscicalcar, p. 122.
8—(3). Abdomen : tergites avec des bandes noires transverses apicales, ou
avec des taches triangulaires médianes, ou uniformément noires. Fé-
murs III brunis à l’apex.
9-(12). Ailes : RM plus de deux fois aussi longue que R 1.
10-(11). Mésonotum uniformément jaune, ou les bandes réduites à des
traces. Abdomen : tergite I jaune. Long. 3-3,5 mm.. . picta, p. 123.
11—(10). Mésonotum jaune avec deux bandes brunes. Tergite 1 bordé de
brun noir apicalement. ——- Long. 4-4,5 mm ..... cylindrica, p. 121.
12-(9). RM moins de deux fois aussi longue que R1.
13—(14). Tergites abdominaux à triangles noirs non étendus latéralement,
mais tendant à former uneligne continue. Hypopygium ;branches des
forceps trifides ............................ Subfasciata, p. 123.
14—(13). Tergites à triangles noirs étendus sur les côtés, mais ne formant
pas de bande longitudinale. Branches des forceps non trifides.
15-(16}. Forceps à branches simples, effilées, courbées .................
i .......................................... bimaculata, p. 120.
16—(15). Forceps à branches émoussées, obtuses, mais présentant une apo-
physe interne pointue ....................... Piîîardi, p. 123.
1. L. bimaculal:3 (MEIGEN), 1804, Klass., I, 92 (Myceiophila) et Syst.
Beschr., I, 256 ; l`/IACQUART, I, 135 ; WVALKEP., List, I, 94 et Ins. Brit., III,
28 ; Emvimns, 1925, 580 ; LANDROCK, 84.-L. fasciola MEIGEN. WALKER,
List, I, 92 ; WINNERTZ, 784 ; Scnrmazn, I1, 458. —- L. ocfomaculaia Curvrrs,
1837, Brit. ent., 645 ; VVALKER, Ins. Brit., III, 28. — L. siigmalella v. D.

Lam 121
WULP. —-· Glaphyroplera bimaculala Wmmzarz, 790 ; Sommza, II, -158 ;
WULP, 109. — Neoglaphyroplera bimaculala KEm‘Ész, Catal., 79. - Fig.
132.
Q. Front et occiput brunis. Face. trompe et palpes j aunes.' An-
tennes d’un brun noir, articles basaux et articles 2-3 du flagelle jaunes.
Thorax varié de jaune et de noir, mésonotum jaune avec des bandes lon-
gitudinales d’un brun roux. Hanches et pattes jaunes ; trochanters taches
de noir ; fémurs III noircis à l’apex. Ailes d’un brun jaunâtre; bande pré-
apicale brune, parfois évanescente ou nulle; CuAlb bordée postérieure- ·
ment de brun pâle. Abdomen brunâtre ; tergites plus ou moins largement
noircis au bord postérieur. — Long. 4,5 mm. (d’après le lype de MMGEN).
Mai-septembre. Commun et répandu dans toute l’Europe. Corse. Hautes-
Pyrénées (PANDELLÉ). Algérie (Lasne).
Larves dans le bois pourri ou dans divers champignons (eg. Russula ni-
gricans) [Eowimnsl).
Espèce à chromie variable, les individus de couleur sombre peuvent por-
ter des antennes uniformément brunes ou noires, le thorax peut être varié
de jaune et de brun, le mésonotum peut être uniformément noir.
2. L. crucigera ZETTERSTEDT, 1838, Ins. Lappon., Dipt., 861 ; EDWAHDS,
1925, 579 ; Lxmmocx, 85. - Neoglaphymplera fascipennis Wmnsrrrz,
782 ; Scnimazn, II, 458 ; Knarâsz, 80. — Fig. 128.
Corps jaune, front et vertex brunis. Antennes brunes, les six premiers ·
articles jaunes comme les palpes. Mésonotum roux, brillant, à soies jaunes.
Hanches et pattes jaunes ; fémurs II1 légèrement plus sombres sur la
face externe. Balanciers d’un jaune pâle. Ailesd’un brunjaunc, une bande
préapicale brune, parfois réduite à une ombre évanescente chez le mâle.
Abdomen : tergitel noirci postérieurementfcette bande peut être prolongée
en ligne médiane longitudinale plus ou moins visible sur les premiers ter-
gites. —— Long. 5-7 mm.
Juin. Rhénanie. Nord de la France (Macouanr). Vaucluse (.\BElLLE
ne PERRIN). Europe centrale et boréale.
21. L. cylindrica. VVINNERTZ, 1863, Verh. z.-b. Ges. Wien, Xlll, 785 (Gla-
phyroplera) ; Eowmms, 1925, 579 ; Lxuonocx, 85. -— Fig. 130.
Corps jaune. Antennes brunes, base et les articles Il-IV du flagelle
jaunes. Pleures plus ou moins brunis postérieurement, scutellum taché au
milieu ou entièrement brun. Mésophragme plus ou moins ombré. IIanches
et pattes jaunes ; fémurs noirâtres à l’apex. Ailes à membrane ombrée ;
une bande préapicale brune ; branche postérieure de la fourche cubitale
ourlée de brun ; RM plus de deux fois aussi longue que H 1. Abdomen
cylindrique, des taches triangulaires à base postérieure sur les tergites
I·V, les derniers noirs. — Long. 4--1,5 mm.
Europe.

122 DIPTÈRES FUNGIVORIDAE
Deux caractères : les forcipules hypopygiales divergentes, etle rameau RM
à peu près deux fois aussi long que R1 ou plus, permettront Pidentification
de cette espèce.
4. L. fascipennis MEMEN. MACQUART, I, 135; ZETTERSTEDT, Ins. Lap-
pon., 860 et Dipt. Sc., XI, 4140, 4364 ; WALKER, List, I, 92 et Ins. Brit.,
III, 27 ; Eowaaos, 1925, 579 ; LANDROCK, 85. —— L. flavicornis MEIGEN,
1818, S. B., I, 255. — Neaglaphgrnptera fascipcnnis KERTÉsz, 81. — Fig.
129.
Semblable au L. crucigera ZETT., plus petit, le premier tergite abdomi-
nal toujours uniformément j aune, les segments suivants noircis sur les inci-
sures. Soies mésonotales et scutellaires brunes ou noires. Ailes à bande
sombre évanescente ou nulle. — Long. 5-6 mm.
/28 ' 729
\/Z; ‘ v
*\
® '  v~
/30 /3/ L .
Fm. 128 ai 132. —· Hypopyges des mâles des Leia. — 128. L. crucigcra, profil. —- 129.
L. fascipennis. — 130. L. cylindrica. —· 131. L. Piffardi. —— 132. L.bimaculata. —-
Selon LANDROCK, sauf 131 selon Enwaaos.
Juin-juillet. Nord de la France (MACQUART) ; Ardennes (R. BENOIST) ;
Rhénanie ; Allier (oo BUYSSON) ; Var (ABEILLE DE Parmm) ; Hautes-
Pyrénées (PANDELLÉ). Europe centrale et boréale. Algérie (Soncour).
Après la mort, l'abdomen peut virer au noir chez les femelles. Espèce
très voisine du L. crucigera. On sera souvent obligé de recourir à l’examen de
l’apparei1 copulateur du mâle.
5. L. fuscicalcar EDWARDS, 1928, Dipiera, IV, 160.
Q. Tête noire à soies noires. Palpes jaunes. Antennes noires, les trois ou
quatre premiers articles jaunes. Thorax roux, mésophragme en majeure
partie noir, comme les parties inférieures des pleurotergites et des sterno—
pleurites; soies mésonotales noires ycomprislescils,maislapilositédu
fond jaune. Pattes jaunàtres ; fémurs II-III avec une ligne noire sur la
base interne; fémurs III très étroitement noirs à l’apex externe seulement ;

LEIA 123
soies tibiales noires disposées comme chez le Leia fascipennis ; éperons
des tibias III d’un brun noir, étroitement jaunàtres à la base ; tarses noi-
râtres. Balanciers jaunes. Ailes légèrement teintées de jaune ; toutes les
nervures noires, disposées comme chez le L. fascipennis ; la bande subapi-
cale brune réduite à une tache oblique placée à l’apex de la cellule r 1 ;
pas d’autre trace brune. Abdomen roux ; tergite I à marge postérieure
noire ;une bande médiane longitudinale sombre mal définie est étendue
sur la longueur des tergites 1-III. -- Long. aile. 6 mm.
Corse : Evisa (Emvanos).
Semble distinct de toutes les espèces de Lcia du groupe « fascipennis »
par la couleur des éperons d’un brun noir et par les tibias III étroitement
noirs à 1’apex. Le L. fuscicalcar est légèrement plus grand que les L. fasci-
pennis de taille moyenne (Emvisnos).
6. L. picta. MEIGEN, 1830, S. B. VI, 296 ; Lanonocx, 85. — Leia bifas-
ciala GIMMERTHAL, 1846, Bull. Soc. Imp. nal. Moscou, XIX, 2, 56. -—-
Glaphyroplera picla YVINNERTZ, 788. - Neoglaphyroplera picla ICERTÉSZ,
Catal., 81.
Tête, trompe et palpes jaunes. Antennes brunes, les articles basaux et le
premier article du flagellum jaunes. Thorax roux, à pilosité jaune; soies
scutellaires noires. Hanches, fémurs et tibias jaunes ; fémurs III, apex des
tibias III et tarses brunis. Ailes j aunies ; une large bande préapicale brune,
réduite et plus ou moins effacée chez les mâles ; cellule ca 2 avec une tache
brune à l’extrémité. Abdomen jaune ; tergites II-IV avec une bande api-
cale noire plus ou moins développée, les segments suivants, Phypopyge et
l'oviscapte noirs ou brun noir. — Long. 3-3,5 mm.
Europe.
Le Leia picla de la collection de MEIGEN (n° 432) est un L. Winlhemi (lesle
Enwarms, SÉGUY).
7. L. Piïfardi Enwrxnns, 1925, Trans. ent. Soc. London, 580 ; LANDROCK,
86. - Fig. 131.
Ne se distingue pas extérieurement d’un Leia bimaculala à l'abd0men
jaune. L'examen de Phypopyge permettra de reconnaître les deux espèces.
—· Long. 4-5 mm.
Europe.
8. L. subfasciata. (Mercer:). Ze·rrEns·rEm·, Dipt. Sc., XI, 4143 et XII,
4910 ; Enwrxnns, 1925, 580 ; LANDROCK, 86. —- Leia bifasciala v. Rosxzn,
1840, Corresp., 1, 51.-—L. lunalala v. Piosrzn, 1840, l. c., 1, 51.- L. Mark-
lini ZETTERSTEDT, 1838, Ins. Lappon., Dipt., 861. — Glaphyroplera
subfasciala YVINNERTZ, 786 ; Scumnn I, 458 ; WULP, 111 ; THEOnAL¤,
131. — Neoglaphyroptera subfasciala KERTÉsz, 81. -— N. lricuspidala
Srnom., 1909, Mill. Ver. Sleierm., XLVI, 248 (1910).

124 n1PTÈ1>.Es FUNGIVOMDAE
Corps jaune, vertex tache de brun. Antennes brunes, base et articles I-
lII du flagelle jaunes. Thorax à pilosité jaune ; bandes mésonotales réduites
à des traces, mésonotum rarement entièrement noir, mais les calus humé-
raux restent jaunes ; pleures, scutellum et mésophragme tantôt clairs,
tantôt plus ou moins brunis. Hanches et pattes jaunes, fémurs III plus ou
moins largement noircis à l’apex ; tarses bruns. Balanciers jaunes. Ailes à
membrane teintée, une bande brune préapicale ; RM plus longue que la
tige de la fourche médiane. Abdomen jaune dans la forme typique ; ter-
gites I—V avec une tache médiane triangulaire noire, à base postérieure ;
ces taches plus ou moins développées ; tergites V1-VII noirs, ou abdomen
entièrement noir. —— Long. 4,5-6 mm.
Avril-mai. Rhénanie, fleurs de myrtilles. Hautes-Pyrénées. Hollande.
Toute 1’Europe. Angleterre.
9. L. Winthemi LEHMAl\. MEIGEN, S. B., V1, 296 ; MACQUART, I, 133
(.Mycei0phila) ; ZETTERSTEDT, Ins. Lapp., Dipt., 861 ; AVALKER, List, 1,
93 et Ins. Brit., III, 29 ; EDWARDS, 1925, 579 ; LANDnocK, 87. —L. irifas-
ciaia WALKER, 1848, List, 1, 93. —- Glaphyropiera Winihemi Wxiwnnrz,
789 ; SCHINER, II, 457 ; WULP, 110 ; THEOBALD, 131. -— Myceiophila
maculipennis SAV. VVIEDEMANN, Ausser. zweifl. Ins., 66 (1828). —— Neo-
glaphyroplera Winihemi KERTÉSZ, 82.
S2. Corps jaune. Front et occiput plus ou moins brunis. Antennes d’un
noir brun ; articles basaux et les deux premiers du flagelle partiellement ou
entièrement jaunes. Mésonotum avec trois bandes longitudinales brunes
séparées ; scutellum avec une tache médiane brune ; pleures plus ou moins
taches de brun ; mésophragme avec une large bande moyenne d’un brun
noir. Hanches et pattes d’un jaune pâle ; trochanters et apex des fémurs
III noirs ; éperons brun jaune. Ailes à membrane légèrement teintée ; une
l bande préapicale brune, plus pâle ou interrompue sur la partie médiane ;
` MA 1 avec une tache brune à l’apex. Abdomen : tergites avec de larges
bandes postérieures brunes, et parfois une ligne médiane dorsale de même
couleur. — Long. 3, 5 mm. (d’après l’h0m0iype de MEMEN).
Europe.
Plutôt rare. Répandu dans toutes la région holarctique, également connu
des Indes, de Java et de Sumatra (EDWARDS).
Peut être confondu avec le Phryne fenestralis.
G. PNYXIA JOHANNSEN
JOHANINSEN, Bull. Maine Agric. exper. Sial., 114 (1912); ENnERLEiN,
XVI, 14. —~- Allosioomma ScHMrrz, 1915, Tijdschr. 1;. Ent., 289 ; LEN-
GERSDORF 18. A
Yeux largement séparés. Trois ocelles disposés en triangle. Trompe courte,

PNYXIA 125
palpes uniartîculés. Antennes formées de 2 + 14 articles. Pattes allongées ;
griffes simples. Ailes : nervure costale dépassant largement l’intersection
de MA 1, atteignant presque Pextrémité de l’aile ; R 1 courte, épaissie,
pâle à Pextrémité, aboutissant sur la costale ; sc rudimentaire ; R 4 -|- 5
nulle ; médiane fourchue, à tige tres pâle ou évanescente à la base ; CuA1a
réunie à RM à la base; Cu Alb libre jusqu'à l’extrême base de l’aile (fig. 44).
Q : aptere, balanciers nuls (fig. 133).
8. Deux formes : une ailée et une subaptère. I° ailes bien développées,
leur sommet atteignant l’ext1·émité de l’abdomen. II° ailes courtes ne dépas-
sant pas le quatrième tergite abdominal.
_ ·l U Q '/
"<‘l!!!!@e,.· saee si
\ l B3 <À  
/34- ` r_i//I
.4 I
9 .Ã/ · J
/ /
]/
t 4
/36
/37   .
Fm. 183 ai 137. -— Pnyzia scabiei Horxms. —— 133. Femelle aptère. — 134. Mâle ailé.
185. Mâle subaptère. — 136. Nymphe. - 137. Larve. -— Selon SPEYER. .
Les représentants de ce genre sont placés par MM. Lancnnsoomr et
jVIMMER parmi les Lycoriides. M. F. W. Enwanos les range parmi les
Fongivorides. C’est cette dernière solution qui a été adoptée ici.
M. le DP F. W. Enwlmns (1925 : 584) dit que ce genre peut être correcte-
ment rapproché des Lycoriidae; il l’inclut cependant dans les Sciophilinae
en raison des yeux arrondis dépourvus de connexion frontale, et de la ner-
vure RM plus ou moins oblique, caractères qui forment les points de dis-
tinction des deux sous—familles. On peut cependant regarder cette forme
comme un Sciarine dégénéré. En dehors de la conformation oculaire, les

126 nirriaans FuNc1voa11:>AE
individus mâles se distinguent immédiatement des autres genres des Scie-
philinae et des Lycoriidac par la direction des nervures alaires. Une nerva-
tion similaire se retrouve dans le genre fossile Heteroiricha dont un repré-
sentant habite encore actuellement l’Afrique australe, mais il présente des
ailes ciliées et des yeux conformés comme chez les Sciarides normaux. Les
femelles des Pnyasia dépourvues d’ailes et de balanciers se distinguent diffi-
cilement des autres formes dégénérées (Epidapus, etc,).
Génotype : Epidapus scabiei Horxms.
P. scabîei (Horxms). EDwARDs, 1925, 584 ; LANDROCK, 91 ; Mamwa,
136-148.- Allosloomma subtermnea SCHMITZ, 1913, Tijdschr. Enf., 211;
ibid., 1918, 100. -— Epiclapus scabiei (Horxms). Knrsrssz, Gatal., 1. —
Fig. 133-137.
6. Antennes trois ou quatre fois aussi longues que le corps, à cils courts.
Thorax et abdomen obscurs. Pattes pâles ; tibias à éperons courts. Balan-
ciers longs, tige pâle à la base, renflement obscur. Ailes teintées. Hypo-
pygium pubescent, forceps simples.
S2. Corps de couleur plus claire. Antennes plus courtes. Pas d’ailes ni de
balanciers. Oviducte allongé, cerques ovalaires. — Long. 1-2 mm.
Hollande. Europe centrale. Angleterre. Amérique septentrionale.
En Angleterre et en Amérique, on a observé les deux formes de mâles
(ailes longues et ailes courtes). M. le DF H. Scmvirrz a trouvé le Pnyzcia sub-
tcrranea dans les nids de taupes et de fourmis (FALcoz, 1914, 156).
Les premiers spécimens ont été trouvés en Amérique du Nord ; d’autres
ont été retrouvés en Angleterre dans du matériel provenant du Sommerset
par M. H. J. CnARBoNN1Ea, et M. E. R. SPEYER (1929) a retouvé l’espèce à
Cheshunt et ailleurs. Les larves attaquent les plants de pommes de terre et
provoquent la maladie connue sous le nom de « Potato·scab » (Horxms,
1895; MM: Laon, 1934) ; on les a observées également sur les tomates, puis
sur les racines des concombres cultivés en terre (SPEYER, 1922). Elles se
développent encore dans le fumier. La biologie et la morphologie des
premiers états de cette espèce ont été étudiés par le D* S. MA¤wAa (1934).
G. DOGOSIA Wmuiaarz
WINNERTZ, XIII, 802 ; Knrurâsz, 87 ; JoHANNsEN, 92 ; Enwaaos,
1925, 581 ; Laixnaocx, 89 ; ENDEa1.ExN, XVI, 14.
Tête allongée, ovalaire, un peu aplatie antérieurement, recouverte par le
thorax ; front légèrement saillant en avant; trois ocelles: les latéraux rappro-
chés du bord des yeux, le médian petit, enfoncé. Palpes formés de 4 articles.
Antennes de 2 + 14 articles. Pattes fortes ; fémurs III aplatis ; tibias armés
d’éperons et d’épines latérales. Ailes : membrane avec la seule pilosité micro-
scopique ; costale prolongée bien au delà de l'intersection de JWA l ; sous-
costale petite, aboutissant sur R 1 ou libre a l’apex ; RM plus courte que
R l ; R 4 —|— 5 nulle ; fourche médiane à pétiole court ; fourche cubitale à
pétiole plus long ; nervure anale courte (fig. 40). Abdomen formé de sept
segments ; six seulement sont visibles extérieurement chez les mâles.

¤ocos1A 127
Les espèces de ce genre sont de petitsinsectes noirs ressemblant super-
ficiellement à. des Sciara ou il des Teiragoneura. Elles en diffèrent par la
position des ocelles latéraux rapprochés de la marge oculaire et aussi par
la longueur de la première radiale. Elles peuvent également être confon-
dues avec les espèces du genre Trichonla de la sous-famille des Fongi-
vorines qui présentent une nervation similaire, mais les microtriches des
ailes et les microchètes des tibias irrégulièrement disposés, et l’absence de
soies anépisternales, Qsont des. caractères différentiels suffisants. Ces
espèces sont ordinairement communes dans les bois et les bosquets.
Les larves diffèrent par leurs habitudes des autres larves de Sciophilines.
Elles vivent à l’intérieur des champignons, généralement chez ceux qui
· \
(Ã) @ wa
[aa xa} . mc /4/
Fig. 138 à 141. — Hypopyges des mâles des Docosia. — 138. D. flavicoza. — 139. D. mo-
ravica. — 140. D. fuscipcs. — 141. D. sciarina. — Selon LANnnocx, sauf 189 selon
E¤wAn¤s.
subissent un commencement de décomposition. Une espèce se développe
dans les nids de certains oiseaux, une autre a été trouvée dans les nids
de guêpes. La tendance au saprophagisme est un autre point de simili-
tude avec les Lycoriinae, et semble indiquer une origine commune aux
Telmgoneum et aux Docosia. La pupe est enfermée dans un cocon formé
d’un mélange de soie et des substances qui ont servi au développement de
la larve.
MEUMER a fait connaître trois espèces de l’ambre de la Baltique.
Génotype : Mycelophila sciarîna MEmEN.
TABLEAU DES ESPÈCES·
1-(2). Sous·costale sétuleuse, libre à l’apex ........ gilvipes, p. 128.
2-(1). Sous·costale dénudée et aboutissant sur R 1.
3-(4). Fémurs Illettibias III entièrement noirs. Mésonotum et scutellum
21 longues soies noires, microchètes jaunes ......... iumosa, p. 128.
4—(3). Fémurs III et tibias III entièrement ou partiellement noirs. Méso-
notum et scutellum à soies jaunes.
5-(6). Toutes les hanches jaunes. Ailes vitreuses. ..................
îlavicoxa, p. 128, moravica, p. 128.

128 Diprànns FuNc1vom1>AE
6-(5). Hanches noires ou brun de poix, tout au plus l'apex jaune. Ailes
teintées plus ou moins largement à l’apex .... .. .. ................,..
îuscipes. p. 128, sciarina, p. 129.
1. D. îlavicoxa. Srnont, 1906, Zeit. màhr. Land. Mus., 64 ; Larmaocx,
89. -— Fig. 138. ‘
5‘. Noir. Mésonotum à pilosité épaisse et dressée, d’un gris jaune. Le
reste comme chez le D. sciarina.
Europe. Cerdagne française (A. Wniss).
2. D. îumosa EDWVARDS, 1925, Trans. ent. Soc. Lond., 582 ; LANDBOCK,
90.
Corps noir luisant. Hanches jaunes, comme les fémurs et tibias I et II ;
éperons jaunes ; tibias plus courts et plus robustes que d’ordinaire. Ailes
avec une teinte brune. Balanciers jaunes. Abdomen à villosité pâle. —
Long. 3 mm.
Printemps. Corse. Angleterre.
Larve dans les vieux nids des oiseaux (grive et fauvette) (A. H. HAMM,
cité par E0wAnns, 583). -
3. D. îuscipes v. Rosnn. Enwimos, 1925, 583 ; Lamnaocx, 90. —- D.
pseudovalida Lamnnocx, 1916, Zeit. mahr. Land. Mus., 63. —- Fig. 140.
Semblable au D. sciarina ; s’en distingue par la conformation de l’hypo-
pygium. —-— Long. 4-4,5 mm._
Europe.
4. D. gilvipes HAMDAY. \VAx.KEa, Ins. Brit., III, 29 (Leia) (1856);
EDWARDS, 1925, 582 ;LANDRoc1<, 90. -— D. sciarina W1NNEnrz, 1863
(nec MEIGFN), Verh. z. b. Ges., XIII, 804 ; SCHINER, 463.
Métatype de WINNERTZ. S2. Corps noir, à pilosité grise ou gris jaunâtre ;
scutellaires apicales allongées,brunes. Hancbes et fémurs jaunes; hanches
IlI.plus ou moins brunies à la base et à l’apex ; trochanters et apex des
fémurs III noirs ; la face interne et basale de ces derniers avec une trace
brune ; tibias et tarses brunis. Eperons et balanciers jaunes. Ailes sub-
vitreuses. - Long. 2,5-3 mm.
Printemps-automne. Bois et bosquets. Limbourg hollandais. Province
rhénane. Fontainebleau. Hautes-Pyrénées. Europe centrale et septentrio-
nale. Angleterre.
La larve se développe sur différentes espèces de champignons, Boletus
scaber, B. edulis, Auricularia mesenterica, Hypholoma fasciculare, Hydnum
repandum, Polyporzzs betulinus (Envsmnns, Wmwnnrz). Elle a été observée
également dans le bois pourri et dans un nid de guêpe (COLLART)·
5. D. moravica. Lamnnocx, 1916, Zeit. mahr. Land. Mus., 64 et Fliegen,
90 ; EDWARDS, 583 et 1928, 162. —— Fig. 139.

MEcorii·r11ALM1¤1A 129
Semblable au D. flavicoxa S'rnoBL ; s’en distingue par la conformation de
Phypopyge du mâle. Le thorax porte une villosité courte et couchée.
Hanches à base parfois étroitement noire ; face interne des fémurs et
fémurs III à l’apex plus ou moins brunis. Nervures alaires dirigées comme
chez le D. sciarina. — Long. 2,5-3 mm.
Printemps. Corse. Europe.
6. D. sciarina (Maman), Kxanriâsz, 87 ; Eowanns, 1925, 584 ; Lmnnocx,
90. —— D. valida Wmnnnrz, 806 ; Scnmnn, II, 463 ; Ksariâsz, 87. —— Leia
basalis WALKER, 1856, Ins. Brit., III, 30, 10. -— L. pubescens WALKER,
1837, Enlom. Jllag., 1V, 115 ; Dipt. Brit. Mus., I, 94 ; Ins. Brit., 111,32,
15 (1856). —- Fig. 141.
Mélalypes de W1NNEm·z. 6 9. Corps noir; pilosité d’un gris jaune; scu-
tellaires marginales jaunes. Hanches noiràtres ; fémurs partiellement
roux ; tibias et tarses brunis. Ailes jaunies à la base ; sc aboutissant sur
R 1 ; balaneiers jaunes. — Long. 3,5-5 mm.
Eté-automne. Commun dans les bois et les forêts. Limbourg hollandais.
Rhénanie. Environs de Paris. Fontainebleau. Hautes-Pyrénées. Europe
centrale. Angleterre.
WINNERTZ a trouvé la larve dans le Bolelus scaber et dans le bois pourri.
G. MEGOPHTHALMIDIA Dzxno.
Dzisozicxi, Ilorae Soc. ml. Rassicae, XXIII, 525 (1889) ; .lon.~.NNsEN,
89 ; Eowanos, 1925, 581 ; LAi~1nnoci<, 88 ; Enoisntnm, XVI, 14.
Tête recouverte par le thorax , face allongée. Trois oeelles, le médian plus
développé que les latéraux. Palpes de trois articles. Trompe un peu allon-
gée. Antennes aussi épaisses que 1'extrémité des tlhias II, formées de 2 4- 14
articles. Thorax allongé, arqué ; mésophragme court ; scutellum élargi ;
métapleures ciliés. Pattes fortes. Balanciers à renflement élargi. Ailes a pilo-
sité microscopique , alule longuement ciliée , costale prolongée bien au
delà de l’intersection de JWA 1 , sc courte, libre à l’apex , sc 2 nulle , [UW
rapprochée de la base de A/IA 1 , R 4 + 5 nulle, médiane et cubitale four-
chues , fourche cubitale pétiolée, la base située avant le niveau de RM, ner-
vure anale rudimentaire (fig. 41). L; : abdomen avec seulement six segments
distincts , hypopygium saillant, placé au niveau du dernier sternite. Q :
abdomen de sept segments.
Génotype : Megophihalmidia Zugmayeriac Dzmozxcxr. Europe centrale.
1. M. crassicomis C.Um·1s, 1837, Brit. Ent., 645 ; WALKER, Inst. Brit.
Dipt., III, 31 ; JENKINSON, XLIV, 152. — Leia brevicornis Znrrnnsrizor,
1852, Dipt. Se., IX, 4147.- L. helvola IVALKER, 1856, Ins. Brit.,Dipt., III,
31. -— L. ferruginea v. D. WULP, 1858, Tijdschr. u. Eniam.,II,l75 et Dipt.
Neerl., I, 118 (nota). — Cordyla valida NVALKER, 1856, Ins. Brit., Dipt.,
III, 25.
sàoov 9

130 DIPTÈRES FUNGIVORIDAE
_ Corps uniformément roux, abdomen légèrement bruni sur la face supé-
rieure. Pattes jaunes ; fémurs II et III noircis à l’apex ; épcrons et tarses
brunis. Ailes brunies à l’apex; RM plus courte que R 1.-- Long. 3,5-4,5 m.
Juin. Hautes-Pyrénées : Luz (PANDELLÉ). Europe. Angleterre, rare.
2. M. rufina SCHNUSE, 1901, Zcil. Hym. Dipi., I, 149, p. III, fig. 17-20
(Rufrophora).
Corps roux. Abdomen concolore, les derniers tergites plus sombres ;
tergitesVI avec une bande basale noire. Pattes jaunes; tibias et
tarses brunis. Ailes teintées de jaune, le bord antérieur plus foncé ;
R nulle à la base. — Long. 5 mm.
Corse (Scumusn).
C’est peut-être une variété chromatique du précédent.
G. ECTREPESTHONEURA END.
ENDERLEIN, Sieiiin. enf. Zig., LXXII, 155 (1910) et Tierwelt Mitel—
europas, VI, 3, XVI, 15.
s 
C '
W ’ *
, ·r
• U Il ' 2 7
(r il .·
/4-2 /43 7
Fxc. 142 et 143. —— Hypopyges des mâles des Ectrcpesthoneura. —- 14-2. E. hirta. —
143. E. gracilis. -— Selon Enwisnns.
Présente la plupart des caracteres du genre Leia, mais sur l’ai1e la fourche
cubitale n’est pas pétiolée et sa base se trouve confondue avec celle de l’ai1e ;
la nervure sous—costale, plutôt longue, aboutit sur la première radiale (fig. 42).
Deux espèces européennes.
Génotype : Teiragoneura hiria IVINNERTZ.
1. E. gracilis EDWARDS, 1928, Diplera, IV, 161. — Fig. 143.
Differe de l’E. hiria WINN. par les caractères suivants : Antennes :
articles du flagellum à peu près deux fois aussi longs que larges. Mésonotum
moins cilié ; seutellum avec deux longues soies au lieu de quatre. Fémurs III
moins distinctement brunis à l’apex. Ailes faiblement mais largement

·ria:·rnAcnoNEunA 131
enfumées à l’apex ; une ombre sur la moitié externe de Curllb ; MA l
onduleuse, apex courbé en bas ; RM moins horizontale et la cellule basale
par conséquent plus large. —— Long. aile 4 mm.
Corse : Vallée du Restonica (F. W. Enwrmns).
2. E. hirta (¥VINNEBTZ), 1846, Sleflin. cn!. Zlg., VII, 19 et Verh. z.-b.
Ges., XIII, 765 (Telragoneura) QSCHINER, II,45l ;WULP, 163 ; THEoBALD,
136 ; Kznrâsz, 71 ; Eowixnns, 1925, 581 ; Lannnocx, 87. — Fig. 142.
Illélalype S?. Tête d’un brun noir ; front et vertex à reflets gris. Trompe
et palpes jaunes. Antennes d’un brun noir, la base et le premier article du
flagellum jaunes. Thorax noir ; mésonotum à pruinosité d’un gris brun,
avec de nombreuses et longues soies d’unblanc jaunâtre. Hanches et fémurs
jaunes ; troclianters et fémurs III brunis à l’apex, ces derniers avec une
ombre brune étendue sur la base de la face interne ; tibias plus foncés.
Balanciers jaunâtres. Abdomen jaune ; tergites I-V avec de larges bandes
antérieures noires et une ligne longitudinale concolore; les segments VI
et suivants noirs. — Long. 3 mm.
3. Abdomen d’un noir unicolore ; sternites et tergites antérieurs plus
ou moins jaunis.
Petit moucheron noir que l’on trouve occasionnellement sur les vitres
des fenêtres dans les maisons.
Hollande. Rhénanie. Corse ‘l (Kmvrzs). Prusse orientale (Czw.xuNA).
Europe centrale. Angleterre. -
G. TETRAGONEURA VVINNERTZ
WINNERTZ, Slell. en!. Zig., V1], 18 (1846) ; JOHANNSEN, 34 ; ENDER-
LEIN, XVI, l5.
Tête arrondie, aplatie antérieurement, recouverte par le thorax ; trois
ocelles, le médian plus petit. Palpes courbés, de 4 articles, le quatrième fili-
forme. Antennes de 2 + 14 artirles. Thorax fortement arqué ; scutellum
petit. Fémurs apiatis. Ailes avec la pilosité microscopique seulement ; cos-
tale prolongée largement au delà de Pintersection de MA l ; sous-costale
courte, rudimentaire ; sc *2 nulle ; RM plus longue que R 1, presque hori-
zontale ; R 4 + 5 présente (nulle chez le T. ambigua Gnzxzo.) , cellule r l
petite lorsqu’elle existe ; médiane et eubitale fourchues a pétiole plutôt
long ; anale rudimentaire (fig. 143). Abdomen formé de sept segments _
cylindriques (6) ou légèrement comprimés latéralement.
Les représentants de ce genre sont souvent cosmopolites.
Sept espèces de l’ambre de la Baltique ont été décrites par Mnumza,
COCKERELL a fait connaître un Telragoneura perilula des argiles de Floris-
sant.
Génotype : Sciophila sylvalica Cunris.

132 D11>TÈnEs FUNGIVORIDAE
T. sylvatîca (Curms) 1837, Brit. ent., 641 (Sciophila) ; VVALKER, lns.
Brit., III, 45 ; WINNERTZ, 766 ; SCHINER, 11,452; WULP, 162 ; THEOBALD,
136 ; Kaariâsz, 71 ; EDWARDS, 1925, 581 ; LANDRoc1<, 88. -— T. distincte
WINNERTZ, 1846, Sieil. mi. Zig., VII, 19.
Tête, thorax et abdomen noirs. Antennes : article II jaune. Trompe,
palpes, hanches et fémurs d’un jaunepâle ; trochanters noirâtres; fémurs
III noircis sur la face inférieure et à l’apex ; tibias brunis ; tarses d’un brun
noir. Ailes vitreuses ; R 4 + 5 présente. - Long. 3-3,5 mm.
Petite espèce noire, généralement commune dans les bois et les forêts
de toute 1’Europe.
Les larves vivent dans le bois pourri où elles tissent une toile trés légère.
La nymphose se produit dans un cocon léger, non humide.
S.-F. FUNGIVORINAE
TABLEAU DES Tn1BUs.
— Mésopleure et ptéropleure dénudés. Hanches III avec une soie basale.
Empodium nul ou rudimentaire. Soies tibiales courtes. Exechîini, p. 132.
— Mésopleure cilié. Hanches III habituellement sans soies basales. Em-
podium presque toujours distinct .......... Fungivorîni, p. 170.
Tribu Exechiini.
TABLEAU DES GENRES.
1-(2). Ailes : nervure costale dépassant légèrement l’intersection de
MA 1 ....................................... Anatella., p. 132.
2—(1). Nervure costale ne dépassant pas MA 1.
3—(4). Base de la fourche cubitale placée après le niveau de la base de la
fourche médiane ............................... Exechia, p. 134.
4-(3). Base de la fourche cubitale placée avant ou au niveau de la base
de la fourche médiane.
5—(6). Nervure anale longue et forte ............. Rhymosia, p. 151.
6-(5). Anale courte, indistincte ou nulle.
7-(8). Une nervure vestigiale CuA2 .......... Brachypeza., p. 161.
8-(7). Cette nervure vestigiale très courte, faible .... Allodia., p. 163.
G. ANATELLA \Vn~1NERTz
WINNERTZ, Verh. z.-b. Gas., XIII, 854 ; Kenrâsz, 95 ; JOHANNSEN,
90 ; EDWAHDS, 1925, 588 ; LANnnoc1<, 1927, 92 et 1937, 31 ; EN1:>Em.E1N,
XVI, 15.
Tête aplatie antérieurement, recouverte par le thorax. Trois ocelles, le
médian tres petit. Mésophragme légèrement renflé ; mésopleure et ptér0·
pleure dénudés. Pattes allongées, fémurs III élargis, aplatis ; tibias armés
d’éperons et de microchètes. Ailes : nervure costale atteignant MA l ; sc

ANATELLA 133
rudimentaire ; RM oblique ; tige de la fourche médiane courte ; base de la
fourche cubitale placée avant ou après le niveau de la base de la fourche
médiane ; première anale fine, deuxième forte (fig. 45). Abdomen de six (3)
ou sept (Q) segments.
Les représentants de ce genre, tous de petite taille, recherchent les
endroits ombragés et obscurs des bois et des forêts.
Formes larvaires inconnues.
Génotype : Anatella Qibba NVINNERTZ.
Wi;   A  , · A
,~ = W x
/   Q /
lil »
/4-4- /45 l‘l·6 /47 /1+8 /49
Flo. 144 à 149. —— Hypopyges des màles des Anatella. — 144. A. ciliala, selon LAND-
aocx. —- 145. A. flavomaculata, selon Enw/lans. -146. A. minula, selon EmvAa¤s.
- 147. A. Schmilzi, selon LAN¤a0ck. — 148. A. simpalica. — 149. A. unguigcra,
selon EDWAHDS.
TABLEAU ¤Es Esràcias.
l—(4). Lobes prothoraciques et palpes plus ou moins brunis.
2-(3). Tibia II : éperons subégaux ............. unglligem, p. 134.
3-(2). Tibia Il: éperon externe plus court que l’interne. simpatioa, p. 134.
4-(1). Lobes prothoraciques et palpes jaunes.
5-(8). Nervures médiane et cubitale presque aussi sombres que la radiale.
Fémurs II avec une rangée interne de longs cils (ei`).
6-(7). Abdomen d’un brun noir unicolore ........ ciliata., p. 133.
7—(6). Tergites 1-III jaunes latéralement ....... Schmitzi, p. 134.
8-(5). Médiane et cubitale pâles. Fémurs II non ciliés sur la face interne (6).
9-(10). Abdomen : tergites I·III largement jaunis latéralement ......
....................................... ilavomaculata, p. 134.
10-(9). Abdomen entièrement noir .............. minute, p. 134,
1. A. ciliata Wirmnarz, 856; KERTÉSZ, 95. -— Fig. 144.
Corps brun, couvert d’une pruinosité grise plus ou moins épaisse. Base
des antennes et moitié du premier article du flagellum jaunes. Calus pro-
notal ordinairement jaune, ainsi que les balanciers, les hanches et les
fémurs ; tibias, éperons et tarses bruns. Hancbes et fémurs à pilosité d’un
brun jaunâtre ; tibias Il avec deux éperons, l’externe très petit, tibias I
légèrement plus longs que le protarse I. Ailes grisâtres, bord antérieur
plus sombre; base de la fourche cubitale placée après le niveau de la base

134 ¤1PTÈREs FUNc1voR1¤A12
de la fourche médiane. Abdomen à villosité couchée, à reflets jaunâtres.
—— Long. 3 mm.
Europe. Province rhénane.
2. A. flavomaculata EDWARDS, 1925, Trans. enf. Soc. London, 590. ——
Fig. 145.
8}. Palpes et prothorax jaunes. Mésonotum d’un brun noir, couvert d’une
pruinosité satinée grise. Pattes jaunes ; fémurs II non ciliés sur la face
interne ; tibias II armés d’éperons subégaux. —— Long. 2 mm.
Angleterre.
3. A. minuta STAEGER. Znrmasranr, Dipt. Sc., XI, 4211. — Fig. 146.
8. Palpes et pronotum j aunes.Mésonotum d’un brun noir. Pattes jaunes;
tibias et tarses brunis ; tibias I I armés d’éperons inégaux ; fémurs II dénu-
dés sur la face interne. Ailes : nervures médiane et cubitale pâles. ——— Long.
2 mm.
Danemark. Angleterre.
4. A. Schmitzi LANDROCK, 1925, Nat. Maandbl., XIV, 34 et Fliegen,
1927, 95. —— Fig. 147.
3‘. Semblable à l’A. flavomaculaia EDWARDS ; en diffère par la forme de
Phypopyge. Tous les fémurs ciliés sur la face interne, les intermédiaires à
cils serrés. — Long. 2,5 mm.
Hollande.
5. A. simpatica. Dz1EDz1cK1. LANDROCK, 1937, 32. —— A. incisurala
EDWARDS, 1925, Trans. enf. Soc. London, 589. — Fig. 148.
6. Semblable à l’A. unguigcra EDW. Abdomen : tergites antérieurs à
taches jaunes latérales et postérieures plus larges. Tibias II : éperon ex-
terne d’un tiers plus court que l’interne. — Long. 2,5 mm.
Octobre-novembre. Angleterre.
6. A. unguigera Enwmns, 1921, Scott. Nat., 122 et Trans., 1925, 589.
—— A. flavicauda VVINNERTZ, 856. -— Fig. 149.
6. Thorax d’un brun noir ; mésonotum luisant. Pattes jaunes ; fémurs II
dépourvus de villosité interne ; tibias II avec deux éperons subégaux.
Ailes : fourche cubitale placée distinctement apres le niveau de la base de
la fourche médiane. Abdomen d’un brun noir ; tergites antérieurs jaunis
sur les côtés et apicalement. —- Long. 2,5 mm.
Région rhénane. Europe centrale et orientale.
G. EXECHIA WiNNEnTz
WINNERTZ, XIII, 879 ; KERTÉSZ, 101 ; JOHANNSEN, 106 ; EDWARDS,
1913, 369 ; 1925, 590 ; LANDROCK, 95 ; ENDERLEIN, XVI, 15. —- Brdc/xy-

EXECHIA 135
dicrania S1<UsE, 1888, Proc. Linn. Soc. N. S. Wales (2), III, 1215. -·
Parexechia BECKER, 1886, Insekten von Jan Mayen, 62, teste Mix, W. e.
Z., VI, 189 (1887).
Tête arrondie, aplatie, déprimée antérieurement, front élargi ; ocelles
petits, les latéraux rapprochés du bord des yeux, le médian très petit ou nul,
placé dans un sillon frontal. Palpes jaunes, formés de 4 articles. Antennes :
2 + 14 articles, les deux articles basaux et le premier article du flagellum
jaunes, les autres bruns. Mésopleure et ptéropleure nus. Patteslongues;han·
ches III avec une soie basale distincte ; tibias avec des microchètes seulement.
Protarse I ordinairement plus long que le tibia I. Empodium nul ou rudi-
mentaire. Ailes : membrane avec les seuls microtriches ; costale non pro-
' longée sur MA 1, n’atteignant pas l’extrémité de l’aile ; sous-costale courte
ou très courte, ordinairement libre à l’apex ou plus ou moins distinctement
courbée sur R ; RM oblique ou horizontale, plus longue que le pétiole de la
fourche médiane ; base de la fourche cubitale placée après le niveau de la
base de la médiane ; première nervure anale courte, deuxième allongée, dis-
tincte (fig. 46). Abdomen de six (5) ou de sept (9) segments, rétréci à la base,
cylindrique ou légèrement comprimé.
/50
/_'_,_,....-—-r· î
·-1 l üb
` E
/5/
F10. 150 et 151. - 150. Larve d‘Eœechîa. - 151. ld., nymphe.
Les larves vivent dans les champignons, principalementà l’intérieur du
pied. La nymphose a lieu dans le sol, à l’abri d’un cocon de soie tissé par
la larve (fig. 150,151). La larve de l’Eœechia nana serait parasitée par le
Proclolrypes parvulus NEEs.
L’Ezcchia erupla MEUNIER provient du copal récent de Zanzibar.
Génotype : Tipula fungorum DE GEER.
TABLEAU ¤Es ESPÈCES·
1-(2). Ailes avec une tache médiane allongée brune. Fémurs III avec une
tache brune sur la base interne. Protarse I subégal au tibia correspon-
dant ou très légèrement plus long ........ maculipennis, p. 144.
2—(l). Ailes sans tache médiane, tout au plus une tache postérieure à la
nervure CuA1b.
3—(28). sc libre à l’apex. MA 1 rectiligne. Abdomen : tergites à ornemen-
tation jaune basale lorsqu’elle existe.

136 DIPTÈRES FUNGIVORIDAE
4-(5). Mésonotum noir, luisant. Fémurs III avec une tache ou une ligne
brune sur la base interne. ................ nitidicollis, p. 146.
5—(4). Mésonotum autrement coloré ou d’un noir mat.
6-(15). 3 : Abdomen noir ou brun noir unicolore, ou les tergites avec des
taches marginales jaunes, peu marquées .
7-(8). Mésonotum roux, à pilosité jaune ......... ruîithorax, p. 147.
8-(7). Non.
9—(10). Fémurs III sans tache basale interne brune. concinna., p. 138.
nana. p. 145, separata., p. 147.
10—(9). Fémurs III avec une tache basale interne brune —— ou l’apex dis-
tinctement bruni.
11-(12). Protarse I subégal au tibia I. Mésonotum noir, taches humérales
jaunes ..................................... nigrofusea, p. 145.
12-(11). Protarse I plus long que le tibia I.
13-(14). Abdomen à taches marginales jaunâtres plus ou moins distinctes
sur les tergites II ou II—1V ...... confinis, p. 138, îusca, p. 142.
14-(13). Abdomen d’un noir unicolore. Mésonotum noir ou gris, pas de
taches humérales ............................ spinigera, p. 148.
15—(6). 3 : Abdomen avec des taches ou des bandes tergales jaunes bien
marquées.
16-(19). Fémurs III sans tache interne.
17—(18). Abdomen : tergites à taches latérales jaunes.,
T nigroscutellata, p. 145, speciosa, p. 148.
` 18—(17). Abdomen : face tergale avec quatre bandes transversales jaunes.
.............................................. îestiva, p. 140.
19-(16). Fémurs III avec une tache basale interne.
20-(21). Abdomen jaune : trois rangées tergalcs de taches d’un brun noir.
Tibias III avec 12-15 fines soies internes .......... Setiata, p. 147.
21—(20).Abdomenà bandes tergales jaunes, ou avec des taches triangu-
laires latérales concolores.
22-(27). Abdomen avec une-trois bandes transversales jaunes.
23—(24). Abdomen avec une bande jaune ............ cincta, p. 137,
contaminata., p. 139, pseudocincta, p. 146, cingulata, p. 138.
24-(23). Abdomen avec deux ou trois bandes jaunes.
25-(26). Tibias III avec 10-12 soies en rangée externe. bicîncta, p. 137.
26-(25). Tibias III avec 7 soies environ ............... dizona., p. 139.
27—(22). Abdomen avec des taches latérales jaunes non réunies en bandes
transversales,. dorsalis, p. 139, Lundstroemi, p. 144, serrata, p. 148.
28-(3). Sous·costale aboutissant plus ou moins distinctement sur R 1 ;
IMA 1 plus ou moins courbée. Abdomen 2 tergites à ornementation
jaune apicale ou nulle.
29—(30). Protarse I subégal au tibia I ; fémurs III avec une tache basale
interne brune. Ailes 1 Cu AI b avec une ombre brune sur la moitié infé-
rieure ..................... -. . . ............ unguiculata, p. 149.

EXECHIA 137
30-(29). Protarse l plus long que le tibia l.
31-(32). Fémurs III sans tache interne brune.MA1 légérement courbée.
Abdomen : tergite V ài bord postérieur jaune ..... îurcata, p. 140,
trisignata., p. 149, trivittata, p. 149.
` 32-(31). Fémurs III avec une tache basale interne brune.
33-(36). Deux soies propleurales.
34-(33). Mésonotum uniformément noir. RM légèrement plus longue que
le pétiole de la fourche médiane .... coremura., p. 139,leptu1‘a., p. 143.
35-(34). Galus huméraux plus ou moins jaunes. RM à peu près deux fois
aussi longue que le pétiole de la fourche médiane Subulata, p. 149,
fimbriata, p. 140, indecisa, p. 142.
36-(33). Une soie propleurale. ·
37-(38). Mésonotum uniformément noirâtre, calus huméraux jaunâtre.
CuA1b sans ombre ..................... vizzavonensis, p. 151.
38-(37). Mésonotum jaune ; bandes longitudinales brunes.
39-(-10). Bandes mésonotales plus on moins cohérentes. Ailes : CuA1b
sans ombre .............. Jenkinsoni, p. 143, pulchella, p. 146.
40·(39). Trois bandes mésonotales séparées. CuA1b avec une ombre pos-
térieure brune .............. intersecta p. 143, magnicauda., p. 144.
1. E. bicînûta (STAEGER). ZETTERSTEDT, Dipt. Sc., VI, 4239 (Mycelo-
phila) ; W1NNER·rz, 895 ; Scnnwaa, 1I, 479 ; Knariêsz, 101 ; Enwxaos,
1913, 370 ; 1925, 594 et 1933, 55. ——E. serpeniinaLUNDsTnôn1. —-Mycei0-
phila interrupla ZETTERSTEDT, l. c., XI, 4240 ; Wmmnarz, 896 ; Scnmna,
11,478 ; WULP, 135 ; Knnrész, 103.
Face, front et vertex d’un brun noir à reflets gris. Palpes roux. Thorax
jaune ; trois bandes mésonotales d’un gris brun plus ou moins cohérentes ;
pleures tachés de brun ; deux soies propleurales ; scutellum et méso-
phragme d’un brun grisâtre. Pattes jaunes ;éperons et tarses brunis ; fémurs
Ill tachés de brun à la base interne. Balanciers crème.Ailes brunies ; M.1 1
subrectiligne ; RM deux fois et demie aussi longue que le pétiole de la
fourche médiane. 6 : abdomen d’un noir brun ; sternites I-IV, le bord
latéral des tergites et les tergites III-IV avec une large bande jaune qui
occupe la moitié basale. S? : abdomen d’un noir brun ; tous les sternites,
les côtés des tergites l-VI et deux bandes sur les tergites III-IV jaunes ;
pilosité abdominale brune à reflets jaunes (5* Q). —— Long. 3,5-4 mm.
Toute la région holarctique, toute l’année. Limbourg hollandais
(Scinurrz). Bassin de la Seine, Clamart, Fontainebleau ; Lyon (Somrnom-
NAx) ; Rhénanie (WINNERTZ); Hautes-Pyrénées. Styrie (Sraom,).
2. E. cincta W1NN1=;m·z, 893 ; Scnmna, II, 477 ;·WuLr·, 133 ; Kanrész,
101. -— E. dentala LUNDSTRÉÈM, 1916. - Fig. 154.
Melalype 3. Face, front et vertex bruns. Mésonotum d’un brun gris ;
calus huméraux et bord antérieur étroitement jaunes ; pleures, scutellum

138 DIPTÈRES r··uNc1voR1nAE
et mésophragme d’un brun noir. Hanches et pattes d’un jaune clair ; tro-
chanters avec une tache noire ; fémurs II et III avec une tache brune à la
base interne ; fémurs III noircis à l’apex. Ailes à membrane jaunie ; sc
libre ; MA 1 rectiligne; RM près de trois fois aussi longue que le pétiole
de la fourche médiane. Balanciers jaunes. Abdomen d’un brun noir ; ster-
nites jaunis au bord antérieur ; tergite I avec une bande postérieure jaune,
III avec des taches latérales triangulaires jaunes parfois élargies en bande
basale. Hypopyge jaunâtre. — Long. 4-4,5 mm.
Avril-mai. Hollande. Région rhénane, fleurs de myrtilles. Bar—sur-Seine
(LABou1.nÈNE). Europe centrale et boréale.
3. E. cingu1ata.(ME1cEN). MAcQuAm·, I, 134; WALKER, List, I, 99. —
E. iniersecla Knnriâsz (non ll/lEIGEl\).
9. Très voisin des E. roniaminala et pseudocincia, le sept1ème segment
abdominal est entièrement jaune.
Europe.
4. E. concinna. WINNERTZ. Scr11NER, [I. 480.
Face, front et vertex bruns, ce dernier couvert d’une pruinosité d’un
blanc gris. Thorax d’un brun clair ; mésonotum couvert d’une pruinosité
d’un gris cendré, à pilosité couchée, d’un brun jaune ; soies latérales et scu-
tellaires apicales noires ; pleures gris. Hanches et pattes jaunes ; éperons
et tarses d’un brun sombre. Balanciers blanchâtres. Ailes subvitreuses, bord
costal jaune pâle ; nervures dirigées comme chez l’E:ce·chia fusca. Abdomen
allongé, d’un brun noir ; villosité couchée, jaunâtre, chatoyante.
Q. Abdomen : tergites médians indistinctement tachés de jaune latéra-
lement. — Long. 3 mm.
Printemps. Bois et forêts. Rhénanie. Europe centrale.
  E. confinis Wmmnarz, 892 ; SCHINER II, 478 ; EDwAnDs, 1925, 594.
Face, front et vertex d’un brun sombre â reflets gris. Thorax brun ;
calus huméraux avec de petites taches rousses, plus ou moins distinctes ou
nulles. Hanches, fémurs et tibias jaunes ; éperons et tarses bruns ; trochan·
ters avec une petite tache brune ; hanches III face `externe et fémurs III,
base de la face interne avec une trace brune ; face externe et apicale des
fémurs III et des tibias III brunie. Balanciers jaunâtres. Ailes grisâtres,
bord antérieur jaunâtre ; sc libre à l’apex ; IMA 1 subrectiligne ; RM
deux fois aussi longue que le pétiole de la fourche médiane.
6. Abdomen d’un brun noir ; tergite II avec de petites taches latérales
jaunâtres.
Q. Abdomen d’un brun noir ; tergites avec de larges taches latérales
jaunes. — Long. 4 mm.
Printemps—automne. Régions forestières et montagneuses de presque
toute l’Europe. Corse. Dantzig. Angleterre.

Exacrrm 139
6. E. contaminata. Wrnnranrz, 891 : Scnman, I1, 480; Wurr, 134 ;
Knrcrrêzsz, 102; Enwanns, 1925, 596. - Fig. 155.
_ Thorax d’un brun gris. Calus huméraux largement taches de jaune.
Propleure avec 3-4 soies (Pexemplaire vu par WINNERTZ ne porte que deux
soies). Hanches et pattes jaunes ; éperons et tarses brunis ; fémurs III :
base de la face interne avec une ombre brune. Balanciers d’un blanc jau-
nâtre. Ailes teintées, bord antérieur jauni ; sc libre ; MA 1 subrectiligne ;
RM près de trois fois plus longue que le pétiole de la fourche médiane.
Abdomen d’un brun noir ; tergite III avec de grandes taches triangulaires
latérales ; tergite IV à bord antérieur et taches latérales jaunes. -— Long.
6 mm. (d’apr¢*s un mélalype de Wmnnnrz).
$2. Face sternale de l’abdomen ; tergites III-IV avec des taches laté-
rales jaunes, réunies antérieurement. ·
Printemps-automne. Bois et forêts. Limbourg hollandais (Scirivxrrz).
Rhénanie. Bassin de la Seine : Fontainebleau (WrNNEnrz vid.). Hollande.
Europe centrale. Angleterre.
Larve dans un « grand agaric n (Eowanns). Elle a été décrite par PAsrEJ-
mx (1908).
7. E.co1·emu1·a Eowaans, 1928, Diplera, IV, 162, fig. 1, e. — Fig. 162.
Voisin de l’E. lepiura Marsan ; deux soies propleurales, une plus petite
que l’aut1·e ; mésonotum à soies discales distinctes. Ailes : pas de tache
brune en dessous de CuAlb. Abdomen presque complètement noir ; ter-
gites à bordure postérieure indistinctement pâle. Hypopygium conformé
comme celui de l’E. fimbriata Losrn. ·
Corse, forêt de Vizzavona, avril (F. W. Emvanos).
8. E. dizona Enwanos, 1924, En!. Tidskr., XLV, 166 et 1925, 595. -
E. bicincta LUNDS'1`RôM (nec Smncsn).
Semblable à l’E. bicincia STAEGER ; s’en distingue par la pilosité du
tibia 111 qui ne porte que sept soies disposées en rangée externe (non 12-
15). La forme de l’hypopygium est caractéristique. —- Long. 3--1 mm.
Rare. Europe.
9. E. dorsalis (Susana). ZETTERSTEDT, Dipt. Sc., X1, 4237 (Mycel0~
phila) QWINNERTZ, 894 ; Scnrmsn, I1, -177 ; KERTÉSZ, 102 ; Enwanos,
1925, 594. —- E. bispinosa LUNDSTBÉM. — Myceiophila diagonalis Mm-
GEN. WALKER, Ins. Brit., Ill, 23.- Fig. 157.
Face, front et vertex brunis. Mésonotum d’un brun gris ; calus huméraux
jaunes ; pilosité couchée d’un gris jaune, les bords latéraux du mésonotum
et le scutellum à soies noires ; deux soies propleurales ; pleures et méso-
phragme brunis, couverts d’une pruinosité grise. Pattes jaunes ; éperons
et tarses brunis au moins à l’apex ; fémurs ll] : face basale interne, face
externe et apicale brunes. Balanciers jaunes. Ailes grisâtres, bord anté-

140 DIPTÈRES FUNG1v0R1DAE
rieur jaunâtre ; sc libre ; MA 1 subrectiligne ; RM trois fois plus longue que
le pétiole de la fourche médiane.
3. Abdomen d’un brun noir ; sternites I-III jaunes ; tergites II-III avec
des taches latérales et basales plus ou moins développées, jaunes. .
S?. Tergites III-VI avec des taches triangulaires latérales jaunes ; tous
les sternites uniformément jaunes.
Long. 4-5 mm.
Printemps et automne. Espèce assez commune à grande extension geo-
graphique. Toute 1’Europe. Rhénanie. Bassin de la Seine : Clamart; Hautes-
Pyrénées. Prusse orientale.
Les larves se développent dans plusieurs espèces de Bolets ; communes
dans le Cortinarius hinnuleus et le Laccaria laccata (EDWARDS, 1925, 594).
10. E. festiva WINNERTZ, 899 ; Scnmnn, II, 479 ; Enwaans, 1925, 596.
Front et vertex brunis, à pruinosite grise. Thorax jaune; mésonotum
d’un brun gris sur le disque, à pilosité jaune ; deux soies propleurales.
Hanches et femurs d’un jaune pâle ; tibias brunis ; éperons et tarses bruns.
Ailes à peine teintées ; sc libre ; MA 1 rectiligne ;RM plus de deux fois
aussi longue que le pétiole de la fourche médiane. Abdomen jaune ; ter-
gites I-II avec des taches médianes triangulaires d’un brun noir, III et IV
avec une étroite bande postérieure noire, V à bande postérieure noire,
VI entièrement noir. Chez la Q, les taches abdominales sombres sont plus
larges et les bandes sont dilatees en pointe antérieure médiane. — Long.
_ 4,4-5 mm.
Europe. Largement réparti et commun par places.
Cette espèce se reconnaîtra facilement à 1’abdomen en grande partie jaune
chez les mâles.
11. E. fimbriata LUNDSTRÉÈM, 1909 ; Eowlums, 1925, 598. — Fig. 166.
5‘. Front et vertex d’un brun noir. Face jaune. Thorax jaune ; partie
moyenne du mésonotum avec trois bandes brunes plus ou moins cohé-
rentes ; pleures taches de brun ; scutellum et mésophragme d’un brun noir;
deux soies propleurales. Hanches et pattes jaunes ; éperons et tarses
bruns ; femurs Ill avec une ombre brune sur la base interne. Ailes légè-
rement teintées ; sc courbee sur R1 ; MA. 1 courbée. Abdomen jaune ;
tergite· I bruni sur la partie moyenne ; tergites I1, III, IV avec une grosse
tache triangulaire d’un brun noir, occupant toute la hauteur du segment ;
tergites V-VI d’un brun noir avec une petite bande postérieure jaune ;
sternites V-Vl uniformément jaunes. ·—— Long. 4,5-5 mm.
Rare. Europe.
12. E. îurcata LUNDSTRÉM, 1911, Ann. Mus. Naf. hung., IX, 406, figs.
-— Fig. 159.
Face d’un brun jaune, front et vertex brunis. Palpes d’un brun jaune.
Thorax d’un brun jaune ; mésonotum sombre, des traces de bandes longi-

If:  
5+ /55  sa lI_
ng/îa scfgîafa cfncfa corztaminafa /zseuÈ0c1ncfa
Il \  
F, \ '
- \ g À Q \   lt,
l®\ xt` \`“ E\\\ jîv
\\\ \ \ ,}\
P /
/57 /58 /59 . ' /60 . ./6/
2)0f'5â”S LUN/)SZ‘ï`0€mZ' ZQIPCEÉE Z‘T'lSlgI7âZLâ' i7`lVZ#`âZLâ
·  ‘»%$`
. il I K
:, L sî
W` , ,, ,.1 
2 22%
à 1 [
ÈI
;5g È, /63 /64- ·
COFG/Tllifâ ]¢‘7'LZ`U./"â Vl'ZZâV0/76/’lSL3
un   "*
W   ‘ Y .,2
u ·À ,, F p È;  
` 1 y ` / Xa 
Èessus   Ècsscus   7  
subu/ata yîmérzàfa magnz'c·aa:7a
Fm. 152 à 167. — Hypopyges des mâles des Eœechia. — Fu;. 154, 159, 163, selon LAN-
nnocx ; 160, 162 et 164 selon Enwmws ; les autres figures d‘après LUNDSTROM.

142 niprisnns ruNG1voR1nAn
tudinales brunes. Pattes d’un brun jaune ; tarses brunis. Balanciers jaunes.
Ailes teintées de brun jaune pâle ;sc courbée sur R1 à l’apex; MA 1 forte-
ment courbée, aboutissant après l’extrémité de l’aile ; RM légèrement plus
longue que le pétiole de la fourche médiane. Abdomen bruni ; tergites Il-
IV à bordure brun jaune, parfois dilatée en taches latérales triangulaires,
ces taches réduites ou peu visibles chez les femelles. — Long. 4 mm.
Europe centrale.
Parfois dans les cavernes.
13. E. îusca (MEIGEN). Macowinr, 1, 134 ; Zsrrnasrnnr, Ins. Lappon.,
865 et Dipt. Sc., XI,4235 (illyceiophila) ; WALKER, List, I, 99 ; Euwanns,
1925,594. — E. fungorum auct. nec DE GEER, Kisnràsz, 102. —— Mycelo-
phila guiiivenlris Mnicnm. WALKER, List, I, 99 ; Zerrnasrnnr, Dipt. Sc.,
X1, 4230 et X11, 4915. - M. laieralis Mnionn. MACQUART, l, 134 ; Zer-
'rnnsrnnr, Ins. Lappon., 865; VVALKER, List, 1, 99 ; Vhumnnrz, 888 ;
Scnmnn, Il, 478 ; 'lrVULP, 133 ; TnEoBAr.n, 121 ; KERTÉSZ, 103.
Face, front et vertex bruns, à reflets gris. Thorax d’un brun sombre, à
pruinosité grise ; mésonotum plus sombre sur le disque, à bandes longi-
tudinales peu distinctes ; deux soies propleurales. Hanches et fémurs
jaunes ; tibias plus sombres ; éperons et tarses brunis; fémurs Ill, faces
basale et interne avec une trace brune comme sur les fémurs [ et II. Ailes
teintées de brun ; sc libre ; MA 1 très légèrement courbée ou subrecti—
ligne ; RM trois fois aussi longue que le pétiole de la fourche médiane.
5. Abdomen d’un brun noir unicolore.
Q. Tergites avec des taches latérales jaunes triangulaires très variables
en étendue. — Long. 4-5 mm. (d’après le type de Mnrcnu).
Très commun partout, pendant presque toute l’année. Sylvicole ; tro-
gloxène ; espèce saproxylophage attirée a l’entrée des grottes par l’accumu-
lation des masses de débris végétaux. Toute l’Europe.
Les larves se développent dans plusieurs espèces de champignons, prin-
cipalement chez les Agaricinés. On les rencontre plus souvent dans le pied
que dans le chapeau. Elles ont été signalées chez les : Boleîus versicolor ;
Amaniia mappa ; Tricholoma nudum, T. terreum ; Hebeloma crustulinifor-
mis; Illarasmius erylhropus; Clilocybe in/undibuliformis; Collybia radicata,
C. buiyricum ; Inocybe incarnaîa; Hygrophorus chlorophanus (Enwanns, 594).
M. le DF BONNAMOUR les a trouvées chez les Lactarius pyrogalus et Stropha-
ria coronilla. WINNERTZ les a également obtenues du Polyporus squamosus.
Parasite : Proctoîrypes parvulus NEES.
14. E. indecisa (WALKER). LANDROCK, 101 ; JEANNEL,307. - Myceio-
phila ienuicornis v. D. WULP, iesie Enwnnns, 598; Wmuenrz, 882 ; Som-
NER, 476 ; ‘VULP, 133 ; KERTÉsz, 105. —- Fig. 168.
Face brunâtre, front et vertex bruns. Mésonotum brun ; calus humé-
raux jaunes ; pleures taches de brun ; deux soies propleurales. Pattes très
longues et grêles. Hanches, fémurs et tibias jaunes ; fémurs ]lI avec une
'ombre brune sur la face basale interne ; éperons et tarses brunis. Balan-

nxncma 143
ciers d’un blanc jaunâtre. Ailes brunies, bord antérieur jaunâtre ; sc sou-
vent évanescente à l’apex ; MA 1 fortement courbée. Abdomen allongé,
bru11 ; tergites I-IV avec une étroite bordure postérieure jaune, parfois
dilatée latéralement ; tergite [uniformément brun ; tergites V-Vl, et chez
les femelles le tergite VII, jaunis au bord postérieur. — Long. 4,5-5 mm.
Printemps et automne. Commun et répandu dans toute l’Europe, par-
fois dans les grottes et les cavernes.
Les larves de cette espèce se développent dans plusieurs espèces de Bolets,
principalement chez les Boletus bovinus et flavidus (Enwarms, 598).
15. E. intersecta (Maman). WALKER, List, 1, 98 ; Wimwearz, 880 ;
Sc1nNEn, 11, 476 ; Kmrrizsz, 103. —— E. gracilicornis Lamnnocx, lesle
Enwanns, 599. — Fig. 169.
Face jaune. Pleures jaunes taches de brun ; une seule soie propleurale ;
mésophragme brun. Hanches et fémurs d’un jaune pâle ; tibias brunis,
surtout vers l’apex ; fémurs III légèrement ombrés à l’extrémité et une
faible trace concolore sur la base interne ;éperonsjaunes. Balanciers jaunes.
Ailes : sc courbée sur R 1 ; MA 1 courbée ; RM n’égalant pas deux fois la
longueur du pétiole de la fourche médiane. Abdomen jaune ; tergites I-II
avec une étroite bande médiane d’un brun noir, III et IV avec une large
tache triangulaire d’un brun noir, la pointe n’atteignant pas le bord posté-
rieur, V noir avec une large bande apicale jaune ; dernier segment brun.
9. Abdomen avec les trois derniers segments uniformément noirs. -—·
Long. 4,5-5, 5 mm.
Printemps et automne. Bois et forêts. Limbourg hollandais (Scmurrz).
Région rhénane. Bassin de la Seine. Clamart, Fontainebleau; Landes, avril
(Gomznr). Europe centrale. Dantzig. Angleterre.
16. E. Jenkinsonî Enwanns, 1925, Trans. enf. Soc. London, 600. —
Fig. 170.
Diffère de l’E. pulchella par la conformation de Phypopygium du mâle
et de l’oviducte de la femelle. — Long. 4-4,5 mm. i
Printemps-automne. Corse. Angleterre (Enwarxns).
17. E. leptura. (Mercer:). WVALKER, List, 1, 99 (Mycelophila) ; ZETTER-
srmxr, Dipt. Scand., IX, 4232 ;W1NNERrz, 885 ; Scuman, 476 ; Enwanns,
1925, 597. — E. membmnacea LUNDSTRôM, 1912. — Fig. 163.
` J. Face, front et vertex brunis. Thorax d’un brun noir à reflets gris ;
pleures jaunes tachés de brun ; deux soies propleurales. Hanches et pattes
jaunes ; hanches 111, fémurs II1 et tibias III d’un brun noir à l’apex ;
fémurs III avec une trace brune sur la base interne. Balanciers blanchâtres.
Ailes teintées de gris ; sc aboutissant sur R 1 ; IMA 1 courbée. Abdomen
grêle, très long, d’un brun noir ; tergites II-IV avec des taches latérales
triangulaircs, jaunes, placées au bord postérieur ; ces taches plus ou moins

144 mrrianns runoivoniolm
distinctes, réduites ou nulles et l’abdomen d’un brun noir unicolore ; ster-
nites I-IV jaunes. —— Long. 4,5 mm.
Printemps et automne. Hollande. Province rhénane. Corse. Europe oen-
trale et boréale. Prusse orientale. Angleterre.
18. E. Lundstroemi LANDROCK, 1923, W. e. Z., 170 et Fliegen, 102. —
E. inlerrupia LUNDSTBÉÃM (nec ZETTERsTEm·). -—— Fig. 158.
Front, Vertex et thorax brunis ;caIus humérauxlargement tachés de
jaune ; deux soies propleurales. Pattes jaunes ; fémurs 111 avec une ligne
brune sur la face basale interne ; éperons et tarses bruns ; tibia III avec
quelques soies fines préapicales internes.Balanciers jaunâtres. Ailes pâles ;
sc libre ; 1MA 1 subrectiligne ; RM deux fois aussi longue que le petiole de
la fourche médiane. Abdomen d’un brun noir ; sternites antérieurs jaunes ;
tergites 111 et IV avec de grands taches latérales triangulaires jaunes, à
bases antérieures, non réunies sur la ligne médiane. — S2 : taches tergales
plus ou moins développées sur les tergites II-V. —— Long. 4-4,5 mm.
Europe.
19. E. maculipennis (Smwmiosj. Wmmnnrz, 897 ; Ksnrxâsz, 104.
Tête brune, front couvert d’une pruinosite chatoyante grise. Antennes
brunes,la1·gement jaunes à la base. Mésonotum d’un brun gris; calus hume-
raux j aunâtres ; bordure notopleurale jaune ; pleures, scutellum et méso-
phragme brunis. Pattes et éperons jaunes. Balanciers d’un jaune pâle ; sc
libre ; MA 1 rectiligne ; RM largement plus longue que le pétiole de la
fourche médiane. Abdomen d’un brun noir ; sternites I-III jaunes-; ter-
gites 111 avec deux taches latérales triangulaires au bord antérieur.
Q. Tergite I d’un brun noir ; sternites jaunes ; tergites 11 et suivants
avec de grandes taches triangulaires jaunes placées au bord antérieur. —
Long. 4-5 mm.
Printemps. Région rhénane. Europe centrale, Prusse orientale.
20. E. magnicauda LUNDSTRÈSM, 1911, Annales À4llS.]Vl1I.hlIïlg., IX. 404,
figs. -— Fig. 167.
Face jaune, front et vertex brunis. Pleures taches de brun ; une soie
propleurale ; scutellum jaune, bruni à l’apex ; mésophragme bruni au
milieu. Hanches et fémurs d’un jaune pâle; tibias et tarses brunis; fémurs
III avec une ligne d’un brun pâle sur la face basale interne. Ailes faible-
ment brunies çsc aboutissant sur R ;MA 1 courbée ; RM à peine deux fois
aussi longue que le pétiole de la fourche médiane. Balanciers jaunes. Abdo-
men d’un brun noir ; sternites à bordure antérieure jaune ; tous les tergites
avec une bordure postérieure jaune élargie en taches triangulaires laté-
rales sur les tergites Il et 111. — Long. 4,5-6 mm.
Europe.

Exscnm 145
21. E. nana (Susana). Lamnnocx, 103. - Fig. 152.
Appartient au groupe de l’E. fusca Mmmm. Mésonotum mat. 3 : abdo-
men d’un brun noir unicolore. Q : tergites abdominaux à taches latérales
jaunes plus ou moins étalées en bandes interrompues suivant la ligne mé-
diane. — Long. 3 mm.
Commun et répandu dans toute l’Europe.
La femelle diffère de celle de l’E. fusca par l'abdomen plus robuste, par
les taches tergales transverses jaunes, et par la structure de 1’ovîducte.
22. E. nigroiusca Lunnsrnôm, l909,Acla Soc.Fauna ef Fl. fenn., XXXII,
49.
5*. Face, front et vortex d’un brun noir à pruinosité grise. Mésonotum
et pleures couverts d’une pruinosité satinée grise. Hanches et fémurs
jaunes ; éperons, tibias et tarses brunis ; fémurs III avec une ligne brune
jl   Al
Rg s <> F '
/68 '·. /6g /70 I I /71 
Fm. 168 à 171. — Hypopyges des mâles des Ezechiu. — 168. E. indecîsa, selon LAND-
aocx. — 169. E. intersecta, selon Lammocx. -170. E. Jcnkinsonî, selon Enwnans.
— 171. E. pulchella, selon Lurznsrnom.
sur la face interne et basale. Balanciers jaunes. Ailes légèrement teintées,
brunies au bord antérieur ; sc libre ; MA 1 rectiligne ; RM près de trois
fois aussi longue que le pétiole de la fourche médiane. Abdomen d'un brun
noir unîcolore, tout au plus les premiers sternites jaunâtres. — Long. 3-
3,5 mm.-
Europe. ·
23. E. nigroscutellnta LANnnoc1<, 1912, W. e Z., XXXI, 308-309 et
Fliegen, 104. ·
Tête noire. Face brune. Antennes jaunes à la base.Mésonotum d’un brun
gris sur le disque ; bord antérieur du mésonotum,calushuméraux et préalaires
jaunes ; villosité mésonotale couchée, d’un gris jaunâtre ; une rangée mé-
diane de soies noires plus fortes ; scutellum brun noir ; pleures jaunes à
reflets brunis ; 3-4 soies propleurales ; mésophragme brun. Hanches, fé-
sûouv 10

146 nxrrîsmas FuNc1von1n.xE
murs et tibias jaunes ; tarses bruns ; éperons d’un brun jaune ; fémurs III
brunis à l’apex externe.Ailes légèrement grisâtres; sc libre à l’apex; M A1
droite; RM quatre fois aussi longue que le pétiole de la fourche médiane.
Abdomen : segment I entièrement d’un brun noir ; tergite II avec une
large tache dorsale noire, III avec une tache triangulaire noire ; tergites
IV-VI noirs. Hypopyge et sternites jaunes. - Q. Sternites I1-VI large-
ment jaunes latéralement ; tergites III-IV-V avec une tache triangulaire
médiane d’un brun noir, étendue au bord postérieur ; tergite VII noir.-
Long. 5 mm.
Europe centrale. Angleterre (ED\VARDS).
Difière des E. contaminata et pseudocincla par Pabsence de tache noire à
la base interne des fémurs III.
24. E.nitidîc0llîS LUNDSTRôM, 1913, Annales Mus.Nal. hung.,XI, 311,
figs.
3. Face, front et vertex d’un brun noir à pilosité grise. Palpes d’un brun
jaune. Calus huméraux marqués d’un point jaune. Scutellum noir à pilo-
sité grise ; bord postérieur à longues soies noires. Pattes jaunes ; tibias
brunis ; tarses noirâtres ; fémurs II et III avec une ligne noirâtre sur la
base interne. Balanciers jaunes. Ailes légèrement teintées ; sc libre ; M A1
rectiligne ; RM près de trois fois aussi longue que le pétiole de la fourche
médiane. Abdomen noir, à villosité grise, courte; tergites I-III avec une
tache latérale rousse. —- Long. 4 mm.
France.
25. E. pseudocîncta Srnosr. - Fig. 156.
Nlélalype 5‘. Appartient au goupe de l’E. cincia, dont il présente tous les
caractères chromatiques. Ne se reconnaîtra que par la conformation de
Phypopyge.
F Europe centrale et méridionale.
26. E. pulchella WINNERTZ, 883 ; Scnmnn 479 ; Kanrâsz, 105 ;
Enwanns, 1925, 600. —— Fig. 171.
Face, front et vertex brunis. Thorax d’un jaune pâle ; trois bandes
mésonotales brunes ; scutellum et mésophragme bruns ; pleures avec une
bande brune ; une soie propleurale. Hanches, fémurs et tibias jaune clair,
une ligne brune sur la face inférieure et basale des fémurs III ; éperons et
tarses bruns. Ailes légèrement teintées ; nervation disposée comme chez
l’E. iniersecia MErcEN. Abdomen allongé, d’unjaune pâle ; tergites I-II en
majeure partie d’un brun noir, III-IV avec une tache triangulaire à base

. EXECIIIA 147
antérieure d’un brun noir; dernier segment uniformément noirâtre. Hypo-
pyge jaune.
9. Abdomen avec des taches jaunes sur les côtés des tergites I—1V.
Long. 4-4,5 mm.
Printemps, apparemment rare. Rhénanie. Angleterre, forêts (EDWARDS).
27. E. rufithomx v. D. WULP, 1874, Tijdschr. Enf., XVII, 124, pl. III,
fig. 4.
6. Face jaune ou brun jaune. Palpes bruns. Pattes longues, d’un roux
pâle ; éperons et tarses brunis. Ailes d’un brun jaunâtre; sc rudimentaire ;
R 1 et MA 1 rectilignes ; base de la fourche médiane placée avant le niveau
de la racine de R, base de la fourche cubitale située après. Abdomen d’un
brun noir, à pilosité jaune. — Long. 4 mm.
Hollande.
28. E. Separata LUNDSTRÃÉM, 1912, Acla Soc. Fauna el Flora fenn.,
XXXVI, 34. — Fig. 153.
Tête et mésonotum d’un brun noir à pruinosité satinée grise, mate ;
marge humérale étroitement rousse ; pleures, scutellum et mésophragme
d’un brun noir ; deux soies propleurales. Pattes jaunes ; tibias et tarses
brunis. Balanciers d’un jaune pâle. Ailes teintées de gris jaunâtre ; sc libre
à l’apex ; MA 1 rectiligne ; RM près de trois fois aussi longue que le pétiole
de la fourche médiane. Abdomen d’un brun noir. Q avec des taches laté-
rales jaunes plus ou moins indiquées. —— Long. 3,5 mm.
Europe. Styrie (STRO¤L). Angleterre (Emvnnns).
La larve a été observée dans les Bolrtus bovinus, flavidus et le Gomphidius
viscidus (Enwnnos, 1925, 596).
29. E.seriata(ME1oE1~1). Wanxan, List, I, 99.- E. pallida (Srarmws).
Wmmmrz, 900 ; SCHINER, II, 479 ; WULP, 136 ; Ksarész, 104 ; Enwanos,
1925, 593 ; JEANNEL, 307. ——- Mycelophila modesla Duroun, 1839, Ann.
Sc; nal. (2), XII, 26 ; Z¤·r*rEns1·ED·r, Dipt. Sc., XI, 4241. — M. ochracea
ZETTERSTEDT, 1852, Dipt. Sc., XI, 4242.
Couleur et dessins très variables.
Face jaune, front et vertex à reflets gris. Antennes largement jaunes à_la
base. Thorax d’un jaune d’ocre ou brun jaune ; bandes mésonotales peu
distinctes ; pleures unicolores ou tachés de roux ; deux soies propleurales ;
mésophragme bruni au milieu. Pattes jaunes ; fémurs III avec une ligne
brune sur la base de la face inférieure ; faces externe et apicale également
brunies. Ailes jaunàtres, surtout au bord antérieur ; sc libre ; MA. 1 recti-
ligne ; RM près de trois fois aussi longue que le pétiole de la fourche mé-

148 nrrrianns FuNc1vomnAE
diane. Abdomen jaune ou brun jaune, marqué de taches allongées, sombres,
dilatées latéralement ; tergites à bordure postérieure jaune ou crème; der-
nier segment bruni. - Long. 4-5 mm. (d’après le type de MEIGEN).
Eté-automne. Sylvicole et trogloxène. Province rhénane. Bassin de la
Seine : Clamart (LABoULBÈNE) ; France méridionale; Basses-Pyrénées,grotte
de l’©ueil ; Hautes-Pyrénées, Lortet, grotte de l’©urs (JEANNEL). Hollande.
Europe centrale et boréale. Prusse orientale. Angleterre.
Larve saproxylophage. Elle a été observée dans un Agaric par Duroun.
30. E. serrata Wmnnnrz, XIII, 890 ; Scnmnn, II, 480 ; Llmnnocx, 106.
Q. Tête brune, front et vertex à reflets d’un blanc gris. Antennes d’un
brun noir, la base et le premier article du flagellum jaunes. Mésonotum d’un
gris noir mat, une ligne latérale jaune étendue depuis les calus huméraux
jusqu’à la base des ailes, pilosité couchée d’un blanc jaunâtre; soies mésono·
tales latérales et scutellaires noires ; deux soies propleurales ; pleures tachés
de brun. Scutellum d’un gris noirâtre ; mésophragme plus ou moins bruni.
Pattes jaunes; éperons et tarses bruns; protarse I subégal au tibia I.Balan—
ciers blanchâtres. Ailes : MA l légèrement courbée ; base de la fourche
cubitale placée bien après le niveau de la base de la fourche médiane ; RM
‘plus de trois fois plus longue que le pétiole de la fourche médiane. Abdomen
jaune ; tergites I—lI largement brunis, III-VI avec de larges taches trian-
gulaires brunes, à pointe antérieure, ces taches formant parfois une ligne
médiane continue. Sternites jaunes comme les cerques. ——- Long. 3,5 mm.
Juillet. Fontainebleau (Lonw, vid,). Rhénanie (VV1NNEm·z).
31. E. speciosa WINNERTZ, 898 ; SCHINER, 479 ; KEn·rÉsz, 105.
Face jaune, front et vertex d’un brun sombre, à pruinosité grise cha-
toyante. Thorax jaune ; mésonotum avec trois bandes longitudinales, sub-
cohérentes, d’un noir brun. Hanches etfémurs d’un jaune pâle; tibias, épe-
rons et tarses bruns ; fémurs III avec une tache apicale brune. Ailes gri-
sâtres, bord antérieur jaune ; sc libre ; M A1 légèrement courbée; RM trois
fois aussi longue que le pétiole de la fourche médiane ; MA2 a et b, CuAla
évanescentes à l’apex. Abdomen élargi, couvert d’une pilosité couchée
d’un jaune satiné; segment I d’un brun noir; sternites jaunes ; tergites Il-
III jaunes avec une étroite bordure brune ; tergites suivants entièrement
d’un brun noir.
Q. Abdomen 2 sternites uniformément jaunes ; tergites à taches latérales
triangulaires, jaunes. — Long. 4 mm.
Eté. Province rhénane. Europe centrale. Rare.
32. E. spinigera VVINNERTZ; 890 ; Scmnnn, 480 ; Knnrész, 105. -—
E. spinuligera LUNDSTRÉÉM (teste Enwnnns, 1925, 594).

Execnm 149
Appartient au groupe de l’E. fusca MExc.EN ; s’en distingue par la con-
formation hypopygiale. -- Long. 4-5 mm.
Printemps. Bois et forêts. Province rhénane. Europe centrale et septen-
trionale.
Les larves ont été observées dans l’Hygr·oph0rus chlorophanus, en com-
pagnie de celles de l’Excchia fusca (Eowanms, 1925, 594).
33. E. subulata Wmnnnrz, 881 ;Scn1NEn,II,479 ; Knnrxàsz, 105.——Fig.
165.
Front et vertex bruns ; face jaune. Thorax jaune ; mésonotum avec trois
bandes longitudinales,souvent cohérentes; scutellum bruni ; mèsophragme
avec une bande médiane brune ; deux soies propleurales. Pattes et ailes
comme chez l’E. inlcrsccfa MExGEN, mais la nervure CuA1b non brunie
postérieurement. Abdomen avec les seuls tergites V-VI entièrement bruns.
- Long. 5-6 mm.
Rhénanie. Europe centrale. Styrie (51*110121.). Angleterre (Emvanns).
34. E. trisignata Enwamns, 1913, Trans. enl. Soc. Lond., 370 et 1925,
597. —- E. lriviftaia LUM>s'rnôM nec STAEGER. — Fig. 160.
.3. Semblable à l’E. lrivillala STAEGER ; antennes plus longues, deuxième
soie propleurale moins développée et hypopygium autrement conformé.
—- Long. 4-4,5 mm.
Printemps-automne. Europe, largement distribué partout.
35. E. trivittata (STAEGER). Zerrnnsrnnr, Dipt. Sc.,XI, 4234 ; Wm-
Nenrz, 884 ; Scnmaa, II, 476 ; Knnrrësz, 59; Eowaans, 1925, 597. —
Fig. 161.
Face, front et vertex d’un gris cendré. Mésonotum d’un gris jaune, trois
bandes longitudinales noirâtres ; soies discales nulIes;calus huméraux
tachés de jaune ; pleures et mésophragme d’un brun gris; deux soies pro-
pleurales. Hanches et fémurs jaunes ; tibias, éperons et tarses brunis.
Balaneiers jaunâtres. Ailes grisâtres ; sc évanescente à l’apex ou aboutis-
sant sur R ; MA 1 légèrement courbée dans sa partie apieale.Abdomen
d’un brun noir ; tergites à taches latérales et postérieures triangulaires,
jaunâtres, plus ou moins marquées. — Long. 4-5 mm.
Printemps-automne. Rhénanie. Europe centrale et boréale. Dantzig.
Larve peut-être coprophage.
36. E. unguiculata. LUNDs1·RôM, 1911, Ann. Mus. Naf. hung., IX, 408,
figs ; Enwxnns, 1925, 598.
Front et vertex d’un brun noir, face plus pâle. Palpes d’un jaune bruni.
Mésonotum d’un brun noir; calus huméraux tachés de jaune; pleures

150 mrràans runorvomnan
jaunes, plus ou moins largement taches de brun, parfois uniformément
bruns; deux soies propleurales; scutellum et mésophragme d’un brun noir.
Pattes jaunes ; tarses brunis. Ailes d’un brun jaune pâle ; sc aboutissant
1
xx M A  
s
»·î ·
. . 4 [I f`
xx sgnatpwes '7 estre
\\\ 1 3
\\\ 7
l\\ `
lx
‘x
M N e
un Q
xl x _ n
.. fîfrwp  
\
le   0 \" /75, \ I76 U
. x" SF'"7?63 xx africa/zls TE/F/Yam!
l -
\\     , ,7
 Ã ’·. ,_
W   ,
/78 /7.9_
/7] macu/osa Èomesfzca yinzs
FIG. 172 à 179. -— 172. Rhymosia spinipes, [patte I. — 173 à 179. Hypopyges des mâles
des Rhymasia. — 173. R. signatipcs. —— 174. R. setiger. — 175. R. apicalis. ·—- 176.
R. Tarnanii. -— 177. R. maculosa. — 178. R. domestica. - 179. R. affinis. —— Toutes
ces figures selon Dzmnzxcxr sauf 175 originale d’après le type de MEIGEN.
sur R ; MA 1 faiblement brunie ; RM deux fois aussi longue que le pétiole
de la fourche médiane. Abdomen brun ; tergites II—IV marqués de taches
triangulaires latérales jaunes placées au bord postérieur.
Q. Taches tergales peu distinctes ou nulles. — Long. 4 mm.
Printemps. Corse. Europe centrale et septentrionale.

nmmosm 151
37. E. vizznvonensis Enwlmns, 1928, Diplera, IV, 162, fig. 1 f. —
Fig. 164.
Voisin de l’E. coremura Eowlmns; nervation alaire semblable; RM très
légèrement plus longue que le pétiole de la fourche médiane ; calus hu-
méraux jaunâtres ; une soie propleurale. Hypopygium semblable à celui
de l’E. furcata Lnsrn. mais différent par plusieurs détails, eg. l’appen-
dice ventral est plus court, plus large, plus noir.
Corse, forêt de Vizzavona, avril (F. W. Enwlmns).
G. RHYMOSIA W1NNER·rz
Rymosia WINNERTZ, emend. VERRALL, 810 ; J OHANNSEN, 102 ; Dzmn-
zlcxx, 1910 ; Enwlxans, 1913, 366 ; 1925, 600 ; Lamnnocx, 108 ; Emma-
LEIN, XVI, 15.
Tête ovale ; front élargi ; trois ocelles, le médian souvent très petit, placé
dans un sillon frontal. Trompe et palpes le plus souvent jaunes. Palpes cour-
bés, de 4 articles, le quatrième plus long que les trois précédents. Antennes
de 2 -(- 14 articles, articles basaux l-111 jaunes, les autres brunis. Mèsono-
tum couvert d’une villosité courte, des soies plus longues sur les parties
latérales ; mésopleure et ptéropleure dénudés. Pattes longues, grêles ; soies
txbiales courtes. Le tarse I de certains mâles peut être armé de spinules
dont la forme et la disposition varient avec les espèces (fig. 172). Hanches
III avec une soie basale. Ailes : membrane à pilosité microscopique ; costale
atteignant MA l avant l‘apex de l’aile ; sc courte, libre à l'apex ou plus ou
moins courbée sur la radiale ; R 4 -(— 5 nulle ; fourche médiane à tige courte ;
base de la fourche cubitale toujours placée avant le niveau de la base de la
fourche médiane ; anale forte, n’atteignant pas le bord de l’aile ; ax longue
et fine, incomplète (fig. 47). I
Les larves se développent dans le pied de plusieurs espèces de cham-
pignons. La nymphose a lieu à l’abri d’un cocon de soie.
Génotype : Mycclophila fasciafa ME1oEN.
TABLEAU mas ESPÈCES (5* $2). _
1-(12). Abdomen : tergites à marge apicale pâle. Ailes : sc aboutissant
toujours sur R.
2-(5). Quatre fortes soies scutellaires. Trois ou quatre soies propleurales
robustes.
3—(4). Mésonotum à soies discales épaisses, émoussées. . cristata, p. 155.
4—(3). Mésonotum à soies petites, grêles ou nulles .... . . . affinis, p. 154.
domestica, p. 155, maculosa., p. 158.
5-(2). Deux soies scutellaires fortes.
6—(7). Antennes à flagelle jaune ................ truncata. p. 160.
7-(6). Flagelle noir ou brun.

152 nirrîsnes FUNGIVORIDAE
8ï(9). Mésonotum sans soies discales. Tibias III avec seulement 3-4 fines
soies en rangée postérieure préapicale .......... macrura, p. 158.
9-(8). Mésonotum avec des soies discales petites. Tibias III avec une
douzaine de soies fines réunies sur la face interne subapicale.
10-(11). Une soie propleurale forte, plus un ou deux cils satellites. Trois
bandes mésonotales séparées ............. fenestralis, p. 157.
11—(10). Deux soies propleurales robustes. Bandes mésonotales indis-
tinctes ........... . ........... apicalis, p. 154, Tarnanii, p. 160.
12-(1). Abdomen : tergites à marques pâles placées près de la base ou à la
base du segment.
13-(14). Trois fortes soies propleurales. Tibias III avec 12-15 soies dispo-
sées en rangée externe ; sc aboutissant sur R ..... fovea., p. 157.
14-(13). Une ou deux fortes soies propleurales. Tibias III avec 3-6 soies en
rangée externe ; sc très courte, libre à l’apex.
15-(16). Ailes avec une ombre placée après CuA1b. Fémurs III avec un
large anneau prébasal brun ..................... placida., p. 158.
16-(15). Ailes sans ombre près de CuA1b. Fémurs III uniformément
jaunes.
17-(18). Deux fortes soies propleurales. Mésonotum à soies discales très
petites ......................................... virens, p. 161.
18·(17). Une forte soie propleurale, parfois une seconde piliforme.
19-(22). 3. Tarses I simples.
20—(21). RM très peu plus longue que le pétiole de la fourche médiane.. .
............................................ connexa, p. 155.
21-(20). RM près de deux fois aussi longue que la tige de la fourche mé-
diane ........................................ fasciata, p. 156.
22-(19). 3*. Tarses I : articles 3 et 4 spinuleux en dessous.
23-(24). Ailes : RM pas plus longue que le pétiole de la fourche médiane.
Tibias III avec une plage de soies fines placées sur la face préapicale
interne ................... setiger, p. 159, signatipes, p. 159.
24-(23). RM près de deux fois aussi longue que le pétiole de la fourche
médiane. Tibias III avec 3-6 soies fines sur la face préapicale interne.
25-(26). Abdomen à bandes jaunes étroites étendues sur la marge posté-
rieure des tergites I-IV. .................... gracilipes, p. 157.
26-(25). Bandes jaunes moins visibles ; tous les tergites à marge posté-
rieure brune.
27-(28). Tergites ll et III à marge latérale entièrement jaune ..........
...................................... . ........ bifida, p. 154.
28-(27). Tergites II et III à marge latérale brune sauf à la base ........
............................... . ............. spinipes, p. 159,

nuvmosrp. 153
TABLEAU mas MÀLES.
1—(20). sc libre à l’apex.
2·(9). Tarses I (3) simples.
3-(4). Mésonotum sans soies discales, mais avec trois bandes longitudinales
sombres. Ailes : moitié inférieure de Cu./ilb avec une tache brune.
Fémurs III avec un anneau basal brun ............ placida, p. 158.
4-(3). Mésonotum sans bandes. ·
5-(6). Mésonotum avec les côtés couverts d’une pruinosité chatoyante d’un
gris blanc ................................... connexa, p. 155.
6-(5). Mésonotum sns pruinosité d’un gris blanchâtre.
7-(8). Deux fortes soies propleurales. Mésonotum d’un brun noir. ........
.............................................. virens, p. 161.
8-(7). Une seule forte soie propleurale ou la deuxième très faible ou cili-
forme ........................................ fasciste., p. 156.
9—(2). Tarses 1 : articles 3 et 4 armés de spinules internes (3).
10-(13). Abdomen : tergites avec des bandes transverses, ou avec des taches
latérales triangulaires.
11-(12). Abdomen : tergites II et III entièrement jaunes latéralement..
..................................... . ....... biîida, p. 154.
l2—(1l). Tergites II et III jaunes seulement à la base et latéralement.
............................................. spinipes, p. 159.
13·(10). Abdomen : tergites à taches jaunes latérales peu distinctes ou
nulles.
14—(l5). Mésonotum sans bandes .... , signatîpes p. 159, setiger, p. 159.
15·(14). Mésonotum avec trois bandes longitudinales sombres.
16·(1'7). Hanches avec une ombre brune ......... gtacilipesj p. 157.
17-(16). Hanches unicolores jaunes.
18-(19). Flagelle antennaire jaune ............... truncata, p. 160.
19-(18). Flagelle antennaire bruni, les trois articles basaux jaunes...
......................................... . .... aifinis, p. 154.
20-(1). sc aboutissant sur la radiale.
21-(22). Tergites abdominauxà bandes antérieures jaunes ; tergites 1-11
jaunes latéralement. Mésonotum avec trois bandes longitudinales som-
bres .......................................... iovea, p. 157.
22·(21). Tergites abdominaux à bandes postérieures jaunes.
23-(26). Mésonotum à parties latérales d’un gris blanc chatoyant.
24-(25). Mésonotum avec de petites soies discales. Quatre soies scutel-
laires ..................................... domestica, p. 155.
25—(24). Mésonotum dépourvu de soies discales. Deux soies scutellaires.
............................................ macrura. p. 158.
26—(23). Non
27-(30). Mésonotum à bandes séparées.
28-(29). Quatre soies scutellaires ................. maculosa, p. 158.

154 on>rÈREs rUNG1vomnAE
29—(28). Deux soies scutellaires ................ feuestralis, p. 157_
30—(27). Mésonotum unicolore, sans bandes, ou la partie discale non nette-
ment plus sombre. Taches humérales réduites ou nulles.
31-(32). Mésonotum à soies discales fortes émoussées, noires. . ..........
........................ . ..... . ............... . . cristata, p. 155.
32-(31). Soies discales réduites .... apicalis, p. 154, Tamanii, p. 160.
1. R. affinis Wxumzarz, 816. — Fig. 179.
Tête jaune. Thorax d’un roux jaune ; mésonotum avec trois bandes
longitudinales brunes, parfois cohérentes et formant une tache discale ;
pleures tachés de brun ; scutellum et mésophragme brunis. Hanches,
fémurs et tibias jaunes. 5‘: tarse I chétigère sur la face interne,
deuxième article avec de longues soies, III avec sept spinules noires plan-
tées sur la face interne, IV avec deux rangées de soies, V avec une rangée ;
face supérieure de tous les articles du tarsel couverte d’une pilosité
épaisse. Ailes brunies, apex plus sombre ; bord antérieur jaunâtre. Abdo-
men : tergites 1 et VI bruns, bord apical jaune ; tergites II-V jaunes avec
une tache triangulaire médiane noire dont la pointe antérieure n’atteint
pas la marge du segment.
9. Tergites abdominaux étroitement jaunes antérieurement. -—— Long.
4,5-5 mm.
Europe.
2. R. apicalis (ME1GEN). — Fig. 175.
3‘. Face jaune ; front et vertex brunis. Mésonotum d’un brun roux;
bandes longitudinales peu distinctes; scutellum brun ; pleures jaunes
tachés de brun en bas. Hanches et fémurs jaunes ; hanches tachées de
brun ; tibias brunis à I’extrémité ; éperons et tarses bruns. Ailes jaunâtres ;
sc aboutissant sur R. Abdomen d’un brun noir ; tergites à bandes posté-
rieures jaunes ; sternites jaunes. Hypopygium épais, jaune ; forceps armés
de sétules noirs, tronqués à l’apex. — Long. 4,5 mm. (d’après le type de
MEIGEN).
Printemps-automne. Avec le R. jenesiralis. Province rhénane.
3. R. bifida Enwiians, 1925, Trans. ent. Soc. Lond., 604 ; LANDROCK,
110. —— R. minor LANDRoc1<, 1925, Naf. Maandbl., 14, 35, iesle LAN-
Dnocx, 1. c.
Face et mésonotum d’un brun jaune, côtés et calus huméraux largement
jaunes ; pleures et mésophragme d’un brun clair ; deux soies propleurales,
une forte et une faible. Pattes jaunes; tibias et tarses brunis. Tarse I (C3`),
articles 3 et 4 armés de spinules internes émoussées. Ailes vitreuses; sc
libre ; MA 1 légèrement courbée. Abdomen d’un brun sombre ; tergites I I-

nmnuosia 155
IV plus ou moins j aunis latéralement, parfois le segment IV uniformément
brun. - Long. 3,5 mm.
Septembre. Fenêtres. Angleterre. Hollande.
Petite espèce ressemblant au R. spinipes et qui porte exactement la même
armature sur les tarses I ; les marques pâles de 1’abdomen sont plus étendues,
les tergites II·III à taches latérales d’un jaune d’ocre. Oviducte conformé
comme chez le R. spinipes.
4. R. eonnexa. Wmmnnrz, 814 ; 1(ERTÉSZ, 88 ; Enwimos, 1925, 603 ;
LANDROCK, 110.
D’un brun noir, à pruinosité satinée grise. Parties latérales du mésono-
tum d’un gris blanc chatoyant ; une forte soie propleurale, parfois une
deuxième faible. Hanches et fémurs jaunes; tibias et tarses brunis. Tarses 1
simples (3). Ailes grisâtres ; sc libre. Abdomen : tergites I et VI d’un brun
noir, les tergites suivants jaunes, plus ou moins brunâtres, avec de grandes
taches mal limitées, triangulaires, noirâtres, à pointe antérieure. -Long.
4 mm.
Mai. Bois et forêts. Rhénanie. Europe centrale. Angleterre.
var. alpine! S1·no1s1.. Hanches brunies à la base. - Alpes ; peut s’é1ever
jusqu':) 2.100 m.
  R. cristata (STAEGER). ZETTERSTEDT, Dipt. Sc., XI, 4213 et XII,
4914 ; WxNNEn*rz, 819 ; Knnrész, 88 ; Emvanns, 1925, 602 ; Lamnnocx,
110. — Myceiophila brachycera Zerrnnsranr. Wmmanrz, 837.
Tête brune, front et vertex à pruinosité grise. Thorax d’un brun noirâtre;
mésonotum jaunâtre antérieurement et latéralement, couvert d’une prui-
nosité chatoyante, grise. Hanches et fémurs jaunes ; tibias, éperons et
tarses brunis ; trochanters tachés de noir ; tarses I (3) simples. Ailes 2
membrane d’un gris jaunâtre, plus sombre au bord antérieur.
6. Abdomen jaune ; tergite Iavec une large tache d’un brun noir;
tergites ll-1V avec une tache semicirculaire basale noire; les deux der-
niers segments noirs. Hypopygium à pilosité apicale noire.
9. Abdomen : segments I et VII uniformément. d’un brun roux, les autres
tergites avec une tache noire semicirculaire n’atteignant pas le bord api-
cal. - Long. 4-5 mm.
Avril-novembre. Bois et forêts. Province rhénane. Bassin de la Seine :
Fontainebleau. Corse. Styrie. Europe centrale et boréale. Prusse orientale.
Angleterre, peu commun.
6. R. domestica (Lisieux). \\’.11.1<En, List, I, 101 ; \VxNmaarz, 824 ;
Scmivn, ll, 466 ; WULP, 137 ; Knnrâsz, 89 ; Lmxnnocx, 111. -— Fig. 178.
Face jaune, [ront et occiput bruns, ce dernier à reflets d’un gris blanc.

156 Dirrànns FUNGIVURIDAE
Mésonotum d’un brun velouté sur le disque, parties latérales largement
d’un gris blanc satiné ; calus huméraux gris ; pleures roux taches de brun ;
U scutellum et mésophragme brunis. Hanches, fémurs et tibias jaunes ; épe-
rons et tarses brunis ; trochanters tachés de noir ; tarses I (5) simples. Ailes
grisâtres, jaunies au bord antérieur. Abdomen grêle et long ; tergite I (et
parfois II) avec une large tache d’un brun noir; tergites suivants jaunes
avec une bande basale noire plus ou moins élargie sur la ligne médiane, ces
taches parfois plus ou moins largement réunies par la pointe.
6. Dernier segment d’un brun noir ou étroitement bordé de jaune apica—
lement. Hypopyge très développé, jaune, avec une longue pilosité apicale
noire (d’après le type de ME1cEN).
Q. Dernier segment jaune avec une bande basale noire ; oviducte jaune.
—- Long. 4-6 mm.
Printemps-automne. Très commun partout et répandu dans tous les bois
et les bosquets de toute l’Europe. Bassin de la Seine : Fontainebleau. Ré-
gion rhénane. Styrie. Prusse orientale. Hollande. Angleterre.
La larve a été observée chez le Tricholoma nudum, le Cliiocybe infundibu-
liformis, le A/Iarasmius oreades (Enwnnns, 602) ; LANnRocK l’a trouvée
dans le Zllarasmzus caryophylleus, et M. le D1' BONNAMOUR chez le Cliîocybe
nebularis.
Cette espèce peut être facilement confondue avec l’All0dia erassicornis ;
l’examen des nervures anales permettra d’éviter la confusion.
7. R. 'fasciata (MEIGEN‘). MAcQUART, I, 131 ; WINNERTZ, 648;WU1.1>,
138 ; THEoBAL1>, 120 ; Krznrnsz, 89 ; Enwlmns, 1925, 603 ; LANDROCK,
112.- Myceiophila maculosa ZETTERSTEDT (nec MEIGEN), 1838, Ins. Lap-
pon., 865. —- M. discoidea VVINNERTZ, 811 (nec MEIGEN) ; Scnimaa, II
465 ; KERTÉSZ, 89 ; Dzisnzicxi, XXXIX, 93,
Face, front et vertex brunis, ce dernier à pruinosité grise. Mésonotum
jaune ou brun ; bandes longitudinales sombres indistinctes ; calus humé-
raux plus clairs ; pleures tachés debrun ou uniformément bruns ; une soie
propleurale forte et une très faible; scutellum bruni;deux scu-
tellaires apicales. Hanches, fémurs et tibias jaunes ; tibias III avec 4-6
soies disposées en rangée externe. Ailes grisâtres, jaunies au bord anté-
rieur ; sc libre. Abdomen d’un brun noir ; tergites II-V à bandes jaunes
non prolongées latéralement et postérieurement,à bandes plus étroites
chez les femelles. — Long. 4-:3 mm.
Mars-novembre. Commun par place. Limbourg hollandais. Province rhé-
nane. Bassin de la Seine :Clamart, Meudon, Fontainebleau, Bar-sur-Seine.
Hollande. Europe centrale et boréale. Prusse orientale. Styrie.
Cette espèce, la plus commune du genre, est facile à identifier par les
marques jaunes des tergites abdominaux. Taille très variable.
Les larves ont été trouvées chez le Tricholcma aureorubens et le Clavaria
inaequalis. M. le DF Enwixnns a observé le cocon, qui est léger et soyeux,
non gomme comme ceux des autres espèces.

rmvmosm 157
‘ 8. R. fenestralis (ME1oEN). Wmunnrz, 822 ; Scnmnn, II, 466 ; Timo-
BALD, 119 ; KEm·Ész, 89 ; Enwnnns, 1925, BOQQLANDROCK, 112 ; JEA NNEL,
306.
3*. Face jaune, front et vertex brunis. Mésonotum avec trois bandes
brunes très distinctes ; scutellum jaune, bruni au milieu ; pleures tachés de
brun, mésophragme jaunâtre, bruni au milieu. Hanches et fémurs jaunes ;
hanches peu distinctement tachées de roux ;t1bias et tarses bruns. Ailes
brunâtres, apex et bord costal plus sombre;sc aboutissant sur R. Abdo-
men d’un brun noir ; tergites à bandes postérieures jaunes ; dernier
segment uniformément noir ; sternites jaunes. Hypopygium épais, jaune ;
forceps armés de sétules noirs, non tronqués. —— Long. 5,5-6,5 mm. (d’après
lc lype de ME1oEN).
Printemps-automne. Bois et bosquets. Trogloxène. Limbourg hollan-
dais. Province rhénane (WINNERTZ) ; grottes de Maâstricht ; Meurthe-eb
Moselle, grotte de Sainte-Reine près de Toul (F1.om2N·r1N). Europe centrale.
Monts Bihar. Prusse orientale. Angleterre.
Se distînguera facilement par Vornementatîon thoracique.
M. F. W. Enwnnns a trouvé la larve dans les : Cortinarius fulgens, Pho-
liota aurea, Plcurotus ostrcalus, Entoloma fubatum, Clilocybe infundibuli-
fcvmis, dans ce dernier avec le Rhymosia domcsiica. Wmmaarz a également
trouvé la larve de cette espèce dans l’Agaricus malleus (Armillariella).
9. R. loves. DZXEDZICKI, 1909, Home Soc. ent. Ross., XXXIX, 94 ;
Enwanns, 1925, 603 ; Lsunnocx, 112.
6. Face jaune. Front et vertex d’un brun jaunâtre à reflets gris. Méso-
notum jaune, à reflets gris avec trois bandes brunes plus ou moins distinc-
tement séparées ; soies disc ales nulles ; scutellum bruni ; pleures jau-
nes, souvent brunis; mésophragme d’un brun jaune. Hanches et fémurs
jaunes; fémurs III ordinairement brunis à l’apex; tibias et tarses bruns.
Balanciers jaunes. Ailes faiblement grisâtres. Abdomen d’un jaune sale;
tergites à bandes apicales d’un noir brun ; tergite Vl entièrement noirâ-
tre. —— Long. 3-3,5 mm.
Europe. Angleterre.
10. R. gracilipes Dzmnzicm, l909,Horac Soc. enf. Ross., XXXIX, 92 ;
LANDROCK, 113 ; Enwamns, 1913, 366 et 1925, 604.
Face jaune, front et vertex brunis à reflets gris. Mésonotum d’un brun
roux ; trois bandes longitudinales brunes ; pleures d’un brun roux ; une
forte soie propleurale ; scutellum et mésophragme brunis, le premier à
bordure claire. Hanches et fémurs jaunes ; tibias et tarses brunis ; trochan-
ters avec une tache noirâtre ; hanches II et III avec une bande brune ;
fémurs III brunis à l’apex. Tarses I (<3‘) : articles 3 et 4 armés de spinules,
les premières légèrement courbées, disposées enpeigne sur la face interne;

158 nrrriaaizs FUNGIVORIDAE
59 article normal. Ailes jaunâtres ; sc libre ; RM près de deux fois aussi
longue que le pétiole de la fourche médiane ; base de la fourche cubitale
placée très peu avant la base de RM. Abdomen jaune ; tergites avec des
taches d’un brun noir, VI uniformément bruni ; les suivants bruns, à
bandes antérieures jaunes dilatées latéralement. — Long. 4-5 mm.
Se distingue du R. si gnaiipes par la chétotaxie des tibias III. Les mâles
présentent un hypopygium caractéristique.
Avril-octobre. Corse. Europe.
M. le DI EDWARDS a trouvé les larves dans les Amanites et les Russules.
11. R. macrura WINNERTZ, 818 ; LANDaoc1<, 113 ; Enwanns, 1935, 602.
6. Face jaune, front, vertex et occiput brunis, à reflets d’un gris blanc
plus ou moins étendus. Thorax jaune ; mésonotum d’un brun noir sur le
disque, blanchâtre latéralement ; pleures tachés de brun à reflets blan-
châtres commeles côtés du mésonotum ; scutellum brun, deux fortes soies
scutellaires; mésophragme brun. Hanches et fémursjaunes;tibias, épe-
rons et tarses brunis ; tarses I simples. Abdomen: tergite I avec une tache
brune, II bruni au centre ou uniformément jaune, III-V avec une tache
triangulaire allongée, la pointe étendue au bord postérieur, VI avec une
large bande d’un brun noir. Hypopygium jaune à pilosité noire, longue. —
Long. 5 mm.
Avec le R. domesfica, plus rare. Prusse orientale. Allemagne. Angleterre.
12. R. maculosa (MEIGEN). ZETTERSTEDT, Ins. Lapp., 865 et Dipt.
Sc., XI, 4211 et XII, 4914 ; Wmmnnrz, 821 ; SCHINER, II, 465 ; Kenriâsz,
90 ; EDWARDS, 1925, 602 ; LANDROCK, 114. — Fig. 177.
Tête, trompe et palpes d’un roux jaunâtre. Thorax jaune ; mésonotum
avec trois bandes longitudinales brunes ; scutellum et mésophragme bru-
nis ; quatre soies scutellaires fortes ; pleures plus ou moins tachés de brun ;
3-4 propleurales. Hanches jaunes ; trochanters avec une tache noirâtre ;
fémurs jaunes ; tibias et tarses brunis ; tarses I (5) simples. Balanciers
d’un jaune pâle. Abdomen jaune ; tergite I bruni, tergites II—V avec une
tache d’un brun noir, les parties latérales plus ou moins jaunes ; dernier
segment d’un brun noir, souvent le bord postérieur j aune. — Long. 5 mm.
Printemps—automne. Bois et forêts. Rhénanie. Europe centrale et boréale.
Prusse orientale. Angleterre.
13. R. placida WINNERTZ, 817 ; Scmivzn, II, 465 ; KERTÉSZ, 90 ; En-
XVARDS, 1925, 603 ; LANDn0cK, 114.
6. Tête brune, front et vertex à reflets gris. Soies mésonotales discales
nulles ; pleures et mésophragnie brunis ; deux soies propleuralesgscutellum

RIIYMOSIA 159
brun ; deux soies apicales. Hanches jaunes, III avec une tache brune ex-
terne ; fémurs jaunes, tibias, éperons et tarses brunis ; tibias III avec 4-9
soies en rangée externe. Ailes brunies, bord antérieur jaunâtre ; sc libre.
Abdomen d’un brun sombre. -—· Long. 3 mm.
Printemps. Bois et forêts. Rhénanie. Europe centrale. Angleterre.
14. R. setiger (W1NNEn·1z), n. n., DZIEDZICKI, Home Soc. enf. Ross.,
XXXIX, 90 (1909) ; LAN¤noc1<, 115. ··- Fig. 174.
Face et front brunis, vertex à reflets gris. Mésonotum sans bandes ;
pleures, mésophragme et scutellum d’un brun jaune. Hanches et fémurs
jaunes ; tibias et tarses brunis ; fémurs I1 et III avec une ligne interne et
l’apex brunis ; tarses l (3) : articles 3 et 4 avec des soies et des épines émous-
sées ; 56 article à soies assez longues. Ailes légèrement brunies ; sc libre à
l'apex. Abdomen d’un brun sombre ; tergites II-V avec de larges bandes
antérieures semicirculaires jaunes.
S?. Tergites à bandes plus étroites. - Long. 3,5-4,5 mm.
Europe.
15. R. signatipes (v. D. WULP). WINNERTZ, 812 ; Scnxmsn, I, 464 ;
_Wu1.1·, 139 ; Knnmâsz, 90 ; Enwnnos, 1925, 603 ; Larmnocx, 114. —·
Fig. 173.
Face, front et vertex bruns. Thorax jaune ; mésonotum bruni, sans
bandes. Pleures plus ou moins tachés de brun ; une seule soie propleurale
forte ; scutellum bruni ; deux soies scutellaires ; mésophragme plus ou
moins sombre. Hanches et fémurs jaunes ; fémurs III avec une ligne interne
brune ; tibias et tarses bruns ; tibias III avec4—6 soies en rangée externe ;
une plage de soies fines sur la face interne préapicale ; tarses I (6) :3** ar-
ticle courbé au milieu,3° et 48 articles avec des soies et de fines épines
`émoussées rangées sur la face inférieure. Ailes légèrement teintées ;sc libre.
Abdomen d’un brun noir ; tergites Il-IV à bandes courbées, rousses, élar-
gies latéralement, étroites suivant la ligne médiane.
Q. Tergites à bandes plus étroites. - Long. 4,5-5 mm.
Printemps. Bois et forêts. Province rhénane. Hollande, Europe centrale.
Angleterre. ` '
Cette espèce se distingue du R. gracilipes par l’abdomen plus largement
jauni, principalement chez les femelles.
16. R. spinipes WxNNEn·rz, 813 ; Scmmizn, II, 464 ; Eowanns, 1925, 604 ; i
Lamoaocx, 115. — Fig. 172.
· Tête brune. Mésonotum avec trois bandes longitudinales brunes plus ou
moins marquées et confluentes ; pleures jaunes tachés de brun; une seule

160 DIPTÈRES FUNe1voRmAE
propleurale forte ; mésophragme brun ; deux scutellaires. Hanches et
fémurs d’un jaune pâle ; tibias et tarses brunis ; tibias III avec une rangée
préapicale interne de 3-6 fines soies ; tarses I (5) : 39 et 49 articles ciliés et
armés de courtes épines. Ailes légèrement teintées ; se libre ; RM près de
deux fois aussi longue que le pétiole de la fourche médiane;base de la
fourche cubitale placée légèrement avant le niveau de RM. Abdomen d’un
brun noir ; tergites Il et III (et parfois les tergites I—IV) avec des taches
basales latérales jaunes. —- Long. 3-4 mm. '
Printemps. Bois, rare. Rhénanie. Europe centrale. Angleterre.
var. nigrostriata Sraonn. Fémurs taches de brun sur la face interne.
Cu Alb ombrée sur la moitié inférieure. Europe centrale.
17. R. Tamanîi DZIEDZICKI, 1909, Home Soc. enf. Ross., XXXIX, 99 ;
EDWARDS, 1925, 602 ; LANDROCK, 115. - Fig. 176.
Face, vertex et occiput brunis à reflets gris. Mésonotum d’un brun
clair ; bandes longitudinales plus ou moins visibles ou nulles ; pleures jau-
nâtres plus ou moins brunis ; scutellum et mésophragme brunis ; deux
scutellaires apîcales. Hanches, fémurs et tibias jaunes; tarses bruns,
hanches II`èt III avec une tache brune externe ; fémurs II I brunis à l’apex;
tarses I (5) simples. Balanciers jaunes. Ailes d’un brunâtre pâle ; sc abou-
tissant sur R1 ; base de la fourche cubitale placée légèrement avant RM.
Abdomen jaune ou brun jaune ; tergites à bandes d’un brun noir plus ou
moins élargies sur les côtés, les deux derniers segments bruns à bordure
postérieure jaune. — Long. 3,5-4,5 mm.
Rare. Europe. Angleterre (Eowixnns).
18.R. truncata. W1NNEm·z, 815; Sci-rmna I, 465; KER·rÉsz, 90 ; Lam)-
Rocx, 116.
Face jaune, front, vertex et occiput brunis. Mésonotum jaune ou brun
roux ; trois bandes longitudinales brunes plus ou moins marquées ; pleures
tachés de brun ; mésophragme jaune tache de brun ; scutellum brun ; deux
scutellaires apicales noires. Hanches et fémurs jaunes ; tibias jaunes ou
bruns ; tarses noirâtres ; tarses I (5) : 3*3 et 4e articles épineux et ciliés ;
3° article légèrement élargi et courbé sur la face plantaire. Balanciers
jaunes. Ailes légèrement brunies ; sc libre. Abdomen jaune ; tergite I
bruni, II-V avec une bande postérieure d’un brun noir élargie en triangle
médian, V-VI brunis.
S2. Tergites V I-VII jaunes, bord postérieur bruni. -— Long. 4-5,5 mm.
Printemps-automne. Bois et forêts. Province rhénane. Europe centrale.

RIIYMOSIA 161
19. R. virens Dz1Enz1cm, 1909, Home Soc. ent. Rossicoe, 94 ; EnwAEos,
1925, 602 ; Lmnnocx, 116.
Face, front et vertex d’un brun sombre. Mésonotum d’un brun noir à
reflets gris, sans bandes ; pleures, scutellum et mésophragme brunis.
Hanches et fémurs jaunes ; tibias et tarses brunis ; tarse I (3) simple ; ti-
bia III avec 4-6 soies disposées en rangée externe. Ailes à peine teintées ; sc
libre ; fourche cubitale très étroite à la base, cette dernière éloignée du
niveau de RM. Abdomen : tergites I, II, VI, d’un brun noir, les autres
jaunes ou roux, marqués de taches triangulaires d’un brun noir à pointe
antérieure, parfois étendues en bandes latérales postérieures ; sternite
roux. _
S? : oviducte très long. Petite espèce grêle. —· Long. 2-4 mm.
Europe. .
G. BRACHYPEZA WINNEHTZ
VVINNERTZ, XIII, 806 ; Jo1iANNsEN, 101 ; Eowimns, 1925, 611 ; LAND-
nocx, 116 ; ENDERLEIN, XVI, 15.
Tête arrondie, aplatie en avant, couverte par le thorax ; trois ocelles, le
médian petit. Palpes courbés, de 4 articles, deuxième article épaissi. An-
tennes de 2 + 14 articles. Scies scutellaires fortes ; ptéropleure et méso-
pleure dénudés. Pattes robustes ; pattes 1 très courtes ; fémurs élargis, légé-
rement comprimés ; tibias épaissisà l’apex, ciliés; hanches Ill avec un ma-
crochète basal ; griffes fortement dentées. Ailes légèrement plus langues que
Paboomen ; nervure costale ne dépassant pas MA 1 ; sc courte, aboutissant
sur R I ; R 4 + 5 ordinairement nulle ; base de la fourche cubitale placée
avant la base de RM et avant le niveau de la base de la·iourche médiane,
cette dernière à pétiole court ; CuA‘l chitinisée, allongée ; anale et axlllaire
fines et courtes (fig. 48). Abdomen formé de six segments, aplatis latérale-
ment. Espèces de grande taille : 5-6 mm.
Les larves sont semblables à celles des Hhymosîa ; elles vivent dans les
champignons et forment pour la nymphose un cocon résistant et gommé.
Génotype : Brachypeza bisignaia W1NNEm·z.
TABLEAU mas Esx>EcEs.
1-(2). Ailes non tachées. ....................... helvetica, p. 162.
2-(1). Ailes tachées.
3—(4). Quatres soies scutellaires ................. bisignata, p. 161.
4-(3). Six soies scutellaires ..................... radiata, p. 162.
1. B. bisîgnata WxNNEm·z, 807.
Face jaune ; front et vertex d’un brun noir. Thorax jaune ; mésonotum
avec trois bandes sombres plus ou moins nettement séparées ; pleures
sécu? U _

162 n1PTÈREs FUNGIVORIDAE
jaunes ou brun jaune ; cinq soies propleurales ; mésophragme bruni.
Hanches, fémurs et tibiasjaunes ; apex des fémurs II1,tibias III et tarses
bruns ; tarses I (3) simples. Ailes subvitreuses, une tache médiane brune
et une autre de même grandeur à l’apex de MA 1.
3. Abdomen : segments 1,Vet V1 d’un brun noir; tergite 1 jaune au bord
postérieur, les tergites suivants entièrement jaunes. Hypopygium petit,
brun.
S?. Segments V et VI jaunes. -— Long. 5-6 mm.
Europe centrale et orientale. Amérique septentrionale.
2. B. helvetica. \/VALKER, 1856, Ins. Saund., 1, 416 (Boletina) ; EDWARDS,
1925, 612 QLANDROCK, 117. — B. spuria Enwanns, 1913, 366. - Allodia
barbipes WINNERTZ, 832 ; KER·rÉsz, 91 ; teste Enwanns, 612.
Tête d’un brun noir, front jaune. Thorax d’un gris jaune à pilosité
couchée, jaune ; soies latérales noires ; trois bandes mésonotales brunes
souvent cohérentes ; pleures d’un brun jaune ; trois propleurales ; quatre
scutellaires. Hanches et fémurs jaunes ; tibias et tarses brunis ; tarse I
(3) avec une longue villosité inférieure, principalement sur le deuxième
article ; 38 article avec de fortes épines rangées sur la face interne près de
la base. Ailes jaunies. Abdomen jaune 3 tergites I-V avec une tache trian-
gulaire brune à pointe postérieure ; tergite V1 d’un brun noir, à bordure
postérieure jaune. Hypopyge jaune.
Q. Tergite V1 en grande partie jaune. -— Long. 5-6 mm.
Printemps. Bois. Peu commun, mais assez répandu. Rhénanie, Europe
centrale. Angleterre.
3. B. radiata JENx1NsoN, 1908, Ent. monthly Mag., XLIV, 132.
Face et occiput d’un brun noir. Mésonotum jaune ; trois bandes longi-
tudinales brunes ; pleures jaunes ou brun jaune ; mésophragme bruni ; six
ou sept propleurales. Pattes jaunâtres ; fémurs 111 et tibias III brunis à
l’apex ; éperons et tarses bruns ; tarses 1 (3) : 29 article avec de longues
épines sur la face inférieure. Ailes légèrement teintées, jaunies au bord
antérieur, une tache centrale brune, une bande plus pâle près de l’apex
de l’aile. Abdomen d’un brun jaunâtre, avec cinq rangées detaches sombres
plus ou moins distinctes, une médiane longitudinale et deux latérales ; ter-
gites V et V1 brunis. Hypopyge jaune. Oviducte bruni. —— Long. 6 mm.
Angleterre (F. W. Enwanns).
Les larves ont été trouvées dans des Pleurotes placés sur le tronc d’un
orme.

.iLr,onrA 163
G. ALLODIA \VmNEn'rz
Wmnnnrz, XIII, 826 ; Knnrâsz, 90 ; JOHANNSEN, 103 ; Enwanns,
1913, 367 ; ENDERLEIN, XVI, 15. — Brachycampla Wrwmznrz, XIII,
833 ; Knnrssz, 92.
Tête arrondie, aplatie antérieurement, recouverte par le thorax 2 trois
ocelles, le médian plus petit, placé dans un sillon. Palpes jaunes, de 4 ar-
ticles. Antennes brunes, plus ou moins jaunies à la base, de 2 + 14 articles.
Mésopleure et ptéropleure nus (üg.180). Pattes longues et grêles; hanches III
avec une soie basale postérieure ; tibias à soies courtes. Ailes allongées, à
pilosité microscopique ; costale ne dépassant pas MA I ; sc courte ; RM plus
ptérqzèure
an§11sL‘ernz'z‘e
/zronotu//L I
scufeyunz /zart,/mater:
mésylnragme ’ À À /Z/UIZOÃUITL
@*1 fzartanfeh
\ Q __,.....o¢·cyuLt
Éâkncîcr ` gw
/‘/°”"”f°’.Y’ï’ - ` Occ//e
  \
Ãypyzhura antenne
œil
fm/2/eure
}lâHC/ZCI
Fxo. 180. —- Allodîa lugens (W1Er>EMAru~:). Schéma du thorax montrant les soies
du pleurotergite et les deux soies propleurales.
longue que le rameau basal de R ; R 4 —g— 5 nulle ; base de la fourche cubltale
placée avant ou après le niveau de la base de la médiane ; anales écourtées,
rudimentaires ; CuA2 représentée par un pli vestlglal peu distinct ou nul
(fig. 49). Abdomen 8 formé de six segments ; hypopyge arrondi ou allongé ;
Q de sept segments ; oviducte court.
Le caractère générique principal est fourni par la réduction des nervures
postérieures de 1’aile (CuA2 + A). La couleur du tégument est extrême-
ment variable chez les espèces de ce genre, plusieurs ont une couleur
claire, Ia base des antennes et les calus huméraux jaunes, les quatre pre-
miers segments abdominaux en grande partie jaunes chez le mâle et les
fémurs concolores ; les espèces sombres ont les antennes, le thorax et l’ab·
domen presque entièrement noirs, les fémurs noirâtres à la base et à 1’apex ;
les spécimens sombres paraissent être surtout des formes hivernales. Les
représentants de ce genre sont cosmopolites.
Les larves des espèces connues ont la même conformation et les mêmes

164 ' DIPTÈRES FUNGIVORIDAE
habitudes que celles des Eœechia. Elles sont parasitées par des Hyméno-
ptères Proctotrypides. `
IIIEUNIER a décrit une dizaine d’espèces de l’ambre de la Baltique.
Génotype : Jkîycefophila lugens WIEDEMANN.
TABLEAU DES Es1>ÈcEs.
1-(2). Hanches III avec une petite tache noire,à l’extrémité de la face
externe. Quatre scutelires. Mésonotum sans soies discales. Griffes
dentées ............................. - ..... crassicomis, p. 165.
2-(1). Hanches III sans tache noire externe. Deux ou quatre scutellaires ;
dans ce cas, les soies externes sont plus courtes.
3-(8). Deux propleurales. Tibias III sans soies internes. Deux scutellaires.
Griffes simples.
4-(5). Mésonotum sans soies discales. Base de la fourche cubitale placée
après le niveau de la base de RM. lugens, p. 168, omaticollis, p. 168.
5—(-1). Mésonotum avec des soies discales.
6—(7). Base de la fourche cubitale placée après le niveau de la base de
RM ......................................... bicolor, p. 165.
7-(6). Base de la fourche cubitale placée avant le niveau de la base de
RM. Tergites IV (3‘) ou IV et VI (2) largement j aunis, surtout près de
la base ....... altemans, p. 164, discoidea, p. 166, grata, p. 167.
8-(3). Trois propleurales ou plus. Tibias III avec de petites soies internes,
au moins à l’apex.
9—(12). Quatre ou cinq propleurales. Griffes simples.
10—(11). Scutellaires externes moitié aussi longues que les internes. Ordi-
nairement cinq propleurales ................. sericoma, p. 169.
11-(10). Scutellaires externes rudimentaires. Quatre propleurales. . .
........................................... griseicollis, p. 167.
12-(9). Trois propleurales. Griffes simples ou dentées. Deux fortes soies
scutellaires internes et deux faibles externes.
13-(14). Tibias III avec environ douze soies fines disposées en rangée
interne ................................... ruficomîs, p. 169.
14-(13). Tibias III avec 2-4 soies fines sur la faceinterne et deux ou trois
autres prébasales ............. îissicauda, p. 167, Verralli, p. 169.
1. A. altemans (ZETTEas1·EDT). VVINNERTZ, 834 ; Scn1NEn, II, 468 ;
WULP, 141 ; KERTÉSZ, 92 ; Laivnnocx, 119. -— Fig. 185.
· Tête brune. Front et occiput à reflets gris. Mésonotum d’un brun noir ;
calus huméraux plus ou moins jaunâtres, à pilosité couchée d’un gris j aune;
pleures jaunàtres, souvent brunis ; deux soies propleurales ; scutellum et
mésophragme brunis ; deux soies scutellaires. Hanches et pattes jaunes,
souvent brunies ; tarses bruns ; tibias III sans soies internes. Ailes légè-

ALLODIA 165
rement teintées. Abdomen allongé, jaune ; tergites l-IV avec des taches
triangulaires,à pointe antérieure, d’un brun noir.
<3‘. Tergite I presque éntièrement brun, IV souvent entiérement jaune,
noir seulement au bord postérieur ; segments V-V1 presque entièrement
no1rs.
$2. Côtés du tergite IV et la plus grande partie des segments Vl et VII
jaunes. —— Long. 3 mm.
Printemps-automne. Bois. Province rhénane.Hollande.Bassin de la Seine,
Fontainebleau, Bar-sur-Seine (LAaour.aè>1E). Europe centrale. Prusse
orientale. Angleterre. Avec l’Allodia grala MIEIGEN, moins commun.
2. A. bicolor (Macguarrr), 1834, Suites à Buffon, 1, 131 ; Winmzarz,
835 ; ScmNE1=x, II, 469 ; WULP, 142 ; Tniaoalun, 123 ;KEarÉsz, 93;
LANDnoc1<, 120.
Face jaune, front et vertex d’un brun jaune, à reflets gris. Thorax de
coloration variable ; mésonotum d’un brun noir à reflets gris — ou clair
— ou jaune plus ou moins foncé, à bandes longitudinales sombres, sépa-
rées au moins postérieurement, ou entièrement cohérentes ; pleures bruns,
tachés de jaune, souvent uniformément bruns ; scutellum jaune ou brun
noir ; mésophragme brun. Hanches et fémurs jaunes ; tibias et tarses bru-
nis ; fémurs III unicolores ou brunis à l’apex et à la base interne. Ailes
jaunes ou brun jaune ; base de la fourche cubitale placée au niveau du
pétiole de la fourche médiane. Abdomen jaune à taches noiràtres plus ou
moins élargies sur les quatre premiers tergites, ou ces segments largement
brunis, mais présentant des taches latérales jaunes ; tergites V-VI, noirà-
tres, V souvent avec une tache basale jaunâtre.
S?. Plus largement jaune. — Long. 2,5-3 mm.
Printemps-automne. Bois et bosquets. Province rhénane. Hollande. Eu-
rope centrale. Styrie (Srnonr.) Prusse orientale (CzwA1.mA).
3. A. crassicornîs (Sranmos). NVALKER, List, 1, 101 ; Wn~1N12:n·rz, 828 ;
Scnman, I1, 467 ; WULP, 147 ; Tiiaonacn, 122 ; Kanriâsz, 91 ; EDWARDS,
1925, 606 ; JEANNEL, 306. — Cordyla canescens ZETTERSTEDT, l853,Dipt.
Sc., XII, 4834. — Mycelophila punclipes STAEGER. ZETTERSTEDT, Dipt.
Sc., X], 4208 ; VVINNERTZ, 829 ; YVULP, 148 ; Kanrasz, 92 (Allodia). —
M. spinicora ZETTERSTEDT, 1852, Dipt. Sc., XI, 4223. _
Tête d’un brun noir plus pâle en bas. Trompe jaune. Mésonotum d’un
brun jaune, à bandes longitudinales sombres plus ou moins cohérentes;
pleures bruns tachés de jaune ; scutellum et mésophragme bruns. Hanches
. et fémurs jaunes ; tibias et tarses brunis. Ailes légèrement brunies ; base
de la fourche cubitale placée légèrement avant le niveau de la base de la
fourche médiane. Abdomen jaune ; tergite 1 d’un brun noir ii bord posté-

166 DIPTÈRES Fumoivomma
rieur jaune ; tergites Il-IV taches de brun, les deux segments suivants d’un
brun noir, à_bord postérieur jaune.
S2. Antennes courtes, les 5-6 premiers articles épaissis, brunis, les trois
premiersïarticles jaunes. Abdomen brun, tous les tergites bordés de jaune.
— Long. 5-6 mm.
, yy ./\..
`ïs
1 .
. Q M
/8} /82 t `*
\\ 4
n
È 2·
\
/83 /84 /65 /86
Fm, 181 à 186. — Hypopyges des mâles des Allodia. —— 181. Allodia Verralli, selon Eo-
wnnos, — 182. A. fissicauda, selon Luxosrnüiu. —— 183. A. lugens, selon Lnunaocx.
—- 184. A. ornaîicollis. -——— 185. A. allernans. — 186. A. grata, selon Dzxanzrcxt.
Printemps-automne. Bois et forêts, sylvicole et tragloxène. Rhénanie
(Wmnaarz). Hollande (VVULP) ; grotte de Lowberg ; Limbourg hollandais,
commun (Sommrz). Bassin de la Seine: Clamart, Meudon, Fontainebleau ;
Basses-Pyrénées;Ariège ; Hautes-Pyrénées ; Haute-Garonne; Aude; Ba-
léares (J EANNEL) ; Alpes-Maritimes (grottes). Corse. Styrie. Europe centrale ·
et boréale. Prusse orientale. Angleterre. Amérique septentrionale.
La larve a été observée dans les truffes (Eowxiws). Elle vivrait également
dans les débris ligneux humides.
4. A.disc0idea(Ma1eaN). MAcgU/mr, I, 131 ; Enwaans, Diplera, 1924,
15.
S?. Tête brune. Front et occiput à reflets gris. Mésonotum roux, étroi-
tement bruni antérieurement ; calus huméraux plus ou moins jaunâtres,
à pilosité couchée, jaune ; pleures jaunâtres, souvent brunis ; deux soies
propleurales ; scutellum et mésophragme brunis ; deux soies scutellaires
fortes et deux fines latérales. Hanches et pattes jaunes ; troehanters ta-
ehés de brun ; hanches II et Ill avec des traces brunes à la base interne.
Abdomen jaune ; tergites_l-II bruns, III-Il/'jaunes à la base, V brun, les

.«1.Lo¤1A 167
suivants plus ou moins largement jaunis à la base. —— Long. 3,5 mm.
(d’après le lype de Maman).
Rhénanie. France septentrionale T (Macguarvr).
  A. fissicauda. Lurxosrnôm, 1911, Ann. Mus. Nat. hung., IX, 398 ;
Enwanns, 1925, 610 ; Limnnocx, 122. -— Fig. 182.
6. Tête d’un brun jaune ou d’un brun noir. Antennes jaunes ou brunes,
plus ou moins jaunies à la base. Mésonotum jaune avectrois bandes longi·
tudinales d’un brun clair, ou mésonotum d’un brun noir et calus humé-
raux jaunes ; pleures, scutellum et mésophragme jaunes, bruns ou noi-
râtres ; trois propleurales. Pattes jaunes, tarses et la partie externe et api-
cale des fémurs III brunie. Balanciers jaune clair. Ailes d’un gris jaunâtre ;
base de la fourche cubitale placée au niveau ou légèrement avant la base de
la fourche médiane. Abdomen jaune ; tergites I—IV avec des taches mé-
dianes plus ou moins étendues, brunes ou d’un brun noir ; segments V-VI
d’un brun noir. Hypopyge petit, jaunâtre. —— Long. 3 mm.
Printemps-automne. Corse. Hongrie. Angleterre.
6. A. grata (ME1cEN). E¤wAans,1925, 607; LAN¤aocx<, 123. —· Mycel0—
phila analis ME1cEN. Mixcgumr, I, 130. - Brachycampla allernans
Dz1EDz1cKr nec ZETTERSTEDT. - Allodia nigricollis Eowruaos nec Zm-
TERSTEDT, teste Eowaans, 1925, 607. -— Fig. 186.
6. Semblable à l’All0dia allernans ZETTERSTEDT ; en diffère par la con-
formation de Phypopyge chez les mâles. Lobes latéraux du tergite IX
avec une soie émoussée. - Long. 3 mm. (d’après le type de MEIGEN).
Commun. Europe. Angleterre.
La larve a été trouvée dans plusieurs espèces de Russules, dans le Paxillus
involutus et dans l’Hcbel0ma crusluliniformis.
7. A. griseicollis (Susana). XVINNERTZ, 844 ; Scnxmzn, II, 469 ; Worm,
142 ; Karvrész, 93 (Brachycampla) ; Eowaaos, 1925, 611 ; LANDBOCK,
123 ; JEANNEL, 307. - Bmchycampla caudala W1NNER·rz, XIII, 843 ;
Scnmnn, II, 468.
Front et vertex brunis ; parties inférieures de la tête jaunes. Mésonotum
d’un gris brun satiné ; calus huméraux et partie antérieure des pleures
jaunes ; pleures tachés de brun ou largement noircis ; mésophragme et
scutellum bruns. Hanches et fémurs jaunes, plus ou moins brunis à
l’apex externe ; tibias et tarses brunis. Balanciers jaunes. Ailes teintées,
bord antérieur jaunâtre ; base de la fourche cubitale placée au niveau
de RM.
8. Abdomen jaune ; segments I, V et VI d’un brun noir ; tergites sui-

168 DIPTÈHES FUNGIVORIDAE
I vants avec une large tache triangulaireà base postérieure, d’un brun
noir.
Q. Tergites II—Vl avec des taches triangulaires brunes ; segments I et
VI noirs. — Long. 3 mm.
Printemps—automne. Bois et forêts. Occasîonnellement trogloxene. Pro-
vince rhénane. Hollande. Somme, souterrains de Naours; Hautes-Pyrénées
(PANDELLÉ). Corse, avril. Europe centrale et septentrionale. Styrie. Angle-
terre.
Parasite : Procioirypes niger PANzER·
8. A. lugens (XVIEDEMANN). Mnionn, S. B., 1, 269 ; LANDROCK, 124 ;
JEANNEL, 307. —- Fig. 183.
Tête d’un brun noir. Trompe jaune. Mésonotum brun sur le disque, bords
latéraux plus clairs, jaunâtres, ou blanchâtres à reflets gris ; pleures, scu-
tellum et mésophragme brunis ; deux soies propleurales et deux scutel-
laires. Hanches, fémurs et tibias jaunes ou brun jaune ; tarses brunis ;
fémurs III avec une ligne basale interne brune ; tibias III sans soies. Ailes
légèrement teintées. Abdomen : coloration variable, brun noir au fond,
bord postérieur des tergites jaunâtre ; tergites médians avec des taches
latérales triangulaires.
,Q.'l`ergites à teinte jaune plus étendue ; tergites Il-V à taches latérales
jaunes, VI bruni antérieurement, jaune postérieurement, souvent aussi le
segment V uniformément bruni. — Long. 3-4 mm.
Eté-automne. Très commun partout, à l’air libre. Grotte des Basses-Pyré-
nées. Toute l’Europe.
Les larves ont été observées dans 1’Armillariclla mellea FR. (TURNER) et
dans les Russules (Enwaans). Le Dr R. JEANNE1. les a trouvées dans les
débris végétaux.
9. A. omaticollis (l\lE.1<;EN). NIACQUART, 129 ; Znrrnusrnnr, Dipt. Sc.,
Xl, 4205 ; VVINNERTZ, 830 ; SCHINER, ll, 467 ; WULP, 146 ; THEoBALn,
122 ; EDWARDS, 1925, 607 ; LANDROCK, 125. —— Mycelophila nigricollis
Znrrnasirnntr. ——- Fig. 184.
Semblable à l’A. lugens VV. ; en diffère par la forme des forcipules de
Vhypopyge chez le mâle. On peut observer deux variétés, une première
noire et l’autre avec les calus huméraux et l’abdomen plus ou moins lar-
gement jaunes. — Long. 3-4 mm.
Eté-automne. Bruyères et prairies ombragées, bois et forêts ; pins, forêts
montagneuses de sapins. Toute l’Europe.
La larve a été trouvée dans différentes espèces de champignons : Inocybe
piriodora incarnata IIIAIRE (EDWARDS), Russula sardonia FRIES, Paœillus
involulus FR., Hygrophorus coccineus FR. (Auncnnr).

.x1.Loo1A 169
lO.A.I1lf1COT!11S(MEIGEl\). Eowlmos, 1925, 609 ; Lmoaocx, 126. -- A.
cinerca Luunsrn. —- Brachycampla haslata VVINNERTZ, 842.
6. Tête brune en bas, d’un gris cendré en haut. Mésonotum d’un gris
cendré ; pleures et mésophragme brunis à reflets gris ; trois propleurales ;
scutellum d’un gris cendré ; deux petites soies scutellaires ou non. Pattes
jaunes ; tibias et tarses bruns ; fémurs III brunis à l’apex. Ailes légère-
ment brunies ; base de la fourche cubitale placée au niveau ou légèrement
après la base de RM. Abdomen d’un brun noir, les sternites et le bord
antérieur des tergites j aunâtres. — Long. 3 mm.
Mai. Bois et forêts. Rhénanie. Fontainebleau.- Europe centrale. Angleterre.
La femelle est dillîcile à identifier, le mâle se reconnaîtra immédiatement
aux tibias III qui portent une rangée interne de douze soies fines.
11. A. sericoma (MEIGEN). Eowanos, 1925, 611 ; LANDROCK, 126. —-
Brachycampta amoena Wmnnnrz, 839 ; Scumnn, II, -169 ; VVULP, 1-13. ——
Mycelophila semiflava Maman.
Coloration très variable. Thorax jaune, brun ou noirâtre, bandes méso-
notales sombres, réduites à des traces chez les exemplaires jaunes, les
exemplaires sombres présentent des reflets gris. Quatre scutellairesinégales.
Hanches et fémurs jaunes ; tibias et tarses brunis; fémurs III brunis à
l’apex et sur l’arête basale interne ; fémurs I et II plus ou moins brunis chez
les spécimens sombres. Ailes teintées, un peu jaunâtres;base de la fourche
cubitale placée au niveau de la base de RM ou légèrement après. Abdomen
jaune et les tergites I·IV avec des taches médianes brunes ; segments V-
VI uniformément noirs — ou abdomen brun, unicolore — ou des taches
tergales latérales jaunes plus ou moins développées. - Long. 3 mm.
Avril-novembre. Commun dans les bois et les forêts. Rhénanie. Hollande.
Bavière. Corse. Europe centrale. Angleterre.
La forme sombre paraît être saisonnière.
I2. A. Verralli Enwnnns, 1923, Trans. ent. Soc. London, 606 ; LAND-
nocx, 127 — Fig. 181.
6. Mésonotum brun ou jaune grisâtre. Scutellum avec quatre soies, la
paire externe très courte. Ailes d’un gris jaunâtre ; base de la fourche cubi-
tale placée avant le niveau de la base de la fourche médiane. -Long. 3mm.
Corse : vallée du Restonica, avril 1928 (F. W. Eowaaos). Angleterre.
Cette espèce appartient au même groupe que l’A. [issicauda. Le mâle se
distingue par la conformation hypopygiale, les forceps supérieurs portent
sur la face interne basale une petite plage ciliée ; le sternite VIII est émar-
giné apicalement, non arrondi.
Aux espèces précédentes, il faudra sans doute ajouter :

170 DIPTÈRES FUNGIVORIDAE
13. A. flaviventrîs v. D. WULP. Kaarasz, 93 (Brachycampia) ; LAND-
Rocx, 122.
Face jaune. Mésonotum d’un brun sombre, bords antérieur et latéraux,
calus huméraux jaunes ; pilosité noire. Pattes jaunes ; tarses bruns. Ailes
subvitreuses, jaunâtres à la base et au bord antérieur. Abdomend’un jaune
clair ; tergites à taches brunes ; segments V—VI d’un noir brun. Hypopyge
jaune. — Long. 3 mm.
Hollande.
14. A. ruficauda (v D. WULP), 1874, Tijdschr. v. Ent., XVII, 125, pl.
VIII, f. 6-7 et Dipt. Neerl., I, 142 (1877) (Bmchycampta) ; Larmaocx, 126.
Péristome jaune. Mésonotum d’un brun sombre a reflets gris ; calus
huméraux d’un gris clair ; pilosité noire. Pattes jaunâtres, apex deshanches,
fémurs, tibias et tarses bruns. Ailes teintées, j aunâtres au bord antérieur.
Abdomen d’un brun noir ; tergites antérieurs jaunes latéralement ; hypo-
pyge jaune. — Long. 3 mm.
Hollande, avril-juin.
Tribu Fuugivorini
TABLEAU ons Gnmaas.
1—(8). Ptéropleures dénudés.
2-(3). Soies tibiales longues et fortes. Sous-costale aboutissant sur R1 . . .
........................................ Dynatosoma, p. 195.
3-(2). Soies tibiales courtes, très peu plus longues que le diamètre du tibia.
4—(5). Palpes : deuxième article élargi (fig. 188) .... Polyxena, p. 171.
5—(4). Non.
6-(7). Sous—costale allongée, aboutissant ordinairement sur R ; base de la
fourche cubitale placée au niveau ou avant la base de la fourche mé-
diane ..................................... Trichonta, p. 177.
7-(6). Sous-costale courte — ou allongée et libre à l’apex ; base de la
fourche cubitale placée après le niveau de la base de la fourche médiane.
............................................ Phronia, p. 184.
8—(1). Ptéropleures ciliés. Soies tibiales allongées, robustes.
9-(14). Aile : cubitale fourchue.
10—(1l). MA 2 b divergente avec CuAla à l’apex, mais les deux branches
de Cu A1 parallèles ou convergentes ; costale ne dépassant pas IMA 1.
Métapleure et ptéropleure élargis ............. Fungivora, p. 197.
11—(l0). MA 2 b parallèle avec C'uA1a, mais les deux branches de CuA1a
divergentes. Métapleure et ptéropleure petits. Tête ordinairement pro-
fondément enfoncée dans le thorax. _

POLYXENA 171
12—(13). Pronotum distinctement séparé du propleure et longuement cilié.
Base de la fourche cubitale placée au niveau de RM ou très peu avant ;
costale distinctement prolongée au delà de MA1. . Epicypta, p. 221.
13-(12). Pronotum indistinctement séparé du propleure et dépourvu de pilo-
sité. Base de la fourche cubitale placée largement avant le niveau de
RM ; costale ne dépassant pas MA 1. Abdomen : deuxième tergite avec
deux longues soies ......................... Delopsis, p. 223.
14-(9). Aile : cubitale simple.
15-(16). MA 2 b et CuA1a subparallèles ; R 1 et MA 1 très rapprochées.
Métapleure et ptéropleure étroits. Tibias II sns soies internes,. .
............................................ Sceptonia, p. 219.
16-(15). AIA 2b et CuA1a divergentes ; R 1 et JWA 1 normalement écar-
tées. Métapleure et ptéropleure élargis. Tibias ll avec des soies internes.
............................................ Zygomyia, p. 217.
G. POLYXBNA Maman
Mnxoian, Nouv.C1assif., 16 (1800) ; Lxnnaocx, 127.- Cordyla ME1cEN,
1803, Illig. Mag., Il, 262 ; KEn·rÉsz, 125 ; .IonANNsEN, 99 ; Enwanns,
1913, 379 ; 1925, 612 ; ENoEn1.E1N, XVI, 15. - Pachypalpus MAcoUAn·r,
183-1, S. B. I, 144. —— Piolepalpus RoNDAN1, 1856, Prodr., I, 196.
Tête allongée, légèrement aplatie en avant ; deux ocelles petits, placés
près des bords des yeux. Palpes de quatre articles, I très court, 11 épaissi,
ovalaire ou allongé, Fépaississement plus visible chez le mâle, III et IV fili-
formes. Antennes courtes, formées de 2 + 9 ou 2 -1- 13 articles. Mésopleure
cilié ; sternopleure avec une tache noire bien marquée. Fémurs élargis et
aplatis ; tibias finement ciliés. Ailes : membrane couverte de cils microsco-
piques ; costale ne dépassant pas Pintersection de MA 1 ; sc rudimentaire ;
RM décolorée sur un point au milieu et paraissant interrompue ; base de la
fourche cubitale placée avant ou apres le niveau de la base de la fourche
médiane ; branche postérieure de la fourche médiane parfois interrompue
avant le bord de l’aile (eg. P. crassicornis) ; anales écourtées (fig. 50). Abdo-
men formé de sept segments.
La nervation des espèces de ce genre ressemble à celle des Allodia ; la
présence de soies anépisternales rapproche ce genre des Fungivora.
Les adultes volent dans les bois et les bosquets pendant presque toute
l’année, sauf pendant les périodes très froides.
Les œufs sont assez gros, jaunâtres, à coque épaisse et lisse. Les larves
se développent dans le bois et dans certains champignons, principalement
dans les Russules. La nymphose a lieu à l’abri d’un cocon formé d'une soie
serrée, entre les brins de mousse ou dans la terre.
VoN HEYDEN a fait connaitre cinq espèces fossiles des argiles salées de
Rhénanie : Cordyla anliqua, limnoria, renuda, subapiera et velusla.
Génotype : Cordyla fusca MEIGEN.

172 DIPTÈRES FUNGIVORIDAE
' TABLEAU mas Es1>ÈcEs.
1-(2). MIA 2 b prolongée à la marge de l’aile. Antennes (3) formées de 2 -1-
12 articles ............................... crassicomis, p. 173.
2—(1). MA 2 b rfatteignant pas le bord de l’aile.
3-(6). Palpes : deuxième article renflé, de couleur jaune.
4-(5). 3 : base de la fourche cubitale placée légèrement après le niveau de
la base de la fourche médiane S2 : ces deux bases à peu près au même
niveau . ..................................... fasciata, p. 173.
5-(4). 3 9. Base de la fourche cubitale placée largement après le niveau de
la base de la fourche médiane, les branches très divergentes .......
.......................................... îlaviceps, p. 174.
6-(3). Palpes : deuxième article noir ou bruni au moins partiellement.
7-(10). Mésonotum d’un noir luisant.
8—(9). Base de la fourche cubitale placée légèrement après celle de la mé-
diane. 3 2 antennes de 2 -1- 12 articles ............ fusca, p. 174.
9—(8). Base de la fourche cubitale placée au niveau ou légèrement avant
celle de la médiane. 3 : antennes de 2 -|- 13 articles ..................
.............,..............   . nitens, p. 175,nitidu1a, p. 176.
10—(7). Mésonotum non brillant.
11-(12). Base de la fourche cubitale placée après le milieu du pétiole de la
fourche médiane. Thorax et abdomen ordinairement largement roux.
3: antennes avec 2 -1- 13 articles .............. Semiîlava., p. 176.
12-(11). Base de la fourche cubitale placée avant le milieu du pétiole de la
fourche médiane.
13—(14). 3 : antennes de 2 + 12 articles ............ murina, p. 175.
14—(13). 3 : antennes de 2 —L 11 ou 2 -1- 10 articles.
15—(l6). Palpes 2 deuxième article médiocrement élargi, semblable dans les
deux sexes et partiellement jaunâtre ......... parvipalpis, p. 176.
16-(15). Palpes : deuxième article élargi et entièrement noir.
17-(18). 3 : antennes de 2 + 11 articles ................ fissa, p. 174.
18-(17). 3 : de 2 —}- 10 articles .... brevicornis, p. 172, pusilla., p. 176.
1. P. brevicornis (STAEGER). Znrrnnsrnor, Dipt. Sc., IX, 3450 et XIV,
6494 ; \rVINNERTZ,9·î•6 ; Scnmnn, 11, 493 ; THEOBALD, 115 ; EDw.xRDs, 1925,
615. — Brachypeza nigra STRoBL. — Cordyla crassipalpis DUFoUR, 1839,
Ann. Sc. nai. (2), XII, 31, pl. II, fig. 30-36. — Fig. 192.
3. Palpes : deuxième article d’un brun noir. Thorax et abdomen brun
noir ; mésonotum mat. Pattes jaune sale, tihias et tarses brunis. Ailes
teintées ; base de la fourche cubitale placée avant le niveau de la base de
la fourche médiane.
S2. Antennes : 2 -1- 9 articles. — Long. 3-3,5 mm.
Eté-automne. Bois et bosquets. Limbourg hollandais, commun pendant

POLYXENA 173
presque toute l’année (SCHMITZ). Province rhénzme. Europe centrale et
boréale. Prusse orientale. Angleterre.
La larve a été observée dans le Bolelus edulis, les Amanila rubescens, A.
mappa et A. muscaria, dans l’Amanit0psis vaginata, les Russula chloroides et
cyanoxanthcz.
2. P. crassicomis (Mmcmv). Mixcguaar, S. à B., I, pl. III, fig. 17 ; Wm-
Nnmz, 955 ; Scnmnn, II, 493 ;WULx>, 159 ; Enwanns, 1925, 614. -—Pachy-
palpus cinereus ZET1·Eas·rEm·, 1852, Dipt. Sc.,XI, 4254 et 4366 ; Wutr,
161. — Fig. 187.
4 fur  `
È •~
\`
187 lee / lee
Fm. 187 à 189. -—- Palpes des Polyzena. - 187. P. crassicornis. — 188. P. fasciala. -
189. P. flaviceps, selon Lamznocx.
I 6*. Palpes : deuxième article d’un brun noir. Thorax et abdomen d’un
brun gris. Mésonotum mat, ; calus huméraux avec une petite tache jau-
nâtre. Pattes jaunâtres ; fémurs I d’un brun noir sur l’arête interne. Ailes
teintées de gris; base de la fourche cubitale placée avant le niveau de celle
de la médiane.
52. Antennes de 2 -1- 9 articles. —— Long. 3-4 mm.
Printemps-automne. Bois de c0nifères.Commun et répandu dans toute
l’Europe.
Les larves ont été trouvées dans le Russula azurca Bnns. (Enwanns).
var. nigrifemur LANnn0ci<, 1926, Konowia, V, 200.
Fémurs lll brunis à l’apex. ·—— Hollande, Angleterre.
C’est la seule espèce du genre dont la branche postérieure de la fourche
médiane (MA 2 b) atteigne le bord de l’aile.
_ 3. P. îasciata. (Maman). WALKER, Ins. Brit., III, 25 ; Enwimns, 1925,
617. -— Cordyla fulveola HAL1D.¤.Y, 1839, Ann. Mag. Nat. Hist., ll, 183. ——
Fig. 188.

174 DIPTÈRES rUNc1voa1¤AE
Q. Antennes de 2 -}- 9 articles. Mésonotum d’un brun gris mat ; calus
huméraux et parties latérales plus ou moins j aunâtres ; souvent avec une
bande longitudinale sombre ; pleures d’un gris brun, plus ou moins forte-
ment brunis. Pattes jaunes ; tîbias et tarses brunis. Ailes légèrement tein-
tées ; fourche cubitale largement ouverte. Abdomen d’un brun noir ; ster-
nites et parties latérales des tergites antérieurs plus ou moins jaunâtres
(d’après le iype de ME1GEN).
5*. Antennes de 2 —f— I1 articles. — Long. 3-3,5 mm.
Hyères (ABE11.LE DE PERRIN). Europe. Angleterre. Prusse orientale.
La larve a été trouvée dans le Russula nigricans (EDWARDS).
4. P. fissa EDWARDs, 1925, Trans. ent. Soc. London, 615.
52 Palpes : deuxième article d’un brun noir. Mésonotum d’un gris brun
mat ; épaules jaunes ; pleures d’un brun jaune. Pattes jaunes ; tibias et
tarses brunis ; tarses I grêles. Ailes grises ; base de I fourche cubitale pla-
cée avant le niveau de la base de la fourche médiane. Abdomen d’un brun
noir unicolore, ou les sternites, les parties latérales des tergites antérieurs
plus ou moins jaunâtres. — Long. 3 mm.
Europe centrale. Angleterre.
La femelle ne se laisse pas identifier facilement.
5. P. îlaviceps (STAEGER). \fVINNER'I‘Z, 953 ; Sci-x1NEa, II,-194; WULP,
160 ; THE0BALD, I, II5 ; EDWARDS, 1925, 617. —— Fig. 189.
5*. Antennes de 2 —|- 12 articles. Thorax roux ou brun jaunâtre ; mésono~
tum mat, brun ou brun noir sur le disque. Pattes jaunes ; tarses brunis.
Ailes jaunâtres. Abdomen bruni ; tergites antérieurs largement j aunis laté-
ralement ; sternites jaunes.
Q. Antennes de 2 -1- 9 articles. —- Long. 2,5-3,5 mm.
Printemps. Bois. Province rhénane. Hollande. Europe centrale et septen-
trionale. Prusse orientale. Angleterre.
6. P. fusca. (ME1oEN). LIACQUART, I, 150 ; ZETTERSTEDT, Dipt. Sc., IX,
3449 ; XI, 4342 ; XIV, 6494 ; VVULP, 160 ; KER*rÉsz, 126 (Cordyla) ; Plas-
TEJRIK, 107 ; EDw.»xRDs, 1925, 616. —— Myceiophila anomala IIIACQUART,
1826, Rec. Soc. Sc. Lille, 97. —Pachypalpus aira MACQUART, I, 145. -—-·
Cordyla obscuripennis NVINNERTZ, 958.
5. Palpes : deuxième article d’un brun noir. Mésonotum luisant, d’un
brun noir sur le disque, largement jaune sur les calus huméraux ; pleures
jaunes, rarement brunis. Pattes jaunes ; tarses bruns. Ailes teintées. Abdo-
men d’un brun noir unicoloré.
Q. Antennes de 2 -|- 10 articles. — Long. 3-4 mm.

roLYx1zN.x 175
Printemps. Bois et forêts. France septentrionale. Rhénanie. Hyères.
Hollande. Europe centrale et septentrionale. Angleterre.
La larve a été étudiée par VIMMER (1909, 1911 et 1926). Elle a été observée
dans les Russules : Russula cyanozantha, R. chloroides, R. sp., en compagnie
du Polyzena nitidula (Enwnnns) du P. nigricans, et du Fungiuora guttala
(A. H. HAMM).
7. P. murina (Wmnnnrz), 954 ; Enwarms, 1925, 614.
3. Palpes : deuxième article d’un brun noir. Thorax d’un gris noir ; mé-
sonotum mat ; calus huméraux à peine plus clairs ; pleures brunis. Pattes
d’un jaune sale ; tibias et tarses brunis ; tarses I légèrement épaissis (6* 9).
/
. / ç-
, 4,
1 ' • A
'9° (9/ /,93 153
Flo. 190 à 193. —- Hypopyges des màles des Polyxena, selon EDWARDS. -190. P. nitens,
-191. P. nilidula. — 192. P. brevicornis. — 193. P. pusilla.
Ailes teintées ; base de la fourche cubitale placée distinctement avant le
niveau de la base de la médiane. Abdomen noir ; sternites antérieurs plus
clairs ; chez les exemplaires clairs, le bord postérieur des tergites est plus
ou moins jaune, comme le bord antérieur du thorax et lespleures, ou brun
jaunâtre.
2. Antennes de 2 -1- 10 articles. — Long. 3 mm.
Printemps. Bois et forêts. Limbourg hollandais. Province rhénane. Corse.
Europe centrale. Angleterre.
Couleur variable ; la plupart des spécimens ont le thorax et l’abdomen en-
tierement d’un gris sombre, mais certains présentent la partie antérieure
du mésonotum, les pleures et le bord postérieur des tergites abdominaux
plus ou moins largement d’un jaune d’ocre.
8. P. nitens (Wmnnnrz), 955 ; Sci-MNER, II, 493 ; LAN1>Roc1<, 130. -
P. moravica LANDROCK, Zlschr. Mâhr. Ldsmus., XIV, 68 (1914). ——- Fig.
190.
3. Très voisin du P. fusca MEIGEN. Palpes : deuxième article d’un brun
noir. Mésonotum brillant.
E2. Antennes de 2 + 10 articles. - Long. 3-4 mm.
Eté-automne. Bois humides. Europe centrale et septentrionale.
La larve a été observée dans le Russula cmetica Fmizs.

176 1:•1P'rÈaEs FUNGIVORIDAE
9. P. nitidula. Emvanns, 1925, Trans. enf. Soc. Lond., 616. — Fig. 191.
<3‘. Palpes 1 deuxième article d’un brun jaune, non d’un brun noir. Tho-
rax et abdomen d’un brun noir uniforme ; mésonotum luisant. Pattes
jaunes ; tarses bruns. Ailes teintées.
Q. Antennes de 2 -1- 9 articles. — Long. 3-3,5 mm.
Eté-automne. Bois feuillus et résineux. Europe. Prusseiorientale. Angle-
terre.
Le Dr F. W. Enwimns a observéla larve dans plusieurs espèc,s de Rus-
sules : Russula delica FR. (chloroides), R. lutea F. et dans une Russule indé-
terminée spécifiquement ; dans deux ou trois cas en compagnie du P. fusca.
10. P. parvipalpîs EDWARDS, 1925, Trans. enf. Soc. London, 615.
6. Antennesde 2 + 11 articles. Palpeszdeuxième article peu épaissi
(à peu près semblable à celui de la $2), en grande partie jaune ou brun
j aune. Mésonotum mat, d’un gris brun ; calus huméraux plus clairs, jau-
nâtres. Pattes jaunes. Tarses brunis. Ailes teintées ; base de la fourche
cubitale placée légèrement avant ou peu après le niveau de la base de la
médiane. Abdomen d’un brun noir ; tergites antérieurs plus ou moins
jaunes latéralement. —- Long. 3 mm.
Angleterre. l\Ioravie.
11. P. pusilla EDWARDS, 1925, Trans. ent. Soc. London, 615. — Fig. 193.
3‘. Palpes : deuxième article d’un brun noir. Petite espèce noire ressem-
blant au P. brevicornis ; mésonotum d’un gris brun plus foncé ; calus humé-
raux plus clairs. Hypopyge : forceps grêles. —- Long. 2-2,5 mm.
Angleterre. Moravie.
12. P. semiîlava (Smncsn). Ziarrnnsrsnr, Dîpt. Sc., XI, 4252 ; Wm-
NERTZ, 952 ; Sciimsn, II, 493 ; I<ERTÉSZ, 127 (Cordyla) ; Enwlmns, 1925,
614.
C3`. Palpes: deuxième article irès épais, d’un brun noir. Mésonotum mat,
presque entièrement roux, tout au plus l’espace préscutellaire bruni ;
pleures jaunes, souvent tachés de brun ;une tache noire bien limitée
sur le sternopleure. Pattes brunies. Ailes teintées ; fourche cubitale pla-
cée avant le niveau de la base de la médiane. Abdomen bruni ; segments
antérieurs presque entièrement roux. Hypopygium du même type que
celui du P. marina ; sternite VIII a partie médiane triangulaire, sail-
lante.
9. Antennes formées de 2 + 9 articles. —— Long. 3-4 mm.
Tégument de couleur variable. Le mésonotum peut être entièrement
noir, mais l’abdomen est largement d’un jaune d’ocre.

1·R1c1roN·r-x 177 _
\ Printemps. Bois et forêts. Hollande : Spaubek (Scnmrz). Région rhénane.
Europe centrale et septentrionale. Prusse orientale. Angleterre.
G. TRICHONTA \V1NNEn·rz
WINNERTZ, XIII, 847 ; Karmêsz, 94 ;JoHANNsEN, 93 ; Eowanns, 1913,
368 ; 1925, 617 ; LANDROCK, 131 ; ENDERLEIN, XVI, 15.
Tête largement ovalaire, aplatie antérieurement, recouverte par le thorax ;
trois ocelles, le médian petit. Palpes jaunes, de quatre articles. Antennes de
2 —|— 14 articles, les articles basaux ordinairement jaunes. Mésopleure cilié ;
ptéropleure nu (llg. 194). Fémurs élargis ; soies tibiales courtes, à peine
plus longues que le diamètre du tibia. Hanches III ordinairement sans soie
arzâzisfcrnzfc
` stfgmafe
} part ant et/zuszî
p y Q à/7/L du/zmnofum,
scufcpum 1 I? Oœwut
/tfëro/z/cure y EÉ ace/É,
méswhâymb/'   yû anfexzrzy
/1Ã=ur0f¢·ry1z‘a /ûA · œd
_ / cx
r.t..,../ nb wjrej M
I /ly/Izyzkure m \`$ www cur
Sffrymâzty /lâ/ZC/ZB [
Fm. 194-. - Trichonta uenosa Susana. — Schéma du thorax montrant les soies
anépisternales et pleurotergales.
basale. Ailes : membrane couverte d’une pilosité microscopique, lobe anal
seul à pilosité plus longue ; nervure costale dépassant à peine Pintersection
de MA 1 ; sc longue, aboutissant ordinairement sur R ; RM très oblique ;
base de la fourche cubitale placée au niveau ou avant la base de la fourche
médiane ; nervures anales flnes, incomplètes (fig. 51). Abdomen (3) formé
de six segments, (S2) de sept segments.
De nombreuses espèces habitent les forêts profondes de l’Eur0pe et de
l’Amérique boréale. Quelques formes habitent également les Indes et l’Aus-
tralie.
Les larves se développent dans les champignons corticoles. Plusieurs
espèces de larves vivent à l’intérieur des tissus des champignons; d'autres
vivent à la surface, mais ces dernières sont toujours protégées par un four-
reau de mucilage sec, qui s`étend et s’élargit à mesure de la croissance de la
sÉGuY ' 12

178 DIPTÈRES FUNGIVORIDAE
larve; les excréments accumulés sur ce fourreau forment une sorte de
loge.
Dans les deux cas, la nymphose a lieu sur place dans un léger cocon
soyeux.
Parmi les formes éteintes, les Trichonia brachycampioides et crassipes
ont été trouvés par MEUNIER dans l’ambre de la Baltique. Le T. Dawsoni,
de la Colombie anglaise, a été décrit par SCUDDER.
Génotype : Myceiophila melanura STAEGER.
TABLEAU DES ESPÈCES.
1-(6). Fémurs III largement brunis à l’apex.
2-(3). Tibias III à base grêle, légèrement épaissis sur le tiers apical ; sétules
très courts. Costale dépassant légèrement l’apex de MA 1. ...........
............................................... vemalis, p. 184.
3-(2). Tibias III régulièrement épaissis de la base à l’apex ; une rangée
antérieure de 10 fortes soies et une rangée externe de soies faibles ; face
postérieure sans soies
4-(5). Ailes vitreuses ; sc aboutissant avant le milieu de R. .........
.......................... icenic, p. 181, nigritula, p. 182.
5-(4). Ailes avec une ombre précostale sur le tiers apical ; sc aboutissant au
milieu de R .................................... Vitta, p. 184.
6-(1). Fémurs III sans ombre apicale.
7—(8). Abdomen stergites II—IV à bandes basales ocres. Soies tibiales courtes,
tout au plus aussi longues que le diamètre du tibia. . . Stereana., p. 1S2_
8-(7). Tergites avec ordinairement la marge apicale seulement plus ou
moins pâle. Soies tibiales plus développées, quelques-unes distinctement
plus longues que le diamètre du tibia.
9-(18). Face d’un jaune unicolore. Thorax partiellement ocreux.
10—(11). Anale atteignant le niveau de la base de la fourche cubitale qui
est située légèrement avant la base de RM. .... hamata, p. 181.
flavicauda, p. 181.
11-(10). Anale n’atteignant pas la base de la fourche cubitale qui est située
au niveau de RM ou légèrement après.
12-(15). Hanches III sans soie basale ; tibias III avec 15-20 soies posté-
rieures rapprochées ; fémurs III brunis sur la face basale interne.
13-(14). Deux fortes soies propleurales .......... atricauda, p. 179.
14-(I3). Trois ou quatre propleurales .......... melanura, p. 182.
15-(12). Hanches III avec une petite soie basale jaunâtre ; tibias III avec
environs douze soies fines en rangée non serrée sur la face postérieure ;
fémurs III jaunes, unicolores.
16—(17). Tibias III : partie moyenne de la face postérieure à soies courtes.
Mésonotum : bande médiane obsolète antérieurement. bicolor, p. 179.
1'7—(16). Tibias III : partie moyenne de la face postérieure à soies longues,

Tnicnomm 179
à peine plus courtes que celles de la face antérieure. Mésonotumzbande
médiane prolongée jusqu’au bord antérieur ........ Venosa., p. 183.
18-(9). Face brunie ou d’un gris noirâtre, au moins sur la partie clypéo-
frontale. Thorax en grande partie brun.
19-(20). Ailes : fourches médiane et cubitale à branches décolorées. Tibias
III avec 4-6 soies disposées en rangée postérieure ; rangée antérieure
formée de 10 soies. Petite espèce (2-2,5 mm.).. .. subîusca, p. 182.
20-(19). Fourches médiane et cubitale à branches brunies. Tibias III avec
environ 8-12 soies en rangée postérieure ; rangée antérieure formée de
8 soies. Espèces plus grandes (3-5 mm.)
21-(22). Nervure anale décolorée ou évanescente. . terminalis, p. 183.
22—(21). Anale aussi colorée que les autres nervures. ................
.............................. clavigera., p. 179, falcata, p. 180.
1. T. atricauda (ZETTEMTEDT), 1852, Dipt. Sc., XI, -1219 et XIV, 6568.
<3‘. Voisin du T. melanura dont il présente la forme et les caractères
` chromatiques ; en diffère par la réduction des soies propleurales. — Long.
3,5 mm.
Dispersion très étendue, ne se rencontre que par exemplaires isolés. Toute
1’Europe. Prusse orientale.
Lalarvea été trouvée dans un champignon lignicole (Corlicium sp.)
(Emvanns, 1925, 621).
2. T. bicolor LANDROCK, 1912, W. e. Z., XXXI, 182 et Flicgen, 133.
6. Front et occiput d’un brun noir ; pilosité occipitale jaune, longue ;
tête jaune en bas. Mésonotum jaune avec trois bandes longitudinales
brunes, la médiane écourtée antérieurement ; bords latéraux antérieurs
largement jaunes ; scutellum bruni à la base. Mésophragme bruni. Hanches
et pattes d’un jaune sale. Balanciers jaunes. Ailes vitreuses ; costale pro-
longée sur MA I ; sc pâle ; base de la fourche cubitale placée légèrement
avant le niveau de la base de la fourche médiane. Abdomen : tergite I
d’un brun noir, II et III avec de larges taches médianes concolores ; ster-
nites et côtés jaunes ; segments IV-VI entièrement d’un brun noir légère-
ment luisant. —-· Long. 4 mm.
Rare. Angleterre. Moravie.
3. T. clavigem Lumnsrnôm, Ann. Mus. Na!. hung., XI, 309 (1913) ;
Lammocx, 134. - Fig. 195.
3. Partie inférieure de la face et palpes bruns ou brun jaune. Front et
vortex d’un brun noir. Antennes brunes ; articles basaux I-II jaunes. Méso-
notum jaune ; trois bandes longitudinales mates ; pleures, scutellum et
mésopbragme brunis. Pattes d’un jaune sale. Balanciers crème. Ailes

180 DIPTÈRES FUNGIVORIDAE
légèrement brunies ; sc aboutissant après le milieu de la cellule radiale
sur R ; base de la fourche cubitale placée avant le niveau de la base de la
médiane, après le niveau de RM. Abdomen d’un brun noir ; sternite II
et le bord postérieur des tergites d’un jaune sale. Hypopygium noirâtre.
—— Long. 3,5-4-mm.
Avril. Corse. Hongrie.
gs clavzlgena /96 jêzlcafa
" Bl
mgb 1 ` X . , :
' —> W x
'” 'É %0¢ |
r I /
/97 I98 /99 200
tcenzca mgritu/a fla wcaz./Da /Za/na2‘a
Fm. 195 à 200. -- Hypopyges des mâles des Trichonla. —— 195, 196 et 200 selon LUND-
s'rnôM ; 197 et 198, selon EDWARDS ; 199, selon LANDROCK.
4. T. îalcata. LUNDSTRCSM, 1911, Ann. Mus. Nat. hung., IX, 401, fige.
-- Fig. 196.
Front et vertex brunis ; face d’un brun jaune. Mésonotum en grande par-
tie d’un brun noir ; taches humérales plus ou moins développées, jaunes —
ou mésonotum jaunâtre, bandes longitudinales brunes plus ou moins con-
fluentes ; pronotum jaune ; pleures, mésophragme et scutellum brunis.
Pattes jaunes ; tibîas et tarses brunis ; tibias Ill avec 8-12 soies postérieures
et 8 soies en rangée antérieure. Ailes faiblement brunies ; base de la fourche
cubitale placée avant le niveau de la base de la fourche médiane sous RM.
Abdomen d’un brun noir ; tergites étroitement bordés de jaune apicale-
ment ; sternites jaunâtres. —- Long. 3,5-4,5 mm.
Europe.

·rn1cnoN·rA 181
Les larves vivent sur la face inférieure du Stereum hirsulum Fmns. Les
adultes sont reconnaissaoles par le thorax brun noir et parles marques abdo-
minales jaunes.
5. T. ilavicauda LUNDSTRÈM, 1914, Acta Soc. Fauna el Flora fenn., XL,
19. — T. largolamcllala LANDROCK, 1918, W. e Z., XXXVII, 116. ——
Fig. 199.
Face jaune. Front et vertex bruns. Mésonotum jaune avec trois bandes
longitudinales brunes plus ou moins distinctes, parfois réduites à des
traces ; pleures, scutellum et mésophragme jaunes ou plus ou moins
brunis. Pattes jaunes ; fémurs II et III avec une bande longitudinale
brune sur la base interne. Ailes vitreuses, jaunâtres au bord antérieur.
Abdomen jaune ; tergites I-V avec une large tache noire ; segment apical
noir, étroitement jaune au bord apical ; hypopyge à forceps élargis. —-
Long. 3,5-5 mm.
Europe centrale et septentrionale.
6. T. hamata Mix, 1880, Verh. z.·b. Ges., XXX, 604, figs. ; Knmnsz,
94. — Fig. 200.
Face jaune, front et vertex d’un brun noir.Mésonotum d’un brun jaune
avec trois bandes noires, rarement confluentes; villosité à reflets jaunes;
pleures, mésophragme et scutellum d’un brun roux, plus ou moins forte-
ment brunis. Hanches et fémurs jaunes ; tibias et tarses brunis ; fémurs
avec une ombre à la base de la face interne ; fémurs 111 tachés de noir à
l’apex. Ailes jaunàtres. Abdomen d’un brun noir ; tergites Il et IH avec
de larges taches latérales jaunes ; tergites suivants à bordure postérieure
jaune. Hypopyge roux, d’un brun noir à la base, à forceps allongés. -—
Long. 4 mm.
Europe. Autriche.
7. T. icenica Enwnnns, 1925, Trans. ent. Soc. London, 622 ; Limonocx,
136. -— Fig. 197.
5‘. Tête et thorax d’un brun noir à soies noires. Deux propleurales noires.
Pattes jaunes ; fémurs III largement noircis à l’apex ; tibias et tarses
brunis. Ailes : base de la fourche cubitale placée bien après la base de RM;
branches des fourches médiane et cubitale décolorées. Abdomen d’un brun
noir. Hypopygium jaune.
9. Tarses I : articles 2-4 à sole élargie en dessous. —- Long. 2,5 mm.
Angleterre.

182 mrrisnss runcrvoainsia
8. T. melanura. (STAEGER). Znrriznsrnnr, Dipt. Sc., XI, 4229 ; Wm-
msrrrz, 847 ; Scniman, II, 470; WULP, 145; Ksnrrâsz, 94; EDwAP.Ds, 1925,
621.
Face jaune; front et vertex brunis, à reflets gris. Mésonotum d’un brun
noir, à reflets gris ; calus huméraux largement jaunes ; pleures jaunes, sou-
vent brunis ; scutellum et mésophragme brunis._Pattes jaunes.Ailes légère-
ment teintées de gris jaune. Abdomen d’un brun noir ; tergites étroitement
bordés de jaune apicalement; sternites et les parties latérales des tergites
antérieurs plus ou moins jaunâtres. —— Long. 3 mm.
Printemps-automne. Bois et forêts. Rhénanie. Hollande. Europe centrale
et septentrionale. St} rie. Prusse orientale. Angleterre.
’ 9. T. nîgritula EDWABDS, 1925, Trans. ent. Soc. London, 623.- Fig. 198.
3. Semblable au T. icenica EDWARDS ; hypopyge d’un brun noir et autre-
ment conformé. —- Long. 2,5 mm.
Angleterre.
10. T. Stereana Eowanns, 1925, Trans. ent. Soc. London, 619; LANDROCK,
137.
Q. Tête d’un gris noir, jaune sous les antennes. Tégument thoracique de
couleur variable,plutôt d’un jaune sombre ;troisbandes mésonotales som-
bres, séparées ; mésophragme et parties inférieures du sternopleure d’un
brun noir ; deux soies propleurales. Pattes j aunâtres ; tibias et tarses bru-
nis ; fémurs III brunis à l’apex externe ;tibias III avec une rangée de 6-8
soies. Hanches III avec une soie basale pâle ; tarses I simples. Balanciers
jaunâtres. Ailes vitreuses ; base de la fourche cubitale placée après le ni-
veau de la base de RM et de la fourche médiane, ou légèrement avant, rare-
ment après. Abdomen brun, légèrement brillant ; tergites II-VI à bande
antérieure jaune, parfois interrompue sur la ligne médiane.
5‘. Bandes mésonotales parfois confluentes et la moitié basale du scu-
tellum noirâtre. Abdomen brun, chez les spécimens sombres, seuls les ter-
gites II-IV sont marqués de jaune. ——— Long. 3,5-6 mm.
Angleterre.
Les larves ont été trouvées sur la face inférieure du Slereum hirsutum,
croissant sur les souches et les branches tombées. Elles peuvent être atta-
quées par une petite larve rouge d’1tonidide.
11. T. subfusca LUNDSTRÉM, 1909, Acta Sac. Fauna Flora fenn., XXXII,
35 ; EDWARDS, 1925, 621.
C?. Tête d’un brun noir ; pilosité frontale grise, couchée. Mésonotum
à reflets gris, plus ou moins jaune au bord antérieur comme les calus

rmcnonixx 183
lxuméraux. Scutellum et mésophragme d’un brun noir. Pattes jaunes ;
fémurs III brunis à l’apex externe ; soies tibiales fortes, plus longues que le
diamètre du tibia. Ailes grises; base de la fourche cubitale placée après celle
de RM et largement avant la base de la médiane.Abdomen d’un brun noir;
tergites I-III à taches latérales jaunes. Hypopyge d’un brun jaune.-
Long. 2,5 mm.
Europe. Assez rare.
Se distingue du T. vcrnalis par l’armature externe des tibias Ill.
12. T. termînalis (YVALKER). ——— T. funebris Wn~1NEn·rz, 852.
Brun plus ou moins noirci, à pilosité jaunâtre. Mésonotum à reflets gris ;
calus huméraux jaunes. Hanches et fémurs jaunes ; tibias brunis ; fémurs
avec une trace brune sur la base interne ; fémurs III avec un point noir
sur l’apex externe ; soies tibiales fortes. Ailes d’un gris clair ; base de la
fourche cubitale placée après le niveau de la base de RM. Abdomen légè-
rement luisant ; tergites antérieurs avec de petites bandes postérieures
jaunes rarement élargies. -— Long. 3-4 mm.
Printemps-automne. Peu commun, mais largement répandu dans presque
toute l’Eur0pe.
Larves dans les champignons corticoles (ûorticium sp.) croissant sur les
écorces des branches tombées (Eowanns, 1925, 620).
13. T. venosa (Sraizonn). Znrrnnsrnnr, Dipt. Sc., XI, 4227 ; Enwanns.
— T. spinosa LUNDSTRÉÃM, 1906, Ann. Soc. Fauna Flora fenn., XXIX, 24.
Front et vertex brunis à reflets gris ; face jaune. Mésonotum jaune avec
trois bandes séparées mates,noirâtres; pleures jaunes, tachés de brun, scu-
tellum d’un brun noir, à bordure jaune ; soies marginales jaunes ; méso-
phragme roux latéralement, d’un brun noir au milieu. Hanches et fémurs
d’un jaune pâle ; tibias et tarses brunis ; trochanters avec une trace brune ;
fémurs III avec une ombre brune à la base interne ; fémurs et tibias III
étroitement brunis à la pointe externe. Ailes légèrement teintées de gris
jaune ; base de la fourche cubitale placée au niveau de la base de RM ou
légèrement après. Abdomen couvert d’une pilosité jaune ; tergite I d’un
brun noir, les suivants coneolores avec une étroite bande postérieure jaune ;
sternites antérieurs jaunes. Hypopygium élargi et gonflé, jaune, la région
préapicale d’un brun noir.
Q. Tarses I élargis. - Long. 5-6 mm.
Europe. Paraît rare.
62%):1 larve a été trouvée dansles Lycoperdün (H.Bm·r·rEN, cité par Enwanns,

184 on>rÈREs FUNGIVORIDAE '
14. '.1‘.vernalis Launaocx, 1913, Zeit. Insekienbiol., IX, 88, et Fliegen,
138 ; EnwAm:•s, 1925, 621.
6. Brun noir. Partie inférieure de la tête jaune. Thorax d’un brun noir ;
mésonotum légèrement luisant ; calus huméraux jaunâtres. Hanches
jaunes, les postérieures noircies â la base; trochanters brunis; fémurs
d’un jaune pâle ; fémurs III noircis à l’apex et à la base de la face interne ;
tibias et tarses brunis. Ailes grisâtres, faiblement brunies à l’apex ; base
de la fourche cubitale placée à peu près au niveau de la base de la fourche
médiane, ou légèrement avant. Abdomen d’un brun noir, les incisures
jaunes ; sternites jaunes ; tergites indistinctement jaunes sur les côtés ;
hypopygium d’un brun jaune ; forceps supérieurs petits, arrondis, armés
de longues soies. — Long. 3 mm.
Moravie. Corse. Angleterre.
15. T. vitta. (Mnroniv). LANDROCK, 138. — T. irossula Wrrmnnrz,850. ——
T. umbmlica Wimmrrrz, 853. — Mycelophila submaculaia STAEGER. Zer-
rnrzsrnnr, Dipt. Sc., XI, 4203; W1NNERrz, 849; Sonmnn, II, 470 ; WULP,
144.
Tête brunie, jaunâtre en bas, à pilosité grise. Mésonotum jaune ; bandes
longitudinales plus ou moins distinctes, brunies -— ou mésonotum entiè-
rement d’un brun noir ; calus huméraux jaunes; pleures, mésophragme et
scutellum jaunes, plus ou moins brunis ou noirâtres. Hanches et fémurs
jaunes ; tibias et tarses bruns ; fémurs III largement brunis à l’apex, face
basale interne avec une ligne brune plus ou moins marquée ; tibias III
dénudés sur la face postérieure. Ailes teintées, parfois une tache brune
plus ou moins marquée à l’apex de R 1 ;eXtrémité de sc parfois décolorée
et paraissant libre à l’apex; base de la fourche cubitale placée au niveau
de RM ou légèrement après. Abdomen presque entièrement noir, les inci-
sures ou le bord antérieur des tergites étroitement jaune ; les tergites des
individus de couleur pâle sont plus largement jaunes antérieurement, ou
la bande étroitement interrompue suivant la ligne médiane longitudinale
forme des triangles latéraux. — Long. 3-3,5 mm.
Printemps-automne.Bois et forêts humides. Province rhénane. Hollande.
Europe centrale et septentrionale. Prusse orientale. Angleterre.
La larve a été trouvée dans le Poria vaporaria. Les champignons qui ren-
ferment des larves présentent une coloration superficielle brune (EDWARDS,
1925, 622).
G. PHRONIA Wmuianrz
WINNERTZ, XIII, 857 ;Dz1EDz1cK1, XXIII,404 QKERTÉSZ, 96 ; JOHANl\—
sFN, 95 ; EnwAP.ns, 1913, 369 ; 1925, 623 ; LAND1=.ocr<, 139 ; ENnEaLEiN,
XVI, 15.
Tête arrondie, légèrement aplatie antérieurement, recouverte par le

rrraoma 183.
thorax ; front élargi, à bord antérieur anguleux, saillant; trois ocelles, le mé-
dian souvent très petit, placé dans un sillon. Tête brune, parfois à reflets
gris, partie inférieure de la face jaune. Palpes quadriarticulés,courbés,jaunes,
parfois brunàtres. Antennes de 2 -|— 14 articles, brunes, plusou moinslargeÃ
ment jaunies à la base. Mésopleure cilié ; ptéropleures dénudés. Tibias armés
d’éperons et de soies latérales. Hanches III sans soies basales. Ailes couvertes
d'une pilosité microscopique ; costale dépassant légèrementMA 1 ou non ;sc
courte, le plus souvent libre à l’apex, aboutissant rarement sur R ; fourche
cubitale largement ouverte, sa base placée bien après le niveau de celle dela
médiane ; anales fines et courtes (fig. 52). Abdomen formé de six (5) ou sept
segments ($2).
Les mouches sont communes dans les bois et les bosquets, ordinaire-
ment près des cours d’eau. .
Larves à corps court, tête entièrement cachée dans le segment pro-
thoracique. Vivent dans les vieilles écorces pourries, souvent dans celles du
chêne (cf. BLOOMFIELD, 94). La nymphose a lieu dans le sol. La nymphe
est protégée par un cocon.
Le Phronia ciliala Mnumizn appartient à l’ambre de la Baltique.
Génotype : Phronia ruslica Wmumnrz.
TABLEAU pas Esriacas.
1-(4). Fémurs III uniformément jaunes.
2-(3). sc longue, aboutissant sur R (comme chez les Trichonla) ; base de
la fourche cubitale placée légèrement après le niveau de celle de la
médiane, la distance entre les deux fourches est subégale à la longueur
de la tige de la fourche médiane ............... vulcani, p. 194.
3-(2). sc libre à l’apex ; fourche cubitale courte ...... exigua., p. 189.
........................... flavipes, p. 190, interstincta, p. 191.
4—(1). Fémurs III noircis ii l’apex.
£'»·(6). Ailes tachées. Eoreipula, p. 190, Johannae, p. 191, praecox, p. 192.
6—(5). Ailes claires.
'7-(S). (lostale dépassant l’intersection de MA 1, prolongée sur un tiers de
l’espace compris entre MA 1 et MA 2. basalis, p. 186, Willistoni, p. 195.
8·(7). Non.
9-(10). Hanches II et III largement tacliées de brun noirâtre ......
. . dubia, p. 189, egregia, p. 189, Joharmae, p. 191, Willistoni. p. 195.
10-(9). Hanehes II presque entièrement jaunes.
11—(l4). Hanohes III : face externe presque entièrement noire. L; : forceps
externes à branches fourchues.
12-(13). Abdomen : pas de bandes basales jaunes ..... bîc0l01‘, p, 188.
................ f1avicol1is,p. 189, tarsata, p. 193, tenuis, p. 194.
13—(12). Tergites antérieurs il bandes basalesjaunes. cinerascens, p. 188.
14-(11). Hanches III brunies seulement à l’apex tout au plus.

186 nxrràniss FUNGIVORIDAE
15-(16). Hypopygium jaune .................... conformîs, p. 188.
16-(15). — noir ou brun.
17·(18). 8 : forceps externes à branches non divisées, plus ou moins arron-
dies ou ovalaires. . . obtusa p. 192, signata., p. 192, t1·iangula1·îs,p, 194.
18-(17). 5‘ : forceps autrement conformés.
19-(20). Forceps externes à branches simples, petites, en forme de serpette
(fig. 212). Russie, Angleterre .................. notata Dzusn.
20-(19). — à branches divisées (fig. 213).
' 21-(22). Hypopygium grand .... annulata, p. 186, forcipata, p. 190.
22-(21). Hypopygium petit. disgrega, p. 189, strenua., p. 193, vitiosa, p. 194.
1. P. annulata Wmunnrz, 860 ; Scnmun, II, 473 ; Ksnrész, 96 ; En-
wmms, 1925, 627. — P. viilaia WINNERTZ, 867 ; WULP, 129.
Mésonotum jaune ; trois bandes sombres plus ou moins confluentes,
parfois entièrement d’un noir brun ; calus huméraux seulement tachés de
jaune. Hanches jaunes, postérieures brunies, parfois aussi les hanches II
légèrement ombrées ; fémurs jaunes ; fémurs III noiràtres à l’apex ; tibias
bruns ; tarses simples. Ailes légèrement teintées. Abdomen jaune ; tergite I
noirâtre, face sternale plus ou moins brunie ; tergites II-IV avec des taches
triangulaires noirâtres ; segments suivants en grande partie noiràtres —
ou abdomen plus largement bruni et seulement les tergites II—III jaunes
tachés de noir.
Q. Tergite I noirâtre, tergites suivants jaunes avec une bande posté-
rieure plus ou moins large, noirâtre. —- Long. 3-3,5 mm.
Avril-mai. Bois et forêts humides. Rhénanie. Hollande. Europe centrale.
Angleterre.
Les larves, assez communes dans les prairies humides, sont semblables
à de petites limaces ; elles sont couvertes d’un enduit noir épais et visqueux
(Enwixnns).
2. P. basalis VVINNERTZ, 870 ; Scumna, II, 473 ; KEnTÉsz, 97. — P.
laeta Wmnusrz, 871 ;Scn1NEn, II, 474. —— Fig. 201.
Thorax d’un brun noir ; calus huméraux jaunes. Hanches et pattes
jaunes ; hanches III (et parfois II) plus ou moins largement brunies ; apex
des fémurs III, une ligne sur leur face basale interne, éperons et tibias
bruns. Balanciers blanchâtres. Ailes grises, souvent brunies à l’apex ; il/IA 1
rectiligne. Abdomen d’un brun noir.
8. Tergites I-III-IV à incisures et à taches latérales postérieures jaunes S
sternites jaunes, rarement d’un brun noir uniforme.
2. Sternites antérieurs jaunâtres. ——— Long. 3-3,5 mm.
' Avril—n0vembre. Rhénanie : Crefeld (\V1NNER*rz). Corse (KUNTzE). Europe
centrale. Angleterre.
Un Phronia du groupe basalis a été trouvé par M. F. QUIÉVREUX (1935,

PHRONIA IS7
20/ 202 2%   ` 203 I
6asaÃls cgrcgia 0//012 Mülsfozzi
200-
fm:
!#/` _  
20s 206 207 208 ·
É/bo/0/* jqavzkoüls Z`â)”S8ZLâ 1L€l7UIl$‘
L *x
QQ A · ,141%/
209 2/0 Il 2// 2/2
0ûfusa s/gnaia 2]T'iâI'!-Qüêfiô nufafa
1
`   2/5 2/0 _ 2/7
âmuêzlâ ïgmymfâ È/syrqga $fT`C/Illâ vzhosa
2/3 z/0
L
@.2
/· ‘ I  Ã
xl *<
  ·/$7% ·`?É
2/8 29 ’ ' 220   _
€’·X?_9’LZ3 fzi/@70: Vükâ/ZI.
Fm. 201 à;220. - Hypopyges des mâles des Phronia, selon Dzmnzrcm.

188 DIPTÈPES FUNGIVORIDAE
pl. III) dans les dépôts potassiques des mines du Haut-Rhin qui appartien-
nent a l’étage sannoisien, situé à la base de 1'o1igocène.
3. P. bicolor DZIEDZICKI. LANDROCK, 142. — Fig. 205.
Thorax d’un brun noir ; calus huméraux tachés de jaune à reflets gris.
Hanches jaunes ; hanches III en grande partie et II à l’apex, brunes ; fé-
murs et tibias jaunes ; apex des fémurs III, éperons et tarses brunis.
Ailes teintées. Abdomen d’un brun noir, tergite II jaune avec une large
tache d’un brun noir ; tergite III largement jaune au bord apical. — Long.
2,5-3 mm.
Europe.
4. P. cinerascens Wmnnarz, 873 ; Scnmna, II, 472 ; Knarész, 97;
EDWARDS, 1925, 628. — P. iruncaia WINNERTZ, 874 ; Scmmsn, Il, 474 ;
WULP, 130 .
Mésonotum roux ; trois bandes longitudinales brunes, confluentes — ou
thorax entièrement d’un brun noir et ealus huméraux jaunes ; pleures par-
' tiellement jaunes chez les individus de couleur claire. Hanches jaunes, II
et III plus ou moins brunies, ou toutes les hanches brunies ; fémurs et
tibias jaunes ; une bande interne basale sur les fémurs et l’apex des fémurs
III bruns. Ailes : costale ne dépassant pas l’intersection de MA 1 ou très
peu ; MA 1 courbée. ·
3. Abdomen de coloration variable ; tergites II-IV ou II-V jaunis anté-
rieurement. Hypopyge caractéristique. —- Long. 3 mm.
Avril-mai. Très commun dans le voisinage des cours d’eau des régions
montagneuses. Rhénanie (WINNERTZ). Corse (EDWARDS). Europe. Angle-
terre.
5. P. conformis (WALKER). Enwaiws, 1925, 628. — P. Braueri Dzrno-
z1cK1, XXIII, 466. - P. Girschneri Dzinn., XXIII, 479. — Myceiophila
leioides VVALKER, Ins. Brit., III, 24 ; lesie EDWARDS, 628.
3‘. Thorax jaune ou brun ; bandes mésonotales brunes plus ou moins
confluentes et apparentes. Hanches jaunes, brunies a l’apex ; fémurs et
tibias jaunes ; tarses bruns ; fémurs III largement noirâtres à l’apex. Abdo-
men : tergites I-IV ou II-IV jaunes, à taches triangulaires d’un brun noir,
V-VI d’un brun noir.
$2. Tarses I fortement élargis. Tergites I, IV—VII d’un brun noir ; II
jaune taohé de brun, III brun à bordures antérieure et postérieure jaunes;
oviducte bruni. — Long. 3 mm.
Printemps. Corse. Europe centrale et orientale. _Styrie. Angleterre.
Larves blanchâtres, semblables à celles du Phronia iarsala.

PHRONIA 189
6. P. disgrega Dzxsnzrcxx, XXIII, 481. - Fig. 215.
6. Thorax d’un brun noir ; calus huméraux jaunes. Hanches, fémurs et
tibiasjaunes ; apex des hanches III, fémurs III, tîbias III et éperons bru-
`nis. Balanciers jaunes. Abdomen d’un brun noir ; tergite II d’un brun
jaune, parfois les tergites I et III tachés de jaune. - Long. 2-3 mm.
Angleterre. Russie.
7. P. dubia. Dzxnnzicm, XXIII, 498. — Fig. 203.
6. Corps d’un noir bruni. Parfois les antennes entièrement brunes ; calus
huméraux tachés de jaune ou non. Hanches I jaunes ; fémurs et tibias
jaunes ; apex des fémurs III et tarses brunis. Abdomen : tergites anté-
rieurs parfois plus clairs sur les côtés.
6. Tarses I médiocrement mais distinctement élargis. — Long. 2,5-3 mm.
Europe. Limbourg hollandais, novembre (Scumrrz).
8. P. egregia Dzisnzxcxx, XXIII, 484. — Fig. 202.
6. Pleures d’un brun noir ; calus huméraux tachés de jaune. Hanches I
jaunes, II et III brunes ; fémurs et tibias jaunes ; fémurs III brunis à
l’apex. Balanciers jaunes. Ailes teintées de_ brun. Abdomen d’un brun
jaune ; tergites I-IV étroitement brunis au bord postérieur ; tergites V et
VI bruns ; villosité abdominale jaune. —— Long. 2,5 mm.
· Europe centrale et orientale.
var. melaena Eowanos, 1924, Ann. Jllag. Na!. Hist., 164. — Pattes
en grande partie brunes. —— Avec la forme typique.
9. P. exigua (Zrarmnsranr). —— P. longipes WINNERTZ, 873 ; Scnmnn,
11, 474. - P. rustica Wmmnnrz, 875 ; Scnmsn, II, 472 ; Wow, 128 ;
Dzmnzrcxr, XXIII, 446 ; KEm·Ész, 99. — Fig. 218.
Corps d’un brun noirâtre. Mésonotum à reflets gris ; calus huméraux
jaunâtres ; pleures bruns ou jaunâtres et tachés de brun. Hanches et
fémurs jaunes ; tibias plus sombres ; apex externe des tibias III bruni.
Villosité abdominale à reflets jaunes.
6 : forceps à branches simples, non divisées ; une courte frange de cils
bruns.- Long. 3 mm. · .
Printemps. Bois. Souvent avec le Phronia flavipes. Province rhénane.
Hollande. Environs de Paris, Meudon (ALLUAUD). Europe moyenne, orien-
tale et boréale. Styrie. Angleterre. Groënland.
10. P. îlavicollis Wmnswrz, 858 ; Scmman II, 473 ; Dzmnzxcxr, XXIII.
415 ; I<ERTÉSZ, 98. — Fig. 206. '

190 nxrrriazmas Funoivomnan
Mésonotum jaune ; trois bandes d’un brun noir ou d’un brun pâle plus
ou moins marquées ;pleures jaunes plus ou moins taches de brun ; méso-
phragme brun. Hanches et fémurs jaunes ; fémurs Ill d’un brun noir à
l’apex ; fémurs II souvent brunis à l’apex ; éperons plus clairs. Balanciers
jaunes. Ailes d’un gris jaunâtre. Abdomen jaune ; tergites I·II avec une
ligne médiane d’un brun noir, III et IV avec une tache triangulaire à pointe
postérieure, les segments suivants d’un brun noir ; sternites antérieurs
jaunes. — Long. 3 mm.
Province rhénane (wmnnarz). Europe centrale et orientale. Angleterre.
ll. P. flavipes WINNERTZ, 876 ; SCHINER, II, 475 ; Dzmnztcxr, XXIII,
448 ; KEn'rÉsz, 98. —- Fig. 219.
Mésonotum d’un brun noir ; les calus huméraux, et plus ou moins les
parties latérales jusqu’à la base des ailes, jaunes; pleures, scutellum et
mésophragme bruns. Hanches, fémurs et tibias jaunes ; hanches III, rare-
ment les intermédiaires, d’un brun clair ; apex des fémurs III, éperons
brunis. Ailes : costale dépassant légèrement l’intersection de IMA 1. Abdo-
men d’un brun noir,à pilosité j aune; sternites jaunes; parfois lestergites I-
III d’un brun jaune, à bordure postérieure plus sombre. Hypopygium
très caractéristique. F orceps externes à branches simples, franges de longs
cils noirs. -— Long. 2-3 mm.
Avril-mai. Commun. Province rhénane. Corse. Europe centrale et orientale.
Angleterre.
12. P. forcipata. Wmnnnrz, 865 ; Scnmnr., 11,474; Dzmnzxcm, XXII,
427 ; Kzmnîsz, 98. —- P. uncinaia LUNDSTRÉIM, Ann. Mus. Nat. hung.,
XIV, 75 (1916). -—- Fig. 214.
g`. Pilosité céphalique blanchâtre. Corps d’un brun noir ; calus huméraux
tachés de jaune ; mésonotum rarement jaune, avec trois bandes longitu-
dinales noires plus ou moins cohérentes ; pleures d’un roux bruni. Hanches,
fémurs, tibias, éperons jaunes ; hanches Ill, apex des fémurs III et des
tibias III brunis. Abdomen peu luisant, ou les incisures tergales jaunes et
des bandes ou des taches latérales sur les tergites II-IV ; sternites anté-
rieurs jaunes ; hypopyge d’un brun noir. - Long. 2,5-3 mm.
Avri1—mai. Province rhénane. Europe centrale et orientale. Angleterre.
13. P. îorcipula. WINNERTz, 866; SCHINER, II, 474 ; Dz1EDz1cK1, XXIII,
429 ; KERTÉSZ, 98. —- P. aviculaia LUNDsTRôM. - P. humeralis WINNERTZ,
869 ; SCHINER, II, 473. —- P. pygisiaca WVINNERTZ, 870 ; SCHINER, II,
~ 474. — P. umbricula GP·zEGoRzEK.
Mésonotum jaune avec trois bandes d’un brun noir, parfois confluentes

rnnoms 191
—— ou mésonotum brun noir ; calus huméraux largement j aunis comme la
ligne notopleurale jusqu’à la base de l’aile—— ou presque entièrement noir
avec seulement une petite tache humérale jaunâtre ; pleures jaunes tachés
de brun; scutellum et mésophragme bruns. Hanches, fémurs et tibias
jaunes ; apex des hanches Ill et des tibias III bruni, tous les fémurs avec
une ligne basale brune. Balanciers jaunes. Ailes teintées, plus sombres à
l’apex ; une tache brune diffuse et plus ou moins marquée sur Cu.·11b.
Abdomen d’un brun noir; tergites II-III à incisures jaunes —— ou avec une
large bande postérieure jaune sur les tergites I-IV — ou seulement des
taches latérales triangulaires jaunes.
$2. Tarses [ légèrement élargis. Tergites II-VII marqués de taches laté-
rales postérieures triangulaires jaunes. —— Long. 3-4 mm.
Avril·mai. Bois. Province rhénane. Corse. Europe centrale et orientale.
Angleterre.
œg.;1 larve a été trouvée dans plusieurs espèces de Corlicium (Enwanos,
var. tyrrhenica Enwanns, Diptera, IV, 163 (1928). -— Differe de la
forme typique par la bande médiane des forceps externes beaucoup plus
large et terminée en pointe allongée. Chez les femelles, les tarses I sont
indistinctement épaissis. - Corse (Eowanns).
14. P. interstincta Dzranzrcxr, XXIII, 497 ; Enwarms, 1925, 626.
Thorax d’un brun noir, les grosses taches humérales sont Prolongées
par une ligne jaune jusqu’à la base des ailes. Hanches, fémurs et tibias
jaunes. Ailes légèrement enfumées. Abdomen d’un brun noir unicolorc ;
sternites plus clairs ; villosité jaunâtre. 3: forceps externes avec une
apophyse ventrale ; branches divisées. — Long. 2,5 mm.
Europe centrale et orientale. Angleterre.
15. P. Johannae STEENBERG, 1924, Vidensk. Medd. fra Dansk. nalurh.
Form., LXXVIII. 41.
Front et vertex bruns à reflets gris, partie inférieure de la tête jaune_
Corps ordinairement d’un brun foncé ; trois bandes mésonotales plus ou
moins visibles et cohérentes apparaissent chez les individus de couleur
claire. Hanches I d’un jaune clair, II et III brun foncé; fémurs jaunes,
II et III brunis sur la face interne ; tibias jaunes ; tarses simples. Ailes à
membrane légèrement brunie, extrémité de couleur plus foncée, de même
qu’une partie du milieu ; sur certains individus, ces taches sont difficiles à
distinguer. Abdomen : deuxième segment avec une grande tache allongée
latérale.- Long. 2-3 mm. (STEENBERG).
Danemark. Europe centrale et boréale.
Très voisin sinon synonyme du Phronia praecoz.

192 oirrisass FUNGIVOHIDAE
16. P. obtllsa. XVINNERTZ, 877 ; Sommes, II, 475 ; Dzisnzxcxr, XXIII,
451. - Fig. 209.
Thorax brun ; calus huméraux jaunes —ou thorax jaune, mésonotum
marqué de bandes et pleures tachés de brun ; scutellum parfois jaune à
l’apex. Hanches, fémurs et tibias jaunes ; face externe des hanches III,
apex des fémurs III et des tibias III bruns. Balanciers jaune clair. Ailes :
costale aboutissant sur MA 1. Abdomen de coloration variable; tergites I-
IV jaunes, à taches brun noir plus ou moins étendues, ou seulement des
petites taches latérales claires ; tergites étroitement bordés apicalement
de jaune; tergites suivants noirâtres. Hypopyge et oviducte bruns. —-
Long. 2,5-3 mm.
Printemps-automne. Bois et forêts. Province rhénane. Europe centrale et
orientale.
17. P. praecox (Wmnnarz). Enwimns, 1925, Trans. ent. Soc. London,
626 ; LAN1>Roc1<, 149. — P. nitidiveniris WINNERTZ, 864 (nec v. D. WULP) ;
Scnmua, II, 473 ; KERTÉSZ, 99 (p. p.), tesle Enwarms, 626. — Telmaphilus
biarcuaius BECKER.
Méiaiypes du P. nilidiveniris. Coloration thoracique très variable ; méso-
notum jaune avec trois bandes longitudinales plus ou moins cohérentes
d’un brun noir —- ou mésonotum d’un brun noir sur la plus grande partie
du disque et calus huméraux jaunes. Scutellum etpleures jaunes, brun j aune
ou brun foncé ; mésophragme d’un brun noir. Hanches I jaunes, II et III
d’un brun de poix ; trochanters avec une tache brune ; fémurs et tibias
jaunes ; fémurs avec une ligne brune sur la face interne. Ailes: apex d’un
brun noir, une bande médiane transverse brune (Q), ou une ombre élargie
sur la moitié inférieure de CuAlb (5*) ; les marques alaires très peu visi-
bles chez les individus de couleur pâle. Abdomen presque entièrement
d’un brun noir, ou le bord antérieur et les côtés des tergites plus ou moins
jaunes. Oviducte et hypopyge brunis. —- Long. 2,5-3 mm.
_ ' Cette espèce présente, comme le Zygomyia pictipennis, un caractère
sexuel remarquable : la femelle porte une large bande discale étendue
sur presque toute la largeur de l’aile, tandis que chez le mâle cette bande
est réduite à une ombre dans la cellule anale. Certaines races méridionales
peuvent oblitérer ce dimorpbisme sexuel.
Avril-mai. Bois et forêts. Province rhénane. Europe centrale. Afrique.
Commun en Angleterre.
Larve dans le bois de hêtre pourri (W1NNERrz).
18. P. signata. VVINNERTZ, 861 ;ScH1NER, II, 471 ; DzxEDz1cx<1, XXIII,
423 ; KEn·rÉsz, 100 ; Enwixnns, 1925, 629. — Fig. 210.
Front bruni, à pilositéjaune ; partie inférieure de la face jaunâtre. Méso-

rnnoma 193
notum jaune ; bandes longitudinales brunes plus ou moins confluentes ou
séparées ; pleures jaunes ou d’un brun pâle ; mésophragme brun ; scutellum
jaune. Hanches jaunes ; souvent les hanches III brunies à l’apex ; fémurs
jaunes ; fémurs III brunis à l’extrémité. Abdomen : tergites l-III jaunes,
à taches triangulaires brunes ; tergite IV jaune avec une large bande posté-
rieure élargie suivant la ligne médiane, d’un noir brun ; les tergites sui-
vants noirs. Hypopygium bruni.
9. Tarses I : articles II-IV élargis. Abdomen : tergites l-ill comme chez
les mâles, les tergites suivants avec de larges bandes postérieures brunes ;
dernier segment jaune au bord postérieur. — Long 3-3,5 mm.
Bois et forêts. Province rhénane. Corse. Europe centrale et orientale.
Prusse orientale. Angleterre.
19. P. strenua Wmnsnrz, 862 ; ScmNEn,1I, 471 ; Dzuzozicxi, XXIII,
424 ; Kmvrâsz, 100 ; STEENBFRG, 1924. —- Fig. 216.
3. Mésonotum jaune avec trois bandes longitudinales d’un brun noir
mat, presque confluentes ; pleures jaunes ou brun jaune tachés de brun;
mésophragme brun. Hanches, fémurs et tibias jaunes, apex des fémurs III,
éperons et tarses bruns ; trochanters tachés de brun. Ailes teintées de
jaune. Abdomen jaune ; tergites l-III avec une ligne médiane d’un brun
noir ; les tergites suivants d’un brun noir; hypopyge noirâtre.- Long.
3 mm. .
Région rhénane. Europe centrale et orientale. Prusse orientale. Angle-
terre.
Les larves forment avec leurs excréments de petites cases coniques res-
semblant à de minuscules coquilles.
20. P. tarsata. (STAEGER). Znrriznsrsnr, Dipt. Sc., XI, 4243 et 4366 ;
WULP, 129.- P. crassipes WINNERTZ, 877 ; Scumsa, II, 475; Dzraozicxx,
XXIII, 455; KER·rÉsz, 97. —— Fig. 207.
Thorax d’un brun noir ; calus huméraux à taches jaunes parfois prolon-
gées jusqu’à la base des ailes. Hanches I et II jaunes, IIl(parfois aussi les
hanches II) d’un brun de poix ; fémurs et tibias jaunes ; fémurs III avec
une bande brune sur la base interne et l’apex brun; tibias III noircis à
l’extrémité. Balanciers jaunes. Ailes brunies. Abdomen d’un brun noir
unicolore, parfois les sternites I-II jaunes et les côtés légèrement plus clairs.
9. Tarses I élargis. -— Long. 2-3 mm.
Commun par places. Province rhénane. Hollande. Europe centrale, orien-
tale et boréale. Angleterre. ‘
Larves blanchâtres, couvertes d’un léger mucilage.
sâzouv 13

194 nirràmas Fumcivonrnmaz
21. P. tenuis VVINNERTZ, 872; Scmmnn, ll, 472; WULP, 131; Dzmnzicm.
XXIII, 438 ; KERTÉSZ, 100. — Fig. 208.
Semblable au P. larsata STAEGER ; peut s’en distinguer par les petites
taches humérales, par les tarses I non dilatés chez les femelles et par la
conformation de l’hyp0pyge chez les mâles. — Long. 2,5-3 mm.
Printemps-été. Bois et forêts humides. Rhénanie. Hollande. Europe cen-
~ trale et orientale. Prusse orientale. Styrie. Corse. Angleterre, assez commun.
Larves blanchâtres, couvertes d’un léger mucilage.
22. P.t1·ia.ngu1aris VVINNERTZ, 863 ; DZIEDZlCKI,XXllI, 426.-- Fig. 211.
3;. Thorax brun ; calus huméraux tachés de jaune ; pleures j aunâtres
antérieurement. Hanches,fémurs et tibias jaunes ;fémurs III et tibias III
brunis à l’apex ; éperons jaunes. Ailes : costale dépassant largement
l’intersection de MA 1. Abdomen : tergites II-IV jaunes marqués de
taches triangulaires d’un brun noir à base postérieure ; tergite V d’un
brun noir, jaune au bord antérieur, I,VI et hypopyge d’un brun noir. —
Long. 2,5 mm.
Europe centrale et orientale. Angleterre.
23. P. vitiosa Wmmerrrz, 868 ; Scmman, II, 474; Dzrnnzrcxr, XXIII,
434 ; KEnrÉsz, 101. —— Fig. 217.
Thorax brun ; calus huméraux plus ou moins tachés de jaune — ou
mésonotum jaune à lignes brunes ; pleures parfois d’un brun jaune ou
jaunes. Hanches, fémurs et tibias jaunes ; apex des hanches III ou face
externe des hanches II et III, éperons, face basale interne des fémurs
et apex des fémurs III bruns. Balanciers d’un blanc jaunâtre. Ailes
légèrement teintées, ombrées à l’extrémité. Abdomen brun ; tergites
antérieurs II-III ou IV plus ou moins jaunes latéralement, hypopyge
petit, brun jaune.
Q. Tarses I très épaissis. — Long. 2-2,5 mm.
Printemps, été. Bois et forêts humides. Limbourg hollandais. Rhénanie.
Europe centrale et orientale. Corse.
24. P. vulcani DZIEDZICKI, XXIII, 490. —— P. lrifida LUNDSTRIÉM. —-
Fig. 220.
3. Thorax d’un brun noir uniforme ou les calus huméraux tachés de
roux. Hanches, fémurs et tibias jaunes. Abdomen d’un brun noir ; ster-
nites antérieurs plus clairs ; hypopyge bruni. Forceps externe à branches
simples, frangées de longs cils. —- Long. 2,8-3 mm.
Très distinct par la nervation particulière.
Europe. Juillet.

Pxmowm 195
25. P. Willistoni DZIEDZICKI. Lamnnocx, 152. -—- Fig. 204.
Face, trompe et palpes d’un jaune sale. Antennes parfois entiérement
noirâtres (3). Corps uniformément d’un brun noir (Q) ;calus huméraux
étroitement tachés de jaune. Hanches I-II d’un jaune grisâtre, III d’un
brun de poix ou toutes les hanches uniformément noirâtres ; fémnrs et
tibias jaunes, souvent brunis ; fémurs III d’un brun noir à l’apex. Ailes
enfumées. Abdomen : bord antérieur des tergites II et III avec des taches
latérales jaunes plus ou moins distinctes (3*). —- Long. 2,5-3,5 mm.
Avril. Corse. Europe centrale.
26. P. brunnea MACQUART, 1834, S. à B., I, 124.
Aux espèces précédentes, il faudra sans doute ajouter, lorsqu’on l’aura
retrouvé, le Phronia brunnea, qui est caractérisé par: Face jaune ; tête d’un
brun rougeâtre assez pâle, à reflets blancs ; antennes brunâtres, premiers
articles jaunes. Thorax d’un brun rougeâtre. Abdomen brumpremiersseg-
ments assez pâles ; les derniers noirâtres à incxsions j aunes. Pieds jaunes ;
tarses bruns. Ailes jaunâtres. —- Long. 5 mm.
Pas-de·Calais: Lestrem (Macouanr). _
G. DYNATOSOMA \V1NN1snrz
Wmunnrz, XIII, 947 ; Kanrrëzsz, 124 ; JOHANNSEN, 114; Enwanns,
1925, 630 ; Lannaocx, 153 ; EN¤Em.E1N, XVI, 15.
Tête ovalaire, légèrement aplatie antérieurement, d’un brun noir ou d’un
gris roux, recouverte par le thorax ; deux ocelles, ou l’ocelle médian très
réduit. Palpes jaunes de quatre articles, courbes. Antennes de 2 + 14 articles.
Thorax couvert d'une villosité couchée, ordinairement jaunâtre, plus ou
moins luisante, des soies sur les parties latérales seulement ; soies mésopleu-
rales allongées ; ptéropleures dénudés ; huit scutellaires marginales. Pattes
fortes ; fémnrs élargis et aplatis ; tibias armés d’éperons et de rangées laté-
rales de soies fortes. Ailes couvertes d’une pilosité microscopique ; membrane
marquée de taches et de bandes ; costale ne dépassant pas Pinterseetion de
MA l ;sc aboutissant sur R ; sc 2 et R 4 —(- 5 nulles ; base de la fourche cubi-
tale placée avant ou après le niveau de la base de la fourche médiane ; anale
longue et chitinisée, mais n’atteignant pas le bord de l’aile (fig. 53). Abdomen
comprimé latéralement, formé de six segments chez le mâle, de sept chez la
femelle.
Les espèces de ce genre habitent l’Europe et le nord del’Amérique.Ellcs
se distingueront par la présence de deux ocelles seulement, par la sous-
costale allongée et par les fortes soies tibiales.
Les larves se développent dans diverses espèces de champignons corti-
coles, particulièrement chez les Polyporacées (celle du D. ru/cscens Zmr.
a été signalée chez le Polypilus sulfureus PR.) ; elles vivent dans un sillon

196 l m1>TÈ1>·Es FUNGIVORIDAE
tracé à la face inférieure du Cryptogame, dans une capsule en forme de
coquille souvent recouverte d’un voile blanchâtre.
La nymphose a lieu dans la terre, dans une coque terreuse également
en forme de coquille.
Génotype : Myceiophila fuscicorne MIEIGEN.
TABLEAU DES EsPÈcEs.
1-(2). Hanches II et Ill noires ; fémurs III noircis à l’apex. Scutellum
d’un noir uniforme; soies marginales d’un gris brun. reciprocum, p. 196.
2-(1). Hanches ll-III jaunes.
3-(4). Mésonotum en grande partie noir ; taches humérales plus ou moins
étendues ; scutellum plus ou moins noirci â la base . . fuscicome, p. 196.
4-(3). Mésonotum d’un roux jaune ; scutellum jaune, sans tache ....
......................................... thoraeicum, p. 197.
l. D. îuscicome (MEIGEN)· ZETTERSTEDT, Ins. Lappon., 863 (1838) et
Dipt. Sc., XI, 4194 et 4365 ; WINNERTZ, 948 ; SGHINER, II, 492 ; WULP,
158. —- Myceiophilaœzmabilis DUFoUa, 1839, Ann. Sc. nai., (2) XII, 23. -—
M. fleœuosa ZETTERSTEDT, Dipt. Sc., XI, 4186. —- M. praeusia ME1GEN.
ZETTERSTEDT, Ins. Lapp., 863.
$2. Scutellum à soies marginales jaunes ; pleures et mésophragme d’un
brun noir. Hanches et pattes jaunes ; hanches II et 111 plus ou moins
tachées de brun ; fémurs II et III brunis à l’apex et sur la face basale in-
terne ; tibias III brunis apicalement ; trois rangées de soies externes ;
tarses bruns, plus clairs à la base. Balanciers jaune pâle. Ailes teintées de
gris, plus sombres à 1’apex ; une tache discale brune prolongée jusqu’au
bord antérieur et une bande courbée préapicale concolore ; base de la
fourche cubitale placée après le niveau de la fourche médiane. Abdomen
d’un brun noir à pilosité jaune couchée; tergites à incisures étroitement
jaunes (d’après le type de MEIGEN).
3.Hypopyge d’un brun noir. La femelle est plus grande que le mâle et
l’oviscapte, d’un brun jaune, est fortement saillant. — Long. 4-6 mm.
Printemps—automne. Bois et forêts. Province rhénane. Hautes-Pyrénées
(PANDELLÉ). Dantzig (Czwanma). Hollande. Europe centrale, boréale et
arctique. Angleterre.
La larve a été étudiée par S. MADWAR (1935, 114). Elle a été observée dans
le Daedalea suaveolens FRIES, par DUFOUR; dans les Polyporus squamosus, P.
betulinus, Polystictus versicolor, Daedalea quercina et Lcnzites belulina par
le DF F. VV. Eowaans (630). _
2. D. recîprocum (VVALKER) 1848, List, I, 95. — Mycelophila nigricoxa
Zarrensrnnr. WVINNERTZ, 949 ; Scumaa, 11,492 ; Knariâsz, 125.

runorvona 197
_ Thorax noirâtre. Hanches 1 et fémurs jaunes, base interne avec une
ligne brune ; fémurs Il et III noirs à l’apex ; tibias jaunes ; tibias ll et III
brunis il l’extrémité J III avec trois rangs de soies externes. Balanciers
jaunes. Ailes teintées, une tache discale d’un brun noir, apex pâle, une
bande préapicale complète ; base de la fourche cubitale placée presque
au niveau de celle de la médiane. Abdomen noir, à incisuresjaunes.——Long.
4-5 mm.
Printemps-automne. Bois et forêts. Rhénanie. Europe centrale et boréale.
3. D. thomcicum (Zarreasrenr).
3. D’un roux jaune ; bandes mésonotales nulles. Pattes jaunes ; 1`émurs
l1I noircis à l’apex ; éperons des tibias Il et III jaunes. Ailes d’un brun
jaune ; tache discale d’un brun noir ; apex largement d’un gris pâle et bande
préapicale peu distincte. Abdomen d’un brun noir ; incisures étroitement
blanchâtres. Hypopyge d’un brun jaune. -— Long. 5 mm.
Europe septentrionale.
G. FUNGIVORA Maman
MEIGEN, Nouvelle Classif., 16 (lzslm) ; Larmnocx, 156. -— Mycefophila
l\lE1cEN. IVINNERTZ, 915 ; KERTÉSZ, 109 ; .louANNsEN, 115; Enwnnos,
1913, 372 ; 1925, 631 ; ENDERLEIN, XVI, 15. - Mycelina Rondani. —-
Mycolhera WINNERTZ, 913. — Mycozelaea Hondani. -— Opislholoba Mix.
EDWARDS, 1913, 379.
Tête ovale, légèrement aplatie en avant, placée sous le thorax et son profil
prolongeant la courbe mésonotale; front élargi, bord antérieur médiocre-
ment saillant ; deux ocelles rapprochés de la marge oculaire ; exceptionnelle-
ment un ocelle médian très petit. Palpes de quatre articles, courbés, le qua-
trième aussi long ou plus long que le troisième, rarement ovalaire. Antennes
de 2 + 14 articles, ceux du flagellum cy1indriques,un peu comprimés. Quatre
soies scutellaires marginales ; soies mésopleurales et ptéropleurales bien dé-
veloppées. Pattes fortes ; fémurs élargis et comprimés ; tibias armés d’épe·
rons ; tibias II et lll avec des rangées de soies fortes ; tibias III avec deux
rangées de soies, une antérieure et une externe, rarement une troisième
rangée subcœterne ou antéro-externe entre les deux précédentes; cette
rangée, formée de soies plus courtes, peut être représentée par une seule soie ;
tibias II avec deux rangées de soies : une interne et une postérieure formée
de deux ou trois soies, la rangée postérieure formée de soies plus courtes.
Tarses simples ou dilatés dans les deux sexes ou dans un seul sexe. Ailes à
pilosité microscopique, souvent marquées de bandes ou de taches variées ;
costale ne dépassant pas l’intersection de MA 1 ; sous-costale rudimentaire
incomplète ; fourche médiane à pétiole court ou très court ; MA2b et CuAl
divergentes fi l'apex ; les deux branches de la cubitale parallèles ou conver-
gentes ; base de la fourche cubitale placée avant ou après le niveau de la
base de la fourche médiane ; anale incomplète (fig. 54). Abdomen formé de
six (3) ou de sept (9) segments plus ou moins comprimés latéralement.

198 oirrianns FuNG1voR1¤AE
Les Diptères de ce genre se distinguent immédiatement par les deux
branches de la fourche cubitale parallèles,par les deux ocelles, et par les
tibias armés de fortes soies latérales. Ils sont communs dans les bois et les
bosquets humides, surtout dans ceux qui favorisent la croissance des cham-
pignons. On peut rencontrer des Fungivora pendant toute l’année, sauf
au milieu de l’hiver.
â  i âfei  `
221 g interne
. \ .
antérieur
~% fp I [ws émet]-
` / antéro-
’ fa cgerue XÈGPRB
` fi
/ caf ,
/ N face antérieure
Z22
·i\.\\ ^·· ··B
.   \ 7iAternes
/ X.
externes
 ntèrcœxt.  
224-  
\x \
FIG. 221-224. - 221. Fungivora lineola MExc·EN, profil sciiématique ; fp, face posté-
rieure du fémur ; fa, face antérieure ; fi, face interne. — 222. Schéma d’une patte
postérieure montrant la position des soies. — 223. Coupe transversale du tibia de la
patte précédente suivant A-B. - 224. Fungivora semifusca, aile du type de MEIGEN·
Les larves se développent dans diverses espèces de champignons ou dans
le bois pourri. La nymphose a lieu à l’abri d’un cocon, dans le champignon,
à sa surface, entre les brins de mousse ou dans la terre.
Les Fungivora sont parasités par des Hyménoptères Proctotrypides
et Braconides.
Parmi les formes éteintes, plus de dix espèces ont été décrites par LoEW
et par MEUMER de l’ambre de la Baltique. Dans les insectes tertiaires
d’(Eningen (II, 202) HEER a décrit sept espèces de Fongivorides : dans
le Vieri. Nat. Ges. Zur·ich(I, 3) le même auteur a fait connaître le Myce-

rxmcivonn 199
Iophila pallipes d’Europe centrale et les M. meigeniana et morio (p. 32) ;
dans Urwelt der Schweiz (p. 394), les M. orci et pusillima, d’Eur0pe cen-
trale. Gmianx. a caractérisé les Mycclophfla crassa et dubia de France.
dans Insekten der Vorwelt (1856, 234). Enfin, en Amérique, dans le
Bull. U. S. Geo!. Survey (III, 753) et dans ses « Tertiary lnsects »,SCUD-
DER a décrit Ie M. occullala, du Colorado.
Génotype : Mycclophila agarici Mmoiam, 1803 (Illz'ger·’s Mag., II, 263),
d’Europe septentrionale.
TABLEAU mas EsPÈcEs.
1-(-1). Tibias II dépourvus de soies internes ;tibias III avec de nombreuses
et fines soies postérieures.
2-(3). Ailes grisâtres ; seulement une tache centrale plus ou moins distincte.
Quatre soiesptéropleurales. 6 : palpes normaux, allongés. lineola, p. 209.
3-(2) Ailes jaunâtres, sans taches. Cinq ou six ptéropleurales. 6: palpes
élargis et aplatis ........................... fungorum, p. 208.
4—(l). Tibias II avec au moins une soie interne ; tibias Illsans soies internes
ou peu nombreuses.
5-(12). Tibias III avec au moins une soie antéro·externe entre la rangée
antérieure et la rangée externe — ou trois rangées de soies: une anté-
rieure, une antéro-externe et une externe.
6-(9). Tibias III avec une ou deux soies subexternes.
7-(8). Ailes Z tache préapicale bien marquée. Tibiaslll avec une soie antéro-
externe. Trois bandes mésonotales sombres ..... trinotata, p. 215
8-(7). Tache alaire préapicale petite ou évanescente. Tibias III avec deux
soies antéro-externes. Mésonotum presque uniformément roux.. . .
............................................ conîluens, p. 205
9-(6). Tibias III avec 4-6 soies en rangée antéro-externe.
IO-(II). Corps d’un noir luisant. Tibias III avec quatre soies antéro-
externes ; tibias Il avec trois soiesinternes.Ailes jaunâtres non tachées.
.......................................... immaculata., p. 209.
I1-(10). Thorax et souvent l’abdomen uniformément roux. Tibias III
avec 5-6 soies antéro—externes ; tibias II avec une soie interne isolée.
Ailes avec une tache discale etune bande subapicale. cingulum, p. 204.
12-(5). Tibias III avec au plus deux rangées de soies, une antérieureet une
externe.
13—(18). Tibias II avec une soie interne bien développée, parfois une se-
conde plus petite. Ailes avec des bandes sombres.
14·(l5). Ailes : fourche cubitale très courte (fig. 224). Petite espèce: 2-
2,5 mm ..................................... semifusca, p, 213.
15-(14). Fourche cubitale allongée, sa base placée très peu après le niveau
de la base de la médiane. Tibias II : soie interne courte. l

'200 oirrizass ruivoivoainsis
16—(17). Ailes brunies à Pextrémité, près de la costale, cette ombre renfer-
mant une tache claire ........................ ocellus, p. 212.
17-(16). Ailes vitreuses à Pextrémité, mais portant une large bande sombre
subapicale, atteignant ordinairement la costale ....... formosa., p. 20'7
18-(13). Tibias 1I avec deux ou trois longues soies internes.
19-(20). Ailes largement enfumées, surtout près de la costale dans la moi-
tié apicale ; tache discale indécise. Tibias ll avec une seule petite soie
postérieure ............................... adumbrata., p. 202.
20-(19). Ailes autrement ombrées. Tibias II avec deux longues soies in-
ternes au moins, et généralement quelques cils additionnels. _
21-(28). Ailes vitreuses ou portant une tache discale.
22-(23). Mésonotum roux avec trois bandes brunes, brillantes, plus ou
moins confluentes ............... . ...... unipunctata., p. 216.
23—(22). Mésonotum en grande partie noirâtre.
24—(25). Thorax largement jaune sur les calus huméraux et sur la plage
préalaire. Tergites abdominaux avec une bordure postérieure pâle.
Quatre soies ptéropleurales ................... Stolida, p. 215.
25—(24). Pas de taches claires sur la région préalaire et sur l’abdomen.
Deux soies ptéropleurales seulement.
26—(27). Taches humérales jaunes, petites ........ pumila, p. 213.
27—(26). Thorax uniformément noir .............. unicolor, p. 216.
28-(21). Ailes marquées de plusieurs taches sombres.
29-(32). Ailes 2 apex entièrement sombre ou avec une marque brune près
de la costale sur le tiers apical.
30—(31). Bandes mésonotales indistinctes .......... Stylata, p. 215.
31-(30). Bandes mésonotales distinctes. Czizeki, p. 206, sordida, p. 214.
32-(29). Ailes : une bande ou une tache subapicale plus ou moins distincte.
33-(34). Ailes : bande subapicale sombre et distincte, mais laissant l’extré-
mité de la cellule r1 claire ............... · ..... caudata, p. 204,
34-(33). Bande subapicale ou tache étroite, mais couvrant ordinairement
l’extrémité de la cellule rl. _
35-(48). Ailes : bandes ou taches atteignant l’extrémité de R1.
36—(37). Base de la fourche cubitale placée bien avant la base de RM ;
tache subapicale petite. Fémurs III avec une bande externe et l’apex
d’un brun noir ............................ magnicallda., p. 211,
37-(36). Base de la fourche cubitale placée au niveau ou après le niveau
de la base de RM ; taches centrale et subapicale élargies.
38—(45). Extrémité de R1 largement enveloppée par la tache apicale.
Tarses l simples (5` Q).
39—(42). Fémurs III sans ligne externe sombre continue.
40—(41). Une tache noire occupe à peu près la moitié apicale du fémur_
Base de la fourche cubitale éloignée de la base de la fourche médiane.
............................................ Edwardsi, p. 207.
41-(40). Non et non ............................ corsica, p. 205.

FUNGIVORA ' 201
42—(39). Fémurs III avec une ligne externe dorsale sombre continue.
43-(-14). Mésonotum presque entièrement bruni ...... vittipes, p. 217.
44·(43). Calus huméraux largement tachés de jaune,. gibbula, p. 208.
45-(38). Extrémité de R1 très peu enveloppée ou seulement cohérente
avec la tache apicale. Fémurs III noircis sur le quart apical tout au plus.
46—(47). Ailes : tache subapicale prolongée en teinte légère sur la nervure
MA2a et parfois jusqu’à la marge postérieure ...................
.... . ·......... . ......... . bimaculata, p. 203. distigma, p. 206.
47-(-16). Ailes : tache subapicale interrompue immédiatement avant
MA2a ...................... gratiosa., p. 209, îorcipata, p. 207.
48—(35). Ailes : bandes ou taches n’atteignant pas l’extrémité de R1.
49-(50). Tibias lll avec une rangée de soies fines sur la face postérieure
préapicale. Ailes : bande subapicale formant quatre taches plus ou
moins séparées placées sur les nervures ....... omata., p. 212.
50·(49). Tibias lil avec au plus deux ou trois fines soies postérieures.
Ailes : bande subapicale non divisée.
51-(60). Mésonotum terne ; scutellum largement jauni.
52—(57). Ailes : cellule anale avec une ombre légère près de CuA1b.
53-(54). Mésonotum jaune à bandes séparées, mates. Tergites abdominaux
plus ou moins largement jaunis sur la marge postérieure ..........
........................... amoena, p. 203, spectabilis, p. 214.
54-(53). Mésonotum à bandes ordinairement cohérentes. Tergites abdomi-
naux uniformément d’une teinte sombre. i
55-@6). Ailes : ombre de la cellule anale élargie et bien marquée  
............................................. curviseta, p. 206.
56-(55). Ombre anale très légère ............... marginata, p. 211.
57-(52). Ailes : cellule anale sans ombre.
58-(59). Tibias II avec deux soies internes. biusta,p.203, îraterna, p. 208.
59-(58). Tibias II avec trois soies internes et 2-3 soies postérieures ......
............................................. lunata., p. 210.
.60-(51). Mésonotum plus ou moins luisant.
61-(62). Tibias II avec deux soies internes. Thorax noir, sauf le scutellum
et les petites taches humérales. . . lucl;110sa,p.210, Strigalia., p. 215.
62·(61). Tibias II avec trois soies internes.
63-(64). Mésonotum entièrement noir comme le scutellum. Deux soies
ptéropleurales .............. occultans p. 212, xanthûpygü, p. 217.
6~1—(63).Au moins les valus huméraux jaunes; scutellum partiellement
jaune. Trois ou quatre ptéropleurales.
65-(66). Mésonotum jaune à bandes plus ou moins séparées. Abdomen : une
ligne médiane dorsale pâle —— ou au moins des traces de cette ligne sur
les tergites II et III. guttata, p. 200, signata, p. 213, signatoîdes, p. 214.
66-(65). Bandes mésonotales confluentes. Abdomen sans bande médiane
dorsale pâle.

202 n11>*rÈREs FUNGIVORIDAE
67:(68). Tibias II avec le chète-épine basal et interne réduit. Ailes : tache
préapicale n’atteignant pas la costale ............... rudis, p. 213.
68-67). Tibias II avec les trois chètes—épines internes subégaux. Ailes :
tache préapicale atteignant la costale.
69-(70). Ailes : fourche cubitale à branches parallèles apicale'ment ; tache
subapicale plus claire que la tache centrale .......................
............................ obscura, p. 211, xanthopygaup. 217.
70-(69). Ailes : fourche cubitale à branches rapprochées apicalement ;
tache subapicale aussi colorée que la tache centrale ................
........................,..... blanda, p. 204, dentata, p. 206-
\\ `
__ ,l_\} Q   .
W w l  
225 gas / 227 228 229
Éz}nacuL·-zta Zzîsflyma. fômyvafa Ãucfuosa sfrgyazà
    11;..1 
.   \ ‘hII| tu 
230 f 23/ · 232 333
yaitata sgnafa, .sgg12az‘019e.s· occulfarzs
‘ l }  
e r à /M
234 Z35` 2.38 837
7r_anz%yzz/jya 0Ésc·ur·a À/anâa Bezzfafzï
Fic. 225-237. —- Hypopyges des mâles des Fungivora. —- 227 selon Enwaans ; 225,
228-232, 234-236 selon Dzmozxcm ; 233 et 237 selon Lumnsrnôm.
1. F. adumbrata (Mm). Enwimns, 1925, 637.
Tête brune. Corps d'un brun noir luisant ; mésonotum avec une large
bande antérieure et calus huméraux roux. Métapleures étroits. Pattes
rousses ; apex des fémurs 111, éperons et tarses noirs ; tibis Il avec trois

rumrvonn 203
soies internes et une faible postérieure. Ailes : fourche cubitale allongée, sa
base placée légèrement après le niveau de la base de la médiane. - Long.
3-3,5 mm.
Europe. Angleterre, rare. Styrie (Srnonn).
2. F. amoena (WINNERTZ), 936. '
Tête brune. Mésonotum jaune avec trois bandes brunes, plus ou moins
confluentes ; pleures et mésophragme brunis ; scutellum jaune marqué de
larges taches latérales brunes. Hanches; fémurs et tibias jaunâtres ; tarses
noirâtres, plus clairs à la base ; fémurs Ill et tibias Ill largement brunis
à l’apex ; tous les fémurs d’un brun clair sur la face interne ; tibias II avec
une soie postérieure et peut-être une soie interne. Ailes: bande brune pré-
apicale courbée, n’atteignant pas Pextrémité de R1 ; apex de l’aile plus ou
moins enfumé, comme la tache renfermée dans la cellule cubitale ; base de
la fourche cubitale placée légèrement après le niveau de la base de la
fourche médiane. Abdomen bruni ; hypopygium petit, jaune ; oviducte
jaune. -— Long. 3 mm.
Allemagne occidentale.
3. F. bimaculata (Faemcxus). ZETTERSTEDT, Dipt. Sc., XI, 4184 et
4365 ; Wmmnnrz, 924 ; Scmrxnn, II, 486 ; WULP, 153 ; Trmonann, 118 ;
Knnriësz, 110. - Fig. 225.
Tête brune. Mésonotum roux avec trois larges bandes d’un brun noir
plus ou moins confluentes -— ou thorax d’un brun noir ; calus huméraux
jaunes. Hanches et fémurs jaunes ; tibias, éperons et tarses bruns ; apex
des fémurs 111 (et parfois aussi des fémurs I1) et des tibias III, une bande
sur la face interne des fémurs I, d’un brun noir; tibias II avec deux soies _
internes et 2-4 postérieures. Ailes : une tache centrale et une bande
préapicale ; base de la fourche cubitale placée après celle de la médiane.
Abdomen d’un brun noir, à pilosité d’un gris jaune. Hypopyge petit, à
branches allongées triangulaires, pointues.
S2. Tarses I : articles 2-4 élargis. Oviducte petit. -— Long. 3-3,5 mm.
Avril·août. Bois et forêts. Province rhénane. Hollande. Vosges. Corse.
Europe centrale et septentrionale. Prusse orientale. Angleterre.
Larve dans le Poria vaporaria.
4. F. biusta. (Maman). Wmmarvrz, 937 ; Scnman, II, 489 ; Wunr, 156 ;
Knrvrész, 111 ; Launnocx, 162.·
Front et vertex brunis à reflets gris ; partie inférieure de la face d’un
brun jaune. Thorax noirâtre ; calus huméraux jaunes, cette teinte pro-

204 DIPTÈRES ruNc1voa1nAE
longée vers les hanches I et plus étroitement vers la base des ailes ; scutel-
lum jaune à l’apex ou avec une large bande médiane ·jaune. Hanches,
fémurs et tibias jaunes ; tarses I simples () ;fémurs III d’un brun noir à
l’apex ; tibias II avec 2-3 soies postérieures (ou internes). Ailes : bande
préapicale courbée ; base de la fourche cubitale placée au niveau (ou légè-
rement après) la base de la fourche médiane. Abdomen d’un brun noir ;
tergites à bord postérieur jaunâtre ; hypopyge petit, jaune. - Long 3,5-
4 mm.
Hollande. Europe centrale.
3. F. b1anda(\V1NNEarz), 938 ; SCHINER, [I, 489; Knariësz, 111. — Fig.
236.
Corps d’un brun noir ; mésonotum luisant ; calus huméraux largement
roux ; trois petites taches préscutellaires rousses ; scutellum largement
jaune au centre. Hanches, fémurs et tibias jaunes ; éperons et apex des
fémurs III brunis ; tibias Il avec deux soies internes. Ailes 2 cellule cubi-
tale avec une tache brune plus ou moins marquéeçbase dela fourche cubi-
tale placée presque au niveau de celle de la médiane. Abdomen : tergites à
bordure postérieure plus claire, principalement chez les femelles ; hypo-
pyge petit, jaune, a forceps inermes. - Long. 3-3,5 mm.
Printemps. Bois et forêts; rare. Limbourg hollandais, IX·X (Scmvirrz).
Province rhénane. Europe centrale. Angleterre.
Les larves ont été observées dans le Laciarius deliciosus. La nymphose a
lieu à l’intérieur du champignon, dans un cocon semblable à celui du
F. gutlaia (EDWARDS, 642).
6. F. caudata. (STAEGER). ZErrE1>.sTED·r, Dipt. Sc., XI, -1190 et 4912.
——Opisiholoba caudaia MIK, 1874, Verh. z.-b. Ges., XXIV, 347, pl. VIII
et W. e. Z., X, 5, 87 (1881) ; KERTÉSZ, 124.- O. ocellaia JOHANNSEN,
Genera Ins., 126, iesle JoHANNsEN, Bull. Brooklyn ent. Soc., XXIX, 149
(1934).
Corps d’un brun noir. Mésonotum luisant ; calus huméraux jaunes,
Hanches et fémurs jaunes ; tibias brunis ; fémurs III d’un brun noir à
l’apex ; tibias II avec trois longues soies internes. Ailes : base de la fourche
cubitale placée presque au niveau de celle de la médiane ; hypopyge gon-
flé, jaune.
9. Abdomen : les deux ou trois derniers tergites jaunes ; sternite V1
avec de longues soies dressées. — Long. 3,5-3 mm.
Europe. Ecosse. Amérique.
7. F. cingulum (IWEIGEN). ZETrERsrEDr, Dipt. Sc., XI, -1178; WIN-
Nnarz, 944 ;Scn1NEa, I1,-187 ; VVULP, 154 ; THEoBALn, 116; KEaTÉsz,111.
— Myceiophila bifasciaia v. Rosas. —-· M. lunulaia B/IACQUART, l, 129.

ruucivone. 205
6. D’un roux clair. Antennes brunies distalement. Mésonotum unicolore
ou marqué de bandes longitudinales d’un brun roux. Pattes jaunes ; fé-
murs III et tibias III brunis à l’apex. Ailes jaunâtres ; base de la fourche
cubitale Placée au niveau de la base de la médiane. Abdomen : tergite V
d’un brun noir à bordure postérieure jaune ; hypopyge jaune. - Long. 6-
7 mm. (d’après le type de MEIGEN).
Les auteurs assignent encore à cette espèce des tibias III avec trois ran-
gées de soies plantées sur la face antéro-externe. Ceci est invérifiable sur le
type qui est mutilé.
Eté-automne. Bois et forêts. France septentrionale. Rhénanie, rare. Hol-
lande, Europe centrale et septentrionale. Angleterre, assez commun.
La larve a été trouvée dans le Polyporus squamosus. Nymphose dans le sol,
à l’abri d’un cocon léger (E¤w.·xn¤s, 6-12).
8. F. confluens (Dzmnzxcxi). LANDROCK, 163.
D’un jaune d’ocre. Bandes mésonotales peu distinctes, plus ou moins
confluentes. Scutcllum a taches latérales brunes. Hanches et fémursjaunes;
tibias plus sombres ; fémurs II et III brunis a l'apex; éperons d’un brun
jaune ; tibias III avec deux soies subexternes; tibias lI avec trois soies
internes. Ailes jaunâtres;une tache disoale d’un brun clair et une bande
préapicale décolorée. Abdomen d’un brun sombre ; tergites avec une
étroite bordure postérieure jaune. - Long. 3 mm.
Europe centrale et orientale. Angleterre, New Forest ; Ecosse.
9. F. corsica. Enwimns, Diplem, IV, 164 (1928).
6. Tête noirâtre. Palpes et les trois premiers articles antennaires jaunes.
Thorax d’un noir profond ; calus huméraux et plage alaire basale jaunâtre;
pilosité pâle ; soies noires ; trois fortes soies ptéropleurales. Pattes jaunes ;
fémurs Ill noircis à l’apex externe;tibias II avec cinq soies externes, pas
de subexterne, deux antérieures, deux internes longues, quatre postérieures:
une plus longue ; tibias III avec 6-7 externes alternativement longues et
courtes ; six externes subégales. Ailes teintées de jaune pâle ; tache centrale
plutôt grande, atteignant largement la cellule basale ; fascie atteignant `
l’extrémité de la cellule radiale, prolongée bien après l’apex de la nervure
R1 et continuée en teinte plus pâle vers la cellule cubitale antérieure, son
bord externe bien défini ; apex de l’aile peu teinté en dehors de la fascie ;
base de la fourche cubitale placée en dessous de celle de la médiane. Ba-
lanciers jaunes. Abdomen noirâtre ; tergites à marge postérieure indis-
tinctement plus pâle. Hypopygium très petit. - Long. aile : 3,2 mm.
Corse : gorge de la rivière Porto ; avril 1928 (F. W. Enwanns).
Dans la table dichotomique des espèces paléarctiques du DF K. LAND-
nocx, cette espèce prend place à côté du F. Edwardsi. Elle en diffère par les

206 DIPTÈHES FUNGIVORIDAE
ailes sans ombre postérieure et par les fémurs III qui portent une tache
apicale beaucoup plus étroite (Enwanns).
10. F. curviseta. LUNDSTRÉÈM, 1911, Ann. Mus. Nat. hung., IX, 410.
5`. Corps d’un brun noir ; calus huméraux et bord antérieur étroitement
jaunes ; scutellum d’un brun jaune au milieu. Pattes jaunes ; hanches d’un
brun pâle à l’apex ; apex des fémurs III et des tibias III et tarses d’un
brun noir ; tibias III avec 2-3 fines soies postérieures ; tibias Il avec deux
soies internes et 2-3 postérieures. Ailes : base de la fourche cubitale placée
légèrement avant le niveau de la base de la fourche médiane. Abdomen à
pilosité d’un gris jaune. —— Long. 3,3 mm.
Europe centrale. Angleterre.
11. F. CzizekiLANnRoc1<, 1911, W. e. Z., XXX, 164 et Fliegen, 164.
Tête d’un brun noir. Mésonotum jaune, mat ; scutellum bruni latérale-
ment ; pleures et mésophragme d’un brun de poix. Hanches, fémurs et tibias
jaunes ; tibias III et fémurs III brunis à l’apex ; tibias II avec deux soies `
internes non très longues et deux fortes soies postérieures. Balanciers d’un
blanc jaunâtre. Ailes avec une tache centrale et une ombre apicale;subcos—
tale uniforme, sans tache plus claire ; base de la fourche cubitale placée
au niveau (ou légèrement avant) de la base de la fourche médiane. Abdo-
men noir unicolore, un peu luisant, à pilosité d’un brun jaune ; hypopyge
petit, brun pâle. —- Long. 3 mm.
Corse. Moravie. Ecosse.
12. F. dentata LuNns·rnôM, 1913, Ann. Mus. Naf. hung., XI, 319. —
Fig. 237.
3‘ Differe du F. blanda (WINN.) par l’hypopygium plus grand,dont les
forceps sont armés d’épines. Tibias Il avec trois soies internes. —— Long.
3 mm.
Hongrie. Angleterre.
13. F. distigma (MEIGEN). LANDnocK, 164. — Mycetophila w·fuscum
Dzmnzrcm, teste Enwmws in lift. ap. coll. ME1cEN. - Fig. 226.
32 Tête brune. Mésonotum roux avec deux larges bandes latérales
brunes, séparées par une bande jaune prolongée et dilatée sur le centre du
scutellum ; pleures jaunes indistinctement tachés de roux. Pattes jaunes ;
hanches indistinctement brunies à l’apex ; fémurs taches à la base; tro-
chanters avec une petite tache ; tibias II avec deux soies internes et trois
postérieures plus courtes. Ailes avec une tache centrale et une bande pré-
apicale; une tache dans le prolongement de cette dernière sur la nervure

ruuoxvoaa 207
MA2b (et peut—être sur CuA1a) ; base de la fourche cubitale Placée au
niveau de celle de la médiane. Abdomen d’un brun roux à pilosité blan-
châtre. Hypopyge petit ; forceps à branches courtes, arrondies, peut-
être rétrécies à la base. ——· Long. 6 mm. (d’après le lype de Maman).
Rhénanie. Europe orientale. `
14. F. Edwardsi Lurmsraôm, 1913, Ann. Mus. Nat. hung., XI, 316. —
Mycetophila nebulosa Enwanns (nec STANNIUS).
Corps d’un brun noir ; mésonotum mat;calus huméraux tachés de jaune.
Pattes jaunes ; apex des fémurs III, éperons et tarses bruns ou noirs ;
tibias Il avec trois soies internes. Ailes : face postérieure de CuA1b avec
une tache d’un brun pâle. Abdomen à pilosité grise ; hypopygium petit;
brun jaune. — Long. 2 mm.
Assez commun. Corse. Hongrie. Angleterre.
15. F. foroipata. Lumnsraôm, 1913, Ann. Mus. Nat. hung., XI, 318 ,
LANDnoc1<, 166. — F. luleicauda EDWAHDS, 1913, 382. -— Fig. 227.
Corps d’un brun noir. Taches humérales rousses. Pattes jaunes ; apex
des fémurs III et des tarses d’un brun noir ; tibias II avec trois soies in-
ternes. Ailes vitreuses, jaunâtres au bord antérieur ; bande préapicale
interrompue ; base de la fourche cubitale placée au niveau de la base
de la fourche médiane.Abdomen à pilosité grise;hypopygium allongé, ,
jaune. — Long. 3 mm.
S?. Tarses I fortement épaissis.
Laponie. Angleterre.
La larve a été trouvée dans le Polyporus belulinus. Nymphe protégée par
un léger cocon (Enwmans, 1925, 639).
16. F. formosa Lu1~ms·rnôM, 1911, Ann. Mus. Nat. hung., IX, 409.
Eopvanns, 1925, 637 ; LANDROCK, 166. — F. pulchra Lurmsrnôm, l. c.,
X, 510.
Tête d’un brun jaune à reflets gris plus ou moins étendus. Mésonotum
roux avec trois bandes longitudinales brunes ; scutellum roux, bruni sur le
disque; pleures plus ou moins tachés de brummésophragme jaune au mi-
lieu--ou thorax presque entièrement bruni. Pattesjaunes,fémurs IIetI1I
avec un point bruni à l’apex ; hanches II et III avec une ligne d’un brun
pâle sur la face antérieure ; tibias ll avec une courte soie interne. Ailes :
branches de la fourche médiane plus ou moins brunies ; base de la fourche
cubitale placée légèrement avant ou au niveau de la base de la fourche
médiane. Abdomen d’un brun noir , tergites à bandes postérieures jaunes
plus ou moins marquées. — Long. 5 mm.

I
208 DIPTÈRES FUNGIVORIDAE
Corse. Hongrie. Angleterre.
La génération hivernale de cette espèce est formée d’individus unifor-
mément noirs.
La larve a été trouvée chez le Phlebia mcrismoides. Nymphe abritée par un
cocon léger.
17. F. îraterna. (Wmnnarz), 934 ; Scnmna, Il, 488.
Voisin du F. speciabilis W1N1~:.,mais de couleurplus claire ; bandes méso-
notales peu marquées ; fémurs III unicolores, jaunes , chêtes-épines des
tibias disposés comme chez le F. speciabilis; CaA1b sans tache postérieure
brune. — Long. 4-5 mm.
Mars-août. Bosquets, bois et forêts. Province rhénane. Prusse orientale.
Europe centrale. Angleterre. Commun et largement répandu.
18. F. fungorum (DE GEER). W1NNERTz, 649 et 886 , ScH1NER, II, 478 ;
WULP, 134 ; THEOBALD, 121. —Exechia fungorum KERTÉSZ, 102. —Myce-
iophila canclans WIEDEMANN. MACQUART, 1, 30 ; ZETTERSTEDT, lns.Lapp.,
864. — M. grisea ZETT., Dipt. Sc., Xl, 4208. — M. punciaia MEIGEN.
MAcoUAnr, I, 130 ; WINNERTZ, 648 ; ScmNER,1I, 485 ; WULP, 150 ; KER-
TÉsz, 119, iesie EDWARDS, Ent. Mag., Lll, 61 (1916). — M. rufa MAC-
QUART. MEIGEN, S. B., VII, 44. —M. semicincia MEIGEN, S. B., I, 264. —-
M. siriaia FAB. — M. lrivialis IYIEIGEN, S. B., VI, 301.- M. anicolor l`(IEI·
GEN, S. B., V1], 43.
‘ Roux plus ou moins jauni par places. Palpes jaunes. Mésonotum unico-
lore ou marqué de bandes longitudinales brunes plus ou moins accentuées,
cohérentes ou confluentes; fémurs III légèrement brunisàl’apex antérieur ;
tibias II sans soies internes, face interne avec une rangée de fines soies.
Abdomen souvent marqué de taches tergales brunes — ou entièrement
bruni et le bord postérieur des tergites jaune. -—— Long. 4-6 mm.
Mars-septembre. Très commun etrépandu dans toute la région holarctique.
Prairies humides et ombragées, bosquets, bois et forêts humides.
La larve se développe dans les champignons les plus variés, mais surtout
dans l’Armillar·iella mcllea, qui paraît être le cryptogame qui favorise le
, plus l’évolution de cette espece. Elle a été aussi observée dans les Bolets
(W1NNERTz), dans les Russules, les Lactaires, les Hypholomes et lesAma-
nites. M. le Dr F. W. EDWARDS ne l’a jamais rencontrée dans 1’Agaricus cam-
pester Fmns, qui ne paraît être attaqué que par des larves de Sciara ou
d’Aphi0chaeZa.
La nymphose a lieu dans le sol à l’abri d’une coque terreuse.
Parasite : Proctotrypes ligatus VoLL.
19. F. gibbula EDWARDS, 1925, Trans. enf. Soc. London, 639, fig. 146-
148 et 226 ; LANDROCK, 167.
6. Très voisin du F. villipes. Hanches d’un jaune plus pâle. Ailes sans

FUNGIVORA 209
tache apicale, mais une tache brune préapicale arquée ; tache discale petite
bien marquée ; une tache légère sur CuA1a et les deux branches de la
fourche médiane ombrécs. — Long. 3 mm.
Angleterre.
20. F. gratiosa. (WINNERTZ), 941 ; Scmmsn, II, 490 ; WULP, 157 ; LAND-
nock, 168. — Myceiophila maculipennis WINNERTZ, 939, lesle STnoBL apud '
Kmvrrâsz.
Corps d'un brun noir ; calus huméraux tachés de jaune. Pattes jaunes ;
apex des fémurs III et tarses bruns ;tibias II avec trois soies·internes.
Ailes : base de la fourche cubitale placée au niveau de celle de la médiane.
Q. Tarses I élargis. — Long. 3 mm. _
Hautes-Pyrénées : Tarbes (PANDELLÉ). Europe.
21. F. guttata. (Dzuanzxcxr). —— Fig. 230.
Semblable au F. signala MExGEN. Ne peut en être distingué sûrement
que par l’examen de l’hyp0pyge du mâle. Ordinairement les bandes méso-
notales ne sont confluentes que sur la page préscutellaire. Ailes marquées
de bandes légèrement plus longues. — Long. 3-4 mm.
Mai-septembre. Limbourg hollandais (Semvirrz). Europe centrale et orien-
tale. Angleterre.
Les larves se développent dans plusieurs espèces de champignons, elles
sont plus habituellement trouvées chez lelïussula nigricans. Nymphose dans `
le champignon, près de la surface, à l’abri d’un cocon résistant.
22. F. immaculata. (Dzuanzxcm). LANDROCK, 168.
Corps d’un noir luisant ; mésonotum à pilosité couchée, rousse. Hanches,
fémurs et tibias d'un jaune pâle ; fémurs II et III d’un brun noir à l’apex,
comme l’apex des fémurs I, des tibias II et III ; tibias III avec trois ran-
gées de soies antérieures. Abdomen à pilosité jaune. — Long. 2,5 mm.
Russie. Angleterre.
23. F. lineola. (NIEIGEN). MACQUART, I, 129 ; WxNNEm·z, 919 ; Scrxmxsn,
11,-185 ; VVULP, 151 QTHEOBALD, 119 ; KER'rÉsz, 114.— Il/Iycelophila centra-
Iis MEIGEN. — M. lurida Mmoxaw, I, 263. —— M. monosligma MEIGEN, I,
272. — M. pusilla MEIGEN, S. B., VI, 300. — M. ruficollis l`rIEIGEN,·.I, 262;
MAcQUAnr,I, 129; ZE*r1·x«:r<sTE1>·r,lns.Lappon., 864, et Dipt. Sc., XI, 4182
et 4365. —- AI. uninolala ZETTERSTEDT, XI, 4199. — Fig. 221.
Type du Jlycelophila monosligma. Tête jaune, front et vertex plus ou
moins brunis et à reflets gris. Palpes et antennes jaunes, celles-ci brunies à
sécu? 14

.210 DIPTÈRES FUNG1voR1nAE
Pextrémité. Thorax d’un roux foncé ; trois bandes longitudinales plus ou
~ moins marquées ou confluentes. Hanches, fémurs et tibias jaunes ; fémurs
Ill et tibias III brunis à l’apex ; éperons jaunes ou bruns ; tibias Il sans
soie interne ; tibias III avec une rangée postérieure de fines soies. Abdomen
brun noir à la base, jaune à l’apex ; bord postérieur des tergites plus clair
et les côtés marqués de jaune. ——— Long. 3,5-5 mm.
Mars-septembre, octobre. Bois et forêts humides, commun et répandu dans
toute l’Europe. Afrique.
Les larves se développent dans plusieurs espèces de champignons : Rus-
sules, Lactaires, Cortinaires, dans l’Hebel0ma crustuliniformis et le Sparassis
glaminosq (Enwlanns, 636).
24.F.1uct1.10Sa (MEIGEN), S. B., VI, 299 ; VVINNERTZ, 942 ; Scmmzn, Ilv
489 ; WULP, 156 ; KERTÉSZ, 115. — Myceiophila modesia WINNERTZ, 942.
—· Fig. 228.
5*. Brun sombre ; taches humérales étroitement jaunes ; scutellum avec
une tache marginale jaune. Pattes jaunes ; fémurs III et tibias III d’un
brun noir à l’apex ; fémurs I avec une bande sombre sur la face interne
plus ou moins visible ; tibias II avec deux soies internes et 2-3 soies posté-
rieures. Ailes légèrement teintées ; une tache centrale et une bande apicale
brunes ; base de la fourche cubitale placée au niveau de la base de la fourche
médiane. — Long. 4-5 mm. (d’après le type de MEIGEN).
Avril—septembre. Bois et forêts humides. Très commun et répandu dans
toute l’Europe. Corse.
La larve de cette espèce a été trouvée dans le Paccillus involuius et en
compagnie de la larve du F. marginata, dans un Agaric indéterminé crois-
sant sur le tronc d’un orme.
Nymphose dans le sol, à l’abri d’un léger cocon (EDWAans, 641).
25. F.1unata.(ME1c1;N). MAcQuART,1, 129; ZETTERSTEDT, Ins. Lappon.,
863 et Dipt. Sc., XI, 4174 et XII, 4912 ; W1NNE1=1Tz, 931 ;ScrnNE1·., II,
488 ; WULP, 155 ; KERTÉSZ, 115.
Q. Front et vertex d’un brun noir, face jaune. Mésonotum roux avec
trois bandes d’un brun noir, souvent confluentes ; scutellum roux à taches
latérales d’un brun noir ; pleures et mésophrgme brunis. Pattes jaune
pâle ; apex des fémurs III et la plus grande partie des fémurs II brunis ;
tibias II avec trois soies internes. Ailes d’un gris jaune ; base de la fourche
cubitale placée au niveau de la base de l fourche médiane. Abdomen d’un
brun noir ; tergites à bord postérieur jaunâtre. ——· Long. 3-4 mm. (d’après
le lype de l\rIEIGEN. )
Mars-septembre. Bois, forêts, prairies humides et ombragées. Rhénanie.
France septentrionale ; Lyon (XAMBEU) ; Landes (Pnnais). Hollande.
Europe centrale et boréale. Laponie. Angleterre.
Larve dans les champignons les plus variés.

ruuctvoxm 211
26. F. magnicauda (Srnom).
5*. Tête d’un brun sombre, face jaunie, front à pilosité blanchâtre, cou·
chée. Mésonotum d’un jaune mat avec trois bandes longitudinale-s sépa-
rées, d’un brun foncé ; scutellum roux avec une tache basale diffuse noi-
ràtre ; pleures et mésophragme presque entièrement brunis. Pattes d’un
jaune pâle ; tibias Il avec deux soies internes. Abdomen noir, incisures ter-
gales jaunes. Hypopyge très développé, jaune.
Q. Tergites plus ou moins largement jaunis au bord antérieur comme les
deux derniers segments.- Long.3-4 mm. (d’après un colype de STRom.).
Europe centrale. Alpes de Styrie (SrnoB1.).
27. F. marginata (Wmnenrz), 934 ; Scmmnn, II, 488 ; Ksmiësz, 116 ;
L,·1NDnocx, 171 ; MADWAR, 1935, 108.
5*, Tête brune. Mésonotum roux; trois bandes longitudinales brunes,
mates,conf1uentes;pronotum brun roux ;scutellum roux à taches laté-
rales brunes ; pleures et mésophragme d’un brun-noir. Pattes d’un jaune
pâle ; fémurs III largement brunis à l’apex, fémurs II plus étroitement;
tibias II avec deux soies internes et trois ou quatre soies postérieures. Ailes
grisâtres ; tache centrale et bande apicale brunes, cette dernière beaucoup
plus pâle ; base de la fourche cubitale placée légèrement après le niveau
de celle de la médiane. Abdomen d’un brun noir I tergites à bord posté-
rieur étroitement jaune ; hypopyge roux. — Long. ~1-5 mm. (d’après un
mélalype de Wimmarz). ’
Mars-octobre. Bois et forêts. Commun et répandu dans toute 1’Europe.
Corse. Angleterre.
La larve a été observée dans les champignons corticoles : Polyporus ver-
sicolor, Poria vaporaria, Fistulina hepatica, Slereum sp. et dans un Agaric
indéterminé trouvé sur un orme tombé.
La nymphose a lieu à 1’abri d’un cocon semblable à celui du F. ornata,
dans le sol, ou dans le champignon si celui-ci est d’une texture suflïsamment
compacte.
28. F. obscure (DZIEDZICKI). LANDROCK, 173. - Fig. 235.
Brun noirâtre ; calus huméraux largement tachés de jaune ; scutellum
jaune à taches latérales noires. Hanches, fémurs et tibias jaunes ;fémurs II
et III étroitement d’un brun noir à l’apex ; tibias II avec trois fortes soies
internes et trois petites soies postérieures. Ailes jaunâtres; base de la
fourche cubitale placée légèrement après le niveau de la base de la fourche
médiane. — Long. 4-4,5 mm.
Avril-mai. Limbourg hollandais (SCHMITZÈ. Seine-et-Oise : Saclas, VIII
(Auncismr). Europe centrale et orientale. Angleterre.

212 MPTÈRES FUNGIVORIDAE
29. F. Oûcultans LUNDSTRIÈM, 1913, Ann. Mus. Naf. hung., XI, 313 ;
LANnRocK, 173. — Fig. 233.
5‘. Noir. Mésonotum indistinctement jaune antérieurement et latérale-
ment. Hanches et fémurs jaune pâle ; tibias brun jaune ; tarses et apex
des fémurs III d’un brun noir; tibias II avec trois soies internes et2—3 pos-
térieures. Ailes d’un brun jaunâtre au bord antérieur; base de la fourche
cubitale placée après la base de la médiane. — Long. 2,5 mm.
Hongrie. Angleterre. Assez commun.
30. F. ocellus (WALKBR). EDWARDS, 1925, 636 ; LANDnocK, 173. —— Mgce-
tophila cinerea ZETTERSTEDT, Dipt. Sc., XI, 4193. — JW. dimidiala STAE-
GER, ZETT., XI, 4180. - Mycothera dimidiaia VVINNERTZ, 913; Sci-IINER,
II, 484. —— M. van der Wulpi DZIEDZICKI. '
Tête brune. Mésonotum roux, à pruinosité d’un gris blanc;trois bandes
longitudinales brunes, parfois confluentes ; pleures et mésophragme bruns.
Scutellum roux. Hanches, fémurs et tibias jaunes, éperons et tarses bruns ;
fémurs III: faces antérieure et apicale, base interne et apex des tibias III
bruns ; tibias II avec une soie interne, parfois une deuxième plus petite.
Ailes : base de la fourche cubitale placée légèrement après le niveau de celle
de la médiane. Abdomen d’un brun noir mat, à pilosité jaune. - Long.
3-3,5 m.
Avril-septembre. Bois et forêts. Limbourg hollandais, VIII-X, XII
(Scmvurz). Rhénanie. Europe centrale et septentrionale. Corse.
Les larves ont été observées dans les : Poria vaporaria, Phlebia meris-
moides, Sparassis crispa (Eowianos), Pleurotus ostreatus (TURNER, cité par
Eowums).
Nymphose à l’abri d’un léger cocon formé d’un réseau soyeux peu serré.
31. F. omata, (STEPHENs). LANDROCK, 173. ——- Myceiophila rufescens auct.
nec ZETT. lesfe EDWARDS, 640.
Corps d’un roux bruni, légèrement luisant, à pilosité jaune ; trois bandes
longitudinales peu marquées, parfois nulles ; pleures d’un jaune d’ocre.
Hanches, fémurs et tibias jaunes ; fémurs II et III brunis sur la face anté-
rieure ; tibias II avec trois soies internes et 2-3 fines soies postérieures.
Ailes jaunâtres ; base de la fourche cubitale placée avant le niveau de celle
de la médiane ; tergites abdominaux à bordure postérieure jaune. — Long.
6-7 mm.
Eté—automne. Bois et forêts. Très commun et répandu dans toute l’Eu—
rope. Corse. Angleterre.
La larve a été observée dans les champignons corticoles : Stereum sp.,
Pleuroîus ostreatus, Polyporus giganteus, Polystictus versicolor.
Nymphose ordinairement dans les champignons ou dans les débris végé·
taux. Cocon de consistance visqueuse à réseau plus ou moins lâche dans la
région antérieure (Enwlmos, 640),

ruwcxvorm `213
32. F. pumila (Wmmaarz), 9.22 ; Kmrrûsz, 118.
Noir. Mésonotum brillant ; bord antérieur marqué de jaune. Hanches,
fémurs et tibias jaunes ; fémurs III brunis à l'apex ; tibias Il avec deux
soies internes et 2-3 soies postérieures. Ailes subvitreuses ; une tache cen-
trale brune ; exceptionnellement une trace d’ombre à I’apex de MAI ;
bases de la fourche cubitale et de la fourche médiane placées au même
niveau.
9. Tarses d’un brun pâle, articles 2-4 élargis. — Long. 2-2,5 mm.
Europe. Styrie.
33. F. rudis (Wmmsnrz), 935 ; Scmman, II, 488.
Tête brune à reflets gris. Mésonotum jaune avec trois larges bandes
d’un brun noir, Iuisantes, confluentes ; scutellum jaune, tache de noir ;
pleures et mésophragme d’un brun noir; 3-4 propleurales. Hanches, fémurs
et tibias jaunes ; fémurs III d’un brun noir à l’apex ; fémurs II avec une
petite tache brune ; tibias II avec trois soies internes ; 2-3 postérieures.
Ailes d’un gris jaune ; tache discale et bande préapicale d’un brun très
pâle, parfois évanescentes ou nulles ; base de la fourche cubitale placée
avant le niveau de Ia base de la médiane. Abdomen d’un brun noir ; ter-
gites à încisures jaunâtres.
Q, Tarses l élargis. Abdomen : bord postérieur des trois derniers tergites
jaunâtre; —— Long. 4-4,5 mm.
Printemps. Bois et forêts, assez rare. Rhénanie. Europe centrale. Angle-
terre.
34. F. semiîusca. (Maman). WINNERTZ, 914; Scmrma, ll, 484; Taeo-
BALD, 123 ; EDwAnDs, 1925, 636. — Mycolhera semi/usca I<ERTÉSZ, 109.
—- Mycelophila fascipennis LUNDSTRIÉM. - Fig. 224.
3. Corps noir. Calus huméraux taches de roux. Pattes jaunes ; apex des
fémurs III et des tibias III, éperons et tarses bruns ; apex antérieur des
fémurs ll et des tibias ll brunis. Ailes grises avec une grande tache cen-
trale ronde, une tache triangulaire brune entre la tache discale et la tache
apicale. — Long. 2-2,5 mm. (d’après le lype de MEIGEN).
Printemps-automne. Bois et forêts. Rhénanie. Europe centrale. Corse._
Angleterre. Espèce à dispersion étendue, mais rare partout.
Remarquable par la fourche cubîtale écourtée, à branche supérieure
CuAIa évanescente à la base.
33. F. signata. (MEIGEN)· Boucmë, I, 37 ; Wimmaarz, 929 ; Scuxman, II,
487 ; WULP, 155 ; Krsrmîsz, 120. — Fig. 231.
$2. Corps roux. Antennes brunes à I’apex. Mésonotum avec trois bandes

214 MPTÈHES FUNc1vomDAE
longitudinales brunes, brillantes, plus ou moins séparées ou confluentes et
le disque mésonotal d’un roux brun uniforme, ou le mésonotum avec deux
bandes longitudinales plus ou moins marquées ; pleures à taches brunes ;
‘ quatre soies propleurales ; scutellum jaune, taché de brun latéralement :
fémurs III d’un brun noir à l’apex ; tibias II avec 3 soies internes et 2-3 an-
térieures. Ailes jaunâtres ; bande préapicale très pâle ; base de la fourche
cubitale placée au niveau ou légèrement après la base de la fourche mé-
diane. Abdomen : segment VI brun ; oviscapte jaune. — Long. 3-4 m.
(d’après le type de MEIGEN.)
Mars-octobre. Bois et forêts. Rhénanie. Hollande. Commun partout dans
le bassin de Paris ; Landes; Hautes-Pyrénées. Europe centrale. Angleterre.
Les larves ont été étudiées par Bnarasn (1900, 86). Elles ont été trouvées
dans diverses espèces de Bolets ; WINNERTZ les signale chez les Boleius cdulis
et scaber. M. le DT BONNAMOUR les a trouvées chez les Russula nigricans et
adusîa.
36. F. Signatûides (DZIEDZICKI). — Fig. 232.
Ne diffère du F. signaia que par la conformation différente de l’hypo-
PYg€·
Toute l’Europe, avec la précédente espèce.
La larve se développe dans diverses especes de Bolets. Nymphose dans le
sol.
37. F. sordida (v. D. Wurr). LANDROCK, 176.
Tête grise. Palpes et antennes brunes. Mésonotum d’un gris brun mat ;
calus huméraux jaunes ; pleures, scutellum et mésophragme d’un brun noir.
Pattes jaunes ; fémurs III étroitement brunis à l’apex antérieur; tibias II
avec deux soies internes. Ailes grises ; base de la fourche cubitale placée
après le niveau de celle de la médiane. Abdomen d’un brun noir un peu
luisant. —— Long. 2,5-3 mm.
Europe. Amsterdam (WULP).
38. F. Spectabilis (WINNERTZ), 932 ; Sci-UNER, Il, 487; KEm·Ész, 121.
Tête brune, plus pâle en bas. Scutellum jaune, taché latéralement de
brun ; pleures et mésophragme d’un brun noir. Hanches, fémurs et tibias
d’un jaune pâle ; apex des tibias III et des fémurs III d’un brun noir,
parfois les fémurs II noircis à l’extrémité ; tibias II avec deux soies internes
et deux-trois postérieures. Ailes d’un gris jaunâtre avec une grande tache
centrale brune et une bande préapicale étr0ite,courbée ; partie postérieure
de CuA1b avec une tache d’un brun pâle ; base de la fourche cubitale pla-
cée au niveau (ou légèrement après) de la base de la fourche médiane.Abd0-
men d’un brun noir ; hypopygium et oviducte d’un brun jaune. —— Long.
4-5 mm.

· FUNGIVORA 215
Mars-septembre. Bois et bosquets. Hollande. Rhénanie. Europe cen-
trale. Corse. Très largement répandu, mais peu commun. Angleterre.
39. F. Stolida (WALKER). WINNERTZ, 921 ; Scmmzn, ll, 486 ; Timo-
BALD, 117 ; KERTÉSZ, 121.
Tête brune. Mésonotum jaune avec trois bandes cohérentes, noires, lui-
santes ; scutellum, pleures et mésophragme bruns. Pattes jaunes; apex des
fémurs III (occas. Il) noir ; tibias II avec deux soies internes et deux ou
trois soies postérieures. Ailes teintées ; une tache centrale brune ; bande
apicale nulle ou rudimentaire (quelques exemplaires peuvent montrer la
trace d’une petite tache brune préapicale subcostale) ; base de la fourche
cubitale placée au niveau de la base de la fourche médiane ou après. Abdo-
men jaune ou brun noir ; tergites antérieurs à bande postérieure jaune
comme les parties latérales des tergites Ill-IV et la plus grande partie des
sternites. — Long. 3-4 mm.
Printemps. Bois et bosquets. Rhénanie. Europe centrale. Angleterre.
40. F. strigata (Smsoen). Zerrsnsrenr, Dipt. Sc., XI,4189.-MyceZo·
phila fuliginosa Dzmnzicxx. — Fig. 229.
Corps d’un brun noir ;mésonotum luisant ; calus huméraux jaunes; scu-
tellum jaune, bruni latéralement. Pattes jaunes ; apex des fémurs II et III
et des tibias II et III bruni ; éperons et tarses bruns ; tibias II avec deux
soies internes et deux ou trois soies postérieures. Ailes : une tache centrale
brune et une bande préapicale pâle, légère, non définie; base de la fourche
cubitale placée au niveau de la base de la fourche médiane. Abdomen à
pilosité jaune. —- Long. 3 mm.
Europe. Apparemment rare.
41. F. stylalia (Dzienzxcxi).
D’un noir brun ; calus huméraux roux. Hanches, fémurs ettibias jaunes;
fémurs III d’un brun noir à l’apex et sur l’arête antérieure ; fémurs Il
d’un brun noir à l’apex, seulement brunis sur la face antérieure ; tibias
brunis à l’extrémité ; tibias III avec les deux soies postérieures de la ran-
gée externe extrêmement longues; tibias II avec trois très longues soies
internes ; 2-3 soies postérieures. Ailes 2 une tache discale ; région apicale
plus ou moins brunie ; base de la fourche cubitale placée au niveau de la
base de la fourche médiane. Abdomen d’un noir brun; sternites plus clairs.
— Long. 3-3,5 mm.
Corse : environs d’Evisa (Eowanos). Europe centrale. Angleterre.
42. F. trinotata (Srmaoen). Zizrrxansrnnr, Dipt. Sc., XI, 4180. —— Epi-
cypla lrinolala VVINNERTZ, 912. —- Mycelophila russala DZIEDZICKI.

216 DIPTÈRES FUNs1vomnAE ·
Brun noirâtre. Mésonotum jaune avec trois bandes longitudinales
sombres souvent confluentes — ou mésonotumd’un brun noir légèrement
luisant ; calus huméraux, côtés et bord postérieur plus ou moins largement
jaunis ; scutellum roux, parfois bruni. Hanches et fémurs jaunes ; tibias
sombres ; fémurs lI et III plus ou moins brunis à l’apex, comme parfois le
bord interne des fémurs et les hanches ; tibias III avec trois rangées de
soies antérieures ; une soie subexterne ; tibias II avec deux soies internes.
Ailes jaunâtres ; moitié inférieure de CuAlb avec une tache brune ;base de
la fourche cubitale placée légèrement après ou au niveau de la base de la
fourche médiane. Abdomen 2 tergites III et IV jaunis au bord antérieur ;
tergites V-VI étroitement bordés de jaune postérieurement, les teintes
jaunes souvent réduites ou peu distinctes ; sternites antérieurs jaunes. ——
Long. 3-4 mm.
Commun et répandu partout. Europe centrale et orientale. Angleterre.
Les larves ont été trouvées dans le Polyporus adusius et dans le Poly-
siiclus versicolor.
Nymphose dans un cocon léger (EowARns, 642).
43. F. unicolor (STANN1Us). WINNERTZ, 923 ; Sci-x1NEa, II, 490; WULP,
152 ; Krzariâsz, 122. — Myceiophila poslicalis LUNDSTRCIM, Zesie Enwlxans,
638.
Corps noir; calus huméraux et base des ailes exceptionnellement jaunis.
Métapleure et mésosternumréduits comme chez les Delopsis et les Epicypia;
deux soies ptéropleurales. Hanches et fémurs jaunes ; tibias brunis ; fé-
murs Ill brunis à l’apex ; tibias II avec deux soies internes et 2-3 soies
postérieures. Ailes seulement avecla tache discle, parfois réduite ou nulle ;
base de la fourche cubitale placée après le niveau de la base de la fourche
médiane. Pilosité abdominale d’un gris jaune.
Q. Tarses I élargis. — Long. 3-3,5 mm.
Rare. Hollande. Corse. Europe centrale. Angleterre.
44. F. unîpuuctata (ME1c.EN). Wmivaarz, 920 ; Sommes, II, -185 ; KER-
TÉSZ, 122.
Corps d’un brun noir légèrement brillant. Scutellum jaune, taché de brun
latéralement. Hanches, fémurs et tibias jaunes ; apex des fémurs III bru-
nis ; tibias ll avec deux soies internes et deux ou trois postérieures.Ailes
jaunâtres ; seulement une tache discale brune ; base de la fourche cubitale
placée très peu avant ou au niveau de la base de la fourche médiane. Ter-
gites abdominaux à incisures jaunâtres. — Long. 4 mm.
Fontainebleau (LABOULBÈNE). Corse (KUNTzE). Europe centrale, orientale
et boréale.
Se distingue du F. lincola MEJGEN par l’armature tibiale et par le méso-
notum luisant (Enwimns, 1925, 637).

FUNGIVORA 217
45. F. vittipes (ZET'rEns·1·EDr). Wmmanrz, 925 ; WULP, 154 ; Iimrrzâsz,
123.
Corps d’un brun noir. Hanches, fémurs et tibias jaunes ; face supérieure
et apex des fémurs III, extrémité antérieure des tibias III et tarses bruns ;
tibias II avec 2-3 soies internes. Ailes : tache discale, bande préapicale et
bord postérieur brunis ; base de la fourche cubitale placée au niveau de
celle de la médiane. — Long. 3 mm.
Mars-septembre. Hollande. Corse. Europe centrale, orientale et boréale.
Prusse orientale. Styrie. Angleterre.
16. F. xanth0Dy83 (Wmmenrz). Lxnnnocx, 179. — Fig. 234.
8. Corps d’un brun noir uniforme. Palpes jaunes ; partie inférieure de la
face, front et vertex à reflets gris. Mésonotum légèrement brillant ; calus
huméraux jaunes ou non. Pattes jaunes ; fémurs III d’un brun noir à
l’apex ; tibias III avec deux rangées de soies antérieures ; tibias II avec
trois soies internes. Ailes subvitreuses, bord antérieur jaunâtre ; base de
la fourche cubitale placée après le niveau de la base de la fourche mé-
diane. Hypopygium épais, d’un brun jaune. —— Long. 3 mm.
Corse (Kurxrzxa). Europe centrale. Prusse orientale.
G. ZYGOMYIA \V1NNEaTz
WINNERTZ, XIII, 901 ; Scmmzn, ll, 481 ; Knrrrâsz, 106-1117 ;Jo11ANN·
sim, 111 ; Enwanns, 1925, 643 ; Launnocx, 180; ToNNom et Eowanns,
861 ; Enxnizatem, XVI, 15.
Tête allonzée, légèrement aplatie antérieurement, placée sous le thorax;
trois ocelles, les latéraux situés près du bord des yeux, le médian, trés petit,
placé dans un sillon à la base du triangle frontal. Palpes formés de quatre
articles ; antennes de 2 + 14 articles. Corps d’un brun noir ; mésonotum
mat, métapleure et ptéropleure élargis. Pattes jaunes, médiocrement lon-
gues ; tibias avec de fortes soies disposées comme chez les Fungivora ; tibias
Il avec deux soies internes. Ailes à pilosité microscopique ; nervation dirigée
comme chez les Fungivora, mais la nervure cubitale simple, non fourchue
(fig. 55). Abdomen formé de six (.9) ou sept (9) segments.
Les représentants de ce genre habitent l’Europe, les îles Canaries, 1’Amé-
rique septentrionale et l’Australie. Ils sont très nombreux en Nouvelle-
Zélande.
Larves inconnues.
Génotype : llfycelophila vara STAEGER.

218 DIPTÈRES ruNc1voR1¤.xE
TABLEAU mas FSPÈCES.
1—(4). Tibias II avec une ou deux longues soies internes et cinq soies
externes. Ailes avec une petite tache discale.
2—(3). Tibias II avec trois soies externes. Mésonotum d’un brun noir
unieolore ..................................... notata, p. 218.
3-(2). Tibias II avec deux soies externes.Calus humérauxlargementjaunis.
............................................. humeralis, p. 218.
4—(l). Tibias II avec deux courtes soies internes et quatre externes.
5-(6), Ailes avec une tache centrale brune et une large tache préapicale
allongée étendue depuis l’extrémité dela cellule r 1 jusqu’au bord pos-
térieur ................................... pictipennis, p. 218.
6-(5). Ailes sans taches ou avec une tache centrale pâle.
7-(8). Ailes uniformément vitreuses._Tarses I (9) épaissis, '
....................,............... . .......... valide, p. 219.
8-(7). Ailes avec une tache centrale pâle ; RM plus ou moins ombrée. Tarses
(9) non épaissis ................................. vara., p. 219.
1. Z. humeralis(W11aDEMANN). Knnriàsz, 114.—Z.canescens NVINNERTZ,
904. —- Jtlyceiophila nigriiula VVALKER.
Tliorax mat, couvert d’une pruinosité grise, légère ; calus huméraux
largement taches de jaune ; fémurs III : face externe et apex brunis ; cinq
soies externes et deux antérieures. Ailes légèrement teintées, marquées
d’une petite tache centrale. Abdomen d’un brun noir légèrement luisant.
— Long. 3 mm.
Eté-automne. Bois et forêts. Province rhénane. Corse. Europe centrale.
Angleterre.
2. Z. notata. (STANMUS). WINNERTZ, QOSQIVULP, 122. -— Mycetophila
paludosa STAEGER. ZETTERSTEDT, Dipt. Sc., XI, 4249.
Voisin du Z. humeralis 1 mésonotum presque entièrement noir ; calus
huméraux légèrement plus clairs. — Long. 2-3 mm.
Eté—automne. Bois et bosquets. Rhénanie. Hollande. Europe centrale et
septentrionale. Angleterre, paraît moins commun que le Z. humcralis.
3. Z. pictipennis (Srixiacrn). ZETTERSTEDT, Dipt. Sc., XI, 4249; Wm-
Nrnrz, 906 ; WULP, 122.
Face externe des fémurs, face interne`des fémurs I, tiers apical des
fémurs III et apex des tibias III bruns ; tibias II avec deux courtes soies
internes, cinq soies externes et trois antérieures. Hypopyge petit, roux. -
Long. 2,5-3 mm.

sciarrom A 219
Cette espèce montre un dimorphisme sexuel prononcé : l'aile de la fe-
melle porte une grande tache discale qui est absente chez le mâle. Un autre
caractère sexuel similaire a été signalé plus haut chez le Phronia praecox.
Printemps-été. Bois et forêts. Rhénanie. Hollande. Europe centrale et
septentrionale. Angleterre.
4. Z. valide. (Wmmnrrrz), 902.
Fémurs III : arête externe et apex d’un brun noir ; fémurs I avec une
bande interne brune ; tibias II avec quatre soies externes, trois antérieures
et deux courtes internes. Ailes légèrement teintées, non tachées. - Long-
3 mm.
Mai-septembre. Bois et bosquets. Hollande. Rhénanie, rare. Aube: Bar-
sur-Seine. Europe centrale. Angleterre, très commun sur les fenêtres, sur-
tout en octobre et novembre.
5. Z. vara (Srmsonn). Wiiwnrvrz, 903 ; WULP, 122.
Voisin du Z. valida. Calus huméraux tachés de jaune. Ailes faiblement
tachées sur le disque, de même que le rameau RM et l’apex de la cellule
rl. Tibias II armés comme chez le Z. valide. — Long. 2,5-Q mm. `
Printemps-automne. Bois et forêts. Rhénanie. Hollande. Europe centrale.
Corse.
G. SCEPTONIA \VINNERTZ
\N1NNFaTz, XIII, 907 ; Knnrrèsz, 107 ; .lonANNsEN, 113 ; Enwnnns,
1925, 644 ; LANDROCK, 182 ; ENDEHLEIN, XVI, 15.
Tête allongée, aplatie, placée sous le thorax ; trois ocelles, le médian très
petit, placé dans un sillon à la base du triangle frontal. Palpes de 4 articles ;
antennes de 2 + 14 articles. Métapleure et ptéropleure petits ; scutellum
cilié sur la marge ; mésophragme étroit, saillant en pointe triangulaire.
Pattes fortes ; fémurs élargis ; tibias armés d’éperons et de soies latérales ;
tibias II1 avec deux rangées de soies ; tibias II sans soies internes. Ailes à
pilosité microscopique ; costale aboutissant sur MA1, largement avant la
pointe de l'aile ; sc rudimentaire ; R1 et JWAI serrées contre le bord costal ;
médiane fourchue ; cubitale simple ; MA2b parallèle avec CuA ; 1A ves-
tigiale à la base ; 2A (ax) longue et fine (fig. 238). Abdomen formé de six
(3) ou de sept (2) segments plus ou moins comprimés latéralement.
Les espèces de ce genre diffèrent ordinairement des Zygomyia par l’ar-
mature des tibias II et par le mésonotum brillant.
I..arves inconnues. Boucmâ signale celle du S. nigra dans les champi-
gnons pourris.
Génotype : Mycelophila nigra l\lE1cEN.

220 mrrizans rUNc1voRmAE
TABLEAU ¤Es EsPÈcEs.
1-(4). MA1 séparée de la costale et de R1 par deux ou trois fois la largeur
d’une nervure.
2-(3). Tous les fémurs marqués d’une ligne interne plus ou moins distincte
étendue sur toute leur longueur ; fémurs III en grande partie noirâtres ;
tarses I (S2) indistinctement épaissis ............ fumipes, p. 220.
3-(2). Fémurs I-ll jaunes, III noircis sur le tiers apical ; tarses 1 (S?) nette-
ment épaissis .............................. concolor, p. 220.
4—(1). MA1 rapprochée de la costale et de R1, l’espace intermédiaire ne
dépassant pas la largeur d’une nervure (fig. 238).
5-(6). Abdomen uniformément noir (au moins chez le mâle). Hanches III
étroitement brunies à la base. membranacea, p. 220 ; nigra, p. 221.
6—(5). Premiers tergites abdominaux à marge apicale jaune. Hanches III
largement brunies sur la moitié basale ............. costalia, p. 220·
1. S. concolor WINNERTZ, 909.
Entièrement d’un noir brillant. Hanches, fémurs et tibias jaunes ; fé-
murs d’un brun noir dans le tiers apical. Ailes d’un brun jaune pâle; MIA]
légèrement écartée de la costale et de la première radiale. -— Long. 2-
2,5 mm.
Rhénanie.
2. S. costata. (v. D. WULP).
Voisin du S. nigra ; en diffère par Pornementation jaune des cinq pre-
miers tergites abdominaux, ornementation plus distincte chez la femelle
que chez le mâle. Hanches jaunes, III largement noircies à la base. ——·
Long. 2,5-3 mm.
Europe.
3. S. fllmipes EDWARDs, 1925, Trans. enl. Soc. London, 647.
Corps uniformément noir comme chez le S. concolor, avec la même dispo-
- sition des nervures alaires ; palpes plus ou moins brunis. Fémurs III brunis
a la base et dans la moitié apicale, ou encore plus largement noirâtres. ——
Long. 2,5-3 mm .
Angleterre, mai.
4. S. membranacea EDWARDS, 1925, Trans. enf. Soc. London, 646. -—
Fig. 239.
Appartient au groupe du S. nigra ; en diffère par la conformation de
l’hyp0pyge chez le mâle. — Long. 2,5-3 mm.
Angleterre, septembre.

Errcwrix 221
5. S. nigra (MMGEN). Boucmë, Naturg. Insect., I, 37 ; MACQUART, I,
131 QWINNERTZ, 648 et 908 ; Scmman, II, 482 ; Knnrâsz, 107. —- Mycela·
phila nilida MEIGEN. — Fig. 238 et 240.
Corps noir. Mésonotum luisant. Hanches, fémurs et tibias jaunes ;
hanches III étroitement noircies à la base ; fémurs III noircis à l’apex.
; tg r"`\`
\
- \\\ l
Z3} 240
Fio. 288 à 240. -288. Sceplonia nigra, aile. —- 239. Sceplonia mcmbranacca,
hypopyge selon Enwnnns. -- 240. Sceptonîa nigra, id.
Ailes teintées de brun jaunâtre; MA1 étroitement rapprochée de la
costale et de R1.
S?. Tergites indistinctement jaunis antérieurement. - Long. 3 mm.
Limbourg hollandais, IX (Scxmxrz). Province rhénane. Silésie. Europe
centrale. Angleterre.
G. EPICYPTA Wn~mEn'rz
WINNERTZ, XIII, 909 ; Kxznrxâsz, 108 ; Jo1~rANNsxzN, 109 ; Enwmms
1913, 371 ; 1925, 647 ;ToNNo1R et EDWARDS, 860; L.¤.Nnnocx<, 183 ; Krmar.
et Nosxmwicz, 1931 ; ENDERLEIN, XVI, 15.

222 DIPTÈRES FUNG1voR1nAE
Tête arrondie, légèrement aplatie, recouverte par la marge antérieure du
thorax ;trois ocelles, le médian très petit, diflicile à voir, placé dans un sillon
à la base du triangle frontal. Palpes de 4 articles, le quatrième allongé.
Antennes de 2 -l- 14 articles. Thorax allongé, formant une ligne courbe dans
le prolongement de la tête ; métapleure et ptéropleure étroits, ciliés ; plaque
pronotale ciliée, distinctement séparée du propleure. Pattes fortes ; fémurs
élargis ; tibias avec des soies; tibias II avec trois soies internes ; fémurs III
avec l’apex et l’arête externe d’un brun noir. Ailes à pilosité microscopique;
costale atteignant MA1 ; se rudimentaire; médiane et cubitale fourchues ;
base de la fourche cubitale placée au niveau ou avant labase de RM ; Al
rudimentaire ou nulle ; A2 (Aa:) fine, distincte (fig. 57). Abdomen formé de
six (3) ou sept (Q) segments.
Les espèces de ce genre habitent l’Eur0pe et l’Amérique septentrionale.
On connaît deux espèces néozélandaises.
Les larves vivent dans un fourreau en forme de coquille qui abrite pro-
bablement la nymphose (SWANTON apud BLooMF1ELD in EDwA1>.Ds).
Deux espèces répandues dans toute la région holarctique.
Génotype : Epicypla iesiaia EDwA1=u>s.
1. E. punctum (STANN1Us). WINNERTZ, 910; ScmNER, II, 483. —
MyceiophilalycogalaePEP.R1s, 1839, Ann. Sor. enf. Fr., VIII, 47, pl. V, fig.
1-3 ; Wmunnrz, 651 (sec. iyp.).
Colype de Pxaams. 3 S2. Mésonotum d’un noir luisant ; calus huméraux
concolores. Hanches, fémurs et tibias d’un brun jaune, la soie basale très
petite, les autres allongées ; éperons et tarses bruns. Ailes : tache centrale
peu distincte. Abdomen d’un noir brillant.
E2. Tarses I simples. — Long. 3-3,5 mm.
Rhénanie. Landes : Mont-de—Marsan (Pnams). Europe centrale. Amé-
rique.
Larve dans le Lycogala miniala.
2. E. testata EDwA1=u>s, 1924, Enf. Tidskr., XLV, 167 et Trans. enf.
Soc. London, 1925, 648 ; Lammocx, 183. —— E. irinoiata VVINNERTZ (nec
STAEGER), 912, iesie Enwanns.
Mésonotum d’un brun noir mat ; calus huméraux, fémurs et tibias
jaunes. Ailes avec une large tache centrale brune et une préapicale au
droit de la cellule rl. Abdomen d’un brun noir.
$2. Tarses I épaissis. — Long. 3-3,5 mm.
Europe. Amérique. Largement réparti, mais peu commun.
Larve dans le Relicularia lycoperdon (H. BRITTEN).

msnorsrs 223
G. DELOPSIS Sxusiz
Sxuse, Proc. Linn. Soc. N. S. Wales (2), V, 623 (1890) ; JorxANNsEN,
115 ; Enwaans, 1925, 649 ; Lsmmocxc, 184 ; ENDERLEIN, XVI, 15. —
Allophallus Dzranzrcm. LANDnoc1<, 1937, 31. '
. RM CuA2
\ SC
\ pmnotum
  Pa"t·a¤'€·
’ B   ‘ et poster:
    °¤ `
vl  
  ba, I ir , 241
\`)\,"I·¤  \'«.¢,L ·  
iîx __ _.. ·"·.»_
·—*·""ï$î£I;ïi§;; S' mil
    ,.1 O //
l‘..·^":! `üra
l x
  ....   »°
  243
?zÃÀ¤¤!A‘sc¢»x•·a•·s•‘*;l";"i‘Lî` .·__ W
ë,,...· .·...... TEA Y ;' x ,
î;î((|'i£‘.'.‘ll\?b  d   \ \ ’•  
%#r¤as¤=s~¤P. ’»
f$iK¢«iM‘·ii.i~&li·i V .
5...... ....   ·
  242 344.
F10. 241-244. ·- Delopsis aferrima. - 241, Profil de l’adulte montrant les différentes
régions thoraciques : anép., anépisternite; bal., balanciers ; h. I. I1. III, hanches I, ll,
III ; hypo., hypopleure ; més., mésonotum ; oc., ocelle ; pli., pleurotergite ; pron.,
partie antérieure et postérieure du pronotum ; propl., propleure ; s.,sternite ; sipl.,
sternopleure. - 242. Id., larve âgée. — 243. ld., coque nymphale. —- 244. Id., hypo-
pyge du mâle.
Tête et thorax conformes comme chezles Epicypta, mais le calus pronotal
n’est pas distinctement séparé du propleurc ; pas de soies pronotales (fig.
241). Pattes fortes ; fémurs élargis ; soies tibiales bien développées. Ailes à
pilosité microscopique ; costale ne dépassant pas Vintersection de AIA1 ;
fourche cubitale longue, sa base placée avant celle de RAI. Abdomen : ster-
nite Il avec deux longues soies.
Les larves vivent sur le bois pourri ou sur des mycéliums de champi-
gnons où elles forment un fourreau d’excréments, mou, visqueux et gluant,
de couleur grise. Au moment de la nymphose, ce fourreau est transformé

224 o1rTÈREs FUNGIV(RIDAE
en une outre noire, solide, operculée, qui abrite les métamorphoses (fig. 242,
243).
Génotype : Delopsis flavipennis SKUSE (Australie).
D. aterrima. (ZET·rEnsTEm·). STEENBERG, 1938. — Mycetophila selecia
WALKER. -- M. scalophom PERRIS, 1849, Ann. Soc. ent. Fr. (2), VII, 58.
—- Epicypla scaiophora WINNFRTZ, 651 et 911 ; Scnmea, II, 483. — Fig_
241-244.
Corps uniformément noir. Mésonotum luisant. Hanches, fémurs et tibias
jaunes ; fémurs III avec l‘arête externe etl’apex brunis ; tibias II avec trois
soies internes : deux petites et une longue. Ailes teintées, légèrement jau-
nies au bord antérieur, sans taches. Pilosité abdominale blanchâtre. -
Long. 3-3,5 mm.
Rhénanie (WmNER·rz). Suisse (Baocmaa). Landes, Vosges (Penms).
Autriche (GIRAUD). Europe septentrionale.
J’ai vu plusieurs coiypes du Il/I. scalophora de Punms. Ils ne diffèrent en
rien du D. aferrima.

FAMILLE. nas  
CARACTÉRES GENERAUX
.\1iu1 res.
Tête. —·· Hémisphérique, plus étroite que le thorax. Yeux composés, plus
ou moins développés, parfois cohérents et réunis antérieurement au-dessus
des antennes par une « bride ~· ou « pont v, ou séparés et réduits En quelques
ommatidies (ücosciara allicola Kisrrrzn, Algérie), rarement nuls, presque
toujours velus, exceptionnellement nus (Psilosciara). 'l`rois ocelles placés
sur un calus élevé ou non. Antennes formées de 2 + 14 articles. les deux
articles basaux épaissis, ordinairement aussi longs que larges, les articles
suivants flagelliformcs, plus longs, cylindriques, couverts d’une pilosité
courte rarement négligeable (Epirlapus, Z ygcneura). Palpes formés de l-2
ou 3 articles souvent réduits ou peu visibles chez les espèces aptères — ou
les articles subégaux, saillants, 0ul’article unique, très petit, caché dans une
fossctte. Parfois le premier article avec un organe sensorielspécial (Psz'lo·
sciara Schineri) (fig. 249). Trompe courte, les labelles ordinairement
épaisses, rarement atrophiécs (Hgperlasion).
Thomx. - Mésonotum saillant ou bombé, avec 3-G rangées de soies dis-
cales, une ou deux rangées centrales (acrosticales) et deux-quatre latérales
(dorsocentrales). Scutellum avec 2-1 soies sensorielles dressées.
Appendices du thorax. —- Hanches plus courtes que le fémur. Pattes dé-
nudées. Griffes simples, rarement dentées (Phorodonla). Deux pelotes et
un empodium (réduits chez. les Ilyperlasion). Balanciers nuls chez une
espece et chez le Peyerimhoffia uplem. Ailes exceptionnellement nulles
(Epidapus alumarins, Peyerimhs//ia apicra) ou réduites (Brudysia). Les
ailes normales sont ordinairement deux fois plus longues que le corps
(fig. 350), elles sont trois fois plus longues que larges chez les Brarlysia. La
nervation alaire est réduite ; elle se compose du rameau B1 bien visible
sous forme d’une nervure épaissie et de la nervure médiane haute (M .11
[nervure 2], qui se prolonge sur toute la longueur de l’aile. Les branches
basses de la médiane, les cubitales et les anales sont décolorées, évanes-
centes ou réduites él des plis. Une nervure transverse, placée ordinairement
au niveau du milieu de la radiale, réunit. les nervures chitinisées radiale et
médiane. La sous-costale est vestigiale. Chez quelques espèces, le lobe
axillaire est plus ou moins développé. Les ailes peuvent atteindre 7 mm.
(Sciara insignis WxNN.)0u ne dépassentpas 0,8 mm. (Sciara minula WiNN.).
Abdomen. —— Plus robuste chez les femelles, formé ordinairement de
dix segments et terminé par un oviscapte court, présente deux types : la
sfsouv 15

226 DIPTÈRES LYCORIIDAE
forme asilidienne et la forme itonidienne. Il est beaucoup plus grêle chez
les mâles, composé de huit segments terminés par une pince hypertrophiée
formée par les forceps externes. Hypopygium du type Simple, sans vésica.
Pour plusieurs auteurs, les Lycoriides sont des F ongivorides, pour d’au—
tres ils forment une famille séparée (LENcEnsoon1·*, 1926) ; pour M, EN-
DERLEIN, cette famille absorbe les Lestrémiides démembrés des ltonidides.
I
' 247 ·
à  \o A
I   •
245 Elf M Q. vf   
1 \ l`
È @‘ `——-—~' è
` œ  / \ /
W "· . l
  ••%· «.•.‘· :..9;   V 1,
.r,?- 9. *• ·€ •• V (
  • q. É}; ,
Q.? ·· •=È2•¤
tag;. 9} •Z¢;.··:;zs: l 24.9
hggg , •,_g..•,·¢ j
s$¤!~•!a• •,•»• !}•' I
rv • Qq. ••J1••'
altiêâjg •&«••,’} Z A
ëzëgù }çP·!â%' '
    ,»=· /
"Ã 248 *
Fm. 245-249. —— Organisation des Sciarides. —-— 245. Sciam brumzipes, larve. — 246.
Id., nymphe. — 247. Sciara auripila, Q. — 248. Tête du Vimmeria subdeirita KRA-
TOCHVIL, face montrant la bride oculaire susantennaire (selon Knivrocnvxn). —~
249. Psilosciara Schineri, palpe montrant les soies sensorielles du deuxième article
(selon EDWARDS).
Ainsi les Lestrémiides seraient des Lycoriides inermes. Les Lycoriides se
distinguent des Fongivorides par les yeux presque toujours réunis au-des-
sus des antennes par une bride (fig. 248); ils sont séparés chez les Fongi-
vorides. On sait encore que les larves des Lestrémiides offrent les caract? res
des Itonidides, tandis que celles des Lycoriides présentent une conforma-
tion myeetophilienne.
Les adultes des Lestrémiides se séparent des Lycoriirles par les carac-
tères suivants :
——— Antennes vertieillées (fig. 349). Yeux toujours nus. Tibias sans éperons.
Ailes : nervure G11Al n’atteignant jamais la base de l’aiIe (fig. 350).
...................................... . ......... lESl`RE’\’lIID.\Ji

INTRODUCTION 227
—- Antennes non verticillées, mais la ciliation peut être allongée (fig. 247).
Yeux le plus souvent velus. Tibias armés d’éperons. Ailes : nervure
CuA1o cohérente avec CuA1b à la base de l’aile (fig. 250).LYcon11¤.xE
Les Lycoriides sont des insectes ordinairement lucicoles ti phototropie
trés vivement positive (Enwanns, 1938, 199). Ils sont répandus sur tout le
globe, depuis le Groënland jusqu’au continent antarctique et sont plus
communs dans les régions tempérées et humides. Leur fragilité leur fait
rechercher les lieux ombragée et les endroits ahrités du vent. On en trouve
souvent dans les maisons où leurs larves ont été introduites avec des légu-
mes, des champignons, du bois mort ou des fleurs en pot. On connait plu-
sieurs espéces qui vivent. dans les caves, les grottes et les cavernes. Une es·
ma
1- R, Rs Sc RM
" ' £" ,
   
Z.
M1
2A
~ lâ
3.
M4za'
4rz»1zb» _ 1f}
5 P Cu./ha CUA2 '
N 6·_ Oiflll) 8_
Z
Fm. 250. — Lycoria Thomae (Lmmà). Aile schématique.
père a été trouvée dans un nid de taupe, une autre dans le nid de l’hiron·
delle de rivage. Certaines recherchent la compagnie de l’homme dans des
circonstances spéciales eg. Z le Sciara unzericarm Wmo. qui, en Louisiane,
apparaît ati moment des épidémies de fièvre jaune. Cette coïncidence a l`ait
donner il ce diptère le nom de tr mouche de la fièvre jaune » (HAGEN, ISS!) ;
R11,EY, 188I).
murs.
La femelle du Sciara conncrgcns Pxsnms pond des œufs tres petits, ellip-
tiques, d’un blanc jaunâtre, disposés en chapelet. Elle les introduit sous les
écorces par une troncature, une fissure ou un trou de sortie du Tomicus.
Les oeufs du S'. fuscipennis, figurés par HEEGER, sont également très petits,
subquadrangulaires. Selon KIEFFER, l’ocuf du Plaslosciara piciivenfris est
ellipsoïdal, deux fois plus long que large. Les œufs du S. medulluris sont
de forme ovoïde, pointus aux deux extrémités, de couleur blanchàtre, dis-
posés en petits amas irréguliers, non en chapelets (Gmnn, 1902).

228 mrrùans LYCORIIDAE
Lixnvrçs.
Peu variables et à peu près toutes construites sur le même type. On peut
prendre comme exemple la larve du Sciara cnnnergens, observée par PER-
nis. Elle mesure 5 mm. de longueur. Elle est filiformejcylindrique avec un
petit bourrelet latéral et rétractile,luisante, molle et fragile, d'un blanc lé-
gèrement translucide. Tête ovale, noire, rétractile dans le prothorax. Yeux
nuls. Mandibules transversales, subtriangulaires, dentées   l’apex; un pore
sensoriel prémandibulaire. Mâchoires cornées pointues antérieurement, si-
nueuses intérieurement. Ligne médiane avec une =« plaque filière >~ roussàtre
arrondie antérieurement.
Corps formé de douze segments subégaux, sauf le dernier qui est plus
petit (fig. 245). Bord antéro—sternal du premier segment dilaté en pseudo-
pode plus ou moins rétractile ; face postérieure du dernier segment sub-
quadrangulaire, munie de deux mamelons déprimés, elliptiques, séparés
par un sillon. Ces mamelons, susceptibles de se dilater, s’appuient sur le
plan de position pour faciliter les mouvements de progression. La marche
est également secondée, non par des mamelons ambulatoires apariés, mu-
nis d’une fine pilosité noirâtre, comme l’a vu Léon Duroua chez la larve
du Sciara ingenua, mais par des bourrelets transversaux lisses. Le bord pos-
térieur et sternal de chacun des huit premiers segments abdominaux porte
un bourrelet ambulatoire. Stigmates ponctiformes, bruns, au nombre de
huit paires, placés légèrement au—dessus de la ligne latérale, un sur le seg-
ment prothoracique, et un sur les sept premiers segments abdominaux vers
le bord antérieur.
Cette larve se trouve abondamment, durant tout l’hiver, sous les écor-
ces du pin maritime, parmi les excréments et les détritus laissés par les
larves des '1`mnicus et des A nobium. Au moment de la métamorphose, qui a
lieu à la fin de mars ou`au début d’avril, la larve prend une teinte orange
pâle et recherche un trou de sortie de Tomicus. Plusieurs larves peuvent se
grouper autour du même trou. Elles se creusent alors dans les détritus une
loge qu’elles tapissent d’une coque blanchâtre et transparente formée d’une
bave dégorgée à la manière des larves de Sricphila. C’est dans cette coque
que les larves se transformeront en nymphes. On peut en rencontrer plus
de vingt disposées comme des rayons autour d’un trou de sortie.
Nvuruas.
La nymphe est d’abord d’un orange clair, puis la tête, le thorax et les
ailes deviennent bruns. Le corps ne porte ni soies ni épines, l`avant-der-
nier segment abdominal est seul dilaté aux angles postérieurs et le dernier
segment est légèrement bilobé. La peau est couverte de très petites épi-
nes à pointe postérieure qui servent à refouler la dernière exuvie larvaire et,
au moment de la derniére métamorphose, à se pousser en avant pour dé-

INTRODUCTION 229
chircr la coque. Pour permettre la sortie de l’insecte parfait, la cuticule
mésonotale se fend sur toute sa longueur (fig. 246).
É·riior.0cxE.
Boucmâz (1834, p. 38) a étudié quatre espèces de larves de Sciara (vilr·i·
pennis, nilidicollis, pruinosa et elongafa). Toutes portent des mandîbules
dentées et celle du S. nilidicollis des mâchoires larges, ovales et dentelées ;
celle du S. pruinosa offre un labre et des mâchoires très mobiles. Deux
vl
§ ·'
\\\ ·l
Z5 I 252 xv
Èh    
`* 1- O `
4v*f -.
é»  ,1 .t I
: / \ . .
` 254  
255 \
\.
I /' i" \ .
/' . \  
256 258 257
Fxo. 251-258. — 251. Pharodonla jlavipes, griffe des pattes 1 (>< 400). — 252. Id., palpe.
— 253. Pcyerimhofna sp. palpe. — 254. Mycosczara brevipalpis, griffe (selon Kier-
rnn). —- 255. Epidapus atomurius DEG., Q, profil. — 256. Id., larve (selon Cziznic).
257. Id., antenne J, un article du flagellum. — 258. Id., griffe (selon Smnvnrz).
formes (vilripennis et pruinosa) portent des bourrelets latéraux. Les stig-
mates, toujours très petits, varient de 8 à 9 paires. Des quatre larves
étudiées par Boucmé, une seule (pruinosa) s’enferme dans un cocon. Les
espèces observées par WEs·rwoon (II, 523) sont également nues.
Duroun (1839) a suivi les métamorphoses du Sciara ingenua. Il a observé
chez cette larve un caractère exceptionnel, celui. de bourrelets ambula-
toires disposés par paires et munis de petits poils disposés en séries. Cette
larve tisse un cocon. En l846, Guiânin-l\#i1$NEv1LLr: résume les observations
des anciens auteurs qui ont noté les curieuses migrations des larves du
Sciara mililaris qui l'orme des réunions de plusieurs milliers d’individus.
(les larves se disposent en ruban d’un ou deux centimètres d’épaisseur, de
quatre ou cinq centimètres de largeur et de 2-3 ou 4 métres de longueur. Le

230 DIPTÈHES LYCORIIDAE
ruban progresse lentement, les larves plus ou moins visqueuses montant les
unes sur les autres. Selon BEMNG, ces migrations sont provoquées par la
recherche de la nourriture. Elles peuvent être aussi favorisées par un excés
de sécheresse ou d’humidité.
Les grandes agglomérations de larves de Sciarides favorisent la ponte de`
certains Muscides à larves zoophages qui se développent au milieu du trou-
peau et le dévorent.
Les larves issues d`un amas d’œufs vivent en colonies plus ou moins com-
pactes et recherchent ensemble le degré de chaleur humide indispensable
à leur évolution. Leur nourriture paraîtsecomposerpour plusieurs espèces
des feuilles tombées formant les couches inférieures et subissant un com-
mencement de décomposition. On les trouve sous les couches les plus basses
et les plus épaisses des feuilles accumulées depuis longtemps dans des
lieux humides. Les feuillages des hêtres et des charmes, dans des endroits
on ces arbres sont les plus serrés, sont ceux qui paraissent favoriser le
mieux le développement, de ces insectes.
l\lA<.ouAn·1· dit que les larves des Lycoriides se déx eloppent dans le ter-
reau. BoUcHÉ a trouvé trois espèces sous les écorces de branches ou de
souches mortes, une autre a été recueillie dans des végétaux décomposés.
Celles de WEsTwooD ont été observées sous les écorces d’arbres abattus
ou près de la racine de plantes mortes. Duroun les a trouvées dans les
champignons, LABoULBÈNE dans le fumier ordinaire, Permis parmi les
déjections de larves lignivores qui les avaient précédées.
De nombreux observateurs ont trouvé les larves des Lycoriides dans le
terreau des serres où elles sont plus ou moins nuisibles aux plantules de
tomates, concombres, bégonias, géraniums, orchidées, primevères, fou-
gères, etc. Les larves de certaines espèces complètent les dégâts produits par
des parasites primaires sur les bulbes des plantes ornementales (DELASSUS,
1931) ou sont constamment nuisibles aux champignons de couche (Aus-
·r1N, JARRY, Pircnea, TnoMAs).
DUFOUR dit que la nymphe du S. ingenua était souvent placée dans les
bolets au milieu des excréments des larves de Zkîyceiophagus, de Diaperis et
des chenilles de Tinéides généralement abondantes dans les champignons
qui les nourrissent. Il est très probable que la larve s’alimente de ces excré-
ments. Il se peut également que les larves des Sciarides soient occasionnelle-
ment carnassières. Cette hypothèse a été confirmée par une observation
inédite de M. FABRE-DOMERGUE qui a constaté la zoophagie d’une larve de
Sciara dans des élevages d’Enchytréides.
L’évolution complète demande huit à douze semaines, de l’état d’œuf à
l’état adulte. Les larves de Lycoriides s’élèvent aussi facilement que celles
des F ongivorides.
Les larves des Lycoriides sont souvent observées dans les grottes, parmi
les débris végétaux, surtout ligneux. Selon M. LERUTH (1935, 10), les
Sciara ofenkaulis LDF., forficulaia BEzz1, fenestralis ZETT., vivida WINN.,

uvrnooucrrom 231
cellaris LDP., sont troglophiles. Le Sciara feneslralis f. microcavernaria
LDP. est guanophile ; le Lycoria hispida XVINN. est un trogloxène régulier.
De rares espèces sont ornithophiles. Quelques autres sont occasionnelle-
ment ou normalement myrmécophiles ou sphécophiles (H yperlasion,
Bradysia, Sciara). Gmnn (1902) a observé que les larves et les nymphes
  259 263
  s
Crafyna /fg/*2er/aszbn curfyiennxls
/   _ 264
J Bran/ysza /zum//a
· ' 260
265
Brac:/yszà }%fyC/CNI.
E/7(Hq7U5 _266
Brady;/E angusfyvenms
/Deyer/m/zofxa Zygon aura
Fm. 259-267. -— Ailes des Sciarides (schématique) selon Emvnnns, EN¤Em.E1N,
KIEFFER, VVINNERTZ, Sâouv.
d’une espèce de Sciara qui vità Wimereux dans les fourmilières du Lasius
niger et du Lasius flauus sont soignées par les fourmis ouvrières. (Il s’agit
peut—être du Sciara sublerranea MAERKEL qui vit en Suisse dans les nids
du Formica rufa).
Parasites. - Les larves des Sciam sont parasitées par divers organismes
pathogènes ou non. On a signalé deux eetophytes zun Eccrinide, le Tri-
chella sciarae Tscnunovsxixm (1928) et l’Enlom0phlh0ra scjarae OLIVE

232 DIPTit1u«,s LYCOHIIDAE
(1908). Parmi les endoparasites, on aobservé des Grégarines ; un N ématode,
l’Apr·0cl0nema entomophagum KEiL1N (1933), parasite du Sciara pullula
"VINN. ; deux Hyménoptères, le Sienomacrus merula GRAV., qui parasite
une espèce- de Sciara indéterminée, et le S. ridibundus GRAV., qui vit aux
dépens de la larve du Lycoria analis EGGER (DE GAULLE, 295). .
CLASSIFICATION.
Les Lycoriides, surtout ceux des groupes supérieurs, sont des insectes
difficiles à identifier. Cette difficulté provient de ce que W1NNEaTz, dans
sa Monographie (1867), qui reste la principale source d’information, a
donné trop d’importance à des caractères imprécis ou sujets à variation-
Ces défauts ont encore été accentués par les entomologistes qui ont utilisé
ses travaux. Il en est résulté une confusion extraordinaire aggravée par
une synonymie embrouillée qui rend à peu près inutilisables les études pu-
bliées jusqu’à RÉÃBSAAMEN.
RüBSAAhIEN, puis MM. ENDERLEIN, EDWARDS et LENGERSDORF ont
employé des caractères plus stables et donné ài leurs monographies une pré-
cision suffisante. Les documents qu’ils m’ont fournis, complétés par l’étude
des types de MEIGEN (que j’ai redécrits dans tous les cas), ont permis la
rédaction du présent chapitre.
Dans le catalogue qui suit, l’ordre adopté est celui qui a été proposé par
M. LENGERSDORF dans sa Monographie (1930). La synonymie a été réduite
au minimum. Les documents qu’elle fournit sont toujours douteux.
TABLEAU DES SOUS-FAMILLES.
1-(2). Nervure2 (MA1) fourchue à l’apex (fig. 259). Cratynînae, p. 233.
2-(1). —— non fourchue.
3-(4). Tige de la fourche cubitale distinctement plus longue que le rameau
commun basal des nervures médianes (fig. 260) ............. . ......
....................................   Megalosphyînae, p. 233.
4-(3). Non. Tige cubitale et médiane subégales — ou tige cubitale plus
courte ou nulle.
5-(6). RJ)! au moins deux fois plus longue que la section basale de RR ;—
tige de la fourche médiane insérée au niveau du milieu de la cellule ra-
diale ou dans sa partie basale ; fourche cubitale avec une longue tige
(fig. 250) ....................... . ......... Lycoriinàe, p. 235.
6—(Ã~). R1)! légèrement moins longue que le double de la section basale de
RR, ou nulle (ponctuelle), ou RR et Cu réunies par une apophyse
anguleuse ; tige de la fourche médiane insérée avant le niveau du milieu
de la cellule radiale ou vers son extrémité. Fourche cubitale à pétiole
trés court (fig. 267). ........ . ............ Zygoneurinae, p. 268.

cnA·rYNA 233
S.-F. CRATYNINAE
G. CRATYNA \«ViNNEnTz
· W1NNEn·rz, 1867, 176 ; Lxmoeasnonr, 1930,  
Palpes de trois articles. Yeux cohérents au-dessus des antennes. Antennes
_ normales, formées de seize articles, les deux basaux plus développés. Han-
ches plus courtes que le lémur. Un éperon tibial. Onychium avec deux pe-
lotes.
Génotype 2 Craiyna alra W1NNEn·rz.
TABLEAU mas Esrfzces.
1—(4). Tige cubitale plus courte que la tige commune des médianes.
2-(3). Extrémité de R 1 écartée du niveau de la base de lafourche médiane.
......................................... atm, p. 233.
3—(2). Extrémité rapprochée de la fourche. - 4mm. Styrie. ............
.................................... breviîurcata. Srnom.
4—(l). Tige cubitale très longue, au moins subégale à la fourche radiale
................................. longîcubitalis, p. 233.
1. C. atra. Winnertz, 1876, 176. -— Fig. 259. ·
$2. Noir il pattes claires, calus huméraux avec un point rougeâtre. ——
Long. 3,5 mm.
Allemagne.
2. C. longieubitalis LENGERSDORF, 1924, 87.
6. Noir profond, sauf les balanciers jaunes. Abdomen épais, allongé, à ,
pilosité sombre. Antennes : 4** article = 2-2,5 : 1, dernier = -1 : 1. Hypo-
pyge épais avec plusieurs courtes épines. —- Long. 3 mm.
Juin. Allemagne.
S.-F. MEGALOSPHYINAE
TABLEAU nes Gnmms.
—- Griiles simples. Ailes : tige de la médiane plus longue que la fourche
....................... . ........ Psilomegalosphys, p. 234.
—— Griffes dentées. Ailesztige de la médiane aussi longue ou légèrement plus
courte que la fourche .................. Ph0IJOd0nt9·, p. 234.

234 nirrisznias 1.Ycom1DAE
G. PSILOMEGALOSPHYS ENDERLEIN
ENDERLE1N, 1911, 137 ; LENGERsnonF, 1930, 7. _
Palpes de trois articles, premier article arrondi, les deux autres allongés.
Fourche cubitale à tige très longue, 1 branche supérieure formant un angle
léger à la base (fig. 260). .
Génotype : Psilomegalosphys xanthogasier ENDERLEIN, Sumatra.
P. macrotricha LENGERsDonF, 1926, 124.
Corps sombre. Calus huméraux plus clairs. Pattes j aunâtres, comme les
palpes et le renflement des balanciers. Tête petite avec 4 soies courbées.
Yeux pubescents, réunis au·dessus des antennes. Tarse III aussi long que le
fémur, tibia plus long que le fémur. Eperon allongé ; tibia III avec un plus
grand nombre d’épines que de soies. Nervures cubitale et médiane avec
des macrotriches. Hypopyge zbranches desforceps étroites avec 5-7 épines
subapicales internes. — Long. 3-4 mm.
Autriche : Salzbourg, juin (LENGERSDORF).
G. PHORODONTA Coouxnnnrr
COQUILLETT, 1910, 589 ; EDVVARDS, 1925, 534; LENGERsDoRF, 1930, 8.
Odonlonyœ RüBsAAM1;N, 1894.
Griffes dentées à la partie moyenne. Hanches plus longues que chez les
autres Lycoriides.
Génotype : Sciara nigra VVIEDEMANN (Amérique septentrionale).
P.î1a.vîD€S (ME1oEN), 1804, 98. ——Fig. 251 et 252.
Corps en grande partie roux. Palpes allongés, bruns. Quatrième article
antennaire plus long que large (C? 2 3-4 : 1, Q: 2,5 t 1), les deux premiers ar-
ticles d’un jaune d’iv0ire. Mésonotum avec quatre rangées de soies noires ;
une cinquième, médiane, plus ou moins distincte ; oalus préalaire avec dix
soies noires. Pattes et abdomen à pilosité sombre. Ailes : médiane et cubi-
tale ciliées. Hypopyge 5 médiocre, forceps à branches grêles, émoussés à
l’apex, mais portant quelques épines. —Long. 3-4,5 mm. (d’après le iype).
Mai-octobre. Bois et forêts. Commun dans presque toute l’Europe. Grottes
de 1'Ardèche et des Hautes-Pyrénées. Espagne. Algérie (Bnzzi, 1911, 29).
Angleterre (Enwanos).

Tmcuosm 235
S.-F. LYCORIINAE
TABLEAU mas GENRES
I—(2). Ailes à membrane couverte de macrotriches et de microtriches.
..................................... Trichosia, p. 235.
2-(I). Ailes seulement des microtriches, parfois quelques macrotriches plus
ou moins visibles chez les petites espèces.
3-(6). Palpes biarticulés.
4-(5). Palpes : 2E article rudimentaire (fig. 253). Peyerimhoîfia, p. 241.
5-(4). Palpes : les deux articles bien développés.
—- Yeux velus. ·-— 9 : ailes réduites ....... Dasyscîara, p. 237.
—- Yeux pratiquement nus. - Q : ailes normales. Plastosciara., p. 237.
6-(3). Palpes uni- ou triarticulés.
7-(14). Palpes uniarticulés.
8-(9). Pelotes spinuleuses ou ramifiées (fig. 254). Mycosciara., p. 239.
9-(8). Pelotes normales.
10-(11). Fourche médiane élargie à l’apex.. Sciaraneura., p. 240.
11-(10). Fourche médiane normale (fig. 261).
12-(13). Antennes dénudées .................. Epidapus, p. 240.
13·(l2). Antennes avec la villosité normale.
- Onychium avec l’empodium seul bien développé ; pelotes réduites ou
nulles ............................... Peyerimhoîîia, p. 241.
—- Onychium avec deux pelotes et un empodium également développés.
................................... Hyperlasion, p. 242.
14-(7). Palpes triarticulés (fig. 249).
15-(16). Yeux nus ou pratiquement nus ..... Psiloscîara, p. 242.
16-(15). Yeux uniformément velus.
17-(I8). Ailes réduites (6, 9) (fig. 264). ........ Bradysia, p. 243.
18-(17). Ailes normales.
19-(20). Tibias II et III avec seulement un éperon. Tibias III armés d’un
peigne épineux. Palpes : deuxième article étroit,plus court que le premier.
Ailes : nervures 3, 4, 6 et 7 nues. ......... Scatopsciara, p. 245.
20·(I9). Non et non.
—- Nervures 3, 4, 6 et 7 ciliées. ................ Lycoria, p. 245.
—-— Nervures nues ............................. Sciara, p. 252.
G. TRICHOSIA WINNERTZ
Wmmznrz, 1867, 173 ; EDwAnDs, 1925, 533 ; LENoERsDoar, 1930, 9.
Génotype : Trichosia splendens \VINNERTZ.

236 DIPTÈRES LYcoR11DAE
TABLEAU mas EsPÈcEs.
1-(2). Ailes : tige de la médiane plus longue que la fourche,. ....... . .
....................................... splendens, p. 236.
2—(1). Ailes : égale ou plus courte que la fourche.
3-(4). Balanciers d’un brun noir. Tige de la médiane subégale à la fourche.
.......................................... modesta, p. 236.
4-(3). Balanciers jaunes. Tige de la médiane plus courte que la fourche.
5-(6). Thorax d’un noir luisant. Antennes subégales aux 2/3 de la longueur
du corps. Tige de la médiane un peu plus courte que la fourche .....
.................................... hirtipennis, p. 236.
6-(5). Thorax non luisant.Antennes beaucoup plus courtes. Tige de la mé-
diane d’un tiers plus courte que la fourche .... absurda, p. 236.
1. T. absurda WINNERTZ, 1867, 174, 175; Mix, W. e. Z., VIII, 232 (1889).
Q. Pattes et abdomen d’un brun noir. Ailes : transverse placée avant le
milieu de R 1 ; apex de R 1 rapproché de la base de la fourche médiane ;
costale occupant les 3 /5 de l’espace compris entre les nervures 2 et 3. —·
Long. 3,5 mm.
Août. Suisse (v0N HEYDEN).
` 2. T. hirtipennis ZETTERSTEIST, 1838, 826; Mix, W. e. Z., VIII, 232 i
(1889). — Fig. 269.
Articles antennaires trois fois aussi longs que larges. Ailes 1 costale at-
teignant tout au plus la moitié de l’espace limité par les nervures 2 et  
Forceps à branches épaisses. — Long. 4-4,5 mm.
Mai—août. (Qà et là dans toute l’Europe.
3. T. modesta Wmuanrz, 1867, 175.
Antennes : quatrième article 2,5-3 fois aussi long que large. Tête, thorax
et balanciers d’un brun noir. Hanches et fémurs jaunes. Ailes : transverse
placée avant le milieu de R 1, apex de R 1 situé très peu avant le niveau
de la fourche médiane. —- Long. 2,5 mm.
' Août-septembre. Hollande, dunes près de Scheveningen (C. vom HEYDEN).
4. T. splendens WINNERTZ, 1867, 173. — Fig. 268.
Antennes : quatrième article deux fois aussi long que large. Corps noir,
thorax luisant, balanciers jaunes. Ailes : costale prolongée sur les 2 /3 ou les
3/4 de l’espace limité par les nervures 2 et 3. Forceps à branches plutôt
grêles. — Long. 4-4,5 mm.
Mai-septembre. Cà et là dans toute l’Eur0pe.

r1..~.si·osc1AnA 237
G. DASYSCIARA Kusrrian
KIEFFER, 1903. 199 ; LENGERSDORF, 1930, 12.
Palpes formés de deux articles courts. Tarses avec des soies et des épines.
Fémurs deux fois aussi épais que les tibias. Tibia 1 avec un éperon cilié et
quatre épines rangées en peigne ; tibias II et III avec deux éperons eiliés.
Une espèce connue : le génotype.
D. pedestris Kiarran.
Q. Ailes subégales à la moitié de la longueur du thorax, étroites, pointues,
nervation irrégulière sur le disque. Balanciers bien développés, à peu près
aussi longs que les ailes, capitule deux ii trois fois aussi long que large.-
Long. 2 mm.
France méridionale.
G. PLASTOSCIARA BERG `
Banc, Comm. Mus. Nac. Buenos-Aires, 78 (1899) ; EDVVARDS, 1925, 541,
Lnuoiansoonr, 1930, 13. — Pseudosciara KIEFFER (non Scrumzn).
Palpes réduits, de deux articles. Empodium réduit., griffes simples.
Génotype : Pseudosciara piclivenlris KxEFPEn.
1-(2). Ailes réduites,. ....................... Egertoni, p. 238.
2-(1). Ailes bien développées.
3-(4). Médiane· et cubitale avec des macrotriches, pulchricornis, p. 239.
4-(3). Médiane et cubitale dénudées.
5-(6). Apex de R 1 rapprochée de la base de la fourche médine. — Long.
de l’aile :4 mm.
— Transverse placée après le milieu de R 1 .... lignicola, p. 238.
— Transverse au milieu de R 1 ............. pernitida, p. 239.
6-(5). Apex de R 1 éloigné de la base de la fourche médiane. — Long. de
l’aile : 2,5 mm.
— Long. de l’aile : 2,5 mm. Long. du corps : 1,5-2,5 mm. ...........
........................................ cunctaus, p. 237.
— Long. de l’aile : J 1,3 mm.; 2 2,3 mm. Long. du corps : 2,2·3,3 mm.
........................................ Keilini, p. 238.
— Long. de l’aile : 1,2-1,8 mm. Long. du corps : 1-1,8 mm .... . ......
....................................... pemiciosa, p. 238.
1. P. cunctans YVINNERTZ.
Brun noir. Pattes d’un brun jaunâtre. Antennes : deuxième article très

238 DIPTÈRES LYCORIIDAE
peu plus long que large. Ailes subvitreuses : transverse placée légèrement
avant le milieu de R1 ;costale prolongée sur les 4 /5 de l’espace compris
entre les nervures 2 et 3. —- Long. 1,5-2,5 mm. `
Septembre. Allemagne.
2. P. Egertoni EDwARDs, 1934, LXX, 141.
Très petite espèce ressemblant au P. Keilini. Thorax d’un brun sombre
légèrement luisant. Mésonotum à soies discales (dorsocentrales) plus ou
moins unisériées ; antennes plutôt courtes, à segments à peine plus longs
que larges. Abdomen (Q) avec les tergites I-V complets. Differe du P.
Keilini par la taille plus petite, par les ailes courtes (0,5 mm. [3 2]), par
les pattes plus fortes et plus courtes. — Long. 3 1,8 mm. ,9 2,5 mm.
Mai. Angleterre, sous l’éc0rce d’un chêne mort, grégaire (Bnrrrniv ap.
EDWARDS).
3. P. Keilini EDWARDS, 1915, LI, 263.
Antennes : premier article moitié aussi long que large, les quatre suivants
à peu près aussi longs que larges, les autres très peu plus longs que larges.
Palpes jaunâtres. Thorax d’un brun sombre ; mésonotum avec deux li-
gnes sétuleuses. Pattes brunes. Balanciers jaunâtres. Ailes : sc à peu près
moitié aussi longue que R 1 ; costale étendue sur les 5/6 de l’espace limité
par les nervures 2 et 3. —— Long. 3 2 mm., Q 2,7-3 mm.
. Mai. Angleterre (W`. R. THOMPSON ap. Eovmnos).
Larves dans le bois pourri. Grégaires.
4. P. lignicola (WINNERTZ), 1867, 77. — P. piciivenlris KIEFFER, 1898.
194 ; iesie LE.NGERsDoRF, 1930, 14. —- Fig. 271. i
Q. Articles antennaires 1,5 fois aussi longs que larges. Palpes médiocres,
Thorax brun ; pilosité de la ligne mésonotale médiane formée par une
seule rangée de soies. Pattes, balanciers et abdomen bruns. Ailes noi-
râtres : apex de R 1 situé très peu avant le niveau de la base de la fourche
médiane. —- Long. 5-6 mm.
3. Articles antennaires 2-2,5 fois aussi longs que larges. Nervure trans-
verse placée presque au tiers apical de R 1 ; tige médiane plus courte que
la fourche; costale prolongée sur la moitié de l’espace compris entre les
nervures 2 et 3. — Long. 3 mm.
Avril. Lorraine : Bitche. Europe centrale.
Larve dans le bois de hêtre plus ou moins décomposé (Krnrrnn), dans le
bois pourri (v0N HEY1;»EN), sur les conifères (Wirmnnrz).
5. P. pemiciosa EDwAP.Ds, 1922, VIII, 160. — Fig. 270.
Thorax d’un brun noir légèrement luisant. Antennes noires, les articles

PLAS 'roscmna 239
environ 1,5 fois aussi longs que larges. Pattes d’un brun sombre, hanches
et fémurs plus clairs. Ailes grises ; tige médiane plus longue que la fourche
costale occupant les 3/4 de l’espace limité par les nervures 2 et 3; tige
cubitale courte. — Long. 1,3-1,8 mm.
Angleterre, mai.
La larve attaque les racines et les tiges des concombres (R. SPEYER ap.
Enwanns).
6. P. pemitida. Enwanns, 1915, LI, 165.
Thorax noir plus ou moins luisant. Articles antennairesàpeu près aussi
longs que larges. Palpes très courts. Mésonotum : pilosité de la ligne mé-
diane formée par deux ou trois rangées de soies noires. Pattes, balanciers et
abdomen bruns ; éperons jaunes. -— Long. 5* 2,2 mm., S2 3-4 mm.
Mai. Angleterre.
Larve dans le bois pourri.
7. P. pulchricornis Eowanns, 192.3, 224.
Thorax d’un noir luisant, à pilosité noire. Palpes très courts. Mésonotum
à soies discales disposées en trois rangées (acrosticale et dorsocentrales).
Hanches, fémurs et éperons jaunes, tibias ettarses bruns. Balanciers noirs,
pédicclle jaune. Ailes très étroites : apex de R 1 placé au niveau de la bas e
d’une fourche médiane courte et large ; costale prolongée sur les 3/4 de
l’espace compris entre les nervures 2 et 3 ; fourche cubitale à tige très
courte. Tergites abdominaux bruns. —- Long. 3-4 mm.
Juin. Jardins et bosquets. Angleterre.
G. MYCOSCIARA KIEFFER
I(IEFFER, 1903, 203 ; LENc;Ens¤on1r, 1930, 15.
Yeux velus. Tibias I sans peigne épineux, mais avec un éperon cilié. Em-
podium réduit, les deux pelotes transformées en épine digitée. Griffes nor-
males.
Unc espèce : le génotype.
M. brevipalpis Kixarrnn. -— Fig. 254. l
Palpes deux fois aussi longs que larges. Fémur I légèrement plus court
que le tibia correspondant ; protarse I 3-4 fois aussi long que l’éperon du
tibia qui le porte. Ailes à pilosité microscopique; R 1 aboutissant large-
ment avant la fourche médiane ; RM plus longue que la fourche médiane ;

240 DIPTÈRES LYCORIIDAE
transverse placée dans la partie moyenne et distale de R l; tige de la mé-
diane plus longue que la fourche. —— Long. 1,5 m.
France. Allemagne.
Larve dans le Boletus bovinus. ·
G. SCIARANEURA LDF.
LENGERsDoRF, 1926, 253 et 1930, 15.
Palpes uniarticulés. R1 allongée ; pétiole de la médiane plus long que les
branches de la fourche. Membrane à pilosité microscopique mêlée de quel-
ques macrotriches.
Une espèce : le génotype.
S. quercicola (VVINNERTZ). ——— Fig. 272.
Apex de R 1 placé après le niveau de la base de la fourche médiane ;
transverse placée dans le premier tiers de R 1 ;branches de la fourche mé-
diane une fois et demie plus longues que RM ; Cu 1 coudée dans sa partie
moyenne. - Long. 3-3,5 mm.
Allemagne. Autriche.
· Larve dans une branche de chêne tombée.
G. EPIDAPUS HALIDAY
HALIDAY ap. WALKER, Ins. Brit., I, 7 (1851) ; EDWARDS, 1925, 543 ;
LENGE.RsDonF ,1930, 16.
i Antennes : articles pédonculés, couverts de rares soies dressées. Yeux
velus. Trois ocelles très développés. Pattes longues et grêles. Tibias armés
d’éperons ciliés ; empodium et pelotes à soies éparses. ——- Long. 1-2,5 mm.
Génotype : Epidapus venaiicus HAMDAY.
1. E. a.toma1·ius(DE GEER), 1778, VII, 602, 8 ; KERTÉSZ, 1903, I, 1. —
Chionea venaiica HALIDAY. Scmrzmn, II, 416 ; WULP, I, 107 ; THEoBALD,
I, 113. — Corynoplera (Zygoneura) pumila W1NNERTz (iesie Sci-1M1Tz,
1918, 93). ——— Pholeosciara melina SCHMITZ. — Fig. 255-258, 261.
Antennes : quatrième article antennaire une fois et demie aussi long que
large.
Q. Ailes et balanciers nuls. — Long. (3* 1,2 mm. ; 9 2,2 mm.
Mai. Europe. Mines des Ardennes, de Lorraine et des Vosges (Hussoiv).
Angleterre. Une Q dans le nid du Formica fusca (D0N1sTr1om>E).
Larve dans le bois pourri. .

P1zYEmM1~io1~*F1A 241î
2. E. grncilis (W1NNEn·rz).
Antennes : quatrième article deux fois plus long que large.
Septembre. Allemagne (Wmmnarz). Angleterre (Emwmms).
Larve sous une branche morte de Fagus sîlvatica (W1NNEa·1·z) ; dans
l’Hyphol0ma vclutinum (Enwlmns).
G. PEYERIMHOFFIA Kiarrrsn
KIEFFER, 1903, 198 ; Enwimns, 1925, 543 ; LENGERSDORF, 1930, 11.
Yeux velus. Tibia I avec un éperon cilié robuste, tibias II et III avec deux
éperons ; pelotes courtes. 5*: ailesà villosité microscopique (fig. 262). S2 : ailes
et balanciers réduits ou nuls.
Génotype : Peyerimhoffia brachyplera Kxxarran.
TABLEAU DES EsPÈcEs.
l—(2). Palpes biarticulés : le premier article robuste, le second rudimentaire,
réduit à une petite verrue .............. brachyptera, p. 241.
2-(1). Palpes uniarticulés.
3-(6). Ailes nulles ($2).
4-(5). Fémurs renflés. Antennes : articles un peu plus longs que larges. .
.................................... crassipes 9· p. 242.
5·(4). Fémurs non épaîssis. Antennes : articles antennaires à peu près deux
fois aussi longs que larges .................. aptera, p. 241.
6-(3). Ailes présentes, plus ou moins développées.
7-(8). Ailes normales .......................... c1‘assipeS 9, P· 242.
8-(7). Ailes réduites.. ...................... brachyptera Q, p. 241.
1. P. aptera Kxmrran, 1903, 200.
2. Corps d’un blanc jaunâtre, abdomen à taches et bandes brunes. Ar-
ticles antennaires plus de deux fois aussi longs que larges. Thorax étroit.
Ailes et balanciers nuls. - Long. 3,25 mm.
Basses-Alpes : Digne (DE PEYEmMno1=F).
2. P. brachyptera Kxrarman, 1903, 198 et 1906, 312. — Fig. 253.
6. Antennes : premiers articles du flagellum deux fois aussi longs que
larges, à col pratiquement nul, les derniers trois fois aussi longs que larges,
à col égalant la moitié de leur épaisseur. Hypopyge à forceps armés d’une
épine allongée, arquée.
$2. Ailes raccourcies. — Long. 2,5-3 mm.
sfaouv 16

242 DIPTÈRES LYCORIIDAE
Basses-Alpes : Digne, sous une pierre (DE PEYERIMHOFF). Angleterre: en
mai, sous une pierre. M. DONISTHORPE, cité par M. EDYVARDS (543), a trouvé
une femelle dans un nid de fourmis de l’île Lundy.
3. P. crassipes KIEFFER, 1906, 313.
3. Articles antennaires trois fois aussi longs que larges. Ailes : apex de
R 1 placé largement avant le niveau de la base de la fourche médiane, four-
che cubitale non pétiolée.
Q. Balaneiers nuls. Abdomen cinq ou six fois plus long que le reste du
corps, d’un blanc jaunâtre. — Long. 3 1,5 ; Q 2-2,5 mm.
Basses-Alpes : Digne (DE PEYERIMHOFF).
G. HYPERLASION Somuirz
Scnmrz, 1918, 95 ; LENGERSDORF, 1930, 18.
Yeux velus. Palpes avec un pore sensoriel apical ou une plage de soies
sensorielles. Articles antennaires cylindriques, à pétiole court. Tibias à épe-
ron court. Ailes allongées, à pilosité microscopique ; fourche médiane à
branches parallèles, fourche cubitale à branches peu divergentes (fig. 263).
Génotype : Hyperlasion Wasmanni ScHMrrz.
1. H. curtipennis EDWARDS, 1926, 112. —- Fig. 263.
Ailes réduites (3 Q). —— Long. 3 2,2 mm. ; 2 3,5 mm.
Angleterre.
Larve dans la terre d’une culture de tomates.
2. H. Wasmanni SCHMITZ, 1918, 95.
Ailes normales (3 Q). — Long. 3 1,3 mm., Q 2-2,5 mm.
Hollande, nid du Lasius niger.
G. PSILOSCIARA KIEFFER
KIEFFER, 1909, 246 ; LENGERsDoR1=, 1930, 20.
Génotype : Sciara membranigera K1Er1=ER.
1. P. membranigera KIEFFER, 1903, 201.
Q. Noirâtre. Hanches et pattes brunes. Palpes : premier article aussi
long que les deux suivants réunis et deux fois aussi épais que le deuxième,
les autres plus longs que larges. Antennes : premier article trois fois aussi

mmovsia 243
long que large, les suivants à peu près deux fois, le dernier quatre fois aussi
longquelarge. Fémur renflé à la partie moyenne, deux fois aussi épais que le
tibia ; tibia I armé d’un éperon villeux et d’une rangée transversale d’épi-
nes ; tibias II et Ill avec deux éperons, mais sans peigne. Pelotes nulles,
seul l’empodium présent. Ailes distinctement rétrécies à la base ; branches
de la fourche médiane égales à la tige ; cubitale non pétiolée. Balanciers
rappelant la deuxième paire d’ailes, leur partie moyenne avec une nervure
armée d’une rangée de spinules.
Q. Ailes raccourcies. Balanciers comme chez le mâle.- Long. 1,5 mm.
Mai. Sous une pierre dans un bois. France.
2. P. Schineri (NVINNERTZ), 1867, 61, lesle Lnwciaasnoar, 66. — P. Slo-
Iœsi Enwanns, 1925, 223. — Sciara glabricollis W1NNEm·z. —S. arenaria
B1z1.1NG. — Fig. 249, 273.
Noirâtre. Hanclies et pattes brunes. Palpes : premier article élargi, deux
fois plus long que large, deuxième plus large que long, troisième aussi large
que long, mais deux fois plus étroit que les autres. Antennes : premier ar-
ticle deux fois aussi long que large. Pattes l claires, éperons jaunâtres, lé-
gèrement plus longs que l’épaisseur du tibia ; tibia III sans peigne. Ailes
normales (6), cubitale à pétiole court. Balanciers noirs.- Long. 2-2,5 mm.
Avri1·mai. Cà et là dans presque toute l’Europe moyenne.
G. BRADYSIA '\V1NNERTz
Wmmarirz, 1867, 180 ; LENGERSDORF, 1930, 22.
Se distingue par les ailes raccourcies dans les deux sexes ; bord postérieur
réduit. Yeux séparés chez une espèce (B. pcdisequa K.,Algérie), réunis par
une « bride » chez les autres.
Génotype : Bradysia angustipennis \«VINNERTZ.
TABLEAU mas Esr~ÈcEs.
1-(2). Ailes : bord postérieur ondulé (fig. 265) ..... Heydeni, p. 244.
2·(1). Ailes de forme normale (fig. 264, 266).
3-(4). Petite espèce : 1 mm. .................... pumila, p. 244.
4-(3). Plus grand 1 2-2,5 mm.
5-(6). Antennes : articles une fois et demie aussi longs que larges .... .
................................... angustipennis, p. 244.
6-(5). Articles antennaires deux ou trois fois aussi longs que larges.
7—(8). Articles antennaires trois fois aussi longs que larges.

244 D1Pri=:REs LYCORIID un
- Costale n’atteignant pas la moitié de l’espace compris entre les nervu-
res 2 et 3 ............................. Vanderwieli, p. 245.
- Costale dépassant la moitié ................ felix 5, p. 244.
8-(7). Articles antennaires deux fois aussi longs que larges felix S2, p. 244.
1. B. angustipennis WINNERTZ. -— Fig. 266.
Tête et antennes noires. Thorax et abdomen bruns. Pattes légère-
ment plus claires. Ailes : transverse placée au niveau du dernier tiers de
R 1 ; apex de R 1 situé avant le niveau de la base de la fourche médiane ;
tige de la médiane subégale à la fourche ; costale prolongée sur les 2/3
de l’espace limité par les nervures 2 et 3. -— Long. 2 mm.
Allemagne : Francfort (voN HEYDEN).
2. B. felix SCHMITZ, 1919, 26, fig. 1-2.
3. Tête et thorax noiràtres. Abdomen d’un brun sombre sur la face ter-
gale, plus clair sur la face sternale. Pattes d’un brun jaune. Articles anten-
naires trois fois aussi longs que larges. Ailes aussi longues que l’abdomen,
lobe anal nul ; transverse placée après le milieu de R 1 ; apex de R 1 situé
largement avant la base de la fourche médiane ; tige médiane très légère-
ment plus longue que la fourche.
9. Ailes plus longues, moins pointues.- Long. (3* 1,8-2 mm., 9 2,25 mm.
Belgique : Petit Lanaye, dans une grotte (Lamrrn, 1935 : 14). Hollande,
dans un nid de taupe (ScnM1'1·z).
3. B. HeydeniWn~1NEr.rz, 1867, 181. ——Fig. 265.
Corps de couleur sombre, seulement les fémurs I et les éperons jaunes.
Articles antennaires 2,5-3 fois aussi longs que larges. Ailes : transverse pla-
cée après le milieu de R1 ; apex de R 1 situé largement avant le niveau de
la base de la fourche médiane ; tige médiane aussi longue que la fourche.-
Long. 3 mm.
Août. Suisse : Engadine (voN HEYDEN).
_ 4. B. pumila. WINNERTZ, 1867, 181. — Fig. 264.
Corps brun. Palpes jaunes. Balanciers bruns a tige jaune. Hanches et
pattes jaunes. Ailes dilatées en massue ; transverse placée au milieu de R 1 ;
apex de R 1 placé largement avant le niveau de la base de la fourche mé-
·diane ; tige médiane plus longue que la fourche; nervures 6 et 7 rapprochées.
— Long. 1 mm.
Rhénanie 2 Aix-la-Chapelle (Fonsrisa).

BRADYFIA 245
  B. V8I1d8l.‘Wl8llSCHMITZ, 1920, 363.
9. Tête et thorax noirs. Pattes et abdomen bruns. Antennes 2 artirles
médians trois fois aussi longs que larges. Ailes rondes, pointues à la base ;
transverse placée légèrement aprèsle milieu de R 1 ; apex de R 1 situé avant
le niveau de la base de la fourche médiane ; tige médiane à peinte plus
longue que la fourche ; costale prolongée sur les -1/5 de l’espace limité par
les nervures 2 et 3. - Long. 2,2 mm.
Avril. Hollande, dans le nid d’un Formica (fusca ou pratensis). Belgique,
souvent dans les nids de guêpes et de fourmis (Sevmnm, COLLART, 1936, .>).
G. SCATOPSCIARA Ebwanns
Enwixnns, 1926, 798 ; LENcEnsDonr, 1929, 59 et 1930, 57.
Génotype : Sciara quinquelineala l`lACQUART.
S. vitripennis (MEIGEN). —S. hirlicnrnis MEIGEN(S€C. lyp.). - S. quin·
quelineala MACQ., Enwmzns, 1925, 539. I
Palpes bruns. Mésonotum d’un noir luisant à lignes de soies grises. Pat-
tes d’un brun jaune. Balanciers à renflement noirâtre. Ailes : costale éten-
due sur la moitié de l’espace compris entre les nervures 2 et 3 ; petite trans-
verse placée au delà du milieu de R 1. — Long. 2-3 mm. (d’après le Iype). ‘
Mai-septembre. Commun. Environs de Paris, Clamart, Fontainebleau
(LABoU1.B1`sNE) ; Pyrénées : Luz, Gavarnie, Aureilhan (PANDELLÉ). Répandu
dans toute l’Europe moyenne.
La larve a été trouvée par Boucué en automne et en hiver dans les bran-
ches du chêne pourri.
G. LYCORIA ÃIEIGEN
MEIGEN, Nouvelle Classification, 17 (1800),
Les larves des Lycoria sont ubiquistes. La majeure partie vit dans lei
bois et les forêts où elles se développent dans les tissus végétaux ligneux et
décomposés, On en rencontre occasionnellement dans le fumier. Une espèce
(lrochanleraia) est eavernicole et occasionnellement nidicole. Une autre
espèce (analis) vit en commensale avec un Coléoptère xylophage. Enfin,
trois formes sont connues comme mineuses des feuilles des végétaux, ca-
ractère exceptionnel chez les Lycoriidae. Selon M. Henmo (1937, 2737),
un Lycoria indéterminé spécifiquement mine les feuilles d’une Vér0nique.Le
L. hyalipennis vit dans les feuilles des Ranunculus et le L. halieraia LEN-
onnsnonr mine les feuilles des Chrysosplenium, Ranunculus et Tussilago
(HERING, 1937, 731, 2157, 2569 ;FULMEK, 1930).Le L. hallerala habite l’Eu-
rope centrale et septentrionale ; il se distingue de tous les autres Lycoria par

246 DIPTÈRES LYcoR11DAE .
la présence de macrotriches sur la seule nervure 3 (MA.2 ll), tandis que les
autres espèces portent des macrotriches sur les nervures MA 2 et Cu/11.
Génotype : Tipula Thomae LINNÉ.
TABLEAU DES ESPÈCES.
1-(2). Corps jaune, thorax plus ou moins bruni.
— Mésonotum brun ou noir. Antennes subégales aux 3/4 de la longueur du
corps. Ailes cendrées ................... hyalipennis, p. 249.
— Mésonotum d’un gris roux. Antennes égales aux 2/3 ou à la moitié de
la longueur du corps. Ailes subhyalines .......... lutea., p. 249.
2-(1). Corps en majeure partie brun ou noir.
3—(6). Extrémité de l’aile avec de nombreux macrotriches sur la membrane.
4—(5). Palpes et balanciers noirs. — Long. 5-6 mm. . Thomae, p. 251.
.......................................... analis, p. 247.
5-(4). Palpes et balanciers jaunes. — Long. 3,5-5 mm.
`-— Ailes 2 apex de R 1 placé après le niveau de la base de la fourche mé-
diane ............................... longiventris, p. 249.
—— Ailes placées avant la base de la fourche médiane. omata, p. 250.
6—(3). Non.
7—(8). Ailes : fourche cubitale non pétiolée.
— R1 zextrémité placée au niveau de la base de la fourche médiane.
Hypopygium petit, noir ................... Edwardsi, p. 248.
·—- R1 zextrémité placée avant la base de la fourche médiane. Hypo-
pygium dilaté, roux ...................... ruüoauda, p. 250.
8—(7). Fourche cubitale pétiolée.
9—(10). Nervure 6 (CuA 1 a)interrompue à la base,nervure7 fortement cour-
bée. Costale occupant les 2/3 de l’espace limité par les nervures 2 et 3.
......................................... humeralis, p. 248.
10-(9). Nervures 6 et 7 normales.
11—(12). Nervure 3 interrompue à la base. Abdomen d’un noir luisant à pi-
losité blanchâtre .......................... gla.b1‘a., p. 248.
12—(1l). Non.
13-(14). Pattes uniformément noirâtres.
- Antennes : quatrième article à peu près aussi long que large ou très peu
plus long ................................ militaris, p. 249.
— -— deux ou trois fois plus long que large ....... flavimana., p. 248.
14—(l3). Pattes jaunes ou brunes.
15-( 16). Tige de la médiane ciliée près de la fourche seulement.
—— Nervure costale occupant la moitié de l’espace compris entre les ner-
vures 2 et 3 .............................. ungulata, p. 252.
— Nervure costale occupant les 2/3 ou les 3/4 .... pilosa., p. 250.
16—(15). Tige de la médiane ciliée entièrement ou presque.
—— Fourche cubitale (n. 6 et 7) à tige courte ou pratiquement nulle ; ner-

LYCORIA 247
vures 6 et 7 courbées à Papex ; tige de la médiane entièrement ciliée.
.................................. trochanterata, p. 251.
—— Fourche à tige longue, n. 6 et 7 rectilignes à l’apex ; tige de la médiane
cîliée sur la plus grande partie de sa longueur Scutellata, p. 251.
Q ( il @2
~ \ 1
268 269 270 27/ 272
\
Y [lili 1]
1
rQl` sp
l` \
273 274- 275 276 277 278
L /
' \ /4fli
\ 4 I \ 7/ /f/È
1 \ [ l \ /7 Il}
  È 1 \x / ,%,1;,,.
27.9 " 280 281 282   283
  iï*}`· . I §  
/ //0li.i—îz— / 1,,
I //=\:·l."" , · /[/l ',_iu`
lp •" "Èï;É • 1"N " .
2.84- 285 286 287
Fm. 268-287. -B1·anche gauche du forceps de Phypopyge mâle des Lycoriides. --
268. Trichosia splendens. — 289. T. hirlîpennis. —- 270. Plastosciara perniczosa. —
271. P. lignicola. —- 272. Sciaraneura qucrcicola. -— 273. Psilosciara Schineri. —
274. Lycoria lrochanterala. - 275. L. sculcllala. — 278. L. pilosa. — 277. L. hyali-
pennis. —- 278. L. glabra. -—- 279. L. humeralis. — 280. L. longiveniris. —— 281. L.
Edwardsî. — 282. L. ru[Icauda. -—- 283. L. llavimana. -— 284. L. analis. - 285. L.
Thomas. — 288. L. ungu ata. -287. L. miliiaris (part. selon Enwnnns et LENc.Ens·
DOHFL
1. L. ana1is(EcGsn). Bszzx, 1904 ; K1.r·:1NE, 1908, 109. ·- Fig. 284.
Diffère du L. Thomae par les caractères suivants : Q : articles des anten-
nes près de deux fois aussi longs que larges (1,5-2 : 1). - ,3‘ : plus de deux

248 mrrànns LYCORIIDAE
fois plus longs que larges (2-2,5 :1). Hypopyge : forceps avec une apophyse
élargie. —- Long. 3,8-5,2 mm.
Juin-septembre. Environs de Paris (BAGHIOT) ; Lyon (SONTHONNAX);
Hautes-Pyrénées (PANDELLÉ). Presque toute l’Europe.
Larve sur le pin, avec le illyelophilus piniperda (KLEiNE).
2. L. Edwardsi LEN Gnnsnonr, 1930, 67. —— Sciara irochanieraia Enwanns
(non ZETTERSTEDT), 1925, 536. — Fig. 281.
La structure hypopygiale de cette espèce est très voisine de celle du L.
longiveniris. On a vu dans la table que les deux espèces diffèrent par la pré-
sence ou l’absence de macrotriches sur la membrane alaire. — Long.
2-2,5 mm. _
Juin—juil1et. Prairies, bois et forêts, occasionnellement sur les fenêtres
dans les maisons. Angleterre.
3. L. flavimana (ZETTERsTEnr). — Sciara fulgens WINNERTZ, 1867, 56,
lesie LENGERsDOP.1~*, 67. —- Fig. 283.
Corps noir luisant. Ailes : transverse placée légèrement avant le milieu
de R1 ; apex de R1 rapproché de la base de la fourche médiane ;tige de la
médiane à peu près aussi longue (3) ou légèrement plus courte (2) que la
fourche ; nervure costale prolongée sur les 2/3 ou les 3 /4 de l’espace limité
par les nervures 2 et 3. —- Long. 3,5-4 mm.
Mai-septembre. Bois et prairies dans toute l’Europe.Steiermark(S·rRoBL).
4. L. glabra(ME1oEN).EnwAnDs, 1925, 537. — Sciara splendens Wm-
NERTZ, 1867, 140. — S. incerla W1NNERTz. — S. inicrrupia STP.oBL. —
S. prisca WINNERTZ iesie LENGEsDoRr, 67. — Fig. 278.
Corps brun noir. Pattes, balanciers et palpes jaunâtres. Antennes : qua-
trième article aussi long que large. Ailes : transverse placée légèrement
avant le milieu de R 1 ; apex de R 1 rapproché de la base de la médiane, ou
placé à son niveau ; tige de la médiane évanescente, marquée par quelques
macrotriches ; sa longueur virtuelle légèrement plus longue que la nervure
3. Cubitales avec des macrotriches sur presque toute leur longueur. —
Long. 3-3,5 mm. (d’après le iype).
Mai-septembre. Prairies et bosquets de l’Europe moyenne, occidentale
et méridionale. Rhénanie. Danzig.
5. L. htlmeralis (ZET'rERsrEDT). — Sciara armata WINNERTZ, teste LEN-
cnnsnonr 67. —- Fig. 279.
Corps d’un brun noir. Pattes claires, palpes brunis, balanciers jaunes à

Lvconm 249
renflement bruni. Pilosité mésonotale courte et faible. Ailes : transverse
placée avant le milieu de R 1 ; apex de R 1 placé au niveau de la base de
la fourche médiane ; tige de la médiane subégale à la fourche (5*) ou plus
courte (Q). —-· Long. 3-4,5 mm.
Mai-juillet. Bois et forêts. Rhénanie. Aude (Gavoy) ; Hautes-Pyrénées :
Tarbes (Pandellé) ; Basses·Pyrénées : Biscarosse (de Gaulle). Europe cen-
trale et septentrionale. Asie.
6. L. hyalipennis (Maman), 1804 ; Enwarms, 1925, 539 ; Lranennsnorxr,
1929, 60. — Sciara annulala MEIGEN. Liaiscnnsnonr, 1929, 56. —- S. autum—
nalis Wmmnrrrz, 1867, 144. 4- Fig. 277.
Mésonotum sombre à pilosité discale grise ou pâle. MA 1 ordinairement
arquée et costale prolongée sur moins de la moitié de la distance qui sépare
les nervures 2 et 3 (selon les types).
6. Forceps: branches ovales et pointues terminées par une assez longue
épine et par plusieurs macrochètes plantés sur l’arête interne. —- Long. 2-
3 mm.
Juillet-septembre. Commun dans les grottes et les cavernes de toute la
France. Styrie (Srnoian).
La larve mine occasionnellement les feuilles des Ranunculus (Hnnmc,
1937, 2156).
7. L. longiventris (Zsrransrnnr). Eowanns, 1925, 535. ¥ Fig. 280.
Corps d’un noir brillant. Pattes, antennes jaunâtres. Antennes: deuxième
article 2-3 fois plus long que large. Ailes : nervure transverse placée lar-
gement avant le milieu de R 1 ; tige de la médiane légèrement plus courte
que la fourche. - Long. 4-6 mm.
Mai-août. Presque toute l’Europe, mais rare partout. Rhénanie. Angleterre.
Larve dans le bois pourri (BRITTEN cité par Emvmans, 1925, 535).
8. L. lutea (Mmcim).
Mésonotum à pilosité discale noire. Corps en grande partie roux. Tête,
partie apicale des antennes et tarses noiràtres. Costale prolongée sur les
3 j4 de l’espace compris entre les nervures2 et 3 ; tige médiane avec quel-
ques cils à l'extrémité, ces macrotriches peuvent se réduire ou disparaître.
— Long. 2,5 mm. (d’après le type).
Mai-août. Prairies, bois et forêts. Environs de Paris, Verrières, Maisons-
Laliltte. Rhénanie. Europe centrale et septentrionale.
9. L. mllitaris (Nowicxi), 1867,3 et 23 ;1l1IK, 1895. —- Sciara Thomae
Gu1âR1N-MÉNEv1LLE, 1846, VIII;BE1.1NG, 1868, 1872, 1879, 1883. — Fig.
287.
Corps d’un brun noir. Ailes 2 transverse placée avant le milieu de R l ;

250 DIPTÈRES r.Ycoa1mAE
apex de R 1 situé au niveau de la base de la fourche médiane ; tige médiane
ciliée sur la moitié apicale et subégale à la fourche ; nervures 3 et 4 médio-
crement écartées, parallèles au milieu. — Long. 3-4 mm.
Europe moyenne.
C’est la larve de cette espèce qui forme ces réunions serpentines fausse-
ment attribuées au Lycoria Thomae (L.), auquel le L. militaris ressemble
superficiellement.
10. L. ornate.(W11~mEarz), 1867, 103 ; Lenceasnoar, 1929, 55.
Corps jaune comme celui du Lycoria lutea. S’en distingue par la costale
qui n’est prolongée que sur la moitié de l’espace compris entre les nervures 2
et 3 et par la tige médiane cîliée dans son tiers apical. Antennes : quatrième
article 2-2,5 fois plus long que large. Mésonotum avec la ciliation discale
noire. Ailes : transverse placée légèrement après le milieu deR 1 ; tige mé-
diane plus longue que la fourche ; tige cubitale aussi longue que la trace
sous-costale. — Long. 3 mm.
Août. Rhénanie. Autriche.
11. L. pilosa. (STAEGER). — Sciam rejecta ‘fVINNERTZ. -— S. inhonesta
VVINNERTZ, teste LENGERsDoaF, 67. -— Fig. 276.
Variable. En grande partie noir. Pattes jaunes ou brunâtres. Balanciers
noirs, jaunes ou blanchàtres. Antennes : quatrième article 1,5-2 fois aussi
long que large. Mésonotum à pilosité discale claire. Ailes : transverse placée
avant le milieu de R 1 ; apex de R 1 situé à peu près au niveau de la base
de la fourche médiane, soit avant, soit après ; tige de la médiane ciliée sur
la moitié de sa longueur et subégale à la fourche. — Long. 3,5-4 mm.
Mai-août. Bois et forêts. Rhénanie. Europe centrale et septentrionale.
Konigsberg (CZWALINA [morio ]).
C. von HEYDEN a obtenu cette espèce d’une larve trouvée dans le bois
mort.
12. L. ruficauda. (MEIGEN). -— Sciara boleti VVINNERTZ. —- S. vigilaœ
VVINNERTZ, teste LENGERSDORF, 67. — Fig. 282.
Corps d’un brun noir. Pattes et hypopyge roux. Balanciers d’un brun
gris à tige claire. Antennes: quatrième article 3-4 fois plus long que large.
Mésonotum à villosité grise. Calus huméraux jaunâtres. Ailes ztransverse
placée au milieu de R 1 ;apex de R 1 situé au niveau de la base de la fourche
médiane ; tige médiane légèrement plus longue que la nervure 3 ; costale
prolongée sur les 3 /4 de l’espace compris entre les nervures 2 et 3.— Long.
4 mm. (d’après le type).
Juin-août. Bois et forêts. Rhénanie. Europe centrale.
Larves dans le bois mort et dans un polypore pourri (C. vor: Hmm EN).

wconrix 251
13. L. scutellata (STAEGER). - Sciara elegans WINNERTZ. - S. bilineata
STAEGER. —- S. coarctata W1NNEn'rz. — S. pmxima XVINNERTZ. —— S. eœimia
Wxnmznrz. — S. viatica VVINNERTZ, teste Lisnoansoonr, 67. — Fig. 275.
Corps d’un noir luisant. Palpes, balanciers et palpes d’un brun jaunâtre,
tarses noirs. Mésonotum à pilosité discale jaune. Calus huméraux j aunàtres.
Antennes : quatrième article 2-2,5 fois plus long que large. Ailes : transverse
rapprochée du milieu de R 1 ; apex de R 1 situé à peu près au niveau de la
base de la fourche médiane ; tige médiane à peine plus courte que la four-
che ; costale prolongée sur les 2/3 ou les 3/4 entre les nervures 2et 3. —
Long. 2,5-3,5 mm.
Avril-septembre. Prairies, bois et forêts, fleurs de myrtilles. Rhénanie.
Environs de Paris, Lardy, Fontainebleau (R. Bianoisr). Styrie (S1·noBL).
Portugal (Cuormmn).
Larve dans le bois pourri.
14. L. Thomae (Liwmâ). Macouarrr, I,147;ScnmER,lI, 418 ; WINNERTZ,
1867, 16 ; Wow, I, 96 ; TnEonAL1>,I, 107 ; Kiznriâsz, 17 ; Enwxnos, 1925,
535. -— Fig. 250. `
Differe du L. analis par : Q articles des antennes plus de deux fois plus
longs que larges (2,5 : 1). 5 trois fois plus longs que larges (3 : 1). Hypopyge :
forceps avec une apophyse étroite. — Long. 5-6 mm.
Larve dans le bois pourri (C. voN HEYDEN).
Juin-septembre. Souvent sur les ombellifères et les herbes fleuries. Tres
commun dans toute l’Europe. Afrique mineure. Asie.
Larves dans les débris de Pins malades. Nymphes nues, sans coques, sou-
vent réunies par groupes nombreux dans les détritus poussiéreux du bois
sous les arbres abattus (Gizmo, 1902, 1183).
15. L. trochanterata (ZETTERSTEDT). - Sciara hispida \VmN1ar.rz, 1871,
847 ; Eownnns, 1925, 537, teste Lammocxc, 1930, 67. — Fig. 274.
Corps d’un brun sombre. Pattes jaunes. Renflement des balanciers bru-
nàtres comme les palpes. Antennes : quatrième article 2-2,5 fois plus long
que large. Ailes : transverse placée avant le milieu de R 1 ; apex de R 1 si-
tué après le niveau de la base de la fourche médiane ; tige de la médiane
plus courte que la fourche. - Long. 3-4 mm.
Juin-juillet. Prairies, bois et forêts, occasionnellement sur les fenêtres
dans les maisons. Belgique : Rochefort, Forêt. Trogloxène régulier de 1'en-
trée des grottes où il est parfois assez abondant (Lisnurrx, 1935, 11). Rhé-
nanie. Autriche. Angleterre. Europe centrale et septentrionale. Régions mon-
tagneuses de l’Europe boréale.
Larve en avril dans 1’humus mélangé de fumier et de débris de bois. Bois
pourri, mousses (Enwnnns) ; occasionnellement dans les vieux nids de merles
et de grives (A. H. HAMM, cité par Enwums).

252 DIPTÈRES LYCORIIDAE
16. L. ungulata. (Winmznrz), 1867, 142.- Fig. 286.
Corps noir. Pattes claires. Balanciers jaunes. Antennes : quatrième ar-
ticle 2-2,5 fois plus long que large. Mésonotum à soies latérales allongées,
noires. Ailes : transverse placée au milieu de R 1 ; apex de R 1 situé bien
avant le niveau de la base de la fourche médiane ; fourche médiane très
peu plus courte que la tige. — Long. 3-4 mm.
Juin. Bois et forêts. Rhénanie. l
G. SCIARA ME1GEN
MEIGEN, Illiger·’s Mag., II, 263 (1803). —Ne0sciara PETTEY, 1918, 320.
Les espèces du genre Sciara sont des diptères variables, ce qui rend leur
identification difficile. J ’ai essayé de réunir dans un tableau dichotomique
les caractères accessibles les plus stables permettant au moins une approxi-
mation. Pour quinze espèces ce sont les types eux-mêmes qui ont fourni
les descriptions rédigées ici. Pour les autres, les individus typiques ont été
comparés aux descriptions originales. La synonymie a été abandonnée,
elle est dangereuse dans ce genre. Dans tous les cas, pour la pratique de
l’identification, l’examen de l’aile et du forceps hypopygial du màle sera
d’un grand secours.
Près de cinquante espèces sont caractérisées ici. Plusieurs sont très com-
munes, mais il est certain que des recherches méthodiques et l’éducation
des larves permettront d'augmenter considérablement ce nombre.
(Test dans le genre Sciara que l’on observe ces réunions considérables
qui ont été signalées par divers auteurs (S. miliiaris Nov., GUÉRIN-luÉNE-
v1LLi3, S. humeralis LABoU1.BÈNE). Ce sont souvent des animaux qui ap-
partiennent au groupe des pseudoédaphontes de KRATOCHVIL (1936) pour
lesquels le sol ne constitue pas un milieu de développement unique et par-
ticulier. Le cas présenté par le Sciara Macfarlanei J oNEs, d’Amérique sep-
tentrionale, est exceptionnel. La larve de cette espèce semiaquatique vit
sur les insectes accumulés dans les ascidies des Sarracénies.
Les larves des Sciara sont ubiquistes et se développent dans diverses
substances d’origine végétale ; elles peuvent être humicoles, terricoles,
fimicoles, saprophages ou coprophages (Sciara brunnipes, convergens, co-
pmphila LINTNEB. (Etats—Unis), saproxylophages (S. socialis) ; plusieurs
sont cavernicoles (S. forcipala, for/iculala, ofenkaulis, etc.), Quelques es-
pèces vivent aux dépens des champignons (S. auripila, brunnipes, fenes-
lmlis, fungicola, ingenua); sel0nAUGUsT1N et VERKADE, une larve de Sciara
serait nuisible aux jeunes plants de fougères ; les larves des S. auripila et
iriiici ont été trouvées dans les plantules d’avoine et de blé ; les pommes
de terre gâtées et les bulbes véreux de liliacées hébergent les larves du S.
fenesiralis ; les tiges de certaines crucifères contiennent le S. praecoœ ;

scmna 253
selon Scmnmnos, la larve du S. albifrons SCHILLINGS a été trouvée dans
une tige d’Angelica sylvestris. On trouve encore les larves du S. longipes
et du S. pulicaria dans les cécidies provoquées par d’autres insectes.
En Amérique septentrionale, Forums a signalé un Sciara nuisible aux
racines de graminées. Les racines pourries des airelles ont donné le S. fulvi·
cauda FEr.·r. Selon M. HINE, le S. inconslans mine occasionnellement les
tiges des œillets. Les larves du S. mali Fxrcn ont été observées dans les
galeries d’une teigne de la pomme. Aux Iles Hawaï, le S. molokaiensis
GmMsnAw est nuisible aux cultures d’ananas dont il détruit les radicelles
(ILLINGVVOHTH, 1934).
Génotype : Neosciara coprophila LINTNER.
TABLEAU xms Espèces.
1-(2). Corps entièrement roux ............... ruîescens, p. 264.
2-(1). Non.
3-(4). Abdomen roux ou brun roux clair.
— Ailes : nervure7 normale ................... bicolot, p. 257.
- Ailesznervure 7 fortement courbée ..... convergens SZ, p. 258.
-l-(3). Abdomen noir, gris ou brun.
5-(6). Ailes 2 nervure 3 effacée à la base .......... ttitiei, p. 266.
6-(5). Nervure 3 entière.
7-22). Balanciers jaunes ou blanchàtres.
8-(9). Antennes : quatrième article 4 ou 5 fois aussi long que large ....
.................................... oîenkaulis, p. 262.
9-(8). Antennes plus courtes.
10-(ll). Ailes : nervure costale prolongée sur 1/3-1 /4 de la distance limitée
par les nervures 2 et 3 .................... vittigera, p. 267.
ll-(10). Ailes : nervure prolongée sur plus du 1 /3 de cette distance. `
12-(15). Costale prolongée sur l moitié ou les 2/3 de cette distance.
13-(14). Costale prolongée sur la moitié.
— Antennes : quatrième article 1,5-2 fois plus long que large ........
....................................... îorcipata., p. 259.
— Antennes : quatrième article 2-2,5 fois plus long quelarge. omata, p. 262,
l-1·(13). Costale prolongée sur les 2/3.
.- Forceps à branches étroites, terminées par une épine robuste .... .
....................................... auripila., p. 257-
— Forceps à branches renflées à la partie moyenne,terminées parune série
de spînules ............................. triseriata, p. 265_
15-(12). Costale prolongée sur plus des 2/3 de la distance limitée par les ner-
vures 2 et 3.
16—(l7). Antennes : articles allongés.
— Tige de la médiane plus courte que la nervure 3 . . brunnipes, p. 257.

254 orrrianss LYCORIIDAE
— Tige aussi longue ou légèrement plus longue. .. nobilis, p. 262.
17—(16). Antennes : articles courts.
18—(19). Pattes d’un brun jaune. .............. vernalis, p. 266.
19-(18). Pattes d’un jaune pâle.
20·(21). Ailes Z nervure transverse placée au niveau du milieu de R 1.
-— Tige de la médiane de même longueur que la fourche longipes, p. 260.
— Tige plus longue que la fourche ........... îungicola, p. 260.
21-(20). Transverse placée au niveau du dernier tiers de R 1.
— Tige de la médiane plus longue que la fourche. Tibias armés d’un seul
éperon ................................... pusilla, p. 264.
—— Tige subégale à la fourche. Tibias avec deux éperons pulicarîa, p. 263.
22-(7). Balanciers à renflement brun ou noir.
23-(24). Articles antennaires quatre ou cinq fois plus longs que larges. . .
........................................ setigera, p. 264.
24-(23). Articles antennaires plus courts.
25-(28). Antennes : articles 2,5-3 fois aussi longs que larges.
26—(27). Ailes 2 costale étendue sur la moitié de l’espace limité par les ner-
vures 2 et 3.
— Tige de la fourche médiane plus courte que la nervure 3. morîo, p. 261.
—— Tige subégale ............................ insignis, p. 260.
27-(26). Costale étendue sur les 2/3.
-- Tige de la fourche médiane égale à la nervure 3. Brucki, p. 257.
—- Tige de la fourche médiane plus courte que la nervure 3. confinis, p. 258.
28-(25). Articles antennaires plus courts. _
29—(32). Ailes : costale étendue sur les 3/4 ou les 4/5 de l’espace limité par
les nervures 2 et 3.
30—(31). Costale étendue sur les 3 /4.
— Nervure 7 courbée normalement,. ....... carbonèlria., p. 258.
— Nervure 7 fortement courbée ............ convergens 3*, p. 258.
3.1-(30). Costale étendue sur les 4/5 ........... Socîalis, p. 265.
32-(29). Costale étendue sur la 1/2 ou le 1/3 de l’espace limité par les ner-
vures 2 et 3.
33—(34). Costale étendue sur la 1/2 de l’espace 2 et 3.
— Palpes très courts, articles petits, arrondis. tricuspîdata., p. 265.
— Palpes normaux .......................... praecox, p. 263.
34—(33). Costale étendue sur plus de la 1 /2 de l’espace 2-3.
35·(36). Nervures 3 et 4 fortement courbées ...... vîttata, p. 266.
36-(35). Non.
37-(38). Nervure 7 (CuA1b) brusquement coudée. confinis, p. 258.
38-(37). Nervure 7 régulièrement courbée.
39-(40). CuA.la avec une légère courbure distale .... .. nigripes, p. 261.
40-(39). Non.
41-(42). Gostale prolongée à peine sur les 2/3 de l’espace limité par les ner-
vures 2 et 3. Tige de la fourche cubitale courte.

sc1AR.x $55
— Long. 1 mm. Nervure transverse placée au niveau du 1/3 apical de R1
......................................... minima, p. 261.
—- Long. 2 mm. Ncrvure transverse placée après le milieu de R 1 .....
........................................ . pygmaea, p. 264.
— Long. 3,5 mm. Transverse placée au milieu de R 1. fucntv., p. 260.
42—(41). Costale prolongée sur les 2/3 ou plus.
43-(44). Antennes : articles près de trois fois aussi longs que larges, à villo-
sité épaisse et serrée.
— Pattes noirâtres .......................... hilaris, p. 260.
— Pattes d'un brun jaune ................... perpusilla, p. 263.
44-(43). Non.
45-(50). Pattes sombres, mais légèrement plus claires que le corps.
46-(47). Antennes : quatrième article 1,5-2 fois aussi long que large.
— Ailes : tige de la médiane plus courte que la fourche. nitidicollis, p. 261.
- Tige aussi longue. ......................... tilicola, p. 265.
47-(46). Antennes : quatrième article 2-2,5 fois aussi long que large.
48·(49). Ailes : tige de la médiane aussi longue que la fourche. Vaneyi, p. 266.
49—(48). Tige plus courte. ‘
—·- Apex de R 1 placé au niveau de la base de la fourche médiane .....
......................................... pullula, p. 264.
— Apex de R 1 placé après le niveau ........... pauperata, p. 262.
50-(45). Pattes jaunes.
51-(52). Ailes : transverse (Rs) située au niveau du dernier tiers de R 1.
.......................................... vivida, p. 267.
52-(51). Ailes stransverse située à peu près au niveau du milieu de R 1.
53-(56). Antennes : articles médians à peu près deux fois aussi longs que
larges.
54·(55). Balanciers d’ur1 brun noir. ........ .. fenestralis, p. 258.
55-(54). Balanciers plus clairs ......... . ...... forîiculata, p. 259.
56-(53). Articles médians plus de deux fois et demie aussi longs que larges.
57—(58). Ailes : apex de R1 placé après le niveau de la base de la fourche
médiane .............................. îlavicauda, p. 259.
58-(57). Ailes : apex de R 1 placé avant ......... aprilina, p. 255.
1. S. aprilina MEx<;1aN. Laumansnonr, 1929, 59.-8. nemoralis Maman.
Liancnnsnonr, 1930, 52. —— S. albincrvis Wmnnnrz. Enwimns, 1925, 540.
— Fig. 315.
Antennes : quatrième article 2,5-3 fois aussi long que large (5), 1,5-2 fois
(9). Corps noir. Pattes jaunâtres. Ailes blanchâtres à nervures antérieures
noires ; transverse placée au milieu de R 1 ; tige médiane à peu près aussi
longue que la fourche ; costale occupant les 2/3 de l’espace limité par les
nervures 2 et 3. — Long. 2-3 mm. (d’après le type).
Avril-septembre. Bois et prairies. Assez commun dans toute 1'Europe.

256 DIPTÈRES L¥coR111:•AE
Angleterre, abondant en juillet à Carnarvon (EDWARDS). Paams (1876, 179)
l’a obtenu de larves trouvées dans la terre.
      294 295
288 2.89 290 291 292 293
Q È È È @ È  
296
297 zge zgg 300 301
(
303 .304 305 306 30f
| /
    Hp ,‘\ "
· Y;.
7 (\\
H
‘~  h .
303 509 310 311 312 313
`l
1 È
V 1 I/ll \\ — `
\\ \ \ï 1
3/4 3/5 316 317 3/8
Fm. 288-318. — Branche gauche du forceps de Phypopyge mâle des Sciara. -— 288.
Sciara ofenkaulis. —— 289. S. îriîici. — 290. S. feneslralis. — 291. S. rufescens. -— 292.
S. pusilla. —— 293. S. vcmalis. — 294-. S. vivida. —- 295. S. sctigera. -— 296. S. tilicola.
—-— 297. S. triseriaîa. ·— 298. S. confînis. — 299. S. hilaris. —- 300. S. pauperata. —
301. S. praecox. — 302. S. vîttaîa. — 303. S. mario. — 304. S. Brucki. —- 305. S. bi-
c0l0r·. -— 306. S. fungicola. -— 307. S. insignis. — 308. S. fucata. — 309. S. nigripes.
-— 310. S. perpusilla. -— 311. S. pygmaea. —— 312. S. vitiigera. -— 313. S. socialis. ——-
314. S. nobilis. —- 315. S. aprilina. — 316. S. carbonaria. ——· 317. S. flavicauda. —
318. S. forcipaîa (part. selon Enwuzns, LENGERSDORF, SÉGUY).

somna 257
2. S. auripila. Wmunnrz, 1867, 163.
Corps d’un brun noir, palpes, balanciers et pattes jaunâtres. Antennes :
quatrième article deux ou trois fois aussi long que large. Ailes : transverse
placée après le milieu de R 1 ; apex de R 1 situé avant le niveau de la base
de la fourche médiane ; fourche médiane aussi longue ou plus longue que la
tige. Hypopygium : très voisin de celui du S. lrilici. — Long. 2 mm.
Environs de Reims. Europe centrale.
Larves dans les plantules d’avoine ou de blé attaquées par les Oscines
(Mesmi.), dans les champignons de couche (Ausrm et Pircnen).
3. S. bic0l01‘ MEIGEN.·LENGERSDORF, 1929, 55 ; Enwixmis, 1925, 538. —-
S. ru/iventris MACQUART, I, 148 ; WINNERTZ, 1867, 15.- Fig. 305.
Base des antennes, calus huméraux et pattes rousses. Palpes brunis.
Thorax et tarses d’un brun noir. Balanciers jaunes (6), ou d’un brun noir
(Q). — Long. 4-8 mm. (d’après le lype de MEmEN).
l Mai à septembre. Peu commun, mais répandu dans toute l'Europe cen-
trale et méridionale. France septentrionale. Forêt de Nieppe (Mncgunrrr).
Rhénanie. Lyon (REY). Oliva (Czw.u.mA).
4. S. Brucki WxNNEn·rz, 1867, 38. -— Fig. 304.
Entièrement noir. Ailes, pattes, palpes et balanciers d’un brun noir.
Calus huméraux plus clairs. Hypopyge voisin de celui du S. maria ; il
s'en distingue par une longue épine dressée interne. -— Long. 4-5 mm.
Mai-juin. Rhénanie, bosquets (WINNERTZ). Italie: Florence, omhelles  
v. Bnucx). Ca et là dans toute l'Europe.
5. S. brunnipes Mercer:. Lnnoensnonr, 1929, 55; Enwnnns, 192.3, 538;
Ausrm et Prrcunn, 1936. —·- S. Bigoli LABOULBÈNE, 1863, 108 (sec. lyp.).
—— Fig. 245, 248.
Antennes : quatrième article 2-2,5 fois aussi long que large. Mésonotum
gris au fond avec trois bandes longitudinales villeuses claires ; calus humé-
raux roux ; quatre longues soies scutellaires. Ailes claires chez la femelle,
nervation assez variable. Celle du type présente 2 transverse placée avant
le milieu de R 1 ; apex de R 1 placé au niveau de la base de la fourche mé-
diane ; costale prolongée sur une longueur égalant ou dépassant les 2 /3 de
l’espace compris entre les nervures 2 et 3. — <3‘ : Hypopygium voisin de celui
du S. confinîs avec une épine interne dressée. — Long. 3-5 mm. (d'après le
type de MEIGEN).
Avril-octobre. Commun et répandu dans toute l'Europe.
Larve dans le fumier (LABoUx.BÈNE), dans les champigons de couche
(Ausrm et Prrcman), dans les nids des guêpes et des bourdons (Cotnnnr,
1936, 5).
sùouv 17

258 nierùznus LYCORIIDAE
6. S. carbonaria MEIGEN. EDwAP.Ds, 1925, 537.-S.atr·a MEIGEN, teste
LENGERSDORF, 1929, 56. -— Fig. 316.
Espèce d’un noir luisant, qui peut être confondue avec le Lycoria Tho-
mae, mais le mâle est beaucoup plus petit. Encore distinct par la longueur
de R 1 dont l’extrémité aboutit bien au delà du niveau de la base de la
fourche médiane, et par le grand développement des forceps du mâle. ——
Long. 3-5 mm. (d’après le type).
Eté—automne. Bois et prairies. Ombellifères. Commun et répandu dans
toute l’Europe.
7. S. confinisW1NNEa'rz. Enwmns, 1925, 538. ·— S. picipes LENeERs-
noms, 41. -- Fig. 298. `
Corps plus foncé que celui du S. brunnipes, mésonotum à bandes in-
distinctes. Hypopyge avec une paire de longues soies à la base et en dessous;
forceps : branches à bords parallèles, régulièrement arrondies au bout, et
armées d’une ou deux épines courtes, légèrement courbées sur la face in-
terne. — Long. 3-4 mm.
Mai. Bois et prairies de toute l’Europe centrale et septentrionale. Angle-
terre.
Larve dans le bois de hêtre (W1NNEn·rz). `
8. S. convergens PERRIS, 1871, Ann. Soc. ent. France, 154.
Palpes noirâtres. Thorax d’un noir luisant. Pattes noirâtres. Balanciers
bruns. Ailes enfumées, nervure transverse placée légèrement après le milieu
de R 1 ; apex de R 1 situé au niveau de la base de la fourche médiane ; four-
che médiane aussi longue que la tige, la nervure 3 courbée en S; costale
occupant les 2/3 ou les 3/4 de l’espace limitépar les nervures 2 et 3. Abdo-
men noir à pilosité blanchâtre. ·— Long. 3-4 mm. (d’après le type).
Avril. Landes (Pnnms).
La larve a été trouvée sur le pin, dans les galeries d’un Tomicus.
9. S. fenestralis ZETTERSTEDT. Prrcunn, 1936 ; AUSTIN et J ARRY, 1933.
— S. pauciseta FELT, teste LENGERsDoRF, 48. —S. agraria FELT. Enwanns,
1925, 540. — S. praecozv SYME,s (non MEIGEN), 1921, teste EDWARDS, 1925,
teste LENGERSDORF, 1930. —— Fig. 290.
Corps noir, mésonotum luisant. Pattes jaunâtres à tarses noirs. Ailes
brunies, transverse placée au milieu de R 1 ; apex de R 1 situé avant la
base de la fourche médiane ; tige de la médiane subégale à la fourche ; cos-
tale étendue sur les 2/3 de l’espace limité par les nervures 2 et 3. —- Long.
2-3 mm.
Avril·septembre. Commun et répandu dans toute la région holarctique.

sciarm 259 I
Bois, prairies et forêts, grottes et cavernes. Troglophile trés régulier dans
les cavernes de Belgique, de Rhénanie, de l’est et du nord de la France (Hus-
soN, Lrmurrr). Nids de guêpes (CoLr..~.n·r, 1936, 5).
Larve occasionnellement dans les champignons de couche (Svmzs, 1921 ;
Ausrxrx et Prrcman, 1935), dans le Polysticlus versicolor, dans la racine de
rhubarbe, dans les pommes de terre gâtées, dans les bulbes de Narcisses at-
taquées par 1’Eumerus slrigalus (Enwanns, 1924, 540). Peut être guanophile
dans les galeries profondes des cavernes. Observée dans les microcavernes,
eg. nids d'hirondelles de rivage (Lmuomnsnonxs apud Lsnuru, 1935, 12).
10. S. îlavicauda ZE'r·rERsTED·r. EDwARDs, 1925, 538. — Fig. 317.
Corps noirâtre. Pattes jaunes sauf les tarses. Antennes : quatrième arti-
cle 2 1 /2 fois aussi long que large. Ailes : nervure transverse placée au milieu
de R 1 ; fourche médiane aussi longue que la tige ; costale étendue sur les
2/3 de l’espace limité par les nervures2et 3. 5* : hypopyge jaune, forceps
à branches élargies et épaissies. —- Long. 3 mm.
Mai-juin. Europe centrale et boréale. Angleterre.
11. S. forcipata. W1NNER·rz, 1867, 161; LENGEnsDonF, 1930, 48. — S. pal-
lipes LENGEnsDom=·, 1929, 57 (non FAB.), — Fig. 318.
Corps d’un brun noir. Pattes jaunes, Ailes : cubitale à pétiole court ;
nervure 7 (Cu/11b) largement arrondie ; nervure transverse placée après le
milieu de R 1 ; apex de R 1 séparé du niveau de la base de la fourche mé-
diane par un espace supérieur à 1’intervalle costal entre les nervures 2 et 3 ;
MA 1 écartée de la costale. — Long. 2 mm.
Septembre·octohre. Prairies, bois et forêts de l’Europe moyenne. Rhéna-
nie. Grottes et cavernes de la France méridionale et occidentale. Baléares.
Espagne. Algérie (Bszzr, 1911, 27).
12. S. forficulata BEZZI, 1914, Alli Soc. Ilal. Sc. nal.,L1II, 211.
Corps noir. Abdomen bruni. Pattes d’un brun jaune, tarses noirs. Ailes '
grises ; transverse placée au milieu de R 1 ; apex de R 1 situé au niveau de
la base de la fourche médiane ; tige médiane aussi longue que la fourche ;
nervure costale étendue sur les 3/4 de l’espace limité par les nervures 2
et 3. — Long. 3-3,5 mm.
Espèce trés répandue dans les cavernes d’Europe. Belgique. Troglophile
et parfois trogloxène régulier des entrées de grottes (LERUTH, 1935, 12).
Nids de guêpes (COLLART, 1936, 6). Mines de Lorraine (Husson). Rhénanie.
Limbourg. Bavière. Westphalie. Bosnie. Suisse. Selon M. Aurnurm, ce
Lycoriide vit dans les mines de Bex sur les poutres humides. Il est stricte-
ment lucifuge.

260 ¤iP'rÈRas LYCORIIDAE
13. S. îucata Marsan. - S. nervasa Marsan. Lancaasooiw, 1929, 56
et 61. —-- Fig. 308.
Antennes couvertes de cils ; quatrième article 2-2,5 fois plus longlque
large. 5‘ : corps couvert de cils. Aile : cellule costale élargie ; apex de R 1
placé avant le niveau de la base de la fourche médiane ; tige de la fourche
médiane égale à la nervure 3 ; tige de la fourche cubitale courte ; costale
étendue sur la 1 /2 ou les 2/3 de l’espace compris entre les nervures 2 et 3.
—— Long. 2,5-3 mm. (d’après le lype).
Mars—octobre. Bois et prairies, herbes et ombellifères. Rhénanie. Europe
centrale.
14. S. fungîcola. WiNNaR·rz, 1867, 137. —— Fig. 306.
Antennes : quatrième article deux ou trois fois aussi long que large. Corps
noirâtre. Ailes grises ; apex de R 1 situé avant le niveau de la base de la
fourche médiane ; nervures 2 et 3 légèrement sinueuses ; costale prolongée
sur les 2 /3 de l’espace limité par les nervures 2 et 3. — Long. 2,5 mm.
Mai-août. Bois et forêts dans toute l’Europe. Belgique 2 Marche-en—Famenne,
Trogloxene, dans les débris végétaux à l’entrée d’une grotte (LERUTH, 1935,
.13). Obtenu d’un nid de guêpes (CoLLAm·, 1936, 6).
La larve se développe dans les champignons.
Le Sciara ingenua DUFoUR (1839, 29), LABoULBÈNE (1864, 89), qui a été
obtenu d’une larve trouvée dans un Bcleîus imbricatus, se rapporte proba-
blement à cette espèce.
15. S. hilatis W1NNERTz. — Fig. 299. _
Corps noirâtre. Apex de R 1 placé avant le niveau de la base de la four-
che médiane ; nervure transverse placée après le milieu de R 1 ; tige de la
médiane légèrement plus longue que la nervure 3 ; costale occupant les
3 /4 de l’espace compris entre les nervures 2 et 3. ——- Long. 2-2,5 mm. _
Avril-juin. Rhénanie. Europe centrale. `
Larve dans les champignons (WiNNaRTz).
16. S. insignis Wiismaarz. Eowanos, 1925, 539. —— Fig. 303.
Corps noir. Pattes et abdomen brunis. Ailes grises ; transverse placée au
milieu de R 1 (3), ou un peu avant (Q) ; apex de R 1 situé au niveau de la
base de la fourche médiane (5) ou proximalement (Q) . — Long. 5-7 mm.
Juin. Francfort. Europe centrale. Angleterre.
17. S. longipes Maman. Lancansoomv, 1929, 56. `
Uniformément brun, quatre derniers segments abdominaux plus clairs.
Palpes et balanciers jaunes, tous les trochanters avec une tache noire. Mé-
sonotum avec trois doubles rangées de soies claires. Ailes : fourche médiane

scmm 261
large ; nervure 6 (CuA1a)indistincteà la base; fourche cubitale étroite.
·— Long. 2 mm. (d’après le type).
· Août. Rhénanie, sur les herbes (Maman) ; d’une galle d’Andricus sur le
Qucrcus cerris, Grenoble (Ginmm). Europe.
l 1.8. S. minima Maman. Lamcensnoan, 1929, 59.
Antennes : articles 1-2 sphériques, deux fois plus larges que les articles
suivants ; quatrième article aussi long que large, à pétiole court. Corps
brun. Pattes, palpes et balanciers d’un roux bruni. Ailes d’un gris jaunâtre;
transverse placée à la limite du tiers apical de R 1 ; apex de R 1 situé avant
le niveau de la base dela fourche médiane ; tige de la médiane très peu plus
courte que la fourche ; costale étendue sur plus de la moitié de l’espace
limité par les nervures 2 et 3. -- Long. 1 mm. (d’après le lypc).
Rhénanie (MEIGEN).
19. S. morio (F,). Lnmcnnsnonr, 1929, .56. — S. lugubris Wmmanrz.--
Fig. 303.
Corps noir, calus huméraux étroitement jaunes, comme les palpes et les
balanciers. Pattes à peine plus claires. Mésonotum à longues soies noires.
· Abdomen longuement cilié. — Long. 5* 3-4 mm., Q 4-5 mm.
i Mai-septembre. Bois et prairies, sur les herbes et les fleurs ombellifères.
Commun et répandu dans toute la région paléarctique. Pnnms (1876,179)
1’a obtenu de larves trouvées dans la terre, sous la mousse.
20. S. nigripes Mnionn. Lnnoensnonr, 1929, 60. — Fig. 309.
Antennes : quatrième article deux fois plus long que large. Corps d’un
brun noirâtre. Pattes d’un brun jaune. Balanciers légèrement moins
foncés que les palpes. Ailes : nervure transverse placée au milieu de R 1 ou
légèrement après ; apex de R 1 situé avant le niveau de la base de la fourche
médiane ; tige de la médiane subégale à la fourche ; costale prolongée sur
les 2/3 ou les 3/4 de l’cspace limité par les nervures 2 et 3. —Long. 2,5 mm.
(d’après le type).
Mai-août. Bois et prairies. Rhénanie. Europe centrale.
21. S. nitidicollis (Mercer:). T11oMAs, 1931. — S. feneslrala Mmcniv. —-
S. scalopsoides MEIGEN, lesle LENGERSDORF, 1929, 57.
Corps noir. Pattes d’un brun noir. Ailes : transverse placée à la limite du
1/3 moyen et du 1/3 apical de R 1 ; apex del? 1 placé avant le niveau de la
base de la fourche médiane ; costale étendue sur les 2/3 de l’espace limité
par les nervures 2 et 3 . —- Long. 2-3 mm. (d’après le type).

262 nivràans LYCORIIDAE
J uillet-août. Bois et prairies, occasionnellement dans les maisons. Rhé-
nanie. Europe centrale.
22. S. nobilis Wmivnarz, 1867, 135. ·—— S. longispina PETTEY, teste LEN-
onasnonr, 53 ; Enwaans, 1925, 541. — Fig. 314.
Antennes : quatrième article 2-2,5 fois aussi long que large. Mésonotum
d’un noir luisant. Pattes d’un brun jaunâtre. Abdomen d’un brun noir.
Ailes : nervure transverse placée au milieu de:R 1 ; apex de R 1 situé avant
le niveau de l base de la fourche médiane ; costale prolongée sur les 3/4
de l’espace limité par les nervures 2 et 3. Abdomen d’un brun noir. Hypo-
pyge : forceps à branches subglobulaires armées d’une très forte épine. ——
Long. 2-2,5 mm.
Mai-septembre. Bois, prairies et jardins,_ herbes et feuillages. Rhénanie.
Europe et Amérique septentrionale.
23. S. ofenkaulis LENGERSDORF. — Fig. 288.
Corps d’un brun noir, hanches et fémurs j aunâtres. Ailes à nervures an-
térieures jaunes ; nervure transverse placée au milieu de R 1 ; apex de R 1
situé avant le niveau de la base de la fourche médiane ; tige de la médiane
aussi longue que la fourche ; costale étendue sur les 3 /4 de l’espace limité
par les nervures 2 et 3. — Long. 3-4 mm.
Septembre. Mines des Ardennes, de Lorraine et des Vosges (Husson).
Belgique. Troglophile inconnu en dehors des grottes. Assez rare (Lnaurn,
1935, 13). Cavernes de l’Europe centrale.
La larve se développe dans le bois pourri (Lnnonnsnonn, 1932-33, 319).
24. S. ornalia VV1NNERTz.
Corps jaune. Mésonotum à rangées de soies noires. Pattes jaunes. Ailes :
transverse placée légèrement après le milieu de R 1 ; apex de R 1 situé avant
le niveau de la base de la fourche médiane ; fourche médiane étroite, très
peu plus courte que la tige. —— Long. 3 mm.
Août. Rhénanie. Allemagne. Autriche.
25. S. pauperata WINNERTz. — Fig. 300.
Très voisin du S. nigripes. Ailes : tige de la médiane plus courte que la
fourche, les nervures 3 et 4 rapprochées. Costale prolongée sur les 2/3 de
l’espace limité par les nervures 2 et 3. —- Long. 3-4 mm.
Europe centrale.
25. S. perpusilla VVINNERTZ. —— Fig. 310.
Corps d’un brun noir. Balanciers noirâtres, à tige jaune. Ailes : apex de

sauna 263
R 1 placé avant le niveau de la base de la fourche médiane ; transverse
placée légèrement après le milieu de R 1 ; tige de la médiane aussi longue
que la fourche ; costale occupant les 2/3 de l’espace compris entre les ner-
vures 2 et 3. — Long. 1,5-2 mm.
Mai-septembre. Belgique: Canne, ancienne champignonnière, VIII ; acci-
dentel (Lmaurn, 1935, 13).
27. S. ptaecox Mmomx (non Swiss). Enwanns, 1925, 540 ; Lianorsas-
DORF, 42. — Fig. 301.
Antennes : quatrième article 2-2,5 fois plus long que large. Corps noi-
ràtre ; pattes d’un brun noir. Ailes à nervures épaissies ; transverse placée
au milieu de R 1 ; apex de R 1 rapproché du niveau de la base de la fourche
médiane ; tige de la médiane subégale à la fourche. -— Long. 3-3,5 mm.
(d’après le type).
Mai. Bois et prairies. Rhénanie. France centrale et méridionale. Europe
centrale. Probablement abondant en Angleterre.
Signalé comme nuisible aux concombres cultivés en pots. Pianms (1876,
193) l’a obtenu de larves trouvées dans des pieds de navets en fructification.
Le Sciara medullaris Giano (1902) présente tous les caractères du S. prae-
coœ ME1oEN. Il en diffère par la tige de la médiane plus longue que la fourche
et par la taille légèrement plus grande (3,5-4,5 mm.) Il a été trouvé dans le
nord de la France. Les larves sont très communes dans les tiges desséchées du
Senecio Jacobaca L., sur les falaiseset les dunes fixées des environs de Wime-
reux. Cette larve se nourrit de la moelle des tiges de séneçon perforées par
le Lyxus punctiventris Bon.
L’insecte que je rapporte au S. medullaris, et qui provient des environs de
Paris, s'est développé en juin, selon M. ESTIOT, dans une tige de Delphinium
attaquée par une chenille. KALTENBACII a également observé les larves d’un
S. praccoa: dans les tiges sèches de divers chardons ; il pense qu’elles se nour-
rissent des restes qu’ont laissés les larves d’autres insectes. STAEGER, quiles
a trouvées dans les tiges du Lappa major GAERTN., semble les considérer
comme phytophages (ZETTERSTEDT, 3735 ; HEEGER, 1853). Mais GERCKE
a vu que le S. Giraudi accompagne dans les tiges de Malva et d'Althaca
les larves des Apions. On sait que Parmis croit que toutes les larves de Sciara
veulent une nourriture animalisée ou azotée (champignons, excrément d’in-
sectes, fumiers). Que1ques—unes sont même zoophages.
28. S. pulicaria Maman, 1818, I, 282.
Corps d’un noir luisant. Pattes rousses ; tarses rioirâtres ; tibia III plus
long que le fémur ; tarse aussi long que le tibia ; protarse III aussi long que ·
les articles 2-5 réunis. Ailes à nervures brunes ; apex de R 1 écarté du ni-
veau de la base de la fourche médiane par un espace supérieur à l’écar·
tement des nervures 2 et 3 ; costale occupant les 3/4 de l’espace limité par
les nervures 2 et 3. ·- Long. 1,2 mm. (d’après le type).
Mai-septembre. Bois et prairies. Rhénanie. Europe moyenne.
Aurait été obtenu de galles moisies du Salim pentandra, par DAx~1LBoM.

264 nirràmzs 1.YcoR1mAE
29. S. pullula W1NNEn·rz.
Corps noir. Pattes, palpes et balanciers noirâtres.Antennes : quatrième
article 2-2,5 fois aussi long que large. Ailes 2 nervure transverse placée au
milieu de R 1 ; tige médiane plus courte que la fourche ; celle·ci étroite et
la nervure 3 subrectiligne. Hypopygium voisin de celui du S . ccnfinis. —
Long. 2,5-3 mm.
Mai. Belgique : cavernes. Trogloxène (LERUTH, 1935, 13); nids de guêpes
(COLLART). Europe centrale.
30. S. pusîlla MEIGEN. —— S. pavida WINNERTZ, teste LE.NGERsD0RF, 1929,
58. — Fig. 292.
Antennes : quatrième article 2,5 fois aussi long que large. Corps d’un
brun noir. Pattes jaunes. Ailes plus longues que le corps ; apex de R 1 situé
largement avant le niveau de la base de la fourche médiane ; costale éten-
due sur les 2/3 de l’espace limité par les nervures 2 et 3. —L0ng. 2-2,5 mm.
(d’après le type 5‘ de ME1cEN).
Eté. Bois, prairies et jardins. Rhénanie. Be1gique.Trogloxene aux entrées
de grottes (Lemire, 1935, 13) ; dans les nids de guêpes (Comnmr, 1936, 6)
31. S. pygmaea LENGERSDORF, 1929, 60. — Fig. 311.
Corps noir. Pattes jaunes. Articles antennaires deux fois plus longs que
larges. Ailes : nervure R 1 aboutissant sur la costale avant le niveau de la
base de la fourche médiane; tige de la médiane égale à la nervure 3. -—
Long. 2 mm. (d’après le type).
Rhénanie.
32. S. rufescens ZETTERSTEDT. —- S. pallidcz \VALK1an ; EDWARDS, 540. —-
S. compressa WALKER, teste LENGERSDORF, 54. — Fig. 291.
Mésonotum d’un brun rougeâtre,pleures jaunes.Tête noire. Pattes jaunes.
Balanciers à renflement bruni. R 1 aboutissant avant la base de la fourche
médiane ; costale étendue sur les 3 /4 de l’espace compris entre les nervures
2 et 3 ; apex de MA 1 placée avant l’apex de la branche postérieure de la
nervure 3. Hypopyge : forceps à branches subglobulaires. - Long. 2 mm .
Juillet-septembre. Bois et prairies dans toute la France. Allemagne. An-
gleterre.
- 33. S. Setigera W1NN1a;RTz. — Fig. 295.
Corps brun. Pattes plus claires. Ailes grisâtres : transverse placée au ni-
veau du milieu de R 1 ; apex de R 1 situé avant le niveau de la base de la
fourche médiane ; tige de la médiane subégale à la fourche ; costale étendue
sur les 2/3 de l’espace limité par les nervures 2 et 3. —-— Long. 2-2,5 mm.

scmmi 265
Mai-août. Herbes. Rhénanie. Belgique, trogloxène aux entrées des
grottes (LERUTH, 1935, 13).
i 34. S. socialis (W1NNEn·rz). Lnmosasnonr, 1930, 55. — S. gregaria
BEL1No.—- Fig. 313.
Brun noir. Antennes : quatrième article aussi long que large (Q), 1,5-2 fois
plus long (5). Palpes ; articles I épais, II-III petits et grêles. Ailes : bord
costal à villosité longue et forte ; transverse placée au milieu de R 1 ; apex
de R 1 situé avant le niveau de la base de la fourche médiane; tige de la
médiane légèrement plus courte que la fourche. — Long. 3 2-2,5 mm.,
93,5-4 mm.
Septembre. Rhénanie. Europe centrale.
Les larves se développent dans le vieux bois. Grégaires, elles peuvent se
réunir en bandes migratrices comme celles du S. mililaris Nowxcm.
35. S. tilicola. (Lonw). Enwarms, 1925, 541. — S. modesla LEN¤1aas—
noms, 51. — Fig. 296.
Corps d’un brun noir, pattes, balnciers brun jaunâtre. Antenneszqua-
trième article 1,5-2 fois aussi long que large. Ailes : transverse placée au
milieu de R 1 ; apex de R 1 situé avant la base de la fourche médiane ; cos-
tale occupant la moitié ou les 2/3 de l’espace limité par les nervures 2 et 3.
— Long. 2-3 mm.
Avril·0ctobre. Ca et là dans toute l’Europe.
La larve a été observée par Wxrnnnousn dans une galle du Tilleul.
36. S. tricuspidata Wmmaarz. Enwaans, 1925, 541.
Ailes : transverse placée au milieu de R 1 ; apex de R 1 situé avant le ni-
veau de la base de la fourche médiane; tige de la médiane aussi longue que
la fourche. Hypopyge à branches courtes armées de trois épines apicales.
— Long. 1,5-2 mm.
Avril-septembre. Bois et forêts. Europe centrale. Angleterre.
La larve mine occasionnellement le thalle d’un Marchantia.
37. S. triseriata Wmmzrrrz, 1867, 157. - Fig. 297.
Antennes : quatrième article 2,5-3 fois plus long que large.C0rps brun
noirâtre. Palpes et balanciers plus clairs que les pattes. Ailes : transverse
placée après le milieu de R 1 ; apex de R l situé avant le niveau de la base
de la fourche médiane ; tige médiane aussi longue que la fourche ; costale
étendue sur les 2/3 de l’espace limité par les nervures 2 et 3. —- Long.
2 mm.
Eté-automne, sur les herbes. Rhénanie. Europe centrale.

266 Dirrîsnns LYCORIIDAE
38. S. l21‘ll2l0lCOQUILLETT. EDWARDS et \VILLIAMS, 1916. —- S. pecloralis
EDWARDS, 1925, 539. — Fig. 289.
Calus huméraux tachés de jaune. Pleures jaunes au centre, partie infé-
rieure des sternopleures brun sombre. Mésonotum plus ou moins brun roux,
particulièrement au milieu. Pattes jaunes. Balanciers à renflement noi-
râtre. —— Long. 2 mm.
Europe.
La larve attaque les semis dans les serres. Elle ferait de gros dégâts sur
les céréales en Amérique du Nord (COQUILLETT, Insect Life, VII, 406, 1895).
39. S. Vaneyi FALCOZ, 1913, Bull. Soc. en!. Fr., 344 et 1914, 158, fig.
Corps d’un brun noir. Pattes légèrement plusclaires.Antenneszquatrième
article 2-2,5 fois aussi long que large. Ailes 2 transverse placée au milieu de
R 1 ; apex de R 1 situé nettement après le niveau de la base de la fourche
médiane ; costale étendue sur les 2/3 de l’espace limité par les nervures 2 et
3. — Long. 3 mm. (d’après le iype).
Mars-octobre. Hautes-Alpes : Briançon, dans un terrier de marmotte.
·(FALcoz).
40. S. Vernalis (ZETTERSTEDT). — S. moniicola WINNERTZ.·— Fig. 293.
Corps d’un brun sombre. Palpes noiràtres. Balanciers j aunâtres. Ailes :
nervure transverse placée après le milieu de R 1 ; apex de R 1 éloigné du
niveau de la base de la fourche médiane ; tige médiane subégale à la four-
che ; costale étendue sur les 2/3 et les 3/4 de l’espace limité par les nervures
2 et 3. -— Long. 2 mm.
Août. Europe centrale et septentrionale. Pontresina (v. HE.YnEN).Alpes
de Styrie (STROBL).
41. S. vittata. MEIGEN· LENGERSDORF', 1929, 60. — S. opaca W1NNER·rz.
-— Fig. 302.
Corps brun. Mésonotum luisant avec trois rangées de cils jaunes. An-
tennes : quatrième article 2,5-3 fois plus long que large. Palpes courts, d’un
brun roux. Ailes : nervure transverse placée après le milieu de R 1 ; apex
de R 1 rapproché du niveau de la base de la fourche médiane ; tige médiane
plus courte que la fourche ; cellule médiane entre les nervures 3 et 4 en
forme de clochette ; costale prolongée sur les 2/3 de l’espace limité par les
nervures 2 et 3. Branches du forceps hypopygial semblables à celles du
.S. confinis. — Long. 2,5-3 mm. (d’après le lype de lllEIGEN).
Avril-août. Europe.

scmm 267
42. S. vittigera Zarriznsrrzor. - S. in/lala VVINNERTZ. EDWARDS, 1925,
539, lesle Lsuonasnonr, 42.- Fig. 312.
Mésonotum légèrement plus brillant, sans trace de bandes. Hypopygiumz
forceps à branches épaisses, terminées par une cavité bordée de 2-4 épines
de chaque coté. —· Long. 3-3,5 mm.
.Iuin—septembre. Toute l’Europe. Angleterre. Selon M. Enwanns, les
mâles de cette espèce forment de petits essaims dansants, phénomène non
habituel dans la famille des Lycoriides.
43. S. vîvida WINNERTZ, 1867, 156. —— S. mundula WxNNEm·z, lesle
Lamoansnonr, 1930, 58. — Fig. 294.
Corps d’un brun noir. Pattes d’un brun roux. Antennes fines et grêles ;
quatrième article 2-4 fois aussi long que large. Aile : apex de R 1 aboutis-
sant avant le niveau de la base de la fourche médiane ; tige de la médiane
aussi longue que la fourche (5), ou légèrement plus courte (9) ; costale éten-
due sur les 2/3 de l’espace compris entre les nervures 2 et 3. — Long. 2-
2,5. mm. ·
Avril-octobre. Herbes et fleurs des prairies et des bois. Occasionnellement
dans les maisons. Toute l’Europe. Mines des Ardennes, de Lorraine et des
Vosges (Husson). Suisse : St. Moritz. Francfort (v. Hsvmzw). Belgique.
Troglophile (7). Cette espèce est surtout fréquente aux entrées des grottes
dans les débris végétaux où elle se reproduit vraisemblablement (LERUTM,
1935, 14). \Vestphalie. Saxe (Lxmonnsnonr).
La larve a été observée dans un champignon corticole (v. HEYDEN), dans
les champignons de couche (Ausrm et Pircrima, 1935), souvent dans les
nids de guêpes (CoL1.Am, 1936).
S.-F. ZYGONEURINAE
Un genre.
G. ZYGONEURA MExoEN
MEIGEN, S. B., VI, 304 (1830) ; Ebwmms, 1925, 533 ; LENGERSDORF,
1930, 66. — Zygomma ENDERLEXN, teste ScHMx·rz, 1915, 157.
Antennes de 2 + 14 articles longuement pétiolés et verticillés chez le mâle,
à pétiole et villosité courte chez les femelles. Palpes de quatre articles. Ailes
larges, dénudées; R 1 courte, transverse placée après le niveau du milieu;
MA 1 prolongée jusqu’à l’extrémité de l'ai1e; fourche médiane à branches
très écartées.
Génotype : Zygoneura sciarina MMGEN.

268 n11>TÈREs LYCORIIDAE
Z. sciarina ME1eEN. SCHMITZ, Zool. Anz., XXXV, 307-309 (1910). -—·
_ Fig. 267. -
Corps brun. Palpes jaunâtres. Antennes brunes. Pattes rousses, tarses
R2+5' R1 Je RM .
\   `
*àr' ,
’ f 2/1
IMP
. ' 319
img" CU/42
v   a A '
_,·--··"" ````   \Cu/ïJ/ I
5 ``````` ` `-~·   ..
     
`\ \\   '  
‘*s———— «· 1*%
wi ``````'‘`‘ · ··*·'‘ ; ' * M "
·—» \
7 ______,.»«/"¥—·—~·%/È
\
\
\ / 320
x
\
/
/
/
FIG. 319 et 320. — Hesperinus imbecillus (Lonw).
noirs. Balanciers à pédicelle jaunâtre, renflement bruni. 3‘ : hypopyge à
forceps fortement épineux. —— Long. 3-4 mm. (d’après le type).
Mai-octobre. Commun et répandu dans toute l’Europe.
La larve a été trouvée sous 1’écorce d’un Cytisus tombé. Les métamor-
phoses ont été décrites par BEMNG, W. c. Z., IV, 308 (1885).

FAMILLE DES HESPERINIDAE
Caractères généraux. - Mâles : yeux séparés. Ocelles très développés.
Antennes plus longues que la tête et le thorax réunis ;articles du flagellum
plus longs que larges, distinctement séparés ; deuxième article basal très
développé. Hanches non allongées. Pattes longues et grêles. Tibias sans
éperons. Ailes bien développées, la nervure costale finement ciliée entoure
l’aile ; nervure transverse RM rapprochée du milieu de l’aile ; première
nervure anale prolongée au bord de l’aile ; deuxième anale vestigiale ; lobe
anal bien développé (fig. 319).
Un seul gem·e connu dans la région paléarctique.
G. HESPERINUS WALKER
WALKER, List Dipt. Brit. Mus., I, 81 ; DUDA, 1930, 8 ; ALEXANDER, 1931,
11. — Spodius LoEw. Scn1NEE, II, 639.
(B`. Sc longue ;R 1 aboutissant largement après la base de la fourche mé-
diane ;R 2 + 5 présente ; CuA1a rectiligne ; Gu Alb brusquement coudée et
parallèle à la première anale ; CuA2 chitinisée.
Génotype : Hesperinus brevifrons WALKER (Canada).
H.imbeci1lus (LoEw), 1858, II, 108 ;WULP, I, 122. — Fig. 319, 320.
3. Tête et thorax d’un noir gris. Hanches jaunâtres ; pattes jaunes, fé-
murs brunis sur la face interne. Ailes subvitreuses, grisàtres au bord anté-
rieur, nervures jaunes. Abdomen d’un brun sombre. -— Long. 6 mm.
$2. Aptère. Antennes plus courtes. Tête et thorax noirs. Pattes plus
robustes. Abdomen d’un brun noir. - Long. 4,5 mm.
Mai-juin. Europe centrale et méridionale.

FAMILLE nes BIBION 
cAnA¤·rEaEs GÉNÉRAUX
ADULTES.
Tête. — Tête ordinairement aplatie. Espace interoculaire nul chez les
mâles, ou le front est très étroit ; face courte. Yeux arrondis ou réniformes,
développés chez les mâles et formés de deux séries d’ommatidies élargies
à la partie supérieure, très petites en bas. La tête paraît être entièrement
formée par les yeux (Bibio), ou yeux arrondis, réniformes, plus ou moins
développés et toutes les pièces de la tête visibles. Ocelles bien développés,
placés sur un calus saillant (fig. 321, 322).
IR
®
â .
et C C  
ga 6,0) «•· LW _)
% C `Q
É . ’ ( N `~
%,t¤*‘° \   /
; x
8 .221 b 222 eze
Fm. 321-323. ——- Bibio horiulanus (LINNÉ). 321 a, tête du mâle vue de profil, montrant
l’œil latéral. — 321 b. Tête vue de face. — 322. Tête de la femelle vue de face. —- 323.
Griffes des pattes antérieures du mâle montrant les pattes et l’empodium.
Appendices dela fête. — Trompe jamais très longue, labelles épaisses,
ciliées. Palpes variables, composés de 3-5 articles, quelquefois allongés, le
plus souvent courts. Antennes rapprochées par la base, composées de 8-16
articles cylindriques, moniliformes ou légèrement aplatis, étroitement
cohérents, rarement plus longues que la tête et le thorax réunis.
· Tho1‘a.X. — Ovalaire, plus ou moins renflé, bombé ou très arqué ; pro-
thorax très développé, suture transverse nulle ou très peu apparente. Mé-
sonotum et pleures pileux et plus ou moins sétuleux. Scutellum arrondi,
souvent bordé de soies plus ou moins développées, mésophragme élargi,
arqué ou non, très souvent vertical.
Appendices du ihoraœ. — Hanches fortes et longues. Pattes médiocre-
ment fortes et allongées, la paire postérieure plus longue ;fémurs I très sou-
vent épaissis ; tibias I avec des épines apicales ou des rangées de spinules
apicales. Pelotes et empodium ordinairement distincts 2 ils peuvent être
· réduits ou nuls chez les petites formes. Ailes grandes et larges entourées
par la nervure costale, nervation simple, nervures antérieures souvent

INTRODUCTION 271
beaucoup plus épaisses que les postérieures ; un stigma ou non ; nervure
R 2 + 3 présente chez les Plecia; R 4 —|— 5 longue et parallèle à MA 1 ;
R 2 + 3 oblitérée chez les formes de l’Europe occidentale, mais remplacée
par le rameau R2 + 5 ; première fnervure anale prolongée au bord de
l’aile ou non. Au repos, les ailes sont croisées l’une sur l’autre comme les
lames d’une paire de ciseaux (fig. 324-331).
Abdomen. — Formé de 7-9 segments robustes, plus ou moins aplatis,
surtout chez les mâles ; hypopygium gonflé, robuste, jamais très réduit.
Abdomen cylindro-conique, plus ou moins développé chez les femelles ;
oviducte mou, cerques peu chitinisés.
Chez plusieurs espèces, les mâles diffèrent des femelles par la coloration ;
le mâle est ordinairement de couleur noire,la femelle est rouge ou orange.
Ce dichroïsme, ajouté à la forme de la tête, permet de reconnaître instan- _
tanément les sexes.
Les Bibionides sont des insectes lucicoles qui apparaissent parfois en
quantités immenses ; toujours communs au printemps sur les herbes, dans
les prairies, ou sur les fleurs des arbres fruitiers ou d’ornement. Leur grand
nombre leur permet d’activer la fécondation croisée des végétaux. Vol faible
et mou, peu soutenu ; marche également lente, maladroite et paraissant
difficile. FALLOU (1881) a observé des individus accouplés sur des fleurs de
Rhubarbe qui étaient dévorés par des Telephorus fuscus. L’accouplement a
lieu presque aussitôt après la sortie de la nymphe, il peut s’effectuer au vol
et se prolonger sur le sol ou sur un support pendant plusieurs heures. La
durée de la vie de l’adulte ne paraît pas dépasser 15-20 jours.
(Eurs.
Les œufs sont de petits corps cylindriques plus ou moins brusquement
arrondis aux deux bouts. ils peuvent être déposés isolément dans le sol
ou agglomérés par une mucosité et réunis en une masse peu serrée. Une
ponte peut rassembler mille œufs ou plus (fig. 333, 337).
LARVES.
` Dès sa naissance, la jeune larve est géophage et son évolution est lente.
Toutes les larves provenant d’une même ponte restent groupées au même
endroit. Toute l’évolution se poursuit dans le sol. Au troisième âge, le corps
de la larve est ordinairement subcylindrique, mou, couvert d’une peau
épaisse, d’un gris noirâtre, armée de saillies ou de fortes épines ambulatoires.
Tête noire, fortement chitinisée ; mandibules robustes ; palpes maxillaires
bien développés ; antennes microscopiques ; chaque segment de l’abdomen
peut porter des digitations membraneuses (fig. 332, 338).
La biologie des larves de Bibionides a été étudiée par de nombreux au-
teurs depuis RÉAUMUR, HEEGER et BELING jusqu’à M. Monms (1921). Le
régime alimentaire de ces insectes a été très discuté. Il semble cependant

272 DIPTÈRES mB1oNIoAE
hors de doute, après plus de vingt observations faites dans tous les pays
d’Europe, que les larves de Bibionides, géophages au début de leur exis-
tence, peuvent devenir occasionnellement phytophages. Leur grand
nombre provoquerait des ravages considérables. Mais les dégâts sérieux
paraissent exceptionnels.
Sc Rs I"M2
R2+5`.Iî  ,·
fîîî
M4]   ZA .
‘ · P/ecza
/*7/lzâ A 324
fuzz, NP é`u/‘lIa—-6/ Cu/la IA
RM M42 RM Rs M42
îïl
  Mg,. K
"f  é
flmaszà P/Ziûà
325 326
RN Rs
-¤ ' î î 
  /**7//  .. .' .v
'  ff- '
322 Bib/b /10r!uÀswus 328.5%/0 cÃa vyzcs
Fm. 324-328. -— Ailes des Bibionîdes (schématique).
Les larves sont parasitées par une grégarine (Schneideria) et une micro-
sporîdie du genre Glugea. Des Rhabdilis ont été observés chez le Bibio hor-
lulanus (Lux, 1937). Une larve de Diptère a été signalée par M. Monms
(1922) et un Hyménoptère Spilomicrus a été observé en Hollande.
~ TABLEAU DES SOUS—FAMILLES.
—— Ailes : R 2 —i— 3 et R 4-]- 5 présentes, parfois réunies (R 2+5) ; nervure
7 (CuA2) plus ou moins chitinisée (fig. 324). Fémurs I non épaissis. Ti-
bias inermes ou armés d’éperons faibles et courts. Pleciinae, p. 273
—- Ailes : R 2 —l— 5 nulle ; nervure 7 non chitinisée. F émurs I souvent épais-
sis (fig. 327). Tibia I épineux, tibias II et III avec deux courts éperons
apicaux, souvent émoussés ............... Bibioninae, p. 274

AMAsiA ' 273
· S. F. PLECIINAE
Deux genres composent cette sous-famille, le genre Amasia dont une
dizaine de représentants ont été signalés de la région paléarctique, et le
genre Plecia dont l’unique espèce paléarctique (P. nigra Lsrn.) habite la
région de l’Amour. Cependant, le genre Plecia possède de nombreux re-
présentants fossiles dans les terrains oligocènes de France. M. N. TxiEoBAL¤
en a reconnu près de 40 espèces. Les formes actuellement vivantes de ce
genre sont maintenant confinées dans la région orientale et méridionale de
l’Ancien Monde et en Amérique centrale et australe. Dans cette sous—
famille, le seul genre Amasia possède une espèce assez commune dans les
limites de la faune francaise. Ce genre se distingue des Plecia par les carac·
tères suivants.
TABLEAU nus omxnxas.
— R 2 -|- 5 oblique sur MA 1 et beaucoup moins longue que celle-ci ;
R 2 + 3 nulle ; fourchedela nervuremédiane (MA 2) pétiolée; 1 A pro-
longée jusqu’à la marge de l’aile (fig. 324). P. nigra Lnsrn. Asie. ....
........................................ Plecia WIEDEMANN·
— R 2+5 parallèle à R l, mais plus courte que M A 1 ;R 2 + 3 nulle ;
fourche de la nervure médiane pétiolée ou non (melanaspis BRUNETTI,
Indes), 1 A prolongée à la marge (melanaspis) ou non (funebris) (fig. 325).
.......................................... Amasia. Maman.
G. AMASIA NIEIGEN
ME1GEN, Nouv. Classif., 20 (1800). — Penlhelria ME1GEN, 1803, Illiger·’s
Mag., II, 264.
Ailes : R 2 + 5 rapprochée de RM ; DIA 2 à pétiole court ; CuA2 (7)
et lA (8) non prolongées à la marge de l’ai]e; 2A (9) courte et vestigiale
(fig. 825). .
Génotype : Penlhelria funebris ME1cEN.
A. funebris (MExsEN). ·— Penlhelria holosericea M1a1o.EN. MAcoUAn1·, I,
175; Sciximan, II, 355; WULP, II, 211 ; KEMPER, 1928. —— Fig. 325, 329·
331.
Corps entièrement d’un noir mat uniforme, à pilosité noire, rase, appli-
quée. Tête plus haute que large; triangle ocellaire saillant. Trompe courte,
épaisse. Palpes formés de quatre articles. Antennes de onze articles. Tho`-
rax étroit ; calus huméraux saillants et rebordés. Pattes longues, griffes
et pelotes noires. Balanciers longs et larges. Ailes noires, plus longues que
sàouv 18

274 nxrrànxzs B1B1oN1nAE
l’abdomen (Q), ou rudimentaires, rétrécies` et plus courtes que l’abd0men
(5), (fig. 331). Abdomen allongé, subcylindrique ou conique. — Long.
5-7 mm.
Mars-juin. Commun et répandu dans presque toute l’Europe.
Larve dans les substances végétales décomposées, surtout dans le bois.
Elle est remarquable par les segments prolongés en épines latérales. M. LE
CERF l’a trouvée dans le terreau d’un arbre vermoulu (Lardy, IV) et M. MA-
NEvAr. l’a observée dans les mêmes conditions en Auvergne (Taulhac). La
nymphe est moins profondément segmentée, les épines des séries latérales
et dorsales sont plus courtes.
"\\ //’
\ /
A  / ~
\
É Ègâa
·  
V X V \/
A / ’ H * \  
·; È / ill \ z,)
A   ( / (E \ L5
~ . I \ [À
m YZ A x
«_ sç\ . l=i A Ã
. p _ · ·   ï S
329 I, 33/ x 3.30
l l
F10. 329-331. - Amasia funcbris ME1c.EN. —— 329. Larve. — 330. Nymphe (part. selon
KEMPER). -—- 331. Mâle brachyptère.
S.-F. BIBIGNINAE
TABLEAU DES GENRES.
— Tibia I avec une rangée apicale d’épines (fig. 336). Mésonotum : partie
antérieure avec deux rangées d’épines. Costale largement prolongée
après l’intersection de la troisième longitudinale (fig. 326) .............
............................... .. ................. Philia., p. 275.
— Tibia I avec deux épines apicales (fig. 340). Mésonoturn sans rangées
épineuses antérieures. Costale ne dépassant pas l’intersection de la
troisième longitudinale (fig. 327, 328) .............. Bibio, p. 278.

PHILIA 275
G. PHILIA Maman
MExoaN, Nouv. Classif., 20(1800). — Dilophus Maman, Illiger·’s Mag. I
II, 264 (1803) ; Kanrasz, 1903, 81 ; Moams, 1922, 189 ; BALAcnows1<¥ et
MESNIL, 860.
   ·,.¤lIIl|  
, M 1 W
io " ·
V ` \\
`î\ · -
à . _
335 \\ Il , ' "\
\ I
«/ 336
. v sw °__ ‘ï, “..`».`..`_* D
G É
334*
333 CD
Fm. 882-386. -882. Philia fcbrilis (Lirma), œuf. -— 333. Id., larve. — 334. Id., nymphe
(part. selon Monms). — 335. Philia femorata Maman, profil du màle. - 336. Philia
ienuis Maman (5‘), tibia X, vu de trois quarts.
Mésonotum armé de deux rangées antérieures d’épines émoussées. Pattes
robustes, fémurs I armés de deux ou trois rangées d’épines émoussées ou
pointues. Ailes avec le même système de nervation que les Bibio, costale
prolongée après l’intersection de la nervure 2 (MA 1) (fig. 826).
Le enre Philia com rend environ vingt espèces ré andues dans toute la
_ E! P P
région paléarctique. Elles volent au printemps de la même manière que les

276 DIPTÈRES BIBIONIDAE
Bi bio. Hygrophiles et anthophiles, ces mouches jouent un rôle actif dans la
fécondation des fleurs (EDWARDS).
La biologie a été étudiée par M. Monnis (1922). Les œufs sont déposés en
paquets de plusieurs centaines dans le sol des prairies. L’incubation dure
18 à 20 jours. Les larves sont des insectes saproxylophiles à évolution assez
rapide. Elles seraient occasionnellement nuisibles aux parties souterraines
des céréales (avoine). On les a trouvées sur les laitueset sur les choux. Ordi-
nairement deux générations annuelles (fig. 332-336).
- Génotype : Tipula febrilis LINNÉ.
TABLEAU mas ESPÈCES.
1—(4). Tibias l avec trois rangées transverses d’épines, une basale, une mé-
diane, une apicale.
2—(3). Tibias I zla rangée médiane est formée de deux épines.bispinosa,p.276.
3-(2). Tibias l : la rangée médiane est formée de deux (9) ou de trois
épines (3).
—- 3. Tibias 111 et protarse III grêles, non spatulés. . minor p. 278.
—— 3. Tibias III et protarse III régulièrement dilatés en massue légère-
ment spatulée ............................. tenuis, p. 278.
4—(1). Tibias I épineux au milieu et apicalement.
5-(6). Pattes entièrement noires. Ailes vitreuses (3), noirâtres (Q) .....
......................................... febrilis, p. 277.
6—(5). Pattes partiellement ou entièrement rousses. Ailes non noircies (S2).
7-(8). Ailes à membrane opaline ou laiteuse. Mésonotum entièrement
noir (3 $2) ............................... femorata, p. 277.
8—(7). Ailes vitreuses (3), plus ou moins jaunâtres ou brunâtres (2). Méso-
notum noir, calus huméraux roux.
-—- 9 : Ailes décolorées ou très peu brunies dans la cellule costale .....
............................ . ............ antipedalis, p. 276.
-—- 9 2 Ailes brunies ; nervures postérieures et cellule costale distinctement
brunies ................................. hume1'alîS, p. 277.
1. P. antipedalîs(ME1eEN). —- DUDA, 1930, 26.
_ Noir. Prothorax, hanches I et fémurs I brun noir ou brun roux. Pattes
d’un brun noir. Balanciers d’un brun sombre. 3 : ailes décolorées, bord an-
térieur concolore ou grisâtre. 2: ailes j aunâtres ou brunâtre clair, bord an-
térieur concolore, brun ou noir ; nervures postérieures grises, antérieures
noirâtres. — Long. 4,5 mm.
Europe. Portugal (HZOFFMANNSEGG). Afrique septentrionale.
2. P. bispinosa. (LUNDSTRÉÃM).
3 : Thorax noir à pilosité noirâtre, parfois les calus huméraux d’un brun

rmtia 277
noir. S2 : thorax jaune, roux ou brun de poix ; pronotum roux latéralement.
Hanches, fémurs et tibias jaunes, à pilosité jaune; tibias I d’un brun roux;
tarses en majeure partie noirs ; tibias III et tarses postérieurs allongés,
grêles. Ailes décolorées, marge antérieure pâle (3 S2) ou légèrement brunie
(Q). — Long. 3-4 mm.
Var : Hyères (ABEILLE DE Pnnnm). Naples (Cosne). Europe centrale et
m éridionale. Angleterre.
3. P. îebri1is(L1Nmâ).— Dilophus vulgaris MExoEN, 1818, S. B., I, 306 ;
Mlxcguanr, I, 176 ; Scmman, II, 357 ; WULP, I, 220 ; Kanrész, 1903, 82.
- D. marginalus MExGEN (sec. lyp.). ·
3 S2. Corps uniformément noir ; pilosité rase plus ou moins jaunâtre.
3: ailes décolorées sur le disque, bord antérieur bruni. — 2 : ailesbrunes
sur la plus grande partie, apex vitreux ou blanchâtre. — Long. 3,5-7 mm.
Mars—avril, juillet-septembre. Très commun et répandu dans toute la
France. Corse (Enwimns). Espagne (CAzuaRo).Algérie (DU BUYSSON)· Nor-
vège, monte jusqu’â 2100 m. (Münman).
La larve, occasionnellement phytophage, peut être nuisible à diverses
plantes cultivées (seigle, orge,trèfle). On la trouve aussi dans les fumiers et
les terreaux des jardins, les prés et les pelouses où elle attaque les jeunes gra-
minées (Gmzmn 1883).
En Hollande, M. VAN Ponmnsm l’a trouvée dans la cire d’une ruche
d'abeil10s (Rev. App!. Ent., XXI, 533, 1933). Les métamorphoses ont été
étudiées par M. Monms (1922, XIII, 189).
·1.P.f%m0fB1Z&(MEIGEN).— MAcQUAn·1·, I, 177 ; Scmman, II, 357 ;WUL1>,
I, 221. — Dilophus albipennis MEIGEN (sec. lyp.).
Noir, calus huméraux jaunis, pilosité blanchâtre. Fémursl roux. Balan-
ciers et pattes postérieures noires. Ailes: nervures postérieures décolorées;
bord costal vitreux (3), bruni (Q). —— Long. 5 mm. (d’après le type).
Mars-avril, juillet-octobre. Morbihan (Soncour) ; Basses-Alpes ; Var (A N-
cmr) ; Hautes-Pyrénées, fleurs, herbes et feuillages. Rhénanie, ombelli~
fères (Mxaicnm). Dalmatie (Srnonn). Espagne (N.·.vAs). Algérie (Suncour,
Tmànv). Norvège. Laponie. Russie arctique. On le trouve jusqu`à 2.200 m.
dans les régions montagneuses.
La larve a été signalée comme nuisible aux plantules de blé et de seigle
(RWPER, 1935). Les métamorphoses ont été étudiées par M. Momus (1922,
XIII, 194).
5. P. humeralis (ZETTERSTEDT). — Scnimzn, II, 357 ; WULP, I, 122 ;
Tnnonaw, I, 162.
Balanciers noirs. 8 : ailes vitreuses. $2 : ailes brunies, il nervures posté-
rieures d’un brun sombre. Cellule costale distinctement brunie avant le
niveau de la sous-costale. — Long. 3,5-5 mm. ,

278 DIPTÈRES BIBIONIDAE
Avril-mai, août—septembre. Herbes, ombellifères.Environs de Paris; Mor-
bihan (Soncoor) ; Var (ANcEY); Marseille (Anmntn DE Pnnam) ; Aude (GA-
vov). Espagne : Séville (CAZURRO). Europe moyenne et méridionale. Hon-
grie (THALHAMMER).
6. P. minor (Sraonr). — Dilophus tenais var. minor Strnom., 1900 (nec
BECKER, 1908). —- D. Slrobli DUDA, 1930, 36.
Corps uniformément noir, à pilosité blanchâtre. Pattes noires. 9, Z
tibias I à épines basales légèrement plus courtes que les épines de la
partie moyenne apicale. — Long. 3-5 mm.
Espagne.
7. P. tenuis(ME1cEN). -— Dilophus iernaius. LoEw. SGmNER, II, 356.
5 Z Corps noir à pilosité noire. Calus huméraux d’un brun roux ; fémurs,
tibias II et III d’un brun noir ; tibias I et tarses I noirs ; fémurs III épaissis,
tibias en massue, protarses III épaissis. Ailes vitreuses,cellule costale jau-
nâtre. Q ztête et thorax d’un noir luisant. Tibias I d’un brun roux.- Long.
4,5 mm.
Meurthe-et-Moselle (BELLEVOYE,SERIZIAT); Lyon (v.W1N·rHEM); Hautes-
Pyrénées: Barèges, Arrens, septembre (PANDELLÉ). Espagne: Penarroya
(SEYRM;). Portugal (HOFFMANNSEGG). Dalmatie. Sicile. Algérie (LESNE).
G. BIBIO GEoFFRoY.
GEorraoY, Histoire des Insectes, II, 571,3 (1764); Knarész, 1903, 76;
DUDA, 1930, 43 ; BALAcHows1<Y et MEsN1L, 852.
Tête allongée, aplatie à la face supérieure. Yeux bombes. Calus ocellaire
très saillant. Antennes plus courtes que la tête, rapprochéesàla base,cylin·
driques, formées de cinq à neuf articles subégaux, plus larges que longs.
Trompe membraneuse, finement ciliée. Palpes formés de quatre articles,
l’apical plus ou moins dilaté. Thorax très bombé, calus huméraux et protho-
rax saillants. Fémur antérieur épaissi, épineux ou non ; tibias I courts, par-
fois plus courts que le protarse, prolongés du côté externe et apical par un ou
deux éperons égaux ou inégaux.
Environ trente espèces paléarctiques.
Mouches hygrophiles, herbicoles et floricoles, à vol lourd et peu soutenu.
Les mâles se rencontrent en plus grand nombre que les femelles. Ils se
groupent parfois sur les plaies de certains arbres, ou recherchent les li-
quides sucrés. Selon M. Moams, la ponte a lieu dans les prairies, sur les
fumiers ou entre les mottes de terre ; elle peut compter jusqu’à 1400 oeufs
très petits, d’un blanc jaunâtre. Les jeunes larves, longuement ciliées, se
nourrissent de l’humus du sol ; peu mobiles, elles restent généralement
groupées. Elles seraient occasionnellement nuisibles aux plantes cultivées.

Bmxo 279
L’évolution larvaire est longue. Ordinairement une génération annuelle
(fig. 337-340).
Génotype : Tipula horlulana LmNÉ.
 ( i,
\   /
\ __     \ / Ã
 |·7\wI( "’ 7 .
/"  
   il III   i\
I-/»'    lm v \ R 
la gl?  \ Ã; 
. i Ã
E.
P s/+0
îïïîï i=.=,z= L
·ïY(ï’î1`É_;_,g_',,,=.`···ë EE ,«g 5, ··È g ?
C \‘ ;\.‘ -i‘»- ·· ‘ ·
v 338
' QQ
  ag-i—_§¤ N
nmülllîb
337 ~ 339
Fm. 887-340. -— Bibio pomonac (FAnmcws). —— 337. (Euts. -— 338. Larve. —- 839.
Nymphe. -340. Mâle, >< 4,5.
TABLEAU mas ESPÈCES.
1-(2). Tibias I et III non renflés (3 9). Tibias I : éperon externe n’atteignant
pas le tiers de la longueur du tibia ............... venosus, p. 285.
2—(1). Tibias Itrès renflés (5* S2) ; tibias III renflés (5).Tibias I : éperon ex-
terne plus de moitié aussi long que le tibia lui·même.
3-(4). Tibias I : éperons subégaux. Antennes : flagellum forrné de neuf ar-
ticles, le dernier très réduit. Q : face nue,. . leucopterus, p. 284.

280 nirrizmas B1B1oN1nAE
4-(3). Tibias I : éperon externe beaucoup plus long que l’interne.Antennes :
flagellum formé de huit articles.
5-(8). Ailes : section basale de Rs plus longue que RM. Antennes : flagel-
lum formé de huit articles, le dernier petit et peu distinct. 2 2 face ciliée.
Long. de l’aile 6—11 mm. (fig. 327).
6-(7). Fémurs rouges. 3 Q : coloration semblable. Corps, tibias et tarses ha-
bituellement noirs. Ailes subhyalines, nervures antérieures sombres,
stigma peu distinct. 3 : protarse Ill renflé ...... pomonaé, p. 285.
7-(6). Pattes uniformément noires. 3 Q : tarses semblables.
-— 3 Q : RM bien marquée (fig. 341). Abdomen à pilosité noire ...... . .
.............................................. Merci, p. 284.
-— 3 Q : RM réduite ou nulle (fig. 342). Abdomen a pilosité blanche. ....
......................................... hortulanus, p. 283.
8-(5). Ailes : section basale de Rs tout au plus aussi longue que RM. ——
Long. de l’aile 4-7 mm. (fig. 328).
9-(10). Fémurs III (3 Q) et tibias (3) amincis sur la moitié basale, brusque-
ment renflés sur la moitié apicale (fig. 343). Antennes : flagellum formé
de neuf articles. 9 : yeux réduits. 3:pattes noires, la moitié externe du
tibia III et le Qprotarse III très renflés. 9 : pattes rougeâtres, III sim-
ples ........................................ clavipes, p. 282.
10—(9). Fémurs III (Q) et tibias (3) renflés bien avant le milieu.
11-(12). 8 9 : Antennes : flagellum avec cinq articles seulement. Corps noir.
.............................. t .......... nigriventris, p. 284.
12—(1l). 3 S2 : Antennes 1 flagellum formé de 6-8 articles.
13—(14). 3 9 :_Pattes noires ou noirâtres. Antennes de huit articles.
—- 3 Q : Abdomen à pubescence noire. Ailes légèrement brunies;bord cos-
tal étroitement noirâtre. 3 : corps uniformément noir. 9 : mésonotum et
abdomen rouges. — Long. 6-7 mm ............... anglicus, p. 282.
— 3 Q : Abdomen à pubescence blanchâtre ; thorax noir. Ailes presque
uniformément brunes, plus foncées chez la femelle. 3 : abdomen noir.
9 : abdomen rougeâtre avec une ligne médiane sombre plus ou moins
distincte. —· Long. 5,5 mm. ................. ferruginatus. p. 282.
14-(13). Pattes ocre ou rouge brillant (9) ou les tibias et les tarses III rou-
geâtres ou bruns (3). Corps uniformémentnoir ; tout au plus l’abdomen
bruni (S2).
15-(16). Ailes 2 toutes les nervures subégalement sombres. 3 : thorax et
abdomen avec une longue pilosité pâle serrée. Q : tous les fémurs noircis
sur la face externe ; balanciers noirs ; pterostigma noirâtre, bien
marqué ................................. fulviventris, p. 282.
l6—(15). Nervures postérieures pâles ou à peine plus sombres que la mem-
brane.
17—(18). Fémurs III amincis dans la moitié basale, à peu près comme chez
le B. clavipes, mais entièrement jaunes. Mésonotum luisant. Ailes :
transverse postérieure très pâle. Ailes et pattes jaunes. Antennes :

mmo 281
flagellum formé de sept articles ................. îulvipes, p. 282.
18-(17). Non et non.
19-(20). Tibias III grêles ..................... lautaretensis, p. 284.
20-(19). Tibias III plus ou moins épaissis.
21-(22). Ailes : stigma*bien découpé. 6: thorax et abdomen à pilosité uni-
formément noire, peu serrée. 9 : pattes jaunâtres. Balanciers noirs ....
........................................... Johannis, p. 283.
.34/ marci .342 Éorfa/anus
345 Ã?/ryer 343 Cévyzas
varyres fëmoraüs
.346 344-
\ , ·
F10. 841-346. ——Caractères des Bibio. — 841-342. Ailes. -843-348. Pattes postérieures.
22-(21 ). Ailes : stigma moins visible, brun pâle. 6 : abdomen à pilosité blan-
châtre ou jaunâtre, plutôt longue et serrée. S2 : pattes rouges.
23-(24). 6 : Protarses III épaissis, courts, piriformes ; articles suivants rac-
courcis, ovalaires ; tibias III avec une rangée de petites taches noirâtres
(fig. 344). Ailes grises. Q : ailes brunies, bord antérieur plus sombre.. .
.................................. . ........ îemoralis, p. 282.
24-(23). Non et non.
— 6 Q : Ailes brunies. 6 : protarses III environ trois fois aussi longs que
larges (fig. 345). 9 : balanciers noirâtres.. . .. ..... laniger, p. 283.
— 6 Q : Ailes jaunàtres. 6 : protarses III quatre fois aussi longs que larges
(fig. 346). Q : balanciers d’un brun clair ........... varipes, p. 285.

282 mrrànas amiouuma
1. B. anglicus VERRALL. -— Laao ULBÈNE, 1897,89 ; Enwaans, 1925, 267.
Avril-juin. Environs de Paris ; Maine—et·Loire (LAaouLBaNa) ; Lyon
(SoN1·noNNAx) ; Var: Hyères(ABa11.La DE PERRIN) ; Aude (Gavoy) ; Adour,
saules, euphorbes ; Hautes-Pyrénées : Tarbes (PANDELLÉ ; Goeanr, Bull.
Soc. ent. Fr., XLV1, 1883). Espagne. Hollande. Angleterre.
2. B. clavipes MEIGEN. —- Macomxar, I, 180 ; Scmivaa, II, 362 ; V)/ULP,
1,216 ; TuaoBAr.n, I, 164 ; EDWARDS, 1925, 257. — Fig. 328, 343.
Ailes : cellule costale claire à l’apex. S2 zcorps rougeâtre, ordinairement
trois bandes mésonotales peu marquées, ou mésonotum d’un noir luisant,
calus huméraux roux. —- Long. 4,5 mm. (d’après le type).
Avril-mai, septembre-octobre. Prairies et bosquets. Environs de Paris
(R. BENOIST) ; Hautes-Pyrénées (PANDELLÉ). Corse (Kuivrza). Autriche.
Styrie (STnoBL). Angleterre. Hollande.
Var. Iepidus Loaw, 1871, Beschr. europ. Dipt., II, 32. Ailes : cellule cos-
tale noirâtre à 1’apex ; stigma étalé sur les deux côtés de Pextrémité de
R l. Q : corps noirâtre. Europe. Asie. Japon (COQUILLETT).
3. B.fem01·a.1is Maman. — Fig. 344.
5` : Tête noire à pilosité noire. Flagellum antennaire formé de six articles.
Corps noir, calus huméraux ourlés de roux. Pilosité abdominale jaunâtre.
Hanches noires, fémurs et tibias d’un brun jaune ; tarses d’un brun noir.
- Long. 3,75-4,5 mm.
Rhénanie. Europe centrale et méridionale.
4. B. ferruginatus (LINNÉ). — MACQUART, I, 178 ; Scaman, II, 362 ;
WULP, I, 218 ; THEOBALD I, 165 ; EDWARDS, 1925, 267. —— Tipula flavi—
caudis DE GEER, 1776, Mém. Hist. Ins., V1, 429.
Avril·mai, septembre-octobre. Commun, surtout Europe centrale et boréale .
Larve occasionnellement nuisible au seigle, à Forge et au trèfle (Rev. App!.
Ent., XX, 144, 1932).
5. B. fulvipes (Zarraasranr).
Flagellum antennaire formé de sept articles. Ailes et pattes jaunes.
3 : thorax et abdomen noirs, à pilosité jaunâtre. Balanciers noirs.
Q zentièrement d’un brun roux,p1euresplusou moins noircis.Ailes d’un brun
pâle, les nervures antérieures d’un brun roux ; nervures postérieures et
membrane d’un jaune pâle. Balanciers d’un brun jaune. —— Long. 7-8 mm.
Août. Feuillage des bouleaux et des pins. Europe centrale et septentrionale.
Alpes. Asie orientale et septentrionale.
6. B. fulvîventris MEIGEN. —— B. reiiculalus Loaw. Scuman, II, 360  
WULP, 1,215 ; TnaoBALD, 1, 165 ; Enwaims, 1925, 267.

maro 283
6 : Flagellum antennaîre formé de sept articles. Pattes à pilosité jau-
nâtre. Balanciers noirs.- Long. 4,5-6, 5mm.
Mars-juin. Vosges (PU·roN). Hautes-Pyrénées : Barèges (PANMJLLÉ). Au-
triche (Matmata). Osterode (CzwAr.mA). Hollande. Angleterre.
7. B. hortulanus (Lmmâ). — MAcQU.».n·r, I, 178 ; Scmman, II, 359 ;
VVULP, I, 214 ;T11EoBAL¤, I, 163 ; Enwlmos, 1925, 266. —- Fig. 327, 342.
6 : Corps noir. Ailes subhyalines, cellule costale brunie. Q corps rouge.
Tête, scutellum et pleures noirâtres. Ailes brunies, généralement blan-
châtres à l’extrémité. — Long. 6-9 mm.
Avril·juin. Herbes, feuillages. Toute l’Eur0pe. Asie antérieure. Afrique
septentrionale.
La larve a été étudiée par M. Mocz (1921) et par M.MELrs(1928).TerricoIe
et géophage dans les premiers âges, elle peut être par la suite occasionnelle-
ment nuisible au trèfle, au seigle et à Forge (BIIÃLLER, Musa-Bona), à la
betterave à sucre (Mücmzn, Rlmaoosax, R. A. E., XX, 479, 1932), aux
graines de melons (FALLou), aux pommes de terre (Mo1.z, Münman, 1930 ;
Goxolmrcrr, R. A. E., XXI, 641, 1933).
Var. siculus Loaw. — 6. Corps noir, thorax à pilosité noire ; abdomen.
noir à pilosité blanchâtre. 2. Thorax noir, abdomen roux, 1'un et l’autre à
pilosîté blanchâtre. Europe méridionale. Maroc, élevé d’une cage à criquets
ILESPÈS).
8. B. Johannis (L1NNÉ). — DE Gaza, Mémoires, VI, 425 ; BIACQUART, I,
179 ; Scrrrman, II, 361 ; WULP, I, 217; TmaoBAx.¤, I, 164; EDWARDS, 1925,
267.
6 : Flagellum antennaire formé de sept articles. Protarses III trois fois
plus longs que larges (6). Ailes vitreuses. 9 : ailes légèrement brunies, les
nervures postérieures noircies, bien visibles sur le fond. —- Long. 4-5 mm.
Avril-mai. Hautes-Pyrénées (PANDELLÉ). Europe. Asie.
Larve dans le terreau des prairies et des jardins. Elle aurait attaqué le
houblon en Angleterre. Les métamorphoses ont été étudiées par M. Monnxs
(1917).
Var. Jacobi Vrnnsmzovlz, 1924, 5. —- Pattes entièrement jaunes, sauf
les hanches, les trocllanters et un anneau au sommet des genoux. Suisse :
Neuchâtel (B. Jlxcors).
9. B. laniger IWEIGEN. -— NIACQUART, I, 179 ; Scmmaa, Il, 363 ; WULP,
I, 219 ; THEOBALD, I, 165 ; Enwamns, 1925, 267. —— Fig. 345.
6 : Antennes : flagelle formé de sept articles. Corps d’un noir luisant cou-
vert d’une longue pilosité blanchâtre qui se retrouve sur les fémurs. Han-
clics et fémurs noirs, tibias d’un brun jaune ; fémurs amincis sur le tiers
basal. $2 zthorax à pilosité courte, grise. Pilosité abdominale blanchâtre. -
Long. 5-6 mm. (d’après le type).

284 nn>TEnEs BIBIONIDAE
Nord dela France (lvlacguanr) ;Ardennes (Benoist) ; Haute-Saône (ANDRE);
environs de Paris, Saint-Germain, Rambouillet, l\Ieudon, Lardy ; Allier
(DU Buvssoiv) ; Lyon (PIERRE) ; Landes (GOBERT) ; Hautes-Pyrénées
(PANDELLE). Corse (KUNTZE). Europe centrale. Hollande. Angleterre.
10. B. lautaretensis VILLENEUVE, 1924, E. E. Diplera, I, 5.
5 S2. Corps noir, pilosité générale roussâtre. Pattes d’un jaune orange.
hanches et trochanters brunis (3) ; tarses non dilatés, protarses III moins
longs que les deux articles suivants réunis. 3 : ailes hyalines ; stigma déco-
loré ; nervures antérieures épaissies, postérieures fines et blanchâtres.
Q : ailes grisâtres ; nervures antérieures épaissies, brunes ; stigma pâle ; ner-
vurcs postérieures élargies mais pâles. Tête d’un noir brillant. Long.
3-4,5 mm.
Hautes-Alpes ; Lautaret, 30. VI (VILLENEUVE).
11. B. leucopterus MEIGEN. — SCHINER, II, 361 ; VVULP, I, 215 ; THEO-
BALD, I, 164 ; EDWARDS, 1925, 266.
3 : Corps et pattes noirs à pilosité noire. Tarses III semblables (8 9)-
Ailes opalines ou laiteuses ; stigma réduit ou peu distinct ; R s subégale à
R M. Q : face nue ; ailes noirâtres. — Long. 6-7, 5 mm.
Mai-juin. Toute 1’Europe, rare partout. Rhénanie, Raismes, Lorient (Go-
BERT) ; Hautes·Pyrénées (PANDELLE). Prusse orientale (CZVVALINA). Europe
centrale. Hollande. Angleterre.
12. B. Ma1·cî(L1NNE). — DE GEEB, 1776,428 ; MACQUAET, I, 178 ; Som-
NER, II, 359 ;LABoULBENE, 1872, 209 ; VVULP, I, 214 ; THEOBALD, 1, 163 ;
EDWARDS, 1925, 266. — B. horlulanus var. Marci DUDA, 1930, 59. —— Fig.
341.
Corps noir. Abdomen à pilosité noire. Ailes : RM bien marquée. 5‘ : ailes
subhyalines ; cellule costale noirâtre. Q : ailes brunies, noirâtres le long de
la costale, sauf chez les exemplaires de la région méditerranéenne (Corse),
dont les ailes ne sont pas plus colorées que chez les mâles. —— Long. 6-9 mm.
15 mars-juin. Tres commun et répandu dans toute l’Europe, parfois en
nombre considérable (LABOULBÈNE, 1872 ; LucAs, 1872 ; ROWLEY, Ent.,
VI, 143, 1872). `
La larve a été étudiée par ScnULTz (1917) ; elle vit dans les terreaux et les
fumiers légers ; elle est parfois excessivement commune dans le sol des jar-
dins. La sécheresse la contraint à des migrationsmassives (Lucas, 1871). En
grand nombre, elle peut être nuisible aux céréales (HORNICK et NoLc,R. A. E.,
XX, 1932, 204). Les métamorphoses ont été étudiées par HEEr:EE (1852, 253),
et par M. Monms (1921, XII, 221).
13. B. nigriventris HALIDAY. —— SCHINER, II, 361 ; VVULP, I, 216; THEO-
BALD, I, 164 ; EDw,xRDs, 1925, 267. — B. lacieipennis ZETTERSTEDT.

aime 285
8 : Pubescence noire. Pattes rougeâtres ; hanches et fémurs noirâtres ;
tibias plus ou moins noircis ; protarses III grêles. Ailes laiteuses ; stigma
noirâtre ; nervures postérieures pâles. S2: pubescence pâle. Ailes légèrement
brunies ; nervures uniformément noires ; stigma noir. —— Long. 5 mm.
I Avril-juin. Toute la France, çà et là. Environs de Paris, Rambouillet;
Lyon (S0N'm0NNAx) ; Landes (Goaawr) ; Tarbes (PANDELLÉ). Corse (KUN-
Tza, Yanaonv). Europe centrale. Hollande. Angleterre.
. La larve est occasionnellement nuisible aux herbages des prairies (CAM anom,
1936). Les premiers états ont été étudiés par M. Monnis (1921, XII, 228).
14. B. pomonse (Faanicxus). - MACQUART, I, 179 ; Scmmzn, II, 358 ;
WULP, I, 213 ; Tnaoaatn, I, 163 ; Eowanns, 1925, 266.
Q : Face mate, à pilosité épaisse et courte. Corps â pilosité courte et noire.
Ailes subhyalines, laiteuses ou blanchâtres, cellule costale d’un jaune pâle.
— Long. 10-ll mm.
Mai-septembre, août dans les régions montagneuses. Ca et là dans toute la
France ; Hautes-Pyrénées (PANDELLÉ). Simplon (F.».xnMAxna). Toute l’Eu-
rope. Très abondant en Suède en 1883 (SCHOYEN, Ent. Tidskr., V, 86). Asie.
var. consanguineus Loaw, 1869, Besclir. europ. Dipt., I, 21. —— 59. Ailesà
membrane d’un brun grisâtre, bord antérieur d’un brun sombre; nervures.
postérieures fortement brunies. — Long. 10-11 mm. Avec la forme typique,
surtout dans les régions montagneuses de l’Europe centrale et méridionale.
15. B.va1·ipes Maman. - Scnman, II, 362 ; Wutr, I, 217 ; Tnaonato,
I, 165 ; Enwlmns, 1925, 267. - Fig. 346.
6* : Antennes sflagcllum formé de sept articles. Corps noir, à pilosité noire
· sur le thorax, d’un jaune pâle sur les parties latérales de l’abdomen. Han-
clies et fémurs noirs à pilosité pâle ;tibias brun sombre. Ailes d’un gris clair,
bord antérieur brunâtre. Balanciers noirs. Q : thorax noir à pilosité courte
et jaune. Abdomen d’un brun noir à pilosité blanchâtre. Hanches, fémurs
et tibias brun  aune ; protarseslll au moins aussi longs que les deux articles
suivants réunis. — Long. 6-8 mm. ,
Juin. Raismes (Gonarvr) ; Allier (ou Bmrssoiw) ; Vosges (Pinon) ; Creu-
sot (Maacnar.) ; Aude (GAvoY); Montpellier; Hautes-Pyrénées (PANDELLÉ);
Corse (Kuwrza). Toute l’Europe.
Var. hybridus HALIDAY;SCIl1NER, 11, 363;Wur.1>, I, 219.- 5* : Thorax
ix pilosité entièrement ou partiellement pâle. Avec la forme typique. C’est
peut-être 1'espèce trouvée par Srnonr. danslesA1pes entre 1.800 et 2.100 m.
16. B. venosus Maman. — l\1AcQUAa*r, 1, 179 ; Tnaonatn, I, 165 ; En-
wnnns, 1925, 266.
Antennes Z flagellum formé de neuf articles, le dernier très réduit. Corps
et pattes noirs, couverts d’une pilosité rase, blanchâtre. Tarses semblables

286 DIPTÈRES BIBIONIDAE
(3 9). Ailes subvitreuses ; stigma arrondi, noir ; toutes les nervures brunes,
bien marquées ; section basale de Rs subégale à RM. Q : face velue. —-
Long. 6,5-9 mm.
Avril-mai. Rare. Bois et forêts. Cà et là dans toute 1’Eur0pe. Vias (IMAR-
QUET) ; Hyères (ABEILLE DE PERRIN). Konigsberg(Czw.·u.1NA). _
Larve sous des feuilles pourries. La nymphe a été décrite par M. Morxms
(1921, XI, 229).

· FAMILLE DES SCATOPSIDAE
CARACTERES GENERAUX.
ADULTES.
Tête. —— Yeux médiocrement développés, réniformes dans les deux sexes,
souvent velus, plus ou moins rapprochés ou cohérents sur la partie supé-
rieure, séparés dans la partie inférieure. Antennes plus ou moins écartées
à la base, épaisses, aussi longues que la hauteur de la tête ou plus, jamais
verticillées (fig. 348). Trompe courte ; palpes maxillaires uniarticulés.
\ `ai /
\ \ ‘/ g /
"'   "·——.
    //" _ _ —·.. _
·-· ,· "ï:·«·"i‘/7 « *ïî§_ *:,;f’îT,l: """"··——~·—·g
(V,··-—·'îîÉ`-'}ç?'    `——lÀ‘j·~ï""`—-·~·.._/·'
\"` //’ r//,-’ A  \\_" `·~.__` ///*
`î"'•~··(·::-•·~?)’ , — ` ‘*·—à::.y··-"}
; EE l
.347 "
’ Éûûqgêgûg   __,.·· l  
Hr wm,
34*8 .
349
R1 5;
M/l1'é JE `
J1/-l2 "-"
350
Cufiza CuA15
Flo. 847-350. — 347. Rcîcherlella flavicollis (Mmcnrx) mâle >< 10. L- 348. Id., antenne
X 80. —- 349. Campylomyza flavîpes femelle, antenne >< 80. ·—- 850. ld., aile.
Thora! et appendices. — Thorax comprimé latéralement. Mésonotum
couvert d’une pubescence plus ou moins longue et serrée ; jamais de chétules
dorsocentraux distincts. Pattes fortes ; hanches plus courtes que la moitié
de la longueur du fémur ; tibias élargis de la baseàl’apex ; tibias II et III
jamais épineux ; griffes et pelotes faibles. Ailes longues ou très longues ;

288 niivriïnss sc.x·roPs1nAia
nervures antérieures 1 et 2 (R 1 et MA 1) fortement chitinisées, opaques ;
les suivantes décolorées ou réduites à des plis ; nervure sous—costale sou-
vent incomplète ; R 1 courte ; R 2 -(- Bsouventtransformée en transverse ;
nervure médiane haute (MA1) courte, n’atteignant pas le sommet de l’aile;
nervure médiane basse (MA 2 [n. 3 + 4] ordinairement fourchue, attei-
gnant le sommet de l’aile ; la branche supérieure de la fourche (n. 3) pou-
vant porter un rameau récurrent (a) ; nervure A/IP souvent réduite à un
pli vestigial fourchu ou non ; les deux cubitales bien séparées et prolongées
à la base (fig. 351).
Abdomen.- Allongé et aplati ;huitième segment atrophié (3). Hypopyge
mâle formé de pièces très différenciées, vésica élargie. Oviducte mou, cer-
ques non chitinisés. '
Mouches noires ou roussâtres, ordinairement de petite taille (0,8-5 mm.),
hygrophiles et humicoles, saprophages et coprophages, occasionnellement
anthophiles, souvent très communes sur les ombellifères et les feuillages des
endroits humides, à vol faible et mou, légèrement plus vif que celui des
Bibionides, rarement aptères (Thripomorpha paludicola ENDERLEIN, Ber-
lin). Plusieurs espèces se développent dans les maisons, ou y pénètrent
accidentellement ; on peut les trouver sur les vitres des fenêtres. Une es-
pèce américaine : Coboldia formicarum MELANDFR, est myrmécophile ; elle
a été trouvée dans le nid du Camponoius herculeanus.
LARVES ET NYMPnEs.
Les larves des Scatopses peuvent atteindre 6 ou 7 mm. de longueur.
Tête glabre, ovoïde, fortement chitinisée, plaque frontale marquée d’une
ou plusieurs fossettes elliptiques. Yeux nuls. Antennes biarticulées, plan-
tées sur une apophyse saillante. Mandibules opposées, labre cilié, rabattu
sur la bouche. Corps en ellipsoïde très allongé, plus ou moins aplati, de
consistance ferme et coriace, non chitinisé, blanchâtre, livide, formé de
onze segments. Le premier (prothorax), plus grand que les suivants qui
sont subégaux ; segments ornés de crêtes piligères roussâtres ; ré-
gions pleurales également ciliées, les cils des angles plus longs que les au-
' tres et fasciculés. Système respiratoire péripneustique, stigmate protho-
racique tubuliforme, plus long que les suivants, placé près du bord anté-
rieur du segment, les suivants plus courts, non rétractiles. Onzième seg-
ment quadrangulaire, terminé par deux tubes cornés (stigmates). Ces
derniers sont protégés par une pièce chitinisée elliptique, ciliée au bord
postérieur (fig. 379).
Coprophages ou saprophages, souvent dans les substances végétales dé-
composées, dans le bois humide et pourri, dans les débris d’animaux (co-
cons de vera soie, selon Panms). Dans certains cas, elles peuvent aggraver
les dégâts produits sur les végétaux par des parasites antécédents (DE-
LASSUS, 1931). M. JOURDAN les a observées à l’intérieur d’un polypore du

INTRODU cT1oN 289
Maroc (Xanlhochrous culicularis) en octobre. Elles se comportent peut-être
ici comme les larves des Lycoriides qui deviennent occasionnellement zoo-
phages ; le travail de V. BUnA1<ovA tendrait à le faire croire. Les larves des
Scatopses détruiraient celles des Phlébotomes qui vivent dans le même
milieu.
Exceptionnellement, les larves des Scatopsides peuvent se trouver dans
une position semiaquatique. M. 0. D. J o1—mNNsEN a observé la larve d’un
Scatopse du groupe airala sur des troncs flottés d’épicéa juste au niveau
de la ligne de ilottaison, dans le tissu ligneux saturé d’eau (.lo1—mNNsEN,
1933, 49).
_ M/11 R1 Rs
3 g sc
 "‘
NA?. .   I
l 3   9+eAw
— ··/·'îî·"' A I+Z
mg 4b   / I
Cu/lla Cu/ilb
F10. 351. —— Aile schématique d’un Scatopse. Sur la nervure 3, le rameau
récurrent (a) représente le rameau MA2a.
La nymphose a lieu dans la terre ou dansles substances qui ontpermisl’é-
volution de la larve. La nymphe est protégée par la dernière exuvie lar-
vaire qui est retenue lors de la transformation,seulelapartie antérieure se
déchire pour permettre le fonctionnement des cornes respiratoires thora-
ciques (fig. 381). Nymphe rigide et immobile, cylindrique, d’un brun rou-
geâtre uniforme, à peau lisse. Tête sans protubérances, étuis antennaires
courbés derrière les yeux. Mésonotum avec deux appendices respiratoires
iourchus ; fourreaux alaires courts ; pattes ne dépassant pas l’apex de
l’aile. Abdomen inerme, stigmates plus ou moins saillants (fig. 380).
mmsrrss.
M. KE1L1N semble avoir retrouvé chez les larves des Scatopses les mêmes
parasites que chez les larves des Bibionides et du Sciara nilidicollis :
Schneideria et Glugea, ce dernier plus particulier aux larves des Scatopses.
Celles-ci, selon Soimunn, seraient parasitées par l’Argyrlcs bicolor. M. Bo-
v1EN (1932) a trouvé dans la cavité générale du Rhaebnza fuscipes un Né-
matode, le Scalonema Wulkeri.
siâouv 19

290 DIPTÈRES SCATOPSIDAE
TABLEAU DEs soUs-FAM1LLEs.
—— Tibias I : extrémité transformée en longue épine. Protarses III plus
loxfgs que les deux articles suivants réunis. Nervure 2 (.M A 1 a) plus ou
moins épaissie à l’extrémité. Une partie de la fourche médiane manque.
Nervure axillaire nulle. Yeux séparés ; face élargie. Antennes formées
de 7-12 articles (fig. 352, 353) ............. Aspîstinae, p. 290.
— Tibias I non longuement mucronés à l’extrémité. Protarses III tout
au plus aussi longs que les deux articles suivants réunis. Nervure 2 plus
ou moins épaissie à l’extrémité. Fourche médiane souvent entière. Ner-
vure axillaire présente ou non.Yeux cohérents ;face étroite ou linéaire.
Antennes formées de 9-12 articles .......... Scatopsînae, p. 292.
S.—F. ASPISTINAE
Face élargie. Yeux nus ; espace interoculaire étroit. Antennes courtes,
légèrement aplaties ; articles moyens plus larges que longs ; pilosité mi-
croscopique. Trompe courte. Palpes uniarticulés. Mésonotum avec un calus
antéro-médian plus ou moins saillant. Scutellum très court, élargi, nu.
Pattes fortes ; fémurs I épaissis ; tibias I terminés par une longue épine ;
protarses III plus longs que les deux articles suivants. Ailes : membrane
sans macrotriches ; cellule discoîdale nulle ; CuA1b fortement courbée ;
aa: nulle (fig. 353).
TABLEAU DES GENRES.
—— Antennes (5 S2) formées de sept articles. Calus mésonotal visible seu-
lement par son bord épaissi. Deuxième segment anal non verruqueux.
Fémurs I inermes. Nervures 2 et 3 réunies à la base. Arthria, p. 290.
—- Antennes (3) de douze articles, (Q) de huit articles. Calus antémésonotal
placé entièrement sur le mésonotum. Deuxième segment anal verru-
queux. Fémurs I avec deux épines internes. Nervures 2 et 3 non réu-
nies à la base ............................ Aspistes, p. 291.
G. ARTHRIA Kmnv
Une espèce : le génotype.
A. analis Kianv, 1837, Fauna B0r.Americ., 311, 1; LUNDSTRÉÃM, 1910:
22, 10 ; MELANDER, 1916, 6. — A. borealis LOEW, 1847, 69 QZETTERSTEDT,
4313 ; ENDERLEIN, XVI, 55.
Corps noir couvert d’une pilosité jaune, rase. Face légèrement plus large
que haute. Antennes légèrement plus longues que la hauteur de la tête. Ca-
lus mésonotal faiblement saillant. Pattes rousses ; tarses I et les articles

Asrxsrias 291
3 et 4 des tarses II et III noirâtres ; fémurs I et III brunis, les fémurs I
épaissis. Balanciers jaunes ; pédicelle roux. Ailes vitreuses. Abdomen roux
ou bruni à l’extrémité. —- Long. 4 mm.
Toute la région holarctique. Assez rare.
,<;‘~·.__
I  
\ï—\__,
\ L`; \ \
< ps.; ¢s _,»~
\ /   ` •
`~’ Wu `·
` fr- 
1 q 352
\ \..
\\__,
U A NA; R Sc
/ 
/ _, ,» 1
NAZL""-a' ///5/%
8 `\ _--···"-’ ,/*/'J
\   ,/’ ( . A
1~1»îÈ<._ ,/’ ( ,!
\·——,# -··- -—·à;,L esa
CuÃ1a
Fm. 352-353.-Aspistcs berolinensis Mmonrx, mâle X 20.
G. ASPISTES MEIGEN
Une espèce : le génotype.
A. berolinensis ME1<;EN, 1818, 248 et 319 ; Rurxm, Isis, 1831,212; Mac-
QUART, I, 180 (1834) ; Scmmazn, II, 348 ; WULP, I, 209 ; THEonALD, 160 ;
ENDERLEIN, 1912, 266; Enwanns, 1925, 268; MELANDER,5] DUDA, 1929,
L5. —- Fig. 352, 353.
Corps d’un noir luisant, à pilosité blanchâtre, courte. Face aussi large
ou plus large que chez les Scal0pse,plus étroite que haute ; ocelles élargis ;
yeux non saillants. Trompe et palpes très petits. Antennes une fois et de-
mie aussi longues que la hauteur de la tête (J), ou légèrement plus

292 DIPTÈRES SCATOPSIDAE
courtes (Q). Partie antérieure du mésonotum avec un calus quadrangulaire
saillant et déclive, donnant au thorax un aspect b0ssu.Pattes brunes; tibias
jaunâtres ; fémurs I très dilatés, armés de deux longues épines sur la face
interne ; pilosité blanchâtre. Balanciers noirâtres. Ailes vitreuses : nervures
antérieures brunes à maerotriches jaunes. Abdomen parfois bruni à l’ex—
trémité. — Long. 1,5-3 mm.
Mai·septembre. Régions sablonneuses des environs de Paris et du littoral
de l’Atlantique. Europe moyenne et méridionale.
S.·F. SGATOPSINAE
Ailes : la nervure 5 (MP) ordinairement simple, parfois fourchue (Rhae·
boza, Dicrostola falcinervis DUDA, de Hongrie.)
TABLEAU DES GENnEs.
1—(14). Ailes : nervure 5 (MP) plus ou moins distincte au moins sous forme
de pli.
2—(3). Des macrotriches parfois très fins sur la partie apicale de quelques
nervures fines ; d’autres sont dispersés sur la moitié basale de l’aile ; ner-
vure 3 parfois interrompue à la base (fig. 354, 355). ................
........................................ Aldrovandiella, p. 294.
3-(2). Pas de macrotriches, ni sur les petites nervures, ni sur la membrane ;
nervure 3 non interrompue à la base.
4-(5). Fourche médiane (n. 3 + 4) très courte et triangulaire, sa base très
éloignée de l’apex de la costale qui n’atteint pas le milieu de l’aile
(fig. 356). .......................... Swammerdamella, p. 294.
5-(4). Fourche médiane plus longue, sa base placée avant l’extrémité de la
costale.
6-(11). Nervure 7 faiblement courbée.
7-(8). Nervure 3 avec une tigelle récurrente près de la base ; toutes les
nervures perceptibles sur toute leur longueur (fig. 357). Scaliopse, p. 296.
8—(7). Nervure 3 sans tigelle récurrente.
9·(10). Toutes les nervures complètes, ou seule la n. 6 (CuA1a) incomplète
apicalement ; parfois une·crête membraneuse plus ou moins visible,
selon l’incidence de la lumière, entre les nervures 2 et 3 (fig. 359).. . .
........................................ Reichertella, p. 297.
10-(9). Nervures 3, 4 et 7 incomplètes apicalement (fig. 368) ..........
....................................... Colobostema, p. 300.
11-(6). Nervure 7 courbée à angle droit (fig. 369).
12—( 13). Une nervure transverse entre les nervures 2 et 3 ; toutes les ner~
vures complètes ; nervure 5 (MP) non fourchue (fig. 370) ...........
......................................... Holoplagia, p. 301.

SCATOPSINAE  
î’
—··· _ ·_j;';î ·--· Q`-  
’ _../’ 36/
` 354 · ·
fydrovandiè//a caxcna/ix REICÃCM?/È /mâcâr/2
I  _
9 ' I
K J62
  Rwcâ .
/1./la/wma  _
’__,.···"/f Rârcvfurca Q 363
356
Swammerdamcïa brcv/cormlv
" 4
.   ,-/-*/,4
  F. cac/>/aaià 36
Jcafqsc nofafa _ `
· ' 258 365
smsns Ffïâmüè
· - 359   36È
Rcic/ieffefa n(;7/·a R.9e”'c”Ã9ZLâ
 ~  
  / kk
'·’   60 • ·"
R ”%”V"‘””'S n.nan2Am/ai ·
Fm. 354-367. —- Ailes des Scatopsines (schématique),

294 DIPTÈRES SCATOPSIDAE
13—(l2). Pas de transverse entre les nervures 2 et 3 ; nervure 6 incomplète
à l’apex ; nervure 5 (MP) fourchue (fig. 373) .... Rhaeboza, p. 302.
14—(1). Nervure 5 (MP) nulle.
15—( 16). Nervure 8 bien développée, atteignant presque la marge de l’ai1e ;
nervures 2 et 3 (MA 1 et MA 2) cohérentes à la base, macrotriches
nuls (fig. 375). Tibias III élargis et aplatis à Pextrémité avec un peigne
de courtes soies serrées sur la face interne ...... Ectaetia, p. 303.
16—(15). Nervure 8 rudimentaire ; nervures 2 et 3 non cohérentes à la base ;
macrotriches bien développés (fig. 376). Tibias III non élargis et apla·
tis ....................................... Anapausis, p. 304.
G. ALDROVANDIELLA ENnEm.E1N
ENDERLEIN, Zool. Anz., XL, 278 (1912); EDWABDS, 1925, 70; DUDA,
1929, 43.
Génotype : Scaiopse halleraia ME1GEN.
— Ailes hyalines ; nervure costale : première section plus de deux fois plus
longue que la deuxième. Hanches I rousses .... coxendix, p. 294.
— Ailes laiteuses ; nervure costale 2 première section légèrement plus
longue que la deuxième. Hanches I d’un brun noir. halterata, p. 294.
1. A. coxendix (VERRALL). —— Fig. 354. l
8 : Forceps inférieurs à branches arrondies, longuement ciliées, armées
d’une épine courbée plantée à la face supérieure. Pénis inerme. - Long.
2 mm.
J uin-septembre. Granville, août, dans le sable des dunes (POUJADE). An-
gleterre. Autriche (Mm).
2. A. halterata (MEIGEN). Loaw, 1846, 339 ; MELANDER, 15 ; Enwanns,
1934, 138. — Fig. 355.
ô` : Forceps inférieurs à branches triangulaires, à pilosité rase, terminées
par une épine robuste médiocrement courbée. Pénis mucroné. — Long.
2 mm.
J uin-octobre. Europe. Amérique septentrionale.
G. SWAMMERDAMELLA ENDERLEIN
ENDERLEIN, 1912, 277 ; MELANDER,7 ; Enwaans, 1925, 71 ; DUDA, 1929;
15.
Antennes courtes, formées de douze articles ; les articles basaux élargis

Anonovmnxnnna 295
très courts. Ailes : nervures l et 2 rapprochées à l’apex, aboutissant sur la
costale à l’union du tiers basal et du tiers moyen; fourche médiane très courte,
les branches d’égale longueur et formant un triangle isocèle, la tige basale
très longue.
Génotype : Scalopse breuicornis ME1<;EN.
Z I
3 \ ; _,.:,·-·"'-rrnfvî "
et 3 — ’ 368 333
° sk"? '”°°'”/'èta Fhaéboza suânzïvzzs
î .`
3 • ,  Z I
4  Fï
5` 6 __..;,«·""'
1 369 ‘* ’/'
Ho/71/agr}; /ucy‘iz_ga 5 6 I 7 374
_ — R ]î1sc·y7es
  3 —· ···· , *—··· /
··~% 33
mm .3 /
3 3 M/l>.
6 ' 7 8 375
, Ecfaefza ckrvyzcs
,//n
·' 37} 3 F
H frans ve·rsaÀ'S 3  
IPI
ZH
  6 7 376
  ARE/TEUSIZS fâkag
372
Ha/Éifarsrls ·
Fia. 368-376. —- Ailes des Scatopsines (schématique).
S.brevic0mis(ME1o1aN). Scmmzn, II, 351 ; Worm, I, 207 ; Tunomnn, I,
157. - Fig. 356.
Corps noir. Face très étroite. Antennes aussi longues que la hauteur de

296 nivrànns scxrorsxonn
la tête. Pattes et balaneiers noirs. Ailes vitreuses ; nervures costale, ra-
diale et médiane brunes. —— Long. 1-1,5 mm. (d’après le type).
Mai-septembre. Maisons, fosses d’aisances, ombelliferes. Cà et là dans toute
la France. Seine-et—©ise : Parmain (POUJADE) ;Bar-sur—Seine (LABoUL¤ÈNE).
Toute l’Europe. Amérique centrale et septentrionale. Vraisemblablement
cosmopolite.
Un exemplaire a été obtenu ex larva par M. J. BoURGooNE, le 5. X. 37,
d'un fourreau de Cochliothcca crenulella Ban. recueilli à Saclas (Seine-et-Oise).
MüLLER (1919) a obtenu le S. brevicornis d'une pupe de Phora.
. G. SCATOPSE GEoFFP.oY
GEoFFBoY, Hist. d. Ins., II, 545 (1764) ; MEMJEN, Illiger·’s Mag., II,
364 (1803) ; Kimav, Can. Ent., XIII, 165 (1881) ; ENDERLEIN, 1912, 266 et
1936, 54 ; MELANDER, 6 ; DUDA, 1929, 9 ; Bovmiv, 1935.
Antennes formées de douze articles, les trois derniers étroitement réunis
en une masse courte. Tibias I înermes à l’apex. Ailes allongées ; base de la
tige de la fourche médiane placée au niveau de Rs ; anale légèrement cour-
bée. Corps noir, parfois des marques jaunes plus ou moins étendues sur les
sutures mésopleurales, sur l’espace postalaire et sur les côtés du premier ter—
gite abdominal.
Génotype : Tipula nolaia LINNÉ.
1. S. notata (LINNÉ). Scnman, II, 351 ; Wutp, I, 206 ; THEoBA1.n, I,
156 ; LESNE, 161. —— Tipula lalrinarum DE GEER, 1776, Mém. Hist. Ins.,
V1,430, pl. XXVIII, fig. 1-4 — Fig. 357.
Corps d’un noir brillant. 5‘ : protarse III deux fois plus court que l’ar~
ticle suivant. Pattes jaunâtres; tibias avec un large anneau médian brun.
Balanciers jaunes, roux ou brunis. Ailes : deuxième section costale plus
longue que la première. —— Long. 2,5-4 mm.
Europe et Amérique septentrionale, pendant presque toute l’année. Par-
fois en quantité sur les arbres malades (P0UJADE). Corse (HIRST). Belgique,
nids de guêpes (COLLART, 1936, 4). Norvège. Laponie. Russie arctique.
Régions montagneusesjusqu’à 2.400 m. (MIILLER, CALL0N1).
Larve dans les excréments humains. Les adultes élevés sur ces matieres
manifestent des habitudes grégaires. Les premiers états du S. notata ont‘été
étudiés par M. Monrus (1918) et par L. LYAL1. (1929).
2. S. tristis ZErrEnsTE1>*r. —— Fig. 358. `
Corps d’un noir terne. Pattes noirâtres, genoux jaunes. Tarses roux,
bruns ou j aunâtres. C? : protarse III plus long que l’article suivant. Balan-
ciers noirs. Ailes : les deux sections costales subégales. — Long. 2 mm.
Europe centrale et septentrionale.

REICHERTELLA 297
G. REICHERTELLA ENnEm.1z1N
EN¤EnLExN, 1912, 268. — Scatopse auct. ; Enwaans, 1925, 273, 274 ;
DunA, 1929, 6.
Fourche de la nervure médiane de longueur variable, mais_la branche
supérieure (3) non interrompue à la base ; CuA1b (nervure 7) rectiligne
ou peu courbée. «
Génotype : Scalopse pulicaria LoEw.
TABLEAU DES Esràcns.
1-(2). Nervure costale ne dépassant pas le niveau du milieu de l’aile ou très
peu ; deuxième section costale égale à la première ou plus courte ; bran-
ches de la fourche médiane parallèles vers la base, peu divergentes apica·
lement; nervure 5 atteignant la marge de l’aile; nervure 7 régulièrement
courbée; membrane légèrement laiteuse ou opaline. Mésonotum très
brillant. Balanciers noirs, gris ou le renflement blanc. nigra, p. 299.
2·(l). Nervure costale dépassant largement le milieu de l’aile ; deuxième
section costale plus longue que la première ; nervures 3 et 4 parallèles
ou légèrement divergentes ; nervure 7 subrectiligne ou légèrement cour-
bée.
3-(-1). Fourche médiane (n. 3 et 4) très courte .... breviîurca, p. 298.
4-(3). Non.
5-(6) Nervure 3 avec un angle basal ; membrane enfumée. Balanciers à
renflement noir. Tibias largement blanchâtres et parfois pâles à l’extré-
mité. Corps d’un noir terne à pilosité grise,. . . nigrîpennîs, p. 299.
6-(5). Nervure 3 non anguleuse. Ailes à membrane claire.
7—(8). Balanciers noirs ................ ` ........ s tyriaca, p. 300.
8·(7). Balanciers jaunâtres.
9·(10). Nervure 2très longue, atteignant ou dépassant le niveau de l'apex
de la nervure 6 ............................ cochleata, p. 298.
10-(9). Nervure 2 plus courte. '
ll-(16). Corps presque entièrement d’un noir plus ou moins luisant.
12-(13). Pattes uniformément noires. —— Long. 1-1,5 mm. pulicaria, p. 300.
13·(12). Tibias plus ou moins distinctement jaunâtres à la base. — Long.
2-3 mm.
14·(l5). Apex de la nervure 2 rapproché de la base de la fourche médiane.
Tibias étroitement jaunâtres à la base ........ geniculata., p. 299.
15-(14). Apex de la nervure 2 éloigné de la base de la fourche médiane.Ti-
· bias largement jaunâtres à la base.
—— 6 : Phallus bifide à l’extrémité (fig. 378). . . Handlirschi, p. 299.
—- 6 : Phallus bifide sur toute sa longueur (fig. 377) büilata, p. 298.

298 D1PTÈnEs STATOPSIDAE
16-(11). Corps avec des taches brunes ou jaunâtres, au moins les pleures
jaunâtres. Scutellum bruni au bord postérieur.
17~(18). Mésonotum et scape antennaire plus ou moins brunis. Fémurs et
tibias presque entièrement roux. Ailes: deuxième section eostale plus
courte que la première; tige de la nervure médiane brusquement cou-
dée à la base (fig. 365) ..................... îlavicollis, p. 299.
18-(17). Mésonotum et scape antennaire noirs. Fémurs et tibias brunis api-
calement. Ailes : deuxième section costalelégèrementpluslongue que la
première.
19-(20). Scutellum plus ou moins bruni. Moitié basale des fémurs et la plus
grande partie des tibias jaunâtres .............. picea, p. 299.
20-(19). Scutellum à bordure jaunâtre. Fémurs presque entièrement noirs ;
moitié apicale des tibias noire. . . picea var. Scutellata, p. 300.
 
Fxc. 377-378. — 377. Reicherlella bijîlata (Hanmav), mâle, pénis.
378. —- R. Handlirschi (Dunn) id.
1. R. biîilata (HALIDAY) ap.WA1.KER, 1856, 142, 2; TnEoBALD,158.—
Fig. 377. _
Septembre. Corse, Niolo (FORSYTH·MAJOR). Europe. Angleterre.
2. R. brevifurca. ENDERLMN, 1912, 273. —- Fig. 363.
Ailes d’un gris brun ; première section eostale bien plus courte que la
seconde ; costale, première, deuxième et base de la troisième nervure gri-
sâtres. $2 : nervure 3 avec deux petits renfiements réniformes, grisâtres ;
fourche normale chez le mâle. Balanciers noirs à tige brune. —Long. 2-3 m.
Mai-juin. Europe centrale.
3. R. Coohleafa. (DUDA), 1929, 18. ——- Fig. 364.
Antennes une fois et demie aussi longues que la hauteur de la tête. Corps

REICHERTELLA 299
d’un noir luisant à pilosité grise ou jaune. Scutellum jauni au bord. Pattes
noires ; tibias jaunes au milieu. Ailes vitreuses. - Long. 1,75-2 mm.
Rhénanie : Saint-Wendel. Europe centrale.
4. R. ilavicollis (Mmcxzm). Scnman, II, 350 ; TmaoeALn, 157. — Fig.
365.
Tête noire, face étroite, jaune en haut, noire en bas. Antennes une fois et
demie aussi longues que la tête. Thorax brun; pronotum et scutellum
jaunes. Pattes rousses, tibias noircis. Ailes vitreuses. Balanciers et abdo-
men jaunes. —- Long. 2,5-3,5 mm.
Juin—septembre. Très commun et répandu dans toute 1’Europe.
5. R. geniculata (Z1a·r1·Ens1·En·r). — Fig. 366.
Corps d’un noir luisant. Antennes légèrement plus longues que la hau-
teur de la tête. Propleure et mésopleure souvent roux. Pattes noires,
parfois les tibias plus ou moins brun roux ; fémurs I et III élargis. Ailes vi-
treuses ; nervure 2 brusquement coudée sur la costale. — Long. l—2 mm.
Mai-août. Répandu dans toute 1’Europe. Tyrol.
6. R. Handlitschî (DUDA), 1929, 25. —- Fig. 367.
Corps luisant. Scutellum étroitement jaune comme la ligne notopleurale.
Pattes noires. Ailes vitreuses ; nervures antérieures d’un gris brun. ·—-Long.
2 mm.
Alpes.
_ 7. R. nîgm (Mx~:1GEN). — Fig. 359.
Antennes légèrement plus longues que la hauteur de la tête. Corps d’un
noir brillant à pilosité noire. Pattes noires. Ailes : nervures antérieures
jaunes. —- Long. 2 mm.
Mai-août. Commun et répandu dans toute l’Europe.
8. R. nîgripennis (Maman). —- Fig. 360.
Antennes une fois et demie aussi longues que la hauteur de la tête. Fé-
murs et balanciers noirs. Ailes grises ; nervures antérieures noirâtres. —-
Long. 1,5-1,8 mm.
Juin-septembre. Commun et répandu dans toute l’Europe.
9. R. picea. (MEIGEN). Tmaonnmn, 156.
Antennes près d’une fois et demie aussi longues que la hauteur dela tête.

300 D1P·rÈREs .SCATOPSIDAE
Corps noir ou brun ; pleures parfois roux ; mésonotum roux sur le disque
avec quatres bandes longitudinales noires. Hanches et tarses noirs. Balan·
ciers jaunes. Ailes très longues, vitreuses, jaunes à la base ; nervures anté-
rieures brunes. — Long. 1,75-2,5 mm.
J uin-septembre, souvent sur les feuillages. Commun et répandu dans toute
1’Europe.
Var. scutellata Losw. ScH1NE1=x,II, 350 ;WuLv, I, 206; 'I`uEo1aAL¤, I, 156.
Variété chromatique de la forme typique. Europe centrale et septentrio-
nale.
10. R. pulîcaria (Loaw). — ZETTERSTEDT, 3400. —- Fig. 361.
Corps noir. Antennes légèrement plus longues que la hauteur de la tête.
Balanciers noirâtres, renflement partiellement blanc. Ailes grisâtres ; ner·
vures antérieures noires. —- Long. 1,25-1,75 mm.
Rhénanie : Saint-Wendel. Hollande (DE MEIJERE). çà et la dans Presque
toute l’Europe.
11. R. styriaca. ENDERLMN, 1926, 138 ; DUDA, 1929, 37. —— Fig. 362.
Corps d’un noir brillant. Antennes légèrement plus longues que la hau-
teur de la tête. Pattes noires ; tibias roux à la base. — Long. 1,6-1,9 mm.
Alpes. Espagne. Europe centrale.
G. COLOBOSTEMA ENDERLEIN
ENDERLEIN, 1926, 140 ; EDWARDS, 1925, 272 ; DUDA, 1929, 26. .
Extrémité des nervures 3, 4 et 7 abrégée ; fourche médiane aussi longue
que la tige basale.
Génotype : Colobosiema Oldenbergi ENDERLEIN, 1926, 140. Berlin.
C. incompleta. (VARRALL.) — Fig. 368. ·
Antennes légèrement plus longues que la hauteur de la tête. Corps d’un
noir luisant. Pattes entièrement noires. Balanciers noirs. Ailes d’un gris
brunâtre. -— Long. 2 mm.
Mai. Europe centrale et boréale. Angleterre.

HOLOPLAGIA 301
G. HOLOPLAGIA ENDERLEIN l
ENDERLMN, 1912, XL, 267 ; E¤wAaos, 1925, 272; DUDA, 1929, 17.
Ailes : une nervure transverse entrelesnervures 2 et 3. Nervure 7 brusque-
ment coudée. Protarses III raccourcis chez les mâles.
Génotype : Scaiopse lransversalis Loew.
TABLEAU mas Esrùcxas.
1-(2). Deuxième section costale plus courte que la première ; section api-
cale de la nervure 2 coudée sur la nervure costale. $2 : partie apicale de
l’aile avec une plage de microtriches serrés ..... Iucifuga, p. 302.
2-(1). Deuxième section costale aussi longue ou plus longue que la première;
section apicale de la nervure 2 oblique ou insensiblement courbée.
3-(4). Tarses blanchâtres. Mésonotum noir très luisant. Ailes opalines ou
laiteuses ; nervures 3 et 4 divergentes apicalement. albitnrsis, p. 301.
4-(3). Tarses noirs. Mésonotum brun ou noir, peu luisant. Ailes grisâtres,
nervures 3 et 4 subparallèles. - Long. 1,5-1,8 mm.
5—(6). 6 : Dernier tergite abdominal élargi et légèrement émarginé apica—
lement. S! : ailes avec une bulle blanchâtre entre les brnches de la four-
che médiane ................................ bullata., p. 301.
~6-(5). 6 : Dernier tergite abdominal terminé brusquement en pan coupé ver-
ticalement. $2 : ailes sans tache médiane blanche. transversalis, p. 302.
1. H. albitarsis (Zmrnasrnnr). THEOBALD, 157. — Fig. 372.
Corps noir. Antennes aussi longues que la hauteur de la tête. Trompe et
palpes d’un brun noir, plus développés que chez les autres Holoplagia.
Pattes noires ; fémurs non nettement élargis. Ailes : les deux premières
sections costales de même longueur. — Long. 1,5 mm.
Juin. Vichy (VILLENEUVE). Europe.
2. H. bullata (Enwmms), 1925, 272. — Fig. 370.
Thorax brun ou noir. Tête et abdomen noirs. Antennes une fois et demie
aussi longues que la hauteur de la tête. Pattes d’un brun noir ; fémurs I et
111 élargis et aplatis. Ailes : deuxième section costale légèrement plus
longue que la première. — Long. 1,8 mm.
Europe. Vraisemblablement myrmécophile selon E¤wAnos ; en nombre
dans une souche d’orme avec des larves de Plocota (Rmcixnnr, ap. DUDA,
17).

302 ¤11>TÈ1=uEs SCATOPSIDAE
3. H.I11ciîuga. (Losw). — Fig. 369.
Mai-septembre. Europe.
4. Hi I»`1'8!lSV&1'S8lIS(LOEW). Tnnomw, 157. —Fig. 371.
Corps noir. Antennes une fois et demie aussi longues que la hauteur de
   "\ _/
  I ....  
    mi ~ 2 '
ay ,Èî·;ѧ\`  l  _
, ...~. · s È
’ = E   . .
 al;  et
 '¤+f¤"  EV
    < 379 380 38/
 ' \
Fm. 379-381. -—Rhaeb0za fuscipes (MEIGEN). —- 379. Larve. —— 380. Nymphe (selon
Tormom). —— 381. Scaiopse nolata (punctaia Pnnms), corne respiratoire de la nymphe
(selon Pnnms).
tête. Pattes d’un brun noir ; fémurs I et III élargis et aplatis. Ailes : les
deux premières sections costales de même longueur. ——— Long. 1,5 mm.
Mai-septembre. Europe. Myrmécophile. A été signalé en compagnie du
Formica fuliginosa Mcm., (LOEW ap. DUDA, 39) et du Formica fusca (Doms-
THORPE ap. VERRALL).
G. RHAEBOZA ENDERLEIN
ENDERLEIN, 1936, 55. — Scaiopse EDWARDS, 1925, 273-274 ; DUDA,
1929, 38.
Ailes : première section costale plus longue que la suivante. Balanciers
bruns ou noirs.
Génotype : Scaiopse fuscipes MEIGEN.

ECTAETIA 303
l. R. Iuscipes (MMGEN). Eowanns, 273. — Scalopse recurva Lonw. ZET—
rmxxsrubr, 3407 ; Scumrcn, 352 ; Wow, I, 207 ; TmzonA1.¤, 158. — Rhcg-
moclema alrala MELANDER, 12. -—— Fig. 374.
Corps d’un noir terne; pleures bruns. Antennes aussi longues que la
hauteur de la tête. Pattes noires ou brunes; tarses jaunâtres ; tibias III
annelés de jaune. Ailes vitreuses. -—- Long. 1-2 mm. (d'après le iype).
Cosmopolite.
La larve se développe dans les substances végétales décomposées. Elle a
été étudiée par M. LYAL1. (1929).
2. R. subnitens (VERRALL). —· Scalopse nigra Eowanns, 1925, 273. —
Fig. 373.
Cops noir luisant. Antennes légèrement plus longues que I hauteur de la
tête. Pattes noires ou brunes. Ailes opalines ou légèrement laiteuses. -—-
Long. 2 mm.
·H0llande. Finlande. Angleterre.
Les premiers états ont été étudiés par M. Tormom (1927) et par M. LYALL.
(1929).
G. ECTAETIA Eunxannniu
ENDERLMN, 1912, 279 ; Enwanos, 1925, 270.
Ailes : base de la nervure médiane placée bien après le niveau de Rs ; pas
de transverse moyenne entre les nervures 2 et 3 ; nervure anale (n. 8 -1- 9)
présente.
Génotype : Scalopse clavipes LoEw.
TABLEAU mas Esrizcxas.
1-(2). Abdomen terne, sauf à la base et à l’extrémité. Ailes : nervure anale
avec environ 8-12 macrotriches vers l’extrémité. Balanciers noirs.
Q : dernier sternite abdominal élargi et profondément émarginé... . .
....................................... platyscelis, p. 304.
2-(1). Abdomen uniformément luisant. Nervure anale avec 6-8 macrotri-
ches vers Pextrémité. 2 : dernier sternite abdominal plus petit et moins
profondément émarginé.
3-(4). Balanciers noirs. Plage ocellaire très réduite (fig. 383). ............
.... Ã .................................... . lignicola, p. 304.
4-(3). Balanciers blanohâtres. Plage ocellaire élargie (fig. 382) .........
......................................... clavipes, p. 304.

304 oirràniss scA·r0PsmAE
1. E. clavipes (Losw). THEOBALD, 159. —- Fig. 375, 382.
Tête noire, occiput luisant. Thorax d’un noir luisant ; mésonotum une
fois et demie aussi long que large, couvert d’une villosité fine, serrée, noire ;
pilosité scutellaire courte. Pattes noires ou brun noir ; tibias III élargis
(5‘ 2). Ailes vitreuses ; costale, nervures l et 2
Q? noirâtres ; costale prolongée jusqu’au milieu
' de l’aile. Abdomen noirâtre. — Long. 2-2,5
mm.
Europe. Corse (KUNTZE). Angleterre.
I î 2. E. lignicola. EDWARDS, 1925, 270.-- Fig.
" ' ‘ 383.
.382 383 Très voisin du précédent, légèrement plus
Fm. 392-383. —— ssz. Ecmetia grand ; en diffère encore par la forme de
clauzpes (Loiaw), tête vue de , .
iaœ.—ass. E. ugnzwza En- l3Pp¤r€1l¤0P¤l3t€¤r·—- L¤¤a· 2,8 mm
wlxnns, id. (selon Enwnmns).
Juin. Angleterre.
Larve dans les débris de bois.
3. E. platyscelis (Lonw).
Comme l’E. clavipes ; un peu plus robuste. 5‘ : dernier tergite coupé obli-
quement ; pièces de l’appareil copulateur peu visibles ou cachées. —— Long.
2,8-3,6 mm.
Juin. Très rare. Europe centrale. Angleterre.
G. ANAPAUSIS ENDERLEIN
ENDEnLE1N, 1912, 278 ; DUDA, 45. —- Pseclrosciara EDWARDS, 1925,
270.
Antennes de dix articles. Corps noir à pilosité noire ou grise. Ailes : ner-
vure 3 effacée à la base ; nervure 6 rectiligne.
Génotype : Scaiopse soluia LoEw.
TABLEAU DES Es1>i2cEs.
1-(2). Abdomen d’un noir terne. Balanciers noirs. — Long. 1,5-2 mm,. .
............................................. talpae, p. 305.
2-(1). Thorax et abdomen d’un noir luisant. Balanciers jaunes, le renfle-
ment plus ou moins bruni en dessus. — Long. 2-3 mm.
3-(4). 3* : Dernier tergite abdominal renflé et terminé par deux longues épines
dirigées en bas ............................... soluta, p. 305.

ANAPAUSIS 305
4-(3). 6* : Dernier tergite non renflé, légèrement bilobé à l’extrémité, les
lobes dirigés en arrière ...................... palustris, p. 305.
1. A. palustris Enwsnns, 1925, 270.
Angleterre.
2. A. soluta (L0Ew).
Fémurs I élargis et aplatis. Ailes décolorées ; première section costale
deux fois plus longue que la deuxième. — Long. 1,75-2 mm.
Juin. Europe centrale et méridionale.
3. A. tslpae (VERRALL). —- Fig. 376.
Fémurs I peu élargis. Ailes décolorées ; première section costale une fois
et demie aussi longue que la deuxième. —- Long. 1,5-2 mm.
Juin-août. Europe centrale et méridionale.
sâouv 20 I

FAM1L1.1a mns  
CARACTÈRES GENERAUX
ADULTES.
Tête. — Yeux arrondis, finement pubescents, holoptiques ou dichop-
tiques (5‘), largement séparés(Q). Ocelles bien développés. Antennes à peu
près aussi longues que le thorax, composées de seize articles cylindriques,
les deux articles basaux plus épais, ceux du flagellum étroitement réunis, à
villosité courte et diminuant de grosseur jusqu’à l’extrémité. Trompe peu
proéminente, à petites labelles. Palpes allongés, formés de quatre articles,
le deuxième, parfois plus long etplus large que les autres, porte une vésicule
sensorielle.
Thorax. -— Pronotum très réduit,surtout dans sa partie postérieure, ou
pronotum représenté par une paire de Iobes latéraux ; suture mésonotale
nulle. Scutellum semi-circulaire, court, élargi;mésophragme très développé.
Sutures pleurales profondes.
Appendices du ihoraas. -— Pattes longues et grêles chez les mâles ; hanches
I longues, III courtes. Tibias I avec un éperon; tibias II et III avec deux épe-
rons finement pubeseents ; pas de chètes épines. Griffes simples ; pelotes
nulles. Ailes larges, au repos repliées surl’abdomen, lobe anal bien développé
avec un angle rentrant très aigu entre ce lobe et l’alule ; costale étendue
légèrement après l’apex de MA 1 ; sous-costale allongée, son extrémité at-
teignant ou dépassant le milieu de l’aile largement après la base de Rs ;
R 2 -)- 5 longue, concave ; MA 1 très longue, convexe, atteignant presque
l’extrémité de l’aile ; MA2 avec deux ou trois rameaux ; lA normale ;
2A effacée apicalement. Squames plus ou moins longuement frangés
(fig. 387, 388).
Abdomen avec huit segments visibles ; tergite I presque aussi développé
que le suivant, avec une paire de crêtes basales et latérales émoussées;seg-
ment VIII étroit ; segment anal bien développé avec une paire de cerques
libres dans les deux sexes. Hypopyge mâle en capsule plus ou moins
élargie.
(Eurs.
Les œufs, piriformes, sont pondus agglomérés en masses par une subs-
tance gélatineuse fixée sur un support étranger.
LARVES.
Corps filiforme (10 mm.), subcoriacé, luisant, glabre, susceptible de con-
torsions vermiculaires (fig. 384). Tête avec une paire de baguettes senso-

mrnonucrion 307
rielles. Antennes avec des papilles sensorielles particulières. Mandibules
divisées en deux parties distinctes : une partie basale avec une dent
interne et une partie apicale plus ou moins chitinisée, pluridentée et garnie
deverrues sétuleuses. Maxilles molles. Palpes maxillaires épais, transparents,
portant deux groupes de pores sensoriels et de nombreuses soies allongées.
Q': -" 
I lwvligô ·--·•~î
‘   un
•% q® [ Q.
  !
— ' A
$1 &
9 /
U' '
1 p \
/ .386 (
/ 1
1 /
1
I 1
" `?)
1\ ·1¤n1¤nIl¤I¤§v
\  
1
·· lllllllill  Ilhnm
384
Fm. 384-386. — Phryne fcnesfralis Scovou. — 384-, larve (selon (Kzxurz).
885. Nymphe. - 388. Adulte femelle >< 8.
Thorax avec quatre cilslocomoteurszdeuxlongs et deux courts ; chaque seg-
ment est séparé par un anneau intercalaire plus étroit. Système respira-
toire amphipneustique ; seulement deux paires de stigmates fonctionnels :
prothoracique et postabdominal.
NYMPHES.
Libres ; cuticule fortement chitinisée, armée de rangées de spinules, prin-
cipalement sur les segments abdominaux (fig. 385).

308 D11=TÈP.Es P11RYN1n An,
Les premiers âges des Phrynides sont plus ou moins connus. On les a
observés dans les matières organiques décomposées plus ou moins fermen-
tées et liquides. La nymphose s’effectue ordinairement aux endroits qui ont
favorisé le développement des larves.
R2+5\ R1\ RM Sc Rs
M42
IMJ
3 / MCU
I‘Z‘l2\g,\ A
C CZDAIE x 1;*1 2 /È/7/1*Z//78
- CU/qlb  
R2+5_ RZ Sç RS
_   _ __.. . - ~··· ·/742
NA: ····· ‘ " "
mza Mcu
I.
cÈAza·b A4 èA Nycefabza
388
F10., 387 et 388. —— Ailes des Phryne et des Mycetobia (schématique).
TABLEAU Des GENRES.
En réalité, si l’on considère que la transverse MA 2 b —(— c est une ner-
vure supplémentaire, ou un « accident » propre aux Phryne vrais, les deux
ailes sont du même type. L’aile des Myceiobia est remarquable par la sup-
pression de la nervure MA 2c et du rameau basal de la nervure médiane
basse.
—- Ailes avec une cellule discale présente, cette dernière donnant trois ra-
meaux : MA2 a, b,c. Des macrotriches sur la membrane (fig. 387).. .
......................................... Phryne, p. 308.
— Pas de cellule discale ; la fourche MA2 a + b à pétiole long. Pas de
macrotriches sur la membrane (fig. 388) ..... Mycetobia, p. 311.
G. PHRYNE MEIGEN
MMGEN, Nouv. Classif., 16 (1800); LINDNER, 1930, 7. — Anisopus ME1·
GEN 1803 ; EDWARDS, 1928, 10. —- Rhyphus LATREILLE, Hist. nat., XIV,
291 (1804) ; KEm·Ész, 1903, 167. ·

rnnvmz 309
Tubercule ocellaire distinct. Ocelles saillants. Antennes 3 légèrement plus
longues que celles de la 9 ; segment I allongé, II aussi long que large. Palpes
formés de quatre articles, non compris un palpiger rudimentaire ; segment II
ordinairement gonflé (Q), III court, IV long, les deux derniers pendants.
Pronotum réduit, invisible de dessus ; mésonotum couvert d’une pubescence
rase, des soies plus longues à la base des ailes et suivant laligne dorso·centraleî
Scutellum avec généralement deux longues soies. Tibias III avec un peigne
apical interne. Empodium très développé (5). Ailes : costale prolongée jus-
qu'à l’apex de MA 1 ; cellule r 1 quelquefois élargie avant l’apex, sa
partie apicale occupée par le stigma ; une cellule discale ; transverse RM pla-
cée légèrement après le milieu ; M Cu placée avant le milieu de la cellule
discle. Abdomen plus ou moins cylindrique (5) ; hypopyge petit et rétracté ;
segment anal protégé par une large plaque ventrale ; sternite IXtrès développé;
abdomen raccourci et élargi, brusquement tronqué à l’apex (Q).
` Les males du Phryne feneslralis forment des chœurs de danses aériennes.
parfois avec d’autres espèces de Diptères, sous les arbres et les buissons,
sous les rameaux étendus. Les chœurs du P. fencsiralis ne se composent que
de quelques individus, tandis que ceux du P. punciala sont souvent beau-
coup plus nombreux (cf. aussi ZETTERSTEDT, IX, 3435). M. Enwanns
pense que cette différence dépend de la grandeur des yeux chez les deux
espèces, petits chez le P. fenestralis, plus grands chez le P. puncfata. Les
deux espèces rentrent dans les maisons pour hiverner. On les trouve alors
en compagnie des Culex, des Theobaldies et des Anophèles. Au printemps,
la ponte peut s’effectuer dans les maisons, dans les recoins obscurs et hu-
mides où s’accumulent les détritus, ou bien l’adulte vole au dehors pour
pondre sur les matières végétales en décomposition.
Les larves des Phrync feneslralis et punclala se développent dans les sub-
stances en décomposition, dans les fumiers,dansles liquides qui en décou-
lent, dans les racines plus ou moins décomposées, dans le magma formé par
les plaies ulcéreuses des arbres ou dans les cavités humides des tiges ou du
tronc. La larve du Phryne picluraia KNAB a ététrouvée ala base des feuilles
des Broméliacées. La métamorphose a lieu dans les endroits où se dévelop-
pent les larves.
La larve du P. feneslralis est longue de 12-l-1 mm. Le corps est formé
de onze segments : trois thoraciques et huit abdominaux, plus la tête ; les
segmentsabdominaux sont séparés par des anneaux intercalaires ; seg-
ment VIII divisé en cinq parties, la dernière est terminée par cinq lobes
bordés d’une frange de petites soies ; la face sternale antérieure de ce seg-
ment VIII porte une plaque anale caractéristique.
Les représentants de ce genre vivent dans presque toutes les parties du
monde, mais principalement dans les régions orientales et néotropicales.
Les espèces de Phryne sont peu nombreuses dans la région holarctique ;
elles sont rares en Afrique et inconnues à Madagascar.
Génotype : Tipula feneslralis Scorom.

310 nirrisaias PHRYNIDAE
TABLEAU DES Es1>ÈcEs.
1-(2). Ailes Z cellule ma 2 rétrécie à la base ; apex de l’aile non taohé.
— Costale avec une tache sombre au niveau de l’apex de R 1 prolongée
jusqu’à la base de MA 2 ................... punctata., p. 311.
-——· Pas de tache costale sombre au niveau de R 1 prolongée sur MA 2. Une
ombre peu distincte à l’apex de MA l .......... fuscata, p. 311.
2-(1). Cellule ma 2 élargie à la base ; apex de l’aile avec un dessin bruni.
3-(4). Ailes faiblement tachées ; cellule radiale entièrement claire. Europe
centrale (Enw., 1923, 478) .................. limpida EDwAnDs.
4—(3). Taches nettes ; cellule radiale ombrée.
— 8 : Sternite IX largement noirici .......... fenestralis, p. 310.
— 6 : Sternite IX étroitement noirci ou non ....... cincta., p. 310.
1. P. cincta (FABn1c1Us). Znrrnasrianr, XI, 3437 et XI, 4342 ; Scru-
NER, II, 495 ; Er>wAaDs, 1926, 113.
Semblable au P. fenesiralis, mais plus petit, d’un jaune rougeâtre ; méso-
notum sans bandes. —— Long. 4,75-5,5 mm.
J uin—septembre. Bar—sur—Seine (CARTEREAU) ; Lyon (SoNrHoNNAx) ;
Landes (Gonnnr). Europe. Iles de l’Atlantique. Angleterre.
Larve dans un ulcère de 1’orme (LABOULBÈNE), dans une branche pourrie
(ZE·rrERsTED·r).
2. P. f8I18SlZ1‘8lIS(SCOPOLI). IIIACQUART, I, 172 ; Duroua, 1849, 195 ; ZE·r-
TERSTEDT, IX, 3436 et XII, 4833 ; SCHINER, II, 495 ; Pianais, 1870, 190 ;
WULP, I, 437 ; EmvARDs, 1923, 476. — Sylvicola brevis HARRIS. —— Rhy-
phus fenesirarum LATREILLE. —— Anisopus nebulosus MEIGEN.
D’un jaune roussâtre plus ou moins cendré ; mésonotum avec trois ban-
des Iongitudinales, les latérales écourtées ; pleures couverts d’une pruino-
sité blanchâtre. Antennes, trompe et palpes noirâtres. Pattes jaunes ; fé-
murs et tibias II et III noirâtres â l’apex ; tarses brunis. — Long. 5-7 mm.
Eté-automne. Bois, prairies et bosquets ; sur les fenêtres des maisons. Tres
commun et répandu dans toute 1’Europe. Amérique septentrionale.
La larve a été décrite par RÉAUMUR, Boucmâ, Duroim, Pnnais et enfin
par Baume (Arch. Nat., XXXVIII, 48). RÉAUMUP. l’a trouvée dans les bou-
ses de vache et Duvoun dans la bouillie ulcéreuse de l’orme. Peaaxs (1870)
l’a rencontrée en juillet sous les écorces du pin, en société de la larve du
M ycetobia, également en nombre dans certains fruits charnus en putréfaction,
citrouilles, melons ; aussi dans les pommes de terre. Au moment de la nym-
phose elle quitte ces substances, s’isole et se fixe sur un support voisin.
Les larves qui vivent sous les écorces se métamorphosent dans le voisinage
· d’un trou de sortie de xylophage.

PHBYNE 311
3. P. iuscata (Fmanicius). MACQUART, I, 171 ; ScnxNE.a, Il, 495 ; WULP,
I, 438. - Anisopus fuscus MEIGEN (sec. !yp.).
Comme les précédents, légèrement plus grand. Se reconnaîtra aux carac-
tères alaires. Corps d’un brun grisâtre ; mésonotum à pruinosité grise cou-
pée par trois bandes brunes, la médiane étroitement divisée par une ligne
claire. Balanciers et pattes jaunes, apex des fémurs et des tibias étroite-
ment brunis. — Long. 5,5-7,5 mm. (d’après le type de fuscus).
Mai-septembre. Lille (MACQUART) ; Evreux (Ponravm). Rhénanie. Hol-
lande. Ga et là dans toute l’Europe.
4. P. puncts.ts(FAen1c1us). lvlacguxnr, I, 172 ; Scnmea, II, 495 ; Wu1.1>,
I, 438 ; Enwxnns, 1923, 477.
_ Gris. Mésonotum avec trois bandes longitudinales, la médiane élargie,
d’un gris noir, les latérales plus courtes. Mésophragme et abdomen brunis,
incisures jaunâtres. Tête noirâtre. Pattes jaunâtres, hanches, fémurs et
tibias III noirâtres à l’apex ; tarses brunis. — Long. 5,5-7,5 mm.
Avril-septembre, avec le P. fenestralis, moins commun;rarement dans les
maisons. Rllénanie. Lille (Mixcovam) ; Somme : Ault (PoUJA¤E) ; Lyon
(REY) ; Landes (Gonna?). Répandu dans toute l’Europe. Danzig (Czwixtma).
Angleterre.
La larve a été décrite par BELING (Arch. Nat., XXXVIII, 48, 1872).
G. MYGETOBIA Maman
MExoEN, S. B., I, 229, XXVII (1818) ; Enwanos, 1916, 108 ; KNAB, 1916,
259 ; KE11.1N, 1919, 33 ; DAVIDOFF, 1927, Z. Mikr. Anal. Forsch., X,
219 ; EDWARDS, 1928, 24 ; Lmnnan, 1930, 7.
Tubercule ocellaire indistinct. Palpes maxillaires formés de trois articles,
le premier élargi, épais, comprend les trois articles basaux soudés. Prono-
tum légèrement. plus développé que chez les Phryne. Scutellum avec quatre
soies marginales. Empodium nul. Ailes : costale prolongée bien après l’ex·
trémité de R 4 + 5. Les adultes ressemblent à ceux des Phryne pour les
attitudes et les mouvements.
Les larves des deux genres se ressemblent également, mais celles- des
Mycelobia ne portent que deux divisions sur le dernier segment abdommal.
Génotype : Mycelobia pallipes ME1oEN.

312 DIPTÈRES PHRYNIDAE
M. nallipes Maman. MACQUART, I, 146 ; Duroun, 1849, 202 ; Scmivnn, ~
II, 427 ; PERRIS, 1870, 186 ; WULP, I, 178 ; THEOBALD, I, 148 ; KEn*rÉsz,
1903, 21. —- Fig. 388.
Brun noirâtre. Palpes, balanciers et pattes jaunâtres. Ailes vitreuses à
nervures rousses. Abdomen brunâtre, à face sternale jaunie chez la fe-
melle ; villosité générale pâle, éperons jaunes ;chètes—épines des tibias III
bruns. — Long. 4 mm.
. Mai—novembre. Parfois dans les maisons ; bosquets, bois et prairies. Com-
mun et répandu dans toute la France. Toute 1’Europe. Chine.
Les larves vivent souvent avec celles des Phryne et de quelques autres Di-
pteres saproxylophiles. M. Eowrmos les a observées dans l'eau retenue par
un trou d’arbre où elles cohabitaient avec des larves de moustiques. Pmmrs
(1870) les a trouvées sous l’écorce des gros pins abattus qui avaient été oc-
cupés par des larves de Tomicus slcnographus. On les rencontre souvent en
compagnie de larves de X ylota et de Phryne, au milieu des détritus et des ex-
créments des Tomicus, dont elles forment un magma mucilagineux dans le-
quel elles nagent et serpentent. LABoU1.B1ë:NE et DUF0UR les ont trouvées
dans la matière exsudée par l’ulcère de 1’orme (1849), Lvomar dans le ter-
reau humide des saules, Macguanr dans les détritus du bois de l’orme, Scm·
NER et P0uJAo¤ dans un ulcère du marrormier rouge.

FAMILLE DES PACIIYNEUBIDAE
` Yeux séparés chez les mâles. Trois ocelles disposés en triangle équila-
téral. Antennes presque aussi longues que le thorax, formées de 16-l7arti-
cles cylindriques. Palpes maxillaires avec le deuxième segment cylindri-
que, sans organe sensoriel apparent. Prothorax court, divisé au milieu. Mé-
sonotum sans suture transverse. Griffes simples. Pelotes et empodium bien
développés. Hanches antérieures normales, II et Illplus ou moins gonflées.
Tibias armés d’éperons et defsoies courtes. Empodium et pelotes présents,
R1 RN scz Scz _
F2+.a` ' · .
_ R4+5-
lmr
mf I 2A _
0'AlaCUl»Ub Cu/12 7/1 Axy/ny/8
.389
R1 RM se `
RZ'? .«.¤ma\‘1 
F?4+5—   ___ ___
r l/_ rw,-  
à]»Qç·,,—-·-___ N l   Pac/zyncura
/ "‘-~·, ____. "'
GJÃI8 Cuhlb Cyflz IA  
l Fm. 889 et 390. — Ailes schématiques des Pachyneurides.
réduits. Ailes : membrane sans macrotriches ; la nervurelcostale ne dépasse
' pas Pintcrsection de MA 1 ;trois branches radiales (R 1, R 2 —}— 3, R 4 -l- 51;
transverse médio-cubitle (M Gu) réduite, placée largement avant la trans-
verse RM ; cette dernière placée au niveau du rameau commun des ra-
diales R 2 +3 ,4 + 5 ; base de la médiane évanescente ou réduite à _un pli;
2A vestigiale. Abdomen avec huit segments prégénitaux ; le premier
réduit, sans tubercules basaux.
Deux genres dans la région paléarctique.

314 nirrnnns 1>AcnvNEUn1¤AE
G. PACHYNEURA ZETTERSTEDT
Zmraasrenr, 1838, 850, 163 ; EDWARDS, 1928, 28 ; DUDA, 1930, 7 ;
Ansxamnsn, 1931, 11.
Yeux séparés, à facettes égales (3 Q). Antennes formées de 17 articles,
aussi longues que la tête et le thorax réunis. Suture scutellaire peu définie.
Pattes longues et grêles, armées de soies courtes ; tibias I avec un éperon,
II et III avec deux éperons. Ailes : costale avec des macrotriches réduits ;
se forte et distincte sur toute sa longueur ; apex de R 2 + 3 raproché de
l’extrémité de R 1 ; RM placée à la base de la nervure R 4 + 5 ; 1 A prolon-
gée à la marge de l’aile (fig. 390). Abdomen allongé, étroit.
Génotype : Pachyneura fascialu Znrrrznsrnnr.
P. fasciata Zrzrrnasrnnr, 1838, 850, 1 ; Scmman, II, 640 ; Wutr, I, 223.
Tête, antennes, palpes et thorax noirs. Mésonotum brillant ; pleures
d’un gris noir mat, suture humérale jaune. Hanches noires ; fémurs et ti-
bias d’un jaune clair ; tarses noirs. Ailes grises, ombrées sur la partie cen-
trale et le long des nervures. Balanciers jaunes. Abdomen (3) : segments
I—V jaunes, étroitement noirs latéralement, VI noir sur la moitié basale, le
reste jaune, VII et VIII entièrement noirs. Abdomen (Q) jaune ; segments
I-VI noirs sur la moitié antérieure, derniers segments uniformément
noirs. — Long. 10-13 mm.
Juin. Europe septentrionale.
G. AXYMYIA Mac ATEE
Misc ATEE, 1921, 23, 49 ; Ebwaans, 1928, 28 ; DUDA, 1930, 8.
Yeux très grands et cohérents (3), formés de facettes élargies à la partie
supérieure, tres petites à la partie inférieure. Yeux grands (Q), séparés. An·
tennes courtes, formées de seize articles plus larges que longs. Suture scu-
tellaire profonde et bien marquée. Pattes courtes, pas d’éperons tibiaux. Ai-
les : pas de macrotriches sur les nervures ; sc ûne, évanescente vers l'apex ;
sc 2 visible sous forme de pli ; R 2 + 3 cohérente avec R 1 à l’apex ; R M
placée largement après la base de R 4 —|— 5 ; 1 A non prolongée à la marge.
Abdomen court, épais.
Génotype : Axymyia furcaia MM: ATEE (Amérique septentrionale).
A. Kertészi DUDA, 1930, 8. — Fig. 389.
Noir. Mésonotum mat, couvert comme le scutellum d’une pilosité
microscopique. Pattes d’un brun noir sombre. Balanciers et ailes brunes.
Abdomen d’un noir luisant. ——- Long. 10-11 mm.
Hongrie (Knarész).
Un débris oligocène trouvé par M. Qunâvnnux dans les mines de potasse
d’A1sace se rapporte peut-être à cette espèce.

Fsmrts ses BLEPHAROCERIDAE
CARACTÉRES GENERAUX
ADULTES.
Les Blépharocérides sont des Diptères tipuliformes de taille moyenne, _
dont le corps pratiquement nu porte des pattes allongées et des ailes élar-
gies. Ces dernières, plus longues que le corps, sont remarquables par une
` série de plis, transverses ou non, simulant une nervation secondaire. Les
mouches sont communes près des torrents où se développent les larves.
Ces dernières sont profondément modifiées par la vie torrenticole.
Tête. - Yeux très grands, cohérents ou séparés, souvent formés de deux
sortes d’ommatidies, les supérieures élargies, les inférieures petites ou très
petites, toutes couvertes d’une ciliation plus ou moins développée ou très
épaisse et très longue (Hapalolhrim). Ocelles très gros, placés sur une petite
protubérance (chez les espèces européennes) (fig. 404 et 413).
Appcndices de la lêle. — Trompe allongée ; pièces buccales disposées pour
la piqûre et la succion, au moins chez les femelles des Cardiocrepis et des Li-
poneura ; labre étroit, pointu, surmonté d’un prélabrum élargi et trapé-
zien. Mandibules bien développées chez les femelles, longues, aiguës, fine-
ment dentées sur le bord interne, nulles ou réduites à une petite apopbyse
basale chez les`mâles. Hypopharynx en lame ensiforme comme le labre et
les mandibules, denticulé sur chaque bord (5* 9). Maxilles réduits à des sty-
lets courts, peu chitinisés. Palpes maxillaires très développés (ô` 9) (fig.
404). Les pièces buccales des Blépharocérides ont fait l’objet d’une étude
de VIMMER (1924).
Antennes longues, formées de 9-15 articles couverts d’une pubescence
microscopique ; articles basaux courts, ceux du flagelle plus longs, cylin-
driques.
Tho1·ax.—— Très bombé. Mésonotum saillant. Prothorax bien développé,
en bande rectangulaire antérieure. Pièces pleurales saillantes, séparées
par des sutures profondes. Scutellum petit. Mésophragmeen bande étroite
(fig. 391).
Appendiccs du thorax. - Pattes longues, la dernière paire plus longue
et plus robuste. Hanches I légèrement plus longues ; protarse long, qua—
trième article très court ; onychium généralement terminé par des griffes
aiguës. Les griffes portent sur la face interne une série d’épines plus ou
moins développées et plus ou moins nombreuses (fig. 392).
Balanciers à tige très longue.
Ailes élargies, beaucoup plus longues que le corps ; pas de cellule dis-
coïdale ; lobe anal bien développé, caractéristique. Nervation réduite ;
R l simple, R 2 + 5 plus ou moins longue, parfois réunie à MA ; cubitale

316 nrrrnnns nLErnAaocEn1nAE
fourchue, tige basale plus ou moins longue ; anales complètes ou non. En-
tre les nervures, un système de plis réguliers ou non simulant une nerva—
tion secondaire. Membrane très fortement irisée.
Abdomen. —— Abdomen cylindrique, plus ou moins aplati ; oviducte pe-
tit, peu chitinisé ; cerques mous ; hypopyge mâle très développé ; lamelle
prégénitale en capsule allongée plus ou moins courbée ; forceps souvent
dilatés, à branches brusquement tordues (fig. 408).
(Eure.
Les oeufs sont grands (0,05 mm.), longuement ovalaires, fragiles, enve-
loppés par une coque lisse et mince, peu résistante. Blancs aussitôt après
la ponte, ils brunissent rapidement et deviennent alors plus résistants. Ils
sont parfois adhérents au support par une substance glaireuse sécrétée
par la femelle au moment de la ponte.
Lixavns.
Corps aplati, apode, couvert d’un tégument plus ou moins chitinisé dor-
salement, portant une pilosité serrée ou non, et présentant parfois de.lon—
gues épines dorsales. Huit segments profondément incisés. Segment I (cé-
phalothoracique) formé par la tête, le thorax et le premier segment abdo-
minal. Face sternale avec six ventouses rangées sur la ligne médiane, une
par segment (fig. 394). Ces ventouses permettent à l’insecte de s’accrocher
aux rochers des cascades et des torrents et de se déplacer latéralement
sur des distances relativement considérables.
Le segment céphalothoracique porte une paire d’antennes plus ou moins
. longues ; quelquefois des taches oculaires. L’ouverture buccale est placée
sur la face sternale. Chaque segment, même le premier, présente latérale-
ment une paire d’appendices chitineux. L’appendice latéral antérieur est
probablement une apophyse sensorielle, l’appendice postérieur est une sorte
de griffe formée de poils très serrés.
Insectes apneustiques ; chaque segment, à partir du deuxième visible,
porte une paire de touffes branchiales ; le dernier segment porte quatre
branchies anales très développées (fig. 394).
NYMPHES.
Corps convexe dorsalement, trapu, plus ou moins aplati ventralement, à
segmentation peu marquée. Abdomen épais, composé de neuf segments.
Tégument fortement chitinisé sur la face dorsale, couvert de petites ver-
rues brunâtres. Le thorax porte des cornes respiratoires ordinairement
formées de quatre feuillets (fig. 396). F ourreaux alaires repliés sur la face
sternale, enveloppés d’une cuticule mince et fragile. Tégument de la face
sternale abdominale mince, portant trois paires d’organes de fixation

mrnonucrrom 317
placés sur les sternites IV, V, VI. Les nymphes sont toujours fixées aux
rochers des chutes et des cascades, en plein courant, aux mêmes endroits
que les larves.
I
0  î `”’
% Q l U   "L »` L--=-·-— A- €'&
( .393 1   1
\  ,11 h, 4/   I »
JW ~  '
 ¤  /
*1 l'
' i  
 .·`   `”(«.· î
`(QEV \FlZg...
s`9),’É·’ \)lXl("
·• @ '~·
_.w® 'jg,
e ~  1*
394 g w; ag:
y i'. \
. } \\\
\
\
èëë *
392 3.95
Fm. 391-397. ·-— 391. Cardiocrcpis brcviroslris Bnzzi, profil du mâle X. ·— 392. Id.,
griffes des pattes I, II, III. - 398. Id., œufs. - 394. Id., larve. — 395. Id., nymphe.
— 896. Feuillets respiratoires d‘une nymphe de Blépharocérine. --897. Id. d’une
nymphe de Paltostomine.
A Ernorocm. .
L’éthologie des Blépharocérides a été exposée par M. Bxscnow (1928),
par M. HUBAULT (1927) et par M. MANNHEIMS (1937). Les larves ont été
étudiées par MM. HoFENE1>ER(1928), KoMARE1< (1914, 1922 et 1934), VxM-
MER (1922 et 1934).
L’éclosion de l'adulte a lieu sous l’eau. La cuticule mésonotale de la
nymphe se fend sur toute sa longueur. Au cours de l’éclosion, le courant
aide l’insecte à se dégager. ll est entraîné par l’eau vers les rochers où il
s’accroche à une place sèche. L'éclosion dure quelques minutes.

I
318 nivràmzs BLEPHAROCERIDAE
I Le cycle évolutif est annuel. Les adultes s’accouplent et les femelles
pondent pendant l’été. De grandes quantités d’œufs étant déposées en même
temps, les larves se développent toutes à la fois dans le même endroit. Pen-
dant presque toute l’année, des colonies de larves peuvent recouvrir les
rochers des torrents de plaques noires plus ou moins étendues.
Les larves des Blépharocérides habitent les cascades et les torrents des
montagnes. Au moyen des ventouses sternales, elles adhèrent solidement
aux pierres du fond sur lesquelles elles rampent. Elles se nourrissent d’al-
gues, principalement de Diatomées qui végètent sur les rochers.
Les Blépharocérides adultes sont normalement zoophages (sauf Apislo-
myia) (KELLoGG, HUBAULT), occasionnellement anthophiles (Harscnxo,
SCHNUSE). Ce sont des insectes hygrophiles sédentaires qui restent can-
tonnés dans les vallées profondes séparées les unes des autres par des ob-
stacles difficilement franchissables (forêts, montagnes). Les adultes, souvent ·
réunis en grand nombre, ne quittent pas les blocs de pierre émergeant hors
de l’eau où s’est effectuée la vie larvaire et nymphale,sauf pendant la période
de l’accouplement, où certaines espèces effectuent des danses groupées,
comme plusieurs autres espèces de Nématocères. Les Blépharocérides ont
pu ainsi évoluer sans mélange, dans des sens différents. Il en résulte une
grande diversité de formes (presque autant que de cantons évolutifs) qui
justifient jusqu’à un certain point,au moins pour le genre Cardi0crepis,la
création de sous-espèces et de variétés (HUBAULT). Selon KOLIAREK et
VIMMER, chaque vallée du Caucase présente une espèce de Blépharocéride
· différente.
PARASITES ET COMMENSAUX.
Les parasites sont peu connus. M. TONNOIR (1924) signale Pexistence pos-
sible d’un parasite des larves et des nymphes, parasite dont il ne possède
qu’une trace unique, un trou rond traversant Penveloppe chitineuse de la
nymphe. Le même auteur (1922) a étudié la biologie d’un Tendipédide,
Daciylocladius commensalis TONNOIR, dont la larve vit autour des ventouses
d’un Blépharocéride néozélandais. Ce commensal tisse son cocon nymphal
entre les ventouses. M. BISCHOFF (1922) a signalé la présence d’algues
vertes qui croissent sur la face tergale de certaines larves de Liponeura.
_ Ces organismes ont été revus par M. HUBAULT (1927, p. 312).
RÉPARTJTION GÉoGRA1>n1QUE ET CLASSIFICATION.
Les Blépharocérides sont parmi les plus communs des organismes qui
hantent les torrents. Les représentants de cette famille habitent les zones
tempérées et tropicales des deux mondes. On les trouve dans toutes les
régions montagneuses de l’Europe. Dans les contrées des Vosges et des Al-
pes étudiées par M. HUBAULT il n’y a, pour ainsi dire, pas un torrent où ils
ne soient très communs. On les a observés en Arménie, au Caucase, dans

mrnooucrron 319
l’Himalaya, à Ceylan, en Afrique mineure et en Afrique australe, dans les
montagnes de l’Amérique du Nord, au Brésil, en Nouvelle·Zélande et en
Tasmanie.
Six genres sont caractérisés ici. Il faut en extraire le genre Philorus, cité
pour mémoire;l’espèce unique de Sicile n’a pas été retrouvée depuis Lonw,
et il n’est pas certain qu’elle appartienne au genre créé par KELLooG (cf.
aussi Brszzx, 1913, 113, 6 ; Eowaans, 1928, 177). Le caractère fourni par la
transverse médiocubitale est discuté (fig. 400).
Le genre Cardîocrepis comprend ici cinq espèces qui pourront peut-être
se ramener à deux lorsque la morphologie larvaire et la conformation des
· R1 R2 Sc RI
R2+5 î
Raw'- ‘
MA1’ ,q
N4:
c"’l'*’ L 398 mé MP · _ 401
Thauma/ea 0**% b M Lwûnëura
RJ
R1
Rz+s
1A
mais z. .299 mi
Confarzma C”"""' cm, #@8/Oîîîlk
NCu R1
mé /
   
4-00 ku/ir IA 403
]°/Ii/crus /l/zisfamyza
Fm. 398 à 403. - Caractères des ailes des Blépharocérides.
organes générateurs des adultes auront été exactement définies pour les cinq
formes nommées.
L’étude systématique de cette famille a été poursuivie par MM.C. P.
ALEXANDER, Bxscnorr, Bxzzzi, Enwamns (1929), MANNHEIMS. Les travaux
de tous ces auteurs, à conclusions parfois divergentes, ont été compi-
lés par M. L1NDNEn (1930).
TABLEAU mas SOUS-FAMILLES.
— MP présente dans la partie apicale, au bord de l’aile (fig. 401). Macro-
triches ordinairement présents sur le rameau radial, sur la face inférieure
ou supérieure de l’aile ; transverse RM aboutissant sur le rameau radial;

320 mrràans er.E1>HAnocEn1nAE
1 A complète et prolongée au bord de l’aile. Trompe : labelles courts;
palpes longs (fig. 404). ................ Blepharocerinae, p. 320.
——— MP nulle (fig. 402). Macrotriches placés sur la costale et parfois sur
I R. RM nulle ou aboutissant sur R 1 ; 1 A n’atteignant pas le bord de
l’aile (fig. 402-403). Trompe : labelles allongés ou non (fig. 413) .,...
.................................... . Paltostominae, p. 324.
S.-F. BLEPHAROCERINAE
Larves dépourvues de mentum chitinisé.Pseudop0des latéraux bien dé-
veloppés, placés sur les segments du corps qui sont plus ou moins profon·
dément segmentés. Antennes de 1-3 articles. Tergites non épineux, ou les
épines placées sur une plaque médiane ovalaire (fig. 394).
Nymphes : cornes respiratoires formées de quatre lamelles, les lamelles
externes largement arrondies à l’apex (fig. 396).
TABLEAU Des GENRES.
1·(2). Ailes : transverse MCu présente (fig. 400.) Yeux normaux à facettes
subégales. —— P. bilobaius Lonw, 1869. Sicile. Philorus Krxttceo, 1903.
À 2-(1). Transverse MCu nulle. ·
3-(4). Yeux à facettes supérieures beaucoup plus grandes que les infé-
rieures (5‘ Q) (fig. 404).Hanches Havec une apophyse ciliée dressée sur
la face interne et basale. Q: tibias II avec deux éperons faibles, ,3* inerme.
....................................... Blepharocera, p. 320.
4·(3). Yeux : toutes les facettes subégales. Hanches Il inermes. 5‘ Q : tibias
III armés d’un éperon allongé, velu.
5-(6). Plaque hypopygiale simple ou légèrement déprimée en croissant
(fig. 405, 406) ............ . ............ _ Cardiocrepis, p. 321.
6—(5). Plaque hypopygiale profondément segmentée, présentant trois ou
quatre dents (fig. 407, 409) .................. Liponeura., p. 323.
G. BLEPHAROCERA MACQUART
MACQUART, Ann. Soc. enf. France (2), I, 61 (1843).
Yeux couverts d’une pilosité épaisse et longue, cohérents chez les mâles,
plus ou moins séparés chez les femelles. Les grandes facettes forment une
zone aplatie à la partie supérieure de la tête, nettement séparée par un es-
pace nu des petites facettes de la face inférieure.
Larves à antennes courtes.
Génotype : Asihenia fasciaia WESTWOOD.
Une seule espèce dans les limites de l région paléarctique continentale.
Deux autres espèces au Japon.

. mrmxocmsris 321
B. iasciata (Wzsrwoon). Scrxman, Il, 638, (3); Karmâsz, 155; Bazzx,
1913, 105 ; BANGERTER, 1932. — B. limbipennis MAcQuAm·. ·— Fig. 404.
Corps d’un brun grisâtre, couvert d’un rasé blanchâtre, satiné. Parties
sternales et hanches jaunàtres. Pattes jaunes ; genoux et extrémité des
tarses brunis. -— Long. 5 mm.
 ° ë%Eî%îë&..· .
  —~·—· ••  
Éd-.z·i»·;:;;;4:.;·; ·· - ·.r>*·;,=:;.;l:`,;~,··4. `
[ ·
I ,1 \
) ‘ I \ \ J ‘
I \\ .
I \ 404-
405 406
Fm. 404 à 408. —- 404. Tête de Blepharocera montrant la plage oculaire supérieure. —
405. Plaque hypopygiale du Cardiocrepis decipiens. — 406. Id. du C. brevirostris.
' Nord de la France (Macoumr) ; Haute-Loire (Ammun) ; Creuse : La
Celle-Dunoise, V, VI (ALLUAUD) ; Hautes-Pyrénées : Séméac, VIII (PAN-
DELLÉ) ; Pierrefitte, VIII (AU1:•cEN·r) ; Var: Hyères (ABE11.LE ma Paaam).
Corse (Kumrzu). Hongrie. Bohème. Galicie. Tyrol. Styrie. Albanie. Espa-
gne. -
La larve a été décrite et figurée par KOMAREK et VxMMEB (1922, 75). ‘
G. CARDIOCREPIS ENDERLEIN
ENDERLEIN, 1936, XVI, 8. - Liponeura auct. et Vxmvnazn, 1917; Avez.,
1932 ; Enwaans, 1936.
Le groupe qui correspond   ce genre comprend cinq espèces qui habitent
l’Europe occidentale et méridionale. On verra que les caractères diffé-
rentiels sont bien minimes. Selon M. MCANNHEIMS (Mill. D. Ent. Ges. E.,
VII, p. 91, 1937), le C. brevîrostris serait synonyme de C. vogesiaca. Dans
son travail de 1935, M. Mammxsrms considérait ces deux formes comme dif-
sàeov 21

322 D1PTÈnEs 1:LEpHAno¤ER1DAE
férentes. D’autre part, selon M. EDWARDS, le C. bclgica serait identique au
C. decipiens. Ces cinq espèces du genre peuvent donc se réduire en trois
groupes : I breviroslris-vogesiaca, II Bischoffi, III decipiens—belgica, ou
peut-être en deux groupes si 1’on admet que le C. Bischoffi est, en Corse, la
forme représentative du C. brevirosiris. On distinguera les représentants
de l’un et 1’autre groupe par la forme de la lamellé hypopygiale inférieure.
Génotype : Liponeura breviroslris LoEw.
TABLEAU DES EsPÈcEs.
-— Lamelle hypopygiale inférieure à lobes bien séparés, plutôt pointus, le
lobe médian en écusson pentagonal à pointe postérieure (fig. 406). .
........................... brevirostris, vogesiaca, Bischotîi.
— Lamelle hypopygiale inférieure à lobes arrondis, le médian non angu-
leux postérieurement (fig. 405) ............. decipiens, belgica.
1. C. belgica (Biscrrorr), 1924, 253. — Liponeura cinerascens ROUSSEAU,
1920.
C? : épines secondaires sur les griffes : I 9, II 9, III 5 ou 6. S2: I5, 115,
III 4-6. — Long. 4,5-5 mm. _
Belgique.
La biologie de cette espèce a été étudiée par DELPÉRÉE (1922) et GOET·
GHEBUER (1924).
2. C. Bischo1ïi(EnwAmns), 1928, Dipicra, IV, 177.
6 : épines secondaires sur les griffes : I 5, II 3 et 4, III 4 et 3. — Long.
corps 5,5-6 mm. ; aile 7 mm.
Corse. Forme représentative du C. breviroslris dans cette région. Selon
M. EDVVARDS (1936, 91), cette espèce est synonyme du Liponeura decipiens
Biscrxomv, 1924 (nec BEZZI), MIANNHEIMS, 1935, du L. decipiens minor Bis-
CHOFF, 1925 (nec L. cinerascens minor Biscriorr, 1922).
Les métamorphoses du C. decipicns minor ont été étudiées par M. Bis-
cuorr.
3. U. brevirostris BEzzi (nec LoEw), 1913, 105. — Fig. 391 à 396, 406.
.3* : épines secondaires sur les griffes des pattes : I 9 ou 8, II et III 8 ou
7. Hypopyge : lamellé inférieure avec les trois lobes émoussés, le lobe mé-
dian plutôt aigu. —— Long. 5‘ 5 mm. ; aile 6,5 mm. ; S? corps 6,5 mm. ; aile
8 mm.
Hautes-Pyrénées : Tarbes, X (PANDELLÉ) ; Pierrefitte, VIII (H. AUD-
CENT) ; Andorre, IX (EDWARDS) ; Ariège, XI (EDVVARDS, 1936) ; Alpes.

nirownuna 323
Suisse. Tyrol. Styrie. Galicie. Bohême. Balkans. Pologne. Europe centrale et
boréale.
La larve a été décrite par Koimmnx et VIMMER (1922, 68).
Pour M. Enwmms (1936, 91) cette espèce est synonyme du C. vogesiaca
Hunnuisr, 1925 ; MANNIIEIMS, 1935.
4. C. decipiens (Biazzi), 1913, 103 ; HUBAULT, 188 ; Enwnnns, 1928, 176.
— Fig. 405.
Corps j aune. Tête et pronotum jaunes. Mésonotum d’un gris brun. Ter-
gites abdominaux brunis. 3 : épines secondaires sur les griffes : I 9, II 9
(8), III 5. Lamelle inférieure de l’hypopyge avec les deux lobes latéraux
arrondis bruns, le lobe médian largement arrondi, jaunâtre. 9 plus sombre.
— Long. 4-6 mm., aile 6-8 mm.
Hautes-Pyrénées 2 Pierrefitte, VIII (Auncrmr) ; Arrens, IX (PANDELLÉ) ;
Cerdagne française, VII (A. Wmss). Italie : Apennins. Alpes du Trentin
(Bnz zi). Corse (EDWARDS). Algérie (GAUTHIER).
Les métamorphoses de cette espèce ont été étudiées par Bxsonors.
Selon M. Enwanns (1936, 91), la synonymie de cette espece s’étab1it
comme il suit : Liponeura dccipiens Bizzzi. = L. belgica B1scHor·1=·, 1924,
IYIANNIIEIMS, 1935 = L. bclgica Edwardsi Brscnorr, 1930.
' 5. C. vogesiaca (HUBAULT), 1927, 81 ; Enwanns, 1936, 91.
Corps d’un gris noirâtre, mésosternum et sternites abdominaux blan-
châtres. Hanches, trochanters et base des fémurs blanchâtres,apex des fé-
murs, tibias et tarses noirâtres. 5‘ : griffesà épines secondaires très fines :
I 4-8, II 4-7, III 4-7 ; 9 I 3-4, II 3-5, III 3-5. Abdomen : tergites bruns,
presque noirs.- Long. 5* corps 4-5 mm. ;aile 6-7 mm. ;.,Q corps 4,5-6 mm. ;
aile 6-8 mm.
Vosges méridionales, torrents de la région de Servance (Hummm).
G. LIPONEURA LoEw
LOEW, Slellin. en!. Zlg., V, 118 (1844).
Une espèce en France, le génotype.
L. cinerascens LoEW. HUBAULT, 180 et 311. -— Blepharicera fasciala
ScmNEn, II, 638 Q.-- Fig. 401, 407, 408.
Face à pruinosité blanche. Antennes noires. Corps cendré ; mésonotum
bruni ; pleures jaunâtres à rasé blanc. Pattes jaunâtres ; genoux plus large-
ment sombres. Balanciers à renflement. brun. Ailes hyalines, bord costal
jauni. — Long. 5,5-6,5 mm. ; aile 7-8 mm.
J ui1let·août. Zoophage. Hautes—Vosges et Alpes. Commun dans les Vosges

324 DIPTÈRES BLEPHAROCERIDAE
sur les bords des torrents affluents de la Meurthe, près de ses sources,
au col de la Schlucht jusqu’à 1100 m. d’altitude (HUBAULT); Isère : Saint-
Pîerre-de-Chartreuse (PIERRE) ; Hautes-Pyrénées : Arrens, VIII (PAN-
DELLÉ). Cerdagne française (A. Wmss). Castille (NAvAs). Tchécoslovaquie.
Balkans. Styrie. Alpes (Sraoiat).
Les larves sont très communes dans tous les torrents affluents de l’Isère,
dans les Alpes de la haute Tarentaise. Les rochers au bas des chutes sont
couverts de colonies de larves. M. HUBAULT les a trouvées dans les Alpes
jusqu’à 2.400 m., le 12 août 1925, dans des eauxà 4,5-5¤. HALIDAY et Bszzr
les ont rencontrées jusqu’à 2.100 m. d’altitude. Elles ont été décrites par
KOMAREK et WIMMER (1922, 68). Les métamorphoses ont été étudiées par
HETSCHKO (1912). `
407 409
I
403 4/0
1 I
I
.-)   · I
" i
! I
E i
E I
I I
Fm. 407-410. — Lipcmeura cincmscens, plaque hypopygiale. — 408. Id., hypopyge
montrant les forceps sur les faces sternale et tergale. — 409-410. L. cinerasccns var.
lyrrhenica. —— 409. Plaque hypopygiale. - 410. Forceps.
Var. tyrrhenica Emvenns, 1928, 175. ——· Gomme la forme typique. En
diffère par la forme del’hypopyge : lobes internes du tergite IX relative-
ment plus courts et plus larges (fig. 409, 410). Corse (Enwimns). La larve
est remarquable par les antennes allongées.
S.-F. PALTOSTOMINAE
Larves à segments serrés ou peu profondément séparés ; pseudopodes la-
téraux rétraetiles bien développés. Antennes biartioulées (fig. 414).
Nymphes : cornes respiratoires formées de quatre lamelles;les lamelles
externes pointues ou triangulaires (fig. 397).
Cette sous-famille a pour type le genre Paliosioma SCHINER dont les re-
présentants habitent l’Amérique centrale et méridionale. L

HAPALOTHRIX 325
TABLEAU nEs GENnEs.
——- Labelles petites, bien plus courtes que le fulcrum. R 2 + 5 présente.
Yeux cohérents, très longuement villeux, facettes supérieures peu élar-
gies. CuA 1 b n’atteignant pas la marge de l’aile (fig. 402) ...........
........................................ Hapalothrix, p. 325.
-— Labelles très longues, aussi longues ou plus longues que le fulcrum (fig.
413). R 2 —}- 5 nulle. Yeux cohérents 3, séparés Q, à facettes très élargies
en haut, très petites en bas. CuA l b prolongée jusqu’à la marge de
l’aile (fig. 403). .......................... Apistomyia, p. 327.
I
 
`( `2
4/I J' (
v \ \
  M 
4/2 2 ) .
9
Fm. 411-413. — 411. Hapalolhrizc lugubris, onychium du mâle >< 45. — 412. ld., de
la femelle x 50. - 413. Apisiomyia elegans, profil de la tète de la femelle.
G. HAPALOTHRIX Lorzw · `
Lonw, Deutsche Eniom. Zlschr., XX, 211 (1876).
Yeux gros, divisés en deux zones de facettes peu différentes, très longue-
ment velus. Ocelles gros, calus ocellaire étroit, très saillant. Antennes pra-
tiquement nues sur leur plus grande longueur, formées de dix articles,

326 nrrriëaes BLEPHAROCERIDAE
1 très petit, Il très épais et aussi longuement cilié que les yeux, III aussi
long que V + V1, les autres moniliformes. Thorax court, bombé. Tibias III
inermes. <3‘ Griffes transformées en coussinetsvelus, aussilong quele quatrième
ou le cinquième article du tarse, terminés par une petite dent courbée ;
empodium en lame triangulaire trés aiguë. Q Griffes fortes, en lame de serpe
non dentée ; onychium trés long (fig. 411 et 412). Ailes plus longues que le
corps ; sc nulle, costale et R1 épaissies sur une grande partie de leur longueur.
Abdomen allongé, cylindrique : hypopyge en capsule ; forceps élargis en
lame courbe.
Génotype : Hapaloihriœ lugubris LoEw.
= gëuqw _
\ ws) I
, Xi   i · 
2; —  par \. \/
î_  _ ·§’  ?(/ p  Q`.; 
  '.    Ã` Q-gr B} I" À 4
~‘·‘····*···w·* , S· 4
»\’    \ ri/` r\ï qî/`
g ...,..··~··.... eau,.   Qns ,
 `à ····~¤¤m¤¤¤-· —W ej
§ _ · . *_  ép    ·—.
.  .
  . ;····~·~ï   Al¢%ll;.
 ~ ’ * ,.§ ( \g,
,I‘ .   fr  \
”  v amen `
a ·r oWî®\ au
b « rc c ëvë  
œ , ‘
Fm. 414. —— Apisiomyia eleqans Breor. a, larve contractée, vue dorsale. — b, larve
en extension, vue sternale, d’après Enwmws. '
H. lugubris LoEw. KERTÉSZ, 1, 155 ;BEzz1, 1913, 106; Hnrscnko, 1919 ;
HUBAULT, 1929, 186. — Fig. 397, 402, 411 et 412.
Corps brun ; mésonotum noir. Antennes brunes ; trompe et palpes jau-
nes, ces derniers noircis à l’apex. Pattes blanchâtres, toutes les articula-
tions étroitement noiricies. Balanoiers blanchàtres. Hypopyge noiràtre.
—— Long. 5-6 mm.
Alpes. Europe centrale. Tyrol (Hlmnmo). Monte jusqu’a 2.000 m. dans
les Alpes occidentales (Lonw). Styrie.
Les larves de cette espèce sont trés abondantes dans les torrents des Alpes
de Tarentaise ; elles habitent surtout leurs cours moyens. M. HUBAuL·r
les a trouvées dans l’Isère et ses affluents jusqu’à 1.800 m. d’a1titude (HU-

Arxsromvm 327
BAULT, 186). Elles ont été étudiées par Hmscnxo (1919) et par M. Biscnorr
(1922).
La nymphe a été décrite par M. Huaauur (1927, 186).
G. APISTOMYIA Bic.o'r
Bxcor, Ann. Soc. en!. Fr. (4), II, 110 (1862).
Yeux gros, pratiquement nus ; ocelles disposés en triangle équilatéral,
sur un petit calus. Antennes nues, à peu prés aussi longues que la tète,
formées de dix articles pratiquement nus, premier court, deuxieme allongé,
élargi à 1’apex, les articles suivants moniliformes. Thorax court ; méso-
notum prolongé sur le pronotum. Tibias III avec deux éperons microscopiques.
Grilles très aiguës, dentées. Ailes plus longues que le corps; sc nulle. Abdo-
men aplati, allongé. Hypopygium petit, forceps réduits à branches digiti-
formes.
Trois espèces connues : une paléarctique, une himalayenne et une aus-
tralienne.
Génotype : Apisiomyia clegans Bxoor.
A. elegansB1eor. — Kmmâsz, I, 155 ; BEzzx, 1913, 11 ; Eowaaos, 1926,
177. - Fig. 403, 413, 414.
8. Corps d’un roux orange. Tête noire ; deux bandes frontales argentées.
Trompe, palpes et antennes d’un brun noir. Mésonotum orné de taches ar-
gentées. Pattes brunes. Balanciers blanchâtres, à renflement bruni. Ailes
vitreuses, fortement irisées ; nervure costale jaune; apex de 1’aile bruni. Ab-
domen : une ligne latérale longitudinale noirâtre ; tergites bordés de taches
de pruinosité argentée. Dernier segment et hypopyge brunâtres.
$2. D’un brun roux velouté, les taches argentées plus nettes sur le thorax,
moins marquées sur l’abdomen. -— Long. 3,5-4 mm.
Juin-septembre. Régions montagneuses de la Corse. Chypre.
La biologie de cette espèce a été étudiée par Hxarscnxo (1912). Elle
serait seulement anthophile, les pièces buccales permettant l'exploration
des ileurs (Solidago, Hclichrysum, Sambuccus).


			
BIBLIOGRAPHIE · · "
IÀLEXANDER (C. P.), 1920. —- A new genus and species of netwinged midge (Blepha.-
roceridac) and an undescribed species of Tanyderidaé (Diptera). —Arkiv fôr Zoologi,
XIII, p. 1-7, 2 Hg. h '
·— 1931. ·—- A new genus and species of Bibionid Diptera. --kBull. Brooklyn ent.
Soc., XXVI, p. 7-11. I I `
ALTHERR (E.), 1938. —- La faune des mines de Bex, avec étude spéciale des Néma-
todes. -· Rev. suisse Zool., XLV, n° 21, p. 567-720. ' `
Aucusrrm (C. J.) et Vammna (J.), 1935. —- Der rouwlieg-larve als beschadiger van
jonge varens. — '1'ijdschr. PlZ1¥:kt., XLI, p. 301-308, 1 pl. ' ` ` `
Ausrm (M. D.), 1933. ·- The Insect and allied Fauna of cultivated Mushrooms. I.
- Ent. monthly Mag., LXIX, p. 16-19, 2 fig. `
AUs'1·1N (M. D.) et Janv (S. G.), 1933. - Investigations on the Insect and allied Posts
of cultivated Mushrooms. I. Sciara fenestralis Zett. —-· J. S.-EY Agfic`. Coll. Wye,
XXXII, p. 59-62, 3 fig. I
-— 1934. -- Investigations on the Insect and allied Pests of cultivated Mushrooms, II
et III. - Id., XXXIV, p. 70-86, 2 pl.
- et Pxrcnnn (R; S.), 1936. —- Investigations on the Insect and allied`Pests of
cultivated Mushrocms. —- VII. Some Diagnostic characters used in the Determi-
nation of Sciara'sp. associated with cultivated Mushrooms. -·- Id., XXXVIII,
p. 78-82, 7 fig.
Avm. (M.), 1932. —- La répartition des Blépharocérides en Auvergne. — Bull. Sôcl
zool. France, LVII, p. 97-100. ` `
Bnnncnowsxv (A.) et Masun. (L.), 1935.- Les Insectes nuisibles aux plantes culti-
vées, leurs mœurs,~leur destruction. Paris (auteurs), p. 851 et suiv., fig.
Bnuoanrna (H.), 1932. -- Zwei seltene Mücken. - Mitt. Schweiz. cnt. Ges., Beme,
XV, p. 204-206. ` ' `
BECHER (A), 1886. —- Insecten von Jan Mayen. - Internationale Polarforschîmg.
Be0bachtung~Ergebnissc, III, p. 59-66, pl. V. ` `
Bxacxan (T.), 1907. - Die Ergebnisse meiner Dipterologîschen Frühjahrsreise nach
Algier und Tunis 1906 (Forts. aus 1906). — Zs. Hymenopt. u.' Dipt., VII
(33-61, 97-128, 225-256, 369-407, 454). ·
BEMNG (Th.), 1868. -- Der Heerwurm (Sciara Thomae). ·- Zool. Garten, IX, p. 143,
177;273, 294, 328, 360, 398.
·— 1868. —-· Heerwurms—Be0bachtungen im J. 1868. — Id., X, p. 103, 140, 214. ·—Id.
1869-1870, XII, p. 74, 145. ·

330 FAUNE DE Fmmce. — DIPTÈRES
BELING (Tm),1872. -— Ueber Heerwurms-Erseheinungen.— Stett. ent. Ztg., XXXIII,
p. 322-329.
— 1875. —— Beitrag zur Metamorphose der zweiflügeligen Inseoten. —— Arch. f.
Nat., XLI, 1, p. 31-57.
——· 1879. —- Nachrichten über d. Heerwurm in d. J. 1871 bis 1877. —- Zool. Garten,
XX, p. 74-83 ; 112-115.
-—- 1883. —- Der Heerwurm, die Heerwurmsmüoke, und die Thomas-Trauermüoke.
— Z. Natnrw., LVI, p. 253-271.
BERLESE (A.), 1900. ·— Osservazioni su fenomeni che avvengono durente la ninfosi
degli insetti metabolici. Parte l° Tessuto adiposo (Trofoeiti). — Rivist. Patol.
Veg., VIII, p. 1-155, pls. I-VI (Mycetophila signata, physiologie des métamor-
phoses et anatomie larvaire, p. 86-97).
—— Osservazioni circa proposte per allontanare i parassiti delle piante merce inie-
zîoni interorganiche, l. 0., p. 166-181.
Bazzx (M.), 1892. —l- Contribuzione alla fauna Ditterologica della provîncia di Pavie,.
Parte seconda. —· Bull. Ent. Ital., XXIV, p. 64-84.
-— 1904. —- Contribuzione alla conoseenza della metamorfosi della. Sciara analis
Egg. -—-Redia, XI, p. 280-305, fig. 1-21.
-— 1906. -—· Ditteri Eritrei racoolti dal Dott. Andreini e dal Prof. Tellini. Parte
prima. — Firenze, Boll. Soc. Entom., XXXVII (1905), 195-304.
-— 1911. — Biospeologica, XX, Diptères (Première série), suivi d’un Appendice sur
les Diptères oavernicoles recueillis par Ie DF Absolon dans les Balcans. —- Arch.
Zool. eœpér. et gén. (5), VIII, p. 1-87, 23 fig.
·— 1913. ——· Blepharoceridi Italiani con descrizione di una nuova forma e di due specie
esotîche. —· Bull. Soc. Ent. Italiana, XLIV, p. 1-14, 18 fig. (1912).
-· 1918. ——·Studi sulla Ditterofauna nivale delle Alpi Italiane. -—-Mem. della Soc. Ita-
liana di Seienze nat. e del Museo civico di Steria naturale di Milano, IX, p. 1-164,
2 pl.
— 1914. —- Ditteri caverniooli dei Baleani raoeolti dal DI K. Absolon (Brünn).
Atti Soc. Ital. Sc. nat., LIII, 207-230.
Brscnorr (W.), 1922. --· Zur Kenntnis der Blepharoceriden — Zool. Jahrb., Abt.
Syst. XLVI, p. 61.
-· 1923. ·-· Die Biologie der Blepharooeriden wâhrend der Entwickelung und als
Imago. —- Verh. int. Ver.. Linmol. Kiel, Stuttgart, I (1922), p. 222-234.
—- 1924. ——- Die belgisohe Liponeara Lestages und Rousseaus, nicht Liponem a cine-
rascens Loew, sondern eine neue Art., Liponenra belgica, n. sp.,sowie einige Noti-
zen über die palâarktischen Liponenra- Arten. —- Zool. Ana., LVIII, p. 253-261,
6 fig., LIX, p. 280-281. _
-— 1925. —— Die Metamorphose der Liponenra decipiens var. (2) minor n. var. (?).
-—- Zool. Jahrb. Abt. f. Syst., LI, p. 329-374, 1 pl., 10 fig.
—— 1923. -—- Die Oekologie der palàarktischen Blepharoceridae. —-— Ergebn. Zool.
Jena VII, p. 209-278, 53 fig.
—- 1930. —· Neues über palâarktische Blepharoceriden.—-Zool.An2.,XCII, p. 9-17,
BLo0MF1ELD (E. N.), 1911. — Species of Epicypta and Phronia bred. -· Ent. mon-
thly Mag. (2), XXII, p. 94.
B0NNAM0UR (S.), 1925. —— Elevage et nouvelle liste de Diptères fongicoles. ——· Ann.,
Soc. linnéenne Lyon, LXXII, p. 85-92. ·
Bosc D’ANTIC (L. A. G.), 1792. —Ker0platus (Diptère).—— Actes de la Soc. d’Hist. nat.

msnrocmxmxxxz 331
Paris, I, part. 1, p. 42-43, figs. —— Uebers. Reich. Mag. d. Thierr., 1793, I, p. 105-
107, tab. 1.
BoUcnÉ (P. F.), 1834.—Natu1·geschichte der Insecten hesonders in Hinsicht ihrer
ersten Zustande als larven und Puppen. Berlin (Nieolai), Erste Lieferung,
p. v-216,
Bovrmu (P.), 1932. ——· Om Angreb af Haarmyglarver (Bibionùiac) i Danmark. —-
Tidsskr. Plantezwl, XXXVIII, p. 488·498, 7 fig.
—- 1932. — On a new Nematode Scatonema lVulkeri gen. et sp.n. parasitic in the
Body-cavity of Scatopse fuscipes Meigen. — Vidensk. Medd. dansk. natûrh.
Foren., XCIV, p. 13-32, 7 fig. ··
·- 1935. -- The larval stages of Scatopse. -- Id., XCIX, p. 33-43, 3 fig.
Bnoounn (F.), 1931. —-— Observations biologiques sur la larve du Delopsis alerrima
Zett. et sur celle du Leptomorphus Walkeri Curt. (Dipt. Mycet.). - Rev. suisse
Zool., XXXVIII, p. 73-76 ; figs. `
Bmms (0. T.). 1902.`— Notes on the larvae of some Texan Diptera. —- Psyche, IX,
p. 351-355.
BRUNETTI (E.), 1912. — Fauna of British India. —- Diptera N cmatocera (excl. Chi-
ronomidae and Culicidae), p. xxx-582, pl. I-XII.
Bunaxova (L. V.), 1931. —- Contribution to the biology of Scatopse fuscipes Meigen
0. possible enemy of sand-flies (Phlebolomus). —· Mag. Parasit., Leningrad, 2,
p. 113-118, 3 ûg. (en russe, sommaire en allemand).
O.^.MERoN (A. E.), 1936. -- Insect and other Pests of 1935. -· Trans. Highl. Agric.
Soc. Scot., Edinburg, 1936, 41 p., 38 fig.
OHAPMAN (T. A.), 1904. - A note on Lasioma hirta. -—— Ent. monthly Mag., XL,
p. 103-107 (Lasiosœma).
C1xEE·1·1xAM (C. A.), 1920. — Polylepta. leptogaster Winn. in Yorks.,a cave·dwe1ling
Dipterous larva. - Naturalist, London, XLV, p. 189.
- 1920. — A liverwort-eating larva. ·- Naturalist, p. 190, pl. I.
COLLART (A), 1936. —- Diptères élevés des nids de guêpes. — Bull. Musée Royal
Hist. nat., XII, n¤ 1, p. 1-12.
Coqvznmrr (D. W.), 1910. —-Ã The type-species of the North American genera of
Diptera. -— Proc. U. S. Nation. Mus. Wash. 37 (n° 1719), p. 499-647.
Cunrrs (J'.), 1823-1840. —British Entomology, being illustrations and descriptions
of the genera of Insects found in Great Britain and Ireland, containing
coloured, figures etc. London (author), 16 vols. (193 nos.), 770 pl. col. ,
Czmmv (L.) et Srnom. (G.), 1909. — Spanische Dipteren, III. Beitrag. —- Verh. zool.
bot. Gas. Wien, LIX, p. 121-301.
DE Gmm (C.), 1752. -— Mémoires pour servir à. l`histoire des Insectes. Stockholm,
I-VII (1752-1778).
DELASSUS (M.), 1931. —— The Presence of Merodon geniculatus in the vieinity of
Algiers. -- Int. Bull. Plant. Prot., V, n° 12, p. 213.
DE1.1>ÉuÉE (M.), 1922. —-· Notes sur des larves d’une Liponeura belge. ·-· Bull. Soc.
ent. Belg., IV, p. 66-68.
Duos (O.), 1929. —- Scatopsùlae, in E. Lindner, Die Fliegen der palaearktischen
Region. 5, Stuttgart (Schweizerbart), p. 1-62, 64 fig., 3 pl.

332 1=.xUNE DE FRANCE. —— DIPTÈRES
DUDA (O.), 1930. -—-Bibionidae, in E. Lindner, Die Fliegen der palaearktischen
Region, 4. -— Stuttgart (Schweizerbart), p. 1-75, 29 fig. 2 pl. .
Duroun (L.), 1839.- Revision et monographie du genre Ceroplatns. —— Ann. Sc. nat.
(2), XI, p. 193-213, pl. V.
—- 1839. - Mémoire sur les métamorphoses de plusieurs larves fongivores apparte-
. nant à. des Diptères. — Ann. Sc. nat. (2), XII, p. 1-60, pl. I-III.
— 1842. —— Histoire des métamorphoses du Sciophila striata. — Illém. Soc. So.
Arts Lille, 1841, p. 201-207, 1 pl. · · - ·
—- 1849. --· Histoire des métamorphoses du Ryphus fenestralis et du Jtfycetobia palli-
pes. -— Ann. Soc. ent. France (2), VII, p. 195-210, pl. 7, l'1° 3.
Dzmnzrcxr (H.), 1884. — (On the genus~Mycetophila, etc). — Pam. Fizyj. Warsaw§
IV, p. 267-269. .
— 1885.--(On Boletina, Sciophila, etc,). —— Pam. Fizyj. Warsaw, V, p. 164-194,
pl. XII—XXI.
-— 1889. -— Revue des espèces européennes du genre Phronia Winnertz, avec la des-
cription des deux genres nouveaux, Macrobrachias et Megophthalmidia. —- Hor.
Soc. ent. Ross., XXIIII, p. 404-532, pl. XII-XXI.
— 1909. -— Zur Monographie der Gattung Ryrnosia Winn. Dipterologisehe Beitrâge.
Hor. Soc. ent. Ross., XXXIX, p. 89-104, taf. I-VI (1910).
— 1915. —- Atlas des organes génitaux des types de Winnertz et des genres de sa col-
lection de Mycetophîles. —- Pub. Soc. Sc. Varsovie, III, p. 1-16, pl. I-XXI.
— 1923.- Revue des espèces européennes du genre Anatella Winnertz avec la des-
cription des deux genres nouveaux, Heteropyginni et éllophallus. ·— Disciplin.
biol. Arch. Soc., Sci. T/'arsaviensis, Lemberg, I, (1922) 1923, fasc. 15, 8 p., 2 pl.
EnwAm:•s (F. W'.), 1913.-- Some Mycetophilid synonymy. —- Ann. Mag. Nat.
Hist. London, XII, p. 55-56.
— 1913.-Notes on British Mycctophilidae. -— Trans. ent. Soc., London, p. 334-
382, pl. XII-XVIII. _ _
-- 1915. — Ten new British Diptera (Nematooera). -· Ent. monthly ltlag., LI,
p. 164~167.
-— 1915. ——· A second British species of Plastosciara. -—- Idl, LI, p. 263.
-—— 1916. ·—- On the systematic position of the genus Myoetobia Mg. -—· _Ann. Mag.
Nat. Hist. XVII, p. 108-115.
- 1921. — Diptera Nematocera from Arran and Loch Etive. —- Scottish Nata-
ral., Edinburgh, p. 121-125.
—— 1921. — A note on the dipterous subfamily Ditomyinae, with descriptions of new
recent and fossil forms. — Ann. Mag. Nat. Hist., VII, p. 431 -436.
·-— 1922. —·-· A third new British Plastosciara. —-·Ent. monthly Mag. (3), VIII, p. [60-
161.
·—- 1923. ·—— Notes on the dipterous family Anisopodàlae.—— .-Inn. Mag. Nat. Hist. (9)
XII, p. 475-493, 1 pl., 3 fig.
— 1924. — Notes on Meigen’s fungus—gnat types. —— Encyc. ent., Ser. B, 2 Dipte-
ra, I, Paris, Lechevalier, p. 13-17. ' ‘
— 1924. ——Notes on the types of Mycetophilidae described by Staeger and Zetter-
stedt. —- Ent. Tidsk. Stokholm, XLV, p. 160-168.
— 1924. —- Notes on the types of Diptera Nematooera (Mycetophilidae and Tipuli-
dao) described by M. E. Brunetti. — Rec. Ind. Mus. Calcutta, XXVI, p. 291-307.

1s1sx.1oonA1·m1z 333»
Eowsnos (RW.), 1925. -British fungus-gnats. With a revised generic classifica-
tion of the family. — Trans. cnt. Soc. London (1924), p. 505-662, 12 pl.
·—- 1925. — A Synopsis of British Bibzonùlae and Scatopsidac.—-.4nn.Appl. Bzbl.
Camb., XII, p. 263-275, 2 fig. .
·- 1925. —- Ectaetla lignicola Edw. an addendum. —— Ent. monthly Jtfag., LXI;
p. 229, 2 fig. - · .
-- 1925. - Two new British Sciarinae. -- Id., LXI, p. 223-224, figs. · · · ·
—- 1926. ——- Another case of reduced wings in a male Sciarine Fly. — · Id., LXII,
p. 111-113,1ig. .
-— 1926. - A melanie variety of a common Fly (Anisopns cinctus F.), -- Id.,
LXII p. 113-114.
—- 1926. —— Voyez Tonnoir et Edwards.
— 1927. - Two species of Macrocera new to Britain. —- Ent. monthly Mag.,
LXIII, p. 257-258.
— 1928. - The Nematocerous Diptera of Corsica. — Encyc. ent., Paris, Sér.
B., II, Diptera, IV, p. 157-189, 6 figs.
-— 1928. —— Protorhyphidac, Anisopodldae, Pachyncurùlac, Trichoccridac, in Genera
Insectorum, Diptera., fasc. 190, p. 1-41, 2 pl. _
·- 1929. —— Diptera of Patagonia and South Chile based mainly on material on the.
British Museum. — Part. II, fasc. II Blcpharoceridac. London. B. M., Nat.
Hist. p. 33-75, 4 pl. .
— 1929. - Notes on the Ceroplatinae, with descriptions of new Australian species.
— Proc. Linn. Soc. of N. S. W., LIV, part. 3, p. 162-175. _
—- 1932. —- Notes on Higlhand Diptera, with descriptions of six new species.—Scot.
Nat. Edinburgh, n° 194, p. 43-52, 31 fig. _ _
— 1934. - The New-Zealand glow-worm. —- Proc. Linn. Soc. of London, session
146, 1933-1934, part. I, p. 1-10.
— 1934.- A new Brachypterous Sciarine fly. - Ent. monthly Mag., London,
LXX, p. 140-141. . .
—- 1934. — Two species of Scatopsidae new to Britain.- Id., LXX,p. 138-140, 3 fig.
——· 1936. -— Occurence of Liponenra vogcsiaca Hub. in the Pyrénées, with remarks
on the synonymy of some other European species of Liponcura (Diptera, Blepha—
mcerùzlae). —— Proc. R. ent. Soc. London, X, p. 91-92.
-· 1938. —- British short-palped Craneflies. Taxonomy of Adults. ·-— Trans. Soc.
British Ent., V, part. 1, p. 1-168, 31 fig., pl. I-IV.
— 1938. ···· On the British Lcstremiinae, with notes on Exotic species. w- I. Proc,
Ent. Soc. London, B. Taxonomy, VII, p. 18-32.
— 1938. ·- Notes on the Mycetophilüae · obtained by Dr. C. B. Williams in a
light-trap at Harpenden, Herts.. — Journ. Soc. Brit. Ent., I, part. 8, P. 199-202.
Enwamas (F. W.) et Kmnm (D.), 1928. —y Protorhyphidae, Anisopodidae, Pachy·
neuridac, Trichoccrùiae, in Genera Insectorum, Diptera, fasc. 190, p. 1-41, 2 pl.
EDXVARDS (F. W.) et WILLIAMS (C. B.), 1916. — Sciara tritici Coq., a fly injurious to
_ seedling. — Ann. Appl. Bibl., Camb., II, p. 258-262.
Exnannam (G.), 1908. — Biologisch-faunistische Moo1··und Dünen-Studien. Ein
Beitrag zur Kenntnis biosynecischner Regionen in·W'estpreussen. — Danzig,
Ber. bot.-zool. Ver., XXX, p. 54-238, 1 karte. · ·
·- 1910. —-— Neue Gattungen und Arten aussereuropàischer Fliegen. —— Stettiner
ent. Zig., LXXII, 1911, p. 135-209. · ·

334 FAUNE DE FRAMJE. —— mvrànes
ENDERLEIN (G.), 1912. — Die Phyletischen Beziehungen der Lycoriiden (Soiariden
zu den Fungivoriden (Myoetophiliden) und Itonididen (Cecidomyiiden) und ihre
systematische Gliede1·ung.—- Arch. Na.tg.,Berlin, LXXVII, 1911,Bd. I, Supplr
H 3, p. 116-201, 2 taf.
·— 1912. —— Zur Kenntnis der Zygophthalmen. Ueber die Gruppîerung der Scia-·
riden und Scatopsiden. —- Zool. Auz., XL, p. 261-282, 15 fig.
·— 1926. —- Zur Kenntnis der Scatopsîden. — Id., LXVIII, p. 137-142. ·
- 1936. —- Zwelflügler, Diptera. in Baomvmm (P.), EHRMANN (P.), ULMER (G,),-
Die Tierwelt Mitteleuropas, Insekten. 3, Teil, XVI, p. 1-259, mit 317 fig. Leipzig
(Quelle et Meyer). ·
ENSLIN (E.), 1906. — Die Lebensweise der Larve von Alaorocera fosciata Mg. -— Zs.
wiss. Insektenbiol., Husum, II, p. 251-253.
FABRICIUS (J. C.), 1805. — Systeme. Antliatorum secundum ordines, genera, species,
adjectis synonymis, Iocis, observationibus, descriptionibus.Brunsvigae, Reichard,
8°, p. x1v-372.
FALCOZ (L.), 1913. — Description d’un Lycoria (Sciura.), nouveau de France. ——
Bull. Soc. eut. France, p. 344-346.
-·— 1914. —· Contribution à.1’étude de la Faune des Microcavernes. Faune des terriers
et des nids. Lyon (auteur), p. 1-188, 38 Hg., 1 pl.
FALLOU (J.), 1888. -—Notes sur les larves du Bibio hortulanus.——Bull. Soc. ent. France
(6), VIII, p. CXCVI.
FRANCÉ (R. H.), 1921. ·—- Das Edaphon. Untersuohungen zur Ckologie der boden-
bewohnenden Mikroorganismen. Zweite Auflage. Stuttgart.
FRAUENFELD (G. von), 1866. -— Zoologisohe Miscellen, VII, 2. Besohreibung der
Larven und Puppen von Ditomyia. fasciata, (Mg.). - Verhamdl. zool.-bot. Ges.,
Wien, XVI, p. 200.
FULMEK (L.), 1930. -— Sciarimze als Blattminierer. ·- Zool. Jahrb., Jena, Abt.
Syst., LX, p. 46-48.
GARREM (C. B. D.), 1925. — Seventy new Diptera, Cranbrook, B. C., 16 p.
GAULLE (J. de), 1908. -· Catalogue systématique et biologique des Hyménoptères
de France. Paris (Klincksieok) et Feuille jeuuesbiat., années 1905, 1907 et 1908.
Gmnn (A.), 1902. -—-· Sur la spermatogénèse des Diptères du genre Sciara. --· O. R.
Acad. Sciences, Paris, CXXXIV, p. 1124-1127.
·—- 1902.`-— Sur l’éthol0gie des larves de Sciara. medulldris. ·—- Id., CXXXIV,
p. 1179-1185.
GIGLIO-TOS (E.), 1890. -— Nuovo specie di Ditteri del Museo Zoologico di Torino. ——
Boll. Mus. Tor., n° 84 et p. 142 et 143, Rio. Itol. Sc. mit., X, p. 120, etc.
GIMMERTHAL (B. A.), 1846. —— Erster (u. zweiter) Beitrag zu einer künftig zu bear-
beitenden Dipterologie Russlands. —- Bull. Soc. imp. Nat. Moscou, XVIII et
XIX, p. 3-82.
Gmscrmzn (E.), 1883. ·-- Dipterologisohe Studien, III·V. — Ent. Nachr., IX,
p. 201-204.
Gonrcmnnumz (M.), 1924. -—- Notes sur la biologie et la morphologie de Liponeura.
belgica Bischoff. ·-· Arm. Biol. lac., XIII, p. 107.
GRzEGoRzEK (A.), 1875. — Neue Pilzmüoken aus der Sandezer Gegend. —- Verh.
z.-b. Ges. Wien., XXV, p. 1-12, figs.

msL10onAPms 335
Gaznooaznx (A.), 1885. — Beitrag zur Dipteren-Fauna Galiziens, Kaiserthum
Oesterreich.—— B. E. Z., XXIX, p. 49-79.
- 1885. — Neue Mycetophiliden. -— L. c., p. 199-206, pl. IX, A.
GUÉRIN-MÉNEVILLE (F.), 1827. — Mémoire sur un Insecte Diptère du genre Bolito-
phila (B. cinerca H. et fusca Meig.), larve, nymphe, imago. — Ann. Sc. nat. (1),
X, p. 899-411.
-- 1846. ·- Note sur les migrations des larves de la Sciara Thomae. — Ann. Soc.
cnt. France (2), IV, Bull., p. vm-xxx.
Hasan (A.), 1880. — The Yellow fever Fly (Sciara sp.),-—Psyche, III, n° 77, p. 111.
Hamon? (A. H.), 1833. —Catalogue of Diptera occuring about Holywood in Down-
shire. —-· Ent. monthly Mag., I, p. 147-180.
Hsnana (E.), 1852-1853. -Beitràge zur Naturgcschichte der Insecten. - Sitzber.
.-lkad. W`iss. Wûn., IX, p. 253, pl. I (Bibio) ; XI, p. 24, pl. II (Sciara).
Hnxoar. (J.), 1908. —- J`. G. Meigen : Nouvelle classiücation des mouches à. deux ailes
(Diptera L.).—— Verh. 2.-b. Ges. Wùen., LVIII, p. 43-69.
Haamo (M.), 1937. —- Die Blatt·Minen Mittel und Nord·E uropas. —- Neubranden-
burg (G. Feller), p. xxx-631, 500 fig., 7 pl. _ _
Harscnxo (A.), 1912. -— Die Metamorphose von Liponeura cinerascens Loew. —
Wien. cnt. Ztg., XXXI, p. 319.
-- 1912. — Biologisches über A pistomyia elegans Bigot. ——- Id., XXXI, p. 305.
-— 1919. — Die Larve von Hapalothrw: lugabris Loew. — Id., XXXVII, p. 201.
Hoivananmz (H.), 1928.—Ueber die Larven der Blepharoceriden und ihren merk-
würdigen Anheftungsapparat.—-Verh. z.-b. Gcs. Wien,LXXVII, p. 82-98, 9 fig.
(1927).
HoLM¤am1 (Nils), 1907. — Monographische Bearbeitung einer schalentragenden
Mycetophilidenlarve (Mycetophila ancyliformans n. sp.). —Ztschr. Wiss. Zool.,
LXXXVIII, p. 1-77, 5 Taf. u. 1 Tab. `
Horxms (A. D.), 1895. — Notes on the habits of certain Mycetophilids, with des-
criptions of Epidapus scabiei, sp. nov. — Proc. ent. Soc. Washington, III, p. 149-
159.
Hunauw (E.), 1927. - Contribution à. l’étude des Invertébrés torrenticoles. —
Ball. bibl. France et Belgique, supplément IX, p. 1-388, pl. I-X. _
Huxsnnroao (H. B.), 1916. —· Sciara maggots injurious to potted plants. —-
Journ. Econ. Ent., vol. 9, p. 538-549.
Husson (R.), 1936. —- Contribution à l’étude de la faune des cavités souterraines arti-
ficielles. — Ann. Sc. nat., Zoologie (X), XIX, p. 6-30.
Innmowonru (J. F.), 1934. —- Notes on the Habits and Life-History of Sciara molo-
kaùnsis Grimshaw, a serious pest of the roots of Plants in Hawai. -— Proc.
Hawaii. ent. Soc., VIII, n° 3, p. 535-539, 2 iig.
J EANNEL (R.), 1926. — Faune cavernicole de la France avec une étude des conditions
d’existence dans le domaine souterrain.- Enc. Ent., t. VII, p. 1-334, 74 fig. et 15
pls. (Paris, P. Lechevalier).
JENx1NsoN (F.), 1908. —-— Notes on certain M ycetophilidae, including several species
new to the British list.- Ent. monthly Mag. (2), XIX, p. 129-133 et 151-154.
J01rANNsEN (O. A.), 1909.— Diptera fam. Mycetophilidae, in Wytsman, Genera In-
sectorum, XCIII, p. 1-141, 7 pl.

336 FAUNE DE FR xx cs. — DIPTÈRES
JoHANNsEN (O. A.), 1912. - The Mycetophilidae of North-America, Part. 4
(Conclusion). —-· Agr. Emp. St. Maine Orono, Bull. n° 200, p. 57-146.
— 1934. —· Aquatic Diptera. Part. I. N emocera, exclusive of Chironomidae and Cera-
topogonidae. — Cornell Univ. Agr. Exp. St., — Memoire 164, p. 1-71, 24 pl.
KAL·rENBAo1x (J. H.), 1874. —— Die Pflanzenfeinde aus der Klasse der Insekten.
· Stuttgart, p.‘v111-848 (p. 381, 76). I _
Kmnm (D.), 1919. —- On the alimentary canal and its appendages in the larvae of
Scatopsùlae and Bibionikiae, with some remarks on the parasites of the larvae.
- Ent. mont. Mag., LV,'p. 92-96. `
— 1919. — On the structure of the Larvae and the Systematic Position of the
Genera Mycetobia, Mg., Ditomyia, Winn., and Symmeras, Walk. (Diptera Nemo-
t0cera).¢- Ann. Mag. Nat. Hist. (9), III, p. 33-42, pl. II-V'.
— 1928. -— Voyez Edwards (F. W.) et Keilin (D.),
Kmnm (D.) et ROBINSON (V. G.), 1933. ·— On the Morphology `and Life-history af
Aproctonema entomophagum Keiliu, a Nematode parasite in the larvae of Sciara
pullnla Winn. — Parasitology, Camb., XXV, nn 3, p. 235-295, 2 fig., 2 pl.
KELLOG (V. L.), 1907. — Blepharoeeridaejn P. Wytsman, Genera Insectorum, fasc.
56, p. 1-15, 2 pl.
KEMPER (H.), 1928.-Zur Biologie von Penthetria holoserioea Meigen.— Z. miss.
Insekten—Biol0gie, Berlin, XXIII, p. 97-103, 7 fig. i
KERTÉsz (K.), 1898.-Dipterologisches aus Ungam. —·- Wien. ent. Zeit., XVII,p.293.
— 1902. -— Catalogus Dipterorum huousque desoriptorum. —— Vol. I, Sciaridae,
Mycetophilidae, Bibionidae, etc. Leipzig, Engelrrian, p. 1-339.
Kiarrsx (J. J.), 1898. - Description d’un nouveau genre et d’une nouvelle espèce de
Sciaride. — Bull. Soc. entom. France, p. 194-190.
4 -· 1903. —-· Description de trois genres nouveaux et de cinq espèces nouvelles de
la famille des Sciarùlae. —- Ann. Soc. soient. Bruxelles, XXVII, p. 196-204.
-—- 1906. —— Description de nouveaux Diptères Nématocères d’Europe. —-· Id.,
XXX, p. 311-348.
—· 1909. — Description de deux nouveaux Sciarides niviooles d’Algérie. — Bull.
Soc. ent. France, LXXVII, p. 246-247. '
—~ 1919. —·Microdiptères d’Afrique (Peyerimhofîîa, Bradysia, Geosciara). — Ball.
Soc. Hist. nat. Afrique da Nord, X, n¤ 9, p. 191·206, 14 Eg.
K11~1EL (J.) et Nosxmwioz (J.), 1931. — Zur Kenntnis der beiden palâarktischen
Epicypta-Arten. —· Polsk. Pismo ent., Lemberg, X, p. 69-73, 1 pl.
Kr.E1NE (R.), 1908. -· Die Entwicklung von Dipteren in den Brutgângen von Myelo·
philns piniperda L. ·——· Berliner ent. Zs., LII (1907), p, 109-113.
KNAB (F.), 1916. —-· Mycetobia and the classiücation of the Diptera. —-· Ent.
I News., Philad., XXVII, p. 259-262.
KoMAREK (J.), 1914. -— Ueber die Blepharoceriden aus dem Kaukasus und Arme-
nien. — Sitznngsber. der lc. bôhm. Ges. d. Wissensch. (II Klasse), IX.
-—- 1914. - Die Morphologie und Physiologie der Haftscheiden der Blepharoceriden
Larven. — Id., XXV. · .
KOMAREK (J'.) et W1MMER (A.), 1922. -—· The Larvao of the European Blepharo·
_ ceridae. — Ann. Biol. lac., XI, p. 63-77, 7 fig. ,
—— 1934. —-Blepharoceridae Balkanioae. —·Mitt. natarw. Inst. Sofia, VII, p. 1-35,
11 fig.

, BIBLIOGRAPHIE 337
KnA·1·0cnvu. (J.), 1936-- Troisième notice à. la connaissance de la faune du sol. Mé-
tamorphoses de quelques Lycoriides du sol des forêts.- Bull. Inst. Nat. A gronom.
de Brno, Sign. D. 23, p. 1-46, pl. I-III, fig.
LABOULBÈNE (A.), 1863. - Description du Seùzra Bigoti, de sa larve et de sa nym-
phe. - Ann. Soc. ent. France (4), III, p. 105-110, pl. II, fig. 5. ·
- 1864. -- Observations surles insectestubérivores. —Id. (4), IV,p. 69-114, pl. 2_
- 1872. -Note sur Papparition d’une très grande quantité de Diptères noirs (Bibio
Nfarci L.), à. Paris, à la tin du mois d’avril et enmai 1872. —Id. (5), II, p. 209-211.
- 1897. —· Observations sur un Diptère brachycère printanier, Bibio anglicus Loew.
- Bull. Soc. entom. France, p. 89-91. ·
- 1898. - Apparition considérable d'1m Diptère némocère (Seiara, humeralis) aux
environs de Reims. - Id., p. 111-113.
Lsnnnocx (K.), 1911.- Zwei neue Pilzmüoken aus Mâhren. — Wien. ent. Ztg.,
XXX, p. 161-167. ·
—- 1912. - Neue oder wenig bekannte Pilzmücken.- Wien. ent. Z tg., XXXI, p. 175-
185. '
— 1912. - Neue oder selteneMycetophilidenausMàh1·en.- Wien. ent. Ztg., XXXI,
p. 27-39. ‘ '
— 1912. - Zur Monographie der Gattung Bolitophila Meig. —— Berliner ent. Zs.,
LVII, p. 33-51. · · ·
— 1912. - Das Weibchen von Phronia tiefi Dzied.- Wien. ent. Ztg., XXXI,
p. 253-254. ‘ ·
— 1912. - Emechia tenuicornis v. d. Wulp und nigroscutellata nov. spec. -— Wien.
ent. Ztg., XXXI, p. 308-310. · · ·
—— 1912-1919. -— DiePilzmücken Mâhrens.I. Teil.Brünn. -Ztschr.Mùrh. Ld. Jilus.
XII, 1912, p. 273-322.- II. Teil, l. c., XIII, 1913, p. 1-41. - III. Teil, l. c., XIV;
1914, p. 14-93, fig. 1-39.- IV Teil, l. 0., XVII, 1919, p. 17-75, fig. 1-11 (1921).-
I. Nachtrag, Wien. ent. Ztg., XL, p. 163-171 (1923).
— 1913. - Zwei neue Arten der Fungivoriden—Gattung Trichtmta Winn. - Zs.
wiss. Insektenbiol. Berlin, IX, p. 87-90. -
·— 1914. -— Eine neue Art der PilzmückengattungMycetophila Meig.—Wien. ent.
Zeit., XXXIII, p. 201.
— 1916. — Neue màhrische Arten der `Pilzmückengattung Docosia Winn. — Zs.
Jtldhr Landesmuseums Brünn, XV, p. 59-66, 13 fig. · ·
—- 1916. - Die Pilzmüoken·Gattungen Phthinia Winn. und B0lit0ph.ila·Meig. —-·
Wien. ent. Ztg., XXXV, p. 219-285, 11 figs.
—— 1917. - Die Typen der Pilzmücken der von Roserschen Sammlung in Stuttgart.
- Wien. ent. Zeit., XXXVI, p. 36-39. _
— 1917. — Die Pilzmückengattung Mrusrocera Mg. - Wien. ent. Zeit., XXXVI,
p. 67-102. - .
— 1918. - Eine neue Mycetophila. aus Osterr.—Schlesien. - Wien. ent. Zeit.,
XXXVII, p. 34. ..- -
— 1918. - Tabellen zum Bestimmen europâischer Pilzmücken. I. Teil et II Teil.
- Wien. ent. Zeit., XXXVII, p. 55-72, 107-120.
- 1922. — Zur Synonymie der Mycetophiliden. — Konowia, I, p. 190-194.
—- 1925. - Dipterologisehe Miszellen. Mycetophilidae. .—- Wien. ent. Ztg., XLII,
p. 179-182.
seeuv 22

338 FAUNE ne Frmnciz. —— nivriamzs .
Lxmmocx (K.), 1925. - Hollândische Mycetophiliden. ·—- N utuurh. Maandbl.,
Maastricht, XIV, p. 33-37, 6 fig.
— 1925. —- Neue Mycetophiliden. —- Id. XIV, p. 37-40, 15 fig.
— 1926. - Die Mâhr.-schles. Arten der Pilzmückengattung Leia Mg.- Cas. momo.
Museo zem. Brne, XXIV, p. 197-207, 1, pl. 16 fig. _
— 1926. — Die palaearktischen Arten der Gattung Cordylu. Mg. —— Koncwia, Vienne,
V,p. 64-69, 200-204. . _
-- 1927. —- Fungivoridae (Mycetophilidae) in E. Lindner, Die Fliegen der Palaeark-
tischen Region, 8, Stuttgart (Sohweizerbart), p. 1-195, 27 fig. et 13 pl.
- 1928. —— Neue Fungivoriden. —~ Konzrwia, VII. p. 238-242, 12 fig. _ _
—- 1932. —- Die mahrischschlesischen Arten der Pilzmücken-Gattung Fungivom
Mg.- Cas.m0rm:. Museo zem.B1·ne,XXVI-XXVII (1929-1930), p. 441-466, 29 fig.
— 1937. —- Zur Synonymie der Fungivoriden (Diptera). -— Ann. Mus. Zool.
polzm., Varsovie, XIII, p. 29-32.
LATREILLE (P. A.), 1802-1805. ——- Histoire naturelle, générale et particulière des
Crustacés et des Insectes. Paris (Dufart), vol. I-XIV.
Lmzonnsnonr (F.), 1924. —- Ueber die Gattung Gmtyna Winn. —- Wwkn. ent. Ztg.,
XLI, p. 87-88.
·-— 1926.- Zur Familiengeltung der Seiariden. — Verh. naturhist. Ver. Bonn.,
LXXXII (1925), p. 59-61.
—- 1926. —- Die Sciaridendes Naturhistorischen Museums inWien.—- K0n0wict,V,
p. 122-129, 247-255, 12 iig.
-— 1926. ·-- Die Sciariden des Wiener Naturhistorischen Museums. —Wiener ent. Ztg.,
XLIII, p. 31-38.
-— 1929. ·- Les Sciarides (Lycoriidae) de lacollection de J. W. Meigen. - E. E., Dip-
tera, V, p. 55-61. _
—- 1930. —- Lycoriidae (Scicwulae), in E. Lindner, Die Fliegen der Palaearktischen
Region, 7, Stuttgart (Sweizerbart), p. 1-71, 29 fig., 4 pl._
LENz (F'.), 1927. — Die Larve der Mycetophilide Gnoristeopicatis Mg. als Quellbe—
wohner. —- Ent. Zilitt., XVI, p. 18.
LERUT11 (R.), 1935. —- Exploration biologique des cavernes de la Belgique et du Lim-
bourg hollandais. XIXB contribution : Sciowidae (Lycoriùiae). — Mitt.
Hôhlen. u. Km·stf.,Berlin, p. 9—16.
Lmsms (P.), 1921. -- La faune entomologique des fosses d’aisances de la région pari-
sienne.- Bulletin du Muséum, XXVII, p. 53-59. ·
—- 1923. —- Faune entomologique des fosses d’aisanoes et des excréments humains.
— 1d., XXIX, p. 161-167. .
Lmrmxnn (E.), 1929-1930. -- Die Fliegen der Palaearktischen Region. Bd. II, 1, 28
pl. et 208 fig. Stuttgart (Schweizerbart). Voyez Duda, Landrock, Lengersdorf,
Lindner. ·
·- 1930. -- Blepharoœridae et Deuterophlebiidaain E. Lindner, Die Fliegen derpalae-
arktischen Region, 2. Stuttgart (Schweizerbart), p. 1-36, 37 fig., pl. I-II.
·- 1930. ·— Phryneidae (Anisopodidue, Rhyphidae), in E. Lindner, Die Fliegen der
palaearktischen Region, 1 a. Stuttgart (Schweizerbart), p. 1-10, 7 iig.
Lrov (P.), 1864. - I Ditteri distributi secondo in nuovo methodo di classificazione
naturale. ——· ·Atti dell’Istitut0 Veneto, 3** ser., IX, p. 187-236 (1863).
Lonw (H.), 1846. -—- Fragmente zur Kenntniss der europâischen Arten einiger
Dipterengattungen. —- Linnaea entom., I, p. 319-530, fig. ·

BIBLIOGRAPHIE  
Lonw (H.), 1847. - Ueber einige der vom Oberlehrer Ruthe in Okens Isis für 1831
mitgetheilten dipterologischenBemerkungen.·— Stettin. ent. Zeit., VIII,p. 66-71.
•-· 1858. ·- Ueber einige neue Fliegengattungem-— Berlin. ent. Zeitschr., II, p.
101-122, 1 pl.
-- 1869-1873. -—• Beschreibungen europàischer Dipteren, I-III, Halle (H.
W. Schmidt).
LucAs (H.), 1871. — Note relative à une larve de Diptère du genre Bibab. ——
Bull. Soc. ent. France (5), I, p. Lxvu-Lxzx.
—- 1872. ··- Remarques relatives aux Bibio marci eth.ortulanus.—— Id. (5),1I, p. xmv-
xLv.
Lurmsrnôm (C.), 1906-1914. — Beitrâge zur Kenntnis der Dipteren Finlande. I.
Mycetophilidae. — Acta Soc. Fauna Fl. fennica, XXIX, n° 1, p. 1.-50, pl. I-IV,
carte (1906). — Id., supplément, l. c., XXXII, n° 2, p. 1-67, pl. I-XIV (1909). ··-
supplément 2, l. c., XXXVI, p. 1-70, pl. I-VII (1912).-gld., supplément 3, l.c.
i XXXIX, n° 3, p. 1-27, pl. I-III (1914).
—— 1910. ·-- Beitràge zur Kenntniss der Dipteren Finlande. V. Bibumidae. -~ .4cta
Soc. Fauna Fl. fenn., XXXIII, 1, p. 1-15, pl. I.
— 1911-1916 — Neue oder Wening bekannte europàische Mycetophiliden. Arm.
Hist. nat. Mus. Nat. hung. Budapest, IX, p. 390-419 ; Taf. XI-XV (1911). —— Id.,
II, l. 0., t. X, p. 514-522, Taf. V (1912).- Id., III, l. 0., XI, p. 305-322, Taf. XV-
XVI (1913). —- Id., IV, l. c., XIV, p. 72-80, Taf. I-II (1916).
Lvnm. (E.), 1929. ·-· The larva and pupa of Scatopse fuscipes Mg. and a comparison
of the known sepcies of Scatopsid larvae.— Ann. Appl. Biol., Cambridge, XVI,
p. 630-638, 4 pl.
Lvonnr (P.), 1832. —· Recherches sur l’anatomie et les métamorphoses de diffé-
rentes espèces d‘inseotes, ouvrage posthume publié par M. W. de Haan. —- Paris
(Roret), p. 1-580, 54 pl.
MAC ATEE (W.), 1921. ·-· Description of a new genus of Nemocera (Dipt.). —- I`roc.
Ent. Soc. Wash., XXIII, n¤ 3, p. 49.
MAC Lson (G. F.), 1934. •-Entomology and Limnology.— Rep. Cornell .-1 gric. Exp.
Stat., 46 (1933), p. 105-115. .
MAc Lnon (G. F.) et RANVLINS (W. A.), 1933. —-- lnsect and other Injuries to Potato
Tubers. —- Bull. Cornell Univ. .4 gric. Emp. Sta., n° 569, 14 p., 8 fig.
Mncquanr (J.), 1826-1833. — Insectes Diptères du nord de la France. Lille (Danel)
et Recueil des travaux de la Soc. des Sciences, de l’.4gric. et des Arts de Lille (Leleux),
1823-1834. .
- 1834-1835.-Histoire naturelle des Insectes Diptères. Suites à.Buffon, éd. Ro-
ret, Paris, I-II. _ . _ .
MADWAR (S.), 1934.- The biology and, morphology of Pnyœia. scabiei Hopkins.-
Bull. Soc. ent. Egypte, XVII (1933), p. 136-148, 4 fig., pl. Xet XI.
- 1934. - The biology and morphology of Bolitophila hybrida Meigen._7- Ball.
Soc. ent. Egypte, XVII (1933), p._126-134, 1 pl., 4 figs. _ _ ___
-- 1935. — The biology and morphology of the immature stagespf lllacrocera anglicrs
Edwards. - Psyche, Boston, XLII, p. 25-34, 1 pl. ___
-— 1935. — Biology and Jnorphology of the immature stages of Mycetophila margi-
nata Winnertz and Dynatosoma fuscicorne 1v1g.ï.4nn. Mag. Nat. Hist. London (10),
XV, p. 108-117, 2-pl., 2 fig. ·

340 FAUNE DE FRANCE. —— oierànss
MADWAR (S.), 1937. —- Biology and Morphology of the immature Stages of Myceto·
philidae. ·— Phitos. Trans. R. Soc. of London, B., CGXXVII, p. 1-110, 392 fig.
Musa-Bons (—-), 1936. —- Die Gartenhaarmucke (Bibi) hortalanas) als-Roggen-
Schadling. — NaelwBl. dtsch. PflSchDienst., X, n° 1, p. 10.
MALLOCH (J. R.), 1917. — A preliminary classification of Diptera, exclusive of
Pupipara, based upon larval and pupal Characters, with keys to Imagines in cer-
- tain Families. Part. I. —- Ball. Illinois St. Labor. of Nat. Hist., XII, art. III.
Mycetophiloidea, p. 256 et sq., pl. XXXVII et sq.
MANNHEIMS (B. J .),1935. —-· Beitrâge zur Biologie und Morphologie der Blepharo=
ceriden (Dipt.). —- Zool. Farsch., Leipzig, II, VJ -|— 115 p., 95 fig. (R. Noske).
MANSBRIDGE (G. H.), 1933. — On the biology of soma Ceroplatinae and Macroeerinae.
With an appendix on the chemical nature of the web fluid in larvae of C'er0pla—
tinae by H. W. Buston. -— Trans. R. ent. Soc. Lonion, LXXXI,p. 75-92, 15 fig.
MEIGEN (J. G.), 1800.- Nouvelle Classitlcation des mouches àdeux ailes (Diptera).
Paris, an VIII, p. 1-40.
l)riEIGEN—(J. W.), 1803. —Versuch einer neuen Gattungseintheilung der europâischen
zweiflügligen Insecten (114 gen.). —- Illiger’s Magazin, II, p. 259-281.
- 1804. •—- Klassifikation und Beschreibung der europaischen zweiüugeligen
Insekten (Diptera L.), Braunschweig, 4**, t. I, 1, xxvin, 152 p. tab. 8 ;t. I,
2, VI, 314, p., tab. 7.
- 1818-1838. - Systematische Beschreibung der bekarmten europâischen zwei-
iiugeligen Insekten. Aachen et Hamm, 7 fascicules. '
MELANDE12 (A. L.), 1916. —— The Dipterous Family Scatopsidae. —- State Oollege of
Washington, Agric. Exp. Stat., Ball., n° 130, p. 1-21, 2 pl. ·
MELIS_(.Ã.), 1928. ·-- Osservazioni anatomomorfologiche sulle larve del Dacus oleae
Rossi e del Bibio hortalanus. L., con particolare riferimento allastruttura degli
stigmi. — Riz:. Biol. Milano, X, p. 411-451, 8 fig. I
MEUNIER (F.), 1904. —- Monographie des Gecidomyidze, des Sciaridae, des Myceto-
philidae et des Chironomidaelde l’Ambre de la_Ba.ltique. — Ann. Soc. sc. Bruxelles,
XXVIII, p. 12-92, incomplet, mais publié comme ouvrage séparé avec page de
titre, p. 1-264, 16 pl.
Mix (J.), 1864. - Dipterologische Beitrâge. Mit einem Vorworte von DI J. R. Schi-
ner. — Verhandl. zool. bot. Ges. Wien, XIV, p. 785-798, -— '1'afel 21:
— 1869·1874.—Baitrâge zur Dipteren-Fauna Oesterreichs.—- Verhandl. zool. bot.
Ges. Wien, XIX, p. 19-36, pl. IV (1869). Id., XXIV, 329, pl. VII, fig. 1 (1874).
-— 1880. -—DipterologischeMittheilungen.— Verh. z.-b. Ges. Wien., XXX, p. 587-
610, pl. XVII.
— 188 3-1896. —Dipter0l0gische Miscellen. -Wiene'rent. Ztg., V, p. 101, 276 et 317
(1885). - Id., VI, p. 33, 187, 238 et 264. —— Id., X, p. 1-5 et 189-194. — Id., XIII,
p. 22, 49 et 164. — Id., XV, p. 106-114.
—— 1889. Ã- Dipterologische Miscellen. — Wien. ent. Ztg., VIII, p. 23 2.
·— 1895. —- Dipterologische Miscellen VI. (2), — Id., p. 93-98. _
Monz (E.), 1921. ——· Weitere Beitrâge zur Kenntnis der Gartenhaarmücke (Bibio
hortnlanns L.). —- Zeitschr. angew. Entom., VII, n° 1, p. 92-96, 3 fig. (1920).
Monz (E.) et Pmrscu (W.), 1914. — Beitrâgetzur Kenntnis der Biologie der Garten
~ haarmücke (Bibio hortulanns L.) und deren Bekâmpfung. -· Zeitschr. Wissens-
Insektbiol., X, p. 98 et 121.

nmtiocnarum 341
Moxzaxs (H. M.), 1917. ·- The larval and pupal stages of Bibio Jchannis L. —— Ann.
App. Biol. Camb., IV, 3, p. 91-114.
·-—· 1918. —- The larval and pupal stages of Scatcpse notata L. —Id.,V, p. 102-108, .
pl. X. · - -
-—- 1922 (1921). -—·The larval and pupal stages ofthe Bibionidae. — I. Bull. Ent. Res.,
XII, part. 3 (1921), p. 221-232, 17 fig. ·-· II Id., XIII, part. 2 (1922), p. 189-
195, 10 fig., 1 pl. ·
—— 1922. — On the Larva and Pupa of a. Parasitic Phorid·Fly, Hypocera incrassata
Mg. — Parasitology, Camb., XIV, 1, p. 70-74, 1 pl., 4 fig.
MULLER (G. W.), 1919.-- Ueberparasitische Scat0psiden.—Zeitschr. wiss. Insbiol.,
XV, p. 120.
MULLER (K. R.), 1930. — Ueber die Lebensweise und Bekampfung det`Gartenhaar-
N mücke (Bibio hortulanas L.).— Fortschr. Landw., 1930, p.613,4 Eg. Extrait dans
Z. Pflkrankh., XLII, n¤ 4, p. 179-180, Stuttgart, 1932.
'Novrcxx (M.), 1867. ·—Ueber d. Heerwurm in d. Karpathen u. d. Tatra. — Verh.
zool. bot. Ges. Wien., XVII, Sitzberg, p. 23-36.
—— 1868. ·-· Der Kopaliner Heerwurm u. d. aus ihm hervorgehende Sciara mtlitaris.
— Verh. d. Naturf. Ver. Br ünn., VI (1867). Abh., p. 3-69, 1 pl. '
OLIVE (E.), 1906. -- Cytologieal studies on the Entomophthoreae. — Botanical
Gazette, XII, p.'192-208. Analyse in Bull. Inst. Pasteur, 1906.
Os·1·EN-S.•.cxEN (C. R.), 1862. — Characters of the larvae of Mycetophilidae. - Proc.
' ent. Soc. Philad., XVII, p. 151-171 (réédité à Heidelberg, 1886).
- 1878. - Catalogue of the described Diptera 0fNo1·th-America (second edition).
t Smithsonian Miscellaneous Collections, xLvx-276 pages. Washington.
PABTEJRIK (J.), 1905. — Prispevek k otazoe : Co jsoulcervici v houbach (Beitrag
zur Ursache der Wurmstichigkeit des Schwaemme). —- Prog. Cas. Oeské Spol.
Entomol., II, p. 107 + 111 (1907). _ _
— 1907. - Metamorfosa ldvou Dipter (Metamorphose zweier Dipterenarten).—
Prag. Cas. Ceské Spol. Entomolg., IV, p. 4-9.
—- 1908. -- Metamorfosa nekteryoh dipter (Ueber die Metamorphose einiger
Dipterenarten Neoempheria striata, Eœechia contwminata). -— Prag. Cas. Ceské
S pol. Entomolog., 1908-1909, p. 27-31.
.PEnms (E.), 1839. — Notices sur quelques Diptères nouveaux. -— Ann. Soc. ent.
Fr., VIII, p. 47-57.
—— 1847.- Notes sur la métamorphose de la Tr·ich0cera annulata Meig. et de la Sca-
topse punctata Meig., pour servir à. l’histoire des Tipu1aires.—- Ann. Soc. ent.
. France (2), V, p. 37-49, pl. I. ·
—- 1849. — Notice sur une larve de Mycetophila qui se couvre de ses excréments.
—— Ann. Soc. ent. France (2), VI1, p. 51-61.
— 1849. - Notes pour servir à l’histoi1·e des métamorphoses de diverses espèces de
Diptères (Deuxième partie). III. Note pour servir à l’histoire· de la Sciophila
untmawulata Macq.-· Ann. Soc. ent. France (2), VII, p. 341-351, pl. 9, n° VI, fig.
1-6.
— 1871. -— Histoire des Insectes du Pin maritime. Diptères.— Ann. Soc. Ent. Fr.
(4), X, p. 135-232, 320-366, pl. 1-5.

342 FAUNE ms FR.·xNcE. —— DIPTÈRES
Pumus (E.), 1876.——·Nouvelles promenades en t0mologiques.—· Ann.S0c. eut. France
(5), VI, p. 171-244.
PETTEY (F. W.), 1918.-· A Revision of the genus Scizrm of the family Mycet0phi· -
lidae. ·—- Aim. eut. Soc. Amerie. Columbus, XI, p. 319-346, pl. XXX et XXXI.
P1-111.1FPx (R. A.), 1865. —— Aufzâhlung der Chilenischen Dipteren. —- Verh. z00l.
bot. Ges. Wien, XV, p. 595-782, pl,23-29.
Prrcnnn (R. S.), 1936. ··—· Investigations on the Insect and allied Pests of cultivated
Mushrooms. -· VIII.©bservations on the larval instars of Sciam feuestmlis, Zett.
— J. S.-E. ugric. College, XXXVIII, p. 83-85. ~
Qunâvnsux (F.), 1935. —— Esquisse du monde vivant sur les rives de la lagune potas-
sique. ·— Bull. Soc. industr. Mulhouse, mars 1935, p. 1-27, 5 pl.
—- 1938. — Diptères fossiles de la couche inférieure de potasse du Haut·Rhin. —-·
E. E., Diptem, IX, p. 79-86, 9 fig.
RÉAUMUR (R. A. F. de), 1734-1742. — Mémoirespour servir à. l’histoire des Insectes.
Paris, Imprimerie royale.
RILEY (C. V.), 1881. —- The Yellow Fever Fly.- American Nat., XV, p. 150. _ _
RIPPER (VV. E.), 1935. — Netizen zur Schâdlingsfauna Oesterreiehs. II. —- Neu-
heiteu PflSch., XXVIII, p. 168.
Rünnn (V. v.), 1887. -— Asyndulum montauum, r1.sp. — Wieu.eut.Ztg.,VI,p.115.
—-— 1887. — Ueber eine neue Art der Gattungnr Guo'riste», Mg. —— l. c., VI, p. 155.
— 1888. — Dipterologische Beitrâge. — Wien. eut. Ztg., VII, p. 95-96.
·— 1910. — Ein neuer Fundort des Leptomorphus walkeri Curt. —- Ent. Rdsch.
Stuttgart, XXVII, p. 30. — Zwei weitere Fundorte, v. Albert Sehulze. Ebeuda
(35) u. Ent. Zs., Stuttgart, XXIII, p. 241.
RONDANI (C.), 1856-1859. —- Dipterologiae Italicae Prodromus. Parme., Stocchi, 8%
t. I, 1856, 226 p. ; t. II, 1857, 264, p. 1 pl. ; t. III, 1859, 243 p., 1 pl.
Rousssnu (E.), 1920. -- Sur la présence en Belgique de Liponeum cinemsceus LW.
-— Ann. Biol. lac., IX, p. 253-255 (1919).
RIZTBSAAMEN (E.H.), 1894. ——·Die Aussereuropâischen Trauermücken dez Kônigl-
Museums fürNaturkunde zuBerlin.— Berlin. ent. Zeitschr., XXXIX, H. 1, p. 17-42,
fig., 3 pls.
RUT1-rm (J. F.), 1831. — Einige Beitrâge zu Meigens systematischer Besohreibung der
europâischen zweiflügeligen Inseoten. -— Isis, VIII, p. 1203-1212.
SCHINER (J. R.), 1862-1864. — Faune. Austriaca, Die Fliegen (Diptera). —-— Myceto-
philidone, II, p. 416-494 (1864) (Wien [Gerold]).
Sormrtrz (H.), 1910. —-Zur nâheren Kenntnis von Zygoueumsciariuo. Mg.-—Zo0l.A nz.,
XXXV, p. 307-309.
-— 1912. -— Biologisch-anatomisehe Untersuehurigen au einer Hôhlenbewohnen~
den Mycetophilidenlarve, Polylepta leptogaster Wirm. —— N atuurhist. Genootschap
in Limburg Meded., 1913, p. 65-96.
i —— 1915. — Drei neue Gattungen von Nematooeren Dipteren mit clegenerierten
Weibehen. ·—- Tijdschr. Ent., LVIII, p. 281-291.
—— 1915. -—· Over Zygomma. Enderlein en Zygoneum Meigen ’S Gmveukage Ber.
Ned. Ent. Ver., IV, p. 157-159.
— 1918. — Neue Beitrâge zur Kenntnis der Soiariden mit reduzierten Maxillarpal·
pen. — Tijdschr. Eut., LXI, p. 88-111.

msLxocn.u>mE 343‘
Scnmrz (H.), 1919. - Zur Kenntnis des Gattung Bradysia Winnertz. — Leiden.
Zool. Med., V, p. 25-32, 2 fig.
- 1920. - Eine neue, vielleicht myrmecophile Sciaride aus den Niederlanden. —
Zool. Jahrb. Abt Syst., XLIII, p. 361-364.
- 1929:- Zur Ergaenzung von K. La.ndr0ck’s Abhandlung ueber « Hollaendische
Mycetophiliden ». - Natuurh. Maandbl., Maastricht, XVIII, p. 21-22.
Scmwsm (C. A. W.), 1901.-Eine neue Mycetophilide aus Corsika. — Ztschr.Hym.
Dipt., I, p. 149-151. .
Scmwrz (E. J.), 1917. - Ueber die Larve von Bibab mnrci unter besonderer Berück-
sichtigung der Respirationsprgane und der Darmtractus. - Abh. Mus. Nat.
u. Heimatk., Magdeburg, III, p. 123-153, 3 pl., 10 fig.
Scmmzn (R.), 1925. - Ueber Mycetophilidenlarven.- Zool. Jahrb. Jena, Abt. f.
Syst., XLVIII, 1924, p. 433-462, 14 fig.
Sxusm (F. A. A.), 1891. - Diptera of Australia.Nemat0ceru.. Supplement II.- Proc.
Linn. Soc. of N. S. W. (2), V (1890), p. 372-412, pl. XVI. Suppl. II, l. c., p. 595-
G40, pl. XIX. _
SPEYER. (E. R.), 1923. - Mycetophilid Flies as Pests of the cucumber plant in glass-
houses. - Bull. Ent. Res., XIII, p. 255-259 (1922-1923).
S1·A¤oER(C.), 1840.:- Systematik Fortegnelse over de hidtili Danmark fundne
Diptera. - Kràyer natur. Tidsskr., III, p. 228-288.
STAMMER (H. J.), 1932. - Zur Biologie und Anatomie der leuchtenden Pilzmücken-
larve von Ceroplatus testacens Dalm. - Z. Morph. Oekol. Tiere, Berlin, XXVI,
p. 135-146, 7 fig. `
S'x·ANNIUs (F. H.), 1830.-Bemerkungen über einige Arten der Zweiflügler-Gattum
gen Macrocera, Platyum, Sciophila, Leia. u. Mycetophila. - Isis, VIII, p. 752-
758.
- 1831. - Observationes de speciebus nonnullis generis Mycetophila vel novis, vel
minus cognitis (Breslau, Pelz), p. 1-30, 1 pl. col.
STEENBERG (C. M.), 1924. — Etude sur deux espèces de Phronin dont les larves se
forment de leurs excréments une couche protectrice : la Phronin strenua. Winn. et '
la Phxronia johannae n. sp. — Vidensk. Medd. fra Dansk naturh. Faren.,
LXXVIII, p. 1-51, pl. I-VIII.
— 1938. Recherches sur la métamorphose d’un Mycétophile, Delopsis aterrima.
(Zett.) - Kgl. Danske Vidensk. Selskab. Biol. Medd., XIV, 1, p. 1-29, pl. I-
VIII.
Smzosx. (G.), 1893. - Beitrâge zur Dipteren-Fauna des ôsterreichisohen Littorale.
- Wien. ent. Zeit., XII, p. 160-170 und Corrigemla, p. 93.
- 1895-1910. - Die Dipteren von Steiermark. III Theil, Diptera Nemocera. -
M itt. Ver. Steiermark., XXXI, p. 121-246. — IV. Theil, Nachtrâge, l. c., XXXIV,
p. 192-298 (1898). - II. Nachtràge, Z. c., XLVI, p. 45-293 (1909-1910).
- 1897. -Siebenbü.rgisohe Zweiflügler. - Verh. Siebenburg. Ver.,XLVI,p.11-48.
- 1900. - Spanische Dipteren. X Theil. - Wien. ent. Zeit., XIX, p. 92-100.
- 1900. — Dipterenfauna von Bosnien, Herczegovina und Dalmatie. - Wiss.
Mitt. Bosnien, VII, p. 552-G70. .
- 1901. - 'I‘ief’s dipterologischer Nachlass aus Kàrnten und Oesterr. — Schlc·
sien Jahrb. Mns. Karntm, XXVI, p. 171-246.
- 1906. — Spanisohe Dipteren. II. Beitrag. Madrid.- lllem. Soc. esp. Hist. nat., III,
- p. 271-422.

344 FAUNE DE FRANCE. — DIPTÈRES
STROBL (G-.), 1909. - Voyez Czerny et Strobl. —
SYMEs (C. B.), 1921. - The Mushroom-fly (Sciara praecocc Meigen). - Fruitgro-
wer, LI, p. 142, 188, 234. - · -
TARWID (K.), 1933. - Sur l’existcnce de l’espèce Symmerus upicalis Winn. -
Ann. Mus. zool. Polen., IX, p. 375-379, 1 pl.
- 1936. Note sur Pidentité systématique des genres Zelmiru Meig. (= Platyura
Meig.) et Asindulum Latr. - C'. R. Soc. Sc. et Lettres Varsovie, XXIX, p. 1-
10, fig. ·
THEOBAIJD (F. V.),'1892.- An Account of British Flies (Diptera). Vol. I, p. xx-215 ,
44 fig., 4 pl. (London, Elliot).
THEOBALD (N.), 1937. - Les Insectes fossiles des terrains oligocènes de France. Nancy
(G. Thomas), p. 1-474, 29 pl. ·
THoMÃÉ (C. A.), 1931. - Mushroom Inseots. Their Biology and Control.- Bull.
Pennsylvania Ag-rie. Exp. Sta, ne 270, 42, p., 6 pl. '
-1934. -Fu1·ther Observations on Mushroom Insects.—J. Ec0n.Eut. (Geneva,
N. Y.), XXVII, nû 1, p. 200-208. '
TnoMAs (I.), 1931. - The structure and life-history of Sciara nitidicollis Meig. —
Proc. Zool. Soc. London, 1930, p. 1009-1026, 14 Hg.
TONNOIR (A.), 1922. - Sur le cycle évolutif d’un Chironomide nouveau, Ductylo-
cludius eomrweusalis Tonn. - Bull. Soc. ent. Belgique, IV, p. 132-133.
- 1923. - Le cycle évolutif de Dactylocladius commeusalis sp. nov., Chironomide
à, larve commensale d’une larve de Blépharocéride.- Arm. Biol. lac., XI, p. 279-291.
·-· 1924. - Les Blépharocérides dela Tasmanie. — Id., XIII, p. 1-67, 28 iig.
- 1927. -Larve et nymphe de Scatopse subuiteus Verr. - Bull. Arm. Soc. ent.
Belgique, LXVI, p. 353-356, 2 fig.
TONNOIR (A. L.) et Enwrmos (F. W'.), 1926. - New-Zealand Fungus Gnats. -
Trans N. Z. Institute, LVII, p. 747-878, plates 58-80.
Tsonupovsxiua (I.), 1928. - Ueber einige Parasiten aus dem Damrkanal der Scicwa-
Larven. - Arch. f. Prostiteuk, LX, p. 237-304.
VILLENEUVE (J.), 1924. - Diptères nouveaux. - E. E., Diptem, I, p. 5-8.
VIMMER (A.), 1909. — Larva bedlobytky Cordyla fuscct Latr. (Larve von Ccyrdyla
fusca Latr.). - Prag. Cas. Geské Spol. Erltomolog., p. 148-153. `
- 1912. - O Hypopharyngu nekterych larevz podraru Orthorhapha (Ueber den
Hypopharynx einîger Larven aus der Subfam. Orthorhapha. —- Prug. Rozpr.
Ceské Ak. Fremt. Jos., XX, 1911, n° 32 (S. 11).
- 1917. - Uebersicht der palâarktischen Lipoueuru- Art. - Wien. ent. Zt g.,
XXXVI, p. 123.
- 1922 et 1934. - Voyez Komarek et Vimmer.
- 1924. - Structure des pièces bucoales des Blépharocérides européens. -Oeskos-
lov. eut. spol. Jubilejui Sboruik, Prague, p. 136-143, 3 Hg. (en tchèque).
- 1926;- Ueber die Trachealisation der einigen Organen der Larven Cordylu fus-
cata (en tchèque). - Acta. Soc. ent. Geek., Prague, XXIII, p. 69-72, 5 fig.
- 1926. - Genres nouveaux des Lycoriides (avec des femelles aptères) du sol de
forêts. - Bull. Ecole sup. Agrou. Brno, fasc. D 3, 16 p. 1, pl.
WALKER (F.), 1837. - Descriptions of Diptera colleoted by Capt. King in the sur-

BIBLIOGRAPHIE 345
vey of the straits of Magelhan. — Trans. Linn. Soc. Lond., XVII, p. 331-359 ; Isis,
1838, V, p. 412.
WALKER (F.), 1849. --List of the specimens of Dipterous insects in the collection
of the British Museum, IV, p. 688-1172.
— 1850-1856. -—· Insccta Sauudersiana. or characters of undescribed Insects in the .
collection of W`. W. Saunders. London (ven Voorst), p. 1-474, pl.
— 1851-1856. —- Insecta Britannica, Diptem. London (Reeve), III, p. 352, 1, pl. 21-
30.
—— 1874. — Notes on Diptera and Lists of Species. First Series, London, 8 vol. p. 1-37.
—— 1874. - Winnertz’s Synopsis of the European sub-families and genera.-Camtd.
Ent., VI, p. 12, 111-114.
Wmss (H. B.), 1919. — Notes on the early stages end larval locomotion of Lcia bivit-
tata Say. —- Psyche, Boston, XXVI, p. 80-82.
Wnsrwoon (J. 0.), 1839. ——- Introduction to the modern classification of Insects, I
(1839), p. xxx-462, 1 pl. col. ; II (1840), p. xr-587, 133 fig.
W1EDEMANN (C. R. W.), 1828. — Aussereurop àische zweiflugelige Insecten, als Fort-
setzung des Meigenschen Werkes. Hamm., Schulz, t. I, 1928, p. 32 + 608,7 pl.,
t. II, 1830, p. 12 + 684, 5 pl.
WVILLISTON (S. W.), 1896. - On the Diptera of St. Vincent — (West Indies). —- Trans.
mt. Soc. London, p. 253-449, pl. VIII-XIV.
VVINNERTZ (J.), 1846. - Beschreibung einiger neuen Gettungen aus der Ordnung
der Zweiflügler. -— Stctt. Ent. Zeit., VII, p. 11-20.
—— 1852. — Dipterologisches. — Stett. Ent. Zeit., XIII, p. 49-58, figs.
— 1863. — Beitrag zu einer Monographie der Pilzmücken. —- Verh.z00l.-bot. Ges.
Wien, XIII, p. 637-964, pl. XVIII-XXI.
— 1867. —— Beitrag zu einer Monographie der Sciarinen. - Wien (herausg. v.
d. zool.—bot. Gesellsch.) et Leipzig (Brockhaus), p. 1-187, 1 pl.
- 1869.-·—·Sieben neue Arten der Gattung Sciara. —-Verh. z.-b. Gas. Www., XIX,
p. 657-668.
-- 1871. ·-- Vierzehn neue Arten d. Gattung Sciara. — Id., XXI, p. 847-860.
WULP (F. M. van der), 1869-1874. —— Dipterologische Aanteekeningen, n° 1. —
Tijdschr. voor Entom., 2** sér., III, p. 224-236 (1868). N° 4, l. 0., XVII (ser. 2, IX).
p. 102-148, pl. VIII (1874).
— 1877. — Diptera. Neerlandica. De Tweevleugelige Insecten vim Nederland, vol.
I, p. xvm--197, pl. I-XIV (`s Gravenhage, Martinus Nijhoff).
Zmrunsrnor (J. W.), 1840. — Insecta Lepponica descripta.Lipsiae (Voss). Diptera,
1839.
,—- 1842-1860. —- Diptera Scandinaviae disposita et descripta. Lund., 8°, t. I-XIV.

,

INDEX SYSTEMATIQUE
Les noms des familles, des sous-familles et des tribus sont en PETITES oAPx·1·.~.LEs ;
les noms des genres sont en égyptiennes ; les noms d’espèces et de sous-espèces en
romaines ; les synonymes en italiques.
absurda. (Trichosia), 236. Amanita, 142, 173.
Aohorutes, 56. Amanitopsis, 173.
Acnemia, 15, 85, 100-02. Amasia, 272-274.
Adelinia, 43. ambigua (Tetragoneura), 131.
adumbrata (Fungivora), 200, 202; americana (Sciara), 227.
adusta (Russula), 214. amoena (Acnemia), 101.
adustus (Polyporus), 216. amoena (Broushjcampta), 169.
aestivalis (Platyura), 64. nmoena (Fungivora.), 201, 203.
affinis (Rhymosia), 150-151, 153-154. Anuclinia., 88-89.
africsmus (Leptomorphus), 86. anale (Lasiosoma), 98.
agarici (Myoetophila), 199. analis (Arthria.), 290.
Agaricicobia, 100. analis (Leia), 114.
Agaricus, 27, 157, 2082 analis (Lycoria), 232, 245-247, 251.
agraria (Salam), 258. cmalis (Myoetophila), 167.
alacris (Sciophila), 72. analis (Soiara), 330.
albifrons (Sciara), 253. analis (Scîophila), 98.
albineruis (Sciara), 255. Anapnusis, 294-295, 304-305.
albipennis (Dilophus), 277. Anatella, 18, 132-134, 332.'
albitarsis (Holoplagia), 295, 301. ancyliformans (Mycetophlla), 335.
Aldrovnndiolla., 292-294. anderschi (Boletina), 112-113.
Allocotocera., 13, 84-85. Andricus, 261.
Allodin, 9, 18, 132, 156, 162-171. Angelica, 253.
Allophnllus, 223, 332. anglioa (Macrocera), 31-33, 339.
Allostoomma, 124, 126. anglicus (Bibio), 280-281, 337. ’
alpioola (Dziedzickia), 106. angulata (Macrocera), 31, 34, 36.
alpiaela. (Macrooera), 9, 31, 32. angustipennîs (Bradysia), 231, 243, 245
alpùola (Syntemna), 106. Anisopodidae, 332-333, 338.
alpîna. connexe (Rhymosia), 9. Anlsopus, 124, 308, 310-311, 333.
altera (Azana), 100. annulata (Mycetobia), 20.
alternans (Ãllodia), 164, 166-167. annulata (Phronia), 186-187.
alternans (Brachycampta), 167. annalata (Plesiastina), 20.
Althaea, 263. annulata (Sciara), 249.
nlticola (Geosciara), 225. annulala (Sciophila), 75.
amabzlis (Mycetophila), 196. annulata (Trichocera), 341.

348 INDEX SYSTÉMATIQUE
zmnulatus (Symmerus), 20-22. aureorubens (Tricholoma), 156.
armulicoxa (Macrocera), 35. a.uri0ula·judae (Herniola), 97.
Anobium, 228. Auricularia, 53, 78, 128.
anomala. (Azana.), 100. auripila (Scîara.), 226, 252-253, 257.
amomala (Boletvlna), 100. autumnalis (Samva), 249.
anomala (Mycetophila), 174. rwiculata. (Phrœmm), 190.
amomala var. flavohaltemta. (Azana), Axymyia, 313-314.
100. Azana, 15, 85, 100.
anomala var. nigricoxa (Azama.), 100. azurea (Russula), 173.
antica (Platyara), 64.
antipedalîs (Philia), 276. barbipes (Allodm), 162.
amtiqua (Cordyla), 171. basalis (Boletîna), 111-113, 115.
Antlemon, 43-46. basalis (Lem), 129.
Apemon, 13, 43, 53. basalis (Phxonia.), 185-187.
Aphîochaeta., 208. basalis (Platywra), 58.
apicalis (Gnorîste), 106-107, 338. basalis(Zelmi1;a), 58.
apicalis (Lem), 118. baumhaaeri (Platyara), 59.
apicalis (Rhymosia), 150, 152, 154. baumhaueri (Zelmira), 55, 57-59.
apicalis (Sciophila), 78. baumhauerî var. brunnipennis (Zel-
apïcalis (Symmerus), 20-22, 344. mire.), 59.
Apistomyia, 318-319, 325-327, 335. bmunhaueri var. c0nc0l0r (Zelmira), 59.
Apolephthisa., 17, 103, 110. baumhaueri var. erythrogaster (Zel-
applzmatus (Polyporus), 80. mlm), 59.
aprilina, (Sciam), 255-256. ' baumhaueri var. fulvipes (Zelmira.), 59. ·
Aproctonema, 232, 336. baumhaueri var. morio (Zelmira.), 59.
aptera. (Peyerîmhoffia.), 225, 241. bamnhaueri var. semirufa. (Zelmira), 59.
Arachnocampa, 23. baumhauerî var. sîgmmta (Zalmira), 59,
arenaria (Samva), 243. baumhaueri var. taeniata. (Zelmîra.), 59.
Argyrtes, 289. baumhaueri var. unîcolor (Zelmlra), 59.
armata (Scia/ra), 248. baumhaueri var. vitripennis (Zelmira),
Armillariella., 157, 168, 208. 59.
Arthria, 290. belgica (Cardiocrepis), 322.
Asindulum, 43-46, 61, 77, 344. belgica (Liponeura), 323, 330, 334.
Aspistes, 290-291. belgica decipiens (©ardi0crepîs), 322.
ASPISTINAE, 290. belgica. edwardsi (Lînopeum), 323.
Asthenm, 230. ' berolinensis (Aspistes), 291.
Asyndulum, 342. betulae (Polyporus), 51.
aterrima. (Delopsis), 223-224, 331, 343. betulina (Lenzîtes), 196.
atomariùs (Epidapus), 225, 229, 240. betulînus (Polyporus), 128, 196, 207.
atra. (Cratyna), 233. betulus (Carpinus), 21, 41, 82, 91, 109.
atm (Pachypalpus), 174. bmrcuatus (Telmaphilus), 192.
atm (Scmm), 258. Bîbio, 1, 270, 272, 274-276, 278-285,
atrata (Platyura), 53. 334, 337, 339-341, 343.
atmta (Rhegmoclema), 303. BIBIONIDAE, 3, 270, 331-333, 336, 339,
atrata (Scatopse), 289. 341.
atratas (Ceroplatus), 53. B1B10N1xAE, 272, 274.
atricauda (Trichonta.), 178-179. bicincta (Exechia), 186-137, 139.
atrmomis (Ceroplatus), 59. I bicincta (Mycetophila), 137.
aurea. (Pholiota), 157. bicolor (Allodia), 164-165.

INDEX sYsTÉMAT1QUxa: 349
bic0lo1·(Argyrtes), 289. brcwhycem (Mycetophila), 155.
bicolor (Phronia). 185, 187-188. Brachydicrania, 135.
bicolor (Platyum), 60. Brachypeza., 18, 132. 161-162, 172.
bîcolor (Sciam), 1, 253, 256-257. bmohyptera. (Peyerimhoffia), 241.
bicolor (Trichonta), 178-179. Brndïsin, 225, 231, 235, 243-245, 336,
bicolor (Zalmim), 58, 60. 343.
bifasciata (Leia), 123. bmueri (Phromla), 188.
bifasciata (Mycetophila), 204. brevicomîs (Boletîna.), 113, 115.
bifida. (Rhymosia.), 152-154. brevicarnis (Leia.), 129.
bifilata. (Raichertella.), 297-298. brevicomis (Polyxena), 172, 175-176.
bîgoti (Sciara.), 246, 337. brevicornis (Scatopse), 295.
bilineatn (Gnoristca), 9, 107-108. brevicomig (Swammerdamella), 293,
bilineata. (Sciam), 251. 295-296. .
bilobatus (Philorus), 320. brevicornis (Zelmîra), 57, 60.
bimaculata (Bolitophila), 27. brevifrons (Hesperinus), 269.
bîmaculata (Fungivora), 201-203. brevifurca. (Rcichertellzx), 293, 297-298.
bimaculaàa (Glaphyroptcm), 121. brevifurcata (Cra.tyna), 233.
bimuculata (Leia), 120, 122-123. brevimanum (Asindulum), 44, 45.
bimaculata. (Mycetophila), 120. btevimanum var. hispanicum (Asindu-
bimaculatn (Neoempheria), 81-82. lum), 45.
bimaculata. (Neoglaphyroptem), 121. brevipalpis (Mycosciam), 229, 239.
bipunctata (Ma.cr0cera.)» 31. 34. brevipexmis (Protoctrypes), 78.
bîschoffi (Cmdiocrepis), 332. brevirostris (Cardiocrepis), 317, 321-322.
bisignata (Bmchypaza), 161. bravirostris (Liponaum), 322.
bispinosa (Erechia), 139. brevirostrisvogesiaca. (Cardiocrepis),322.
bîspînosa. (Philia), 276. brevis (Sylvùzola), 310.
bîumbmta (Zelmira), 57, 60. brongniarti (Palaeoempalîa.), 110.
bîusta. (Fungivora), 201, 203. brucki (Sciara), 254, 256-257.
bivittnta (Leia), 119, 345. brunnea (Phronia.), 195.
blanda (Fungivora), 202, 204, 206. brunncipenmîs Luxmsmom (Platyum),
Blepharicem, 323. 54.
Blopharocora, 320-321. brunnipennis Smmcmz (Plmyura), 59.
BL1=;1>1xAn0cEn1n.m, 2, 315, 329-339, 333, brunnipennîs (Zelmira. baumhaueri var.)
336, 338. 59.
BLEPHAROCERINAE, 317, 320. brunnipes (Soiara), 226, 252-253, 257,
boleti (Scfiam), 250. 258.
Bolûtinù, 17, 85, 100, 103-105, 111-117. bullata. (Holoplagia), 295, 301.
332. _ butyticum (Collybia), 142. _
Boletus, 10, 27, 50, 51, 96, 99-100, 119, _
128-129, 142-143, 147, 173, 214-240, campester (Agaricus), 208. _
260. Camponotus, 288.
Bolitophila., 11-13, 23-27, 335, 337, 339. Campylomyza., 287.
Bolitophilella, 24, 25. oanescens (C0rdyla), 165.
B0L1*101>m1.1NAE, 19, 23. camescens (Zygomyia), 218.
bolsiusi (Acnemia), 101. cm·bonaria,_(F1ammu1a), 28.
borealis (Arthria), 290. _ carbonarîa. (Sciara), 254, 256, 258.
bovinus (Boletus), 143, 147, 240. Catdiocrepis, 315, 317-323.
Brnchycnmpta, 163, 167, 169-170. Carpinus, 21, 41, 82, 91, 109.
brachycamptoides (Trichonta), 178. curyophylleus (Mamsmius), 156.

350 INDEX SYSTÉMATIQUE
caudata (Bmchycampta), 167. circumdata (Scicphila), 72.
caudata (Fungivora.), 200, 204. Clavaria, 156.
candata (Opistholoba), 204. clavigcra ('Prichonta), 179-180.
Cecidomyiidaœ, 3, 340. clavîpes (Bibio), 272, 280-282.
cellaris (Sciara), 231. clavipes (Ectaetia.), 295, 303-304.
ccntralis (Macrocera), 31, 33-35. clcwipes (Soatopse), 303.
centmlis (îllycetophila), 209. clavipes var. lcpîdus (